Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Deuxième partie

Chapitre vi

Silence, résistance et règlements de comptes : l’attitude de la société civile

Texte intégral

1Pour les raisons que nous venons d’exposer, les autorités supérieures de la colonie ne traquent pas les fonctionnaires corrompus : elles se contentent, en général avec une ardeur très relative, d’instruire les poursuites contre des employés qui ont été dénoncés au préalable. Il est essentiel d’étudier et de comprendre les conditions d’émergence de ces signalements de faits de corruption parce que ces modalités conditionnent en partie la confiance que nous pouvons accorder aux poursuites et aux verdicts.

2À la différence de l’Amérique espagnole, ou tout au moins de ses régions les plus riches, et de Manille, la société coloniale des provinces philippines est une société simple composée de quelques rares Espagnols, fonctionnaires, militaires, missionnaires et entrepreneurs noyés dans la masse asiatique des Philippins et, pour certaines provinces, des Chinois. Les métis espagnols, relativement nombreux à Manille, sont une composante tout à fait négligeable en province. Comme dans toute situation coloniale, le poids politique n’entretient aucune sorte de relation avec l’importance numérique des groupes ethniques. La capacité de résistance des Philippins face aux fonctionnaires corrompus et en particulier aux gouverneurs est singulièrement limitée alors qu’ils sont les principales victimes de la corruption. En revanche, le clergé et, à un degré moindre les colons espagnols, constituent des contre-pouvoirs puissants avec lesquels les employés indélicats doivent compter.

I. – Les réactions des victimes philippines

  • 1 Sur l’utilisation des proverbes pour l’étude de la corruption, voir N. E. Park, « Corruption in Eig (...)

3L’étude de l’attitude des victimes de la corruption bute sur le problème de la documentation. La littérature populaire est quasiment absente ou trop imprégnée de religion pour parler explicitement de la corruption. D’autres sources, comme les recueils de proverbes se sont révélées très décevantes1. Heureusement, nous disposons de deux types de documents du plus haut intérêt, même s’ils doivent faire l’objet d’une critique attentive : les dénonciations contre des fonctionnaires espagnols et les témoignages formulés à l’occasion des poursuites.

Les formes de résistance

  • 2 Voir la trilogie de J. C. Scott, The Moral Economy of the Peasant, Weapons of the Weak et Dominatio (...)
  • 3 B. Cruikshank, Samar (1758-1898), pp. 41-42, 62-63 et 146.

4Nous n’évoquerons ici que les formes de résistance en relation directe avec la corruption. Certains comportements d’opposition plus ou moins explicite à l’ordre colonial comme la fuite dans les zones reculées, le banditisme ou certaines formes de désobéissance silencieuse ont sans doute partiellement pour origine les exactions des fonctionnaires espagnols, mais leur étude nous éloignerait du sujet et ils sont par ailleurs désormais bien connus2. Rappelons simplement que ces « armes du pauvre » sont parfois efficaces. Avant 1844, dans une province aussi isolée et pauvre que Samar, le marchand-gouverneur trop gourmand ou trop brutal court le risque de voir déguerpir la population et donc de mettre en péril ses propres activités para-administratives puisque ses administrés sont aussi ses fournisseurs de produits d’exportation3.

  • 4 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 12 ; J. Foreman, The Philippine Islands [190 (...)

5La corruption est très rarement à l’origine directe de manifestations extrêmes de la part des victimes. Selon Mazorca, les habitants de Capiz se seraient soulevés, au bout de trois mois de mandat seulement, contre le gouverneur corrompu Durán. Des complots du même type auraient été fomentés à Negros à la fin des années 1830 et le gouverneur de cette province aurait été assassiné en 1844 parce qu’il aurait transformé la corvée en un système de travail forcé à son profit4. Nous n’avons pas pu recouper ces informations, mais elles sont plausibles.

  • 5 Voir p. 159.

6La manifestation la plus spectaculaire dont nous avons trouvé la trace est celle des habitants de Rosario, dans la province de Cavite, une des régions les plus rebelles dans les trente dernières années de la domination espagnole. Les troubles ont lieu dans la seconde moitié des années 1870. L’origine du désordre a été évoquée dans les pages précédentes5, il s’agit de l’instauration, par le gouverneur Rafael Alberni, d’une contribution obligatoire en vue de la construction de certains bâtiments publics. À l’annonce de cette décision, les habitants de Rosario se rassemblent, spontanément semble-t-il, et marchent sur la capitale de la province :

  • 6 « ... Produjo un verdadero motín en el pueblo de Rosario, llegando hasta el punto de presentarse en (...)

[La décision du gouverneur] produisit une véritable émeute dans la commune de Rosario, au point que plus de mille personnes convergèrent tumultueusement sur la capitale de la province pour manifester contre cette contribution. La population interprétait cette dernière comme une des multiples extorsions illégales qu’elle subissait et, faute d’autres éléments, elle en voulait pour preuve l’emprisonnement de l’ancien gobernadorcillo d’Imus pour refus d’obtempérer6.

  • 7 Edmond Plauchut, un observateur français assez fiable, fait peut-être allusion à ces événements lor (...)

7Le gouverneur est contraint de faire marche arrière devant la détermination des manifestants7.

  • 8 C. H. Cunningham, The Audiencia in the Spanish Colonies, pp. 100-101 ; J. M. Mariluz Urquijo, Ensay (...)

8Ce type de mobilisation collective face à la corruption des gouverneurs est extrêmement rare et, dans la majorité des cas, les habitants utilisent les voies légales de recours. En effet, le système judiciaire colonial offre un certain nombre de moyens d’expression aux colonisés qui sont autant de soupapes de sûreté pour éviter des formes extrêmes de contestation. Le recours fondamental est le droit qu’ont tous les colonisés, quel que soit leur statut social ou ethnique, de s’adresser directement à la plus haute autorité de l’Archipel pour dénoncer des atteintes aux lois et pour demander réparation des préjudices subis. Ces plaintes ne passent pas par la voie hiérarchique et elles peuvent aussi être adressées à l’Audience. En dépit de l’opposition des gouverneurs de provinces, le droit de requête est maintenu jusqu’à la fin de la domination espagnole, ce qui l’honore indiscutablement. Ce type de pétition peut déboucher sur l’envoi d’un inspecteur, sur des sanctions administratives et, surtout, elles sont susceptibles de permettre l’ouverture d’un juicio de residencia. L’enjeu est donc d’importance puisqu’une simple dénonciation enclenche parfois un processus conduisant au renvoi d’un gouverneur ou d’un de ses subordonnés. Cette requête peut être individuelle ou collective et 1e protector de los Indios doit assurer gratuitement la défense des Philippins démunis8.

  • 9 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2.
  • 10 Igorrotes est le terme générique utilisé par les Espagnols pour désigner les populations insoumises (...)

9Les colonisés savent qu’ils ont accès à la justice, comme le prouve l’extraordinaire démarche9 entreprise par des Igorrotes10 au milieu des années 1860. En 1866, Agó, Quintoy et Mayo accusent le commandant politico-militaire du district de Benguet, Ramón María Aguilar, d’avoir volé 2.000 pesos dans la maison d’Ago. Ce chercheur d’or décide alors, avec deux témoins, de s’enfuir. Après avoir traversé les montagnes, il se présente à l’alcalde mayor de Pangasinan, sans doute très surpris de l’irruption de trois « coupeurs de têtes » dans son bureau. Le gouverneur de Pangasinan alerte son homologue de Benguet, et Aguilar tente de remettre la main au plus vite sur les trois hommes pour éviter qu’ils ne parlent. Aguilar affirme qu’Agό, Quintoy et Mayo sont des voleurs de bétail et, bien entendu, les interprètes qu’il dépêche de toute urgence ne manquent pas de reconnaître les voleurs présumés. Ce serait bien la première fois que des bandits viendraient se réfugier chez un gouverneur... Heureusement, le gouverneur de Pangasinan informe aussi Manille et les autorités supérieures, conscientes que l’affaire est louche, ordonnent l’envoi des trois fugitifs à la capitale. Ces derniers ont dû faire forte impression dans les rues de Manille.

  • 11 « ... Castas que por su estado de incompleta o nula civilización, requieren una más completa protec (...)
  • 12 Les suites du dossier sont classées dans le carton PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4.
  • 13 Des procédures de nature différente sont ouvertes en même temps : pesquisa pour l’Audience et exped (...)

10L’administration coloniale sort grandie de cet épisode parce qu’elle protège des représentants de « castes qui, du fait de leur état de civilisation incomplet ou nul, ont besoin d’une protection plus complète de la part de notre gouvernement »11. Malheureusement, la bureaucratie revient rapidement à ses vieux démons et les poursuites contre Aguilar donnent lieu à un de ces chaos administratifs dont l’administration coloniale espagnole a le secret12. Le commandant se défend de manière classique en affirmant que les plaignants sont peu recommandables et qu’ils cherchent à se venger. Il reçoit le soutien du chef de la police et du père missionnaire de Benguet. Au début de l’année 1867, d’autres Igorrotes déposent à nouveau des plaintes pour des violences et des extorsions. L’instruction, diligentée par l’alcalde mayor de Pangasinan, est rapidement bloquée par un conflit de pouvoir entre le gouvernement général et l’Audience, chacun voulant avoir la haute main sur l’affaire13. Aguilar profite de ces cafouillages pour rester en poste, alors qu’il aurait dû être éloigné pendant l’instruction. Il se venge des plaignants et de tous ceux qui ont témoigné contre lui : il les force à travailler sur des chantiers publics et les soldats brûlent les maisons de certains d’entre eux. En fin de compte, Aguilar quitte le district à la fin de 1867 ou au tout début de 1868, un juicio de residencia est ouvert mais, lorsqu’en mai 1869, des Igorrotes écrivent à Manille pour connaître les suites de l’affaire et obtenir le paiement des dommages auxquels ils ont droit, le verdict n’a toujours pas été rendu. Au point d’enlisement atteint par le dossier, nous pouvons, sans grande crainte d’être démenti, affirmer que les torts qu’ils ont subis n’ont jamais été réparés.

  • 14 Voir MN, volume 1774, doc. 4, « Representación de diez vecinos principales de Cavite contra los abu (...)

11En dehors de ce cas très original, les archives consultées conservent fréquemment la trace de pétitions et, malheureusement plus rarement, leur contenu14.

12Ces dénonciations sont presque exclusivement collectives : elles sont signées par les principales (« notables ») d’une ou plusieurs communes. Elles sont souvent unanimes et rédigées par l’assemblée des notables, le común de principales. On remarque que les plaintes en provenance de la cabecera et des communes proches de cette dernière sont plus fréquentes, sans doute parce que le gouverneur, par commodité, pressure plus lourdement les zones proches de sa résidence ou parce que les habitants de la capitale sont plus au fait des voies de recours.

13Les humbles Philippins n’ont donc pas droit au chapitre, même s’ils peuvent parfois s’exprimer par la suite lorsqu’une enquête ou un juicio de residencia sont ouverts. Même si les masses sont in fine les victimes des exactions, il est tout à fait logique que les notables soient les principaux ou les uniques plaignants. Ils sont en effet les représentants légaux du pueblo et ils disposent d’un poids politique suffisant pour que la pétition soit prise au sérieux. De plus, ces notables participent au fonctionnement du système d’exploitation coloniale et ils servent de courroie de transmission aux exigences, licites ou illicites, des fonctionnaires.

  • 15 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloil (...)
  • 16 MN, volume 1774, doc. 4, « Representación de diez vecinos principales de Cavite contra los abusos d (...)
  • 17 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tar (...)

14En général, ces lettres d’accusation mettent directement en cause le gouverneur de la province. Les subalternes, les hommes de main sont nommés, mais les pétitionnaires accusent toujours les supérieurs d’être de connivence avec leurs subordonnés ou tout au moins de faire preuve d’une tolérance suspecte15. Les moyens utilisés pour que ces plaintes parviennent à Manille sont divers. Certaines, en provenance de provinces éloignées, sont déposées dans la capitale par un émissaire16. Dans un cas au moins, la pétition est rédigée non sur place mais à Manille17.

15Leur ton est en général très respectueux, mais l’exaspération perce parfois :

  • 18 Juan Muñiz Álvarez.
  • 19 Marín est l’homme de main du gouverneur, il est chargé plus particulièrement du recouvrement des im (...)
  • 20 « ¿Qué es esto, Excmo. Señor ? Nosotros, los gobernadorcillos de que antes he hablado y yo, somos a (...)

Qu’est-ce que c’est que cette situation, Monsieur ? Nous, les gobernadorcillos susnommés et moi-même, sommes les uns giflés, les autres envoyés en prison. Dans la province de La Pampanga18, celui qui parvient à se soustraire aux exigences de M. l’alcalde mayor subdelegado est accusé de détournement ou de crime. Nos biens sont saisis parce que le gouverneur a décidé de nous imputer des dettes publiques imaginaires et, pendant ce temps, M. Vicente Marín19 [...] se promène tranquillement dans les rues de Bacolor et ses biens ne sont pas saisis20.

  • 21 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140.

16Pourtant, ces dénonciations publiques restent relativement rares et l’attitude qui domine est la résignation21. Antonio Keyser, le patient enquêteur sur les agissements des gouverneurs de Negros dans les années 1860, ne cache pas son étonnement et son agacement face à ce mur de silence. Ainsi, il a formellement établi que pendant des années les habitants ont payé des contributions ou des amendes supérieures à la normale :

  • 22 « ... Y todos estos hechos de que no se hubiera tenido noticia en la esfera oficial, a no haberse o (...)

... Et tous ces faits, dont on n’aurait pas eu officiellement vent si cette inspection n’avait pas été diligentée pour des motifs tout autres, n’ont pas fait l’objet de la moindre plainte et n’ont pas provoqué la moindre réclamation. Pas un des individus dont les droits étaient bafoués ou dont les intérêts étaient maltraités n’a recouru au gouvernement supérieur pour demander protection et justice [...] ce silence est le fruit de la résignation de l’ignorance, de l’accoutumance à des abus de ce type ou de l’apathie22...

17La fin de la citation de Keyser donne d’intéressants éléments d’explication qui constituent autant de pistes à explorer. En étudiant le contexte de production de ces plaintes, on s’aperçoit que leur émergence requiert des circonstances bien particulières et, souvent, un courage remarquable.

Connivence et ignorance

18Le silence assourdissant de la très grande majorité de la population pose un problème historique complexe car il ne s’agit pas de critiquer les modalités d’élaboration des sources, mais de comprendre l’absence de production de documents. Là encore, seule l’étude du contexte permet de formuler des hypothèses sur les obstacles matériels et mentaux qui conduisent à la résignation et au mutisme, l’explication résultant sans nul doute de la conjonction d’un faisceau de circonstances et non d’une cause unique.

  • 23 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los A (...)
  • 24 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140.
  • 25 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lόpez, GPM de Davao, 1878-1879.

19La connivence peut expliquer le silence des Philippins qui profitent directement ou indirectement de la corruption du gouverneur : certains gobernadorcillos sont les hommes de main du gouverneur, d’autres ferment les yeux sur les exactions à condition que les fonctionnaires espagnols fassent de même23. Lorsque le gouverneur a pris soin de contrôler les élections dans les principaux pueblos, les gobernadorcillos deviennent ses créatures et n’ont aucun intérêt à le dénoncer24. Dans ces cas-là, il devient pratiquement impossible de coincer le gouverneur véreux25.

  • 26 Keyser propose de punir les gobernadorcillos apathiques pour faire un exemple et de rendre solennel (...)

20Porter plainte contre un haut fonctionnaire espagnol, c’est aussi courir le risque de voir un juge mettre son nez dans les affaires des communes indigènes, perspective peu réjouissante du fait des multiples irrégularités que commettent inévitablement les notables. À l’occasion de poursuites engagées contre des gouverneurs, les autorités envisagent d’ailleurs des sanctions contre les gobernadorcillos pour les punir d’avoir, en se taisant, involontairement facilité les exactions26.

21En dehors de ces « mauvaises » raisons, le premier facteur qui peut expliquer l’attitude de l’immense majorité des dominés est l’ignorance. En fait, une partie au moins des Philippins n’ont tout simplement pas conscience qu’ils sont exploités par les fonctionnaires espagnols. En effet, pour prendre conscience que l’on paye plus que les redevances dues, il faut au préalable savoir quel en est le montant légal ! Or, la majorité des contribuables et des collecteurs d’impôt ou des chefs de village n’ont qu’une très vague idée de leurs droits comme de leurs devoirs. Là encore, Antonio Keyser ne prend pas de gants :

  • 27 « Desde el gobernadorcillo, que firma las cuentas en blanco porque así dice que lo ordenó el Gobern (...)

Du gobernadorcillo qui signe les comptes en blanc parce qu’il affirme qu’il en a reçu l’ordre du gouverneur, en passant par l’inspecteur qui, par peur, a fait de même [...] au gouverneur lui-même qui ignore la somme que doit acquitter chaque contribuable au titre de l’exemption du service personnel [...] partout et toujours j’ai été confronté à l’ignorance crasse des devoirs afférents à chacune des charges publiques27.

  • 28 APAF 902/3-e, pétition du 22 août 1892.
  • 29 Sur l’attitude du clergé, voir les pp. 187-202. Le fait que cette pétition soit conservée dans les (...)

22L’exemple de Negros ne peut cependant être étendu à l’ensemble de la colonie. Cette province, dans les années 1860, est encore un front pionnier en pleine expansion peuplé de pauvres migrants venus d’autres îles des Visayas. Dans les provinces plus développées et dans celles où l’élite locale continue d’occuper les postes de responsabilité au sein du pueblo, la situation est sans doute différente, comme le laisse penser la pétition adressée au gouverneur civil de la province de La Union par les gobernadorcillos et cabezas de quatre communes28. Ce texte est exceptionnel à plus d’un titre. Il est adressé au gouverneur de la province et non au gouverneur général, même si les signataires menacent explicitement d’en appeler à l’arbitrage de la plus haute autorité si leurs demandes ne sont pas prises en compte. En second lieu, l’argumentaire montre que les signataires sont parfaitement au courant des textes de lois les plus récents. Le gouverneur de la province, José de la Guardia, a publié une circulaire ordonnant aux Philippins d’approvisionner quotidiennement les employés et les Espagnols de la cabecera en vivres et en fourrage (zacate). Les pétitionnaires soulignent que ce texte n’a pas été publié dans le journal officiel de la colonie et qu’il contrevient à l’interdiction formelle de ce type de suministros édictée par le gouverneur général Weyler en octobre 1889. Logiquement, ils demandent donc le retrait de la circulaire. Il est cependant possible que les signataires de la pétition n’en soient pas les véritables auteurs ou tout au moins qu’ils aient bénéficié des conseils d’un curé espagnol29.

  • 30 Les premiers recueils de textes destinés aux gobernadorcillos sont publiés tardivement.

23L’ignorance des notables philippins a bien des circonstances atténuantes. Les règlements, nous l’avons dit à plusieurs reprises, sont d’une complication extrême et ils sont constamment modifiés30 :

  • 31 « ... Las leyes no se encuentran reunidas, no existe un manual del Gobernadorcillo, del Inspecter, (...)

... Les lois n’ont pas été compilées, il n’existe pas un manuel du gobernadorcillo, de l’inspecteur ou du gouverneur de la province qui réunisse ou tout au moins résume les dispositions qui concernent chacun d’entre eux. Les uns et les autres, par manque d’intelligence, par manque de moyens matériels, par manque de soin ou de zèle ne peuvent pas ou ne veulent pas faire l’acquisition des cent volumes ou plus où sont éparpillées les dispositions que les fonctionnaires doivent observer31.

  • 32 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 315.
  • 33 E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 86 ; Régimen político- (...)

