Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España

 | 
Benoît Pellistrandi

I. - De maestros y obras

Fernand Braudel

Fernand Braudel

Fernand Braudel

Maurice Aymard

Résumé

L’article propose une réflexion sur la structure de l’œuvre de Fernand Braudel qui, articulée en trois livres, La Méditerranée, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, L’identité de la France, se déploie sur près d’un demi-siècle et qui se constitue de trois projets historiques similaires mais distincts. M. Aymard en montre l’unité et la progression analysant les variations des concepts d’espace et de temps, auxquels F. Braudel a eu recours. Réinscrivant ses autres écrits comme autant de jonctions entre ces trois ouvrages majeurs, M. Aymard souligne que F. Braudel reste, malgré tout, l’auteur de La Méditerranée, dont le succès public, à partir des années 1970, avait été précédé d’une réception attentive par les milieux scientifiques internationaux, notamment espagnols. C’est à partir de l’Espagne et des archives de Simancas que Braudel avait mûri sa recherche qui, débordant le cadre ibérique, a eu la géniale intuition d’embrasser la Méditerranée dans son ensemble

This article presents a discussion of the structure of Fernand Braudel’s work, as represented by three books: La Méditerranée, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, and L’identité de la France. This corpus, written over a period of about fifty years, constitutes a project at once unique and differentiated. M. Aymard seeks to show its unity and its diversity through an analysis of the concepts of space and time developed by Fernand Braudel. The author places Braudel’s other works within the triptych of the three great productions, but at the same time he stresses that Fernand Braudel was after all the author of La Méditerranée, a book which had already been well received by the international scientific community, particularly the Spanish community, before it achieved publishing success in the seventies. Indeed it was in Spain –specifically the National Archive at Simancas– that Fernand Braudel considered his task as a researcher and had the brilliant inspiration of extending it to the entire Mediterranean world

El presente artículo propone una reflexión acerca de la estructura de la obra de Fernand Braudel, articulada en tres libros: La Méditerranée, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, y L’identité de la France. Esta obra que se extiende a lo largo de unos cincuenta años constituye un proyecto único y al mismo tiempo distinto. M. Aymard se propone mostrar su unidad y su diversidad partiendo del análisis de los conceptos de espacio y tiempo forjados por Fernand Braudel. Aunque el autor inscriba las otras obras del historiador francés dentro del tríptico de las obras mayores, subraya que Fernand Braudel sigue siendo, al fin y al cabo, el autor de La Méditerranée, un libro cuyo éxito editorial a partir de la década de los años setenta había estado precedido por una buena aceptación en la comunidad científica internacional, en especial la española. Fue en España, concretamente en el Archivo de Simancas, donde meditó Fernand Braudel su labor de investigador y tuvo la genial idea de ampliarla al mundo del Mediterráneo

Texte intégral

1Présenter Braudel n’aurait guère de sens ici, présenter la Méditerranée encore moins. Préparé pendant les quinze années qui ont précédé la guerre, rédigé presque de mémoire, par versions successives, au cours de cinq années passées dans des camps d’officiers prisonniers, d’abord à Mayence puis à Lübeck, corrigé et doté de ses notes et de ses références au lendemain de la guerre avant d’être soutenu comme thèse d’État en 1947 et publié en 1949, ce livre a fait aussitôt date. Il a imposé Braudel au premier rang des historiens français, même si la Sorbonne a jugé bon de lui fermer ses portes, avant que le Collège de France ne lui ouvre les siennes. Il a marqué en profondeur plusieurs générations d’historiens, mais surtout celle, de vingt ou vingt-cinq ans plus jeune que lui, qui arrivait à l’âge adulte au lendemain de la guerre, et y a découvert une autre façon de concevoir et d’écrire l’histoire, et dont F. Braudel devait favoriser, dans le contexte profondément renouvelé de l’après-guerre, l’ascension universitaire. Il a ensuite légitimé la position institutionnelle du Président de la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), et ses appels répétés à une coopération plus étroite entre histoire et sciences sociales. Il lui a enfin donné un prestige international, confirmé tout à tour par l’attrait qu’il a exercé sur de nombreux jeunes et moins jeunes chercheurs étrangers, par sa place à la tête d’institutions nouvelles qu’il avait contribué à créer (l’Association internationale d’histoire économique en 1960, l’Institut Datini de Prato et ses Semaines d’histoire économique en 1968), puis par une multiplication plus tardive, mais qui se poursuit encore, des traductions en langue étrangère.

