Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Introduction

Texte intégral

1Les livres d’histoire qui font de la corruption leur objet principal ne sont pas légion. Le constat peut surprendre. Il est admis que les interrogations des historiens naissent des tensions du présent et, depuis plus de deux décennies, la corruption est, dans les démocraties occidentales, un des grands sujets d’inquiétude et d’irritation des contemporains. De survivance résiduelle et quasi folklorique des temps pré-démocratiques, de mal transitoire inhérent à certaines étapes de la modernisation des États, la corruption a été promue au rang de péril mortel pour la démocratie et d’obstacle majeur à son instauration. Au fil des scandales, elle s’est muée en

  • 1 D. Della Porta et Y. Mény, Démocratie et corruption en Europe, pp. 12-13.

une sorte de méta-système aussi effectif voire davantage que les appareils officiels sur lesquels il est greffé et dont il s’alimente1.

2Il appartiendra aux historiens d’étudier, dans quelques décennies, les tenants et les aboutissants de cette grande peur de la corruption.

3Dans les pays en développement, il est vrai, la corruption était un sujet d’inquiétude et d’analyse depuis les indépendances. La production scientifique sur la corruption est donc considérable depuis un demi-siècle. Les politologues, les sociologues, les juristes, les anthropologues et les économistes ont été les maîtres d’œuvre de ces réflexions, et la part des historiens dans ces débats est restée marginale. Cette relative timidité peut s’expliquer par deux obstacles qui touchent à la méthode même de la discipline. Le premier est d’ordre conceptuel et tient aux contours fuyants de la notion. Le second est d’ordre pratique et affecte la matière première de l’écriture historique, les sources. Cet ouvrage tente de démontrer qu’aucun des deux n’est véritablement insurmontable.

I. – La corruption : objet complexe, objet carrefour

  • 2 On retrouve cette définition dans d’innombrables publications. Voir, en particulier, l’anthologie d (...)

4Nous avons fait nôtre la définition la plus classique, la plus simple et la plus « élastique » de la corruption : elle est la poursuite d’un intérêt privé aux dépens d’un intérêt public2. Joseph S. Nye est un peu plus précis :

  • 3 J. Nye, « Corruption and Political Development », p. 417. Voir aussi S. P. Huntington, Political Or (...)

[La corruption] est le comportement qui s’écarte des obligations formelles inhérentes à une fonction publique pour en retirer un avantage privé (famille proche, personnel, clique privée) en termes d’argent ou de statut ; ou qui enfreint des règles interdisant l’exercice de certains types d’influence de nature privée3.

5Cette définition, appliquée à l’histoire, appelle immédiatement quelques réserves et quelques précisions.

  • 4 Y. Mény, « Corruption, politique et démocratie », p. 13.
  • 5 MN, volume 2237, document 23, Votos de un amante del buen orden dirigidos a corregir los vicios int (...)

6Tout d’abord, la notion doit être lavée de toute connotation péjorative et partant moralisatrice. La précision est d’autant plus importante que le mot est employé dans nos sources dans son sens premier « qui définit comme corruption toute altération d’un état premier considéré comme pur et idéal »4. Dans la première moitié du XIXe siècle, le mot de corrupción est, aux Philippines, synonyme de mauvaises mœurs et de transgression des frontières ethniques imposées par le discours colonial. Il englobe des vices aussi variés que la paresse, le jeu, l’ivrognerie, les mauvaises fréquentations, les combats de coqs, la mixité des bains et des siestes ou... la fraude fiscale5.

  • 6 « La distinction du public et du privé est conventionnelle », écrit P, Veyne, « Clientèle et corrup (...)
  • 7 J. Fontana, « Las reglas y el juego », pp. 25-29.

7La définition de la corruption comme appropriation illégale et illégitime de biens publics pose l’épineux problème de la séparation entre la sphère publique et la sphère privée6. Un déplacement de la frontière entre les deux domaines entraîne inévitablement une modification des règles du jeu et donc du contenu même de la corruption7. Justement, notre période d’observation de la corruption aux Philippines correspond au lent processus de modernisation des structures administratives occidentales, métropolitaines et coloniales. Cette bureaucratisation repose sur l’adoption, partout très lente et très inachevée, de modes de fonctionnement rationnels théorisés a posteriori par Max Weber : instauration d’une hiérarchie nette et d’une discipline stricte et homogène, recrutement des employés en fonction de leurs compétences et d’une qualification incontestable (formation, diplômes, concours), mise en place d’une grille de salaires normalisés et en espèces, établissement de carrières réglées avec un avancement prenant en compte l’ancienneté, la qualification et le mérite. La vénalité et la patrimonialisation des offices, la faveur, le patronage et le népotisme sont ipso facto exclus du système de recrutement et d’avancement. En échange de cette protection contre les interventions arbitraires et de cette valorisation de sa position sociale, l’employé est censé désormais remplir des fonctions impersonnelles, automatiques et strictement définies ; il doit se consacrer exclusivement au bien commun et à l’exercice d’une charge de plus en plus spécialisée et dont le caractère public est désormais clairement établi.

  • 8 L. M. Arroyo Yanes, La ordención de la función pública contemporánea, pp. 25-34 ; J.-P. Luis, L’uto (...)
  • 9 Pour un exemple de professionnalisation précoce, voir M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office.

8En Espagne, les premiers efforts de rationalisation de l’administration, de différenciation stricte entre domaine public et privé et de clarification des droits et des devoirs des employés apparaissent clairement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme d’ailleurs dans la plupart des autres États européens. Dès le milieu du XVIIIe siècle, les modalités de recrutement, d’avancement ou de rémunération de certaines catégories, en particulier les officiers de finance, font l’objet de réformes ponctuelles8. La volonté de professionnalisation et de modernisation des techniques administratives affichée par le réformisme bourbonien a très rapidement des répercussions en Amérique espagnole et même dans une colonie périphérique comme les Philippines9.

9L’erreur serait de penser que la corruption devient, à mesure que la « modernité bureaucratique » progresse, un fait social objectif et clairement identifiable. Tout d’abord, l’exemple de l’Espagne montre bien que la rationalisation de l’administration n’est pas forcément linéaire : comme nous aurons l’occasion de le voir, le processus de bureaucratisation se grippe au XIXe siècle, l’écart se creuse par rapport à d’autres États européens et, sur bien des aspects, on assiste même à une involution.

