Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Troisième partie. En quête d'une soumission : le pouvoir royal castillan et les ordres militaires

Chapitre ix

Une logique nationale

La réduction des ordres militaires au cadre territorial du royaume

Texte intégral

  • 1 C’est l’idée exprimée par le discours de réception à la Real Academia de la Historia prononcé en ma (...)
  • 2 Le rôle militaire de l’Hôpital dans la péninsule Ibérique a ainsi longtemps été sous-évalué. Défend (...)
  • 3 Ainsi l’a notamment mis en évidence E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Primeras tentativas de jurisdic (...)
  • 4 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares en la Edad Media, pp. 8-16. Une telle classification a (...)
  • 5 Nombreux sont les travaux qui reflètent cette conception. Parmi ceux qui sont considérés comme des (...)
  • 6 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares en la Edad Media, p. 8, a évoqué pour la typologie qu’i (...)
  • 7 S. Boissellier, « Réflexions sur l’idéologie portugaise de la Reconquête », p. 158, est l’un des ra (...)
  • 8 Le fait transparaît très nettement de là synthèse de L. García-Guijarro Ramos, Papado, cruzadas y ó (...)
  • 9 Une première approche de la question a été présentée par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini (...)

1Contrôlés dans leur expansion patrimoniale et soumis à des maîtres dont le pouvoir royal cherchait à s’attacher à tout prix la loyauté, les ordres militaires implantés en territoire castillan tendirent, passé le milieu du XIIIe siècle, à renforcer leur caractère hispanique au point de presque renoncer à tout investissement en dehors des frontières du royaume. L’affirmation peut a priori surprendre dans la mesure où, depuis le milieu du XIXe siècle, l’historiographie espagnole considère qu’ils sont dotés d’une vocation péninsulaire qui leur serait en quelque sorte naturelle. Les milices ont ainsi été décrites comme les fers de lance de la Reconquête, les instruments de prédilection d’un projet national dans lequel, sous la férule des rois de Castille, est censée s’être forgée l’identité de l’Espagne tout entière1. Ce schéma a fait l’objet d’une sévère critique dans la deuxième moitié du XXe siècle : pas plus que le modèle de nation qu’il sous-tend, la conception des ordres militaires dont il est porteur ne peut selon moi être maintenue en l’état. Cette dernière n’en continue pas moins d’influencer l’historiographie actuelle, qui défend la dimension prioritairement hispanique d’institutions parmi lesquelles sont valorisées celles qui, nées du sol castillan, peuvent être rapportées à l’initiative royale2. Au projet national des auteurs du siècle passé, la recherche contemporaine a substitué un dessein monarchique, manifeste dès les règnes d’Alphonse VIII et de Ferdinand II, dont les ordres militaires auraient constitué une pièce centrale non plus tant dans la conquête que dans l’intégration sociopolitique des territoires réunis aux royaumes de Castille et de León au cours des opérations guerrières3. L’idée est importante pour peu que l’on évite de la caricaturer en faisant de ces institutions un simple outil de colonisation entre les mains de la monarchie. Elle a récemment conduit Carlos de Ayala Martínez, dans une synthèse stimulante, à présenter Santiago, Calatrava et Alcántara comme des ordres territoriaux, par opposition au Temple ou à l’Hôpital, dépeints comme universels, et à des ordres plus tardifs, qualifiés de nationaux, apparus à la fin du XIIIe siècle en liaison étroite avec la genèse de l’État moderne4. Il n’est pas dans mon propos de nier le bien-fondé de cette partition, mais bien au contraire d’en discuter les critères afin de vérifier si elle implique, comme on l’entend d’ordinaire5, une différence de nature ou bien si elle provient plus exactement, ainsi que l’historien espagnol l’a avancé, d’une évolution au fil du temps du concept d’ordre militaire6. Pour cela, il m’a paru nécessaire de prendre en considération l’action de chacune des milices à partir de leur fondation ou, du moins, de leur implantation dans la péninsule Ibérique. Nombre de documents rapportent dans la seconde moitié du XIIe siècle que les ordres militaires combattaient en Castille in servitio Dei et domini regis : sous cette forme ou celle d’un équivalent voisin, l’expression est employée par la chancellerie palatine pour qualifier la raison d’être de ces institutions dans les donations foncières dont elle les gratifiait. Reprise par les milices pour désigner la mission qui leur était impartie, elle a été largement mise à profit par les historiens qui, depuis l’époque moderne, se sont intéressés à leur passé. Cependant, elle ne laisse pas de poser problème dans la mesure où elle renferme un élément de contradiction qui est en règle générale occulté7. Était-il possible pour les ordres militaires, dans le royaume de Castille, de servir à la fois Dieu et le monarque ? Et tout d’abord qu’entend-on dans la documentation par service de Dieu ? Considérée comme un effet d’emphase rhétorique, la formule n’a pas fait l’objet d’une attention particulière. Elle me semble pourtant mériter davantage d’égards. Par sa présence, elle manifeste la dépendance des ordres militaires, en Castille comme ailleurs, par rapport au Saint-Siège, qui était dans la société médiévale la première instance qualifiée pour définir en quoi consistait le service de Dieu. Le pape était en effet le juge suprême des intérêts de l’Église et, à ce titre, il lui revenait de déterminer quelle direction il fallait suivre dans la défense et l’expansion de la foi chrétienne que les milices se faisaient le devoir de servir8. Dès lors se posait pour chacune de ces institutions, à l’échelle des royaumes de Castille et de León, l’épineux problème de concilier les intérêts de la papauté et ceux de monarques désireux d’affirmer avec d’autant plus de force leur indépendance temporelle qu’ils pouvaient arguer d’une tradition séculaire de lutte contre l’Islam9.

I. - Un engagement originel à l’échelle de la chrétienté latine

  • 10 Une vision de synthèse de leur engagement a été proposée par A. Forey, « The Military Orders and th (...)

2Peu après leur implantation dans les royaumes de León et de Castille, pour les institutions nées en Terre sainte, ou dès le moment de leur fondation, pour celles qui étaient issues du sol ibérique, les ordres militaires assumèrent une tâche importante dans la défense de la Chrétienté et dans l’expansion de la foi. Il ressort avec évidence que ce service armé fut toujours dirigé d’abord contre l’Islam en al-Andalus10. Pour autant, cette restriction géographique ne semble pas aussi liée à leur vocation qu’on le considère habituellement, tant il est vrai que, jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle au moins, les ordres militaires implantés dans les royaumes de Castille et de León furent engagés sur des fronts étrangers à la péninsule Ibérique à l’initiative de la papauté, désireuse de totalement contrôler l’entreprise de guerre sainte.

Au service des ambitions pontificales

  • 11 Une vue d’ensemble de ses différentes contributions, auxquelles j’aurai l’occasion de me référer pl (...)
  • 12 Ainsi l’a encore affirmé J. L. Martín Rodríguez, « Reconquista y cruzada », p. 229.
  • 13 La plupart des historiens ont insisté sur la difficulté de caractériser le mouvement séculaire conn (...)
  • 14 De nombreux historiens, depuis C. Erdmann, The Origin of the Idea of Crusade, p. 124, jusqu’à J. Pr (...)
  • 15 E. Benito Ruano, « España y las cruzadas », pp. 100-102, et J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula (...)
  • 16 R. Menéndez Pidal, La España del Cid, t. II, p. 578.

3Hormis Eloy Benito Ruano, rares sont les historiens à s’être intéressés aux engagements extrapéninsulaires des ordres militaires établis en Castille11. Sans doute ce manque d’intérêt s’explique-t-il par la faible influence généralement reconnue à la papauté dans la péninsule Ibérique, où elle est rarement perçue comme capable de créer un contrepoids sérieux au pouvoir royal12. Une telle vision demande selon moi à être nuancée, ainsi qu’il ressort des efforts déployés par Rome à partir du tournant des XIe et XIIe siècles pour adapter aux canons de là guerre sainte la lutte menée contre l’Islam péninsulaire, c’est-à-dire pour changer la Reconquête en une croisade au plein sens du terme13. Bien qu’elle fasse du combat contre les musulmans en Espagne un antécédent de l’expédition lancée en Orient par Urbain II, jamais l’historiographie traditionnelle de la croisade, dominée dans les années 1930 par Carl Erdmann, n’a consenti à situer les deux entreprises sur le même plan14. En réaction, plusieurs auteurs espagnols, comme Eloy Benito Ruano ou José Goñi Gaztambide, désireux de ne pas laisser leur patrie en marge de l’Occident, se sont attachés à montrer que la Reconquête constituait l’avatar local d’une mission commune à la Chrétienté15, dont elle aurait offert, selon les mots de Ramón Menéndez Pidal, le modèle, par la suite servilement imité en Terre sainte16.

  • 17 Illustrée par R. Fletcher, « Reconquest and Crusade in Spain », pp. 42-43, et M. González Jiménez, (...)
  • 18 Ainsi l’a relevé J. Riley-Smitu, « Erdmann and the Historiography of the Crusades », p. 17.
  • 19 Cette évolution a été observée par J. Flori, « Croisade et chevalerie. Convergence idéologique ou r (...)
  • 20 La spécificité de la croisade a été affirmée de façon radicale par M. Bull, « Origins », pp. 16-17  (...)
  • 21 La croisade a été ainsi analysée par des spécialistes éminents comme H. E. Mayer, Geschichte der Kr (...)
  • 22 Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle », p. 77.

4Reprise jusqu’à une date très récente17, l’idée d’une dette des expéditions orientales à l’égard de la Reconquête est aujourd’hui fortement critiquée. À partir de la fin des années 1960, des voix en nombre croissant se sont en effet élevées contre la définition de la croisade donnée par Carl Erdmann, qui tendait à envisager comme telle toute guerre considérée comme un acte de dévotion, voire simplement liée à un motif de nature religieuse18. Dès lors, la plupart des historiens se sont refusés à considérer la croisade comme le prolongement oriental d’une guerre sainte dont les premiers avatars auraient été dirigés contre les païens et les musulmans d’Occident19. Au contraire, ils ont tendu à mettre l’accent sur les éléments qui font de l’expédition prêchée à Clermont un moment singulier, une innovation radicale par rapport aux entreprises qui l’avaient précédée et que l’on avait coutume jusque là de tenir pour des coups d’essai20. Centrée sur Jérusalem, la croisade se définit comme un pèlerinage armé, assorti des privilèges spirituels associés aux pratiques pénitentielles21. Là réside précisément la clé du succès d’un mouvement distinct dans son essence de la guerre sainte qui continuait à l’époque à être menée en parallèle sur d’autres fronts comme la péninsule Ibérique22.

  • 23 Ainsi l’ont établi avec justesse E. Benito Ruano, « España y las cruzadas », pp. 111-112, et J. Goñ (...)
  • 24 Ébauché dans la seconde moitié du XIe siècle, ce phénomène, observé par M. Defourneaux, Les Françai (...)
  • 25 Ainsi l’a relevé M. Marín, « Crusaders in the Muslim West : the View of Arab Writers », p. 100, en (...)
  • 26 Des historiens de plus en plus nombreux l’ont mis en valeur au cours des dernières années, situant (...)

5Ainsi n’est-il plus possible d’assimiler entièrement Reconquête et croisade, comme ce fut le cas naguère. Quoique caduques, les thèses défendues par Eloy Benito Ruano ou José Goñi Gaztambide ne méritent pas le dédain dont elles font parfois l’objet dans l’historiographie récente. À défaut de démontrer que la lutte contre l’Islam péninsulaire prit dès l’origine les caractères d’une véritable croisade, les arguments réunis par ces auteurs soulignent pour le moins que la considération dont elle était entourée tendit à se modifier largement à partir de la fin du XIe siècle23. Favorisée par la papauté, qui encourageait la venue de guerriers étrangers dans la péninsule Ibérique24, l’identification de la Reconquête à une guerre sainte en accord avec la vision romaine est une rupture d’autant plus importante qu’il faut la dégager de la prétendue continuité dans laquelle les historiens espagnols ont longtemps cherché à l’enfermer afin de lui attribuer cette qualité depuis les origines. Il n’est pas exclu que ce changement marque un tournant dans la perception du danger militaire chrétien développée par les auteurs musulmans25. Il est en tout cas certain qu’il opérait, dans les royaumes septentrionaux de l’Espagne, une modification du regard porté sur la lutte séculaire contre l’Islam26.

  • 27 Ainsi l’a démontré A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, p. 364, dans une étude dont les con (...)
  • 28 Dans ses conclusions, A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, p. 363, rejoint l’opinion de D. (...)
  • 29 A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, pp. 363 et 369 : « Auch der eigentliche Kampf gegen di (...)

6Pour les chrétiens du Nord de la péninsule Ibérique, la valeur donnée à la lutte contre les musulmans, telle que les sources la reflètent entre le IXe s. et le début du XIIe siècle, s’inscrivait dans le prolongement de la conception de la guerre que les Wisigoths avaient développée après leur conversion au catholicisme27. L’affrontement était donc regardé comme un combat de Dieu dans lequel le souverain ainsi que son armée œuvraient contre leurs ennemis en tant qu’instruments de la volonté du Créateur, comme l’avaient fait les rois de l’Ancien Testament placés à la tête du peuple hébreu. Dans un tel schéma, c’est Dieu qui s’impose comme le véritable meneur de la guerre, Celui qui décide de la victoire, récompense d’une fidélité sans faille, et tout aussi bien de la défaite, qui vient sanctionner le péché28. En ce sens, la Reconquête peut être considérée comme une guerre sainte : pugna Dei, voire bellum Deo auctore, elle témoigne, pour les historiens qui, à l’instar d’Alexander Bronisch, ont étudié récemment le phénomène, d’une espérance de salut collective puisqu’elle était regardée comme la source d’une grâce diffuse, possédée en propre par les chrétiens du Nord de la péninsule Ibérique sur la base de leur alliance avec Dieu29.

  • 30 L’importance de ce pontificat dans l’évolution du regard porté par l’Église sur la guerre a été mis (...)
  • 31 Le fait a été relevé par J, Flori, « Guerre sainte et rétributions spirituelles dans la seconde moi (...)
  • 32 Id., « L’Église et la guerre sainte de la “paix de Dieu” à la “croisade” », p. 458.
  • 33 Le fait ressort des études classiques de R. H. W. Regout, La doctrine de la guerre juste de saint A (...)
  • 34 Longtemps acceptée sans discussion, cette identification traditionnelle a été récusée parA. Ferreir (...)
  • 35 Le texte pontifical a été publié par S. Lœwenfeld, Epistolœ pontificum romanorum ineditœ, p. 43, do (...)

7Amplement prédominante encore au début du XIIe siècle, cette conception de la guerre sainte diffère radicalement de celle que nourrissait le siège apostolique depuis que les papes, sous le pontificat de Jean VIII au milieu du IXe siècle30, avaient promis la vie éternelle aux guerriers francs qui mourraient en les aidant à protéger Rome face à la menace sarrasine31. Pour la papauté, comme l’a souligné avec justesse Jean Flori, « la guerre ne serait pas sainte parce que l’ennemi est infidèle, mais à l’inverse elle serait en soi considérée comme sainte par le fait même qu’elle est prêchée par le pape, menée sur son ordre avec l’intention de défendre les intérêts du Saint-Siège32. » Selon une telle conception, la lutte soutenue contre les musulmans en péninsule Ibérique pouvait être tenue pour juste puisqu’elle était assimilée à une reconquête, à la récupération de terres saisies en dépit du droit, dont saint Augustin avait, dès le début du Ve siècle, indiqué qu’il était licite aux chrétiens de chercher à les recouvrer par la force33. Elle ne saurait en revanche être déclarée sainte avant qu’Alexandre II, dans son désir de promouvoir une campagne que l’on assimilait naguère à l’expédition contre Barbastro34, n’accordât aux guerriers partant en Espagne la rémission de leurs péchés et la levée des pénitences auxquelles ils étaient astreints pour prix de leurs fautes35.

  • 36 J. Flori, « L’Église et la guerre sainte de la “paix de Dieu” à la “croisade” », pp. 458-459, et «  (...)
  • 37 Observé de longue date par E. Benito Ruano, « España y las cruzadas », pp. 111-113, et J. Goñi Gazt (...)
  • 38 À cet égard, il est fondamental de se reporter aux travaux de W. Ullmann, A Short History of the Pa (...)
  • 39 L’évolution a été bien relevée par A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, p. 365 : « Dieses V (...)
  • 40 D. Baloup, « La croyance au purgatoire en Vieille-Castille », t. I, p. 71.

8En faisant de la Reconquête une guerre sainte, les pontifes de la fin du XIe siècle cherchaient, comme l’a bien souligné Jean Flori, à tirer parti de la lutte contre les musulmans pour placer l’Église d’Espagne dans l’orbite de Rome, voire pour soulever des prétentions sur des terres que plusieurs d’entre eux estimaient ressortir du droit de saint Pierre36. Jouant à partir d’Urbain II de la concession d’indulgences considérant sur un pied d’égalité juridique Reconquête et croisade37, la papauté s’efforça d’affirmer dans la péninsule Ibérique une domination qu’elle voulait sans partage à l’intérieur du monde latin38. À cette fin, Rome chercha à y imposer sa propre conception de la guerre sainte développant, dans la parfaite continuité de la croisade, l’idée que lutter contre les musulmans permettait de sauver son âme, non plus parce que l’entreprise, à l’exemple de la Reconquête, participait d’une œuvre collective de salut, mais en tant qu’elle était associée à l’échelle individuelle à des privilèges issus du registre du pèlerinage39. Ainsi fut mise en œuvre en Espagne, à partir des premières années du XIIe siècle, une cléricalisation des pratiques de salut qui ouvrait la voie au renforcement de l’influence pontificale40.

  • 41 Pedro de Valencia, Crónica, pp. 107-108. À la charnière des XIVe et XVe siècles, le moine de Nájera (...)
  • 42 Le document est intégré à l’Historia Compostelana, lib. II, chap. 78, pp. 379 : « Abicientes itaque (...)
  • 43 Historia Compostelana, lib. II, chap. 78, pp. 379-380.
  • 44 Ibid., lib. II, chap. 78, p. 378 : « Cuiusmodi etiam cartam de illa plenaria absolutione ad reges e (...)

9Si la papauté pesa d’un poids nouveau dans la péninsule Ibérique à partir du début du XIIe siècle, elle ne put y imposer de façon immédiate sa conception de la guerre sainte. Avant le Moyen Âge tardif, rares sont en effet dans la chronique les parallèles entre croisade et Reconquête41. Il serait erroné d’en conclure que le discours pontifical n’avait pas pénétré dans la société hispanique. Si plusieurs décennies lui furent assurément nécessaires pour imprégner les esprits, certains indices attestent de sa diffusion à une date précoce. Ainsi, dans son histoire du siège de Compostelle, Diego Gelmírez transcrit une lettre qu’il écrivit en 1125, à l’époque de sa légation dans les provinces métropolitaines de Braga et de Mérida, pour inciter, dans toute la péninsule Ibérique, des combattants à prendre les armes au nom du Christ afin d’ouvrir en al-Ândalus une route menant à Jérusalem42. La protection ecclésiastique sous laquelle le prélat plaçait les biens des guerriers pendant la durée de leur engagement et l’indulgence plénière dont il étendait la portée a ceux qui, faute de participer à l’expédition, équipaient un homme à leurs frais ressortissaient des pratiques ordinaires de la croisade43. À en juger par le soin apporté par Diego Gelmírez à la diffusion de la lettre, dont il ordonna qu’elle fut envoyée aux plus hauts représentants de la société politique et largement expliquée au peuple à l’occasion des prêches, il semble que le discours, si nouveau qu’il pût alors apparaître en péninsule Ibérique, soit rapidement devenu familier à la plupart des auditeurs amenés à l’entendre44.

  • 45 Ce bref récit a été publié sous le titre De expugnatione Lyxbonensis. L’auteur en a été identifié p (...)
  • 46 D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris ».
  • 47 Récemment corroboré par J. Philipps, « Ideas of Crusade and Holy War in the De expugnatione Lyxbone (...)
  • 48 Ainsi l’a justement souligné D. Baloup, « La croyance au purgatoire en Vieille-Castille », t.I, p. (...)
  • 49 Ce désir est particulièrement patent pour le second, coupable d’avoir mis à mort sa fille pour s’êt (...)
  • 50 Conformément à la tradition de croisade, le récit insiste, à l’heure de se faire l’écho de l’intent (...)
  • 51 Le fait a été clairement souligné par A. Demurger, La croisade au Moyen Âge, p. 65.
  • 52 Ainsi l’a bien signalé J. Riley-Smith, Les croisades, p. 191.

10Il n’est toutefois pas facile d’en mesurer la vitesse de propagation. Rédigée dans les années 1150, la Chronica Adefonsi Imperatoris représente à cet égard un jalon tout à fait fondamental. À l’instar du récit de la conquête de Lisbonne, écrit à la même époque par un prêtre de l’expédition anglo-normande qui, en 1147, prit la ville45, ce texte, dont Daniel Baloup a récemment proposé une remarquable interprétation46, montre que la croisade n’avait pas totalement abandonné, au milieu du XIIe siècle, les attitudes traditionnelles entretenues en Castille face à la guerre47. Il dénote en même temps les insuffisances du modèle pénitentiel contenu dans l’idéal de Reconquête : la lutte qui, dans la péninsule Ibérique, ne se proposait pas de libérer un lieu saint n’avait pas valeur de pèlerinage48. À partir du milieu du XIIe siècle, un tel trait tendit, à être perçu comme un manque, ainsi qu’il ressort du récit de la Chronica Adefonsi Imperatoris qui se fait l’écho du désir de deux nobles, Rodrigo González de Lara et Muño Alfonso, de partir pour Jérusalem où ils espéraient obtenir la rémission de leurs péchés, dont ils ne pensaient pas pouvoir effacer la souillure en Castille49. Dans les deux cas, et notamment dans le premier, où le vœu put être accompli, la valeur rédemptrice dévolue à la pérégrination armée est évidente50. Elle souligne la pénétration dans les royaumes hispaniques de l’idéal de croisade, qui se superposa au cours du XIIe siècle au modèle préexistant de Reconquête51 pour triompher pleinement dans la première moitié du siècle suivant, où le souverain lui-même devait prendre les traits du parfait croisé52.

  • 53 Le fait a été relevé par J. M. Rodríguez García, « Fernando III y sus campañas en el contexto cruza (...)
  • 54 Ainsi l’a rappelé tout à fait opportunément K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religios (...)
  • 55 Une telle hypothèse a été avancée par J. Flori, « Croisade et chevalerie. Convergence idéologique o (...)
  • 56 L’évolution a été mise en évidence par Chr. Libertini, « Practical Crusading : theTransformation of (...)
  • 57 Émise déjà par H. Prutz, Entwicklung und Untergang des Tempelherrenordens, et Die geistlichen Ritte (...)
  • 58 J. Powell, Anatomy ofa Crusade, pp. 92-93.
  • 59 Ainsi l’ont mis en relief P. Freedman, « Two Letters of Pope Honorius III on the Collection of Eccl (...)

11Près de cent ans furent donc nécessaires pour que l’autorité romaine parvienne à faire valoir dans la péninsule Ibérique sa conception de la guerre sainte. Encore dut-elle, pour imposer cette dernière, à rechercher l’appui des rois de Castille, qui à partir de Ferdinand III virent tout le profit qu’ils pouvaient en retirer pour renforcer leur prestige en Occident53. C’est dire combien furent puissantes les résistances qui furent opposées à Rome sur la base de l’ancien modèle pénitentiel hispanique. Dans une telle lutte, le pape chercha, pour soutenir ses ambitions, à s’appuyer sur les ordres militaires, qui en termes de droit canon lui étaient soumis54. À l’échelle de la Chrétienté, on a pu voir dans l’apparition des milices une réaction de Rome visant à remédier au développement séparé de la croisade et de la chevalerie55, ou un palliatif à la sécularisation grandissante de l’entreprise guerrière en Terre sainte56. Dans la péninsule Ibérique, comme sur chacun des autres fronts où les milices étaient impliquées, il leur fut demandé de servir de relais aux prétentions politiques de la papauté57. Ainsi, quand, dans l’Occident mobilisé afin de financer la cinquième croisade, lancée par le quatrième concile de Latran, la mission de collecter les taxes exceptionnelles prélevées pour l’occasion échut en grande partie aux Templiers et aux Hospitaliers58, la péninsule Ibérique ne fit nullement exception puisqu’en Aragon ou en Castille, de même que dans l’ensemble de la Chrétienté, des frères comptèrent au nombre des premiers responsables de la perception du vingtième accordé en 1215 sur les biens ecclésiastiques59.

La solidarité des ordres internationaux avec la Terre sainte

  • 60 Permanents, les contacts entre les deux extrémités de la Méditerranée s’effectuaient en grande part (...)
  • 61 Le système d’approvisionnement des milices a été magistralement étudié par J. Riley-Smith, The Knig (...)
  • 62 Émise encore récemment par C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », pp. 83-8 (...)
  • 63 Ce point a été observé par G. Ligato, « Fra ordini cavallereschi e crociata : milites ad terminum e(...)
  • 64 M. Barber, « Supplying the Crusader States », pp. 314-317, reproduit dans Id., Crusaders and Hereti (...)
  • 65 Relevé par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 231, le fait a été repris récemment pa (...)
  • 66 Le rapport que les procureurs de l’Ordre ont remis au pontife a été publié par P. Amargier, « La dé (...)

12Soucieux de s’insérer dans les desseins de la papauté, les ordres militaires établis dans les royaumes de León et de Castille s’engagèrent dès l’origine dans des entreprises dont l’horizon excédait largement celui de la péninsule Ibérique. Le fait ressort en premier lieu de l’étude du Temple et de l’Hôpital qui, en vertu de leur lien intrinsèque avec l’idée de croisade60, mobilisèrent une partie de leurs ressources en Occident au bénéfice de l’Orient latin61. Pour les XIIe et XIIIe siècles, les relations des prieurés castillans et léonais avec les autorités centrales des Ordres, installées en Terre sainte puis à Chypre, demeurent globalement considérées comme marginales62. Il ne fait aucun doute qu’elles offrent un caractère plus lâche que pour l’espace français. Elles existaient pourtant et tendirent même à s’intensifier, au risque de susciter une flambée de critiques63. À partir du second tiers du XIIIe siècle, les requêtes des milices en Terre sainte se firent plus pressantes64 : leur besoin d’argent était permanent dans la mesure où la protection des États latins, dont elles constituaient désormais les principaux défenseurs65, dépendait de l’aide extérieure, ainsi que l’exposèrent en 1274 les envoyés du Temple au concile de Lyon66.

  • 67 PH. Josserand, « Entre Orient et Occident : l’ordre du Temple dans le contexte castillan du règne d (...)
  • 68 ANTT, gav. 14, m. i, doc. 9, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 502- (...)
  • 69 Conclu en 1281, l’échange a été analysé en détail par C. de Ayala Martínez, « Alfonso X, el Algarve (...)
  • 70 L’apparition de cette charge a été signalée par A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. (...)
  • 71 ACA, Templarios, doc. 322, cité par A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 330.

13Ces containtes financières amenèrent les organes centraux du Temple et de l’Hôpital à multiplier leurs interventions au sein de la province castillane67. Visant à faciliter les transferts d’argent en direction de l’Orient, celles-ci touchaient en premier lieu la gestion domaniale des prieurés. Ainsi en atteste, pour l’Hôpital, l’envoi de procureurs désignés par le maître Nicolas Lorgne pour définir directement avec Alphonse X les termes de la cession des places de Serpa, Moura et Mourão, convoitées par le roi en raison de leur situation frontalière68 : après dix ans de difficiles tractations, les forteresses lui furent abandonnées en échange d’un vaste ensemble de droits publics intéressant différentes baylies de la vallée du Douro69. Pour le Temple, on ne peut apparemment relever aucune initiative de portée similaire. La création, peu après le milieu du XIIIe siècle, de la dignité de visiteur général d’Espagne est toutefois révélatrice des ambitions du maître de l’Ordre70. C’est en effet au nom de ce dernier que l’un de ces officiers, Berenguer de Cardona, prit en 1300 l’initiative de réunir à Zamora un chapitre provincial qui lui permît de mieux connaître l’état des ressources du prieuré castillan71.

  • 72 Ainsi l’a souligné pour l’Hôpital, à l’échelle générale, J. Riley-Smith, The Knights of St. John in (...)
  • 73 ANTT, gav. i, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 539-5 (...)
  • 74 Le fait ressort d’un document publié par A. Benavides, Memorias del rey don Fernando IV, t. II, p. (...)
  • 75 Pour l’Hôpital, dont la situation ne diffère en rien de celle du Temple, mais est simplement mieux (...)

14Renforcées après le milieu du XIIIe siècle, les interventions des maîtres du Temple et de l’Hôpital s’étendirent très vite à la nomination des prieurs provinciaux, dont ils tentèrent d’assurer ainsi la totale collaboration avec les autorités centrales72. En 1283, probablement à l’initiative de Guillaume de Beaujeu, João Fernandes fut investi en tant que supérieur du Temple dans les royaumes de Castille, de León et de Portugal, alors qu’il séjournait en Terre sainte73. Quinze ans plus tard, on reprochait au maître de l’Hôpital, Guillaume de Villaret, d’avoir en peu de mois désigné deux prieurs différents74. Ainsi l’élection des responsables provinciaux semble-t-elle avoir échappé au chapitre général, qui la contrôlait jusqu’alors, pour dépendre du seul maître75, en vertu d’une évolution dont le profil reflète la volonté des ordres militaires, face aux difficultés de l’Orient latin, de mobiliser en Castille, comme dans chacune des régions d’Occident, une part croissante des ressources de leurs domaines.

  • 76 Démonté par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, pp. 344-346 et 440-443 (...)
  • 77 Mise en évidence par C. Barquero Goñi, « La orden de San Juan en Castilla y León durante la Edad Me (...)
  • 78 La norme théorique du tiers des revenus de chaque baylie n’a dû être atteinte qu’exceptionnellement (...)
  • 79 RAH, Col. Salazar, M-59, ffos 164r°-166v°, publ. C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino (...)

15En règle générale, les sommes et les produits expédiés en Orient, désignés dans la documentation sous le concept générique de responsiones, représentaient le tiers des rentes de chaque baylie76. À défaut de sources appropriées, il n’est pas permis de vérifier la justesse d’une telle proportion dans le cas castillan77. Le royaume menant sur sa frontière méridionale engagé des opérations militaires contre l’Islam, il est probable que le montant des transferts réalisés en direction de la Terre sainte y était plus réduit78. Rien n’autorise néanmoins à l’estimer négligeable. Plusieurs documents attestent, pour le Temple comme pour l’Hôpital, l’existence d’envois en Orient dès la fin du XIIe siècle. Peu avant 1210, Fernán Nùñez de Lara s’accordait avec le chapitre provincial de l’Hôpital pour régler le fonctionnement de l’hospice de Puente Fitero, auquel il reconnaissait un cens annuel de dix maravédis donné par son père en faveur des pauvres d’Outremer79.

  • 80 AHN, OM, carp. 576, doc. I, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospital (...)

16Soixante ans plus tard, quand l’infant Felipe s’empara de la commanderie hospitalière de Población, les protestations élevées par l’Ordre, transmises par le pape à Alphonse X, insistèrent sur le préjudice causé à la défense de la Terre sainte80.

  • 81 L’acte a été récemment considéré dans son contexte méditerranéen par P. Iradiel Murugarren, « Ferna (...)
  • 82 J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, p. iii, doc. 100 : (...)
  • 83 Entretenant une liaison régulière avec Rhodes à partir du milieu du XIVe siècle, comme l’a récemmen (...)
  • 84 Le fait a été mis en relief par S. García Larragueta, « Relaciones comerciales entre Aragón y el Ho (...)
  • 85 Ce voyage ressort de l’interrogatoire de Chypre, dont le texte a été publié par K. Schottmüller, De (...)
  • 86 ACA, Cancillería, reg. 66, ffos 57v°-58r°, cit. A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. (...)

17À cette époque, les envois réalisés par le Temple et l’Hôpital de Castille en direction de l’Orient latin avaient très vraisemblablement un caractère régulier. C’est du moins ce que laisse supposer la concession du monopole du commerce avec l’Outremer accordée en 1271 à Carthagène et Alicante81, dont le texte présente les deux institutions comme les principaux promoteurs des passages à destination de la Terre sainte82. Cependant, les ports de Castille étaient loin d’absorber tout le trafic pris en charge par les Templiers et les Hospitaliers du royaume83. On sait que ces derniers utilisèrent aussi des villes du Sud de la France84, en particulier Marseille, d’où le maître provincial du Temple partit pour Chypre en 130585, et plus fréquemment sans doute des ports catalans comme Barcelone, où embarquèrent en avril 1286 trente chevaux provenant de Castille pour l’acheminement desquels Alphonse III d’Aragon conféra aux autorités de la milice le droit de traverser son royaume86.

  • 87 En Aragon, le même constat a été dressé par S. García Larragueta, « Relaciones comerciales entre Ar (...)
  • 88 La relative rareté des mentions d’envois de chevaux à destination de l’Orient ne doit pas conduire (...)
  • 89 La réputation d’excellence des chevaux castillans a été bien relevée par Y. Renouard, « Un sujet de (...)
  • 90 AHN, OM, carp. 462, doc. 178. Le reçu délivré au commandeur par le maître Foulques de Villaret rapp (...)
  • 91 Templier de Tyr, Les Gestes des Chyprois, pp. 201-202 : « Fu fait maistre Guillaume de Biaujeu, quy (...)

18Cet envoi comprenait aussi, à côté des chevaux, des mules, des harnais, de la viande séchée et d’autres victuailles. Comme la plupart des autres, il paraît avoir été réalisé entièrement en nature, dans le but de pallier les carences croissantes des États latins87. Au nombre des besoins cruciaux de la Terre sainte figuraient les chevaux, pour lesquels les prieurés castillans du Temple et de l’Hôpital étaient largement sollicités88 en raison de la renommée attachée aux montures élevées sur leur sol89. Parallèlement à de tels envois sont attestés des transferts de numéraire. S’ils sont plus rarement consignés dans les sources, il ne fait aucun doute qu’ils constituaient un usage répandu, comme il ressort de la promesse faite par le maître de l’Hôpital à Arias Gutiérrez Quixada, qui lui consentit en 1305 un prêt important, de ne pas exiger d’impôt pendant quinze ans des commanderies que ce dernier contrôlait90. Aussi est-on fondé à accepter la mention chronistique du Templier de Tyr qui décrit Guillaume de Beaujeu, à la veille d’être promu à la tête de son ordre, parcourant plusieurs provinces d’Occident, parmi lesquelles l’Espagne, afin de recueillir des fonds pour défendre la Terre sainte91.

  • 92 Ainsi les frères castillans ne sont-ils jamais mentionnés dans l’étude classique de M. Fernández de (...)
  • 93 Templier de Tyr, Les Gestes des Chyprois, p. 237 : « Et mourut en la bataille frere Piere de Moncad (...)
  • 94 Prisonnier des Mamelouks depuis 1305 au moins (A. S. Atiya, Egypt and Aragon. Embassies and Diploma (...)
  • 95 La captivité de ces frères a été analysée par A. Forey, « The Military Orders and the Ransoming of (...)

