Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Troisième partie

Chapitre ix

L’impossible réforme ?

Texte intégral

1Toutes nos sources et la plupart des historiens s’accordent pour souligner l’accélération du cours des événements à partir de la fin des années 1860 et la nette modernisation des Philippines dans les trente dernières années de la domination espagnole. Même les observateurs les plus hostiles doivent reconnaître cet effort de changement, tout en soulignant bien sûr les limites et les échecs.

2La fin des années 1860 est marquée par une série d’événements de première importance. En Espagne, la révolution de 1868 ouvre une nouvelle phase de turbulences politiques, mais aussi de bouillonnement intellectuel et de tentatives de réformes. L’ouverture du canal de Suez, en 1869, modifie les relations entre la métropole et sa colonie dans tous les domaines. Enfin, l’année 1868 est aussi celle du début de la Guerra de los Diez Años à Cuba. Dix ans plus tard, la paix de Zanjόn n’offre aucune assurance sur le maintien durable de l’île dans l’Empire. Dans ce contexte colonial très incertain, une partie de la classe politique et des milieux économiques prend conscience que les Philippines pourraient constituer une position de repli en cas de perte des Antilles espagnoles. Un certain nombre d’initiatives tentent de promouvoir l’implantation des intérêts espagnols dans l’Archipel : le monopole des tabacs est supprimé en 1881, une exposition coloniale consacrée uniquement aux Philippines est organisée à Madrid en 1887, un tarif douanier protectionniste encourage les exportations métropolitaines vers l’Archipel en 1891.

3À partir du milieu des années 1870, la stabilisation de la vie politique en Espagne permet d’envisager des réformes avec l’espoir de pouvoir les mener à bien. Certes, le turnismo entraîne une instabilité ministérielle gênante, mais, comme en France à la même époque, les mêmes hommes reviennent fréquemment à la tête des ministères et les problèmes coloniaux échappent quelque peu à la politique politicienne. Enfin, le ministère d’Outre-Mer, poste clef pour notre sujet, est occupé à plusieurs reprises par des hommes actifs et intelligents : Víctor Balaguer, Manuel Becerra ou Antonio Maura.

4Dans le même temps, la montée du nationalisme philippin influe de manière directe mais contradictoire sur le processus réformiste. En effet, la célèbre mutinerie de Cavité en 1872, puis la pression exercée par les intellectuels philippins installés en Espagne confortent les partisans comme les adversaires des réformes et leur donnent des arguments : pour les premiers, il faut aller de l’avant pour éviter une véritable flambée indépendantiste ; pour les seconds, ce sont justement les réformes qui ont allumé le feu en brisant un fragile équilibre, il est donc urgent de faire marche arrière.

  • 1 S, Alatas, The Sociology of Corruption, pp. 7-8 et 65-66. Alatas cite un réformateur chinois du XIe(...)

5Même s’il nous semble abusif de qualifier les évolutions du dernier tiers du siècle de changement de modèle colonial, le sursaut réformateur est indéniable et, dans ce contexte, le problème de la moralisation et, plus généralement, de la performance de l’administration coloniale ne pouvait manquer d’être posé. De fait, ces thèmes prennent, dans les dernières années de la présence espagnole en Asie, une importance qu’ils n’avaient jamais eue auparavant Le mal est diagnostiqué avec une précision et une franchise nouvelles et inhabituelles s’agissant d’un mal administratif que l’on s’efforce en général de cacher ou de minorer. Les ouvrages, les projets, les débats, les prises de position et les interventions législatives se multiplient, pour le plus grand bonheur de l’historien. Comme toujours, la réflexion porte sur les deux causes récurrentes de la corruption : les mauvaises lois et les mauvais fonctionnaires1. Dans le contexte philippin, le second point est d’une importance cruciale.

I. – Changer les hommes : les projets de professionnalisation de la fonction publique coloniale

Les premières tentatives

  • 2 AHN, Ultramar, leg. 3290, « Instrucciones comunicadas al Teniente General D. Fernando de Norzagaray (...)
  • 3 Ormaechea a refusé à plusieurs reprises de présenter les bilans financiers de son administration à (...)
  • 4 AHN, Ultramar, leg. 3290, le carton contient les instructions données aux gouverneurs généraux José (...)
  • 5 AHN, Ultramar, leg. 5172, exp, 23, lettre confidentielle au ministre des Affaires étrangères et d’O (...)
  • 6 M. Cánovas, Noticiass históricas, geográficas, estadísticas [1859], pp. 18 et 39 ; A. García de Can (...)
  • 7 J. Bowring, A Visit to the Philippine Islands [1859], pp. 87-88 et 312-313.

6Comme toute périodisation, celle que nous venons de proposer est un peu réductrice et l’accent mis sur les dernières décennies du siècle ne doit pas laisser penser que tout le monde était indifférent au problème de la corruption auparavant. La réforme de 1844, étudiée dans la première partie, est la preuve qu’une volonté politique de changement s’est exprimée dans la première moitié du siècle. En 1857, le gouverneur général Norzagaray reçoit, avant son départ, des instructions très précises : une des priorités de son gouvernement doit être d’épurer avec la plus grande fermeté l’administration coloniale et, en particulier, les Finances2. La métropole est donc parfaitement consciente de la gravité du problème. Norzagaray s’attelle à la tâche avec beaucoup de détermination, mais il est publiquement désavoué par Madrid lorsqu’il s’attaque au directeur des Rentas Estancadas, León de Ormaechea qui dispose sans aucun doute d’appuis très hauts placés3. Curieusement, pour les gouverneurs suivants, l’objectif d’éradication de la corruption disparaît des instructions4. Même si sa tentative d’épuration échoue, Norzagaray attire l’attention de la métropole sur l’importance cruciale d’une sélection rigoureuse des fonctionnaires envoyés aux Philippines en fonction de leurs capacités, de leur moralité et de leur expérience des colonies5. Des observateurs espagnols6 ou étrangers7 qui séjournent aux Philippines à la même époque ne disent pas autre chose.

  • 8 J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire, pp. 247-292.
  • 9 Par ordre décroissant : jefes superiores, jefes de administración, jefes de negociado, oficiales, a (...)
  • 10 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 131-146 ; R. Jiménez Ase (...)

7En métropole, des élites modernisatrices sont convaincues de l’importance d’une profonde réforme du statut des employés publics afin que l’État puisse s’appuyer sur des fonctionnaires stables et compétents. La dernière décennie du règne de Ferdinand VII est marquée par un effort notable de rationalisation de la fonction publique et, en particulier, du personnel des Finances8. En juin 1852, l’Estatuto de Bravo Murillo est le premier texte statutaire visant à régir l’ensemble de la fonction publique espagnole. Sans revenir sur le principe de l’amovibilité des fonctionnaires, il limite l’arbitraire des ministères en imposant une qualification minimale des employés en fonction de leur emploi et de leur position dans la hiérarchie. L’autre innovation importante est justement le classement raisonné des employés en cinq catégories9. Dans la pratique, la réforme échoue par manque de continuité dans son application. Les emplois publics restent des faveurs que l’on distribue en fonction du critère très subjectif de la confiance accordée à l’employé et non de sa qualification réelle. Les cinq catégories administratives sont cependant maintenues10.

  • 11 C’est aussi le cas pour la publication dans le journal officiel des mouvements du personnel employé (...)
  • 12 Voir p. 125.
  • 13 Cette pratique reçoit même une sanction législative par le décret du 26 octobre 1868.

8Le second grand réformateur de la fonction publique est O’Donnell. Le décret royal du 4 mars 1866 a pour ambition d’éviter les bouleversements incessants du personnel et de résorber graduellement le vivier pléthorique des cesantes : les employés seront à l’avenir recrutés sur titres et, s’ils donnent satisfaction, ils seront assurés de la stabilité de l’emploi. Son successeur, Narváez, revient malheureusement sur ce texte. Les administrations coloniales ne constituent pas la priorité des gouvernements, mais elles profitent logiquement des innovations puisqu’elles sont composées d’employés métropolitains détachés outre-mer. Dans certains domaines, le corps des fonctionnaires coloniaux est même en avance sur l’administration métropolitaine : six années avant le décret de 1866, O’Donnell tente, par le décret du 9 juillet 1860, de réglementer le recrutement et l’avancement des fonctionnaires envoyés aux colonies. Les objectifs du législateur sont d’uniformiser les statuts et de donner à l’employé des garanties de carrière, tout en laissant au gouvernement une latitude suffisante pour qu’il puisse s’entourer de fonctionnaires « loyaux ». Les colonies peuvent donc constituer un terrain d’essai des réformes administratives11. Le décret royal du 15 juillet 1863, le règlement du 6 juin 1866 sur les carrières outremer, évoqué dans la deuxième partie12, reprennent les mêmes lignes. Malheureusement, ces efforts législatifs n’ont pas pour objectif de rompre de manière radicale avec les pratiques administratives en vigueur, et la rigueur apparente des nouveaux principes est systématiquement tempérée par des dispositions complémentaires qui permettent au gouvernement de tourner les lois qu’il édicte. La force de l’habitude l’emporte sur les bonnes intentions. Au milieu des années 1860, le recrutement, l’avancement et le licenciement des fonctionnaires restent largement conditionnés par l’arbitraire et la faveur des ministres13.

9Aux Philippines, en 1862-1864, une Comisaría regia est confiée à Patricio de la Escosura avec la mission d’étudier la situation des Philippines et de proposer des solutions pour les régénérer. Les rapports élaborés à cette occasion ne débouchent sur aucune réforme de fond, mais la volonté d’apporter des remèdes aux maux de la colonie est bien là et la réorganisation du gouvernement colonial est un des thèmes principaux de la réflexion.

  • 14 Les Philippines ont bénéficié d’une représentation théorique en 1810-1813 ; 1820-1823 ; 1834-1836. (...)
  • 15 Le décret du 5 décembre 1868 abroge le règlement de 1866 ce qui permet l’épuration de l’administrat (...)
  • 16 Le Conseil des Philippines est obligatoirement consulté pour tous les projets de réforme, il a auss (...)

10La révolution de 1868 entraîne la multiplication des organes consultatifs et de réflexion sur les problèmes coloniaux. L’Archipel n’est pas inclus dans les réformes de fond entreprises en Péninsule et aux Antilles car son niveau de développement est jugé insuffisant. En particulier, la colonie n’a pas de représentation parlementaire à la différence de Porto Rico et de Cuba14. Cependant, des structures spécifiques sont créées pour conseiller le ministère d’Outre-Mer sur les dossiers philippins et, dans le contexte de changements politiques incessants, pour introduire un élément de continuité indispensable15. La Junta Especial de Reformas de la Administración y Gobierno de las Islas Filipinas, mise sur pied en 1869 et présidée par Patricio de la Escosura, n’apporte guère d’idées nouvelles. À la même époque, à Manille, des organes de réflexion sont aussi mis en place. La création du Conseil des Philippines, en décembre 1870, est finalement le seul élément important de cette période confuse, moins par les réformes dont il est le promoteur par la suite que par les intéressantes archives qu’il a laissées16.

La rupture manquée de 1870

  • 17 En 1870, Moret, né en 1838, est un jeune homme politique brillant. Professeur d’économie à 1’Univer (...)
  • 18 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870]. Le texte comp (...)

11Si l’idée d’opérer des réformes profondes et, en particulier, de donner à la fonction publique une stabilité dont elle a tellement besoin est dans l’air depuis plusieurs décennies, le décret présenté, le 16 août 1870, par le ministre d’Outre-Mer Segismundo Moret y Prendergast17 marque une rupture profonde, qui aurait pu être historique, avec le passé18. Ce texte est, à nos yeux, fondamental parce qu’il est préparé spécifiquement pour les Philippines et parce qu’il propose une série de principes auxquels tous les autres projets, jusqu’en 1898, n’apporteront rien de neuf.

12Le préambule, d’une rare énergie, dresse un tableau de l’administration coloniale des Philippines qui correspond largement à l’état réel à cette époque, même si, pour des raisons politiques, Moret noircit sans doute un peu le trait Pour le ministre, les réalités des Philippines sont mal connues en Espagne et la colonie n’est pas encore parvenue à se développer. Les causes de ce retard sont nombreuses et complexes mais

  • 19 « ... Al frente de todas ellas [...] figura su viciosa e ignorante administración, de la cual pudie (...)

... Au premier rang d’entre elles [...] figure son administration défectueuse et incompétente, que l’on pourrait sévèrement critiquer, sans craindre d’être injuste19.

13La faute en incombe aux gouvernements successifs qui – avec la complicité de l’opinion – ont cru ou feint de croire que l’administration de la colonie ne réclamait pas d’autres connaissances que celles requises pour des colonies plus « avancées » ou pour la métropole. Cette dernière a aussi exporté les défauts de son propre système administratif :

  • 20 « Y si a este grave mal se une la consideración de los defectos generales que aquejan a la Administ (...)

Et, si on ajoute à ce mal terrible les défauts qui affligent l’administration espagnole en général, notamment le manque de sécurité et de stabilité dans l’emploi qui finit par engendrer l’immoralité et l’ignorance, vous comprendrez, Votre Altesse, que l’administration des Philippines est dans une situation telle qu’il faut de toute urgence y porter remède. Maintenant, non seulement chez nous mais aussi à l’étranger, nous subissons l’humiliation de devoir révéler à des magistrats et à des commerçants la corruption la plus consternante et, comme il l’a fait à Londres, le gouvernement a été contraint d’ouvrir des procédures et des enquêtes pour éclaircir les fraudes commises dans les chargements de tabac à destination de cette place20.

14La réforme administrative est donc une priorité absolue sans laquelle il est illusoire d’espérer le moindre progrès. Le remède doit être à la mesure du mal : l’administration coloniale des îles Philippines sera professionnalisée. L’exigence de performances suppose, en échange, de donner aux employés des garanties de stabilité dans l’emploi. Pour inciter les meilleurs à partir pour une colonie qui, plus que tout autre territoire espagnol, a besoin d’employés performants, il faut leur offrir une sécurité matérielle et des perspectives de carrière susceptibles de récompenser les services rendus. Plus important encore, pour administrer et « civiliser » correctement les Philippins, il est indispensable de faire l’effort de les connaître :

  • 21 « No es posible gobernar un país cuya lengua se ignora ; no se puede administrar una colonia cuyos (...)

Il est impossible de gouverner un pays dont on ignore la langue, on ne peut administrer une colonie dont on ne connaît pas les us et les coutumes, on ne peut développer une industrie et une agriculture observées de loin et pendant peu de temps, on ne peut réformer un peuple à l’intérieur duquel on ne pénètre pas et il est impossible, enfin, de civiliser une race quand tout ce qui forme son essence, sa langue, ses croyances, ses us et ses coutumes restent étrangers à la race dominatrice et au pays colonisateur21.

15En résumé, les employés doivent être strictement recrutés au mérite, spécifiquement formés aux réalités de la colonie avant leur départ, et correctement motivés par des avantages matériels.

  • 22 On prévoit aussi de former quelques spécialistes du chinois.

16Sans entrer dans le détail des articles, le décret répond parfaitement aux objectifs fixés. Tous les postes de l’administration coloniale seront désormais pourvus par des fonctionnaires du corps nouvellement créé. Le recrutement se fera au niveau des aspirantes ; par concours, le premier étant prévu pour juillet 1871. En amont, des filières spécifiques seront ouvertes au sein de l’Universidad Central de Madrid pour assurer la formation des candidats. Il ne s’agit pas de créer une véritable école coloniale, mais de donner la priorité aux étudiants qui auraient suivi les cours dispensés au sein de trois chaires : histoire comparée des colonisations, histoire et civilisation des Philippines et langues philippines22. Enfin, le concours sera ouvert aux créoles et des bourses aideront les plus méritants à venir faire leurs études à Madrid.

