Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

L’Espagne dans l’horizon des Grecs et des Orientaux hellénisés aux trois premiers siècles de l’Empire

Marie-Françoise Baslez

Texte intégral

1Mon propos est de montrer comment la perception de l’Espagne chez les Grecs et les Orientaux hellénisés s’est modifiée avec la conquête romaine et la mise en place de l’Empire. Jusque-là, dans la géographie et l’imaginaire des Grecs, l’espace ibérique se réduisait plus ou moins aux Colonnes d’Héraclès, à travers une approche essentiellement mythique.

  • 1 Rom. 15, 24-16. Voir M.-F. Baslez, Bible et histoire, pp. 304-305.
  • 2 Première approche, du point de vue de l’hellénisme, par A. Billault, « Apollonios de Tyane en Espag (...)

2Au contraire, au Ier siècle de l’Empire, le témoignage autobiographique de saint Paul, dans l’Épître aux Romains1, ainsi que la biographie romancée d’Apollonios de Tyane, son quasi-contemporain, prouvent que l’Espagne fait désormais partie de l’horizon du voyageur cultivé2. Il ne s’agit pas cette fois géographes ou d’écrivains militaires. Je voudrais donc étudier comment se sont modifiées la perception du monde et la visée des voyages théorétiques entre l’établissement de la domination romaine en Espagne, à partir du IIe siècle avant notre ère, et l’époque où un sophiste grec rédigea les voyages d’Apollonios, au début du IIIe siècle de notre ère.

  • 3 Voir J. S. Romm, The Edges of the Earth in Ancient Thought; et A. Ballabriga, Le soleil et le Tarta (...)
  • 4 Hérodote l’emploie abondamment, surtout au livre IV.
  • 5 Voir G. M. turnquist, « The Pillars of Heracles Revisited ». Sur le caractère ambigu de la figure d (...)
  • 6 Pindare, Olympiques, III, v. 44-45 ; voir aussi Isthmiques, IV, 12.
  • 7 Strabon, III, 5-6.
  • 8 Sur les colonnes ou stèles vues à l’intérieur du sanctuaire par les voyageurs de l’Antiquité, voir (...)

3Durant toute l’époque grecque, la péninsule Ibérique se réduit à un repère géographique et symbolique, les Colonnes d’Héraclès, qui marquaient l’extrémité occidentale du monde, le passage en Afrique, sur un autre continent, la communication de la Méditerranée avec l’Océan circulaire et même un accès vers le Tartare, le monde des morts3. Inconnue d’Homère et d’Hésiode, cette matérialisation de l’extrémité occidentale du monde est passée dans le vocabulaire géographique courant à l’époque d’Hérodote4 : l’usage de cette expression pourrait résulter d’une contamination entre le mythe d’Atlas et les colonnes ou stèles qu’on pouvait voir dans le temple de Gadès et qu’Hécatée de Milet ou Pindare connaissaient déjà5. Métaphoriquement, chez les poètes, les Colonnes d’Héraclès peuvent désigner le point extrême de la perfection morale, « car tout ce qu’il y a au-delà est inaccessible aux sages comme aux hommes sans sagesse6 » Cependant la réalité matérielle des Colonnes demeurait très floue et leur localisation incertaine, comme le rappelle Strabon7 : on les nommait indifféremment colonnes ou stèles et on les reconnaissait soit dans des objets votifs du sanctuaire, soit, parfois, dans des montagnes ou des îlots placés à la hauteur, en deçà ou au-delà du Détroit ; bien que les indigènes aient toujours nié l’existence de colonnes aux abords du Détroit, il fallut attendre le voyage de Poseidonios, vers 72, pour qu’elles soient identifiées dans le temple d’Héraclès Melqart à Gadès8.

  • 9 Stésichore d’Himère, fragment 4, cité par Strabon, III, 2, II, pour qui c’était le nom ancien du Bé (...)
  • 10 Hécatée de Milet, FGrH, I A, F 38 ; et Aristophane, Grenouilles, v. 475.
  • 11 Hérodote, I, 163 et IV, 152.
  • 12 Stésichore, fragment 4 (Diehl) ; Hérodote, IV, 152 ; Ps. Aristote, De mirab. ausc., 135.
  • 13 Hérodote, IV, 8.
  • 14 Aristote, Météorologiques, 350 b, 1-5.
  • 15 Apollodore, Bibliothèque, II, 5, 10.

4Cependant, les Grecs de l’époque classique n’avaient qu’une perception très vague de la région, dont le principal élément topographique était pour eux le Tartessos, identifié suivant les cas comme un fleuve9, comme une ville ou un ensemble de villes10, en tout cas comme un pays merveilleux découvert par les Phocéens au terme de dérives aventureuses comme celle de Colaios, datée de la fin du VIIe siècle11 ; c’est à cette date que fut connu le district minier, via les Grecs de Sicile et, sans doute, les marchands carthaginois12. Les textes d’Hérodote restent géographiquement très imprécis car leur auteur est tributaire de la vision particulariste et fragmentée des différents mondes grecs : ainsi, pour les Grecs de mer Noire, l’île de Géryon et Gadès étaient situées au-delà des Colonnes d’Héraclès, sur l’Océan circulaire septentrional, pas si loin, finalement, de leurs rivages13. Plus tard, pour Aristote, au IVe siècle, la péninsule Ibérique est le château d’eau de l’Europe puisque prennent leur source dans la montagne Pyréné, « située au couchant d’équinoxe en Celtique », l’Istros, qui coule vers l’est jusqu’à la mer Noire, et le Tartessos, « qui se jette en dehors des Colonnes14 ». En pleine époque hellénistique, encore, Gadeira (Gadès) apparaît comme un nom dont le référent n’était susceptible que d’une localisation très approximative : « Érythie était une île proche de l’Océan, aujourd’hui appelée Gadeira15. »

  • 16 Compilation des sources par P. Fabre, Les Grecs et la connaissance de l’Occident, pp. 297-298.
  • 17 Fragment 4. Hésiode, Théogonie (V. 287-294) se contentait de localiser le mythe de Géryon « au-delà (...)
  • 18 Voir C. Jourdain-Annequin, « Être Grec en Sicile : le mythe d’Héraclès ».
  • 19 Ibid. ; et Id., « Héraclès héros culturel ».
  • 20 Diodore, IV, 17-19. La Géryonide de Diodore s’inspire manifestement d’une source occidentale, contr (...)
  • 21 Apollodore, II, 5, 10.
  • 22 A. Ballabriga, Les fictions d’Homère, p. 47, n. 136.

