Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Première partie

Chapitre premier

Le pillage des provinces par les gouverneurs

Texte intégral

  • 1 Le gouverneur de la province est même encore plus puissant que le gouverneur général parce que son (...)

1Représentant de l’autorité royale, le gouverneur de la province est, aux Philippines, un « gouverneur général au petit pied » puisque l’étendue de ses pouvoirs est calquée sur celle de la plus haute autorité de l’Archipel1 : on retrouve au niveau de la province le modèle de gouvernement ultra-centralisé, au moins sur le papier, qui prévaut dans les relations entre Manille et les provinces et, de plus en plus à mesure que l’on avance dans le siècle, entre Madrid et sa colonie.

  • 2 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », pp. 3-4. Au XIXe siècl (...)
  • 3 Les deux autres rouages essentiels de l’administration provinciale, la commune indigène et le clerg (...)

2Au début du XIXe siècle, les missions des gouverneurs sont extrêmement variées et leurs attributions sont similaires à celles de leurs homologues d’Amérique espagnole, alcaldes mayores, corregidores et gobernadores2. Chef politique de la province, le gouverneur doit maintenir l’ordre public, assurer la défense du territoire et veiller à l’application des décisions prises par l’administration centrale3. Le gouverneur, qu’il soit civil ou militaire, est aussi chef des armées dans la province (capitán aguerra) et il détient un certain pouvoir sur le clergé de sa province.

  • 4 J. F. del Pan et J. de la Rosa, Diccionario de la administracón [1879], article « Alcalde mayor » ; (...)

3L’alcalde mayor est aussi un officier de justice. Il est le juge civil et criminel en première instance de la province. Cependant, les justiciables peuvent faire appel de ses décisions devant l’audience de Manille et, dans les affaires criminelles, les compétences du gouverneur se limitent à l’instruction et à la formulation d’un avis sur la culpabilité de l’inculpé4.

  • 5 Les célibataires payent un demi-tribut. Les Philippins, indios ou métis chinois, doivent acquitter (...)
  • 6 En 1884, la corvée est abaissée à 15 jours par an.
  • 7 Dans chaque province, un admmtstrador est chargé des opérations de trésorerie et du contrôle des ca (...)
  • 8 Ce système concerne principalement les province de Cagayan et de Nueva Vizcaya.

4Dans le domaine des finances, le gouverneur de la province est le chef (subdelegado) de l’administration des Finances (Hacienda). Il est en particulier chargé du recouvrement du tributo (« tribut ») qui pèse sur chaque foyer philippin5 puis, à partir de 1884, des cédulas personales (« cédules personnelles ») qui remplacent l’ancien système de la capitation personnelle. Le gouverneur doit aussi veiller à l’exécution de la prestación personal, ou polos y servicios, journées de travail d’intérêt général que doivent, obligatoirement et gratuitement, tous les Philippins, Le corvéable peut, s’il le désire, racheter les journées de corvée contre 3 pesos par an. Cette redención, d’un montant de 3 pesos pour les 40 journées annuelles dues, est aussi gérée par le gouverneur6. L’administration des finances conserve cependant une relative autonomie et un certain pouvoir de contrôle sur la gestion des fonds7. Les monopoles d’État (rentas estancadas) échappent au contrôle du gouverneur, sauf dans les provinces productrices de tabac où l’achat des feuilles aux cultivateurs est de son ressort, en qualité de colector (« collecteur »)8.

  • 9 Voir, en particulier, la mise en place des gouvernements civils aux pp. 308-309.
  • 10 « Power tends to corrupt, and absolute power corrupts absolutely. »

5Les niveaux de responsabilité, d’autorité et de prestige du gouverneur sont donc très élevés. Ce constat est valable pour l’ensemble du XIXe siècle. Certes, des réformes tentent de corriger la centralisation excessive des pouvoirs entre les mains d’un seul homme9, mais, dans le même temps, l’extension des sphères d’intervention de l’administration coloniale tend à renforcer le pouvoir du gouverneur. Inévitablement, ce pouvoir quasi absolu fait naître la tentation d’en abuser et de le mettre au service d’un enrichissement personnel. Les gouverneurs offrent bien des preuves de la sagesse de Lord Acton, auteur de l’aphorisme « le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument »10.

I. – L’indulto de comercio et la réforme de 1844

  • 11 L’interdiction absolue de commercer est cependant maintenue dans deux provinces, Zamboanga et Cavit (...)

6Au début du XIXe siècle, la concentration des pouvoirs confiés aux gouverneurs est susceptible, à elle seule, d’engendrer de multiples conflits d’intérêt et d’éveiller d’irrésistibles tentations. Or, les alcaldes mayores disposent également, dans la plupart des provinces, d’un pouvoir économique considérable issu de l’autorisation de pratiquer le commerce à titre privé11, l’indulto de comercio, qui leur a été concédé par la cédule royale du 17 juillet 1751. Profitant de cette licence, de nombreux gouverneurs ont fait du négoce leur principale activité et, plus grave encore, ils ont parfois mis les pouvoirs que leur confère la fonction publique au service de leurs intérêts privés. Les débordements de ces fonctionnaires-commerçants ont été décrits et dénoncés par de multiples auteurs. Pourtant, la décision de couper court à ces pratiques et de séparer clairement la sphère publique de la sphère privée n’intervient qu’en 1844. L’intérêt de cette étude est donc double : la description des abus des gouverneurs dans les premières décennies du siècle est indispensable pour mesurer les évolutions de la période suivante ; l’analyse de la réforme permet de montrer que les nouveaux modes de fonctionnement bureaucratique font lentement leur chemin dans l’administration coloniale espagnole.

La tyrannie des gouverneurs-commerçants

  • 12 L’Archivo General de Indias conserve sans nul doute des papiers importants pour cette période, mais (...)

7Cette partie est fondée sur l’utilisation des sources imprimées publiées dans la première moitié du siècle : presque toutes étudient, de façon plus ou moins détaillée, les problèmes que pose l’indulto de comercio. Quelques dossiers de poursuites judiciaires conservés à l’Archivo Histόrico Nacional de Madrid corroborent les descriptions des observateurs12.

  • 13 Ces règles sont calquées sur celles en vigueur en Amérique espagnole. Voir H. Pietschmann, « Burocr (...)
  • 14 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 5-6 et 17 ; L. Álvarez y Tejero, De las isl (...)

8Dès sa nomination, le futur gouverneur doit se rendre, à ses frais, aux Philippines puis acheter à Manille un ou plusieurs navires, en général de cabotage. Il acquiert des marchandises qu’il écoulera ultérieurement dans sa province. Il prend des renseignements sur les productions susceptibles d’être exportées vers la capitale et sur les cours pratiqués. Il doit aussi déposer une caution et présenter des fiadores en garantie des fonds publics qu’il sera appelé à manier. Enfin, le Trésor prélève sa dîme : l’établissement du titre de gouverneur par l’administration coloniale est payant et le nouveau gouverneur perd, au profit des caisses royales, la moitié de ses revenus de la première année qui suit l’entrée en fonction (media anata)13. Ces différentes opérations nécessitent un capital important et, en règle générale, le nouveau fonctionnaire emprunte auprès des obras pías (« œuvres pies ») de la capitale philippine14. Il faut aussi tenir compte du fait que l’officier abandonne parfois une activité libérale pour devenir, temporairement, fonctionnaire. C’est le cas, en particulier, des avocats et le manque à gagner peut être considérable.

  • 15 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap, « Administracin de (...)

9Arrivé dans sa province, le nouveau gouverneur ne doit pas perdre de temps et ne pas avoir trop de scrupules s’il désire rembourser ses créanciers et réunir une fortune suffisante : il dispose de trois années, au mieux de six années, pour rentabiliser son exil15. L’alcalde mayor est un homme pressé. La réussite ou l’échec dépendent de sa capacité à se procurer des marchandises au meilleur prix possible et, inévitablement, les gouverneurs les plus avides sont tentés d’utiliser leur pouvoir administratif pour y parvenir.

  • 16 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 20. Dans le cas décrit par Mazorca, le gouve (...)
  • 17 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 20 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de l (...)
  • 18 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. Il, chap. « Administraciόn de (...)

10Certains gouverneurs mettent ainsi en place des systèmes de vente forcée pour contraindre les administrés à acheter les marchandises proposées par le gouverneur, à des prix, bien entendu, exagérés16. Certains gouverneurs n’hésitent pas à se lancer dans le commerce de détail : une épouse de gouverneur se serait même abaissée à tenir la boutique17... Les prêts forcés sont une autre variante. Le gouverneur contraint les Philippins à accepter des avances en argent à des taux usuriers au moment des semailles. Le débiteur doit ensuite rembourser en nature en fournissant des produits dont le prix est largement sous-évalué18.

  • 19 SHM, Colección General de Documentos, doc. 7196, Mariano de Goicoechea, Memoria sobre noticias geog (...)
  • 20 M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en la Recopilaciόn de Leyes de Indias », p. 420.

11Les abus les plus criants interviennent au niveau de l’achat des productions locales en vue de leur exportation vers Manille. L’alcalde mayor utilise fréquemment les services d’hommes de main (personeros ou comisionados) et des agents administratifs philippins pour écumer les marchés et acheter au meilleur prix19. Les gouverneurs exigent de leurs administrés la livraison de produits à des prix inférieurs à ceux du marché et, trop souvent, ils omettent de régler ces commandes. En théorie, ces marchandises sont destinées à la consommation personnelle du fonctionnaire et de sa famille, mais ils font fréquemment l’objet d’un négoce actif20.

  • 21 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 15.
  • 22 Le cavan est une unité de mesure utilisée pour les grains, elle équivaut à 75 litres. Le cavan de p (...)
  • 23 Le riz est à l’époque un des principaux articles d’exportation de l’Archipel. Sur le négoce du riz, (...)
  • 24 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 9. Voir aussi J. Martínez de Zúñiga, Estadis (...)
  • 25 PNA, Expedientes Gubernativos, leg. y, poursuites contre Manuel de Iturriaga, gouverneur d’Antique, (...)

12La levée de l’impôt personnel indigène et l’organisation de la corvée donnent lieu à d’innombrables abus. En effet, le produit des impôts est très souvent utilisé pour garantir ou rembourser les emprunts contractés par le gouverneur en attendant les premiers bénéfices des opérations commerciales21. Le tribut permet aussi de se procurer des marchandises au meilleur prix. La manipulation la plus courante est aussi simple qu’efficace : le gouverneur, arguant de divers prétextes, exige le paiement de l’impôt en nature, mais les prix imposés pour la conversion sont très inférieurs à ceux du marché et le gouverneur empoche la différence. Les bénéfices peuvent être considérables si l’on en croit Mazorca : le cavan22 de riz (palay) estimé à 2 réaux est ensuite revendu dans la province ou exporté vers Manille ou vers la Chine23 à 6 ou 8 réaux24. Une manipulation des poids et mesures peut permettre d’arrondir encore les bénéfices de l’opération25.

  • 26 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 24-25 ; AMAE, Ultramar, leg. H 2958, Memora (...)
  • 27 T. de Comyn, Estado de las Islas Ftlipmas en 1810 [1820], pp. 137-139. Cet exemple est repris par S (...)

13Les gouverneurs savent aussi parfaitement mettre à profit la conjoncture. Ainsi, ils exigent parfois le paiement du tribut en espèces juste avant la moisson, c’est-à-dire à une époque où les contribuables et les collecteurs philippins des impôts n’ont pas de liquidités disponibles : ils sont alors contraints de signer, en position de faiblesse, des engagements en nature sur la récolte à venir26. En cas de mauvaise récolte de riz, l’alcalde mayor astucieux oblige les contribuables à acquitter l’impôt en nature, aux prix normaux, en revanche, il verse le montant en espèces à l’administration et lorsque les cours sont au plus haut, il écoule son stock de riz : au total, il parvient à flouer du même coup les contribuables et le Trésor colonial27.

  • 28 AHN, n° 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843, et E. Mazorca, Noticias de las Is (...)
  • 29 AHN, n° 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843 ;T. de Comyn, Estado de las Islas (...)

14Aux impôts viennent souvent s’ajouter des exactions illégales (derramas) imposées sous les prétextes les plus divers, comme l’entretien des troupes ou la construction de postes de surveillance contre les pirates. Ces derramas, quand elles ne sont pas purement et simplement détournées, donnent lieu aux mômes manipulations28. Comme l’alcalde mayor a absolument besoin des rentrées fiscales pour ses affaires privées, il utilise bien évidemment les considérables pouvoirs de contrainte dont il dispose pour assurer les rentrées fiscales29.

  • 30 MN, volume 1662, doc. 64, « Informe de Fray Diego Solís [...] con la descripción de la provincia de (...)

15Les gouverneurs ont aussi tendance à mettre les corvéables ou les prisonniers au service de leur négoce. Cette force de travail gratuite est utilisée pour conditionner les produits, charger et entretenir les navires. Elle permet d’obtenir gratuitement ou à bon compte les bois et bambous indispensables à la construction des navires et des entrepôts30.

  • 31 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 14 ; M. F. García de los Arcos, Intendencia (...)

16Le commerce occupe l’essentiel du temps de ces gouverneurs-négociants et, logiquement, les attributions administratives passent au second plan de leurs préoccupations, même si, par ailleurs, le gouverneur désire sincèrement faire le bien de sa province : les routes restent dans un état lamentable, les côtes ne sont pas protégées contre les incursions des pirates musulmans, etc.31 :

  • 32 « El gobernador no es un gobernador sino un comerciante y un usurero con la fuerza en la mano. » AM (...)

Le gouverneur n’est pas un gouverneur, mais un commerçant et un usurier dépositaire de l’autorité publique32.

  • 33 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los A (...)

17La justice, une des missions essentielles du gouverneur, est particulièrement négligée, sauf lorsque la menace de poursuites ou les emprisonnements arbitraires sont susceptibles de ramener à la raison des administrés récalcitrants. En effet, le gouverneur n’a pas le temps de contrôler l’instruction préliminaire réalisée par des gobernadorcillos qui ignorent en général tout du droit et de l’espagnol. L’alcalde mayor se fonde sur la traduction d’un interprète plus ou moins qualifié pour rédiger les poursuites, puis, au lieu de procéder aux enquêtes complémentaires indispensables, il se contente en général d’envoyer le dossier à un juriste de la capitale pour qu’il vérifie la procédure et donne son avis. En effet, les hommes de loi sont très rares en province et l’obtention d’un gouvernement de province n’est pas subordonnée à des connaissances, même sommaires, en droit. Le dossier revient ensuite en province pour que le gouverneur appose sa signature. Le plus souvent, l’Audience relève sans peine de multiples vices de forme et elle demande des compléments d’instruction. La perte de temps due à ces navettes est considérable, sans compter qu’elles multiplient les risques de perte du dossier. Au total, la justice est donc le plus souvent... injuste, extrêmement lente et de nombreux crimes restent impunis33.

18Pratiquement tous les observateurs, espagnols ou étrangers, soulignent que le droit de commercer concédé aux gouverneurs est la principale cause de l’oppression des Indios :

  • 34 J.-S. Dumont D’urville Voyage autour du monde [1859], t.1, p. 270. Voir, outre les sources imprimée (...)

Ces exorbitantes attributions en font un petit despote qui, de concert avec le dignitaire ecclésiastique, gouverne et rançonne la contrée. Peu payés par l’État, ces alcaldes trouvent le moyen de tirer de leur place des revenus énormes34.

  • 35 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 145.

19Le gouverneur, aveuglé par ses intérêts commerciaux, trahit systématiquement le devoir de protection des Indios afférent à sa charge : alors qu’il devrait être le padre del pueblo (« le père du peuple »)35, il est, de fait, son principal oppresseur parce que les Indios n’ont aucun moyen de résister.

  • 36 « Los infelices llevan sus frutos y groseros artefactos al mismo que directa o indirectamente les h (...)

Les malheureux apportent leur récolte et les produits frustes de leur artisanat à celui-là même qui, directement ou indirectement, doit leur fixer une valeur arbitraire : offrir tel ou tel prix pour ces marchandises revient à interdire que l’on puisse en envisager un autre, proposer c’est imposer ; or l’Indio n’a pas le droit d’hésiter : soit il se soumet à la volonté du gouverneur, soit il accepte que ce dernier le persécute36.

  • 37 Ibid., p. 142.

20À mi-chemin entre morale catholique et conception moderne de l’intérêt public, Tomás de Comyn souligne bien que le conflit d’intérêt entre le deber y el sórdido interés (« le devoir et l’intérêt sordide ») est systématiquement tranché en faveur du second37.

  • 38 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 29-30.
  • 39 lbid., p. 31.

21Les défauts du système de l’indulto, pour ses détracteurs, dépassent largement l’exploitation éhontée des pauvres indios. L’utilisation de l’argent public pour des opérations privées met en danger les intérêts du Trésor royal : au-delà de la tentation permanente du détournement, les aléas du commerce (naufrage, faillite) font peser une menace constante sur la rentrée de l’impôt38. Selon Luis P. Álvarez y Tejero, les mauvaises rentrées fiscales ne s’expliqueraient pas autrement39.

  • 40 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 18, 25. Voir aussi S. de Mas, Informe sobre (...)
  • 41 SHM, Colección General de Documentos, doc. 7196, Mariano de Goicoechea, Memoria sobre noticias geog (...)

22L’indulto tendrait aussi à bloquer toute possibilité de développement des provinces en décourageant les Philippins d’augmenter leur production et en interdisant la concurrence entre les commerçants, les producteurs et les armateurs. En effet, le gouverneur doit, dans la mesure du possible, éliminer tous ses concurrents pour augmenter sa marge bénéficiaire : s’il parvient à établir une position de monopole, il peut fixer les prix les plus bas à l’achat et les plus hauts possibles à la vente. L’alcalde mayor est donc tenté d’utiliser des prétextes d’ordre public ou d’ordre fiscal pour entraver la libre circulation des commerçants et des marchandises40. Les concurrents doivent s’allier au gouverneur ou disparaître. Cette concurrence déloyale freinerait l’installation des commerçants ou des planteurs espagnols dans les provinces et, par conséquent, le développement économique de la colonie41.

