Version classiqueVersion mobile

Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

L’Espagne dans le lyrisme augustéen

Hélène Karamalengou

Texte intégral

  • 1 M. Rabanal, «España en Horacio».
  • 2 M. Pastor Muñoz, «Alusiones a Hispania en la pœsía clásica latina».
  • 3 V. La Bua, « Iberi ».
  • 4 M. Bonamente, « Iberi ».

1L’Espagne est largement présente dans la poésie lyrique de l’époque augustéenne. Horace est sans conteste le poète qui la mentionne le plus fréquemment dans son œuvre, suivi par Properce et par le Virgile des Géorgiques — mais dans son œuvre épique, l’Énéide, les références sont beaucoup plus nombreuses. Enfin, viennent Tibulle et Ovide. Cet intérêt des poètes pour l’Espagne a fait l’objet d’études et parmi les travaux spécifiques on compte les articles de deux érudits espagnols, M. Rabanal1 et M. Pastor Muñoz2, et les articles de V. La Bua3 et de M. Bonamente4. Ces articles nous présentent la thématique des auteurs latins, parfois même de façon très détaillée. Ils nous livrent des réflexions concernant les sources de l’inspiration des poètes et le nombre des mentions de l’Espagne chez chacun.

  • 5 Vingt-trois, si nous y ajoutons l’allusion (pas mentionnée dans les articles cités supra) à l’Hiber (...)
  • 6 À propos des Concani, mentionnés dans l’ode III, 4 : «visam Britannos hospitibus feros / et laetum (...)
  • 7 Hor., Carm., II, 6, 1-4 ; 11, 1-5 ; 12, 1-15 ; et Virg., Georg., III, 408.

2On apprend ainsi que chez Horace on compte vingt-deux références à l’Espagne5 concernant différents aspects, allusions au pays dans son ensemble sous le nom d’Hiberia on celui, plus poétique, d’Hesperia, emploi d’adjectifs dérivés de ces deux noms, références à deux peuples de l’Espagne, les Cantabri et les Concani6, et à trois villes, Gades, Ilerda et Numantia. L’Espagne est mentionnée huit fois chez Virgile (deux fois dans les Géorgiques, six dans l’Énéide), deux fois chez Properce et vingt-deux fois chez Ovide si, aux six références qui figurent dans l’article de V. La Bua cité plus haut, nous ajoutons celles que nous avons répertoriées dans l’ensemble de l’œuvre de ce poète (une dans les Amores [I, 15, 29]), une dans l’Ars Amatoria (III, 646), une dans les Héroides (IX, 91), une dans les Tristes(IV, 9, 22), sept dans les Fastes (1, 140 ; 498 ;596 ; II, 73 ; IV,57 ; VI, 519 ; 462) et onze dans les Métamorphoses (II, 149 ; 258 ; 325 ; IV, 214 ; 628 ; VII, 324 ; IX, 184 ; XI, 114 ; 258 ; 769 ; XV, 12). Étant donné qu’Ovide préfère souvent l’adjectif Hesperias, ses citations désignent d’une façon assez vague l’Espagne. On apprend aussi que l’attention des auteurs latins s’attacha à la position géographique de la Péninsule—à l’extrémité du monde occidental —, au caractère indomptable et belliqueux de ses habitants, à ses produits commerciaux, surtout ceux importés à Rome, et aux guerres passées ou contemporaines entre l’Espagne et Rome7.

3Nous avons choisi, pour notre part, de traiter ce sujet sous un angle différent. Après un examen, dans le cadre de la réalité historique de l’époque, des éléments idéologiques repérables dans l’image que les poètes proposent de l’Espagne, nous évaluerons la finalité et le sens qui s’attachent à l’insertion de l’Espagne dans leur lyrisme. Enfin, nous nous pencherons sur le processus de la transformation d’un sujet de caractère épique en un sujet de caractère lyrique. Ces deux aspects du sujet se révèlent liés. En effet, ils révèlent l’un comme l’autre, chez la plupart des poètes, l’intention sous-jacente d’exalter la personnalité et la politique d’Auguste. Ainsi, comme finalité et sens profond de la présence de la thématique espagnole dans le lyrisme de l’époque, apparaît l’effort de glorifier l’œuvre politique et culturelle d’Auguste afin de renforcer son auctoritas, dont la gloire de Rome dépend étroitement. Dans ce but, les poètes usent avec habileté de symboles soit mythiques, soit historiques, soit littéraires.

  • 8 Hist., LIII, 22, 5-26, 2.
  • 9 Epist., II, 33 ; IV, 12, 46-59.
  • 10 Hist., VI, 21, 1-11.
  • 11 D. Magie, «Augustus’ War in Spain» : l’auteur essaie, à partir de l’étude des sources, de reconstit (...)
  • 12 R. Syme, «Some Notes on the Legions under Augustus», mais surtout Id., «The Spanish war of Augustus (...)
  • 13 Cf. J. J. Van Nostrand, The Reorganisation of Spain by Augustas; Ch. Sutherland, The Romans in Spai (...)

4À l’époque augustéenne, l’Espagne est un thème d’actualité ; une expédition contre l’Espagne est entreprise vers 27-26 av. J.-C. et le Prince en personne est à la tête de celle-ci. Les historiens de l’Antiquité ne lui ont peut-être pas prêté grande attention, ils n’y ont pas fait non plus allusion de façon détaillée. Le texte de Tite-Live ne nous est pas parvenu et celui de Dion Cassius8 comporte juste quelques remarques concernant cette expédition. Ce sont les récits de Florus9 (II e siècle) et d’Orose10 (Ve siècle) qui semblent lui avoir accordé la plus large place. Les modernes ne s’y sont eux non plus guère intéressés, si ce n’est au début de ce siècle avec les travaux de D. Magie11 et de R. Syme12. C’est surtout la réorganisation de l’Espagne, entreprise après la conquête, qui apparaît dans l’œuvre des historiens13.

5Par contre, les biographes du Prince et Auguste lui-même, dans ses Res Gestae, lui confèrent une importance considérable. Suétone souligne que cette expédition, ainsi que celle entreprise contre les Dalmatiens, sont les seules entreprises militaires dirigées par le Prince en personne ; toutes les autres furent menées par ses généraux :

  • 14 Div. Aug., XX.

Externa bella duo omnino per se gessit, Delmaticum adulescens adhuc et Antonio deuicto Cantabricum [...] Reliqua per legatos administrauit14.

6Dans les Res Gestae Auguste insiste avec fierté sur l’exploit que représente la conquête de l’Espagne :

  • 15 Res Gestae, § 12, 2 (éd. de P.A. Brunt et J.M. Moore, Oxford, 1967) ; cf. ibid., 13 ; 25, 2 ; 26, 2

Cum ex Hispania Galliaque, rebus in iis prouinciis prospere gestis Romain redi […] aram Pacis Augustae senatus pro reditu meo consacrandam censuit ad campum Martium15.

  • 16 Quand César y combattait les fils de Cn. Pompée (Suet., Div. Aug., VIII, 3).
  • 17 VIII, 352 sqq. : Évandre se promenant avec Énée évoque ce Juppiter Tonans, symbole de la protection (...)
  • 18 III, 5, 1-4 : «Caelo tonantem credidimus Iovem/regnare; praesens divos habebttur/Augustus adiectis (...)
  • 19 J.-P. Néraudau, Auguste , p. 171.
  • 20 Div. Aug., XC.
  • 21 J.-P. Néraudau, Auguste. loc. cit. (mais cet auteur ne nie pas qu’Auguste en rentrant de l’Espagne (...)

