Version classiqueVersion mobile

Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

Poésie épigraphique en Hispania

Propositions et lectures

Joan Gómez Pallarès

À la mémoire de mon maître en poésie épigraphique, Gabriel Sanders.

Texte intégral

I. - Introduction

  • * Le présent travail a pu être réalisé grâce à la subvention du Ministerio de Educación y Cultura esp (...)
  • 1 Je parle du colloque franco-espagnol « Romanité et Hispanité », tenu à Paris, les 12 et 13 novembre (...)

1À l’occasion de l’invitation* que j’ai eu l’honneur de recevoir de la Société des Études Latines, dans le cadre d’une collaboration entre cette prestigieuse société française et la Sociedad Española de Estudios Clásicos (Secció Catalana)1, j’ai le plaisir de présenter ici quelques-unes de mes dernières éditions et quelques-uns des commentaires que j’ai faits sur un sujet qui m’occupe depuis quelques années et auquel je consacrerai encore pendant quelque temps une partie importante de mon travail de philologue. Il s’agit de l’édition et du commentaire (intégral) des inscriptions métriques d’Hispania ou, selon une terminologie que personnellement je préfère, de la poésie épigraphique latine de ce territoire romain, depuis la première inscription connue (première moitié du 1er siècle av. J.-C.) jusqu’au début de la domination arabe de la péninsule Ibérique (VIIIIe siècle). Mon équipe et moi-même travaillons dans l’espoir de voir un jour publiés les résultats de notre travail dans un prochain volume du CIL — ce sera le dix-huitième — entièrement consacré au Carmina Latina Epigraphica du monde antique. Ce seta le deuxième fascicule de ce XVIIIe volume et, bien évidemment, ce sera en latin.

2Ce que je présente ici, c’est un tout petit recueil d’inscriptions sur lesquelles je travaille, presque toutes bien connues du public savant. Je les présente néanmoins en une nouvelle édition, qui inclut l’incontournable « autopsie » de la pièce (lorsque cela s’avère possible) avec un appareil de variantes par rapport aux éditions précédentes, et un commentaire qui veut souligner non seulement tous les aspects importants de l’inscription mais aussi et surtout les plus novateurs ou les plus polémiques, aspects, d’autre part, toujours sujets à discussion. Tous les textes que je présente appartiennent à la zone du Levant espagnol et des Baleares Insulae. J’ai essayé de sélectionner au moins un exemplaire de chaque province de la Catalogne (moins Gérone), de Majorque et de Valence.

3Contrairement à ce qui est de règle chez les épigraphistes, je ne présente pas ici les photographies des inscriptions que j’édite, soit parce qu’il s’agit de textes disparus, soit parce que ce sont des inscriptions dont les photographies ont déjà été publiées et sont, par conséquent, facilement accessibles au public spécialisé (dans la bibliographie qui accompagne chaque édition, je souligne toujours les références qui fournissent une photographie de l’inscription).

a) Abréviations bibliographiques utilisées

  • Abascal 1994 = J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcie, 1994.

  • AE = L’Année épigraphique.

  • AEspA = Archivo Español de Arqueología,

  • Aguirre 1957 = A. Aguirre, Tumbas antiguas, Bilbao, 1957.

  • AIEC = Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans.

  • AST = Analecta Sacra Tarraconensia.

  • Bassols 1976 = M. Bassols de Climent, Sintaxis latina (2 vol.), Madrid, 1976.

  • Battle 1963 = P. Batlle Huguet, Epigrafía latina, Barcelone, 1963.

  • Beltrán 1980 = F. Beltrán Lloris, Epigrafía de Saguntum y su territorio, Valence, 1980.

  • BRAH = Boletín de la Real Academia de la Historia.

  • CIDER = P. Piernavieja, Corpus de inscripciones deportivas de la Hispania romana, Madrid, 1977.

  • CIL II = Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. II: Inscriptiones Hispaniae Latinae.

  • CIL II2/14 = Corpus Inscriptionum Latinarum. Volumen Secundum. Editio altera. Pars XIV. Conventus Tarraconensis. Fasc. Primas: pars meridionalis conventus Tarraconensis. Ediderunt Géza Alföldy, Manfred Clauss, Marc Mayer Olivé, adiuvantibus Josep Corell Vicent, Francisco Beltrán Lloris, Georges Fabre, Francisco Marco Simón et Isabel Rodà de Llanza, Berolini - Novi Eboraci, 1995.

  • CILA = Corpus de Inscripciones Latinas de Andalucía.

  • CLE + numéro = F. Bücheler et E. Lommatzsch, Anthologia Latina. Pars Posterior; Carmina Latina Epigraphica, Leipzig, 1898-1926 (= Stuttgart, 1982).

  • Corell 1997 =J. Corell (avec la collaboration de Xavier Gómez et Concha Ferragut), Inscripcions romanes de Valentía i el seu territori, Valence, 1997.

  • Courtney 1995 = E. Courtney, Musa Lapidaria. A Selection of Latin Verse Inscriptions, Atlanta (Georgia), 1995.

  • Cugusi 19962 = P. Cugusi, Aspetti letterari dei Carmina Latina Epigraphica, Bologne, 19962.

  • Cholodniak 19042 =J. Cholodniak, Carmina Sepulcralia Latina Epigraphica, Saint-Petersbourg, 19042,

  • EE = Ephemeris Epigraphica.

  • Engström 1912 = E, Engström, Carmina Latina Epigraphica post editam collectionem Buechelerianam in lucem prolata, Göteborg, 1912.

  • Ernout-Meillet 19594 =A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris, 19594.

  • Fernández 1986 = C. Fernández, «Razones fonéticas del llamado betacismo», Faventia, 8(2), 1986, pp. 21-25.

  • Fita 1900 = F. Fita, «Epigrafía cristiana de España», BRAH, 37, 1900, pp. 491-524.

  • Gams 1864 = P. B. Gams, Die Kirchengeschichte von Spanien, II. 1, Graz, 1864.

  • Gil 1982 = J. Gil, «Notas a la epigrafía de Tarragona», dans Homenaje a Sáenz de Buruaga, Madrid, 1982, pp. 559-364.

  • Gómez Pallares 1995a = J. Gómez Pallares, «Initia de los Carmina Latina Epigraphica Hispantae (Conventus Tarraconensis). I», Faventia, 17(1), 1995, PP-67-86.

  • Gómez Pallarès 1995b = J. Gómez Pallares, «Cultura literaria en el corpus de los CLE Hispantae hasta época flavia», dans F. Beltrán Lloris (éd.), Roma y las primeras culturas epigráficas del occidente mediterráneo (siglos II a.e. a I d. e.), Saragosse, 1995, pp. 151-162.

  • Haep = Hispania Antiqua Epigraphica.

  • Hep = Híspania Epigraphica.

  • Hernández 1998 = R. Hernández, Aspectos literarios de los carmina sepulchralia de Híspanla romana, Diss, Valence, 1998.

  • Hofmann-Szantyr 1965= J. B. Hofmann et A. Szantyr, Lateinische Syntax und Stilistik, Munich, 1965.

  • Hoogma 1959 = R. P. Hoogma, Der Einfluss Vergils auf die Carmina Latina Epigraphica, Amsterdam, 1959.

  • ICVR II = I. B. De Rossi, Inscriptiones Christianae Vrbis Romae septimo saeculo antiquiores, Rome, vol. II, 1888.

  • IHV = S. Mariner Bigorra, Inscripciones hispanas en verso, Barcelone Madrid, 1952.

  • ILCV = E. Diehl, Inscriptiones Latinae Christianae Veteres, Berlin-Dublin-Zurich, 1925-1967.

  • ILER = J. Vives, Inscripciones latinas de la España romana, Barcelone, 1971-1972.

  • ILS = H. Dessau, Inscripciones latinae Selectae, vol. I-III, Berlin, 1962 (nouvelle impression).

  • IRC II = G. Fabre, M. Mayer et I. Rodà, Inscriptions romaines de Catalogne, t. II : Lérida, Paris, 1985.

  • IRC III = G. Fabre, M. Mayer et I. Rodà, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III : Gérone, Paris, 1991.

  • Kajanto 1982 — I. Kajanto, The Latin Cognomina, Rome, 1982,

  • Kajava 1994 = M, Kajava, Roman Female Praenomina. Studies in the Nomenclature of Roman Women, Rome, 1994.

  • Leumann 1928 = M. Leumann, Lateinische Laut-und Formenlehre, Munich, 1926-1928.

  • Mariner 1960 = S. Mariner Bigorra, «Loci similes virgilianos en epígrafes hispánicos de reciente aparición», Emérita, 28,1960, pp. 317-326.

  • Maurach 1995 = G. Maurach, Lateinische Dichtersprache, Darmstadt, 1995.

  • Mayer 1995 = M. Mayer, «Las inscripciones pintadas en Hispania. Estado de la cuestión», Commentationes Humanarum Litterarum, 104, 1995, pp. 79-92.

  • Miró 1997 = M. Miró Vinaixa, «Epigrafía mètrica de transmissió exclusivament manuscrita. A propòsit de les inscripcions cristianes de Tarragona conservades en l’Anthologia Hispana », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, 37,1996-1997, pp. 953-971.

  • MNAT = Museu Nacional Arqueològic, Tarragone.

  • Mócsy 1983 = A. Mócsy, R. Feldmann, E. Marton et M. Szilágyi, Nomenclátor provinciarum Europae Latinarum et Galliae Cisalpinae cum indice inverso, Budapest, 1983.

  • OLD = Oxford Latin Dictionary,

  • Onomasticon 1994 = Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum, éd. B. Lörincz et F. Rëdo, t.I: Aba-Bysanus; Budapest, 1994.

  • Pape-Benseler 1911= W. Pape et G. Benseler, Wbrterbuch der griechischen Eigennamen, Braunschweig, 1911.

  • Piernavieja 1970 = P. Piernavieja, Epitafios deportivos de la Hispania romana, Madrid, 1970.

  • RE = Realencyclopadie der Altertumswissenschaften.

  • RIT = G. Alföldy, Die römischen Inschriften von Tarraco, Berlin, 1975.

  • Schulze 1904 = W. Schulze, Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Göttingen, 1904 (Mit einer Berichtigungsliste zur Neuausgabe von Olli Salomies, Hildesheim, 1991).

  • Solin 1982 = H. Solin, Die griechische Personennamen in Rom. Ein Namenbuch, Berlin- New York, 1982.

  • Solin-salomies 1994 = H. Solin et O. Salomies, Repertorium Nominum Gentilium et Cognominum Latinorum, Hildesheim — Zurich — New York, 1994.

  • Thigpen 1995 = J. Bailey Thigpen, A Literary Analysis of Latin Epitaphs front Roman Spain which contain Creative Biographical Discourse, Diss. University of North Carolina at Chapel Hill, 1995.

  • ThLL- Thesaurus Linguae Latinae.

  • Traina 1973 = A. Traina, L’alfabeto e la pronuncia del latino, Bologne, 1973.

  • Wills 1996 = J. Wills, Repetition in Latin Poetry. Figures of Allusion, Oxford, 1996.

  • Zarker 1958 = J. W, Zarker, Studies in the Carmina Latina Epigraphica, Diss. Princeton, 1958.

  • ZPE = Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik.

  • Les textes latins (ouvrages et auteurs) sont cités d’après l’OLD. Les abréviations de publications périodiques non précisées supra suivent la nomenclature de L’Année Philologique.

  • Ont été également utilisées les sources d’information suivantes, qui se sont avérées précieuses pour le travail sur les Carmina Latina Epigraphica:

  • Barbieri, F., «Conguaglio fra l’Engström, il Lommatzsch, il Diehl, il D(essau) e varie », Quinta Miscellanea greca e romana, Rome, 1977, pp. 343-404.

  • Colafrancesco, P. et, M. Massaro (con la collaborazione di M. L. Ricci), Concordanze dei Carmina Lattina Epigraphica, Bari, 1986.

  • CLCLT = Cetedoc Library of Christian Latin Texts.

  • Criniti, N., Tavole di conguaglio fra il Corpus Inscriptionum Latinarum e i Carmina Latina Epigraphica, Rome, 1988.

  • Fele, M. L., «Iscrizioni metriche nella silloge del Diehl (ILCV) », AFLC, 6, 1985, pp. 47-78.

  • Fele, M. L., C. Cocco, E, Rossi et A. Flore, Concordantiae in Carmina Latina Epigraphica, Hildesheim — Zurich — New York, 1988.

  • Ferrúa, A., «I Carmina Epigraphica del Büchelere la silloge del Diehl. Una Concordanza», Cet. Chr., 12,1975, pp. 111-120.

  • Krummrey, H., Interpretationen lateinischer Versinschriften, Diss. Halle-Saale, 1961.

  • Mastidoro, M. R., Concordanza dei Carmina Latina Epigraphica compren nella silloge di J. W. Zarker, Amsterdam, 1991.

  • PHI = Packard Humanities Institute.

  • ThF= Thesaurus Formarum totius Latinitatis a Plauto usque ad Saeculum XXum.

b) Signes diacritiques utilisés

  • () : Développement d’une abréviation.

  • ] : Restitution du texte.

  • < > : Inclusion dans le texte.

  • {} : Exclusion du texte.

  • # # ; Ligne ou lettre effacée.

  • + : Indication de lettre sans possibilité de lecture.

  • abc : Lettres dont la lecture est facile.