17Les dispositions salariales reprennent la grille existant à l’époque, mais le calcul des retraites encourage la stabilité des employés dans le corps. Les employés surnuméraires sont prioritaires sur les postes vacants et ils perçoivent les deux tiers de leur salaire d’activité. La gestion du nouveau corps sera transparente et l’avancement se fera à l’ancienneté, sauf pour les postes les plus élevés (jefes superiores de administración). Le tableau d’avancement reprend la hiérarchie de l’Estatuto de Bravo Murillo et la catégorie du fonctionnaire est indépendante de son emploi. Des récompenses sont prévues pour stimuler le zèle. Les congés pour convenances personnelles ou pour raisons de santé sont strictement réglementés, mais au bout de dix ans de service, le fonctionnaire doit demander un congé d’un an en Péninsule, sans doute pour éviter qu’il prenne de mauvaises habitudes « coloniales » et qu’il coupe les ponts avec la métropole. Aux Philippines, les jeunes changeront fréquemment de postes pour mieux connaître l’Archipel. Enfin, les hauts fonctionnaires chargés à Madrid des dossiers philippins devront avoir eu une expérience de terrain.

18Puisque le fonctionnaire n’a plus de circonstances atténuantes du fait de l’amélioration de son statut, les sanctions prévues par le décret sont sévères et portent tout particulièrement sur la moralité. Des dispositions permettent cependant de limiter l’arbitraire des supérieurs et de multiplier les voies de recours et les instances de conciliation (junta de empleados). Les cesantías, en particulier, sont exclusivement motivées par des fautes graves de service.

  • 23 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 164-165 et 174-175.

19Le caractère assez révolutionnaire du décret de Moret pose le problème de ses sources d’inspiration. Les tentatives métropolitaines de réforme ont déjà été évoquées, mais il faut souligner qu’elles se multiplient après 1868. De nouveaux corps spéciaux, en particulier, sont créés parce qu’ils permettent de soustraire certaines catégories au chaos de la fonction publique « ministérielle »23. Deux autres voies peuvent être également explorées.

  • 24 Le corps des mines (Ingenieros de Minas) est créé en métropole en 1833, le corps des ingénieurs des (...)
  • 25 Voir par exemple, J. Montano, Voyage aux Philippines [1886], pp. 42 et 57, et F. Blumentritt, Consi (...)

20La première est celle des différents corps techniques et spécialisés de la fonction publique espagnole dans lesquels les principes de sécurité de l’emploi, de recrutement par concours ou sur titres et d’avancement soumis à des critères objectifs sont solidement établis depuis des décennies24. Ces corps, à juste titre, passent à l’époque pour des modèles d’efficacité et de probité. Leur comportement aux Philippines, dans un milieu particulièrement criminogène, confirme pleinement ce constat. Les observateurs étrangers ne tarissent pas d’éloges sur les ingénieurs quel que soit leur corps25. Même l’Anglais Frederic H. Sawyer qui en général a la dent très dure reconnaît la haute moralité et la compétence des ingénieurs espagnols :

  • 26 « I feel bound to say that so far as my knowledge went, there was no corruption or underhand work i (...)

Je suis obligé de dire que, pour autant que je sache, il n’y avait pas de corruption ni d’arrangements en sous-main à l’Inspection des Forêts ni dans celle des Travaux Publics26.

  • 27 FAM, leg. 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au minis (...)
  • 28 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du 7 février 1889, f° 196 ; FAM, leg. 334, exp. I, le (...)

21Cependant, l’honnêteté des supérieurs n’empêche malheureusement pas la corruption d’infecter les services. Les frais de mission sur le terrain sont souvent surfacturés27. Les concessions des mines d’or ou l’acquisition des terres du domaine public, en particulier, sont loin d’être toujours transparentes28.

  • 29 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870], pp. 7-8.
  • 30 D’abord à Hertford Castle puis, à partir de 1809, à Haileybury College. Le collège est financé par (...)
  • 31 Le concours est ouvert aux Indiens et, dès 1864, un colonisé le réussit. Les Indiens sont cependant (...)

22Le second modèle est explicitement mentionné dans le décret de Moret : il s’agit des fonctionnaires coloniaux britanniques et hollandais29. Cette source d’inspiration répond à une logique de proximité géographique puisque le faible degré de développement des Philippines est implicitement comparé à la prospérité et à la rentabilité supposées de l’Inde britannique et des Indes néerlandaises, où le système des kultuur stelsel (« cultures forcées ») fascine les observateurs. Les modes de sélection et de formation des administrateurs de ces deux colonies sont effectivement largement en avance sur l’Espagne. Dès le début du XIXe siècle, les jeunes Britanniques qui désirent servir en Inde sont soigneusement préparés à leurs futures missions30. À partir de 1853, les fonctionnaires de l’Indian Civil Service sont recrutés sur un concours de très haut niveau31. Les conditions de carrière des hauts fonctionnaires britanniques et hollandais destinés aux Indes sont codifiées et les traitements sont très élevés par rapport à la métropole. Les modèles choisis par Moret sont donc excellents pour le sujet qui nous intéresse : en comparaison avec la corruption des employés des compagnies de commerce de l’époque moderne et en comparaison avec les fonctionnaires espagnols en poste aux Philippines, les administrateurs des Indes britanniques et hollandaises du XIXe siècle peuvent indiscutablement être tenus pour des modèles de vertu.

23L’ambitieuse réforme de Moret aboutit malheureusement à un échec complet. L’étude des causes de ce dernier est intéressante car elle permet de découvrir de profonds blocages dans le personnel politique espagnol.

  • 32 Moret s’éloigne de la vie politique dans les années 1870. Par la suite et jusqu’à sa mort en 1913, (...)
  • 33 Elle l’était, de fait, depuis des mois : à ma connaissance, le concours prévu pour le mois de juill (...)
  • 34 AHN, Ultramar, leg.5346, exp. 5.

24Le contexte d’instabilité politique a incontestablement des conséquences défavorables sur le projet de Moret. Le décret est envoyé aux Philippines, accompagné d’une lettre du 3 octobre 1870 dans laquelle le ministre dit toute sa détermination. Un règlement provisoire est même rédigé dans la hâte. Cependant, l’assassinat de Prim (27 décembre 1870) et la montée sur le trône d’Amédée de Savoie (2 janvier 1871), entraînent un changement de gouvernement et le départ de Moret du ministère d’Outre-Mer32 ; il est remplacé par Adelardo López de Ayala puis par Víctor Balaguer. Le 13 octobre 1871, un décret royal signe l’arrêt de mort de la réforme : l’application des textes de 1870 est officiellement suspendue33, les lois antérieures sont remises en vigueur et les textes de Moret seront présentés en qualité de simples projets de loi au Conseil d’État34.

  • 35 Son titulaire est J. Maldonado Macanaz, auteur des Principios generales del arte de la colonización (...)
  • 36 Le titulaire choisi pour l’enseignement des langues, Joaquín Coria, meurt en 1873 et aucun successe (...)
  • 37 Le ministère de Fomenta, dont dépend l’université, apprécie peu de ne pas avoir été consulté avant (...)
  • 38 Elle disparaît cependant au milieu des années 1870 parce que son titulaire est nommé directeur géné (...)
  • 39 Sur cette triste chaire, voir AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 11, et AHN, Ultramar, leg. 5312, exp, (...)

25La seule pathétique épave de ce naufrage est la chaire d’histoire comparée des colonisations anglaise et hollandaise en Asie de l’Universidad Central de Madrid35. La chaire de tagal et celle d’histoire et de civilisation des Philippines ne voient pas le jour36. Par un curieux hasard, le seul enseignement qui survit est le moins immédiatement utile à la formation des futurs employés. De toute façon, l’unité d’enseignement n’ayant plus le moindre débouché, elle n’attire pas les foules : en 1874, son titulaire reconnaît qu’aucun étudiant n’est officiellement inscrit37. L’auditoire, quand il y en a un, est composé d’auditeurs libres attirés par l’intitulé exotique du cours. En 1897, la chaire existe encore38, mais on peut douter qu’elle ait plus de succès qu’au début des années 1870. Peu importe sans doute au Ministère comme à Macanaz, puisque la chaire est financée par le budget des Philippines39.

  • 40 Nous nous appuyons ici sur te préambule du décret du 13 octobre. (Gaceta de Madrid, 210[304], 31 oc (...)

26L’arrêt brutal de la réforme est dû, officiellement, à des considérations d’ordre juridique. Selon le ministre d’Outre-Mer Balaguer40, les décrets de Moret ont été publiés dans l’urgence et avant que le Conseil d’État ait eu le temps de rendre un avis. Or, les modifications proposées par ce dernier étant considérables, il vaut mieux prendre le temps de respecter les trámites que la práctica y el buen orden administrativo requieren (« procédures que l’usage et le bon ordre administratif exigent »). En clair, la réforme n’est pas une priorité du nouveau ministre.

  • 41 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 5, avis du Conseil des Philippines du 11 mars 1877.

27Cette justification juridique n’est pas sans fondements. Le Conseil d’État n’a certainement pas apprécié d’être ainsi mis sur la touche. Les discordances entre les décrets et le règlement provisoire, les oublis et les imprécisions sur certains points laissent effectivement penser que les textes de 1870 ont été bâclés41. L’explication est cependant insuffisante : rien n’interdisait de rectifier ces erreurs, or le projet est définitivement enterré et, à notre connaissance, le Conseil d’État n’a jamais rendu son avis. Il faut donc approfondir l’enquête.

  • 42 Moret a aussi préparé une profonde réforme de l’enseignement supérieur de la colonie, projet qui au (...)

28On peut a priori écarter les problèmes de financement : certes la mise en place d’un corps spécial aurait entraîné un surcoût, mais il aurait été intégralement financé par le Trésor philippin. Peut-on imaginer une opération de sabotage, une machination ourdie par le clergé régulier dont Moret est une des bêtes noires42 ? Nous ne le pensons pas parce que la réforme est – au moins par la suite – défendue par ces groupes de pression.

29La raison profonde du blocage doit plutôt être recherchée en métropole et, plus précisément, dans les inévitables implications politiques de la réforme de Moret Au-delà des clivages politiques traditionnels, la mise en œuvre de ce projet supposait en effet une rupture radicale avec les pratiques clientélaires alors en vigueur en Espagne : si le texte était appliqué, les postes coloniaux échapperaient ipso facto au partage des dépouilles, au patronage et au caciquisme. Or, en 1870-1871, les milieux politiques espagnols ne sont pas prêts à accepter une telle révolution culturelle :

  • 43 « No hay que decir que el proyecto de este ministre, slo porque era bueno, no llegó a realizarse. (...)

Il est inutile de préciser que le projet de ce ministre, simplement parce qu’il était bon, n’a pas abouti. La carrera de empleados a été considérée comme utopique et, malheureusement, les hommes politiques continuent de penser la même chose43.

30Pour les adversaires de la réforme, il est impensable que, grâce à la réforme, une colonie, qui plus est la moins « développée », puisse être en avance sur la métropole ;

  • 44 « Los que los [les décrets] rechazaban, se han limitado al empleo de la ironía ; han mostrado extra (...)

Ceux qui rejetaient les décrets se sont bornés à employer l’ironie ; ils se sont dit surpris que l’on veuille exporter aux Philippines une amélioration à peine tentée en métropole. En revanche, ils n’ont jamais nié que la réforme fût nécessaire44...

31En 1872, le Conseil des Philippines évoque deux prétextes utilisés pour combattre le projet :

  • 45 « El temor de que ciertas prácticas abusivas, que casi han llegado a constituir derecho por las tur (...)

La crainte que certains abus, qui sont presque devenus un droit acquis dans le contexte tourmenté de notre époque, n’interdisent de traduire dans les faits ces bonnes intentions et que les règlements de ce type soient autant de nouvelles lois à transgresser, ne sont pas des arguments que nous puissions prendre en compte45...

32Au-delà de ces arguments spécieux, il est évident que le projet heurte des intereses creados considérables et qu’il est sans doute perçu comme potentiellement dangereux pour le fonctionnement global du système politico-administratif. Certes, les Philippines sont une colonie à part, gouvernée par des lois spéciales et elles pourraient, à ce titre, bénéficier d’un régime de faveur et d’un personnel spécialisé, mais cette colonie offre aussi des places à distribuer aux amis politiques, des postes dont personne n’ignore que parfois ils procurent de juteux à-côtés. Qui sait, cette réforme pourrait être étendue aux Antilles ou donner de bien mauvaises idées aux partisans de la réforme de la fonction publique métropolitaine.

  • 46 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870], pp. 19-22.

33Paradoxalement, le promoteur du projet apporte la meilleure preuve de l’enracinement d’une culture politique dans laquelle les emplois publics, au-delà du patronage et de la corruption, sont considérés comme des faveurs distribuées en fonction de la confiance placée dans le futur employé en tenant compte, dans un second temps au mieux, de ses titres, de son talent ou de ses droits. Pour Moret, la fonction publique, même aux Philippines, ne peut être neutre politiquement. Sa réforme bute sur un obstacle classique : la création du corps spécial requiert l’intégration des employés existants et des nombreux cesantes, en attendant un renouvellement progressif par le bas. Or, sur ce point, les dispositions sont en complète contradiction avec les grandes idées mises en avant dans le préambule. Ainsi, le principe de l’avancement à l’ancienneté est explicitement modulé en fonction des opinions politiques du fonctionnaire. Comme une stricte application du principe d’ancienneté aboutirait à favoriser les hommes au pouvoir avant 1868 et pour la plupart cesantes en 1870, les libéraux nommés après 1868 et entre 1854 et 1856 (la période libérale précédente) n’ont pas à faire valoir un certain nombre d’années de service pour être incorporés dans le corps : su derecho nace de la fecha de su nombramiento (« leur droit découle de la date de leur nomination »)46. Moret justifie ce passe-droit en affirmant que la politique libérale du gouvernement ne peut être loyalement mise en œuvre par des conservateurs, par des ennemis politiques suspectés d’être des saboteurs :

  • 47 «Empleados, por ejemplo, que han representado siempre las ideas de la centralización, no son aptos, (...)

Des employés qui, par exemple, ont toujours défendu la centralisation n’ont ni l’aptitude, ni l’autorité nécessaires pour mener à bien la décentralisation47.

34Le cas des chefs d’administration de première catégorie est aussi emblématique puisqu’ils sont nommés par le gouvernement sans aucune obligation de tenir compte des critères établis par le décret.

35Dans ces conditions, on peut supposer que le corps d’administration civile, s’il avait été effectivement mis sur pied, aurait été inévitablement politisé et aurait compté bien des amis politiques de Moret... donnant ainsi un excellent prétexte aux conservateurs pour le supprimer au premier changement de majorité ou au premier pronunciamiento. À l’évidence, on ne peut prétendre dépolitiser un corps de l’administration sans renoncera en faire un instrument du pouvoir politique.

  • 48 A. García Nieto, La burocracia, pp. 235-248 ; « La inmoralidad administrativa », El Empleado, 3(299 (...)

36La perpétuation des prérogatives des hommes politiques en matière de recrutement et d’avancement des employés publics passe donc avant la lutte contre l’inefficacité et la corruption. On ne peut même pas penser que les Philippines sont sacrifiées au clientélisme simplement parce qu’elles sont une colonie, donc une entité négligeable et négligée. Les données du problème sont en fait exactement les mêmes en métropole, même si les abus de pouvoir sont sans aucun doute moins fréquents qu’aux Philippines. Les réformateurs identifient clairement le clientélisme et l’instabilité comme la source de bien des maux, dont la corruption. Les solutions proposées sont similaires à la tentative de Moret et les spécialistes disent leur incompréhension devant le refus obstiné du personnel politique de préserver la fonction publique des luttes politiques48. De fait, tous les autres corps spéciaux mis sur pied entre 1868 et 1870 dans l’administration métropolitaine sont, eux aussi, mort-nés.

Des voix dans le désert

  • 49 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, p. 166.

37Les années 1871-1898 apportent, indirectement, la preuve que le facteur essentiel de blocage est bien l’immobilisme intéressé de la classe politique espagnole. Ainsi, les années 1873-1874, avec la fin du règne d’Amédée de Savoie, l’éphémère Première République et la Restauration, sont marquées par un turn-over paroxystique dans la fonction publique49. La Restauration ne remet pas en cause le système et la relative stabilité que connaît alors l’Espagne s’explique justement par une véritable institutionnalisation du caciquisme et par un partage équitable et régulier des dépouilles.