2La fortune éditoriale du livre apporte ainsi sur la vie intellectuelle et universitaire de la seconde moitié du XXe siècle un éclairage original. Rapidement traduit en italien et en espagnol, il n’a pourtant connu, pendant une vingtaine d’années, qu’une diffusion limitée à un public de spécialistes, en France comme à l’étranger : assez cependant pour établir sa réputation matérielle, et attirer vers lui des chercheurs de nombreux pays. Dans l’immédiat, la seconde édition (1966), largement réécrite et enrichie par de nouvelles recherches d’archives, mais aussi par les travaux qu’avait suscités la première, ne modifie pas profondément la donne, au moins dans l’immédiat. Il faut attendre l’impact de 1968, et le climat nouveau des années 1970 pour que le livre réussisse une double percée.

3La première, en direction du marché anglo-saxon, est liée la publication en 1973 de la traduction anglaise de la Méditerranée, et à son succès rapide dans les universités américaines où une nouvelle génération d’historiens faisait basculer l’histoire, longtemps jalousement conservée au sein des humanities, dans le camp des sciences sociales : dès 1977, l’année même de l’inauguration à Binghamton, en présence de F. Braudel, du Fernand Braudel Center for the Study of Economies, Historical Systems and Civilizations, créé par Immanuel Wallerstein pour exploiter cette situation nouvelle du champ disciplinaire, la Méditerranée se vendait en soft cover dans les librairies des aéroports de la côte est des États-Unis.

4La seconde percée, en direction du grand public français, est exactement contemporaine : elle coïncide avec le succès, à l’automne de 1976, de la série télévisée (douze émissions de cinquante minutes chacune) réalisée sous la direction et avec la participation de F. Braudel entre 1974 et 1976 : à Noël 1976, la Méditerranée se vend par piles entières à la FNAC comme livre d’étrennes. Le livre a, d’un coup, changé de statut, et son auteur avec lui, alors même que la seule position institutionnelle qu’il ait gardée, après sa retraite en 1972, est la direction de la Maison des Sciences de l’Homme. Trois ans plus tard, à l’automne de 1979, les trois volumes de Civilisation matérielle, économie et capitalisme bénéficieront de cette situation nouvelle : ce qui explique leur succès immédiat dans le grand public, malgré les réserves d’une large partie du camp des historiens, qui, à cette date, a tourné le dos à l’histoire économique, et qui n’avait, en 1967, accordé au premier volume, publié seul dans une première version, qu’un succès d’estime, parfois même formulé du bout des lèvres.

5F. Braudel n’est alors ni le seul ni le premier à atteindre les gros tirages qui attestent l’intérêt du grand public cultivé, mais non-spécialiste, pour une histoire ouverte à la fois sur les sciences sociales et sur des domaines nouveaux, qui se voit alors donner – Braudel en sourira et en rira – le nom de « nouvelle histoire ». Chacun à sa façon, Georges Duby, Philippe Ariès ou Emmanuel Le Roy Ladurie (avec Montaillou) l’avaient précédé dans cette voie. Mais il est le premier et le seul à réussir l’opération pour un ouvrage rédigé près de trente ans auparavant, et qui bénéficie du prestige de l’ancienneté et de sa consécration acquise de longue date dans les milieux savants : un ouvrage dont tous doivent reconnaître qu’il échappe à tout effet de mode. Même s’il a son histoire – une histoire que l’on commence à étudier aujourd’hui et qui permet de le resituer dans son contexte –, il a largement anticipé sur une mutation de la pratique de l’histoire qu’il a lui-même contribué à stimuler, et qui, désormais acceptée par tous, le transforme a posteriori en référence obligée.

6Si riche d’enseignements, pourtant, que soit la success story de la Méditerranée, elle risque cependant de fausser les perspectives. F. Braudel a acquis le droit d’être libéré de la contrainte qu’a fait peser sur lui, pendant des décennies, une tradition tenace dans le milieu des historiens. Il n’est pas, il n’a pas voulu être l’homme d’un seul livre, comme certains voudraient qu’il le soit. Mais il a fait, à l’échelle d’une vie humaine, des choix d’écriture qui sont des choix de longue durée. Il s’est engagé dans trois grandes entreprises auxquelles il a choisi de consacrer, à chaque fois, vingt ou trente ans, et même plus, tout en sachant parfaitement, au moins pour la troisième, que le temps lui était compté, et les durées de ces entreprises se sont en partie recouvertes.