  • 10 Le Hollandais Jacob Van Klaveren, « Corruption as a Historical Phenomenon », dans A. J. Heidenheime (...)
  • 11 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, p. 15.
  • 12 Sur ce point, voir Horst Pietschmann, « Burocracia y corruption en la Hispanoamérica colonial », p. (...)
  • 13 R. Theobald, Corruption, Development and Underdevelopment, pp. 40-43 ; J.-C. Waquet, De la corrupti (...)
  • 14 J.-F. Schaub, « L’État quotidien entre arbitrisme et révolte », p. 22.

10En second lieu, on ne peut abstraire l’étude des normes juridiques et des modalités d’organisation administrative de celle des pratiques et les représentations d’une époque donnée. Or, les discordances entre les rythmes d’évolution des unes et des autres sont considérables. Les historiens spécialistes de l’Amérique espagnole10 ont ainsi montré que la corruption massive et quasi-institutionnalisée des employés n’est pas une dérive du système socio-politique, mais « un des traits originaux de la pratique du pouvoir de l’époque »11, un espace de négociation et flexibilité ménagé entre les intérêts souvent divergents de la Couronne et des oligarchies locales. Pourtant, en dépit de la normalisation de l’illégalité et de l’imparfaite délimitation entre domaines public et privé, la notion de déviance publique, la réprobation, au nom de l’intérêt général, des comportements transgressifs et l’idéal de probité des fonctionnaires existent bien à cette époque12. On retrouve ces discontinuités entre pratiques quotidiennes et représentations politiques partout dans le monde à l’époque moderne13. Comme le souligne fort justement Jean-Frédéric Schaub, l’historien de l’État doit les placer au cœur de ses analyses14 et ne pas croire qu’elles disparaissent, comme par enchantement, à l’époque contemporaine.

  • 15 J.-C. Waquet, De la corruption. Morale et pouvoir à Florence, pp. 108,241.
  • 16 Voir, en particulier, R. P. L. Lee, « Bureaucratic Corruption in Asia » ; P. Phongpaichit et S. Pir (...)

11Enfin, l’identification et la stigmatisation des faits de corruption dépendent des représentations de la corruption des hommes du temps15. Les écarts d’appréciation entre les administrateurs et les administrés, entre les élites et la population ont été depuis longtemps soulignés. Dans un contexte colonial ou post-colonial, il faut aussi tenir compte, au risque de verser dans l’ethnocentrisme, de la différence, voire de l’incompatibilité, entre le système de valeurs du colonisateur occidental et celui des dominés. Ainsi, pour certains spécialistes, les taux très élevés de corruption de la plupart des pays en développement après leur indépendance ne seraient que le produit mécanique du décalage entre les normes exogènes imposées par les élites occidentalisées et les valeurs « traditionnelles » et « pré-bureaucratiques » des agents comme des administrés16. L’historien de la corruption n’est donc pas seulement un historien de l’administration : il doit réinsérer le quotidien administratif des acteurs, employés comme administrés, dans l’univers matériel et culturel de l’époque.

II. – Les sources

  • 17 G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie française, pp. 172, 409.
  • 18 J.-N. Jeanneney, L’argent caché, p. 11.

12L’étude de la corruption s’intéresse au « par-dessous », au « clandestin privatisé »17 de l’administration, or cette dernière, même lorsque ses dysfonctionnements ne sont pas en cause, est peu encline à la confidence et à l’exhibition. L’administration préfère laver le linge sale en famille et les fonctionnaires éprouvent en général beaucoup de réticence à dénoncer les agissements de leurs collègues corrompus. Ces derniers et leurs corrupteurs éventuels n’ont pas pour habitude de livrer de leur plein gré leurs « arrangements » au domaine public. Ils cherchent au contraire à effacer les traces et à embrouiller les pistes. L’acte de corruption parfait est celui qui passe totalement inaperçu et il est pour le moins difficile d’en écrire l’histoire. Le défi est donc de contourner cet obstacle majeur que constituent « la force du secret et le poids du silence »18 pour découvrir des sources aussi diverses et fiables que possible. S’agissant d’un sujet aussi sensible, la critique des sources pose de considérables problèmes et ces points de méthode sont, autant que les faits de corruption, le sujet de cette étude.

  • 19 A. Etchegoyen, Le corrupteur et le corrompu, p. 146.

13Les sources judiciaires occupent une place importante, essentielle pour certains points, dans notre corpus : la grande majorité des cas concrets de corruption révélés à l’époque et dont la trace a été conservée par la suite résultent de procédures judiciaires. Les plaintes des administrés, la défense des fonctionnaires accusés, l’instruction des poursuites judiciaires ou administratives engagées contre des fonctionnaires coloniaux soupçonnés de corruption livrent un nombre considérable d’informations : « ... l’apparition d’une affaire est un moment de vérité »19. Les dossiers personnels des agents contiennent parfois des poursuites pour faits de corruption.

  • 20 La rédaction du mémoire est obligatoire, l’Archivo Histórico National conserve un nombre important (...)
  • 21 Voir, dans l’annexe IV, pp. 395-397, la lettre de Moriones.

14En dehors des sources judiciaires, les archives centrales renferment des documents beaucoup plus généraux qui ont le mérite de sortir de la logique accusatoire contre un fonctionnaire et d’élever le débat au niveau de l’ensemble de l’administration. Les mémoires écrits par les gouverneurs généraux en fin de mandat20 pour informer et conseiller leur successeur sont le type même de ces rapports généraux où, parfois, il est fait allusion à la corruption. Bien entendu, ces documents sont des plaidoyers pro domo et, comme leur diffusion est assez large, le gouverneur général ne peut pas se permettre de formuler des accusations trop précises. Il en va autrement de la correspondance confidentielle adressée aux plus hauts responsables de la métropole et dont les archives centrales de Madrid conservent de nombreux témoignages21.

  • 22 Antonio Maura Montaner (1853-1925), avocat de formation, est un des hommes politiques espagnols les (...)
  • 23 Du 12 décembre au 22 février 1893.