24De plus, ces textes sont rédigés exclusivement en espagnol puisque les subalternes philippins sont supposés le lire. Tous les fonctionnaires coloniaux, même les moins expérimentés, savent pertinemment que ce n’est pas le cas et la situation tend même à empirer du fait du refus croissant des élites sociales, les seules qui soient alphabétisées et hispanisées, de servir leur pueblo. Pour Joaquín Rajal Larre, 90 % des cabezas ignorent totalement l’espagnol et les gobernadorcillos souffrent souvent des mêmes lacunes : ils ne comprennent donc pas les ordres et commettent, sans même le savoir, une multitude de fautes administratives32. Quant aux fonctionnaires, dans leur immense majorité, ils ne connaissent pas le moindre mot des langues de l’Archipel et ils doivent utiliser les services d’interprètes qui sont loin d’être toujours fiables... et honnêtes33.

  • 34 AHN, Ultramar, leg. 5351, Memoria reservada que al entregar el mando superior de Filipinas el Exmo. (...)
  • 35 J. Rizal, « Fragmento de una novela », p. 258.

25Les responsables philippins sont donc des proies faciles pour les fonctionnaires corrompus34. Les cabezas et les gobernadorctllos payent – ou font payer leurs administrés – pour ne pas avoir de problèmes avec le gouverneur, ils signent des reçus qu’ils ne peuvent lire, qu’ils ne comprennent pas ou dont ils ne perçoivent pas l’importance juridique35.

  • 36 « Los gobernadorcillos de los pueblos, sabido es, que no resisten, ni pueden resistir (ni seria aca (...)

Il est de notoriété publique que les gobernadorcillos des villages ne résistent pas, qu’ils ne peuvent pas résister (il ne serait même pas opportun qu’ils résistent) aux ordres de l’autorité36.

  • 37 « Desde una época que no puede fijarse, pero que debe ser muy remota toda vez que en las declaracio (...)

26La perpétuation des pratiques corrompues, certes avec quelques variantes, de gouverneur en gouverneur explique aussi cette ignorance : l’abus de pouvoir et l’exaction sont des situations normales ; l’arrivée d’un gouverneur honnête, juste et travailleur sort, elle, de l’ordinaire. Les colonisés sont en quelque sorte mithridatisés par un contact prolongé avec le mal, et le souvenir même du début des exactions finit par s’estomper dans les mémoires des victimes et, sans doute aussi, des corrompus37.

27Les gouverneurs les plus habiles savent parfaitement endormir la méfiance de leurs interlocuteurs philippins : les exactions illégales font l’objet de magnifiques circulaires dans lesquelles de multiples références aux textes de lois et de règlements imposent le respect et font croire à la parfaite légalité des exigences. La dilution des extorsions entre les différents pueblos allège la charge per capita et rend donc moins décelable le délit.

  • 38 PNA, Expedientes Gubemativos, leg. 2,1887.

28Le dossier des poursuites engagées contre le gouverneur de La Pampanga est une magnifique illustration de l’opacité qui règne dans l’administration des provinces38. Ce manque de transparence, dont sont responsables les fonctionnaires espagnols et leurs subordonnés philippins, est tel qu’il interdit finalement de mener des enquêtes et d’établir clairement les responsabilités des uns et des autres. Le point de départ du dossier est une plainte de l’auxiliar de fomento, d’Eusebio Aguilary Sevillano contre le gouverneur de la province Antonio del Águila : il affirme avoir été suspendu puis emprisonné parce qu’il aurait découvert que le gouverneur se livrait à un détournement à grande échelle sur le rachat de la corvée. Une commission d’enquête, dirigée par Félix Mathet, est envoyée en Pampanga, Après des recherches qui semblent sérieuses et honnêtes, Mathet rend ses conclusions en 1888. En fait, le gouverneur, à son arrivée en 1886, aurait découvert qu’une bonne partie des 40.000 polistas de la province ne participaient pas aux chantiers d’utilité publique, sans que la moindre amende soit infligée aux contrevenants. Les vérifications opérées par Mathet confirment ce point En enquêtant sur les faits de corruption, Mathet découvre, outre d’innombrables et graves erreurs comptables, que la loi n’est tout simplement pas appliquée, depuis des années, dans une province au cœur de la région la plus riche de la colonie... Cette opacité complique l’établissement des responsabilités : des doutes subsistent sur la gestion du gouverneur, la défense du plaignant sent la vengeance et l’ensemble des subalternes philippins ont péché, par négligence ou par intérêt :

  • 39 Les curés.
  • 40 «Puede asegurarse que ninguno de los agentes que deben intervenir en la administración del impuesto (...)

On peut affirmer qu’aucun des agents préposés à l’administration de l’impôt n’a assumé tous les devoirs imposés par le règlement. Il semble difficile de réunir des charges contre un fonctionnaire donné parce qu’il ressort de ce dossier que les cabezas de barangay n’ont pas tenu un compte précis des polistas, que les gobernadorcillos n’ont pas surveillé étroitement les chantiers, sans qu’on ait par ailleurs la certitude de l’établissement et de l’envoi des listes des corvéables au gouvernement civil conformément aux formulaires du règlement, modèles 16,17 et 18, rien n’indique non plus que les présidents des juntes locales39 aient procédé aux inspections, ni que le secrétaire du gouvernement de la province ait contresigné les documents et les registres des contribuables40.

29Tous les échelons ont donc intérêt à ce que la vérité reste cachée et la corruption impunie. Cette méconnaissance crasse des règles de droit, cette impossibilité d’entamer le moindre dialogue sont la porte ouverte à tous les abus, mais elles peuvent aussi aboutir à des plaintes injustifiées de la part des Philippins : parfois, les dénonciations de faits de corruption peuvent simplement traduire le malaise des colonisés confrontés à l’augmentation de la pression fiscale et réglementaire de l’appareil colonial.

Les obstacles matériels

30Face aux exactions des fonctionnaires, les voies de recours, lorsqu’elles sont connues, sont complexes, coûteuses et un peu effrayantes pour un Philippin dont le seul horizon est le clocher de son village. Le mécontentement et son expression ont donc logiquement tendance à se limiter au cercle du pueblo. Les instances qui pourraient rétablir la justice paraissent trop éloignées, trop aventureuses au Philippin des campagnes :

  • 41 « The governor-general is in Manda (far away) ; the king is in Spain (farther still) ; and God is i (...)

Le gouverneur général est à Manille (loin) ; le roi est en Espagne (encore plus loin) et Dieu est au ciel (le plus loin de tous)41.

  • 42 AHN, Ultramar, leg. 2199, exp, 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-18 (...)
  • 43 Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 289.

31Dans les provinces isolées, et elles sont nombreuses, il faut d’abord trouver le moyen de faire parvenir la lettre d’accusation à Manille en déjouant la surveillance du gouverneur. Le dépôt d’une plainte représente aussi un risque financier non négligeable parce que l’Audience demande parfois le dépôt d’une caution en vue de décourager les calomnies. Ces sommes ne sont pas symboliques : les principales de Bacolod et de Granada doivent déposer 5.000 pesos pour que leur plainte contre le gouverneur Saravia soit enregistrée42. Le simple fait d’aller témoigner à la cabecera est compliqué et coûteux pour un humble paysan d’un pueblo isolé43. Or, nous l’avons dit dans la partie précédente, les chances d’obtenir une réparation effective des exactions subies sont très limitées.

  • 44 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 37.
  • 45 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloil (...)
  • 46 Pour une bonne étude du fonctionnement de la justice coloniale, voir G. Bankoff, « Inside the Court (...)

32Même s’il est difficile d’apporter des preuves documentaires dans ce domaine, les Philippins, surtout s’ils sont honnêtes, ne semblent accorder qu’une confiance très limitée à la machine judiciaire coloniale44. L’opinion commune dans la colonie est que quien tiene el dinero tiene la razón (« celui qui a l’argent a raison ») et les humbles Philippins sont persuadés que les juges no han venido a su tierra si no a hacer dinero (« ne sont pas venus chez eux pour autre chose que pour faire de l’argent »)45. Les éventuels plaignants ou témoins peuvent être découragés par leurs contacts quotidiens avec un système judiciaire extraordinairement lent, coûteux et aléatoire46. La combativité extrême des Igorrotes dont nous avons décrit la démarche pourrait donc s’expliquer par un manque d’expérience.

  • 47 W. E. Retana, Mando del General Weyler en Filipinas [1896], pp. 23-24. Voir aussi A. Chápuli Navarr (...)
  • 48 Gaspar de San Agustín et Casimiro Díaz.
  • 49 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. I, pp. 110-113.
  • 50 M, Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia [1880], p. 197.

33Sur ce point, les données sont à première vue contradictoires, car les sources imprimées soulignent fréquemment la passion immodérée des Philippins pour les actions en justice, la ingénita propensiόn de los indios a ser pleitistas impenitentes (« propension innée des Indios à être des procéduriers invétérés »)47. Sinibaldo de Mas affirme même, en se fondant sur d’anciens travaux de missionnaires48, que les Indios sont passés maîtres dans la dénonciation calomniatrice des autorités espagnoles. Selon lui, des modèles permettant de mettre en accusation des fonctionnaires circulent dans les provinces et les Philippins les adaptent, avec un talent certain, au contexte local49. Quarante ans plus tard, Manuel Scheidnagel reprend le même argument : certes les fonctionnaires espagnols ne sont pas tous des saints, mais des fonctionnaires honnêtes et travailleurs sont très fréquemment les victimes des caciques philippins qui veulent continuer en toute quiétude leurs pratiques corrompues et prouver à leurs administrés qu’ils ont plus de pouvoir que les employés espagnols. Même si la calomnie est finalement démasquée, le fonctionnaire est humilié et sa carrière s’en ressent forcément50.

34Ces affirmations, au vu des archives, nous semblent relever du pur fantasme : l’historien devrait être noyé sous les dossiers de poursuites, or c’est loin d’être le cas. Ces arguments sont un moyen commode pour dédouaner les fonctionnaires. De plus, ces observations sur la manie qu’auraient les Philippins d’utiliser la justice pour gêner leurs adversaires sont teintées d’un racisme plus ou moins dissimulé et elles concernent surtout les procédures entre Philippins.

35Il est bien évident que s’attaquer à un gouverneur est une opération beaucoup plus risquée parce que l’adversaire possède de larges pouvoirs de coercition et parce qu’il connaît parfaitement les ficelles du système. C’est la raison pour laquelle les plaintes sont, dans l’immense majorité des cas, collectives : les risques physiques et financiers d’éventuelles mesures de rétorsion sont ainsi fragmentés.

  • 51 AHN, Ultramar, leg. 5344, exp. 1-2.
  • 52 Gavino Veloso a bâti sa fortune sur le drainage des produits d’exportation des Visayas pour le comp (...)
  • 53 San Vidal est le saint patron de la ville et l’œuvre pie est fort ancienne puisqu’elle a été fondée (...)

36Au cours de nos recherches, nous n’avons rencontré qu’un exemple d’affrontement frontal entre un Philippin et un gouverneur : celui qui oppose Gavino Veloso y del Rosario au gouverneur politico-militaire de Cebu, Antonio Marrinez51 Cette affaire est très complexe et mériterait d’importantes recherches complémentaires pour être parfaitement éclaircie, si tant est que cela soit possible. Veloso, un des plus puissants métis chinois de Cebu52, attaque le gouverneur, dans un premier temps, parce que ce dernier aurait, de manière brutale, décrété une hausse du loyer des terrains possédés par l’œuvre pie de San Vidal53. Ce point semble être la motivation essentielle de Veloso qui défend là d’importants intérêts fonciers. En 1878, cependant, cette première plainte est doublée par une seconde qui nous intéresse beaucoup plus : Veloso accuse Martínez de malversations, d’emprisonnements arbitraires et mauvais traitements aux prisonniers. L’enquête confirme en partie ces accusations.

  • 54 Au moins les militaires, car la Dirección General de Administración Civil propose d’ouvrir un juici (...)
  • 55 Décret du 15 avril 1879. La commission d’enquête (rapport du 30 décembre 1878) et la Dirección Gene (...)

37Pourtant, l’administration coloniale54 fait bloc derrière Martínez. Selon Veloso, la commission d’enquête recherche très mollement la vérité et il semble avoir raison sur ce point. Tous les arguments évoqués précédemment sont ici utilisés pour atténuer les responsabilités du gouverneur espagnol : les revenus de la province ont augmenté grâce à l’action énergique de Martínez et cette hausse compte beaucoup plus que les moyens employés ; le gouverneur général Moriones passe l’éponge sur l’emprisonnement abusif des cabezas parce qu’il s’agit d’une práctica viciosa que se sigue en casi todas las provincias del Archipiélago (« habitude vicieuse que l’on a dans presque toutes les provinces de l’Archipel ») ; enfin tous les Espagnols jugent intolérable qu’un particulier – Philippin qui plus est – mette son nez dans les affaires publiques55.

  • 56 On peut raisonnablement penser que la solidité juridique de l’attaque portée contre le gouverneur d (...)
  • 57 Pour M. Cullinane, « The Changing Nature of the Cebu Urban Elite », pp. 277-276, cet acte de résist (...)

38En fin de compte, Veloso est emprisonné et une partie de ses biens est saisie. Pour seule consolation, il obtient l’annulation de la hausse du loyer des terrains de San Vidal. Cette affaire montre clairement que les Philippins ne peuvent engager une lutte frontale contre l’administration coloniale et que le combat est inégal. Veloso – qui n’est pas un saint par ailleurs – a pourtant les reins particulièrement solides : il est un cacique local aussi riche que puissant, il est bien informé et bien défendu par ses avocats, il n’hésite pas à en appeler à l’arbitrage du gouverneur général puis du souverain56. Surtout, il parvient, sans doute par l’entremise des escribientes du gouvernement de la province, à obtenir, fait rarissime, des doubles de pièces comptables prouvant la matérialité des accusations portées. Cela n’a pas suffit : sans doute la toute-puissance locale de Veloso lui a-t-elle fait perdre le sens des réalités... coloniales57.

39L’émergence de la plainte suppose donc une collaboration et une solidarité au sein du pueblo, voire entre les pueblos de la province. Or, selon certains auteurs occidentaux, les Philippins sont tout simplement incapables de s’unir :

  • 58 « En los pueblos, cuando los gobernadorcillos o los cabezas de barangay abusan de su autoridad, cos (...)

Dans les villages, lorsque les gobernadorcillos ou les cabezas de barangay abusent de leur autorité, ce qui est très fréquent, les habitants ne se réunissent jamais pour se faire part de leur griefs mutuels. Ceux qui les ressentent – et ils sont d’ailleurs peu nombreux–vont se plaindre individuellement au curé ou à l’abogadillo, s’il y en a un, l’un ou l’autre doit alors dénoncer l’abus de pouvoir au gouvernement supérieur. Si, par hasard, ils se groupent, ils sont incapables de se mettre d’accord, de discuter sérieusement et de manière suivie, à moins qu’un blanc ou un métis ne les guide. L’Indio dit oui aujourd’hui et non demain, non par inconscience mais par manque de mémoire et de discernement. S’il s’agit de payer, même si la somme exigée est exorbitante et indue, il la règlera dès qu’il aura de l’argent pour ne plus entendre parler du problème58.

  • 59 Pour un bon exemple de ces tensions, voir BNE, ms. 20504, Varias escritos referentes a disensiones (...)

40Cette affirmation est bien évidemment excessive et empreinte de mépris raciste. Elle trouve d’ailleurs un démenti flagrant dans les exemples de plaintes que nous avons pu recueillir. Cela dit, les rivalités de clans sont très fréquentes, comme nous l’avons vu dans notre première partie, et ces tensions internes aux pueblos ont sans doute limité la résistance des victimes59.

  • 60 L’origine de ces capacités est variable : certains sont d’anciens étudiants ou séminaristes, d’autr (...)
  • 61 M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], p. 8 ; J. Rajal y Larre, « Mem (...)
  • 62 M, de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871],p. 8,voir aussi pp. 12-13.
  • 63 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 272 ; P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pince (...)

41La méconnaissance générale de la langue et des procédures suppose, dans la majorité des plaintes, l’existence de médiateurs sans lesquels les victimes n’auraient pu intenter des recours en haut lieu. Ces hommes de l’ombre peuvent être les curés, dont nous reparlerons, mais aussi les Philippins chargés du service des écritures de la commune. Ces escribientes sont très mal payés, mais ils sont indispensables parce qu’ils ont une connaissance, souvent assez limitée, de l’espagnol et des procédures administratives ou judiciaires60. Ils sont désignés, dans les sources espagnoles, par les qualificatifs les plus péjoratifs : directorcillos, papelistas sin sueldo, busca vidas, leguleyos, bribones61. Selon les Espagnols, ces Philippins acculturés sont des ratés, aussi prétentieux que haineux à l’égard des colonisateurs ; ces « véritables plaies des villages »62, ces parasites prendraient un malin plaisir à faire naître des conflits ou à les prolonger pour en tirer profit63.

  • 64 A. Chápuli Navarro, Siluetas y malices [1894], p. 291.
  • 65 La plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, sans doute rédigée à Manill (...)
  • 66 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloil (...)

42Dans les provinces, quelques Philippins acculturés ont des connaissances en droit, en particulier les anciens étudiants qui n’ont pas terminé leurs études. Certains deviennent avocats sur le tas, sans en avoir le titre. Les Espagnols se moquent beaucoup de ces abogadillos, ces picapleitos,, ces pilósopos, plumarios ou juzgadistas64 qui camouflent la maigreur de leurs connaissances par un jargon grotesque65. Ils sont accusés d’être en partie responsables des blocages du système judiciaire en envenimant les conflits, en poussant leurs clients à s’engager dans des procédures et en prolongeant ces dernières pour augmenter leurs honoraires66.

  • 67 Il s’agit de Juan Quiason, gobernadorcillo de San Fernando ; l’avocat est Francisco de Marcaida. (A (...)
  • 68 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tar (...)

43Exceptionnellement, dans une province aussi riche que La Pampanga, un gobernadorcillo peut s’offrir les services d’un vrai avocat du barreau de Manille pour défendre une plainte déposée contre le gouverneur67. Une bonne connaissance des procédures apparaît clairement dans certaines pétitions : celle des principales d’une commune de Tarlac, après avoir décrit les exactions et les abus de pouvoir du gouverneur, souligne qu’il s’agit de délits sanctionnés par les lois et suggère la mise sur pied d’une comisión pesquisidora (« commission d’enquête ») en vue de l’ouverture d’un éventuel juicio de residencia68.

  • 69 Voir les dossiers de déportation des frères Rivas (Tigbauan, province d’Iloilo) dans le carton PNA, (...)

44Les critiques espagnoles à l’encontre des directorcillos et des abogadillos ne sont sans doute pas dénuées de tout fondement, mais il convient de souligner que ces intermédiaires aident parfois les communautés villageoises à résister aux vexations des autorités. Les dossiers d’expulsion ou de déportation de certains d’entre eux montrent que les fonctionnaires n’apprécient pas d’être confrontés à des Philippins aussi combatifs69.

  • 70 Dans les enquêtes menées sur le terrain, le maître d’école sert souvent d’interprète.

45L’obstacle de la langue joue aussi lorsqu’il s’agit de témoigner contre un fonctionnaire accusé de corruption. Le témoin doit faire confiance à l’interprète70 qui traduit ses propos, à l’escribiente qui les transcrit et au juge qui finalement les transpose en style juridique et les ordonne en fonction de son intime conviction ou, parfois, de motivations moins louables. Les possibilités de distorsion, involontaires ou intentionnelles, sont donc nombreuses.

  • 71 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140.
  • 72 G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 96-97, et I. Rodríguez Flores, « Decisiones del Conse (...)
  • 73 AHN, Ultramar, leg. 2166, exp. 11, avis du fiscal de l’Audience sur la mise en accusation d’Antonio (...)
  • 74 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp, 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, 1860 ; voir (...)

