Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Troisième partie. En quête d'une soumission : le pouvoir royal castillan et les ordres militaires

Chapitre vii

Une logique seigneuriale

Le contrôle des bases matérielles des ordres militaires

Texte intégral

  • 1 De façon significative, la période a été choisie comme cadre chronologique de la première rencontre (...)
  • 2 Espéculo, libro I, tít 1, ley 13, et Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tit (...)
  • 3 S’il a le premier mis en valeur la cohérence de l’action entreprise par la monarchie à l’endroit de (...)

1Du point de vue de l’histoire politique, la période comprise entre le règne d’Alphonse X et l’avènement de la dynastie Trastamare représente un moment crucial dans l’affirmation de l’autorité royale en Castille1. Entre l’Espéculo ou les Partidas et l’ordonnance d’Alcalá qui, en 1548, donne à ces dernières force de loi, la monarchie a cherché à imposer une souveraineté par essence exclusive à l’égard de toute juridiction qui, à l’intérieur comme à l’extérieur du royaume, prétendrait s’opposer à la seigneurie naturelle que réclame le roi2. À cette fin, le contrôle des bases matérielles des ordres militaires constitue pour le pouvoir un objectif primordial dont la poursuite n’a été que récemment mise en lumière, sans que les historiens, par-delà les révoltes seigneuriales, en perçoivent encore véritablement la continuité3

I. – La limitation de l’expansion patrimoniale

2S’assurer du contrôle des ordres militaires impliquait pour le pouvoir royal, vu l’ampleur du domaine accumulé par ces institutions à la faveur de l’avancée castillane, de réguler leur expansion patrimoniale. À cette fin, les monarques tendirent, à partir du milieu du XIIIe siècle, à abandonner la prodigalité de leurs aïeux pour définir une politique qui leur permît à la fois de s’opposer au passage de nouveaux espaces entre les mains des milices et d’obtenir que leur autorité progressât sur les terres qui avaient été distraites du realengo, dont ils cherchèrent à favoriser le retour au domaine public grâce à différents procédés révélant dans leur principe la mise en place d’un programme autoritaire extrêmement résolu.

La mise en œuvre de l’interventionnisme royal

  • 4 Id., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 710.
  • 5 Id., « La orden militar de San Juan en Castilla y León. Los Hospitalarios al norte del Sistema Cent (...)
  • 6 C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 87, et « Los Hospital (...)

3Conscient de la menace que les ordres militaires constituaient pour son programme de centralisation, Alphonse X entreprit une politique visant à contrôler l’expansion patrimoniale de ces institutions, qu’il craignait de voir mettre à profit leur puissance foncière pour s’opposer à l’uniformisation des libertés des différentes parties du royaume sous sa seule autorité4. Plusieurs auteurs ont, de ce point de vue, mis l’accent sur la rupture que constituent les décennies centrales du XIIIe siècle, au cours desquelles l’accumulation de patrimoine par les ordres militaires toucha à son terme. Pour l’Hôpital, l’intensité du rythme des donations royales diminua après la décennie 1230 dans les régions situées sur la Meseta septentrionale5. Un quart de siècle plus tard, on observe le même déclin pour les espaces méridionaux de la péninsule Ibérique, où Ferdinand III fut le dernier roi à concéder à la milice des terres en quantité importante6.

  • 7 J. Brodman, «“Exceptis militibus et sanctis: Restrictions upon Ecclesiastical Ownership of Land in (...)
  • 8 J. Clemente Ramos, Estructuras señoriales castellano-leonesas. El realengo, pp. 73-77.
  • 9 Un exemple est connu pour Cevico de la Torre, où Ferdinand III accorda en 1221 à Pedro Ovárez, prie (...)
  • 10 AHN, OM, libro 1342, f° 165r°-v°, publ. J. González Gonzalez, Reinado y diplomas de Fernando III, t (...)
  • 11 AHN, OM, carp. 69, doc. 3, publ. ibid., t. III, pp. 96-98, doc. 576.

4Rien ne serait néanmoins plus inexact que d’opposer en termes absolus la politique restrictive d’Alphonse X à celle de ses aïeux dont les libéralités, destinées à récompenser les ordres militaires de leur service armé, ne doivent pas occulter le souci de préserver le domaine royal. Dès la fin du XIIe siècle, la législation municipale des régions frontalières traduit un désir de faire obstacle au transfert massif de la propriété des terres de colonisation aux mains du groupe ecclésiastique7. Jouant habilement de l’interdiction de principe faite aux institutions seigneuriales d’acheter des domaines au sein du realengo8, Ferdinand III maintint l’expansion foncière des milices sous un relatif contrôle puisqu’une licence leur était indispensable avant toute acquisition9. Une telle autorisation constituait pour le roi un outil majeur d’intervention dans le patrimoine des ordres : si, en 1234, il n’accéda pas à la requête de la ville de Huete, qui lui réclamait la saisie des terres du finage relevant de leur juridiction10, il enjoignit deux ans plus tard au maître de Santiago d’abandonner plusieurs propriétés d’Andújar afin qu’elles fussent remises aux colons installés dans la localité récemment conquise11.

  • 12 A. M. Burrriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, p. 383.
  • 13 ACZ, leg. 11, vol. II, doc. 9, cité par C. Cabezas Lefler, Fuentes documentales para el estudio de (...)
  • 14 Cette politique a été mise en évidence par A. Rodríguez López, La consolidación territorial de la m (...)
  • 15 AHN, OM, carp. 421, doc. 69, publ. J. González Gonzalez, Reinado y diplomas de Fernando III, t. III (...)

5Cependant, l’intervention de Ferdinand III dans l’expansion patrimoniale des ordres militaires ne se limita pas, loin s’en faut, au seul realengo. En 1231, l’abandon viager de la place santiaguiste de Castrotorafe à ses sœurs Sancha et Dulce, pour prix de leur renoncement au trône d’Alphonse IX, constituait en réalité une confiscation dont les quelques rentes laissées à l’Ordre en guise de compensation ne peuvent masquer la dimension arbitraire12. Si l’on en juge d’après la brutalité de la réaction du pape, qui excommunia le maître de l’institution pour s’être laissé circonvenir par le roi, il peut sembler qu’une telle solution de force ait véritablement constitué un cas exceptionnel13. Extrême sans conteste, l’attitude adoptée par Ferdinand III à propos de Castrotorafe n’en est pas moins révélatrice d’une politique monarchique autoritaire, développée notamment à la fin de son règne en vue de récupérer des forteresses précédemment aliénées aux milices14, comme Monfragüe, Bélmez, Elda et Cuzna, dont le souverain retrouva le contrôle en 1245 à la faveur d’un échange imposé au maître de Calatrava, auquel fut abandonné le château de Priego qui, étant aux mains des musulmans, restait alors à conquérir15.

  • 16 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. (...)
  • 17 BA, pp. 60-62, repris par J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, pp. 23-25, doc. 15.
  • 18 Ces privilèges de donation ont été publiés par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso (...)
  • 19 AHN, OM, carp, 71, doc. 1, publ. ibid., pp. 121-123, doc. 122.
  • 20 AHN, OM, carp. 313, doc 13, publ. C. de Ayala Martínez, « La orden de Santiago en la evolución polí (...)
  • 21 Évoquée déjà par D. Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiásticos y seculares de Sevilla, t. 1, p. 266, la (...)
  • 22 L’hypothèse émise par C. de Ayala Martínez, « Alfonso X, el Algarve y Andalucía : el destino de Ser (...)

6Ainsi, la politique restrictive mise en œuvre par Alphonse X pour contenir l’expansion patrimoniale des ordres militaires s’intégrait dans un programme dont l’origine remonte pour le moins au règne de son père. Elle ne laisse pas pourtant de présenter une originalité forte dans la mesure où, fondée sur des prétentions théoriques mieux établies, elle visait à systématiser les acquis antérieurs. Plusieurs auteurs, parmi lesquels Carlos de Ayala Martínez se détache pour l’exhaustivité de son apport, se sont attachés à signaler le recul brutal des donations royales consenties aux milices dans les années qui suivirent le milieu du XIIIe siècle16 Rares sont en effet les forteresses dont la cession peut être attribuée à Alphonse X. On peut tout au plus en dénombrer une douzaine, parmi lesquelles Salvaleon pour Alcántara17, Matrera, Sabiote et Osuna pour Calatrava18, Benamejí et Vierbén pour Santiago19 — en exceptant Antequera et Archidona, données en 1266 alors qu’elles étaient encore sous contrôle nasride20 —, et enfin Serpa et Moura pour l’Hôpital21, bien qu’il s’agisse là, selon toute vraisemblance, de la restitution de places antérieurement confisquées par le monarque22.

  • 23 Le fait a été noté par J. M. Nieto Soria, Iglesia y poder real en Castilla. El episcopado, p. 98.
  • 24 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. (...)
  • 25 Il a été étudié en détail par J. M, Nieto Soria, « Castillos eclesiisticos en la frontera surorient (...)
  • 26 BCC, ms. 125, f° 31r°, publ.J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de (...)
  • 27 BCC, ms. 125, f° 31r°-v°, publ. J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema (...)

7Comparées au volume des concessions faites aux ordres militaires par ses prédécesseurs, les libéralités d’Alphonse X apparaissent donc modestes. En cela, elles s’inscrivent dans une politique limitative observée pour d’autres groupes de pouvoir, à l’instar du clergé séculier23. Comme pour ce dernier, la majorité des donations eut lieu dans les premières années du règne. À sa différence, néanmoins, elles tendirent pour les ordres militaires à se concentrer dans l’espace frontalier directement exposé au danger musulman24. De ce fait, nous l’avons vu, elles représentaient pour les milices préposées à leur défense un poids bien plutôt qu’une source de revenus. À cet égard, l’exemple du château de Tiñosa est très révélateur25. Si Alphonse X en fit don à Calatrava en novembre 128026, après un premier essai infructueux deux ans plus tôt, ce n’était pas à titre de récompense, mais bien au contraire pour que l’Ordre prît en charge son entretien, évalué à près de quatre mille maravédis annuels, dont l’évêque de Cordoue s’était plaint que le chapitre cathédral ne pouvait plus l’assumer27.

  • 28 Ainsi l’a signalé M. Á. Ladero Quesada, « La orden de Santiago en Andalucía. Bienes, tentas y vasal (...)
  • 29 J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso X el Sabio al reino de Murcia, pp. 123-131, doc 1 (...)
  • 30 AHN, OM, libro 1343, ffos 77r°, 129r°-v° et 138r°-v°.
  • 31 En août 1256, Alphonse X accorda ainsi au maître de Calatrava l’autorisation d’acquérir sans la moi (...)
  • 32 En juin 1257, Alphonse X autorisa Pelayo Pérez Correa, maître de Santiago, à acquérir, où bon lui s (...)

8Il serait donc pour le moins abusif d’interpréter les donations royales faites aux ordres militaires comme les indices systématiques de la libéralité du souverain. De façon significative, la plupart des concessions accordées dans les espaces frontaliers se concentrent dans des régions de montagne plutôt que dans les riches vallées du Segura et du Guadalquivir, remises en priorité aux grands municipes royaux et où Alphonse X paraît s’être attaché à restreindre l’intervention des milices par opposition au modèle de repeuplement mis en place par son père dans le bassin du Guadiana28. Pour parvenir à ses fins, le roi chercha à travers la législation municipale à empêcher l’extension de la juridiction des Ordres au détriment des terres du domaine royal. À Lorca, la capacité d’acquérir des biens-fonds qui appartiendraient aux colons leur fut déniée29. Certes, à diverses reprises, les milices obtinrent l’autorisation de déroger à cette interdiction de principe30, mais de telles licences, limitées dans l’espace31 et plus encore dans leur montant32, traduisent non pas tant la permissivité du roi que les effort toujours plus importants que les institutions seigneuriales devaient déployer pour se dégager d’un cadre normatif désormais caractérisé par une rigueur sans précédent.

  • 33 AHN, OM, carp. 50, doc. 2, publ. ibid., pp. 47-50, doc. 32.
  • 34 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 378. À en croire le chroniqueur, l (...)
  • 35 Ce que montre, en 1279, 1a cession de Cazalla qui cache en fait un échange : pour prix du château, (...)

9Renforcée sous le règne d’Alphonse X, la politique restrictive de l’autorité royale à l’égard des ordres militaires ne visait pas seulement à limiter leur expansion patrimoniale. Elle cherchait également à éviter que les assises de leur puissance n’offrent une cohérence territoriale trop accusée. À cette fin, le pouvoir s’efforça de systématiser des mécanismes apparus à titre ponctuel au cours de la première moitié du XIIIe siècle. Il imposa ainsi aux différents ordres militaires des échanges autoritaires qui modifiaient la géographie de leurs domaines en fonction des intérêts de la monarchie. En 1257, Aledo et Totana furent concédées à Santiago en échange des forteresses d’Elda, de Callosa et de Catral, données à l’Ordre après la prise de Murcie33. Quatre ans plus tard, Alcántara fut pareillement obligé de remettre à Alphonse X, pour quelques terres situées dans le Sud de l’Estrémadure, les domaines qu’il lui avait abandonnés, lorsqu’il était infant, en récompense de la participation des frères à la soumission du royaume murcien34. Utilisé tout au long du règne35, un tel procédé atteste clairement l’intensification des interventions autoritaires du pouvoir royal dans le patrimoine des ordres militaires.

  • 36 I. Rodríguez de Lama, Colección diplomática medieval de la Rioja, t. IV, pp. 213-214, doc. 231. Dan (...)
  • 37 AHN, OM, carp, 94, doc. 31, publ. E. Martínez, Colección diplomática de Santo Domingo de Caleruega,(...)
  • 38 Ainsi l’ont avancé J. López Agurlta, Apología de santo Domingo por la orden de Santiago, p. 74, et (...)
  • 39 Ce coup de force est rapporté dans la concession viagère consentie en 1269 par Santiago à l’infante (...)

10Ces dernières ne comportaient pas toujours, loin de là, une contrepartie destinée à indemniser la milice du préjudice subi. Près d’une quinzaine de documents reflètent en effet l’extension des confiscations, jusqu’alors limitées à des cas tout à fait particuliers. L’usage semble s’être développé dès le début du règne d’Alphonse X. En dehors des châteaux de Moura et de Serpa, dont j’ai signalé que les auteurs s’accordent à penser qu’ils furent enlevés à l’Hôpital en 1253 pour être incorporés à la juridiction de Séville, plusieurs domaines furent arrachés aux Ordres au mépris du droit, telles les vignes de Calatrava à Alfaro, dont le souverain obtint du maître Pedro Yânez qu’il les lui abandonnât pour en faire lui-même don à García Almoravid36, L’exemple le plus remarquable intéresse la cité de Caleruega, acquise en 1258 par Pelayo Pérez Correa37, sur laquelle Santiago ne put jamais étendre son autorité dans la mesure où Caleruega fut en 1266 donnée par le roi aux religieuses dominicaines de San Esteban de Gormaz38 sans que la milice n’eût d’autre alternative que de se résigner à cette usurpation39.

  • 40 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. (...)
  • 41 L. R. Villegas Díaz, «Las ferias del Campo de Calatrava en la Edad Media», p. 306.
  • 42 Il convient de se référer sur ce point aux études de L. R. Villegas Díaz, « Una gran villa e bona. (...)
  • 43 AHN, Osuna, leg. I, doc. 2a, publ. BC, pp. 123-125, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de (...)
  • 44 Voir C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X » (...)
  • 45 AHN, Osuna, leg. 81, doc. 2, publ. BA, pp. 113-115, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de (...)
  • 46 Ainsi l’a récemment signalé C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media (...)

11Il ne fait aucun doute que de telles mesures cherchaient à affaiblir les assises matérielles des Ordres, dont la monarchie craignait la puissance. Le fait est particulièrement vrai pour Calatrava dont le patrimoine, au milieu du XIIIe siècle, avait atteint une telle cohésion qu’il était impératif pour le pouvoir royal de le morceler40. Pour ce faire, Alphonse X usa d’un double mécanisme. D’une part, il fonda au cœur de la plate-forme seigneuriale de l’institution une ville royale, l’actuelle Ciudad Real, dont le nom originel de Villa Real révèle bien l’intention qui présida à sa création41. Constituée juridiquement en 1255, l’agglomération, selon toute probabilité ne décolla pas avant les premières années de la décennie suivante42. Le roi décida alors de recourir à une mesure plus radicale encore pour affaiblir les bases matérielles de Calatrava, En décembre 1264, il remit à la milice la forteresse d’Osuna, sur la frontière nasride, en vertu d’une concession qu’il assortit de l’obligation de déplacer son siège conventuel installé dans la Manche43. Sans doute un tel transfert n’entra-t-il jamais entré en vigueur44 ; cependant, envisagée de façon similaire pour Alcántara, à qui la ville de Moron de la Frontera45 fut remise en décembre 1279, cette mesure n’en démontre pas moins clairement l’ampleur de l’intervention à laquelle Alphonse X se proposait de procéder concernant le patrimoine des ordres militaires46.

Les aléas du programme autoritaire

  • 47 A. García y García, « Tradición manuscrita de las Siete Partidas ».
  • 48 C’est ce qu’a notamment souligné C. González Mínguez, Fernando IV de Castilla. La guerra civil y el (...)
  • 49 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. (...)
  • 50 Ce point de vue a été avancé à plusieurs reprises parC. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla (...)

12II est notoire que le programme d’affirmation de la souveraineté royale mis en œuvre par Alphonse X ne prospéra guère du vivant de son initiateur : soutenu par un ample appareil juridique, il dut, de même que ce dernier, attendre près d’un siècle pour entrer pleinement en vigueur47. De ce fait, les années comprises entre la mort du roi et le gouvernement personnel d’Alphonse XI, considérées comme une simple parenthèse, ont été assimilées à une époque de profond recul de l’autorité monarchique en Castille48. Une telle idée a conduit les historiens à penser que la période n’était guère propice pour que la royauté fît valoir d’autres aspirations que celles de s’attacher l’obédience formelle des ordres militaires en s’assurant leur concours dans les opérations lancées contre les musulmans49. La récente réinterprétation des rapports de pouvoir au sein desquels s’inscrivaient les milices n’a aucunement modifié à cet égard la position traditionnelle de l’historiographie puisque le demi-siècle qui naît dans les luttes des dernières années du règne d’Alphonse X reste conçu comme une rupture dans le processus d’affirmation du contrôle monarchique sur ces institutions50.

  • 51 Souligné par M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, pp. 7 (...)
  • 52 C. de Avala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante et reinado de Alfonso X », pp. (...)
  • 53 AHN, OM, carp. 293, doc. 1 et 2, publ. J. Torres Fontes, Documentes de Sancho IV, pp. 1-2 et 44-47, (...)
  • 54 Les circonstances du siège ont été décrites par C. González Mínguez, Fernando IV de Castilla. La gu (...)
  • 55 AHN, OM, carp. 30, doc, 13, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 78-80, doc 73.

13Il est indubitable que les ordres militaires s’attachèrent alors à exercer sur l’autorité royale une pression visant à diminuer le contrôle de leur expansion patrimoniale. Confrontés à une profonde contestation, les monarques, au premier rang desquels Sanche IV, porté au pouvoir au terme d’une guerre civile au cours de laquelle les milices ne lui avaient pas ménagé leur appui51, furent contraints de renouer à leur égard avec une politique de concessions, seul moyen de garantir leur concours au milieu des troubles qui sévissaient alors dans le royaume castillan. Plusieurs donations foncières leur furent consenties, alors même que cet usage avait pratiquement disparu dans la dernière décennie du règne d’Alphonse X52. Ainsi, en 1285, Sanche IV concéda au maître de Santiago Pedro Núñez, en remerciement de ses services, Val de Ricote et plusieurs autres lieux situés dans le bassin du Segura qu’il avait fait vœu de lui remettre quatre ans plus tôt, quand il était encore infant53. En 1307, depuis Tordehumos où l’armée royale assiégeait Juan Núñez de Lara54, Ferdinand IV confirma au grand commandeur santiaguiste de Castille Diago Muñiz la cession qu’il lui avait faite de Hechar, l’augmentant, pour prix de sa collaboration militaire, de tout un ensemble de terres et de rentes situées elles aussi à proximité de Murcie55.

  • 56 A. Collantes de Terán Sánchez, « Los señoríos andaluces », p. 97.
  • 57 M, Nieto Soria, Sancho IV, p. 224.
  • 58 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. (...)
  • 59 Ainsi, peu après l’avènement de Sanche IV, le prieur d’Uclés se vit accorder le privilège d’être ex (...)
  • 60 Au début du XIVe siècle, les maîtres de Santiago et de Calatrava reçurent le droit de retenir pour (...)

14On a ainsi pu avancer, en se fondant sur la situation andalouse56, que les ordres militaires atteignirent leur plus grande extension patrimoniale dans les décennies suivant la mort d’AlphonseX57. Certes, l’affirmation est exacte mais il faut en saisir le sens précis : elle ne permet nullement de conclure à une augmentation inconsidérée des domaines des milices à la charnière des XIIIe et XIVe siècles. Si quelques donations eurent bien lieu, elles n’avaient cependant rien de comparable avec celles de l’époque d’expansion rapide de la frontière. Comme l’a très bien observé Salvador de Moxó, les concessions foncières étaient presque l’exception parmi les grâces accordées aux ordres militaires par l’autorité royale58. La plupart des faveurs intéressaient désormais des rentes assises sur les revenus de la Couronne, soit que les milices, quand elles les payaient, réussissent à en être exemptées59, soit qu’elles reçoivent l’autorisation de les retenir lorsque ce sont leurs dépendants qui les acquittaient60. Toujours susceptibles d’être révoquées, de telles grâces permettaient au pouvoir royal de se concilier les ordres militaires en satisfaisant leurs revendications sans trop porter atteinte au domaine public.

  • 61 Entre autres par J. M. Nieto Soria, Sancho IV, p. 222. En réalité, la faiblesse de l’autorité royal (...)
  • 62 AHN, OM, carp. 311, doc. 14, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Sancho IV, p. 2, doc. 2 : « Por (...)
  • 63 AHN, OM, carp. 293, doc. 1, publ. ibid., pp. 1-2, doc. I.
  • 64 AHN, Clero, carp. 920, doc. 3, publ. J. A. Fernández Flórez, Colección diplómatica del monasterio d (...)

15Les difficultés que la monarchie dut affronter à partir de la fin du règne d’Alphonse X ne brisèrent pas, loin s’en faut, sa volonté d’imposer un pouvoir fort. Par rapport à la période antérieure, les moyens dont le monarque disposait étaient sans conteste plus réduits. La politique de l’autorité royale n’en fut pas pour autant substantiellement différente ni ses résultats, quoique peu spectaculaires, aussi négligeables que l’historiographie le laisse accroire. L’attitude de Sanche IV envers les ordres militaires en offre un très bon exemple. Elle n’a rien de la libéralité inconsidérée évoquée par de nombreux auteurs61 sur la base du grand nombre de privilèges conservés dans les archives. Plusieurs documents affectant la forme d’une donation sanctionnaient en réalité un échange. Le fait est patent dès l’époque de la guerre civile, pourtant la plus propice aux cessions gratuites, où différents châteaux firent l’objet de tractations tel Librilla, remis en 1282 à des fidèles de l’infant62 un an à peine après avoir été dévolu à Santiago63. Ainsi transparaît nettement le pouvoir que Sanche IV, avant même d’être reconnu comme roi, prétendait conserver sur le patrimoine foncier d’institutions qu’il obligea, dans un cas au moins, à un échange assorti d’une donation viagère en faveur de l’un de ses vassaux64.

  • 65 Pour l’Hôpital, le fait a été bien mis en lumière par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la mo (...)
  • 66 AHN, OM, carp. 293, doc. 2, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Sancho IV, pp. 44-47, doc. 54.
  • 67 AHN, OM, carp. 293, doc. I, publ. ibid, pp. 1-2, doc. I. Récemment, M. González Jiménez, « Sancho I (...)
  • 68 AHN, OM, carp. 425, doc. 134. Par cette confirmation, fe roi reconnaissait à l’Ordre la possession (...)
  • 69 AHN, OM, libro 1344, f° 101r° : « Prometo e otorgo que, solo que Dios traiga a tiempo que yo regne, (...)

16Affermi sur le trône à la mort de son père, le jeune roi chercha dès lors à reprendre à son compte le programme autoritaire de ce dernier. Pas plus que lui, en effet, il ne semble avoir été disposé à appuyer l’expansion patrimoniale des ordres militaires. Le gros des privilèges qu’il leur délivra est constitué de confirmations des donations effectuées par ses prédécesseurs65. Sanche IV paraît même avoir voulu revenir systématiquement sur les grâces qu’il avait accordées aux milices, quand il était infant, en vue de les associer à sa révolte. Ainsi, en 1285, lorsqu’il confirma Val de Ricote au maître de Santiago66, il exclut délibérément Librilla, Calasparra et Alhama, qu’il avait pourtant promis de lui remettre quatre ans plus tôt67. De ces trois châteaux, les deux derniers échappèrent dès lors sans recours au pouvoir de l’Ordre qui, nous l’avons vu, avait déjà perdu la première forteresse en échange de Castel. De la même manière, le souverain ne souffla mot de la donation de Villa Real au moment de reconnaître à Calatrava la concession de la pleine juridiction sur les mines de mercure d’Almadén68, à laquelle, en 1281, alors qu’il était encore infant, il avait pourtant lié cette concession dans le souci d’attirer à lui l’institution69.

  • 70 AHN, OM, carp. 425, doc. 131, publ. M. I. Ostolaza, « La cancilleria del infante don Sancho durante (...)
  • 71 AHN, OM, carp. 426, doc. 137.
  • 72 AHN, OM, carp. 426, doc. 139.
  • 73 AHN, OM, carp. 426, doc. 141. En vertu de ce privilège royal, Diego Pérez de Fe recevait « todos lo (...)

17Cependant, aucun exemple n’éclaire mieux l’étroit contrôle exercé par Sanche IV sur l’expansion patrimoniale des ordres militaires que celui des domaines d’Arcos de la Frontera confisqués à Pedro Martínez de Fe. Donnés à Calatrava en 1282 après que leur détenteur eut été reconnu coupable de trahison70, ils ne firent l’objet d’aucune confirmation dans les mois qui suivirent l’avènement de l’infant. En janvier 1288, le roi en céda la propriété à deux notaires de la chancellerie palatine, Alfonso Pérez et Pedro Sánchez71, auxquels le maître de l’Ordre, l’année suivante, fut obligé de les acheter72. Même ainsi, la milice ne put conserver durablement la possession de ces terres dans la mesure où, malgré l’assurance dont il l’avait gratifiée, Sanche IV les remit en 1290 à l’héritier de Pedro Martínez de Fe, Diego Pérez, récemment rentré en grâce, révoquant toute aliénation antérieure et invitant simplement le bénéficiaire à faire droit à Calatrava en lui offrant une compensation dans la région d’Ayamonte73. Malgré son caractère exceptionnel, l’exemple illustre clairement le contrôle qu’en dépit des difficultés de la conjoncture le pouvoir royal entendait garder sur le patrimoine des ordres militaires.

  • 74 Défendue au début du XXe siècle par J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, p. 45, l’idée (...)
  • 75 Suivant l’opinion exprimée par G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militi (...)
  • 76 De manière exagérée, A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 228, lie les usurpations, dont nous avon (...)

18Il me paraît difficile, sauf à prendre en compte une telle volonté, d’expliquer les agissements de la monarchie au cours du procès déclenché contre le Temple, dont j’ai eu l’occasion de montrer qu’il répondait en Castille à une logique exogène. Il est en effet injustifié d’opposer l’attitude de Ferdinand IV à celle des autres rois de la péninsule Ibérique au motif qu’une prétendue passivité aurait empêché l’héritage de la milice défunte d’être recueilli comme en Aragon et au Portugal par une institution au caractère national affirmé74. A l’instar de Jacques II ou de Denis Ier, le souverain castillan comprit très vite le profit qu’il pourrait tirer de la détermination de Philippe le Bel à obtenir de la papauté la dissolution du Temple. Dès l’époque moderne, plusieurs chroniqueurs ont signalé le contraste brutal entre la promptitude de Ferdinand IV à s’emparer des possessions de l’Ordre et son faible empressement à en poursuivre les membres comme l’exigeaient les dispositions pontificales75. Le fait, nous l’avons vu, que la monarchie ait disposé de certains biens du Temple avant même la clôture de l’instruction souligne le bien-fondé d’une idée qui aujourd’hui encore demeure insuffisamment diffusée dans l’historiographie76.

  • 77 Ainsi l’a justement noté C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », p. 168.
  • 78 Ce fait n’a pas été suffisamment pris en compte, comme le montrent les travaux de C. Barquero Goñi,(...)
  • 79 AHN, OM, carp. 570, doc. 8.
  • 80 Il est possible, ainsi que je l’ai récemment souligné, de rendre compte de l’ensemble de son ac tiv (...)
  • 81 C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », pp. 169-172.
  • 82 Il faut donc nuancer le bilan du profit obtenu par l’Hôpital en Galice par rapport à l’image succin (...)
  • 83 Ainsi l’a bien fait valoir M. Nieto Cumplido, « El Libro de diezmos de donadíos de la catedral de C (...)

19Si la longue minorité d’Alphonse XI, ouverte en septembre 1312 six mois à peine après la dissolution de l’Ordre, empêcha sans doute la monarchie de négocier en Avignon la création d’une institution nationale qui pût en recueillir les dépouilles77, elle n’entama nullement la détermination des tuteurs du jeune roi à garder en leur pouvoir les propriétés de la milice défunte78. Du point de vue juridique, les domaines castillans du Temple furent commis à l’Hôpital en vertu d’une bulle de Jean XXII datée du 14 mars 131979. En dépit d’une action inlassable, Fernán Rodríguez de Valbuena fut très loin de pouvoir les recouvrer tous80. Il est même avéré, comme l’a bien relevé Carlos Estepa Díez81, que l’essentiel de l’héritage castillan du Temple lui échappa à l’exception de domaines agricoles d’un intérêt médiocre, telles les commanderies galiciennes, amoindries et symboliquement dépouillées de la forteresse de Faro82, et de biens épars dans la partie méridionale du royaume, comme le cortijo del Temple à Almodóvar del Río, dont le transfert est attesté au milieu du XIVe siècle83.

  • 84 AHN, OM, carp, 569, doc, 31, publ. P. Rodríguez Campomanes, Dissertaciones históricas del orden y c (...)
  • 85 Il me semble, à la différence de C. Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Cast (...)
  • 86 Pour Alcántara, on peut mentionner la cession de la forteresse d’Almorchón (AHN, OM, carp. 477, doc (...)
  • 87 Le fait a été souligné par M. C. Quintanilla Raso, « Aportación al estudio de la nobleza en la Edad (...)
  • 88 La donation d’Alphonse XI est connue à travers la restitution réalisée par Pierre Ier, au début de (...)

20L’appui apporté par le pouvoir royal à Fernán Rodríguez de Valbuena dans sa revendication des dépouilles du Temple était purement de façade. Si la monarchie accéda à la requête du prieur à l’automne 1319 en permettant que la bulle d’union des biens du Temple à l’Hôpital fut traduite en castillan, de façon que l’on pût plus efficacement l’opposer aux contrevenants84, elle ne montra pas le moindre empressement à soutenir en justice les actions entreprises au nom de la milice85. Tout au plus peut-on estimer que la peur des sanctions ecclésiastiques décidées à l’encontre des détenteurs des biens du Temple, considérés comme des usurpateurs par la papauté, conduisit les tuteurs d’Alphonse XI puis le jeune roi, une fois sa majorité proclamée en 1325, à ne pas intégrer au domaine public les possessions de l’Ordre qu’ils avaient utilisées pour rétribuer leurs fidèles. Ils s’en servirent donc, chacun à son tour, pour alimenter des donations dont profitèrent les milices hispaniques86 et, plus encore, la noblesse laïque, à l’instar d’officiers curiaux tels que Juan Alfonso de Benavides, doté des terres du Temple à Salamanque et Villalpando87, ou Diego González de Oviedo, gratifié pour sa part de celles de Mayorga88.