  • 50 P. Ortego Gil, « El marco normativo de la carrera civil de Ultramar », p. 69.
  • 51 V. Balaguer, En el ministerio de ultramar [1888], t. I, pp. 381-386 et t. II, pp. 139-177, 241-251.
  • 52 J. Celdrán Ruano, Instituciones hispanofilipinas del siglo XIX, pp. 218-220 ; A. W. Quiroz, « Corru (...)
  • 53 Ce député catalan, juriste de formation, réclame à plusieurs reprises que les projets de réforme de (...)
  • 54 Pons sous-entend en particulier que de hauts fonctionnaires se livrent à un trafic illégal de bille (...)
  • 55 Diario de Sesiones del Congreso, 42, 4 février 1889, pp. 1055-1057. Les faits relatés sont véridiqu (...)
  • 56 AHN, Ultramar, leg. 5289, exp. 93, réponse du gouverneur général Weyler à la demande d’informations (...)
  • 57 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avr (...)

38Or, dans le même temps, les dérèglements de l’administration coloniale deviennent un thème récurrent du débat politique métropolitain. En 1882, le ministre d’Outre-Mer, León y Castillo, souligne publiquement la gravité du problème de la corruption aux colonies50. À plusieurs reprises, les ministres en charge des dernières colonies espagnoles sont interpellés sur des faits de corruption précis et graves51. Comme toujours, le problème cubain domine les débats, mais quelques interventions portent sur les Philippines52. Le 4 février 1889, le député Federico Pons y Montells53 interroge le ministre d’Outre-Mer Manuel Becerra sur la prolifération des maisons de jeu à Manille et il accuse explicitement l’administration coloniale, dirigée à l’époque par Weyler, de protéger ces activités illégales. Il énumère ensuite une série d’irrégularités54, de décisions arbitraires et d’actes de népotisme du gouverneur général55. Le ministre est fort gêné par ces révélations et affirme qu’il n’est pas au courant, confession peu glorieuse pour un ministre, mais les archives confirment la version de l’ignorance56. L’extrême précision des accusations montre clairement que le député a été informé par des hauts fonctionnaires coloniaux, en poste ou récemment mis à pied, qui règlent par ce biais leurs comptes avec le gouverneur général57.

  • 58 La veille, Gumersindo Azcárate avait interpellé l’ancien ministre Balaguer sur la passation du marc (...)
  • 59 Né en 1830 à Manille d’un père basque et d’une mère créole, il commence ses études de droit à l’uni (...)
  • 60 Nous nous fondons sur l’article « Filipinas en el Congreso de los Diputados », La Solidaridad, 1(4) (...)

39L’interpellation de Manuel Azcárraga y Palmero58 du 13 mars 1889 a une portée encore plus grande. Ce député qui connaît parfaitement les Philippines59 affirme en effet que l’administration coloniale, aux Antilles comme en Asie, est gangrenée par une corruption impunie60. Lorsque des députés et le ministre Becerra jouent les vierges effarouchées, Azcárraga se fait plus précis :

  • 61 «Yo ruego a su señoria que pida los datos relativos al número de causas criminales par defraudación (...)

Je prie Votre Honneur qu’elle demande les données relatives au nombre de causes criminelles pour fraude au Trésor public à Cuba et aux Philippines et qu’elle présente ici une statistique des dossiers comportant des délits pour lesquels les tribunaux n’ont jamais été saisis ainsi qu’une liste des affaires pour fraude. Nous constaterons alors que ces poursuites n’aboutissent pas avant de nombreuses années et que, quand elles aboutissent, le nom du délinquant reste inconnu. Votre Honneur souhaite-t-elle que je développe ce point ?
Mais que vous faut-il de plus, Monsieur le Ministre d’Outre-Mer ? Pourquoi sommes-nous obligés de nous tromper les uns les autres, alors que tout le monde sait que ce que je dis est vrai ? Si nous ne le savions pas, si Votre Honneur ne le savait pas, ni vous ni nous ne devrions être ici parce que les premiers qui doivent prendre conscience des maux d’une société sont ceux qui vivent dans la sphère où nous sommes et la première preuve de notre volonté de corriger ce mal est d’avouer son existence61

  • 62 Il a proposé des réformes sur ces points en décembre 1888. (J. Celdrán Ruano, Instituciones hispano (...)
  • 63 « ...Esa infame cuestión del personal, que lleva consigo tantas miserias y tantas perfidias... » V. (...)
  • 64 « El remedio de combatirla, en lo que cabe dentro de las humanas fuerzas y de nuestras costumbres, (...)

40Cette campagne a sans doute des objectifs politiques qui dépassent largement le dossier philippin ou même les colonies en général, mais, pour Manuel Azcárraga y Palmero au moins, il s’agit aussi, en dénonçant la corruption, d’attirer l’attention du gouvernement sur le problème crucial du recrutement et de la carrière des fonctionnaires coloniaux62. Le ministre d’Outre-Mer, Victor Balaguer, en est lui-même convaincu et il établit très clairement le lien entre la corruption aux colonies et « ... cette infâme question du personnel qui est la source de tant de misères et de tant de perfidies... »63. Il est cependant très pessimiste sur les possibilités d’éradiquer la corruption64.

  • 65 Sur les réformes des années 1870-1890, voir P. Ortego Gil, « El marco normative de la carrera civil (...)
  • 66 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 186-189, la citation est (...)
  • 67 C. García Margenat, Consulter del empleado [1886], ordre royal du 2 octobre 1884 ; AHN, Ultramar, l (...)
  • 68 M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], pp. 14-15.

41Renoncer au contrôle politique des nominations reviendrait pour un gouvernement, quelle que soit sa coloration politique, à scier la branche sur laquelle il est assis. Après 1870, la très faible activité législative madrilène dans le domaine de l’administration confirme pleinement ce constat65. Le texte sans doute le plus important est le décret du 22 novembre 1885 qui remet partiellement en vigueur le règlement d’O’Donnell de 1866... La création de commissions d’étude annonce rarement l’imminence d’une réforme et celle qui est mise sur pied en 1888 pour proposer des modifications dans l’administration coloniale ne déroge pas à la règle : les solutions sont classiques et lorsque est évoquée l’inamovibilité des fonctionnaires, le ministre souligne immédiatement que l’on touche à un problème de difícil solución en el terreno doctrinal y de imposible solución sin el concurso del Poder legislativo (« dont la solution, au plan doctrinal, est complexe et qui ne peut être résolu sans le concours du Pouvoir législatif »), autant dire irréalisable66. De même, le dossier du tableau d’avancement (escalafón) pour les fonctionnaires en poste aux Philippines est ressorti régulièrement des étagères... pour y retrouver bien vite d’autres expedientes qualifiés « d’urgents »67. Plus grave encore, les rares dispositions qui limitent l’arbitraire des nominations et des avancements ne sont pas respectées par les gouvernements ou par les gouverneurs généraux68.

  • 69 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 51, avis du Conseil sur la réforme de l’administration provinciale, (...)
  • 70 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 6.
  • 71 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 9, 10 octobre 1872.
  • 72 Le ministère est ici entendu au sens politique. En effet, des employés du ministère d’Outre-Mer con (...)
  • 73 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 13, motion sur l’état des Philippines, 18 décembre 1873.

42Le Conseil des Philippines continue d’espérer un miracle et tente par tous les moyens d’attirer l’attention sur le caractère prioritaire de la réforme de l’administration de la colonie et de l’éradication des muchas y añejas corruptelas (« pratiques corrompues aussi nombreuses qu’anciennes »)69. L’avis70 du 9 avril 1872 appuie sans réserve – mais un peu tard – les décrets de 1870. La motion confidentielle du 10 octobre 1872, remise solennellement au ministre, dresse un tableau absolument apocalyptique de l’administration coloniale : les escroqueries commises par les employés venus de Péninsule seraient responsables de l’émergence d’un sentiment de haine contre les Espagnols ; le fonctionnement des bureaux serait paralysé par les incessantes mutations ; les employés créoles ne supporteraient plus d’être évincés par des nullités venues de la métropole ; les rares employés zélés et efficaces auraient perdu tout espoir d’améliorer les choses71. L’erreur serait de prendre ce document au pied la lettre et de penser que la corruption a connu une brusque et violente flambée avant 1872 : les conseillers, dont beaucoup sont des conservateurs patentés, cherchent à trouver des causes à l’insurrection de 1872 et cette dernière accroît la sensibilité au problème, non son intensité. De toute façon, le Conseil perd son temps : il a beau rappeler que le bien public doit passer avant toute autre considération, le ministère reste de marbre72. Il ne réagit pas plus lorsque le Conseil affirme que l’avenir de la présence espagnole dans l’Archipel dépend de la question du personnel73.

  • 74 C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 36-37.
  • 75 AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, lettre confidentielle du gouverneur général Izquierdo au ministr (...)
  • 76 Voir la lettre du ministère du 31 mars 1872 qui affirme son désir de respecter les employés quelles (...)

43Les gouverneurs généraux successifs prêchent eux aussi dans le désert. Carlos Maria de la Torre, accusé d’avoir indirectement provoqué les événements de Cavite par sa politique trop libérale, reconnaît l’importance de la corruption dans l’administration coloniale et la nécessité de la combattre74. Rafael Izquierdo, confronté à l’insurrection de Cavite, considère que l’instabilité des employés depuis 1868 et leur manque flagrant de compétence comme de moralité est une des causes essentielles des premières manifestations du nationalisme philippin parce qu’elle donne des arguments aux ennemis de l’Espagne et enlève tout prestige à l’administration coloniale. Il dénonce vigoureusement la centralisation à Madrid de la gestion du personnel75. Le ministère ayant refusé de lui faire la moindre concession sur ce point76, Izquierdo se déclare très pessimiste sur les possibilités d’amélioration :

  • 77 « Y en vano será demandar remedio al Gobierno Superior, porque mientras la administración sea escla (...)

Et il sera inutile d’attendre une solution du Gouvernement parce que, aussi longtemps que l’administration sera l’esclave de la politique et que la nomination des employés publics sera subordonnée à des intérêts partisans, on n’obtiendra que quelques mutations, avec le risque que les personnels nouvellement nommés soient pires que ceux qui auront été renvoyés77.

  • 78 AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para (...)
  • 79 AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 12, lettre confidentielle du gouverneur général José Malcampo y Mong (...)

44Son successeur, Juan de Alaminos, affirme avoir persécuté sans relâche les employés malhonnêtes que por desgracia han sido muchos (« qui, malheureusement ont été nombreux »)78. Par la suite, tous les gouverneurs généraux continuent d’insister sur la nécessité vitale de revoir les modalités de recrutement des fonctionnaires coloniaux et de substituer le mérite à la faveur79.

  • 80 C. Herrero, Reseña que demuestra el fundamento y las causas de la insurección [1872], pp. 123-124 ; (...)

45De même, l’urgence d’une réforme de l’administration coloniale est un thème récurrent des ouvrages publiés dans les trente dernières années de la domination espagnole. Ce sujet est même pratiquement le seul sujet de consensus entre cléricaux et anti-cléricaux, partisans du statu quo et assimilationnistes. Il est parfaitement inutile d’allonger le récit : tous les auteurs soulignent les mêmes maux, l’absence de stabilité, de formation et d’esprit de corps, le manque de moralité des employés, les salaires insuffisants du fait de la crise monétaire ; tous les auteurs80 avancent exactement les mêmes solutions, celles proposées par Moret en 1870.

  • 81 AHN, Ultramar, leg. 5312, exp. 41, motion du 8 novembre 1897 sur l’organisation des carrières.
  • 82 Ce texte est reproduit dans son intégralité dans le numéro 6 (1996) de la Revista Española del Pací (...)
  • 83 Ce principe n’est officiellement adopté que vingt ans après la défaite de 1898, dans l’Estatuto de (...)

46Même l’éclatement de l’insurrection de 1896 ne fait pas bouger les choses. Le Conseil des Philippines propose de mettre enfin en vigueur les décrets de 1870 et affirme qu’une partie au moins des dégâts de la révolte auraient été évitée si la classe politique avait fait preuve d’un peu de bonne volonté vingt-sept ans plus tôt81. Le décret royal du 12 septembre 1897 opère une importante réforme dans la législation en vigueur aux Philippines, mais, dans le domaine de l’administration coloniale, le seul point « nouveau » concerne l’enseignement des langues philippines à Madrid, Barcelone et Manille et l’octroi d’avantages de carrière aux fonctionnaires parlant ces langues82. La constitution d’un corps spécial d’administrateurs coloniaux n’est toujours pas à l’ordre du jour, pas plus que l’inamovilité des fonctionnaires83.

47Le refus catégorique de renoncer à la distribution clientélaire des emplois publics ne signifie pas pour autant que les autorités métropolitaines ne sont pas sensibles au problème de la corruption dans la colonie. La meilleure preuve en est la nomination de gouverneurs à poigne chargés d’assainir la fonction publique.

II. – Changer les hommes : la nomination de gouverneurs généraux à poigne

  • 84 Y. Mény, « La corruption dans la vie publique », p. 24. Voir aussi S. Alatas, The Sociology of Corr (...)

48« ... Il est illusoire d’espérer une grande efficacité de la répression lorsque les dirigeants aux niveaux les plus élevés sont parfois eux-mêmes au premier rang des acteurs de la corruption », écrit Yves Mény84. Cette opinion est encore plus pertinente dans une colonie où le gouverneur général possède, en théorie au moins, un pouvoir considérable et une grande latitude d’action. Le gouverneur peut être le persécuteur ou l’instigateur de la corruption, il peut aussi, par lâcheté, préférer détourner les yeux, mais une chose est sûre : dans une colonie aussi affectée par différentes formes de corruption, la plus haute autorité ne peut prétexter l’ignorance. Le gouverneur est donc, au moins sur le papier, une variable essentielle dont le choix dépend exclusivement des plus hautes autorités de la métropole. Les hommes choisis, les instructions et l’appui qu’ils reçoivent donnent d’importants renseignements sur la perception du phénomène en métropole et sur la volonté de lutter contre la déviance publique.

Des gouverneurs généraux majoritairement honnêtes

  • 85 Pour un exemple, voir AHN, Ultramar, leg. 1229, exp. 18, Juicio de residencia du gouverneur général (...)

49Le degré de moralité des gouverneurs généraux successifs est une question importante à laquelle il est bien difficile de répondre. Bien sûr, ils sont, eux aussi, soumis au juicio de residencia, mais, s’agissant de personnages aussi importants de l’État, ces procédures sont, au XIXe siècle, de pure forme et, au mieux, peut-on détecter dans ces procès la trace de règlements de comptes d’ordre politique85. Les seules sources sur lesquelles l’historien peut s’appuyer sont les regards extérieurs, récits de séjour ou dépêches diplomatiques. Certes, ces sources sont fragiles, mais elles ont le mérite de ne faire preuve d’aucune complaisance à l’égard de l’administration coloniale. De plus, elles sont remarquablement convergentes et, pour chaque gouverneur, l’opinion des auteurs et des diplomates est similaire, quelle que soit leur nationalité. Bien sûr, ces jugements reflètent l’opinion dominante à Manille, mais, dans une communauté aussi portée à la médisance et à la cabale, on conviendra que si l’appréciation est positive elle a de fortes chances de correspondre à la réalité. Une partie seulement des gouverneurs sont évoqués dans mon corpus, mais cet échantillon permet d’aboutir à une conclusion aussi claire qu’inattendue : dans leur grande majorité, les gouverneurs généraux du XIXe siècle sont des hommes honnêtes et une part non négligeable d’entre eux, de leur propre initiative ou à l’instigation du gouvernement métropolitain, ont courageusement tenté de moraliser la fonction publique coloniale.

  • 86 Tous les gouverneurs sont des officiers généraux, à l’exception du contre-amiral José Malcampo.
  • 87 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, ffos 24 et 129 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoi (...)
  • 88 AMAE, Ultramar, leg. H 2960, rapport du consul de Grande-Bretagne J. W. Farren du 15 juin 1852. Cet (...)
  • 89 AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 6, lettre du 30 juin 1859.
  • 90 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, f° 100 ; D. C. Worcester, The Philippines Islands and their (...)

