Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Première partie

Chapitre ii

La corruption au village

Texte intégral

  • 1 Ces portraits peu flatteurs sont légion, ceux de M. Scheidnagel, Colonización española [1893], pp. (...)

1Nous sommes là aux frontières de notre sujet : certes la commune est un échelon essentiel de l’appareil administratif de la colonie, mais il est confié à des notables locaux qui, sans formation préalable et à peine rétribués, ne servent que pendant quelques années tout en continuant par ailleurs d’exercer leur profession, s’ils le peuvent. La strate inférieure de l’administration coloniale est pourtant celle sur laquelle la documentation est la plus abondante. Si les auteurs espagnols sont assez réticents lorsqu’il s’agit de dénoncer la corruption de leurs compatriotes, ils prennent en revanche un malin plaisir à décrire, dans le détail, l’administration immorale et les prétentions qu’ils jugent ridicules des agents administratifs philippins1. Du début à la fin du siècle, toutes nos sources soulignent les graves dysfonctionnements et les dérives malhonnêtes des communes. Ces pratiques rappellent étrangement, à une autre échelle, celles que nous venons d’observer au niveau provincial. Avant d’étudier les communes, il faut s’arrêter sur le rôle, souvent trouble, joué par la strate intermédiaire des subalternes du gouverneur.

I. – Les subalternes du gouverneur

2Autour des gouverneurs de province gravitent un petit nombre de satellites : le secrétaire et quelques commis aux écritures, le personnel du tribunal, les employés chargés d’organiser les travaux publics. Selon nos sources unanimes, ces subalternes sont particulièrement corrompus. Le secrétaire du gouverneur reste très mal connu. Son pouvoir est indiscutablement considérable parce que les gouverneurs, du fait de leur mode de recrutement, n’ont aucune connaissance de la province qu’ils dirigent, voire de l’administration coloniale ; ils doivent donc faire une confiance aveugle à leur secrétaire :

  • 2 « Como quiera que el Gobernador, desde el momento m que se posesiona, entra en funciones y ha de re (...)

Étant donné que le gouverneur, à partir du moment où il prend possession de sa charge, entre en fonction et doit régler une masse d’affaires très diverses, on peut dire qu’il doit, dès ses premiers pas, être pris en main par le secrétaire officiel ou adjoint qui, lui, a une longue expérience du fonctionnement du bureau2.

  • 3 « Por lo común van tan a ciegas tos alcaldes a sus respectivas provincias en todo lo que no dice re (...)
  • 4 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 26. L’absentéisme est une des plaies de (...)

3Les attributions des gouverneurs sont si vastes qu’ils sont contraints de déléguer largement l’administration de la province, sans compter que certains, en particulier avant 1844, sont si occupés par leurs affaires personnelles qu’ils n’ont guère de temps à perdre dans les dossiers3. D’autres sont simplement paresseux ou absentéistes, mais le résultat est le même : les subordonnés du gouverneur jouissent, même si le gouverneur est honnête, d’une grande liberté d’action4. Le secrétaire est fréquemment et logiquement impliqué dans les poursuites engagées contre le gouverneur, mais il est difficile de déterminer son rôle réel dans les affaires de corruption parce que la plus haute autorité de la province retient toute l’attention des juges et parce que les alcaldes mayores mis en accusation tentent systématiquement de faire de leurs subalternes des fusibles.

  • 5 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p, 23 ; B. Cruikshank, Samar (1758-1898), p. 36
  • 6 N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 195 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, pp. 287-28 (...)
  • 7 AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, Memoria sobre la gobernación général de Filipinas por Dn. Rafael (...)
  • 8 Les auxiliares de fomenta appartiennent à l’administration locale, ils sont nommés par la direction (...)
  • 9 AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 1, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong (...)

4Selon les dossiers de poursuites, les gouverneurs corrompus ont fréquemment pour hommes de main de petits employés du gouvernement qui se déplacent sans arrêt dans la province pour extorquer, au nom du gouverneur, de l’argent5. Dans la première moitié du siècle au moins, une partie de ces intermédiaires n’ont pas véritablement un statut de fonctionnaire : ils sont recrutés personnellement par le gouverneur à son arrivée dans la province, ils exercent fréquemment une autre activité et leurs appointements ne sont pas fixes6. La catégorie la plus pourrie est celle des petits fonctionnaires chargés, en utilisant la corvée, de l’entretien des routes, des chemins et des ponts. Ces inspectons de obras públicas, remplacés en 1872 par les auxiliares de fomento7, sont au cœur des innombrables abus commis, avec ou sans l’accord du gouverneur, dans l’organisation des polos y servicios. Ils doivent aussi activer les rentrées fiscales et surveiller les opérations de recrutement militaire, autant d’attributions qui se prêtent particulièrement à l’extorsion et au détournement8. Ces petits fonctionnaires sont des hommes de main rêvés, pour les gouverneurs corrompus, parce qu’ils connaissent parfaitement la province et les autorités municipales des différents villages et parce qu’ils peuvent très facilement utiliser leur fonction pour menacer ceux qui refusent de se plier aux lois de la corruption9.

  • 10 En 1880, un interprète touche seulement 72 pesos par an et un copiste (escribiente) 96 pesos par an (...)
  • 11 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los A (...)

5Les auxiliaires de justice des cours provinciales sont aussi particulièrement rapaces. Ces greffiers, traducteurs-interprètes ou secrétaires occupent une position stratégique puisqu’ils sont à l’interface entre les plaignants et le juge, l’alcalde mayor. Les subalternes ont souvent un bagage juridique limité, mais ils savent manier les formules qui permettent de donner à une pièce forgée le vernis de la légalité. Leurs services sont donc indispensables pour la masse des Philippins, de bonne ou de mauvaise foi, qui ne comprennent rien à un droit extrêmement complexe parce que constitué de strates successives et souvent contradictoires. Très mal payés10, les subordonnés sont forcément tentés de faire commerce de leur influence et bien peu semblent avoir résisté à la tentation. Il leur est très facile de mettre les plaignants en concurrence et de se vendre au plus offrant. L’instruction des affaires est lente parce que ceux qui en sont chargés ont tout intérêt à faire monter les enchères et à multiplier les occasions de toucher des honoraires plus ou moins légaux. Parfois, le pot-de-vin est une simple taxe illicite, un droit d’accès exigé pour prendre en compte le dossier11.

6Le curé de Cabatuan n’hésite pas à comparer la Cour de la province d’Iloilo à « une bande de voleurs ou à une maison de prostitution » :

  • 12 « ... El juzgado en esta Provincia se ha convertido en un negocia de interés, en un agio, en donde (...)

... Le tribunal de cette province est devenu un lieu de marchandage et d’agiotage, où les nombreux employés n’empochent que de l’argent comptant, au point qu’une plainte n’est enregistrée qu’après la question rituelle « Combien tu offres ? ». Des taxes prélevées pour des emprisonnements justifiés ou injustifiés, des incarcérations à répétition pour cause d’impositions indues, voilà le pain quotidien du tribunal de cette province. Assez fréquemment, les employés du tribunal ont ou envoient des émissaires dans les villages pour susciter des procès, pour encourager des jeux prohibés, et ces mêmes agents dénoncent et compromettent ceux qui sont en vue dans le village, qu’ils aient ou non effectivement joué12...