19Appuyer les États latins, c’était non seulement leur faire parvenir des ressources et de l’argent, mais aussi leur envoyer des combattants pour faire face à l’Islam. La contribution castillane à ces contingents est généralement tenue pour faible, en particulier celle du Temple et de l’Hôpital, sur laquelle les sources restent muettes92. À l’évidence, cette dernière était très inférieure à celle que fournissaient les prieurés aragonais de ces deux milices. Plusieurs récits écrits en Orient mentionnent, à l’instar de la chronique du Templier de Tyr, la participation de frères catalans à la protection de la Terre sainte. En 1289 les Templiers Pere de Moncada et Guillem de Cardona mouraient en défendant Tripoli tandis que plusieurs de leurs coreligionnaires, parmi lesquels Hug d’Empúries, étaient faits prisonniers93. À leurs côtés combattaient probablement des membres du prieuré castillan de l’Ordre. En tout cas, le fait est avéré pour les années suivantes, lorsqu’Alfonso Pérez et Vasco Pérez Fajardo rejoignirent dans les geôles égyptiennes des frères originaires de Catalogne94, dont plusieurs, à l’instar de Dalmau de Rocabertí, détenu depuis la chute d’Acre, titrent maintenus en détention plus de vingt-cinq ans avant d’être autorisés à retrouver la péninsule Ibérique, une fois l’ordre du Temple dissous95.

  • 96 L’importance des Templiers aragonais en Orient ressort des actes de l’interrogatoire mené à Chypre (...)
  • 97 De fait, P.-V. Claverie, « La cristiandat en mayor peril », p. 97, n. 40, et « La contribution des (...)
  • 98 ACO, Monásticos, doc 328, publ. M. Romaní Martínez, Colección diplomática do mosteiro cisterciense (...)
  • 99 ANTT, gav. i, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 539-5 (...)
  • 100 K. Schottümuller, Die Untergang des Templerordens, t. II, p. 208, relève ainsi la déposition du ser (...)
  • 101 Transcrite une première fois par J. A. de Figueiredo, Nova história da militar ordem de Malta, t. I (...)
  • 102 ACA, Cancillería, reg. 40, f° ir°. Dans une lettre adressée au prieur en date du 4 août, dont une c (...)
  • 103 À l’échelle globale, J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, p. 361, a fai (...)

20S’il est impossible d’assimiler l’investissement aragonais en Orient à celui des prieurés occidentaux de la péninsule Ibérique96, il me semble néanmoins erroné de tenir le second pour marginal97. Plusieurs documents soulignent en effet la présence du maître provincial castillan du Temple en Orient. En 1232, Esteban de Belmonte réunit le chapitre annuel à Mayorga à la veille de partir pour la Terre sainte98. João Fernandes, en 1283, au moment de recevoir la charge du prieuré99, et en 1305 Rodrigo Yáñez, dont la présence à Marseille est rapportée lors de l’interrogatoire mené à Chypre cinq ans plus tard par un frère qu’il avait investi lors de son passage100, sont également réputés avoir séjourné en Orient Pour l’Hôpital, l’évidence documentaire est plus faible. Il me semble pourtant possible de déduire de l’expérience d’Afonso Pires Farinha, prieur de Portugal, passé à trois reprises en Terre sainte101, ou de la menace adressée en 1277 à Alvar Peláez pour avoir refusé de répondre à la convocation du maître102, que l’usage de l’Hôpital en la matière n’était guère différent de celui du Temple103.

  • 104 K. Schottmüller, Die Untergang des Templerordens., t, II, pp. 208 et 212.
  • 105 En l’absence des archives centrales du Temple, en grande partie disparues, comme l’a bien signalé R (...)
  • 106 Récemment, A. Demurger, Jacques de Molay, p. 230, a relevé la présence à Chypre à la fin de l’année (...)
  • 107 Il est mentionné sous le nom latinisé de Ferrandus Spagnolus par M.-L. Bulst-Thiele, Sacrœ Domus Mi (...)
  • 108 En mai et juillet 1262, il figure comme témoin dans deux documents originaux conservés dans les arc (...)

21Lors de chaque passage en Orient, les maîtres castillans étaient accompagnés de plusieurs frères de leur prieuré dont certains restaient ensuite sur place, à l’instar de Martín Martínez, interrogé à Chypre en 1310, qui déclara être arrivé dans l’île cinq ans plus tôt dans la suite de Rodrigo Yáñez104, Une enquête systématique, effectuée à partir des données anthroponymiques dans ce qui reste aujourd’hui des archives centrales des institutions nées en Terre sainte105, pourrait malgré sa difficulté fournir, à partir du milieu du XIIIe siècle, des preuves convaincantes d’une présence non négligeable des Templiers et des Hospitaliers castillans dans les États croisés106. Faute de l’avoir réalisée, il me faut ici en rester aux indices que livrent les mentions d’un certain Fernando Español107, précepteur du Temple d’Antioche en 1249, ou de son coreligionnaire Gonzalo Martín, treize ans plus tard commandeur de la maison d’Acre108. Comme tels, cependant, ces éléments sont suffisants pour invalider l’image ordinairement colportée de Templiers et d’Hospitaliers castillans uniquement soucieux de la dimension hispanique de leur lutte au service de la foi chrétienne contre l’Islam.

L’engagement extrapéninsulaire des ordres nés du sol castillan

  • 109 Mise en évidence par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du roy (...)
  • 110 Ainsi l’a bien rappelé K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religiosa fra universalismo e (...)
  • 111 L’importance respective de Sanche III et de Ferdinand II dans la création de chaque institution a é (...)
  • 112 Répandue dans l’historiographie ibérique, comme le reflètent les articles récents de M. González Ji (...)

22À la manière des institutions de Terre sainte, les ordres militaires issus des royaumes de Castille et de León dans la seconde moitié du XIIe siècle prirent une part active à la défense de la Chrétienté latine sur chacun des fronts où existait une menace impliquant, au regard de Rome, de la défendre109. Pas plus que pour les contingents hispaniques du Temple et de l’Hôpital, le combat hors de la péninsule Ibérique n’est la principale mission qui leur fut confiée. Il n’en était pas moins essentiel dans la mesure où il traduisait dans les faits le principe universel en fonction duquel les milices nées du sol hispanique étaient conçues par le pouvoir apostolique110. En dépit des travaux d’Eloy Benito Ruano, qui le premier a attiré l’attention sur cet aspect de leur activité, celui-ci reste méconnu et plus encore mal expliqué, victime d’une idée tenace qui, en raison du rôle joué par la monarchie dans la fondation et le développement tant de Calatrava que de Santiago111, voit en ceux-ci dès l’origine des ordres proprement castillans, voire nationaux, pour reprendre un terme en vogue dans l’historiographie112.

  • 113 E. Benito Ruano, «España y las cruzadas», p. 117.
  • 114 Patrologia latina, t. 217, col. 666-667.
  • 115 AHN, OM, carp. 440, doc. 10, publ. BC, pp. 39-40 : « Cum autem príncipes predicte provincie nunc tr (...)

23Il me semble au contraire qu’il est important d’inscrire l’activité des ordres issus du sol ibérique dans la logique de croisade définie par la papauté à l’échelle de l’ensemble de la Chrétienté latine. Aux yeux des pontifes, la péninsule Ibérique et la Terre sainte apparaissaient, nous l’avons vu, comme deux théâtres de lutte contre l’Islam spirituellement équivalents et où le combat pouvait être mené avec l’égale certitude de sauver son âme, comme Honorius III le rappela en étendant l’indulgence plénière offerte pour affronter les musulmans en Orient à chacun des fidèles qui faisait vœu de s’engager à défendre les forteresses de Calatrava113. Une telle logique interdisait par essence d’assigner à l’intervention des ordres militaires une restriction géographique en fonction de leur origine. C’est pourquoi, au début du XIIIe siècle, Innocent III put enjoindre en 1205 à Santiago et à Calatrava, empêchés de combattre en Castille en raison de la trêve conclue par Alphonse VIII, de porter leur effort en Aragon114 puis, l’année suivante, de partir combattre en Orient puisque Pierre II s’était à son tour rallié à la suspension des hostilités contre les Almohades115.

  • 116 BS, pp. 8-9 : «Si, quod accidat, Sarracenis ab Yspanie partibus citra mare propulsis, in terra de M (...)
  • 117 Ainsi l’a mis en relief J. L. Martín Rodríguez, « Orígenes de la orden militar de Santiago », pp. 5 (...)
  • 118 Cette lecture a été suggérée par D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », p. 12, (...)
  • 119 Ramon Llull l’a notamment repris, au début su XIVe siècle, dans le Liber de acquisitione Terre Sanc (...)

24D’emblée, les ordres militaires nés du sol castillan ont assuré leur mission de lutter contre l’Islam sans restriction géographique particulière, comme le prouve le serment que les frères de la milice d’Ávila, intéressés jusque-là par la seule dimension ibérique de l’affrontement, prêtèrent en 1172 lors de leur incorporation à Santiago, jurant de suivre le maître au Maroc puis à Jérusalem, une fois la Péninsule délivrée du joug musulman116. Pour José Luis Martín Rodríguez, la mention du Maroc avant celle de Jérusalem démontre le caractère national de l’Ordre dans la mesure où elle refléterait la volonté d’abattre en premier lieu la source du danger principal pour les royaumes hispaniques117. Cet argument me paraît irrecevable. Mieux vaut, pour rendre compte des objectifs que Santiago se fixait dans le document, s’en tenir à la simple logique géographique118. Jérusalem était en effet le but ultime où les frères s’engageaient à se rendre après avoir soumis le Maroc selon un itinéraire de croisade dessiné, nous l’avons vu, cinquante ans auparavant par Diego Gelmírez et appelé pour plusieurs siècles à mobiliser les espoirs de la Chrétienté119.

  • 120 Incomplet, un aperçu rapide de ces projets a été proposé par J. L. Martín Rodríguez, « Órdenes mili (...)
  • 121 Sur cet ordre, longtemps méconnu, il existe aujourd’hui une remarquable monographie d’A. Forey, « T (...)
  • 122 Ibid., p. 253.
  • 123 Découvert par C. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et de la principauté franque d’An (...)
  • 124 Ainsi, le plus ancien d’entre eux, J. López Agurleta, Vida del venerable fundador de la orden de Sa (...)
  • 125 La donation publiée dans BS, p. 22, et, selon des critères plus satisfaisants, par E. Benito Ruano, (...)

25Conformément à ces aspirations, les ordres militaires issus du sol castillan furent placés, tout au long de leur premier siècle d’existence, au cœur de projets romains visant à les installer en Terre sainte120. La plus ancienne de ces tentatives, conçue à la fin des années 1170, touche une institution au rayonnement limité, l’ordre de Montjoie, fondé à peine quelques années plus tôt par le comte de Sarria, Rodrigo Álvarez121 : des terres lui furent concédées dans le royaume de Jérusalem, dont la jeune milice tira même son nom, emprunté à la petite colline du haut de laquelle les pèlerins étaient censés embrasser la Ville sainte d’un premier regard122. En 1180, une mission similaire, intéressant la principauté d’Antioche, fut offerte à Pedro Fernández, le fondateur de Santiago123. Pour chacun de ces projets, la résolution de la papauté fut tout à fait essentielle. Il est en effet peu probable que des institutions récentes et encore mal assurées aient à elles seules pu obtenir le crédit suffisant pour s’établir en Orient. En dépit des assertions des thuriféraires de Pedro Fernández124, il est clair que la concession faite à son ordre par Bohémond III devait davantage au conseil du patriarche d’Antioche et au désir de Rome qu’au prestige personnel du maître125.

  • 126 E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 559.
  • 127 BC, p. 67, repris par E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 559 : « Cum Calatrau (...)
  • 128 Oublié de l’historiographie, ce projet est rapporté par les chroniqueurs Juan de la Parra et Pedro (...)

26Si ces premières tentatives d’implantation en Terre sainte échouèrent apparemment, la papauté n’en abandonna pas pour autant le désir d’inscrire dans les faits le modèle universel selon lequel elle concevait, à l’égal de leurs homologues, les ordres militaires issus des royaumes de Castille et de León. Durant le deuxième tiers du XIIIe siècle furent ainsi développés deux projets successifs destinés à établir les institutions hispaniques dans un secteur particulièrement vulnérable des États latins, la principauté d’Antioche, réduite depuis la mort de Bohémond III à un mince espace côtier exposé à la pression ayyubide126. En mars 1234, Grégoire IX enjoignit au patriarche d’Antioche d’assigner un domaine aux frères de Calatrava, qu’il présentait comme soucieux de lutter également contre l’Islam en Orient127. Quelque quinze ans plus tard, sous le pontificat d’Innocent IV, dont l’accord fut sollicité pour le projet, c’est cette fois le prince d’Antioche Bohémond V qui invitait le maître de Santiago Pelayo Pérez Correa à s’implanter dans ses États pour tenter de redresser une situation gravement détériorée après l’échec chrétien de La Forbie128.

  • 129 Le privilège a été publié par J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino (...)
  • 130 D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 20-21.
  • 131 AHN, OM, carp. 444, doc. 52, publ. BC, pp. 117-119.
  • 132 AHN, OM, carp. 445, doc. 63, publ. BC, p. 135. Dans ce dernier cas, la présence personnelle du maît (...)

27À l’instar des précédents, ces projets ne débouchèrent probablement pas sur les résultats escomptés. Cependant, la papauté était loin d’avoir renoncé à obtenir des ordres militaires nés du sol castillan une aide aux États croisés de Terre sainte. L’appui demandé ne consistait pas uniquement en un soutien militaire. Il comprenait aussi un effort de ravitaillement auquel, dans le monopole du trafic avec l’Outremer accordé en 1271 à Carthagène et Alicante, il est rapporté que plusieurs ordres prirent part aux côtés du Temple et de l’Hôpital129. Plus largement, il supposait que les maîtres des institutions nées des royaumes de Castille et de León conseillent le pape pour les affaires intéressant la Chrétienté. Le rôle de Pelayo Pérez Correa lors du concile de Lyon, rassemblé par Innocent IV en 1245 sitôt connue la chute de Jérusalem, est resté célèbre130. Il n’est pas pour autant exceptionnel, comme le montrent les sollicitations adressées par le pape dans les décennies suivantes au supérieur de Calatrava afin que celui-ci lui donne son avis sur l’attitude à adopter face à l’invasion mongole131, ou sur la stratégie à employer pour contrer l’offensive mamelouke en Terre sainte132.

  • 133 Ce point est au cceur du débat historiographique qui oppose les chercheurs sur la définition même d (...)
  • 134 Cette conception ouverte a notamment été illustrée par N. Housley, The Italian Crusades. Dans un ar (...)
  • 135 Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et l (...)
  • 136 L’acte a été publié par M. Perlbach, Pommerelisches Urkundenbuch, t.I, p. 24, doc. 28.
  • 137 Ibid., t. I, p. 37, doc. 43. Comme le précédent, ce document a été récemment repris par J.M. Rodríg (...)
  • 138 Sur ce point, les seules études de première main datent de la fin du XIXe siècle. Elles sont dues à (...)
  • 139 De leur action militaire ne subsiste aucune trace du fait du peu de documentation conservée, ainsi (...)

28Malgré tout le désir de la papauté d’impliquer dans l’Orient latin les ordres militaires issus des royaumes de Castille et de Leó, on ne saurait ramener à ce seul théâtre l’action menée par ces milices hors de la péninsule Ibérique. Aujourd’hui, la Terre sainte n’est plus considérée comme pour l’unique espace qui aux XIIe et XIIIe siècles fut ouvert à la croisade133. À mesure qu’elle se développait, celle-ci tendit à s’étendre, sous l’influence de Rome, à des formes de lutte menées aux confins de la Chrétienté contre les païens, mais aussi en son sein contre les schismatiques, les hérétiques et, plus largement, les adversaires politiques du siège apostolique134. Sur chacun de ces fronts, la papauté s’attacha à engager les milices nées du sol castillan135. Ainsi, dans l’espace baltique, est attestée la présence de chevaliers de Calatrava, réunis sous l’autorité d’un supérieur du nom de Florencius, mentionnés comme témoins de deux donations, réalisées l’une en 1224, en faveur du monastère cistercien d’Oliva136, l’autre six ans plus tard, au profit des Teutoniques137. Les frères auraient implanté un couvent à Tymau, près de Mewe138, l’actuelle Gniew, sur la rive gauche de la Vistule, aux confins des espaces contrôlés par les Prusses, et semblent avoir été associés à la lutte contre ces derniers139.

  • 140 Ce point a été mis en lumière par E. Benito Ruano, Balduino II de Constantinopla y la orden de Sant (...)
  • 141 E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », pp. 7-8.
  • 142 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. ibid, p. 31, doc, 3 : « Post predictum uero biennium, debemus ibid (...)
  • 143 Édité dans BS, p. 168, l’acte a été repris par E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y l (...)
  • 144 E. Benito Ruano, «Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago», pp. 27-28.
  • 145 II me paraît à cet égard significatif que le premier contact entre l’empereur et Pelayo Pérez Corre (...)
  • 146 Peut-être est-on fondé à voir un avatar de ce projet dans la proposition de Ramon Llull d’établir l (...)

29Face aux Grecs orthodoxes, Innocent IV semble avoir, lors du concile de Lyon en 1245, caressé l’idée d’intéresser le maître de Santiago Pelayo Pérez Correa à la défense de l’Empire latin de Constantinople140. Contrôlant à grand mal les alentours de sa capitale, le titulaire de cette Couronne fragile, Baudouin de Flandres, en fut réduit après 1235 à courir l’Occident pour tenter de pallier la menace conjuguée des Bulgares et des Byzantins141. Aussi s’efforça-t-il sans délai d’obtenir le soutien d’un ordre puissant qui, sous le couvert du pape, prît l’engagement d’établir, après deux ans de service, un couvent où il entretiendrait autant de chevaliers, d’arbalétriers et de sergents d’armes que le lui permettraient les terres accordées dans l’Empire latin142. Malgré les promesses de l’empereur, qui donna à la milice la ville de Visói et le château de Médes en Thrace143, le projet n’aboutit pas144. Il n’en marque pas moins la volonté du pontife, placé au centre des négociations145, d’implanter sous son contrôle Santiago sur un nouveau théâtre d’opérations146.

  • 147 Au sujet de ces milices, il est essentiel de se reporter aux travaux anciens de G.-G. Meerssman, «  (...)
  • 148 Ainsi l’a mis en relief A. Forey, « The Military Orders and the Holy War against Christians », pp. (...)
  • 149 Cette idée a été défendue par G.-G. Meerssman, « Études sur les anciennes confréries dominicaines. (...)
  • 150 Dirigée contre les héritiers de Frédéric II, l’alliance du Temple et de l’Hôpital avec la papauté d (...)
  • 151 Ainsi l’ont signalé A. Javierre Mur, « Un contacto de la orden de Santiago con la Puglia en el tiem (...)
  • 152 A. Javierre Mur, « Un contacto de la orden de Santiago con la Puglia en el tiempo de Currado de Soa (...)
  • 153 Daté de 1229, l’acte de donation du monastère d’Orsara à Calatrava a été publié par D. Ventola, Doc (...)
  • 154 Liée sans doute à une perspective orientale, comme l’a rappelé A. Mur i Raurell, « Relaciones europ (...)

30La papauté semble avoir eu plus de succès dans la lutte contre les hérétiques et les chrétiens excommuniés. Alan Forey a justement relevé que le combat — politique dans son essence — conduit principalement en Languedoc et en Italie reposait bien plus sur des confréries dominicaines, créées à cet effet147, que sur les ordres militaires, intéressés seulement à la marge148. Si mince que soit la tâche impartie à ces derniers, il est à mon sens significatif que Santiago et Calatrava aient l’un et l’autre été invités à participer au combat Il se pourrait ainsi que le premier ordre ait été engagé dans le Midi français puisqu’en 1231, peu après la mort de son protecteur Amaury de Montfort, s’unit à lui la milice de la Foi de Jésus-Christ, fondée une décennie plus tôt pour extirper l’hérésie cathare149. Il est en revanche certain que l’institution, à l’instar des Hospitaliers et des Templiers150, fut impliquée par Innocent IV en 1252 en Italie méridionale151, dans un désir de lutter contre les Staufen152, face auxquels Calatrava, largement doté dans les Pouilles à partir du pontificat de Grégoire IX153, fourni lui aussi un appui militaire au siège apostolique154.

  • 155 Ainsi l’a bien rappelé K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religiosa fra universalismo e (...)

31Souvent occultée par l’historiographie, l’intervention hors de la péninsule Ibérique des ordres militaires nés au XIIe siècle dans les royaumes de León et de Castille ne peut en aucun cas être tenue pour négligeable. Naturellement modeste en comparaison du rôle qu’ils jouèrent dans la lutte contre l’Islam en al-Andalus, leur engagement sur chacun des fronts de croisade ouverts de la Terre sainte à la Baltique ou à l’Italie méridionale démontre que le principe d’universalité, constitutif de la définition de ces institutions, pensées en droit canon comme identiques155, recevait aux XIIe et XIIIe siècles une traduction concrète inspirée par l’autorité apostolique, désireuse de mettre à profit l’efficacité de ces instruments pour les vouer au service de Dieu, entendu comme la défense des intérêts de l’Église romaine.

II. – La soumission des ordres hispaniques au modèle territorial

  • 156 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 21-22 et 529.
  • 157 Il est essentiel, comme l’a bien souligné D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León » (...)

32Il y a loin, néanmoins, entre le désir pontifical de soumettre les ordres militaires issus du sol castillan et la réalité. En soulignant le caractère ibérique de ces institutions, qu’ils opposent très volontiers au Temple ou à Hôpital, la plupart des auteurs, s’ils en méconnaissent la signification canonique, mettent en évidence un état de faits difficilement contestable156. De façon croissante à mesure que se perfectionnait l’appareil d’autorité dont ils disposaient157, les rois de Castille se sont attachés à faire prévaloir une conception des ordres militaires définie selon un modèle territorial, capable de concurrencer dans la pratique le principe universel défendu par la papauté et de placer les institutions nées de leurs États au service du prince, réputé être leur seigneur naturel.

L’hostilité monarchique aux investissements lointains

  • 158 BNM, ms. 20600, f° 18r°-v°, publ. E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 551 : «  (...)
  • 159 Ibid., pp. 557-558. La forteresse de Biskisrail, la Vetula des Francs, fut ainsi concédée quelques (...)
  • 160 J. López Agurleta, Vida del venerable fundador de la orden de Santiago, pp. 154-156.

33On aura remarqué que j’ai fréquemment employé les mots projets et tentatives pour qualifier le désir pontifical d’impliquer Santiago et Calatrava en Orient. De fait, il est clair que plusieurs de ces entreprises demeurèrent sans résultats, comme par exemple l’appel qu’en septembre 1180 le prince d’Antioche Bohémond III lança au fondateur de Santiago Pedro Fernández pour que celui-ci s’installât dans ses États. En effet, rien n’indique que les différents châteaux cédés à ce dernier, parmi lesquels figuraient Abu-Qubais et Biskisrail, situés au contact des territoires ismaéliens et alaouites, furent véritablement occupés. Il faut donc admettre qu’après un an, conformément au texte de l’accord158, les forteresses revinrent au prince, qui par la suite put en disposer à son gré159. À l’évidence, Pedro Fernández ne put accomplir son vœu de s’établir en Terre sainte. C’est ce que montre une tradition ancienne, recueillie au XVIIIe siècle par son premier hagiographe et selon laquelle le dignitaire aurait réalisé ce vœu quelque vingt-cinq ans seulement après sa mort, en compagnie de certains de ses frères morts martyrs au combat, auxquels un miracle permit d’être amenés sur les Lieux saints avant de gagner l’au-delà160.

  • 161 E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 560.
  • 162 Alberici monachi Trium Fontium Chronicon, pp. 939-940. Mise en évidence par D. Lomax, « La conquist (...)

34Plusieurs auteurs, parmi lesquels Eloy Benito Ruano, ont fait valoir, pour expliquer les échecs des projets d’installation orientale des ordres militaires nés du sol castillan, l’hostilité violente de la monarchie à une stratégie qui risquait de compromettre la lutte entreprise en péninsule Ibérique contre le pouvoir almohade. Une telle causalité est séduisante. Elle peut passer pour d’autant plus naturelle qu’en certaines occasions apparaît une coïncidence de dates entre l’abandon d’un projet en Terre sainte et le déclenchement d’une offensive de grande envergure en al-Andalus. Ainsi, en 1234, l’échec de la tentative de Grégoire IX pour installer Calatrava dans la principauté d’Antioche a été attribué à la mobilisation de l’Ordre dans la campagne lancée en même temps par Ferdinand III contre Cordoue161. De fait, nous l’avons vu, l’importance de la contribution des frères à l’offensive qui, deux ans plus tard, parvint à s’emparer de la place du Guadalquivir est indéniable : leur rôle était même considéré pour déterminant par l’abbé cistercien Aubry, supérieur du monastère champenois de Trois-Fontaines, qui leur attribue dans sa chronique le mérite essentiel de la victoire pour avoir les premiers enlevé une tour de l’enceinte162.

  • 163 Récemment, la posture traditionnelle a été nuancée par C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las ó (...)
  • 164 A. Forey, « The Order of Mountjoy », pp. 255-257, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades,(...)
  • 165 Ainsi l’a observé C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », p. 99, qui néanmo (...)

35Est-on fondé à aller au-delà d’un simple rapprochement chronologique et à observer derrière l’échec de l’installation de Calatrava dans la principauté d’Antioche la main de Ferdinand III, désireux de ne pas disperser les troupes de l’Ordre à l’approche de son offensive contre la vallée du Guadalquivir ? Pas plus que pour les projets précédents, cette explication n’est confirmée par le moindre document. Ce silence ne saurait bien sûr signifier que l’hostilité du monarque ne joua pas un rôle dans la faillite de l’entreprise. Pour autant, il n’est pas nécessaire d’en faire un facteur explicatif aussi systématique que le présente l’historiographie163. D’autres causes peuvent rendre compte de l’abandon des projets pontificaux en Terre sainte, ainsi que l’a bien souligné Alan Forey pour l’ordre de Montjoie au cours de la décennie 1180, en mettant en évidence la division de l’institution sur l’opportunité d’une telle action ou, à un moindre degré, les difficultés de la situation en Orient164. Aussi, jusqu’au milieu du XIIIe siècle, la réticence des souverains castillans à un investissement extrapéninsulaire des ordres militaires nés de leur royaume constitue-t-elle, si tant est qu’elle fut déjà arrivée à sa pleine expression, uniquement un facteur parmi d’autres de l’échec des projets lointains conçus par ces institutions165.

  • 166 ID., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 529.
  • 167 AHN, OM, carp. 91, doc. 5, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y ta orden de San (...)
  • 168 AHN, OM, carp. 91, doc 5, publ. ibid., p. 30, doc 2 : « Dilectioni uestre esse notum quod nos, ad p (...)
  • 169 Édité dans BS, p. 168, l’acte a été repris par E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y l (...)

36Il faut attendre les années 1240 pour trouver dans les sources les premières manifestations claires d’une hostilité royale à l’intervention des ordres militaires nés du sol castillan en dehors des limites péninsulaires166. D’emblée, toutefois, la réaction du pouvoir apparaît suffisamment vive pour avoir donné un coup d’arrêt aux entreprises qui ne s’en seraient pas strictement tenues à ses exigences. C’est ce que montrent les tractations qui entourèrent la préparation de l’expédition de secours projetée par Santiago dans l’Empire latin de Constantinople. Avant même que l’engagement final fut ratifié, l’infant Alphonse, présent avec Ferdinand III au siège de Jaén, exprima en mai 1246 l’intention d’en restreindre la portée. Tenu de se prononcer sur l’accord négocié lors du concile de Lyon sous les auspices du pape, il en accepta le principe tout en insistant sur son caractère exceptionnel167, fixant au contingent santiaguiste appelé à prendre la mer un plafond de cinquante frères et de cent chevaux168, très en retrait par rapport au projet pontifical qui portait sur un ensemble de trois cents chevaliers, cent arbalétriers et mille sergents d’armes169.

  • 170 Mis en évidence par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domim regis. Les ordres militaires du royau (...)
  • 171 C’est là l’unique concession faite par le maître aux restrictions décidées par l’infant Alphonse. U (...)
  • 172 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de San (...)

37Trois mois plus tard, cependant, le contrat signé à Valladolid entre le maître de Santiago et l’empereur latin de Constantinople passait outre aux limitations apportées par le futur Alphonse X. Comme l’a signalé Eloy Benito Ruano, ce document reprenait, pour ainsi dire, la teneur de l’accord conclu entre les deux partenaires en présence d’Innocent IV lors du concile de Lyon170. Comme dans la convention initiale, Pelayo Pérez Correa s’engageait à passer en Orient en compagnie de trois cents chevaliers munis chacun de deux montures, qui tous, il est vrai, n’étaient pas membres de l’institution171. Sur certains points, le contrat final semble même avoir dépassé les dispositions de l’accord précédent. Ainsi, ce ne sont plus cent arbalétriers, mais deux cents, dont la moitié servant à cheval, que le maître de Santiago promit de fournir » l’Empereur172. Dans de telles conditions, il n’est guère difficile de deviner l’hostilité du pouvoir royal à un pacte arrêté contre sa volonté.

  • 173 Ibid., pp. 27-28. D’autres auteurs, par la suite, ont fait état de l’échec de ce projet, parmi lesq (...)
  • 174 AHN, OM, carp, 91, doc. 6, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de San (...)
  • 175 Primera historia de la orden de Santiago, p. 369 : « El maestre, queriendo poner en obra su partida (...)

38Aussi l’autorité royale intervint-elle — pour la première fois, selon toute vraisemblance — afin d’empêcher que le contrat signé à Valladolid ne fut mis à exécution. Comme l’a justement montré Eloy Benito Ruano, aucun document du fonds santiaguiste ne fait par la suite référence au projet : tout porte à croire que la milice n’occupa jamais les places qui lui avaient été cédées en Thrace173. L’insolvabilité de l’empereur, à laquelle l’historien espagnol recourt pour expliquer l’échec final de l’entreprise, n’est qu’un faux-semblant. Elle était sans conteste réelle et fut même invoquée en 1247 par Innocent IV pour expliquer les retards apportés à l’exécution du projet174. Elle ne fut cependant qu’un simple prétexte destiné à occulter la raison essentielle de l’abandon du projet, à savoir l’opposition du pouvoir royal castillan à un transport de troupes jugé à la fois excessif et inopportun à la veille de l’attaque contre Séville. Telle est, à la fin du XVe siècle, l’explication que Pedro de Orozco et Juan de la Parra fournirent dans la plus ancienne chronique de l’Ordre, faisant très clairement état de l’interdition signifiée par Ferdinand III à Pelayo Pérez Correa de prendre part à l’entreprise patronnée par la papauté175.

  • 176 La valeur de cette rupture a été récemment confirmée par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militare (...)
  • 177 L’expédition a été analysée en détail par F. Carreras i Candi, « La creuada a Terra Santa », et C. (...)
  • 178 Jaume I, Llibre dels Feits, chap. 480, p. 168 : « Ealtre dia passam per Uclés, que ens convidà lo m (...)
  • 179 La présence du dignitaire de Calatrava au cours de l’expédition est rapportée parle roi Jacques Ier(...)
  • 180 Jaume I, Llibre dels Feits, chap. 477-478, p. 167 : « E acostàs a nós lo maestre de l’Espital que h (...)

39À partir du milieu du XIIIe siècle s’instaura, sur les mouvements extérieurs des ordres militaires, un contrôle monarchique qui ne pesait pas seulement sur les institutions nées en Castille176. La preuve en est offerte par les tractations qui en 1269 entourèrent la préparation de la croisade projetée par Jacques Ier d’Aragon pour secourir l’Orient latin, gravement affaibli l’année précédente par la chute d’Antioche177. En effet, la plupart des maîtres firent part au souverain aragonais de leur volonté de prendre part à l’expédition, tel Pelayo Pérez Correa, qui lui promit l’appui d’une centaine de chevaliers178. Certains, à son exemple, ne dépassèrent pas le stade de l’intention, mais d’autres s’embarquèrent effectivement aux côtés de Jacques Ier, tel le commandeur d’Alcañiz Ruy Pérez Ponce179, et le supérieur hispanique de l’Hôpital Gonçalo Pires Pereira. À l’instar de ce dernier, tous durent toutefois demander d’abord à Alphonse X l’autorisation de prendre la mer et de distraire dans les domaines castillans de leur institution les éléments nécessaires à l’expédition projetée en Terre sainte180.

  • 181 Pour autant, il me paraît quelque peu exagéré d’écrire à propos du règne d’Alphonse X, comme l’a fa (...)
  • 182 J Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, p. iii, doc. 100.
  • 183 ACA, Cancillería, reg. 81, f° 81r°-v°.
  • 184 A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 326, s’est fondé sur un texte publié par H. Fink (...)
  • 185 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, p. 158, doc. 108.
  • 186 Id., Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, pp. 230-238, doc. 125 : « Les dits bens foren (...)

40Pour les ordres militaires, l’assentiment du roi s’impose donc comme le préalable nécessaire à tout envoi destiné à l’Orient181. Le fait se devine à l’échelle de la Castille, où le monopole du trafic avec l’Outremer, concédé en 1271 à Alicante et Carthagène, permit au pouvoir de mieux contrôler les exportations182. Il est encore davantage perceptible en Aragon, où pareille prérogative fut utilisée à partir des années 1280 pour limiter, le cas échéant, les expédition de vivres et de matériels vers la Terre sainte. Ainsi, pour l’année 1290, Alphonse III interdit aux Templiers d’équiper plus d’un bâtiment à destination d’Acre183. Comme l’a bien signalé Alan Forey, une telle mesure doit être comprise dans un contexte de guerre qui interdisait au roi de fournir à la Terre sainte l’appui qu’exigeait sa situation désespérée184. Elle créa toutefois un précédent dont se prévalut Jacques II, au tout début du XIVe siècle, pour enjoindre au pape d’interdire aux Templiers et aux Hospitaliers aragonais d’approvisionner Chypre à partir des domaines de ses États185, alléguant, comme le fit un envoyé catalan présent au concile de Vienne, que ces domaines leur avaient été remis expressément pour lutter contre les musulmans d’al-Andalus186.

  • 187 A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposais », pp. 321-323, repris dans Id., Militar (...)
  • 188 Dès le début du XXe siècle, le fait a été signalé par J, Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Te (...)
  • 189 Seul parmi les monarques ibériques de l’époque, Jacques Ier assista aux délibérations du concile de (...)
  • 190 Le mémoire du maître a été publié par É. Baluze, Vitœ paparum Avenionensium, t. III, p. 150 : « Dic (...)

41Les souverains hispaniques éprouvaient à l’égard d’un engagement extrapéninsulaire des ordres militaires une réticence telle qu’elle suffit à expliquer leur hostilité profonde au projet d’amalgamer le Temple et l’Hôpital, voire l’ensemble des institutions créées sur le modèle de ces deux institutions. Discuté, nous l’avons vu, pour la première fois en 1274 lors du concile de Lyon et repris par la suite régulièrement, un tel plan visait à accroître l’efficacité des milices armées pour permettre à la Chrétienté de recouvrer Jérusalem et l’ensemble de la Terre sainte187. Dirigé en priorité vers l’Orient, il ne put obtenir le consentement des souverains ibériques, dont il heurtait les intérêts188. La présence de Jacques Ier d’Aragon lors des délibérations du concile de Lyon a cependant conduit plus d’un auteur à considérer le refus de la fusion des ordres militaires comme la marque d’une politique orientée en fonction des seuls intérêts aragonais, alors qu’il traduit en fait une décision commune et, selon toute vraisemblance, concertée à l’échelle de l’ensemble péninsulaire189. Le fait ressort du mémoire rédigé trente ans plus tard par le maître du Temple Jacques de Molay, qui, interrogé par le pape sur l’utilité d’une fusion des milices, lui rappela l’opposition de chacun des souverains hispaniques, dont ce projet, comme lors du concile de Lyon, risquait de choquer les ambitions nationales190.