50Précisons immédiatement qu’il s’agit ici des gouverneurs titulaires car les périodes d’intérim posent des problèmes spécifiques. On peut rapidement passer en revue les gouverneurs pour lesquels nous avons pu recueillir des informations86. Les trois principaux gouverneurs des années 1840, Marcelino de Oráa (1841-1843), Francisco de Paula Alcalá (1843-1844) et Narciso Clavería (1844-1849) ont la réputation d’être probes et ils livrent une lutte implacable aux fonctionnaires malhonnêtes, la multiplication des affaires de corruption dans ces années-là l’atteste d’ailleurs indirectement87. Au début des années 1850, Antonio de Urbiztondo, marquis de Solana (1850-1853), est ardemment défendu par le consul de Grande-Bretagne, J. W. Farren, comme un modèle de probité et d’efficacité88. Fernando de Norzagaray (1857-1860) démissionne parce qu’il ne se sent pas soutenu par la métropole dans sa lutte contre la corruption89. Nous n’avons aucun renseignement sur les gouverneurs des années 1860. Pour les trente dernières années de la domination espagnole, la très grande majorité des gouverneurs ont une solide réputation d’honnêteté : Rafael Izquierdo (1871-1873), Juan de Alaminos (1873-1874), José Malcampo (1874-1877), Domingo Moriones (1877-1880), Joaquín Jovellar (1883-1885), Emilio Terrero (1885-1888), Eulogio Despujol (1891-1893), Ramón Blanco (1893-1896)90.

  • 91 Selon Sawyer, le racket des maisons de jeu aurait rapporté 1.250 pesos par jour. (F. H. Sawyer, The (...)
  • 92 FAM, n° 334, exp. 7, lettre du GC de Pangasinan Miguel Socias au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura (...)
  • 93 Témoignage du consul de Grande-Bretagne à Manille Walker reproduit dans S. D. Quiason, « The Philip (...)

51En fin de compte, pour les années 1872-1896, on peut légitimement avoir des doutes sur la moralité de seulement deux gouverneurs généraux : Fernando Primo de Rivera (1880-1883) et Valeriano Weyler (1888-1891). Primo de Rivera aurait fait preuve, en particulier, d’une tolérance intéressée à l’égard des maisons de jeu de la capitale91. Dans l’administration centrale et dans les provinces, il aurait systématiquement placé des proches à la moralité douteuse92. Enfin, lors de son second mandat (avril 1897 - avril 1898), il aurait profité de la situation de guerre pour faire chanter de très riches métis chinois suspectés d’être favorables aux idées indépendantistes93.

  • 94 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avr (...)

52Le cas de Weyler est plus étrange. Il arrive aux Philippines avec la réputation d’être un homme honnête et énergique et, dans les premières semaines de son mandat, il donne l’impression de vouloir lutter contre la corruption94. Cependant, ces bonnes dispositions se dissipent rapidement Il ne fait rien pour limiter la contrebande de pesos mexicains et, surtout, il est éclaboussé par un scandale à propos des maisons de jeu :

  • 95 Sans doute Primo de Rivera.
  • 96 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avr (...)

Enfin, un fait qui se passa au mois d’Octobre [1888], au vu et au su de tout le monde, fait public, scandale patent, vint porter un coup terrible à la réputation d’honnêteté du Général Weyler : du jour au lendemain, malgré les prohibitions formelles de la loi, maintes fois répétées, toutes les maisons de jeux, depuis longtemps fermées ou n’ayant qu’une existence occulte, se rouvrirent, comme par enchantement, et recommencèrent à fonctionner comme au beau temps de certain prédécesseur du Général Weyler dont les Philippines gardèrent longtemps le souvenir95 et qui a fait sa fortune dans cette tolérance ; ce qui étonnait le plus, c’était de voir (et je l’ai vu moi-même) la garde municipale veiller paternellement à la porte de ces maisons pour faire circuler la foule d’Indiens et de Chinois qui se pressait à leurs abords. Le scandale fut tel que le Gouverneur Civil et Corregidor, très honnête homme et très bon fonctionnaire, s’en émut et donna l’ordre au Commandant de la Garde Municipale de faire fermer tous les tripots ; le Commandant refusa et fut approuvé par le Gouverneur Général. Alors, on vit ce spectacle étrange, et bien digne des Philippines, du Gouverneur Civil venant en personne, accompagné par les pompiers et fontainiers de la municipalité, dresser procès-verbal à chaque maison de jeux et la faire fermer et ce, en présence des gardes veteranos (municipaux) qui restaient impassibles et se gardaient bien de lui prêter main forte96.

53À partir de ce scandale, Weyler inaugure

  • 97 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avr (...)

un système d’administration tout nouveau et qui n’a certainement son pareil dans aucun pays du monde, pas même dans une autre colonie espagnole, pas même, peut-être, à Haïti ; ce système est très simple : il consiste à n’être jamais à Manille97.

  • 98 Weyler s’absente de Manille toujours moins de dix jours car, au-delà, il ne percevrait plus de frai (...)
  • 99 Selon Fradin, le montant forfaitaire d’un cadeau serait de 500 pesos. Le comportement de Weyler rap (...)

54Sous prétexte d’inspecter les provinces, Weyler part pour des tournées pour lesquelles il perçoit 25 pesos par jour de frais de déplacement et ne dépense rien car il dort à bord d’un navire de guerre ou dans un presbytère98. Dans chaque cabecera qu’il visite, il reçoit un cadeau en argent99.

  • 100 N. P, Cushner, Spain in the Philippines, p. 132.

55Ces renseignements restent hypothétiques et il faudrait procéder à des recherches complémentaires pour parvenir à des certitudes sur Primo de Rivera et Weyler. De toute façon, leur comportement apparaît atypique aux contemporains et, globalement, les gouverneurs généraux du XIXe siècle semblent beaucoup plus honnêtes que leurs prédécesseurs de la période moderne ou, plus exactement, de la période antérieure à la guerre de Sept Ans100. Malheureusement, dans les Philippines du XIXe siècle, il ne suffit pas d’être honnête, ni même d’avoir la volonté politique de moraliser l’administration pour parvenir à seulement limiter la corruption.

Despujol et Blanco : l’échec de deux croisés

56Les deux derniers gouverneurs généraux avant la révolution de 1896, Eulogio Despujol et Ramón Blanco ont un point en commun : ils se sont attaqués avec détermination à la corruption et ils ont échoué dans leur croisade. De plus, nous avons la chance de disposer, pour ces deux hommes, de deux sources complémentaires : la correspondance entre les deux gouverneurs généraux et leur ministre Antonio Maura, d’une part et, d’autre part, les dépêches diplomatiques du consul de France à Manille. La comparaison entre les modalités de leur action et l’analyse des causes de leur échec illustrent parfaitement, à notre avis, l’impossibilité d’opérer une grande opération de moralisation et une réforme de fond pour éradiquer durablement la corruption. Bien des hypothèses formulées auparavant trouvent ici une confirmation.

  • 101 Blanco a servi, treize ans auparavant, comme colonel à Mindanao. Blanco et Despujol se connaissent (...)
  • 102 Il est remplacé par Manuel Becerra. En revanche, les réformes préparées pour les Philippines ne ren (...)

57La période concernée est brève. Eulogio Despujol est nommé gouverneur général par le cabinet conservateur d’Antonio Cánovas del Castillo en novembre 1891, Francisco Romero Robledo est alors ministre d’Outre-Mer. Un an plus tard, les libéraux arrivent au pouvoir et Praxedes Mateo Sagasta forme un gouvernement avec Antonio Maura à la tête des colonies. Une alternance de ce type entraîne à plus ou moins brève échéance le remplacement du gouverneur général des Philippines. Dans le cas de Despujol, les choses se passent très mal et le gouvernement doit finalement le relever de ses fonctions en février 1893, fait rarissime dans l’histoire de la colonie et unique au XIXe siècle. Après un intérim assuré par Federico Ochando pendant les mois de mars et d’avril, le successeur de Despujol, Ramón Blanco101 arrive aux Philippines au début du mois de mai 1893. Pendant un peu moins d’un an, Blanco et Maura collaborent activement pour mettre en œuvre des réformes et pour tenter de moraliser la fonction publique coloniale. Cette relation de confiance est interrompue par la démission de Maura, le 12 mars 1894. En effet, devant le rejet par le Parlement de son projet d’autonomie locale préparé pour Cuba, Maura préfère quitter le ministère102.

58Au-delà de leurs divergences, Despujol, Blanco et Maura sont trois hommes profondément honnêtes et ils partagent une grande sensibilité au problème de la délinquance administrative. Ils sont déterminés à faire cesser les abus scandaleux d’une partie des fonctionnaires coloniaux et ils ont l’espoir de parvenir à un assainissement durable de la colonie. Cet objectif répond à des convictions éthiques mais aussi à des priorités politiques : les contemporains n’ont pas conscience de vivre une période pré-révolutionnaire, mais les tensions ethniques et politiques sont palpables aux Philippines.

  • 103 Le mot est employé par Blanco. (FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au mi (...)
  • 104 L’intendant, l’administrateur des Douanes et le juge d’Intramuros.
  • 105 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 16 (...)
  • 106 FAM, leg 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A, Maura, 6 se (...)

59La campagne d’éradication de la corruption aboutit à un échec retentissant. Certes, Despujol et Blanco parviennent à des résultats apparents, mais ils n’assainissent pas en profondeur la fonction publique coloniale. Les corrompus se font plus discrets ou suspendent temporairement leurs tripotages, les circuits de corruption se mettent en sommeil, mais, à la première occasion, ils redressent la tête et se réactivent. Ainsi, dès le départ de Despujol et pendant l’intérim d’Ochando (mars-avril 1893), on assiste à une véritable orgie103 de corruption dans la capitale. La contrebande redouble, les maisons de jeu refleurissent comme par enchantement grâce à la « protection » des plus hautes autorités et de la police. L’immense majorité des hauts fonctionnaires, dont le gouverneur général par intérim, participent activement ou passivement à la fête : ils sont si nombreux que Blanco préfère donner les noms des trois fonctionnaires104 qui ont su rester honnêtes dans cette courte mais révélatrice flambée de malhonnêteté105. De même, Blanco est persuadé, au bout de quelques mois, d’avoir remporté des succès décisifs sur la corruption, au moins à Manille106. À la fin de l’année 1894, une série de scandales retentissants, dont l’affaire Rosales, balaie ce bel optimisme : pas plus que Despujol, Blanco n’est parvenu à déraciner les habitudes corrompues dans l’Archipel. Les causes de ces échecs répétés apparaissent assez clairement.

60Tout d’abord, il est évident que la lutte contre la corruption n’est pas le seul dossier important et elle n’est jamais une priorité absolue pour les gouvernants. L’attention de Maura est focalisée sur la préparation des réformes de structures ; Despujol doit gérer l’épineux dossier du nationalisme philippin et, en particulier, du retour de José Rizal aux Philippines ; Blanco, enfin, est obnubilé par la conquête militaire de Mindanao. De plus, l’opération « mains propres » est beaucoup trop courte pour entraîner une purification en profondeur. Despujol reste seulement 15 mois à la tête de la colonie. De plus, l’efficacité de la lutte dépend de l’étroitesse et de la durée de la collaboration entre le gouverneur général et le ministre d’Outre-Mer. Or, cette indispensable confiance n’existe pas entre Despujol et Maura. Blanco a une longévité remarquable pour un gouverneur général du XIXe siècle et l’entente entre Maura et Blanco sur le dossier de la corruption semble sans failles. Cependant, la démission prématurée du ministre réduit l’expérience à une dizaine de mois et, par la suite, Blanco concentre tous ses efforts sur les opérations militaires du sud musulman. L’instabilité politique, la rotation trop rapide des personnels affectent aussi les plus hauts responsables.

  • 107 Circulaire confidentielle aux chefs de province du 18 mars 1892 (APAF, doc. 269/3-f).
  • 108 M. Walls y Merino, El general Despujol en Filipinas [1892], p. 7 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants of (...)
  • 109 La guardia civil veterana est un corps spécial créé en 1872. Il est chargé de la police de la capit (...)

61Sur place, il apparaît clairement que la volonté politique est une condition nécessaire mais pas suffisante pour parvenir à des résultats durables. Les deux gouverneurs généraux sont confrontés au problème central de la publicité qui doit être donnée à l’épuration. Dans ce domaine, ils explorent deux stratégies punitives radicalement différentes. Despujol choisit la méthode brutale. Il affiche clairement ses intentions par des avertissements et des rappels à l’ordre107 et, surtout, il rompt avec la loi du silence jusque-là respectée par les gouverneurs généraux. Quelques jours après son arrivée, il destitue et embarque sur le premier vapeur en partance vers la Péninsule un haut fonctionnaire. Pire encore, il rend public le décret d’expulsion108. Par la suite, il moralise avec la même inflexibilité la garde civile vétérane109.

62Le consul de France à Manille, observateur très attentif de la campagne de moralisation de Despujol, applaudit dans un premier temps cette détermination :

  • 110 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 19 du consul de Bérard, 12 mars 1892, ffos 400-401.

Comment un gouvernement qui préparerait longuement chacune des exécutions qu’il est forcé de faire, pourrait-il parvenir à les accomplir, s’il écoutait toutes les doléances et les défenses dont l’accableraient les amis ou les protecteurs des coupables ? Il vaut mieux atteindre, comme l’a fait le Général Despujol dans quelques mesures générales, plusieurs innocents, quitte à réparer le dommage occasionné à ces derniers110.

63Au fil des dépêches, l’opinion de de Bérard évolue cependant et il en vient à regretter les méthodes brutales et peu discrètes de Despujol :

  • 111 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du consul de Bérard, 18 juillet 1892, f° 424V°.
  • 112 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, f° 179.

Un peu plus de diplomatie et d’habileté aurait été indispensable dans cette œuvre de réforme, et le Général Despujol n’y a apporté malheureusement que son honnêteté et son ardeur de militaire sans reproche111.
Il a toujours agi, depuis son arrivée, en militaire que l’attrait du danger séduit et qui se lance tête baissée contre l’obstacle112.

  • 113 Sur ce point, voir l’article un peu confus de Martin Rodrigo y Alharilla, « La “cuestión Rizat”. Me (...)
  • 114 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, f° 179V°.
  • 115 Pour un inventaire très complet de tous les arguments utilisés contre Despujol, voir M. Walls y Mer (...)
  • 116 Ses adversaires ont même fait courir le bruit que Despujol avait le projet de devenir le roi de l’A (...)

64Or, dans le même temps, Despujol mène une politique ambiguë ou tout au moins incohérente à l’égard des élites philippines113. Ces maladresses font le jeu de ses adversaires, « tripoteurs et pêcheurs en eau trouble114 » et membres du clergé régulier, les dominicains et les augustins en particulier. Ils l’accusent de se montrer beaucoup plus durs avec les Espagnols qu’avec les ennemis philippins de l’Espagne et ils mobilisent leurs réseaux d’influence en métropole115. Les insinuations et les malveillances déstabilisent peu à peu le gouverneur116. Le changement de ministère accélère la chute de Despujol, et le consul de France souligne très justement que cette révocation, outre qu’elle désole les Espagnols honnêtes, peut donner des armes aux nationalistes philippins :

  • 117 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, f° 182v°.

... Aujourd’hui, la population de ces îles peut remarquer, et elle le remarque, que le premier général qui soit révoqué ainsi est un homme qui part de Manille sans emporter d’économies, tandis que ceux de ses prédécesseurs, dont on connaissait les détournements, n’ont jamais été atteints par une décision aussi brutale. Voilà l’opinion des métis et des Indiens, et il me semble que l’on doit au moins la considérer comme une valeur non négligeable, attendu que ce pays appartient à l’Espagne et que cette nation a intérêt à ce que toute la population d’une de ses colonies ne croie pas que l’honnêteté est un vain mot dans la politique de la métropole117.

