Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Deuxième partie. Les ordres militaires dans la société castillane : l'adaptation à une conjoncture nouvelle

Chapitre vi

La noblesse pour appui

Le rapprochement entre les ordres militaires et le groupe social dominant

Texte intégral

  • 1 La plupart des auteurs s’accordent pour signaler, à partir du milieu du XIIIe siècle au moins, l’em (...)
  • 2 E. Postigo Castellanos, « Caballeros del Rey Catolico.Diseño de una noblezaconfesional ».
  • 3 Devenue un véritable topique, l’image de milices pénétrées par l’aristocratie a été développée hors (...)
  • 4 Plusieurs auteurs, tels C, Barquero Goñi, «Los Hospitalarios en el reino de León», p. 407, M. Á. La (...)

1Au cours des dernières décennies, les rapports entre les ordres militaires et la noblesse aux XIIIe et XIVe siècles sont loin d’avoir suscité le même écho que les questions économiques. Encore sensible, un tel désintérêt s’explique par le fait que ces relations sont d’ordinaire perçues comme allant de soi dans la mesure où, après le milieu du XIIIe siècle sinon dès le moment de leur fondation, les milices passent pour avoir fait l’objet d’une domination aristocratique marquée1. L’idée recèle sans doute une part de vérité : on ne comprendrait pas qu’au sein de la société castillane les ordres militaires soient demeurés à l’écart de la noblesse ; mais on ne saurait pour autant les assimiler entièrement à cette dernière. Quelque commode que puisse sembler cette dernière transposition, il est en effet dangereux de projeter la situation de l’extrême fin du Moyen Âge et des débuts de l’époque moderne, dont la connaissance a largement avancé au cours des décennies récentes2, sur la période précédente pour laquelle, faute d’une documentation comparable, rien n’autorise à poser semblable équivalence. Repris à satiété jusque dans les travaux actuels3, ce tableau rapide qui fond en un même ensemble ordres militaires et noblesse est en réalité une entrave à la réflexion : erroné autant que réducteur, il offre des milices l’image d’un support passif exposé à l’appétit du groupe aristocratique, qui met tout son zèle à s’en disputer charges et revenus. Évidemment caricaturale, cette vision n’est pas facile à corriger car, avant la seconde moitié du XIVe siècle, les sources ne proposent sur les relations des ordres militaires avec la noblesse qu’une information de type fragmentaire qui, pour prendre véritablement du sens, exige d’être systématisée le plus possible, en particulier grâce à l’outil prosopographique4.

I. – Le développement du recrutement nobiliaire

  • 5 Le recrutement des milices a surtout été analysé dans le cas de l’ordre teutonique. Il n’existe pas (...)
  • 6 Depuis longtemps tenu pour acquis, le principe d’une emprise originelle de la noblesse sur les ordr (...)

2Abordant les rapports des ordres militaires avec la noblesse, l’historien est aussitôt confronté à la question de leur recrutement5. De l’aveu même de la plupart des auteurs, les sources n’offrent que de très modestes éléments : il est donc surprenant de voir aussi facilement admise l’idée qu’à partir du milieu du XIIIe Siècle, quand ce n’est pas dès le moment de leur fondation, les ordres militaires auraient été la chasse gardée de l’aristocratie6. Impossible à accepter en l’état, ce postulat demande à être révisé afin que soit mieux perçue l’emprise de la noblesse sur ces institutions, laquelle, sans être aussi pesante qu’on la décrit d’ordinaire, se fait toutefois de plus en plus sensible à partir de la seconde moitié du XIIIe Siècle, notamment au sommet de la hiérarchie.

Un problème à reconsidérer

  • 7 Exprimée par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 88, cette opinion a été avalisée par M. Rivera Garr (...)
  • 8 Il s’en faut de beaucoup que les auteurs qui avancent une telle idée se soient interrogés sur le co (...)
  • 9 Rattachés au magistère de Pelayo Pérez Correa, ces statuts ont été présentés de façon synthétique p (...)
  • 10 BNM, ms. 8582, f° 64v : «Establescido es que ningund freyre que non fuere fidalgo cauallero que non (...)
  • 11 BNM, ms, 8582, f° 45v° : «Otrosi establesçemos e defendemos que ningundfreyre de la dicha nuestra o (...)
  • 12 Le point de départ de ce processus a donné lieu à une controverse qu’il n’est pas difficile de tran (...)
  • 13 Signalé par J. Delaville LE Roulx, Les Hospitaliers enTerre sainte et à Chypre, p. 290, le fait a é (...)

3L’historiographie admet en général qu’à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle l’entrée dans un ordre militaire7 était très difficile pour qui n’appartenait pas à la noblesse. Ce postulat est passé en article de foi, ce qui ne laisse pas d’étonner quand on sait la fragilité des bases sur lesquelles il repose8. Il se fonde sur un petit nombre de références textuelles – toujours les mêmes – tirées d’une source sans équivalent à l’échelle hispanique, la documentation normative santiaguiste du troisième quart du XIIIe Siècle9. Les définitions de Robredo de Montanchez exigeaient en 1259 des membres auxquels une forteresse était confiée qu’ils soient nobles et au préalable armés chevaliers10. Quinze ans plus tard, les statuts de Mérida renforcèrent l’impact d’une telle restriction en l’étendant à chacun des frères portant l’habit de la milice11. Il peut donc sembler, à première vue, que se soit développée pour Santiago, à partir du milieu du XIIIe siècle12, une tendance certaine à limiter à la noblesse le recrutement de ses membres, qui aurait rencontré un parallèle en Terre sainte avec les normes promulguées en 1262 pour l’Hôpital par le maître Hugues de Revel13.

  • 14 Invoquée d’abord pour Santiago, la fermeture des milices a été extrapolée à ses homologues, pourtan (...)
  • 15 Comme l’a bien souligné récemment C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad (...)
  • 16 Relevé au plan général par A. Luttrell, «The Hospitaliers of Rhodes: Prospectives, Problems, Possib (...)
  • 17 F. Novoa Portela, La orden de Alcantara y Extremadura, pp. 43-44.
  • 18 C. de Ayala Martínez, «Órdenes militares hispánicas. Reglas y expansion geogrâfica», p. 69, et Las (...)
  • 19 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 224 : «Mas el fiio que en la orden nasciere si so padre quisiere (...)

4Mise en relief par la plupart des auteurs14, l’aristocratisation croissante des ordres militaires en Castille est un phénomène plus complexe qu’on ne l’estime généralement15. À l’échelle internationale, de récentes analyses ont démontré que les données relatives à l’accès aux milices ne traduisait pas de fermeture complète avant une date extrêmement avancée du Moyen Age16. Est-ce à dire que l’Occident péninsulaire ferait exception ? Considérés comme un indice de l’assimilation de Santiago à la noblesse, les statuts édictés lors du magistère de Pelayo Pérez Correa sont le plus souvent considérés comme applicables aux autres Ordres, dépourvus d’une telle documentation jusqu’au XIVe siècle17. C’est seulement à une date récente que Carlos de Ayala Martínez a observé qu’ils reflétaient davantage la définition théorique d’un idéal social qu’un réel indice de fermeture18. Rien ne permet en effet de postuler que l’accès à Santiago ait été réservé aux membres de la noblesse. Bien au contraire, la version castillane de la règle, rédigée selon Derek Lomax dans les années centrales du XIIIe siècle, prévoyait de manière explicite que l’ensemble des frères prendrait en charge l’éducation des fils de ceux d’entre eux qui ne pourraient y subvenir, autorisant l’enfant, quelle que fut son origine, à professer dans l’Ordre s’il le désirait après son quinzième anniversaire19.

  • 20 BNM, ms. 8582, f°56r°-v° : «Establecido es que todo freyre sea tenudo de fazer su menester el por q (...)
  • 21 BNM. ms. 8582, f° 46r°.
  • 22 BNM, ms. 8582, ffos 45v°-46r : - Otrosi establesçemos que elmaestre nin los comendadores non den el (...)
  • 23 Il faut observer que la donation consentie à Santiago lors de la profession n’était pas une exclusi (...)
  • 24 Il est possible de suivre M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 292, qui considère la tran (...)

5Même les définitions édictées par Pelayo Pérez Correa, unanimement décrites comme restrictives, n’interdisaient en rien l’accès de Santiago à un postulant qui ne fût pas noble. Ainsi, en 1251, les plus anciens statuts conservés obligeaient chacun des frères, chevalier ou sergent, à continuer d’exercer dans l’Ordre l’activité qui était la sienne dans le siècle, sous peine des châtiments les plus sévères20, ce qui implique qu’une partie au moins des Santiaguistes, contrairement aux usages aristocratiques, ait eu un métier avant de professer dans l’institution. Renouvelée un quart de siècle plus tard dans les définitions de Mérida21, cette norme se doubla dès lors d’une dis position réglementant l’accès à la milice des candidats d’origine non noble : loin de les exclure, elle autorisait leur réception comme sergents, moyennant l’abandon d’une partie de leur patrimoine foncier22. Bien que plusieurs exemples soient attestés à partir de la fin du XIIIe siècle23, il n’est pas possible, en l’état actuel des sources, de vérifier avec quelle rigueur cette clause fut appliquée. Quoi qu’il en soit, son existence a permis à des individus extérieurs au groupe nobiliaire d’occuper au sein de l’ordre de Santiago pour le moins un rang secondaire jusqu’à ce que des normes statutaires les en excluent explicitement, à la fin du Moyen Âge24.

  • 25 Ainsi l’a affirmé A. Luttrell, « Las órdenes militares en la sociedad hispanica », p. 594, n. 16, r (...)
  • 26 D’après A. Luttrell, «Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 594, n. 16, l’idée d’une (...)

6Il n’est pas sans intérêt de relever que le monopole nobiliaire généralement attribué à Santiago, dont on évoque à l’envi l’exclusivisme, était tout au plus limité, dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, au groupe des chevaliers. Un tel fait incite à remettre l’idée selon laquelle les ordres militaires auraient habituellement circonscrit le recrutement de leurs membres à la noblesse, et sans doute est-on d’autant plus fondé à le faire que les milices ne reprirent pas toutes les dispositions restrictives de Santiago. Faute de sources comparables, il n’est pas toujours facile de connaître les pratiques adoptées en la matière par les autres institutions. On a pu ainsi invoquer pour le Temple castillan l’existence de restrictions autorisant les seuls nobles à professer25. Bien qu’elle prétende utiliser comme source l’interrogatoire de Medina del Campo, mené en avril 1310 auprès d’une trentaine de frères, cette affirmation me semble sans fondement : elle provient d’une interprétation erronée d’un document dont on risque de perdre, en le parcourant à la hâte, bien des éléments qu’il est le seul à pouvoir offrir sur les conditions de réception dans un ordre militaire en Castille à la rupture des XIIIe et XIVe siècles26.

  • 27 A. Forey, «Recruitment to the Military Orders», pp. 151-157, repris dans Id., Military Orders and C (...)
  • 28 La déclaration de Juan Matías sur les conditions de sa réception est ainsi rapportée dans les actes (...)
  • 29 Ainsi, du moins, le laissent penser les témoignages d’autres frères sergents, comme Pedro de Brives (...)

7Pour les Templiers entrés dans l’Ordre à titre de sergents, il ne semble pas, d’après leurs dépositions, qu’une naissance noble ait été requise pour leur admission. Au sein du groupe, aucun des quatorze frères interrogés ne le fut sur sa filiation ou sa parenté lors de sa profession. Ils furent chacun questionnés, selon un modèle dont Alan Forey a souligné l’universalité27, sur d’éventuelles entraves qui les auraient empêchés de bien servir l’ordre auquel ils postulaient. À l’instar du premier d’entre eux, Juan Matias, admis à professer en 1302 dans la commanderie de Jerez de los Caballeros, on leur demanda s’ils étaient de naissance libre. À cette seule restriction intéressant leur statut personnel s’ajoutaient un certain nombre de questions destinées à s’assurer de leur entière disponibilité : les candidats devaient déclarer sous serment s’ils étaient atteints de maladie, engagés auprès d’une femme, d’un créancier ou d’une autre fondation religieuse, voire coupables de simonie ou frappés d’excommunication28. Ces conditions font d’autant plus figure de norme que des formulaires d’admission circulaient vraisemblablement à l’intérieur des ordres militaires29.

  • 30 La déposition du commandeur, enregistrée dans le procès de l’interrogatoire d’Orense, est rapportée (...)
  • 31 K. Schottmuller, Der Unter gangdesTemplerordens, t II, p. 212. D’après l’historien allemand, le mau (...)
  • 32 Le témoignage d’AIfonso Diáz a été publié dans l’analyse de J. M. Sans i Travé, « L’inedito process (...)
  • 33 Chacun des deux frères a été interrogé pour savoir « st erat films milttts et de légitima matrimoni (...)
  • 34 À ce dernier chevalier il fut pas demandé, au sujet de sa naissance, de faire d’autre preuve que ce (...)

8La situation des frères entrés au Temple comme chevaliers semble avoir été légèrement différente. En certains cas, ils durent fournir la preuve de leur noblesse lors de leur profession. Il ne ressort pas pour autant des interrogatoires des membres castillans de l’Ordre qu’une telle pratique ait été systématique. Ainsi, lorsque Sancho Alfonso, commandeur d’Amoeiro au moment du procès, rejoignit le Temple, aucune question sur sa naissance ne lui fut posée30. Il en alla de même pour Martin Martínez, arrêté à Chypre en mai 1310, quand il fut reçu douze ans auparavant dans le prieuré de Castille31. Comme je l’indiquais plus haut, on ne peut davantage se prévaloir des actes de l’interrogatoire de Medina del Campo pour soutenir que les chevaliers castillans du Temple devaient obligatoirement lors de leur entrée dans l’Ordre faire la preuve de leur origine aristocratique. Plusieurs, comme Alfonso Diáz et Fernan Nunez, furent sondés sur la noblesse de leurs deux parents32, certains, comme Juan Rodriguez ou Rodrigo Fernández, seulement sur celle de leur père33. A d’autres, enfin, à l’instar de Rodrigo Diáz, aucune question ne semble avoir été adressée à ce sujet34. D’une telle diversité il est à mon avis parfaitement exagéré de conclure que la noblesse constituait pour les chevaliers au début du XIVe siècle un prérequis à l’accès aux ordres militaires. Tout au plus peut-on affirmer qu’il existait alors un certain mouvement en ce sens.

  • 35 À l’échelle du prieuré de Castille, ces registres consument l’équivalent des buliaires magistraux s (...)
  • 36 BN V, RBC, vol. 318, f 95r°, publ. A. Luttrell, « Los Hospitalarios en Aragon y la peste negra », p (...)
  • 37 AHN, Codice 602, f° 3r°. Le document fait obligation au prieur d’arrêter son choix sur « duodecim f (...)

9Faute de sources appropriées, il est impossible de connaître dans le détail les rythmes de cette évolution en Castille. Pour autant, sa direction n’en est pas moins nette. C’est ce qui ressort des registres de l’Hôpital, exceptionnellement préservés pour le gouvernement de Juan Fernández de Heredia35, qui sont les seules bases permettant de cerner avec quelque précision le développement du recrutement nobiliaire au sein des ordres militaires au milieu du XIVe siècle. En mars 1351, pour la première fois en péninsule Ibérique, l’obligation faite aux chevaliers de l’Hôpital d’appartenir au cercle de l’aristocratie fut mentionnée lorsque le maître Déodat de Gozon, désireux de porter remède aux ravages de la peste en Aragon, intima à Juan Fernández de Heredia l’ordre de désigner quinze nouveaux frères dont il devait s’assurer, par opposition aux sergents, qu’ils étaient nés du mariage légitime de parents nobles36. Cinq ans plus tard, l’exigence fut reprise pour le prieuré castillan où Juan Fernández de Heredia, entre-temps investi de son administration, fut invité par le maître Roger des Pins à nommer douze frères dont six devraient être gratifiés du cingulum militie, c’est-à-dire armés chevaliers, à condition d’appartenir effectivement à la noblesse37.

  • 38 A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », pp. 104 et 115, repris dans Id., The Hospitaliers of R (...)
  • 39 AHN, Codice 602, f° 155v° : «Por tenor de las presentes uosdamos licencia que en lugar nuestro et p (...)
  • 40 AHN, Códice 602, f° 155v° : «Por ténor de las presentes vos damos licencia, actoridat, plenero e li (...)
  • 41 AHN, Côdice 603, P 142r°.
  • 42 AHN, Côdice 602, P 166r°. Pour l’année 1364, l’unique lettre consignée dans le registre prieural, a (...)