La restriction au champ péninsulaire

  • 191 Bien souligné par R. Frydrychowicz, « Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe », p. 319, un (...)
  • 192 R. Frydrychowicz, «Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe», p. 319.
  • 193 Ibid., pp. 319-320.

42Évidente à partir du milieu du XIIIe siècle, la volonté royale d’imposer une logique territoriale aux ordres militaires nés du sol castillan portait en elle la diminution voire, en plusieurs cas, l’abandon de leurs positions en dehors de la Péninsule. Ainsi sur certains fronts, où ils étaient parfois engagés de fraîche date, leur présence connut-elle un recul brutal. Le fait transparaît en premier lieu en Baltique où, comme l’a montré Romuald Frydrychowicz, aucun document postérieur à 1230 ne mentionne une présence des frères de Calatrava191. Le territoire de Tymau, où ils avaient installé leur couvent, apparaît dans les années suivantes partagé entre les ducs de Poméranie et les évêques de Cujavie, avant de passer sous le contrôle des Teutoniques192. À l’appui de l’hypothèse d’un départ rapide on peut invoquer la chronique de Peter von Dusburg car le chantre de l’ordre teutonique ne cite pas les frères de Calatrava dans la narration de la victoire de Sorge remportée en 1233 aux abords de Tymau sur les Pomésaniens, et pas davantage l’année suivante, à l’occasion de l’incendie du monastère pomérélien d’Oliva, perpétré par ces derniers pour châtier le duc Svantopolk d’avoir aidé les chrétiens lors de la bataille193.

  • 194 K. Borchardt, «Military Orders in East Central Europe», p. 252.
  • 195 Ainsi l’a bien relevé Z. Nowak, « Milites Christi de Prussia : Der Orden von Dobrin und seine Stell (...)
  • 196 H. Quandt, Baltische Studien, p. 120.
  • 197 Elle a été en particulier dénoncée par R. Frydrychowicz, « Der Ritterorden von Calatrava in Tymau b (...)
  • 198 Le fait a été rapporté par J. M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. (...)

43Partis de Poméranie selon toute probabilité juste après 1230, les chevaliers de Calatrava ne disparurent cependant pas aussitôt du théâtre baltique. Il paraît en effet vraisemblable qu’ils abandonnèrent Tymau pour répondre à l’appel de Conrad de Mazovie qui cherchait, à l’instar de nombreux princes d’Europe orientale, à impliquer les ordres militaires dans la défense de ses États contre les païens194. Faute de pouvoir parvenir à un accord avec les institutions de Terre sainte, ce potentat tenta d’abord d’instituer un ordre à Dobrin195 avant d’installer en 1237 à Drohiczyn, dans la vallée du Bug, une nouvelle communauté où les chevaliers de Calatrava auraient rejoint les frères de la première fondation refusant de rallier les Teutoniques196. Cependant, le principe d’une permanence de l’institution castillane dans la région baltique ne semble pas avoir fait l’unanimité197. Ce dernier point étant invérifiable, soulignons simplement que l’installation de Calatrava en Mazovie — si elle eut effectivement lieu — fut de courte durée puisqu’en 1245, lors du chapitre général de Cîteaux, le duc de Pologne réclama, sans succès semble-t-il, qu’on lui envoyât un contingent de frères pour protéger la frontière orientale de son territoire198.

  • 199 Elle a été récusée, nous l’avons vu, par différents auteurs dont A. Forey, « The Military Orders an (...)
  • 200 G.-G. Meerssman, « Études sur les anciennes confréries dominicaines. Les milices de JésusChrist », (...)
  • 201 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 21.
  • 202 Ainsi l’a signalé dans un travail monographique M. Branet, « L’ordre de Saint-Jacques de la Foi et (...)
  • 203 Ibid., p. 102.
  • 204 Ce fait a été relevé par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago en Francia », pp. 17 et 47-48, et (...)

44La participation de Santiago dans le Midi de la France à la lutte contre l’hérésie— si l’on devait en admettre l’hypothèse199 — ne fut guère plus durable. Amalgamée à l’Ordre en 1231, la milice de la Foi et de la Paix perdit tant de sa force originelle que ses membres, exposés à une grave pénurie, durent solliciter en 1261 leur intégration au monastère cistercien de Feuillant200. Il se peut qu’un telle requête, comme Derek Lomax l’a prétendu, ait causé la colère d’Urbain IV201. Il est sûr en tout cas que son successeur Clément IV tenta de s’y opposer en obligeant l’archevêque d’Auch à restaurer la communauté dans son autonomie202 À cette fin, le prélat acquit en 1268 l’hôpital santiaguiste de Pont d’Artigues qu’il céda à l’institution, à la tête de laquelle il plaça son neveu203. Il semble cependant que cette tentative resta sans lendemain. Grégoire X l’interrompit en 1273 : la confrérie fut supprimée et ses biens, reversés pour partie à l’ordre de Santiago, perdirent toute vocation à soutenir une entreprise militaire dans le Midi de la France204.

  • 205 On ne saurait toutefois souscrire à l’affirmation d’A, Mur i Raurell, « Relaciones europeas de las (...)
  • 206 C. Raimondi, «Sulle tracce dei cavalieri di Calatrava», pp. 217-218.
  • 207 AS V, Reg. Vat. 47, f° 171r°. L’acte, analysé par G. Digard, M. Faucon et A. Thomas, Les registres (...)
  • 208 BC, pp. 154-156. À cet acte s’est référé R. Hiestand, « San Michele in Orsara. Un capitolo dei rapp (...)
  • 209 ACA, Cancillería, reg. 235, f° 60r°-v°, publ. P. Picatoste Navarro, « Intereses transalpinos de Jai (...)

45Ce n’est guère qu’en Italie du Sud que l’établissement sur un théâtre de croisade des ordres militaires nés du sol castillan peut être qualifié de durable205. Selon la tradition rapportée par Cesira Raimondi, les frères de Calatrava auraient en 1294 quitté le monastère de San Michèle in Orsara, où ils s’étaient installés un demi-siècle plus tôt, appelés par leurs coreligionnaires pour combattre l’Islam en al-Andalus206. La date coïncide avec celle des projets de donation viagère et d’échange que l’Ordre forma au tournant des XIIIe et XIVe siècles pour tirer parti de ses terres apuliennes. Il semble que la milice ait initialement pensé en 1295 en abandonner la jouissance à l’archevêque de Trani207. Cinq ans plus tard, San Michèle in Orsara fut l’objet d’un échange avec le roi de Castille Ferdinand IV qui acquit le couvent pour sa mère María de Molina, moyennant la remise de San Esteban del Puerto208. Pas plus que dans le cas précédent, néanmoins, il ne semble que la transaction ait abouti. Aussi une donation viagère fut-elle consentie en 1304 à un fils de Jacques II, toujours désireux de développer les positions aragonaises dans le bassin central de la Méditerranée209.

  • 210 Ainsi l’avaient déjà signalé D. Lomax, La orden de Santiago, p. 21, et A. Javierre Mur, « Un contac (...)
  • 211 BS, pp. 274-275, L’acte rapporte la nomination d’un procureur envoyé en Castille « ad petendum ab e (...)
  • 212 ANTT, gav. 5, m.4, doc. ii, publ. As gavetas da Torre do Tombo, t. II, pp. 409-413, doc. 901 : « It (...)

46Pour sa part, Santiago demeura plus longtemps en Italie méridionale. En Pouilles comme en Sicile, les couvents de Sancti Spiritrus de Maitin et de Santa María de Lentini apparaissent assez largement documentés tout au long du XIVe siècle210. L’exemple du second montre toutefois qu’il ne faut pas surestimer leur dépendance par rapport au siège castillan. L’autonomie dont ils bénéficiaient leur permettait notamment de désigner leur propre responsable. C’est ainsi qu’en août 1317, lorsque Federico Mustaccio fut porté à la tête de la communauté de Lentini, la seule intervention du maître de Santiago se réduisit à confirmer son élection211. Une telle situation était probablement assortie d’une très large indépendance financière. Celle-ci était-elle totale, comme l’écrivait Denis Ier de Portugal dans un mémoire qu’il adressa au pape cette même année pour obtenir la reconnaissance en droit de la scission du rameau portugais de Santiago ? Rien n’est moins sûr, car le but du roi était de souligner, au prix de nombreuses exagérations, les abus commis par les autorités castillanes de l’Ordre dans son royaume, où il voulait que la milice pût bénéficier d’un statut d’autonomie au moins équivalent à celui dont elle disposait dans les terres de Sicile212.

  • 213 ACA, Cancillería, reg. 235, f° 60r°.
  • 214 L’avertissement lancé par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago en Francis », p. 29, mérite d’êtr (...)
  • 215 ASV, Reg. Vat. 94, f° 97r°-v° : « Significasti nobis quod quosdam maledictionis alumpnos, unum vide (...)

47Si les ordres militaires nés du royaume de Castille maintinrent plusieurs établissements en Italie méridionale jusqu’au début du XIVe siècle voire au-delà, il est certain que ces derniers ne participaient plus en rien de la logique de croisade qui avait présidé à leur installation. Leur finalité était désormais de fournir des surplus susceptibles d’être envoyés en Castille, notamment pour Calatrava, où la donation viagère de San Michèle in Orsara au fils de Jacques II fait état de l’existence de responsiones, c’est-à-dire d’un impôt versé aux autorités centrales de l’Ordre213. Il n’est pas sûr, cependant, que ce soit là le principal bénéfice que les milices retiraient de leurs domaines lointains214. Tout aussi essentiels, sinon davantage, me semblent les relais internationaux que ces installations offraient à la prédication. Cette dernière activité était elle aussi susceptible de procurer aux ordres de copieux profits, comme l’atteste en 1329 le mandat d’amener transmis par Jean XXII à l’évêque de Sion contre un confrère de Santiago coupable d’avoir contrefait des lettres pontificales dont il s’était servi dans la vallée du Rhône pour extorquer des aumônes à la population en prêchant la guerre contre Grenade215. Au-delà de l’anecdote, le fait met en évidence la fonction financière assignée au XIVe siècle par la milice à ses possessions lointaines.

  • 216 Ph. Jossserand, « Inservitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et l (...)
  • 217 Ainsi, J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Cîteaux », p. 44, n. 3, repris dans Id., T (...)
  • 218 A. Rodríguez López, La consolidación territorial de la monarquía feudal castellana. Expansión y fro (...)
  • 219 À cet égard, il convient d’être prudent par rapport à l’utilisation qu’en ont faite J. M. Rodríguez (...)
  • 220 ASV, Reg. Vat. 51, ffos 208v° et 216v°, publ. Ch. Grandjean, Les registres de Benoît XI, pp. 705 et (...)
  • 221 ASV, Reg. Vat 51, f° 216v° : « Necnon magistris et preceptoribus militie Templi et Hospitalis Sanct (...)

48À l’extérieur de la péninsule Ibérique, rares sont donc les positions de frontière des ordres militaires issus du sol castillan qui subsistèrent après la seconde moitié du XIIIe siècle. Toute trace de leur existence n’a pas pour autant disparu216. Plusieurs auteurs, tel Joseph O’Callaghan, ont fait valoir que les actes de la chancellerie pontificale livrent des allusions ponctuelles à des implantations de Calatrava en Europe orientale jusqu’au début du XIVe siècle217. Néanmoins, ils ont toujours présenté ce fait sur un mode hypothétique qui a disparu quand Ana Rodríguez López s’est emparée de l’information218. En effet, on ne saurait accepter sans critique interne préalable les données offertes par les registres vaticans219. Deux actes de Benoît XI en administrent la preuve. En février 1304, à quelques jours d’intervalle, le pape recommanda deux de ses légats au clergé des régions où il les envoyait : l’un était dépêché en Europe orientale, l’autre dans les Îles Britanniques220. Dans les deux cas, les Calatravans figurent parmi les prélats dont le pontife sollicite la bienveillance. Or si les frères, nous l’avons vu, se sont établis en Pologne, rien en revanche n’incite à estimer qu’ils aient franchi la Manche. L’erreur d’un scribe est d’autant plus vraisemblable que, dans l’acte adressé au clergé insulaire, seul le protocole cite les Calatravans221, absents ensuite du dispositif, où sont pourtant détaillées les institutions astreintes à verser leur obole au légat.

  • 222 H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, p. 285, doc. 139.
  • 223 Ibid., t. II, pp. 282-283, doc. 139 : « Fom en consistori dissapte prop passat, que hom comptava.v. (...)
  • 224 Ibid., t. II, p. 284, doc. 139 : « É diguemli quens oyr sobre aquest fet que voliem mes specificar (...)
  • 225 Lors de la première audience, les envoyés aragonais passèrent d’ailleurs sous silence le projet de (...)
  • 226 Ibid., t. II, p. 285, doc. 139 : « E dix que ell veya que applicar aquests bens a orde novellament (...)

49Passé le milieu du XIIIe siècle, les ordres militaires nés du royaume de Castille se sont donc progressivement recentrés sur leur dimension hispanique au point que le 16 mars 1312, pour la première fois, Clément V concédait que Santiago et Calatrava ne constituaient pas des institutions universelles, no son ordens generals per lo mon, selon les termes rapportés le lendemain à Jacques II par les représentants qu’il avait envoyés au concile de Vienne222. Il convient évidemment de replacer les paroles du pape dans leur contexte. Elles tentaient avant tout de préserver les chances d’un transfert à l’Hôpital des possessions péninsulaires du Temple. Le 11 mars, les délégués aragonais et portugais avaient en effet signifié à Clément V l’opposition des souverains ibériques à une telle solution223. Sentant le pape enclin à s’y rallier sous l’influence française, ils sollicitèrent de lui, cinq jours plus tard, une seconde audience afin de lui exposer les projets alternatifs envisagés par leurs maîtres224, parmi lesquels figuraient la création d’un nouvel ordre ou la réunion des biens templiers au temporel de Santiago et de Calatrava. Clément V, qui n’en voulait à aucun prix225, les rejeta en arguant que les deux milices étaient beaucoup trop étroitement liées à un cadre national pour prendre en charge les objectifs de l’institution défunte, en particulier la reconquête de la Terre sainte226.

  • 227 Ces projets ont été étudiés par A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », pp. 7 (...)
  • 228 Hernando del Pulgar, Crónica de los señores reyes católicos don Fernando é doña Isabel de Castilla (...)

50Indubitablement, dans l’esprit de Clément V la reconnaissance du caractère national des ordres militaires nés du royaume de Castille répondait d’abord à des considérations tactiques. Elle n’en montre pas moins que l’évolution entamée peu avant le milieu du XIIIe siècle avait amplement érodé le principe d’identité et d’universalité des milices en vertu duquel l’autorité apostolique avait envisagé les institutions péninsulaires depuis leur fondation. À l’évidence, la papauté n’avait plus au début du XIVe siècle les moyens politiques d’imposer ses critères. Force lui était donc d’admettre le caractère prioritairement castillan de Santiago et de Calatrava et même d’accepter que celui-ci se renforçât grâce aux projets d’échange échafaudés tout au long de la deuxième moitié du XIVe siècle dans l’entourage de Juan Fernández de Heredia pour obtenir que ces institutions remettent à l’Hôpital leurs commanderies aragonaises de Montalbán et Alcañiz moyennant l’abandon des anciennes propriétés templières de Castille227. Il n’était plus question désormais pour Santiago et Calatrava de s’engager au loin. Leur horizon de combat était circonscrit à la frontière nasride et quand en 1480, lors des Cortes de Tolède, les Rois Catholiques, à la veille de préparer une expédition armée contre les Turcs, rappelèrent le fait à Alonso de Cárdenas, désireux de leur offrir ses services, ils ne firent que suivre la ligne définie par leurs ancêtres quelque deux siècles auparavant228.

La création d’un ordre national

  • 229 Plusieurs travaux monographiques ont été consacrés à l’institution. Écrit en 1806, mais publié au d (...)
  • 230 J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », p. 801, et Ph. Josserand, « Las órdenes mi (...)
  • 231 J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. III, p. 75 : « Qui vocatur (...)
  • 232 Ainsi l’a bien mis en évidence C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante (...)

51Dans la définition du modèle territorial qui s’imposa aux ordres militaires à partir du XIVe siècle, le règne d’Alphonse X forme une étape décisive. Ce monarque est en effet le premier à avoir fondé en Castille une milice dépourvue dans son principe de toute référence à la Chrétienté, l’ordre de Santa María de España229. Créée pour les fechos del mar, l’institution comprenait dans son dessein primitif quatre couvents, placés chacun à la tête d’une province maritime et répartis également sur l’ensemble des côtes castillanes : Carthagène, le principal, sur la Méditerranée, Saint-Sébastien au fond du golfe de Gascogne, La Corogne sur le littoral atlantique et El Puerto de Santa María à proximité du détroit de Gibraltar230. Le nom de l’Ordre et celui du siège qui en abritait les organes centraux, Santa María la Real, dans le royaume de Murcie231, ne laissent aucun doute sur les intentions d’Alphonse X : il s’agissait pour le souverain de fonder une institution inscrite dans le cadre territorial de ses Etats et de ce fait placée sous l’entière dépendance de la monarchie castillane232.

  • 233 A. Rodríguez de la Peña, « Las órdenes militares como instrumentes de la monarquía ». On ne peut to (...)
  • 234 J. Guiraud, Les registres de Grégoire X, p. 75, doc 201. Signalé auparavant par A. Ballesteros-Bere (...)
  • 235 J. Guiraud, Les registres de Grégoire X, p. 75, doc. 201 : « Pene omnium communi judicio manifesti (...)
  • 236 Ibid., p. 75, doc. 201 : « In premisso quoque confratrie consortio tuo specialiter et regni tui per (...)

52L’originalité de Santa María de España dans le contexte castillan a amené il y a peu Alejandro Rodríguez de la Peña à estimer qu’Alphonse X se serait inspiré de la tentative faite par Frédéric II dans la première moitié du XIIIe siècle, en particulier lors du magistère d’Hermann von Salza, afin d’instrumentaliser l’ordre teutonique et de le transformer en un Hausorden, c’est-à-dire en une milice soumise à la dynastie souabe233. Selon cet auteur, c’est ce qui filtre d’une lettre, adressée au roi par Grégoire X le 23 octobre 1272, qui constitue selon toute vraisemblance une réponse à la demande de confirmation de l’Ordre créé peu de temps auparavant234. Il est en effet significatif que le pontife, pour justifier son refus de reconnaître une milice exempte dans son principe de tout contrôle apostolique, utilise, en référence à l’ordre teutonique, l’exemple d’une confrérie fondée par des nobles allemands et que ses débuts vertueux n’avait pas empêchée d’agir très vite au préjudice de ses promoteurs235. L’argument est habile car il permettait au pape de faire valoir à Alphonse X qu’il prenait en compte dans sa décision les dangers qui pourraient affecter le royaume de Castille236, alors qu’il cherchait en réalité à garantir la soumission des ordres militaires au pouvoir romain.

  • 237 J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », pp. 811-813, doc. 3 : « Nos igitur ex devo (...)
  • 238 Ibid., pp. 813-814, doc. 4 : « Fratribus loci de Cartagenia concedimus in posterum facultatem liber (...)

53Conscient des faibles chances que la papauté satisfasse sa requête et décidé à passer outre à un probable refus, Alphonse X chercha, alors même qu’il négociait à Rome, à obtenir du chapitre général de Cîteaux une reconnaissance canonique de Santa María de España. Le 23 janvier 1273, à Santo Domingo de la Calzada, il fit publier à l’intention de ses sujets la lettre qu’il avait reçue de l’abbé de Cîteaux, l’informant qu’à sa demande expresse, lors de la dernière assemblée de l’Ordre, l’institution nouvellement créée avait été admise au sein de la congrégation ad modum Calatrava et placée dans la filiation du monastère de Grandselve237. L’ampleur du succès diplomatique du roi n’a pas été suffisamment prise en compte. L’aval de Cîteaux permit en effet à Alphonse X de renforcer l’institution en dépit de l’hostilité continue de la papauté et de lui procurer, notamment après 1275, lorsque le chapitre général eut permis à la communauté d’élire son propre supérieur238, l’autonomie lui offrant de satisfaire les finalités nationales qu’elle avait mission d’assumer.

  • 239 Archivo Catedral de Santiago, Tumbo B, f° 281r°-v°, et AHN, Clero, carp. 1451, doc 19, publ. ibid.,(...)
  • 240 Ainsi l’a faitvaloir C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinad (...)
  • 241 J- Torres Fontes, «La orden de Santa María de España», pp. 805-806.
  • 242 Ibid., p. 805.

54Le lien intrinsèque de Santa María de España avec le pouvoir monarchique est attesté par l’identité des responsables à qui le roi confia la direction de l’institution. Le premier n’est autre que son fils cadet, le futur Sanche IV, qui est mentionné au cours de l’hiver 1272, alors qu’il rendait la justice en Galice, sous le titre d’alférez. de Santa María et almirat della su cofradia en España239. Il a selon toute vraisemblance conservé cette dignité jusqu’à ce que le contentieux avec son père, surgi à raison de la crise successorale ouverte par la mort de l’infant Fernando de la Cerda en 1275, n’imposât un changement à la tête de l’Ordre240. Le choix du souverain se porta alors sur l’un de ses collaborateurs fidèles, Pedro Núñez, grand commandeur santiaguiste de Castille, qui l’avait notamment servi lors de l’écrasement de la rébellion musulmane de Murcie241. En poste lors des Cortes de Burgos en mai 1277242, il reçut le titre de maître car, contrairement à l’infant Sanche, il était membre d’un ordre qu’il s’appliqua, jusqu’à son union avec Santiago, à engager dans les directions voulues par la monarchie.

  • 243 Ph. Josserand, « Las ordenes militares y el mar en el contexto de la batalla del Estrecho ».
  • 244 Le contrat est inséré dans l’acte du repartimiento de Séville, publié par J. González González, Rep (...)
  • 245 J. Torres Fontes, «La orden de Santa María de España», p. 804.
  • 246 Ibid., pp. 814-815, doc. 6 :« Sepades que estos ganados que los omnes lieuan que esta mi carta trae (...)
  • 247 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 69, pp. 53-54 : « En esto laflota partió de Sevilla, en e (...)
  • 248 Ibid., chap. 72, pp. 55-57.

55Appelé à opérer sur mer, Santa María de España reçut d’Alphonse X pour principale mission d’enlever aux musulmans le contrôle du détroit de Gibraltar243. Un tel dessein n’était pas neuf dans l’esprit du roi. Dès le début de son règne, il avait cherché à impliquer Santiago dans un service maritime en lui imposant d’équiper une galère trois mois dans l’année244. L’opération avait dû cependant être abandonnée très vite car elle requérait un investissement supérieur à celui que le roi était alors disposé à consentir. En créant Santa María de España, Alphonse X paraît cette fois s’être donné les moyens d’un programme naval ambitieux. Les revenus qu’il mit à la disposition de l’Ordre étaient considérables. En 1274, lors des Cortes de Zamora, il lui accorda, pour chaque procès plaidé dans le royaume, le tiers de la part des amendes perçues par le trésor public245, avant de lui céder l’Hospital del Rey de Burgos, au bétail duquel il octroya en 1276 l’exemption de tout tribut246. En quelques années fut ainsi créée une flotte capable d’imposer un blocus à Algésiras tout un hiver247, avant d’être détruite en 1279 par les Mérinides, qui lui infligèrent une défaite à laquelle peu de navires réchappèrent248.

  • 249 AHN, Osuna, leg. 81, doc. 2et leg. 102, doc. 1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de (...)
  • 250 AHN, OM, carp. 222, doc 4, publ. J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », pp. 817-8 (...)
  • 251 AHN, OM, carp. 222, doc 4 : « Por grand sabor que auemos de fazer bien e merçed a la orden de Sanct (...)

56La vocation navale de Santa María de España ne résista pas à cet échec, qui compromettait l’ensemble de la politique maritime d’Alphonse X. Le roi ne cessa pas pour autant d’utiliser l’institution. Bien au contraire, la menace musulmane sur la basse vallée du Guadalquivir devenant plus pressante, l’Ordre fut sommé d’opérer un redéploiement sur la frontière terrestre du royaume de Séville. Le 10 décembre 1279, à la veille de la concession aux ordres d’Alcantara et de Calatrava des forteresses de Morón et de Cazalla249, Santa María de España obtint la place de Medina Sidonia et le château assez proche d’Alcalá Sidonia, l’actuel Alcalá de los Gazules250. Comme pour les autres institutions de filiation cistercienne, la donation royale fut consentie à la milice à la condition qu’elle déplaçât son couvent central dans le nouvel établissement, de façon à mieux s’impliquer dans la protection du royaume251. De la lutte en haute mer à la défense de la frontière nasride, la tâche impartie à la fondation d’Alphonse X s’était modifiée de façon radicale sans que variât, en revanche, sa subordination à l’autorité royale, dont elle servait fidèlement les desseins nationaux.

  • 252 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. (...)
  • 253 J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », p. 809.
  • 254 Ainsi l’ont fait A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 226, repris dans (...)
  • 255 La transcription de l’obituaire, établie dans la seconde moitié du XVIe siècle parle chroniqueur de (...)

57Cependant, cette transformation ne fut pas sans conséquences. Dans le désastre naval d’Algésiras, Santa María de España avait perdu une partie essentielle de son identité. La milice s’était dès lors rapprochée des autres ordres militaires, comme l’a fait valoir Carlos de Ayala Martínez252, au point qu’elle put être amalgamée à Santiago au lendemain de la défaite de Moclín253. La plupart des historiens s’accordent pour admettre que plus de la moitié des Santiaguistes auraient été tués derrière leur maître Gonzalo Ruiz Girón dans l’embuscade où ils tombèrent en terre nasride254. J’ai eu l’occasion de signaler qu’il s’agit là sans doute d’une exagération fondée sur une lecture erronée de la chronique. Il n’en demeure pas moins que, d’après l’obituaire d’Uclés255, cinquante-cinq frères suivirent leur supérieur dans la mort. Ces pertes sans précédent furent estimées suffisamment graves pour qu’Alphonse X, dans les semaines qui suivirent le désastre, décidât d’unir l’ordre de Santa María de España à Santiago.

  • 256 Susceptible de servir de base à un raisonnement analogique, un élément de grand intérêt ressort de (...)
  • 257 D’après les listes de maîtres transmises depuis le XVe siècle, Pedro Núñez aurait été porté à la tê (...)
  • 258 Ph. Josserand, « In servitto Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et l (...)

58Ce faisant, le souverain mettait fin à une expérience dans laquelle il avait placé à l’origine beaucoup d’espoirs. Au total, cet ordre de création royale avait vécu seulement huit ans. Il ne me semble pas pour autant que l’on puisse tenir l’existence éphémère de l’institution pour l’indice de l’échec du concept d’ordre territorial qu’Alphonse X défendit tout au long de son règne. Bien au contraire, la fusion manifeste que l’idée s’étendait aussi, dans l’esprit du roi, à Santiago et à chacune des milices installées dans le royaume de Castille256. Il n’est pas indifférent que le monarque, tirant parti de l’acéphalie de l’ordre de Santiago par suite de la mort du maître Gonzalo Ruiz Giron, ait nommé Pedro Núñez à sa tête257. En décidant de confier l’institution au supérieur de Santa María de España, Alphonse X signalait fermement qu’il ne renonçait pas aux objectifs originels de la milice navale, auxquels, bien au contraire, il comptait désormais soumettre la totalité des ordres militaires possessionnés dans son royaume258.

  • 259 Ainsi l’ont bien observé A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », p. 69, repri (...)
  • 260 Méconnu, le projet a été signalé par A. Luttrell, « The Hospitaliers of Rhodes : Prospectives, Prob (...)
  • 261 ASV, Reg.Vat. 116, ffos 84v°-85r° : « Nec uidemus etiam quod ordo militant si crearetur ibidem de n (...)
  • 262 L’acceptation par le souverain du refus pontifical ne fut pas immédiate. Ce point a été mis en vale (...)

59Toutefois, le contexte troublé de la fin du règne d’Alphonse X, encore aggravé à la charnière des XIIIe et XIVe siècles, était loin d’être propice à la victoire de cette conception monarchique des ordres militaires. Pedro Núñez lui-même, en prenant parti pour l’infant Sanche — dont il anima, nous l’avons vu, la révolte contre Alphonse X —, trompa la confiance royale. Pourtant, malgré les difficultés considérables auxquelles le pouvoir monarchique fut alors confronté, la volonté des souverains castillans de traiter les ordres militaires selon une logique nationale demeura inchangée. De même qu’en Aragon et au Portugal, elle s’imposa peu à peu à l’autorité pontificale à partir des premières décennies du XIVe siècle259. C’est en effet dans une optique strictement territoriale qu’Alphonse XI, au début de son règne personnel, demanda au pape de consacrer les anciens biens du Temple en Castille à créer un ordre militaire sur le modèle de Montesa et du Christ260. Le refus brutal de Jean XXII ne doit pas induire à penser à un échec de la stratégie du roi261. Pas plus que la dénégation de Grégoire X à confirmer Santa María de España il ne constituait une victoire du siège apostolique et, s’il fut finalement entériné par Alphonse XI262, c’est parce que l’ensemble des milices issues de son royaume avaient alors acquis un profil national.

60Passé le premier tiers du XIVe siècle, Santiago aussi bien que Calatrava avaient indéniablement cessé de fonctionner selon une optique universelle. Leur sphère d’action s’était pour l’essentiel réduite à la péninsule Ibérique. En dehors, dans les rares régions où ces ordres maintenaient une présence territoriale, leur rôle armé avait entièrement disparu. Désormais, leur engagement sur la frontière de Grenade ne souffrait plus de concurrence. Ainsi triomphait la logique nationale dont la monarchie castillane s’était faite l’apôtre à partir du milieu du XIIIe siècle, ruinant progressivement la volonté de la papauté d’impliquer, à l’imitation du Temple et de l’Hôpital, les institutions issues du royaume dans la défense de la Chrétienté latine et des intérêts de l’Église romaine.

III. – La réduction de l’Hôpital à une logique nationale

  • 263 Contrairement à l’opinion récemment exprimée C. Barquero Goñi, Los cabalieros hospitalarios durante (...)

61À partir du règne d’Alphonse XI, la pression de l’autorité monarchique sur les ordres militaires devint telle que même l’Hôpital ne put rester en marge de la logique territoriale imposée à ses homologues. Né en Terre sainte, établi par la suite en Espagne, l’Ordre avait pourtant jusqu’alors réussi à concilier sa participation à la Reconquête avec un soutien actif aux États latins de Méditerranée orientale. L’équilibre commença à se détériorer au début du XIVe siècle. Alors que le danger turc augmentait, suscitant un renforcement de la centralisation à l’échelle de l’Ordre, les liens du prieuré castillan avec le couvent de Rhodes se relâchèrent, contrairement à ceux d’autres provinces, sous l’effet de l’opposition tenace des monarques castillans à l’usage des ressources de leur royaume sur des théâtres d’opération263.

À l’épreuve de la centralisation rhodienne

  • 264 Ainsi l’a observé A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », p. 333, repris dans (...)
  • 265 Ce soutien a été bien mis en évidence par S, Menache, « The Hospitaliers during Clément V’s Pontifi (...)
  • 266 A. Luttrell, « Gli Ospitalieri dal continente alle isole », en particulier p. 83, repris dans Id., (...)
  • 267 Id., « The Military and Naval Organization of the Hospitaliers », et « The Earliest Documents of th (...)
  • 268 Id., « Papauté et Hôpital : l’enquête de 1373 », p. 10.

62Passé le milieu du XIIIe siècle, nous l’avons vu, les nécessités des ordres militaires en Orient se multiplièrent dans la mesure où la protection des États croisés contre l’offensive des Mamelouks leur incombait en presque totalité. L’éviction des Latins de Terre sainte ne modifia en rien la situation. Dûment réformés et, le cas échéant, réunis à la faveur des projets échafaudés en vue de recouvrer Jérusalem, les ordres militaires restaient considérés comme les principales forces aptes à réaliser un tel objectif264. Fragilisés par le procès du Temple malgré l’appui de la papauté265, ils devaient démontrer à l’opinion occidentale qu’ils luttaient au service de la Chrétienté. Les Teutoniques concentrèrent donc leurs efforts contre les païens de Lituanie tandis que l’Hôpital s’établissait à Rhodes, dont il acheva la conquête en 1310266. L’île offrait aux chevaliers une base remarquable pour redéployer leur mission en Méditerranée orientale. Proche de la côte turque mais en même temps facile à défendre contre un adversaire à la faible puissance navale267, elle constituait un relais obligé pour chaque tentative chrétienne de reprendre l’offensive face à l’Islam et confortait aux yeux du public la vocation de la milice268.

  • 269 Id., « Rhodes : base militaire, colonie, métropole de 1306 à 1440 », p. 237, reproduit dans Id., Th (...)
  • 270 Id., « Gli Ospitalieri dal continente aile isole », p. 88, repris dans Id., The Hospitalier State o (...)
  • 271 BNF, Mss. français 1978, f° 170r° : « Et apres de ce le dit pape casse celuy maistre por les grans (...)
  • 272 A. Luttrell, « Actividades economicas de los Hospitalarios », p. 176, et « The Hospitaliers of Rhod (...)
  • 273 La lettre de Déodat de Gozon est rapportée par R. d’Aubert de Vertot, Histoire des chevaliers hospi (...)

63L’Hôpital n’exploita pas Rhodes comme une base coloniale, à la façon dont Vénitiens et Génois utilisaient la Crète ou Chio. Loin de dégager de l’île un réel profit, l’Ordre dut au contraire, pour s’y maintenir, organiser un flux régulier d’hommes et de capitaux provenant essentiellement de ses possessions d’Occident269. Il est certain que celles-ci furent loin de pouvoir toujours suffire. L’Hôpital fut donc obligé de recourir à l’emprunt, en particulier au début de son installation à Rhodes, afin de mener à bien la conquête de l’île270. Les dettes accumulées étaient telles que le pape fut amené en 1319 à déposer le maître Foulques de Villaret, qui en dépit de ses succès militaires avait mis l’institution dans une situation difficile271. Pour faire face aux remboursements et asseoir en même temps son contrôle sur Rhodes, l’Hôpital fut contraint de renforcer la centralisation interne. Si la France méridionale et l’Italie demeurèrent les provinces prioritairement mises à contribution, il n’y eut plus, à partir du début du XIVe siècle, de prieuré qui fît exception272. Les exigences du couvent central résonnaient jusqu’aux ultimes confins des terres habitées, pour reprendre les mots employés en 1347 par le maître au moment de rappeler à leur devoir les dignitaires Scandinaves de l’Ordre273.

  • 274 Un parallèle intéressant peut être établi avec la situation du Temple castillan récemment analysée (...)
  • 275 BNV, SO, vol. 16, doc, 8. C’est ce que précisait le maître Odon des Pins dans une lettre au prieur (...)
  • 276 ASV, Reg. Av. 14, ffos 428v°-429r°. Il lui ordonnait de retirer du montant final de l’estimation le (...)
  • 277 ACL, doc. 11326. Le document a été analysé par J. A. Martín Fuertes, Colección documental del Archi (...)

