Version classiqueVersion mobile

Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

L’Espagne de Lucain et de Martial

Régine Chambert

Texte intégral

  • * Je remercie MM. les Professeurs Jean-Marie André et Carlos Lévy d’avoir bien voulu relire ce travai (...)

1Ce sont deux visions très différentes de l’Espagne* que nous offrent l’épopée historique de Lucain (Pharsale, chant IV) et les épigrammes de Martial. En effet, bien qu’appartenant à la même génération et étant tous deux d’origine ibérique, du fait de leur histoire personnelle, de leur sensibilité, mais aussi des nécessités du genre poétique dans lequel ils se sont chacun illustrés, ces deux auteurs nous proposent de l’Espagne deux tableaux très contrastés : chez Lucain, elle est avant tout présente comme théâtre des combats et contribue à la mise en scène de la guerre civile ; chez Martial, la vision est plus personnelle et plus nostalgique : l’Espagne est pour lui le pays de l’enfance et aussi celui d’un idéal de vie qu’il aspire à réaliser.

I. - L’Espagne de Lucain : grandeur et violence

2En dépit de ses origines cordouanes, la vision de Lucain semble assez peu marquée par le particularisme espagnol et essentiellement subordonnée aux lois du poème épique. Venu à Rome peu de temps après sa naissance, il n’est pas, comme Martial, imprégné par les lieux et les paysages de son pays d’origine. Son tempérament ibérique semble plutôt s’exprimer dans sa façon de présenter l’Espagne comme une terre de la démesure et des extrêmes, aux confins de la civilisation, une terre empreinte de violence et de grandeur, propre à exalter le courage et l’héroïsme, par les cataclysmes qu’elle déchaîne, les souffrances hors du commun et toujours renouvelées qu’elle inflige aux hommes.

Une terre du bout du monde

  • 1 Pour les textes anciens, l’édition de référence est celle de la Collection des Universités de Franc (...)

3L’Espagne, souvent qualifiée d’« Hespérienne » (Hesperia : I, v. 555 et II, v. 534 et 589), représente d’abord l’extrémité occidentale de l’univers connu, comme le montre d’emblée le vers qui ouvre le chant IV lorsque, après le siège de Marseille, le théâtre de la guerre se déplace dans la Tarraconnaise et que César va chercher l’affrontement « au loin, à la limite extrême de la terre1 » (At procul extremis terrarum Caesar in oris...). De même, aux vers 453-455 du chant III, les lignes des troupes espagnoles se confondent avec la limite extrême du monde occidental. Pour faire ressortir l’humiliation subie par César bloqué à Alexandrie lors de la tentative d’assassinat ourdie contre lui, le poète souligne le sort pitoyable « de cet homme à qui ne suffit pas l’espace romain et qui trouve étroit l’empire compris entre l’Inde et les rives tyriennes de Ga dès » (X, V. 456-457) :

Huic, cui Romani spatium non sufficit orbis
paruaque regna putet Tyriis cum Gadibus Indos.

  • 2 P. Jal, La guerre civile à Rome, p. 242.

4La même référence est reprise à propos des présages annonciateurs de Pharsale, particulièrement nombreux au début de l’année 492, et que l’on peut percevoir en divers points du globe : il n’est de Romain, où qu’il se trouve, qui ne soit en proie à quelque pressentiment, « qu’il soit l’hôte des bords de la Gadès tyrienne, ou s’abreuve aux rives de l’Araxe arménien » (VII, V. 187-188) :

Tyrits Gadibus bospes
adiacet Armeniumque bibit Romanas Araxen...

  • 3 Sénèque se réfère lui aussi à l’Espagne, dans la préface du livre I des Questions naturelles, pour (...)

5Aux vers 54-55 du chant 11, les Ibères, opposés aux Orientaux, représentent encore la limite occidentale de l’univers ; il en est de même dans le portrait de César (I, v. 229-230), où une comparaison oppose « la fronde baléare » (Balearis...fundae) à « la flèche parthe » (Parthi... sagitta)3.

6L’Espagne, qui s’efface devant l’Océan, marque également la limite entre l’Europe et l’Afrique : le poète évoque « la pointe de Gadès, où l’Europe se sépare de la Lybie et où les rivages s’infléchissent pour faire place à l’Océan » (IX, V. 414-416) :

...primis a Gadibus [...],
unde Europa fugit Libyen et litora flexu
Oceano fecere locum...

  • 4 Gadès est même parfois décrite chez Tite-Live comme « une île située hors du monde et baignée de to (...)

7Cette présentation de l’Espagne comme le pays des confins, comme une terre du bout du monde ne fait que reproduire la vision habituelle que les Romains ont de cette région ; elle correspond, semble-t-il, à une constante dans l’imagination de l’Espagne, même si Lucain l’accentue dans un but de dramatisation et d’amplification épiques. Ainsi, chez Tite-Live, l’évocation de Gadès s’accompagne fréquemment de la mention de l’Océan : les Carthaginois, devant l’avancée de Scipion, s’enfoncent vers l’Océan et Gadès4 : penitus ad Oceanum et Gades (XXVIII, 2,15) ; ils sont « refoulés au fin fond de l’Espagne, jusqu’à l’Océan » : in ultimam Hispaniae oram usque ad Oceanum compulsi (XXVIII, 12,10). De même, Horace (ode I, 36, v. 4) fête le retour de Numida revenu « sain et sauf du fond de l’Hespérie » (Hesperia sospes ab ultima), ou celui d’Auguste qui, nouvel Hercule, « regagne victorieux ses pénates depuis la lointaine Espagne » (ode III, 14, v. 4-5) :

Caesar Hispana repetit penatis
uictor ab ora.

  • 5 Y.-A. Dauge, Le Barbare, pp. 473-475.
  • 6 C’est également le terme qu’utilise généralement César à leur égard (Bellum Ciuile, I, 38, 3 et 44, (...)
  • 7 De même Strabon (III, 4,5) insiste sur « leur orgueil démesuré » (Toῦτo δὲ τò αύθαες ἐv τoĩς Iβηρσι (...)
  • 8 Voir aussi l’ode II, 6 d’horace, adressée à Septimius qui serait prêt à le suivre dans les contrées (...)

8Au vers 541 du chant VII de La Pharsale, les Ibères sont cités parmi « les nations du bout du monde » (extremique orbis Hiberi) et les épithètes qui leur sont le plus souvent attribuées dans le poème : durus (II, v. 629), ferus (II, v. 549), sont celles qui qualifient généralement les barbares, les peuples lointains et redoutés, selon ce que certains critiques appellent « la caractérisation courte »5. De même, Tite-Live qualifie fréquemment les Espagnols de « barbares »6 (par exemple dans le livre XXVIII, 1, 8 et 3, 2), et Scipion, dans ses harangues, souligne « leur perfidie et leur cruauté » (ibid., 19, 7) 7 ; l’historien lui-même mentionne leur feritas (ibid., 38,2) et les présente comme « des peuples farouches » (saeuas gentes), [ibid., II, 15]8, « une race indomptable » (ferox genus, XXXIV, 17).

9Quant aux fleuves espagnols, s’ils sont souvent liés, en raison de l’or qu’ils charrient, à la notion de richesse (VII, v. 755-757), ils marquent eux aussi la limite occidentale de la domination romaine, comme, par exemple, le Bétis, l’actuel Guadalquivir, lorsque Pompée veut accentuer l’ampleur de ses conquêtes (II, v. 588-589) :

  • 9 « Le couchant craint mes lois, là où, après tous les fleuves, le Bétis hespérien frappe Thétys fugi (...)

Occasus mea tura liment Thetynque fugacem
qui ferit Hesperias post omnia flumina Baetis9.

  • 10 Duraeque... Hiberiae (Horace, ode IV, 14, 50). Voir Tite-Live, qui souligne les difficultés géograp (...)
  • 11 Voir Tite-Live, livre XXVIII, 12, 10 : …prima Romanis mita prouinciarum, quae quidem continentis su (...)

10Lucain semble donc reprendre, en l’intensifiant, l’image d’une Espagne farouche et lointaine, celle de la « rude Hibérie10 », longtemps rebelle à la domination romaine11, d’autant plus mystérieuse et redoutée qu’elle marque la limite occidentale des terres connues et qu’au delà s’étend l’Océan, immense et inquiétant.

L’Espagne théâtre de la guerre : violence et déchaînement des éléments

11L’Espagne, terre des confins, est aussi, chez Lucain, une Espagne des cataclysmes, une Espagne où les éléments se déchaînent avec la plus extrême violence, jouant ainsi un rôle d’amplification et de dramatisation dans la mise en scène de la guerre civile. Cette Espagne de la grandeur surgit d’abord dans le poème avec la présentation du site d’Ilerda, où les deux camps vont s’affronter. Immensité des plaines qui dominent Ilerda, ampleur majestueuse des fleuves de la Tarraconnaise tels que le Sicoris (IV, v. 11-16), large perspective que limite le cours de la Cinga et de l’Èbre (IV, v. 16-23) : le paysage est à la mesure des deux chefs qui se défient, à la mesure des enjeux de la guerre.

12Mais celui-ci ne constitue pas seulement un cadre imposant ; son rôle n’est pas seulement stratégique, comme dans le passage qui précède la scène de fraternisation (IV, v. 157-162). Il représente aussi un élément capital dans l’issue des combats ; les conditions géographiques et climatiques (aer) vont orienter de façon décisive le processus guerrier (IV, v. 48-49) :

  • 12 « Là s’arrêta le rôle joué par les armes ; pour le reste, ce sont l’air inconstant et ses mouvement (...)

Hactenus armorum discrimina; cetera bello
fata dedit uariis incertus motibus aer12.

  • 13 Strabon III, 4, 12 mentionne la fréquence des inondations comme une caractéristique de la Celtibéri (...)
  • 14 Sur ces aspects, voir R. Chambert, Rome : le mouvement et l’ancrage.

13Après un tableau de l’hiver espagnol qui, par des contrastes violents et paradoxaux (IV, v. 50-55 : Vrebant montana niues... [« La neige brûlait les montagnes »]), mêle les extrêmes : feu et glace, eau et sécheresse, Lucain s’attarde sur les pluies diluviennes du printemps, dans une vision élargie à tout l’univers : l’Eurus amoncelle sur l’Espagne, pointe extrême du monde occidental, tous les nuages qu’il trouve sur son passage (IV, v. 62-67), en un gigantesque mouvement d’est en ouest Pluies et neiges déferlent, entraînant la crue : le paysage est submergé13 (IV, v. 76-77). L’Espagne et ses excès permettent au poète d’exprimer, en le stylisant, le conflit de l’homme avec les forces hostiles de la nature14 (IV, v. 85-84) :

  • 15 « Puis fondirent les neiges pyrénéennes, que Titan n’eut jamais le pouvoir de dissoudre... ».