10A partir du milieu du XIVe siècle, une certaine fermeture se manifesta dans le recrutement de l’Hôpital, dont Anthony Luttrell a amplement contribué à souligner le principe38. Il n’est pas certain, cependant, qu’elle ait été dans la pratique suivie d’effets immédiats. Plusieurs courriers de Juan Fernández de Heredia destinés à ses lieutenants en Castille, leur enjoignant de créer de nouveaux chevaliers, ne spécifient pas d’autres conditions de naissance que la légitimité. Seule une lettre adressée en juin 1357 par le prieur à Rodrigo Alfonso de Logrono précise que les dix frères qu’il lui laissait le choix de recruter devaient justifier au moins du statut d’écuyer39, c’est-à-dire être nobles sans avoir pour autant été armés chevaliers, à l’instar de l’un de ses clients, Ruy Bermudez, qu’il ordonne à son délégué de nommer40. Aucune condition relative à la naissance ne figure dans les autres pouvoirs que Juan Fernández de Heredia donna à ses lieutenants, pas même en 1369, lorsqu’il enjoignit à Juan Ortiz Calderon de désigner douze chevaliers41, dans le but explicite de relever un prieuré gravement affecté par la guerre civile42.

  • 43 Pour les clercs, le fait est attesté entre autres exemples parla provision donnée par Juan Fernánde (...)
  • 44 AHN, Côdice 603, f° 37v° : «Fue facta carta de licencia a fray Johan Ortiz Calderon, comendador de (...)
  • 45 En plusieurs cas, le coût de l’entretien d’un chevalier est décrit comme un poids important pour le (...)

11S’il est vrai que, sur la base de l’exemple de l’Hôpital, le principe d’une restriction au groupe aristocratique du recrutement des ordres militaires semble s’être imposé à partir du milieu du XIVe siècle, il convient cependant de souligner qu’il ne s’agissait pas là d’un changement brutal, mais au contraire du résultat d’une évolution que seule l’inégale répartition chronologique des sources illustrant le phénomène interdit de suivre avec plus de précision. Quel que soit le poids de la tradition historiographique, on ne saurait admettre avant le XIVe siècle l’idée d’une emprise complète de la noblesse sur les ordres militaires. Pour l’époque précédente, la fermeture, si elle était réelle, demeurait relative dans la mesure où elle intéressait le seul groupe des chevaliers. Elle ne concernait ni les clercs, ni les sergents : pas plus pour l’Hôpital que pour le Temple ou Santiago, la documentation ne mentionne à leur sujet le moindre critère de sélection ayant trait à la naissance43. Il semble même que la procédure de leur admission était différente de celle qui était suivie pour les chevaliers car dans la plupart des cas, si l’on en juge d’après les informations fournies par les registres de Juan Fernàndez de Heredia, le nombre de leurs recrues était laissé au libre choix du lieutenant castillan du prieur44, alors que celui des membres de l’élite de l’Ordre était fixé par avance, en raison du coût plus élevé de leur entretien45.

La difficulté d’une pesée globale

  • 46 Il est significatif que l’on demeure condamné pour l’ascendance de Pelayo Pérez Correa, assurément (...)
  • 47 J.Á. García de Cortázar, El dominio de San.Millan de la Cogolla. p. 52.
  • 48 Différents auteurs ont souligné la nécessité de le combiner pour le moins avec des éléments offrant (...)
  • 49 Le fait esc attesté par exemple pour le grand commandeur d’Espagne de l’ordre de l’Hôpital, Gonçalo (...)
  • 50 Ainsi pour le prieur castillan de l’Hôpital, Feman Pérez Mosejo, dans un document de 1286 (ibid., p (...)

12S’il se dégage peu à peu, à compter du milieu du XIIIe siècle, une tendance chez les ordres militaires visant à favoriser un recrutement aristocratique, la mesure de l’évolution reste extrêmement aléatoire. Il est impossible, sur la base de la documentation disponible, de déterminer l’origine sociale de leurs membres dans la mesure où les indices ordinairement susceptibles d’en rendre compte font complètement défaut. Les éléments qui éclairent l’ascendance des frères sont rares, limités aux dignitaires de haut rang, et ceux qui se réfèrent à la parenté au sens large sont plus exceptionnels encore46. Devant pareil manque, on peut être tenté de chercher un indice du statut social des membres des milices dans l’usage qui est fait du tratamiento pour les désigner. Un tel marqueur a été utilisé en particulier par José Angel García de Cortazar dans son étude pionnière de San Millan de la Cogolla47. Son emploi a depuis été largement critiqué : postuler l’appartenance systématique au groupe nobiliaire de l’ensemble des individus qualifiés dans les sources de domnus ou de don n’est pas une démarche recevable dans la mesure où l’emploi de ces formules n’obéit pas à un critère objectif48. Ainsi le souligne, si besoin était, la documentation des ordres militaires qui montre qu’un frère peut, à deux moments de son existence49 voire dans le cours d’un même document50, bénéficier ou non d’un tel traitement.

  • 51 A. Forey, « Recruitment to che Military Orders », p. 144, repris dans Id., Military Orders and Crus (...)
  • 52 La difficulté de connaître le statut des frères des ordres militaires a été soulignée à l’échelle d (...)
  • 53 Mises en évidence à l’échelle générale pour l’Hôpital par J. Riley-smith, The Knights of St. John i (...)
  • 54 Pour l’Hôpital aux XIIe et XIIIe Siècles, une seule mention a été signalée par C. Barquero Goni, «  (...)
  • 55 AHN, OM, carp. 65, vol. II, doc. 21.
  • 56 C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de Leon », pp. 409-410.

13En l’absence d’un marqueur extérieur fiable, le statut des frères des ordres militaires au sein de leur communauté, comme Alan Forey l’a justement souligné, pourrait valoir comme indice de leur origine sociale51. Pour la Castille, il n’est pas possible de recourir à une telle méthode dans la mesure où, en règle générale, les sources ne font pas état de différences parmi les membres, qu’elles désignent indifféremment par la même appellation de fratres ou de freires52. Sergents, chevaliers et chapelains y sont attestés comme dans chacune des régions où se sont développés les ordres militaires53 ; cependant, ils sont rarement identifiés comme tels dans les documents. Pour les sergents, le mention présente même un caractère d’exception54. Si plusieurs d’entre eux ont pu être enregistrés dans les sources accompagnés de l’indication de leur rang, tel le Santiaguiste Alfonso Lopez de Aguiar, investi en 1336 de la commanderie galicienne de Quintela55, les chevaliers sont également rares à figurer dans la documentation assortis de leur statut, en vertu d’une pratique qui n’atteint de réelle fréquence que pour le groupe des clercs56, sans qu’il soit toutefois possible d’en tirer un quelconque profit en vue d’une analyse sociale.

  • 57 Ce fait a été fort bien relevé par P. Martínez Sopena, « Notas sobre la antroponimia hispanica medi (...)
  • 58 Dénoncé par Adam Arias de Lemos pour sa prétendue incurie à fa tête de la baylie de Benavente, il e (...)
  • 59 Pour se prémunir contre elles, il convient de se référer au récent bilan tracé par P. Martínez Sope (...)
  • 60 À plusieurs reprises déjà, j’ai eu l’occasion de lancer un appel pour que le nom soit pris en compt (...)

14Il n’est qu’un seul élément dont on dispose de façon systématique pour les membres des ordres militaires : leur nom, auquel leur identité se réduit dans l’immense majorité des documents conservés. À l’heure actuelle, il n’en a été tiré aucun réel parti. L’anthroponymie n’en est pas moins le seul outil dont on peut espérer raisonnablement qu’il puisse un jour éclairer l’origine sociale des frères d’une lumière nouvelle. Développée de façon récente, cette discipline est difficile à exploiter pour le Moyen Âge tardif, faute d’avoir bénéficié d’approfondissements comparables à ceux qui ont permis d’en faire pour l’époque antérieure un marqueur social à la valeur reconnue57. Le nom n’est pas un objet d’études aisé. Il peut être fortement variable, comme le montre le cas extrême du commandeur hospitalier de Benavente, Gomez Alfonso de Golia, que les quatre documents le concernant mentionnent sous trois appellations différentes, isolant indifféremment soit son seul prénom, soit les deux soit encore les trois éléments qui servent à le désigner58. Le nom peut aussi, j’ai eu l’occasion d’y faire allusion, se révéler trompeur en raison de très fréquentes homonymies. Les difficultés liées à l’étude du nom sont donc considérables59. Si elles doivent assurément inciter à la prudence, elles ne sauraient en aucun cas justifier que cet indice d’une qualité unique demeure plus longtemps en marge de l’histoire des ordres militaires60.

  • 61 AHN, OM, carp.567, doc. 15, publ. A. Javierre Mur, «Aportacion al estudio del proceso del Temple», (...)

15Pour tirer de l’anthroponymie des conclusions pleinement assurées, il eût fallu réunir une information prosopographique plus complète qu’il ne m’a été possible de le faire au cours des recherches préparatoires de ce travail. Conscient des limites qui m’étaient imposées, j’ai pris la décision de centrer mon enquête sur un objet précis, renonçant donc à une exhaustivité qui aurait risqué, en démultipliant les délais, de compromettre l’ensemble des résultats. Dans cet esprit, j’ai privilégié deux directions, l’une synchronique et l’autre diachronique, qui se complètent pour donner une vision générale de l’évolution du recrutement des ordres militaires au cours des XIIIe et XIVe siècles. Chacune se fonde sur une liste dont la représentativité ne peut guère être mise en cause vu le nombre des éléments qui y prennent place : la première, extraite de la citation à comparaître adressée par l’archevêque de Tolède aux Templiers lors de leur procès, recense pour l’année 1310 les noms de quatre-vingt-six frères61, la deuxième, qui comprend l’ensemble des membres du prieuré castillan de l’Hôpital dont il m’a été donné d’identifier la trace, intéresse entre 1225 et 1375 un groupe de deux cent quatrevingt-seize individus, évidemment susceptible d’être complété grâce à de nouvelles découvertes documentaires.

  • 62 Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’ (...)
  • 63 Le fait a été établi sur le plan général par P. Martínez Sopena, « L’anthroponymie de l’Espagne chr (...)
  • 64 P. Beck, « Anthroponymie et parenté », p. 375.
  • 65 Avancée par R, Fossier, « L’ère féodale », t.I, p. 374, l’Idée a été vérifiée en péninsule Ibérique (...)
  • 66 A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso del Temple », pp. 75-76.

16Il m’a déjà été donné en une occasion de faire état de l’intérêt majeur de ces listes pour éclairer l’origine sociale des frères castillans des deux principaux Ordres de Terre sainte62. Des anthroponymes consignés dans le texte de la citation à comparaître des Templiers à Medina del Campo, l’observateur dégage au premier coup d’œil l’idée d’une prépondérance des formes doubles conçues selon le modèle dominant, mais non exclusif, des nomina paterna, associant au nom de baptême, appelé nombre de pila, un surnom anthroponymique calqué sur le nom individuel du père au génitif (voir le tableau 8, p. 386). En cela, les frères ne se distinguent nullement de la pratique en vigueur dans l’Occident de la Péninsule, où chacune des catégories de la population, à l’exception notable des clercs, utilisait depuis le XIIe siècle en priorité des noms doubles63. Cependant, plus que dans un tel constat, l’intérêt de l’observation se situe dans la présence de plusieurs éléments d’anthroponymie populaire aux marges de l’échantillon. Le fait ressort tout d’abord de l’absence de désignations complexes formées de trois éléments, développées surtout à partir du XIIIe siècle, quoique d’origine antérieure64, et considérées dans la péninsule Ibérique, de même que dans d’autres régions d’Occident, comme étant d’un usage presque spécifique à la noblesse65. Il se déduit également de la présence, dans les appellations des frères, d’un certain nombre de surnoms reprenant des sobriquets, comme Cabeza ou Cortido, en tout point identiques à ceux qui servent alors à identifier les paysans66.

  • 67 En témoigne notamment l’exemple de Joâo Fernandes Cay, créé en 1283 maître du Temple dans les royau (...)

17Il est évidemment difficile de prétendre tirer des conclusions d’indices dont il n’est guère besoin de souligner la fragilité. Dans le texte de la citation à comparaître à Medina del Campo, l’absence de noms complexes pour désigner les Templiers incite à croire, en raison de son caractère absolu, à un parti pris de l’auteur, voire du rédacteur de l’acte, peu soucieux d’en faire état. Elle ne saurait donc prouver l’inexistence d’une pratique anthroponymique dont on connaît par ailleurs, à la fin du XIIIe siècle, divers exemples parmi les membres de l’Ordre67. L’emploi de sobriquets constitue assurément un indice susceptible d’éclairer davantage la condition sociale des Templiers, dans la mesure où il découvre un usage différentiel du nom en fonction de la position hiérarchique des frères. Par sa fréquence, cet élément de surnomination révèle la présence dans l’Ordre d’une anthroponymie de type populaire, qui est toutefois loin d’être également répartie car, si l’on relève un seul exemple d’un commandeur identifié par un sobriquet, les simples frères désignés de la sorte constituent près du cinquième du groupe des porteurs de noms doubles, au sein duquel l’emploi d’un nomen paternum est beaucoup moins répandu que dans le cercle des dignitaires.

TABLEAU 8. – Les pratiques anthroponymiques des Templiers en 1310

TABLEAU 8. – Les pratiques anthroponymiques des Templiers en 1310
  • 68 L’affirmation du lignage noble dans les dernières décennies du XIIIe Siècle a été bien observée par (...)

18Il est permis, devant l’évidence d’usages anthroponymiques différenciés à l’intérieur du Temple au moment du procès, de s’interroger sur leur lien avec l’emprise exercée par la noblesse sur les ordres militaires. Sans jamais être totale avant la fin du Moyen Age, cette domination connaît un renforcement singulier à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, comme le montre l’analyse des dénominations uti lisées par les membres de l’Hôpital entre 1225 et 1375 (tableau 9). Conformément à une pratique dont nous avons vu l’importance à l’échelle de l’Occident péninsulaire, l’observation révèle pour l’ensemble de la période un primat des formes doubles, approchant les deux tiers de l’échantillon, à l’intérieur desquelles les nominapaterna l’emportent sur les appellations bâties sur un toponyme ou un sobriquet Une fois encore, l’intérêt majeur de l’enquête se situe à ses marges puisque le tiers restant des frères se répartit de façon égale en deux catégories dont les évolutions s’opposent terme à terme. Alors que les noms simples, qui forment près du tiers de l’échantillon initial, tendent à régresser à partir de 1275 et disparaissent pratiquement après 1325, les désignations complexes, formées en quasi-totalité par l’adjonction après le nomenpaternum d’un marqueur lignager, se multiplient au cours du deuxième quart du XIVe siècle, reflétant l’emprise croissante d’une noblesse pour laquelle ce troisième élément de dénomination, repris d’une génération à l’autre, constitue alors un instrument essentiel de conservation de la mémoire familiale68.

TABLEAU 9. – Les pratiques anthroponymiques des Hospitaliers (1225-1375)

TABLEAU 9. – Les pratiques anthroponymiques des Hospitaliers (1225-1375)

GÉNÉALOGIE 2. – Pedro Ovarez, un prieur de l’Hôpital dans l’orbite de la noblesse léonaise

  • 69 L’origine sociale de ces deux dignitaires a été étudiée en détail par Ph. Josserand, « La figure du (...)
  • 70 Au sujet du lignage, l’étude classique de S. de Moxo, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva », p (...)
  • 71 M. C. Casado Lobato, Colección documental del monasterio de Carrizo, t.I, p. XXIII.
  • 72 C. Jular Pérez-Alfaro, « Dominios senoriales y relaciones clientelares en Castilla ».
  • 73 J. M. Escobar Camacho, « Aportación al repartimiento de Córdoba : la orden de San Juan de Jerusalén (...)

19Aussi sensible qu’elle soit, la montée en puissance de l’aristocratie au sein de l’Hôpital ne revêt en rien l’aspect d’une domination sans partage. Des rares données généalogiques qu’il est possible de reconstruire, il ressort en effet que des individus d’extraction modeste purent accéder, jusqu’au milieu du XIIIe siècle, à la dignité de grand commandeur d’Espagne, comme le montrent les exemples de Pedro Ovarez et de Fernan Rodriguez69. Le premier appartenait à une famille liée au puissant lignage des Froilaz70, auquel on a pu estimer, bien qu’aucun document ne l’atteste, qu’il était apparenté71. Il est évident qu’un rapport étroit les unissait, confirmé par le choix d’une sœur de Pedro Ovarez comme troisième abbesse du monastère de Carrizo, institué en 1176 par la comtesse Estefania Froilaz et dont la fille et la nièce avaient précédemment assumé la direction (généalogie 2). Si l’idée d’une parenté ne saurait être écartée, elle n’est nullement nécessaire pour expliquer une relation qui peut tout aussi bien ressortir des liens de clientèle, fréquents au sein du groupe social dominant, unissant un lignage de ricos hombres et une famille de moindre extraction, noble ou non, qui se serait élevée dans son ombre72. Quant à Fernan Rodriguez, il était né d’une souche encore plus humble, impossible à situer géographiquement et socialement, dont la fortune tenait tout entière à la position qu’elle avait acquise à la suite de la conquête de Cordoue, qui valut au plus jeune frère du dignitaire d’épouser la fille de l’adalid Pedro Velasco et d’obtenir en 1265, quelque dix ans après la mort de son aîné, le titre envié de caballero73.