  • 42 Voir infra, p. 38.
  • 43 T. de Comyn, Estado de las Istas Filipmas en 1810 [1820], p. 142. Comyn est administrateur de la Co (...)
  • 44 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », p. 6 ; M. Augeron, « L (...)
  • 45 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 5-6.

23Les gouverneurs de province sont enfin accusés de donner un bien mauvais exemple à l’ensemble des fonctionnaires coloniaux. En effet, le décalage entre leurs modestes salaires42 et les « économies » qu’ils emportent à l’issue de leur mandat est scandaleux : Tomas de Comyn affirme que des gouverneurs sont parvenus à extraire 10.000, 20.000 et même 50.000 pesos de leur province en quelques années43. Les profits sont certes moins élevés qu’en Nouvelle-Espagne où les revenus peuvent atteindre 200.000 pesos en 5 ans44, mais ils doivent être rapportés à une colonie beaucoup plus pauvre. Des brigadiers préfèrent renoncera 3.000 pesos de solde pour obtenir un poste de gouverneur de province officiellement rétribué par 300 pesos par an, beaucoup moins en fait puisqu’il doit acquitter l’indulto45 :

  • 46 « Cada jefe de provincia es un verdadero sultán, y cuando acaba su admmistración sólo se habla en l (...)

Chaque chef de province est un vrai sultan et, quand son mandat arrive à son terme, on ne parle dans la capitale que des milliers de pesos de bénéfice net qu’il a tiré de sa province, sans prendre en considération s’il s’est acquitté ou pas des devoirs de sa charge46.

  • 47 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 15.

24Le sombre tableau que nous venons de dresser fait naître immédiatement une question : pourquoi un système unanimement décrit au début du XIXe siècle comme monstruoso y irregular, absurdo y perjudicial47 a-t-il pu rester en vigueur pendant près d’un siècle ? Pourquoi la Couronne ne s’est-elle décidée à supprimer l’indulto qu’en 1844 ?

De bonnes raisons pour maintenir un mauvais système

25Il convient tout d’abord de remarquer que les descriptions très noires du premier tiers du XIXe siècle pèchent par un manque de profondeur historique et géographique. Cette apparente amnésie est sans doute l’indice d’une évolution du regard porté sur le comportement des gouverneurs.

  • 48 Symboliquement, la première mention des alcaldes mayores aux Philippines apparaît dans un document (...)
  • 49 N. P. Cushner, Spain in the Philippines, pp. 175-177, l’auteur s’appuie en particulier sur le rappo (...)
  • 50 Le mot est d’origine tagale, on pourrait le traduire par arracher, extorquer.
  • 51 P. Hidalgo Nuchera, La recta administracin, p. 47.
  • 52 N. P. Cushner, Spam in the Philippines, pp. 108-112 ; P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, (...)

26En effet, les dysfonctionnements – dont la réalité est indiscutable – ne peuvent en aucun cas être attribués au seul indulto. Ils perpétuent en fait des dérives sensibles dès le début de la colonisation des Philippines48 et qui ont été régulièrement dénoncées49. Les bandalas50, ventes ou achats forcés de marchandises, sont imposés aux Philippins par les autorités supérieures de l’Archipel dès l’époque de Legazpi et ils constituent un des piliers, avec le tribut et la corvée, du système fiscal de la colonie51. Certes, ces formes d’exactions sont en quelque sorte privatisées parles alcaldes majores après 1751, mais le principe reste le même. Les contributions extraordinaires et illégales (derramas), les abus éhontés du système de prestations en travail, les détournements plus ou moins massifs des tributs par les Espagnols, qu’ils soient encomenderos ou alcaldes mayores,, sont tous pratiquement contemporains de la mise en place de la domination espagnole dans l’Archipel52.

  • 53 K. J. Andrien, « Corruption, Inefficiency, and Imperial Decline », pp. 13-14 ; S. J. Stein, « Burea (...)
  • 54 Voir aussi A.-M. Brenot, Pouvoir et profits au Pérou colonial au XVIIIe siècle, pp. 139-154.
  • 55 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », p. 6 ; M. Augeron, « L (...)

27En second lieu, l’utilisation systématique de l’autorité conférée par le Roi à des fins d’enrichissement personnel n’a rien de spécifiquement philippin, et le tableau que nous venons de dresser semblera bien familier à un historien de l’Amérique espagnole : il y retrouvera sans peine la même habitude des fonctionnaires de faire des affaires (tratos y contratos, granjerías), les mêmes méthodes pour contraindre les Indios à vendre leur production à bas prix ou à acheter au prix fort des produits de second choix dont ils n’ont aucunement besoin (repartos du Pérou ou repartimientos de mercancías de Nouvelle-Espagne), les mêmes prêts forcés à des taux usuriers (repartimtentos de dinero), en un mot la même institutionnalisation d’un système d’abus de pouvoir53. Les recettes employées par les gouverneurs philippins pour détourner l’argent de l’impôt, comme l’imposition des catégories théoriquement exemptées ou l’exigence de contributions illégales, sont exactement les mêmes que celles que dénoncent Jorge Juan et Antonio de Ulloa dans leurs célèbres Noticias secretas de América54. Enfin, tous ces comportements administratifs déviants s’appuient, aux Philippines comme en Amérique espagnole, sur la coercition et, bien souvent, la violence. La concentration de tous les pouvoirs, en particulier judiciaires, donne aux gouverneurs un pouvoir de nuisance tellement considérable qu’ils n’ont aucun mal à éliminer leurs concurrents et, plus généralement, tous ceux qui tentent de leur résister sur le terrain commercial55.

  • 56 A.-M. Brenot, Pouvoir et profits au Pérou colonial au XVIIIe siècle, pp. 233, 243, 245.
  • 57 Sur la mentalité des fonctionnaires nommés aux Philippines, voir pp. 264-274.
  • 58 M. Bertrand, « Sociétés secrètes et finances publiques. Fraudes et fraudeurs à Veracruz », p. 128.

28Le cas philippin présente cependant quelques singularités. À la différence de l’Amérique espagnole, les gouverneurs des Philippines du début du XIXe siècle sont moins intéressés par la vente forcée, même si elle existe, que par l’achat forcé et à bas prix des produits de l’agriculture, de la pêche ou de la cueillette destinés à l’exportation56. La connivence entre les puissantes oligarchies urbaines et les alcaldes mayores est aussi beaucoup moins sensible aux Philippines. La communauté espagnole et, en particulier créole, est très peu développée dans l’Archipel, et les rares dynasties de marchands assez puissantes pour peser sur l’administration vivent exclusivement à Manille. Alors qu’en Amérique espagnole les fonctionnaires péninsulaires sont rapidement immergés dans des réseaux locaux de pouvoir – et, pour la Couronne, cette immersion pose justement problème – les fonctionnaires en poste aux Philippines sont isolés et pensent, dans leur immense majorité, à quitter, au plus vite et si possible fortune faite, la colonie57. La corruption, dans le cas des Philippines, ne peut être interprétée comme une expression du désir d’autonomie des oligarchies créoles58.

  • 59 P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, p. 72.
  • 60 M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en la Recopilación de Leyes de Indias », pp. 415-416. Voir, en pa (...)

29La Couronne et certains gouverneurs généraux ont très tôt réagi pour tenter de limiter les exactions des alcaldes mayores et pour empêcher que l’oppression des populations conquises n’aboutisse à leur destruction ou à leur rébellion. Les premières dispositions remontent à l’extrême fin des années 1580 et au tout début de la décennie suivante59. L’immense majorité des cas de déviance publique que nous avons relevés dans les Philippines du premier tiers du XIXe siècle sont expressément interdits dans les Lois des Indes, corpus législatif qui constitue encore, à cette époque, la base du fonctionnement de l’administration coloniale. Toute une série de dispositions des Lois des Indes protègent la « libertad de los indios ». Elles sanctionnent, en particulier, le travail forcé (repartimientos de Indios) et interdisent formellement aux fonctionnaires de se procurer des revenus annexes grâce au commerce ou à l’usure. Une partie de ces textes a d’ailleurs été spécifiquement élaborée pour les Philippines60.

30Aux Lois des Indes viennent s’ajouter des dispositions édictées par différents gouverneurs généraux des Philippines. Les plus anciennes Ordenanzas de Buen Gobierno remontent au gouverneur général Sebastián Hurtado y Corcuera (1642). Un demi-siècle plus tard, F. Cruzat y Góngora (1696) publie un nouveau texte. Ces deux recueils législatifs abordent de multiples thèmes, mais les nombreuses dispositions visant directement les gouverneurs des provinces ne laissent aucun doute sur les abus qu’ils commettent dès le XVIIe siècle. De nouveaux chapitres sont régulièrement ajoutés aux ordonnances de 1696 jusqu’à ce que les gouverneurs Pedro Manuel de Arandía, en 1758, et José Raón, en 1768, décident de réactualiser les ordonnances.

  • 61 Nous nous appuyons ici sur la version imprimée en 1834. (Imp. de J. M. Dayot, xx+78 p., exemplaire (...)
  • 62 La diffusion des ordonnances de 1768 semble avoir été très limitée jusqu’à cette date : le gouverne (...)
  • 63 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 18-19 ; Documentas para la htstoria de la a (...)

31Les Reales Ordenanzas formadas por el Superior Gobierno y Real Acuerdo de estas Islas para el buen gobierno de los gobernadores, corregidores y alcaldes mayores de sus provincias, alivio de los naturales y observancia de las leyes, mandadas guardar y cumplir por Real Auto de la misma fecha (26 février 1768) sont particulièrement importantes parce qu’elles sont encore en vigueur dans la première moitié du XIXe siècle61. Un rapide examen de ce texte montre que les chefs de province sont les principales cibles : 26 des 94 articles les concernent. Cet inventaire des abus administratifs confirme indirectement le tableau brossé précédemment à partir des récits des contemporains et toutes les dérives sont mentionnées, dénoncées et interdites. Les ordonnances de 1768 sont à nouveau publiées en 180162 et 1834. Certaines dispositions sont reprises dans des circulaires : l’interdiction de monopoliser le commerce dans les provinces (article 68 des ordonnances de 1768) est, par exemple, réitérée63 dans la circulaire du gouverneur général Ricafort du 12 juin 1826.

32Cependant, cet arsenal législatif bute sur une incohérence évidente. La cause principale des dérives est clairement identifiée et énoncée par les observateurs comme par les législateurs : les gouverneurs se comportent comme des despotes parce qu’ils mettent le pouvoir que leur confère leur charge au service de leurs intérêts commerciaux. Or, cette activité commerciale est parfaitement légale en vertu de la cédule royale du 17 juillet 1751. Il ne s’agit donc pas d’un simple et classique décalage entre normes et pratiques : la loi – l’indulto – encourage directement des débordements dénoncés par d’autres textes. La contradiction entre les réalités de terrain et les instructions royales données aux gouverneurs lors de leur nomination est éclairante :

  • 64 « ... Procurando la pronta y recta administración de Justicia, el buen tratamiento de los naturales (...)

... En veillant à rendre promptement et équitablement la justice, à bien traiter les indigènes et à préserver les intérêts des finances publiques, ne pouvant en aucune façon exiger d’autre rétribution que le salaire et les émoluments afférents légitimement à son64

  • 65 J. L. Phelan, « Authority and Flexibility in the Spanish Imperial Bureaucracy » ; M. Bertrand, Gran (...)

33On serait tenté d’expliquer cette incohérence par la tradition « sédimentaire » de la législation d’Ancien Régime et par l’absence de rationalité dans l’élaboration des normes administratives. Pourtant, ces apparentes contradictions sont aussi le fruit de calculs parfaitement cohérents, dans le contexte de l’époque, et l’ambiguïté donne finalement une grande souplesse à un système que, de toute façon, la monarchie n’a pas les moyens de contrôler étroitement65.

34Le mot même d’indulto est un bon exemple de la subtilité juridique du système. Il appartient au lexique judiciaire et son sens premier est celui d’une grâce, d’une remise de peine : l’alcalde mayor acquitte, en quelque sorte, une amende anticipée pour un délit qu’il n’a pas encore commis, il achète le droit de ne pas être poursuivi et, sans doute aussi, de garder une bonne conscience. Le futur corrompu paie pour obtenir un assouplissement des règles du jeu de la corruption. Cependant, cette dérogation est fondée exclusivement sur un contrat individuel, et les lois fondamentales qui sont inévitablement violées restent en vigueur. Nous verrons d’ailleurs que la suppression de cet indulto ne posera, le moment venu, aucun problème juridique puisqu’il suffira de revenir aux Lois des Indes.

  • 66 Personne ne voulait de la province de Tayabas jusqu’à ce qu’un gouverneur dynamique, Juan Antonio O (...)
  • 67 MN, volume 1773, doc. 9,1828-1838, « Estado de losque ocuparon las alcaldías, gobiernos y corregimi (...)
  • 68 Le revenu total est de 3.195 pesos en 1820 (MN, volume 2237, « Votos de un amante del buen orden di (...)

35Si l’on se place du côté du pouvoir royal, l’indulto est donc une preuve de réalisme, voire de cynisme : la loi étant systématiquement tournée avant 1751, autant en retirer un bénéfice en la taxant et préserver le prestige de l’autorité royale en fermant les yeux sur des pratiques que, de toute façon, on n’a pas les moyens d’interdire, surtout dans une colonie aussi isolée que les Philippines. L’indulto représente, en effet, une rentrée fiscale pour le Trésor. Son montant est très variable et s’échelonne de 40 pesos par an pour la province de Zambales à 300 pesos pour celles de la Caraga et de Calamianes. Ces écarts tiennent compte du potentiel commercial de province, mais le revenu attendu dépend bien évidemment des cours et des infrastructures mises en place par les gouverneurs précédents66. Un document67 très intéressant nous renseigne sur le rendement moyen des provinces dans les années 1828-1838. On constate que les bénéfices de plusieurs dizaines de milliers de pesos en trois ou quatre années ne sont pas un fantasme, mais qu’ils concernent uniquement deux provinces, Caraga et Misamis, toutes deux situées dans l’île de Mindanao et productrices de denrées très recherchées sur le marché chinois (holothuries, écailles de tortues, cire, etc.). Pour les autres régions, le revenu oscille entre 1.000 et 5.000 pesos par an. Il faut cependant ajouter aux revenus du commerce tous les « à-côtés » évoqués plus haut. Au total, le Trésor colonial retire un peu plus de 3.000 pesos par an de la vente de 1’indulto68.

  • 69 Le montant était le même en... 1604 (P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, p. 68).
  • 70 Le fardo est un ballot de tabac qui renferme en général 4.000 feuilles,
  • 71 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 145 ; S. de Mas, Informe sobre el est (...)
  • 72 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinair (...)

36En second lieu, l’indulto permet aux caisses royales de faire une économie substantielle en ne payant pas les fonctionnaires autant que l’exigerait leur niveau de responsabilité : au début du XIXe siècle, un alcalde mayor ne touche que 25 pesos par mois, soit 300 pesos par an s’il est nommé par le gouverneur général69, et 50 pesos, soit 600 pesos par an, si sa nomination est d’origine royale. Encore faut-il supposer que ces salaires sont régulièrement versés aux intéressés, ce qui n’est pas toujours le cas. Certes, le gouverneur perçoit aussi 3% des tributs levés et, dans les provinces colectoras, une prime pour chaque fardo70 de tabac réuni71. À l’exception des provinces productrices de tabac, ces traitements sont ridiculement bas et ne servent qu’à symboliser le lien qui unit l’officier au roi. Le pouvoir royal comme les gouverneurs savent que les multiples profits illicites constituent l’essentiel du revenu72. Les intérêts – au moins à court terme – du Trésor royal passent donc avant le devoir de protéger les Indios.

  • 73 M. Ladd Thomas, « Historical Origins of Philippine Centralism », p. 32.

37Faute de disposer de fonctionnaires compétents et dévoués au bien public, l’octroi du droit de commerce permet aussi de résoudre le cruel problème du recrutement des fonctionnaires en faisant naître des vocations par l’appât du gain73. Sur ce point, le cas philippin est sensiblement différent de l’Amérique espagnole ou, tout au moins, de ses provinces les plus riches. En effet, les Philippines n’attirent guère les fonctionnaires ou les militaires et la perspective de bénéfices dans le commerce peut être interprétée comme une juste compensation à un exil, le plus souvent définitif, dans des contrées aussi éloignées de la métropole. Au sein même de la colonie, la concentration des activités des Espagnols autour du seul galion de Manille pose aussi problème : il faut trouver le moyen de convaincre des Espagnols de quitter la capitale, où la vie est supportable voire agréable, pour s’isoler dans des provinces où la communauté espagnole est limitée, au mieux, à quelques fonctionnaires et quelques curés des ordres réguliers, pour accepter la menace constante de la maladie, des pirates musulmans ou de l’insurrection.

  • 74 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 141 ; L. Álvarez y Tejero, De las isl (...)
  • 75 Voir pp. 239-240.

38La mise en place de l’indulto répond sans doute à un calcul utilitariste de la Couronne : le marchand-gouverneur sera d’autant plus enclin à stimuler l’activité de sa province qu’il sera le premier bénéficiaire de ses efforts. L’autorisation implicite de mettre la puissance publique au service des intérêts privés doit en effet être replacée dans le contexte économique des provinces philippines de la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’activité de la colonie s’est jusque-là concentrée sur le commerce de réexportation des produits chinois sur le galion de Manille, et l’agriculture doit recevoir, dans les premiers temps, de fortes impulsions pour sortir de sa léthargie. Même les adversaires les plus résolus de l’indulto reconnaissent la validité de cet argument74. Enfin, la possibilité d’offrir des sinécures aux protégés de la Couronne et des clans au pouvoir n’est sans doute pas étrangère au droit exorbitant accordé aux gouverneurs des provinces philippines75.

39En résumé, l’indulto brouille les frontières entre le public et le privé et entraîne de graves dysfonctionnements, mais il permet d’administrer les provinces philippines à un très faible coût :

  • 76 « This was a rude System of government, but it was cheap, and a populous province might only have t (...)

C’était un système administratif rudimentaire mais il était peu coûteux et une province très peuplée pouvait n’avoir à entretenir qu’une demi-douzaine d’Espagnols76.

40Cependant, l’évolution du contexte économique, politique et culturel conduit progressivement à revenir sur la licence accordée aux gouverneurs.

