Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Troisième partie. En quête d'une soumission : le pouvoir royal castillan et les ordres militaires

Chapitre viii

Une logique instrumentale

La mise sous tutelle des dignitaires des ordres militaires

Texte intégral

  • 1 Le fait a été justement mis en relief par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Primeras tentativas de ju (...)
  • 2 Rares sont les analyses qui se sont faites l’écho d’un processus sur lequel les seuls travaux à jet (...)
  • 3 L’importance du tournant esquissé au milieu du XIIIe siècle a récemment été bien mise en évidence p (...)

1Pour affermir son contrôle des ordres militaires, le pouvoir monarchique s’est efforcé de s’attacher la fidélité des dignitaires placés à leur tête. Sensible dès l’origine, en particulier dans l’association des maîtres à la construction d’un espace politique qu’ils avaient contribué à façonner par la mission de reconquête et de colonisation qui leur avait été impartie1, cet effort déboucha à partir du gouvernement d’Alphonse X sur un véritable projet d’instrumentalisation2. Pour l’autorité royale, le biais le plus sûr était de peser sur la désignation des maîtres des ordres militaires, voire de se réserver, dans la pratique, le monopole de leur nomination. Un tel objectif, primordial pour la monarchie, était difficile à atteindre. Il exigeait que le pouvoir royal disposât d’une force de contrainte dont il s’était parfois trouvé dénué à la charnière des XIIIe et XIVe siècles. Aussi les souverains furent-ils conduits à développer d’autres moyens d’action auxquels l’historiographie, prompte à souligner leur impuissance, n’a pas véritablement prêté attention. En associant les dignitaires des ordres militaires au service curial comme en les insérant dans un réseau de fidélités complexes, la monarchie a d’abord voulu s’assurer leur obéissance avant d’utiliser ces biais, une fois sa puissance rétablie par Alphonse XI, pour parfaire le projet d’instrumentalisation de ces institutions dessiné, près d’un siècle plus tôt, à la suite de l’avènement d’Alphonse X3.

I. – Le choix d’un responsable de confiance

  • 4 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 33. Cette idée a été reprise récemment par I. Lago Barbosa, « Me (...)
  • 5 La domination royale sur l’Église a été bien mise en lumière par A. Rucquoi, « De los reyes que no (...)

2Si la désignation des maîtres est l’un des objets auxquels l’historiographie des ordres militaires a traditionnellement prêté une attention privilégiée, son étude est loin pour achevée. Sur la base des chroniques de l’époque moderne, l’intervention monarchique a été perçue dès la période d’émergence des milices comme un facteur de choix décisif. Contre une telle position, de nombreux auteurs ont souligné, à la suite de Derek Lomax, qu’en fait l’ingérence du pouvoir n’est pas antérieure au deuxième quart du XIVe siècle4. Quoique fondée, cette réaction peut toutefois sembler exagérée dans la mesure où Alphonse XI innova moins qu’il ne reprit les prétentions de ses prédécesseurs à désigner les responsables de l’Église castillane5.

L’affirmation de l’intervention royale

  • 6 B. de Salcedo y Jarmillo, « Discurso histórico sobre la soberanía que siempre han ejercido en lo te (...)
  • 7 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatravay Alcántar (...)

3L’ingérence du pouvoir monarchique dans le choix des maîtres des ordres militaires a longtemps été tenue pour un usage naturel. Au début du XXe siècle encore, les historiens évoquaient, dès l’époque de l’apparition des milices, une intervention directe des rois plaçant ces institutions entre les mains de dignitaires fidèles6. Pour étayer cette thèse, ils se fondaient sur les récits produits au cours de la période moderne par les chroniqueurs des ordres militaires. Ceux-ci sont nombreux, à l’exemple du plus ancien d’entre eux, Francisco de Rades y Andrada, à se faire l’écho d’élections magistrales dans lesquelles, dès l’origine, les rois auraient joué un rôle actif, tel Ferdinand II qui en 1184, à la mort du fondateur de Santiago Pedro Fernández, aurait contraint les frères léonais à recevoir pour maître Sancho Fernández afin de s’opposer au candidat castillan, Fernando Diaz, jugé trop favorable aux intérêts d’Alphonse VIII7.

  • 8 D. Lomax, «The Order of Santiago and the Kings of León».
  • 9 Le contexte de production des chroniques modernes a été analysé par L. P. Wright, « The Military Or (...)
  • 10 D. Lomax, «The Order of Santiago and the Kings of León», pp. 14, 17 et 22-23.

4C’est à Derek Lomax qu’il revint de démontrer que de pareilles pressions correspondent en fait à une construction historique qui plaque sur une réalité médiévale un mode de pensée du XVIe siècle8. À cette époque, en effet, l’ingérence du souverain dans l’élection des maîtres était tenue pour naturelle dans la mesure où elle s’inscrivait dans une tradition d’intervention parfaitement aboutie en un siècle où le pape avait reconnu le roi d’Espagne comme administrateur perpétuel des ordres militaires hispaniques, dont les domaines avaient été réunis en 1523 au patrimoine de la Couronne9. Il n’est cependant pas possible d’accorder foi à un tel témoignage à propos de l’ingérence précoce de l’autorité royale dans la désignation des maîtres. Aucune des tentatives rapportées en ce sens pendant le premier siècle d’existence des ordres militaires n’a pu être confirmée à l’aide des sources et, à l’épreuve de la documentation, les scissions qu’elles auraient censément entraînées se sont révélées être de pures fictions10.

  • 11 Primera historia de la orden de Santiago, p. 362: «En tal manera que por discordia dellos, el rey F (...)
  • 12 Ainsi l’a bien relevé D. Lomax, « The Médiéval Predecessors of Rades y Andrada », p. 88.
  • 13 Primera historia de la orden de Santiago, p. 362: «Como por nuestros pecados la paz i la concordia (...)

5Avant le règne d’Alphonse X, la seule élection magistrale susceptible d’avoir été liée à la volonté du roi est celle de Martín Barragán, élevé en 1218 à la charge suprême de Santiago. Selon le récit de Pedro de Orozco et Juan de la Parra, ce personnage aurait en effet été nommé maître à l’initiative de Ferdinand III, dont il était un officier curial, en raison de l’incapacité des frères santiaguistes à s’entendre pour donner un successeur à García González de Araujo11. Il faut cependant considérer cette information avec la plus grande prudence. Rédigée à la requête d’Alonso de Cárdenas, la chronique qui mentionne le fait est postérieure de plus de deux siècles et demi à l’événement relaté. Surtout, elle n’est pas neutre dans la mesure où elle s’attache à dépeindre, sous le poids des interventions extérieures, la décadence de l’Ordre contre laquelle le commanditaire de l’œuvre est dit s’élever afin de rendre à l’institution l’état de pureté originelle12 auquel l’avait soustraite la désignation de Martín Barragán, le premier des maîtres à ne pas compter parmi les compagnons du fondateur et à avoir été élu au terme de dissensions imputées au diable13.

  • 14 Le fait a été bien signalé par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afir (...)
  • 15 Rapportée par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calat (...)
  • 16 Ainsi, à Zamora, le 15 août 1246, il ratifia la cession de la localité galicienne de Páramo, effect (...)
  • 17 BA, pp. 60-62, repris par J. Torres Fontes, Fueras y privilegios de Alfonso X el Sabio al reino de (...)
  • 18 AHN, OM, carp. 423, doc. 100, publ. BC, pp. 103-105.
  • 19 AHN, Osuna, leg. I, doc 2a, publ. ibid., pp. 123-125, et M. Gonzàlez Jiménez, Diplomatario andaluz (...)

6Avant le milieu du XIIIe siècle, on ne peut donc considérer la désignation des maîtres par le pouvoir royal comme un instrument destiné à mieux assurer à ce dernier le contrôle des milices qu’ils gouvernent. L’usage se transforma à l’avènement d’Alphonse X, qui s’employa à placer à la tête de chaque institution des responsables à la fidélité largement éprouvée14. L’exemple le plus spectaculaire est sans conteste celui de Pedro Yáñez, qui assumait depuis vingt ans la dignité suprême d’Alcántara quand il fut appelé par le roi, en 1254, à diriger Calatrava15. Le maître était un proche du monarque, au conseil duquel il appartenait déjà lorsque ce dernier était infant16. Il l’avait soutenu dans ses entreprises armées, notamment dans la campagne de Murcie, où son engagement fut récompensé par la concession de Salvaleon17, puis, une fois à la tête de Calatrava, par la remise du dixième du quint royal prélevé sur les expéditions en terre d’Islam18. Ainsi se créa entre les deux hommes cette étroite proximité mentionnée par la chancellerie du palais lorsqu’en 1264 la forteresse d’Osuna fut donnée au maître19.

  • 20 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en el siglo XIIIe castellano. La consolidación de los (...)
  • 21 L’information rapportée parF.de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanc (...)
  • 22 Le fait ressort des statuts publiés à l’initiative de J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium (...)
  • 23 L’intervalle se restreint aux quelques jours compris entre le 16 et le 20 avril 1254, comme il ress (...)
  • 24 BC, p. 109, et I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Alejandro IV, pp. 155-156, doc. (...)

7Pour placer son candidat à la tête de Calatrava, Alphonse X dut selon toute vraisemblance écarter le titulaire de la charge, Fernán Ordóñez, qui avait pourtant servi Ferdinand III avec zèle au cours de ses campagnes en Andalousie20. Si les chroniques d’époque moderne affirment que Pedro Yáñez fut élevé à la maîtrise de Calatrava à la faveur de la mort de son prédécesseur21, plusieurs éléments permettent cependant d’en douter. En premier lieu, la désignation du nouveau maître s’inscrivait dans un projet royal de regroupement des ordres d’obédience bernardine pour lequel Alphonse X assura au chapitre général de Cîteaux avoir obtenu le désistement de leurs supérieurs22. Ensuite, l’écart minime de quatre jours entre les mentions des deux dignitaires dans les actes de la chancellerie confère à la substitution un caractère brusque et prémédité23. Enfin, une bulle d’Alexandre IV, rappelant en janvier 1256 à l’abbé de Morimond et au maître de Calatrava les conditions d’élection à cette dernière charge, porte à croire que Pedro Yáñez n’offrait pas le profil canonique requis pour une telle promotion24.

  • 25 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 26 ANTT, gav. 16, m. 6, doc. 2, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 563, (...)
  • 27 Le fait a été justement souligné par J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », pp. 8 (...)
  • 28 En octobre 1280, le maître reçut d’Alphonse X, qui le désignait comme « aquel que quero ben e en qu (...)

8Bien qu’elle soit l’exemple le plus spectaculaire de l’ingérence d’Alphonse X dans la nomination des maîtres des ordres militaires, la nomination de Pedro Yáñez est loin d’être un cas unique. García Fernandez, qui remplaça Pedro Yáñez à la tête d’Alcántara, est décrit dans les chroniques de l’époque moderne comme un proche conseiller du roi25. Il n’est nullement impossible qu’il ait dû son élévation à celui-ci. Faute de preuve formelle, sa fidélité — même intéressée — au monarque, qui en fit son exécuteur testamentaire en 1284, au plus fort de la rébellion de l’infant Sanche, peut constituer un indice26. De même, Pedro Núñez était connu pour être un collaborateur étroit d’Alphonse X, qu’il avait servi dans la répression de la révolte mudéjare de Murde, quand lui furent successivement confiées les maîtrises des ordres de Santa María de España et de Santiago27. Il ne fait aucun doute qu’un tel parcours lui fut ouvert par l’ample faveur royale dont il disposait jusqu’au moment où il décida de rallier les adversaires du monarque, dont il s’imposa comme l’un des chefs au cours de la guerre civile qui condut le règne d’Alphonse X28.

  • 29 La crise déclenchée par Ferdinand III en 1234 a été fort bien analysée par J. O’Callaghan, « The Af (...)
  • 30 J-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, II, p. 411 ; «Cum filiatio frat (...)

9L’ouverture des ordres militaires à des fidèles du roi permit à Alphonse X d’acquérir un poids important dans leur gouvernement Le fait est patent dans le cas de Calatrava, où la docilité de Pedro Yáñez donna au monarque une capacité d’intervention considérable. L’ingérence du roi dans la conduite de l’institution ne fut pas forcément plus forte que pour d’autres milices, où il avait également placé des fidèles aux charges de responsabilité ; elle est simplement mieux connue dans la mesure où la trace en est conservée dans les actes des chapitres généraux de Cîteaux. Il semble ainsi qu’Alphonse X ait cherché, sitôt Pedro Yáñez élevé à la tête de Calatrava, à reprendre le projet de son père visant à rompre la filiation directe de Morimond en encourageant les interventions de l’abbé de San Pedro de Gumiel29. À l’hiver 1255, les prérogatives du monastère langrois firent l’objet d’une nouvelle contestation dont on peut penser qu’elle fut plus durable que ne le laissent accroire les statuts du chapitre général de Cîteaux, qui réaffirment sans ambages les droits de Morimond sur ses filiales30.

  • 31 La requête du souverain est connue à travers l’examen qu’en fit la plus haute instance de décision (...)
  • 32 Ainsi J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 44, repris dans Id., The Sp (...)
  • 33 J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. II, p. 406 : «Attendens cap (...)

10De fait, la mise en cause de la filiation établie s’inscrivait dans un vaste et original programme de remodelage des milices d’obédience bernardine. Fort du soutien de Pedro Yáñez, Alphonse X envoya au chapitre général de Cîteaux une demande visant à obtenir la réunion des domaines de Calatrava et de deux de ses filles31. Maintenu dans un certain flou par l’historiographie, réticente à prendre position sur l’identité des deux institutions intéressées32, le projet ne prévoyait selon moi rien de moins que la fusion des ordres d’Avis et d’Alcántara à l’intérieur de Calatrava. Saisi de la requête royale, le chapitre général de Cîteaux refusa de se prononcer sur-le-champ et chargea les abbés de Valbuena et de Bujedo de mener une enquête permettant de connaître l’avis des filiales de Calatrava sur l’union envisagée33. L’absence de suite donnée au projet ne laisse aucun doute sur le verdict de l’institution cistercienne, même si la cause du refus, lié peut-être aux réticences des frères portugais, nous demeure inconnue.

  • 34 Ibid., t. II, p. 468 : « Cum de facto Calatravie clamor devenerit ad capitulum generale quod magist (...)
  • 35 J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. II, p. 468 : «Et abbas Mori (...)
  • 36 En janvier 1263, Urbain IV intercédait en faveur de quatre frères de Calatrava auprès d’Alphonse X (...)
  • 37 L’élévation de Juan González, nommé coadjuteur en 1265, puis maître en 1267, à la mort de Pedro Yáñ (...)

11Contraint par le chapitre de Cîteaux à abandonner son projet de remodelage des ordres soumis à Calatrava, Alphonse X n’en renonça pas pour autant à l’idée de tirer parti de la présence d’un fidèle à la tête de l’institution pour développer le contrôle royal auquel celle-ci était assujettie. À en croire les protestations du chapitre cistercien réuni en 1260, il semble en effet que le monarque ait obtenu de Pedro Yáñez que des frères de l’Ordre lui remettent les forteresses qu’ils possédaient, s’obligeant le cas échéant par un hommage à les ouvrir au gré du roi34. L’excommunication fut immédiatement décrétée par l’abbé de Morimond contre les coupables35. En retour, le monarque prononça de lourdes peines d’exil ou d’emprisonnement conte les frères réfractaires à l’autorité du maître36. Une situation tendue perdura ainsi quelque temps jusqu’à ce qu’en 1265 la mise à l’écart de Pedro Yáñez, flanqué d’un coadjuteur à l’initiative de ses frères, restituât à Calatrava une partie de son autonomie par rapport au pouvoir séculier sans remettre en cause totalement le principe de l’ingérence royale37.

Le recul des pratiques d’ingérence

  • 38 Le fait ressort des analyses récentes de C.de Ayala Martínez, « La Corona y la incorporacion de los (...)
  • 39 J. M. Nieto Soria, Iglesia y poder real en Castilla. El episcopado, pp. 199-200.
  • 40 ACL, doc. 1160 : «Otrosi me mostraron que quando acaesçien electiones de prelados que ffazíen premi (...)
  • 41 A. Castro Garrido et J. M. Lizoian Garrido, Documentación del monasterio de Las Huelgas de Burgos, (...)
  • 42 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)

12Il est certain qu’avant Alphonse XI aucun des successeurs d’Alphonse X n’est intervenu autant que ce dernier dans la nomination des maîtres. Si l’on observe, à la charnière des XVIe et XVIe siècles, un recul des pratiques d’ingérence, il apparaît néanmoins que l’historiographie a largement exagéré cette rupture38. Étudiant les élections épiscopales, José Manuel Nieto Soria a observé que l’action de Sanche IV s’inscrivait dans la continuité de celle de son père39 : à sa mort, les Cortes réunies par le jeune Ferdinand IV dénoncèrent les pressions récurrentes exercées par le défunt au cours de son règne40. S’il n’est pas possible d’étendre une affirmation similaire au choix des supérieurs des ordres militaires, nombre d’entre eux constituaient néanmoins des fidèles du pouvoir royal, à l’instar du maître de Calatrava Ruy Pérez Ponce, auquel Sanche IV remit à titre viager l’Hospital del Rey de Burgos41, alors même que plusieurs, tel Gonzalo Martel, passent d’après la tradition recueillie par les chroniqueurs de l’époque moderne pour devoir personnellement leur charge au souverain42.

  • 43 AHN, OM, carp. 50, doc. 13, publ. J. torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 78-80, doc. 73. (...)
  • 44 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp.412-413, doc. 247 : « Fago vos saber que por muchos debdos qu (...)
  • 45 Ibid., p. 419, doc. 257 : « Agora sennor, sabed que depues que el rey don Ferrando fino que fable e (...)

13Différents indices incitent selon moi à considérer cette information avec un certain intérêt, bien qu’il ne soit pas possible de la vérifier dans les sources. L’exemple du maître de Santiago Diago Muñiz montre qu’au début du XVIe siècle la monarchie n’avait pas renoncé à intervenir dans l’élection des supérieurs des ordres militaires. Proche de Ferdinand IV, qu’il servit en 1307 face à Juan Núñez de Lara au siège de Tordehumos, le dignitaire obtint pour prix de son concours certains biens situés à Murcie43. Trois ans plus tard, la faveur royale joua sans aucun doute un rôle déterminant lorsqu’il fut élevé à la tête de Santiago, à la suite du retrait de Juan Osórez. C’est du moins ce qu’invite à penser une lettre écrite en décembre 1312 par Juan Manuel à Jacques II d’Aragon et dans laquelle l’infant, qui avait rassemblé à ses côtés les frères hostiles au maître44, s’ouvrait au souverain aragonais de son projet de mettre à profit la mort de Ferdinand IV pour obtenir du pape la destitution du supérieur santiaguiste, qui était désormais privé de son principal appui45.

  • 46 Le fait a été fort justement signalé par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en (...)
  • 47 BNM, ms. 8582, f° 56v° : «Ningund freyre non sea osado de rresçebir castillo de mano de rrey nin de (...)
  • 48 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 264, reproduit dans Id. (...)
  • 49 Le fait ressort par exemple pour Alcántara et Montesa des statuts de 1306 et 1326, publiés par Ph. (...)
  • 50 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 257, reproduit dans Id. (...)

14Il semble donc que l’ingérence monarchique dans le choix des maîtres n’avait pas complètement disparu au début du XIVe siècle. Peut-être est-on fondé à en trouver un indice dans le désir récurrent des supérieurs d’interdire aux frères de leur institution d’entrer en contact avec le souverain ou avec les principaux représentants de la société politique46. Inscrite déjà dans la législation santiaguiste de Pelayo Pérez Correa47, une telle prohibition ressort avec une vigueur largement accrue des définitions de Calatrava édictées en 1304 par l’abbé de Morimond48. À partir de là, elle fut étendue à toutes les milices d’obédience bernardine49. Sans doute est-il révélateur que les seuls statuts à ne pas faire mention de cette interdiction soient ceux que l’abbé de Palazuelos promulgua à l’intention de Calatrava en octobre 1325, quatre mois à peine après que les frères eurent obtenu d’Alphonse XI la destitution de García López de Padilla, à l’issue d’une longue révolte où le pouvoir royal n’était pas resté neutre50.

  • 51 Ainsi l’a fait valoir Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume d (...)
  • 52 Le gouvernement conflictuel du maître a été étudié par J. O’CALLAGHAN, « The Affiliation of the Ord (...)
  • 53 De nombreuses lettres attestent de la correspondance du maître avec le roi d’Aragon au plus fort de (...)
  • 54 Il se pourrait même, à en croire la moderne de F. Caro de Torres, Historia de las órdenes militares (...)
  • 55 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 56 II est à cet égard significatif qu’à l’été 1297, lors de la première tentative de conciliation entr (...)
  • 57 Le recours de Gutier Pérez à des auxiliaires musulmans ressort d’un pacte de hermandad conclu avec (...)
  • 58 En janvier 1301, Gutier Pérez paraît avoir rallié le parti aragonais pour pallier la détérioration (...)

15Si la monarchie s’efforça d’entretenir le principe d’ingérence dans le choix des maîtres, les moyens lui manquèrent cependant avant le règne d’Alphonse XI pour mener à bien sa politique51, comme le montre l’exemple de García López de Padilla, porté à la tête de Calatrava en 1297 et dont l’autorité royale tarda presque trente ans à obtenir la destitution52. L’hostilité de la cour castillane à son égard avait pourtant été immédiate. Élu dans une phase de tensions avec l’Aragon, ses relations amicales avec Jacques II, qu’il informait dans une correspondance abondante53, lui valurent d’emblée la méfiance des tuteurs de Ferdinand IV54, qui lui suscitèrent un rival en favorisant les prétentions à la maîtrise du grand commandeur de Calatrava Gutier Pérez, contre qui il avait remporté le suffrage des frères55. Ainsi s’ouvrit un conflit armé long de quatre ans, dans lequel le pouvoir royal prit parti contre García López de Padilla56 sans pouvoir toutefois empêcher celui-ci de renforcer sa position, obligeant son adversaire à rechercher des appuis à Grenade57, voire en Aragon auprès de Jacques II, alors désireux de nuire par tous les moyens aux intérêts castillans58.

  • 59 En 1302, il était traité en ennemi parle pouvoir. C’est ce qu’indique le pardon accordé parle roi a (...)
  • 60 AHN, OM, carp. 461, doc 170, publ. A. Benavides, Memorias del rey don Fernando IV, t. II, pp. 241-2 (...)
  • 61 AHN, OM, carp. 462, doc. 172.
  • 62 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 10 et 12, pp. 9 et 10.
  • 63 AHN, OM, carp. 461, doc 168.
  • 64 AHN, OM, carp. 461, doc. 169. Le caractère exceptionnel d’un tel titre a été justement relevé par B (...)
  • 65 AHN, OM, carp. 462, doc 171. Le dernier jour de février, l’abbé de Béthanie, au nom de celui de Mor (...)
  • 66 Il ne laisse pas d’être significatif que l’autorité ait tardé trois mois à avaliser la restitution (...)

16Dans de telles conditions, il n’était plus possible pour le pouvoir royal de soutenir encore Gutier Pérez59. Aussi les tuteurs de Ferdinand IV, en février 1301, se rangèrent-ils à la décision de l’abbé de Morimond de reconnaître pour maître García López de Padilla60. Ce dernier était loin, toutefois, de pouvoir jouir en paix de sa victoire. Dès l’été, à l’initiative des infants Enrique et Juan, fut réuni un chapitre général au cours duquel l’abbé de San Pedro de Gumiel, s’arrogeant le droit d’agir en représentant du supérieur de Morimond, déposa le maître et lui substitua Aleman, un frère au prestige incontesté61 qui s’était illustré pendant la révolte mudéjare du règne d’Alphonse X62. Le pouvoir conféré à ce dernier était cependant extrêmement fragile. S’il tenta de le faire valoir en convoquant un chapitre général63, voire en recourant à la titulature inusitée de « maître par la grâce de Dieu64 », il ne parvint pas à étendre son autorité dans l’Ordre. Confronté à l’hostilité de Cîteaux, qui le regardait comme illégitime, il fut contraint de se démettre en février 1302 et de restituer les insignes de la maîtrise à García López de Padilla65, reconnu en mai par la chancellerie royale66.

  • 67 A. Giménez Soler, Don Juan Mannuel, pp. 672-673. C’est ce qu’indique un courrier adressé par un env (...)
  • 68 AHN, OM, libro 1345, f° 53r°, publ. BC, p. 160.
  • 69 J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 278, reproduit dans Id., The Span (...)
  • 70 AHN, OM, libro 1347, ffos 98r°-99v°, publ. C, de Ayala Martínez, « Un cuesrionario sobre una conspi (...)
  • 71 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », pp. (...)
  • 72 Les circonstances de l’élévation de Juan Núñez de Prado à la tête de Calatrava, après deux années d (...)

17Si nul compétiteur ne lui disputait plus désormais la charge suprême de Calatrava, García López de Padilla était loin d’avoir pour autant obtenu un succès complet. Pendant tout le règne de Ferdinand IV, sa proximité avec l’Aragon lui attira une suspicion continue. Si le roi lui confia des missions diplomatiques, comme à l’été 1306, pour préparer une entrevue avec jacques II67, il n’en continua pas moins de protéger à la cour les frères rebelles à l’autorité de leur supérieur68. En 1307, l’abbé de Morimond était contraint de revenir en Castille afin d’enquêter sur la véracité des charges contre le maître adressées au chapitre général de Cîteaux sous le couvert du roi69. Les dénégations de Ferdinand IV pèsent bien peu face aux rumeurs qui l’accusèrent, quatre ans plus tard, d’avoir prêté l’oreille à une conspiration visant à assassiner García López de Padilla70. Le retour en grâce du maître à la mort du roi ne doit pas tromper71. Le pouvoir conservait entière son hostilité à son égard ; il lui manqua seulement, jusqu’en 1325, la force de lui opposer un compétiteur qui permît de l’écarter définitivement72.

  • 73 Cette méconnaissance affecte les travaux consacrés sur le plan général à l’Hôpital, depuis les étud (...)
  • 74 BNF, Mss. français 6049, ffos 150r°-154v°, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ord (...)
  • 75 BNF, Mss. français 6049, f° 153r°

18Sans conteste le mieux documenté, l’exemple de Calatrava n’est pas le seul à témoigner d’une tentative malheureuse d’ingérence de l’autorité royale à la charnière des XIIIe et XIVe siècles. La crise qui affecta le prieuré castillan de l’Hôpital à compter de 1297 ne me paraît pas résulter d’une cause très différente. Elle est cependant loin d’avoir bénéficié d’un intérêt identique de la part des historiens. L’épisode reste très mal connu, la plupart des chercheurs qui se sont intéressés à l’Ordre se limitant à reprendre les termes d’une lettre adressée au printemps 1299 par le couvent de Chypre au maître Guillaume de Villaret, qui résidait alors en Provence73. Dans cette missive, les dignitaires rapportaient l’éclatement dans le prieuré de Castille, deux ans plus tôt, d’une révolte d’une gravité telle que le maître avait été obligé de convoquer à Marseille le prieur et les frères rebelles à son autorité74. Sur les raisons d’une telle crise, connue dans le siècle comme l’« escandle d’Espaigne75 », le courrier adressé à Guillaume de Villaret ne dit rien, mais il paraît clair qu’au moment où il fut envoyé, la rébellion, vieille de deux ans déjà, n’était pas considérée comme terminée.

  • 76 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 170-171, doc, 123 : « Dolemus etiam quia in p (...)
  • 77 Il est attesté comme tel, au moins en mars et en avril, dans deux actes publiés par P. Rodríguez Ca (...)
  • 78 Il est mentionné avec cette qualité entre janvier et mai dans deux documents au moins. Le premier a (...)
  • 79 Ainsi est-il attesté en juin dans un document publié par J. L. Martín Martín, Documentación medieva (...)
  • 80 Il est mentionné en tant que tel du 24 février 1298 au 15 avril 1299 pour le moins, d’après deux ac (...)
  • 81 J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, p. 201, a relevé que le souverain aragonais a cherché à (...)
  • 82 D’après M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, pp. 114-1 (...)
  • 83 II est mentionné avec cette qualité à partir du 30 mai 1293 au moins (AHN, OM, carp. 777, doc. 39, (...)
  • 84 Faute de disposer de l’acte d’investiture de Diego Gómez de Roa, il convient de conserver à cette e (...)

19Il existe un document, insuffisamment exploité, qui attribue une cause à l’effervescence des frères. À l’été 1298, des Hospitaliers portugais, venus à Valladolid avec l’armée d’invasion du roi Denis Ier, signalèrent à Guillaume de Villaret l’état déplorable du prieuré castillan : ils lui signifièrent qu’il en était considéré comme le responsable, pour avoir institué en un bref laps de temps deux prieurs différents76. De fait, dans les actes de la chancellerie royale alternent deux dignitaires, Diego Gómez de Roa, lieutenant du grand commandeur d’Espagne en 129477 avant d’être prieur de Castille en 129778, et Vasco Lourenço, prieur une première fois en 129679, puis de 1298 à 129980. Il n’est pas déraisonnable d’estimer que les tuteurs de Ferdinand IV, comme devait le faire Jacques II d’Aragon quelques années plus tard81, avaient cherché à obtenir des autorités centrales de l’Hôpital la nomination d’un fidèle, Diego Gómez de Roa, ancien officier territorial de la monarchie82, entré récemment dans l’Ordre, où il exerçait en tant que commandeur de Portomarín83, pour s’opposer au choix d’un coreligionnaire d’origine portugaise, tenu pour potentiellement hostile84.

  • 85 BNF, Mss. français 6049, f° 153r° : « Douquel chapitre furent rebelles plusors freres de Chastelle, (...)
  • 86 BNF, Mss. français 6049, f° 151v° : « Se il y avait besoign d’autre conseill au governement dou pri (...)
  • 87 AHN, OM, carp. 427, doc. 173, et A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t II, p. 427, doc. 153.
  • 88 II est à nouveau porté à la tête du prieuré de Castille dans les privilèges solennels de la chancel (...)
  • 89 Il exerça pour le moins du 14 décembre 1307 au 16 juillet 1308 (AHN, OM, carp. 50, doc. 13, et carp (...)

20Une telle situation expliquerait la gravité de la scission qui se produisit à l’intérieur du prieuré castillan de l’Hôpital dans les dernières années du XIIIe siècle. A en croire le témoignage des frères du couvent central, la crise présenta un caractère inouï dont ils redoutaient qu’il ne restât dans les mémoires, pour l’opprobre de leur milice85. Elle fut en tout cas considérée comme suffisamment profonde pour justifier, conformément à leur conseil, l’envoi sur place d’un lieutenant du maître86. Ainsi, en 1300, de février à juin pour le moins, est attestée la présence à la tête du prieuré castillan d’un certain Jucelme dont l’anthroponyme révèle l’origine languedocienne87. Sept ans plus tard, l’agitation — peut-être entretenue par la monarchie, qui entre-temps avait cherché à imposer derechef Diego Gómez de Roa88 — demeurait assez vive pour que Foulques de Villaret dépêchât en Castille un autre lieutenant, Arias Gutiérrez Quixada, chargé d’administrer directement le prieuré hospitalier en son nom89. Si l’effort du pouvoir royal pour imposer un prieur à sa solde n’aboutit pas, il fallut toutefois plus de dix ans pour rétablir les mécanismes ordinaires de gestion, que sa tentative d’ingérence avait mis à mal.