46De plus, les Philippins n’ont que très rarement la possibilité d’apporter des preuves matérielles de leurs allégations : ils ont au mieux en leur possession quelques reçus71.Tout repose donc sur la foi que les juges espagnols veulent bien accorder à leur témoignage. Or, ce dernier ne pèse pas lourd dans la balance et les Philippins en ont vraisemblablement conscience. Aux yeux des Espagnols, la parole d’un Indio n’est pas fiable et sa déposition a une valeur juridique limitée, voire nulle : selon la tradition, la déposition de six Indios équivaut au témoignage d’un testigo bueno, c’est-à-dire d’un Espagnol72. Selon les colonisateurs, les Philippins ont une fâcheuse tendance au parjure et une incapacité congénitale de résister aux pressions73. Inconstants, ils reviendraient très facilement sur leur témoignage initial ou refuseraient soudainement de collaborer avec la justice. Quant aux Chinois, leur avis n’est en général même pas sollicité et, lorsqu’ils ont été victimes des exactions d’un gouverneur, la réparation des dommages subis est rarement envisagée74.

  • 75 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. I, pp. 110-113 ; Apuntes inter (...)
  • 76 A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], pp. 170-171.

47Selon les auteurs espagnols, ce comportement s’explique par des facteurs culturels, sinon biologiques. Le discours colonial hésite entre deux explications, toutes les deux racistes, mais à des degrés divers, La première met en relation l’inconstance des témoins et l’opinion que les Philippins sont un peuple d’enfants encore incapables de comprendre la gravité du parjure. Leur perception même de l’injustice et de la justice serait instinctive, primitive75. La seconde, au contraire, insiste ouvertement sur le facteur racial : l’Indio est un être profondément vicieux caractérisé par une carencia casi absoluta de concepto del honor y de la honestidad (« manque quasi absolu de sens de l’honneur et de l’honnêteté »)76. Le parjure est donc une faute consciente et préméditée, il est une des manifestations d’une infériorité irrémédiable :

  • 77 « [L’Indio]... suele prestarse a todo género de componendas, a calumniosas denuncias y a falsos tes (...)

[L’Indio]... se prête à toutes sortes d’arrangements, à des dénonciations calomnieuses et à de faux témoignages, il est capable des légèretés et des atrocités les plus inconcevables, mais il agit ainsi parce qu’il est par nature corruptible, parce qu’il craint les représailles du castila puissant ou la rancune de son voisin procédurier, jamais parce qu’il ignore les conséquences que ses actes peuvent avoir77.

48À l’opposé de ces jugements, il faut souligner que l’inconstance des témoins, à supposer d’ailleurs qu’elle corresponde toujours à la réalité, s’explique par la peur et le manque de confiance des Philippins dans la justice coloniale. Toujours est-il que le refus généralisé – mais pas systématique – de prendre en considération l’opinion des colonisés ne peut que conforter les fonctionnaires corrompus dans leur sentiment d’impunité.

  • 78 Pour un bon exemple d’instruction à décharge, voir AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites co (...)

49Les juictos de residencia sont très instructifs sur la valeur accordée aux témoignages des Philippins. Les témoins directs (de propia ciencia) ont, bien entendu, plus de crédit que les témoins indirects (de oídas ou de referencia). Les juges demandent aussi aux témoins d’être extrêmement précis sur les dates, les lieux, les sommes concernées, les autres personnes présentes. Or, comme l’instruction est le plus souvent diligentée longtemps après les faits, une partie des témoins a disparu et les témoignages recueillis sont forcément imprécis et rarement unanimes sur les points de détail. Les témoignages des plaignants sont systématiquement rejetés parce qu’ils sont supposés être orientés, or ils sont le plus souvent les seuls témoins directs des faits. Dans ces conditions, un juge désireux d’innocenter le fonctionnaire inculpé n’a aucun mal à alimenter sa plaidoirie78.

  • 79 AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, plainte des gobernadorcill (...)
  • 80 Sur la notion d’hiya, voir V. L. Rafael, Contracting Colonialism, pp. 126-127. J. C. Scott, Dominat (...)

50De plus, les victimes ont une perception de la gravité des délits très différente et souvent opposée à celle des Espagnols. Les trop rares plaintes ou témoignages conservés montrent clairement que l’extorsion, le détournement, l’injustice administrative sont beaucoup moins mal vécus que l’abus de pouvoir et, en particulier, la violence physique. Dans cette gradation établie par les victimes, les fautes les plus graves sont la bastonnade et la coupe des cheveux, surtout lorsqu’elles sont infligées à un notable en public ou devant la principalía assemblée79. Le caractère traumatisant de ces peines résulte sans nul doute de l’importance de la notion de honte, d’humiliation (hiya) dans la culture philippine80. Sans le savoir, les plaignants insistent donc sur les excès qui ne sont, aux yeux des Espagnols, que des péchés véniels.

Le pot de fer contre le pot de terre

  • 81 Voir par exemple : AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, 1867.
  • 82 MN, volume 2441, doc 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Al (...)

51Le manque de combativité des Philippins ne peut être simplement interprété comme le fruit de l’ignorance et de la naïveté, même si ces données jouent certainement un rôle. Le discours colonial biaise en effet nos sources. Le Philippin est le plus souvent présenté comme un grand enfant un peu benêt et totalement ignorant qui se laisse berner par le premier escribiente pourvu qu’il affirme être mandaté par le gouverneur81. Le raisonnement peut aller jusqu’à affirmer que l’Indio, par sa lâcheté et sa résignation, contribue puissamment à transformer d’honorables Espagnols en implacables tyrans82. En fait, le silence et la résignation sont, au vu du contexte, des stratégies de survie cohérentes, des attitudes parfaitement rationnelles et réfléchies.

52Le prestige des autorités espagnoles, dont on a vu l’importance dans le discours colonial, correspond aussi sans doute à une réalité, au moins dans certaines provinces et dans la première moitié du siècle. Il est vraisemblable que les Philippins ont parfois obéi les yeux fermés aux ordres venus « d’en haut » par simple respect pour les autorités.

53Par nature, le combat entre le gouverneur et ses administrés est tout à fait inégal. En dehors même des considérables pouvoirs dont ils disposent, les Espagnols inspirent la crainte, au moins dans les provinces reculées où leur présence est très limitée et où les Philippins, depuis des siècles, continuent de vivre entre eux :

  • 83 « La sola presencia del español, le importe [al Indio] extraordinariamente, aunque ni se le amenace (...)

La seule présence de l’Espagnol en impose de manière extraordinaire au Philippin, même s’il n’est ni menacé, ni puni. Il suffit de se mettre en colère ou d’élever le ton, de lui faire des reproches ou de le pousser dans ses derniers retranchements par des questions pour que la peur se transforme en véritable terreur, surtout chez les Indios qui ne sont pas habitués à fréquenter les Espagnols83.

  • 84 J. Rizal, « Fragmento de una novela », pp. 240-243.

54José Rizal décrit bien cette peur panique des Philippins confrontés aux colères et aux caprices des fonctionnaires ou des curés espagnols et l’incompatibilité de tempéraments entre des Espagnols expansifs et bruyants et des Philippins timides et réservés84.

55Les Philippins se méfient beaucoup de l’enquêteur. Ils refusent de lui parler ou parlent avec une extrême prudence, peut-être parce qu’ils imaginent que l’Espagnol qui vient vers eux pourrait être de mèche avec leur oppresseur. Les gouverneurs corrompus font parfois régner la terreur dans leur province et, même dans le cas d’une « corruption douce », un climat de peur et de défiance s’instaure dans la population :

  • 85 « ... No se atreven a quejarse, ni aun a hacer revelaciones, ni menos facilitar comprobantes, por t (...)

... Ils n’osent pas se plaindre, ni faire des révélations et encore moins fournir des preuves parce qu’ils craignent d’être poursuivis et châtiés par le gouverneur s’il venait à le découvrir ou si leur plainte n’aboutissait pas. Or l’alcalde sait anticiper ce type de situation : en offrant sa protection ou bien en utilisant la menace, il obtient des gobernadorcillos, des cabezas et des notables des signatures qui attestent de sa bonne conduite ou qui démentent les faits et les plaintes. Cependant, si les victimes voyaient l’alcalde dans l’impossibilité, pour une raison ou pour une autre, de les détruire par les moyens indiqués, elles apporteraient d’innombrables preuves des actes arbitraires, des exactions et des violences commis par le gouverneur85.

56Comme le souligne la citation, les langues se délient un peu lorsque le gouverneur a été relevé de ses fonctions et a été rappelé à Manille. Cette mesure, sans être systématique, est heureusement assez fréquente, mais les hommes de main du gouverneur sont toujours présents dans la province et peuvent exercer des pressions.

  • 86 Rapport du 23 juin 1860, AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, A (...)
  • 87 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24.

57Antonio Enríquez, l’inspecteur général des Finances chargé de l’enquête sur les agissements de l’alcalde mayor de Cagayan, explique que les habitants se taisent parce qu’à leur carácter extremadamente sumiso (« nature extrêmement soumise ») vient s’ajouter la peur panique que le gouverneur corrompu puisse revenir dans la province et leur faire chèrement payer leurs dépositions86. Cette crainte d’un retour de l’accusé et de mesures de rétorsion est loin d’être un fantasme et les gouverneurs entretiennent parfois habilement le doute. Lorenzo de Olave fait ainsi courir le bruit dans la province de Bulacan qu’il dispose d’appuis très hauts placés. Effectivement, l’Audience décide que son juicio de residencia ne peut être ouvert avant la fin du mandat car les fautes dénoncées ne sont pas assez graves, il retrouve donc sa province et peut à loisir se venger87...

  • 88 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre elestado actualde los Indios, sistema que siguen los Alc (...)

58En dénonçant un gouverneur en place, en refusant d’accepter les exactions ou de signer les faux, le résistant s’expose à une gamme étendue et dissuasive de représailles. En dehors des pressions morales et des menaces orales qui ne laissent guère de traces dans les archives, la plus haute autorité de la province peut facilement ramener à la raison les récalcitrants en les emprisonnant sous un quelconque prétexte ou en les menaçant simplement d’une incarcération arbitraire. De nouvelles lois ont tenté de limiter ce type de mesures discrétionnaires, mais elles ne sont pas appliquées et chaque inspection révèle que les prisons sont encombrées de pauvres gens dont personne ne sait pourquoi ils ont été incarcérés et dont le dossier a été égaré par malveillance ou par négligence88.

  • 89 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4, 1865-1866.

59Le gouverneur peut aussi menacer les insoumis d’un bannissement de leur pueblo ou de la province : l’arme est utilisée par le gouverneur de Negros José Cramer pour intimider les puissants propriétaires de l’île89. La menace la plus redoutable est celle de la déportation vers les colonies pénitentiaires de Mindanao, Sulu ou Palawan. En effet, les gouverneurs disposent de pouvoirs spéciaux pour demander au gouvernement général la déportation d’un individu dont la conduite est jugée dangereuse pour l’ordre public ou l’ordre moral de la province. Cette procédure d’urgence bafoue totalement les droits individuels des administrés, quel que soit d’ailleurs leur groupe ethnique. Pour faire taire un éventuel dénonciateur, il suffit donc à un gouverneur de mettre sur pied un dossier de demande de déportation : sa position et ses réseaux lui permettent sans peine de faire rédiger par les autorités locales civiles et religieuses une série de témoignages accablants sur la conduite immorale ou les idées séditieuse de son adversaire.

  • 90 « El Gobernador es en provincia un rey absoluto con más fueros que el Monarca de España. Ordena y m (...)

Le gouverneur est dans sa province un monarque absolu ayant plus de privilèges que le Roi d’Espagne. Il ordonne et commande selon sa volonté ou son caprice, rien ne peut l’arrêter ni lui résister car il possède l’arme puissante et terrible de la procédure de déportation. Un dossier de ce type est monté en quelques heures. Avec un « Ayant appris que », trois déclarations de protégés ou de pleutres, un rapport du gobernadorcillo, qui signe sans même savoir ce dont il s’agit et un travail de persuasion auprès du curé en assurant que des informations confidentielles attestent que le suspect est un conspirateur, qu’il ne va pas à la messe, qu’il mène une mauvaise vie, etc. le dossier est bouclé et la déportation est proposée, déportation que le gouverneur général approuve sans réserve puisque la décision est justifiée90.

60Le dossier est ensuite envoyé à Manille sans que l’accusé puisse se défendre. Les services centraux entérinent, dans l’immense majorité des cas, la demande de déportation émanant du gouverneur. Ce suivisme de Manille, alors qu’il s’agit de mesures extrêmement violentes, s’explique aisément. L’administration centrale n’a ni le temps, ni les moyens matériels de se livrer à des vérifications ou à une contre-enquête.

61De plus, les gouverneurs agitent systématiquement la menace de troubles de l’ordre public, or le maintien de ce dernier prime tout autre considération : mieux vaut commettre une injustice plutôt que courir le risque de laisser un agitateur en liberté.

  • 91 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 76,
  • 92 G. Bankoff, « Deportation and the Prison Colony of San Ramon », pp. 446-447. Voir, en particulier, (...)

62La déportation décrétée, l’accusé n’a aucun moyen de faire valoir ses droits, si ce n’est d’envoyer de pathétiques suppliques ou, selon Sawyer91, de tenter de corrompre les autorités. S’il en réchappe, l’ancien déporté ne s’aventurera plus à manifester son mécontentement et le châtiment sert d’exemple pour l’ensemble de la communauté. Les innombrables abus auxquels la procédure de déportation donne lieu inquiètent les autorités centrales, en particulier madrilènes, dans les années 1870 et 1880. Des circulaires rappellent aux gouverneurs généraux que la déportation doit rester une mesure d’exception fondée sur des preuves irréfutables de la dangerosité de l’individu92. La réitération des textes prouve que les abus scandaleux ne cessent pas et, dans les années précédant la révolution de 1896, la montée des idées nationalistes offre d’excellents prétextes pour réclamer la déportation des gêneurs. Les colonisés ont parfaitement conscience de l’inégalité du rapport de force. Dans un jargon typique des humbles Philippins de la fin du XIXe siècle, une des victimes des abus de pouvoir du gouverneur d’Albay, Tomás Pérez de Pulgar, répond à l’enquêteur :

  • 93 « Qué hacer yo pobre indio, bueno aquel mi cabeza, contra un Gobernador Castila, malo de aquel su c (...)

Que faire moi pauvre Indio, bon celui-ci ma tête, contre un gouverneur castila, mauvais de celui-ci sa tête93.

  • 94 Les gobernadorcillos de Sexmoan, Guagua, San Luis.

63En dépit de la disproportion des moyens entre le gouverneur et ses administrés, il faut souligner que les Philippins sont parfois parvenus à s’organiser pour défendre leur cause, comme le prouve la « révolte » des gobernadorcillos de La Pampanga contre les agissements de l’alcalde mayor Juan Muñiz Álvarez et de son homme de main Vicente Marín. Le gouverneur est nommé à la tête de La Pampanga en 1865 et il met en place le classique système de pillage d’une province : les redevances sont détournées et, lorsque les gobernadorcillos refusent les exactions, ils sont menacés, battus et emprisonnés. Cependant, trois d’entre eux94 parviennent, alors qu’ils sont en prison, à faire parvenir une lettre d’accusation au gouverneur général. Dans un autre cas, l’épouse du gobernadorcillo alerte les autorités supérieures. Enfin, Juan Quiason, gobernadorcillo de San Fernando, préfère se cacher, mais il parvient lui aussi à s’exprimer. Cette résistance coordonnée suppose l’existence de nombreuses complicités.

64L’attitude de prudence de la grande majorité de la population annihile donc en partie les mécanismes d’alerte et de contrôle mis en place pour lutter contre la corruption : la découverte des agissements délictueux est bloquée en amont et les gouverneurs poursuivis représentent donc selon toute vraisemblance une part très limitée du total des gouverneurs corrompus. La prudence des victimes favorise, indirectement, les comportements déviants des fonctionnaires. Cependant, elle ne peut en aucun cas être considérée comme le signe d’une indifférence de la population ou comme l’indice d’un faible taux de corruption. Simplement, le rapport de force est si déséquilibré que la résignation est la solution la plus sage : les fonctionnaires espagnols restent peu de temps en poste et on peut espérer que le prochain gouverneur sera moins corrompu et moins brutal.

  • 95 Pour un exemple de calomnie avérée, voir PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 5, plainte de Lucina F (...)

65Les Philippins qui ont le courage de dénoncer les fonctionnaires corrompus sont-ils des inconscients ou des héros ? Certains le sont, assurément ; d’autres sont des calomniateurs95. Beaucoup, enfin, sont aidés et parfois manipulés de façon plus ou moins occulte par des pouvoirs coloniaux rivaux ou concurrents des fonctionnaires corrompus.

II. – L’attitude ambiguë du clergé

66Mythes et réalités du pouvoir des frailes. – Les armes. – Le conflit d’intérêts.

67D’emblée, il faut souligner que cette étude du rôle du clergé dans la révélation et la persécution des faits de corruption concerne uniquement le clergé régulier espagnol, c’est-à-dire les missionnaires devenus, au fil du temps, les curés de paroisses, stables et souvent prospères, des basses terres. Ces religieux appartiennent à quatre ordres : Augustins, Dominicains, Franciscains, Récollets. Les Jésuites, après leur retour en 1859, se consacrent à l’enseignement ou à d’authentiques missions dans le sud de l’Archipel, ils sont donc beaucoup moins confrontés à la corruption.

68Le grand absent de notre documentation est le clergé séculier philippin : nous n’avons découvert aucun dossier de corruption mentionnant l’intervention d’un curé philippin. Cette curieuse absence peut s’expliquer de deux manières. Tout d’abord, le clergé séculier est profondément méprisé par les Espagnols, fonctionnaires et réguliers réunis, leur avis n’est donc que rarement sollicité et leurs plaintes n’ont pas le même poids que celles des missionnaires espagnols. En second lieu, le déséquilibre provient de la documentation consultée. Nous n’avons pas dépouillé les fonds de l’archevêché de Manille et ils contiennent peut-être des documents intéressants sur les interventions des curés séculiers.

Mythes et réalités du pouvoir des frailes

  • 96 N. P. Cushner, Spain in the Philippines, p. 7.
  • 97 En particulier M. F. García de los Arcos, Estado y clero en las Filipinas delsiglo XVIII, et M. M. (...)

69Nous ne disposons pas d’une étude globale et objective sur l’influence, en particulier politique, du clergé dans les Philippines du XIXe siècle. Comme le soulignait Nicholas Cushner96 au début des années 1970, on pressent d’importantes évolutions dans les relations de pouvoir entre le clergé et l’administration coloniale, on suppute une érosion de l’influence du clergé, mais ce beau sujet n’a toujours pas trouvé son historien, à la différence de la période moderne pour laquelle nous disposons d’études de qualité97.

70À la lecture des récits de voyage, des écrits des nationalistes philippins et des ouvrages de certains historiens peu soucieux de critiquer leurs sources, l’affaire est entendue : les Philippines sont au XIXe siècle, comme dans les siècles précédents, une colonie missionnaire, une théocratie où la frailocracia pèse d’un poids déterminant. Les ordres missionnaires seraient un véritable État dans l’État et constitueraient même le véritable État puisqu’ils tiendraient les autorités civiles sous leur coupe. À la fin du XIXe siècle, la cristallisation du débat politique sur la place du clergé régulier dans la colonie renforce encore cette idée reçue. Les nationalistes philippins, soutenus par quelques alliés espagnols anticléricaux, accusent les omnipotents religieux d’être à l’origine de tous les maux de la colonie. Le camp adverse soutient au contraire que le clergé régulier est le dernier et le seul rempart de la domination espagnole dans l’Archipel : l’émergence des idées nationalistes, puis indépendantistes, serait justement due à l’affaiblissement du pouvoir du clergé. Au-delà de leur opposition radicale, les deux camps sont d’accord sur un point : les missionnaires espagnols pèsent d’un poids très lourd dans la colonie.