Iamque Pyrenaeae; quas numquam soluere Titan
eualuit, fluxere niues15...

  • 16 Dans le Bellum Ciuile, César mentionne pareillement, lors de cette même bataille d’Ilerda, la viole (...)

14Les troupes césariennes16 sont prises dans les eaux (IV, v. 87-89) :

  • 17 « Déjà les troupes césariennes, naufragées, nagent dans la plaine, et le camp, soulevé par une mass (...)

Iam naufraga campo
Caesaris arma notant, impulsaque gurgite multo
castra labant; alto restagnant flumina uallo
17

  • 18 Voir la thèse d’A. Loupiac, La poétique des éléments dans « La Pharsale » de Lucain, pp. 87 et 128.

15La scène prend un caractère véritablement apocalyptique18 (IV, v. 98-99) :

  • 19 « Déjà tertres et collines s’effacent, déjà les fleuves ont disparu tout entiers sous un même lac q (...)

lamque tumult collesque latent, iam flumina cuncta
condidit una palus uastaque uoragine mersit19.

  • 20 M. Lapidge, «Lucan’s Imagery of Cosmic Dissolution».

16M. Lapidge20 a bien montré que ce cataclysme aux dimensions de l’univers constitue à la fois un prélude au premier combat de la guerre civile en Espagne, la bataille d’Ilerda, et un reflet de la dissolution cosmique qui fascine l’imagination poétique de Lucain. Les termes employés dans ce passage du chant IV rappellent la description que fait Sénèque dans le De Beneficiis (VI, 22, 1) de l’ἐκπύρωσις stoïcienne et de ses conséquences :

  • 21 « Renonçant à une si riche diversité, l’univers se désagrège pour former une masse unique et un abî (...)

...Ex tanta uarietate soluantur atque eant in unum omnia [...] et profunda uorago tot deos sorbeat21...

17Les inondations empêchent le ravitaillement, entraînant pénurie et famine (IV, v. 93-95) :

  • 22 « Et déjà, celle qu’on voit toujours en tête du cortège des grands fléaux, la faim cruelle, apparai (...)

Iamque comes semper magnorum prima malorum
saeua fames aderat, nulloque obsessus ab hoste
miles eget22...

18Par suite de la catastrophe climatique, c’est le pays lui-même qui affame les troupes.

19Après la crue, la sécheresse (IV, v. 330-336) : c’est l’épreuve de la soif pour les Pompéiens enfermés par César sur « des collines desséchées » (sicas... collibus, v. 263). Environnés de fleuves qu’ils ne peuvent atteindre, les soldats meurent de soif (IV, v. 330-331) :

  • 23 « Ils attendent les pluies, dont le déferlement faisait tantôt flotter toutes choses, et leurs rega (...)

Exspectant imbres, quorum modo cuncta natabant
impulsu, et sicas uultus in nubibus haerent23.

20Les voilà soumis à un nouveau « supplice de Tantale », car ils ne se trouvent pourtant pas dans des déserts privés d’eau (IV, v. 334-336) :

  • 24 « Mais, prise encre le débordement du Sicoris et le cours impérieux de l’Èbre, l’armée assoiffée co (...)

Sed ínter
stagnantem Sicorim et rapidum deprensus Hiberum
special uicinos sitiens exercitus amnes24.

21En revanche, après la reddition, les fleuves désormais accessibles leur rendent la vie ; l’eau devient alors salvatrice (IV, v. 366-367 et 380-381) :

  • 25 « Mais l’eau toute seule ramène la vie ; il suffit aux peuples d’un fleuve et des dons de Cérès. »

Sed gurgite puro
uita redit ; satis est populis fluuius Ceresque25.

22L’Espagne est bien cette terre des extrêmes et des contrastes, aux bouleversements imprévisibles et contradictoires, qui donne au drame de la guerre civile une dimension encore accrue.

23Chez Lucain, la mise en scène de l’Espagne dans un contexte épique contribue donc essentiellement à créer une atmosphère de grandeur héroïque.

24À la pointe extrême du monde occidental, l’Espagne apparaît comme une région éloignée et redoutable par ses excès et ses violences, surprenante par ses contrastes, ses paradoxes. Il s’agit essentiellement d’une Espagne hivernale et printanière, où les fleuves prennent une importance dramatique, où l’eau peut se montrer tour à tour destructrice et salvatrice.

25Dans la bataille d’Ilerda, ce n’est pas l’homme mais le pays qui a le dernier mot. Le site n’est pas seulement un décor, il ne présente pas seulement un intérêt stratégique ; c’est lui qui décide véritablement de l’issue des combats, du fait de l’importance du facteur climatique (aer).

26L’Espagne de Lucain est donc avant tout caractérisée par le bouleversement des éléments naturels, beaucoup plus que par les particularités géographiques ou ethnographiques. Intégrée dans une vision cosmique, elle contribue à mettre en scène les luttes fratricides des hommes, plongés dans une nature hostile, face aux éléments déchaînés. C’est une Espagne dévastée et inhumaine, reflet du chaos que constitue la guerre civile.

II. - L’Espagne de Martial : entre rêve et nostalgie

  • 26 Vingt-quatre ans exactement, puisqu’il est né vraisemblablement aux alentours de 40 (l’épigramme X, (...)
  • 27 Comme on peut le déduire de l’épigramme X, 103 (v. 7), qui date probablement de 98, et où il indiqu (...)
  • 28 Rejet exprimé à plusieurs reprises, en particulier dans l’épigramme X, 4.

27Contrairement à Lucain, Martial n’est pas seulement né en Espagne : s’il a vécu trente-quatre ans à Rome, de 64 à 98, il a passé son enfance et une partie de sa jeunesse en Tarraconnaise26, et il retourne à Bilbilis, sa ville natale, en 9827, où il reste jusqu’à sa mort en 104. Grâce à l’aide financière de Pline le Jeune, au « viatique » que ce dernier lui avait offert à son départ, il a pu effectuer le voyage de retour, ainsi que Pline lui-même nous le fait savoir dans une lettre (III, 21) à la fois simple et émouvante, où il annonce la mort de Martial et rend hommage aux qualités du poète et de l’ami en caractérisant magistralement sa personnalité et son art par les trois termes de sal, fel et candor (le « sel », le « fiel » et l’« innocence »). La connaissance que Martial a de l’Espagne est donc plus précise, plus intime que celle de Lucain. Le genre de l’épigramme lui permet d’en dresser un portrait certes fragmentaire et « éclaté », mais plus authentique et plus familier que celui de Lucain. Son goût du réalisme, son rejet de la mythologie28 le portent vers une poésie du quotidien : son Espagne est plus présente, plus concrète. C’est une vision beaucoup plus personnelle et empreinte de nostalgie qu’il nous offre.

Une terre du bien-être et de l’abondance

  • 29 Sur cette idéalisation due à l’éloignement et à la nostalgie, voir l’étude de M. C. de Castro-Maja,(...)
  • 30 Voir Strabon, III, 2, 4 ; III, 3, 4 ; III, 4, 9 ; et III, 15, 16. Voir sur ce point la Chorographie(...)

28Alors que l’Espagne de Lucain est avant tout un pays où l’on combat avec acharnement et où la mort est présente à chaque instant, une région où l’on souffre de la faim et de la soif et où les catastrophes naturelles, s’ajoutant à la guerre, engendrent pénurie et privations, celle de Martial est essentiellement une terre de la richesse, de la profusion et de la satiété, une terre où tout concourt au bien-être, au repos, à la douceur de vivre. C’est en tout cas l’image qu’il se fait de sa patrie lointaine, celle qui hante ses rêves et qu’il nourrit de toutes les frustrations et humiliations que sa vie à Rome lui apporte29. Cette image, si différente de celle de Lucain, correspond à une autre vision de l’Espagne, souvent donnée par les géographes antiques, tels que Posidonius30, qui insistent sur les richesses de la Péninsule et la présentent parfois comme un véritable Eldorado. Cette vision, qui coexiste avec celle de la lointaine et rude Hibérie, semble l’avoir ensuite peu à peu effacée et même supplantée, après la pacification définitive et le développement de la romanisation.

a) Les agréments du paysage et du climat

29Martial célèbre d’abord les agréments du paysage et du climat, soulignant l’extrême diversité de la Celtibérie, où alternent montagnes, bocage, bois et coteaux (I, 491 v. 5-8 ; IV, 55, v. 24-26). Il vante aussi l’abondance des eaux, fraîches ou tièdes, qui délassent ou tonifient le corps (IV, 55, v. 21-23et I, 49, v. 9-12) :

  • 31 « Tu te baigneras dans le lit paisible du tiède Congedus et dans l’eau douce des lacs, qu’habitent (...)

Tepidi natabis lene Congedi uadum
mollesque Nympharum lacus,
quibus remissum corpus adstringes breui
Salone, qui ferrum gelat31,

  • 32 M. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, p. 162.
  • 33 Dans une étude consacrée à « Martial et la deuxième épode d’Horace », pp. 173 à 192.
  • 34 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, p. 229.

30On peut sans doute voir dans la pratique ancienne, chez les Celtibères, des bains chauds et froids, l’influence romaine, comme le fait remarquer M. Dolç32 qui cite Strabon III, 3, 6. À l’inverse d’Horace qui, lorsqu’il veut évoquer la fraîcheur, mentionne des sources et des rivières anonymes, Martial nomme et qualifie d’un trait caractéristique les fleuves de sa patrie : « L’art de Martial, écrit L. Duret33, particularise. Le trait est plus défini sous sa main. Il perd de son mystère. Qualités, limites d’une esthétique réaliste » — réalisme dont, pour sa part, P. Laurens34 fait l’éloge lorsqu’il évoque le poignard espagnol dont Martial (XIV, 33), par le jeu des sonorités (stridentem gelidis hunc Salo tinxit a (pas), fait entendre le sifflement quand on le trempe, incandescent, dans les eaux glacées du fleuve. Le poète semble particulièrement attaché aux fleuves de sa région natale, dont les noms reviennent sans cesse dans les épigrammes où l’Espagne est évoquée : le Salo Celtiber, le Salo patrius, bien sûr (X, 96, v. 3), associé souvent au Tage, accompagné d’un possessif : noster (IV, 55, v. 2) ou meus (VII, 88, v. 7) ; Martial se proclame citoyen du Tage (Tagi ciuis, X, 65, v. 4), qui marque la frontière sud de sa Celtibérie natale. Nommer les lieux de sa patrie, c’est les rendre présents, les faire vivre, pour lui-même comme pour ses lecteurs.

