Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Deuxième partie

Conclusion. Du pueblo à la cour

Le jeu de la délation et de la protection

Texte intégral

  • 1 L’expression est de J. C. Scott,Domination and the Arts of Résistance, pp. 199-200.
  • 2 Cette observation confirme le constat général de D. Rivet, « Le fait colonial et nous », p. 137 : « (...)

1Les dossiers de corruption, par les tensions qu’ils engendrent, sont d’excellents révélateurs des jeux de pouvoir dans les provinces. Derrière la façade lisse de la domination coloniale, se niche une vie infrapolitique1 intense, souterraine et en constante recomposition2. Dans ce jeu subtil entre les fonctionnaires, les curés et les représentants philippins, la corruption, réelle ou inventée, joue un rôle essentiel mais complexe : en fonction de l’équilibre des pouvoirs, elle peut être tue ou au contraire utilisée, dans d’assourdissants règlements de comptes, pour affaiblir l’adversaire ou tenter de se dédouaner.

2Si les Espagnols pèsent d’un poids déterminant dans l’émergence des affaires, les Philippins disposent tout de même d’un espace d’expression : ils sont témoins ou calomniateurs, ils peuvent utiliser les rivalités entre les factions pour s’exprimer ou se venger de leurs adversaires. Dans les communes où les élites philippines s’abstiennent de participer ouvertement à la vie politique du pueblo, les pauvres hères qui les remplacent deviennent de véritables marionnettes manipulées par les Espagnols. Lorsque ce n’est pas le cas et dans les zones du centre de Luçon travaillées par les germes du nationalisme après 1872, les luttes deviennent féroces et difficiles à interpréter. L’accusation de corruption est une des armes du pauvre, mais une arme dont le maniement est pour le moins dangereux.

  • 3 C’est aussi l’opinion de F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 50-51.

3Les fonctionnaires dénoncés ont des profils bien particuliers. Certains se sont montrés trop pressés, trop brutaux et se sont fait trop d’ennemis chez les notables philippins, les curés et les fonctionnaires ou entrepreneurs espagnols. D’autres sont trop honnêtes dans une province trop profondément corrompue : en dérangeant des systèmes solidement établis de corruption et d’abus, ils s’attirent inévitablement des inimitiés et leurs adversaires utilisent souvent l’arme de l’accusation de corruption pour les éliminer. Par conséquent, on peut imaginer qu’un fonctionnaire véreux mais habile et diplomate, a pu piller en toute tranquillité sa province et même être populaire3... En résumé, une partie des fonctionnaires corrompus pointés par nos sources sont en fait honnêtes, et bien des employés malhonnêtes n’ont laissé aucune trace de leurs méfaits dans les archives :

  • 4 « ... Y da lugar a que si existiera un gobernador de provincia entendido pero inmoral, pudiera pre (...)

... Et, par conséquent, un gouverneur de province compétent mais immoral pourrait présenter des comptes maquillés mais irréprochables, parce qu’ils seraient revêtus de toutes les signatures et formules officielles. Inversement, un gouverneur dont l’honnêteté est irréprochable, mais qui ne connaît pas la législation en vigueur, peut être manipulé par des employés immoraux et voir, un jour, son honneur entaché par une accusation d’escroquerie4...

4Nos sources doivent donc être maniées avec la plus grande prudence. L’accumulation des témoignages, le volume des dossiers judiciaires, les verdicts rendus ne donnent aucune indication fiable sur la culpabilité des inculpés : certains le sont et sont effectivement condamnés ; d’autres, coupables, obtiennent un non-lieu ou une peine symbolique grâce à leurs appuis ; d’autres, enfin, sont condamnés alors qu’ils sont les innocentes victimes d’une cabale.

  • 5 Les affirmations optimistes d’E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, p. 280, sur les t (...)