La généralisation des désignations autoritaires

  • 90 L’historiographie traditionnelle s’en est amplement faite l’écho, selon une perspective narrative d (...)
  • 91 Ce projet a été souligné par C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de lo (...)
  • 92 L’élection a été bien étudiée par S. de Moxó, « Relaciones entre la Coronay las órdenes militares e (...)
  • 93 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. (...)
  • 94 Ainsi l’a rappelé, il y a peu, C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil c (...)
  • 95 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448 : « É pelearon los del rey (...)

21Une fois pleinement rétablie l’autorité royale, au sortir de la longue minorité d’Alphonse XI, le principe d’ingérence dans le choix des maîtres des ordres militaires se réactiva brusquement90. Le jeune roi reprit en effet la politique d’Alphonse X, dont il chercha à systématiser les acquis en imposant l’intervention du pouvoir dans les élections magistrales91. Pour ce faire, il semble qu’il ait d’abord utilisé les dissensions internes entre les frères pour désigner son candidat, comme il le fit en 1337 en plaçant un collaborateur éprouvé, Gonzalo Martínez de Oviedo, à la tête d’Alcántara92. Cependant, le prétexte d’une scission ne lui était nullement indispensable. Dès l’année suivante, le roi confiait Santiago au frère de sa favorite, Alonso Méndez de Guzmán, alors que dans leur majorité les électeurs s’étaient décidés en faveur du neveu du maître défunt, Vasco López93. Quant à Pierre Ier, poussant plus loin les pratiques autoritaires de son père94, il n’hésita pas à susciter des schismes au sein des ordres pour obtenir l’élection d’un candidat de son choix, comme le révèle l’exemple de Juan García de Padilla, porté à la tête de Santiago du vivant de l’infant Fadrique et sommé de combattre ce dernier95.

  • 96 L’acte d’investiture de ce dernier est consigné dans une copie du XIIIe siècle, conservée à l’Archi (...)
  • 97 B C, p. 194 : « Et quia dictum magistratum per resignationem dicti fratris Roderici Petri vacabat a (...)
  • 98 BC, pp. 195-196: «Qui ad eligendum magistrum electi fuerant, convenientes in unum, secedentes ad pa (...)
  • 99 Une impression similaire se dégage de l’élection de João Rodrigues Pimentel au sommet de l’ordre d’ (...)

22Malgré les entraves apportées à partir du règne d’Alphonse XI au libre choix des frères, la désignation des maîtres affectait de se conformer aux exigences canoniques. Les actes d’investiture conservés sont relativement rares, mais ils attestent de façon unanime que l’apparence élective n’était jamais abandonnée. En témoignent les récits des nominations de Gonzalo Martínez de Oviedo ou de Garcí Álvarez de Toledo, élevé à la maîtrise de Santiago en 1359 à l’initiative de Pierre Ier96. Dans les deux cas, la décision est décrite comme le résultat du choix d’un collège de treize frères, qui pour Alcántara — à la différence de Santiago, où ils disposaient de fonctions plus étendues — furent institués pour l’occasion97. Ensemble, ils portèrent leurs suffrages sur le candidat du roi, qui fut aussitôt intronisé comme maître et revêtu des insignes de sa dignité aux accents rituels du Te Deum laudamus98. Quelles que soient les pressions subies par les frères, dont ils ne pipent mot, chacun des actes d’investiture souligne le respect des coutumes anciennes auxquelles sacrifiait l’élection du maître99.

  • 100 ACA, Cancillería, reg. 250, f° 40r°-v°, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbá (...)
  • 101 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 49, p. 204, et Gran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 64, p. (...)
  • 102 Le phénomène a été illustré pour la deuxième moitié du XIVe siècle par E. Mitre Fernández, « Los ma (...)
  • 103 Archivo Municipal de Toledo, cajón 8, leg. I, doc 9, publ. R. Izquierdo Benito, Privilegios reales (...)

23L’origine monarchique de la décision ne faisait pourtant aucun doute pour les contemporains. C’est ce qui ressort d’un courrier envoyé en 1327 par Jacques II d’Aragon au supérieur de Santiago Vasco Rodríguez, dans lequel le roi félicite celui-ci de son élection : la désignation y est présentée comme le fruit du bon vouloir combiné d’Alphonse XI et des frères de l’Ordre100, bien que dans ce cas la chronique, à la différence des nominations ultérieures, ne fasse pas état de pressions monarchiques. S’il se peut que le roi ait employé des voies plus subtiles qu’il ne devait le faire par la suite, il n’en est pas moins clair qu’il pesa dans l’élection de Vasco Rodríguez puisqu’il séjournait à Mérida lorsque le chapitre général y investit le maître en remplacement d’un prédécesseur trop âgé101. Le pli de l’ingérence royale dans la désignation des supérieurs des ordres militaires ne tarda pas à se généraliser102. Ainsi, c’est tout naturellement que les habitants de Tolède, désireux de protéger les intérêts de Garcí Álvarez de Toledo, s’adressèrent en 1366 à Henri II, entré en triomphateur dans le royaume, pour qu’il lui conservât la maîtrise de Santiago, à laquelle Pierre Ier l’avait promu quelque sept ans auparavant103.

  • 104 Archivo del Monasterio de San Clemente de Sevilla, caja A, doc 274, analysé par M. Borrero Fernánde (...)
  • 105 Ainsi l’a justement relevé J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castillan Civil War » (...)
  • 106 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IX, chap. 8, p. 485 : « En este tiempo, antes (...)
  • 107 L.V. Díaz Martín, «Los maestres de las ordenes militares en el reinado de Pedro I», p. 324.
  • 108 En mai 1355, le souverain castillan avait demandé à Pierre IV d’Aragon d’accepter la provision de l (...)
  • 109 Présenté par Á. L. Molina Molina, « Don Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcantar (...)
  • 110 La date de l’accession du maître d’Alcantara au poste suprême de Calatrava est controversée. Il sem (...)

24Il revenait donc au roi, passé le premier tiers du XIVe siècle, d’imposer à la tête des ordres militaires un responsable de pleine confiance dont il contrôlait à volonté la carrière. Le maître dépendait naturellement de la grâce royale pour les donations qui lui étaient prodiguées, à l’instar de Gonzalo Mexía, qui avait apporté à Henri II le concours de Santiago et que ce dernier récompensa en lui donnant des terres enlevées aux partisans de Pierre Ier104. Cette dépendance était loin de se limiter à ce seul aspect. À partir de la fin du règne d’Alphonse XI et, plus encore, sous celui de son successeur, elle tendit à embrasser des pans entiers de la carrière des supérieurs. La promotion d’un ordre à l’autre, voire le cumul de deux maîtrises étaient le prix de la fidélité105, comme le montre le parcours de Gutier Gómez de Toledo, que Pierre Ier désigna en 1358 comme prieur de l’Hôpital106, puis déplaça à la tête d’Alcántara107 après avoir tenté en vain de l’imposer en tant que commandeur santiaguiste de Montalbán108. Le cursus de Martín López de Córdoba est encore plus éloquent, s’il se peut109 : proche de Pierre Ier, qu’il servit dans différents offices curiaux, il amorça en 1358 une carrière fulgurante qui le conduisit à la fin du règne à cumuler pour la première fois les maîtrises d’Alcántara et de Calatrava110.

  • 111 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 189 et 192, pp. 294-296, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II (...)
  • 112 Le fait a été justement relevé par E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares cast (...)
  • 113 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. I, p. 440 : « É eso mesmo acaescio qu (...)
  • 114 Ibid., an. V, chap. 2, pp. 440-441.
  • 115 Ce magistère de quelques semaines a été présenté par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las orden (...)

25De même qu’ils les comblaient de faveurs, les rois pouvaient, à partir du règne d’Alphonse XI, obtenir la destitution des maîtres s’ils s’estimaient mal servis par ces derniers. Élu à la charge suprême par les frères de Santiago, Vasco López, soupçonné de tiédeur dans son engagement contre le Portugal, fut, nous l’avons vu, presque aussitôt déposé afin de faire place à Alonso Méndez de Guzmán, apparemment plus enclin à suivre le monarque dans ses entreprises belliqueuses111. La pratique se généralisa au cours du règne de Pierre Ier, durant lequel la majorité des maîtres achevèrent leur mandat de façon brutale112. Le fait de jouir de la confiance du prince ne les protégeait pas d’une éventuelle disgrâce. Ainsi le supérieur de Calatrava Juan Núñez de Prado, chancelier de Cas tille à l’avènement du roi et proche de son favori Juan Alfonso de Albuquerque, vit-il sa position devenir tellement fragile après l’éviction de ce dernier qu’il fut obligé de s’enfuir en Aragon, avant d’être destitué113, puis emprisonné et selon toute probabilité exécuté à l’initiative de son successeur114. L’exemple de Diego Gutiérrez de Cevallos est plus éclairant encore : porté par le roi à la tête d’Alcántara en septembre 1355, il fut presque aussitôt limogé sur la foi d’un simple soupçon, ne devant qu’à l’amitié du favori, Juan Fernández de Hinestrosa, de pouvoir conserver la vie115.

  • 116 L’épisode a été dépeint abondamment dans la chronique royale : Crónica del rey don Alfonso XI, chap (...)
  • 117 Nombre d’auteurs, à l’image de J. Zunzunegui Aramburu, « El infante don Fadrique, maestre de la ord (...)
  • 118 A. González, « La complejidad del romance de la Muerte del maestre de Santiago », p. 54.
  • 119 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)

26Il était alors fréquent qu’un maître, une fois destitué, fut exécuté pour traîtrise envers son roi, fut-ce la base de griefs minimes. La peine de mort fut prononcée pour la première fois en 1339 contre Gonzalo Martínez de Oviedo, le supérieur d’Alcántara, dont le passé d’officier curial ne parvint pas à apaiser la colère d’AlphonseXI, qui le fit décapiter après l’avoir contraint à capituler dans le château de Valencia de Alcántara, où il avait tenté de s’abriter de la vindicte royale116. Á l’occasion des troubles du règne de Pierre Ier, la pratique se répandit amplement. L’exécution la plus fameuse est celle de l’infant Fadrique, consommée à Séville à la faveur d’un piège ourdi par le roi au retour d’une offensive victorieuse du maître, sous la conduite duquel les frères de Santiago venaient de prendre jumilla117. Il est certain que le caractère fratricide du crime lui a conféré un aspect exceptionnel, largement exploité par le romancero118. D’autres furent pourtant commis qui s’en inspiraient, y compris contre des fidèles tels que Diego García de Padilla119. Ils marquaient en dernière instance, au-delà des circonstances troublées propres au règne de Pierre Ier, qu’aucune possibilité d’action ne s’ouvrait aux maîtres des ordres militaires, passé le milieu du XIVe siècle, en dehors du service du roi.

  • 120 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 201, p. 302, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 267, (...)
  • 121 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448,
  • 122 ADA, El Carpio, caja 80, doc. 8. Au début de 1356 encore, le roi ordonna aux cités d’Andalousie de (...)
  • 123 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 18, p. 468.
  • 124 Ainsi l’a souligné, à propos de l’exécution de Gonzalo Martínez de Oviedo, P. Martínez, « La histor (...)

27Il n’y avait guère de recours possible pour les frères, à partir du règne d’AlphonseXI, face à la mainmise du monarque sur le choix des maîtres. Leurvolonté ne pouvait en effet s’imposer à lui quand il avait fait le choix de briser leur opposition par les armes. Confronté au roi, Gonzalo Martínez de Oviedo, nous l’avons vu, fut amené à céder bien qu’il eût initialement préparé les forteresses de son institution pour une longue lutte120. Quinze ans plus tard, en 1354, Fadrique ne dut qu’à l’existence d’une vive hostilité à Pierre Ier au sein de la société politique castillane d’avoir pu résister à l’assaut des forces royales contre le château de Segura de la Sierra121. Incapable de réduire la place par les armes en dépit de tentatives répétées122, le souverain fut contraint en 1355 de pactiser avec le maître pour que ce dernier retournât à l’obéissance123. Trois ans plus tard, toutefois, l’exécution de l’infant, préméditée de longue date, rappelait qu’il n’était plus possible à un dignitaire de se maintenir à la tête d’un ordre militaire contre la volonté du roi124.

  • 125 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 43, p. 200, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 55, p. (...)
  • 126 Le fait a été mis en valeur par J. O’Callaghan, « The Affiliation ofthe Order of Calatrava », p. 26 (...)
  • 127 AHN, OM, carp. 464, doc. 224.
  • 128 Ainsi, le 14 décembre 1329, Garcia López de Padilla s’intitulait à nouveau maître de Calatrava dans (...)
  • 129 J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 261-263, repris dans Id., The Sp (...)

28Face aux progrès de l’ingérence royale, le pouvoir des instances ordinaires religieuses de régulation s’estompa progressivement. Ainsi, le rôle du chapitre général de Cîteaux pour les institutions qui lui étaient affiliées diminua fortement au cours du deuxième quart du XIVe siècle. En 1325, l’assemblée ne pouvait faire face à la déposition de García López de Padilla, le supérieur de Calatrava, qu’Alphonse XI, à peine affranchi de sa tutelle, obtint de l’abbé de Palazuelos125. Si, cassant la sentence, elle restitua au maître sa dignité126, elle ne put conférer à sa décision une traduction concrète. García López fut donc contraint en 1329, après quatre ans de scission, de renoncer définitivement en échange de la cession viagère de la commanderie de Zorita et des biens aragonais de l’Ordre127. Il semble que cette même année un incident ait amené le dignitaire, réfugié à Alcañiz, à reprendre la titulature magistrale128. De nouveau, il reçut le soutien de l’institution cistercienne, dont bénéficia après sa mort, en 1336, le frère élu pour lui succéder129. Ainsi naquit un nouveau schisme qui perdura jusqu’en 1348, sans jamais toutefois ébranler en Castille la situation de Juan Núñez de Prado, auquel Alphonse XI assura tout au long de son règne un appui indéfectible.

  • 130 ASV, Reg. Av. 49, f° 97r°-v°. Le document a été analysé par J.-M. Vidal, Benoît XII. Lettres commun (...)
  • 131 Demeuré sans effet, l’ordre fut réitéré deux ans plus tard, assorti de la convocation du compétiteu (...)
  • 132 Ibid., t. II, p. 209, doc. 7440.
  • 133 AS V, Reg. Av. 33, f° 195v°, cit. ibid., t. II, p. 211, doc. 7437. À la requête du pape, l’évêque d (...)
  • 134 ASV, Reg. Vau 134, ffos 133r°-134r° publ. J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et p (...)

29La papauté n’eut pas davantage de succès dans son effort pour s’opposer aux nominations autoritaires auxquelles le roi procédait. La citation à comparaître adressée en 1336 par Benoît XII à Juan Núñez de Prado130, excommunié à cause de son usurpation, resta sans effet131, de même que, trois ans plus tard, la tentative de restituer la dignité suprême de Santiago à Vasco López, tenu pour injustement démis132. Dans ce dernier cas, l’unique résultat de l’intervention pontificale fut d’offrir au maître un sauf-conduit qui lui permit de gagner Avignon en échappant aux envoyés d’Alphonse XI, qui par deux fois tentèrent de l’arrêter133. Toutefois, la papauté est loin d’avoir toujours pu garantir la vie sauve aux maîtres dépouillés de leur dignité. Plusieurs d’entre eux furent en effet exécutés malgré les protestations apostoliques, à commencer par le premier dignitaire qui fit l’objet d’une sentence capitale, Gonzalo Martínez de Oviedo, dont BenoîtXII sollicita la grâce en janvier 1340, ignorant qu’il y avait déjà plusieurs semaines que la justice d’Alphonse XI s’était abattue sur lui134.

  • 135 Le fait a été justement relevé par L. Suárez Fernández, Castilla, el cisma y la crisis conciliar, p (...)
  • 136 Ainsi l’a rappelé il y a peu V.Á. Álvarez Palenzuela, « Enrique, infante de Aragon, maestre de Sant (...)

30Consacré en droit sous le règne de Jean Ier135, le principe de la nomination des supérieurs des ordres militaires par l’autorité monarchique était acquis dès le milieu du XIVe siècle136. Alphonse XI et son héritier Pierre Ier cherchèrent en effet à placer à la tête de chacune de ces institutions des dignitaires bénéficiant de leur confiance. La désignation de ces derniers restait considérée comme le résultat du libre choix des frères, mais dans les faits l’élection cédait la place à la décision du roi, selon une ligne déjà clairement marquée sous le règne d’Alphonse X. S’il fallut à une telle politique presque un siècle pour s’imposer, il ne faut pas en conclure à une carence de l’autorité royale, qui bien au contraire sut forger d’autres moyens de contrôle des maîtres, adaptés à sa capacité d’action, auxquels l’historiographie a trop peu prêté attention.

II. – L’association des maîtres au service curial

  • 137 Ce défaut affecte autant les études sur les ordres militaires que les analyses sur l’administration (...)
  • 138 Une telle perspective a été esquissée par S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes mi (...)

31Dans le cadre du projet monarchique de mise sous tutelle des ordres militaires, la dimension institutionnelle demeure un aspect méconnu. Rares sont les travaux qui se sont attachés à mesurer la place occupée par les maîtres dans le service curial, ne serait-ce que de manière partielle, à propos d’un règne déterminé, et plus rares encore ceux qui ont entrepris de la rapporter à la volonté du pouvoir royal d’imposer sa souveraineté aux dépens des autres juridictions137. Il me paraît toutefois difficile, sauf à méconnaître le sens de l’association accrue des ordres militaires aux responsabilités du gouvernement du royaume à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, d’occulter un processus qui participait pleinement du désir de l’autorité monarchique d’étendre son contrôle aux principaux dignitaires des milices138.

La participation au conseil royal

  • 139 Le fait a été bien relevé par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Frontera, soberanía territorial y órd (...)
  • 140 Le phénomène a été admirablement étudié à l’échelle de la Manche par C. de Ayala Martínez, « Las ór (...)

32L’affirmation du rôle curial des responsables des ordres militaires à partir du règne d’Alphonse X ne constituait pas en elle-même un fait nouveau. Dès la seconde moitié du XIIe siècle, plusieurs dignitaires jouissant de la confiance du souverain avaient en effet pris une part active à l’administration du royaume. Cette collaboration politique ne doit nullement surprendre dans la mesure où les ordres militaires avaient été impliqués par Ferdinand II aussi bien que par Alphonse VIII dans la mise en place d’un espace politique à la frontière méridionale des royaumes hispaniques139. La tâche qui leur fut confiée, comme nous l’avons vu, était bien loin de se limiter à la simple conquête des territoires placés sous la domination islamique. Il leur incombait ensuite, dans une mesure croissante à partir de la fin du XIIe siècle, d’assurer l’intégration sociale et administrative des espaces nouvellement inclus dans le cadre politique du royaume140.

  • 141 Le maître de Santiago et le prieur de l’Hôpital figuraient ainsi au premier rang des dignitaires de (...)
  • 142 Crónica latina de los reyes de Castilla, p. 82 : « Nec mora commendator Uclensis mittitur ad archie (...)
  • 143 Le privilège d’Alphonse VIII est connu à travers une confirmation de Ferdinand III de 1223, éditée (...)
  • 144 La grâce est conservée dans une confirmation d’AlphonseX donnée à l’Ordre en 1254 (AHN, OM, libro 1 (...)
  • 145 « Concedo et do ego similiter quod dictus magister de Alcantara habeat de domo regia quandocumques (...)

33Á cette fin, un rôle majeur fut très rapidement confié aux dignitaires des ordres militaires dans le conseil royal141. De façon significative, ils comptent au nombre des premiers auxquels Ferdinand III s’adressa lorsqu’il réunit en 1224 la cour à Carrión de los Condes pour décider de reprendre l’offensive contre les Maures : présent aux côtés du roi lors de la convocation, le grand commandeur d’Uclés fut même dépêché au-delà du Système Central pour avertir l’archevêque de Tolède et le maître de Calatrava, dont l’avis était requis d’urgence142. Un tel conseil constituait un devoir pour les dignitaires des ordres, qui se virent accorder dans les dernières décennies du XIIe siècle la faculté de séjourner à la cour aux frais du monarque, accompagnés par quelques-uns de leurs frères. En 1182, le grand commandeur d’Uclés fut le premier à recevoir une telle grâce143. Six ans plus tard, Alphonse VIII étendit celle-ci au supérieur de Calatrava144 avant qu’Alphonse IX, à une date inconnue, ne fasse de façon même en faveur du maître d’Alcántara, qu’il offrit d’accueillir au palais en compagnie de six de ses coreligionnaires145.

  • 146 Ainsi l’a fait valoir Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume d (...)
  • 147 Le fait a été justement signalé par S. García Larragueta, « La orden de San Juan en la crisis del i (...)
  • 148 C. Barquero Goñi, «Los Hospitalarios y la monarquia castellano-leonesa», p. 66.
  • 149 J. González González, Regesta de Fernando II, p. 112.
  • 150 Le fait ressort de chacune des chroniques de l’époque : Crónica latina de los reyes de Casttlla, p. (...)

34Le lien des maîtres des institutions de Terre sainte avec le pouvoir n’était guère différent. S’ils ne pouvaient servir aussi étroitement un projet national, plusieurs furent néanmoins de précieux collaborateurs pour l’autorité monarchique146. Le prieur de l’Hôpital, Pedro Arias, fut ainsi un proche conseiller de Ferdinand II147, dont il confirma de nombreux privilèges148 et dont il reçut l’épouse dans sa communauté lorsqu’un décret apostolique obligea celle-ci à se séparer de son mari149. Cinquante ans plus tard, son successeur Pedro Ovárez semble avoir joué un rôle tout aussi important lors des premières années du règne de Ferdinand III. Proche de la reine Bérengère, il fut envoyé en 1220 en mission diplomatique dans l’Empire, accompagné des plus éminentes autorités ecclésiastiques du royaume, afin de négocier le mariage du jeune monarque et de Béatrice de Souabe150.

  • 151 Le fait a été mis en relief dès 1897 par l’historien russe W. Piskorski, Las Cortes de Castilla en (...)
  • 152 C’est du moins ce qu’estime, contre l’avis des historiens cités en note précédente, E, Rodríguez- P (...)
  • 153 Les quatre cuadernos conservés, adressés respectivement aux villes de Ségovie, Uceda, Cuenca et Alc (...)
  • 154 J. O’Callaghan, The Cortes of Castile-Leon, p. 49, n. 17.
  • 155 E. Procter, Curia and Cortes in Medieval León and Castile, p. 158, a rapporté que les mesures arrêt (...)
  • 156 AHN, OM, carp. 163, doc. 1.

35Quelles que soient l’ancienneté et l’ampleur des relations tissées sur le plan individuel, la position curiale des ordres militaires ne s’institutionnalisa pas avant le milieu du XIIIe siècle. Coïncidant dans le temps, deux éléments à mon sens décisifs soulignent que le rôle des maîtres n’était désormais plus seulement circonstanciel. Le premier est l’assistance régulière de représentants des ordres militaires aux Cortes. Comme il a été démontré de longue date151, et bien que l’idée d’une participation antérieure ne puisse être tout à fait écartée152, c’est lors de l’assemblée réunie à Séville en novembre 1250 que la présence des maîtres est vérifiée pour la première fois153. Par la suite, les délégués des milices sont mentionnés lors de chaque convocation des Cortes, comme à Séville en 1252 et en 1261 ou à Ségovie en 1278154, que le supérieur intervînt seul, avec d’autres représentants de l’institution155, ou encore par l’intermédiaire d’un procureur, comme le fit en 1269 le grand commandeur de l’Hôpital156.

  • 157 Le fait a été brièvement signalé par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos d (...)
  • 158 Ainsi l’a observé Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Ca (...)

36Un autre fait reflète sans ambiguïté la part croissante prise à partir du début du règne d’Alphonse X par les ordres militaires dans le processus de prise de décision politique. Il s’agit de la mention systématique des supérieurs parmi les confirmants des actes les plus solennels de la chancellerie royale, les privilegios rodados, ainsi appelés parce qu’ils étaient ornés dans leur partie inférieure d’une roue qui formait le seing du roi, de part et d’autre duquel étaient apposés les noms de chacun des éléments essentiels de la société politique157. À gauche, en deux colonnes, figurent les nobles et ecclésiastiques castillans avec au bas de ces derniers, à partir de 1252, le maître de Calatrava et, après l’avènement de Sanche IV, le prieur de l’Hôpital ; à droite, selon la même disposition, le maître de Santiago puis, à compter de 1255, les supérieurs d’Alcántara et du Temple ferment la liste des prélats léonais158.

  • 159 Le fait ressort du manuscrit enluminé du Libro de los juegos de ajedrez, dados y tablas (BME, ms. T (...)
  • 160 AMU, caja 1, doc.5, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 359-361 et 53 (...)
  • 161 À partir du règne d’Alphonse X, la participation des maîtres aux Cortes fut de règle, y compris au (...)
  • 162 AHN, OM, carp. 153, doc. I: «Nos frey Gonsalvo Pedriz Perreira, gran comendador das cousas do Hespi (...)

37Ces deux éléments, l’assistance des maîtres des ordres militaires aux Cortes et la présence de leurs noms au bas des privilegios rodados de la chancellerie, signalent que ces dignitaires constituaient à partir du gouvernement d’Alphonse X des pièces indispensables du jeu politique159. Le roi le montre bien en les incluant systématiquement parmi les instances dont il était accoutumé à prendre conseil, par exemple en 1267 et en 1282, lorsqu’il s’attacha à restreindre les abus occasionnés par le droit d’asile dans les sanctuaires160. Il semble même que les supérieurs des milices aient désormais admis que le service curial figurait au nombre des devoirs auxquels ils étaient tenus161. Du moins est-ce ce qui ressort de la désignation en 1269 d’un lieutenant pour le prieuré castillan de l’Hôpital à l’initiative du grand commandeur d’Espagne, qui lui assigna comme devoir naturel de servir le souverain en assistant aux Cortes et en participant aux noces de son héritier l’infant Fernando de la Cerda162.

  • 163 À l’époque, le fait était pourtant courant en Occident, comme l’a souligné M. L. Bulst-Thiele, « Te (...)
  • 164 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. (...)
  • 165 L’épisode de la résistance du commandeur de Matrera est célèbre. Il est narré sur un mode héroïque (...)
  • 166 Le rôle de Santiago a été souligné par J. Torres Fontes, La reconquista de Murcia en 1266 por Jaime (...)
  • 167 Ainsi l’a fait valoir C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reina (...)

38Cependant, malgré le renforcement du rôle curial des ordres militaires, nulle charge dans la gestion centrale ou territoriale du royaume ne fut confiée par Alphonse X à leurs supérieurs163. Conformément à l’usage castillan, ces derniers demeurèrent pour l’essentiel affectés à des commandements militaires circonscrits dans le temps. Ils furent ainsi associés, au début du règne, à la pacification de la zone méridionale du royaume de Séville, située autour d’Arcos et de Jerez, dont Ferdinand III n’était pas parvenu avant sa mort à obtenir la soumission complète164. Le rôle joué par les maîtres fut encore plus considérable lors de la révolte musulmane qui en 1264 secoua l’Andalousie et Murcie. Ils furent en effet les premiers responsables militaires qu’Alphonse X envoya sur place afin de coordonner la résistance castillane, confiant le secteur andalou au maître de Calatrava165 et la région murcienne au supérieur de Santiago, fort de l’appui des châteaux de la Sierra de Segura demeurés fidèles à l’institution166. Fait significatif, une fois la rébellion écrasée au prix de durs combats, la mission de recevoir la soumission des insurgés leur fut déléguée en large partie par le pouvoir royal167.

  • 168 ANTT, Chancelaria de Afonso III, livro 3, f° 13r°.
  • 169 A. Huarte y Echenique, « Catálogo de documentos relacionados con la historia de España », p. 800. S (...)
  • 170 En 1276,un frère de Calatrava Juan Martín, passe ainsi pour avoir été membre d’une ambassade envoyé (...)
  • 171 ACA, Cancillería, reg. 47, f° 93r°-v°. La mission du maître a été signalée par A. Ballesteros-Beret (...)

39Toutefois, la guerre était loin de constituer l’unique domaine dans lequel les maîtres des ordres militaires prêtaient assistance au monarque. La conduite de missions diplomatiques constituait, nous l’avons vu, un pôle important de leur activité traditionnelle dont Alphonse X sut mieux que ses prédécesseurs tirer parti. En témoigne l’envoi du supérieur de Santiago, Pelayo Pérez Correa, à la cour de Rome en 1258168 puis, cinq ans plus tard, au Portugal pour fixer avec Alphonse III le tracé controversé de la frontière occidentale du royaume de Niebla169. Certes, ce maître constituait une figure d’exception, mais de telles missions ne lui étaient nullement réservées : alors que de simples frères purent ponctuellement en assumer la charge170, d’autres dignitaires en reçurent la responsabilité, à commencer par le supérieur du Temple Martín Núñez, envoyé en 1263 avec Pelayo Pérez Correa à la cour portugaise, ou par Gonzalo Ruiz Girón, successeur de ce dernier à la tête de Santiago, envoyé par Alphonse X en 1280 en Aragon afin de préparer une entrevue avec Pierre III171.

  • 172 ANTT, gav. I, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 540, d (...)
  • 173 ANTT, gav. 16, m. 2, doc 6, publ. ibid., p. 563, doc 521.

40Associés à l’exercice du pouvoir, les maîtres des milices n’obtinrent en revanche d’Alphonse X aucun office curial. Un tel fait peut sembler paradoxal. Il ne l’est pas si l’on se souvient que le roi, fort de la supériorité de son autorité, s’était attaché, comme nous l’avons vu, à exercer sur les ordres militaires des formes de contrôle beaucoup plus coercitives qui le dispensaient de confier aux maîtres des charges palatines pour s’assurer leur fidélité. L’échec final d’Alphonse X, sous le coup de la révolte nobiliaire qui ruina son projet de centralisation monarchique, amorça cependant un renversement de politique. Durant la guerre civile qui à partir de 1282 l’opposa à son fils, le futur Sanche IV, le roi s’appuya de façon croissante sur les deux seuls maîtres qui épousaient sa cause, João Fernandes pour le Temple172 et pour Alcántara García Fernández — dont il fit son exécuteur testamentaire173 —, tentant de pallier, par l’association des supérieurs des milices à la cour, l’impossibilité de recourir dans une conjoncture difficile aux mécanismes de contrôle qu’il avait jusqu’alors utilisés.

L’accès aux charges de gouvernement

  • 174 M. Danvila notamment a repris de point de vue traditionnel dans sa réponse au discours présenté par (...)
  • 175 J. L. de la Montaña Conchiña, « Obispados y órdenes militares. Problemas jurisdiccionales en la Tra (...)
  • 176 L. R. Villegas Díaz, «Algunos datos acerca de las luchas entre la orden de Calatrava y el concejo d (...)
  • 177 Ainsi l’a encore signalé C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los ma (...)