7D’autre part, l’Espagne avait une valeur sentimentale pour Auguste, puisque c’est là qu’il avait fait son apprentissage de la vie militaire comme jeune compagnon de César16, De plus, la participation d’Auguste à cette campagne est liée à des présages et à des événements surnaturels. Suétone nous informe que le Prince avait miraculeusement été épargné par la foudre, prodige dont le temple de Juppiter Tonans, situé à l’entrée de l’Area Capitalina, rappelait le souvenir, tout comme le firent Virgile dans l’Enéide17 et l’art allusif d’Horace dans les Odes18. Même si « cette réaction publique et pieuse dissimule le choc qu’Auguste éprouva19 » et si le texte de Suétone20 atteste la terreur que depuis « ce jour la foudre et les éclairs lui inspirèrent21 », il faut pourtant avouer que l’épisode présente un côté humain du Prince et que les affaires publiques y sont habilement mêlées.

8Ces faits, ajoutés à la maladie dont le Prince fut alors attaqué, maladie qui retarda son retour, conféraient déjà au sujet un caractère intime et personnel qui le rapprochait du lyrisme, atténuant l’aspect purement épique. Horace peut ainsi, dans l’ode III, 14, qui célèbre le retour d’Auguste de l’Espagne, recourir à des tons bachiques. Il peut exprimer sa joie en employant des termes qui mettent en relief son affection pour le Prince et insistent sur la pleine participation du « moi » dans ce processus :

Hic dies vere mihi festus atras
eximet curar, ego nec tumultum
nec mort per vim metuam tenente
Caesare terras.

  • 22 V. 13-20 (éd. F. Villeneuve dans la Collection des Universités de France).

I, pete unguentum, puer, et coronas
et cadum Marsi memorem duelii,
Spartacum si qua potuit vagantem
fallere testa22.

9Il peut également, dans l’ode IV, y, ne pas dissimuler sa nostalgie pour le Prince absent — retenu en Gaule —, ami, chef et dieu en même temps, tout en faisant allusion aux grands dangers qui menacent Rome, l’un des principaux étant l’Espagne : «abes iam nimium diu» (v. 2), «lucem redde tuae, dux bone patriae» (v. 5), «sic desideriis icta fidelibus / quaerit patria Caesarem» (v. 15-16), «quisferae / bellum curet Hiberiae» (v. 27-28), «te... deum» (v. 32).

10De même, Horace peut partager les inquiétudes des proches d’Auguste à propos de l’Espagne et, une fois le Cantabre — considéré comme un des ennemis les plus redoutables — battu par Statilius Taurus en 29 av. J.-C., inciter Mécène à dissiper les soucis politiques concernant la Ville :

Mitte civilis super Urbe curas.
Occidit Daci Cotisonis agmen,
Medus infestus sibi luctuosis
dissidet armis,

  • 23 Carm., III, 8, 17-24.

servit Hispanae uetus hostis orae
Cantaber sera domitus catena
iam Scythae îaxo mieditantur arcu
cedere campis 23.

11Par-là, il peut s’adresser à un autre ami et, en faisant de l’Espagne le symbole des difficultés et des dangers d’un pays lointain, confirmer la réciprocité de leur amitié en même temps que son intérêt pour la chose publique :

  • 24 Carm., II, 6, 1-4. Pour le message politique de l’ode, voir V. Pöschl, Horas, und die Politik, pp. (...)

Septimi, Gadis aditure mecum et
Cantabrum indoctum tuga ferre nostra et
barbaras Syrtis, ubi Maura semper
aestuat unda24.

12Ce ton affectif et ce caractère personnel sont également présents dans les passages où les poètes marchent sur les traces de la propagande d’Auguste et essaient de discerner, derrière les faits, l’interprétation qui convient le mieux à l’image du Prince. Pour eux, l’expédition d’Auguste en Espagne et l’exploit qu’a constitué la pacification de cette région confèrent au Prince une place dans le domaine de la légende : ils le placent parmi les héros mythiques et les personnages légendaires du passé historique de Rome.

  • 25 Voir P. Grimal, « Les éléments philosophiques dans l’idée de Monarchie à Rome à la fin de la Républ (...)
  • 26 À propos du rayonnement des Scipions sur la vie politique et spirituelle de Rome, voir P. Grimal, L (...)
  • 27 À propos de la campagne de Caton en Espagne (195 av. J.-C.), voir J. Martínez Gázquez, La campaña d (...)
  • 28 J. Carcopino, Jules César, p. 200.

13Auguste entre ainsi dans la lignée des grands conquérants dont le nom fut lié aux guerres contre l’Espagne, longues et douloureuses, racontées par Tite Live, par exemple, dans les livres XXVII et XXVIII de son Histoire. Il prend place aux côtés des grands Scipions — le premier Africain, vainqueur en 206 av. J.-C. par la prise de Carthago Nova et l’expulsion des Carthaginois et salué roi par les Espagnols25 ; et Scipion Émilien, le deuxième Africain, qui en 133 av. J.-C. mit un terme aux guerres contre l’Espagne par la prise de Numance26 —, de Caton l’Ancien, triomphateur en 194 av. J.-C.27, de Tiberius Sempronius Gracchus, pacificateur de l’année 179 av. J.-C., et de Jules César, enfin, qui en 61 av. J.-C. avait su y démontrer «  son génie militaire qui devait fasciner la postérité28 » et qui était devenu maître de l’Empire romain grâce à sa victoire de Munda en 45 av. J.-C., la plus difficile qu’il eût remportée, de son propre aveu. Auguste d’ailleurs était autrefois en Espagne un jeune militaire qui accompagnait César ; il devient maintenant un nouveau César, étant cette fois lui-même accompagné de deux jeunes membres de sa famille : son neveu Marcellus, à qui il pense pour sa succession, et Tibère, le fils de Livie, qui finalement lui succéda.

14Les vers d’Horace témoignent de cette intention d’égaler Auguste aux héros du passé :

Nolis langa ferae bella Numantiae,
nec durum Hanmbalem nec Siculum mare
Pœno purpureum sanguine mollibus
aptari citharae modis,

nec suevos Lapithas et nimium mero
Hylaeum domitosque Herculea manu
Telluris iuuenes, unde periculum
fulgens contremuit domus

  • 29 Carm., II, 12, 1-12.

Saturni veteris; tuque pedestribus
dices historiis proelia Caesaris,
Maecenas, melius ductaque per uias
regum colla minacium29.

15Il est évident que le poète ne dissimule pas son dessein laudatif, ni sous le ton allusif du passage, ni sous la recusatio qui introduit l’exaltation d’Auguste et qui se complète par la figura de la prosopopœia de la Muse lyrique. L’« intervention » de la Muse, imposant les « impératifs » du genre, réalise l’équilibre entre l’inspiration civique et l’intention lyrique :

  • 30 Carm., II, 12, 13-16.

Me dulcis dominae Musa Licymniae
cantus, me uoluit dicere lucidum
fulgentis oculos et bene mutuis
fidum pectus amoribus30.

16De la même façon, Properce, dans l’élégie IV, 11, présente Cornélie morte parlant de ses ancêtres et égalant la gloire des Libonesà celle des Scipions, vainqueurs de la guerre de Numance :

  • 31 V. 30-32 (éd. Paganelli dans la Collection des Universités de France).

Afra Numantinos regna loquuntur avos :
altera maternos exaequat turba Libones
et domus est titulis utraque fulta suis31.

17La suite du poème associe les Libones à Auguste par l’intermédiaire de Scribonia, mère de Cornélie et épouse du Prince, dans un passage où la louange du « dieu Auguste » se fait à travers l’expression de sentiments d’admiration, mais surtout d’affection :

  • 32 V. 55-60.

Nec te, dulce caput, mater Scribonia, laesi:
in me mutatum quid nisi fata velis?
Maternis laudor lacrimis urbisque querelis,
defensa et gemitu Caesaris ossa mea.
Ille sua nata dignam vixisse sororem
increpat et lacrimas vidimus ire deo32.

  • 33 Pour le sens du distique élégiaque et de l’élégie en général, voir P. Grimal, « Le problème de l’Él (...)

