Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

Le bellum Hispaniense dans la Pharsale de Lucain

Giovanna Galimberti Biffino

Texte intégral

  • 1 A. La Penna, La cultura letteraria.
  • 2 E. Narducci, La provindenza crudele, pp. 21 sqq. est contraire à une interprétation ironique de la (...)

1Le thème poétique des guerres civiles qui ont ensanglanté les dernières décennies de la république romaine est l’un des plus répandus dans la poésie de l’époque néronienne. Il s’agit d’un thème apte à exalter, par opposition, l’aurea pax qui avait été atteinte grâce à la politique éclairée du jeune empereur : pendant la guerre civile on assiste à des phénomènes d’autodestruction et à une action contre l’ordre naturel qui sont documentés en littérature par le renversement du topos naturae segni. Un thème qui permet d’évoquer les horreurs expressionnistes en accord avec le goût du temps tout en les justifiant et en les situant dans le passé d’une façon rassurante : paradoxalement, les guerres civiles deviennent le sujet privilégié d’une littérature consolatrice. Au demeurant, le soulagement apporté par la fin des guerres civiles et par la pacification de la société et de l’Empire était réel, même si le culte de l’empereur divinisé était regardé comme une pure convention1 : il suffit de considérer la valeur paradoxale de l’éloge de Néron2 que Lucain développe au début du livre I (v. 33-66), sur le modèle de l’invocation analogue de Virgile à Auguste (Georg. I, 24-42). La nécessité du fatum justifie les actions délictueuses (...scelera ista nefasque / hac mercede placent [v, 37 sqq.]) de Néron, qui peut donc être accueilli parmi les divinités célestes : dans la période impériale, Néron est souvent associé à la figure d’un héros mythique, Hercule, qui grâce à ses actions courageuses, bien qu’empreintes d’hubris, prétend modifier le cours des événements et civiliser le monde (Sén. Ben. I, 13, 1-3 et VII, 3, I), devenant ainsi l’exemplum d’un monde à l’envers dont les paramètres relèvent de l’hétérodoxie la plus extrême.

  • 3 E. Cizek, L’époque de Néron et ses controverses idéologiques, p. 7 : “ La Pharsale de Lucain reflèt (...)
  • 4 On pense notamment aux Phéniciennes, où le couple symétriquement fratricide d’Étéocle et Polynice c (...)
  • 5 VII, v, 95 sq. ; Civilia bella / gesturi metuunt ne non cum sanguine vincant.
  • 6 VII, v. 771 : Exigit a meritis tristes victoria pœnas. Le texte de référence est Lucain, La guerre (...)
  • 7 P. Esposito, Il racconto della strage, pp. 110-113.

2Le souvenir d’un passé tragique, à savoir la période des guerres civiles, est donc employé pour accentuer par contraste la tranquillité du présent : la paix de l’époque néronienne rend d’autant plus sensible la crainte de nouvelles discordes et les poètes élaborent leur réponse culturelle à l’égard de la réalité historique du moment On retrouve les mêmes éléments soit dans les œuvres des poètes qui ont pris pour sujet les guerres civiles de l’époque césarienne, tels Lucain3 et Pétrone (Bellum Civile, chap. 118-124) soit dans celles où il a des excursus, des allusions, comme chez Calpurnius et chez Sénèque le Tragique4. Composée dans un contexte historique caractérisé par une grave crise des valeurs morales et politiques, la Pharsale dénonce l’angoisse et la décadence provoquées par la guerre civile, qui distord tous les paramètres éthiques jusqu’à les annuler : on arrive à l’aberrante situation de devoir vaincre sans répandre le sang ennemi5, à la déclaration programmatique que vincere peius erat (VII, 706), et à la conclusion que “ la victoire inflige de justes et tristes châtiments6. » La guerre civile est un nefas, un error ; un crimen, un scelus, autant de termes qui, selon une gradatio, scandent par étapes l’évolution des faits7.

3D’ailleurs, l’analyse lexicale du livre IV, I (v. 1-401) montre comment l’emploi insistant de certains mots sert la représentation paradoxale d’un événement de guerre et scelle le code moral de la condamnation : nefas (v. 172 : deprensum est civile nefas; v. 205: crevit amore nefas; v. 245: itur in omne nefas); ruina (v. 43: vidit lapsura ruina / agmina dux; v. 393: felix qui potuit mundi natante ruina, quo iaceat iam scire loco); crimen (v. 258 : hoc siquidem solo civilis crimine belli/dux causae melioris eris); scelus (v. 26: piguit sceleris; v. 184: nec te sponte tua sceleri parere faterts? v. 193 sq.: periere latebrae / tot scelerum,populo venia est erepta nocenti; v. 228 sq.: hostes nempe meos sceleri iurata nefando / sacramenta tenent; v. 236 sq.: sicfaturet omnis / concussit mentesscelerumquereduxitamorem; v. 252 sq.: ac, velut occultum pereat scelus, omma monstra / in facie posuere ducurri).

4Ces mêmes champs sémantiques sont employés par Lucain dans beaucoup d’autres passages du poème afin de créer l’atmosphère d’horreur, inséparable d’un thème aussi effroyable que celui de la guerre civile. Lucain introduit l’éloge de Néron après le tableau désolant d’une Italie déchirée par la guerre civile, dont les blessures dévastatrices trouvent leur justification finale dans leur issue ultime (I, 44 : multum Roma tamen debet civilibus armis) : violence et destruction se succèdent rapidement (v. 3 6: saevorum bella gigantum; v. 40 : funesta prœlia; v. 43: servilia bella; v. 44: civilibus armis), de même que l’impiété entraîne la culpabilité (v. 37 sq.: scelera, nefas, diros campos) et l’ennui, la mort (v. 39-43: sanguine, fames, labores, aspera Leucas).

  • 8 Trésor de la langue française, t. I, Paris, 1971, p. 105 : “ Héraldic. Dans l’expr. en abîme, le mo (...)