Le pas lent de la réforme

41Le problème de l’administration des provinces des Philippines doit être recontextualisé dans le vaste mouvement réformiste qui débute avec les réformes bourboniennes du XVIIIe siècle et se prolonge dans les premières du siècle suivant. Du fait des analogies entre les types de dysfonctionnements de l’administration provinciale aux Philippines et en Amérique espagnole, le problème de la réforme se pose de manière très similaire et les solutions envisagées pour les possessions américaines le sont aussi dans les possessions asiatiques. Les ressemblances sont tout aussi frappantes pour ce qui est des obstacles au changement.

  • 77 M, Augeron, « La bureaucratie en Amérique espagnole », p. 241.

42Les Philippines n’échappent pas au vaste effort de rénovation impériale de la fin du XVIIIe siècle. L’administration est au cœur de ces tentatives réformistes parce que la revitalisation économique et l’assainissement des finances coloniales exigent une administration plus efficace, plus honnête et plus prompte à transmettre les impulsions données par le pouvoir central. Ainsi, un des objectifs de la reprise en main de l’administration hispano-américaine est de lutter contre la corruption par le biais d’une centralisation des décisions, d’un contrôle beaucoup plus étroit des fonctionnaires et de l’envoi de péninsulaires, moins enclins à s’acoquiner avec les élites locales que des administrateurs créoles. Les intendants, soigneusement sélectionnés et bien payés, sont les pièces maîtresses de cette tentative de « remétropolisation »77.

  • 78 Sur l’intendance, voir M. F. García de los Arcos, Intendencia en Filipinas ; J. M. Fradera, Filipin (...)

43Les partisans de la création des intendances pensent que ces dernières peuvent couper court aux multiples abus des gouverneurs de province en renforçant le contrôle exercé par le pouvoir central sur les administrations locales. Ce modèle est finalement implanté aux Philippines et le premier intendant est nommé en 1784 à Manille. La tentative est cependant éphémère parce que les gouverneurs généraux n’apprécient pas de voir leurs prérogatives diminuées par ces fonctionnaires d’un type nouveau : les intendances provinciales ne voient pas le jour et, en 1787, la Superintendencia de Manille disparaît à son tour. Elle est rétablie au XIXe siècle, mais elle n’est véritablement indépendante du gouvernement général qu’à trois reprises (1818-1824, 1830-1843, 1844-1853). Cette réforme n’affecte pas les provinces qui, pourtant, en avaient sans doute plus besoin que la capitale de la colonie78. Aux Philippines, la création des intendances n’est donc pas un ferment de changement administratif et, au total, la tentative de reprise en main de l’administration de l’Archipel est assez timide. Ce décalage peut sans doute s’expliquer de deux façons : les Philippines restent une possession secondaire pour l’Espagne, et son très faible développement légitime le maintien de structures de conquête.

  • 79 A. W. Quiroz, « Implicit Costs of Empire », pp. 477-478.

44Les guerres de la Révolution et de l’Empire, l’effondrement de l’Empire américain et les séismes politiques qui affectent la métropole bloquent, pour plusieurs décennies, le processus réformiste. En dépit de cette immobilité législative, on assiste à un bouillonnement d’idées et de projets. Dans le domaine du gouvernement des provinces et de la corruption des alcaldes mayores, les plaintes d’observateurs éclairés se multiplient, tout comme les projets de réforme. Cette volonté réformatrice n’est pas propre aux Philippines : à Cuba, les premières décennies du XIXe siècle sont marquées par une politique de moralisation qui limite la corruption, sans l’éradiquer79.

  • 80 J. Cosano Moyano, « Los problemas de Filipinas en política administrativa y militar », p. 132.
  • 81 En 1838, par exemple, cette interdiction est une des vingt mesures préconisées par le conseil munic (...)
  • 82 T de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 144. La solution proposée par l’oidor (...)
  • 83 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842]. Álvarez y Tejero est né en métropole, mais il a (...)
  • 84 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « administración de (...)
  • 85 Pour Álvarez y Tejero, les salaires seraient de 1.200, 1.500 et 1.800 pesos, avec une prime de 0,5 (...)
  • 86 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 16-19.

45Les mesures préconisées par les réformateurs tombent sous le sens. La première est d’interdire purement et simplement aux gouverneurs de province de commercer : en 1811, Ventura de los Reyes, le député des Philippines aux Cortes, propose cette réforme80 et, jusqu’en 1844, elle est régulièrement reprise81. Le projet de Tomás de Comyn, plus réaliste, avance l’idée de compenser, par un salaire assez élevé, la perte de revenus qu’entraînera la disparition de l'indulto. La division des provinces en trois catégories hiérarchisées (entrada, ascenso et término) est aussi intéressante car elle introduit le principe d’une hiérarchie des salaires (1.000,1.500 et 2.000 pesos par an, respectivement) en fonction des responsabilités et elle débouche sur l’idée d’un avancement au mérite. L’introduction de perspectives de carrière permettrait, à terme, de disposer d’un corps de fonctionnaires expérimentés82. Trente plus tard, Luis P. Álvarez y Tejero83 et Sinibaldo de Mas84 reprennent exactement le même projet, à quelques détails près85. Alvarez insiste sur l’importance du respect scrupuleux des règles d’avancement pour inciter les gouverneurs à l’excellence : l’accès prioritaire des gouverneurs en fin de carrière aux postes vacants de l’Audience souligne encore l’idée d’une carrière bien réglée et attractive86. Mas, quant à lui, propose de laisser les gouverneurs en poste aux Philippines beaucoup plus longtemps (15 ou 20 ans) que les 6 ans prévus par les lois.

  • 87 Les subdélégations, subordonnées aux intendances, reprennent à peu près le maillage des alcaldías e (...)
  • 88 Les intendants perçoivent de 5 à 7.000 pesos.
  • 89 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », pp. 4 et 15-28 ; C. Ar (...)
  • 90 « ... La razón, como la política ilustrada, piden que en esta parte se reforme nuestra legislación. (...)

46Ces projets prouvent que l’idée d’une bureaucratie « moderne » fait son chemin au début du XIXe siècle. Cependant, il ne s’agit pas d’une rupture : dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, les réformateurs espagnols ont parfaitement compris que l’on ne peut obliger les fonctionnaires à se consacrer à leurs tâches administratives sans leur octroyer un salaire suffisant. Ainsi, les ordonnances des années 1780 qui créent les intendances interdisent expressément les repartimientos de mercancías et accordent aux intendants et aux subdelegados87 des salaires élevés88. Même si la résistance active d’une partie des fonctionnaires et des marchands complique la mise en œuvre de ces réformes, même si les intendants s’intègrent très vite dans les réseaux des oligarchies locales et deviennent parfois aussi « corrompus » que leurs prédécesseurs, le principe est au moins énoncé et la solution proposée89. La double invocation de la raison et des Lumières par Tomás de Comyn souligne bien cette continuité avec les projets du XVIIIe siècle90.

47Il faut attendre la nomination aux Philippines de gouverneurs généraux dynamiques pour que les premières réformes de fond voient le jour :

  • 91 La bonga est la noix d’arec, composante indispensable du bétel.
  • 92 « La administración de Filipinas comenzó a desarrollar principios generales, prácticas e institucio (...)

L’administration des Philippines commença à établir des principes généraux, des pratiques et des institutions propres, sous le mandat du général Enrile, entre 1830 et 1835. Jusque-là, il n’y avait point de doctrine en matière de division des pouvoirs et, en dehors des règles élémentaires de gestion qui présidaient à la perception du tribut et à l’administration des monopoles des tabacs, des alcools et de la bonga91, monopoles sur lesquels reposait le système financier de l’époque, tous les autres aspects des relations entre les administrés et l’administration allaient au petit bonheur la chance92...

  • 93 Le texte est reproduit dans R. Díaz Arenas, Memorias Históricas y Estadísticas de Filipinas [1850], (...)
  • 94 Ils doivent être âgés d’au moins vingt-cinq ans et avoir au minimum un grade de capitaine.

48L’ordre royal du 31 mai 1837 crée un nouveau type de provinces93 : les gobiernos políticos y militares. Comme leur nom l’indique, ces ressorts (au nombre de 11) sont confiés à des militaires dont les fonctions sont exactement les mêmes que celles des alcaldes mayores. Ces gouverneurs sont nommés par le gouverneur général, avec confirmation du ministère de la Guerre94. Les gouverneurs des alcaldías mayores, désormais au nombre de 20, sont nommés par le ministère de la Justice. Le texte stipule que des juristes de formation (letrados) doivent être choisis de manière préférentielle pour les alcaldías, sans qu’il s’agisse pour autant d’une obligation.

  • 95 En théorie, les gobiernos políticos-militares correspondent à des zones où les insoumis (infieles, (...)
  • 96 Le texte de 1837 précise d’ailleurs que les postes d’alcaldes mayores ne sont pas réservés aux civi (...)
  • 97 R. Jiménez Asensio, Políticas de selección en la función pública española, pp. 64,172 et 177.

49La création des gouvernements politico-militaires ne va pas dans le sens d’une uniformisation et d’une clarification de l’administration provinciale. On peut donc légitimement s’interroger sur les buts de cette réforme. Les arguments de sécurité publique ont vraisemblablement joué un rôle95, mais le contexte intérieur des Philippines n’est pas particulièrement agité au milieu des années 1830. Les autorités royales ont sans doute tenté de résoudre un conflit ouvert entre civils et militaires, conflit auquel l’ordre royal de 1837 fait explicitement allusion. Enfin, la réforme vise, selon toute vraisemblance, à la création de sinécures pour des militaires en surnombre après les guerres du début du siècle et appartenant aux clientèles alors au pouvoir à Madrid96. Cette militarisation des emplois civils ne constitue d’ailleurs qu’une extension coloniale de pratiques métropolitaines destinées à résoudre le mal endémique du sureffectif des officiers dans l’armée espagnole97.

  • 98 APAF, doc. 205/4-c, Circular muy reservada a alcaldes majores y gobernadores de las provincias, 14 (...)

50L’arrivée du gouverneur général Oráa à la tête de la colonie est marquée par un vigoureux rappel à l’ordre adressé aux gouverneurs de provinces. Dans une circulaire98 de juin 1841, il leur rappelle

  • 99 Oráa désigne là les Philippins.
  • 100 « ... La importancia y la necesidad de conformar nuestra conducta moral y religiosa a las máximas q (...)

... L’importance et la nécessité d’accorder notre conduite morale et religieuse avec les maximes que nos ancêtres ont inculquées aux Indios et aux exemples qu’ils leur99 ont donnés, car la contradiction qu’ils pourraient constater en comparant ceux-là et ceux-ci – comparaison qu’ils sont tout à fait capables d’établir en dépit de leur intelligence limitée – ne manquerait pas d’ébranler l’amour et le respect qu’ils vouent en général aux Espagnols et plus particulièrement à ceux qui sont chargés de les gouverner. Par conséquent, cette contradiction ne pourrait que relâcher les liens qui les unissent à la métropole, liens que nous avons pour principal devoir de resserrer100.

51La circulaire vise avant tout quelques gouverneurs qui auraient ostensiblement fait preuve de irreligión y de libertinaje (« d’irréligion et de libertinage »), mais elle souligne le manque généralisé de sens du service public :

  • 101 « Sin pretender exigir de los gobernadores y alcaldes mayores una abnegación y desprendimiento tale (...)

Sans prétendre exiger des gouverneurs et alcaldes mayores une abnégation et un désintéressement tels que, se consacrant exclusivement aux progrès de la prospérité publique, ils négligent complètement leurs affaires privées, j’aimerais qu’ils prennent conscience que l’intérêt personnel, légitime, honorable et bien compris, non seulement n’est pas incompatible avec le développement de la richesse publique, mais qu’il est étroitement lié à cette dernière101...

52Et Oráa dénonce sans détours :

  • 102 « ... Los tráficos indecorosos ; cuyas principales ventajas dimanan de transacciones opresivas y ve (...)

... Ces trafics indécents, dont les principaux bénéfices proviennent de transactions oppressives et vexatoires, reposent sur un usage abusif et criminel de l’autorité que le gouvernement leur a confiée à des fins très différentes. Ces abus, non seulement entacheront irrémédiablement leur réputation, mais, surtout, ils attireront sur leur tête les foudres des lois, lois que, pour ma part, j’appliquerai de façon implacable102...

53Le consul de France à Manille, A. Fabre, souligne la détermination avec laquelle cette opération de nettoyage de la fonction publique coloniale est menée :

  • 103 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du 19 février 1842, f° 24.

Lorsqu’un alcalde est nommé, on ne s’informe pas s’il dirigera bien sa province, mais seulement s’il gagnera beaucoup d’argent. Le général Oráa cherche à combattre ces malheureuses tendances. Malgré tous les reproches que nous pouvons lui faire, il faut lui reconnaître, du moins, cette qualité, si précieuse dans un temps d’indolence et de corruption. C’est un homme plein de courage et qui ne craint pas de heurter de front les abus. Il fait une guerre ouverte et active à tous les fonctionnaires, si puissants qu’ils soient, qui, depuis longtemps, s’étaient habitués à toucher d’énormes appointements et à considérer leurs emplois comme des sinécures. Le général Oráa veut des fonctionnaires qui travaillent. Il le veut quelque fois d’une manière un peu rude et un parti puissant se lève contre lui. Il est possible qu’il succombe, mais sa conduite ici aura, du moins, été celle d’un citoyen probe et courageux103.

  • 104 Le gouverneur général Clavería a fait l’objet d’une bonne étude de M. Luque Talaván, « Narciso Clav (...)
  • 105 Documentas para la historia de la administración de Filipinas [1891], p. 4, et Colección de autos a (...)

54Le gouvernement général de Narciso Clavería104 (1844-1849) marque un tournant. Entouré d’une équipe compétente de juristes, ce gouverneur général à poigne jette les bases d’une administration locale et provinciale moderne105. Dans cette foisonnante activité législatrice, un texte nous intéresse plus particulièrement : l’ordre royal du 23 septembre 1844, rendu public à Manille le 10 mai 1845. En effet, cet ordre royal comble certaines lacunes de l’ordre de 1837, en particulier dans le domaine de la justice et, surtout, il supprime l’indulto.

  • 106 Les trois alcaldes mayores de la province de Tondo ont des émoluments nettement plus élevés du fait (...)
  • 107 Les tenientes de gobernadores ont accès à la catégorie des alcaldes sur le même principe de l’ancie (...)
  • 108 Ordre royal du 26 janvier 1853 (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. I (...)

55L’article 8 précise que, dans les alcaldías dépendant du ministère de la Justice, les alcaldes mayores seront à l’avenir obligatoirement des juristes de formation (letrados) : cette adéquation entre la formation et la fonction semble aller de soi, mais elle marque une véritable rupture par rapport au passé. Comme on ne peut pas avoir les mêmes exigences à l’égard des gouverneurs politico-militaires, ils seront assistés par des tenientes de gobernadores compétents et exclusivement chargés des affaires judiciaires. Les alcaldes mayores reçoivent désormais un salaire en fonction de la catégorie à laquelle appartient la province qu’ils administrent : 1.600 pesos par an pour les alcaldes mayores de término, 1.500 pesos pour les deux autres classes d’avancement, ascenso et entrada106 Ils bénéficient aussi d’un intéressement sur les tributs levés, et les primes prévues pour les gouverneurs des provinces productrices de tabac sont maintenues. Même si la grille des salaires est pour le moins resserrée, même si les juges ne peuvent servir plus de 10 ans aux Philippines, un avancement automatique à l’ancienneté est institué avec un délai de 3 ans entre chaque échelon107. Quelques années plus tard, en 1853, le principe d’un avancement au mérite est clairement affirmé108.

56Le titre 3 du décret, essentiel pour notre sujet parce qu’il implique la suppression de l’indulto, rappelle l’interdiction absolue des activités annexes à la charge publique (grangerías), c’est-à-dire :

  • 109 « ...Negociar, tratar, comerciar, tener casas y tierras propias, estancias de ganado, labranzas, ca (...)

... Faire du négoce et du commerce, posséder des maisons et des terres à titre privé, des élevages de bétail, des exploitations agricoles, des pêcheries d’huîtres perlières ou toute autre entreprise privée que ce soit à titre personnel ou par personnes interposées109...

57Le décret souligne bien qu’il s’agit d’un simple rappel à l’observance des Lois des Indes qui, désormais, feront l’objet d’une application rigoureuse, manière subtile de dire que les règles du jeu restent les mêmes sur le papier mais qu’elles changent radicalement en réalité car les gouverneurs n’auront plus le droit de tricher... Bien entendu, les membres de la famille et les proches des gouverneurs sont compris dans l’interdiction (art. 47).

  • 110 Le texte prévoit un délai de huit mois, sans doute pour permettre aux intéressés de mener les opéra (...)
  • 111 Sur les choix des gouverneurs alors en poste, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculia (...)
  • 112 Le salaire des gouverneurs politico-militaires est aligné sur celui d’un alcalde mayor de término ( (...)

58Enfin, le décret met en place une série de dispositions permettant d’assurer la transition (titre 4). Les alcaldes mayores nommés ou entrés en fonction après celle du gouverneur général Clavería sont immédiatement soumis aux interdictions susmentionnées. Ceux déjà en place peuvent choisir soit de jouir du salaire en renonçant à l’indulto110, soit de poursuivre leurs opérations commerciales jusqu’à la fin de leur mandat mais, dans ce cas, ce dernier aura une durée maximale de 3 ans à partir de la date de publication du décret111. Ceux qui renoncent à l’indulto voient en outre leur mandat prorogé d’une année. L’interdiction de commercer est étendue aux gouverneurs politico-militaires par l’ordre royal112 du 25 juin 1847.

59Au milieu du siècle, les structures de l’administration provinciale se stabilisent et restent pratiquement inchangées jusqu’au milieu des années 1880. L’Archipel est divisé en deux grands types de provinces. L’architecture la plus courante (23 provinces) est celle des alcaldías mayores où le gouverneur, letrado, cumule les pouvoirs exécutifs et judiciaires. Dans les gobiernos políticos-militares (14 provinces), les pouvoirs du gouverneur, forcément un officier, sont amputés des fonctions judiciaires. Les comandancias político-militares, enfin, correspondent à des zones, de taille assez réduite et souvent très difficiles d’accès, qui viennent d’être soumises et où les exigences fiscales sont différentes. Les pouvoirs des commandants de ces districts sont globalement semblables aux autres gouverneurs.