  • 74 Parallèlement à la charge de prieur de Castille, qu’il exerça de 1312 à 1333, ce dignitaire est att (...)
  • 75 Ph. Joss Erand, « Un maître politique : Fernan Rodríguez de Valbuena », p. 1315.
  • 76 AHN, OM, carp. 570, doc, 8, publ. ibid., pp. 1340-1343, doc 2 : « Cum in pluribus magnis et honorab (...)
  • 77 J. Miret i Sans, Les cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, pp. 389-390, a rappelé l’arbitra (...)
  • 78 AHN, OM, carp. 859, doc. 6. : en mars 1318, le lieutenant du maréchal de l’Hôpital, Guillaume de Sa (...)
  • 79 Cette hypothèse a été avancée par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernân Rodrfguez de Valbue (...)
  • 80 Récemment, E. Pardo de Guevara y Valdés, Los senores de Galicia, t.I, p. 130, n. 271, et p. 149, n. (...)
  • 81 Gran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 78, p. 422 : « E quando el conde entendio la rrazon que le d (...)

20Il ne semble pas qu’une telle ouverture au sommet de la milice ait perduré longtemps au-delà des années centrales du XIIIe siècle. Selon toute vraisemblance, elle s’est réduite au fil des décennies suivantes pour disparaître au début du XIVe siècle, A la différence des grands commandeurs d’Espagne qui l’avaient précédé, Femàn Rodriguez de Valbuena, investi de la dignité de 1318 à 1322 au moins74, était pour sa part issu de la noblesse75. Il ressort même de la bulle de dévolution des biens du Temple concédée à l’Hôpital en 1319 que cette condition de naissance constituait un prérequis à l’exercice de sa charge76. Il faut toutefois souligner que, bien qu’exerçant une forte influence à l’échelle des prieurés hispaniques77, voire auprès des autorités centrales de Rhodes78, Fernan Rodriguez de Valbuena n’appartenait aucunement à un grand lignage de la noblesse. On peine même à cerner exactement l’origine de sa famille, dont on peut seulement noter qu’elle serait léonaise79 ou, plus vraisemblablement, galicienne80. La modestie de sa filiation est en tout cas confirmée par la chronique qui signale qu’Alvar Nunez Osorio, peu après avoir été fait comte, lui imposa silence lors d’une discussion qui les opposait sur l’idée d’étendre l’impôt aux ordres militaires, en lui déclarant que d’autres, mieux nés, s’étaient ralliés à son avis, stigmatisant ainsi une extraction qu’il jugeait clairement de rang médiocre81.

Une emprise différenciée

  • 82 II convient ici de s’inscrire en faux contre le topique encore repris par J. O’ Callaghan, « La vid (...)
  • 83 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 89.
  • 84 Le fait ressort notamment de deux documents, respectivement datés de 1293 et 1322, intéressant les (...)
  • 85 BNM,ms. 13063, f°155r°.
  • 86 AHN,Clero, carp. 1879, doc 18, publ. J. L. Martín Martín et al., Documentacion de los Archivos Cate (...)

21S’il apparaît clairement que la noblesse, après la seconde moitié du XIIIe siècle, accentua son emprise sur les ordres militaires, l’évolution de ce phénomène doit être approfondie et surtout différenciée plus qu’on ne le fait à l’ordinaire. En premier lieu, comme il m’a été donné de le signaler, le primat du groupe social dominant ne se fondait pas sur le nombre. Il est probable que, jusqu’au milieu du XIVe siècle, la plus grande partie des frères n’était pas d’origine noble82. Une telle condition, nous l’avons vu, était tout au plus exigée des seuls chevaliers. A la base de chacun des ordres militaires, clercs et sergents formaient, pour employer l’heureuse expression d’Alain Demurger, le « peuple des frères83 ». Il n’était nullement exclu qu’ils accèdent à des fonctions de responsabilité, ainsi qu’il ressort de plusieurs actes de l’Hôpital qui envisagent de façon explicite qu’ils puissent exercer la charge de commandeur84. Plusieurs membres parvinrent ainsi à un poste élevé à l’intérieur de leur ordre sans pour autant être de filiation noble. Tel Fut le cas de Yague, prieur d’Uclés dans le dernier quart du XIIIe siècle, dont un frère, selon la documentation, comptait en 1288 au nombre des habitants d’Olmos85, ou encore de Fernando, détenteur en 1296 de l’importante baylie hospitalière de Puente Orbigo, qui avait noué avec un changeur de Salamanque une alliance bien peu conforme aux usages familiaux de la noblesse86.

  • 87 Ce point a bénéficié de l’analyse féconde d’E. Varela Agüí, « La dimesion simbolica del castillo pl (...)
  • 88 BNM, ms. 8382, ffos 45v° et 64v°.
  • 89 Elle ressort des différentes codifications alphonsines, surtout des Siete Partidas del rey don Alfo (...)
  • 90 La forteresse de Matrera, qui dépendait de Calatrava, est en 1299 la première dont on ait la preuve (...)
  • 91 Otros ay que porfuerça deuen serfijos dalgo et commo ofiçiales, estos son los acaydes que tienen lo (...)
  • 92 II est révélateur à cet égard qu’en 1330 le commandeur calatravan de Priego Pedro Ruiz ait été obli (...)

22Si la plupart des membres des ordres militaires n’étaient pas nés au sein du groupe aristocratique, ceux d’entre eux qui en étaient issus exercèrent, à partir du milieu du XIIIe siècle, un poids croissant au sein de ces institutions. Ainsi leur fut désormais réservé le commandement des châteaux, investi d’une résonance symbolique particulière87 et dont nous avons vu, dans le cas de l’ordre de Santiago, qu’il était, en vertu des définitions de Pelayo Pérez Correa, l’apanage exclusif de la noblesse88. L’insistance de la législation royale sur la nécessité d’être membre de l’aristocratie pour se voir confier la responsabilité d’une forteresse est bien connue89. Les ordres militaires ne faisaient nullement exception à cet usage. Le rôle essentiel du serment, appelé pleito homenaje, prêté au maître de l’institution par le frère auquel était remis un château requérait, depuis la fin du XIIIe Siècle au moins, que le bénéficiaire de la concession fût d’origine noble90. C’était là, d’après un sentiment alors partagé par tous91, la condition nécessaire pour que la foi jurée exigée des détenteurs de châteaux pût être tenue pour valide92.

  • 93 Relevées par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 55, les attributions de ce groupe ont été étudiées (...)
  • 94 BNM, ms. 8582, f° 45v°.
  • 95 Á ce sujet, un «cierre oligarquico» a été justement évoqué par C. de Ayala Martínez, « Poder y repr (...)
  • 96 Ainsi l’a bien souligné J. O’Callaghan, «The Affiliation of the Order of Calatrava», p. 12, et «The (...)
  • 97 La plupart des auteurs se sont prononcés en ce sens, à l’instar encore de C. de Ayala Martínez, « O (...)
  • 98 A. FOREY, «Recruitment to the Military Orders», pp. 142-143, repris dans Id., Military Orders andCr (...)
  • 99 II est possible sur ce point d’établir un parallèle avec la situation des Teutoniques telle que la (...)

23A l’instar des frères des ordres militaires responsables des châteaux, ceux qui participaient aux côtés du maître au processus décisionnel étaient presque tous issus de l’aristocratie. Le fait ressort très clairement de l’exemple de Santiago où les Treize, qui forment un conseil consultatif doué d’un pouvoir de correction et, le cas échéant, de révocation du supérieur de l’institution93, durent, à partir de 1274 tout au moins, être de naissance noble et légitime94. L’Ordre consacrait ainsi une pratique à laquelle la plupart de ses homologues se rallièrent dans les années suivantes95. En 1325, les définitions de Calatrava interdirent au maître de nommer des frères qui n’étaient pas nés du mariage légitime de parents nobles96. En règle générale, une telle prohibition a été interprétée comme la restriction du recrutement de l’institution aux seuls membres de l’aristocratie97. Cette lecture me semble pourtant difficile à accepter dans la mesure où, comme Alan Forey l’a bien montré, il y a quelque vingt ans, dans une analyse qui n’a pas rencontré l’écho qu’elle méritait98, le verbe nombrar utilisé par le texte des statuts ne se rapportait pas d’ordinaire aux frères, mais aux officiers que le maître s’adjoignait et dont il limita progressivement le choix aux nobles, considérés comme doués d’une aptitude particulière aux fonctions de commandement99.

  • 100 Prudemment, les auteurs qui évoquent en termes très vagues ce qu’ils nomment l’aristocratisation de (...)
  • 101 Pour me limiter à l’exemple de Santiago, il est révélateur que les informations prosopographiques r (...)
  • 102 Le fait ressort en Angleterre, en Provence et, dans les limites de la péninsule Ibérique, en Aragon (...)
  • 103 Pour l’Hôpital, l’idée, avancée par Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés cast (...)
  • 104 De façon significative, les statuts de Santiago promulgués par l’infant Enrique en 1440 rapportent (...)
  • 105 P Porras Arboledas, La orden del Santiago en el siglo XV, p. 63.
  • 106 L’ascendance familiale des Mexia, fabriquée de toutes pièces par le père Gandara, a été reprise san (...)
  • 107 Le rattachement lignager du maître de Santiago aux Froilaz a été établi au début du XVIIIe siècle p (...)

24Si l’on est fondé à invoquer à partir des années centrales du XIIIe siècle une domination croissante de la noblesse sur les ordres militaires, il est plus difficile d’établir à quelle catégorie de ce groupe leurs membres appartenaient100. Faute de données sur l’environnement familial des frères antérieures à la première moitié du XVe siècle, il n’est qu’exceptionnellement possible de les situer dans des généalogies comparables à celles dont on dispose pour la fin du Moyen Age101. On est donc conduit, pour les XIIIe et XIVe siècles, à se contenter, pour le royaume de Castille comme pour d’autres régions occidentales102, d’une appréciation globale qui laisse poindre parmi les frères une domination de la petite noblesse rurale et de la chevalerie urbaine103. Il convient ainsi de s’inscrire en faux contre l’illusion rétrospective d’une emprise des grands lignages, qui en fait ne fut pas acquise avant le milieu du XVe siècle malgré les nombreux efforts déployés à partir de cette date pour faire accroire précisément le contraire104. D’un tel travail de reconstruction du passé, il est inutile de multiplier les exemples. Qu’il suffise, pour illustrer une production dont on peut s’étonner du crédit qui lui est encore accordé, d’évoquer la tentative du père Gandara pour relier les Mexia, l’une des principales lignées santiaguistes de la fin du Moyen Age105, à un rico hombre de la cour d’Alphonse VIII106, ou l’entreprise de José Lôpez Agurleta pour faire du maître santiaguiste Pedro Nùnez, serviteur puis adversaire d’Alphonse X, un membre de la puissante famille des Froilaz107.

  • 108 Un même constat a été établi récemment pour la Provence par D. Carraz, « Ordres militaires, croisad (...)
  • 109 Chiffres extraits des généalogies figurant en annexe de R. Durand, « Trois siècles de dénomination (...)
  • 110 J. Mattoso, Ricos-homens, infançoes e cavaleiros, pp. 47-50.
  • 111 La seule exception possible est représentée par les communautés féminines dépendant des milices, sa (...)
  • 112 Son inscription au sein du lignage Giron a été dépeinte par S. de Moxo, « De la nobleza vieja a la (...)
  • 113 L’ascendance de ce frère a été décrite par F. de Rades y Andrada, Chromai de las très ordnes y cava (...)
  • 114 Dans son analyse du testament du frère, J. Gautier-Dalché, « Le testament d’Alonso Martínez de Oliv (...)
  • 115 II n’est pas nécessaire de reprendre en détail la pénétration de ces deux lignages au sein des ordr (...)

25Malgré les assertions des érudits de l’époque moderne, il apparaît que les aristocrates issus des principaux lignages ne cherchèrent pas à entrer en masse dans les ordres militaires108. En Castille, faute de littérature généalogique, il n’est pas possible d’en obtenir de preuve aussi décisive qu’au Portugal, où le livre de lignage de la famille Sousa, récemment analysé par Robert Durand, dénombre seulement quatre frères sur cent quatre-vingt-six descendants masculins d’un même ancêtre, deux pour le Temple et deux pour l’Hôpital109, qui vécurent chacun dans le second tiers du XIIIe siècle, en un temps où la lignée avait beaucoup perdu de sa superbe110. Rien n’empêche toutefois d’étendre les acquis d’une telle démonstration à l’échelle de la Castille111. Le maître de Santiago Gonzalo Ruiz Giron, mort en 1280 à Moclin112, ou encore, un demi-siècle plus tard, G6mez Gonzalez de Manzanedo, commandeur de Montanchez puis responsable de la province santiaguiste de Léon113, forment des exceptions par leur origine illustre. Les autres frères, d’ailleurs fort peu nombreux, que l’on peut rattacher au groupe des ricos hombres provenaient de branches collatérales des grands lignages, tel Alonso Martínez de Olivera, grand commandeur de Léon sous le règne de Ferdinand IV114, ou, à défaut, de familles qui s’illustrèrent au XIIIe siècle à l’occasion des combats contre les musulmans, comme les Guzman et les Ponce de Léon115.

  • 116 Le fait ressort clairement du Libro de las Behetrías qui est, pour le milieu du XIVe siècle, le seu (...)
  • 117 II en est ainsi pour le lignage Martel, dont étaient issus deux des principaux dignitaires de Santi (...)
  • 118 J. Crespo Pozo, Blasones y linajes de Galicia, t. III, p. 302.
  • 119 La pénétration des Saavedra à l’intérieur de Santiago a été bien mise en évidence par R. Sánchez Sa (...)
  • 120 Parmi les lignées d’origine galicienne alliées aux Ulloa se distinguent les Maldonado, desquels éta (...)
  • 121 L’appartenance du premier dignitaire à la lignée d’Esteban Illan, promise à un brillant avenir dans (...)
  • 122 L’appartenance de Pedro Lôpez de Baeza au lignage Berrio a été mise en relief par G. Argote de Moli (...)
  • 123 P. Porras Arboledas, « La aristocracia urbana de Jaén bajo los Trastámara ».
  • 124 AHN, OM, carp. 94, vol. II, doc. 65.
  • 125 T. Ruiz, «Two Patritian Families in Late Médiéval Burgos : the Sarracin and the Bonifaz», repris da (...)

26La plupart des frères des ordres militaires appartenant à l’aristocratie étaient en réalité d’extraction plus modeste. En l’absence d’une enquête prosopographique étendue à chacune de ces institutions, il est impossible d’identifier avec toute la précision souhaitable les origines lignagères de leurs membres. Pourtant, si l’on se fie aux indices concordants fournis par la documentation, les secteurs inférieurs de la noblesse étaient bien les pourvoyeurs essentiels des ordres militaires116. Deux milieux jouèrent à cet égard un rôle majeur. Il s’agit tout d’abord des lignages ruraux d’origine septentrionale, française en certains cas117 mais le plus souvent navarraise, asturienne et surtout galicienne, à l’exemple des Mexia118, des Saavedra et des Ulloa119, implantés en nombre au sein de Santiago, ou des familles qui leur étaient alliées120. A leurs côtés figuraient les lignées de la noblesse urbaine qui, sans avoir un poids similaire, n’en occupaient pas moins au sein des Ordres une place centrale que le récent travail de Jean-Pierre Molénat a permis de cerner dans le cas tolédan. Placés à la tête de Santiago et du prieuré castillan de l’Hôpital par Pierre Ier, Garci Alvarez de Toledo et Gutierre Gômez de Porres provenaient tous deux d’un patriciat urbain121 auquel il est également permis de rattacher le maître d’Alcantara, Per Alfonso Pantoja (généalogies 3A, 3B et 3C, pp.397-399), voire différents commandeurs de Calatrava proches des Cervatos (généalogie 4, p. 400). S’il bénéficie d’un éclairage singulier, le cas de Tolède ne constute pas pour autant une exception : les exemples de Pedro Lôpez de Baeza et de son frère Juan, issus du lignage Berrio122, dominant à Jaén123, ou celui du commandeur santiaguiste de Baltanas, Pedro Sanchez, allié aux Bonifaz de Burgos124, qui pour leur part étaient en lutte contre le lignage rival des Sarracín pour le contrôle de la ville125, témoignent que cet exemple fait, bien au contraire, figure de norme pour les décennies centrales du XIVe siècle.

GÉNÉALOGIE 3A. – Des maîtres issus de la noblesse urbaine tolédane : Garci Alvarez de Toledo (d’après J.-P. MOLÉNAT, Campagnes et monts de Tolède, p. 174)

GÉNÉALOGIE 3B. – Des maîtres issus de la noblesse urbaine tolédane : Gutier Gomez de Porres (d’après J.-P. MOLÉNAT, Campagnes et monts de Tolède, p. 369)

GÉNÉALOGIE 3C. – Des maîtres issus de la noblesse tolédane : Per Alfonso Pantoja (généalogie inédite établie d’après les pp. 64 et 151-152 de son ouvrage Campagnes et monts de Tolède Jean-Pierre Molénat, que je remercie de me l’avoir aimablement communiquée)

GÉNÉALOGIE 4. – Un lignage tolédan pourvoyeur de frères de Calatrava : les Cervatos (d’après J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède, pp. 101 et 177)

  • 126 Le fait a été bien démontré par C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares hispanicas : reglas y exp (...)
  • 127 BS, pp. 311-312. L’essentiel des Treize dtés dans l’acte peuvent être rattachés à des lignages de l (...)
  • 128 ACA, Cart. Real. Pedro III, caja 44, doc.5451, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de M (...)

