Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Première partie

Chapitre iii

La gangrène des administrations centrales

Texte intégral

1Les sources, manuscrites ou imprimées, ont une forte tendance à se focaliser sur la corruption des administrations provinciales et locales alors que les mentions sur les bureaux centraux sont moins fréquentes ou moins précises. Ce déséquilibre s’explique par la visibilité immédiate de la corruption dans les provinces : les gouverneurs, leurs hommes de main et leurs émules communaux ne prennent guère soin de camoufler leurs délits, et la logique même de l’intimidation des administrés suppose, pour être efficace, de donner au contraire une publicité certaine à l’abus de pouvoir. En revanche, l’exploration de la corruption à Manille nous fait pénétrer dans un monde beaucoup plus discret où les pratiques irrégulières prennent des formes feutrées et plus sophistiquées, où les méthodes sont moins violentes et plus proches de la forme moderne d’un échange entre corrupteur et corrompu, où les montants en jeu sont souvent sans commune mesure avec ceux évoqués jusqu’ici.

2Cependant, un faisceau de témoignages, de rumeurs, de scandales révélés ou étouffés laisse entrevoir l’ampleur de la gangrène, en particulier dans un certain nombre de secteurs particulièrement exposés. Ces bureaux occupent une position stratégique qui les rend particulièrement vulnérables à la malversation. Certains sont appelés à manier des fonds d’un volume très important, d’autres, par leurs attributions, sont mis au contact des milieux économiques et d’affaires de la colonie. Le péculat, dans le premier cas, et le trafic d’influence, dans le second, tentent continuellement les employés. Chaque administration corrompue occupe une niche singulière, une rente qu’elle exploite selon des méthodes particulières, elle doit donc faire l’objet d’une analyse individualisée même si, dans un dernier temps, nous reviendrons sur l’importance de la collaboration entre les fonctionnaires coloniaux et certains milieux économiques.

I. – L’administration des finances

  • 1 AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 5 et 10, voir infra pp. 93-94, les détails de cette affaire.

3Les fonctionnaires des finances constituent bien évidemment un morceau de choix dans l’étude des systèmes corrompus parce qu’ils manipulent des sommes considérables. Deux problèmes compliquent cependant la tâche. En premier lieu, ces fonctionnaires sont au fait des règles de comptabilité et, s’ils sont malhonnêtes, ils connaissent parfaitement les méthodes de manipulation des documents comptables. Ainsi, au début des années 1840, les fonctionnaires du monopole des tabacs suspectés de corruption utilisent une stratégie de défense digne de céphalopodes jetant leur encre : ils embrouillent à merci les comptes et utilisent avec habileté les complexités des règlements pour dissimuler la prévarication1.

  • 2 AHN, 5157, exp. 10, lettre du gouverneur général Francisco Alcalá au Secretario de Estado y del Des (...)

4En second lieu, l’administration des finances jouit, tout au long du siècle, d’une assez grande autonomie à l’égard du gouvernement général et des services centraux comme la Dirección General de la Adminitración Civil. Cette relative indépendance facilite les turpitudes, mais elle agace aussi au plus haut point l’exécutif colonial et il n’est pas exclu que ce dernier ait tendance à exagérer le degré de corruption afin d’obtenir des mesures de centralisation2.

5Si l’on en croit le gouverneur général Juan de Alaminos, les finances coloniales sont totalement gangrenées au milieu des années 1870. Son diagnostic a le mérite de ne pas tomber dans l’euphémisme :

  • 3 « La Hacienda está completamente perdida. La Caja de Fondos Locales es una verdadera caja de Pandor (...)

L’administration des finances est dans un état désespéré. La Caja de Fondas Locales est une véritable boîte de Pandore [...] Cette administration est un abîme dans lequel viennent se perdre les deniers publics. Détournements sur détournements, infractions sur infractions, scandales sur scandales !3

  • 4 AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 17, lettre du gouverneur général Narciso Claven’a, 16 juillet 1844.

6D’autres hauts fonctionnaires du XIXe siècle partagent ce jugement extrêmement pessimiste4 et la lettre confidentielle du gouverneur général Moriones (voir l’annexe IV, pp. 395-397) décrit avec une rare virulence le comportement de la majorité des employés de l’économie et des finances. Quelques dossiers d’archives permettent de préciser l’ampleur et les mécanismes d’une corruption profondément enracinée.

  • 5 J. Cabezas de Herrera, Apuntes históricos sobre la organización político-admimstrativa [1883], p. 1 (...)

7Dans les provinces, l’administration des Finances est confiée à un administrateur qui est en général aussi trésorier, un interventor (« contrôleur ») et un responsable des régies (almacenero de efectos estancados)5. Une relative autonomie à l’égard du gouverneur protège, au moins en théorie, les caisses royales de la rapacité des gouverneurs, mais, inversement, elle facilite la prévarication par les officiers de finances eux-mêmes.

  • 6 Ils sont condamnés en 1886 par le Tribunal des Comptes des Philippines mais, à cette date, ils sont (...)
  • 7 AHN, Ultramar, leg. 2237, il est condamné en 1882 à six années de presidio (travaux forcés).
  • 8 AHN, Ultramar, leg. 2239, la malversation est sanctionnée par une peine de neuf années de prison. L (...)

8Ainsi, certains fonctionnaires détournent avec une facilité déconcertante des sommes souvent considérables. José de Pastors et Juan R. Romero, respectivement administrateur et contrôleur de la province d’Iloilo, auraient ainsi laissé un trou de 9.000 pesos dans les caisses de la province6. Basilio Gloria, un métis chinois contrôleur des rentas estancadas dans la province de Batangas mais aussi négociant en café et en sucre, utilise les fonds publics, pour un montant d’un peu moins de 38.000 pesos, pour rembourser ses dettes privées7. Dans cette même province, Rafael Gandolfo, administrateur et espagnol péninsulaire, est condamné pour un détournement de près de 11.000 pesos dans la caisse réservée aux frais de fonctionnement des paroisses (sanctórum)8. Pour prendre la mesure de ces péculats, il suffit de rappeler qu’un fonctionnaire des catégories impliquées dans ces affaires touche, au mieux, entre 1.000 et 2.000 pesos par an.

  • 9 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 101 ; J. Cabezas de Herrera, Apuntes históricos sobre la (...)
  • 10 Il a à sa charge toute l’administration financière de la colonie, à l’exception des dépenses milita (...)
  • 11 Le dossier est conservé dans le carton AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 17. La dépêche du consul A, F (...)

9Cependant, les plus gros poissons nagent dans les eaux troubles des administrations de la capitale et cette tendance semble s’accentuer du fait de la centralisation croissante de la trésorerie à Manille, voire à Madrid9. Le scandale mis à jour par le gouverneur général Narciso Clavería en 1844 montre clairement qu’à certains moments au moins, les plus hauts responsables de l’administration des finances ont participé à des opérations de corruption de très grande ampleur. Dans un premier temps, le premier secrétaire de la Surintendance, Pascual del Castillo, et l’assesseur de l’Intendance, Ramón Alonso de la Heras, sont arrêtés, mais il apparaît rapidement que le surintendant des finances10 et comisario regio (« commissaire royal ») aux Philippines, Félix Olhaberriague y Blanco, est aussi compromis dans l’affaire11.

  • 12 L’argent détourné est ensuite transféré en Péninsule grâce à des lettres de change tirées par des m (...)
  • 13 Ces fonctionnaires sont nommés par Madrid, mais leur poste est en général déjà occupé à leur arrivé (...)

10Les deux accusés, avec le soutien actif d’Olhaberriague, ont mis en place un véritable système de racket au sein de l’administration. Ils prélèvent une commission fixe de 15 % pour débloquer les fonds correspondant à certains ordres de paiement (libranzas)12. Ils arrêtent aussi des poursuites contre paiement. Enfin, ils exercent un véritable chantage sur les fonctionnaires nouvellement nommés dans l’Archipel : ces derniers doivent payer plusieurs centaines de pesos pour avoir l’assurance d’entrer rapidement en fonction13.

  • 14 Sur les suites judiciaires de cette affaire, voir la p. 215. Notons simplement que Pascual del Cast (...)

11Le témoignage d’une des victimes, l’alcalde mayor de la province de Tondo, Pedro Encina, est particulièrement intéressant et précis. Il affirme avoir versé 1.000 pesos à la Surintendance pour continuer à s’occuper de la capitation des Chinois alors qu’un autre fonctionnaire a été officiellement nommé à ce poste. Le montant du pot-de-vin et l’empressement d’Encina à le payer montrent clairement que cette responsabilité ne rapporte pas que des honneurs... Encina donne, ce qui est très rare dans les dossiers consultés, des détails sur l’acte de corruption lui-même. Il se déroule dans le bureau du secrétaire del Castillo, lorsque les deux hommes sont seuls : Encina laisse tomber dans le tiroir de la table un rouleau de pièces. Dans une autre occasion, le corrupteur place l’argent, en l’absence du corrompu, dans une boîte à cigares posée sur un buffet14.

  • 15 R. Gonzalez y Martin, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 180-181. L’auteur est à Manille à cett (...)
  • 16 La bibliothèque nationale de Manille (PNL) conserve un exemplaire imprimé, unique à ma connaissance (...)
  • 17 G. de Bérard, consul de France à Manille, décrit de manière assez détaillée le scandale dans deux d (...)

12Ces malversations sont des broutilles par rapport à l’affaire Rosales, la plus incroyable dont nous avons retrouvé la trace. Le scandale est découvert de manière fortuite : au début du mois de décembre 1894, le caissier de la Trésorerie générale de l’Archipel, Maximiano Rosales, est arrêté, lors d’un contrôle de routine, sur un navire à destination de Hong-Kong dont il avait soudoyé le capitaine pour qu’il le dépose discrètement à Amoy. Cette étrange fuite trouve très rapidement une explication : Rosales a détourné, depuis des années, des sommes faramineuses. L’affaire, dans un premier temps, fait scandale à Manille et même dans l’ensemble de la colonie parce que la presse accorde une large place à l’événement. Cette rupture de la conspiration du silence, pour le moins inhabituelle aux Philippines, ne dure que quelques jours : la censure réagit rapidement et la rumeur reprend ses droits15. En croisant les sources judiciaires16 et diplomatiques17, l’ampleur et les dessous du détournement apparaissent clairement ou, plus exactement, aussi clairement que des affaires aussi ténébreuses le permettent.

  • 18 De Bérard qualifie Rosales de métis, mais ses avocats affirment qu’il est indio. Ces derniers souti (...)
  • 19 À titre indicatif, les rentrées budgétaires de la colonie s’élèvent à 11 millions de pesos en 1884- (...)

13Le montant global des malversations perpétrées par ce Philippin18 avoisinerait la bagatelle d’un million et demi de pesos19. Ce chiffre est avancé par le consul de France et les avocats de Rosales le confirment, même s’ils tentent de le minimiser en affirmant que Rosales s’apprêtait, au moment de son arrestation, à reverser dans les caisses une partie du découvert.

  • 20 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, f° 240 v°.

14À un premier niveau d’analyse, les détournements révèlent les incroyables dysfonctionnements de la Trésorerie générale de la colonie. « Par une anomalie comme on n’en voit que dans ces Îles »20, Rosales avait un accès direct à l’ensemble des caisses du Trésor colonial alors que la séparation des fonds, la multiplicité des responsables et des procédures de contrôle auraient dû l’interdire ou, tout au moins, limiter les ponctions à une seule caisse :

  • 21 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 72, f° 243.

... Il est inouï d’assister au spectacle de trois caisses de l’État vidées par un individu presque étranger à l’administration, quand chaque chef de service de l’Intendance et de la DGAC est responsable administrativement, et qu’il y a un service d’inspection spécial pour surveiller ces caisses21.

  • 22 Proceso mstruido con motivo del desfalco de la Tesorería General de Hacienda de Filipinas [1896], p (...)

