Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 « L’Espagne a possédé ce pays pendant trois siècles, et elle le cède aux États-Unis, sans en avoir (...)
  • 2 L’expression est de J. P. Olivier de Sardan, « A Moral Economy of Corruption », p. 32.
  • 3 R. Catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, pp. 65-75.

1En un siècle, la corruption s’est profondément enkystée dans cette « colonie de fonctionnaires »1 Lorsque des gouverneurs généraux, des hauts fonctionnaires, des ministres et des hommes politiques métropolitains tentent courageusement de moraliser le système, ils n’ont sans doute pas conscience de s’attaquer à une véritable « culture de la corruption »2, à un mal ancien et très étendu qui, sans être incurable, demande un traitement drastique, prolongé et aux effets secondaires violents. L’administration fonctionne en bonne partie grâce à des règles non écrites, à des traditions profondément ancrées3 : dans certains cas, cette culture administrative explique que les employés restent en majorité honnêtes alors que tout les pousse à tirer profit de leur position ; dans d’autres, comme dans les Philippines du XIXe siècle, elle contribue grandement à la reproduction presque mécanique de la corruption :

  • 4 « Considering the System, the wonder was that some of them were honest, not that most of them were (...)

Eu égard au système, le plus étonnant est que certains étaient honnêtes, non que la plupart d’entre eux étaient des voleurs4.

2Lorsque les réformateurs n’ont guère le temps d’administrer les soins, lorsqu’ils ne sont pas disposés à faire tous les sacrifices, lorsqu’ils ne peuvent s’appuyer que sur quelques rares fonctionnaires ou corps techniques non contaminés, le combat est pratiquement perdu d’avance. Reste cependant une question : la corruption est-elle vraiment une maladie mortelle ?

I. – Une analyse coûts-bénéfices

  • 5 Les thèses fonctionnalistes sont bien analysées et critiquées dans S, Alatas, The Sociology of Corr (...)
  • 6 À lui seul, F. Marcos aurait détourné 10 milliards de dollars des deniers publics. (S, Auvray, R. G (...)
  • 7 Cette expression imagée, inventée par S. Andreski en 1966, est aujourd’hui passée dans le langage c (...)
  • 8 Le mot est intraduisible en français, il désigne l’utilisation de sa position par un homme politiqu (...)

3L’évaluation des conséquences de la corruption pour une société et une époque donnée est un exercice extrêmement risqué parce que le bilan dépend étroitement du point de vue adopté. Tout d’abord, ce point de vue reflète inévitablement les convictions de l’observateur. Or, la lecture de l’abondante littérature sur le thème montre que les opinions sur cette matière ont singulièrement évolué. Aujourd’hui, rares sont les auteurs qui se risquent à avancer que la corruption pourrait avoir un quelconque effet bénéfique alors que, dans les années 1950 et 1960, l’opinion générale était plutôt inverse. En effet, une école « révisionniste » de sociologues et de politologues, principalement américains, a longtemps défendu, non sans talent, que la corruption, perçue comme un phénomène transitoire associé aux sociétés en mutation rapide, pourrait avoir des effets bénéfiques, en particulier dans les domaines politique et économique. L’analyse de la corruption impliquait d’en étudier les coûts mais aussi d’en envisager les bénéfices et les mérites5. Par la suite, ces thèses fonctionnalistes ont été rejetées et largement réfutées. Pour faire du mauvais esprit, on pourrait avancer que la corruption était présentée comme bénéfique ou peu néfaste... chez les autres, mais que les opinions ont évolué lorsqu’on s’est aperçu, dans les années 1980-1990, que les démocraties occidentales étaient loin de pouvoir donner des leçons aux États autoritaires ou « en transition ». Dans le même temps, il est clairement apparu que la corruption poussée à l’extrême dans de nombreux régimes nés de la décolonisation aboutissait à un appauvrissement durable des États. Le pillage éhonté de l’archipel philippin par le couple Marcos6, reste dans les annales de la corruption comme une des formes les plus achevées de « kleptocratie »7 et un cas d’école du cronyism8.

  • 9 Un des slogans qui a conduit a la chute du régime de Suharto, en mai 1998, était korupsi (« corrupt (...)

4La grave crise économique asiatique de 1997-1998 est venue enfoncer le clou en démontrant que le comportement prédateur de la classe politique et plus généralement des élites peut avoir de très graves conséquences sur l’équilibre des économies nationales, régionales et, par contagion, sur la conjoncture mondiale. L’idée jusque-là défendue par certains que l’absence de démocratie et la corruption n’avaient pas forcément d’effets négatifs sur l’économie et que les fonctionnaires deviennent honnêtes avec le développement se vit infliger un cinglant démenti et, logiquement, les analystes ou les donneurs de leçons soulignèrent alors que seule l’instauration de la démocratie permettrait de contrôler la corruption et d’assurer, par une bonne gouvernance, un développement économique durable. La crise économique pouvait, comme en Indonésie, déboucher sur une prise de conscience politique et une tentative de rupture9.

  • 10 L’ouvrage de J.-C. Waquet, De la corruption. Morale et pouvoir à Florence, est un modèle d’utilisat (...)

5Les hypothèses fonctionnalistes méritent cependant d’être étudiées ne serait-ce que pour leur valeur heuristique : elles lavent la notion de corruption de tout jugement moral et elles nous contraignent à envisager les choses selon des optiques différentes10. Cette nécessité de prendre en compte toutes les dimensions est particulièrement importante en situation coloniale. Si dans une démocratie tous les citoyens sont supposés avoir des droits égaux et un intérêt égal au maintien du système, il n’en est bien évidemment pas de même dans une société coloniale : ce qui est très néfaste pour le colonisé ne l’est pas forcément pour les intérêts de la métropole et inversement.

Le coût économique et administratif

  • 11 A. W. Quiroz, « Corrupción, burocracia colonial y veteranos separatistas », pp. 100 et 105, avance (...)
  • 12 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinair (...)
  • 13 Au début des années 1890, le nombre de contribuables pour 100 habitants oscille entre 62 et 70 à Al (...)

6Dans un premier temps, on peut s’interroger sur le coût économique et administratif de la corruption. La part des ressources publiques détournée par les employés espagnols avant qu’elles n’entrent dans les caisses de l’État ou directement dans ces dernières ne peut pas être, même grossièrement, évaluée11. Les grands scandales découverts dans les administrations centrales portent sur des sommes spectaculaires. Certains auteurs établissent, à mon avis à juste titre, un lien entre la corruption des fonctionnaires et le rendement médiocre des monopoles ou des douanes12. Pourtant, l’essentiel se situe sans doute en amont, dans le détournement systématique, permanent et à tous les échelons, des revenus fiscaux directs, qu’il s’agisse du tribut ou de la corvée. La désorganisation et l’injustice de la perception encouragent aussi l’évasion fiscale : les contribuables disparaissent pour ne pas payer, ou paient pour disparaître des padrones. L’ampleur des détournements est variable dans l’espace et dans le temps puisque tous les fonctionnaires coloniaux ne sont pas malhonnêtes, mais le manque à gagner pour le Trésor colonial est sans nul doute substantiel13.

  • 14 Les incroyables carences du système défensif espagnol en 1898 sont la meilleure illustration de cet (...)
  • 15 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 50-51.

7La corruption, associée au manque d’efficacité administrative, explique la modestie des améliorations apportées aux infrastructures au XIXe siècle et l’absence ou la rareté des grands projets d’équipement14. Les chantiers locaux et provinciaux sont particulièrement affectés par les détournements et les irrégularités15 :

  • 16 « And herein lies one important cause of the conditions existing in the Philippines to-day. Had the (...)

Et ceci constitue une cause importante de la situation dans laquelle se trouvent les Philippines aujourd’hui. Si les intérêts des provinces avaient été gérés avec probité, il y aurait maintenant des routes, des ponts, des amenées d’eau, des écoles et bien d’autres équipements qui ont longtemps fait gravement défaut à la colonie. Mais, des origines à nos jours, l’archipel a tenu lieu de terre de pillage pour une horde de fonctionnaires espagnols affamés16.

8Le rendement médiocre de l’impôt interdit aussi d’envisager de mieux payer les fonctionnaires alors qu’une augmentation des salaires aurait sans doute permis de limiter les prévarications et d’attirer des employés plus performants et probes. La métropole aggrave encore ce phénomène en faisant le choix, pour contenter les clientèles politiques, de multiplier les postes mal rétribués sans se soucier de leur utilité réelle pour la colonie.

  • 17 Sur ces ponctions, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 242-245 et 262-272.

9Les sommes extorquées ou détournées par les employés malhonnêtes ne sont que partiellement, par le biais de la consommation, réinvesties dans la colonie. Les fonctionnaires savent parfaitement qu’ils ne resteront que quelques mois, au mieux quelques années dans l’Archipel : ils épargnent donc pour envoyer une pension alimentaire à leur famille restée en métropole ou pour préparer leur retour. Ce flux d’économies licites et de pensions de retraite légitimes de fonctionnaires est grossi, dans une proportion malheureusement indéterminée mais non négligeable, par l’argent de la corruption. Ce drain clandestin vient s’ajouter aux lourdes ponctions imposées par la métropole, en particulier sous forme d’envoi de tabac17. La colonie est donc doublement pénalisée : elle paye très cher des infrastructures et des services publics très déficients, et l’épargne des fonctionnaires profite à la métropole.

10Du point de vue de cette dernière, on peut affirmer cyniquement que la situation n’est pas inconfortable. Les Philippines permettent de contenter une partie des fonctionnaires, civils et militaires, en surnombre, donc d’apaiser indirectement la vie politique en métropole sans qu’il lui en coûte la moindre peseta. De plus, le capital réuni, légalement ou illégalement, par ces employés profite in fine à l’économie de la Péninsule. On comprend mieux le peu d’empressement des autorités métropolitaines à éradiquer cette forme de parasitisme, sauf lorsque les risques de perdre la poule aux œufs d’or deviennent trop évidents.