71Comme tout cliché vivace qui finit par devenir une arme politique, cette opinion n’est pas dénuée de fondements et le clergé, surtout le clergé régulier espagnol, dispose effectivement de pouvoirs formels et informels étendus. D’importantes attributions administratives lui ont été officiellement confiées et, localement, il a profité du vide du pouvoir civil espagnol pour en usurper d’autres. Les registres paroissiaux tenant lieu d’état civil, le curé participe activement à l’élaboration et à la révision des registres d’imposition ou des rôles des corvéables. Il doit viser les comptes du pueblo. Il supervise avec le gouverneur les élections municipales et il donne un avis, souvent prépondérant, sur le résultat de ces dernières. Le choix du maître d’école et plus généralement l’enseignement communal sont sous sa dépendance.

  • 98 Ils n’ont ni le temps, ni l’envie de les apprendre. Comme Mas le souligne très justement, le pluril (...)
  • 99 Voir pp. 227-229.

72Dans la pratique, le pouvoir local du missionnaire dépasse largement ces attributions officielles parce qu’il occupe une position stratégique d’intermédiaire entre la masse des administrés et l’administration coloniale. Les fonctionnaires, en effet, ne parlent pas les langues philippines98 alors que la colonie, en dehors de Manille et des plus grandes villes, n’est que très partiellement hispanophone et que l’unique langue de l’administration est l’espagnol. La compréhension et l’exécution des ordres supposent donc la médiation du curé qui, lui, domine parfaitement la langue locale. Il est le seul Espagnol à être au contact quotidien des Philippins et à disposer des instruments pour les comprendre. De plus, à la différence des fonctionnaires99, les réguliers sont remarquablement stables et restent des années, parfois des décennies, à la tête d’une même paroisse dont ils finissent par avoir une connaissance intime et irremplaçable. Cette position charnière donne au fraile un considérable pouvoir d’influence : les autorités philippines comme les autorités provinciales dépendent totalement des informations qu’il veut bien faire remonter ou faire descendre. Pour les uns et les autres, il est la source privilégiée et souvent la seule fiable d’informations.

  • 100 Cette importance des femmes est soulignée par F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. iii. Sur la (...)
  • 101 Convento est un mot spécifique à l’espagnol des Philippines. Il ne désigne pas un couvent mais le p (...)

73En plus de ses fonctions officielles et de son rôle d’intermédiaire, le curé jouit d’un ascendant considérable sur les paroissiens. La couleur de sa peau et sa culture hispanique, rappellent à tous qu’il appartient au groupe des dominateurs, il inspire donc le respect mais aussi parfois la haine. Son ministère lui confère un pouvoir sur les consciences dont il est le censeur et le conseiller. Grâce à la confession, il est au courant des plus inavouables secrets et, grâce à l’influence des épouses sur leur époux, il dispose d’un puissant moyen pour modifier les comportements100. Le pouvoir économique des religieux est aussi important : le convento101 est un important employeur et certains curés ont des activités annexes prospères, en particulier dans le commerce. Dans les provinces où les ordres possèdent des haciendas, ce pouvoir économique devient écrasant.

  • 102 P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], pp. 66-67.

74Dans les pueblos, la résidence du père en général accolée à l’église, le convento, est le véritable cœur politique de la commune : sa masse imposante de pierres rappelle à tous où se situe le pouvoir dans le village. Le siège des autorités philippines, le tribunal, un bâtiment étriqué souvent construit en matériaux végétaux, fait bien triste figure. Chaque dimanche, après la messe, le corps des notables (principalía) se rend au convento pour renouveler l’allégeance de la communauté, prendre les ordres et subir les admonestations du père102.

75Les missionnaires sont donc les yeux et les oreilles des pueblos et des provinces : eux seuls sont en même temps au courant de ce qui se passe sur le terrain, à Manille ou à Madrid. Ils prolongent et orientent dans un sens conforme à leurs intérêts le bras séculier de l’administration coloniale. Par leur ministère, ils sont au service de Dieu ce qui donne à leurs interventions un poids et une légitimité considérables :

  • 103 « ... Unlike other bureaucrats, the Spanish missionary was seen to owe his position to something be (...)

... Contrairement aux autres bureaucrates, on considérait que le missionnaire espagnol devait sa position à quelque chose qui dépassait le patronage royal et la législation. Il n’était pas simplement un représentant de la volonté royale mais également de la volonté divine103.

76Ce pouvoir n’est pas simplement local et la solide hiérarchie ecclésiastique double celle des autorités civiles. Cette organisation est même plus complète car elle dispose de deux réseaux qui se complètent et se recoupent parfois. Le premier est bien évidemment celui, classique, des diocèses et de l’archevêché. Le second, encore plus important pour notre sujet, correspond à l’organisation interne de chaque ordre missionnaire. Le partage de l’espace philippin entre les différents ordres, remarquablement stable sur le temps long, aboutit à un autre découpage territorial que celui des diocèses puisque des provinces et des groupes de provinces dépendent d’un même ordre : un gouverneur nommé par exemple dans la vallée de Cagayan aura ainsi affaire uniquement aux Dominicains. À Manille, le couvent de chaque ordre est à la fois quartier général, centre d’acclimatation aux Philippines des futurs missionnaires et maison de retraite pour les plus âgés. Au plus haut niveau, le pouvoir du clergé est donc incarné par un petit nombre de personnes : l’archevêque, en général issu des rangs réguliers, et les procureurs des ordres missionnaires.

  • 104 Le pouvoir d’influence réel des ordres sur la Cour et les milieux politiques est un sujet totalemen (...)
  • 105 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 128-129.

77Cette rapide présentation démontre clairement que, potentiellement au moins, les ordres réguliers peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre la corruption des fonctionnaires. Les curés sont les premiers avertis par leurs paroissiens des débordements des employés. Ils ont le pouvoir et les capacités pour mobiliser leurs ouailles contre l’arbitraire. Ils ont peu ou moins à craindre que les Philippins du pouvoir de nuisance et des mesures de rétorsion des gouverneurs. Ils peuvent alerter, par le biais de leurs supérieurs, les plus hautes autorités de la colonie, voire de la métropole104. Ils ont aussi, plus encore que les autres chrétiens, l’obligation morale de protéger les faibles, c’est-à-dire les Indios, contre les forts, c’est-à-dire les Espagnols105.

  • 106 P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, p. 19. La bibliographie concernant ce synode est abond (...)

78Enfin, aux Philippines comme en Amérique espagnole, ils peuvent s’enorgueillir d’une longue tradition de défenses des opprimés. En effet, dès la fin du XVIe siècle, les ordres missionnaires ont tenté, souvent avec courage et ténacité, de révéler et de limiter les abus des conquérants, en particulier des encomenderos : en 1582, le premier synode de Manille avait été convoqué expressément dans ce but par le dominicain Domingo de Salazar106. Même si leur action n’était pas totalement désintéressée – mais ce type de comportement est-il si courant ? – ils ont alors pleinement joué le rôle d’un contre-pouvoir et ils ont indéniablement freiné les dérapages des fonctionnaires et des encomenderos qui ne voyaient dans l’Indio qu’une matière première à exploiter. Comme c’est souvent le cas, ce bel enthousiasme des premiers temps s’est affaibli au fil du temps et, dans le dernier siècle de la domination espagnole, l’attitude du clergé face à la corruption est avant tout dictée par les impératifs du réalisme politique.

Les armes

79Le clergé régulier espagnol semble étroitement mêlé à la révélation et à l’instruction de nombreux faits de corruption ou d’abus de pouvoir. Il faut avouer qu’il s’agit beaucoup plus ici d’une intime conviction que d’une démonstration appuyée sur un corpus imposant. En effet, l’intervention du clergé est, dans la très grande majorité des cas, occulte, cette discrétion étant justement un gage de réussite des démarches entreprises.

  • 107 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], pp. 301-302.
  • 108 Pour un bon exemple de ce partage des rôles entre les principales et le curé, voir F. Mallari, « Al (...)
  • 109 Pour un exemple de dénonciation unanime, voir PNA, Denuncias por Abusos, leg. 5, poursuites contre (...)

80À coup sûr, la main du curé est derrière certaines pétitions des principales dénonçant les agissements d’un gouverneur. Il a pu en établir l’argumentaire, en assurer la traduction ou corriger les fautes d’espagnol, voire rédiger l’intégralité du contenu, laissant simplement à ses paroissiens le soin de signer le document. Le rôle principal et essentiel du père est cependant celui de l’acheminement de la pétition. Dans la province, les Philippins qui veulent présenter une requête au gouverneur doivent choisir entre deux solutions s’ils veulent aboutir : soit ils versent un pot-de-vin aux employés du gouvernement provincial, soit ils passent par l’entremise du curé qui, lui, est écouté sans « droit d’entrée »107. Lorsqu’il s’agit d’une lettre de dénonciation, l’appui du fraile est encore plus déterminant du fait des multiples obstacles étudiés dans la partie précédente. Grâce à l’utilisation des réseaux de l’ordre, la plainte a de bonnes chances de parvenir à Manille et d’être remise directement aux plus hautes autorités de l’Archipel108. L’économie de temps et d’argent est considérable et, surtout, le gouverneur, pris à revers, ne peut bloquer la démarche. Par la suite, lorsqu’un juicio de residencia est ouvert, le témoignage des membres du clergé de la province est déterminant : de leur opinion dépend dans une large mesure le verdict et ils peuvent pousser leurs paroissiens à parler ou, au contraire, les décourager de le faire. Enfin, le clergé d’une province est composé d’hommes dont les analyses de la situation et les relations qu’ils entretiennent avec le gouverneur sont différentes. L’appui qu’ils prêtent aux dénonciations n’est donc pas automatique109.

  • 110 BNE, ms 20504, Varios escritos referentes a disensiones entre las autoridades superiores, militares (...)
  • 111 AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, et PNA, Denuncias por Abusos, leg, 2, poursuites contre Rafael (...)

81Les stratégies plus indirectes sont aussi très efficaces. Des mises en garde et des médiations ont sans doute évité que les exigences des fonctionnaires ne deviennent excessives, mais ce type d’interventions ne laisse guère de traces dans les archives. Les curés ont suffisamment d’ascendant moral et de crédit pour inciter leurs paroissiens à désobéir aux ordres, au besoin en donnant une traduction « orientée » des décisions du gouverneur110. Ils peuvent aussi attirer l’attention de Manille sur les dysfonctionnements en refusant de contresigner les comptes et les listes de corvéables de leur pueblo : la machine administrative se bloque alors et les autorités supérieures doivent diligenter des enquêtes111.

  • 112 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 131.
  • 113 Fatal est ici entendu au sens figuré, mais, en 1719, le gouverneur général Bustamante et son fils o (...)

82En dehors des plaintes et des procès, le clergé régulier dispose d’armes discrètes et efficaces pour se débarrasser d’un gouverneur corrompu sans passer par la voie légale. En effet, les procureurs des ordres ont leurs entrées dans les bureaux des administrations de la capitale et, en particulier, dans celui du gouverneur général. Ils peuvent donc l’alerter discrètement sur les méfaits de ses subordonnés112. Or, la plus haute autorité de la colonie ne peut se passer de la collaboration du clergé pour tenir sa colonie. S’il s’est plongé dans l’histoire des Philippines avant son départ pour l’Archipel, il sait aussi qu’un conflit ouvert avec les ordres peut lui être fatal113. Dans ces conditions, le gouverneur général doit tenir compte, d’une manière ou d’une autre, des informations confidentielles que le clergé lui communique sur le comportement de ses subordonnés.

  • 114 AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados.
  • 115 Sur l’histoire de cette province, voir A. M. Madrigal Llorente, A Blending of Cultures.

83Au cours de nos recherches, nous avons eu la chance de découvrir une preuve matérielle de ce type d’intrigue occulte au plus haut niveau. Il s’agit d’une lettre du Père Mariano Gómez, datée à Basco le premier janvier 1897 et adressée au P. Buenaventura Campa, procurador114. L’identification est aisée : Basco est la capitale de la province des Batanes, Archipel d’une dizaine d’îles qui se trouve à l’extrémité nord de la colonie, entre Luçon et Formose, sur le détroit de Bashi115. L’auteur et le destinataire sont des Dominicains, Gόmez est à l’époque le curé de Basco. Le fait que cette lettre soit conservée à l’Archivo Histόrico Nacional avec d’autres « affaires confidentielles » laisse supposer qu’elle est parvenue entre les mains d’un haut fonctionnaire.

84Dans sa lettre, Gómez dit qu’il avait l’intention de venir à Manille, mais qu’il a dû y renoncer :

  • 116 «Entre otros fines era para trabajar por quitar a este Gobernador Sr. Fortea, que nos tiene y tiene (...)

Entre autres objectifs, il s’agissait d’œuvrer pour le renvoi de ce gouverneur Fortea que nous et l’ensemble des Batanes détestons du fait des abus qu’il commet Les motifs n’ont pas manqué pour que la population se soulève et secoue le joug du despote qui la gouverne, mais les gens sont trop patients et résignés116.

85Il revient à la charge à la fin de sa lettre :

  • 117 «Trabaje V. con el P. Cándido para que si es posible releven a este Señor sin causarle más daño, ti (...)

Veuillez travailler avec le P. Cándido pour que, dans la mesure du possible, ce Monsieur soit relevé de ses fonctions, sans lui causer plus de mal, il a une famille nombreuse. Les motifs sont suffisants pour le priver de son autorité et ternir sa réputation, mais nous nous contenterons d’une mutation et de la nomination, au plus vite, d’un meilleur gouverneur117.

  • 118 Ibid., p. 177.

86Cependant, le « travail » des Dominicains échoue puisque Fortea est encore en poste en septembre 1898, lorsque les katipuneros renversent la domination espagnole dans les Batanes118.

87Chaque cas de haut fonctionnaire accusé de corruption par le clergé fait sans doute l’objet de tractation entre le gouvernement général et les supérieurs des ordres et le résultat de ces négociations dépend de l’équilibre des pouvoirs au moment où elles ont lieu, des liens qui peuvent unir le gouverneur général au fonctionnaire incriminé et des protections dont ce dernier dispose à Madrid. On peut supposer que, fréquemment, le clergé et la haute administration ont trouvé un terrain d’entente pour éviter de donner à ces affaires une publicité préjudiciable au prestige de la domination espagnole.

  • 119 AHN, Ultramar, leg. 2249, exp. 77 et leg. 5243, exp. 56, poursuites contre José Fernández de Terán, (...)

88L’exemple des poursuites contre José Fernández de Terán est intéressant sur ce point119. À l’origine, ce fonctionnaire est accusé par quatre curés de la province de détournements classiques et, somme toute, mineurs. Quelques années plus tard, les dénonciateurs sont très étonnés de l’apparition d’un enquêteur chargé de préparer la residencia de Fernandez de Terán. Un des religieux, Fray Agustín Delgado, raconte alors, avec beaucoup de franchise, l’accord qui avait été conclu avec le gouverneur général de l’époque, Domingo Moriones. Ce dernier leur aurait demandé

  • 120 « ... Si por parte de ellos había alguna dificultad en que se enterrase el asunto, y los padres con (...)

Si, pour leur part, ils voyaient un quelconque inconvénient à ce que l’affaire fût enterrée et les pères répondirent qu’ils donnaient carte blanche à Son Excellence pourvu que Terán ne revînt plus à Leyte. Il répondit alors aux religieux qu’ils pouvaient s’en retourner à Leyte en toute tranquillité car Terán ne remettrait plus jamais les pieds là-bas, quant à l’affaire ils devaient l’enterrer pour préserver la paix. La nomination, peu de temps après, de M. Terán à la tête de la province de Romblon, ce qui n’aurait pas pu se produire si l’affaire avait suivi son cours, vint confirmer les promesses du gouverneur général120.

89En mettant ainsi leur poids au service des victimes, les curés évitent que le rapport de force ne penche trop radicalement et trop systématiquement en faveur des gouverneurs. Mallat souligne l’importance de ce contre-pouvoir :

  • 121 J. B. Mallat, Les Philippines [1846], t. II, p. 388 ; C. Laplace, Campagne de Circumnavigation [184 (...)

[Les Indios] savent que le padre est le seul recours contre la brutalité d’un alcalde qui ne les comprend pas : il leur sert, en toute occasion, de défenseur et d’interprète121.

90Rodríguez de Cela y Andrade confirme cette opinion et affirme que sa seule présence a un puissant pouvoir dissuasif sur les fonctionnaires tentés d’abuser de leurs pouvoirs :

  • 122 « Es necesario saber la omnímoda influencia que los párrocos ejercen en bs indios filipinos de las (...)

Il faut prendre conscience de l’influence omniprésente que les curés exercent sur les Indios dans les provinces les plus arriérées [...] il faut savoir la solidarité qui existe là-bas entre les religieux espagnols pour comprendre à quel point les curés des paroisses de certaines provinces sont un frein puissant et redoutable pour les administrateurs temporels. Si ces derniers tentaient d’abuser de leur position, les Indios ne s’y opposeraient certainement pas, mais ils en rendraient compte à leurs curés respectifs qu’ils considèrent comme des demi-dieux. À partir du moment où quelques curés porteraient plainte contre le chef de la province, celui-ci devrait se considérer comme condamné parce que les religieux, du fait de leur position, pourraient facilement attester la véracité des faits dénoncés122.

  • 123 « The arm of the Church was long and its hand was a heavy one ». F. H. Sawyer, The Inhabitants of t (...)

91Ces interventions, surtout si elles sont effectuées en haut lieu, sont efficaces, n’en doutons pas. Sawyer, toujours friand de ce type d’anecdotes, rapporte qu’un gouverneur de Batangas avait laissé penser, par son comportement, qu’il était un ennemi du clergé régulier. Rappelé à Manille, admonesté par le gouverneur général Primo de Rivera, il est muté dans la province de Tayabas, une province réputée malsaine, dont les revenus annexes en termes de péculat sont limités : « Le bras de l’Église était long et sa main était lourde »123. Sans aller jusqu’à la mutation d’office ou aux poursuites judiciaires, le gouverneur général, alerté par les réguliers, peut, par un simple rappel à l’ordre, remettre le fonctionnaire sur le droit chemin, ou tout au moins lui signaler qu’il vaut mieux ne pas se mettre à dos le clergé.

Le conflit d’intérêts

92Restent deux questions essentielles : cette dénonciation de la corruption est-elle fréquente, voire systématique ? L’objectif premier de l’intervention est-il vraiment et uniquement de protéger les Philippins contre les abus ?

  • 124 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 331, poursuites contre Eduardo Asuero y Soto, GPM de Tarlac, 1879 ; (...)

93L’image d’Épinal du bon missionnaire défenseur acharné et sincère de ses pauvres brebis face aux exactions du fonctionnaire avide et brutal ne correspond pas toujours à la réalité. Tout d’abord, l’intervention du clergé vise avant tout à mettre un fonctionnaire hors d’état de leur nuire : il n’est pas dans leur intention de mener une croisade contre la corruption dans la colonie, ni même d’obtenir que justice soit faite et que les torts soient réparés. Lorsque le fonctionnaire est déplacé, les religieux ne s’acharnent pas pour qu’il soit jugé et condamné124.

  • 125 Cela semble être le cas pour les poursuites engagées contre le GPM de Misamis en 1868. (AHN, Ultram (...)

