Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 Cédant encore très fréquemment à la rhétorique de la décadence, l’historiographie des ordres milit (...)

1Il est de rigueur au terme d’une étude d’en synthétiser les acquis essentiels en quelques pages. En accord avec un usage relativement courant, le bilan de l’analyse pourrait s’exprimer par un rappel des conclusions partielles auxquelles je suis parvenu à l’issue de chaque étape de la réflexion, je ne procéderai pourtant pas de la sorte, non seulement pour éviter de fastidieuses et inutiles répétitions mais surtout pour éviter d’accuser davantage les impressions qui pourraient naître d’une lecture rapide se fondant sur une présentation par trop schématique des réalités. Il m’est apparu plus intéressant de reconstituer la chronologie des évolutions mises au jour, que tend parfois à gommer la démarche suivie, pour mieux relever le processus d’adaptation des ordres militaires à la conjoncture nouvelle inaugurée en Castille dans le troisième quart du XIIIe siècle, auquel l’historiographie récente, incapable de se défaire tout à fait de la vieille idée d’un déclin des milices, n’est pas parvenue a faire droit1.

  • 2 Id., « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », pp. 125-126.
  • 3 Au modèle par trop précoce conçu par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « La orden de Calatrava en la M (...)

2La plupart des auteurs ont traditionnellement insisté sur la disparition de la raison d’être des ordres militaires à laquelle aurait abouti l’occupation de l’Andalousie bétique et du royaume de Murcie qui clôt la phase dynamique de la Reconquête. Il est probable que les critiques émanant de la société castillane contre ces institutions se sont alors multipliées. Leur thématique reste néanmoins traditionnelle. Surtout, elles ne présentent pas de véritable spécificité par rapport à la contestation qui s’attachait à d’autres ordres religieux voire à l’Église tout entière2. L’arrêt de la Reconquête n’a pas suscité la mise en cause ordinairement alléguée des milices, qui demeuraient largement appréciées de leurs contemporains et jugées indispensables à la continuation victorieuse de la lutte contre l’Islam. Il a en revanche amené d’autres difficultés, notamment sur le plan économique, dans la mesure où, mettant fin à l’expansion du royaume castillan, il a conduit les membres du groupe privilégié à tirer l’essentiel de leurs revenus de terres dont les profits sont compromis dès la fin des années 1250 par la succession des crises agraires. Dès lors s’ouvre parmi les puissants une compétition accrue pour le contrôle de ressources globalement plus rares. Exposés à des contestations croissantes, les ordres militaires ne sont nullement épargnés par ce phénomène. Pour en restreindre les effets, ils s’attachent à mettre en place une exploitation intensive de leur patrimoine dans le cadre du système commanditaire, lequel ne parvient pas véritablement à maturité avant le troisième quart du XIIIe siècle3. Ils atteignent si bien leur but que, dès les ultimes années du règne d’Alphonse X, leurs intérêts épousent ceux de la noblesse, dont ils appuient l’essentiel des revendications jusqu’à s’opposer aux projets centralisateurs du roi et à prendre les armes contre lui pour participer de façon décisive au succès du mouvement de réaction seigneuriale conduit par l’infant Sanche avant son accession au trône.

3À l’occasion des troubles marquant la fin du règne d’Alphonse X s’ouvre une période de quelque cinquante ans au cours de laquelle l’autorité royale a connu de graves difficultés même si elle n’a pas renoncé, comme on le dit souvent, à s’imposer aux autres juridictions. En un temps où plusieurs monarques castillans sont confrontés à l’agitation nobiliaire ou même contestés dans leur droit à régner, les ordres militaires prennent conscience du poids qu’ils détiennent dans la société politique. Réunis en des ligues où ils se promettent assistance contre d’éventuels contradicteurs, ils ont cherché à exploiter la situation en monnayant leur appui au pouvoir royal. S’ils ont pu tarder en différents cas à soutenir l’autorité légitime, jamais ils n’ont été — comme c’était alors une pratique ordinaire — jusqu’à la remettre en cause. Il ne fait pas de doute que cette fidélité est en partie au moins intéressée. Soumis aux pressions d’une noblesse dont les plus hauts lignages ambitionnent désormais leurs principales dignités, confrontés dans leur patrimoine à sa concurrence voire à ses exactions, les ordres militaires semblent avoir rapidement saisi qu’un affaiblissement excessif de la monarchie ne les servirait nullement. Aussi, les uns après les autres, les responsables de ces institutions, issus en majorité de familles de la petite noblesse, cherchent à se rapprocher du roi en intégrant son service et même sa vassalité. Fondée sur une alliance d’intérêts, cette évolution me semble perceptible dès la dernière décennie du XIIIe siècle. Accentuée vraisemblablement à la faveur de la dissolution du Temple, qui a pu engendrer parmi les maîtres un besoin croissant de protection, elle est en tout cas manifeste, bien qu’elle ne concerne pas tous les ordres militaires au même degré, lorsqu’Alphonse XI, en 1325, écarte du pouvoir ses tuteurs pour se charger lui-même du gouvernement du royaume.

