Version classiqueVersion mobile

Hispanité et romanité

 | 
Jean Marie André

Présentation

Jean-Marie André

Texte intégral

1Le colloque Hispanité et Romanité a été organisé par l’Université de Paris-Sorbonne à l’automne 1999 : il s’est tenu à la fois à Barcelone et à Paris : il a associé à sa réalisation les Universités de Barcelone, l’Université ancienne et l’Autónoma, et la Société des Études Latines.

2L’Espagne romaine — les Espagnes, dans la terminologie du droit public, avant la constitution de la Lusitanie — a été constamment fouillée, et ses sites majeurs mis en valeur, d’Ampurias à Tarragone, de Tarragone à Itálica et à Mérida. Romanisée avant la Gaule Narbonnaise, dans laquelle Pline l’Ancien voit « une autre Italie plutôt qu’une province », l’Éspagne a été, après la Sicile et avant la Grèce et l’Orient, le laboratoire de l’impérialisme romain, confronté à la thalassocratie punique. Les enjeux économiques de la péninsule Ibérique, bien soulignés par Strabon, notamment les mines, ont été souvent soulignés. La Bétique, l’« Espagne Ultérieure », a révélé un très dense tissu urbain : elle illustre le fait que la romanisation est par essence urbanisation. Aussi n’est-il pas fortuit que la majeure partie des lois municipales romaines, celles qui ont échappé aux hasards du saccage et de l’invasion, celles d’Ossuna-Urso, de Salpensa, de Malacca, et la lex Irnitana plus récemment retrouvée, aient été gravées en Espagne romaine, et en Bétique. La romanisation de la Péninsule a été ponctuelle et superficielle, superposée au vieux fonds ibéro-punique et aux établissements grecs : elle a créé partout, selon l’expression de l’empereur Hadrien traitant, au Sénat, du statut de ses compatriotes d’Itálica, des « images reflétées de Rome ». Après la victoire sur Carthage, les résistances et les révoltes de la Péninsule, celles du « pâtre-brigand » Viriathe, celle du demi-romain Sertorius, ne sont rien moins que des soubresauts de la libertas ibérique.

3L’ancienneté de l’occupation et de la romanisation explique que nulle province n’ait, en deux siècles à peine, fourni autant de grands noms à la littérature latine : les Sénèques et Lucain, de Cordoue, Columelle, de Gadès, Martial, de Bilbilis, Quintilien, de Calagurris ; la tradition a continué jusqu’au Bas Empire, illustrée par le poète chrétien Prudence et le savant évêque Isidore de Séville. Les Controverses de Sénèque le Père font une place significative à cette éloquence colorée et parfois violente, dans laquelle se combinent, dans des proportions difficiles à déterminer, la discipline romaine et la fougue ibérique.

4Ni le colloque ni son prolongement éditorial ne prétendent être une somme consacrée à la romanisation de l’Espagne, Il nous suffit d’illustrer, par quelques exemples phares, la présence culturelle de Rome dans la péninsule Ibérique et sa spécificité.

5Au moment où paraissent ces actes, les auteurs sont particulièrement sensibles au fait qu’ils ont été acceptés dans la Collection de la Casa de Velázquez, grâce à la bienveillance éclairée de jean Canavaggio et à celle de Gérard Chastagnaret, son successeur et actuel directeur de cette institution, sous l’autorité et l’impulsion duquel le présent ouvrage paraît aujourd’hui. Cette publication atteste le rôle essentiel joué par cet établissement dans l’exploration archéologique et dans la résurrection de l’Espagne romaine.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search