15Enfin, la perle rare est la lettre privée envoyée à un destinataire en qui l’auteur a une confiance totale. Le fonds Weyler, déposé à l’Archivo Historico Nacional, s’est révélé assez décevant : le propre Weyler, sa famille ou ses héritiers l’ont visiblement expurgé. La Fondation Antonio Maura, en revanche, conserve la correspondance privée que Maura a entretenue avec deux gouverneurs généraux successifs et quelques hauts fonctionnaires22. Au moment de son arrivée à la tête du ministère, le gouverneur général est Eulogio Despujol y Dusay, en poste depuis la mi-novembre 1891. La correspondance entre les deux hommes est brève23 car Despujol, nommé par le gouvernement conservateur précédent et qui s’est fait beaucoup d’ennemis dans l’Archipel, n’a pas la confiance du nouveau ministère. Fait rarissime dans l’histoire de la colonie, il est démis de ses fonctions. Cependant, les premières lettres échangées entre les deux hommes sont cordiales, et Despujol livre le fond de sa pensée sur l’administration coloniale. Après un bref intérim, Ramón Blanco y Erenas prend ses fonctions dans les premiers jours de mai 1893. Les lettres échangées entre Blanco et Maura sont particulièrement intéressantes parce que les deux hommes se connaissent visiblement bien, se respectent et s’estiment : aucun sujet n’est tabou entre eux et les confidences sur les fonctionnaires soupçonnés de corruption sont nombreuses. La correspondance s’interrompt avec le départ de Maura du ministère.

  • 24 Les consuls de France en poste à Manille ne donnent guère de renseignements précis sur leurs inform (...)

16Il serait périlleux d’écrire l’histoire de l’administration en utilisant exclusivement des sources produites par le propre objet de la recherche. Le regard extérieur est ici indispensable et la source idéale serait suffisamment proche de l’administration pour être bien renseignée, mais suffisamment indépendante pour conserver une totale liberté de parole. Les ordres réguliers présents aux Philippines correspondent en partie à ce profil et, du fait de leur poids moral et politique, leur position à l’égard des fonctionnaires corrompus doit être prise en compte. Nous avons consulté les fonds des Franciscains (Madrid) et, surtout, des Augustins (Valladolid). Les sources diplomatiques, ici uniquement françaises, se sont révélées extrêmement utiles. Les consuls, ou tout au moins les plus zélés et les plus intelligents, ont souvent de bons informateurs24. G. de Bérard, consul de France à partir du début de l’année 1891 et toujours en poste à la fin 1899, se passionne ainsi pour les problèmes de corruption, et ses notations sont venues confirmer un nombre considérable d’hypothèses bâties à partir des sources espagnoles. Les diplomates moins performants se contentent de répercuter les bruits et les rumeurs qui circulent à Manille, mais ces informations ne sont pas inutiles. L’ensemble de la correspondance témoigne d’une confiance réciproque entre Espagnols et Français et l’on ne peut soupçonner les consuls d’être malveillants lorsqu’ils évoquent des dysfonctionnements administratifs. Cependant, le regard des diplomates français en poste à Manille laisse souvent transparaître le mépris condescendant du représentant de la grande puissance en pleine expansion pour la moyenne puissance « décadente » ou endormie.

  • 25 J.-N. Jeanneney, « Histoire de la corruption », p. 58. Sur l’Espagne du XXe siècle, voir Escándalos (...)
  • 26 A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], chapitre « Los chicos de la prensa », pp. 200-201 ; (...)

17Dans les sources imprimées, la recherche des annotations fugitives, des allusions parfois obscures sur la corruption est longue et aléatoire. Les grands scandales qui donnent toujours du grain à moudre à l’historien25 ne peuvent éclater dans les Philippines du XIXe siècle. La matière à scandales ne manque pas, nous le verrons, mais la pesante censure et l’absence de représentation politique interdisent l’émergence des « affaires ». Aucune critique de la fonction publique coloniale n’est tolérée et les journalistes entonnent les louanges des fonctionnaires invariablement présentés comme des modèles de vertu, même s’ils se risquent à lancer quelques piques lorsqu’ils ont quitté les Philippines26. Quant à la presse administrative, les rares périodiques se contentent de reproduire les textes de lois et les règlements, au mieux avec un commentaire d’ordre juridique ou pratique.

18En fait, les langues ne se délient que lorsque les observateurs espagnols, pour la plupart d’anciens fonctionnaires ou militaires, prennent de la distance, au sens propre, avec la colonie. Le contraste est frappant entre le peu de références à la corruption dans les ouvrages publiés à Manille et les confidences assez nombreuses que l’on peut rencontrer dans les publications métropolitaines. Cette remarque vaut d’ailleurs pour la presse, et les points de vue intéressants sur la corruption sont assez nombreux dans deux périodiques péninsulaires, La Solidaridad et La Política de España en Filipinas. Ces deux journaux ont été choisis parce qu’ils défendent des positions diamétralement opposées. La Solidaridad est l’organe des intellectuels philippins (ilustrados) vivant en métropole, il est résolument réformiste et très anticlérical. Le second, au contraire, est hostile à toute concession au profit des colonisés pour lesquels les très racistes journalistes de La Política de España ont le plus profond mépris.

  • 27 J.-N. Jeanneney, « Histoire de la corruption », p. 58.

19Des événements très graves, des crises collectives peuvent aussi amener certains auteurs à briser la loi du silence27. Ce cas de figure s’est produit à deux reprises pour la période qui nous intéresse. En 1872, le soulèvement de Cavite révèle aux Espagnols l’existence d’un profond malaise au sein de certaines couches de la population philippine, et la corruption est alors clairement désignée comme une des causes de cet état de fait. Le second choc est, bien entendu, la révolution de 1896 et la guerre hispano-philippine. Le travail d’analyse est alors à la mesure de la soudaineté et de la gravité des événements : comme toujours dans ces circonstances, il s’agit de trouver des responsables et de comprendre les causes du soulèvement. La corruption est sur la sellette et la plupart des sources imprimées font allusion au problème. Le désastre de 1898 prolonge, bien entendu, ce travail d’introspection et de retour sur le passé : la pudeur et la peur de porter indirectement atteinte au prestige de la domination espagnole n’ont plus de raison d’être. Ces sources doivent être maniées avec prudence car l’accusation de corruption est une arme pour régler de vieux comptes.

  • 28 L’Anglais John Bowring ou le Français Jules Montano sont de bons exemples de cette catégorie. Les l (...)