7La Méditerranée n’a été que la première de ces entreprises, la plus difficile sans doute, en tout cas celle à travers laquelle il s’est formé, construit et presque inventé comme historien. Celle dont l’idée était, dans une certaine mesure, dans l’air du temps, dans l’Algérie coloniale qui fêtait en 1930 le centenaire de la conquête française : mais une idée qu’il lui a fallu se réapproprier, d’abord en prenant ses distances par rapport à l’espace observé – d’où l’importance de son séjour au Brésil – puis par rapport à son impressionnant fichier documentaire – d’où le rôle de la captivité dans son travail d’écriture –, ensuite en épurant sa conception de la Méditerranée de toutes références contemporaines au passé romain ou au présent français pour en faire le cœur de son projet d’histoire, adossée à la longue durée : un long seizième siècle, qui marquait à la fois un point d’arrivée, et une fin, celle de la centralité d’un espace méditerranéen désormais englobé dans un espace infiniment plus vaste, centré sur l’Europe du Nord-Ouest et l’Atlantique, et à l’échelle du monde. L’entreprise reposait sur un pari tellement ambitieux que son auteur n’a pas résisté à la tentation de remettre son ouvrage sur le métier. La première rédaction était fondée sur une bibliographie impressionnante, mais, pour la moitié orientale de la mer, limitée et souvent datée, et sur des archives qui, en dehors de celles de Dubrovnik-Raguse, ce petit port de la côte Adriatique qui vivait « à l’écoute de l’Empire ottoman », provenaient toutes de l’Europe et de la Méditerranée occidentales. La seconde, achevée en 1966, soit près de vingt ans après la soutenance de la première comme thèse, reposera sur des dépouillements d’archives encore plus ambitieux et plus systématiques, sur les travaux d’une équipe internationale de chercheurs réunis autour du Centre de Recherches Historiques de la VIe Section, et sur les liens personnels établis par F. Braudel avec les plus grands historiens de la Méditerranée, de l’Espagne à la Turquie.

8Mais la préparation de cette seconde rédaction, dont F. Braudel choisira de faire la dernière, coïncide avec son engagement, dès le début des années cinquante, à la demande de L. Febvre (en 1952, confiera-t-il trente-sept ans plus tard, au début de l’édition finale de 1979), dans une autre entreprise, celle d’une « histoire économique de l’Europe préindustrielle ». Celle-ci allait devenir, chemin faisant et réflexion aidant, tout autre chose : une « histoire totale » de l’économie entre XVe et XVIIIe siècle, fondée sur une triple confrontation. Entre des « structures du quotidien », qui échappent pour l’essentiel au marché, et le niveau marchand de l’économie d’échanges. Entre l’Europe et les autres grandes civilisations du monde. Et, enfin, entre l’économie-monde capitaliste qui se constitue à la fin du Moyen Âge entre la Méditerranée et l’Europe occidentale et les autres économies-mondes que la première va finir par soumettre et incorporer, mais de manière très lente et souvent partielle et superficielle.

9À la différence de ce qu’il avait pu faire pour l’écriture de la Méditerranée, l’oral – l’enseignement au Collège de France, où ses cours sont sténotypés, plus encore qu’à la VIe Section – précède l’écrit. Comme il le signale en note dans l’introduction de la première édition de Civilisation matérielle (1967), trois cours consacrés respectivement au « capitalisme moderne » et à « la France du XVIe siècle » (1954 et 1955), à « l’économie du XVIIIe siècle » (1956-1957), et à « la vie matérielle du XVIe au XVIIIe siècle » (1960-1962) lui ont permis de définir la structure de l’ensemble, et la matière du premier volume. Il en sera de même pour Identité de la France, dont le programme et le contenu sont tracés durant ses deux dernières années d’enseignement au Collège de France (1970-1972), même s’il ne commencera à l’écrire qu’en octobre 1979, aussitôt donné le bon à tirer des trois volumes de Civilisation matérielle, économie et capitalisme (XVe-XVIIIe siècle).

10Mais l’ordre même des cours de 1954 à 1962 montre bien qu’ils l’ont conduit à inverser celui, initialement prévu, de son exposé, et à partir des répétitions quasi immobiles du quotidien, donc de la vie des masses, pour arriver « aux vainqueurs, à la vie économique, à ses équilibres, aux prouesses et aux techniques du capitalisme ».

11Même si, écrit-il, il aurait été possible de commencer par ces derniers pour en arriver aux premiers, l’avantage du choix retenu est précisément d’adosser une « vie économique », qui s’organise autour de l’échange marchand et donne la préférence au commerce à longue distance, à celle des paysanneries, majoritaires même dans les pays les plus avancés, dont la vie se déroule à la frontière de l’autoconsommation, du troc et de l’échange à très court rayon. De la même façon, dans la Méditerranée, les événements, qui ont constitué le point de départ de son enquête, se trouvent relégués dans la troisième partie, pour être adossés à la fois à la longue durée pluriséculaire et aux conjonctures pluridécennales qui rythment la vie des économies. Le choix est à chaque fois d’adosser ce qui bouge le plus à ce qui bouge le moins, ou presque pas, et qui représente de ce fait aux yeux de F. Braudel le niveau le plus profond, ou pour reprendre la métaphore qu’il aimait à utiliser, « le rez-de-chaussée de la maison ».