  • 113 L’idée d’une suppression de l’indulto en échange d’une augmentation des salaires apparaît dans un p (...)

60Comment expliquer que la décision de supprimer l’indulto soit prise seulement au milieu des années 1840 alors que le projet est envisagé dès la fin du XVIIIe siècle113 ? L’histoire politique des Philippines dans les premières décennies du XIXe siècle reste à écrire, en dehors de thèmes assez rebattus comme la représentation de l’Archipel aux Cortes successives ou la suppression du galion de Manille. Nous n’avons pas rencontré dans nos recherches de documents offrant explicitement des éléments d’explication. Les idées suivantes ont donc une simple valeur d’hypothèse, en attendant des recherches complémentaires.

  • 114 Le mémoire de Mazorca est signé à Manille le 20 octobre 1840, mais l’auteur ne connaît visiblement (...)
  • 115 Il est condamné à la restitution de tous les biens détournés et votés, à une amende de 1.000 pesos (...)

61La métropole a été alertée par des dénonciations répétées et publiques. Les descriptions très critiques de Luis Álvarez y Tejero et de Sinibaldo de Mas sont toutes les deux publiées en Espagne. L’ouvrage de Mazorca se fixe explicitement pour objectif d’alerter Madrid afin qu’elle prenne des décisions114. La publicité donnée à cette affaire explique sans doute la lourdeur de la sentence prononcée par l’Audience, alors que Duran ne semble pas beaucoup plus corrompu que d’autres gouverneurs115.

  • 116 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 145.
  • 117 AHN, leg. 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Duran, 1843.
  • 118 Sans doute en 1832, Apolinario de la Cruz fonde une confrérie qui connaît un grand succès populaire (...)
  • 119 S. de Mas, Informe sobre elestado de las Islas Filipinas t. II, chap. « administración de justicia  (...)

62Si la volonté de protéger les Philippins n’a pas dû peser d’un poids très lourd dans la balance, le gouvernement a sans doute pris au sérieux le risque que les exactions répétées des gouverneurs finissent par engendrer une révolte dans une des dernières colonies encore en possession de l’Espagne. Cette menace est évoquée ponctuellement par certains auteurs116, mais, surtout, certains événements du début des années 1840 démontrent clairement qu’il ne s’agit pas d’un fantasme. Des troubles ont lieu dans la province de Capiz administrée par Miguel Durán117 et, surtout, l’écrasement des partisans d’Apolinario de la Cruz118, dans la province de Tayabas en 1841, montre que des mouvements populaires de grande ampleur peuvent naître dans la colonie. Pour Sinibaldo de Mas, la menace vient aussi des créoles hostiles au maintien de la souveraineté espagnole. Il craint par-dessus tout que las faltas y vicio de algunos, se atribuyen y suponen a todos (« les fautes et le vice de quelques-uns, soient attribués et supposés à tous ») et que les ennemis de la métropole n’utilisent les indéniables excès de certains gouverneurs pour discréditer l’ensemble de la fonction publique coloniale et saper l’autorité des gouverneurs généraux119.

  • 120 Sur le redressement spectaculaire des finances publiques de la colonie, voir l’étude de J. M. Frade (...)
  • 121 Sur ce point, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 133-190, en particulier l (...)

63Le contexte économique a aussi considérablement évolué dans les premières décennies du siècle. Grâce aux revenus du monopole des tabacs, le Trésor colonial a désormais les moyens de payer décemment ses fonctionnaires120. En contraignant les gouverneurs à se consacrer à l’administration de leur province, la métropole peut même espérer de meilleures rentrées fiscales et donc augmenter les ponctions financières qu’elle exerce annuellement sur les Philippines. Dès le milieu des années 1760, les partisans d’une réforme des finances coloniales soulignent le très mauvais rendement du tribut aux Philippines et accusent ouvertement les alcaldes mayores d’être en partie responsables de cette piètre rentabilité fiscale. Soixante-dix ans plus tard, à la fin des années 1830, le diagnostic est le même121.

  • 122 Documentos para la historia de la admmistración de Filipinas [1891], p. 26.

64Aux Philippines, les cicatrices de la disparition du galion de Manille sont refermées au début des années 1840. L’élite des négociants de Manille, élite puissante et potentiellement dangereuse pour le maintien de la souveraineté espagnole, n’a plus autant besoin de l’octroi d’alcaldías mayores pour se refaire une santé financière et mettre en place de nouveaux réseaux commerciaux. Les structures économiques de la colonie sont relativement solides et l’idée, jusque-là bien vivace à Manille, que la suppression de l’indulto aurait de très graves conséquences sur le commerce intérieur et se traduirait par des disettes ne peut plus guère convaincre122.

65Si l’indulto avait pu être ponctuellement bénéfique dans la phase de transition du système du galion vers une économie exportatrice de produits philippins, il devient un obstacle évident au développement de la colonie. Les entrepreneurs espagnols, philippins et étrangers sont désormais beaucoup plus nombreux et le monopole de fait que s’arrogent les gouverneurs gêne leur implantation dans les provinces alors qu’ils seraient tout à fait capables, dans un système de libre concurrence, d’assurer la collecte des productions locales, leur acheminement vers Manille et la distribution des produits d’importation. Vraisemblablement, la pression des marchands indépendants entraîne d’ailleurs une multiplication des exactions des gouverneurs dont le monopole est menacé.

  • 123 Manille est alors le seul port ouvert au commerce extérieur et les commerçants étrangers n’ont pas (...)
  • 124 N. Tarling, Southeast Asia. A Modern History, p. 194. Il s’agit ici des exportations de riz vers la (...)
  • 125 N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 58.
  • 126 A. Rodríguez de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la Hacienda Pública » [1853], pp. 354- (...)
  • 127 J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 175-177. Nous n’avons pas trouvé mention de (...)

66Gardons-nous cependant d’avoir une vision trop simpliste des liens entre évolution économique et suppression de l’indulto. Les maisons de commerce implantées à Manille123 n’ont pas toujours à se plaindre des gouverneurs. Nicholas Tarling a montré qu’il était très commode pour certaines maisons anglo-saxonnes de posséder dans chaque province un interlocuteur unique et susceptible, grâce aux considérables pouvoirs incitatifs et coercitifs dont il disposait, de remplir ses engagements124. Comme le souligne fort justement Norman G. Owen, les gouverneurs disposaient d’un capital limité, ce qui laisse penser que l’impact négatif de leurs opérations commerciales sur l’économie des provinces pourrait bien avoir été surévalué125. Au début des années 1850, certains hauts fonctionnaires sont encore favorables au rétablissement du droit de commercer pour les gouverneurs des provinces les plus isolées et arriérées126. Selon Josep M, Fradera, la Junta Directiva de Hacienda aurait même décidé, en 1851 et face à la baisse des rentrées fiscales enregistrée dans les années 1848-1849, de revenir provisoirement sur l’interdiction de faire du commerce127.

  • 128 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 86-95.

67L’évolution des mentalités, enfin, joue sans doute un rôle déterminant. L’idée d’une claire séparation entre sphères publique et privée s’impose lentement, en Espagne comme dans les autres États européens. Dans la seconde moitié des années 1820, le plan d’assainissement des finances métropolitaines proposé par Lopez Ballesteros est fondé sur les principes de sélection des employés des Finances en fonction de leurs capacités, d’un avancement et d’une rémunération au mérite et de la stabilité des fonctionnaires dans leur emploi. Même si ces règles sont rapidement oubliées et même si elles ne concernent qu’un corps, la volonté de modernisation de la fonction publique est manifeste128.

68Dans ce contexte, l’indulto apparaît clairement comme un archaïsme :

  • 129 « La costumbre de que los gobernantes comercien no es propio del siglo en que vivimos. » S. de Mas,(...)

La coutume que les gouvernants fassent du commerce n’est pas digne du siècle où nous vivons129.

  • 130 La vente des offices était beaucoup moins développée aux Philippines qu’en Nouvelle-Espagne ou au P (...)

69La suppression de l’indulto répond aux mêmes logiques que celles qui président, à la même époque, au démantèlement progressif des prohibitions qui corsetaient le commerce colonial et à la disparition graduelle de la vénalité et de l’hérédité des offices.130

70La réforme de 1844 est, dans une large mesure, un retour à un idéal de probité clairement exprimé dès les premiers temps de la colonisation et le fruit tardif d’une évolution entamée à la fin du XVIIIe siècle. Sur le papier, la disparition de l’indulto supprime du même coup le conflit d’intérêt auquel les gouverneurs étaient confrontés avant 1844. Reste à savoir si les gouverneurs nommés après 1844 opèrent, dans la pratique, cette distinction entre leur fonction et leur portefeuille alors même que le pouvoir discrétionnaire et les moyens de coercition considérables dont ils disposent n’ont pas été entamés par les réformes de la première moitié du siècle.

II. – Du larcin au crime de sang : les comportements administratifs déviants après 1844

71Il est souvent difficile de séparer, au sein du triste catalogue des pratiques administratives irrégulières ce qui ressort de la corruption au sens strict, ce qui constitue des délits connexes et ce qui appartient à la catégorie de l’abus de pouvoir sans volonté d’enrichissement personnel. Cependant, dans la très grande majorité des cas, les gouverneurs mettent leurs pouvoirs discrétionnaires au service de leurs propres intérêts pécuniaires.

Le commerce

  • 131 Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, p. 12.
  • 132 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinair (...)

72Les rédacteurs du décret royal du 23 septembre 1844 étaient parfaitement conscients qu’il serait impossible d’éradiquer une pratique aussi ancienne du jour au lendemain. L’Audience devait suivre attentivement le dossier pour contrôler l’efficacité de la mesure et proposer des solutions pour la rendre effective131. Le gouverneur général Clavería lui-même ne se serait guère fait d’illusions132.

  • 133 C. Arellano Hoffmann, « El intendente de Tarma Juan María de Gálvez », p. 51.
  • 134 AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.
  • 135 AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-18 (...)

73La suppression de l’indulto change cependant les données du problème, et les gouverneurs qui continuent d’utiliser leur pouvoir pour commercer doivent désormais se montrer plus prudents. L’entremise d’hommes de paille est une solution efficace et qui a fait ses preuves en Amérique espagnole133. Le gouverneur utilise fréquemment les services de membres de sa famille ou d’hommes de confiance (personeros), mais le capital lui appartient et, plus ou moins discrètement, il utilise son pouvoir pour faciliter les opérations commerciales et gêner les concurrents134. Le gouverneur de Negros Saravia recrute, par exemple, un carabinier comme intermédiaire, mais les lettres de change à son nom ne laissent aucun doute sur le véritable bénéficiaire des opérations135.

  • 136 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. (...)
  • 137 AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.

74À la fin des années 1850, le commerce clandestin est encore si fréquent que certains fonctionnaires militent même en faveur d’une légalisation de ces pratiques136. Le cas de Joaquín Domíguez y Navas, gouverneur politico-militaire de Capiz est un bon exemple de la permanence des pratiques antérieures à 1844 : le gouverneur exerce de fortes pressions pour percevoir le tribut en nature, il réquisitionne du bois pour construire ses magasins ou ses navires et il fait travailler les prisonniers pour lui137.

  • 138 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 128-129 ; AHN, Ultramar, leg. 2198, exp. (...)

75Par la suite, on retrouve très fréquemment l’accusation de commercer dans les dossiers de poursuites et, à première vue, les méthodes restent les mêmes138.

  • 139 Voir l’ordre royal du 4 mai 1850 (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. (...)

76Sous des prétextes divers, le gouverneur exige le paiement du tribut en nature ou des livraisons arbitraires, il trafique sur les poids et mesures, il sous-estime les prix des produits réquisitionnés ou il agit sur les cours en entravant le commerce, il contraint les gobernadorcillos à accepter des prêts remboursables en nature. Les produits sont emmagasinés dans la Casa Real de la province et les prisonniers sont mis à contribution pour le transport ou le conditionnement. Le rappel régulier aux gouverneurs de l’interdiction formelle de commercer par des décrets ou des circulaires souligne indirectement que la pratique n’est pas encore déracinée139.

  • 140 AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. I, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong (...)
  • 141 AHN, Ultramar, leg. 4580, exp. 339, poursuites contre Ignacio Garcia Galán, GPM de Masbate et Ticao (...)

77Cet apparent immobilisme, cache cependant d’intéressantes évolutions. On remarque tout d’abord que ce commerce ne touche plus qu’un petit nombre de produits. Dans la plupart des cas, l’accusation porte sur le commerce du riz140, plus rarement sur l’or, le bétail, les chevaux et le tabac141. En second lieu, les gouverneurs poursuivis pour ce chef d’accusation administrent des provinces reculées. Cette marginalisation géographique est logique. L’éloignement du centre est un gage de discrétion, les populations de ces zones-frontières connaissent mal les règlements, la monétarisation de l’économie y est encore embryonnaire et, surtout, les maisons de commerce ne sont en général pas encore implantées dans ces périphéries, le gouverneur peut donc être assuré d’une impunité relative. La spécialisation sur le riz a sans doute la même cause : le commerce du riz est dominé par les Chinois et ces derniers n’ont pas le poids politique des maisons de commerce espagnoles ou étrangères, sans compter que certains gouverneurs ont vraisemblablement commercialisé leur riz par l’intermédiaire de négociants chinois, Alors qu’avant 1844, les gouverneurs commerçaient avant tout sur des produits destinés à l’exportation via Manille, leur activité se limite par la suite à des produits de consommation courante dans la province dont ils ont la charge. L’échelle des opérations n’est donc plus la même.

  • 142 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, A M de Cagayan, 1860.
  • 143 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y López, GPM de Davao, 1878-1879 ; (...)

78Les tombolas organisées par certains gouverneurs malhonnêtes perpétuent, dans une certaine mesure, le souvenir des ventes forcées de la période antérieure à 1844. Un gouverneur n’hésite pas, par exemple, à organiser une loterie pour se débarrasser d’une voiture usagée dont la valeur ne dépasse pas 200 à 250 pesos. Grâce au concours zélé de quelques gobernadorcillos et des fonctionnaires de police, 800 tickets d’un montant de 2 pesos sont placés142... Ce type d’escroquerie semble fréquent143.

  • 144 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de (...)

79En résumé, l’interdiction de faire du commerce n’est pas scrupuleusement respectée, mais l’évolution est tout de même positive et elle donne raison à l’analyse optimiste de Sinibaldo de Mas144 : on passe d’un régime où l’excès était la norme à un régime où l’excès devient l’exception. Cette amélioration s’explique sans doute beaucoup plus par le développement économique de l’Archipel que par la prohibition elle-même, mais les progrès sont réels. On ne peut malheureusement en dire autant des autres abus « traditionnels » des gouverneurs.

Les détournements

  • 145 Sur l’ancienneté de ces malversations, voir L. Á. Sánchez Gómez, « Los debates sobre la regulación (...)

80Le détournement du tribut et des taxes payées en remplacement de la corvée est sans nul doute la pratique la plus fréquente, la plus massive et la plus lucrative. Ce type de péculat est très ancien et les gouverneurs de la seconde moitié du siècle ne font qu’appliquer quelques vieilles recettes qui ont prouvé leur efficacité de longue date145. Certes, les fonctionnaires véreux doivent s’adapter aux réformes fiscales de la fin du XIXe siècle, mais les méthodes restent les mêmes dans leur principe.

  • 146 D. Moriones, Memoria Reservada [1877-1880], p. 150.

81L’occultation de contribuables ne pose guère de problèmes puisque le gouverneur est chargé de superviser l’élaboration des rôles fiscaux. L’omission ou le classement dans les catégories exonérées d’un certain nombre de contribuables permet ainsi de détourner leur impôt. Le gouverneur corrompu peut aussi contraindre des contribuables régulièrement exonérés à acquitter tout de même le tribut. Les autorités centrales sont parfaitement au courant de ces malversations, mais elles sont totalement impuissantes. En effet, les gouverneurs entretiennent habilement l’opacité, et la vérification des padrones passerait par une longue et coûteuse vérification sur le terrain146.

  • 147 Littéralement les « chutes ». Selon J. Foreman, The Philippine Islands [1906], p. 224 ce mot est co (...)
  • 148 Même les gouverneurs honnêtes exercent ce type de pression car ils touchent, en toute légalité, 2 % (...)
  • 149 AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, ra (...)
  • 150 AH N, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour (...)

82Les détournements, les caídas147, portant sur le rachat des services personnels en travail, sont encore plus aisés : il suffit de déclarer que l’administré a effectivement travaillé sur les chantiers d’intérêt général de la province alors qu’il a, en fait, choisi de racheter l’intégralité des 40 journées de corvée qu’il doit à l’État (redención) ou qu’il a payé un réal et demi pour chaque jour d’absence (fallas). Le gouverneur véreux a tout intérêt à pousser ses administrés à choisir la solution du rachat, par exemple en imposant aux corvéables des tâches particulièrement pénibles148. Comme pour la capitation, une variante moins courante consiste à contraindre le corvéable à payer le rachat alors qu’il a effectivement travaillé. Là encore, l’administration centrale n’a pas les moyens de contrôler la présence effective des corvéables sur les chantiers : il faut interroger les polistas (« corvéables ») un par un et les affirmations de ces derniers sont loin d’être toujours fiables149. Toutes nos sources soulignent le caractère massif et institutionnalisé de ce type d’abus150.

  • 151 Tous les habitants, quel que soit leur groupe ethnique, doivent acquérir une cédule correspondant à (...)
  • 152 Un impôt provincial de un peso et demi compense le manque à gagner pour le Trésor colonial. La gest (...)
  • 153 M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. VII, article sur l’impuesto p (...)
  • 154 AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la (...)
  • 155 L. Á. Sánchez Gómez, « Los debates sobre la regulación de la prestación personal en Filipinas », pp (...)