18La référence aux ancêtres commence par «Afra Numantinos regna loquuntur avos» et se termine par une invocation à Auguste divinisé, le poète ayant ainsi accompli son « cycle » exaltatif tout en respectant les conventions du genre élégiaque. La mélancolie ainsi que la cœxistence du malheur et du bonheur, de la beauté et de la mort en des couples harmonieux, tous traits innés dans ce genre, tendent à l’élévation de l’humain et du passager au niveau du divin et de l’éternel33.

19Pour ce qui est des héros mythiques, Auguste, conquérant de l’Espagne, est mis par les poètes au rang d’Hercule, le parallélisme étant établi par la légende de Gadès (celle des bœufs de Géryon). Ainsi, c’est le motif d’Auguste-Hercule qui ouvre l’ode d’Horace glorifiant le retour victorieux du Prince après la pacification de l’Espagne :

  • 34 Carm., III, 14, 1-4. Pour ce début de l’ode et le motif d’Hercule-Auguste, cf. les remarques et la (...)

Herculis ritu modo dictus, o plebs,
morte uenalem petiisse laurum,
Caesar Hispana repetit penatis
Victor ab ora
34.

20L’inspiration civique de l’ode est accentuée par l’image (peu importe que celle-ci reproduise une expérience réelle ou bien imaginaire) et le langage évocateurs trouvés aux vers 10-12 :

... Vos, o pueri et puellae ac
iam virum expertae, male + ominatis
parcite verbis

21qui renvoient aux Odes romaines par lesquelles commence ce troisième livre :

  • 35 Carm., III, 1, 2-4. Le renvoi à ce parallèle semble évident malgré les difficultés que présente la (...)

Favete linguis: carmina non prius
audita Musarum sacerdos
virginibus puerisque canto35.

22Mais cette inspiration civique est soumise à une forme lyrique. Le caractère bachique du poème se révèle évident et l’on y discerne un processus de gradation des tons :

Hic dies vere mihi festus atras
eximet curas ; ego nec tumultum
nec mori per vim metuam tenente
Caesare terras.

  • 36 V.13-20.

I, pete unguentum, puer, et coronas
et cadum Marsi memorem duelli,
Spartacum si qua potuit vagantem
fallere testa
36.

  • 37 L’unité du poème fut objet de contestation citez les philologues. Voir la bibliographie donnée par (...)

23Le ton bachique s’accentuant progressivement, les « mots clés », indicatifs de l’identité générique, mis au vocatif, tracent l’itinéraire d’une transformation intérieure. Le panégyrique « o plebs » et le solennel «Vos, o pueri et puellae / iam virum expertae» cèdent la place au puer emblème des chants symposiaques. De même, le plus personnel ego sert à établir la liaison entre la laudatio du Prince (v. 14) revenant de l’Espagne et la « cantatio » de la joie convivale (v. 27) imprégnée d’accents philosophiques. Ainsi, dans cette ode, il ne s’agit pas d’une digressio qui coupe le poème en deux parties, mais d’un ensemble cohérent dans lequel domine la joie — individuelle et collective — pour le retour du Prince exprimée par la lyre d’un poète qui est à la fois citoyen et ami 37.

  • 38 Cf. supra, p. 5.
  • 39 Cf. infra, p. 9.
  • 40 De nat. deor., III, 62 (où Hercule est également placé à côté de Castor, de Pollux et de Liber) et (...)
  • 41 Cf. l’œuvre d’Ennius Euhemerus sive Sacra Storia.

24De même, dans l’ode II, 12, Horace38, tout en affirmant que sa Muse est destinée à des sujets légers, énumère les triomphes de Rome sur Numance, Carthage et Sicile et met sur le même plan les «Telluris iuuenes» vaincus «Herculea manu» (v. 6-7), le domaine «Saturni ueteris» (v. 8-9) et les «prœlia Caesaris» (v. 10). Ainsi Auguste s’intègre-t-il dans la légende des grands Scipions, de Marcellus et de la figure mythique d’Hercule, participant par l’intermédiaire du mythe de Géryon au monde légendaire de l’Espagne, de l’île d’Érythie et de la terre d’Italie (comme d’ailleurs Saturne, mentionné dans ce même passage). Et dans l’ode III, 3, Auguste boit du nectar à côté d’Hercule divinisé qui possède la même vertu que lui : la constantia. Le passage suit une tradition philo sophique39 que l’on trouve déjà chez Cicéron40 et qui remonte, quant à son esprit général, à Ephémère41, mais l’image du « banquet divin » accentue davantage son caractère lyrique :

  • 42 V. 9-12, Sur cette image de l’apothéose d’Auguste chez Horace, voir D. Little, « Politics in August (...)

Hac arte Pollux et uagus Hercules
enisus arces attigit igneas,
quos ínter Augustas recumbens
purpureo bibet ore nectar42.

  • 43 Voir P. Grimal, « Les intentions de Properce et la composition du livre IV des Élégies ».

25Properce suit la même voie dans l’élégie IV, 9, en traitant la légende d’Hercule et de Cacus dans ce quatrième livre des Élégies, dont les rapports avec le régime augustéen ont été souvent mis en lumière par les chercheurs43 :

  • 44 V. 1-4.

Amphitrioniades qua tempestate iuvencos
egerat a stabulis, o Erythea, tuis,
venit ad invictos pecorosa Palatia montis
et statuit fessos fessus et ipse boves44.

  • 45 P. Grimal, « Les intentions de Properce et la composition du livre IV des Élégies », p, 325,

26L’Hercule de Gadès devenu, suivant les exigences du genre, héros élégiaque fonctionne comme une image allusive d’Auguste revenant d’Espagne. L’élément espagnol-herculéen, représenté par l’évocation de l’île d’Érythie et par la réminiscence de l’exploit du héros grec, est rapproché dans ces vers de l’élément romain-augustéen évoqué par la référence au mont Palatin, la colline d’Auguste, qui porte les vestiges du passage légendaire d’Hercule. Ainsi, dans cette élégie étiologique comme dans les autres pièces du livre IV, « réalité et légende deviennent peu à peu indiscernables » et « la continuité historique de la Ville se fait sensible45 ». En outre, l’allitération du dernier vers (« fessos fessus ») rend parfaitement le sens de l’état physique du héros légendaire et fait songer à celui de l’imperator au moment de son retour de la même région. Properce a encore une fois recours au mythe pour élever l’humain au niveau du divin.

  • 46 VIII, 184-267.

27Nous ne devons pas non plus oublier l’importance que Virgile attribua lui aussi à ce même épisode de la légende d’Hercule dans l’Enéide46. La différence des genres poétiques fait de cet Hercule virgilien un héros d’épopée, mais les axes idéologiques chez les trois poètes se révèlent presque identiques.

  • 47 J. Bayet, Les origines de l’Hercule Romain.
  • 48 R. Schilling, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste ».
  • 49 K. Galinsky, The Heracles Theme, pp. 126 sqq.

28La figure d’Hercule est dominante dans la littérature de l’époque augustéenne. Les travaux de J. Bayet47, R. Schilling48 et K. Galinsky49, parmi d’autres, ont beaucoup aidé à retracer la voie suivie par ce héros grec jusqu’à devenir un dieu romain. De même, ces chercheurs ont tenté de cerner la politique religieuse d’Auguste à partir de ses répercussions sur la religion herculéenne et du rôle joué par les poètes tout au long de l’époque augustéenne. Force est de constater que la place prépondérante accordée à Hercule dans l’œuvre des poètes qui nous intéressent, ainsi que les rapports établis entre son cas et celui d’Auguste, reflètent des intentions attribuables à Auguste ou à son milieu.