5Le toponyme hésiodique d’Érythie renvoie à l’un des derniers travaux d’Héraclès, celui des bœufs de Géryon, et révèle une approche mythique des confins de l’Océan, qui était celle des Grecs16. Le premier, Stésichore d’Himère a localisé la Géryonide en face du fleuve Tartessos, dans un district argentifère17 ; ainsi, dès la première moitié du VI e siècle, le poète de Sicile associait le pays des Ibères à son univers à travers la geste d’Héraclès, qui jouait un rôle si important pour les Grecs de Sicile et pour le monde colonial en général18. Le mythe du héros voyageur fonctionnait comme un mythe d’intégration : il découvre des mondes, ouvre des routes, pacifie les mœurs, fait reculer la barbarie et promeut la civilisation19. On alla finalement jusqu’à faire d’Héraclès l’ancêtre d’une dynastie ibère20. Mais même l’itinéraire du héros jusqu’aux confins occidentaux apparaît vague et confus : Héraclès traverse l’Europe, pénètre en Libye, puis passe « à côté de Tartessos » avant d’ériger les colonnes qui se font face aux frontières de l’Europe et de la Libye21 ; on ne semblait pas concevoir qu’Héraclès avait dû revenir en Europe pour ériger ses colonnes au pays de Tartessos22.

  • 23 Voir P. Rouillard, Les Grecs et la péninsule Ibérique, en particulier pp. 318-320.
  • 24 Hérodote, IV, 152.
  • 25 Polybe, III, 59, 7.
  • 26 Sur le ou les voyage(s) de Polybe, voir P. Pédech, La méthode historique de Polybe, pp. 555-560 ; F (...)

6Jamais, entre les VIIIe et Ier siècles, on n’a de témoignages sur l’existence d’échanges directs et réguliers entre le monde grec égéen et l’Espagne : certes, les objets ont voyagé entre Grèce et Espagne, mais les hommes beaucoup moins23. Il n’y eut que des navigations épisodiques, dont la plus célèbre, celle de Colaios de Samos, vers 630, est présentée comme le résultat du hasard et des vents24 Même après la fondation d’Ampurias, la présence grecque fut toujours peu nombreuse en Espagne, et les voyageurs grecs restèrent très rares. Polybe juge impossibles des voyages individuels, car ceux-ci seraient trop risqués et trop coûteux25 : lui-même, en 151, a fait partie de l’escorte de Scipion26. Le point de vue officiel de la géopolitique romaine marqua donc définitivement les observations des voyageurs grecs.

  • 27 Sur les fondations de Marseille entre Ampurias et Carthagène, voir Strabon, III, 4,6, et la discuss (...)
  • 28 Strabon, II, 4, 1-7, citant Polybe, et aussi Geminos, Introduction aux phénomènes, VI, 3-23. Toutes (...)
  • 29 Strabon, IV, 1,4-5.

7En sens inverse, on ne trouve pas de témoignage d’Emporitains en Grèce métropolitaine, comme on en trouve de Marseillais ou de Carthaginois, ni comme donateurs dans les sanctuaires panhelléniques, ni comme proxènes dans les grands ports internationaux. En réalité, les contacts entre les Grecs de l’Egée et l’Espagne ont toujours été indirects et fragmentés, dépendants d’intermédiaires phéniciens et massaliotes. On ne saurait minimiser le rôle des Grecs de Marseille, d’autant que l’itinéraire normal pour Gadès a toujours consisté à emprunter la mer, en longeant le littoral ligure, gaulois et ibérique27 : Pythéas, qui est la source d’Ératosthène pour l’Espagne, est un Mas saliote28 ; il est significatif, aussi, que Poseidonios, lors de son voyage en Espagne, soit passé par Marseille29.

  • 30 Voir C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, pp. III-113 ; et A. Ballabriga, Le sol (...)
  • 31 Strabon, III, 1, 3 ; et P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 63.

8Vues depuis la Grèce, les Colonnes d’Héraclès représentaient surtout un point géométrique, qui servait aux géographes pour construire leur représentation du monde. Dès l’époque de l’école milésienne, au VIe siècle, le Couchant fut érigé comme le point cardinal de référence, alors que les Orientaux se tournaient d’abord vers l’Est. D’Hécatée de Milet à Strabon, les géographes grecs commencèrent tous leur description de la Terre par les contrées occidentales, c’est-à-dire par l’Espagne. L’axe ouest-est constitué l’élément de base de leur représentation du monde30 : pour Polybe, le parallèle de référence passe en Ibérie par le cap Sacré, limite de l’Océan, puis par Gadès, la Sicile, le cap Malée (extrémité du Péloponnèse), Rhodes et la Cilicie, jusqu’à Antioche. Cette reconstruction de l’oikouménè nourrit l’imaginaire des Grecs, mais elle n’apporta rien à la connaissance géographique ; au contraire, la construction des espaces régionaux autour de ce parallèle ouest-est transméditerranéen explique l’image déformée que Strabon avait de l’Hispanie, en faisant la synthèse des connaissances scientifiques de son temps : c’était celle d’« une peau de bœuf déployée », orientée d’ouest en est, qui lui apparaissait donc plus large que haute, contrairement à la réalité31.

  • 32 P. Pédech, La méthode historique de Polybe, pp. 592-594.
  • 33 Cité par Strabon, II, 4, 1-8. Voir aussi P. Pédech, La méthode historique de Polybe.
  • 34 Sur la symbolique spatiale des déplacements d’Apollonios, voir A. Billault, « Apollonios de Tyane e (...)
  • 35 M.-F. Baslez Bible et histoire, pp. 288-291 et 293-294.
  • 36 Voir surtout Diodore, V, 20 ; D. Van Berchem, « Sanctuaires d’Héraclès Melqart » ; et, pour les mon (...)