20La littérature de voyage, dont les apports factuels sont souvent de peu de valeur du fait des conventions et des préjugés qui l’encombrent, se révèle ici utile parce que les auteurs étrangers, surtout s’ils ont séjourné longuement dans la colonie, peuvent avoir un regard plus critique et une parole plus libre que les Espagnols. Cela ne signifie pas pour autant que ces regards distanciés sont neutres. Le parti pris et le stéréotype biaisent, sans doute inconsciemment chez certains auteurs, la sélection et la hiérarchisation des comportements décrits. La condescendance à l’égard des Espagnols est la principale source de distorsion. La majorité des observateurs étrangers construisent leur démonstration sur le postulat que les Philippines sont des « perles données aux cochons » et, logiquement, le moindre détail significatif de l’incurie et de l’archaïsme des méthodes coloniales espagnoles est complaisamment souligné. La corruption occupe une place de choix dans cette légende noire et elle est un des stéréotypes associés à un fonctionnaire colonial espagnol invariablement paresseux, inefficace et tracassier. Inversement, certains observateurs évitent de mentionner la corruption pour ne pas blesser des fonctionnaires avec lesquels ils ont eu d’excellents rapports ou dont ils peuvent éventuellement avoir encore besoin dans l’avenir28. Ponctuellement, la nationalité de l’auteur a une incidence sur le ton et le contenu de ces récits. Les témoignages américains en particulier, qu’ils soient immédiatement antérieurs ou postérieurs à 1898, peuvent être suspectés d’exagération et doivent être systématiquement recoupés avec les publications européennes.

21Au fond, les récits de voyage ou de séjour, pour un sujet comme la corruption, sont moins des sources d’observations de première main que des caisses de résonance assez fidèles des rumeurs sur la moralité des fonctionnaires ou de certains fonctionnaires : il s’agit presque toujours de médisances, de généralisations hâtives, mais elles peuvent confirmer des soupçons et donner des informations importantes sur l’attitude de « l’opinion » – un bien grand mot s’agissant du petit cercle des Européens vivant dans la capitale – à l’égard de la corruption.

  • 29 L’étude de N. Teodoro, « La littérature coloniale espagnole aux Philippines », n’est, au mieux, qu’ (...)
  • 30 La plupart de ces écrits sont publiés après le retour de leur auteur en métropole. Ils s’adressent (...)
  • 31 Sur un terrain géographiquement proche, voir les intéressantes remarques de G. Termorshuizen, « Les (...)

22Enfin, la littérature coloniale espagnole portant sur les Philippines n’est pas sans intérêt. Cette littérature reste mal connue29 et la diffusion de ces ouvrages est limitée sinon confidentielle. Le fait que ces écrits puissent être considérés comme de second ordre ne retire rien à leur intérêt documentaire pour l’historien. Leur médiocrité constitue même un atout parce qu’elle facilite la critique et le décapage du vernis littéraire : la description fidèle de la réalité ou l’artifice littéraire grossier et, en particulier, l’exotisme de pacotille30 suppléent le manque d’inspiration ou de talent Soulignons que la plupart de ces auteurs ont servi dans l’administration coloniale pendant leur séjour aux Philippines ce qui leur a permis d’observer de près les mœurs de leurs collègues et des Espagnols expatriés en général. Le présupposé que tout ce qu’ils écrivent appartient au domaine de la fiction leur donne la liberté d’aborder des sujets délicats, comme la corruption, de régler quelques comptes et d’écrire certaines vérités réservées en temps normal à la confidence orale. Ces témoignages littéraires posent les éternels et insolubles problèmes de leur utilisation en histoire, mais ils sont les seuls à nous donner des indications sur la psychologie des employés, sur leurs motivations individuelles et sur le regard que les contemporains portent sur eux31.

III. – Le contexte philippin

  • 32 L’expression de « formative century » est de l’historien philippin Horacio de la Costa,

23Toutes les études historiques le soulignent : les Philippines ont connu, entre les années 1780 et 1898, une métamorphose dont les stigmates sont, aujourd’hui encore, apparents. Quel que soit le domaine sur lequel il se penche, l’historien bute sur cette accélération du XIXe siècle, sur l’importance de ce « siècle de formation »32 dans la trajectoire historique des Philippines. Quatre moteurs du changement apparaissent clairement.

  • 33 Théoriquement, les Indios sont de sang exclusivement malais ; les métis chinois ou mestizos de sang (...)

24À partir du milieu du XVIIIe siècle, la population de l’Archipel augmente fortement. Les dernières décennies de la domination espagnole et la première de la période américaine sont marquées par une succession de crises de mortalité, mais elles ne brisent pas le ressort de la croissance démographique. Dans le domaine économique, le système du galion se désagrège à partir des années 1780. Au commerce d’entrepôt des produits chinois destinés à la Nouvelle-Espagne se substitue graduellement l’exportation de matières premières philippines, principalement d’origine agricole. En amont, ces nouveaux circuits internationaux sont alimentés par le développement spectaculaire de l’agriculture commerciale. Comme une tache d’huile, l’incorporation dans le marché mondial progresse des provinces centrales de Luçon vers des zones plus périphériques comme la péninsule de Bicol, Iloilo, Cebu puis, à partir du milieu du XIXe siècle, Negros. Les planteurs occidentaux ne prennent qu’une part marginale dans cette expansion, dans les provinces, la mutation profite à une bourgeoisie philippine, india ou métisse chinoise33 et, pour ce qui est du drainage des produits et du commerce intérieur, aux Chinois qui immigrent en masse dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les nouvelles élites philippines investissent dans la terre mais aussi dans l’éducation de leurs enfants. C’est dans la génération des jeunes lettrés, qui arrivent à l’âge adulte dans les années 1870 et 1880, que naît le nationalisme philippin, nationalisme d’abord simplement réformiste mais qui se radicalise lorsque, au début des années 1890, il filtre dans les strates moyennes et inférieures de la société philippine.

25À un premier niveau d’observation, l’administration coloniale s’intègre mal dans un siècle dominé par la thématique du changement, voire de la rupture. À l’exception notable de la culture du tabac, l’appareil d’État colonial ne donne qu’une impulsion marginale aux changements économiques, quand il ne freine pas le mouvement de transformation par la mise en place ou le maintien de règlements très contraignants. Au niveau local et provincial, les structures politico-administratives sont étonnamment stables : la commune indigène, le pouvoir d’influence du curé, la domination autocratique du gouverneur sur la province sont, au-delà de quelques détails près, pratiquement les mêmes à la fin du XIXe siècle qu’un siècle plus tôt. À Manille, le gouverneur général continue de régner sans partage sur la colonie.