27Bien qu’elle se soit renforcée à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, l’emprise de la petite noblesse sur les ordres militaires n’a cependant pas crû au même rythme pour chacune des milices. Santiago a connu une évolution plus précoce que ses homologues, conformément à sa nature, dont Carlos de Ayala Martínez a bien montré qu’elle différait par son origine du modèle monastique suivi par les ordres de filiation cistercienne126. Dès le troisième quart du XIIIe siècle, nous l’avons vu, apparaît une volonté d’exclure les membres non nobles des responsabilités de commandement. Sans doute un tel projet n’a-t-il pas connu d’emblée le succès escompté par ses promoteurs. Il ressort toutefois de la liste des frères réunis en chapitre à Ocana en 1346, à l’initiative des tuteurs de l’infant Fadrique, que l’objectif de Pelayo Pérez Correa était alors parfaitement atteint127. Il semble même qu’il était dépassé car la noblesse constituait désormais, pour accéder à un nombre de fonctions toujours croissant, un critère très strict qui excluait les individus qui ne pouvaient prétendre être « de buen lugare de muy limpia sangre », selon une expression documentée pour la première fois en 1355 et qui par la suite devait faire florès128.

28Par rapport à Santiago, le développement de l’emprise du groupe nobiliaire sur l’Hôpital accuse un retard d’un quart de siècle. Participant au même titre du modèle canonial mais marqué par une moindre empreinte séculière, l’Ordre semble à partir de l’extrême fin du XIIIe siècle avoir orienté son recrutement vers la petite noblesse, qui l’emporta sans doute après la décennie 1320. C’est ce que semblent l’indiquer les mutations affectant les pratiques anthroponymiques des frères où, nous l’avons vu, on remarque une plus grande fréquence des appellations complexes dont l’usage constituait une pratique distinctive de l’aristocratie. On aurait tort de négliger la valeur d’un tel fait car un suivi des familles nobles qui, à partir du milieu du XIVe siècle, s’imposèrent dans la province castillane de l’Hôpital fait apparaître que leur puissance remonte aux années 1320-1330. Il ne peut ici être question d’évoquer en détail le parcours des Sarria, des Bolanos ou des Calderon. Qu’il suffise de développer l’exemple des Bugia, qui acquirent à la suite de Ruy Marrinez, commandeur de Vallejo et de Burgos en 1327, une position de pouvoir dont plusieurs membres du lignage tirèrent ensuite profit pour faire carrière au sommet du prieuré castillan, voire au couvent central de Rhodes (voir tableau 10, p. 402).

TABLEAU 10. – L’implantation des Bugia au sein de l’Hôpital

TABLEAU 10. – L’implantation des Bugia au sein de l’Hôpital

a Il n’est en rien exclu, encore qu’à mon sens peu probable, que Ruy Martínez Bugia corresponde au frère appelé Ruy Martínez cité en tant que commandeur de Vallejo dans un acte du 25 novembre 1305, où il a reçu comme confrères Fernàn García de Frias et son épouse (AHN, OM, carp. 580, doc. 18).
b L’acte a été mentionné par A. LUTTRELL, « The Structure of the Aragonese Hospital », p. 328, repris dans ID., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces. XIII.
c Cette référence a été rapportée dans l’analyse de Ch. TIPTON, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers of Montpellier », p. 307

  • 129 D’après la dispense de légitimité qui lui fut conférée afin de pouvoir entrer dans l’Ordre, il étai (...)
  • 130 Bien que son analyse n’ait pas rencontré l’écho qu’elle mérite, A. Forey, « Recruitment to thc Mili (...)

29Pour les ordres de filiation cistercienne, c’est-à-dire essentiellement pour Calatrava – les informations sur l’origine des frères d’Alcantara étant trop fragmentaires pour refléter une évolution –, l’emprise nobiliaire fut plus lente à se mettre en place. Elle était assurément acquise au milieu du XIVe siècle. La milice, de même que ses homologues, était dirigée par des nobles dont l’un, Juan Nunez de Prado, bien que né d’amours illégitimes, était même de sang royal129. Néanmoins, la présence du groupe aristocratique à l’intérieur de Calatrava n’offre pas le même caractère massif que dans le cas de Santiago. Souvent considérées comme l’indice d’une fermeture, les définitions de 1325, nous l’avons vu, imposaient selon toute vraisemblance d’être noble aux seuls officiers qui entouraient le maître et non à chacun des frères de l’Ordre. Elles marquent donc l’origine, plutôt que l’aboutissement, d’un processus de restriction qui, bien que sensible dans les décennies suivantes, n’en demeura pas moins inabouti jusqu’au début du XVe siècle130.

30Amorcée à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, l’emprise de la noblesse sur les ordres militaires ne saurait être assimilée à la domination sans partage que l’historiographie dépeint d’ordinaire. Selon les institutions considérées, elle obéissait à des modalités et à des rythmes variés qui obligent à envisager une telle réalité sur le temps long. Acquise au milieu du XIVe siècle, la prépondérance de l’aristocratie n’était pas le fait du nombre, sauf peut-être à Santiago, mais le résultat d’un recrutement différencié qui, depuis près d’un demi-siècle, s’était attaché à réserver aux membres de l’élite sociale l’accès aux charges majeures, favorisant une collusion toujours plus large entre les intérêts du groupe dominant et ceux des ordres militaires.

II. – Une communauté d’intérêts

  • 131 D. Lomax, La Reconquista, p. 212.
  • 132 Les déprédations des nobles ont été rapportées à l’envi par l’historiographie traditionnelle. A. Ló(...)
  • 133 Ce point a été justement mis en évidence par R. Sánchez Saus, Caballería y linaje en la Sevilla méd (...)

31L’intérêt, pour les nobles, d’entrer dans les ordres militaires relève en apparence de l’évidence, notamment pour les plus modestes d’entre eux. S’il n’a pas été vraiment étudié, il semble toutefois aller suffisamment de soi pour que l’on ait évoqué, parmi les premières motivations des postulants, le désir de faire main basse sur les richesses des milices131. Le risque d’une telle interprétation est manifeste : sans même parler de son aspect caricatural, elle tend à évaluer les relations entre la noblesse et les ordres militaires à l’aune des seules usurpations dont, de même que l’ensemble du clergé, ces institutions auraient constitué les victimes préférentielles132. Ce faisant, elle passe totalement sous silence les avantages que les milices pouvaient retirer du poids croissant de l’aristocratie en leur sein et perd de vue la dimension réciproque de l’échange qui est pourtant le fondement des rapports entre la noblesse et l’Église durant le Moyen Âge tardif133.

Le profit de l’individu

  • 134 Le fait a été souligné par B. Vasconcelos e Sousa, « Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nob (...)
  • 135 Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’ (...)
  • 136 Cette prérogative est constamment rappelée dans les provisions de commanderies conservées dans le r (...)
  • 137 Pour l’Hôpital, le mot apparaît pour la première fois en 1242 dans un acte enregistrant comme témoi (...)
  • 138 À cette fin, une partie des produits du domaine lui était allouée. Payée à l’origine en nature et a (...)
  • 139 Ainsi l’a fait valoir L. R. Villegas Díaz, «De regla a código. Sobre el sistema correcrional de la (...)

32Bien que les conséquences en demeurent pour l’instant fort mal connues, il est certain que le rapprochement de l’aristocratie et des ordres militaires profitait en premier lieu aux individus recrutés par ces institutions. Pour de nombreux frères issus de familles situées à la marge de la noblesse, professer dans un ordre militaire constituait l’occasion d’accéder à un statut social et économique élevé voire, s’ils parvenaient à la dignité de commandeur, d’obtenir un pouvoir auquel ils n’auraient pu prétendre s’ils étaient restés dans le siècle134 La charge dont de tels dignitaires étaient investis les conduisait, nous l’avons vu, à exercer sur les dépendants de l’Ordre, au sein de la circonscription confiée à leurs soins, des prérogatives de nature tributaire et juridictionnelle qui présentaient un caractère manifestement seigneurial. Ce pouvoir, qui distinguait le commandeur du reste des frères, n’était pas restreint aux possibilités d’action qui lui étaient offertes sur l’environnement extérieur135. Il comportait également un volet, souvent occulté dans l’historiographie mais tout aussi essentiel, qui lui conférait une autorité disciplinaire sur les frères vivant à ses côtés136, que les sources, à partir des années centrales du XIIIe siècle, désignent par le terme de compagnons137 et dont il avait mission d’assurer la subsistance matérielle138 aussi bien que le salut spirituel139.

  • 140 AHN, OM, carp. 415, doc. I, publ. M. Echániz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus de Sal (...)
  • 141 Parmi les témoins représentant le groupe ecclésiastique est mentionné Álvaro Gonzalez de Cayan, com (...)
  • 142 Le fait ressort en 1241 de la donation de San Pedro de Torrecilla réalisée parles frères Lope Ortiz (...)
  • 143 En 1276, le prieur d’Uclés, Yagüe, et le commandeur santiaguiste de Membriliera, García Pérez, fure (...)
  • 144 En 1293, FemandoThemes, commandeur templier de Ponferrada, fut ainsi l’arbitre, avec Esteban Pérez,(...)
  • 145 S.A. Gomes, «AS ordens militares e Coimbra médiéval», pp. 66-68, doc, 14, En tête de la liste des g (...)

33La considération sociale dont étaient entourés les frères des ordres militaires, et plus particulièrement les commandeurs, ressort à l’échelle locale du grand nombre de documents où il leur fut demandé de témoigner, par exemple pour garantir un transfert de droits dont ils étaient jugés dignes de conserver la mémoire, tel le Santiaguiste Diego, appelé en avril 1272 par Maria Méndez, veuve de l’infant Martin Alfonso, pour faire foi de la vente de ses propriétés de Betanzos réalisée en faveur d’un négociant de la cité140. Admis à témoigner en des occasions particulièrement solennelles, comme en 1300, lors du serment prêté par les habitants de Palencia à leur évêque141, les frères sont mentionnés parmi les chevaliers les rares fois où l’acte énumère les garants en fonction d’une hiérarchie sociale142. Investis d’un prestige important à l’échelle locale, ils étaient appelés à trancher des conflits qui n’intéressaient leur institution qu’à la marge143 ou même lui étaient étrangers144, développant une fonction d’arbitre qu’ils exerçaient parfois en compagnie des plus hauts personnages du royaume, à l’instar de Fernâo Afonso, le commandeur templier portugais de Soure, chargé en février 1276, avec l’abbé cistercien d’Alcobaça, de régler un litige foncier mettant aux prises la collégiale de Santa Cruz de Coimbra et le monastère de Santa Maria de Seiça145.

  • 146 B. Vasconcelos e Sousa, «Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza médiéval portuguesa», t (...)
  • 147 Les premiers statuts à évoquer tels contacts sont ceux de Calatrava en 1304, publiés par J. O’Cal-l (...)
  • 148 BNV, RCG, vol. 280, f° 40r°. Il est ainsi demandé aux prieurs qu’ils «non uzent en lurmangier ce no (...)
  • 149 Conservée dans l’église du monastère dont le dignitaire est avec Joâo Pires de Aboim le fondateur, (...)
  • 150 Hechos de don Berenguelde Landoria, arzobispo de Santiago, p. 114 : « Rediit adCastrum Numescum epi (...)
  • 151 Juan Manuel, Libro de la caza, p. 556.

34Au-delà de l’échelon local, l’appartenance à un ordre militaire permettait à ses membres de fréquenter les acteurs de la société politique voire, pour ceux qui occupaient le faîte de la hiérarchie, de pénétrer dans la sphère curiale146. Les définitions des institutions de filiation cistercienne édictées au premier tiers du XIVe siècle attestent l’existence de tels usages, qu’elles combattent moins en eux-mêmes que comme source possible d’un relâchement de l’observance147. On ne saurait toutefois parier sur l’efficacité de ce contrôle. En 1337, les statuts du chapitre général de l’Hôpital tenu à Rhodes prenaient acte des liens tissés au sein de la société politique par le prieur et les commandeurs investis parle Couvent et dispensaient ces derniers de certains interdits alimentaires afin qu’ils puissent poursuivre ces fréquentations148. L’Ordre consacrait ainsi une évolution déjà largement entamée qui faisait des frères, à partir d’un certain niveau de responsabilité, les interlocuteurs des puissants. Toute à la gloire de son fondateur, te prieur hospitalier Afonso Pires Farinha149, l’inscription commémorative du monastère portugais de Marmelar en fournit une preuve remarquable à laquelle fait écho la vie de cour de Fernan Rodriguez de Valbuena, hôte fastueux de Bérenger de Landorre, l’archevêque dominicain de Compostelle, et de plusieurs de ses suffragants dans sa résidence de Castronuno150 et compagnon, nous l’avons vu, de l’infant Juan Manuel pour la chasse au faucon151.

  • 152 Ainsi l’a très justement souligné pour l’Aragon du XIVe siècle A. Luttrell, « La orden de San Juan (...)
  • 153 La seule étude consacrée pour la Castille à ces querelles, celle de J. M. Calderón Ortega, « Pugnas (...)
  • 154 Une présentation générale du registre, relevant brièvement ces aspects conflictuels, a été proposée (...)
  • 155 Ils furent chacun investis dans ces charges à titre viager, le premier en octobre 1357, le second e (...)
  • 156 AFIN, Côdice 602, f° 160v°.
  • 157 AFIN, OM, carp. 577, doc. 5.
  • 158 Trois documents retracent le déroulement du conflit entre février et juin 1357 (AHN, Códice 602, ff(...)

35Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les charges de responsabilité, au premier rang desquelles figuraient les commanderies, aient été âprement disputées au sein des Ordres152. Avant l’extrême fin du Moyen Âge, les affrontements opposant plusieurs frères d’une institution aspirant à la même dignité n’ont guère fait l’objet que d’une attention marginale153. Pourtant, des conflits eurent lieu en grand nombre d’après le registre prieural de Juan Fernández de Heredia de 1357, dont le cinquième des quelque cent lettres qu’il contient intéresse des rivalités mettant aux prises les Hospitaliers pour les dignités du prieuré castillan154. Certaines opposaient des frères chapelains, tels Juan Fernández et Francisco, chargés des églises de Castronuno et d’Âlcazar de San Juan155, qui s’affrontèrent à l’été 1358 au sujet d’un accord qu’ils avaient préalablement passé entre eux156. La plupart concernaient toutefois des chevaliers dont plusieurs, comme Fernan García, refusèrent d’obéir à l’injonction de quitter leur poste : commandeur de Portomarin depuis 1351 au moins157, il s’opposa, durant tout le premier semestre 1357, à la provision de la baylie faite par le maître au bénéfice de Rodrigo Alfonso de Logrono, avant de céder lorsque Juan Fernández de Heredia, après une hésitation initiale, nomma ce dernier dans les premiers jours de juin lieutenant du prieuré de Castille158.

  • 159 AHN, Códice 602, f°140r°-v°. Le prieur informa les deux frères que Martin Sanchez de Salzedo s’étai (...)
  • 160 BNV, RBC,vol. 318, f°112r°.
  • 161 Tout à fait conscient de la difficulté d’obtenir que les usurpateurs se dessaisissent de leurplein (...)
  • 162 AHN, Códice 602, f° 155v°. En juin 1357, Juan Fernández de Heredia adressait à Rodrigo Alfonso de L (...)
  • 163 Indifféremment, l’usurpation pouvait porter sur l’ensemble de la commanderie ou sur une fraction de (...)

36Loin de se réduire à de simples revendications, ces tensions débouchèrent en plusieurs cas sur des actions de force dont certains frères espéraient qu’elles les aideraient à obtenir ou à pérenniser une position de puissance. Ainsi, à la fin de 1356, les baylies de Ledesma et de Ribadavia, dévolues en droit au commandeur de Villaescusa, Martin Sanchez de Salzedo, échappaient en réalité à son contrôle, étant tenues l’une par Juan Ganso, précepteur de San Gil de Zamora, l’autre par Nuno Gonzalez, qui reçurent tous deux de Juan Fernández de Heredia l’injonction de les restituera leur légitime titulaire159. A coup sûr, du moins pour Ribadavia, l’usurpation était ancienne puisque le commandeur légal n’avait jamais pu entrer en possession d’une baylie que le maître Déodat de Gozon lui avait remise en 1351, en même temps que Villaescusa160. Pas plus que la décision des autorités de Rhodes, l’ordre de Juan Fernández de Heredia ne fut véritablement suivi d’effet. L’occupation de Ledesma et de Ribadavia se prolongea en effet malgré les mesures prises à la fin de l’année 1356 par le prieur161, contraint, face à leur échec, de les renouveler dès le printemps suivant162. Aussi spectaculaire soit-il, cet affrontement n’est guère qu’un exemple parmi d’autres, car de nombreux frères, à l’instar de Martin Sanchez de Salzedo, furent contraints à partir du milieu du XIVe siècle d’abandonner tout ou partie de leur commanderie à certains de leurs coreligionnaires animés d’un désir de plus en plus aiguisé par l’attrait du profit163.