  • 50 Voir P. Grimal, « Énée à Rome et le triomphe d’Octave », pp. 816-819. Virgile, par l’épisode d’Évan (...)
  • 51 R. Schilling, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste », pp. 39 sqq., insiste (...)
  • 52 K. Galinsky, Augustan Culture, pp. 323-324, mentionne les exemples d’Hercule et de Dionysos et la c (...)

29L’assimilation d’Auguste à Hercule coïncide avec une période (23 av. J.-C.) où le régime augustéen affronte une crise grave, dont le point culminant est la conspiration de Murena. Au moment où Auguste revient d’Espagne, malade, affaibli et menacé par la mort, les poètes célèbrent sa mission glorieuse. Virgile, Horace et Properce semblent riposter à la propagande anti-augustéenne50. L’Hercule romanisé de l’Ara Maxima est le dieu de l’abondance et de la victoire. Malgré l’importance accordée par le nouveau régime à Mars ou à Apollon51, Hercule peut lui aussi contribuer d’une façon efficace au renforcement de l’idéologie de l’imperium augustéen, son passé, qui le lie à Antoine, étant loin de poser des problèmes : Auguste sait adapter les emblèmes de son adversaire aux exigences de sa propre politique52. Hercule avec Apollon incarne l’idée, appuyée sur des croyances néo-pythagoriciennes et astrologiques, de l’avènement du dieu ou demi-dieu qui pourra sauver le monde et vaincre le Mal. La doctrine stoïcienne renforçait d’ailleurs l’idée de l’homme devenant dieu à force de sagesse et de vertu, et ses philosophes voyaient dans le mythe d’Hercule divinisé le symbole de cette apothéose.

  • 53 Tite-Live, I, 7, 15 présente Romulus adoptant le culte d’Hercule et Ovide, Pont., IV, 8, 63 affirme (...)

30Dans l’ode III, 3, la figure d’Auguste est placée entre celle d’Hercule, qui possède la vertu de la Constantia, et celle de Mars, père de Romulus, qui lui aussi doit son apothéose, sujet du conseil des dieux, à ses vertus53. D’autre part, dans l’ode IV, 5, Auguste est appelé «optume Romulae / custosgentis» (v. 1-2), «dux bone» (v. y), grâce auquel «quis ferrae / bellum curet Hibertae?» (v. 27-28), et vénéré comme un dieu, à l’exemple de Castor et d’Hercule :

Te multa prece, te prosequitur mero
defuso pateris et Laribus tuum
miscet numen, uti Graecia Castoris
et magni memor Herculis (v. 33-36).

31Déjà Virgile, dans l’Énéide (VIII, 275),

  • 54 P. Grimal, « Énée à Rome et le triomphe d’Octave », p. 819, cf. p. 814. Pour les rapports de l’Énéi (...)

a voulu que derrière Hercule transparaisse le Mars italique. Le dieu de l’Ara Maxima, pour qui dansent les Saliens, s’identifie avec le Père des Romulides ; il est le parèdre de la Vénus Maternelle, l’ancêtre des Julii54.

  • 55 C. Santini, « Ercole » p. 366 y rajoute la présence d’Auguste aux’Hράκλεiαi στήλαι.
  • 56 Par ses liens avec la mort et le monde infernal (voir W. Burkert, « Le mythe de Géryon » ; R. J. Cl (...)

32Dans l’œuvre des poètes, le mythe d’Hercule revenu de l’Espagne, mis en parallèle avec le retour d’Auguste de la même région, peut ainsi exalter l’idée du labor et de la virtus, cette άvδρεíα décrite dans l’ode III, 2 d’Horace. Une expédition difficile, dans un pays lointain, qui a duré trois ans, menée par le Prince en personne, dont la vie fut menacée tant par les combats que par une grave maladie qu’il a pourtant su vaincre, peut aisément se comparer à ce πóvoς héracléen55. La situation géographique de l’Espagne, la personne du héros légendaire et la figure de Géryon56 fonctionnent comme autant de vecteurs du symbole.

33Horace et les autres poètes insistent sur les difficultés de la conquête de l’Espagne et ils présentent à plusieurs reprises cette entreprise comme un des exploits les plus laborieux du Prince. La « question d’Espagne » est placée à côté des grands problèmes de l’Empire tels les Scythes, les Parthes et d’autres peuples ennemis. En dépit du ton élevé et enthousiaste employé par Horace, comme ici :

  • 57 Carm., IV, 5, 25-28.

Quis Parthum paveat, quis gelidum Scythen,
quis Germania quos horrida parturit
fetus incolumi Caesare? quis ferae
bellum curet Hiberiae57?

34ou encore ici :

  • 58 Carm., IV, 14, 41-44.

Te Cantaber non ante domabilis
Medusque et Indus, te profugus Scythes
miratur, o tutela praesens
Italiae dominaeque Romae58.

35l’idée de l’effort demandé et de la peine reste identique. Les Res Gestae d’Auguste font de même :

  • 59 Res Gestae, § 29. Cf. ibid, 28.

Signa militaría compluraper alios duces amissa devictis hostibus recepi ex Hispania et Gallia et a Dalmateis. Parthos trium exercitum Romanorum spolia et signa reddere mihi supplicesque amicitiam populi Romani petere cœgi59.

  • 60 Cf. K. Galinsky, Augustan Culture, p. 240 : « His lyric pœtry in particular is another example of t (...)

36Dans l’ode I, 3, 36, Perrupit Acheronta Herculeas labor, est mise en valeur l’idée de l’effort ultime par lequel l’homme réussit l’« apparemment impossible ». D’autre part, l’idée du labor, dominante dans la culture de l’époque augustéenne, est aussi un idéal de l’art horaden60. C’est à travers ce labor qu’Horace réussira le «monumentum aere perennius» et obtiendra pour lui-même l’auctoritas du poète.

  • 61 R. Schilling, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste », p. 39 note que ces q (...)

37De même, la personne d’Hercule, symbole de l’idée de victoire, apparaît comme une préfiguration de l’empereur, vainqueur perpétuel, promis à l’apothéose61. L’épître I, 18 :

  • 62 V. 54-57.

...prœlia sustineas campesina. Denique saevam
militiam puer et Cantabrica bella tulisti
sub duce qui templis Parthorum signa refigit
nunc et siquid abest, Italis adiudicat armis62

  • 63 V. 61-64.

partitur lintres exercitus. Actia pugna
te duce per pueros bostili more refertur;
aduersarius est frater, lacus Hadria, donec.
alterutrum uelox Victoria fronde coronet63

38ainsi que l’ode III, 14 :

  • 64 V.3-4.

Caesar Hispana repetit penatis
victor ab ora64

  • 65 Voir K. Galinsky, Augustan Culture, pp. 153-157 et 241.

39insistent sur l’idée de la Victoire, une idée illustrée par l’Ara Pacis, par la statue d’Auguste à Prima Porta et par ces symboles dynastiques que sont le temple de Divus Julius ou la Victoria Caesaris65. Auguste lui-même, dans les Res Gestae, établit des rapports entre sa victoire en Espagne et la consécration de l’Ara Pacis :

  • 66 Res Gestae, chap. 12, 2.

Cum ex Híspanla Galliaque, rebus in iis provincis prospere gestis, Romam redi, Ti. Nerone P. Quintilio consulibus, aram Pacis Augustae senatus pro reditu meo consacrandam censuit ad campum Martium, in qua magistratus et sacerdotes virginesque Vestales anniversarium sacrificium facere iussit66.

  • 67 Instit. Orat., VI, 3, 77.

40Et le récit de Quintilien67 à propos de l’autel d’Auguste à Tarragone et du palmier, symbole de victoire, qui s’élevait de cet autel présente le côté anecdotique des faits.

  • 68 Cette idée de l’otium fait partie de la culture et de la pensée de l’époque augustéennes. Horace et (...)
  • 69 P. Grimal, « Les Odes Romaines d’Horace et les causes de la guerre civile », p. 153.