83Au début des années 1880, deux réformes importantes tentent de limiter ces malversations et d’améliorer le rendement de la fiscalité coloniale. En 1884, la cédule personnelle remplace le tribut151. En 1883, au moment où le nombre de jours de corvée passe152 de 40 à 15, le système des redenciones et fallas est supprimé au profit d’une substitution nominative : le corvéable qui ne désire pas travailler doit fournir un remplaçant153. Dans les deux cas, la réforme a, au mieux, limité les abus. En effet, les gouverneurs malhonnêtes trafiquent désormais sur les différentes catégories d’origine des cédules personnelles : par le versement d’un pot-de-vin, un Indio peut obtenir d’être classé dans la catégorie des habitants exempts de la contribution personnelle par suite d’indigence ou d’infirmité. Parfois, le gouverneur exige le versement d’une somme pour affecter simplement le contribuable dans la catégorie à laquelle il doit effectivement appartenir154. La réforme des services personnels en travail reste, elle aussi, sans effets parce que, dans la pratique, les corvéables continuent de racheter la prestation, les trafics sur les catégories d’exemptés sont toujours aussi nombreux et, au lieu de détourner les fallas, le gouverneur puise désormais dans les amendes prononcées à l’encontre des corvéables insoumis155.

  • 156 AHN, Ultramar, leg. 2152, exp. 14.
  • 157 AHN, Ultramar, leg. 2152, exp. 14, et AHN, Ultramar, leg. 1260, exp. 48. Les pertes sont en partie (...)
  • 158 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, lettre du 29 août 1850 au gouverneur général.
  • 159 Une partie des tributs levés dans la commune est versée dans les cajas de comunidad (« caisses comm (...)
  • 160 AGI, Diversos, leg. 27, Memoria escrita en el Palacio Arzobispal de Manila, anonyme, 1896 ou 1897.

84Dans certains cas, le péculat est beaucoup plus brutal et le gouverneur se sert directement dans les caisses locales et provinciales. Du fait de la nature des documents consultés, ces détournements n’apparaissent que ponctuellement et il faudrait dépouiller systématiquement les fonds de la section Hacienda, à Madrid, ou ceux du Tribunal de Cuentas, à Manille, pour se faire une idée plus précise de la fréquence et de l’ampleur de ces pratiques. Deux exemples de la première moitié du siècle laissent cependant entendre que ces détournements peuvent porter sur des sommes bien plus importantes que le trafic sur les tributs et les fallas. En 1829, Luis Brodett, gouverneur de la province d’Iloilo, s’enfuit avec un peu plus de 16.000 pesos156. Francisco Gómez de la Serna, alcalde mayor d’Ilocos Norte, laisse, au moment de son arrestation en 1839, un trou de 17.500 pesos dans la caisse de la province157. Au milieu du siècle, le surintendant déplore la frecuencia con que de algunos años a esta parte se experimentan desfalcos, quiebras, y escandalosas pérdidas (« la fréquence avec laquelle, depuis quelques années jusqu’à aujourd’hui, se sont produits des détournements, des faillites et des déficits scandaleux ») dans les comptes des gouverneurs158. Dans les années 1860, les gouverneurs de Negros détournent systématiquement les fonds destinés à assurer le fonctionnement des communes indigènes159. Certains gouverneurs mettent la main sur des fonds destinés à des constructions municipales et contraignent les autorités philippines de la commune à signer des documents attestant que les travaux ont été effectués160.

  • 161 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre confidentielle du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Me (...)
  • 162 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour l (...)
  • 163 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 10, poursuites contre Miguel Ruiz Pérez, AM de Zambales, 1860 ; AHN, (...)

85Ces multiples malversations sont plus ou moins habilement camouflées par des faux en écriture, par la confusion habilement entretenue des livres de comptes, voire par la destruction des pièces comptables susceptibles de servir de pièces à conviction161. Les responsables des communes indigènes sont parfois contraints de signer des comptes en blanc162. Dans certains cas, les gouverneurs et leurs subalternes omettent purement et simplement de tenir des livres de comptes163.

Les extorsions

  • 164 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour l (...)
  • 165 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tar (...)

86L’extorsion la plus courante porte sur les services et les biens fournis par les administrés. Les Espagnols ont en effet pour habitude d’exiger des responsables des communes indigènes, en particulier celles de la capitale de la province et des environs, des fournitures de produits en nature (auxilios ou suministros), principalement sous la forme d’aliments livrés à domicile et de prestations en travail assurées par des polistas. Ces exigences ne sont pas toujours faciles à satisfaire, elles peuvent immobiliser un nombre considérable de travailleurs et, le plus souvent, elles occasionnent des déplacements sur des distances importantes. Les tarifs sont systématiquement sous-estimés et certains bénéficiaires n’acquittent jamais leurs dettes164. Les prisonniers ou les prestataires sont très fréquemment employés à des tâches d’intérêt privé165.

  • 166 L. Á. Sánchez Gómez, « Sobre jueces, gobernadores, gobernadorcillos y frailes », p. 116.
  • 167 Circulaires du 13 juillet 1846 et du 13 novembre 1848. La disposition est à nouveau publiée en 1871
  • 168 Voir, par exemple, F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines », pp. 472-473.

87Une nouvelle fois, il s’agit d’une survivance du passé. Dans les premières années de la domination espagnole, le système de la tanoría autorise les missionnaires et les gouverneurs à affecter un certain nombre de semainiers (tanores) pour leur service domestique, sans les payer. Dès le début du XVIIe siècle, des cédules royales imposent la rétribution de ces services, mais la loi est rarement appliquée166. Au XIXe siècle, les autorités centrales tentent à nouveau et sans succès de limiter les abus commis par les fonctionnaires espagnols en contraignant les gouverneurs à établir, avec le concours du commandant de la Garde civile et du curé du chef-lieu de la province, une tarification très précise des prestations en nature et en travail167. L’élaboration d’un tarif se révèle très complexe du fait des fortes variations saisonnières des prix168. On peut aussi supposer que ceux qui sont chargés de cette tâche n’ont finalement aucun intérêt à la mener à bien.

  • 169 W. E. Retana, Mando del General Weyler en Filiptnas [1896], pp. 85-89 ; APAF, doc, 902/3-e, plainte (...)
  • 170 Dans un des tableaux de sa galería filipina, A. Chápuli Navarro décrit le comportement d’un juge, L (...)

88En désespoir de cause, le gouverneur général Weyler interdit formellement, en octobre 1889, toute fourniture obligatoire aux Espagnols. Cette disposition ne semble pas avoir été respectée169. Le montant cumulé de ces extorsions est sans doute modeste, mais elles montrent clairement qu’une partie et sans doute une majorité des Espagnols se conduisent comme en pays conquis170 et cette petite corruption quotidienne a pu préparer le terrain à des opérations de plus grande envergure.

  • 171 AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, [887 (...)
  • 172 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GC de la province (...)
  • 173 AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887 (...)

89La tradition d’offrir des présents aux gouverneurs donne lieu à de multiples dérives, rarement incriminées. Certains prennent en effet l’habitude d’exiger de leurs administrés la remise de menus « cadeaux » en argent ou en objets de prix pour leur anniversaire, celui de leur épouse, pour Pâques ou pour toute autre occasion171. La passion des chevaux peut conduire des hauts fonctionnaires à un comportement bien étrange. Ainsi, Cirilo Fernández de la Hoz, gouverneur civil de la province de La Isabela, met la main par la contrainte sur les meilleurs chevaux de sa province, il envoie les prisonniers couper du fourrage et se fait construire, sur des terrains illégalement confisqués, un hippodrome172. Son homologue de la province voisine de Cagayan est habité par la même passion et il n’hésite pas à tourner le cordon sanitaire mis en place pour lutter contre l’épidémie de choléra pour se faire livrer de précieux chevaux173...

  • 174 AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, GPM de Cebu, 1884 ; AHN, Ultramar, (...)
  • 175 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour l (...)

90Les taxes sont l’objet d’innombrables prélèvements indus soit parce que les services sont surfacturés, soit parce que le gouverneur concussionnaire invente purement et simplement des impositions. Les surcharges illégales (recargos) sont très fréquentes174. Souvent, les collecteurs envoyés par le gouverneur dans les villages « omettent » de donner aux responsables du village les reçus correspondant aux sommes qu’ils ont versées. Par la suite, ils exigent un second versement ou ils s’appuient sur l’absence de justificatif pour infliger des amendes immédiatement détournées175.

  • 176 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour l (...)
  • 177 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 17 ; Colección de autos acordados de la Real (...)

91Dans le domaine de l’invention des paiements illicites, l’imagination des gouverneurs malhonnêtes n’a rien à enviera celle de leur lointain prédécesseur Gaius Verrès. Les prétextes sont extrêmement variés. Citons, pêle-mêle, la réparation des maisons, les navires entrant dans les ports, l’exportation du tabac176. L’établissement des certificats administratifs est aussi une source de juteux bénéfices. L’expédition, normalement gratuite, de titres de propriété de terrains ou de bétail, la concession de pêcheries ou de passeports, la rédaction de certificats pour les agents administratifs des communes, l’octroi de médailles honorifiques font ainsi l’objet de suppléments totalement illégaux ou simplement excessifs que les administrés payent avec d’autant plus d’empressement qu’ils connaissent le pouvoir de nuisance du gouverneur177.

  • 178 PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 2, plainte d’Eusebio Aguilar y Sevillano, auxiliar de Fomento, (...)
  • 179 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport conf (...)

92Parfois, l’objet des dispositions est moins de taxer les contribuables que de multiplier artificiellement le nombre de contrevenants et, partant, des amendes qui sont ensuite détournées178. Certains gouverneurs gagnent ainsi sur les deux tableaux : ils contraignent par exemple leurs administrés désireux de se déplacer dans la province à se munir de passeports payants et détournent aussi les amendes pour vagabondage qu’ils infligent aux contrevenants179.

  • 180 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport conf (...)
  • 181 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 326 ; AHN, Ultramar, (...)

93À la fin des années 1850, l’alcalde mayor de Bulacan, Lorenzo de Olave, monte une opération particulièrement astucieuse. Il attend le moment du conditionnement de la récolte de sucre pour publier une circulaire envoyée par Manille sur les formes destinées à la fabrication des pains de sucre. Logiquement, les sucriers n’ont pas le temps de se plier à la mesure d’uniformisation : les amendes pleuvent alors et elles sont en partie empochées ; le gouverneur sait aussi se montrer conciliant avec ceux qui lui graissent la patte180... La certification des poids et mesures donne fréquemment lieu à des extorsions et des fraudes du même type, en cheville avec l’adjudicataire de ce service181.

  • 182 Voir le règlement du 13 janvier 1888 dans M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [18 (...)
  • 183 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; (...)

94Que les amendes soient justifiées ou pas, leur montant se perd très fréquemment Les textes prévoient pourtant que les procès-verbaux doivent être rédigés sur des papiers spéciaux : le contrevenant conserve la partie supérieure comme justificatif de paiement alors que la partie inférieure de la quittance est jointe au dossier182. Dans la pratique, ces reçus ne sont pas toujours rédigés ou la somme indiquée est inférieure à celle qui a été effectivement acquittée183.

Le trafic d’influence

95Il est très tentant pour un gouverneur de faire commerce des considérables pouvoirs qu’il possède sans partage. Le pouvoir judiciaire se prête particulièrement à des pratiques qui sont très proches des extorsions que nous venons d’évoquer et qui constituent même l’indispensable moyen de pression pour ramener les récalcitrants à la raison.

  • 184 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre Lorenzo de Olave, AM de Bulacan, 1859-1860 ; A (...)

96Le commerce des dispenses frauduleuses a déjà été signalé pour les impôts et les corvées, mais le champ des profits est loin de se limiter à ces deux sources. Le conseil de révision des conscrits que préside le gouverneur de la province donne parfois lieu, en cheville avec le médecin titulaire de la province, à la vente des exemptions pour raisons médicales. Dans certains cas, le handicap de jeunes qui devraient être effectivement réformés n’est reconnu qu’en échange d’une somme d’argent tarifiée en fonction de la fortune supposée du quinto184.

  • 185 Sur les charges municipales et les élections, voir infra, pp. 72-83.
  • 186 Les deux candidats arrivés en tête au moment du scrutin sont inclus dans la terna. Le troisième nom (...)
  • 187 AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de L (...)
  • 188 Voir infra, pp. 80-82.
  • 189 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los A (...)

97Au moment des élections municipales, le gouverneur peut aussi favoriser certains candidats en échange de « cadeaux »185. Il peut ainsi fermer les yeux sur certaines caractéristiques qui rendent le corrupteur inéligible ou lui dégager le terrain en déclarant inéligibles, sous divers prétextes, son ou ses concurrents les plus dangereux. Après l’élection, le gouverneur propose une liste de trois noms (terna) au gouverneur général : elle respecte en général les suffrages exprimés186, mais le gouverneur a toute latitude pour inverser un résultat et il peut facilement accompagner sa proposition d’une mise en garde contre les idées « antiespagnoles » ou l’honnêteté douteuse d’un concurrent187. Dans les régions où les postes de responsabilité sont recherchés par les notables188, le gouverneur peut mettre les candidats en concurrence189.

  • 190 AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GG de Tayabas, 18 (...)

98L’arrêt des poursuites judiciaires contre paiement d’un pot-de-vin est une méthode particulièrement efficace lorsqu’elle est appliquée aux responsables philippins des communes. Ces derniers sont des proies faciles car, nous le verrons plus loin, ils commettent ou sont contraints de commettre bien des irrégularités. Un gouverneur malhonnête n’a donc aucun mal à trouver matière à poursuites. De plus, les gobernadorcillos et les cabezas ont en général plus d’argent que leurs administrés et, surtout, ils sont en général prêts à tout pour éviter d’être publiquement déshonorés. Ainsi, deux fonctionnaires qui semblent avoir agi pour le compte du gouverneur exigent de chaque collecteur d’Atimonan, dans la province de Tayabas, 20 pesos pour arrêter des poursuites engagées contre eux pour exactions illégales. Les cabezas, par lâcheté ou parce qu’ils n’ont pas la conscience tranquille, payent. Le gobernadorcillo est mis au secret dans la prison parce qu’il refuse de se plier au chantage190.

  • 191 Sur le système carcéral et pénitentiaire, voir G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 155-18 (...)
  • 192 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859 ; PNA, (...)

99Les prisons sont une source inépuisable de profits illicites pour les gouverneurs corrompus191. Un notable emprisonné, à tort ou à raison, accepte en général de verser un dessous de table pour être libéré, et bien des libérations anormales semblent s’expliquer par la corruption192 :

  • 193 « En este país, las cárceles son un medio de lucro ; y se entra ose sale de ellas según el dinero d (...)

Dans ce pays, les prisons sont une source de profit ; on y entre et on en sort suivant l’argent dont on dispose193.

  • 194 AHN, Ultramar, leg. 2158, poursuites contre Pedro Halleg de Barrutell, AM de Leyte, 1852 ; AHN, Ult (...)
  • 195 W. E. Retana, Mando del General Weyleren Filipinas [1896], p. 98 ; AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9 (...)
  • 196 L’entretien des prisonniers est parfois confié à un entrepreneur privé. Les bénéfices des détournem (...)
  • 197 J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de las Islas Filipinas [1893], t. I, p. 376.
  • 198 Voir F. Canga Argüelles, « La Isla de Mindanao » [1887], pp. 258-259 ; Á. Martínez Cuesta, History (...)

100De plus, les prisonniers constituent une main d’œuvre corvéable à merci et les gouverneurs n’hésitent pas à détourner leur force de travail pour leurs activités « annexes » et à les « prêter », voire à les louer, à leurs amis194. Les fonds destinés à l’entretien des prisonniers font l’objet de sombres trafics de la part des gardiens de prison et des gouverneurs195. Les rations alimentaires en particulier sont systématiquement amputées pour dégager des bénéfices196. Un prisonnier peut cependant avoir un régime de faveur s’il y met le prix197. Le délabrement des prisons, le manque d’hygiène, l’entassement des détenus et leur état sanitaire déplorable, si souvent dénoncés198, sont donc en partie dus à la corruption, tout comme la multiplication des emprisonnements arbitraires.

  • 199 Sur les dispositions réglementaires, voir G. Bankoff, « Redefining Criminality : Gambling ».
  • 200 AHN, Ultramar, leg 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo (...)
  • 201 Dans chaque province, le monopole de l’organisation des combats fait l’objet d’une adjudication.
  • 202 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; (...)
  • 203 Il est vraisemblable que certains propriétaires de maisons de jeu bénéficient de « fuites » ce qui (...)
  • 204 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; (...)
  • 205 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport conf (...)

101Le gouverneur corrompu peut aussi protéger, contre rétribution, des pratiques illicites qu’il devrait en théorie combattre. La répression des jeux prohibés est un secteur particulièrement trouble. La politique coloniale à l’égard des jeux d’argent oscille, de manière très classique, entre l’interdiction de certains jeux, pour des raisons morales, et leur autorisation assortie d’une fiscalisation extrêmement rentable pour le Trésor colonial. Les autorités se donnent ainsi bonne conscience en affirmant que l’extension du vice est limitée par la réglementation et la taxation199. La conjonction d’un cadre légal répressif et de la possibilité de profits considérables que le jeu permet fait bien évidemment naître la tentation de la corruption et bien des gouverneurs n’y résistent pas200. Les méthodes sont aussi simples qu’intemporelles. Dans le cas de jeux réglementés, dont le meilleur exemple est celui des combats de coqs201, le gouverneur véreux peut autoriser, en échange d’un pot-de-vin, des manifestations en dehors des jours prévus par les règlements202. Pour ce qui est des jeux prohibés, certains gouverneurs sont accusés d’avoir été achetés pour fermer les yeux sur l’existence de maisons de jeu clandestines203. Dans certains cas, la protection est plus active puisque le gouverneur utilise la force publique pour pourchasser les maisons concurrentes et il est même directement intéressé aux bénéfices, le tenancier n’étant qu’un homme de main. De même, des permis de port d’armes sont concédés à des personnes peu recommandables à des tarifs prohibitifs204. Dans certaines provinces infestées par le brigandage, le bruit court que les bandits jouissent d’une impunité totale parce qu’ils disposent d’appuis haut placés205...