12Ce choix initial fait, d’autres suivront, en cours d’écriture, dont le plus important le conduira à diviser en trois volumes une matière qui devait au départ se répartir en deux seulement, et à tirer les conséquences de l’affirmation contenue dans l’introduction de 1967 :

Il est clair, toutefois, que la vie économique n’est pas prise en son entier dans les mailles du capitalisme naissant. Nous avons pour le moins trois plans et trois domaines : la vie matérielle [...], la vie économique [...], enfin le jeu capitaliste [...].

13L’impulsion définitive semble bien lui avoir été donnée, pour donner à ce troisième domaine sa place autonome, par la crise économique internationale qui commence en 1973-1974 et le conduit à s’interroger non seulement sur la naissance du capitalisme, mais aussi sur ses structures spatiales autant qu’économiques, sur ses hiérarchies internes et sur son avenir, donc sur les rapports toujours tendus et conflictuels entre État et économie.

14Le même choix se retrouve à l’origine d’Identité de la France, même s’il n’a pas eu le temps de mener son entreprise à son terme et s’il n’a pu en rédiger que les deux premières parties, sans pouvoir s’attaquer au deux autres, en dehors de la brève esquisse d’un chapitre sur l’État. Mais dans la mesure même où son sujet est la France et où le risque serait, soit de céder après d’autres à l’illusion que celle-ci a existé de toute éternité, et de commencer avec la préhistoire ou avec la Gaule, soit au contraire de considérer qu’elle n’existe que lorsqu’elle commence à se constituer en État, et de commencer alors avec Charles le Chauve ou avec Hugues Capet, il lui faut en adosser l’histoire à un ensemble de facteurs de longue durée qui en débordent les frontières, s’inscrivent dans d’autres durées, soulignent et expliquent une diversité que des siècles d’unification politique patiente n’ont pas réussi à effacer : l’organisation de l’espace, le nombre des hommes, la continuité d’une économie paysanne qui remonte loin dans le passé et a survécu jusqu’en plein XXe siècle. Soit la France avant la France, dont le pouvoir monarchique va peu à peu se saisir pour tenter de la soumettre et de la remodeler selon ses exigences, sans toujours y parvenir. La suite annoncée nous aurait en revanche fait entrer de plain-pied dans les cadres familiers de l’histoire nationale : État, culture et société, et La France hors de France. Mais sans doute aurait-il été conduit à changer en cours de route ses hypothèses de départ, et à modifier tant la ligne de ses démonstrations que la distribution interne de sa matière. Car l’histoire est toujours chez lui affaire d’écriture autant que de conceptualisation et de documentation.

  • 1 Édition de 1949, pp. 716-718.

15D’un livre à l’autre, les affinités sont donc évidentes. Mais elles ne doivent pas faire oublier les différences profondes. Si tous les trois sont construits autour du rapport entre temps et espace, ce rapport prend à chaque fois une forme originale. Dans la Méditerranée, il s’établit entre, d’une part, un espace limité dans son extension – même si ses frontières sont incertaines et variables, et se prêtent à une pluralité de définitions, tantôt élargies et tantôt restreintes, débordant sur les trois continents qui la bordent ou se limitant au contraire aux seuls pays riverains –, et, de l’autre, plusieurs durées. Or celles-ci ne sont pas, malgré les apparences, des poupées gigognes qui s’emboîteraient l’une dans l’autre, mais des temporalités autonomes, qui désignent et permettent (y compris celle de l’événement, qui, loin d’être une concession de Braudel à l’histoire traditionnelle qu’il combattait par ailleurs, constitue un élément essentiel à l’équilibre de l’ensemble) de saisir et comprendre des niveaux différents d’histoire. Mais la clef du livre comme récit, dont la mer est, comme Braudel l’avait lui-même écrit1, le héros, se situe sur un autre plan. Le livre est construit sur une frontière temporelle, et son ambition est de montrer à la fois que les grandes découvertes n’ont pas signifié la « mort de la Méditerranée », que celle-ci est restée tout au long du XVIe siècle « au cœur de la grande histoire », et que sa propre

enquête, arrêtée aux environs des années 1600 [...] n’arrive pas à conclure, comme un roman bien fait, par la mort du héros,

16mais que l’heure de quitter la scène a fini plus tard par sonner. Une heure que F. Braudel s’est efforcé, d’une édition à l’autre, de retarder : autour de 1620 dans la première, vers 1650 et pourquoi pas plus tard, vers 1680, dans la seconde. Mais les causes restent les mêmes : le moment vient où les Méditerranéens perdent, au profit de leurs rivaux de l’Europe du Nord-Ouest, le contrôle d’un espace océanique, et d’abord atlantique, qu’ils avaient commencé par construire et dont ils avaient pu, pendant plus d’un siècle, garder la maîtrise.

