Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Première partie

Conclusion. La corruption comme système

Texte intégral

1À l’issue de l’étude des différentes formes de corruption, un certain nombre de quasi-certitudes apparaissent clairement. Cependant, ces faits avérés n’expliquent rien en eux-mêmes et leur établissement fait au contraire naître de nouvelles interrogations.

  • 1 D. Rivet, « Le fait colonial et nous », p. 136.

2Tout d’abord, la corruption est endémique à tous les échelons administratifs de la colonie. Elle est une réalité du « quotidien colonial »1 philippin. Il ne s’agit pas ici des inévitables dérapages individuels de fonctionnaires malhonnêtes ou faibles, mais bien d’un type de fonctionnement largement répandu dans l’appareil colonial, de la haute administration coloniale à l’humble commune rurale, de Manille aux provinces les plus reculées. Un peu comme dans un terrain marécageux où la nappe phréatique affleure, il suffit de creuser un tout petit peu dans l’histoire de chaque échelon de l’administration, de chaque bureau, de chaque corps de fonctionnaires pour voir émerger des faits de corruption dont la nature et l’ampleur sont bien évidemment très variables. Cohabitent ainsi la microcorruption des carabiniers et les détournements massifs de Rosales. La malversation est pour certains un complément de salaire et pour les autres le moyen de faire fortune. De même, les extorsions souvent brutales des gouverneurs ont peu de choses en commun avec les accords clandestins passés entre les négociants et les douaniers.

3Le Français Th. Aube décrit bien cette ubiquité de la corruption :

  • 2 Th. Aube, « Manille et les Philippines » [1848], p. 349. Voir aussi J. A. Le Roy, The Americans in (...)

Cette corruption, cette avidité, ont tout envahi aux Philippines, marine, trésor public, douanes, administration civile, emplois militaires. Ici, c’est la frégate l’Esperanza, dont la construction a coûté à la colonie plus qu’à la France deux vaisseaux de ligne ; là, des jeunes gens de vingt et un ans, uniquement occupés de leurs plaisirs, ont les premières places de la cour des comptes ; dans les provinces ce sont les alcaldes transformés en agioteurs et en marchands. Ce sont les fonctionnaires de la douane qui, depuis le directeur-général jusqu’au simple gardien, vendent leur complicité au plus offrant, et au besoin font eux-mêmes de la contrebande. Par-dessus tout, c’est l’administration du tabac, où l’alcalde de Cagayán, collecteur général, a su se créer, en dehors de ses appointements fixes, un léger revenu de 12.000 piastres (un peu plus de 65.000 francs)2.

4Pourtant, le degré de corruption ou plutôt les formes de corruption répondent tout de même à des variables géographiques. Si l’on prend en compte uniquement les sommes en jeu, Manille concentre l’essentiel de la grande corruption, En revanche, les abus de pouvoir les plus éhontés, la violence la plus effrénée a pour cadre des provinces reculées, des fronts pionniers mal contrôlés par le pouvoir central comme Negros ou les districts politico-militaires de la cordillère centrale de Luçon. Les provinces cosecheras semblent aussi plus touchées du fait de la manne que représente le tabac pour des fonctionnaires corrompus.

  • 3 L. Álvarezy Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 30 ; T. de Comyn, Estado de las Islas Filipin (...)

5Il est évident de tous les fonctionnaires ayant servi aux Philippines ne se sont pas comportés comme des prédateurs, mais le regard porté sur ces employés honnêtes confirme indirectement l’ampleur du mal. Même les auteurs les plus critiques à l’égard de l’administration coloniale reconnaissent les qualités d’honnêteté et de sérieux de certains hauts fonctionnaires3. Pourtant, ces derniers sont systématiquement individualisés et présentés comme des exceptions qui confirment la règle :

  • 4 E. Plauchut « L’Archipel des Philippines » [1877], p. 903. Voir aussi MAE, CPC, sous-série Espagne, (...)

En 1860, on citait un alcalde dans les Visayas qui, après un séjour de cinq ans aux Philippines, était retourné en Europe comme il en était venu, c’est-à-dire pauvre et sans fortune, rara avis !4

  • 5 Cet ingénieur militaire, neveu du gouverneur général Enrile, est gouverneur d’Albay à partir de 183 (...)
  • 6 Il est gouverneur de la province d’Ilocos Norte en 1894-1895et des deux provinces d’Ilocos en 1898.
  • 7 Ferdinand Blumentritt (La Solidaridad, 4[79], 15 mai 1892, p. 226), dont les idées progressistes so (...)