  • 34 L’encomienda est un système dans lequel le roi transfère le devoir de protection, d’instruction et (...)
  • 35 P. Hidalgo Nuchera, « Fraude en el patrimonio real de Felipe II ».
  • 36 Pour une synthèse de l’abondante bibliographie sur ce thème, voir X. Huetz de Lemps, « Les Espagnol (...)
  • 37 Bustamante, nommé gouverneur général en 1717, découvre de graves irrégularités dans la gestion du t (...)
  • 38 J. Foreman, The Philippine Islands [1906], pp. 6,79-80 ; N. Cushner, Spam in the Philippines, p, 13 (...)
  • 39 H. Pietschmann, « Corrupción en las Indias españolas. Revisión de un debate », p. 45. Le Conseil de (...)

26Enfin, l’omniprésence de la corruption est, apparemment, un élément de continuité remarquable au point que la prévarication semble consubstantielle à l’administration coloniale espagnole des Philippines. Deux gouverneurs des temps héroïques de la conquête, Guido de Labezaris (1572-1575) et Gonzalo Ronquillo de Peñalosa (1580-1583), sont accusés d’avoir distribué les encomiendas34 à leurs protégés sans tenir compte des intérêts du pouvoir royal, et Labezaris se serait même servi dans les caisses royales35. À partir des années 1590, les règlements très contraignants qui encadrent et limitent le commerce du galion sont systématiquement et massivement tournés, à Manille comme à Acapulco, avec la complicité tarifée des fonctionnaires royaux chargés de les faire respecter36. Tous les Espagnols de Manille, quelle que soit leur fonction officielle, participent activement à ce commerce interlope. La frontière entre intérêt public et intérêt privé est totalement brouillée, mais les réactions des autorités royales sont épisodiques et molles parce que le maintien d’une communauté espagnole dans cet avant-poste de l’Empire passe par la tolérance tacite de l’interlope. L’histoire de l’Archipel est ponctuée par des grands scandales de corruption dont le plus célèbre est, en 1719, l’affaire Bustamante37. Tous les pouvoirs rivaux, le gouverneur général, l’Audience, la municipalité de Manille, le clergé utilisent régulièrement l’accusation de corruption pour discréditer leurs adversaires du moment38. En résumé, la corruption et la fraude constituent, dans les Philippines de l’époque moderne, non l’exception mais la norme, comme en Amérique espagnole39. Sans déflorer le sujet, on peut affirmer qu’à la fin du XIXe siècle, la corruption est toujours aussi massive et institutionnalisée.

27L’hypothèse d’un immobilisme des structures politico-administratives offrirait une excellente explication au désastre final de 1896-1898. L’appareil administratif colonial s’effondrerait lamentablement sous les coups d’une jeunesse philippine dynamique et d’une grande puissance émergente, les États-Unis, comme s’effondre au moindre choc un édifice vermoulu, inadapté aux exigences de la modernité, comme s’écroule un édifice dont les structures trois fois séculaires ont été peu à peu taraudées, de l’intérieur, par une armée de fonctionnaires incapables et prévaricateurs.

  • 40 A. L. Stoler et F. Cooper, « Between Metropole and Colony », p. 20.

28Même si elle comporte une part de vérité, cette vision pèche par excès de finalisme. En fait, la simplification, comme c’est souvent le cas, masque l’absence ou le caractère très parcellaire de nos connaissances sur l’histoire de l’administration coloniale au XIXe siècle, constat que l’on pourrait d’ailleurs étendre à l’ensemble de la période de domination espagnole. Cette lacune n’est pas propre à l’historiographie de l’Archipel : les fonctionnaires coloniaux n’ont guère attiré l’attention des chercheurs, des historiens contemporanéistes au moins40. Le propos n’est pas ici d’explorer les raisons de ce désintérêt relatif, mais, à l’évidence, le fécond projet historiographique d’écrire une histoire « par le bas » et de rendre aux dominés leur part d’autonomie et d’influence sur le cours de l’histoire a pesé d’un poids essentiel.

  • 41 C. H. Cunningham, The Audiencia in the Spanish Colonies.
  • 42 La synthèse de Manuel T. Chan, The Audiencia and the Legal System in the Philippines (1583-1900), [ (...)
  • 43 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines.
  • 44 E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century.

29Certes, nous disposons de quelques travaux en anglais, anciens mais toujours très utiles. Pour mémoire, on peut mentionner l’excellent ouvrage de Cunnigham sur l’audience de Manille41 et regretter qu’aucun historien n’ait prolongé cette enquête pour le XIXe siècle42. L’ambitieuse étude d’Onofre D. Corpuz sur la bureaucratie des Philippines43 et la solide synthèse d’Eliodoro C. Robles44 avaient pour objectif explicite de souligner les éléments de continuité dans l’histoire de l’État philippin, de la période coloniale à l’indépendance, et de découvrir les racines historiques des problèmes politico-administratifs des Philippines dans les années 1950-1960. La recherche de ces filiations débouche parfois sur des rapprochements abusifs, et le recours exclusif aux sources imprimées ne permet pas de saisir les modalités de fonctionnement de l’État colonial espagnol, mais la lecture de ces ouvrages reste indispensable.

  • 45 Pour O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 165, la bureaucratie coloniale espagnole (...)

30À partir des années 1970, les approches économiques et sociales appréhendées dans un cadre régional dominent. Ce contexte historiographique n’est guère favorable à l’étude des fonctionnaires coloniaux. Il s’agit de restituer la complexité de l’évolution sociale des populations colonisées : l’élite contingente et passagère des fonctionnaires coloniaux ne mérite pas d’être prise en compte, sauf de manière marginale. Le choix préférentiel d’une échelle régionale n’incite guère à s’intéresser à une administration homogène et centralisée. L’administration coloniale participe, au même titre que le milieu géographique, d’un contexte général rapidement évoqué. Plus grave encore, cette administration semble immuable45 : les changements de la fin du XVIIIe siècle sont analysés parce qu’ils ont des conséquences économiques et, indirectement, sociales importantes mais, pour le XIXe siècle, les projecteurs sont presque exclusivement braqués sur les maisons de commerce occidentales, les planteurs philippins ou les négociants chinois.

  • 46 E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines.
  • 47 G. Bankoff, Crime, Society and the State.