  • 13 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de (...)
  • 14 Voir AHN, Ultramar, leg. 5351, Memoria reservada que al entregar el mando superior de Filipinas el (...)
  • 15 Voir infra, pp. 202-207.

7Il est souvent difficile de préciser le degré de complicité des juges espagnols. Ces derniers ne comprennent pas et ne parlent pas les langues philippines, ils doivent donc se fier aveuglément à la traduction et à l’avis de leurs subordonnés, lorsque les plaignants ou les suspects ne parlent pas l’espagnol, ce qui est le cas le plus courant en province. De plus, les gouverneurs sont en général débordés par d’autres tâches et ils n’ont pas le temps de vérifier le travail des subalternes13. Sauf si l’on suppose que les employés corrompus sont assez habiles pour ne pas éveiller la méfiance des gouverneurs, trois solutions s’offrent à ces derniers : soit ils ferment les yeux sur les agissements des auxiliaires malhonnêtes parce qu’ils ne peuvent se passer d’eux, soit ils les encouragent dans la voie de la corruption et partagent avec eux le fruit des prévarications, soit ils tentent de moraliser la justice dans leur province14. Des trois, la dernière est la voie la plus aventureuse et semée d’embûches15.

  • 16 Pedro Pampillón y Molina est nommé à la tête de la province de Manille en 1860, moins d’un an plus (...)

8Les subalternes ont sans nul doute joué un rôle fondamental dans la perpétuation des réseaux corrompus. Les gouverneurs – point qui sera détaillé plus loin – sont de plus en plus instables, or ils sont parfois mis en accusation seulement quelques mois après leur entrée en fonction16. Selon toute vraisemblance, ils n’ont pas eu matériellement le temps de mettre sur pied un système complet de pillage de leur province et ils se contentent de reprendre à leur compte les structures existantes. Les subalternes corrompus ont pu ainsi manipuler leurs supérieurs et exploiter leurs faiblesses :

  • 17 L’auteur fait ici allusion aux militaires qui, du jour au lendemain, se retrouvent à la tête de gou (...)
  • 18 « La novedad y lo complejo del cargo motiva que estos funcionarios, cuando carecen de dotes natural (...)

La nouveauté et la complexité de la charge font que ces fonctionnaires17, lorsqu’ils manquent de dons naturels pour le commandement et l’administration – aptitudes que tout le monde n’a pas – et lorsqu’ils sont soit très indolents, soit peu enclins à l’étude et à la réflexion, se jettent dans les bras de n’importe quel subalterne qui, plus malin, habile et audacieux, n’ayant rien à perdre, n’hésite pas à exploiter l’ignorance ou la faiblesse de son chef et, en flattant ses passions et en présentant les choses comme étant faciles, faisables et sans risques, le pousse alors dans les aventures les plus risquées18...

  • 19 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 24 (...)

9Dans la province de La Laguna, au début des années 1890, les détournements et les extorsions sont réparties selon un barème fixe : le gouverneur touche 60 %, le secrétaire 20 %, son adjoint 10 % et l’auxiliar de fomento 10 %. Le système est si bien huilé qu’il se perpétue, jusqu’à ce qu’il soit découvert, sous le mandat de quatre gouverneurs successifs19.

  • 20 Cette expression péjorative est employée dans les Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1 (...)
  • 21 Voir, par exemple : AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, tenient (...)
  • 22 AHN, Ultramar, leg. 5344, exp. 1-2, poursuites contre Antonio Martínez, GPM de Cebu, 1878-1879,

10Méfions-nous cependant de nos sources. Les subalternes du gouverneur étant, pour les rangs inférieurs, recrutés aux Philippines mêmes, certains auteurs semblent avoir noirci systématiquement le rôle de ces escribanillos20 pour atténuer les responsabilités des fonctionnaires venus de métropole21. Dans certaines poursuites engagées contre des gouverneurs, les subordonnés servent à l’évidence de lampistes22.

II. – L’organisation communale

  • 23 La commune indigène a donné lieu à de très nombreuses publications. La description proposée ici est (...)

11Les Espagnols n’ont jamais eu les moyens humains et financiers de contrôler directement et étroitement les populations philippines. Les fondateurs de l’Empire espagnol en Asie avaient parfaitement conscience de cette faiblesse et ils décidèrent de réutiliser les structures politiques pré-coloniales23. Lorsque Legazpi prend possession des Philippines au nom de la Couronne d’Espagne, les populations malaises sont groupées en barangays, composés d’un nombre variable de familles et dirigés par l’aristocratie des datus. L’administration coloniale permet à cette élite indigène de conserver son pouvoir local en échange de sa collaboration : les datus deviennent des cabezas de barangay.

  • 24 Le terme barangay est de moins en moins fréquent au XIXe siècle. Il est remplacé par celui de cabec (...)

12Cette récupération permet de limiter la machine administrative coloniale au strict minimum et d’éviter de traumatiser les Philippins par un changement trop brutal. Le barangay24 est cependant un simple groupement de contribuables et cette unité fiscale de base est trop restreinte pour encadrer efficacement les populations colonisées : les Espagnols mettent donc en place un nouvel échelon politico-administratif, le pueblo, qui groupe un certain nombre de barangays sous la direction d’un responsable lui aussi philippin, le gobernadorcillo. Cette cellule communale porte le nom de tribunal municipal ou de municipio indígena. Elle est appliquée à l’ensemble de l’Archipel, dans les villes comme dans les campagnes.

13À la base, le cabeza de barangay est chargé de lever la capitation d’un groupe d’une cinquantaine de familles, en théorie, soit cinquante tributos enteros. Il est désigné pour trois ans par le gouverneur de la province sur proposition des notables de la commune. Le gouverneur consulte en général le curé pour vérifier si le futur collecteur des impôts est suffisamment honnête et surtout s’il possède des biens, ces derniers étant saisis par les autorités coloniales le cas échéant. Le cabeza n’a aucun pouvoir exécutif, mais il doit veiller au maintien de l’ordre dans son barangay, et son autorité morale peut être mise à contribution pour régler des querelles mineures au sein du pueblo. Le barangay n’est pas une unité territoriale : des familles de quartiers différents d’un même pueblo peuvent appartenir à un même barangay.

14Le travail fiscal des cabezas de barangay est supervisé par le gobernadorcillo ou capitán municipal, personnage clef de la commune indigène dont il est en quelque sorte le maire. Il est administrativement et financièrement responsable du recouvrement de la capitation. Il doit surveiller l’exécution des décisions de l’administration centrale dans sa circonscription et signaler aux autorités coloniales les problèmes de tous ordres. Il doit aussi veiller à la conservation de l’ordre public et, en collaboration avec le curé, de l’ordre moral. Pour ce faire, il possède des pouvoirs de police importants puisqu’il peut arrêter les contrevenants et les emprisonner dans le tribunal municipal, c’est-à-dire la mairie. Il juge les causes civiles ou criminelles de faible importance et, pour les affaires criminelles plus importantes, il réalise les enquêtes préliminaires. Il encadre les travaux d’intérêt général (routes, ponts, construction et entretien du tribunal et de l’église) réalisés grâce aux polos y servicios. Enfin, il organise le service de courrier entre le pueblo et la cabecera de la province, le service de surveillance nocturne des accès du pueblo et le tirage au sort des conscrits.

  • 25 Voir infra, pp. 179-180.