9La célébrité de Gadès à l’époque romaine résulte tout à la fois du perfectionnement de la cartographie hellénistique et du tourisme militaire. Gadès apparaît alors comme la plus célèbre de toutes les îles de la Méditerranée, bien que (ou parce que !) située aux extrémités de la terre. Plusieurs des sphragides de Polybe, qui corrige celles d’Ératosthène, utilisent ce point d’origine : leurs axes et leurs symétries relient Gadès au Don et à la mer d’Azov (en suivant Pythéas), ou encore à la Sicile et au cap Malée (en suivant Dikaiarchos), et enfin au monde grec égéen32. Strabon, originaire d’Amastris, au Nord de l’Asie Mineure, donne une certaine réalité à ces constructions géométriques en multipliant et en soulignant les analogies entre l’Andalousie et la région du Pont33. On voit donc que les voyages d’Apollonios de Tyane, un Grec d’Asie Mineure qui se déplace entre l’Indus et l’Espagne, s’inscrivent dans cette représentation du monde34. Elle inspire aussi la trajectoire apostolique retracée dans les Actes des Apôtres et, sans doute, la perception du monde de saint Paul35. D’autre part, la romanisation de l’Espagne fit beaucoup pour le renom du sanctuaire de Gadès, qui devint un des pôles religieux du monde antique, visité par Scipion, César et bien d’autres, avant que Trajan et Hadrien, les empereurs espagnols, ne le fassent connaître par leur monnayage36.

  • 37 Voir ci-dessus.
  • 38 Sur des périples de l’exokéanismos – défendus par un commentateur d’Homère, Cratès de Mallos, direc (...)
  • 39 Auxquelles Apollonios de Tyane manifesta un grand intérêt selon Philostrate, Vie d’Apollonios., V, (...)
  • 40 Cité par Strabon, III, 4, 3 : grammatiste en Espagne, il fut l’auteur d’une Périégèse.

10Mais il s’agissait là de constructions abstraites et artificielles. On comprend dès lors que l’approche de l’Ibérie et des Ibériques par les Grecs soit restée très longtemps tributaire du mythe et de la paradoxographie. C’est par le mythe, d’abord, que les Grecs de l’époque archaïque avaient inséré le Sud de la Péninsule dans leur monde, en y relocalisant le mythe héracléen de Géryon pour prendre en compte l’Héraclès-Melqart de Gadès37 À l’époque hellénistique, certains commentateurs réinterprétèrent Homère pour repousser vers l’ouest l’horizon mythologique en faisant voyager Ulysse aux environs et au-delà des Colonnes d’Héraclès38 ; on chercha (et on trouva) en Espagne des reliques de l’âge héroïque et des traces du passage d’Ulysse, de Ménesthée, de Ménélas, de Teucros39... Ces élaborations locales du mythe doivent beaucoup au grammatiste Asclépiade de Myrléa, qui séjourna longtemps en Turdétanie40.

  • 41 Ce dernier écrivit après 72 un traité Sur l’Océan, cité par Strabon, II, 2,3.
  • 42 Polybe, 3, 37, 11.
  • 43 Polybe, 34, 9 cité par Strabon, II, 10 et 15. On peut donc nuancer la thèse de P. Fabre, Les Grecs (...)
  • 44 Voir Hérodote, 1, 163 sur la figure emblématique du roi Arganthonios (P. Rouillard, Les Grecs et la (...)
  • 45 Voir Polybe, 34, 9, 5 (à partir des informations reçues sur une source intermittente de Gadès, qui (...)
  • 46 Théorie de Poseidonios, Sur l’Océan, reprise par Pline et Strabon ainsi que par Varron, alors que P (...)
  • 47 Philostrate, V, 6. L’effet de la marée dans le fleuve avait été également observé par Poseidonios, (...)
  • 48 Polybe, 34, 4, 8 cité par Athénée, VII, 302c.
  • 49 Toutes les versions sont énumérées par Strabon, III, 5, 7.
  • 50 Théogonie, v. 748-750 : « Là, aux limites du monde, Nuit et Jour se rencontrent en franchissant le (...)
  • 51 Strabon, III, 1,5. Voir aussi Diodore, III, 48, 2 et Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 3.

11Les géographes hellénistiques qui visitèrent l’Espagne, Polybe et Poseidonios41, eurent conscience d’appartenir à une génération où la connaissance de la péninsule Ibérique augmentait considérablement, y compris celle de la partie orientale, qui ne portait pas encore de nom42. Cependant leurs descriptions relèvent toujours largement de la paradoxographie, même s’ils connaissent le tracé des fleuves, la répartition et le nom des populations, le tissu urbain, l’importance des mines et les conditions de leur exploitation. Ils présentent l’Espagne, et surtout l’Andalousie des Turdétanes, comme un pays prodigieux et fortuné, une terre d’abondance, tout à la fois Pays de Cocagne et Eldorado43 Le roi ibère rivalise de richesse avec le modèle homérique du roi phéacien44. La description géographique fait l’inventaire des prodiges naturels : le phénomène des marées45, qui apparaît influencé par les phases de la lune46 ; celui du mascaret dans les principaux estuaires, qui facilite tant la navigation47 ; les « chênes marins » (en réalité des algues), qui nourrissent d’énormes thons qualifiés de « cochons marins48 »... On glisse dans le fantastique avec les merveilles hydrologiques produites par les marées (en particulier dans la source intermittente du sanctuaire de Gadès49) et les couchers de soleil extraordinaires, sans crépuscule : l’invention de ce prodige résulte peut-être de l’interprétation d’un vers d’Hésiode50, mais Artémidore d’Éphèse le présentait comme une observation scientifique, après son voyage au cap Sacré, vers 100, ce que conteste vigoureusement Strabon, en critiquant la vraisemblance de son témoignage51.

  • 52 Voir P. Le Roux, Romains d’Espagne, pp. 40-70 et du même auteur, par exemple, « L’huile de Bétique (...)
  • 53 Polybe, 34, 6.
  • 54 Strabon, III, 2, 4-6.

12Mais au fur et à mesure de la conquête romaine, la Péninsule acquit une position et une place différentes dans un espace qui était désormais polarisé autour de Rome ; elle était reliée à celle-ci par des lignes régulières et par tout son trafic d’exportation52. Polybe construit un grand triangle ayant pour base le parallèle de référence Gadès-Sicile et pour sommet Narbonne53. Strabon, qui n’a jamais visité l’Espagne, popularise une image très favorable des Ibères, qu’il présente comme un modèle d’intégration à la romanité54 : les Turdétans des vallées du Guadiana et du Guadalquivir ont achevé leur processus d’intégration, facilité par les richesses naturelles de leur région ; celles-ci ont permis une pacification rapide, la civilisation des mœurs et le développement d’une sociabilité politique qui les rapproche des Grecs ; ils vivent à la romaine, parlent latin, ont reçu un statut impérial et portent la toge.