  • 35 Virgile, Bucoliques, I, v.53.
  • 36 Domaine qui lui avait peut-être été donné par Sénèque, l’un de ses plus généreux bienfaiteurs, ou b (...)
  • 37 Voir sur ce point l’article de M. Bonjour, «Quomodo Martialis poeta».

31Le pays de Bilbilis incarne l’ombre et la fraîcheur, le frigus opacum35 (IV, 49, v. 16-18), alors qu’à Rome le poète souffre du manque d’eau (IX, 18) et que son petit domaine de Nomentum36 est « sec » (XII, 57, v. 1 :...sicci parua rura Nomenti), le jardin « assoiffé » (IX, 18, v. 3 :...sitientibus hortis) ; lui a soif des eaux de son pays natal37 (X, 96, v. 3). Si l’Espagne était sans doute plus boisée qu’aujourd’hui, elle comportait aussi beaucoup de paysages arides et désolés sur lesquels Martial ne s’attarde pas, car, dans la vision idéalisée du souvenir, les images d’eau et de fraîcheur dominent.

32Il note les contrastes entre les forêts touffues, les rives ombragées des fleuves (I, 49, v. 16 : obscurus umbris arborum) et « la chaleur d’un azur sans nuage » (ibid., v. 15 : aestus serenos...) ou « les rivages ensoleillés de Tarra-gone » (ibid., v. 21 : aprica... Tarraconis litora) lorsque « le blanc décembre et l’hiver brutal déchaînent les rauques mugissements de l’Aquilon » (ibid., v. 19-20) :

  • 38 Sur ce vent, le circius (ou cercius), qui souffle dans la région aragonaise et sur la Meseta, voir (...)

At cum December canus et bruma impotens
Aquilone38 rauco mugiet.

  • 39 Il rapproche (« Martial et la deuxième épode d’Horace ») le vers 19 de l’épigramme I, 49 : «At cum (...)
  • 40 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, p. 234. Voir aussi J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Cla (...)
  • 41 Voir W. Goerler, «Martials Reisegedicht für Licinianus». À l’inverse, dans l’épigramme IV, 25, il f (...)

33Relevant cette loi des contrastes dans laquelle il décèle l’empreinte horatienne, et en particulier l’influence de la deuxième épode (chez Martial comme chez Horace les tableaux hivernaux succèdent aux images estivales), L. Duret39 a bien montré que l’imitation n’excluait pas la sincérité, n’était pas incompatible avec la spontanéité dans l’inspiration ; car Martial, dans sa célébration de la vie rustique et de la campagne espagnole, ne fait preuve d’aucune « distanciationtion » : Horace constitue un « masque » à travers lequel Martial fait entendre sa propre voix, tout en atteignant l’universel. De son côté, P. Laurens40 a souligné, à propos de l’épigramme I, 49, « la vision originale des lieux et des choses » qui est celle de ce poète, le caractère « unique » des images de la Celtibérie natale, « les dimensions inaccoutumées du paysage, élargi à un gigantesque panorama vu comme à vol d’oiseau ». On remarquera aussi l’absence quasi totale de références mythologiques dans la peinture des paysages, ce qui va dans le sens de l’authenticité et de la sincérité des souvenirs41.

b) Richesse et douceur de vivre

  • 42 VoirM. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, pp. 133-152.
  • 43 « Bilbilis fière de son or et de son fer ».
  • 44 Le nom de Bilbilis apparaît dans six poèmes, celui du Salo et celui du Tage sont chacun mentionnés (...)
  • 45 Voir Pomponius Mela, Chorographie, III, 8, qui présente le Tage comme « un fleuve qui produit des p (...)
  • 46 Pharsale, IV, v. 297-298 ; «Non se tam penitus tam longe luce relicta/merserit Asturii scrutator pa (...)
  • 47 Cf. Stace, Silves, II, v. 24-35, qui célèbre les oliviers de la Bétique, patrie de Lucain. Pline pr (...)

34Outre sa beauté et sa diversité géographiques, l’Espagne incarne aussi, pour Martial, la richesse et la douceur de vivre. L’or de Bilbilis, l’actuelle Calatayud42, est maintes fois évoqué (XII, 18, v. 9 : aura Bilbilis et superba ferro43), de même que l’or du Tage44 (VI, 86, v. 5 et aussi VII, 88, v. 7 ; VIII, 78, v. 5-6 ; X, 17, v. 3-4 ; XIV, 199) : c’est le proverbial Tagus aurifer45, souvent associé à l’Asturie et à ses mines d’or, chez Lucain par exemple46. Le Bétis est, lui aussi, symbole d’opulence et de prospérité47 (VIII, 28, v. 6 ; IX, 61, v. 2 ; XII, 98, v. 1-4). De même, dans la Médée de Sénèque (v. 723-727), le Bétis, limite occidentale du monde, met l’Espagne en parallèle avec les plus fabuleuses terres de l’Orient. Ces richesses de l’Espagne que Martial rappelle avec fierté sont bien réelles ; Pomponius Mela les mentionne dans sa Chorographie (III, 26) :

  • 48 « Elle abonde [...] en hommes, chevaux, fer, plomb, cuivre, argent et or, et sa fertilité est telle (...)

Uiris, equis, ferro, plumbo, aere, argento auroque [...] abandons, et adeo
fertilis ut, sicubi ob penuriam aquarum effeta ac sut dissimilis est, linum
tamen aut spartum alat48.

  • 49 Histoire naturelle, livre III, 29 : Metallis plumbi, ferri, aeris, argenti, auri tota ferme Hispani (...)

35Pline mentionne aussi les richesses minières du pays, en particulier celle de l’Espagne citérieure et de la Bétique49.

36Outre les métaux que recèlent le sol ou les fleuves, Martial vante aussi toutes les autres productions de son pays : une mer poissonneuse et « des huîtres qui n’ont rien à envier à celles de Baïes » (X, 37, v. 11) : «ostrea Baianis quam non liuentia testis.»

  • 50 Cf. Strabon, III, 2, 7 qui souligne l’abondance, la variété et la taille exceptionnelles des poisso (...)

37Dans l’épigramme X, 78 (v. 12), il évoque « le roseau du Tage poissonneux » avec lequel il rédigera son poème (piscosi calamo Tagi no tata). Dans X, 37 (v. 5-20), il s’étonne que son compatriote Maternus paraisse vouloir rester en Italie et préfère, semble-t-il, les dérisoires productions de la côte laurentine à la profusion de poissons et de gibier que l’on trouve aux bords de l’océan d’Espagne : « hideuses grenouilles » (turpis... ranas), « maigres anguilles » (tenues... acos), « fades palourdes » (fatuam... pelorida), moules, « renard malodorant » (olidam... uolpem), opposés aux énormes mulets, si nombreux qu’on peut se permettre de les rejeter à l’eau quand ils n’atteignent pas le poids voulu (v. 7-8), aux huîtres abondantes et aux « lièvres que retiennent des filets encore humides de la pêche » (v. 16 : inpedient lepores umida lina meos)50.

  • 51 Dans un article intitulé «Due passioni di Marziale: Roma e Hispania».
  • 52 J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, p. 175.
  • 53 Voir P. Grimal, Les jardins romains, pp. 418-419.
  • 54 Terre natale, p. 362. Voir aussi J. Hubaux, Les thèmes bucoliques de la poésie latine, p. 241, qui (...)
  • 55 De même, la maison que possède Bassus, aux abords de Rome, est, à l’inverse de la villa de Faustinu (...)

38Martial prend en compte la totalité de son pays, dont il souligne la richesse et la diversité, et plusieurs critiques tels que M, Dolç51 ou encore J. P. Sullivan52 ont noté que son patriotisme s’étend à l’Espagne entière et que c’est dans son œuvre, à travers ces laudes Híspanme, que s’exprime pour la première fois l’idée de l’Espagne comme entité nationale. Cependant Martial se définit avant tout comme celtibérien et il célèbre plus particulièrement la fertilité de la campagne de Bilbilis et de Boterdum, « séjour aimé de la féconde Pomone » (I, 49, v. 8 : Pomona quod felix amat), dont les parua rura (XII, 57, v. 1) de « l’aride Nomentum » (sicci... Nomenti) ne sont qu’un imparfait substitut. C’est là qu’il peut réaliser son idéal de vie rustique, goûter la simplicité dans l’abondance qu’il décrit au cours de l’épigramme 55 du livre I (v. 7-12). Cette opulence modeste, il la trouvera dans la petite propriété que lui procure, à son retour, Marcella, son amie et protectrice de Bilbilis (XII, 31, v. 1-10), domaine qui correspond bien au vœu exprimé en X, 104 (v. 12-15). Si la présence des eaux, des ombrages évoque les raffinements des jardins italiens53, Martial fait passer avant les aménagements luxueux « la bonne fécondité d’un jardin nourricier », selon l’expression de M. Bonjour54. Il aime surtout la terre nourricière, les jardins productifs susceptibles d’apporter à tous la satiété. À l’opposé, Rome, malgré ses richesses, son marché abondamment fourni, incarne la pénurie. À Rome, selon une formule saisissante, règne la pretiosa fames (X, 96, v. 9), c’est-à-dire « la faim ruineuse », « la faim malgré les dépenses55 ». À Bilbilis, Martial a retrouvé, dans la simplicité, la chaleur et l’abondance (XII, 18, v. 19-21) :

  • 56 « À mon lever, un foyer garni d’un royal monceau de bûches tirées du bois de chênes voisin m’accuei (...)

Surgentem ficus excipit superba
uicini strue cultus iliceti,
multa uilica quem coronat olla56.

  • 57 « Car il faut "la mystérieuse alchimie" du feu et de la cuisine pour transformer en aliments tous l (...)

39Ainsi se trouve réalisée cette « rêverie alimentaire » qui, selon M. Bonjour57, traduit surtout le besoin profond du pays natal. « En rattachant à Bilbilis de telles images du foyer, écrit-elle, Martial rêvait d’un bien-être dans sa plénitude. »

  • 58 L. Duret, « Martial et la deuxième épode d’Horace ».

