Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Troisième partie

Chapitre viii

Un climat délétère

Texte intégral

1L’objet de cette partie pourrait se résumer à une question à première vue un peu saugrenue : les fonctionnaires corrompus en poste aux Philippines l’étaient-ils avant de partir ou le sont-ils devenus aux Philippines ? Pour une autre époque et dans un autre contexte, l’historien M. N. Pearson expose les données du problème et souligne la difficulté de répondre à la question :

  • 1 « Some Portuguese authors have claimed that the Portuguese became corrupt because the Indian enviro (...)

Des auteurs portugais ont soutenu que les Portugais étaient devenus corrompus parce que l’environnement indien était lui-même corrompu. Nous pouvons rejeter cette affirmation et, au contraire, approuver ce qu’écrivait un des premiers chroniqueurs : « Il n’y a pas de justice dans les Indes [portugaises] parce qu’il n’y en a pas au Portugal » [...] Mais l’environnement indien a peut-être influé dans le sens où il s’agissait d’une société de frontière, plus ouverte, plus libre que ne l’était le Portugal métropolitain. Les occasions de péculat, d’extorsion, de pillage étaient plus nombreuses et elles étaient habituellement saisies1.

2La prudence de l’auteur s’explique aisément : nous sommes là dans un domaine où les discours des contemporains, c’est-à-dire, pour le meilleur et pour le pire, nos sources, sont profondément imprégnés de clichés et de jugements de valeur qui, fréquemment, sont très anciens et contradictoires.

I. – L’appât du gain

3La première partie de la question – la corruption est-elle antérieure au départ vers les Philippines ? – est bien embarrassante parce que l’histoire de la corruption dans l’Espagne du XIXe siècle reste mal connue. Certes, de nombreuses études de qualité ont exploré la corruption électorale, adjuvant indispensable au bon fonctionnement du caciquisme, et elles ont montré que la corruption politique et de la presse constituent alors une véritable système :

  • 2 A. Elorza, « La corruption politique en Espagne », p. 84. Voir aussi J. Tussell, Oligarquía y caciq (...)

Cela n’aboutit pas un parlementarisme gangrené par la corruption mais bien pire : une monarchie parlementaire où la corruption politique est la clef du fonctionnement de toutes les institutions, du rôle de la couronne au pouvoir local2.

  • 3 J. Tussell, Oligarquía y caciquismo en Andalucía, pp. 84-90 ; A. Elorza, « La corruption politique (...)
  • 4 J. Álvarez Junco, El Emperador del Paralelo. Lerroux, pp. 135-137,330-331 et 421-422.

4Le fait que les caciques protègent et profitent de la petite corruption locale est connu, tout comme la protection ou, au contraire, la persécution de cette corruption par les autorités centrales en fonction des relations qu’elles entretiennent avec le cacique3. L’instrumentalisation de la corruption dans le combat politique a fait l’objet d’intéressantes remarques4.

  • 5 F. Comiín, « Corrupciόn y fraude fiscal en la España contemporánea », pp. 70-71 et 90-94. A. Elorza (...)
  • 6 J. Tussell, Oligarquía y caciquismo en Andalucía, pp. 326-334. L’expression « apocalyptique » est d (...)

5S’il n’existe pas, à notre connaissance, d’étude d’ensemble du phénomène, les enquêtes précises menées sur certains dossiers ou certains secteurs laissent penser que la corruption est une réalité omniprésente de l’administration publique espagnole du XIXe siècle. Pour Francisco Comín, la malhonnêteté des fonctionnaires biaise fréquemment voire systématiquement les contrats que passe l’administration avec le secteur privé, qu’il s’agisse des fournitures, des concessions minières, des fermes fiscales, de la vente de terrains publics ou de celle des biens du clergé. Les douanes et l’administration des monopoles d’État sont aussi très corrompus5. L’ampleur du problème n’a pas échappé aux contemporains et, même s’il convient de conserver une certaine distance critique avec les écrits « apocalyptiques » des regénérationnistes, la corruption est identifiée comme un des principaux maux de la Nation à la fin du XIXe siècle6.

  • 7 S. G. Payne, los militares y la política en la España contemporánea, pp. 59-61 ; J. R. Navarro Garc (...)
  • 8 A. W. Quiroz, « Corrupción, burocracia colonial y veteranos separatistas », et Id., « Implicit Cost (...)

6Aux Antilles, les taux de corruption sont au moins aussi élevés qu’aux Philippines. En dehors de références historiques ponctuelles7, nous disposons des travaux d’Alfonso Quiroz8. Dans le tableau que ce dernier brosse de la déviance publique à Cuba pour les années 1868-1898, on retrouve la même interminable et affligeante liste de malversations et d’abus, la gangrène des mêmes services (Hacienda, les douanes). Cependant, certaines niches de corruption sont spécifiques aux Antilles, comme les sombres trafics liés à la traite et au travail des esclaves. De même, le contexte de guerre civile (1868-1878 et 1879-1880) est propice à la malhonnêteté : la surveillance et le contrôle se relâchent, le « loyalisme » permet de tout justifier et les « suspects » sont rackettés sans vergogne. En dehors de ces périodes extraordinaires, les méthodes de corruption employées à Cuba nous semblent plus sophistiquées et moins brutales qu’aux Philippines, mais les sommes détournées semblent d’un montant plus élevé, ce qui ne ferait que refléter l’écart de développement entre les deux colonies.

  • 9 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du 24 avril 1891, f 338V° ; MAE, CPC, sous-série Espa (...)

7Les comparaisons du consul de France à Manille, de Bérard, sont particulièrement intéressantes parce qu’il a longtemps servi à Cuba. Pour lui, les défauts du système administratif espagnol ont exactement les mêmes conséquences dans les deux colonies : les fonctionnaires sont majoritairement corrompus et cette corruption est une des causes principales du mécontentement des populations locales9.

8On peut donc légitimement affirmer qu’une partie au moins des fonctionnaires en poste aux Philippines avaient acquis, auparavant et ailleurs, de mauvaises habitudes. Mais, comme le remarque John Bowring, la situation coloniale peut constituer un facteur aggravant parce que la liberté d’action est plus grande et les niches de corruption sont plus nombreuses :

  • 10 « … If Spain bas some difficulty in supplying herself at home with incorruptible functionaries, tha (...)

... Si l’Espagne a du mal à recruter chez elle des fonctionnaires incorruptibles, ces difficultés sont encore plus grandes dans ses possessions les plus éloignées10.

  • 11 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 27.
  • 12 J.-P. Berthe et M. F. García de los Arcos, « Les îles Philippines, “Troisième Monde” », pp. 146-148 (...)
  • 13 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 265, fait dire à un des fonctionnaires : « Yo soy a (...)

9Les postes philippins attirent-ils les fonctionnaires en général et les corrompus en particulier ? Soulignons tout d’abord que les Philippines ont, en métropole, une mauvaise réputation tenace. À l’époque moderne, la nomination dans l’Archipel était souvent vécue par l’employé comme une sanction, un ostracisme, et les fonctionnaires nommés aux Philippines, comme les réguliers d’ailleurs, tentaient fréquemment de rester en Nouvelle-Espagne11. L’expression de « troisième monde » employée en 1650 par Francisco Samaniego, procureur de l’Audience, pour désigner l’Archipel résume bien le sentiment d’extrême isolement que devaient éprouver bien des fonctionnaires coloniaux12. Cette idée de relégation continue d’être perceptible au XIXe siècle. Les Philippines, il est vrai, servent effectivement de lieu de déportation des prisonniers politiques et la nomination dans l’Archipel est parfois un bon moyen pour éloigner un fonctionnaire « gênant » en métropole13.

10L’indépendance des colonies américaines modifie sensiblement les données du problème et certains postes philippins commencent à intéresser les fonctionnaires métropolitains, mais uniquement pour les profits illicites qu’ils autorisent :

  • 14 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, extrait d’un mémoire d’Adolphe Barrot, premier consul de Fra (...)

Des Brigadiers, des Colonels n’hésitèrent pas à briguer des places d’Alcaldes de province, que, trente ans auparavant, un simple capitaine eut dédaignées14.

  • 15 M, Cánovas, Noticias históricas, geográficas, estadísticas [1859], pp. 39 et47.

11Pourtant, au milieu du XIXe siècle, l’image des Philippines en Espagne continue d’être mauvaise : les liaisons maritimes restent lentes et périlleuses, le climat est jugé difficile à supporter pour un Blanc, la santé de l’Européen est continuellement mise en péril par des maladies aussi terribles qu’inconnues, la vie sociale de la colonie est étriquée et ennuyeuse, même à Manille. Tout fonctionnaire normalement constitué ne peut avoir d’autre objectif que de quitter l’Archipel au plus15 ou de profiter du séjour pour réunir un pécule.

  • 16 Voir l’intéressant témoignage d’A. Marche, Luçon et Palaouan [1887].
  • 17 Le contraste avec la vie étriquée des Espagnols installés en province est très marqué. Pour un bon (...)

12Dans les trente dernières années de la domination espagnole, un certain nombre d’éléments objectifs modifient sans doute l’image des Philippines. Grâce au canal de Suez, aux vapeurs et au télégraphe, les Philippines ne sont plus un bout du monde. L’employé peut désormais maintenir le contact avec la métropole. La sensation d’exil s’estompe et la perspective d’un retour au pays n’est plus lointaine et hypothétique. Les conditions sanitaires et alimentaires s’améliorent nettement, au point que les épouses et les enfants accompagnent de plus en plus fréquemment le fonctionnaire, même lorsqu’il est nommé dans une province reculée16. Au moins à Manille, la communauté espagnole, plus nombreuse et plus nettement occidentalisée, permet de limiter le dépaysement17. Enfin, en 1887, l’exposition coloniale de Madrid, consacrée exclusivement aux Philippines, a pour objectif de faire mieux connaître cet Archipel éloigné.

  • 18 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 39.
  • 19 « ...Alla siquiera hay inteligencia, sociedad, comodidad y vida ; aquí, para los buenos, slo hay t (...)

13Même si nous ne disposons pas d’une étude d’ensemble sur les représentations métropolitaines de la colonie, de nombreux indices laissent penser que ces améliorations indiscutables n’ont pas eu une traduction dans les mentalités : pour la majorité des Espagnols et donc des fonctionnaires, les Philippines restent un país donde dicen que lagente usa taparrabo (« un pays, où dit-on, les gens sont vêtus d’un cache-sexe »)18. Les Antilles, en tout cas, restent beaucoup plus attirantes pour l’employé19.