  • 55 M.-F. Baslez, Saint Paul, pp. 145-145 ; et Id., Bible et histoire, pp. 505-506.
  • 56 Voir Rom. 15, 28 ; et Philostrate, Vie d’Apollonios, IV, 47. Par un voyage inverse à celui de Néron (...)
  • 57 C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, pp. 111-113.
  • 58 Le voyage oriental apparaît comme une propédeutique où le sage trouve ses références ; J. Elsner, « (...)

13Cette image d’une Espagne totalement romanisée a pu paraître très attractive à saint Paul, quelques générations plus tard, puisqu’on sait qu’il ancra sa prédication dans des pôles de la romanité55. Dans tous les cas, chez Paul comme chez Apollonios, le désir de visiter l’Espagne est déterminé par la position que celle-ci avait acquise dans le monde romain. En effet, l’objectif espagnol ne leur apparaît à tous deux que dans la logique d’un périple occidental autour de Rome56. Dans un premier temps, leurs pérégrinations les avaient d’abord conduits vers l’est, conformément à la tradition orientale qui fait de l’est le point cardinal de référence57 ; leur vie à tous deux trouve d’ailleurs son point de gravité à l’est, où ils passent la très grande partie de leur existence et où ils reviennent toujours58.

  • 59 Sur l’idéal du périple chez Paul, voir ibid., pp. 292-295.

14Les voyages de Paul ont toujours constitué un périple orienté vers l’est, de Jérusalem à Jérusalem. C’est à Corinthe, colonie romaine, et après que ses amis se furent déplacés d’Éphèse à Rome, qu’il envisage une extension occidentale de Jérusalem à Rome et de Rome en Espagne, en prévoyant peut-être un retour le long des côtes africaines, dans un périple à l’échelle de la Méditerranée59. Dans cette représentation du monde, Gadès représente le point symétrique d’Éphèse par rapport à l’axe romain. On ne peut donc déterminer si Paul sacrifie à l’effet rhétorique ou s’il avait vraiment un projet planifié, d’autant que nous ne savons pas si son projet de voyage espagnol a reçu le moindre commencement de réalisation.

  • 60 Philostrate, Vie d’Apollonios I, 21 á III,
  • 61 Ibid., IV, 37.

15L’exemple d’Apollonios est donc plus riche d’enseignements puisque son biographe a abondamment décrit son périple occidental, qui reprend plus ou moins les itinéraires de Polybe, c’est-à-dire les lignes romaines officielles. C’est un voyage très segmenté : d’Éphèse à Rome, Apollonios emprunte la route des capitales romaines, comme Paul ; puis il suit l’itinéraire côtier de Rome à Gadès ; il remonte la vallée du Bétis, passe ensuite en Afrique et rentre en Grèce par la Sicile. C’est le troisième des grands voyages d’Apollonios, qui a d’abord atteint les confins orientaux, dans la plaine du Gange, et l’Extrême-Nord, dans le Caucase ; le quatrième périple le mena au Sud, en Égypte, puis en Éthiopie, voyage absolument parallèle au premier60. Comme Paul, Apollonios a pris sa décision de visiter l’Espagne au contact des Romains, alors qu’il séjournait dans la capitale de l’Empire et au moment précis où Néron partait pour sa tournée en Grèce, dans un mouvement exactement inverse et d’autant plus significatif61.

  • 62 Sur l’utilisation hagiographique du centre et des confins dans un parcours initiatique, voir J. Els (...)
  • 63 Philostrate, Vie d’Apollonios, III, 16 et IV, 38.
  • 64 Ibid., III, 13-14 ; II, 2-5 ; VI, 17-22.

16Dans cette logique du périple qui conditionne leurs déplacements, Paul et Apollonios sont tous deux sensibles à la symbolique des points extrêmes, qui est attachée à l’Espagne et aux Colonnes d’Héraclès. Ils ont une perception de l’espace commune à la littérature religieuse grecque, qui mêle géographie et hagiographie : les voyages du saint homme se dilatent sans cesse du centre vers la périphérie pour lui donner l’occasion d’aller jusqu’au bout de ses forces et de découvrir ses limites62. Paul, selon ses propres dires, a déjà atteint les limites septentrionales du monde grec, en Illyrie, et voyagé dans les solitudes du désert d’Arabie ou celles de Lycaonie ; Apollonios a déjà expérimenté la sagesse des Indiens en Extrême-Orient. Dans cette perspective, les Colonnes d’Héraclès sont un de ces lieux qui évoquent le plus long voyage qu’un homme puisse faire et qui symbolisent son propre dépassement63 : le biographe d’Apollonios établit plusieurs symétries entre les Colonnes d’Héraclès et la Colline des Brahmanes, à l’extrême est, le sommet du Caucase au nord, où l’on entre aussi « dans le pays des dieux », et les sources du Nil64.

  • 65 Voir Chrysippi fragmenta logica et physica, pp. 439-444.

17En Espagne, Apollonios conserve une vision traditionnelle et symbolique des confins, nourrie de merveilleux. Philo strate, son biographe, pose comme déclaration de principe qu’il laisse de côté les histoires fabuleuses liées aux mythes héracléens, mais il recherche les prodiges naturels comme les géographes, ses prédécesseurs : les marées, qui attiraient d’ailleurs beaucoup les touristes romains, le mascaret, les couchers de soleil miraculeux, la localisation de l’île des Bienheureux. Il s’attache aux marées parce qu’il peut leur appliquer la théorie, partagée par les pythagoriciens et les stoïciens, du pneuma, ce souffle souterrain, composé d’air et de feu, qui tout à la fois produit les marées, écarte la mort des malades et empêche leur âme de descendre dans l’Hadès65.