Le triomphe d’une politique restrictive

  • 89 Pour l’Hôpital, le fait a été récemment mis en évidence par C. Barquero Goñi, « La orden militar de (...)
  • 90 AHN, OM, carp. 249, doc I, publ E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de Alfonso XI », (...)
  • 91 AHN, OM, carp. 55, doc. 13, publ. BS, p. 306. La donation est justifiée « por que vos don Vasco Rod (...)

21Le projet autoritaire visant les ordres militaires mis en œuvre par Alphonse XI, une fois consolidé son pouvoir personnel en 1325, était donc loin de renouer avec une politique censément oubliée de longue date. S’insérant au contraire dans une continuité largement méconnue, il marquait néanmoins un approfondissement essentiel des orientations fixées durant le règne d’Alphonse X, auxquelles il s’attacha à donner une traduction concrète. Les concessions foncières en faveur des milices furent pour ainsi dire interrompues89 : à peine une demi-douzaine sont attestées au cours du gouvernement d’Alphonse XI et de son fils. Elles sont chacune liées à un contexte tout à fait particulier et rétribuaient un service militaire, contre les chrétiens aussi bien que contre les musulmans, que l’autorité royale estimait digne de récompense. Ainsi le supérieur de Santiago, Vasco Rodríguez, reçut-il Ortejicar en 1330 pour prix de sa participation à la campagne contre la place nasride de Teba90 avant d’être gratifié, six ans plus tard, de Fuentes et d’autres lieux de la Manche orientale confisqués à Juan Manuel, à qui l’Ordre avait de façon décisive contribué à les arracher91.

  • 92 AHN, OM, carp. 477, doc. 4, publ. BA, pp. 164-165, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomáti (...)
  • 93 AHN, OM, carp. 249, doc. I ; «Otrosi tengo por bien que çient pobladores que pueblen en el dicho lo (...)
  • 94 AHN, OM, carp. 92, doc 8 : «Por que nos dixiestes que quando viniestes a la ffrontera a nuestro ser (...)
  • 95 AHN, OM, libro 1347, f° 116r°-v°. Dans les premiers mois de son règne, Pierre Ier accorda ainsi à J (...)

22La totalité des donations effectuées en faveur des ordres militaires après 1325 se situe aux frontières du royaume, et cette répartition n’a rien de fortuit. Leur finalité n’était pas tant de procurer un revenu à l’institution récipiendaire que de l’associer étroitement à la défense du territoire castillan, notamment face à Grenade. Cet objectif ressort clairement de la cession de la place d’Ortejícar à Santiago et, trois ans plus tard, de celle des châteaux de Pliego et de Cañete à Alcántara92. Dans le premier cas était même prévue une immunité fiscale d’un montant considérable, permettant d’établir cent chefs de famille de manière à garantir la pérennité de la domination chrétienne93. Ce souci, nous l’avons vu, n’était nullement inhabituel chez les monarques castillans, qui à différentes reprises cherchèrent à fournir aux ordres militaires un complément de ressources qui leur permît de faire face aux coûts de leur mission, notamment en leur octroyant le droit d’enclore certaines de leurs terres andalouses pour les réserver à l’élevage, par exemple à Guadalcazar pour Santiago94 ou à Nicobar pour Calatrava95.

  • 96 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. (...)
  • 97 AHN, OM, carp. 21, doc. 4. Réalisée à l’occasion du siège d’Escalona en 1328, cette donation est co (...)
  • 98 AHN, OM, carp. 430, doc. 203.

23La stricte limitation des concessions foncières aux secteurs frontaliers n’est pas un fait isolé. Elle s’insère dans une politique restrictive de la monarchie qui tenta, à partir du règne d’Alphonse XI, de briser les habitudes de générosité dont les ordres militaires avaient tiré parti pour consolider leur pouvoir. Il est tout à fait remarquable à cet égard que l’effort des rois ait également porté sur les faveurs d’ordre juridictionnel dont leurs ancêtres s’étaient montrés particulièrement prodigues. Ainsi que l’a justement souligné Salvador de Moxó, une rupture profonde se produisit au cours du second quart du XIVe siècle96. Si, contrairement aux donations foncières, les cessions de rentes ne reculèrent pas au point de disparaître, elles n’en tendirent pas moins à se réduire en nombre et, plus encore, en qualité puisqu’elles présentaient désormais un intérêt surtout local, à l’exemple du péage de Mohernando, obtenu en 1328 par Vasco Rodríguez pour Santiago97, ou du droit de gîte acquitté par les commanderies de Maqueda, d’El Collado et de Daimiel, remis peu après au maître de Calatrava pour prix de ses services98.

  • 99 AHN, OM, carp. 430, doc. 209, et AHN, OM, Iibro 1347, ffos 19r°-20v°.

24Plus encore que celui de ses prédécesseurs, le programme mis en place par Alphonse XI dans le but d’étendre son contrôle sur le patrimoine des ordres militaires allait au-delà de la simple régulation de l’expansion territoriale de ces derniers. Il visait en effet à développer divers mécanismes permettant au pouvoir royal de s’immiscer de façon autoritaire au sein même des domaines de ces institutions. J’ai eu l’occasion de relever, à propos de l’activité guerrière des milices, qu’une petite dizaine de châteaux, appartenant pour la plupart à Calatrava et tombés aux mains des Nasrides lors des attaques de Muḥammad II, au tout début du XIVe siècle, ou des offensives d’Ismā‘il Ier et de Muḥammad IV, deux décennies plus tard, furent conservés par l’autorité souveraine une fois reconquis par les armées castillanes. C’est ce que montrent différents accords passés entre le maître Juan Núñez de Prado et les évêques de Cordoue ou de Jaén à propos des dîmes et des droits ecclésiastiques qui formaient l’ultime reliquat de la juridiction naguère détenue par Calatrava sur les places de Matrera, d’Alcaudete, de Priego ou de Carcabuey, soustraites à l’orbite seigneuriale pour être intégrées au domaine royal99.

  • 100 M. Fernández Gómez, « Alcalá de los Gazules, un enclave fronterizo del reino de Sevilla en la Baja (...)
  • 101 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 10, p. 87.
  • 102 Ainsi l’a signalé C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV (...)

25À plusieurs reprises dans des études récentes, la décision d’Alphonse XI a été interprétée comme une sanction de l’incurie militaire des Ordres. Différents auteurs, tels Marcos Fernández Gómez et Rafael Sánchez Saus, ont ainsi pu prétendre que l’aristocratie laïque aurait remplacé les milices dans la défense de la frontière100, érigeant en symbole le remplacement du maître de Calatrava Ruy Pérez Ponce par Alonso Pérez de Guzmán en 1292 à la tête de la garnison de Tarifa dans les mois qui suivirent la prise de la place101. Ce point de vue, je l’ai signalé, a été repris il y a peu par Carlos de Ayala Martínez, qui interprète la décision d’Alphonse XI de réunir les anciennes forteresses de Calatrava au patrimoine royal comme l’illustration de la faillite des ordres militaires dans la protection du système frontalier102. Malgré son apparente logique, l’idée ne mérite pas à mon sens de crédit dans la mesure où elle entre en contradiction avec la réalité de l’investissement militaire de ces institutions, dont la continuité est attestée tant par les chroniques que par la documentation d’archives jusqu’au milieu du XIVe siècle à tout le moins. Il faut donc trouver à la rétention par l’autorité royale de plusieurs châteaux frontaliers une autre raison qu’une prétendue incurie des milices, dont on serait d’ailleurs bien en peine d’expliquer pourquoi elle aurait uniquement affecté Calatrava.

  • 103 Le fait a été très justement souligné par M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempos de Al (...)
  • 104 M. Nieto Cumplido, «Las cartas de fuero y repoblacion de Cabray Lucena».
  • 105 La montée en puissance des milices dans la région après la révolte musulmane de 1264 a été bien pré (...)

26L’enjeu était selon moi d’ordre fondamentalement juridictionnel. Il n’est pas besoin d’insister sur la volonté d’Alphonse XI d’impulser dans l’espace subbétique un projet d’occupation du sol où les villes royales et les seigneuries de l’aristocratie laïque puissent équilibrer la position dominante acquise par les ordres militaires durant le dernier tiers du XIIIIe siècle103. De ce remodelage, les milices ne furent pas les seules institutions à sortir quelque peu ébranlées. Il en alla de même pour l’Eglise séculière — pourtant moins puissante —, ainsi que l’a signalé Manuel Nieto Cumplido en rapprochant le cas de la ville de Lucena, relevant de l’évêque de Cordoue, et celui des places de Cabra et de Priego, appartenant à Calatrava, incorporées toutes trois à la Couronne au début de la décennie 1340104. Le motif d’un tel geste est manifeste. Il visait à empêcher que l’un des principaux pouvoirs locaux, au sein desquels Calatrava se détachait dès le troisième quart du XIIIe siècle, ne rassemblât un domaine seigneurial trop puissant dans la région située au contact de la frontière nasride105.

  • 106 AHN, OM, carp. 430, doc. 208.
  • 107 AHN, OM, libro 1343, P 116r°-v°, et AHN, Clero, carp. 920, doc. 3, publ. J. A. Fernández Flórez, Co (...)
  • 108 Ce phénomène a été étudié par J. Silva Ferreira Mata, « Alguns aspectos da ordem de Santiago no tem (...)
  • 109 BS, p. 268. Dans une lettre de juillet 1310, insérée dans une copie de 1314, 1e roi DenisI er se po (...)

27Devenue plus forte au cours du gouvernement d’Alphonse XI, l’intervention royale dans le patrimoine foncier des ordres militaires employa des voies autoritaires dont la panoplie tendit à s’enrichir. Les échanges forcés restaient amplement utilisés, tel celui que le roi obtint de Calatrava en faveur du notaire palatin Gil Fernández, auquel l’Ordre fut invité à remettre le faubourg qu’il détenait autour de l’église San Salvador de Soria en échange de différents biens urbains situés à Écija106. D’autres moyens furent toutefois utilisés, dont la pratique était restée jusque-là étroitement circonscrite, telles les donations viagères auxquelles le roi contraignit les milices au profit de fidèles. Si l’usage en est attesté à deux reprises dans la seconde moitié du XIIIe siècle107, il ne se répandit pas en Castille avant le gouvernement d’Alphonse XI. Aussi convient-il, à mon sens, davantage que dans de lointains précédents, d’en situer l’origine dans une volonté bien arrêtée d’imiter la politique de contrôle patrimonial des milices développée au Portugal par la monarchie à partir du règne de Denis Ier108, au cours duquel les cessions viagères autoritaires prirent une importance déterminante109.

  • 110 AHN, OM, carp. 261, doc 10 : « Por rrazon queyo enbie rrogar por mis cariasa uos don Garcia Fernand (...)
  • 111 Les textes de ces deux échanges ont été respectivement publiés par Ph. Josserand, « Un maître polit (...)
  • 112 AHN, OM, carp. 261, doc. 13, publ. BS, p. 305 : « Por que uos don Vasco Rodriguez, por essa misma g (...)
  • 113 Le testament du magnat asturien a été rapporté par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago en Astur (...)

28En reprenant ce mécanisme à son compte, Alphonse XI s’assura un puissant moyen de renforcer son autorité sur les domaines des ordres militaires. Lorsque sa majorité fut proclamée, la plupart des milices furent amenées sur son ordre à donner une partie de leur patrimoine à des serviteurs curiaux, qui en reçurent la jouissance viagère. Il n’est à cet égard pas de meilleur exemple qu’Alvar Núñez Osorio, le tout-puissant conseiller d’Alphonse XI, qui obtint en 1326, à la requête du souverain et pour prix des services qu’il lui avait rendus, le château santiaguiste de Peñausende110 avant d’être, l’année suivante, gratifié d’autres biens pris à l’Hôpital et à Alcántara au terme d’échanges dans lesquels le roi était également partie prenante111. Une telle pratique ne se restreignait pas aux officiers curiaux. Elle s’étendit pendant la décennie 1330 à la nombreuse progéniture du monarque, notamment aux enfants nés de Leonor de Guzmán, parmi lesquels l’infant Henri, futur fondateur de la dynastie Trastamare, reçut à titre viager en 1336 les châteaux asturiens de Gozón et de Sobrescobio112 dont son parent adoptif, Rodrigo Álvarez de Asturias, à qui Santiago les avait précédemment confiés, s’était défait cinq ans plus tôt au moment de mourir113.

  • 114 AHN, OM, carp. 203, doc. 4, publ. BS, p. 315, et L. V. Díaz Martín, Colección documentai de Pedro I (...)
  • 115 L’antagonisme entre Gil de Albornoz et le successeur d’Alphonse XI a été signalé par L. V. Díaz Mar (...)
  • 116 AHN, OM, carp. 88, doc. 44, publ. BS, p. 328, et L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro I (...)
  • 117 Ainsi, en 1363, Pierre Ier ordonna que les biens de Salamanque confisqués à l’archidiacre de Toro D (...)

29L’utilisation de telles méthodes à l’égard des ordres militaires ne reflète nullement une simple parenthèse autoritaire au sommet du pouvoir. Toutes furent en effet par la suite reprises par les successeurs d’Alphonse XI et en premier lieu par son héritier légitime Pierre Ier, désireux de faire fructifier l’héritage politique paternel. Il faut donc se garder de mal interpréter sa décision de casser, sitôt monté sur le trône, l’échange conclu sous les auspices de son père entre Gil de Albornoz et le maître de Santiago, qui laissait plusieurs châteaux de l’Ordre, dont Paracuellos et Mohernando, au pouvoir de l’archevêque de Tolède114. Plutôt que par l’arbitraire de l’intervention royale, la réaction du jeune monarque s’explique par le fait qu’elle profitait à un proche de son père entre-temps passé au nombre de ses opposants115. Dès l’été 1351, Pierre Ier usait en effet des mêmes méthodes autoritaires en faveur de ses propres partisans, tel son favori, Juan Alfonso de Albuquerque, auquel, sur la pression du roi, fut remis à titre viager le château santiaguiste de Castrotorafe116. Échanges forcés et confiscations se multipliaient, qui ne laissent pas de doutes sur la légitimité que se reconnaissait désormais l’autorité royale pour intervenir dans la gestion patrimoniale des ordres militaires117.

30Au milieu du XIVe siècle, le principe d’une régulation par le pouvoir royal de l’expansion domaniale des ordres militaires paraît acquis dans les modalités voulues un siècle auparavant par Alphonse X. Revenant sur la libéralité de ses ancêtres, ce monarque avait été le premier à mettre en place une politique restrictive, limitant l’essentiel des donations aux secteurs frontaliers où, plutôt qu’une source de revenus, elles constituaient un poids pour l’institution récipiendaire. En restant fidèle à une telle politique et, plus encore, en s’attachant peu à peu à la systématiser, l’autorité royale cherche à casser l’extension de la plateforme seigneuriale des milices en s’arrogeant la faculté d’intervenir de manière autoritaire au cœur même de leur patrimoine selon une ligne qui, maintenue malgré les difficultés conjoncturelles, est parvenue à triompher véritablement sans partage dans le deuxième quart du XIVe siècle.

II. – La restriction des prérogatives juridictionnelles

  • 118 M.Á. Ladero Quesada, « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad Media »,

31Si elle constituait un préalable essentiel à la mise en œuvre d’un contrôle sur les bases matérielles des ordres militaires, la régulation de leur expansion patrimoniale ne pouvait à elle seule permettre au pouvoir royal de manifester dans leurs domaines son droit à exercer la pleine souveraineté. Comme l’a fait valoir Miguel Ángel Ladero Quesada, l’idée émergente d’État supposait une véritable rénovation des relations entre la monarchie et la société politique118. Du fait de la puissance considérable dont ils disposaient à l’intérieur du royaume, les ordres militaires ne pouvaient être laissés en marge d’une pareille recomposition. Aussi furent-ils l’objet, à partir de la deuxième moitié du XIIIe Siècle, d’une action résolue du pouvoir royal visant à rogner leurs prérogatives juridictionnelles afin de les soumettre, à l’instar de l’Église séculière, à un patronage de fait.

Les progrès de la fiscalité publique

  • 119 Le fait ressort, par exemple pour Calatrava, de l’analyse d’E. Rodríguez-Picavea Matilla, La formac (...)
  • 120 Le texte a été publié par J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. (...)
  • 121 AGP, Inf. Gabr., Secretaría, leg. 393, et BNM, ms. 20551, f° 169r°.
  • 122 Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t II, p. 641, doc, 2396. En mar (...)
  • 123 AMSC, leg. 36, doc. 2. En janvier 1260, Alphonse X remit à l’abbesse du monastère tolédan de San Cl (...)

32Se plaisant à dépeindre, nous l’avons vu, les ordres militaires sous un jour profondément seigneurialisé, les historiens actuels tendent à méconnaître la portée de la fiscalité publique dans les domaines d’institutions aux mains desquelles ils considèrent que cette dernière avait été en grande partie abandonnée par l’autorité souveraine119. Il est évident qu’à l’origine de leur expansion, les milices ont bénéficié d’exemptions dont certaines revêtaient un caractère total, à l’instar de celle qu’en 1146 Alphonse VII concéda à l’Hôpital120. Cependant, il est permis de douter que ces mesures aient jamais été appliquées en toute rigueur. Plusieurs franchises partielles, comme celles que le pouvoir accorda à l’Hôpital en faveur du couvent sévillan de Saint-Jean d’Acre en 1249 ou de la maison de Puente Orbigo en 1257, font en effet penser qu’au XIIIe siècle l’exemption générale ne jouait plus dans l’esprit des rois121. Pour garantir la reconnaissance de leurs privilèges, les milices devaient désormais justifier les droits auxquels elles prétendaient, preuves à l’appui122, sans quoi leur patrimoine était presque immanquablement ravalé à l’usage ordinaire de la Couronne en matière fiscale123.

  • 124 Née du devoir de participer aux expéditions royales et transformée en ponction financière, la fonsa (...)
  • 125 Ces droits ne sont pas cités en 1281 dans l’inventaire des prérogatives abandonnées par le pouvoir (...)
  • 126 M.Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real en Castilla, p. 55. P. Porras Arboledas, Laorden de Sa (...)
  • 127 Elle fut ainsi exigée de Calatrava, au même titre que le droit de gîte, lors des donations de Prieg (...)
  • 128 Le fait ressort de la rénovation du fuero santiaguiste d’Ocaña, réalisée en 1251 à la suite d’un lo (...)
  • 129 À titre d’exemple, plusieurs documents font allusion pour la fin du XIIIe siècle à la coutume des s (...)

33Il semble donc que les domaines des ordres militaires aient été soumis à la plupart des tributs royaux, à tel point qu’à différentes reprises il fut même demandé à leurs dépendants, en dépit du service armé auquel ceux-ci étaient tenus, d’acquitter des impôts liés dans leur fondement, sinon à la participation aux offensives guerrières, du moins à leur préparation124. Les espaces où les ressources de la fiscalité publique étaient entièrement laissées aux milices restaient donc rares. Le cas n’est guère attesté que pour des territoires de colonisation. Encore les privilèges accordés aux ordres dans cette perspective réservaient-ils à l’autorité royale différents tributs, tels la moneda forera, prélevée tous les sept ans contre la promesse de ne pas altérer la monnaie, et le yantar, dû au titre du droit de gîte125. De la première, on ne connaît, comme l’a justement signalé Miguel Ángel Ladero Quesada126, aucune délégation en faveur des ordres militaires, qui étaient astreints à la payer sur l’ensemble de leur territoire127 ; quant au second, il connut à mon avis encore moins d’exemptions que ne l’affirme l’historien espagnol car l’existence d’un droit privatif pour le maître, voire pour son lieutenant, confirmée pour Santiago à partir du milieu du XIIIe siècle128, n’interdisait pas d’effectuer concurremment dans les domaines des milices un prélèvement au profit du pouvoir royal129.

  • 130 ANTT, gav. 9, m. 10, doc. 27, f° 3v°.
  • 131 Ainsi l’ont très justement souligné, dans le cas portugais, V. Rau et I. Gonçalves, « As ordens mil (...)
  • 132 Analysée par C. de Ayala Martínez, « Las relaciones de Alfonso X con la Santa Sede durante el ponti (...)
  • 133 A HN, OM, carp. 430, doc. 203. Ainsi, en 1336, fut résolu en faveur de Calatrava un long conflit en (...)

34Il est naturellement difficile de mesurer le poids de la fiscalité royale sur les ordres militaires. Il ne fait aucun doute que plusieurs taxes les affectaient lourdement, notamment à l’échelle locale, par exemple le droit de gîte, dont le maître de Santiago Juan Osorez se plaignait en 1304 à Denis Ier de Portugal qu’il menaçait de réduire à la misère les localités de Cabrela, Alvalade et Panóias130. D’un tel cas, si flagrant soit-il, on ne peut dégager une mesure globale qu’il importe toutefois de ne pas minimiser, en alléguant qu’il constitue une exception, dans la mesure où, plus d’une fois, la fiscalité royale a excédé le cadre légal131. Il est en effet notoire que la monarchie chercha à imposer aux milices des prélèvements indus, comme la décime ecclésiastique, exigée au mépris des privilèges pontificaux par Alphonse X et par Sanche IV, invoquant l’un comme l’autre le péril mérinide132. À une échelle moindre, de fréquents abus étaient commis par la fiscalité publique, qui tentait continûment d’étendre ses prérogatives, quitte à revenir sur d’anciennes exemptions133.

  • 134 C. Barquero Goñi, « The Hospitaliers and the Castillan-Leonese Monarchy : the Concession of Royal R (...)
  • 135 Ibid., p. 32.
  • 136 Ainsi l’ont montré S. Moreta Velayos, « Los dominios de las órdenes militares en Castilla según el (...)

35C’est dans ce cadre d’une pression fiscale accrue de la part de la monarchie qu’il convient de situer les efforts redoublés déployés par les ordres militaires pour obtenir après le milieu du XIIIe siècle la concession de droits royaux. Ignorer cette nécessité conduirait, comme c’est le cas de Carlos Barquero Goñi à propos de l’Hôpital, à dépeindre ce phénomène sous le jour d’une appropriation que l’auteur est bien en peine d’expliquer autrement que par un prétendu désir de puissance134. À l’en croire, le processus trouverait son origine en lui-même, alors qu’il participe en réalité d’une réponse seigneuriale à la politique de renforcement de la fiscalité royale entreprise par Alphonse X. Dans la mesure où un tel phénomène constitue une réaction, il n’y a guère lieu d’être surpris, comme l’est apparemment l’historien espagnol135, qu’il fut inachevé au milieu du XIVe siècle, quand le Becerro de las Behetrías révèle que, pour la Meseta septentrionale, l’Hôpital n’était nulle part en possession de l’ensemble des droits régaliens136.

  • 137 C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de Léon », pp. 436-437. La chronologie tardive du (...)
  • 138 ANTT, gav. 14, m. I, doc. 9, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 502- (...)
  • 139 AHN, OM, carp. 570, doc. 9, publ. Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbue (...)

36S’ils ne purent remettre en cause le projet fiscal de la monarchie, les ordres militaires n’en cherchèrent pas moins à en atténuer le plus possible les effets au sein de leurs domaines. Dans ce but, ils travaillèrent à acquérir une partie des droits qui leur étaient réclamés, afin de couper court au renforcement des ponctions royales sensible à partir du règne d’Alphonse X137. Ils n’hésitèrent pas à sacrifier certains éléments de leur patrimoine foncier, tirant parti le cas échéant d’échanges imposés par la monarchie afin d’obtenir en guise de dédommagement la concession d’impositions régaliennes. Ainsi, en 1281, après dix ans de négociations, l’Hôpital reçut, pour prix de son renoncement aux forteresses frontalières de Serpa, Moura et Mourão, différents tributs (acémilas, martiniegas, voire portazgos) préalablement acquittés au roi par les dépendants de plusieurs domaines septentrionaux de l’Ordre138. Près d’un demi-siècle plus tard, la logique de l’échange conclu entre l’Hôpital et le conseiller d’Alphonse XI Alvar Núñez Osorio n’était pas différente puisque l’acte conduisait l’aristocrate à remettre à l’institution les droits régaliens pesant sur diverses baylies, situées notamment dans la vallée du Douro, qui sont décrits comme plus utiles aux frères que les biens dont ils se défaisaient au profit du favori139.

  • 140 AHN, OM, carp, 5, vol. I, doc. 9 : « Pormucho seruiço que me feziestes e fazedes, do a uos e a uest (...)
  • 141 AHN, OM, carp. 243, vol. I, doc. 21, et AHN, Sellos, caja 5, doc. 8.
  • 142 II semble qu’Alcántara ait été le premier Ordre à recevoir une grâce de cette nature. En avril 1293 (...)
  • 143 Datée de 1301, la concession à Santiago a été mise au jour par A. Benavides, Memorias de don Fernan (...)
  • 144 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 19, et AHN, OM, carp. 429, doc. 191.

37Animés d’une véritable volonté politique, les ordres militaires tirèrent parti de l’affaiblissement relatif du pouvoir royal au tournant des XIIIe et XIVe siècles pour satisfaire en partie leurs objectifs. De nombreuses taxes prélevées sur les dépendants des milices furent alors abandonnées par la monarchie en échange d’un appui qui lui était nécessaire pour affirmer son pouvoir. Elles semblent intéresser d’abord les impôts dus au roi par les minorités religieuses, dont Santiago, pour prix de son soutien à la révolte de l’infant Sanche, reçut en 1283 l’intégralité pour les musulmans de ses terres140 avant d’obtenir, durant la minorité d’Alphonse XI, les taxes dont étaient redevables les communautés juives d’Ocaña et d’Uclés141, Rapidement, ces concessions s’étendirent aux tributs prélevés sur les dépendants chrétiens des milices, dont à la fin du XIIIe siècle Alcántara demanda au roi de lui laisser la moitié142, imité presque immédiatement par ses homologues143, tels Santiago et Calatrava, dont les maîtres furent même gratifiés d’un bénéfice viager qui complétait la donation consentie à leur institution en leur abandonnant, à titre personnel, l’intégralité de ces droits144.

  • 145 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 3.
  • 146 AHN, OM, carp. 428, doc 183.
  • 147 BS, p. 321.

38Il ne saurait s’agir de nier l’ampleur des concessions fiscales arrachées par les ordres militaires à l’autorité monarchique à la faveur du contexte politique troublé du début du XIVe siècle. Cependant, il serait abusif de considérer ces abandons comme une rupture du projet développé depuis le règne d’Alphonse X, dont ils traduisent plus exactement le recul momentané. En aucun cas les donations effectuées par le pouvoir royal ne constituent un renoncement. Elles doivent être confirmées à chaque début de règne pour garder leur validité, comme l’est à l’automne 1315, à l’initiative des tuteurs du jeune Alphonse XI, la concession, réalisée treize ans plus tôt, de la moitié des tributs royaux acquittés par les dépendants de Santiago145. Pareille pratique n’est pas strictement formelle. Elle peut offrir l’occasion de rappeler la nature viagère d’une grâce146 voire, une fois l’autorité souveraine rétablie dans son principe, de vérifier l’origine et le bienfondé d’un droit, comme lors des Cortes de Valladolid en 1351, où il est ordonné au procureur de Santiago de prouver par l’usage, à défaut de confirmation établie après la majorité d’Alphonse XI, que l’institution avait coutume de prélever la moitié des impôts royaux à l’intérieur de ses domaines147.

  • 148 AHN, OM, carp. 422, doc. 77. Le document précise ainsi que la copie a été établie « a instançia e r (...)
  • 149 AHN, OM, carp. 422, doc. 78 et 79, et carp. 425, doc. 126 et 127.
  • 150 AHN, OM, carp. 425, doc. 128. La copie est cette fois réalisée « a pedimiento de don frey Lope Ferr (...)

39Une telle pression du pouvoir royal eut pour effet, à l’échelle de chacun des ordres militaires, de renforcer les précautions juridiques dont ils usaient pour garantir la continuité de leurs droits. Il est à ce titre révélateur que, passé le premier tiers du XIVe siècle, les sources offrent un nombre très important de traslados, c’est-à-dire de copies de privilèges réalisées sous l’autorité d’un officier public assermenté, seules admises à faire foi en justice à la place du document original. Le 2 mars 1344, Alfonso Martínez, préposé à l’œuvre de Calatrava, demanda ainsi copie à un notaire d’Almagro d’un acte de Ferdinand III portant confirmation des propriétés et des droits de l’Ordre et dont il craignait, devant le présenter au roi, qu’il ne se perdît en chemin148. À peine deux mois plus tard, pour une raison similaire, le dignitaire obtint du même officier public quatre copies en une seule journée149, dont l’une, relative à la donation de Silibar consentie par Alphonse X, fut enrichie en 1350 par un texte qui reprenait la délimitation originelle du finage, établie peu après la cession du domaine, et rappelait l’ensemble des droits abandonnés à la milice à cette occasion150.

  • 151 AHN, OM, carp. 429, doc. 191. Écrit au nom du jeune roi, l’acte de confirmation délivré à García Ló (...)
  • 152 Un même phénomène a été observé en Catalogne par P. Ortega Pérez, « La fiscalidad regia en el señor (...)
  • 153 Le fait a été rapporté de façon très détaillée par F. Caro de Torres, Historia de las órdenes milit (...)

40Cependant, de telles pratiques étaient loin de suffire à prémunir les ordres militaires contre d’éventuelles ingérences de la fiscalité royale, effectuées au mépris des droits qui leur avaient été concédés. En octobre 1318, aux Cortes de Valladolid, les tuteurs du jeune Alphonse XI, alléguant des difficultés financières du royaume, décidèrent ainsi de se réserver près du tiers des impôts versés par les dépendants de Calatrava, alors que le maître de l’Ordre, García López de Padilla, avait obtenu de Ferdinand IV d’en bénéficier à titre viager. Venu devant l’assemblée solliciter la confirmation de cette faveur royale, le procureur du dignitaire, García Romanes, n’eut d’autre choix, sauf à tout perdre, que de se rendre au désir des représentants du roi151. En d’autres cas, l’autorité monarchique ne prit pas la peine de déguiser l’abus derrière un apparent consentement des ordres militaires152 usant de confiscations brutales, à l’exemple de Pierre Ier qui, peu de mois après son avènement, retint pour lui les rentes magistrales d’Alcántara afin d’obliger le supérieur de l’institution, Fernán Pérez Ponce, suspecté en raison de sa parenté avec Leonor de Guzmán, à rentrer dans l’obédience royale153.

L’imposition de la justice royale

  • 154 Espéculo, lib. II, tít. I, ley 5 : « Onrrado deue sseer el rrey commo aquél que tiene logar de Nues (...)
  • 155 Le fait a été bien signalé par D. Rodríguez Blanco, « Los concejos de órdenes militares en la Baja (...)
  • 156 Le texte en a été publié par P. Rodríguez Campomanes, Dissertaciones históricas del orden y cavalle (...)
  • 157 R. Gibert, « Estudio histórico-jurídico », pp. 501-502.
  • 158 Ainsi l’a bien souligné E. Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meri (...)
  • 159 P. Ballesteros San-José et R. Murillo Murillo, Aproximación histórica a la Akarria Baja. Tierras de (...)