5Dans le tissu épique de la Pharsale — dont le thème conducteur est cette guerre civile, ou plus exactement fratricide, qui conduit à l’inévitable désagrégation du genus et qui voit les citoyens romains et leurs commandants, lors des affrontements armés, rivaliser dans la recherche du maius nefas, selon une espèce d’aristia à rebours — un noyau indépendant se trouve inséré. Il s’agit du Bellum Hispaniense (IV, v. 1-401) qui, pour employer un mot de la terminologie héraldique, apparaît par rapport à la Pharsale comme une mise en abyme8, c’est-à-dire comme un petit détail reproduisant en miniature le tableau principal. On y retrouve certains des éléments les plus significatifs et les plus caractéristiques de l’ensemble du poème, en particulier ceux qui peuvent être interprétés comme le renversement d’un topos, d’une idée ou d’une situation. Le quatrième livre commence par la présentation du bellum Hispaniense, qui constitue le tournant de la guerre civile car il aurait déterminé le sort de César et de Pompée (v. 3 : maxima sed fati ducibus momenta daturum). En outre, l’acte qui scelle la conquête d’Ilerda par César revêt la forme d’une consécration du commandement où la prédestination, les signes du destin et l’intelligence se mêlent afin de renverser les situations — s’il était nécessaire.

6Les antagonistes, dans ce cas-là, sont “ déséquilibrés » en volume mais non en importance : d’un côté, César qui, par tempérament, est disposé à tout pour poursuivre son but, ne négligeant aucune scélératesse, prompt à donner le change à l’ennemi, voire à le tromper, auteur d’actes de clémence qui n’obéissent à aucune exigence morale mais semblent plutôt provenir d’une hypocrisie “ camouflée » (nous reviendrons sur la valeur de la clementia chez Lucain) ; de l’autre côté, les deux lieutenants de Pompée Afranius et Pétréius (v. 36 sq. : His virtus ferrumque locum promittit, at illis/ipse locus), qui sont préoccupés de suivre les tactiques de l’ennemi. Le récit du bellum Hispaniense s’articule en trois sections principales : 1°. v. 1-23 : introduction ; 2°. v. 24-205 : fraternisation des césariens et des pompéiens ; 3°. v. 205-401 : action militaire aboutissant à la capitulation des pompéiens. Dans chaque section on peut distinguer des fragments narratifs :

[v. 1-47] En Espagne, près d’Ilerda, au bord du Sicoris, les deux lieutenants de Pompée affrontent César ; le premier jour, prenant conscience de l’impiété des guerres civiles, les combattants renoncent à se battre. César déclenche bientôt l’offensive et essaie de s’emparer d’une éminence ;

[v. 48-120] Après une longue périphrase astronomique pour indiquer l’équinoxe du printemps, Lucain décrit une violente tempête et les inondations consécutives, qui mettent l’armée de César en sérieuse difficulté ;

[v. 121-56] La nature revient à son ordre habituel (dans le renversement de valeurs qui caractérise cette guerre, l’impiété et le mépris de la part de César envers les dieux, au lieu d’en provoquer la colère, lui assurent leur bienveillance). Pétréius abandonne Ilerda et les soldats de César traversent le fleuve Sicoris à la nage ;

[v. 157-205] Afranius et Pétréius se sont éloignés et les soldats, profitant de leur absence, s’invitent réciproquement dans leurs camps, où règne une atmosphère d’allégresse ;

[205-35 j Pétréius, entre-temps revenu, empêche ces retrouvailles honteuses à ses yeux : il se dirige brusquement vers les retranchements et exhorte ses soldats afin de réveiller en eux la volonté de combattre pour la liberté ;

[v. 235-82] Les deux armées ennemies s’affrontent et les pompéiens, emportés par la colère, se laissent entraîner à commettre des actes barbares. César interrompt l’affrontement, qui aurait pu être trop sanglant, et préfère obliger les soldats par la souffrance à implorer une capitulation ;

[v. 238-381] Encerclée par les troupes de César, l’armée pompéienne est tourmentée par la soif ; Afranius venu capituler s’adresse à César en le suppliant de congédier ses soldats et de ne pas les obliger à marcher au dernier supplice. Les soldats enfin peuvent apaiser la soif et sont ranimés par l’eau qui à elle seule ramène la vie ;

[v. 382-401] Le récit se termine par une imprécation contre la guerre et par la célébration de la paix.

  • 9 IV, v. 1-7 : At procul extremis terrarum Caesar in oris / Martem saevus agit non multa caede nocent (...)
  • 10 I, v. 1-7 : Bella per Emathios plus quam civilla campos,/ iusque datum sceleri canimus, populumque (...)
  • 11 Sén., Ep. ad Luc. 91,5 : Ex amico inimicus, hostis ex socio.
  • 12 III, v. 359 : Quamvis Hesperium mundi properemus adaxem ; v, 453-455 : Dux tamen impatiens haesuri (...)
  • 13 J. Masters, Pœtry and Civil War in Lucan’s «Bellum Civile», met en relief l’importance du mot discr (...)
  • 14 La tempête, élément classique de l’épopée gréco-latine, se déchaîne en général sur la mer : on en t (...)
  • 15 M. Lapidge, “ Lucan’s Imagery of Cosmic Dissolution ».
  • 16 Sén., Nat. quaest., III, 15, 1: Placel natura regí terram, et quidam ad nostrorum corporum exemplar
  • 17 VII, v. 1-6 : Segnior Oceano quam lex aeterna vocabat,/ luctificus Titan numquam magis aethera cont (...)
  • 18 VII, v. 134-137 : Quis litora ponto / obruta, quis summis cernens in montibus aequor/aetheraque in (...)

7L’incipit du livre IV (v. 1-7) est à l’opposé de celui du livre I : celui-là9 est fortement caractérisé par l’absence de violence et par la parfaite harmonie dans le commandement qui règne entre les deux chefs pompéiens, celui-ci10 par l’image des entrailles consanguines déchirées et par l’unité brisée de l’Empire. On est surpris par l’atmosphère de concorde qu’on respire dans ces premiers vers, qui contredit le début du livre I : la caedes non multa nocens s’oppose au rupto fœdere regni, l’imperium commune au commune nefas, la concordia à furor et licentia. Donc, dans le livre I, pas de concorde, mais une remarquable série de mots en climax concernant une haine sacrilège (bella [...] iusdatum sceleri [..,] populum in sua viscera conversum [...] actes cognatas [...] piguit sceleris, [,..] huc hostem pariter terrorque pudorque/impulit). Il faut également souligner que la fréquence de l’emploi du mot hostis dans le bellum Hispaniense (seize fois : v. 30, 34, 42, 94, 160, 167, 179, 208, 228, 263, 270, 275, 316. 344, 355) est nettement supérieure à celle des autres livres. Cela n’a rien de fortuit11, carles Romains hésitaient à appliquer à la réalité des guerres civiles un mot (hostis) appartenant au lexique militaire et généralement pour désigner un ennemi extérieur. César, qui déclenche bientôt l’offensive et qui essaie de s’emparer d’une éminence, montre sa rapidité d’action de même que dans beaucoup d’autres passages (v. 29 :.. subita fossa, v. 32 : subito... cursu, v. 35 : rapto... agmine12). Mais les mouvements tactiques ne déterminent l’issue de la guerre que de façon secondaire (v. 48 : Hactenus armorum discrimina13), bien moins que la violente tempête qui survient alors (v. 68-156) et que les inondations qui s’ensuivent, mettant l’armée de César en sérieux péril14. Un rapport de sympatheia entre le microcosme (l’homme) et le macrocosme (la nature) s’établit15 alors : des phénomènes naturels se trouvent humanisés, lesquels en retour aident à comprendre la façon d’agir de l’homme : les perturbations atmosphériques reflètent l’angoisse des combattants obligés par les contingences à tuer leurs frères. Lucain, qui doit avoir participé à l’important débat culturel qui à son époque16 s’attachait aux relations entre destin humain et phénomènes naturels17, attribue à ceux-ci une grande influence sur l’évolution et l’issue des événements militaires. Parmi les nombreux exemples que l’on trouve dans la Pharsale, nous nous limiterons à citer les signes prémonitoires du combat au livre VII : le soleil hésite à éclairer le lieu où le crime de la guerre va s’accomplir et le cataclysme qui va s’abattre sur l’armée est un indice évident de l’issue de la guerre (v. 195 : venit summa dies, geritur res maxima18).