41Chez les poètes, la victoire d’Auguste sur l’Espagne est liée à l’idée de la pax, à celle de l’otium68 à celle, enfin, de la virtus. P. Grimai insiste sur le fait qu’au moment du départ d’Auguste pour l’Espagne, « la politique conquérante prend un nouvel essor69 ». Et l’on sait que, dès les débuts de son règne, Auguste

  • 70 Ibid., p. 152.

s’attache — et Horace nous en a fait comprendre les raisons profondes — à modifier les mobiles qui avaient été jusque-là ceux de la conquête romaine, à remplacer le désir de s’enrichir par celui d’affirmer les « vertus » romaines70.

42En effet dans l’ode 111,3, composée probablement en 27 av. J.-C. soit avant le départ d’Auguste pour l’Espagne, le discours de Junon au conseil des dieux suggère les ambitions du Prince. Junon insiste sur les vertus romaines qui assureront la survie de Rome (v. 42-43) et qui lui permettront de :

  • 71 V. 43-48.

Horrenda late nomen in ultimas
extendet oras, qua medius liquor
secemit Europen ab Afro,
qua tumidus rigat arva Nilus71,

43déscription qui renvoie aux’Hράκλειαι στῆλαι à l’Espagne et l’Égypte. L’esprit nouveau animant les conquêtes romaines est annoncé dans les vers 49-52 :

aurum inrepertum et sic melius situm,
cum terra celat, spernere fortior
quam cogère humanos in usus
omne sacrum rapiente dextra.

  • 72 Cf. Virg., Aen., XII, 828 : occidit occiderit que sinas cum nomine Troia.

44Un esprit nouveau, affirmé par ce Prince, qui doit également respecter le passé de Rome et marcher sur les vestiges du fatum qui fait de celle-ci la capitale du monde. Junon, interdisant la reconstruction d’Ilion, parle en porte-parole de ce fatum72. La Muse lyrique dépasse cette fois volontiers ses limites et participe à cet acte de reconfirmation des destins de Rome :

  • 73 V. 69-72.

Non hoc jocosae conveniet lyrae,
quo Musa tendis? desine pervicax
reffere sermones deorum et
magna modis tenuare parvis73.

45La guerre d’Auguste en Espagne sera dirigée par un «justum et tenacem propositi virum» et accomplira le fatum de Rome. Comme J.-M. André l’a remarqué,

  • 74 J.-M. André, « Les Odes romaines : mission divine, otium, et apothéose du chef », p. 35.

La vertu des vertus, celle qui garantit l’ordre pour les sectateurs du stoïcisme, la justice, inspire à la fois l’action du chef idéal dans l’ode 3 (justum et tenacem proposito virum) et le gouvernement du dieu suprême dans l’ode 4 (imperio regit unus aequo74),

46et, dans cette même ode 4, les Muses

  • 75 Ibid, p. 40.

associent la guerre juste et la paix harmonieuse. Ce qui vaut pour l’Olympe vaut également pour l’Imperium Romanum75.

47La virtus d’Auguste est exaltée non seulement à cause de la victoire qu’il a obtenue dans cette guerre, mais aussi pour sa participation même à la guerre. Le Prince complète son prestige par la gloire militaire personnelle et devient ainsi le modèle de cette virtus ; évoquée dans les odes II, 2 et III, 2, qui occupe une place majeure dans l’idéologie de son régime. Dans les Odes d’Horace, cette virtus est liée aux mores maiorum et c’est grâce à elle qu’Auguste parvient la paix à travers la guerre. C’est ce que le poète rappelle dans l’ode-dédicace à Auguste qui conclut le livre IV :

postibus et vacuum duellis

Ianum Quirini clausit et ordinem
rectum evaganti frena licentiae
iniecit emovitque culpas
et veteres revocavit artes

  • 76 Carm., IV, 15, 8-16, cf. IV, 14, 3 : Auguste est élevé au rang d’un dieu ; voir K. Thraede, « Die P (...)

per quas Latinum nomen et Italae
crevere vires famaque et imperi
porecta maiestas ad ortus
solis ab Hesperio cubili76.

48L’idée de cette même liaison surgit d’un autre texte du poète, dédié également à Auguste, l’épître II, 1 :

cum tot sustineas et tanta negotia solus
res Italas armis tuteris, moribus ornes
legibus emendas (v. 1-3).

  • 77 Cf. supra à propos de l’Ara Pacis.

49L’ode III, 14, mentionnée plus haut, met en relief les côtés politique, national et privé de l’otium procuré par la pacification de l’Espagne et Auguste, dans les Res Gestae, insiste à employer le verbe pacavi : Gallias et Hispanias provincias [...] pacavi (26, 2). Son texte évoque les décisions prises par le Sénat à propos non seulement de l’Ara Pacis77, mais aussi de la fermeture du temple de Janus :

  • 78 Res Gestae, chap. 13. Pour l’art poétique de l’ode III, 14 qui fait du retour d’Auguste un symbole (...)

Ianum Quirinum, quem clausum esse maiores nostri voluerunt cum per totum impertum populi Romani terra marique esset parta victoriis pax, cum, priusquam nascerer, a condita urbe bis omnino clausum fuisse prodatur memoriae, ter me principe senatus claudendum esse censuit78.

50De même, cette paix donnera la culture surtout à ceux qui peuvent l’estimer, et l’Espagne, d’après les poètes, est un des pays qui pourra en profiter. La paix apportera en même temps, comme l’affirme Horace dans l’ode IV, 5 :

Totus bos etenim rura perambulat
Nutrit rura Ceres almaque Faustitas
Pacatum volitant per mare navitae;
culpari metuit fîdes (v. 17-20)

…incolumi Caesare? Quis ferae
bellum curet Hiberiae?

condit quisque diem collibus in suis
et vitem viduas ducit ad arbores;
hinc ad vina redit laetus et alteris
te mensis adhibet deum (v. 27-32)

51la prospérité dont parle Virgile dans les Géorgiques, élevant Auguste au niveau d’un dieu :

  • 79 Virg., Georg., 1, 24-28 (voirie commentaire de R. A. B. Mynors, Virgil. Georgics Edited with a Comm (...)

tuque adeo, quem mox quae sint habitura deorum
consilia incertum est; urbisne invisere, Caesar,
terrarumque velis curam, et te maximus orbis
auctorem frugum tempestatumque potentem
accipiat cingens materna tempora myrto79,

  • 80 Cf. G. K. Galinsicy, Augustan Culture, pp. 154-155.

52et qui est mise en valeur par le monument de l’Ara Pacis80. Dans les Res Gestae est présent, sous-jacent, ce caractère civilisateur des conquêtes romaines.

  • 81 Ce sont les topiques augustéens de rura et de pax qui dominent la poésie de Tibulle. Voir F. Solwse (...)

53Il est remarquable que chez Tibulle on retrouve plusieurs de ces idées inhérentes à l’idéologie augustéenne, mais elles se présentent non pas liées aux exploits d’Auguste, mais à ceux de Messalla81. L’élégie I, 7 :

  • 82 V. 5-12. Sur le thème du triomphe, présent dans la poésie augustéenne et évoqué ici à propos de Mes (...)

Evenere: novos pubes Romana triumphos
vidit et evinctos bracchia capta duces;
at te victrices lauros; Messalla, gerentem
portabat nitidis currus eburnus equis.
Non sine me est tibi partus bonos: Tarbella Pyrene
testis et Oceani litara Santonici,
testis Arar Rhodanusque celer magnusque Garunna,
carnutis etflavi caerula lympha Liger82

54ainsi que le panégyrique de Messalla :

  • 83 III, VII, 135-145.

