Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Troisième partie. En quête d'une soumission : le pouvoir royal castillan et les ordres militaires

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Ainsi l’ont relevé S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado (...)
  • 2 Bien que critiquée du point de vue terminologique par S. de Dios, « Sobre la génesis y los caracte (...)
  • 3 On trouvera une vision générale de ces enjeux dans M. á. Ladero Quesada, « Estado y hacienda en Ca (...)
  • 4 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánt (...)
  • 5 Ainsi en témoigne la contribution de B, de Salcedo y Jaramillo, « Discurso histórico sobre la sobe (...)
  • 6 D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », p. 14 : « This rivalry between the king (...)
  • 7 En témoignent, pour le règne de Pierre Ier, les contributions de J. O’Callaghan, « The Masters of (...)
  • 8 L. R. Villegas Díaz, « Las estructuras de poder de la orden de Calatrava », p. 487, n. 59, faisait (...)
  • 9 Telle est la perspective développée par le plus grand nombre des historiens, à l’instar d’A. Javie (...)
  • 10 Ainsi l’a caractérisé. C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los mae (...)

1Forts d’un pouvoir en grande partie préservé malgré la crise économique et concentré aux mains des supérieurs et de leur entourage immédiat, les ordres militaires disposent à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle de larges possibilités d’action sur la scène politique castillane. Plusieurs auteurs ont souligné ce fait pour dénoncer le danger qu’il représente pour le pouvoir royal1. Cette menace est d’autant plus simple à comprendre que l’autorité monarchique s’efforce à compter du règne d’Alphonse X de renforcer son assise dans le royaume pour s’imposer aux juridictions concurrentes au bénéfice d’un processus connu dans l’historiographie sous le nom de genèse de l’État moderne2. Mener à bien l’entreprise, on le perçoit facilement, nécessite que le pouvoir royal soumette les ordres militaires à un contrôle étroit qui lui permette de s’assurer de leur concours dans le conflit l’opposant aux éléments privilégiés de la société politique castillane autour d’un appareil administratif en plein développement3. L’enjeu du combat a été tel que les rapports entre la monarchie et les milices ont dès l’origine polarisé l’intérêt des érudits préoccupés par le passé médiéval de ces institutions. Plusieurs, à l’exemple du premier d’entre eux, Francisco de Rades y Andrada, en ont offert une analyse riche en détails4. Il s’en faut toutefois de beaucoup que leur lecture soit objective : soucieux de se concilier les faveurs du souverain auquel, pour la plupart, ils dédient leur œuvre, ces auteurs font valoir un point de vue régalien au risque d’exagérer la dépendance des ordres militaires, dont ils postulent qu’elle était au Moyen Âge tout aussi stricte que de leur temps. Relayée par l’historiographie positiviste5, cette vision est restée dominante jusqu’à ce que Derek Lomax, à la fin des années 1950, en dénonce l’aspect fortement idéologique6. De nombreux travaux se sont depuis lors attachés à présenter une lecture plus équilibrée du rapport des ordres militaires à l’autorité monarchique. Conçus pour la plupart à partir d’un règne particulier, ils ont échoué cependant à garder l’ampleur de vue des études anciennes pour se limiter à des apports dont l’intérêt bien souvent n’est autre que monographique7. C’est seulement depuis peu que le thème a été repris dans une perspective globale, débarrassée des a priori des érudits de la période moderne8, en vertu de laquelle il est possible d’analyser l’incorporation des maîtrises des ordres militaires hispaniques à la Couronne de Castille durant le règne des Rois Catholiques non plus seulement comme le point de départ d’un nouveau mode de relations9, mais comme l’aboutissement d’un processus de prise de contrôle amorcé par la monarchie quelque deux siècles auparavant, qui constitue, pour reprendre les termes de Carlos de Ayala Martínez, une « décision annoncée »10.

Notes

1 Ainsi l’ont relevé S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 118, L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », p. 286, ou M. González Jiménez, « Relaciones de las órdenes militares castellanas con la Corona », p. 217. Un constat tout à fait similaire a été fait pour le Portugal par J. Mattoso, Identificação de um país. Ensaio sobre as origens de Portugal, t. II, p. 183.

2 Bien que critiquée du point de vue terminologique par S. de Dios, « Sobre la génesis y los caracteres del Estado absolutista en Castilla », et P. Fernández Albaladejo, « Les traditions nationales d’historiographie de l’État : l’Espagne », l’expression est admise par la plupart des médiévistes en France comme en Espagne, où de très nombreuses études lui ont été consacrées par A. Rucquoi (éd.), Génesis medieval del Estado moderno : Castilla y Navarra, et Realidad e imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, ou M. á. Ladero Quesada, « La genèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux ».

3 On trouvera une vision générale de ces enjeux dans M. á. Ladero Quesada, « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad Media », pp. 21-23.

4 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara. Le caractère fondateur de son œuvre pour l’historiographie des ordres militaires a été rappelé par Ph. Josserand, « Les ordres militaires dans les royaumes de Castille et de León », pp. 11-13.

5 Ainsi en témoigne la contribution de B, de Salcedo y Jaramillo, « Discurso histórico sobre la soberanía que siempre han ejercido en lo temporal los reyes de España en las cuatro órdenes militares de Santiago, Calatrava, Alcántara y Montesa ».

6 D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », p. 14 : « This rivalry between the kings for influence over the order was already suspected by Rades y Andrada, but he misunderstood its intensity, and overdramatised it. Conceiving the Middle Ages in terms of fifteenth-century anarchy and sixteenth century absolutism, he was over-ready to believe that the king could interfere in the master’s élection and impose a schismatic anti-master. »

7 En témoignent, pour le règne de Pierre Ier, les contributions de J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War », ou encore de P. L. Pérez de los Cobos, « La conquista de Jumilla por el infante don Fadrique ». Cette propension à analyser le rapport des ordres militaires avec le pouvoir royal en fonction d’unités de temps extrêmement compartimentées reste une tendance lourde de l’historiographie, comme le manifeste l’étude récente de F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcántara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I ».

8 L. R. Villegas Díaz, « Las estructuras de poder de la orden de Calatrava », p. 487, n. 59, faisait ainsi valoir, il y a moins de quinze ans, que « todavía se encuentra por aclarar y profundizar el tema de las relaciones de la Corona con las órdenes militares ».

9 Telle est la perspective développée par le plus grand nombre des historiens, à l’instar d’A. Javierre Mur, « Fernando el Católico y las órdenes militares españolas », de M. F. Ladero Quesada, « La integración del maestrazgo de Alcántara a la Corona », et d’E. Postigo Castellanos, « El Consejo de las órdenes militares : fundación y reformas de Carlos V », pp. 549-555, et Honor y privilegio en la Corona de Castilla, pp. 21-48.

10 Ainsi l’a caractérisé. C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », p. 259.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search