17Dans Civilisation matérielle, les frontières spatiales sont au contraire abolies : toutes les civilisations du monde se retrouvent au rendez-vous, et l’Europe occidentale, réunifiée de la mer du Nord à la Méditerranée, joue dans le même camp. La division des rôles entre les deux premiers volumes peut sembler dans une certaine mesure rappeler, à première lecture, celle de la Méditerranée : d’un côté le temps long de la vie matérielle des grandes civilisations et la lente victoire des paysans sédentaires ; de l’autre, le temps plus court, rythmé par les conjonctures de l’économie, des « jeux de l’échange ». Mais le troisième volume vient confirmer ce qui était déjà perceptible dans le second : l’ambition du livre n’est pas de mettre en évidence différents niveaux de durée et de temporalité, mais, à l’intérieur d’une durée de quatre siècles choisie comme unité d’analyse (et dont, à ce titre, il sera possible de souligner les continuités et les ruptures avec les périodes postérieures et antérieures), de dégager des structures. Celles de la vie matérielle, celles des formes d’organisation des productions et des échanges marchands, celles enfin du système économique nouveau (même s’il a eu des antécédents) qui se met alors en place à partir de l’Europe et lui permet d’établir peu à peu et de renforcer sa domination sur le monde : le capitalisme, solidement constitué dès avant l’industrialisation et dont le maître mot, « hiérarchie », est un terme nouveau sous la plume de F. Braudel (il ne faisait pas partie du vocabulaire de la Méditerranée), mais dont il va désormais multiplier l’usage. « Pas de société sans hiérarchie », aime-t-il répéter. Ce système se trouve à son tour investi d’une durée longue, fondée sur le passé (d’autres capitalismes ont existé avant le capitalisme européen, même s’ils n’ont pas eu la même fortune), mais ouverte sur l’avenir. Devenu mondial, le capitalisme a échappé à l’Europe, mais il aura toujours besoin d’un centre, qui est actuellement, mais pas de manière définitive, les États-Unis, et les tensions entre économie et État suggèrent que, loin d’être condamné à disparaître, il a encore de beaux jours devant lui. Cette conclusion, qui nous apparaît aujourd’hui, à l’heure de la « pensée unique », presque trop évidente, l’était, rappelons-le, infiniment moins à la fin des années 1970, quand, dix ans avant la chute du mur de Berlin, beaucoup estimaient encore que la crise internationale commencée quelques années plus tôt était celle du seul capitalisme, dont elle amorçait le déclin irréversible.

18Identité de la France propose un jeu encore différent de l’espace et du temps. Pas de frontières « naturelles », mais une construction et une sédimentation progressive de lignes de partage aux limites d’un espace resté longtemps largement ouvert à toutes les influences de l’Europe et de la Méditerranée : l’État national se construit en s’isolant et en se séparant du reste du continent, mais il n’efface pas pour autant l’infinie diversité intérieure qui a précédé sa formation et s’est renforcée parallèlement à celle-ci de manière souterraine. Si la très longue durée, englobant la protohistoire et même la préhistoire, est par excellence celle de « la France avant la France », c’est une autre longue durée, plus courte, le second millénaire, qui modèle le temps du récit de ces deux premières parties : le temps d’une France qui naît, précisément, comme l’Europe, aux alentours de l’an mil. Mais ce millénaire, qui est celui de l’histoire profonde de la France, est lui-même fragmenté, et comme feuilleté, par la superposition de durées plus brèves qui en ont scandé les différentes étapes. Et surtout, si le passé est assuré, le futur cesse de l’être pour le Lorrain inquiet qui avoue, d’entrée de jeu,

aimer la France avec la même passion, exigeante et compliquée, que Jules Michelet,

19et qui ne saurait se résigner ni à la laisser « sortir de la grande histoire », comme la Méditerranée, ni lui prédire l’avenir durable du capitalisme.

