Version classiqueVersion mobile

Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

Le patronat municipal en Bétique et en Tarraconaise sous les premiers Julio-Claudiens

Un exemple de loyalisme dynastique

Élisabeth Cardon

Texte intégral

1Dans son ouvrage sur l’évergétisme, P. Veyne considère le patronat municipal comme une « prétendue institution qui doit être rapprochée des titres que les cités grecques décernent à leurs bienfaiteurs » et il ajoute :

  • 1 P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 349, n. 219 et p. 767, n. 311,

Le patronat n’est pas une fonction obligeant à des activités définies, c’est un titre, celui de patronus, qui est décerné à des bienfaiteurs pour les remercier1.

  • 2 R. Duthoy, « Sens et fonction du patronat municipal durant le principat », pp. 145-156.
  • 3 Ibid., p. 145 : « Il faut cependant se demander si elles couvrent toute la réalité et si elles ne m (...)

2R. Duthoy2, dans un article qu’il a consacré à l’étude du sens de la fonction du patronat municipal à l’époque impériale, sans nier le bien-fondé de cette définition, en souligne le caractère trop réducteur3.

  • 4 Gades, Ulia, Italica en Bétique ; Aquae Calidae, Cartílago Nova, Emporiae et Salaria en Tarraconais (...)

3Il n’est pas question ici d’envisager une analyse systématique du phénomène du patronat municipal durant le principat ; cependant il nous apparaît nécessaire d’en souligner quelques aspects, afin de tenter d’expliquer les raisons qui ont amené un certain nombre de cités4, à l’époque augustéenne et dans les premières années du principat de Tibère, à choisir exceptionnellement l’empereur ou, plus généralement, un membre de la famille impériale comme patron. Ces quelques remarques doivent concourir à éclairer certains aspects de la perception de l’image impériale et du sentiment dynastique dans les deux provinces de Bétique et de Tarraconaise.

  • 5 Fronton, Epistulae, II, II, I, 3-4.
  • 6 Voir à ce sujet R. Duthoy, « Sens et fonction du patronat municipal durant le principat », p. 147, (...)

4La première et la plus importante mission du patron est d’intervenir auprès des plus hautes autorités en faveur de la communauté à laquelle il appartient ou, plus exactement, de la cité qui l’a choisi pour défendre ses intérêts ; en d’autres termes, le patron est investi d’un devoir de protection matérielle. Ainsi, comme le souligne Fronton à l’intention de ses compatriotes de Cirta, la qualité qui doit être retenue en premier lieu pour le choix d’un patron, c’est l’influence du personnage à Rome5. Bien que cette remarque s’applique à l’époque antonine, nous n’avons aucune raison de croire que les choses aient été différentes au début du principat. Ainsi, même sous l’Empire6, le patronat municipal représentait beaucoup plus qu’un titre et impliquait, pour celui qui en détenait la charge, de disposer d’une certaine influence dans les hautes sphères du pouvoir impérial. Or, qui de plus influent à Rome qu’un intime de l’empereur et, tout particulièrement, un membre de la famille impériale — de surcroît promis à l’Empire dans certains cas — pour assurer la prospérité et le bonheur de la communauté de citoyens ?

5Si le patron joue le rôle d’un intermédiaire politique entre Rome, l’empereur et ses bureaux d’un côté, et les cités provinciales de l’autre, il n’en n’est pas moins pour autant un mécène. Par son action de bâtisseur, il concourt au renforcement de la romanisation des cités qui se sont placées sous sa protection. Il est inutile d’insister ici sur l’importance du développement urbanistique d’une cité qui participe à la manifestation de la fides des provinciaux envers Rome car se parer d’attributs architecturaux de la capitale impériale, c’est reconnaître la suprématie et la toute-puissance de l’Vrbs et des hommes qui président à ses destinées par la volonté des dieux.

6Le troisième élément qu’il nous paraît indispensable de mettre en exergue est le lien qui unit le patron à la cité. En effet, on peut considérer que le patronage implique un rapport « affectif » et cet élément nous semble tout à fait fondamental dans le cas où il implique un membre de la famille impériale. 11 apparaît qu’il serait totalement illusoire, dans le contexte précis qui retient notre attention, de limiter le choix des cités à un aspect purement matériel ; en d’autres termes, on aurait tort de ne voir que l’aspect instrumental et fonctionnel du rapport qui unit la cité à son patron. Sans vouloir nier l’immense avantage qu’une cité peut retirer d’un patronage aussi prestigieux — car la potestas impériale est inégalable —, l’aspect moral ne peut être négligé ; choisir comme patron un membre de la famille impériale, c’est un moyen de souligner son loyalisme et son attachement à la domus Augusta: c’est donc aussi une façon de participer à l’expression de la concorde universelle. D’autre part, le charisme qui se dégage de la personne impériale et qui rejaillit sur l’ensemble de sa domus ne peut qu’apporter bonheur et prospérité à la cité, puisque justement son protecteur est un personnage qui bénéficie d’une aura religieuse particulière. Ainsi, ce choix témoigne de l’attachement de la cité à la famille impériale, comme nous l’avons déjà souligné, mais il constitue également une manifestation de piété envers les dieux, puisque le régime du principat et donc aussi les hommes qui l’incarnent appartiennent à un système politique voulu par les dieux et protégé par eux : est-il utile de rappeler ici que l’empereur est l’élu des dieux et qu’il ne tient sa victoire que des dieux ?

7Ces divers éléments pris en compte, le choix d’un patron au sein de la famille impériale, s’il est certes un acte politique réfléchi et non dénué d’intérêt pour la cité, apparaît également comme un acte religieux dans le sens où un tel choix ne peut que concourir à l’établissement ou, plus exactement, au renforcement de la pax deorum et de la concorde universelle, seules garantes de la prospérité et de la sécurité de l’Empire.

8Les relations ainsi établies dépassent le cadre des liens personnels entre la cité et le personnage et s’intègrent plus généralement dans une protestation de loyalisme politique et religieux à l’égard de la famille impériale dans son ensemble ; elles traduisent le souci de ces communautés d’entrer directement en relation avec la domus Augusta pour assurer leur protection mais, également, pour participer à l’établissement du bonheur et de la prospérité de l’Empire.

Ulia et Emporiae : deux modèles de fidélité à la domus Augusta

  • 7 Cat 1.
  • 8 Cat 2.
  • 9 Cat. 3 et 4.
  • 10 Cat. 5.
  • 11 La pauvreté relative de nos sources, liée aux aléas des découvertes, nous invite à la plus grande p (...)

9L’exemple de la cité d’Ulia, en Bétique, s’avère particulièrement intéressant dans le cadre de cette étude. En effet, cinq membres de la famille impériale Julio claudienne y sont honorés au titre de patronus: Tibère7, Agrippa8, Caius et Lucius Caesar9 mais également Auguste10, ce qui constitue pour le princeps un fait unique attesté11 dans les deux provinces ibériques de Bétique et de Tarraconaise.

  • 12 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, particulièrement p (...)
  • 13 AE 1986, 374 = Cat 4.

10Depuis la publication de la thèse de R. Etienne12, le dossier a été enrichi d’une nouvelle inscription13 qui a suscité de vifs commentaires et le réexamen de l’ensemble de la documentation s’avère nécessaire afin d’apporter des corrections quant à la datation et à l’interprétation de ces documents épigraphiques. Enfin, il serait utile de tenter d’établir une chronologie relative, même si nous devons nous en tenir strictement au domaine de l’hypothèse, compte tenu de l’absence de preuves irréfutables pour confirmer nos dires.

11La caractéristique commune à toutes ces inscriptions est la simplicité du texte qui y est gravé ; ainsi apparaissent uniquement sur la pierre les tria nomina, accompagnés parfois de la filiation des personnages honorés. L’absence de titre ou de fonction rend difficile toute datation précise ; cependant il est possible de formuler certaines remarques.

  • 14 La date de 16 av. J.-C. a été retenue sans doute pour l’élection de Tibère à la prêture et sa coopt (...)
  • 15 Suétone, Tib. 9, 1.
  • 16 Dion, 54, 35, 4.
  • 17 Dion, 55, 13, 2 ; Tacite, Ann., 1, 3, 3 ; Suétone, Aug-, 65, 3 et Tib., 15,2 ; et Velleius, II, 203 (...)

12La titulature de Tibère, Ti, Claudius Nero, interdit une datation postérieure à 4 ap. J.-C., date de l’adoption du fils aîné de Livie par son beau-père Auguste. Compte tenu de son exil volontaire à Rhodes en 6/5 av. J.-C., on peut supposer que cette pierre a été érigée avant cette date ; cependant l’hypothèse émise par R. Étienne14 de 16 av. J.-C. ne repose sur aucun fondement. En effet, Tibère avait participé à la campagne d’Auguste contre les Cantabres en 26-25 av. J.-C. en tant que tribun militaire15 : dès lors, il ne faut pas s’étonner de le voir honoré en Bétique et en Tarraconaise avant son union avec Julie dans le courant de l’année II av. J.-C.16 et son adoption parle princeps en 4 de notre ère17 car, à l’occasion de son séjour dans la Péninsule, il avait pu nouer des liens avec certaines cités, ce qui en faisait un patron tout à fait méritoire.