15La version des avocats donne d’intéressantes précisions sur la facilité avec laquelle les soustractions frauduleuses sont pratiquées : par son statut, Rosales n’a accès qu’à une partie des jeux de clefs des coffres, mais il dérobe les autres pour en faire des copies ; il vole des sacs de pièces d’argent et les remplace par d’autres remplis de monnaies de cuivre ; il transfère les fonds d’un coffre à l’autre pour éviter que les pertes ne soient trop voyantes22. La description des locaux est édifiante :

  • 23 « ... La Tesorería de Filipinas es un local de simple manpostería, guardado por una mala verja de h (...)

... La Trésorerie générale des Philippines est installée dans un édifice de maçonnerie ordinaire, protégé par une mauvaise grille en fer, et l’argent est déposé dans des coffres en bois de facture si grossière et si inadaptée qu’on les croirait plus destinés à un fenil pour chevaux qu’à la garde de grandes quantités d’argent23.

16La négligence des supérieurs directs de Rosales est donc flagrante, mais, inévitablement, l’ampleur de la malversation fait naître l’hypothèse d’une complicité active des vérificateurs. Le consul de France reprend, dans ses dépêches, des rumeurs qui courent alors à Manille. Une partie de ces bruits, selon lui, sont très vraisemblables parce qu’ils sont alimentés par des fuites en provenance de l’instruction :

  • 24 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, f° 24IV°. A. Bellessort, En escale [1900], pp. (...)

On pratique peu la discrétion administrative dans le personnel des colonies espagnoles et de toutes les découvertes que fait la justice en ce moment, il en transpire un certain nombre24.

  • 25 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, ffos 241IV°-242.

17Certaines personnalités de premier plan auraient été parfaitement au courant des malversations de Rosales et auraient profité de la situation pour exiger du caissier des « prêts » d’un montant considérable. De Bérard ne cite malheureusement qu’un nom : celui de l’ancien procureur de l’Audience de Manille, Agustín Isern, revenu dans la capitale de l’Archipel comme simple magistrat après un bref passage à La Havane. Isern, joueur invétéré et criblé de dettes, aurait fait chanter Rosales pour lui soutirer 40.000 pesos... En outre, Rosales, qui avait placé une partie de sa fortune dans l’immobilier, aurait acheté le silence de certains fonctionnaires en les logeant gratuitement dans une de ses vingt-deux maisons25.

  • 26 Selon les avocats, les sommes détournées par Rosales ne sont pas volées mais simplement empruntées. (...)

18Les allégations des avocats de Rosales confirment largement les informations réunies par le consul de France à Manille. Rosales, dès son entrée en fonction en 1884, commence à faire du commerce et toutes sortes d’affaires en utilisant les fonds dont il a la garde26. Très rapidement, il ne peut refuser les prêts gratuits sur la caisse sollicités par des fonctionnaires espagnols de peur que ces derniers ne découvrent l’importance des trous dans sa comptabilité ou l’empêchent de continuer ses juteuses spéculations. Bien entendu, Rosales est d’autant plus prodigue que les fonds prêtés ne lui appartiennent pas. Assuré d’une totale impunité, Rosales aurait, toujours selon ses avocats, perdu le sens de la mesure et des risques encourus. Il se serait lancé dans des opérations de plus en plus aventureuses à mesure que le déficit se creusait. Il aurait négligé de surveiller ses subordonnés, lesquels auraient eux-mêmes largement puisé dans les caisses... tandis qu’il ne pouvait révéler les malversations de ses supérieurs sans risquer des représailles. Les avocats sous-entendent donc que Rosales est loin d’être le seul concussionnaire : l’argument permet évidemment de rejeter la responsabilité sur d’autres employés, mais il ne manque sans doute pas de fondement.

  • 27 Le trésorier général, le sous-chef de l’inspection générale, l’ordonnateur général et les subaltern (...)
  • 28 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, ffos 241 et 243 ; MAE, CPC, nouvelle série Espa (...)
  • 29 Ses revenus annuels, au moment de son arrestation se seraient élevés à 40.000 pesos (Proceso mstrui (...)
  • 30 Décret royal du 12 novembre 1895, voir Proceso mstruido con mottvo del desfalco de la Tesorería Gen (...)

19Les suites judiciaires données à cet étonnant scandale confirment indirectement la thèse de la complicité ou tout au moins de la défaillance de certains hauts fonctionnaires. L’instruction est extrêmement lente. Les fonctionnaires les plus proches de Rosales sont logiquement mis en accusation27, mais, selon le consul de France, certains gros poissons parviennent à passer entre les mailles du filet28. Nous n’avons retrouvé aucune information sur le sort réservé à Rosales, mais le fait qu’il ait pu s’offrir les services d’une pléiade d’avocats de premier plan, à Manille comme à Madrid, laisse songeur sur le devenir de sa fortune après son arrestation29. La seule conséquence pratique de cette affaire est la publication, en 1895, de règles de comptabilité beaucoup plus contraignantes30.

20En résumé, l’affaire Rosales révèle la négligence ou l’incapacité des plus hauts fonctionnaires de la colonie et laisse planer un doute très sérieux sur la moralité d’une partie des instances supérieures. Un des arguments utilisés par les avocats de Rosales pour tenter d’atténuer la gravité du délit est révélateur de l’ampleur supposée de la gangrène : ils affirment qu’un trou considérable existait avant l’arrivée de Rosales et que le déficit a continué de se creuser rapidement après son arrestation. L’affaire Rosales n’aurait, selon eux, rien d’exceptionnel :

  • 31 « La notoriedad del asunto, la cifra enorme a que se supone asciende la defraudación, la importanci (...)

La notoriété de l’affaire, le montant énorme auquel s’élèverait la fraude, l’importance de la fonction qu’occupaient certains de ceux qui sont aujourd’hui compromis, donnent à ce scandale une ampleur en vérité imméritée. En effet, pour graves qu’ils puissent paraître à première vue, les faits jugés n’en sont pas moins des délits extrêmement fréquents31.

21Bien sûr, il s’agit d’une stratégie de défense, mais le simple fait que les avocats n’hésitent pas à l’employer en dit tout de même long sur la portée potentielle de l’insinuation dans l’esprit des juges chargés du cas Rosales : les contemporains, parfois à tort mais sans doute le plus souvent à raison, sont persuadés que les fonctionnaires se servent sans scrupules dans les caisses de la colonie.

II. – Le monopole des tabacs

  • 32 E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 35 et 42-43.

22Le monopole des tabacs, jusqu’à sa disparition au début des années 1880, mérite une mention spéciale dans le palmarès des administrations coloniales les plus malhonnêtes. La corruption l’a en effet gangrené très tôt et à tous les niveaux. Le gouvernement colonial avait pourtant, dès la fin du XVIIIe siècle, édicté de très nombreuses dispositions afin d’éviter les dérives inhérentes à un système coercitif et bureaucratisé de ce type et afin de contrôler le comportement des employés en qui elle n’avait, à juste titre, qu’une confiance très limitée32.

  • 33 Dans les îles Visayas, la culture du tabac est libre mais uniquement pour l’auto-consommation. En t (...)
  • 34 Toutes les forces de sécurité publique de la colonie ont la réputation d’abuser de leur pouvoir et (...)
  • 35 Rapport de la Junta general de reformas chargée de la réforme des finances coloniales, 29 octobre 1 (...)

23Les observateurs du XIXe siècle sont frappés par l’omniprésence de la contrebande du tabac dans la colonie et les travaux des historiens confirment l’importance de ce commerce interlope. L’interdiction de produire du tabac en dehors des provinces cosecheras33, l’obligation de fumer des produits vendus par le monopole même dans les zones de production, la mauvaise qualité du tabac proposé par l’administration engendrent la mise en place de circuits parallèles. À son tour, la lutte contre la contrebande, confiée à des forces mal payées et mal encadrées, le resguardo, offre de multiples occasions de vexations et de corruption. Les carabiniers sont haïs dans les campagnes philippines parce qu’ils profitent de leur pouvoir pour extorquer à la population de l’argent ou des biens en nature lors des perquisitions domiciliaires ou aux barrages établis sur les voies de communication34. Les surveillants des manufactures des tabacs abusent aussi de leur pouvoir sur les ouvrières et les ouvriers. À chaque étape de la production et de la commercialisation, les meilleurs cigares sont systématiquement détournés pour la consommation privée35.

  • 36 J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de las Islas Filipinas [1893], t. I, pp. 251-254, 377-378, et 406- (...)
  • 37 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les (...)
  • 38 J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de lus Lias Filipinas [1893], t. t, pp. 378-380 et 447.

24En amont, la réception du tabac par les acheteurs du monopole (acopiadores) donne lieu à des trafics scandaleux. Les acopiadores ont pour habitude d’acheter aux cultivateurs le tabac de première catégorie au prix du deuxième choix pour l’introduire ensuite dans les magasins de l’État au prix fort et empocher la différence. Quelle que soit la qualité de sa récolte, le producteur doit de toute façon graisser la patte de l’employé pour que ce dernier l’accepte. Afin d’éviter d’être dénoncé, le contrôleur ferme les yeux sur des produits impropres à la consommation. Pour s’en sortir, les cultivateurs doivent faire de la contrebande et donc acheter le silence des carabiniers corrompus. Les meilleures feuilles sont détournées tout au long de la chaîne qui conduit des provinces aux manufactures et elles vont alimenter un marché noir florissant dont les initiateurs et les protecteurs sont parfois les fonctionnaires coloniaux eux-mêmes36. À la veille de la suppression du monopole, ces pratiques ont toujours cours37. Les abus sont exactement les mêmes pour les monopoles des alcools et celui des noix d’arec38.

  • 39 E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 86-87.
  • 40 AHN, 5157, exp. 5 et 10. Le dossier5porte principalement sur les malversations dans la province de (...)

25En sus de cette corruption quotidienne et en général de petite envergure, certains fonctionnaires coloniaux se sont livrés à des détournements massifs et ce dès les premières années d’existence du monopole39. Lorsque le gouverneur général Francisco Alcala et l’intendant des finances Juan Manuel de Matta réalisent, au début des années 1840, un audit du monopole des tabacs, ils découvrent que des Enemigos del Estado (sic) ont, à partir de 1837, littéralement pillé cette branche pourtant essentielle de l’économie et des finances coloniales40. L’ensemble de la direction du monopole est, de près ou de loin, compromise dans ces malversations organisées par des hauts et des moyens fonctionnaires en poste dans les provinces productrices et à Manille.

26Dans la principale province de production, Cagayan, le gouverneur et collecteur Francisco Placido de Orbeta a mis sur pied des trafics éhontés sur la qualité et le poids du tabac. Les fardos (« ballots ») de cinquième catégorie destinés à la métropole dont le poids théorique est de 38 livres pèsent en réalité moins de la moitié (18,28 livres). La comptabilité est bien sûr tenue en fardos et non en fonction du poids réel. La fraude, pour la seule année 1842, représenterait la bagatelle de 114.881 pesos et la malversation remonterait au moins à 1838... Le trucage est grossier mais habile parce même les producteurs n’ont pas intérêt à le révéler. En effet, ils profitent indirectement du détournement puisque des fardos plus légers que la normale sont acquis par le monopole au tarif habituel. Les fonctionnaires de Cagayan trichent aussi sur la qualité des feuilles et de véritables déchets sont empaquetés comme tabac d’exportation vers la métropole.

  • 41 Gregorio Kerr et José Victoriano Labadía en particulier. L’enquête n’établit pas le degré réel de c (...)
  • 42 Les fonctionnaires mettent à la disposition de ces négociants corrompus les marques royales de labe (...)