  • 66 Selon E. L. Bowie, « Apollonios of Tyana », ce n’était pas un des centres d’intérêt du véritable Ap (...)
  • 67 Philostrate, Vie d’Apollonios V, 4,4-5, repris dans Id., La galerie de tableaux, II, 33.
  • 68 Pomponius Mela, III, 6. Arrien et Appien ont su reconnaître l’Héraclès tyrien : voir C. Bonnet, Mel (...)
  • 69 Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 5 ; Arrien, Anabase II, 16, 4 ; et Silius Italicus, Punica, 111,3 (...)
  • 70 D. Van Berchem, « Sanctuaires d’Héraclès Melqart », p. 84 ; et C. Bonnet, Melqart, pp. 213-214.
  • 71 Silius Italicus, Punica, III, 32-44 ; Vie d’Apollonios V, 5.
  • 72 J. B. Tsirkin, « The Labours, Death and Resurrection of Melqart » ; avec les nuances de C. Bonnet, (...)
  • 73 Strabon, III, 5,5 ; et Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 5.
  • 74 Philostrate cite des hymnes à la Mort (V, 4) ainsi que des autels au Temps le plus long et au Temps (...)
  • 75 Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 4 ; et C. Bonnet, Melqart, p. 212.

18Mais quand il s’agit du dieu de Gadès et de son temple, on constate que ce pôle religieux de l’Empire a retenu l’attention de Philostrate66, qui fournit, somme toute, une bonne vulgarisation des informations transmises par les voyageurs de l’époque romaine. Il s’interroge sur les origines de l’Héraclès de Gadès, comme beaucoup d’historiens et de géographes de l’époque impériale, sans se contenter de son nom conventionnel d’Héraclès ou Hercule ; il y voit l’association de deux divinités : l’Héraclès thébain, c’est-à-dire grec, et l’Héraclès « égyptien67 », conformément au point de vue d’un géographe romain comme Pomponius Mela68. Le culte est décrit comme un culte aniconique, ce qui est aussi l’opinion d’Arrien et de Silius Italicus69, même si les monnaies orientales figuraient à l’intérieur du temple un Hercule debout ; sans doute les auteurs grecs ont-ils été sensibles à l’absence de statue cultuelle de l’Héraclès tyrien, conformément à la tradition sémitique70. Le décor sculpté des portes du temple a frappé tous les voyageurs71 : il représentait dix des travaux d’Héraclès, mais pas forcément ceux qui localisaient le héros grec dans l’Extrême Occident ; l’accent mis par Silius Italicus sur l’apothéose d’Héraclès et le bûcher du Mont Œta incite plutôt à y voir une évocation de l’égersis annuelle de Melqart, la Fête du Bûcher72. Comme Strabon, Philostrate décrit deux stèles de bronze, dont Silius Italicus, étonnamment, ne dit rien ; mais alors que Strabon les considère comme des documents comptables, Philostrate n’identifie pas les caractères qui y étaient inscrits et prête à Apollonios de Tyane une interprétation mystique73. L’association au dieu local d’abstractions divinisées paraissait, elle aussi, remarquable aux voyageurs74. Mais Philostrate est le seul à mentionner les reliques conservées dans le temple, telles que le baudrier d’or de Teucros, héros homérique associé à la fondation de Carthagène, et l’arbre précieux de Pygmalion, qui perpétuait le souvenir d’un roi de Tyr nommé dans le mythe de Didon75.

  • 76 J. Elsner, « Hagiographie Geography » insiste justement (p. 39) sur ce retour à la Grèce, caractéri (...)
  • 77 Sur l’importance des parentés mythiques dans la vie internationale et parmi les intellectuels à l’é (...)
  • 78 Ce héros athénien, chef des cinquante navires qui partirent pour Troie (Iliade II, 552), devint à l (...)
  • 79 Voir, du même Philostrate, La galerie de tableaux, II, 31.
  • 80 Silius Italicus, Punica, III, 368 et XV, 192-193 ; et Justin, Épitomè de Trogue-Pompée, 44, 3, 3.

19La description de la Bétique est lacunaire et sélective puisque Philostrate ne décrit ni le site de Gadès, pourtant célèbre, ni le Détroit, ni les villes les plus connues, ni même les richesses minières. L’originalité de cet auteur, c’est d’avoir mis en évidence l’hellénisation de la région de Gadès76, en défendant un point de vue radicalement différent de celui de Strabon, c’est-à-dire celui de la romanisation, le seul que vérifie l’archéologie. Apollonios n’utilise que la langue grecque. Les parentés mythiques qui peuvent unir Gadès au monde grec sont soulignées et développées, en particulier avec Athènes77 : outre Ménesthée, qui renvoie au mythe de Thésée78, Thémistocle est aussi utilisé, qui relève à l’époque impériale d’une histoire devenue légendaire et prétexte à représentations édifiantes79. Philostrate reprend enfin des traditions romaines sur Teucros, le banni de Salamine, considéré désormais comme le fondateur grec de Carthagène, la ville punique80.

  • 81 Pausanias, 1, 38, 5.
  • 82 Philostrate, Vie d’Apollonios, II, 33.
  • 83 Ibid., V, 9. Le nom d’Ipala ne se vérifie pas : il est difficile d’y retrouver Hispalis (Séville). (...)
  • 84 Zeus tragédien, 41.
  • 85 P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 119.

20Les symétries jouent aussi leur rôle, ce qui achève d’intégrer la péninsule Ibérique à l’univers mental des gens cultivés : les « arbres de Géryon », qui poussent sur le tumulus de Gadès, sont mentionnés comme le pendant d’une autre tombe de Géryon située en Lydie81 ; la figure de l’Héraclès égyptien, un des dieux de Gadès selon Philostrate, avait déjà été évoquée dans la rencontre d’Apollonios avec les rois indiens82. L’hellénisation de la région de Gadès offre un contraste absolu avec la sauvagerie des gens d’Hipala83, effrayés par un spectacle de théâtre qu’ils prennent pour la réalité : c’est un stéréotype de la stupidité, utilisé aussi par Lucien84. Ce disant, Philostrate contredit tout ce que nous savons par ailleurs du degré de civilisation de cette région, qui est de surcroît de culture romaine85. Mais cela lui permet d’accentuer et de renouveler la fonction symbolique des Colonnes d’Héraclès, considérées désormais non seulement comme le point extrême de la vertu et de la sagesse, mais aussi comme celui de la culture grecque.

21Pour la première fois, le Sud de la péninsule Ibérique apparaît intégré culturellement au monde grec, et non plus seulement par l’artifice des parentés mythiques. C’est un contresens historique. À la date où elle se manifeste, au IIIe siècle de notre ère, cette nouvelle perception du monde s’explique évidemment par l’homogénéisation de l’espace méditerranéen opérée par l’apparition de l’Empire romain. En conséquence, la destination ibérique du voyage change radicalement de signification : on y va moins pour se dépayser et faire l’inventaire des merveilles locales que pour s’y retrouver entre Grecs, identique à soi-même au terme du plus long périple possible. C’est le triomphe de l’ethnocentrisme grec dans l’espace dilaté et unifié de l’Empire romain.