  • 18 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, p. 413 note que la fréquence des honneurs reçus par Agrippa, dans la (...)
  • 19 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 395, n. 8.
  • 20 Cat, 3 et 4 ; la mention d’Augusti f(ilio) sur les deux inscriptions impose une datation postérieur (...)
  • 21 C. et L. Caesar étaient nés respectivement en 20 et 17 avant notre ère.
  • 22 Cat. 5. Cette pierre étant comme toutes les autres perdue, il est impossible de savoir s’il faut re (...)

13Agrippa fut aussi patronus du municipe d’Ulia avant 12 av. J.-C., année de sa mort et peut-être dès l’année 19-18 av. J.-C. lors de son séjour dans la Péninsule18 Là encore, la date de 12 avant notre ère retenue par R. Étienne19 — à titre d’hypothèse, il est vrai — paraît peu vraisemblable. Le piédestal supportant la statue d’Agrippa fait partie d’un groupe statuaire qui compte les portraits d’autres membres de la famille d’Auguste et l’on peut supposer que le patronat exercé par le gendre du prince sur cette cité de Bétique fut repris à sa mort par ses fils Caius et Lucius Caesar20. On ne peut pas exclure que, compte tenu de leur jeune âge21, Auguste accepta, de manière exceptionnelle, de partager cette charge avec ses petits-fils, devenus ses fils par adoption22.

  • 23 P.J. Lacort Navarro et alii, « Nuevas inscripciones latinas de Córdoba y su provincia », p. 88, n°V (...)
  • 24 C’est-à-dire Cat. 1 à 4, CIL II, 1528 dédié à Agrippa Postumus et CIL II, 1543, dédié à Antonia épo (...)

14La découverte, au musée de Montemayor, d’une inscription dédiée à L. Caesar provenant d’Ulia a suscité un débat23 quant à son assimilation au CIL II, 1526, présumé perdu. En effet, ces deux textes se distinguent seulement par la première lettre initiale du prénom ; dès lors, on aurait pu penser que F. Pérez Bayer, sur lequel s’appuie Hübner, avait mal lu le texte ; cependant, comme il décrit le support de l’inscription comme un morceau de colonne, ce qui ne correspond pas à la forme de la pierre conservée au musée, on est en droit de supposer qu’il s’agit bien là de deux inscriptions distinctes, qui s’inscrivent parfaitement dans la série de dédicaces d’Ulia en l’honneur des membres de la famille d’Auguste24.

  • 25 Contra, C. H. V. Sutherland, « Aspects of Imperialism in Roman Spain », p. 35, qui rejette la signi (...)

15Le caractère dynastique de ce groupe statuaire s’affirme sans conteste25 et s’inscrit dans un mouvement de proclamation de loyalisme à l’égard de la famille impériale.

  • 26 Cat. 7. J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », n° 5, p. 189 recense cinq fragmen (...)

16Le municipe d’Emporiae a livré de nombreux exemples de patronat prestigieux, parmi lesquels il est possible d’identifier des membres de la famille Julio claudienne. Trois fragments d’une même pierre26 retrouvés dans le témenos du Capitole, sur le forum, posent un certain nombre de problèmes d’interprétation et de restitution que nous allons tenter d’exposer.

  • 27 Cf. en dernier lieu G. Fabre et aliiu, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 24, p. 58.
  • 28 G. Alföldy, « Cn. Domitius Calvinius Patronus von Emporiae », p. 53, n. 22.
  • 29 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », n°5.
  • 30 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 24, pp. 58-59.

17Acquise en 1900 par la diputación provincial, cette inscription fragmentaire, conservée au Centro de Investigaciones Arqueológicas de Gérone, a fait l’objet de nombreuses publications27 sans toutefois qu’une restitution de la pierre soit proposée. G. Alfoldy28 avait suggéré de reconnaître dans le dédicataire un Caecina ou un Perperna, mais J.-N. Bonneville29 fut le premier à proposer une interprétation complète de l’inscription ; en outre, le réexamen de cette pierre lors de la publication des Inscriptions romaines de Catalogne a conduit à une restitution nouvelle30 qui justifie ici l’étude de ce document fort controversé.

  • 31 On retiendra le peu d’empâtement marqué des lettres capitales A avec barre horizontale décalée vers (...)

18À partir des trois fragments conservés — deux éléments jointifs délimitant l’angle inférieur gauche, et un troisième correspondant à l’angle supérieur droit —, il est possible de reconstituer la plaque de marbre sur laquelle fut gravée une inscription honorant, sans aucun doute, un patron de la cité d’Emporiae. Toute la difficulté consiste à identifier le personnage et à tenter de dater cette dédicace. La qualité et le soin apportés à la gravure ainsi que la forme des lettres incitent de façon certaine à dater cette inscription de l’époque augustéenne31.

19Dans cette perspective, J.-N. Bonneville restitue la dédicace sur trois lignes, comme il est communément admis, de la façon suivante :

[M. MESSAL]AE
M[ESSALI]NO
PAT[RONO]

  • 32 La trace de la boucle du second P à la ligne 1, visible sur la pierre, comme le suggèrent G. Fabre (...)

20Cependant, une autre disposition des blocs de marbre, cette fois sur deux lignes, ne peut être exclue ; elle conduirait à identifier ce patron à Agrippa32 :

M. AGRIPP[AE]
PAT[RO]NO

21En l’état actuel des choses, en l’absence d’éléments nouveaux qui ne pourraient être fournis que par la découverte d’autres fragments appartenant à la même plaque de marbre, il semble difficile de trancher en faveur de l’une ou l’autre hypothèse, mais il est possible de formuler un certain nombre de précisions et de suggestions.

  • 33 PIR (I), V, 93.
  • 34 J.-N. Bonneville, » Les patrons du municipe d’Emporiae », pp. 181-183 et n° 3, pp. 187-188 respecti (...)
  • 35 Ibid., p. 189, n. 30.

22L’argument avancé pour écarter M. Valerius Messala Messalinus33 du patronat d’Emporiae semble de peu de poids si on envisage la question dans le détail. Certes, on ne peut nier que le consul de l’an 3 avant notre ère n’a aucun lien qui le rattache à la péninsule Ibérique. Cependant, il en est de même pour M. Iunius Silanus et A. Tarentius Varro Murena, tous deux patrons d’Emporiae à l’époque charnière de l’instauration du principat34. Enfin, il ne faut pas oublier que M. Valerius Messala Messalinus, dont les tria nomina sont ici abrégés en M. Messala Messalinus35, entretenait des liens privilégiés avec Auguste et qu’ainsi Emporiae ne pouvait que trouver de nombreux avantages à le choisir pour patronus. Dès lors, si cette première hypothèse ne peut être raisonnablement écartée, il convient cependant d’apporter toute notre attention à l’examen scrupuleux de la seconde interprétation.

  • 36 Ibid., p. 190 n° 6 et p. 191 n° 7.

23Tout d’abord, on remarquera que les dédicaces recensées offertes aux patrons d’Emporiae de la fin du triumvirat à la mort d’Auguste sont toutes gravées sur des blocs de pierre calcaire à l’exception de celles qui concernent le patronat d’un membre de la famille impériale — pour lesquelles c’est le marbre, matériau noble par excellence, qui est employé36. Or, dans le cas que nous étudions, il s’agit précisément de plusieurs fragments d’une même plaque de marbre ; cette coïncidence, loin d’apporter une preuve formelle de l’identité du dédicataire, devait néanmoins être soulignée. D’autre part, les liens unissant Agrippa et la péninsule Ibérique sont bien connus et de nombreux exemples de patronat sont attestés en Bétique et en Tarraconaise pour le gendre d’Auguste. Dans le cas où cette hypothèse pourrait être confirmée, l’inscription devrait être datée d’avant 12 av. J.-C. et vraisemblablement dans les années 19-18, soit lors du séjour d’Agrippa en péninsule Ibérique et avant son retour à Rome dans le courant de l’été, compte tenu de l’absence de la mention de la puissance tribunicienne.

  • 37 Cat. 8.
  • 38 J. Botet I Siso, « Nuevos descubrimientos en las ruinas de Ampurias », pp. 501-502 ; et EEIX, 400.

