Version classiqueVersion mobile

Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

Les Sénèques et l’Espagne

Jean-Marie André

Texte intégral

  • * Une première version de cet article a paru dans le n° 77 (1999) de la Revue des études latines, qui (...)
  • 1 H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, passim. Voir infra. Les provinciaux romanis (...)
  • 2 M. T. Griffin, « The Elder Seneca and Spain », p. 10 sqq. ; et Id., Seneca, a Philosopher in Politi (...)
  • 3 Contr. X, 4, surtout 14 sqq. (à propos de l’exposition abusive des enfants considérée comme une att (...)

1Il est difficile* d’analyser les relations des Sénèques et de l’Espagne dehors de leur enracinement dans la rhétorique hispano-romaine. Le monde des écoles, en Espagne comme en Gaule — il suffit de se reporter à la grande synthèse d’H.-I. Marrou1 — a été, autant que la légion, le vecteur de la romanisation. Les maîtres et les collègues de Sénèque le Père, Marullus qui a formé à la fois l’auteur des Controverses et Suasoires et Porcius Latro, font partie de ces Hispani dont M. T. Griffin a souligné l’importance2. Leur liste comprend, à côté des « grands » cités par le Rhéteur — auquel il convient d’ajouter Junius Gallio —, un Gavius Silo3 qu’on voit plaider fréquemment sous Auguste dans la colonie de Tarragone (Contr. X, § 14) ; on le voit, dans le livre X du recueil, déclamer sur des causes rei publicae laesae plus ou moins réelles. Le même livre rappelle aussi le condisciple des fils Sénèque, Turrinus Clodius, un contradicteur de Latro ; il apparaît (Contr. X, § 15) qu’il faisait partie des notables de la « province d’Espagne » (laquelle ?), que son aïeul était un « hôte du divin Jules », qu’il devait à son éloquence pecuniam et dignitatem — sans autre précision, mais on peut conjecturer un cursus municipal et sacerdotal.

  • 4 H de La Ville De Mirmont, « Les dédamateurs espagnols au temps d’Auguste et de Tibère ».
  • 5 Les tragédies ne révèlent aucune prédilection pour les mythes ibériques de la légende d’Hercule, ce (...)
  • 6 Sur les problèmes de l’écriture hispanique dans le théâtre sénéquien, voir dans ce même ouvrage la (...)
  • 7 J.-M. André, Recherches sur l’otium romain, pp. 62 sqq. et 67 sqq.

2Ces « Espagnols » ont inspiré une étude ancienne à La Ville de Mirmont4, et Latro a inspiré plusieurs monographies. Ce qui nous intéressera au premier chef sera de déterminer dans quelle mesure cette rhétorique espagnole, par de-là les exempla classiques de la Grèce et de Rome, fait intervenir la mémoire de la conquête romaine et ses avatars, la géographie, voire la mythologie gréco-romaine de la péninsule Ibérique5 ; dans quelle mesure aussi on est fondé à parler d’un genus dicendi hispanique, d’un « hispanisme » oratoire aussi marqué que l’asianisme, notamment dans le traitement de la « couleur », de la violence expressive et du pathétique. Ce problème serait parallèle à celui de l’hispanisme dans la tragédie sénéquienne6. Son intérêt serait ravivé par les méandres dialectiques que la pensée sénéquienne décrit autour de la rhétorique, censurée à la limite comme un verbalisme nuisible à la pensée, mais exploitée très consciemment dans les amplifications de la Consolation, et mobilisée, à l’occasion, avec d’illustres cautions comme celle de Papirius Fabianus, dans la polémique contre la luxuria7.

  • 8 Voir G. Boissier, L’opposition sous les Césars, pp. 93 sqq., qui rétablit l’équilibre entre le répu (...)
  • 9 Voir J. André, La vie et l’œuvre d’Asinius Pollio ; la propréture date de 44-43 ; cf. R. Szram-kiew (...)
  • 10 Contr. II, 4. 13 sqq. et VI, 8. Cf. J.-M. André, « La conception de l’État et de l’Empire... », pp. (...)
  • 11 De Vita Patris, F. Haase, Senecae Opera, Vol. IV, Leipzig, 1853, XV (98-99).
  • 12 R-E. C. Asinius Cn.f. Pollio (25), col. 1589 s. (Gröbe). [Real Encyclopedia].
  • 13 T. Griffin, Seneca, a Philosopher in Politics, pp. 31-32.
  • 14 Rr., III, 3, 3.

3Si certains rhéteurs contemporains de Sénèque le Père cultivent la nostalgie, purement intellectuelle, de la République défunte, les Espagnols, comme les Gaulois, se révèlent loyalistes envers le principat naissant8 : l’existence de vastes clientèles « césariennes » dans ces provinces apporte une explication, notamment en Bétique. Mais la péninsule Ibérique, et surtout la région de Cordoue, comme le montre le Bellum Ciuile, a été tiraillée entre le parti césarien et le parti pompéien — les « Espagnes », proconsulat de Pompée depuis 55 av.J.-C., étant tenues par ses lieutenants. Sénèque le Père a été proche de l’Antonien Asinius Pollion, gouverneur de l’Ulterior9, qu’il exalte comme déclamateur et comme homme d’étude (Contr. IV, § 2 sq). Ce préambule, comme d’autres textes, révèle une certaine dévotion à la mémoire du Diuus Augustus10. Comme Suétone, le Rhéteur (Contr. II, 4,13 sq. ; VI, 8) considère qu’Auguste a maintenu la libertas de parole et qu’il incarne la magnitudo et l’humanitas. Mais l’Auguste des Controverses semble être surtout un témoin éclairé de l’éloquence contemporaine. Les guerres civiles sont souvent passées en filigrane dans la somme d’un professeur de rhétorique qui en a écrit la chronique, au témoignage de Sénèque, son fils. On sait par les Controverses (I, § 11) qu’il a été le témoin des guerres civiles d’Espagne et qu’il fut « bloqué à l’intérieur de sa colonie par la folie des guerres civiles ». L’assertion de Lactance (Inst. VII, 15) et celle du Philosophe, qui font commencer la chronique « au début des guerres civiles »11, impliquent donc que Sénèque le Rhéteur a relaté leconflit dans le théâtre de la péninsule Ibérique, comme sans doute son protecteur et collègue en rhétorique Asinius Pollion12. Mais peut-on préciser dans quel camp les Annaei se sont rangés13 ? César a noté (B. C. II, 19) les tiraillements de la population romaine. Les Sénèques avaient de grands domaines à protéger de la confiscation qui suit les proscriptions. La Consolation à Helvia (XIV, 3) en fait mention de manière allusive. Le Gaditain Columelle, qui a noté la fertilité naturelle du terroir de Cordoue (Rr. VII, 2), n’a mentionné que les propriétés italiennes de Sénèque14.

  • 15 Ces orateurs gaulois et espagnols illustrent une mutation de l’éloquence politique vers le genre «  (...)

4Les déclamations, même celles des « Espagnols », fournissent très peu de références relatives à l’histoire de l’Espagne romaine. Ces rhéteurs et déclamateurs espagnols, dans leur grande majorité loyalistes, comme les Gaulois, et comme eux souvent envoyés en mission dans l’Urbs pour y porter des adresses de fidélité et des requêtes15, illustrent parfaitement les lignes de force d’une assimilation politique et culturelle que G. Boissier a jadis analysée dans L’opposition sous les Césars.

  • 16 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père ; H. de LA Ville de Mirm (...)
  • 17 S. F. Bonner, Roman Declamation in the Late Republic and Early Empire; et L. A. Sussman, « Bibliogr (...)

5L’existence d’un noyau espagnol spécifique dans la rhétorique de la République finissante et du principat naissant, avec ses clivages et ses dissensions, a fait l’objet d’études anciennes de La Ville de Mirmont et de Bornecque16, le second ayant donné une prosopographie toujours valable, peu renouvelée par la recherche récente, celle de Bonner et de Susman17.

  • 18 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père, pp. 179-180.
  • 19 Ibid., pp. 168 (Gavius Silo) et 173-176 (Junius Gallio). Sur le sénateur Junius Gallio, voir Prosop (...)
  • 20 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Pire, pp. 163-164. Les Contro (...)
  • 21 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père, pp. 188-192. Les Contro (...)