  • 18 FAM, 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d (...)

11Les coûts en termes d’efficacité administrative sont considérables, même si l’employé corrompu peut être compétent et si, inversement, le fonctionnaire honnête n’est pas toujours productif. Visiblement, une partie importante des employés consacrent toute leur attention et toute leur énergie aux seules activités susceptibles de leur fournir des revenus annexes. Peut-on cependant affirmer que la corruption, comme l’ont soutenu les fonctionnalistes, « huile » une machine coloniale « ... cuyas ruedas dentadas, en vez de engranar ; rozan y se muerden18 » ?

  • 19 J. C. Scott, « The Analysis of Corruption in Developing Nations », pp. 322-324.

12Remarquons tout d’abord que la corruption des fonctionnaires espagnols n’a pas bloqué la croissance économique de l’Archipel. Comme aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, comme dans certains États asiatiques de la fin du XIXe siècle, la très forte corruption accompagne une transformation profonde de l’économie. Grâce à la corruption, les hommes d’affaire occidentaux et chinois parviennent à tourner des règlements ubuesques qui, sans cela, auraient pu bloquer leurs activités. Ces deux minorités détiennent, de fait, le pouvoir économique dans l’Archipel, mais elles sont exclues du jeu politique local et elles ne disposent pas de réseaux d’influence en métropole, à l’exception des ambassades pour les premiers. La corruption leur permet donc de peser sur les décisions publiques au stade de leur exécution. Elle jouerait le rôle d’un liant entre des élites politiques et économiques disjointes, comme dans l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles, comme en Thaïlande ou au Japon à l’époque contemporaine19. En graissant la patte des fonctionnaires coloniaux, quelques entrepreneurs astucieux font des bénéfices considérables dans la contrebande ou la passation des marchés publics. Ce quick money (« argent facile ») est ensuite en partie réinvesti dans l’économie légale.

13Pourtant, ces bénéfices directement liés à la corruption ne nous semblent pas peser d’un poids très lourd dans les Philippines du XIXe siècle. En effet, il s’agit là de formes de corruption fondées sur la transaction entre un corrupteur et un corrompu, le corrupteur tirant un bénéfice de l’échange. Dans notre cas, ce type de troc existe, mais les extorsions, souvent violentes, et le péculat constituent la masse visible des faits de corruption : on voit mal comment ce type de comportement pourrait avoir un quelconque effet de « lubrification » du système. De plus, les activités économiques qui bénéficient directement de la corruption sont en général malsaines. Même si Hong-Kong et Macao ont constitué en leur temps deux bons contre-exemples, la contrebande monétaire ou les maisons de jeu donnent rarement naissance à des économies solides.

14La corruption a aussi un effet pervers très classique parce qu’elle contribue à maintenir en vie des modes de fonctionnement obsolètes :

  • 20 Y. Mény, La corruption de la République, pp. 226-227.

L’huile dans les rouages finit par faire oublier que ceux-ci sont parfois vétustés et mériteraient d’être changés20.

15Ainsi, les efforts pour simplifier la législation, pour accélérer les procédures et les rendre automatiques sont systématiquement sabotés parce que l’extorsion et le pot-de-vin se nourrissent de la sur-régulation, du formalisme et de l’opacité. De même, la centralisation excessive de l’administration coloniale que les grease payements permettent parfois de tourner est en partie due à la volonté de mieux contrôler des échelons de base perçus, à juste titre, comme très corrompus.

16Les douanes ou l’échec des réformes des années 1880-1890 constituent de bons exemples de ce processus. Les mécanismes du blocage apparaissent aussi très clairement dans le domaine du service de travail personnel. L’administration centrale décide de réduire le nombre de jours de prestation parce qu’elle sait que le système est vexatoire et archaïque mais, du fait de la concussion, elle n’a pas les moyens financiers d’envisager sa suppression. Dans les provinces, tous les employés, du cabeza au gouverneur trafiquent massivement sur la corvée mais, comme un certain nombre de chantiers doivent tout de même être exécutés, la seule solution est de recourir aux prisonniers et donc de remplir les prisons en utilisant les prétextes les plus divers et en multipliant les abus de pouvoir.

  • 21 MAE, CCC, sous-série Manille, vol 1, dépêche du consul Adolphe Barrot, 10 avril 1837, f° 70 ; Th. A (...)
  • 22 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900]. Sur les équipements urbains, voir X. Huetz (...)

17Au total, l’avis des contemporains pour lesquels la corruption limiterait le développement de la colonie21 nous semble fondé, à condition de souligner immédiatement trois points. La corruption ne doit pas être transformée en bouc émissaire et en cause unique ou même déterminante du desgobierno de la colonie. Toutes les colonisations sont sous-tendues par la logique, plus ou moins habilement camouflée, de l’appât du gain et de l’exploitation. L’abus de pouvoir est le principe même qui préside à la mise en place et à la survie de l’édifice colonial. La colonisation espagnole n’échappe pas à la règle. Simplement, aux Philippines, l’exploitation est en partie privatisée par les employés eux-mêmes : ils vont directement se servir, plus ou moins brutalement, plus ou moins largement, à la source. Le système doit être qualifié de corrompu, mais il a sa rationalité et il n’est peut-être pas plus onéreux pour les colonisés que d’autres économies de pillage plus modernes et bureaucratisées, comme le système des cultures des Indes néerlandaises. Enfin, il convient de souligner que le gouvernement colonial espagnol n’est pas totalement bloqué et stérile : un certain nombre d’équipements importants sont réalisés dans les trente dernières années de la domination espagnole, en particulier à Manille22. Paradoxalement, la domination coloniale s’effondre au moment où elle semble la plus dynamique.

La perte de légitimité de l’état colonial

  • 23 Y. Mény, La corruption de la République, p. 298.

18Quelles sont les retombées politiques de la corruption ? Cette dernière est-elle une cause majeure de la désaffection d’une partie de la population de la colonie et de l’insurrection de 1896 ? L’actualité des dernières décennies a montré que la corruption est une cause importante, parfois essentielle, de l’effondrement de régimes dans lesquels elle a pris des proportions massives23.

  • 24 Voir supra, pp. 287-293.
  • 25 AGI, Diversos, leg. 27, Memoria escrita en el Palacio Arzobispal de Manila [...], anonyme, fin 1896 (...)

19Même si la responsabilité du clergé régulier ou des francs-maçons a fait couler bien plus d’encre, la relation de cause à effet entre corruption et insurrection est soulignée par les contemporains des événements, quelles que soient leurs tendances politiques. Dans le prolongement des écrits qui, des années 1870 au milieu des années 1890, alertent les gouvernements sur l’importance de la question du personnel pour l’avenir de la domination24, le soulèvement de 1896 est présenté comme la triste preuve de la justesse des analyses antérieures et comme une des causes déterminantes de la « rébellion », puis du désastre de final25.

  • 26 Littéralement « flibustiers ». À Cuba comme aux Philippines, ce mot est utilisé par les adversaires (...)
  • 27 J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], pp. 112-113 ; E. Altamirano y Salcedo, Filipmas [1 (...)
  • 28 E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 140 ; J. Caro y Mora, (...)

20D’une part, l’institutionnalisation de la corruption et de l’abus de pouvoir aurait donné naissance à un profond mécontentement de la population oppressée, facilitant ainsi la progression de la propagande anti-espagnole des filibusteros26. D’autre part, le spectacle pitoyable des exactions et des malversations des employés coloniaux aurait miné le socle supposé de la domination coloniale, l’ascendant moral des Espagnols sur les Philippins. La thèse du discrédit global de l’État colonial par la corruption présente quelques variantes : certains auteurs rejettent la culpabilité de la déliquescence sur les « gros bonnets », ministres, gouverneurs généraux et hommes politique madrilènes27 ; d’autres affirment que la principale erreur a été de ne pas s’attaquer en priorité aux rapines quotidiennes des employés espagnols et des responsables philippins28. Tous établissent un lien entre la déviance publique, d’une part, et le recrutement clientéliste et l’instabilité des personnels, d’autre part.

  • 29 Voir R. C. Ileto, Pasyon and Revolution.

21Au-delà de l’inévitable et éternelle recherche des « coupables », la délégitimation de l’État colonial par excès de corruption est probable. Indiscutablement, les Philippins qui se soulèvent en août 1896 et se battent avec beaucoup de courage par la suite veulent briser le joug colonial espagnol et pas simplement s’affranchir de la tutelle du clergé régulier. Les insurgés soulignent cette volonté d’indépendance par la destruction de leur cédule personnelle. L’abnégation de milliers d’humbles philippins est soutenue par la certitude millénariste que la révolte contre l’oppression espagnole marquera l’effondrement définitif du règne de la corruption – au sens moral du terme – et l’avènement de la justice et de l’égalité aux Philippines29.

22On peut donc raisonnablement supposer que les abus de pouvoir et les injustices des fonctionnaires corrompus ont engendré une accumulation de griefs et de rancunes, terreau d’une prise de conscience politique et d’une assimilation du fonctionnaire véreux à la domination espagnole. De même, les prélèvements indus des fonctionnaires coloniaux viennent s’ajouter à un fardeau fiscal dont le poids et l’universalité augmentent nettement dans les années 1880, alors que la conjoncture économique est franchement médiocre. L’État colonial intervient de plus en plus dans la vie des colonisés : chaque nouveau service, chaque nouveau règlement ne signifie pas forcément une nouvelle taxe, mais il est synonyme, à coup sûr, d’une nouvelle possibilité d’extorsion pour les employés malhonnêtes ou de la nécessité de verser un pot-de-vin pour continuer à vivre comme auparavant.