41C’est à partir des décennies suivant la mort d’Alphonse X que l’évolution commencée dans les troubles des dernières années de son règne put déboucher sur l’accession des maîtres des ordres militaires aux dignités curiales. Correspondant à un recul du pouvoir royal, affaibli par les régences successives, cette période prolongée jusqu’à la majorité d’Alphonse XI en 1525 a été traditionnellement perçue comme une tentative d’assaut contre l’autorité publique à laquelle les milices, fortes de leur puissance au sein de la société politique, auraient activement pris part174 Cette vision est sans commune mesure avec la réalité : les efforts de certains maîtres pour mettre à profit la faiblesse de la monarchie visèrent toujours à un objectif déterminé, à savoir l’affaiblissement des cités royales qui faisaient obstacle à leur politique domaniale, telles Badajoz à la fin du XIIIe siècle175 ou Ciudad Real au cours de la régence d’Alphonse XI176. Quoique largement nuancée aujourd’hui, l’idée n’en a pas moins influencé l’historiographie, qui continue à considérer les cinquante ans qui suivirent la crise finale du règne d’Alphonse X comme une interruption dans le processus d’affirmation de la tutelle royale sur les milices177. Pareil schéma mérite à mon sens d’être reconsidéré.

  • 178 Le fait a été mis en lumière par Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans l (...)
  • 179 Le premier document où te maître de Calatrava est mentionné comme tel est l’acte de vente du châtea (...)
  • 180 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 9, pp. 85-86.
  • 181 Le supérieur de Santiago occupa la dignité pour le moins du 24 novembre 1298 (F. Peña Pérez, Docume (...)
  • 182 Ainsi Ruy Pérez Ponce exerçait-il l’office d’adelantado mayor de la frontera en janvier 1296 (AHN, (...)

42C’est en effet à la faveur des dernières années du règne de Sanche IV, sur lesquelles la maladie jette une ombre, et plus encore durant la minorité de son héritier Ferdinand IV que, pour la première fois, les maîtres des ordres militaires furent élevés aux plus hauts postes de l’administration centrale et territoriale du royaume178. À très peu d’années d’intervalle, les supérieurs de Calatrava et de Santiago, Ruy Pérez Ponce et Juan Osórez, furent promus à l’office curial suprême de mayordomo mayor del rey, en juin 1292 pour le premier179, peu avant qu’il ne prît part à l’opération de secours lancée par Sanche IV pour délivrer Tarifa menacée par les Mérinides180, au cours de la régence de María de Molina pour le second, au plus fort de l’insurrection de larges secteurs de la noblesse contre le roi181. Par la suite, la carrière curiale de l’un comme de l’autre se doubla de l’exercice de fonctions de responsabilités territoriales qui les conduisirent, dans le cadre d’un adelantamiento mayor, à prendre en charge la défense de la frontière du royaume face aux périls extérieurs182.

  • 183 Le document a été publié par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t II, pp. 271-272, doc. 193 (...)
  • 184 Ainsi le signalait Ferdinand IV dans l’acte précédemment cité, qui décrit Juan Osórez « tomando muy (...)
  • 185 BNM, ms. 11285, ffos 138r°-139v° : le 4 août 1303, les autorités urbaines de Valladolid étaient som (...)
  • 186 Ce point a bénéficié d’une étude tout à fait remarquable de R. Sáinz de la Maza Lasoli, « Los Santi (...)

43Dans les deux cas et notamment dans le second, où la Castille était exposée à de graves menaces, la proximité des maîtres avec la personne du roi grâce à l’office qu’ils exerçaient constitua un facteur décisif dans la stabilité du pouvoir. Ferdinand IV devait le reconnaître explicitement en donnant à Juan Osórez, en novembre 1301, la moitié des tributs royaux acquittés par les dépendants de sa milice, qu’il lui remit en récompense du soutien offert quatre ans plus tôt, lorsque le roi était assiégé dans Valladolid par une coalition de troupes aragonaises et portugaises à la solde de son rival l’infant Alfonso de la Cerda183. En de pareilles circonstances, l’appui des maîtres des ordres militaires fut un atout précieux pour le monarque, contesté à l’origine jusque dans son droit légitime à régner. Après parfois une hésitation initiale, tous lui furent fidèles, à l’instar de Juan Osorez, sans conteste le plus engagé aux côtés du roi184, qui n’hésita pas à défendre le pouvoir monarchique contre les dangers intérieurs, essuyant la révolte des habitants de Valladolid185, avant de s’attacher à le consolider face a ses ennemis extérieurs, au prix notamment d’une longue lutte contre l’Aragon186.

  • 187 Un manuscrit des dépenses de la chancellerie castillane a été exceptionnellement conservé pour les (...)
  • 188 A. López Dapena, Cuentasy pagos del rey don Sancho el Bravo, p. 630. Assise sur les revenus de la f (...)

44Ainsi était posé, à partir de la dernière décennie du XIIIe siècle, le principe d’une pleine participation des supérieurs des ordres militaires à chacun des niveaux de l’administration du royaume. Le paradoxe tient en apparence à ce que ce phénomène eut lieu dans une phase de repli de l’autorité monarchique. De là procède l’idée, longtemps entretenue dans l’historiographie, qui voudrait que les maîtres aient tiré parti de la faiblesse du pouvoir royal pour assouvir leur désir de puissance et de richesse. De fait, la contrepartie financière des services curiaux rendus au roi est indéniable. À la fin du règne de Sanche IV, les grâces accordées par la chancellerie au maître de Calatrava Ruy Pérez Ponce, alors mayordomo mayor del rey, excédaient très largement celles dont bénéficiaient ses homologues dépourvus d’offices187. De fortes sommes lui furent versées à plusieurs reprises, comme en septembre 1294 où il perçut dix mille maravédis au titre de l’office exercé durant l’année fiscale écoulée188.

  • 189 BNM, ms. 622, ffos 177v°-178v°, publ. BA, p. 122, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomátic (...)
  • 190 BNM, ms. 622, ffos 177r°-179v°, publ. BA, pp. 122-123, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplo (...)
  • 191 Le fait a été rapporté par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 465.
  • 192 Signalée par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 271-272, doc. 193, la concession (...)
  • 193 Ainsi l’a justement mis en valeur M. A. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real en Castilla., pp. 2 (...)

45À ces versements s’ajoutait la pratique de donner aux maîtres à titre personnel et viager, en vue de garantir leur fidélité, une rente assise sur les tributs royaux des dépendants de leur ordre. Le principe en fut inauguré en 1293 quand Sanche IV attribua au supérieur d’Alcántara Fernán Pérez, pour prix de ses services, dix mille maravédis sur le produit des impôts prélevés par la Couronne dans différents lieux de la juridiction de l’institution189. Confirmée à l’avènement de Ferdinand IV puis reconduite au profit du successeur du bénéficiaire initial190, la faveur fut portée en novembre 1302 à la moitié des tributs royaux versés par les dépendants de l’Ordre191. Cette pratique fut alors étendue à l’ensemble des ordres militaires192 Elle constituait pour les maîtres la source d’un bénéfice d’autant plus important qu’au profit brut s’ajoutait pour le récipiendaire la faculté de tirer parti de l’exemption pour ménager à d’éventuels colons un dégrèvement fiscal susceptible de les attirer sur les terres de leur institution193.

  • 194 Plusieurs pactes avaient été passés entre les ordres militaires et des seigneuries ecclésiastiques, (...)
  • 195 BC, pp. 498-500, et BA. pp. 606-608.
  • 196 L’accord amical de mai 1316, scellé entre le maître de Santiago et l’archevêque de Tolède, prévoyai (...)

46Le profit matériel que les maîtres des milices retiraient de leur proximité avec le pouvoir royal ne fait aucun doute. Rendre compte de leur accession aux charges curiales en fonction de ce seul critère serait cependant réducteur. Les pactes scellés entre eux par les dignitaires durant la minorité d’Alphonse XI et étendus, le cas échéant, à d’autres responsables de la société politique194 visaient à préparer une réponse concertée aux dérèglements de l’autorité monarchique qui menaçaient leurs intérêts. Jamais en effet de tels accords ne visèrent à exploiter ces faiblesses afin d’en retirer un bénéfice tout à fait aléatoire, comme le montre l’alliance la plus anciennement conclue, qui unit en 1313 les trois supérieurs des ordres hispaniques dans une défense des prérogatives des milices face à la noblesse195. Tous affirmaient ainsi une volonté de respecter l’autorité du roi dont les maîtres, nous l’avons vu, savaient bien qu’elle était nécessaire à l’exercice de leurs privilèges juridictionnels et à la protection des institutions qu’ils gouvernaient et qui étaient les enjeux, plus encore que les actrices, des luttes politiques au sein du royaume196.

  • 197 Ainsi, la stratégie du pouvoir royal visant à impliquer les maîtres des milices dans le service cur (...)
  • 198 D. Catalán, « El buen prior Hernán Rodríguez », p. 23, n. 15.
  • 199 Le fait ressort d’un document publié par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 463-464, doc. 320.
  • 200 F.J. Pereda Llanera, Documentación de la Catedral de Burgos, pp. 323-326, doc 473.
  • 201 Hecbos de don Berenguelde Landoria, arzobispo de Santiago, p. 108 : «Ibidem, assistentibus sibi epi (...)

47C’est à mon sens se méprendre sur la faculté d’initiative de la monarchie et sur son aptitude à faire valoir un principe d’autorité qu’elle s’efforça, nous l’avons vu, de mettre en œuvre jusque dans les périodes de conjoncture troublée que de penser que l’accession des maîtres des ordres militaires aux offices palatins se fit sans son accord, voire contre sa volonté. Bien au contraire, il semble que l’association des dignitaires à la cour ait répondu à un objectif du pouvoir royal qui, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, faute d’être en mesure d’utiliser d’autres instruments de contrôle, s’attacha par ce biais à tirer parti de leur position dans la société politique pour renforcer ses propres bases197. L’appel de María de Molina à Fernán Rodríguez de Valbuena ne laisse pas le moindre doute à ce sujet. Partisan de l’infant Pedro198 mais suffisamment proche de l’infant Juan pour être envoyé en son nom auprès de Jacques II d’Aragon199, le prieur de l’Hôpital fut désigné comme garant des accords de répartition de la tutelle signés à Palazuelos en août 1314200, avant d’être utilisé, cinq ans plus tard, comme messager pour résoudre les différends entre la régente de Castille et l’archevêque de Compostelle Bérenger de Landorre, récemment investi par le pape201.

  • 202 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 412-413, doc 247. Le fait ressort d’une missive adressée par (...)
  • 203 Ibid., p. 442, doc 288. L’emprisonnement du maître eut lieu à la fin du mois de février 1314. Il es (...)
  • 204 Deux documents soulignent sa présence sous les murs d’Escalona les Ier et 20 juin 1328 : AMU, caja (...)

48Garants de la stabilité du royaume au cours des minorités, les maîtres des ordres militaires furent appelés, pour plusieurs d’entre eux, à s’opposer les armes à la main aux tentatives de la noblesse pour placer l’autorité souveraine sous sa coupe. Dès la première année de la régence d’Alphonse XI, l’hostilité de juan Manuel à l’encontre des supérieurs de Santiago et de Calatrava montre qu’il voyait en eux un obstacle à ses ambitions. Dans le premier cas, il tenta de se défaire du maître en obtenant du pape qu’il fut destitué202 ; dans le second, il s’attacha seulement à le plier à sa volonté en le retenant prisonnier à Villena203 Dans les deux cas, toutefois, Juan Manuel fut contraint de renoncer à ses projets face au soutien que la monarchie apportait à des dignitaires dont le concours lui était nécessaire pour renforcer son pouvoir. À cette fin, elle n’hésita pas à les mobiliser pour entraver les ambitions territoriales du prince, inaugurant une politique qui connut son apogée à la majorité d’Alphonse XI, lorsque le maître de Calatrava Juan Núñez de Prado, après s’être battu au siège d’Escalona, fut chargé de réduire les forteresses fidèles à l’infant204.

  • 205 Le fait ressort d’un privilège concédé par l’infant Felipe en décembre 1320 à la ville d’Arjona pou (...)
  • 206 Archivo Municipal de Carmona,Tumbo de los Reyes Católicos, f° 72r°-v° Cet acte a été analysé par M.(...)

49La stratégie consistant à associer les maîtres des milices aux charges palatines afin de s’assurer leur fidélité n’était toutefois pas sans danger car elle eut pour effet de consolider le pouvoir d’institutions qu’elle visait précisément à contrôler. Le risque étaient que des dignitaires soient tentés d’adopter une politique de bascule de façon à servir au mieux leurs intérêts, à l’exemple du supérieur d’Alcántara Suero Pérez Maldonado lors de la seconde tutelle d’Alphonse XI, qui débuta en 1319, à la mort des infants Pedro et Juan dans la Vega de Grenade. Partisan d’abord de l’oncle du roi, l’infant Felipe, qu’il aida en 1320 à réprimer la révolte de Cordoue en faveur de Juan Manuel205 il apparaît quatre ans plus tard comme l’un des appuis de celui-ci dans la lutte qu’il menait avec de grands seigneurs andalous contre le premier206. Cet exemple isolé ne saurait remettre en cause les résultats d’une politique d’association systématique des ordres militaires aux charges de gouvernement qui permit à l’autorité monarchique, dans une période où il ne lui était pas toujours possible de jouer d’un pouvoir direct, de préserver un contact étroit avec ces institutions et de s’assurer une subordination pratiquement sans faille de leurs principaux dignitaires.

La transformation en officiers royaux

  • 207 Le fait a été récemment corroboré par C. Barquero Goñi, La orden de San Juan de Jerusalén en Navarr (...)
  • 208 De façon significative, seules ces fonctions ont été prises en compte par l’historiographie, comme (...)
  • 209 En attestent deux actes datés du 11 avril et du 8 mai 1335 (AHN, Clero, carp, 1219, doc. 20, cit. L (...)
  • 210 L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro I de Castilla, pp. 93-94.

50Ayant fait la preuve de son efficacité, le mécanisme d’association des maîtres des ordres militaires à la cour fut approfondi, après la prise personnelle du pouvoir par Alphonse XI, au bénéfice du rétablissement de l’autorité monarchique. Sous le règne de ce monarque comme sous celui de son fils Pierre Ier, la concession d’offices aux dignitaires des Ordres se dessina progressivement comme une règle207. Contrairement à l’époque précédente, la plupart de ces derniers étaient alors investis de charges curiales, dont le profil s’était d’ailleurs singulièrement ouvert puisque les sources mentionnent, à côté de charges de commandement territorial ou militaire semblables aux adelantamientos mayoref208, des fonctions sans lien avec la vocation des maîtres. Parmi ces dernières figure par exemple la dignité de notario mayor qui, à l’échelle des territoires castillans, fut assumée au printemps 1335 par le supérieur d’Alcántara Suero Pérez Maldonado209, puis, une quinzaine d’années plus tard, au tournant des règnes d’Alphonse XI et de Pierre Ier, par Juan Núñez de Prado, le responsable suprême de Calatrava210.

  • 211 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 528.
  • 212 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 213 Pedro López de Ayala, Libro de la caça de los aves., chap. 29, p. 156 : « E non dubdes que sy buena (...)

51En même temps que les offices dévolus aux dignitaires des ordres militaires s’ouvraient, les responsables invités à les exercer se diversifièrent largement. Ce ne sont plus seulement les supérieurs de Calatrava et de Santiago mais bien l’ensemble des maîtres des milices qui accédèrent à partir du règne d’Alphonse XI aux charges curiales : Alcántara, grâce à Suero Pérez Maldonado, adelantado mayor de la frontera211 avant d’être investi notario mayor de Castilla, et plus encore l’Hôpital, par le biais de Fernán Rodríguez de Valbuena, n’étaient nullement en reste sur leurs homologues. À partir du gouvernement de Pierre Ier, ce sont même des dignitaires de rang moindre, notamment des commandeurs, qui furent promus à des charges palatines leur procurant un contact étroit avec le roi. Ainsi, dans les années 1360, Juan Tenorio, commandeur santiaguiste d’Estepa, exerçait en tant que repostero mayor212 tandis qu’un de ses coreligionnaires, Ruy González de Illescas, falconero mayor del rey, était donné en exemple dans le traité cynégétique de Pedro López de Ayala pour sa parfaite connaissance des techniques de chasse et pour sa capacité à soigner les oiseaux blessés213.

  • 214 A. M. Burriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, p. 473.
  • 215 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 137, p. 264, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 159, (...)
  • 216 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an.X, chap, 23, p. 500 : « É tornóse para Sevilla (...)
  • 217 Ibid, an XIII, chap. 14, p. 524.

52Couramment associés au service curial, les dignitaires des ordres militaires, passé le premier quart du XIVe siècle, semblent avoir entretenu une proximité très étroite avec le pouvoir. Le processus est tellement accusé qu’il est impossible de nier qu’il réponde à une volonté politique d’Alphonse XI et de son successeur, dont la marque suprême tient à leur décision commune de reprendre un projet d’Alphonse X214 en offrant au maître de Santiago l’éducation du futur héritier : Vasco Rodríguez et Garcí Álvarez de Toledo furent ainsi nommés, le premier par Alphonse XI en 1335 ayo e mayordomo mayor de l’infant Pedro215, et le second par ce dernier, une fois devenu roi, mayordomo de su fijo, l’infant Alfonso, né en 1359 de María de Padilla216. Frustrée dans ce dernier cas par la disparition de l’héritier du trône à l’âge de trois ans217, cette pratique reflétait, à l’échelle d’un office investi d’une connotation fortement personnelle, le rôle croissant des responsables des milices dans l’entourage du roi.

  • 218 Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 81.
  • 219 L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro Ide Castilla, p. 94.
  • 220 Le 12 mai, il comptait au nombre des quelques signataires qui ratifièrent le mandement adressé par (...)
  • 221 Ainsi, par exemple, pour la convocation adressée le 15 avril à l’abbé du monastère bénédictin de Sa (...)

53À partir du deuxième tiers du XIVe siècle, l’autorité souveraine concevait donc selon une logique de service le rôle des dignitaires des ordres militaires218. Il est certain que les offices qui incombaient à ces derniers firent l’objet de fréquentes délégations. Au cours des quatre ans où il exerça la charge de notario mayor de Castilla, Juan Núñez de Prado, supérieur de Calatrava, fut assisté successivement de trois lieutenants dont le dernier, Juan López de Córdoba, confia à son tour l’office à un subordonné219. L’astreinte du maître n’en devint pas négligeable pour autant. Au printemps 1351, pendant toute la période préparatoire des Cortes de Valladolid, il résidait à la cour où il participait régulièrement au conseil du roi220, ratifiant voire dépêchant les convocations à comparaître le 30 juin envoyées aux divers éléments de la société politique221. De telles obligations n’étaient pas sans conséquence dans la mesure où elles tendaient à diluer la spécificité des dignitaires des ordres militaires pour les assimiler toujours plus étroitement au groupe des serviteurs de l’État.

  • 222 C’est uniquement à une date récente que C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorpor (...)
  • 223 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 168, p. 288, et Cran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 204, (...)
  • 224 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an.VII, chap. 7,pp. 473-474.
  • 225 Ainsi l’a bien montré L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las ordenes militares en el reinado de P (...)
  • 226 Deux documents en témoignent en 1363 (AHN, Clero, carp. 394, doc Y et 6, publ. L. V. Díaz Martín, L (...)

54De ce point de vue, le règne d’Alphonse XI marque une rupture essentielle dont la signification historique n’a pas été pleinement mise en valeur. Pour la première fois, en effet, un officier titulaire à la cour d’une position élevée fut promu grâce à la faveur du roi à la tête d’un ordre militaire dont il n’était pas membre222. Renversant la perspective qui avait amené les maîtres à occuper des offices curiaux, Alphonse XI tira parti du différend opposant en 1337 les frères d’Alcántara pour la succession de Suero Pérez et imposa un candidat, Gonzalo Martínez de Oviedo, qui depuis six ans remplissait au palais la fonction de despensero mayor223. Dès lors fut établi, nous l’avons vu, le précédent qui permit à Pierre Ier d’élever certains hommes de confiance, tel Gutier Gómez de Toledo, d’une dignité curiale à la tête d’un ordre militaire : vassal du roi, ce dernier fut en 1356 chargé de présenter les griefs castillans contre l’Aragon après l’arraisonnement d’un navire génois en aval de Séville, qui avait servi de prétexte au déclenchement des hostilités224, avant d’être porté tour à tour aux dignités de prieur de l’Hôpital et de maître d’Alcántara225, qu’il devait bientôt être amené à exercer avec la fonction territoriale de commandement du royaume de Murcie et la responsabilité de l’éducation de l’infant Fernando, fils puîné de Pierre Ier226.

  • 227 ACL, doc. 11325, cit. J. A. Martín Fuertes, Colección documental del Archivo de la Catedral de León (...)
  • 228 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 273 et 303, pp. 347 et 367-368. Récemment rappelée par C. Bar (...)
  • 229 Ces actes ont été publiés respectivement par J. A. García Luján, Códice diplomático procesal del mo (...)

55Quelle que soit l’ampleur des responsabilités qui leur étaient confiées, de tels hommes se trouvaient placés dans une dépendance si étroite par rapport au roi qu’ils font figure de simples exécutants du projet monarchique de leur maître. De nombreuses missions leur furent en effet confiées, qui les assimilaient aux officiers palatins. Certaines relevaient de leur sphère d’intervention traditionnelle, par exemple les ambassades en Avignon dont Alphonse XI chargea en 1331 Fernán Rodríguez de Valbuena227 et, onze ans plus tard, son successeur à la tête du prieuré castillan de l’Hôpital afin d’obtenir la concession de la décime ecclésiastique nécessaire au financement des efforts militaires déployés contre Grenade228. Passé le premier quart du XIVe siècle, la plupart des tâches assignées aux responsables des ordres militaires supposèrent toutefois un élargissement de leur champ d’action. C’est ce que montre, à vingt-cinq ans d’intervalle, l’envoi des maîtres de Santiago et d’Alcántara pour recevoir au nom d’Alphonse XI puis de son fils le serment des autorités municipales de Santo Domingo de Silos et de Ledesma, qui s’engageaient à reconnaître les droits au trône de leurs héritiers respectifs229.

  • 230 AHN, OM, carp. 859, doc. 6. Brièvement analysé par C. Gutiérrez del Arroyo, Catálogo de la document (...)
  • 231 Ainsi l’a rapporté J. Miret i Sans, Las cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, pp. 389-390, (...)
  • 232 J. A. de Figueiredo, Nova história da militar ordem de Malta, t. II, pp. 372-373. Récemment, cette (...)

56Systématisée à l’initiative du pouvoir royal, la participation des maîtres des ordres militaires aux charges palatines eut pour effet d’accroître le contrôle monarchique sur ces institutions. Réduits au rang d’officiers, leurs responsables se trouvaient placés dans l’étroite dépendance du souverain. Le fait ressort clairement, dès les débuts du gouvernement personnel d’Alphonse XI, de l’exemple de Fernán Rodríguez de Valbuena, qui me paraît d’autant plus significatif que le prieur comptait au nombre des figures importantes de l’Hôpital lorsqu’à l’été 1328 il reçut, nous l’avons vu, l’office de mayordomo mayor à la suite de la rébellion contre Alvar Núñez Osorio. En mars 1318, il faisait déjà partie des cinq procureurs envoyés en Avignon par le couvent central afin de négocier avec le pape une réforme de l’Ordre230. L’année suivante, il était choisi pour résoudre le conflit opposant le prieur de Catalogne au châtelain d’Amposta à propos du règlement de la pension des anciens Templiers du royaume d’Aragon231. En octobre 1322, il fut l’un des deux représentants hispaniques de l’institution appelés par le pape à participer au consistoire secret destiné à remplacer Foulques de Villaret, dénoncé par les frères du couvent pour avoir outrepassé ses prérogatives magistrales232.

  • 233 Les dernières références au prieur en tant que mayordomo mayor del rey datent du début du mois d’av (...)
  • 234 La référence la plus ancienne au prieur dans l’office remonte au 27 mai 1332 (AHN, Clero, carp, 103 (...)
  • 235 Ces interventions remontent au Ier et 2 août 1332 (AHN, Sellos, caja 20, doc. y, et AHN, Clero, car (...)
  • 236 Le dernier document évoquant Fernán Rodríguez, de Valbuena en tant que merino mayor delice date de (...)
  • 237 La continuité du prieur dans l’office est attestée par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 97, (...)
  • 238 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1333 et 1336.

57Bien que considérable, le prestige acquis par Fernân Rodríguez de Valbuena au sein de son ordre ne lui permit en rien d’infléchir la résolution d’Alphonse XI de limiter son initiative politique. Porté au plus haut après la rébellion dirigée contre Alvar Nuriez Osorio, il fut progressivement écarté, nous l’avons vu, à compter de 1330 en raison de désaccords avec le roi sur la conception même du gouvernement. La fonction suprême de mayordomo mayor lui fut enlevée en avril 1332 au bénéfice de Pedro Fernández de Castro233. À titre de compensation, il semble qu’Alphonse XI l’ait nommé merino mayor de Galice234. De fait, plusieurs actes de la chancellerie le présentent durant l’été comme un agent territorial de la monarchie, défendant les exemptions des monastères de Santa Maria de Ferreira et de San Salvador de Chantada235. Cependant, Fernân Rodríguez n’occupa cette fonction que très peu de temps dans la mesure où, dans les derniers mois de 1332, son absence réitérée des formulaires de confirmation des privilèges solennels de la chancellerie souligne qu’il avait perdu la faveur du roi236. Marginalisé, il ne détenait plus à la cour que la charge de canciller mayor de la reina237, qui ne lui permit pas de conserver une part, même modeste, du rôle politique qui avait été le sien quatre ans plus tôt, au lendemain de la révolte contre Alvar Núñez Osorio238.

  • 239 Elle est rapportée dans une lettre en date du 9 juin 1328, adressée parles autorités municipales de (...)
  • 240 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 72, p. 218, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 93, p. (...)
  • 241 AHN, OM, carp. 879, doc. 9. Le document a été mentionné par S. García Larragueta, « La orden de San (...)
  • 242 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 113, p. 247, et Gran Crónica de Alfonso XI, t II, chap. 134, (...)
  • 243 AGP, Inf. Gab., Anexo, leg. I, doc. 20. Daté par erreur de février 1371, cet acte doit être situé e (...)
  • 244 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 113, p. 247. Lorsque le roi arriva à Séville, le 8 juin, pour (...)
  • 245 Ainsi l’a montré Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1333-13 (...)

58Il n’est nullement improbable que l’hostilité d’Alphonse XI ait valu à Fernán Rodríguez de Valbuena de perdre au cours des derniers mois de sa vie la direction du prieuré castillan de l’Hôpital. Une tentative préalable avait été faite pour l’écarter au moment du soulèvement de 1328239. Si la chronique stipule que le prieur demeura par la suite revêtu de la dignité jusqu’à sa mort240, plusieurs indices peuvent à mon sens inciter à en douter. En novembre 1332, Hélion de Villeneuve désignait le prieur de Saint-Gilles comme procureur dans les provinces hispaniques de l’Ordre241. Quatre mois plus tard, l’autorité de Fernán Rodríguez de Valbuena était encore plus largement affectée par la nomination d’un lieutenant du maître, Ruy Pérez de Bolaños, qui, avant même de remplacer le prieur à sa mort242, oeuvra à sa guise en Castille, comme lorsqu’il accéda aux doléances des habitants d’Alcázar de San Juan qui s’étaient plaints à lui des exactions commises par les commandeurs de Consuegra243. Ces éléments sont insuffisants pour attester à coup sûr que Fernán Rodríguez de Valbuena fut écarté de la dignité suprême du prieuré au terme de sa vie ; ils soulignent cependant la disgrâce du dignitaire, laissant penser que seule sa mort, en mai ou dans les premiers jours de juin 1333244, empêcha le déclenchement d’un conflit que portait en germe son opposition résolue au programme de renforcement du pouvoir royal entrepris par Alphonse XI245.

59En dépit de leur puissance, les dignitaires des ordres militaires étaient au milieu du XIVe siècle étroitement contrôlés par le roi. Les offices palatins qu’ils avaient été appelés à exercer dans une mesure croissante à partir de la fin du XIIIe siècle les avaient amenés à perdre une très large part de leur spécificité originelle pour se fondre dans le groupe des serviteurs de l’État. En les associant à l’administration curiale, l’autorité royale les avait placés dans une situation de dépendance comparable à celle de la plupart des officiers, tout d’abord afin de s’assurer de leur obéissance dans une conjoncture troublée, puis, une fois son crédit pleinement rétabli, de faire valoir un contrôle accru sur des institutions désormais en grande partie instrumentalisées.

III. – La liaison à la personne du souverain

60Dans son projet de contrôler les membres des ordres militaires, le pouvoir royal a usé d’un dernier biais en s’attachant à développer un réseau de liens personnels qui lui permît de garantir leur collaboration. Bien que constituant un canal d’intervention non négligeable, un tel moyen n’a guère focalisé l’attention des historiens : réduit d’ordinaire au seul hommage des maîtres, perçu dès l’origine en termes vassaliques, il n’a jamais bénéficié d’une tentative de compréhension globale qui prît en compte la richesse d’un système de relations faisant jouer, depuis les supérieurs jusqu’aux simples frères, des fidélités de nature diverse à chaque échelon de pouvoir des milices.

L’obligation de serment des maîtres

  • 246 Défendue par les représentants de l’historiographie traditionnelle, tel B. de Salcedo y Jaramillo, (...)
  • 247 Ainsi l’a notamment avancé C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares hispánicas : reglas y expansió (...)
  • 248 Ce statut a été publié par J. O’Callaghan, « Difiniciones of the Order of Calatrava enacted by Abbo (...)

61Après le début du XIVe siècle, les maîtres des ordres militaires passent aux yeux des chroniqueurs pour être liés au roi par un hommage vassalique. L’originalité du fait a rarement été signalée, car une telle pratique est en règle générale réputée avoir eu cours depuis toujours246. Ainsi Carlos de Ayala Martínez a-t-il avancé que la dépendance des supérieurs à l’égard du souverain se manifestait dans tous les cas de la même façon : selon lui, une fois élu, le maître prêtait au roi l’hommage de fidélité qu’il recevait ensuite dans des termes similaires des membres de son ordre247. À l’appui de cette affirmation, l’auteur cite un extrait des définitions de Calatrava édictées par l’abbé de Morimond en 1468, qui l’exprime sans aucune ambiguïté248. Ce texte est cependant très tardif et rien n’autorise à mon sens à transposer deux, voire trois siècles auparavant le schéma qu’il décrit pour la fin du Moyen Âge.

  • 249 Le fait a été justement relevé par L. R. Villegas Díaz, « Las estructuras de poder de la orden de C (...)
  • 250 Cortes de los antiguos reinos de Castilla y León, t. II, p. 490. Le fait a été bien rappelé par J. (...)
  • 251 Hernando del Pulgar, Crónica de los señores reyes católicos don Fernando é doña Isabel de Castilla (...)