64Cette nécessité accrue poussa les instances centrales de l’Hôpital à associer davantage le prieuré castillan à la lutte livrée en Méditerranée orientale. Ce dernier, à partir de l’extrême fin du XIIIe siècle, fut astreint à fournir des hommes en quantité plus importante274. Fait révélateur, les mesures prises par le maître en 1295 afin de limiter par souci d’économie le nombre des frères séjournant à Chypre ne le concernaient en rien : ni pour l’Angleterre ni pour la péninsule Ibérique le contingent hospitalier présent dans l’île n’était plafonné275. De la même manière, le couvent central s’efforça d’étendre pleinement à la Castille le principe de solidarité financière défini à l’échelle de l’Ordre. Plusieurs documents témoignent que le prieuré castillan contribua à apurer la dette de l’institution. En décembre 1320, Jean XXII excepta les sommes envoyées à Rhodes — à titre de remboursement pour certaines — des revenus qu’il demandait au légat d’estimer afin de pouvoir en vérifier l’utilisation276. Deux ans plus tard, il permit au supérieur de l’Hôpital, conformément aux décisions arrêtées par le chapitre général, de procéder en Castille à la cession emphytéotique ou à la vente des édifices et terres les moins rentables afin de faire face aux dettes et aux nécessités économiques auxquelles l’Ordre se trouvait confronté de façon aiguë en Méditerranée orientale277.

  • 278 Ainsi l’a mis en évidence pour l’Aragon M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Arag (...)
  • 279 Un résumé des différents concepts de la fiscalité de l’Ordre a été présenté par A. Luttrell, « The (...)
  • 280 BNV, RCG, vol. 280, f° 9r°-v° : « Establi est pour les grans damages qui sont avenus au temps passe (...)
  • 281 Códice 602, f° 155r°.
  • 282 AHN, Códice 600, ffos 97r°-98r°, En octobre 1350, Juan Fernández de Heredia ordonna au nom du maîtr (...)

65Comme dans chacun des autres prieurés, les autorités de Rhodes disposaient en Castille d’un appareil administratif, qui se perfectionna rapidement à partir du début du XIVe siècle278 Leur objectif était d’imposer une fiscalité à laquelle aucun territoire de l’Ordre ne pût se soustraire. Elles recouraient pour ce faire aux prélèvements les plus variés, mêlant aux impôts traditionnels des profits nouveaux279. Le système fiscal de l’Hôpital reposait, nous l’avons vu, sur les responsiones qui drainaient vers l’Orient une partie des rentes de chaque baylie. En 1330, les premiers statuts édictés par Hélion de Villeneuve leur témoignaient un intérêt particulier. Afin de remédier aux manquements passés, il lut demandé aux prieurs et aux baillis capitulaires créés à Rhodes de préparer leur envoi chaque année en fin d’été, sauf cas de force majeure, qu’ils devaient dans un délai d’un mois exposer au couvent280. L’obligation n’était pas seulement théorique et, à plusieurs reprises, ces prescriptions permirent en Castille de rappeler des frères à leur devoir281, voire d’admonester un prieur réticent à livrer aux autorités centrales la part des rentes qui leur revenait282.

  • 283 Du moins est-ce l’opinion de M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, p. 158. (...)
  • 284 AHN, Códice 602, f° 145v°. Le 6 février 1357 Juan Fernández de Heredia enjoignait ainsi à chacun de (...)
  • 285 AHN, Códice 602, f° 141r°-v°, publ, ibid, t. III, pp. 741-742 : « Cierto es uos auer recibido del a (...)
  • 286 BNV, RCG, vol. 280, f° 49r : « Fu ordene per le maistre e prodes homes du conuent que les priores e (...)
  • 287 AHN, Códice 599, f° 52r°-v°, et Códice 602, ffos 2v°-3r°.
  • 288 Le fait est consigné dans l’ordre de payer adressé aux commandeurs de Castille par Juan Fernández d (...)

66À cet impôt annuel, qui affectait l’ensemble des domaines de l’Ordre, s’ajoutaient divers prélèvements irréguliers dans leur principe. Avant que ne prît fin la présence latine en Terre sainte, les autorités supérieures de l’Hôpital avaient inauguré la pratique de retenir les armes et l’équipement militaire des frères défunts283. S’il garda en castillan son nom originel d’arnés, ce droit de dépouille s’étendit rapidement au numéraire et aux effets de valeur se trouvant en possession du défunt284. Au milieu du XIVe siècle, il pouvait porter sur des fortes sommes : ainsi, ce ne sont pas moins de deux mille doubles d’or que Juan Fernández de Heredia enjoignit en 1356 à son lieutenant d’expédier à Rhodes au titre de la dépouille de Fernán Fernández de Sarria, après en avoir déduit les dettes que le commandeur avait contractées envers lui-même285. En 1344, alléguant le coût d’entretien de la flotte, le chapitre général de l’Hôpital étendit cette pratique au prélèvement d’un droit de vacance286, dont plusieurs documents attestent dans les années suivantes qu’il fut perçu en Castille sur les rentes des baylies dépourvues de titulaire287. D’autres contributions affectèrent à titre exceptionnel le prieuré, en particulier lors du passage du maître à Rhodes, pour lequel, comme en 1356, il était d’usage que la Castille participât aux frais288.

  • 289 La définition des camere magistrales a été donnée par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Je (...)
  • 290 À peine traitées par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios casteUanos a mediados del siglo XIV », q (...)
  • 291 BNV, RBC, vol 317, f° 114r°, et vol, 318, f° 91r°. Dans son travail sur l’Aragon, M. Bonet Donato, (...)
  • 292 BNV, SO, vol. 16, doc 37.

67S’ils en constituaient sans conteste l’essentiel, les impôts n’épuisaient pas l’ensemble des ressources prélevées par les autorités de Rhodes sur les domaines castillans de l’Hôpital. Parmi les sommes envoyées en Orient figurait chaque année le produit des chambres magistrales, ces commanderies du prieuré laissées à titre personnel au maître qui investissait, pour en coordonner l’exploitation, un lieutenant chargé de lui adresser les excédents de son administration289. Apparues en Castille au début du XIVe siècle, ces unités font l’objet de références nombreuses dans la documentation rhodienne à partir de la décennie 1340290. Plusieurs reçus délivrés par le maître Déodat de Gozon à Juan Fernández de Heredia indiquent ainsi que les chambres magistrales de Quiroga et d’Olmos permirent, au titre des exercices fiscaux de 1347 et 1350, d’envoyer quatre cents florins d’or en Orient291. Il semble que ces revenus aient été assez réguliers pour figurer, à l’instar des responsiones et des droits de dépouille, au nombre des rentes dont le maître Roger des Pins chargea en juin 1359 ses collecteurs dans le prieuré de Castille d’obtenir le recouvrement à raison de l’année fiscale écoulée292.

  • 293 L’évolution a été signalée par C. Barquero Goñi,» Los Hospitalarios en el reino de León », p. 357, (...)
  • 294 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 119, p. 252 : « Et en este tiempo veno al realdon frey Alfons (...)
  • 295 BNV, RBC, vol. 280, f° 33v°. Le prieur est confirmé selon le procès de délibération « ad quinque an (...)
  • 296 Dès la première moitié du XIVe siècle, il est ainsi attesté à Chypre, d’après A. Luttrell, « The Ho (...)
  • 297 La sanction est exprimée dans les statuts de 1340 (BNV, RBC, vol. 280, f° 44) : « Item recorde est (...)
  • 298 BNV, RBC, vol, 280, f° 48r° : « Item, parce que les priors et baillis per chapitre general de un gr (...)

68Pour garantir la participation du prieuré castillan à la lutte contre les Turcs, les autorités centrales de l’Hôpital tentèrent, à partir du début du XIVe siècle, de soumettre ses responsables à un contrôle croissant. Fréquente, nous l’avons vu, dès la seconde moitié du XIIIe siècle, leur intervention dans l’élection du prieur provincial devint alors systématique293. En atteste, aux dires même de la chronique royale, l’investiture d’Alfonso Ortiz Calderón, nommé par le maître en 1333, peu après la mort de Fernán Rodríguez de Valbuena294. Confirmé dans cette charge pour cinq ans par le couvent lors du chapitre général de 1335, le dignitaire était astreint à envoyer à Rhodes la somme de deux mille florins d’or295. Le lien ainsi établi n’est pas fortuit. Mis en œuvre de façon récurrente, il visait, en Castille comme dans les autres prieurés296, à garantir que les supérieurs provinciaux, une fois institués, n’oublient pas leurs obligations à l’égard de Rhodes, assurant leur envoi annuel sous peine d’être suspendus de leur charge297 et satisfaisant, tous les cinq ans, au passage auquel ils étaient tenus, comme le leur rappelèrent les statuts édictés en 1344 par le chapitre général298.

  • 299 Présenté au plan général par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jérusalem and Cyprus, pp. 3 (...)
  • 300 AHN, OM, carp. 462, doc. 178.
  • 301 BNV, RBC, vol. 317, f° 127r°-v°.
  • 302 AHN, Códice 602, f° 156r°-v°, publ. Ph. Josserand, « Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique » (...)

69À l’instar du supérieur, plusieurs commandeurs furent à l’échelon du prieuré de Castille directement choisis par les autorités rhodiennes, désireuses de multiplier les relais susceptibles de faire respecter leurs décisions dans la province299. L’origine d’une telle pratique semble remonter pour le moins au début du XIVe siècle. Ainsi, en octobre 1305, Arias Gutiérrez Quixada détenait les commanderies de Bamba et de San Miguel del Pino dont le maître Foulques de Villaret, auquel il avait accordé un prêt de cinq cents marcs d’argent, le dispensa de payer les responsiones pendant quinze ans300. Toutefois, la coutume d’investir des commandeurs depuis Rhodes ne se développa pas en Castille avant le milieu du XIVe siècle, en liaison avec l’effort entrepris par les autorités supérieures de l’Hôpital pour s’assurer une meilleure solidarité financière du prieuré. En 1347, la collation des baylies de Salamanque, de Ledesma et de San Gil de Zamora fut accordée pour dix ans à Gonzalo Díaz à condition que le bénéficiaire affectât une partie de leurs rentes à l’équipement de la flotte, dont le maître souligne les besoins301 comme il devait le faire encore, dix ans plus tard, à l’heure de concéder, grevée des mêmes obligations, la commanderie de Portomarín à Rodrigo Alfonso de Logroño302.

  • 303 Leur rôle a été analysé à l’échelle de la péninsule Ibérique par M. Bonet Donato, La orden del Hosp (...)
  • 304 BNV, RBC, vol. 317, f° 99r°, et vol. 318, f° 91r°. Il faut relever que dans le dernier document Jua (...)
  • 305 L’épisode a été bien souligné par M. Sánchez Martínez, « Las órdenes militares en la cruzada granad (...)
  • 306 Plusieurs exemples d’Hospitaliers ayant demandé l’autorisation de se rendre en Galice au milieu du (...)

70La désignation dans le prieuré de Castille de responsables qui leur soient acquis représente seulement une partie des efforts déployés par les autorités de Rhodes pour associer pleinement la province aux missions de l’Hôpital. En effet, il importait au moins autant de pouvoir surveiller leur gestion une fois en charge. À cette fin, le couvent central dépêchait en Castille des visiteurs généraux303 et, dans le domaine financier, des collecteurs des responsiones, le plus souvent étrangers au prieuré, comme le chevalier navarrais Juan de Liñán en 1346 ou, cinq ans plus tard, le châtelain d’Amposta Juan Fernández de Heredia304. Leur travail n’était pas facile dans la mesure où ils se heurtaient régulièrement au pouvoir royal qui en un cas, en Aragon en 1330, obligea même l’envoyé de l’Hôpital à quitter la péninsule Ibérique305. Vu l’ampleur des obstacles auxquels elles se heurtaient, on peut penser que les autorités de la milice tentèrent de mobiliser un réseau d’informateurs plus informel à l’intérieur duquel prendraient place les frères qui sollicitaient de partir en pèlerinage à Compostelle306. Rien ne permet cependant de l’assurer tout à fait, bien que l’on puisse penser qu’à leur retour à Rhodes, après avoir longuement cheminé en Castille, ces religieux pouvaient fournir au couvent central des informations sur un prieuré qui tendait de plus en plus à échapper à son emprise.

La faiblesse des apports de combattants

  • 307 Souligné pour l’Aragon par A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhode (...)
  • 308 ACA, Cancillería, reg. 47, f° 86v°. Il semble cependant, au vu de la réponse de Pierre III, que la (...)

71Le renforcement des prétentions des instances centrales de l’Hôpital contrariait radicalement, on le comprend sans peine, le projet monarchique de territorialisation des ordres militaires307. Neutraliser les effets de cette tentative, en restreignant la portée des transferts opérés au profit de Rhodes, devint donc pour les souverains de Castille une priorité majeure. La réponse du pouvoir monarchique s’articula dans deux directions. Tout d’abord, les souverains castillans cherchèrent à contrôler au sortir du royaume le passage d’hommes et, plus encore, de fonds à destination de la Méditerranée orientale. Il n’est nullement exclu que la volonté royale de limiter l’envoi de frères de l’Hôpital en dehors de la Péninsule soit apparue en Castille dans les dernières années de la présence latine en Terre sainte. Ainsi du moins peut-on interpréter l’appui fourni par Alphonse X au prieur Alvar Peláez, dont nous avons vu qu’il avait refusé en août 1277 d’obtempérer à la convocation du maître en Orient. Non seulement aucune sanction ne fut prononcée à l’encontre du dignitaire mais, deux ans plus tard, le roi intervint en personne pour obtenir de Pierre III d’Aragon la restitution d’un esclave musulman de l’Ordre capturé en territoire valencien et dont ce dernier monarque se serait indûment emparé en prétextant la désobéissance du frère castillan308.

  • 309 ASV, Reg. Vat. 132, f° 93v°. Analysé brièvement par J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres c (...)
  • 310 En Aragon, le pape n’essuya pas un refus très différent, comme l’a relevé A. Luttrell, « The Aragon (...)
  • 311 AS V, Reg. Vat. 139, f° 2r°. Le texte a été analysé par E. Déprez et G. Mollat, Clément VI. Lettres (...)
  • 312 ASV, Reg. Vat. 139, f° 135v°, cit, ibid, p. 101, doc. 803.
  • 313 ASV, Reg. Suppl. 10, ffos 146v°-147r°, publ.A. Domingues de Sousa Costa, Monumenta Portugaliœ Vatic (...)

72Ce n’était là toutefois qu’un préambule. À partir du règne d’Alphonse XI, le contrôle monarchique pesant sur les mouvements des frères de l’Hôpital prit un caractère beaucoup plus accusé. Les Hospitaliers pouvaient ainsi être rappelés en Castille pendant qu’ils résidaient en Orient, comme ce fut le cas du commandeur de Lora Rodrigo Pérez, sommé en octobre 1337 de revenir dans sa baylie à la veille du déclenchement d’une importante campagne sur la frontière nasride309. À plusieurs reprises, les frères castillans se virent même interdire de quitter le royaume. En 1345, Clément VI, malgré toute sa détermination, échoua à obtenir leur participation à une offensive projetée en mer Égée310 : c’est en vain que le pape, en mai, invita Alphonse XI à leur permettre de s’embarquer311 et qu’il demanda, cinq mois plus tard, en raison de l’enlisement de la situation, aux évêques de Zamora, de Salamanque et de Sigüenza de relayer sa requête auprès du roi312. Du moins est-ce ce qui ressort d’une supplique adressée à Clément VI en décembre 1345 par le prieur portugais Alvar Gonçalves, qui implorait le pontife de convaincre les souverains ibériques d’autoriser l’Hôpital à faire sortir de leurs royaumes hommes et subsides à destination de Rhodes313.

  • 314 II semble que de pareilles interdictions aient été plus répandues en Aragon, en particulier sous le (...)
  • 315 Ainsi l’a mis en évidence J. Delaville le Roulx, « Bulle de convocation d’une assemblée des Hospita (...)
  • 316 ASV, Reg. Vat. 244, f° 75r°-v° L’acte a été analysé par G. Mollat, Lettres secrètes et curiales du (...)

73Sans doute une telle interdiction constitue-t-elle une mesure extrême : de fait, on n’en rencontre pas vraiment d’autre exemple dans la documentation castillane314. Elle n’en montre pas moins toute la puissance du contrôle que l’autorité royale avait réussi à imposer aux Hospitaliers dans leurs mouvements hors du royaume. Ainsi, en 1365, lorsque Urbain V convoqua à Carpentras une assemblée des principaux dignitaires de l’Ordre pour mettre en œuvre une ligue contre les Turcs, il dut demander à Pierre Ier d’accorder au prieur la permission de participer à la délibération en compagnie de quatre de ses subordonnés315. Dix ans plus tard, son successeur Grégoire XI sollicitait en des termes similaires l’autorisation d’Henri II, afin que vingt-deux chevaliers du prieuré castillan, accompagnés par autant d’écuyers, puissent gagner Rhodes où. se préparait une offensive en Asie Mineure dont le pape voulait qu’elle réunît près d’un millier d’Hospitaliers316. Il n’y avait aucune expédition de quelque envergure qui ne nécessitât l’agrément du roi de Castille, lequel avait ainsi la possibilité de réguler tout à loisir l’engagement des frères en dehors du royaume.

  • 317 BNV, RBC, Vol. 318, f° iiir° : « Quod fratres quattuor vestri prioratus y doneos et suficientes qua (...)
  • 318 Ces chiffres ressortent des statuts des différents chapitres généraux de l’Hôpital au cours du seco (...)

74Jamais le but du pouvoir royal ne fut d’interdire durablement aux frères du prieuré castillan de l’Hôpital de participer, à l’instar de leurs coreligionnaires, à la lutte contre les Turcs en Méditerranée orientale. Il consistait uniquement à s’assurer que leur engagement ne portait pas préjudice aux intérêts du royaume. Il était ainsi de tradition que plusieurs frères castillans soient périodiquement appelés à passer à Rhodes, comme le rappelait au printemps 1351 le maître Déodat de Gozon, demandant à Fernán Pérez de Deza, conformément aux usages de son prieuré, de lui dépêcher quatre frères figurant parmi les cent qu’au total il convoquait dans l’île317. Il est difficile de savoir si cette proportion est représentative mais, en l’absence de séries aisées à interpréter, le rapport d’un pour vingt-cinq fournit un ordre de grandeur acceptable des effectifs castillans prenant part à la défense de Rhodes. Ceux-ci, compris entre deux et six frères dans les différentes dispositions statutaires arrêtées à l’initiative d’Hélion de Villeneuve318, équivalaient d’ordinaire à un peu moins du vingtième des effectifs mobilisés dans l’île.

  • 319 A. Luttrell, « Gregory XI and the Turks », repris dans Id., Latin Greece, the Hospitaliers and the (...)
  • 320 Id., « Papauté et Hôpital : l’enquête de 1373 », pp. 26 et 40-41.
  • 321 Pas plus que pour d’autres régions d’Occident on ne saurait tenir pour vraisemblables les chiffres (...)
  • 322 J. Glénisson, « L’enquête pontificale de 1373 sur les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean de (...)
  • 323 Il en existe cependant des indices manifestes. Le 25 juin 1364, Juan Fernández de Heredia accordait (...)
  • 324 J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, p. 216.

75À quelques reprises, les sources mentionnent des chiffres supérieurs, parfois considérables, notamment lors du passage prévu en 1375 par Grégoire XI contre les Turcs319. À lui seul, nous l’avons vu, le prieuré castillan aurait été astreint à fournir vingt-deux chevaliers et autant d’écuyers. Sur la base des résultats de l’enquête générale menée en 1375 sur les biens de l’Hôpital, Anthony Luttrell a justement relevé que, pour la France et l’Angleterre, le projet du pape était complètement irréaliste320. À l’échelle de la Castille, le même constat peut être fait321, bien que l’absence de procès-verbal écrit en réponse à l’enquête apostolique empêche d’y mesurer aussi précisément le décalage322. La crise économique dut être moins violemment ressentie en Castille que dans le Nord de la France323. Pour autant, passé le milieu du XIVe siècle, la diminution des effectifs y est également sensible, comme le montrent les statuts du chapitre général de 1383, qui déplorent que l’ordonnance prise dix ans plus tôt sur l’interdiction du cumul des commanderies soit demeurée lettre morte en raison du petit nombre des frères du prieuré324. Imaginer que le prieuré castillan de l’Hôpital fût en état d’envoyer à Rhodes quarante frères, tant chevaliers que sergents d’armes, était une parfaite utopie qui ne peut résister à l’analyse des possibilités réelles de la province.

  • 325 BNV, RBC, vol. 316, f° 177r°. La liste portée parle document pour le prieuré de Castille est la sui (...)
  • 326 II s’agit tout d’abord de Rodrigo Alfonso de Logroño, commandeur de Vallejo et d’Oruña, et de Gonza (...)
  • 327 AHN, Codice 602, f°166F.
  • 328 BNV, RBC,vol. 319, f° 308v°.

76On ne saurait se montrer trop prudent en cherchant à évaluer le nombre des Hospitaliers castillans effectivement partis pour Rhodes lors des passages périodiquement organisés à l’initiative des instances centrales de l’Ordre. D’ordinaire, la seule information fournie par les sources concerne le total des frères appelés du prieuré. Rien ne prouve que par la suite ceux-ci aient pris la mer. Bien au contraire, l’unique liste nominative mise au jour dans les archives de La Vallette inciterait plutôt à en douter. Le 12 juin 1356, le maître Roger des Pins invitait six chevaliers castillans à passer à Rhodes : Rodrigo Alfonso de Logroño, Fernán García, Alvar González de Sarria, Gonzalo Rodríguez de Montoya, Juan Alfonso de Cedrón et Arias Díaz de Valbuena disposaient pour partir un délai d’un an à compter du mois en cours325. Or, la présence en Castille de quatre pour le moins des six frères appelés est attestée en décembre 1356 ou, au plus tard, durant le premier semestre de l’année suivante326. Leur passage, si tant est qu’il a eu lieu, n’a donc pas duré plus de quelques mois. Seuls deux frères dans le groupe sont susceptibles d’avoir séjourné à Rhodes plus longtemps : Alvar González de Sarria, dépêché huit ans plus tard auprès du couvent par Juan Fernández de Heredia, vraisemblablement soucieux de profiter de son expérience327, et Juan Alfonso de Cedron, auquel en 1366 les instances centrales remirent pour prix de ses services la baylie de Ribadavia328. Rien ne permet toutefois d’affirmer, même pour ces deux frères, qu’ils ont réellement obéi à l’ordre de Roger des Pins, qui dut de toute façon rester pour largement inaccompli.

  • 329 Le fait a été signalé par A. Luttrell, « Aragonesesy catalanes en Rodas », reproduit dans Id., Tbe (...)
  • 330 Menées d’abord au couvent de Rhodes, les carrières orientales des frères de Castille ne s’y limitai (...)
  • 331 AHN, OM, carp. 859, doc. 6. Le texte, analysé par C. Gutiérrez del Arroyo, Catálogo de la documenta (...)
  • 332 BNV, RCG, vol. 280, ffos 41r° et 42r°. Lors du chapitre général de 1337 sont en effet convoqués à R (...)
  • 333 AHN, OM, carp. 580, doc. 15. Le 22 décembre 1325, il participait, en compagnie de deux autres frère (...)
  • 334 BNV, RBC, vol. 317, ffos 128v°-129r°, 129r°-v°, et 130r°-v°.
  • 335 BNV, BCG, vol. 280, f° 41v°.
  • 336 BNV, RBC, vol. 317, f° 130v°.
  • 337 La charge lui fut dévolue en propre une fois Fernán Pérez de Deza nommé à la tète du prieuré de Cas (...)

77Quel qu’ait été le désir des instances centrales de l’Hôpital d’obtenir que les frères du prieuré castillan assistent Rhodes, jamais la présence de ces derniers dans l’île ne fut massive. Plus encore que les Catalans et les Aragonais, ils formèrent jusqu’à la fin du XIVe siècle une communauté réduite329. Cela n’empêcha nullement plusieurs d’entre eux de réalisera Rhodes de belles carrières330. Ce fut notamment le cas de Macías Pérez. Présent sur l’île en 1318, où il assistait à une réunion du couvent visant à obtenir du pape l’éviction de Foulques de Villaret331, il entreprit d’y servir à titre permanent en 1337 lorsqu’il y retourna, chargé de la commanderie de Puente Fitero332, après un séjour de quelques années en Castille333. À sa mort, en 1347, sa réussite dans l’Ordre est clairement soulignée par les baylies de Villafilar, Bamba et Villaescusa dont il avait dans l’intervalle été pourvu par le couvent central334. Dans cette dernière commanderie lui succéda Mendarias de Valbuena, venu en 1337 dans l’île335, dont le succès est encore plus éclatant puisqu’aux baylies de Fresno et de Paradinas, qu’il détenait à cette date336, il ajouta la dignité de drapier de l’Ordre, d’abord comme lieutenant de Fernán Pérez de Deza, puis de plein droit pendant près d’une décennie337.

  • 338 A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes », pp. 17-18, et « Hospit (...)
  • 339 BNF, Mss. français 6049, f° 204v°, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des H (...)
  • 340 AHN, Códice 602, f° 166r°, Le contexte de schisme à l’intérieur du prieuré de Castille à la fin du (...)
  • 341 La nouvelle de la mort de Nuño Suárez ressort d’une lettre de Juan Fernández de Heredia, datée du 1 (...)
  • 342 BN V, RBC, vol. 318, f° iiir°.

78De telles réussites ne doivent pas cacher que le nombre des frères castillans présents à Rhodes ne dépassa jamais la dizaine au cours du XIVe siècle. Encore faut-il relever que parmi eux, Anthony Luttrell l’a bien souligné pour l’Aragon, tous n’étaient pas obligatoirement venus dans l’île pour combattre338. Plusieurs avaient été envoyés par le prieur pour débattre avec les autorités centrales de l’Hôpital de quelque affaire relative à la province castillane. C’est par exemple le cas d’un certain Suero qui en 1303, alors que le siège de l’Ordre était encore établi à Chypre, mourut à Nicosie où il résidait en qualité de délégué du prieur García Pérez339, et, soixante ans plus tard, d’Alvar González de Sarria, dépêché à Rhodes par Juan Fernández de Heredia afin de dénoncer aux autorités centrales la gestion du supérieur désigné par Pierre Ier340. À titre exceptionnel, certains frères ont pu être mandés au couvent pour être corrigés voire, le cas échéant, incarcérés à l’exemple du commandeur de Lora del Río, Nuño Suárez, mort en 1352 dans la prison de Rhodes341, où il était entré peu avant pour avoir, selon toute vraisemblance, essayé d’attenter à la vie du prieur de Castille342.

  • 343 Philippe de Mézières, Le songe du vieil pèlerin, t. I, pp. 258-260 : « Ilz viennent la d’Occident e (...)
  • 344 Ainsi l’affirment les statuts de 1344 (BNV, RCG, vol. 280, f° 48v°) : « Est establi que nessun frer (...)
  • 345 Il résidait à Rhodes en 1332 (BNV, RCG, vol. 280, f° 28v°), avant d’être nommé prieur au décès de F (...)
  • 346 Il exerça comme drapier de l’Ordre à partir de 1332 en remplacement d’Arnaldo de Olmos, cité lors d (...)
  • 347 Ainsi l’a signalé C. Barquero Goñi, « Disputas porel priorato del Hospital en Castilla durante los (...)

79Pour les chevaliers de l’Hôpital qui s’engageaient contre les Turcs, le séjour à Rhodes était souvent perçu comme une période transitoire, nécessaire à l’avancement de leur carrière dans l’Ordre. La critique que leur a adressée Philippe de Mézières à la fin du XIVe siècle, les accusant de songer seulement, pendant leur service, à retourner au plus vite en Occident dotés d’un riche bénéfice, est restée célèbre343. Telle quelle, elle est exagérée par sa globalité, mais n’est pas pour autant infondée. Conscientes des risques de dérive, les autorités supérieures de l’Hôpital cherchèrent dès le milieu du XIVe siècle à s’assurer que l’avancement des frères était effectivement lié à leur engagement contre les Turcs, exigeant cinq années de séjour à Rhodes comme condition pour la remise d’un prieuré ou d’une baylie décernée à l’initiative du chapitre de l’Ordre344. Élevés successivement à la tête de la province castillane, Alfonso Ortiz Calderón345, Fernán Pérez de Deza346 et, plus tard, Pedro Díaz347 avaient tous servi au couvent central de Rhodes avant d’être investis de la responsabilité du prieuré. Loin s’en faut, toutefois, qu’une fois nommés ils aient agi dans le sens des intérêts de l’Ordre et se soient appliqués à envoyer en Orient les sommes qui leur étaient réclamées.

L’effondrement des envois de numéraire

  • 348 Rares sont les comptes conservés avant les années 1370, comme l’a relevé A. Luttrell, « The Hospita (...)
  • 349 Ainsi l’ont bien souligné A. Luttrell, « The Hospitaliers of Rhodes : Prospectives, Problems, Possi (...)
  • 350 Le fait a notamment été mis en relief par A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », p. 113, repr (...)
  • 351 La transaction est rapportée par A. García y Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis m (...)
  • 352 ACT, Z.2.A.4.25. L’acte a été brièvement évoqué par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y el arzo (...)

80Si l’autorité royale castillane se montra clairement hostile à l’engagement des membres de l’Hôpital contre les Turcs, son opposition à l’exportation de numéraire fut encore bien davantage marquée. Les documents comptables faisant défaut jusqu’à la fin du XIVe siècle348, il n’est pas facile d’apprécier le volume des fonds adressés à Rhodes à partir des prieurés d’Occident349. Il faut se contenter d’éléments indirects qui tous signalent l’ampleur des transferts monétaires ainsi opérés350. La Castille ne demeura pas en marge de ces envois. Plusieurs sont attestés alors même que l’Hôpital n’avait pas fini d’étendre son contrôle militaire à Rhodes. En 1308, un chargement de biens provenant des prieurés castillans et portugais fut écoulé à Barcelone en vue d’expédier le produit de la vente en Orient351. L’année suivante, à l’initiative de l’autorité pontificale, fut perçu dans la province ecclésiastique de Tolède un impôt qui s’ajouta aux sommes annuelles envoyées par le prieur castillan aux autorités centrales de l’Hôpital, alors confrontées à d’importantes dépenses pour assurer la pacification de Rhodes352.

  • 353 J. Petit, « Mémoire de Foulques de Villaret sur la croisade », p. 607 : « Preterea opportebit domin (...)
  • 354 B. Kedar et S. Schein, « Un projet de “passage particulier” proposé par l’ordre de l’Hôpital », p. (...)
  • 355 Ainsi l’a mis en évidence N. Housley, The Avignon Papacy and the Crusades, pp. 53-54.
  • 356 Id., « Pope Clement V and the Crusade of 1309-1310 », p. 34. Ce faisant, le roi systématisait une i (...)
  • 357 ACA, Cancillería, reg. 541, f° 183r°, cit. M. Sánchez Martínez, « Las órdenes militares en la cruza (...)

81Passé la fin du XIIIe siècle, le renforcement du besoin d’argent des ordres militaires en Orient amenèrent la plupart des monarchies d’Occident à envisager avec une hostilité accrue les exportations de fonds, voire à tenter de leur faire obstacle, comme le déplorait le maître de l’Hôpital Foulques de Villaret dans le mémoire qu’il adressa à Clément V à propos de la croisade353. La conquête de Rhodes acheva d’aliéner à l’Hôpital la faveur des monarques hispaniques qui considéraient, à l’instar du roi d’Aragon, que le projet servait davantage l’Ordre que la Chrétienté354. Refusant, malgré l’insistance du pape, de financer une campagne qu’il estimait préjudiciable à ses États355, Jacques II défendit aux Hospitaliers de son royaume de participer à l’offensive ou d’y investir les revenus du prieuré aragonais356. Si l’interdiction fut rapidement levée, elle n’en fut pas moins périodiquement reprise comme en 1331, lors qu’Alphonse IV somma les commandeurs de l’Hôpital de déposer les subsides destinés à Rhodes dans le couvent franciscain de Lérida afin qu’il pût en disposer à sa guise357. Ainsi se manifesta en Aragon, passé le premier quart du XIVe siècle, une réticence croissante du monarque à permettre que du numéraire fût exporté hors de ses territoires dans une finalité qui échappait à un principe strictement national.

  • 358 BNV, RCG, vol. 280, f° 45r° : « Item recorde est que le prioure de Castella est mis a terme mais dh (...)
  • 359 La préoccupation du roi pour la frontière bétique a été soulignée par S. de Moxó, « Relaciones entr (...)
  • 360 ASV, Reg. Vat 139, ffos 126r° et 259v°. Ces deux textes ont été analysés par E. Déprez et G. Mollat(...)

82Faute de registres de chancellerie, il est impossible de déterminer de façon aussi précise quelle fut la réaction de l’autorité royale castillane. À partir du règne personnel d’Alphonse XI, toutefois, elle ne fut apparemment pas très différente. Passé la fin des années 1330 apparaissent dans la documentation de l’Hôpital les premiers indices d’un affaiblissement de la solidarité financière de la province. À l’été 1340, lors du chapitre général, le supérieur castillan Alfonso Ortiz Calderón, institué cinq ans auparavant par le couvent, fut suspendu pour ne pas avoir acquitté les responsiones dues aux autorités de Rhodes358. Bien que l’on ne puisse le vérifier, il ne serait nullement surprenant que derrière pareil manquement se dissimulât la volonté d’Alphonse XI, désireux, nous l’avons vu, de mobiliser tant les effectifs que les revenus des milices dans l’offensive qui le mettait alors aux prises avec les Mérinides359. Six ans plus tard, en tout cas, la responsabilité du souverain est clairement établie dans le séquestre du montant correspondant au droit de dépouille du prieur de Castille, mort dans l’intervalle, qu’il refusa d’abandonner au couvent de Rhodes en dépit des appels réitérés de la papauté360.

  • 361 À cet égard, il n’est pas possible de souscrire au jugement général de C. de Ayala Martínez, « La o (...)
  • 362 BNV, RBC, vol. 318, f° 91r°.
  • 363 L’absence de paiements du prieur castillan semble remonter pour le moins à 1349. En effet, le 17 ma (...)
  • 364 AHN, Códice 601, ffos 126v°-127v°. Les dettes du prieuré castillan se répartissaient de la sorte : (...)

83À partir du milieu du XIVe siècle, les envois de numéraire en Orient effectués depuis le prieuré castillan pâtissent de l’opposition résolue de l’autorité royale. S’ils ne disparaissent pas, ils tendent néanmoins à se réduire sensiblement361. Ainsi, en 1351, fut expédiée pour l’ensemble des provinces péninsulaires de l’Hôpital, à l’initiative du châtelain d’Amposta Juan Fernández de Heredia, une somme de 3.306 florins d’or dont 856 étaient versés par la Castille, soit davantage que les 300 fournis par le Portugal mais bien moins que les 2.150 envoyés par l’Aragon362. En apparence, le montant perçu n’était pas négligeable. Il faut toutefois souligner que cet envoi, qui comprenait le loyer des baylies vacantes de Villaescusa et de Villafilar, le droit de dépouille du défunt Macías Pérez et les revenus des chambres magistrales du prieuré, provenait seulement de sources secondaires dans la fiscalité de l’Hôpital. Il n’englobait pas les responsiones de l’année en cours, ni les arriérés de celles que depuis près de deux ans le supérieur Fernán Pérez de Deza s’était refusé à satisfaire363. Les sommes remises en 1351 à Juan Fernández de Heredia étaient donc loin d’apurer toutes les dettes de la province castillane. De fait, le châtelain d’Amposta rappela au prieur, au printemps 1352, qu’il devait au couvent, à des titres divers, quelque sept mille florins d’or, soit plus de huit fois la somme dont il s’était acquitté l’année précédente364.