65Blanco est beaucoup plus subtil, plus politique que son prédécesseur. Ainsi, il décide de ne pas châtier les fonctionnaires qui ont profité de l’intérim pour s’enrichir illégalement parce qu’il veut éviter à tout prix de discréditer l’administration coloniale :

  • 118 « Si hubiera tenido que proceder contra los que prevaricaron antes de mi llegada, estaría empapelad (...)

Si j’avais dû sanctionner ceux qui ont prévariqué avant mon arrivée, la moitié de l’administration serait aujourd’hui mise en inculpation, au prix d’un scandale retentissant et partant préjudiciable à notre prestige118.

  • 119 FAM, leg. 326, exp. 3, lettres du ministre d’Outre-Mer A, Maura au gouverneur général R. Blanco, 4 (...)

66Fort du soutien et des encouragements répétés de Maura119, sa stratégie est de couper discrètement les branches les plus pourries et de faire comprendre à l’ensemble des fonctionnaires coloniaux qu’il ne tolérera plus la moindre irrégularité. De Bérard salue la diplomatie de Blanco qui prolonge la politique de moralisation de Despujol avec beaucoup plus d’habileté et de prudence :

  • 120 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 39 du consul de Bérard, 18 février 1894, ffos 152, (...)

Que le système de direction en vigueur soit maintenu tel quel pendant dix ans, et les habitudes de corruption tolérées, et même encouragées parfois, disparaîtront avec ceux qui les avaient et qui, renvoyés en Espagne, les emporteront à leur suite120.

  • 121 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52 du consul de Bérard, 25 décembre 1894, ffos 243v (...)

67Dix mois plus tard, de Bérard doit reconnaître qu’il s’est montré trop optimiste : Blanco se consacre aux opérations militaires et devient indifférent au problème de la corruption, sans doute parce qu’il a alors compris qu’il avait plus de chances de vaincre les moros que les fonctionnaires corrompus121. Pourtant, des contraintes structurelles viennent tempérer les jugements très durs du consul de France.

  • 122 FAM, leg. 326, exp, 3, lettres du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 26 (...)

68Tout d’abord, Blanco, comme Despujol avant lui, est au fond très désarmé et très seul face à la corruption. Il ne peut s’appuyer sur le système judiciaire parce qu’il est gangrené. Il faut donc frapper à coup sûr et peaufiner les dossiers de poursuites pour que l’Audience n’ait aucun pas d’autre solution que de condamner le fonctionnaire corrompu122. L’instruction est donc longue et le décalage temporel entre la découverte des faits de la corruption et la sanction correspondante affaiblit singulièrement l’exemplarité de la peine. La sanction administrative n’est pas une meilleure solution :

  • 123 « Este sistema, aunque más ejecutivo, tiene el inconveniente de que no trae consecuencias : se sepa (...)

Ce système, bien que plus expéditif, a le défaut de ne pas avoir d’effet durable : on met à pied un employé, un autre ministre arrive au pouvoir et le réintègre avec une promotion123.

  • 124 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A, Maura, 20 (...)
  • 125 MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du consul de Bérard, 2 janv (...)
  • 126 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 7-8.

69Le gouverneur général ne peut être totalement sûr que d’un très petit nombre de subordonnés, Blanco s’appuie ainsi sur une demi-douzaine de hauts fonctionnaires et certains en qui il avait une totale confiance finissent par avoir un comportement louche124. De plus, l’honnêteté n’est pas la seule variable qui entre en ligne de compte. Blanco et son commandant en second, Echaluce, ont tous les deux la volonté de combattre la corruption, mais, par ailleurs, ils ne s’entendent pas bien et leur lutte contre les corrompus s’en ressent125. On est donc très loin de l’image d’un gouverneur général autocrate et sûr de lui126. La lassitude, le sentiment d’impuissance transparaissent dans certaines lettres.

  • 127 Voir, en particulier FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du gouverneur général par intérim F. Ochando au (...)

70La politique de moralisation bute aussi sur les réalités du clientélisme et ce, à deux niveaux. Tout d’abord, la culture administrative de Despujol, de Blanco et de Maura ne tranche pas avec celle des autres gouverneurs généraux ou des autres hommes politiques : leur correspondance est encombrée de demandes de faveurs, de pressions et de tractations en vue d’obtenir des postes pour des proches, en particulier des membres de la famille ou des amis politiques. Ce volet est visiblement très important pour les trois hommes : bien des lettres commencent par ces points et les correspondants font régulièrement le point sur les différents dossiers en suspens, alors qu’il s’agit parfois d’emplois de rang inférieur127.

  • 128 FAM, leg. 326, exp. 1, lettre du gouverneur général E. Despujol au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 1 (...)
  • 129 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 1er(...)
  • 130 « ... Cada día me afirmo más en la opiniόn de que no hay cosa de mayor trascendencia para el buen g (...)
  • 131 Voir, par exemple : FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du ministre d’Outre-Mer A. Maura au gouverneur gé (...)

71Quelques exemples suffiront. Lorsque Maura arrive à la tête du ministère, la première lettre que lui adresse Despujol a, entre autres objectifs, celui de sauver la tête de ses proches, en particulier de son beau-frère et de son neveu. On devine au passage l’existence de véritables listes d’attente pour les postes les plus intéressants et, dans ce jeu de chaises musicales, Despujol sait parfaitement qu’il peut, au mieux, obtenir une mutation pour ses protégés128. Blanco ne semble pas trop gourmand en postes, mais ses ennemis sous-entendent que les sanctions contre les employés sont simplement destinées à faire de la place pour ses protégés129. Enfin, Maura est persuadé de l’importance de la sélection rigoureuse des employés130 et il refuse que ses protégés bénéficient de passe-droits ou qu’ils ne soient pas châtiés s’ils se comportent mal. Ces scrupules l’honorent, mais il place lui aussi ses amis politiques ou, simplement, des fonctionnaires qui sont originaires des Baléares où Maura est né et où il a su construire un solide fief électoral et clientélaire131.

72En second lieu, le gouverneur général et le ministre, même lorsqu’ils sont totalement d’accord sur les objectifs et les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir doivent tenir compte de certaines réalités politiques supérieures qui limitent singulièrement leur capacité d’intervention. En effet, un événement anecdotique dans une province reculée des Philippines peut avoir d’importantes répercussions dans les plus hautes sphères de la vie politique métropolitaine.

  • 132 Gasset est à l’époque député de la circonscription de La Estrada, dans la province de Pontevedra. C (...)

73En octobre 1893, le gouverneur de la province de La Laguna est poursuivi pour de graves faits de corruption. L’enquête permet d’établir que ses trois prédécesseurs ont eux aussi commis des irrégularités, et une série de secrétaires et d’employés de la province tombent en même temps. Rien de bien original jusque-là. Cependant, un des accusés est un certain Cojo Valero, en congé en Péninsule au moment de la découverte des faits et qui s’est vanté de revenir aux Philippines avec un gouvernement de province. Effectivement, Blanco reçoit un télégramme nommant l’inculpé à la tête de la province de La Laguna. Le gouverneur général alerte immédiatement Maura en lui demandant de bloquer à tout prix cette nomination. Or, le padrino de Cojo se révèle être Rafael Gasset y Chinchilla, le directeur du puissant journal madrilène El Imparcial. Gasset soutient activement le gouvernement Sagasta auquel appartient Maura132.

  • 133 FAM, leg. 326, exp, 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 15 (...)
  • 134 Moret est à la tête du ministère de Fomento dans le ministère Sagasta.
  • 135 FAM, leg. 326, exp. 3, lettres du gouverneur général EL Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 24 (...)
  • 136 FAM, leg. 326, exp. 3, lettres confidentielles du ministre d’Outre-Mer A. Maura au gouverneur génér (...)

74Blanco est parfaitement conscient de la complexité de la situation et propose au ministre d’endosser l’intégralité de la responsabilité de l’annulation de la nomination et des poursuites contre Cojo133. Blanco reçoit peu de temps après un télégramme laconique de Segismundo Moret134 : Me intereso vivamente por Cojo Valero, ruego V.E. espere carta mía (« Je m’intéresse de très près au cas de Cojo Valero, je prie Votre Excellence d’attendre ma lettre »), mais le gouverneur général indique clairement à Maura qu’il ne se laissera pas intimider135. Ce dernier est donc placé dans une situation très inconfortable : soit il désavoue la plus haute autorité de la colonie, soit il affaiblit indirectement le gouvernement auquel il appartient. Visiblement, Maura tente de trouver une porte de sortie honorable : il ne demande pas à Blanco d’arrêter les poursuites, ce qui est courageux de sa part, mais il suggère que Cojo est peut-être simplement « responsable mais pas coupable »136...

  • 137 Isern est un des « protecteurs », avec Ochando et le gouverneur de la province de Manille, des jeux (...)
  • 138 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre confidentielle du ministre d’Outre-Mer A Maura au gouverneur général (...)
  • 139 Voir supra, p. 90.
  • 140 D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899], p. 155 ; A. W. Quiroz, « Corrupciόn, b (...)

75Les obligations de clientèle, la satisfaction des intérêts personnels entrent donc inévitablement en conflit avec la volonté d’éradiquer la corruption qui, elle, suppose universalité et impartialité des procédures. Certains fonctionnaires disposent même d’appuis si solides que le gouverneur général et le ministre ne peuvent rien contre eux. Le cas du procureur de l’Audience, Isern, est exemplaire. Blanco comme Maura sont persuadés qu’il est profondément corrompu137, mais ils ne peuvent envisager d’autre punition qu’une mutation, du fait des appuis d’Isern à Madrid138. À grand peine, ils parviennent à obtenir son transfert à La Havane. Cet exil est de très courte durée et, à la fin de l’année 1894, à peine revenu aux Philippines, Isern est déjà impliqué dans l’affaire Rosales139. On imagine aisément que, lorsque le ministre et/ou le gouverneur n’ont pas le sens moral de Despujol, Blanco et Maura, les dossiers de corruption doivent donner lieu à des tractations peu reluisantes et des passe-droits scandaleux. À des milliers de kilomètres des Philippines, à Cuba, la courageuse campagne de moralisation du capitaine général Salamanca (1889-1890) est contemporaine des efforts de Despujol et de Blanco. Cette concomitance montre clairement que la corruption est devenue un problème impérial. Le résultat final est malheureusement le même : la détermination de la plus haute autorité est impuissante face à ce qui est devenu une norme de comportement de l’administration coloniale140.

III. – Les réformes institutionnelles

76Le moment réformateur des trente dernières années de la domination espagnole affecte, avec plus ou moins de profondeur et de bonheur, pratiquement tous les domaines de la vie de la colonie. Parfois, ces changements modifient ponctuellement le contexte dans lequel évoluent les fonctionnaires corrompus et, en compliquant la tâche de ces derniers, ils sont susceptibles de réduire les abus. Cette influence est indirecte et, si les promoteurs de ces réformes ont sans doute caressé l’espoir d’assainir du même coup les mœurs des employés, la priorité affichée est ailleurs. C’est la raison pour laquelle nous ne donnerons pas trop de détails sur ces projets et ces réformes.

  • 141 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 17 (...)

77Les graves dysfonctionnements de la commune indigène et du système fiscal ont, à juste titre, beaucoup préoccupé les réformateurs. Indirectement, les réformes opérées dans ce domaine sont susceptibles, en cas de réussite, d’assécher, en quelque sorte, la corruption à sa source, La suppression du monopole des tabacs est un bon exemple de ce processus : la libéralisation de ce secteur, décrétée pour des raisons d’ordre économique, élague, du même coup, une des branches les plus pourries de l’administration coloniale. De même, au moment de la préparation de la réforme de la municipalité de Manille, le gouverneur général Blanco pousse le ministre d’Outre-Mer Maura à supprimer le droit de regard du gouverneur de la province, en qualité de corregidor, sur l’ayuntamiento. L’argument de Blanco est d’un réalisme désabusé. Grâce à la réforme, la municipalité de Manille utilisera d’importants moyens financiers pour passer de multiples marchés. Une telle manne ne manquera pas d’attirer de nombreux candidats à la moralité douteuse pour le poste de corregidor et, in fine, la municipalité quizas la única corporación que no ha dado que decir en Manila (« peut-être la seule corporation qui n’a pas fait parler d’elle à Manille ») sera à son tour gangrenée141.

  • 142 L. Á. Sánchez Gomez, « Los debates sobre la regulacion de la prestation persona ! en Filipinas ».

78Dans le domaine de la fiscalité, l’effort législatif est indéniable avec le remplacement des tributs par les cédules personnelles, la réduction de la prestation personnelle ou la mise en place de règlements plus stricts et plus clairs sur le fonctionnement de la corvée142. En général, la politique assimilationniste des années 1880 et du début des années 1890 se traduit par l’introduction de lois plus précises et par la mise en place de procédures automatiques et donc, en théorie, moins facilement monnayables par les corrompus. L’extension à la colonie du code civil ou de la loi hypothécaire constituent de bons exemples (1889).

  • 143 Pour un exemple concret, voir Á. Martinez Cuesta, « Evangelización de la lsla de Negros », p. 108.
  • 144 M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. XI, pp. 225 sqq.

79Les conséquences de ces réformes sont cependant extrêmement limitées parce que les textes sont souvent inadaptés aux réalités de la colonie. Les hommes chargés d’en assurer l’exécution, fonctionnaires, curés, responsables locaux philippins ne secondent pas toujours avec beaucoup d’ardeur les velléités réformatrices de Madrid ou de Manille. Des raisons politiques, la tradition du « acato pero no cumplo » expliquent en partie ce comportement, mais ceux qui profitent illicitement des dysfonctionnements du système n’ont aucun intérêt à ce qu’il s’améliore143. Les partisans sincères des réformes n’ont finalement aucun échelon sur lequel s’appuyer. Prenons l’exemple de la réforme de la prestaciόn personal de 1883 : le règlement de 1884 charge les autorités judiciaires et les auxiliares de fomento de lutter contre les nombreux abus au niveau des communes, or ces deux échelons de l’administration coloniale sont profondément gangrenés144. Enfin, ces innovations sont tardives et elles n’ont été que très partiellement appliquées au moment où éclate l’insurrection de 1896. En conclusion, l’influence de ces réformes sur la corruption est, selon toute vraisemblance, très limitée, voire nulle.

  • 145 Voir, par exemple, la solution proposée, sans succès, par Primo de Rivera dans AHN, Ultramar, leg. (...)
  • 146 Proyecto de bases para la organización política y administrativa central de Filipinas [1870], p. 7  (...)
  • 147 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 12 ; L. álvarez y Tejero, De las islas Filip (...)
  • 148 Pour une critique en règle Au juicio, voir P. de la Escosura, Memoria sobre Filipinas y Joló [1882] (...)
  • 149 La circulaire du 21 août 1893 demande expressément aux procureurs des nouvelles audiences de poursu (...)

80Les améliorations sont très peu nombreuses dans le domaine des instruments de contrôle de la corruption. Les dispositions répressives sont, à juste titre, considérées comme suffisantes. Le problème de l’application des sanctions est, quant à lui, totalement insoluble puisque l’Audience, le gouvernement général et le ministère tiennent à conserver un droit de regard sur les procédures : les tentatives d’alliance de deux pouvoirs contre le troisième débouchent inévitablement sur de violents conflits145. L’idée, intéressante, de créer un corps d’inspecteurs de l’administration provinciale ne prospère pas146. L’éventualité de rénover la procédure du juicio de residencia et de la rendre beaucoup plus systématique est régulièrement évoquée147 mais, à notre connaissance, elle n’est jamais sérieusement envisagée. Les résultats pratiques de la procédure ne plaident guère, il est vrai, en sa faveur148. En fin de compte, la seule innovation importante est la création de deux nouvelles audiences, celle de Cebu (1886) et celle de Vigan (1893). Par ce biais, les instances judiciaires sont plus proches des administrés, et l’administration coloniale dispose de nouveaux moyens pour traquer les corrompus149.

  • 150 Pour une bonne mise au point sur cette réforme, voir Luis Ángel Sanchez Gómez, « Vísperas del 98 en (...)
  • 151 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 15 (...)
  • 152 Les municipalités calquées sur le modèle espagnol créées, dans quelques villes de l’Archipel, parle (...)

