Version classiqueVersion mobile

L'archipel des épices

 | 
Xavier Huetz de Lemps

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est une version augmentée et remaniée du texte de recherche inédit de mon habilitation à diriger des recherches, soutenue en décembre 2003 à l’université de Provence.

2Des premiers jalons aux ultimes corrections, cet ouvrage n’aurait pu voir le jour sans l’impulsion, les conseils et les encouragements de Gérard Chastagnaret, directeur de la Casa de Velázquez. Comme l’utang na loόb, la dette de gratitude des Philippins, ma reconnaissance à son égard va bien au-delà de celle qui lie le disciple à son maître.

3J’ai eu l’honneur de bénéficier de soutiens institutionnels qui m’ont donné accès à la valeur qui, paradoxalement, fait toujours cruellement défaut à l’historien : le temps. Grâce à une bourse Lavoisier (1989-1990) et à un séjour de deux années à la Casa de Velázquez (1990-1992), j’ai réalisé des dépouillements extensifs et j’ai repéré des documents sur les sujets les plus divers : rien n’aurait été possible, dix ans plus tard, sans ces références patiemment collectées. À l’université de Nice - Sophia Antipolis, les excellentes conditions de travail, l’amitié et l’ouverture d’esprit de mes collègues du département d’histoire et du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) m’ont permis de continuer à faire des recherches. Enfin, deux années de délégation au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) [2000-2002], au sein de l’Institut de recherche sur le sud-est asiatique (IRSEA), ont constitué une étape déterminante dans l’avancée de cette recherche. J’ai conscience d’avoir bénéficié de conditions de travail exceptionnelles et je remercie les directeurs de ces établissements de la confiance qu’ils m’ont accordée.

4La liste de toutes celles et de tous ceux qui m’ont conseillé, communiqué des informations ou simplement écouté avec indulgence est longue. Les membres du jury d’habilitation, Michel Bertrand, Josep Maria Fradera, Jean-Marie Guillon, Charles Macdonald, Jean-Luc Pinol et Gérard Chastagnaret, directeur de l’habilitation, m’ont fait profiter de leur précieuse expérience de la recherche en histoire. Les premières hypothèses, les premiers fruits de la recherche ont été présentés lors de rencontres scientifiques organisées par les centres de recherche suivants, par ordre chronologique : l’Unité mixte de recherche temps, espaces, langages, Europe méridionale - Méditerranée (UMR TELEMME), l’IRSEA, le CMMC et la Casa de Velázquez. Les réactions, les remarques et les questions des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des étudiants m’ont beaucoup apporté.

5Grâce à l’expérience et aux compétences du service des publications de la Casa de Velázquez et, tout spécialement, de Marie-Pierre Salès et de Blanca Naranjo, cet ouvrage a pu être édité dans des délais très brefs. Je suis très reconnaissant à Sonia Gómez Jordana et Claude Chastagnaret d’avoir traduit les citations des textes espagnols et anglais, respectivement. L’auteur a revu ces traductions et il est responsable des éventuelles erreurs ou approximations. Maria Gazhali, Nicole Huetz de Lemps et Claude Martin ont aussi contribué à la mise au point du manuscrit.

6Dans tous les fonds documentaires et dans toutes les bibliothèques fréquentés, les personnels ont fait preuve d’une patience et d’une compétence remarquables. Je remercie en particulier Isacio Rodríguez, Cayetano Sánchez, Carlos Alonso Vañes, Sylvie Cadier, Lieu Cao Thi, Louise Pichard, Frédéric Laux, la présidente de salle des archives du Quai d’Orsay, les conservateurs du fonds Antonio Maura.

7Grâce à mon oncle Piky et à ma tante Mety, à Madrid, grâce à mon ami René Salvania, à Manille, j’ai pu séjourner longuement et agréablement dans ces deux villes. Rien n’aurait été possible sans leur amitié et leur hospitalité chaleureuse, parfois en des temps difficiles.

8Mon père et ma mère m’ont constamment encouragé, par les mots et par l’exemple, à poursuivre mon effort. Enfin, un immense merci à mes quatre femmes, à Patricia, mon épouse, et à nos trois enfants, Agnès, Philippine et Juliette. Avec patience et tendresse, elles ont consenti à ce que je leur vole de trop nombreuses heures pour les consacrer à des morts. J’espère sincèrement que les lecteurs retireront quelques enseignements de l’analyse de pratiques qui ne sont, en fin de compte, ni très éloignées dans le temps, ni très exotiques.

9Madrid, le 15 juin 2006

10X. H. de L.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search