6Dans la synthèse de Bornecque, on relèvera les notices consacrées aux contemporains et condisciples de Sénèque le Père. En utilisant les Controverses et les Suasoires, l’auteur évoque Marullus, « vraisemblablement originaire d’Espagne18 », qui porte un nom assez fréquent dans les inscriptions de Cordoue et des environs : il a enseigné à Rome à partir de 42 av. J.-C. On nous rappelle aussi l’origine hispanique de Gavius Silo, celles, « vraisemblables », de L. Junius Gallio19 et de Clodius Turrinus le Père20. Mais dans cette riche prosopographie se détache le personnage de M. Porcius Latro21, né en Espagne, brouillé avec Agrippa en 17 av.J.-C. (Contr. II, 4, 12-13), à l’époque où le grand soldat a sacrifié son républicanisme à la nécessité historique de la « monarchie ». Il est mort en Espagne, en 4-3 av.J.-C. Bornecque semble majorer sa simplicité, son relus des développements inutiles, son mépris de la symétrie factice des Grecs, mais il souligne chez lui « le sang robuste du paysan espagnol », un certain goût pour les « arguments spécieux » (Contr. II, 7), une langue qui renfermait probablement des expressions et des tournures espagnoles, car Messala disait (II, 4, 8) que Latro « était éloquent dans sa langue ». Latro affectionnait les exemples historiques, mais parmi ceux-ci quelle place l’Espagne romaine occupait-elle ?

  • 22 Contr. I, 6 ; II, 1 ; V, 1 ; VII, 2, 3 et 4 ; X, 1 et 3. Il est évident qu’un certain « pompéianism (...)
  • 23 Sénèque remettra en cause Pompée comme conquérant dans la lettre XCV (furor des conquérants), mais (...)
  • 24 Exemple de Labienus, surnommé Rabienus en raison de la violence de ses « Pompeiani spiritus » (Cont (...)
  • 25 Suas. VII, 2-3,
  • 26 Dans le catalogue des césariens devenus antoniens (Phil. VIII, 9,26 et X-XIII, passim, notamment XI (...)
  • 27 Adfam. XV, 19, 4 (dans le contexte de la superbia des rois et des généraux, dominé certes par Alexa (...)
  • 28 Pour le détail de la campagne ainsi que sur les désordres et les violences de Bétique, voir A. Tova (...)

7Sans valoriser les manifestations d’une libertas ibérique à laquelle il croit peu, Sénèque le Père a néanmoins conservé le souvenir de l’affrontement entre César et Pompée. Il évoque souvent le Grand Pompée22 : dans les Controverses comme dans les Suasoires. Les allusions concernent surtout le favori de la fortune, le « dompteur de la terre et de la mer », le vainqueur des pirates, et sa chute doublée d’une fin misérable. Comme conquérant23, le Grand Pompée a abattu Sertorius et Mithridate, mis sur le même plan (Contr. VII, 2,6). Pompée est exalté dans un catalogue de héros républicains dans la Suasoire VI, 1 sq. ; il inspire à Latro un parallèle avec Caton (Contr.X, 1, 8). Sénèque le Père confirme l’existence d’un parti pompéien, avec ses passionnés irréconciliables, tel Labienus (Contr. X, § 5)24. La seule allusion aux guerres d’Espagne concerne la guerre de Numance, assimilée pour le péril national à la guerre des pirates, et Scipion Émilien et Pompée sont mis à égalité (Contr. I, 8, 12). Le Rhéteur, dans la Suasoire VII25, transcrit avec ampleur une déclamation de Cestius Pius qui évoque le destin de Cicéron à travers une alternative : rejoindre les victimes « Pompée, père et fils, Afranius, Petreius... » — les legati pompéiens d’Espagne, comme on sait —, ou bien survivre parmi les parvenus suspects du parti césarien, flétris par les Philippiques, les Ventidius, les Canidius, les Saxa26 — ce dernier d’origine espagnole. La Suasoire I, 5 évoque, par le biais d’une lettre de Cassius à Cicéron27, Cn. Pompée, aolescent téméraire « ...qui in Hispania contraxit exercitum et ad Mundam acte uictus est... ». Il est bien normal que le choc final des armes à Munda, en Bétique28, ait frappé la communauté romaine de Cordoue et de la province. Aussi bien Latro, dont on reparlera en détail, a-t-il, dans la Suasoire VI, 3, résumé symboliquement la catastrophe de la guerre civile, celle de 49-46 et celle de 44-42, par Pharsale, Munda et Modène (« Mundensis Mutinensisgue ruina »).

  • 29 H. Peter, Historicum Romanorum Reliquae, t. II, pp. 91-92 et 98.
  • 30 Voir Fr. Kühnen, Seneca und die römische Geschichte (Ire partie).

8Bien qu’on ait conservé très peu de fragments de l’histoire des guerres civiles du Rhéteur29, les trop rares allusions des Controverses et des Suasoires nous induiraient à penser que c’est cette chronique qui a fourni à Sénèque le Philosophe, conjointement avec l’histoire de l’Espagne romaine depuis 195, le plus grand nombre d’exempla, certains étoffés en anecdotes30.

  • 31 Tacite, Ann. III, 40 sqq.
  • 32 H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, pp. 393-394.
  • 33 Contr. I, 1 : « …iucundum mihi redire in antiqua studia melioresque ad annos respicere. »; et ibid. (...)
  • 34 Voir les références de H.-I. Marrou, Inscriptiones Latinae Selectae (ILS) et CIL, qui n’ont pas été (...)
  • 35 Cf. A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 82-92 ; il apparaît que cette s (...)
  • 36 H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel (avec le catalo (...)
  • 37 Ils (Dessau), I, 212, 1.32 sqq.
  • 38 L’indigence des références de Peter ne doit pas masquer le fait que la chronique de Salluste, dans (...)

9La plus ancienne des provinces d’Occident — après la Sicile — illustre un phénomène d’assimilation politique et culturelle dominé par l’urbanisation et la scolarisation des élites. Et encore la péninsule Ibérique, où la romanisation linguistique commençait ex nihilo, est-elle en avance d’un siècle et demi sur la Gaule conquise, dont Tacite a souligné, à propos de la révolte de Sacrovir31, le prodigieux essor scolaire. Aussi bien le parallélisme ethnico-culturel s’impose-t-il malgré les décalages, et H.-I. Marrou l’a souligné dans son Histoire de l’éducation32. Les confidences de la « préface » des Controverses I évoquent les « antigua studia33 » comme un âge d’enthousiasme et de bonheur, dominé par l’apprentissage de la poésie latine, et explicitent un culte intransigeant de la romanité qui prend la forme — avant l’Espagnol Quintilien — d’un patriotisme culturel et littéraire en réaction contre le philhellénisme. L’assimilation liée à la romanisation a été particulièrement marquée dans l’Espagne Ultérieure bétique, même si le corpus épigraphique34 concernant les grammairiens et les rhéteurs ne privilégie nullement cette province par rapport à la Tarraconnaise ni même par rapport à la Lusitanie minière, patrie de Viriathe. La sécession de Sertorius, inséparable d’un rêve de romanisation de la Péninsule, s’est accompagnée de la création d’écoles romaines pour les élites locales (Plutarque, Sert. XIV)35. Mais tout porte à croire que l’urbanisation intensive de la Bétique, bien mise en lumière par H. Galsterer et S. Keay36, a donné un très dense réseau d’écoles. Chez les interlocuteurs des Controverses et Suasoires, la Pax Romana et l’Imperium Romanum sont considérés comme des évidences et des valeurs fondamentales (Contr. 1, 1, 22 et 8, 12 ; II, 1, 5 ; III, 9 ; IV, 6 ; V, 7 ; IX, 2,13 iq). L’empereur, dans le célèbre discours sénatorial de 47, magnifie, pour la Gaule soumise, « centum annorum immobilem fidem obsequiumque37 ». Cette fidélité efface les dix ans de résistance au diuus Iulius, et Sacrovir ne vient pas altérer le tableau idyllique de la « paix romaine ». Faut-il s’étonner qu’il en soit de même pour la sécession de Sertorius et la révolte de Viriathe, épisodes apparemment omis par l’annalistique38 ?