  • abc : Lettres douteuses dont on ne sait pas exactement à quel mot elles appartiennent ou ce qu’elles signifient.

  • ạḅç : Lettres dont la lecture est très difficile ou douteuse (litterae incertae).

  • A : Lettre disparue après une lecture.

  • a^b^c : Indication de ligature (entre a et b ; entre b et c).

  • [...] ; Indication de calcul de lettres perdues.

  • [---] : Indication de perte d’un fragment de ligne,

  • [------] : Indication de perte d’une ligne.

  • ------ : Indication de perte d’un nombre inconnu de lignes.

  • Image 100000000000002D0000001E5E1BF30E.jpg : Indication de perte d’un fragment de ligne avec le nombre approximatif de lettres perdues.

  • Image 100000000000004C0000001AE37345D6.jpg : Indication de perte d’une ligne avec le nombre approximatif de lettres perdues.

  • Les i longae sont marqués, dans l’édition, avec un accent (í).

II. -Textes édités et commentés

1. — Guissona (lesso). Restaurant Ca’l Mines. Guissona (propriété de M. Claudi Cortès)

4L’inscription fut trouvée par hasard au début de l’année 1967 dans la partie extérieure de l’enceinte de la lesso romaine, dans les travaux de construction d’une maison (16, rue Tapioles, zone nord de Guissona, une des zones d’agrandissement de la ville). Elle se trouvait probablement (dans son site d’origine) sur le côté de la voie d’entrée dans la ville, partie nord. Elle a été acquise par M. Claudi Cortés et, de nos jours, la pierre peut être librement examinée dans le restaurant dont M. Cortés est le propriétaire.

5Il s’agit de quatre fragments de pierre de Santa Tecla qui peuvent parfaitement s’emboîter les uns dans les autres. La plaque mesure 49,5 x 37,5 x 3,7 cm et les lettres 3,7 cm (la syllabe finale 1,8 cm) ; 2,8 ; 2,4 ; 1,6 ; 1,6 ; 1,3 ; 1,3 ; 0,9 ; 0,9 ; 0,9 ; 0,9 cm. Les interlignes mesurent 4,3 ; 1 ; 1,9 ; 0,9 ; 0,4 ; 0,4 ; 0,4 ; 0,8 ; 0,5 ; 0,4 ; 0,4 ; 7,1 cm. Dans l’ensemble, l’ordinatio de l’inscription est très soignée, sauf à la marge droite, où l’on remarque l’oubli présumé (postérieurement ajouté de façon réduite) de la syllabe -sa à la 1.i, le morcellement du verbe rapiunt entre la 1.5 et la 1. 6 et l’alinéation trop large déplacée, vers la gauche, de la 1. 6. Le texte marque clairement des « données » qu’il fournit avec la taille (en rapport directement proportionnel) des lettres (plus le message est loin du lecteur et plus il est « important », plus les lettres sont grandes ; moins le message est loin du lecteur et « moins il est important », plus les letttres sont petites : on joue donc sur l’effet optique) et leur élaboration. Les lettres sont des majuscules carrées à profondes incisions et rappellent, au fur et à mesure que le texte avance vers sa fin, l’écriture des actuaires. Plusieurs lettres présentent des caractéristiques particulières : les A (surtout à partir de la L 7, mais aussi les derniers des 1. 2 et 3), sans lien et dont le deuxième trait remonte au-dessus de l’intersection avec le premier ; les R, dont le deuxième trait sort de la partie centrale de la panse et dont le pied est terminé en angle par rapport au cadre d’écriture : les V, dont le deuxième trait penche nettement vers la droite de la caisse d’écriture ; les M, qui ont trois points de contact avec la caisse ; E, S, L, F, qui ont des traits parallèles à la caisse d’écriture, qui se terminent par un gros pied, lequel apparaît aussi dans les lettres qui y croisent des traits (A, P, M) ; les T, qui présentent sur le trait horizontal des ondulations vers le haut (à droite) et vers le bas (à gauche). En outre, le texte présente des interponctions sous forme de triangle dont le sommet penche vers la droite et des bederae ventriculaires à queue dont la feuille est orientée vers la droite. Nous avons remarqué que les lignes du texte écrit sont réglées.

6Compte tenu de la paléographie de l’inscription et de la forme des interponctions et des lierres, il faudrait dater l’inscription à la fin du Ier siècle ap.J,-C, ou pleinement au IIe siècle ap. J.-C. ll faut signaler toutefois que la diphtongue hypercorrigée du nom de la mère (uid. infra) devrait remonter à une situation linguistique postérieure, probablement le IIIe siècle ap, J.-C.

S. Mariner et R. Pita, «Lapida funeraria de Servilla Prepusa a su hija Lesbia, hallada en Guissona (Lérida)», AEspA, 40, 1967, pp. 60-68 et 41, 1968, pp. 156-157 (avec phot.) ; Haep, 17-20, 2392; A E, 1968, 236; ILER, 5780; F, Lara Peinado, La Ilerda romana (episodios de la historia), Barcelone, 1972, pp. 58-59 ; F. Lara Peinado, Epigrafía romana de Lérida, Lérida, 1973, n. 54 (pp. 136-138 et phot. en pl. XXVI) ; F. Lara Peinado, La religion y el culto romanos en las tierras de Lérida, Lérida, 1976, phot. n. 34 ; Ajuntament de Guissona, Guissona-Iesso, Barcelone, 1983, phot. ; M. Sanmartí, «Iessona romana», dans H. CAMPS et J. Santaeularia (éd.), Guissona, Guissona, 1983, pp. 459-481 (pp. 471-472 et phot.) ; IRC II, 76 (avec phot., pl. XXXVI) ; M. Mayer (éd.), Roma a Catalunya, Barcelone, 1992, p. 172 (phot.) ;J. Pera I Isern, La romanització a la Catalunya interior. Studi històrico-arqueològic de Ieso i Sigarra i el sen territori, Diss. UAB, 1993, pp. 74-77, 360 (avec pl., n. 3) ; Gómez Pallares, 1995 a, p. 74 ; Thigpen, 1995, n. 24 (pp. 131-138) ; Cugusi, 1996 2, p. 180 ; Hernández, 1998, n. 14. 27 (§ 19,40-42, 44, 56, 88, 91, 105, 125, 132, 169, 326.1 f, 352.1, 360.3, 361.3, 362, 363 b).

Servilla (hedera) Praepusa
filiae • suae • Lesbiae •
a(nnorum) • XI • m(ensium) X • hic • sepul(tae) s(it) l(euis) t(erra) •
quid sibi fata uelint • bellis•si•ma quaeque
[5] creari • édita laeti<ti>ae commoda si rapi{u}
unt • sed quae fatorum legi seru[ir?]e • necesse • est
peruerso • lacrimas • fundimus [o]fficio haec bis•sex
annos uix bene transierat ille suas la[c]ḥṛịmas nondum emiserat
omnes et poterat • semper • flebilis • esse suis parcite enim uobis tristes
[10] sine fine parentes parcius et manes sollicitare meos ponimus hunc
titulum luctus • solacia nostri qui legit ut dicat sit tibi terra leuis

Quid sibi fata uelint bellissima quaeque creari
edita laetitiae commoda si rapiunt ?
Sed quae fatorum legi seruire (?) necesse est,
peruerso lacrimas fundimus officio.

[5] Haec bis sex annos uix bene transierat.
Ille suas lachrimas nondum emiserat omnes
et poterat semper flebilis esse suis.
Parcite enim uobis tristes sine fine parentes,
parcius et Manes sollicitare meos.
[10] Ponimus hunc titulum luctus solacia nostri
qui legit ut dicat sit tibi terra leuis

r. 6 : legi serv[ir?]e nos : legi ILER 5780 ; legi serva E. Mariner-Pita, 1967, Lara Peinado, 1973 ; legis servare, IRC, II, 76.
r. 8 : ill<a>
ILER 5780.

7Pour ce qui est des résonances littéraires, il faut souligner le parallélisme entre la 1. 11, luctus solacia nostri et Verg., A., 8, 514 et 11, 62 (déjà indiqué d’ailleurs dans le premier article de Pita-Mariner ; uid. aussi, Cugusi, 19962, p. 180 et n. 66). En particulier, la deuxième référence virgilienne à 11, 62 (intersintque patris lacrimis, solacia luctus) a un grand retentissement parmi les CLE postérieurs (Hoogma, 1959, p. 331), beaucoup plus grand que celui de la première référence citée (Hoogma, 1959, p. 309). Quant aux parallélismes épigraphiques, signalons CLE 1 150, 3 quot si fata maesta uelint ; CLE 1198, 2, et lachrimam fatis da gemitumque meis et 11-12, manes / parcite tam luctu sollicitare meos; CLE 2099, 19-20, parua tibi coniunx magni solacta luctus / hunc tumuli titulum Serena dicat. Les autres parallélismes littéraires et épigraphiques qui offrent un certain intérêt ont déjà été soulignés dans l’article de Mariner-Pita, 1967.

8En ce qui concerne les questions de contenu et les aspects formels, il faut signaler que bellissima est un superlatif qui n’apparaît pas dans le concordancier du corpus du CLE et que certaines des images qui sont utilisées dans cette poésie (toutes celles qui élèvent le ton pathétique : bellissima... commoda en rapport avec rapiunt et fatorum legi, peruerso lacrimas fundimus officio, la manière cryptique de dire l’âge de la fillette morte, les allitérations, les anaphores) sont propres, dans leur ensemble, à la « description » d’une mors immatura et à l’enterrement d’un enfant par ses parents, ce qui constituait un fait presque antinaturel pour la société romaine (uid. Néraudau, 1987, tout particulièrement les p. 200 et suiv., où il commente le sens du vers de Verg., A., 11,28 et la valeur de l’expression funus acerbum appliquée à la mort d’enfants à Rome ; uid. aussi notre article, «Otros ecos en la Eneida de Virgilio. La «evidencia» de los Carmina Latina Epigraphica», Helmantica, 44,1993, pp. 267-280).

9Nous signalerons d’autre part une utilisation que nous qualifierions de « rudimentaire » d’un type d’anaphore que nous appelons « phonétique » (en tout cas, c’est bien plus qu’une simple allitération) : la première aux 1.7-8, Haec bis sex annos uix bene transierat, où la prononciation /b/ de uix rend possible une répétition /bi/+/ks/ dans les deux hémistiches du pentamètre ; la deuxième dans les 1. 9-10, l’avant-dernier distique, qui commence par parci- ; l’avant-dernier hexamètre du poème, de plus, commence et se termine par la répétition par(cite)... par(entes). Outre ces anaphores, on trouve aussi de vraies allitérations, aussi bien vocaliques (la triple répétition i...e aux 1. 9-10 -tristes sine fine) que consonantiques, en particulier de r et de s, à partir de la 1.4 et jusqu’à la fin, et ce que l’on pourrait à la limite considérer comme une figura etymologica non stricto sensu (cf. F. Lázaro Carreter, Diccionario de términos filológicos, Madrid, 1981, p. 186) entre parcite et parcius (vers 8-9), l’ensemble produisant une sensation de répétition très proche de l’imprécation, de la «  prière », de la formule magique, qui constitue un des effets habituellement recherchés dans les inscriptions métriques funéraires dès les débuts mêmes de la tradition latine (Courtney, 1995, pp. 199-203, dans son commentaire sur CLE 1).

10D’autre part, nous ne manquerons pas d’indiquer le caractère dialogal du texte — le dialogue se trouve fondamentalement dans les deux distiques de la fin de l’inscription et s’établit entre la fille morte, qui s’adresse à ses parents pour leur demander d’arrêter de pleurer, et les parents qui, à leur tour, lui répondent que justement le monument que nous lisons est leur seule consolation —, que Mariner-Pita a déjà fait remarquer dans le premier article sur l’inscription qui nous occupe (p. 68) et que Hans Krummey a également, en particulier pour ce qui concerne ce type de textes métriques dialogaux, déjà étudié en profondeur dans son article «Das Grabgedicht für Carice im Museum von Urbino», Klio, 48,1967, pp. 107-157 (pp. 128-157). On peut souligner à ce sujet le caractère exceptionnel de ce texte : il s’agit d’un des rares poèmes qui présentent un dialogue entre des parents et leur fille, alors que le cas le plus fréquent (quinze poèmes sur les dix-huit recensés et commentés par Krummey) est le dialogue entre époux. Par ailleurs, quoique la fille s’adresse à ses parents en employant le pluriel et que ceux-ci lui répondent en utilisant aussi le pluriel, dans le praescriptum seule la mère « signe » la pierre.

11Pour ce qui est de la métrique, nous avons une construction en distiques élégiaques dont la seule particularité est la répétition d’un pentamètre et du sixième vers, avec un hiatus en temps fort et allongement (nondum emiserat). Nous avons là un poème qui contient cinq distiques ayant cinq hexamètres et six pentamètres ; un hexamètre « est en trop », ce qui, d’ailleurs, est une irrégularité relativement fréquente dans le monde des CLE — cf. le commentaire de Nicholas Horsfall dans son travail « CIL VI, 37956 = CLE 1988 (epitaph of Allia Potestas): A Commentary », ZPE, 61, 1985, pp. 251-272 — le vers « en trop » est haec bis sex annos vix bene transierat. Ajoutons encore qu’avec ce vers « qui est en trop », le poème est constitué de onze vers, qui correspondent à l’âge de la jeune morte (onze ans). Peut-être pourrait-on précisément expliquer la présence de ce vers « surnuméraire » par la valeur symbolique que lui confère la mère de l’enfant morte, les onze vers correspondant aux onze années de la jeune fille.