41De la même façon, à partir des années centrales du XIIIe siècle, le pouvoir royal, fort d’une souveraineté réaffirmée conférant à son détenteur la mission divine de dispenser la justice sur terre154, chercha à manifester sa supériorité contre chacune des juridictions concurrentes. À ce titre, il travailla à étendre ses prérogatives aux dépens des ordres militaires qui, de droit ou de fait, avaient acquis une large immunité à la faveur de leur expansion foncière155. À plusieurs reprises, l’exclusion de la juridiction royale se fonda sur une assise juridique, comme dans les domaines de l’Hôpital, protégés de l’intervention des agents du palais en vertu d’un privilège d’Alphonse VII156, ou dans les villes santiaguistes dotées du fuero de Sepulveda, où il était licite de mettre à mort en toute impunité l’officier qui pénétrerait dans leur finage au mépris de l’immunité157. Il s’en faut de beaucoup que de telles franchises aient toujours reposé sur des fondements juridiques. Ainsi, pour Calatrava, l’immunité dont l’Ordre bénéficiait dans le Campo était fondée en droit tandis que celle dont il disposait dans les terres de Zorita reposait sur une situation de fait158 qu’il s’attacha à faire perdurer jusqu’au XIVe siècle, en empêchant que les appels ne remontent devant les tribunaux royaux159.

  • 160 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 653-654.
  • 161 L’intervention accrue des officiers du roi sous le règne de Ferdinand III a été signalée pour l’Hôp (...)
  • 162 AHN, OM, carp. 423, doc. 95, publ. A. M. Burriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando (...)
  • 163 AHN, OM, carp. 424, doc. 103, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp.169- (...)
  • 164 Moins nombreux, les conflits avec des laïcs existaient également. L’un des plus longs opposa, au to (...)
  • 165 ACO, Monást., doc. 1895, cit. E. Duro Peña, « Catálogo de documentos reales del Archivo de la Cated (...)
  • 166 AHN, Clero, carp. 1885, doc. 17, publ. J. L. Martín Martín et al., Documentos de los archivos Cated (...)

42À cette époque, cependant, l’immunité des ordres militaires était déjà largement écornée160. Au cours de la deuxième moitié du XIIIe siècle, l’autorité royale avait en effet accru ses interventions juridictionnelles au sein de leur patrimoine. Elle le fit d’abord à la marge, profitant des litiges opposant les ordres aux entités voisines pour affirmer, en vertu d’une ligne d’action inaugurée par Ferdinand III, la légitimité des agents publics à en déterminer l’issue161. En règle générale, les différends portés devant la justice royale intéressent des problèmes de démarcation de finages, à l’instar de ceux qui mirent aux prises, au commencement du règne d’Alphonse X, Calatrava avec la ville de Baena162 ou l’évêché de Cordoue163. D’autres, très ponctuels, sont constitués par des conflits de propriété, en particulier avec des institutions d’Église164, tels le monastère de San Esteban de Ribas de Sil, auquel les frères de Santiago disputent en 1291 des pêcheries installées le long du Minho165, ou, trois ans plus tard, le chapitre cathédral de Salamanque disputant à l’Hôpital quelques moulins situés sur le Tormes au sortir de la cité166. Bien que leur enjeu restât limité au plan local, de tels différends offrirent au pouvoir royal une occasion privilégiée d’écorner l’immunité des ordres militaires en intervenant régulièrement au sein de leur juridiction.

  • 167 Ainsi l’a montré C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de (...)
  • 168 Le fait ressort très bien d’une lettre du roi adressée en mars 1254 à l’évêque et aux chanoines de (...)
  • 169 AHN, OM, carp. 569, doc. 35, publ. C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de (...)
  • 170 Ainsi, Sanche IV, en 1294, puis Ferdinand IV durent renouveler la grâce accordée à l’Hôpital par Al (...)

43Toutefois, la monarchie était loin de se contenter de ces ingérences ponctuelles. En vertu du principe de souveraineté dont elle se réclamait, elle chercha dès le milieu du XIIIe siècle à développer l’emprise de la justice royale à l’intérieur du patrimoine des milices167. Le fait ressort de l’action d’Alphonse X qui, dès le début de son règne, voulut profiter des possibilités d’agir que lui offrait l’espace de la frontière musulmane pour y accroître le pouvoir de ses agents et en particulier celui du premier d’entre eux, l’adelantado mayorde la frontera168 Une telle politique ne resta pas limitée aux confins de l’émirat de Grenade. Les nombreuses plaintes des maîtres des ordres militaires contre les interventions des officiers curiaux laissent au contraire penser que ces dernières s’étaient multipliées dans toute la Castille. La responsabilité du monarque dans cette évolution est évidente. S’il était parfois contraint de faire droit aux protestations qui lui étaient adressées, comme en 1265 où il interdit à ses agents d’entrer dans les domaines de l’Hôpital169, il ne céda toutefois qu’en apparence et des plaintes, pratiquement inchangées, revinrent dans les années suivantes, révélant l’impossibilité pour les ordres militaires de maintenir intégralement leur immunité170.

  • 171 A. Iglesia Ferreirós, « Las Cortes de Zamora de 1274 y los casos de corte ».
  • 172 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 654-656.
  • 173 AHN, OM, carp. 88, doc. 26 : « Que non ayan poderio nin entrada en este auendicho lugar juezes nin (...)
  • 174 AHN, OM, carp. 411, doc. 20, publ. M. Echániz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus de Sa (...)

44Renforcée à la faveur du gouvernement d’Alphonse X, l’intervention de la justice royale dans les domaines des ordres militaires recouvre des réalités très diverses. Elle embrasse en premier lieu ce que les sources nomment les casosde corte, c’est-à-dire les délits les plus graves dont la répression revenait par nature à l’autorité souveraine171. Pas plus que les autres juridictions seigneuriales, les milices ne bénéficièrent à cet égard d’une véritable délégation172. Ainsi, quand Ferdinand III, sous les murs de Séville, confirma l’immunité du faubourg santiaguiste de Zamora, interdisant qu’aucun officier curial ne s’arrogeât le droit d’y rendre la justice, il prit soin d’exclure des attributions des juges de l’Ordre les cas de trahison, d’homicide et de viol173. Une telle réserve était habituelle. Conçue comme une norme à l’échelle du royaume, elle permettait aux représentants de l’autorité royale de connaître des crimes les plus graves là même où leur intervention était absolument prohibée, comme dans la juridiction du monastère santiaguiste de Sancti Spiritus de Salamanque174.

  • 175 Le fait a été récemment rappelé à l’échelle des domaines navarrais de l’Hôpital par C. Barquero Goñ (...)
  • 176 Ainsi l’a montré M. Á. Pérez de la Canal, « La justicia de la corte en Castilla durante los siglos (...)
  • 177 Ainsi, dans la dernière année de son règne, Alphonse IX avait revendiqué, au moment de concéder à S (...)
  • 178 Espéculo, lib. V, tít. 14, ley 13 : « Agrauiándose alguno del iuyzio quel diere su iudgador, puédes (...)
  • 179 Le fait a été bien souligné par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durant (...)
  • 180 En décembre 1279, la donation des châteaux de Medina Sidonia et d’Alcalá de los Gazules à Santa Mar (...)

45La justice d’appel constituait un enjeu autrement plus ardu en raison de ses incidences financières175. Certes, elle relevait traditionnellement des prérogatives du pouvoir royal mais elle faisait l’objet, lors des cessions patrimoniales, d’aliénations fréquentes qui en compliquaient l’exercice pour les monarques176. Reprenant un projet timidement esquissé par ses prédécesseurs177, Alphonse X s’attacha à faire du tribunal de la cour l’instance juridique suprême de Castille, le lieu ordinaire des recours pour qui s’estimait lésé par la décision de son juge178. Ce faisant, le roi n’hésita pas à mettre tout en œuvre pour casser les immunités dont se prévalaient les ordres militaires au sein de leurs domaines. Il est à cet égard tout à fait révélateur que dans les dernières années de son règne, alors même que la révolte nobiliaire avait ruiné son projet interventionniste179, il ait gardé la volonté de poser la juridiction curiale en instance d’appel dans l’hypothèse d’un manquement des ordres militaires, comme le montrent, pour Santa María de España et Alcántara, les dernières donations consenties à ces deux ordres180.

  • 181 L’exercice de la justice était ainsi explicitement interdit à Santiago dans le ressort des forteres (...)
  • 182 Ainsi, la cession à Santiago du domaine appelé Abeiazat, situé dans la Manche orientale, aussi bien (...)
  • 183 Dans une missive adressée à l’écolâtre de Zamora et à l’archidiacre de Toro, chargés par le pape de (...)
  • 184 A. de Torres y tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t.I, p. 348.

46Il est indéniable qu’Alphonse X a cultivé le dessein de pousser plus loin l’ingérence de la justice royale au sein du patrimoine des ordres militaires. Diverses concessions réalisées dans la première partie de son règne reflètent la volonté de ne pas aliéner les attributions juridictionnelles du pouvoir181, voire de favoriser l’intervention des officiers curiaux dans les terres seigneuriales182. Il semble même, à en croire le formulaire employé par la chancellerie du palais, que les prétentions du souverain à se réserver la justice sur les biens-fonds qu’il remettait aux milices se soient en réalité étendues au reste de leurs dépendances. Du moins peut-on le penser si l’on s’arrête à cet argument d’une ancienne appartenance de Ronda au domaine royal qu’Alphonse X invoqua en 1254 pour défendre la compétence de son tribunal dans la solution du conflit qui, de longue date, opposait Alcántara au Temple pour le contrôle de ce secteur du Tage183. Rien n’indique cependant que l’avis du monarque ait prévalu puisque, si l’on ignore l’issue du plaid, une lettre des autorités de Calatrava et de Santiago aux juges apostoliques de Zamora, les priant d’excuser l’absence du maître d’Alcántara, retenu au siège d’Orihuela, révèle qu’en 1256 le procès se poursuivait devant une cour ecclésiastique184.

  • 185 M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, p. 253.
  • 186 L’identification du premier toponyme, proche de Burgos, entre les vallées du Tiron et du Retorto, c (...)
  • 187 AHN, OM, carp. 569, doc. 30, publ.J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospital (...)

47Ainsi se révèlent, dès les premières années du gouvernement d’Alphonse X, des résistances dont l’accumulation empêcha finalement l’unification juridique projetée par l’autorité royale, À la fin de son règne et, plus encore, sous celui de ses successeurs immédiats, le mouvement s’amplifia au point d’entraîner un recul des prétentions juridictionnelles de la monarchie, conduite à partager avec les principales forces seigneuriales l’exercice de la justice dans le royaume. Le fait ressort clairement de la confirmation, accordée par Ferdinand IV en octobre 1304, d’une donation réalisée à l’Hôpital par Juan Alfonso de Arenillas en vertu de laquelle ce dernier abandonnait La Mesa de Belorado, qui lui avait été remis par Sanche IV, dont il était repos tero mayor185, en échange de la jouissance viagère de la maison de Severiña186. À la donation de son père, qui comprenait déjà selon toute vraisemblance des prérogatives juridictionnelles, le roi ajouta une concession complète de la seigneurie, laissant au prieur de l’Ordre la totalité des droits qu’il pourrait détenir sur les dépendants du lieu187.

  • 188 AHN, OM, libro 1344, f°131-v°.
  • 189 Le fait a été relevé par A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes  (...)
  • 190 Une vision très complète en a été offerte par C, de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los p (...)
  • 191 Portugaliœ Monumenta Historica. Leges et Consuetudines, t. I, pp. 220-221.
  • 192 A. Javierre Mur, «La orden de Calatrava en Portugal».

48Sans aller jusqu’à l’abandon parfois invoqué dans l’historiographie, le recul des prérogatives juridictionnelles du pouvoir royal dans les terres des ordres militaires est sensible au tournant des XIIIe et XIVe siècles. La situation castillane contraste donc avec celle des royaumes voisins, où le roi tendait alors à renforcer sa position au sommet de la pyramide juridique. En Aragon, Jacques Ier autorisa en 1263 les dépendants de la commanderie d’Alcañiz à se pourvoir en appel devant les instances de la Couronne188, inaugurant un processus porté à son apogée par Jacques II189. Au Portugal, il semble que le mouvement fut plus brutal encore190. En 1271, Alphonse III décida que, dans les terres des ordres militaires, quiconque souhaitait contester une sentence de son juge pourrait le faire auprès du maître ou du grand commandeur, son lieutenant, et en seconde instance devant le roi, voire directement auprès de ce dernier si aucun des grands dignitaires de l’institution ne se trouvait alors dans le royaume191. Perfectionné par Denis Ier, ce système d’appel judiciaire, imité des codes de lois alphonsins, fournissait au roi de Portugal un moyen d’intervenir dans les domaines des milices qui resta sans équivalent dans le royaume voisin jusque dans le deuxième quart du XIVe siècle192.

  • 193 AHN, OM, carp. 430, doc. 204. Le documenta été publié, sur la base de la confirmation donnée par Pi (...)
  • 194 En ce sens ont incliné S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reina (...)
  • 195 Désormais, heurtant le cas échéant les intérêts des milices, le roi avait toute liberté d’interveni (...)
  • 196 AHN, OM, carp. 430, doc. 204. Le document rapporte que les supérieurs « dixieron que, en el tiempo (...)
  • 197 Á preuve, en octobre 1351, lors des Cortes de Valladolid, le maître de Calatrava Juan Núñez de Prad (...)

49Il fallut en effet attendre en Castille le règne personnel d’Alphonse XI pour que la justice royale puisse s’imposer aux juridictions des ordres militaires en vertu de principes forgés, nous l’avons vu, dans le troisième quart du XIIIe siècle. En 1337, le roi décida que l’ensemble des procès de plus de mille maravédis où ces institutions pourraient être engagées, qu’il s’agît d’un bien-fonds ou de rentes, seraient évoqués devant le tribunal de la cour193. À première vue, il peut sembler qu’Alphonse XI était parvenu d’un coup à briser cette opposition des milices à l’extension de la justice royale devant laquelle ses prédécesseurs immédiats avaient plié194. Si la décision sanctionne clairement la soumission de la juridiction seigneuriale à la monarchie195, il faut cependant se garder d’en ignorer le caractère négocié. Le privilège d’Alphonse XI déclare en effet que la mesure a été arrêtée en accord avec les maîtres de l’ensemble des ordres, qui ont agi afin d’éviter que leurs institutions demeurent confrontées, à défaut de justice véritable, aux violences qu’elles subissaient depuis la minorité du roi196. Si une telle affirmation ne saurait bien évidemment être prise à la lettre, elle traduit cependant, chez les ordres militaires, un intérêt pour l’appui de la justice royale qui mérite plus d’attention qu’on ne lui en accorde à l’ordinaire197.

L’instauration d’un patronage royal

  • 198 A. Rucquoi, Histoire médiévale de lapéninsule Ibérique, pp. 361-367.
  • 199 Las Siete Fartidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tít. 15, ley I : « Patronus en latin tan (...)
  • 200 Ainsi, Alphonse X prit en 1255 sous sa protection les possessions et les personnes de l’hôpital san (...)
  • 201 AHN, OM, carp. 412, doc. 30, publ. M. Echániz Sans, El monasterio fimenino de Sancti Spiritus de Sa (...)
  • 202 AHN, OM, carp. 412, doc. 33, publ. ibid., pp. 71-72, doc 39.

50Héritiers de la tradition wisigothique et, selon les termes mêmes du Fuero Juzgo, défenseurs de la foi chrétienne face à la tromperie des juifs et aux mensonges des hérétiques, les souverains castillans se posaient en protecteurs naturels de l’Église à l’échelle du royaume198. Ils revendiquaient à ce titre, sur une institution qu’ils regardaient comme leur, un droit de patronage étendu à l’ensemble de leurs États, pareil à celui que définissaient les Partidas au profit de quiconque fondait une église, en assumait les frais de construction et la dotait d’un domaine pour l’entretien de ses desservants199. Par ce biais, les rois tentaient de renforcer le rapport de protection qui, comme à l’ensemble des établissements ecclésiastiques castillans, les liait aux ordres militaires, auxquels ils étendirent à diverses reprises leur sauvegarde200, déléguant parfois cette mission à d’autres membres de la lignée royale, telle María de Molina, choisie comme garante des intérêts du monastère santiaguiste de Sancti Spiritus de Salamanque en faveur duquel elle obtint, respectivement de son époux et de son fils, la confirmation de l’exemption des droits de péages reconnue à la communauté201, puis une franchise fiscale au profit des dépendants du couvent installés à Villeruela202.

  • 203 Le fait a été relevé par Ph. Josserand, « Ordres militaires et légitimité monarchique en Castille s (...)
  • 204 BC, p. 89 : «Et cum hoc voto et promisione, volo et desidero quod corpus meum in Calatrava et non i (...)
  • 205 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VII, chap. 14, pp. 234-236.
  • 206 BS, pp. 204-205. L’acte a été repris par I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Urban (...)
  • 207 Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales, t. II, p. 22 : « .II. kalendas februarii obiit domnus (...)

51Dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, toutefois, la relation de protection nouée entre la monarchie et les ordres militaires était loin de se limiter à cette seule dimension traditionnelle. Certains indices laissent penser que le pouvoir royal fut alors tenu pour responsable de la création de ces institutions203. Ainsi, lorsqu’il rejoignit en 1254 Calatrava en tant que familier, l’infant Alonso de Molina, frère cadet de Ferdinand III, attribua à Alphonse VIII l’initiative d’avoir fondé la milice204. Peu importe que le rôle qu’il prêtait à son grand-père revienne en réalité à son bisaïeul Sanche III, pendant le règne duquel l’Ordre avait pris forme. L’essentiel tient à la revendication d’une origine royale pour Calatrava, soutenue déjà une décennie auparavant par Rodrigo Jiménez de Rada205. À en juger par l’invitation d’Urbain IV priant Alphonse X de s’employer à obtenir la concorde parmi les frères de Santiago, qu’il lui appartiendrait de favoriser206, ou par la commémoration liturgique du souverain léonais Ferdinand II en tant que fondateur de Santiago dans l’obituaire d’Uclés207, il semble même que le pouvoir apostolique et les milices se soient progressivement ralliés, au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle, à l’idée d’une origine monarchique des ordres militaires.

  • 208 Le fait a été récemment corroboré par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la (...)
  • 209 ANTT, Chancelaria D. Dinis, livro 3, f° 74r° : « Porque a ordim de Avis he cousa minha e dos reys q (...)
  • 210 Ce décalage a été souligné par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afir (...)
  • 211 AHN, OM, libre 1346, f° 6r°-v°, et AHN, OM, carp. 463, doc. 212.
  • 212 ACA, Cancilleria, reg. 519, f° 27v°, publ. R. Saínz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán b (...)
  • 213 AHN, OM, carp. 430, doc. 204. Alphonse XI alléguait ainsi en 1337, pour faire valoir la nécessité q (...)

52Il fallut néanmoins attendre le premier tiers du XIVe siècle pour que la relation de patronage soit complètement définie. À partir des années 1310, certains documents de chancellerie envoyés aux ordres militaires leur signifient avec insistance qu’ils sont les créations des rois (las fechuras de los reyes) et qu’ils leur doivent à ce titre un service qui a presque valeur de raison d’être208. Attestée au Portugal pour la première fois en 1311209, la formule y est plus anciennement connue qu’en Castille, où elle n’apparaît pas avant la fin de la décennie210. Elle ne tarda pas néanmoins à y être aussi répandue que dans le royaume voisin. Surtout, elle fut rapidement utilisée par les ordres euxmêmes, qui l’as sumèrent sans apparente difficulté : dès 1321 pour Calatrava211, six ans plus tard pour Santiago, dans une lettre adressée par le maître Vasco Rodríguez à Alphonse IV d’Aragon afin d’obtenir que le roi cassât la provision de la commanderie de Montalbán qu’il avait donnée à Vidal de Villanova au mépris total des droits d’un Ordre auquel il était pourtant dit qu’il devait aide et protection dans la mesure où ce sont ses ancêtres qui l’avaient fondé212. Passé le premier tiers du XIVe siècle, mentionner l’origine monarchique des milices était pratiquement devenu un topos de la chancellerie castillane213. L’idée était en tout cas suffisamment ancrée pour que l’on puisse considérer comme désormais acquis le principe du patronage royal.

  • 214 Pour l’épiscopat, ce fait a été souligné par J. M. Nieto Soria, « Le pouvoirroyal et l’épiscopat en (...)
  • 215 De façon similaire, P. Ortega Pérez, « Aragonesisme i conflicts ordes/vassalls a les comandes templ (...)
  • 216 AHN, OM, libro 1346, f° 6r°-v°. La réclamation adressée en avril 1321 par le maître García López de (...)
  • 217 AHN, OM, carp. 463, doc. 212 : « Et por que la dicha orden es ffechura de los reyes onde el vinie e (...)
  • 218 ACC, caja Y, doc. 70.

53À l’instar de l’épiscopat, bien que sans doute plus tardivement, les ordres ont ressenti la nécessité d’obtenir la protection du pouvoir royal. La diversité voire parfois l’opposition de leurs intérêts économiques n’ont pas empêché qu’à travers le patronage s’établisse une situation d’équilibre214. Pour les milices, le profit découlant d’un appui renforcé de la monarchie est manifeste, notamment au plan judiciaire215. Il n’est pas anodin qu’en 1321, les deux premiers actes conservés dans lesquels Calatrava est désigné par le maître en tant que création royale aient pour objet d’obtenir la restitution de terres usurpées de longue date comme Santa Olalla, enlevée à l’institution par Diego López de Haro pendant les troubles des premières années du règne de Ferdinand IV216, ou Bolaños, aliénée en vertu d’un échange désavantageux conclu au début du XIVe siècle par un antimaître imposé par l’infant Enrique217. Exprimées dans les mêmes termes, de nombreuses autres plaintes suivirent, telle celle que le commandeur de Porcuna déposa en 1326 pour que soient rendues à Calatrava les roues de moulin de Martos usurpées par Juan Ponce de Cabrera218.

  • 219 AHN, OM, carp. 428, doc. 184 :« El conuento de los ffreyles de la caualleria de la orden de Calatra (...)
  • 220 BC, pp. 498-500 : «Otrosi ordenamos y ponemos entre nos que si alguno o algunos de qualquier condic (...)
  • 221 Ainsi l’a bien souligné S. de Moxó, « Relaciones de la Corona con las órdenes militares en el reina (...)

54L’appui de la justice royale était d’autant plus salutaire aux ordres militaires que le développement des troubles intérieurs, nous l’avons vu, les exposa au tournant des et XIVe à une flambée de violences. Diverses récriminations reflètent la fragilité d’une situation dont ces institutions exagéraient volontiers le caractère préoccupant en vue d’inciter les autorités à réagir. Ainsi, en octobre 1315, le chapitre de Calatrava dénonça à Valladolid, devant les tuteurs d’Alphonse XI, les usurpations multipliées à l’encontre des possessions de l’Ordre, parfois avec l’assentiment des maîtres précédents219. Cet exemple illustre pour le moins autant les difficultés auxquelles étaient exposés les ordres militaires que leur résolution à les affronter. À cette fin, les milices semblent avoir cherché très rapidement à coordonner leur action en organisant, sur le modèle de l’accord conclu en mai 1313 à Villanueva de la Serena entre les supérieurs de Santiago, Calatrava et Alcántara220, des ligues appelées hermandades, étendues, face aux désordres qui se multiplièrent pendant la deuxième phase de la minorité d’Alphonse XI, à des partenaires extérieurs, le plus souvent des villes, notamment en Andalousie221.

  • 222 AHN, OM, carp. 430, doc. 206.
  • 223 Dans le cas de différends opposant les ordres militaires à leurs dépendants, le roi, nous l’avons v (...)
  • 224 Tel fut le cas Santiago, au cours du gouvernement de Fadrique, face à Ocaña (AHN, OM, carp. 243, vo (...)
  • 225 BS, p. 335. L’assiette du contrat comprenait « todos los diezmos e pechos e derechos e tributos e j (...)

55Passé le premier quart du XIVe siècle, l’appui sensible de la justice royale, encline à protéger les ordres militaires avant même qu’Alphonse XI n’ait décidé que les causes les intéressant seraient tranchées par le tribunal curial, leur permit de consolider une situation fragilisée par trente années de troubles. Rendues en règle générale en leur faveur, les sentences des officiers du roi étaient l’occasion pour les milices de réaffirmer des droits méconnus de longue date contre la noblesse laïque, déboutée d’une partie de ses prétentions, à l’exemple de Fernán Fernández de la Dehesa, contraint de renoncer au profit de Calatrava à la terre de Macarena222, voire contre leurs propres dépendants, face auxquels la monarchie tendait d’ordinaire à défendre le pouvoir seigneurial223 pourvu que ce dernier ne portât pas atteinte aux attributions régaliennes224. Il arriva même, en des cas extrêmes, que la justice royale tranchât au profit des ordres militaires contre tout droit, comme le fit en 1360 l’alcalde mayor de Séville, qui, à la demande du maître de Santiago Garcí Álvarez de Toledo, cassa sans alléguer de motif le contrat que ce dernier avait passé un mois plus tôt avec deux juifs de Llerena afin de leur affermer pour trois ans les rentes des commanderies de Montemolín et Fuente de Cantos225.

  • 226 C. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal. Essai d’eccléstologie politique, p. 52, a a (...)
  • 227 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tít. 15, ley I : «Otrosi pertenescen al (...)
  • 228 C. de Ayala Martínez, «Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carm (...)
  • 229 Templier de Tyr, La Geste des Chyprois, p. 828 : « Le roy de venue les desconfy et mist tous a l’es (...)
  • 230 St. Jacob den Störres Saga, pp. 163-178. Cette citation est empruntée à V. Almazán, Gallœcia Scandi (...)

56Les ordres militaires étaient loin d’être les seuls bénéficiaires de la relation de patronage à laquelle ils furent progressivement astreints pendant la première moitié du XIVe siècle. S’il manquait à ce rapport d’être défini au plan juridique226, il ne fait pas de doute qu’il ouvrait aux monarques castillans les droits à la fois honorifiques, onéreux et utiles que les Partidas réservaient au patron d’une église227. Le contrôle des milices offrait aux rois l’occasion d’accroître leur aura guerrière et surtout de la sanctifier en la parant d’une légitimité de croisade dont ces institutions constituaient, à l’échelle de la Chrétienté, les plus fidèles instruments. Ebauché sous le règne de Ferdinand III228, ce processus fut parachevé durant la première moitié du XIVe siècle où, non seulement en Espagne mais aussi aux confins mêmes du monde chrétien, la figure du roi de Castille revêtait les traits du croisé parfait. À l’exaltation de Sanche IV, conquérant de Tarifa en 1292, présenté dans la chronique du Templier de Tyr comme le vengeur de la défaite d’Acre229, fait écho l’éloge d’Alphonse XI, vainqueur des Mérinides, ajouté autour de 1350 en guise d’épilogue à une collection de miracles de saint Jacques écrite en Suède au tournant des XIIIe et XIVe siècles230.

  • 231 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 44.
  • 232 M. Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real en Castilla, pp. 126-130.
  • 233 AHN, OM, carp. 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202.

57Bien qu’il procurât un honneur important au souverain, le patronage étendu aux ordres militaires constituait toutefois un droit coûteux dans la mesure où, nous l’avons vu, il obligeait la monarchie à protéger les intérêts économiques de ces institutions, au besoin contre les siens propres quand ils entraient en concurrence. À différentes reprises le roi, à la requête des milices, fut amené à renoncer aux abus les plus flagrants de la fiscalité monarchique, ordonnant à ses collecteurs de se plier au droit. Ainsi, en 1349, l’infant Fadrique obtint de son père que soient restitués à Santiago les tributs prélevés dans ses terres au titre de la fonsadera, dont le souverain déclara l’institution exempte à cause du service militaire auquel elle était astreinte231. Le plus souvent toutefois, le monarque se limita à proposer aux ordres une simple compensation pour l’atteinte à leurs droits qu’impliquait le progrès de la fiscalité royale. En 1343 par exemple, Alphonse XI, une fois arrêtée la décision d’unifier au profit de la Couronne l’ensemble des taxes sur le bétail transhumant232, assigna à Calatrava, en dédommagement de la suppression de la roda que la milice percevait à l’entrée des troupeaux dans le Campo, sept cents bêtes parmi celles qui étaient prélevées au titre du montazgo real233.

  • 234 J. M. Nieto Soria, « Le pouvoir royal et l’épiscopat en Castille », pp. 394-396.
  • 235 M. Á. Ladero Quesada, « La transformación de la fiscalidad regia castellano-leonesa durante la segu (...)
  • 236 Ainsi, en 1312, la perception des tercias reales dans le diocèse de Jaén fut confiée à un membre de (...)
  • 237 AHN, OM, carp. 429, doc. 191.
  • 238 AHN, OM, libro 1357, ffos 150r°-154r°. Le document consigne l’appel interjeté parle procureur de Ca (...)
  • 239 La pétition d’Innocent VI est consignée dans une minute de l’ASV, Reg. Vat. 244, f° 29r°-v°. Le ref (...)

58Certes passablement onéreux, le patronage exercé par la monarchie sur les ordres militaires n’entraînait pas uniquement pour celle-ci des servitudes au plan financier : en effet, il procurait au roi un pouvoir sans précédent sur les revenus des ordres, comparable à celui qu’il détenait depuis le milieu du XIIIe siècle sur les ressources de l’épiscopat234. Le projet d’Alphonse X de conserver une part de la dîme ecclésiastique n’est pas un exemple unique. Repris, nous l’avons vu, par Sanche IV et poursuivi par ses successeurs235 qui, le cas échéant, chargèrent des frères des milices de procéder à la collecte236, il se doubla à partir du début du XIVe siècle de la perception de servicios extraordinarios dans les périodes de difficultés237. De façon significative, cette politique se conjugua avec une réticence croissante à satisfaire les demandes de la papauté, qui atteignit son point culminant sous le règne de Pierre Ier, qui refusa en 1353 que les milices versent la décime exigée par Innocent VI238 et s’opposa l’année suivante à ce qu’elles acquittent les sommes qui leur étaient réclamées pour l’entretien de l’évêque de Senez au titre de sa légation en Castille239.

  • 240 M. Echániz Sans, «El monasterio de Sancti Spiritus de Salamanca», p. 64 : «Por último, el análisis (...)

59Contrôle et patronage réunis dans la main du roi ne sont donc en aucun cas contradictoires. Ce serait se tromper sur la nature des relations entre la monarchie et les ordres militaires que de les opposer, comme a pu le faire María Echániz Sans : la politique du pouvoir royal à l’égard de ces institutions ne présente pas l’ambiguïté que cet auteur lui prête240. Calquée sur celle qui fut instaurée au XIIIe siècle pour l’Église séculière, elle s’attache à leur imposer un respect absolu de la souveraineté royale en veillant à éviter que leurs prérogatives juridictionnelles, placées sous haute surveillance, ne s’exercent aux dépens des intérêts de la monarchie, définis comme supérieurs.

III. – Les résistances à l’extension du contrôle royal

  • 241 Signalé au sujet des révoltes du règne de Pierre Ier par L.V. Díaz Martín, « Los maestres de las ór (...)
  • 242 Le fait a été relevé par M. Á. Ladero Quesada, « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad (...)

60Quelques profits que les ordres militaires aient retiré du patronage royal, les progrès du contrôle de la monarchie sur leurs bases territoriales ne furent pas facilement acceptés. Jusqu’au milieu du XIVe siècle ils rencontrèrent des résistances qui, sans avoir éveillé une attention suffisante de la part des historiens, ont été tenues pour une marque de leur hostilité au renforcement du pouvoir royal241. S’il ne faut pas voir dans cette réaction une opposition brutale des ordres militaires au projet monarchique — mais bien plutôt la volonté, commune à l’ensemble de la noblesse castillane, de disputer au roi les profits induits par la genèse de l’État moderne242 —, il n’en reste pas moins que la compétition ainsi ouverte revêtit des formes violentes, À trois reprises entre les règnes d’Alphonse X et de Pierre Ier, les milices entrèrent en révolte ouverte contre le pouvoir royal, s’attachant avec une réussite inégale à promouvoir un modèle d’autorité respectueux de leurs intérêts seigneuriaux.