  • 30 C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 9-10 ; AHN, Ultramar, (...)
  • 31 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 29.

23La décrédibilisation de l’administration coloniale n’échappe pas, avant l’insurrection, à certains observateurs et en particulier aux gouverneurs généraux30. L’Allemand Jagor remarque, détail significatif, que les cochers de Manille exigent d’être payés avant la course, preuve qu’ils n’ont aucune confiance en les Occidentaux31. Ramon Blanco, après avoir décrit l’état dramatique dans lequel se trouve la justice, ne cache pas son pessimisme au ministre d’Outre-Mer :

  • 32 « .... Así estamos y an llegaremos no sé adonde ; pero si este pueblo fuera otro llegaríamos de fij (...)

Voilà où nous en sommes et je ne sais pas où nous irons si nous continuons ainsi, mais, si ce peuple n’était pas tel qu’il est, nous irions à coup sûr vers une révolution sanglante32.

  • 33 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 98, dépêche 61 du consul Alexandre Mercinier, 20 septembre 1890, (...)
  • 34 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du 18 juillet 1892, ffos 419v°-420 ; MAE, CPC, so (...)

24À plusieurs reprises, le consul de France à Manille Mercinier33, puis son successeur de Bérard, insistent sur les risques de désagrégation que court la domination espagnole si la corruption n’est pas combattue et, après l’éclatement de l’insurrection, de Bérard ne manque pas de souligner combien il s’est montré perspicace34 :

  • 35 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, ffos 184V°-185

... Après tout, quelle est la cause de la répulsion qu’éprouvent les habitants de cette contrée pour les Espagnols ? Ils se plaignent d’être exploités et de ne servir qu’à gorger d’or et d’argent les gros fonctionnaires qui viennent dans cette possession lointaine ; d’avoir accueilli tous ceux qui venaient jadis, les bras ouverts, en leur offrant leur maison, leur hospitalité la plus large, leur bourse, et d’avoir ensuite été dupés, volés et écrasés sous les injustices et les rapines. Ne sont-ils pas exacts, tous ces griefs, et beaucoup parmi les Espagnols ne reconnaissent-ils pas que la race tagale a été viciée par le conquérant ? Il est juste d’ajouter qu’ils ont bien profité des leçons et que, aujourd’hui, le peuple des villes est terriblement contaminé35.

25Pourtant, comme Blanco dans la citation ci-dessus, de Bérard est aveuglé, jusqu’en août 1896, par son profond mépris pour les Philippins :

  • 36 MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du consul de Bérard, 2 janv (...)

Dans les provinces de l’Île de Luçon avoisinant la capitale de l’Archipel, la propagande séparatiste a pris des proportions qui seraient redoutables, si l’Indien des Philippines n’était pas un être apathique, mou et indifférent. Les conversations dans les villages reposent presque toujours sur la critique de tous les actes de l’administration espagnole, et les conclusions des orateurs visent les moyens de se débarrasser d’une domination qui leur pèse de plus en plus36.

  • 37 Le titre de l’ouvrage de S. Madrazo, Estado débil y ladrones poderosos en la España del siglo XVIII(...)
  • 38 Voir, en particulier, Greg Bankoff, « Devils, Familiars and Spaniards. Spheres of Power and the Sup (...)
  • 39 L’expression est de J. C. Scott, The Moral Economy of the Peasant, p. 94.

26Cependant, la perte de légitimité de l’État colonial est, à notre avis, moins importante qu’une autre conséquence de la corruption : la faible capacité de contrôle de la société coloniale37. Rarement évoquée dans les sources, cette inefficacité globale du contrôle colonial espagnol est aujourd’hui soulignée par les historiens38. La corruption et les autres dysfonctionnements administratifs entraînent une disjonction entre la représentation que se font les Espagnols de leur domination et leur pouvoir réel d’impulsion et d’encadrement sur le terrain, pouvoir constamment détourné, privatisé et monnayé par les employés. En dehors de quelques fonctionnaires bien informés ou très clairvoyants, l’ampleur de l’insurrection surprend totalement les Espagnols : le « Léviathan colonial »39 espagnol est pour le moins fragile.

  • 40 La meilleure illustration de cette thématique de la décomposition des valeurs morales, en métropole (...)
  • 41 W. F. Wertheim, « Sociological Aspects of Corruption in Southeast Asia », p. 195.

27Ces analyses sont pertinentes, mais un certain nombre d’observations doivent les tempérer. Tout d’abord, la corruption s’intègre dans un faisceau de causes extrêmement nombreuses et complexes. La malhonnêteté des fonctionnaires coloniaux n’est pas une nouveauté des dernières décennies du XIXe siècle et rien ne permet de supposer que l’on ait assisté à une flambée d’irrégularités et d’abus de pouvoir dans les années antérieures à 1896. La corruption constitue une explication commode parce qu’elle est, depuis l’Antiquité, associée au déclin, à la fois comme signe et agent de la décadence40. Pourtant, certains « hommes malades » ont eu une longévité bien supérieure aux moralistes qui avaient prédit leur disparition imminente. L’histoire et l’actualité montrent clairement que des régimes unanimement qualifiés de très corrompus sont parfaitement viables et stables41.

  • 42 J. C. Scott, « An Essay on the Political Functions of Corruption », pp. 509-511 et du même auteur, (...)

28Les fonctionnalistes ont même soutenu, à partir de l’exemple des communautés d’immigrants des États-Unis, que la corruption, en particulier électorale, aurait permis à des groupes marginalisés d’exister dans le paysage politique, de créer des liens, certes illégaux, entre élites et citoyens. Elle aurait été un substitut fonctionnel à la participation au pouvoir et à la tentation de la violence42. Cette idée est trop imprégnée du contexte américain pour être exportée sans de grandes précautions, mais elle explique peut-être l’attitude singulièrement pacifique de la communauté chinoise dans les Philippines du XIXe siècle : indiscutablement le fait que les fonctionnaires puissent être en général achetés dédramatise bien des mesures vexatoires sur le papier.

  • 43 G. López Jaena, « Cosas de frailes y de empleados en Filipinas », il est publié dans El Diluvio (Ba (...)
  • 44 « Filipinas en el Congreso de los Diputados », La Solidaridad, 1(4), 31 mars 1889, pp. 34-36.
  • 45 J. Rizal Noli me tangere (1887) et Id., El filibusterismo (1891). Voir en particulier les chapitres (...)

29Fait plus important encore, la dénonciation de la corruption occupe une place marginale dans l’argumentaire des ilustrados alors qu’à l’évidence cette arme aurait pu produire des ravages. Le discours nationaliste est centré, de manière presque obsessionnelle, sur le clergé régulier espagnol, présenté comme despotique, immoral et cupide. Dans les articles et les discours de l’important intellectuel philippin Graciano Lόpez Jaena, la dénonciation de la rapacité des employés espagnols se limite à un article virulent mais précoce43. La Solidaridad se réjouit ouvertement des interpellations parlementaires dénonçant la corruption aux Philippines44, mais les journalistes profitent simplement de l’occasion offerte par les députés d’opposition : aucun article de fond n’est consacré au problème de la corruption et les rares allusions sont de la plume de Blumentritt qui est protégé par sa nationalité autrichienne. José Rizal, dans ses deux grands romans, fait clairement référence à l’immoralité des fonctionnaires coloniaux, mais ce thème reste tout de même mineur au regard de l’ampleur de la déviance publique45.

  • 46 H. Goujat, Entre réforme et révolution, Le projet national de José Rizal, pp. 238-239.

30Plusieurs facteurs expliquent cette place marginale. Tout d’abord, on peut émettre l’hypothèse que les intellectuels réformistes sont moins sensibles à la corruption parce qu’ils sont issus de la bourgeoisie philippine. Les notables sont parfois victimes de la rapacité des fonctionnaires coloniaux, mais ils ont les moyens juridiques et financiers pour limiter la portée des exigences. Une partie des élites locales profitent même de la corruptibilité des employés espagnols, en particulier pour agrandir illégalement leurs domaines. La corruption leur permet de continuer de peser dans la vie politique des communes, sans pour autant occuper les postes de responsabilité. Pourtant, les annotations de Rizal dans son journal laissent clairement penser que la rapacité affichée de certains fonctionnaires espagnols n’est pas étrangère à sa prise de conscience de l’injustice de la situation coloniale46.

  • 47 Voir la vigoureuse contre-attaque de M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], pp. 57-59, d (...)

31L’hypothèse de l’autocensure est plus plausible. Les ilustrados sont sans doute parfaitement conscients du problème de la corruption, mais, par conviction et surtout par choix tactique, ils concentrent leurs attaques sur le clergé régulier parce qu’en affaiblissant les frailes ils détruisent un des piliers de la domination espagnole. En choisissant les religieux pour cible principale, ils bénéficient aussi de soutiens au sein de la classe politique espagnole, soutiens qui ne s’associeraient certainement pas à une attaque en règle de l’administration coloniale. Le thème de la corruption est politiquement dangereux parce que les adversaires des nationalistes ont beau jeu de souligner que les élus des communes indigènes sont, eux aussi, très corrompus47.

  • 48 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], pp. 112-113.
  • 49 Elle est avancée par F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 57-53 et par le n (...)
  • 50 A. W. Quiroz, « Implicit Costs of Empire », p. 510, aboutit à la même conclusion pour Cuba : les ta (...)