  • 19 P. Esposito, «Eroi e soldati» ; Id., Il racconto, della strage; et I. Opelt, «Die Seeschlacht vor M (...)
  • 20 Les mots qui expriment le “ noir » reviennent avec une fréquence surprenante à l’occasion de tempêt (...)

8Mais revenons aux tempêtes, qui occupent une place de premier rang : par un effet d’amplification (oratoire), la tempête assume les caractères d’un bouleversement cosmique dans l’épisode (V, v. 560-577) qui nous montre Amyclas cherchant à traverser la mer dans des conditions épouvantables et luttant contre la violence des vents et des eaux pour pouvoir venir en aide à César en difficulté. De même, Lucain décrit la tempête, survenue au cours d’une bataille terrestre19, qui surprend l’armée césarienne en Espagne : des pluies abondantes tombent à verse, les neiges des Pyrénées fondent, les fleuves sortent de leur lit, tout se transforme en un immense marécage (v. 98 sqq.), le soleil ne se lève plus, une obscurité totale noie les contours des éléments (v. 104 sqq.)20. Lucain, dans la description de cette tempête espagnole, parle de l’accumulation d’air sombre et menaçant, de nuages denses, d’éclairs dont l’eau éteint la flamme : il s’agit d’un tableau en négatif caractérisé par des expressions comme nec... potuere (v. 69), vacat imbribus (v. 70), vetitae transcurrere (v. 73), vix recipit (v. 75), nec servant flumina flammas (v. 77), imperfecto... gyro (v. 79), vix ulla variatus luce (v. 80), non habet... vias (v. 86).

  • 21 Sén., Ep. ad Luc, 79 : Cut solper caliginem splendet, licet contentus interim sit effugisse tenebra (...)

9Les événements qui constituent une infraction à un ordre ou à un fas — comme, dans ce cas précis, les guerres civiles — sont connotés dans la Pharsale par l’absolu manque de lumière : la description du bois sacré près de Marseille (III, v. 399-452) est faite sur le mode négatif : numquam violatus (v. 399),... non ruricolae Panes (v. 402), nec ventus (v. 408), non ulli frondem praebentibus aurae (v. 410),...simulacra maesta deorum/arte carent (v. 412), non vulgatis sacratafiguris/numina sic metunt (v. 415 sqq.), et non ardentis fulgere incendia silvae (v. 420), Non illum cultu populi propiore fréquentant (v. 422). La forêt est un lieu antique, inaccessible aux rayons du soleil, caché, immobile, sans vie, silencieux, plein de mystère, non violé par l’homme : si la lumière y pénètre, d’indice de vie elle devient un indice de mort. Les descriptions de lieux semblables connaissent un développement particulier à partir de l’âge néronien, même si la poésie latine connaissait les lieux qui inspiraient de la peur : il suffit de rappeler Virgile (Aen. I, v. 159 sqq.), qui décrit la profondeur de la côte libyenne, terrifiante avec ses rochers nus, ses écueils menaçants et son maquis, où Enée rassemble les navires qui ont survécu à la tempête. L’obscurité de la forêt apparaît aussi chez Sénèque le Tragique, caractérisée par des sources dormantes, par des arbres séchés sur pied, par l’absence de vie et par une absolue impénétrabilité : tels sont aussi décrits, entre autres, le bois qui voit l’évocation de l’ombre de Laïus (Sén., Oed, v. 530 sqq.) et le bois sacré voisin du palais royal de Thyeste (Sén., Thy., v. 650 sqq.). Lucain renforce les particularités descriptives de Sénèque : il ajoute dans l’obscurité de la forêt un lumen mystérieux (voir l’antre d’Erictho au chant VI, v. 642), il insiste sur le caractère sacré du lieu : le bois n’a jamais été pénétré, il est gardé par des divinités inconnues, il est le théâtre d’étranges prodiges. De plus, chez Lucain, il y a la présence du “ noir », de l’obscurité : au livre VII, v. 1 sqq., le soleil annonciateur de deuils se lève malgré lui sur la Thessalie et il rassemble les nuages pour voiler son éclat et cacher ainsi les actes impies qui se préparent. Dans cet épisode, ce n’est pas la guerre civile mais la violation du bois sacré qui constitue une action d’hubris : César montre un manque total de sens religieux parce qu’il ose le premier brandir la hache (métaphore de la volonté de faire pénétrer la lumière du jour et, grâce à elle, celle de la raison). L’association d’un lieu obscur et horrible et de la lumière, symbolisant l’opposition entre logos et alogon, est un topos récurrent depuis Platon21.

10Cependant, après tout ce bouleversement, les dieux redeviennent propices à César et ils lui accordent leur pardon. Lucain, avec son goût marqué du paroxysme, s’efforce ici de représenter non une simple tempête, mais un véritable bouleversement climatique : la terre ferme devient une étendue d’eau, les fleuves cessent de couler vers la mer et stagnent, formant des marécages, les étoiles abandonnent le ciel et une longue nuit envahit le paysage. Il est clair que Lucain témoigne d’un goût peu commun pour la géographie, surtout celle des fleuves : il pouvait avoir été influencé par les Naturales quaestiones (livres III et IV) de son oncle Sénèque et aussi par le Peri potamon de Callimaque.