81Les ministres cherchent aussi des solutions variées au vieux problème de la concentration excessive des pouvoirs entre les mains des gouverneurs de province, source de tant d’abus. La réforme du 19 mai 1893150, préparée par Maura, explore en quelque sorte les solutions « par le bas » puisqu’elle a pour objectif de donner une plus grande autonomie, un plus grand pouvoir et un plus grand prestige aux communes indigènes. Ce faisant, elle renforce les contre-pouvoirs philippins. Le gouverneur général Blanco est même persuadé que, libérés de la tutelle étouffante et corruptrice des gouverneurs, les magistrats philippins gèreront de manière beaucoup plus honnête les ressources municipales151. La réforme Maura prévoit aussi la création de Juntas provinciales chargées de superviser les nouvelles municipalités et de conseiller le gouverneur de la province152. Là encore, les décrets d’application sont beaucoup plus timides que le texte initial et la révolution de 1896 bloque la phase de transition alors en cours. Il est donc impossible d’évaluer son éventuel rôle bénéfique sur les abus de pouvoir des gouverneurs.

  • 153 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 197-199 ; F. Cañamaque, Recuerdos de Fil (...)

82Par le haut, des réformes tentent d’opérer à la fois une séparation des pouvoirs et une décentralisation. Dès les années 1870, de nombreux observateurs réclament une réforme de fond qui créerait de nouveaux contre-pouvoirs, comme la mise en place d’un Conseil de province (Diputación de provincia) chargé de conseiller le gouverneur, ou qui renforcerait les pouvoirs restés relativement autonomes, comme le clergé ou l’administration des Finances153. L’idée d’une meilleure division des tâches et d’une relative décentralisation est aussi avancée.

83Le gouverneur général Carlos María de la Torre souligne, à l’issue de son mandat mouvementé, que le gouverneur général ne peut continuer à tout contresigner, des passeports des Chinois à l’autorisation d’installer une table de billard

  • 154 « ... No debiendo olvidarse que hay diferencia entre las que se conceden para las que usan bolas de (...)

en prenant garde de ne pas oublier que les autorisations ne sont pas les mêmes selon qu’il s’agit de boules en ivoire ou en bois154.

  • 155 Voir, par exemple, C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 14 (...)

84La centralisation madrilène est aussi pointée du doigt : les délais de réponse du ministère d’outre-Mer sont interminables, môme lorsqu’il s’agit de points cruciaux155. Une décentralisation bien menée permettrait, selon certains réformateurs, d’améliorer le fonctionnement de l’administration. Ces projets concernent à la fois les liens entre Madrid et sa colonie et, au sein de cette dernière, entre Manille et les provinces.

  • 156 Les premiers projets remontent aux années 1860.
  • 157 Dirección General de Administración Civil, Reales decretos sobre creación de gobiernos civiles [188 (...)

85Pour notre sujet, la réforme la plus importante est la création, en 1886, des gouvernements civils156. Dans les nouveaux gouvernements civils, les pouvoirs judiciaires sont confiés à des jueces de primera instancia (« juges de première insinstance »), les alcaldes mayores disparaissent donc de la terminologie officielle. Désormais, les gouverneurs civils dépendent uniquement du gouverneur général. Ils perdent aussi une partie de leurs attributions dans le domaine fiscal, tout en restant les premières autorités dans l’ordre économique157.

  • 158 « La percepción de los tributos, la imposición de ciertas prestaciones, la declaración de soldados, (...)

86La mise en place des gouvernements civils vise à résoudre différents problèmes de fonctionnement, en particulier dans le domaine de la justice, mais la nécessité de moraliser l’administration provinciale est clairement prise en compte par le ministère l’Outre-Mer158.

  • 159 Les provinces d’Albay, Bataan, Batangas, Bulacan, Camarines Norte et Sur, Cagayan, La Laguna, Mindo (...)

87Les gobiernos civiles ne concernent qu’une partie de Luçon159 et le statut des autres provinces n’est pas modifié. En 1896, l’armature provinciale de l’administration coloniale est donc un immense patchwork, un palimpseste où l’on peut deviner les traces superposées de toutes les réformes du XIXe siècle :

  • 160 « ¿Qué es esto ? ¿Proyecto, prueba o ensayo ?¿A qué tiende plan tan heterogéneo ? » M. Scheidnagel,(...)

Qu’est-ce que c’est que ça ? Un projet, une expérience ou un essai ?
Quel est le but d’un plan aussi hétérogène160 ?

  • 161 Régimen político-administrativo para el porvenir en el archipiélago filipino [1897], p. 39. Un mili (...)

88La répartition des provinces entre civils et militaires est irrationnelle : les gobiernos político-militares sont maintenus dans les Visayas alors qu’aucun argument de sécurité publique ne peut le justifier depuis des décennies161. La réduction du nombre des provinces, réforme réclamée par l’immense majorité des observateurs, n’est pas mise en œuvre. Les incohérences et les insuffisances de la réforme de 1886 s’expliquent aisément : l’objectif semble être moins l’amélioration du maillage administratif que le maintien d’avantages acquis, que la multiplication des places susceptibles d’être distribuées aux protégés, places d’ailleurs fort bien rémunérées. Le jugement de Walls y Merino ne laisse aucun doute sur ce point :

  • 162 « Si lo que se quiere es ir protegiendo a paniaguados que vayan desfilando por los diecinueve gobie (...)

Si l’objectif est de continuer à défendre des protégés qui défileront dans les dix-neuf gouvernements civils de Luçon, alors ces postes doivent être maintenus. En revanche, s’il s’agit d’administrer le mieux possible et à moindres frais les provinces, alors il n’y a pas de raison de les conserver162.

  • 163 Voir ce qu’écrit le gouverneur général Izquierdo à propos des promotores fiscales. (AHN, Ultramar, (...)

89En fait, le pouvoir discrétionnaire des gouverneurs reste considérable à la fin de la domination espagnole et les multiples réformes ne sont pas parvenues à établir des contrepoids crédibles. Les changements ont même un effet néfaste parce qu’ils multiplient les rivalités, les frustrations et les règlements de comptes entre autorités espagnoles : l’ancienne rivalité entre les juges et les gouverneurs militaires est désormais étendue aux gouvernements civils. Bien entendu, il est fait largement usage de l’arme de l’accusation de corruption dans ces conflits. On peut même avancer l’hypothèse que la multiplication des pouvoirs concurrents, la prolifération des fonctionnaires plus ou moins utiles, plus ou moins payés s’est traduite par une augmentation de la corruption163. En caricaturant, on pourrait dire que les réformes ont retiré aux gouverneurs corrompus certaines sources de profits illicites pour les mettre entre les mains de juges corrompus. Le gâteau est partagé entre un plus grand nombre d’invités, mais le principe du partage du gâteau n’est pas remis en cause et l’appétit des convives reste le même.

  • 164 R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 202-203.
  • 165 J. Moreno Luzón, « La corrupción en Madrid », pp. 99-110.

90Aucune réforme de structure n’a véritablement modifié les conditions du développement et de l’épanouissement de la corruption. La raison de cet échec est évidente : au fond, toutes ces réformes font du neuf avec du vieux. Leur mise en place, extrêmement lente et timide, n’est pas susceptible d’entraîner une prise de conscience collective, ni chez les fonctionnaires, ni chez les administrés. Pour établir un véritable système de freins et de contrepoids, il fallait s’engager sur des voies beaucoup plus novatrices et, partant, politiquement risquées. La libéralisation de la presse coloniale en vue de lui permettre de dénoncer les agissements des employés est envisagée par un auteur isolé164 et après le soulèvement de 1896. La représentation parlementaire de la colonie reste un sujet tabou et ce d’autant plus qu’elle constitue, comme la liberté de la presse, une des revendications légitimes des nationalistes philippins. De toute façon, les contre-exemples des Antilles et de la propre métropole laissent penser que ces libertés essentielles n’auraient eu qu’un effet très limité sur la corruption des employés coloniaux165.

Notes

1 S, Alatas, The Sociology of Corruption, pp. 7-8 et 65-66. Alatas cite un réformateur chinois du XIe siècle.

2 AHN, Ultramar, leg. 3290, « Instrucciones comunicadas al Teniente General D. Fernando de Norzagaray », 24 janvier 1857.

3 Ormaechea a refusé à plusieurs reprises de présenter les bilans financiers de son administration à la Cour des comptes. Norzagaray le destitue pour cette raison, mais la métropole rejette la décision et lui ordonne très officiellement de confier à Ormaechea l’administration des Douanes, ce qui est une promotion. Humilié, Norzagaray préfère démissionner et laisser sa place à quelqu’un « ... que podrá interpretar mejor que yo los altos pensamientos del Gobierno Supremo ». (AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 6, lettre de démission de Norzagaray, 30 juin 1859.) Norzagaray a poursuivi un nombre considérable de gouverneurs corrompus. (AHN, Ultramar, leg. 5172, exp. 23, lettre confidentielle de Norzagaray au ministre des Affaires étrangères et d’Outre-Mer, 30 mai 1857.)

4 AHN, Ultramar, leg. 3290, le carton contient les instructions données aux gouverneurs généraux José Lemery, José Mac-Crohon, Rafael Echagüe, Juan de Lara, Carlos María de la Torre et Rafael Izquierdo.

5 AHN, Ultramar, leg. 5172, exp, 23, lettre confidentielle au ministre des Affaires étrangères et d’Outre-Mer « Sobre el modo de levantar el preitigio de los Españoles en el Archipiélago », 9 octobre 1857.

6 M. Cánovas, Noticiass históricas, geográficas, estadísticas [1859], pp. 18 et 39 ; A. García de Canto, España en la Oceanía [1862], p. 105.

7 J. Bowring, A Visit to the Philippine Islands [1859], pp. 87-88 et 312-313.

8 J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire, pp. 247-292.

9 Par ordre décroissant : jefes superiores, jefes de administración, jefes de negociado, oficiales, aspirantes a oficial.

10 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 131-146 ; R. Jiménez Asensio, Políticas de selección en la función pública espanola, p. 108.

11 C’est aussi le cas pour la publication dans le journal officiel des mouvements du personnel employé outre-mer (décret royal du 1er octobre 1856). Sur les réformes des années 1860-1868, voir L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 149-153 et 164, et P. Ortego Gil, « El marco normativo de la carrera civil de Ultramar », pp. 49-58.

12 Voir p. 125.

13 Cette pratique reçoit même une sanction législative par le décret du 26 octobre 1868.

14 Les Philippines ont bénéficié d’une représentation théorique en 1810-1813 ; 1820-1823 ; 1834-1836. Du fait des délais de communication entre la métropole et la colonie, les députés philippins sont en général arrives en Péninsule après la bataille. Sur la question de la représentation parlementaire des colonies, voir J. M. Fradera, Gobernar colonias, pp. 71-125, et J. Celdrán Ruano, « Instituciones hispano-filipinas. La representación parlamentaria filipina ».

15 Le décret du 5 décembre 1868 abroge le règlement de 1866 ce qui permet l’épuration de l’administration coloniale.

16 Le Conseil des Philippines est obligatoirement consulté pour tous les projets de réforme, il a aussi un droit d’initiative. Cet organe est modifié à plusieurs reprises. Il est également chargé un temps des possessions du golfe de Guinée, il est ensuite inclus dans un Conseil d’Outre-Mer, avant de redevenir autonome en 1889. Les avis et projets du Conseil sont conservés dans différents cartons de la section Gobierno du fonds Outre-Mer de l’AHN. Sur tous ces organes consultatifs, voir les mises au point d’A. Sánchez Andrés, « Los organismos consultivos del Ministerio de Ultramar », de J. Santaló i Peix, « La administraciόn colonial española en Filipinas durante el Sexenio », et de J. Celdrán Ruano, Instituciones hispanofilipinas del siglo XIX, pp. 127-165.

17 En 1870, Moret, né en 1838, est un jeune homme politique brillant. Professeur d’économie à 1’Universidad Central de Madrid, député de la circonscription d’Almadén et excellent orateur, il approuve la révolution de 1868 sans y participer activement. En 1870, dans le cabinet Prim, il remplace Manuel Becerra à la tête du ministère d’Outre-Mer. Partisan de la concession progressive d’un régime d’autonomie aux colonies, son activité législative est extrêmement féconde puisqu’il fait adopter une loi d’abolition graduelle de l’esclavage, une constitution pour Porto Rico ainsi que différents textes importants pour cette même île (réformes de l’organisation municipale et provinciale, loi sur le commerce de cabotage). J. Celdrán Ruano, Instituciones hispano filipinas del siglo XIX, pp. 139-146, énumère les réformes préparées par Moret pour les Philippines. Le recueil intitulé S, Moret, Textos sobre la cuestión colonial, oublie ce volet de l’œuvre de Moret.

18 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870]. Le texte comprend un préambule du ministre, deux décrets datés du 16 août et un décret d’application du 28 septembre.

19 « ... Al frente de todas ellas [...] figura su viciosa e ignorante administración, de la cual pudieran hacerse las más severas críticas, sin temor de ofender la justicia. » Decretos creando y organizando el cuerpo de Administraciόn Civil de Filipinas [1870], p. 4.

20 « Y si a este grave mal se une la consideración de los defectos generales que aquejan a la Administraciόn española, en especial la falta de seguridad y de permanencia que acaba por dar frutos de inmoralidad y de ignorancia, V.A. comprenderá que la Administraciόn ha llegado en las Islas Filipinas a punto tal, que demanda inmediato remedio ; pues ya, no sólo entre nosotros, sino en países extranjeros, ocurre con vergüenza nuestra el caso de sacar a luz ante sus magistrados y comerciantes, la corrupción más bochornosa al tener el Gobierno que provocar, como lo ha hecho en Londres, procesos e investigaciones para descubrir los fraudes cometidos en los cargamentos de tabaco llegados a aquel mercado. » Decretos creando y organizando el cuerpo de Administraciόn Civil de Filipinas [1870], p. 5. Nous n’avons pas trouvé trace dans les archives de cette affaire, mais il s’agit sans nul doute d’une classique escroquerie sur la qualité des tabacs mis aux enchères. L’acheteur acquiert une cargaison de tabac de qualité supérieure, mais les ballots livrés – sans doute avec la complicité des douanes – contiennent du tabac avarié ou de qualité inférieure. Les feuilles détournées sont ensuite vendues au marché noir.

21 « No es posible gobernar un país cuya lengua se ignora ; no se puede administrar una colonia cuyos usos y costumbres se desconocen ; no se hace progresar una industria y una agricultura que apenas se ven de lejos y por breve espacio de tiempo ; no cabe reformar un pueblo en cuyo interior no se penetra ; y es imposible, en fin, civilizar una raza, cuando todo lo que forma su esencia, el lenguaje, las creencias, los usos y las costumbres, permanecen extraños a la raza dominadora y al país colonizador. » Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870], pp. 6-7.

22 On prévoit aussi de former quelques spécialistes du chinois.

23 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 164-165 et 174-175.

24 Le corps des mines (Ingenieros de Minas) est créé en métropole en 1833, le corps des ingénieurs des ponts et chaussées (caminos, canales y puertos) en 1835. Voir L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 112-122. Ces techniciens sont par la suite envoyés aux Philippines : l’Inspección de Minas de l’Archipel est créée dès 1837, l’Inspección de Montes en 1855 en théorie et en 1862 dans la pratique, l’Inspección General de Obras Públiais en 1867, celle des Correos y Telégrafos en 1882. Tous ces services sont chapeautés par la Dirección General de Administración Civil à partir de 1874.

25 Voir par exemple, J. Montano, Voyage aux Philippines [1886], pp. 42 et 57, et F. Blumentritt, Consideraciones acerca de la actual situación política de Filipinas [1889], p, 26. Sur les ingenieros de montes en poste aux Philippines, voir Ignacio Pérez-Soba del Corral et Belén Bañas Llanos, « “Un sueño roto…”. La brillante labor de los Ingenieros de Montes españoles en Filipinas (1855-1898) », Revista Española del Pacífico, 9, 1998, pp. 261-292.