15Le gobernadorcillo ne peut exercer seul toutes ces tâches : il est secondé par des oficiales ou ministros de justicia. Le teniente mayor joue le rôle d’un premier adjoint au maire, d’autres adjoints tenientes et des alguaciles, chargés de veiller à l’ordre public et véritables hommes à tout faire du pueblo, complètent le dispositif. Des « juges », en fait plutôt des lieutenants de village, sont chargés d’instruire et d’arbitrer les conflits concernant l’agriculture (juez mayor de sementera), l’élevage (juez mayor de ganado) ou des fautes de police mineures (juez mayor de policía). Comme le gobernadorcillo est très souvent incapable de comprendre et d’écrire le castillan, il est assisté d’un directorcillo, à la fois secrétaire et traducteur25.

III. – Les filtraciones extra-legales dans les communes

  • 26 L’expression de filtraciones extra-legales est employée dans le rapport de la DGAC du 10 mars 1881 (...)
  • 27 PNA, Varias Provincias, Tondo, leg. viii, rapport de Manuel de Laya du 29 juillet 1825 ; MN, volume (...)
  • 28 PNA, Varias Provincias, Tondo 1818,

16Les détournements du produit des impôts26 et des taxes sont massifs. Les gobernadorcillos et les cabezas de barangay ont pour habitude de manipuler les registres d’imposition afin d’occulter un certain nombre de tributs, soit pour exonérer leurs proches, soit pour en détourner le montant La malversation peut prendre deux formes : soit l’administré qui est légalement non-imposable est contraint d’acquitter une somme immédiatement détournée, soit le contribuable est exempté contre un pot-de-vin. Ces pratiques sont si anciennes et si courantes qu’elles sont parfaitement entrées dans les moeurs et que personne, au sein du pueblo, ne s’en offusque27. Les cabezas ont aussi pour habitude d’exhiber de faux certificats d’enregistrement (empadronamiento) dans une autre commune pour faire rayer des listes des « absents » dont le tribut va directement dans leur poche28.

  • 29 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 336 ; APAF, doc. 227 (...)

17La réitération des réformes et des circulaires témoigne de la fréquence de ces prévarications. La mise en place des cédules personnelles ne semble pas avoir moralisé la para-bureaucratie sur ce point. Certes, les contribuables échappent plus difficilement à l’impôt puisque la cédule tient aussi lieu de papier d’identité, mais les autorités municipales peuvent négocier l’inclusion du contribuable dans une autre catégorie que celle à laquelle il devrait légalement appartenir. La multiplication des catégories d’imposition, des échéances et des majorations complique encore la tâche des cabezas29.

  • 30 J. M. Ruiz Memoria complementaria [1887], p. 237 ; E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Centu (...)

18Comme les gouverneurs de province, les autorités municipales ont une imagination sans limites lorsqu’il s’agit d’inventer des redevances illégales ou des surtaxes imaginaires, en espèces ou en nature. L’affirmation mensongère selon laquelle les versements sont exigés par les autorités espagnoles est un moyen commode pour contraindre les administrés à obéir. Les gobernadorcillos détournent fréquemment les sommes remises par les voyageurs, le curé ou les fonctionnaires espagnols en échange des fournitures de vivre ou de services, au détriment des prestataires qui restent impayés30. Certains gobernadorcillos se transforment en usuriers et utilisent leur pouvoir pour contraindre les paysans à emprunter, puis à vendre leur production à bas prix.

  • 31 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 312 ; AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC d (...)
  • 32 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Estado ecclesiásti (...)
  • 33 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los A (...)
  • 34 Voir X. Huetz de Lemps, « Les Philippins et l’impôt du sang ».
  • 35 « The stick was often in requisition », nous dit F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [ (...)

19Les corvées, les services collectifs de garde ou de courrier donnent lieu à d’infinis abus parce qu’il est pratiquement impossible aux autorités coloniales – quand elles ne sont pas de connivence – de contrôler l’emploi des journées de corvée. Des exemptions injustifiées sont accordées aux protégés, des certificats de complaisance sont vendus : les listes d’exemptés de la corvée laissent rêveur sur le pourcentage de vieillards, d’infirmes et des malades chroniques qu’un pueblo des Philippines pouvait compter au XIXe siècle... Inversement de vrais pauvres et de vrais malades ne peuvent faire valoir leurs droits, faute de pesos31. Les ennemis du gobernadorcillos sont astreints aux tâches collectives les plus dures et les plus humiliantes32. La force de travail des corvéables ou des prisonniers est parfois détournée au profit des terres et des activités des responsables municipaux33. Les trafics d’influence semblent aussi très fréquents dans le domaine du service militaire ou de la justice34. À l’échelle du pueblo comme à celle de l’administration provinciale, ces exactions, légales ou illégales, s’accompagnent souvent d’abus de pouvoir et de violences35.

20Selon les sources espagnoles, ces contributions forcées constituent la norme dans l’Archipel. Les réactions du Conseil d’administration, la plus haute instance consultative de la colonie, face à l’épais dossier de plaintes contre Ventura Alandy, gobernadorcillo de Tayabas, est particulièrement symptomatique. Les charges sont lourdes : prélèvements indus, abus sur les prestations en travail, coups et blessures pour faire pression sur les récalcitrants, le tout avec la protection supposée du gouverneur de la province. Loin de s’offusquer, les sages du conseil affirment que :

  • 36 « ..Éstas y otras cosas no son un delito imputable al Alandy sino a todos los que han sido Gobernad (...)

... Les agissements incriminés et bien d’autres ne sont pas des délits imputables au seul Alandy, mais à tous ceux qui ont été gobernadorcillos. Il s’agit là d’abus qui sont continuellement commis et qui sont tolérés jusqu’au jour où, parce qu’ils sont véritablement illégaux, ils deviennent autant de chefs d’accusation contre celui à qui l’on veut nuire36.

21L’omniprésence de ces pratiques illégales ne semble donc faire aucun doute. Leur interprétation est cependant plus complexe que ne le laissent supposer certaines sources d’origine espagnole et il serait abusif de conclure que les gobernadorcillos et cabezas de barangay philippins sont systématiquement corrompus, au sens où ils utiliseraient leur pouvoir à des fins d’enrichissement personnel.

  • 37 Les mêmes registres d’immatriculation erronés sont utilisés pour de nombreuses tâches administrativ (...)
  • 38 « Sistema de recaudación », La Solidaridad, 1(8), 31 mai 1889 ; J. Rajal y Larre, « Memoria acerca (...)

22Un certain nombre d’errements sont tout d’abord dus à la simple incompétence et à un manque criant de moyens, la frontière entre impéritie et service monnayé étant, une nouvelle fois, pratiquement impossible à établir. Les cabezas doivent lever les impôts sur la base de fausses listes de tributaires parce que le collecteur n’a pas le temps, l’envie ou les moyens de les mettre à jour : chaque cabeza a son lot de vagabonds, de vrais pauvres, de malades, de personnes défuntes ou disparues qui n’ont pas été rayés des listes ou de contribuables dont le sexe et le nom sont erronés37. Une partie des contribuables préfère aussi payer directement les impôts à l’administration de la province, mais ils continuent de figurer sur les rôles du village. Seule une parfaite collaboration entre la municipalité, le curé et les autorités provinciales permet de corriger ces innombrables erreurs, ce qui est très rarement le cas. Ainsi, les collecteurs ont souvent intérêt à payer de leur poche pour un contribuable décédé ou disparu plutôt que de risquer des sanctions ou de se lancer dans la complexe et coûteuse aventure d’un recours dont les fiais sont intégralement à leur charge38. L’extrême complexité des procédures de radiation, à l’origine destinée à éviter les dérapages des percepteurs indigènes, aboutit donc au paradoxe que même les cabezas honnêtes contreviennent à la loi, simplement pour ne pas risquer de laisser des impôts impayés et partant d’être accusés de détournement de fonds publics.