31Pourtant, l’apport de ces monographies régionales est notable pour la strate inférieure de l’administration coloniale, la commune indigène, seul échelon ouvert aux élites philippines au XIXe siècle. L’histoire sociale ne pouvait faire l’impasse sur un des signes et un des moyens de l’ascension sociale de la bourgeoisie philippine. Le bel ouvrage d’Edilberto de Jesus46 peut être rattaché à la veine de l’histoire régionale puisqu’il étudie l’évolution économique et sociale de la vallée de Cagayan, principale région de production du tabac, mais il fournit aussi de précieux renseignements sur les structures et les modes de fonctionnement de l’administration du monopole des tabacs. Plus récemment, les travaux de Greg Bankoff47 sur la criminalité apportent beaucoup sur l’appareil judiciaire colonial. L’auteur évoque ponctuellement les délits des colonisateurs et même la corruption, mais les problématiques restent centrées sur le rôle répressif de l’État colonial.

  • 48 Pour une bonne mise au point historiographique, voir Luis Alonso Álvarez et Patricio Hidalgo Nucher (...)
  • 49 Patricio Hidalgo Nuchera, Las polémicas iglesia-estado en las Filipinas. La posiciόn de la iglesia (...)
  • 50 Voir, en particulier, J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar.
  • 51 L. Á. Sánchez Gómez, « Elecciones locales indígenas en Filipinas » ; Id., Las principalías indígena (...)

32Alors que les papiers administratifs dominent dans les fonds conservés en Espagne, l’apport des historiens espagnols à l’histoire administrative de l’Archipel est limité avec, comme pour la production anglo-saxonne, quelques exceptions notables48. En dehors des importants travaux de Patricio Hidalgo Nuchera sur les premières années de l’administration coloniale dans l’Archipel49, on soulignera, pour le XIXe siècle, les recherches fouillées de Josep M. Fradera50 sur l’évolution des finances coloniales des années 1760 aux années 1860 et les importantes publications de Luis Ángel Sánchez Gόmez sur le fonctionnement de l’administration coloniale à l’échelon de la commune et de la province51.

  • 52 Sur ces réformes, voir les travaux de J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, et Id., «  (...)

33Ces trop rares travaux laissent entrevoir que, derrière l’apparente immobilité des structures, se cachent des évolutions profondes des personnels, des mentalités administratives et des modes de fonctionnement. Après la guerre de Sept Ans, la modernisation des fortifications de La Havane et de Manille entraîne des dépenses que les subventions de Nouvelle-Espagne (situados) ne peuvent intégralement couvrir. Les gouverneurs généraux éclairés des dernières décennies du XVIIIe siècle reçoivent pour mission de développer les ressources propres de colonies jusque-là assistées52. Cette profonde réorganisation fiscale et administrative passe par les premières tentatives de bureaucratisation et de professionnalisation, en particulier des finances. À leur tour, l’indiscutable réussite financière des monopoles sur le tabac et les alcools, mis en place en 1782, et l’augmentation des rentrées fiscales permettent de multiplier et de rémunérer correctement les employés. La figure du marchand fonctionnaire, emblématique du système du galion, s’estompe peu à peu. La disparition du galion en 1815 et l’indépendance du Mexique en 1821 entraînent la fermeture définitive d’un énorme pot de miel dans lequel tous les Espagnols exilés aux Philippines avaient mis la main pendant plus de deux siècles.

  • 53 L. Álvarez Y Tejero, De las islas Filipinas. Memoria [1842], p. 31.

34Jusqu’à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle, l’appareil administratif colonial était limité au strict minimum, en particulier dans les provinces. Il s’agissait d’assurer la rentrée régulière de l’impôt et le bon fonctionnement du système de travail obligatoire nécessaire à la construction et à l’entretien des infrastructures impériales vitales, comme les voies de communication, les fortifications et les chantiers navals. Au XIXe siècle, les ambitions et les moyens de l’administration coloniale changent profondément. L’extension des secteurs de compétence de l’État est considérable jusqu’en 1898 : il intervient graduellement dans des domaines aussi divers que les communications (routes, lignes maritimes, télégraphe, chemins de fer), les mines, les eaux et forêts, la santé publique, l’enseignement, etc. La prolifération et la spécialisation des services entraînent une inflation des effectifs de la fonction publique dont les contemporains ont parfaitement conscience : Luis P. Alvarez y Tejero affirme, par exemple, que le nombre de fonctionnaires coloniaux a été multiplié, entre 1820 et le début des années 1840, par deux ou par trois53. Or, ces derniers sont, à mesure que l’on avance dans le siècle, de plus en plus recrutés en métropole et de plus en plus instables : leurs mentalités, leurs missions, les conditions matérielles de leur séjour n’ont plus grand-chose à voir avec celles de l’époque moderne. Ce développement de l’appareil étatique colonial multiplie mathématiquement les tentations et les situations potentielles de corruption, tandis que la croissance démographique et l’enrichissement de l’Archipel influent sur le montant des profits potentiels.

35La fonction publique coloniale, pas plus que la corruption qui s’y loge, ne sont donc pas des réalités figées et archaïques. Cependant, l’évolution ne se fait pas selon des temporalités scandées par des ruptures marquées : aucun grand scandale, aucune grande loi de moralisation, aucune réforme profonde du personnel ne délimite nettement un avant et un après. C’est la raison pour laquelle notre étude s’ordonne en trois parties thématiques.

  • 54 « The construction of a comprehensive taxonomy may run the risk of sacrificing analytical purchase (...)

36La première s’attache à décrire, à hiérarchiser et à établir une typologie des pratiques corrompues. Cet indispensable relevé54 prend en compte l’ensemble d’un appareil administratif dans lequel nous entrerons par l’échelon des gouverneurs de province, avant d’inspecter la strate inférieure de la commune indigène et les administrations centrales. Cet inventaire des faits de corruption est sous-tendu par deux questions : les actes de corruption décrits sont-ils nouveaux ou reproduisent-ils des comportements « traditionnels » ? les sources reflètent-elles de manière fidèle les taux de corruption des différents échelons ?

37Dans un second temps, nous prolongerons cette dernière interrogation en étudiant le contrôle et la sanction des faits de corruption. Le degré d’impunité dont bénéficient les employés corrompus dépend du cadre juridique, de l’effectivité de la répression et des réactions des victimes. Plus subtilement, ces variables déterminent aussi le volume et le degré de fiabilité de nos sources. L’observation de cette partie apparente de l’iceberg permet d’évaluer, de manière imparfaite, le volume, à jamais inaccessible à l’historien, de la corruption « immergée » ou, pour reprendre la métaphore paléontologique de Jean-Noël Jeanneney :

  • 55 J.-N. Jeanneney, « Argent, politique et corruption », p. 35. Ce type de raisonnement n’est pas prop (...)