12Quant à l’aspect onomastique, il convient de faire quelques remarques à propos du nom de la mère, Servilla Praepusa. Nous pensons (comme Abascal, 1994, p. 221) qu’il ne s’agit pas d’une erreur (c’est ainsi que ce nom est expliqué dans les principales éditions antérieures à la nôtre et dans la thèse de J. Pera) au lieu de Servilla, ce qui n’exclut pas pour autant le fait que l’origine de ce prénom puisse remonter à une « fausse » lecture de Servilius, où peut-être le groupe -li aurait été compris comme un composé de consonne-l- plus semi-consonne y, ce qui aurait permis, du point de vue phonologique, une assimilation progressive totale, -li->-ll-,ce qui supposerait, en quelque sorte, un retour aux origines de cette série (Leuman, 1928, p. 126, «sonst ist postkons. idg.y zu silbischem ivokalisiert worden....alius osk. Allo, gr. ᾶλλoς... idg.* alyos») ; une deuxième hypothèse, également possible, se fonderait sur l’analogie : de même que le prénom féminin Tertulla vient de Tertia, on aurait pu former Servilla à partir de Servia, Servilia. Cette deuxième solution, fondée sur le processus analogique décrit, s’appuierait aussi sur le processus de palatalisation de la consonne sous l’influence de la première voyelle (comme dans uinea>uinia>cat. «vinya», fr. « vigne »), En Hispania, c’est le seul prénom attesté, alors que dans Kajanto, 1982, p. 170 (Solin-Salomies, 1994, p. 403 et encore Mócsy, 1983, p. 263) il est attesté comme cognomen féminin, en Campania et en Aquitaine. Comme le prouve Solin, 1982, pp. 906-907 pour Praepusa (= Prep), le nom de famille de l’auteur de la dédicace est d’origine grecque et, selon la documentation recueillie par Solin, 1982 (53 des cas dont il rendait compte en 1982, c’est-à-dire tous les individus ayant ce nom qui ont pu être identifiés, étaient des esclaves ou des esclaves affranchis) désignerait une esclave ou une esclave affranchie. Ce nom constitue, en outre, dans la version latine une hypercorrection à partir du grec Πρέπoυσα (Pape-Benseler, 1911, p. 1251) puisqu’on transcrit l’epsilon grec de départ par une diphtongue, ce qui est d’ailleurs superflu et n’a aucune importance du point de vue phonologique. De son côté, le prénom de la fille, Lesbia, est aussi d’origine grecque (Solin, 1982, pp. 585-586). Il a été documenté dans au moins une trentaine de cas, dont tous ceux qui ont pu être effectivement identifiés correspondent à des esclaves ou à des esclaves affranchies. Finalement, nous rappellerons que, dans le praescriptum, seulement le prénom de la mère apparaît, lorsque dans le texte (1. 9-10) on parle de tristes parentes.

13Du point de vue linguistique, il n’y a à commenter que le mot ille (1. 8), qu’on lit sur la pierre et que, pour le moment, nous ne pouvons expliquer que comme une erreur de celui qui a fait l’inscription : ille, au lieu de illa, sujet de la phrase suivante, qui a comme référence la morte. Nous ne voulons cependant pas écarter la possibilité que, sur cette inscription, il y ait eu non pas une erreur de l’auteur matériel de l’inscription, mais une erreur morphologique en vertu de laquelle la forme, normalement masculine du pronom déictique de la troisième personne, aurait été délibérément utilisée comme forme féminine. Il va sans dire que nous n’avons pas pu trouver de parallèle exact de ce possible usage ; néanmoins, cette idée nous est venue à l’esprit du fait que, justement, dans ce type de pronoms, la variété des formes, les confusions, les ultracorrections morphologiques, etc., sont si fréquentes que cette erreur ne serait pas du tout surprenante (cf. ThLL, s. v. ille, col. 340-341 et 363-364, et aussi Hofmann-Szantyr, 1965, pp. 10-12 et Leumann, 1928, pp. 281-285 et 470-481). Signalons, d’autre part, la possibilité que quae (vers 3) soit une erreur dans la minute pour quia (qui serait plus cohérent du point de vue syntaxique) et que sollicitare (vers 9) puisse fonctionner comme infinitif pro imperativo à cause du parallélisme qui pourrait être établi entre parcite et sollicitare à un même niveau syntaxique (cf. Bassols, 1976, pp. 362-363). Dans ce dernier cas, néanmoins, le plus courant serait de penser que parcite régirait un infinitif sous-entendu (tristes esse), puis, un deuxième infinitif sollicitare (comme le type CLE 468, 2, parce pios Manes sollicitare manu).

14Nous aurions voulu pouvoir défendre aussi, en l’introduisant dans l’édition même du texte, la lecture sepulsit à la 1.3, parce que nous pensons que c’est ce qui aurait pu être écrit sur la pierre : dans IRC II, 76 ils semblent suivre la même voie lorsqu’ils affirment : « le trait horizontal du dernier L est pratiquement inexistant. On lirait presque sepvlsit. » Nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec cette affirmation étant donné que sur la pierre le trait horizontal du L est bel et bien visible, mais on dirait un ajout postérieur au trait vertical et premier de la lettre. Cependant, nous n’avons trouvé aucun parallèle qui nous permette de le faire (ni au PHI, ni au CLCLTni au ThF) et qui autorise à penser qu’il s’agit d’une forme « irrégulière » du verbe sepulto, voire de sepultor (Ernout-Meillet, 19594, s. v. sepelio,... « dérivés tardifs sepultor »). Une autre explication possible du fait inhabituel consistant à répéter deux fois (dans la partie en prose, puis à la fin de la partie en vers) le désir que « la terre soit légère » à la morte serait peut-être que la l. 2 présente un autre type de formule qui nous permette de ne pas avoir à lire un l si difficile à justifier sur la pierre. Nous songeons, par exemple, à une formulation du type Servilla (hedera) Praepusa/filiae • suae • Lesbiae/a(nnorum) • XI • m(ensium)X • hic • sepul(ta) sit avec une ponctuation du type Servilla Praepusa filiae suae Lesbiae a(nnorum) XI m(ensium)X. Hic sepulta sit, et une interprétation comme celle qui semble être proposée par Ov., Her., 7, 92 et mihi concubitus fama sepulta foret-, Ov., Pont., 1, 5, 85, tunc cum mea fama sepulta est ou AUG. HIP., In Iohannis evangelium tractatus, 121,37, cum sola ejus sepulta sit caro. La traduction et le sens de cet en-tête devrait être plus ou moins « la mère dédie cette tombe et cette inscription à sa fille morte » et, à la fin du praescriptum, « souhaite » (à travers le subjonctif du verbe sum) « que ma fille demeure pour toujours ici enterrée », selon le modèle de ces textes épigraphiques qui prient le voyageur à pied de ne pas abîmer ce qu’il est en train de lire afin que le souvenir du défunt sur la terre puisse durer longtemps (v. g. les exemples proposés par CLE sous le numéro 16 : entre autres, rogo te, mi uiator, noli mi nocere, ou rogo per superos, qui estis, ossa mea tueatis ou, dans un autre sens, CLE 1964, 2 ou CLE 375, 2, securus + quiescere). Même si nous ne l’avons pas incorporée à l’édition du texte (prudence oblige), nous voudrions tout de même laisser ici la marque de cette hypothèse.

2. — (Pollentia). Musée de Majorque, Section monographique de Pollentia, numéro d’inventaire 4965

15L’inscription fut trouvée en 1933 dans les fouilles de la ville de Pollentia (l’actuelle Alcúdia) par J. Llabrés et R. Isasi dans un lot de terrain appelé Ca’n Tous. Nous n’avons pas de données sur un possible contexte archéologique qui puisse déterminer une chronologie de l’inscription.

16Il s’agit d’une pierre en marbre rosé bien polie qui apparut fragmentée en dix-huit parties, qui furent postérieurement réunies. La pierre mesure de nos jours 34 x 38 x 2 cm et les lettres, de 1 cm (1. 1) à 2 cm (reste des lignes) [de la ligne supérieure à la ligne inférieure]. Les lettres sont encadrées de deux lignes. L’inscription a une mise en page correcte quoique légèrement décalée sur la marge gauche et un peu plus encore sur la droite. La mise en page et le « layout » général du texte (surtout de l’exécution matérielle des lettres sur la pierre) dénotent une chronologie plutôt tardive et une certaine méconnaissance du métier. L’écriture est formée de lettres majuscules carrées quelque peu vacillantes, où l’on remarque tout particulièrement les traits en angle lorsqu’ils touchent la caisse d’écriture des A et des M, les A sans traverse centrale (il y a quelques A, les derniers des 1. 2 et 4, par exemple, dont le deuxième trait dépasse l’intersection avec le premier) ; P, à l’œil fermé et très petit par rapport au corps de la lettre ; les R, construits à partir de la forme de P (en revanche, à la 1. 9, le premier R a l’œil ouvert) ; les E aux traits horizontaux très inégalement incisés (à la 1. 2 ils sont très courts, alors que le premier de la 1. 3 n’a pratiquement pas de trait et à la 1. 7 les traits sont beaucoup plus longs...) ; les deux yeux du B ne s’entrecroisent pas avec le trait horizontal de la lettre au même endroit (il y a une certaine distance) ; les Q, dont l’appendice est orienté vers la partie inférieure de la caisse d’écriture par rapport à laquelle il forme un angle de 45o ; les G, qui rappellent les caractères italiques et dont la queue est ouverte vers la droite et orientée vers le bas ; les V, dont le premier trait penche nettement vers la gauche ; le chapeau du T, dont le trait horizontal est ondulé (à gauche ondulation inférieure, à droite ondulation supérieure). L’inscription présente des alternances d’interponctions tout à fait rondes et triangulaires dont le sommet est orienté vers la droite. Le texte se termine, après la dernière ligne, par deux hederae à feuille entière et à pédoncule inférieur et, au centre de la composition, par une représentation de la palme de la victoire.

17Faute de savoir s’il existe un réfèrent chronologique provenant des fouilles où fut trouvée la pierre (Veny indique qu’il n’y a pas de données à cet égard), compte tenu de la paléographie de l’inscription, de la facture chancelante des lettres et de la rime léonine de certains vers, ainsi que des particularités métriques de ses hexamètres quasi quantitatifs, nous inclinons à dater cette inscription du milieu du IIIe siècle ap. J.-C.

A. Mir, nouvelle publiée au Correo de Mallorca, 1934 (nous donnons la référence à partir de Veny, cité infra, parce que nous n’avons pu trouver un recueil complet du journal à cette époque); L. Rirer, nouvelle au Correo de Mallorca, 29 janvier 1936 ; L. Riber, Un celtíbero en Roma: Marco Valerio Marcial, Madrid, 1941, n. 1 (p. 58 et n. 1) ; J. Marín Bonachera, «Lápida romana de un atleta mallorquín», Saitabi, 5, 1947, pp. 163-166 (avec phot.) ; IHV, pp. 20, 204, 216 et numéro 4 (pp. 216-217, avec phot.) ; Zarker, 1938, 46 ; Mariner, 1960, pp. 317-319 ; ILER 5771; Haep 17-20, 2740 ; C. Veny, Corpus de las inscripciones Baleáricas hasta la dominación árabe, Madrid, 1965, n. 30 (pp. 52-55, avec pl. 12) ; Piernavieja, 1970, n. 18 (pp. 53-56) ; CIDER, n. 12 (pp. 75-74 et pp. 237-258) ; P. Cugusi, «Un tema présente nei Carmina Latina Epigraphica: la gloria raggiunta in uita», AFMC, 5.1,1981, pp. 5-20 (pp. 10,15) ; Gómez Pallares, 1995 a, p. 80 ; Thigpen, 1995, n. 46 (pp. 250-253) ; Hernández, 1998, n. 13.33 (§ 57, 71, 152, 273, 360 et 363).

D(is) • M(anibus) • Cor(nelii) • Atticí ẹ firmo signo
Pancrati • hic iacet infelix fato
deceptus iniquo • solitus •
assiduis durare membra
[5] palaestris • arte quoque si
gni sut populo placuitque
frequenter • qui terra fru
ge creatus et igne ac fumo
crematus • iam nihil existis
[10] nisi quod superfuit igni •
ossa atque cinis
iacent sub te
gmine saxi
(hedera) (palma) (hedera)

Hic iacet infelix fato deceptus iniquo
solitus assiduis durare membra palaestris,
Larte quoque signi sui populo placuitque frequenter.
Qui terra fruge creatus et igne ac fumo crematus,
[5] iam nihil existis nisi quod superfuit igni.
Ossa atque cinis iacent sub tegmine saxi.