24Les fragments d’une seconde plaque en marbre, découverts également à Emporiae37, entrés dans la collection de J. Oliveras de l’Escala et aujourd’hui perdus, suscitent toujours de vifs commentaires. Nous ne disposons aujourd’hui pour leur étude que d’un dessin laissé par J. Botet i Siso et de la lecture qu’en a donnée Hübner38, qui ne peut être contrôlée en l’absence de la pierre ou, à défaut, d’une photographie. Dans ces conditions, on ne peut se livrer qu’à des conjectures quant à la nature du dédicataire et nous nous proposons de dresser le bilan des travaux publiés.

  • 39 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 19, sans aucune justification.
  • 40 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 190, n. 6 restitue entièrement cette d (...)
  • 41 G. Alföldy, « Cn, Domitius Calvinius Patronus von Emporiae », n. 23, p.54.
  • 42 C’est seulement pour cette époque que l’existence de patrons d’Emporiae est attestée.

25D’une manière générale, quatre lignes sont indiquées par tous les auteurs à une exception près39. La mention à la ligne 3 de la séquence AVG [...] incite, selon toute vraisemblance, à reconnaître dans le personnage honoré un membre de la famille impériale choisi comme patronus de la cité d’Emporiae, compte tenu de la mention de PATRON [...]40 à la ligne 4. L’interprétation des deux premières lignes ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes qu’on peut difficilement prétendre résoudre, compte tenu des faibles indices dont on dispose. À partir du dessin du reste de la ligne 2, plutôt que de restituer CI41 interprété vraisemblablement en CA[ESARI], J. N. Bonneville propose de voir dans la première trace de lettre la terminaison finale inférieure droite d’un A. Ainsi, la lettre manquante à gauche serait le C initiale de [C]AE[SARI]. Compte tenu de cette remarque et en admettant que cette inscription soit datable de l’époque augustéenne42, on pourrait identifier le personnage à C. ou L. Caesar, ce qui oblige nécessairement à restituer le texte sur trois lignes :

[C. ou L. C]AE[SARI]
AVG[VSTI F.]
PATRON [O]

  • 43 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 19, p. 53.
  • 44 Cat. 3 et 4.
  • 45 Cat 9.
  • 46 La mention coloni à la ligne 4 ne laisse aucun doute quant à la nature du statut de la cité à l’épo (...)
  • 47 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 397, n. 10 attr (...)
  • 48 CIL II, 5093.
  • 49 La pierre est fracturée à gauche mais la partie droite, bien qu’érodée, est conservée dans son inté (...)
  • 50 Huit lettres à la première ligne, sept lettres à la deuxième ligne, sept lettres à la troisième lig (...)
  • 51 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 397, n. 10.

26Pour la première ligne on a également proposé la lecture C(aio), [CAESARI]43, en se basant sur le fait que le dessin indiquerait que la partie gauche du monument était largement conservée. Des traces du patronat des deux princes de la jeunesse sont attestées de façon certaine dans la péninsule Ibérique à Ulia44 et à Salaria45, d’où provient une base de statue conservée au Museo Arqueológico Nacional de Madrid. Érigée par les habitants de la colonie46, cette statue devait être dédiée à C(aius) ou L(ucius) Caesar, en l’honneur de leur patronat47. En fin de première ligne, la restitution à de [DI VI/AV]GVSTI F(ilio)48 ne se justifie pas49, compte tenu de l’état de la pierre et de l’organisation harmonieuse du registre du texte50. La datation précise de cette inscription pose un problème. Comme dans le cas d’UIia, l’absence de titre ou de fonction ne permet pas d’établir une chronologie certaine et ne peut autoriser à opter pour une date haute, c’est-à-dire 5 av. J.-C. dans le cas de Caius ou 2 avant notre ère dans le cas de Lucius. La filiation augustéenne exclut une date antérieure à 17 av. J.-C., année de l’adoption des fils d’Agrippa par le prince, ce qui d’ailleurs se conçoit parfaitement compte tenu de l’âge respectif des deux enfants. D’autre part, il apparaît assez vraisemblable que la colonie de Salaria les a choisis comme patrons après la prise de la toge virile et leur présentation officielle au Sénat, soit en 5 av. J.-C. pour C. Caesar et 2 av. J.-C. pour son frère Lucius, ce qui n’exclut pas une option postérieure entre cette époque et leurs morts respectives, intervenues en 4 ap. J.-C. et 2 ap. J.-C. L’hypothèse d’un hommage posthume, émise par R. Étienne51, ne doit pas être négligée. En effet, il est tout à fait possible que le choc provoqué par la mort subite des princes de la jeunesse, sur lesquels reposaient les espoirs de la dynastie, ait suscité une série de dédicaces en leur mémoire, rappelant le prestige de leur patronat pour la colonie de Salaria. On est donc conduit à envisager alors les années 2-3 av. J.-C. pour Lucius Caesar et les années 4-5 av. J.-C. pour Caius Caesar, mais en aucun cas une date postérieure à la mort d’Auguste qui justifierait l’emploi de la formule DIVI AVGVSTI F(ilio), comme on a pu le laisser entendre.

27Les deux fils d’Agrippa succèdent peut-être à leur père comme patronus d’Emporiae mais, là encore, compte tenu de leur jeune âge en 12 av. J.-C., ce n’est certainement pas avant 5 av. J.-C. pour Caius et 2 av. J.-C. pour Lucius que l’un ou l’autre des jeunes princes eut la capacité d’exercer une telle charge. Cependant, si cette hypothèse est séduisante, elle se heurte à l’existence d’une quatrième ligne en tête d’inscription. Dans ce cas, il ne pourrait s’agir que du princeps lui-même, dont la titulature restituée apparaîtrait ici complète sous la forme suivante :

[IMPERATORI]
[C]AE[SARI]
AVG[VSTO]
PATRON [O]

  • 52 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 190.
  • 53 Horace, Carm., 24-7.

28Si cette restitution doit être retenue, cette pierre d’Emporiae constitue le second témoignage du patronat du prince sur une cité de péninsule Ibérique. Dans les deux cas, Agrippa fut également choisi comme patronus. Il est possible qu’à Emporiae comme à Ulia, Auguste ait succédé à son gendre après 12 av. J.-C. à moins qu’il faille, comme le suggère J.-N. Bonneville52, rattacher cet événement à l’octroi à Auguste du titre de Pater patriae en février 2 av. J.-C. — pater Urbium, comme le célèbre Horace53, et en particulier patron d’Ulia et d’Emporiae.

  • 54 EE IX, 398 ; J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 191 n° 7 ; G. Fabre et al (...)
  • 55 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 191 n° 7.

29Une troisième série de deux fragments jointifs formant l’angle supérieur droit d’une plaque de marbre dédiée54 à un membre de la famille impériale a été mise au jour dans la zone du forum d’Empuriae. Cependant, l’hypothèse du patronat émise par J.-N. Bonneville55 ne repose sur aucune trace épigraphique concrète. Dans ces conditions, il nous paraît judicieux d’exclure cette pierre de la série de dédicaces recensées à Emporiae attestant d’un patronat de l’un ou l’autre membre de la famille impériale à l’époque augustéenne.

Une faveur récurrente pour Agrippa

  • 56 A. Burnett et alii, Roman Provincial Coinage, 77 (sesterce) : D/MVNICIPI PARENS ; Agrippa assis à g (...)
  • 57 L’hypothèse émise par A. M. Guadán de Lascaris, « Gades como hedera de Tartessos en sus amonedacion (...)
  • 58 Ce qui se déduit de R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (...)
  • 59 De nombreux témoignages de patronat de membres de la famille impériale julio-claudienne sont attest (...)

30A Gadès56, le gendre du prince est célébré comme parens ou comme patronus et parents du jeune municipe. La mention du troisième consulat d’Agrippa fait de la date de 27 le terminus post quem de cet ensemble monétaire, qu’il convient de dater entre 19 et 12 av. J.-C.57 et plus vraisemblablement de l’année 19-18, alors qu’Agrippa séjournait en péninsule Ibérique et qu’à cette occasion il eut le loisir de s’attarder à Gadès58. Reste à déterminer le rôle exact qu’Agrippa joua dans cette cité à vocation maritime où se mêlent tradition punique et romanité. Est-il nécessaire de supposer une réorganisation du municipe par le fidèle lieutenant d’Auguste pour justifier ce patronat d’Agrippa sur la cité de Gadès ? Il nous semble que ce serait, dans ce cas, aller trop loin59 ; cependant la formule retenue s’avère complexe. En effet, Agrippa n’est pas seulement qualifié de patronus mais de patronus et parens. Cette formule, unique en péninsule Ibérique, mérite que nous nous y attardions.

  • 60 M. Grant, From Imperium to Auctoritas ; p. 172 ; Id.,« Agrippas Coins », p. 12, n° 5 ; R. Étienne, (...)
  • 61 Dion, 41, 24, 1 et Tite-Live, Perio, III. Le rappel systématique de la filiation divine d’Auguste s (...)
  • 62 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, p. 604, n. 12.