32On remarque aussi que l’insurrection de 1896 ne concerne « que » les provinces du centre de Luçon, le cœur économique de la colonie. Or, l’administration coloniale espagnole n’est pas plus corrompue dans ces provinces que dans les autres. On peut même affirmer que la corruption est plus fréquente dans les Visayas qui, pourtant, restent fidèles à l’Espagne jusqu’en 1898. En fait, le taux de corruption compte beaucoup moins que la perception qu’en ont les administrés. Les plus opprimés sont très rarement les premiers à agiter le drapeau de la révolution. Comme l’avait très bien pressenti l’Allemand Jagor vingt ans plus tôt, la mauvaise administration et la corruption deviennent intolérables d’abord dans les régions les plus développées intellectuellement et économiquement48. Pour la même raison, l’idée, séduisante, que l’insurrection pourrait être due à une augmentation de la pression exercée par les fonctionnaires corrompus ou par une multiplication de ces derniers49 nous semble peu convaincante : là encore, il s’agit simplement d’une élévation du seuil de tolérance dans certaines régions travaillées par le nationalisme50.

  • 51 Pour un morceau de bravoure typique de cette literatura del desastre, voir V. Fité, Las desdichas d (...)

33Enfin, l’insistance des contemporains sur l’importance de la corruption dans le déclenchement de la révolution est, paradoxalement, imprégnée par le discours colonial et l’idée d’une supériorité des blancs. En effet, cet argument permet de retirer aux Philippins toute capacité d’initiative, toute autonomie : ils réagissent, ils n’agissent pas ; les véritables acteurs de l’histoire restent les Espagnols. L’auto-flagellation est un bon moyen pour occuper une dernière fois le devant de la scène51.

II. – La corruption en héritage ?

  • 52 L’intéressant ouvrage dirigé par J. Adelman, Colonial Legacies, illustre bien l’extrême prudence de (...)

34Le propos n’est pas ici d’écrire une histoire de la corruption dans les Philippines du XXe siècle, entreprise qui nécessiterait quelques centaines de pages supplémentaires, tant la matière est malheureusement abondante. Il s’agit de s’interroger sur les éventuelles filiations entre les phénomènes que nous venons de décrire pour le XIXe siècle et la corruption qui a miné la vie politique des Philippines au siècle suivant et jusqu’à nos jours. Face aux legs supposés du passé, face aux phénomènes troublants de persistance de certains modes de fonctionnement social, l’historien est mal à l’aise : les implications politiques du dossier, la demande, légitime, des contemporains de diagnostics clairs et de solutions opératoires à leurs problèmes, la tentation de la facilité peuvent l’amener à établir des filiations abusives, des enchaînements dont la seule justification est la succession dans le temps52. Pour autant, la question d’une pérennisation de la corruption est trop importante pour être éludée.

Une rupture apparente

  • 53 Des critères de sexe, d’instruction et de fortune restreignent le droit de suffrage, en dépit d’un (...)
  • 54 Les principaux objectifs de la colonisation américaine sont résumés dans M. Adas, « Improving on th (...)
  • 55 M. Adas, « Improving on the Civilising Mission ? », p. 51.

35Après 1898, les Américains assoient leur domination sur l’Archipel de trois façons : d’abord par une guerre de conquête (1899-1902), aussi violente que rapidement gommée de la mémoire collective dès la « pacification » achevée ; par l’association graduelle mais effective des élites économiques et sociales philippines, grâce à l’introduction du principe électif et des partis politiques53, à un système politique calqué sur le modèle américain ; enfin par l’élaboration d’un discours colonial, particulièrement habile, centré sur la bienveillance de la domination américaine54. En dehors du premier point, la stratégie volontariste s’est constamment appuyée sur la thématique de la rupture par rapport aux méthodes de gestion obscurantistes et prédatrices de l’Espagne55. La corruption s’insère dans cette dialectique efficace entre putréfaction et progrès, dans cette opposition simpliste dont on ne dira jamais assez qu’elle était fondée sur une profonde méconnaissance préalable tant des Philippines que des réalités de la colonisation espagnole.

  • 56 Cette assemblée est investie du pouvoir législatif dans la colonie jusqu’en 1907 où une chambre bas (...)
  • 57 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, pp. 162-186 ; J. N. Endriga, « Historical Notes o (...)
  • 58 B. Anderson, « Cacique Democracy in the Philippines », p. 11.
  • 59 M. Ladd Thomas, « Historical Origins of Philippine Centralism », pp. 54-56 ; B. Anderson, « Cacique (...)

36Dans le domaine de la professionalisation de la fonction publique qui nous intéresse plus particulièrement ici, la domination américaine marque incontestablement une rupture par rapport à la période espagnole. Une des toutes premières mesures de la Philippine Commission56, l’act n° 5 intitulé An Act for the Establishment and Maintenance of an Efficient and Honest Civil Service in the Philippines (19 septembre 1900), a pour objectif explicite de professionaliser la fonction publique de la colonie et d’éradiquer corruption et inefficacité, identifiées comme les tares du système hérité de la période espagnole57. Ce texte est un des piliers du projet global d’éducation politique à la démocratie, des masses comme des élites philippines. La réforme adopte l’ensemble des modes de fonctionnement du modèle rationnel-légal webérien. Elle tranche singulièrement avec les pratiques de l’époque espagnole et elle est même en avance sur les règles de fonctionnement de la bureaucratie nord-américaine à la même époque du fait de la centralisation de l’appareil, de l’adoption de procédures de recrutement formalisées et de l’absence du système des dépouilles58. L’autre grande nouveauté est la philippinisation graduelle de cette fonction publique : dans un premier temps seuls les postes subalternes sont confiés à des Philippins, mais, sous le mandat du gouverneur général Francis Burton Harrison (1913-1921), le processus connaît une accélération marquée. En 1919, les Américains n’occupent plus que 6 % des postes de l’administration civile de la colonie, en 1934, les 21.000 fonctionnaires civils sont philippins à l’exception de 300 américains59.

  • 60 J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Corruption », pp. 251-254, et Id., « Stability and C (...)

37Doit-on conclure que la « recolonisation » américaine constituerait une sorte d’intermède moral après la domination espagnole et avant la nouvelle flambée de corruption de l’occupation japonaise et de l’indépendance ? De fait, les opinions des contemporains et des historiens sur l’honnêteté des fonctionnaires coloniaux sont globalement positives60, mais les choses sont peut-être moins simples qu’elles ne paraissent.

  • 61 V. L. Rafael, White Love and Other Events, p. 251.

38Tout d’abord, il faut souligner que l’administration de l’époque américaine n’a pas fait l’objet d’une enquête historique approfondie : les textes sont connus, mais la réalité du fonctionnement quotidien l’est beaucoup moins et quelques indices laissent penser qu’il n’a pas toujours été intègre. Rappelons tout d’abord que, dans les États-Unis du début du XXe siècle, les postes de l’administration coloniale sont distribués de manière clientéliste et que la corruption est alors une composante spectaculaire de la vie politique et économique de cette jeune puissance61.

  • 62 De 1898 à 1901, l’Archipel est placé sous gouvernement militaire.

39Aux Philippines, les cas de corruption sont assez nombreux, surtout dans les premières années de la domination. De Bérard, consul de France à Manille, juge très sévèrement le comportement des militaires et des fonctionnaires américains62, en particulier dans l’administration des douanes :

  • 63 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 9, dépêche du 25 mars 1899, ffos 15v°-16. Le consul insiste cons (...)

... En ce qui concerne la nouvelle manière d’administrer cette colonie, il est un fait regrettable à constater, c’est que les Américains, qui reprochaient avec tant d’aigreur, il y a sept mois, aux Espagnols leurs habitudes administratives peu morales, ont, dès le premier jour de leur entrée en fonction, appliqué un système qui semble devoir faire pâlir le souvenir des procédés des anciens employés espagnols. Je reconnais que le Général Otis est complètement hostile à cette manière d’agir, mais là se borne son action et, tout autour de lui, les uns accordent des autorisations ou des faveurs, moyennant des cadeaux ; les autres exigent une remise sur les bénéfices résultant de certaines mesures plus ou moins à côté des règlements ; d’autres encore demandent, pour les achats qu’ils font au nom du gouvernement, des reçus mentionnant des sommes supérieures à celles qu’ils paient. Je ne parle, bien entendu, que des chefs, car pour ce qui est de la masse de l’armée d’occupation, on peut la considérer comme un mélange dans lequel domine l’élément le plus mauvais63.

  • 64 N. G. Owen, « Introduction : Philippine Society and American Colonialism », dans Id., Compadre Colo (...)
  • 65 N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 200 ; J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Co (...)

40L’ordre nouveau a, dans les premiers temps du moins, un air de déjà vu et les autorités américaines, gênées, reconnaissent ces malversations64. La réussite économique de certains hauts fonctionnaires américains, même si elle est le fruit d’activités légales, peut laisser penser que l’exercice des responsabilités publiques et la réussite matérielle continuent d’aller de pair sous la domination américaine65.

  • 66 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, pp. 237-238, et Id., The Philippines, pp. 83-84.
  • 67 P. D. Hutchcroft, Booty Capitalism.
  • 68 B. Anderson, « Cacique Democracy in the Philippines », p. 12 ; P. D. Hutchcroft, Booty Capitalism, (...)

