Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Résumés, index, tables

Résumé

Texte intégral

1À partir du milieu des années 1970, l’historiographie des ordres militaires dans la péninsule Ibérique s’est développée à un tel rythme que les mille références alors réunies par l’hispaniste britannique Derek W. Lomax, de son vivant le meilleur spécialiste du sujet, pourraient facilement être multipliées par deux aujourd’hui. Malgré leur importance, les avancées de la recherche intéressant les ordres militaires en Espagne et au Portugal n’ont pu amener l’historiographie à progresser d’un pas égal. Notamment, les auteurs se sont principalement intéressés aux deux temps de la chronologie correspondant aux extrémités du passé médiéval de ces institutions, laissant subsister entre ces bornes un intervalle largement méconnu de près de deux siècles, ce qui interdit d’appréhender dans sa continuité l’histoire des ordres militaires. C’est à cette époque, restée au cours des dernières années en marge des développements de la recherche, qu’est consacré le présent ouvrage, qui étudie le siècle et demi qui fait suite à la consolidation des ordres militaires en Castille lors de l’accélération du processus de reconquête chrétienne, généralement considéré comme terminé peu après la moitié du XIIIe siècle avec l’annexion des riches terres des bassins du Segura et du Guadalquivir. Commence alors, pour les ordres militaires, une période envisagée d’ordinaire comme une déclin dans la mesure où, privés du contexte historique qui avait justifié leur implantation et leur développement dans la Péninsule, ils sont supposés avoir perdu ce qui constituait leur raison d’être. Calqué sur un modèle explicatif très longtemps accepté à l’échelle de la Chrétienté latine, un tel schéma forme en Espagne un véritable topos historiographique dont la répétition pure et simple, tant dans les manuels que dans les ouvrages spécialisés, tient lieu de démonstration.

2Souvent exposée, aujourd’hui encore, sans grandes nuances, l’idée de la décadence des ordres militaires au cours du Moyen Âge tardif doit sans doute être largement révisée. En forçant, voire en faussant l’image des difficultés que les Ordres traversèrent à partir du milieu du XIIIe siècle, elle souligne bien, cependant, que ces institutions furent alors confrontées à une conjoncture profondément différente de celle qu’elles avaient connue lors de leur expansion initiale. Il est évident que la croissance originelle des ordres militaires en Castille au cours du siècle qui suivit leur implantation est tributaire d’un processus général de dilatation qui toucha, à l’instar de l’Occident chrétien, la totalité des sociétés péninsulaires. Dès lors, la remise en cause de ce mouvement, perceptible au plan hispanique dans la seconde moitié du XIIIe siècle, constituait pour ces institutions une inconnue redoutable. En cela, les théories traditionnelles évoquant la perte de leur raison d’être ont vu juste. Il semble cependant qu’elles tombent dans une double erreur quand il s’agit d’apporter une réponse au problème. D’une part, elles se livrent à une lecture a priori, tirant argument du climat global de crise et des difficultés particulières des forces chrétiennes en Terre sainte pour faire valoir l’idée d’un déclin des ordres militaires, qu’elles ne cherchent pas, ou du moins pas suffisamment, à vérifier à partir de la documentation conservée. D’autre part, en donnant de cette décadence supposée l’image d’un processus continu et, pourrait-on presque dire, nécessaire, elles sous-évaluent et interdisent même en partie de percevoir les réactions adoptées par ces institutions face à une conjoncture défavorable qu’elles ne pouvaient certes totalement maîtriser, mais qu’elles cherchèrent tout au long du Moyen Âge tardif à infléchir afin de pouvoir préserver une position de pouvoir acquise dans la société castillane à la faveur de leur participation à la Reconquête.

3Aussi ne faudrait-il pas plutôt discerner, sous l’apparence de cette décadence communément admise, la marque d’une adaptation des ordres militaires à des temps nouveaux, très différents de ceux qui avaient présidé à leur développement initial ? Reprise au point d’être changée en lieu commun, l’idée d’un déclin de ces institutions n’a jamais permis de prendre véritablement en considération l’alternative et de connaître leur statut au sein de la société castillane du Moyen Âge tardif, dont la Reconquête avait cessé de constituer le réfèrent majeur. Pour y parvenir, il convient d’envisager non seulement la réalité sociale et politique, mais encore les représentations que s’en formaient les contemporains. Ce n’est qu’à ce prix qu’il est possible de déterminer quelle part de vérité contient le lieu commun de la décadence des ordres militaires après les décennies centrales du XIIIe siècle. Après cette date, la faible connaissance que l’on a de ces institutions était encore récemment attribuée à l’état des sources. Pour mener à bien la présente étude, il était donc nécessaire de rassembler un échantillonnage varié et abondant de celles-ci. La rareté documentaire habituellement invoquée, qui pour l’Hôpital ou Alcántara constitue même aujourd’hui un véritable lieu commun, doit semble-t-il être comprise en termes relatifs. Sans conteste moins disertes que pour la fin du Moyen Âge, les sources intéressant les ordres militaires entre 1250 et 1370 ne le cèdent en rien à celles que l’on conserve pour la phase d’établissement de ces institutions. Tout aussi riches, elles ont seulement l’inconvénient, pour la partie archivistique, d’être beaucoup plus dispersées et, à leur différence, amplement inédites. Une telle difficulté est en large partie compensée par une facilité supérieure, passé le milieu du XIIIe siècle, pour recourir à d’autres types de sources, en priorité narratives, rarement utilisées pour l’étude des ordres militaires bien qu’elles permettent mieux que d’autres, du fait de leur nature, de replacer pleinement ces institutions dans le contexte de la société castillane où elles se développèrent.