  • 39 Contr. I, § 13-18.

10Le plus hispanique de nos déclamateurs, Porcius Latro, permettra de mieux saisir les relations affectives de Sénèque le Père avec sa péninsule natale et de relativiser sa discrétion. Le long portrait du carissimus sodalis, dans la « préface » du livre I des Controverses, fait apparaître la riche diversité de son caractère39, et une « violence » qui se manifeste à la fois dans son « genre de vie » frénétique et dans son exercice de l’éloquence. Outrancier dans le travail comme dans le loisir (I, § 13 sq), Latro passe du lusus au studium avec la même virulence : « ...Quotiens ex interuallo surrexerat, multo acrius uiolentiusque dicebat... ». Le trait est récurrent, et il n’aurait de valeur que psychologique, si l’auteur n’avait précisé (§ 16), après cette première indication, que Latro était une force de la nature (« ...corpus illi erat et natura soltdum et multa exercitatione duratum... ») et « qu’il était aussi une âme ardente » (« ...illum fortem et agrestem et Hispanae consuetudinis morem non poterat dediscere... »).

  • 40 Ibid., § 20.

11Grand chasseur, paysan promu par la culture, converti à tous les attraits de l’otium Romanum, Latro trahit le conflit d’une culture latine et d’une âme ibère, même si l’ami a entendu corriger l’idée de force (fortiter) par celle de finesse intellectuelle (subtiliter)40. Ce prodige d’éloquence éclipse évidemment Marullus et les autres Espagnols. Monstre d’activité, il reprend ses veilles studieuses, au mépris de toute diététique, après la cena vespérale.

  • 41 Sén., Epist. XL, 11-12 ; et LII, 10 ; C. 1-12 (essentiel).
  • 42 Suas. VI, 3.

12Ce génie violent et farouche aime les grands sujets, la violence militaire et la violence tragique des guerres civiles, si pudiquement atténuée par le Rhéteur. On le voit dans les Suasoires. Ainsi, dans 1, 14, dominé par la personnalité d’Alexandre, après Fabianus (le Papirius des Lettres)41, il intervient avec une sobre vigueur, en interrogations oratoires, sur la quête indéfinie du conquérant mégalomane : « Quis mihipromittit bostem, quis terram, quis diem, quis mare? » Le déclamateur intervient fougueusement, dans la suasoire sur les Trois Cents des Thermopyles (II, 4 sq.) pour exalter l’honneur militaire et l’héroïsme désespéré. Dans la célèbre suasoire Deliberat Cicero, an Antomum deprecetur (V, 3 sq), il fait entendre des accents pathétiques et sincères sur l’horreur des guerres civiles qui se sont déchaînées depuis Sylla jusqu’au second triumvirat ; c’est lui qui associe dans l’horreur Munda et Modène, par une conjonction rare et significative42. Le cicéronianisme bien établi de Latro n’exigeait pas ce rappel précis. Les Controverses seront tout aussi révélatrices d’un ingenium pathétique inséparable d’un genus dicendi.

  • 43 Cic., Senect. 36.
  • 44 A. Oltramare, Les origines de la diatribe romaine, chap. VIII : « L’école sextienne et les rhéteurs (...)
  • 45 Pour Papirius Fabianus, voir ibid., pp. 158-165 et pp. 178-186, passim.
  • 46 Le Thyeste de Varius, avant celui de Sénèque, joué aux ludi triomphaux de 29 av. J.-C., était sans (...)
  • 47 L’actualité du thème de l’adultère, lié à une législation répressive que Cicéron appelait de ses vœ (...)
  • 48 L’héritage de la physiologie lucrétienne (Rer. nat. NI, 445 sqq. et 784-829) apparaît chez Sénèque, (...)
  • 49 Contr. I, 6, 9.
  • 50 Contr. I, 2, 1.
  • 51 Ibid., 7 sqq.
  • 52 A. Oltramare, Les origines de la diatribe romaine, pp. 153-154,
  • 53 Contr. I, § 23.
  • 54 Cons. Helu. X VI-XVII ; Tacite, Agr. IV. Cf. M. T. Griffin, « The Elder Seneca and Spain », p. 13 ( (...)

13Les Controverses donnent quelques échantillons du style âpre et violent de Latro, notamment II, 7. Il est là dans son élément, sur le thème de la luxuria juvénile contaminant un père digne. Situation de comédie ? Celle du comicus stultus senex43. Certes. Mais ce thème, qui domine les croisades des Sextiens contre le vice44 avant d’inspirer les Lettres à Lucilius, permet un débat avec Papirius Fabianus45, haute figure des « Lettres ». Dans la Controverse 1,1, le débat spécieux sur le devoir d’assistance alimentaire des fils, suscité par des retournements de fortune, permet au déclamateur d’évoquer d’entrée de jeu la luxuria. Latro révèle un caractère violent mis au service d’un moralisme intransigeant, qui l’oriente naturellement vers l’amplification pathétique, voire vers le pathos tragique. Le conflit des générations, dans la Controverse I, i, appelle tout naturellement un imaginaire violent : « ... ut grauissimarum iniuriarum inexorabilia et ardentía induceremus odia Thyesteo more46... ». Le passage révélerait un certain baroquisme tragique qu’on peut détecter dans le théâtre sénéquien. Le même moralisme violent et le goût de l’amplification pathétique inspirent à Latro son intervention dans la Controverse I, 4 : Adulterum cum adultéra qui deprehenderit. Le déclamateur se confond par sympathie avec le vétéran trompé qui oscille entre la grandeur d’âme (il renonce au châtiment du mari47) et le lamento tragique sur la « vertu » et la « gloire » militaires ternies : « ...O acerbam mihi uirtutis meae recordationem, o tristem uicloriae memoriam... »Le mutilé désarmé, le uir fortis, suscite aussi une curiosité « physiologique » chez Latro : « ...stuporem totius corporis in tam inopinati, flagitii spectaculo [...] oculorum caliginem, animi defectionem, membrorum omnium torporem… ». Autre élément de rapprochement, peut-être, avec le tragique sénéquien48... Mais c’est surtout dans les « hypothèses » centrées sur la libido, la luxuria, que triomphe la virulence oratoire de Latro : dans les imprécations vengeresses inspirées par la rapta de I, 5, i ; dans le mariage forcé avec la fille de l’archipirata (I, 6, i), où le moraliste dénonce la mésalliance scandaleuse. C’est l’occasion, pour le moraliste, de dénoncer la fausse pitié49 cachée par la libido. Cette prédication vertuiste trouve un terrain encore plus favorable dans le thème de la « prêtresse prostituée » (I, 2) qui permet toutes les violences verbales contre le lupanar, et les ressources du pathos tragique ne sont pas négligées : la fuite du lupanar de la puella ensanglantée. C’est Latro qui a introduit ce color50.La vérité oblige à dire que l’amplification vertuiste et tragique n’est pas le monopole de Latro : témoin la narratio de Cestius Pius, dans 1, 251. Pour clore ce chapitre délicat de l’hispanisme dans la rhétorique de Sénèque le Père, il convient de noter que la virulence moralisante de Latro est peut-être une donnée de caractère et de race, mais qu’elle s’explique aussi par l’influence de l’école sextienne. C’est le phénomène qu’A. Oltramare a fait remarquer, quelque prudence intellectuelle que doivent inspirer les concepts de philosophie populaire et de pensée diatribique52. Chez Latro, les attaques contre les mœurs contemporaines et le luxe éhonté des femmes se composent avec des thèmes qui n’ont rien d’hispanique, comme « la fragilité de la fortune et le mépris des richesses53 ». Le vertuisme des Hispani, aussi bien que leur attachement aux valeurs militaires, caractérisent presque tous les provinciaux d’Occident, et tous les historiographes du Haut Empire ont souligné la survie, poussée jusqu’au rigorisme, des Romani mores dans les municipes et colonies54.