41Second point, essentiel, de nouvelles niches et de nouvelles méthodes de corruption apparaissent dans la démocratie coloniale sous contrôle américain à mesure que les étages de l’édifice sont bâtis : les gouverneurs de province sont élus dès 1902, la Chambre des députés à partir de 1907, le Sénat à partir de 1916, le premier président du Commonwealth, régime de transition vers l’indépendance totale, est élu en 1935. D’emblée, la corruption électorale est massive : les restrictions du droit de suffrage sont constamment tournées et les électeurs systématiquement achetés ou intimidés. Une fois élus, les maires, les gouverneurs ou les députés utilisent leur pouvoir pour accorder à leur famille et leur clientèle des avantages pécuniaires, des privilèges fiscaux ou des emplois juteux. L’utilisation intéressée du pouvoir n’est pas stigmatisée par l’opinion publique et les électeurs ne sanctionnent pas les hommes politiques notoirement corrompus. À mesure que les Philippins se voient confier des postes politiques importants, l’attribution des postes de fonctionnaires se politise ou plutôt se « clientélise », en particulier dans la fonction publique territoriale locale et provinciale. En dépit des lois, le recrutement est marqué par un népotisme éhonté66. Le front de la corruption se déplace aussi vers l’interface entre les milieux politiques et le monde des affaires. L’ambitieuse politique de développement économique menée par les Américains confère en effet à l’État un rôle primordial d’impulsion et, comme dans le même temps une part de plus en plus importante du pouvoir politique est confiée à des Philippins, la tentation est grande pour ces derniers de contrôler à leur profit l’allocation des ressources publiques. Émerge alors ce que Paul Hutchcroft appelle un « capitalisme de butin » dans lequel la faction de l’oligarchie au pouvoir met sans scrupule les ressources publiques au service de ses intérêts privés67. Le scandale de la Banque nationale des Philippines est l’illustration emblématique de ce comportement prédateur des élites politiques philippines. Entre 1916 et 1921, les barons du sucre du clan de Sergio Osmeña, alors Speaker de l’Assemblée, pillent les ressources de la banque. La bagatelle de 30 millions de dollars disparaît, mettant en péril la monnaie et l’économie de la colonie. Outre par l’ampleur des sommes détournées, cette affaire n’est pas sans rappeler le scandale Rosales des dernières années de la domination espagnole parce qu’il révèle de graves dysfonctionnements des systèmes d’alerte et de contrôle et parce qu’en fin de compte les véritables bénéficiaires des détournements restent impunis68.

42En résumé, le bilan de la période américaine est mitigé : certes la moralisation et la modernisation de la fonction publique sont à porter au crédit des nouvelles autorités coloniales, mais l’extension graduelle de la corruption dans la sphère politique qui accompagne et pervertit la mutation institutionnelle est un legs lourd de conséquences pour l’avenir de la jeune république.

La tentation de l’invariant

43À première vue, le déplacement de la corruption de la bureaucratie vers la sphère politique ne plaide pas en faveur d’une filiation directe avec la période espagnole. Cependant, l’idée d’une continuité par-delà la césure de 1898 est défendue par de nombreux auteurs. En fait, on peut distinguer deux écoles dont les arguments sont différents, voire opposés.

  • 69 Y. Mény, La corruption de la République, pp. 57 et 206.
  • 70 S. S. Coronel, Porks and Other Perks, p. 21 ; J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Corrup (...)

44La première affirme que trois siècles de domination espagnole auraient laissé des marques profondes et perverses dans la culture politique et administrative des Philippins. L’une d’entre elles serait la corruption : les Philippins auraient été mithridatisés69 par l’accumulation des déviations publiques espagnoles, la corruption devenant une norme de comportement tolérée. Les élites comme les administrés en seraient venus à associer étroitement, dans leurs représentations, charges publiques et enrichissement personnel. En résumé, l’encomendero du XVIe siècle serait l’ancêtre en ligne directe du député corrompu de 2006, et chaque fait de corruption du passé est interprété comme une preuve de la validité de la thèse70.

45En fait, cet argument est ancien et il est défendu par certains observateurs, espagnols ou étrangers, dès le XIXe siècle. L’idée est simple. L’Indio, aussi naïf qu’influençable, calquerait son comportement sur son maître espagnol dont il assimilerait, sans même s’en rendre compte, les vertus et les vices :

  • 71 « ... Los achaques morales y virtudes de los gobernantes, en ningun país del mando se refleja tanto (...)

... Dans aucun autre pays au monde, les vices et les vertus des gouvernants ne se reflètent aussi fidèlement sur les gouvernés qu’aux Philippines71.

46ou encore

  • 72 « La corta inteligencia de los indios, que no penetra la capacidad científica de los empleados, dis (...)

... L’intelligence limitée des Indios ne peut saisir la notion de compétence scientifique des employés. En revanche, elle remarque et elle est très fortement impressionnée par l’exemple pratique que nous lui donnons dans l’accomplissement de nos devoirs72.

  • 73 Pour de bons exemples de cette culpabilisation : MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche de (...)
  • 74 Report of the Philippine Commission to the President [1900], pp. 10-11 ; V. L. Rafael, White Love a (...)
  • 75 D. C. Worcester, The Philippines Past and Present [1914], t. II, pp. 956-957 ; P. D. Hutch Croft, « (...)

47Chez les auteurs non-espagnols, le dédain raciste pour la pâte malléable des colonisés se double d’un mépris pour ces Espagnols trop latins pour être pris au sérieux. La conclusion est sans appel : les Espagnols en général et les fonctionnaires en particulier seraient, par effet de mimétisme, responsables de la démoralisation des Philippins auxquels ils auraient inoculé la paresse et la malhonnêteté73. Insensiblement, on glisse de la corruption publique vers le sens premier du mot corruption. Après 1898, les Américains ont beau jeu de reprendre la thématique des pratiques enracinées par trois siècles de domination espagnole pour souligner, dans un premier temps, l’ampleur du défi qu’ils relèvent74 et, plus tard, pour expliquer les échecs de leurs politiques coloniales75.

  • 76 Mary Hollensteiner, Franck Lynch, Carl H. Landé, F. Landa Jocano. On trouvera un bon résumé de ces (...)
  • 77 Littéralement synonyme de dette éternelle de gratitude.
  • 78 Seules les valeurs qui sont susceptibles de faciliter la corruption sont ici évoquées.
  • 79 O. D. Corpuz, « Western Colonization and the Filipino Response », pp. 13-14.

48À l’opposé de la thèse de la perméabilité des Philippins aux influences espagnoles, une seconde ligne d’interprétation, beaucoup plus récente, explique les comportements des élites philippines dans le temps long, du barangay préhispanique à la présidence de la République après 1946, par la permanence d’un ethos philippin. Dans les années 1960 et 1970, une génération de sociologues, d’anthropologues et de politologues76 a affirmé que la vie politique des Philippines, au-delà des discours occidentalisés ou des institutions calquées sur le modèle américain, répond à des logiques dictées par un petit nombre de valeurs directrices profondément ancrées dans les mentalités, toutes catégories sociales confondues : l’importance centrale des liens interpersonnels qui unissent l’individu à la parenté, au clan et à un réseau de clientèle ; l’obligation de réciprocité dans les échanges sociaux (utang na loób77) ; le caractère flou et fluide de la frontière entre espace public et espace privé ; la honte (hiyâ) qui frappe celui qui ne se conforme pas à ces obligations impératives78. En cas de mise en concurrence entre les normes occidentales de fonctionnement bureaucratique et les codes culturels philippins et entre les hiérarchies modernes et les liens de fidélité traditionnels, l’arbitrage se ferait systématiquement en faveur des secondes79. Par conséquent, ces valeurs collectives entraveraient voire interdiraient l’adoption de modèles politiques importés d’Occident. Elles expliqueraient la permanence, depuis l’époque pré-hispanique, de comportements que les Occidentaux qualifient de corrompus et de clientélistes, mais que la population interpréterait comme des modes d’échange légitimes, comme un devoir moral. Les hommes politiques corrompus tireraient systématiquement parti de cette tolérance sociale et du brouillage des valeurs pour se dédouaner en mobilisant les « valeurs philippines » et pour déstabiliser leurs adversaires en recourant aux « valeurs occidentales ». Cette explication culturaliste a eu son heure de gloire parce qu’elle est susceptible d’expliquer les conduites sociales dans leur globalité, des embouteillages de jeepneys à la corruption électorale ou au pillage en règle de l’Archipel par le couple Marco s et ses cronies. La mobilisation des logiques culturelles philippines permet, sous l’écume des changements de régime, de donner un sens à la trajectoire historique de l’Archipel et de restituer aux Philippins, par-delà la domination coloniale, leur autonomie historique puisque ces valeurs ne doivent rien aux envahisseurs.

  • 80 Un président de la Chambre de commerce américaine à Manille blamait le « Latin Malayism » des Phili (...)

49Ces deux explications, par le poids de la domination espagnole et par celui des valeurs constitutives de la culture philippine, ne s’excluent pas et certains auteurs avancent l’hypothèse d’un effet cumulatif ou de torts partagés80. Le pouvoir de séduction intellectuelle de ces interprétations reste important, mais les ouvrages les plus récents soulignent les limites des interprétations historicistes ou culturalistes et nous partageons ces doutes.

50Tout d’abord, la permanence des « valeurs philippines » est en fait un postulat : leur transmission dans le temps et dans l’espace, du passé pré-hispanique à nos jours, reste à démontrer :

  • 81 M. Bloch, Apologie pour l’histoire, p. 56.

Si intacte qu’on suppose une tradition, il restera toujours à donner les raisons de son maintien81.

  • 82 R. Theobald, Corruption, Development and Underdevelopment, pp. 76-106 et 163 ; J. P. Olivier de Sar (...)
  • 83 J. Adelman, Colonial Legacies, p. 12. Voir aussi H. Pietschmann, « Corruption en las Indias español (...)
  • 84 F. Cooper, « Grandeur, décadence... et nouvelle grandeur des études coloniales », p. 42.
  • 85 David G. Timberman, A Changeless Land Continuity and Change in Philippine Politics, Singapour Makat (...)
  • 86 J. T. Sidel et E.-L. Hedman, Philippine Politics and Society in the Twentieth Century, p. 6 ; P. D.(...)