Le soulèvement final du règne d’Alphonse X

  • 243 C’est à A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, pp. 953-1057, que l’on doit la description la p (...)
  • 244 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 31.
  • 245 Par exemple C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante cl reinado de Alfo (...)
  • 246 A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, pp. 651-652
  • 247 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap, 52, pp. 38-39 : «É á lo que decides que vos consejaron to (...)

61En prenant les armes contre Alphonse X au cours de l’hiver 1281-1282, à la faveur de la révolte de son fils le futur Sanche IV243, les ordres militaires rompaient une tradition de plus d’un siècle au cours duquel ils s’étaient systématiquement tenus à l’écart des querelles intestines qui avaient affecté la Castille. Derek Lomax a insisté à juste titre sur la nouveauté du phénomène244. Il a néanmoins eu tort d’en accentuer le caractère radical en affirmant qu’il était tout à fait improbable que les ordres militaires aient pris part à la rébellion nobiliaire conduite dix ans plus tôt par l’infant Felipe. En effet, comme plusieurs auteurs l’ont relevé245, il n’y a aucune raison de mettre ainsi en doute le témoignage de la chronique d’Alphonse X, qui fond dans la narration une lettre du roi à son fils aîné, l’infant Fernando de la Cerda, écrite selon toute probablité en juin 1273246, dans laquelle il lui recommande de se méfier des menées des maîtres de Santiago et de Calatrava, qu’il accuse, notamment pour le premier, d’avoir inspiré la révolte de larges secteurs de la noblesse dont les chefs, réfugiés à Grenade, s’opposent aux projets centralisateurs du monarque247.

  • 248 Le fait a été bien mis en évidence par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares (...)
  • 249 Comme l’ont récemment rappelé D, Rodríguez Blanco, « Alfonso X y el maestre de Santiago Pelay Pérez (...)
  • 250 Le fait a été relevé par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el re (...)
  • 251 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 51, p. 38 : «É el infante don Fernando, desque supo de có (...)
  • 252 Ibid., chap. 52, pp. 38-41.

62Rares sont les sources qui éclairent le déroulement de la rébellion. Toutefois, d’après les indices qu’il est possible de réunir, il ne fait aucun doute que les ordres militaires, à commencer par Santiago et Calatrava, jouèrent en son sein un rôle moteur, bien que fondamentalement occulte248. S’ils ne prirent pas les armes contre le pouvoir royal, Pelayo Pérez Correa et Juan González se firent les porteparole des intérêts des nobles249. Ils cherchèrent ainsi à user de leur position au conseil pour amener Alphonse X à satisfaire les demandes des révoltés, obtenant en mars 1273, lors d’une réunion tenue à Almagro, au cœur des domaines de Calatrava, des concessions importantes en faveur de la cause nobiliaire250. Il s’en faut cependant de beaucoup que leur intervention se soit restreinte au cadre arrêté par le monarque. À l’été 1273, devant l’échec des pourparlers entamés par Fernando de la Cerda avec les rebelles, les maîtres de Santiago et de Calatrava prirent l’initiative de lui conseiller une série de compromis tellement préjudiciables aux intérêts royaux que l’infant refusa de les ratifier251, sollicitant l’avis de son père, qui les dénonça comme un acte de trahison252.

  • 253 L’absolutisme auquel le roi prétend choquait de manière irrémissible les prétentions politiques de (...)
  • 254 Ainsi l’ont justement observé C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante (...)
  • 255 AHN, OM, carp. 460, doc. 128 : «Et ffago mio mansessor que ffaga complir todo aquesto assi como es (...)
  • 256 Les liens de Leonor Ruiz de Castro avec le sanctuaire calatravan ont été étudiés par C. de Ayala Ma (...)
  • 257 Ph. Josserand, « LeTemple et le culte mariai au long du chemin de Saint-Jacques », p. 318. Placé fa (...)
  • 258 Ainsi l’a mis en valeur C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el rei (...)
  • 259 Cet acte a été publié par C. Fernández Duro, Memorias históricas de la ciudad de Zamora, t. I, pp. (...)

63Il est donc manifeste que la plupart des maîtres des ordres militaires s’associaient au refus nobiliaire d’un renforcement de l’autorité souveraine, qu’ils craignaient de voir entamer leurs privilèges253. Cette opposition est à la base du refroidissement de leurs relations avec Alphonse X dans les dix dernières années de son règne254. Elle se traduisit par un rapprochement avec les nobles rebelles, au premier rang desquels figuraient l’infant Felipe et son épouse, Leonor Ruiz de Castro, sans doute alliée au maître de Calatrava Juan González, dont elle fit son exécuteur testamentaire255, choisissant de reposer à San Felices de Amaya, dans un couvent féminin de son ordre256, d’où son corps devait ensuite être enlevé pour être conduit auprès de celui de son mari dans l’église templière de Villasirga257. La relation des ordres militaires avec l’infant Sanche, héritier putatif de la couronne après la mort de son frère aîné en 1275, n’est pas moins intense. Plusieurs des maîtres l’assistèrent dans la défense du royaume contre le péril mérinide258 et l’un d’entre eux, le supérieur d’Alcántara García Fernández, est même mentionné parmi les membres de son conseil qui furent sollicités en décembre 1278 pour trancher un litige entre l’évêque de Zamora et son chapitre259.

  • 260 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 76, p. 61. La date du ralliement des maîtres à Sanche IV (...)
  • 261 Dans plusieurs actes, l’infant mentionne les maestros de las órdenes, sur le conseil desquels il di (...)
  • 262 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 76, p. 62. Dépourvu de date dans le récit, l’événement a (...)
  • 263 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 77, p. 65.

64Il n’est donc pas surprenant que les ordres militaires aient en majorité appuyé l’infant Sanche quand celui-ci décida de fédérer le mécontentement de nombreux secteurs de la société politique en prenant les armes contre son père. Dès le début de la rébellion, le prince était à Jaén aux côtés des maîtres de Santiago et de Calatrava, Pedro Nùñez et Juan González260. Dès lors, il chercha à souligner, dans les documents émanant de sa chancellerie, l’appui que lui offraient les supérieurs des ordres militaires, à l’égal des nobles ou des villes261. À plusieurs reprises il leur délégua des missions de confiance, comme en septembre 1282, à l’heure de quitter Cordoue pour aller attaquer Badajoz, quand il confia son épouse María de Molina aux soins du prieur de l’Hôpital et des maîtres d’Alcántara et de Calatrava262. Il lui arriva même de leur ordonner de se battre contre les fidèles de son père, comme ce fut le cas à Mérida où, malgré leur résolution, les frères de Santiago ne purent résister à l’offensive royale263.

  • 264 Un panorama très complet en a été proposé par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes mi (...)
  • 265 AHN, OM, carp, 16, vol I, doc. 10,
  • 266 Le fait a été relevé par A. Ballesteros-Beretta, Alfonso Xel Sabio, pp. 984-985. Plusieurs textes s (...)
  • 267 AHN, OM, carp. 16, vol. I, doc. 2, 13 et 14.
  • 268 L’idée a été avancée à titre d’hypothèse par M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes milit (...)

65Il n’est guère besoin de s’appesantir sur le rôle moteur joué par les maîtres des ordres militaires dans la conduite du soulèvement. L’intensité des efforts qu’ils fournirent pour sceller des pactes unissant dans une même volonté de réforme du royaume la noblesse, le clergé et les villes autour de l’infant Sanche est un fait bien connu264. À cet égard, l’activité déployée par le supérieur de Santiago, Pedro Nùñez, est tout à fait considérable. Le 8 juin 1282, il fut choisi pour assurer la garde du privilège général de hermandad dans lequel étaient consignés les objectifs de la révolte265. En trois jours, le mois suivant, du 10 au 12, il assura à l’infant le concours de nombreuses villes, parmi lesquelles Madrid, Tolède et les localités des évêchés d’Osma et de Ségovie266. Le 15, il étendit ces pactes à plusieurs nobles réunis à Valladolid, comme l’infant Juan, Fernán Pérez Ponce ou Ruy Gil de Villalobos267. Le rôle du maître de Santiago dans l’insurrection est tel qu’il a pu en apparaître à Alphonse X, qui confisqua à son ordre la ville de Montemolín, comme le véritable instigateur, celui qui aurait poussé l’infant à fédérer autour de lui le mécontentement du royaume268.

  • 269 Archivo Catedralicio de Segovia, caja 8, doc. 5 : analysé par H. Sanz y Sanz, Catálogo de la colecc (...)
  • 270 Le seul accord connu intéressant l’Hôpital lie l’institution à Santiago en septembre 1283 : AGP, In (...)
  • 271 L’exercice de confiscations à l’encontre de l’Hôpital a été observé à l’échelle de plusieurs domain (...)
  • 272 Il est donc nécessaire de s’inscrire en faux contre l’opinion des chroniqueurs de l’époque moderne, (...)
  • 273 ANTT, gav. 16, m. 2, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 563, (...)
  • 274 Le fait ressort de sa présence au côté de l’infant en septembre 1282, lorsque ce dernier abandonna (...)
  • 275 Pour prix de son aide, le souverain rendit à João Fernandes Jerez de los Caballeros et Fregenal de (...)

66Essentielle pour la réussite de la révolte, l’intervention de Pedro Núñez ne doit pas occulter celle de ses homologues. À son exemple, le maître de Calatrava, Juan González, souscrivit divers pactes d’alliance, notamment avec les villes de l’évêché de Ségovie269. Si l’action du prieur de l’Hôpital sur ce plan paraît modeste270, plusieurs confiscations opérées en 1282 par Alphonse X au détriment de sa milice dans les rares terres que le roi pouvait encore atteindre ne laissent pas de doute sur son engagement aux côtés de l’infant Sanche271. Seuls les ordres d’Alcántara et du Temple ne se rallièrent pas de façon unanime au parti des rebelles. Ils ne restèrent cependant pas totalement fidèles à Alphonse X, loin de là. García Fernández changea de parti pendant les deux années que dura le conflit272 : exécuteur testamentaire du roi, qu’il assista durant les derniers mois de sa vie273, il avait amené, lors de l’éclatement de la révolte, les membres d’Alcántara à se déclarer en faveur de Sanche274. Pour le Temple, cette fidélité mitigée se traduisit par un schisme au sein de l’institution puisqu’à la majorité des frères, ralliée à l’infant à la suite du grand commandeur Gómez García, s’opposa à partir de mars 1283 le maître João Fernandes, qui pour sa part prit le parti d’Alphonse X275.

  • 276 Comme l’a signalé Ph. Josserand, « Entre Orient et Occident : l’ordre du Temple dans le contexte ca (...)
  • 277 Le fait ressort de l’étude de M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Cast (...)
  • 278 Ibid, t. I, p. clvii. Les comptes de Sanche IV renferment ainsi l’ordre de paiement suivant : « En (...)
  • 279 Contraint sans doute à l’exil, Joâo Femandes n’en renonça pas pour autant à toute ambition sur les (...)
  • 280 Daté du 20 mars 1285, le premier diplôme royal mentionnant Gómez García a été rapporté par M. Gaibr (...)

67En apparence, le succès de la rébellion marqua pour les ordres militaires la victoire totale de leurs positions seigneuriales. Une fois Sanche IV proclamé roi après la mort de son père, le 4 avril 1284, les maîtres reçurent la récompense de leur longue fidélité. Tous se trouvèrent confortés à la tête de leur institution. L’appui du roi revêtit une importance toute particulière pour le grand commandeur du Temple, Gómez García, en lutte avec João Fernandes, qui avait reçu l’investiture du couvent d’Orient276. L’absence, jusqu’au printemps 1285, de toute référence au titulaire du prieuré castillan du Temple dans les privilèges solennels de la chancellerie royale révèle, à mon sens, que le schisme perdurait à l’intérieur de l’Ordre. Dès cette époque pourtant, Sanche IV avait pris clairement parti en faveur de Gómez García à qui il remit, en août 1284, la moitié des servicios et de la fonsadera acquittés par ses dépendants277, avant de lui concéder en décembre, par une mesure alors très rare, les sommes prélevées au titre de la moneda forera dans les domaines templiers d’Aliste et de Tábara278. Il semble que le grand commandeur, fort du soutien du roi, ait pu, après deux ans, évincer son rival puisqu’il figure seul à la tête des prieurés castillan et léonais de la milice279, sans la moindre interruption, de mars 1285 à mai 1289 pour le moins280.

  • 281 C.de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 582-583 (...)
  • 282 Id., « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 460, n. 159.
  • 283 AHN, OM, carp. 375, doc. 68.

68Renforcés dans le contrôle de leur ordre, les maîtres recouvrèrent également la plupart des terres qui leur avaient été confisquées par Alphonse X pour les châtier de s’être ralliés à son fils. Déjà, les 4 et 13 avril 1282, sur la requête du supérieur de l’Hôpital Fernán Pérez Mosejo, l’infant Sanche avait enjoint aux autorités municipales de Carmona et d’Almodóvar del Río de restituer à l’Ordre les domaines qu’en vertu d’une donation royale celui-ci détenait à l’intérieur de leur finage avant qu’Alphonse X ne s’en emparât au mépris du droit281. L’exemple est loin d’être spécifique et, en raison du nombre des confiscations ordonnées par son père282, Sanche IV fut obligé, une fois monté sur le trône, d’accorder aux ordres militaires la restitution globale de l’ensemble des terres qui leur avaient été arrachées ; ce fut le cas pour Santiago à la faveur d’un privilège adressé le 6 mai 1285 a son maître, le fidèle Pedro Núñez283.

  • 284 AHN, OM, carp. 90, doc. 3, publ. J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso X el Sabio al re (...)
  • 285 AHN, OM, carp, 90, doc. 3, publ. Id., Documentes de Sancho IV, pp. 58-60, doc. 66.
  • 286 C’est ce qu’a bien signalé C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el (...)

69Cependant, cette décision fut loin d’être appliquée en toute rigueur. C’est ainsi qu’en juin 1286 Sanche IV confirma aux autorités municipales de Cieza la grâce, que leur avait accordée Alphonse X trois ans plus tôt, de ne plus dépendre de Santiago284, leur assurant qu’elles demeureraient à l’intérieur du domaine royal et qu’elles retrouveraient les privilèges dont elles jouissaient avant de passer sous la juridiction seigneuriale285. Ce fait n’est pas anodin. Il cadre parfaitement, nous l’avons vu, avec le désir de Sanche IV de maintenir, en dépit des difficultés de la conjoncture politique, un contrôle étroit sur les ordres militaires. Une fois parvenu au pouvoir, les grâces qu’il dispensa aux milices n’eurent plus rien des libéralités dont il les avait nourries lors de la rébellion armée contre son père286. Le changement est d’importance. Il incite à nuancer la capacité des ordres militaires, aussi bien que de l’ensemble de la noblesse, à contraindre le nouveau souverain à mettre en œuvre le programme seigneurial au nom duquel ils s’étaient révoltés contre un projet centralisateur dont ils n’obtinrent aucunement l’abrogation.

L’insurrection contre Alvar Núñez Osorio

  • 287 Bien mis en évidence par D. Catalán, « Un romance histórico de Alfonso XI », il a été analysé récem (...)
  • 288 Une description détaillée de l’insurrection figure dans le travail de D. Catalán, « Un romance hist (...)
  • 289 Ce défaut caractérise notamment les travaux de S. de Moxó, « La sociedad política castellana en la (...)
  • 290 Ce portrait de Fernán Rodríguez de Valbuena est à plusieurs reprises confirmé par la Crónica del re (...)

70Moins d’un demi-siècle plus tard, un second soulèvement plaçait de nouveau les ordres militaires, ou du moins une partie importante d’entre eux, en première ligne des opposants au renforcement de l’autorité monarchique que s’attacha à imposer, sitôt Alphonse XI déclaré majeur en 1525, le favori du roi Alvar Núñez Osorio, créé comte de Lemos, de Sarria et de Trastamare. Consigné dans l’un des plus anciens romances noticieros, le rôle joué par le prieur de l’Hôpital Fernán Rodríguez de Valbuena dans le renversement du favori est un fait connu287. C’est lui en effet qui, fort du concours de nombreux nobles, déclencha au début de 1328 un soulèvement qui, s’étendant à une partie des terres de l’Hôpital, se propagea rapidement à Zamora, Toro et Valladolid, obligeant le roi, alors en lutte contre Juan Manuel, à accorder aux rebelles le renvoi d’Alvar Núñez Osorio288. Si la chronologie de l’insurrection offre peu d’ombres, sa signification est loin de présenter la même clarté dans la mesure où l’action de Fernán Rodríguez de Valbuena reste envisagée sur le mode personnel289, sans relation avec les autres ordres, comme si le prieur, conformément au tableau qu’en a laissé l’historiographie officielle à travers la chronique de Fernán Sánchez de Valladolid, s’était seulement préoccupé de favoriser les intérêts de Juan Manuel, dont les sources le décrivent comme la créature290.

  • 291 Le fait ressort d’une lettre de Jacques II, mise au jour par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. (...)
  • 292 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 28 et 30-31, pp. 192-195, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I (...)
  • 293 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 572-573, doc. 471.
  • 294 Parmi tes marques d’amitié données à ses alliés par Fernàn Rodríguez de Valbuena, on peut citer la (...)

71Il est manifeste qu’une relation étroite unit Fernán Rodríguez de Valbuena aux porte-parole de la ligne nobiliaire au cours de la minorité d’Alphonse XI. Le prieur apparaît ainsi, après avoir servi l’infant Juan en 1315 dans une mission diplomatique auprès de Jacques II d’Aragon291, au nombre des proches conseillers de son fils Juan el Tuerto, auquel il prêta son concours durant la deuxième phase de la régence, ouverte après 1319, en particulier lors de la crise née de l’insurrection de Zamora en faveur de l’infant Felipe292. De la même façon, il se lia alors avec Juan Manuel d’une amitié qu’il lui conserva jusqu’à la mort et dont une lettre d’Alphonse IV d’Aragon au magnat castillan souligne la profondeur293. S’il existe dans de tels rapports une dimension personnelle irréductible, il importe à mon avis de bien en distinguer le sens politique, que les textes occultent en partie sous le vocabulaire de l’amitié. Il s’agit en effet d’une alliance objective, née d’intérêts communs, que matérialisent sur le plan symbolique, pour mieux en faire valoir la force, des gestes qui, usant des codes de la sociabilité nobiliaire, semblent au premier abord situer la relation sur un mode individuel294.

  • 295 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1329-1330.
  • 296 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 67, p. 214, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 82, p. (...)
  • 297 Datée du 20 juillet 1328, une lettre de Juan Manuel au roi Alphonse IV d’Aragon, signalée par A. Gi (...)
  • 298 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 66, p. 214, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 79, p. (...)
  • 299 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 69, p. 216, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 90, pp (...)

72En jouant d’actes étroitement conformes aux représentations de la noblesse, Fernán Rodríguez de Valbuena sut se concilier l’appui de Juan el Tuerto comme de Juan Manuel et, à travers eux, d’importants cercles de la société politique qui penchèrent en leur faveur pendant la minorité d’Alphonse XI. À plusieurs moments de l’engagement public du prieur, de tels soutiens se révélèrent décisifs, notamment lors de sa révolte contre Alvar Núñez Osorio295. Contesté par une partie des frères de l’Hôpital, destitué à l’initiative du comte296, Fernán Rodríguez de Valbuena se trouva d’abord en position de faiblesse. Il ne fait aucun doute que la rébellion dont il a pris la tête aurait été réduite par la force si elle n’avait pas bénéficié de relais sûrs, non seulement dans le royaume297 mais également à la cour. L’appui de nombreux conseillers hostiles à la concentration du pouvoir entre les mains du seul favori, parmi lesquels Juan Martínez de Leyva, fut en effet essentiel dans le choix de la date de l’insurrection298. Il le fut encore bien plus lors du dénouement de la crise, car le prieur utilisa ses contacts dans les milieux curiaux pour obtenir le renvoi d’Alvar Núñez Osorio299.

  • 300 Le fait a été signalé par C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los m (...)
  • 301 Ce point constitue l’une des différences principales entre les deux narrations, comme l’amontré D. (...)
  • 302 Gran Crónica de Alfonso XI, t I, chap. 78, pp. 422-423 : «E un cauallero bueno que llamauan Fernan (...)
  • 303 Il est intéressant d’observer que ce souci de préserver les privilèges fiscaux des ordres militaire (...)
  • 304 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1328 et 1333.

73De tels soutiens il serait erroné de conclure que Fernán Rodríguez a finalement agi en simple factieux, livré à l’un des partis qui se disputaient le pouvoir au sortir de la longue minorité d’Alphonse XI. Au printemps 1528, l’élément qui l’incita à prendre les armes contre Alvar Núñez Osorio tenait à sa volonté de sauvegarder les privilèges fiscaux dont étaient dotés l’Hôpital et, plus largement, les ordres militaires300. Le mobile, passé sous silence dans la relation de Fernán Sánchez de Valladolid, toute dévouée aux intérêts du monarque et soucieuse de décrire l’insurrection du prieur dans l’unique perspective de la révolte de Juan Manuel, est clairement identifié par la Gran Cronica de Alfonso XI, moins étroitement inféodée au pouvoir royal301. Le supérieur de l’Hôpital y est en effet présenté comme un adversaire résolu du projet, conçu par le favori du roi, de supprimer l’exemption des ordres militaires afin de leur demander un tribut destiné à couvrir le coût de la guerre de Grenade302. Prêt à entrer en rébellion, au risque de s’aliéner le souverain, pour défendre les privilèges dont l’institution qu’il gouvernait disposait à l’instar des autres milices hispaniques303, le prieur s’imposa, à l’occasion du soulèvement, comme l’un des principaux tenants d’une conception aristocratique de l’État, qu’il entendait voir respecter les libertés des éléments dominants de la société politique304.

  • 305 Archivo Municipal de Léon, doc. 79, publ. C. Fernández Duro, Memorias históricas de la ciudad de Za (...)
  • 306 BNV, SO, vol. 20, doc. 5. Décrit par J, Delaville le Roulx, Les archives, la bibliothèque et le tré (...)
  • 307 BNV, SO, vol. 20, doc. 5. La lettre mentionne ainsi que « dictus filius iniquitatis, diuino timore (...)

74C’est donc animé d’un projet alternatif au renforcement de l’autorité royale que Fernán Rodríguez de Valbuena, soutenu par une partie des ordres militaires, de la noblesse et des villes, souleva les terres de son prieuré et plusieurs places du bassin du Douro. Malgré son hostilité à la rébellion, le monarque en convint lui-même dans une lettre qu’il adressa en avril 1328, depuis le camp d’Escalona, aux autorités urbaines de Léon, leur intimant l’ordre de résister à la propagande déployée par le prieur et ses alliés, qui pour se rallier de nouveaux partisans répandaient des proclamations accusant le pouvoir royal de violer la coutume305. Deux mois plus tard, dans un courrier adressé au maître de l’Hôpital Hélion de Villeneuve, les autorités municipales de Zamora abondaient dans le même sens306. Favorables au prieur, dont elles espéraient empêcher par leur action qu’il ne fut relevé de sa charge, comme l’avait exigé Alvar Nùñez Osorio, elles firent valoir la justesse de sa révolte, insistant à leur tour sur le mobile fiscal puisqu’il s’agissait, à les en croire, de défendre le royaume contre les exactions imposées par le favori, décrit comme un être d’iniquité pour avoir voulu étendre la fiscalité royale aux terres d’Église et, plus particulièrement, aux domaines des ordres militaires307.

  • 308 Ce schéma a été invoqué en Castille pour la plupart des révoltes nobiliaires du Moyen Âge tardif, c (...)
  • 309 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 68, p. 215, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 89, p. (...)
  • 310 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 69, p. 216, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 90, p. (...)
  • 311 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 69 et 70, p. 217, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. (...)
  • 312 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 1331.

75Ainsi, la rébellion de Fernán Rodríguez ne fut jamais dirigée contre le roi ni même contre l’autorité monarchique, mais contre l’abus qui en était fait et dont le favori est dénoncé comme le seul coupable308. Le prieur s’attache surtout à circonvenir Alvar Núñez Osorio auprès d’AlphonseXI. Il n’a de cesse d’éluder l’affrontement armé, à la différence de son rival qui, au début de la rébellion, sait jouir de la faveur royale. Dans l’action et dans le discours de Fernán Rodríguez, la personne aussi bien que les intérêts du roi sont systématiquement ménagés. Ainsi faut-il comprendre plusieurs de ses gestes lors de l’insurrection de Valladolid, tels que la libération de Leonor, la soeur du monarque retenue dans la citadelle309, le refus d’affronter l’armée d’Alphonse XI malgré l’avis de certains proches310 et, enfin, l’ouverture des portes de la cité, restituée au souverain dès le moment où Alvar Núñez est écarté de la cour311. Ensemble, ils témoignent, au plus fort du soulèvement, du respect de Fernán Rodríguez de Valbuena pour l’autorité royale, qu’il ne cherchait pas à remettre en cause mais au contraire à contrôler pour l’adapter à son projet seigneurial312.

  • 313 AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 36r°-v°, publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentas de Alfonso XI, pp (...)
  • 314 F. Pino Rebolledo, Catálogo de los pergaminos de la Edad Media, pp. 165-167, doc 32 : «Me diveron q (...)
  • 315 L’incendie du couvent a été rapporté par l’infant Juan Manuel dans son Chronicón, publié par A. Ben (...)
  • 316 F. Pino Rebolledo, Cátalogo de los pergammos de la Edad Media, pp. 163-167, doc, 32 : «E el dicho t (...)

76S’il peut sembler que Fernán Rodríguez soit parvenu à ses fins, sa victoire à la suite de l’insurrection contre Alvar Nùñez Osorio était encore plus fragile que celle qu’avaient remportée les supérieurs des ordres militaires au lendemain du soulèvement dirigé contre Alphonse X. Certes, une fois le favori écarté du pouvoir, Alphonse XI fut contraint de reconnaître la légitimité de la révolte du prieur. À l’été 1328, depuis Zamora, dont les portes lui avaient été ouvertes, le monarque fit part aux autorités urbaines de Murcie des méfaits commis sous son couvert par Alvar Nùñez et les assura de son désir d’y porter remède en convoquant une réunion des Cortes à Burgos313. Un an plus tard, il renouvela les privilèges de la ville de Valladolid et souligna, à la demande de ses procureurs, la qualité des services que les habitants de la ville lui avaient rendus l’année précédente en résistant au favori les armes à la main314. Il les absout même de toute responsabilité dans les dégâts causés au monastère de Las Huelgas, où était enterrée María de Molina, incendié durant les combats315, attribuant le crime à Alvar Núñez Osorio et interdisant qu’il pût en être fait grief aux autorités municipales316.

  • 317 Émise par D. Catalan, « El buen prior Hernán Rodríguez », p. 35, cette hypothèse est corroborée par (...)
  • 318 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 74, p. 219, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 95, p. (...)
  • 319 De nombreux documents relèvent explicitement la participation du prieur au conseil royal, parmi les (...)
  • 320 Plusieurs documents signalent l’assistance du maître au conseil. Deux d’entre eux ont été publiés a (...)
  • 321 La nomination du maître est rapportée par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 70, p. 217, et l (...)
  • 322 Pour occulte qu’il puisse sembler, son soutien aux insurgés rien fut pas moins primordial, à en jug (...)
  • 323 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 1332.
  • 324 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 77, p. 220, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 98, p. (...)
  • 325 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 97, p. 232, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 118, p (...)

77Fort de la réussite d’une rébellion dont le bien-fondé était reconnu par le roi, Fernán Rodríguez de Valbuena accéda aux charges les plus élevées de l’administration curiale. Nommé mayordomo mayor au lendemain de l’événement317, il fut admis dans la privanza du roi318, prenant part au conseil319 en compagnie du maître de Santiago Vasco Rodríguez320, désigné comme adelantado mayor de la frontera321 pour prix de son appui à la révolte322. La faveur dont jouissait le prieur ne peut pourtant être comparée à celle du comte avant sa disgrâce : non seulement elle était partagée, et ne pouvait de ce fait lui assurer une emprise aussi forte sur la personne d’Alphonse XI, mais encore elle fut de courte durée car sa sympathie pour les thèses politiques de la noblesse lui aliéna rapidement la confiance du roi, qui restait bien décidé à faire prévaloir l’autorité monarchique323. Proche de Juan Manuel, qu’il réussit à soustraire à la vindicte du souverain324 et dont, à l’heure de mourir, il tenta encore d’appuyer les projets en soutenant l’alliance de sa fille avec l’infant Pedro de Portugal325, Fernán Rodríguez de Valbuena était progressivement marginalisé au sein de la cour à partir de 1330.

  • 326 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 113, p. 247, Quand le roi arriva à Séville le 8 juin 1333, re (...)
  • 327 Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla, t. I, pp. 428-429.
  • 328 RAH, Col. Salazar, M-128, ffos 303r°-305r°.
  • 329 L’assiette de l’impôt était ainsi définie, R AH, Col. Salazar, M-I28, f° 303v° : « Acordaron de me (...)

78Ainsi éclata l’incapacité du prieur, une fois installé au sommet du pouvoir, à appliquer le projet politique au nom duquel il s’était soulevé. Sans même qu’il soit ici nécessaire d’évoquer une disgrâce sur laquelle nous reviendrons et dont, seule, la mort de Fernán Rodríguez de Valbuena, en mai ou dans les premiers jours de juin 1333326, a empêché qu’elle fut totale, il convient d’observer que dès 1329 apparaissent les premières limites d’une action conçue en faveur de la défense des intérêts seigneuriaux des ordres militaires. Aux Cortes de Madrid, le prieur fut en effet conduit à accepter, à l’instar des autres maîtres, que les dépendants de l’Hôpital soient astreints à l’impôt au sein du domaine royal327. Plus encore, il fut obligé à Valladolid, au printemps 1332, de souscrire avec le maître de Santiago Vasco Rodríguez à un prélèvement extraordinaire de quatre servicios, consenti au roi afin qu’il puisse acquitter les arriérés des soldes de ses vassaux328 : si les familiers des ordres militaires étaient exemptés d’un tel versement, leurs dépendants, en revanche, étaient contraints de payer leur quote-part, à l’égal de tous les contribuables du royaume, dès lors qu’ils possédaient des biens fonciers ou mobiliers pour une valeur supérieure à soixante maravédis329, en vertu de ce même principe fiscal que défendait Alvar Núñez Osorio lorsque, quatre ans plus tôt, il se heurta au refus violent de Fernán Rodríguez de Valbuena.

Les affrontements de l’époque de la guerre civile

  • 330 L’analyse la plus complète de l’insurrection reste l’étude de L. V. Díaz Martín, « Los maestres de (...)
  • 331 L, V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 304 et 3 (...)