4Poser le problème du déclin des ordres militaires suppose tout d’abord de préciser leur image dans l’opinion afin de savoir si leurs contemporains ont réellement éprouvé le sentiment que les milices étaient entrées en décadence. Tel est l’objet de la première partie du présent livre. L’approche de cette question est rendue difficile par l’hétérogénéité des supports offerts à l’analyse. Elle permet néanmoins de réviser certains partis pris tenaces de l’historiographie, et fait en particulier apparaître qu’il n’est pas possible d’accepter l’idée d’une disparition de la raison d’être des ordres militaires après la prise de Séville sous prétexte que la rupture du processus d’expansion du royaume de Castille aux dépens de l’Islam aurait prétendument mis un terme à leur mission guerrière. En effet, cette thèse est rigoureuse en apparence seulement. II n’existe pas dans la documentation des XIIIe et XIVe siècles d’éléments traduisant une quelconque remise en cause de l’image des ordres militaires, pas même lors du procès de l’ordre du Temple en 1310, pourtant présenté par de nombreux chercheurs comme un traumatisme à l’échelle de la Chrétienté. Bien sûr, des critiques circulaient en Castille contre ces institutions, alimentées en partie par l’échec latin en Terre sainte. Cependant, limitées et plus encore dénuées de véritable spécificité, elles sont sans commune mesure avec le courant de louanges qui continue au XIVe siècle à exalter les ordres militaires comme défenseurs privilégiés de la frontière castillane. L’image de ces institutions, bien qu’elle ait conservé tout son son attrait dans l’opinion, n’en est pas pour autant restée immuable. Passé le milieu du XIIIe siècle se produit en effet une dégradation de leur profil religieux, sensible à travers la diminution du nombre des donations et le relâchement des liens confraternels, qui, du fait d’un déphasage croissant avec les attentes spirituelles des fidèles, les situe en marge de l’économie de la grâce. Ce fait est néanmoins compensé dans une ample mesure par l’accent placé parallèlement sur le caractère profane des ordres militaires qui leur permet, en abolissant les réticences qui en brimaient jusque-là le développement, de renforcer leur attrait dans l’aristocratie castillane, dont elles épousèrent dès lors les codes de représentation et l’imaginaire social, puisqu’à partir de la première moitié du XIVe siècle s’impose dans l’opinion une perception des ordres militaires en tant que vecteurs et modèles de l’idéal chevaleresque, appelée à se répandre bien au-delà du Moyen Âge.