40L. Duret58 a mis en relief l’« allure horatienne », plus encore que virgilienne, de ces tableaux : la uilica des Épigrammes rappelle, de toute évidence, la paysanne sabine de l’épode II (v. 41-46), entassant du bois dans le foyer et préparant pour le retour de son mari un repas simple mais succulent ; souvenirs horatiens qui n’enlèvent rien, du reste, à la sincérité de l’évocation, car les images de la Celtibérie ont gardé toute leur intensité. Le tableau campagnard n’a rien de livresque ; il témoigne au contraire d’une expérience authentique et originale. Plus encore, écrit L. Duret, « l’imitation d’Horace fournit à Martial un moyen d’accréditer ses émotions personnelles. Elle flatte sa nostalgie ». Soulignant « la place faite aux réalités de la province natale », il montre comment

la référence à Horace leur confère des lettres de noblesse : elle leur ouvre un droit de cité dans la poésie latine. Sous le patronage d’Horace, Bilbilis accède à la dignité poétique.

  • 59 Sur ce personnage, voir J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, pp. 18-19.
  • 60 Liste à laquelle il conviendrait d’ajouter, entre autres, Porcius Latro, Pomponius Mela et Columell (...)

41Enfin, une autre richesse de l’Espagne que Martial ne manque pas de rappeler, c’est, bien sûr, sa richesse littéraire, représentée par l’illustre famille des Annaei, originaire de Cordoue — les deux Sénèques et Lucain dont il évoque, avec un profond sentiment de révolte, la mort imposée et prématurée (1,61, v. 7-12 ; X, 64, v. 3 ; VII, 22 ; et VII, 23, v. 2) — ou, dans le domaine de l’éloquence, par Quintilien (II, 90, v. 2) et l’avocat Licinianus59 (IV, 75, v. 1-3), ami et compatriote de Martial60.

Une Espagne morale

42Si l’Espagne est présente, dans l’œuvre de Martial, avec ses paysages, ses fleuves, ses campagnes, elle est aussi associée, dans son esprit, à tout un idéal de vie, fait de simplicité, d’abondance et de tranquillité, qu’il n’a pu réaliser à Rome.

a) L’Espagne, incarnation de la rusticitas

  • 61 J.-M. Pailler, « Martial et l’espace urbain ».

43L’opposition Hispania/Vrbs apparaît comme une variante de l’opposition rusticitas/urbanitas dont J.-M. Pailler61 a montré l’importance dans l’œuvre du poète.

  • 62 Sur ce vers et sur l’épigramme X, 18, voir l’article de D. Romano, «Sic me iuuat uiuere».

44C’est dans la campagne espagnole que Martial trouve le bien-être, le bonheur de vivre qu’il avait tenté auparavant d’atteindre dans le domaine de Nomentum (XII, 5-7). « C’est ainsi qu’il me plaît de vivre, ainsi qu’il me plaît de mourir », écrit-il à la fin de l’épigramme XII, 18 (v. 26) : «Sic me uiuere, sic iuuat perire62», remplaçant ainsi la pointe qui clôt habituellement l’épigramme par l’expression d’un désir sincère et profond.

  • 63 Voir M, Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, p. 177, dans ta partie de son étude consacrée à la toponym (...)

45Cette rusticité nécessaire à son art de vivre transparaît d’abord dans la rudesse des toponymes dont Martial se plaît à dérouler la liste «come una letanía barbara63» aux oreilles du lector delicatus (IV, 55, v. 8-10) :

  • 64 « Quant à nous, les descendants des Celtes et des Ibères, n’ayons pas honte de citer dans nos vers (...)

Nos Celtis gentíos et ex Hiberis
nostrae nomina duriora terrae
grato non pudeat referre uersu64.

  • 65 «Haec enim ignota nomina, quasi barbarica, cum per nouitatem Romanis placebant, tum Celtiberiae alu (...)

46Après les nomina duriora, il évoque les nomma rustica (IV, 55, v. 11-29), les nomina crassa (XII, 18, v. 11-12), les « noms sans élégance », tels ceux de Boterdus et de Platea, que l’on rencontre sur le sol de la Celtibérie65. Le poète cite avec complaisance ces noms rugueux en accord avec tout un paysage de collines escarpées et avec cette Espagne rude et vertueuse, reflet de la Rome d’autrefois, dans laquelle un Manlius retournant la terre avec des bœufs vigoureux peut rappeler la célèbre figure de Cincinnatus (IV, 55, v. 25-26) :

  • 66 « ...Et ces coteaux de Vativesca dont Manlius laboure les pentes avec l’aide de vigoureux taureaux  (...)

Et quae fortibus excolit iuuencis
curuae Manlius arua Vatiuescae66.

  • 67 C’est ce qu’a bien noté M. Bonjour, ibid. : «Martialis ergo sua in Celtiberia ueterum Romanorum rus (...)

47Austérité alimentaire aussi, à la fois conforme aux exigences du mos maiorum et bien dans le goût des stoïciens : une queue de hareng de Saxetanum, ville de la Bétique connue pour ses conserves de poisson de mer, ou une bouillie de fèves à l’huile lui paraissent préférables à tous les raffinements culinaires qu’apprécient les gourmets romains (VII, 78). Ainsi, un peu à la manière de Tacite retrouvant, à peu près à la même période (le traité De origine et situ Germanorum date de 98), dans les mœurs des farouches Germains les vertus de la Rome ancienne, Martial célèbre cette rude Hibérie, image inversée de la Rome flavienne et reflet nostalgique de la Rome des premiers temps67.

  • 68 Cf. Catulle, Carmen 37, v. 17-18.
  • 69 Celle des Gaditanae, les danseuses de Gadès aux poses lascives et aux rythmes enjôleurs (cf. Strabo (...)

48Cette rusticité, ne la porte-t-il pas jusqu’en lui-même, lui, l’Espagnol « aux cheveux rebelles » (Hispanis ego contumax capillis68, X, 65, v. 7), descendant des farouches Celtibères (ibid., v. 3-4) ? Et c’est bien la farouche Celtibérie (Celtas [...] et truces Hiberos, X, 78, v. 9) qui a les préférences de Martial, et non la Gadès « folâtre » (iocosa, I, 61, v. 9) ou « impudique » (improba, V, 78, v, 26-27 ; Cf. VI, 71, V. 1-2)69.

b) Espagne et idéal de la vie

  • 70 Voir U. E, Paoli, «Vita Romana», p. 127.
  • 71 M. Bonjour, Terre natale, p. 217.

49L’Espagne est aussi pour Martial une Espagne « morale » ; elle incarne tout un idéal de vie dans lequel Rus s’oppose à toga : symbole du forum, de ses activités et obligations, mais surtout symbole de décadence, la toge du citoyen est devenue la livrée du client (opera togata70) ; la toga a dégénéré en togula, « pauvre toge usée, sans valeur et défraîchie » (IX, 100, v. 5 : Trita quidem nobis togula est uilisque netusque), en toga sudatrix, « toge trempée de sueur » (XII, 18, v. y). Privilège du citoyen, elle est devenue « le paradoxal symbole de tous les esclavages71 ».

50En Espagne au contraire,

  • 72 « La toge est ici inconnue, mais à ma demande, on me donne un vêtement à portée de main, pris sur u (...)

Ignota est toga, sed datur petenti
rupta proxima uestis a cathedra72.

51Martial est heureux, à son retour tardif en Celtibérie, de mener « une vie de paysan » (XII, 18, v. 7-9) :

  • 73 « Pour moi, retrouvée après bien des hivers, ma Bilbilis m’a accueilli et a fait de moi un paysan, (...)

Me multos repetita post decembres
accepit mea rusticumque fecit
aura Bilbilis et superba ferro73.

52Il apprécie la simplicité et l’abondance de biens que l’on produit soi-même et dont on est le maître ; il choisit l’obscurité contre la gloire, l’austérité contre le luxe. Il peut « goûter la rude oisiveté que lui procurent des biens modestes » (I, 55, v. 4 : sordidaque in paruis otia rebus amat) et allier ainsi idéal épicurien et autarcie traditionnelle (X, 96, v. 5-6) :

  • 74 « La terre que j’aime est celle où d’humbles moyens me rendent riche et où de minces ressources cré (...)

Illa placet te/lus in qua res parua beatum
me facit et tenues luxuriantur opes74.

53À la surprise de son ami Avitus, il exprime son désir de regagner « le champ grossièrement cultivé où se dresse une bicoque qu’il emplit de ses produits » (ibid., v. 4 : et repetam saturae sordida rura casae).

54L’opposition parua / beatum, tenues / luxuriantur opes, saturae / sordida n’est pas, dans son esprit, contradictoire : c’est ainsi que, dans son rêve, il voit la petite propriété de Bilbilis : petite, mais regorgeant de biens.

55À l’opposition richesse/pauvreté répond l’opposition Bilbilis/Rome : paradoxalement, Rome, malgré tous les biens quelle voit affluer, incarne la privation, la pénurie (ibid., v. 7-10) :

  • 75 « Ici le sol est entretenu ; là-bas, il vous entretient ; ici, chichement garni, le foyer est à pei (...)

Pascitur hic, ibi pascit ager; tepet igne maligno
hic focus, ingenti lumine lucet ibi;
hic pretiosa fames conturbatorque macellus,
mensa ibi diuitiis ruris opería sui75.

56Martial expose tout un idéal de vie où le travail et la petite propriété permettent d’échapper à l’esclavage du clientélisme, thème véritablement obsessionnel dans sa peinture de la capitale italienne. Espagne et liberté, Espagne et dignité ne font qu’un, comme l’indique bien le jeu sur le double sens de cole (ibid, v. 13-14) :

  • 76 « Va donc à présent cultiver les grands, quand tout ce qu’un protecteur ne saurait te fournir, une (...)

I, cole nunc reges, quidquid non praestat amicus
cum praestare tibi possit, Avite, locus76.

  • 77 « Si Martial redit si souvent son amour de la retraite, écrit L. Duret ("Martial et la deuxième épo (...)

57Il échappe ainsi à l’aliénation77.

58C’est dans un tel cadre qu’il lui est possible de goûter le repos, un sommeil paisible que les tracas du forum, les obligations de la Ville ne viennent pas troubler (I, 49, v. 31-36 et XII, 68). Il vaut la peine de renoncer au succès, à la renommée pour apprécier les joies véritables, la vraie vie (ibid., v. 37-42). Martial se remet à Bilbilis des fatigues accumulées à Rome (XII, 18, v. 13-16). Même le travail est qualifié de dulcis, terme à connotation nettement épicurienne : il n’est pas en contradiction avec la détente, avec l’oisiveté (X, 18, v. 10-11) :

  • 78 « Ici nous cultivons sans effort, grâce à un labeur agréable, Boterdus et Platea... ».

Hic pigri colimas labore dulci
Boterdum Plateamque78...