20Trois livres donc, en fait trois grandes entreprises successives, assez différentes pour que l’auteur puisse se contredire en apparence de l’une à l’autre : la Méditerranée avait ainsi pu être définie par lui en 1949 comme une « économie-monde », un terme qu’il avait emprunté à Fritz Rörig pour définir, après avoir pesé le pour le contre, un monde qui « vivait pour l’essentiel sur lui-même », et qui associait des

zones particulières adaptées à la vie générale et une vie générale qui circule à côté, au-dessus, au travers de ces petits univers économiques, jamais complètement fermés sur eux-mêmes, entre qui se partage, quand on l’examine d’un peu près, le vaste espace de la mer.

21Et ceci même si

le développement, avec Constantinople, d’une ville-pieuvre [avait entraîné] la mise hors du circuit méditerranéen (ou peu s’en faut) de la mer Noire.

22En 1979, dans Le temps du monde, c’est l’Empire ottoman dans son ensemble qui se voit reconnaître le statut d’une économie-monde distincte de celle de l’Europe, qui ne fait que « l’effleurer ou la traverser » : la réunion d’un « espace caravanier » et d’un « espace maritime longtemps sauvegardé » – car

défendu par une nuée de marchands qui limitent, contrecarrent la pénétration des Occidentaux –,

23qui garde force, cohérence et richesse jusqu’à la fin du XVIe siècle, sinon au-delà. D’une affirmation à l’autre, on enregistrera moins une contradiction de fond qu’une différence de point de vue. Car l’histoire braudélienne s’écrit elle aussi selon la formule, aujourd’hui chère aux micro-historiens, d’une multiplicité de points de vue : seule différence, importante il est vrai, ces différents points de vue ne coexistent pas dans le même ouvrage, mais chaque ouvrage adopte le sien. Chacun d’eux doit donc être lu pour lui-même, et non comme un simple prolongement du précédent, afin de pouvoir, mais seulement dans un second temps, être comparé aux autres.

24Dans l’œuvre achevée que nous pouvons aujourd’hui lire dans son ensemble, il convient bien sûr d’intégrer les livres intermédiaires, dans la mesure même où ils font la jonction de l’un à l’autre : ainsi le manuel de 1963 sur « le monde actuel », réédité en 1986 sous le titre de Grammaire des civilisations, ou cette histoire de la Méditerranée de la préhistoire à l’Antiquité, rédigée en 1968-1969 pour Albert Skira et publiée seulement en 1998 sous le nom de Mémoires de la Méditerranée. Le premier prolonge la définition du concept de civilisation donnée dans la Méditerranée, mais annonce aussi, sur plus d’un point, le premier volume de Civilisation matérielle. La seconde propose au contraire une analyse de la « naissance » et de la « construction » de la Méditerranée, dont les années 1500-1650 marqueront au contraire le dernier grand moment de splendeur.

25Cette « pesée globale » de l’œuvre braudélienne, qu’il nous faut lire aujourd’hui dans ses continuités mais aussi dans ses différences, ne remet pas pour autant en cause le statut particulier qui reste, aujourd’hui encore, celui de la Méditerranée. Car c’est ce livre qui lui permet de réaliser la première grande orchestration des concepts de l’espace et du temps, qui servira de référence (et d’exigence) plus encore que de modèle dans les livres suivants. Si les frontières du monde méditerranéen restent imprécises et flottantes, la mer représente en effet un double niveau d’unité. À chaque époque, le monde méditerranéen se définit ainsi par son pouvoir d’attraction, par les contacts qu’il établit avec l’extérieur, par les mises en relation qu’il réussit à effectuer : l’Europe, l’Afrique subsaharienne, l’Asie centrale et l’océan Indien, le monde russe partagé entre la mer Noire, la Baltique et bientôt la Caspienne, et bien sûr l’Atlantique à peine découvert rentrent ainsi, de façon temporaire ou durable, dans son orbite. Mais, à un autre niveau et sous un autre angle, chacune des histoires particulières qui l’animent – celle des individus, des États, des Empires, des sociétés, des civilisations – ne prend son sens que par rapport à cet ensemble plus large dont la mer constitue le centre. Le temps fait, parallèlement l’objet d’un traitement identique dans son principe, mais qui s’organise de façon différente. Chaque fait, chaque événement, chaque décision, chaque comportement individuel ou collectif, chaque information s’inscrit au moins potentiellement dans une pluralité de durées, qui en permettent des lectures différentes.