79Précédant l’avènement des Trastamares, une troisième rébellion des ordres militaires contre l’autorité royale se produisit durant le règne conflictuel de Pierre Ier. Dans le temps comme dans l’espace, cette insurrection présente une ampleur bien supérieure aux deux précédentes puisque, latente depuis l’accession du monarque au trône, elle se propagea à partir de 1354 pour s’étendre alternativement, au cours des quinze dernières années de son gouvernement, à la plupart des régions du royaume. Décrite à plusieurs reprises sur la base de la chronique rédigée à la fin du XIVe siècle par Pedro López de Ayala, la trame du soulèvement est bien connue330. Toutefois sa signification est loin d’avoir fait l’objet d’une analyse aussi minutieuse. Le plus souvent, la confrontation entre les ordres militaires et le pouvoir royal reste conçue en fonction de leur alignement sur le programme nobiliaire331. Or, si la défense de leurs prérogatives seigneuriales constitua jusqu’au milieu du XIVe siècle, pour ces institutions, la cause primordiale de leurs révoltes contre l’autorité souveraine, il n’est pas sûr qu’à partir de cette époque elle ait conservé le même caractère prioritaire.

  • 332 Pedro Lopez de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 6 et 7, pp. 442-443.
  • 333 Ibid., an. IV, chap, 27, p. 438.
  • 334 Ibid., an. V, chap. 7, p. 443 : « Prendieron el conde é el maestre à don Juan Garcia, hermano de do (...)
  • 335 Sur les circonstances de son élection à la tête de la milice, il convient de se reporter aux études (...)
  • 336 Comme l’a bien montré F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiag (...)

80Certes, on ne saurait nier que la logique seigneuriale intervienne dans l’opposition des ordres militaires au pouvoir royal, laquelle, pour certains d’entre eux, revêt à partir de 1354 une forme armée. Quand en avril l’infant Enrique, le futur roi Henri II, et son frère Fadrique, le maître de Santiago, chargés par Pierre Ier d’assiéger le château d’Albuquerque, s’allièrent à l’ancien favori Juan Alfonso de Albuquerque pour éliminer du pouvoir les proches de María de Padilla, qui accaparaient alors l’accès au roi, et faire prévaloir un programme nobiliaire conforme à leurs intérêts, ils reçurent des ordres militaires un assez large soutien332. Celui-ci était majoritaire à l’intérieur de Santiago, où la position du maître prévalut malgré l’effort de Pierre Ier pour introduire des partisans au nombre desquels Juan García de Padilla, élevé l’année précédente à la dignité de grand commandeur de Castille333 et que les révoltés tentèrent de capturer dès les premiers jours de l’insurrection334 Assurément moindre, il n’était pas négligeable au sein de Calatrava, dont le maître Diego García de Padilla, investi peu auparavant par le roi335, ne put s’assurer l’appui de l’ensemble des frères de l’Ordre puisque plusieurs lui résistaient, réunis dans les forteresses de la frontière nasride autour de Pedro Estébañez Carpenteyro, neveu de son prédécesseur Juan Núñez de Prado336.

  • 337 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an, IV, chap. 25, p, 437.
  • 338 Il était en effet apparenté à leur mère, Leonor de Guzmán, comme l’a observé L. V. Díaz Martín, « L (...)
  • 339 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IV, chap. 29, p. 439 : « E estonce tornó el re (...)
  • 340 Ibid., an. V, chap. 18, p. 446.
  • 341 Brièvement abordé par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de P (...)

81Cependant, le soutien prodigué aux rebelles par les ordres militaires fut très loin d’être unitaire. Aux premiers signes d’un renforcement de la tension dans le royaume, plusieurs maîtres décidèrent de ne pas prendre parti. Ainsi, le prieur de l’Hôpital Fernán Pérez de Deza refusa à un noble de la cour en butte à la vengeance du roi l’appui qu’il était venu chercher à Castronuño, lui laissant uniquement le temps de quitter la ville avant que n’y entrent ses poursuivants, qui n’obtinrent pas davantage son aide pour l’appréhender337. De façon similaire, et malgré les liens de parenté qui l’unissaient aux révoltés338, le maître d’Alcántara Fernán Pérez Ponce choisit de demeurer neutre lorsque les infants Enrique et Fadrique se soulevèrent contre Pierre Ier : récemment rentré en grâce auprès du souverain, qui lui avait rendu les châteaux de Moron et de Cote339, il se refusa à entrer dans l’alliance que lui proposent les conjurés, alléguant, pour casser les négociations, l’impossibilité de parvenir à un accord sur les forteresses qu’il devrait leur remettre en garantie340. S’ils marchaient derrière le supérieur de Santiago, les opposants à Pierre Ier, privés du soutien de l’Hôpital et d’Alcántara, furent donc réduits à compter au sein des ordres militaires sur le seul appui des secteurs de Calatrava et de Santiago qu’ils contrôlaient, toujours plus réduits au fur et à mesure des scissions suscitées par le roi pour leur faire pièce341.

  • 342 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an.V, chap. 20, p. 448.
  • 343 AHN, OM, carp. 16, vol. II, doc. 24.
  • 344 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 18, p. 468 : «Otrosi el rey ovo nuev (...)
  • 345 Ibid., an. VII, chap. 2, p. 471 : « E saliendo la reyna doña Maria del castillo, é con ella aquello (...)

82Traversés par des clivages politiques, partagés à plusieurs reprises en deux factions ennemies, les ordres militaires étaient loin de former sous le règne de Pierre Ier un front de résistance commun, voire seulement cohérent, au programme de renforcement de l’autorité royale conduit par le monarque. Plus d’une fois, au contraire, au sein d’un même ordre les frères s’affrontèrent les armes à la main, les uns combattant dans le parti du roi, les autres dans les rangs de ses adversaires. À l’automne 1355, Juan García de Padilla, promu par Pierre Ier à la tête de Santiago contre Fadrique342, assiégea ainsi plusieurs châteaux restés fidèles au maître légitime : victorieux en Estrémadure, à Fuente del Maestre et à Llerena343, il s’apprêtait à se retourner contre le couvent central d’Uclés lorsqu’il fut tué dans un affrontement avec des frères de son ordre commandés par le grand commandeur de Castille Gonzalo Mexía344. L’année suivante, ce sont les membres de Calatrava qui se battirent de la sorte devant Toro. Assiégée par le roi, la place avait en effet donné refuge à Pedro Estébañez Carpenteyro, prétendant à la maîtrise de l’Ordre, que son rival Diego García de Padilla, blessé lors de l’assaut, fit exécuter à la faveur de la victoire afin de demeurer seul à la tête de l’institution345.

  • 346 Ainsi l’ont signalé les deux plus récents biographes du roi, L.V. Díaz Martín, Pedro I, p. 169, et (...)
  • 347 Le fait a été souligné par J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War » (...)
  • 348 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XV chap. 8, p. 534 : « É estando sobre un loga (...)

83Quoique provisoire, l’avantage acquis par Pierre Ier sur ses adversaires n’en était pas moins manifeste après la prise de Toro346. Cependant, il n’entraîna pas un retour à l’unité des ordres militaires. Affaiblie mais en aucun cas éliminée, la fraction hostile au roi s’exila hors du royaume à la suite de l’infant Enrique, en France tout d’abord, pour une période assez courte, puis en Aragon où elle trouva, à l’automne 1356, une base d’action parfaite à la faveur du déclenchement des hostilités avec la Castille347. Pendant plus de dix ans, les luttes internes aux ordres militaires recoupèrent ainsi les affrontements entre les deux puissances hispaniques. À différentes reprises, des frères castillans se battirent dans des camps opposés comme en 1365 à Alcublas, où le maître d’Alcántara, Gutier Gómez de Toledo, fut tué lors d’une action lancée pour ravitailler Murviedro, assiégée par des troupes aragonaises auxquelles s’était rallié Pedro Muñiz de Godoy, qui prétendait à la maîtrise de Calatrava contre Diego García de Padilla348.

  • 349 L. V. Díaz Martín, Pedro I, p. 286,
  • 350 Souligné par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatr (...)
  • 351 Pendant les mois qui précédèrent la bataille, Garcí Álvarez de Toledo, supérieur de Santiago, Gómez (...)
  • 352 La date de son élévation à la tête de Calatrava demeure très incertaine. L, V. Díaz Martín, « La el (...)
  • 353 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XVIII, chap. 3, p. 552.
  • 354 Comme l’a montré A. L. Molina Molina, « Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcántar (...)

84Plusieurs fois même, les combats mirent aux prises les frères d’une même milice. Déclenchée au début de 1366 par l’infant Enrique, qui le 16 mars fut proclamé roi à Calahorra sous le nom d’Henri II349, la guerre civile constituait un cadre idéal pour un tel scénario. Face à face, les monarques disposaient chacun d’ordres militaires à leur solde, qui formaient des structures parallèles prêtes à se battre pour soutenir les droits de leur candidat au trône. À Nájera, lorsque Pierre Ier, en avril 1367, tenta de reprendre le contrôle du royaume, les ordres militaires apparurent divisés350 : dans le camp royal, affecté par la défection de plusieurs maîtres351, figurait Martín López de Córdoba, dont on peut penser qu’il cumulait déjà la dignité suprême d’Alcántara, à laquelle il avait été promu en 1365, avec celle de Calatrava352. Face à lui, au service d’Henri II, combattaient de nombreux frères de ces institutions, dont ses plus proches rivaux, Pedro Muñiz de Godoy, prétendant à la maîtrise de Calatrava, et Mélen Suárez, clavaire d’Alcántara353, à qui le pape Urbain V avait confié la gestion de l’Ordre jusqu’à ce que se fut résorbée la scission qui affectait cette communauté comme les autres milices354.

  • 355 Le fait a été relevé par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado d (...)
  • 356 L’appui fourni au prétendant par la plus grande partie de la noblesse est bien connu. Il a été anal (...)
  • 357 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XVII, chap. 8, p. 541,
  • 358 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 359 Établi en Aragon, le premier acte connu dans lequel Pedro Muñiz de Godoy revendique le titre de maî (...)

85Si les ordres militaires se soulevèrent à de nombreuses reprises contre Pierre Ier au cours de son règne, jusqu’à fournir en 1369 une aide décisive à Henri II lors de la bataille de Montiel, qui marqua la victoire définitive de ce dernier355, il est très difficile d’isoler dans leur révolte les principes d’action qui, depuis près d’un siècle, avaient guidé leurs rébellions successives contre l’autorité royale. Sans doute, nous l’avons vu, la logique seigneuriale n’était-elle pas absente des motifs qui incitèrent certains dignitaires à prendre parti pour le comte de Trastamare356. À elle seule, cependant, elle est loin de constituer une explication suffisante. En effet, une fois proclamé roi, Henri II n’employa pas des méthodes différentes de celles de son demi-frère dans ses rapports avec les maîtres des milices. Assurément plus souples, elles étaient tout aussi puissamment dictées par l’intérêt de la Couronne avant toute autre considération. C’est pourquoi il n’hésita pas, lorsque Diego García de Padilla, inquiet pour son pouvoir à la tête de Calatrava, s’offrit en 1366 à lui prêter hommage357, à le confirmer dans une dignité qu’il avait pourtant promise à Pedro Muñiz de Godoy358, tenu depuis six ans en Aragon pour le maître légitime de l’institution359.

  • 360 Ainsi l’a bien fait valoir L. V. Díaz Martín, Los maestres de las órdenes militares durante el rein (...)
  • 361 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. I, p. 440, et chap. 20, p. 448. Il se (...)
  • 362 Pedro Lopez de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 16, pp. 467-468. Á peine le maître é (...)
  • 363 Cette alliance est mentionnée par les mémoires de Leonor López de Córdoba publiés par R. Ayerbe-Cha (...)

86Luttant contre Pierre Ier ou bien épousant sa cause, les ordres militaires, sollicités avant tout en raison de leur potentiel, n’avaient pas les moyens de faire valoir des revendications propres. Aussi est-il vain de rechercher en eux-mêmes la raison de leur participation aux luttes internes du royaume : leur engagement, à cette époque, est simplement le reflet de l’affrontement de deux factions irréductibles entre lesquelles se répartissaient les grands dignitaires. Confronté au début de son règne à des institutions toutes dévouées à Leonor de Guzmán, l’ancienne maîtresse de son père360, Pierre Ier s’attacha à les placer progressivement sous son contrôle en favorisant les proches de son chambellan Juan Fernández de Hinestrosa. Ainsi, en 1354, deux des neveux de celui-ci, Diego et Juan García de Padilla, frères de la concubine du roi, furent respectivement promus en 1354 à la tête de Calatrava et de Santiago361. Des parents plus éloignés, tels Diego Gutiérrez de Cevallos, élevé l’année suivante à la dignité principale d’Alcántara362, ou de simples alliés, tel Martín López de Córdoba, qui accorda sa fille Leonor en mariage au fils du chambellan363, bénéficièrent également des faveurs du roi, désireux de placer de la sorte les milices sous sa coupe.

  • 364 Présent en Aragon aux côtés d’Henri de Trastamare dès le mois de décembre 1356, il fut choisi en ta (...)
  • 365 Plusieurs documents conservent la mémoire d’un procès qui, de 1353 à 1360 au moins, opposa les deux (...)
  • 366 BS, pp. 333-334. Au début de son règne, Pierre Ier semble s’être appuyé sur le grand commandeur de (...)
  • 367 Comme l’a signalé L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares durante el reinado de (...)
  • 368 Cette hypothèse a été émise par J, O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castillan Civil (...)

87Jouant du mécontentement entraîné par la décision de Pierre Ier d’implanter au sommet des ordres militaires une faction dévouée à sa cause, le comte de Trastamare chercha à partir de 1360 à en favoriser une autre, qui lui permît tout aussi sûrement d’obtenir le soutien de ces institutions. À cette fin, il fit appel aux fidèles des anciens maîtres et aux membres de lignages que le roi avait évincés au profit de ses propres créatures. Pour Santiago, il prit ainsi appui sur les familiers de l’ancien grand commandeur de Castille Gonzalo Mexía364, opposés au sein de l’institution aux Chacón365, d’abord protégés par le roi avant de tomber à leur tour en disgrâce366. De la même façon, il concéda la maîtrise de Calatrava à Pedro Muñiz de Godoy, nommé commandeur de Caracuel par Juan Núñez de Prado367, dont il était selon toute vraisemblance le parent368. Entre les mains de l’infant Enrique prenait ainsi forme un appareil militaire qui constituait l’exact pendant de celui que le roi s’était attaché dans les années précédentes. Conçus l’un comme l’autre en vue d’une confrontation armée inéluctable, ils ne dépendaient pas dans leur logique d’antagonisme d’intérêts propres, mais des options politiques choisies par leurs maîtres dans la lutte à mort qui opposait les deux candidats au trône.

88Si les révoltes conduites par les ordres militaires contre les atteintes portées à leurs prérogatives seigneuriales témoignent de leur capacité à s’opposer à l’extension du contrôle royal sur leurs domaines, la médiocrité des résultats obtenus n’en souligne pas moins les limites d’une telle résistance. Trahie par Sanche IV une fois parvenu au trône, l’insurrection de la fin du règne d’Alphonse X peut encore passer à grands traits pour un demi-succès. Ce n’est pas le cas du soulèvement emmené, un demi-siècle plus tard, par Fernán Rodríguez de Valbuena qui, installé au pouvoir, échoua à appliquer le programme seigneurial pour la défense duquel il fut le dernier des maîtres des ordres militaires à avoir véritablement pris les armes.

***

89Ce n’est nullement un hasard si, passé le deuxième quart du XIVe siècle, les ordres militaires ne cherchent plus à résister par la force à l’extension des prérogatives de la Couronne sur leurs territoires. Certes, ils continuent à prendre part à de nombreuses révoltes, voire à la guerre civile qui donne le pouvoir à Henri de Trastamare. Leur engagement n’a toutefois plus le même sens que par le passé : il répond à une logique de faction et ne vise aucunement à remettre en cause le contrôle monarchique de leurs bases matérielles dont le principe apparaît acquis au terme d’un processus de plus d’un siècle qui présente davantage de continuité que l’historiographie ne lui en prête d’ordinaire. Bien sûr, les années 1270 marquent pour le pouvoir royal la naissance d’un demi-siècle de difficultés conjoncturelles, face auxquelles il fut obligé d’autoriser les ordres militaires à reprendre leur expansion patrimoniale et, plus encore, à renforcer leurs prérogatives régaliennes. On ne saurait pourtant en aucun cas parler d’un quelconque renoncement au projet politique conçu par Alphonse X, dont on serait bien en peine, sinon, d’expliquer qu’il se soit imposé aux ordres militaires avec une telle rapidité à partir du moment où Alphonse XI, lorsqu’il s’empara personnellement du gouvernement, se donna pour finalité ultime de faire prévaloir une autorité forte dont, par la suite, la monarchie castillane ne devait jamais se voir durablement privée.

Notes

1 De façon significative, la période a été choisie comme cadre chronologique de la première rencontre sur la genèse de l’Etat moderne, dirigée par A. Rucquo I (éd.), Génesis médiévaldel Estado momoderno : Castilla y Navarra, ou de la synthèse de M. Á. Ladero Quesada, La fiscalidad real en Castilla, qui systématise différentes études auparavant consacrées par l’auteur à cet outil privilégié de la construction étatique que constitue l’impôt.

2 Espéculo, libro I, tít 1, ley 13, et Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tit. 1, ley 5 : « Vicarios de Dios son los reyes cada uno en su regno puestos sobre las gentes para mantenerlas en justicia et en verdad quanto en lo temporal, bien assi como el emperador en su imperio. »

3 S’il a le premier mis en valeur la cohérence de l’action entreprise par la monarchie à l’endroit des ordres militaires à partirdu gouvernement d’Alphonse X, C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporation de los maestrazgos », p. 261, et « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1280-1287, estime que ce programme fut très largement interrompu entre la mort de son promoteur et les débuts du règne personnel de son arrière-petit-fils Alphonse XI. L’idée a encore été réaffirmée récemment par l’auteur : « Alfonso X, en efecto, había planteado una línea de actuación regia que quedaría interrumpida durante algunos años,pero fue el precedente de una irréversible evolución que Alfonso XI retomaría con vigor. Los cincuenta años que transcurren entre 1275 y 1325[…] no constituy en una etapa ni mucho menos sobresaliente en el proceso castellano de afirmación real […] En realidad, durante este período la autoridad real apenas pudo avanzar en sus designios mediatizadores respecto a las órdenes militares » (Id., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 714).

4 Id., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 710.

5 Id., « La orden militar de San Juan en Castilla y León. Los Hospitalarios al norte del Sistema Central », p. 21 : « Conforme avanza el siglo XIII, y especialmente a partir de 1230, la plataforma señorial de la orden al norte del Sistema Central deja de recibir aportes en la cuantía y con la tntensidad de etapas anteriores. »

6 C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 87, et « Los Hospitalarios castellanos durante el reinado de Alfonso X », p. 152.

7 J. Brodman, «“Exceptis militibus et sanctis: Restrictions upon Ecclesiastical Ownership of Land in the Forai Legislation of Medieval Castile and Valencia», p. 64.

8 J. Clemente Ramos, Estructuras señoriales castellano-leonesas. El realengo, pp. 73-77.

9 Un exemple est connu pour Cevico de la Torre, où Ferdinand III accorda en 1221 à Pedro Ovárez, prieur castillan de l’Hôpital, l’autorisation d’acheter aux habitants vingt aranzadas de vignes à proximité de la ville (C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 420-421, doc. 232 : « Concedo itaque quod liceat vobis emere usque ad viginti arancadas vinearum in villa mea Cevico de la Torre et concedo hominibus Cevico quod liceat vendere eas vobis iure hereditario habendas et irrevocabiliter possidendas et hec mee concessionis pagina rata et stabile omni tempore perseveret »).

10 AHN, OM, libro 1342, f° 165r°-v°, publ. J. González Gonzalez, Reinado y diplomas de Fernando III, t. III, p. 53, doc. 538: «Sepades que por ruego de don Ferrand Perez, maestro de Calatrava, e del conuento, doles e otorgoles las casas e la heredat del Quadron e de Anguix, que vos yo mandé al conceio de Obtae que ge lo entrassedes con mio portero porque vos diciedes que non auien omes de orden a auer nenguna heredat en vuestro termina e mandé a vos, conseio de Obtae,firmemente […] que les dedes esta heredat sobredicha e con sus casas e con pan e con vino, si lo dende tomastes, e con quant que dent tomastes.»

11 AHN, OM, carp. 69, doc. 3, publ. ibid., t. III, pp. 96-98, doc. 576.

12 A. M. Burrriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, p. 383.

13 ACZ, leg. 11, vol. II, doc. 9, cité par C. Cabezas Lefler, Fuentes documentales para el estudio de la encomtenda de Castrotorafe, pp. 67-68, doc. 44. Les trois ans de conflit qui s’ensuivirent entre le pape et le monarque castillan ont été bien étudiés par D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of Leon », pp. 28-31.

14 Cette politique a été mise en évidence par A. Rodríguez López, La consolidación territorial de la monarquía feudal caslellana. Expansión y fronteras durante el reinado de Fernando III, pp. 304-307.

15 AHN, OM, carp. 421, doc. 69, publ. J. González Gonzalez, Reinado y diplomas de Fernando III, t. III, pp. 290-293, doc. 730.

16 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 430-431. Pour l’exemple d’Alcántara, cette démonstration a été récemment corroborée par F. Novoa Portela, La orden de Alcántara y Extremadura, p. 94.

17 BA, pp. 60-62, repris par J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, pp. 23-25, doc. 15.

18 Ces privilèges de donation ont été publiés par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 198-200, 214-216, et 323-324, doc. 179, 193 et 297.

19 AHN, OM, carp, 71, doc. 1, publ. ibid., pp. 121-123, doc. 122.

20 AHN, OM, carp. 313, doc 13, publ. C. de Ayala Martínez, « La orden de Santiago en la evolución política del reinado de Alfonso X », pp. 67-70, doc 4, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz, de Alfonso X, pp. 341-343, doc. 314 : Por qualquier manera que nos ganemos por guerra o por paz las uillas e los castiellos que an nombre Antequera e Archidona, que gelos damos agora e gelos entregaremos estonçe con todos sus términos e con todas sus pertenencias quantas an e auer deuen que los ayan libres e quitos. »

21 Évoquée déjà par D. Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiásticos y seculares de Sevilla, t. 1, p. 266, la donation a été étudiée en détail par C. de Ayala Martínez, « Alfonso X y la orden de San Juan de Jerusalén », pp. 35-40.

22 L’hypothèse émise par C. de Ayala Martínez, « Alfonso X, el Algarve y Andalucía : el destino de Serpa, Moura y Mourão », p. 297, a été suivie par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 99.

23 Le fait a été noté par J. M. Nieto Soria, Iglesia y poder real en Castilla. El episcopado, p. 98.

24 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 420-423.

25 Il a été étudié en détail par J. M, Nieto Soria, « Castillos eclesiisticos en la frontera suroriental castellana a fines del siglo XIII », pp. 45-46, et, plus rapidement, par M. Nieto Cumplido, Historia de la Iglesta en Córdoba, t. II, p. 116.

26 BCC, ms. 125, f° 31r°, publ.J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de poder, t. II, pp. 106-107, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p.500, doc. 475.

27 BCC, ms. 125, f° 31r°-v°, publ. J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de poder, t. II, pp. 93-94, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 459-460, doc. 437 : «Me dixo quanto danno e quanto mal vos viene por el castiello de Tinnosa e que me pidiedes merçed que tomasseyo el castiello de Tinnosa e que lo camiasse con la orden de Calatrava o con quien yo quisiese de guisa que vos quitasse daquella perdida tan granda que me dixo que vos costaba coda anno quatro mill maravedis la tenencia

28 Ainsi l’a signalé M. Á. Ladero Quesada, « La orden de Santiago en Andalucía. Bienes, tentas y vasallos a finales del siglo XV », pp. 332-333, Par la suite, l’idée a été reprise par de très nombreux historiens, tel C. Segura Graíño, « La formación del patrimonio territorial de las órdenes militares en el alto valle del Guadalquivir », pp. 109-110.

29 J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso X el Sabio al reino de Murcia, pp. 123-131, doc 114 : «Otrosi mandamos que ninguno de Lorca, quier ome, quier mugier, no pueda dar ni uender ni enagenar su heredat a ninguna orden, segund sobredicho es, mas de su mueble pueda dar quanto quisiere segund es fuero, et la orden que dotra guisa reçibiere la heredat pierdala, et quien la uendiere pierda los morauedis et ayanlos sus parientes los mas cercanos que ouiere» (ibid., p. 127).

30 AHN, OM, libro 1343, ffos 77r°, 129r°-v° et 138r°-v°.

31 En août 1256, Alphonse X accorda ainsi au maître de Calatrava l’autorisation d’acquérir sans la moindre entrave des terres à Silibar, mais sans que cela lui permît de déroger aux restrictions imposées ailleurs (AHN, OM, carp. 424, doc. 107, publ. BC, p. 114, repris par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X p. 202, doc. 181).

32 En juin 1257, Alphonse X autorisa Pelayo Pérez Correa, maître de Santiago, à acquérir, où bon lui semblerait et dans la limite de quinze mille maravédis, des terres ne relevant pas de la juridiction royale : AHN, OM, carp. 50, doc 3, publ. J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso Xel Sabio al reino de Murcia, pp. 58-59, doc. 41 : « Otorgo que pueda conprar don Pelay Perez, maestre de la orden de la caualleria de Santiago, en Castiella o en Leon o en la Andaluzia heredat para su orden fasta quinze mill marauedis alfonsts. »

33 AHN, OM, carp. 50, doc. 2, publ. ibid., pp. 47-50, doc. 32.

34 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 378. À en croire le chroniqueur, l’intention d’Alphonse X ne fait aucun doute puisque le texte rapporte qu’après avoir passé en revue les biens de l’institution dans le royaume de Murcie, le roi « quiso reintegrar aquella corona en todos estos bienes ».

35 Ce que montre, en 1279, 1a cession de Cazalla qui cache en fait un échange : pour prix du château, Calatrava dut en effet remettre au roi la forteresse de Cerraja (AHN, Osuna, leg. 102, doc 1, publ. BC, pp. 143-144, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluzde Alfonso X, pp. 480-482, doc. 454).

36 I. Rodríguez de Lama, Colección diplomática medieval de la Rioja, t. IV, pp. 213-214, doc. 231. Dans la sentence royale d’un procès ultérieur mettant aux prises le bénéficiaire de la transaction avec Calatrava, qui détenait d’autres vignes à proximité, il est fait allusion au droit fondé par « las cartas deste donadio que el maestre e el convento dieron a mi que yo di a don Garcia Almoravit ».

37 AHN, OM, carp, 94, doc. 31, publ. E. Martínez, Colección diplomática de Santo Domingo de Caleruega, pp. 285-286, doc 219.

38 Ainsi l’ont avancé J. López Agurlta, Apología de santo Domingo por la orden de Santiago, p. 74, et E. Martínez, Colección diplomática de Santo Domingo de Caleruega, p. 286, n. 1.

39 Ce coup de force est rapporté dans la concession viagère consentie en 1269 par Santiago à l’infante Sancha fille d’Alphonse IX, puisque, des terres données à l’institution onze ans plus tôt, l’acte exclut Caleruega, restée hors du contrôle des frères : « Fuera ende Caleruega que tomó el rey e si lapudiereinos bauer que vos entre guemos della un precio de quanta valiera ». (BNM, ms. 13063, ffos 47r°-48r°). Cinq ans plus tard, faute de pouvoir s’assurer du domaine, la milice n’avait d’autre alternative que d’en laisser la propriété à Alphonse X dans des formes légales : « Otorgamos a vos, muy nobre rey don Alffonso […] e a la muy nobre reyna, vuestra mujer, donna Iullant un nuestro lugar que nos avemos que es llamado Caleruega con todas las cosas que nos y avemos. E damos vollo por vuestra eredamiento pora siempre jamas. » (E. Martínez, Colección diplomática de Santo Domingo de Caleruega, pp. 324-325, doc 247). Il ne semble pas que, par la suite, la possession de la ville soit revenue à l’institution à un quelconque moment.

40 C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 436-437.

41 L. R. Villegas Díaz, «Las ferias del Campo de Calatrava en la Edad Media», p. 306.

42 Il convient de se référer sur ce point aux études de L. R. Villegas Díaz, « Una gran villa e bona. Apostillas sobre la fundación de Ciudad Real », et de F. Ruiz Gómez, « La carta-puebla de Ciudad Real. Comentario histórico-jurídico ».

43 AHN, Osuna, leg. I, doc. 2a, publ. BC, pp. 123-125, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 323-324, doc. 297 : « E por esta merced que les fazemos el maestre e todos los freyles de la orden sobredicha an de mudar e de tener su conuento en Osuna de aquí, adelante para siempre jamás, así como lo tuvieron fasta aquí en Calatraua la Nueua, e que allí sea su conuento e non en otro lugar. »

44 Voir C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 437, et L. R. Villegas Díaz, « Presencia de la orden de Calatrava en Osuna », pp. 45-47.

45 AHN, Osuna, leg. 81, doc. 2, publ. BA, pp. 113-115, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 478-480, doc. 453 : « Por grant sabor que auemos de fazer bien e merçet a la orden de Alcántara, otorgamos por nos e por nuestros herederos pora siempre a don Garçi Ferrández, maestre della, e a los otros maestres que serán después dél e al conuento dessa misma orden la uilla e el castiello de Morón, a que ponemos nombre Buenauentura, en que tengan el conuento mayor. »

46 Ainsi l’a récemment signalé C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 712, qui a bien observé que, ce faisant, le roi « separaba las sedes conventuales de sus grandes plataformas de apoyo territorial intentando evitar una excesiva concentración de poder señorial. »

47 A. García y García, « Tradición manuscrita de las Siete Partidas ».

48 C’est ce qu’a notamment souligné C. González Mínguez, Fernando IV de Castilla. La guerra civil y el predommio de la nobleza, dans un travail devenu classique et dont les grandes lignes ont été reprises dans sa biographie du monarque : Id., Fernando IV. Il convient néanmoins de nuancer les conclusions de l’auteur, quelque peu enclin à exagérer la faiblesse du règne.

49 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 122.

50 Ce point de vue a été avancé à plusieurs reprises parC. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 261, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica », pp. 1286-1287, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 710.

51 Souligné par M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, pp. 7-8, ce fait a été étudié en détail par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 457-464, et par M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes militares castellanas con la Corona », pp. 417-422.

52 C. de Avala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante et reinado de Alfonso X », pp. 448-432.

53 AHN, OM, carp. 293, doc. 1 et 2, publ. J. Torres Fontes, Documentes de Sancho IV, pp. 1-2 et 44-47, doc. 1 et 54.

54 Les circonstances du siège ont été décrites par C. González Mínguez, Fernando IV de Castilla. La guerra civil y el predominio de la nobleza, pp. 247-248, qui signale qu’un détachement santiaguiste participait aux opérations.

55 AHN, OM, carp. 30, doc, 13, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 78-80, doc 73.

56 A. Collantes de Terán Sánchez, « Los señoríos andaluces », p. 97.

57 M, Nieto Soria, Sancho IV, p. 224.

58 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 124.

59 Ainsi, peu après l’avènement de Sanche IV, le prieur d’Uclés se vit accorder le privilège d’être exempté de toute taxe au titre du droit de gîte (AHN, OM, carp. I, vol. I, doc 38).

60 Au début du XIVe siècle, les maîtres de Santiago et de Calatrava reçurent le droit de retenir pour leurusage propre la moitié des tributs acquittés au roi parles ressortissants de leurs domaines (AHN, OM, carp. 3, vol. I, doc 19, et carp. 428, doc. 173). Ce faisant, ils obtinrent que fût systématisée à leur profit une faveur dont, comme l’a signalé Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 79, le plus ancien bénéficiaire fut le maître d’Alcántara Femân Pérez qui, en 1293, avait été gratifié d’une rente viagère de dix mille maravédis prise sur les revenus publics d’Alcántara, de Valencia et de Salvaleón (BNM, ras. 622, ffos 177v°-178v°, publ. BA, pp. 122-123, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, pp. 249-250, doc 386).

