Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Première partie

Ladrones de abajo, ladrones de arriba : formes et dimensions du brigandage administratif

Texte intégral

  • 1 « Voleurs d’en haut, voleurs d’en bas ». L’expression ladrones de abajo est employée pour désigner (...)

1L’objet de cette partie1 est de dresser un inventaire des diverses méthodes de corruption utilisées par les fonctionnaires coloniaux en poste aux Philippines. Nous prendrons en compte l’ensemble de l’appareil administratif colonial, des communes indigènes aux bureaux centraux de Manille. La logique aurait voulu que nous adoptions une progression ascendante ou descendante. Cependant, nous avons décidé de pénétrer dans l’édifice administratif colonial et dans les systèmes corrompus de l’Archipel par la porte de l’administration provinciale ou, plus précisément, des gouverneurs de province. Les raisons qui militent en faveur de ce choix sont les suivantes.

2Les gouverneurs sont des hommes clés de l’administration coloniale parce qu’ils sont la cheville ouvrière de l’organisation politico-administrative coloniale, l’unique charnière entre Manille ou Madrid et les milliers de pueblos que compte l’Archipel. Cette position leur confère un pouvoir considérable et de multiples possibilités de profits illicites, s’ils sont malhonnêtes. Revers de la médaille, ils sont aussi très surveillés par les autorités supérieures et très exposés aux plaintes des administrés. La documentation est donc particulièrement abondante pour ce qui les concerne et elle permet de poser un certain nombre de repères, en particulier chronologiques, essentiels à la progression de l’analyse.

3Dans un deuxième temps, nous étudierons la place de la corruption dans la vie des échelons inférieurs de l’organisation administrative. Les chefs philippins des communes ne sont pas à proprement parler des fonctionnaires coloniaux, mais les pratiques corrompues qu’ils mettent très fréquemment en œuvre constituent un substrat sur lequel s’ancre et se nourrit la corruption des employés espagnols. Enfin, les faits de corruption que l’on observe dans les administrations centrales de Manille sont souvent très différents des précédents : plus subtils, plus discrets, ils portent parfois sur des sommes considérables.

4Cette typologie s’appuie sur des documents, imprimés ou manuscrits, auxquels on ne peut accorder qu’une confiance limitée. Comme nous le verrons dans la partie suivante, les noms cités dans ces dossiers et, plus rarement, dans ces ouvrages, ne sont pas systématiquement ceux de coupables : certains ont pu être les victimes de sombres règlements de comptes et d’injustes cabales ; d’autres, et parfois ceux-là mêmes qui signent les documents sur lesquels nous nous appuyons, ont pu être très corrompus aux Philippines et rentrer en métropole blancs comme neige. On ne peut donc avoir la moindre certitude sur la culpabilité des personnes citées. Pour ne pas alourdir inutilement l’analyse, nous n’utiliserons pas le conditionnel, mais il est implicite. Si cette présomption d’innocence est indispensable, il n’en reste pas moins que le caractère extrêmement répétitif des chefs d’accusation ne laisse aucun doute sur l’ampleur de la déviance publique dans les Philippines du XIXe siècle.

Les provinces des Philippines à la fin du XIXe siècle
1. – Batanes ; 2. – Ilocos Norte ; 3. – Cagayan ; 4. – Abra ; y. – Bontoc ; 6. – Ilocos Sur ; 7. - Lepanto ; 8. – La Isabela ; 9. – La Union ; 10. – Benguet ; 11. – Nueva Vizcaya ; 12. – Principe ; 13. – Pangasinan ; 14. – Nueva Ecija ; 15. –Zambales ; 16. –Tarlac ; 17. – La Pampanga ; 18. – Bulacan ; 19. – Infanta ; 20. – Bataan ; 21. – Manille ; 22. – Morong ; 23. – La Laguna ; 24. – Cavite ; 25. – Batangas ; 26. – Tayabas ; 27. – Camarines Norte ; 28. – Camarines Sur ; 29. – Albay ; 30. – Mindoro ; 31. – Burias ; 32. – Masbate ; 33. – Romblon ; 34. – Capiz ; 35. – Antique ; 36. – Iloilo ; 37. – Negros-Occidental ; 38. – Negros-Oriental ; 39. – Cebu ; 40. – Bohol ; 41. – Leyte ; 42. – Samar ; 43. - Zamboanga ; 44. – Misamis ; 45. – Surigao ; 46. – Polloc Cottabato ; 47. – Davao ; 48. – Bislig ; 49. – Basilan ; 50. – Jolo ; 51. – Calamianes ; 52. – Puerto-Princesa ; 53. – Balabac

Notes

1 « Voleurs d’en haut, voleurs d’en bas ». L’expression ladrones de abajo est employée pour désigner les subalternes du juge de première instance dans une sombre affaire de trafic de faux certificats médicaux forgés pour libérer des prisonniers ou arrêter des poursuites judiciaires. (AHN, Ultramar, leg. 2231, poursuites contre Juan Manzano Vázquez, juge de première instance d’Iloilo, 1884.)

Table des illustrations

Légende Les provinces des Philippines à la fin du XIXe siècle1. – Batanes ; 2. – Ilocos Norte ; 3. – Cagayan ; 4. – Abra ; y. – Bontoc ; 6. – Ilocos Sur ; 7. - Lepanto ; 8. – La Isabela ; 9. – La Union ; 10. – Benguet ; 11. – Nueva Vizcaya ; 12. – Principe ; 13. – Pangasinan ; 14. – Nueva Ecija ; 15. –Zambales ; 16. –Tarlac ; 17. – La Pampanga ; 18. – Bulacan ; 19. – Infanta ; 20. – Bataan ; 21. – Manille ; 22. – Morong ; 23. – La Laguna ; 24. – Cavite ; 25. – Batangas ; 26. – Tayabas ; 27. – Camarines Norte ; 28. – Camarines Sur ; 29. – Albay ; 30. – Mindoro ; 31. – Burias ; 32. – Masbate ; 33. – Romblon ; 34. – Capiz ; 35. – Antique ; 36. – Iloilo ; 37. – Negros-Occidental ; 38. – Negros-Oriental ; 39. – Cebu ; 40. – Bohol ; 41. – Leyte ; 42. – Samar ; 43. - Zamboanga ; 44. – Misamis ; 45. – Surigao ; 46. – Polloc Cottabato ; 47. – Davao ; 48. – Bislig ; 49. – Basilan ; 50. – Jolo ; 51. – Calamianes ; 52. – Puerto-Princesa ; 53. – Balabac
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3114/img-1.png
Fichier image/png, 392k

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search