5Une fois mise en évidence cette transformation de l’image des ordres militaires, il fallait vérifier dans quelle mesure celle-ci reflétait un réel changement du rôle dévolu à ces institutions dans la société castillane, question qui fait l’objet de la seconde partie de l’ouvrage. Quittant le champ des représentations, l’historien rencontre un terrain mieux balisé par la bibliographie et qui a été l’objet de l’intérêt prioritaire des chercheurs au cours des vingt-cinq dernières années. En règle générale, l’historiographie affirme que les ordres militaires seraient tombés après 1275 aux mains de la noblesse, qui les aurait dépouillés de leurs terres et les aurait employés dans des guerres civiles, réduisant d’autant leur engagement guerrier contre l’Islam. Une telle lecture n’est pas seulement une simplification outrancière : elle constitue aussi une interprétation erronée dont on peut s’étonner, quand on consulte les documents, qu’elle ait encore la faveur de nombreux historiens. Il est indéniable que les ordres militaires ont été confrontés à de nombreuses difficultés après la conquête de l’Andalousie bétique. Le contexte de crise qui se dessine alors à l’échelle du royaume fragilise le système sur lequel était fondée l’expansion initiale de ces institutions, laquelle dépendait largement de leurs activités militaires. Le changement est d’importance. Il ne s’agit pas de le nier mais, si on l’interprète en termes de déclin, on risque de ne pas le comprendre et d’occulter l’effort mis en œuvre par les ordres militaires pour s’adapter à la nouvelle conjoncture. Rien ne permet en effet de penser que ces institutions aient, après la prise de Séville, cessé d’être fidèles à leur mission guerrière contre l’Islam. La rupture de l’avance castillane n’a pas entraîné un reflux de leur engagement qui, s’il s’est bien sûr ressenti de la modification du caractère de la guerre de frontière, semble s’être renforcé à la faveur de l’adoption d’une stratégie défensive. L’investissement militaire des Ordres fut tel que ces derniers, sans cesse en quête de revenus nouveaux, furent obligés à partir du milieu du XIIIe siècle d’entreprendre une profonde transformation du système d’exploitation de leurs domaines, passant d’un modèle initial extensif à des activités conçues dans un souci de rentabilité et dans le cadre, désormais généralisé, de la commanderie. Parfaitement adaptée à son objet, cette mutation supposait pour réussir que les ordres militaires se rapprochent de la noblesse, sans le concours de laquelle une telle réforme aurait avorté. Le premier indice de cette nouvelle proximité se traduit par un poids accru du recrutement nobiliaire qui, s’il n’est jamais exclusif avant la fin du XIVe siècle, signale une fusion d’intérêts toujours plus étroite entre les ordres militaires et l’aristocratie, fusion qui offrait aux premiers de consolider leur pouvoir dans la société castillane en échange d’un appui marqué au groupe dominant dans son ambition de contrôler l’Etat naissant.

6Ainsi les ordres militaires disposèrent-ils, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, de possibilités d’action accrues sur la scène politique castillane, ce qui qui les amena à se heurter au roi, soucieux d’imposer son pouvoir à chacune des juridictions à la faveur d’un processus désormais connu comme la genèse de l’État moderne. C’est à ces relations, qui depuis le XVIe siècle ont concentré l’essentiel de l’intérêt accordé par l’historiographie aux ordres militaires pour le Moyen Âge tardif, qu’est consacrée la troisième partie du présent livre, laquelle tente, s’opposant sur ce point à la plupart des auteurs, d’expliquer la réunion des maîtrises des milices hispaniques à la couronne d’Espagne, opérée sous le règne de Charles Quint, non plus comme l’origine d’un rapport nouveau mais bien plutôt comme l’aboutissement d’un processus d’intervention amorcé par la monarchie plus de deux siècles auparavant. Accru en Castille à partir du milieu du XIIIe siècle, le contrôle royal sur les ordres militaires est en effet parvenu, en moins d’un siècle, à transformer en profondeur ces institutions. Peu à peu coupées de l’orbite pontificale, celles-ci sont placées de façon toujours plus étroite au service des monarques qui tendent, à partir du règne d’Alphonse X, à soumettre leurs domaines, du point de vue de la justice et de la fiscalité, à des interventions plus régulières que l’historiographie ne le considère généralement, accordant trop d’importance à une conjoncture politique mouvementée qui ne doit pas pour autant occulter la mise en œuvre d’un véritable patronage de fait. Pour s’assurer du contrôle des ordres militaires, les souverains s’efforcèrent même, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, de placer à leur tête des dignitaires qui leur soient entièrement acquis. Il ne faudrait cependant pas croire que le contrôle royal s’imposa aux dépens de ces derniers : en effet, non seulement ceux-ci conservèrent leur rôle dans la société politique castillane, mais tendirent même à l’accroître à la faveur d’un lien direct avec le roi, qui leur donnait accès à des offices aussi prestigieux que lucratifs. Confortés par la grâce du souverain dans le contrôle qu’ils exerçaient sur leur institution, protégés dans leurs prérogatives seigneuriales sur lesquelles la crise économique avait projeté une ombre, les maîtres des ordres militaires saisirent très vite le profit qu’il y aurait pour eux à se plier à une tutelle monarchique que, de façon significative, aucune insurrection ne chercha à remettre en cause après les premières années du règne personnel d’Alphonse XI.

7Il est indéniable que les ordres militaires perdirent dans cette transformation une part essentielle de leur identité. Il ne l’est pas moins, cependant, que cet abandon leur permit de se fondre pleinement dans un contexte profondément distinct de celui qui, deux siècles auparavant, les avait vus naître. Plutôt que d’un déclin — terme repris à l’envi par l’historiographie —, il conviendrait de parler d’une adaptation, mot qui correspond mieux à l’évolution des ordres militaires au sein du royaume de Castille après les décennies centrales du XIIIe siècle.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search