5Ce constat remet-il pour autant en cause le tableau que nous avons dressé dans notre première partie ? La corruption est-elle finalement plus une arme utilisée dans des règlements de comptes entre factions qu’une réalité ? Nous ne le pensons pas parce que, si certains dossiers étudiés concernent sans doute des fonctionnaires innocents, le doute n’est pas permis pour d’autres et, surtout, nous avons vu qu’un grand nombre d’obstacles bloquent l’émergence des affaires en amont même de l’appareil judiciaire. On peut, à ce stade de l’analyse, maintenir que le degré de corruption de l’administration coloniale espagnole aux Philippines est élevé et que les dysfonctionnements se perpétuent en bonne partie parce que les freins institutionnels fonctionnent mal et parce qu’un sentiment d’impuissance ou pire de bienveillante complaisance s’est installé. Sur ce point, aucune amélioration ou dégradation n’apparaît clairement dans le temps5. Certes, les instances et les procédures de contrôle sont multipliées au XIXe siècle, mais elles restent inefficaces et, en compliquant un peu plus le fonctionnement de l’administration coloniale, il n’est pas impossible qu’elles favorisent indirectement la corruption.

  • 6 N.E. Park, « Corruption in Eighteenth-Century China », p. 997, aboutit à la même conclusion pour la (...)

6L’application ou la non-application des textes réprimant la corruption répond à une alchimie complexe. Chaque dossier est unique, non par la nature des actes incriminés car le caractère répétitif des accusations est au contraire frappant, mais parce qu’il s’inscrit dans un contexte local et global singulier. À l’évidence, la décision de poursuivre et de condamner un employé accusé, à tort ou à raison, de corruption dépend beaucoup plus de considérations d’ordre politique que de la volonté de faire régner le droit6.

7Cette dimension politique ne se réduit pas à un jeu interne à la province ou à la colonie. Les sources, en effet, montrent clairement que la corruption ne peut être comprise sans adopter une focale qui prenne en compte la métropole. Certains dossiers dévoilent de très hautes protections contre lesquelles le gouverneur général ou le clergé ne peuvent rien.

  • 7 AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de L (...)

8Les poursuites engagées contre le gouverneur politico-militaire de la province de La Isabela, José Mantilla y Segura, sont très instructives sur ce point7. Comme toujours aux Philippines, les agissements du gouverneur sont, à l’origine, dénoncés par des denuncias confindenciales et des informes reservados. À la fin de l’année 1873, la commission d’enquête confirme les soupçons et l’on s’achemine vers un juicio de residencia, mais le dossier est soudainement bloqué par le ministère de la Guerre qui nie à l’Audience le droit de juger un militaire. La Cour philippine parvient tout de même à faire valoir ses droits en 1878. La residencia est très sévère : onze charges d’abus de pouvoir ou de corruption sont retenues contre l’accusé et tous les curés dominicains de la province témoignent contre le gouverneur. Mantilla est condamné à 1.000 pesos d’amende, à l’interdiction absolue d’exercer un emploi administratif et au bannissement perpétuel de la Cour et des provinces d’Outre-Mer. Les sanctions imposées tranchent avec la mansuétude traditionnelle de l’Audience. Cependant, en 1883, Madrid décide, sur avis du Tribunal suprême, de casser le verdict et de réduire considérablement la peine. Le Tribunal affirme, sans sourciller, que le condamné étant un militaire, il n’a pu prendre conscience de l’illégalité de ses décisions ! En 1888, Mantilla, à sa demande, obtient une grâce pour le paiement des frais de justice et pour l’année d’interdiction d’exercer les fonctions de gouverneur. Aucun document du dossier ne permet de comprendre les véritables raisons d’une telle clémence.

  • 8 AHN, Ultramar, leg. 5209, exp. 36-37, poursuites contre Pedro Pampillόn y Molina, gouverneur de la (...)