  • 365 Le fait a cependant été totalement passé sous silence par C. Barquero Goñi, « Disputas por el prior (...)
  • 366 A H N, Códice 602, f° 161r° : en juin 1358, Juan Fernández de Heredia rapportait à son lieutenant R (...)
  • 367 Sollicitée du maître par Innocent VI le 27 mars 1354 (ASV, Instr. Miscellanea, doc. 1973, cit. M. M (...)
  • 368 AHN, Códice 602, f° 3r°-v°.
  • 369 AHN, Códice 602, f° 141r°-v°. Il ordonnait ainsi en décembre 1358 à Rodrigo Alfonso de Logroño de l (...)
  • 370 AHN, Códice 602, f° 155r°.
  • 371 Un an jour pour jour après avoir été émise, le 12 juin 1357, l’injonction faite aux commandeurs du (...)
  • 372 AHN, Códice 602, f° 164r°. En juin 1358, Juan Fernández de Heredia enjoignait à son lieutenant de c (...)

84Il est évident que ces retards de paiement jouèrent un rôle déterminant dans l’éviction de Fernán Pérez de Deza de son office de prieur365. Sommé par les autorités de Rhodes de se retirer dans la commanderie de Puente Órbigo366, il fut remplacé à la tête de la province castillane par Juan Fernández de Heredia367, auquel le couvent ordonna de redresser la mauvaise gestion de son prédécesseur en adressant des envois réguliers en Méditerranée orientale368. Sitôt désigné, le nouveau prieur s’employa ardemment à la tâche, cherchant à obtenir le paiement des droits dus à Rhodes, telle la dépouille de Fernán Fernández de Sarria369, et enjoignant aux commandeurs d’honorer leurs obligations sous peine d’être privés de leur fonction370. S’étant attiré, nous l’avons vu, une profonde hostilité de la part de Pierre Ier, le dignitaire n’eut pas le loisir de voir fructifier son entreprise. Les mêmes ordres furent répétés plusieurs fois sans bénéficier pour autant d’une meilleure application371. Les contributions à destination de l’Orient demeurèrent payées de façon irrégulière, comme en atteste le service accordé au pape par le chapitre général de l’Hôpital en 1356 en vue de combattre les Turcs, dont le prieuré de Castille, quelque deux ans plus tard, n’avait pas toujours livré sa quotepart, qui dans l’intervalle avait plus que doublé en raison des intérêts accumulés, sanctionnant un retard de paiement désormais devenu structurel372.

  • 373 Cette décision découlait des dispositions arrêtées par le chapitre général l’année précédente. Étud (...)
  • 374 BNV, SO, vol. 16, doc. 37.
  • 375 BNV, SO, vol. 16, doc. 38. Ils sont, dans l’acte, désignés comme suit : « Rogerius de Monte Alto do (...)
  • 376 BNV, RBC, vol. 319, f° 156-v° : le prieur portugais, Alvar Gonçalves, fut sommé en ces termes par l (...)

85Désireuses de porter remède à la situation, les autorités centrales de l’Ordre décidèrent en juin 1359 d’investir en Castille deux collecteurs dépendant directement de Rhodes373. Leur choix se porta sur deux frères du prieuré, Felipe de Rico et Simón Pérez, commandeurs de Séville et de Robayna respectivement, qui furent chargés de prélever le montant total des droits afférents au couvent374. Neuf mois plus tard, en mars 1360, ils furent brusquement écartés au profit de deux responsables d’origine étrangère, Roger de Montait, prieur de Catalogne, et Etienne de Montaigu, prieur d’Auvergne, nommés par le maître visiteurs généraux en Occident375. Est-on fondé à interpréter le remplacement presque immédiat des frères castillans comme la sanction de leur incapacité à appliquer au sein du prieuré les principes de la fiscalité rhodienne ? Peut-on penser, en ce cas, que leurs successeurs se montrèrent plus efficaces ? S’il n’est pas possible de répondre à ces questions avec certitude, on peut légitimement douter que les délégués institués par le maître aient permis d’améliorer la situation quand on sait qu’en 1365 les supérieurs de Castille et de Portugal furent une nouvelle fois dénoncés par Rhodes en raison des impayés accumulés par leurs prieurés, qui s’élevaient pour cette dernière circonscription à quelque onze mille florins sur douze ans376.

  • 377 Ils ont été présentés en détail par A. Luttrell, « The Hospitallers’Western Accounts, repris dans I (...)
  • 378 Comme l’a bien relevé A. Luttrell, « The Hospitaliers’Western Accounts », p. 3, repris dans Id., Th (...)
  • 379 BNV, SO, vol. 16, doc. 52, publ. ibid., pp. 10-21, et plus particulièrement p. 12 : « Item recebio (...)
  • 380 Ibid., pp. 8-9. Les mêmes données ont été reprises parla suite par A. Luttrell et S. Fiorini, « The (...)

86À partir des années 1360, la contribution financière du prieuré castillan à la défense de la Méditerranée orientale était pratiquement tarie. Ainsi en témoignent les comptes dont, pour l’exercice 1373-1374, les archives centrales de l’Hôpital gardent la mémoire377. Dans le rapport qu’il adressa au maître Robert de Juilly, Juan Fernández de Heredia, responsable de la collecte en Occident378, signale crûment que la province hospitalière de Castille n’avait effectué aucun versement au cours de la période. « De la même façon [écrit-il,] je n’ai rien reçu du prieuré de Castille pour la contribution dudit prieuré l’année susdite, pas plus que pour la taille, pour les arriérés, pour les dépouilles et pour les vacances379. » Avec l’Angleterre et le Portugal, la Castille était la seul prieuré occidental de l’Hôpital à n’avoir rien acquitté durant les années 1373-1375. Le constat est encore plus accusé par comparaison aux revenus provenant de Catalogne et d’Aragon, respectivement 1.0071 et 4.660 florins, qui situent les deux provinces au troisième et au cinquième rang des contributeurs, isolées l’une de l’autre par l’Auvergne et cédant aux seuls prieurés de France et de Saint-Gilles, mais aussi par rapport aux sommes versées par la Navarre, estimées à plus de mille cinq cents florins en deux ans380.

  • 381 BNV, SO, vol. 48, f° 35v°.
  • 382 C’est ce qu’affirme clairement Juan Fernández de Heredia dans le document comptable qu’il adressa e (...)
  • 383 ASV, Reg. Vat. 271, ffos 84v°-85r° Le document a été analysé par G. Mollat, Lettres secrètes et cur (...)
  • 384 AHN, OM, carp. 598, doc 96.
  • 385 À cet égard, le travail classique de J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 195-196, (...)
  • 386 BNV, RBC, vol. 321, ffos 137v°-138r°. Daté du 5 juillet 1381, le procès-verbal de nomination de Ped (...)

87Bien qu’apparemment extrême, cette situation n’était cependant pas exceptionnelle. Au cours de la décennie 1570, l’exportation de numéraire à destination de Rhodes se réduisit en Castille à un phénomène marginal. Les sources mentionnent un seul envoi à destination de Rhodes, effectué en 1378 et d’un montant de deux mille cinq cents florins381. La responsabilité de cette défaillance fut alors attribuée au prieur Lope Sanchez de la Somoza382. Sommé en 1375 par Grégoire XI de s’acquitter des sommes qu’il devait aux instances centrales de l’Hôpital383 le dignitaire fut excommunié à la fin de l’année et dépouillé de son office au profit du commandeur de Fresno el Viejo, Rodrigo Gómez, auquel les frères castillans reçurent l’ordre d’obéir384. Écarté du gouvernement du prieuré, Lope Sánchez de la Somoza semble avoir finalement fléchi et s’être rendu au couvent de Rhodes, où il se reconnut débiteur à hauteur de dix mille florins en échange de la restitution de sa charge385. Faute d’avoir honoré un paiement initial de trois mille cinq cents florins à l’hiver 1380, il fut à nouveau excommunié et cette fois définitivement privé de la direction du prieuré de Castille, que Juan Fernández de Heredia, devenu maître de l’Ordre, confia l’année suivante à un frère ayant longtemps servi à ses côtés, Pedro Díaz, dont il espérait une meilleure collaboration386.

  • 387 BNV, RBC, vol. 321, f° 138v°.
  • 388 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Juan I, an. VII, chap, 15, p. 105.
  • 389 ACA, Gran Priorado de Cataluña, armario 53, leg. i, ffos 4r°-5v°. Le document a été rapporté par A.(...)

88Le mauvaise grâce de Lope Sánchez de la Somoza à s’acquitter du tribut de son prieuré aux autorités centrales de l’Hôpital ne fait à mon avis guère de doute. Le fait qu’il ait reconnu sa dette uniquement après avoir été privé de sa charge le prouve de façon évidente. Cependant, il ne saurait être tenu pour seul responsable de l’effondrement des envois de numéraire destinés à Rhodes. Les principaux dignitaires de la milice en étaient conscients, tel Juan Fernández de Heredia qui, lorsqu’il fit désigna Pedro Díaz à la tête du prieuré de Castille, lui représenta que participer à la défense de Rhodes constituait le premier des devoirs d’un frère de l’Hôpital387. Il n’est pas possible de savoir si le nouveau prieur aurait été capable de changer la situation dans la mesure où, à peine quatre ans plus tard, il fut tué lors de la bataille d’Aljubarrota, en défendant le droit de Jean Ier à la couronne de Portugal388. Ni lui ni ses successeurs ne purent, en tout cas, échapper à l’emprise monarchique ni resserrer avec Rhodes des liens devenus si ténus qu’en 1400, au retour d’une visite en Castille, le prieur de Catalogne signalait aux autorités centrales de l’Hôpital que la somme qu’il avait prélevée était si dérisoire qu’elle n’avait même pas suffi à le rembourser de sa dépense389.

  • 390 En Aragon, A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las ordenes militares », p. 73, repris dans Id., Th (...)
  • 391 Ainsi l’a souligné C. Barquero Goñi, « Disputas porel priorato del Hospital en Castilla durante los (...)

89Passé le milieu du XIVe siècle, le vainqueur de la confrontation qui dans le royaume de Castille opposait le pouvoir royal aux autorités centrales de l’Hôpital pour le contrôle du prieuré de l’Ordre ne fait aucun doute. À l’égal de ses homologues nées du sol hispanique, l’institution fut en effet exposée à une pression monarchique croissante qui la réduisit à une logique territoriale à laquelle elle était étrangère dans son principe390. Aussi les liens de la province castillane avec Rhodes se relâchèrent-ils après le deuxième quart du XIVe siècle. Rares étaient désormais les frères originaires du prieuré qui réalisaient l’essentiel de leur carrière dans l’île et bien plus rares encore les fonds qui y étaient envoyés, car hommes et ressources furent utilisés en priorité par le pouvoir royal dans la péninsule Ibérique à des fins toujours plus étroitement nationales à mesure qu’approchait la fin du Moyen Âge391.

***

90Bien qu’il soit évident à partir du règne d’Alphonse XI, le caractère national des ordres militaires dans le royaume castillan ne résulte pas de quelque essence, mais bel et bien d’une évolution historique qui s’étend sur les deux premiers siècles de leur existence en péninsule Ibérique. C’est ce que reflète leur engagement hors des limites de celle-ci, qui, plus que par l’ampleur des contingents qu’il mit en œuvre, frappe par la diversité des fronts sur lesquels il se déploya et par la continuité des initiatives qu’il supposait, tout au moins jusque dans la deuxième moitié du XIIIe siècle. Évoquer Santiago ou Calatrava comme des institutions nationales dans leur principe, parler des prieurés castillans du Temple et de l’Hôpital comme s’ils étaient dépourvus de tout lien avec le couvent central établi en Orient reviendrait dès lors à méconnaître cette logique universelle en vertu de laquelle les ordres militaires étaient conçus par l’autorité pontificale et tenus d’intervenir pour défendre les intérêts de cette dernière à l’échelle de la Chrétienté tout entière. Plus encore, pour reprendre les mots de Carlos de Ayala Martínez que je relevais au début du présent chapitre, cela interdirait de saisir l’évolution chronologique qui, dans le royaume de Castille, sous le coup d’un pouvoir royal animé d’une volonté étatique forte, conduisit à une territorialisation progressive de ces milices, précoce par rapport au reste de l’Occident.

Notes

1 C’est l’idée exprimée par le discours de réception à la Real Academia de la Historia prononcé en mars 1898 par F. de Uhagón et par la réponse qui lui fut alors adressée par M, Danvila. Les deux textes ont été réunis dans un opuscule intitulé Órdenes mtlttares ; voir notamment pp. 8, 123 et 127-128.

2 Le rôle militaire de l’Hôpital dans la péninsule Ibérique a ainsi longtemps été sous-évalué. Défendue notamment par S. García Larragueta, « La orden de San Juan en la crisis del imperio hispánico del siglo XII », et El gran priorado de Navarra de la orden de San Juan de Jerusalén, t I, pp. 29-30 et 39-41, cette thèse traditionnelle a été critiquée par M. L. Ledesma Rubio, « Notas sobre la actividad militar de los Hospitalarios », et C. Barquero Goñi, « El carácter militar de la orden de San Juan en Castilla y León ». Elle n’en a pas moins été reprise récemment, sous une forme à peine nuancée, à l’initiative dej. Molero García, « Participación de la orden del Hospital en el avance de la frontera castellana (1144-1224) ». Méconnu, l’apport à la Reconquête du Temple et de l’ordre teutonique, donc la fortune historiograhique est moindre que celle de l’Hôpital, reste pour sa part regardé comme négligeable en dépit d’éléments documentaires qui, nous l’avons vu, permettent de le réévaluer d’une manière qui n’est pas uniquement anecdotique.

3 Ainsi l’a notamment mis en évidence E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Primeras tentativas de jurisdicción territorial », et Las órdenes militares y la frontera.

4 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares en la Edad Media, pp. 8-16. Une telle classification a été reprise par l’historien espagnol dans l’ouvrage de référence qu’il a dernièrement publié sur le thème (Id., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 21-22 et 61-63).

5 Nombreux sont les travaux qui reflètent cette conception. Parmi ceux qui sont considérés comme des références, on peut signaler l’étude de J, González González, Reinado y diplomas de Fernando III, t.I, pp. 178-197, qui isole les ordres militaires dits nationaux du Temple et de l’Hôpital, et la contribution de M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes militares castellanas con la Corona », qui d’emblée situe l’action de ces derniers hors de son propos.

6 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares en la Edad Media, p. 8, a évoqué pour la typologie qu’il a bâtie des « modelas que obedecen a una evolución en el concepto de orden militar, una evolución fundamentalmente cronológica ».

7 S. Boissellier, « Réflexions sur l’idéologie portugaise de la Reconquête », p. 158, est l’un des rares auteurs à avoir noté l’ambiguïté de la formule à l’échelle de la péninsule Ibérique. Elle a pourtant été observée sur le plan international jusque pour une institution comme l’ordre teutonique, longtemps considéré comme ayant un profil uniquement germanique, ainsi que l’a signalé U. Arnold, « Die Deutsche Orden zwischen Kaiser und Papst », p. 57, sur la base d’une lettre adressée par le maître Hermann von Salza à Frédéric II, lors de son couronnement comme roi de Jérusalem en 1229, qui commence par ces mots : « Nos vero, sicut ille qui honorem Ecclesie et Imperii diliget et utriusque exaltationi intendit. »

8 Le fait transparaît très nettement de là synthèse de L. García-Guijarro Ramos, Papado, cruzadas y órdenes militares.

9 Une première approche de la question a été présentée par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de fa Chrétienté latine ». Inspirées de ce premier texte, les pages qui suivent se proposent d’en donner une version à la fois plus approfondie et pleinement actualisée.

10 Une vision de synthèse de leur engagement a été proposée par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », repris dans ID., Military Orders and Crusades, V.

11 Une vue d’ensemble de ses différentes contributions, auxquelles j’aurai l’occasion de me référer plus en détail dans le corps de ce chapitre, a été présentée par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago y la idea de Cruzada ». Plus récemment, pour les milices issues du sol castillan, le problème a été repris sur la base des éléments traditionnels par J. M. Rodríguez García, « El internacionalismo de las órdenes “hispanas” en el siglo XIII », et A. Mûr i Raurell, « Relaciones europeas de las órdenes militares hispánicas durante el siglo XIII ».

12 Ainsi l’a encore affirmé J. L. Martín Rodríguez, « Reconquista y cruzada », p. 229.

13 La plupart des historiens ont insisté sur la difficulté de caractériser le mouvement séculaire connu sous le nom de Reconquête. Ainsi l’ont fait notamment D. Lomax, La Reconquista, pp. 10-11, et M. J. Recuero Astray, Orígenes de la Reconquista en el Occidente peninsular, p. 66. Cependant, les auteurs s’attachent d’ordinaire aujourd’hui à bien différencier ce phénomène de celui de croisade, comme l’a rappelé B. Vasconcelos e Sousa, « A Reconquista portuguesa nos séculos XII y XIII », p. 256, en soulignant que Reconquista e idéal de cruzada são dois elementos disintos que só em determinadas circunstancias se associaram. ». Les rapports réels entre ces deux mouvements restent à étudier, comme l’a bien observé dans un bilan historiographique récent J. M. Rodríguez García, « Historiografía de las cruzadas », p. 358, et, si différents éléments se dégagent des contributions de N. Jaspert, « Frühformen der geistlichen Ritterorden und die Kreuzzugsbewegung auf der Iberischen Halbinsel », ou de Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle », on ne dispose d’aucune réflexion générale approfondie, étant donné que l’ouvrage récent de J.O’Callaghan, Reconquest and Crusade in Médiéval Spain, malgré son titre prometteur, présente un questionnement extrêmement daté et relativement superficiel.

14 De nombreux historiens, depuis C. Erdmann, The Origin of the Idea of Crusade, p. 124, jusqu’à J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, p. 167, ont parlé de « croisades d’Espagne » afin de désigner la Reconquête. L’expression ne doit cependant pas abuser. Les guillemets qu’ils lui attribuent soulignent clairement la hiérarchie qu’ils établissent entre les deux phénomènes.

15 E. Benito Ruano, « España y las cruzadas », pp. 100-102, et J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada, pp. 12-13.

16 R. Menéndez Pidal, La España del Cid, t. II, p. 578.

17 Illustrée par R. Fletcher, « Reconquest and Crusade in Spain », pp. 42-43, et M. González Jiménez, « La idea y practica de la cruzada en la España medieval », p. 173, et « ¿Re-conquista ? Un estado de la cuestión », p. 171, cette vision a été caricaturée par G. Raynaud, « La lutte chrétienne contre le pouvoir musulman en Occident ou l’origine ibérique de la croisade d’Orient ». Présentée en des termes moins outrés, elle reste largement dominante en Espagne où, dans une synthèse peu au fait des apports de l’historiographie récente, s’en sont réclamés E. Mitre Fernández et M. Alvira Cabrer, « Ideología y guerra en los reinos de la España medieval », pp. 303-304.

18 Ainsi l’a relevé J. Riley-Smitu, « Erdmann and the Historiography of the Crusades », p. 17.

19 Cette évolution a été observée par J. Flori, « Croisade et chevalerie. Convergence idéologique ou rupture ? », p. 160.

20 La spécificité de la croisade a été affirmée de façon radicale par M. Bull, « Origins », pp. 16-17 : « Terminology of the crusade is often applied incurrately to all the occasions in the decades before 1095 when Christians and Muslims found themselves coming to blows. An idea which underpins the imprecise usage is that the First Crusade was the last in and the culmination of a series of wars in the eleventh century which had been crusading in character, effectively “trial runs” which had introduced Europeans to the essential features of the crusade. This is an untenable view. There is plenty of evidence to suggest that people regarded Pope Urban II’s crusade appeal of 1095-96 as something of a shock to the communal system : it was felt to be effective precisely because it was différent from anything attempted before. »

21 La croisade a été ainsi analysée par des spécialistes éminents comme H. E. Mayer, Geschichte der Kreuzzüge, ou H. E.J. Cowdrey, « Pope Urban II’s Praching the First Crusades », repris dans Id., Popes, Monks and Crusaders, XVI. Cette définition a été approfondie par J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, pp. 14-17, et M. Bull, Knightly Piety and Lay Response to the First Crusade. En France, elle a été partiellement acceptée par J. Flori, « Réforme, reconquista, croisade. L’idée de reconquête dans la correspondance pontificale d’Alexandre II à Urbain II », p. 318, et, sans la moindre réserve, par A. Demurger, La croisade au Moyen Âge, pp. 20-21.

22 Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle », p. 77.

23 Ainsi l’ont établi avec justesse E. Benito Ruano, « España y las cruzadas », pp. 111-112, et J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada, pp. 60-61.

24 Ébauché dans la seconde moitié du XIe siècle, ce phénomène, observé par M. Defourneaux, Les Français en Espagne aux XIe et XIIe siècles, est surtout sensible dans un premier temps en Aragon, où il a été présenté par C. Lauena Corbera, « Larga stipendia et optima prœdia ». Par la suite, il n’a cessé de se développer, intéressant des combattants venus d’horizons de plus en plus lointains, comme les Allemands, dont l’investissement, important en particulier au Portugal, a été étudié par B. Meyer, « El papel de los cruzados alemanes en la reconquista de la Peninsula Ibérica », ou les Frisons dont l’engagement, également dans le Sud-Ouest de la Péninsule, a été analysé par H. Brassat, Die Teilnahme der Friesen an der Kreuzzügen ultra mare vornehmlich im 12. Jahrhundert, et J. A. Mol, « Frisian Fighters and the Crusades », pp. 93-95.

25 Ainsi l’a relevé M. Marín, « Crusaders in the Muslim West : the View of Arab Writers », p. 100, en se fondant notamment sur le récit par Ibn Ḥayyān de la prise de Barbastro. Cet avis a été corroboré par l’analyse de B. Münzel, Feinde, Nachbarn, Bundnispartner, qui souligne que la conscience d’un danger militaire chrétien ne s’imposa pas dans l’opinion d’al-Andalus avant l’extrême fin du XIe siècle.

26 Des historiens de plus en plus nombreux l’ont mis en valeur au cours des dernières années, situant l’amorce de cette rupture dès la fin du XIe siècle, comme l’ont fait R. Plötz, « Sanctus et peregrinus, peregrinus et sanctus », p. 97, et M. Calleja Puerta, El conde Suero Vermúdez, su parentela y su entorno social, p. 470, ou, de façon à mon sens plus conforme à la réalité hispanique, dans la première moitié du XIIe siècle, comme l’ont avancé M. A. Rodríguez de la Peña, « La cruzada como discurso político en la cronística alfonsí », p. 25, N. Jaspert, Die Kreuzzüge, pp. 113-115, ou bien encore P. Henriet, « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dans la péninsule Ibérique », p. 75.

27 Ainsi l’a démontré A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, p. 364, dans une étude dont les conclusions ont été sur ce point corroborées par Th. Deswarte, De la destruction à la restauration.

28 Dans ses conclusions, A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, p. 363, rejoint l’opinion de D. Baloup, « La croyance au purgatoire en Vieille-Castille », L I, pp. 42 et 57.

29 A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, pp. 363 et 369 : « Auch der eigentliche Kampf gegen die Sarazenen wurde nach alttestamentlichen Vorbildern begriffen, und zwar jetzt in allen seinen Elementen als pugna Dei und bellum Deo auctore. Entsprechend einer zuvor dargelegten Definition des Begriffs “Heiliger Krieg” konnte die Reconquista deshalb als Heiliger Krieg gekennzeichnet werden. »

30 L’importance de ce pontificat dans l’évolution du regard porté par l’Église sur la guerre a été mise en évidence dans un article ancien, mais toujours très utile, de F. Engreen, « Pope John the Eighth and the Arabs ».

31 Le fait a été relevé par J, Flori, « Guerre sainte et rétributions spirituelles dans la seconde moitié du XIe siècle », p. 629.

32 Id., « L’Église et la guerre sainte de la “paix de Dieu” à la “croisade” », p. 458.

33 Le fait ressort des études classiques de R. H. W. Regout, La doctrine de la guerre juste de saint Augustin à nos jours, et de F. H. Russel, The Just War in the Middle Ages.

34 Longtemps acceptée sans discussion, cette identification traditionnelle a été récusée parA. Ferreiro, « The Siege of Barbastro, 1064-1065 : a Reassessment ».

35 Le texte pontifical a été publié par S. Lœwenfeld, Epistolœ pontificum romanorum ineditœ, p. 43, doc. 82 « Eos qui in Ispaniam proficisci destinarunt paternitate karitate hortamur ut, que divinitus admoniti cogitaverunt ad effectum perducere, summa cum sollicitudine procurent ; qui tuxta qualitatem peccaminum suorum unusquisque suo episcopo vel spirituali patri confiteatur, eisque, ne diabolus accusare de inpenitentia possit, modus penitentie imponatur. Nos vero auctoritate sanctorum apostolorum Petri et Pauli et penitentiam eis levamus et remissionem peccatorum facimus, oratione prosequente. » Il a été longtemps interprété comme une indulgence offerte à des guerriers partant lutter contre l’Islam en péninsule Ibérique, ainsi que l’a fait G. Petti Balbi, « Lotte antisaracene e militia Christi in ambito iberico ». Cette thèse a été récusée par M. Bull, Knightly Piety and Lay Response to the First Crusade. pp. 72-75, qui considère l’acte comme une simple levée de pénitence à l’intention de pèlerins. Si J. Flori, « Réforme, reconquista, croisade. L’idée de reconquête dans la correspondance pontificale d’Alexandre II à Urbain II », pp. 319-321, accepte le premier point de la critique, renonçant à parler d’indulgence, il maintient cependant, à mon sens à juste titre, que le document intéresse bien des guerriers en partance pour l’Espagne.

36 J. Flori, « L’Église et la guerre sainte de la “paix de Dieu” à la “croisade” », pp. 458-459, et « Guerre sainte et rétributions spirituelles dans la deuxième moitié du XIe siècle », p. 633.

37 Observé de longue date par E. Benito Ruano, « España y las cruzadas », pp. 111-113, et J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada, pp. 60-61, et récemment encore rappelé par D. Smith, « “Soli Hispani” ? Innocent III and Las Navas de Tolosa », p. 497, ce fait a été étudié par J. Flori, « L’Église et la guerre sainte de la “paix de Dieu” à la “croisade” », qui a démontré que seule une telle équivalence peut expliquer que les papes aient pu déconseiller, puis interdire le départ de chevaliers hispaniques pour la croisade, la guerre que ceux-ci menaient en péninsule Ibérique contre les musulmans d’al-Andalus étant à leurs yeux tout aussi sacrée et méritoire.

38 À cet égard, il est fondamental de se reporter aux travaux de W. Ullmann, A Short History of the Papacy in the Middle Ages, et de C. Morris, The Papal Monarchy.

39 L’évolution a été bien relevée par A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, p. 365 : « Dieses Verständnis vom Kampf gegen die Sarazenen auf der Iberischen Halbinsel hat als Weiterentwicklung der westgotischen Deutung des Krieges die Jahrhunderte überdauert. Wesentliche Änderungen und Ergänzungen zu dieser Form des Heiligen Krieges, beispielweise die Möglichkeit, als Individuum durch den Kampf gegen die Sarazenen geistltche und weltliche Privilegien zu erwerben, ergoben sich erst im Gefolge der Kreuzzugbewegung, von der spanischen christlichen Reiche ab dem beginnenden 12. Jahrhundert erfaβt wurden. »

40 D. Baloup, « La croyance au purgatoire en Vieille-Castille », t. I, p. 71.

41 Pedro de Valencia, Crónica, pp. 107-108. À la charnière des XIVe et XVe siècles, le moine de Nájera, qui est responsable de la trame du récit, dresse un parallèle saisissant entre les sièges de Huesca et d’Antioche, dont la simultanéité est sanctionnée par l’apparition aux combattants aragonais de saint Georges, flanqué d’un chevalier allemand qui guerroyait alors en Terre sainte : « Y como este cathólico rey estoviesse peleando con los moros el mismo día que los christianos ganaron la ciudad de Antiochía con favor del bienaventurado san Jorge apareció el dicho mártir en el real del rey don Pedro encima de un caballo […] e iba delante los christianos acaudillando y ordenando la gente e abriendo e haciendo carrera, dando tan grandes golpes a los moros que ninguno hería que no cayesse luego muerto. Y porque el milagro fuesse más manifiesto traía consigo en las ancas delcaballo un cavallero alemán que se halló en la hueste de los christianos de Antioquía. »

42 Le document est intégré à l’Historia Compostelana, lib. II, chap. 78, pp. 379 : « Abicientes itaque opera tenebrarum et inportabile diaboli iugum iustitie operibus instudeamus et arma lucis iuxta apostoli munitionem unanimiter induamur et, quemadmodum milites Christi, fideles Sancte Ecclesie filii iter Iherosolimitanum multo labore et multi sanguinis effusione aperuerunt, ita et nos Christi milites efficiamur et, eius hostibus debellatis pessimis Sarracenis, iter, quod per Hispanie partes breuius et multo minus laboriosum est, ad idem Domini sepulchrum ipsius subueniente gratia aperiamus. » L’originalité du point de vue de l’archevêque, qui était le premier à décrire l’Espagne comme le plus court chemin pour accéder à Jérusalem, a été très justement observée par J. Riley-Smith, The First Crusaders, pp. 79-80, et, par la suite, par B. Hamilton, « Eleanor of Castile and the Crusading Movement », p. 92, et P. Henriet, « Hispania Sacra. Le discours des clercs et la construction d’une identité chrétienne en péninsule Ibérique », t. I, p. 337, qui, les uns et les autres, prolongent la remarquable analyse de M. Villey, La croisade. Essai sur la formation d’une théorie juridique, p. 199.

43 Historia Compostelana, lib. II, chap. 78, pp. 379-380.

44 Ibid., lib. II, chap. 78, p. 378 : « Cuiusmodi etiam cartam de illa plenaria absolutione ad reges et comites ceterosque principes, ad milites quoque et pedites direxit, ut uisa plenaria absolutione in supradictam expeditionem ad Dei obsequium et suorum peccatorum remissionem libentius et deuotius irent. Archiepiscopis quoque et episcopis atque abbatibus ceterisque Sancte Ecclesie prepositis hanc cartam omni populo predicare, laudare et exponere et eos ad supradictam expeditionem omnibus modis animare precepit. »

45 Ce bref récit a été publié sous le titre De expugnatione Lyxbonensis. L’auteur en a été identifié par H. Livermore, « The Conquest of Lisbonand its Author ».

46 D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris ».

47 Récemment corroboré par J. Philipps, « Ideas of Crusade and Holy War in the De expugnatione Lyxbonensi », le fait a été justement relevé par Chr. Tyerman, The Invention of the Crusades, pp. 16-18. L’auteur souligne avec beaucoup de justesse que « in its lack of clarity and definition, the De Expugnatione shows how the activity of crusading could not, and cannot, be dissociated from pre-existing and concurrent attitudes to legitimate war ». Il ajoute ensuite que « how crusading, as a distinct attitude to war, at least by the time the text was written (probably in mid-century), had failed to alter patterns of military endeavour, even when that endeavor was part of a crusade ». Ce faisant, l’historien britannique cherche à défendre l’idée qu’il n’y aurait pas de croisade au plein sens du mot avant la fin du XIIe siècle, tirant parti de l’imprécision des définitions rencontrées dans les sources. Exposée dans un travail polémique par Chr. Tyerman, « Were There any Crusades in the Twelfth Century ? », cette thèse a été récusée par différents auteurs, comme J. Riley-Smith, « Erdmann and the Historiography of the Crusades », p. 18, sans qu’ils mettent en cause la pertinence de l’analyse menée autour du De expugnatione Lyxbonensi.

48 Ainsi l’a justement souligné D. Baloup, « La croyance au purgatoire en Vieille-Castille », t.I, p. 59.

49 Ce désir est particulièrement patent pour le second, coupable d’avoir mis à mort sa fille pour s’être laissé séduire par un prétendant : Chronica Adefonsi Imperatoris, p. 145 : « Minio Adefonsi planxit hoc pecatum cunctis diebus vitœ suœ et voluit peregrinare in Hierusalem ».

50 Conformément à la tradition de croisade, le récit insiste, à l’heure de se faire l’écho de l’intention de Rodrigo González de Lara, sur la dimension pénitentielle de son vœu (ibid., pp. 40 et 98) : « Peregre profectus est Hierosolymis, et ibi commisit multa bella Sarracenis fecitque quoddam castellum valde fortissimum a facie Ascaloniae, quod dicitur Toron, et munivit eum valde militibus et peditibus et escis, tradens illud militibus Templi […] His ita peractis, consul Rodericus peregrinus factus est, et abiit trans mare in Hierolimis causa orationis, sicut supertus scripsimus. »

51 Le fait a été clairement souligné par A. Demurger, La croisade au Moyen Âge, p. 65.

52 Ainsi l’a bien signalé J. Riley-Smith, Les croisades, p. 191.

53 Le fait a été relevé par J. M. Rodríguez García, « Fernando III y sus campañas en el contexto cruzado europeo, 1217-1252 », p. 209, et « Idea and Reality of Crusade in Alfonso’s X Reign Castile and León », pp. 80-81. Il a été récemment approfondi par C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », p. 97, aux yeux duquel « es como si Fernando III quittera recubrir la vieja pretensión hegemónica de la idea imperial leonesa mediante el moderno barniz del liderazgo cruzado ».

54 Ainsi l’a rappelé tout à fait opportunément K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religiosa fra universalismo e particolarismo », p. 16, dans l’argument duquel je me suis déjà inscrit par le passé (Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 101).

55 Une telle hypothèse a été avancée par J. Flori, « Croisade et chevalerie. Convergence idéologique ou rupture ? », p. 176, n. 73.

56 L’évolution a été mise en évidence par Chr. Libertini, « Practical Crusading : theTransformation of Crusading Practice ».

57 Émise déjà par H. Prutz, Entwicklung und Untergang des Tempelherrenordens, et Die geistlichen Ritterorden, l’idée que les milices constituaient le bras armé du pouvoir pontifical dans sa prétention à la Weltherrschaft a été justement relativisée par R. Hiestand, « Some Reflections on the Impact of the Papacy on the Crusader States and the Military Orders », pp. 14-15. Une telle correction n’enlève rien au fait que la papauté a cherché à utiliser ces institutions comme un outil d’influence. Ainsi l’ont bien mis en lumière H. Nicholson, The Knights Templar, p. 98, et J. Díaz Ibáñez, « El pontificado y los reinos peninsulares durante la Edad Media », p. 487, pour lequel les ordres militaires représentent un « ámbito de proyección del intervencionismo pontificio sobre la Iglesia hispana ». Le fait a été relevé, en particulier pour Santiago, par Kl. Herbers, « Las órdenes militares clazo espiritual entre Tierra Santa, Roma y la Península Ibérica ? El ejemplo de la orden de Santiago », P. Buresi, « Nommer, penser les frontières en Espagne aux XIe-XIIIe siècles », p. 68, ou P. Henriet, « Hispania Sacra. Le discours des clercs et la construction d’une identité chrétienne en péninsule Ibérique », t. I, p. 349.

58 J. Powell, Anatomy ofa Crusade, pp. 92-93.

59 Ainsi l’ont mis en relief P. Freedman, « Two Letters of Pope Honorius III on the Collection of Ecclesiastical Revenues in Spain », reproduit dans Id., Church, Law and Society in Catalonia, VI, ou A. Rodríguez López, La consolidación territorial de la monarquía feudal castellana. Expansion y fronteras durante el reinado de Fernando III, pp. 22 et 104.