27À Manille, les autorités supérieures du monopole, le précédent intendant (Luis Urrejola), les directeurs41 et les comptables, ont fait preuve d’une coupable passivité voire, pour certains, d’une complicité active. L’enquête du gouverneur général Francisco Alcalá permet la découverte de très graves dysfonctionnements au sein de la branche des magasins et des manufactures des tabacs de la capitale. Le tabac de qualité supérieure est systématiquement détourné par les hauts fonctionnaires. Cette fraude massive profite à des négociants étrangers complices. En se procurant les meilleures feuilles au meilleur prix, ces derniers parviennent à dominer le marché42. Selon le gouverneur général Alcala, les conséquences sur la Renta de Tabacos sont dramatiques : à l’exportation, les quantités disponibles s’effondrent, le renom du tabac philippin est durablement affecté, les manufactures espagnoles reçoivent des feuilles inutilisables et les consommateurs philippins refusent de fumer des cigares d’aussi mauvaise qualité.

  • 43 La lettre confidentielle de Moriones au ministre d’Outre-Mer est reproduite dans l’annexe IV, pp. 3 (...)

28Ces détournements ont perduré et, comme le souligne la lettre du gouverneur général Moriones de 1877, la corruption n’est pas étrangère aux considérables difficultés financières que connaît le monopole des tabacs dans les dernières années de son existence, même si la cause principale reste les ponctions financières excessives de la métropole sur sa colonie43.

  • 44 AHN, 2229, exp. 18, plainte du 20 juillet 1877, Sur les règlements de comptes entre fonctionnaires, (...)

29Les graves accusations de Manuel Blanco y Valderrama vont dans ce sens. Gouverneur par intérim des Philippines en 1874, il dit avoir découvert d’importantes malversations sur les fonds destinés au paiement du tabac pour les provinces de Cagayan et La Isabela. Un fonctionnaire chargé du transport de l’argent, Pancracio Álvarez Llana, aurait ainsi détourné 83.000 pesos des 500.000 destinés aux cultivateurs. Ce témoignage doit cependant être pris en compte avec la plus grande prudence car, au moment où il le formule, Blanco y Valderrama a été démis de ses fonctions par le nouveau gouverneur général Malcampo et il n’est pas exclu qu’il cherche ainsi à régler des comptes ou à se protéger en attaquant à son tour44.

III. – Les douanes

30À l’époque moderne, les douanes coloniales espagnoles avaient la réputation d’être incapables de lutter contre la fraude et, bien souvent, d’être de connivence avec les contrebandiers : la douane de Manille de l’époque du galion d’Acapulco pourrait constituer un exemple emblématique de cette subversion des règlements par les propres douaniers. Tout indique que cette tradition de fraude douanière se perpétue au XIXe siècle, même si les méthodes évoluent sensiblement, ne serait-ce que pour s’adapter aux mutations du négoce et du cadre législatif.

  • 45 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 8 ; M. A. Hamm, Manila and the Philippine [1898], pp. 9-1 (...)
  • 46 Les voyageurs, par exemple, ne peuvent descendre à terre avec plus d’effets personnels que le conte (...)

31La lenteur et la complexité des procédures d’entrée dans la colonie, la paresse et la mauvaise volonté des douaniers ont été dénoncées ou moquées par bien des voyageurs au point de devenir un des clichés des récits de voyages aux Philippines, entre la belle métisse et le moine gourmand45. Pourtant, ces témoignages ne semblent pas exagérés et les règlements ou les formulaires à renseigner sont effectivement d’une complexité qui dépasse l’entendement46.

  • 47 « Moción presentada a la Cámara de Comercio de Manila », La política de España en Filipinas, 2(26), (...)

32Tout d’abord, l’intransigeance des douaniers et leur opposition à toute tentative de simplification des procédures s’expliquent par le pourcentage parfaitement légal qu’ils perçoivent sur les amendes infligées47. Cependant, cette manie du règlement et de la chicane cache bien souvent une malhonnêteté calculée. En effet, la surcodification des opérations permet aussi de mettre à coup sûr les voyageurs et les commerçants dans l’illégalité. Il est ensuite très facile d’utiliser le chantage pour fermer les yeux sur les inévitables irrégularités ou de prélever un pot-de-vin pour simplifier les formalités administratives et donc accélérer les procédures.

  • 48 Ils utilisent la menace d’une mise en quarantaine du navire.
  • 49 A. Bellessort, En escale [1900], p. 216. Voir aussi G. Bousquet, « De Yeddo à Paris. Notes d’un pas (...)

33Selon André Bellessort, par exemple, les douaniers, les carabiniers et les médecins du port de Manille48 sont à l’affût du moindre profit illicite que leur pouvoir de nuisance pourrait leur procurer49. Pour les plus gradés ou les plus gourmands, le racket est une affaire rentable :

  • 50 L’auteur décrit ici la passion des Espagnols pour les bijoux.
  • 51 A. Bellessort, En escale [1900], p. 245.

La douane surtout se distingue par la richesse de ses joyaux50 : ses officiers sont tous mariés à la contrebande et ne mettent aucune vergogne à porter sur eux leur corbeille de noces51.

  • 52 Les exemples présentés ici sont tous localisés à Manille, mais tout laisse penser que les douaniers (...)

34Les capitaines des navires sont placés devant l’alternative suivante : soit ils acceptent que le douanier contrôle minutieusement la concordance entre le chargement et la déclaration et ils sont alors certains que le fonctionnaire découvrira matière à amendes et surtaxes, ne serait-ce que parce que le poids de bien des produits varie en fonction du degré d’humidité, soit ils optent pour une procédure « allégée » et consentent alors à graisser la patte de l’inspecteur52.

  • 53 MAE, CGC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du 30 janvier 1842 de A. Fabre, élève consul gérant d (...)
  • 54 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du consul A. Fabre du 23 août 1844, f° 216v°.

35Plus grave encore, de nombreux fonctionnaires semblent avoir directement encouragé la contrebande en fermant les yeux, contre paiement, sur les registres frauduleux présentés par les négociants complices pour éviter de payer des droits élevés. Dès le début des années 1840, le système est parfaitement institutionnalisé et l’essentiel de la contrebande passe par la douane où une espèce de tarif règle les transactions entre corrupteurs et corrompus. L’essentiel de la fraude porte sur les importations parce que les droits sont beaucoup plus élevés sur ces articles que sur les produits d’exportation53. Selon le consul de France A. Fabre, « Manille a déjà beaucoup d’un port franc »54.

36Un demi-siècle plus tard, la douane de Manille est toujours aussi corrompue et la situation a peut-être même empiré parce que la brusque hausse des tarifs douaniers sur les produits importés d’origine non-métropolitaine, décrétée en 1891, encourage la sous-évaluation des déclarations en douane. Le consul de France de Bérard décrit avec précision les mécanismes de l’extorsion douanière :

  • 55 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 20 juin 1896, f° 305. Voir aussi (...)

Le nombre de pas et de démarches que nécessite la moindre opération d’envoi ou de réception de marchandises est inouï, et bien superflu. Qu’arrive-t-il, en effet ?
Les importateurs de cette ville sont forcés de s’adresser à des agences en douane qui se chargent de remplir toutes les innombrables formalités indispensables. Administrativement, tout semble aller d’une manière très correcte ; mais, dans la pratique, il en est tout autrement.
Les agences, après des essais répétés, en sont arrivées aujourd’hui à s’arranger avec les inspecteurs des douanes et les commerçants, afin de ne faire payer à ces derniers que 50 ou 60 pour cent au plus des droits d’entrée qu’ils devraient acquitter pour l’importation de certains produits étrangers. Le trésor espagnol perd bien entendu cette différence de droits perçus en moins.
Une réforme indispensable et qui est à l’étude en ce moment, c’est celle de la révision des formalités de douane dans ce port, à laquelle il conviendrait encore plus d’ajouter celle qui consisterait à former une administration intègre. Il est inconcevable, en effet, que tous les inspecteurs de douane, dont les traitements sont très peu élevés puissent, sans attirer l’attention de l’autorité supérieure, dans une ville où tout se sait, se livrer à des dépenses qui représentent quatre ou cinq fois les sommes qu’ils reçoivent de l’État. Un des derniers administrateurs de la Douane de Manille n’avouait-il pas, au moment de son départ pour l’Espagne, qu’il avait pu réaliser seulement une quarantaine de mille piastres d’économies, et cela en moins de dix-huit mois. Il est vrai qu’il en est de même à tous les degrés de l’échelle administrative, dans cette colonie55.

  • 56 Voir pp. 260-261.

37Dans le dernier quart du siècle, la contrebande des pesos mexicains est le meilleur exemple de l’ampleur des réseaux de fraude mis en œuvre par certains négociants et de la passivité, parfois coupable, des douaniers. Les causes de ce trafic sont assez complexes, mais elles méritent d’être résumées ici car la contrebande de l’argent, nous le verrons dans la troisième partie, a de très graves conséquences sur le pouvoir d’achat des fonctionnaires espagnols56.

  • 57 Nous résumons ici l’excellent article de W. Wolters, « La emigración, el comercio y las remesas de (...)

38Les Philippines du XIXe siècle sont soumises à un régime de bimétallisme où les pesos d’or et d’argent ont cours57. La valeur de ces pièces dépend du poids de métal précieux qu’elles contiennent. Or, après 1870, l’adoption de l’étalon or aux États-Unis et dans certains États européens se traduit par l’arrivée sur les marchés monétaires d’une grande quantité d’argent démonétisé, et la valeur de l’argent exprimée en or baisse fortement. Cette baisse profite aux exportateurs de produits philippins qui deviennent plus concurrentiels et qui profitent de la différence de change puisqu’ils sont payés en or. Logiquement, les importateurs de produits manufacturés occidentaux sont pénalisés ainsi que les couches de la population qui consomment ces denrées. La masse de la population de la colonie n’est, quant à elle, guère affectée. Enfin, les fonctionnaires qui doivent envoyer une partie de leur salaire en métropole pour aider leur famille ou les retraités qui perçoivent en Espagne une pension en pesos philippins sont frappés de plein fouet par la baisse des changes, la valeur en or de leurs envois ou de leurs pensions étant amputé d’autant.

39Cette situation prend, dans les dernières années de la domination espagnole, un tour dramatique et encourage la contrebande monétaire. Cette dernière, à son tour, accentue la baisse de la valeur en or du peso d’argent. En effet, aux Philippines et en Asie en général, la mauvaise monnaie tend à remplacer la bonne à partir de 1875 : les pesos d’or philippins sont littéralement siphonnés par les spéculateurs et ils sont remplacés par des pesos d’argent importés, en particulier des pesos ou dollars mexicains. Le pouvoir colonial tente d’enrayer cette hémorragie d’or en interdisant, en 1877, l’importation des dollars mexicains. Les conséquences de cette décision sont très néfastes : l’or continue inexorablement de se raréfier et l’interdiction d’importer des monnaies d’argent crée une pénurie monétaire artificielle à Manille. La monnaie de la colonie tend donc à avoir une valeur supérieure à son contenu en métal au sein de la colonie et la différence officielle de change se creuse rapidement entre Manille et les places financières de la région, Hong-Kong en particulier : les dollars mexicains sont environ 10 % moins chers à Hong-Kong qu’à Manille.

  • 58 G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 46-47.
  • 59 W. Wolters, « La emigraciόn, el comercio y las remesas de dinero entre Filipinas y China », p. 298. (...)
  • 60 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 5 janvier 1896, f° 210v°. Á la f (...)

40Cette opportunité d’agiotage n’échappe pas à certains négociants de Manille, métis chinois et chinois en particulier, qui utilisent leurs réseaux commerciaux avec le continent pour importer clandestinement de l’argent58. La contrebande se fait sur une très grande échelle : selon Foreman, autour de 150.000 dollars sont introduits clandestinement dans la colonie, chaque mois en 1887, soit environ 1,8 million dans l’année, pour la plupart en provenance de Hong-Kong59. Le trafic ne s’arrête qu’à la fin de l’année 1895, lorsque les profits deviennent nuls du fait de la baisse de la valeur du dollar mexicain60.

  • 61 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R, Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 14 (...)