  • 20 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p (...)

14Pour de nombreux auteurs du XIXe siècle, une telle colonie ne peut attirer que les ratés, les victimes des épurations politiques de la métropole et, surtout, les aventuriers et les prédateurs de tout poil20. Seuls l’appât du gain et l’espoir de faire fortune peuvent rationnellement légitimer l’abandon volontaire de sa famille, de ses amis et de sa chère patrie. Selon Andrés Rodríguez de Cela, les meilleurs employés et les plus honnêtes ont peur de partir aux Philippines

  • 21 « ... Lo que no sucede con los que llevan ánimo de ir a Filipinas a hacer fortuna sin reparar en lo (...)

... Ce qui n’est pas le cas pour ceux qui désirent aller aux Philippines pour faire fortune, sans tenir compte des moyens pour y parvenir21.

  • 22 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. I p. 134 ; Apuntes interesante (...)
  • 23 L. Á. Sánchez Gómez, Un imperio en la vitrina, p. 60.

15Comment s’étonner, selon ces auteurs, que les Espagnols installés aux Philippines soient rarement des modèles de vertu ?22 Ils profitent de la liberté qu’offre un pays neuf et éloigné pour donner libre cours à leur penchant pour la rapine. L’expression courante de « punto filipino » employée à l’époque en métropole pour désigner un coquin, un filou, un homme sans scrupules souligne cette association d’idées peu flatteuse pour l’Archipel ou, plus exactement, pour les Espagnols qui y émigrent23.

16L’idée que les Philippines n’attireraient que des employés amoraux doit être utilisée avec prudence car elle véhicule un certain nombre de présupposés. Elle reprend tout d’abord de très anciens préjugés à l’égard des émigrants vers l’Amérique. Blumentritt a le mérite d’énoncer ouvertement une assimilation implicite chez de nombreux auteurs :

  • 24 « Hay aventureros de todas las especies, que si hubiesen venido al mundo 300 años antes, sin duda h (...)

Il y a des aventuriers de tous poils qui, s’ils étaient venus au monde 300 ans plus tôt, se seraient sans aucun doute rangés sous la bannière de Pizarro ou de Cortés pour se remplir les poches à la pointe de l’épée24.

  • 25 « Los empleados aventureros llevan allí el gérmen de todas las inmoralidades. » Apuntes interesante (...)

17Ce raisonnement permet aussi d’évacuer ou de nier les problèmes bien réels qui poussent certains à quitter, contraints et forcés, une métropole qui ne leur offre aucune perspective de promotion sociale ou même simplement de vie décente. Elle peut même constituer pour certains une explication commode et rassurante au problème de la corruption dans l’Archipel : « Les employés aventureux disséminent là-bas le germe de toutes les corruptions »25.

  • 26 M. Bertrand, « L’Eldorado revisité ».

18La mère patrie serait en quelque sorte purifiée de ses éléments les plus douteux. Pourtant, sans aller jusqu’à affirmer que tous les fonctionnaires ont une mentalité de pirates au moment où ils s’embarquent pour les Philippines, l’espoir de s’enrichir rapidement et par tous les moyens semble imprégner les mentalités : toute proportion gardée, les Philippines constituent, pour certains fonctionnaires, un ultime avatar de l’Eldorado américain26.

19Les témoignages sur le caractère intéressé de l’exil sont extrêmement nombreux. Avant la suppression de l’indulto, le poste d'alcalde mayor éveille bien des fantasmes :

  • 27 « ... Con slo el ser nombrado un sujeto alcalde o corregidor, ya se cree rico ; [...] aun en Españ (...)

... Par le seul fait d’être nommé alcalde ou corregidor, le fonctionnaire se croit devenu riche ; [...] même en Espagne, surtout à la Cour, la rumeur s’est répandue qu’il suffisait d’être gouverneur d’une province des Philippines pour faire fortune. Il s’agit là d’une exagération et, en fait, les desillusions sont légion. Pourtant, il n’en est pas moins vrai qu’un petit nombre d’employés, partis sans rien aux Philippines, ont amassé d’immenses fortunes simplement en administrant une province pendant trois ou six ans27...

  • 28 « Nosotros, y tenemos el sentimiento de decirlo, hemos visto, barberos y cocheros de Madrid, entrar (...)

20Quelques années plus tard, José Garcia y Ruiz affirme préférer les incompétents aux rapaces28.

21Mais, le gouverneur général Alaminos nous rappelle fort justement que l’on peut être à la fois rapace et incompétent :

  • 29 « De los empleados nombrados para este archipiélago en estas últimos tiempos pueden considerarse la (...)

Ces derniers temps, parmi les employés désignés pour servir dans cet archipel, on peut affirmer que la grande majorité sont complètement incompétents : ils n’ont jamais occupé le moindre emploi public auparavant, ils sont obsédés par l’idée de faire de l’argent, et ils pensent, par ignorance et par manque d’expérience, que tous les moyens sont bons pour parvenir à leurs fins29.

22À la veille de la révolution, un journaliste de La politica de España en Filipinas, périodique que l’on ne peut suspecter de filibusterismo, n’est guère plus optimiste :

  • 30 « ... Es verdaderamente triste y vergonzoso eso de que vayan barcadas y más barcadas de gentes que, (...)

... On est consterné et honteux à la vue de ces bateaux débarquant sans cesse des individus qui, sachant qu’ils partent à l’aventure, pensent souvent dans leur for intérieur qu’ils doivent mettre le temps à profit30.

  • 31 « Ya sé que el sueldo es bajo, pero en Madrid me dijeron que lo importante son las obvenciones del (...)

23Des bruits courent en métropole sur les possibilités de profits illicites qu’offrent certains postes philippins et une sorte d’échelle noire des salaires s’est progressivement mise en place31.

  • 32 B. Pérez Galdós, Miau [1888], pp. 590-591.

24Le goût de l’aventure, l’espoir de mieux gagner sa vie, voire de réunir un petit pécule, ou, tout simplement, de travailler – puisqu’une partie sont des cesantes – ne sont pourtant pas répréhensibles en eux-mêmes, et l’enrichissement personnel est parfois la compensation légitime à une nomination loin de son pays et de sa famille. L’honnête Ramón Villaamil, le personnage central de Miau n’hésite pas à s’expatrier à Cuba et aux Philippines pour réunir un petit pécule32.

25L’État colonial donne-t-il à ses employés les moyens de parvenir à cette juste aspiration de manière honnête ou les contraint-il indirectement à voler pour compenser l’insuffisance des niveaux de salaires ? La rémunération étant une donnée pour le moins subjective ces questions sont inséparables d’une autre interrogation : quel est le train de vie auquel aspirent les fonctionnaires ?

II. – Les salaires

26Au XIXe siècle, l’État colonial, comme l’État espagnol dont il émane, accomplit un effort indéniable pour rémunérer de manière décente ses fonctionnaires. À notre connaissance, les salaires des employés sont toujours régulièrement versés, même dans les années 1870, où la crise du monopole des tabacs complique sérieusement la situation budgétaire de la colonie et où les cultivateurs philippins de tabac, eux, sont payés en monnaie de singe.

  • 33 L’avancement automatique est de deux échelons, ce qui n’est pas sans poser de considérables problèm (...)
  • 34 Les militaires bénéficient des mêmes avantages. Au bout de vingt années de service aux Philippines, (...)
  • 35 AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 16, 1868 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. (...)
  • 36 Cette prime est supprimée entre 1886, mais, devant la baisse sensible des rentrées fiscales, elle e (...)
  • 37 Report of the Philippine Commission to the President [1900], p. 105, témoignage de Manuel Sastrón. (...)
  • 38 G. Bankoff, Crime, Society and the State, p. 122, souligne qu’un auditeur gagne 3.300 pesos en 1604 (...)

27Sur le papier, les niveaux de salaire par rapport à la métropole sont très confortables puisque les fonctionnaires coloniaux en poste aux Philippines touchent deux fois et demie leur salaire de métropole, sans compter l’avancement automatique33 qui accompagne la mutation outre-mer34. Pour certaines catégories au moins, les rémunérations enregistrent une hausse sensible au XIXe siècle. En 1844, les salaires des gouverneurs de province oscillent entre 1.500 et 1.600 pesos par an. Quarante ans plus tard, les gouverneurs civils touchent entre 3.500 et 4.500 pesos, mais les salaires n’avaient pas été réévalués entre ces deux dates et, au début des années 1880, ils étaient devenus notoirement insuffisants35. De nombreuses catégories bénéficient aussi de primes souvent substantielles. À la fin du siècle, les gouverneurs de province ont ainsi droit à 1 % des cédules personnelles levées dans leur province36 : en fonction de l’importance de la population, ce revenu annexe représente de 1.000 à 2.500 pesos supplémentaires par an. Avec ces suppléments de traitement, un gouverneur d’une province de première catégorie peut donc toucher, en toute légalité, 7.000 pesos de salaire annuel, voire plus37. Pour d’autres catégories, en revanche, la réévaluation des émoluments est extrêmement lente38.

  • 39 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p (...)
  • 40 Quioquiap, « La burocracia filipina », La política de España en Filipinas, 1(20), 10 novembre 1891, (...)
  • 41 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 17, 1875.
  • 42 AHN, Ultramar, leg. 5312, exp. 45 ; A. Rodrígue de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la (...)
  • 43 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 11. Voir la grille des traitements publics dans l’annexe II, pp. 389 (...)

28L’accélération de carrière, les rémunérations nettement supérieures à celles de la métropole sont, selon nos sources, notoirement insuffisantes pour permettre à l’employé de remplir ses deux aspirations essentielles : d’une part, vivre décemment « à l’européenne » – puisqu’il est exclu qu’un Espagnol puisse vivre « à la philippine » – et, d’autre part, économiser pour envoyer de l’argent à sa famille restée en métropole et se constituer un pécule pour faire face à la trop probable cesantía. L’insuffisance des rémunérations est soulignée dès le milieu du siècle39. Plus grave encore, le niveau de vie des fonctionnaires se dégrade nettement, en particulier dans les vingt dernières années de la domination espagnole. Les mises en garde alarmistes se multiplient pour alerter les pouvoirs publics de la situation de plus en plus difficile des employés40. Des salaires de 600, 800 ou même de 1.000 pesos ne permettraient plus de vivre décemment aux Philippines41 et encore moins d’épargner en vue d’une éventuelle mise à pied42. Au milieu des années 1870, les fonctionnaires et conseillers du ministère d’Outre-Mer affirment qu’un employé espagnol ne peut vivre décemment aux Philippines avec un traitement inférieur à 1.200-1.500 pesos, or le socle de la hiérarchie administrative est en dessous de ce niveau de rémunération43.

