Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Troisième partie

Le « dépotoir administratif de la péninsule » ?

Texte intégral

1Dans la partie précédente, nous avons étudié l’insuffisance des freins institutionnels, insuffisance qui contribue de manière puissante à créer un sentiment d’impunité chez les fonctionnaires coloniaux. Du fait de l’absence de plaintes et de poursuites, les employés corrompus risquent peu. Cette explication, même si on la tient pour déterminante, n’est pas suffisante :

  • 1 R. catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, p. 341. Voir auss (...)

Beaucoup plus qu’un contrôle hiérarchique et disciplinaire, c’est sa conscience qui protège le fonctionnaire administrateur contre lui-même1.

2De fait, les réactions des fonctionnaires coloniaux espagnols face à la tentation de la corruption ou aux délits de leurs collègues sont variables et il est certain qu’une partie des employés parvient à rester honnête.

3En amont des faits de corruption et de la peur des sanctions, un certain nombre de facteurs prédéterminent dans une large mesure la disponibilité des employés à accepter l’irrégularité. Individuellement, ils conservent un libre arbitre, mais notre principal souci est de saisir et de comprendre les comportements dominants. Quelques causes antérieures aux actes de corruption jouent un rôle fondamental.

4Les règles qui président à la sélection des fonctionnaires influent sur leur degré de compétence et leur degré d’honnêteté, les deux étant souvent liés. Les conditions matérielles des employés importent aussi : la corruption est parfois une nécessité vitale parce qu’elle permet de compenser des niveaux de salaire insuffisants ou l’absence de perspectives de carrière. Pourtant, ces données objectives n’ont, en elles-mêmes, qu’une valeur relative. Elles sont moins importantes que la représentation que se font les employés de leur condition et de leur mission, que leur perception des décalages entre leurs aspirations et la réalité de leur quotidien administratif. Il peut arriver, rarement il est vrai, que des fonctionnaires peu qualifiés et mal payés restent majoritairement honnêtes parce que des repères moraux collectifs, un code d’honneur, un esprit de corps les immunisent contre l’appât du gain. Inversement, l’absence d’éthique collective se traduit immanquablement par une faible stigmatisation de la corruption.

5Si tout indique que la psychologie des fonctionnaires renferme bien des clefs de la corruption, rares sont les documents qui permettent de la comprendre. Ces valeurs transparaissent rarement dans les écrits officiels, ces « lois » auxquelles la majorité obéit sont non écrites et elles sont souvent différentes d’un corps administratif à l’autre.

  • 2 R. Catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, p. 251.
  • 3 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 9.

6Pour tenter de cerner ce « climat psychologique moyen »2, nous nous sommes appuyé sur la littérature coloniale espagnole. Les ouvrages publiés à Manille sont pratiquement sans intérêt car la censure active ou passive interdit aux auteurs de parler de la corruption3. Les ouvrages publiés en Espagne après le retour de leurs auteurs en métropole, en revanche, ont une très grande liberté de ton. Ces recueils, pratiquement tous postérieurs à 1870, sont des mélanges très hétéroclites de nouvelles, de tableaux et croquis littéraires, de récits de voyage, d’études coloniales « sérieuses ». L’intérêt littéraire et esthétique des ouvrages de Francisco de Paula Entrala, Erancisco Cañamaque, Manuel Scheidnagel ou Antonio Chápuli Navarro importe peu ici. La question de la valeur de vérité de cette littérature est en revanche essentielle. Ces auteurs ont tous eu une expérience dans l’administration coloniale. Même si le journalisme ou le roman était soit une véritable passion, soit un moyen de tromper l’ennui de l’exil, l’emploi public constituait un gagne-pain indispensable. Logiquement, ils ont puisé leur inspiration dans leur expérience quotidienne ou leurs souvenirs, les scènes du travail administratif ont été vécues avant d’être écrites.