Il reste bien sûr à apprécier l’importance relative de ce que l’on débusque par rapport à ce qui demeure enfoui. Mais, après tout, c’est le propre du travail de l’historien que de déterminer le degré de représentativité des sources qu’il exploite, de discerner ce que la mâchoire du dinosaure déterrée lui apprend sur le tout de la grosse bête55.

  • 56 P. Lascoumes, Corruptions, p. 45.

38Enfin, le problème de la corruption est réinséré dans le contexte impérial. Les choix de la métropole en matière de sélection, de salaires, de stabilité ou d’avancement influent directement sur les conditions matérielles et les valeurs morales des personnels envoyés aux Philippines. Dans le contexte très particulier de cette colonie, ces politiques métropolitaines induisent des « facteurs de facilitation »56 de la corruption. In fine, Madrid détient donc les clefs d’une éventuelle réforme.

Notes

1 D. Della Porta et Y. Mény, Démocratie et corruption en Europe, pp. 12-13.

2 On retrouve cette définition dans d’innombrables publications. Voir, en particulier, l’anthologie d’A.J. Heidenheimer, Political Corruption.

3 J. Nye, « Corruption and Political Development », p. 417. Voir aussi S. P. Huntington, Political Order in Changing Societies, ; p. 59, et S. Alatas, The Sociology of Corruption, pp. 11-12.

4 Y. Mény, « Corruption, politique et démocratie », p. 13.

5 MN, volume 2237, document 23, Votos de un amante del buen orden dirigidos a corregir los vicios introducidos en la administración temporal y espiritual de lot pueblos de las provincias de Filipinas, anonyme, 1820, ffos 234-271, en particulier les ffos 254 et 260 ; G. Le Gentil De La Galaisiere, Voyage dans les mers de l’Inde [1779], t. II, pp. 112-114 et 116.

6 « La distinction du public et du privé est conventionnelle », écrit P, Veyne, « Clientèle et corruption au service de l’État », p. 353.

7 J. Fontana, « Las reglas y el juego », pp. 25-29.

8 L. M. Arroyo Yanes, La ordención de la función pública contemporánea, pp. 25-34 ; J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire, pp. 27-31 ; et Id., « La croissance ambiguë du Léviathan dans l’Europe du XIXe siècle », pp. 488-490.

9 Pour un exemple de professionnalisation précoce, voir M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office.

10 Le Hollandais Jacob Van Klaveren, « Corruption as a Historical Phenomenon », dans A. J. Heidenheimer (éd.), Readings in Comparative Analysis on Political Corruption, pp. 67-75, à l’origine spécialiste des Indes orientales néerlandaises, a été le premier à se pencher sur la question.
L’Allemand H. Pietschmann, « Burocracia y corrupción en la Hispanoamérica colonial », et Id., « Corrupciόn en las Indias españolas. Revisión de un debate », a par la suite considérablement affiné ces premières remarques. Au total, la bibliographie sur la corruption dans l’Amérique espagnole est assez étoffée (voir la bibliographie pp. 359-562).

11 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, p. 15.

12 Sur ce point, voir Horst Pietschmann, « Burocracia y corruption en la Hispanoamérica colonial », p. 7 ; M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, pp. 9-13 ; et J. Phelan, The Kingdom of Quito in the Seventeenth Century, en particulier le chapitre XVII : « A Weberian Analysis of the Spanish Bureaucracy », pp. 320-337.

13 R. Theobald, Corruption, Development and Underdevelopment, pp. 40-43 ; J.-C. Waquet, De la corruption. Morale et pouvoir à Florence, pp. 19-25 ; S. Madrazo, Estado débil y ladrones poderosos ; M. Génaux, « Les mots de la corruption » ; et Id., « La corruption avant la lettre » ; B. Johansen, « La corruption : un délit contre l’ordre social » ; J.-L. Rocca, « La confusion des devoirs. Corruption et bureaucrates en Chine ».

14 J.-F. Schaub, « L’État quotidien entre arbitrisme et révolte », p. 22.

15 J.-C. Waquet, De la corruption. Morale et pouvoir à Florence, pp. 108,241.

16 Voir, en particulier, R. P. L. Lee, « Bureaucratic Corruption in Asia » ; P. Phongpaichit et S. Piriyarangsan, Corruption and Democracy in Thailand, pp. 2-9 ; F. Godement, « La corruption en Asie », pp. 37-44 ; T. M. Smith, « Corruption, Tradition and Change », pp. 24-25.

17 G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie française, pp. 172, 409.

18 J.-N. Jeanneney, L’argent caché, p. 11.

19 A. Etchegoyen, Le corrupteur et le corrompu, p. 146.

20 La rédaction du mémoire est obligatoire, l’Archivo Histórico National conserve un nombre important de ces documents, certains ont été imprimés à l’époque (de la Torre) ou édités par la suite (Moriones), mais la collection, à notre connaissance, n’est pas complète.

21 Voir, dans l’annexe IV, pp. 395-397, la lettre de Moriones.

22 Antonio Maura Montaner (1853-1925), avocat de formation, est un des hommes politiques espagnols les plus importants de la période de la Restauration. Pour la période antérieure à 1898, Maura appartient au parti libéral de Práxedes Mateo Sagasta. Il est nommé ministre d’Outre-Mer dans le gouvernement présidé par Sagasta (11 décembre 1892 au 12 mars 1894) Maura démissionne du ministère d’Outre-Mer parce que le projet d’autonomie locale qu’il a préparé pour Cuba et Porto Rico est rejeté au Parlement. Il reste cependant dans le gouvernement Sagasta, mais avec le portefeuille de Gracia y Justicia.

23 Du 12 décembre au 22 février 1893.

24 Les consuls de France en poste à Manille ne donnent guère de renseignements précis sur leurs informateurs. En dehors de leurs observations directes, ils semblent recueillir une partie des données auprès des autres consuls ou des entrepreneurs français travaillant aux Philippines. Certains hauts fonctionnaires, certains gouverneurs généraux sont enclins à faire des confidences.

25 J.-N. Jeanneney, « Histoire de la corruption », p. 58. Sur l’Espagne du XXe siècle, voir Escándalos políticos en España, dossier publié dans le n° 4 (2000), de la revue Historia y Política, pp. 5-133.