26Parmi ces lectures, celle de la très longue ou de la plus longue durée représente un niveau plus profond, disposant d’un pouvoir d’explication supérieur : l’individuel s’y inscrit dans la répétition. Mais elle n’exclut pas les autres lectures, et n’en dispense pas. Parmi les autres, F. Braudel a choisi d’en privilégier deux. La première est celle des conjonctures longues de l’économie, Kondratieff et trends séculaires, mais aussi de toutes les autres formes de solidarités qu’il regroupe sous le nom de « destins collectifs ». Ces destins, à l’échelle d’un « long XVIe siècle », engagent les hommes sans qu’ils en aient vraiment le choix : ceux-ci ne peuvent en tirer parti qu’en composant avec eux, dont la clef est, à la différence de la longue durée, non la répétition, mais la dynamique d’un mouvement d’ensemble. La seconde lecture est celle de l’événement, de la durée brève, à laquelle il n’a jamais ni souhaité ni voulu renoncer, et à laquelle il a consacré, un mois avant sa mort, son dernier cours, sur le siège de Toulon en 1707, devant les élèves d’un collège de cette ville. Mais l’éventail des durées est en fait, F. Braudel ne cesse de le rappeler, infiniment plus large : les trois niveaux de lecture qu’il a retenus ont pour fonction de suggérer la complexité du réel. Suggérer et non démontrer : d’où le rôle central du style dans l’écriture braudélienne.

27La Méditerranée, par l’influence qu’elle a exercée et par l’audience qu’elle a rencontrée, et, à travers le statut que son livre lui a donné, Fernand Braudel lui-même, s’inscrivent en fait dans une perspective plus large, qui constitue un chapitre de l’histoire intellectuelle et scientifique de la seconde moitié du XXe siècle. Un chapitre dont de nombreux acteurs sont encore parmi nous, et dont l’histoire commence à s’écrire, en associant les documents, notamment les correspondances, qui deviennent accessibles, et les interviews des survivants. Sur ce point, un seul souhait doit être formulé : que cette histoire soit à la mesure des enjeux, qu’elle soit réellement une histoire intellectuelle et scientifique et ne tombe pas dans les travers de la biographie individuelle, alimentée par les anecdotes personnelles, que F. Braudel n’avait cessé de dénoncer.

28Par le pouvoir académique dont il s’est trouvé investi, F. Braudel a été mêlé à des conflits et à des rivalités, qui doivent être resitués dans leur contexte à leurs justes dimensions. Il est sans doute conforme à la nature humaine que certains aient cru devoir critiquer a posteriori un exercice, qualifié tantôt de « monarchique », tantôt de « féodal », du pouvoir après avoir bénéficié de son appui. Il est tout aussi normal qu’une génération juge nécessaire d’affirmer son indépendance en se distinguant de celle qui l’a précédée. Là n’est pas, pourtant, l’essentiel. L’important, c’est l’assez rare et exceptionnelle ouverture des choix de disciplines et de recrutement dont il a fait preuve à la tête des institutions qu’il a dirigées : la VIe Section de l’EPHE n’a pas été mise au service de l’histoire de la Méditerranée du XVIe siècle, alors même qu’elle a tiré profit, dans son développement rapide, du prestige de l’œuvre que F. Braudel lui avait consacrée. Mais l’important, c’est aussi la très grande liberté qu’il a laissée à ceux qui avaient choisi de travailler à ses côtés : il ne leur a jamais demandé de « faire du Braudel » ni de s’enfermer dans la répétition, et il les a toujours poussés, au contraire, à développer leur propre originalité.

  • 2 Les écrits, I, 1996.

29Ce souci de liberté avait, il est vrai, été le sien dès le départ, dès le début de ses recherches sur l’Espagne qui lui valurent, en 1937, d’être élu à la IVe Section de l’EPHE à une direction d’études qu’il inaugura par un cycle de conférence sur « l’histoire des pays ibériques et de la Méditerranée occidentale du Moyen Âge au XVIIIe siècle ». Il suffit de relire aujourd’hui, où ces textes en apparence mineurs sont aujourd’hui réunis en volume et aisément disponibles2, ses premiers comptes-rendus, publiés en 1927 dans la Revue d’histoire moderne et consacrés au troisième volume de R. B. Merriman, aux deux livres sur sainte Thérèse de J. Galzy et L. Bertrand et au saint Jean de la Croix de J. Baruzi, sans oublier l’exécution en trois lignes du Mal héréditaire du docteur Cabanès. Ou encore son rapport du 29 mars 1929 sur le séjour d’études de deux mois en Espagne, partagé entre Madrid et Simancas, que lui avait permis pendant l’été précédent une bourse Jules-Ferry : l’activité des tribunaux de l’Inquisition, les morisques, leurs relations avec le Maghreb et la révolte de 1569-1770, le quotidien de la piraterie et de la course, la peste, mais surtout, à Simancas, où il n’a

pu que commencer l’immense travail de dépouillement [qu’il] espère mener à bien,

30la découverte de la centralité, dans le système espagnol, de Gênes,

grande place d’argent, grand port et puissance coloniale [...], ville passionnée et soupçonneuse.