  • 79 Pour la référence au domaine d’Alcinoüs, cf. X, 94, v, 2 et V, 64, v. 19.

59C’est d’ailleurs un épicurisme teinté d’hédonisme qui imprègne la description du petit domaine que lui a offert Marcella (XII, 31). Rusticité en effet toute relative de ce jardin aux raffinements délicats : bois, sources, tonnelles, canaux, roseraies ; la référence à Homère, l’un des quelques poètes à avoir les faveurs des cercles épicuriens de Campanie, confirme le trait : on peut y goûter une « douceur de vivre » digne des jardins d’Alcinoüs79 (XII, 31, v. 9-10), écrit Martial, par une concession — rare chez lui — au domaine mythique :

  • 80 « Si Nausicaa voulait me céder les jardins de son père, je pourrais dire à Alcinoüs : “J’aime mieux (...)

Si mihi Nausicaa patrios concederet hortos,
Alcinoo possem dicere «Malo meos»
80.

De l’Espagne rêvée à l’Espagne réelle : ambiguïtés et contradictions

60Mais cette douceur, cette vie idyllique dont l’Espagne se pare dans ses rêves, Martial va-t-il les retrouver, une fois confronté à l’Espagne réelle, lorsque se sera dissipée la magie du souvenir ?

a) Les difficultés du retour

  • 81 M. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial p. 158 évoque « la lumière dorée » (dorada lumbre) que projette (...)
  • 82 « … Les terres d’Italie ont changé la teinte de mes cheveux. »

61Cette Espagne rêvée, idéalisée81, il la découvre à Bilbilis et croit avoir enfin obtenu ce qu’il désire (XII, 31, v. 1-10), même si le retour, après une absence volontaire de plus de trente ans, fait parfois difficulté : n’est-il pas désormais plus Romain que Bilbilitain ? Bien que tous les liens avec l’Espagne natale n’aient pas été rompus, le temps a passé : (X, 103, v. 10 : mutauere meas Itala regna comas82).

62Cela fait trente-quatre hivers exactement qu’il n’a pas vu ses compagnons de Bilbilis (X, 104, v. 8-13). L’épigramme X, 103 exprime bien son inquiétude : dans une sorte de captatio beneuolentiae à l’adresse de ses compatriotes, il rappelle à Bilbilis ce qu’elle lui doit, en se comparant à Catulle qui a apporté la gloire à Vérone (v. 4-6). Effectivement, à son retour, il se voit en butte à la jalousie de ses concitoyens dont les venimeux coups de dent remplacent la saine critique (préface du livre XII : municipalium robigo dentium et iudici loco liuor) : il fait l’expérience de la mesquinerie provinciale, celle des municipales. Déception donc sur ce point, même si, dans le domaine moral, la réalité a été à la hauteur de ses rêves. Comblé en tant qu’homme, il est déçu comme poète.

b) Les désagréments du provincialisme

  • 83 M. Bonjour, Terre natale, p. 154.
  • 84 « Une paresse opiniâtre de trois années ».

63L’opposition Rome/Espagne rejoint l’opposition capitale/province. Martial a maintenant la nostalgie de Rome dans sa province de Bilbilis. Rome est en en effet pour lui le lieu de la création littéraire : à la fois inspiratrice et réceptrice de son œuvre. On trouve chez Martial, à un degré sans doute plus fort étant donné sa condition de poète, les ambivalences qui caractérisent les relations des Romains avec Rome : « Leurs rapports avec leur ville, écrit M. Bonjour83, semblent avoir varié selon une dialectique dont les deux forces sont l’attraction et l’abandon. » Il exprime sa désillusion dans la préface du livre XII. À son retour, il connaît une perte d’inspiration : contumacissimae trienni desidiae84. Or seules l’étude et la poésie peuvent donner leur sens à la retraite, justifier le retour en Espagne, une fin de vie passée « dans cette solitude de province où, dit-il, si je n’étudie pas jusqu’à l’excès, ma retraite demeure sans consolation et sans excuse » (in hac prouinciali solitudine, ubi nisi etiam intemperanter studemus, et sine solacio et sine excusatione secessimus).

  • 85 « Les oreilles de la capitale, auxquelles j’étais habitué, me manquent »
  • 86 « Car tout ce qui peut plaire dans mes petits volumes, c’est l’auditoire qui me l’a dicté. »
  • 87 Voir sur ce point l’article de J. P. Sullivan, «Martial’s Apología pro opere suo», qui décèle dans (...)
  • 88 Sur cette ambivalence, voir l’article déjà cité de M. Dolç i Dolç, «Due passioni di Marziale»; et J (...)

64Il se rend compte qu’il a besoin, pour écrire, de la présence et du jugement du public romain : Civitatis aures quibus adseueram quaero85 ; il a l’impression de se « défendre devant un tribunal étranger » (et uideor mihi in alieno foro litigare). Comme il l’avoue dans l’épigramme XII, 2, il veut être encore reconnu à Rome, où il envoie son livre. Rome l’inspire et le stimule ; il lui attribue le mérite de ses écrits : Si quid est enim quod in libellis mets placent, dictauit auditor86 Il ne retrouve pas à Bilbilis « la finesse de goût » (iudiciorum subtilitatem) des Romains, « la subtilité des sujets » (materiarum ingenium), tout un environnement culturel dont il ressent profondément l’absence : bibliothèques, théâtres, « lieux de réunion où le plaisir vous cache que vous étudiez » (conuictus, in quibus studere se uoluptates non sentiunt), expression on ne peut plus suggestive pour rendre la notion d’émulation, de climat nécessaires au travail productif. La malveillance, l’absence de saine critique lui font craindre, s’il n’obtient pas le jugement honnête et scrupuleux de son ami Crispus, « d’envoyer à Rome un livre non pas originaire d’Espagne, mais espagnol» (ne Romam [...] non Hispaniensem librum mittamus, sed Hispanum)87. Cette dernière antithèse révèle bien les préjugés du Romain par rapport à la province dans le domaine littéraire : en tant que poète, Martial se sent romain88 avant d’être espagnol ; il redoute le piège que peut constituer la provincialisation pour un homme de lettres.

  • 89 Dans un remarquable article intitulé «Nostalgia di Roma nell’ultimo Marziale».
  • 90 « Tellement distingué, tellement exquis est ton goût ! »

65Comme l’a bien montré R Parroni89, la nostalgie de Rome est donc réelle ; même s’il retrouve en Marcella une distinction et un raffinement tout « romains » (XII, 21) : Tam rarum, tam dulce sapis90 (v. 3). À elle seule, Marcella représente Rome pour lui : Romam tu mihi sola facis (v. 10). Cette ambiguïté est bien sensible dans l’épigramme 13 du livre X, où la nostalgie mêle à la fois l’amour de la patrie et l’amitié : s’il veut revoir la Celtibérie, c’est surtout à cause de son affection pour Manius, son plus cher ami depuis l’enfance ; mais cette amitié est telle quelle a le pouvoir de faire revivre Rome partout où ils se trouvent ensemble (v. 9-10) :

  • 91 « Si tu éprouves les mêmes sentiments, si notre affection est réciproque, Rome sera pour tous les d (...)

Si tibi mens eadem, si nostri mutua cura est,
in quocumque loco Roma duobus erit
91.

66Ce passage montre clairement le déchirement intérieur vécu par Martial, cette dualité, ce partage impossible entre la petite et la grande patrie.

c) Une vision plus nuancée

  • 92 M. C. de Castro-Maia («Quid petitur?») commente ainsi cette modification qui s’opère dans la percep (...)
  • 93 M, Dolç i Dolç, Híspania y Marcial, p. 27 ; cf. Horace, Épîtres 1, 8, 12.
  • 94 U. Camuzzi, «Contributo ad una obiettiva conoscenza della vita e dell’opera di Marco Valerio Marzia (...)
  • 95 Sur cette apparente contradiction ou ambiguïté, voir encore les analyses de P. Parroni («Nostalgia (...)

67Une image différente de l’Espagne se dessine donc après le retour à Bilbilis. On observe une « modification » sensible de la vision, comme si, de Rome à Bilbilis, un retournement s’était produit92. Martial serait-il un homo uentosus, « un homme-girouette » selon l’épithète horatienne que lui attribue M. Dolç93 ? Aurait-il quelque chose de cette inconstance que déplore Horace en lui-même, de cette instabilité qui lui fait « aimer Tibur à Rome et Rome à Tibur » (Épîtres I, 8, v. 12) ? Il ne faut pas nécessairement voir dans ce changement une « psychose », comme le fait U. Scamuzzi94, mais peut-être, simplement, l’épreuve du réel, la prise en compte d’éléments que la nostalgie avait jusqu’alors oblitérés. Comblé sur le plan affectif et moral, c’est dans le domaine littéraire et poétique qu’il éprouve désormais une frustration ; son rêve rustique et philosophique réalisé au sein du pays natal retrouvé, il regrette le climat intellectuel de 1’Vrbs95.

  • 96 M. Bonjour, Terre natale, p. 255.

68On distingue même une sorte de renversement des épithètes de l’exil. Alors que la notion de froid s’attachait jusqu’alors presque exclusivement à l’exil romain (X, 12, v. 7-12), désormais le Salo dont seules les eaux pouvaient étancher sa soif est qualifié de rigidus (« dur », « glacé »), même si c’est par déplacement de l’image, car, en réalité, c’est le fer trempé dans le fleuve qui est dur, rigidus (XII, 21, v. 1-2) ; et dans l’épigramme XII, 2 (v. 4), le même fleuve est qualifié de taetricus : « sombre », « sauvage ». Pour M. Bonjour96, « le fleuve devient alors, par cette épithète, le symbole de la vie en province, une vie raide et sans grâces », car le poète souffre d’être éloigné de l’Vrbs et de l’Urbanitas. Le transfert d’épithètes révèle bien la modification du regard.

  • 97 Satires, II, 6.
  • 98 M. C. de Castro, «Do sonho e do desencanto era Marcial», a bien exprimé le drame personnel qu’engen (...)

69On trouve donc chez Martial une vision personnelle et sincère de la Celtibérie natale, dont les noms et les lieux hantent son œuvre. Le rêve de retour au pays d’origine s’accompagne du désir d’une autre vie faite de liberté, de dignité, d’une modeste aisance où l’on perçoit l’écho du rêve épicurien d’Horace (Hoc erat in uotis...97). Mais c’est à Rome que Martial doit sa réussite de poète, à Rome que ses ambitions littéraires ont trouvé un aboutissement. D’où l’inquiétude et une certaine déception, une fois réalisé le rêve de retour, et des frustrations nouvelles qui modifient de façon indéniable sa perception de l’Espagne. S’il ne souffre plus de « la mutilation sentimentale de l’exil », sa frustration d’homme de lettres, de poète est bien sensible. Le regret de Rome est sous-jacent ; une autre nostalgie se fait jour. La plénitude est impossible98.