  • 22 IV, v. 81-120 : naufraga, gurgite, labant, flumina, mersi, palus, aqua, aequorei, Neptune, amnes, l (...)
  • 23 C. Salemme, «Onde e macerie nel VI libro della Pharsalia». Pour une vision d’ensemble, voir E, de S (...)
  • 24 Sén., De otio, V, 3 : Curiosum nobis natura ingenium dedit et spectatores nos [...] genuit.

11S’il est vrai qu’il s’agit d’une bataille terrestre (en principe Lucain, comme d’ailleurs les autres poètes épiques, préfère les batailles navales), il y a toutefois un nombre extraordinaire de mots afférents au champ sémantique du liquide22 : dans la Pharsale, et en particulier dans le quatrième livre, l’action de l’eau s’accorde avec celles de Pompée et s’oppose à celles de César23. Lucain semble avoir voulu enregistrer le souvenir des événements catastrophiques qui ont bouleversé l’ordre naturel des choses : les changements du règne animal, du règne végétal, du ciel et des eaux fournissent au civis Romanus, sur lequel l’État n’exerce plus son attrait, des signes qu’il aime à déchiffrer24.

  • 25 L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain.
  • 26 G. B. Conte, Memorie dei pœti e sistema letterario, p. 77 r «Il brano campione (II, v. 67-233) è st (...)

12Lucain nous présente les opérations de l’armée de César, censées limiter les dégâts de l’inondation, comme une sorte de revanche de l’homme sur une nature qui aurait trop osé (v. 141 : Ac ne quid Sicoris repetitis audeat undis). Pétréius abandonne Ilerda à la recherche de soldats qui soient prêts à tout et, en même temps, César reprend contrôle de la situation et de son armée (v. 149 : iubet ; v. 151 : paretur) et veille à inspirer de la terreur aux ennemis. Lucain change ici le plan focal du récit en passant d’un protagoniste à l’autre, d’une circonstance à l’autre, altérant la continuité du discours épique car celle-ci n’est pas compatible avec la succession des batailles sur de différents fronts. Le critère narratif n’est ni traditionnel ni conventionnel : Lucain, en décomposant le sujet en plusieurs scènes isolées et en les reliant entre elles comme des fragments narratifs, porte atteinte à l’objectivité de l’épopée classique. Ce procédé narratif, qui vise à récupérer les fils plutôt que le tissu narratif dans son ensemble, n’est pas celui propre seulement au livre IV : on le rencontre en d’autres endroits de la Pharsale comme dans l’éloge de Néron (I, v. 33-66)25, qui s’avère être un paradeigma du style “ brisé » en plusieurs sententiae ; et dans l’épisode de la guerre entre Marius et Sylla (II, v. 67-233)26.

  • 27 IV, v. 243-245 : Itur in omne nefas, et quae fortuna deorum / invidia caeca bellorum nocte tulisset (...)

13Dans le livre IV comme du reste dans tout le poème, Lucain met en scène l’horreur des guerres civiles, qui sont même plus quam civilia car les adversaires sont liés par des liens parentaux : la hiérarchie morale a été renversée et c’est donc, paradoxalement, le scelus qui rétablit l’ordre et la fides qui devient le moteur principal de tout nefas27.

14L’épisode des militaires césariens fraternisant avec leurs ennemis pompéiens juste après l’interruption de la bataille (v. 169-205) permet de comprendre l’absurdité de la guerre civile (v. 172 : deprensum est civile nefas). L’amor ardens (v. 174) qui est à la base des liens parentaux enhardit les soldats et change complètement leur attitude : l’audace remplace l’obéissance aveugle, et le statut de soldat fait place à celui de frère, de fils ou de père (v. 171 : hic fratres natosque suos videre patresque).

  • 28 P. Esposito, Il racconto della strage, pp. 113-117.
  • 29 Parmi les études concernant les paradoxes chez Lucain on signale ici ceux de G. B, Conte, «Mutament (...)

15La concentration lexicale de termes appartenant au champ sémantique du carnage est très évidente : crimen et nefas reviennent de façon obsédante dans toute la Pharsale (on compte respectivement 31 et 53 occurrences pour ces deux mots) et le terme scelus, qui résume toutes les atrocités de la guerre civile, apparaît 79 fois (c’est au livre VII, celui de la bataille de Pharsale, que ces mots sont le plus fréquemment employés)28. Le fratricide est un topos commun à l’ensemble de la littérature néronienne, mais que Lucain développe avec une insistance obsédante : parmi les nombreux exemples offerts par la Pharsale, citons l’épisode significatif de Lélius (I, v. 356-386), qui déclare être prêt à tout et même à enfoncer un glaive dans la poitrine de son frère, celui de Marius et Sylla (II, v. 65-233), où le texte évoque “ les enfants [qui] dégouttèrent du sang paternel » et “ des frères [qui] reçurent le prix du meurtre de leurs frères », et celui de la bataille de Pharsale, quand César engage ses soldats à ne pas se laisser émouvoir par la pietas erga parentes29.

  • 30 VII, v. 320-22. non vos pietatis imago / ulla nec adversa conspecti fronteparentes / commoveant.
  • 31 V. 179 : nec Romanus erat qui non agnoverat hostem ; v. 194 sq. :.. populo venia est erepta nocenti (...)
  • 32 Voir F.M. Ahl, Lucan. An Introduction, 1976, p. 94 ; et J. Masters, Pœtry and Civil War, p. 80.
  • 33 VII, v, 550 sq. : ille locus fratres habuit, locus ille parentis. /Hic furor, hic rabies, hic sunt (...)
  • 34 VII, v. 552-554 : Hanc fuge, mens, partem belli tenebrisque relinque, / nullaque tantorum discat me (...)
  • 35 IV, v. 562-565 (Cum sorte cruenta... : vers cités à la note 33 de cette même page) ; VII, v. 320-31 (...)