26 « I feel bound to say that so far as my knowledge went, there was no corruption or underhand work in either the Inspection of Forests or the Public Works. » F H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 49. Sawyer, ingénieur dans l’industrie, a côtoyé ces fonctionnaires.

27 FAM, leg. 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 20 avril 1893.

28 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du 7 février 1889, f° 196 ; FAM, leg. 334, exp. I, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 22 août 189 3 ; FAM, leg. 326, exp. 3, lettre très confidentielle du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 22 novembre 1893 ; E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], pp. 88 et 115 ; W. G. Wolters, « Rise and Fall of Provincial Elites in the Philippines », pp. 58-59.

29 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870], pp. 7-8.

30 D’abord à Hertford Castle puis, à partir de 1809, à Haileybury College. Le collège est financé par l’East India Company jusqu’à la disparition de cette dernière. La scolarité est de deux ans, prolongée par des stages sur le terrain. À partir du milieu des années 1860, les hauts fonctionnaires coloniaux hollandais sont formés à Leyde ou Delft.

31 Le concours est ouvert aux Indiens et, dès 1864, un colonisé le réussit. Les Indiens sont cependant extrêment minoritaires jusqu’à l’Entre-deux-guerres.

32 Moret s’éloigne de la vie politique dans les années 1870. Par la suite et jusqu’à sa mort en 1913, il joue une rôle politique très important et il participe à de nombreuses reprises aux gouvernements libéraux ; il est à nouveau ministre d’Outre-Mer en 1897-1898.

33 Elle l’était, de fait, depuis des mois : à ma connaissance, le concours prévu pour le mois de juillet 1871 n’a pas été organisé.

34 AHN, Ultramar, leg.5346, exp. 5.

35 Son titulaire est J. Maldonado Macanaz, auteur des Principios generales del arte de la colonización, ce qui en fait une sorte de Leroy-Beaulieu espagnol. Sur cet ouvrage, voir Josep M. Fradera, « Els Principios generales del arte de la colonización segons Joaquín Maldonado Macanaz, Idees victorianes en un context hispànic », llles i Imperis, 3, 2000, pp. 61-85.

36 Le titulaire choisi pour l’enseignement des langues, Joaquín Coria, meurt en 1873 et aucun successeur n’est nommé. Un enseignement des langues philippines et chinoises est cependant ouvert à Manille.

37 Le ministère de Fomenta, dont dépend l’université, apprécie peu de ne pas avoir été consulté avant l’ouverture du cursus et il fait tout pour le saborder.

38 Elle disparaît cependant au milieu des années 1870 parce que son titulaire est nommé directeur général de l’enseignement public puis gouverneur civil de Gérone. L’enseignement mène à tout. Nous ignorons la date à laquelle les cours ont repris.

39 Sur cette triste chaire, voir AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 11, et AHN, Ultramar, leg. 5312, exp, 41, motion du Conseil des Philippines du 8 novembre 1897.

40 Nous nous appuyons ici sur te préambule du décret du 13 octobre. (Gaceta de Madrid, 210[304], 31 octobre 1871, t. III, p. 352.)

41 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 5, avis du Conseil des Philippines du 11 mars 1877.

42 Moret a aussi préparé une profonde réforme de l’enseignement supérieur de la colonie, projet qui aurait privé le clergé régulier, principalement les dominicains, de sa main-mise sur l’université.

43 « No hay que decir que el proyecto de este ministre, slo porque era bueno, no llegó a realizarse. Consideróse una utopia la carrera de empleados, y por desgracia siguen los hombres políticos pensando la misma cosa. » W. E. Retana, Archivo del bibliófilo filipino, 1896, t. II, p. 487.

44 « Los que los [les décrets] rechazaban, se han limitado al empleo de la ironía ; han mostrado extrañeza de que se quiera aplicar a Filipinas una mejora apenas ensayada en la Península, pero han estado muy lejos de negar que la reforma fuese conveniente... » AHN, Ultramar, leg. 5312, exp, 41, motion du 8 novembre 1897 sur l’organisation des carrières de la fonction publique en poste aux Philippines.

45 « El temor de que ciertas prácticas abusivas, que casi han llegado a constituir derecho por las turbulencias de nuestros tiempos, no permitan llevar a cabo aquel buen pensamiento, y que los reglamentos de este género sean otras leyes más que infrigir, no son razones que se pueden tomar en consideración... » AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 6, motion du 9 avril 1872. L’initiateur du texte est Manuel de Azcárraga.

46 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil de Filipinas [1870], pp. 19-22.

47 «Empleados, por ejemplo, que han representado siempre las ideas de la centralización, no son aptos, ni tienen autoridad, para llevar a cabo la descentralización.»

48 A. García Nieto, La burocracia, pp. 235-248 ; « La inmoralidad administrativa », El Empleado, 3(299), 23 août 1887, reproduit dans C. Carrasco Canals, La burocracia en la España del siglo XIX, pp. 521-523.

49 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, p. 166.

50 P. Ortego Gil, « El marco normativo de la carrera civil de Ultramar », p. 69.

51 V. Balaguer, En el ministerio de ultramar [1888], t. I, pp. 381-386 et t. II, pp. 139-177, 241-251.

52 J. Celdrán Ruano, Instituciones hispanofilipinas del siglo XIX, pp. 218-220 ; A. W. Quiroz, « Corrupciόn, burocraria colonial y veteranos separatistas », pp. 103-108. Ces interpellations sont prolongées par des campagnes de presse en métropole et à Cuba.

53 Ce député catalan, juriste de formation, réclame à plusieurs reprises que les projets de réforme destinés aux Philippines soient débattus devant le Parlement. Pons connaît relativement bien les problèmes coloniaux car il a occupé, à la fin des années 1860 et au début de la décennie suivante, des postes de responsabilité au sein du ministère d’Outre-Mer.

54 Pons sous-entend en particulier que de hauts fonctionnaires se livrent à un trafic illégal de billets de loterie à destination de Singapour et de Hong-Kong. J. Rizal évoque ces tricheries dans Révolution aux Philippines, trad. française d’El filibusterismo, p. 162.

55 Diario de Sesiones del Congreso, 42, 4 février 1889, pp. 1055-1057. Les faits relatés sont véridiques, voir infra, pp. 296-297.

56 AHN, Ultramar, leg. 5289, exp. 93, réponse du gouverneur général Weyler à la demande d’informations du ministère d’Outre-Mer, 21 mars 1889. La défense de Weyler est particulièrement maladroite, voire malhonnête : il ose par exemple utiliser le silence de la presse de Manille sur le supposé scandale des maisons de jeu comme argument alors que cette presse est sous le contrôle étroit du gouvernement général ! Selon le consul de France à Manille, Weyler doit sa survie à la protection de Cristino Martos y Balbi membre du partido fucionista de Sagasta et proche de ce dernier. (MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avril 1889, f° 252 et dépêche 45, 17 juillet 1889.)

57 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avril 1889, f° 252.

58 La veille, Gumersindo Azcárate avait interpellé l’ancien ministre Balaguer sur la passation du marché public des liaisons maritimes entre les Philippines et les possessions espagnoles de Micronésie.

59 Né en 1830 à Manille d’un père basque et d’une mère créole, il commence ses études de droit à l’université de Santo Tomás et les termine à Madrid. Il occupe ensuite différents postes dans la magistrature de l’Archipel, en particulier le gouvernement des provinces de Cagayan, Bulacan et Manille. De 1872 à 1876, il siège à Madrid dans le Conseil des Philippines. À deux reprises, il dirige le département de Gracia y Justicia du ministère d’Outre-Mer. Il est élu député de la circonscription de Solsona en 1876. Il meurt en 1896. Son frère Marcelo a fait une très belle carrière dans l’armée puis dans la politique.

60 Nous nous fondons sur l’article « Filipinas en el Congreso de los Diputados », La Solidaridad, 1(4), 31 mars 1889, pp. 34-36, qui reproduit de larges extraits des débats.

61 «Yo ruego a su señoria que pida los datos relativos al número de causas criminales par defraudación al Tesoro público en Cuba y Filipinas, y que presente aquí un índice de los expedientes en que resulten incidencias criminales que no han sido remitidos a los tribunales, y de las causas criminales incoadas por delitas de defraudación, y se verá cómo no se terminan en muchos años, y cόmo, al terminarse, no se ha encontrado el delincuente. ¿Quiere su señoría que me explique más sobre esta materia? /Pero ¿Qué más, señor ministro de Ultramar? ¿Por qué hemos de engañarnos los unos a los otros, cuando todos sabemos que es verdad lo que estoy diciendo? Si nosotros no lo supiéramos, si no lo supiera su señoría, ni su señoría debía estar ahí, ni nosotros debiéramos estar aquí, porque los primeros que tienen que conocer el mal de una sociedad son los que están en la esfera en que nosotros estamos, y la primera prueba de que se quiere corregir el mal, es confesar su existencia.»

62 Il a proposé des réformes sur ces points en décembre 1888. (J. Celdrán Ruano, Instituciones hispanofilipinas del siglo XIX, pp. 218-219.)

63 « ...Esa infame cuestión del personal, que lleva consigo tantas miserias y tantas perfidias... » V. Balaguer, En el ministerio de ultramar [1888], t. II, p, 6. Balaguer est ministre d’octobre 1887 à juin 1888.

64 « El remedio de combatirla, en lo que cabe dentro de las humanas fuerzas y de nuestras costumbres, está en dar una nueva organización a los servicios y cambiar el modo de ser y las condiciones del Ministerio de Ultramar (si no parece mejor suprimirle dejándole sólo para Filipinas), cosa que sólo puede hacerse con prudencia y con tiempo para evitar mayores males ; en acabar con las influencias, lo cual yo había ya conseguido en parte nombrando para Aduanas sόlo a periciales en virtud de examen y méritos ; en reformar los Aranceles para evitar el contrabando, obra también por mí comenzada ; y en seguir un escrupuloso procedimiento para nombrar empleados, lo cual será difícil, cuando no imposible, mientras existan nuestras costumbres políticas y mientras los representantes del país, obedeciendo a exigencias imposibles de evitar, vayan a su vez a tenerlas con el Ministro y a imponérselas haciéndole cuestiones de Gabinete, a que siempre tendrá que acabar por acceder el Ministro por no perjudicar otros intereses sagrados, y por no encontrarse en las Cámaras con dificultades invencibles que hagan su gestiόn completamente imposible o desdichadamente estéril. » V. Balaguer, En el ministerio de ultramar [1888], t. II, pp. 250-251.

65 Sur les réformes des années 1870-1890, voir P. Ortego Gil, « El marco normative de la carrera civil de Ultramar », pp. 66-83.

66 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 186-189, la citation est extraite de la p. (89. L’ordre royal du 2 octobre 1884 fixe des critères de sélection pour le recrutement des employés coloniaux les moins gradés (oficial quinto), mais les exigences sont très limitées. (C. García Margenat, Consultor del empleado [1886], pp. 5-6 ; L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, p. 188.) Un décret de 1890, préparé par le ministre conservateur Fabié, réglemente les modalités de cesantía, de mutation et de sanction. Cependant, ce louable effort ne revient pas sur le principe de la liberté absolue, détenue par l’autorité qui a nommé le fonctionnaire, de le mettre à pied quand elle le désire, Real Decreto - Ley reorganizando la carrera de la administraciόn general del estado de Ultramar [1890].

67 C. García Margenat, Consulter del empleado [1886], ordre royal du 2 octobre 1884 ; AHN, Ultramar, leg. 5312, exp. 41 motion du 8 novembre 1897 sur l’organisation des carrières ; AHN, Ultramar, leg. 5312, exp. 45, avis du Conseil des Philippines du 4 mai 1898.

68 M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], pp. 14-15.

69 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 51, avis du Conseil sur la réforme de l’administration provinciale, 14 novembre 1876.

70 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 6.

71 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 9, 10 octobre 1872.

72 Le ministère est ici entendu au sens politique. En effet, des employés du ministère d’Outre-Mer continuent de travailler sur le projet de corps spécial de fonctionnaires sans se faire beaucoup d’illusions sur les chances de faire bouger les choses. (AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. M, 1876.)

73 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 13, motion sur l’état des Philippines, 18 décembre 1873.

74 C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 36-37.

75 AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, lettre confidentielle du gouverneur général Izquierdo au ministre d’Outre-Mer, 29 juillet 1871, et AHN, Ultramar, leg. 5242, exp, 14, lettre confidentielle et urgente 391 du 2 février 1872.

76 Voir la lettre du ministère du 31 mars 1872 qui affirme son désir de respecter les employés quelles que soient leurs opinions et la réponse très irritée d’Izquierdo (AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 14, lettre confidentielle 606).

77 « Y en vano será demandar remedio al Gobierno Superior, porque mientras la administración sea esclava de la política, y a intereses de partido se subordine el nombramiento de los empleados públicos, sólo se conseguirán algunos cambios de personas, a veces con tan poca fortuna que sean peores los nombrados que los separados. » AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, Memoria sobre la gobernación general de Filipinas por Dn. Rafael Izquierdo al cesar en el mando en el mes de Diciembre de 1872, f° 12.

78 AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para su sucesor en el mando por [...] Juan de Alaminos y de Vivar, Manille, 21 mars 1874, P 28, et PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 7, lettre du gouverneur général Alaminos au ministre d’Outre-Mer, 6 février 1873 ; AHN, Ultramar, leg. 5351, Memoria reservada que al entregar el mando superior de Filipinas el Exmo. Sr. Marqués de Estella [Fernando Primo de Rivera] deja a su sucesor, 1er mars 1883, f° 3, et AHN, Ultramar, leg. 5346, exp, 8, lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881.

79 AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 12, lettre confidentielle du gouverneur général José Malcampo y Monge au ministre d’Outre-Mer, 7 juillet 1874.

80 C. Herrero, Reseña que demuestra el fundamento y las causas de la insurección [1872], pp. 123-124 ; F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], p. 257 ; M. Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia [1880], pp. 134-137 ; J. M. Ruiz Memoria complementaria [1887], p. 287 ; P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], pp. 145-151 ; Quioquiap, « La burocracia filipina », La política de España en Filipinas, 1(20), 10 novembre 1891, pp. 234-235 ; Eusebio Giménez Lluesma, « La burocracia filipina », La política de España en Filipinas, 2(33), 10 mai 1892, pp. 124-125 ; APAF, doc 227/1-a, Memoria sobre la Reforma municipal (anonyme, 1893 ?) ; E. de Lete, « Los cónsules », La Solidaridad, 5(97), 15 février 1893, pp. 918-919 ; R., « Los empleados », La política de España en Filipinas, 4(101), 18 décembre 1894, pp. 333-334 ; F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], pp. 20-21 ; V. González Serrano, Espana en Filipiñas [1896], p. 76 ; J. Caro y Mora, La situaciόn del país [1897], pp. 63-66, 210-213 ; E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], pp. 275-276 ; C. Millán Villanueva, El gran problema de las reformas en Filipinas [1897], pp. 8 et 25 ; P. Foradada, La soberanía de España en Filipinas [1897], pp. 256-260. Voir aussi L. Á. Sánchez Gómez, Un imperio en la vitrina, pp. 168 et 222.

81 AHN, Ultramar, leg. 5312, exp. 41, motion du 8 novembre 1897 sur l’organisation des carrières.

82 Ce texte est reproduit dans son intégralité dans le numéro 6 (1996) de la Revista Española del Pacífico, pp. 83-97. Dans ses instructions aux gouverneurs de province pour étouffer le soulèvement, le gouverneur général Polavieja insiste sur l’importance de faire preuve de ta plus stricte moralité administrative. (Circulaire du 25 décembre 1896, dans L. Díaz-Trechuelo, « Los gobiernos de Blanco, Polavieja y Primo de Rivera », p. 313.)