  • 206 AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.
  • 207 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1876.
  • 208 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1, plainte de Francisco Serratosa contre Miguel Socias, GC de Panga (...)
  • 209 AHN, Ultramar, leg 2231,exp. 331, poursuites contre Eduardo Asuero y Soto, GPM de Tarlac, 1879 ; PN (...)
  • 210 AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite.
  • 211 Les taxes sur les voitures et les chevaux, sur les marchés publics et sur l’abattage du bétail sont (...)
  • 212 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de ta provincia de Nueva Écija » [1889], pp. 323-328.

102Nos sources sont malheureusement peu loquaces sur les trafics auxquels la passation des marchés publics a pu donner lieu. Les dossiers de poursuites contre les gouverneurs comportent des accusations ponctuelles contre un gouverneur qui utilise des hommes de paille pour gagner des marchés206 ou qui favorise un de ses amis207. Dans un autre cas, le gouverneur réclame de l’argent à l’adjudicataire (contratista) pour le laisser travailler en paix208. Les trafics peuvent porter sur l’adjudication de monopoles comme celui des combats de coqs209 ou sur la construction de bâtiments publics210. Il est aussi vraisemblable que les multiples abus des adjudicataires de taxes et de services publics211 sont souvent commis avec le consentement intéressé des autorités212. L’opacité des cahiers des charges permet bien des arrangements.

  • 213 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plaintes contre le GPM de Romblon, 1876.

103Toujours dans le domaine économique, l’existence de liens corrompus entre les gouverneurs et les maisons de commerce reste malheureusement hypothétique, faute de sources. Nous n’avons découvert qu’une plainte en ce sens, celle d’un forestier américain installé dans l’île de Tablas. Il affirme être persécuté par le gouverneur de la province parce que ce dernier est en cheville avec son principal concurrent, la firme Tuason y Compañía213.

La violence

  • 214 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; (...)

104Les gouverneurs font systématiquement usage de leur autorité considérable pour contraindre leurs administrés à obéir aux abus de fonction qu’ils commettent dans un but d’enrichissement personnel ou pas. L’arsenal à leur disposition est particulièrement étendu : menaces et injures verbales, amendes excessives et injustifiées, destitutions arbitraires, arrestations et séquestrations, condamnation à des travaux publics particulièrement durs ou humiliants214. Ces actes d’intimidation permettent de ramener les récalcitrants à la raison. Ils ont valeur d’exemple et d’avertissement pour l’ensemble de la population.

  • 215 Le bejuco est une sorte d’osier. AHN, 2198, exp. 7 et PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4, poursuites (...)
  • 216 AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de L (...)
  • 217 E. Mazorca, Noticias de las lslas Filipinas [1841], p. 51.
  • 218 Les cuadrilleros sont les forces de police supplétives des communes.
  • 219 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte d’Antonio Enríquez contre Genaro Carrera y Carmona, AM d (...)

105Certains gouverneurs semblent avoir pris un plaisir pervers à humilier publiquement ceux qui avaient la moindre velléité de protester, de résister à leurs exigences ou de dénoncer leurs agissements. Les châtiments corporels sont très fréquents avec, en particulier, des bastonnades publiques à l’aide du trop fameux bejuco215. Les cheveux de l’insoumis sont parfois rasés en public et il est exposé à la population avec une pancarte portant la mention ladrón (« voleur »)216. Même si les témoins ont peut-être forcé le trait, certains gouverneurs semblent s’être comportés comme des tyrans sadiques. Durán, alcalde mayor de Capiz dans les années 1830, est accusé d’avoir donné l’ordre de baigner les plaies de Philippins bâtonnés, avec du vinaigre217. Genaro Carrera y Carmona, gouverneur de Camarines Norte à la fin des années 1870, aurait fait torturer des prisonniers pour qu’ils avouent où ils avaient caché leur butin. Un d’entre eux aurait tenté de se suicider en se jetant à l’eau pour abréger ses souffrances, mais repêché par les cuadrilleros218, ses blessures auraient été ointes d’un mélange de saumure, de vinaigre et de piment219...

  • 220 AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-18 (...)

106Avec le gouverneur Saravia, les récits atteignent la limite du supportable et ce d’autant plus que les actes de barbarie de ce militaire, par ailleurs corrompu, sont parfaitement attestés. En 1855, Saravia, au cours d’une opération de conversion et de regroupement (reducción) de populations païennes des montagnes de Negros, ordonne l’exécution sommaire de trente-trois pacifiques monteses. Les méthodes d’élimination sont particulièrement atroces : les victimes sont égorgées, décapitées, jetées vivantes dans les rivières, étranglées, abattues à coup de lances ou fusillées. Certains suppliciés sont préalablement torturés et les oreilles de certains d’entre eux auraient été rapportées au gouverneur220... Il s’agit ici d’un cas limite et nous n’avons heureusement rencontré aucun autre exemple de ce type de sauvagerie.

  • 221 Les affirmations d’E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 124-132, sur les conséqu (...)

107À l’issue de ce catalogue des comportements bureaucratiques déviants, quelques points méritent d’être soulignés. Tout d’abord, le gouverneur corrompu performant doit utiliser une gamme étendue de méthodes pour parvenir à un enrichissement rapide et ample. Cette indispensable « polyactivité » est sans doute plus marquée après la disparition du droit de commercer. La réforme de 1844 est parvenue à limiter les abus directement liés au commerce, mais tout indique que, par un effet de compensation, les gouverneurs corrompus se sont tournés vers d’autres sources de profit illicite221.

  • 222 Sur cette perte des repères, voir aussi pp. 270-273.

108En second lieu, il faut se garder de qualifier trop rapidement certains gouverneurs de corrompus, au sens où ils auraient recherché un enrichissement personnel. En particulier, la frontière entre un « simple » usage abusif des pouvoirs discrétionnaires et la corruption est souvent difficile à tracer. Si les gouverneurs malhonnêtes ont systématiquement recours à la violence pour piller leur province, d’autres se comportent comme des despotes, mais sans chercher à s’enrichir. Les pouvoirs immenses dont jouissent les gouverneurs tournent la tête à certains : à force d’entendre la marche royale résonner dans les villages à leur approche, à force de voir les autorités municipales s’humilier devant eux, ils perdent le sens de la mesure et en arrivent à se comporter comme des tyrans auxquels tout est dû222. Un gouverneur peut donc exiger les plus beaux chevaux de la province pour en faire commerce ou simplement parce qu’il pense les mériter : dans le premier cas, le gouverneur est intéressé, dans le second, il est impudent, mais, au bout du compte, le résultat est le même pour les administrés.

109Il convient aussi de ne pas confondre corruption et mauvaise administration, mal gobierno. La concentration des pouvoirs entre les mains d’un seul homme interdit à ce dernier de s’acquitter correctement de tâches de natures très diverses et les irrégularités peuvent naître simplement de l’impossibilité de les assumer puisqu’il n’est pas donné à tout le monde d’être à la fois un bon juge et un bon administrateur : certains gouverneurs mis en accusation sont sans doute plus incapables et incompétents que corrompus. Enfin et sans accorder pour autant des circonstances atténuantes aux gouverneurs corrompus, la moralité de leurs subalternes est très rarement au-dessus de tout soupçon.

Notes

1 Le gouverneur de la province est même encore plus puissant que le gouverneur général parce que son action n’est pas entravée par la présence de contre-pouvoirs comme la municipalité de Manille et, surtout, l’Audience.

2 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », pp. 3-4. Au XIXe siècle, la terminologie employée pour désigner les gouverneurs de province des Philippines est assez confuse. Les mots de corregidor et de corregimiento sont assez régulièrement utilisés au début du XIXe siècle comme synonymes d’alcalde mayor. Les attributions sont exactement les mêmes pour les deux catégories et seul le salaire est sensiblement différent. (L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 10-13 ; J. Cosano Moyano, « Los problemas de Filipinas en política administrativa y militar », p. 134, et, pour l’Amérique espagnole, A.-M. Brenot, Pouvoir et profits au Pérou colonial au XVIIIe siècle, p. 113.) La création des gobiernos político-militares, à la fin des années 1830 se traduit par la disparition progressive du qualificatif corregidor, même s’il est à nouveau employé, à la fin des années 1850, dans le contexte très particulier de l’administration de Manille. (E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 4 ; et X. Huetz de Lemps, « La difficile rénovation de l’ayuntamiento de Manille ».)

3 Les deux autres rouages essentiels de l’administration provinciale, la commune indigène et le clergé, sont respectivement présentés aux pp. 72-73 et 187-191.

4 J. F. del Pan et J. de la Rosa, Diccionario de la administracón [1879], article « Alcalde mayor » ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, pp. 56-59. Pour une excellente mise au point sur le système judiciaire, voir G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 99-128.

5 Les célibataires payent un demi-tribut. Les Philippins, indios ou métis chinois, doivent acquitter cet impôt de 18 ans, pour les hommes, et 20 ans, pour les femmes, à 60 ans. Le montant du tribut évolue sensiblement dans le temps et les différences, pour des raisons historiques, sont sensibles d’une province à l’autre. En 1851, le système est unifié, à l’exception de quelques variations mineures : un foyer indio doit acquitter un tribut de 12 réaux, un ménage de métis chinois, le double, soit 24 réaux ou 3 pesos. Des surtaxes pour l’entretien de la place-forte de Zamboanga ou du clergé (sanctórum) viennent s’ajouter à ce montant. Pour une synthèse très précise sur le tribut, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 133-190.

6 En 1884, la corvée est abaissée à 15 jours par an.

7 Dans chaque province, un admmtstrador est chargé des opérations de trésorerie et du contrôle des caisses royales.

8 Ce système concerne principalement les province de Cagayan et de Nueva Vizcaya.

9 Voir, en particulier, la mise en place des gouvernements civils aux pp. 308-309.

10 « Power tends to corrupt, and absolute power corrupts absolutely. »

11 L’interdiction absolue de commercer est cependant maintenue dans deux provinces, Zamboanga et Cavite, ainsi qu’aux Mariannes,

12 L’Archivo General de Indias conserve sans nul doute des papiers importants pour cette période, mais nous n’avons pas eu le temps de les consulter.

13 Ces règles sont calquées sur celles en vigueur en Amérique espagnole. Voir H. Pietschmann, « Burocracia y corrupción en la Hispanoamérica colonial », pp. 27-28 et Id., « Corrupciόn en las Indias españolas. Revisión de un debate », pp. 42-43 ; S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », pp. 5-6 ; M. Augeron, « La bureaucratie en Amérique espagnole », p. 238. La media anata est supprimée par le décret du 27 janvier 1854. (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. III, p. 22.)

14 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 5-6 et 17 ; L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipmas [1842], p. 15 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administracin de justicia », pp. 4-5. Ces engagements représenteraient en moyenne de 10.000 à 15.000 pesos (AMAE, Ultramar, leg. H 2958, Memorandum sacado de mis apuntes sobre Filipinaspara el Exmo. Sr. D. Marcelino Oráa, manuscrit anonyme de la fin des années 1830 ou du tout début des années 1840). Ce manuscrit est, à notre avis, de la plume de Sinibaldo de Mas : les recoupements avec son Informe sont nombreux et les allusions aux voyages de l’auteur en Turquie et en Égypte concordent parfaitement avec la biographie de l’auteur supposé.

15 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap, « Administracin de justicia », pp. 10-11. Sur les modalités de nomination des gouverneurs de province, voir pp. 225-226.

16 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 20. Dans le cas décrit par Mazorca, le gouverneur Durán transforme les soldats de la garnison en consommateurs captifs : les soldes sont saisies en remboursement de la vente forcée...

17 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 20 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administraciόn de justicia », p. 5.

18 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. Il, chap. « Administraciόn de justicia », p. 5 ; L. Alonso Álvarez, « Repartimientos y economía en las islas Filipinas », pp. 170-216.

19 SHM, Colección General de Documentos, doc. 7196, Mariano de Goicoechea, Memoria sobre noticias geográficas, estadistícas, topográficas de las Islas de que se compone la Capitanía General de Filipinas, 22 novembre 1840, chap. VIII : « Comercio » et XII : « De la divisiόn del territorio y del gobierno de las provincias » ; AMAE, Ultramar, leg. H 2958, Memorandum sacado de mis apuntes sobre Filipinas para el Exmo. Sr. D. Marcelino Oráa, manuscrit anonyme de la fin des années 1830 ou du tout début des années 1840.

20 M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en la Recopilaciόn de Leyes de Indias », p. 420.

21 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 15.

22 Le cavan est une unité de mesure utilisée pour les grains, elle équivaut à 75 litres. Le cavan de paddy pèse de 44 à 50 kilogrammes, celui de riz blanc environ 57,5 kilogrammes.

23 Le riz est à l’époque un des principaux articles d’exportation de l’Archipel. Sur le négoce du riz, voir B. J. Legarda, After the Galleons, pp. 156-178.

24 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 9. Voir aussi J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de las Islas Filipinas [1893], t.1, p. 532 ; E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, p. 122.

25 PNA, Expedientes Gubernativos, leg. y, poursuites contre Manuel de Iturriaga, gouverneur d’Antique, 1845 (les faits incriminés sont antérieurs à 1844) ; E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. ro.

26 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 24-25 ; AMAE, Ultramar, leg. H 2958, Memorandum sacado de mis apuntes sobre Filipinas para el Exmo, Sr. D. Marcelino Oráa, manuscrit anonyme de la fin des années 1830 ou du tout début des années 1840.

27 T. de Comyn, Estado de las Islas Ftlipmas en 1810 [1820], pp. 137-139. Cet exemple est repris par S. de Mas, Informe sobre el estado de las lslas Filipinas [1843], t. II.

28 AHN, n° 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843, et E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 26.

29 AHN, n° 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843 ;T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], pp. 135-136 : L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 29.

30 MN, volume 1662, doc. 64, « Informe de Fray Diego Solís [...] con la descripción de la provincia de Camarines, gobierno de sus habitantes y abusas de sus alcaldes », 30 décembre 1830 ; MN, volume 2441, doc. 24, « Discarso sobre el estado actual de los Indios, sistema que stguen los Akaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la admimstración de las doctrinas », anonyme, 1832, f° 15v° ; AHN, n° 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843 ; E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 28 ; PNA, Expedientes Gubemativos, leg. 5, poursuites contre Manuel de Iturriaga, gouverneur d’Antique, 1845.

31 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 14 ; M. F. García de los Arcos, Intendencia en Filipinas, pp. 58-62 et 109. Certains gouverneurs ont été accusés de mettre au service de leurs opérations commerciales les navires, les soldats et les armes destinés à la défense contre les Moros. (M N, volume 2237, « Votos de un amante del buen orden dirigidos a corregir los vicios introducidos en la administración temporal y espiritual de los pueblos de las provincias de Filipinas », 1820, f° 244 ; L. C. Dery, From Ibalon to Sorsogon, pp. 101-103.)

32 « El gobernador no es un gobernador sino un comerciante y un usurero con la fuerza en la mano. » AMAE, Ultramar, leg. H 2958, Memorandum sacado de mis apuntes sobre Filipinas para el Exmo. Sr. D. Marcelino Oráa, manuscrit anonyme de la fin des années 1830 ou du tout début des années 1840.

33 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832, ffos 4-5 ; AHN, Ultramar, leg. 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843 ; L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 10-13 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de justicia », p. 2 ; J. B. Mallat, Les Philippines [1846], t. II, pp. 360-361 ; E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 117-122.

34 J.-S. Dumont D’urville Voyage autour du monde [1859], t.1, p. 270. Voir, outre les sources imprimées espagnoles déjà citées, J. B. Mallat, Les Philippines [1846], t. I, p. 351 et t. II, p. 159 ; Th. Aube « Manille et les Philippines » [1848], p. 351, même si la date de publication de ce témoignage est décalée par rapport à l’évolution législative.

35 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 145.

36 « Los infelices llevan sus frutos y groseros artefactos al mismo que directa o indirectamente les ha de dictar un valor arbitrario : el ofrecer tal o tal precio por dichos efectos, equivale a prohibir que pueda pretenderse otro : insinuar, es mandar ; y al indio no le es lícito vacilar ; o ha de complacer al alcalde, o someterse a su persecuciόn. » Ibid., pp. 136-137,

37 Ibid., p. 142.

38 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 29-30.

39 lbid., p. 31.

40 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 18, 25. Voir aussi S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administraciόn de justida », p. 4.

41 SHM, Colección General de Documentos, doc. 7196, Mariano de Goicoechea, Memoria sobre noticias geográficas, estadistícas, topográficas de las Islas de que se comporte la Capitanía General de Filipinas, 22 novembre 1840, chap. VIII : « Comercio »et XII : « De la divisiόn del territorio y del gobierno de las provincias » ; N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 58 ; B. J. Legarda, After the Galleons, pp. 188-190.

42 Voir infra, p. 38.

43 T. de Comyn, Estado de las Istas Filipmas en 1810 [1820], p. 142. Comyn est administrateur de la Compagnie Royale des Philippines à Manille, on peut donc supposer qu’il est bien renseigné sur ce point Voir aussi L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 30 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol, 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, f° 208V° ; Census of the Philippines Islands [1905], t. I, p. 338.

44 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », p. 6 ; M. Augeron, « La bureaucratie en Amérique espagnole », p. 238.

45 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 5-6.

46 « Cada jefe de provincia es un verdadero sultán, y cuando acaba su admmistración sólo se habla en la capital de los miles de pesos que sacó limpios de su alcaldía, sin hacer mérito de si cumplió bien o mal los deberes de su destmo. » Ibid., p. 12. Théodore de Lagrenée compare les gouverneurs à des « Mehemet Ali au petit pied ». (MAE, CPC, sous-série Espagne, vol, 47, mémoire sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, f° 209.)

47 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 15.

48 Symboliquement, la première mention des alcaldes mayores aux Philippines apparaît dans un document de 1582 qui dénonce leurs malversations. (O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 92.)

49 N. P. Cushner, Spain in the Philippines, pp. 175-177, l’auteur s’appuie en particulier sur le rapport de Pedro Vértiz de Castejón du 31 décembre 1788. (AGI, Ultramar, leg. 613.) Voir aussi le passionnant manuscrit, anonyme et daté de 1767, reproduit par C. Quirino, « Abuses in the Philippine Government » ; B. L. Fenner, Cebu underthe Spanish Flag, pp. 39-40 ; R. B. Mojares, Theater in Society, Society in Theater, pp. 17-18 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 54.

