Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Deuxième partie. Les ordres militaires dans la société castillane : l'adaptation à une conjoncture nouvelle

Conclusion

Texte intégral

1Il n’est pas possible de voir dans les ordres militaires, comme on a voulu le laisser entendre dès la fin du Moyen âge, des victimes de la noblesse qui, menacée dans ses revenus, aurait cherché après 1275 à les dépouiller de leurs propriétés et à les utiliser dans des guerres privées en vue de pérenniser sa prépondérance sociale. Un tel schéma n’est pas seulement une simplification facile ; il constitue une interprétation abusive dont on peut s’étonner, à lire les documents, de la fortune historiographique qu’il connaît encore. Certes, les ordres militaires ont été confrontés à nombre de difficultés après l’arrêt de la Reconquête consécutif à l’occupation des bassins du Guadalquivir et du Segura. La nouvelle conjoncture qui se met en place en Castille, passé le deuxième tiers du XIIIe siècle, fragilise le système sur lequel était fondée leur expansion initiale, largement assise sur des activités de prédation. Cette transformation est d’importance, mais le fait ne saurait justifier qu’on l’évoque sous le masque du déclin, au risque d’en fausser complètement la compréhension.

2Rien n’indique que les ordres militaires aient, après la conquête chrétienne de Séville, cessé d’être fidèles à leur mission belliqueuse contre l’Islam. En aucun cas, on ne peut admettre l’idée que l’arrêt de l’avancée castillane ait provoqué un reflux de leur engagement qui, s’il s’est naturellement ressenti de la modification des conditions de la guerre de frontière, ne s’en est jamais tari pour autant. Il semble même qu’à partir du règne d’Alphonse X, le caractère largement défensif des luttes soutenues contre les musulmans ait renforcé le poids relatif des milices dans le dispositif mis en œuvre par la monarchie pour protéger le flanc méridional du royaume. Un tel effort représente un investissement dont la documentation, à défaut d’éléments comptables, ne peut donner qu’une idée approximative. Son ampleur ne laisse cependant aucun doute au regard de la transformation du système d’exploitation que les ordres militaires, dans l’attente de revenus nouveaux, sont obligés de mettre en œuvre dans leurs domaines, abandonnant le modèle extensif originel pour développer, dans le cadre du réseau commanditaire, des activités au profil ouvertement rentier.

3Remarquablement adaptée à son objet, une telle adéquation requérait, pour réussir, que les ordres militaires puissent compter sur un ample appui de la noblesse, sans lequel, en raison du poids spécifique de ce groupe dans la société castillane, toute réforme eût été impossible. Elle a donc très logiquement conduit ces institutions, passé le milieu du XIIIe siècle, à se rapprocher de l’aristocratie et à lui ouvrir un large accès à leurs charges de responsabilité. Il s’est ainsi produit un renforcement de l’emprise de la noblesse qui, sans provoquer la domination sans partage que l’on invoque souvent, n’en fait pas moins sentir ses effets, après le milieu du XIIIe siècle, à la faveur d’une communauté d’intérêts plus étroite. Une telle alliance permet aux milices d’obtenir du groupe dominant les appuis indispensables à la consolidation de leur position au sein de la société castillane. En retour, elle ménage à ce dernier un potentiel économique et militaire de première importance dans la perspective des luttes qui le mettent aux prises avec la monarchie pour le contrôle des appareils de gouvernement qui se développent à l’échelle du royaume.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search