70Ainsi l’Espagne de Martial, présente, vivante, concrète, familière, se révèle très différente de celle de Lucain, violente, excessive, reflet du bouleversement universel, des affrontements contre nature auxquels les hommes se sont laissés entraîner. Entièrement subordonnée au projet poétique, au dessein épique qui est celui de La Pharsale, la vision du poète stoïcien met bien en évidence les souffrances des hommes, victimes à la fois des éléments déchaînés et des aléas des combats ; mais elle ne laisse guère deviner les liens qui, par ses origines, unissent Lucain à la Péninsule, même si cette Espagne hivernale et dévastée, où le déferlement des eaux submerge le paysage, peut correspondre à une certaine réalité géographique et climatique. Pointe extrême du monde occidental, l’Espagne apparaît surtout comme une région lointaine et dangereuse, plus proche du monde barbare que du monde romain.

71Le genre de l’épigramme favorise davantage, chez Martial la confidence, l’expression d’une « histoire » personnelle : de façon éclatée et fragmentaire, avec pudeur et discrétion, c’est tout un itinéraire qui nous est livré, par bribes, depuis la ville où il est né, où son tempérament d’homme et de poète s’est forgé, jusqu’à la capitale où son génie a pu s’épanouir, de Bilbilis à Rome, de Rome à Bilbilis ; sans que soit véritablement dépassé le dilemme, le choix impossible entre la réussite littéraire et le rêve épicurien, de façon éparse, au détour d’un vers, c’est toute une vie qui se dessine, une blessure qui transparaît, face à l’improbable synthèse. D’où la juxtaposition de deux images de l’Espagne : celle, sans doute un peu idéalisée, de la rusticitas et de la douceur de vivre, celle aussi, pour un Romain habitué aux raffinements de l’Vrbs, d’un certain dénuement culturel, de la morosité et de la mesquinerie provinciales.

Bibliographie

Bibliographie

Bonjour, Madeleine, Terre natale. Études sur une composante affective du patriotisme romain, Paris, Les Belles Lettres, 1975.

— «Quomodo Martialis poeta, litteris latinis utens, Celtiberiae suae desiderium expresserit», dans Anthony Bonanno et H. C. R. Vella (éd.), Laurea Corona. Studies in Honour of Edward Coleiro, Amsterdam, B. R. Grüner Publishing Co., 1987, pp. 166-169.

Castro-Maia de Sousa Pimentel, Maria Cristina de, «Quid petitur? Do sonho e do desencanto em Marcial», Euphrosyne. Revista de filología clástica, 21 [Faculdade de Letras de Lisboa, Centro de Estudos Clássicos], 1995, pp. 249-261.

Chambert, Régine, Rome : le mouvement et l’ancrage. Morale et philosophie du voyage au début du Principat, thèse de doctorat soutenue en 1997 à l’université de Paris IV - Sorbonne (à paraître dans la collection Latomus).

Dauge, Yves-Albert, Le Barbare. Recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation, Bruxelles, coll. « Latomus » (176), 1981.

Dolç i Dolç, Miguel, Hispania y Marcial. Contribución al conocimiento de la España antigua, Barcelone, CSIC - Instituto Antonio de Nebrija, 1953.

— «Due passioni di Marziale: Roma e Hispania», dans Hispania Romana. Colloquio italo-spagnolo (Roma, 15-16 maggio 1972), Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 1974, pp. 109-125.

Duret, Luc, « Martial et la deuxième épode d’Horace. Quelques réflexions sur l’imitation », Revue des études latines ; 55e année (1977), Paris, Les Belles Lettres, 1978, pp. 173-192.

Goerler, Woldemar, «Martials Reisegedicht fur Licinianus (Ep. 1, 49)», Eos [Wroclaw, Pologne], 74,1986, pp. 309-323.

Grimal, Pierre, Les jardins romains (2e éd.), Paris, Presses Universitaires de France, 1968, pp. 418-419.

Howell, Peter, A Commentary on Book One of the Epigrams of Martial, Londres, The Athlone Press, 1980.

Hubaux, Jean, Les thèmes bucoliques de la poésie latine, Bruxelles, M. Lamertin, 1930.

Jal, Paul, La guerre civile à Rome. Étude littéraire et morale de Cicéron à Tacite, Paris, Presses Universitaires de France, 1963.

Juvénal, Saturae III, IV, V, éd. de René Marache, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Erasme », 1965.

Lapidge, Michael, «Lucan’s Imagery of Cosmic Dissolution», Hermes [Wiesbaden, Franz Steiner Verlag], 107, 1979, pp. 344-370.

Laurens, Pierre, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine à la fin de la Renaissance, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

Loupiac, Annic, La poétique des éléments dans « La Pharsale » de Lucain, Bruxelles, coll. «Latomus» (241), 1998.

Pailler, Jean-Marie, « Martial et l’espace urbain », Pallas [Toulouse, Presses Universitaires du Mirail], 28,1981, pp. 79-87.

Paoli, Ugo Enrico, «Vita Romana». La vie quotidienne dans la Rome antique, Paris, Le Monnier, 1955.

Parroni, Piergeorgio, « Nostalgia di Roma nell’ultimo Marziale », Vichiana [Naples, Loffredo Editore], 13,1984, pp. 126-134.

Pepe, Luigi, Marziale, Naples, Armanni, 195-0.

Pimentel, Maria Cristina de Castro-Maia de Sousa – : voir Castro-Maia de Sousa Pimentel, Maria Cristina de.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre III, éd. et trad. Hubert Zehnacker, Paris, Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1998.

Pomponius Mela, Chorographie, éd. et trad. Alain Silberman, Paris, Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1988.

Romano, Domenico, « Sic me iuuat uiuere. Genesi e signifícalo di Marziale XII, 18 », dans Sandro Boldrini (éd.), Filología e forme letterarie. Studi offerti a Francesco Della Corte, Urbino, Università degli Studi di Urbino, 1987, pp. 25-29.

Scamuzzi, Ugo, «Contributo ad una obiettiva conoscenza della vita e dell’opera di Marco Valerio Marziale», Rivista di Studi Classici, 14, 1966, pp. 149-207.

Sénèque, Questions naturelles, t. I (livres I-III), éd. et trad. Paul Oltramare, Paris, Belles Lettres, Collection des Universités de France (2e éd.), 1961.

Siedchlag, Edgar, Martial-Konkordans, Hildesheim - New York, G. Olms, 1979.

Sullivan, John Patrick, « Martial’s Apología pro opere suo », dans Sandro Boldrini (éd.), Filología e forme letterarie, Studi offerti a Francesco Della Corte, Urbino, Università degli Studi di Urbino, 1987, pp. 31-42.

— Martial : the Unexpected Classic. A Literary and Historical Study, Cambridge University Press, 1991.

Syme, Sir Ronald –, «Spaniards at Tivoli», Ancient Society, 13-14, 1982-1983.

Tite-Live, Histoire romaine, livre XXVIII, t. XVIII, éd. et trad. Paul Jal, Paris, Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1995.

Weinrib, Ernest Joseph, The Spaniards in Rome from Marius to Domitian, Diss. Harvard, 1968 (réed. dans la collection «Harvard Dissertations in Classics», New York - Londres, Garland Publishing, 1990).

Notes

1 Pour les textes anciens, l’édition de référence est celle de la Collection des Universités de France, aux Belles Lettres (G. Budé) ; sauf exception signalée, les traductions ont été revues.

2 P. Jal, La guerre civile à Rome, p. 242.

3 Sénèque se réfère lui aussi à l’Espagne, dans la préface du livre I des Questions naturelles, pour marquer la limite extrême du monde occidental, à propos de l’étroitesse de la terre au regard de l’âme qui survole l’univers (I, 13) : Quantum est enim quod ab ultimis litoribus Hispaniae usque ad Indos iacet? (« Quelle étendue y a-t-il en effet depuis les rivages les plus reculés de l’Espagne jusqu’aux Indes ? »).

4 Gadès est même parfois décrite chez Tite-Live comme « une île située hors du monde et baignée de tous côtés par l’Océan » (extra orbem terrarum in circum fusam Oceano insulam, XXVIII, 32, 8) ; Gadès, à la différence de la Cadix actuelle, était alors effectivement une île, séparée du continent par un mince détroit (voir le commentaire de P. JAL, dans son édition du livre XXVIII, t. XVIII, pour les Belles Lettres, Paris, 1995, n. 6 au chap. p, pp. 117-128). Voir aussi Pomponius Mela, Chorographie, II, 6, 96 et Pline L’ancien, Histoire naturelle, III, 1,3 : Terrarum orbis uniuersus in tres diuiditur partes, Europam, Asiam, Africain. Origo ab occasu solis et Gaditano freto, qua inrumpens oceanusAtlánticus in maria interiora diffunditur (« Le globe terrestre dans son ensemble est divisé en trois parties, l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Le point de départ est à l’occident, au détroit de Gadès, par où l’océan Atlantique fait irruption et se répand dans les mers intérieures »), [traduction de H. Zehnacker]. Voir encore Strabon, dont le livre III est consacré à l’Ibérie, qu’il présente comme la pointe extrême de l’Europe (III, 1,2 : πρῶτov δȵÉρoς..) et comme une terre inhospitalière dans sa plus grande partie (ibid : Tαύτης δὴ τò µὲv πλέov oiκεĩταi φαύλως).

5 Y.-A. Dauge, Le Barbare, pp. 473-475.

6 C’est également le terme qu’utilise généralement César à leur égard (Bellum Ciuile, I, 38, 3 et 44, 2). Voir aussi Polybe III, 98, 3 qui, à propos d’un Espagnol coupable de trahison envers les Carthaginois, parle d’un « calcul d’Espagnol et de barbare » (συλλoγισµòv 'Iβηρικòv καì βαρβαρικóv).

7 De même Strabon (III, 4,5) insiste sur « leur orgueil démesuré » (Toῦτo δὲ <τò> αύθαες ἐv τoĩς Iβηρσι µάλιστα ἐπἐτειvε « qui s’ajoute à un caractère naturellement fourbe et sournois » (πρoσλαβoῦσι Kαì τò παvoῦργov φύσει καì τò µὴ άπλoῦv), soulignant en outre l’influence de leur mode de vie qui les a rendus « agressifs et pillards » (ἐπιθεικoì λάρ καì λῃστρικoì τoĩς βíoις ἐλἐvovτo). Il mentionne le courage (άvδρεíαv) des Ibères, mais aussi « une férocité et un emportement sausauvages» (ὠµóτητα καì άπóvoιαv θηριὠδη, III, 4,17).