9Le cas de Pedro Pampillón y Molina, ancien gouverneur de la province de Manille, est encore plus choquant8. Il prend ses fonctions en mai 1860 et, moins d’un an plus tard, en mars 1861, il est mis à pied et soumis à un juicio de residencia. Le procès permet d’établir qu’il s’est rendu coupable d’abus de pouvoir sur des Philippins et qu’il a extorqué des sommes importantes aux Chinois. Pour une fois, la matérialité des délits est avérée : tous les témoignages concordent et l’accusé lui-même reconnaît les faits. La sanction, en 1863, est assez lourde : six années d’interdiction d’exercice, une amende de 400 pesos, l’indemnisation des victimes des mesures arbitraires et la restitution de 1.200 pesos volés aux Chinois, Pampillón, qui est revenu à Madrid entre-temps, fait appel devant le Tribunal suprême et demande sa grâce à la Reine. En 1866, il est pratiquement innocenté. La plaidoirie du Tribunal est, une nouvelle fois, pour le moins étonnante. L’accusé n’aurait pas agi par malice, mais simplement parce que sa formation de militaire ne le préparait pas à des responsabilités de ce type. Les sommes en jeu sont jugées peu importantes. Enfin, Pampillón a effectivement commis un abus de pouvoir contre une India, mais cette dernière n’était pas honnête et, s’il avait appliqué la loi, la peine encourue aurait été supérieure à l’emprisonnement abusif à laquelle il l’avait condamnée ! Pampillón ne s’arrête pas en si bon chemin et demande le remboursement des sommes qu’il a déjà versées en réparation de ses fautes. En 1873, sa requête est partiellement satisfaite.

  • 9 A. Fiestas Loza, « Justicia y amigos políticos en el siglo XIX ».

10À la lecture de ces verdicts, on peut légitimement douter de l’indépendance et de l’impartialité des plus hautes instances judiciaires du royaume, soupçons confirmés par les recherches historiques9. Les cas que nous venons de mentionner sont les plus frappants mais, dans bien d’autres dossiers, on peut suspecter une intervention métropolitaine en faveur des inculpés et la prudence de certains gouverneurs généraux s’explique sans doute par la peur de mécontenter de puissants réseaux de protection. L’hypothèse que les gouverneurs généraux ne sont pas toujours certains d’être appuyés par la métropole est confortée par deux exemples significatifs.

  • 10 Voir supra, pp. 93-94.

11Le gouverneur général Francisco Alcala, après la découverte d’un important trafic dans l’administration des tabacs10, demande des sanctions exemplaires contre l’ancien gouverneur de Cagayan, Francisco Plácido de Orbeta, mais, en dépit de la gravité des faits, il n’est pas assuré d’obtenir satisfaction. Il sait que les employés corrompus auxquels il s’est attaqué ont des protecteurs occultes en Espagne comme aux Philippines :

  • 11 « Ellos levantarán la voz y harán pinturas exageradas al Gobierno y en la prensa de los perjuicios (...)

Ils élèveront la voix et dresseront au gouvernement et à la presse un tableau excessivement noir du préjudice qui leur est causé, protestant haut et fort de leur zèle et de leur abnégation dans l’exercice de leurs fonctions11.

12Ses doutes ne sont pas dénués de fondements : Madrid accuse réception du dossier en août 1845, soit trois années après son envoi et Alcalá n’est plus depuis longtemps gouverneur général. À cette date, aucune sanction n’a encore été prononcée et l’affaire est confiée au ministère des Finances, sûrement pour y être définitivement enterré.

  • 12 Voir supra, pp. 87-88.
  • 13 Un des accusés est arrêté alors qu’il s’apprêtait à partir en métropole pour remettre des plis à la (...)
  • 14 L’affaire est complexe car les deux principaux accusés sont les amis et les subordonnés de l’intend (...)

13Par un curieux hasard de la chronologie, son successeur, Narciso Clavería, est lui aussi confronté à un scandale retentissant puisqu’il implique l’un des plus hauts fonctionnaires de la colonie, le surintendant Félix Olhaberriague y Blanco12. Ce dernier cherche à activer ses réseaux de relations à Madrid13. Clavería est cependant beaucoup plus ferme que son prédécesseur et il exige un soutien sans faille de la métropole14 :

  • 15 « Si me convenzo de que no conseguiré mis deseos, no tardaré en demitir un puesto que no podré lle (...)