60 Permanents, les contacts entre les deux extrémités de la Méditerranée s’effectuaient en grande partie par l’intermédiaire des Templiers et les Hospitaliers, qui se sont toujours attachés à préserver un lien, comme l’ont récemment rappelé P. V. Claverie, « La contribution des Templiers de Catalogne à la défense de la Syrie franque », p. 176, n. 17, et A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 138. A plusieurs reprises, ce sont des frères de ces deux Ordres qui furent choisis pour intéresser la Castille au secours des États latins, tel Pons de Brozet, maître du Temple en Provence, dépêché en 1280 auprès du roi Alphonse X, comme le montrent deux documents publiés par J. Gay, Les registres de Nicolas III, p. 307, doc. 676 et 677. Ce rôle n’était pas exclusivement réservé aux seuls membres du Temple et de l’Hôpital, comme il ressort d’une lettre que le maréchal de l’ordre teutonique avait adressée au monarque castillan quelque vingt-cinq ans plus tôt, publiée dans une étude de J. M, Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, « Alfonso X, la orden teutónica y Tierra Santa », pp. 507-509.

61 Le système d’approvisionnement des milices a été magistralement étudié par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, pp. 344-346 et 440-443. La position de D. M. Metcalf, « The Templars as Bankers and MonetaryTransferers between West and East », qui estime que le Temple était autosuffisant en Terre sainte, a été très largement rejetée, comme l’a rappelé voici peu D. Selwood, Knights of the Cloister, p. 169.

62 Émise encore récemment par C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », pp. 83-85, cette idée a été défendue pour l’Hôpital par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p. 350, et, pour le Temple, par G. Martínez Díez, Los Templarios en la Corona de Castilla, p. 61, qui dénie toute importance à l’échelon central de l’institution au motif que jamais le maître n’aurait franchi les Pyrénées. Cette position est irrecevable puisqu’A Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 329, a signalé la venue en Aragon de Guillaume de Beaujeu en 1275 et celle de Jacques de Molay en 1294. Sans doute ce dernier dignitaire ne se rendit-il pas en Castille à cette occasion (Id., « Letters of the Last Two Templar Masters », p. 156), mais il avait sans conteste songé à le faire en 1307, le déclenchement du procès contre l’Ordre l’en empêchant finalement, comme l’a fait valoir A. Demurger, Jacques de Molay, p. 214.

63 Ce point a été observé par G. Ligato, « Fra ordini cavallereschi e crociata : milites ad terminum e confraternitataes armate », p. 676, n. 43.

64 M. Barber, « Supplying the Crusader States », pp. 314-317, reproduit dans Id., Crusaders and Heretics, XII.

65 Relevé par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 231, le fait a été repris récemment par P.-V. Claverie, « L’ordre du Temple au cœur d’une crise politique majeure », p. 496.

66 Le rapport que les procureurs de l’Ordre ont remis au pontife a été publié par P. Amargier, « La défense du Temple devant le concile de Lyon », pp. 495-502. Il n’est néanmoins pas exclu que le texte intéresse en fait l’Hôpital, comme l’avait précédemment établi H. Prutz, Entwicklung und Untergang des Tempelherrenordens, pp. 313-314. Je remercie Alan Forey de m’avoir signalé la possibilité de cette attribution alternative.

67 PH. Josserand, « Entre Orient et Occident : l’ordre du Temple dans le contexte castillan du règne d’Alphonse X », pp. 134-135.

68 ANTT, gav. 14, m. i, doc. 9, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 502-508, doc. 479.

69 Conclu en 1281, l’échange a été analysé en détail par C. de Ayala Martínez, « Alfonso X, el Algarve y Andalucía », et, à sa suite, par C. Barquero Goñi, « The Hospitaliers and the Castilian-Leonese Monarchy : the Concession of Royal Rights ».

70 L’apparition de cette charge a été signalée par A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 329. Le premier titulaire en aurait été en 1266 le prieur de Castilie, Lope Sânchez, mentionné dans un acte rapporté par J. Miret i Sans, Itinerari de Jaume I « el Conqueridor », p. 385.

71 ACA, Templarios, doc. 322, cité par A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 330.

72 Ainsi l’a souligné pour l’Hôpital, à l’échelle générale, J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, p. 360.

73 ANTT, gav. i, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 539-540, doc. 509 : « A aquella sazón que se los otros se levantaron non viniera aón d’Ultramar e luego que llegó a mi tierra se trabajó de me seruir quanto pudo ».

74 Le fait ressort d’un document publié par A. Benavides, Memorias del rey don Fernando IV, t. II, p. 170, doc. 123 : « Dicitur quod vos estis culpa ómnium predictorum, quia in tam brevi tempore duos creastis priores in prioratu predicto ».

75 Pour l’Hôpital, dont la situation ne diffère en rien de celle du Temple, mais est simplement mieux documentée, le fait a été bien mis en valeur par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p. 357.

76 Démonté par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, pp. 344-346 et 440-443, ce mécanisme vaut pour l’ensemble des ordres militaires internationaux, ainsi que l’a rappelé récemment J. M. Rodríguez García, « Alfonso X and theTeutonicOrder », p. 325.

77 Mise en évidence par C. Barquero Goñi, « La orden de San Juan en Castilla y León durante la Edad Media », pp. 118-119, cette situation n’est pas propre à la Castille, Il en va de même en Aragon et en Navarre aux dires de M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, pp. 42-43, et S. García Larragueta, El gran priorado de Navarra de la orden de San Juan, t. I, pp. 230 et 247, voire, en dehors de la péninsule Ibérique, dans la Provence étudiée par D. Carraz, « Les ordres militaires et la ville : l’exemple des commanderies urbaines de la basse vallée du Rhône », p. 285.

78 La norme théorique du tiers des revenus de chaque baylie n’a dû être atteinte qu’exceptionnellement en péninsule Ibérique. C’est du moins ce que conduit à penser le cas aragonais, pour lequel A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 323, fait état pourle début du XIVe siècle de la proportion d’un dizième sur la base de l’existence d’un frère appelé decimarius ou delmer, chargé d’organiser le transport des rentes tirées du prieuré à la maison centrale du Temple à Chypre. L’idée a recueilli l’assentiment de J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, p. 222.

79 RAH, Col. Salazar, M-59, ffos 164r°-166v°, publ. C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », pp. 574-577, doc. 25 : « E assi como mio padre el conde Nunno establescio en una su carta del donamiento de dar dtez maravedis en cada anno a los pobres de Ultramar, yo conde don Ferrando con mi mugier, la condessa donna Maior, establescemos de dar a esos mismos pobres cada un anno dtez maravedis. »

80 AHN, OM, carp. 576, doc. I, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, pp. 148-149, doc. 3241. Le document a fait l’objet d’un rapide commentaire de M. Revuelta González, « La bailía de Población de la orden de San Juan de Jerusalén », p. 211.

81 L’acte a été récemment considéré dans son contexte méditerranéen par P. Iradiel Murugarren, « Fernando III y el Mediterráneo », p. 171.

82 J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, p. iii, doc. 100 : « Et porque es mas açerca et mas endreçado el passage por Ultramar por estos puertos de Alicant et de Cartagenta a todos los omnes de mis reynos et de mio sennorio que allá quisieren passar, tengo por bien et mando que las ordenes del Ospital et del Temple et las otras ordenes et los grandes ornes et los mercaderos de mi tierra que quisieren passar a Oltramar, que non fagan el passage por otros lugares sinon por los puertos de Alicant et Cartagenta. »

83 Entretenant une liaison régulière avec Rhodes à partir du milieu du XIVe siècle, comme l’a récemment signalé C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en Andalucía en la Baja Edad Media », p. 72, Séville était, un siècle plus tôt, beaucoup moins concernée par les relations avec l’Orient latin.

84 Le fait a été mis en relief par S. García Larragueta, « Relaciones comerciales entre Aragón y el Hospital de Acre », p. 514.

85 Ce voyage ressort de l’interrogatoire de Chypre, dont le texte a été publié par K. Schottmüller, Der Untergang des Templerordens, t. II, p. 208.

86 ACA, Cancillería, reg. 66, ffos 57v°-58r°, cit. A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. 324 et 326-327.

87 En Aragon, le même constat a été dressé par S. García Larragueta, « Relaciones comerciales entre Aragón y el Hospital de Acre », p. 514, et A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 324.

88 La relative rareté des mentions d’envois de chevaux à destination de l’Orient ne doit pas conduire à minimiser un tel usage. Cette pauvreté documentaire n’est en effet pas propre à la Castille et affecte de la même manière des espaces pourtant intimement liés à la Terre sainte, comme l’a justement souligné D. Selwood, Knights of the Cloister, p. 174, pour la Provence et le Languedoc. Ce manque pourrait certainement être compensé en exploitant, de façon beaucoup plus systématique que je n’ai pu le faire, l’Archivio di Stato de Naples. Dans ses fonds, à l’intérieur des registres angevins, plusieurs traces d’envois de chevaux depuis l’Espagne ont été retrouvéesr par J. Pryor, « In subsidium Terre Sancte. Exports of Foodstuffs and War Materials from the Kingdom of Sicily ». Parmi de tels transferts, plusieurs furent effectués par les ordres militaires, auxquels leurs privilèges fiscaux dans le royaume de Naples permettaient de rassembler à Messine ou dans les ports apuliens des marchandises provenant de régions plus occidentales afin de les acheminer en Orient. Cette pratique a été bien soulignée par K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia medievale, pp. 72-73, ou par N. Housley, « I registri angioini ricostruiti e le crociate », pp. 146-147, pour lequel « gli ordini militari, che erano esenti del pagamento del ius exiture, dominavano le esportazioni commerciali, usando d regno come un punto di raccolta per i cargo provenienti da altrove all’ovest ». Dans ces mouvements, les envois de chevaux occupent une place importante. En 1271, les Hospitaliers passent pour en avoir réalisé un depuis l’Espagne vers Messine et Acre (ASN, Cancilleria, reg. 10, f° 81r°, cit. I Registri della cancilleria angioina, t.VI, p. 175, et K. Toomaspoeg, « Le ravitaillement de la Terre sainte », p. 151), trente ans avant que le monastère de San Miguel de Burgo, dans le diocèse de Zamora, ne fût réuni au patrimoine de l’Ordre à l’initiative de Boniface VIII afin de permettre à la milice de mieux nourrir les montures destinées à l’Orient (ASV, Reg. Vat, f° 150v°, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, pp. 801-802, doc 4497).

89 La réputation d’excellence des chevaux castillans a été bien relevée par Y. Renouard, « Un sujet de recherches : l’exportation de chevaux de la péninsule Ibérique en France et en Angleterre », pp. 571-572, et R. Davis, « The Warhorses of the Normans », p. 73.

90 AHN, OM, carp. 462, doc. 178. Le reçu délivré au commandeur par le maître Foulques de Villaret rappelle que « confitemur recepisse a carissimo nobis in Christo fratre Aria Guterii Quixada, preceptore de nostris baiuliis de Bamba et de Sancto Michele del Pino, quingentas marchas boni et fini argenti ad pondus Castelle quas nobis inprutauit pro magnis et arduis negociis nostre domus pro quibus […] pro decem annis non teneatur dare responsiones de nostra camera de Ulmis et de istis baiulis pro quindecim priori uel magno preceptori nec alteri nostrum locum tenenti. »

91 Templier de Tyr, Les Gestes des Chyprois, pp. 201-202 : « Fu fait maistre Guillaume de Biaujeu, quy fu moult gentil home, parent dou roy de France […] et quant il fu fait maistre il estoit en Poille comandour, et demoura Outremer. ii. ans, visita toutes les maysons dou Temple au royaume de France, d’Engleterre et d’Espaigne et amasa grant trezor et vint à Acre. »

92 Ainsi les frères castillans ne sont-ils jamais mentionnés dans l’étude classique de M. Fernández de Navarrete, Espagñoles en las cruzadas, qui malgré ses lacunes n’a toujours pas été véritablement remplacée.

93 Templier de Tyr, Les Gestes des Chyprois, p. 237 : « Et mourut en la bataille frere Piere de Moncade, coumandeur don Temple, et Guilerme de Cardone, frere dou Temple, et fu pris viffrere Reddecuer et frere Huguet, fis dou comte d’Enpures, frere dou Temple, et meymes furent mort et pris aucuns freres de l’Ospitau de Saint Johan. »

94 Prisonnier des Mamelouks depuis 1305 au moins (A. S. Atiya, Egypt and Aragon. Embassies and Diplomatic Correspondence, p, 27), Vasco Pérez Fajardo l’était encore en août 1318, à la différence de son coreligionnaire dont on ignore le sort, comme il ressort d’un document aragonais publié par Á. Masiá de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del norte de África, p. 313, doc. 41 : « En aquest cas los misatges demanen que almenys lo solda vulla absolve e deliurar tots aquels que son en so poder dels regnes e de les terres del rey d’Arago, e encara almenys tres qui no son de la sua terra, ço es asaber Bertran de la Popia e Felip de Menalef de Xipre e Vasco Fagardo d’Ortiguera, qui fo templer, e Gorart de la Perosa, qui fo templer, per los quals alcuns amics lurs qui an servit al rey d’Arago li ha suplicat quen degues pregar lo solda. » Il appartient à P.-V. Claverie, « La contribution des Templiers de Catalogne à la défense de la Syrie franque », p. 189, d’avoir le premier identifié le frère emprisonné au Vasco Pérez détenu en 1307 et de lui avoir reconnu une origine castillane qu’on ne saurait en revanche, malgré l’avis de l’auteur, attribuer à son compagnon d’infortune, évoqué dans l’acte.

95 La captivité de ces frères a été analysée par A. Forey, « The Military Orders and the Ransoming of Captives from Islam », pp. 262-264, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VI. À sa suite, elle a fait l’objet d’une étude rapide de J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, p. 228, et d’une approche plus circonstanciée de P.-V. Claverie, « Le statut des Templiers capturés en Orient durant les croisades », pp. 509-511.

96 L’importance des Templiers aragonais en Orient ressort des actes de l’interrogatoire mené à Chypre en 1310, publiés par K. Schottmüller, Der Untergang des Templerordens, t. II, pp. 143-400. Leur groupe représentait en effet sur l’île la deuxième communauté par le nombre, comme l’ont bien observé A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 327, ou J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, pp. 227-228.

97 De fait, P.-V. Claverie, « La cristiandat en mayor peril », p. 97, n. 40, et « La contribution des Templiers de Catalogne à la défense de la Syrie franque », pp. 189-190, a mis en valeur la présence de Vasco Fernandes, maître provincial du Temple au Portugal, aux côtés de Jacques de Molay à Chypre en 1300. Pour l’Hôpital, six ans plus tard, l’hospitalier du couvent n’était autre que Vasco Martins, portugais d’origine, bien identifié par A. Luttrell, « The Hospitaliers in Cyprus », p. 160, n. 30, repris dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, IX. Le séjour du frère en Orient a pu se combiner à celui de Fernán Rodríguez de Valbuena, que l’on peut vraisemblablement identifier à Chypre en 1301 sur la foi d’un document génois rapporté par N. Coureas, « The Role of theTemplars and the Hospitaliers in the Movement of Commodities involving Cyprus », pp. 259-260.

98 ACO, Monásticos, doc 328, publ. M. Romaní Martínez, Colección diplomática do mosteiro cisterciense de Santa Maria de Oseira, t. I, pp. 335-337, doc. 349. Depuis l’Occident péninsulaire, le dignitaire n’était pas le premier à agir de la sorte, comme le montre l’exemple de Gualdim Pais, attesté quelque cinq ans en Orient au lendemain de la Seconde Croisade, ainsi que l’a signalé M. J. Barroca, « A ordem doTemplo e a arquitectura militar portuguesa do século XII », p. 176.

99 ANTT, gav. i, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 539-540, doc. 509. Il n’est pas anodin que dans son second testament, écrit dans les premiers jours de 1284, Alphonse X confie au maître du Temple le soin de transporter son coeur en Terre sainte pour le faire enterrer à Jérusalem (ANTT, gav. 16, m. 2, doc. 6, publ. ibid., p. 559, doc. 521).

100 K. Schottümuller, Die Untergang des Templerordens, t. II, p. 208, relève ainsi la déposition du sergent provençal Bertrand de Brandisio, interrogé le 21 mai 1310 à Chypre, où il résidait : « Interrogatus quis ipsum recepit in fratrem dicti ordinis Templi, dixit quod quidam, qui erat preceptor in Spania et in Castella, cuius nomen non cognovit. Interrogatus ubi eum recepit, dixit in Marsilia, in domo dicti ordinis. Interrogatus quantum est quod fuit recetus, dixit quod in festo sancte Marie de mense augusti proxime futuro erunt quinque anni. Interrogatus qui fuerunt presentes in dicta receptione, dixit quod frater Martinus Yspannus, frater Ferrans, miles, et dominus Vital, tunc prior domus dicti ordinis in Marsilia, et alii plures de dicto ordine. » Traduit en anglais par A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in Cyprus, pp. 138-139, l’extrait témoignant du passage du maître a été brièvement signalé par D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t. II, p. 712, n. 166.

101 Transcrite une première fois par J. A. de Figueiredo, Nova história da militar ordem de Malta, t. II, pp. 190-192, et corrigée par M.J. Barroca, Epigrafia medieval portuguesa, t. I, pp. 939-950, l’inscription commémorant la fin des travaux du monastère de Marmelar rappelle que son fondateur, le prieur hospitalier Afonso Pires Farinha, « transivit Ultramare.iii. vicibus ».

102 ACA, Cancillería, reg. 40, f° ir°. Dans une lettre adressée au prieur en date du 4 août, dont une copie fut envoyée à Alphonse X, Pierre III d’Aragon fait état de la rumeur évoquant la désobéissance du frère castillan : « Quia nobis relatum extitit per fide dignos quod vos, vocatus et citatus per magistrum Hospitalis ut transferratis ad partes ultramarinas, transferre noluistis nec administratione dicti prioratus iuxta mandatum dicti magistri cessare volutstis. »

103 À l’échelle globale, J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, p. 361, a fait valoir l’obligation d’un passage tous les cinq ans qui incombait à l’ensemble des prieurs provinciaux de l’Hôpital.

104 K. Schottmüller, Die Untergang des Templerordens., t, II, pp. 208 et 212.

105 En l’absence des archives centrales du Temple, en grande partie disparues, comme l’a bien signalé R. Hiestand, « Zum Problem des Templerzentralarchivs », il conviendrait de dépouiller, en plus des sources hospitalières, un très grand nombre de fonds, notamment italiens et catalans.

106 Récemment, A. Demurger, Jacques de Molay, p. 230, a relevé la présence à Chypre à la fin de l’année 1304 d’un frère castillan appelé Domingo, jusqu’alors inconnu des historiens, qui semble avoir été assez bien placé pour être envoyé par Jacques de Molay comme messager en Catalogne afin de prévenir les frères du prieuré des changements intervenus aux différents niveaux de l’administration de la milice. Le fait ressort d’une lettre d’un coreligionnaire, Pere de Castelló, conservée dans le fonds de l’Arxiu de la Corona d’Aragó et publiée de façon partielle par H. Finke, « Nachträge und Ergänzungen zu den Acta Aragonensia », pp. 445-446, doc. 9.

107 Il est mentionné sous le nom latinisé de Ferrandus Spagnolus par M.-L. Bulst-Thiele, Sacrœ Domus Militiœ Templi Hierosolymitani magistri. Untersuchungen zur Geschichte des Templerordens, p. 231.

108 En mai et juillet 1262, il figure comme témoin dans deux documents originaux conservés dans les archives de l’Hôpital à Malte (BNV, SO, vol. 18, doc. 2 et 4). Doté de la même dignité, il est cité par M.-L. Bulst-Thiele, Sacrœ Domus Militiœ Templi Hierosolymitani magistri. Untersuchungen zur Geschichte des Templerordens, p. 257, dans un acte de décembre de la même année.

109 Mise en évidence par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », pp. 96 et 101, la vocation universelle des milices traditionnellement appelées hispaniques a été confirmée par J. M. Rodríguez García, « El internacionalismo de las órdenes “hispanas” en el siglo XIII », et A. Mur i Raurell, « Relaciones europeas de las ordenes militares hispánicas en el siglo XIII », et reconnue, au moins au plan théorique, par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la EdadMedia, p.529.

110 Ainsi l’a bien rappelé K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religiosa fra universalismo e parricolarismo », pp. 16-17, sur 1a base d’une argumentation canonique. Mon seul point de désaccord avec l’historien allemand tient au fait qu’il tend à surestimer le degré d’acceptation d’une telle idée dans l’historiographie ibérique. S’il met en avant, à juste titre, les travaux déjà anciens d’Eloy Benito Ruano, il en exagère l’influence sur les études qui par la suite se sont proposé de saisir les ordres militaires dans le contexte hispanique.

111 L’importance respective de Sanche III et de Ferdinand II dans la création de chaque institution a été relevée par J. González González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, p.572, et par D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », p. 10.

112 Répandue dans l’historiographie ibérique, comme le reflètent les articles récents de M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes militares castellanas con la Corona », pp. 211-212, ou de M. A. Ro Dríguez de la Peña, « Las órdenes militares como instrumentos de la monarquía », pp. 511-513, cette tendance s’est en grande partie imposée aux chercheurs étrangers qui s’intéressent aux ordres militaires sans pour autant être spécialistes de la péninsule Ibérique. Ainsi en témoigne l’exemple de D. Selwood, Knights of the Cloister, p. 40, qui s’étonne de la présence à Marseille d’une maison de Santiago dans la mesure où, pour lui, l’Ordre, hispanique par essence, est supposé être resté confiné au sud des Pyrénées.

113 E. Benito Ruano, «España y las cruzadas», p. 117.

114 Patrologia latina, t. 217, col. 666-667.

115 AHN, OM, carp. 440, doc. 10, publ. BC, pp. 39-40 : « Cum autem príncipes predicte provincie nunc treguas ad invicem habeant cum paganis et idem milites conflictum armorum adversus eosdem paganos propter treguas datas nequeant exercere, prefati abbas et conventus ipsos milites in Terre Sancte subsidium […] destinare proponunt ut eorum accessus eidem terre fructum pariat oportunum et sicut ibidem morando ordinem suum tamquam fructifere vites hinc inde suos palmites protendentes ad honorem Domini valeant propagare. ». Cet acte a fait l’objet d’une analyse d’E. Benito Ruano, « Las órdenes militares españolas y la idea de cruzada », p. 10.

116 BS, pp. 8-9 : «Si, quod accidat, Sarracenis ab Yspanie partibus citra mare propulsis, in terra de Marrocos magister et capitulum ire propusuerit, eos adiuvare sicut fratres non desistant. Similiter et si necesse fuerit in Iherusalem.»

117 Ainsi l’a mis en relief J. L. Martín Rodríguez, « Orígenes de la orden militar de Santiago », pp. 577-578, et Orígenes de la orden militarde Santiago, p. 30, en particulier n. 38. Jérusalem n’est à ses yeux qu’un horizon symbolique, comme l’a encore récemment fait valoir P. Henriet, « L’espace et le temps hispaniques vus et construits par les clercs », p. 110.

118 Cette lecture a été suggérée par D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », p. 12, et La orden de Santiago, p. 20.

119 Ramon Llull l’a notamment repris, au début su XIVe siècle, dans le Liber de acquisitione Terre Sancte, comme l’a souligné A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », p. 322, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII.

120 Incomplet, un aperçu rapide de ces projets a été proposé par J. L. Martín Rodríguez, « Órdenes militares en la Península Ibérica », pp. 563-565, dans une optique récemment développée à l’initiative d’A. Mur i Raurell, « Relaciones europeas de las órdenes militares hispánicas durante el siglo XIII », qui, elle aussi, échoue à construire une synthèse exhaustive.

121 Sur cet ordre, longtemps méconnu, il existe aujourd’hui une remarquable monographie d’A. Forey, « The Order of Mountjoy », repris dans Id., Military Orders and Crusades, XI.

122 Ibid., p. 253.

123 Découvert par C. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et de la principauté franque d’Antioche, t.I, pp. 507-509, qui l’a présenté à tort comme « la seule tentative qui ait été faite pour introduire en Syrie un ordre militaire espagnol », le projet a fait l’objet d’une étude monographique d’E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », pp. 549-558.

124 Ainsi, le plus ancien d’entre eux, J. López Agurleta, Vida del venerable fundador de la orden de Santiago, pp. 54-55, tire prétexte du silence documentaire qui entoure Pedro Fernandez entre 1152 et 1165 pour présenter comme avérée sa présence en Terre sainte, où il se serait distingué au point d’être ensuite rappelé : « Tenemos de aquí por donde entender que el no hallarle en España es porque militaba en Palestina, y allí se dio a conocery se hizo desear, puesto que de allí le llamaron luego. » Fragile, ce lien de causalité n’est soutenu par aucun élément documentaire.

125 La donation publiée dans BS, p. 22, et, selon des critères plus satisfaisants, par E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », pp. 550-551, fait état d’une décision prise par le prince « consilio et uoluntate domini piissimi patris nostri Aimerici patriarche ».

126 E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 559.

127 BC, p. 67, repris par E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 559 : « Cum Calatrauenses fratres Cisterciensis ordinis qui nequaquam pretiosiorem se ipsis uitam propriam facientes et pro Deo exercituum agonizare parati, de ipsius gratia per Ispaniam multiplicati sunt hactenus et bone opinionis odorem longe per uite meritum effundentes flores et fructus proferunt gratiarum firmum gerant, Deo locum in quo mansione parata et fratribus collocatis manum fidelis populi roborent et dilatent gloriam christiani nommis in confusionem barbare nationis, nos, fauore debito pium eorum in hac parte desiderium prosequentes, fraternitatem tuam rogamus, monemus et hortamur […] auctoritate nostra locum ad hoc ei sprouideas oportunum. »

128 Oublié de l’historiographie, ce projet est rapporté par les chroniqueurs Juan de la Parra et Pedro de Orozco qui, dans les années 1480, écrivirent la plus ancienne histoire de Santiago qui soit connue, sur la base de pièces authentiques alors conservées au couvent d’Uclés. Primera historia de la orden de Santiago, p. 369 : « Asy mesmo el principe de Antiochia enbio rogar i requerir a este buen maestre, que le fuese ayudar contra los dichos moros, en la guerra que con ellos tenia en aquellas partes de Iherusalen ofresçiendole por ello grandes dones, para el i la dicha orden, por su carta seellada en plomo, por seguridat de lo qual, le enbio una bulla plomada del papa Ynoçencio quarto, que entonçes presidia en la Yglesia de Dios, las quales escrituras oy dia pareçen i se fallaran en los cofres del dicho convento de Uclés. » Il ressort du texte que l’authenticité des actes invoqués peut difficilement être mise en doute. Le problème tient plutôt à leur datation, très probablement établie par les chroniqueurs à partir du seul nom du pontife. On ne peut donc totalement exclure que la pièce de référence corresponde en réalité au document adressé, nous l’avons vu, en 1180 à Pedro Fernández puisqu’un antipape appelé Innocent est alors attesté en opposition à Alexandre III. Bien que l’hypothèse d’une confusion ne puisse être écartée, je la considère pour ma part comme peu vraisemblable, et comme insuffisante pour réfuter l’idée d’un second projet santiaguiste à Antioche.

129 Le privilège a été publié par J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, p. iii, doc 100.

130 D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 20-21.

131 AHN, OM, carp. 444, doc. 52, publ. BC, pp. 117-119.

132 AHN, OM, carp. 445, doc. 63, publ. BC, p. 135. Dans ce dernier cas, la présence personnelle du maître au concile de Lyon, que le pape Grégoire X s’apprêtait en 1273 à réunir, est même explicitement exigée : « Cum ea que instanti concilia quod ad Terre Sancte subsidium aliaque pia ac Deo accepta opera efficacius promovenda induximus, stcut nostri tractanda imminent, intendamus exacte deliberationis examine prevenire tuamque in illorum discussione reputemus presentiam opportunam, devotioni tue presentium auctoritate mandamus quatenus tempus prefixum eidem concilio congregando preveniens, quanto celarius, commode poteris personaliter ad presentiam nostram accedas, ut circunspectionis tue sulti concilio in premissis consultius procedere valeamus. »

133 Ce point est au cceur du débat historiographique qui oppose les chercheurs sur la définition même de la croisade. L’enjeu des discussions a été clairement résumé par J. Riley-Smith, « The Crusading Movement and Historians », pp. 8-10, qui a mis en relief l’acceptation croissante rencontrée par la position pluraliste, ouverte à une compréhension globale du processus, dont il est l’un des principaux partisans.

134 Cette conception ouverte a notamment été illustrée par N. Housley, The Italian Crusades. Dans un article qui a marqué l’historiographie, P. Edbury, « Crusades againt Christians : their Origins and Early Development », a défini la croisade de 1208 contre les Albigeois comme la première à avoir été lancée contre des chrétiens, considérant que l’expédition pontificale en Sicile esquissée quelque dix ans plus tôt contre Markward von Anweiler, malgré l’avis d’E. Kennan, « Innocent III and the First Political Crusade », peut difficilement être tenue pour telle puisque, comme l’a affirmé D. Abulafia, « The Kingdom of Sicily and the Origins of the Political Crusades », p. 70, repris dans Id., Mediterranean Encounters, Economic, Religions, Political (1100-1550), XI, « the crusade against Markward, if it ever even existed, had no progeny ».

135 Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », pp. 99-100.

136 L’acte a été publié par M. Perlbach, Pommerelisches Urkundenbuch, t.I, p. 24, doc. 28.

137 Ibid., t. I, p. 37, doc. 43. Comme le précédent, ce document a été récemment repris par J.M. Rodríguez García, « El internacionalismo de las órdenes militares “hispanas” en el siglo XIII », pp. 242-243.

138 Sur ce point, les seules études de première main datent de la fin du XIXe siècle. Elles sont dues à Fr. Winter, Die Zisterzienser des Nordöstlichen Deutschlands, t. III, pp. 356-357, et, plus encore, à R. Frydrychowicz, « Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe », dans les analyses duquel ont puisé J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extincion de la orden teutonica en España », pp. 241-243, ec « España y Alemania en la Edad Media », p. 541, ou A. Rodríguez López, « El reino de Castilla y el Imperio germánico en la primera mitad del siglo XIII », pp. 619-620. Souvent présentée comme la contrepartie de l’établissement desTeutoniques à La Mota de los Caballeros au prix d’un lien dont N. Jaspert, « Der Deutsche Orden auf der Iberischen Halbinsel », p. 282, n. 24, a fait valoir le caractère improbable, parfois ravalée au contraire au rang de chimère, l’implantation des frères de Calatrava en Baltique a reçu hors de la péninsule Ibérique l’aval de spécialistes de renom tels que W. Paravicini, Die Preuβenreisen des europaïscken Adels, t. I, p. 109, n. 431, L. Pósán, « Prussian Missions and the Invitation of the Teutonic Order into Kulmerland », p. 435, ou encore M. Starnawska, « Military Orders and the Beginning of Crusades in Prussia », p. 422. K. Bruski, Ziemie nad dolnạ Wierzyçạ od XIII do poczạtku XV wieku, pp. 44-46, lui a même consacré des pages originales dont, pour des raisons linguistiques, il m’a été impossible de prendre connaissance.

139 De leur action militaire ne subsiste aucune trace du fait du peu de documentation conservée, ainsi que l’a relevé R. Frydrychowicz, « Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe », pp. 319-320. Pour autant, dans un contexte militaire dont la fragilité a été bien soulignée par S. Gouguenheim, « L’ordre teutonique en Prusse au XIIIe siècle », p. 100, plusieurs frères de Calatrava compteraient au nombre des fideles peregrini mentionnés dans la chronique d’Oliva, lors d’une offensive lancée en 1231 contre les païens. C’est du moins l’hypothèse esquissée par J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extinción de la orden teutónica en España », p. 243.

140 Ce point a été mis en lumière par E. Benito Ruano, Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago ». Un aperçu de son travail a été présenté par J. Longnon, « L’empereur Baudouin II et l’ordre de Saint-Jacques », et par R. L. Wolff, « Mortgage and Redemption of an Emperor’s Son », pp. 82-84.

141 E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », pp. 7-8.

142 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. ibid, p. 31, doc, 3 : « Post predictum uero biennium, debemus ibidem habere et tenere perpetuo conuentum nostri ordinis in quo tenebimus milites, balistarios et seruientes bona fide secundum possibilitatem et quantitatem bonorum, possessionum et redditum que habuerimus in Imperio Romanie, ad arbitrium domni pape et Ecclesie romane. »

143 Édité dans BS, p. 168, l’acte a été repris par E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », p. 29, doc i.

144 E. Benito Ruano, «Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago», pp. 27-28.

145 II me paraît à cet égard significatif que le premier contact entre l’empereur et Pelayo Pérez Correa ait eu lieu en présence d’Innocent IV et que l’accord final ait été réalisé « de voluntate et assensu domini pape » (ibid., pp. 29 et 34, doc. I et 3).

146 Peut-être est-on fondé à voir un avatar de ce projet dans la proposition de Ramon Llull d’établir les ordres militaires in frontaria Grece ; voir Ramon Llull, Tractatus de modo convertendi infideles, p. 100.

147 Au sujet de ces milices, il est essentiel de se reporter aux travaux anciens de G.-G. Meerssman, « Études sur les anciennes confréries dominicaines. Les milices de Jésus-Christ », ou, pour l’Italie, à l’analyse plus récente de N. Housley, « Politics and Heresy in Italy : Anti-Heretical Cru sades, Orders and Confratemities ».

148 Ainsi l’a mis en relief A. Forey, « The Military Orders and the Holy War against Christians », pp. 9-12, repris dans Id., Military Orders and Grusades ; VII, Les conclusions de l’historien britannique ont été confirmées pour le Midi de la France par D. Selwood, Knights of the Chister, pp. 43-46, et D. Carraz, « Les ordres militaires face aux crises politico-religieuses de la basse vallée du Rhône », p, 390.

149 Cette idée a été défendue par G.-G. Meerssman, « Études sur les anciennes confréries dominicaines. Les milices de Jésus-Christ », pp. 288-289. Reprise sans difficulté par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 21, ou G. Merlo, « Militia Christi come impegno anriereticale », pp. 374-375, cette position a été sévèrement critiquée par A. Forey, « The Military Orders and the Holy War against Christians », pp. 6-7, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VII, selon qui l’acte de fusion avec Santiago souscrit par le pape en 1231 ne concernait pas la milice de la Foi deJésus-Christ, connue pour son investissement armé contre l’hérésie, mais la milice de la Foi et de la Paix, qui à la différence de sa rivale s’était engagée au service de Dieu à travers la parole. Si l’on ne peut que donner raison à l’historien britannique sur la confusion d’identité longuement entretenue entre les deux milices, on ne saurait néanmoins exdure que la confrérie de la Foi et de la Paix, unie à Santiago en 1231 avant de s’intégrer trente ans plus tard à la communauté distercienne de Feuillant, ait ponctuellement assumé un engagement armé au sujet duquel ses statuts, publiés par M. Branet, « L’ordre de Saint-Jacques de la Foi et de la Paix », p. 99, montrent une véritable ambiguïté (Ph. Josserand, « L’ordre de Santiago en France »,pp. 460-461).

150 Dirigée contre les héritiers de Frédéric II, l’alliance du Temple et de l’Hôpital avec la papauté dans les terres d’Italie méridionale a été observée notamment par N. Housley, The Italian Crusades, p. 63, et K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia medievale, pp. 70-72. Elle a conduit certains frères à affronter militairement les armées gibelines. Parmi eux figuraient des Castillans, non seulement pour l’Hôpital (G. del Giudice, Codice diplomatico de Carlo I e II d’Angò, t. I, p. 237) mais aussi, probablement, pour le Temple (I Registri della cancilleria angioina, t. VII, p. 274, doc. 27).

151 Ainsi l’ont signalé A. Javierre Mur, « Un contacto de la orden de Santiago con la Puglia en el tiempo de Currado de Soavia », et, plus récemment, Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 100.