14L’univers intellectuel et moral des Controverses et Suasoires a permis de cerner peu d’allusions autobiographiques à l’Espagne romaine, peu de références aux soubresauts de la libertas, contrepartie d’une romanisation et d’un loyalisme indubitables. Certes, le Rhéteur a décelé chez Latro et chez les Espagnols un Hispanum ingenium dont la trace est difficile à suivre dans la philosophie et dans le théâtre de Sénèque. Il s’impose d’étudier maintenant, pour circonscrire les apports, les images et reflets multiples de l’Espagne romaine chez le philosophe de Cordoue.

  • 55 A. Blanco Freijeiro, « Séneca y la Córdoba de su tiempo »; et M. Rostovtseff, Social and Economic H (...)

15Une remarque liminaire s’impose. Les contributions à l’étude de l’Espagne Ultérieure des Sénèques, comme celle d’A. Blanco Freijeirio, et toutes les histoires de la romanisation de la Bétique, qu’il s’agisse de l’économie ou de la sociologie, ne tirent de l’œuvre de Sénèque que des témoignages très limités55.

  • 56 J.-M. André, « Sénèque et l’impérialisme romain ».

16Il serait fastidieux de reprendre tous les textes sénéquiens sur l’histoire, la guerre et l’impérialisme romain. J’ai tenté de contribuer à cette synthèse56 L’important serait de préciser dans quelle mesure la péninsule Ibérique, des guerres puniques à l’époque julio-claudienne, fait l’objet de mentions significatives et d’allusions claires.

  • 57 Epist. XC1V, 62 sqq. ; N. Q., III, § 5, etc. La récurrence du thème d’Alexandre, dans la rhétorique (...)
  • 58 Breuit. uit. IV, 5, Cf. J.-M. André, « Sénèque et l’impérialisme romain », pp. 21-22 (aspect géopol (...)
  • 59 J.-M. André, Le siècle d’Auguste, p. 137. Les multiples allusions à la guerre des Cantabres dans le (...)
  • 60 Voir Velleius, Hist., rom. II, 1, 3 et 5, 1, Or le catalogue de II, 90, 1-4 mettra davantage l’acce (...)
  • 61 Velleius, I, 1, 3, qualifie Viriathe de dux latronum, comme dans l’épigramme sénéquienne qu’on tend (...)
  • 62 De ira I, 3 sqq. Le De Officiis, II, 40, fait du brigandage de Viriathe une entreprise militaire ; (...)
  • 63 Sur l’opposition des barbares sédentaires et des « nomades », voir Th, Grünewald, Räuber, Rebellen, (...)
  • 64 L’épithète de molles bello uiri semble s’appliquer non à l’énumération totale, mais aux peuples d’A (...)
  • 65 Voir M. Koch, « Ausgewählte Bibliographie zur Latinisierung und Romanisierung Spaniens ». Pour une (...)

17Le philosophe de Cordoue n’a jamais caché son adhésion à une domination mondiale qu’il considère, à la différence des brigandages mégalomanes d’un Philippe ou d’un Alexandre57, comme un ordre civilisateur, fondé initialement sur la force des armes mais régi par une finalité philanthropique et civilisatrice. Le concept de « barbares », « formant des enclaves dans la paix romaine et hostiles à l’Empire », est et demeure, dans sa réflexion politique, essentiel58. Aussi bien son dialogue ne considère-t-il pas la péninsule Ibérique comme un théâtre important de l’aventure militaire d’Auguste — malgré la guerre des Cantabres, où le prince a été en première ligne59. Il convient de considérer brièvement, parmi les exempla historiques insérés dans l’œuvre, Munda et Numance. Les épisodes rentrent dans les bella domestica de la lettre XCIV, 64, et non dans les bella externa. L’insurrection lusitanienne de Viriathe, dans les années 150, la résistance désespérée de Numance, en 133, la sécession de Sertorius, l’ultime affrontement de Munda sont des péripéties internes de l’Empire60. Viriathe, dont le De Officiis souligne la pugnacité, est qualifié dans une épigramme discutée (IX, 11), de Lusitanus latro ; le terme mérite une rapide exégèse61, à la lumière du De Ira, I : en effet, le latro est le barbare spécialiste de la guérilla, au regard de la polémologie gréco-romaine, autant, voire plus que le « brigand ». Le passage du De Ira, I, oppose la tactique civilisée et la ruée sauvage des peuples primitifs62 ; or il contient une évaluation des capacités guerrières de divers peuples qui ont affronté Rome63. Là, les Germains sont dotés de fougue héroïque (quid animosius...) et opposés aux « Hispani Gallique et Asiae Syriaeque molles bello uiri64 ». On justifie cette appréciation curieuse de « mollesse guerrière » en arguant qu’il s’agit des auxiliaires celtes ou ibériques, mais le problème reste entier, car Sénèque ne pouvait ignorer le recrutement géographique des futurs vétérans latinisés par la militia65.

  • 66 « ....Modo in Hispaniam et Sertoriana arma... » (Epist. XCIV, 64).
  • 67 A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 82-97.
  • 68 Contr. I, 8, 12 : « ...sic uenisse populum Romanum ad Scipionem Aemilianum, cum maius bellum Numant (...)
  • 69 Quatre références : Cons. Pol. I, 2 ; Const. sap. VI, 8 ; De ira I, n, 7 ; et Epist. LXVI, 13.
  • 70 « ...Carthaginis ac Numantiae Corinthique cinerem... » (Cons. Pol. I,2).
  • 71 « ...Non Carthagims aut Numantiae mœnia, una manu capta... » (Const. sap. VI, 8).
  • 72 Sénèque établit le lien entre la fragilité du cosmos et celle des civilisations : voir NQ, I et NQ,(...)
  • 73 Sén., De ira, 1. 11.7 : « ...eo compulit ut ferro ipsisuo caderent », « il les força à venir s’enfe (...)

18L’insurrection de Sertorius, qui a révélé Pompée66 est nettement sousestimée au regard de l’historiographie antique, mais Sénèque a raison de considérer qu’il s’agit d’une diversion démocratique exploitant contre les optimates le particularisme espagnol67. Le cas de Numance inspirera une analyse analogue. Si les Controverses assimilaient cette résistance numantine à un péril national68, le Philosophe doit peut-être à cette source le relief donné au conflit69. Or Sénèque n’admire que l’héroïsme désespéré, et non sa cause. Numance illustre, avec Carthage, la loi historique de la fragilité des cités et des empires70 et la vulnérabilité des enceintes réputées inexpugnables71 Il y a une évolution du De Ira I, II, à la lettre LXVI : dans le dialogue, la sympathie va à Scipion, le chef opiniâtre, et l’accent est mis sur la cruelle déception du vainqueur de Carthage : « ...Hunc publicum dolorem aequo animo tulit, diutius Numantiam quam Carthaginem uinci72... »; le suicide collectif de la cité apparaît comme le dénouement événementiel d’une stratégie victorieuse : « ...utferro ipst suo caderent... » (mal traduit souvent73). Au contraire, dans les Lettres, où l’humanisme sénéquien remet en cause la guerre exterminatrice et la mégalomanie des conquérants, une certaine sympathie se fait jour pour les Numantins rebelles :

Quid? Tu non putas parem esse uirtutem etus quifortiter bostium mœnia expugnat, et etus qui obsidionem patientissime sustinet? Magnus Scipio, qui Numantiam cludit et conprimit cogitque inuictas manus in exitium ipsas suum uerti, magnus ille obsessorum animas, qui scit non esse clusum cui mors aperta est, et in complexa libertatis expirat...

  • 74 A. Bodson, « Sénèque et le suicide ».
  • 75 Sur la libertas tacitéenne, voir J.-M. André, « Tacite et la philosophie », pp. 3129-3130.

19Les moindres nuances de cette page devraient être pesées : il semble que Numance illustre surtout une éthique collective de la patientia menant à un suicide collectif « altruiste », témoignage pour la uirtus. Héroïsme désespéré au service d’une valeur anachronique, comme le suicide de Caton74, l’ultime sacrifice de Numance vaut peut-être autant comme témoignage de conscience que comme acte de la conscience nationale moribonde. Mais on ne peut nier que dans ce texte, phénomène rare, la libertas n’implique une connotation d’« indépendance nationale » — comme dans les récits tacitéens —, à côté de la « liberté » stoïcienne75.