62Au XVe siècle, l’hommage des maîtres des ordres militaires au roi est une pratique parfaitement attestée249. Sitôt élus, les dignitaires avaient en effet coutume de se rendre auprès du souverain qui, une fois béni l’étendard de l’institution, leur remettait les insignes de leur fonction, comme le fit Jean II en 1432 dans la cathédrale de Ciudad Rodrigo en faveur du supérieur d’Alcántara, Gutierre de Sotomayor250. Ce rituel représentait le moment véritable de l’investiture. C’est ce que souligne Hernando del Pulgar lorsque les Rois Catholiques conférèrent à Alonso de Cardenas les attributs de la maîtrise de Santiago lors des Cortes de Tolède, réunies en 1480 pour recueillir le serment de l’infant Juan comme héritier du trône. Par ce geste, les souverains manifestaient leur consentement à la charge reçue par le dignitaire dans leurs royaumes en même temps qu’ils le faisaient capitaine de l’apôtre Jacques dans la lutte contre les musulmans251.

  • 252 Hernando del Pulgar, Crónica de los señores reyes católicos don Fernando é doña Isabel de Castilla (...)
  • 253 Le fait est pourtant tenu pour acquis par C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorp (...)
  • 254 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 341 : « Luego como tomó la posesio (...)

63À la fin du XIVe siècle, l’hommage des maîtres est décrit comme un usage ancien. Il était réputé, selon l’expression de Pulgar, être dû selon la « costumbre antigua de España252 ». Il semble toutefois difficile d’admettre que la pratique date de l’apparition des ordres militaires dans la péninsule Ibérique253. Aucun document ne permet de vérifier cette hypothèse. Seules quelques chroniques d’époque moderne se réfèrent à l’hommage des maîtres comme à une tradition établie de toute ancienneté. Ainsi Alonso deTorres y Tapia rapporte-t-il que García Fernández, élevé en 1254 à la tête de l’ordre d’Alcántara, prit aussitôt le chemin de la cour pour baiser la main du souverain et recevoir de lui la bannière de la milice, comme l’avaient fait avant lui tous ses prédécesseurs254. Une telle notice ne me paraît pas crédible dans la mesure où elle procède de la volonté des auteurs de l’époque moderne de montrer à leur public que le pouvoir du monarque sur les ordres militaires était aussi étendu au Moyen Âge qu’il l’était au moment où ils écrivaient.

  • 255 Sans doute l’évolution castillane s’intègre-t-elle dans un mouvement plus vaste, dans la mesure où, (...)
  • 256 AHN, OM, carp. 477, doc. 7, publ. C. de Ayala Martínez et al., « Algunos documentos sobre órdenes m (...)
  • 257 AHN, OM, carp. 477, doc. 7, publ. ibid., pp. 102-103, doc. 17.
  • 258 Ainsi l’a souligné A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, p. 65, pour le ma (...)
  • 259 Le 18 avril 1345, le maître donna l’ordre de remettre la forteresse d’Almorchon au commandeur de Be (...)
  • 260 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 177, p. 287, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 203, (...)

64C’est seulement à compter du gouvernement personnel d’Alphonse XI que l’hommage des maîtres des milices est mentionné dans les sources255. Pour Alcántara, la plus ancienne mention remonte à l’automne 1343, lors de l’élection de Per Alfonso Pantoja au siège d’Algésiras : dans une lettre du 26 octobre, le roi informa l’ensemble des commandeurs de la désignation d’un nouveau maître auquel il leur enjoignait de prêter le même hommage de fidélité qu’il avait luimême reçu du dignitaire sitôt élevé à la charge suprême de l’Ordre256. De fait, dans les semaines qui suivirent, les membres de l’institution furent astreints à prêter serment, tel Gómez Yáñez, commandeur de Pliego et de Cañete, auprès duquel le maître délégua son propre frère Fernán Alfonso257. Un tel hommage était alors pleinement entré dans la pratique. Non seulement il fut exigé de chacun des successeurs de Per Alfonso Pantoja258, mais ce dernier le requit, lors de leur investiture, de chacun des commandeurs tenant une forteresse259, en vertu d’une disposition arrêtée par Alphonse XI quelques années plus tôt260.

  • 261 AHN, OM, carp. 477, doc. 7. Évoquant le serment prêté à Alphonse XI par Per Alfonso Pantoja lorsqu’ (...)
  • 262 Bien analysées par C. de Ayala Martínez, « Las fortalezas castellano-leonesas de las órdenes milita (...)
  • 263 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p, 271, repris dans Id., T (...)
  • 264 BNF, Mss. français 1080, f° 50v°.
  • 265 Ainsi l’a relevé J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 162-163.

65Si plusieurs documents mentionnent la prestation d’hommage comme une tradition ancienne261, il me semble toutefois peu vraisembable qu’elle remonte au-delà des premières années du XIVe siècle. La réprobation engendrée par une telle évolution dans les décennies suivantes, en particulier auprès des autorités religieuses, révèle à mon avis qu’elle était assez récente262. En 1325, lors d’une visite à Calatrava, l’abbé de Palazuelos stigmatisait le fait que l’obéissance due au maître ait pris parmi les frères une tonalité vassalique263. Près de quarante ans plus tard, les statuts édictés en 1367 par le maître de l’Hôpital Raymond Béranger ne procédaient pas différemment. Afin d’éviter la prolifération des liens personnels à l’intérieur de la milice, ils interdisaient aux frères de faire des « congregacions, conseils ne sacremens d’aliance ou d’emprise ne dommaige à la manière d’Espaigne264 ». L’expression n’est pas neutre : elle souligne clairement que, malgré les réticences des autorités rhodiennes, l’hommage était considéré au milieu du XIVe siècle comme un usage largement répandu dans les prieurés hispaniques265.

  • 266 AHN, OM, carp, 88, vol. II, doc. 35 : « Et otrosy yo, el dicho Garçia Rodriguez, prometo por el ple (...)
  • 267 AMU, caja 5, doc. 3, publ.J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archivo Municipal de Úbeda,(...)
  • 268 peu après avoir remis la ville au supérieur de Calatrava en échange de Cabra, Alphonse XI obtint de (...)

66Dès les décennies précédentes, plusieurs éléments témoignent en effet de sa généralisation. À l’échelle de chacune des milices, la plupart des cessions viagères de forteresses réalisées en faveur de laïcs comportaient pour le récipiendaire l’obligation de promettre de respecter les droits du souverain, que le maître de l’institution s’était préalablement lui-même engagé à préserver. En 1329, García Rodríguez de Valcárcel prêta ainsi au maître de Santiago Vasco Rodríguez le serment de toujours maintenir à la disposition du roi et de son héritier le château de Castrotorafe, dont la milice lui avait fait don pour le restant de ses jours266. Deux ans plus tard, Juan Alfonso de Benavides s’obligeait dans des termes comparables pour les places santiaguistes de Villafáfila et Barruecopardo267. Il n’est plus de concession qui n’implique la prestation d’un serment. De ce point de vue, il est révélateur que l’hommage ne fût pas seulement requis du détenteur de la place mais aussi de l’ensemble de ses habitants, qui étaient astreints, tels ceux d’Almoguera en 1345, à jurer de respecter les droits du roi et de ses successeurs, promettant notamment de leur ouvrir la ville chaque fois qu’ils s’y présenteraient268.

  • 269 La rupture que l’époque du gouvernement personnel d’Alphonse XI constitue de ce point de vue a été (...)
  • 270 Crónica del rey dom Alfonso XI, chap. 176, p. 287, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 202, (...)
  • 271 Elles ont été bien analysées par H. Grassotti, « Iratus aut paccatus. Una clausula decisiva para el (...)
  • 272 La plus ancienne donation d’une forteresse faisant état de clauses restrictives tient à la promesse (...)
  • 273 H. Grassotti, « Iratus aut paccatus. Una cláusula decisiva para el ejercicio de la regia potestad e (...)

67En même temps qu’il se développait, l’usage pour les maîtres des ordres de prêter hommage au roi se faisait plus contraignant Passé le premier quart du XIVe siècle, le serment impliqua d’accueillir le souverain dans toutes les forteresses de l’institution, en temps de guerre comme de paix269. AlphonseXI imposa cette obligation en donnant pour prétexte la résistance à laquelle il s’était heurté en 1336, à la mort de García López de Padilla, de la part d’un frère de Calatrava chargé de défendre les intérêts viagers de l’ancien maître dans le château de Zorita270. Pour chacune des donations qui leur furent consenties par la suite, les milices se virent rappeler le devoir d’ouvrir la forteresse au roi, qu’il vînt de jour comme de nuit, en paix ou en colère, accompagné d’une suite réduite ou bien nombreuse. Plusieurs clauses juridiques furent ainsi utilisées pour faire valoir qu’aucune exception ne pouvait être tolérée271. Ce faisant, Alphonse XI généralisait une pratique inaugurée près d’un demi-siècle plus tôt par l’infant Sanche, entré en révolte contre Alphonse X272, afin d’affirmer l’autorité monarchique sur les châteaux du royaume en dépit des concessions auxquelles il avait été contraint au cours des années de conflit pour se concilier le soutien de la noblesse rebelle273.

  • 274 Id., « Facere guerram et pacem. Un deber del que no estaban exentas las órdenes militares », en par (...)
  • 275 Ibid, pp. 76-77. L’ancienneté de l’obligation faite à chacun de répondre à la convocation royale au (...)

68En obligeant les maîtres à lui ouvrir leurs forteresses en temps de paix, Alphonse XI élargissait l’engagement auquel ils étaient traditionnellement tenus. En moins de deux décennies, les clauses lui réservant le pouvoir d’intervenir très largement dans les châteaux des milices remplacèrent dans les sources la formule utilisée depuis le règne d’Alphonse IX, qui faisait obligation aux frères de faire la guerre et la paix pour le roi depuis chacune des places qui leur avaient été confiées. Facere guerram et pacem : une telle expression, Hilda Grassotti l’a bien souligné, est si concise qu’il est difficile d’en préciser la teneur274. Il est probable qu’elle imposait d’accueillir le roi dans les châteaux de l’Ordre en temps de guerre et, en période de paix, de respecter les trêves conclues avec les musulmans. En ce sens, elle n’exprimait rien d’autre qu’une des prérogatives essentielles des royautés ibériques qu’Alphonse IX, et plusieurs autres monarques à sa suite, s’étaient attachés à consolider en l’explicitant par une clause dans un contexte de difficultés275. Ainsi mesure-t-on mieux la portée de l’innovation d’Alphonse XI qui, à partir des années 1330, revendiqua un contrôle sur les châteaux des ordres militaires y compris et surtout en temps de paix.

  • 276 BS, p. 307 : «Para que lo labredes e ficiessedes labrar asseguramos a vos el dicho maestre que vos (...)
  • 277 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tít. 18, ley 2.
  • 278 Ainsi l’a bien signalé M. C. Castrillo Llamas, « Monarquía y nobleza en torno a la tenencia de fort (...)

69La faculté du souverain d’intervenir dans les forteresses du royaume atteignit dès lors un degré inusité. Tenus de lui confier leurs places sur simple requête, les supérieurs des ordres militaires furent contraints de reconnaître au roi le pouvoir de les faire démolir au cas où celui-ci estimerait qu’elles représentaient un point faible, susceptible d’être utile à l’ennemi pour appuyer une offensive en terre castillane. C’est ce que montre, en avril 1337 l’ordre donné par Alphonse XI au maître de Santiago de veiller à l’entretien du château d’Almenara, récemment bâti sur les terres de l’institution : pour convaincre le dignitaire de prendre en charge des dépenses dont nous avons vu le poids, le roi lui promit solennellement qu’il n’ordonnerait en aucun cas la destruction ou la confiscation de la forteresse276. Très peu usitée, cette dérogation révèle que ces prérogatives royales étaient alors parfaitement acceptées. Tous les châteaux du royaume étaient ainsi placés sous l’autorité du souverain, investi d’un droit supérieur conformément à la formule utilisée par Alphonse X dans les Siete Partidas277, lesquelles, sur ce point comme sur bien d’autres, reçurent en février 1348, dans l’ordonnance d’Alcalá de Henares, la sanction juridique qu’elles attendaient depuis leur rédaction278.

L’affirmation d’un lien direct avec les commandeurs

  • 279 Certes, à partir la première moitié du XIIIe siècle on trouve de façon ponctuelle des tentatives de (...)
  • 280 Ainsi l’ont souligné S. de Moxó, « La sociedad politica castellana en la época de Alfonso XI », p. (...)
  • 281 BS, pp. 317-318.

70Désireux de doubler l’hommage vassalique imposé aux maîtres des ordres militaires, le pouvoir royal chercha au milieu du XIVe siècle à exercer un contrôle direct sur les commandeurs. Cette politique est l’œuvre de Pierre Ier, qui s’efforça dès le début de son règne de développer un projet inauguré par son père, qui le premier s’était arrogé le droit d’intervenir dans la désignation des dignitaires d’un rang inférieur au maître279. Peu après avoir accordé à l’infant Fadrique la grâce de le placer à la tête de Santiago, Alphonse XI imposa en effet l’un de ses proches, Fernán Rodríguez de Villalobos, au poste de grand commandeur de Léon, lui confiant la conduite de l’institution jusqu’à la majorité de son fils280. Les pressions exercées par le roi sur les dignitaires de la milice dans les dernières années du règne sont difficiles à évaluer. Elles durent cependant être suffisamment importantes pour que les commandeurs santiaguistes puissent, peu après la mort du souverain, se justifier d’avoir consenti à l’usurpation du sceau capitulaire en arguant de leur crainte d’éventuelles représailles281.

  • 282 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IV, chap. 27, p. 438, et F. de Caro y Torres, (...)
  • 283 Leur promotion à la dignité suprême a été signalée par Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pe (...)
  • 284 Ainsi l’ont observé A. L. Molina Molina, « Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcán (...)
  • 285 Le fait a été rapporté dans les mémoires écrits à la charnière des XIVe et XVe siècles par la fille (...)

71Ces pratiques autoritaires connurent un large essor sous le règne de Pierre Ier. Plusieurs commandeurs furent alors directement nommés par le roi, le plus souvent dans l’intention de leur conférer bientôt après la dignité suprême de l’ordre dont ils venaient de prendre l’habit. Ainsi, Juan García de Padilla, créé à la demande de Pierre Ier grand commandeur santiaguiste de Castille, et Suero Muniriez, institué pour sa part clavaire de l’ordre d’Alcántara282, furent élevés tous deux à la maîtrise de leur milice un an seulement après avoir prononcé leurs vœux283. Bien d’autres exemples pourraient être dtés, dont le plus fameux est celui de Martín López de Córdoba. Plusieurs auteurs ont relevé combien la faveur royale influa sur une carrière curiale qui, nous l’avons vu, amena ce personnage à cumuler à l’extrême fin du règne de Pierre Ier les dignités suprêmes d’Alcántara et de Calatrava284. Aucun n’a cependant relevé que la faveur du souverain fut dès l’origine décisive, puisque c’est à ce dernier que le dignitaire dut, au début de son parcours, d’avoir été placé à la tête de la commanderie sévillane de l’ordre d’Alcántara285.

  • 286 Proche collaborateur de Juan Núñez de Prado, à qui le roi avait brutalement retiré sa faveur, ainsi (...)
  • 287 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 9, pp. 463-464 : «El rey don Pedro d (...)
  • 288 Ibid., an. IX, chap. 7, p. 485 : « É el rey tornose para Burgos, é estovo y unos ocho dias, é alli (...)
  • 289 Ce point a notamment été mis en relief par L. V. Díaz Martín, Itinerario de Pedro I de Castilla, p. (...)
  • 290 BS, pp. 333-334. L’un des exemples les plus frappants est l’assassinat de Ruy Chacón, préalablement (...)

72De la même façon qu’il pouvait influer sur la carrière d’un commandeur, le roi s’arrogea à partir du milieu du XIVe siècle la capacité de faire exécuter un dignitaire dont il estimait que l’action était préjudiciable à ses intérêts. Le récit de Pedro López de Ayala contient de nombreux exemples d’une pratique dont furent notamment victimes le commandeur d’Otos Alfonso Gómez, qui fut longtemps procureur de Calatrava286, assassiné en 1355 avec plusieurs familiers d’Henri de Trastamare287, ou le grand commandeur santiaguiste de Castille Lope Sánchez de Bendaña, dont la tête fut apportée au souverain lors des purges qui suivirent en 1358 le meurtre de Fadrique288. S’il convient de considérer avec précaution le témoignage de Pedro López de Ayala, rédigé quelque trente ans après la mort de Pierre Ier dans l’intention manifeste de légitimer la dynastie des Trastamares et de justifier la trahison de l’auteur289, plusieurs documents d’archives confirment ce recours fréquent à des pratiques violentes et ne laissent subsister aucun doute sur le désir du roi de soumettre à un contrôle total le groupe des commandeurs290.

  • 291 Ainsi l’a fait valoir C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maest (...)

73Toutefois, ces interventions sont loin d’avoir constitué les seuls mécanismes utilisés par Pierre Ier pour affermir son emprise sur les commandeurs des ordres militaires. Développant les arguments légaux employés par Alphonse XI, le nouveau monarque étendit dès le début de son règne à chacun des commandeurs le devoir imposé aux maîtres de prêter serment au roi. Il créa ainsi à l’intérieur du schéma hiérarchique des milices une rupture dont Carlos de Ayala Martínez, qui l’a qualifiée de puenteo, a très bien mis en relief l’importance291. En interdisant aux commandeurs de chacune de ces institutions de recevoir leur supérieur sans son autorisation expresse, Pierre Ier développait en effet le contrôle monarchique selon une double logique dans la mesure où, en même temps qu’il s’attachait le contrôle des forteresses des ordres, il enlevait aux maîtres de ces derniers une bonne part de leur contact direct avec leur base seigneuriale.

  • 292 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. I, chap. 3, p. 405. Un tel lien a été très sou (...)
  • 293 Ce point a été mis en relief par divers chroniqueurs de l’époque moderne, parmi lesquels F. de Rade (...)
  • 294 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 295 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. I, chap. 10, p. 408 : « Empero el rey ordenó é (...)

74Une telle mesure fut imposée pour la première fois dans le cadre de l’ordre d’Alcántara. Au printemps 1350, à l’avènement de Pierre Ier, l’institution était dirigée par Fernán Pérez Ponce, proche parent de la maîtresse du monarque défunt, Leonor de Guzmán, dont il s’était engagé à protéger les intérêts, à l’instar de nombreux seigneurs andalous292. Jugeant l’attitude du maître séditieuse, le jeune roi décréta le séquestre de l’ensemble de ses revenus afin de l’inciter à négocier293. Quelques semaines suffirent pour que Fernán Pérez Ponce, qui avait initialement songé à s’enfermer dans la place de Morón, décidât devant la fermeté du monarque de se rendre à sa merci dans l’espoir de rentrer en grâce294. S’il lui accorda son pardon, Pierre Ier imposa cependant au dignitaire de lui remettre l’ensemble des châteaux de son ordre, à l’exception du couvent central, afin de les confier à des frères dont il recevrait directement l’hommage et l’engagement de n’y accueillir personne sauf à son injonction expresse295.

  • 296 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenesy cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántar (...)
  • 297 En 1306, les statuts de l’Ordre faisaient clairement obligation au maître d’attribuer les commander (...)
  • 298 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. II, chap. 2, p. 412 : « E los freyles de la or (...)

75Bien que la chronique de Pedro López de Ayala n’en conserve pas trace, le projet de Pierre Ier dut être abandonné face au refus de différents frères de se dessaisir en faveur d’une autorité laïque des forteresses qui leur avaient été confiées. À en croire le témoignage de Francisco de Rades y Andrada, l’idée aurait en effet rencontré une vive résistance au sein de l’institution296, dont une partie des membres se seraient opposés à une mesure qui représentait sans conteste une violation patente de la tradition statutaire de l’Ordre297. Si l’ampleur de la réaction des frères reste difficile à apprécier, il ressort manifestement qu’elle suffit à dissuader le monarque, dès 1350, de placer des laïcs à la tête des châteaux d’Alcántara. Il serait toutefois erroné d’en conclure à un recul de Pierre Ier dans la mesure où celui-ci obtint probablement, en échange de l’abandon de son projet initial, l’hommage des commandeurs de l’Ordre selon les termes qu’il imposa, quelques mois plus tard, aux Santiaguistes en les astreignant à promettre de ne jamais ouvrir au maître les forteresses de la milice contre l’avis du roi298.

  • 299 C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 265, et L (...)
  • 300 Pedro López de Ayala, an. V, chap. 14, p. 445 : « É el maestre llegára estonce á Montiel, que es un (...)
  • 301 Ibid, an. V, chap. 14, p. 445 : « Por ende por guardar su omenage el dicho Pero Ruiz. de Sandoval d (...)

76Une telle politique, comme l’a signalé Carlos de Ayala Martínez, ne tarda guère à produire des effets tangibles299. De nombreux exemples démontrent, notamment à la faveur des conflits survenus pendant son règne, que Pierre Ier parvint effectivement, en imposant aux commandeurs de lui prêter hommage, à fragiliser le pouvoir des maîtres sur les institutions que ceux-ci dirigeaient. En 1354, alors qu’il tentait de soulever les terres de Santiago, l’infant Fadrique essuya le refus du commandeur de Montiel, Pedro Ruiz de Sandoval, qui ne lui permit pas d’entrer dans une place qu’il avait juré, trois ans plus tôt à Llerena, de conserver au pouvoir du souverain300 Cependant, soucieux de ne pas se manquer à son serment, le chevalier confia la forteresse à un écuyer à qui il fit promettre de ne l’ouvrir qu’au roi, puis, afin de respecter l’engagement qu’il avait pris lors de sa profession, il se livra au supérieur afin que ce dernier disposât de sa personne comme il l’entendait301.

  • 302 Ibid., an, V, chap. 14, p. 443.
  • 303 Ibid., an. V, chap. 20, p, 448 : « É pelearon los del rey con las compañas del maestre de Santiago (...)
  • 304 ADA, El Carpio, caja 80, doc. 8.
  • 305 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448 : « É quando el rey llegó (...)

77Il serait assurément erroné de prétendre généraliser l’attitude de Pedro Ruiz de Sandoval à l’ensemble des membres de Santiago, Éconduit devant Montiel, l’infant Fadrique fut contraint de poursuivre son chemin vers le sud, en direction de Segura de la Sierra. À peine était-il arrivé sous les murs de la forteresse que le grand commandeur de Castille, Lope Sánchez de Bendaña, la lui ouvrit, au mépris de l’hommage qu’il avait lui aussi prêté à Pierre Ier302. Bien plus, il poussa le parjure jusqu’à résister les armes à la main aux nombreuses tentatives du roi pour s’emparer de la place, d’abord en personne303, puis par l’entremise de Garcí Fernández de Villodre assisté des milices urbaines d’Andalousie304. En luttant contre le monarque, le commandeur n’ignorait pas qu’il manquait à l’obligation de sa foi jurée. En témoigne le subterfuge auquel il recourut lorsque Pierre Ier se présenta devant Segura : il apparut sur le rempart avec une chaîne de fer autour du cou, afin de simuler une contrainte qui pût lui permettre de conserver auprès de ses pairs quelque semblant d’honneur305.

  • 306 L’appui des principaux responsables de la milice à Henri de Trastamare, dans l’entourage duquel il (...)
  • 307 Á. L. Molina Molina, Documentos de Pedro I 221, doc. 171.
  • 308 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XIX, chap. 2, p. 581.
  • 309 Ibid., an. XX, chap. 6, p. 590 : « É los del rey don Enrique los unos siguieron á los moros, é alca (...)

78L’épisode est à mon sens riche de signification. Il souligne que l’hommage prêté au roi par les commandeurs constituait, quand bien même elle n’était pas respectée, une obligation tenue pour particulièrement contraignante. Sans doute peut-on en découvrir la preuve dans l’appui que Santiago fournit à Pierre Ier jusque dans les ultimes années de son règne, alors même que les principaux dignitaires avaient pris le parti de son demi-frère, à la suite du maître Gonzalo Mexía306. En octobre 1367, le roi put ainsi ordonner sans difficulté apparente l’envoi des pièces nécessaires à l’équipement d’une catapulte dans le château de Segura307. L’année suivante, la fidélité des places d’Uclés et de Mora au souverain légitime contraignit Henri de Trastamare à utiliser la force pour les réduire, pour éviter de laisser subsister des enclaves qui nuiraient à l’établissement de son autorité308. Dans les dernières semaines de son règne, c’est encore à la loyauté du commandeur santiaguiste de Montiel, qui lui ouvrit sa forteresse, que Pierre Ier, réduit aux abois, dut de pouvoir trouver un refuge qui, durant quelques jours, lui permit d’espérer retourner à nouveau une situation qui, cette fois, était définitivement compromise309.

Le choix de frères castillans

  • 310 D. Lomax, « Pedro López de Baeza », p. 160 : « E por ende quiso Dios que en coda una rreligión ovie (...)
  • 311 A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », p. 40, repris dans Id., Military Orders and Crusa (...)

79Bénéficiant de contacts renforcés tant avec les maîtres qu avec chacun des dignitaires des milices, les rois de Castille cherchèrent, à partir du deuxième quart du XIVe siècle, à s’assurer de la loyauté de l’ensemble des chevaliers. À cette fin, ils s’efforcèrent de contenir l’aire de recrutement des différentes institutions dans les limites de leur juridiction afin que les membres des ordres leur doivent une fidélité naturelle dont Pedro López de Baeza donne l’exemple dans les instructions qu’il écrivit dans les années 1330 pour ses coreligionnaires de Santiago310. Ce faisant, les monarques parachevaient une évolution qui s’était esquissée cent cinquante ans auparavant, au moment même de l’apparition des ordres militaires dans la péninsule Ibérique, pour s’accentuer très vite sans que leurs prédécesseurs soient jamais intervenus. Il n’est en effet que d’observer l’anthroponymie des frères castillans pour se rendre compte que, dès l’origine, ils étaient pour la plupart issus des terres où ils étaient appelés à servir en priorité311. Bien qu’il ait d’emblée présenté un caractère accusé, le recrutement local des frères n’en souffrit pas moins, pendant les deux premiers siècles de l’existence des milices, certaines exceptions qu’il faut prendre garde de ne pas négliger pour saisir pleinement le sens de l’évolution en cours.

  • 312 Le fait a été relevé par A. Forey, The Mtlitary Orders, p. 133.
  • 313 Ainsi l’a bien mis en valeur J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extinción de la orden teutónic (...)
  • 314 Des doutes sur son appartenance à l’Ordre ont été élevés par A. Rodríguez de la Peña, « La orden de (...)
  • 315 L’origine de ce frère a été formellement identifiée par N. Jaspert, « Der Deutsche Orden auf der Ib (...)
  • 316 ACZ, Tumbo Negro, ffos 136v°-137r°, cité par C. M. Reglero de la Fuente, Los señoríos de los Montes (...)
  • 317 Les actes de l’enquête ont été publiés par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in (...)
  • 318 Leur relative rareté a été relevée par A. Forey, « Towards a Profile of theTemplars in the Early Fo (...)

80Au niveau international, on sait que les institutions de Terre sainte avaient attiré des frères venus de toute la Chrétienté312. Si ce constat doit être nuancé pour la Péninsule, les prieurés castillans ne dérogent pas tout à fait à la règle. Plusieurs de leurs membres étaient issus de régions situées au nord des Pyrénées, notamment pour l’ordre teutonique dont les premiers frères à s’établir en Castille, à l’occasion des deux séjours d’Hermann von Salza, sont d’origine germanique313 : plutôt que le traducteur Hermann l’Allemand, brillant helléniste mais, nous l’avons vu, chevalier assez improbable314, il convient sans doute de citer cet Arnold qui, venu d’Allemagne315, est le premier frère dont on connaisse le nom pour le bailliage castillan316. Pour le Temple et l’Hôpital, à la différence de l’ordre teutonique, le groupe d’étrangers le plus nombreux était formé de frères originaires de la péninsule Ibérique sans être pour autant issus du royaume de Castille. Le fait ressort de l’interrogatoire des Templiers réalisé lors du procès à Medina del Campo317. Parmi les vingt et un accusés dont on a préservé le témoignage, dix-sept avaient été reçus en Castille, en particulier dans l’ancien royaume de Léon, où tous servaient lors de leur arrestation, mais trois l’avaient été au Portugal et un en Navarre (carte 4p. 570), à la suite d’échanges interprovinciaux qu’il ne faudrait pas ignorer sous prétexte qu’ils seraient minoritaires318.

  • 319 A. Forey, « The Order of Mountjoy », pp. 254-257, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, (...)
  • 320 Ces ordres ont été évoqués dans diverses chroniques du nord de l’Europe, tels la Chronica regia Col (...)
  • 321 AHN, OM, carp. 9, vol. I, doc. 16, publ. BS, p. 178. Il est probable que la milice mit surpied des (...)
  • 322 K. Toomaspoeg, « Les premiers commandeurs de l’ordre teutonique en Sicile », p. 455.
  • 323 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 86, n. 5, a également rapporté la mention d’un Santiaguiste d’or (...)

81S’ils disposèrent d’emblée d’un important recrutement régional, les ordres militaires nés en terre castillane ne s’en efforcèrent pas moins d’attirer des frères issus de régions parfois fort lointaines. Cette pratique n’était pas le monopole des institutions les plus puissantes. Certaines sont réputées, malgré leur existence éphémère, avoir reçu, à l’exemple de Montjoie, des membres étrangers à la péninsule Ibérique, provenant dans ce dernier cas du Brabant et du Montferrat319. Cela conduit à penser qu’un tel usage dut être assez répandu dans les ordres qui, comme Santiago ou Calatrava, bénéficiaient d’une renommée internationale plus assurée320. De fait, en 1250, Pelayo Pérez Correa confia à plusieurs de ses frères une mission de recrutement en terre d’Empire321. Il est difficile de savoir quel en fut le succès dans la mesure où, comme l’a signalé Kristjan Toomaspoeg, les patronymes germaniques n’ont guère été conservés avant l’extrême fin du XIIIe siècle dans les sources de l’Europe du Sud, qui leur préfèrent les appellations Teutonicus ou Alemanus322 Ainsi sont désignés dans la documentation certains frères dont le plus célèbre, Aleman, qui s’était opposé au soulèvement mudéjar de 1264, fut, nous l’avons vu, élevé à la dignité suprême de Calatrava dans les premières années du XIVe siècle en opposition à García López de Padilla323.

CARTE 4. – Les lieux de profession des Templiers castillans d’après l’interrogatoire de 1310

  • 324 Cette scission a été bien présentée par D, Lomax, « El rey don Diniz y la orden de Santiago », et, (...)
  • 325 Cette exigence ressort à diverses reprises des échanges épistolaires entre Jacques II et les Templi (...)
  • 326 Ainsi l’ont bien signalé R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villa (...)