6On retient le nom de ces employés intègres exactement comme on peut le faire pour les fonctionnaires corrompus dans les administrations où l’honnêteté domine. Citons, à titre d’exemples de probité, José María Peñaranda5, Manuel de Azcárraga y Palmero ou José de la Herran y Lacoste pour la province de Manille, Enrique Polo de Lara6, ou Manuel Scheidnagel7.

  • 8 Il s’agit de José Crame (1864-1865) Joaquín Vidal y Mellado (1865-1866), Atilano Romay (1866 et 186 (...)
  • 9 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour l (...)

7Les méthodes de corruption ont une remarquable capacité à se reproduire dans l’espace et dans le temps, au point d’acquérir le statut d’institutions ou tout au moins de traditions que des générations de fonctionnaires se transmettent. Une anecdote permet de souligner l’omniprésence et la continuité des comportements déviants. À la fin des années 1860, une enquête de routine menée dans la province de Negros révèle que les six gouverneurs8 qui se sont succédé à la tête de la province entre 1864 et 1868 ont commis des malversations et des abus de pouvoir plus ou moins graves. À l’évidence, il ne peut s’agir d’une coïncidence et l’inspecteur chargé de vérifier les comptes de la province, Antonio Keyser9, remarque fort justement :

  • 10 « O hay que suponer que la raza humana ha llegado al último límite de la abyección, o la que es má (...)

Soit il faut supposer que la race humaine a atteint l’ultime degré de l’abjection, soit – et c’est le plus probable – il faut supposer qu’aux quelques personnes qui sacrifient leur honneur au lucre viennent s’ajouter de graves défauts et un manque d’organisation dans la branche de l’administration locale10,

8Cette citation souligne que la corruption, dans les Philippines du XIXe siècle, n’est pas un fait anecdotique et inhérent aux faiblesses de la nature humaine. Il s’agit bien d’un problème structurel dont l’explication ne peut être que globale. Selon Ángel Avilés, l’absence de sens moral s’est infiltrée au plus profond du corps social, comme la lèpre :

  • 11 « Fuera de los jesuitas y de otros religiosos – no todos par desgracia – es aquí rara avis la pers (...)

En dehors des jésuites et d’autres religieux–malheureusement pas tous – la personne qui vit comme il faut est ici un oiseau rare11.

9L’infection constante de certains échelons, comme les provinces et les communes, ou de certains corps, comme les douanes, la perpétuation de certaines malversations fort anciennes, comme les détournements de tributs, soulignent l’importance des éléments de continuité avec les premiers siècles de la domination espagnole. On ne peut pour autant conclure à une simple permanence de mauvaises habitudes acquises dans le passé. Ainsi, l’évolution du contexte historique global entraîne de profondes évolutions dans les types de corruption : les malversations inhérentes au galion de Manille disparaissent tandis que le monopole des tabacs est progressivement gangrené ; sa suppression, en 1881, entraîne du même coup la disparition des pratiques délictueuses qui lui étaient associées ; les alcaldes mayores sont contraints, après 1844, de chercher d’autres sources d’enrichissement que le commerce. C’est justement cette capacité de la corruption à s’infiltrer dans les nouveaux échelons mis en place au cours du siècle et à s’adapter aux multiples réformes qui explique l’importance du phénomène à la fin du XIXe siècle.

  • 12 AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11.

10Tout laisse donc penser que nous avons affaire à un système de corruption où l’illicite est devenue la norme, où les fonctionnaires corrompus se couvrent les uns les autres, collaborent parfois pour exploiter une niche ou, au contraire, s’affrontent pour avoir une plus grande part du gâteau. Les liens de connivence qui peuvent unir certains gouverneurs véreux et certains magistrats communaux philippins, la régulation et la tarification occulte des services que l’on pressent dans les douanes, montrent clairement que la corruption est institutionnalisée. Les structures de la corruption restent en place quelle que soit la moralité du fonctionnaire nouvellement nommé. S’il refuse de s’associer aux pratiques malhonnêtes, les pratiques continuent à son insu ou sont mises en sommeil en attendant la mutation d’un fonctionnaire moins intègre. S’il décide de participer à la fête, les choses peuvent aller très vite : Juan Crisóstomo Gómez Gordillo, nommé alcalde mayor de la province de Camarines Sur en décembre 1886, est rappelé à Manille en décembre de l’année suivante pour répondre à la bagatelle de vingt-huit chefs d’accusation12.

11L’administration coloniale espagnole aux Philippines constituerait une des ces « formations historiques originales » comparables au Bas-Empire romain :

  • 13 P. Veyne, « Clientèle et corruption au service de l’État », p. 353.

Quand les choses en viennent à ce point, il ne faut pas pader d’abus, de corruption : il faut admettre qu’on a devant soi une formation historique originale. Non pas une administration qui était corrompue, mais un racket que l’État employait pour administrer l’Empire. Parler d’administration corrompue, c’est séparer le bien et le mal, l’essence de l’accident ; parler de racket, c’est décrire le fonctionnement et expliquer lesdits abus13.