94De plus, à l’accusation de corruption viennent souvent s’ajouter d’autres griefs sans lien avec la volonté d’enrichissement personnel. On peut même penser que, dans certains cas au moins, la corruption n’est qu’un prétexte, voire une pure invention125, qu’une arme utilisée pour tenter d’obtenir le remplacement d’un gouverneur devenu gênant pour d’autres raisons.

  • 126 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 109 ; APAF, doc. 368 I/b, conflit entre l’AM d’Ilocos Nor (...)

95Au-delà des inévitables incompatibilités de caractère, les conflits de pouvoir entre curés et gouverneurs sont très fréquents, même si pouvoir civil et pouvoir religieux tentent, dans la mesure du possible, de présenter aux colonisés l’image d’une collaboration sans failles. Certains gouverneurs qui ont une haute idée de leur fonction et de leur personne supportent mal l’immixtion constante des réguliers dans l’administration de la province. Il leur suffit de comparer la Casa Real étriquée dans laquelle ils travaillent et vivent à l’opulent convento du fraile pour comprendre où se situe le pouvoir réel126.

  • 127 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GC de la province (...)

96Certains gouverneurs pèchent par maladresse ou par excès de dogmatisme. Ainsi, le gouverneur civil de la province de La Isabela dans la vallée de Cagayan s’attaque à l’enseignement, véritable chasse gardée des ordres et, de plus, il se met à dos les planteurs de tabac en refusant de perpétuer les aménagements « traditionnels » de la corvée accordés aux ouvriers des plantations. La réplique ne se fait pas attendre : il est accusé de tous les faits de corruption classiques des gouverneurs et, pour faire bonne mesure, ses dénonciateurs prétendent qu’il aurait abusé des épouses des principales dans des orgies et qu’il aurait porté des toasts favorables à l’indépendance des Philippines127. Si la première accusation n’a rien d’invraisemblable, les deux suivantes sont très douteuses : qui veut tuer son chien...

  • 128 Certains curés ont aussi, à titre privé, des activités « annexes » agricoles, commerciales ou artis (...)
  • 129 P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, pp. 73-82 ; M, F, García de Los Arcos, Intendencia en (...)

97D’autres gouverneurs accusés de corruption sont encombrants parce qu’ils s’en sont ouvertement pris à des pratiques pour le moins discutables du clergé. Sans tomber dans la caricature et sans évoquer les manquements au vœu de chasteté, dont il faudra un jour écrire l’histoire, une partie des réguliers ont pris de « mauvaises habitudes » qui, si elles n’ont pas en général pour but un enrichissement personnel128, sont très anciennes129 et ne peuvent manquer d’attirer l’attention des autorités provinciales.

  • 130 F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines » ; L. Á. Sánchez Gómez, « Sobre jueces, gobernador (...)
  • 131 Le salaire du curé est de 180 pesos pour500 tributs. On remarque d’ailleurs que ces fonds ne sont q (...)

98Ainsi, les curés ont parfois tendance à confondre paroisse et pueblo. Dans ce cas, ils n’apprécient guère de voir les gouverneurs mettre leur nez de manière insistante dans les affaires de la commune, surtout lorsque les dossiers ont de l’importance, comme les élections. L’inverse est, nous l’avons dit, tout aussi vrai130. Le clergé profite et abuse, lui aussi, des dysfonctionnements du système et de son considérable pouvoir sur les Indios. Les polistas, en particulier, sont fréquemment utilisés comme domestiques, comme artisans ou comme ouvriers pour réparer les églises, et ce détournement de la force de travail porte préjudice aux chantiers d’intérêt général de la commune ou de la province. Des livraisons de vivres ou d’autres produits sont exigées. Ces services et ces biens ne sont pas rétribués ou mal rétribués. Une partie des curés, comme les autorités municipales et provinciales, se livrent à des tripatouillages sur les tributs, mais, alors que les cabezas et les fonctionnaires coloniaux ont pour habitude de faire disparaître des noms des rôles pour empocher la contribution des « disparus », le curé, de son côté, a intérêt à surévaluer le nombre de tributaires parce que son estipendio (« salaire ») et les frais de fonctionnement de la paroisse (sanctórum) sont calculés sur la masse imposable131. Les uns et les autres s’accusent de truquer les listes, sans qu’il soit souvent possible de savoir lequel est le plus coupable. Les droits réclamés aux paroissiens en échange des sacrements sont parfois excessifs et certaines collectes en vue de l’organisation des fêtes ou des travaux dans les églises s’apparentent à des contributions forcées. Les rosaires, les scapulaires et autres objets de piété font souvent l’objet d’un juteux commerce. Certains curés utilisent de manière immodérée le bejuco pour se faire obéir...

  • 132 Pour de bons exemples de ces contre-attaques reprenant tout ou partie des abus cités, voir APAF, do (...)

99Le clergé régulier et les gouverneurs se livrent donc à une véritable concurrence pour l’appropriation du travail gratuit des Philippins. Les abus de certains missionnaires ne sont pas si éloignés de ceux qui sont reprochés aux gouverneurs. Ces derniers ne se privent pas de le faire remarquer lorsqu’ils sont accusés de corruption et lorsqu’ils sont persuadés que le clergé est à l’origine de leur inculpation132. Enfin, on peut imaginer que des gouverneurs corrompus ont exploité certaines faiblesses des curés pour les empêcher, par le chantage, de révéler leurs propres agissements.

  • 133 Pour l’époque moderne, I. Alva Rodríguez, « La centuria desconocida : el siglo XVII », et M. L. Día (...)

100Ces frictions sont fort anciennes aux Philippines et dans toutes les colonies espagnoles133. L’auteur anonyme des Apuntes interesantes évoque même l’influence néfaste du climat puisque, comme chacun sait, se exacerban laspasiones en los Trápicos (« les passions s’exacerbent sous les Tropiques ») et, pouvait-il en être autrement, des Indios :

  • 134 « ... El entenderse con los indios es una verdadera lucha penosa, desesperante, y la inteligencia e (...)

... S’entendre avec les Indios revient à livrer un combat pénible et désespérant, car l’intelligence espagnole aspire à être confrontée à une intelligence qui soit de même nature que la sienne134.

  • 135 C. Laplace, Voyage autour du monde [1833], t I, pp-369 et 383-384 ; E. Jurien de la Gravière, Voyag (...)
  • 136 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 109, souligne cette évolution : « Antes, cuando los emple (...)

101La citation se passe de commentaires. Cependant, les affrontements entre pouvoirs semblent de plus en plus fréquents à mesure que l’on s’approche de la fin du siècle135. Cette recrudescence n’est sans doute pas étrangère à l’obligation faite aux gouverneurs, à partir de 1844, de se consacrer à leurs tâches administratives136 L’extension des attributions de l’administration coloniale et la prolifération des bureaux multiplie forcément les pommes de discorde. Enfin, les rivalités traditionnelles semblent se politiser. De hauts fonctionnaires véritablement anticléricaux ou simplement attachés à leurs prérogatives sont nommés à la tête des provinces, tandis qu’une partie du clergé régulier se raidit face à l’intrusion dans la colonie des idées « funestes » venues d’Europe.

102En second lieu, les missionnaires ne dénoncent pas, loin s’en faut, tous les détournements et tous les abus dont ils sont les témoins. Plusieurs facteurs expliquent cette retenue.

  • 137 Les gouverneurs dénoncent les curés auprès de l’Audience, cette dernière mène ensuite une enquête. (...)
  • 138 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 110 ; L. Á. Sánchez Gómez, « Sobre jueces, gobernadores, (...)
  • 139 AHN, Ultramar, leg. 5197, exp. 2, poursuites contre José Díaz Quintana, GPM de Cebu, 1863 ; S. de M (...)
  • 140 Voir supra, pp. 177-178.
  • 141 AHN, Ultramar, leg. 5344, exp. 1-2, poursuites contre le GPM de Cebu, Antonio Martínez, 1877-1879, (...)

103Tout d’abord, le caractère généralisé et massif de la corruption décourage sans doute les meilleures volontés : pourquoi se battre pour obtenir le remplacement d’un gouverneur malhonnête si son remplaçant a de fortes chances de l’être aussi ? Les réguliers n’ont guère intérêt à ce que certains de leurs abus soient révélés par des gouverneurs décidés à ne pas se laisser faire137. Avant 1844 au moins, certains curés ont des intérêts commerciaux en commun avec les gouverneurs138. Face à des gouverneurs brutaux, certains religieux ont tout simplement peur ou pensent que la manière forte sert in fine les intérêts de l’Église139. Dans certains dossiers où il n’est pas directement impliqué, le clergé n’a pas intérêt à prendre parti. Dans l’affrontement entre Veloso et le gouverneur de Cebu140, l’évêque est d’une extrême prudence : certes il a entendu certaines rumeurs corroborant les affirmations de Veloso, mais il ne s’agit que de rumeurs141...

  • 142 B. Cruikshank, « Sermonizer, Sentry, and Scapegoat ? », pp. 5-7.
  • 143 Sur ces réformes, voiries pp. 305-310,

104Pour le dernier tiers du siècle au moins, la réserve du clergé face à la corruption ne peut être comprise hors d’un contexte général qui impose une attitude extrêmement prudente à l’égard de tous les sujets susceptibles de mécontenter l’administration coloniale et d’entraîner de nouveaux conflits entre pouvoirs142. En effet, le clergé régulier sait parfaitement qu’il jouit aux Philippines d’une position privilégiée et exceptionnelle par rapport à la métropole et aux Antilles : les règles assez souples du Real Patronato (« patronage royal »), la permanence de missionnaires dans des paroisses solidement établies depuis la fin du XVIe siècle, l’autonomie des ordres à l’égard du gouvernement général et de la hiérarchie ecclésiastique, les haciendas et plus généralement les biens du clergé, le pouvoir politico-administratif des religieux sont en quelque sorte des privilèges ou des survivances du passé. Elles sont d’ailleurs dénoncées par les anticléricaux philippins et leurs alliés métropolitains. Ces considérables avantages peuvent, à tout moment, disparaître ou tout au moins les règles du jeu sont susceptibles d’être modifiées au détriment des intérêts ecclésiastiques. L’épée de Damoclès d’une sécularisation des paroisses ou d’un désamortissement des biens des réguliers commande la plus extrême prudence dans les rapports avec les autorités coloniales : la politique clairement anticléricale du gouvernement général de Terrero, les réformes, encore bien timides, de la fin des années 1880 et du début des années 1890 ne peuvent que le rappeler au clergé143.

  • 144 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], pp. 259-260. Voir aussi, du même auteur, En justa defe (...)
  • 145 Le Père Gresa, après être passé à Valladolid comme la plupart des Augustins, arrive h Manille en 18 (...)
  • 146 APAF, doc 43, Copiador de cartas escritas por el Padre Provincial Fr. Tomás Gresa 1889-1891. Le vol (...)

105Or, sur le terrain, la situation est souvent explosive parce que les idées nationalistes se répandent et parce que les curés sentent que les temps changent et qu’une partie de leur pouvoir est en train de leur échapper144. Les sujets de conflits potentiels avec le pouvoir colonial se multiplient et, plus que jamais, l’accusation de corruption, qu’elle soit fondée ou pas, est une arme tentante. Dans ce contexte tendu, les supérieurs des ordres tentent de calmer leurs troupes pour éviter que les rapports ne s’enveniment avec le pouvoir colonial. La correspondance entre le prieur de la province des Augustins, Tomás Gresa145, et les prêtres qu’il encadre est passionnante sur ce point146.

  • 147 Le recueil correspond au gouvernement général de Valeriano Weyler.
  • 148 Voir, par exemple, la lettre 46, adressée au P. Manuel Foj, curé de la province d’Ilocos Norte, 16 (...)
  • 149 Lettre 25, adressée au Vicario de La Uniόn, Mariano García, 5 avril 1889.
  • 150 Lettre 141, adressée au Fr. Lesmes Pérez, vicaire de Capiz, 2 juillet 1889.

106Tout d’abord, les indications contenues dans les lettres ne laissent aucun doute sur la qualité des informations dont le supérieur des Augustins dispose : il est au courant de tout ce qui se passe dans les provinces, même les plus reculées. La communication d’informations au gouverneur général147 n’est pas à sens unique car ce dernier, informé par ses gouverneurs, signale au prior les paroisses et les missionnaires qui posent problème148. L’obstacle de la distance est donc très relatif et les deux pouvoirs tentent d’agir en amont, avant que les choses ne dégénèrent. La correspondance confirme aussi que les curés témoins des méfaits de certains gouverneurs alertent très vite et en priorité leur supérieur149. Ce dernier rencontre les gouverneurs nouvellement nommés pour se faire une idée de leurs opinions et donner des conseils aux curés de la province concernée150.

  • 151 Lettre 3, adressée au Fr. Pedro Bartolomé, curé de Concepción (Iloilo), 12 mars 1889.
  • 152 Lettre 1er du 28 février 1889 adressée au vicario provincial d’Iloilo.
  • 153 Lettre 3, adressée au Fr. Pedro Bartolomé, curé de Concepción (Iloilo), 12 mars 1889.
  • 154 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 261. Voiries lettres 102, 103, 110, 123, 124, 139, (...)

107À l’égard des conflits potentiels avec l’administration coloniale, la ligne de conduite du Père Gresa est simple, patiemment mais fermement prêchée au fil des lettres : dans les tiempos difíciles y especiales por que atravesamos (« temps difficiles et très particuliers qui sont les nôtres »)151, il faut à tout prix éviter les choques con las autoridades (« heurts avec les autorités »)152. En cas de découverte d’abus et d’actes arbitraires, les curés doivent redoubler de prudence et ne pas les dénoncer publiquement afin de maintenir de bonnes relations avec les fonctionnaires et de ne pas donner des arguments aux ennemis des ordres réguliers153. Lorsque le conflit a déjà éclaté, le Père Gresa tente d’apaiser la situation en prenant contact avec le gouverneur de la province et, comme l’a très bien perçu Polo de Lara, en s’appuyant sur les missionnaires les plus modérés et les plus expérimentés de la province154. La dénonciation de la corruption est donc sacrifiée sur l’autel du réalisme et de la préservation des intérêts essentiels, dans un contexte où la marge de manœuvre devient de plus en plus étroite. L’ordre des Augustins ne renonce cependant pas totalement à infléchir la conduite des gouverneurs véreux, les moyens doivent simplement être beaucoup plus subtils et, sans doute, moins efficaces :

  • 155 « Mucho y de consideración son los abusos que V. denuncia respecto de esa provincia, y de muy difíc (...)

Les abus commis dans cette province et que vous dénoncez sont nombreux, graves, et il est difficile d’y remédier par les temps qui courent. Vous devez faire très attention de ne pas aller trop loin avec le Chef de la province, vous devez toujours lui témoigner les marques de déférence qui lui sont dues, mais vous devez aussi mettre à profit les occasions opportunes qui se présentent pour le prévenir des abus qui se produisent dans les villages, des injustices qui sont commises par certains en se prévalant de son indulgence et de sa tolérance et il faut lui suggérer les mesures qu’il conviendrait d’adopter pour que tout ceci cesse. Je comprends bien que derrière ce qui se passe là-bas, il y a plus que de l’indulgence et de la tolérance, mais il faut présenter les choses sous ce jour, parce que si nous les appelons par leur véritable nom, non seulement nous n’obtiendrons rien mais en plus la situation empirera155.

  • 156 Au début des années 1850, lorsqu’un conflit oppose le gouverneur de Cagayan à des curés, le supérie (...)

108Il serait intéressant de prolonger cette enquête en consultant les archives des autres ordres. Nos recherches dans les archives des franciscains se sont révélées décevantes, mais elles n’ont pas été très approfondies. Selon toute vraisemblance, la prudence des Augustins n’a rien d’exceptionnel : tous les ordres réguliers, au-delà de la concurrence, des jalousies et des rancunes traditionnelles, sont embarqués sur le même navire156.

  • 157 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 129-130 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants (...)

109Le contrôle mutuel exercé par les curés et les gouverneurs a sans doute épargné aux Philippins des formes extrêmes d’exploitation. Cependant, le contrepoids traditionnel du clergé semble jouer un rôle moins important dans les dernières années de la domination espagnole. On peut poser l’hypothèse que cet affaiblissement est en partie compensé par un développement, certes modeste, de la société espagnole installée dans les provinces157.

III. – Le nœud de vipères des espagnols

110Les rivalités entre fonctionnaires. – Le rôle marginal des entrepreneurs espagnols.

  • 158 À la fin des années 1860, 4.050 adultes espagnols, métis exclus, vivraient aux Philippines. Les emp (...)
  • 159 C. Laplace, Voyage autour du monde [1833], t.1, pp. 368-369 ; AHN, Ultramar, leg. 492, exp. 1, lett (...)

111À la fin de la domination espagnole, environ 5.000 Espagnols vivent à Manille, dans une agglomération qui compte entre 250.000 et 300.000 habitants158. Du fait des cloisonnements ethniques et sociaux, la Manille espagnole est en fait une petite ville où tout le monde se connaît De nombreux observateurs du XIXe siècle soulignent l’ambiance délétère qui règne dans la communauté occidentale en général et dans la fonction publique en particulier : la calomnie est une habitude et l’insinuation un réflexe, les rumeurs enflent très rapidement et la moindre rivalité tourne en général au violent conflit de personnes159. Antonio Chápuli Navarro y voit un mécanisme de défense contre l’ennui :

  • 160 « En Manila, donde todo el mundo se conoce y se codea por el estrecho círculo en que se mueve su re (...)

À Manille, où tout le monde se connaît et se côtoie dans le cercle étroit où évolue ce petit monde, l’oisiveté totale invite à la rumeur scandaleuse et, pour les désœuvrés, la calomnie grossière et la médisance sordide sont le pain quotidien et constituent un véritable antidote contre l’ennui160.

112Ces rumeurs, ces médisances se nourrissent des affaires de corruption et elles sont sans nul doute à l’origine de poursuites justifiées ou injustifiées. Du fait de la proximité des centres de pouvoir et de la censure de la presse, l’essentiel de ce travail de dénonciation reste malheureusement oral. Il en est autrement dans les provinces.

Les rivalités entre fonctionnaires

  • 161 AHN, Ultramar, leg. 5203, Memoria sobre los actos de mando del Exmo. Sor. Dn. Juan de Lara, como Go (...)

113On pourrait supposer qu’en dehors des missionnaires dont le cas vient d’être évoqué, les rares Espagnols présents dans les provinces, fonctionnaires, commerçants ou, plus rarement, planteurs se serrent les coudes et s’entraident pour supporter l’exil. Au vu des sources, cette solidarité est loin d’être toujours la règle et les dossiers concernant les conflits entre Espagnols sont légion161. Une partie de ces documents intéressent directement notre sujet parce qu’ils décrivent des faits de corruption. Leur interprétation est cependant très complexe et réclame une critique attentive parce que la violence des passions fait bien souvent perdre aux adversaires le sens de la mesure et parce qu’il apparaît clairement que la corruption réelle ou supposée est moins l’objet de la polémique qu’une arme utilisée pour régler des comptes.

  • 162 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 4-5. Pour un tableau au vitriol de la vie d (...)
  • 163 Ces règlements de comptes ont de nombreux précédents à l’époque moderne. (Voir, par exemple, J.-P. (...)
  • 164 C’est le cas de Miguel Ruiz Pérez, AM de Zambales. Il est dénoncé pour corruption par l’administrat (...)
  • 165 Pour des exemples de plaidoyers pro domo, voir : AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contr (...)
  • 166 Ce problème est inhérent à toute étude sur la corruption. Voir, par exemple, M. Defourneaux, Pablo (...)