  • 164 BNV, RBC, vol. 318, f° IIIv°.
  • 165 Le fait n’était pas sans antécédents. On connaît ainsi, par les plaintes adressées à Rhodes par For (...)
  • 166 AHN, Codice 601, ffos 126v°-127r° : la nouvelle de sa mort ressort d’une lettre de Juan Fernández d (...)
  • 167 Commandeur de Setefilla et de Cerecinos, il était en 1349 redevable d’une dette de mille deux cent (...)
  • 168 Réduit aux abois du point de vue financier, il intenta en 1347 un procès aux fermiers de la baylie (...)

37Il semble même qu’autour de 1350, en un cas d’une extrême gravité et sans équivalent dans la documentation de l’Hôpital, un litige d’ordre économique ait amené un commandeur à tenter d’assassiner le prieur provincial de Castille. Le 20 avril 1351, Déodat de Gozon enjoignait à deux frères de la langue de Provence de se rendre en Espagne pour enquêter sur les accusations pesant sur le précepteur de Lora del Rio, Nuno Suarez, dénoncé à Rhodes pour avoir attenté, opere diabolico instigante,, à la vie de son supérieur Fernan Pérez de Deza164. On ignore tout du motif exact allégué pour accréditer un tel projet criminel, même s’il semble, d’après l’ordre du maître, qu’il soit lié à une question d’argent qui aurait opposé les deux frères165. Bien que le rapport de la commission d’enquête soit perdu, il ne fait aucun doute que l’accusé fut convaincu de culpabilité puisqu’il mourut à Rhodes, dans la prison du couvent, dans l’année qui suivit l’affaire166. Nuno Suarez est sans conteste un individu hors norme. Ses soucis financiers récurrents sont bien connus167, son appétit immodéré de lucre, qui pour une part en découle, l’est tout autant168. Reste que son cas peut être tenu pour un exemple extrême du profit que les commandeurs, à une échelle plus réduite et surtout par des moyens plus pacifiques, cherchaient à tirer de la charge qui leur était confiée.

  • 169 J.-B. Pitra, Analecta novissima. Specilegii Solesmensis altéra continuatio, t. II, p. 410.
  • 170 E. Ferreira Priegue, «“Chegou Pais de maas artes”...», p. 361 : « É non leeu él nas partes/que cheg (...)

38Sans aucun doute, l’opinion était consciente aux XIIIe et XIVe siècles du bénéfice que l’accès à un ordre militaire valait au nouveau profès. Certains l’ont grossi, le tenant pour un changement de statut complet, un passage du tout au tout, de manière à flétrir l’intéressement des frères. Une satire fameuse de Jacques de Vitry évoque ainsi un homme qui n’avait pu de sa vie reposer sa tête sur un oreiller mais qui, après avoir rejoint un Ordre, perturbait l’ensemble du couvent par ses plaintes lorsque, les jours de lessive, il était privé d’un tel confort169. Des critiques similaires n’ont pas manqué, nous l’avons vu, d’être répercutées à l’échelle de la péninsule Ibérique, à l’instar de cette cantiga de mal dizer, composée peu avant que Pelayo Pérez Correa ne fut élu à la dignité suprême de Santiago, en vue de stigmatiser l’excessive rapidité du parcours qui l’avait conduit, bien qu’issu d’un lignage de petite noblesse, à occuper dans l’Ordre la charge éminente de commandeur d’Uclés, que l’auteur de la satire jugeait trop honorable pour qu’on la lui confiât170.

  • 171 ACA, Templarios, doc. 247. Signalée par A. Forey, « Letters of Last Two Templar Masters », p. 150, (...)
  • 172 Id., The Military Orders, p. 142.
  • 173 H. de Curzon, La règle du Temple, chap. 663, p. 340.
  • 174 Sa déposition a été conservée dans l’ouvrage de Chr. G. Von Murr, «Anhänge zur Geschichte derTempel (...)

39Il est impossible, faute de connaître avec une précision suffisante l’origine sociale des frères, de vérifier dans quelle mesure l’entrée dans un ordre militaire leur permettait d’atteindre un statut supérieur à celui dont ils bénéficiaient dans le siècle. Il est évident que l’idée d’une transformation brutale, dont certaines critiques se font l’écho, ne peut être acceptée en l’état. Pour autant, la recherche d’avantages matériels ainsi fustigée ne saurait être tenue pour une motivation sans importance171. Conscients d’un tel fait, les ordres militaires s’efforcèrent de décourager les postulants attirés avant tout par la perspective du confort mondain172. C’est ce qu’indiquèrent différents Templiers, tels le sergent Antonio, interrogé à Orense, qui signale qu’avant d’être admis dans l’Ordre, l’officiant présidant la cérémonie lui avait fait montre, conformément aux prescriptions de la règle173, des rigueurs de la vie qu’il s’apprêtait à embrasser, l’invitant à renoncer à sa volonté pour mieux épouser celle de ses supérieurs174.

  • 175 ACM, leg. 204, doc. I, publ. I. García Díaz, Documentos del siglo XIV. Archivo Catedral de Murcia, (...)
  • 176 Ainsi, du moins, jusqu’en 1360 selon l’étude d’A. Pretel Marín et de M, Rodríguez Llopiss, El senor (...)

40Quelles que soient les précautions prises par les milices pour l’éviter, il est certain que la perspective d’une ascension sociale dut pour bien des candidats jouer un rôle moteur au moment de prononcer leurs vœux. Cependant, en raison de la nature des sources, il est difficile de découvrir dans la documentation la preuve de la transformation du statut d’un individu grâce à son entrée dans un ordre militaire. Peut-être est-on fondé à en relever un indice, au milieu du XIVe siècle, dans le mariage du chevalier santiaguiste Vasco Gil, issu d’une famille de la petite aristocratie murcienne, avec Sancha Gonzalez de Heredia, apparentée aux Castaneda et, à travers eux, aux Manuel175, qui constituaient le premier lignage de la région176.

  • 177 Sur la figure du maître et celle de son aîné Pedro Ponce de Léon, deuxième seigneur de Marchena, il (...)

41Il n’existe cependant pas de certitude sauf pour les maîtres que l’on sait être puînés, auxquels le pouvoir qu’ils détenaient dans leur milice ouvrait une position sociale supérieure à celle que leur réservait leur naissance. Élevé à la charge suprême d’Alcantara à la fin du règne d’AlphonseXI, Fernan Pérez Ponce put ainsi rivaliser en termes de pouvoir avec son aîné177. Exceptionnel sans doute par la documentation qui s’y attache, son cas est emblématique du tremplin que constituaient les ordres militaires en matière d’ascension sociale, même s’il est rare, notamment aux échelons inférieurs de la noblesse, de pouvoir le prouver aussi clairement, faute de sources se prêtant sur ce point à l’analyse.

Le bénéfice du groupe familial

  • 178 Le fait a été justement relevé par G. Duby, Guillaume le Maréchal, pp. 95-96, et à l’échelle de la (...)
  • 179 A. Barbero, « Motivazioni religiose e motivazioni utilitarie nel reclutamiento degli ordini monasti (...)
  • 180 Pour l’Hôpital, le premier exemple étudié en détail est celui de Juan Femandez de Hcrcdia, au sujet (...)
  • 181 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las très órdenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcanta (...)
  • 182 J. A. de Figueiredo, Nova historia da militar ordem de Malta, t. II, pp. 200-201 et 290. Il est int (...)
  • 183 AHN, OM, carp. 567, doc. 29, publ. A. Javierre Mur, «Aportación al estudio del proccso contra el Te (...)

42Indubitablement, le profit obtenu par l’individu admis dans un ordre militaire n’était pas limité à sa seule personne. De nombreux historiens ont insisté sur le fait qu’il était courant, au Moyen Âge, d’utiliser une position de pouvoir personnel pour favoriser les membres du groupe familial large178. Les ordres militaires ne font en rien exception à cet usage. Certains auteurs ont même fait état d’un népotisme généralisé au sein de ces institutions179. Toutefois, avant la fin du XIVe siècle, cette pratique n’a été ni analysée dans le détail ni replacée dans un cadre chronologique180 En péninsule Ibérique, plusieurs exemples tirés de l’historiographie moderne attestent son existence dès le milieu du XIIIe siècle : pour Calatrava, deux neveux du maître Pedro Yanez sont mentionnés comme frères181 tandis que, peu de temps après, dans le prieuré portugais de l’Hôpital, le frère d’Afonso Pires Farinha et deux petits-neveux de Gonçalo Pires Pereira, grand commandeur d’Espagne, sont réputés être entrés dans l’Ordre à la suite de leurs parents182. Si les preuves documentaires de la diffusion du népotisme restent exceptionnelles avant l’extrême fin du XIIIe siècle, cette pratique devait pourtant être déjà répandue, si l’on en croit la déposition de Rodrigo Rodriguez, l’un des rares témoins à charge lors du procès du Temple. D’après lui, les vices de la milice étaient si graves qu’un dignitaire aurait refusé de recevoir un proche pour éviter de l’exposera une infortune semblable à la sienne183. Certes fabriquée de toutes pièces, l’anecdote n’en implique pas moins, pour emporter la conviction des juges, que le népotisme ait été au moment du procès une réalité admise, sinon même fréquente à l’intérieur de l’Ordre.

  • 184 Placé en février 1299, lors de la première référence documentaire que l’on conserve à son sujet, à (...)
  • 185 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 241-242, doc. 176.
  • 186 Deux neveux du maître Diago Muñiz, Gonzalo Fernández et Gonzalo Yáñez, sont signalés en tant que me (...)
  • 187 À de nombreuses reprises, Gonzalo Rodriguez de Cornado accompagne son frère dès avant d’entrer dans (...)
  • 188 AHN, OM, carp. 94, vol. II, doc. 65. Dans l’acte de fondation d’une chapellenie à San Lorenzo de Bu (...)
  • 189 Un acte de 1345 rapporte la présence auprès de lui de son neveu, Juan Alfonso (BS, p. 311).

43Passé les dernières années du XIIIe siècle, la pratique du népotisme est amplement confirmée à l’échelle de l’ensemble des milices. II me semble ainsi tout à fait remarquable qu’en 1301, lors de l’accord destiné à mettre fin au conflit opposant García Lopez de Padilla à Gutier Pérez pour la maîtrise de Calatrava, figurent parmi les otages échangés par les parties en gage de bonne foi le frère du premier, Pedro García, appelé à remplir dans l’ombre de son aîné les plus hautes dignités de l’Ordre184, ainsi que deux neveux du second, Làzaro et Alvaro Vàzquez, dont il n’est plus fait mention dans les sources, une fois leur oncle déclaré rebelle185. En faisant entre leurs proches dans l’institution dont ils se disputaient la direction, les deux prétendants ont sacrifié à un usage largement répandu au sein des milices. Il ne servirait à rien d’en multiplier les exemples. Bornons-nous à relever les cas de Diago Muniz, de García Femandez et de Vasco Rodriguez, qui se succédèrent à la tête de Santiago au cours du premier tiers du XIVe siècle, chacun étant accompagné dans l’Ordre d’un ou de plusieurs de ses neveux186 voire, pour le dernier, de son propre frère187. Cet usage n’était pas propre aux maîtres et, passé le premier tiers du XIVe siècle, des chevaliers, comme Pedro Sanchez, commandeur santiaguiste de Baltanas188, voire des clercs, à l’exemple du prieur d’Uclés, Fernàn Rodriguez189, s’attachèrent également à jouer de leur pouvoir en faveur de leur lignage.

  • 190 B. Vasconcelos e Sousa, «Memória familiare ordens militares», p. 40, et «Entre Portugal e Castela, (...)
  • 191 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena », pp. 1315-1316.
  • 192 Ch. Tipton, «The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers at Montpellier», p. 296.
  • 193 Ainsi l’a fait valoir Ph. Josserand, « À l’épreuve d’une logique nationale. Le prieuré castillan de (...)

44Profitant de l’entrée de plusieurs de leurs membres dans une institution, certaines familles semblent, à partir du premier quart du XIVe siècle, s’être employées à accroître leurs revenus et leur prestige lignager. Le fait a été remarquablement signalé par Bernardo Vasconcelos e Sousa pour les Pimentéis, dont l’ascension dans la société politique portugaise fut soutenue par l’Hôpital, qui joua de 1306 à 1336, durant le long gouvernement d’Estevâo Vasques, le rôle d’un Ordre de famille190. Il en fut de même, à l’échelle du prieuré castillan, pour les Valbuena, dont plusieurs membres entrèrent dans l’Hôpital à la suite de Fernan Rodriguez qui, élevé à la charge suprême en 1312, mit à profit les vingt années au cours desquelles il dirigea l’administration provinciale pour pousser le népotisme à un degré jamais atteint par ses devanciers (voir tableau II, p. 414)191. Trois de ses proches au moins professèrent de son vivant au sein de l’institution, dont l’un, Arias Fernández, mena une carrière qui le conduisit à Rhodes, où s’illustra un autre parent du prieur, Mendarias, arrivé au couvent en 1337 et promu dix ans plus tard à la dignité de drapier – la plus importante dont pût être revêtu un frère originaire de la péninsule Ibérique192, tout d’abord comme lieutenant de Fernan Pérez de Deza, puis en tant que titulaire à part entière durant près d’une décennie193.

TABLEAU 11. – Un exemple de népotisme : le lignage Valbuena

TABLEAU 11. – Un exemple de népotisme : le lignage Valbuena

a A. BENAVIDES, Memoria, de don Fernando IV, t. II, p. 373, doc. 246.
b Parmi les documents de la commanderie de Villela et Valdevida recensés dans l’inventaire du dépôt de Santa Maria de la Horta de 1666 figure un acte de partage foncier dont l’index ne relève pas la date, rédigé sur parchemin et souscrit par un certain Pedro Gonzalez de Valbuena, commandeur de San Juan del Camino. La concision de la notice ne permet pas de déterminer s’il s’agit d’une erreur de transcription pour Lope Gonzalez de Valbuena ou d’une référence à un autre membre du lignage lui aussi entré dans l’institution dans le dernier quart du XIVe siècle (AHN, OM, Indice 160, f° 89v°)

  • 194 BNM, ms. 8582, ? 57v° : «Establesçido es que ninguna heredad de la orden comendador non la pueda da (...)
  • 195 Le travail de M. del C. Carié, « La sociedad castellana en el siglo xv : los criados », peut être s (...)
  • 196 En 1348, le maître de l’Hôpital Déodat de Gozon concède à l’un de ses fidèles d’origine navarraise, (...)
  • 197 En décembre 1349, deux habitants de Coria, Fernan Pérez del Sebo et Gil Blâzqucz, reconnaissaient d (...)
  • 198 On peut toutefois en relever deux exemples à travers des concessions faites par Alphonse XI à des c (...)
  • 199 Le poème a été publié par F. Gomez Redondo, Poesia Espanola. t. 1 : Edad Media juglaria, clerecia y (...)

45Les bénéfices retirés par le groupe familial de la présence de l’un des siens dans un ordre militaire ne se résumaient pas à la possibilité – si précieuse fut-elle – offerte aux autres membres d’y entrer à sa suite. Il semble en effet que les frères aient eu coutume de dispenser autour d’eux, dans un cercle assez large d’individus auxquels les unissaient des relations teintées de chacune des nuances de l’affection, suffisamment de faveurs pour que déjà s’en soient inquiétés les statuts de Pelayo Pérez Correa, promulgués en 1251194. Il ne faut pas considérer qu’un tel groupe se restreignait aux parents liés par le sang. La maisonnée constituait un espace bien plus ouvert, admettant en son sein – en particulier celle du maître, de très loin la plus nombreuse – clients, dépendants et nourris, généralement confondus dans les documents sous le nom de criados195, au bénéfice desquels le dignitaire distribuait quelques cadeaux, le plus souvent sous forme d’aliénations de rentes196, et jouait de son influence197. Participant de la sphère privée, ces pratiques n’ont laissé dans les sources qu’une empreinte marginale198. Elles ont dû néanmoins être largement répandues, à en croire un épisode du romance de l’infant Fadrique racontant la mort, lors du franchissement d’un gué, de l’un des criados du maître, dont le texte relate, sans s’en étonner autrement, qu’il détenait l’entière confiance et était, à ce titre, richement récompensé199.

  • 200 AHN, Codice 314, f° 91v°.
  • 201 Présent aux côtés du maître depuis février 1243 au moins (AHN, OM, carp. 311, doc. 10, publ. J. Tor (...)
  • 202 D. Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiástios y seculares de Sevilla, t. I, p. 183.
  • 203 A. Ballesteros-Beretta, Sevillaen elsiglo XIII, pp. 177-179, doc. 168. Le fait ressort d’une donati (...)