82Bien qu’ils soient numériquement peu significatifs en Castille, les frères des ordres militaires venus d’horizons extérieurs au royaume, voire à la péninsule Ibérique, n’en sont donc pas complètement négligeables. Leur nombre tendit toutefois à décroître à partir de la fin du XIIIe siècle sous l’effet d’un processus de nationalisation qui supposait une adéquation toujours plus parfaite entre les aires de recrutement des milices et l’espace politique soumis à la Couronne. À l’échelle de la Péninsule, la Castille était en queue de mouvement. Ce retard s’explique par le fait que les autres Etats tentaient précisément de s’affranchir de son contrôle, auquel la position de centralité d’Uclés et de Calatrava donnait pour les ordres hispaniques un caractère très contraignant. Le fait est manifeste au Portugal où, sous l’influence de Denis Ier, la branche nationale de Santiago réussit à se libérer de la tutelle du siège castillan324. Sans être aussi brusque, il n’en est pas moins évident en Aragon où, à partir du règne de Jacques II, les monarques insistèrent sur la nécessité de recruter des frères provenant du royaume même325, jusqu’à obtenir, au milieu du XIVe siècle, une très forte autonomie pour les grandes commanderies de Montalbán et d’Alcañiz à l’égard des chefs d’ordre d’Uclés et de Calatrava326.

  • 327 Pour le Temple, la domination portugaise au milieu du XIIIe siècle a été mise en relief par C. de A (...)
  • 328 Tirées de sources allemandes par K. Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer, pp. 94-95, ces d (...)
  • 329 ADA, Higares, caja I, doc 15. Mentionné comme responsable de la province, il céda en 1355 k domaine (...)

83Bien que moins ancienne que dans les autres États ibériques, la tendance à limiter sur une base nationale le recrutement des ordres militaires existe aussi dans le royaume de Castille. Elle intéresse tout d’abord les institutions de Terre sainte, où les éléments étrangers étaient au départ les plus nombreux. Passé le troisième quart du XIIIe siècle, la primauté portugaise, sensible pour le Temple et à un moindre degré pour l’Hôpital, tend à disparaître327. Au sein des deux milices, les dignitaires castillans étaient désormais issus du propre prieuré. Exceptionnelle, l’intervention d’un étranger était liée à des circonstances singulièrement graves, comme celles qui motivèrent, nous l’avons vu, la désignation de João Femandes et de jucelme lors des crises internes qui, en 1283 et en 1300, ébranlèrent respectivement le Temple et l’Hôpital. D’après les rares données disponibles, la province teutonique de Castille ne suivit pas une évolution différente car, après plusieurs responsables allemands, tels Eberhard von Mörsberg et Volmarvon Bernhausen328, elle fut laissée à un frère d’origine castillane, Juan Alfonso de Vezdemarbán, au milieu du XIVe siècle329.

  • 330 R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 73.
  • 331 C. de Ayala Martínez, « Frontera castellano-portuguesay órdenes militares », pp. 79-80. Se fondant (...)
  • 332 R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 99.
  • 333 BS, pp. 268-269.

84À cette époque, la nationalisation du recrutement était encore bien davantage marquée dans les institutions issues du sol castillan, qui jusqu’à la fin du XIIIe siècle étaient demeurées assez largement ouvertes aux étrangers, surtout ceux qui provenaient de la péninsule Ibérique. De nombreux Portugais étaient ainsi venus en Castille à la suite de Pelayo Pérez Correa, tels Pedro Fernandes Calheros, procureur du maître au concile de Lyon, tout d’abord gratifié de l’hôpital de Santiago à Tolède puis, à la fin des années 1250, de la commanderie de Montalbán330. Une telle perméabilité fut sans conteste favorisée par l’existence de juridictions transfrontalières. Or, comme l’a bien souligné Carlos de Ayala Martínez, ces dernières tendaient à disparaître à la fin du XIIIe siècle331. Dès lors, la présence dans les ordres castillans de frères issus d’horizons extérieurs au royaume se réduisit de façon drastique. Elle revêt un caractère d’exception, comme en atteste l’exemple du commandeur de Montalbán Artal de Huerta, promu en juin 1315 à la tête de l’hôpital de Santiago à Cuenca, bien qu’il fut un proche conseiller de Jacques II332, pour avoir à ses frais levé l’hypothèque qui pesait sur la forteresse d’Anna et financé le séjour du maître à la cour pontificale durant le concile de Vienne333.

  • 334 ASV, Reg. Van 236, ffos 230v°-231r°, publ. J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inoce (...)
  • 335 Cette préoccupation s’inscrit dans un contexte mis en valeur par M. Gervers, « Pro defensione Terre(...)
  • 336 Ainsi l’a relevé A. Luttrell, « The Structure of the Aragonese Hospital », p, 321, repris dans Id.,(...)
  • 337 Ainsi, Fernán González de Mena, commandeur de Ricla en Aragon (AHN, Códice 600, ffos 25r° et 55v°), (...)
  • 338 Originaire d’Aragon, où il détenait la baylie d’Ascó, García González Bugía reçut à l’été 1347 la c (...)

85Au milieu du XIVe siècle, la nationalisation du recrutement était à l’échelle des ordres militaires une pratique amplement répandue en Castille. Cependant, elle était plus ou moins avancée selon les milices. Presque complète pour les institutions hispaniques, elle était moins poussée pour l’Hôpital, où elle semble même alors avoir été en recul, car Juan Fernández de Heredia, élevé à la tête du prieuré castillan au printemps 1354334, prenait en priorité appui sur ses coreligionnaires aragonais afin de mieux fier la province à la protection de Rhodes335. Il se peut que le nouveau prieur ait voulu procéder en Castille à une réorganisation sur le modèle de celle qu’il avait effectuée dans la châtellenie d’Amposta quelques années auparavant336. Il est en tout cas certain qu’il tenta dès le début des années 1350, alors même qu’il était uniquement chargé de l’Aragon, de pousser ses fidèles à intervenir dans le prieuré voisin, obtenant que leur fut remise une baylie337, dans l’attente quelquefois d’un office plus élevé qui lui permit, à travers ses proches, d’influer sur la province castillane avant même qu’elle ne lui fut officiellement confiée338.

  • 339 Elle a été brièvement décrite parC. Barquero Goñi, « Disputas por el priorato del Hospital en Casti (...)
  • 340 Le travail diplomatique pontifical ressort de nombreux documents publiés par J. Zunzunegui Aramburu(...)
  • 341 Il est révélateur que les actes de la chancellerie royale dtent Adam Arias comme lieutenant à parti (...)
  • 342 Juan Fernández reprocha ainsi à Adam Arias d’avoir diffamé Gómez Alfonso en vue de lui retirer l’ad (...)
  • 343 AHN, Códice 602, ffos 156v°-157v°. À propos de ce frère, d’intéressants éléments ont été apportés r (...)
  • 344 C. Barquero Goñi, « Disputas porel priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », (...)
  • 345 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IX, chap. 8, p. 485 : « En este tiempo, antes (...)

86Il n’est pas difficile de saisir combien une telle politique heurtait les intérêts de la monarchie castillane. Ainsi s’explique-t-on mieux la forte opposition de Pierre Ier à la promotion de Juan Fernández de Heredia comme prieur de Castille339. Près de deux années d’intenses tractations diplomatiques furent nécessaires à Innocent VI pour surmonter l’hostilité du roi340. Encore le prieur ne putil prendre personnellement possession de sa charge, qu’il dut exercer par l’entremise d’un lieutenant, Adam Arias de Lemos, dont tout laisse à penser qu’il était un fidèle du monarque341. Cette solution de compromis apparaissait d’emblée condamnée : prenant prétexte des nombreux abus du lieutenant342, le prieur le destitua en juin 1357 au profit d’un frère de sa confiance, Rodrigo Alfonso de Logroño343. Dès lors, l’antagonisme entre le souverain castillan et Juan Fernández de Heredia prit un caractère violent. Allié de Pierre IV d’Aragon, le prieur n’hésita pas à soutenir l’offensive lancée contre la Castille en juin 1358 par le comte de Trastamare344. En retour, Pierre Ier le démit de ses fonctions, qu’il confia à un fidèle, Gutier Gómez de Toledo, dont il savait pouvoir escompter un alignement total sur les positions monarchiques345.

  • 346 BNV, RBC, vol. 316, f° 177r°. Convoqué par Urbain V en avril 1365 à une assemblée des hauts dignita (...)
  • 347 L. V. Díaz Martín, «Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I», pp. 317 et 320
  • 348 Le fait est rapporté par Pedro Garcés de Cariñena, Nobiliario de Aragón, p. 89. Il a été mis en rel (...)

87Dans un contexte de guerre contre l’Aragon, rien ne devait faire obstacle à la loyauté que le roi attendait des frères des ordres militaires. Aussi la nationalisation de leur recrutement s’imposa-t-elle comme un préalable impératif à la fidélité naturelle que l’on exigeait d’eux. Reprise aussitôt écarté Juan Fernández de Heredia, cette politique fut conduite à son terme en quelques mois. Les tenants de l’ancien prieur, au premier rang desquels figurait Rodrigo Alfonso de Logroño, furent obligés de chercher leur salut dans la fuite hors de Castille346. Pour les autres, il n’y avait aucune alternative : réunis derrière Gutier Gómez de Toledo, ils furent à plusieurs reprises utilisés contre l’Aragon, surtout dans la région murcienne347. Dans la chaîne de dépendance a l’intérieur de laquelle ils s’inscrivaient, le lien de naturalité qui les unissait au roi l’emportait surtout autre. Rares sont les exemples qui le montrent mieux que celui de l’Hospitalier aragonais Artal de Luna, mort dans les geôles de Séville après avoir été fait prisonnier par Pierre Ier en 1361 à la bataille de Miedes, alors qu’il faisait face, au service de son roi, à une armée castillane dont les effectifs comprenaient plusieurs de ses coreligionnaires348.

88Depuis les frères jusqu’aux maîtres des ordres militaires se mit en œuvre, à partir de la fin du XIIIe siècle, un système complexe de relations visant à les unir directement à la personne du souverain. Il est certain que le pouvoir royal bénéficia en partie d’une évolution qui se jouait en dehors de lui et conduisit chaque institution à adapter son bassin de recrutement aux réalités étatiques dans lesquelles elle s’inscrivait. Il n’en est pas moins évident que la monarchie saisit rapidement le parti qu’elle pourrait tirer d’une tendance qui lui permettait, dans les décennies centrales du XIVe siècle, de présenter à chacun des membres des milices la fidélité au monarque comme le devoir naturel par excellence, sanctionné, pour les frères les mieux placés dans la hiérarchie, par la prestation d’un hommage à la connotation désormais clairement vassalique.

***

89Ainsi, la mise sous tutelle des dignitaires des ordres militaires était semblet-il acquise au milieu du XIVe siècle. Reprenant un projet caressé par Alphonse X dès les premières années de son règne, Alphonse XI et Pierre Ier disposent à leur libre volonté des principales charges de ces institutions, dont ils font et défont les titulaires, imposant des candidats qu’ils destituent au moindre soupçon. Cette mainmise sur la désignation des supérieurs constituait à l’évidence l’instrument privilégié du contrôle monarchique qui s’exerçait sur les ordres militaires. Cependant, ce contrôle empruntait aussi d’autres voies. En effet, afin de s’assurer la loyauté des dignitaires des milices, l’autorité royale chercha, passé le premier quart du XIVe siècle, à se les attacher en les associant au service curial ou en les intégrant systématiquement à un réseau de fidélités dont elle constituait le sommet. En cela, Alphonse XI ausssi bien que Pierre Ier tirèrent parti de mécanismes développés par leurs prédécesseurs à la charnière des XIIIe et XIVe siècles pour pallier l’impossibilité où ils se trouvaient, face à une conjoncture difficile, de recourir aux méthodes autoritaires inaugurées par Alphonse X. Ils se bornèrent à doter ces moyens d’une force supplémentaire qui leur permettait, dans un contexte plus favorable, de procéder à ce que l’on peut considérer comme une véritable instrumentalisation des ordres militaires.

Notes

1 Le fait a été justement mis en relief par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Primeras tentativas de jurisdiccion territorial », et Las órdenes militares y la frontera.

2 Rares sont les analyses qui se sont faites l’écho d’un processus sur lequel les seuls travaux à jeter quelque lumière sont les études de C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », notamment pp. 259-265, et « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1281-1288, ou de Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille ».

3 L’importance du tournant esquissé au milieu du XIIIe siècle a récemment été bien mise en évidence par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 710 : « Aunque desde un primer mamento los monarcas tanto leoneses como castellanos no disimularon su permanente inclinación a utilizar las órdenes militares en beneficio de sus proyectos de defensa territorial […] el intervencionismo en sus realidades institucionales, aunque existente, fue más bien limitado y reducido a iniciativas puntuales por lo menos hasta 1250. El problema radica en determinar cuándo exactamente y por qué esas iniciativas puntuales dejaron de ser taies para convertirse en un sistemático y decidido programa de intervención que, afectando a la propia naturaleza de las órdenes, permitiera asegurar de modo permanente su estrecha vinculación a los objectivos esenciales de la monarquía. »

4 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 33. Cette idée a été reprise récemment par I. Lago Barbosa, « Mestre o administrador ? A substitução dos Treze pela Coroa na escolha dos mestres », p. 223.

5 La domination royale sur l’Église a été bien mise en lumière par A. Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos », p. 75, ou J. Tolan, » Alphonse X le Sage : roi des trois religions », p. 127. La volonté monarchique d’en désigner les cadres a été soulignée dans le cas de l’épiscopat par J. M. Nieto Soria, « Le pouvoir royal et l’épiscopat en Castille », pp. 400-402.

6 B. de Salcedo y Jarmillo, « Discurso histórico sobre la soberanía que siempre han ejercido en lo temporal los reyes de España en las cuatro órdenes militares de Santiago, Calatrava, Alcántara y Montesa ».

7 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatravay Alcántara, part I, ffos 16v°-17r°.

8 D. Lomax, «The Order of Santiago and the Kings of León».

9 Le contexte de production des chroniques modernes a été analysé par L. P. Wright, « The Military Orders in Sixteenth and Seventeenth Century Spanish Society. The Institurional Embodiment of an Historical Tradition ».

10 D. Lomax, «The Order of Santiago and the Kings of León», pp. 14, 17 et 22-23.

11 Primera historia de la orden de Santiago, p. 362: «En tal manera que por discordia dellos, el rey Fernando que a la sazon reynava los reinos de Cattilla i de Leon ovo cabsa de se entremeter en la dicha elecçion. E por el desacuerdo grande que fallo entre los dichos caballeros elettores, tovo manera con ellos, que en discordia, oviesen de elegir por maestre a un criado suyo, i portero de la su camara, llamado por nombre Martin Barragan, del qual por los libros i escripturas de la orden no se lee que fuese onbre de mucha suerte, nin de linaje conosçido, ni menos se faze memoria de sus fechos.»

12 Ainsi l’a bien relevé D. Lomax, « The Médiéval Predecessors of Rades y Andrada », p. 88.

13 Primera historia de la orden de Santiago, p. 362: «Como por nuestros pecados la paz i la concordia de los buenos no pueden luengamente estar en un ser, el diablo, que es su contrario i amigo de la discordia, aviendo enbidia de la buena i santa vida que fazian los cavalleros i fleyres del dicho abito, procuro senbrar entrellos zizaña, para los desavenir i poner en desacuerdo sobre la dicha elecçion.»

14 Le fait a été bien signalé par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1282-1283.

15 Rapportée par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatravay Alcántara, part II, f° 44r°, son élection semble, comme l’a récemment fait valoir C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 3 16, « más movida por el interés real que for el canónico cumplimiento de la normativa calatrava ».

16 Ainsi, à Zamora, le 15 août 1246, il ratifia la cession de la localité galicienne de Páramo, effectuée par l’infant au bénéfice de l’Hôpital (AHN, OM, carp. 568, doc. 18, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. II, pp. 645-646, doc. 2412).

17 BA, pp. 60-62, repris par J. Torres Fontes, Fueras y privilegios de Alfonso X el Sabio al reino de Murcia, pp. 23-25, doc. 15 : « Por muchos servicios que vos don Pedro Ibañez. maestro de Alcantara e vuestro convento me feciestes, e señaladamiente por el servicio que me feciestes en la conquista del reyno de Murcia, é porque vos fallé siempre por amigo a vos, don Pedro Ibañez e nunca vos de mi desatobiestes por ninguna cosa que acaesciesse, do e otorgo a vos don Pedro Ibañez e a vuestro convento […] el castillo de Salvaleon con su villa. »

18 AHN, OM, carp. 423, doc. 100, publ. BC, pp. 103-105.

19 AHN, Osuna, leg. I, doc 2a, publ. ibid., pp. 123-125, et M. Gonzàlez Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 323-324, doc 297.

20 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en el siglo XIIIe castellano. La consolidación de los maestrazgos », pp. 249-250, n. 29.

21 L’information rapportée parF.de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatravay Alcántara, part. II, f° 43v°, a été reprise par tous les continuateurs. Elle est même partagée par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 335, d’ordinaire particulièrement bien renseigné et toujours soucieux de contredire son modèle quand il en trouve l’occasion.

22 Le fait ressort des statuts publiés à l’initiative de J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis ; t II, p. 406 : « Cum illustris rex Castelle petierit a capitula generali ut due filie Calatravie, remotis magistrti, subderentur et adunarentur in temporalibus domnui Calatravie ».

23 L’intervalle se restreint aux quelques jours compris entre le 16 et le 20 avril 1254, comme il ressort des documents publiés par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 129-131 et 131-133, doc. 128 et 129.

24 BC, p. 109, et I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Alejandro IV, pp. 155-156, doc. 143. Des doutes sur la validité de l’élection de Pedro Yáñez ont été justement avancés par L. R. Villegas Díaz, Las estructuras de poder de la orden de Calatrava », p. 484, n. 51, ou encore par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidación de los maestrazgos », p. 250, n. 29.

25 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, f° 10v°, et F. Caro de Torres, Historia de las órdenes militares de Santiago, Calatrava y Alcántara, f° 57r°.

26 ANTT, gav. 16, m. 6, doc. 2, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 563, doc. 521.

27 Le fait a été justement souligné par J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España », pp. 805-806, et C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 454.

28 En octobre 1280, le maître reçut d’Alphonse X, qui le désignait comme « aquel que quero ben e en quefio », l’assurance que les biens usurpés à Santiago en Galice lui seraient restitués, au besoin à l’aide d’une intervention de la justice royale (AHN, OM, carp. 375, doc. 64, publ. J. L. Novo Cazón, El priorato santiaguista de Vilar de Donas, pp. 260-261, doc. 55). Suivant une copie tardive, l’auteur date le document de 1278, sans remarquer que Pedro Núñez n’était pas à l’époque à la tête de Santiago. D’où ma correction, qui s’impose dans la mesure où, après le printemps 1281, le maître, nous l’avons vu, travailla contre le roi, soutenant la révolte de l’infant Sanche.

29 La crise déclenchée par Ferdinand III en 1234 a été fort bien analysée par J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 52-53, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, et, plus récemment, par C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares castellano-leonesas y benedictinismo cisterciense », pp. 548-550. À cet égard, les éléments réunis par A. Rodríguez López, « El reino de Castilla y el imperio germánico en la primera parte del siglo XIII », n’offrent aucune information nouvelle.

30 J-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, II, p. 411 ; «Cum filiatio fratrum de Calatrava ad domum Morimundi non solum diuturna temporis prescriptione verum etiam ad petitionem capituli generalis iam apostolica gratia confirmata pleno iura pertinere noscatur, universis abbatibus et personis ordinis distrtctius inhibetur ne per alicuius littere impetrationem seu consilium vel auxilium apponendo aiiquid attentare praesumant, per quod dicte domus Morimundi turbetur possessio ; quod si ausu temerario presumpserint, sciant se sententie conspiratorum subiacere.»

31 La requête du souverain est connue à travers l’examen qu’en fit la plus haute instance de décision cistercienne : « Cum illustris rex Castelle peterit a capitula generali ut due filie Calatravie, remotis ma gistris, subderentur et adunarentur in temporalibus domui Calatravie » (ibid, t. II, p. 406).

32 Ainsi J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 44, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, refuse de se prononcer sur le nom des milices en cause dans le projet de fusion. Malgré le pluriel utilisé dans les statuts, C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidación de los maestrazgos », p. 249, n. 29, et p. 258, « Poder y representavidad en las órdenes militares hispánicas », p. 45, et E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Evolución de la orden de Calatrava durante el reinado de Alfonso X », pp. 77-78, ont uniquement évoqué Alcántara, même si le premier de ces deux auteurs semble s’être quelque peu ravisé en relevant récemment que l’idée du souverain intéressait l’ensemble des institutions d’obédience bernardine (C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 711).

33 J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. II, p. 406 : «Attendens capitulum générale quod, prout dicitur, sine preiudicio iuris alieni hoc ad presens non potuit consummari, commititur de Buxeto et de Valle Bona abbatibus ut ad loca personaliter accedentes diligenter inquirant si dicte due filie domus Calatravie et illi quorum interest in hoc voluerunt consentire.»

34 Ibid., t. II, p. 468 : « Cum de facto Calatravie clamor devenerit ad capitulum generale quod magister eiusdem loci castra ad eumdem locum pertinentia alienaverit quadammodo regi Castelle, de eisdem castris homagium faciendo. » Ce passage a été récemment analysé par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 569-570.

35 J.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. II, p. 468 : «Et abbas Morimundi, pater Calatravie, hoc audito, in continenti hanc alienationem revocaverit auctoritate paterna, et insuper excommunicaverit omnes qui huic alienationi de cetero assensum prebuerint, dictam revocationem et excommunicationem approbat et confirmat dictum capitulum générale.»

36 En janvier 1263, Urbain IV intercédait en faveur de quatre frères de Calatrava auprès d’Alphonse X afin que celui-ci leur permît de rentrer en Castille (AHN, OM, carp. 444, doc 57, publ. BC, p. 121). Il est possible que l’un d’eux ait été le grand commandeur de l’Ordre, conformément à l’hypothèse proposée par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidación de los maestrazgos », p. 261, n. 58. Quatre ans plus tard, Clément IV fut contraint d’intervenir à nouveau auprès du monarque pour lui demander de relâcher les membres de l’institution encore incarcérés (AHN, OM, carp. 444, doc. 62).

37 L’élévation de Juan González, nommé coadjuteur en 1265, puis maître en 1267, à la mort de Pedro Yáñez, a été étudiée en détail par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidación de los maestrazgos », pp. 262-263.

38 Le fait ressort des analyses récentes de C.de Ayala Martínez, « La Corona y la incorporacion de los maestrazgos », p. 261, et « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1286-1287.

39 J. M. Nieto Soria, Iglesia y poder real en Castilla. El episcopado, pp. 199-200.

40 ACL, doc. 1160 : «Otrosi me mostraron que quando acaesçien electiones de prelados que ffazíen premia a los cabildos en las electiones, en manera que non podíen esleer libéral mientre a aquellos que deuíen segunt derecho e auíen a esleer otros contra sus voluntades e esso mismo les ffazían en el dar de las dignidades e de los otros benefiçios.»

41 A. Castro Garrido et J. M. Lizoian Garrido, Documentación del monasterio de Las Huelgas de Burgos, pp. 169-171, doc. 92.

42 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. I, f° 36r°, a ainsi rapporté que le maître de Santiago « fue electo por maestre siendo de los muy modernos caualleros de la orden, por que lo pidio a los Trezes el rey don Sancho el Brauo, que ya reynaua en Castilla y Leon […] esta election se hizo estando el rey en el conuento de Ucles. » La présence du roi à Uciés n’est pas attestée par les sources en juin 1287, moment où le maître fut élu. On considère cependant qu’il a séjourné à Sigüenza, à moins de cent kilomètres, à la fin du mois d’avril, d’après l’itinéraire élaboré par M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, pp. 142-143.

43 AHN, OM, carp. 50, doc. 13, publ. J. torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 78-80, doc. 73. Souscrit « en el real de sobre la çerca de Oterdefumos », le privilège royal confirmait et étendait une donation consentie précédemment par le monarque à un frère de pleine confiance qui, sous le magistère de Juan Osórez, n’était encore que grand commandeur de Castille.

44 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp.412-413, doc. 247 : « Fago vos saber que por muchos debdos que yo be con la orden de la caualleria de Santiago, veyendo gran destruyçion de la dicha orden, la qual ha fecho e fase de cada dia don Diago Monis, que es agora della maestre, la mayor partida de los omnes buenos de la dicha orden e yo enbiamos a nuestro senor el papa a don Per de Coyales, canonigo de Cuenca, vuestro capellano e mio, porquel cuente todo esto fecho, como paso fata aqui et en lo que agora esta. »

45 Ibid., p. 419, doc. 257 : « Agora sennor, sabed que depues que el rey don Ferrando fino que fable en ello con el comendador mayor de Castiella e con el de la tierra de Leon que son aqui conmigo. Ca ante desto non se pudiera faser por cosas que uos non puedo enbiar desir por carta. » En dépit des précautions épistolaires de Juan Manuel, il ressort sans aucune équivoque que Ferdinand IV était opposé au projet de déposition du maître de Santiago.

46 Le fait a été fort justement signalé par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 364-365.

47 BNM, ms. 8582, f° 56v° : «Ningund freyre non sea osado de rresçebir castillo de mano de rrey nin de otro ninguno sin liçençia del maestre o del comendador mayor nin vaya a mandaderia de rrey nin de rrico omne».

48 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 264, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : « El mandamos que ninguno non vaya ni embie carta al rey ni a la reyna ni a otra persona alguna que no sea de la orden contra el establecimiento de la orden a menos de licencia del maestre. E el que lo pasare que sea en pena de desobediente e que sea encarcelado e le quiten el habito. » Une injonction similaire est reprise dans les définitions de 1336 (ibid., p. 275).

49 Le fait ressort par exemple pour Alcántara et Montesa des statuts de 1306 et 1326, publiés par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 335, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, p. 285, doc. 434, et J. O’Callaghan, « Las definiciones medievales de la orden de Montesa »,p. 232, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, X.

50 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 257, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII.

51 Ainsi l’a fait valoir Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 80.

52 Le gouvernement conflictuel du maître a été étudié par J. O’CALLAGHAN, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 256-260, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, et C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración », pp. 74-83.

53 De nombreuses lettres attestent de la correspondance du maître avec le roi d’Aragon au plus fort de la guerre qui opposait ce dernier à la Castille. Conservées dans les registres de la chancellerie aragonaise, elles ont été pour beaucoup publiées par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 243, 317-318, 321 et 397, doc, 23, 123, 128 et 231, et complétées, le cas échéant, par L. Rubio García, Mayoría de edad de don Juan Manuel, p. 147, doc. 38 : « Al hondrado e amado don fray García López, maestre mayor de la orden de la caualleria de Calatrava, salut como a aquel que amamos. Recibiemos vuestra carta que agora nos embiastes e entendido diligentment lo que en ella era contenido, respondemos vos que ciertos somos que punyades en seruir nos e que amades nuestro bien e nuestra hondra. L’échange entre tes deux hommes ne s’est pas arrêté à de tels mots. Des présents ont également circulé entre eux, à l’image de cette table d’argent, offerte par le roi avec différents joyaux, mentionnée par un document publié par R. Sáinz de la Maza Lasoli, El monasterio de Sigena. Catálogo de documentos del Archivo de la Corona de Aragón, t. I, pp. 115-116, doc. 338.

54 Il se pourrait même, à en croire la moderne de F. Caro de Torres, Historia de las órdenes militares de Santiago, Calatrava y Alcántara, ffos 63v°-64r°, que le maître ait pris un moment le parti de l’infant Alfonso de la Cerda qui, fort du soutien aragonais, contestait le droit de Ferdinand IV à occuper légitimement le trône de Castille.

55 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 48v°.

56 II est à cet égard significatif qu’à l’été 1297, lors de la première tentative de conciliation entre les deux prétendants, Gutier Pérez ait choisi pour arbitre le maître de Santiago Juan Osórez, « que multa bona et magnant concordiam posset facere inter eos » (AHN, OM, libro 1344, ffos 219r°-222r°), Ce dignitaire figurait en effet parmi les fidèles les plus proches de Ferdinand IV, comme l’a signalé C. González Mínguez, Fernando IV de Castilla. La guerra civil y el predominio de la nobleza, p. 128, n. 23.

57 Le recours de Gutier Pérez à des auxiliaires musulmans ressort d’un pacte de hermandad conclu avec la ville d’Ubeda (AMU, caja 4, doc. 20). Analysé sur le plan diplomatique par Á. Riesco Terrero, « Consideraciones en torno a la tipología documental y validación notarial », pp. 567-570, l’accord a été publié par M. Nieto Cumplido, Orígenes del regionalismo andaluz, pp. 199-201, doc. 27, et J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archiva Municipal de Úbeda, t. I, pp. 121-122, doc. 75. Cette alliance militaire avec Grenade fut largement stigmatisée par Garcia López de Padilla, qui exigea, une fois vainqueur, que Ferdinand IV renouvelât certains privilèges « que seperdieron por que ge los destruyeron los moros al tienpo que Gutier Peres de Hynna metio en el Campo de Calatraua » (AHN, OM, carp. 431, doc. 227, publ. L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las drdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 340-345, doc, 3).

58 En janvier 1301, Gutier Pérez paraît avoir rallié le parti aragonais pour pallier la détérioration de sa situation. C’est du moins ce qui ressort d’une lettre que lui envoya Jacques II, publiée par Á Masía de Ros, Relación castellano-aragonesa desde Jaime II a Pedro el Ceremonioso, t. II, p. 45, doc 28 : « Ferrant Pereç de Toledo nos dixo end como vos puynavedes en servir quando mas pudiesedes al noble rey don Alfonso de Castiella e infant don Ferrando su hermano, caros cormanos nuestros, e plugo nos muyto. End vos rogamos que como la havedes bien començado perseveredes e pugnedes en fazer les serviçio que cierta vos fazemos que d’ellos e de nos end cobraredes buen galardon. E sabet que nos guisaremos en quanto podamos de avervos la encomienda de Alcaniz. »

59 En 1302, il était traité en ennemi parle pouvoir. C’est ce qu’indique le pardon accordé parle roi aux autorités d’Úbeda « por que tomaste el castillo de Canena que tenta Gutier Pérez, comendador mayor que era a esta sazón de Calatrava, que era en mm deservicio » (AMU, caja 4. doc. 15, publ. J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archivo Municipal de Ubeda, t. II, pp. 20-21, doc 2).

60 AHN, OM, carp. 461, doc 170, publ. A. Benavides, Memorias del rey don Fernando IV, t. II, pp. 241-242, doc 176.

61 AHN, OM, carp. 462, doc. 172.

62 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 10 et 12, pp. 9 et 10.

63 AHN, OM, carp. 461, doc 168.

64 AHN, OM, carp. 461, doc. 169. Le caractère exceptionnel d’un tel titre a été justement relevé par B. Casado Quintanilla, « Intitulatio y directio en la documentación de Calatrava », p. 42, dans la mesure où l’on sait qu’il se diffusa d’abord au sein de Santiago, où la plus ancienne occurrence ne paraît pas remonter au-delà de 1308 (RAH, Col. Salazar, M-6, f° 22 r°, publ. E. González Crespo, Elevación de un linaje nobiliario castellano de la Baja Edad Media : los Velasco, p. 409, doc. 5).

