Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Troisième partie

Conclusion. L’impasse

Texte intégral

  • 1 P. Lascoumes, Corruptions, p. 128.
  • 2 J. Go, « Chains of Empire, Projects of State », p. 357.

1Les problèmes de l’administration coloniale sont, dans une large mesure, la réplique des maux métropolitains et le sous-produit outre-mer d’un système politique dont le fonctionnement engendre l’instabilité des personnels mais qui reste, en revanche, remarquablement stable dans ses principes. Ces défauts sont exacerbés par le contexte particulier des Philippines et par la « culture d’impunité »1 qui règne dans la colonie. L’humble villageois philippin et le ministre d’Outre-Mer, l’ensemble des acteurs volontaires ou involontaires de la corruption sont empétrés (entangled) dans les mêmes chains of Empire2.

  • 3 Ces mots sont employés par A. L. Stoler et F. Cooper, « Between Métropole and Colony », pp. 1 et 9.
  • 4 C. Laplace, Campagne de Circumnavigation [1848], t. IV, pp. 138-139 ; F. d’Alençon, Luçon et Mindan (...)

2De même, l’incapacité à réformer et à moraliser l’administration coloniale résulte avant tout de blocages métropolitains, de la propre incapacité de l’Espagne à se réformer. Comme à travers une loupe, les réalités coloniales philippines révèlent et amplifient les phénomènes de « résonance » ou de « réverbération »3 qui lient la métropole à sa colonie, elles grossissent les contradictions qui fragilisent l’État métropolitain. Comme l’ont parfaitement perçu deux observateurs français, les règles du jeu peuvent difficilement changer lorsque ceux qui les fixent tirent un profit politique conséquent du statu quo4. À la différence de la France ou de la Grande-Bretagne, le consensus ne se fait pas sur la nécessité de préserver à tout prix les colonies, mais sur le maintien des règles de fonctionnement du système politique métropolitain, même s’il a des conséquences néfastes sur l’Empire.

  • 5 J. Pro Ruiz, « La política en tiempos del Desastre », p. 191. Voir aussi X. R. Veiga Alonso, « Anat (...)

3Après 1868, une partie des hommes politiques espagnols et l’intégralité des gouverneurs généraux comprennent que la lutte contre la délinquance administrative ne sapera pas la domination espagnole, mais qu’au contraire le maintien de cette dernière et la rentabilisation de la colonie passent par la première, La réforme des modalités de recrutement est pratiquement la seule mesure qui soit réclamée en même temps par les plus libéraux et les plus conservateurs des observateurs. Pourtant, aucun gouvernement n’a la volonté et les moyens politiques de dépolitiser le recrutement des fonctionnaires coloniaux. Or, tout indique que cette préservation de la colonie des jeux politiques et clientélistes était la condition préalable et indispensable à toute entreprise de moralisation. Alors que les Philippines auraient pu servir, après 1870, de terrain d’essai de nouvelles règles de fonctionnement éventuellement applicables à la métropole, elles finissent par concentrer et grossir tous les défauts du système. L’étude de la corruption dans l’archipel philippin vient confirmer qu’en dépit de leurs prises de position modernistes les élites politiques espagnoles ne sont pas, dans les dernières décennies du XIXe siècle, « mentalement » prêtes à rompre avec les pratiques clientélistes traditionnelles et à imposer des règles de fonctionnement bureaucratique à l’administration5. Dans le far-east philippin, ce brouillage des repères, ces décalages entre discours et pratiques s’étalent au grand jour.

Notes

1 P. Lascoumes, Corruptions, p. 128.

2 J. Go, « Chains of Empire, Projects of State », p. 357.

3 Ces mots sont employés par A. L. Stoler et F. Cooper, « Between Métropole and Colony », pp. 1 et 9.

4 C. Laplace, Campagne de Circumnavigation [1848], t. IV, pp. 138-139 ; F. d’Alençon, Luçon et Mindanao [1870], pp. 216 et 218.

5 J. Pro Ruiz, « La política en tiempos del Desastre », p. 191. Voir aussi X. R. Veiga Alonso, « Anatomía del clientelismo político en la España liberal », p. 647 ; J. Álvarez Junco, El Emperador del Paralelo. Lerroux, p. 218 ; J. Cruz, « An Ambivalent Révolution », p. 21.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search