  • 4 Ainsi l’a fait valoir L. Suárez Fernández, « Las bases del reinado », dans R. Menéndez Pidal (éd.) (...)

4Pleinement conscient du pouvoir que détiennent les ordres militaires dans la société castillane du XIVe siècle, le jeune roi s’applique dès les premières années de son règne personnel à les soumettre à la volonté politique de la monarchie. Définissant un programme d’instrumentalisation fidèlement poursuivi après sa mort par son fils Pierre Ier, il revient sur les concessions offertes aux milices au cours du premier siècle de leur histoire pour s’assurer un contrôle de leurs bases seigneuriales, dont il entend placer les ressources au service du royaume. À cette fin, il intervient systématiquement dans la désignation de leurs principaux responsables afin d’imposer des dignitaires à la loyauté éprouvée, dont il exige une collaboration totale, semblable à celle qu’il requiert des officiers de la Couronne. En quelque vingt ans s’impose aux ordres militaires une logique nationale à laquelle Alphonse X, en dépit de ses efforts réitérés, avait échoué à les réduire. Sans doute des révoltes ont-elles eu lieu pendant les règnes d’Alphonse XI et de son fils, comme sous celui de leur illustre prédécesseur. Elles n’ont pu néanmoins venir à bout de la volonté des souverains car, contrairement à ce qui s’était produit à la fin du XIIIe siècle, les ordres militaires, ou du moins l’étroit cercle des dignitaires qui en régissent le destin, ont désormais intérêt au projet royal. En acceptant d’œuvrer dans une logique nationale au service du pouvoir monarchique, ces institutions abandonnent toute velléité de jouer un rôle politique et, plus encore, renoncent à une partie essentielle de leur identité, définie jusque-là dans l’espace de la Chrétienté latine. Elles gagnent en revanche une protection très efficace puisque le patronage royal leur garantit dans une phase de troubles la conservation et même le renforcement des privilèges économiques et sociaux qu’elles ont obtenus au bénéfice de la Reconquête. Tacite, l’accord n’est pas sans rappeler le pacte souscrit un siècle plus tard entre les Rois Catholiques et la haute noblesse qui obtiendra, elle aussi, de conforter sa puissance économique au prix de son renoncement à un rôle politique actif4. Ce faisant, les ordres militaires démontrent que, loin d’entrer dans un processus irrépressible de déclin à partir des premières décennies du XIVe siècle, ils ont fort bien su s’adapter à un contexte très différent de celui qui les avait vus naître, pérennisant ainsi le pouvoir social qu’ils avaient accumulé au cours de leur développement initial dans l’espace ibérique.

  • 5 Le fait ressort avec une clarté toute particulière de l’enquête générale portugaise de 1258, publi (...)
  • 6 AHN, OM, carp. 904, doc. 12. Cet acte a été analysé par C. Gutiérrez del Arroyo, Catálogo de la do (...)
  • 7 Un rapide résumé du procès livré à Rhodes a été présenté par C. Barquero Goñi,« Las relaciones ent (...)