  • 76 Ben. V, 24,1 sqq.
  • 77 La thèse célèbre de J. Carcopino, « Avant l’impérialisme romain » (le Sucro-Júcar, ou « petit Ebre  (...)
  • 78 A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 106 sqq.

20Reste l’épisode narratif de Ben. V, 2476, étoffé à plaisir. L’épisode de la cle mentia Caesaris revendiquée par le vétéran au nom d’un bienfait ancien rappelle soit la première campagne d’Espagne, soit la campagne de Munda. La localisation fait intervenir le Sucro-Júcar, le « petit Ebre » qui coule entre Sagonte et Valence77. L’anecdote, ignorée de Suétone, ne peut s’insérer que dans la longue marche vers l’Ultérieure, avant Munda78 (Diu. Iul. LVI) ; les détails (le paysage rocheux ; la canicule) ne prouvent pas que Sénèque ait voulu sacrifier au réalisme géographique.

21Les remarques géographiques sur l’Hispania ne sont donc pas capitales dans l’œuvre de Sénèque.

  • 79 Cons. Helu. VII, 8 sqq.

22Si les migrations puniques en Espagne79 paraissent à peine mentionnées dans la Consolation à Helvia, dans le mouvement général des migrations humaines (VII, 2), il faut toutefois évoquer une remarque incidente qui trahit une curiosité ethnographique. La Corse révèle une migration hispanique dans le domaine d’une similitudo ritus peu explicite, qui paraît religieuse, et de ressemblances vestimentaires (« tegmenta capitum... genus calciamenti »). Le Philosophe, qui s’intéresse à ces diversités anthropologiques dans les Lettres, reste ici bien allusif.

  • 80 Tacite, Ann. XIV, 53.
  • 81 Exemples géographiques de De otio IV, 1.

23Les vrais problèmes de l’Espagne romaine, chez Sénèque, concernent la romanisation juridique, la promotion et l’intégration des « provinciaux », de souche ou d’immigration, dans l’édifice général de l’Empire. On sait que Sénèque, qui devant Néron se déclare fièrement « equestri et prouinciali loco »80, qui a pratiquement oublié la « petite patrie » (il ne la mentionne même pas comme « petite République » dans le De otio81), est très attaché au processus de romanisation. Quelle place l’Espagne occupe-t-elle dans sa politologie ?

  • 82 « ... Trahit illum ad se Africa resurgentis belli minis plena, trahit Hispania, quae fractas et adf (...)
  • 83 Bibliographie chez J.-M. André, « L’encadrement juridique des fondations augustéennes », pp. 18 sqq (...)
  • 84 J.-M. André, « Sénèque et l’impérialisme romain », p. 23.
  • 85 J.-M. André, « Sénèque et l’historiographie de Claude », dans Claude de Lyon, empereur main, Paris, (...)
  • 86 Suétone, Diu. CL XV, 6 – qui contredit l’image sénéquienne d’une vénalité de Claude, cf. J. M. Andr (...)

24Les allusions précises au statut de l’Espagne — Sénèque ne dit pas « les Espagnes » — sont rares dans l’œuvre. La critique apparente des aventures militaires ininterrompues de César, que l’on relève dans la Consolation à Helvia (IX, 7-8), n’implique pas un « pompéianisme » rétrospectif82, ni surtout une censure des lois municipales, dont la loi d’Urso83. Sénèque est acquis à l’idée d’un Empire composé d’une mosaïque de gentes et de iura, avec différents degrés de promotion juridique et politique variant en fonction de la « romanisation »84, Le droit sanctionne la promotion dans la romanité, et l’accentue. La première allusion aux Hispani se trouve dans l’Apocoloquintose III, 3 : « ...omnes Graecos, Gallos, Hispanos togatos uidere... ». Une analyse nuancée de l’historiographie de Claude chez Sénèque a abouti à la conclusion que celui-ci caricature le discours censoral de 47 : la romanisation, symbolisée par la toge citoyenne, et a fortiori la promotion sénatoriale sont réservées aux élites, à la « fleur des colonies et des municipes85 ». L’Espagne est du reste plus riche de municipes que de colonies. Claude a réprimé la peregrinitas, l’usurpation du statut de ciuitas86. Sénèque ne pouvait donc pas réprouver sérieusement une politique sélective, qu’il a lui-même définie comme un idéal a contrario dans le De beneficiis VI, 19, 2 :

« Quid ergo? » inquit « si princeps ciuitatem dederit omnibus Gallis, si mmumtatem Hispanis, nihil hoc nomine singuli debebunt », Quidni debeantl Debebunt autem non tamquam proprium beneficium, sed tamquam publia partem [...]. Primum cum cogitauit Gallis omnibus prodesse, et mihi cogitauit prodesse...

25Cette allusion mérite d’être décryptée historiquement : elle n’est pas gratuite.

  • 87 H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Ibertschen Halbinsel, pp. 65 sqq. (A (...)
  • 88 Pline, N.H., III, 30 ; cf. A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 126-127,
  • 89 Abbott-Johnson, Municipal Administration in the Roman Empire, chap. V, pp. 39 sqq.

26L’hypothèse de la citoyenneté conférée « à tous les Gaulois » rappelle évidemment l’exagération de l’Apocoloquintose : Sénèque, pourtant, connaît trop le droit pour ignorer la distinction entre la ciuitas généralisée (comme en Cisalpine) et le ius honorum des notables gaulois. Dans sa Bétique natale, il aurait pu dénombrer une immense majorité de municipes et quelques rares colonies87. Déjà la distinction s’estompe, dans les statuts municipaux, entre colonie et municipe. On comprend que quelques décennies plus tard Vespasien, « l’empereur du bon sens », n’ait donné que le Latium à tous les municipes d’Espagne88. Mais que dire de « l’immunité à tous les Espagnols » ? L’immunité ne peut s’entendre qu’au sens des « cités », non des individus : il s’agit des chartes d’autonomie, de « liberté », bien connues, qui définissent les ciuitates liberae atque immunes par opposition aux cités d’autochtones, appelées stipendiariae89. Ces « libertés et franchises » ne peuvent évidemment se concevoir que dans le cadre de la ciuitas. La dialectique du bienfait individuel et du bienfait collectif ne saurait masquer le fait que Sénèque répugne à envisager pour l’Espagne une promotion juridique générale, non distributive, non rémunératrice. Il convient de revenir au De Clementia (Prol. I, 2), qui assume les différences juridiques du « corps immense », et suggère un catalogue regroupant les peuplades barbares, les royautés vassales, les villes « libres » :

  • 90 De Clem. prol., I, 2.

Quas nationes funditus excidi, quas transportan, quibus libertatem dari, quibus eripi, quos reges mancipia fieri quorumque capiti regium circumdari decus oporteat90...

27L’idée d’une romanité promotionnelle et rémunératrice domine, inséparable de la pax Romana, la doctrine du De Ira II, 34 :

Quos populus Romanas fideliores babet socios quam quos habuit pertinacissimos hostes? Quod hodie esset imperium, nisi salubris prouidentia uictos permiscuisset uictoribus?

  • 91 ILS I, 212, 1. 32 sqq.
  • 92 Ben. V, 15, 6.

28Sénèque ne songe pas aux sujets orientaux de l’Empire, dont la « résisrésistance » n’a pas été opiniâtre, À peine songe-t-il aux Numides et aux Africains de Carthage. Ce sont les Occidentaux, Gaulois et Espagnols, qui sont en cause, bien que le philosophe ait minimisé leurs révoltes ou leurs soubresauts. L’imperium Romanum et la pax Romana n’ont de sens que dans une vaste réconciliation qui mêle vainqueurs et vaincus, et qui fait de la fides91, comme dans la Table claudienne de Lyon, le critère de la romanisation méritée. Le « provincial » accepte sans réserves le dogme du « uictor paca torque gentium populus92 ».

  • 93 N. Q., III, § 6.