8 Voir aussi l’ode II, 6 d’horace, adressée à Septimius qui serait prêt à le suivre dans les contrées les plus sauvages : «Septimi, Gadis aditure mecum et/Cantabrum indoctum iuga ferre nostra et/barbaras Syrtis, ubi Maura semper/aestuat unda. » ; « Septimius, toi qui irais avec moi jusqu’à Gadès, chez le Cantabre mal instruit à porter notre joug, et dans les Syrtes barbares où toujours bouillonne l’onde maure... ». Cf. encore Tibulle, qui dans le Panégyrique de Messala évoque « les vastes contrées de l’agressive Espagne » (latis audax Hispania terris).

9 « Le couchant craint mes lois, là où, après tous les fleuves, le Bétis hespérien frappe Thétys fugitive. »

10 Duraeque... Hiberiae (Horace, ode IV, 14, 50). Voir Tite-Live, qui souligne les difficultés géographiques de la Péninsule, au livre XXVIII, 1, 6 : Silanus, envoyé par Scipion contre Hannon, se heurte, « comme c’est le cas dans la plus grande partie de l’Espagne, aux obstacles causés par des routes escarpées et l’étroitesse des défilés à travers des bois épais » (et asperitates uiarum et angustiae saltibus crebris, — ut pleraque Hispaniae sunt, inclusae, traduction de P. Jal).

11 Voir Tite-Live, livre XXVIII, 12, 10 : …prima Romanis mita prouinciarum, quae quidem continentis sunt, postrema omnium nostra demum aetate ductu auspictoque Augusti Caesaris perdomita est (« … alors qu’elle avait été, du moins sur le continent, la première des provinces dans lesquelles les Romains avaient pris pied, elle fut la dernière, et seulement à notre époque, sous la direction et les auspices de César Auguste, à être complètement soumise », traduction de P. Jal). Comme le précise P. Jal dans son édition du livre XXVIII (n. 3, p. 114 au chap. 12), Tite-Live fait ici allusion aux campagnes menées par Auguste et Agrippa de 26 à 19 av. J.-C. dans le pays des Astures et des Cantabres. Voir encore Velleius Paterculus, Historiae Romanae, II, 90. Sur cette longue résistance à la domination romaine, voir aussi J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, et, bien sûr, la précieuse contribution du professeur J. Martínez Gázquez, « Livio e Hispania » (ici même, pp. 177-187), qui cite, entre autres, Tite-Live, XXXIV, 13, 6-10.

12 « Là s’arrêta le rôle joué par les armes ; pour le reste, ce sont l’air inconstant et ses mouvements changeants qui fixèrent les destinées de la guerre. »

13 Strabon III, 4, 12 mentionne la fréquence des inondations comme une caractéristique de la Celtibérie, du fait qu’elle est baignée par de nombreux fleuves (πoταµóκλυστoς).

14 Sur ces aspects, voir R. Chambert, Rome : le mouvement et l’ancrage.

15 « Puis fondirent les neiges pyrénéennes, que Titan n’eut jamais le pouvoir de dissoudre... ».

16 Dans le Bellum Ciuile, César mentionne pareillement, lors de cette même bataille d’Ilerda, la violence des orages et celle des crues qui provoquent la rupture des ponts (I, 48, 2) : Tum autem ex omnibus montibus mues proluit ac sommas ripas fluminis superauit pontisque ambos quos C. Fabius fecerat uno die interrupit Alors, de toutes les montagnes, l’orage fit fondre les neiges, submergea les rives du fleuve et emporta le même jour les deux ponts construits par Fabius »). Rupture lourde de conséquences pour les troupes césariennes, dont le camp est situé entre le Sicoris et la Cinga ; les voilà prisonnières des deux fleuves (1, 48, ;) et coupées de tout approvisionnement (I, 52).

17 « Déjà les troupes césariennes, naufragées, nagent dans la plaine, et le camp, soulevé par une masse énorme, chancelle ; les fleuves forment un étang au milieu des hautes palissades. »

18 Voir la thèse d’A. Loupiac, La poétique des éléments dans « La Pharsale » de Lucain, pp. 87 et 128.

19 « Déjà tertres et collines s’effacent, déjà les fleuves ont disparu tout entiers sous un même lac qui les a engloutis dans la profondeur de ses eaux. »

20 M. Lapidge, «Lucan’s Imagery of Cosmic Dissolution».

21 « Renonçant à une si riche diversité, l’univers se désagrège pour former une masse unique et un abîme sans fond engloutit tous ces dieux... ».

22 « Et déjà, celle qu’on voit toujours en tête du cortège des grands fléaux, la faim cruelle, apparaissait, et, alors que nul ennemi ne l’assiège, le soldat souffre du dénuement... ».

23 « Ils attendent les pluies, dont le déferlement faisait tantôt flotter toutes choses, et leurs regards se fixent sur les nuées arides. »

24 « Mais, prise encre le débordement du Sicoris et le cours impérieux de l’Èbre, l’armée assoiffée contemple les fleuves proches. »

25 « Mais l’eau toute seule ramène la vie ; il suffit aux peuples d’un fleuve et des dons de Cérès. »

26 Vingt-quatre ans exactement, puisqu’il est né vraisemblablement aux alentours de 40 (l’épigramme X, 24 célèbre son cinquante-septième anniversaire, et le livre X a été publié entre 95 et 98).

27 Comme on peut le déduire de l’épigramme X, 103 (v. 7), qui date probablement de 98, et où il indique qu’il est resté à Rome trente-quatre ans. Sur les diverses circonstances politiques — notamment l’élimination de Domitien, la damnatio memorias qui a suivi et les changements qui en ont résulté — ayant probablement joué un rôle dans cette décision de revenir en Espagne, voir J.P. Sullivan, Marital : the Unexpected Classic, pp. 44-52 et p. 171, ainsi que l’article de M. C. de Castro-maia, «Do sonho e do desencanto em Marcial»: «E, assim [écrit-elle], a sua situação delicada e ingrata pesou drasticamente na dectsão de regressar a Bilbilis.»

28 Rejet exprimé à plusieurs reprises, en particulier dans l’épigramme X, 4.

29 Sur cette idéalisation due à l’éloignement et à la nostalgie, voir l’étude de M. C. de Castro-Maja, «Quid petitur?».

30 Voir Strabon, III, 2, 4 ; III, 3, 4 ; III, 4, 9 ; et III, 15, 16. Voir sur ce point la Chorographie de Pomponius Mela, n. 7, p. 220.

31 « Tu te baigneras dans le lit paisible du tiède Congedus et dans l’eau douce des lacs, qu’habitent les nymphes ; et si tes membres en sortent alanguis, tu les retremperas dans le lit peu profond du Salo qui glace le fer. » Il s’agit probablement de sources chaudes, sulfureuses, celles des Aquae Bilbilitanae (actuellement Alhama de Aragón), fréquentées dès l’époque romaine : voir P. Howell, A Commentary on Book One of the Epigrammes of Martial, p. 219 ; comme dans les thermes, le bain tiède est suivi d’un plongeon dans l’eau froide : voir Pline le Jeune, V, 6,23, qui emploie, pour évoquer les installations de sa villa de Toscane, des termes tout à fait similaires : si natare latius est, in proximo puteus, ex quo possis rursus adstringi, si paenitat teporis (« Si l’on désire nagerplus à l’aise et clans une eau plus chaude, il y a dans la cour une piscine et, tout près, un puits grâce auquel on peut à nouveau se rafraîchir, si l’on ne veut plus de l’eau chaude »).

32 M. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, p. 162.

33 Dans une étude consacrée à « Martial et la deuxième épode d’Horace », pp. 173 à 192.

34 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, p. 229.

35 Virgile, Bucoliques, I, v.53.

36 Domaine qui lui avait peut-être été donné par Sénèque, l’un de ses plus généreux bienfaiteurs, ou bien par ses héritiers.

37 Voir sur ce point l’article de M. Bonjour, «Quomodo Martialis poeta».

38 Sur ce vent, le circius (ou cercius), qui souffle dans la région aragonaise et sur la Meseta, voir M. Dolç i Dolç, Hispaniay Marcial, p. 56 ; et P. Howell, A Commentary on Book One of the Epigrammes of Martial, pp. 221-222.

39 Il rapproche (« Martial et la deuxième épode d’Horace ») le vers 19 de l’épigramme I, 49 : «At cum December canus et bruina imputais» du vers 29 de la deuxième épode d’Horace : «At cum tonantis annus hibernus louis/(rmbres niuesque comparat) Même métrique (trimètre iambique), même sonorité après la césure (canus fait écho à annus). Mais l’imitation n’est pas seulement formelle ou thématique ; elle « commence, écrit L. Duret, avant les mots qui la décèlent, continue après eux. C’est une imitation de substance et de structure. » En outre, le jeu constant des oppositions sur lequel repose l’architecture de l’épode organise également la description dans l’épigramme, apportant une preuve supplémentaire de l’influence horatienne.

40 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, p. 234. Voir aussi J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, pp. 23-25, qui a bien souligné l’importance de cette pièce 49 du livre I dans l’affirmation de choix poétiques personnels et novateurs : «This centrally placed set-piece gives him an identity and offert vivid proof that he can make poetic use of such unpromising material as the outlandish and difficult Spantsh place nomes» (voir infra).

41 Voir W. Goerler, «Martials Reisegedicht für Licinianus». À l’inverse, dans l’épigramme IV, 25, il fait appel à la mythologie la plus impersonnelle pour exprimer son prétendu désir de finir ses jours dans le pays des Veneti, sur les rivages d’Altinum.

42 VoirM. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, pp. 133-152.

43 « Bilbilis fière de son or et de son fer ».

44 Le nom de Bilbilis apparaît dans six poèmes, celui du Salo et celui du Tage sont chacun mentionnés dans neuf pièces différentes (Martial-Konkordans établie par E. Siedchlag).

45 Voir Pomponius Mela, Chorographie, III, 8, qui présente le Tage comme « un fleuve qui produit des pierres précieuses et de l’or » (amnis gemmas aurumque generantis) ; cf. aussi Strabon III, 3, 1 ; Catulle, v. 29, 19 ; Ovide, Amores, 1, 15, V. 34, etc.