61 Entre autres par J. M. Nieto Soria, Sancho IV, p. 222. En réalité, la faiblesse de l’autorité royale est surtout relative, comme l’a bien vu M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, p. 54, qui intitule le troisième chapitre de sa biographie du souverain « En una mano el pan, y en la otra, el palo ». L’idée d’autorité publique n’est pas abandonnée, bien au contraire, comme l’a récemment fait valoir H. Ó. Bizzarri, « Reflexiones sobre la empresa cultural del rey don Sancho IV de Castilla », pp. 434-435.

62 AHN, OM, carp. 311, doc. 14, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Sancho IV, p. 2, doc. 2 : « Por qué he muy grand uoluntad de creçer vuestra orden, porque vos cunplidamente podades servir a Dios et al rey et a mi uos et los que uinieren despues nos, et porque uos tomé Libriella con su termino e lo di a fijos de Ferrand Uiçent, damos en canbio por el mio castiello a quedizen Castel. »

63 AHN, OM, carp. 293, doc. 1, publ. ibid., pp. 1-2, doc. I.

64 AHN, Clero, carp. 920, doc. 3, publ. J. A. Fernández Flórez, Colección diplómatica del monasterio de Sahagún, pp. 441-444, doc. 1830. En vertu d’un accord conclu « por mandado e por carta del infante don Sancho », le prieur de l’Hôpital Fernán Pérez Mosejo s’obligea, avec l’assentiment de son chapitre, à un échange foncier avec Pedro Pérez de Sahagún et son épouse, auxquels il abandonnait à titre viager les domaines de Gordaliza del Pino, San Martín de la Cueza et Celada, assortis d’une somme de dix mille cinq cents maravédis.

65 Pour l’Hôpital, le fait a été bien mis en lumière par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 112.

66 AHN, OM, carp. 293, doc. 2, publ. J. Torres Fontes, Documentos de Sancho IV, pp. 44-47, doc. 54.

67 AHN, OM, carp. 293, doc. I, publ. ibid, pp. 1-2, doc. I. Récemment, M. González Jiménez, « Sancho IV, infante », pp. 164-165, a bien relevé que la promesse faite juste avant le déclenchement de la rébellion était « un gesto para ganarse adeptos a su causa ».

68 AHN, OM, carp. 425, doc. 134. Par cette confirmation, fe roi reconnaissait à l’Ordre la possession de la moitié des puits qu’exploitait jusqu’alors l’archevêque de Séville, de telle sorte que « asi finca todo el almaden sobredicho vuestro libre e quito ».

69 AHN, OM, libro 1344, f° 101r° : « Prometo e otorgo que, solo que Dios traiga a tiempo que yo regne, que vos de Villa Real con todos sus terminos e la mitad de los pozos de Almaden del argen vivo que el arzobispo de Sevilla tiene por el rey, todo esto por juro de heredad para siempre jamas para dar e para camiar para facer dello e en ello lo que quisieredes como de lo vuestro mismo e, por que esta sea firme e non venga en dubda, dimos esta carta sellada con mio seello de cera colgada e desque yo regnare dar vos hende mi carta con mio seello de plomo. »

70 AHN, OM, carp. 425, doc. 131, publ. M. I. Ostolaza, « La cancilleria del infante don Sancho durante ta rebelion contra su padre Alfonso X el Sabio », p. 316.

71 AHN, OM, carp. 426, doc. 137.

72 AHN, OM, carp. 426, doc. 139.

73 AHN, OM, carp. 426, doc. 141. En vertu de ce privilège royal, Diego Pérez de Fe recevait « todos los heredamientos que Pedro Martinet, de Fe, su padre, auie en Arcos de la Frontera, cerca Yerez, e en todo su termino tan bien porcompras e camios como por donaciones asi casas e vinnas e huertas e oliuares e alcarias e molinos e hornos e acennas e tierras de pan como todas las otras dichas herdades que Pedro Martínez de Fe, su padre, y auie ». La concession lui fut accordée « por razon de la postura que don Ruy Perez, maestre de Calatraua, fizo con uos en fecho de Ayamont e porque es derecbo […] et como quier que auiemos dado estos heredamientos sobredichos a Pero Sanchez e a Alfonso Perez de la mia camara, nuestros escriuanos, e a Rodrigo Arias de Caadro, nuestro uasallo, reuocamos la donaçion que les nos fiziemos et mandamos que non uala en ningun tiempo ».

74 Défendue au début du XXe siècle par J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, p. 45, l’idée, bien qu’erronée, a reçu l’aval d’A. Luttrell, « Gli Ospitalieri e l’eredità dei Templari », pp. 83-84, repris dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, III.

75 Suivant l’opinion exprimée par G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia di San Giovanni Girosolimitano, R. d’Aubert de Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, t. I, p. 548, a remarqué à propos du monarque castillan que « quoique dans un concile tenu à Salamanque, les Templiers du pays eussent été déclarés innocents, ce prince ne se fit point scrupule de s’emparer de leurs biens. »

76 De manière exagérée, A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 228, lie les usurpations, dont nous avons vu l’ampleur, à un laxisme de l’administration royale, à mon sens nullement évident.

77 Ainsi l’a justement noté C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », p. 168.

78 Ce fait n’a pas été suffisamment pris en compte, comme le montrent les travaux de C. Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla », pp. 38-39, et « La orden del Hospital y la recepción de los bienes templarios », pp. 547-548.

79 AHN, OM, carp. 570, doc. 8.

80 Il est possible, ainsi que je l’ai récemment souligné, de rendre compte de l’ensemble de son ac tivité politique en fonction d’un seul objectif : la poursuite de l’héritage templier, dont il s’efforça, après que celui-ci eut été dévolu en droit à l’Hôpital en 1319, d’obtenir le transfert en termes réels (Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1324-1328).

81 C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », pp. 169-172.

82 Il faut donc nuancer le bilan du profit obtenu par l’Hôpital en Galice par rapport à l’image succincte qu’en propose A. Arcaz Pozo, « Implantación y desarrollo territorial de la orden militar de San Juan de Jerusalén en Galicia », p. 263, qui considère que l’ensemble des propriétés templières dans la région furent remises à la milice. La réalité fut tout autre, comme l’a signalé J. Rey Souto, « Los Templarios y el Cabildo de Santiago : a Tenza do Temple », p. 738, qui a relevé qu’en 1371 Henri II remit au chapitre compostellan des terres de l’ancienne baylie de Faro, alléguant que « tales heredades et rentas et deréchos fueron de la orden del Temple et perteneçen a nos para fazer dellos lo que la nuestra merçed fuere ».

83 Ainsi l’a bien fait valoir M. Nieto Cumplido, « El Libro de diezmos de donadíos de la catedral de Cordoba », pp. 137-138 et 158.

84 AHN, OM, carp, 569, doc, 31, publ. P. Rodríguez Campomanes, Dissertaciones históricas del orden y cavallería de los Templarios, pp. 234-241.

85 Il me semble, à la différence de C. Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla », p. 41, que la cause de l’inaction du pouvoir royal ne tient pas tant aux difficultés politiques de l’époque de la minorité d’Alphonse XI qu’à la volonté de la cour de résister à un transfert massif à l’Hôpital des anciens biens du Temple.

86 Pour Alcántara, on peut mentionner la cession de la forteresse d’Almorchón (AHN, OM, carp. 477, doc. y, publ. BA, pp. 163-167) et, pour Santiago, celle des châteaux de Caravaca, Bullas et Cehegin, effectuée par Ferdinand IV et finalement légalisée en 1344 (J. Torres Fontes, Documentos para la historia medieval de Cehegín, p. 42).

87 Le fait a été souligné par M. C. Quintanilla Raso, « Aportación al estudio de la nobleza en la Edad Media : la casa señorial de Benavides », p. 178.

88 La donation d’Alphonse XI est connue à travers la restitution réalisée par Pierre Ier, au début de son règne, une fois Diego González de Oviedo sorti de la disgrâce où l’avait plongé la vengeance royale qui en 1339 s’était abattue sur son père, le maître d’Alcántara Gonzalo Martínez de Oviedo. Cette faveur est rapportée dans l’étude de C. Jular Pérez-Alfaro, los adelantados y merinos majores de León, p. 312.

89 Pour l’Hôpital, le fait a été récemment mis en évidence par C. Barquero Goñi, « La orden militar del Hospital y la monarquía castellana durante la Baja Edad Media », p. 141.

90 AHN, OM, carp. 249, doc I, publ E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de Alfonso XI », pp. 50-51, doc 4 : « Por faser bien e merçed a don Vasco Rodrigues, maestre de la orden de la cavalleria de Santiago,por muebos seruiçios e buenos e muy señalados que el e la su orden fisieron a los reyes onde yo uengo e fisieron e fasen a mi de cada dia e so çierto que faran daqui adelante, e señaladamente en esta guerra queyo be con los moros e en ganar la villa de Teba e los castiellos de Cañete e de Pego e de las Cuevas e de Ortexicar, queyo agora gane de los moros, tengo por bien del dar para el e para la dicha su orden el dicho logar de Ortexicar. »

91 AHN, OM, carp. 55, doc. 13, publ. BS, p. 306. La donation est justifiée « por que vos don Vasco Rodrigues, maestre de la orden de la cavalleria de Sanctiago, ganastes et tomastes el lugar de Fuentes et otros dichos logares del dicho don Johan, faziendo nos en ello muy señalado serviçio et por muchos serviçios e buenos que los maestres de la dicha orden e vos ffeziestes a los rreyes onde nos venimos e ffeziestes a nos en esta guerra que auemos agora con el dicho don Johan e nos ffazedes de cada dia. »

92 AHN, OM, carp. 477, doc. 4, publ. BA, pp. 164-165, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática médiéval de la orden de Alcántara, t. I, pp. 384-386, doc 539.

93 AHN, OM, carp. 249, doc. I ; «Otrosi tengo por bien que çient pobladores que pueblen en el dicho logar de Ortexicar e que sean quitos de todo pecho e de todo pedido e de seruiçio e de seruiçios e de ayudas e de enprestido e de yantar e de asemilas e de moneda forera e de todo tributo que nombre aya de pecho que a mi aurian a dar en cualquier manera.»

94 AHN, OM, carp. 92, doc 8 : «Por que nos dixiestes que quando viniestes a la ffrontera a nuestro seruiçio que auiedes a conprar e uos cottaua mucho de lo vuestro los ganados que auiedes mester para vuestra despesa por rrazon que non auyedes en esta tierra deffesas m que los criar. Por ende mandamos e tenemos por bien que uos e la vuestra orden o el que lo por vos ouyere de ver que defesedes a una parte de la vuestra heredat que uos auedes en Guadalcaçar, termtno de Cordoua, ssessenta yugadas de heredat anno e vez para en que podades criar e traer vuestros ganados.»

95 AHN, OM, libro 1347, f° 116r°-v°. Dans les premiers mois de son règne, Pierre Ier accorda ainsi à Juan Núñez de Prado, maître de Calatrava, « que vos e vuestra orden defesedes e ayades por defesa para mantenimiento de vuestros ganados el heredamiento que dicen Nicoba que abedes en termino de Huelva que pertenece a la encomienda de Niebla ».

96 S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 143.

97 AHN, OM, carp. 21, doc. 4. Réalisée à l’occasion du siège d’Escalona en 1328, cette donation est connue à travers la confirmation effectuée par Alphonse XI sept ans plus tard.

98 AHN, OM, carp. 430, doc. 203.

99 AHN, OM, carp. 430, doc. 209, et AHN, OM, Iibro 1347, ffos 19r°-20v°.

100 M. Fernández Gómez, « Alcalá de los Gazules, un enclave fronterizo del reino de Sevilla en la Baja Edad Media », pp. 202-203, et R. Sánchez Saus, « Aristocracia y frontera en la Andalucia médiéval », pp. 195-196.

101 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 10, p. 87.

102 Ainsi l’a signalé C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », pp. 283-284 et 287. Également reprise par M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », p. 244, cette idée a été quelque peu relativisée par M. González Jiménez, « El final de la expansión : las órdenes militares en Andalucia », p. 626.

103 Le fait a été très justement souligné par M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempos de Alfonso XI, notamment pp. 61 et 190.

104 M. Nieto Cumplido, «Las cartas de fuero y repoblacion de Cabray Lucena».

105 La montée en puissance des milices dans la région après la révolte musulmane de 1264 a été bien présentée par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 420-421 et 450-451, et M. González Jiménez, « El final de la expansion : las órdenes militares en Andalucia », pp. 621-623.

106 AHN, OM, carp. 430, doc. 208.

107 AHN, OM, libro 1343, P 116r°-v°, et AHN, Clero, carp. 920, doc. 3, publ. J. A. Fernández Flórez, Colección diplomática del monasterio de Sabagún, pp. 441-444, doc. 1830.

108 Ce phénomène a été étudié par J. Silva Ferreira Mata, « Alguns aspectos da ordem de Santiago no tempo de D. Dinis », p. 208, et surtout par M. C. Cunha, « A ordem de Avis e a monarquía portuguesa até ao final do reinado de D. Dinis »,p. 119.

109 BS, p. 268. Dans une lettre de juillet 1310, insérée dans une copie de 1314, 1e roi DenisI er se portait garant auprès du maître de Santiago Diago Muñiz de l’infante grecque Vataza Lascaris, pour laquelle il avait obtenu la donation viagère de la commanderie de Santiago de Cacém « por razon que dades por noso rogo a donna Vataza, filha da infante de Grecia, en so vida a comenda de Sanctiago de Cacem asi como a tenta don Lourenço Anes, voso freire, pelos marcos e pelas divisiones como a ele trnia ata aqui ».

110 AHN, OM, carp. 261, doc 10 : « Por rrazon queyo enbie rrogar por mis cariasa uos don Garcia Fernandes, maestre de la orden de Sant Yago, e a los otros freyres de la vuestra orden que se ayuntaron con vusco en Merida a cabildo général, en el mes de março que agorapassa de la era desta carta, que diessedes a Aluar Nunnes Osoryo, mio camarero mayor e justiçia mayor de mi casa, el vuestro castillo de Pena Gusende que lo touiesse de uos para en sus dias. Et nos, para complir mio rruego e otrossi por ayudas que ffizo e ffara Aluar Nunnes a uos e a vuestra orden e sennaladamente por el seruiçio que el a mi ffaze, touiestes por bien del dar el dicho castiello que lo tenga de uos segund es dicho. »

111 Les textes de ces deux échanges ont été respectivement publiés par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1345-1344, doc. 3, et par B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática médiéval de la orden de Alcántara, t. I, pp. 373-375, doc. 523, sur la base de BA, pp. 160-161.

112 AHN, OM, carp. 261, doc. 13, publ. BS, p. 305 : « Por que uos don Vasco Rodriguez, por essa misma gracia maestre de la orden de la caualleria de Santiago, amo e mayordomo mayor del infante don Pedro, mio ffijo primera beredero, por nuestro rruego e por nuestro mandado, dades a don Anrique, mio ffîjo, los vuestros castiellos de Goçon e de Sobre Escouio, que vos e vuestra orden avedes en Asturias, los quales tenia de uos e la dicha vuestra orden don Rodrigaluares, que los tenga de uos e de vuestra orden el dicho don Antique, mio ffijo, para en todos los dias de su vida. »

113 Le testament du magnat asturien a été rapporté par E. Benito Ruano, « La orden de Santiago en Asturias », p. 195, n. 31 : « Otrosi mando a mi finamiento el castillo de Gozón, que lo entreguen al maestre de Uclés o a quien él mandare […] Otrosi mando que el castillo de Sobrescobio e la tierra dende que lo entreguen al maestro de Uclés, cuio es. »

114 AHN, OM, carp. 203, doc. 4, publ. BS, p. 315, et L. V. Díaz Martín, Colección documentai de Pedro I de Castilla, t. I, pp. 75-77, doc. 23.

115 L’antagonisme entre Gil de Albornoz et le successeur d’Alphonse XI a été signalé par L. V. Díaz Martín, « El pontificado y Castilla en el marco de las relaciones intemacionales a mediados del siglo XIV », p. 359, et Los oficiales de Pedro I de Castilla, pp. 140-142.

116 AHN, OM, carp. 88, doc. 44, publ. BS, p. 328, et L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro Ide Castilla, t. I, pp. 156-158, doc. 120 : « Por razon que yo enbie rogar por mi carta a vos, don Fadrique, maestre de la caualleria de la orden de Santiago, e a los otros freyres de la vuestra orden que se ayuntaron convusco en El Cuervo a cabildo general, en el mes de mayo que agora paso de la era desta carta, que diesedes a don Iohan Alfonso de Albuquerque, mio vasallo e mio chançeller mayor, el vuestro castiello de Castrotorafe con su villa e con su termino, que lo touiese de vos para en sus dias. Et vos, por conprir mio ruego, e otrosi por ayudas quel dicho don Iohan Alfonso fizo efara a vos e a la vuestra orden et sennaladamiente por el seruiçio que el a mi faze, touiestes por bien de dar el dicho castiello e villa, que lo tenga de vos, segunt dicho es […] E sobresto el dicho don Iohan Alfonso fizo luego pleito e omenaje al dicho don Bernaldo, vuestro procurador en vuestro nombre, que al tiempo de su finamiento que el que dexe el dicho castiello e la dicha villa. »

117 Ainsi, en 1363, Pierre Ier ordonna que les biens de Salamanque confisqués à l’archidiacre de Toro Diego Arias Maldonado soient remis à un juif de la ville, envers lequel le clerc avait contracté diverses dettes. A cette fin, il en déposséda sans aucune contrepartie Diego Rodríguez de Onis, commandeur de l’ordre d’Alcántara, qui les avait acquis du roi en échange d’autres terres de l’institution (ACS, caja 12, leg. 1, doc. 36). Cité par F. Marcos Rodríguez, Catálogo de documentos del Archivo Catedralicio de Salamanca, p. 118, doc. 620, ce texte a été récemment publié par L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro I de Castilla, t. TV, pp. 122-123, doc. 1210.

118 M.Á. Ladero Quesada, « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad Media »,

119 Le fait ressort, par exemple pour Calatrava, de l’analyse d’E. Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana, pp. 352 et 362.

120 Le texte a été publié par J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. I, pp. 186-187, doc. 247.

121 AGP, Inf. Gabr., Secretaría, leg. 393, et BNM, ms. 20551, f° 169r°.

122 Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t II, p. 641, doc, 2396. En mars 1246, les Hospitaliers de la commanderie de Portomarín obtinrent de Muño Fernández de Rodeiro, merino mayor en Galicia, qu’il renonçât à entrer dans leurs terres de Gondrame et de Friulfe, après lui avoir présenté en guise d’éléments probatoires ces « cartas domini Ferdinandi regis et domini Adefonsi regis, ejus filii, quod totam vocem regiam et jus regali abebant integre jure hereditario et quod nunquam meirinus regis ibi intraverat ad ullam vocem nec pro collecta nec pro alia demanda ».

123 AMSC, leg. 36, doc. 2. En janvier 1260, Alphonse X remit à l’abbesse du monastère tolédan de San Clemente cent dépendants pour peupler la ville d’Azután. Il lui laissa la totalité des droits hormis ceux du roi, que les colons seraient astreints à payer « como hacen los vasallos de Calatrava e de Uclés ». Analysé brièvement par C. Torroja Menéndez, Catálogo del Archivo del monasterio de San Ciemente de Toledo, pp. 213-214, doc. 775, le texte existe également dans une copie d’époque moderne à la BNM, ms. 13045, f° 125v°.

124 Née du devoir de participer aux expéditions royales et transformée en ponction financière, la fonsadera ne semble pas avoir été régulièrement exigée dans les terres des milices. Analysés par M. Á. Ladero Quesada, Fiscalidady poder real en Castilla, pp. 44-45, les comptes de 1292 n’en font pas mention. Il est ainsi fort probable que, lorsqu’elle fut perçue, elle ait constitué, comme dans les dernières années du règne d’Alphonse XI, un abus évident (BS, pp. 319-320). Il en allait autrement de l’impôt appelé acémilas, qui correspondait aux frais de transport des fournitures indispensables à une offensive royale, souvent prélevé au sein des domaines des ordres, en particulier dans les bassins du Tage et du Guadiana (AHN, Sellos, caja 13, doc. 3).

125 Ces droits ne sont pas cités en 1281 dans l’inventaire des prérogatives abandonnées par le pouvoir royal à Calatrava pour développer La Zarzuela et Villa Gutierre (AHN, OM, carp. 425, doc, 125), pas plus qu’il ne sont énumérés, cinquante ans plus tard, parmi les impôts concédés à Santiago afin de repeupler le château d’Ortejicar (AHN, OM, carp. 249, doc I). La moneda forera est même explicitement exclue de l’exemption de dix ans concédée à Santiago en 1318 en vue de favoriser le peuplement de Quintanar et Valhermoso (AHN, OM, carp. 55, doc 12, publ. P. Iradiel Murrugaren, « Bases económicas del hospital de Santiago en Cuenca », p. 240, doc. 35).

126 M.Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real en Castilla, p. 55. P. Porras Arboledas, Laorden de Santiago en el siglo XV, p. 224, n. 408, a relevé pour sa part un prélèvement effectué par un maître, le Santiaguiste Juan Osórez, qui agit en tant qu’adelantado mayor de Murcie, S’il représente de fait une exception, nous le verrons, cet exemple ne remet nullement en cause la valeur de l’observation générale.

127 Elle fut ainsi exigée de Calatrava, au même titre que le droit de gîte, lors des donations de Priego et Alcaudete, effectuées en décembre 1245 (J. González González, Reinado y diplomas de Fernando III, t III, pp. 290-293 et 293-295, doc. 730 et 731).

128 Le fait ressort de la rénovation du fuero santiaguiste d’Ocaña, réalisée en 1251 à la suite d’un long conflit entre le maître et les habitants de la ville. A. M. Burriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, p. 529 : « E otorgamos de dara vos el maestre por yantar, o otro maestre de la orden, una vez en el año cien maravedies, y al comendador mayor cineuenta maravedies quando vimeredes a Ocaña y si non vinieren el maestre y el comendadora Ocaña que non seamos tenudos de dargelos. »

129 À titre d’exemple, plusieurs documents font allusion pour la fin du XIIIe siècle à la coutume des souverains castillans de percevoir un droit de gîte sur le couvent santiaguiste de San Marcos lorsqu’ils séjournaient dans la ville de Leon (AHN, OM, carp. 375, vol. I, doc 66, et vol. II, doc 71).

130 ANTT, gav. 9, m. 10, doc. 27, f° 3v°.

131 Ainsi l’ont très justement souligné, dans le cas portugais, V. Rau et I. Gonçalves, « As ordens milicares e a tributação régia em Portugal », p. 98.

132 Analysée par C. de Ayala Martínez, « Las relaciones de Alfonso X con la Santa Sede durante el pontificado de Nicolás III », la crise avec Rome survenue en 1278 à cause des prétentions royales se reproduisit dix ans plus tard, lorsque Sanche IV reprit les exigences de son père (BS, pp. 233-234).

133 A HN, OM, carp. 430, doc. 203. Ainsi, en 1336, fut résolu en faveur de Calatrava un long conflit entre l’autorité royale et le supérieur de l’Ordre, Juan Nùñez de Prado, portant sur l’extension du droit de gîte aux commanderies de Maqueda, d’El Collado, d’Otos, de Daimiel et de Villa Gutierre, qui en étaient exemptes. Toutefois, il ne faut pas se laisser tromper par l’issue de ce procès, dans la mesure où nombre d’autres abus ont pu être commis sans qu’aucune sentence condamnatoire n’en ait conservé la mémoire.

134 C. Barquero Goñi, « The Hospitaliers and the Castillan-Leonese Monarchy : the Concession of Royal Rights », p. 30 : « The pursuit of the exemption from the royal rights on the Hospital’s estates was not desinterested, nor was it directed torwards the greater well-being ofthe Order’s vassals. In fact, it was an integral part of tbe policy developed by the Hospitaliers in Castile and Leon with the aim of completing their power over their possessions and strengthening their exploitation by means of the appropriation of royal revenues in their lands. »

135 Ibid., p. 32.

136 Ainsi l’ont montré S. Moreta Velayos, « Los dominios de las órdenes militares en Castilla según el Becerro de las Behetrías », et C. Estepa Díez, « La orden de San Juan y el poder regio ».

137 C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de Léon », pp. 436-437. La chronologie tardive du processus, dont l’auteur relève qu’il n’y a guère de traces avant le deuxième quart du XIIIe siècle, est liée au développement de la pression fiscale qui se produisit alors, entraînant une réaction seigneuriale qui eût été dénuée de sens un demi-siècle plus tôt.

138 ANTT, gav. 14, m. I, doc. 9, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 502-508, doc 479. Pour une analyse de l’échange, il est indispensable de se reporter au travail de C. de Ayala Martínez, « Alfonso X, el Algarve y Andalucía : el destino de Serpa, Moura et Mourão ».

139 AHN, OM, carp. 570, doc. 9, publ. Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 1344, doc. 3 : « De quibus quidem bonis, idem Aluarus tecum, pro castro Sancti Petri et de aliis possessionibus seu rebus pro domo de Villalobos predictis huiusmodi concambium seu permutationis contractant desiderat celebrare, que quidem iura regalia, nec non possessiones [et re]s utiliora sunt Hospitali et prioratui predictis quam castrum et domus predicta. »

140 AHN, OM, carp, 5, vol. I, doc. 9 : « Pormucho seruiço que me feziestes e fazedes, do a uos e a uestra orden los pechos et los derechos et todas aquellas demandas que yo façia a todos aquellos moros que moran en la tierra de la orden sobredicha, assi de las cabeças como de las otros pechos, et ellos que pechen a nos e nos den todos uestros derechos bien e complidament. » Reconnu roi, Sanche IV confirma deux ans plus tard ce privilège à l’Ordre (AHN, OM, carp. y, vol. I, doc. 10).

141 AHN, OM, carp. 243, vol. I, doc. 21, et AHN, Sellos, caja 5, doc. 8.

142 II semble qu’Alcántara ait été le premier Ordre à recevoir une grâce de cette nature. En avril 1293, Sanche IV donna au maître Fernán Pérez une rente viagère de dix mille maravédis annuels à percevoir sur le produit des impôts acquittés par les dépendants de l’institution (BNM, ms. 622, ffos 177v°-178v°). Confirmée en faveur de ses successeurs (BA, pp. 122-123), cette grâce fut en 1302 transformée en une moitié du servicio real, d’après une information rapportée par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 465.

143 Datée de 1301, la concession à Santiago a été mise au jour par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 271-272, doc. 193. Identiques, celles qui furent réalisées en faveur de l’Hôpital et de Calatrava sont légèrement postérieures. Remontant au gouvernement de García Pérez, attesté à la tête du prieuré castillan entre 1302 et 1307, la première est uniquement connue à travers la notice d’un inventaire de la période moderne (AHN, OM, Índice 176, f° 19v°), alors que la seconde, pour sa part, est confirmée en 1315 (AHN, OM, carp. 428, doc. 183), date en réalité de 1309 (BC, pp. 160-163).

144 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 19, et AHN, OM, carp. 429, doc. 191.

145 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 3.

146 AHN, OM, carp. 428, doc 183.

147 BS, p. 321.

148 AHN, OM, carp. 422, doc. 77. Le document précise ainsi que la copie a été établie « a instançia e requerimento del onrrado e religioso varon frey Alfonso Martine.z, obrero de Calatrava, for que dizie quel cumplie de lo mostrar a nuestro sennor el rey por guarda de la orden de Calatrava e que se reçelava que si el privilegio original alla fuesse que se podie perder por agua o por fuego o por furto o por robo o por otro periglo alguno, de que podie venir grand danno e menoscabo a la dicha orden. »

149 AHN, OM, carp. 422, doc. 78 et 79, et carp. 425, doc. 126 et 127.

150 AHN, OM, carp. 425, doc. 128. La copie est cette fois réalisée « a pedimiento de don frey Lope Ferrandes Dargote, comendador de Almodovar, teniente las vezes del mucho onrrado varon, don Juan Nunes, maestre de Calatrava,por que dizie que la querie enbiar al dicho maestre para que lo mostrare a nuestro sennorel rey e que reçelava de la perder por agua o fuego o fuerça o robo o otro peligro o otra ocasion, de que podia venir ende grant danno a los dichos maestre e orden si asi acaesçiese, »

151 AHN, OM, carp. 429, doc. 191. Écrit au nom du jeune roi, l’acte de confirmation délivré à García López de Padilla rapporte ainsi que « agora yo e los mios tutores non lo pudiemos escusar pora muchas cosas que auiamos mester tomamos uos el un sseruiçio e medio destos çinco sseruicios que me ffueron mandados en las dichas Cortes. Et daqui adelant yo e los mios tutores otorgamos e prometemos de uos non mandar tomar ninguna cosa de los sseruiçios de todos los vuestros uasallos e de la vuestra orden nin de los vuestros pastores en toda la vuestra uida. »

152 Un même phénomène a été observé en Catalogne par P. Ortega Pérez, « La fiscalidad regia en el señorío templario y hospitalario de Ribera d’Ebrey Terra Alta », pp. 70-71 : « Algunas veces, la orden del Hospital se mostraba renuente a conceder el subsidio y si aceptaba era por la evidente presión que ejercían los círculos de la Corona, aunque en sus manifestaciones utilice otro vocabulario. »

153 Le fait a été rapporté de façon très détaillée par F. Caro de Torres, Historia de las órdenes militares de Santiago, Calatrava y Alcántara, f° 66v°.

154 Espéculo, lib. II, tít. I, ley 5 : « Onrrado deue sseer el rrey commo aquél que tiene logar de Nuestro SsennorDios en tierra para ffazer iustiçia en su rregno quanto en el tenporal. »

155 Le fait a été bien signalé par D. Rodríguez Blanco, « Los concejos de órdenes militares en la Baja Edad Media. Organización y relaciones con el poder », p. 431.

156 Le texte en a été publié par P. Rodríguez Campomanes, Dissertaciones históricas del orden y cavallería de los Templarios, pp. 246-247 : « Constituimus et jubemus nullo majorino nec saioni meo non intres pro pecto nec fonsadera nec pro omecido nec pro maneria sed quictum, francum et liberum fiat Deo el Hospitali jam dicto. » L’importance de cette immunité a bien été signalée par C. de Ayala Martínez, « Orígenes de la orden del Hospital en Castilla y León », pp. 776-777, et, à sa suite, par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p. 434.

157 R. Gibert, « Estudio histórico-jurídico », pp. 501-502.

158 Ainsi l’a bien souligné E. Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana, pp. 328-329.

159 P. Ballesteros San-José et R. Murillo Murillo, Aproximación histórica a la Akarria Baja. Tierras de Zorita y Almoguera, pp. 215-216.

160 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 653-654.

161 L’intervention accrue des officiers du roi sous le règne de Ferdinand III a été signalée pour l’Hôpital par C. Barquero Goñi, « Fernando III y la orden militar del Hospical », pp. 367-368. L’évolution est tout à fait parallèle à celle qu’a mise en relief pour l’Eglise séculière A. Rodríguez López, « La política eclesiástica de la monarquía castellano-leonesa durante el reinado de Fernando III », p. 43.

162 AHN, OM, carp. 423, doc. 95, publ. A. M. Burriel, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, pp. 530-531, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 142-143, doc. 134.