Bibliographie

Bibliographie

Aujac, Germaine, Strabon et la science de son temps, Paris, Belles Lettres, 1966.

— La géographie antique, Paris, Presses Universitaires de France, 1975.

Ballabriga, Alain, Le soleil et le Tartare. L’image mythique du monde en Grèce archaïque, Paris, École des Hautes Études en Sciences sociales, 1986,

— Les fictions d’Homère. L’invention mythologique et cosmographique dans l’« Odyssée », Paris, Presses Universitaires de France, 1998.

Baslez, Marie-Françoise, Saint Paul, Paris, Fayard, 1991.

— Bible et histoire. Judaïsme, hellénisme, christianisme, Paris, Fayard, 1998.

Beltrán Martínez, Antonio, « Los monumentos en las monedas hispanoromanas », Archivo Español de Arqueología, 26, 1953, pp. 39-66.

Billault, Alain, « Apollonios de Tyane en Espagne d’après le récit de Philostrate », dans Alain Billault (éd.), Héros et voyageurs grecs dans l’Occident romain (Lyon, janvier 1996), Lyon, 1997, Collection du Centre d’études romaines et gallo-romaines (15), pp. 131-144.

— L’univers de Philostrate, Bruxelles, coll. « Latomus » (252), 2000.

Boardman, John, et alii (éd.), Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, Zurich-Munich, Artemis Verlag, 1981-1999, t. VI(1) [1992].

Bonnet, Corinne, Melqart, cultes et mythes de l’Héraclès tyrien en Méditerranée, Louvain-Namur, Uitgeverij Peeters - Presses Universitaires de Namur, coll. « Studia Phœnicia » (7) - Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur (69), 1988.

Bowie, Ewen Lyall, « Apollonios of Tyana.Tradition and Reality », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms tm Spiegel der mueren Forschung, II, 16(2), Berlin – New York, De Gruyter, 1978, pp. 1689-1692.

Chrysippi fragmenta logica et physica, t. II de Stoicorum Veterum Fragmenta (4 vol.), éd. de Hans von Arnim, Stuttgart, Teubner, 1964 (1re éd. 1903).

Curty, Olivier, Les parentés légendaires entre les cités grecques. Catalogue raisonné des inscriptions contenant le terme « suggeneia » et analyse critique, Genève, Droz, coll. « Hautes Études du monde gréco-romain » (20), 1995.

Elsner, John, « Hagiographic Geography. Travel and Allegory in the Life of Apollonius of Tyana », Journal of Hellenic Studies, 107, 1997, pp. 22-37.

Fabre, Paul, Les Grecs et la connaissance de l’Occident, Lille, 1981.

Foulon, E., « Polybe et les Gaules », dans Alain Billault (éd.), Héros et voyageurs grecs dans l’Occident romain, Lyon, 1997, pp. 108-110.

Jacob, Christian, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris, Armand Colin, 1991.

Jourdain-Annequin, Colette, « Héraclès héros culturel », dans Religione e città nel mondo antico, Rome, L’Erma di Bretschneider, Atti del Centro Ricerche e Documentazione sull’antichità classica (11), 1984, pp. 9-29.

« Être Grec en Sicile : le mythe d’Héraclès », Kokalos, 34-35,1988, pp. 143-166.

« Héraclès en Occident », dans Corinne Bonnet et Colette Jourdain-Annequin (éd.), Héraclès d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Bilan et perspectives, Bruxelles-Rome, 1992, pp. 263-291.

Le Roux, Patrick, « L’huile de Bétique et le Prince : sur un itinéraire annonaire », dans Hommage à Robert Etienne, n° 88 (1986) de la Revue des études anciennes, pp. 247-271.

— Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces (11e s. av. J.-C, -IIIe s. ap. J.-C.), Paris, Armand Colin, 1995.

Pédech, Paul, « La géographie de Polybe : structure et contenu du livre XXXIV des Histoires », Les Études classiques, 24, 1956.

— La méthode historique de Polybe, Paris, 1964.

Porter, J. I., « Hermeneutic Lines and Circles. Aristarchus and Crates on the Exegesis of Homer », dans Robert Lamberton et John J. Keaney (éd.), Homer’s Ancient Readers. The Hermeneutics of Greek Epic’s Earliest Exegetes, Princeton, Princeton University Press, 1992, pp. 67-74.

Robert, Louis, Documents d’Asie Mineure, Paris, 1957.

Romm, James S., The Edges of the Earth in Ancient Thought. Geography, Exploration and Fiction, Princeton, Princeton University Press, 1982.

Rouillard, Pierre, Les Grecs et la péninsule Ibérique du VIIIe au IVe siècle avant J.-C., Bordeaux, Centre Pierre-Paris, 1991.

Tsirkin, J. B., « The Labours, Death and Resurrection of Melqart as Depicted on the Gates of the Gades’Herakleion », Rivista di Studi Fenici, 9, 1981, pp. 21-27.

Turnquist, G. M., « The Pillars of Heracles Revisited », Bulletin of the American Schools of Oriental Research in Jerusalem and Baghdad, 216, 1974, pp. 13-14.

Van Berchem, Denis, « Sanctuaires d’Héraclès Melqart », Syria, 44, 1967, pp. 73-109 et 307-338.

Walbank, Frank William, A Historical Commentary on Polybius (3 vol.), Oxford, 1957.

Notes

1 Rom. 15, 24-16. Voir M.-F. Baslez, Bible et histoire, pp. 304-305.

2 Première approche, du point de vue de l’hellénisme, par A. Billault, « Apollonios de Tyane en Espagne d’après le récit de Philostrate ».

3 Voir J. S. Romm, The Edges of the Earth in Ancient Thought; et A. Ballabriga, Le soleil et le Tartare. pp. 45-50.

4 Hérodote l’emploie abondamment, surtout au livre IV.

5 Voir G. M. turnquist, « The Pillars of Heracles Revisited ». Sur le caractère ambigu de la figure d’Atlas et la façon dont la tradition grecque a privilégié la fonction locale, voir A. Ballabriga, Le soleil et le Tartare, pp. 84-86 : dans Odyssée, I, v. 52-54, Atlas supporte deux grandes colonnes « des deux côtés ».