5Pour les ordres militaires en Castille, la nationalisation a été le prix à payer à l’autorité royale pour garantir leur adaptation aux réalités nouvelles qui s’imposaient au tournant des XIIIe et XIVe siècles. On ne saurait exagérer la portée d’un tel phénomène, tant il constitue un aspect majeur de l’histoire des milices à la fin du Moyen Age. Dans toute la péninsule Ibérique, les frontières des différents prieurés tendent à épouser avec toujours plus de précision celles des royaumes. L’adéquation est presque parfaite pour les institutions issues du sol ibérique, pour lesquelles il n’est plus envisageable que les domaines d’un ordre militaire dans un État relèvent d’une juridiction sise dans un territoire voisin, comme c’était encore le cas dans la seconde moitié du XIIIe siècle pour nombre de villages portugais qui, à l’exemple de Montouto ou Moimenta, dépendaient de Santiago5. Il n’en va pas différemment pour l’Hôpital, en dépit des efforts des autorités centrales de Rhodes pour préserver le caractère international de l’Ordre. Appartenant en théorie au prieuré navarrais, la baylie double de Santa Catalina à Saint-Sébastien et de San Juan de Arramel à Tolosa est en 1478 usurpée de longue date par un religieux originaire de Castille6. Aux Hospitaliers de Navarre, qui essayent d’en obtenir la restitution, leurs coreligionnaires castillans opposent que la commanderie ne peut leur échoir puisqu’elle est située à l’intérieur d’un espace qui, depuis le début du XIIIe siècle, a échappé au petit royaume pyrénéen. Appelé en dernière instance à trancher le conflit, le grand maître de l’institution Pierre d’Aubusson donne raison aux frères de Navarre auxquels il offre de remettre la baylie en litige7. S’ils échouent à emporter la décision de justice, les arguments réunis par les Castillans au cours du procès n’en reflètent pas moins l’évolution consommée au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. La pratique incline d’ailleurs clairement en faveur des frères du prieuré le plus puissant puisqu’il ne semble pas, à en juger par la documentation conservée, que la commanderie ait été réellement restituée aux Navarrais par leurs coreligionnaires, qui eurent beau jeu d’abriter l’usurpation dont ils s’étaient rendus coupables derrière une logique nationale à laquelle les ordres militaires participaient alors pleinement.

Notes

1 Cédant encore très fréquemment à la rhétorique de la décadence, l’historiographie des ordres militaires demeure confrontée à ce que C. de Ayala Martínez, « Bienes y rentas de las órdenes militares », pp. 11-12, a récemment identifié comme « el problema del siglo XIV », appelant les chercheurs à mieux comprendre « las claves de esa centuria, y en relación a ellas la evolución de las órdenes militares en un momento en que se producen sus más hondas transformaciones »,

2 Id., « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », pp. 125-126.

3 Au modèle par trop précoce conçu par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « La orden de Calatrava en la Meseta méridional castellana », repris, agrémenté d’un sens ouvertement féodal, dans sa thèse de doctorat (Id., La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana., pp. 57-5-9), il convient, nous l’avons vu, d’apporter quelques correctifs, comme l’a bien fait valoir C. de Ayala Martínez, « Comendadores y encomiendas. Orígenes y evolución en las órdenes militares castellano-teonesas de la Edad Media ».

4 Ainsi l’a fait valoir L. Suárez Fernández, « Las bases del reinado », dans R. Menéndez Pidal (éd.), Historia de España. La España de los Reyes Católicos, Madrid, 17-1, 1969, pp. 30-31.

5 Le fait ressort avec une clarté toute particulière de l’enquête générale portugaise de 1258, publiée dans les Portugaliœ Monumenta Historica. Inquisitiones, t. I, pp. 1335 et 1341. Il a été souligné par A.-G. Leconte, « La société rurale dans le Trás-os-Montes au milieu du XIIIe siècle », pp. 53-54. D’autres exemples plus méridionaux, tels que Valhelhas et Penamacor, contrôlés par l’ordre d’Alcántara jusqu’à l’extrême fin du XIIIe siècle au moins, ont été mis en relief par C. de Ayala Martínez, « Frontera castellano-portuguesa y órdenes militares », pp. 79-80.

6 AHN, OM, carp. 904, doc. 12. Cet acte a été analysé par C. Gutiérrez del Arroyo, Catálogo de la documentación navarra de la orden de San Juan de Jerusalén en el Archivo Histórico Nacional, t. II, p. 248, doc. 3420.

7 Un rapide résumé du procès livré à Rhodes a été présenté par C. Barquero Goñi,« Las relaciones entre Rodas y los Hospitalarios navarros durante el siglo XV »,pp. 183-184. Il a été récemment repris par l’auteur dans un développement davantage circonstancié (Id., La orden de San Juan de Jerusalén en Navarra, pp. 101-102).

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search