18Les parallèles littéraires les plus significatifs de cette inscription ont déjà été soulignés de façon exhaustive par P. Piernavieja dans Cider, pp. 237-238 (les plus significatifs et ceux qui le sont moins puisque, par exemple, il n’est pas nécessaire de citer beaucoup de parallèles d’une expression comme fatum imquum, qui est très généralisée dans la poésie latine) : pour le vers 1, Ov., Fast. 4, 206, sic genitor fatis decipiendus erat ; pour le vers 2, Lucr., 5, 1360, atque opere in duro durarent membra manusque et tout particulièrement, Verg., G., 2, 531, corporaque agresti nudant praedura palaestra et A., 6, 642, pars in gramineis exercet membra palaestris; pour le vers 3, Ov., Met., 14,540-541, nec me patiente cremabit/ignis edax nemorum partes et membra meorum ; pour le vers 6, Ov., Met., 5,521, ossa cinisque iacent et aussi Verg., Buc, 1,1,... recubans sub tegmine fagi et G., 4,566,...cecini sub tegmine fagi. De leur côté, les parallèles épigraphiques pertinents pour notre texte sont : pour le vers 1, CLE 732,1, Hic iacet infelix proprio Cicerula nomen; CLE 373, 4, Hic ego nunc iaceo fatis compostus [i]niqu[is]; CLE 1205, 5, [hi] c iaceo infelix cinis; CLE 496,1, Hic iaceo infelix Zmyrna puella ; CLE 502 ,4, fato cito raptus iniquo; CLE 445, 6, fato maledicat iniquo ; CLE 448,4, fato dictante iniquo ; CLE 728,5, fatis decessit miquis ; CLE 1011, 1, fato crudelis iniquo, etc. Vers 1 et 5, CLE 1948, 1, Hic ego nunc iaceo Grattius infelix sub tegmine terrae.

19Du point de vue stylistique, le seul phénomène qui, à notre avis, mériterait un commentaire, c’est le fait que notre poète anonyme ait essayé d’établir, au v. 4, une rime qui coïncide avec la césure trochaïque du vers et avec la fin même du vers : « qui terra fruge creatus et igne ac fumo crematus». C’est le même système qui, par exemple, a été utilisé par Ov., Ars, 1, 59 («quot caelum stellas, tot habet tua Roma puellas ») et qui est encore plus fréquent — c’est peut-être ce que le poète a essayé de faire ici, quoique de façon beaucoup plus maladroite — dans les distiques que dans les vers κατἀ στíχov (par exemple, Ov., Am., 1, 9,1-2 ou TIB., 1,1, 1-2) Vid. aussi le vers 5 ; «iᾱm nǐhǐl ēxīstīs nǐsǐ quōd sūpērfŭǐt igni», même si la rime ici ne coïncide avec aucune césure possible. Il va sans dire que ce système qui, comme cela est bien connu, constitue un patrimoine productif de la poésie latine dès ses débuts (uid. Wills, 1996, pp. 414-418, « Parallel Halflines »), aura une importante répercussion à l’époque tardive (uid. — nous utilisons la traduction allemande — J. W. Halporn et M. Ostwald, Lateinische Metrik, Göttingen, 1983, pp. 50-53).

20Thigpen, 1995, p. 251, souligne aussi la tentative (pas très réussie, soit dit en passant) de former un poème qui commence et se termine par deux allusions au verbe iaceo (aux vers 2 et 12, iacet ett iacent).

21Quant à la métrique, nous ne sommes guère d’accord avec les appréciations de Veny et Mariner. Notre point de vue, en revanche, rejoint plutôt celui de Zarker. À notre avis, il s’agit d’un poème formé d’hexamètres dactyliques avec quelques petits problèmes (nous voulons dire « erreurs ») qui peuvent être parfaitement expliqués à partir de la chronologie que nous proposons pour l’inscription. Le premier vers est un hexamètre qui ne présente pas d’incorrections ; il a, en plus, des césures penthémimères et hepthémimères.

22Le deuxième vers, sŏlĭtŭs āssīdŭĭs dūrārĕ mēmbră pălaēstrīs, présente cette scansion, ce qui signifie que, pour que le vers puisse suivre le patron d’un hexamètre, il faudrait allonger de façon artificielle l’initiale de solitus et la finale de durare. Il aurait une césure penthémimère. Pour ce qui est du troisième vers, si on éliminait sui, le vers deviendrait un hexamètre correct et il faudrait seulement allonger la finale de quoque, en temps fort. Mariner qualifiait ce vers de pleinement accentuel et il se peut, en effet, qu’il y ait des interférences accentuelles, mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un hexamètre quantitatif assez correct. En ce qui concerne le quatrième vers, on y trouve un phénomène analogue à celui du troisième. Si l’on enlève le qui initial et qu’on y voit une abréviation arbitraire de la finale de fumo en syllabe atone et temps faible, on respecte presque à la perfection le schéma d’un hexamètre quantitatif : [qui] tērrā frūgĕ crĕātŭs ĕt ῑgne āc fūmō crĕmātūs. La rime interne est liée à la césure, mais dans ce cas-là ce serait avec la césure trochaïque. Dans ce vers, on a visé, en outre, les coïncidences entre syllabes toniques et temps forts, ce qui ne signifie pas pour autant que ce soit un vers pleinement accentuel. Cela montre plutôt les interférences auxquelles nous faisions allusion à propos du vers précédent. Par conséquent, plutôt que d’un hexamètre pleinement rythmique, peut-être faudrait-il parler d’un hexamètre appartenant à une époque de transition, qui évolue depuis les schémas métriques quantitatifs traditionnels jusqu’aux qualitatifs rythmiques, accentuels mais qui n’a pas encore abouti. Le cinquième vers est un autre hexamètre dont le seul « problème » est que la première syllabe de superfuit est longue alors qu’elle devrait être brève. Le sixième et dernier vers suivrait de même le modèle d’un hexamètre quantitatif avec deux interférences : le hiatus avec allongement final d’ossa et l’allongement en syllabe tonique de l’initiale de iacent.

23D’autre part, nous pensons que cette inscription est intéressante aussi du point de vue du contenu. Il s’agit, sans aucun doute, d’un texte à inscrire parmi ceux qui ont été rédigés comme hommage du public (cf. l’article de Paolo Cugusi, cité supra, pour un catalogue exhaustif de textes de ce genre) à un homme qui offrait un « divertissement » à l’amphithéâtre, en l’occurrence dans la lutte du pancrace. Nous ne croyons pas que le fait de savoir si la mort l’a frappé au combat ou pour d’autres causes soit important pour la compréhension du texte. Il semble que la plupart des chercheurs qui ont analysé dernièrement le texte (surtout l’article de Cugusi cité supra et le commentaire de Piernavieja dans CIDER) penche pour une mort qui ne serait pas directement liée au combat : CIDER cite CIL III, 14644, Amabili secutori / nat. Dacus pug. XIII,/fato deceptus/non ab homine, comme argument pour cette idée, mais le fait justement que sur notre inscription on ne dise pas explicitement qu’il ne fut pas tué par un homme — ce serait peut-être le meilleur moyen de sauver la gloire professionnelle de Cornélius Aticus — nous mènerait à penser que la lutte aurait pu être la cause de la mort ; toutefois, il n’y a pas, à notre avis, d’arguments solides dans un sens ou dans l’autre. Il est vrai, cependant, que la lutte appelée pancrace était particulièrement dure (cf. RE, vol. XVIII. 3, col. 619-623 et H. A. Harris, Sport in Greece and Rome, Londres, 1972, pp. 25-26), comme l’inscription même le laisse entrevoir lorsqu’elle parle de la préparation et de l’entraînement du lutteur au sens de durare membra palaestris (rappelons VERG., G. 2,531, corporaque agresti nudantpraedurapalaestra, déjà cité), et que les lésions graves devaient y être fréquentes (cf. Prop., 3,14, 8, et patitur duro uulnera pancratio).

24L’autre aspect polémique de l’inscription a été la valeur qu’il fallait attribuer au mot signum, aux 1. 1-2 (e firmo signo Pancrati) et aux 1. 5-6 (arte quoque signi sui). Il va sans dire que dans un contexte de violence physique comme celui que nous venons de décrire, il serait tentant d’assigner au mot le sens de « blessure » (par exemple, dans Ov,, Met., 12, 443-444, mihi uulnera fecit : signa uides! Apparet adhuc uetus inde cicatrix), mais quoique cette valeur convienne aux 1.1-2 (encore Ov., par exemple, à Rem., 623, uulnus in antiquum rediit male firma cicatrix) avec le sens de « blessure ou traces profondes de blessure », nous ne parvenons pas à en saisir le sens dans le contexte des 1. 5-6. C’est pour cela que nous préférons essayer de défendre l’idée déjà exposée par Mariner (IHV, p. 217), lorsqu’il affirmait : «He aquí una buena sugerencia, a partir de la cual, y pensando que Pancratius fuese el signum de Atico ...el verso es claro:"con el arte del pancracio (el apodo que llevaba) deleitó al público muchas veces".» Il nous semble que la seule signification du mot signum qui peut convenir aux deux contextes est celle de « surnom ». Si nous envisageons Pancrati us comme le nom du sport pratiqué par Cornélius Aticus et, en même temps, comme le sobriquet par lequel le sportif était connu, l’interprétation serait la suivante : pour les 1. 1-2 : « Aux Dieux Mânes de Cornelius Aticus, bien connu sous le surnom de "Le Pancrace" » (i. e., le spécialiste en pancrace)... et pour les 1.5-6 : « grâce aussi à l’exercice du surnom qu’il avait, il a plu au peuple bien des fois. » Cette valeur (signalée aussi par CIDER) est corroborée par une inscription citée par RE, vol. IIA2, s. v. singnum et qui n’est citée ni par IHV ni par CIDER : il s’agit de CIL VIII, 21333, M. Vlpi Hammoni iun(ioris), huic Baniura signum fuit, où le mot a très clairement la valeur de « sobriquet péjoratif », de « surnom » (cf. aussi, avec une valeur analogue, CIL VI, 18850 ; CIL X, 3796 et CIL XIII, 11205 : cf. OLD, s. v.).

25Pour ce qui est du nom de l’individu, il ne fait pas de difficulté. Son nomen (il n’est pas nécessaire d’aller plus loin) est le troisième le plus abondant en Híspanla, avec plus de 500 attestations (Abascal, 1994, pp. 116-125), tandis que son cognomen, Atticus, a aussi d’autres représentants, en particulier à Séville (CILA, Sevilla 261, etc.) mais aussi à Tarragone (CIL II, 4167 : uid. Abascal, 1994, p. 290 et Kajanto, 1982, pp. 45 et 203 ; aussi Onomasticon, 1994, p. 210). L’origine ethnique du nom n’est pas forcément liée à l’origine réelle du mort Quant au supenomen de l’individu (sur ce point nous coïncidons avec Thigpen, 1995, p. 252), Mócsy, 1983, outre celui-là, en atteste un en Retia (p. 213) et donne un Pancra tus (p. 214), de la Gallia Lugdunensis, utilisés toutefois comme nomina pro cognomine, et non comme sobriquets. En fait, nous n’avons trouvé aucun parallèle de Pancratius dans le domaine de la lutte avec la même valeur que celle que nous avons dans notre inscription.

3. — Tarragone (Tarraco). MNAT, numéro d’inventaire 7507

26Il s’agit d’un sarcophage à facture très simple, fait de pierre calcaire locale, repiquée sur toute sa surface. Il mesure 64 x 200 x 57 cm. Les angles sont très détériorés et il y manque le couvercle. Il fut trouvé par hasard en 1913 à la Quinta San Rafael (actuellement le Parc de la Ciutat), sur le côté droit de l’ancienne route nationale II qui mène au sud, au bord du Francolí, par les frères Maria et Rafael Puig i Valls. À cet endroit il se trouve une grande quantité de tombes (pour une information complète, Ted’A, Els enterrements del Parc de la Ciutat i la problemàtica funerària de Tàrraro, Tarragone, 1987). Le texte est inscrit dans un champ épigraphique profondément incisé dans la pierre, de 47 x 71 cm, sur ce qui devait être la partie centrale du devant du sarcophage. Les deux dernières lignes du texte furent écrites en dehors de ce champ. Les lettres mesurent de 4 (1. 1-3) à 2,5 cm (1. 9) et tout l’ensemble respire un manque d’adresse et d’habileté considérable. Du point de vue paléographique, il faut signaler le peu de soin qu’il y a dans la construction des lettres et le déséquilibre et la variété des formes : les A, sans trait horizontal et avec le deuxième trait vertical se détachant du point d’intersection avec le premier ; les L présentent un deuxième trait pratiquement inexistant ainsi que les T qui manquent de trait horizontal supérieur (en fait, sur cette inscription, I, T et L sont pratiquement interchangeables) ; certains M (cf., par exemple, le M de simul à la 1.5) sont formés à partir de l’union de deux A ; l’œil des R n’est pas fermé sur le premier trait vertical ; certains D (en particulier aux 1.2-3) présentent un trait oblique qui rappelle l’écriture des actuaires.

27Par la forme et la typologie du sarcophage qui contient l’inscription, par la paléographie de l’inscription elle-même, par les graves problèmes de métrique qu’elle présente (uid. infra), il faut dater cette inscription d’une époque assez tardive, probablement le IVe siècle ap. J.-C.