50 Le mot est d’origine tagale, on pourrait le traduire par arracher, extorquer.

51 P. Hidalgo Nuchera, La recta administracin, p. 47.

52 N. P. Cushner, Spam in the Philippines, pp. 108-112 ; P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, pp. 48, 66-72 et 85-88 ; L. Alonso Álvarez, « La eficiencia del Imperio en las Filipinas coloniales », pp. 220-227 et Id., « Repartimientos y economía en las islas Filipinas ».

53 K. J. Andrien, « Corruption, Inefficiency, and Imperial Decline », pp. 13-14 ; S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », pp. 2-4 ; M. A. Burkholder, Admmistrators of Empire, p. xx.

54 Voir aussi A.-M. Brenot, Pouvoir et profits au Pérou colonial au XVIIIe siècle, pp. 139-154.

55 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », p. 6 ; M. Augeron, « La bureaucratie en Amérique espagnole », pp. 237-238.

56 A.-M. Brenot, Pouvoir et profits au Pérou colonial au XVIIIe siècle, pp. 233, 243, 245.

57 Sur la mentalité des fonctionnaires nommés aux Philippines, voir pp. 264-274.

58 M. Bertrand, « Sociétés secrètes et finances publiques. Fraudes et fraudeurs à Veracruz », p. 128.

59 P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, p. 72.

60 M. L. Díaz-Trechuelo, « Filipinas en la Recopilación de Leyes de Indias », pp. 415-416. Voir, en particulier, les lois citées dans le décret royal de 1844 supprimant l’indulto : lois 26 titre 6,54 titre 16,58 titre 15 du livre 2, et loi 5 titre 2 du livre 5.

61 Nous nous appuyons ici sur la version imprimée en 1834. (Imp. de J. M. Dayot, xx+78 p., exemplaire conservé dans les archives des Augustins, APAF, dot 201.)

62 La diffusion des ordonnances de 1768 semble avoir été très limitée jusqu’à cette date : le gouverneur général Aguilar a le plus grand mal à obtenir une copie du texte lorsqu’il ordonne sa réimpression... (Documentos para la historia de la administración de Filipinas [1891], pp. 6-7.)

63 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 18-19 ; Documentas para la htstoria de la administración de Filipinas [1891], pp. 24-25.

64 « ... Procurando la pronta y recta administración de Justicia, el buen tratamiento de los naturales y la seguridad de los intereses de la Hacienda pública, no pudiendo exigir en manera alguna más retribución que el sueldo y emolumentos que legítimamente le correspondan por dicho empleo... » AHN, Ultramar, leg. 2157, exp. 11, nomination de Juan Verzosa, comte de Lizárraga, à l’Alcaldía de Bulacan, 3 décembre 1837.

65 J. L. Phelan, « Authority and Flexibility in the Spanish Imperial Bureaucracy » ; M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, p. II.

66 Personne ne voulait de la province de Tayabas jusqu’à ce qu’un gouverneur dynamique, Juan Antonio Orbeta, développe l’économie de cette région entre 1826 et 1829. (AHN, Ultramar, leg. 2157, exp. ii, lettre du gouverneur général P. Enrile au Ministère, 11 juillet 1834.)

67 MN, volume 1773, doc. 9,1828-1838, « Estado de losque ocuparon las alcaldías, gobiernos y corregimientos en los años de la fecha », ffos 112-116. Voir aussi I. Salinas y Angulo, Legislación militar aplicada al Ejército de Filipinas [1879], pp. 30-31, et B. J. Legarda, After the Galleons, pp. 189-190.

68 Le revenu total est de 3.195 pesos en 1820 (MN, volume 2237, « Votos de un amante del buen orden dirigidos a corregir los vicias introducidos en la administración temporal y espiritual de los pueblos de las provincias de Filipinas », 1820, f° 265) ; 3 345 pesos dans les années 1830. (MN, volume 1773, doc. 9, « 1828-1828-1838 : Estado de los que ocuparon las alcaldías, gobiernos y corregimientos en los atlas de la fecha », ffos 112-116.)

69 Le montant était le même en... 1604 (P. Hidalgo Nuchera, La recta administración, p. 68).

70 Le fardo est un ballot de tabac qui renferme en général 4.000 feuilles,

71 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 145 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de justicia », pp. 3 et 32 ; L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 14 ; A. Rodríguez de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la Hacienda Pública » [1843], pp. 324-325 ; E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines, p. 149.

72 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, f 208v°.

73 M. Ladd Thomas, « Historical Origins of Philippine Centralism », p. 32.

74 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 141 ; L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], p. 15. Voir aussi le rapport de l’oidor Manuel Bernáldez Pizarro du 26 avril 1827 dans E. Blair et J. Robertson, The Philipine Islands, vol. LI, p. 223.

75 Voir pp. 239-240.

76 « This was a rude System of government, but it was cheap, and a populous province might only have to maintain half-a-dozen Spaniards. » F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines [1900], p. 10. Les conclusions des historiens concordent tout à fait avec ce constat. Voir les nombreux travaux de L. Alonso Álvarez sur le coût de la domination espagnole dans l’Archipel à l’époque moderne, en particulier « La eficiencia del Imperio en las Filipinas coloniales ».

77 M, Augeron, « La bureaucratie en Amérique espagnole », p. 241.

78 Sur l’intendance, voir M. F. García de los Arcos, Intendencia en Filipinas ; J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 103-105 ; M. Luque Talaván, « Las instituciones de derecho público y de derecho privado ».

79 A. W. Quiroz, « Implicit Costs of Empire », pp. 477-478.

80 J. Cosano Moyano, « Los problemas de Filipinas en política administrativa y militar », p. 132.

81 En 1838, par exemple, cette interdiction est une des vingt mesures préconisées par le conseil municipal de Manille pour revitaliser la colonie (PNA, Ayuntamiento, leg. 32).

82 T de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 144. La solution proposée par l’oidor Manuel Bernáldez Pizarro est similaire (rapport du 26 avril 1827, dans E. Blair et). Robertson, The Philipine Islands, vol. LI, pp. 223-224

83 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842]. Álvarez y Tejero est né en métropole, mais il a vécu treize ans aux Philippines. Avocat de formation, il a occupé divers postes en particulier dans l’audience de Manille, Élu député des Philippines aux Cortes constituyentes, il arrive en métropole après l’adoption de la constitution de 1837 qui supprime la représentation parlementaire de l’Archipel. Il reste en Espagne et tente d’alerter les autorités sur la nécessité urgente de réformer l’administration de la colonie asiatique.

84 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « administración de justicia », p. 31.

85 Pour Álvarez y Tejero, les salaires seraient de 1.200, 1.500 et 1.800 pesos, avec une prime de 0,5 à 1 % sur les tributs levés, et les alcaldes mayores seraient obligatoirement des juristes de formation.

86 L. Álvarez y Tejero, De las islas Filipinas [1842], pp. 16-19.

87 Les subdélégations, subordonnées aux intendances, reprennent à peu près le maillage des alcaldías et corregimientos.

88 Les intendants perçoivent de 5 à 7.000 pesos.

89 S. J. Stein, « Bureaucracy and Business in the Spanish Empire (1759-1804) », pp. 4 et 15-28 ; C. Arellano Hoffmann, « El intendente de Tarma Juan Maria de Gálvez »,

90 « ... La razón, como la política ilustrada, piden que en esta parte se reforme nuestra legislación... » (T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 142.)

91 La bonga est la noix d’arec, composante indispensable du bétel.

92 « La administración de Filipinas comenzó a desarrollar principios generales, prácticas e instituciones propias, durante el mando del General Enrile, de 1830 a 1835. Hasta entonces no había ideas sobre la división de poderes, y fuera de la sencilla gestiόn económica por la cual se recaudaba el tributo y se administraban las rentas del tabaco, de alcoholes y de la bonga, que constituían el sistema financiero de la época, todo lo demás, en las relaciones de los administrados con la administración marchaba a la buena de Dios, entre autos y diligencias,.. » Documentos para la historia de la administración de Filipinas [1891], introduction de José Felipe del Pan, p. 1.

93 Le texte est reproduit dans R. Díaz Arenas, Memorias Históricas y Estadísticas de Filipinas [1850], 7° cuaderno, et dans la Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. 1, pp. 290-292.

94 Ils doivent être âgés d’au moins vingt-cinq ans et avoir au minimum un grade de capitaine.

95 En théorie, les gobiernos políticos-militares correspondent à des zones où les insoumis (infieles, remontados) et les brigands sont nombreux et où, partant, les impératifs de défense sont prioritaires.

96 Le texte de 1837 précise d’ailleurs que les postes d’alcaldes mayores ne sont pas réservés aux civils. On rencontre très fréquemment dans les archives la trace de militaires nommés à ces fonctions, avant comme après 1837.

97 R. Jiménez Asensio, Políticas de selección en la función pública española, pp. 64,172 et 177.

98 APAF, doc. 205/4-c, Circular muy reservada a alcaldes majores y gobernadores de las provincias, 14 juin 1841.

99 Oráa désigne là les Philippins.

100 « ... La importancia y la necesidad de conformar nuestra conducta moral y religiosa a las máximas que les enseñaron y a los ejemplos que les dieron nuestros antepasados, pues la contradicción que observasen en la comparación que, a pesar de su limitada inteligencia, son harto capaces de hacer entre aquéllos y éstos, no podría menas de debilitar en gran manera los sentimientos de amor y respeto, que profesan en general a los españoles, y en particular a los encargados de su gobierno, y de aflojar por consiguiente los vmculos que los unen a la metrópoli, que es nuestra principal obligación robustecer. »

101 « Sin pretender exigir de los gobernadores y alcaldes mayores una abnegación y desprendimiento tales, que atentos sólo al fomento de la prosperidad pública, descuiden de todo punto sus negocias particulares, quisiera se penetrasen de que el interés personal legítimo, honroso y bien entendido, no sólo no esta en oposición, sino por el contrario, se halla estrechamente unido al aumento de la riqueza pública... »

102 « ... Los tráficos indecorosos ; cuyas principales ventajas dimanan de transacciones opresivas y vejatorias, haciendo un criminal abuso de la autoridad que el gobierno les ha confiado con muy diversos fines, lo que sobre imprimir una mancha indeleble en su reputación, atraerá sobre sus cabezas la animadversión de las leyes, en cuya aplicación seré por mi parle tribunal inexorable... »

103 MAE, CCC, sous-série Manille, vol. 2, dépêche du 19 février 1842, f° 24.

104 Le gouverneur général Clavería a fait l’objet d’une bonne étude de M. Luque Talaván, « Narciso Clavería y Zaldúa. Gobernadory capitán general ». Malheureusement, l’auteur n’étudie pas les réformes de l’administration coloniale.

105 Documentas para la historia de la administración de Filipinas [1891], p. 4, et Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, pp. 3-14.

106 Les trois alcaldes mayores de la province de Tondo ont des émoluments nettement plus élevés du fait du volume des affaires qu’ils doivent traiter. Le décret du 27 janvier 1854 modifie sensiblement la hiérarchie des alcaldías et l’avancement. Désormais, le nombre de catégories est limité à deux : de entrada et de término. Le décret royal du 30 juillet 1860 rétablit les trois catégories (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. III, pp. 20-23 et t. IV, p. 398),

107 Les tenientes de gobernadores ont accès à la catégorie des alcaldes sur le même principe de l’ancienneté.

108 Ordre royal du 26 janvier 1853 (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, pp. 381-382).

109 « ...Negociar, tratar, comerciar, tener casas y tierras propias, estancias de ganado, labranzas, cannas de perlas, y cualesquiera otras grangerías por sí, ni por interpósitas personas... » Article 45. L’article 46 interdit le commerce de l’argent.

110 Le texte prévoit un délai de huit mois, sans doute pour permettre aux intéressés de mener les opérations commerciales engagées à leur terme.

111 Sur les choix des gouverneurs alors en poste, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, p. 174

112 Le salaire des gouverneurs politico-militaires est aligné sur celui d’un alcalde mayor de término (1.600 pesos) sauf s’il est seulement capitaine (1.500 pesos). [Colección de autos acordados de la Real Audiencia (1861-1866), t. II, pp. 125-126.]

113 L’idée d’une suppression de l’indulto en échange d’une augmentation des salaires apparaît dans un projet de 1790. (J. M. Frader A, Filipinas, la colonia más peculiar, p. 166.) Le préambule du décret reconnaît que le dossier a longtemps traîné dans les tiroirs du ministère de la Justice.., (Colecciόn de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, p. 3.) Un document de 1820 évoque un projet de réforme très similaire à celui adopté en 1844. (MN, volume 2237, « Votos de un amante del buen orden dirigidos a corregir los vicios introducidos en la administración temporal y espiritual de los pueblos de las provincias de Filipinas », 1820, f° 265.)

114 Le mémoire de Mazorca est signé à Manille le 20 octobre 1840, mais l’auteur ne connaît visiblement pas grand chose aux réalités des Philippines. Il affirme, par exemple, que les provinces de Tondo, Cavité et Antique ont une activité commerciale limitée... (E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], pp. 4-5.)

115 Il est condamné à la restitution de tous les biens détournés et votés, à une amende de 1.000 pesos et au paiement des frais de justice. Il est frappé d’une interdiction définitive d’exercer une charge publique, (AHN, leg. 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Durán, 1843.)

116 T. de Comyn, Estado de las Islas Filipinas en 1810 [1820], p. 145.

117 AHN, leg. 2158, exp. 29, Autos de Residencia de Miguel Duran, 1843.

118 Sans doute en 1832, Apolinario de la Cruz fonde une confrérie qui connaît un grand succès populaire dans les provinces de Tayabas, Batangas, Laguna et Manille, Les autorités civiles et religieuses espagnoles suspectent la cofradía de San José d’être hérétique et séditieuse. Face au refus de dialoguer du pouvoir colonial, les partisans d’Apolinario de la Cruz se réfugient dans les montagnes et le mouvement se radicalise. La répression par l’armée est particulièrement féroce.

119 S. de Mas, Informe sobre elestado de las Islas Filipinas t. II, chap. « administración de justicia », pp. 11-12.

120 Sur le redressement spectaculaire des finances publiques de la colonie, voir l’étude de J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar.

121 Sur ce point, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 133-190, en particulier les pp. 169-171.

122 Documentos para la historia de la admmistración de Filipinas [1891], p. 26.

123 Manille est alors le seul port ouvert au commerce extérieur et les commerçants étrangers n’ont pas le droit de résider, en théorie au moins, dans les provinces.

124 N. Tarling, Southeast Asia. A Modern History, p. 194. Il s’agit ici des exportations de riz vers la Chine, commerce très dynamique dans la première moitié du siècle.

125 N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 58.

126 A. Rodríguez de Cela y Andrade, « Memoria sobre el estado de la Hacienda Pública » [1853], pp. 354-357. Rodríguez de Cela y Andrade est fonctionnaire de la Dirección General de Ultramar.

127 J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, pp. 175-177. Nous n’avons pas trouvé mention de ce retour en arrière dans notre documentation.

128 L. M. Arroyo Yanes, La ordenación de la función pública contemporánea, pp. 86-95.

129 « La costumbre de que los gobernantes comercien no es propio del siglo en que vivimos. » S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t II, chap. « Administración de justicia », pp. 26-27.

130 La vente des offices était beaucoup moins développée aux Philippines qu’en Nouvelle-Espagne ou au Pérou. Seules les charges notariales (escribanos públicos) et certains offices du conseil municipal de Manille étaient vendues. (N. P. Cushner, Spam in tbe Philippines, pp. 177-185.) Pour un exemple, voir le cas des regidores perpetuos de Manille dans X. Huetz de Lemps, Manille au XIXe siècle, t. I. pp. 276-279.

131 Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, p. 12.

132 MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 47, mémoire de Théodore de Lagrenée sur sa mission extraordinaire en Chine, 5 août 1844, ffos 209v°-210. Clavería lui aurait fait cette confidence.

133 C. Arellano Hoffmann, « El intendente de Tarma Juan María de Gálvez », p. 51.

134 AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.

135 AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-1862.

136 BNE, ms. 19237, José García y Ruiz Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 188. Voir aussi supra, p. 48.

137 AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.

138 Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], pp. 128-129 ; AHN, Ultramar, leg. 2198, exp. 12, poursuites contre José Solís, CPM du district de Davao, 1861 ; AHN, Ultramar, leg. 2229, exp. 3, poursuites contre Francisco Moscosoy Lara, GPM des Mariannes de 1866 à 1871, condamné en 1876 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y López, GPM de Davao, 1878-1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 334, poursuites contre Enrique de la Vega y Palma, GPM de Samar, 1878-1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 331, poursuites contre Eduardo Asuero y Soto, GPM de Tarlac, 1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2237, exp. 205, poursuites contre Isidro Salaverri y Caballer, GPM de Calamianes, 1879-1881 ; N. G. Owen, Prosperity Without Progress, p. 64.

139 Voir l’ordre royal du 4 mai 1850 (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, p. 264) ; le décret royal du 27 janvier 1854 qui vise plus particulièrement les gouverneurs politico-militaires (Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. III, p. 22) ; la circulaire du 17 novembre 1870 (M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la administración [1887-1888], t. XI, p.311).

140 AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. I, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong puis de Samar, 1864-1865 ; AHN, Ultramar, leg. 5211, exp. 43, poursuites contre José Urbano y Montero, GPM de Lepanto, 1869-1870 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Genaro Carrera y Carmona, AM de Camarines Norte, 1878 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 331, poursuites contre Eduardo Asuero y Soto, GPM deTarlac, 1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2237, exp. 205, poursuites contre Isidro Salaverri y Caballer, GPM de Calamianes, 1879-1881.

141 AHN, Ultramar, leg. 4580, exp. 339, poursuites contre Ignacio Garcia Galán, GPM de Masbate et Ticao, 1874 ; AHN, Ultramar, leg. 2237, exp. 205, poursuites contre Isidro Salaverri y Caballer, GPM de Calamianes, 1879-1881 ; AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 45, poursuites contre Victor Ruiz del Valle de Lanzarote, GPM de Surigao, 1886-1887 ; AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de La Isabela, 1873-1888.

142 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, A M de Cagayan, 1860.

