Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Troisième partie. En quête d'une soumission : le pouvoir royal castillan et les ordres militaires

Conclusion

Texte intégral

1Accru en Castille au milieu du XIIIe siècle, le contrôle monarchique pesant sur les ordres militaires est parvenu en moins d’un siècle à transformer en profondeur l’identité de ces institutions. Progressivement coupées de l’orbite apostolique, celles-ci sont situées de façon toujours plus étroite au service du pouvoir royal, qui tend à partir du règne d’Alphonse X à vouloir s’imposer aux autres juridictions. En cela, les ordres militaires ne font aucunement exception. À l’égal de ceux des principaux seigneurs du royaume, leurs domaines sont en effet soumis en matière de justice et de fiscalité à des interventions de l’autorité publique beaucoup plus régulières que l’historiographie n’en fait en règle générale mention. Les ordres militaires ont certes pu reprendre de manière ponctuelle l’expansion territoriale de leur premier siècle d’existence, voire développer leurs prérogatives juridictionnelles lors des minorités et des conflits qui se succèdent à partir du dernier quart du XIIIe siècle. Pour autant, jamais la monarchie n’a renoncé au critère d’autorité, mis en place par Alphonse X, qui lui offre peu à peu d’imposer à ces institutions un véritable patronage de fait.

2Pour s’assurer le contrôle des ordres militaires, les souverains ont cherché à partir du milieu du XIIIe siècle à instituer à leur tête des responsables qui leur soient dévoués. Le poids qu’ils ont ainsi acquis est tel qu’Alphonse X put dans les premières années de son règne planifier une refonte des milices de filiation cistercienne à l’échelle de toute la péninsule Ibérique. Certes, l’échec d’une telle tentative souligne qu’elle était par son ampleur manifestement prématurée. Nonobstant, aucun des successeurs du roi ne s’est éloigné de cette ligne autoritaire. Sans disposer des mêmes moyens, ils se sont efforcés chacun de s’attacher par des biais de contrôle indirect la fidélité des dignitaires situés à la tête des milices jusqu’à ce qu’Alphonse XI, dans le deuxième quart du XIVe siècle, soit en mesure de rendre au projet monarchique toute sa force. Dès lors, il n’est plus aucune possibilité d’agir pour les responsables des ordres militaires en dehors du service du souverain. S’ils prennent part aux querelles internes qui déchirent le royaume et, le cas échéant, appuient un prétendant contre le monarque légitime, jamais ils ne mettent en cause le principe du pouvoir royal, dont ils sont désormais de vigilants défenseurs, à l’instar des officiers dans le groupe desquels ils tendent de plus en plus à se fondre.

3Il serait toutefois abusif de croire que le contrôle monarchique s’est imposé aux ordres militaires contre la volonté de leurs dignitaires. Ceux-ci conservent en effet une place essentielle dans la société politique du royaume. Ils la renforcent même après le premier tiers du XIVe siècle à la faveur d’un lien direct avec le roi qui leur ouvre des charges curiales aussi prestigieuses que lucratives. Ainsi participent-ils pleinement des rentes et du surcroît de pouvoir induits par la genèse de l’Etat moderne pour les cercles qui lui sont associés. Confortés par l’appui du monarque dans la domination qu’ils exercent sur leur institution, protégés dans des prérogatives seigneuriales sur lesquelles la crise économique laissait planer une ombre, les maîtres des ordres militaires ont rapidement saisi le profit auquel ils pouvaient prétendre en acceptant de se plier de bonne grâce à la tutelle monarchique. Aucune insurrection ne cherche à remettre celle-ci en cause après les premières années du gouvernement personnel d’Alphonse XI. Il est manifeste que les ordres militaires ont laissé dans l’opération une partie de leur identité. Il ne l’est pas moins toutefois qu’ils ont su à ce prix s’adapter à un contexte extrêmement différent de celui qui, deux siècles plus tôt, les avait vus naître.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search