41Face à cette invasion, il est difficile de mesurer les parts respectives de l’incompétence et de la complicité dans le rôle joué par l’administration coloniale et plus particulièrement par les douanes. Cependant, beaucoup de fonctionnaires font activement de la contrebande et, en 1894, un capitaine des carabiniers, le corps chargé de réprimer l’interlope, est même arrêté pour cette raison61. Comme aux meilleurs temps du galion de Manille, la contrebande, il est vrai, redevient un passe-temps très couru :

  • 62 « ... Aquí todos, chicos y grandes, comerciantes, navieros, chinos, militares, paisanos, médicos, a (...)

... Ici, tous, les petits et les grands, les commerçants, les armateurs, les Chinois, les militaires, les civils, les médecins, les avocats et même les prêtres s’adonnent avec ardeur à la contrebande d’argent62...

  • 63 W. Wolters, « La emigraciόn, el comercio y las remesas de dinero entre Filipinas y China », 298.
  • 64 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 19.
  • 65 AHN, Ultramar, leg. 3290, Instrucciones comunicadas al Teniente General D. Fernando de Norzagaray, (...)

42L’éventualité de protections très haut placées dont auraient profité les trafiquants a été maintes fois avancée63. Selon Frederic Sawyer, la rumeur courait à Manille que les dix pour cent de différence de change étaient ventilés de la manière suivante : 2 % pour le transport des monnaies, 4 % de bénéfice pour les contrebandiers et 4°/o de pots-de-vin versés à des fonctionnaires pour éviter la saisie des cargaisons64... Le précédent historique des agiotages de certains hauts fonctionnaires dans les années 1850, agiotages consécutifs à la découverte des mines d’or californiennes, milite aussi en faveur d’une implication d’une partie de la fonction publique en poste aux Philippines dans ces trafics monétaires65.

IV. – Les « partenaires en corruption »

  • 66 Y. Mény, « France. La fin de l’éthique républicaine ? », p. 16.

43Comme l’étude de la douane le souligne, les formes de corruption des fonctionnaires coloniaux espagnols ne se limitent pas à l’extorsion plus ou moins brutale ou au détournement de fonds plus ou moins discret. La malversation est parfois plus subtile et plus proche des pratiques actuelles parce qu’elle repose sur l’entente occulte entre corrompu et corrupteur, entre le fonctionnaire colonial et son « partenaire en corruption »66, ce dernier appartenant en général aux milieux économiques. Dans les Philippines du XIXe siècle, ces partenaires appartiennent pour l’essentiel à deux groupes : les Chinois et les entrepreneurs européens. Le cas des premiers est cependant complexe car ils sont aussi soumis à des exactions similaires à celles que subissent les Philippins.

Negocios chinescos

  • 67 A. Chápuli Navarro, Impresiones ; viajes ; costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 233, emploie l’ex (...)

44Les liens corrompus67 entre certains fonctionnaires coloniaux et la puissante communauté chinoise des Philippines posent un problème épineux à l’historien : le statut et le poids économique des Chinois au sein de la colonie en font des corrupteurs rêvés et des victimes idéales de la corruption, mais les données factuelles que nous avons pu recueillir dans les archives sont finalement peu nombreuses et décevantes. Ce paradoxe bride l’analyse, mais certains éléments permettent de l’expliquer assez facilement.

  • 68 Y. Mény, La corruption de la République, p. 246.

45Le statut des migrants chinois est nettement plus contraignant et onéreux que celui des autres populations asiatiques de la colonie. Ils sont soumis à une fiscalité beaucoup plus lourde que les autres groupes ethniques dominés et leur liberté de circulation est, en théorie du moins, sévèrement réglementée. Leur situation est très fragile et ils peuvent à tout moment faire l’objet d’un arrêté d’expulsion. Cette discrimination donne naissance à un rapport de forces particulièrement favorable à la corruption, puisque le pouvoir discrétionnaire du fonctionnaire se conjugue au coût considérable, pour l’individu et la communauté, d’une décision contraire de l’administration68. D’autre part, la réussite économique des Chinois leur donne les moyens de la corruption. Ce rapport de force n’est d’ailleurs pas une nouveauté du XIXe siècle : les Chinois ont toujours été simplement « tolérés » dans la colonie.

  • 69 M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en la Recopilación de Leyes de Indias », pp. 418-419.
  • 70 C. Laplace, Voyage autour du monde [1833], t. I, p. 400.

46Les fonctionnaires espagnols chargés de surveiller et de fiscaliser les Chinois ont donc d’innombrables opportunités pour exiger des contributions illégales et perpétuer, sans en avoir conscience, des pratiques d’exercice abusif de l’autorité bien enracinées dès les premiers siècles de domination espagnole69 et qui ont fait de la population chinoise « une mine que [les avides autorités subalternes] peuvent exploiter par toutes sortes de moyens »70. Au fil des décennies, cette corruption s’est institutionnalisée. Lorsque le bando du 13 décembre 1843 lève les restrictions sur le lieu de séjour et de dépôt des marchandises des marchands chinois, le texte prend soin de préciser :

  • 71 « Quedan desde ahora suprimidos los regalos en especie, que los Capitanes de los champanes acostumb (...)

À partir de maintenant sont supprimés les cadeaux en espèces que les capitaines des bateaux avaient l’habitude de faire aux différentes autorités et employés de cette capitale et de ses faubourgs71.

  • 72 AHN, Ultramar, leg. 5209, exp. 36-37, poursuites contre Pedro Pampillón y Molina, gouverneur de la (...)

47Les dossiers des poursuites engagées contre les gouverneurs de province permettent d’en savoir plus. Les permis de séjour, les impôts et les taxes offrent d’amples possibilités de « surtaxes » et d’amendes illégales parce que les Chinois ont un besoin vital d’avoir des papiers en règle ou, s’ils sont passés dans la clandestinité, de ne pas être inquiétés72.

  • 73 Voir la très précise étude de R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], en particulier les pp. 380-3 (...)

48Comme pour les douanes, ces extorsions prospèrent sous l’épais couvert du maquis législatif qui tient lieu de cadre légal73. Les procédures contraignantes, les chicanes administratives sont innombrables, mais, comme elles sont souvent incohérentes et incompatibles, le fonctionnaire dispose d’une latitude d’action ou d’inaction aisément négociable. Comme toujours dans l’administration coloniale des Philippines, la multiplication des registres et des rôles d’impôt n’est qu’un leurre et tend plutôt à opacifier un peu plus la gestion administrative :

  • 74 « Parece que después de esto, no debía escaparse ni una rata ; y pasan saposy culebras ; sin que la (...)

Avec de telles dispositions, même un rat ne devrait pas pouvoir s’échapper et pourtant il s’en passe de belles, sans que l’administration ne s’en aperçoive ou peut-être parce qu’elle ne s’en aperçoit que trop bien74.

49Ni l’administration coloniale, ni les chefs de la communauté chinoise n’ont au fond intérêt à ce que le nombre précis des Chinois présents dans l’Archipel soit connu. La volonté des fonctionnaires de maintenir leur pouvoir discrétionnaire et de perpétuer le sentiment d’insécurité au sein de la communauté chinoise n’est sans doute pas étrangère à l’échec des tentatives de simplification des procédures :

  • 75 « Parece como que la Administración, con tan prolijos detalles, ha querido dejar una puerta abierta (...)

Tout se passe comme si l’administration, en multipliant ainsi les chicanes, avait voulu laisser la porte ouverte à toutes sortes d’illégalités75.

  • 76 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael Garda Lpez, alcalde mayor de Cagayan, 1 (...)

50Les juges semblent aussi avoir massivement profité du désir des Chinois de ne pas attirer l’attention de l’administration coloniale sur leurs méfaits, réels ou inventés pour justifier l’extorsion76. Enfin, les rares loisirs de ces travailleurs, le jeu, l’opium ou les prostitués, appartiennent tous à cette zone grise des pratiques tolérées mais si sévèrement réglementées qu’elles offrent d’infinies possibilités de chantage pour des policiers ou des juges véreux.

51À Manille, si l’on en croit Antonio Chápuli Navarro, le « rendement » des postes administratifs en contact avec les Chinois est renommé au sein de la fonction publique coloniale. Dans un court récit intitulé Los que vienen. Diálogos sobre cubierta, il raconte le départ d’un de ses amis, Alcaraz, un fonctionnaire honnête qui revient au pays, fatigué et un peu désabusé de n’être pas parvenu à économiser la moindre peseta à Manille mais fier de pas avoir contracté la moindre dette. Leur dialogue est interrompu par un troisième fonctionnaire, Gutiérrez :

  • 77 Sur le rôle du clientélisme dans le recrutement et l’avancement des fonctionnaires coloniaux, voir (...)
  • 78 « –Conque, por fin ise embarca usted ? –pregunté a Gutiérrez. /–Sí ; pero es fácil que vuelva pront (...)

– Alors, finalement, vous embarquez ? – demandai-je à Gutiérrez
– Oui, mais il est probable que je revienne bientôt. Je vais voir si je décroche un bon poste maintenant que les miens sont au pouvoir77.
Pourtant, le poste que vous occupiez ici n’était pas si mauvais.
Bof… Voyez-vous même : en quatre ans, dix mille pesos, ce n’est pas grand-chose.
– Sapristi ! [...] Et en plus il se plaint ! [...]
Stupéfaits, Alcaraz et moi nous nous regardâmes. Pour nous, une telle somme n’existerait que dans nos rêves.
– Mon cher Gutiérrez, de quel service aviez-vous la charge ? [...]
– Celui des Chinois.
– Ah ! [...]
Alors nous donnâmes raison au jeune homme. Ce qu’il emportait n’était que peu de chose par rapport à ce que d’autres avaient empoché dans les mêmes circonstances78.

52Alors que ces exactions semblent extrêmement fréquentes, peut-être systématiques, les plaintes des Chinois contre les fonctionnaires espagnols sont relativement peu nombreuses. Ils supportent en silence ces abus de pouvoir ou ces humiliations :

  • 79 « La conducta del Chino en pats extranjero como Filipinas es singular. El no riñe con nadie, sufre (...)

Le comportement du Chinois dans un pays étranger comme les Philippines est singulier. Il ne se fâche avec personne, il subit avec résignation jusqu’aux moqueries des enfants, il se laisse frapper et commet toutes les bassesses imaginables pourvu qu’on le laisse travailler à son commerce ou à son industrie et amasser des richesses79.

  • 80 Y. Mény, La corruption de la République, p. 246.

53La fragilité de leur statut, le risque permanent d’une expulsion expliquent en partie ce silence : la corruption et l’acceptation des abus de pouvoir espagnols constituent pour les Chinois « un réducteur d’incertitude »80.

  • 81 « Llama la atención muy desfavorablemente contra algunas personas, las relaciones que algunos funci (...)

54De plus, les immigrants chinois ne sont sans doute ni dépaysés, ni choqués par les offres de corruption des fonctionnaires espagnols parce qu’ils sont habitués à ce type de débordements : la Chine qu’ils ont quittée pour tenter leur chance aux Philippines connaît, au XIXe siècle, des taux de corruption très élevés. De là à accuser les Chinois de pourrir l’administration coloniale en tentant de systématiquement suborner les agents publics, il n’y a qu’un pas, vite franchi par certains hauts fonctionnaires81 :

  • 82 « ... Así es que apelan siempre a este último recurso para todos los asuntos o relaciones con la ad (...)

... Ainsi, ils font toujours appel à ce dernier recours [la corruption] pour toutes les affaires ou toutes les relations qu’ils entretiennent avec l’administration ; ni un règlement, ni la bienséance ne constituent pour eux une barrière lorsque leur intérêt est en jeu. Il en résulte [...] que les individus de cette race sont une source permanente de difficultés pour les fonctionnaires qui sont la cible des accusations les plus attentatoires, aussi bien lorsqu’ils démissionnent ou tolèrent les infractions à la loi que lorsqu’ils tentent de faire respecter avec la plus grande rigueur les obligations réglementaires imposées aux Chinois82...