65 AHN, OM, carp. 462, doc 171. Le dernier jour de février, l’abbé de Béthanie, au nom de celui de Morimond, déclara nulle l’élection d’Aleman dans la mesure où l’abbé de Gumiel « personas seculares et potentes in conuentu et in capitulo visitando introduxit, id est domnum Anricum et domnum Johanem infantes et Alfonsum Petri de Gesina atque alios plurimos et diversos ». De ce fait, « de mandato abbatis Morimundi restituimus predictum domnum Garsiam Lupi in officio magistratus qui antea fuerat. »

66 Il ne laisse pas d’être significatif que l’autorité ait tardé trois mois à avaliser la restitution opérée au bénéfice de García López de Padilla. Le 15 mai 1302,1a chancellerie émettait encore un privilège solennel où Alemán figure avec la qualité de maître de Calatrava (J. García y Sáinz de Baranda, « El monasterio de monjes bernardos de Santa Maria de Rioseco. Cartulario », pp. 668-669. L’acte est daté par erreur « Era de MCC e quarenta años », une centaine supplémentaire devant être ajoutée).

67 A. Giménez Soler, Don Juan Mannuel, pp. 672-673. C’est ce qu’indique un courrier adressé par un envoyé du roi d’Aragon en Castille, Juan del Gay, à son maître, dans lequel il informe ce dernier de la venue prochaine de García López de Padilla : « Ordenaron que las vistas sean al primero dia de agosto e sobre aquesta razon va a vos el maestre de Calatrava. »

68 AHN, OM, libro 1345, f° 53r°, publ. BC, p. 160.

69 J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 278, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

70 AHN, OM, libro 1347, ffos 98r°-99v°, publ. C, de Ayala Martínez, « Un cuesrionario sobre una conspiración », pp. 87-89.

71 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », pp. 119-120, a très justement insisté sur l’effort du maître pour se rapprocher de l’infant Pedro, frère du roi défunt et gendre de Jacques II d’Aragon.

72 Les circonstances de l’élévation de Juan Núñez de Prado à la tête de Calatrava, après deux années de luttes violentes contre García López de Padilla, ont été étudiées par L. R. Villegas Díaz, « Algunos datos acerca de las luchas entre la orden de Calatrava y el concejo de Villa Real en la primera mitad del siglo XIV », pp. 184-188, et « Calatrava y Ciudad Real. Unas notas sobre las relaciones entre ta dudad y la orden », pp. 223-226. L’auteur insiste à juste titre sur le concours prêté par l’infant Felipe, tuteur du jeune Alphonse XI, à Juan Núñez de Prado.

73 Cette méconnaissance affecte les travaux consacrés sur le plan général à l’Hôpital, depuis les études de J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre, p. 256, jusqu’aux analyses de J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jérusalem and Cyprus, pp. 299-300, ou d’A. Forey, « Constitutional Conflict and Change in the Hospital of St. John », p. 21, repris dans Id., Military Orders and Crusades, X. Il est plus surprenant qu’elle touche de la même façon les travaux, pourtant centrés sur la Castille, de C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la monarquia castellano-leonesa », p. 118, et « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIVy XV », p. 739.

74 BNF, Mss. français 6049, ffos 150r°-154v°, publ. J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, p. 771, doc. 4462 : « Ne despuis cele assemblée et chapitre n’i a seu noveleté en la meison, qui mot face à conter, sauve discort d’aucuns freres au prioré de Castelle. Lequel discorde, si com les prodeshomes dou covent dient, tout sans chapitre peusiés vous avoir mis en convenable estat, se il vous eust plau. Car puisque vous estes fait venir en vestre presence le prior de Castelle et les autres freres discordans, lequel chose fu bone euvre, vos, sire, peussiés avoir faites justices et punir ceaus que vos trovestes en culpes de tant grant enfamacion, com a esté et est à la maison par eaus. »

75 BNF, Mss. français 6049, f° 153r°

76 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 170-171, doc, 123 : « Dolemus etiam quia in partibus istis per majores et meliores, tam per reges quam per alios nobiles et religiosos, dicitur quod vos estis culpa omnium predictorum quia in tam brevi tempore duos creastis priores in pnorato predicto. »

77 Il est attesté comme tel, au moins en mars et en avril, dans deux actes publiés par P. Rodríguez Campomanes, Dissertaciones históricas del orden y cavallería de los Templarios, pp. 247-248, et C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 253-254, doc. 409.

78 Il est mentionné avec cette qualité entre janvier et mai dans deux documents au moins. Le premier a été cité par E. González Díez, Colección diplomática del concejo de Burgos, pp. 249-253, doc. 156 ; quant au second, il est conservé dans les fonds de l’AGP, Inf. Gabr., Anexo, leg, 3, dans une liasse intitulée Manifesto jurídico en que la religión de San Juan defiende su señorío territorial y de solariego en su villa y bailiaje de Lora.

79 Ainsi est-il attesté en juin dans un document publié par J. L. Martín Martín, Documentación medieval de la Iglesia Catedral de Coria, pp. 74-75, doc. 37.

80 Il est mentionné en tant que tel du 24 février 1298 au 15 avril 1299 pour le moins, d’après deux actes publiés par E. González Díez, Colección diplomática del concejo de Burgos, pp. 253-257, doc. 157, et A. Floriano Cumbreño, Documentación histórica del Archiva Municipal de Cáceres, p. 31, doc. 17. Ces documents ne sont nullement isolés et d’autres, le 11 avril 1299 par exemple, lui attribuent également la qualité de prieur hospitalier de Castille (BFZ, Miró, carp. 2, doc. 14).

81 J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, p. 201, a relevé que le souverain aragonais a cherché à obtenir en 1307 de Jacques de Molay la dignité de prieur de Catalogne pour son ami proche, Dalmau de Timor. Le fait ressort de la réponse négative du maître adressée à Jacques II, récemment publiée par A. Forey, « Letters of the Two Last Templar Masters », pp. 166-167, doc. 14.

82 D’après M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, pp. 114-115 et. 132-133, il servit pendant le règne de Sanche IV comme adelantado mayor de Galicia à la suite de Juan Alfonso de Albuquerque à partir de 1291. De fait, le 31 décembre 1291, il tranchait un litige entre Santiago et le monastère de San Esteban de Ribas del Sil au sujet de pêcheries situées sur le Minho (E. Duro Peña, « Catálogo de documentos reaies del Archivo de la Catedral de Orense », p. 102, doc. 343).

83 II est mentionné avec cette qualité à partir du 30 mai 1293 au moins (AHN, OM, carp. 777, doc. 39, publ. C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », pp. 626-630, doc. 59).

84 Faute de disposer de l’acte d’investiture de Diego Gómez de Roa, il convient de conserver à cette explication de la crise du prieuré castillan un caractère d’hypothèse. L’acte dut exister jusqu’au XVIIIe siècle dans le fonds de Consuegra puisqu’il est signalé dans un inventaire coté AHN, OM, Índice 175, f° 21, ainsi que l’a souligné P. Guerrero Ventas, El priorato de San Juan en el Campo de La Mancha, p. 107, n. 57.

85 BNF, Mss. français 6049, f° 153r° : « Douquel chapitre furent rebelles plusors freres de Chastelle, de quoi nasqui l’escandle d’Espaigne, lequel sera en perpetuel diffamation del Hospital, car mout en est parlé vilanament par le siegle. »

86 BNF, Mss. français 6049, f° 151v° : « Se il y avait besoign d’autre conseill au governement dou prioré, vos peussés mandar en vostre leuc aucun prodome, qui eust vostre pooir, à metre assés bon conseill en tant que fussiés en point de tenir chapitre général […] et de ordener de celui prioré plus plenirement. » Il n’est pas sans intérêt de signaler, à titre comparatif, que pour l’ordre teutonique, K. Toomaspoeg, « Les premiers commandeurs de l’ordre teutonique en Sicile », p. 453, a souligné que la présence d’un lieutenant du maître était l’indice de troubles d’une gravité très importante dans la région où il était dépêché, à l’intérieur de laquelle il était, en règle générale, chargé de se substituer aux autorités ordinaires.

87 AHN, OM, carp. 427, doc. 173, et A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t II, p. 427, doc. 153.

88 II est à nouveau porté à la tête du prieuré de Castille dans les privilèges solennels de la chancellerie royale du 5 mai 1301 au 27 mai 1302, En témoignent un document publié par E. González Díez, Colección diplomática del concejo de Burgos, pp. 264-268, doc. 162, et un autre conservé sous la cote AHN, OM, libro 1347, f° 16r°.

89 Il exerça pour le moins du 14 décembre 1307 au 16 juillet 1308 (AHN, OM, carp. 50, doc. 13, et carp. 222, doc. 5). Le premier acte a été publié par J. Torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 78-80, doc 73. Il faut signaler que le lieutenant a selon toute vraisemblance été écarté brutalement et amené à abandonner l’Hôpital, puisqu’il est mentionné de 1313 à 1316 comme clavaire de Calatrava (AHN, OM, libro 1347, ffos 98v°, 130v° et 131r°). Un tel transfert expliquerait la présence dans le fonds de Calatrava de deux documents intéressant le passé hospitalier du dignitaire (AHN, OM, carp. 462, doc. 178 et 191).

90 L’historiographie traditionnelle s’en est amplement faite l’écho, selon une perspective narrative dont participe le récent ouvrage de G. Martínez Díez, La cruz y la espada. Vida cotidiana de las órdenes militares españolas, pp. 182-190.

91 Ce projet a été souligné par C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », pp. 262-263.

92 L’élection a été bien étudiée par S. de Moxó, « Relaciones entre la Coronay las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », pp. (35-136, et F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcantara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I », p. 323, La chronique fournit de nombreux éléments sur les fonctions curiales remplies par le maître, qui exerçait depuis près de six ans en tant que despensero mayor del rey : Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 168, p. 288, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 204, p. 180.

93 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 139.

94 Ainsi l’a rappelé, il y a peu, C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », p. 43, recensant brièvement les moyens mis en oeuvre par un roi qui, dans sa politique à l’égard des milices, reprit et, en même temps, radicalisa les pratiques développées par son père, comme l’a fort bien fait valoir pour le clergé séculier A. Arranz Guzmán, « Las elecciones episcopales durante el reinado de Pedro I de Castilla ».

95 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448 : « É pelearon los del rey contra las compañas del maestre de Santiago,pero non pudo cobrar el rey estonce el castillo de Segura, nin la villa, e dexó sus fronteros contra el maestre de Santiago en la comarca en derredor de Segura […] é partió el rey de sobre la villa é castillo de Segura, dó fallára al maestre don Fradrique, e vinó para Ocaña, é fizo ayuntar los caballeros é freyres de la orden de Santiago que eran con él, é mandóles que oviesen por su maestre á don Juan Garcia de Villagera, hermano de doña Maria de Padilla, é asi fué fecho, é de alli adelante se llamaba maestre de Santiago don Juan Garcia. »

96 L’acte d’investiture de ce dernier est consigné dans une copie du XIIIe siècle, conservée à l’Archivo de los Duques de Frías, aujourd’hui versé à Tolède dans l’Archivo de la Nobleza, carp. 1252, doc. 5. Il a été brièvement décrit par P. León Tello, Inventario del Archivo de los Duques de Frías, t.III, p, 3, doc. 3, alors que le fonds était encore à Madrid, sous l’ancienne cote leg. 508, doc. 3.

97 B C, p. 194 : « Et quia dictum magistratum per resignationem dicti fratris Roderici Petri vacabat ad presens, mandabat et firmiter injungebat illis fratribus, ad quos secundum consuetudines ordinis spectabat nominare et eligere tredecim electores, nominarent tredecim de se ipsis qui de futuri magistri substitutione tractarent et magistrum eligerent secundum ordinis instituta. » Un même fonctionnement est attesté pour Avis (ANTT, Ordem de Avis, doc. 1001, publ. M. C. Almeida e Cunha, « A eleição do mestre de Avis nos séculos XIII-XV », pp. 113-114, doc 3).

98 BC, pp. 195-196: «Qui ad eligendum magistrum electi fuerant, convenientes in unum, secedentes ad partem, habito inter eos de nova subrogations magistri diligenti colloquio et tractatu, ac cupientes talem eligere qui Dei et domini regis servitio aptus esset et utilitati ordinis fructuosus, in venerabilem et religiosum virum domnum fratrem Gundisalvum Martini, fratrem dicti ordinis Calatrave, direxerant omnes unammiter vota sua […] et ceteri fratres qui erant présentes elevarunt, prout moris est, dictum domnum fratrem Gundisalvum Martini, cantando hymnum Te Deum laudamus, et cantando dictum hymnum fecerunt eum sedere et posuerunt eum in sede magistri.»

99 Une impression similaire se dégage de l’élection de João Rodrigues Pimentel au sommet de l’ordre d’Avis en 1342, analysée par B. Vasconcelos e Sousa, « Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza medieval portuguesa », t. II, pp. 262-263, et par M. C. Almeida e Cunha, « A eleição do mestre do Avis nos séculos XIII-XV », p. 106.

100 ACA, Cancillería, reg. 250, f° 40r°-v°, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villanova, pp. 145-146, doc. 5 : « Nos aduxo la vuestra carta, la qual nos oyemos e entediemos complidament, a la qual vos respondemos que nos plaçe de lo que nos ficiestes saber que Dios e el rey e los homnes buenos de la vuestra orden tovieron por bien de vos dar el estado en que sodes. »

101 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 49, p. 204, et Gran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 64, p. 398.

102 Le phénomène a été illustré pour la deuxième moitié du XIVe siècle par E. Mitre Fernández, « Los maestres de las ordenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara », pp. 266-267.

103 Archivo Municipal de Toledo, cajón 8, leg. I, doc 9, publ. R. Izquierdo Benito, Privilegios reales otorgados a Toledo durante la Edad Media, pp. 178-183, doc. 87. La pétition des habitants de la ville ressort de la réponse du souverain : « Otrosy a lo que nos pidieron por merçed que guardasemos et mantoviesemos al maestre don Garçia Alvarez, et al obispo de Palençia su hermano et a Diego Gomez et a Tel Ferrandes et a Ferrando Alvarez et a Ynnego Lopez de Horosco et a Pero Gonçales de Mendoça et otrosy las donaciones et ofiçios que an, et otrosy que les guardasemos las onrras de sus parientes et de cada uno dellos, a esto respondemos que nos avemos vido et librado con ellos en la manera que cumple a nuestro serviçio et pro et onrra de los sobre dichos. Elle ne put toutefois pleinement aboutir puisqu’en échange d’importantes compensations seigneuriales (BFZ, Altamira, carp. 4, doc. II), Garcí Álvarez de Toledo se vit obligé d’abandonner la maîtrise de Santiago à Gonzalo Mexía, comme l’a récemment rappelé C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », pp. 45-46, à partir de la narration de Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XVII, chap. 8, p. 742 : « É por quanto venia con el rey don Enrique don Gonzalo Mexia que se llamaba maestre de Santiago […] fue tratado que don Garci Alvarez, de Toledo, que eso mesmo se llamaba maestre de Santiago, dexase el maestrazgo al dicho don Gonzalo Mexia, é que el rey don Enrique diese á don Garcí Alvarez por juro de heredad á Val de Corneja é Oropesa, é cinquenta mil maravedis en tierra. »

104 Archivo del Monasterio de San Clemente de Sevilla, caja A, doc 274, analysé par M. Borrero Fernández, El Archivo del Real Monasterio de San Clemente de Sevilla, p. 60, p. 291. Consistant en des vergers d’oliviers de l’Aljarafe sévillan, différents biens confisqués à Alfonso Fernández furent remis en 1366 au maître de Santiago, qui en offrit une partie à son grand chancelier Juan González, lequel, en janvier de l’année suivante, les vendit au monastère de San Clemente. A l’inverse, les biens appartenant à un maître déchu pouvaient être séquestrés par le roi, comme le furent certaines des maisons de Gonzalo Martínez de Oviedo dans sa ville natale lorsqu’il fut tombé en disgrâce (M. P. Villa Gonzalez-Río, Catálogo-inventario del Archivo Municipal de la ciudad de Oviedo, t. II, p. 541).

105 Ainsi l’a justement relevé J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castillan Civil War », p. 373.

106 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IX, chap. 8, p. 485 : « En este tiempo, antes que el rey partiese de Valladolid, mandó a los freyres de Sant Juan que oviesen por su prior á Gutier Gómez de Toledo, e así se fizo. »

107 L.V. Díaz Martín, «Los maestres de las ordenes militares en el reinado de Pedro I», p. 324.

108 En mai 1355, le souverain castillan avait demandé à Pierre IV d’Aragon d’accepter la provision de la commanderie de Montalbán, vacante à la suite du décès de Fernán Ruiz de Tahuste, en faveur de son protégé (ACA, Cart. Real. Pedro III, caja 44, doc 5447, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villanova, p. 251, doc. 132). La proposition se heurta cependant au refus du roi aragonais.

109 Présenté par Á. L. Molina Molina, « Don Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcantara y Calatrava y adelantado mayor del reino de Murcia », le parcours du maître a été repris par H. Grassotti, « El repostero en León y Castilla », pp. 69-71, ou encore par F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcántara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I », pp. 332-333.

110 La date de l’accession du maître d’Alcantara au poste suprême de Calatrava est controversée. Il semble, comme l’a démontré L. V. Díaz Martín, « La elección de Martín López de Córdoba », qu’elle ne soit pas antérieure à 1367.

111 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 189 et 192, pp. 294-296, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 249 et 272, pp. 251 et 255-256.

112 Le fait a été justement relevé par E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara », p. 267. Se livrant à un rapide calcul, l’auteur relève que la pratique concerne plus de la moitié des dignitaires du règne de Pierre Ier.

113 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. I, p. 440 : « É eso mesmo acaescio que don Johan Nuñez, maestre de Calatrava, este dicho año con gran miedo que ovo del rey fuese á una tierra que los maestres de Calatrava tienen m Aragon, que dicen la encomienda de Alcañiz, é estovo en Aragon algunos dias apartados del rey, pero despues, enviando el rey á él sus cartas é sus mandamientos asegurandole, se tornó el dicho maestre para Castilla é llego á un logar de la orden que dicen Almagro […] É otro dia llegó el rey, é el maestre salió a él, é fue luego preso, é depuesto é desapoderado del maestrazgo de Calatrava. E el rey mandó a los freyres de Calatrava que oviesen por maestre a don Diego Garcia de Padilla, é non esperó que los freyres oviesen otro consejo sobre ello, salvo que quiso que en todas lasguisas se ficiese asi. »

114 Ibid., an. V, chap. 2, pp. 440-441.

115 Ce magistère de quelques semaines a été présenté par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las ordenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 310-311, et F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcántara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I », p. 330.

116 L’épisode a été dépeint abondamment dans la chronique royale : Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 201-205, pp. 302-305, et Grán Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 267-271, pp. 291-300. Il a été synthétisé sur cette base par S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », pp. 137-139, et par F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcántara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I », pp. 325-327.

117 Nombre d’auteurs, à l’image de J. Zunzunegui Aramburu, « El infante don Fadrique, maestre de la orden de Santiago », ou de P. L. Pérez de los Cobos, « El infante don Fadrique, maestre de Santiago », se sont attachés à gloser le récit proposé par Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IX, chap. 3, pp. 481-483.

118 A. González, « La complejidad del romance de la Muerte del maestre de Santiago », p. 54.

119 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 58 v°, a relaté qu’il mourut en 1368, destitué de sa charge et prisonnier dans la forteresse d’Alcala de Guadaira, dans des conditions qui ne sont pas sans rappeler celles qu’il avait luimême infligées à son prédécesseur, Juan Núñez de Prado.

120 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 201, p. 302, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 267, p. 292 : « E las cartas enbiadas, tomo omenaje del alcayde e de otros omes que dexo en el castiello de Moron que non acogiesen al rrey en el castiello nin a otro por el, e partio luego de aquel lugar e fuesse a los castiellos de Magazela e de Bienquerençia, e tomo homenaje a los alcaydes e a las otras gentes que ay dexo segund que lo tomo a los de Moron, e dende fue a los castiellos que a en la frontera de Portugal la orden de Alcantara. »

121 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448,

122 ADA, El Carpio, caja 80, doc. 8. Au début de 1356 encore, le roi ordonna aux cités d’Andalousie de prêter leur concours à Garcí Fernández de Villodre afin de conquérir Segura de la Sierra. L’acte a été analysé par E. Cruces Blanco, « Catálogo de documentos sobre Andalucía en el Archivo de la Casa Ducal de Alba », p. 275, doc. 136.

123 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 18, p. 468.

124 Ainsi l’a souligné, à propos de l’exécution de Gonzalo Martínez de Oviedo, P. Martínez, « La historia como vehículo político : la figura real en la Crónica de Alfonso XI », p. 223.

125 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 43, p. 200, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 55, p. 382 : « Et el rey mandó al clavero é a los freyles que avian fincado en Valledolit é á los abades de la orden del Cistel que eran y venidos sobre esto que feciesen otro maestre. »

126 Le fait a été mis en valeur par J. O’Callaghan, « The Affiliation ofthe Order of Calatrava », p. 260, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and ils Affiliates, I.

127 AHN, OM, carp. 464, doc. 224.

128 Ainsi, le 14 décembre 1329, Garcia López de Padilla s’intitulait à nouveau maître de Calatrava dans un privilège concédé à la ville d’Alcañiz (AHN, OM, carp. 464, doc. 225).

129 J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 261-263, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

130 ASV, Reg. Av. 49, f° 97r°-v°. Le document a été analysé par J.-M. Vidal, Benoît XII. Lettres communes, t.I, p. 342, doc. 3805.

131 Demeuré sans effet, l’ordre fut réitéré deux ans plus tard, assorti de la convocation du compétiteur de Juan Núñez, Alfonso Pérez, lequel protestait depuis Alcañiz qu’il était le véritable maître de Calatrava depuis la mort de García López de Padilla (ibid., t. II, p, 110, doc. 6350).

132 Ibid., t. II, p. 209, doc. 7440.

133 AS V, Reg. Av. 33, f° 195v°, cit. ibid., t. II, p. 211, doc. 7437. À la requête du pape, l’évêque de Pampelune fut invité à lui faciliter la traversée du royaume de Navarre « ut ad Sedem Apostolicam, omni impedimento sublato, libere venire permittat, ipsi de securo conductu providendo donec transierit per regnum Navarre et ad locum pervenerit tutum, ubi non habeat manus insequentium ab Alfonso rege Castelle, qui Alphonsum Menendi laicum defacto promovit in magisterio memorati, emissorum, a quibus jam bis diro carceri mancipatus fuit. »

134 ASV, Reg. Vau 134, ffos 133r°-134r° publ. J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et patentes, t.I, pp. 766-768, doc. 2631.

135 Le fait a été justement relevé par L. Suárez Fernández, Castilla, el cisma y la crisis conciliar, p. 16, sur la foi d’une bulle du pape Clément VII, datée de 1384, publiée en annexe de son étude (ibid., pp. 163-163, doc. 14).

136 Ainsi l’a rappelé il y a peu V.Á. Álvarez Palenzuela, « Enrique, infante de Aragon, maestre de Santiago », p. 39, n. 9, qui a signalé que Jean II, au début du XVe siècle, avait utilisé l’exemple de l’infant Fadrique en guise de précédent pour appuyer auprès de la papauté une requête visant à obtenir pour la Couronne de Castille le droit perpétuel d’instituer les supérieurs des ordres militaires, dont certains rois, tel Jean Ier, avaient été gratifiés à titre uniquement personnel.

137 Ce défaut affecte autant les études sur les ordres militaires que les analyses sur l’administration du royaume, qui citent certains maîtres, à titre d’exemples, mais sans jamais proposer une recension complète de ceux qui remplirent un office curial ; tel est ainsi le cas de la contribution de R. Pérez-Bustamante, El gobierno y la administración territorial de Castilla. Il y a peu, C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 262, s’est efforcé de pallier un tel travers en consacrant un paragraphe au lien des supérieurs des ordres militaires avec la cour.

138 Une telle perspective a été esquissée par S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 130, qui remanque qu’Alphonse XI voulait, en confiant l’éducation de son héritier au supérieur de Santiago Vasco Rodríguez, «encuadrar a las dignidades de las órdenes en el círculo cortesano para mantener un mayor contacto y alejar veleidades de insumición ». La porte était ainsi ouverte à une analyse du rôle curial des milices conçue en termes politiques, à laquelle je me suis essayé dans une contribution dont les pages qui suivent veulent en quelque sorte offrir le prolongement actualisé : Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille ».

139 Le fait a été bien relevé par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Frontera, soberanía territorial y órdenes militares en la Península Ibérica », et Las órdenes militares y la frontera.

140 Le phénomène a été admirablement étudié à l’échelle de la Manche par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y la ocupacion del territorio manchego ».

141 Le maître de Santiago et le prieur de l’Hôpital figuraient ainsi au premier rang des dignitaires de la curia régis qui en février 1216 reçurent le serment du comte Álvaro Núñez de Lara, tuteur du jeune roi Henri Ier, de ne plus lever de dîmes sans la licence correspondante (ACT, Z.3.D.1.12, analysé par F.J. Hernández, Los cartularios de Toledo, p. 331, doc. 368).

142 Crónica latina de los reyes de Castilla, p. 82 : « Nec mora commendator Uclensis mittitur ad archiepiscopum Tolletanum et magistrum de Calatrava, qui erant ultra serram, ut omni mora et excusatione postponita personaliter ad regem Carrionem accederent, ubi rex erat celebraturus curiam super hoc facto. »

143 Le privilège d’Alphonse VIII est connu à travers une confirmation de Ferdinand III de 1223, éditée par A. M. Burriel, Memorias para la vtda del santo rey don Fernando III, pp. 341-342.

144 La grâce est conservée dans une confirmation d’AlphonseX donnée à l’Ordre en 1254 (AHN, OM, libro 1343, ffos 87r°-9or°).

145 « Concedo et do ego similiter quod dictus magister de Alcantara habeat de domo regia quandocumques uenerit pro suis et ordinis sui negotiis expediendis sibi et sex fratribus portionem ». L’acte d’Alphonse IX est connu à travers une confirmation de Ferdinand III de 1240, qui ne précise pas la date de la faveur initiale (BA, p. 29, repris par J. González González, Reinado y diplomas de Fernando III, t. III, pp. 205-206, doc 664).

146 Ainsi l’a fait valoir Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 76, soulignant un fait connu pourd’autres espaces de l’Occident chrétien, à l’instar de l’Angleterre, récemment étudiée par H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England in the Twelfth and Thirteenth Centuries », pp. 209-211.

147 Le fait a été justement signalé par S. García Larragueta, « La orden de San Juan en la crisis del imperio hispánico del siglo XII », pp. 499-500, qui a fait valoir que cette proximité avec le prince mena le dignitaire en 1177 jusqu’à Londres, comme l’a récemment rappelé E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Orígenes de la orden del Hospital en el reino de Toledo », p. 155.

148 C. Barquero Goñi, «Los Hospitalarios y la monarquia castellano-leonesa», p. 66.

149 J. González González, Regesta de Fernando II, p. 112.

150 Le fait ressort de chacune des chroniques de l’époque : Crónica latina de los reyes de Casttlla, p. 34, Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, lib. IX, chap. 10, p. 290, et Primera Crónica General, t. II, chap. 1034, p. 718. À la différence des deux autres, la première source fait aussi référence à la présence dans l’ambassade de García González, le maître de Santiago. D. Lomax, La orden de Santiago, p. 32, et, récemment encore, A. Rodríguez López, « El reino de Castilla y el Imperio germánico en la primera mitad del siglo XIII », p. 614, ont accepté le principe d’une participation de ce dignitaire aux côtés du prieur de l’Hôpital. Il convient toutefois de demeurer prudent, eu égard à cette contradiction entre les sources narratives qu’a bien rappelée B. Meyer, « Dynastische Verbindungen zwischen Kastilien und dem Reich zur Zeit der Staufer », p. 79, n. 44.

151 Le fait a été mis en relief dès 1897 par l’historien russe W. Piskorski, Las Cortes de Castilla en el período de tránsito de la Edad Media a la Moderna, p. 30. Il a été depuis corroboré par les travaux d’E. Procter, Curia and Cortes in Medieval León and Castile, p. 158, et de J. O’Callaghan, The Cortes of Castile-León, pp. 48-49.

152 C’est du moins ce qu’estime, contre l’avis des historiens cités en note précédente, E, Rodríguez- Picavea Matilla, « Las órdenes militares y las Cortes de Castilla », pp. 224-227. Cependant, les arguments de l’auteur me semblent davantage se référera la participation des maîtres au conseil royal qu’à leur assistance aux Cortes, qui, en l’état de la recherche, demeure avant 1250 purement hypothétique.

153 Les quatre cuadernos conservés, adressés respectivement aux villes de Ségovie, Uceda, Cuenca et Alcaraz, signalent l’assistance de tous les maîtres, hormis le supérieur d’Alcántara. Parmi ces documents, le dernier a fait l’objet de l’édition la plus satisfaisante dans le travail d’E. Procter, Curia and Cortes in Medieval León and Castile, pp. 271-273, doc. 3. Par ailleurs, une missive du grand commandeur de l’Hôpital en Espagne, datée du 11 novembre 1250, signale au commandeur de Consuegra les décisions des Cortes dont il a été témoin (C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 524-525, doc 314), manifestant clairement une présence bien observée par C. Barquero Goñi, « Fernando III y la orden militar del Hospital », p. 372.

154 J. O’Callaghan, The Cortes of Castile-Leon, p. 49, n. 17.

155 E. Procter, Curia and Cortes in Medieval León and Castile, p. 158, a rapporté que les mesures arrêtées lors des Cortes de Burgos en 1264 furent adoptées « con consejo de los maestres e de los otros omes de orden ».

156 AHN, OM, carp. 163, doc. 1.

157 Le fait a été brièvement signalé par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1283-1284, et Las órdenes militares hispanicas en la Edad Media, p. 569.

158 Ainsi l’a observé Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 77, n. 13.

159 Le fait ressort du manuscrit enluminé du Libro de los juegos de ajedrez, dados y tablas (BME, ms. T-I-6), qui, comme l’a souligné H. Nicholson, The Knights Templar, p. 100, met en scène des frères des ordres militaires en train de jouer aux échecs, relevant ainsi qu’à l’instar des Templiers « they were a common sight at the Castillan court ».

160 AMU, caja 1, doc.5, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 359-361 et 530-531, doc. 330 et 502 : «E nos sobresto ouiemos nuestro acuerdo e nuestro conçeio con los nuestros hermanos e nuestros fijos e con el arçobispo de Seudla e con los obispos e con los maestres e los otros omnes buenos de las ordenes que y eran, e con nuestros ricos omnes e nuestros fijosdalgo e con omnes buenos de nuestra casa e de nuestros conçejos que y eran con nusco, e catamos carrera que tolliéssemos esta osadía e este enfoto a las malos e que fuessen refrenados de non fezer nin cometer malos fechos e los buenos fuessen seguros e uiuiessen en paz.»

161 À partir du règne d’Alphonse X, la participation des maîtres aux Cortes fut de règle, y compris au cours des périodes de troubles, comme il ressort en 1300 des Cortes de Valladolid et, huit ans plus tard, de celles de Burgos, bien étudiées par J. O’Callaghan, « Las Cortes de Fernando IV : cuadernos inéditos de Valladolid y Burgos », pp. 2-3, repris dans Id., Alfonso X, the Cortes, and Government of Medieval Spain, XIII.