46Dans le cercle entourant les frères des ordres militaires et, en premier lieu, les dignitaires, les parents jouaient toutefois un rôle primordial. Bien des maîtres s’attachèrent à les favoriser, tel Pelayo Pérez Correa qui, aussitôt parvenu à la dignité suprême de Santiago, joua de son influence pour permettre aux siens de profiter de son nouveau pouvoir. Plusieurs proches l’accompagnaient ainsi au cours de la conquête de Murcie200, dont son frère, Gomez Pérez Correa, qui se vit confier le contrôle de la puissante forteresse de Cieza quand celle-ci passa aux mains des Castillans201. Nombreux sont les parents de Pelayo Pérez Correa qui purent se prévaloir de sa faveur au cours du tiers de siècle durant lequel il resta à la tête de Santiago. Certains obtinrent par son entremise des charges de responsabilité, tel son neveu Pero Martínez dont Alphonse X fit le gardien du vieux château de Cordoue, ce qui lui valut le surnom d’Alcàzar, qui resta ensuite attaché à sa descendance202. D’autres bénéficièrent même, en vertu de leur lien familial avec le maître, de dons en argent, par exemple Teresa Pérez, qui reçut de son oncle et de plusieurs de ses proches, parmi lesquels le commandeur Gonzalo García, la somme de deux mille maravédis à l’occasion de son mariage203.

  • 204 A, de Torres Y Tapia, Crónica de la ordende Alcantara, t. I, p. 375. Cette cession viagère a dû avo (...)
  • 205 A. de Torres Y Tapia, Crónica de la orden de Alcantara, t. I, pp. 447-448 et 471. Sans conteste sig (...)
  • 206 AHN, OM, carp. 57, doc. I. En date du 10 mai, l’acte a été publié par M. Garrido Santiago, Document (...)
  • 207 Archivo Ducal de Medinaceli, Seccion Historica, leg. 287, doc 11. Daté du 8 juin, le document a été (...)

47Le plus souvent, les faveurs matérielles dispensées par les dignitaires à leurs parents consistaient en des terres prises sur le patrimoine foncier de l’Ordre et dont la jouissance leur était abandonnée à titre viager. Il semble qu’une telle pratique soit apparue dans les années centrales du XIIIe siècle, à en croire un acte de 1259 aux termes duquel Gonzalo Yanez de Novoa reconnaît que plusieurs terres de Galice dont son père, Juan Pérez, lui avait cédé la propriété utile, relevaient en réalité d’Alcantara, qui les avait remises à ce dernier quand son fils, Pedro Yânez, était maître de l’Ordre204. L’usage apparaît en tout cas parfaitement consolidé à la fin du XIIIe siècle, lorsque le maître d’Alcantara Fernân Pérez Gallego accorda en 1297 à son neveu Juan Pérez, qu’il désignait comme son criado, l’enclos d’El Parral dont Gonzalo Pérez Gallego, une fois élu comme successeur de son oncle à la tête de la milice, confirma à son parent la possession, ajoutant un autre défens à la donation initialement reconnue205. Nombreux furent dès lors les supérieurs qui multiplièrent de telles concessions en faveur des membres de leur lignage, tel le maître de Santiago Vasco Rodnguez qui, en 1331, en à peine un mois, abandonna le château d’Azuaga à son frère Gonzalo Rodriguez de Cornado206, puis les terres de l’Ordre situées à Villafâfila et Barruecopardo à sa nièce, Mayor Vazquez, et au mari de cette dernière, Juan Alfonso de Benavides207.

  • 208 Mazo Romero, El condado de Feria, p. 23.
  • 209 E. Cabrera Muñoz, El condado de Belalcazar, et A. Vina Brito, « Don Pedro Giron y los origenes del (...)
  • 210 Gautier-dalché, « Le testament d’Alonso Martínez de Olivera », pp. 11-12, repris dans Id., Economie (...)
  • 211 RAH, Col. Salazar, O-16, ffos 99r°-104r°, publ. L. V. Di Az Martín, Coleccion documentai de Pedro I (...)

48Désireux de promouvoir leur lignage, les maîtres et les grands dignitaires des ordres militaires ne s’attachèrent pas uniquement à le combler de faveurs quand ils occupaient une position d’autorité. A partir du XIVe siècle, ils se préoccupèrent de façon croissante de lui obtenir un avantage pérenne qui puisse être maintenu au-delà de leur mort, voire malgré leur éventuelle disgrâce. Sans doute le temps n’était pas encore advenu où d’aucuns utiliseraient leur pouvoir pour fonder, à partir du patrimoine foncier de la milice dont ils étaient chargés, une seigneurie laïque au profit de leurs descendants, tels Lorenzo Suârez de Figueroa, qui fut à l’origine des comtes de Feria208, ou plus tard, dans les décennies centrales du XVe siècle, Gutierre de Sotomayor et Pedro Giron, souches des comtes de Belalcazar et des ducs d’Osuna209. La pratique de favoriser de la sorte ses héritiers était cependant connue de longue date. Elle s’était d’abord répandue à Santiago où, à l’exclusion du maître, les principaux dignitaires avaient le droit d’avoir une descendance, que certains d’entre eux voulurent d’ailleurs avantager, à l’instar du grand commandeur de Léon Alonso Martínez de Olivera, qui obtint du roi l’autorisation de fonder pour son fils l’un des plus anciens majorats connus210. Au milieu du XIVe siècle, de telles faveurs étaient monnaie courante, comme le montre le cas de Diego Gonzalez de Oviedo, dont la position, malgré la disgrâce de son père accusé de trahison par Alphonse XI – qui pourtant l’avait promu à la tête d’Alcantara –, ne fut pas durablement entamée et lui fut intégralement restituée par Pierre Ier dès l’avènement de ce dernier211.

  • 212 J. Crespo Pozo, Blasones y linajes de Galicia, t. III, p. 164.
  • 213 Les étapes de son parcours curial ont été relevées par J. Beneyto Pérez, El Cardenal Albornoz, p. 1 (...)
  • 214 L. V. Diaz Martín, Los oficiales de Pedro I de Castilla, pp. 116-117.
  • 215 R. Ayerbe-chaux, «Las memorias de dona Leonor Lopez de Cordoba», p. 17 : «Y así me caso mi padre de (...)

49Forts de leur position de puissance, nombre de dignitaires s’employèrent, après le premier tiers du XIVe siècle, à favoriser l’ascension des leurs grâce à une politique d’alliances avec les principales familles du royaume. Ainsi, Vasco Rodriguez utilisa sa charge à la tête de Santiago pour marier sa sœur Teresa Rodriguez à Alonso Lopez de Lemos, héritier de l’un des plus anciens lignages de Galice212, et, nous l’avons vu, pour unir sa nièce à Juan Alfonso de Benavides, certes issu d’une souche moins fameuse mais distingué par le service curial qui l’amena à être repostero mayor d’Alphonse XI et justicia mayor de son fils213. De la même façon, Martin Lopez de Cordoba, qui réunit en sa personne les maîtrises d’Alcantara et de Calatrava, usa du pouvoir qu’il détenait en tant que dépositaire de la confiance de Pierre Ier pour marier sa fille Leonor Lopez à Ruy Gutiérrez de Hinestrosa, unique enfant de Juan Fernândez de Hinestrosa, favori tout-puissant du souverain de 1353 jusqu’à sa mort, six ans plus tard, à la bataille d’Axaviana214. La fortune ainsi obtenue par Leonor Lopez était colossale si l’on en croit les mémoires qu’elle écrivit pendant la minorité de Jean II alors que, veuve de longue date, elle s’était retirée à Cordoue du jour où la reine Catherine de Lancastre, dont elle était la confidente, fut écartée du pouvoir215.

  • 216 RAH, Col. Salazar, O-6, f° 128r°-v°. D’une façon comparable, la mémoire lignagère de la famille Cha (...)
  • 217 C’est ce que soulignait, il y a plus de deux cent cinquante ans, J. López Agurleta, Vida del venere (...)
  • 218 M. Á. Jordano Barbudo, Arquitectura médiéval cristiana en Cordoba, pp. 65-67, a signalé ce fait Dan (...)

50Après le milieu du XIVe siècle, l’importance des avantages dispensés à ses familiers par un individu entré dans un Ordre participa de façon décisive de l’œuvre de mémoire élaborée par les lignages aristocratiques. Le souvenir de telles largesses pouvait être perpétué de différentes manières. La plus fréquente consistait, pour les descendants d’un maître ou d’un dignitaire ayant joué un rôle crucial dans l’élévation de la famille, à se réclamer de sa filiation en lui prêtant le statut d’ancêtre éponyme : c’est ce que fit, en 1367, en veillant à constituer des arrhes au profit de son épouse, Vasco Rodriguez, né de Fernân Vâzquez de Cornado et petit-fils du supérieur de Santiago dont le nom lui avait été attribué216. L’héraldique pouvait également être convoquée pour servir un tel projet car elle permettait au groupe familial, d’une génération à l’autre, de manifester son lien avec l’Ordre au sein duquel il s’était élevé, comme l’avaient bien saisi les Mexia dont la croix, en forme de fleur de lys, rappelait les armes de Santiago217. Bien qu’on en trouve fort peu d’exemples avant l’extrême fin du Moyen Age, il me semble significatif qu’un dignitaire ait désormais pu constituer jusque dans la mort la référence pour les siens, tel Martin Lopez de Cordoba, dont la fille Leonor Lopez reçut en février 1409 des Dominicains cordouans l’autorisation d’édifier dans le sanctuaire de San Pablo une chapelle funéraire où seraient réunis autour du gisant du maître, frappé de la croix et de la bannière de Calatrava, l’ensemble de ses descendants218.

L’avantage de l’institution

  • 219 BNV, RBC, vol. 317, f°128v° : «Quod in prioratu predicto ad requisitionem magnatum regni Castelle p (...)
  • 220 Ainsi l’a bien souligné B. Vasconcelos e Sousa, «Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza (...)

51L’emprise croissante du groupe nobiliaire sur les ordres militaires était loin de profiter exclusivement aux aristocrates et à leur lignée. Bien que sous-tendue par l’historiographie, cette vision traditionnelle, qui offre des milices l’image de supports passifs exposés après la seconde moitié du XIIIe siècle à la convoitise de la noblesse, doit être à mon sens abandonnée car elle ne prend pas en compte la nature réciproque des avantages nés d’une interaction toujours accrue. La documentation montre en effet que les responsables des ordres militaires étaient tout à fait conscients de l’intérêt qu’ils avaient à développer un recrutement aristocratique. C’est ainsi que le maître de l’Hôpital Déodat de Gozon enjoignit en janvier 1347 à Juan Fernández de Heredia de nommer au sein du prieuré de Castille quatre chevaliers issus de la noblesse afin de s’attacher les faveurs des magnats du royaume dont il satisfaisait ainsi la demande, « pro ipsorum captando adiuterio et fauore219 ». On ne saurait exposer avec plus de clarté le profit que les milices espéraient tirer de l’augmentation du nombre des frères nobles, qui étaient considérés, à l’instar de Joâo Rodrigues Pimentel lors de son élection à la tête d’Avis en 1342, comme les plus capables de veiller à la prospérité d’institutions pour la défense desquelles ils pouvaient recourir à leur pouvoir lignager220.

  • 221 BNV, RBC, vol. 321, f° 139v°. Informé de la qualité de l’administration de Pedro de Sybilia, le maî (...)
  • 222 AHN, OM, carp. 462, doc 179. La concession en faveur de Garca Lopez de Padilla, déddée lors du chap (...)

52Il est rare, toutefois, que les sources précisent la nature exacte de l’avantage que les ordres militaires escomptaient d’une présence nobiliaire renforcée. En 1381, Juan Fernández de Heredia, devenu maître de l’Hôpital, accorda depuis Rhodes à Pedro de Sybilia, commandeur de Robayna, de Cordoue et de Séville, la baylie de Trevejo, usurpée depuis longtemps par des laïcs et qu’il le chargeait de recouvrer grâce à l’argent et aux réseaux dont il disposait221. Si un tel acte est tout à fait singulier, la pratique qu’il reflète n’est pas exceptionnelle pour autant. À la charnière des XIIIe et XIVe siècles, certains documents faisaient déjà mention du bénéfice financier que les Ordres retiraient de l’ouverture à des nobles, tels Artal de Huerta, comme nous l’avons vu, ou encore García Lopez de Padilla, auquel le maître de Calatrava remit à titre viager en 1296 les terres aragonaises de la milice pour le remercier d’un prêt colossal de trois cent cinquante mille maravédis, destinés à couvrir différents besoins, en particulier militaires, qu’il lui eût sans doute été difficile de satisfaire sans une telle aide222.

  • 223 BNF, Mss. français 6049, f° 151r°, publ. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hosp (...)
  • 224 BNV, RCG, vol. 280, f° 36r°. Les statuts d’Hélion de Villeneuve édictés à Rhodes en septembre 1335 (...)
  • 225 Dans les registres prieuraux de Juan Fernández de Heredia, le fait ressort du nombre important des (...)
  • 226 Le fait ressort de l’accord de protection mutuelle conclu en mai 1316 entre le maître de Santiago D (...)
  • 227 E. Rodríguez-Picavea Matilla, «Encomiendas calatravas situadas en concejos de realengo de la Meseta (...)

53Essentiel sur le plan matériel, l’appui des frères d’origine noble comprenait également un ensemble d’éléments plus informels qui consistait à mettre à la disposition des ordres militaires un système complexe d’alliances et de parentés susceptibles d’être activées de l’extérieur au profit de l’institution. Il est dair que les milices étaient parfaitement consdentes de l’importance de tels réseaux, à l’exemple de l’Hôpital, dont le couvent de Chypre soulignait en mars 1299, dans les instructions laissées au maître Guillaume de Villaret en vue de la réunion d’un prochain chapitre, l’action dédsive des amis de la maison dans la défense des intérêts de l’Ordre223. Rien n’était fait, du reste, pour dissuader les Hospitaliers, une fois leur engagement scellé, de conserver des relations avec leurs parents et amis restés en dehors de l’institution, qui ne s’opposait pas à ce que ses membres reçoivent des cadeaux de leurs familiers224 ou même, dès le milieu du XIVe siècle, rendent à ces derniers des visites régulières225. Informels et, à ce titre, rarement enregistrés dans la documentation, ces contacts constituaient pour les ordres militaires un soutien vital dans la mesure où ils créaient en leur faveur un réseau d’obligations226 susceptible d’inclure les acteurs les plus en vue de la société politique, tel l’archevêque de Tolède Gonzalo Diáz Palomeque, dont le maître de Calatrava obtint en 1299 qu’il sollicitât du pape le renouvellement des indulgences du sanctuaire de Santa Fe, après avoir rappelé au prélat sa dette envers l’Ordre, qui avait admis en son sein plusieurs membres de son lignage et offert une sépulture à ses propres parents227.

  • 228 I. Alfonso Anton, La colonizacion cisterciense en la Meseta del Duero, pp. 90-95.
  • 229 Ainsi l’ont observé C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios y la nobleza castellanoleonesa », p. 27, (...)
  • 230 AHN, OM, libro 1344, P 641r°. Bien qu’il s’inscrive en contradiction avec la ligne générale de sa d (...)

54On ne saurait toutefois restreindre l’effort des ordres militaires en direction de l’aristocratie uniquement aux membres qui professent en leur sein. Leur volonté de promouvoir le recrutement nobiliaire s’insérait en effet dans une politique plus large qui visait à capter systématiquement les faveurs du groupe dominant. La stratégie la plus volontiers adoptée par les milices passait par des donations foncières à titre viager (prestimomos) qui concernaient en priorité les acteurs de la société politique dont le poids rendait le concours hautement souhaitable. Cette pratique a été soulignée par certains auteurs comme Carlos Barquero Goni ou Enrique Rodriguez-Picavea Matilla qui, dans le droit fil de l’étude menée par Isabel Alfonso Anton sur Moreruela228, tendent cependant à en exagérer la finalité économique en plaçant l’accent essentiellement sur la mise en valeur du domaine229. L’interprétation n’est pas fausse, pourvu que l’on se garde d’en faire l’outil de diffusion de liens de dépendance féodaux auxquels il n’est guère concevable, par exemple, de ramener la relation unissant Calatrava à la reine Violante, pourvue en 1271 de l’usufruit des terres de la milice situées à Moratalaz230. Elle est néanmoins réductrice dans la mesure où l’échange mutuel de services, créé à l’occasion de telles donations viagères, recouvrait des aspects infiniment variés qu’une étude conçue sur la base d’une grille prioritairement économique ne saurait restituer.

  • 231 Dans son édition du testament, A. Rucquoi, « Le testament de doña Teresa Gil », p. 315, émet l’hypo (...)
  • 232 A. Rucquoi, « Le testament de dona Teresa Gil », p. 320 : «Mando a los frayres de Alcantara très mi (...)
  • 233 Ibid, p. 320 : « Et mando que dexen mtos testamentarios a losfreyres de la orden del Temple en Çera (...)
  • 234 Ibid., p. 320 : «El mando a los freyres de la orden d’Ucles de que tove Barrueco Pardo tresmillmara (...)
  • 235 AHN, OM, carp, 325, vol. II, doc. 36 : «Commoyo donna Jahana, niuger del muy noble inffant don Enrr (...)