  • 39 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 236.
  • 40 Circulaire du 6 novembre 1885 (M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t (...)

23La condition des responsables locaux philippins tend à se dégrader au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle. En effet, la charge de travail augmente, en particulier celle du gobernadorcillo : les domaines d’intervention de l’administration coloniale sont toujours plus nombreux et les magistrats communaux doivent faire appliquer une législation de plus en plus contraignante. Ils sont chargés d’appliquer des dispositions qu’ils ne comprennent pas, soit parce qu’elles sont trop complexes et inadaptées aux réalités locales, soit simplement parce qu’ils ne lisent pas ou mal l’espagnol39. Les autorités centrales multiplient les rappels à l’ordre, mais ces circulaires ne font qu’augmenter le chaos ambiant40.

  • 41 Alors que le fonctionnement de la commune repose le plus souvent sur ses épaules, le directorcillo (...)
  • 42 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 237.
  • 43 AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, Memoria sobre la gobernación general de Filipinas por Dn. Rafael (...)

24Les budgets des pueblos ne sont pas réévalués et deviennent notoirement insuffisants du fait de la multiplication des missions. Les sommes allouées, 25 pesos par an, ne permettent pas de subvenir aux multiples dépenses (papeterie, salaire du directorcillo41 et des escribientes, éclairage de la casa tribunal...)42. Fréquemment, les ponctions arbitraires alimentent une caisse noire et financent les dépenses ordinaires ou extraordinaires, comme l’organisation des fêtes communales. Une partie de ces contributions plus ou moins volontaires est effectivement affectée à l’objet de la souscription, mais les magistrats de la commune se servent parfois au passage. Les administrés, par peur ou par solidarité, dénoncent rarement ces combines43.

  • 44 Ces privilèges sont étendus à sa femme et à son fils aîné (primogénito).
  • 45 M. de Azcárraga y Palmero, la reforma del municipio indígena [1871], p. 10.
  • 46 APAF, doc. 227/1-a, Memoria sobre la Reforma municipal (1893 ?) ; « Lo que pasa en Iloilo », La pol (...)

25Les lourdes charges des responsables communaux ne sont que très faiblement rétribuées. Cependant, un certain nombre d’avantages et de privilèges doivent en théorie attirer des candidats et leur conférer un prestige suffisant au sein des communes. Le cabeza, en échange des services rendus, est exempté de capitation, de corvée et de service militaire s’il y a lieu ; il perçoit en outre 2 % de l’ensemble des tributs44. À l’issue de dix années de bons et loyaux services, il jouit de ces privilèges à vie, il porte le titre honorifique de Don et il entre dans le conseil des notables, la principalía. L’intéressement du gobernadorcillo est de 0,5 % du produit de l’impôt, il est exempté du paiement de la capitation ainsi que son épouse, il perçoit en théorie des droits modiques sur certains documents administratifs ou certaines décisions de justice. Ces émoluments sont dérisoires et le demi pour cent laissé au gobernadorcillo ne couvre même pas le coût du transport de l’impôt jusqu’à la capitale de la province45. De plus, les primes ne sont pas toujours réglées du fait de la désorganisation globale de l’administration coloniale, mais aussi et sans doute surtout parce que les fonctionnaires coloniaux détournent tout ou partie des fonds destinés à cet usage46.

  • 47 José Rizal, dans une oeuvre inachevée, invente le personnage de Martín, un cabeza de barangay ruiné (...)

26Face aux inévitables erreurs des responsables communaux, la seule réponse des fonctionnaires espagnols, en province comme à Manille, est la répression. Le moindre retard ou la moindre négligence dans l’acquittement des termes des contributions, dans l’exécution du travail administratif ou dans la remise de budgets au centime près sont immédiatement sanctionnés par des amendes et, en cas de récidive, par des peines de prison. Il est donc probable, au moins dans la seconde moitié du siècle, qu’une partie des actes qualifiés de corrompus n’ont pas pour objet un enrichissement personnel mais sont simplement destinés à limiter le coût d’une charge de plus en plus lourde et onéreuse, voire à éviter la ruine47 :

  • 48 « Exigir que el cabeza satisfaga cantidades que jamás puede realizar, constituye un inconcebible ab (...)

Exiger du cabeza des sommes qu’il ne pourra jamais réunir constitue un abus de pouvoir inconcevable et, dans une certaine mesure, cet abus justifie, ou tout au moins excuse en partie, les compensations que ce même cabeza doit nécessairement chercher pour ne pas se ruiner48.

27L’attitude des notables face aux responsabilités municipales et l’évolution des finalités de la corruption électorale laissent clairement entendre que l’exercice des charges municipales permet de plus en plus rarement, à mesure que l’on s’avance dans le siècle, un enrichissement illégal.

IV. – La corruption électorale

28Le gobernadorcillo et ses adjoints sont choisis au sein du corps des notables (principalía) de la commune à l’issue d’un processus électoral bien particulier. Ces élections sont organisées selon un rituel civique codifié avec soin et réformé à plusieurs reprises afin d’éviter les ententes préalables entre factions et la corruption des électeurs. Cette cérémonie doit aussi conférer au plus haut responsable de la commune indigène une légitimité et une dignité qui lui permettront de s’imposer.

  • 49 Cette description correspond à ta seconde moitié du XIXe siècle : le décret du 7 octobre 1847, publ (...)
  • 50 Le décret de 1847 fixe l’époque des « élections » aux mois de novembre et décembre. À partir du mil (...)
  • 51 Six électeurs sont tirés au sort parmi les anciens gobernadorcillos (capitanes pasados) et cabezas (...)
  • 52 Le conseil des notables (principalía) du pueblo est composé, au sens strict, des Philippins qui exe (...)
  • 53 Le futur gobernadorcillo doit résider dans le pueblo, avoir plus de vingt-cinq ans, savoir lire et (...)

29Seule une oligarchie participe au choix du nouveau capitán municipal49 : chaque année puis tous les deux ans50, un collège électoral composé du gobernadorcillo en exercice et de 12 notables51 (principales52) est réuni dans la plus grande solennité au tribunal municipal sous la présidence du gouverneur de la province. Le curé assiste aussi à la cérémonie. Les 13 électeurs philippins portent deux noms sur leur bulletin de vote. Les deux candidats qui obtiennent le plus de voix sont inscrits, dans l’ordre du nombre de voix obtenues, aux deux premières places d’une terna que le gobernadorcillo sortant complète. Les services administratifs de la province se livrent ensuite à une enquête auprès du curé, de la garde civile et du juge de première instance, afin de vérifier si les futurs magistrats communaux possèdent toutes les qualités requises pour un poste aussi important53. Le dossier, enrichi de l’avis du gouverneur de la province, est ensuite envoyé au gouverneur général qui désigne le nouveau maire de la commune indigène. Le plus souvent, le candidat en tête de la terna est choisi.