162 AHN, OM, carp. 153, doc. I: «Nos frey Gonsalvo Pedriz Perreira, gran comendador das cousas do Hespital en Espana, a todos los comendadores e a todos los freyres que son no priorado de Castela e de Leon que esta carta vieren e leer ouviren, enviamos saude en nosso Senor Ihesu Christo. Facemos vos saber que nos somos de muytos negocios de nossa ordin muy trabalado en tal maneyra que nos non podemos a todos los feytos persoalmente recudir por toda Hespana e specialmente no priorado de Castela e de Leon en que avemos muyto defazer […] Por la qual cousa nos, con nossos freyres en cabidoo, vimos por ben de establezeremos un freyre religioso e sagaz e honesto en todo o priorado de Castela e de Leon por façer mais compridamente servizo a nosso senor el rey en sas Cortes e en vodas de seu filo don Fernando e outrossi en todo los feytos que perteençen a nossa ordin.»

163 À l’époque, le fait était pourtant courant en Occident, comme l’a souligné M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und papstlichen Diensten », dans une étude dont les conclusions ont été il y a peu vérifiées pour la Sicile par K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia medievale, pp. 71-72.

164 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 425.

165 L’épisode de la résistance du commandeur de Matrera est célèbre. Il est narré sur un mode héroïque par la Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 10-12, pp. 9-10. Le récit situe l’événement à Utrera en 1262. Les corrections de temps et de lieu ont été apportées par R. Sánchez Saus, « Las órdenes militares en la provincia de Cádiz », p. 52, et, plus récemment, par M. González Jiménez, Crónica de Alfonso X, p. x.

166 Le rôle de Santiago a été souligné par J. Torres Fontes, La reconquista de Murcia en 1266 por Jaime I de Aragón, pp. 96-97, et P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête, t. II, pp. 439-440.

167 Ainsi l’a fait valoir C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p, 430,

168 ANTT, Chancelaria de Afonso III, livro 3, f° 13r°.

169 A. Huarte y Echenique, « Catálogo de documentos relacionados con la historia de España », p. 800. Sur la base du récit du marquis de Mondéjar, Memorias del rey don Alfonso, pp. 75-76, M. González Jiménez, « Itinerario de Alfonso X, rey de Castilla y León, 1252-1257 », p. 762, a daté cette mission de 1253, sans tenir compte de l’avertissement d’A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, p. 76, qui, signalant que le séjour au Portugal a pu avoir lieu seulement entre 1258 et 1265, a accepté pour probable la correction qui le place en 1263.

170 En 1276,un frère de Calatrava Juan Martín, passe ainsi pour avoir été membre d’une ambassade envoyée par Alphonse X en Italie auprès des cours pontificale et angevine. I Registri della cancilleria angioina, t.16, p. 167, doc 558 : « Re Carlò I fa lettere commendatizie ai suoi amici e fedeli per Giovanni, vescovo di Cadice, Pelagio Pietro, arcidiano della chiesa di Astorga, e Giovanni Martino, dell’ordine di Calatrava, nunzi del re di Castiglia spediti al pontifice e che ora fanno ritorno in patria ».

171 ACA, Cancillería, reg. 47, f° 93r°-v°. La mission du maître a été signalée par A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, pp. 879-880.

172 ANTT, gav. I, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 540, doc. 509.

173 ANTT, gav. 16, m. 2, doc 6, publ. ibid., p. 563, doc 521.

174 M. Danvila notamment a repris de point de vue traditionnel dans sa réponse au discours présenté par F. de Uhagón lors de son entrée à la Real Academia de la Historia en mars 1898. Le texte de l’intervention a été publié dans un opuscule intitulé Órdenes militares, pp. 131-132.

175 J. L. de la Montaña Conchiña, « Obispados y órdenes militares. Problemas jurisdiccionales en la Transierra extremena del siglo XIII », p. 45.

176 L. R. Villegas Díaz, «Algunos datos acerca de las luchas entre la orden de Calatrava y el concejo de Villa Real en la primera mitad del siglo XIV», p. 184.

177 Ainsi l’a encore signalé C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 257, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1286-1287, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 714-715.

178 Le fait a été mis en lumière par Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », pp. 78-79.

179 Le premier document où te maître de Calatrava est mentionné comme tel est l’acte de vente du château aragonais de Montoro, passé le 15 juin 1292 aux abords de Tarifa (AHN, OM, carp. 461, doc. 152). Il est antérieur d’un an au plus ancien texte mentionné par M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, p. 219.

180 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 9, pp. 85-86.

181 Le supérieur de Santiago occupa la dignité pour le moins du 24 novembre 1298 (F. Peña Pérez, Documentación del monasteno de San Juan de Burgos, p. 179, doc 115) au 15 janvier 1302 (AHN, Sellos, caja 13, doc. 6). Il fut peu après remplacé par le seigneur de Biscaye Juan Núñez de Lara, dans la mesure ou le roi lui offrait le 6 février une compensation por rrazon del mio mayordomadgo que vos de mi teniedes que yo agora di a don Johan Nunez (AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc 19), ainsi que l’a justement rapporté C. González Mínguez, Fernando IV de Castilla. La guerra civil y el predominio de la nobleza, pp. 128-129, n. 23. Peut-être la cour de Castille avait-elle pensé retirer préalablement à Juan Osórez son office. C’est en tout cas ce qui ressort d’une lettre du 31 juillet 1300, envoyée au roi Jacques II d’Aragon par son conseiller Bernalt de Sarriá, publiée par L. Rubio García Mayoría de edad de don Juan Manuel, p. 151-153, doc. 44 : « Lo mettre d’Ucles era vengut a Munteyl e anassen en la froncera e per tot ço e entes que la reyna la toyl la maiordomia e es romas a Munteyl que no va en la frontera si que la maior partida de la companya se es ja partida. » Néanmoins, quand bien même il serait avéré, un tel projet n’a pas dû être mis à exécution.

182 Ainsi Ruy Pérez Ponce exerçait-il l’office d’adelantado mayor de la frontera en janvier 1296 (AHN, OM, carp. 461, doc. 157), peu avant de mourir à la bataille d’Iznalloz (Crónica del rey don Fernando IV, chap. I, p. 101). Pour sa part, Juan Osórez fut investi de l’adelantamiento de Andalucía alors même qu’il était mayordomo mayor del rey (A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t II, pp.207-208, doc. 152), avant que ne lui fût confié, en février 1305, l’adelantamiento mayor del reino de Murcia (J.Torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 35 et 52, doc. 28 et 47).

183 Le document a été publié par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t II, pp. 271-272, doc. 193 : « Por muchos servicios que vos don Johan Ossorez, maestre de la cavalleria de la orden de Santiago, nuestro mayordomo mayor, nos ficiestes de que reynamos acá é nos faredes daqui adelante, é señaladamente en nuestra criança, é teniendo la nuestra voz muy verderamente […] é porque vos fautes meter en Valladolid conusco quando el rey de Portugal é los Aragoneses vinieron á nos á Valladolid é quando el infante don Johan é don Alfonso, fijo del infante don Fernando, tomaron la voz contra nos. »

184 Ainsi le signalait Ferdinand IV dans l’acte précédemment cité, qui décrit Juan Osórez « tomando muy gran costa é mucha laceria en nuestro servicio mas que ninguna de las otras órdenes que son en nuestro reyno ». Ce faisant, le roi passait sous silence l’hésitation du maître, qui paraît d’abord avoir suivi un parti contraire dans les premiers mois du règne, à en croire la Crónica del rey don Fernando IV, chap. 2, p. 103.

185 BNM, ms. 11285, ffos 138r°-139v° : le 4 août 1303, les autorités urbaines de Valladolid étaient sommées parle procureur du maître de Santiago d’acquitter l’amende de douze mille maravédis à laquelle elles avaient été condamnées « por razon de armas e plata e otras cosas quel dicho maestre e su gente freyles e seglares dicen que perdieron el dia quel dicho maestre decia que vos el dicho concejo fuerades contra el a los palazios de nuestro señor el rey que son a la Madalena y en Valladolid. » Le texte a été publié sur la base de l’original conservé à l’Archivo Municipal de Valladolid par F. Pino Rebolledo, Catálogo de los pergaminos de la Edad Media, pp. 108-110, doc. 22.

186 Ce point a bénéficié d’une étude tout à fait remarquable de R. Sáinz de la Maza Lasoli, « Los Santiaguistas del reino de Murcia durante la ocupación aragonesa ».

187 Un manuscrit des dépenses de la chancellerie castillane a été exceptionnellement conservé pour les dernières années du règne de Sanche IV (AHN, Códice 985). La publication ancienne de M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV, t.I, pp. iii-ccii, a été corrigée par A. López Dapena, Cuentas y gastos del rey don Sancho el Bravo.

188 A. López Dapena, Cuentasy pagos del rey don Sancho el Bravo, p. 630. Assise sur les revenus de la fonsadera des évêchés d’Osma et de Sigüenza, la somme lui fut payée « poral mayordomazgo del rey et poral corner del rey » entre le 1er août 1293 et le 31 juillet 1294.

189 BNM, ms. 622, ffos 177v°-178v°, publ. BA, p. 122, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, pp. 249-250, doc. 386 : « Damoslle que tenga de nos, cada año, en todo sus días, en las diezmas de Alcantara e de Valencia e de Salvaleon e de los otros logares de la tierra de la orden, onde las debemos haber, diez mill maravedis de la moneda de la guerra e mandamos a qualesquier que ayan de recaudar por nos las diezmas de estos lugares en renta o en fieldad, qual recudan con estos maravedis bien y fielmante en manera qual non mingue ende ninguna cosa e que a otro non sean y puestos maravedis algunos ni los aya y por carta que aya de nos, fasta que el maestre sea pagado destos maravedis sobredichos. » Il est à relever que dans la seconde transcription a été portée par erreur la somme de mille maravédis au lieu de dix mille.

190 BNM, ms. 622, ffos 177r°-179v°, publ. BA, pp. 122-123, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t.I, pp. 255-256 et 258-259, doc. 394 et 401.

191 Le fait a été rapporté par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 465.

192 Signalée par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 271-272, doc. 193, la concession faite à Santiago, date de novembre 1301. Dans les années suivantes, d’autres furent effectuées, de façon comparable, au bénéfice de l’Hôpital (AHN, OM, Índice 176, f° 19v°) ou de Calatrava (BC, pp. 160-163).

193 Ainsi l’a justement mis en valeur M. A. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real en Castilla., pp. 269-270.

194 Plusieurs pactes avaient été passés entre les ordres militaires et des seigneuries ecclésiastiques, tel l’accord conclu en 1316 entre le maître de Santiago et l’archevêque de Tolède (AHN, Clero, carp. 3026, doc. 18), ou des cités royales, comme celles dAndalousie, avec lesquelles le supérieur de Calatrava a faisait cause commune trois ans plus tard (AHN, OM, libro 1345, ffos 186r°-188r°).

195 BC, pp. 498-500, et BA. pp. 606-608.

196 L’accord amical de mai 1316, scellé entre le maître de Santiago et l’archevêque de Tolède, prévoyait explicitement de respecter les droits d’Alphonse XI : AHN, Clero, carp. 3026, doc 18 : « Prometemos por esta nuestra carta a buena ffe sin mal enganno de nos amar bien e verdera mente el uno al otro e de nos ayudar segund nos conuiene cada uno en su estado contra todos aquellos que contra nos o contra nuestros estados o nuestras onrras vinieren o quissieren venir o contra nuestra eglesia o nuestra orden o contra nuestros vassallos o nuestros parientes o nuestros amigos, saluo en todo e por todo sennorio de nuestro sennor el rrey don Alfonso el qual entendemos guardar en todo e por todo e de non venir contra el por nos nin por otro en ninguna manera. »

197 Ainsi, la stratégie du pouvoir royal visant à impliquer les maîtres des milices dans le service curial allait bien au-delà de ce que prétend J. de Salazar y Acha, La casa del rey de Castilla y León en la Edad Media, p. 184, qui se borne à signaler que « el rey se mueve, en estos casos, por su afecto al favorecido y por la lealtad de éste a su persona, más que por cualquier otra circunstancia. »

198 D. Catalán, « El buen prior Hernán Rodríguez », p. 23, n. 15.

199 Le fait ressort d’un document publié par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 463-464, doc. 320.

200 F.J. Pereda Llanera, Documentación de la Catedral de Burgos, pp. 323-326, doc 473.

201 Hecbos de don Berenguelde Landoria, arzobispo de Santiago, p. 108 : «Ibidem, assistentibus sibi episcopis Salamantino et Cauriensi predicto, recepit dicte domne regine sollempnes nuncios, semel scilicet episcopum Burgensem ac uice alia priorem Hospitalis, ut ad eam accederet emendam de illatis sibi iniuriis recepturus.»

202 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 412-413, doc 247. Le fait ressort d’une missive adressée par Juan Manuel à Jacques II en octobre 1312 : « Por muchos debdos que yo he con la orden de la caualleria de Santiago, veyendo la gran destruyçion de la dicha orden la qual ha fecho e fase de cada dia don Diago Moniz, que es agora della maestre, la mayor partida de los omnes buenos de la dicha orden et yo enbiamos a nuestro sennor el papa a don Per de Coyalet, canonigo de Cuenca, vuestro capellano e mio, porquel cuente todo este fecho como paso fata aqui et en lo que agora esta. »

203 Ibid., p. 442, doc 288. L’emprisonnement du maître eut lieu à la fin du mois de février 1314. Il est relaté par Juan Manuel à Jacques II dans une lettre datée du Ier mars : « Et porque otras vegadas non me touo algunas posturas que eran entre mi et el, detouelo agora conmigo fata que me de buen recabdo que me cumpla lo que me ha de cumplir ».

204 Deux documents soulignent sa présence sous les murs d’Escalona les Ier et 20 juin 1328 : AMU, caja 4,doc 9, publ, J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archivo Municipal de Ubeda, t. II, pp. 89-90, doc. 31, et AHN, OM, libro 1346, ffos 36r°-37r°.

205 Le fait ressort d’un privilège concédé par l’infant Felipe en décembre 1320 à la ville d’Arjona pour prix du soutien qu’elle lui avait apporté, dans la répression de la révolte cordouanc, en compagnie de différents nobles parmi lesquels est cité le maître d’Alcántara (J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archivo Municipal de Ubeda, t. II, pp. 72-73, doc. 25).

206 Archivo Municipal de Carmona,Tumbo de los Reyes Católicos, f° 72r°-v° Cet acte a été analysé par M. González Jiménez, Catálogo de la documentación del Archivo Municipal de Carmona, p. 12, doc. 14. Il s’agit d’un privilège en date de décembre 1324 aux termes duquel Alphonse XI restituait aux autorités municipales de Carmona le cortijo de Pero Mingo, occupé d’abord par Santiago, puis par les milices urbaines de Séville, lorsque se soulevèrent contre l’infant Felipe, tuteur du roi, de nombreux nobles parmi lesquels figurait le maître d’Alcántara.

207 Le fait a été récemment corroboré par C. Barquero Goñi, La orden de San Juan de Jerusalén en Navarra, p. 104.

208 De façon significative, seules ces fonctions ont été prises en compte par l’historiographie, comme le montre le travail de C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 262. Or, si elles furent souvent exercées par les maîtres, tel le Santiaguiste Vasco Rodríguez, bien étudié par J. M. Ortuño Sánchez-Pedreño, El adelantado de la Corona de Castilla., pp. 39 et 56, il s’en faut de beaucoup qu’elles constituent les seuls offices qui leur aient été confiés.

209 En attestent deux actes datés du 11 avril et du 8 mai 1335 (AHN, Clero, carp, 1219, doc. 20, cit. L. Sánchez Belda, Documentos reales de la Edad Media referentes a Galicia., p. 455, doc. 1075, et AHN, Clero, carp. 1896, doc. 8, publ. E. González Crespo, Colección documental de Alfonso XI. Diplomas reales conservados en el Archivo Histórico Nacional, sección de Clero, p. 400, doc, 230). Un tel fait, passé sous silence par F. Novoa Portela, La orden de Alcántara y Extremadura, p. 307, a été relevé par E. González Crespo, « Organización de la cancillería castellana en la primera mitad del siglo XIV », p. 464, et, plus récemment, par Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 81, n. 32.

210 L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro I de Castilla, pp. 93-94.

211 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 528.

212 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. I, f° 51r°. Connu par une source tardive, l’officier n’a pas été mentionné dans l’étude d’H. Grassotti, « El repostero mayor en León y Castilla ».

213 Pedro López de Ayala, Libro de la caça de los aves., chap. 29, p. 156 : « E non dubdes que sy buena diligençia ovieres en lo curar que guaresçera. E vi un falcon bahary sardo al rey don Pedro, que traya Rui Gonçales Dillescas, comendador de Santiago, su falconero, que le quebro el ala cayendo con una grua, e fue despues fiel della, e le vi matar muchas gruas despues, e con tan gran aventa ja como primero las matava. »

214 A. M. Burriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, p. 473.

215 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 137, p. 264, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 159, p. 93.

216 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an.X, chap, 23, p. 500 : « É tornóse para Sevilla é fizo el rey maestre de Santiago á don Garci Alvarez de Toledo, é dióle el mayordomazgo mayor de su fijo don Alfonso, que estonce le nasciera de doña Maria de Padilla ».

217 Ibid, an XIII, chap. 14, p. 524.

218 Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 81.

219 L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro Ide Castilla, p. 94.

220 Le 12 mai, il comptait au nombre des quelques signataires qui ratifièrent le mandement adressé par le roi aux autorités urbaines de Tordesillas afin qu’elles désignent deux procureurs aux Cortes. L’acte a été publié par J. Castro Toledo, Colección documental de Tordesillas, p. 64, doc. 74.

221 Ainsi, par exemple, pour la convocation adressée le 15 avril à l’abbé du monastère bénédictin de Sahagtin (AHN, Sellos, caja 17, doc. 12, cité par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 296, n. 21).

222 C’est uniquement à une date récente que C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 262, et Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 82, ont mis en évidence l’importance historique d’un phénomène que S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », pp. 135-136, avait signalé, mais sans en reconnaître la valeur.

223 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 168, p. 288, et Cran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 204, p. 180 : « Porque estonce avia en casa del rey un su ome que dician Gonzalo Martinez de Oviedo, despensero de su casa, et era ome que fasta en aquel tiempo le avia muy bien servido, el rey, por esto, teniendose por encargado de su servicio et por darle ende galardon grand et bueno, seyendo el rey en Cáceres, fizo que el abad de Marimonte et don Joan Nuñez, maestre de Calatrava, que estaba y, et los freyres de Alcántara, que eran y, que freyrasen á aquel Gonzalo Martinez et que le diesen el maestradgo de Alcántara. Et ellos ficteronlo así, et fué maestre et entregaronle todos los castiellos de la orden. » La rapidité de l’élévation du nouveau maître a été fort bien rappelée par F. Novoa Portela, « Algunas consideraciones sobre los maestres alcantarinos desde el nacimiento de la orden hasta 1350 », pp. 1073 et 1078, et par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 571.

224 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an.VII, chap. 7,pp. 473-474.

225 Ainsi l’a bien montré L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las ordenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 317 et 324.

226 Deux documents en témoignent en 1363 (AHN, Clero, carp. 394, doc Y et 6, publ. L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro I de Castilla, pp. 119-124, doc. 8, et M. F. Cerro Herranz, Documentación del monasterio de Guadalupe, p. 78, doc. 72).

227 ACL, doc. 11325, cit. J. A. Martín Fuertes, Colección documental del Archivo de la Catedral de León, p. 355, doc. 2988. Avant lui, son homologue portugais, Estêvão Vasques Pimentel, avait de la même façon conduit plusieurs ambassades en Avignon pour le roi Denis Ier au cours des pontificats de Clément V et Jean XXII, ainsi que le rappelle son épitaphe dans l’église de Leça do Bailio, récemment analysée par M. J. Barroca, Epigrafia medieval portuguesa, t. II, p. 1591, doc. 588.

228 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 273 et 303, pp. 347 et 367-368. Récemment rappelée par C. Barquero Goñi, « La orden del Hospital y la monarquía castellana durante la Baja Edad Media », pp. 146-147, la mission confiée à Alfonso Ortiz Calderón a fait l’objet d’une étude monographique de L. Serrano, « Alfonso XI y el papa Clemente VI durante el cerco de Algeciras ».

229 Ces actes ont été publiés respectivement par J. A. García Luján, Códice diplomático procesal del monasterio de Santo Domingo de Silos, pp. 122-123, doc. 25, et par A. Martín Expósito et J.M. Monsalvo Antón, Documentación medieval del Archivo Municipal de Ledesma, pp. 101-102, doc. 45. Le premier des deux documents signale ainsi qu’en 1334 « los dichos Martín Martínez et Iohan Pérez, en boz e por nombre del conçeio de Santo Domingo de Silos, por el poder de la dicha personería e por sí mismos, reçibieron por su sennor natural al infante don Pedro e fezieron pleito e omenage en mano del maestre de Santiago que lo recibió dellos por el dicho infante e para él, que después de días de nuestro sennor el rey que el dicho conçeio de Santo Domingo e estos dichos personeros que reçiban e ayan por su rey e por su sennor al dicho infante. »

230 AHN, OM, carp. 859, doc. 6. Brièvement analysé par C. Gutiérrez del Arroyo, Catálogo de la documentación navarra de la orden de San Juan de Jerusalén en el Archivo Histórico Nacional, t. I, p. 109, doc. 347, cet acte a été publié par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1337-1340, doc. I.

231 Ainsi l’a rapporté J. Miret i Sans, Las cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, pp. 389-390, sur la base d’une sentence émise par le prieur castillan à Gardeny en novembre 1319.

232 J. A. de Figueiredo, Nova história da militar ordem de Malta, t. II, pp. 372-373. Récemment, cette assemblée a été mentionnée par B. Vasconcelos e Sousa, « Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza médiéval portuguesa », p. 247, en raison de la présence aux côtés de Fernán Rodríguez de Valbuena du prieur portugais Estêvão Vasques Pimentel.

233 Les dernières références au prieur en tant que mayordomo mayor del rey datent du début du mois d’avril ; du Ier, dans un document de l’Archivo Catedral de Logroño édité par E, Sáínz Ripa, Colección diplomática de las colegiatas de Albelda y Logroño, p. 211, doc, 140, du 2, dans un acte de l’Archivo Provincial de Álava publié par E. Iñurrieta Ambrosio, Cartulario real de la provincia de Álava, p. 7, doc. 4, et même du 8, à en croire un texte de l’Archivo Municipal de Cuenca mis au jour par F. A. Chacón Gómez-Monedero, Colección diplomática del concejo de Cuenca, p. 175, doc. 57. Ainsi, on ne peut accepter la date du 13 mars, proposée il y a peu par J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografîa de Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 265, comme dernière mention connue du prieur en tant que mayordomo mayor del rey.

234 La référence la plus ancienne au prieur dans l’office remonte au 27 mai 1332 (AHN, Clero, carp, 1033, doc 13, publ. E. González Crespo, Colección documental de Alfonso XI. Diplomas reales conservados en el Archivo Histórico Nacional, sección de Clero, pp. 343-346, doc. 199).

235 Ces interventions remontent au Ier et 2 août 1332 (AHN, Sellos, caja 20, doc. y, et AHN, Clero, carp. 1069, doc. 5, publ. ibid., pp. 352-353 et 353-355, doc. 201 et 202).

236 Le dernier document évoquant Fernán Rodríguez, de Valbuena en tant que merino mayor delice date de septembre 1332, sans que l’on puisse hélas en préciser le jour en raison d’une lacune affectant l’original (AHN, Clero, carp. 1580, doc. 7, publ. ibid, p. 364, doc. 209). Le 1er octobre 1332, pour la première fois, le prieur est absent d’un privilège solennel émis par la chancellerie royale au bénéfice de San Isidoro de León, édité par S. Domínguez Sánchez, « Patrimonio documental de San Isidoro de León (siglo XIV) », t I, pp. 196-199, doc. 99. L’absence du prieur hospitalier dans les documents de la chancellerie tendit dès lors à se généraliser, comme en témoigne un texte de l’Archivo Catedralicio de Santo Domingo de la Calzada en date du 16 décembre 1332, publié par C. López de Silanes et E. Sáinz Ripa, Colección diplomática calceatense. Archivo Catedral, pp. 139-141, doc. 86.

237 La continuité du prieur dans l’office est attestée par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 97, p. 232, et parla Gran Crónica de Alfonso XI, t, I, chap. 118, p. 501. De fait, il semble l’avoir occupé pour le moins depuis le Ier octobre 1330, d’après un acte de l’Archivo Histórico Provincial de Zamora publié par J. C. de Lera Maíllo et al, Colección diplomática del imperial monasterio de Valparaíso, pp. 87-88, doc 97.

238 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1333 et 1336.

239 Elle est rapportée dans une lettre en date du 9 juin 1328, adressée parles autorités municipales de Zamora au maître de l’Ordre Hélion de Villeneuve, qu’elles imploraient de ne pas prendre en compte les accusations lancées contre le prieur (BNV, SO, vol. 20, doc, y). Décrit par J. Delaville le Roulx, Les archives, la bibliothèque et le trésor de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, p. 40, puis par A. Zammit Gabarretta et J. Mizzi, Catalogue of the Records of the Order of St. John of Jerusalem, t. I, p-87, le document est resté inutilisé, en raison peut-être de la confusion de ces auteurs qui, ignorant qu’il était daté selon le calendrier hispanique, l’ont rapporté à l’année 1366.

240 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 72, p. 218, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 93, p. 450 : « E desque el prior ovo las carias del papa e del maestre en como le otorgaua el prioradgo, enbio gentes a un lugar a do estaua Alvar Nuñez de Sarria, que se llamaua prior, e fizolo prender e a otros freyres de la dicha orden, e dellos mato e dellos encarçelo para siempre, e otros algunos fuyeron del reyno por su miedo. E quedo el prior don Fernando Rodriguez en su prioradgo por toda su vida. »

241 AHN, OM, carp. 879, doc. 9. Le document a été mentionné par S. García Larragueta, « La orden de San Juan de Jerusalén en Navarra. Siglo XIV », p. 115.

242 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 113, p. 247, et Gran Crónica de Alfonso XI, t II, chap. 134, p. 37.

243 AGP, Inf. Gab., Anexo, leg. I, doc. 20. Daté par erreur de février 1371, cet acte doit être situé en 1333 en raison de l’oubli de l’ère hispanique dans la copie d’époque moderne. Dans l’inventaire qu’il a tait du dépôt madrilène, A. Mut Calafell, Inventario del Archivo del infante don Gabriel de Borbón, p. 496, situe le document en 1321 par suite d’une erreur de lecture.

244 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 113, p. 247. Lorsque le roi arriva à Séville, le 8 juin, pour porter secours à Gibraltar, il est rapporté que « porque avia pocos dias que finára don Fernán Rodríguez, prior de Sanct Joan, fué y tenient logar de prior don Ruy Pérez de Bolaños, comendador de Lora e de Siete-filla ». Cette même information a été reprise dans la Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 134, p. 37, sans pour autant présenter une précision chronologique comparable. Ensemble, ces témoignages permettent toutefois d’invalider l’hypothèse de J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografia de Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 265, qui a proposé de situer la mort du prieur en septembre 1332 ou bien, peu après, dans les semaines suivant immédiatement son éviction de l’office de mayordomo mayor del rey.

245 Ainsi l’a montré Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1333-1334. Évoqué à mots couverts par J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografía de Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 265, un tel différend a été entièrement occulté par C. Barquero Goñi, « La orden del Hospital y la monarquia castellana durante la Baja Edad Media », p. 147.

246 Défendue par les représentants de l’historiographie traditionnelle, tel B. de Salcedo y Jaramillo, « Discurso sobre la soberanía que siempre han ejercido en lo temporal los reyes de España en las cuatro órdenes de Santiago, Calatrava, Alcántara y Montesa », p. 81, cette position est aujourd’hui encore largement partagée puisque C, de Ayala Martínez, « Participacion y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 169, a pu souligner qu’un tel serment, parce qu’il comportait une dimension personnelle, l’emportait sur la reconnaissance prêtée au roi au moment de son avènement, dont J. M. Nieto Soria, Iglesia y poder real en Castilla. El episcopado, pp. 149-150, a pourtant montré qu’elle s’imposait indistinctement à l’ensemble des éléments de la société politique.

247 Ainsi l’a notamment avancé C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares hispánicas : reglas y expansión geográfica », p. 77,

248 Ce statut a été publié par J. O’Callaghan, « Difiniciones of the Order of Calatrava enacted by Abbot William II of Morimond », p. 258, repris dans Id., The Spanish Mihtary Order of Calatrava and its Affiliates, IX : « Tenebunturque omnes milites, per se vel per suos procuratores, cum ipso domno magistro novo electo ire ad dominum regem ad faciendum omagium modo et forma consuetis, tenebuntur etiam ipsi omnes comendatores, milites et fratres et al. quicumque subiecti dicti ordinis faciendum omagium dicto domino magistro novo electo. »

249 Le fait a été justement relevé par L. R. Villegas Díaz, « Las estructuras de poder de la orden de Calatrava », p. 486.

250 Cortes de los antiguos reinos de Castilla y León, t. II, p. 490. Le fait a été bien rappelé par J. M. Nieto Soria, Ceremoniasde la realeza. Propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, p. 89.

251 Hernando del Pulgar, Crónica de los señores reyes católicos don Fernando é doña Isabel de Castilla y de Aragón, p. 355 : « El maestre de Santiago suplicó al rey é à la reyna que le entregasen los pendones é las insignias del maestradgo de Santiago porque en el acto se muestra el consentimiento que los reyes dan á los maestres para que hayan aquella dignidad en sus reynos é ansimesmo porque en aquella entrega se da á entender que le facen capitan é alférez del apóstol Santiago, patron de las Españas, para la guerra contra los moros, enemigos de nuestra santa fé. » Ce passage a été mis en relief par B. Leroy, « L’avènement royal en Castille du XIIIe au XVe siècle », pp. 491-492.

252 Hernando del Pulgar, Crónica de los señores reyes católicos don Fernando é doña Isabel de Castilla y de Aragón, p, 355 : « Por quanto la costumbre antigua de España es que los reyes de Castilla entreguen de su mano por acto solemne los pendones del maestradgo de Santiago á los que son electos por maestres ».

253 Le fait est pourtant tenu pour acquis par C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 259, et « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1283-1284, ou par L. Corral Val, Los monjes soldados de la orden de Alcántara en la Edad Media, pp. 170 et 187-188.

254 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 341 : « Luego como tomó la posesion, le fué a besar la mano y á recibr el pendon de su orden y ofrecerse de nuevo á su real servicio como lo habian hecho sus antecesores. » Développant le propos de C. de Ayala Martínez, « Participación y signifîcado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 169, n. 75, L. Corral Val, Los monjes soldados de la orden de Alcántara en la Edad Media, p. 188, n. 38, a relevé il y a peu que « Torres y Tapia es muy escrupuloso al señalar al comienzo de cada maestrazgo, siempre y sin omisión, el homenaje del maestre alcantarino al rey correspondiente ». Le fait est réel, mais il n’y a pas lieu pour autant de faire crédit à un auteur qui, écrivant dans la première moitié du XIIe siècle, avait des raisons tout autres qu’historiques pour mettre en évidence le pouvoir du roi sur les milices.