A. del Arco, «Hallazgo de un sarcófago romano», Diario de Tarragona, 28, décembre 1913 (= Butlletí Arqueològic, època 2, numéro 1, 1914, pp. 67-68) ; F. Fita, «Lapida ibérica de Cabanes y romanas de Almenara, Villareal y Tarragona», BRAH, 64, 1914, pp. 193-202 (pp. 199-202, avec phot.) ; J. Puig i Cadafalch, «Troballes noves a Tarragona», AIEC 5, 1913-1914, pp. 864-866 (avec phot. à la p. 865) ; CLE 2180 ; I. F. C. Brakman, «Ad Carmina Latina Epigraphica», Mnemosyne,58, 1930, p. 334 ; H. Armini «Ad carminum epigraphicorum tertium uolumen adnotatiunculae», Eranos, 34, 1936, p. 1383 IHV, pp. 100, 102, 178 ; RIT 901 (avec images CXXXIII, 3 et CXXXIV, 2) ; Gil, 1982, p. 363 ; Ted’A, Els enterraments del Parc de la Ciutat i la problemàtica funerària de Tàrraco, Tarragone, 1987, pp. 26-27 (avec phot., fig. 3) ; Gómez Pallares, 1995a, p. 81 ; Thigpen, 1995, n. 28 (pp. 149-152, avec phot complémentaire) ; Hernández, 1998, n. 14.25 (§ 65, 100, 111 et 114).

D M
Aurel(iae) Paulina^e filiae o cru
dele funus qui nunc attigit
mihi{i} renouatus o dolor dolu
[5] eram fratri simulq(ue) [so]rori nu
nc lugeo fi^lia(m) pariterq(ue) sang(uine)m e
sto iam placide posita Lethes in
morte quiesce iunctaq(ue) tumulo
fratri simulq(ue) sorori uixit an(nis) XX m(ensibus/-e ?)
[10] d(iebus) XVII Aur(elia) Pu^rpuris m^ater filiae dul
ciss(imae) et pientiss(imae) fec(it) Qu[---]
[------]

O crudele funus, qui nunc attigit mihi renouatus!
O dolor! Dolueram fratri simulque sorori.
Nunc lugeo filiam pariterque sanguinem. Esto
iam placide posita Lethes in morte, quiesce
[5] iunctaque tumulo fratri simulque sorori.

r. 4 : mihi{i}] mihi e(st) Fita, 1904, CLE 2180.
rr. 6-7 : filia, pariterq. sane comes e/o
Fita, 1914, CLE 2180 ; filia pariterq(ue) sancta. E/sto RIT 901.
r. 8 : morte quiesce(t)
Gil, 1982.
r. 10 : XVI
Fita, 1914 ; P. Avr, Pvris, Fita, 1914.
r. 11 :
Fecervnt, Fita, 1914.
rr. 10-11 :
om. CLE 2180.

28Les parallèles épigraphiques et littéraires que nous pourrons fournir pour cette inscription dépendront, plus que pour d’autres figurant dans cette étude, de la compréhension correcte du texte et de sa métrique plutôt que de lieux communs particulièrement proches. À cet égard, les parallèles épigraphiques les plus significatifs peuvent être CLE 163,1 (pour le verbe doleo + datif des 1.4-5) ; CLE 1403, 11 ; CLE 55-6,4 et CLE 565, 1, qui présentent un début d’hexamètre semblable à notre v. 2 ; CLE 737,10, in pace quiesce, comme parallèle, pour le v. 4, de fin d’hexamètre dactylique (même si la coupure syntaxique que nous proposons pour cet hexamètre n’est pas la même que celle que présente CLE 737) : CLE 769, 12, comme exemple de lugeo + accusatif (pour justifier le déroulement d’une abréviation de filia ; à la 1.6, en accusatif ; cf. OLD, s. v. lugeo, 2) et CLE 1413,14 et 535,3, comme parallèles de la 1. 8, iuncta tumulo. En même temps, le parallèle littéraire le plus saillant pour notre texte (LUCR., 4,1236, sanguine maesti, qu’on peut mettre en rapport avec le déroulement des 1. 6-7), qui a été observé par GIL, 1982 et que nous avons pu corroborer sans aucune difficulté en analysant la pierre, permet, en outre, de proposer une lecture avec une fin d’hexamètre dactylique qui n’est pas rare dans le contexte de la mort d’une fille. Cf. aussi Ov., Met., 14, 210, ...stabam sine sanguine maestus.

29Pour ce qui est du contenu de l’inscription, tous les éditeurs n’ont pas ponctué diacritiquement le texte de la même manière ni lu la même chose sur la pierre. Il faut donc que nous expliquions brièvement notre lecture (supra). Il s’agit d’une inscription qui correspondrait au type que Lommatzsch a appelé commatica, qui n’est ni en prose ni en vers, mais plutôt un mélange des deux. Dans notre présentation du texte (dans la partie consacrée à l’édition), nous avons bien voulu montrer graphiquement que nous ne sommes pas du tout d’accord avec ce genre de division. Ce que nous avons ici, c’est une inscription avec un début en prose, suivi de quatre vers qui tentent — sans y réussir pour autant, il faut le dire — de marquer un rythme quantitatif dactylique et qui y parviennent seulement au début des quatre vers et à la fin, surtout, des vers 3-4 (tonique + deux atones + tonique + atone, c’est-à-dire que nous avons un essai de métrique dactylique avec de claires interférences accentuelles) ; la partie finale de l’inscription reprend la prose pour donner l’information précise sur le tumulus et les données biométriques de la morte ainsi que le nom de celle qui adresse la dédicace. Comme on peut le voir, nous avons là un schéma qui n’est pas du tout rare dans une inscription funéraire métrique latine.

30En ce qui concerne le contenu en rapport avec la ponctuation, nous voulons raconter l’» histoire » de l’évolution que nous proposons : notre divergence principale par rapport à RIT 901 provenait du fait que nous pensions que le verbe lugeo (1. 6) régit filia(m) et que dans la même phrase nous ne lisions pas sancta mais plutôt sang(uine) mesto (au lieu de maesto : d’où le parallèle, cité supra, avec Lucr., 4,1236 et Ov, Met., 14, 210). Par conséquent, dans la phrase suivante, nous n’étions pas du tout obligés de voir un impératif de sum, mais au contraire nous croyions que la forme verbale était posita (est). Notre proposition découlait de celle de Gil, 1982, mais elle n’était pas tout à fait en accord avec celle du professeur de Séville. En effet, dans sa présentation du texte (il n’offre pas de traduction qui jette un peu de lumière sur ce point), nous pensons qu’il y a une première phrase, nunc lugeo filiam, dont dépend une subordonnée relative, pariter que (au lieu de quae) sanguine mesto (ce dernier élément étant peut-être un ablatif de qualité ; ce n’est là qu’une simple hypothèse de notre part) iam placide posita (participe accordé avec quae), Lethes in morte quiesce(t). Nos principales divergences étaient évidentes : nous envisagions le v. 3 comme une unité de sens, qui se terminait par mesto. Nous pensions que posita (est) était le verbe du v. 4 et nous ne surinterprétions pas l’inscription en ajoutant un -t à quiesce — ce serait différent de le faire avec un accusatif singulier, phénomène très fréquent dans les inscriptions ; les formes verbales n’ont cependant pas cette même nature d’abréviations, sauf dans le cas des formulaires et, en conséquence, ne « perdent » pas si aisément un -t ; nous le concevions, au contraire, comme un impératif présent lié à la phrase suivante : quiesce iunctaque tumulo. Selon cette interprétation, Lethes constituait un génitif singulier complètement régulier de Lethe,-es (in morte Lethes).

31Or, cette première proposition que nous faisions (et qui ne correspond pas à celle que le lecteur attentif aura lue dans l’édition avec la ponctuation diacritique supra) se heurtait à deux graves problèmes : primo, qu’est-ce que la conjonction enclitique du vers 3 coordonne ? Un accusatif filiam avec un ablatif sanguine ? Secundo, je n’ai pas été capable de trouver un parallèle pour une iunctura du type sanguine mesto, même s’il y a des exemples de phrases semblables, outre celui de Lucr. (V. g., Ov., Ars, 3, 743, corpora maesto, ou Met., 5, 396, territa maesto ; ou Stat., Theb., 4,604 ou 605, 602), même Stat., à Theb., 3, 687, présente un syntagme prépositionnel comme maesto sine coniuge, coniux pourrait parfaitement être remplacé par sanguis, avec une valeur de « rapport de parenté » (dans le cas de Stace, le conjoint ; dans celui de l’inscription qui nous occupe, peut-être une autre fille, avec le sens : « (la mère) maintenant je pleure ma fille et je le fais avec une autre de mes filles — ou un autre de mes fils »). Une solution possible serait celle que RIT a signalée et que nous avons choisie pour le moment : la mère, au v. 3, pleure sa fille qui est, en même temps, son sang et après une pause s’adresse directement à elle en utilisant deux impératifs en parallèle, esto et quiesce. Au demeurant, de toutes les possibilités, c’est celle qui pose le moins de problèmes et celle que nous adoptons finalement, ce qui ne signifie pas pour autant (comme le savent bien ceux qui se consacrent à la critique textuelle) que ce soit la meilleure solution. Même au risque de rendre un peu pénible la lecture de ce commentaire, il nous a semblé nécessaire de préciser toutes les possibilités et de choisir celle qui nous semble la plus raisonnable en fonction de l’inscription et des parallèles que nous en connaissons.

32Du point de vue stylistique, nous n’osons « souligner » que certains aspects : les répétitions d’interjection au début des vers 1 et 2, la (quasi-)figure étymologique que forme la répétition de dolor dolueram au v. 2 (même si les deux mots ne font pas partie de la même structure syntaxique) ; le jeu anaphorique avec adverbe + conjonction copulative enclitique -que ; les répétitions de fratri simulque sorori et l’anastrophe (si nous avons bien compris le texte) de Lethes in morte. Pour ce qui est de la métrique, nous ne signalerons que ce que nous avons déjà dit : il s’agit d’un essai de combiner quelques périodes métriques hexamétriques de début et de fin de vers avec un rythme dactylique.

33En ce qui concerne l’onomastique, nous trouvons le nom de la fille Aurelia Paulina et celui de la mère Aurelia Purpuris. Le nom de famille est très fréquent dans la Péninsule (Abascal, 1994, pp. 90-92) et il existe de nombreux témoignages féminins attestés à Tarragone même ou des zones proches (e. g., RIT 608 ; AE, 1986, 460 ; RIT 516, etc.). Le nom de la fille apparaît en Hispania quatre fois, celle-là mise à part (Abascal, 1994, p. 451, avec une forte dispersion géographique) et parfois aussi sous la forme Paullina (Abascal, 1994, p. 452). Purpuris constitue un exemplaire unique à la Péninsule (Abascal, 1994, p. 474). RIT 901, à l’instar de Kajanto, 1982, p. 230, défend l’idée que le nom de la mère pourrait provenir du grec Porphyris. Tel qu’on le trouve à Tarragone, le nom n’est pas documenté par Solin, 1982 alors que Solin-Salomies, 1994, p. 387 et Mócsy, 1983, p. 236 ne fournissent que ce témoignage de Tarragone. Kajanto, 1982, p. 230, ne présente certes aucun Purpuris, mais, en parlant de la famille de noms Purpureo, Purpurio ou Purpurins, il indique la possibilité que leur existence soit liée au grec Πoρφυρíωv, Πoρφύριoς (cf. aussi Schulze, 1904, pp. 209, 311, n. 7 et 367, qui présente deux possibilités : ou bien origine liée à l’étrusque purpura, ou bien à purpur). Solin, 1982, pp. 695-696, fournit quant à lui certains parallèles pour soutenir l’idée de RIT, mais tous ces chercheurs transcrivent en latin (il existe certains parallèles écrits directement en grec) Porph- ou Porf-. Le principal obstacle à l’idée de RIT nous semble être que, du point de vue phonétique, il est compliqué de faire dériver Purpu- de Porphy (<Πoρφύ-), non que certaines aspirées grecques ne puissent en venir à être transcrites comme occlusives labiales sourdes, ou que le u grec ne puisse être transcrit par l’a latin et pas par l’y (nous trouverions des exemples des deux cas), mais à cause de la combinaison de tout cela avec la fermeture en syllabe initiale prétonique de-0- en En fait (Solin, 1982), tous les noms provenant de Πoρφύρα conservent l’omicron initial grec lors de leur transcription en latin. Il est très probable, pourtant, que RIT a raison, simplement parce que, en dépit du fait que le mot source de tous les dérivés, purpura, provient du grec Πoρφύρα (cf. Ernout-Meillet,19594, p. 546), lorsqu’il est adapté au latin, il est «  traité comme un mot purement latin », ce qui expliquerait les particularités de sa morphologie : dans la langue, il ne reçoit pas le traitement propre à un mot susceptible d’être adapté et transcrit en toutes circonstances du grec au latin, mais plutôt celui propre à un mot vraiment latin. C’est pour cela que l’obstacle phonétique auquel nous faisions allusion n’a aucune raison d’être, puisque la dérivation du nom de la dame en question ne se réalise pas à partir du grec Πoρφύ - mais à partir du latin Purpu-.

34Du point de vue linguistique, nous signalerons la présence de doleo + datif (commentaire à IHV, p. 100 ; cf. aussi Hofmann-Szantyr, 1972, p. 89) ; lugeo + accusatif (Hokmann-Szantyr, 1972, p. 358, même si la construction la plus courante devrait être une construction de verbe de sentiment + accusatif : OLD, s. v., 2.b.) et l’accumulation de datifs aux 1. 8-9 (iunctaque tumulo fratri simulque sorori : IHV, p. 102).