31Le statut exact de Gadès et la chronologie de sa promotion au rang de municipe ont suscité de nombreux débats contradictoires. Cependant, il semble généralement admis aujourd’hui que la cité accéda au rang de municipe de citoyens romains dès l’époque de César, en 49 av. J.-C. Dès lors, il est impossible de reconnaître en Agrippa un parents conditor comme l’a suggéré M. Grant60, puisque le véritable fondateur du municipe de citoyens romains serait César, qui accorda la citoyenneté romaine aux habitants de Gadès61. Il nous semble préférable d’attribuer au gendre d’Auguste une mission de réorganisation administrative interne qui ne dut pas s’accompagner d’un changement de statut et n’autorise donc pas à faire du « co-régent » le nouveau fondateur du municipe, contrairement à ce qu’affirme J.-M. Roddaz62. Dans ces conditions, cette émission ne peut s’inscrire dans le cadre d’un monnayage de fondation. Patron du municipe, Agrippa n’en est pas le père mais plutôt le tuteur dans l’apprentissage de la citoyenneté romaine. Cette double mission permet non seulement aux Gaditains d’affirmer leur loyalisme à l’égard du nouveau régime en choisissant la protection d’Agrippa pour leur cité, mais également envers Auguste, instigateur de cette mission de réorganisation afin de promouvoir sa politique dynastique.

32Il reste à envisager si les deux fonctions sont simultanées ou non ; un indice nous est peut-être fourni par les légendes monétaires. En effet, sur certaines monnaies, Agrippa est seulement présenté comme parens du municipe de Gadès alors que sur d’autres il est dit patronus et parens. La mention du patronat n’apparaît jamais isolément ; pourrait-on alors en déduire qu’Agrippa fut parents avant d’être choisi comme patron ? Il ne s’agit là que d’une hypothèse ; cependant il est possible que dès son arrivée à Gadès le gendre d’Auguste, comme il en avait reçu la mission, ait procédé à une réorganisation du municipe — ce qui lui aurait valu ce titre de parents célébré par la frappe d’une première série de monnaies — et que quelque temps après, une fois sa mission achevée et en quelque sorte pour lui témoigner leur gratitude, les Gaditains l’aient choisi comme patron alors qu’il allait quitter la cité. Ainsi, même loin de sa terre, le municipe s’assurait la protection de celui qui allait bientôt être promu au rang de « co-régent », par le partage de la puissance tribunicienne avec le prince, et immortalisa l’événement par l’émission d’une seconde série de monnaies célébrant le patronat et rappelant le rôle de parents qu’Agrippa avait rempli durant son séjour.

  • 63 Cat. 10.
  • 64 L’inscription publiée par M. Koch, « M. Agrippa und Neukarthago », pp. 205-214 souligne les liens q (...)

33Un fragment d’inscription63 découvert en réemploi dans les ruines du Castillo de la Concepción à Carthago Nova atteste du patronat d’Agrippa64 sur la Colonia Vrbs Iulia Carthago Nova. La forme et les dimensions de la pierre, tout du moins dans sa partie conservée, incitent à reconnaître dans cette plaque la dédicace d’un piédestal qui devait supporter la statue d’Agrippa, érigée en l’honneur de son patronat.

  • 65 M. Koch, « M. Agrippa und Neukarthago », pp. 209-212.
  • 66 CIL II, 5930 = Cat. 6 dédié à Tibère ; CIL II, 3414, dédié à P. Silius Nerva, gouverneur de la prov (...)
  • 67 Ligne 1 : M. AG[RIPPA] ; ligne 3 : PATRON [O COLONI].
  • 68 A. Burnett et alii, Roman Provincial Carnage, 164 (semis) : D/HIBERO PRAE(F) M AGRIP QVIN ; tête d’ (...)
  • 69 M. Koch, « M. Agrippa und Neukharthago », p. 209.
  • 70 Ibid., p. 210, ce même auteur réfute cette restitution sans justification satisfaisante.
  • 71 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, pp. 367-368 et n, 148 ; et F. Hurlet, Les collègues du prince sous Au (...)
  • 72 Le partage de la puissance tribunicienne entre Auguste et Agrippa à partir de 18 avant notre ère se (...)

34Les restitutions proposées par M. Koch65, auxquelles nous adhérons à l’exception de quelques points de détail que nous tenterons d’exposer, sont fondées sur l’examen d’une série d’inscriptions66 en tout point similaires dédiées par les colons à différents patrons de la cité, La restitution des lignes 1 et 3 se justifie en tout point au regard des lettres conservées sur la pierre67. Cependant, la restitution de la fin de la ligne 2 doit permettre d’envisager plusieurs hypothèses. M. Koch propose, outre la filiation et la mention du consulat, qui sont indéniables, de lire QVINQ (ennali) c’est-à-dire duumvir quinquennal, la charge la plus prestigieuse que pût remplir un magistrat municipal et attestée par ailleurs sur une monnaie à l’effigie d’Agrippa qui fut frappée sous le règne d’Auguste68. Or nous savons que cette charge ne pouvait être conférée à l’empereur ou à un membre de la famille impériale qu’à titre honorifique, c’est-à-dire que la fonction était effectivement exercée par un magistrat unique, choisi parmi les notables locaux et portant le titre de préfet. Les exemples ne manquent pas pour les deux provinces de Bétique et de Tarraconaise, qui ont trouvé là une façon parmi tant d’autres de prouver leur attachement à la dynastie régnante. Cependant, nous ne possédons aucun témoignage épigraphique direct de cet honneur ; en effet, c’est par l’intermédiaire de dédicaces effectuées en l’honneur du préfet par tel ou tel membre de la famille impériale que nous pouvons appréhender le phénomène. Cette constatation nous incite à écarter la solution de restitution adoptée par M. Koch. Si l’on admet l’hypothèse vraisemblable qu’il faille restituer six à huit lettres à la fin de la troisième ligne pour respecter l’ordination du texte69, la formule COS TERTIVM70 serait préférable à celle de COS III, même si cette formule est rarement attestée d’une manière générale, comme une étude des titulatures pourrait le démontrer. Quant à la restitution d’IMP (erator), elle est fort improbable compte tenu du fait qu’Agrippa prit la décision de ne plus faire apparaître dans sa titulature le titre d’imperator71. Il reste à envisager la puissance tribunicienne, ce qui fournirait le courant de l’année 18 av. J.-C. comme terminus post quem pour la datation de cette inscription ; cette hypothèse ne peut être totalement écartée car, même si l’on admet qu’Agrippa a pu visiter la cité au moment de sa tournée en péninsule Ibérique et que c’est à cette occasion qu’il fut choisi comme patron, rien ne nous empêche de supposer que la statue ne fut érigée qu’à la fin de l’année 18, compte tenu des délais de réalisations de l’œuvre. Cependant, par comparaison avec des exemples précédemment étudiés72, nous ne cacherons pas notre préférence pour une simple restitution du consulat, comme suit :

M(arco) AG [RIPPAE]
L(
ucii) F (ilio) CO(n)S(uli) [TERTIVM]
PATRON [O COLONI]

Tibère ou la fin du patronat impérial

  • 73 Cat. 6.
  • 74 À partir de 4 ap. J.-C., Ti. Claudius Nero devient Ti. Iulius Caesar, jusqu’à son accession à l’Emp (...)

35Le fragment d’une plaque de marbre découvert à Séville en 1859 et conservé au musée archéologique de la ville atteste le patronat de Tibère à Italica73. Ne subsistent sur la pierre que les six lettres RONI PA ; la restitution proposée par Hübner reste généralement admise et permet de dater l’inscription de l’époque augustéenne, plus précisément d’avant 43p. J.-C., date de l’adoption de Tibère par Auguste74.

  • 75 A.M.Canto de Gregorio, La epigrafía de Italica, p. 179 n° 27.
  • 76 Ulia en Bétique ainsi qu’Aquae Calidae et Carthago Nova en Tarraconaise.
  • 77 Le CIL II, 5230, pris en exemple pour le patronat de Néron, doit être attribué à Tibère ; cf. n. 76 (...)
  • 78 Mention de la filiation à Tarraco (CIL II, 6080 = G. Alföldy, Die römuschen Inschriffen von Tarraco (...)
  • 79 La date de 16 av. J.-C., retenue par R. Etienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Aug (...)