6 Pindare, Olympiques, III, v. 44-45 ; voir aussi Isthmiques, IV, 12.

7 Strabon, III, 5-6.

8 Sur les colonnes ou stèles vues à l’intérieur du sanctuaire par les voyageurs de l’Antiquité, voir C. Bonnet, Melqart, pp. 219-220.

9 Stésichore d’Himère, fragment 4, cité par Strabon, III, 2, II, pour qui c’était le nom ancien du Bétis (Guadalquivir).

10 Hécatée de Milet, FGrH, I A, F 38 ; et Aristophane, Grenouilles, v. 475.

11 Hérodote, I, 163 et IV, 152.

12 Stésichore, fragment 4 (Diehl) ; Hérodote, IV, 152 ; Ps. Aristote, De mirab. ausc., 135.

13 Hérodote, IV, 8.

14 Aristote, Météorologiques, 350 b, 1-5.

15 Apollodore, Bibliothèque, II, 5, 10.

16 Compilation des sources par P. Fabre, Les Grecs et la connaissance de l’Occident, pp. 297-298.

17 Fragment 4. Hésiode, Théogonie (V. 287-294) se contentait de localiser le mythe de Géryon « au-delà de l’illustre Océan » : voir P. Rouillard, Les Grecs et la péninsule Ibérique, p. 54 et surtout C. Jourdain-Annequin, « Héraclès en Occident ». Sur la pénétration de « vagues données tartessiennes » et leur utilisation pour localiser des pays mythiques, voir A. Ballabriga, Les fictions d’Homère, pp. 178-179.

18 Voir C. Jourdain-Annequin, « Être Grec en Sicile : le mythe d’Héraclès ».

19 Ibid. ; et Id., « Héraclès héros culturel ».

20 Diodore, IV, 17-19. La Géryonide de Diodore s’inspire manifestement d’une source occidentale, contrairement aux précédentes (C. Jourdain-Annequin, « Héraclès héros culturel », p. 15, n. 39).

21 Apollodore, II, 5, 10.

22 A. Ballabriga, Les fictions d’Homère, p. 47, n. 136.

23 Voir P. Rouillard, Les Grecs et la péninsule Ibérique, en particulier pp. 318-320.

24 Hérodote, IV, 152.

25 Polybe, III, 59, 7.

26 Sur le ou les voyage(s) de Polybe, voir P. Pédech, La méthode historique de Polybe, pp. 555-560 ; F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t.II, pp. 4-6 ; et E. Foulon, « Polybe et les Gaules ». Le premier eut lieu en 151/150, en relation avec la mission de Scipion Émilien auprès de Massinissa (témoignage autobiographique de Polybe 9, 25, 4 et 35, 3, 7) ; le second, qui reste controversé, aurait eu lieu à la fin de sa vie, lors du siège de Numance.

27 Sur les fondations de Marseille entre Ampurias et Carthagène, voir Strabon, III, 4,6, et la discussion de P. Rouillard, Les Grecs et la péninsule Ibérique, pp. 275-116. La lettre commerciale de Pech-Maho, trouvée près de Narbonne et datée du Ve siècle, atteste l’existence d’un commerce maritime entre Marseille et Ampurias (lamelle de plomb publiée par M. Lejeune, Revue des études grecques, 104,1991, p. 313).

28 Strabon, II, 4, 1-7, citant Polybe, et aussi Geminos, Introduction aux phénomènes, VI, 3-23. Toutes les sources anciennes soulignent qu’Ératosthène n’est jamais allé en Espagne.

29 Strabon, IV, 1,4-5.

30 Voir C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, pp. III-113 ; et A. Ballabriga, Le soleil et le Tartare, pp. 60-61.

31 Strabon, III, 1, 3 ; et P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 63.

32 P. Pédech, La méthode historique de Polybe, pp. 592-594.

33 Cité par Strabon, II, 4, 1-8. Voir aussi P. Pédech, La méthode historique de Polybe.

34 Sur la symbolique spatiale des déplacements d’Apollonios, voir A. Billault, « Apollonios de Tyane en Espagne d’après le récit de Philostrate ».

35 M.-F. Baslez Bible et histoire, pp. 288-291 et 293-294.

36 Voir surtout Diodore, V, 20 ; D. Van Berchem, « Sanctuaires d’Héraclès Melqart » ; et, pour les monnaies,A. Beltrán Martínez, « Los monumentos en las monedas hispano-romanas » ; et C. Bonnet, Melqart, pp. 229-230.

37 Voir ci-dessus.

38 Sur des périples de l’exokéanismos – défendus par un commentateur d’Homère, Cratès de Mallos, directeur de la Bibliothèque de Pergame, et récusés par Polybe, 34,4 (cité par Strabon, I, 2,17) –, voir P. Pédech, La méthode historique de Polybe, pp. 585-586 et, surtout, J. I. Porter, « Hermeneutic Lines and Circles ».

39 Auxquelles Apollonios de Tyane manifesta un grand intérêt selon Philostrate, Vie d’Apollonios., V, 4 et 5.

40 Cité par Strabon, III, 4, 3 : grammatiste en Espagne, il fut l’auteur d’une Périégèse.

41 Ce dernier écrivit après 72 un traité Sur l’Océan, cité par Strabon, II, 2,3.

42 Polybe, 3, 37, 11.

43 Polybe, 34, 9 cité par Strabon, II, 10 et 15. On peut donc nuancer la thèse de P. Fabre, Les Grecs et la connaissance de l’Occident, pp. 337-338, suivant laquelle les voyages hellénistiques auraient marqué la fin du mirage occidental et entraîné le désintérêt des Grecs pour ces régions.

44 Voir Hérodote, 1, 163 sur la figure emblématique du roi Arganthonios (P. Rouillard, Les Grecs et la péninsule Ibérique, pp. 95-96). Selon Polybe, 34, 4, 5, cité par Athénée, 1, 16 c, le modèle utilisé est Ménélas, auquel une tradition mythique attribuait un périple africain (Odyssée, IV, 83-85 ; voir A. Ballabriga, Le soleil et le Tartare, pp. 182-184).