  • 44 AHN, Ultramar, leg. 5172, exp. 23, lettre du gouverneur général Norzagaray au ministre des Affaires (...)
  • 45 Nous ignorons l’origine exacte de cette expression. Elle fait sans doute référence aux banques angl (...)
  • 46 Report of the Philippine Commission to the President [1900], pp. 139-140, témoignages de Felipe Cal (...)
  • 47 Reglamento de la Sociedad Española de Socorros Mútuos de Manila, Manille, Est Tip de Ramírez y Gira (...)

29L’endettement des fonctionnaires est un bon indice de ces difficultés. Il est difficile de l’estimer, mais il est sensible dès le milieu du siècle44 et les services des usuriers, los ingleses comme on les surnomme à Manille45, sont sollicités par bien des employés46. En 1882, la création, à l’initiative des Catalans de Manille, d’une société de secours mutuels réservée aux Espagnols souligne la fragilité croissante de ce groupe47.

  • 48 Sur la crise du logement, voir X. Huetz de Lemps, Manille au XIXe siècle, t. II, pp. 449-456.
  • 49 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p (...)

30L’insuffisance relative des salaires réels, l’érosion du niveau de vie ont différentes causes objectives. Tout d’abord, la hausse des prix est sensible dans les principaux postes de dépenses du budget des fonctionnaires. Manille connaît une grave crise du logement, en particulier après les séismes de 1863 et de 1880, et les loyers sont de plus en plus élevés48. Les employés des catégories inférieures doivent se grouper pour louer une maison et vivre en república ou louer une chambre dans un garni (casa de pupilos)49.

  • 50 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 266.
  • 51 M. Walls y Merino, Observaciones al presupuesto de gastos de Filipinas [1893], pp. 44-45.

31L’instabilité de la fonction publique a aussi des répercussions indirectes sur les salaires. À son arrivée aux Philippines, le fonctionnaire doit effectuer des dépenses assez considérables pour s’équiper50. Une partie de son salaire, 10 % en général, est automatiquement prélevée pour assurer le remboursement à l’État du prix du transport de la métropole aux Philippines51.

32À mesure que l’on s’avance dans le siècle, l’employé venu de métropole est aussi tenté de consommer de plus en plus de produits d’importation. Ces derniers sont désormais disponibles à Manille du fait de la révolution des transports maritimes. Un Espagnol peut, à la fin du siècle, avoir une alimentation pratiquement identique à celle de la métropole : les conserves et l’épicerie sont importées d’Espagne, les produits frais de Chine. La même analyse peut être faite pour le mobilier ou le vêtement. Cette tentation de vivre à Manille comme à Madrid est d’autant plus forte que le fonctionnaire sait qu’il n’est là que pour quelques mois ou au maximum quelques années. Consciemment ou inconsciemment, il est moins disposé à faire l’inévitable effort que réclame l’adoption des modes de vie locaux. Cette occidentalisation sensible des modes de vie a un coût inévitable.

  • 52 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol 101, dépêche 52 du consul de Bérard (25 décembre 1894), f° 236.

33Les fonctionnaires sont les principales victimes de la crise monétaire de la fin de l’époque espagnole. Cette dernière les affecte de deux manières. Tout d’abord, elle se traduit par une nette augmentation du prix des produits importés d’Europe dont les Espagnols font une grande consommation. En second lieu, ceux qui doivent envoyer des fonds en métropole, en particulier pour soutenir leur famille restée là-bas, perdent une part considérable de leur argent du fait des conditions très défavorables du change. Au cours de l’année 1894, l’effondrement du change sur Madrid entraîne une perte de 24 % sur les envois des fonctionnaires au début de l’année et de 60 % en décembre52 ! Dans les années 1890, la situation financière des fonctionnaires est très alarmante :

  • 53 « ... Las condiciones de la vida material se han hecho imposibles para quien no tenga un gran sueld (...)

... Les conditions de vie sont devenues impossibles pour qui n’a pas un très bon salaire ou une grosse fortune. Non seulement il lui est difficile de conserver la dignité, l’aisance et le prestige dont l’Européen doit faite montre face à l’indigène, mais, comme il ne peut pas se nourrir exclusivement des produits du pays sans risquer l’anémie ou la dysenterie, ou s’habiller autrement qu’à l’européenne, l’extraordinaire hausse des prix sur ces articles – hausse pas toujours proportionelle à l’évolution du taux de change – fait que les salaires sont à peine suffisants pour faire face aux nécessités les plus pressantes. Les fonctionnaires ne peuvent même pas espérer que les quelques économies qu’ils font en se privant leur permettront d’être plus à l’aise à l’avenir, parce qu’elles seront largement amputées au moment de leur transfert en Europe53.

  • 54 Le coût de la vie en province serait moitié moindre qu’à Manille.
  • 55 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p (...)

34Il convient cependant de rester prudent face à ce tragique tableau. En effet, les employés publics espagnols ont une inclination naturelle et bien universelle à se plaindre de leur sort et nos sources noircissent sans doute quelque peu la situation réelle. En second lieu, la diversité des conditions est frappante. Le décalage entre le coût de la vie à Manille et dans les provinces est important, alors que les salaires sont les mêmes54. Certains fonctionnaires sont indiscutablement privilégiés, sans même tenir compte des profits illicites que leur position permet, et ces différences dépendent beaucoup plus du poste occupé que du grade55. Les gouverneurs de province, en particulier, ont des salaires plus que suffisants pour avoir un train de vie decoroso (« tout à fait décent ») et, s’ils le désirent, faire des économies substantielles :

  • 56 « It might be better to be better paid, but a man who lives within the laws –the universal laws of (...)

Même s’il aurait sans doute préféré être mieux payé, un homme qui vit dans le cadre de la légalité – les lois universelles de la moralité – avait largement assez d’argent, avec 7.000 dollars par an, pour vivre très bien à cette époque-là56.

  • 57 AHN, Ultramar, leg. 5172, exp. 23, lettre du gouverneur général Norzagaray au ministre des Affaires (...)

35En second lieu, les difficultés financières de certains peuvent s’expliquer par une nette propension à vouloir vivre au-dessus de ses moyens. De nombreux fonctionnaires se livrent à une compétition somptuaire, aussi ruineuse que vaine, avec les riches négociants, propriétaires ou industriel philippins, chinois ou européens, un peu comme les fonctionnaires américains de l’époque moderne imitaient le mode de vie de l’oligarchie créole57. Il est vrai que certains Philippins ou certains Chinois ont réuni des fortunes considérables et que le niveau de rémunération des dirigeants locaux des maisons de commerce étrangères est supérieur à celui des fonctionnaires de même niveau. Les uns et les autres ont tendance à avoir un style de vie très dispendieux pour montrer, en particulier aux Espagnols, leur réussite. Les barrières raciales étant beaucoup moins rigides que dans les colonies anglaises, ces différentes catégories se côtoient, se jalousent et rivalisent.

  • 58 J. B. Mallat, Les Philippines [1846], t. II, p. 158 ; BNE, ms. 19237 José García y Ruiz, Memorias c (...)

36Certains observateurs moralistes dénoncent le luxe tapageur et les dépenses somptuaires auxquels se seraient habitués certains fonctionnaires, en particulier les jeunes célibataires : la corruption des mœurs serait une des causes principales des déviances publiques58. Ce discours moraliste n’est pas sans contradiction puisque les mêmes auteurs affirment haut et fort la supériorité des Espagnols sur les Asiatiques et la nécessité de maintenir à tout prix les signes extérieurs de ce prestige social et racial. Moins que de leur folie des grandeurs, les fonctionnaires dispendieux sont peut-être les victimes du discours colonial...

  • 59 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], pp. 171-182.
  • 60 « El coche es en Filipinas un mueble del que no prescinde el último sudatintas, salvo rarísimas exc (...)
  • 61 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], pp. 180 et 184-185.

37La description de la société espagnole de Manille que brosse Antonio Châpuli Navarro dans son roman Pepín59 est outrée, mais elle n’en souligne pas moins quelques traits intéressants de la mentalité d’une partie des employés : obsédés par le paraître, l’élégance et l’ostentation, ils ont, selon lui, un train de vie largement supérieur à leurs moyens et à leur niveau de culture. Les hommes et les femmes – dont le misogyne auteur prend un malin plaisir à souligner l’influence néfaste – singent les modes européennes et se livrent à un concours de mode et de voitures60. Grisés par cette vie futile, assurés de l’anonymat que confère la distance, les jeunes gommeux oublient rapidement qu’ils mourraient de faim quelques mois auparavant en métropole. Pour l’auteur, la disparition des bénéfiques barrières sociales et hiérarchiques de la métropole au profit d’une opposition binaire entre colonisateurs et colonisés explique la progressive perte de leurs repères chez les Espagnols expatriés61.

  • 62 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 9, motion confidentielle du conseil des Philippines, 10 octobre 1872

38Le vice du jeu contamine la fonction publique. La passion du jeu qui habite la population de l’Archipel, toutes races confondues pour une fois, a été maintes fois décrite et stigmatisée. Au-delà du discours moraliste et des généralisations hâtives, beaucoup de fonctionnaires espagnols semblent effectivement passionnés par les jeux d’argent62. Cette vie superficielle et dépensière serait la cause de bien des ruines et des scandales.

39Si elle n’explique certainement pas tout, la baisse du salaire réel pourrait donc être une des causes conjoncturelles de l’omniprésence de la corruption dans la colonie à la fin de la domination espagnole. Pour M. Walls y Merino, les 750 pesos de salaire que touche un oficial de cinquième classe sont notoirement insuffisants :

  • 63 « Con esa cantidad de pesos en Filipinas un europeo vive muy mal y si es en Manila, rematadamente m (...)

Avec un tel salaire un Européen vit très mal aux Philippines et, s’il est à Manille, extraordinairement mal63.

40Le fonctionnaire tire le diable par la queue

  • 64 « ... Quedando aún más deprimido si, para mejorar su situación, recurren a vedado proceder. » M. Wa (...)

... Et il se sent plus découragé encore si, pour améliorer sa situation, il a recours à des procédés illicites64.

  • 65 F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 20.

41Francisco Borrero établit aussi un lien explicite entre la situation financière et le manque de probité de certains fonctionnaires65. L’argent de la corruption est sans doute perçu par une partie des employés comme le juste complément d’une rémunération jugée insuffisante.