46 Pharsale, IV, v. 297-298 ; «Non se tam penitus tam longe luce relicta/merserit Asturii scrutator pallidus auri.» « Le pâle chercheur de l’or asturien ne s’enfonce pas si profondément, si loin de la lumière du jour. »

47 Cf. Stace, Silves, II, v. 24-35, qui célèbre les oliviers de la Bétique, patrie de Lucain. Pline présente cette région comme la province la plus riche (Histoire naturelle, III, 7) : Baetica, aflumine mediam secante cognommata, cunctasprouinciarum diuiti cultu et quodam fertili ac peculiari nitore praecedit (« La Bétique doit son nom au fleuve qui la traverse en son milieu ; elle surpasse toutes les autres provinces par la richesse de ses cultures et un certain éclat de fertilité qui lui est propre » [traduction de H. Zehnacker]), Cf. Strabon, III, 1, 6 qui proclame la supériorité de la Bétique par rapport à la terre habitée tout entière pour l’excellence des produits qu’on y tire de la terre et de la mer :... ύπερβoλὴv oύκ άπoλεíπει πρòς άπασαv κριvoµέvη τὴv oἰκσυµέvηv άρετῆς χάριv καì τῶv ἐκ γῆς καì θαλάττης άγαθῶv.

48 « Elle abonde [...] en hommes, chevaux, fer, plomb, cuivre, argent et or, et sa fertilité est telle que, même là où parfois, du fait de son manque d’eau, elle est épuisée et méconnaissable, elle ne laisse pas de produire lin et sparte. »

49 Histoire naturelle, livre III, 29 : Metallis plumbi, ferri, aeris, argenti, auri tota ferme Hispania scatet, citerior et specularis lapidis, Baetica et minio. Sunt et marmorum lacipidinae (« Les mines de plomb, de fer, de cuivre, d’argent et d’or abondent dans presque toute l’Espagne ; la Citérieure produit aussi des pierres spéculaires, la Bétique du vermillon. Il y a également des carrières de marbre »).

50 Cf. Strabon, III, 2, 7 qui souligne l’abondance, la variété et la taille exceptionnelles des poissons et coquillages que l’on trouve le long des côtes espagnoles. Il mentionne aussi la richesse et la diversité des ressources en gibier de la Péninsule (111,4, 15). Voir sur ce point, dans le chap. IV de l’étude de M. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, la partie consacrée à « la vie quotidienne dans la région de Bilbilis », en particulier les pp. 160-163.

51 Dans un article intitulé «Due passioni di Marziale: Roma e Hispania».

52 J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, p. 175.

53 Voir P. Grimal, Les jardins romains, pp. 418-419.

54 Terre natale, p. 362. Voir aussi J. Hubaux, Les thèmes bucoliques de la poésie latine, p. 241, qui écrit que « peu de poètes latins ont aimé la campagne aussi sincèrement que lui ».

55 De même, la maison que possède Bassus, aux abords de Rome, est, à l’inverse de la villa de Faustinus à Baïes, « l’élégant séjour de la faim » (famem mundam, III, 58, v. 47). Voir sur ce point l’article de M. Bonjour, «Quomodo Martialis poeta».

56 « À mon lever, un foyer garni d’un royal monceau de bûches tirées du bois de chênes voisin m’accueille, et la femme de mon intendant lui fait une abondante couronne de marmites. »

57 « Car il faut "la mystérieuse alchimie" du feu et de la cuisine pour transformer en aliments tous les biens de la terre et de la mer » (M. Bonjour, Terre natale, p. 362).

58 L. Duret, « Martial et la deuxième épode d’Horace ».

59 Sur ce personnage, voir J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, pp. 18-19.

60 Liste à laquelle il conviendrait d’ajouter, entre autres, Porcius Latro, Pomponius Mela et Columelle. Pour cette contribution de l’Espagne au rayonnement intellectuel de Rome, on peut se reportera R. Syme, « Spaniards at Tivoli » et à E, J. Weinrib, The Spaniards in Rome from Marius to Domitian.

61 J.-M. Pailler, « Martial et l’espace urbain ».

62 Sur ce vers et sur l’épigramme X, 18, voir l’article de D. Romano, «Sic me iuuat uiuere».

63 Voir M, Dolç i Dolç, Hispania y Marcial, p. 177, dans ta partie de son étude consacrée à la toponymie celtibérique, ainsi que son article déjà cité. Voir aussi J. P. Sullivan, Martial : the Unexpected Classic, pp. 171-172 et 177-178, qui explique ce trait plus par le goût de Martial pour la création verbale et la fierté de ses origines que par la nostalgie et le désir de retour : « Onomastic exuberance and ostentationspride in his origins rather than any nostalgic desire to return to them offers a better expia nation of the poems on Spain and Bilbilis » (p. 172).

64 « Quant à nous, les descendants des Celtes et des Ibères, n’ayons pas honte de citer dans nos vers reconnaissants les noms un peu durs de notre pays... ».

65 «Haec enim ignota nomina, quasi barbarica, cum per nouitatem Romanis placebant, tum Celtiberiae alumno desiderium patriae leuabant», écrit M. Bonjour dans son étude «Quomodo Martialis poeta».

66 « ...Et ces coteaux de Vativesca dont Manlius laboure les pentes avec l’aide de vigoureux taureaux ».

67 C’est ce qu’a bien noté M. Bonjour, ibid. : «Martialis ergo sua in Celtiberia ueterum Romanorum rusticitatem inuenit, ita ut munkipes eius uiros delicatos quibus Vrbs plena est, morbus uincere et uiderentur Neplura, rebus quasi euersis, ipse Hispanas, ut erat, Romani antiqui personam induit.».

68 Cf. Catulle, Carmen 37, v. 17-18.

69 Celle des Gaditanae, les danseuses de Gadès aux poses lascives et aux rythmes enjôleurs (cf. Strabon, II, 3, 5 et III, 2, 15, qui évoque les crotalistriae ou « joueuses de castagnettes » et les jeunes filles pauvres se consacrant à l’art de la danse et du chant).

70 Voir U. E, Paoli, «Vita Romana», p. 127.

71 M. Bonjour, Terre natale, p. 217.

72 « La toge est ici inconnue, mais à ma demande, on me donne un vêtement à portée de main, pris sur une chaise bancale » (XII, 18, v. 17-18).

73 « Pour moi, retrouvée après bien des hivers, ma Bilbilis m’a accueilli et a fait de moi un paysan, Bilbilis fière de son or et de son fer, »

74 « La terre que j’aime est celle où d’humbles moyens me rendent riche et où de minces ressources créent l’opulence ».

75 « Ici le sol est entretenu ; là-bas, il vous entretient ; ici, chichement garni, le foyer est à peine tiède, là-bas il répand une immense clarté ; ici, on a faim malgré les dépenses, et le marché vous ruine, là-bas votre table se couvre des trésors de votre propre domaine. »

76 « Va donc à présent cultiver les grands, quand tout ce qu’un protecteur ne saurait te fournir, une terre, Avitus, peut te le donner ! »

77 « Si Martial redit si souvent son amour de la retraite, écrit L. Duret ("Martial et la deuxième épode d’Horace") il y est poussé par un besoin d’indépendance déçu. Le bonheur campagnard est un rêve auquel il s’abandonne pour se dédommager des avanies subies à Rome. Il écrit par compensation ». Voir aussi, sur cette question, l’article déjà cité de J.-M. Pailler, « Martial et l’espace urbain », ainsi que l’étude de L. Pepe, Marziale, pp. 71-89.

78 « Ici nous cultivons sans effort, grâce à un labeur agréable, Boterdus et Platea... ».

79 Pour la référence au domaine d’Alcinoüs, cf. X, 94, v, 2 et V, 64, v. 19.

80 « Si Nausicaa voulait me céder les jardins de son père, je pourrais dire à Alcinoüs : “J’aime mieux les miens.” »

81 M. Dolç i Dolç, Hispania y Marcial p. 158 évoque « la lumière dorée » (dorada lumbre) que projette sur sa patrie lointaine l’imagination de Martial.

82 « … Les terres d’Italie ont changé la teinte de mes cheveux. »

83 M. Bonjour, Terre natale, p. 154.

84 « Une paresse opiniâtre de trois années ».

85 « Les oreilles de la capitale, auxquelles j’étais habitué, me manquent »

86 « Car tout ce qui peut plaire dans mes petits volumes, c’est l’auditoire qui me l’a dicté. »

87 Voir sur ce point l’article de J. P. Sullivan, «Martial’s Apología pro opere suo», qui décèle dans ces inquiétudes exprimées par Martial la reprise d’un thème fréquemment développé par les poètes exilés : «There is even a bint of an old familiar complaint found also in Ovid and Seneca in exile that the very tone of the work will seem un-Roman and provincial», écrit J. P. Sullivan.

88 Sur cette ambivalence, voir l’article déjà cité de M. Dolç i Dolç, «Due passioni di Marziale»; et J. P. Sullivan, Martial: the Unexpected Classic, pp.52-35.

89 Dans un remarquable article intitulé «Nostalgia di Roma nell’ultimo Marziale».

90 « Tellement distingué, tellement exquis est ton goût ! »

91 « Si tu éprouves les mêmes sentiments, si notre affection est réciproque, Rome sera pour tous les deux partout où nous serons ensemble. »

92 M. C. de Castro-Maia («Quid petitur?») commente ainsi cette modification qui s’opère dans la perception que le poète a de Bilbilis : «Bilbilis, de ambicionado refugio, se transformou cm tacanbo e apertado lugarejo».

93 M, Dolç i Dolç, Híspania y Marcial, p. 27 ; cf. Horace, Épîtres 1, 8, 12.

94 U. Camuzzi, «Contributo ad una obiettiva conoscenza della vita e dell’opera di Marco Valerio Marziale».

95 Sur cette apparente contradiction ou ambiguïté, voir encore les analyses de P. Parroni («Nostalgia di Roma nell’ultimo Marziale»).

96 M. Bonjour, Terre natale, p. 255.

97 Satires, II, 6.

98 M. C. de Castro, «Do sonho e do desencanto era Marcial», a bien exprimé le drame personnel qu’engendre ce déchirement : «Dividido entre duas terras a que renunciou, o poeta sente que a sua patria não existe mais, nem na Roma que deixou nem na Hispaniapara onde nunca deveria tervoltado.»

Notes de fin

* Je remercie MM. les Professeurs Jean-Marie André et Carlos Lévy d’avoir bien voulu relire ce travail et me faire part de leurs suggestions, qui m’ont été très précieuses.

Auteur

Professeur de Première Supérieure, Chargée de cours à l’Université de Paris IV - Sorbonne

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search