30L’effervescence, voire la violence des luttes électorales dans les pueblos ont étonné plus d’un observateur espagnol ou étranger :

  • 54 « Ninguna cosa pone en más movimientos a los naturales de esta provincia, a excepciόn de unos bien (...)

Rien ne met autant les indigènes de cette province en effervescence, à de très rares exceptions près, que l’élection des Magistrats de la commune. Cette obsession est telle qu’avant même que la période électorale ne commence et jusqu’au jour où les élections ont lieu, les indigènes ne semblent penser qu’à cela et tous les autres points qui devraient retenir prioritairement leur attention passent au second plan54...

31La corruption intervient ici à deux niveaux. En amont, le candidat ou la faction qui le soutient cherchent à s’assurer du résultat en achetant les électeurs ou en tentant d’invalider ceux qu’ils savent irréductiblement opposés à sa candidature :

  • 55 « El que aspira al cargo de Gobernadorcillo, único puesto municipal que se ansia, consume, si es ne (...)

Celui qui aspire à occuper la charge de gobernadorcillo, le seul poste municipal qui soit convoité, dépense, si nécessaire, toute sa fortune, et va jusqu’à s’endetter pour acheter les électeurs. Comme dans chaque village les candidats sont nombreux, l’achat des voix se transforme en une véritable vente aux enchères. Comme beaucoup d’électeurs font des avances et spéculent en recevant les offres de tous les candidats qui les sollicitent, cette absence de moralité devient un foyer constant d’inimitiés qui engendrent une agitation déplorable dans les villages55.

  • 56 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5, avis du Conseil d’État du 7 mai 1862.
  • 57 En général, les recours s’appuient sur les nombreuses conditions imposées par la loi électorale pou (...)
  • 58 J. Rizal, « La verdad para todos », La Solidaridad, 1(8), 31 mai 1889, p. 83 ; L. C. Dery, From Iba (...)
  • 59 Décret du 25 avril 1871 (M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. III, (...)
  • 60 Sur cette réforme, voir infra p. 307.
  • 61 F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 31.

32La mise en place, par la réforme de Clavería en 1847, du tirage au sort des électeurs a sans doute limité cette folklorique bourse aux voix56. En aval, il est toujours possible de modifier une terna défavorable en dénonçant des défauts de procédure, des tentatives de corruption, ou en affirmant que les personnes arrivées en tête ne sont pas éligibles57. Ces recours sont très fréquents ce qui signifie que même un résultat favorable doit être « assuré » pour éviter toute mauvaise surprise. Les fonctionnaires espagnols sont les spectateurs et les arbitres de ces combats et l’on imagine aisément tout le parti que peuvent tirer les corrompus de cette position : les plus puissantes familles – et cette puissance est, bien entendu, extrêmement variable d’un pueblo à l’autre – sont prêtes à toutes les subornations, tous les cadeaux, toutes les promesses, toutes les calomnies, toutes les menaces pour parvenir à leurs fins58. Les autorités coloniales, nous l’avons dit, prêtent fréquemment une oreille attentive à ces propositions. De bonnes âmes sont toujours disposées à assurer les plaignants qu’ils sont dans leur bon droit et qu’ils ont des chances de l’emporter ou de barrer la route à la faction ennemie. Ces comisionados font valoir les réseaux d’influence, fictifs ou réels, qu’ils ont tissés avec les autorités espagnoles : logiquement, ces services s’acquittent au prix fort59. La réforme municipale60 de 1893 donne plus d’autonomie aux communes et limite sans doute les possibilités de manipulation des résultats électoraux par le gouverneur de la province puisque la terna est supprimée : désormais, si le gouverneur rejette le choix des principales, il doit se justifier61.

  • 62 J. Rizal, « La verdad para todos », p. 83.

33L’élection représente donc une dépense considérable pour les notables puisqu’à l’achat initial des électeurs viennent souvent s’ajouter les frais, licites ou illicites, pour obtenir la confirmation de l’élection ou, au contraire, l’invalidation de l’adversaire62.

  • 63 G. A. May, A Past Recovered, pp. 38-42 ; M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indíge (...)

34Si les élections continuent de passionner les notables philippins jusqu’à la fin de la domination espagnole, les enjeux des luttes municipales évoluent progressivement, au moins dans certaines provinces. Dans ces dernières, les intrigues et les manipulations des notables ont pour objectif final d’éviter une nomination aux postes de responsabilité, de plus en plus souvent synonyme de ruine pour les plus honnêtes ou les plus malhabiles63.

  • 64 J. A. Larkin, The Pampangans, pp. 52-53 et 117, mais les conclusions de Larkin ne concordent pas av (...)
  • 65 X. Huetz de Lemps, « La crise de la commune indigène à Manille », pp. 419-442. Voir aussi M. de Azc (...)
  • 66 Voir FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura (...)

35La géographie et la chronologie de cette évolution est complexe. Dans certaines régions, comme dans La Pampanga, la péninsule de Bicol ou la vallée de Cagayan, les postes de responsabilité communaux continuent d’attirer les notables, tout au long du XIXe siècle, comme le prouve la succession de représentants des familles les plus riches à la tête des institutions municipales64. Dans d’autres provinces et dans les villes les plus importantes, on assiste au contraire à une véritable désertion des élites qui tentent, par tous les moyens, d’échapper à une élection aux postes de responsabilité ou à une nomination comme cabeza de barangay. Cette dégénérescence de la commune indigène est très précoce à Manille65, mais elle a gagné d’autres provinces à la veille de la Révolution de 1896, comme Batangas, Nueva Ecija ou la ville de Cebu66.

  • 67 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5, rapport de l’asesor José Páez, 9 novembre 1858.
  • 68 G. López Jaena, Discursos y articulas varios, p. 91, et circulaire de Valeriano Weyler du 19 juin 1 (...)
  • 69 G. A. May, A Past Recovered, pp. 41-42.

36Ce refus de servir la commune ne semble pas s’accompagner d’un recul du clientélisme et de la corruption. Dans les provinces touchées par le refus de collaboration des élites philippines, les notables utilisent fréquemment des moyens illicites pour ne pas être électeurs ou éligibles. Les fermiers d’impôts ou les estanqueros (« buralistes ») n’ayant pas le droit de participer aux élections, il est assez facile de rentrer dans ces catégories légalement ou en graissant la patte d’un administrateur des Rentas67. De même, certains achètent des certificats d’inaptitude physique pour cause de maladie chronique auprès de médecins titulaires véreux68. Les notables philippins continuent de surveiller de près les élections et la nomination des cabezas. parce qu’ils ont tout intérêt à ce que l’administration coloniale ne mette pas son nez dans les affaires de la commune et parce qu’ils veulent continuer à contrôler par l’intermédiaire de clients. Ces hommes de paille sont chargés par leur amo ou padrino de mener la vie dure aux notables de la faction rivale par des mesures administratives vexatoires, des amendes, des emprisonnements de courte durée, etc., tout en favorisant la faction dont ils sont issus (exemption de tribut ou de corvée, arrêts de poursuites judiciaires, etc.). Cette pratique a aussi un intérêt « défensif » évident : en tenant la commune, le notable évite que ses ennemis n’utilisent le poste de gobernadorcillo pour le gêner69.

  • 70 E. Jurien de La Gravière, Voyage de la corvette « La Bayonnaise » [1872], t. II, p. 60.