42Plus grave encore, un décalage se creuse nettement, dans les trente dernières années de la domination espagnole, entre l’image que se font les fonctionnaires métropolitains de la colonie et la situation réelle des employés aux Philippines. Dans ces conditions, la tentation de combler ce décalage par la corruption est certainement grand. La représentation du fonctionnaire aventurier au train de vie de satrape, si elle s’alimente de quelques individualités bien réelles, ne correspond pas à la masse des employés dont les revenus légaux, s’ils permettent une vie décente en comparaison des fonctionnaires restés en métropole, ne peuvent satisfaire les aspirations que le départ outre-mer a fait naître. Comme le souligne fort justement M. Walls y Merino, les fonctionnaires qui vont aux Philippines ont beaucoup plus de chances de revenir au pays pauvres et malades qu’hechos unos capitalistas (« métamorphosés en capitalistes »). Il n’en reste pas moins que l’image des Philippines comme un pays de cocagne est étroitement liée à la corruption, à ces

  • 66 « ... Faltas de pureza, que hacen que por unos cuantos funcionarios sin decoro se aplique a todos e (...)

bassesses qui font que, à cause de quelques employés sans scrupule, tout le monde est persuadé que tous les fonctionnaires reviennent de là-bas tout cousus d’or66.

III. – Les tropiques corrupteurs

43Qui veut la fin, veut les moyens : il semble indéniable qu’une partie des fonctionnaires espagnols – mais dans quelle proportion ? – partent aux Philippines avec la ferme intention de profiter de la moindre occasion pour arrondir des fins de mois jugées insuffisantes. Ce constat n’amène pas pour autant à refermer le dossier et une autre partie est peut-être « contaminée » sur place :

  • 67 « ... Yo no sé lo que contendrá la atmόsfera filipina que convierte en bribones a muchos que en Esp (...)

... Je ne sais pas ce qu’il peut bien y avoir dans l’atmosphère des Philippines qui transforme si souvent en fripons ceux qui, en Espagne, passaient pour être irréprochables67...

44L’hypothèse que l’environnement des Philippines aurait une action corruptrice sur les Blancs est un de ces stéréotypes fort anciens qui retrouvent une seconde jeunesse au XIXe siècle du fait de l’influence des idées hygiénistes, d’une part, et des recherches scientifiques sur l’inégalité des races, d’autre part.

45Pour certains auteurs, le parallèle entre corruption de la matière et corruption de l’esprit n’est qu’une simple métaphore, certes classique mais toujours efficace :

  • 68 « Como si aquellos horribles climas trastornasen el espíritu tan bondamente como la materia, hemos (...)

Comme si ce détestable climat bouleversait autant l’esprit que la matière, nous avons vu de nombreux Espagnols perdre leurs repères moraux et, loin de leur patrie, déshonorer un uniforme dont ils étaient légitimement fiers en Espagne68.

46La très grande majorité des Européens sont fermement convaincus que les tropiques ont une influence aussi pernicieuse sur la santé morale que sur l’état physique.

  • 69 « ... Esta tierra [...], no es tierra para un hombre de bien. »
  • 70 G. Le Gentil de la Galaisiere, Voyage dans les mers de l’Inde [1779], t. II, p. 112.

47Les Européens expatriés en sont eux-mêmes persuadés. Dans les années 1760, l’astronome français Guillaume Le Gentil de la Galaisière recueille, au cours d’un séjour de 18 mois à Manille, les confidences d’Espagnols installés aux Philippines. Les religieux, on pouvait s’y attendre, mais aussi un auditeur de l’Audience sont formels : « ... ce pays [...], n’est pas fait pour un honnête homme »69 et « les Indes [sont] pernicieuses pour les mœurs »70. Les interlocuteurs du Français font ici plutôt allusion à la morale sexuelle, mais le principe de corruption est bel et bien là.

48Ce thème récurrent de la dégénérescence physique et morale sous les tropiques acquiert, au XIXe siècle, le vernis scientifique d’une éthologie. Luis P. Álvarez y Tejero est, à notre avis, celui qui résume le mieux le processus d’altération que subit un Espagnol ou tout Européen immergé un certain temps dans l’environnement philippin :

  • 71 « ... Con la laxitud del clima, y de las costumbres, y balagos del país, se entra en una vida regal (...)

... Sous l’influence débilitante du climat et des mœurs relâchées du pays, on s’installe dans une vie facile et insouciante. Au bout de quelques années de séjour dans les îles, on perd le courage et l’énergie distinctifs des Européens. Oui, les Philippines sont un pays où les efforts intellectuels ne peuvent être ni fréquents ni prolongés, un pays qui, plus que d’autres, pousse à l’oisiveté et à la jouissance [...] amollit et effémine même les tempéraments71...

  • 72 « ... Todo el caudal de actividad, de energía, de impresionabilidad que de España importa cada indi (...)

49Le « climat » philippin érode donc progressivement la volonté et l’intelligence de l’Européen, il l’énerve littéralement72.

50Lorsque le processus est suffisamment avancé, les germes du vice et de la paresse peuvent opérer leurs ravages. Le succès de cet avatar de la théorie des climats s’explique aussi par les liens qu’elle entretient avec les justifications « scientifiques » de l’infériorité des Indios : en fait l’Européen qui reste trop longtemps aux Philippines finirait par ressembler aux autochtones. La méfiance traditionnelle à l’égard des créoles trouve aussi ici une justification commode : leur sang s’est abâtardi au fil des générations.

51Cette conviction conduit certains auteurs à établir une relation de cause à effet entre le processus global d’altération physique et mental des Européens en poste aux Philippines et le haut degré de corruption – au sens moderne du mot – de la colonie. L’historien ne peut cautionner un raisonnement aussi daté, subjectif et fragile. Pourtant, il présente à nos yeux un double intérêt, documentaire et heuristique : en décrivant le processus de « décomposition » que subissent les nouveaux arrivants, les observateurs, et en particulier les romanciers, nous donnent des informations précieuses sur les mentalités des fonctionnaires ; en prolongeant leur réflexion et en adoptant le même mode de raisonnement, certains traits spécifiques de la communauté des fonctionnaires coloniaux ou de la situation coloniale peuvent être mis à jour.

52Le roman Pepín d’Antonio Chápuli Navarro décrit la trajectoire qui conduit insensiblement un jeune fonctionnaire, José Fernández Rivero, alias Pepín, vers la corruption et la déchéance. Le discours moraliste et la vision d’un racisme extrême qui sous-tendent le roman doivent bien évidemment être critiqués. Les notations sur le fonctionnement de la bureaucratie et sur la vie quotidienne des petits fonctionnaires à Manille sont, en revanche, extrêmement précises et les situations de corruption sont tout à fait similaires aux documents d’archives. L’intérêt du roman est donc double : il confirme certaines affirmations ou hypothèses formulées dans les pages précédentes ; il nous éclaire sur les réactions de fonctionnaires « moyens » face à la corruption.

  • 73 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 140.

53Pepín est un jeune oficial de cinquième classe qui, bien entendu, a obtenu son poste grâce à une recommandation. Son seul contact aux Philippines est un riche ami de son père, le Señor Chanchullo – que l’on pourrait traduire par « M. Tripotages » – un fonctionnaire des Douanes qui a logiquement fait fortune car las Aduanas en Ultramar dan mucho de sí ! (« les douanes sont très juteuses outre-mer ! »)73 Le héros n’est pas un méchant garçon, mais il est paresseux, il n’a aucune vocation pour son métier et cherche avant tout à prendre du bon temps aux Philippines. Par son travail et ses relations, il est inévitablement mis en contact avec la corruption.

  • 74 Ibid., pp. 195-198.

54La conversation qu’imagine l’auteur entre Pepín et son co-locataire Toribio Formigueira, un vieux fonctionnaire qu’il a rencontré à Barcelone au moment de son départ, montre que les affaires de corruption sont un sujet de conversation courant à Manille74. Les deux amis évoquent d’abord un scandale qui a éclaté dans l’administration des Douanes. Toribio est persuadé que l’affaire sera étouffée parce qu’elle concerne de trop gros bonnets. Pepín souligne cependant qu’il s’agit d’un détournement d’un montant très important La réponse du cynique Toribio est la suivante : Tanto mejor. Con ese dinero y con una mujer bonita se hacen verdaderos milagros... (« Encore mieux, avec tout cet argent et une jolie femme on peut faire de vrais miracles.., »)

55La conversation porte ensuite sur une affaire de falsification de timbres :

  • 75 « ¡Esto es un escándalo ! [dit Toribio] / No ; eso es que aquí todos liman para adentro. El que más (...)

– C’est un scandale ! [dit Toribio]
– Non ; c’est qu’ici tout le monde cherche à se remplir les poches. L’un dans l’autre, ils viennent tous aux Philippines avec la ferme intention de faire fortune en peu de temps. Ici c’est une vraie foire d’empoigne, chacun essaie d’avoir sa part du gâteau. [Lui répond Pepín et il poursuit] :
– Si tu veux voir des choses bizarres, rien de mieux que les Philippines ! Vous souvenez-vous de ce fameux gouverneur de province qui attendit ici pendant si longtemps le verdict des poursuites engagées contre lui ?
– [...] Qu’est-il arrivé ?
– Après avoir apporté la preuve qu’il avait englouti la moitié d’une province et qu’il avait commis de véritables atrocités, ils ont décidé de le nommer à la tête d’une province plus importante, sans doute pour qu’il continue à faire des siennes.
– Ainsi, celui qui mériterait d’aller en prison obtient une promotion ! [...]
– Mais on m’a assuré que cette anomalie s’explique par des ordres venues de là-bas. Ce monsieur bénéficie, semble-t-il, de puissants appuis. Je crois qu’il est protégé par M. Cristino.
– En vérité [...] ici personne n’ose jeter la première pierre parce que personne n’est blanc comme neige. [Conclut Toribio]75.

56Pepín est rapidement intoxiqué par l’atmosphère délétère de Manille et son train de vie devient largement supérieur à ses modestes revenus. La corruption lui offre une échappatoire. Il est en effet employé au service des impôts et un riche industriel chinois, condamné à une lourde amende pour fraude fiscale, lui propose la moitié du montant de cette dernière s’il parvient à l’annuler. Le même Toribio qui, auparavant, dénonçait haut et fort la corruption, pousse son ami à accepter le pot-de-vin et Chápuli de conclure :

  • 76 « Don Toribio no se indignaba, pues, contra los inmorales por virtud ; se indignaba por envidia. Y (...)