  • 83 La vente au détail de l’opium, l’organisation des combats de coqs, les taxes sur les voitures et le (...)

55L’argument peut sembler un peu facile tant il permet de rejeter la culpabilité de la corruption sur le corrupteur et de dédouaner le corrompu. Cependant, les Chinois ne sont sans doute pas seulement ou pas uniquement les pauvres victimes de la rapacité des fonctionnaires coloniaux et ils ont selon toute vraisemblance joué le rôle de corrupteur actif dans certains domaines. L’omniprésence, voire l’hégémonie des Chinois dans le domaine de la passation des marchés publics ou de la ferme des taxes83 ne peut qu’éveiller le doute. Certes, les entrepreneurs chinois ont des avantages objectifs sur leurs concurrents européens ou philippins, comme l’accès privilégié à la main d’œuvre efficace et bon marché des coolies, mais il est aussi très vraisemblable qu’ils ont profité de la vénalité d’une partie des fonctionnaires coloniaux pour dominer et même monopoliser la commande publique.

56L’établissement de la preuve est cependant complexe parce que les corrupteurs profitent directement de l’échange délictueux et parce que la concurrence entre les soumissionnaires semble souvent factice, l’affaire étant arrangée en amont. De plus, les Chinois sont passés maîtres dans l’art des travaux d’approche :

  • 84 « To a Chinaman the idea that a judge should take bribes seems as natural a thing as that a duck sh (...)

Pour un Chinois, l’idée qu’un juge puisse être soudoyé semble quelque chose d’aussi naturel que d’emmener un canard à l’eau. Et, cependant, un Chinois, sauf s’il sait qu’il est sur la bonne piste, ne mettra pas brutalement son pot-de-vin sous le nez du juge84.

  • 85 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 25.

57Subtilement, les Chinois préparent très en amont le terrain pour un éventuel acte de corruption : le fonctionnaire nouvellement nommé est comblé de cadeaux propitiatoires et d’attentions ; on lui rend spontanément des services ; on lui fournit gratuitement des domestiques chinois. S’il accepte, le fonctionnaire se sent redevable des services rendus et il est plus « corruptible » en cas de besoin85.

  • 86 Le gobernadorcillo est obligatoirement un chinois chrétien et hispanophone. L’équivalent des cabeza (...)

58Les structures politico-administratives de la communauté entraînent aussi une corruption « interne » qui n’est pas sans rappeler celle des communes philippines, mais à une autre échelle. En effet, l’ensemble de la population chinoise est placé sous le pouvoir d’un seul cabecilla ou gobernadorcillo86. La position confère un pouvoir et un prestige considérables, au-delà même des limites de l’importante communauté chinoise. Les retombées financières illégales semblent aussi très alléchantes et Joaquín Martínez de Zúñiga résume bien les perspectives qui s’ouvrent au détenteur de la charge :

  • 87 « ... Cuando al Rey se le paga el tributo de cuatro o seis mil chinas, hay en las Islas veinte o tr (...)

... Quand on paye au Roi le tribut de quatre mille ou de six mille Chinois, il y en a dans les Îles environ vingt mille ou trente mille. Certes, beaucoup d’entre eux ne sont pas recensés, parce qu’ils ont de fausses licences ou alors ils sont cachés ; mais la plupart payent leur tribut, et le cabecilla recueille beaucoup d’argent pour payer le Roi, assurer ses arrières, soudoyer quelques subalternes et devenir riche87.

  • 88 AHN, Ultramar, leg. 5179, dossier de réforme du mode d’élection du gobernadorcillo des Chinois, 186 (...)

59Un demi-siècle plus tard, le Chinois Valentin Guidote Yo Sim Po aurait mis en place un système de racket des commerçants de son gremio, avec un bénéfice net de plus de 14.000 pesos88.

  • 89 Voir E. Wickberg, The Chinese in Philippine Life, pp. 37-39, 180, 182 et 195.
  • 90 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 224 ; E. Wickberg, The Chinese in Philippine Life, pp. 180-181,

60Logiquement, la corruption électorale est à l’échelle de l’enjeu et certains candidats sont prêts à tout pour l’emporter. Les modalités de représentation de la communauté ont sensiblement varié dans la première moitié du XIXe siècle89, avant de se stabiliser sur un système assez proche des communes philippines. La communauté élit, pour deux ans et sous la présidence du gouverneur de la province, un gobernadorcillo et des subalternes. À partir de 1861, le corps électoral est composé des principaux contribuables. Douze grands électeurs sont tirés au sort dans ce conseil de notables, le gobernadorcillo sortant se joint à eux. Le vote, à bulletin secret, débouche sur une liste de trois noms constituée des deux candidats qui ont obtenu le plus de suffrages et du gobernadorcillo sortant. Après enquête, le gouverneur général choisit le nouveau chef de la communauté90.

  • 91 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 224, dossier de réforme du mode d’élection du gobernadorcillo des Ch (...)
  • 92 AHN, Ultramar, leg. 5228, exp. 105.
  • 93 Palanca est qualifié de « dom Juan Tenorio de Manila » et de « corruptor de casi todos los gobernan (...)

61Les nombreuses réformes ne parviennent pas à limiter l’opacité du processus électoral et les multiples pressions auxquelles il donne lieu91. En 1875, deux notables chinois, Yap Ande et Balbino Ong-Tianqui, n’hésitent pas à alerter directement la métropole pour dénoncer les multiples manipulations qui auraient entaché l’élection du gobernadorcillo Carlos Palanca Tan Chueco92. Les accusations très graves, mais confuses, qu’ils profèrent sont en grande partie corroborées par le gouverneur général, même si ce dernier cherche visiblement à minimiser l’affaire et cache une partie de la vérité pour défendre l’honneur de l’administration coloniale et l’élection de son protégé Carlos Palanca93. L’élection de Palanca est marquée par une lutte de clans acharnée. Ainsi, les différents partis en lice obtiennent l’inclusion de leurs clients dans le corps électoral alors qu’ils ne remplissent pas les conditions légales : certains électeurs ne parlent pas un mot d’espagnol, d’autres ont un casier judiciaire bien rempli, d’autres sont parents des candidats à l’élection, d’autres encore ont pris à ferme des taxes ou des impôts.

  • 94 AHN, Ultramar, leg.5179, exp. 224.
  • 95 AHN, Ultramar, leg. 5287 ; E. Wickberg, The Chinese in Philippine Life, pp. 178-179.

62Les superviseurs espagnols, s’ils sont malhonnêtes, tirent avantage des conflits de clans. En 1875, le gouverneur de la province, Bernardino Fernandez de los Ronderos, et un haut fonctionnaire des impôts ne se contentent pas d’inscrire des électeurs incapacitados : ils leur délivrent de faux papiers d’identité, ils cassent les élections défavorables au clan qui les a soudoyés et emprisonnent quelques électeurs rebelles pour les rappeler à l’ordre et faire peur aux autres. Contre ces services, les fonctionnaires reçoivent de fortes sommes et sont associés aux affaires commerciales chinoises. Il ne s’agit pas d’un cas isolé : le système de sélection des électeurs fonctionne mal et les réclamations sont incessantes94. Edgar Wickberg a étudié deux affaires similaires (1883 et 1892), même si la corruption de l’administration coloniale y apparaît moins nettement95.

63Les structures très centralisées de la communauté chinoise, la solidarité qui règne en son sein, au moins lorsqu’il s’agit de résister aux exigences coloniales, la volonté constante de maintenir l’administration coloniale en lisière de la communauté offrent aux fonctionnaires corrompus l’opportunité de pratiquer le chantage à une échelle sans commune mesure avec celle des munucipios philippins parce que l’interlocuteur est unique et qu’il est susceptible de mobiliser des sommes très importantes. Ainsi, l’astucieux gouverneur civil de Sorsogon aurait contraint la communauté chinoise de la province à lui verser :

  • 96 « ... Un sueldo mensual de mil pesos, regateado hasta 700, porno perseguir sus defectos y faltas y (...)

... Un salaire mensuel de mille pesos, ramené à 700 pesos après marchandage, pour ne pas sanctionner leurs fautes et tolérer leurs infractions96...

  • 97 FAM, leg. 326, exp. 2, lettres du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer (...)

64Certains indices laissent penser que ce type de chantage ou de tractation a peut-être été pratiqué à l’échelle de la colonie cette fois, entre les plus hauts responsables de la colonie et le chef de la communauté chinoise. Chaque année, le montant global de la capitation des Chinois fait l’objet de marchandages entre l’intendant et les notables chinois. Or, les sommes en jeu sont considérables (425.000 pesos pour 1893) et la négociation ne se fonde pas sur des données objectives puisque personne ne connaît le nombre total de Chinois dans la colonie à 10.000 individus près97. Quelle tentation ! Le témoignage de Frederic H. Sawyer est le plus précis sur ce point :

  • 98 « One favourite trick of the more corrupt governors-general was to have some very obnoxious law mod (...)

Une des astuces favorites des gouverneurs généraux les plus corrompus consistait à faire élaborer une loi totalement ignominieuse en Espagne : par exemple, obliger les Chinois à devenir des « cabezas de barangay », c’est-à-dire des responsables du recouvrement des impôts de leurs concitoyens, puis, de leur extorquer une rançon pour ne pas appliquer la loi. On a dit que Weyler, par ce biais, avait reçu 80.000 dollars des Chinois mais qu’une partie de la somme devait aller à Madrid. Une autre fois, on proposa que les Chinois fussent obligés de tenir leurs comptes en espagnol dans des livres dont chaque feuille fût timbrée et que chaque maison de commerce fût contrainte d’employer un comptable qualifié ayant réussi un examen de comptabilité et ayant obtenu un diplôme d’expert commercial. Combien cela a-t-il coûté aux Chinois pour échapper à cette punition, je ne le sais pas98.

  • 99 N. E. Park, « Corruption in Eighteenth-Century China », p. 967.

65Le véritable objet de certains projets de réforme serait donc de monnayer leur abandon. Nous reviendrons plus loin sur le problème de l’intégrité des gouverneurs généraux, mais il est évident qu’il convient de rester prudent face à des accusations aussi graves, ne serait-ce que parce qu’elles sont à la confluence de deux stéréotypes classiques dans les écrits des observateurs étrangers et tout particulièrement anglo-saxons : la corruption légendaire des fonctionnaires espagnols et le « matérialisme » effréné des Chinois99.

66Pour autant, on ne peut rejeter totalement l’hypothèse d’un racket à grande échelle. En effet, le spécialiste des Philippines, le lecteur attentif des sources d’archives et plus encore des sources imprimées ne peut qu’être frappé par le constant décalage entre un discours majoritairement et souvent très violemment anti-chinois, d’une part, et, d’autre part, le statut finalement privilégié dont jouit la communauté chinoise. Toutes les réformes citées par Sawyer sont effectivement dans les cartons de l’administration coloniale et elles ont donné lieu à des campagnes de presse très virulentes et peut-être orchestrées en haut lieu. Tous ces projets ont été effectivement suspendus, sans que les dossiers n’explicitent clairement les causes du gel. Certes, ce décalage peut s’expliquer par l’influence de fonctionnaires espagnols prochinois et par l’importance économique et fiscale si considérable de ce groupe qu’il est difficile d’envisager de se passer d’eux. Pourtant, l’hypothèse d’une utilisation assez machiavélique de la menace de sanctions pour contraindre les Chinois à défendre leur statut par la corruption reste plausible et, pour tout dire, extrêmement séduisante.