55L’impossibilité de réduire le prestimonio à la seule valorisation du domaine ressort avec clarté du testament donné en 1307 par l’une des représentantes de la haute noblesse péninsulaire, Teresa Gil231. Dans l’acte, celle-ci enjoint à ses héritiers de restituer leurs domaines aux ordres militaires qui tous, en dehors de Calatrava, lui en avaient laissé un en usufruit. Cette seule accumulation dispense d’insister sur l’intérêt manifeste que Teresa Gil trouvait à de telles opérations ; celui des donateurs n’était pas moindre dans la mesure où plusieurs clauses du testament signalent l’obligation pour la bénéficiaire de valoriser les biens qui lui étaient confiés232 voire, dans le cas de la maison du Temple de Zara tan, d’en remettre d’autres à l’institution233. On ne saurait néanmoins limiter à ces seuls aspects le profit escompté par les ordres militaires. En effet, le testament mentionne que Teresa Gil tenait quitte le maître santiaguiste Juan Osôrez d’un prêt deux cents charges de blé qu’elle lui avait probablement consenti en un moment où l’institution devait faire face à une pénurie de ressources234. Le fait n’est pas sans précédents : cinq ans plus tôt, l’engagement pris par Juana Nunez de Lara, épouse de l’infant Enrique, de solder une dette semblable contractée par Santiago auprès de Fernan Ruiz de Saldana révèle, au moment où l’institution lui abandonnait à titre viager l’hôpital de Las Tiendas235, que la contrepartie que les ordres militaires espéraient recevoir des détenteurs de prestimonios consistait en un soutien continu qui dépassait de fort loin la seule amélioration des domaines confiés à leurs soins.

  • 236 C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilégias de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 619-620 (...)
  • 237 ACZ, leg. 13, doc. 18, publ. C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de Leôn », pp. 604-6 (...)
  • 238 ACZ, leg. 33, doc. 4, publ. J. L. Martin Rodriguez, Documentoszamoranos, pp. 139-140, doc. 169, et (...)
  • 239 Le cas n’était semble-t-il pas très différent pour les confrères, dont D. Carraz, « Les ordres mili (...)

56Il ressort clairement des sources que la faveur, l’appui ou la protection du groupe aristocratique représentaient l’objectif essentiel de la politique de concessions viagères pratiquée par les ordres militaires. Plusieurs donations, par exemple celle du hameau de Manzalvos, consentie en 1288 par l’Hôpital à Juan Fernández de Limia, font état la promesse du bénéficiaire de défendre les intérêts de l’institution, dans la limite de ses moyens236. Loin de prétendre uniquement à un effet incitatif, elles sanctionnaient pour la plupart des rapports établis de longue date avec les ordres militaires. Par de tels biais, les milices cherchaient à récompenser les services qui leur étaient rendus de façon que ceux-ci continuent. En 1257, l’Hôpital alla même jusqu’à détacher définitivement de son patrimoine la terre de Villamor de los Escuderos, située près de Fuentesauco, pour remercier l’évêque de Zamora de ses services237. De telles grâces, évoquées à l’ordinaire sous les mots d’amor ou d’ayuda, les textes ne dévoilent rien. L’importance qu’elles revêtaient pour les Ordres ne fait pourtant aucun doute. Deux procès qui opposèrent les milices au clergé séculier permettent a contrario d’en mesurer l’ampleur puisque, par deux fois, la partie adverse demanda que les juges soient récusés au motif que le prestimonio dont ils étaient détenteurs risquait de nuire à l’impartialité de leur sentence238 en les incitant à trancher en faveur de l’institution dont ils se trouvaient en quelque sorte les obligés239.

  • 240 AHN, OM, carp. 359, doc. 13, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés., pp. 420-422, doc. 2 (...)
  • 241 F. Tommasi, « Uomini e donne negli ordini militari diTerrasanta », pp. 186 et 200.
  • 242 A une date inconnue, l’aîné, Juan el Tuerto, reçut de l’Hôpital une donation incluant notamment la (...)
  • 243 AHN, OM, carp. 261, doc. 13, publ. BS, p. 305. Cette donation a fait l’objet d’un commentaire succi (...)

57Conscients de l’efficacité d’un instrument qui leur permettait de développer leur réseau d’influences, les ordres militaires cherchèrent à l’utiliser de façon systématique auprès des principaux acteurs de la société politique, dont ils espéraient s’assurer la faveur de façon à pouvoir peser sur les décisions du pouvoir royal. Cette manœuvre en direction de la famille régnante s’opéra par le biais des reines et des infants. Parmi ces derniers, plusieurs reçurent d’amples donations foncières de milices dont ils rejoignirent parfois la confraternité, tels l’infant Manuel et son épouse, auxquels en 1261 Santiago concéda en usufruit la place forte de Haro240. Un tel schéma reflète bien les mécanismes ordinairement utilisés par les ordres militaires pour s’attacher la faveur du monde laïque, en particulier dans ses couches supérieures, pour lesquelles FrancescoTommasi a très justement mis en évidence le rôle joué par les femmes et les confrères241. Après le XIIIe siècle, comme j’ai eu l’occasion de l’analyser en détail, le principe de l’association volontaire des fidèles aux milices perdit beaucoup de sa force et, naturellement, l’effort entrepris par les Ordres en direction de la famille royale s’en ressentit Plusieurs membres de cette dernière bénéficièrent encore de cessions viagères, tels les fils de l’infant Juan, influents sous les règnes de Ferdinand IV et d’Alphonse XI242, ou les bâtards de ce dernier roi, comme le comte de Trastamare, auquel son père convainquit en 1336 le maître de Santiago de laisser les châteaux de Gozon et Sobrescobio243. Le profit retiré par l’institution de tels contrats n’était cependant plus aussi manifeste que par le passé.

  • 244 Le fait a été relevé à travers plusieurs études de cas par S. de Moxô, « El patrimonio dominical de (...)
  • 245 Id., « Relaciones entre la Corona y las ordenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 157.
  • 246 AHN, OM, carp. 464, doc. 235et 237, publ. Id., « El auge de la burocracia castellana en la corte de (...)
  • 247 AHN, OM, carp. 464, doc. 237 bis. L’échange portait sur les domaines de l’Ordre à Olmos, dans la va (...)
  • 248 ADA, caja 2, doc. I1 Mentionné par J. M. Calderón Ortega, « Diego Fernández de MéMédina : consejero (...)
  • 249 C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la nobleza castellano-leonesa », p. 35. Les frères de l’Hôp (...)

58Pour pallier cette perte d’influence, les ordres militaires se sont tournèrent à la fin du XIIIe siècle vers le cercle des officiers curiaux, dont Salvador de Moxo a bien mis en lumière la montée en puissance au cours du règne d’Alphonse XI244. L’auteur s’est employé à souligner les liens de ces hommes avec les principaux Ordres, parmi lesquels se distingue Calatrava245 qui, en accordant deux frestimonios au chambrier du roi Fernân Rodriguez Pécha246 et en concluant des échanges avec le chroniqueur Fernan Sanchez de Valladolid247 et avec Diego Fernândez de Médina248, très influents à la cour, parvint à tirer parti de l’ascension politique de ces personnages. S’ils connurent un progrès spectaculaire au cours du règne d’Alphonse XI, les contacts entre les ordres militaires et les officiers royaux n’en remontaient pas moins à une période antérieure. Ils semblent exactement contemporains de l’émergence du groupe des fonctionnaires curiaux, dont les milices s’efforcèrent de s’attacher la faveur dès le dernier quart du XIIIe siècle, comme l’attestent les nombreux liens tissés entre l’Hôpital et les hauts dignitaires du palais au cours du règne de Sanche IV249.

  • 250 L’épisode a été analysé en détail par D. Catalan, « Un romance historico de Alfonso XI », et Ph. Jo (...)
  • 251 AHN, OM, carp, 261, doc. 10 : « Por rrazon queyo enbie rrogar por mis cartas a uosdon Garçi Fernand (...)
  • 252 AHN, OM, carp, 570, doc. 9, publ. Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbue (...)
  • 253 AHN, OM, carp. 570, doc. 9 : « Quin immo per talem contractum euidens ipsius Hospitalis utilitas pr (...)
  • 254 Réservée à une décision ultérieure lors de l’abolition du Temple en 1312, la dévolution des biens c (...)
  • 255 Il est difficile de savoir si cet échange fut effectivement réalisé. C. Barquero Goñi, « El conflic (...)

59Pareil empressement tend à souligner l’effort des ordres militaires pour éviter de rester en marge des cercles du pouvoir, qui les amena, passé la fin du XIIIe siècle, à rechercher l’appui constant des acteurs essentiels de la société politique. C’est ce qui ressort avec une force particulière des relations que les milices entretenaient avec Alvar Nunez Osorio à qui Alphonse XI, après s’être fait déclarer majeur en juin 1325, confia le gouvernement du royaume. Durant les trois années de pouvoir du favori, les ordres militaires s’efforcèrent de développer leurs contacts avec celui-ci, indépendamment même de désaccords sur son action qui devaient conduire, à l’été 1328, certains de leurs représentants à entrer en rébellion à la suite du prieur de l’Hôpital250. À la demande d’Alphonse XI, Santiago céda ainsi en avril 1326 à Alvar Nunez Osorio, dans l’espoir de se gagner ses bonnes grâces, la jouissance viagère de la forteresse de Penausende251. L’année suivante, l’Hôpital et Alcântara procédèrent avec le favori à deux échanges fonciers dont la finalité n’était pas différente252. Le plus ancien révèle explicitement le profit politique escompté par l’institution : la bulle de Jean XXII qui fait état du contrat rappelle, en écho au texte de la supplique envoyée par Fernan Rodriguez de Valbuena au pape afin que ce dernier donnât son aval à l’échange, que le destinataire du transfert est le familier d’Alphonse XI et qu’en raison du pouvoir qu’il exerce sur le roi, il est très important pour l’Hôpital d’obtenir sa faveur afin de recueillir l’héritage du Temple253 qui, en Castille, lui était disputé254, dût-il pour ce faire lui abandonner la propriété de certains biens de la milice défunte, comme le château de San Pedro de Latarce ou la maison de Villalobos, qui relevaient autrefois de la commanderie de Villalpando255.

  • 256 J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 63-64. S’il se trompe en attribuant au pape J (...)

60Certes, un tel document est exceptionnel. Aucun autre document n’évoque en des termes aussi clairs le bénéfice attendu parles ordres militaires de leur effort en direction de la noblesse. Il est toutefois permis de s’étonner, lorsque l’on sait que l’acte était connu de Joseph Delaville le Roulx256, que les historiens continuent en règle générale à présenter les relations entre ces institutions et le groupe social dominant sous un jour unilatéral. Le profit retiré par l’individu qui entrait dans un ordre militaire et celui de son lignage, élevé d’ordinaire à sa suite, ne font aucun doute. Quoique moins flagrant et plus diffus dans la mesure où il reposait pour une bonne part sur une captation de l’influence des puissants, l’avantage que valait à la milice son rapprochement avec les cercles de la noblesse n’en est pas moins évident. Dans un contexte dont il n’est guère besoin de rappeler la difficulté, demeurer en marge des acteurs majeurs de la société politique aurait condamné les ordres militaires à subir passivement une évolution qu’en accueillant des membres de l’aristocratie ils obtenaient au contraire les moyens de contrôler ou, du moins, de moduler, au prix d’un changement de leurs caractères originels.

III. – Une profonde transformation interne

61Il n’y a guère lieu de s’étonner que l’emprise croissante de la noblesse sur les ordres militaires, passé la deuxième moitié du XIIIe siècle, ait profondément influé sur l’organisation interne d’institutions dont les membres admettaient de moins en moins facilement qu’un fossé trop accusé ne séparât leur mode de vie de celui de leurs parents demeurés dans le siècle. Le modèle monastique, suivi par les milices dans la ligne des schémas bernardins, ne pouvait donc plus s’appliquer avec autant de rigueur qu’au temps de leur développement initial. Il semble, nous l’avons vu, qu’il ait dû être aménagé dès cette première période. Après le milieu du XIIIe siècle, la contestation était cependant d’une tout autre ampleur car elle tendait à mettre en cause un moule dont les traits distinctifs, l’ascèse et l’égalitarisme, furent progressivement tempérés.

Le relâchement des vœux monastiques

  • 257 Pour les Templiers, les modalités de la profession des membres sont rapportées en détail dans les a (...)
  • 258 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 221, doc. 1 : « En obediencia guardar quierm merecer la gracia d (...)
  • 259 Ainsi l’ont bien fait valoir D. Rodriguez Blanco, « La organizacion institucional de la orden de Sa (...)
  • 260 ACC, caja Q, doc 74, et A Benavides, Memorias de don Fernando IV, t.II, pp. 444-445, doc 298.
  • 261 AHN, Côdice 602, f 141r°. Le fait ressort du mandement adressé en décembre 1356 parle prieur castil (...)

62Caractéristiques du monachisme chrétien, les trois vœux – obéissance, pauvreté et chasteté – auxquels les frères des ordres militaires s’obligeaient au moment de leur profession, indépendamment de leur engagement spécifique de verser leur sang pour la cause du Christ257, connurent à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle une évolution contrastée. L’obéissance devint en effet l’objet d’une insistance dont ne bénéficie aucune des deux autres promesses. Perçue comme la vertu la plus agréable à Dieu, en particulier dans la règle castillane de Santiago, qui rappelait autour de 1250 que le Christ accepta la mort pour se conformer à la volonté de Son Père258, elle constituait un devoir dont nul frère ne pouvait s’affranchir sans exposer son âme au péril259. C’est ce qu’illustrent de nombreuses injonctions des maîtres, auxquelles ceux-ci attendaient que leurs subordonnés se plient por virtut de sancta obedienciay tel Juan Osérez lorsqu’il ordonna, à la charnière des XIIIe et XIVe siècles, aux Santiaguistes responsables de la collecte des revenus ecclésiastiques de la milice dans les provinces de Cordoue et de Tolède, de respecter les privilèges du clergé local260. Courantes au XIVe siècle, ces dispositions s’assortissaient de plus en plus souvent de menaces qui, jouant des normes statutaires, visaient à obtenir des frères la fidélité à l’obéissance promise261.

  • 262 L’événement est rapporté dans les définitions de l’infant Enrique de 1440. AHN, Côdice 668, s. f., (...)
  • 263 BS, pp. 244-245. Le fait ressort d’un bref adressé en 1299 par Boniface VIII à l’archevêque de Tolè (...)
  • 264 Le maître d’Alcan tara Ruy Vâzquez fut ainsi démis de ses fonctions par le maître de Calatrava au d (...)
  • 265 L’exemple le plus remarquable est celui de Fernan Rodriguez de Valbuena, dont plusieurs frères de l (...)
  • 266 AHN, OM, libro 1345, ffos 98r°-99v°. Ce document a été publié en appendice de l’étude de C.de Ayala (...)

63Il n’est guère besoin d’insister sur la nécessité d’un tel rappel. A plusieurs reprises eurent lieu des révoltes au cours desquelles les membres d’un ordre militaire ont mirent en question l’autorité du maître. Le fait est attesté pour Santiago dès la seconde moitié du XIIIe siècle où, par deux fois, certains commandants de châteaux de l’institution se rebellèrent, les armes à la main, contre Pelayo Pérez Correa262, puis contre Juan Osorez, refusant de les recevoir en des forteresses dont ils réclamaient, au moins dans le dernier cas, la concession viagère263. Après les dernières années du XIIIe siècle, les révoltes s’étendirent à l’ensemble des ordres militaires, donnant lieu quelquefois, nous l’avons vu, à des affrontements violents. Elles cherchaient en règle générale à obtenir la destitution du maître qui, souvent sacrifié pour préserver l’unité264, parvint en de rares occasions à rester en charge à la faveur d’un spectaculaire revirement de la conjoncture politique265. Violentes, ces rébellions ouvertes s’accompagnèrent même en un cas d’une authentique conjuration qui, en 1311, ne visait pas seulement à priver García Lopez de Padilla de la maîtrise de Calatrava, mais à l’éliminer physiquement266.

  • 267 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 72, p. 217, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. 1, chap. 93, p. (...)
  • 268 Ainsi l’expriment très bien les statuts de Calatrava de 1304 publiés par J. O’ Callaghan, « The Ear (...)
  • 269 La rivalité pour le contrôle de l’Ordre a été bien décrite par J. O’ Callaghan, « The Affiliation o (...)
  • 270 Id., « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 264, repris dans Id., The Spanish (...)

64On aurait tort de conclure, sur la base de ces révoltes, à une diminution du prix attaché à l’obéissance au sein des ordres militaires. En cas d’échec de la rébellion, comme durant l’été 1328 face au prieur de l’Hôpital Fernàn Rodriguez de Valbuena, la brutalité de la répression menée contre les fauteurs de troubles montre clairement qu’il n’était pas question de revenir sur l’obéissance totale due au supérieur267. Loin de condamner une telle dureté, les définitions conservées pour les institutions de filiation cistercienne au long de la première moitié du XIVe siècle l’approuvent sans restriction, prévoyant une peine d’incarcération perpétuelle pour les frères qui se révolteraient les armes à la main contre leur maître268. On ne connaît à cette sévérité qu’une exception, lorsqu’en 1325 les statuts de Calatrava, désireux de rétablir la concorde à la suite des luttes fratricides entre García Lopez de Padilla et Juan Nunez de Prado269, commuèrent la sanction en une peine de prison de deux ans suivie de l’expulsion de la milice270.