45 Voir Polybe, 34, 9, 5 (à partir des informations reçues sur une source intermittente de Gadès, qui variait en sens inverse de la marée) et Poseidonios, cités par Strabon, III, 5,7 et 8 ; voir aussi Pline, Histoire naturelle, II, 212-221. Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 2 ajoute son propre témoignage oculaire en pays celte, peut-être recueilli pendant l’expédition de Septime Sévère en Bretagne en 208 (A. Billault, L’univers de Philostrate, p. 26). Le phénomène des marées était expliqué par Apollonios dans sa Lettre aux Indiens. Voir G. Aujac, Strabon et la science de son temps, pp. 285-289 ; Id., La géographie antique, pp. 79-95 ; et P. Pédech, La méthode historique de Polybe, p. 581.

46 Théorie de Poseidonios, Sur l’Océan, reprise par Pline et Strabon ainsi que par Varron, alors que Polybe utilisait le principe du pneuma stoïcien et pythagoricien (voir P. Pédech, « La géographie de Polybe », p. 16) ; Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 2, s’efforce de lier les deux explications (sur l’éclectisme intellectuel d’Apollonios, voir A. Billault, « Apollonius de Tyane en Espagne d’après le récit de Philostrate », p. 135).

47 Philostrate, V, 6. L’effet de la marée dans le fleuve avait été également observé par Poseidonios, cité par Strabon, III, 5, 9. L’évolution de la côte et du régime du fleuve depuis l’époque antique empêche toute vérification de l’hypothèse d’un mascaret.

48 Polybe, 34, 4, 8 cité par Athénée, VII, 302c.

49 Toutes les versions sont énumérées par Strabon, III, 5, 7.

50 Théogonie, v. 748-750 : « Là, aux limites du monde, Nuit et Jour se rencontrent en franchissant le vaste seuil d’airain. »

51 Strabon, III, 1,5. Voir aussi Diodore, III, 48, 2 et Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 3.

52 Voir P. Le Roux, Romains d’Espagne, pp. 40-70 et du même auteur, par exemple, « L’huile de Bétique et le Prince ».

53 Polybe, 34, 6.

54 Strabon, III, 2, 4-6.

55 M.-F. Baslez, Saint Paul, pp. 145-145 ; et Id., Bible et histoire, pp. 505-506.

56 Voir Rom. 15, 28 ; et Philostrate, Vie d’Apollonios, IV, 47. Par un voyage inverse à celui de Néron en Grèce, qui fonctionne comme une symétrie constante dans la suite du récit (V, 7-9).

57 C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, pp. 111-113.

58 Le voyage oriental apparaît comme une propédeutique où le sage trouve ses références ; J. Elsner, « Hagiographie Geography », pp. 29-50. Le déséquilibre des voyages d’Apollonios est aussi souligné par A. Billault, « Apollonios de Tyane en Espagne d’après le récit de Philostrate », p. 145. Pour les voyages de Paul, voir M.-F. Baslez, Bible et histoire, pp. 504-505.

59 Sur l’idéal du périple chez Paul, voir ibid., pp. 292-295.

60 Philostrate, Vie d’Apollonios I, 21 á III,

61 Ibid., IV, 37.

62 Sur l’utilisation hagiographique du centre et des confins dans un parcours initiatique, voir J. Elsner, « Hagiographic Geography », pp. 29-31.

63 Philostrate, Vie d’Apollonios, III, 16 et IV, 38.

64 Ibid., III, 13-14 ; II, 2-5 ; VI, 17-22.

65 Voir Chrysippi fragmenta logica et physica, pp. 439-444.

66 Selon E. L. Bowie, « Apollonios of Tyana », ce n’était pas un des centres d’intérêt du véritable Apollonios, mais plutôt un trait de la seconde sophistique.

67 Philostrate, Vie d’Apollonios V, 4,4-5, repris dans Id., La galerie de tableaux, II, 33.

68 Pomponius Mela, III, 6. Arrien et Appien ont su reconnaître l’Héraclès tyrien : voir C. Bonnet, Melqart, pp. 209-210.

69 Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 5 ; Arrien, Anabase II, 16, 4 ; et Silius Italicus, Punica, 111,30-31.

70 D. Van Berchem, « Sanctuaires d’Héraclès Melqart », p. 84 ; et C. Bonnet, Melqart, pp. 213-214.

71 Silius Italicus, Punica, III, 32-44 ; Vie d’Apollonios V, 5.

72 J. B. Tsirkin, « The Labours, Death and Resurrection of Melqart » ; avec les nuances de C. Bonnet, Melqart, pp. 216-219.

73 Strabon, III, 5,5 ; et Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 5.

74 Philostrate cite des hymnes à la Mort (V, 4) ainsi que des autels au Temps le plus long et au Temps le plus court, à la Pauvreté et à l’Art. D’autres sources ajoutent la Sagesse (voir C. Bonnet, Melqart, p. 212).

75 Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 4 ; et C. Bonnet, Melqart, p. 212.

76 J. Elsner, « Hagiographie Geography » insiste justement (p. 39) sur ce retour à la Grèce, caractéristique de la Vie d’Apollonios, pour montrer sa permanence et son importance dans l’Empire romain.

77 Sur l’importance des parentés mythiques dans la vie internationale et parmi les intellectuels à l’époque impériale, voir L. Robert, Documents d’Asie Mineure, p. 177 et O, Curty, Les parentés légendaires entre les cités grecques (à partir de la documentation épigraphique).

78 Ce héros athénien, chef des cinquante navires qui partirent pour Troie (Iliade II, 552), devint à l’époque impériale une figure de coureur des mers (Pausanias, 1, 1, 2). Dans la région de Gadès, il est l’éponyme d’un port et d’un sanctuaire (Strabon, III, 1,9) et sa figure fut effectivement popularisée par la céramique grecque dans la région au VIe siècle (Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, pp. 473-475).

79 Voir, du même Philostrate, La galerie de tableaux, II, 31.

80 Silius Italicus, Punica, III, 368 et XV, 192-193 ; et Justin, Épitomè de Trogue-Pompée, 44, 3, 3.

81 Pausanias, 1, 38, 5.

82 Philostrate, Vie d’Apollonios, II, 33.

83 Ibid., V, 9. Le nom d’Ipala ne se vérifie pas : il est difficile d’y retrouver Hispalis (Séville). Il pourrait s’agir d’Ipagrum, que l’Itinéraire antonin, 412,4 situe en Bétique (voir aussi CIL 11, p. 205).

84 Zeus tragédien, 41.

85 P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 119.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.