31Ajoutons-y le Royaume de Naples, pour lequel il a dépouillé la correspondance des années 1559-1574, et la série des Costas de África : c’est bien toute la Méditerranée occidentale qui, à partir de son observatoire espagnol, est déjà son domaine. Mais c’est aussi une méthode qui restera la sienne, associant la recherche de vues d’ensemble et d’éclairages nouveaux suggérés par des « petits faits significatifs ».

  • 3 Ibid., pp. 159-170.

32De 1927 à 1969, date de son essai biographique sur Philippe II, publié en italien dans la série des Grandi Protagoniste, l’Espagne va l’occuper, elle aussi, pendant plus de quarante ans. Il lui consacrera de nombreux cours et conférences, articles et comptes-rendus. Mais il renoncera finalement, après lui avoir dédié deux années de son enseignement au collège de France, à écrire le grand livre sur Empire et monarchie au XVIe siècle que lui avait confié Lucien Febvre : il se contentera d’en écrire, en forme d’introduction3, ce qui aurait dû en être le plan, construit autour d’une hypothèse centrale que résume la formule « Chronologie de l’Espagne, chronologie du monde » :

  • 4 Ibid., pp. 168-169.

L’Espagne impériale n’est pas le monde en son entier, mais une bonne partie de celui-ci [...]. Le dépôt des archives de Simancas [...] est la meilleure source globale d’information sur le monde entier [...]. La chronologie mondiale de l’Espagne enregistre tout de même, d’une façon certaine, la vaste respiration du monde. Quand elle marque un tournant, le monde ou a déjà pris ou va prendre le même virage4.

33On trouvera dans les réserves des deux dernières phrases (« tout de même », « ou a déjà pris ou va prendre ») la clef de l’abandon de son projet. De même que Philippe II, l’Espagne et la Méditerranée était devenu, au prix d’un déplacement significatif, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, il a, dès cette date, choisi le monde lui-même, et non le seul Empire espagnol, comme thème de son prochain livre : pour saisir le monde et en analyser la dynamique entre XVe et XVIIIe siècle, c’est le capitalisme qui lui apparaît alors comme la meilleure clef.

Bibliographie

Bibliographie

Baille, Suzanne, Fernand Braudel et Robert Philippe, Le monde actuel. Histoire et civilisations, Paris, Belin, 1963.

Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], Paris, Armand Colin (2e éd.), 1966.
— Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, Armand Colin, 1967.
— Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969.
— Civilisation matérielle, économie et capitalisme (XVe-XVIIIe siècle), [3 vol.], t. I : Les structures du quotidien ; t. II : Les jeux de l’échange ; t. III : Le temps du monde, Paris, Armand Colin, 1979.
— L’identité de la France (2 vol.), t. I ; Espace et histoire ; t. II : Les hommes et les choses, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986.
— Grammaire des civilisations, Paris, Arthaud, 1987 (rééd. de la contribution de Braudel à Le monde actuel. Histoire et civilisations, Paris, Belin, 1963, cité plus haut).
— Le modèle italien, Paris, Arthaud, 1989 (original français de la conclusion de la Storia d’Italia, Turin, Einaudi, t. II, 1974, rééd. en ouvrage séparé, Il secando Rinascimento. Due secoli e tre Italie, Turin, Einaudi, 1986).
— Écrits sur l’histoire II, Paris, Arthaud, 1990.
— Les écrits de Fernand Braudel (2 vol.), t. I : Autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de Fallois, 1996 ; t. II : Les ambitions de l’histoire, Paris, Éditions de Fallois, 1997.
— Les mémoires de la Méditerranée, Paris, Éditions de Fallois, 1998.

Braude L, Fernand, et Ruggiero Romano, Navires et marchandises à l’entrée du port de Livourne (1547-1611), Paris, Armand Colin, 1951.

Braudel, Fernand (éd.), L’Europe, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1982,
— La Méditerranée (2 vol.), t. I : L’espace et l’histoire ; t. II : Les hommes et l’héritage, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1977-1978.

Notes

1 Édition de 1949, pp. 716-718.

2 Les écrits, I, 1996.

3 Ibid., pp. 159-170.

4 Ibid., pp. 168-169.

Auteur

École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540