Ainsi, M. Toribio ne dénonçait pas les fonctionnaires immoraux par venu, il s’indignait par jalousie. Et, puisqu’il appartenait à cette catégorie, ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Les moyens lui faisaient simplement défaut76.

57Pour Chápuli Navarro, le processus de corruption – à tous les sens du terme – entamé au moment où son héros a quitté la mère patrie arrive à son terme lorsque Pepín se marie avec une métisse et décide de s’installer aux Philippines... Au-delà de la leçon de morale, l’auteur nous rappelle que l’on ne naît pas corrompu mais qu’on le devient, souvent au terme d’un glissement insensible du licite à l’illicite, d’une évolution où la part de hasard est importante. Le rappel que l’incorruptibilité n’est pas forcément le reflet d’une haute valeur morale est aussi intéressant.

  • 77 L’aplatanado est un Européen qui réside depuis suffisamment longtemps aux Philippines pour avoir ad (...)
  • 78 Bago vient du tagal bágo qui signifie neuf. (W. E. Retana, « Diccionario de filipinismos », p. 41)
  • 79 A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], chapitre intitulé « Provechosas enseñanzas », pp. 3- (...)

58Dans un autre de ses ouvrages, Antonio Chápuli Navarro souligne l’influence que peuvent avoir les employés « acclimatés », aplatanados77 comme on les appelle à Manille, sur les nouveaux arrivants, les bagos78. Il raconte une conversation qu’il aurait eue peu de temps après son arrivée à Manille avec un filipón79. Ce dernier, désabusé, ne cesse de se plaindre des conditions de vie dans la colonie, mais il ne veut pas la quitter :

  • 80 « ... Porque aquí, dislocando un poquillo la conciencia, se hace cómoda la vida y no llega á concer (...)

... Parce qu’ici, à condition d’avoir une morale flexible, la vie devient facile et on est à l’abri de la misère80.

59Le bago dit alors ses objectifs aux Philippines : travailler honnêtement, obtenir de l’avancement et faire des économies, L’aplatanado tente immédiatement de lui enlever ses illusions :

  • 81 « Eso et lo que, por lo general, pensamos todos al llegar a este país, Pero ya verá usted cómo, por (...)

C’est ce que nous pensons tous, en général, à notre arrivée. Mais vous verrez qu’à cause des nécessités imposées peu à peu par les circonstances, vous devrez très rapidement modifier totalement vos modes de fonctionnement et votre ligne de conduite. Ici, le zigzag est, plus que partout ailleurs, la ligne droite des plus prudents81.

60Comme le nouvel arrivant insiste sur sa volonté de ne pas dévier de la voie du travail et de l’économie, son interlocuteur précise sa pensée pour permettre à son jeune collègue de franchir plus vite les étapes :

  • 82 « La experiencia, amigo mío, me ha dado frecuentes y durísimas lecciones ; por ellas sé que aquí el (...)

L’expérience, mon ami, m’a donné de fréquentes et très dures leçons ; grâce à elles j’ai appris qu’ici le talent, la rectitude, la moralité ne résistent pas aux manigances du premier intriguant venu qui manie à peu près correctement l’hypocrisie [...]
– C’est, malheureusement, un mal intemporel et de tous les pays
– Oui, mais ici il s’agit d’une véritable épidémie et vous devez vous laisser contaminer pour être considéré comme totalement acclimaté. L’environnement exerce une influence si pernicieuse, même parmi les consciences les mieux trempées, que rares, très rares sont ceux qui ne tombent pas dans le vice qu’ils dénoncent chez les autres82.

61Le bago affirme qu’il se battra pour ne pas succomber à la tentation de l’argent facile et son interlocuteur lui répond que ce combat est vain et que les barrières morales tomberont insidieusement les unes après les autres. Ce récit souligne deux points essentiels dans le processus qui conduit un employé honnête à basculer, progressivement dans la corruption, comme s’il s’agissait d’un poison à effet lent.

  • 83 L’action a pour cadre un gouvernement politico-militaire du sud de l’Archipel.
  • 84 J. Rizal, « Fragmento de una novela », pp. 271-276.
  • 85 D. Della Porta, « Les cercles vicieux de la corruption », p. 43.

62Tout d’abord, la corruption lorsqu’elle est généralisée se banalise totalement : elle devient un spectacle auquel on peut refuser de prendre part, mais qui amuse voire qui fascine plus qu’il ne choque. José Rizal met ainsi en scène le dialogue entre deux fonctionnaires espagnols d’une province, un contrôleur des Finances et un médecin titulaire83 : la corruption et l’escroquerie sont pour eux un spectacle réjouissant, une source inépuisable d’anecdotes et de plaisanteries. Aucune réprobation morale dans le ton badin de la conversation et dans des propos où transparaît même une admiration certaine pour d’anciennes « prouesses », sans doute grossies par le souvenir. On annonce l’arrivée d’un nouveau gouverneur et, immédiatement, nos deux fonctionnaires se posent les seules questions qui vaillent d’être posées, étant entendu que le nouvel arrivant forcément est là pour s’enrichir illégalement : Sera-t-il plus ou moins gourmand que le précédent ? Volera-t-il avec art ou avec violence ?84. Comme le remarque fort justement Donatella della Porta, « l’ampleur du phénomène atténue le sentiment de culpabilité »85.

63En second lieu, le comportement « normal », dans un milieu aussi permissif, devient celui du corrompu. Le bago qui veut vivre tranquillement et établir des relations sociales avec ses semblables, relations d’autant plus indispensables qu’il est loin de ses proches, dans un pays qu’il ne connaît pas et où il n’a pas le projet de s’enraciner, est tenté de « faire comme les autres » ou tout au moins de fermer les yeux sur ce qu’ils font. Le coût moral d’un tel choix est réel mais les défauts du système n’offrent-ils pas de bons arguments pour se justifier ?

64Au total, ces témoignages littéraires lèvent le voile sur l’éventail des attitudes possibles et vraisemblables des fonctionnaires confrontés à la corruption. Ils laissent entendre qu’une partie au moins des employés corrompus ont mauvaise conscience : l’insistance qu’ils mettent en œuvre pour se justifier en est le meilleur indice. L’historien manque malheureusement de documents pour préciser ces trajectoires individuelles et intimes.

IV. – L’ivresse du pouvoir

65Le contexte de domination coloniale est particulièrement favorable à une perte de repères chez certains fonctionnaires. En effet, le classique complexe de supériorité que confère le pouvoir administratif sur ses administrés est ici amplifié par l’image dépréciative de l’Indio. Cette conjonction peut causer des dégâts considérables chez des administrateurs qui ne sont pas sélectionnés pour leurs qualités morales ou qui n’ont pas été formés au préalable à leurs missions, comme l’immense majorité des fonctionnaires coloniaux espagnols. Le profond mépris pour un administré qui a la malchance d’être en même temps un colonisé atténue considérablement, au sein du groupe des fonctionnaires coloniaux, le coût moral de la corruption.

66Le cas des gouverneurs de province souligne ces dangers jusqu’à la caricature. Le pouvoir considérable s’accompagne en effet d’honneurs dignes d’un souverain. Cette pompe flatte la vanité des plus faibles au point qu’ils finissent par se prendre pour des dictateurs ou des seigneurs :

  • 86 « A estas naturalezas tan equivocadas para gobernar las difíciles provincias coloniales, hay que su (...)

Les échos de l’inévitable marche royale, les salves d’artillerie, les escortes et les sentinelles, les réceptions officielles et privées, les nombreuses présidences afférentes à la charge de gouverneur, le caractère soumis des habitants, les fêtes en son honneur et le faste qui entoure tous les actes officiels tournent la tête et flattent la vanité d’individus qui n’auraient jamais dû se trouver là et qui, de plus, sont inaptes au gouvernement des difficiles provinces d’outre-mer86.

  • 87 AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887 (...)
  • 88 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 5.
  • 89 G. Bankoff, Crime, Society and the State, p. 120.

67Les archives confirment l’arrogance démesurée et la conception erronée de l’autorité de certains gouverneurs. Celui de Cagayan, dans les années 1880, aurait ainsi infligé une amende au gobernadorcillo d’un pueblo où il avait dormi parce qu’il avait été importuné par des moustiques au cours de la nuit87. Au début des années 1870, Antonio Galza, gouverneur politico-militaire de Samar, est poursuivi pour avoir exercé de très fortes pressions sur les principales des communes. Ces derniers devaient rédiger des pétitions réclamant l’érection d’une statue en l’honneur de leur« bien-aimé » gouverneur88... Les effets néfastes de la toute puissance et de l’isolement dépassent parfois le stade de la dégradation du sens moral et débouchent sur une authentique aliénation mentale : Francisco Mensaye, alcalde mayor d’Ilocos Sur, s’enferme ainsi dans une psychose paranoïaque de l’empoisonnement qui le conduit à ne plus sortir de la Casa Real et à manger uniquement des aliments crus ou au contraire bouillis qu’il prépare lui-même89.

  • 90 « Sabido es que muchos, o la mayor parte de los Españoles que van a la milicia o a puestos públicos (...)

68Ce processus n’affecte pas uniquement les hauts fonctionnaires. Comme l’obscur roturier portugais se muait fréquemment en un noble fidalgo par le simple fait de franchir le Cap de Bonne-Espérance, le fonctionnaire le plus obscur et plus médiocre expérimente souvent, selon certains auteurs, une curieuse mutation sur le bateau qui le conduit aux Philippines et, à son arrivée à Manille, il s’est transformé en un être fat, arrogant et potentiellement malhonnête90.

  • 91 « ... Ese supuesto necesario poderío que por solo ser Español, tiene en Filipinas cualquiera que pi (...)
  • 92 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil [1870], p. 6.

69Le discours colonial offre une justification indirecte à tous ceux qui se mettent au-dessus des lois puisque la doctrine de l’inégalité des races est fondée sur le présupposé de la supériorité des Espagnols sur les Philippins91. On est persuadé en Espagne que les Philippines sont « faciles à gouverner » du fait de leur arriération92. L’ardeur au pillage et l’absence totale de sentiment de culpabilité de certains fonctionnaires corrompus s’expliquent sans doute par le fait qu’ils tiennent les victimes de leurs méfaits pour des êtres inférieurs, pour des sauvages.