36Lors du réexamen de la pierre, A. M. Canto75 a suggéré que l’on pourrait attribuer cette inscription aussi bien à Tibère avant son accession à l’Empire qu’à Néron. Cette hypothèse nous semble épigraphiquement très contestable au regard de la titulature du prince. En effet, L. Domitius Ahenobarbus, adopté par Claude en 50 ap. J.-C., porte dès lors les tria nomina de Nero Claudius Drusus Germanicus Caesar, et ce jusqu’à son accession à l’Empire le 13 octobre 54. Ainsi il faudrait supposer, si l’on attribue cette dédicace au fils d’Agrippine la Jeune, que la titulature soit réduite à sa plus simple expression, sous la forme du praenomen Nero, ce qui est inconcevable. Enfin, si nous avons conservé un certain nombre d’exemples de patronat en Bétique et en Tarraconaise pour Tibère76, aucune trace n’est recensée pour Néron, contrairement à ce qu’affirme A. M. Canto77. Ainsi, la restitution de cette inscription ne semble pas poser de problème majeur. Le seul élément d’incertitude au niveau de la titulature de Tibère réside en la présence ou en l’absence de la filiation, les deux cas étant usités78. Quoi qu’il en soit, ce fragment de dédicace ne peut être attribué qu’à Tibère, qui accepta avant 4 ap. J.-C. — et sans doute, selon toute vraisemblance, avant son exil volontaire à Rhodes en 5 avant notre ère—le patronat du municipe d’Italica79.

  • 80 Cat. 11.
  • 81 Cat. 10.
  • 82 J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1073 ; et A. M. Canto de Gregorio, La epi (...)
  • 83 La n. 79 s’applique également à cette inscription de Carthago Nova.

37À la liste des patronats de Tibère en Bétique et en Tarraconaise, il faut ajouter une pierre de Carthago Nova80 découverte au siècle dernier dans les ruines du Castillo de la Concepción. Il convient de la rapprocher de la dédicace offerte à Agrippa, lui aussi patron de Carthago Nova81. Compte tenu de la dimension du bloc et de l’organisation du registre de l’inscription, nous pensons qu’il est raisonnable de reconnaître dans ce cas un piédestal supportant une statue de Tibère, élevée en l’honneur de son patronat par la communauté de la colonie de Carthago Nova, comme le mentionne très clairement l’inscription. Attribuée à tort à Néron82, cette dédicace est contemporaine de la précédente83. En outre, la mort subite d’Agrippa, en 12 av. J.-C., privait la cité de sa protection ; dès lors, il est possible que la colonie se soit tournée vers Tibère et l’ait choisi à son tour comme patronus.

  • 84 Cat. 12.
  • 85 De 4 ap. J.-C., date de son adoption, jusqu’à la mort d’Auguste, la titulature de Tibère est Ti. Iu (...)
  • 86 M, Mayer et I. Rodà, « L’epigrafia romana a Catalunya », pp. 195-196, pl. 4.
  • 87 Même si la barre transversale de la dernière lettre est peu visible, la présence d’une boucle supér (...)

38Parvenu à l’Empire, Tibère lut choisi comme patron d’Aquae Calidae. La découverte d’une inscription dédiée à l’empereur sur ce site antique84 s’est faite en deux étapes. Dans un premier temps, une seule ligne est apparue sur un bloc de grès réemployé du mur de l’église paroissiale de Caldes, sur lequel on pouvait lire TI, CAESA. L’identification du personnage honoré avec Tibère ne fait aucun doute et la séquence TI. CAESA permet d’écarter une datation de l’époque augustéenne85. Cependant, il est impossible de préciser davantage, même si l’hypothèse d’une date haute du principat de Tibère paraît plus favorable, les cités souhaitant s’attirer les faveurs du nouvel empereur. Dans les années 1980, le repiquage du mur de l’église permit la découverte de deux nouvelles lignes. Le texte mis au jour à cette occasion est confirmé par un dessin du siècle dernier de J. A. Llobet i Vall-Llosera conservé à la Real Academia de Buenas Letras86. La lecture à la ligne trois de la séquence...ATR...87 ne peut être raisonnablement restituée que par la formule [P]ATR[ONVS] ou [P]ATR[ONO]. Ainsi est attesté le patronat de Tibère pour la cité d’Aquae Calidae.

  • 88 M. Mayer et I. Rodà, « L’epigrafia romana a Catalunya », pp. 195-196.

39Une restitution complète de cette inscription en trois lignes a été proposée par M. Mayer et I. Rodà88 comme suit :

TI(berius ou 0) CAESA[R ou RI DIVI]
[AV]G (usti) F (ilius ou 0) [AVG (ustus) ou 0]
[P]ATRO[ONVS ou O]

  • 89 Ibid., pl. 5 et G. Fabre E et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t.1, 40, pl. XV.
  • 90 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. I, 40, p. 86.
  • 91 Si Tibère est le dédicant et non le dédicataire, il paraît préférable de restituer le texte au nomi (...)

40Si d’une manière générale la formulation de la titulature de Tibère peut être acceptée, il convient toutefois d’attirer l’attention à la fois sur un problème de nomenclature mais également de disposition du texte sur la pierre. D’une part la pierre réemployée a été retaillée à droite et, d’autre part, ce sont en réalité deux blocs imbriqués l’un dans l’autre qui ont permis la restitution complète de l’inscription, ce qui est tout à fait visible sur les photos fournies par les éditeurs89 : un bloc A, sur lequel est gravé le début de la première ligne, et un bloc B, où apparaît ce qui est supposé être les lignes 2 et 3. La dimension des lettres, bien que non mesurée avec précision, ne permet pas, semble-t-il, d’identifier ce bloc de pierre à un piédestal destiné à supporter la statue de l’empereur érigée afin de célébrer, par exemple, son patronat sur la cité. L’hypothèse a été émise que ce bloc aurait pu constituer la frise d’un portique dont l’empereur aurait assumé officiellement la construction90. La charge de patronus aujourd’hui attestée semble confirmer cette supposition, qu’il s’agisse d’un portique ou de tout autre édifice public, sans doute élevé au forum. Dans ces conditions et compte tenu des remarques formulées précédemment, il paraît difficile de conserver une disposition de cette dédicace sur trois lignes. Ainsi nous pouvons imaginer qu’à l’origine l’inscription se présentait sur deux lignes avec, à la première ligne, la titulature de Tibère et, en dessous, la mention du patronat centrée de part et d’autre. Compte tenu de la disposition relative des lettres conservées ou supposées aux lignes 2 et 3, si l’on s’en tient à la titulature proposée ci-dessus, on aboutit à un fort décentrage de la mention du patronat vers la droite de la pierre, alors que si l’on adopte une titulature plus développée du point de vue de la filiation — ce qui d’ailleurs est systématiquement le cas pour Tibère en Bétique et en Tarraconaise —, cela permet le recentrage de la seconde ligne, dès lors plus conforme à une gravure officielle, avec respectivement treize et quatorze ou quinze lettres91 à gauche et à droite, comme suit :

TI. CAES[R. DIVI. AV]G. F. [DIVI. IVLI. N. AVGVSTVS] P[ATR]ONVS

41Au terme de cette enquête, on remarque que dans l’ensemble de notre corpus de dédicaces, seuls Auguste et Tibère sont honorés comme patrons mais à titre assez exceptionnel, puisque ne sont recensés à ce jour que deux patronats pour Auguste, l’un à Ulia et l’autre, supposé, à Emporiae, et un seul pour Tibère, à Aquae Calidae.

42Le phénomène semble plus répandu pour Agrippa et pour C. et L. Caesar. Cependant ni Drusus ni Germanicus et encore moins les deux fils de celui-ci, que ce soit sous le règne d’Auguste ou sous celui de Tibère, ne sont honorés du patronat. Dès lors, toute trace de cette charge disparaît pour les membres de la famille impériale, alors que parallèlement les manifestations de soutien à la dynastie vont croissant et ne donnent qu’en de rares circonstances des signes de faiblesse.

43Nous avons supposé qu’en acceptant la charge de patronus, un membre de la famille impériale devenait en quelque sorte le protecteur de la cité, avec tout ce que cela impliquait, en un mot un véritable père. Or, justement, à partir de 2 avant notre ère, Auguste, revêtu du titre de Pater patriae, est perçu comme le père de tous les habitants de l’Empire. Dès lors, on peut supposer que tout patronat impérial s’avérait inutile puisque l’empereur devenait automatiquement le père de tous et que sa protection s’étendait à l’ensemble de l’Empire. Cette hypothèse pourrait être confortée par le fait que ni Caligula, ni Claude, ni Néron, qui ont pris le titre de Pater patriae très rapidement après leur accession à l’Empire, n’ont été honorés comme patron en Bétique ou en Tarraconaise alors que Tibère, qui a toujours refusé le titre de Pater patriae, est choisi comme patron d’Aquae Calidae durant son principat. La même remarque s’applique aux Flaviens et à la grande majorité des Antonins. Cependant Marc Aurèle et Lucius Verus, durant leur règne conjoint, n’acceptèrent ce qualificatif qu’à partir de l’été 166 ; pour autant, aucun patronat de ces deux empereurs n’est attesté en péninsule Ibérique, ni d’ailleurs en quelque région de l’Empire que ce soit, avant cette date. De plus, si le fait d’être Pater patriae excluait tout patronat municipal pour l’empereur, cela ne s’appliquait aucunement aux membres de la domus Augusta. En d’autres termes, l’abandon du patronat par les empereurs ne peut être simplement expliqué par la disparition de cette pratique au sein de la famille impériale.