83 Ce principe n’est officiellement adopté que vingt ans après la défaite de 1898, dans l’Estatuto de 1918.

84 Y. Mény, « La corruption dans la vie publique », p. 24. Voir aussi S. Alatas, The Sociology of Corruption, p. 47.

85 Pour un exemple, voir AHN, Ultramar, leg. 1229, exp. 18, Juicio de residencia du gouverneur général José Malcampo y Monge (1874-1877). Certains gouverneurs de l’époque moderne, en revanche, ont vu leur carrière et leur réputation brisées par des juicios.

86 Tous les gouverneurs sont des officiers généraux, à l’exception du contre-amiral José Malcampo.

87 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, ffos 24 et 129 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, f° 202 ; E. Jurien de la Gravière, Voyage de la corvette « La Bayonnaise » [1872], t. II, p. 70.

88 AMAE, Ultramar, leg. H 2960, rapport du consul de Grande-Bretagne J. W. Farren du 15 juin 1852. Cette dépêche a visiblement été écrite avec l’objectif qu’elle soit transmise, par le canal de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Madrid, aux plus hautes autorités du Royaume. Selon Farren, Urbiztondo s’est fait des ennemis à Manille, en partie parce qu’il a pourchassé la corruption, et ce clan hostile travaille en métropole pour obtenir son remplacement, Farren tente donc de peser pour obtenir le maintien du gouverneur. Cette défense est sans doute fondée, mais elle est certainement intéressée : la Grande-Bretagne cherche à l’époque à obtenir l’ouverture au commerce international de ports dans les Visayas, et Urbiztondo est visiblement favorable à cette concession.

89 AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 6, lettre du 30 juin 1859.

90 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, f° 100 ; D. C. Worcester, The Philippines Islands and their People [1898], pp. 471-472 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 14-23 et 291. Sawyer souligne en particulier le courage de Moriones et de Despujol face aux corrompus : « Those two noble names are sufficient to redeem the Spanish Government of the Philippines from the accusation of being entirely corrupt, too frequently mode against it. » (p. 23). Sur Despujol et Blanco, voir infra, pp. 297-305.

91 Selon Sawyer, le racket des maisons de jeu aurait rapporté 1.250 pesos par jour. (F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 17 et 25.) L’auteur anglais accuse aussi Primo de Rivera d’avoir touché de l’argent des ordres réguliers pour déplacer le gouverneur de Batangas qui leur était hostile. Selon lui, Alphonse XII aurait donné carte blanche à Primo de Rivera pour piller la colonie pendant trois ans pour le remercier de son aide dans le pronunciamento de Sagonte (1874) qui avait permis la restauration des Bourbons.

92 FAM, n° 334, exp. 7, lettre du GC de Pangasinan Miguel Socias au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 12 juillet 1893.

93 Témoignage du consul de Grande-Bretagne à Manille Walker reproduit dans S. D. Quiason, « The Philippine Revolution and Her Majesty’s Consuls », p. 424. Selon Walker, Primo de Rivera serait reparti de l’Archipel avec deux à trois millions de pesos d’économies...

94 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avril 1889, f° 251 et vol. 99, dépêche 14 du consul de Bérard (4 septembre 1891), ffos 364-366.

95 Sans doute Primo de Rivera.

96 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avril 1889, f° 251v°. Voir aussi l’interpellation du député Pons, Diario de Sesiones del Congreso, 42, 4 février 1889, pp. 1055-1057.

97 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 40, informations politiques du consul Fradin, 23 avril 1889, f° 252.

98 Weyler s’absente de Manille toujours moins de dix jours car, au-delà, il ne percevrait plus de frais de représentation...

99 Selon Fradin, le montant forfaitaire d’un cadeau serait de 500 pesos. Le comportement de Weyler rappelle étrangement celui des empereurs chinois de la fin du XVIIIe siècle. (N. E. Park, « Corruption in Eighteenth-Century China », p. 978.) Selon Sawyer, le bruit court à Manille que Weyler aurait acheté sa charge à l’épouse d’un ministre important pour 30.000 pesos, avec engagement de verser un montant équivalent chaque année. Weyler aurait particulièrement mis à contribution les Chinois. (F.H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 19-20.)

100 N. P, Cushner, Spain in the Philippines, p. 132.

101 Blanco a servi, treize ans auparavant, comme colonel à Mindanao. Blanco et Despujol se connaissent bien et leurs carrières sont très similaires. Nés au début des années 1830, ils ont participé aux opérations outre-mer (Afrique, Saint-Domingue, Cuba). Ils se sont fait un nom pendant la guerre carliste de 1872-1876, avant d’occuper des postes importants comme la capitainerie générale de Catalogne et, bien sûr, le gouvernement générale des Philippines.

102 Il est remplacé par Manuel Becerra. En revanche, les réformes préparées pour les Philippines ne rencontrent aucun obstacle, à Madrid tout au moins, car la colonie est gouvernée par décret. Sur la politique coloniale de Maura pour Cuba, voir J. Durnerin, Maura et Cuba ; et A. Marimon i Riutort, La política colonial d’Antoni Maura ; M. J. González Hernández, El universo conservador de Antonio Maura, pp. 20-25 ; J. Tusell, Antonio Maura. Una biografía política, pp. 23-48.

103 Le mot est employé par Blanco. (FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 16 mai 1893.) Les corrompus semblent mettre très souvent à profit les périodes de vacance du pouvoir. (MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du consul A. Fabre du 24 juillet 1844, f° 211v°.)

104 L’intendant, l’administrateur des Douanes et le juge d’Intramuros.

105 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 16 mai 1893 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 32 du consul de Bérard, 6 mai 1893, ffos 195v°-196.

106 FAM, leg 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A, Maura, 6 septembre, 16 octobre, 22 novembre 1893.

107 Circulaire confidentielle aux chefs de province du 18 mars 1892 (APAF, doc. 269/3-f).

108 M. Walls y Merino, El general Despujol en Filipinas [1892], p. 7 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 21.

109 La guardia civil veterana est un corps spécial créé en 1872. Il est chargé de la police de la capitale et, bien entendu, ses membres sont constamment tentés de monnayer leur pouvoir.

110 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 19 du consul de Bérard, 12 mars 1892, ffos 400-401.

111 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du consul de Bérard, 18 juillet 1892, f° 424V°.

112 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, f° 179.

113 Sur ce point, voir l’article un peu confus de Martin Rodrigo y Alharilla, « La “cuestión Rizat”. Memoria del gobernador general Despujol (1892) », Revista de Indias, 58(213), 1998, pp. 365-384. Despujol déporte Rizal à Dapitan, mais il a trop longtemps hésité sur l’attitude à adopter. La mesure est jugée trop clémente par ses adversaires espagnols et trop dure par les réformistes philippins.

114 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, f° 179V°.

115 Pour un inventaire très complet de tous les arguments utilisés contre Despujol, voir M. Walls y Merino, El general Despujol en Filipinas [1892].

116 Ses adversaires ont même fait courir le bruit que Despujol avait le projet de devenir le roi de l’Archipel ! (MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du consul de Bérard, 18 juillet 1892, f° 423.)

117 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 100, dépêche 27 du consul de Bérard, 2 mars 1893, f° 182v°.

118 « Si hubiera tenido que proceder contra los que prevaricaron antes de mi llegada, estaría empapelada media administración, con grave escándalo, perjudicial siempre a nuestro buen nombre. » FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 24 juillet 1893, voir aussi la lettre du 16 mai.

119 FAM, leg. 326, exp. 3, lettres du ministre d’Outre-Mer A, Maura au gouverneur général R. Blanco, 4 juillet, 19 juillet, 27 septembre, 25 octobre, 8 novembre 1893.

120 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 39 du consul de Bérard, 18 février 1894, ffos 152, 158, 160v° (pour la citation).

121 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52 du consul de Bérard, 25 décembre 1894, ffos 243v°-244. Voir aussi MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du consul de Bérard, 2 janvier 1896, ffos 27v°-30.

122 FAM, leg. 326, exp, 3, lettres du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 26 juillet, 15 octobre 1893.

123 « Este sistema, aunque más ejecutivo, tiene el inconveniente de que no trae consecuencias : se separa gubernativamente a un empleado ; viene otro Ministro y lo vuelve a colocar con ascenso, » FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 15 octobre 1893 et FAM, leg. 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 25 juillet 1893. Voir aussi M. Walls y Merino, El general Despujol en Filipinas [1892], p. 58,

124 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A, Maura, 20 février 1894.

125 MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du consul de Bérard, 2 janvier 1896, ffos 29-30.

126 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 7-8.

127 Voir, en particulier FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 19 janvier 1893 ; voir aussi celle du 23 février 1893. Ochando énumère les protégés de Maura qu’il a placés et remercie des pressions que ce dernier exerce sur Sagasta pour que son frère et son neveu deviennent députés...

128 FAM, leg. 326, exp. 1, lettre du gouverneur général E. Despujol au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 12 décembre 1892, 26 décembre 1892 et lettre de Maura à Despujol du 18 janvier 1893. Despujol n’obtient finalement rien et les postes de ses protégés font partie des dépouilles que se partagent les hommes au pouvoir. De plus, tout indique qu’au moment où il écrit ces lettres son propre sort est scellé.

129 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 1er octobre 1893.

130 « ... Cada día me afirmo más en la opiniόn de que no hay cosa de mayor trascendencia para el buen gobierno y la sana administraciόn que el expurgo y la mejora del personal. » (FAM, leg. 326, exp. 3, lettre confidentielle du ministre d’Outre-Mer A. Maura au gouverneur général R. Blanco, 25 octobre 1893.) J. Tusell, Antonio Maura. Una biografía política, pp. 38-40, souligne que, dès le début des années 1890, Maura a pris conscience des dysfonctionnements graves qui affectent la Restauration et, en particulier, du fossé qui sépare les lois des pratiques politiques, l’Espagne officielle de l’Espagne réelle.

131 Voir, par exemple : FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du ministre d’Outre-Mer A. Maura au gouverneur général par intérim F. Ochando, 15 mars et 12 avril 1893. Maura est très gêné lorsqu’un de ses paisanos de Palma de Majorque, Bartolomé Pons y Pons, est accusé de péculat, mais il se contente de suggérer a Blanco que Pons est peut-être simplement victime d’un coup monté. (FAM, leg. 326, exp, 3, lettres du ministre d’Outre-Mer A. Maura au gouverneur général R. Blanco, 14 février, 28 février 1894 ; sur les poursuites contre Pons, voir aussi PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1.)

132 Gasset est à l’époque député de la circonscription de La Estrada, dans la province de Pontevedra. Cojo est un de ses parents.

133 FAM, leg. 326, exp, 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 15 octobre 1893. Le gouvernement Sagasta est alors dans une passe difficile et il a besoin de tous les appuis.

134 Moret est à la tête du ministère de Fomento dans le ministère Sagasta.

135 FAM, leg. 326, exp. 3, lettres du gouverneur général EL Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 24 octobre et 11 décembre 1893.

136 FAM, leg. 326, exp. 3, lettres confidentielles du ministre d’Outre-Mer A. Maura au gouverneur général R. Blanco, 25 octobre et 22 novembre 1893.

137 Isern est un des « protecteurs », avec Ochando et le gouverneur de la province de Manille, des jeux d’argent pendant les mois de mars et d’avril 1893. (FAM, leg. 326, exp. 3, lettre très confidentielle du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 7 septembre 1893.)

138 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre confidentielle du ministre d’Outre-Mer A Maura au gouverneur général R. Blanco, 25 octobre 1893.

139 Voir supra, p. 90.

140 D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899], p. 155 ; A. W. Quiroz, « Corrupciόn, burocracia colonial y veteranos separatistas », p. 104 ; J. Casanovas, Bread, or Bullets !, p. 183.

141 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 17 décembre 1893. La municipalité de Manille n’a pas toujours été un modèle de probité mais, à l’époque où Blanco écrit, elle est effectivement assez efficace et assez honnête. La réforme du 19 janvier 1894 supprime finalement le corregidor. Sur cette réforme, voir X. Huetz de Lemps, Manille au XIXe siècle, t. 1, pp. 271-281.

142 L. Á. Sánchez Gomez, « Los debates sobre la regulacion de la prestation persona ! en Filipinas ».

143 Pour un exemple concret, voir Á. Martinez Cuesta, « Evangelización de la lsla de Negros », p. 108.

144 M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. XI, pp. 225 sqq.

145 Voir, par exemple, la solution proposée, sans succès, par Primo de Rivera dans AHN, Ultramar, leg. 5351, Memoria reservada que al entregar el mando superior de Filipinas el Exmo. Sr. Marqués de Estella deja a su sucesor, 1er mars 1883, f° 114.

146 Proyecto de bases para la organización política y administrativa central de Filipinas [1870], p. 7 ; J. F. del Pan, Las islas filipinas. Progresos en 70 años [1878], p. 426.

147 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 12 ; L. álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 4 et 19 ; Proyecto de bases [...], article 9.

148 Pour une critique en règle Au juicio, voir P. de la Escosura, Memoria sobre Filipinas y Joló [1882], pp. 68-70.

149 La circulaire du 21 août 1893 demande expressément aux procureurs des nouvelles audiences de poursuivre sans relâche les fonctionnaires concussionnaires. (M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración, Anuario de 1891 [1893], p. 152.)

150 Pour une bonne mise au point sur cette réforme, voir Luis Ángel Sanchez Gómez, « Vísperas del 98 en Filipinas. Cambios de rumbo frustrados en la administracin colonial finisecular », Revista Española del Pacífico, 9, 1998, pp. 17-43. Sur l’ensemble de la politique réformiste de Maura pour les Philippines, voir : J. Celdrán Ruano, Instituciones hispanofilipinas del siglo XIX, pp. 232-248.

151 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 15 octobre 1893.

152 Les municipalités calquées sur le modèle espagnol créées, dans quelques villes de l’Archipel, parle décret du 12 novembre 1889 constituent aussi des contrepoids théoriques aux gouverneurs.

153 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 197-199 ; F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], pp. 262-263 ; J. Cabezas De Herrera, Apuntes históricos sobre la organización político administrativa [1883], pp. 16-17.

154 « ... No debiendo olvidarse que hay diferencia entre las que se conceden para las que usan bolas de marfil ó de madera. » C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 13-14.

155 Voir, par exemple, C. M. de la Torre, Manifiesto al país sobre los sucesos de Cavite [1872], pp. 14-15.

156 Les premiers projets remontent aux années 1860.

157 Dirección General de Administración Civil, Reales decretos sobre creación de gobiernos civiles [1886].

158 « La percepción de los tributos, la imposición de ciertas prestaciones, la declaración de soldados, la expediciόn de patentes y el derecho de cobrar determinadas obvenciones, en manos de quien puede privar de libertad y de los bienes a los ciudadanos, son atribuciones peligrosas, capaces de someter a duras pruebas la rectitud más inquebrantable. » Germán Gamazo, ministre d’Outre-Mer en 1886, cité dans E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], pp. 91-94.

159 Les provinces d’Albay, Bataan, Batangas, Bulacan, Camarines Norte et Sur, Cagayan, La Laguna, Mindoro, Nueva Ecija, Nueva Vizacaya, Pangasinan, La Pampanga, Ilocos Norte et Sur, La Isabela, Tayabas et Zambales.

160 « ¿Qué es esto ? ¿Proyecto, prueba o ensayo ?¿A qué tiende plan tan heterogéneo ? » M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], p. 15.

161 Régimen político-administrativo para el porvenir en el archipiélago filipino [1897], p. 39. Un militaire de formation peut devenir gouverneur civil,

162 « Si lo que se quiere es ir protegiendo a paniaguados que vayan desfilando por los diecinueve gobiernos de Luzón, que sigan esos destinos ; pero si de veras se desea administrar bien con el menor gasto posible, no hay fundamento para conservarlos. » M. Walls y Merino, Observaciones al presupuesto de gastos de Filipinas [1893], p. 18. L’auteur signale que certaines provinces ont déjà vu se succéder dix ou douze gouverneurs civils à leur tête depuis 1886...

163 Voir ce qu’écrit le gouverneur général Izquierdo à propos des promotores fiscales. (AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 14, lettre confidentielle et urgente 391 du 2 février 1872.)

164 R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 202-203.

165 J. Moreno Luzón, « La corrupción en Madrid », pp. 99-110.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search