163 AHN, OM, carp. 424, doc. 103, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp.169-171, doc. 157 : « Et yo por liurar meior todo el pleito e a maior plazer damas las partes [] mandé a Sandro Martínez de Xodar, mio adelantado, et a Pedro Perez, mio clérigo, arçediano de Arcos, que se aiuntassen […] con las personeros que amas las partes diessedes sobresto a pedgamiento fazer »

164 Moins nombreux, les conflits avec des laïcs existaient également. L’un des plus longs opposa, au tournant des règnes d’Alphonse X et de Sanche IV, les frères de Calatrava à Velasco Velázquez, un juge de la ville d’Ávila (Instituto Valencia de Don Juan, Doc. medievales, V.2.10, V.4.25, 31 et 73).

165 ACO, Monást., doc. 1895, cit. E. Duro Peña, « Catálogo de documentos reales del Archivo de la Catedral de Orense », p. 102, doc. 343.

166 AHN, Clero, carp. 1885, doc. 17, publ. J. L. Martín Martín et al., Documentos de los archivos Catedralicio y Diocesano de Salamanca, pp. 538-53 9, doc. 430.

167 Ainsi l’a montré C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 433-435.

168 Le fait ressort très bien d’une lettre du roi adressée en mars 1254 à l’évêque et aux chanoines de la cathédrale de Cordoue : ACC, caja P, doc. 76, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X pp. 126-128, doc. 125 : « Et mando que adelantado ninjuez nin alcalde nin merino nin otro omne ninguno non entre en las uillas nin en las heredades nin en las casas nin en las tiendas nin en ningunas casas de la Eglesia nin de obispo nin de los canonigos [] sacadas ende aquellas cosas que yo mandé fazer por mi carta abierta a mio adelantado mayor de la frontera en las uillas e en los castiellos e en los logares de la eglesia e del obispo e de los canonigos e de las ordenes. »

169 AHN, OM, carp. 569, doc. 35, publ. C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 562-563, doc. 343 : « Eyo tengo por bien e mando que adelantado ni merino no entre en las villas de la horden del Hospital de Sant Juan pora prender ni por recabdar by malfechor miguno ni por fazer justicia e que ellos fagan la justicia en sus villas e lugares asi como fue en tiempo del rey don Alfonso, mio avuelo. »

170 Ainsi, Sanche IV, en 1294, puis Ferdinand IV durent renouveler la grâce accordée à l’Hôpital par Alphonse X, à cause de la répétition d’abus caractérisés. Le premier acte est rapporté dans une confirmation de Jean II, conservée sous la cote AHN, OM, carp. 569, doc 35, et publiée, d’après un double déposé à l’Archivo Julio de Liñán y Naranjo, par J. M. Carmona Domínguez et A. J. López Gutiérrez, « La encomienda de Tocina : nuevas aportaciones documentales », pp. 130-150. Quant au second, il est uniquement connu à travers la mention dépourvue de date d’un inventaire d’époque moderne du fonds de Santa María de la Horta (AHN, OM, Índice 176, f° 21r°).

171 A. Iglesia Ferreirós, « Las Cortes de Zamora de 1274 y los casos de corte ».

172 C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 654-656.

173 AHN, OM, carp. 88, doc. 26 : « Que non ayan poderio nin entrada en este auendicho lugar juezes nin merino sinon sobre omne aleuoso o sobre omne que mate a otro o sobre quien forçar mugier. »

174 AHN, OM, carp. 411, doc. 20, publ. M. Echániz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus de Salamanca, pp. 49-50, doc, 25 : « Emandamos que ningun alcalde ni aportellado no entre y por ninguna cosa sino por aquel que ficiere traición o aleve o fuere forzador de mugeres o matador o ladrón o por las otras cosas que usaron sienpre en tienpo del rey donAlfonso, mio abuelo, e del rey don Fernando, mio padre. »

175 Le fait a été récemment rappelé à l’échelle des domaines navarrais de l’Hôpital par C. Barquero Goñi, La orden de San Juan de Jerusalén en Navarra, p, 47.

176 Ainsi l’a montré M. Á. Pérez de la Canal, « La justicia de la corte en Castilla durante los siglos XIII al XV », pp. 404-406.

177 Ainsi, dans la dernière année de son règne, Alphonse IX avait revendiqué, au moment de concéder à Santiago les villages dépendant de Castrotorafe, sa capacité à exercer la justice en cas de manquement de l’Ordre : « Si forte uos uel uicarius qui ad hoc a uobis fuerit deputatus fueritis negligentes in iusticia facienda » (AHN, OM, carp. 22, doc. 18, publ. J. González González, Alfonso LX, t. II, pp. 693-695, doc. 597).

178 Espéculo, lib. V, tít. 14, ley 13 : « Agrauiándose alguno del iuyzio quel diere su iudgador, puédese alçar dél a otro que sea su majoral […] Pero si quisiere luego tomar alçada para el rrey ante que pasese por los otros iudgadores dezimos que bien lo puede fazer. E esto es porque el rrey á sennorío sobre todos los otros iudgadores ca son puestos por su mano e puede iudgara ellos, quánto más puede iudgar aquella alçada. »

179 Le fait a été bien souligné par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 442-445.

180 En décembre 1279, la donation des châteaux de Medina Sidonia et d’Alcalá de los Gazules à Santa María de España et la cession des forteresses de Morón et de Cote à Alcántara comportaient toutes deux une clause réservant au roi l’exercice de la justice en cas de manquement de la milice (AHN, OM, carp. 222, doc. 4, et AHN, Osuna, leg. 102, doc. 1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 475-476 et 480-482, doc. 451 et 453). Les deux donations mentionnent en effet cet exercice au nombre des prérogatives restant acquises au pouvoir royal : « E retenemos otrossí en amos estos logares de suso nombrados moneda e justiçia quando el maestre e la orden no lo y fiziessen e yantar e minera si las y ha o las omere daqui adelante ».

181 L’exercice de la justice était ainsi explicitement interdit à Santiago dans le ressort des forteresses de Benameji et de Vierbén, qui lui furent concédées par Alphonse X en 1254 : AHN, OM, carp. 71, doc. 1, publ, ibid., pp. 121-123, doc. 122 : « Do e otorgo al maestre Pelay Pérez el sobredicho e a todos sus sucessores e a su orden […], pora siempre jamas, Benamexi e Vierbén […] con todos sus derechos, asi como lo deuen auer sacado ende la my justicia e la my moneda, que lo aya en estos dos logares sobredichos, asi como lo he en las otras villas de su orden. »

182 Ainsi, la cession à Santiago du domaine appelé Abeiazat, situé dans la Manche orientale, aussi bien que la donation de la ville de Matrera à Calatrava faisaient obligation au bénéficiaire de recevoir l’officier chargé de l’exercice de la justice. L’une et l’autre furent en effet effectuées à condition que « entre by el mio adelantado pora fazer iusticia, assi cuemo entra m todos los otros logares de la orden ». Les deux actes ont été publiés à l’initiative de C. de Ayala Martínez, « La orden de Santiago en la évolución política del reinado de Alfonso X », pp. 63-67, doc. 3, et de M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 198-200, doc 179.

183 Dans une missive adressée à l’écolâtre de Zamora et à l’archidiacre de Toro, chargés par le pape de régler le litige entre les deux institutions, le roi fit valoir sa revendication en termes brutaux. Le passage a été rapporté dans sa chronique par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 334 : « E vos manda e vos defiendo en este pleyto non vos entrometades, ca yo non quiero, nen tiengo por derecho que los mios regalengos nen los donadios que fueron de mio linage que se judguen por juizo de la Iglesia. Ese lo maestre e lor freyles de Alcantara quisieren facer esta demanda, faganla por ante mi, é yo faré que el maestre é los freyles del Temple le fagan todo derecho .» Le différend entre les deux milices autour de Ronda a été bien présenté par C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », pp. 152-153, et par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 712-713, qui a lui aussi mis en valeur le parti que le roi chercha à en tirer.

184 A. de Torres y tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t.I, p. 348.

185 M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, p. 253.

186 L’identification du premier toponyme, proche de Burgos, entre les vallées du Tiron et du Retorto, correspondant selon toute vraisemblance au site primitif de Belorado, a été établie par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la nobleza castellano-leonesa », p. 36, n. 164.

187 AHN, OM, carp. 569, doc. 30, publ.J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. IV, pp. 99-100, doc. 4675 : « Et yo el sobre dicho rey don Ferrando, en uno con la reyna donna Costanza, mi mugier, et por gran devocion que he en la orden, et porque es mi voluntad que los sus bienes sean acreçentados mas coda dia, si yo algun derecho he en la dicha Mesa, tengo por bien que lo aya la orden con todas las libertades e franquezas que a esta Mesa perteneçen […] Et si algunos vinieren a poblar, que sean vasallos de la orden et no de otro ninguno et ayan sobrellos todo complido sennorio. »

188 AHN, OM, libro 1344, f°131-v°.

189 Le fait a été relevé par A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitaliers of Rhodes », pp. 3-4 et 7, reproduit dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XI. Récemment, il a été de nouveau évoqué par l’étude de C. Barquero Goñi, « Actuaciones de Jaime II en las encomiendas hospitalarias de la Castellanía de Amposta ».

190 Une vision très complète en a été offerte par C, de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los prooesos de afirmación monárquica », pp. 1289-1290.

191 Portugaliœ Monumenta Historica. Leges et Consuetudines, t. I, pp. 220-221.

192 A. Javierre Mur, «La orden de Calatrava en Portugal».

193 AHN, OM, carp. 430, doc. 204. Le documenta été publié, sur la base de la confirmation donnée par Pierre Ier en 1351, dans BC, pp. 210-212 : « Tenemos por bien que todos los pleytos que las dichas ordenes e cada una de ellas ban o ovieren contra qualquier o qualesquier omens o mugieres de qualquier estado o condicion que sean o contra ellas sobre razon de los bienes raices con las rentas e esquilmos de ellos, que se libren en la nuestra corte et sobre esto mandamos a los alcaldes de la nuestra corte o a qualquier o a qualesquier de ellos […] que libren los dichos pleytos que las dichas órdenes e cada una de ellas ovieren […] Et defendemos firmemente que ninguno ntn ningunos alcaldes nin otros oficiales de nuestro señorio non conoscan de ningunos de los pleytos que las dichas ordenes e cada una de ellas demandaren o otros a ellas e que los embien en la nuestra corte porque se libren aqui como dicho es. Pero si la heredad porque fuesse la demanda valiesse menos de la quantia de mill maravedis aiuso o aquela quien demandiessen las ordenes fuesse tan pobre que non podiesse andara qui a pleyto, tenemos por bien que los tales pleytos como estas sean demandados por su fuero e non por aqui. »

194 En ce sens ont incliné S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 140, et, récemment, C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 262.

195 Désormais, heurtant le cas échéant les intérêts des milices, le roi avait toute liberté d’intervenir dans l’administration de la justice de leurs territoires. Pour l’Hôpital, par exemple, il le fit en 1346 à Alcázar de San Juan, défendant les dépendants de l’Ordre contre la hiérarchie dont ils relevaient (AMASJ, Perg., 1/5). Dès lors, en dépit des multiples tentatives de l’institution pour prévenir l’ingérence des tribunaux de la Couronne, récemment étudiées, pour la Castille et l’Aragon, par C. Barque Goñi, « Los Hospitalarios en Andalucía durante la Baja Edad Media », p. 66, et « Catálogo de la documentación medieval de la encomienda hospitalaria de Ambel », p. 203, l’issue finale de ce conflit de juridiction ne faisait plus aucun doute (Id., Los caballeros hospitalarios durante la Edad Media en España, pp. 202-204).

196 AHN, OM, carp. 430, doc. 204. Le document rapporte que les supérieurs « dixieron que, en el tiempo de la tutoria del rey don Fernando mio padre et despues en tiempo de los nuestros tutores, que les fueron entradas e tomadas muchas heredades e muchos bienes de los quales dichas órdenes auian por mengua de la justicia que se non compila et que agora quando los demandan a aquellos que los tienen que gelo traen a alongamientos de pleitos et por esta razon que an fecho muy grandes costas e grandes despensas e no lo pueden cobrar. »

197 Á preuve, en octobre 1351, lors des Cortes de Valladolid, le maître de Calatrava Juan Núñez de Prado demanda à Pierre Ier de confirmer la décision de son père (AHN, OM, libro 1347, f° 123r°-v°).

198 A. Rucquoi, Histoire médiévale de lapéninsule Ibérique, pp. 361-367.

199 Las Siete Fartidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tít. 15, ley I : « Patronus en latin tanto quiere decir en romance como padre de carga, ca asi como el padre es cargado de facienda de su filo en crialle et guardalle et buscalle todo el bien que pudiere, asi el que face la eglesia es tenudo de sofrir la carga della, abondándola de todas las cosas que le fueren menester quando la face et amparándola despues que fuere fecha […] et este derecho gana home por tres cosas: la una por el suelo que da en que se faga la eglesia, la secundo por faceria, la tercera porel heredamiento quel da, á que llaman dote, onde vivan los clérigos. »

200 Ainsi, Alphonse X prit en 1255 sous sa protection les possessions et les personnes de l’hôpital santiaguiste de Las Tiendas (AHN, OM, carp. 325, vol. II, doc. 27).

201 AHN, OM, carp. 412, doc. 30, publ. M. Echániz Sans, El monasterio fimenino de Sancti Spiritus de Salamanca, pp. 65-66, doc 35. Dans les premières lignes du dispositif du document, il est précisé que Sanche IV agit en vertu des plaintes à l’encontre des collecteurs royaux que lui a rapportées son épouse, très directement intéressée « por que reçebio en su guarda e en su encomienda el monasterio de Sancti Spiritus de Salamanca ».

202 AHN, OM, carp. 412, doc. 33, publ. ibid., pp. 71-72, doc 39.

203 Le fait a été relevé par Ph. Josserand, « Ordres militaires et légitimité monarchique en Castille sous le règne d’Alphonse VIII ».

204 BC, p. 89 : «Et cum hoc voto et promisione, volo et desidero quod corpus meum in Calatrava et non in alio loco sepeliatur, quia avus meus Alfonsus rex ordinem Calatravœ instituit.»

205 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VII, chap. 14, pp. 234-236.

206 BS, pp. 204-205. L’acte a été repris par I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Urbano IV, pp. 256-257, doc 175 : « Unde cum sicut firmiter speramus credimus, prosperam ipsius ordinis statum affectes, et libenter eius dispendiis studeas obviare, celestudinem regiam rogamus et hortamur attente, quatinus eundem ordinem habens ad Dei reverentiam affectu propitio commendatum, ut semper in ipso bonum pacis et concordiœ vigeat, quantum in te fuerit, regalis providentiœ studium interponas, ita quod exinde merearis prœmium apud Deum, et nomen tuum in gentibus dignis in Domino laudibus extollatur. »

207 Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales, t. II, p. 22 : « .II. kalendas februarii obiit domnus Fernandus borne memoriœ rex Legionensis, fundator ordinis militiœ beati Jacobi. Era 1226 ».

208 Le fait a été récemment corroboré par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 710 et 715

209 ANTT, Chancelaria D. Dinis, livro 3, f° 74r° : « Porque a ordim de Avis he cousa minha e dos reys que forom ante de mim e que depos mim am de viir pera mandarmos sobre los beens della e sobre las comendas. » C’est en ces termes que Denis Ier justifiait le 14 avril 1311 son intervention dans l’élection du maître d’Avis, qui mettait aux prises les frères de l’Ordre, en désaccord pour la désignation de leur supérieur. À cet égard, il convient de se reporter au beau travail de M. C. Cunha, « A ordem de Avis e a monarquía portuguesa até ao final do reinado de D. Dinis », pp. 120-121.

210 Ce décalage a été souligné par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monarquica », p. 1288. L’auteur l’exagère toutefois dans la mesure où il date l’emploi de cette formule par la chancellerie castillane du règne personnel d’Alphonse XI et, plus spécialement, des années 1330 : Id., « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », pp. 261-262, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 715.

211 AHN, OM, libre 1346, f° 6r°-v°, et AHN, OM, carp. 463, doc. 212.

212 ACA, Cancilleria, reg. 519, f° 27v°, publ. R. Saínz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villanova, pp. 164-165, doc. 29. La lettre de Vasco Rodríguez est seulement connue par la réponse du roi qui, dans la première partie du dispositif, reprend un à un les arguments employés par le maître, faisant ainsi valoir « que nos bien sabíamos que la vuestra orden era fechura de los reyes de Aragón e nuestra por que la heredaran e la mantuvieran e la deffendieran acha agora de lo que havían en nuestro seynnorío ».

213 AHN, OM, carp. 430, doc. 204. Alphonse XI alléguait ainsi en 1337, pour faire valoir la nécessité que les procès intéressant ces institutions soient évoqués devant la cour, « que los reyes onde nos venimos edificaron e dotaron e heredaron a las dichas ordenes del nuestro sennorio por devocion que ovieron en las dichas ordenes, parandomientes que el fecho era bueno, e escondieronles de sus bienes e de sus heredades e por que como esta las dichas ordenesficieron mucho servicio a Dios e a los reyes onde nos venimos e sennaladamente a nos despues que regnamos aca. »

214 Pour l’épiscopat, ce fait a été souligné par J. M. Nieto Soria, « Le pouvoirroyal et l’épiscopat en Castille », pp. 381 et 386.

215 De façon similaire, P. Ortega Pérez, « Aragonesisme i conflicts ordes/vassalls a les comandes templeres i hospitaleres d’Ascó, Horta i Miravet », a signalé pour l’Aragon, à partir des années 1320, un empressement croissant des milices à rechercher la protection de la justice royale.

216 AHN, OM, libro 1346, f° 6r°-v°. La réclamation adressée en avril 1321 par le maître García López de Padilla au nom de l’Ordre fut présentée à Juan Manuel, alors tuteur du jeune roi. Elle signalait au prince que « despues desto murio el rey don Sancho e don Diego, padre deste don Lope, con fuerça e con poder que la tomo por fuerça e como el rey don Fernando fincara de pequeña edad, despues le fuera afrontado que ficiesse sobre esto derecho a las dichas ordenes, que les non pusiera en ello cobro ninguno, que asi fue la orden despojada e desapoderada de la possession de la villa de Santa Olalla e que agora que el pidie por merçed por el dicho don Juan, por el lugar que tiene del rey, que non pussiese perjudicar a la dicha orden a que le cumpliese de derecho por que cobrase la orden la dicha villa de Santa Olalla con sus terminos […] ca era cierto el que don Juan non quirie perjudicar a la orden de Calatrava mas facer la merçed assi como la ficieran los reyes onde el venie ca la orden merçed e fechura era de aquellos onde el vente. »

217 AHN, OM, carp. 463, doc. 212 : « Et por que la dicha orden es ffechura de los reyes onde el vinie e suya del e este maestre ha de guardar el derecho de la dicha orden, vinie antel dicho sennore que disie e protestaua antel a la su merçed por que el derecho de la dicha orden ffuesse guardado. » La présence de déchirures sur l’acte original impose de recourir à la copie d’Antonio de León, établie dans le troisième tiers du à une époque où le document était intact (AHN, OM, libro 1346, f° 10r°-v°). Il y a peu, une présentation succincte de l’échange a été réalisée par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « El Campo de Calatrava en época de Fernando III », p. 373.

218 ACC, caja Y, doc. 70.

219 AHN, OM, carp. 428, doc. 184 :« El conuento de los ffreyles de la caualleria de la orden de Calatraua sse enbiaron querellar a la reyna dona Maria, mi avuela, e al ynfant don Johan e al ynfant don Pedro, mios tios e mios tutores, que ay algunos que los tienen tomadas e forçadas aldeas e lugares e heredades e vinas e casas e otras possessiones que sson de la dicha orden sin rrazon e sin derecho. Et otrossi que algunos de los que tienen las dichas possessiones que disen que las tienen por mandado de los maestres que fueron de la dicha orden fasta aqui que gelas dieron por su vida et que tales donaciones que las non podian dar los maestres sin ssu conseio e ssin su otorgamiento del dicho conuento. »

220 BC, pp. 498-500 : «Otrosi ordenamos y ponemos entre nos que si alguno o algunos de qualquier condicion que sean que quisiere ir e passar contra nos e contra los nuestros freyres e contra las nuestras tierras e contra los nuestros vasallos […] que seamos todos en uno para querellaloy affrentalo e si por la ventura por la nuestra réquisition o por la nuestra affrenta no la quisieren dexar de facer que seamos todos en uno ayuntados con nuestras órdenes e con nuestros parientes e con nuestros amigos para nos defender e nos amparar para demandar el daño y el menoscabo que nos ovieren fecho por qualquter manera que entendamos que el nuestro derecho mas cumplidamente puede ser guardado y defendido.»

221 Ainsi l’a bien souligné S. de Moxó, « Relaciones de la Corona con las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 120.

222 AHN, OM, carp. 430, doc. 206.

223 Dans le cas de différends opposant les ordres militaires à leurs dépendants, le roi, nous l’avons vu, pouvait trancher en faveur de ces derniers mais, s’il le fit par exemple pour Alcázar de San Juan en 1346 (AMASJ, Perg., I/5, publ. J. M. Aparicio Arce, « Leyes y privilegios de Alcázar de San Juan », pp. 9-10), le geste fut apparemment moins fréquent que ne le laisse entendre C. Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan. Orígenes y desarrollo médiéval de una villa de La Mancha », p. 100.

224 Tel fut le cas Santiago, au cours du gouvernement de Fadrique, face à Ocaña (AHN, OM, carp. 243, vol. II, doc. 30, publ. BS, pp. 308-309) et à Villanueva de Parga (AHN, OM, carp. 88, doc 43).

225 BS, p. 335. L’assiette du contrat comprenait « todos los diezmos e pechos e derechos e tributos e justicias e aventuras de las comiendas de Montemolín e Fuente de Cantos con todos los otros lugares e quinterias que pertenescen a dichas comiendas assi al dicho maestre don Garci Alvares como a los comendadores e alcaydes ». Conclu le Ier août 1360, le contrat était cassé le 27 du même mois.

226 C. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal. Essai d’eccléstologie politique, p. 52, a ainsi forgé les termes de quasi-patronage et de crypto-patronage pour mettre en évidence le fait que que la relation, à l’époque moderne encore, n’était pas complètement définie en droit.

227 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tít. 15, ley I : «Otrosi pertenescen al padron tres cosas de su derecho por razon del padronadgo : la una es honra, la otra provecho que debe haber ende, la tercera cuidado et trabaio que ha de sofrir por ella. »

228 C. de Ayala Martínez, «Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona», p. 171, et « Fernando III y las órdenes militares », p. 97.

229 Templier de Tyr, La Geste des Chyprois, p. 828 : « Le roy de venue les desconfy et mist tous a l’espee sans mercy ; car le roy de Castele le fist volontiers pour assuager la pezance de son cuer, qu’il aveit de la perte d’Acre et de la destrucion des povres crestiens de la Surie. »

230 St. Jacob den Störres Saga, pp. 163-178. Cette citation est empruntée à V. Almazán, Gallœcia Scandinavica. Introducción o estudio das relación galaico-escandinavas durante a Idade Media, p. 286. En annexe, l’auteur a proposé du texte du miracle une traduction en galicien (ibid., p. 293).

231 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 44.

232 M. Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real en Castilla, pp. 126-130.

233 AHN, OM, carp. 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202.

234 J. M. Nieto Soria, « Le pouvoir royal et l’épiscopat en Castille », pp. 394-396.

235 M. Á. Ladero Quesada, « La transformación de la fiscalidad regia castellano-leonesa durante la segunda mitad del siglo XIII », p. 365.

236 Ainsi, en 1312, la perception des tercias reales dans le diocèse de Jaén fut confiée à un membre de Santiago, Martín Sánchez, qui semble, d’après les plaintes de l’évêque, avoir quelque peu outrepassé ses droits, comme l’a signalé C. Eisman Lasaga, « Documentos manuscritos e impresos relativos a Jaén en la Biblioteca del Palacio Real de Madrid », p. 28.

237 AHN, OM, carp. 429, doc. 191.

238 AHN, OM, libro 1357, ffos 150r°-154r°. Le document consigne l’appel interjeté parle procureur de Calatrava auprès de l’official de Valence pour dénoncer les prétentions des collecteurs pontificaux. Daté par erreur de 1359, il renferme la copie de plusieurs actes, dont une lettre du roi adressée au maître Juan Núñez de Prado et lui signifiant que « me fue dicho e denunciado que el papa agora nuevament que mandaua por su bulla que paguen las décimas las ordenes de caualleria que son en el mio sennorio e por que esta es cosa nueva, la quai en los tiempos pasados no fue acostumbrada et si asi pasase seria ocasion de se destruir las dichas ordenes, que son fechuras de los reyes onde y o vengo e mia, de lo qual se seguiria a mi muy grand deseruiçio, por esto enbie a mostrar al papa este fecho e explicarle que non queria que esto passe contra las diebas órdenes ni contra el mio seruiçio. »

239 La pétition d’Innocent VI est consignée dans une minute de l’ASV, Reg. Vat. 244, f° 29r°-v°. Le refus du roi de la satisfaire a été signalé dans les études de J. Zunzunegui Aramburu, « La misión del obispo de Senez al reino de Castilla »,et L. V. Díaz Martín, « El pontificado y Castilla en el marco de las relaciones internacionales a mediados del siglo XIV ».

240 M. Echániz Sans, «El monasterio de Sancti Spiritus de Salamanca», p. 64 : «Por último, el análisis que realicé de las relaciones del monasterio con la monarquía arrojó un balance ambiguo, ya que si por una partefueron relaciones de protección y patronato, por otra se revelaron como de progresivo control debido al intervencionismo regio en la orden de Santiago y en la Iglesia hispánica y sus instituciones religiosas.»

241 Signalé au sujet des révoltes du règne de Pierre Ier par L.V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 304 et 307, cet antagonisme a été également invoqué pour l’époque antérieure par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 444-445, et C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 107.

242 Le fait a été relevé par M. Á. Ladero Quesada, « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad Media », p. 37, et « La genèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux », p. 12, et par A. Rucquoi, « La lutte pour le pouvoir en filigrane de l’historiographie trastamariste », p. 143.

243 C’est à A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, pp. 953-1057, que l’on doit la description la plus détaillée de la rébellion.

244 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 31.

245 Par exemple C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante cl reinado de Alfonso X », p. 444, n. 101, et M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes militares castellanas con la Corona », p. 218.

246 A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, pp. 651-652

247 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap, 52, pp. 38-39 : «É á lo que decides que vos consejaron tos maestres, bien vos devedes guardar de la maestría del maestre de Uclés en creer tal consejo commo este, ca éste es uno de los ornes del mundo que más consejó á estos ricos ornes que ficiesen lo que facen, é mandéle yo que fuese derechamente al reino de Murcia, á do sirviese á mí é á vos, é non lo quiso facer, é fuese para vos por consejar á los ricos ornes esto quefacen, é á vos que ficiésedes aquello que vos daba él por consejo. É demas envió decir al rey de Aragón que se non dejase de venir á las vistas conmigo […] É del maestre de Calatrava vos digo que, commo quier que yo lo amo é lo tengo por ome bueno, sé que es de Lope Diaz por todo su linaje, é aquellos que él más amaba suyos son.»

248 Le fait a été bien mis en évidence par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 442.

249 Comme l’ont récemment rappelé D, Rodríguez Blanco, « Alfonso X y el maestre de Santiago Pelay Pérez Correa », pp. 111-112, et E. Rodriguez-Picavea Matilla, « Evolución de la orden de Calatrava durante el reinado de Alfonso X », p. 79.

250 Le fait a été relevé par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 442-443. À cette assemblée, la Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 47, p. 35, rapporte la présence de l’ensemble des supérieurs des milices. Cependant, un privilège royal alors adressé à la cathédrale de Burgos ne cite pas le prieur de l’Hôpital (F.J. Pereda Llanera, Documentación de la catedral de Burgos, 1984, pp. 150-151, doc. 105). Sur cette base, l’idée que le dignitaire soit venu à Almagro a été contestée par C. de Ayala Martínez, « Alfonso X y la orden de San Juan de Jerusalén », p. 44, dont j’épouse le point de vue malgré la dénégation de C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 106.

251 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 51, p. 38 : «É el infante don Fernando, desque supo de cómmo el maestre avia firmado aquellos pletios, commo quiera que él toviesse cartas del rey, su padre, para firmar, pero non quiso, é enviólo decir al rey que mandate y lo que toviese por bien.»

252 Ibid., chap. 52, pp. 38-41.

253 L’absolutisme auquel le roi prétend choquait de manière irrémissible les prétentions politiques de la noblesse, comme l’ont établi récemment S. Doubleday, « Aristocracia y monarquía en los reinos de Castilla y León », pp. 1007 et 1010, et J. Escalona Monge, « Los nobles contra su rey », en particulier pp. 141-154.

254 Ainsi l’ont justement observé C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 444-445, ou encore M. González Jiménez, « Alfonso X y las órdenes militares. Historia de un desencuentro », pp. 214-215.

255 AHN, OM, carp. 460, doc. 128 : «Et ffago mio mansessor que ffaga complir todo aquesto assi como es escripto en esta carta al maestro de Calatrava. Et mando que el maestre que ffuere de Calatrava que tenga en so poder la villa de Sont Olalla con los vasallos e con todas las rentas e con todos sos terminos fasta que sea complido todo quanto es escripto en esta carta.»

256 Les liens de Leonor Ruiz de Castro avec le sanctuaire calatravan ont été étudiés par C. de Ayala Martinez, « San Felices de Amaya, monasterio médiéval de la orden de Calatrava », pp. 25-26.

257 Ph. Josserand, « LeTemple et le culte mariai au long du chemin de Saint-Jacques », p. 318. Placé face au tombeau de son mari, le sépulcre de Leonor a été étudié du point de vue iconographique par R. Inclan Inclân, « Sepultura de la infanta dona Leonor, segunda mujer del infante don Felipe ».

258 Ainsi l’a mis en valeur C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 446.

259 Cet acte a été publié par C. Fernández Duro, Memorias históricas de la ciudad de Zamora, t. I, pp. 465-473 : « Ayudo myo consejo con el dean de Sevilla e con el maestre de Alcántara e con Pero Aluarez e con frey Johan Gil, doctor de los freyres descalços de Çamora, e con el abbat de Aruas que fueron ambos tractadores desta auenencia. » (ibid., p. 469).

260 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 76, p. 61. La date du ralliement des maîtres à Sanche IV a été établie par A. Ballesteros-Beretta, Alfonso X el Sabio, p. 958, qui la place en février 1282 sur ta base d’une restitution de l’itinéraire de l’infant au cours des premiers mois de la révolte.

261 Dans plusieurs actes, l’infant mentionne les maestros de las órdenes, sur le conseil desquels il dit agir, laissant ainsi accroire à un soutien complet de leur part : Á. Barrios García, Documentación médieval de la catedral de Ávila, p. 95, doc. 106, et Á. Barrios García et A. Martín Expósito, Documentación medieval de los archivos municipales de Béjar y Candelario, p. 42, doc. y. Le second de ces documents, confirmant les privilèges des chevaliers de Béjar, est dit avoir été arrêté par le prince « con los obispos e con ricos omnes e con los maestres de las órdenes e con pieça de omnes huenos de los conçeios ».

262 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 76, p. 62. Dépourvu de date dans le récit, l’événement a été restitué dans la chronologie de la rébellion par A. Ballesteros-Beretta, Alfonso Xel Sabio, p. 987.

263 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 77, p. 65.

264 Un panorama très complet en a été proposé par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 459-464.

265 AHN, OM, carp, 16, vol I, doc. 10,

266 Le fait a été relevé par A. Ballesteros-Beretta, Alfonso Xel Sabio, pp. 984-985. Plusieurs textes sont produits par l’auteur à l’appui de ses dires, sans toutefois qu’il en précise la source. Il m’a été possible d’en identifier certains, par exemple l’accord avec les villes de l’évèché d’Osma (AHN, OM, carp. 249, doc. 5) ou avec celles du diocèse voisin de Ségovie (AHN, OM, carp. 260, doc. 10, publ. M. Asenjo González, « Fiscalidad regia y sociedad en los concejos de la Extremadura castellano-oriental durante el reinado de Alfonso X », pp. 83-84).