Quin hortante deo magnis insistere rebus
incipe; non idem tibi sint aliisque triumphi:
non te vicino remorabitur obvia marte
Gallia nec latis audax. Hispania terris
nec fera Theraeo tellus obsessa colono,
nec qua vel Nilus vel regia lympha Choaspes
profluit aut rapidus, Cyri dementia, Gyndes,
aret Araccaeis aut unda Oroatia campis,
nec qua regna vago Tomyris finivit Araxe,
impia nec saevis celebrans convivía mensis
ultima vicinus Phœbo tenet arva Padaeus,
quaque Hebrus Tanaisque Getas rigat atque Magynos83

  • 84 Voir D. Little, « Politics in Augustan Pœtry », pp. 312-314.

55qui tous deux font allusion aux affaires d’Espagne, sont typiques de cette attitude84.

56En conclusion, on pourrait dire que, dans la poésie lyrique de l’époque, le thème de l’Espagne s’intègre au thème général de la culture augustéenne. L’inspiration des poètes lyriques se révèle être en relation avec le moment historique précis où ils ont créé leur œuvre. Ils participent à la formation des forces nouvelles que l’on aperçoit dans le domaine de la culture. Leur poésie porte l’empreinte de l’esprit de l’époque sans pourtant obéir à des directives imposées par Auguste ou par son milieu. Les poètes sont persuadés qu’Auguste a mission de gouverner la Terre et d’assurer à Rome la survie, la prospérité et la gloire. Leur lyrisme exprime ce qu’il y a de plus essentiel dans l’âme romaine.

57Ainsi, le problème de l’Espagne, promue au rang de sujet lyrique, exprime en même temps les aspirations profondes de la cité et la tonalité personnelle des relations à la fois affectives et spirituelles qu’entretiennent les poètes avec l’artisan de la grandeur romaine.

Bibliographie

Bibliographie

André, Jean-Marie, L’otium dans la vie morale et intellectuelle romaine. Des origines à l’époque augustéenne, Paris, Presses Universitaires de France, 1966.

— « Les Odes romaines : mission divine, otium, et apothéose du chef », dans Jacqueline Bibauw (éd.), Hommages à Marcel Renard (3 vol.), coll. « Latomus » (101), Bruxelles, 1969, t. I, pp. 31-46.

Bayet, Jean, Les origines de l’Hercule Romain, Rome-Paris, Bibliothèque des Écoles françaises de Rome et d’Athènes (132), 1926.

Bonamente, Maria, article « Iberi », dans l’Enciclopedia Virgiliana (5 vol.), Rome, Instituto della Enciclopedia Italiana, 1984-1990, t. II (1985), pp. 888-889.

Burkert, Walter, « Le mythe de Géryon. Perspectives préhistoriques et tradition rituelle », dans Il mito greco. Atti del Convegno internazionale (Urbino, 7-12 maggio 1973), Rome, 1977, pp. 273-283.

Carcopino, Jérôme, Jules César, Paris, Presses Universitaires de France, 1968.

Clark, Raymond J., Catabasis. Virgil and the Wisdom Tradition, Amsterdam, B. R. Grüner, 1979.

Curchin, Leonard Andrew, Roman Spain. Conquest and Assimilation, Londres - New York, Roudedge, 1991.

Doblhofer, Ernst, «Horaz und Augustus», Aufstieg und Niedergang der romischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, Berlin, De Gruyter, II, 31(3), 1981, pp. 1922-1986.

Dyson, Michael, « Horace, Odes III, 14 », Greece and Rome, 20, 2, 1973, pp. 169-179.

Galinsky [Gotthard] Karl, «The Triumph Theme in the Augustan Elegy», Wiener Studien, n. s. 3, 1969, pp. 75-107.

— The Heracles Theme. The Adaptations of the Hero in Literature from Homer to the Twentieth Century, Oxford, Blackwell, 1972.

— Augustan Culture. An Interpretrve Introduction, Princeton University Press, 1996.

Galsterer, Hartmut, Untersuchungen zum romischen Stadtwesen auf der Iberischen Halbinsel, Berlin, De Gruyter, 1979.

Grimal, Pierre, « Les intentions de Properce et la composition du livre IV des Élégies », Bruxelles, coll. « Latomus » (11), 1952, pp. 183-197, 314-326, 437-450.

— Le siècle des Scipions. Rome et l’hellénisme au temps des guerres puniques, Paris, 1975.

— « Les Odes Romaines d’Horace et les causes de la guerre civile », Revue des études latines, 53,1976, pp. 135-156.

— « Énée à Rome et le triomphe d’Octave », dans ID., Rome. La littérature et l’histoire, Rome, Collection de l’École française de Rome (93), 1986, t. II, pp. 809-819.

— « La promenade d’Évandre et Énée à la lumière des fouilles récentes », dans ID., Rome. La littérature et l’histoire, Rome, Collection de l’École française de Rome (93), 1986, t. II, pp. 793-796.

— « Les éléments philosophiques dans l’idée de Monarchie à Rome à la fin de la République », dans Hellmut Flashar et Olof Gigon (éd.), Aspects de la philosophie hellénistique, Genève, Fondation Hardt Vandœuvres, coll. « Entretiens sur l’Antiquité classique » (32), 1986, pp. 233-273.

— « À propos des Odes Romaines », dans Id., Quattro Lezioni su Orazio, Florence, Leo Olschki, 1993.

— « Sens et destin du distique élégiaque », Compta rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, pp. 29-37.

— « Le problème de l’Élégie romaine. Une greffe réussie », dans H Míµηση στη Λατιvιxη Λoγoτεχvíα. Πpaxτιxá E’ Παvελληvíov Σvµπoσíov Λατιvιxώv Σπovδώv, Athènes, 1996, pp. 173-177.

Grollios [Γρóλλιoς], Konstantinos, Oράτιoς. Oι Ωδἑς. Bιβλío III, Athènes, 1998.

Harrison, Richard J., Spain at the Dawn of History. Iberians, Phœnicians and Greeks, Londres, Thames & Hudson, 1988.

Horace, Odes et Épodes, éd. de François Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1970.

Iodice di Martino, Maria Grazia, article « Gerione », dans Orazio. Enciclopedia Oraziana (3 vol.), Rome, 1996-1998, t. II (1997) : La cultura, la società, la pœsia, pp. 383-384.

Janka, Marcus «Horazens Sogenannte Romulus Ode (C. 3, 3) als Revocado Amici?», Philologus, 144, 2000, pp. 277-302.

Keay, Simon J., Roman Spain, Londres-Berkeley, British Museum - University of California Press, coll. «Exploring the Roman World» (2), 1988.

La Bua, Vincenzo, article «Iberia», dans Orazio. Enciclopedia Oraziana (3 vol.), Rome, 1996-1998, t.1 (1996) : Eopera, i luoghi, le persone, pp. 473-477.

Leach, Eleanor Winsor, «Horace and the Material Culture of Augustan Rome: a Revisionary Reading», dans Thomas Habinek et Alessandro Schiesaro, The Roman Cultural Revolution, Cambridge, University Press, 1997, PP. 105-121.

Little, Douglas, «Politics in Augustan Pœtry», dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, Berlin, De Gruyter, II, 30(1), 1982, pp. 254-370.

Lowrie, Michèle, Horace’s Narrative Odes, Oxford Clarendon Press, 1997.

Magie, David, «Augustus’Warin Spain (26-25B. C.)», Classical Philology, 15, 1920, pp. 323-339.

Martínez Gázquez, José, La campaña de Catón en Hispania, Barcelone, Universidad de Barcelona, 1992 (1re éd. Barcelone, Ariel, 1974).

Mynors, Sir Roger Aubrey Baskerville –, Virgil. Georgics Edited with a Commentary, Oxford, Clarendon Press, 1990.

Néraudau, Jean-Pierre, Auguste. La brique et le marbre, Paris, Les Belles Lettres, 1996.

Pastor Muñoz, Mauricio, «Alusiones a Hispania en la pœsía clásica latina», Sodalitas, 2, 1981, pp. 293-324.