Les milieux économiques occidentaux

67La corruption la plus difficile à mesurer est en général celle qui se niche à l’interface entre le public et le privé. Dans les Philippines du XIXe siècle, les sources sur les transactions opaques entre fonctionnaires corrompus et entrepreneurs véreux sont extrêmement rares. En comparaison des employés qui « siphonnent » au grand jour les caisses du Trésor colonial ou des gouverneurs qui mettent en coupe réglée leur province, ces ententes deviennent, il est vrai, presque insignifiantes et sympathiques. Les données présentées ici sont de simples indices ou des pistes de recherche qu’il faudra ultérieurement explorer à l’aide d’études de cas et du dépouillement de sources spécifiques.

  • 100 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p (...)
  • 101 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du consul de Bérard, 1er novembre 1891, ffos 350v°-35 (...)

68Quelques observateurs soulignent l’affairisme et la moralité douteuse de certaines sociétés, en particulier espagnoles. Au milieu du siècle, José García y Ruiz affirme, sans apporter de précisions, que l’origine d’une partie des ascensions fulgurantes et des grandes fortunes de Manille est loin d’être transparente100. À la fin de la domination espagnole, le consul de France à Manille a une opinion très négative des mœurs commerciales de la majorité des négociants. Ces derniers auraient tendance à confondre opérations commerciales et combinaisons de jeu101. Francisco Borrero confirme que les fonctionnaires sont loin d’avoir le monopole de l’immoralité dans la colonie :

  • 102 « ... Salvo honrosas excepciones, no es la buena fe la que resplandece en los negocias de quienes c (...)

... À quelques honorables exceptions près, l’honnêteté n’est pas la vertu cardinale de ceux qui considèrent ce pays comme une résidence temporaire et pénible, où il faut gagner beaucoup d’argent et le gagner vite, sans tenir compte des moyens pour y parvenir, et où les faillites sont fréquentes, un incendie providentiel venant parfois liquider les comptes102.

69Dans le domaine des pratiques frauduleuses des hommes d’affaires de Manille, le dossier de la gestion des œuvres pies est sans nul doute le plus sulfureux. Nous n’avons pas soulevé le couvercle de cette boîte de Pandore parce que l’administration coloniale n’intervient pas directement dans ce domaine, à de très rares exceptions près. Les malversations démesurées de certains administrateurs des œuvres pies ont cependant contraint, à plusieurs reprises, les gouverneurs généraux à engager de vastes opérations d’assainissement. Pour une fois, l’administration coloniale semble donc avoir eu une influence moralisatrice. L’histoire de ce passionnant volet de l’histoire économique et financière de la colonie reste à écrire.

  • 103 MAE, CCC, sous-série Manille, vol, y, dépêche du consul de Bérard, 1er novembre 1891, f° 348.

70Il est évident que certains entrepreneurs peu scrupuleux ont profité de la corruptibilité des fonctionnaires pour organiser des trafics très rentables. Les champs de cette corruption sont classiques. Le cas de la contrebande a déjà été évoqué, mais il convient de souligner que les arrangements illicites avec les douaniers sont, pour la très grande majorité des maisons de commerce, tellement institutionnalisés qu’ils font partie intégrante de la comptabilité : les négociants ont au moins autant intérêt que les douaniers à ce que la malversation se perpétue103.

  • 104 BNE, ms. 19257, José Garcia y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas, 1858, p (...)

71La passation des marchés publics donne aussi lieu à des ententes frauduleuses, sans qu’il soit possible d’affirmer qu’elles constituent la règle. Des maisons espagnoles concurrencent avec succès les Chinois et semblent même avoir monopolisé certains marchés104. Les informations fournies par le consul de France de Bérard sont, une nouvelle fois, d’une importance capitale car elles ne s’arrêtent pas au simple constat de l’absence de transparence et elles démontent les mécanismes des pratiques délictueuses. Dans le domaine des travaux publics, trois systèmes sont employés par l’administration. Le premier est celui de l’exécution directe, particulièrement coûteuse

  • 105 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 6 février 1896, f° 233. Le consu (...)

... Car les ingénieurs des Ponts et Chaussées, qui sont chargés des travaux à effectuer dans ces conditions spéciales, profitent de l’occasion pour en tirer des profits personnels, dont la solidité et la durée des travaux précités se ressentent fréquemment. Et cependant ils prennent leur temps105.

  • 106 AHN, Ultramar, leg. 5204, lettre du gouverneur général du 15 janvier 1866.

72Nous avons retrouvé la trace d’un scandale de ce type dans les archives. En 1866, le gouvernement général découvre que l’adjudicataire chargé de fournir les matériaux nécessaires à la reconstruction de l’hospice de San José a substitué les pierres de bonne qualité prévues dans le contrat par des pierres très friables et dont le prix est inférieur du tiers. L’architecte civil chargé de superviser le chantier et de hauts fonctionnaires, dont le directeur de l’administration locale, ont couvert ces malfaçons qui, si elles n’avaient pas été découvertes, aurait pu avoir des conséquences dramatiques106.

73L’adjudication publique et le contrat particulier donnent lieu à des trafics encore plus éhontés :

  • 107 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 6 février 1896, ffos 234V°-235.

Il est d’usage dans cette colonie, comme dans celles de l’Espagne aux Antilles, quand une adjudication importante doit avoir lieu, de s’informer des noms des gens qui décideront de la concession, et de s’adresser à ceux qui ont le plus d’influence et le moins de sens moral, afin d’arrêter les conditions destinées à faire obtenir ladite concession. Je dois dire que, malheureusement pour la réputation des fonctionnaires, marins et militaires qui prennent part à ces opérations, les offres tentatrices sont, en général, acceptées, et c’est ainsi que l’on assiste à ce spectacle singulier de la présentation de soumissions dont le montant est inférieur, en apparence, aux conditions stipulées par l’État. Les adjudicataires ont eu soin, dans ce cas, de se réserver, d’accord avec les gens qu’ils ont intéressés à leurs tripotages, quelques avantages qui les dédommagent et au-delà de la perte simulée dans le pli cacheté. Dans les contrats particuliers, il est à peine besoin d’ajouter que les facilités sont encore plus grandes pour passer les conventions tacites que je viens de signaler, et qui sont si préjudiciables à cette colonie, puisque une forte partie des fonds accordés pour les travaux s’égarent entre les mains des uns et des autres.
Ce système explique le train de maison ou les économies de certains fonctionnaires dont les traitements ne répondent pas aux dépenses qu’ils font, ou aux sommes qu’ils envoient en Espagne107.

  • 108 Voir supra, pp. 61-62, et G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 51-56 et Id., « Redefining (...)

74Enfin, certains fonctionnaires de la capitale semblent avoir entretenu des liens troubles avec un type bien particulier d’affairistes : les tenanciers de maisons de jeu. Les pratiques décrites pour les gouverneurs de province ont aussi cours à Manille et ce sur une échelle largement supérieure108.

75Les informations dont nous disposons sont insuffisantes pour que nous puissions consacrer une partie détaillée à l’armée coloniale. Cependant, en dehors des gouverneurs politico-militaires évoqués en même temps que leurs homologues civils, il est important de souligner que l’armée semble, elle aussi, profondément infiltrée par la corruption.

  • 109 La pluriactivité semble très fréquente dans le corps des officiers coloniaux. Par exemple, l’aide d (...)
  • 110 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52 du consul de Bérard (25 décembre 1894), P 240, v (...)
  • 111 Les virements totalisent 60.000 pesos. G. de Bérard a visiblement été informé par l’administrateur (...)
  • 112 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 20 (...)

76Selon les informations réunies par le consul de France de Bérard, les détournements sont fréquents dans les caisses des régiments ou de l’intendance. Quelques mois avant l’affaire Rosales, on découvre ainsi un trou de 17.000 pesos dans la caisse du régiment d’artillerie péninsulaire cantonné à Manille : un capitaine, par ailleurs propriétaire d’un établissement de photographie109, s’est tout simplement servi, et plusieurs officiers supérieurs en ont profité pour faire de même110. Juste avant son retour en métropole, l’intendant militaire envoie de fortes sommes à Madrid en utilisant les services de la Compagnie Générale des Tabacs des Philippines, l’origine de ces fonds est, bien évidemment, douteuse111. La Marine n’est pas épargnée par les scandales plus ou moins étouffés : en 1893, le commandant du croiseur Reina Cristina, le vaisseau amiral de la flotte des Philippines, profite de ses escales à Hong-Kong pour faire, avec quelques complices, la contrebande de dollars mexicains112.

  • 113 Pour un exemple, voir le cas de la colonie disciplinaire de San Ramon dans G. Bankoff, « Déportatio (...)

77Le contexte de guerre est en général très favorable pour les corrompus parce que des objectifs supérieurs captent toute l’attention de la hiérarchie et que, par conséquent, la surveillance se relâche. Le comportement de certains militaires espagnols dans ces circonstances laisse rêveur sur leur sens moral et permet de supposer qu’ils se sont livrés, en temps de paix, à de nombreux trafics qu’une étude approfondie des marchés de fourniture d’équipements militaires ou des modalités de paiement des soldes révélerait sans doute113.

  • 114 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 102, dépêches 65, f° 360v°, et MAE, CPC, nouvelle série Espagne, (...)
  • 115 J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], pp. 18-21, 26-27 et 119-120. La corruption pendant (...)
  • 116 J. L. Villanova, El Protectorado de España en Marruecos, pp. 78-80.

78Lors de la campagne de Mindanao, en 1894-1896, les faits de corruption sont nombreux et très graves puisque certains militaires auraient même vendu des armes et des munitions à l’ennemi moro114. Selon le « Capitán Verdades », certains hauts gradés auraient profité de la guerre hispano-philippine puis hispano-américaine pour se livrer à une incroyable orgie de corruption : détournement des fonds de l’hôpital militaire et des fonds secrets, chantage envers des riches métis chinois et Chinois sous la menace de les accuser de rebelles, trafics sur les fournitures aux armées et à l’ennemi, etc.115. La véracité de ces très graves accusations reste à prouver. Au vu de l’ampleur des malversations révélées dans l’armée espagnole après le désastre d’Annual (1921), on peut simplement affirmer que de tels comportements, vingt ans plus tôt aux Philippines, n’ont rien d’invraisemblable116.

Notes

1 AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 5 et 10, voir infra pp. 93-94, les détails de cette affaire.

2 AHN, 5157, exp. 10, lettre du gouverneur général Francisco Alcalá au Secretario de Estado y del Despacho de Marina, de Comercio y Gobernación de Ultramar (10 octobre 1843).

3 « La Hacienda está completamente perdida. La Caja de Fondos Locales es una verdadera caja de Pandora [...] Esta administraciόn es un abismo en que desaparecen los fondos del estado. ¡Desfalcos sobre desfalcos ; atropellos sobre atropellos ; escándalos sobre escándalos ! » Lettre au ministre d’Outre-Mer Víctor Balaguer, citée dans J. Santaló i Peix, « La administraciόn colonial española en Filipinas durante el Sexenio », p. 74. Voir aussi, du même gouverneur, la Memoria referente algobierno de las islas Filipinas escrita para su sucesor en el mando por [...], Manille, 21 mars 1874, ffos 14-15. (AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1.)

4 AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 17, lettre du gouverneur général Narciso Claven’a, 16 juillet 1844.

5 J. Cabezas de Herrera, Apuntes históricos sobre la organización político-admimstrativa [1883], p. 12.

6 Ils sont condamnés en 1886 par le Tribunal des Comptes des Philippines mais, à cette date, ils sont déjà repartis en métropole où on tente de les localiser... (AHN, Ultramar, leg. 1541, exp. 17.)

7 AHN, Ultramar, leg. 2237, il est condamné en 1882 à six années de presidio (travaux forcés).

8 AHN, Ultramar, leg. 2239, la malversation est sanctionnée par une peine de neuf années de prison. Les manipulations sur le fonds du sanctórum sont, semble-t-il, particulièrement fréquentes. (AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881.) Pour une autre affaire de péculat voir FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 12 décembre 1893.

9 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 101 ; J. Cabezas de Herrera, Apuntes históricos sobre la organización político-admimstrativa [1883], pp. 23-24.