70Pourtant, dès les premiers temps de leur colonisation en Amérique, les Espagnols ont produit un antidote au poison qu’instille inévitablement le mépris racial : comme l’Indio est inférieur à l’Européen, il doit justement être protégé comme peut l’être un enfant par son père et tout manquement à ce devoir paternel mérite une sanction pénale et morale exemplaire. À l’heure du triomphe de l’impérialisme européen, cette idée est encore présente dans les écrits espagnols, mais on enregistre un durcissement global du discours sur les « races philippines ». L’influence d’autres idées coloniales européennes est une des causes déterminantes du renforcement des préjugés raciaux, mais ce dernier s’explique aussi par l’ascension sociale et culturelle d’une bourgeoisie philippine : certains Espagnols sont placés

  • 93 « ... En el peligroso trance de suplir su inferioridad de conocimientos con la fuerza de su procede (...)

... Dans la situation périlleuse de suppléer l’infériorité de leurs connaissances par la force qui découle de leur origine espagnole93.

  • 94 F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], pp. 176 sqq.

71Même si une certaine pitié devant les exactions que subissent les Philippins est parfois sensible, elle ne fait qu’atténuer le profond mépris des Espagnols pour la « candeur » et « l’apathie » des colonisés94.

  • 95 Rizal, dans l’ensemble de son œuvre, a brillamment réfuté ce stéréotype.

72Ce sentiment dominant peut déboucher sur un processus particulièrement insidieux de renversement des responsabilités. L’absence de résistance des Philippins face aux exactions est interprétée par certains auteurs comme une des multiples manifestations de la naïveté et de l’indolence, clefs du comportement des Philippins et principale raison de leur « retard »95. Ainsi, pour le gouverneur général Primo de Rivera, la cause de la multiplication des abus commis par les Espagnols est simple :

  • 96 « El carácter débil del indio, su indolencia habitual, su timidez y su respeto a una raza que consi (...)

La faiblesse de l’Indio, son indolence habituelle, sa timidité et son respect envers une race qu’il considère supérieure, font croire à certains Espagnols peu éduqués et peu cultivés qu’ils peuvent commettre impunément toutes sortes de violences96.

  • 97 « Pillos, no la son, señor. La culpa, crea V. que la tienen las indios, Aquí hay mucho de aquello d (...)

73Dans le dialogue imaginé par Rizal entre un médecin titulaire et un fonctionnaire des Finances, l’inversion de la culpabilité est tout aussi nette. Le premier constate que les pillos (« fripons ») espagnols sont nombreux aux Philippines et le second lui répond que les corrupteurs philippins sont les seuls responsables de cette situation97.

  • 98 Les Chinois constituent une tête de turc commode pour expliquer les échecs coloniaux, et la littéra (...)
  • 99 « ... La situación de los funcionarios públicos es verdaderamente angustiosa y debe remediarse, no (...)

74Les Chinois, quant à eux, sont encore moins à plaindre car ils sont corrompus et corrupteurs98. Certains auteurs n’hésitent pas à utiliser une fois de plus les Chinois comme boucs émissaires des maux qui frappent la colonie et à sous-entendre que ce sont les Asiatiques qui inoculent de mauvaises habitudes dans la mentalité des fonctionnaires99.

  • 100 M. Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia p. [1880], p. 59 ; Francia y Ponce de León, De Caña (...)
  • 101 F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], pp. 256-257 ; R. González y Martín, Filipinas y sus ha (...)
  • 102 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 143, remarque très justement que « Although it (...)

75Cette utopie de la victime consentante et passive a pu constituer une justification commode pour des fonctionnaires véreux. Le lien entre préjugés coloniaux et corruption est interactif : le sentiment de supériorité justifie toutes les pratiques et, inversement, le silence des victimes est interprété comme une preuve d’infériorité alors qu’il n’est qu’expression de la peur et de l’impuissance. Cependant, ce sentiment n’est pas partagé par l’ensemble des observateurs espagnols et certains, nous l’avons vu au fil des citations, ont la dent très dure avec leurs compatriotes. Certaines voix s’élèvent même pour prendre la défense des victimes et pour souligner que si l’incompréhension et la méfiance dominent les relations entre Espagnols et Philippins ce n’est en aucun cas de la faute des seconds mais de celle des premiers100. Il ne s’agit pas pour autant d’une remise en cause de la domination coloniale : le comportement de certains fonctionnaires est d’autant plus vigoureusement censuré qu’ils trahissent ainsi leur devoir sacré de représentant d’une race supérieure auquel est confiée une mission civilisatrice101. Il convient cependant de souligner que le projet colonial de l’Espagne aux Philippines et le discours qui l’accompagne restent incertains et mal articulés102 : à l’évidence, ils n’offrent pas au fonctionnaire tenté par la corruption des repères forts et susceptible de le pousser à rester dans le droit chemin.

76La corruption s’enracine donc profondément en métropole môme. Sans être forcément corrompus en Espagne, une part importante des fonctionnaires qui partent aux Philippines ont l’espoir ou l’intention de s’enrichir :

  • 103 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinair (...)

... Il règne parmi les employés une sorte d’accord tacite contre lequel viendront nécessairement se briser les essais de réforme les plus sagement combinés. La plupart d’entre eux, en quittant l’Espagne, apportent l’intention arrêtée de s’enrichir aux dépens de la colonie, et ce n’est qu’à cette condition qu’ils acceptent les ennuis d’un long et pénible exil103.

77Les conditions de séjour évoluent sensiblement au cours du siècle, mais tout laisse penser que l’association entre la nomination aux Philippines et l’enrichissement par tous les moyens est profondément ancrée dans les mentalités et que le coût moral de la corruption reste très faible dans le milieu des employés coloniaux. Comme le souligne clairement la citation précédente, les solutions éventuelles au problème supposaient une évolution des mentalités et donc passaient par un travail de sélection en amont, en Péninsule.

Notes

1 « Some Portuguese authors have claimed that the Portuguese became corrupt because the Indian environment was corrupt. We can reject this, and instead agree with an early chronicler who said “There is no justice in [Portuguese] India because there ts none in Portugal” [...]. But perhaps the Indian environment contributed in the sense that this was a more open, free-wheeling, frontier society than was metropolitan Portugal. Opportunities for peculation, extortion and plunder were greater, and were usually taken. » M. N. Pearson, The Portuguese in India, p. 140.

2 A. Elorza, « La corruption politique en Espagne », p. 84. Voir aussi J. Tussell, Oligarquía y caciquismo en Andalucía, pp. 122-267 ; J- Álvarez Junco, El Emperador del Paralelo. Lerroux, p. 218.

3 J. Tussell, Oligarquía y caciquismo en Andalucía, pp. 84-90 ; A. Elorza, « La corruption politique en Espagne », p. 84 ;J. Pro Ruiz, « La política en tiempos del Desastre », p. 191.

4 J. Álvarez Junco, El Emperador del Paralelo. Lerroux, pp. 135-137,330-331 et 421-422.

5 F. Comiín, « Corrupciόn y fraude fiscal en la España contemporánea », pp. 70-71 et 90-94. A. Elorza, « La corruption politique en Espagne », p. 86, a étudié les sombres manœuvres entourant la construction du Canal d’Isabelle II, l’amenée d’eau potable de Madrid. Voir aussi J. Moreno Luzón, « La corrupción en Madrid », et, pour les premières décennies du XIXe siècle, J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire, pp. 333-336.

6 J. Tussell, Oligarquía y caciquismo en Andalucía, pp. 326-334. L’expression « apocalyptique » est de Tusell. Pour un bon exemple de cette littérature, voir D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899].

7 S. G. Payne, los militares y la política en la España contemporánea, pp. 59-61 ; J. R. Navarro García, « Administración y poder colonial en Puerto Rico », p. 183 ; J. A. Piqueras, Sociedad civil y poder en Cuba, pp. 171-172.

8 A. W. Quiroz, « Corrupción, burocracia colonial y veteranos separatistas », et Id., « Implicit Costs of Empire ».

9 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du 24 avril 1891, f 338V° ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99, dépêche 22 du 18 juillet 1892, ffos 422-423 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 39 du 18 février 1894, f° 161. Voir aussi D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899], pp. 149-169.

10 « … If Spain bas some difficulty in supplying herself at home with incorruptible functionaries, that difficulty would be augmented in her remotest possessions. » A Visit to the Philippine Islande [1859], p. 318.

11 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 27.

12 J.-P. Berthe et M. F. García de los Arcos, « Les îles Philippines, “Troisième Monde” », pp. 146-148. Le « premier monde » est la métropole, le deuxième l’Amérique espagnole.

13 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 265, fait dire à un des fonctionnaires : « Yo soy aquí el administrador de Hacienda, por escribir, allí, en Madrid, artículos contra el ministro A, me eliminaron de la Corte y aquí me trajeron para arreglar nuestros intereses. »

14 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, extrait d’un mémoire d’Adolphe Barrot, premier consul de France à Manille, non daté (1836 ?), f° 143V°.

15 M, Cánovas, Noticias históricas, geográficas, estadísticas [1859], pp. 39 et47.

16 Voir l’intéressant témoignage d’A. Marche, Luçon et Palaouan [1887].

17 Le contraste avec la vie étriquée des Espagnols installés en province est très marqué. Pour un bon témoignage sur ce point, voir A. Puya Ruiz, Camarines Sur [1887].

18 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 39.

19 « ...Alla siquiera hay inteligencia, sociedad, comodidad y vida ; aquí, para los buenos, slo hay tristeza, aburrrimiento y resignación... » FAM, leg. 334, exp. 7, lettre du GC de Pangasinan Miguel Socias au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 8 janvier 1893.

20 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 118-119. Sur l’émigration espagnole aux Philippines, voir X. Huetz de Lemps, « Les projets de transformation des Philippines en une colonie de peuplement espagnol à la fin du XIXe siècle », Revue européenne des migrations internationales, 13 (2), 1997, pp. 47-62.

21 « ... Lo que no sucede con los que llevan ánimo de ir a Filipinas a hacer fortuna sin reparar en los medios de conseguir su objeto. » A. Rodríguez de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la Hacienda Publica » [1853]. Selon le gouverneur civil de Pangasinan Miguel Socias, « ... salvo contadas y honrosas escepciones, solo viene a Filipinas lo peorcito de cada casa » (FAM, leg. 334, exp. 7, lettre au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 8 janvier 1894.)

22 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. I p. 134 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 228-229.