  • 92 I Cogitore, « Série de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », pp. 828-829.

44Quant à l’idée émise par I. Cogitore92, à partir d’exemples italiens, elle nous semble peu convaincante car, dans le cas des Espagnes, cette pratique du patronat s’inscrit dans un contexte dynastique incontestable et ne peut en aucune façon être rapprochée des derniers soubresauts d’une pratique républicaine en perte de vitesse. Dès lors, nous devons nous résoudre à constater le phénomène, sans toutefois pouvoir l’interpréter de façon satisfaisante.

Bibliographie

Bibliographie

Alföldy, Geza, Die römischen Inschriffen von Tarraco (2 vol.), Berlin, De Gruyter, 1975.

— « Cn. Domitius Calvinius Patronus von Emporiae », Archivo Español de Arqueología, 50-51, 1977-1978, pp. 47-55.

Beltrán, Antonio, « Las inscripciones funerarias en Cartagena », Archivo Español de Arqueología, 23,1950, pp. 385-433.

Bonneville, Jean-Noël, « Les patrons du municipe d’Emporiae (Ampurias, Espagne) », dans Hommage à Robert Étienne, n° 88 (1986) de la Revue des études anciennes, pp. 181-200.

Botet i Siso, Juan, « Nuevos descubrimientos en las ruinas de Ampurias », Boletín de la Real Academia de la Historia, 36,1900, pp. 495-502.

Burnett, Antony, Michel Amandry et [Padre] Pietro Ripolles, Roman Provincial Coinage (2e éd.), [3 vol.], Londres-Paris, British Museum - Bibliothèque Nationale de France, 1998 (1re éd. 1994), t.1 (2 vol.) : From the Death of Caesar to the Death of Vitellius (44 BC - AD 69).

Canto De Gregorio, Alicia Maria, La epigrafía de Italica, thèse de doctorat (188/85) soutenue en 1993 à l’Université Complutense de Madrid (document reprographié).

Cogitore, Isabelle, « Série de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 104, 1992, pp. 817-70.

Duthoy, Robert, « Sens et fonction du patronat municipal durant le principat », L’Antiquité classique, 53, 1984, pp. 145-156.

Etienne, Robert, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Rome, Bibliothèque des Écoles françaises de Rome et d’Athènes (191), 1958.

Fabre, Georges, Marc Mayer et Isabel Rodà, Inscriptions romaines de Catalogne (4 vol.), Paris, 1984-1997 ; t. I (1984) : Barcelone (sauf Barcino) ; t. III (1991) : Gérone.

Grant, Michael, From Impertum toAuctoritas. A Historical Study of Aes Coinage in the Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 1946.

— « Agrippa’s Coins », dans Il bimillenario di Agrippa. XVII Giornate Filologiche Genovesi (Genova, 20-21 febbraio 1989), Gênes, Università de Genova, 1990, pp. 9-17.

Guadán Lascaris, Antonio Manuel de, « Gades como hedera de Tartessos en sus amonedaciones conmemorativas del praefectus classis », Archivo Español de Arqueología, 34,1961, pp. 53-89.

— Las monedas de Gades, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1963.

Hurlet, Frédéric, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome, Collection de l’École française de Rome (227), 1997.

Jiménez de Cisneros Hervás, Domenico, « Nuevas inscripciones romanas de Cartagena », Boletín de la Real Academia de la Historia, 96, 1930, pp. 248-255.

Koch, Mikaèl, « M. Agrippa und Neukharthago », Chiron, 9, 1979, pp. 205-14.

Lacort Navarro, Pedro Juan, Rafel Portillo et Armin U. Stylow, « Nuevas inscripcions latinas de Córdoba y su provincia », Faventia [Barcelone], 8(1), 1986, pp. 69-109.

M Ayer, Marc, et Isabel Rodà, « L’epigrafía romana a Catalunya, Estat de la question i darreres troballes », Fonaments, 6, 1987, pp. 193-218.

Roddaz, Jean-Michel, Marcus Agrippa, Rome, Bibliothèque des Écoles françaises de Rome et d’Athènes (253), 1984.

Sutherland, Carol Humphrey Vivian, « Aspects of Imperialism in Roman Spain », Journal of Roman Studies, 24, 1934, pp. 31-42.

Veyne, Paul, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 1976.

Vives Solé, José, Inscripciones latinas de la España romana. Antología de 6.800 textos (2 vol.), Barcelone, Universidad de Barcelona, 1971-1972.

Annexes

Annexe : corpus des inscriptions

Cat. 1. — Ulia, Bétique.

Dédicace à Tibère. Disparue.

[T]i(berio) Claudi[o] / [N]eroni, patro[no].

Datation : avant 4 ap. J.-C. et, plus certainement, avant 5 av. J.-C.

Réf : CIL II, 1529 ; J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1044.

Cat. 2. — Ulia, Bétique.

Dédicace à Agrippa. Disparue.

M(arco) Agrippae, / patrono.

Datation : avant 12 av. J.-C.

Réf : CIL II, 1527 ; J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1034.

Cat. 3. — Ulia, Bétique.

Dédicace à C. Caesar. Disparue.

C(aio) Caesari, / Aug(usti) f(ilio), / patrono.

Datation : postérieure à 17 av. J.-C.

Réf : CIL II, 1526 ; J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1035.

Cat. 4. — Ulia, Bétique.

Dédicace à L. Caesar sur un bloc de pierre de mine, incomplet en haut (42/43/32 cm ; hauteur des lettres : 4cm/3,5 cm), provenant de la porte de la prison. Conservée au musée de Montemayor, antique Ulia.

L(ucio) Caesart, / Augusti f(filio), / patrono.

Datation : postérieure à 17 av. J.-C.

Réf : AE 1986, 374.

Cat. 5. — Ulia, Bétique.

Dédicace à Auguste. Disparue.

[… …] Caesari Augusto,/patrono.

Datation : entre 27 av. J.-C. et 14 ap. J.-C.

Réf : CIL II, 1525 ; J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1021.

Cat. 6. — Italica, Bétique.

Fragment d’une dédicace à Tibère sur une plaque de marbre rosé veiné (13/8,5/1,5 cm ; hauteur des lettres : 4 cm) découverte en 1839 lors des fouilles menées par I. de la Cortina. Conservé au musée archéologique de Séville.

[Ti(berio) Claudio, Ti(berii) fíilio), Ne]roni, pa[trono...].

Datation : règne d’Auguste ; avant 4 ap. J.-C., plus certainement avant 5 av. J.-C.

Réf : CIL II, 1113 ; CILA, II, 2,364 ; A. M. Canto de Gregorio, La epigrafía de Italica, n° 27.

Cat. 7. — Emporiae, Tarraconaise.

Trois fragments d’une plaque de marbre dédiée à Agrippa — dont deux jointifs (19,5/13/3 cm ; 21/16/3cm ; hauteur des lettres : 5 cm), découverts dans le témenos du capitole d’Emporiae. Conservés au Centro de Investigaciones Arqueológicas de Gérone (n° inv. 465) ; moulage en plâtre au musée d’Emporiae.

M(arco) Agripp[ae], / pat[ro]no.

Datation : règne d’Auguste ; avant 12 av. J.-C. et plus probablement vers 1918 av. J.-C.

Réf : EE IX, 401 ; G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 24 ; Hep II, 397 ; Hep IV, 400.

Cat. 8. — Emporiae, Tarraconaise.

Fragment d’une plaque de marbre commémorant le patronat d’un membre de la famille impériale. Entrée dans la collection de J. Oliveras de l’Escala, cette pierre est aujourd’hui perdue.

[… …] / [… …] / Aug[usto ou usti f(ilio)], patron[o].

Datation : règne d’Auguste.

Réf : EE IX, 400 ; G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 19 ; J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », n° 6, p. 190 ; Hep II, 398 ; Hep IV, 387.

Cat. 9. — Salaria, Tarraconaise.

Bloc de pierre calcaire, sans doute un piédestal (47/37/31 cm ; hauteur des lettres : 5 cm). Dédié à C. Caesar ou L. Caesar. Conservé au musée archéologique national de Madrid (inv. n° 16549).

[C(aio) ou L(ucio) Ca]esari/[Au]gustif(ilio),/[pat]rono, [c]oloni.

Datation : postérieure à 17 av. J.-C.

Réf : CIL 11,5093 ; CILA III, 2,357.

Cat. 10. — Carthago Nova, Tarraconaise.

Fragment d’une plaque de marbre grisâtre dédiée à Agrippa (40,5/24 cm ; hauteur des lettres : 6, 2-4,2 cm). Découvert en réemploi dans la tour centrale Alfonso X, dans les ruines du Castillo de la Concepción. Conservé in situ.