16Mais revenons au bellum Hispaniense, où figure une scène de guerre pour le moins paradoxale30 : la douceur remplace la cruauté, les embrassades remplacent les sanglots, la crainte de ce qui aurait pu arriver remplace le désir d’anéantir l’ennemi. Les liens parentaux doivent être restaurés, l’amour doit vaincre la haine, et l’intérêt privé prendre le pas sur l’intérêt public (v. 188 : ...Caesar generum privatus amabit). On assiste donc au renversement du cours ordinaire de la guerre civile, où les atrocités les plus cruelles sont perpétrées et où l’on répand de façon violente le sang familial : c’est bien ce changement survenu à l’improviste qui confère à la scène une impression de grande inquiétude, voire d’angoisse. Les soldats des deux armées resserrent leurs liens : l’amour et la tendresse retrouvés aggravent le sacrilège qu’ils vont commettre (v. 204 sq. : ...omne futurum/crevit amore nefas), car les hostilités vont bientôt recommencer. Dans ce contexte, Lucain emploie le verbe agnosco31, qui appartient au code tragique et implique le dénouement d’une situation. Cette digression sur la restauration des liens parentaux est introduite par la description d’un moment de paix (v. 196 : Pax erat)32 et se termine par son contraire (v. 210 :...disturbat sanguine pacem). Mais Pétréius, tout en essayant de rétablir l’ordre paradoxal prévu par la loi de la guerre, renouvelle le scelerum amor de façon que la rage et la sauvagerie reviennent. Cette attitude est semblable à celle de César lors de la bataille de Pharsale quand, ne tenant pas pour acquis le sort de la guerre (VII, v. 574 :...fortunaque Caesaris baesit), il pousse les soldats de son armée à combattre avec furor même si leurs adversaires sont des frères et des pères33. Dans ce passage, tout comme dans le bellum Hispaniense, c’est précisément le lien de sang qui constitue un élément aggravant qui ajoute à l’atrocité des faits, d’autant plus que Lucain emploie le procédé rhétorique de la recusatio pour se déclarer incapable de traiter un sujet si répugnant34. Pétréius donc fait des reproches paradoxaux à ses soldats parce qu’ils se sont solidarisés avec les Césariens et il les exhorte à la rage sanguinaire, qu’il justifie en tant que fides et pietas : s’il est vrai que la pietas erga parentem a été étouffée dans le sang35, la pietas erga patriam reste intacte dans tout son tragique, parce qu’elle a été bouleversée par le lien parental.

  • 36 V. Zarini, “ Pompeio fugiente timentes ».
  • 37 VII, v. 760-764 : Capit impiaplebes / caespite patricio somnos, caesumque cubile / regibus infandus (...)

17Il est donc évident que chez Lucain certaines valeurs morales apparaissent dans leur relativité, comme on pourra facilement vérifier à propos de la clementia de César ou de son “ anti-clémence » : les héros de la Pharsale sont plutôt des anti-héros36 si on les considère à la lumière de la morale quiritaire. En effet, la guerre civile a renversé la hiérarchie des valeurs et dans plusieurs passages de la Pharsale Lucain ne perd pas l’occasion d’exagérer la situation paradoxale et “ oxymorique » dans laquelle les citoyens romains se trouvent impliqués (des expressions du type concordia discors et bellum civile sont des slogans que le poète emploie presque avec la volonté d’officialiser une situation de fait qui de toute façon ne pourrait pas être différente). Les rôles fondamentaux sont bouleversés dans la logique de la guerre : donc la plèbe se couche sur le lit des patriciens, le soldat sur celui du roi et l’assassin sur le grabat des parents et des frères : le seul élément immuable qui les rapproche est une vesana quies37.

  • 38 I, v. 111-114 : ... Nam pignora iuncti / sanguinis et dira ferales omine taedas / abstulit ad manes (...)

18Lucain choisit donc une situation joyeuse de la vie humaine (dans le cas présent, la fraternisation des soldats découvrant leurs liens parentaux) et la renverse tragiquement, de façon que ce qui était de signe positif devient négatif et viceversa : les virtutes deviennent vitia et les vitia, virtutes, les embrassades se transforment en attaques mortelles et ce qui devait être un champ de bataille devient le cadre où l’on dresse les tables et les lits d’un festin. Il faut se rappeler que le retournement d’un rituel joyeux joue un rôle significatif dans la littérature de l’âge néronien : Lucain raconte que pendant la cérémonie du mariage entre Julie, la fille de César, et Pompée, les flambeaux du cortège nuptial s’étaient éteints, présageant des deuils futurs38. Le mariage de Marcia et Caton (II, v. 354-80) apparaît comme un exemple éclatant du renversement du rituel nuptial, car le poète met en évidence tous les rites qui n’ont pas été accomplis :

Pas de guirlandes de fêtes [...] pas de torches conjugales [...], pas de jeune mariée [...] pas de jeune flammeum [...], nuls garants de leur union [...], aucun sourire n’éclaira son visage.

19Le renversement de ce même topos apparaît dans les tragédies sénéquiennes et constitue le noyau principal de la Praetexta Octavia d’auteur anonyme qui, même si elle n’appartient pas à cette période, reproduit toutefois avec une certaine réussite le climat littéraire de l’âge de Néron.

  • 39 V. 250-253 : …Fervent tam castra tumultu / [etscelerum turba, rapiunturcollaparmtum], / ac velut oc (...)

20L’ira ferox, qui s’avère être le moteur de l’action et le pivot autour duquel la guerre se déroule, ramène l’atmosphère précédente : la mémoire de la patrie est annulée, l’amour se transforme en haine, les liens du sang sont à nouveau abolis39 ; c’est la logique épouvantable de la guerre civile, qui impose une loi implacable car de nouveau les soldats “ se plaisent à être criminels » (v. 253 :... iuvat esse nocentis).

  • 40 A. Borgoi, «Clemenza dote divina» ; et P. Soverini, «La clemenza dei potenti».
  • 41 IX, v. 1.066 sq. : ...Unica belli / praemia civilis, victis donare salutem.
  • 42 Voir F.M. Ahl, Lucan, chap. VI : «Caesar. The Problem of Caesar’s Clementia» ; W. Menz, Caesar und (...)
  • 43 IV, v. 346 sq. : At nunc causa mihi est orandae sola salutis,/dignum donanda, Caesar, te credere vi (...)