51Comment expliquer la continuité des traits culturels par-delà des chocs aussi violents que la conquête coloniale, l’évangélisation, l’émergence du capitalisme, l’urbanisation ou l’introduction des principes démocratiques ? Comment concilier l’unanimisme supposé du « bagage » culturel et les réactions très diverses des citoyens philippins face à la corruption publique ? Alors qu’elles insistent sur les spécificités philippines, les analyses culturalistes sont en fait assez classiques et elles ont mises à contribution pour expliquer l’importance de la corruption dans les États non-occidentaux et pas forcément issus de la colonisation, comme la Thaïlande ou le Japon82. La critique est aussi valable pour la thématique du poids de l’histoire qui glisse aisément vers le truisme coupé de tout contexte historique83. Dans les deux cas, le « saut dans le futur »84 débouche sur une interprétation finaliste de l’histoire, sur un constat désespérant pour le présent et sur une vision prophétique de l’avenir. Les Philippines, engluées dans un passé colonial et un ensemble de codes culturels impératifs, deviennent un pays immobile, un changeless land85, et la corruption une malédiction. Au lieu de fournir des clefs de lecture pour comprendre le présent, l’étude de la culture et de l’histoire finit par être un obstacle à la perception des profonds changements qui ont, en particulier au XXe siècle, affecté toutes les facettes de la vie de l’Archipel et, au premier chef, le processus de formation de l’État86, Pire encore, de telles interprétations offrent aux corrompus d’aujourd’hui la possibilité de se dédouanner en invoquant le passé et la tradition, Toute moralisation de la vie politique est condamnée à l’échec puisqu’elle suppose une révolution culturelle, autrement plus problématique qu’une révolution politique.

  • 87 Sur cette tension, voir en particulier M. Roces, « Kinship Politics in Post-War Philippines », pp. (...)
  • 88 J. P. Olivier de Sardan « A Moral Economy of Corruption », pp. 26 et 44.

52Ces critiques ne signifient évidemment pas que les héritages historiques ou le relativisme culturel de la corruption n’ont aucune pertinence et doivent être balayés d’un revers de la main. Notre étude, au contraire, a souligné l’importance des normes culturelles et de l’inertie des comportements des fonctionnaires coloniaux espagnols. La discontinuité entre discours moderniste et réflexes « pré-bureaucratiques » de l’Espagne du XIXe siècle s’applique fort bien aux élites philippines du XIXe siècle87. Au-delà, les combinaisons et les recompositions entre valeurs pré-coloniales et influences coloniales ou post-coloniales sont complexes88. L’enjeu est de tenter de comprendre pourquoi et comment ces comportements et ces valeurs se transmettent, tout en restant attentif aux mutations qu’elles peuvent subir au cours de la transmission. Pour le sujet qui nous intéresse ici, deux pistes mériteraient d’être approfondies.

  • 89 O. D. Corpuz, « Western Colonization and the Filipino Response », p. 11, et Id., The Philippines, p (...)
  • 90 S. Alatas, The Sociology of Corruption, pp. 47-48, et R. C. Lee, « Bureaucratic Corruption in Asia  (...)
  • 91 Pour un bel exemple, voir R. C. Ileto, Pasyon and Revolution.

53La première est celle du rapport des colonisés à l’État. On peut supposer que le caractère prédateur, injuste et imprévisible de l’État colonial espagnol a incité les colonisés à développer des stratégies d’évitement et à se replier sur la famille, le clan ou le patron89. L’illégitimité de la domination coloniale, l’extranéité de l’État ont sans doute donné une justification morale à des comportements inciviques, contribuant ainsi à abaisser le coût moral de la corruption90. Au total, la situation coloniale a pu contrarier l’émergence d’un sens du service de l’État chez les employés et d’un idéal civique chez les administrés. Sur ce point essentiel, l’historien bute cependant sur l’absence de sources ou sur l’extrême difficulté d’interprétation des textes dans lesquels et par lesquels s’expriment les colonisés91.

54Second point, l’administration indirecte de la commune indigène a très certainement constitué, au moins au XIXe siècle, une école du vice, un laboratoire des comportements déviants qui se transmettent par la suite à d’autres niveaux administratifs et politiques. En effet, si certaines personnalités politiques de l’époque américaine sont des hommes neufs qui utilisent le pouvoir politique pour se constituer de solides fortunes, une part importante des dynasties familiales de l’époque américaine dominait déjà les pueblos à l’époque espagnole. Associées à la gestion politique de l’Archipel, dès les toutes premières années du XXe siècle, vieilles et nouvelles élites comprennent très vite l’intérêt de capter les nouvelles institutions pour assurer la reproduction de leur domination sociale. La précocité, la spontanéité des faits de corruption militent en faveur de la reproduction, à l’échelle municipale, puis provinciale et enfin nationale, des techniques administratives et politiques héritées de l’époque espagnole : détournements de fonds, corruption électorale, favoritisme éhonté, utilisation de l’accusation de corruption pour discréditer les adversaires, etc.

  • 92 M. C. Guerrero, « The Provincial and Municipal Elites of Luzon During the Revolution », pp. 175-179 (...)
  • 93 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, pp. 169-170 ; M. Cullinane, « Implementing the “N (...)
  • 94 R, L. Tignor, « Colonial Chiefs in Chiefless Societies », pp. 339-340 et 350-353 et Id., « Politica (...)

55Dans les zones administrées, à partir de juin 1898, par l’éphémère république philippine de Malolos, les populations se plaignent des abus de pouvoir et de l’infidélité des administrateurs promus par le jeune régime et, pour beaucoup, anciens élus des communes de l’époque espagnole92. Dès 1902, avant même l’organisation des premières élections municipales, les autorités centrales américaines sont effrayées par la masse des affaires de malversation et des accusations de corruption qui remontent des communes93. La comparaison avec d’autres processus de construction étatique vient appuyer la thèse de la continuité et de l’héritage direct pour l’échelon local. En effet, même dans les colonies occidentales où les fonctionnaires coloniaux sont beaucoup plus honnêtes que dans les Philippines hispaniques, le pouvoir local est confié à l’administration indirecte de chefs indigènes. Quelle que soit la colonie, la puissance coloniale ou la période considérée, ces échelons inférieurs sont gangrénés par la corruption, et les pratiques locales de pouvoir entretiennent de claires analogies, exactement comme aux Philippines, avec les modes de fonctionnement des États après leur indépendance94. Dans toutes les colonies, les autorités occidentales sont parfaitement au courant des graves dysfonctionnements au niveau local, mais, sauf lorsque l’ordre public et l’équilibre budgétaire sont menacés, elles ferment les yeux parce que les moyens financiers ou les calculs politiques ne permettent pas d’envisager une alternative, parce que le comportement tyrannique et corrompu des chefs locaux concorde avec la représentation méprisante que les administrateurs blancs ont de leurs subordonnés.

56En fin de compte, les mécanismes d’une reproduction de la corruption publique aux Philippines sur le temps long restent à préciser. Il n’est d’ailleurs pas impossible que le problème soit insoluble parce que mal posé. Nous sommes en effet poussés, par paresse ou par les limites du vocabulaire dont nous disposons, à inscrire dans une môme catégorie des comportements différents qui ne devraient pas être dissociés de leur contexte historique, fabriquant ainsi une fausse continuité entre des pratiques de corruption hétéroclites et évolutives. Qu’y a-t-il de commun entre la contrebande du galion de Manille, l’abus de pouvoir brutal d’un gouverneur de province au XIXe siècle, le pillage éhonté de la Banque nationale des Philippines par le clan Osmeña et l’astucieux trafic d’influence d’hommes politiques en cheville avec des tycoons thailandais ou singapouriens dans les Philippines d’aujourd’hui ? Pas grand-chose au-delà d’un vague air de famille, n’ayons pas peur de le dire. Paul Veyne aurait pu tout aussi bien remplacer assistance par corruption :

  • 95 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, pp. 181-182.

... Le danger le plus sournois est celui des mots qui suscitent dans notre esprit de fausses essences et qui peuplent l’histoire d’universaux qui n’existent pas. L’évergétisme antique, la charité chrétienne, l’assistance des modernes et la Sécurité sociale n’ont pratiquement rien de commun, ne vont pas au bénéfice des mêmes catégories de gens, ne secourent pas les mêmes besoins, n’ont pas les mêmes institutions, ne s’expliquent pas par les mêmes motifs et ne se couvrent pas des mêmes justifications ; on n’en étudiera pas moins l’assistance et la charité à travers les âges, de l’Égypte pharaonique aux démocraties Scandinaves ; il ne restera plus qu’à conclure que l’assistance est une catégorie permanente, qu’elle remplit une fonction nécessaire à toute société humaine et que dans cette permanence doit être cachée quelque mystérieuse finalité d’intégration de tout le corps social ; on aura ainsi apporté sa pierre à l’édifice d’une sociologie fonctionnaliste. Par là s’établissent dans l’histoire des continuités trompeuses, des généalogies abusives95...

57Paradoxalement, l’intérêt principal de l’étude historique de la corruption réside peut-être dans ce constat à première vue désabusé. En effet, l’histoire permet d’observer sinon de comprendre l’alchimie complexe qui lie, à un moment donné et dans un lieu précis, les différentes facettes de la corruption publique à une constellation de facteurs de tous ordres et dont les temporalités sont variables : par exemple, les corrompus sont très réactifs face aux changements législatifs alors que la place de la parenté dans l’organisation sociale évolue beaucoup plus lentement. En restituant au phénomène sa complexité, en analysant les interactions entre les variables, l’observation du passé rend illusoire l’invention de politiques anti-corruption immédiatement efficaces, intemporelles et universelles, mais, dans le même temps, elle ouvre grand le champ des possibles, même aux Philippines.

Notes

1 « L’Espagne a possédé ce pays pendant trois siècles, et elle le cède aux États-Unis, sans en avoir fait autre chose qu’une colonie de fonctionnaires. » Ce jugement du consul de France à Manille est bien évidemment très excessif ; il fait écho à Argüelles qui déplorait, en 1820, que l’Espagne soit une « Nación de empleados ». (MAE, CGC, sous-série Manille, vol. 9, dépêche du consul de Bérard, 25 mars 1899, f° 21.)