Si je finis par me convaincre qu’il me sera impossible de parvenir à mes fins, je ne tarderai pas à démissionner d’une charge que je ne pourrai remplir comme il convient aux intérêts de ma Reine, de ma Patrie et de ces Îles15.

  • 16 Les deux principaux accusés sont condamnés à un an de prison. Le cas de l’intendant est beaucoup pl (...)

14La fermeté paie et il reçoit, en février 1845, un soutien sans restriction des autorités royales16. Par le biais des protections et des nominations, la métropole détient une partie des clefs qui, d’une part, expliquent la corruption dans la colonie et, d’autre part, auraient permis de la limiter.

Notes

1 L’expression est de J. C. Scott,Domination and the Arts of Résistance, pp. 199-200.

2 Cette observation confirme le constat général de D. Rivet, « Le fait colonial et nous », p. 137 : « En réalité, dans la situation coloniale comme dans toute société, il y a des états de pouvoir fluctuants qui engendrent des “cristallisations institutionnelles” n’ayant de cesse de se faire et se défaire, où les rôles ne sont pas assignés une fois pour toutes sur une base exclusivement ethnique. »

3 C’est aussi l’opinion de F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 50-51.

4 « ... Y da lugar a que si existiera un gobernador de provincia entendido pero inmoral, pudiera presentar unas cuentas falsas pero intachables, por que se hallen revestidas con todas las firmas y fórmulas oficiales a la par de que un Gobernador intachable de honradez, pero que no conoce la legislación vigente, puede ser instrumenta de inmorales dependientes y encontrarse un día con su nombre mancillado por la acusación de un des falco... » AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871.

5 Les affirmations optimistes d’E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, p. 280, sur les trente dernières années de la domination espagnole ne nous semblent absolument pas fondées.

6 N.E. Park, « Corruption in Eighteenth-Century China », p. 997, aboutit à la même conclusion pour la Chine du XVIIIe siècle.

7 AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de La Isabela, 1873-1888.

8 AHN, Ultramar, leg. 5209, exp. 36-37, poursuites contre Pedro Pampillόn y Molina, gouverneur de la province de Manille, 1861.

9 A. Fiestas Loza, « Justicia y amigos políticos en el siglo XIX ».

10 Voir supra, pp. 93-94.

11 « Ellos levantarán la voz y harán pinturas exageradas al Gobierno y en la prensa de los perjuicios que se les causa, protestando siempre el más acendrado cela y laboriosidad en el exercicio de sus empleos. » AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 10, lettre du 24 août 1842. Voir aussi la lettre du 10 octobre 1843 dans laquelle Alcalá confie au Secretario de Estado y del Despacho de Marina, de Comercio y Gobernación de Ultramar sa solitude face aux réseaux corrompus de l’Archipel (AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 5).

12 Voir supra, pp. 87-88.

13 Un des accusés est arrêté alors qu’il s’apprêtait à partir en métropole pour remettre des plis à la Reine. L’intendant, dès qu’il sent que la situation est compromise, demande un congé pour raisons de santé...

14 L’affaire est complexe car les deux principaux accusés sont les amis et les subordonnés de l’intendant : ce dernier devrait donc en théorie les juger.

15 « Si me convenzo de que no conseguiré mis deseos, no tardaré en demitir un puesto que no podré llenar cual conviene a los intereses de mi Reina, de mi Patria y de estas Islas. » AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 17, lettre confidentielle du 29 octobre 1844 au Secretario de Estado y del Despacho de la Gobernación de Ultramar.

16 Les deux principaux accusés sont condamnés à un an de prison. Le cas de l’intendant est beaucoup plus complexe parce que l’Audience n’est pas compétente pour le juger. Clavería le laisse finalement repartir en Péninsule. Nous ignorons s’il a été poursuivi par le Tribunal suprême.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search