10 Il a à sa charge toute l’administration financière de la colonie, à l’exception des dépenses militaires confiées à un intendant militaire. Olhaberriague a assuré le gouvernement général par intérim pendant l’été 1844, après le départ d’Alcalá et avant l’arrivée de Clavería.

11 Le dossier est conservé dans le carton AHN, Ultramar, leg. 5157, exp. 17. La dépêche du consul A, Fabre du 14 octobre 1844 relate aussi l’affaire. (MAE, CCC, sous-série Manille, vol 2, ffos 224-225,) Les trois accusés, Espagnols péninsulaires, sont apparentés, Pascual del Castillo est le gendre d’Olhaberriague et Ramón Alonso de ta Heras son neveu.

12 L’argent détourné est ensuite transféré en Péninsule grâce à des lettres de change tirées par des maisons de commerce britanniques installées à Manille. En quatre mois, Olhaberriague, dont le salaire annuel est de 10.000 pesos, aurait ainsi envoyé 26.000 pesos en traites sur Londres... (MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du consul A. Fabre du 14 octobre 1844, f° 224V°).

13 Ces fonctionnaires sont nommés par Madrid, mais leur poste est en général déjà occupé à leur arrivée. Les autorités supérieures de la colonie peuvent très facilement ralentir ou accélérer la procédure d’installation. Des extorsions du même type sont attestées au milieu du XVIIIe siècle. (C. Quirino, « Abuses in the Philippine Government », p. 136.)

14 Sur les suites judiciaires de cette affaire, voir la p. 215. Notons simplement que Pascual del Castillo et Ramón Alonso de las Heras, interrogés par Clavería en personne, reconnaissent en partie les faits qui leur sont reprochés.

15 R. Gonzalez y Martin, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 180-181. L’auteur est à Manille à cette époque.

16 La bibliothèque nationale de Manille (PNL) conserve un exemplaire imprimé, unique à ma connaissance, de la défense de Rosales : Proceso instruido con motivo del desfalco de la Tesorería General de Hacienda de Filipinas [1896].

17 G. de Bérard, consul de France à Manille, décrit de manière assez détaillée le scandale dans deux dépêches : MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52 du 25 décembre 1894, ffos 240-243 ; MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Iles Philippines, vol. 30, dépêche 80 du 3 mars 1896, f° 43.

18 De Bérard qualifie Rosales de métis, mais ses avocats affirment qu’il est indio. Ces derniers soutiennent aussi, non sans raison, que le caissier n’est pas à proprement parler un fonctionnaire mais un homme de confiance du trésorier général puisque ce dernier le nomme et le révoque à sa convenance.

19 À titre indicatif, les rentrées budgétaires de la colonie s’élèvent à 11 millions de pesos en 1884-1885 et à 17 millions pour l’exercice 1896-1897 (voir Inés Roldán de Montaud, « La hacienda pública filipina hace un siglo. En torno a los problemas financieros en la colonia oriental durante la guerra [1896-1898] », Revista de Indias, 213, 1998, pp. 399-427, en particulier p. 401).

20 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, f° 240 v°.

21 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 72, f° 243.

22 Proceso mstruido con motivo del desfalco de la Tesorería General de Hacienda de Filipinas [1896], pp. 18-19.

23 « ... La Tesorería de Filipinas es un local de simple manpostería, guardado por una mala verja de hierro, y por cajas de madera tan malas e inadecuadas que más parecen destinadas a granero para el pienso de los caballos que a contener caudales de grandísima cuantía. » Proceso instruido con motivo del desfalco de la Tesorería General de Hacienda de Filipinas [1896], p. 8, avis de l’avocat José Moreno Lacalle.

24 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, f° 24IV°. A. Bellessort, En escale [1900], pp. 246-248, donne sa propre version de l’affaire Rozalès (sic). Son récit est bien informé et il a visiblement bénéficié des confidences du consul de France qu’il a rencontré lors de son escale à Manille. L’insinuation d’une complicité du gouverneur général Ramón Blanco nous semble en revanche sans fondements (sur l’attitude de ce gouverneur général face à la corruption, voir les pp. 297-305).

25 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, ffos 241IV°-242.

26 Selon les avocats, les sommes détournées par Rosales ne sont pas volées mais simplement empruntées... Les caisses de la colonie lui auraient servi en quelque sorte de compte courant.

27 Le trésorier général, le sous-chef de l’inspection générale, l’ordonnateur général et les subalternes de Rosales.

28 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52, ffos 241 et 243 ; MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 80, f° 43v°.

29 Ses revenus annuels, au moment de son arrestation se seraient élevés à 40.000 pesos (Proceso mstruido con motivo del desfalco de la Tesorerla General de Hacienda de Filipinas [1896], p. 13), soit très exactement le salaire annuel du... gouverneur général !

30 Décret royal du 12 novembre 1895, voir Proceso mstruido con mottvo del desfalco de la Tesorería General de Hacienda de Filipinas [1896], pp. 67-68.

31 « La notoriedad del asunto, la cifra enorme a que se supone asciende la defraudación, la importancia del cargo que desempeñaba alguno de los boy comprometidos en el proceso, dan a este proporciones en realidad inmerecidas ; pues, por graves que se antojen, no pasan los bechos enjuiciados de la categoría de delitos sumamente frecuentes. » Proceso instruido con motivo del desfalco de la Tesorería General de Hacienda de Filipinas [1896], avis de l’avocat Emilio Moreno Nieto du 30 novembre 1895, p. 49. Voir aussi p. 10

32 E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 35 et 42-43.

33 Dans les îles Visayas, la culture du tabac est libre mais uniquement pour l’auto-consommation. En théorie, les surplus doivent être exclusivement vendus au monopole.

34 Toutes les forces de sécurité publique de la colonie ont la réputation d’abuser de leur pouvoir et d’être corrompues. Sur ce point, voir G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 147-150.

35 Rapport de la Junta general de reformas chargée de la réforme des finances coloniales, 29 octobre 1870, pp. 6-7 ; F. d’Alençon, Luçon et Mindanao [1870], p. 45 ; AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les réformes à opérer ; Sucinta memoria que contiene el estado actual de las Islas Filipinas [1838], pp. 51-53 ; E. C, de Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 33, 75, 91, 94 et 179-180.

36 J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de las Islas Filipinas [1893], t. I, pp. 251-254, 377-378, et 406-408 ; E. C. de Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 91 et 141.

37 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les réformes à opérer.

38 J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de lus Lias Filipinas [1893], t. t, pp. 378-380 et 447.

39 E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 86-87.

40 AHN, 5157, exp. 5 et 10. Le dossier5porte principalement sur les malversations dans la province de Cagayan, le dossier 10 sur les complicités et les détounements intervenus à Manille. Les abus sont confirmés par les sources consulaires françaises, voir, en particulier, MAE, CCC, sous-série Manille, vol, 2, dépêche du 9 juin 1845, f° 259, et dépêche du 15 octobre 1845, f° 272. J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 227-230, étudie cette même affaire, mais en utilisant la documentation des Philippine National Archives.

41 Gregorio Kerr et José Victoriano Labadía en particulier. L’enquête n’établit pas le degré réel de culpabilité des différents acteurs de cette gigantesque fraude. (J. M. Fradera, Filipinas, lacolonia más peculiar, p. 230.)

42 Les fonctionnaires mettent à la disposition de ces négociants corrompus les marques royales de labels.

43 La lettre confidentielle de Moriones au ministre d’Outre-Mer est reproduite dans l’annexe IV, pp. 395-397. Sur les difficultés financières du monopole, voir E. C. de Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, pp. 184 et 187-188.

44 AHN, 2229, exp. 18, plainte du 20 juillet 1877, Sur les règlements de comptes entre fonctionnaires, voir les pp. 202-207.

45 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 8 ; M. A. Hamm, Manila and the Philippine [1898], pp. 9-12 et 21-22 ; J. E. Stevens Yesterdays in the Philippines, pp. 182 et 282-283. Notons cependant le témoignage discordant de C. Wilkes, Narrative of the US Exploring Expedition [1850], p. 14.

46 Les voyageurs, par exemple, ne peuvent descendre à terre avec plus d’effets personnels que le contenu d’un mouchoir. Les capitaines des navires doivent nourrir les carabiniers chargés de l’inspection du navire... Pour quelques bons exemples de la complexité des procédures et de la mesquinerie des sanctions pécuniaires infligées, voirie carton AHN, Ultramar, leg. 1431. Voir aussi Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 20 ; M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la administraciόn [1887-1888], t. XIII, pp. 142-148.

47 « Moción presentada a la Cámara de Comercio de Manila », La política de España en Filipinas, 2(26), 2 février 1892, pp. 27-28.

48 Ils utilisent la menace d’une mise en quarantaine du navire.

49 A. Bellessort, En escale [1900], p. 216. Voir aussi G. Bousquet, « De Yeddo à Paris. Notes d’un passant » [1877], p. 82. Selon Bousquet, le montant du pot-de-vin dépend du grade du douanier.

50 L’auteur décrit ici la passion des Espagnols pour les bijoux.

51 A. Bellessort, En escale [1900], p. 245.

52 Les exemples présentés ici sont tous localisés à Manille, mais tout laisse penser que les douaniers des autres ports philippins ouverts au commerce international sont tout aussi corrompus.

53 MAE, CGC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du 30 janvier 1842 de A. Fabre, élève consul gérant du poste, f° 12v°. Selon A. Fabre, le total des sommes détournées oscillerait entre 1.500.000 et 2.000.000 de pesos.

54 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du consul A. Fabre du 23 août 1844, f° 216v°.

55 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 20 juin 1896, f° 305. Voir aussi, dans le même volume la dépêche du 5 janvier 1896, ffos 209v°-210, et FAM, leg. 326, exp. 1, lettre du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 6 mars 1893.

56 Voir pp. 260-261.

57 Nous résumons ici l’excellent article de W. Wolters, « La emigración, el comercio y las remesas de dinero entre Filipinas y China ».

58 G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 46-47.

59 W. Wolters, « La emigraciόn, el comercio y las remesas de dinero entre Filipinas y China », p. 298. Voir aussi F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 19.

60 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 5 janvier 1896, f° 210v°. Á la fin de l’année 1896, le gouverneur général Blanco confie au consul que la douane est une des plaies de la colonie. (MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 113 du 2 décembre 1896), f° 279V°.) Cependant, pour certains auteurs espagnols, la corruption concernerait uniquement quelques individus et non l’ensemble du corps. (R. Jordana y Morera, La immigración china en Filipinas [1888], p. 33 ; F. Canga Argüelles, « La Isla de Mindanao » [1887], p. 261 ; et J. de Urquía y. Redecilla, Historia negra [1899], p. 112.)

61 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R, Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 14 juin 1893. Voir aussi MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 73 du consul de Bérard, 2 janvier 1896, f° 29.

62 « ... Aquí todos, chicos y grandes, comerciantes, navieros, chinos, militares, paisanos, médicos, abogados, y basta sacerdotes, se dedican con verdadero afán al contrabando de plata... » FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 20 février 1894.

63 W. Wolters, « La emigraciόn, el comercio y las remesas de dinero entre Filipinas y China », 298.

64 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 19.

65 AHN, Ultramar, leg. 3290, Instrucciones comunicadas al Teniente General D. Fernando de Norzagaray, 24 janvier 1857 ; BNE, ms. 19237, J. García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 152-153. À Cuba aussi, la corruption aggrave la crise monétaire qui frappe l’île après 1868. (A. W. Quiroz, « Corrupción, burocracia colonial y veteranos separatistas », pp. 100-101.)

66 Y. Mény, « France. La fin de l’éthique républicaine ? », p. 16.

67 A. Chápuli Navarro, Impresiones ; viajes ; costumbres filipinos. Pepín [1892], p. 233, emploie l’expression « negocios chinescos » pour décrire les petits arrangements entre le héros de sa nouvelle, Pepín, et les contribuables chinois qu’il est chargé de contrôler.