37Dans les dernières années de la domination espagnole, les luttes de factions dépassent la simple rivalité entre clans et familles pour prendre une nette coloration politique. Dans certains pueblos déjà « travaillés » par les idées nationalistes, l’élection cristallise deux factions irréductiblement opposées, celle dirigée par le curé et celle favorable aux idées « éclairées » anti-cléricales et, parfois, anti-espagnoles. Dans les trente dernières années du siècle, le gobernadorcillo n’est pas toujours le « serviteur empressé du curé »70.

38Seuls les inconscients, les malhonnêtes ou les aventuriers acceptent, de plus en plus fréquemment, de se mettre au service de l’administration coloniale, détruisant par la même le peu de prestige encore attaché à ces fonctions :

  • 71 « Abandonado el campo por la gente rica y un tanto ilustrada, los tribunales han sido invadidos por (...)

Comme les gens riches et quelque peu éclairés ont laissé le champ libre, les municipalités ont été envahies par des gens qui n’ont rien à perdre. Les personnes les moins dignes, les moins riches et, dans la plupart des cas, celles dont la moralité laisse à désirer accèdent aux charges municipales. Il arrive même que les notables, pour se décharger de cette obligation, propulsent au poste de gobernadorcillo les plus audacieux et ceux qui acceptent d’être condamnés à des amendes et à des peines de prison pour insolvabilité, en échange de la possibilité qui leur est offerte de vivre aux crochets de la municipalité et, éventuellement, de quitter leur charge avec quelques économies71.

39L’administration coloniale se retrouve ainsi empêtrée dans un cercle vicieux : face à l’inefficacité des responsables communaux, les fonctionnaires espagnols multiplient les sanctions et méprisent ouvertement leurs subordonnés, ce qui a pour conséquence de décourager un peu plus la bourgeoisie locale. Or, les notables refusent de servir leur commune au moment même où la complexité croissante des textes et du travail administratif rend indispensable la collaboration des Philippins les plus dynamiques et les plus instruits. L’échec total ou partiel de bien des réformes des trente dernières années de la domination espagnole trouve sans nul doute là une explication puissante, même si elle n’est pas unique.

  • 72 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les (...)

40Indirectement, cette désertion des élites facilite sans doute la tâche des autorités provinciales lorsqu’elles sont corrompues. Des gobemadorcillos et des cabezas incapables de comprendre et d’utiliser l’espagnol, totalement ignorants des règles administratives et de comptabilité, constituent des proies faciles, des moutons dociles à la tonte72.

  • 73 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 322.

41La corruption est donc une réalité quotidienne dans l’immense majorité des communes. Une partie au moins de ces dérives constituent les seules réponses possibles aux exigences iniques d’un système à bout de souffle. Pour autant, il serait aventureux de transformer l’ensemble du personnel des communes indigènes en de pauvres victimes d’un système injuste et du despotisme des fonctionnaires coloniaux espagnols. Une partie des magistrats communaux philippins exploitent et pressurent sans complexe leurs administrés, certains collaborent même avec des Espagnols véreux pour optimiser le rendement du pillage des contribuables et des corvéables. On peut donc affirmer que, dans les villages, la corruption nourrit la corruption : elle constitue l’unique moyen pour compenser les dépenses qu’entraîne l’achat des électeurs et, souvent, pour répondre aux exigences indues des fonctionnaires coloniaux. En fin de compte, ce sont les Philippins les plus humbles, les cailianes, qui en font les frais, les notables parvenant en général à échapper aux pièges du système, par un moyen ou un autre73.

Notes

1 Ces portraits peu flatteurs sont légion, ceux de M. Scheidnagel, Colonización española [1893], pp. 22-23 ; de P. Feced y Temprado, Filipinas. Esbozos y pinceladas [1888], pp. 63-72 ou de F. Cañamaque, Recuerdos de Filipinas [1877],pp. 8-15, donnent une bonne idée du profond mépris qu’éprouvent la très grande majorité des Espagnols pour leurs subordonnés philippins. Voir aussi pp. 179-180.

2 « Como quiera que el Gobernador, desde el momento m que se posesiona, entra en funciones y ha de resolver por sí tantay tanta materia diversa, puede decirse que desde los primeros pasos tiene que ser conducido de la mano por el Secretario oficial o auxiliar, antiguo práctico en el despacho. » AGI, Diversos, leg. 27, Memoria escrita en el Palacio Arzobispal de Manila, anonyme, fin 1896 ou 1897. Voir aussi MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 38 du 19 mars 1889, rapport du consul Fradin sur l’administration provinciale des îles Philippines, f° 240.

3 « Por lo común van tan a ciegas tos alcaldes a sus respectivas provincias en todo lo que no dice relación a comercio, que es bastante frecuente verles desde el principio rodeados de los hombres más inmorales y malignos, que son los más osadosy dispuestos a ofrecer y prestar sus servicios al nuevo gefe », écrit E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 7.

4 F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 26. L’absentéisme est une des plaies de l’administration coloniale espagnole. Voir, par exemple, la circulaire du 13 mai 1846, le décret du 22 juillet 1847 et l’ordre royal du 30 décembre 1852. (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, pp. 55, 94, 379-380.)

5 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p, 23 ; B. Cruikshank, Samar (1758-1898), p. 36.

6 N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 195 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, pp. 287-288.

7 AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, Memoria sobre la gobernación général de Filipinas por Dn. Rafael Izquierdo al cesar en el mando en el mes de Diciembre de 1872, f° 34. Izquierdo se fait beaucoup d’illusions lorsqu’il affirme que la création des auxiliares de fomento a considérablement amélioré l’administration des travaux publics dans les provinces.

8 Les auxiliares de fomenta appartiennent à l’administration locale, ils sont nommés par la direction générale de l’administration civile sur proposition du gouverneur de la province. Leur salaire est de 300 pesos par an. Des Espagnols métropolitains en début de carrière ou mis à pied de l’administration centrale sont parfois nommés à ce poste (J. F. del Pan et J. de la Rosa, Diccionario de la administración [1879], article « Auxiliares de fomento »).

9 AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 1, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong puis de Samar, 1864-1865 ; AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888.

10 En 1880, un interprète touche seulement 72 pesos par an et un copiste (escribiente) 96 pesos par an, (F. Cañamaque, « La provincia de Zambales » [1880], p. 267.)

11 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administraciόn de las doctrinas », anonyme, 1832, ffos 11-13 ; AHN, Ultramar, leg. 2243, Juan Álvarez Guerra (fiscal de la Audiencia), Memoria acerca de las reformas judiciales más importantes y de más urgente planteamiento en el Archipiélago Filipino, ffos 70-71 ; J. Bowring, A Visit to the Philippine Islands [1859], p. 317 ; J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], pp. 301-302 ; Census of the Philippines Islands [1905], t. I, p. 407 ; G. Bankoff, Crime, Society and the State, p. 116 ; Á. Martínez cuesta, History of Negros, p. 287.

12 « ... El juzgado en esta Provincia se ha convertido en un negocia de interés, en un agio, en donde sus numerosos agentes no reciben más que dinero efectivo, hasta el punto de no admitir quejas sin que preceda el “¿Cuánto traes ?” Derechos por prisiones justificadas, o injustificadas, y prisiones repetidas por derechos arbitrarios, es el asunto diario en el Juzgado de esta Provincia. También ha sido bastante común tener o mandar emisarios a los pueblos para suscitar pleitos, excitar juegos, y los mismos hacer las denuncias, complicando a los que tienen un mejor pasar, hubiesen o no hubiesen jugado... » AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860, copia certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859, pièce « N », témoignage du curé de Cabatuan, Fr. Ramón Alguesar, 28 décembre 1858.