21César aime mieux réduire par la soif les ennemis, qui avaient repris le combat, et les amène ainsi à implorer la capitulation ; il ne s’agit pas dans ce cas-là d’un acte de clémence40, mais d’une froide logique qui considère comme inutile de vaincre l’ennemi qui s’offre spontanément au sacrifice. Quand il s’agit de César, la clémence sent l’hypocrisie morale, et elle n’a guère de rapport avec la théorisation faite par Sénèque qui, entre autres, donne d’elle ces définitions : parsimonia sanguinis (Clem. I, 1, 3), temperantia animi in potestate ulciscendi (Clem. II, 3, 1) ou encore prérogative de dare vitam, servare, ignoscere : c’est César lui-même qui en donne une définition ironique quand il affirme que la seule récompense de la guerre civile est de pouvoir accorder la vie sauve aux vaincus41. Lucain modifie radicalement l’idée traditionnelle de clémence, jusqu’à la rendre odieuse : épargner une vie peut en certains cas sembler plus cruel que tuer. Il y a beaucoup d’exemples de ce qu’on pourrait définir, par un oxymoron, comme une “ clémence cruelle », qui consiste à obliger l’ennemi vaincu à partager la joie du vainqueur (IV, v. 362 : Hoc petimus, victos ne tecum vincere cogas) : César révèle toute sa cruauté, camouflée en clémence, quand il oblige son adversaire Domitius à vivre (II, v. 505-525)42. La même ostentation dans l’acharnement à accorder la vie à qui l’abhorre est évidente dans l’épisode de Metellus (III, v. 134-140) à qui César refuse l’honneur de mourir de sa main (III, v. 136 sq. : Dignum te Caesaris ira/nullus honor faciet). Le seul cas de véritable clémence dans la Pharsale se trouve dans le bellum Hispaniense (IV, v. 337-364), quand César pour la première fois est défini comme facilis vultuque serenus (v. 363) et que le texte lui attribue une disposition d’âme qui n’est pas la sienne, c’est-à-dire celle de la passivité (dans ce contexte il n’agit pas, il n’impose pas, il ne traîne pas, mais tout simplement il se laisse fléchir [flectitur]) : on peut affirmer avec raison qu’il s’agit d’une véritable et authentique remissio pœnae43.

  • 44 V. 292-336 ; undae, ¡atices, flumina, puteusque, inrigui, merserit, amnes, fontes, stillant, rare, (...)

22Le bellum Hispaniense contient une description efficace des soldats décimés par la soif recherchant la vie dans une nappe d’eau, cette eau qui juste auparavant, au cours de la tempête, avait été une cause de destruction et de mort et qui maintenant se présente comme la seule possibilité de survie. Il ne s’agit pas de l’ennemi institutionnel, de l’hostis comme on s’y attendrait dans un contexte de guerre, mais de la nature, qui peut se devenir l’adversaire le plus redoutable pour l’homme (on peut lire entre les lignes une analogie avec l’amour parental qui, s’il est renversé, se transforme en furor) ; or manquent justement les instruments convenables pour creuser la terre à la recherche de l’eau, qui sont ici remplacés par les glaives. Dans ce passage dominé par l’aridité et par la sécheresse, les termes liés au champ sémantique du “ liquide » sont paradoxalement nombreux44, comme pour souligner par contraste l’angoisse de celui qui a soif et n’a pas de source où puiser. Dans cette phase conclusive du bellum Hispaniense, la capitulation des lieutenants de Pompée, Afranius et Pétréius qui, tout en ayant été vaincus tiennent à garder intacte leur maiestas, permet d’expérimenter, comme on vient de le dire, la clémence de César, qui libère l’armée, en se faisant remettre ses armes, des peurs propres à celui qui combat. Là aussi, le paradoxe vient justifier la logique de la guerre : le soldat est tutus, innocuus, curarum liber, parce qu’en ôtant son armure il s’est délivré de son cauchemar. Contrairement à ce qui est le cas général dans les engagements, le rôle des soldats ne consiste pas à prendre parti pour l’un ou pour l’autre, mais se limite à celui de spectateurs des événements, reconnaissants à César de son acte de clémence (v. 399 sq. :...ille salutis / est auctor) et sujets loyaux pour celui qui fut leur chef (v. 400 :... dux ille fuit). Tels sont quelques-uns des éléments les plus significatifs du quatrième livre de la Pharsale et particulièrement de la narration du bellum Hispaniense (v. 1-401) ; on peut les retrouver aussi dans plusieurs autres passages du poème : Lucain, avec sa varietas stylistique et avec sa façon de conduire le récit par segments et selon des points de vue différents, nous a présenté un noyau unitaire et autonome inséré dans un tissu narratif complexe.

Bibliographie

Bibliographie

Ahl, Frederick M., Lucan. An Introduction, Ithaca-Londres, Cornell University Press, «Cornell Studies in Classical Philology» (39), 1976.

Borgoi, A., «Clemenza dote divina. Persistenza e trasformazione di un tema da Cicerone a Seneca», Bollettino di Studi Latini, 20, 1990, pp. 360-364.

Cizek, Eugen, L’époque de Néron et ses controverses idéologiques, Leyde, E. J. Brill, coll. «Roma Aeterna» (4), 1972.

Conte, Gian Biagio, Memorie dei pœti e sistema letterario. Catullo, Virgilio, Ovidio, Lucano, Turin, G.Einaudi, 1985.

— «Mutamento di funzioni e conservazione del genere. Stile e forma della Pharsalia», dans Memorie dei pœti e sistema letterario. Catullo, Virgilio, Ovidio, Lucano, Turin, G. Einaudi, 1985, pp. 75-108.

Cristóbal, Vicente, “ Tempestades épicas », Cuadernos de Investigación Filológica, 14,1988, pp. 125-148.

Esposito, Paolo, “ Eroi e soldati. Osservazioni sulle battaglie in Virgilio e Lucano », Vichiana, 10,1981, pp. 62-90.

— “ Sui colorí nella Pharsalia », Vichiana, 14,1985, pp. 85-105.

Il racconto della strage. Le battaglie nella Pharsalia, Napoli, Loffredo, 1987.

Friedrich, Wolf-Hartmut, «Episches Unwetter», dans Festschrift Bruno Snell zum 60. Geburtstag, Munich, C. H. Beck, 1956.

Grimal, Pierre, “ L’éloge de Néron au début de la Pharsale est-il ironique ? », Revue des études latines, 38, 1960, pp. 296-305.

La Penna, Antonio, La cultura letteraria a Roma, t. VIII(2) de Guido Clemente et Andrea Giardina (dir), Il mondo degli antichi (10 vol.), Rome, Laterza, 1986.

Lapidge, Michael, «Lucan’s Imagery of Cosmic Dissolution», Hermes [Wiesbaden, Franz Steiner Verlag], 107, 1979, pp. 344-370.

Leigh, Matthew, Lucan. Spectacle and Engagement, New York, Clarendon Press, 1997.

Martindale, Charles A., «Paradox, Hyperbole and Novelty in Lucan’s De bello civili», Bulletin of the Institute of Classical Studies of the University of London, 23, 1976, pp. 45-54.

Masters, Jamie, Pœtry and Civil War in Lucan’s «Bellum Civile, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

Menz, Walter, Caesar und Pompeius in Epos Lucans. Zur Stoffhehandlung und Charakterschilderg (texte inédit [Berlin, 6 février 1952]).

Metzger, Werner, Kampf und Tod in Lucans Pharsalia (texte inédit [Kiel, 1957]).