M(arco) Ag[rippae],/L(ucii) f(tlio), co(n)s(uli) [tertium],/patron[o, coloni].

Datation : antérieure à 12 av. J.-C.

Réf : M. Koch, « M. Agrippa und Neukharthago », pp. 205-214.

Cat. 11. — Carthago Nova, Tarraconaise.

Bloc de pierre, peut-être un piédestal (57/44 cm), dédié à Tibère. Découvert dans les ruines du Castillo de la Conception. Conservé au musée archéologique.

Ti(berio) Claudio, Ti(berii) [f(ilio)], Neroni,/patrono, colon[i].

Datation : époque augustéenne ; avant 4 ap. J.-C. et plus certainement avant 5 av. J.-C.

Réf : CIL 11,5930 ; ILS, 144 ; J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1073 ; M. Koch, « M. Agrippa und Neukharthago », p. 208.

Cat. 12. — Aquae Calidae, Tarraconaise.

Inscription de Tibère sur un bloc de grès réutilisé et retaillé à droite, encastré dans le mur de l’église paroissiale de Caldes (Barcelone), en haut de l’angle droit de l’édifice, dans la chapelle de la Santa Majestat.

Ti(bertus) Caesa[r, diui Au]g(usti) f(ilius), [diui Iuli n(epos), Aug(ustus)], p[atr]onus.

Datation : règne de Tibère.

Réf : G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. I, 40 ; AE 1987, 720 ; Hep II, 77 ; M. Mayer et I. Rodà, « L’epigrafia romana a Catalunya », pp. 195-196.

Notes

1 P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 349, n. 219 et p. 767, n. 311,

2 R. Duthoy, « Sens et fonction du patronat municipal durant le principat », pp. 145-156.

3 Ibid., p. 145 : « Il faut cependant se demander si elles couvrent toute la réalité et si elles ne méconnaissent pas d’autres aspects, et peut-être plus fondamentaux, du patronat municipal. »

4 Gades, Ulia, Italica en Bétique ; Aquae Calidae, Cartílago Nova, Emporiae et Salaria en Tarraconaise.

5 Fronton, Epistulae, II, II, I, 3-4.

6 Voir à ce sujet R. Duthoy, « Sens et fonction du patronat municipal durant le principat », p. 147, n. 10 et p. 151, n. 24 et 25.

7 Cat 1.

8 Cat 2.

9 Cat. 3 et 4.

10 Cat. 5.

11 La pauvreté relative de nos sources, liée aux aléas des découvertes, nous invite à la plus grande prudence ; cependant, en raisonnant de manière relative, il est possible d’aboutir à un certain nombre de conclusions. Le cas d’Emporiae ne peut être retenu avec certitude.

12 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, particulièrement p. 396 (Tibère), p. 395 (Agrippa) et p. 397 (C. et L. Caesar).

13 AE 1986, 374 = Cat 4.

14 La date de 16 av. J.-C. a été retenue sans doute pour l’élection de Tibère à la prêture et sa cooptation comme pontife ; cependant, ces quelques éléments ne peuvent être liés directement au patronat. Cette même année, Tibère est en Gaule avec Auguste (Dion, 54,19, 6) et aucun élément de comparaison ne nous permet de rapprocher cette inscription de celle de Tarraco datée entre 16 et le 1er janvier 13 av. J.-C. (CIL II, 6080) : [Tib(erio)] Claudio, / [Ti(berii)f(ilio)], Neroni,/[quaestori,p] ontif(ici),pr(aetori),/[...] manus.

15 Suétone, Tib. 9, 1.

16 Dion, 54, 35, 4.

17 Dion, 55, 13, 2 ; Tacite, Ann., 1, 3, 3 ; Suétone, Aug-, 65, 3 et Tib., 15,2 ; et Velleius, II, 203, 3-4 et 112, 7.

18 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, p. 413 note que la fréquence des honneurs reçus par Agrippa, dans la partie méridionale de la Péninsule, tend à accréditer l’idée qu’il fit un voyage dans cette région après la campagne de 19 av.J.-C.

19 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 395, n. 8.

20 Cat, 3 et 4 ; la mention d’Augusti f(ilio) sur les deux inscriptions impose une datation postérieure à 17 av.J.-C., sans qu’il soit possible de préciser davantage ; cependant le contexte historique nous incite à dater ces pierres du courant de l’année 12 av. J.-C. La remarque de R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 397, n. 2 : « semble échapper au groupe daté de 12 av. J.-C. » (à propos du CIL II, 1526 = Cat. 3 dédié il C. Caesar), ne se justifie pas.

21 C. et L. Caesar étaient nés respectivement en 20 et 17 avant notre ère.

22 Cat. 5. Cette pierre étant comme toutes les autres perdue, il est impossible de savoir s’il faut restituer [Imp(eratori)] en tête d’inscription ou si ce piédestal est à verser au dossier des titulatures incomplètes ou incorrectes d’Auguste : CIL II, 2197 = CIL (2) II, 7,253 à Corduba ; CIL II, 1664, 1665et 1666 à Tucci en Bétique ; CIL II, 3555 a Illici ;et CIL II, 3827 = CIL (2) II, 14, 305 à Saguntum en Tanraconaise).

23 P.J. Lacort Navarro et alii, « Nuevas inscripciones latinas de Córdoba y su provincia », p. 88, n°VI = Cat. 4.

24 C’est-à-dire Cat. 1 à 4, CIL II, 1528 dédié à Agrippa Postumus et CIL II, 1543, dédié à Antonia épouse de Drusus l’Ancien.

25 Contra, C. H. V. Sutherland, « Aspects of Imperialism in Roman Spain », p. 35, qui rejette la signification dynastique de l’ensemble ; cf. aussi R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 395, n. 8.

26 Cat. 7. J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », n° 5, p. 189 recense cinq fragments, trois contigus formant l’angle supérieur droit et deux autres formant l’angle inférieur gauche ; or l’examen de la photo — d’ailleurs non fournie par l’auteur pour justifier son affirmation — semble contredire cette hypothèse.

27 Cf. en dernier lieu G. Fabre et aliiu, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 24, p. 58.

28 G. Alföldy, « Cn. Domitius Calvinius Patronus von Emporiae », p. 53, n. 22.

29 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », n°5.

30 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 24, pp. 58-59.

31 On retiendra le peu d’empâtement marqué des lettres capitales A avec barre horizontale décalée vers le haut, P très ouvert, M et A très larges correspondant à une tradition républicaine encore en vogue au tout début du principat ; cf. G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, p. 28 ; G. Alfoldy, « Cn. Domitius Calvinius Patronus von Emporiae », p. 53 ; et J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 189.

32 La trace de la boucle du second P à la ligne 1, visible sur la pierre, comme le suggèrent G. Fabre et alïi, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 24 nous semble contestable ; c’est pourquoi il nous paraît préférable de restituer le texte comme proposé ci-dessous.

33 PIR (I), V, 93.

34 J.-N. Bonneville, » Les patrons du municipe d’Emporiae », pp. 181-183 et n° 3, pp. 187-188 respectivement et p. 192.

35 Ibid., p. 189, n. 30.

36 Ibid., p. 190 n° 6 et p. 191 n° 7.

37 Cat. 8.

38 J. Botet I Siso, « Nuevos descubrimientos en las ruinas de Ampurias », pp. 501-502 ; et EEIX, 400.

39 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 19, sans aucune justification.

40 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 190, n. 6 restitue entièrement cette dernière ligne, ce qui ne se justifie pas ; dans ce cas, l’idée du patronat n’est plus attestée.

41 G. Alföldy, « Cn, Domitius Calvinius Patronus von Emporiae », n. 23, p.54.

42 C’est seulement pour cette époque que l’existence de patrons d’Emporiae est attestée.

43 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 19, p. 53.

44 Cat. 3 et 4.

45 Cat 9.

46 La mention coloni à la ligne 4 ne laisse aucun doute quant à la nature du statut de la cité à l’époque augustéenne.

47 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 397, n. 10 attribue sans hésitation cette inscription à C. Caesar ; cependant rien ne nous autorise à exclure son frère Lucius.

48 CIL II, 5093.

49 La pierre est fracturée à gauche mais la partie droite, bien qu’érodée, est conservée dans son intégralité.

50 Huit lettres à la première ligne, sept lettres à la deuxième ligne, sept lettres à la troisième ligne, six lettres à la quatrième ligne.

51 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 397, n. 10.

52 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 190.

53 Horace, Carm., 24-7.

54 EE IX, 398 ; J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 191 n° 7 ; G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. III, 20 ; et Hep II, 399 ; Hep IV, 398 : [... Cae]sari / [...Aug]usti/[...].