114Les Espagnols installés dans les provinces de l’Archipel sont plus nombreux à mesure que l’on avance dans le siècle, principalement du fait du développement de l’administration et de l’armée. Malgré cette croissance, les effectifs restent très limités et il s’agit toujours d’une société tronquée où les curés, les fonctionnaires et les militaires sont très largement surreprésentés. Le fait que la plupart d’entre eux résident dans la capitale de la province compense en partie cette faiblesse numérique mais, même dans la cabecera, tous les Espagnols se connaissent forcément et sont amenés à se côtoyer constamment qu’ils le veuillent ou non162. Les relations au sein du groupe sont parfois très bonnes, comme le signalent certains récits de voyages : les liens d’amitié ou de copinage sont alors un puissant frein à la révélation d’éventuels faits de corruption. Inversement, cette société étriquée où les occasions de distraction sont rares donne naissance à des conflits violents, qu’il s’agisse des classiques inimitiés et jalousies entre personnes, dues à des incompatibilités de caractère, ou des rivalités entre factions. Lorsque les relations s’enveniment, chaque camp a fréquemment recours à la cabale et à la calomnie163. Dans ce contexte, l’accusation de corruption est une arme de choix pour éliminer ou au moins discréditer l’adversaire : même si l’employé incriminé est finalement innocenté, c’est toujours au prix d’interminables procédures et sa carrière en pâtit forcément164. D’un autre côté, les fonctionnaires inculpés se présentent très fréquemment comme les pauvres victimes d’injustes conjurations165. La plupart du temps, l’historien n’a pas les moyens documentaires pour différencier le fonctionnaire de bonne foi et l’employé corrompu qui tente par ce moyen de faire diversion166.

  • 167 Voir en particulier le très violent affrontement entre le GPM de Davao et les officiers de marine d (...)

115La région métropolitaine d’origine, les opinions politiques et religieuses ont sans doute une influence importante sur les réseaux d’affinité et d’inimitié, mais il faut avouer que nous sommes bien mal renseignés sur ce point. En revanche, la fréquence des antagonismes entre corps de fonctionnaires ne fait aucun doute. Chez les militaires, les relations entre la Marine et l’Armée de Terre sont loin d’être toujours fraternelles167.

  • 168 F. Canga Argüelles, « La Isla de Mindanao » [1887], p. 258.

116Les rapports entre les gouverneurs et les juges sont souvent difficiles. En quelque sorte, ces affrontements reproduisent, dans les provinces, les tensions précédemment évoquées entre l’Audience et le gouvernement général168. Les réformes successives du gouvernement des provinces tendent vers une dissociation entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. Cette tendance n’est cependant pas homogène et deux provinces voisines peuvent avoir une architecture des pouvoirs très différente. Globalement, la séparation entre l’exécutif et le judiciaire réduit sensiblement le pouvoir des gouverneurs, mais elle multiplie les occasions d’affrontement entre fonctionnaires parce que les attributions des uns et des autres ne sont pas clairement définies.

  • 169 Dans nos sources, il est parfois appelé alcalde mayor, alors que cette expression est en général ré (...)
  • 170 Dans cette province, il entre en conflit avec le GPM Manuel Iznart. (PNA, Denuncias por Abusos, leg (...)
  • 171 A. Caulín Martínez, « Pedro Gutiérrez de Salazar (1818-1888 ?) » ; A. Martínez Cuesta, History of N (...)
  • 172 R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], p. 251.
  • 173 Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 286.

117Les tensions sont particulièrement vives lorsque la province est administrée par un militaire alors que la justice est confiée à un magistrat civil, juge en première instance169. Le classique conflit de pouvoirs est sans doute envenimé par une culture administrative profondément différente. Le conflit entre le juge Pedro Gutiérrez Salazar et le gouverneur politico-militaire de Negros, Veremundo Aranda, est très représentatif. Le premier détecte des irrégularités, sans doute bien réelles, dans l’administration du second. L’affaire tourne immédiatement au conflit de personnes, puis dégénère en un affrontement entre administration judiciaire et administration militaire. Gutiérrez Salazar est muté à Iloilo170, un juez de residencia est nommé pour enquêter sur les agissements du gouverneur, mais les dés sont pipés et la vérité ne sera jamais faite sur ce dossier171. Inversement, lorsque la province est administrée par un civil, les relations sont souvent mauvaises avec les militaires, en particulier avec le commandant de la garde civile172. Ces rivalités ne sont pas systématiques et, lorsque civils et militaires s’entendent pour tirer illégalement profit de leurs pouvoirs dans la province, les abus ont de fortes chances de passer inaperçus ou les preuves de disparaître173.

  • 174 BNE, ms 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. (...)
  • 175 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour l (...)

118Curieusement, les fonctionnaires des Finances ne semblent que rarement dénoncer les agissements des gouverneurs alors que les nouvelles règles de comptabilité introduites au XIXe siècle renforcent leur pouvoir de contrôle sur les comptes de la province et qu’ils sont donc bien placés pour obtenir des preuves matérielles des malversations. Certains employés sont les complices actifs des alcaldes mayores ou profitent du désordre pour réaliser leurs propres malversations174. D’autres sont peut-être terrorisés par un gouverneur violent. Fréquemment, les fonctionnaires des Finances préfèrent renoncer à leur pouvoir de contrôle plutôt que de risquer des affrontements avec la plus haute autorité de la province. La coutume administrative veut qu’ils laissent la clef du coffre qui leur revient, entre les mains du gouverneur, et ils se contentent de contresigner les comptes sans chercher à les vérifier175.

  • 176 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lόpez, GPM de Davao, 1878-1879.J (...)
  • 177 Voir, par exemple le dossier AHN, Ultramar, leg. 2166, exp. 11 (1849-1854),
  • 178 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, 1860, lettre confidentielle de dénonciation de l’AM de Cagayan, R (...)

119Au sein de chaque corps, l’accusation de corruption naît fréquemment d’un antagonisme entre subordonné et supérieur176. Du fait du chaos administratif qui règne dans beaucoup de provinces et des taux de corruption très élevés, les chefs de service découvrent facilement des irrégularités et les mettent à profit pour se débarrasser d’un employé qu’ils n’aiment pas ou qui les gênent177. La dénonciation d’un gouverneur par ses subordonnés est une opération beaucoup plus dangereuse178. Les dénonciateurs qui prennent ce risque ne sont pas forcément eux-mêmes des modèles de vertu. Ainsi, José Tentor, nommé gouverneur politico-militaire de Cebu en avril 1884, est poursuivi pour corruption dès le mois d’août de la même année. Cette chute très rapide s’explique aisément. Le gouverneur s’est montré trop violent et trop gourmand, mais, surtout, il a commis l’irrémédiable erreur de :

  • 179 « ... El no haber empleado [...] para realizar lot abusos a sus naturales agentes, como son los Aux (...)

... Ne pas avoir employé [...] pour commettre les abus les hommes de mains traditionnels, comme les auxiliares de fomento et les employés aux écritures du district, mais des nouveaux intermédiaires comme le lieutenant du Régiment d’Infanterie de Joló n° 6, M. Joaquín Aguilera, et les gobernadorcillos des villages de San Nicolás et Opón179...

120Les anciens bénéficiaires du système de corruption n’apprécient guère d’être évincés d’opérations aussi juteuses et ils dénoncent le gouverneur en apportant toutes les preuves nécessaires pour ne laisser aucune chance à leur supérieur... L’enquêteur reconnaît humblement que sans les maladresses du corrompu, il n’aurait sans doute eu jamais vent de ce qui se passait dans la province.

  • 180 F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 28 ; APAF, doc. 43, Copiador de cartas escritas por el (...)
  • 181 AHN, Ultramar, leg. 2206, exp. 37, poursuites contre Juan Manella, GPM de Misamis, 1865 ; AHN, Ultr (...)
  • 182 PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 2, poursuites contre le GC de La Pampanga, 1887-1888, Rapport d (...)

121Ces règlements de comptes entre fonctionnaires infectent la vie sociale de la province parce que chaque employé ou chaque clan tente d’obtenir des témoignages « neutres » pour éliminer son rival. Les autres corps de fonctionnaires fournissent parfois des alliés. Le clergé est sollicité du fait de son poids politique et moral, mais il se montre en général prudent car il n’a rien à gagner en prenant ouvertement parti pour un camp180. Les colonisés et en particulier les notables philippins sont aussi courtisés et, du fait de leur méconnaissance de l’espagnol, un habile manipulateur peut les conduire à signer des plaintes dont ils ne comprennent pas le contenu réel181. Les enquêteurs ne se font d’ailleurs aucune illusion sur la valeur de ces témoignages182.

122Les possibilités de combinaisons, d’alliances et de trahisons sont donc nombreuses. Selon Polo de Lara, les juges occupent une position particulièrement stratégique au sein de ces réseaux de pouvoir :

  • 183 « Nosotros, ni vivimos en palacios como los gobernadores, ni centinelas guardan nuestras puertas, n (...)

Nous, nous ne vivons pas dans des palais comme les gouverneurs, les sentinelles ne montent pas la garde devant notre porte, lorsque nous entrons ou nous sortons, on n’entend ni salves, ni hymnes et on ne nous appelle pas Señor. Pourtant, à partir du moment où le Señor ne s’appuie pas sur nous et ne partage pas avec nous les délices du pouvoir, nous faisons la peau au Señor. Comment ? C’est très simple. S’il ne s’entend pas avec les missionnaires, nous faisons cause commune avec eux. Si ce n’est pas le cas, nous nous allions avec l’administrateur des Finances et si, par extraordinaire, ils étaient tous de mèche, ah ! alors, les castilas nous fourniraient tout ce dont nous avons besoin et plus pour mener à bien notre lutte183.

123La dernière phrase de la citation mentionne un dernier acteur possible : les castilas. Ce filipinismo est utilisé par les Philippins pour désigner, de manière indifférenciée, tous les blancs, mais, dans le contexte de la citation, il fait référence aux rares Espagnols qui ne sont ni fonctionnaires, ni curés.

Le rôle marginal des entrepreneurs espagnols

  • 184 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 19.

124Les indications sur les réactions des quelques entrepreneurs espagnols présents dans les provinces face à la corruption des fonctionnaires coloniaux sont rares. Elles laissent cependant penser qu’ils auraient pu jouer un rôle important dans la lutte contre la corruption s’ils avaient été plus nombreux. En effet, ils doivent à leur occupation de jouir d’une relative indépendance et de ne pas être directement impliqués – s’ils le souhaitent – dans les règlements de comptes entre fonctionnaires ou entre ces derniers et les réguliers. Cette indépendance donne à leur témoignage une crédibilité indéniable. Leur importance pour l’avenir économique de la colonie leur confère un poids certain et, grâce à leurs réseaux de relations, ils peuvent avoir accès aux hautes sphères du pouvoir colonial184.

  • 185 P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], p. 14. F. Mallari, « Alcalde Versus Fr (...)

125Cependant, il est bien évident que ces Espagnols ne se risquent pas à dénoncer un gouverneur par simple altruisme : ils doivent aussi se méfier du pouvoir de nuisance de hauts fonctionnaires qui peuvent facilement s’appuyer sur les règlements ubuesques pour leur rendre la vie impossible185. Les deux cas précis de dénonciation que nous avons découverts correspondent justement à des provinces où des planteurs et des négociants européens se sont implantés en relativement grand nombre, ils sont donc, à ce titre, exceptionnels.

  • 186 AHN, Ultramar, leg. 2214, poursuites contre Pedro Beaumont, GPM de Negros, 1861-1862. Sur le rôle d (...)
  • 187 AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et de négociants de (...)
  • 188 Collingwood représente Smith Bell and Co. dans la province, José Bertrán est mandaté par lnchausti (...)
  • 189 Sorsogon, à l’extrémité méridionale de la péninsule de Bicol, est une importante province productri (...)

126Le premier concerne Negros, où le planteur français Léopold Gaston est témoin à charge dans l’affaire Saravia, puis avec le planteur Hugo Hoch et le soutien des Récollets, il dénonce le gouverneur Pedro Beaumont y Peralta186. Le second cas187, beaucoup plus intéressant, est une plainte du 8 janvier 1897 signée par les représentants d’éminentes maisons de commerce britanniques et espagnoles188 dans la province de Sorsogon189. Dans leur lettre, ces puissants personnages critiquent le comportement du gouverneur et du juge de première instance. Soulignant qu’ils n’en sont pas les victimes directes, ils demandent que les deux employés soient relevés de leurs fonctions. Cette pétition confirme sur de nombreux points les analyses antérieures.

127Les deux fonctionnaires, chacun dans sa sphère de pouvoir, se livrent à d’innombrables extorsions sur les travailleurs philippins et chinois de la province. Ils s’imaginent naïvement que les entrepreneurs européens ne sont pas au courant de leurs agissements :

  • 190 «Es una regiόn puramente comercial en todos cuyos pueblos hay establecidos Españoles honrados, depe (...)

C’est une région entièrement tournée vers le commerce et, dans tous les villages, se sont installés des Espagnols honnêtes, employés des maisons de commerce, bien rémunérés et qui, de façon justifiée, maintiennent notre prestige à un niveau élevé. Les fonctionnaires ne demandent et n’ordonnent rien aux autorités locales, au conseil des notables, aux Chinois, que ces derniers ne viennent rapporter à l’Espagnol dont ils sont toujours et nécessairement les débiteurs190.

  • 191 Voir aussi la lettre manuscrite, jointe à la pétition, de José Bertrán, lettre destinée à Enrique A (...)

128Le gouverneur a, semble-t-il, dénoncé le juge. Devant l’imminence des poursuites, chacun des deux rivaux en corruption tente, par tous les moyens, de nourrir le dossier destiné à rejeter la culpabilité sur l’autre et à l’éliminer du jeu. De fortes pressions sont exercées sur les témoins potentiels, espagnols, chinois ou philippins, ce qui rend l’atmosphère irrespirable dans la province. C’est d’ailleurs ce dernier point qui inquiète particulièrement les pétitionnaires parce que les tensions sont préjudiciables à leurs activités. Or, nous sommes au début de l’année 1897 et la guerre fait encore rage entre les troupes espagnoles et les indépendantistes dans le centre de Luçon. Dans ces circonstances très particulières, les signataires demandent au gouverneur général de résoudre le problème le plus discrètement et le plus vite possible, « sin mucho y largo expediente », pour éviter de donner aux colonisés le spectacle lamentable d’un règlement de comptes entre colonisateurs191. Le clergé, enfin, ne manque pas d’être mêlé à l’affaire, mais le rapport confidentiel de l’évêque de Nueva Caceres du 23 janvier 1897 ne va pas dans le sens de la pétition et affirme qu’il n’a eu vent d’aucune plainte contre le gouverneur : prudence ou sincérité ?

Notes

1 Sur l’utilisation des proverbes pour l’étude de la corruption, voir N. E. Park, « Corruption in Eighteenth-Century China », pp. 989-992.

2 Voir la trilogie de J. C. Scott, The Moral Economy of the Peasant, Weapons of the Weak et Domination and the Arts of Resistance ; M. Adas, « From Avoidance to Confrontation » ; G. Bankoff, Crime, Society and the State et Id., « In Search of the Masses ».

3 B. Cruikshank, Samar (1758-1898), pp. 41-42, 62-63 et 146.

4 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 12 ; J. Foreman, The Philippine Islands [1906], p. 106.

5 Voir p. 159.

6 « ... Produjo un verdadero motín en el pueblo de Rosario, llegando hasta el punto de presentarse en la capital de la provincia en forma turbulenta más de mil personas a pedir contra dicha suscripción, que en el concepto público no era otra cota que una de las tantas exacciones ilegales, y que a falta de otras pruebas así lo demostraría la circunstancia, de haber tenido preso por resistencia a este mandato al gobernadorcillo pasado del pueblo de Imus. » AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, et PN A, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1876-1879.

7 Edmond Plauchut, un observateur français assez fiable, fait peut-être allusion à ces événements lorsqu’il évoque des soulèvements ponctuels et facilement circonscrits causés par les excès de certains fonctionnaires. (E. Plauchut « L’Archipel des Philippines » [1877], pp. 903 et 910.)

8 C. H. Cunningham, The Audiencia in the Spanish Colonies, pp. 100-101 ; J. M. Mariluz Urquijo, Ensayo sobre los juicios de residencia indianos, p. 295 ; G, Bankoff, « Inside the Courtroom », pp. 299-300.

9 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2.

10 Igorrotes est le terme générique utilisé par les Espagnols pour désigner les populations insoumises et animistes des montagnes de Luçon.

11 « ... Castas que por su estado de incompleta o nula civilización, requieren una más completa protecciόn por parte de nuestro gobterno ». Rapport du conseiller d’administration du 12 novembre 1866.

12 Les suites du dossier sont classées dans le carton PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4.

13 Des procédures de nature différente sont ouvertes en même temps : pesquisa pour l’Audience et expediente gubernativo pour l’administration centrale. Le statut des comandantes politico-militarese est très confus, en particulier dans le domaine de leur pouvoir judiciaire. L’Audience affirme qu’ils ont un pouvoir judiciaire et donc qu’ils sont sous sa tutelle ; le gouvernement général soutient la position inverse.

14 Voir MN, volume 1774, doc. 4, « Representación de diez vecinos principales de Cavite contra los abusos del gobierno del Sr. Ripoll », 23 août 1834, ffos 7-9 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 13, plainte des habitants de Gapan (Nueva Ecija) contre l’AM, 1857 ; AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 1, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong puis de Samar, 1864-1865 ; AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, AM de La Pampanga, 1867 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Claudio Palazuelos, AM de Bataan, 1876 ; AHN, Ultramar, leg. 2237, exp. 205, poursuites contre Isidoro Salaverri y Caballer, GPM de Calamianes, 1879-1881 ; AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GG de la province de La Isabela, 1887 ; PNA, Fxpedientes Gubernativos, leg. 3 et 4, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, CPM de Romblon, 1892.

15 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860, copia certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859, pièce « N », témoignage du curé d’Oton, Fr. Diego de la Hoz, 20 décembre 1858.

16 MN, volume 1774, doc. 4, « Representación de diez vecinos principales de Cavite contra los abusos del gobierno del Sr. Ripoll », 23 août 1834, ffos 7-9 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 334, poursuites contre Enrique de la Vega y Palma, GPM de Samar, 1878-1879.

17 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, 9 décembre 1875.

18 Juan Muñiz Álvarez.

19 Marín est l’homme de main du gouverneur, il est chargé plus particulièrement du recouvrement des impôts. C’est un métis espagnol ou un créole.

20 « ¿Qué es esto, Excmo. Señor ? Nosotros, los gobernadorcillos de que antes he hablado y yo, somos abofeteados unos, reducidos a prisión otros, perseguido como desfalcado y como criminal el que logra sustraerse a las vías del Sor. Alcalde mayor Subdelegado en la provincia de la Pampanga y se embargan nuestros bienes, porque a aquella autoridad le place atribuirnos desfalcos que no existen ; y entre tanto Don Vicente Marín [...] se pasea tranquilamente por las calles de Bacolor, y no se procede al embargo de sus bienes. » AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, plainte de Juan Quiason, gobernadorcillo de San Fernando (16 février 1867). Voir aussi MN, volume 1774, doc. 4, « Representación de diez vecinos principales de Cavite contra los abusas del gobierno del Sr. Ripoll », 23 août 1834, ffos 7-9.

21 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140.

22 « ... Y todos estos hechos de que no se hubiera tenido noticia en la esfera oficial, a no haberse ordenado la visita por causas agenas a ellos, no han producido una sola queja ; no han dado lugar a una reclamación ; ni uno solo de los individuos, cuyos derechos se desconocían o cuyos intereses se lastimaban ha recurrido al Gobierno Superior pidiendo amparo o justicia. Cualquiera que sea el origen de los hechos que dejo anotado y para cuyo estudio no me creo competente ; así procede ese silencio de resignación, de ignorancia, de hábito de sufrir abusas semejantes, o de apatía... » AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871. Voir aussi MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832, ffos 5v°-6.