Moretti, Gabriella, «Formularità e tecniche del paradossale in Lucano», Maia, nuova serie, 36,1984, pp. 37-49.

Morford, Mark P. O., The Pœt Lucan. Studies in Rhetorical Epic, Oxford, Blackwell, 1967.

Narducci, Emanuele, «Sconvolgimenti naturali e profezia delle guerre civili (Phars : I, v. 522-695)», Alaia, 26,1974, pp. 97-110.

La provvidenza crudele. Lucano e la distruzione dei miti augustei, Pisa, Giardini, 1979.

Opelt, Ilona, «Die Seeschlacht vor Massilia bei Lucan», Hermes, 85, 1957, pp. 435-445.

Pernot, Laurent, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain (2 vol.), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1993.

Piacentini, Ugo, Osservazioni sulla tecnica epica di Lucano, Berlin, Akademie Verlag, 1963.

Rutz, Werner, Lucan, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchger, coll. «Wege der Forschung» (235), 1970.

Saint-denis, Eugène de, Le rôle de la mer dans la poésie latine, Lyon, 1935.

Salemme, Carmelo, “ Onde e macerie nel VI libro della Pharsalia», Bollettino di Studi Latinu, 29, 1999, pp. 469-476.

Soverini, Paolo, «La clemenza dei potenti. Considerazioni sul primo libro del De clementia di Seneca», Bollettino di Studi Latini, 30,2000, pp. 48-61.

Zarini, Vincent, «Pompeio fugiente timentes», dans Jeanne Dion (éd.) Le paradoxe du héros ou d’Homère à Malraux, Nancy-Paris, Association pour la Diffusion de la Recherche sur l’Antiquité (ADRA) - De Boccard, 1999, pp. 131-152.

Notes

1 A. La Penna, La cultura letteraria.

2 E. Narducci, La provindenza crudele, pp. 21 sqq. est contraire à une interprétation ironique de la laus Neronis, interprétation qui a été et qui continue à être sujet de débat critique : voir entre autres P. Grimal, “ L’éloge de Néron au début de la Pharsale est-il ironique ? », pp. 296 sqq., et W. Rutz, Lucan, pp. 15 sqq.

3 E. Cizek, L’époque de Néron et ses controverses idéologiques, p. 7 : “ La Pharsale de Lucain reflète à merveille les sentiments politiques et les opinions littéraires épanouis chez les adeptes de Sénèque ».

4 On pense notamment aux Phéniciennes, où le couple symétriquement fratricide d’Étéocle et Polynice constitue un paradeigma pour Lucain.

5 VII, v, 95 sq. ; Civilia bella / gesturi metuunt ne non cum sanguine vincant.

6 VII, v. 771 : Exigit a meritis tristes victoria pœnas. Le texte de référence est Lucain, La guerre civile (La Pharsale), [2 vol.], t. I : éd. et trad. d’A. Bourgery, t. II : éd. et trad. d’Abel Bourgery et Max Ponchont, Paris, Les Belles Lettres, 1927 et 1929.

7 P. Esposito, Il racconto della strage, pp. 110-113.

8 Trésor de la langue française, t. I, Paris, 1971, p. 105 : “ Héraldic. Dans l’expr. en abîme, le mot abîme désigne le point central de l’écu, où une pièce ou figure est placée de telle façon que les autres pièces ou figures ne sont ni chargées ni même touchées par elle et qu’elles apparaissent en relief, celle en abîme étant simée comme au fond. »

9 IV, v. 1-7 : At procul extremis terrarum Caesar in oris / Martem saevus agit non multa caede nocentem,/ maxima sed fati ducibus momenta daturum. / Iure pari rector castris Afranius illis / ac Petreius erat : concordia duxit in aequas / imperium commune vices, tutelaque valli / pervigil alterno paret custodia signo.

10 I, v. 1-7 : Bella per Emathios plus quam civilla campos,/ iusque datum sceleri canimus, populumque potentem / in sua victrici conversum viscera dextra,/ cognatasque acies, et rupto fœdere regni / certatum totis concussi viribus orbis / in commune nefas, infestisque obvia signis / signa, pares aquilas et pila minantia pilis.

11 Sén., Ep. ad Luc. 91,5 : Ex amico inimicus, hostis ex socio.

12 III, v. 359 : Quamvis Hesperium mundi properemus adaxem ; v, 453-455 : Dux tamen impatiens haesuri ad moenia Martis/versus ad Hispanas actes extremaque mundi/iussit bella geri.

13 J. Masters, Pœtry and Civil War in Lucan’s «Bellum Civile», met en relief l’importance du mot discrimen employé pour indiquer des événements critiques (II, v. 599 ; III, v. 36 ; IV, v. 48,192 et 770 ; V, v. 194, 249, 557 et 713 ; VI, v. 415 ; VII, v, 242 ; VIII, v. 389 ; X, v. 532).

14 La tempête, élément classique de l’épopée gréco-latine, se déchaîne en général sur la mer : on en trouve des exemples dans l’Odyssée (V, v. 291 sqq.), puis chez Virgile (Aen. I, v. 81 sqq.), chez Lucain (V, v. 560 sqq.) et chez beaucoup d’autres auteurs épiques (dans le quatrième livre de la Pharsale apparaît le cas d’une tempête sur la terre ferme). Voir W, H. Friedrich, «Episches Unwetter», pp. 85 sqq. ; V. Cristóbal, «Tempestades épicas», pp. 125 sqq. ; M. P. O. Morford, The Pœ! Lucan, pp. 20-58 ; et U. Piacentini, Osservazioni sulla tecnica epica di Lucano, pp. 29-33.

15 M. Lapidge, “ Lucan’s Imagery of Cosmic Dissolution ».

16 Sén., Nat. quaest., III, 15, 1: Placel natura regí terram, et quidam ad nostrorum corporum exemplar.

17 VII, v. 1-6 : Segnior Oceano quam lex aeterna vocabat,/ luctificus Titan numquam magis aethera contra / egit equos cursumque polo rapiente retorsit/defectusque pati voluit raptaeque labores/lucis et adtraxit nubes, non pabula flammis / sed ne Thessalico purus lucerel in orbe (aussi I, v. 540-44) ; Pétr., v. 118,127-129 :...Namque ore cruento deformis Titan vultum calígine texit / civiles acies / iam tum spirare putares. Voir J. Masters, Pœtry and Civil Par, p. 65 ; E. Narducci, “ Sconvolgimenti naturali e profezia delle guerre civili», p. 103 ; et M. Leigh, Lucan, p. 45 : «The cataclyms at the end of the world serves as an analogy for the disasters wrought by civil war».