255 Sans doute l’évolution castillane s’intègre-t-elle dans un mouvement plus vaste, dans la mesure où, en Sicile, c’est également à partir du milieu du XIVe siècle que le commandeur de la Magione, qui était à Palerme le représentant suprême de l’ordre teutonique dans l’île, devint le fidèle du souverain, comme l’a récemment souligné K. Tommaspoeg, Les Teutoniques en Sicile, pp. 429-430.

256 AHN, OM, carp. 477, doc. 7, publ. C. de Ayala Martínez et al., « Algunos documentos sobre órdenes militares y fortalezas », pp. 101-102, doc 14 : « Por que los maestres de la orden de Alcantara nos suelen e deuen fazer pleito e omenage por las villas e lugares e castillos e fortalezas que la dicha orden a en los nuestros regnos e nos lo tenia fecho el dicho don Nunno Chamiço, el dicho Per Alfonso maestre fizo nos aqui pleito e omenage por las villas e lugares e castillos e fortalezas de la dicha orden […] e mandamos le que tome este pleito e omenage de cada uno de vos e de todos los que de aqui adelante ouieren a tener del algunas villas e lugares e castillos e fortalezas de la dicha orden. »

257 AHN, OM, carp. 477, doc. 7, publ. ibid., pp. 102-103, doc. 17.

258 Ainsi l’a souligné A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, p. 65, pour le maître Fernân Pérez Ponce, porté à la tête de la milice en février 1346. L’information est avalisée par l’extrait d’un inventaire de l’époque moderne faisant allusion à l’acte d’investiture du dignitaire, qui est hélas aujourd’hui perdu (AHN, OM, Índice 64, f° 58r°).

259 Le 18 avril 1345, le maître donna l’ordre de remettre la forteresse d’Almorchon au commandeur de Benquerencia Lorenzo Pérez, à condition que celui-ci prêtât hommage de fidélité au procureur qu’il lui adressait, Diego Alfonso de Hermosilla, commandeur de Morón et de Cote. Aujourd’hui perdu, l’acte est connu à travers le témoignage d’A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, p. 62.

260 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 177, p. 287, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 203, p. 178 : « E por lo que fizo el freyre de Calatrava que estaua en el castillo de Çorita, el rrey tomo omenaje de los maestres de Santiago, e de Calatrava, e de Alcantara e del prior de San Joan que lo acogiesen en los castillos de las hordenes cada que alli llegase, e que tomasen omenaje a los que los tuviesen ansi. »

261 AHN, OM, carp. 477, doc. 7. Évoquant le serment prêté à Alphonse XI par Per Alfonso Pantoja lorsqu’il fut nommé à la tête de l’ordre d’Alcántara, le document, nous l’avons vu, rapporte que l’usage remontait pour le moins à l’époque de son prédécesseur, Nuño Chamizo, qui passait pour s’être acquitté d’un hommage similaire lors de son élection.

262 Bien analysées par C. de Ayala Martínez, « Las fortalezas castellano-leonesas de las órdenes militares », p. 553, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 769, les protestations du chapitre général de Cîteaux de 1260, connues à travers les statuts publiés parJ.-M. Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis, t. II, p. 468, relèvent d’un autre ordre dans la mesure où elles visaient à réagir contre l’hommage illicite prêté par le maître de Calatrava Pedro Yáñez à Alphonse X au titre des forteresses de la milice dont il avait abandonné le contrôle au monarque.

263 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p, 271, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : « Ordenamos que el maestre non tome omenaxe a ningun freyre por castiello, ni por casa, mas que la profesion sea omenaxe. E pues que el freyre ofreciere profesion al maestre que lo acoja en todos los castiellos e lugares de la orden i en lo alto i en lo baxo segun debe. »

264 BNF, Mss. français 1080, f° 50v°.

265 Ainsi l’a relevé J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 162-163.

266 AHN, OM, carp, 88, vol. II, doc. 35 : « Et otrosy yo, el dicho Garçia Rodriguez, prometo por el pleito e el omenage que vos tengo ffecho que non venga del dicho alcaçar e villa daño a nuestro señor el rrey don Alfonso o a ssu fijo heredero que aya de reynar e que acoja en este dicho alcaçare villa de Castrotorafe a él e a su heredero e a uos, el dicho maestre, cada que y llegaredes. »

267 AMU, caja 5, doc. 3, publ.J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archivo Municipal de Úbeda, t. II, pp. 115-117, doc. 42.

268 peu après avoir remis la ville au supérieur de Calatrava en échange de Cabra, Alphonse XI obtint des habitants du lieu « quefagades pleyto e omenage […] e le seades mandados al dicho maestre e a los maestres que despues del vinieren en todas cassas assi commo façen vasallos a senor, salvo el nuestro senorio real et que nosfagades de esa villa e castiello guerra epaz e que nos acojades en ellayrado e pagado a nos e a los reyes que regnaren despues de nos » (AHN, OM, libro 1347, ffos 32r°-34v°).

269 La rupture que l’époque du gouvernement personnel d’Alphonse XI constitue de ce point de vue a été récemment mise en évidencepar C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 572, qui, bien qu’enclin a évoquer la pratique de l’hommage pour des dates très hautes, a justement relevé qu’avant cette période « estaba claro que elmodelo de control real sobre las fortalezas de órdenes militares no acababa de tomar forma ».

270 Crónica del rey dom Alfonso XI, chap. 176, p. 287, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 202, pp. 176-177.

271 Elles ont été bien analysées par H. Grassotti, « Iratus aut paccatus. Una clausula decisiva para el ejercicio de la regia potestad en León y Castitla ».

272 La plus ancienne donation d’une forteresse faisant état de clauses restrictives tient à la promesse faite par l’infant Sanche au maître de Santiago Pedro Núñez de lui donner, une fois monté sur le trône, les châteaux de Val de Ricote, Calasparra, Librilla et Alhama : AHN, OM, carp. 293, doc. I, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Sancho IV, pp. 1-2, doc. i : « E uos que me coiades yrado et pagado cada que yo quissiere a mi et a los que yo mandare en estos castellos sobredichos et que me fagades dellos guerra et paz uos et los que fueren despues de uos en esta orden et qualesquier otros que los ouiessen a mi et a los que de mi vinieren. »

273 H. Grassotti, « Iratus aut paccatus. Una cláusula decisiva para el ejercicio de la regia potestad en León y Castilla », pp. 84-85.

274 Id., « Facere guerram et pacem. Un deber del que no estaban exentas las órdenes militares », en particulier p. 79.

275 Ibid, pp. 76-77. L’ancienneté de l’obligation faite à chacun de répondre à la convocation royale au combat a été admirablement mise en évidence par C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra en el reino asturleonés », et par A. Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos ».

276 BS, p. 307 : «Para que lo labredes e ficiessedes labrar asseguramos a vos el dicho maestre que vos non tomemos nin demandemos tomar nin derribar el dicho castiello e tenemos por bien que lo ayades vos e la dicha orden para siempre e que vos nunca sea tirado por ninguna causa ni por ninguna razon.»

277 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tít. 18, ley 2.

278 Ainsi l’a bien signalé M. C. Castrillo Llamas, « Monarquía y nobleza en torno a la tenencia de fortalezas en Castilla », p. 98, sur la foi de la trentième loi du titre premier de l’ordonnance délivrée par Alphonse XI : « Nos, por les dar lugar que vivan en paz é en sosiego, […] tovimos por bien de asegurarnos todas las casas fuertes é los castiellos que han todos los perlados, é ricos omes, é ordenes, é fijosdalgo, é otros cualesquier […] e tomamos lo en nuestro segurimiento é en nuestra guarda. »

279 Certes, à partir la première moitié du XIIIe siècle on trouve de façon ponctuelle des tentatives de l’autorité royale pour interférer dans la sphère d’action des commandeurs, comme l’a relevé il y a peu C. de Ayala Martínez, « Fernando III y las órdenes militares », pp. 93-94, mais il ne semble pas que celles-ci aient concerné la nomination des dignitaires avant le milieu du siècle suivant.

280 Ainsi l’ont souligné S. de Moxó, « La sociedad politica castellana en la época de Alfonso XI », p. 235, et C. Jular Pérez-Alfaro, Los adelantados y merinos majores de León, p. 280.

281 BS, pp. 317-318.

282 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IV, chap. 27, p. 438, et F. de Caro y Torres, Historia de las órdenes militares de Santiago, Calatrava y Alcántara, f° 68r°, ont fait valoir que leur nomination devait tout au désir du monarque.

283 Leur promotion à la dignité suprême a été signalée par Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448, et an. VI, chap. 16, p. 468.

284 Ainsi l’ont observé A. L. Molina Molina, « Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcántara y Calatrava y adelantado mayor del reino de Murcia », et L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 325 et 328.

285 Le fait a été rapporté dans les mémoires écrits à la charnière des XIVe et XVe siècles par la fille de Martín López. Ils ont été publiés par R. Ayerbe-Chaux, « Las memorias de doña Leonor López de Córdoba », p. 16 : « Soy fija del dicho maestre, que fué de Calatrava, en el tiempo del señor rey don Pedro,y el dicho señor rey le hiso merced de darle la encomienda de Alcantara, que es en la ciudad de Sevilla, y luego le hizo maestre de Alcantara y a la postre de Calatrava. » Victime d’une confusion dont l’origine tient certainement à une copie fautive, L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 328, a attribué à Calatrava la commanderie sévillane dirigée par le maître à l’origine de sa carrière dans les ordres militaires.

286 Proche collaborateur de Juan Núñez de Prado, à qui le roi avait brutalement retiré sa faveur, ainsi que l’a relevé J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War », pp. 356-357, ce frère a exercé comme procureur de son ordre pendant quelque vingt ans, entre décembre 1330 (AHN, OM, carp. 464, doc. 227) et mars 1352 (AHN, OM, carp. 432, doc. 231).

287 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 9, pp. 463-464 : «El rey don Pedro desque sopo como el conde don Enrique, é el maestre don Fadrique, é los que con ellos eran, avian robado todo el rastro que venia en pos dél, volvió á la puente de Sant Martin, e salió fuera de la cibdad de Toledo por pelear con ellos […] E mató el rey estonce en Toledo á Ferrand Sanchez de Rojas é á Alfonso Gomez, comendador de Otos de la orden de Calatrava, é algunos otros de quien dirémos adelante.»

288 Ibid., an. IX, chap. 7, p. 485 : « É el rey tornose para Burgos, é estovo y unos ocho dias, é alli le traxeron las cabezas de caballeros que mandára matar estonee por el regno, los quales eran estos : la cabeza de don Lope Sanchez de Bendaña, comendador mayor de Castilla, el qual diximos que tenta á Segura quando el rey llegó alli, que estaba y el maestre de Santiago don Fadrique. »

289 Ce point a notamment été mis en relief par L. V. Díaz Martín, Itinerario de Pedro I de Castilla, p. 10, et par R. Ghassemi, « La crueldadde los vencidos », p. 20.

290 BS, pp. 333-334. L’un des exemples les plus frappants est l’assassinat de Ruy Chacón, préalablement dépossédé de sa charge de grand commandeur de Castille au profit d’une créature du roi, Juan Garda de Padilla. Il fut commis devant l’église de Consuegra, où le frère avait trouvé refuge et dont on le rira de force pour le décapiter. Les circonstances de ce meurtre sont connues grâce à une lettre du pénitentiaire du pape aux archevêques de Tolède et de Séville et aux évêques de Cordoue et de Cuenca, les priant d’absoudre le commandeur d’Uclés, Sancho Sánchez de Moscoso, « propter Roderici Chacon extractionem ab ecclesia et mortis inflictionem ».

291 Ainsi l’a fait valoir C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 264, et « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », pp. 41-42.

292 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. I, chap. 3, p. 405. Un tel lien a été très souligné par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 289-290.

293 Ce point a été mis en relief par divers chroniqueurs de l’époque moderne, parmi lesquels F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, ffos 26v°-27r°, ou encore F, Caro de Torres, Historia de las cuatro órdenes militares de Santiago, Calatrava, Alcóntara y Montera, f° 66v°.

294 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, f° 27r° : « Viendo el dicho maestre que el rey auia tomado su negocia de la manera dicha, acordo boluer a su seruicio y presentarse en su corte, poniendo su estado y vida a merced suya,y hazer todo lo que lo mandasse. »

295 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. I, chap. 10, p. 408 : « Empero el rey ordenó é mandó que los castillos de la orden de Alcántara los toviessen caballeros de la orden por él, é le ficiesen pleyto por ellos, é non los entregasen, nin acogiesen en ellos al maestre de Alcántara sin su mandamiento. » L’exception consentie pour le couvent d’Alcántara ressort du récit de F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenesy cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, f° 27r°.

296 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenesy cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part III, P 27r° : « Luego, en execucion desto, el rey mando desembargar los fructos y rentas del maestradgo y el maestre dio sus cartas y mandamientos para todos los freyles caualleros de su orden que tenian castillos o fortalezas, que luego las entregassen coda una a la persona que para ello fuesse nombrada por el señor rey, Algunos de los freyles pusieron resistencia y contradiction en esto por ser cosa nueua en su orden y contra los statutos de ella. »

297 En 1306, les statuts de l’Ordre faisaient clairement obligation au maître d’attribuer les commanderies selon les mérites de chacun de ses frères, ainsi qu’il ressort du texte publié par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 336, et par B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, p. 287, doc, 434 : « Otrosi mandamos que el maestre non de las casas a vanderia mas que tema a Dios e a su anima e les parla segun viere el meresçimiento de cada uno ».
Une telle norme ne constitue pas une exception. Elle s’inscrit bien au contraire dans la tradition réglementaire des milices d’obédience bernardine, comme en atteste son insertion dans les définitions de Calatrava en 1536 et d’Avis en 1342, publiées respectivement parj. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 277, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII, et A. Javierre Mur, « La orden de Calatrava en Portugal », p. 339.

298 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. II, chap. 2, p. 412 : « E los freyles de la orden de Santiago, que eran comendadores é tenian castillos é fortalezas de la orden, ficieron alli pleyto é omenage al rey por ellos, que non acogerian en ellos al maestre don Fadrique sin especial mandado del rey, é en todas las otras cosas el rey les mandó que sirviesen al maestre como debian servir a su maestre é a su señor. » Ce fait a été bien relevé par H. Grassotti, « Iratus aut paccatus. Una clausula decisiva para el ejercicio de la regia potestad en León y Castilla », pp. 96-97, n. 104.

299 C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 265, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 734.

300 Pedro López de Ayala, an. V, chap. 14, p. 445 : « É el maestre llegára estonce á Montiel, que es un castillo de la orden muy bueno, é Pero Ruiz de Sandoval, comendador de Montiel, non lo quisó acoger en él, diciendo que tenia fecho pleyto é omenage por el castillo al rey […] ca ansi lo ficieron todos los caballeros de la orden de Santiago por los castillos de la orden que tenian, quando el rey llegé a Llerena el segundo año que régno segund avemos contado. »

301 Ibid, an. V, chap. 14, p. 445 : « Por ende por guardar su omenage el dicho Pero Ruiz. de Sandoval dexó a quien entregase el castillo de Montiel al señor rey don Pedro, segund dicho avemos, é él por su cuerpo vinose al maestre don Fadrique, por quanto era su freyle é caballero de la su orden. »

302 Ibid., an, V, chap. 14, p. 443.

303 Ibid., an. V, chap. 20, p, 448 : « É pelearon los del rey con las compañas del maestre de Santiago en las barreras, pero non pudo cobrar el rey estonce el castillo de Segura nin la villa, é dexó sus fronteros contra el maestre de Santiago en la comarca en derredor de Segura, é tornóse para Castilla. »

304 ADA, El Carpio, caja 80, doc. 8.

305 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 20, p. 448 : « É quando el rey llegó á Segura demandó á don Lope Sanchez de Bendaña, comendador que y estaba en el castillo, que le diese aquel castillo de Segura, é le acogiese en él, segund el omenage que le tenia fecho por el dicho castillo. É el dicho don Lope Sanchez, comendador, le mostró como tenia una cadena á la garganta, la qual le ficiera poner el maestre don Fadrique, su maestre é su señor, fiandose dél, é andando con él, é le tomara el castillo, é se apoderára dél, por lo qual non era él en su poder libre para le acoger en el dicho castillo segund el omenage que le avia fecho, el qual non podia complir, É el rey fué muy sañudo veyendo que esto era infinta, é que el comendador don Lope Sanchez fuera en aquel consejo. »

306 L’appui des principaux responsables de la milice à Henri de Trastamare, dans l’entourage duquel il faut citer, outre la présence du supérieur, celle des grands commandeurs de Castille et de León, Pedro Ruiz de Sandoval et Fernando Osórez, a été souligné par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 327, et, plus précisément encore, par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », p. 47. Cependant, je ne partage pas l’avis de ce dernier auteur lorsqu’il affirme que, même après le succès de Pierre Ier à Najera en avril 1367, Santiago et ses homologues semblaient « totalmente perdidas para la causa petrista » (ibid., pp. 48-49). Ce constat néglige, pour cette première milice du moins, la réaction des frères, bien différente en certains cas de celle des grands dignitaires.

307 Á. L. Molina Molina, Documentos de Pedro I 221, doc. 171.

308 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XIX, chap. 2, p. 581.

309 Ibid., an. XX, chap. 6, p. 590 : « É los del rey don Enrique los unos siguieron á los moros, é alcanzaron é mataron dellos, é los otros se detuvieron peleando con los del rey don Pedro, fasta que él se encerró en el castillo de Montiel, que estaba alli cerca, é algunos de los suyos con él. »

310 D. Lomax, « Pedro López de Baeza », p. 160 : « E por ende quiso Dios que en coda una rreligión oviese una cabeça a que todos sus miembros obedesçen. Et pues en la orden del bienaventurado apóstol Santiago es puesto el maestre por governador e mayor de todos, menester es, puesto que sean muchos, que él e su orden al serviçio de Dios e de su rrey sean una cosa et asi el maestre avrá ayuda de su orden e la orden avrán esfuerço de su maestre. » En introduction, l’historien britannique insiste très justement sur le caractère monarchique du traité (ibid., p. 153).

311 A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », p. 40, repris dans Id., Military Orders and Crusades, II. Un fait identique a été vérifié à l’échelle catalane par J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, p. 131.

312 Le fait a été relevé par A. Forey, The Mtlitary Orders, p. 133.

313 Ainsi l’a bien mis en valeur J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extinción de la orden teutónica en España », pp. 240 et 249.

314 Des doutes sur son appartenance à l’Ordre ont été élevés par A. Rodríguez de la Peña, « La orden de Santa María de España y la orden teutónica », p. 244, et, à sa suite, par A. Forey, « Literacy and Learning in the Military Orders », p. 204, n. 112, qu’il est indispensable de prendre en compte au moment de lire l’étude consacrée à ce grand intellectuel par J. Ferreiro Alemparte, « Hermann el Aleman, traductor del siglo XIII en Toledo », pp. 27-28 et 39-41.

315 L’origine de ce frère a été formellement identifiée par N. Jaspert, « Der Deutsche Orden auf der Iberischen Halbinsel », p, 289, n. 47 : « Um wenn es sich beim preceptor Arnaldus handelte, ist nicht zu ermitteln : man kann aber mit Sicherheit davon ausgehen, daβ er kein Kastilier war. »

316 ACZ, Tumbo Negro, ffos 136v°-137r°, cité par C. M. Reglero de la Fuente, Los señoríos de los Montes de Terrozos, p. 205, n. 44.

317 Les actes de l’enquête ont été publiés par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », pp. 249-264.

318 Leur relative rareté a été relevée par A. Forey, « Towards a Profile of theTemplars in the Early Fourteenth Century », p. 203. Certains de ces transferts présentaient un caractère international, tel celui du commandeur de la maison de Ruou, dans le diocèse de Fréjus, qui déclara au moment de son interrogatoire avoir été admis au Portugal dans la baylie de Castelo Branco. Signalé par H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens., t. II, p. 352, doc 156, ce cas a été récemment étudié par D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t. II, p. 433. D’après l’auteur, ce fiére aurait même quelques années plus tôt exercé l’office de commandeur de Pouille (ibid,, p. 432, n. 120),

319 A. Forey, « The Order of Mountjoy », pp. 254-257, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, XI.

320 Ces ordres ont été évoqués dans diverses chroniques du nord de l’Europe, tels la Chronica regia Coloniensis ou le Chronicon Alberici monachi Trium Fontium, ainsi que l’a observé D. Lomax, La orden de Santiago, p. 86, et « La conquista de Andalucía a través de la historiografía europea de la época », pp. 43-44, signalant justement—encore qu’insuffisamment à mon sens — cet écho international qu’ils rencontrèrent dans la Chrétienté et sur lequel sont récemment revenus Ph. Josserand, « L’ordre de Santiago en France », p. 465, et F.J. Hernández, « La corte de Fernando III y la casa real de Franda », pp. 126-127.

321 AHN, OM, carp. 9, vol. I, doc. 16, publ. BS, p. 178. Il est probable que la milice mit surpied des campagnes similaires en direction du royaume de France qui, si elles n’ont laissé aucune trace dans les sources, ont dû toutefois s’avérer suffisamment efficaces pour drainer au sud des Pyrénées des frères, tel Martín Gascón, grand commandeur de Portugal en 1310 (ibid., p. 260), mais également des colons, ainsi que Fa relevé Ph. Josserand, « L’ordre de Santiago en France », p. 466.

322 K. Toomaspoeg, « Les premiers commandeurs de l’ordre teutonique en Sicile », p. 455.

323 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 86, n. 5, a également rapporté la mention d’un Santiaguiste d’origine germanique, Guillén el Alemán, attesté peu avant 1245 (AHN, Sellos, caja 63, doc. 2, publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, p. 6, doc. 6). Il convient toutefois de rejeter cette identification, reprise récemment par J. M. Rodríguez García, « El internacionalismo de las órdenes “hispanas” en el siglo XIII », p. 236, car Guillén était en réalité, nous l’avons vu, un confrère de Santiago qui, au moment de mourir, choisit de prendre l’habit de la milice.

324 Cette scission a été bien présentée par D, Lomax, « El rey don Diniz y la orden de Santiago », et, plus récemment, par M. R. de Sousa Cunha, « A quebra da unidade santiaguista e o mestrado de D. João Osório ».

325 Cette exigence ressort à diverses reprises des échanges épistolaires entre Jacques II et les Templiers de son royaume lors du procès (H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, pp. 71, 233 et 267, doc. 48, 125 et 134). À cet égard, l’argument employé par Ramon de Sa Guardia, commandeur de Masdeu, pour dissuader le souverain aragonais d’imiter Philippe le Bel mérite d’être relevé. Il repose en effet sur une distinction d’origine entre les Templiers aragonais et leurs coreligionnaires français : « Et si tant es que aquest anantament, que ses feyt per lo senyor rey de França contra los frares del Temple, vulats vos senyor segir, devrien regardar que nos no som daquela condicio que aquels son. Car nos tots som vostres naturals, et aquels son de diverses nacions et de diverses lenguatyes » (ibid,, t. II, p. 71).

326 Ainsi l’ont bien signalé R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villanova, p. 23, et C. Laliena Corbera, Sistema social estructura agraria y organización del poder en el Bajo Aragón en la Edad Media, p. 122.

327 Pour le Temple, la domination portugaise au milieu du XIIIe siècle a été mise en relief par C. de Ayala Martínez, « Frontera castellano-portuguesay órdenes militares », p. 67. Pour l’Hôpital, où elle est plus ténue, elle ressort en 1269 de la désignation d’un lieutenant chargé d’administrer le prieuré castillan au nom du grand commandeur d’Espagne Gonçalo Pires Pereira, lequel, originaire du Portugal, avait un intérêt plus direct pour son royaume natal (AHN, OM, carp. 153, doc. i).

328 Tirées de sources allemandes par K. Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer, pp. 94-95, ces données ont été reproduites par J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extinción de la orden teutonica en España », pp. 253-254, et E. Fernández-Prieto, « Una encomienda de la orden de los caballeros teutónicos en el ámbito castellano-leonés », p. 381, avant d’être présentées de façon plus circonstanciée par N. Jaspert, « Der Deutsche Orden.auf der Iberischen Halbinsel », p. 289. De souche lorraine pour le premier, souabe pour le second, ainsi quel’a signalé W. Paravicini, Die Preuβenreisen des europäischen Adels, t. I, p. 110, ces deux hauts dignitaires ne sont certainement pas les seuls frères d’origine germanique à avoir exercé un office dans le bailliage teutonique de Castille. L’intuition, exprimée récemment par K. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 400, est pleinement vérifiée si l’on prend en considération l’existence en 1239 d’un frère dénommé Arnold, dont nous avons vu qu’il était sans doute lui aussi originaire des terres de l’Empire.

329 ADA, Higares, caja I, doc 15. Mentionné comme responsable de la province, il céda en 1355 k domaine teutonique de Higares à l’ancien chancelier du sceau du secret, Alfonso Ruiz, pour un prix de vingt-cinq mille maravédis, en vertu d’un pouvoir qu’il avait reçu en Prusse, vingt ans plus tôt, du grand-maître de l’Ordre Luder von Braunschweig, ainsi que l’ont établi J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extincion de la orden teutónica en España », pp. 254-256, et N. Jaspert, « Der Deutsche Orden auf der Iberischen Halbinsel », p. 290, n. 54.

330 R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 73.

331 C. de Ayala Martínez, « Frontera castellano-portuguesay órdenes militares », pp. 79-80. Se fondant sur l’exemple d’Alcántara, l’auteur a fait valoir que les deux principales propriétés de l’Ordre au Portugal, Valhelhas et Penamacor, cessèrent de former des commanderies à partir des années 1270.

332 R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 99.

333 BS, pp. 268-269.

334 ASV, Reg. Van 236, ffos 230v°-231r°, publ. J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inocencio VI, pp. 63-64, doc. 64.

335 Cette préoccupation s’inscrit dans un contexte mis en valeur par M. Gervers, « Pro defensione Terre Sancte », dont M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, pp. 81-83, a justement signalé qu’il n’était nullement étranger à la péninsule Ibérique.

336 Ainsi l’a relevé A. Luttrell, « The Structure of the Aragonese Hospital », p, 321, repris dans Id., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces, XIII.

337 Ainsi, Fernán González de Mena, commandeur de Ricla en Aragon (AHN, Códice 600, ffos 25r° et 55v°), reçut la charge de la baylie d’Olmos en septembre 1351 (AHN, Códice 601, f° 58v°), à son retour de Rhodes où il avait été envoyé par Juan Fernández de Heredia pour réclamer au maître le droit de dépouille de Nuño Suárez, mort dans l’île peu auparavant (AHN, Códice 600, f° 99r°).

338 Originaire d’Aragon, où il détenait la baylie d’Ascó, García González Bugía reçut à l’été 1347 la commanderie de Población de Campos (BNV, RBC, vol. 317, f° 110r°-v°) avant d’être désigné en tant que lieutenant du maître en Castille, très peu de temps sans doute après que le prieuré eut été enlevé à Fernan Pérez de Deza, ainsi que le rapporte un document de 1357 par lequel Juan Fernández de Heredia validait différents aspects de son administration (AHN, Codice 602, f° 157v°).

339 Elle a été brièvement décrite parC. Barquero Goñi, « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », p. 541.

340 Le travail diplomatique pontifical ressort de nombreux documents publiés par J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inocencio VI, pp. 204-205,209-211 et 219, doc. 193, 200 et 208, qui tous visent à fléchir un monarque dont le projet initial était apparemment de nommer à la tête du prieuré castillan un familier, Juan Garda de Padilla, le futur maître de Santiago, si l’on en croit une tradition chronistique de la seconde moitié du XVe siècle, la Continuación de la Crónica de España del arzobispo Rodrigo Jiménez de Rada, p. 93.

341 Il est révélateur que les actes de la chancellerie royale dtent Adam Arias comme lieutenant à partir de juillet 1355, soit presque un an avant de reconnaître Juan Fernández de Heredia en tant que prieur de Castille, ainsi que le souligne un document publié par P. Fernández Martín, « El último señor de las behetrías en Campos », p. 228.

342 Juan Fernández reprocha ainsi à Adam Arias d’avoir diffamé Gómez Alfonso en vue de lui retirer l’administration de la baylie de Benavente (AHN, Codice 602, f° 149v°), d’avoir par la suite usurpé la commanderie de Puente Órbigo à son détenteur (AHN, Códice 602, f° 150v°) et, pis encore, d’être à l’origine d’un projet de chapitre général au printemps 1357, dont le prieur ne voulait à aucun prix (AHN, Cridice 602, f° 147v°).

343 AHN, Códice 602, ffos 156v°-157v°. À propos de ce frère, d’intéressants éléments ont été apportés récemment par C. Barquero Goñi, La orden de San Juan de Jerusalén en Navarra, p. 196, qui permettent de compléter les informations réunies il y a un siècle par N. Hergueta, « Rodrigo Alfonso y sus hijos Juan de Cardona, arzobispo de Arles, Alfonso de Robles, obispo de Ciudad Rodrigo, y Rodrigo Alfonso, comendador de la orden de San Juan en Navarrete, Vallejo e Irunia ».

344 C. Barquero Goñi, « Disputas porel priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », p. 542.

345 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IX, chap. 8, p. 485 : « En este tiempo, antes que el rey partiese de Valladolid, mandó á los freyres de Sant Juan que oviesen por su prior á Gutier Gomez de Toledo. »

346 BNV, RBC, vol. 316, f° 177r°. Convoqué par Urbain V en avril 1365 à une assemblée des hauts dignitaires de l’Hôpital réunie pour essayer de trouver une réponse au péril turc, il apparaît alors réintégré dans sa baylie de Portomarín, comme l’a signalé J. Delaville le Roulx, « Bulle de convocation d’une assemblée des Hospitaliers à Carpentras », pp. 76 et 78-79. Il est néanmoins permis de penser que son retour en grâce auprès du roi fut seulement partiel dans la mesure où, jusqu’en 1369, la papauté ne reconnut pas d’autre prieur castillan que Juan Fernández de Heredia, ainsi que l’a souligné A. Luttrell, « Juan Fernández, de Heredia at Avignon », p. 312, reproduit dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XIX.

347 L. V. Díaz Martín, «Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I», pp. 317 et 320.

348 Le fait est rapporté par Pedro Garcés de Cariñena, Nobiliario de Aragón, p. 89. Il a été mis en relief à partir d’une autre source par A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », p. 102, repris dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and theirMediterranean World, XV, qui prétend que Pierre Ier, après l’avoir capturé, le fit exécuter. Il ne m’a pas été possible d’identifier et donc de vérifier la source utilisée par l’historien britannique.

Table des illustrations

Légende CARTE 4. – Les lieux de profession des Templiers castillans d’après l’interrogatoire de 1310
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search