23 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832, f° 15 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lόpez, GPM de Davao, 1878-1879 ; AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GC de la province de La Isabela, 1887 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administracin de justicia », p. 7 ; E. C. De Jesus, TheTobacco Monopoly in the Philippines., p. 145. Ce type de collaboration était aussi fréquent en Amérique espagnole. (A.-M. Brenot, Pouvoir et profits au Pérou colonial au XVIIIe siècle, pp. 240-246.)

24 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140.

25 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lόpez, GPM de Davao, 1878-1879.

26 Keyser propose de punir les gobernadorcillos apathiques pour faire un exemple et de rendre solennellement aux habitants le trop-perçu par les gouverneurs, (AHN, Ultramar, leg. 5231, exp, 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871.) Voir aussi PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, rapport du Conseil d’administration, 7 juin 1878.

27 « Desde el gobernadorcillo, que firma las cuentas en blanco porque así dice que lo ordenó el Gobernador, al Inspector que hizo lo mismo por miedo [...] y de éste al Gobernador, que ignora lo que se cobra a cada contribuyente por la redención del servicio personal [] ; por todos los lados y siempre, he encontrado la ignorancia más crasa de los deberes anexos a cada posición oficial. » AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871.

28 APAF 902/3-e, pétition du 22 août 1892.

29 Sur l’attitude du clergé, voir les pp. 187-202. Le fait que cette pétition soit conservée dans les archives des Augustins est un indice,

30 Les premiers recueils de textes destinés aux gobernadorcillos sont publiés tardivement.

31 « ... Las leyes no se encuentran reunidas, no existe un manual del Gobernadorcillo, del Inspecter, del Gobernador provincial, que inserte o condense al menos las disposiciones que a coda uno se refieren, y los unos y los otros por falta de inteligencia, por falta de medios materiales, por falta de aplicación y constancia, y por otras mil y mil causas, no pueden o no quieren adquirirlos cientos o más volúmenes en que se hallan esparcidas las disposiciones a que los funcionarios públicos deben sujetar sus actos. » AHN, Ultramar, leg. 52 31, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871.

32 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 315.

33 E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 86 ; Régimen político-administrativo para el parvenir en el archipiélago filipino [1897], p. 46.

34 AHN, Ultramar, leg. 5351, Memoria reservada que al entregar el mando superior de Filipinas el Exmo. Sr. Marqués de Estella [Fernando Primo de Rivera] deja a su sucesor, 1er mars 1883.

35 J. Rizal, « Fragmento de una novela », p. 258.

36 « Los gobernadorcillos de los pueblos, sabido es, que no resisten, ni pueden resistir (ni seria acaso conveniente que lo hiciesen) a los mandatas de la autoridad. » AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881.

37 « Desde una época que no puede fijarse, pero que debe ser muy remota toda vez que en las declaraciones que la comisión tomó, se ha consignado por los declarantes no como un abuso sino como una cosa justa y legal, es la exacciόn de 15 pesetas 75 céntimos que venían cobrándose por la exención de servicio personal de coda individuo sujeto aprestarlo. » AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1868-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871. Le montant mentionné est supérieur à celui prévu par la loi et les gouverneurs successifs ont empoché la différence.

38 PNA, Expedientes Gubemativos, leg. 2,1887.

39 Les curés.

40 «Puede asegurarse que ninguno de los agentes que deben intervenir en la administración del impuesto han cumplido con los deberes que les impone el Reglamento. Difícilmente, pues, podrán deducirse cargos a determinado funcionario, cuando resulta de este expediente que los Cabezas de barangay no llevaron la cuenta y razón a los polistas, que los Gobernadorcillos no ejercieron la inmediata vigilancia en los trabajos, sin que conste que formaran y remitieran al Gobierno Civil las Relaciones, según los formularios del Reglamento, modelos 16, 17 y 18, no apareciendo asimismo la inspecciόn de los Presidentes de las Juntas locales, y que el Secretario del Gobierno formalizara los documentas, ni las relaciones de contribuyentes.»

41 « The governor-general is in Manda (far away) ; the king is in Spain (farther still) ; and God is in heaven (farthest of all). » J. Bowring, A Visit to the Philippine Islands [1859], p. 315.

42 AHN, Ultramar, leg. 2199, exp, 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-1862. Voir aussi E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 29 et AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.

43 Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 289.

44 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 37.

45 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860, copia certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859, pièce « N », témoignage du curé de Santa Bárbara, Fr. Mateo Rodríguez, 22 décembre 1858. Voir aussi S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t II, chap. « Administración de justicia », p. 10.

46 Pour une bonne étude du fonctionnement de la justice coloniale, voir G. Bankoff, « Inside the Courtroom », Sur les lenteurs de la justice, voir aussi F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 31-47, et G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 113-115.

47 W. E. Retana, Mando del General Weyler en Filipinas [1896], pp. 23-24. Voir aussi A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], p. 291 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], pp. 230-231 ; J. Foreman, The Philippine Islands [1906], p. 171.

48 Gaspar de San Agustín et Casimiro Díaz.

49 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. I, pp. 110-113.

50 M, Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia [1880], p. 197.

51 AHN, Ultramar, leg. 5344, exp. 1-2.

52 Gavino Veloso a bâti sa fortune sur le drainage des produits d’exportation des Visayas pour le compte des maisons de commerce occidentales. Il investit dans la terre et dans l’immobilier. (B. L. Fenner, Cebu under the Spanish Flag, pp. 78, 82, 84-85, 95-97, 99, 101, 114, 117, 132, 152-154 et 160.)

53 San Vidal est le saint patron de la ville et l’œuvre pie est fort ancienne puisqu’elle a été fondée par Legazpi en personne. À l’origine, la gestion des biens était à la charge de l'ayuntamiento de la ville mais, du fait de la disparition de ce dernier faute d’Espagnols, elle a été confiée au gouverneur de la province.

54 Au moins les militaires, car la Dirección General de Administración Civil propose d’ouvrir un juicio de residencia qui risque fort de tourner en la défaveur de l’accusé...

55 Décret du 15 avril 1879. La commission d’enquête (rapport du 30 décembre 1878) et la Dirección General de Administración Civil (lettre du 7 janvier 1879) affirment que ces abus de pouvoir sont le plus efficace moyen d’assurer la rentrée des impôts et que si l’on condamne Martínez, il faudra sanctionner tous les gouverneurs de province (ffos 199 et 211).

56 On peut raisonnablement penser que la solidité juridique de l’attaque portée contre le gouverneur doit beaucoup au frère de Gavino, Catalino, un des très rares métis chinois de Cebu à avoir choisi le métier d’avocat. (B. L. Fenner, Cebu under the Spanish Flag, p. 103.)

57 Pour M. Cullinane, « The Changing Nature of the Cebu Urban Elite », pp. 277-276, cet acte de résistance doit être mis en relation avec la présence de plus en plus « encombrante » des fonctionnaires coloniaux à Cebu.

58 « En los pueblos, cuando los gobernadorcillos o los cabezas de barangay abusan de su autoridad, cosa también muy frecuente, jamás se reúnen para comunicarse sus mutuos agravios. Los que los sienten, que son los menos, van uno a uno a quejarse al cura o al abogadillo st lo hay, que ha de hacer la denuncia del abuso para el gobierno superior ; pero si se juntan por casualidad, ya no saben ponerse de acuerdo, ni hablar seguidamente de nada formal, a menos que un blanco o un mestizo los dirija. El indio dice hoy sí y mañana no, no tanto por falta de conciencia, sino por falta de memoria y de criterio. Si se trata de pagar, aunque sea una exorbitancia y una injusiticia, la pagará en cuanto tenga dinero por no volver a ocuparse del asunto. » Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 148.

59 Pour un bon exemple de ces tensions, voir BNE, ms. 20504, Varias escritos referentes a disensiones entre las autoridades superiores, militares, civiles y eclesiásticas y resultado funesto de una visita al pueblo de Clavería por D. Emilio Martín Bolaños Alcalde Mayor propietario de la Provincia de Cagayán, Filipinas 1873-1874, 119 ffos.

60 L’origine de ces capacités est variable : certains sont d’anciens étudiants ou séminaristes, d’autres ont simplement fait leur service militaire ou ont été domestiques dans un presbytère ou une maison espagnole.

61 M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], p. 8 ; J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], pp. 312-313. Le fiscalillo, à la fois sacristain et secrétaire de la paroisse, est aussi un personnage très puissant du pueblo. (G. Bankoff « Big Fish in Small Ponds », pp. 693-694.)

62 M, de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871],p. 8,voir aussi pp. 12-13.

63 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 272 ; P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], pp. 68-71.

64 A. Chápuli Navarro, Siluetas y malices [1894], p. 291.

65 La plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, sans doute rédigée à Manille par un abogadillo (un des signataires fait précéder son nom de la mention Lic., sans doute pour signaler qu’il est licencié, licenciado) est un bon exemple de style ampoulé. À propos des bastonnades infligées par le gouverneur, il est précisé « que nunca pueden calificarse mas que como una pena corporisaflictiva ». (PNA, Demandas por Abusos, leg. 2, plainte du 9 décembre 1875.)

66 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860, copia certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859, f° 35.

67 Il s’agit de Juan Quiason, gobernadorcillo de San Fernando ; l’avocat est Francisco de Marcaida. (AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, plainte du 16 février 1867.) Voir aussi PNA, Expedientes Gubemativos, leg. 13, plainte des habitants de Gapan (Nueva Ecija) contre l’AM, 1857.

68 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, 9 décembre 1875.

69 Voir les dossiers de déportation des frères Rivas (Tigbauan, province d’Iloilo) dans le carton PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 5 (1879) et la procédure d’expulsion contre Vicente Ozoa (métis espagnol de Cebu, PNA, Expedientes Gubemativos, leg. 7,1881).

70 Dans les enquêtes menées sur le terrain, le maître d’école sert souvent d’interprète.

71 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140.

72 G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 96-97, et I. Rodríguez Flores, « Decisiones del Consejo de Indias en materia de visitas y residencias », p. 451.

73 AHN, Ultramar, leg. 2166, exp. 11, avis du fiscal de l’Audience sur la mise en accusation d’Antonio Calvo Rubio, 1853 ; R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], p. 216 ; G. Bankoff, « Inside the Courtroom », pp. 33,294.

74 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp, 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, 1860 ; voir aussi J. Rizal, « Fragmento de una novela », p. 272.

75 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. I, pp. 110-113 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p, 158.

76 A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], pp. 170-171.

77 « [L’Indio]... suele prestarse a todo género de componendas, a calumniosas denuncias y a falsos testimonios ; realiza las más inconcebibles ligerezas y atrocidades ; pero lo hace porque es naturalmente accesible al soborno, porque teme represalias de castila influyente o rencores de convecino pleitista, nunca porque ignore las consecuencias que de su conducta pudieran derivarse. » Ibid., pp. 293-294.

78 Pour un bon exemple d’instruction à décharge, voir AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887.

79 AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, plainte des gobernadorcillos de Sexmoan, Guagua, San Luis, San Fernando, México, 8 février 1867 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 334., poursuites contre Enrique de la Vega y Palma, GPM de Samar, 1878-1879 ; AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GC de la province de La Isabela, lettre du gouverneur général du 20 juin 1887.

80 Sur la notion d’hiya, voir V. L. Rafael, Contracting Colonialism, pp. 126-127. J. C. Scott, Domination and the Arts of Resistance, pp. 22-23 et 111-112, souligne l’importance des humiliations physiques dans les représentations des dominés.

81 Voir par exemple : AHN, Ultramar, leg. 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Álvarez, 1867.

82 MN, volume 2441, doc 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832, ffos 5-6 et 16-17. Voir aussi les pp. 272-273.

83 « La sola presencia del español, le importe [al Indio] extraordinariamente, aunque ni se le amenace ni castigue, Basta con alterarse o levantarle la voz, argüirle o apurarle mucho con preguntas, para que el miedo se convierta en verdadero terror, sobre todo en los indios poco acostumbrados al trato de los españoles. » J. M. Ruiz Memoria complementaria [1887], pp. 215-216.

84 J. Rizal, « Fragmento de una novela », pp. 240-243.

85 « ... No se atreven a quejarse, ni aun a hacer revelaciones, ni menos facilitar comprobantes, por temor de ser perseguidos y castigados por el Alcalde si lo llega a descubriro si el resultado de la queja es darle la razón, para lo cual ya sabe con anticipación prepararse, sacando de los Gobernadorcillos, Cabezas y principales testimonios y firmas que abonen su conducta o desmientan los hechos y las quejas, para lo cual emplea o las ofertas de su protección o las amenazas ; sin embargo, y a su tiempo, se presentarían o prestarían infinitas pruebas de hecbos arbitrarios, exacciones y tropelías, siempre que vieran al Alcalde imposibilitado por una u otra razόn a destruirlos por los medios indicados. » AHN, Ultramar, leg. 2197, exp, 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport confidentiel du colonel Miguel Creus, 18 février 1879, ffos 3v°-4. L’enquêteur souligne que la population n’est pas indifférente face aux exactions du gouverneur et qu’elle les commente abondamment.

86 Rapport du 23 juin 1860, AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, 1860.

87 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24.

88 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre elestado actualde los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832, ffos 4-5 ; FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 22 mars 1893 ; G. Bankoff, « Inside the Courtroom », pp. 289-290 et Id., Crime, Society and the State, p. 108. Voir aussi les pp. 60-61 et 69-70 du présent travail.

89 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4, 1865-1866.

90 « El Gobernador es en provincia un rey absoluto con más fueros que el Monarca de España. Ordena y manda por su voluntad y capricho, nada le contient ni resiste, pues posee el arma poderosa y terrible del expediente de deportaciόn. Un expediente de estos se conficciona en pocas horas. Con un “Habiendo llegado a mi noticia”, tres declaraciones de otros tantos paniaguados o temerosos, un informe de un Gobernadorcillo, que firma sin saber qué, y el paso de preparación al Cura Párroco exponiéndole que ha habido confidencias reservadas de que conspira el sujeto, no oye misa o vive mal etc. etc. [...] el expediente se ultima y se propone la deportacin [...] que el Gobernador General acuerda sin reparo, en vista de estar justificada la causa. » AGI, Diversos, leg. 27, Memoria escrita en el Palacio Arzobispal de Manda, anonyme, fin 1896 ou 1897.

91 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 76,

92 G. Bankoff, « Deportation and the Prison Colony of San Ramon », pp. 446-447. Voir, en particulier, la circulaire confidentielle du 9 octobre 1888. (PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 9.)

93 « Qué hacer yo pobre indio, bueno aquel mi cabeza, contra un Gobernador Castila, malo de aquel su cabeza. » FAM, leg. 326, exp. 2, lettre du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 27 mars 1893.

94 Les gobernadorcillos de Sexmoan, Guagua, San Luis.

95 Pour un exemple de calomnie avérée, voir PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 5, plainte de Lucina Formentos contre l’AM d’Ilocos Sur José Fernández Giner, 1884.

96 N. P. Cushner, Spain in the Philippines, p. 7.

97 En particulier M. F. García de los Arcos, Estado y clero en las Filipinas delsiglo XVIII, et M. M. Manchado López, Conflictos iglesia-estado en el extremo-oriente ibérico. Filipinas (1767-1787), Murcie, Universidad de Murcia, 1994, 244 p.

98 Ils n’ont ni le temps, ni l’envie de les apprendre. Comme Mas le souligne très justement, le plurilinguisme de l’Archipel n’est pas sans rappeler la situation métropolitaine, à la différence que les colonisateurs n’ont pas su imposer une langue véhiculaire philippine qui aurait joué le rôle du castillan en Espagne. (S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de justicia », pp. 31-32,) Nous avons retrouvé la trace d’un texte qui prévoyait, dans un délai de trois ans, d’exiger des futurs alcaldes mayores des capacités en tagale. À notre connaissance, ce décret n’a jamais été appliqué. (Décret royal du 27 janvier 1854, Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. III, p. 22.)

99 Voir pp. 227-229.

100 Cette importance des femmes est soulignée par F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. iii. Sur la confession comme arme de contrôle moral et social, voir V. L. Rafael, Contracting Colonialism, en particulier, pp. 84-109.

101 Convento est un mot spécifique à l’espagnol des Philippines. Il ne désigne pas un couvent mais le presbytère, la maison paroissiale.

102 P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], pp. 66-67.

103 « ... Unlike other bureaucrats, the Spanish missionary was seen to owe his position to something beyond royal patronage and legislation. He was a representative not merely of the royal will but of the divine will as well. » V. L. Rafael, Contracting Colonialism, p. 152.

104 Le pouvoir d’influence réel des ordres sur la Cour et les milieux politiques est un sujet totalement vierge. Les sources imprimées, en particulier les écrits anti-cléricaux, se font l’écho de nombreuses rumeurs sur leur pouvoir occulte, sur l’utilisation de fonds secrets pour corrompre la presse et les dirigeants, mais il est pour l’instant impossible de savoir s’il s’agit d’un fantasme ou d’une réalité.

105 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 128-129.

106 P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, p. 19. La bibliographie concernant ce synode est abondante. Voir en particulier V. L. Rafael, Contracting Colonialism, pp. 152-157.

107 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], pp. 301-302.

108 Pour un bon exemple de ce partage des rôles entre les principales et le curé, voir F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines ». Voir aussi T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 140 ; AHN, Ultramar, leg. 2158, exp. 29 ; et E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 29 et 46. Dans un cas, la plainte est directement adressée par l’épouse d’une victime au procureur des Augustins et ce dernier alerte le gouverneur général. (AHN, Ultramar, leg. 2231, poursuites contre Juan Manzano Vázquez, juge de première instance d’Iloilo, 1884.)

109 Pour un exemple de dénonciation unanime, voir PNA, Denuncias por Abusos, leg. 5, poursuites contre Domingo de García Masgrao, GPM de Capiz, 1871. Sur les divergences, voir les opinions des cinq curés interrogés dans AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, copia certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859, pièce « N ». Pour un cas de clerc attaquant seul un fonctionnaire colonial, voir AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1858.

110 BNE, ms 20504, Varios escritos referentes a disensiones entre las autoridades superiores, militares, civiles y eclesiásticas y resultado funesto de una visita al pueblo de Clavería por D. Emilio Martín Bolaños Alcalde Mayor propietario de la Provincia de Cagayán, Filipinas 1873-1874, ffos 29-50 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 130.

111 AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, et PNA, Denuncias por Abusos, leg, 2, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1876-1879.

112 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 131.

113 Fatal est ici entendu au sens figuré, mais, en 1719, le gouverneur général Bustamante et son fils ont été massacrés par une émeute déclenchée par l’archevêque Fray Francisco de la Cuesta et les ordres réguliers.

114 AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados.

115 Sur l’histoire de cette province, voir A. M. Madrigal Llorente, A Blending of Cultures.

116 «Entre otros fines era para trabajar por quitar a este Gobernador Sr. Fortea, que nos tiene y tiene a todo Batanes disgustadísimos con sus abusos e injusticias, motivos han tenido para levantarse aquí y sacudir el yugo del déspota que los gobierna, pero la gente es demasiado paciente y sufrida.»

117 «Trabaje V. con el P. Cándido para que si es posible releven a este Señor sin causarle más daño, tiene familia numerosa, materia hay para despojarle de la autoridad y buen nombre que al parecer tiene, pero nos contentaremos con que nos lo quiten y manden otro mejor cuanto antes.»

118 Ibid., p. 177.

119 AHN, Ultramar, leg. 2249, exp. 77 et leg. 5243, exp. 56, poursuites contre José Fernández de Terán, GPM de Leyte, 1883.