29Cette étude ferait apparaître que les images fort disséminées de l’Espagne, dans l’univers des rhéteurs « espagnols » amis de Sénèque le Père et dans l’œuvre du Philosophe, sont a contrario la preuve d’une intégration totale, d’une assimilation culturelle et politique, au regard desquelles la résistance de Numance, l’épopée romano-ibère de Sertorius, tout comme la guérilla de Viriathe, demeurent de simples épisodes. Militairement, l’Espagne de Sénèque n’entre guère dans la mémoire collective que comme théâtre d’opération préliminaire de la seconde guerre punique : les Hispaniae clades de Rome renforcent Hannibal93 et stimulent son orgueil. Au reste Numance, comme Carthage et Corinthe, illustre la grande loi de la mortalité des cités.

  • 94 Cons. Helu. XIV, 2 sqq.

30Il existe toutefois une tradition humaniste vivace. La tradition humaniste repose sur les mêmes données parcellaires. Elle a pourtant enraciné dans l’érudition moderne l’idée d’une « hispanité » profonde de la gens Annaea. Quelle meilleure preuve que la Vita Senecae de Paulus Pomponius Laetus (1425-1497), élève et successeur de Laurent Valla ? Il écrit cette biographie dédiée « ad loannemnem Lopim, Decanum Valentinum », à l’époque des Borgia, à l’époque où Raphaël de Volterra semble avoir le premier distingué les deux Sénèques. Les capita secundum, tertium et quartum méritent d’être lus : De nobilitate gentis Hispaniae, De parentibits Senecae, Quibus praeceptoribus profecerit. Ils fondent la biographie traditionnelle des Annaei et leur enracinement espagnol, dans les données classiques, comme dans les lacunes indépassables, notamment l’étendue et la nature des propriétés de Bétique qui ont justifié la longue séparation de Sénèque le Père et d’Eluia Albina94.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abbott, Frank Frost, et Alian Chester Johnson, Municipal Administration in the Roman Empire, Princeton, Princeton University Press, 1926.

André, Jacques, La vie et l’œuvre d’Asinius Pallio, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1949.

André, Jean-Marie, Recherches sur l’otium romain, Paris, Les Belles Lettres, 1962.

— Le siècle d’Auguste, Paris, Payot, coll. « Le regard de l’histoire », 1974.

— « Sénèque et l’impérialisme romain », dans L’idéologie de l’impérialisme romain (Dijon, 18-19 octobre 1972), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Publications de l’Université de Dijon » (46), 1974, pp. 19-31.

— « La conception de l’État et de l’Empire dans la pensée gréco-romaine des deux premiers siècles de notre ère », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte undKultur Roms im Spiegel der mueren Forschung, II, 30.1, Berlin - New York, De Gruyter, 1982, pp. 3-73.

— « L’encadrement juridique des fondations augustéennes », dans Christian Goudineau (éd.), Les villes augustéennes de Gaule (Autun, 6-8 juin 1985), Autun, Société Éduenne des Lettres, Sciences et Arts, 1991, pp. 17-28.

— « Tacite et la philosophie », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, Berlin - New York, De Gruyter, II.33.4,1991, pp. 3101-3154.

— Article « Adultery », dans Simon Hornblower et Anthony Spawforth (dir.), The Oxford Classical Dictionary (3= éd.), New York, Oxford University Press, 1996, pp. 14-15.

— « Sénèque et l’historiographie de Claude », dans Yves Burnand, Yann le Bohec et Jean-Pierre Martin (éd.), Claude de Lyon, empereur romain (Paris, Nancy et Lyon, novembre 1992), « de Paris-Sorbonne, 1998.

Blanco Freijeiro, Antonio, « Séneca y la Córdoba de su tiempo », dans Actas del Congreso Internacional de Filosofía en conmemoración de Séneca en el XIX centenario de su muerte (Córdoba, 7-12 de septiembre de 1965), [2 L en 3 vol.], Madrid, Librería Editorial Augustinus, 1966, pp. 17-38.

Blázquez [Martínez], José María, La España romana (siglos III-V), Madrid, Confederación Española de Cajas de Ahorros, 1975, t. IV de Valentín Vázquez de Prada (dir.), Historia social y económica de España.

Bodson, Arthur, « Sénèque et le suicide », dans Actas del Congreso Internacional de Filosofía en conmemoración de Séneca en el XLX centenario de su muerte (Córdoba, 7-12 de septiembre de 1965), [2 t. en 3 vol.], Madrid, Libreria Editorial Augustinus, 1966, t. I(2), pp. 93-103.

Boissier, Gaston, L’opposition sous les Césars, Paris, 1885.

Bonner, Stanley Frederick, Roman Declamation in the Late Republic and Early Empire, Liverpool, University Press of Liverpool, 1949.

Bornecque, Henri, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père, Lille, 1902.

Carcopino, Jérôme, « Avant l’impérialisme romain : l’agression punique en violation du traité de l’Èbre », dans Id., Les étapes lie l’impérialisme romain, Paris, Hachette, 1961, pp. 34-39.

Conde Guerri, Elena, La sociedad romana en Séneca, Murcia, Universidad de Murcia, 1979.

Gabba, Emilio, Esercito e società nella tarda repubblica romana, Florence, La Nuova Italia, 1973.

Galsterer, Hartmut, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel, Berlin, De Gruyter, 1971.

García y Bellido, Antonio, « Die Latinisierung Hispaniens », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, I.I, Berlin - New York, De Gruyter, 1972, pp. 462-500.

Griffin, Miriam Tamara, « The Elder Seneca and Spain », Journal of Roman Studies, 1972, pp. 1-19.

— Seneca, a Philosopher in Politics, Oxford, 1976.

Grünewald, Thomas, Räuber, Rebellen, Rivalen, Rächer. Studien zu Latrones im Rómischen Reich, Stuttgart, F. Steiner, 1999.

Heitland, William Emerton, Agrícola. A Study of Agriculture and Rustic Life in the Greco-Roman World from the Point of View of Labour (Ire éd. Cambridge, Cambridge University Press, 1921), rééd. Westport (Connecticut), Greenwood Press, 1970.

Jal, Paul, « Images d’Auguste chez Sénèque », Revue des études latines, 35,1957, pp. 242-264.

Keay, Simon J., Hispania Romana, Barcelona, Ausa, 1992 (trad. esp. de Roman Spain, Londres - Berkeley, British Museum - University of California Press, coll. « Exploring the Roman World » [2], 1988).

Koch, Max, « Ausgewählte Bibliographie zur Latinisierung und Romanisierung Spaniens », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der mueren Forschung, Berlin - New York, De Gruyter, 1972.

Kühnen, Franz Josef, Seneca und die römische Geschichte, mémoire soutenu à l’université de Cologne en 1962.

La Ville de Mirmont, Henri de, « Les déclamateurs espagnols au temps d’Auguste et de Tibère », Bulletin hispanique, 12, 1910, pp. 1-22 (I) ; 14, 1912, pp. 11-29, 219-243 et 341-352 (II) ; 15,1913, pp. 154-169, 237-267, 384-411 (III).

Marrou, Henri-Irénée, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Seuil, 1950.

Oltramare, André, Les origines de la diatribe romaine, Genève, Imprimeries Populaires, 1926.

Peter, Hermann, Historicum Romanorum Reliquae (2 vol.), Leipzig, 1870-1906.

Rostovtseff, Mikhail Ivanovitch, Social and Economic History of the Roman Empire (2 vol.), 2e éd., Oxford, Clarendon Press, 1957.

Rotondi, Govanni, Leges publicae populi romani. Elenco cronologico con una introduzione sull’attività legislativa dei comizi romani, Hildesheim, G. Olms, 1990 (réimpr. de l’éd. de Milan, 1912).

Rozelaar, Marc, Seneca. Eine Gesamtdarstellung, Amsterdam, Adolf M. Hakkert, 1976.

Sussman, Lewis A., « The Eider Seneca and Declamation since 1900. A Bibliography », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Sptegel der nueren Forschung, II, 32.1, Berlin-New York, De Gruyter, 1984, pp. 557-577.

Syme, Sir Ronald -, Tacitus, Oxford, Clarendon Press, 1963.

Szramkiewicz, Romuald, Les gouverneurs de province à l’époque augustéenne. Contribution à l’histoire administrative et sociale du principat (2 vol.), Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1971.

Tovar [Llorente], Antonio, et José María Blázquez [Martínez], Historia de la Hispania Romana. La Península Ibérica desde 218 a. C. hasta el siglo v, Madrid, Alianza, 1975.