18 VII, v. 134-137 : Quis litora ponto / obruta, quis summis cernens in montibus aequor/aetheraque in terras deiecto sole cadentem, / tot rerum finem, timeat sibi?

19 P. Esposito, «Eroi e soldati» ; Id., Il racconto, della strage; et I. Opelt, «Die Seeschlacht vor Massilia bei Lucan».

20 Les mots qui expriment le “ noir » reviennent avec une fréquence surprenante à l’occasion de tempêtes ou de cataclysmes : aler est attesté seize fois (I, v. 541, 547, 579 ; II, v. 37, 293, 301 ; III, v. 98, 404, 424 ; VI, v. 95, 518, 750) ; voir P. Esposito, «Sui colorí nella Pharsalia».

21 Sén., Ep. ad Luc, 79 : Cut solper caliginem splendet, licet contentus interim sit effugisse tenebras.

22 IV, v. 81-120 : naufraga, gurgite, labant, flumina, mersi, palus, aqua, aequorei, Neptune, amnes, litora,pelagi, inundet, fontis, stagna, lacus, effunde,paludis, umor, emergere, madefacto, stagnante, fuso, navigat, bibula, ratis, traiecta, fluviiripis, rivis, vada, pontem, fluvium, uda, gelidos, rigant, lacrimis, ¡atices, irrigui, stillant, rore, conluvies, madentis, sucos, rmbres, sitiens.

23 C. Salemme, «Onde e macerie nel VI libro della Pharsalia». Pour une vision d’ensemble, voir E, de Saint-Denis, Le rôle de la mer dans la poésie latine, Paris, 1915.

24 Sén., De otio, V, 3 : Curiosum nobis natura ingenium dedit et spectatores nos [...] genuit.

25 L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain.

26 G. B. Conte, Memorie dei pœti e sistema letterario, p. 77 r «Il brano campione (II, v. 67-233) è stato scelto per la sua fruttuosa docilita all’analisi e, soprattutto, per l’esemplarità della sua struttura che si articula — in un movimento episodico ma narrativamente compiuto — seconda gli stessi rapporti formali che articolano la costruzione dell’intero poema».

27 IV, v. 243-245 : Itur in omne nefas, et quae fortuna deorum / invidia caeca bellorum nocte tulisset, / fecit monstra fides.

28 P. Esposito, Il racconto della strage, pp. 113-117.

29 Parmi les études concernant les paradoxes chez Lucain on signale ici ceux de G. B, Conte, «Mutamento di funzioni e conservazione del genere» ; E. Narducci, La provvidenza crudele, passim ; G. Moretti, «Formularità e tecniche del paradossale in Lucano» ; et Ch. A. Martindale, «Paradox, Hyperbole and Novelty in Lucan’s De bello civili».

30 VII, v. 320-22. non vos pietatis imago / ulla nec adversa conspecti fronteparentes / commoveant.

31 V. 179 : nec Romanus erat qui non agnoverat hostem ; v. 194 sq. :.. populo venia est erepta nocenti : / agnovere suos ; v. 254 sq. : Tu Caesar, quamvis spoliatus milite multo, /adgnoscis superos.

32 Voir F.M. Ahl, Lucan. An Introduction, 1976, p. 94 ; et J. Masters, Pœtry and Civil War, p. 80.

33 VII, v, 550 sq. : ille locus fratres habuit, locus ille parentis. /Hic furor, hic rabies, hic sunt tua crimina, Caesar. Le comble est quand tuer un parent est considéré un héroïsme : IV, v. 562-565 : Cum sorte cruenta/fratribus incurrant fratres natusque parenti, / hant trepidante tamen toto cum pondere dextra / exegere enses.

34 VII, v. 552-554 : Hanc fuge, mens, partem belli tenebrisque relinque, / nullaque tantorum discat me vate malorum, / quam multum liceat bellts civilibus, aetas.

35 IV, v. 562-565 (Cum sorte cruenta... : vers cités à la note 33 de cette même page) ; VII, v. 320-312 : Sed dum tela micant, non vos pietatis imago / alla nec adversa conspecti fronte parentes / commoveant; VII, V. 369 sq. : Crédite pendentes e summis moenibus Urbis / crinibus effusis hortari in proelia maires ; VII, v, 464 sq. :.. videre parentes / frontibus advertís fraternaque comminus arma ; 550 ille locus fratres habuit, locus ille parentis.

36 V. Zarini, “ Pompeio fugiente timentes ».

37 VII, v. 760-764 : Capit impiaplebes / caespite patricio somnos, caesumque cubile / regibus infandus miles premit, inque parentum / inque toris fratrum posuerunt membre nocentes;/ quos agitat vesana quies sommique furentes.

38 I, v. 111-114 : ... Nam pignora iuncti / sanguinis et dira ferales omine taedas / abstulit ad manes Parcarum Iulia saeva / intercepta manu.

39 V. 250-253 : …Fervent tam castra tumultu / [etscelerum turba, rapiunturcollaparmtum], / ac velut occultum pereat scelus, omnia monstra / in faciem posuere ducum.

40 A. Borgoi, «Clemenza dote divina» ; et P. Soverini, «La clemenza dei potenti».

41 IX, v. 1.066 sq. : ...Unica belli / praemia civilis, victis donare salutem.

42 Voir F.M. Ahl, Lucan, chap. VI : «Caesar. The Problem of Caesar’s Clementia» ; W. Menz, Caesar und Pompeius in Epos Lucans, pp. 49-65 ; W. Rutz, Lucan, pp. 360-376 et 423-438 ; et W. Metzger, Kampf und Tod in Lucans Pharsalia, pp. 138 sqq.

43 IV, v. 346 sq. : At nunc causa mihi est orandae sola salutis,/dignum donanda, Caesar, te credere vita. M. Leigh, Lucan, p. 54 soutient qu’il est licite de parler de clémence de César seulement après la faillite de la concorde et la défaite de Pétréius ; J. Masters, Poetry and Civil War, pp. 87 sq. met l’accent sur le côté le moins humain de César.

44 V. 292-336 ; undae, ¡atices, flumina, puteusque, inrigui, merserit, amnes, fontes, stillant, rare, vena, sudare, vapores, aquae, umorem, conluvies, haustus, aquas, exausto, sorbetur, rare madentis, sucos,fontibus, fluvios, infundas, bibet, venae, umore, imbres, natabant, nubibus, undae, sitiens, amnes.

Auteur

Università Cattolica di Milano

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.