4. [?] — Tarragone (Tarraco). Inscription perdue

35Il s’agit d’une inscription qui fut trouvée tout près de la cathédrale de Tarragone, à un carrefour (l’endroit n’est pas précisé davantage). Nous ignorons quand elle fut trouvée et quelles en étaient les caractéristiques. Pour cette raison, à cause aussi des problèmes que soulève l’explication de l’anthroponyme qu’on y trouve et du caractère atemporel et sans doute peu original des vers qui composent le texte, nous avons décidé de mettre un point d’interrogation à côté du numéro dans cet article, pour bien montrer que nous ne sommes guère certains de son authenticité.

36Pour ce qui est de la datation, nous ne disposons que de peu de données. Comme il a été signalé par RIT 636, au cas où il s’agirait d’une inscription faite à Tarraco, la présence de la formule initiale suggère que le texte pourrait être daté entre les IIe et IIIe siècles ap. J.-C.

CIL II, 6130 (uid. CIL VI, 23942) ; EE 4, 29 ; Cholodniak, 19042, 1067 (et 1114) ; ILS 8160 ; Engström, 1912, 86 ; IHV, p. 149 et n. 1 ; S. Mariner, «Il problema degli epitaffi ripetuti e le sue derivazioni», Atti del Terzo Congresso Internazionak di Epigrafía Greca e Latina, Rome, 1957, pp. 207-211 (pp. 210-211) ; RIT 636 ; Gómez Pallares, 1995a, p. 82 ; Hernández, 1998, n. 14. 17 (§ 50).

D(is M(anibus)
Sexti • Perpennae Firmi
uixi • quem • ad • modum • uolui
quare • mortuus • sum • nescio

Vixi quem ad modum uolui, Quare mortuus sum, nescio.

37Cette inscription présente de façon synthétique une autre sentence, au sens le plus plein et actuel du terme, « lapidaire », qui s’adapte tout particulièrement au contexte, aux racines du système d’expression épigraphique et au mètre qui y est utilisé. Pour ce qui est des parallèles littéraires, cf. Petr., 138,8. Quant aux parallèles épigraphiques, CLE 991,1, uixi quod uolui semper bene pauper honeste (aussi CLE 992,1).

38Du point de vue stylistique, nous soulignerons de nouveau la synthèse de pensée fournie par l’asyndète de quatre formes verbales dans un seul vers, ainsi que le fait que le mort parle à la première personne pour renforcer ce que le message véhicule. L’aspect le plus remarquable du texte, en tout état de cause, c’est le fait qu’il en existe une copie exacte trouvée à Rome (= CIL VI, 23942 et Cholodniak, 19042, 1114), qui coïncide même pour le nom de la personne à qui la dédicace est adressée. Comment peut-on expliquer cette convergence ? Nous pourrions penser peut-être qu’une des deux inscriptions serait celle qui accompagnait la dépouille de Sextus Perpenna Firmus, alors que l’autre serait un cénotaphe qu’un parent, une des connaissances du mort, etc. aurait fait élever. Mais entre les deux inscriptions, laquelle correspondrait au tombeau et laquelle au cénotaphe ? Il nous semble qu’à cet égard l’argument onomastique n’est pas à négliger. D’après le nom qui apparaît dans les deux inscriptions, Perpenna, nous devrions plutôt penser qu’il est question d’un mort à Rome, qui y est enterré et dont les contacts avec Tarragone pourraient expliquer qu’on y trouve un cénotaphe. Son nom de famille, par ailleurs, n’est connu en Híspanla qu’à travers cette inscription (Abascal, 1994, p. 196), tandis qu’il existe une Perpena Valeriana (sans redoublement de consonne dans le nom) à Italica (Hep. 1,564). Mais Schulze, 1904, p. 88, indique que l’origine du nom Perpenna (ou Perpena, avec simplification de la consonne double) remonte à Perpena (avec une dissimilation des deux-r-). Ce nom de famille est bien attesté à Rome de vieille date (par exemple, un consul déjà en 130 av. J.-C.) et il est très répandu en Etrurie. Mais, si l’équation qui s’établit ici d’après Schulze, 1904, c’est Perpenna < Perpena, il faut dire que celui-ci est un nomen (cf. Abascal, 1994, p. 196 et RIT 421, 422 et 464) assez connu en Tarragonaise (on le trouve à Tarraco, à Empúries et à Barcelone) et en Bétique (Cabra, Cordoue) et qui apparaît dans des chronologies et à des endroits plus proches de notre inscription que ceux, plus lointains, d’Italica ou d’Étrurie. Nous ne croyons pas, par ailleurs, que le fait que le nom du défunt, Firmus, soit plus fréquent dans la péninsule Italique que dans la péninsule Ibérique (Mócsy, 1983, p. 127) puisse faire pencher la balance, du moment que les chiffres (106 contre 35) autorisent n’importe laquelle des deux hypothèses. Nous ne croyons pas non plus que l’existence de la copie puisse être expliquée par l’originalité du vers qui aurait fait que quelqu’un ait copié l’inscription à un endroit et transporté le texte à l’autre endroit pour le faire connaître. Par conséquent, bien qu’il n’y ait pas d’arguments définitifs pour prendre parti, l’hypothèse finale la plus vraisemblable (si nous en croyons l’évolution phonétique du nom, Perpenna<Perpena), serait que notre Perpenna proviendrait de la Tarragonaise, qu’il serait mort et aurait été enterré, avec cette inscription, à Tarragone, mais qu’il aurait entretenu des rapports assez étroits avec Rome (peut-être des rapports familiaux) pour qu’un cénotaphe ait été élevé, qui reproduirait son inscription funéraire de Tarraco. Cette hypothèse serait seulement valable, nous le signalons encore une fois, à la condition que ce Perpenna, unique en Híspanla, puisse être rattaché au nom de Perpena, bien documenté en Tarragonaise. Deuxième possibilité : peut-être pourrait-on combiner cette idée avec l’hypothèse, qui concorde avec l’origine proposée pour Perpenna, que cet individu serait mort à Rome en arrivant de Tarraco. Donc, à Rome on trouverait le tombeau avec une inscription, tandis qu’à Tarragone on trouverait une copie de l’inscription « romaine » parce que le défunt était originaire de cette localité.

39L’autre aspect particulièrement intéressant de cette inscription, c’est celui du mètre. Bücheler n’inclut pas cette inscription dans son catalogue (nous en ignorons les raisons) ; Hübner a suggéré la possibilité que celui qui écrivit l’inscription aurait fait un vers qui « se serait perdu » dans l’acte de la transmission d’une inscription de nos jours perdue ; Cholodniak, 19042 pensait qu’il s’agissait de dimètres iambiques, alors qu’Engström souligne que le vers pourrait être un septénaire trochaïque en dépit du problème des hiatus, qui fait qu’il ne s’adapte pas tout à fait à ce mètre. La solution à ce problème (de même qu’à beaucoup d’autres) fut probablement apportée par S. Mariner (IHV, p. 149 et n, 1), qui écrivit :

Puede constituir un septenario trocaico acentuativo, metro que cuadra mejor con su carácter» [celui du texte, bien entendu] : «uíxi quém ad módúm uólui: quáre mórtuus súm nescio. Siendo acentuativo se explica bien la no elisión de quem ante ad así como la tendencia a prescindir del cómputo de la u en hiato (uoluit mortuus). La única dificultad está en nescio cuya sílaba tónica está en el lugar de las átonas, i es también semiconsonantizada y ocupa el lugar de las tónicas la sílaba o. Mas como esta sílaba lleva el acento secundario, no es de extrañar esta colocacion, la cual, a su vez, pudo haber determinado las anteriores. Así, la i de nescio sería no computada, como la u en uolui y mortuus, con lo que ne queda al lado de scio y se toma por átona, pues no puede haber dos acentos seguidos; quizá la conciencia de que se trataba de un preverbio pudo contribuir a este empleo fuera del ictus.

40On pourrait éventuellement reconnaître le septénaire trochaïque identifié par Mariner si quem ad modum pouvait être dactylique, ce dont nous n’avons aucune preuve ; en revanche, sa nature accentuelle est beaucoup plus difficile à admettre.

5. — Sagunt (Saguntum). Musée Archéologique de Sagunt, numéro d’inventaire 5146-5936

41Nous avons là une inscription connue depuis le début du XVIe siècle, qui fut localisée dans une maison de la rue Castell, dont on cite différents propriétaires. Il s’agit d’un bloc de pierre locale d’une couleur foncée (pierre de Sagunt) sans aucun type de moulure et qui mesure 23 x 40 x 16 cm. Les 1. 1 et 2 présentent des lettres de 4 et 3,5 cm, respectivement ; les 1. 3-5, de 1,5cm et la 1. 6 de 1,3 cm. Sur la marge droite, à côté de la 1. 2, il y a un numéral incisé qui est moderne (XXI) et qui correspond à un numéro d’inventaire de l’époque où la pièce était conservée au théâtre de la ville. L’écriture est composée de majuscules carrées très équilibrées et bien exécutées ; on y remarque tout spécialement les O, faits avec un compas ; les M, avec deux arcs très ouverts ; les pieds des F, particulièrement puissants ; les P, de leur côté, ont l’œil ouvert et on dirait que les R sont formés à partir des P ; la queue du G monte presque en angle droit par rapport à la caisse d’écriture ; les V ont tendance à se déplacer vers la gauche, aux yeux du lecteur ; à la 1. 5, -nt de rapuerunt est écrit sur la marge droite sous la caisse d’écriture de la ligne. L’inscription présente aussi des interponctions triangulaires dont le sommet est penché vers la droite (aux yeux du spectateur). Par ailleurs, la mise en page du texte à l’intérieur de son champ épigraphique est particulièrement soignée. En effet, la 1. 2 est centrée par rapport à la 1. 1 et le poème (1. 3-6) distingue les pentamètres des hexamètres avec des alinéas.

42En s’appuyant sur la forme de la plaque, sans moulures, sur la paléographie des lettres employées, sur l’absence de la formule Dis Manibus, sur le nom au cas nominatif de celui à qui on rend hommage et sur les particularités phonétiques commentées infra, on pourrait peut-être dater ce texte dans la première moitié du Ier siècle ap. J.-C., c’est-à-dire plus près du I er siècle av. J.-C. que du Ier siècle ap. J.-C. (en tout cas, peut-être après la mort d’Ovide car la formule futura uiri rappelle peut-être dans ce poème le futura uiro d’Ov., Her., 16, 370.

CIL II, 3871 et p. 967 (avec bibliographie antérieure) ; CLE 978 ; Cholodniak, 19042, 733 ; Sanchis, 1920b, 252 ; IHV, pp. 5, 6, 28, 56 et n. 9, 88, 126,164, 171 et 196 ; ILER 5773 ; Beltrán, 1980, 83 (avec pl. XXXI) ; AE, 1987, 716 ;J. Corell, «El epitafio poético en honor de M. Acilius Fontanus (Sagunto, Valencia) », Faventia, 9(1), 1987, pp. 97-109 (image à la p. 98) [avec bibliographie antérieure] ; H. Devijver, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, I-IV, Leuven, 1976-1987, suppl. I, pp. 1409-1410 ; G. Alföldy, «Ein Corpus der römischen Inschriften aus Saguntum und Umgebung. F. Beltrán Lloris, Epigrafía latina de Sagunto y su territorio », AEspA, 54, 1981, p. 125 ; Gómez Pallarès,1995a, p. 84 ; Gómez Pallares,1995b, p. 156 ; CIL II2/14, 347 (avec pl., tab. 9, fig, 4) [avec bibliographie antérieure] ; Thigpen, 1995, n. 22 (pp. 124-127) ; Hernández, 1998, n. 14. 7 (§ 40-42,161 et 277).

M(arcus) • Acilius • L(uci) • f(ilius) •
Fontanus •
eripuit • noḅeis • unde • uicensumus • annus
ingressum • iuenem • militiam • cupide
[5] Parcae • falluntur • Fontanum quae • rapuerunt
cum • sit • perpetuo • fama • futura • uiri

Eripuit nobeis undeuicensumus annus
ingressum iuenem militiam cupide
Parcae falluntur, Fontanum quae rapuerunt,
cum sit perpetuo fama futura uiri.

r. 3 ; iu(u)enem Cholodniak, 19042, 733, CIL II2/14, 347 ; iu<u>uenem Beltrán, 1980, 83// uicensimus CIL II2/14, 347.
r. 4 : cnpide Cholodniak, 19042, 733.
r. 5 : fallantur Corell, 1987 // Pontanum Cholodniak, 19042, 733 // rapue[ru]nt CIL II, 3871, Cholodniak, 19042, 733 : rapu[erunt] ILER 5773 ; rapuer[u]nt Corell, 1987.