Notes

1 H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, passim. Voir infra. Les provinciaux romanisés de Sénèque à Tacite, sont d’accord pour souligner le caractère « civilisateur » de la romanisation. Cf. Pline, N.H., XIV, 1 sqq. et XVI, 1-2.

2 M. T. Griffin, « The Elder Seneca and Spain », p. 10 sqq. ; et Id., Seneca, a Philosopher in Politics, pp. 30-31.

3 Contr. X, 4, surtout 14 sqq. (à propos de l’exposition abusive des enfants considérée comme une atteinte au pacte social et aux institutions politiques).

4 H de La Ville De Mirmont, « Les dédamateurs espagnols au temps d’Auguste et de Tibère ».

5 Les tragédies ne révèlent aucune prédilection pour les mythes ibériques de la légende d’Hercule, celui de Géryon (HF, 231, 487 et 1170 ; Agam. 837 ; HO, 26, 1204 et 1900), ou celui des Hespérides (HF, 239 et 530 ; Agam. 852 ; Phœn. 316). Les formules « Geryonis spolium triformis » et « ...latam ruenti fecit Oceano uiam » n’ont rien de très original.

6 Sur les problèmes de l’écriture hispanique dans le théâtre sénéquien, voir dans ce même ouvrage la communication de J. Dangel, pp. 81-93.

7 J.-M. André, Recherches sur l’otium romain, pp. 62 sqq. et 67 sqq.

8 Voir G. Boissier, L’opposition sous les Césars, pp. 93 sqq., qui rétablit l’équilibre entre le républicanisme et le loyalisme.

9 Voir J. André, La vie et l’œuvre d’Asinius Pollio ; la propréture date de 44-43 ; cf. R. Szram-kiewicz, Les gouverneurs de province à l’époque augustéenne, passim et t.1, p. 299, t. II, pp. 35 (hostilité aux Balbi césariens) et 301 (propréture).

10 Contr. II, 4. 13 sqq. et VI, 8. Cf. J.-M. André, « La conception de l’État et de l’Empire... », pp. 13-14. Il reste à établir dans quelle mesure le Philosophe serait tributaire de cette idéologie ; à ce sujet, voir P. Jal, « Images d’Auguste chez Sénèque ».

11 De Vita Patris, F. Haase, Senecae Opera, Vol. IV, Leipzig, 1853, XV (98-99).

12 R-E. C. Asinius Cn.f. Pollio (25), col. 1589 s. (Gröbe). [Real Encyclopedia].

13 T. Griffin, Seneca, a Philosopher in Politics, pp. 31-32.

14 Rr., III, 3, 3.

15 Ces orateurs gaulois et espagnols illustrent une mutation de l’éloquence politique vers le genre « démonstratif », qui marquera plus tard la seconde sophistique.

16 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père ; H. de LA Ville de Mirmont, « Les déclamateurs espagnols au temps d’Auguste et de Tibère ».

17 S. F. Bonner, Roman Declamation in the Late Republic and Early Empire; et L. A. Sussman, « Bibliographie ».

18 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père, pp. 179-180.

19 Ibid., pp. 168 (Gavius Silo) et 173-176 (Junius Gallio). Sur le sénateur Junius Gallio, voir Prosopographia Imperii Romani2, I, 756.

20 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Pire, pp. 163-164. Les Controverses, X, §16, mentionnent la diminution de son patrimoine provoquée par les « guerres civiles » (confiscations ou destructions).

21 H. Bornecque, Les déclamations et les déclamateurs d’après Sénèque le Père, pp. 188-192. Les Controverses montrent un Latro qui a parsemé ses déclamations d’allusions à la « tyrannie » et au « tyrannicide », cf. J.-M. André, « La conception de l’État et de l’Empire,.. », p. 13. La controverse II, 5 confirme l’hostilité de Latro au régime d’Actium et à ses chefs.

22 Contr. I, 6 ; II, 1 ; V, 1 ; VII, 2, 3 et 4 ; X, 1 et 3. Il est évident qu’un certain « pompéianisme » règne dans les écoles de rhétorique, et que Pompée, resacralisé, symbolise la libertas perdue.

23 Sénèque remettra en cause Pompée comme conquérant dans la lettre XCV (furor des conquérants), mais dans les Lettres l’image dominante sera celle du chef de parti (« Pompeianae partes », dans la lettre LXXI, 9), repoussoir de Caton.

24 Exemple de Labienus, surnommé Rabienus en raison de la violence de ses « Pompeiani spiritus » (Contr. X, § 5).

25 Suas. VII, 2-3,

26 Dans le catalogue des césariens devenus antoniens (Phil. VIII, 9,26 et X-XIII, passim, notamment XII, 20 et XIII, 2) se détachent Ventidius, jugé suspect, et surtout Saxa, qualifié de forban, de pillard, de « rustre », et surtout flétri comme « Celtibère » (XI, 12), « deductum ex ultimis gentibus » (XIII, 27). Mais est-il sûr que Decidius Saxa ait été espagnol ?

27 Adfam. XV, 19, 4 (dans le contexte de la superbia des rois et des généraux, dominé certes par Alexandre, mais nourri de digressions sur la guerre civile proche, par ex. au § 7).

28 Pour le détail de la campagne ainsi que sur les désordres et les violences de Bétique, voir A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 106-112 (utilisation critique du « corpus césarien »).

29 H. Peter, Historicum Romanorum Reliquae, t. II, pp. 91-92 et 98.

30 Voir Fr. Kühnen, Seneca und die römische Geschichte (Ire partie).

31 Tacite, Ann. III, 40 sqq.

32 H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, pp. 393-394.

33 Contr. I, 1 : « …iucundum mihi redire in antiqua studia melioresque ad annos respicere. »; et ibid., 6-7: « ...quidquid Romana facundia habet, quod insolenti Graeciae aut opponat aut praeferat, circa Ciceronem effloruit. »

34 Voir les références de H.-I. Marrou, Inscriptiones Latinae Selectae (ILS) et CIL, qui n’ont pas été enrichies par l’épigraphie.

35 Cf. A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 82-92 ; il apparaît que cette scolarisation était dictée par un souci d’intégration militaire : cf. J.M. Blázquez, La España romana, pp. 78-80.

36 H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel (avec le catalogue des coloniae et municipia de Bétique et la carte) ; et S.J. Keay, Hispania Romana, pp. 81 sq. (carte des urbanisations, p. 53 : le phénomène de scolarisation est minoré, tout comme l’essor d’une élite culturelle hispano-romaine).

37 Ils (Dessau), I, 212, 1.32 sqq.

38 L’indigence des références de Peter ne doit pas masquer le fait que la chronique de Salluste, dans les Histoires, I, reposait sur des sources nécessairement annalisriques, cf. éd. Maurenbrecher, fr. 84-104 et Enarratio, pp. 37-39.

39 Contr. I, § 13-18.

40 Ibid., § 20.

41 Sén., Epist. XL, 11-12 ; et LII, 10 ; C. 1-12 (essentiel).

42 Suas. VI, 3.

43 Cic., Senect. 36.

44 A. Oltramare, Les origines de la diatribe romaine, chap. VIII : « L’école sextienne et les rhéteurs », pp. 153 sqq.

45 Pour Papirius Fabianus, voir ibid., pp. 158-165 et pp. 178-186, passim.

46 Le Thyeste de Varius, avant celui de Sénèque, joué aux ludi triomphaux de 29 av. J.-C., était sans doute tout frais dans la mémoire des rhéteurs « républicains », qui pouvaient y voir un avertissement contre les effets meurtriers des ambitions royales et des déchirements dynastiques ; cf. Tite-live, i, 46,3 : « ...sceleris tragici exemplum... ».

47 L’actualité du thème de l’adultère, lié à une législation répressive que Cicéron appelait de ses vœux et qui se réalisa dans la Lex Julia de adulteris cœrcendis (G. Rotondi, Leges publicae..., pp. 445-447), n’est pas discutable. Pour le châtiment du mari, voir Horace, Sat. I, 2, 37 sqq. Cf. J.-M. André, Le siècle d’Auguste, pp. 58 sqq, ; et Id., « Adultery ».