143 AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y López, GPM de Davao, 1878-1879 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Genaro Carrera y Carmona, AM de Camarines Norte, 1878 ; AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897.

144 S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de justicia », pp. 30-31.

145 Sur l’ancienneté de ces malversations, voir L. Á. Sánchez Gómez, « Los debates sobre la regulación de la prestación personal en Filipinas », pp. 578-379.

146 D. Moriones, Memoria Reservada [1877-1880], p. 150.

147 Littéralement les « chutes ». Selon J. Foreman, The Philippine Islands [1906], p. 224 ce mot est couramment employé par les fonctionnaires coloniaux. Il dit avoir assisté à une réunion d’employés coloniaux qui discutaient ouvertement des revenus légaux (salaires et primes) et illégaux (caídas) des différentes provinces de l’Archipel. Selon E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, p. 8}, le mot désignait tous les profits illicites mais habituels. Pour notre part, nous n’avons jamais rencontré ce mot dans un document espagnol, manuscrit ou imprimé.

148 Même les gouverneurs honnêtes exercent ce type de pression car ils touchent, en toute légalité, 2 % sur le montant des rachats de leur province.

149 AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, rapport de l’enquêteur Félix Mathet y Oráa, 26 janvier 1888 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 194.

150 AH N, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868 ; AHN, Ultramar, leg 4580, exp. 339, poursuites contre Ignacio García Galán, GPM de Masbate et Ticao, 1874 ; AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1879 ; AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, GPM de Cebu, 1884 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3 et 4, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, CPM de Romblon, 1892. Voir aussi la lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera au ministre d’Outre-Mer, 31 mars 1881 (AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8) ; FAM, leg. 334, exp. 4, lettre du GC de Manille Antonio Domínguez Alfonso au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 24 juillet 1893 ; F. Foradada, La soberanía de España en Filipinas, p. 254.

151 Tous les habitants, quel que soit leur groupe ethnique, doivent acquérir une cédule correspondant à leur tranche de revenus. Elle sert aussi de carte d’identité. Il existe dix classes, certaines sont concédées à titre gratuit (membres du clergé, militaires...).

152 Un impôt provincial de un peso et demi compense le manque à gagner pour le Trésor colonial. La gestion de cet impôt provincial ayant entraîné d’innombrables abus, il est remplacé en 1889 par une augmentation de la cédule personnelle.

153 M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. VII, article sur l’impuesto provincial, pp. 29 sqq.

154 AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et FedericoTrujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897.

155 L. Á. Sánchez Gómez, « Los debates sobre la regulación de la prestación personal en Filipinas », pp. 595-597.

156 AHN, Ultramar, leg. 2152, exp. 14.

157 AHN, Ultramar, leg. 2152, exp. 14, et AHN, Ultramar, leg. 1260, exp. 48. Les pertes sont en partie dues si des erreurs de gestion.

158 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, lettre du 29 août 1850 au gouverneur général.

159 Une partie des tributs levés dans la commune est versée dans les cajas de comunidad (« caisses communales ») de la localité. Ces fonds semblent avoir été très fréquemment détournés. AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael Garcia López, AM de Cagayan, 1860 ; AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, p. 337.

160 AGI, Diversos, leg. 27, Memoria escrita en el Palacio Arzobispal de Manila, anonyme, 1896 ou 1897.

161 FAM, leg. 326, exp. 3, lettre confidentielle du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 13 novembre 1893.

162 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871.

163 AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 10, poursuites contre Miguel Ruiz Pérez, AM de Zambales, 1860 ; AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegacón de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp, 7-11, poursuites contre Juan Crisóstomo Gómez Gordillo, AM de Camarines Sur, 1887-1888.

164 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871 ; AHN, Ultramar, leg. 5211, exp. 43, poursuites contre José Pastory Casas, GPM de Tiagan, 1869-1870 ; AHN, Ultramar, leg. 4580, exp. 339, poursuites contre Ignacio García Galán, GPM de Masbate et Ticao, 1874 ; AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887 ; APAF, doc 902/3-e, pétition du 22 août 1892 adressée au GC de la province de La Unión par les gobernadorcillos et cabezas de quatre communes. Voir aussi AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881 et avis de la DGAC du 10 mars1881 sur l’état des Philippines et les réformes à opérer.

165 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, 9 décembre 1875 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Genaro Carrera y Carmona, AM de Camarines Norte, 1878.

166 L. Á. Sánchez Gómez, « Sobre jueces, gobernadores, gobernadorcillos y frailes », p. 116.

167 Circulaires du 13 juillet 1846 et du 13 novembre 1848. La disposition est à nouveau publiée en 1871.

168 Voir, par exemple, F. Mallari, « Alcalde Versus Friar in Camarines », pp. 472-473.

169 W. E. Retana, Mando del General Weyler en Filiptnas [1896], pp. 85-89 ; APAF, doc, 902/3-e, plainte de gobernadorcillos et cabezas de la province de La Unión, 22 août 1892.

170 Dans un des tableaux de sa galería filipina, A. Chápuli Navarro décrit le comportement d’un juge, Liborio Rabadilla, dont l’extrême nullité motive une enquête confidentielle auprès du gouverneur. Ce dernier répond ; « No puedo asegurar a V.E. que D. Liborio Rabadilla sea un hombre capaz de grandes inmoralidades ; pero comete bajezas impropias de su investidura, como la de no pagara la lavandera, ni al sastre, ni al zapatero ; amén de que pretende que se le suministre de zacate y de hortalizas bajo iguales condiciones, etc., etc. » (A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], pp. 61-62.)

171 AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, [887 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11, poursuites contre Juan Crisóstomo Gómez Gordillo, AM de Camarines Sur, 1887-1888 ; AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897. Dans un cas, les exigences du gouverneur sont aussi sexuelles (AHN, Ultramar, leg. 2196, exp, 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, 1860. Voir aussi J. S. Arcilla, « Utopia and Revolution. The Philippine Experience », pp. 57-58).

172 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 34, poursuites contre Cirilo Fernández de la Hoz, GC de la province de La Isabela, 1887.

173 AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887. Voir aussi J. Foreman, The Philippine Islands [1906], p. 221.

174 AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, GPM de Cebu, 1884 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888.

175 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868.

176 AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3 et 4, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, CPM de Romblon, 1892.

177 E. Mazorca, Noticias de las Islas Filipinas [1841], p. 17 ; Colección de autos acordados de la Real Audiencia [1861-1866], t. II, p. 44-46, décret du 19 décembre 1845 ; Apuntes interesantes sobre las islas filipinas [1869], p. 194 ; AHN, Ultramar, leg. 2206, exp. 37, poursuites contre Juan Manella, GPM de Misamis, 1865 ; AHN, Ultramar, leg. 5231, exp. 16, Visita de la Subdelegación de Hacienda de l’île de Negros pour la période 1866-1868, rapport d’Antonio Keyser, 14 juin 1871 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, 9 décembre 1877 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Genaro Carrera y Carmona, AM de Camarines Norte, 1878 ; AHN, Ultramar, leg. 2249, exp. 77, poursuites contre José Fernández de Terrán, GPM de Leyte, 1883 ; AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11, poursuites contre Juan Crisristomo Grimez Gordillo, AM de Camarines Sur, 1887-1888 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1, plainte de Francisco Serratosa contre Miguel Socias, GC de Pangasinan, 1894 ; AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897.

178 PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 2, plainte d’Eusebio Aguilar y Sevillano, auxiliar de Fomento, contre le gouverneur de La Pampanga, Antonio del Águila, 1887.

179 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport confidentiel du colonel Miguel Creus, 18 février 1859 ; AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, 1860 ; AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 1, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong puis de Samar, 1865-1865.

180 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport confidentiel du colonel Miguel Creus, 18 février 1859. Ce gouverneur tente une opération du même type sur le bétail, mais les autorités centrales sont, cette fois-ci, alertées par les éleveurs.

181 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija » [1889], p. 326 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Rosellό y Cervera, GC de Tayabas, 1888.

182 Voir le règlement du 13 janvier 1888 dans M. Rodríguez Bérriz, Diccionario de la Administración [1887-1888], t. XI, pp. 273-274.

183 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 10, poursuites contre Miguel Ruiz Pérez, AM de Zambales, 1860 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg, 2, poursuites contre Claudio Palazuelos, AM de Bataan, 1876 ; AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1879 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11, poursuites contre Juan Crisόstomo Gόmez Gordillo, AM de Camarines Sur, 1887-1888 ; AHN, Ultramar, leg. 2248, exp. 76, poursuites contre José Francisco Trasovares, AM de Cagayan, 1887 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Rosellό y Cervera, GC de Tayabas, 1888.

184 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre Lorenzo de Olave, AM de Bulacan, 1859-1860 ; AHN, Ultramar, leg. 2249, exp. 77, poursuites contre José Fernández de Terrán, GPM de Leyte, 1883 ; AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, GPM de Cebu, 1884. Sur le système de recrutement militaire aux Philippines et ses dysfonctionnements, voir X. Huetz de Lemps, « Les Philippins et l’impôt du sang ». Lorsque la capitale de la province abrite une garnison, le gouverneur « oublie » parfois de signaler le décès ou la désertion des soldats, empochant ainsi les fonds destinés à leur solde et à leur entretien. (AHN, Ultramar, leg. 4580, exp. 339, poursuites contre Ignacio García Galán, GPM de Masbate et Ticao, 1874.)

185 Sur les charges municipales et les élections, voir infra, pp. 72-83.

186 Les deux candidats arrivés en tête au moment du scrutin sont inclus dans la terna. Le troisième nom est celui du gobernadorcillo sortant.

187 AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de La Isabela, 1873-1888. Voir aussi AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 7-11, poursuites contre Juan Crisóstomo Gόmez Gordillo, AM de Camarines Sur, 1887-1888. Ce dernier dossier est particulièrement intéressant, même si le gouverneur ne semble pas directement impliqué dans les manœuvres pré et post-électorales. Le secrétaire du gouvernement et un juge de paix auraient vendu leur influence supposée sur les autorités supérieures en mettant en concurrence les adversaires politiques. Le montant des sommes extorquées, de 300 à 1.500 pesos, les dons en nature sont loin d’être négligeables.

188 Voir infra, pp. 80-82.

189 MN, volume 2441, doc. 24, « Discurso sobre el estado actual de los Indios, sistema que siguen los Alcaldes Mayores y utilidad de los Religiosos en la administración de las doctrinas », anonyme, 1832ffos 7-8 ; S. de Mas, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas [1843], t. II, chap. « Administración de justicia », p. 9 ; AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, A M de Cagayan, 1860.

190 AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GG de Tayabas, 1888. Voir aussi PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1, poursuites contre José Garcés de Marcilla, GC de Batangas, 1890 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1, plainte de Francisco Serratosa contrele GC de Pangasinan Miguel Socias, 1894 ; AHN, Ultramar, leg. 5360, exp. 1, Asuntos Reservados, plainte de propriétaires et négociants de la province de Sorsogon contre le marquis de Labastida, GC, et Federico Trujillo, juge de première instance, 8 janvier 1897. Dans ce dernier cas, les cibles du chantage sont des Espagnols accusés de mauvais traitements à leurs domestiques.

191 Sur le système carcéral et pénitentiaire, voir G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 155-181.

192 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, 9 décembre 1875.

193 « En este país, las cárceles son un medio de lucro ; y se entra ose sale de ellas según el dinero de que se dispone. » FAM, leg. 326, exp, 3, lettre très confidentielle du gouverneur général R. Blanco au ministre d’Outre-Mer A. Maura, 7 septembre 1893, voir aussi la lettre du 22 septembre. La lettre du 7 septembre souligne que les employés du fisc de Manille, qui disposent de leurs propres prisons, se livrent à des chantages du même type.

194 AHN, Ultramar, leg. 2158, poursuites contre Pedro Halleg de Barrutell, AM de Leyte, 1852 ; AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte des principales du pueblo de Bamban contre le GPM de Tarlac, 9 décembre 1875 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lôpez, GPM de Davao, 1878-1879 ; AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, GPM de Cebu, 1884 ; AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, avis de la DGAC du 10 mars 1881 sur l’état des Philippines et les réformes à opérer. Sur les gardiens (alcaides), voir G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 172-173.

195 W. E. Retana, Mando del General Weyleren Filipinas [1896], p. 98 ; AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García Lόpez, AM de Cagayan, 1860 ; AHN, Ultramar, leg, 2196, exp. 10, poursuites contre Miguel Ruiz Pérez, AM de Zambales, 1860 ; AHN, Ultramar, leg. 5173, exp. 1, poursuites contre Francisco Torróntegui y Morales, GPM de Morong puis de Samar, 1865-1865 ; AHN, Ultramar, leg. 2231, exp. 333, poursuites contre José Cores y Lόpez, GPM de Davao, 1878-1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2249, exp. 77, poursuites contre José Fernandez de Terrán, GPM de Leyte, 1883.

196 L’entretien des prisonniers est parfois confié à un entrepreneur privé. Les bénéfices des détournements sont alors partagés entre ce dernier et le gouverneur qui ferme les yeux. En 1889, le gouverneur général Weyler tente de moraliser l’entretien des prisonniers en interdisant aux gouverneurs de prendre à leur compte l’approvisionnement en nourriture des prisons et en les obligeant à tenir des registres précis. (W. E, Retana, Manda del General Weyler en Filipinas [1896], p. 98.)

197 J. Martínez de Zúñiga, Estadismo de las Islas Filipinas [1893], t. I, p. 376.

198 Voir F. Canga Argüelles, « La Isla de Mindanao » [1887], pp. 258-259 ; Á. Martínez Cuesta, History of Negros, pp. 293-294 ; et G. Bankoff, Crime, Society and the State, pp. 169-173.

199 Sur les dispositions réglementaires, voir G. Bankoff, « Redefining Criminality : Gambling ».

200 AHN, Ultramar, leg 2197, poursuites contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860, copia certificada del expediente de visita del juzgado de Iloilo verificada [...] por el Oidor Manuel Vela Irisarri, 9 juin 1859 ; AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1879 ; AHN, Ultramar, leg. 2237, exp. 204, poursuites contre Simón Sedano, GPM de Basilan (6e district de Mindanao), 1881 ; AHN, Ultramar, leg 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888 ; MAE, CPC, sous-série Espagne, vol. 97, dépêche 38 du 19 mars 1889, rapport du consul Fradin sur l’administration provinciale des îles Philippines, f° 239.

201 Dans chaque province, le monopole de l’organisation des combats fait l’objet d’une adjudication.

202 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; AHN, Ultramar, leg. 5209, exp. 36-37, poursuites contre Pedro Pampillón y Molina, gouverneur de la province de Manille, 1861 ; FAM, leg. 334, exp. 1, lettre du directeur général de l’Administration civile Ángel Avilés au ministre d’Outre-Mer Antonio Maura, 1er avril 1893.

203 Il est vraisemblable que certains propriétaires de maisons de jeu bénéficient de « fuites » ce qui explique que les forces de l’ordre – elles-mêmes souvent corrompues – prennent très rarement les joueurs en flagrant délit. Les tenanciers disposent en outre de réseaux d’informateurs et de vigiles. (G. Bankoff, « Redefining Criminality : Gambling », p. 278.)

204 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; AHN, Ultramar, leg. 5279, exp. 12-14, poursuites contre Miguel Roselló y Cervera, GC de Tayabas, 1888.

205 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport confidentiel du colonel Miguel Creus, 18 février 1859.

206 AHN, Ultramar, leg. 2199, poursuites contre Joaquín Domínguez y Navas, GPM de Capiz, 1856-1858.

207 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1876.

208 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 1, plainte de Francisco Serratosa contre Miguel Socias, GC de Pangasinan, 1894.

209 AHN, Ultramar, leg 2231,exp. 331, poursuites contre Eduardo Asuero y Soto, GPM de Tarlac, 1879 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3, plainte du Père augustin Pedro Martínez y Vélez contre le gouverneur et le contrôleur des Finances de la province d’Abra, 1895.

210 AHN, Ultramar, leg. 2232, exp. 332, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite.

211 Les taxes sur les voitures et les chevaux, sur les marchés publics et sur l’abattage du bétail sont affermées. La certification des poids et mesures, l’exploitation des gallodromes (galleras) et des passages à gué font aussi l’objet d’adjudications.

212 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de ta provincia de Nueva Écija » [1889], pp. 323-328.

213 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plaintes contre le GPM de Romblon, 1876.

214 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre l’AM de Bulacan Lorenzo de Olave, 1859-1860 ; AHN, Ultramar, leg. 2196, exp. 9, poursuites contre Rafael García López, AM de Cagayan, 1860 ; AHN, Ultramar, leg. 2232, exp, 332, poursuites contre Rafael Alberni, GPM de Cavite, 1879 ; AHN, Ultramar, leg, 2237, exp. 205, poursuites contre Isidro Salaverri y Caballer, GPM de Calamianes, 1879-1881 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3 et 4, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, C PM de Romblon, 1892.

215 Le bejuco est une sorte d’osier. AHN, 2198, exp. 7 et PNA, Denuncias por Abusos, leg. 4, poursuites contre Marceliano Hidalgo, AM d’Albay, 1865-1867 ; PNA, Expedientes Gubernativos, leg. 3 et leg. 4, poursuites contre Manuel Hernández y Herrero, CPM de Romblon, 1892.

216 AHN, Ultramar, leg. 2240, exp. 3, poursuites contre José Mantilla y Segura, GPM de la province de La lsabela, 1873-1888.

217 E. Mazorca, Noticias de las lslas Filipinas [1841], p. 51.

218 Les cuadrilleros sont les forces de police supplétives des communes.

219 PNA, Denuncias por Abusos, leg. 2, plainte d’Antonio Enríquez contre Genaro Carrera y Carmona, AM de Camarines Norte, 1878.

220 AHN, Ultramar, leg. 2199, exp. 15, poursuites contre Emilio Saravia y Núñez, GPM de Negros, 1857-1862. Saravia, né en 1831, arrive aux Philippines en 1852. Il administre Negros de mars 1855 à août 1857.

221 Les affirmations d’E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century, pp. 124-132, sur les conséquences de la réforme de 1844 me semblent beaucoup trop optimistes.

222 Sur cette perte des repères, voir aussi pp. 270-273.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search