Pöschl, Viktor, Horaz und die Politik, Heidelberg, Carl Winter Universitäts-buchhandlung, 1956.

— Horazische Lyrik Interpretationen, Heidelberg, Carl Winter Universitäts buchhandlung, 1970.

Rabanal, M., «España en Horacio. Estudio temático», Emerita, 17, 1949, pp. 165-178.

Rodríguez Colmenero, Antonio, Augusto e Hispania. Organización del Norte peninsular, Bilbao, Universidad de Deusto, 1970.

Santini, Carlo, article « Ercole », Orazio. Enciclopedia Oraziana (3 vol.), Rome, 1996-1998, t. II (1997) : La cultura, la società, la pœsía, pp. 366-367.

Schilling, Robert, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 16, 1942, pp. 31-57.

Sellar, William Young, The Roman Pœts of the Augustan Age. Horace and the Elegiac Pœts, Oxford, Clarendon Press, 1892.

Solmsen, Friedrich, «Tibullus as an Augustan Pœt», Hermes, 90, 1962, pp. 295-325.

Sutherland, Carol Humphrey Vivian, The Romans in Spain (217 B.C-A.D. 117), Londres, Methuen & Co., 1939.

Syme, Ronald, «Some Notes on the Legions under Augustus», Journal of Roman Studies, 23, 1933, pp. 14-33.

— «The Spanish War of Augustus (26-25 B. C.) », American Journal of Philology, 55(4) 1934, pp. 293-317.

Thraede, Klaus, «Die Pœsie und der Kaiserkult», dans Le culte des souverains dans l’Empire romain, Genève, Fondation Hardt Vandœuvres, coll. « Entretiens sur l’Antiquité classique » (19), 1973, pp, 271-303.

Van Nostrand, John James – (the Younger), The Reorganization of Spain by Augustus, Berkeley, University of California Press, 1916.

White, Peter, Promised Verse. Pœts in the Society of Augustan Rome, Londres, University Press, 1993.

Notes

1 M. Rabanal, «España en Horacio».

2 M. Pastor Muñoz, «Alusiones a Hispania en la pœsía clásica latina».

3 V. La Bua, « Iberi ».

4 M. Bonamente, « Iberi ».

5 Vingt-trois, si nous y ajoutons l’allusion (pas mentionnée dans les articles cités supra) à l’Hiberia dans Epod. V, 21-22 : «herbasque, quas Iolcos atque Hiberia / mittit venenorum ferax».

6 À propos des Concani, mentionnés dans l’ode III, 4 : «visam Britannos hospitibus feros / et laetum equino sanguine Concanum, / visam pharetratos Gelonos / et Scythicum inviolatus amnem» (v. 33-36), il n’est pas certain qu’il s’agisse du peuple de l’Espagne. Déjà Porphyrion commentait : «Hispaniaegens est vel ut alii dicunt Scythiae». V. La Bua, «Iberia» (p. 473) les énumère parmi les peuples de l’Espagne. Les commentateurs des Odes citent le texte de Silius Italicas (3, 360 sqq.) les considérant comme un peuple de l’Ibérie. P. Grimal, « À propos des Odes Romaines » (p. 26) accepte la proposition alternative de Porphyrion et note que ce peuple scythe avait coutume de boire le sang des chevaux.

7 Hor., Carm., II, 6, 1-4 ; 11, 1-5 ; 12, 1-15 ; et Virg., Georg., III, 408.

8 Hist., LIII, 22, 5-26, 2.

9 Epist., II, 33 ; IV, 12, 46-59.

10 Hist., VI, 21, 1-11.

11 D. Magie, «Augustus’ War in Spain» : l’auteur essaie, à partir de l’étude des sources, de reconstituer l’expédition d’Auguste en Espagne et de démontrer l’importance des profits que le Prince en tira.

12 R. Syme, «Some Notes on the Legions under Augustus», mais surtout Id., «The Spanish war of Augustus». Ce dernier article critique les textes des historiens anciens, ainsi que le travail de D. Magie auquel ils servent de base. Il essaie de démontrer que la présence d’Auguste en Espagne provoqua une déformation de l’histoire de la conquête de cette région.

13 Cf. J. J. Van Nostrand, The Reorganisation of Spain by Augustas; Ch. Sutherland, The Romans in Spain, pp. 132-139; A, Rodríguez Colmenero, Augusto e Hispama H. Galsterer, Untersuchungen zum rbmischen Stadtwesen auf der Iberisehen Halbinsel; R. Harrison, Spain at the Dawn of History; S. Keay, Roman Spain; et L. Curchin, Roman Spain. Conquest and Assimilation, pp. 52 sqq.

14 Div. Aug., XX.

15 Res Gestae, § 12, 2 (éd. de P.A. Brunt et J.M. Moore, Oxford, 1967) ; cf. ibid., 13 ; 25, 2 ; 26, 2.

16 Quand César y combattait les fils de Cn. Pompée (Suet., Div. Aug., VIII, 3).

17 VIII, 352 sqq. : Évandre se promenant avec Énée évoque ce Juppiter Tonans, symbole de la protection divine perpétuelle qu’accordent les dieux à Auguste. Sur ce sujet voir P. Grimal, « La promenade d’Évandre et Énée à la lumière des fouilles récentes », p. 796 ; et Id., « Énée à Rome et le triomphe d’Octave », pp. 815-816.

18 III, 5, 1-4 : «Caelo tonantem credidimus Iovem/regnare; praesens divos habebttur/Augustus adiectis Britannis/imperio gravibus Persis.»

19 J.-P. Néraudau, Auguste , p. 171.

20 Div. Aug., XC.

21 J.-P. Néraudau, Auguste. loc. cit. (mais cet auteur ne nie pas qu’Auguste en rentrant de l’Espagne « achevait son dernier commandement militaire, et [qu’]il s’apprêtait à en dissimuler les échecs, en exaltant les quelques succès remportés par ses lieutenants » [p. 176] et que « la vérité sur la campagne en Espagne avait été assez bien occultée pour qu’elle pût servir encore à sa gloire » [p. 178]).

22 V. 13-20 (éd. F. Villeneuve dans la Collection des Universités de France).

23 Carm., III, 8, 17-24.

24 Carm., II, 6, 1-4. Pour le message politique de l’ode, voir V. Pöschl, Horas, und die Politik, pp. 19-20. Pour les Cantabres par rapport à Rome, le centre, selon Horace, de la civilisation contemporaine, voir E. W. Leach, « Horace ant the Material Culture of Augustan Rome », pp. 109 et 120-121. À propos des Cantabres en tant que thème historique qui préoccupe Horace, voir P. White, Promised Verse, p. 165.

25 Voir P. Grimal, « Les éléments philosophiques dans l’idée de Monarchie à Rome à la fin de la République », pp. 230-251 où sont cités et commentés les textes des historiens (Polybe et Tite Live) racontant la célèbre anecdote.

26 À propos du rayonnement des Scipions sur la vie politique et spirituelle de Rome, voir P. Grimal, Le siècle des Scipions (sur les guerres contre l’Espagne, voir pp. 100 sqq. et 129 sqq. ; sur la gloire qu’apporta à Scipion sa victoire sur l’Espagne et les profits que Caton tira de sa victoire, pp. 202-203 ; sur la guerre de Numance, pp. 328 sqq.).

27 À propos de la campagne de Caton en Espagne (195 av. J.-C.), voir J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania (étude basée sur l’examen des sources littéraires et des données archéologiques).

28 J. Carcopino, Jules César, p. 200.

29 Carm., II, 12, 1-12.

30 Carm., II, 12, 13-16.

31 V. 30-32 (éd. Paganelli dans la Collection des Universités de France).

32 V. 55-60.

33 Pour le sens du distique élégiaque et de l’élégie en général, voir P. Grimal, « Le problème de l’Élégie romaine », pp. 175-177 ; et Id., « Sens et destin du distique élégiaque », pp. 29-37.