26 A. Chápuli Navarro, Siluetas y matices [1894], chapitre « Los chicos de la prensa », pp. 200-201 ; R. González y Martín, Filipinas y sus habitantes [1896], pp. 10-11 et 176-178.

27 J.-N. Jeanneney, « Histoire de la corruption », p. 58.

28 L’Anglais John Bowring ou le Français Jules Montano sont de bons exemples de cette catégorie. Les liens d’amitié que l’Allemand Feodor Jagor a noués avec les fonctionnaires espagnols ne lui interdisent pas de porter un regard très critique sur leurs méthodes d’administration de la colonie. (F. Jagor, Viajes por Filipinas [1875], p. 230.)

29 L’étude de N. Teodoro, « La littérature coloniale espagnole aux Philippines », n’est, au mieux, qu’une introduction incomplète. L’anthologie de M. García Castellón, Estampas y cuentos de las Filipinas hispánicas est utile, mais reste superficielle.

30 La plupart de ces écrits sont publiés après le retour de leur auteur en métropole. Ils s’adressent donc avant tout à un public métropolitain avide de dépaysement, de rizières et de paillotes, de Chinois fourbes et de métisses alanguies.

31 Sur un terrain géographiquement proche, voir les intéressantes remarques de G. Termorshuizen, « Les Eurasiens dans la littérature des Indes néerlandaises », p. 322.

32 L’expression de « formative century » est de l’historien philippin Horacio de la Costa,

33 Théoriquement, les Indios sont de sang exclusivement malais ; les métis chinois ou mestizos de sangley sont issus du mélange des sangs chinois et malais, Ils appartiennent à des catégories fiscales différentes. En général, ces qualificatifs ethniques, en particulier Indio, ont une connotation péjorative sous la plume des auteurs espagnols. C’est la raison pour laquelle nous préférons employer le mot neutre de « Philippins » pour désigner l’ensemble composé des Indios et des mestizos de sangley. Ce choix est logique puisque l’immense majorité de la population de l’Archipel appartient à ces deux groupes, au XIXe siècle comme aujourd’hui.

34 L’encomienda est un système dans lequel le roi transfère le devoir de protection, d’instruction et d’évangélisation d’un certain nombre d’Indios il un particulier, l’encomendero. En échange, ce dernier exige le paiement d’un tribut ou des services en travail. Comme en Amérique espagnole, les encomenderos des Philippines commettent d’innombrables et graves abus.

35 P. Hidalgo Nuchera, « Fraude en el patrimonio real de Felipe II ».

36 Pour une synthèse de l’abondante bibliographie sur ce thème, voir X. Huetz de Lemps, « Les Espagnols et l’océan Pacifique au XVIIIe siècle », pp. 294-307.

37 Bustamante, nommé gouverneur général en 1717, découvre de graves irrégularités dans la gestion du trésor colonial et d’innombrables malversations en liaison avec le commerce du galion. La plupart des membres de l’Audience, dont le gouverneur général par intérim Torralba, et des ecclésiastiques sont compromis. L’incorruptibilité et l’intransigeance de Bustamante aboutissent, en 1719, à une émeute au cours de laquelle lui et son fils sont massacrés, (C. Cunningham, The Audiencia in the Spanish Colonies, pp. 273-276.)

38 J. Foreman, The Philippine Islands [1906], pp. 6,79-80 ; N. Cushner, Spam in the Philippines, p, 132 ; M. F. García De Los Arcos, Estado y clero en las Filipinas del siglo XVIII, p. 59.

39 H. Pietschmann, « Corrupción en las Indias españolas. Revisión de un debate », p. 45. Le Conseil des Indes dénonce, en 1772, « el espíritu de corrupciόn que ha sido siempre el propio de los vecinos y habitantes de Filipinas ». (Cité dans W, L. Schurtz, El galeón de Manila, p. 184.)

40 A. L. Stoler et F. Cooper, « Between Metropole and Colony », p. 20.

41 C. H. Cunningham, The Audiencia in the Spanish Colonies.

42 La synthèse de Manuel T. Chan, The Audiencia and the Legal System in the Philippines (1583-1900), [Philippines], 1998, n’apporte pas grand chose de neuf.

43 O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines.

44 E. C. Robles, The Philippines in the XIXth Century.

45 Pour O. D. Corpuz, The Bureaucracy in the Philippines, p. 165, la bureaucratie coloniale espagnole est, en 1898, « ... almost an intact survival from the medieval era » !

46 E. C. De Jesus, The Tobacco Monopoly in the Philippines.

47 G. Bankoff, Crime, Society and the State.

48 Pour une bonne mise au point historiographique, voir Luis Alonso Álvarez et Patricio Hidalgo Nuchera, « Los nietos de Legazpi revisan el pasado, Continuidad y cambio en los estudios históricos filipinistas en España (1950-1998) », Illes i Imperis, 3, 2000, pp. 23-59.

49 Patricio Hidalgo Nuchera, Las polémicas iglesia-estado en las Filipinas. La posiciόn de la iglesia ante la cobranza de los tributos en las encomiendas sin doctrina y las restituciones a fines del s. XVI, Cordoue, Universidad de Córdoba, 1993, 76 p. ; du même auteur Encomienda, tributo y trabajo en Filipinas (1570-1608), Madrid, Universidad Autónoma - Ediciones Polifemo, 1995, 356 p. ; et Id., La recta administraciόn.

50 Voir, en particulier, J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar.

51 L. Á. Sánchez Gómez, « Elecciones locales indígenas en Filipinas » ; Id., Las principalías indígenas y la administración española en Filipinas ; et Id., « Los debates sobre la regulación de la prestación personal ».

52 Sur ces réformes, voir les travaux de J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar, et Id., « De la periferia al centro ».

53 L. Álvarez Y Tejero, De las islas Filipinas. Memoria [1842], p. 31.

54 « The construction of a comprehensive taxonomy may run the risk of sacrificing analytical purchase for descriptive detail, but it is probably an essential first step in providing a basis for meaningful comparison », écrit P. Heywood, « Political Corruption. Problems and Perspectives », p. 425.

55 J.-N. Jeanneney, « Argent, politique et corruption », p. 35. Ce type de raisonnement n’est pas propre aux historiens, voir Y. Mény, « Corruption, politique et démocratie », p. 14, et A. Etchegoyen, Le corrupteur et le corrompu, p. 124.

56 P. Lascoumes, Corruptions, p. 45.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search