12Reste bien évidemment à comprendre les causes qui ont présidé à la mise en place de ce système et à sa perpétuation.

  • 14 F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], p. 251.

13Au-delà de la description des formes et des méthodes de la corruption, se pose le problème essentiel de la validité et de la représentativité de nos sources. Remarquons tout d’abord que les sources d’archives confirment à première vue les descriptions très pessimistes des observateurs étrangers et de certains auteurs espagnols, La administración de Filipinas no puede ser más viciosa, más infeliz, más funesta (« L’administration des Philippines ne peut pas être plus vicieuse, plus malheureuse, plus funeste ») écrit par exemple Francisco Cañamaque14.

14En second lieu, les gouverneurs de province et, plus généralement, les formes de corruption associées à l’abus de pouvoir semblent nettement sur-représentés dans la documentation sur laquelle est fondé notre inventaire. Nos sources pourraient être comparées à un bien curieux filet qui attraperait systématiquement certaines espèces de poissons et pas les autres, qui piégerait du menu fretin et laisserait passer entre ses mailles de très belles pièces. Il est donc important de s’interroger sur les modalités de production de nos sources pour comprendre pourquoi certains fonctionnaires sont incriminés et pas d’autres.

  • 15 Le décret de juin 1880 qui complexifie les modalités de confirmation des titres de propriété et de (...)

15De même, certaines formes de corruption sont pratiquement absentes des documents alors que l’on peut être certain qu’elles étaient fréquentes. Comment expliquer par exemple la constitution de vastes haciendas sans supposer que les titres de propriété de terrains domaniaux ont été vendus de manière illégale et sans doute surfacturée ? Comment les grands propriétaires parviennent-ils à obtenir des titres de propriété légaux pour des terres spoliées aux humbles défricheurs ? Ni le fonctionnaire qui a empoché le pot-de-vin, ni le riche Philippin qui l’a soudoyé n’ont évidemment intérêt à laisser des traces de l’échange clandestin et, si les plaintes ou les réclamations sont nombreuses, les grands propriétaires savent quel langage tenir aux juges15. L’analyse globale du phénomène est donc biaisée au profit des formes les plus voyantes et les plus brutales.

  • 16 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du 24 avril 1891, f° 338V°.
  • 17 Littéralement « se goinfrer d’argent » (MN, volume 2441, doc 24 « Discurso sobre el estado actual d (...)
  • 18 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 6 février 1896, f° 235v°.

16On remarque enfin un fait assez étonnant, au moins à première vue. Alors que la corruption est en général un sujet sensible, voire tabou, les sources sont ici variées et abondantes. Les fonctionnaires coloniaux n’éprouvent pas une gêne insurmontable lorsqu’il s’agit de reconnaître l’emprise de la corruption sur l’administration coloniale16. Bien mieux, les corrompus eux-mêmes ou tout au moins une partie d’entre eux ne prennent qu’un soin très limité pour camoufler leurs agissements. Les alcaldes mayores de la première moitié déclarent ouvertement que leur objectif premier est d’ingurgitarse de plata17, certains hauts fonctionnaires de la fin du siècle se glorifient ouvertement de leurs tripotages18. À la fin des années 1880, le consul de France à Manille a tout simplement peur de ne pas être pris au sérieux tant les faits qu’il rapporte peuvent sembler exagérés :

  • 19 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 38 du 19 mars 1889, rapport du consul Fradin sur l’a (...)

Je prie Votre Excellence de croire que je n’exagère rien ; je sais bien qu’il m’arrivera souvent, au cours de ces études sur l’organisation des Philippines, d’émettre des opinions, de citer des faits qui paraîtront difficilement admissibles, mais il faut partir de ce principe que tout est possible ici en matière administrative ou judiciaire et, pour donner au département une idée aussi complète, aussi exacte que possible de l’état actuel du pays, il m’a paru préférable de ne rien passer sous silence, de ne rien atténuer19.

17L’ampleur même du phénomène explique certainement cette absence de pudeur, de mesure et de censure : la corruption est tout simplement banale, elle gêne sans nul doute les nombreux fonctionnaires coloniaux qui parviennent à rester honnêtes, mais elle fait partie de leur horizon quotidien. Au-delà, l’impudence peut être due à un fort sentiment d’impunité qui rend inutile le camouflage et la sophistication : la transparence dans le délit, le caractère brutal et rustique du pillage laissent penser que les fonctionnaires corrompus jouissent d’une impunité certaine, soit parce que les procédures de contrôle et de punition ne fonctionnent pas bien, soit parce que les victimes de leurs agissements ne peuvent pas ou ne veulent pas se plaindre. Ces deux strates, les déficiences de la sanction judiciaire et l’insuffisance de la réprobation morale sont l’objet des deux parties suivantes.