120 « ... Si por parte de ellos había alguna dificultad en que se enterrase el asunto, y los padres contestaron que con tal de que Terán no volviese a Leyte dejaban el asunto en manos de Su Excelencia ; a lo cual contesté, vayan los Padres tranquilos a Leyte que Terán no volvería allí, en cuanto al asunto lo enterrasen para el bien de la paz, cuyas palabras las confirmaron el hecho de haberse dado poco después al Señor Terán el Gobierno de Romblón, lo mal no hubiese sucedido si el asunto hubiese seguido sus trámites... » Les suites de cette affaire sont confuses car les accusateurs n’ont plus les moyens d’apporter la preuve de faits assez anciens. Bien évidemment, ils se défendent d’avoir calomnié l’ancien gouverneur.

121 J. B. Mallat, Les Philippines [1846], t. II, p. 388 ; C. Laplace, Campagne de Circumnavigation [1848], t. IV, p. 141.

122 « Es necesario saber la omnímoda influencia que los párrocos ejercen en bs indios filipinos de las provincias más atrasadas, [...] es necesario conocer la justa fraternidad que existe allí entre bs eclesiásticos españoles, para llegar a comprender cuan poderoso y temible freno son los curas párrocos de ciertas provincias para bs jefes temporales de las mismas. Si éstos tratasen de abusar de su posiciόn, los indios seguramente no se opondrían, pero darían cuenta a los respectivos párrocos a quienes consideran como semidioses ; y en cuanto algunos párrocos diesen una queja del jefe de la provincia, este debería considerarse perdido sin remedio, porque los pàrrocos por su posición podrían fácilmente justificar la certeza de los hechos alegados. » A, Rodríguez de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la Hacienda Pública » [1853], pp. 321-393. Voir aussi les Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 127.

123 « The arm of the Church was long and its hand was a heavy one ». F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 25.

124 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 331, poursuites contre Eduardo Asuero y Soto, GPM de Tarlac, 1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de La Isabela, 1873-1888. Voir aussi la citation du Père Gómez supra, pp. 192-193.

125 Cela semble être le cas pour les poursuites engagées contre le GPM de Misamis en 1868. (AHN, Ultramar, leg. 2214.) Le juicio de residencia l’innocente, mais le mal est fait puisqu’il a été démis de ses fonctions.

126 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 109 ; APAF, doc. 368 I/b, conflit entre l’AM d’Ilocos Norte, Juan de Mendoza, et le curé augustin de Laoag, Fray Isidro Champaner (1851) ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, f° 198. Voir aussi le chap. 91 des Ordenanzas de Buen Gobierno de 1768.

127 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GC de la province de La Isabela, 1887.

128 Certains curés ont aussi, à titre privé, des activités « annexes » agricoles, commerciales ou artisanales.

129 P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, pp. 73-82 ; M, F, García de Los Arcos, Intendencia en Filipinas, pp. 147-149.

130 F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines » ; L. Á. Sánchez Gómez, « Sobre jueces, gobernadores, gobernadorcillos y frailes », p. 123.

131 Le salaire du curé est de 180 pesos pour500 tributs. On remarque d’ailleurs que ces fonds ne sont que très rarement détournés par les gouverneurs...

132 Pour de bons exemples de ces contre-attaques reprenant tout ou partie des abus cités, voir APAF, doc. 368 1/b, conflit entre l’AM d’Ilocos Norte, Juan de Mendoza, et le curé (OSA) de Laoag, Fray Isidro Champaner (1851) ; les conflits concernant la fin des années 1860 dans le carton PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4 ; BNE, ms 20504, Varias escritos referentes a disensiones entre las autoridades superiores, militares, civiles y eclesiásticas y resultado funesto de una visita al pueblo de Clavería por D. Emilio Martín Bolaños Alcalde Mayor propietario de la Provincia de Cagayán, Filipinas, 1873-1874, 119 ffos ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 131. Sur les abus du clergé régulier au XIXe siècle, voir E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 87-92 ; B. Cruikshank, « Sermonizer, Sentry, and Scapegoat ? », pp. 17-19 ; E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, p. 122 ; F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines », p. 469.

133 Pour l’époque moderne, I. Alva Rodríguez, « La centuria desconocida : el siglo XVII », et M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en el siglo de la ilustración », pp. 272-276.

134 « ... El entenderse con los indios es una verdadera lucha penosa, desesperante, y la inteligencia española desea otra inteligencia de su misma índole con quien luchar. » Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 131-132.

135 C. Laplace, Voyage autour du monde [1833], t I, pp-369 et 383-384 ; E. Jurien de la Gravière, Voyage de la corvette « La Bayonnatse » [1872], t. II, p. 31 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 126 ; AHN, Ultramar, leg. 3242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para su sucesor en el mando por [...] Juan de Alaminos y de Vivar, Manille, 21 mars 1874, f° 11 ; E. C. de Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 151-153.

136 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 109, souligne cette évolution : « Antes, cuando los empleos de gobernador se vendían a aventureros, que solo procuraban enriquecerse, el influjo del clero era mucho mayor que en la actualidad. » Voir aussi T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 146.

137 Les gouverneurs dénoncent les curés auprès de l’Audience, cette dernière mène ensuite une enquête. Elle peut infliger des sanctions jusqu’à la suspension et l’expulsion. (Voir, par exemple, MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administraciόn de las doctrinas », anonyme, 1832, f° 26, et E. C. de Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 183-184).

138 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 110 ; L. Á. Sánchez Gómez, « Sobre jueces, gobernadores, gobernadorcillos y frailes », p. 123.

139 AHN, Ultramar, leg. 5197, exp. 2, poursuites contre José Díaz Quintana, GPM de Cebu, 1863 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de justicia », p. 9. Le Père récollet Fernando Cuenca couvre les crimes perpétrés par Saravia par amitié et parce que ce dernier a apporté un soutien sans faille à sa politique de conversion des populations païennes de Negros. Pour sa passivité, il est condamné à six mois de réclusion dans le couvent des Récollets de Manille. (AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, gouverneur politico-militaire de Negros, 1857-1862 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 227.) Par la suite, Cuenca fait beaucoup pour le développement économique de l’île. (Á. Martínez Cuesta, « Evangelización de la Isla de Negros », p. 277.)

140 Voir supra, pp. 177-178.

141 AHN, Ultramar, leg. 5344, exp. 1-2, poursuites contre le GPM de Cebu, Antonio Martínez, 1877-1879, Polo de Lara affirme que les réguliers laissent les gouverneurs se livrera quelques « dérapages » pour mieux les tenir par la suite. (E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 269.)

142 B. Cruikshank, « Sermonizer, Sentry, and Scapegoat ? », pp. 5-7.

143 Sur ces réformes, voiries pp. 305-310,

144 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], pp. 259-260. Voir aussi, du même auteur, En justa defensa. Polo de Lara est un fervent libéral qui, sans être radicalement hostile aux ordres réguliers, pense que d’importantes réformes sont indispensables. Le second ouvrage, écrit après la défaite de 1898, tient plus du règlement de comptes que de l’analyse, même s’il est fort intéressant sur les derniers mois de la domination espagnole dans l’Archipel. Sur l’affaiblissement du pouvoir du clergé, voir B. Cruikshank, Samar (1758-1898), pp.64-66.

145 Le Père Gresa, après être passé à Valladolid comme la plupart des Augustins, arrive h Manille en 1845-où il est ordonné prêtre et apprend les langues tagale et pampanga. Il revient au collège de Valladolid pour y exercer diverses fonctions au milieu des années 1860. De retour aux Philippines en 1874, il administre la paroisse de Baliuag pendant quinze années. En 1889, il est élu prior provincial et gouverne la province « con suma prudencia y acierto ». (M. Merino, Agustinos evangelizadores de Filipinas, p. 517.) Il meurt à Tondo en 1896.

146 APAF, doc 43, Copiador de cartas escritas por el Padre Provincial Fr. Tomás Gresa 1889-1891. Le volume ne contient que les réponses écrites par Gresa.

147 Le recueil correspond au gouvernement général de Valeriano Weyler.

148 Voir, par exemple, la lettre 46, adressée au P. Manuel Foj, curé de la province d’Ilocos Norte, 16 avril 1889.

149 Lettre 25, adressée au Vicario de La Uniόn, Mariano García, 5 avril 1889.

150 Lettre 141, adressée au Fr. Lesmes Pérez, vicaire de Capiz, 2 juillet 1889.

151 Lettre 3, adressée au Fr. Pedro Bartolomé, curé de Concepción (Iloilo), 12 mars 1889.

152 Lettre 1er du 28 février 1889 adressée au vicario provincial d’Iloilo.

153 Lettre 3, adressée au Fr. Pedro Bartolomé, curé de Concepción (Iloilo), 12 mars 1889.

154 E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 261. Voiries lettres 102, 103, 110, 123, 124, 139, 157, 330, 332, 343, 407, 497, 499, 700 et 737.

155 « Mucho y de consideración son los abusos que V. denuncia respecto de esa provincia, y de muy difícil remedio en los tiempos que atravesamos, Deben VV. tener macho cuidado en no extralimitarse con el Jefe de la provincia, guardándole siempre las consideraciones debidas ; pero aprovechando a la vez las ocasiones oportunas para advertirle los abusas que se notan en los pueblos ; las injusticias que cometen algunos prevalidos de su indulgencia y tolerancia, e indicándole las medidas que convendría tomar para que todo eso desapareciera. Comprendo que en lo que ahí pasa, hay algo más que tolerancia e indulgencia ; pero hay que darle ese colorido, porque si vamos a llamarlo por su verdadero nombre, no sólo no conseguiríamos nada, sino que empeorarían las cosas. » Lettre 310, adressé au Fr. José L. Ojanguren, vicaire d’Antique, 23 décembre 1889. Voir aussi la lettre 410.

156 Au début des années 1850, lorsqu’un conflit oppose le gouverneur de Cagayan à des curés, le supérieur des Dominicains cherche, comme Gresa, à apaiser la situation. (E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 151-152.)

157 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 129-130 ; F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 65.

158 À la fin des années 1860, 4.050 adultes espagnols, métis exclus, vivraient aux Philippines. Les employés du gouvernement colonial seraient 3.280, les réguliers 500, les propriétaires et commerçants 270. (Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 13.)

159 C. Laplace, Voyage autour du monde [1833], t.1, pp. 368-369 ; AHN, Ultramar, leg. 492, exp. 1, lettre du gouverneur général José de la Gandara au ministre d’Outre-Mer, 20 novembre 1866 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 158 ; G. Bousquet, « De Yeddo à Paris. Notes d’un passant » [1877], p. 80 ; FAM, leg. 334, exp. 1, lettres du directeur général de l’administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 20 mars et 1er avril 1893 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 39 du consul de Bérard (18 février 1894), f° 153V°.

160 « En Manila, donde todo el mundo se conoce y se codea por el estrecho círculo en que se mueve su reducida sociedad, el ocio inextinguible convida a las murmuraciones escandalosas, y la calumnia grosera y la crítica soez son la comidilla diaria y constituyen para las gentes desocupadas un verdadero antídoto contra el aburrimiento. » A. Chápuli Navarro, Impresiones, viajes, costumbres filipinas. Pepín [1892], p. 180.

161 AHN, Ultramar, leg. 5203, Memoria sobre los actos de mando del Exmo. Sor. Dn. Juan de Lara, como Gobernador Superior Civil de Filipians, desde el 25 de Abril de 1865 al 12 de Julio de 1866.

162 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 4-5. Pour un tableau au vitriol de la vie des Espagnols dans les provinces, voir P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], il écrit, p. 8, « ... aquí no existe aquella España, allá atrás dejada, que produce y consume, piensa y habla, alienta y vive en la Península. Aquí sólo existe la España oficial y burocrática », Voir aussi F, Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], en particulier le chapitre xii.

163 Ces règlements de comptes ont de nombreux précédents à l’époque moderne. (Voir, par exemple, J.-P. Berthe et M. F. Garcia de los Arcos, « Les îles Philippines, “Troisième Monde” », pp. 147-148.)

164 C’est le cas de Miguel Ruiz Pérez, AM de Zambales. Il est dénoncé pour corruption par l’administrateur des Finances de cette province, mais ce dernier est incapable d’apporter la moindre preuve de ses allégations. Le mal est cependant fait et Ruiz Pérez n’est innocenté que longtemps après. Par la suite, il occupe d’autres postes de gouverneur, mais toujours en qualité d’intérimaire. (AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 10.) José Montera y Vidal, le célèbre historien des Philippines, est victime d’une mésaventure du même type : dénoncé anonymement pour un détournement de... 18 pesos alors qu’il est administrateur des Finances des provinces d’Ilocos, il est condamné à une sanction administrative et doit engager une longue procédure pour faire valoir ses droits. (AHN, Ultramar, leg. 1431, exp. 51.)

165 Pour des exemples de plaidoyers pro domo, voir : AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, lettre du 3 mai 1860 au gouverneur général ; AHN, Ultramar, leg, 2214, exp. 10, poursuites contre Juan Muñiz Alvarez, plainte de ce dernier à la Reine du 22 mars 1867 ; AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332 ; et PNA, Demandas por Abusos, leg. 2, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1876-1879 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, CPM de Romblon, 1892 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1, réactions de Miguel Sodas, GC de Pangasinan, à la plainte de Francisco Serratosa, 10 avril 1895. Dans l’affaire Saravia, la thèse du complot est la suivante : des marchands et des planteurs espagnols auraient poussé l’impulsif Saravia et les ombrageuses populations locales à en découdre parce que la conversion aurait gêné l’exploitation éhontée de ces pauvres païens. (AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. y, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-1862, lettre de demande de grâce adressée à la Reine, 6 février 1866 ; R. Echaúz, Apuntes de la isla de Negros\1894], pp. 16,94-101 et 121 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 228.)

166 Ce problème est inhérent à toute étude sur la corruption. Voir, par exemple, M. Defourneaux, Pablo de Olavide ou l’Afrancesado, pp. 291-305 ; B. González Alonso, « Control y responsabilidad de los oficiales reales ».)

167 Voir en particulier le très violent affrontement entre le GPM de Davao et les officiers de marine de la station navale. (PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2,1877.) À Samar, les prêtres franciscains et les marins font front commun contre le gouverneur. (PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Enrique de la Vega y Palma, GPM de Samar, 1874.) Dans un cas, deux gouverneurs politico-militaires se dénoncent mutuellement (AHN, Ultramar, leg. 5211, exp. 43, poursuites contre José Urbano y Montera, GPM de Lepanto et José Pastor y Casas, GPM de Tiagan, 1869-1870.)

168 F. Canga Argüelles, « La Isla de Mindanao » [1887], p. 258.

169 Dans nos sources, il est parfois appelé alcalde mayor, alors que cette expression est en général réservée aux gouverneurs qui cumulent les pouvoirs exécutifs et judiciaires, mais qui peuvent être des militaires !

170 Dans cette province, il entre en conflit avec le GPM Manuel Iznart. (PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4,1868.)

171 A. Caulín Martínez, « Pedro Gutiérrez de Salazar (1818-1888 ?) » ; A. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 326 ; F. Canga Argüelles, « La Isla de Mindanao » [1887], pp. 157-158. Pour d’autres exemples de conflits entre gouverneurs et juges dans lesquels la corruption est continuellement utilisée pour tenter de discréditer l’adversaire, voir : PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4 et Expedientes Gubernativos, leg. 2, conflits entre le gouverneur et l’AM de Leyte, 1868 ; AHN, Ultramar, leg. 4580, exp. 16 ; AHN, Ultramar, leg. 4580, exp. 34, visita girada a los juzgados par Salvador Elio, 1878 ; AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 71, poursuites contre Alejandro Maria de Ory, GPM d’Iloilo, 1886-1887.

172 R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], p. 251.

173 Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 286.

174 BNE, ms 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 177.

175 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871.

176 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lόpez, GPM de Davao, 1878-1879.José Cores est dénoncé par les officiers de la compagnie disciplinaire, mais ils refusent de témoigner par la suite.

177 Voir, par exemple le dossier AHN, Ultramar, leg. 2166, exp. 11 (1849-1854),

178 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, 1860, lettre confidentielle de dénonciation de l’AM de Cagayan, Rafael Garcia López, envoyée par l’interventor de la colección, Tomás Gonzalez, 1860.

179 « ... El no haber empleado [...] para realizar lot abusos a sus naturales agentes, como son los Auxiliares de Fomento y los escribientes del Gobierno del Distrito, sino otros extraños como son el Teniente del Regimiento de Infantería de Joló n° 6, Dn. Joaquín Aguilera y los Gobernadorcillos de los pueblos de San Nicolás y Opón... » AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, GPM de Gebu, 1884, rapport du GPM des îles Visayas, 21 août 1884. Les crimes perpétrés par Saravia à Negros sont dénoncés par un de ses subordonnés, le teniente gobernador Gumersindo Rojo, qui s’enfuit par crainte des représailles. (AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-1862.)

180 F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 28 ; APAF, doc. 43, Copiador de cartas escritas por el Padre Provincial Fr. Tomás Gresa 1889-1891, lettres 47 et 143.

181 AHN, Ultramar, leg. 2206, exp. 37, poursuites contre Juan Manella, GPM de Misamis, 1865 ; AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 45, poursuites contre Víctor Ruiz del Valle de Lanzarote, GPM de Surigao, 1886-1887.

182 PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 2, poursuites contre le GC de La Pampanga, 1887-1888, Rapport de Félix Mathet.

183 « Nosotros, ni vivimos en palacios como los gobernadores, ni centinelas guardan nuestras puertas, ni se oyen disparos de morteretes, ni la marcha real cuando salimos o entramos, ni nos llaman el Señor, pero en cuanto el Señor no se apoye en nosotros y gocemos sumados del placer del mando, reventamos al Señor. ¿Cómo ? Pues fácilmente. Si está mal con los frailes hacemos causa común con éstos. Si así no sucede, nos sumamos con el administrador de Hacienda, y si ocurriese el raro caso de que estuviesen todos ellos hechos una piña, ¡ah ! entonces los castilas serán los que facilitarán cuanto sea preciso y más para la lucha... » E. Polo de Lara, Estudios Coloniales [1897], p. 264.

184 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 19.

185 P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], p. 14. F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines », p. 475 souligne fort justement ce point. Dans certains cas, les entrepreneurs semblent avoir passé un accord, peut-être accompagné de pots-de-vin, avec le gouverneur pour ne pas être importunés ou pour que le fonctionnaire gêne leurs concurrents. (AHN, Ultramar, leg 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y López, GPM de Davao, 1878-1879.)

186 AHN, Ultramar, leg. 2214, poursuites contre Pedro Beaumont, GPM de Negros, 1861-1862. Sur le rôle des Récollets, voir Á. Martínez Cuesta, « Evangelización de la Isla de Negros », p. 107.

187 AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et de négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897.

188 Collingwood représente Smith Bell and Co. dans la province, José Bertrán est mandaté par lnchausti y Cía. et Narciso Alegre par Gutiérrez Hermanos. Les trois autres signataires, Vicente Berenguer, Jesús Gorría et Manuel L. González sont des propriétaires et des commerçants

189 Sorsogon, à l’extrémité méridionale de la péninsule de Bicol, est une importante province productrice d’abaca.

190 «Es una regiόn puramente comercial en todos cuyos pueblos hay establecidos Españoles honrados, dependientes de las casas de comercio, con sueldos muy decentes y que con fundados motivos sostienen muy alto nuestro prestigio; y los funcionarios no piden ni indican nada a las autoridades locales, principalías y chinos que éstos no vengan a contarlo en seguida al Español de cuya casa sale siempre y necesariamente el dinero que para todo necesitan.»

191 Voir aussi la lettre manuscrite, jointe à la pétition, de José Bertrán, lettre destinée à Enrique Abella et datée à Sorsogon, le 14 janvier 1897.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search