55 J.-N. Bonneville, « Les patrons du municipe d’Emporiae », p. 191 n° 7.

56 A. Burnett et alii, Roman Provincial Coinage, 77 (sesterce) : D/MVNICIPI PARENS ; Agrippa assis à gauche sur une chaise curule. R/M AGRIPPA COS III ; aplustre. — Ibid., 78 (sesterce) : D/Tête d’Hercule revêtue de la peau de lion, massue ; RI M AGRIPPA COS III MVNICIPI PAREN ; aplustre. — Ibid., 79 (dupondius) : D/Tête d’Hercule revêtue de la peau de lion, massue ; R/M AGRIPPA COS III MVNICIPI PAREN ; aplustre. — Ibid., 80 (sesterce) : D/AGRIPPA ; tête d’Agrippa à gauche portant ta couronne rostrale 3 R/MVNICIPI PARENS ; aplustre. — Ibid., 81 (dupondius) : D/AGRIPPA 3 tête d’Agrippa à gauche portant la couronne rostrale ; R/ MVNICIPI (PATRONVS) PARENS ; aplustre. — Ibid., 83 (sesterce) : D/AGRIPPA ; tête d’Agrippa à droite ; R/ MVNICIPI PATRONVS PARENS ; aplustre. — Ibid., 84 (dupondius) : D/AGRIPPA ; tête d’Agrippa à droite ; R/MVNICIPI PATRONVS PARENS 3 aplustre. Cet ensemble monétaire constitue une série d’émissions inaugurales de pièces frappées en l’honneur de la famille impériale.

57 L’hypothèse émise par A. M. Guadán de Lascaris, « Gades como hedera de Tartessos en sus amonedaciones conmemorativas del praefectus classis », p. 74 ; Id., Las monedas de Gades, pp. 50-51, d’un monnayage posthume et contemporain des émissions dédiées à Auguste, C. et L. Caesar et Tibère entre 8 av. J.-C. et 4 ap. J.-C. est bien peu vraisemblable, d’autant plus que l’auteur se fonde pour justifier ses dires sur des liaisons de coins qui ne sont prouvées par aucun document ; voir à ce sujet, en dernier lieu A. Burnett et alii, Roman Provincial Coinage, pp. 80-81.

58 Ce qui se déduit de R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 395 ; et de J.-M. Roddaz, Marcas Agrippa, p. 604, n. $1. On notera toutefois que l’absence de la mention de la puissance tribunicienne ne peut être retenue en défaveur d’une datation postérieure à 18 av.J.-C. car, dans le cas des monnaies de Caesaraugusta datables du règne de Caligula, seul est mentionné COS III.

59 De nombreux témoignages de patronat de membres de la famille impériale julio-claudienne sont attestées dans les deux provinces de Bétique et de Tarraconnaise sans que l’on puisse, à ce jour, établir un lien systématique entre réorganisation et patronat.

60 M. Grant, From Imperium to Auctoritas ; p. 172 ; Id.,« Agrippas Coins », p. 12, n° 5 ; R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 385 ne parle pour sa part que de réorganisation, bien qu’il reprenne à son compte l’hypothèse de Grant sans la nuancer (n. 4, p. 385) ; quant au titre de proconsul qui aurait été celui d’Agrippa à cette date, nous savons depuis l’étude de J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, p. 349, qu’il s’agit d’une fiction et qu’Agrippa dispose d’un support constitutionnel qui, en l’occurrence, est une délégation de l’imperium du prince.

61 Dion, 41, 24, 1 et Tite-Live, Perio, III. Le rappel systématique de la filiation divine d’Auguste sur le monnayage qui lui est dédié pourrait fournir des arguments en ce sens.

62 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, p. 604, n. 12.

63 Cat. 10.

64 L’inscription publiée par M. Koch, « M. Agrippa und Neukarthago », pp. 205-214 souligne les liens qui unissaient le vainqueur des Cantabres à la cité. Elle avait été publiée pour la première fois par D. Jiménez de Cisneros Hervás, « Nuevas inscripciones romanas de Cartagena », p. 250 mais le texte présenté rendait toute interprétation impossible ; quant à A. Beltrán, « Las inscripciones funerarias en Cartagena », p. 411 n° 57, il ne s’était risqué à aucun essai de restitution.

65 M. Koch, « M. Agrippa und Neukarthago », pp. 209-212.

66 CIL II, 5930 = Cat. 6 dédié à Tibère ; CIL II, 3414, dédié à P. Silius Nerva, gouverneur de la province et amicus du gendre du prince (sur ce point de détail, cf. J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, pp. 407 et 416) ; CIL II, 3417 dédié à Juba II de Maurétanie.

67 Ligne 1 : M. AG[RIPPA] ; ligne 3 : PATRON [O COLONI].

68 A. Burnett et alii, Roman Provincial Carnage, 164 (semis) : D/HIBERO PRAE(F) M AGRIP QVIN ; tête d’Agrippa (?) à droite ; R/L BENNIO PRAEF ; trophée. Cette monnaie est faussement attribuée à Sagonte par M. Grant, From Imperium to Auctoritas. ; pp. 159-64 et reprise par R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioctétien, p. 395 et n. 9, Plus généralement, sur les difficultés d’attribution et de classification que représentent les monnaies supposées de Carthago Nova, se reporter en dernier lieu à A. Burnett et alii, Roman Provincial Coinage, pp. 90-92, qui a adopté la classification traditionnelle et largement acceptée.

69 M. Koch, « M. Agrippa und Neukharthago », p. 209.

70 Ibid., p. 210, ce même auteur réfute cette restitution sans justification satisfaisante.

71 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, pp. 367-368 et n, 148 ; et F. Hurlet, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère, pp. 393-395.

72 Le partage de la puissance tribunicienne entre Auguste et Agrippa à partir de 18 avant notre ère semble n’avoir suscité aucun écho en Espagne. Contra, R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 395, qui affirme que « la tribunicia potestas d’Agrippa le désigne au suffrage des provinciaux, les frappes provinciales en témoignant » ; cependant, il ne fournit aucun exemple concret pour la puissance tribunicienne. La mention de la puissance tribunicienne n’est pas davantage attestée par l’épigraphie ni à Ulia, ni à Emporiae.

73 Cat. 6.

74 À partir de 4 ap. J.-C., Ti. Claudius Nero devient Ti. Iulius Caesar, jusqu’à son accession à l’Empire en 14.

75 A.M.Canto de Gregorio, La epigrafía de Italica, p. 179 n° 27.

76 Ulia en Bétique ainsi qu’Aquae Calidae et Carthago Nova en Tarraconaise.

77 Le CIL II, 5230, pris en exemple pour le patronat de Néron, doit être attribué à Tibère ; cf. n. 76. Cette inscription n’appelle aucune discussion sur l’identification du personnage puisque non seulement le praenomen Ti(bertus) mais aussi la filiation Ti(berii), [f(ilio)] figurent expressément sur la pierre ; or, justement, c’est l’absence de la filiation qui semble faire hésiter A. M. Canto quant à l’identification du personnage honoré à Italica.

78 Mention de la filiation à Tarraco (CIL II, 6080 = G. Alföldy, Die römuschen Inschriffen von Tarraco, p. 66) et à Carthago Nova (CIL II, 5930 = Cat. 11) ; absence de filiation à Ulia (CIL II, 1529 = Cat. 1).

79 La date de 16 av. J.-C., retenue par R. Etienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, p. 396, est arbitraire car l’élection de Tibère à la préture n’est pas forcément contemporaine de son élévation à la dignité de patron d’Italica.

80 Cat. 11.

81 Cat. 10.

82 J. Vives Solé, Inscripciones latinas de la España romana, 1073 ; et A. M. Canto de Gregorio, La epigrafía de Italica, p. 179.

83 La n. 79 s’applique également à cette inscription de Carthago Nova.

84 Cat. 12.

85 De 4 ap. J.-C., date de son adoption, jusqu’à la mort d’Auguste, la titulature de Tibère est Ti. Iulius Caesar : il ne fait donc aucun doute que, dans le cas de cette inscription, Caesar est le mimen et non le cognomen du successeur désigné.

86 M, Mayer et I. Rodà, « L’epigrafia romana a Catalunya », pp. 195-196, pl. 4.

87 Même si la barre transversale de la dernière lettre est peu visible, la présence d’une boucle supérieure permet de supposer avec une grande vraisemblance la lecture d’un R, compte tenu du contexte.

88 M. Mayer et I. Rodà, « L’epigrafia romana a Catalunya », pp. 195-196.

89 Ibid., pl. 5 et G. Fabre E et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t.1, 40, pl. XV.

90 G. Fabre et alii, Inscriptions romaines de Catalogne, t. I, 40, p. 86.

91 Si Tibère est le dédicant et non le dédicataire, il paraît préférable de restituer le texte au nominatif.

92 I Cogitore, « Série de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », pp. 828-829.

Auteur

Institut universitaire Saint-Mélaine, Rennes

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search