2 L’expression est de J. P. Olivier de Sardan, « A Moral Economy of Corruption », p. 32.

3 R. Catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, pp. 65-75.

4 « Considering the System, the wonder was that some of them were honest, not that most of them were thieves. » F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 48-49. Voir aussi J. Caro y Mora, La situación del país [1897], p. 211.

5 Les thèses fonctionnalistes sont bien analysées et critiquées dans S, Alatas, The Sociology of Corruption ; L. V. Cariño, « Tonic or Toxic. The Effects of Graft and Corruption » ; Y. Mény, La corruption de la République, pp. 214-231 ; É. Alt et I. Luc, La lutte contre la corruption, pp. 5-6. Pour un bon exemple d’analyse coûts-bénéfices, voir R. Theobald, Corruption, Development and Underdevelopment, pp. 107-132.

6 À lui seul, F. Marcos aurait détourné 10 milliards de dollars des deniers publics. (S, Auvray, R. Galang Jr. et C. Jimenez-Hallare, Élites et développement aux Philippines, p. 145.)

7 Cette expression imagée, inventée par S. Andreski en 1966, est aujourd’hui passée dans le langage courant. (R. Theobald, Corruption, Development and Underdevelopment, p. 77.)

8 Le mot est intraduisible en français, il désigne l’utilisation de sa position par un homme politique, pour favoriser ses « copains » (cronies) du monde des affaires ; le premier est évidemment financièrement intéressé dans les opérations des seconds.

9 Un des slogans qui a conduit a la chute du régime de Suharto, en mai 1998, était korupsi (« corruption »).

10 L’ouvrage de J.-C. Waquet, De la corruption. Morale et pouvoir à Florence, est un modèle d’utilisation maîtrisée des théories fonctionnalistes en histoire.

11 A. W. Quiroz, « Corrupción, burocracia colonial y veteranos separatistas », pp. 100 et 105, avance des estimations du coût total de la corruption à Cuba pour les années 1868-1878 et 1880-1890, sans apporter toutefois les précisions souhaitables sur les sources et les méthodes de calcul.

12 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, f° 207v°. Pour de Bérard, l’adoption du nouveau tarif protectionniste n’explique qu’en partie la nette hausse des revenus douaniers enregistrée en 1891, la nomination d’un intendant et d’un administrateur intègres y serait pour beaucoup. (MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du consul de Bérard, 1er novembre 1891, f° 350v°.)

13 Au début des années 1890, le nombre de contribuables pour 100 habitants oscille entre 62 et 70 à Albay, Cagayan, Leyte ou Camarines Norte et Sur, mais il n’est que de 49 en La Pampanga et à Pangasinan, 48 à Antique, 47 Ilocos Sur, 46 à Cebu, 42 à Manille pour atteindre le chiffre ridicule de 29 à Abra (AHN, 1586, Rapport de Jimeno Agius sur le budget des Philippines pour 1893, 22 août 1892).

14 Les incroyables carences du système défensif espagnol en 1898 sont la meilleure illustration de cette politique à courte vue.

15 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 50-51.

16 « And herein lies one important cause of the conditions existing in the Philippines to-day. Had the affairs of the provinces been honnestly administered, there would now be roads, bridges, water-works, public schools, and many other things for the lack of which the colony bas long suffered. But from the beginning until now, the archipelago has served the horde of hungry Spanish officials as a plundering ground. » D. C. Worcester, The Philippines Islands and their People [1898], p. 470.

17 Sur ces ponctions, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 242-245 et 262-272.

18 FAM, 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 1er avril 1893.

19 J. C. Scott, « The Analysis of Corruption in Developing Nations », pp. 322-324.

20 Y. Mény, La corruption de la République, pp. 226-227.

21 MAE, CCC, sous-série Manille, vol 1, dépêche du consul Adolphe Barrot, 10 avril 1837, f° 70 ; Th. Aube, « Manille et les Philippines » [1848], p. 350 ; F. d’Alençon, Luçon et Mindanao [1870], p. 216.

22 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900]. Sur les équipements urbains, voir X. Huetz de Lemps, Manille au XIXe siècle.

23 Y. Mény, La corruption de la République, p. 298.

24 Voir supra, pp. 287-293.

25 AGI, Diversos, leg. 27, Memoria escrita en el Palacio Arzobispal de Manila [...], anonyme, fin 1896 ou 1897 ; R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], p. 258 ; E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 70 ; J. Caro y Mora, La situcíon del país [1897], pp. 26, 66-67 et 213 ; J. M. del Castillo y Jiménez, El Katipunan o el filibusterismo en Filipinas [1897], pp. 3-4 et 67-66 ; E. Abella y Casariego, Filipinas [1898], pp. 1-2 ; V. Fité, Las desdichas de la Patria [1899], p. 74 ; D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899], pp. 149-169 ; F. Larrea y Liso, El desastre nacional [1901], pp. 9 et 122 ; E. Altamirano y Salcedo, Filipinas [1902], pp. 15-16. F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 48 et 53-54, met la corruption en tête de la liste des causes de la « révolte tagale ». Voir aussi J. A. Leroy, « The Philippines (1860-1898) », dans E. Blair et J. Robertson, The Philipine Islands, vol. LII, p. 120, et I. Rodríguez, « La revolución filipina del 98 y sus causas », p. 263.

26 Littéralement « flibustiers ». À Cuba comme aux Philippines, ce mot est utilisé par les adversaires des réformes pour désigner les réformistes, les nationalistes puis les indépendantistes.

27 J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], pp. 112-113 ; E. Altamirano y Salcedo, Filipmas [1902], p. 113.

28 E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 140 ; J. Caro y Mora, La situación del país 1897], pp. 228-229 ; C. Benoist, « La révolte des Philippines », pp. 317-318.

29 Voir R. C. Ileto, Pasyon and Revolution.

30 C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 9-10 ; AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, Memoria sobre la gobernación general de Filipinas por Dn. Rafael Izquierdo al cesar en el mando en el mes de Diciembre de 1872, f ° 3 ; AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para su sucesor en el mando por [...] Juan de Alaminos y de Vivar, 21 mars 1874, f° 4.

31 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 29.

32 « .... Así estamos y an llegaremos no sé adonde ; pero si este pueblo fuera otro llegaríamos de fijo a una revolución sangrienta. » FAM, 326, exp. 3, lettre très confidentielle du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 7 septembre 1893.

33 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 98, dépêche 61 du consul Alexandre Mercinier, 20 septembre 1890, f° 271.

34 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du 18 juillet 1892, ffos 419v°-420 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 39 du 18 février 1894, f° 160v° ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 102, dépêche 54 du 4 février 1895, f° 285 ; MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du 2 janvier 1896, f° 30 ; même volume, dépêche 93 du 5 septembre 1896, ffos 135-135v° ; même volume, dépêche 121 du 31 décembre 1896, f° 297v°.

35 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, ffos 184V°-185.

36 MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du consul de Bérard, 2 janvier 1896, ffos 20v°-21.

37 Le titre de l’ouvrage de S. Madrazo, Estado débil y ladrones poderosos en la España del siglo XVIII (« Un État faible et des voleurs puissants ») pourrait parfaitement s’appliquer à notre contexte.

38 Voir, en particulier, Greg Bankoff, « Devils, Familiars and Spaniards. Spheres of Power and the Supernatural in the World of Seberina Candelaria and her Village in Early 19th Century Philippines », Journal of Social History, 33 (1), 1999, pp. 37-55, et X. Huetz de Lemps, « Les Philippins et l’impôt du sang ».

39 L’expression est de J. C. Scott, The Moral Economy of the Peasant, p. 94.

40 La meilleure illustration de cette thématique de la décomposition des valeurs morales, en métropole comme aux colonies, est l’ouvrage de D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899].

41 W. F. Wertheim, « Sociological Aspects of Corruption in Southeast Asia », p. 195.

42 J. C. Scott, « An Essay on the Political Functions of Corruption », pp. 509-511 et du même auteur, « The Analysis of Corruption in Developing Nations » ; S. P. Huntington, Political Order in Changing Societies, pp. 61-65.

43 G. López Jaena, « Cosas de frailes y de empleados en Filipinas », il est publié dans El Diluvio (Barcelone) en 1888. La dénonciation porte uniquement sur les livraisons illégales de nourriture exigées par les employés. (Id., Discursos y artículos varios, pp. 196-198, voir aussi trois mentions ponctuelles pp. 33,75 et 132.)

44 « Filipinas en el Congreso de los Diputados », La Solidaridad, 1(4), 31 mars 1889, pp. 34-36.

45 J. Rizal Noli me tangere (1887) et Id., El filibusterismo (1891). Voir en particulier les chapitres v et xvi du second roman.

46 H. Goujat, Entre réforme et révolution, Le projet national de José Rizal, pp. 238-239.

47 Voir la vigoureuse contre-attaque de M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], pp. 57-59, destinée à José Rizal.

48 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], pp. 112-113.

49 Elle est avancée par F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 57-53 et par le négociant J. F. Macleod dans Report of the Philippine Commission to the President [1900], p. 1.

50 A. W. Quiroz, « Implicit Costs of Empire », p. 510, aboutit à la même conclusion pour Cuba : les taux de corruption auraient reculé dans les années 1880-1890, mais la sensibilité de l’opinion aux affaires se serait accrue dans le même temps.

51 Pour un morceau de bravoure typique de cette literatura del desastre, voir V. Fité, Las desdichas de la Patria [1899], pp. 206-207.

52 L’intéressant ouvrage dirigé par J. Adelman, Colonial Legacies, illustre bien l’extrême prudence des historiens confrontés à la thématique des héritages. Voir aussi H. Pietschmann, « Corrupción en las Indias españolas. Revisión de un debate en la historiografía sobre hispanoamérica colonial », pp. 50-52.