34 Carm., III, 14, 1-4. Pour ce début de l’ode et le motif d’Hercule-Auguste, cf. les remarques et la bibliographie proposées par E. Doblhofer, «Horaz und Augustus», pp. 1964-1971.

35 Carm., III, 1, 2-4. Le renvoi à ce parallèle semble évident malgré les difficultés que présente la lecture du texte latin. Voir à ce sujet F, Villeneuve, éd. CUF, p. 123 n. 4 ; et K. Grollios [Γρóλλιoς], Oράτioς Oi Ωδές Biβλίo III, pp. 202-203.

36 V.13-20.

37 L’unité du poème fut objet de contestation citez les philologues. Voir la bibliographie donnée par M. Dyson, « Horace, Odes III, 14 ». La lecture proposée dans l’article est basée sur l’idée d’une «self-awareness» du poète.

38 Cf. supra, p. 5.

39 Cf. infra, p. 9.

40 De nat. deor., III, 62 (où Hercule est également placé à côté de Castor, de Pollux et de Liber) et III, 39 ; De Leg., II, 19 ; Tusc., II, 28. Cf. C. Santini, « Ercole », p. 366 ; et Horace, Odes et Épodes, éd. F. Villeneuve, t. I, p. 99, n. 1.

41 Cf. l’œuvre d’Ennius Euhemerus sive Sacra Storia.

42 V. 9-12, Sur cette image de l’apothéose d’Auguste chez Horace, voir D. Little, « Politics in Augustan Pœtry » pp. 282-285 ; E. Doblhoper, « Horaz und Augustus », pp. 1951-1952 ; et V. Poschl, Horazische Lyrik Interpretationen, pp. 148 sqq.

43 Voir P. Grimal, « Les intentions de Properce et la composition du livre IV des Élégies ».

44 V. 1-4.

45 P. Grimal, « Les intentions de Properce et la composition du livre IV des Élégies », p, 325,

46 VIII, 184-267.

47 J. Bayet, Les origines de l’Hercule Romain.

48 R. Schilling, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste ».

49 K. Galinsky, The Heracles Theme, pp. 126 sqq.

50 Voir P. Grimal, « Énée à Rome et le triomphe d’Octave », pp. 816-819. Virgile, par l’épisode d’Évandre (ou encore par la légende d’Hercule et de Cacus), montrait aux opposants que le triomphe héracléen d’Auguste « était réellement inscrit dans les destins de Rome » (p. 818) ; Horace donnait par le « o plebs » une réponse à la malignité de la voix populaire car « on perçoit dans cette strophe l’écho d’une opposition railleuse, d’une "pasquinade" issue d’une propagande » (ibid, p. 817) ; Properce commençait la composition de ses élégies « romaines ». « La position de Mécène est un peu affaiblie par la conspiration de son beau-frère et l’indiscrétion dont il se rendit coupable en le prévenant des poursuites. Aussi redouble-t-il de zèle et se fait plus pressant auprès des poètes. » (ibid, p. 818).

51 R. Schilling, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste », pp. 39 sqq., insiste sur le fait qu’Auguste écarte Hercule et favorise Mars et Apollon : il remet en honneur le culte de Mars et voue une dévotion mystique à la divinité d’Apollon. K. Galinskv, The Heracles Theme, pp. 139-140, signale l’absence d’indications d’une valorisation du culte d’Hercule par Auguste et considère que l’association d’Auguste avec Hercule n’exigeait pas une intervention de l’empereur auprès des poètes, car « this association suggested itself readtly andwas not restricted to pœtic allusiveness. When Augustas retumed from warfare in Spain in 24 B. C. after an absence of almost three years, the Roman people greeted him joyously, for like Heracles he had risked his life to protect thon from danger » (p. 140).

52 K. Galinsky, Augustan Culture, pp. 323-324, mentionne les exemples d’Hercule et de Dionysos et la combinaison de leurs symboles avec ceux d’Apollon.

53 Tite-Live, I, 7, 15 présente Romulus adoptant le culte d’Hercule et Ovide, Pont., IV, 8, 63 affirme qu’Auguste, à l’exemple d’Hercule, obtint la vie céleste grâce à sa virtus. Voir K. Galinsky, The Heracles Theme, p. 140.

54 P. Grimal, « Énée à Rome et le triomphe d’Octave », p. 819, cf. p. 814. Pour les rapports de l’Énéide avec l’ode III, 3 (Hommage à Virgile ?), Voir. M. Janka, « Horazens Sogenante Romulus Ode ».

55 C. Santini, « Ercole » p. 366 y rajoute la présence d’Auguste aux’Hράκλεiαi στήλαι.

56 Par ses liens avec la mort et le monde infernal (voir W. Burkert, « Le mythe de Géryon » ; R. J. Clark, Catabasis, pp. 83-87 ; et M, G. Iodice di Martino, « Gerione », p. 383), Géryon pouvait symboliser la victoire d’Auguste sur la mort.

57 Carm., IV, 5, 25-28.

58 Carm., IV, 14, 41-44.

59 Res Gestae, § 29. Cf. ibid, 28.

60 Cf. K. Galinsky, Augustan Culture, p. 240 : « His lyric pœtry in particular is another example of the Augustan ethos of in-remitting labor ».

61 R. Schilling, « L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste », p. 39 note que ces qualités d’Hercule ont incité tous les généraux du premier siècle à honorer son culte à l’Ara Maxima.

62 V. 54-57.

63 V. 61-64.

64 V.3-4.

65 Voir K. Galinsky, Augustan Culture, pp. 153-157 et 241.

66 Res Gestae, chap. 12, 2.

67 Instit. Orat., VI, 3, 77.

68 Cette idée de l’otium fait partie de la culture et de la pensée de l’époque augustéennes. Horace et Virgile la lient à la Pax Augusta ; voir J.-M. André, L’Otium dans la vie morale et intellectuelle romaine, p. 403.

69 P. Grimal, « Les Odes Romaines d’Horace et les causes de la guerre civile », p. 153.

70 Ibid., p. 152.

71 V. 43-48.

72 Cf. Virg., Aen., XII, 828 : occidit occiderit que sinas cum nomine Troia.

73 V. 69-72.

74 J.-M. André, « Les Odes romaines : mission divine, otium, et apothéose du chef », p. 35.

75 Ibid, p. 40.

76 Carm., IV, 15, 8-16, cf. IV, 14, 3 : Auguste est élevé au rang d’un dieu ; voir K. Thraede, « Die Pœsie und der Kaiserkult », p. 294.

77 Cf. supra à propos de l’Ara Pacis.

78 Res Gestae, chap. 13. Pour l’art poétique de l’ode III, 14 qui fait du retour d’Auguste un symbole de la paix — opposant le présent au passé des guerres civiles — voir M. Lowrie, Horace’s Narrative Odes, p. 146, n. 10.

79 Virg., Georg., 1, 24-28 (voirie commentaire de R. A. B. Mynors, Virgil. Georgics Edited with a Commentary, pp. 2 et 8).

80 Cf. G. K. Galinsicy, Augustan Culture, pp. 154-155.

81 Ce sont les topiques augustéens de rura et de pax qui dominent la poésie de Tibulle. Voir F. Solwsen, «Tibullus as an Augustan Pœt»; et W. Y. Sellar, The Roman Pœts of the Augustan Age, 1892, p. 248.

82 V. 5-12. Sur le thème du triomphe, présent dans la poésie augustéenne et évoqué ici à propos de Messalla voir, K. Galinsky, « The Triumph Theme in the Augustan Elegy », pp. 75-81.

83 III, VII, 135-145.

84 Voir D. Little, « Politics in Augustan Pœtry », pp. 312-314.

Auteur

Université d’Athènes

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search