  • 4 A. García Nieto, La burocracia, pp. 207 sqq.
  • 5 J. F. Fuentes, « Empleado », pp. 271-275.
  • 6 Pour une excellente description d’un fonctionnaire tourmenté par la tentation de la corruption, voi (...)

7Ces écrits se rattachent au costumbrismo et au roman social espagnol pour lesquels la bureaucratie a constitué une source d’inspiration importante4. À l’évidence, aucun des auteurs de notre corpus ne peut prétendre rivaliser avec Mesonero Romanos, Breton de los Herreros, Modesto Lafuente ou Pérez Galdόs. Pepín, le roman de Chápuli Navarro, n’est qu’une bien pâle réplique philippine du superbe Miau de Galdόs ou des Employés de Balzac. Si la description des Asiatiques est en général d’un conformisme raciste, la satire, souvent féroce, que ces écrivains brossent des mœurs des Espagnols des Philippines est beaucoup plus originale. L’influence très sensible du réalisme ne doit pas nous leurrer : le pacte esthétique, les stéréotypes négatifs de la « légende noire » de l’employé public qui imprègnent la littérature espagnole de l’époque5 et l’objectif implicite de corriger les mœurs que suppose ce genre entraînent forcément des arrangements avec la réalité. En dépit de ses limites, cette littérature coloniale est une source irremplaçable pour tenter de comprendre les mentalités des fonctionnaires espagnols en poste aux Philippines. Elle permet en particulier de saisir comment la corruption est perçue et vécue. Elle nous éclaire sur les réactions des employés face aux opportunités de corruption, sur les débats intérieurs qui peuvent les agiter au moment de sauter le pas ou de rester dans le « droit chemin » : la littérature confirme que tous les fonctionnaires ne sont pas corrompus, mais elle explique aussi pourquoi ils sont une minorité à ne pas l’être. À condition d’être débarrassées de leurs présupposés moralistes et racistes, ces nouvelles sont donc à la fois de rares témoignages sur la vie quotidienne des bureaux et un élément essentiel pour reconstruire la psychologie du fonctionnaire6.

8La dimension géographique complique un peu plus l’étude. En effet, les facteurs matériels et moraux ont une double origine, métropolitaine et coloniale. Les fonctionnaires en poste aux Philippines sont, dans leur immense majorité, des métropolitains sélectionnés en fonction des mêmes critères que leurs homologues restés en Péninsule ou mutés aux Antilles. Pourtant, l’environnement dans lequel ils travaillent et vivent au quotidien est loin d’être interchangeable dans le domaine matériel comme dans le domaine moral. Les motivations des employés ne peuvent être exactement les mêmes. Il convient donc de démêler les défauts inhérents au système de la fonction publique espagnole et les problèmes spécifiques à l’administration coloniale des Philippines.

  • 7 L’expression est employée par le consul de France à Manille de Bérard dans sa dépêche 22 du 18 juil (...)

9Enfin, se pose le problème de la réforme. L’expression de « dépotoir administratif de la métropole »7 est provocatrice et, nous le verrons, excessive. Cependant, elle suggère indirectement des solutions, comme une meilleure sélection des fonctionnaires destinés à un emploi aux Philippines ou une opération de « désinfection » dans la colonie. L’échec de ces tentatives de réforme fait ressortir les éléments de blocage coloniaux et, surtout, métropolitains.

Notes

1 R. catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, p. 341. Voir aussi J.-L. Rocca, « La confusion des devoirs. Corruption et bureaucrates en Chine », pp. 647-648.

2 R. Catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, p. 251.

3 A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 9.

4 A. García Nieto, La burocracia, pp. 207 sqq.

5 J. F. Fuentes, « Empleado », pp. 271-275.

6 Pour une excellente description d’un fonctionnaire tourmenté par la tentation de la corruption, voirie roman de l’Indonésien Pramoedya Ananta Toer, Corruption.

7 L’expression est employée par le consul de France à Manille de Bérard dans sa dépêche 22 du 18 juillet 1892, f° 419. (MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 99.)

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search