43Les parallèles épigraphiques les plus intéressants, déjà commentés par Corell, 1987 et Thigpen, 1995, pp. 125-127, tournent autour de plusieurs thèmes : le thème de la mort comme « ravisseuse » et du moment où elle nous visite, dans ce cas-là annus, comme sujets de cette action ; le thème des Parques comme protagonistes de cette action : Beltrán, 1980 et Corell, 1987 insistent sur le caractère insolite de ce qui est dit aux vers 3-4, mais pour notre part, nous ne croyons pas que cela soit si insolite ; pour ce qui est des Parques, certes, nous n’en connaissons aucune autre mention en Hispania, mais cela n’est dû qu’au hasard des trouvailles, qui pour le moment ne nous en a pas fait découvrir une autre ; il suffit de regarder les concordances, s. v. — ainsi que Thigpen, 1995, p. 126 —, pour se rendre compte que l’allusion aux Parques dans l’épigraphie métrique funéraire est très fréquente dans le monde romain ; en particulier CLE 537, 1, présente une structure parallèle à celle de l’inscription qui nous occupe — Parcae te miseris rapuere parent(ibus) urna... —; et finalement le thème de la jeunesse fougueuse et ardente, toujours disposée à se lancer avec impétuosité dans n’importe quelle activité ; en ce qui concerne ce dernier thème, il faut noter la moquerie adressée aux Parques car, justement, ce qui s’est conservé et que nous pouvons lire (c’est-à-dire l’inscription funéraire) a permis l’immortalité du défunt (Corell, 1987, p. 105 et n. 31, qui cite l’important travail de H. Häusle, Das Denkmal als Garant des Nachruhms, Munich, 1980), et constitue aussi un thème récurrent non seulement de l’épigraphie métrique (aux parallèles fournis par Corell, 1987, p. 105, nous pourrions ajouter CLE, 1975 et beaucoup d’autres — Thigpen, 1995, p. 127 — qui parlent aussi du thème de la renommée de son vivant qui, après, lorsque la mort arrive, accompagne encore le défunt : P. Cugusi, «Un tema presente nei CLE : la gloria raggiunta in vita», AFLC, 5(1), 1981, pp. 5-20 ; aussi le CLE d’Hippo Regius, Africa Proconsularis, transmis par Possidius dans sa Vita Augustini, 31, Viuere post obitum uatem uis nosse, uiator?/Quod legis, ecce loquar: uox tua nempe mea est: D. Pikhaus, Répertoire des inscriptions latines versifiées de l’Afrique Romaine (1er - VIe siècles), I : Tripolitaine, Byzacène, Afrique Proconsulaire, Bruxelles, 1994, n. A 210, p. 114 ; et aussi CLE 922, 2, …fama perennis est et AE, 1992, 942b (Hep 5, 1068), uincitur hic fatus/saluum sub Tartara/nomem [sic] hic sedis hic terra/hic tibi eterna domus), mais aussi de la poésie en général : les grands poètes réputés réclament, maintes fois, dans leurs écrits la gloire et la célébrité et cherchent à les obtenir de leur vivant, mais surtout à les perpétuer à travers la lecture de leurs écrits, après leur mort physique. C’est à cet égard que l’on peut qualifier de paradigmatique le discours d’Horace sur ce même thème, lorsqu’il place à des endroits-clés des livres I-III de ses Carmina des poèmes qui ont une incidence très directe sur sa recherche de prestige comme poète lyrique (1,1), sur le fait que la lecture de ses poèmes constitue pour lui un premier pas vers l’immortalité (même de son vivant) [à II, 20 en combinaison avec II, 19] et enfin sur le fait que, une fois terminée, son œuvre sera aussi positive et effective que le plus puissant des monuments funéraires (les pyramides égyptiennes) pour lui permettre d’accéder à l’immortalité définitive (III, 30) [Ovide, Tr., 1,1 ; 3,3 et 4,10, cherche à transmettre un message assez semblable à celui d’Horace ; auparavant, Catulle avait exprimé les mêmes sentiments, dans Cat. 1, etc.]. Bref, la formulation de ce poème de Sagunt est particulièrement intéressante dans le cadre épigraphique par la combinaison d’idées qu’elle présente, mais même à l’intérieur de ce cadre (et encore plus, dans celui de la poésie savante) elle aborde des thèmes très fréquents dans ce genre de contexte.

44Ce poème est également intéressant par son style et sa construction. L’auteur anonyme y utilise la technique du distique unique, mais il le fait à travers la construction de deux distiques (cf. M. Lausberg, Das Einzeldistichon. Studien zum antiken Epigramm, Munich, 1982, pp. 481-488) ; c’est-à-dire que le premier distique joue le même rôle que s’il s’agissait de la première partie d’un distique unique, en nous donnant l’information de base sur la situation dont le mort et la pierre qui le commémore sont les protagonistes : il nous dit qui est le mort et nous fournit la donnée la plus importante de son curriculum. Le deuxième distique apporte la conclusion qui suscite la réflexion et que d’habitude apportent aussi les deuxièmes parties des distiques uniques : il semble que la mort ait vaincu, or il n’en est rien puisque l’inscription et la renommée du défunt lui assureront l’immortalité et, par conséquent, dans une certaine mesure, tromperont la mort elle-même. Il faut signaler de même ici le goût, du moins en apparence, du poète pour l’allitération : sur les sifflantes (v. 1), les bilabiales (v. 2), les fricatives (v. 3), les sifflantes et les liquides (v. 4).

45Pour ce qui est de la métrique, le poème présente deux distiques élégiaques corrects de tous les points de vue. Peut-être faudrait-il remarquer que le deuxième hexamètre est holospondaïque. Les deux hexamètres présentent une césure penthémimère, alors que les deux pentamètres répètent la même structure (– – – ∪ ∪ –).

46Quant au nom du défunt, le nom de famille est très fréquent en Híspania (Abascal, 1994, pp. 63-64), mais il est aussi très répandu en Italie (Onomasticon, 1994, p. 14). Corkll, 1987 cite trois autres inscriptions de Sagunt où ce nom apparaît ; c’est pourquoi la mort d’un jeune soldat appelé Acilius à Sagunt ne semble pas surprenante (Corell, 1987, p. 108, tout de même, lui attribue une origine italique). De son côté, le cognomen est très rare : on ne le découvre qu’une autre fois en Hispania (Abascal, 1994, p. 371 ; CIL II, 1469) et deux autres fois ailleurs (en Italie et en Narbonense : cf. Mócsy, 1983, p. 128 ; Solin-Salomies, 1994, p. 333 et Kajanto, 1982, p. 308).

47Du point de vue linguistique, il s’agit d’un texte intéressant, qui présente des aspects un peu anciens : la transcription à travers un digraphe ei d’un i long (IHV, pp. 4-5 et Leumann, 1977, p. 60), dans un cas, et à travers un/long (Acilius), dans l’autre ; la tmèse du numéral de la 1. 1 (IHV, p. 56 et n. 9), admise même par Hor., Serm., II, 3, 117-118, unde / octoginta annos natus (peut-être « créée » ici pour rendre plus facile la césure hepthémimère et améliorer le rythme du vers) ; la forme avec vocalisme archaïque (u au lieu de i : Leumann, 1977, p. 493)et sans assimilation, uicensumus (Leumann, 1977, p. 145) et la chute de u semi-consonne dans iuenem (IHV, p. 28 et Leumann, 1977, p. 135), qui constitue, en fait, une simple économie d’énergie graphique.

6. — Valence (Valentiae). Inscription perdue

48Il s’agit d’une des inscriptions recueillies dans l’Anthologia Hispana qui nous est parvenue à travers un seul manuscrit, le Paris, Bibl. Nat. lat. 8093, du VIIIe siècle, aux fos 15v °-16r °. Nous ne disposons d’aucune donnée matérielle sur l’inscription en dépit du fait qu’entre la probable matérialisation de cette inscription et la copie qui en a été faite sur le manuscrit conservé de nos jours à Paris, il ne s’est écoulé qu’un intervalle de deux cents ans. Ce que le manuscrit permet de lire, toutefois, indiquerait peut-être que la partie droite de l’inscription était légèrement détériorée, surtout dans sa partie supérieure (c’est là que les fins de ligne présentent le plus de difficultés à la lecture).

49L’inscription qui a dû commencer (qui devrait avoir commencé) la tradition manuscrite devrait pouvoir être datée postérieurement à la mort de l’évêque, qui se produisit vers 548 (rappelons, à cet égard, qu’il assista au concile de Valence en 546). Corell la date vers 550, date qui, à notre avis, ne doit pas être très éloignée de la date réelle.

ICVR II. 1, n. 293 ; IHC, 409 ; Fita, 1900, pp. 512-515 ; R. Chabás, Episcopologio valentino. Valence, 1909,t.1, pp. 128-132 ; ILCV, 1092 ; F. Mateu I Llopis, «Las inscripciones del obispo Justiniano y la catedral visigótica de Valencia», ACCV, 24, 1949, pp. 155-158 ; IHV, pp. 13,19, 21 ; ICERV 279 ;Gil, 1976, pp. 568-569 ; E, A. Llobregat, «San Vicente Mártir y Justiniano de Valencia», dans Homenaje a fray Justo Pérez de Urbel, Silos, 1977, t. II, pp. 7-18 ; Llobregat, 1977, pp. 24-26 ; Gómez Pallares, 1995 a, p. 85 ; J. Corell et F. Grau, «L’epitafi de Justinià, bisbe de València (ca. 493-548)», AST, 68, 1995, pp.5-19 ; CIL II2/14, 89 ; Corell, 1997, n. 117 (pp. 221-224).

Pius preclarus doctor alacer facundus
Iustinianus caelebs pontifes sacer[dos ?]
noba te(m)pla co(n)struens uetustaq(ue) rest[aurans]
ornabit festa dictis predica(n)s in populis
[5] uirgines institue(n)s rnonacos(que) guu[ernans]
scripsit plura posteris profutura [---]
hic miro maris insola[m] munimine sepsi[t]
in qua maris circu(m)flue(n)tib(us) undis
silice disrupto predulce(m) repperit limfam
[10] hic Vincentium gloriosu(m) martirem Chr(ist)i
sat pio quem coluit moderamine uiuens
hunc deuotus moriens reliquid eredem
undecim presentis quinquennia uite
quattuor lustris uisq(ue) quaternis mensib(us)
[15] connumerandus s(an)c(t)is ministrab(it) antestis

Pius preclarus doctor alacer facundus,
Iustinianus caelebs pontifex sacer[dos ?]
noba te(m)pla co(n)struens uemstaq(ue) rest[aurans],
ornabit festa dictis predica(n)s in populis.
[5] Virgines institue(n)s monacos(que) guu(ernans),
scripsit plura posteris profutura [---].
Hic miro maris insola[m] munimine sepsi[t]
in qua maris circu(m)flue(n)tib(us) undis
silice disrupto predulce(m) repperit limfam.
[10] Hic Vincentium gloriosu(m) martirem Chr(ist)i
sat pio quem coluit moderamine uiuens,
hunc deuotus moriens reliquid eredem.
Vndecim presentis quinquennia uite,
quattuor lustris uisq(ue) quaternis mensib(us)
[15] connumerandus s(an)c(t)is ministrab(it) antestis.

50Nous considérons, en ce qui concerne l’appareil critique, que les textes de Corell-Grau, 1995 et Corell, 1997 sont en réalité le même texte, même si nous citons seulement l’article cosigné par ces deux auteurs. Il va sans dire que dans des cas comme celui qui nous occupe, où il existe différentes éditions anciennes réalisées à partir d’un texte épigraphique manuscrit, la question de l’utilisation des signes diacritiques de l’édition réalisée par chaque éditeur est particulièrement problématique. Cela explique que certains changements d’une édition à l’autre, qui ne portent en fait que sur les signes diacritiques, soient souvent considérés comme des variantes. Pour notre part, lorsque nous rencontrons un changement de ce type et qu’il n’affecte aucune partie substantielle d’un mot (c’est-à-dire, lorsqu’il ne s’agit que d’une variation entre l’utilisation des crochets et des parenthèses, par exemple), nous ne consignons pas la variante qui en découle.

r. 1 : alacer[q(ue) (?) Corell-Grau, 1995.
r. 2 : sacer Corell-Grau, 1995 ; sacer<dos> ICERV 279.
r. 4 : pop{u}lis (?) Corell-Grau, 1995.
r. 5 : monacosque ICVR, II.1, 293, IHC 409, ILCV 1092; monacos[q(ue)] Corell-Grau, 1995//gu[bernans] ICVR II.1,293, IHC 409, ILCV 1092; gu[bernans] ICERV 279.
r. 6 : profutura [saeclis] ICVR II. 1, 293, ICERV 279, CIL IL/14, 89 ; profutura [cunctis] IHC 409, ILCV 1092 ; profutura [permultis] (?) Corell-Grau, 1995.
r. 7 : s<ep>si[t]
ICERV 279.
r. 8 : in gua maris cod.; in [q]ua maris
IHC, 409 ; in <q>ua maris ILCV 1092, ICERV 279 ; inriguam maris GIL, 1976, 569; inqu(e) amaris (?) Corell-Grau, 1995.
r. 13 : quinquenia ICERV 279
// vite [peragens] (?) Corell-Grau, 1995.
r. 14 :
in margine scriptum est Chr(ist)o post mensib(us).

51L’article de Corell-Grau, 1995 et le livre de Corell, 1997 nous dispensent de faire un exposé détaillé des parallèles de cette inscription. Nous citerons comme étant peut-être les plus remarquables pour ce type de texte (avec toutes les précautions possibles : cf. Miró, 1997), très proches d’ailleurs, RIT 938 et RIT 939, deux inscriptions dédiées aux évêques Serge et Jean de Tarragone qui présentent certaines similitudes avec le texte qui nous occupe (l’activité édilitaire, la riche activité pastorale, l’éloquence, la construction même de l’inscription, etc.). D’un point de vue littéraire, il faudrait peut-être y ajouter une référence (pour ce qui est du v. 9) qui se trouve aux Virtutes Eugenii Toletani, chap. XXII, 13, où l’on décrit le miracle de Moïse qui fait jaillir avec sa canne de l’eau du rocher du désert de façon assez semblable au «  miracle » que représente dans cette inscription le fait d’avoir trouvé de l’eau dans une presqu’île aussi déserte que celle qui hébergea le monastère appelé Monestir de Sant Vicenç (Monastère de Saint-Vincent) [uid. toutefois commentaire infra].