48 L’héritage de la physiologie lucrétienne (Rer. nat. NI, 445 sqq. et 784-829) apparaît chez Sénèque, notamment dans la lettre X ; cf. M. Rozelaar, Seneca, chap. III, pp. 53 sqq. (« Leiden des Körpers ») et chap. IV, pp. 77 sqq. (« Leiden der Seele »).

49 Contr. I, 6, 9.

50 Contr. I, 2, 1.

51 Ibid., 7 sqq.

52 A. Oltramare, Les origines de la diatribe romaine, pp. 153-154,

53 Contr. I, § 23.

54 Cons. Helu. X VI-XVII ; Tacite, Agr. IV. Cf. M. T. Griffin, « The Elder Seneca and Spain », p. 13 (« puritanism »); et R. Syme, Tacitus, pp. 447-447.

55 A. Blanco Freijeiro, « Séneca y la Córdoba de su tiempo »; et M. Rostovtseff, Social and Economic History of the Roman Empire, p. 150 (allusion vague) et pp. 780-781, n. 25 (exclusivement consacrée au patrimoine égyptien de Sénèque). Sur la romanisation, voir A. García Y Bellido, « Die Latinisierung Hispaniens », pp. 462 sqq. (surtout pp. 470-478, « Die Latinisierung der Ulterior »: accent mis sur les rhéteurs et grammairiens, sur l’enracinement du latin, avec la mention curieuse de Diu. II, 121; « Hispani sine interprete loquerentur… ». Les analyses de W. E. Heitland, Agrícola ne concernent pas les praedia ibériques de Sénèque le Père (XXX, pp. 241 sq.) ou du Philosophe (XXXI, pp. 244 sq.).

56 J.-M. André, « Sénèque et l’impérialisme romain ».

57 Epist. XC1V, 62 sqq. ; N. Q., III, § 5, etc. La récurrence du thème d’Alexandre, dans la rhétorique comme dans la pensée diatribique, est étudiée par A. Oltramare, Les origines de la diatribe romaine, pp. 242-247.

58 Breuit. uit. IV, 5, Cf. J.-M. André, « Sénèque et l’impérialisme romain », pp. 21-22 (aspect géopolitique).

59 J.-M. André, Le siècle d’Auguste, p. 137. Les multiples allusions à la guerre des Cantabres dans le lyrisme augustéen ont été scrutées par H. Karamalengou dans un article publié dans le présent ouvrage, pp. 141-159.

60 Voir Velleius, Hist., rom. II, 1, 3 et 5, 1, Or le catalogue de II, 90, 1-4 mettra davantage l’accent sur la dureté de la résistance ibérique, de l’insurrection lusitanienne à la sécession de Sertorius.

61 Velleius, I, 1, 3, qualifie Viriathe de dux latronum, comme dans l’épigramme sénéquienne qu’on tend de plus en plus à considérer comme authentique (voir l’article de P. Laurens publié dans le présent ouvrage, pp. 161-175), Sur les implications militaires de la notion de latro, voir Th. Grünewald, Räuber, Rebellen, Rivalen, Rächer, pp. 7 sqq. et, sur Viriathe latro et rebelle, ibid, pp. 49-81.

62 De ira I, 3 sqq. Le De Officiis, II, 40, fait du brigandage de Viriathe une entreprise militaire ; le même traité exclut les peuples « crudeles et immanes », comme Numance et Cartilage et les Celtibères en général (1,34 sqq.).

63 Sur l’opposition des barbares sédentaires et des « nomades », voir Th, Grünewald, Räuber, Rebellen, Rivalen, Rächer, pp. 72-73. Avant l’Histoire naturelle et la Germanie, le monde germain intéresse peu les écrivains, sinon pour noter la ferocia (Velleius, II, 106 et 119).

64 L’épithète de molles bello uiri semble s’appliquer non à l’énumération totale, mais aux peuples d’Asie et de Syrie, en raison du schéma annalistique, l’image dégradée du monde hellénistique et de ses rois.

65 Voir M. Koch, « Ausgewählte Bibliographie zur Latinisierung und Romanisierung Spaniens ». Pour une analyse détaillée des recrutements ibériques, uernacula legio de résidents romains et alae d’auxiliaires, voir E. Gabba, Esercito e società nella tarda Repubblica Romana, chap. XIV, pp. 473-489, passim (« Aspetti della lotta di Sexto Pompeo in Spagna », avec retour sur le « précédent de Sertorius »).

66 « ....Modo in Hispaniam et Sertoriana arma... » (Epist. XCIV, 64).

67 A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 82-97.

68 Contr. I, 8, 12 : « ...sic uenisse populum Romanum ad Scipionem Aemilianum, cum maius bellum Numantinum apparutsset, quam quod sustmere alii duces possent ; magnum interuallum inter Carthaginem et Numantiam Sciptont datum... ».

69 Quatre références : Cons. Pol. I, 2 ; Const. sap. VI, 8 ; De ira I, n, 7 ; et Epist. LXVI, 13.

70 « ...Carthaginis ac Numantiae Corinthique cinerem... » (Cons. Pol. I,2).

71 « ...Non Carthagims aut Numantiae mœnia, una manu capta... » (Const. sap. VI, 8).

72 Sénèque établit le lien entre la fragilité du cosmos et celle des civilisations : voir NQ, I et NQ, III.

73 Sén., De ira, 1. 11.7 : « ...eo compulit ut ferro ipsisuo caderent », « il les força à venir s’enferrer lui-même ».

74 A. Bodson, « Sénèque et le suicide ».

75 Sur la libertas tacitéenne, voir J.-M. André, « Tacite et la philosophie », pp. 3129-3130.

76 Ben. V, 24,1 sqq.

77 La thèse célèbre de J. Carcopino, « Avant l’impérialisme romain » (le Sucro-Júcar, ou « petit Ebre », qui coule entre Sagonte et Valence), encore acceptée par les éditeurs de Polybe, Histoires, III, 22 sqq. (J. de Foucault, Paris, Collection des Universités de France,. 1971) paraît nettement récusée (cf. Tite-Live, t. XI, livre XXI, éd. de P. Jal, Paris, Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1988, Introduction, pp. XXXVI-XLI) – malgré le partage très inégal des zones d’influence que suppose l’identification avec le « grand Ebre », au sud de Tarragone.

78 A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 106 sqq.

79 Cons. Helu. VII, 8 sqq.

80 Tacite, Ann. XIV, 53.

81 Exemples géographiques de De otio IV, 1.

82 « ... Trahit illum ad se Africa resurgentis belli minis plena, trahit Hispania, quae fractas et adflictas partes refouet... » (Cons. Helun IX, 7-8).

83 Bibliographie chez J.-M. André, « L’encadrement juridique des fondations augustéennes », pp. 18 sqq. (la légalité césarienne). Voir aussi E. Conde Guerri, La sociedad romana en Séneca, chap. VI, pp. 335 sqq. (« La ciudad de Roma »).

84 J.-M. André, « Sénèque et l’impérialisme romain », p. 23.

85 J.-M. André, « Sénèque et l’historiographie de Claude », dans Claude de Lyon, empereur main, Paris, 1998, pp. 37-38 (aspect « révolutionnaire » du discours sénatorial de 47 et discussion de la thèse de J. Carcopino, ibid, n. 2, p. 38).

86 Suétone, Diu. CL XV, 6 – qui contredit l’image sénéquienne d’une vénalité de Claude, cf. J. M. André, « Sénèque et l’historiographie de Claude », p. 35.

87 H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Ibertschen Halbinsel, pp. 65 sqq. (Anhang B, Baetica).

88 Pline, N.H., III, 30 ; cf. A. Tovar et J. M. Blázquez, Historia de la Hispania Romana, pp. 126-127,

89 Abbott-Johnson, Municipal Administration in the Roman Empire, chap. V, pp. 39 sqq.

90 De Clem. prol., I, 2.

91 ILS I, 212, 1. 32 sqq.

92 Ben. V, 15, 6.

93 N. Q., III, § 6.

94 Cons. Helu. XIV, 2 sqq.

Notes de fin

* Une première version de cet article a paru dans le n° 77 (1999) de la Revue des études latines, qui a bien voulu en autoriser la republication dans le présent volume.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search