23 L. Á. Sánchez Gómez, Un imperio en la vitrina, p. 60.

24 « Hay aventureros de todas las especies, que si hubiesen venido al mundo 300 años antes, sin duda habrían seguido las banderas de Pizarro o de Cortés, para con la espada ganar el oro que faltaba a sus bolsillos. » F. Blumentritt, Consideraciones acerca de la actual situaciόn política de Filipinas [1889], p. 28. L’auteur prend soin de préciser que les compagnons de Cortés et de Pizarro ont conquis un empire alors que leurs émules du XIXe siècle sont en train de perdre ce qu’il en reste... Voir aussi J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], p. xiv.

25 « Los empleados aventureros llevan allí el gérmen de todas las inmoralidades. » Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 236.

26 M. Bertrand, « L’Eldorado revisité ».

27 « ... Con slo el ser nombrado un sujeto alcalde o corregidor, ya se cree rico ; [...] aun en España, principalmente en la Corte, ha cundido la voz que basta ser alcalde de una provincia de Filipinas para enriquecerse : mucho tiene esto exageración, y cabalmente en la práctica hay muchísimos tristes desengaños ; pero también es cierto que algunos, no muchos, que nada tenían, con haber administrado una provincia tres o seis años, han levantado gruesas fortunas. » L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 30.

28 « Nosotros, y tenemos el sentimiento de decirlo, hemos visto, barberos y cocheros de Madrid, entrar m Manila, con empleos de mil y pico de pesos, presentarse a sus Jefes, encargarles negocia dos, y decir algunos que apenas sabían firmar ; y ya en este caso decirles que se paseen y vayan al fin de mes a tomar la paga. Pues éstos no son tan malos como otros, que sabiendo algo no se les oye hablar de otra cosa, desde que llegan a Cádiz y en la travesía, que van a hacer fortuna, y como quiera que ella venga así la aceptarán. » BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas, 1858, p. 171. C’est l’auteur qui souligne.

29 « De los empleados nombrados para este archipiélago en estas últimos tiempos pueden considerarse la gran mayoría completamente ineptos, por no haber jamás desempeñado destino alguno, imbuidos par lo común con la idea de hacer dinero, y creyendo con su ignorancia y falta de trato social que todos los caminos son llanos para esta. » AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para su sucesor en el mando por [...] Juan de Alaminos y de Vivar, Manille, 21 mars 1874, ffos 14-15.

30 « ... Es verdaderamente triste y vergonzoso eso de que vayan barcadas y más barcadas de gentes que, por saber que van a la buena de Dios, no son pocas las que para sus adentros piensan que tienen que aprovechar el tiempo. » R. « Los empleados. », La política de España en Filipinas, 4(101), 18 décembre 1894, p. 334.

31 « Ya sé que el sueldo es bajo, pero en Madrid me dijeron que lo importante son las obvenciones del destino », dit un jeune employé au fonctionnaire chevronné qu’il rencontre à son arrivée à Manille. (J. Montero y Vidal « El Bago y el Matandá », extrait de Cuentos filipinos, Madrid, 1876, reproduit dans M. García Castellón [éd.], Estampas y cuentos de las Filipinas hispánicas, p. 45.) Voir aussi FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 6 février 1893.

32 B. Pérez Galdós, Miau [1888], pp. 590-591.

33 L’avancement automatique est de deux échelons, ce qui n’est pas sans poser de considérables problèmes pratiques, les fonctionnaires promus n’ayant pas toujours la compétence et l’expérience nécessaires pour assumer leurs nouvelles tâches.

34 Les militaires bénéficient des mêmes avantages. Au bout de vingt années de service aux Philippines, le fonctionnaire a droit à une double retraite dont il peut jouir où bon lui semble. (M. Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia [1880], p. 133.)

35 AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 16, 1868 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 195 ; AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle n° 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881 ; Dirección General de Administración Civil, Reales decretos sobre creación de gobiernos civiles [1886], pp. 15-16.

36 Cette prime est supprimée entre 1886, mais, devant la baisse sensible des rentrées fiscales, elle est rétablie dès 1889 : « De modo que la falta de celo se ha recompensado, en vez de ser fundamento para destituir a quienes en aquella incurrieron y aun para proceder contra ellos según hubiera lugar. » (M. Walls y Merino, Observaciones al presupuesto de gastos de Filipinas [1893], p. 60.)

37 Report of the Philippine Commission to the President [1900], p. 105, témoignage de Manuel Sastrón. Sastrón connaît bien le sujet : entré dans la fonction publique en 1869, il a été gouverneur de province pendant sept ans, avant de siéger au conseil d’administration des Philippines.

38 G. Bankoff, Crime, Society and the State, p. 122, souligne qu’un auditeur gagne 3.300 pesos en 1604, 3.308 en 1708 et 4.250 en 1891, soit une croissance de seulement 29 % en 287 ans.

39 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 119.

40 Quioquiap, « La burocracia filipina », La política de España en Filipinas, 1(20), 10 novembre 1891, pp. 234-235.

41 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 17, 1875.

42 AHN, Ultramar, leg. 5312, exp. 45 ; A. Rodrígue de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la Hacienda Pública » [1853], p. 377 ; F. Blumentritt, Consideraciones acerca de la actual situación política de Filipinas [1889], p. 29.

43 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 11. Voir la grille des traitements publics dans l’annexe II, pp. 389-390.

44 AHN, Ultramar, leg. 5172, exp. 23, lettre du gouverneur général Norzagaray au ministre des Affaires étrangères et d’Outre-Mer, 9 octobre 1857.

45 Nous ignorons l’origine exacte de cette expression. Elle fait sans doute référence aux banques anglaises, très présentes à Manille, et aux maisons de commerce britanniques qui, elles aussi, prêtent de l’argent aux particuliers.

46 Report of the Philippine Commission to the President [1900], pp. 139-140, témoignages de Felipe Calderón et Angel Fabie, planteurs à Mindoro.

47 Reglamento de la Sociedad Española de Socorros Mútuos de Manila, Manille, Est Tip de Ramírez y Giraudier, 1884, viii +24 p. Cette société est créée dans le contexte tout de même très particulier de l’épidémie de choléra de 1882.

48 Sur la crise du logement, voir X. Huetz de Lemps, Manille au XIXe siècle, t. II, pp. 449-456.

49 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 125 sqq.

50 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 266.

51 M. Walls y Merino, Observaciones al presupuesto de gastos de Filipinas [1893], pp. 44-45.

52 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol 101, dépêche 52 du consul de Bérard (25 décembre 1894), f° 236.

53 « ... Las condiciones de la vida material se han hecho imposibles para quien no tenga un gran sueldo o una gran fortuna. No solamente porque no puede mantener el decoro, la holgura y el prestigio, que al lado del indígena ha de tener el europeo, sino porque siendo imposible alimentarse exlusivamente con los productos del país, sin riesgo de anemia y disentería, ni vestir con otras telas que las europeas, la subida extraordinaria de los artículas, no siempre en proporción con la de los cambios, hace que los sueldos apenas basten para las más urgentes necesidades, sin la esperanza de que los pocos ahorros, que a costa de privaciones se hagan, sirvan para proporcionar mayor desahogo en el porvenir, porque al girarlos a Europa quedarán notablemente mermados. » F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 20. En 1896, le consul de Grande-Bretagne, Walker, affirme aussi que les employés coloniaux sont insuffisamment payés. (S. D. Quiason, « The Philippine Revolution and Her Majesty’s Consuls », p. 419.)

54 Le coût de la vie en province serait moitié moindre qu’à Manille.

55 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 119-120,

56 « It might be better to be better paid, but a man who lives within the laws –the universal laws of morals– had plenty of money with $7000 a year to live properly at that time. » Report of the Philippine Commission to the President [1900], p. 105, témoignage de Manuel Sastrón.

57 AHN, Ultramar, leg. 5172, exp. 23, lettre du gouverneur général Norzagaray au ministre des Affaires étrangères et d’Outre-Mer, 9 octobre 1857 ; H. Pietschmann, « Burocracia y corrupción en la Hispanoamérica colonial », pp. 34-35.

58 J. B. Mallat, Les Philippines [1846], t. II, p. 158 ; BNE, ms. 19237 José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 127-128 ; F. Blumentritt, Consideraciones acerca de la actual situación política de Filipinas [1889], p. 29, note de bas de page de l’éditeur. Voir aussi le personnage de Roaldes dans la nouvelle de Francisco de Paula Entrala, « El rostro y el alma », dans M. García Castellón (éd.), Estampas y cuentos de las Filipinas hispánicas, pp. 61-74. En métropole, les fonctionnaires en poste aux Philippines ont aussi la réputation d’être des viveurs, (L. Á. Sánchez Gómez, Un imperio en la vitrina, p. 204.)

59 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], pp. 171-182.

60 « El coche es en Filipinas un mueble del que no prescinde el último sudatintas, salvo rarísimas excepciones. » (A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 176.)

61 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], pp. 180 et 184-185.

62 AHN, Ultramar, leg. 5314, exp. 9, motion confidentielle du conseil des Philippines, 10 octobre 1872.

63 « Con esa cantidad de pesos en Filipinas un europeo vive muy mal y si es en Manila, rematadamente mal. »

64 « ... Quedando aún más deprimido si, para mejorar su situación, recurren a vedado proceder. » M. Walls y Merino, Observaciones al presupuesto de gastos de Filipinas [1893], pp. 48-49,

65 F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 20.

66 « ... Faltas de pureza, que hacen que por unos cuantos funcionarios sin decoro se aplique a todos el dictado de que se traen de allí el oro y el moro ». Manuel Walls y Merino, « El oro y el moro », La política de España en Filipinas, 2(43), 27 septembre 1892, pp. 252-253. Voir aussi, l’article ironique de Manuel Scheidnagel, « iiFilipinas ! ! ¡¡¡Jauja ! ! ! ¡¡¡¡3.000 pesos de sueldo ! ! ! ! », Fraternidad Military Chifladura Filipina [1888], pp. 166-167.

67 « ... Yo no sé lo que contendrá la atmόsfera filipina que convierte en bribones a muchos que en España han figurado como inmaculados... » FAM, leg. 334, exp. 7, lettre du GC de Pangasinan Miguel Socias au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 12 juillet 1893.

68 « Como si aquellos horribles climas trastornasen el espíritu tan bondamente como la materia, hemos visto doblarse la conciencia de muchos y manchar, lejos de la patria, aquel uniforme que pasearon por España con legítimo orgullo. » J. de Urquia y Redecilla, Historia negra [1899], prologue d’Adolfo Suárez de Figueroa, p. VIII. Il évoque ici les militaires.