13 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera au ministre d’Outre-Mer, 31 mars 1881.

14 Voir AHN, Ultramar, leg. 5351, Memoria reservada que al entregar el mando superior de Filipinas el Exmo. Sr. Marqués de Estella [Fernando Primo de Rivera] deja a su sucesor, Ier mars 1883, f° 115.

15 Voir infra, pp. 202-207.

16 Pedro Pampillón y Molina est nommé à la tête de la province de Manille en 1860, moins d’un an plus tard, de lourdes accusations de corruption et d’abus de pouvoir pèsent déjà contre lui (AHN, Ultramar, leg. 5209, exp. 36-37, poursuites contre Pedro Pampillón y Molina, gouverneur de la province de Manille, 1861).

17 L’auteur fait ici allusion aux militaires qui, du jour au lendemain, se retrouvent à la tête de gouvernements politico-militaires.

18 « La novedad y lo complejo del cargo motiva que estos funcionarios, cuando carecen de dotes naturales de mando y gobierno, que no a todos les es dado poseer, y son o más indolentes o poco aficionados al estudio y la reflexión, se echen en brazos de cualquier subalterno que más ladino, hábil y osado, no teniendo nada que perder, no vacila en explotar la ignorancia o debilidad del jefe halagándole sus pasiones y presentándole fácil, hacedero y sin riesgo el caso, le lanza a los más aventurados actos... » PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, CPM de Romblon, rapport de l’enquêteur M. Lillo y Gracia, 26 octobre 1892.

19 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 24 octobre 1893.

20 Cette expression péjorative est employée dans les Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 130.

21 Voir, par exemple : AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860, copta certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859, pièce « N », témoignage du curé de Santa Bárbara, Fr. Mateo Rodríguez, 22 décembre 1858.

22 AHN, Ultramar, leg. 5344, exp. 1-2, poursuites contre Antonio Martínez, GPM de Cebu, 1878-1879,

23 La commune indigène a donné lieu à de très nombreuses publications. La description proposée ici est fondée sur les travaux suivants : F. Blumentritt, « Organisation communale des indigènes des Philippines » [1881], pp. 145-153 ; L. Á. Sánchez Gómez, « Elecciones locales indígenas en Filipinas », pp. 53-61 ; Id., Las principalías indígenas y la administración española en Filipinas ; G. A. May, A Past Recovered, pp. 30-52 ; E,. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 62-70 ; X. Huetz de Lemps, « La crise de la commune indigène à Manille », pp. 419-442.

24 Le terme barangay est de moins en moins fréquent au XIXe siècle. Il est remplacé par celui de cabecería.

25 Voir infra, pp. 179-180.

26 L’expression de filtraciones extra-legales est employée dans le rapport de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et sur les réformes à opérer. (AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8.)

27 PNA, Varias Provincias, Tondo, leg. viii, rapport de Manuel de Laya du 29 juillet 1825 ; MN, volume 2237, doc 17, « Consulta del Capitán José María Peñaranda sobre la convenencia de reformar el método que se sigue para las elecciones de ministros de justicia », 18 février 1834, ffos 110-111 ; AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, rapport de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les réformes a opérer ; E. Polo De Lara, Estudio social y político de las islas Filipinas [1896], p. 41 ; E. Navarro, Filipinas. Estudio sobre algunos asuntos de actualidad [1897], p. 28 ; E, C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, p. 15. Sur les premiers siècles de la domination espagnole, voir P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, pp. 82-84.

28 PNA, Varias Provincias, Tondo 1818,

29 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 336 ; APAF, doc. 227/1-a, Memoria sobre la Reforma municipal (1893 ?)

30 J. M. Ruiz Memoria complementaria [1887], p. 237 ; E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 82-83.

31 F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 312 ; AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les réformes à opérer J. M. Ruiz Memoria complementaria [1887], pp. 290-294 ; E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, p. 83.

32 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Estado ecclesiástico », pp. 23-29.

33 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayoresy utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832 f° 10 ; L. Á Sánchez Gómez, « Los debates sobre la regulación de la prestación personal en Filipinas », pp. 580-581 et 589.

34 Voir X. Huetz de Lemps, « Les Philippins et l’impôt du sang ».

35 « The stick was often in requisition », nous dit F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 11.

36 « ..Éstas y otras cosas no son un delito imputable al Alandy sino a todos los que han sido Gobernadorcillos, prácticas abusivas que se sigueny toleran hasta que llega un día en que, por estar fuera verdaderamente de lo legal, se convierten en capítulo de culpaspor aquél a quien se quiere perjudicar. » PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, rapport du 5 décembre 1878. Voir aussi PNA, Expedientes Gubernativos, leg.3, plainte de 9 principales d’Iban (Batangas) contre le gobernadorcillo, 1883.

37 Les mêmes registres d’immatriculation erronés sont utilisés pour de nombreuses tâches administratives aussi importantes que le tirage au sort des conscrits.

38 « Sistema de recaudación », La Solidaridad, 1(8), 31 mai 1889 ; J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], pp. 335-336 ; APAF, doc. 227/1-a, Memoria sobre la Reforma municipal (1893 ?). Sur l’élaboration des rôles d’impôt, voir D. F. Doeppers et P. Xenos, Population and History, pp. 244-245 et 283-284.

39 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 236.

40 Circulaire du 6 novembre 1885 (M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. III, pp. 68-74).

41 Alors que le fonctionnement de la commune repose le plus souvent sur ses épaules, le directorcillo touche un salaire royal de 25 pesos par an.

42 J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 237.

43 AHN, Ultramar, leg. 5222, exp. 37, Memoria sobre la gobernación general de Filipinas por Dn. Rafael Izquierdo al cesar en el mando en el mes de Diciembre de 1872, f° 34 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y López, GPM de Davao, 1878-1879 ; M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], pp. 14-17 ; J. M, Ruiz, Memoria complementaria [1887], p. 294 ; J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 320 ; E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, p. 85 ; S. Borromeo-Buehler, « The Inquilinos of Cavite », pp. 73-74.

44 Ces privilèges sont étendus à sa femme et à son fils aîné (primogénito).

45 M. de Azcárraga y Palmero, la reforma del municipio indígena [1871], p. 10.

46 APAF, doc. 227/1-a, Memoria sobre la Reforma municipal (1893 ?) ; « Lo que pasa en Iloilo », La política de España en Filipinas, 4(97), 23 octobre 1894, p. 286.

47 José Rizal, dans une oeuvre inachevée, invente le personnage de Martín, un cabeza de barangay ruiné par les exigences du gouverneur de la province. (J. Rizal, « Fragmento de una novela », p. 265.) L de los Reyes y Florentino, El folk-lore filipino, pp. 540-615, décrit bien la descente aux enfers d’un cabeza pris dans les engrenages de l’administration coloniale.