152 A. Javierre Mur, « Un contacto de la orden de Santiago con la Puglia en el tiempo de Currado de Soavia », p. 93, a avancé que la donation à Santiago de l’église de Sancti Spiritus de Maitin, dans le diocèse de Salpe, faite en 1252, répondait à un désir pontifical d’amener l’Ordre à secourir laTerre sainte après l’échec de l’expédition de saint Louis. Cette hypothèse ne me paraît guère recevable. Les documents publiés par l’auteur invitent eux-mêmes à chercher une cause différente au geste d’Innocent IV. L’acte de donation, souscrit par le légat pontifical, fait ainsi obligation aux officiers du royaume de Sicile de remectre l’église de Sancti Spiritus au représentant du maître de Santiago « non obstante si collata fueri talicui per quondam Fredericum principem Romanorum aut officiales ipsius », Il semble cependant que l’injonction, à en juger par sa réitération, ne put être concrètement obéie avant 1266. Il est probable que la victoire du parti angevin permit alors de passer outre à l’hostilité des Staufen à l’implantation dans les Pouilles des Santiaguistes, qu’ils regardaient apparemment comme des ennemis.

153 Daté de 1229, l’acte de donation du monastère d’Orsara à Calatrava a été publié par D. Ventola, Documenti vaticani relativi alla Puglia, t. I, p. 149, doc. 171. Signalé par J,-M. Martín, La Pouille du VIe au XIIe siècle, p. 673, n. 781, il a été considéré dans la perspective d’une vision d’ensemble du développement de l’Ordre dans les Pouilles par R. Hiestand, « San Michèle in Orsara. Un capitolo dei rapporti pugliesi-iberici nei secoli XII-XIII ».

154 Liée sans doute à une perspective orientale, comme l’a rappelé A. Mur i Raurell, « Relaciones europeas de las ordenes militares hispdnicas durante el siglo XIII », pp. 201 et 203, l’implantation de Calatrava dans les Pouilles a très vite permis au pouvoir pontifical d’associer les frères à la lutte contre Frédéric II et ses héritiers, ainsi que l’a récemment relevé C. Raimondi, « Sulle tracce dei cavalieri di Calatrava », pp. 215-216.

155 Ainsi l’a bien rappelé K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religiosa fra universalismo e particolarismo », p. 16 : « Tanto in Spagna che in territorio baltico non rappresentò alcuna diffcoltà l’assorbimiento di piccoli ordini da parte di altri maggtort e l’idea dell’unificazione degli ordini militari, il che dal punto de vista canonico suppone l’identità degli ordines militares. »

156 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 21-22 et 529.

157 Il est essentiel, comme l’a bien souligné D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », de prendre pleinement en compte l’aspect progressif du contrôle monarchique des milices dont une présentation synthétique a été offerte par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica ».

158 BNM, ms. 20600, f° 18r°-v°, publ. E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 551 : « Hoc totum donauimus Petro predicto militie beati Jacobi uenerabili magistri et sacro eiusdem religionis conuentui […] tali conditione quod si a presenti mense septembri usque ad annum unum cum tanta manu fratrum suorum militum uenerint ut terram sibi a nobis concessam, cum Dei adiutorio et nostro, possint conquirere habeant in feodum et hereditatem iure perpetuo. Quod si termino prefixo minime uenerint, in nostro arbitrio erit uel eam nobis retinere uel donare quibus nobis placuerit. »

159 Ibid., pp. 557-558. La forteresse de Biskisrail, la Vetula des Francs, fut ainsi concédée quelques années plus tard aux Hospitaliers, que Bohémond III avait déjà tenté d’intéresser à sa défense avant de la proposer aux Santiaguistes.

160 J. López Agurleta, Vida del venerable fundador de la orden de Santiago, pp. 154-156.

161 E. Benito Ruano, « Santiago, Calatrava y Antioquía », p. 560.

162 Alberici monachi Trium Fontium Chronicon, pp. 939-940. Mise en évidence par D. Lomax, « La conquista de Andalucía a través de la historiografía europea de la época », pp. 45 et 48-49, la valeur de ce texte a été récemment rappelée par F.J. Hernández, « La corte de Fernando III y la casa real de Francia », pp. 126-127.

163 Récemment, la posture traditionnelle a été nuancée par C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », pp. 98-100.

164 A. Forey, « The Order of Mountjoy », pp. 255-257, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, XI.

165 Ainsi l’a observé C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », p. 99, qui néanmoins a très justement fait valoir que « la actitudde Fernando III no iba a facilitar la proliferación de este tipo de manifestaciones tnternaaonalistas de las órdenes peninsulares ».

166 ID., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 529.

167 AHN, OM, carp. 91, doc. 5, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y ta orden de Santiago », p. 30, doc 2 : « Et hanc gratiam, tantum ista uice et isto procinctu, facimus et uolumus quod ista gratia ex hoc ulterius non extenditur. »

168 AHN, OM, carp. 91, doc 5, publ. ibid., p. 30, doc 2 : « Dilectioni uestre esse notum quod nos, ad preces sanctissimi patris domni pape et karisimi affinis nostri Balduini imperatoris Constantinopli, licentiam uobis magistro damus eundi personaliter in subsidium Imperii Romanie. Ita quod de regnis nostri possitis ducere in predictum subsidium quinquaginta fratres milites et centum dextrarios tantum et non plures. »

169 Édité dans BS, p. 168, l’acte a été repris par E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », p. 29, doc. I : « Super succursu ipsius Imperii sit tractatum fuerit coram nobis quod tu magister cum trecentis militibus, centum balistariis ac mille servientibus bene armatis Constantinopolim vadas […] cum eisdem per biennium moraturus. »

170 Mis en évidence par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domim regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 102, le fait avait été relevé au préalable par E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », p. 26.

171 C’est là l’unique concession faite par le maître aux restrictions décidées par l’infant Alphonse. Un défaut du parchemin interdit de connaître le nombre exact de Santiaguistes que le projet final comptait mobiliser : AHN, OM, carp. 91, doc 2, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », p. 31, doc. 3 : « Nos magister ibimus Constantinopolim et ducemur nobiscum trecentos milites nobiles quorum […] erunt de ordine nostro, alii secularer tamen nobiles ». Selon toute vraisemblance, la lacune est ancienne car elle affecte les transcriptions du XVIIIe siècle, publiées dans BS, pp. 168-170, et, quelques décennies plus tard, dans le travail d’A. M. Burriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, pp. 489-491.

172 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », p. 31, doc. 3 : « Item ducemus ducentos balistarios quorum centum erunt equites et centum pedites boni et probi. »

173 Ibid., pp. 27-28. D’autres auteurs, par la suite, ont fait état de l’échec de ce projet, parmi lesquels R Lock, « The Military Orders in Mainland Greece », p. 337, selon lequel, au risque de quelque extrapolation, « it does show a disinclination on the part of the orders to become involved militarily in the Aegean in the mid-thirteenth century ».

174 AHN, OM, carp, 91, doc. 6, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », pp. 37-36, doc 7 : « Predictus Imperator non erat paratus eis pecuniam assignare, contractas ille non potuit hac uice compleri, sed promittit se ita facturum quod per totum proximo uenturum mensem augusti habebit ex toto. »

175 Primera historia de la orden de Santiago, p. 369 : « El maestre, queriendo poner en obra su partida en prosecuçion del négocia, fue ynpedido por el dicho señor don Ferrando, que non le dio lugara ello, por nesçesidat de la guerra que, en aquellos tienpos, tenia con los moros de las partes de Africa. »

176 La valeur de cette rupture a été récemment confirmée par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 529.

177 L’expédition a été analysée en détail par F. Carreras i Candi, « La creuada a Terra Santa », et C. de Ayala Martínez, « Reflexiones en torno a la cruzada de 1269 ».

178 Jaume I, Llibre dels Feits, chap. 480, p. 168 : « Ealtre dia passam per Uclés, que ens convidà lo maestre, e al dia que partim d’ací proferí’ns lo maestre que iria ab nós ab cent cavallers, e nós dixem-li que els li graïem molt. »

179 La présence du dignitaire de Calatrava au cours de l’expédition est rapportée parle roi Jacques Ier (ibid., chap. 487, p. 169), Elle est confirmée par un document dans lequel le souverain aragonais autorisait Ruy Pérez Ponce à conserver la moitié du monedaje qu’il devait percevoir « racione expensarum quas fecistis in passagio ultra mare in quo vos nobiscum ibatis ». Souscrit au retour de l’expédition, cet acte, dépourvu de date, a été publié par J. Caruana Gómez de Barreda, « La orden de Calatrava en Alcañiz », pp. 161-163, doc 6.

180 Jaume I, Llibre dels Feits, chap. 477-478, p. 167 : « E acostàs a nós lo maestre de l’Espital que havia nom frare Gonçalo Perero e era de Portugal […] e dix-nos que molt havíem bon cor e bona voluntat quan volíem servir a Déus, e dix-nos que ell havia gran volentat que ens servís ab tot ço que ell pogués haver de l’Espital en los cinc regnes d’Espanya, e nós que ho dixéssem al ret de Castella que volgués que ell anàs ab nós e que el ret li lleixàs traure de sa terra, de ço que l’Espital havia, ço que ell hauria mester, é nós dixem que li graïem molt la profirença que el nos feïa […] e sobre açò enviam al rei […] e dixem-li : “Rei, lo comanador nos ha profert sa ajuda que ens farà en aquest anada ab què vós li digats e li manets que us plaurà de l’ajuda que ell nos farà”. E sempre lo rei de Castella fizo-lo clamar, e vino el comanador e dixo-li denant nós : “Comanador, muit nos plaç d’ajuda e de servicio que vós fagades al ret d’Aragó, tanto e más que si a nós lo fiziessedes e esto vos mandamos que vos lo fagadef.”

181 Pour autant, il me paraît quelque peu exagéré d’écrire à propos du règne d’Alphonse X, comme l’a fait C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios castellanos durante el reinado de Alfonso X », p. 161, que « los envíos de ayuda a Oriente por parte de los Hospitalarios castellanos dependían del permiso del monarca ». C’est là confondre à mon sens le désir éventuel du roi et la réalité des faits.

182 J Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, p. iii, doc. 100.

183 ACA, Cancillería, reg. 81, f° 81r°-v°.

184 A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 326, s’est fondé sur un texte publié par H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, pp. 8-9, doc. 5, à l’intérieur duquel le souverain fait part au maître du Temple du besoin qu’il aurait du matériel ordinairement acheminé en Orient.

185 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, p. 158, doc. 108.

186 Id., Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, pp. 230-238, doc. 125 : « Les dits bens foren donats per les predecessors del señor rey al orde del Temple a defensio de la Esgleya occidental e a offensio e a impugnacio dels sarrahins Despanya »

187 A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposais », pp. 321-323, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII.

188 Dès le début du XXe siècle, le fait a été signalé par J, Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre, p. 272.

189 Seul parmi les monarques ibériques de l’époque, Jacques Ier assista aux délibérations du concile de Lyon, selon le témoignage qu’il fournit lui-même de la réunion (Llibre dels Feits, chap. 531, p. 181).

190 Le mémoire du maître a été publié par É. Baluze, Vitœ paparum Avenionensium, t. III, p. 150 : « Dictus papa Gregorius et sanctus Ludovicus voluerunt habuere consilium super facto unionis predite et eorum intentio erat de omnibus religionibus armorum facere unam. Sed fuit responsum quod reges Yspanie nullatenus consentirent propter tres religiones armorum que sunt in sua patria stabilitate. Quare deliberatum fuit pro meliori quod unaqueque religio resideret in statu suo. »

191 Bien souligné par R. Frydrychowicz, « Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe », p. 319, un tel constat a été récemment encore corroboré par M. Starnawska, « Military Orders and the Beginning of Crusades in Prussia », p. 423, bien qu’une présence éventuelle jusqu’en 1245 ait été suggérée par J. M. Rodríguez García, « El internacionalismo de las órdenes “hispanas” en el siglo XIII », p. 233, sans que l’auteur apporte de documents à l’appui de son hypothèse.

192 R. Frydrychowicz, «Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe», p. 319.

193 Ibid., pp. 319-320.

194 K. Borchardt, «Military Orders in East Central Europe», p. 252.

195 Ainsi l’a bien relevé Z. Nowak, « Milites Christi de Prussia : Der Orden von Dobrin und seine Stellung in die preufiische Mission ».

196 H. Quandt, Baltische Studien, p. 120.

197 Elle a été en particulier dénoncée par R. Frydrychowicz, « Der Ritterorden von Calatrava in Tymau bei Mewe », p. 319.

198 Le fait a été rapporté par J. M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. II, pp. 296-297 : « Negotium pro quo petunt duces Polonie de mittendo ad partes suas conventum de Calatravia committitur abbati Morimundi in plenaria potesta ».

199 Elle a été récusée, nous l’avons vu, par différents auteurs dont A. Forey, « The Military Orders and the Holy Waragainst Christians », pp. 6-7, repris dans Id., Military Orders and Crusadesf, VII.

200 G.-G. Meerssman, « Études sur les anciennes confréries dominicaines. Les milices de JésusChrist », p. 289, et Ph. Josserand, « L’ordre de Santiago en France », p. 461.

201 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 21.

202 Ainsi l’a signalé dans un travail monographique M. Branet, « L’ordre de Saint-Jacques de la Foi et de la Paix », pp. 101-102.

203 Ibid., p. 102.

204 Ce fait a été relevé par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago en Francia », pp. 17 et 47-48, et Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 103.

205 On ne saurait toutefois souscrire à l’affirmation d’A, Mur i Raurell, « Relaciones europeas de las órdenes militares hispánicas durante el siglo XIII », p. 230, qui évoque « la consistente presencia de las órdenes de Santiago y Calatrava en Italia a fines del siglo XIII ».

206 C. Raimondi, «Sulle tracce dei cavalieri di Calatrava», pp. 217-218.

207 AS V, Reg. Vat. 47, f° 171r°. L’acte, analysé par G. Digard, M. Faucon et A. Thomas, Les registres de Boniface VIII, t. I, p. 241, doc. 696, a été publiée à l’initiative de D, Ventola, Documenti vaticani relativi alla Puglia, t. II, pp. 3-4, doc i.

208 BC, pp. 154-156. À cet acte s’est référé R. Hiestand, « San Michele in Orsara. Un capitolo dei rapporti pugliesi-iberici », p. 79, qui, du fait d’une erreur de datation provenant de la non-prise en compte de l’ère hispanique, l’a situé en 1338, augmentant d’autant la durée de la présence de Calatrava dans les terres apuliennes.

209 ACA, Cancillería, reg. 235, f° 60r°-v°, publ. P. Picatoste Navarro, « Intereses transalpinos de Jaime II en época de la conquista del reino de Murcia. La donación de los Calatravos al infante Juan en 1304 », pp. 463-464.

210 Ainsi l’avaient déjà signalé D. Lomax, La orden de Santiago, p. 21, et A. Javierre Mur, « Un contacto de la orden de Santiago con la Puglia en tiempo de Currado de Soavia », p. 93.

211 BS, pp. 274-275, L’acte rapporte la nomination d’un procureur envoyé en Castille « ad petendum ab eodem domino magistro confirmationem electionis in prœceptorem eiusdem sacra domus Sanctœ Maria […] nobilis et religiosi domini Frederici Mustacii militis electi in prœceptorem ».

212 ANTT, gav. 5, m.4, doc. ii, publ. As gavetas da Torre do Tombo, t. II, pp. 409-413, doc. 901 : « Item quod commendatores et fratres locorum seu domorum dicti ordinis Sancti Jacobi in regnis Sicile et Aragonie perceperunt integre et percipere consueverunt omnes fructus, redditus et proventus provenientes ex locis seu domibus predictis et ipsos ussus et altos prout ets placuit expenderunt nec de ipso magistro generali dicti ordinis aliquod responderunt nec respondent nec dant sed de ipsis libere disponunt. »

213 ACA, Cancillería, reg. 235, f° 60r°.

214 L’avertissement lancé par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago en Francis », p. 29, mérite d’être pris en compte, bien que je me refuse pour ma part à dénier toute importance aux contributions directes acquittées aux chefs d’ordre par les établissements implantés hors de la péninsule Ibérique (Ph. Josserand, « L’ordre de Santiago en France », pp. 466-467).

215 ASV, Reg. Vat. 94, f° 97r°-v° : « Significasti nobis quod quosdam maledictionis alumpnos, unum videlicet vocatum Stellam de Lucba confratrem ordinis militie Sancti Jacobi de Ispania et alium eius socium, cuius nomen te asseris ignorare, portantes quasdam litteras bullatas sub nostro nomine fabricatas, quas ex earum inspectione habuisti vehementer de falcitate suspectas, cum quibus iidem Stella et socius, sub questus nomine predicando, utebuntur a populis pecunias extorquere. » Cet acte a été brièvement analysé par G. Mollat, Jean XXII. Lettres communes, t. IX, p. 421, doc, 50714.

216 Ph. Jossserand, « Inservitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », pp. 103-104.

217 Ainsi, J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Cîteaux », p. 44, n. 3, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, relève à titre d’exemple une bulle de Boniface VIII de 1297, publiée à l’initiative de J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t.III, p. 711, doc. 4368, qui mentionne apparemment la présence de Calatrava en Bohême.

218 A. Rodríguez López, La consolidación territorial de la monarquía feudal castellana. Expansión y fronteras durante el reinado de Fernando III, p. 120.

219 À cet égard, il convient d’être prudent par rapport à l’utilisation qu’en ont faite J. M. Rodríguez García, « El internacionalismo de las órdenes militares “hispanas” en el siglo XIIIe », pp. 234-235, ou encore A. Mur i Raurell, « Relaciones europeas de las órdenes militares hispánicas durante el siglo XIII », p. 225, selon qui, au tout début du XIVe siècle, « la orden de Calatrava aparece citada en Bohemia, Hungría, ducado de Polonia, marquesado de Moravia y en Inglaterra, Gales, Escocia, Irlandia, además de en Toscana, Romaña y Marca Trevisana, de lo que tenemos noticia a través del Registro Vaticano número 51 ».

220 ASV, Reg. Vat. 51, ffos 208v° et 216v°, publ. Ch. Grandjean, Les registres de Benoît XI, pp. 705 et 752-753, doc. 1162 et 1220.

221 ASV, Reg. Vat 51, f° 216v° : « Necnon magistris et preceptoribus militie Templi et Hospitalis Sancti Johannis Jerosolimitani et beate Marie Theutonicorum et Calatravensis per partes Anglie, Wallie, Scotie et Ybernie constitutis. »

222 H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, p. 285, doc. 139.

223 Ibid., t. II, pp. 282-283, doc. 139 : « Fom en consistori dissapte prop passat, que hom comptava.v. idus marcii, e proposam largament del dret dels princeps Despanya sobre aquest fet […] e fo la nostra conclusio que, qual que ordonament se fees dels dits bens, se agues a fer de vostre espress consentiment e no en altre manera [… ] E quant al fet del Espital specificarn mes los missatgers del rey de Portugal que nos, cor dixeren que no era raho quels bens aquests fossen applicats al Espital e quel rey de Portugal no hi consintria. »

224 Ibid., t. II, p. 284, doc. 139 : « É diguemli quens oyr sobre aquest fet que voliem mes specificar vostre enteniment, senyor, e dir mes sobre la raho que ja haviem proposada altra vegada. »

225 Lors de la première audience, les envoyés aragonais passèrent d’ailleurs sous silence le projet de Jacques II intéressant Santiago, auquel ils savaient que la Curie pontificale était hostile. Ibid., t. II, p. 283, doc. 139 : « Del orde Ducles nons en calia parlar que ja sabiem que nols hi anave lur cor ».

226 Ibid., t. II, p. 285, doc. 139 : « E dix que ell veya que applicar aquests bens a orde novellament faedor, per ço que los bens del Temple son ara mal menats, ne a la Terra Santa, ne a vos, senyor, ne a altra cosa daquest gran temps non seria fet servey […] aytambe applicar los a Ucles o a Calatrava, com no son ordens generals per lo mon, non porien accorer a profitar los bens en les altres parts on no son poblats, mas que al Espital, si eren applicats,per ço cor han per tots lochs on lo Temple havia, serien mils procurats. »

227 Ces projets ont été étudiés par A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », pp. 73-74, et « Gli Ospedalieri e un progetto per la Sardegna », pp. 504 et 507, repris dans Id., The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XII, et The Hospitaller State on Rhodes and its Western Provinces, XVI.

228 Hernando del Pulgar, Crónica de los señores reyes católicos don Fernando é doña Isabel de Castilla y de Aragón, p. 377 : « É. suplicóles que les diesen licencia para que él con toda la orden de la caballería de Santiago fuese á la tierra de moros, á les facer guerra que era obligado de facer, porque sirviese á Dios é a ellos, é cumphese los estatutos de su orden. El rey é la reyna le dixeron que su suplicacion era de catholico christiano é que ellos ansimesmo estaban en propósito de dar orden en la guerra contra los moros, pero que agora estaban occupados en mander facer armada contra los Turcos. Aquella expedida, luego entederian en su suplicacion, é le llamarian para lo que de cerca de aquella guerra se debia facer. »

229 Plusieurs travaux monographiques ont été consacrés à l’institution. Écrit en 1806, mais publié au début du XXe siècle seulement, le discours de réception à la Real Academia de la Historia de J. PÉrez Villamil, « Origen e instituto de la orden de Santa María de España », ou l’étude de J. MenÉndez Pidal, « Noticias acerca de la orden de Santa María de España », réclament aujourd’hui d’être repris à la lumière de l’analyse de J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », qui demeure la référence la plus sûre à propos de la milice alphonsine.

230 J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », p. 801, et Ph. Josserand, « Las órdenes militares y el mar en el contexte de la batalla del Estrecho ».

231 J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. III, p. 75 : « Qui vocatur abbatia Santa Maria regalis Murtiœ ».

232 Ainsi l’a bien mis en évidence C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 453.

233 A. Rodríguez de la Peña, « Las órdenes militares como instrumentes de la monarquía ». On ne peut toutefois manquer de souligner davantage que ne le fait l’auteur que, si l’intention frédéricienne était bien réelle, sa traduction resta décevante. Il n’est en effet plus possible aujourd’hui de considérer l’ordre teutonique au XIIIe siècle comme une institution dynastique au sens où l’ont fait E. Kantorowicz, Kaiser Friedrich der Zweite, p. 84, ou I. Matison, « Zum politischen Aspekt der Goldener Bulle von Rimini », p. 53. Les critiques apportées à ce propos par U. Arnold, « Der Deutsche Orden zwischen Kaiser und Papst », pp. 60-61, ou par H. Cleve, « Kaiser Friedrich II. und die Ritterorden », pp. 63 et 73, me semblent absolument décisives.

234 J. Guiraud, Les registres de Grégoire X, p. 75, doc 201. Signalé auparavant par A. Ballesteros-Beretta, Alfonso Xel Sabio, pp. 708-709, ce document a fait l’objet d’un commentaire très complet de la part d’A. Rodríguez de la Peña, « La orden de Santa María de España y la orden teutónica », pp. 237-239.

235 J. Guiraud, Les registres de Grégoire X, p. 75, doc. 201 : « Pene omnium communi judicio manifesti comperimus eas, ut sepius et quasi ubilibet, exitus difficiles habuise, humilitatem in suis pretendisse primordiis, et in fine tumultosa scandala genuisse, frequenter in illorum redundasse pernicium, qui multis estudiis illas evexerant, finaliter autem in exitrialis conspirationis detestabile propositum mutavisse, ac ideo sedem apostolicam cuidam simili confratrie, per catholicos reges et principes in favorem ecclesiastica libertatis piis studis in Alemannie partibus inchoata, non solumpetitum denegasse favorem, verum etiam illius progresibus utiliter obstitisse. »

236 Ibid., p. 75, doc. 201 : « In premisso quoque confratrie consortio tuo specialiter et regni tui periculo, sicut in oculi nostripupilla tactum contrarium formidari, a finali petitionum ipsarum expeditions tandem cessare providemus, donec ac tuam notitiam quid in talibus ipsius Sedis experientia sentiat perducamus. »

237 J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », pp. 811-813, doc. 3 : « Nos igitur ex devotione tanto principis tam inmensa et ordinatione tam sancta spirituali jucunditate laetantes ac exulatantes in Domino precibusque ipsius domini regis predictis benigno concurrentes assensu eosdem per singula ad gratiam exauditionis accepimus gratiose predictum monasterium Cartagenie cum omnibus suis membris habitis et habendis nostro incorporavimus ordini personasque eorum religiosas ad nostri ordinis recepimus unitatem. Idemque monasterium Cartagenie abbati ac monasterio Grandis Sylve tamquam propriam filiam duximus submittendum ad ipso regendum sub obedientiefiliali. »

238 Ibid., pp. 813-814, doc. 4 : « Fratribus loci de Cartagenia concedimus in posterum facultatem liberam eligendi abbatem et abbati Grandis Sylve predicto suisque successoribus paternitatem et posteritatem plenariam confirmandi. »

239 Archivo Catedral de Santiago, Tumbo B, f° 281r°-v°, et AHN, Clero, carp. 1451, doc 19, publ. ibid., pp. 810 et 810-811, doc 1 et 2.

240 Ainsi l’a faitvaloir C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 454.

241 J- Torres Fontes, «La orden de Santa María de España», pp. 805-806.

242 Ibid., p. 805.

243 Ph. Josserand, « Las ordenes militares y el mar en el contexto de la batalla del Estrecho ».

244 Le contrat est inséré dans l’acte du repartimiento de Séville, publié par J. González González, Repartimiento de Sevilla, t. II, pp. 172-174, et par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 33-34, doc. 37 : « E el pleito es éste : recevimos de vos una galen aparejada de remos e de velas e de todas aquellas cosas que obiere menester, é avemos de tener en ella dozientos homes, é destos docientos homes los treinta armados de fierro, é diez ballesteros armados de fojas de fierro con veinte ballestas, é los otros homes que fincaren que los tengamos armados de escudos e de capillos de fierro así como es costume de los galeotes, é que vos fagamos serviçio con esta galea e con estos homes, así como sobredicho es, tres meses al anno, a doquier que vos mandáredes por mar, a nuestra costa é a nuestra misión. »

245 J. Torres Fontes, «La orden de Santa María de España», p. 804.

246 Ibid., pp. 814-815, doc. 6 :« Sepades que estos ganados que los omnes lieuan que esta mi carta traen son del Ospital del Emperador que es en Burgos, que yo di al monasterio de la cauallería de Sancta Maria de Cartagena de la orden del Çistel et tengo por bien que estos ganados anden saluos et seguros por todas las partes de mios regnos et pascan las yeruas et beuan las aguas assi como los mios mismos. »

247 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 69, pp. 53-54 : « En esto laflota partió de Sevilla, en este mes de otubre, é todas aquellas gentes que mandó ir con ella, é fueron al Estrecho é cercaron a Algecira por la mar, é guardaron por luengo tienpo que non pasára ningund navío de allen mar aquende. »

248 Ibid., chap. 72, pp. 55-57.

249 AHN, Osuna, leg. 81, doc. 2et leg. 102, doc. 1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 478-480 et 480-482, doc. 453 et 454.

250 AHN, OM, carp. 222, doc 4, publ. J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », pp. 817-819, doc 10, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 475-476, doc 451.

251 AHN, OM, carp. 222, doc 4 : « Por grand sabor que auemos de fazer bien e merçed a la orden de Sancta Maria d’Espanna, que nos estableçiemos a seruiçio de Dios e a loor de la Virgen sancta Maria, su madre, damos e otorgamos […] a don Pedro Nunnez, maestre della e a los otros maestres que seran despues del, e al conuento dessa misma orden, la villa e el castiello de Medina Sidonia, a que nos ponemos nombre Estrella, en que tengan el conuento mayor que esta orden ha de tener en esta frontera del regno de Seuilla. »

252 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 453. Privée de son objectif naval initial, l’institution, à en croire l’auteur, « fue evolucionando hasta convertirse en una orden militar más ».

253 J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », p. 809.

254 Ainsi l’ont fait A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 226, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V, et C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 157.

255 La transcription de l’obituaire, établie dans la seconde moitié du XVIe siècle parle chroniqueur de Philippe II Ambrosio de Morales, a été éditée deux cents ans plus tard dans les Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales, t II, p. 25.

256 Susceptible de servir de base à un raisonnement analogique, un élément de grand intérêt ressort de l’étude d’A, Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights of Rhodes », p. 18, reprise dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XI, qui analyse un projet élaboré dans les années centrales du XIVe siècle par le roi d’Aragon Pierre IV, désireux de réunir à l’Hôpital l’ordre de Montesa, fondé quelque trois décennies plus tôt par Jacques II afin d’empêcher que les biens aragonais du t emple ne soient dévolus à la milice rhodienne. D’une telle perspective de fusion, nul ne déduirait que Montesa avait perdu dans l’esprit de Pierre IV son caractère national ; au contraire, c’est parce que l’Hôpital, nous le verrons, avait acquis cette dernière dimension en Aragon au cours des années 1340 qu’un tel plan, auparavant dépourvu de tout e chance de réussite, devenait précisément envisageable.

257 D’après les listes de maîtres transmises depuis le XVe siècle, Pedro Núñez aurait été porté à la tête de la milice en juillet 1280. La date précise est invérifiable en l’état, mais il ne fait pas de doute que ce dignitaire succéda à Gonzalo Ruiz Girón, à la place duquel il est attesté le 24 avril 1281, quand le roi remit à Santiago le château de Cieza (AHN, OM, carp. 90, doc. 2, publ. J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, pp. 158-160, doc 151).

258 Ph. Josserand, « In servitto Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 105.

259 Ainsi l’ont bien observé A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », p. 69, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XII ou D. Lomax, « El rey don Diniz y la orden de Santiago », p. 487.

260 Méconnu, le projet a été signalé par A. Luttrell, « The Hospitaliers of Rhodes : Prospectives, Problems, Possibilities », p. 263, et « Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 592, repris dans Id., Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, I, et The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, XVI, P, Linehan, History and the Historians of Medieval Spain, p. 578, et A. Forey, The Fall of the Templars in the Crown of Aragon, p. 195. Situé en 1331 parles trois historiens britanniques, il semble qu’il ait été en réalité échafaudé quelque quatre ans plus tôt, à en croire une lettre pontificale découverte par J. Zunzunegui Aramburu, « La misión del obispo de Senez al reino de Casrilla », p. 20, n. 43 bis.

261 ASV, Reg.Vat. 116, ffos 84v°-85r° : « Nec uidemus etiam quod ordo militant si crearetur ibidem de nouo adeo regiis existeret opportunitatibus utilis, enim ordo dicti Hospitalis utilior esse possit. »

262 L’acceptation par le souverain du refus pontifical ne fut pas immédiate. Ce point a été mis en valeur par J. Zunzunegui Aramburu, « La misión del obispo de Senez al reino de Castilla », p. 20, à l’avis duquel je ne saurais toutefois entièrement me ranger car, lorsqu’il souligne qu’après 1331, « no quedaba otro remedio que someterse y ejecutar la orden pontificia », il me paraît sous-estimer la force du contrôle exercé parle roi sur les milices de ses États (Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 105).

263 Contrairement à l’opinion récemment exprimée C. Barquero Goñi, Los cabalieros hospitalarios durante la Edad Media en España, p. 129, A. Forey, « Towards a Profile of the Templars », p. 204, a relevé avec beaucoup de justesse que les tendances centrifuges perceptibles à l’échelle des prieurés occidentaux de la péninsule Ibérique étaient davantage dues à l’action des rois qu’à celle des frères. À ces questions, il m’a été donné de consacrer récemment un travail dont la matière constitue la matrice des paragraphes qui suivent (Ph. Josserand, « À l’épreuve d’une logique nationale : le prieuré castillan de l’Hôpital et Rhodes au XIVe siècle »).

264 Ainsi l’a observé A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », p. 333, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII.

265 Ce soutien a été bien mis en évidence par S, Menache, « The Hospitaliers during Clément V’s Pontificale », et A. Luttrell, « The Hospitaliers and the Papacy ».

266 A. Luttrell, « Gli Ospitalieri dal continente alle isole », en particulier p. 83, repris dans Id., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, II.

267 Id., « The Military and Naval Organization of the Hospitaliers », et « The Earliest Documents of the Hospitalier Corso at Rhodes », reproduits dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, XIX, et The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, VIII.

268 Id., « Papauté et Hôpital : l’enquête de 1373 », p. 10.

269 Id., « Rhodes : base militaire, colonie, métropole de 1306 à 1440 », p. 237, reproduit dans Id., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, VII.

270 Id., « Gli Ospitalieri dal continente aile isole », p. 88, repris dans Id., The Hospitalier State on Rhodes andits Western Provinces, II.

271 BNF, Mss. français 1978, f° 170r° : « Et apres de ce le dit pape casse celuy maistre por les grans et folles espenses que il fasoit. Et a cellut tens la maison fu trouee en detes de.viijc millia.vjc lxvj florins de or. Apres le dit papa comande as proudeshomes freres qui estoient a celui tens a Auignon que eaus deusent eslire maistre et eaus fistent maistre Elion de Uillanoua. » Le texte a été retranscrit par A. Luttrell, « Notes on Foulques de Villaret, master of the Hospital », p. 82, reproduit dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, IV.

272 A. Luttrell, « Actividades economicas de los Hospitalarios », p. 176, et « The Hospitaliers of Rhodes : Prospectives, Problems, Possibilities », pp. 256-257, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, VII, et Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, I.

273 La lettre de Déodat de Gozon est rapportée par R. d’Aubert de Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, t. II, pp. 571-572.

274 Un parallèle intéressant peut être établi avec la situation du Temple castillan récemment analysée par Ph. Josserand, « Entre Orient et Occident : l’ordre du Temple dans le contexte castillan du règne d’Alphonse X », pp. 133-140.

275 BNV, SO, vol. 16, doc, 8. C’est ce que précisait le maître Odon des Pins dans une lettre au prieur de Saint-Gilles Guillaume de Villaret : « Ideo nollemus quod isto tempore subtramarinis ad partes istas ueniret aliquis frater noster pretextu alicui mandatus […] exceptis tamen fratribus que sunt de magna preceptoria Y spanie et de prioratu Anglie in proximo futuro augusti passagio nec non et fratribus.vii. quibus expresse mandauimus ut in eodem passagio adpartes istas se personaliter transferint et exceptis etiam nuntiis de quolibet prioratu cum responstone solita. »

276 ASV, Reg. Av. 14, ffos 428v°-429r°. Il lui ordonnait de retirer du montant final de l’estimation les dépenses « que dictus prior tam pro responsione ordinaria conuentui ultramarino facienda quam pro exoneratione debitorum Hospitalis eiusdem habebit soluere annuatim ». L’acte, sous une cote erronée, a été analysé de manière succincte par G. Mollat, Jean XXII. Lettres communes, t. III, pp. 359-360, doc. 14214, et publié par B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática médiéval de la orden de Alcántara, t.I, pp. 362-363, doc. 505.

277 ACL, doc. 11326. Le document a été analysé par J. A. Martín Fuertes, Colección documental del Archivo de la Catedral de León, pp. 283-284, doc. 2925.

278 Ainsi l’a mis en évidence pour l’Aragon M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, pp. 81-83. Récemment, les acquis de son analyse ont été validés à l’échelle de la péninsule Ibérique tout entière par C. Barquero Goñi, Los caballeros hospitalarios durante la Edad Media en España., pp. 126-129.

279 Un résumé des différents concepts de la fiscalité de l’Ordre a été présenté par A. Luttrell, « The Hospitaliers’Western Accounts », pp. 4-5, repris dans Id., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, XI, et par S. Fiorini et A. Luttrell, « The Italian Hospitaliers at Rhodes », p. 214.