69 « ... Esta tierra [...], no es tierra para un hombre de bien. »

70 G. Le Gentil de la Galaisiere, Voyage dans les mers de l’Inde [1779], t. II, p. 112.

71 « ... Con la laxitud del clima, y de las costumbres, y balagos del país, se entra en una vida regalona y blanda, y se pierde aquella entereza y energía de las costumbres europeas a los pocos años de residencia en las Islas. Sí, Filipinas es un país en el que las tareas mentales ni pueden ser frecuentes, ni largos ; un país que inclina al ocio y al placer más que otros ; [...] enerva y aun afemina los ánimos... » L. Álvarez y tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 5. Voir aussi : T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 134 ; A. García de Canto, España en la Oceanía [1862], p. 168 ; et Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 129.

72 « ... Todo el caudal de actividad, de energía, de impresionabilidad que de España importa cada individuo, lo despilfarra en las primeras años. ¡Qué de arrebatos, qué de ímpetus en el bago ! ¡Qué de afán, qué de entusiasmo reformista ! ¡Qué de choques y rozamientos estériles con estas petrificaciones tropicales ! Pero al fin, o abandona estas tierras el que no puede aguantar, o si se queda, aquel manojo de nervios irritados y tirantes van recobrando calma, hasta que a fuerza de calma se adormecen y sucumben, Aquí no hay nervios. Éste es el primer contagio moral de estas razas apelmazadas, y este contagio moral es la célula protoplásmica que encierra y germina y hace brotar al filipón » P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], p. 240. Le sobriquet de filipón désigne un Espagnol qui a intégré une partie des us et coutumes des Philippines. Le terme n’est pas forcément péjoratif, mais il l’est sous la plume d’un Quioquiap. (Voir W. E. Retana, « Diccionario de filipinismos », p. 93.)

73 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 140.

74 Ibid., pp. 195-198.

75 « ¡Esto es un escándalo ! [dit Toribio] / No ; eso es que aquí todos liman para adentro. El que más y el que menos vienen á Filipinas con la santa intenciόn de “redondearse” en poco tiempo : esto es el puerto de arrebata-capas ; cada uno hinca el diente por donde puede. [Lui répond Pepín et il poursuit] : / ¡Para casas raras, Filipinas ! ¿Usted recuerda aquel famoso Gobernador de provincia que estuvo aquí tanto tiempo esperando la resolución de sus expedientes ? / [...] ¿Qué ha sucedido ? / Que después de probarle que se ha comido media provincia y que ha hecho verdaderas atrocidades, resuelven que vaya a otro gobierno de más importancia, sin duda para que el hombre siga haciendo de las suyas [...] / ¡Conque al hombre que merece un grillete le dan un ascenso ! [...] / Pero me han asegurado que la anomalía obedece a imposiciones de allá. Ese señor tiene, por lo visto, muy buenas agarraderas. Creo que le protege don Cristino. Lo cierto es que [...] aquí lo que pasa es que no hay quien se atreva a arrojar la primera piedra, porque no hay nadie limpio de pecado. [Conclut Toribio.] »

76 « Don Toribio no se indignaba, pues, contra los inmorales por virtud ; se indignaba por envidia. Y para ser uno de tantos no le faltaba inclinación. Le faltaban medios. » A. Chápuli Navarro, Impresiones ; viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], pp. 200-201.

77 L’aplatanado est un Européen qui réside depuis suffisamment longtemps aux Philippines pour avoir adopté une partie des usages locaux. Le mot, synonyme de filipón, vient de plátano parce que l’Européen qui subit le processus d’acclimatation fait, comme tous les Philippins, une grande consommation de plátanos (« bananes »). Le verbe aplatanarse est d’usage courant. Voir W. E. Retana, « Diccionario de filipinismos », p. 37.

78 Bago vient du tagal bágo qui signifie neuf. (W. E. Retana, « Diccionario de filipinismos », p. 41)

79 A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], chapitre intitulé « Provechosas enseñanzas », pp. 3-16. L’histoire « El bago y el filipón », pp. 31-38, reprend le même thème.

80 « ... Porque aquí, dislocando un poquillo la conciencia, se hace cómoda la vida y no llega á concerse nunca la miseria... »

81 « Eso et lo que, por lo general, pensamos todos al llegar a este país, Pero ya verá usted cómo, por necesidades que le irán imponiendo las circunstancias, tiene que hacer muy pronto una rectificaciόn total de procedimiento y de conducta. El zigzag es aquí, mejor que en parte alguna, la línea recta de los más prudentes. »

82 « La experiencia, amigo mío, me ha dado frecuentes y durísimas lecciones ; por ellas sé que aquí el talento, la rectitud, la moralidad., sucumben siempre a manos de cualquier intrigantillo que maneje medianamente la hipocresía [...] / –Eso es, por desgracia, un mal de todos los tiempos y de todos los países. / –Sí ; pero aquí constituye una verdadera epidemia, de que es preciso dejarse invadir para que le consideren a uno aclimatado por completo. Ejerce este medio ambiente tan pernicioso influjo, aun entre los espíritus más bien templados, que son pocos, poquísimos, los que no caen en el vicio que tanto censuran en los demás. »

83 L’action a pour cadre un gouvernement politico-militaire du sud de l’Archipel.

84 J. Rizal, « Fragmento de una novela », pp. 271-276.

85 D. Della Porta, « Les cercles vicieux de la corruption », p. 43.

86 « A estas naturalezas tan equivocadas para gobernar las difíciles provincias coloniales, hay que sumar el grande aumento de vanidad y de soberbia que fácilmente levanta en aquellos que nada debieron ser jamás, los ecos de la obligada marcha real, las salvas de morteretes, las escoltas y los centinelas, las recepciones oficiales y privadas, las muchas presidencias que se unen al cargo de gobernador, la sumisión del país, las fiestas en su honory la gran ostentación en todo cuanto a su mando se refiere. » E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 270, voir aussi pp. 165-169. J. Rizal, « Fragmento de una novela », p. 240.

87 AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887. En 1893, le gouverneur d’Albay, Tomás Pérez del Pulgar, est rappelé à Manille au bout de seulement cinq mois. Les notables locaux, espagnols et philippins confondus, dénoncent son comportement brutal, à mi-chemin entre despotisme et bouffonerie. (L. C. Dery, From Ibalon to Sorsogon, pp. 156-157.)

88 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 5.

89 G. Bankoff, Crime, Society and the State, p. 120.

90 « Sabido es que muchos, o la mayor parte de los Españoles que van a la milicia o a puestos públicos, en escalas no superiores de Filipinas, carecieron en España, por su humilde o mediano nacimiento, de las convenencias, ventajas y educación que adquieren los que cuentan con fortuna. Luego que llegan, se desarrolla en ellos el instinto del dominio, de los goces y de la holganza ; y hay por desgracia persona, que un año antes no se atrevía a levantar la cabeza ante cualquiera otra medianamente acomodada, y hoy la alza hasta las nubes y avasalla todo cuanto encuentra por delante ; y como el Europeo es tan respetado en aquellos países, se hombrea también con todo lo que debe estar sobre él. De aquí esa falta de voluntad que vamos adquiriendo de los Naturales [...] y de aquí la falta de orden y concierto que en la gobernación pública, como en la administración, se observa en Filipinas. Y si por desgracia a este dominio, a este trato orgulloso, a esta falta de inteligencia, se une el exagerado deseo a los intereses materiales, que no muy lícitamente adquieren muchos improvisando fortunas, no es extraño que un día, y no tarde, se llene el colmo del sufrimiento de aquellas gentes... » BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 128-129. Voir aussi T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 146 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t.1, p. 134 ; R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 233-234.

91 « ... Ese supuesto necesario poderío que por solo ser Español, tiene en Filipinas cualquiera que pisa el Archipiélago... » BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 130.

92 Decretos creando y organizando el cuerpo de Administración Civil [1870], p. 6.

93 « ... En el peligroso trance de suplir su inferioridad de conocimientos con la fuerza de su procedencia como español. »E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 275.

94 F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], pp. 176 sqq.

95 Rizal, dans l’ensemble de son œuvre, a brillamment réfuté ce stéréotype.

96 « El carácter débil del indio, su indolencia habitual, su timidez y su respeto a una raza que considera superior, produce en ciertos españoles, de escasa educación y cultura, la creencia de que aquí pueden impunemente ejercer toda clase de tropelías. » AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle 385, 31 mars 1881.

97 « Pillos, no la son, señor. La culpa, crea V. que la tienen las indios, Aquí hay mucho de aquello de caja abierta el justo peca y lo de la ocasión hace al ladrόn. Créame V., si los indios no fueran tan tontos, habría pocos guasones, Yo mismo tengo que llamar en auxilio toda mi honradez para no [...] Figúrese, yo tendría ahora muchos miles de pesos [...] ¡Pues no está Gonzalo ofreciéndome dos mil pesos si le procura una cruz de caballero ! Ayer mismo me decía que daría seiscientos porque le nombren juez de paz. » J. Rizal, « Fragmente de una novela », pp. 273-274. Voir aussi p. 278, toujours selon l'interventor : « El país es muy necio y torpe, y estando en bien con las autoridades y el cura, todo se puede hacery conseguir. »

98 Les Chinois constituent une tête de turc commode pour expliquer les échecs coloniaux, et la littérature anti-chinoise est considérable. Voir par exemple : M. Scheidnagel, Aquende y allende de Suez [1892], p. 11 ; J. M. Ruiz Memoria complementaria [1887], p. 283 ; R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], p. 265. Voir aussi supra, pp. 102-103.

99 « ... La situación de los funcionarios públicos es verdaderamente angustiosa y debe remediarse, no sólo por ser de justicia, sino por ser el remedio favorable a la moralidad, pues no es la escasez la condiciόn más propia para el desarrollo de la probidad, y menos en aquel país donde la conciencia honrada es el único freno que existe, porque la pequeña corrupciόn importada por el chino toma todas las formas imaginables, se presenta bajo todos los aspectos, aprovecha todas las ocasiones para tentar la flaqueza de los funcionarios, pudiéndose rara vez probar el cohecho y castigar la inmoralidad. » F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 20. Voir aussi : Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 142 ; et R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], pp. 134-135.

100 M. Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia p. [1880], p. 59 ; Francia y Ponce de León, De Caña y Nipa [1893], p. 78. Francia prend ici la défense des Chinois, ce qui est très rare dans la littérature coloniale.

101 F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], pp. 256-257 ; R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 235-237.

102 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 143, remarque très justement que « Although it may seem paradoxical, the Spanish regime enacted many laws, and y et it hardly had a policy –in the sense of a creative and constructive program. »

103 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, ffos 207V°-208.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search