68 Y. Mény, La corruption de la République, p. 246.

69 M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en la Recopilación de Leyes de Indias », pp. 418-419.

70 C. Laplace, Voyage autour du monde [1833], t. I, p. 400.

71 « Quedan desde ahora suprimidos los regalos en especie, que los Capitanes de los champanes acostumbraban hacer a diferentes autoridadesy empleados de esta Captlaly extramuros. » PNA, Spanish Manila, leg. 4, article 12. Sur ces « cadeaux » exigés des marchands chinois, voir C. Quirino, « Abuses in the Philippine Government », pp. 133-135.

72 AHN, Ultramar, leg. 5209, exp. 36-37, poursuites contre Pedro Pampillón y Molina, gouverneur de la province de Manille, 1861 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 15,1859/1893, résultats de l’inspection de la province de Samar (1885).

73 Voir la très précise étude de R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], en particulier les pp. 380-383.

74 « Parece que después de esto, no debía escaparse ni una rata ; y pasan saposy culebras ; sin que la Administraciόn lo advierta o quizá por advertirlo todo demasiado bien. » R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], pp. 376-377. Voir aussi pp. 30-31, 365, 374-375.

75 « Parece como que la Administración, con tan prolijos detalles, ha querido dejar una puerta abierta a todogénero de ilegalidades. » R. Comenge, Cuestiones filipinas [1894], p. 381.

76 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael Garda Lpez, alcalde mayor de Cagayan, 1860. Le filleul de Garcia Lpez, Rafael Lim-Tico, sert d’intermédiaire et d’homme de main. AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11, poursuites contre Juan Crisόstomo Gómez Gordillo, AM de Camarines Sur, 1887-1888 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Rosellό y Cervera, GC de Tayabas, 1888 ; AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897.

77 Sur le rôle du clientélisme dans le recrutement et l’avancement des fonctionnaires coloniaux, voir pp. 223-250.

78 « –Conque, por fin ise embarca usted ? –pregunté a Gutiérrez. /–Sí ; pero es fácil que vuelva pronto. Voy a ver si pesco un buen destino, ahora que mandan los míos. /–Pues el cargo que usted tenta no era del todo malo. –Pchs... Ya usted ve : en cuatro años, diez mil pesos, no es gran cosa. /–¡Caracoles ! [...] ¡Y aún se queja este bombre ! […]/Alcaraz y yo nos miramos con asombro, Esa suma no existirá para nosotros masque en Ut imaginación. /–Pero, amigo Gutiérrez ¿qué negociado es ese que usted tentá ? [...]/–El de chinos. /–¡Ahhh ! [...]/Entonces dimos la razón al muchacho. Era muy poco lo que llevaba, para lo que llevaron otros en las mismas condiciones. » A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], pp. 207-217, la citation provient des pp. 211-212.

79 « La conducta del Chino en pats extranjero como Filipinas es singular. El no riñe con nadie, sufre resignadamente hasta la befa de los chicos, se deja pegary hace cuantas bajezas puede el corazón humano inventar, porque se le deje trabajar en su comercio o industria y atesorar riquezas. » BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 135.

80 Y. Mény, La corruption de la République, p. 246.

81 « Llama la atención muy desfavorablemente contra algunas personas, las relaciones que algunos funcionarios y sus familias tienen con chinos reconocidamente trapisondistas de escasa reputación moral y muy tildados por su conducta-, y como es un hecho que el chino no es amigo más que del interés, y cree hasta legal y natural el soborno, conviene estar muy a la mira de los miserables que tienen dichas amistades con tales chinos. para separarlos de los destinos que desempeñen. » F. M, de Govantes, Doscientas disposiciones gubernativas para Manila [1887], disposition XCT. Un des conseils que donne Quioquiap aux gouverneurs de province nouvellement nommés aux Philippines porte sur les relations qu’ils doivent entretenir avec le « Chinois » : « Poco trato con él ; es el suyo un contacta que mancha... » (Quioquiap, « Los gobernadores “bagos” », La política de España en Filipinas, 3[52], 31 janvier 1893, p. 34). Voir aussi E. Polo de Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 45.

82 « ... Así es que apelan siempre a este último recurso para todos los asuntos o relaciones con la administracíon, y no creen en la barrera de un reglamento ni de la conveniencia pública cuando se trata de su interés. De este sistema [...] se sigue que los individuos de esta raza son una perenne dificultad para los funcionarios públicos, sobre quienes pesan las acusasiones más injuriosas, lo mismo cuando son abandonados o toleran las infracciones de ley que cuando procuran la mayor exactitud en los deberes reglamentarios impuestos a los Chinos,, » AHN, Ultramar, leg. 5203, Memoria sobre los actos de mando del Exmo. Sor. Dn. Juan de Lara, como Gobernador Superior Civil de Filipinas, desde el 25 de Abril de 1865 al 12 de Julio de 1866.

83 La vente au détail de l’opium, l’organisation des combats de coqs, les taxes sur les voitures et les chevaux, sur les marchés, les péages et les passages à gué, la marque des poids et mesures et bien d’autres taxes sont l’objet d’adjudications publiques.

84 « To a Chinaman the idea that a judge should take bribes seems as natural a thing as that a duck should take to the water. And yet the Chinaman will not, unless he knows he is on the right track, brutally push his bribe under the judge’s nose. » F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 25. Voir aussi SHM, Colección General de Documentas, doc. 7196, Mariano de Goicoechea, Memoria sobre noticias geográficas, estadistícas, topográficas de las Islas de que se comporte la Capitanía General de Filipinas, 22 novembre 1840, chap. VIII : « Comercio ».

85 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 25.

86 Le gobernadorcillo est obligatoirement un chinois chrétien et hispanophone. L’équivalent des cabezas de barangay n’existe pas dans la communauté chinoise.

87 « ... Cuando al Rey se le paga el tributo de cuatro o seis mil chinas, hay en las Islas veinte o treinta mil. Es verdad que muchos de ellos no están empadronados, porque tienen licencias fingidas, o andan ocultos ; pero los más pagan su tributo, y el cabecilla recoge bastante para pagar al Rey, agenciarse el destina, sobornara ciertos subalternos y hacerse rico » J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de las Islas Filipinas [1893], t. I, p. 263.

88 AHN, Ultramar, leg. 5179, dossier de réforme du mode d’élection du gobernadorcillo des Chinois, 1861-1862, lettre du gouverneur général Lemery, 21 mai 1861 ; et AHN, Ultramar, leg. 5182, exp. 103. Valentín Guidote est si puissant que le gouverneur doit le faire incarcérer pendant l’instruction pour éviter qu’il n’achète les témoins...

89 Voir E. Wickberg, The Chinese in Philippine Life, pp. 37-39, 180, 182 et 195.

90 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 224 ; E. Wickberg, The Chinese in Philippine Life, pp. 180-181,

91 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 224, dossier de réforme du mode d’élection du gobernadorcillo des Chinois, 1861-1862.

92 AHN, Ultramar, leg. 5228, exp. 105.

93 Palanca est qualifié de « dom Juan Tenorio de Manila » et de « corruptor de casi todos los gobernantes » par J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], p. 27.

94 AHN, Ultramar, leg.5179, exp. 224.

95 AHN, Ultramar, leg. 5287 ; E. Wickberg, The Chinese in Philippine Life, pp. 178-179.

96 « ... Un sueldo mensual de mil pesos, regateado hasta 700, porno perseguir sus defectos y faltas y tolerar sus inconveniencias... » AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897. Voir aussi PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 15,1859/1893, rapport de l’inspection de ta province de Samar (1885).

97 FAM, leg. 326, exp. 2, lettres du gouverneur général par intérim F. Ochando au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 19 janvier et 22 mars 1893.

98 « One favourite trick of the more corrupt governors-general was to have some very obnoxious law mode in Spain ; for instance obliging the Chinese to become cabezas-de-barangay, or responsible tax-collectors of their own country-men, and then extort a ransom for not putting the law in force. Weyler was said to have received $ 80.000 from the Chinese on this account, but some of this would have to go to Madrid. At another time tt was proposed that the Chinese should be obliged to keep their accounts in Spanish on books having every leaf stamped, and that every firm should employ a trained accountant who had passed an examination in book-keeping, and obtained a diploma as a commercial expert. What it cost the Celestials to avoid this infliction I do not know. »F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 291. J. Rizal, Révolution aux Philippines [1891], pp. 161-162, souligne que les fonctionnaires très opposés aux Chinois dans leurs écrits n’hésitent pas à aller se goberger chez les riches marchands chinois.

99 N. E. Park, « Corruption in Eighteenth-Century China », p. 967.

100 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, pp. 121 et 150. Colonel de cavalerie, José García y Ruiz est resté moins de deux ans aux Philippines (1856-1858), il a été gouverneur de Zamboanga puis commandant général de Mindanao, poste qu’il a dû quitter pour raisons de santé. Il est un bon exemple de ces fonctionnaires qui, profondément choqués par ce qu’ils ont pu voir dans la colonie, pensent qu’il est de leur devoir d’alerter, dès leur retour en métropole, les autorités supérieures sur les dérives de l’administration coloniale dans l’Archipel.

101 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 5, dépêche du consul de Bérard, 1er novembre 1891, ffos 350v°-351.

102 « ... Salvo honrosas excepciones, no es la buena fe la que resplandece en los negocias de quienes consideran aquel país como de tránsito penoso, donde bay que ganar mucho y ganar pronto, sin reparar en los medios, y donde las quiebras ocurren con frecuencia, encargando a veces al incendio la liquidación de las cuentas. » F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], pp. 17-18.

103 MAE, CCC, sous-série Manille, vol, y, dépêche du consul de Bérard, 1er novembre 1891, f° 348.

104 BNE, ms. 19257, José Garcia y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas, 1858, p. 150.

105 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 6 février 1896, f° 233. Le consul donne l’exemple de la reconstruction du palais du gouvernement général, détruit par le séisme de 1863. Deux ans après le début des travaux en 1894, les fondations ne sont pas encore terminées.

106 AHN, Ultramar, leg. 5204, lettre du gouverneur général du 15 janvier 1866.

107 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 6 février 1896, ffos 234V°-235.

108 Voir supra, pp. 61-62, et G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 51-56 et Id., « Redefining Criminality », p. 277.

109 La pluriactivité semble très fréquente dans le corps des officiers coloniaux. Par exemple, l’aide de camp des troupes espagnoles basées à Jolo est aussi pécheur de perles à ses heures perdues... (MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 102, dépêche 63.)

110 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 101, dépêche 52 du consul de Bérard (25 décembre 1894), P 240, voir aussi P 244 sur la disparition de la caisse du corps expéditionnaire de Mindanao. En 1892, le comptable de la Marine s’est enfui à Hong-Kong avec 12.000 pesos. (FAM, leg. 326, exp. 1, lettre du gouverneur général E. Despujol au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 4 janvier 1893.)

111 Les virements totalisent 60.000 pesos. G. de Bérard a visiblement été informé par l’administrateur de la compagnie qui est un Français (MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 7, dépêche du consul de Bérard, 20 juin 1896, f° 306).

112 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 20 février 1894.

113 Pour un exemple, voir le cas de la colonie disciplinaire de San Ramon dans G. Bankoff, « Déportation and the Prison Colony of San Ramon », p. 454.

114 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 102, dépêches 65, f° 360v°, et MAE, CPC, nouvelle série Espagne, Îles Philippines, vol. 30, dépêche 83 du 3 juin 1896, ffos 57-58.

115 J. de Urquía y Redecilla, Historia negra [1899], pp. 18-21, 26-27 et 119-120. La corruption pendant la guerre de 1896-1898 fait aussi l’objet de longs développements dans D. Isern y Marco, Del desastre nacional y sus causas [1899], pp. 310-327.

116 J. L. Villanova, El Protectorado de España en Marruecos, pp. 78-80.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search