280 BNV, RCG, vol. 280, f° 9r°-v° : « Establi est pour les grans damages qui sont avenus au temps passe a notre religion, pour les mals paiemans de responsions que chascun priour ou baillis par chapitre general doient mander leurs responsions, chascun au outra mer, au maestre et au couvent ala sainte croys de setembre si come est acostume ou deça la mer le maistre ou son lieutenant comandera ceest assavor au plus tart a la mie aost et qui faudra de paier si come est dessus dit dés adonc se tiegne pour rapelles et doye prendre son chamin de dans un moys pour aler ala presance du maestre et du convent a montrer sescuze et soit fait deh rayson segont les ordenances de la mayson. » Le document a été publié, avec quelques erreurs, par Ch. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers at Montpellier », pp. 304-305

281 Códice 602, f° 155r°.

282 AHN, Códice 600, ffos 97r°-98r°, En octobre 1350, Juan Fernández de Heredia ordonna au nom du maître au prieur de Castille, Fernán Pérez de Deza, de réparer conformément aux statuts de Montpellier la désobéissance « en que sodes encorrido porno pagar ni venir a fazer vuestra excusatio ».

283 Du moins est-ce l’opinion de M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, p. 158. Le plus ancien statut que l’auteur invoque à l’appui de son affirmation remonte cependant à la période où l’institution était établie à Chypre.

284 AHN, Códice 602, f° 145v°. Le 6 février 1357 Juan Fernández de Heredia enjoignait ainsi à chacun des frères du prieuré de Castille de remettre à son lieutenant l’ensemble des biens qui avaient appartenu au défunt commandeur de Puente Órbigo et de Santa María de la Horta : « Por aquesto a uos a a cada uno de uos dezimos e mandamos fuertment […] que cauallos, mulas e quales quier bestias, siellas, armas., ropas, joyas, pan, vino, dineros e quales quiere otras cosas que tengades en poder uestro o de otri de uoluntat uestra, los quales fueron del dicho ffray Fortun Sanchez, aquellos de continent uista la present non fiquedes, dedes e liuredes desenbargadament al dicho ffray Johan Lopez o a qui el querra en nombre suyo e por el e no a otra persona alguna. » De ce document, retranscrit par Ph. Josserand, « Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique », t. III, pp. 753-754, il ressort clairement que le droit de dépouille en Castille, à la différence de l’Aragon, ne s’était pas toujours transformé en un versement monétaire.

285 AHN, Códice 602, f° 141r°-v°, publ, ibid, t. III, pp. 741-742 : « Cierto es uos auer recibido del arnes de ffrey Ferrand Ferrandez de Sarria dos mill doblas doro e mas e otras dtuersas cosas que han del arnes segunt que por el inuentario fecho del dicho arnes mas largament puede pareçer. Et en las dichas doblas eran nouecientos florines las quales el dicho ffray Ferrand Ferrandez a nos hera tenido dar del arrendamiento de la baylia de Cayroga del tiempo que la touo. Et el remanient de las dichas doblas con las otras cosas del armes fincaua e es todo del senny or maestro e conuent. »

286 BNV, RCG, vol. 280, f° 49r : « Fu ordene per le maistre e prodes homes du conuent que les priores et baillies qui vaqueroyent fassent retenus per troys ans a la main dou maistre e dou conuent et car en autre maniéere les dits gualees et charges non pooyrons sustenir ni supportier. »

287 AHN, Códice 599, f° 52r°-v°, et Códice 602, ffos 2v°-3r°.

288 Le fait est consigné dans l’ordre de payer adressé aux commandeurs de Castille par Juan Fernández de Heredia : « Por parte del honrado religioso fray Rodrigo Alfonso, nos e dado a entender quel sennyor maestro manda por su carta que uos otros le pagodes las expensas que fizo en el pasage que ultimament fizo en Rodas. Por que uos dezimos e mandamos que les dichas expensas distribuyades entre uos e aquellas pagades al dicho fray Rodrigo Alfonso o a qui el querra en nombre suyo e por el cerca la continencia e tenor de la carta del dicho sennyor maestre e conuent. » (AHN, Códice 602, f° 155r°, publ. Ph. Josserand, « Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique », t. III, pp. 782-783).

289 La définition des camere magistrales a été donnée par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, pp. 351-352.

290 À peine traitées par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios casteUanos a mediados del siglo XIV », qui dans une récente synthèse ne leur accorde qu’une fugace mention (Id., Los caballeros hospitalarios durante la Edad Media en España, p. 143), elles montrent la nécessité impérative, pour qui s’intéresse à l’Hôpital, de prendre en compte les archives maltaises. Signalée récemment pour la Hongrie par Z. Hunyadi, « Milites Christi in the Medieval Kingdom of Hungary : a Historiographical Overview », p. 55, l’utilité d’une telle démarche ne saurait être moindre s’agissant de la Castille.

291 BNV, RBC, vol 317, f° 114r°, et vol, 318, f° 91r°. Dans son travail sur l’Aragon, M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, p. 172, a cité le premier de ces deux actes, en écorchant le nom des chambres magistrales castillanes.

292 BNV, SO, vol. 16, doc 37.

293 L’évolution a été signalée par C. Barquero Goñi,» Los Hospitalarios en el reino de León », p. 357, et « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », pp. 349-350, ou encore Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1317-1318.

294 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 119, p. 252 : « Et en este tiempo veno al realdon frey Alfonso Ortiz Calderon, prior de la orden de Sant Joan, que avia morado en Rodas fasta entonce, et traxo el prioradgo de Castiella ede Leon, por que gelo dió su maestre, » Une mention très similaire est rapportée dans la Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 140, p. 53.

295 BNV, RBC, vol. 280, f° 33v°. Le prieur est confirmé selon le procès de délibération « ad quinque annos sub responsione duorum milium florinum ».

296 Dès la première moitié du XIVe siècle, il est ainsi attesté à Chypre, d’après A. Luttrell, « The Hospitaliers in Cyprus after 1386 », pp. 126-127, repris dans Id., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, V.

297 La sanction est exprimée dans les statuts de 1340 (BNV, RBC, vol. 280, f° 44) : « Item recorde est que li priours ans quels en cestuy chapistre seront dones prioures que non ont paye en termement leur responsions ou subuencions ou autres debtes ou eussent fait debtes aucuns en leurs prioures, que les letres de la concession de leurs prioures non leur soient rendues fin atant que yl ayent en termement satisfayt. »

298 BNV, RBC, vol, 280, f° 48r° : « Item, parce que les priors et baillis per chapitre general de un grant temps enssa ne sont este rapelles ni ont fait leur passatges, est establi que de an en an oper chapitre o sur annee per les grans necessites que nostre religion a en les parties de sa mer, les quales ni encores les autres besoignes de la mer sens luer presence non pooyent dessa estre ben ordonees soyent rapelles. iiii. o.v. priors o baillis per chapitre general o plus o menys, se lont que au maistre avec le conseilh des prodes homes dou conuent sera avist fin a tant que tous les pnors et baillis per chapitre général unefoys soyent repelles et venus avecques leur passatge en la presence dou maistre e dou conuent. Et que en apres que chascun aura fait une foys son passatge chascun prioro bailli per chapitre general per son torn soit repelles et tenus de venre de sa mer avecque son passage de.v. en.v. anys se lont les anciens usatges et coutumes de nostre maison. »

299 Présenté au plan général par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jérusalem and Cyprus, pp. 349-352, ce fait a été signalé à l’échelle hispanique par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p. 351, qui désigne le bénéfice dont de tels dignitaires sont investis par le terme d’encomienda de gracia.

300 AHN, OM, carp. 462, doc. 178.

301 BNV, RBC, vol. 317, f° 127r°-v°.

302 AHN, Códice 602, f° 156r°-v°, publ. Ph. Josserand, « Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique », t. III, p. 788.

303 Leur rôle a été analysé à l’échelle de la péninsule Ibérique par M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, pp. 152-153, qui rapporte leur intervention aux ambitions du maître comme l’a fait, pour le Temple, Ph. Josserand, « Entre Orient et Occident : l’ordre du Temple dans le contexte castillan du règne d’Alphonse X », pp. 134-135.

304 BNV, RBC, vol. 317, f° 99r°, et vol. 318, f° 91r°. Il faut relever que dans le dernier document Juan Fernández de Heredia exerce, dans le cadre de la péninsule Ibérique, les fonctions de collecteur des responsiones et de visiteur général de l’Ordre.

305 L’épisode a été bien souligné par M. Sánchez Martínez, « Las órdenes militares en la cruzada granadina de Alfonso el Benigno », p. 38. Il avait été précédemment signalé par A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes », p. 7, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XI.

306 Plusieurs exemples d’Hospitaliers ayant demandé l’autorisation de se rendre en Galice au milieu du XIVe siècle, tel le commandeur d’Arles Raymond Cay, ont été relevés par A. Luttrell, « The Hospitaliers of Rhodes between Tuscany and Jerusalem », p. 132, reproduit dans Id., The Hospitalier State on Rhodes andits Western Provinces, XVII. Ce mouvement s’inscrit dans le cadre général d’un pèlerinage qui à l’époque était devenu un phénomène de masse, comme l’a récemment rappelé R. Plötz, « Spanien und das Sacro Imperio : die Pilgerfahrten nach Santiago de Compostela », pp.350-351.

307 Souligné pour l’Aragon par A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes », repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XI, ce fait a été récemment rappelé par M. Bonet Donato, « Estructura gubernativa y fiscalidad en la orden del Hospital en la Corona de Aragón », pp. 48-49, et corroboré pour le Portugal par P. M. Pinto Costa, « A ordem de São João em Portugal », p. 236.

308 ACA, Cancillería, reg. 47, f° 86v°. Il semble cependant, au vu de la réponse de Pierre III, que la requête d’Alphonse X n’ait pas eu le succès espéré : « Recepimus litteras vuestras per quas nos rogastis ut reddi facemus priori domorum Hospitalis in Castella et Legione Assam Abenadris, […] non tamen nos denegavimus priori predicto restituere ratione dicti sarraceni illud quod debemus, set si magister Hospitalis scripsat nobis quod quicquid ratione dictt sarraceni dare debemus, daremus castellano Emposte et non ipsi priori quia reputabat eum irregularem et inobedicentem. »

309 ASV, Reg. Vat. 132, f° 93v°. Analysé brièvement par J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et patentes, t. II, pp. 447-448, doc. 1544, ce document a été rapporté par C. Barquero Goñi, « El carácter militar de la orden de San Juan en Castilla y León », p. 73, « Algunos datos sobre la orden del Hospital en Andalucía », p. 43, n. 75, et « Fortalezas hospitalarias en Castilla y León », p. 206.

310 En Aragon, le pape n’essuya pas un refus très différent, comme l’a relevé A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes », p. 17, ou « La Corona de Aragón y la Greda catalana », p. 238, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XI, et Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, XI.

311 AS V, Reg. Vat. 139, f° 2r°. Le texte a été analysé par E. Déprez et G. Mollat, Clément VI. Lettres closes, patentes et curiales, p. 84, doc. 671.

312 ASV, Reg. Vat. 139, f° 135v°, cit, ibid, p. 101, doc. 803.

313 ASV, Reg. Suppl. 10, ffos 146v°-147r°, publ.A. Domingues de Sousa Costa, Monumenta Portugaliœ Vaticana, t. I, pp. 135-137, doc. 80. À cet acte, il a été fait brièvement allusion sur la foi d’une source différente par P. M. Pinto Costa, « A ordem de São João em Portugal », p. 236.

314 II semble que de pareilles interdictions aient été plus répandues en Aragon, en particulier sous le règne de Pierre IV, pendant lequel, à plusieurs reprises, l’opposition du roi empêcha des frères de prendre la mer à destination de l’Orient méditerranéen. Ce fait a été récemment relevé par R. Iorio, L’inchiesta di papa Gregorio XI sugli Ospidalieri délla diocesi di Trani, p. 27.

315 Ainsi l’a mis en évidence J. Delaville le Roulx, « Bulle de convocation d’une assemblée des Hospitaliers à Carpentras », pp. 75-76.

316 ASV, Reg. Vat. 244, f° 75r°-v° L’acte a été analysé par G. Mollat, Lettres secrètes et curiales du pape Grégoire XI, p. 170, doc. 364.

317 BNV, RBC, Vol. 318, f° iiir° : « Quod fratres quattuor vestri prioratus y doneos et suficientes quattuor in dicto passagio collocetis et istorum trasferre initatis cum equis et armis sufictentiis prout acthenus in similibus est fieri consuetum. »

318 Ces chiffres ressortent des statuts des différents chapitres généraux de l’Hôpital au cours du second quart du XIVe siècle : BNV, RBC, vol. 280. ffos 27r°-28v° (1332), 33r°-v° (1335), 40v°-42v° (1337), 45r° (1340), et 50r°-51v° (1344). Seule la première assemblée tenue en 1330, dont les délibérations ont été publiées à l’initiative de Ch. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers at Montpellier », pp. 301-308, ne porte aucune mention de l’envoi de frères castillans en Orient.

319 A. Luttrell, « Gregory XI and the Turks », repris dans Id., Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, XV.

320 Id., « Papauté et Hôpital : l’enquête de 1373 », pp. 26 et 40-41.

321 Pas plus que pour d’autres régions d’Occident on ne saurait tenir pour vraisemblables les chiffres que le pape avançait pour la Castille, auxquels, récemment encore, a souscrit C. Barquero Goñi, « Actividades militares de los Hospitalarios castellanos en los siglos XIV Yy XV », p. 180.

322 J. Glénisson, « L’enquête pontificale de 1373 sur les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem », p. 85.

323 Il en existe cependant des indices manifestes. Le 25 juin 1364, Juan Fernández de Heredia accordait à Alvar González de Sarria une licence « para que fueda yr en Rodas for recontar at senyor maestre e conuent la destrucción y necetidat del dicho priorado * (AHN, Codice 602, f° 166r°). L’expression est éloquente, même s’il faut la replacer dans le contexte de la rivalité qui opposait le dignitaire aragonais au prieur institué en Castille par Pierre Ier, bien présenté par C. Barquero Goñi, « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », pp. 541-543.

324 J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, p. 216.

325 BNV, RBC, vol. 316, f° 177r°. La liste portée parle document pour le prieuré de Castille est la suivante : « De prioratu predicto Castelle et Legionis in ipso passagio cum equis et arnis sufficientibus ueniant et transferent fratres sex, videlicet fratres Rodericus Alfonsi de Logronno de Portu Marino, Ferdinandus Garsie de Conchis et de Medina, Aluarus Gundissalui de Ribadauia, Gundissalus Roderici de Montoya de Bamba et de Pennaluer, Didacus Alfonsi de Mayorga et Arias Didaci de Leone et de Ciuitate domus eisdem preceptores. »

326 II s’agit tout d’abord de Rodrigo Alfonso de Logroño, commandeur de Vallejo et d’Oruña, et de Gonzalo Rodríguez de Montoya, commandeur de Cuenca et de Bamba, cités le 28 décembre 1336 dans un différend portant sur l’affermage des chambres prieurales d’Olmos et de Quiroga (AHN, Codice 602, f° 141r°). Le 24 février 1357, Fernán García était cité en tant que commandeur de Portomarin (AHN, Codice 602, f° 146r°) et le 12 juin 1357, Arias Díaz de Valbuena était pour sa part censé occuper la baylie de León (AHN, Códice 602, f° 151r°).

327 AHN, Codice 602, f°166F.

328 BNV, RBC,vol. 319, f° 308v°.

329 Le fait a été signalé par A. Luttrell, « Aragonesesy catalanes en Rodas », reproduit dans Id., Tbe Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece andthe West, XIII.

330 Menées d’abord au couvent de Rhodes, les carrières orientales des frères de Castille ne s’y limitaient pas nécessairement. Ainsi, avant d’être drapier de l’Ordre en 1330 (Ch. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers at Montpellier », p. 301), Amaldo de Olmos fut prieur de Messine pendant quatre ans (K. Toomaspoeg, Templari e Ospidalieri nella Sicilia medievale, pp. 190-191), et Pedro Ortiz de Salzedo, une génération plus tard, fut à son départ de Rhodes affecté à Cos et en Eubée, puis en Hongrie, où, comme A. Luttrell, « The Hospitaliers in Hungary before 1418 », p. 274, l’a signalé récemment, il obtint en 1365 l’office de prieur (BNV, RCG, vol. 319, f° 322v°, publ. Z. Hunyadi, « Hospitaliers in the Medieval Kingdom of Hungary », pp. 347-348, doc. 45).

331 AHN, OM, carp. 859, doc. 6. Le texte, analysé par C. Gutiérrez del Arroyo, Catálogo de la documentación navarra de la orden de San Juan de Jerusalén, t. I, p. 109, doc. 347, a été publié par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1337-1340, doc. i.

332 BNV, RCG, vol. 280, ffos 41r° et 42r°. Lors du chapitre général de 1337 sont en effet convoqués à Rhodes « de prioratu Castelle et Legionis frater Macias Petri, preceptor de Tonte Fiterio, frater Petrus Ferdinandi de Dantalha, preceptor Sancte Marte de Orta ». Demeuré à Rhodes, Macías Pérez est cité lors des chapitres suivants de 1340 et 1344 (BNV, RCG, vol. 280, ffos 45v° et 51r°).

333 AHN, OM, carp. 580, doc. 15. Le 22 décembre 1325, il participait, en compagnie de deux autres frères de l’Hôpital, à la commission d’enquête instituée par le prieur Fernán Rodríguez de Valbuena afin de vérifier auprès des habitants de Cañada le montant des rentes produites par les biens détenus dans la localité par Teresa López, avec laquelle l’Ordre projetait de procéder à un échange.

334 BNV, RBC, vol. 317, ffos 128v°-129r°, 129r°-v°, et 130r°-v°.

335 BNV, BCG, vol. 280, f° 41v°.

336 BNV, RBC, vol. 317, f° 130v°.

337 La charge lui fut dévolue en propre une fois Fernán Pérez de Deza nommé à la tète du prieuré de Castille, soit pour le moins entre 1350 (AHN, Códice 600, f° iiiv°) et le 28 juin 1358 (AHN, Códice 602, f° 163v°). Un aperçu de la carrière du frère a été proposé déjà par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la chrétienté latine », p. 108, n. 116.

338 A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes », pp. 17-18, et « Hospitalier Life in Aragon », p. 113, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XI, et The Hospitallers of Rhodes and theirMediterranean World, XV.

339 BNF, Mss. français 6049, f° 204v°, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. IV, p. 70, doc. 4621. À la mort de Suero, son armement fit l’objet d’une dispute entre le maréchal du couvent et un frère castillan, Sancho García, qui les revendiquait au nom du prieur et dont on ne sait pas s’il était arrivé à Chypre pour l’occasion ou s’il résidait déjà dans l’île. Le travail de J. Burgtorf, « The Order of the Hospital’s High Dignitaires and their Claim on the Inheritance of Deceased Brethern », pp. 255-265, aide utilement à replacer la querelle dans son contexte.

340 AHN, Códice 602, f° 166r°, Le contexte de schisme à l’intérieur du prieuré de Castille à la fin du règne de Pierre Ier a été présenté sur un plan général par J. M. Cacho Blecua, El gran maestre Juan Fernández, de Heredia, p. 35, et, plus en détail, par C. Barquero Goñi, « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », pp. 541-543.

341 La nouvelle de la mort de Nuño Suárez ressort d’une lettre de Juan Fernández de Heredia, datée du 16 mars 1352, enjoignant au supérieur castillan Fernán Pérez de Deza d’envoyer à Rhodes les sommes correspondant au droit de dépouille du frère (AHN, Codice 601, ffos 126v°-127r°).

342 BN V, RBC, vol. 318, f° iiir°.

343 Philippe de Mézières, Le songe du vieil pèlerin, t. I, pp. 258-260 : « Ilz viennent la d’Occident et demeurent quatre ans ou cincq, pour empetrer ung bon prioré ou commanderie es parties d’Occident Et quant ilz en ont la possession, de retourner en Roddes ne m’en parle nulz homs. C’est une moquerie ou grant derision. »

344 Ainsi l’affirment les statuts de 1344 (BNV, RCG, vol. 280, f° 48v°) : « Est establi que nessun frere non puisse estre prior ni bailliper chapitre general si il nait este XX. ans frere en la religion dels quals ait demoure au mems.v. ans au conuent de sa mer pour aprendre sa religion et de voyr et oyr les bons usatges et coustumes de la maison sauve ceaus qui per le temps passe sont este fays per necessite priors e baillis per chapitre général. »

345 Il résidait à Rhodes en 1332 (BNV, RCG, vol. 280, f° 28v°), avant d’être nommé prieur au décès de Fernan Rodriguez de Valbuena et confirmé dans le poste en 1335 (BNV, RCG, vol. 280, f° 33v°).

346 Il exerça comme drapier de l’Ordre à partir de 1332 en remplacement d’Arnaldo de Olmos, cité lors du chapitre de 1330 (BNV, RCG, vol. 280, f° 2r°, publ. Ch. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers at Montpellier », p. 301). À partir de cette date, il est mentionné comme titulaire de l’office lors de chacun des chapitres généraux (BNV, RCG, vol. 280, ffos 22r°, 33r°, 39r°, et 46r°) jusqu’en 1347 où, du fait de sa désignation en tant que prieur de Castille, apparaît Mendarias de Valbuena avec le titre de lieutenant (BNV, RBC, vol. 317, f° 130v°).

347 Ainsi l’a signalé C. Barquero Goñi, « Disputas porel priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », p. 544, qui appelle le prieur Pedro de Ibies.

348 Rares sont les comptes conservés avant les années 1370, comme l’a relevé A. Luttrell, « The Hospitaliers’Western Accounts », pp. 2-3, repris dans Id., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, XI, dont l’avis a été corroboré par Th. Vann, « A Fourteenth-Century Hospitalier Account Book from Hispania ».

349 Ainsi l’ont bien souligné A. Luttrell, « The Hospitaliers of Rhodes : Prospectives, Problems, Possibilities », p. 252, reproduit dans Id., Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, I, ou P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon, p. 93. Pourtant, J. Miret i Sans, Les cases de Templers i Hospitalers en Calalunya, p. 397, au début du XXe siècle, a évoqué un document des archives du prieuré de Catalogne, aujourd’hui introuvable, qui fournirait pour les années 1320 une information détaillée sur les rentes provenant des commanderies des deux provinces orientales de l’Hôpital en péninsule Ibérique.

350 Le fait a notamment été mis en relief par A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », p. 113, repris dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, XV.

351 La transaction est rapportée par A. García y Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. Il, pp. 336-341.

352 ACT, Z.2.A.4.25. L’acte a été brièvement évoqué par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y el arzobispado de Toledo », p. 182.

353 J. Petit, « Mémoire de Foulques de Villaret sur la croisade », p. 607 : « Preterea opportebit dominun papam mandare per nuncios suos et litteras regibus et principibus terrenis quod ipsi non patiantur in dominiis suis impendimentum gentibus domorum Templi, Teuthonicorum et nostre in aliquo irrogari ad hoc ut nos queamus extrahere de terris suis arma, peccuniam et alia de bonis nostris que pro pertractu passagii necessaria imminebunt. »

354 B. Kedar et S. Schein, « Un projet de “passage particulier” proposé par l’ordre de l’Hôpital », p. 218.

355 Ainsi l’a mis en évidence N. Housley, The Avignon Papacy and the Crusades, pp. 53-54.

356 Id., « Pope Clement V and the Crusade of 1309-1310 », p. 34. Ce faisant, le roi systématisait une interdiction à laquelle il avait déjà recouru ponctuellement au cours de son règne (C. Monterde Albiac et M. de los D. Cabanes Pecourt, « Aragón en las cartas reaies de Jaime II », pp. 524-525, doc. 10 et 15).

357 ACA, Cancillería, reg. 541, f° 183r°, cit. M. Sánchez Martínez, « Las órdenes militares en la cruzada granadina de Alfonso el Benigno », p. 41.

358 BNV, RCG, vol. 280, f° 45r° : « Item recorde est que le prioure de Castella est mis a terme mais dhuy quant a ores non se fait aucune prouizion ni ordenascion de luy pour la defaute de paiement de responsions selonc que hom dit. »

359 La préoccupation du roi pour la frontière bétique a été soulignée par S. de Moxó, « Relaciones entre la Coronay las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », et, pour le cas plus particulier de l’Hôpital, par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en la frontera de Granada entre los siglos XIII y XV », pp. 121-122 et 125.

360 ASV, Reg. Vat 139, ffos 126r° et 259v°. Ces deux textes ont été analysés par E. Déprez et G. Mollat, Clément VI. Lettres closes, patentes et curiales, pp. 99-100 et 124, doc. 789 et 970.

361 À cet égard, il n’est pas possible de souscrire au jugement général de C. de Ayala Martínez, « La orden de San Juan en la Península Ibérica durante el maestrazgo de Juan Fernández de Heredia », pp. 124-125, qui, sans recourir à la documentation maltaise, a signalé pour la seconde moitié du XIVe siècle que « todo apunta a algo mas que una regularización en alza del trasvase de rentas hispánicas hacia la sede conventual de Rodas ».

362 BNV, RBC, vol. 318, f° 91r°.

363 L’absence de paiements du prieur castillan semble remonter pour le moins à 1349. En effet, le 17 mai 1350, Juan Fernández de Heredia ordonnait à Fernán Pérez de Deza de lui remettre les sommes dues par son prieuré afin qu’il les fasse envoyer au couvent (AHN, Códice 600, ffos 47v°-48r°). L’injonction fut répétée le 3 juin et, cette fois, assortie d’une référence explicite aux revenus attachés aux commanderies vacantes de Villafilar, Villaescusa et Bamba (AHN, Códice 600, f° 64r°). Elle fut reprise derechef le 1er octobre, sous la menace des sanctions arrêtées en 1330 lors du chapitre général de Montpellier, « por no pagar ni venir a fazer vuestra escusatio » (AHN, Códice 600, ffos 97r°-98r°).

364 AHN, Códice 601, ffos 126v°-127v°. Les dettes du prieuré castillan se répartissaient de la sorte : deux mille florins de responsiones pour l’exercice fiscal 1349, assortis de cinq cents florins au titre de quart de responsiones, et quatre mille florins pour les exercices 1350 et 1351. À cela s’ajoutaient cent florins d’arriérés pour l’exercice 1347, les produits des commanderies de Villafilar, Villaescusa et Bamba, soit au total trois cent cinquante florins, dont soixante-douze furent acquittés à Valence dans l’envoi de 1351, et d’autres droits de vacances et de dépouilles dont le montant n’est pas spécifié.

365 Le fait a cependant été totalement passé sous silence par C. Barquero Goñi, « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla en los siglos XIV y XV », pp. 540-541.

366 A H N, Códice 602, f° 161r° : en juin 1358, Juan Fernández de Heredia rapportait à son lieutenant Rodrigo Alfonso de Logroño que « por el sennyor maestre et conuent fue ordinado que, por razon de cierta quantia de pecunya que nos damos e somos tenido de dar en coda un annyo al bonrado e religioso fray Ferrand Perez de Deça, prior qui fue de Castilla e de Leon, para ayuda e sostenimiento de su vida, nos tomasemos a nuestra mano una baylia, la qual nos entiendessemos que fuere suficient pora nos en el dicho priorado con la qual pudiesemos suportar la dicha ayuda. » Il lui donna par conséquent l’ordre de veiller à ce que Juan López de Torres, qu’il avait chargé d’apurer cette dette, fut effectivement pourvu de la baylie de Puente Órbigo, qui lui avait été attribuée.

367 Sollicitée du maître par Innocent VI le 27 mars 1354 (ASV, Instr. Miscellanea, doc. 1973, cit. M. Milian Boix, « El fondo “Instrumenta Miscellanea” del Archivo Vaticano », p. 578, doc. 167), la nomination de Juan Fernández de Heredia à la tête du prieuré de Castille fut effective en droit à peu près un an plus tard, comme l’a récemment rappelé M. Cortés Arrese, El espacio de la muerte y el arte de las órdenes militares, p. 73.

368 AHN, Códice 602, f° 3r°-v°.

369 AHN, Códice 602, f° 141r°-v°. Il ordonnait ainsi en décembre 1358 à Rodrigo Alfonso de Logroño de lui remettre la somme due aux autorités de Rhodes, de laquelle il chercha à retrancher le montant des dettes que le défunt avait contractées envers lui : « Cierto es uos auer recebido del arnes de ffray Ferrand Fernandez de Sarria dos mill doblas doro e mas e otras diuersas cosas que han del arnes segunt que por el inuentario fecho del dicho arnes mas largament puede pareçer. En las dichas doblas eran nouocientos florines, los quales el dicho ffray Ferrand Fernandez a nos hera tenido dar del arrendamiento de la baylia de Cayroga del tiempo que la touo. Et el remanient de las dichas doblas con las otras cosas del arnes fincaua e es todo del senyor maestre e conuent. Porque uos dezimos e mandamos fuertment e destrecha en virtut de sancta obediençia que luego en continent vista la present, assin los dichos nouocientos florines que pertenescen a nos como el residuo de las dichas doblas en semble con las otras cosas que son del dicho arnes, los quales pertenescen al dicbo nuestro senyor maestre e conuent, dedes e liuredes por nos e en nombre nuestro e po rel dicho señor maestre e conuent a los honrrados Johan Lopez de Torres, de casa del senyor rey, effray Johan Lopez de Torres, nuestros procuradores generales. »

370 AHN, Códice 602, f° 155r°.

371 Un an jour pour jour après avoir été émise, le 12 juin 1357, l’injonction faite aux commandeurs du prieuré d’acquitter régulièrement à Rhodes les contributions qu’ils devaient au titre de leur charge fut renouvelée, peu avant que Juan Fernández de Heredia ne fut à l’été 1358 remplacé en tant que prieur de Castille par une créature du souverain (AHN, Códice 602, f° 159r°).

372 AHN, Códice 602, f° 164r°. En juin 1358, Juan Fernández de Heredia enjoignait à son lieutenant de contraindre les commandeurs castillans à verser leur part assortie des intérêts afférents : « Non dubdamos uos auer entendido en como dos annyos ha pasados quando fue por los procuradores del senyor maestre e conuent e por todos los priores de nuestra orden de las partidas daca mar en la ciudat de Auinyon celebrada general senblea, en la qual fue ordenado de fazer serutcio por toda la religion a nuestro senyor el papa, el qual seruicio fuere taxado e partido pro rata por todos los priorados e toca a la part del dicho priorado de Castilla e de Leon de principal trezientos e sexanta e nueue florines de oro, de los quales montan los usuras en.ii. anyos e.iii. meses que son pasados del dia que fue fecha la paga de aquellos en aca, a razon de.iiii. florines al mes por centenar,.ccccxui. florines que son en suma entre principal e usuras entro al present dia.dcclxxxii. florines. »

373 Cette décision découlait des dispositions arrêtées par le chapitre général l’année précédente. Étudiées au plan général par J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, p. 136, et J. Sarnowsky, « The Rights of the Treasury », 270, elles ont été replacées dans un cadre ibérique par C. Barquero Goñi, Los caballeros hospitalarios durante la Edad Media en España, p. 177, et par P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon, pp. 82 et 186.

374 BNV, SO, vol. 16, doc. 37.

375 BNV, SO, vol. 16, doc. 38. Ils sont, dans l’acte, désignés comme suit : « Rogerius de Monte Alto domus eiusdem magnum preceptorem et priorem Catalonie locum nostrumque tenentem et uisitatorem ultramarinis partibus generalem et Stephanus de Monte Acuto eiusdem priorem Aluerne, uisitatores generales ad partes predictas constitutos ».

376 BNV, RBC, vol. 319, f° 156-v° : le prieur portugais, Alvar Gonçalves, fut sommé en ces termes par le maître de l’Hôpital Roger des Pins : « ad annos duodecim pro omnibus dictis arreragiis per nos debitis usque ad festum Natiuitatis sancti Johannis Baptiste anni Domini millesimi trecentesimi sexagestmi quarti inclusiue solueritis procuratori nosro in ciutate Ulixbonensis undecim milia florines ».

377 Ils ont été présentés en détail par A. Luttrell, « The Hospitallers’Western Accounts, repris dans Id., The Hospitaller State on Rhodes and its Western Provinces, XI, et, de façon plus rapide, par S. Fiorini et A. Luttrell, « The Italian Hospitaliers at Rhodes », pp. 212-213.

378 Comme l’a bien relevé A. Luttrell, « The Hospitaliers’Western Accounts », p. 3, repris dans Id., The Hospitaller State on Rhodes and its Western Provinces, XI, il a été fait generalis negotiorum gestor par le couvent en octobre 1374, avec tout pouvoir sur la collecte des responsiones.

379 BNV, SO, vol. 16, doc. 52, publ. ibid., pp. 10-21, et plus particulièrement p. 12 : « Item recebio del dicho priorado de Castella per responsio del dicho priorado del anyo suso dicho nichil. Item por tallya del dicho priorado nichil. Item por arrerages nichil. Item por mortuoris nichil. Item por vagantes nichil. » Les corrections que j’ai apportées dans l’extrait qui précède traduisent seulement des différences de lecture mineures.

380 Ibid., pp. 8-9. Les mêmes données ont été reprises parla suite par A. Luttrell et S. Fiorini, « The Italian Hospitaliers at Rhodes », pp. 212-213.

381 BNV, SO, vol. 48, f° 35v°.

382 C’est ce qu’affirme clairement Juan Fernández de Heredia dans le document comptable qu’il adressa en 1375 au maître Robert de Juilly. BNV, SO, vol. 16, doc. 52 : « Castilla non ha pagado res despues que esti prior tiene el priorado ».

383 ASV, Reg. Vat. 271, ffos 84v°-85r° Le document a été analysé par G. Mollat, Lettres secrètes et curiales du pape Grégoire XI, p. 172, doc. 3654.

384 AHN, OM, carp. 598, doc 96.

385 À cet égard, le travail classique de J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 195-196, peut être utilement complété par l’analyse de C. Barquero Goñi, « Disputas por el priorato del Hospital durante los siglos XIV y XV », pp. 543-544.

386 BNV, RBC, vol. 321, ffos 137v°-138r°. Daté du 5 juillet 1381, le procès-verbal de nomination de Pedro Dfaz comme prieur signale la disponibilité de la charge, « vacante per privationem et destitutionem légitime facte de religioso in Christo nobis carissimo fratre Luppi Sancii de la Somoza et ad nostram disposicionem propterea deuolutam ».

387 BNV, RBC, vol. 321, f° 138v°.

388 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Juan I, an. VII, chap, 15, p. 105.

389 ACA, Gran Priorado de Cataluña, armario 53, leg. i, ffos 4r°-5v°. Le document a été rapporté par A. Luttrell, « Papauté et Hôpital : l’enquête de 1373 », p. 35.

390 En Aragon, A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las ordenes militares », p. 73, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XII, a observé pour le XIVe siècle une évolution comparable, affirmant que « el Hospital llegó a ser casi una orden national ». Dans une étude récente tout d’abord publiée en catalan dans L’Avenç, A. Luttrell, « The Hospitaller Priory of Cataluña in the Fourteenth Century », p. 9, dans Id., The Hospitaller State on Rhodes and ils Western Provinces, XVI, a renchéri sur l’idée, signalant pour la Catalogne une « quasi-nationalization of the priory ».

391 Ainsi l’a souligné C. Barquero Goñi, « Disputas porel priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », pp. 546-556, dans une analyse menée à partir des seuls fonds documentaires hispaniques et à laquelle les archives centrales de l’Ordre confèrent un poids encore accru.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search