53 Des critères de sexe, d’instruction et de fortune restreignent le droit de suffrage, en dépit d’un assouplissement graduel. Seulement 11 % de la population de l’Archipel a le droit de vote en 1935. (J. Conroy Franco Elections and Democratization, pp. 46-47.) Le premier parti politique est fondé en 1900 (Partido Federal), dès 1907 un bipartisme à l’américaine structure la vie politique avec le Partido Progresista (le nouveau nom du Partido Federal) et le Partido Nacionalista.

54 Les principaux objectifs de la colonisation américaine sont résumés dans M. Adas, « Improving on the Civilising Mission ? », et X. Huetz de Lemps, « Coloniser pour décoloniser ? ». Pour une étude détaillée des années 1900-1913, voir G. A. May, Social Engineering in the Philippines.

55 M. Adas, « Improving on the Civilising Mission ? », p. 51.

56 Cette assemblée est investie du pouvoir législatif dans la colonie jusqu’en 1907 où une chambre basse intégralement philippine est élue, la commission joue ensuite le rôle de chambre haute. Elle est entièrement entre les mains des Américains jusqu’en 1901, date à laquelle trois Philippins sont nommés.

57 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, pp. 162-186 ; J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Corruption », pp. 251-252, et Id., « Stability and Change. The Civil Service », pp. 140-142 ; V. de la Torre, History of the Philippine Civil Service, pp. 40-42 et 44-47.

58 B. Anderson, « Cacique Democracy in the Philippines », p. 11.

59 M. Ladd Thomas, « Historical Origins of Philippine Centralism », pp. 54-56 ; B. Anderson, « Cacique Democracy in the Philippines », pp. 11-12 ; V. de la Torre, History of the Philippine Civil Service, pp. 59-64.

60 J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Corruption », pp. 251-254, et Id., « Stability and Change. The Civil Service », p. 132 ; D. C. Kang, Crony Capitalism, p. 9 ; V. de la Torre, History of the Philippine Civil Service, pp. 52-53.

61 V. L. Rafael, White Love and Other Events, p. 251.

62 De 1898 à 1901, l’Archipel est placé sous gouvernement militaire.

63 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 9, dépêche du 25 mars 1899, ffos 15v°-16. Le consul insiste constamment sur l’immoralité des autorités américaines : voir, MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 8, dépêche du 16 novembre 1898, f° 387 et dépêche du 20 octobre 1899, ffos 423-423V° ; MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 9, dépêche du 20 février 1900, ffos 106V°-109 et dépêche du 3 juillet 1900, f° 221. À Cuba, les cas de corruption sont très fréquents pendant la période d’occupation américaine, entre 1898 et 1902. (A, W. Quiroz, « Corrupcin, burocracia colonial y veteranos separatistas », pp. 109-110.)

64 N. G. Owen, « Introduction : Philippine Society and American Colonialism », dans Id., Compadre Colonialism, pp. 8-9 ; M. Cullinane, « Implementing the “New Order” », p. 66 ; P. D. Hutchcroft, « Colonial Masters, National Politicos, and Provincial Lords », p. 297 ; V. de la Torre, History of the Philippine Civil Service, pp. 50-51.

65 N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 200 ; J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Corruption », pp. 252-253.

66 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, pp. 237-238, et Id., The Philippines, pp. 83-84.

67 P. D. Hutchcroft, Booty Capitalism.

68 B. Anderson, « Cacique Democracy in the Philippines », p. 12 ; P. D. Hutchcroft, Booty Capitalism, p. 68 ; F. V. Aguilar, « Of Cocks and Bets. Gambling, Class Structuring, and State Formation », pp. 175-176 ; S. Auvray, R. Galang Jr. et C. Jimenez-Hallare, Élites et développement aux Philippines, pp. 52-54.

69 Y. Mény, La corruption de la République, pp. 57 et 206.

70 S. S. Coronel, Porks and Other Perks, p. 21 ; J. N. Endriga, « Historical Notes on Graft and Corruption » et Id., « Stability and Change. The Civil Service », p. 132

71 « ... Los achaques morales y virtudes de los gobernantes, en ningun país del mando se refleja tanto en los gobernados, como en Filipinas. » AHN, Ultramar, leg. 2243, Juan Álvarez Guerra (fiscal de la Audiencia), Memoria acerca de las reformas judiciales más importantes y de más urgente planteamiento en el Archipiélago Filipino, f° 61.

72 « La corta inteligencia de los indios, que no penetra la capacidad científica de los empleados, distingue y le impresiona en sumo grado el ejemplo práctico que le damos en el cumplimiento de nuestros deberes. » Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 144. Voir aussi AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 9, motion confidentielle du Conseil de Philippines sur le malaise qui règne aux Philippines, ses causes et moyens de les corriger, 10 octobre 1872, et M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], p. 11.

73 Pour de bons exemples de cette culpabilisation : MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche de Ch. Nodot, f° 119 et, dans le même volume, dépêche 41, rapport du consul Fradin sur l’organisation municipale, 12 mai 1889, f° 26IV° ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du consul de Bérard, 18 juillet 1892, ffos 418V°-419 ; F. Blumentritt, « Filipinas. Problema fondamental (conclusiόn) », La Solidaridad, 3(54), 30 avril 1891, p. 194 et Id., Consideraciones acerca de la actual situación política [1889], pp. 30-31 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 26-27 et 230-231 ; J. Foreman, The Philippine Islands [1906], p.5

74 Report of the Philippine Commission to the President [1900], pp. 10-11 ; V. L. Rafael, White Love and Other Events, pp. 34-35.

75 D. C. Worcester, The Philippines Past and Present [1914], t. II, pp. 956-957 ; P. D. Hutch Croft, « Colonial Masters, National Politicos, and Provincial Lords », p. 297.

76 Mary Hollensteiner, Franck Lynch, Carl H. Landé, F. Landa Jocano. On trouvera un bon résumé de ces théories dans T. W. Austin, Banana Justice. Le lien avec la corruption est souligné par O. D. Corpuz, « Western Colonization and the Filipino Response », p. 15, et L. V. Cariño, « The Definition of Graft and Corruption », pp. 231-240.

77 Littéralement synonyme de dette éternelle de gratitude.

78 Seules les valeurs qui sont susceptibles de faciliter la corruption sont ici évoquées.

79 O. D. Corpuz, « Western Colonization and the Filipino Response », pp. 13-14.

80 Un président de la Chambre de commerce américaine à Manille blamait le « Latin Malayism » des Philippins. (P. D. Hutchcroft, « Colonial Masters, National Politicos, and Provincial Lords », p. 297.)

81 M. Bloch, Apologie pour l’histoire, p. 56.

82 R. Theobald, Corruption, Development and Underdevelopment, pp. 76-106 et 163 ; J. P. Olivier de Sardan, « A Moral Economy of Corruption », pp. 36-44 ; P. Phongpaichit et S. Piriyarangsan, Corruption and Democracy in Thailand, pp. 6-9 ; R. H, Mitchell, Political Bribery in Japon.

83 J. Adelman, Colonial Legacies, p. 12. Voir aussi H. Pietschmann, « Corruption en las Indias españolas. Revisión de un debate en la historiografía sobre hispanoamérica colonial », pp. 50-52.

84 F. Cooper, « Grandeur, décadence... et nouvelle grandeur des études coloniales », p. 42.

85 David G. Timberman, A Changeless Land Continuity and Change in Philippine Politics, Singapour Makati, Institute of Southeast Asian Studies et Bookmark, 1991, xviii+334 p.

86 J. T. Sidel et E.-L. Hedman, Philippine Politics and Society in the Twentieth Century, p. 6 ; P. D. Hutchcroft, « Colonial Masters, National Politicos, and Provincial Lords », p. 298 ; F. V. Aguilar, Clash of Spirits, pp. 4-5 ; J. T. Sidel, « Philippine Politics in Town, District and Province », pp. 947-950.

87 Sur cette tension, voir en particulier M. Roces, « Kinship Politics in Post-War Philippines », pp. 185-184.

88 J. P. Olivier de Sardan « A Moral Economy of Corruption », pp. 26 et 44.

89 O. D. Corpuz, « Western Colonization and the Filipino Response », p. 11, et Id., The Philippines, p. 82.

90 S. Alatas, The Sociology of Corruption, pp. 47-48, et R. C. Lee, « Bureaucratic Corruption in Asia », p. 101 ; O. D. Corpuz, The Philippines, pp. 79 et 82.

91 Pour un bel exemple, voir R. C. Ileto, Pasyon and Revolution.

92 M. C. Guerrero, « The Provincial and Municipal Elites of Luzon During the Revolution », pp. 175-179 ; R. Constantino, The Philippines. A Past Revisited, pp. 231-232 ; O. D. Corpuz, The Roots of the Filipino Nation, p. 289.

93 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, pp. 169-170 ; M. Cullinane, « Implementing the “New Order” », pp. 20-21 et 26-27 ; G. A. May, Social Engineering in the Philippines, pp. 50-55.

94 R, L. Tignor, « Colonial Chiefs in Chiefless Societies », pp. 339-340 et 350-353 et Id., « Political Corruption in Nigeria Before Independence », pp. 177-180, et « Colonial Africa Through the Lens of Colonial Latin America », pp. 38-40 ; J.-F. Bayart, S. Ellis, et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, pp. 72-74 J. Frémeaux, Les bureaux arabes, pp. 96-101 ; W. F, Wertheim, « Sociological Aspects of Corruption in Southeast Asia », pp. 202-204 ; H. Sutherland, The Making of a Bureaucratic Elite, pp. 22-24 ; T. M. Smith, « Corruption, Tradition and Change », pp. 23-25.

95 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, pp. 181-182.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search