267 AHN, OM, carp. 16, vol. I, doc. 2, 13 et 14.

268 L’idée a été avancée à titre d’hypothèse par M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes militares con la Corona », p. 221. Elle se fonde sur le texte de la confiscation : AMS, sec. I, carp. I, doc. 18, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 528-529, doc. 501 : « Eporque la orden nos deuíen seruir con quanto en el mundo ouiesse e nos deseruieron errando contra nos como agora fizieron el maestre don Pero Nunnez, a quí nos fiziemos tantas merçedes e bienes que los no podríemos poner en carta, e los freyres desta orden que se acordaron con él, alçandosenos con la nuestra tierra, e fizieron al nuestro linage que se alçase contra nos pora tollernos nuestro podere nuestro sennorio, no quisiemos que lo nuestro ficasseen ellos, más que tornasse a nos. »

269 Archivo Catedralicio de Segovia, caja 8, doc. 5 : analysé par H. Sanz y Sanz, Catálogo de la colección diplomática medieval del Archivo Catedralicio de Segovia, p. 50, doc. 171, le document a été publié par L. M. Villar García, Documentacion médiéval de la Catedral de Segovia, pp. 328-330, doc. 205.

270 Le seul accord connu intéressant l’Hôpital lie l’institution à Santiago en septembre 1283 : AGP, Inf. Gabr., Anexo, leg. I, publ. C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 586-588, doc. 364.

271 L’exercice de confiscations à l’encontre de l’Hôpital a été observé à l’échelle de plusieurs domaines andalous par C. Barquero Goñi,« Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa », p. 109.

272 Il est donc nécessaire de s’inscrire en faux contre l’opinion des chroniqueurs de l’époque moderne, selon lesquels, contrairement à ses homologues, le maître aurait témoigné au roi une fidélité qu’ils se plaisent à décrire comme inébranlable : voir par exemple F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, f° iir°-v°, et d’A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, pp. 409-410.

273 ANTT, gav. 16, m. 2, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 563, doc. 521.

274 Le fait ressort de sa présence au côté de l’infant en septembre 1282, lorsque ce dernier abandonna Cordoue pour contrer l’insurrection légaliste qui s’était produite à Badajoz : Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 76, p. 62. Il ne fait aucun doute que le maître a ensuite rapidement rallié le camp du roi, comme l’a souligné R. J. López Gallardo, « Alfonso X y la orden militar de Alcántara », p. 199. On ne peut pour autant exclure qu’un tel renversement ait engendré un schisme à l’intérieur de l’Ordre, dans la mesure où, comme l’a très récemment rappelé F. Novoa Portela, La orden de Alcántara y Extremadura, p. 304, un texte rapporté par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t.I, p. 412, évoque Fernán Páez en qualité de maître en mars 1283, lorsque l’infant Sanche lui reconnut la confirmation d’une rente de trois mille huit cents maravédis prélevée sur les revenus de la martiniega de Ciudad Rodrigo.

275 Pour prix de son aide, le souverain rendit à João Fernandes Jerez de los Caballeros et Fregenal de la Sierra, qu’il avait confisqués au Temple pour s’être allié à son fils dès le début du soulèvement. ANTT, gav. I, m, 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 539-540, doc. 509 : « Por que Gómez García, que se llamaua comendador tenente lugar del maestre m las cosas que el Temple auía en Castilla e en Léon, con los freyres dessa ordem en los regnos sobredichos fueron en mío desseruiço com don Sancho, aluoraçando los regnos contra mí e faziéndome guerra de los castillos e de los logares de la orden, por derecho auíe perdido quanto auíe en míos regnos e fincaua en mí por la razon sobredicha […] pero porque don Johan Fernández, teniente lugar del maestre mayor en las cosas que la caualleria del Temple ha en Castilla e en Léon e en Portugal, que a aquella sazón que se los otros contra mí leuantaron non viniera aón d’Ultramar e luego que llegó a mi tierra se trabajó de me seruir quanto pudo […] E me pediron merced que les diesse Xerez Badajoz et el Fregenal e yo tóuelo por bien e do gelos com todos sus terminas. »

276 Comme l’a signalé Ph. Josserand, « Entre Orient et Occident : l’ordre du Temple dans le contexte castillan du règne d’Alphonse X », p. 149.

277 Le fait ressort de l’étude de M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, pp. 22 et cliv.

278 Ibid, t. I, p. clvii. Les comptes de Sanche IV renferment ainsi l’ordre de paiement suivant : « En Segouia xvii. dtas de dezienbre a los ornes que moran en la tierra de la orden del Temple e de la tierra de Aliste et de Tauara que recudiessen a don Gómez Garcia, comendador mayor del Tenple en Castiella e en León, con los maravédis de la moneda forera. »

279 Contraint sans doute à l’exil, Joâo Femandes n’en renonça pas pour autant à toute ambition sur les prieurés occidentaux de la péninsule Ibérique. Chambrier de Boniface VIII à l’été 1296 (ASV, Reg. Vat. 48, ffos 143v°-144r°), comme l’ont récemment montré A. Demurger, Jacques de Molay, pp. 136 et 339, et D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t II, p.455, n. 22, et p. 686, n. 35, le dignitaire templier travaillait alors depuis quelques années à reprendre pied en Castille, mêlant à son combat personnel un engagement en faveur des infants de la Cerda, eux aussi gravement affectés dans leur situation par la prise de pouvoir de Sanche IV (I Registri della cancilleria angioina, t. 38, p. 291, doc 868).

280 Daté du 20 mars 1285, le premier diplôme royal mentionnant Gómez García a été rapporté par M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t I, p. 86. Il a été publié par l’auteur dans le troisième volume de son œuvre (ibid., pp. 144-146, doc. 243). Pour le dernier, en date du 13 mai 1289, il convient de se référer au travail d’A. Quintana Prieto, « La documentación médiéval de San Martín de Castañeda », pp. 211-214, doc 2. La première mention de son successeur Gonzalo Yáñez date du 29 octobre 1289, comme l’a relevé M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, p. 35.

281 C.de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 582-583 et 383-384, doc. 339 et 360. Les deux documents soulignent parles mêmes mots la violence faite à l’Hôpital : « E estos heredamientos sobredichos, que el rey mio padre gelos mandara tomar e que estaban forçados sin razon dellos e sin derecho ».

282 Id., « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », p. 460, n. 159.

283 AHN, OM, carp. 375, doc. 68.

284 AHN, OM, carp. 90, doc. 3, publ. J. Torres Fontes, Fueros y privilegios de Alfonso X el Sabio al reino de Murcia, p. 164, doc. 155 : « Por fazer bien et merçed al conceio de Çieza, tan bien a los que agora y son moradores como a los que seran daqui adelante pora siempre iamas, otorgamosles que sean reales et que nunqua sean de la orden de Hucles, como eran fasta aqui, ni dotro sennorio, sino del nuestro et de los que regnaren despues de nos en Castiella et en Leon. Et a un, por les fazer mas bien et merçed, otorgamosles los fueros et lospriuilegios et las franquezas que amen ante que fuessen de la orden sobredicha. »

285 AHN, OM, carp, 90, doc. 3, publ. Id., Documentes de Sancho IV, pp. 58-60, doc. 66.

286 C’est ce qu’a bien signalé C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 460-461, n. 160, dont l’analyse permet de nuancer utilement la vision de J. M, Nieto Soria, Sancho IV, p. 222, qui, dans une optique plus traditionnelle, a fait valoir que « da la impresión de que la actitud de las órdenes militares durante la sublevación influyó decisivamente en la actitud del rey hacia ellas durante el conjunto de su reinado si nos atenemos al volumen de mercedes reales recibidas. »

287 Bien mis en évidence par D. Catalán, « Un romance histórico de Alfonso XI », il a été analysé récemment par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena ».

288 Une description détaillée de l’insurrection figure dans le travail de D. Catalán, « Un romance histórico de Alfonso XI », pp. 31-36, dont les lignes essentielles ont été il y a peu reprises par C. Barquero Goñi, « Actividades militares de los Hospitalarios castellanos durante los siglos XIV y XV », p. 175, et J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografía de Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 260-261.

289 Ce défaut caractérise notamment les travaux de S. de Moxó, « La sociedad política castellana en la época de Alfonso XI », pp. 252-253, et « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 130, et ceux, pourtant plus récents, de J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografía de Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 260-261.

290 Ce portrait de Fernán Rodríguez de Valbuena est à plusieurs reprises confirmé par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 66, p. 214, chap. 73, p. 218, chap. 77, p. 220, et chap. 97, p. 232. Le prieur y est notamment réputé avoir sauvé la vie du prince castillan en lui dévoilant l’attentat tramé contre lui par le roi (ibid., p. 220).

291 Le fait ressort d’une lettre de Jacques II, mise au jour par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 465-464, doc. 320.

292 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 28 et 30-31, pp. 192-195, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 39-41, pp. 352-357. En raison d’une lacune dans la narration, cet épisode est mal connu. Sa chronologie même n’est pas exactement établie. Pour plus de détails, il convient de se référer au travail de D. Catalán, « La historiografîa en verso y en prosa de Alfonso XI », p. 294, n. 287.

293 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 572-573, doc. 471.

294 Parmi tes marques d’amitié données à ses alliés par Fernàn Rodríguez de Valbuena, on peut citer la donation viagère de la maison de Villalobos consentie à Juan el Tuerto et à son épouse (AHN, OM, Índice 160, f° 103r°), ainsi que le cadeau fait à Juan Manuel d’un faucon pèlerin qui semble avoir impressionné son destinataire par ses performances cynégétiques (Juan Manuel, Libro de la caza, p. 556).

295 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1329-1330.

296 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 67, p. 214, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 82, p. 428.

297 Datée du 20 juillet 1328, une lettre de Juan Manuel au roi Alphonse IV d’Aragon, signalée par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 566, doc. 460, témoigne, en dépit d’une exagération probable, des sympathies dont le soulèvement bénéficiait dans le royaume de Léon : « De las nueuas de aca sabed que los de Çamora e el obispo e el prior de San Johan, por ellos e por todos los del regno de Leon, que fisieron sus posturas segund veredes por este traslado que vos envio. »

298 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 66, p. 214, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 79, p. 424.

299 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 69, p. 216, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 90, pp. 445-446.

300 Le fait a été signalé par C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 261, ou encore J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografía de Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 259-260.

301 Ce point constitue l’une des différences principales entre les deux narrations, comme l’amontré D. Catalan, « La historiografia en verso y en prosa de Alfonso XI », pp. 267-268, et « El buen prior Hernan Rodríguez. », pp. 30-31.

302 Gran Crónica de Alfonso XI, t I, chap. 78, pp. 422-423 : «E un cauallero bueno que llamauan Fernan Rodriguez de Balbona, prior de la horden de Sanct Johan, quando vio que el fecho ansi ya yua para mal, e que por culpa del rrey non era,fablo con el conde, e dixole que toviese por bien de non querer que las bordenes fuesen metidas a tributo, lo que nunca fueron, e que escusase a tal fecho como este que non era seruiçio de Dios ni del rrey.»

303 Il est intéressant d’observer que ce souci de préserver les privilèges fiscaux des ordres militaires n’était nullement particulier à Fernán Rodríguez de Valbuena. Il était partagé par les autres maîtres, ainsi qu’il ressort de la confirmation obtenue en 1327 par le supérieur de Santiago d’une exemption de dîmes au profit de ses dépendants que prétendait annuler le pouvoir royal (AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 40).

304 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1328 et 1333.

305 Archivo Municipal de Léon, doc. 79, publ. C. Fernández Duro, Memorias históricas de la ciudad de Zamora, t.I, pp. 539-543. Il est tout à fait significatif que le roi se justifie dans la lettre des accusations lancées par ses détracteurs, en particulier sur le chapitre fiscal : « Otro si me fecieron entender que andan deciendo e enformando a otros que yo que he fecho muchos despechamientos e desafueros en la mi tierra, como quier que algo tomé por los grandes mesteres que habia, non lo pudiendo pensarpor ninguna manera, pero bien se puede saber que lo que yo de la tierra ove que lo despendí mucho a servicio de Dios e a su pro e onrra de mi e de todo el mio señorio, comenzando muy grandes fechos que se tornaron en pro e acrescentamiento de la Corona del regno, e seguiendo la guerra que he comenzado con los moros, de lo qual puedo dar muy buena cuenta a Dios e al mundo, » Ce texte a été publié par J. A. Martín Fuertes, Colección documental del Archivo Municipal de Léon, pp. 124-127, doc. 87, sans aucune référence à la précédente édition et, de surcroît, avec une erreur de datation qui le situe en 1327.

306 BNV, SO, vol. 20, doc. 5. Décrit par J, Delaville le Roulx, Les archives, la bibliothèque et le trésor de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, p. 40, puis par A. Zammit Gabarretta et J. Mizzi, Catalogue of the Records of the Order of St. John of Jerusalem, t. I, p, 87, cet acte demeure inutilisé, peut-être du fait de la confusion de ces auteurs qui, ignorant qu’il se comprend d’après l’ère hispanique, l’ont situé en 1366, omettant de soustraire trente-huit années au millésime porté sur le parchemin, ce qui leur aurait permis d’obtenir la date réelle.

307 BNV, SO, vol. 20, doc. 5. La lettre mentionne ainsi que « dictus filius iniquitatis, diuino timore postponito, ecclesias, monasterias aliaque pia loca predictorum regnorum et personas ecclesiasticas, tam religiosas quam seculares, seruituti subiecit et eis onera grauia et collectas et talias imposuit et exigit a quaque ecclesia, a quoque monasterio, a quoque hospitali, a quoque preceptore, a quoque priore ordinum unam marcham argenti, centum morabetinum usualis monete, et quatuor duplos auri […] ita quod deterioris conditionis sunt ecclesia, monasteria aliaque pia loca et persone ecclesiastice sub isto iniquo homine qua erant tempore Pharaonis. »

308 Ce schéma a été invoqué en Castille pour la plupart des révoltes nobiliaires du Moyen Âge tardif, comme l’a justement relevé A. Rucquoi, « La lutte pour le pouvoir en filigrane de l’historiographie trastamariste », p. 143.

309 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 68, p. 215, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 89, p. 442.

310 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 69, p. 216, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 90, p. 445.

311 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 69 et 70, p. 217, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 90 et 91, p. 448 : « Et el conde, si tenia ante grand pesar, ovolo despues mucho mayor et mando a todos los suyos armar et su pendon tendido fuése dende. Et el prior et los de Valledolit, desque lo vieron ir, abrieron las puertas de la villa, et salieron todos al rey a rescebirle con grand alegria. »

312 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 1331.

313 AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 36r°-v°, publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentas de Alfonso XI, pp. 117-118, doc 113 : « Por algunos mouimientos et bolliçios que recreçieron en Valladolit, oue a deçercar a Escalona et vinme para Valladolit, et porque el conde venia conmigo non me quisieron coger en la villa, et estando en esas huertas los ricos omnes et infançones et caualleros, mios vasallos et mios naturales de Castiella et de Leon, et perlados et los concejos de las mias villas, asy los que con migo eran como los otros que estauan en Valladolit, ayuntaronse et, por muchos agrauios et desafueros que el conde auia fecho et fazia en la mia tierra et por otras cosas muchas que el fazia en la mi casa et en el mio sennorio, que non era mio serutpo, pidieronme merçed et afrontaronme que partiese al conde de mt et que tomase otra manera en la mi fazienda et en el mio conseio porque los mios regnos fuesen mejor regidos et mantenidos que fueron fasta aqui. »

314 F. Pino Rebolledo, Catálogo de los pergaminos de la Edad Media, pp. 165-167, doc 32 : «Me diveron que vien savia yo el muy grande e muy señalado servicio e bueno que ellos me fizieron en este año que agorapaso […] que cataren manera verdadera e muy leal en como el traydor Alvar Núñez fuese perdido de la privanza e de la mi casa e la manera fue esta que ordenaron en la dicha villa que guardando el mio señorio que no coxiesen ni rescibiesen al dicho traydor conmigo ni sin mi e aun este mismo acuerdo havian fecho ante los de Zamora e de Toro e de Benavente e de otros lugares delosmios regnos e en este acuerdo hera con ellos don Fernan Rodríguez de Balbona, prior del Ospital de la orden de Sant Johan, e otros caballeros de la mi tierra que havian tomado este voz por me librar de peligro por que no podian baver manera conmigo a me lo mostrar e a me lo dezir en guisa que yo pudiese sabere comprender el mal consejo e engañoso que me el dicho traydor dava, fiando yo del.»

315 L’incendie du couvent a été rapporté par l’infant Juan Manuel dans son Chronicón, publié par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t.I, p. 679 : « Eodem mense obsedit rex Vallesoleti et incepit debellare villam et incendit monasterium de Olgis, ubi erat sepulta regma domina Maria. »

316 F. Pino Rebolledo, Cátalogo de los pergammos de la Edad Media, pp. 163-167, doc, 32 : «E el dicho traydor AlbarNúñez, con el poder que havia, instando a las sus gentes e a las mias tratar e fazer daño en la dicha villa e mandola combattre en el combatimiento la gente del dicho traidorAlbar Núñez entraron por el monasterio de las Huelgas, por que hera logar por do cuidaban poder entrar por y la villa por que estaba un palacio allegado a la çerça de la villa,y fue y puesto fuego en guisa que ardio una gran portada del monasterio […] por ello tengo por vien e mando que les nunca sea fecha demanda por razon del daño que recibio el dicho monasterio en razon delfuego que entonze y fue puesto, como dicho es, por que son ellos sin culpa e por que el seruiçio sobre dicho tan bueno e tan señalado que me ellos fizieron no caya en olbido.»

317 Émise par D. Catalan, « El buen prior Hernán Rodríguez », p. 35, cette hypothèse est corroborée par la documentation d’archives puisque la première mention du prieur à ce poste remonte au 6 octobre 1328 (AHN, Clero, carp. 1856, doc. 6, publ. E. González Crespo, Colección documental de Alfonso XI. Diplomas reales conservados en el Archivo Histórico Nacional, Sección de Clero, p. 242, doc 127).

318 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 74, p. 219, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 95, p. 456.

319 De nombreux documents relèvent explicitement la participation du prieur au conseil royal, parmi lesquels un acte de l’AMM, Cart, Real. 1314-1344, ffos 84v°-85r°, publ. J. Torres Fontes, « La ceca murciana en el reinado de Alfonso XI », pp. 309-310, doc I.

320 Plusieurs documents signalent l’assistance du maître au conseil. Deux d’entre eux ont été publiés au sein des Cortes de los antiguos reinos de Léon y de Castilla, t. I, p. 406, et par R. Sainz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villanova, p. 173, doc 40.

321 La nomination du maître est rapportée par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 70, p. 217, et la Gran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 91, p. 448.

322 Pour occulte qu’il puisse sembler, son soutien aux insurgés rien fut pas moins primordial, à en juger par une missive de Juan Manuel au roi Alphonse IV d’Aragon publiée par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 566, doc. 460.

323 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 1332.

324 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 77, p. 220, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 98, p. 460 : «Et porque el rey entendi de algunos sus amigos que le placeria a don Joan desto, envióle su carta et su mensagero con quien le envió decir que non quisiese andar desavenido de la su merced, et que se vente a ver con él, et que faria en manera porque don Joan fuese sin querella del rey, et que le faria merced, et que le daria grand logar en el su regno, asi como era razon que lo oviese. Et antes que este mensagero llegase á don Joan, fuele enviada de casa del rey una carta, et enviógela don Ferrant Rodriguez, prior de Sanct Joan, en que le envió decir, que en esta vista que el rey queria aver con él, que lo coydaba matar. »

325 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 97, p. 232, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 118, p, 501.

326 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 113, p. 247, Quand le roi arriva à Séville le 8 juin 1333, rejoint par le gros des troupes des ordres militaires afin de secourir Gibraltar assiégé par les Mérinides, il est relaté que « porque avia pocos dias que finára don Fernan Rodriguez, prior de Sanct Joan, fué y teniente logar de prior don Ruy Perez de Bolaños, comendador de Lora et de Sietefilla ». Une même information est apportée par la Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 134, p. 37, sans qu’elle présente toutefois un degré de précision chronologique comparable. Dès lors, on ne saurait souscrire à l’affirmation de J. de Salazar y Acha, « Notas para una biografía de Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 265, qui, conformément à la datation traditionnelle, place la mort du prieur au mois de septembre 1332.

327 Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla, t. I, pp. 428-429.

328 RAH, Col. Salazar, M-128, ffos 303r°-305r°.

329 L’assiette de l’impôt était ainsi définie, R AH, Col. Salazar, M-I28, f° 303v° : « Acordaron de me dar quatro seruicios en lot tus vasallos y que ge lot mandase coger en cada logar en esta guisa, el que obiere quantia de 60 maravedis en muebles y en raices ha de pechar S maravedis, el que hobiere quantia de 120 maravedis ha de pechar 16 maravedis, el que hobiere quantia de 180 maravedis ha de pechar 14 maravedis, el que hobiere quantia de 240 maravedis ha de pechar 32 maravedis. »

330 L’analyse la plus complète de l’insurrection reste l’étude de L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militâtes en el reinado de Pedro I », qu’il convient de compléter, pour les années finales du règne, parla récente approche de C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana ».

331 L, V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 304 et 307.

332 Pedro Lopez de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. 6 et 7, pp. 442-443.

333 Ibid., an. IV, chap, 27, p. 438.

334 Ibid., an. V, chap. 7, p. 443 : « Prendieron el conde é el maestre à don Juan Garcia, hermano de doña Maria de Padilla, que era comendador mayor de Castilla, que avia el rey don Pedro dejado con ellos por frontero en la frontaria de Albuquerque ».

335 Sur les circonstances de son élection à la tête de la milice, il convient de se reporter aux études de L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 303, et de J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War », pp. 356-357.

336 Comme l’a bien montré F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 56r°.

337 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an, IV, chap. 25, p, 437.

338 Il était en effet apparenté à leur mère, Leonor de Guzmán, comme l’a observé L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las érdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 289-290, qui a signalé combien une telle relation avait joué dans l’hostilité que Pierre Ier lui témoigna au début du règne.

339 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. IV, chap. 29, p. 439 : « E estonce tornó el rey al dicho maestre de Alcántara los castillos de Moron é Cote, é otros castillos de la orden de Alcántara, los quales tomára luego el regnó, segund dicho avemos, por se non fiar dél, por quanto era pariente de doña Leonor de Guzman, é tornógelos estonce el rey al dicho maestre. »

340 Ibid., an. V, chap. 18, p. 446.

341 Brièvement abordé par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p, 306, ce point a été voici peu approfondi par E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolucion” Trastámara », p. 272.

342 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an.V, chap. 20, p. 448.

343 AHN, OM, carp. 16, vol. II, doc. 24.

344 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 18, p. 468 : «Otrosi el rey ovo nuevas como don Juan Garcia de Villagera, hermano de doña Maria de Padilla, que el rey avia fecho maestre de Santiago, andaba por la tierra de la orden, é que peleára con don Gonzalo Mexia, comendador mayor de Castilla, é con don Gomez Carrillo, fijo de Rui Diaz Carrillo, entre Tarancon é Uclés, los quales don Gonzalo Mexia e don Gomez Carrillo vencieran é desbarataran al dicho don Juan Garcia maestre é le mataran en la pelea, la qual fué viernes é veinte é siete dias de noviembre dette dicbo año. E ovo el rey por estas nuevas muy gran enojo.»

345 Ibid., an. VII, chap. 2, p. 471 : « E saliendo la reyna doña Maria del castillo, é con ella aquellos caballeros que dicho avemos, llegando á una puente pequeña que está delante de la puerta del alcazar, llegó un escudero que guardaba a don Diego Garcia de Padilla, maestre de Calatrava, que decian Juan Sanchez de Otero, é dió con una maza en la cabeza á don Pero Estebanez Carpentero, que se llamaba maestre de Calatrava, enguisa que le derribó en tierra cerca de la reyna, é matóle luego. »

346 Ainsi l’ont signalé les deux plus récents biographes du roi, L.V. Díaz Martín, Pedro I, p. 169, et C. Estow, Pedro the Cruel of Castile, p. 153.

347 Le fait a été souligné par J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War », pp. 359-360.

348 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XV chap. 8, p. 534 : « É estando sobre un logar que dicen Calpe […] llegaron al rey nuevas como don Gutier Gomez de Toledo, maestre de Alcantara, al qual el rey mandara poner recuas de viandas en Monviedro, entrára por poner la recua en el dicho logar de Monviedro, é que salieran á él el conde de Dénia, que fué despues marqués de Villena, é don Pedro Moñiz, de Godoy, que andaba estonce en Aragon, é se llamaba maestre de Calatrava, é el concejo de Valencia, é pelearon con el dicho maestre de Alcantara en an logar que dicen las Alcublas, é que le desbarataron, é le mataron, é le tomaron la recua, é peso mucho dello al rey. » Inscrit par l’auteur de la chronique dans le pénultième chapitre de l’année 1564, le combat a été replacé au début de l’année suivante par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 324, et, à sa suite, par F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcántara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I », p.332.

349 L. V. Díaz Martín, Pedro I, p. 286,

350 Souligné par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, ffos 60v°-61r°, et part III, f° 30r°, le fait a été étudié par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las ôrdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 328, et par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », pp. 45-48.

351 Pendant les mois qui précédèrent la bataille, Garcí Álvarez de Toledo, supérieur de Santiago, Gómez Pérez de Porres, prieur de l’Hôpital, et même Diego García de Padilla, maître de Calatrava, passèrent au service de l’infant Enrique, comme l’a relevé Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XVII, chap. 8, pp. 541-542, créant ainsi un déséquilibre dont s’est bien fait l’écho C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante ta guerra civil castellana », p. 48.

352 La date de son élévation à la tête de Calatrava demeure très incertaine. L, V. Díaz Martín, « La elección de Martin López de Córdoba como maestre de Calatrava », a observé que la date de 1365, tenue pour évidente à la suite de F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 59V °, reposait sur un document à la datation erronée. Il a proposé de placer l’élection du maître dans les premiers mois de 1367, sans spécifier si elle aurait eu lieu avant la rencontre de Najera, qui eut lieu le 3 avril. Le plus ancien document faisant mention de Martín López de Córdoba à la tête de Calatrava date du 18 avril (AMM, Cart. Real. 1367-1380, f° 2r°, publ. Á. L. Molina Molina, « Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcántara y Calatrava y adelantado mayor del reino de Murcia », pp. 102-103, doc. 4).

353 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XVIII, chap. 3, p. 552.

354 Comme l’a montré A. L. Molina Molina, « Martín López de Córdoba, maestre de las órdenes de Alcántara y Calatrava y adelantado mayor del reino de Murcia », p. 94.

355 Le fait a été relevé par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 329-330, et C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », pp. 49-51.

356 L’appui fourni au prétendant par la plus grande partie de la noblesse est bien connu. Il a été analysé par J. Valdeón Baruque, Enrique II de Castilla : la guerra civil y la consolidación del régimen.

357 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XVII, chap. 8, p. 541,

358 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 58r° : « Sabidas estas nuevas, el maestre don Diego Garcia de Padilla, mouido con el temor de ser desposseydo violentamente de su maestradgo […] partio de Almagro para Toledo, y llegado […] a la ciudad, beso la mono a don Enrrique y juro que le seria leal vassallo y le seruiria en aquella empresa. El rey don Enrrique, visto lo que el maestre don Diego auia hecho, prometiole que non seria desposseydo de su maestradgo y luego mando a don Pedro Muniz renunciasse en el todo el derecho que dezia tener para ser maestre y asi lo renuncio. »

359 Établi en Aragon, le premier acte connu dans lequel Pedro Muñiz de Godoy revendique le titre de maître de Calatrava date du mois d’avril 1360 (AHN, OM, libro 1347, f° 155r°-v°).

360 Ainsi l’a bien fait valoir L. V. Díaz Martín, Los maestres de las órdenes militares durante el reinado de Pedro I », pp. 289-290.

361 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. V, chap. I, p. 440, et chap. 20, p. 448. Il semble même, à croire un continuateur anonyme du XVe siècle de l’évêque de Burgos Gonzalo de Hinojosa qui, un siècle plus tôt, avait prolongé la narration de Rodrigo Jiménez de Rada, que le roi ait d’abord songé sans succès à confier à Juan García de Padilla la charge de régir le prieuré castillan de l’Hôpital (Continuación de la crónica de España del arzobispo don Rodrigo Jiménez de Rada, p. 93).

362 Pedro Lopez de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VI, chap. 16, pp. 467-468. Á peine le maître était-il élevé à la tête d’Alcántara qu’il fut démis de ses fonctions par le roi, dont il avait suscité la méfiance. C’est à l’occasion de sa destitution que la chronique fait état de son lien de parenté avec Juan Fernandez de Hinestrosa, qui intervint en sa faveur pour lui éviter d’être emprisonné puis l’aida à fuir en Aragon.

363 Cette alliance est mentionnée par les mémoires de Leonor López de Córdoba publiés par R. Ayerbe-Chaux, « Las memorias de doña Leonor López de Córdoba », p. 17.

364 Présent en Aragon aux côtés d’Henri de Trastamare dès le mois de décembre 1356, il fut choisi en tant que messager pour entretenir le lien avec l’infant Fadrique (ACA, Cancillería, reg. 1543, f° 5v°, publ.J. B. Sitges, Las mujeres del rey don Pedro I de Castilla, p. 66).

365 Plusieurs documents conservent la mémoire d’un procès qui, de 1353 à 1360 au moins, opposa les deux familles pour la possession du domaine de Guadaxira, distrait de la commanderie de Lobón (RAH, Col. Salazar, M-17, ffos 126r°-v° et 219r°-220v°).

366 BS, pp. 333-334. Au début de son règne, Pierre Ier semble s’être appuyé sur le grand commandeur de Castille Ruy Chacón, ennemi juré de Gonzalo Mexía, pour annihiler le pouvoir de Fadrique. C’est du moins ce qui apparaît dans un document d’août 1356, où l’évêque de Florence invite les archevêques de Séville et de Tolède à absoudre le commandeur d’Uclés, Sancho Sánchez de Moscoso, du meurtre de Ruy Chacón, décapité à Consuegra après avoir été tiré de force hors de l’église où il avait trouvé refuge. L’acte mentionne en effet la conduite séditieuse de Ruy Chacón à l’encontre de Fadrique : « Scandalum et damnum maximum plurimodum absque eiusdem magistri licentia se quibusdam predicti magistri emulis sociasset, dissensiones et scandala inter dominum Petrum regem Castelle et Legionis illustrem et eumdem magistrum procurando. » Or, quoi qu’en dise le document, rédigé au cours d’une brève phase de réconciliation entre Fadrique et le roi, il est difficile de penser que le grand commandeur de Castille se soit ligué avec les ennemis du maître de son ordre sans avoir reçu au préalable l’approbation du souverain,

367 Comme l’a signalé L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares durante el reinado de Pedro I », p. 314, reprenant à son compte l’information de F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 58v°.

368 Cette hypothèse a été émise par J, O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castillan Civil War », p. 359. Elle n’est nullement invraisemblable lorsqu’on sait qu’un fils de Pedro Muniz de Godoy prénommé Diego, commandeur de Malagón, fut exécuté à Toro avec le neveu de Juan Núñez de Prado, Pedro Estébañez Carpentcyro, lequel prétendait être le maître légitime de la milice (Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. VII, chap. 2, pp. 470-471, et F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, ffos 58v°-59r°).

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search