48 « Exigir que el cabeza satisfaga cantidades que jamás puede realizar, constituye un inconcebible abuso de fuerza, y basta cierto punto justifica, o porto menos disculpa en parte, la compensación que ese mismo Cabeza ha de buscar forzosamente para no arruinarse. » APAF, doc 227/1-a, Memoria sobre la Reforma municipal (1893 ?), l’auteur de ce très intéressant mémoire anonyme semble être un régulier. Voir aussi G. Bankoff, « Big Fish in Small Ponds », p. 682 ; B. Cruikshank, Samar(1758-1898), p. 155.

49 Cette description correspond à ta seconde moitié du XIXe siècle : le décret du 7 octobre 1847, publié par le gouverneur Clavería, modifie sensiblement l’organisation des « élections » du gobernadorcillo et le nouveau rituel, à peu de détails près, reste en vigueur jusqu’aux années 1890. Sur les réformes de 1847, voir AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5.

50 Le décret de 1847 fixe l’époque des « élections » aux mois de novembre et décembre. À partir du milieu des années 1850, elles ont lieu en avril. À partir de 1862, le gobernadorcillo est élu pour deux années.

51 Six électeurs sont tirés au sort parmi les anciens gobernadorcillos (capitanes pasados) et cabezas de barangay ayant servi plus de dix années (cabezas reformados), six autres parmi les cabezas de barangay en exercice.

52 Le conseil des notables (principalía) du pueblo est composé, au sens strict, des Philippins qui exercent un pouvoir au sein de la commune et des anciens gobernadorcillos, tenientes de barrio et cabezas de barangay, auxquels s’ajoute, à la fin du XIXe siècle, le maître d’école. Mais ce terme, au XIXe siècle, désigne souvent l’ensemble des notables du pueblo et leurs familles, qu’ils aient ou non eu des responsabilités administratives dans la commune. Les deux significations du terme de principalía, strictement politique ou social, ne se recoupent pas forcément Ainsi, son emploi donne lieu à de nombreuses confusions et approximations, tant dans les sources que dans les livres d’histoire. Pour une solide discussion de la notion de principalía voir N. G. Owen, « The Principalia in Philippine History ».

53 Le futur gobernadorcillo doit résider dans le pueblo, avoir plus de vingt-cinq ans, savoir lire et écrire, posséder quelques rudiments de castillan, avoir exercé auparavant des charges de cabeza de barangay ou de teniente mayor avec succès, c’est-à-dire sans avoir contracté de dettes envers le Trésor colonial. Les fermiers des impôts et taxes municipales ne sont pas éligibles.

54 « Ninguna cosa pone en más movimientos a los naturales de esta provincia, a excepciόn de unos bien pocos, que las elecciones de Ministros de Justicia ; de tal modo que aun antes de llegar este tiempo hasta que por fin se celebran, parece que no tienen otro objeto en la memoria, olvidándose casi enteramente de todas las demás cosas a las que deberían prestar su atención con preferencia... » PNA, Expedientes Gubernativos, leg. i, conflit entre le Père franciscain Valverde, curé de Oas et l’alcalde mayor de Camarines, José Félix Gastelu, lettre de ce dernier au gouverneur général, 30 juillet 1829. Voir aussi AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5, lettre du gouverneur général Clavería du [9 octobre 1847. Le dossier AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5 renferme des rapports et des mémoires d’un grand intérêt rédigés en préparation de la réforme de 1847.

55 « El que aspira al cargo de Gobernadorcillo, único puesto municipal que se ansia, consume, si es necesario, cuanto tiene, y aun se empeña, para sobornar a los electores. Como son muchos los pretendientes en cada pueblo, viene a ser una verdadera subasta la compra del voto,y como muchos electores se proponen, especulan y reciben de todo el que se acerca a ofrecerles, resulta que esta falta de moralidad es un foco constante de enemistades que sostienen una deplorable agitación en los pueblos. » AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. rapport de José Maria Alix, AM de Batangas, 16 septembre 1859. Voir aussi MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 41, rapport du consul Pradier sur l’organisation municipale, 12 mai 1889, f° 257V°.

56 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5, avis du Conseil d’État du 7 mai 1862.

57 En général, les recours s’appuient sur les nombreuses conditions imposées par la loi électorale pour être électeur ou éligible.

58 J. Rizal, « La verdad para todos », La Solidaridad, 1(8), 31 mai 1889, p. 83 ; L. C. Dery, From Ibalon to Sorsogon, pp. 135-138.

59 Décret du 25 avril 1871 (M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. III, p. 65).

60 Sur cette réforme, voir infra p. 307.

61 F. Borrero, Cuestiones filipinas [1896], p. 31.

62 J. Rizal, « La verdad para todos », p. 83.

63 G. A. May, A Past Recovered, pp. 38-42 ; M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], p. 50.

64 J. A. Larkin, The Pampangans, pp. 52-53 et 117, mais les conclusions de Larkin ne concordent pas avec les affirmations du gouverneur de la province Francisco Hidalgo (AHN, 5179, exp. 5, rapport du 27 avril 1858) ; N. G. Owen, « The Principalia in Philippine History », pp. 304, n. 13 et 309-311 ; E. C. de Jesus, « Gobernadorcillo Elections in Cagayán », pp. 142-156 ; M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], p. 19 ; J. F. del Pan, Las islas filipinas. Progresos en 70 años [1878], pp. 419-420. Dans les provinces de Cagayan et de La Isabela, il est vraisemblable que les responsabilités confiées jusqu’à la suppression du monopole des tabacs aux chefs de village dans l’encadrement de la culture du tabac ne sont pas étrangères aux vocations : l’accès au poste de gobernadorcillo confère à son titulaire un prestige social et des opportunités d’enrichissement plus ou moins licites.

65 X. Huetz de Lemps, « La crise de la commune indigène à Manille », pp. 419-442. Voir aussi M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], pp. 17-18, 75-76, et L. Á. Sánchez Gómez, « Elecciones locales indígenas en Filipinas », p. 57.

66 Voir FAM, leg. 326, exp. 3, lettre du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 3 octobre 1893 ; G. A. May, A Past Recovered, pp. 36-37 ; J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 312 ; B. L. Fenner, Cebu under the Spanish Flag, PP.155-157

67 AHN, Ultramar, leg. 5179, exp. 5, rapport de l’asesor José Páez, 9 novembre 1858.

68 G. López Jaena, Discursos y articulas varios, p. 91, et circulaire de Valeriano Weyler du 19 juin 1888 citée dans L. Á. Sánchez Gómez, « Elecciones locales indígenas en Filipinas », p. 57.

69 G. A. May, A Past Recovered, pp. 41-42.

70 E. Jurien de La Gravière, Voyage de la corvette « La Bayonnaise » [1872], t. II, p. 60.

71 « Abandonado el campo por la gente rica y un tanto ilustrada, los tribunales han sido invadidos por la gente que no tiene nada que perder, y las personas menas dignas y menos pudientes y muchas veces de moralidad dudosa son las que obtienen los cargos municipales, sucediendo que la gente acomodada, para librarse de la cargo, ayuda a escalar el puesto de gobernadorcillo a los más atrevidos y a quienes nada importa sufrir multas y prisiones subsidiarias, a cambia de vivir del tribunal y tal vez retirarse con algún dinero. » M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena [1871], p. 18. Voir aussi J. M. Ruiz, Memoria complementaria [1887], pp. 242-243,291-293.

72 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les réformes à opérer. Voir aussi infra, pp. 171-175.

73 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 322.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search