52Nous avons là une inscription intéressante par sa longueur et par son relatif « bon état » de conservation : on peut la lire aisément et son commentaire est significatif de ce que devait être un texte épigraphique dédié à un personnage ecclésiastique important, bien construit pour l’époque et avec de nombreux parallèles antérieurs qui l’insèrent dans une certaine tradition « quasi » hagiographique (cf. notre travail, « Los Carmina Latina Epigraphica, precursores de la primera hagiografía latina », RCCM, 38 [2],1 996, pp. 261-287). Il ne nous semble guère productif de passer en revue tout ce qui a été écrit auparavant pour préciser après notre position personnelle. Étant donné que les travaux précédents de Corell et Grau ont assez déblayé le terrain de tous les points de vue, mais surtout dans le commentaire philologique, qui constitue aussi une de nos tâches dans la présente contribution, nous ne mettrons en relief que les aspects que nous considérerons comme les plus remarquables, ainsi que ceux qui posent le plus de problèmes à l’interprétation, voire ceux qui ont fait couler le plus d’encre.

53Pour ce qui est des vers censés être douteux (les w. 7-9), leur lecture ne nous semble point compliquée, contrairement aux interprétations qu’ils ont reçues jusqu’à présent À notre avis, le premier maris détermine insolam (pour insulam), île (insola) qui aurait été entourée d’une muraille que Justinien aurait fait construire. Pour nous, la valeur du mot, vu les caractéristiques physiques de l’endroit, ne peut être que « presqu’île » ou « péninsule » (valeur qui avait déjà été proposée par le père Fita), une péninsule entourée de mer de presque tous ses côtés (une presqu’île donc), fortifiée, avec des constructions et de l’eau douce à l’intérieur. Nous ne pouvons certes pas savoir de quelle presqu’île il s’agit, mais l’allusion utilisée par le poète et le fait qu’il s’agit d’un accident géographique vu comme une « péninsule » présentent des parallélismes clairs avec la presqu’île d’Ortigia, appelée aussi « île » par les textes, un endroit où l’on trouve également de l’eau douce, entouré de mer de tous côtés, fortifié, où s’établit la Syracuse primitive (cf. CIC., Verr., 4,117-118, urbem Syracusas maximum esse Graecarum,pulcherrimam omnium saepe audistis... nam et situ est cum munito tum ex omni aditu uel terra uel maripraeclaro ad aspectum... eorum comunctionepars oppidi quae appellatur insula, mari disiuncta augusto... in bac ínsula extrema est fons aquae dulcís, cui nomen Aretbusa est-, et Liv., XXIV, 21, 6). Le relatif in qua du texte qui nous occupe se réfère à cette presqu’île et le deuxième maris modifie circumfluentibus undis. Le reste ne pose pas de problèmes, même si nous ne croyons pas du tout que l’auteur du poème ait pensé à un miracle réalisé par l’évêque Justinien, lorsqu’il parle de la façon de trouver l’eau douce. Il ne s’agit pas d’une paraphrase de la geste de Moïse mais plutôt de la description d’un fait : d’une roche fendue jaillissait de l’eau douce sans laquelle l’établissement de personnes à cet endroit aurait été impossible. Corell, 1997, p. 223 et n. 320, indique la possibilité que Cullera soit l’endroit en question. Nous ne voulons ni ne pouvons nier cette possibilité, mais la difficulté de situer précisément cet endroit nous suggère cependant une autre hypothèse de lecture et d’identification de l’« endroit », hypothèse que nous voudrions proposer : ne serait-il pas possible que le poète anonyme ait utilisé une métaphore qui consisterait à employer insola— et tout ce qui en dérive après dans le texte — non pas pour désigner un endroit réel mais plutôt l’équivalent (cf. TbLL, s. v. ínsula, col. 2035,43) métaphorique de l’« enceinte monacale » dont on parle ? En effet, ces vers 7-9 pourraient recevoir cette interprétation globale métaphorique à la lumière de tous les textes allégués par TbLL, s. v. col. 2035, 43-64, Pour n’en choisir que quelques-uns, nous attirerons notamment l’attention sur Hier., Epist., 3, 4, 2, puer...insulam...cui asperae cautes et nuda saxa et solitudo terrori est, quasi quidam nouusparadisi colonus insedit;ou Ennod., Opusc., 3, 93, singula sanctarum habitationum loca uisitauit: medianas insulas...: ou Vita Caes. Arelat. 1, 12, defuncto abbate in suburbana ínsula ciuitatis (sc. Arelatensis)... suscepit ergo uitam in suburbano coenobio. Dans ce nouveau domaine interprétatif, les vers cités peuvent supporter une interprétation réelle (il s’agit d’un monastère situé au bord de la mer avec une fontaine d’eau douce à proximité) ou bien une lecture métaphorique où, par exemple, les adversités physiques décrites seraient interprétées comme « les difficultés réelles pour la propagation de la foi » et la trouvaille « miraculeuse » d’eau pourrait être interprétée selon l’équation « eau » — « vie spirituelle ». Cf. comme parallèle proche, Paul., Nol., 16,95, miroque locum munimine saepsit. En tout état de cause, dans cette nouvelle perspective, les difficultés à trouver une presqu’île réelle dans le territoire en question disparaîtraient.

54Les autres vers problématiques, sont les vers 10-12 et ceux qui font référence au temps où Justinien fut évêque. Pour les premiers, nous croyons, à l’instar de Corell-Grau, 1995qu’il s’agit d’une référence au gouvernement du monastère dédié à Saint-Vincent de la part de Justinien. La référence à une personne avec le verbe coluit induirait à penser à un autre sens (cf. RIT 938, v. 1, Te Ioanne(m) Tarraco coluit mirificu(m) uatem, déjà citée), mais nous croyons qu’il faut rejeter ce genre de valeur car la différence d’âge entre saint Vincent Martyr et Justinien est trop grande (plus de deux cents ans). Ce monastère, appelé Monestir de Sant Vicenç de la Roqueta (Corell-Grau, 1995, p. 12 et n. 49-70), aurait été dirigé (coluit moderamine) par Justinien (Corell-Grau, p. 11 et n. 47 et 48), qui dans son testament aurait institué ledit monastère comme son héritier. L’inscription rappellerait donc cette disposition concrète du testament de l’évêque valencien. En ce qui concerne l’âge, il apparaît clairement que l’évêque vécut onze quinquennats, c’est-à-dire cinquante-cinq ans, tandis que la durée de son épiscopat pose plus de problèmes (si l’on tient compte du fait qu’il signa, en tant que participant, en deuxième lieu, au concile de Valence de 546 — Gams, 1864, p. 452 — et qu’il vécut quelques années encore après ce concile, il a dû naître vers 493 ap. J.-C.). Si, selon les caractéristiques phonétiques de l’ensemble de l’inscription, nous croyons que uisque cache, en réalité, un bisque (ce serait le plus raisonnable, d’emblée, à notre avis, car la distinction phonologique entre/u/et/b/n’existait pas du temps où le texte aurait été écrit : Leumann, 1928, p. 139 et Fernández, 1986), Justinien fut évêque de Valence pendant vingt ans et huit mois. Si, par contre, comme propose par exemple CIL II2/14, 89, nous interprétons uisque comme uixque (nous ignorons dans ce dernier cas quelle documentation phonétique fonderait cette hypothèse), alors l’évêque aurait gouverné le siège de Valence pendant vingt ans et presque quatre mois (exactement « presque quatre mois »).

55De son côté, la structure générale du poème suscite aussi l’intérêt du chercheur. Aux deux premiers vers complètement asyndétiques, qui décrivent la personnalité de Justinien, correspondent les deux derniers vers, qui fournissent les données biométriques du mort. La partie centrale de l’inscription est répartie en trois vers initiaux (w. 2-4), qui parlent de l’activité édilitaire et pastorale de l’évêque et auxquels correspond un autre groupe de trois vers (w. 7-9) évoquant un autre aspect de l’activité constructive de Justinien. Les w. 5-6, qui servent de contrepoint aux w. 7-9, célèbrent l’activité de Justinien en tant que moine et écrivain tandis les w. 10-12 reviennent à l’activité monastique, en l’occurrence à celle du monastère dédié à Saint-Vincent. Comme on peut le voir, il s’agit donc d’une structure parfaitement équilibrée des w. 1-2 (liés aux vv. 13-15), les vv. 3-4 (liés aux vv. 7-9) et les w. 5-6 (liés aux vv. 10-12). Signalons aussi du point de vue stylistique la construction asyndétique des vers 1-2 ; la distribution équilibrée de participes présents se référant au défunt aux vv. 3 et 5 (en position médiale et finale de vers) ; quelques essais d’allitération pour lesquels, cependant, nous ne trouvons d’autre explication que l’effet sonore de leur prononciation, comme par exemple, la présence de vibrantes au v. 1 ou de bilabiales au v. 7. Du point de vue de la métrique, nous avons là un exemple clair d’abandon de la métrique quantitative pour passer à la métrique qualitative. En effet, il s’agit d’une adaptation de l’hexamètre dactylique aux modèles accentuatifs, par lesquels chaque vers a un minimum de cinq accents et, normalement, six accents, les segments finaux ayant (du moins dans les passages pour lesquels l’état du manuscrit nous a permis de procéder à une vérification) une distribution de temps marqués du type mu-nímine sépsit (3+2) [mártirem Chrísti; quinquénnia vite, etc.] (IHV, pp. 139-148).

56D’autre part, le document qui nous occupe est la seule attestation du prénom de l’évêque, Iustinianus, en Hispania. Il n’est pas très répandu dans le reste du territoire romain, mais sa présence est assez équilibrée, géographiquement parlant (Mócsy, 1983, p. 155).

57Du point de vue linguistique, nous avons là une inscription qui ne fait pas la distinction entre diphtongues monophtonguées et diphtongues faussement (du fait de la chronologie de l’inscription) maintenues (preclarus face à caelebs : Leumann, 1928, pp. 67-68) ; qui ne distingue pas non plus phonologiquement/b/de/u/ (noba ou uisque, face à uirgines ou uiuens (Leumann, 1928, p. 139) qui ne peut pas distinguer aisément une dentale finale sonore et une sourde (reliquid pour reliquit : Leumann, 1928, p. 156) et qui, finalement, ignore la différence qu’il y a entre la présence et l’absence d’un h- initial (heredes : Leumann, 1928, p. 17). Nous observons de même, dans antestis une métathèse par laquelle les voyelles ont échangé leurs positions (pour antistes : Leumann, 1928, p. 101). Il va sans dire que l’u grec n’est plus transcrit par y mais par i (martirern, limfam : Leumann, 1928, p. 75 et Traina, 1973, p. 44). Ce dernier mot transcrit en outre le φ grec directement par f, au lieu de le faire par ph, qui serait plus courant (Leumann, 1928, p. 161 et Traina, 1973, p. 504). Finalement, en ce qui concerne les questions de vocalisme et consonantisme, nous signalerons l’ouverture de la voyelle médiale non tonique dans insolam (pour insulam : cf. C. H. Grandgent, Introducción al latín vulgar, Madrid, 1970, p. 156).

Notes

1 Je parle du colloque franco-espagnol « Romanité et Hispanité », tenu à Paris, les 12 et 13 novembre 1999, et organisé par le Professeur J-M. André avec la précieuse collaboration de l’Institut d’Études Latines de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), dirigé par M. H.Zehnacker. Aces deux éminents professeurs je veux publiquement adresser des remerciements pour les efforts faits et pour le succès que le colloque a rencontré.

Notes de fin

* Le présent travail a pu être réalisé grâce à la subvention du Ministerio de Educación y Cultura espagnol (DGICYT, PB 96-1188) et du Gouvernement de la Generalitat de Catalunya (1997 SGR00202 et 1999 SGR00121) Je remercie les commentaires précieux et les critiques de mes collègues de rédaction du fascicule 2, Hispania, du CIL XVIII, que je dirige : J. Martínez Gázquez, J. M. Escolà, M. J. Pena, J. Carbonell, C. Fernández Martínez, R. Garande, F. Carbajo, N. Jorba, S. Tudela, R. Hernández Je remercie aussi bien les collègues des universités Rutgers (New Jersey), Penn (Philadelphia) et Texas (Austin), notamment J. Bodel, B. Shaw, K. Galinsky et D.Amstrong, et les amis et collègues de la Société des Études Latines (séance du samedi 13 novembre 1999, présidée par Mme le Professeur J. Dangel), qui ont écouté des conférences sur ces inscriptions et y ont ajouté leurs critiques et commentaires. Bien évidemment, les éventuelles erreurs sont uniquement de notre fait. La rédaction en français du travail a été faite par Mlle le Professeur Roser Gauchola, de l’Université autonome de Barcelone, avec les conseils de MM. les Professeurs M. Tost et J. Murillo, que je tiens à remercier imo e corde des efforts qu’ils ont faits pour rendre « mon » français compréhensible. Cet article a paru dans le n° 77 (1999) de la Revue des études latines, qui a bien voulu en autoriser la republication dans le présent volume.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search