Notes

1 D. Rivet, « Le fait colonial et nous », p. 136.

2 Th. Aube, « Manille et les Philippines » [1848], p. 349. Voir aussi J. A. Le Roy, The Americans in the Philippines [1914], t. I, p. 52 ; D. C. Worcester, The Philippines Islands and their People [1898], p. 468.

3 L. Álvarezy Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 30 ; T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 139 ; J. A. Le Roy, The Americans in the Philippines [1914], t. 1, p. 52.

4 E. Plauchut « L’Archipel des Philippines » [1877], p. 903. Voir aussi MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, f° 207. J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], p. 112, force à l’évidence le trait lorsqu’il affirme : « Natural es que haya habido honrosas excepciones ; pero son tan raras, que en tres siglos de dominacíon, estoy seguro no ha habido un ciento de ellas. »

5 Cet ingénieur militaire, neveu du gouverneur général Enrile, est gouverneur d’Albay à partir de 1834. Il a réalisé une oeuvre considérable dans la péninsule de Bicol, en particulier dans les domaines des transports et de la défense des rivages contre les incursions des pirates moros. Voir : F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], pp. 100-101 ; N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 236 et les articles de Francisco Mallari, « Camarines Towns. Defenses Against Moro Pirates », Philippine Quarterly of Culture and Society, 17(1), 1989, pp. 41-66 et « Peñaranda and the Bicol Defense System », Kinaadman, 14(2), 1992, pp. 105-122.

6 Il est gouverneur de la province d’Ilocos Norte en 1894-1895et des deux provinces d’Ilocos en 1898.

7 Ferdinand Blumentritt (La Solidaridad, 4[79], 15 mai 1892, p. 226), dont les idées progressistes sont très éloignées de celles de Scheidnagel reconnaît que ce dernier a été salué unanimement comme un gouverneur « honrado, enérgico, activa é ilustrado, cuatro cualidades que no suelen reunirse todas, pues suele faltar una, dos y á veces tres, en las autoridades de Filipinas ». Pour d’autres exemples, voir E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 123 et 129-130.

8 Il s’agit de José Crame (1864-1865) Joaquín Vidal y Mellado (1865-1866), Atilano Romay (1866 et 1867) Juan Gil y Montes (1866-1867), Antonio Vázquez Cuenca (1867), Eugenio Serrano (1867-1868). Certains n’ont exercé les charges de gouverneur qu’à titre intérimaire.

9 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868. Le rapport de Keyser date du 14 juin 1871. En 1877, une seconde commission d’inspection, sous la direction de Pedro Vermeil, confirme en grande partie les conclusions de Keyser. Le montant total des détournements est estimé à 57.000 pesos dans un premier temps, puis à 25.500 pesos.

10 « O hay que suponer que la raza humana ha llegado al último límite de la abyección, o la que es más probable, que a la existencia de algunos hombres que a su honra prefieren el lucro se unen grandes defectos, falta de organización en el ramo de Administracíon local. » Voir aussi AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 10, lettre du gouverneur général Francisco Alcalá du 24 août 1842.

11 « Fuera de los jesuitas y de otros religiosos – no todos par desgracia – es aquí rara avis la persona que vive como Dios manda. » FAM, leg. 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 13 juillet 1893.

12 AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11.

13 P. Veyne, « Clientèle et corruption au service de l’État », p. 353.

14 F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877], p. 251.

15 Le décret de juin 1880 qui complexifie les modalités de confirmation des titres de propriété et de concession des terres vierges accentue encore la corruption dans ce domaine. La spoliation foncière opérée par les planteurs de canne à sucre de Negros a été bien étudiée ; voir, en particulier, A. W. Mccoy, « A Queen Dies Slowly », pp. 317-322 et F. V. Aguilar, Clash of Spirits, pp. 110-116.

16 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du 24 avril 1891, f° 338V°.

17 Littéralement « se goinfrer d’argent » (MN, volume 2441, doc 24 « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832, f° 11). Curieusement, l’expression « bouffer l’argent » est d’usage fréquent en Afrique noire pour désigner l’action des fonctionnaires ou des hommes politiques corrompus (Voir Richard Banégas, « “Bouffer l’argent“. Politique du ventre, démocratie et clientélisme au Bénin », dans Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki [éd.], Le clientélisme dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Politique d’aujourd’hui », 1998, pp. 75-109).

18 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 6 février 1896, f° 235v°.

19 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 38 du 19 mars 1889, rapport du consul Fradin sur l’administration provinciale des îles Philippines, f° 236.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search