  • 271 En 1336, de nouvelles définirions revenaient au principe d’une peine d’emprisonnement à vie pour le (...)
  • 272 Le fait a été confirmé par L. Corral Val, LOS monjes soldados de la orden de Alcantara en la Edad M (...)
  • 273 Ce point a été relevé, dans l’introduction au traité qu’il a rédigée, par D. Lomax, « Pedro Lopez d (...)

65Né dans un contexte particulier, un tel assouplissement, sans réel lendemain271, n’indique nullement un relâchement de l’obéissance due au maître272. A en croire le traité rédigé autour de 1330 à l’intention des Santiaguistes par Pedro Lopez de Baeza, celle-ci demeurait la qualité essentielle exigée des frères, qui étaient obligés d’obtempérer quand bien même un ordre leur paraîtrait injuste ou néfaste273.

  • 274 P. Linehan, « The Church, the Economy and the Reconquistain Early Fourteenth-Century Castile », p. (...)
  • 275 Plusieurs auteurs ont signalé cette distinction à propos des ordres militaires, à l’instar de D. Ro (...)
  • 276 C’est ainsi que les moines cherchèrent à résoudre l’épineuse contradiction entre pauvreté individue (...)
  • 277 Le fait a été mis en évidence pour Santiago par D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 90-91, et à l’é (...)
  • 278 BNM, ms. 8582, f° 56r° : «Quien touiere propio sea dexcomulgado e anatematizado en la iglesia en du (...)
  • 279 Le texte des définitions de Gonzalo Ruiz Giron de 1275 a été publié dans BS, p. 220, et repris par (...)
  • 280 En attestent les définitions d’Alcantara de 1306, publiées par Ph. Josserand, « Pour une étude syst (...)

66En aucun cas, le vœu de pauvreté n’a bénéficié d’une attention comparable à celui d’obéissance au sein des ordres militaires. Il est certain qu’il n’y fut jamais vécu de façon absolue : vivere sine proprio ne signifie pas, Peter Linehan l’a souligné à propos de l’Eglise castillane274, rechercher un dénuement complet, mais simplement rejeter la propriété personnelle275. Dès l’origine, il est donc clairement établi que si les frères ne possédaient rien par eux-mêmes, ils pouvaient en revanche, nous l’avons vu, être chargés par l’Ordre de gérer une part de ses richesses, selon une solution fréquemment adoptée dans le monachisme chrétien276. Après le milieu du XIIIe siècle, un tel équilibre tendit pourtant à se modifier277. Si les définitions santiaguistes promulguées à Leon en 1251 prévoyaient les peines les plus sévères, comme l’excommunication et l’anathème, contre les membres qui possédaient des biens personnels278, celles qui furent édictées dans cette même ville un quart de siècle plus tard apparaissent très en retrait : elles autorisaient les frères qui, grâce à leurs ressources, avaient développé des agglomérations nouvelles, à en conserver la jouissance viagère279, selon un principe qui devait être repris au cours du premier quart duXIVe siècle par les institutions de filiation cistercienne280.

  • 281 AHN, OM, carp. 411, doc, 26 bis, publ. M. Echâniz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus d (...)
  • 282 Un même constat a été fait pour les Hospitaliers aragonais par A. Luttrell, « Hospitalier Life in A (...)
  • 283 AHN, OM, carp. 243, vol. I, doc 19. En novembre 1305, Fernan Fernández, criado du maître de Santiag (...)
  • 284 AHN, OM, carp. 16, vol. II, doc. 44, publ. M. Rodríguez Llopis, Documentos de los siglos XIV y xv, (...)
  • 285 Les statuts de Calatrava de 1325, publiés par J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the O (...)
  • 286 La dureté du châtiment dont était passible le frère qui rédigerait un testament ressort clairement (...)
  • 287 J. O’ Callaghan, «The Affiliation of the Order of Calatrava», p. 24, reproduit dans Id., The Spanis (...)
  • 288 AHN, OM, carp. 99, doc. 37, publ. P. Iradiel Murugarren, « Bases economicas del hospital de Santiag (...)

67Il semble ainsi que les frères des ordres militaires obtinrent, dans les dernières années du XIIIe siècle, de préserver, malgré les prescriptions de la règle, un certain contrôle sur leurs biens, en particulier mobiliers. En juin 1279, Alphonse X offrit aux sœurs du couvent santiaguiste de Sancti Spiritus de Salamanque d’emporter avec elles, lors de leur profession, certains éléments de leur patrimoine qu’elles étaient admises à conserver, à l’exception des terres, dont elles devaient se défaire dans un délai d’un an281. Bien qu’adressée à un monastère fondé par la famille régnante et bénéficiant donc de liens privilégiés avec le pouvoir souverain, cette licence constitue le précieux indice d’un relâchement progressif du vœu de pauvreté. Un demi-siècle plus tard, l’évolution semblait en grande partie consommée : certains frères apparaissent dans les sources à la tête de fortunes importantes282, dont ils se servaient pour pratiquer le prêt usuraire au sein même de leur institution283, voire pour acheter à Grenade des objets de luxe, bijoux ou selles ouvragées284. Les textes normatifs paraissent en avoir pris conscience puisque, après 1325, ils n’évoquent plus les biens mobiliers, dont la possession par les frères fut désormais acceptée285, sinon pour rappeler l’interdiction, sous des peines très dures286, de les transmettre, rapportée à son tour à la fin du XIVe siècle287 en raison des dénis qui lui étaient infligés, notamment de la part des Santiaguistes288.

  • 289 O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones ofthe Order of Calatrava », p. 267, repris dans ID., The (...)
  • 290 AHN, OM, libro 1344, f° 164v° ; « Otorgo que do en ofrenda e en limosna e en remission de mis pecad (...)
  • 291 AHN, OM, carp. 69, doc. 10. En 1329, Ruy Pérez, commandeur santiaguiste de La Membrilla del Tocon, (...)
  • 292 En témoigne, dans les années 1340, le prieur d’Uclés, Fernân Rodriguez, qui acheta à Ocana, pour si (...)
  • 293 D. Lomax, « Pedro Lopez de Baeza », p. 154, a signalé le peu de cas que l’auteur du traité fait de (...)

68Les biens meubles ne sont pas, loin de là, les seuls sur lesquels les membres des ordres militaires affirmèrent leur contrôle à partir des dernières décennies du XIIIe siècle. Il ressort en effet de différents documents, malgré la répétition des interdictions statutaires289, que plusieurs frères avaient gardé, après leur profession, la propriété de biens-fonds qu’ils possédaient dans le siècle. Portant sur des terres héritées de son père dans le finage de Séville, la donation consentie en 1292 par Pedro Rodriguez, frère de Calatrava, au maître de l’institution est le plus ancien indice d’un tel usage puisqu’elle est gagée à la fois sur les biens que le frère conservait en son pouvoir et sur ceux dont il ferait l’acquisition290. Si cette pratique restait alors exceptionnelle, elle tendit à se répandre après les premières décennies du XIVe siècle, en particulier pour Santiago, comme l’atteste la multiplication des actes dans lesquels des frères offraient leurs biens en garantie291 ou us aient de leur aisance financière pour réunir un véritable patrimoine foncier grâce à une ambitieuse politique d’achat292 totalement contradictoire avec un vœu de pauvreté dont la rigueur, à en croire les considérations de Pedro Lopez de Baeza à l’intention de ses coreligionnaires, relevait désormais d’un temps révolu293.

  • 294 E. Sastre Sánchez, « Matrimonio y vida religiosa en la orden de Santiago ».
  • 295 J. Sarnowsky, « Gender-Aspekte in der Geschichte der geisdichen Ritterorden », p. 171.
  • 296 De la même façon, pour les Teutoniques étudiés par I, Sterns, « Crime and Punishment among the Teut (...)
  • 297 L’idée a été défendue à l’échelle de la péninsule Ibérique par J. O’Callaghan, « The Affiliation of (...)
  • 298 E. Cabrera Muñoz, « Notas sobre la muerte del maestre Gutierre de Sotomayor », p. 185,
  • 299 M. A. Jordano Barbudo, Arquitectura médiéval cristiana en Cordoba, p. 114.
  • 300 Pour éviter une telle tentation, il suffit d’évoquer le scandale homosexuel dans lequel, au moment (...)

69Autant qu’on puisse en juger d’après la documentation, le vœu de chasteté auquel s’obligeaient les membres des ordres militaires, adapté au modèle conjugal dans le cas particulier de Santiago294, fut mieux respecté que la promesse de pauvreté, du moins jusqu’à la fin du XIVe siècle295. La plupart des transgressions documentées intéressent en effet la fin du Moyen Âge296. Du moins est-ce le cas des plus manifestes qui servent d’habitude à accréditer l’idée d’un relâchement des mœurs sexuelles pour l’ensemble des XIVe et XVe siècles297. Qu’il suffise, à titre d’exemple, de citer le comportement luxurieux du supérieur d’Alcantara Gutierre de Sotomayor, qui, d’après son testament, laissa à sa mort en 1453 une quinzaine d’enfants illégitimes298, ou les amours adultères de deux commandeurs cordouans, mis à mort en 1449 par le mari de leur maîtresse dans un accès de jalousie299. Au XIVe siècle, de tels scandales étaient encore inconnus en Castille, même s’il faut bien se garder d’en déduire que le vœu de chasteté y aurait été scrupuleusement respecté300.

  • 301 M. S. Alves Conde, Tomar medieval. o espaça e os homens, pp. 176-178.
  • 302 M. Zapater y López, Cister militante en la campana de la Iglesia contra la sarracena furia, p. 455. (...)
  • 303 J. Solano DE Figueroa Y Historia eclesiástica de la ciudad de Badajoz, pp. 83-84. Soucieux d’établi (...)
  • 304 Gómez Suárez, le fils du maître, aurait été armé chevalier de la main de Juan Alfonso de Albuquerqu (...)
  • 305 RAH, Col. Salazar, O-6, f° 128r°-v°.
  • 306 Six documents se rapportent au fils de Fernán Pérez Ponce, appelé Ruy Ponce de Léon. Le plus ancien (...)

70Dans une étude récente sur Tomar, Manuel Silvio Alves Conde a justement mis en lumière le nombre croissant d’infractions commises en la matière, à partir du second quart du XIVe siècle, par les frères de l’ordre du Christ301. En Castille, la disparition des actes de chancellerie prive le chercheur, jusqu’à l’époque des Rois Catholiques, de documents comparables aux lettres royales de légitimation adressées en réponse aux suppliques des principaux dignitaires, sur lesquelles l’historien portugais a fondé son analyse. En se fondant sur les mentions de bâtards extraites des archives et des chroniques, il est cependant possible de souscrire à la chronologie proposée et de situer l’amorce d’un relâchement dans les années précédant le milieu du XIVe siècle. Avant cette période, seuls deux maîtres, García Fernândez302 et Gonzalo Martel303, passent, aux dires de mémorialistes du XVIIe siècle, pour avoir eu des enfants illégitimes. Après les années 1320, leur nombre augmente et l’information devient plus fiable puisque la tradition est dès lors confirmée par la chronique royale, dans le cas du maître d’Alcantara Suero Pérez Maldonado304, voire par des documents d’archives qui se réfèrent explicitement au fils du maître de Santiago Vasco Rodriguez305 ou à celui du supérieur d’Alcantara Fernân Pérez Ponce, dont on conserve notamment copie du testament306.

  • 307 En 1258, Rodrigo Peláez et sa femme Elvira Rodríguez professaient dans l’ordre de Santiago. Ils cho (...)
  • 308 À titre d’exemple, les définitions sanriaguistes édictées en 1265 rappellent aux frères l’interdict (...)
  • 309 En 1336, les statuts de Calatrava interdirent à toute « mujer de suspeccion » de séjourner à l’inté (...)
  • 310 Pedro Garces de Cariñena, Nobiliario de Aragon, p. 165 : « Queremos que los ditos maestro e freires (...)

71Il est difficile de juger de l’attachement au vœu de chasteté des frères à partir d’exemples limités au sommet de la hiérarchie des ordres militaires. La liberté croissante que les dignitaires prenaient avec leur promesse ne reflétait pas forcément le sentiment vécu par la base des milices, où la documentation signale parfois des attitudes de continence volontaire307. Tout au plus traduit-elle une évolution dont les sources normatives, sans témoigner un souci comparable à celui du XVe siècle, tendent à se préoccuper davantage à partir des années 1330, déplaçant leur attention, jusque-là centrée sur les canons de police corporelle308, vers le problème spécifique du concubinage des frères309. Il est possible qu’une telle pratique ait alors tendu à se développer. C’est du moins ce que suggèrent les statuts de l’ordre de Saint-Georges du comté de Luna, projeté, nous l’avons vu, en 1358 par Lope de Luna, qui proposaient que le maître aussi bien que les chevaliers de l’institution soient autorisés à prendre femme, de façon à mener une vie honnête et à échapper au péché de luxure, perçu comme un puissant facteur de perdition310.

Le renforcement des hiérarchies internes

  • 311 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las très ordenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcanta (...)
  • 312 Un regard d’ensemble sur l’événement est proposé par J. O’Callaghan, «The Affiliation of the Order (...)
  • 313 Le fait a été bien souligné par C. de Ayala Martínez, «Ordenes militares hispanicas : reglas y expa (...)

72De la même façon qu’elle impliquait un assouplissement de la discipline initiale, l’emprise croissante de la noblesse sur les ordres militaires supposait la rupture de l’idéal égalitaire hérité de la tradition monastique. Elle contribuait donc à renforcer d’anciens clivages au sein de leurs membres en même temps qu’elle en développait de nouveaux, qui conférèrent aux milices, après la deuxième moitié du XIIIe siècle, un profil fortement hiérarchisé. Tranchant un conflit ouvert au moment de l’apparition des premiers ordres militaires dans la Péninsule, elle consacrait de façon définitive le primat des laïcs sur les clercs. Le refus des chevaliers de Calatrava de se plier à l’autorité d’un abbé après la mort du fondateur, Raymond de Fitero, est un fait connu311 dont Carlos de Ayala Martmez, développant le raisonnement de Joseph O’Callaghan312, a souligné qu’il correspondait à l’émergence d’une structure duale, distincte du projet originel au sens où elle n’impliquait plus une confusion radicale entre les domaines religieux et militaire313.

  • 314 A. Forey, «Rank and Authority in the Military Orders», pp. 316-323.

73Renforcée au sein de Santiago, la division des membres entre clercs et laïcs ne manqua pas de provoquer aussitôt, notamment à l’initiative des seconds, l’apparition de violents conflits de pouvoir au sein des ordres militaires314.

  • 315 M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 214-221.
  • 316 AHN, Clero, carp. 368, doc. 17, publ. L. Serrano, Cartulario de San Pedro de Arlanza, pp. 269-270, (...)
  • 317 AHN, OM, carp. 8, vol. III, doc. 3, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, PP-357-358, d (...)
  • 318 AHN, OM, carp. 8, vol. III, doc. 7, publ. ibid., pp. 410-411, doc. 201.
  • 319 AHN, OM, carp. 339, doc. 11, publ, ibid, pp. 412-413, doc. 203, et A. Quintana Prieto, La documenta (...)
  • 320 Le fait a été bien souligné par M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 219-220.

74L’exemple le plus parfait de ces luttes est sans conteste celui de Santiago où, Milagros Rivera Garretas l’a relevé, elles mirent aux prises clercs et laïcs presque sans interruption au cours des deux premiers tiers du XIIIe siècle315. A la requête des religieux, chassés du couvent d’Uclés et contraints de trouver refuge à San Pedro de Arlanza316, l’autorité pontificale imposa en 1228 un compromis, préparé par le légat Jean d’Abbeville, qui s’efforçait de maintenir l’équilibre à l’intérieur de la milice entre ses différentes composantes en réaffirmant le pouvoir du prieur sur la communauté des clercs317. Jamais la sentence ne reçut l’agrément des laïcs, dont les abus, notamment en matière de dîmes, se poursuivirent en toute impunité en dépit des condamnations de la papauté318. Le conflit parut même gagner en intensité à la faveur du gouvernement de Pelayo Pérez Correa qui, non content d’interdire en 1250 aux religieux de sortir du couvent319, démit en 1263 de son propre chef le prieur légitime, Gonzalo Pérez, pour le remplacer par une de ses créatures, Yagüe, qu’il imposa à la communauté des clercs malgré les protestations de l’autorité apostolique320.

  • 321 Publiée par B. Lucet, Les codifications cisterciennes de 1237 et 1257, p. 234, la codification cist (...)
  • 322 En témoignent les définirions de Pelayo Pérez Correa édictées à Robredo de Montanchez en 1259. BNM, (...)
  • 323 Le fait ressort des définirions édictées à Mérida en 1274 et en 1310 : BNM, ms. 8582, f° 451° : «Ot (...)
  • 324 A titre d’exemple, trois bulles de Jean XXII visaient au printemps 1320 différents commandeurs de S (...)

75Une telle décision consacrait le primat progressivement acquis par les laïcs sur les religieux au sein des ordres militaires au cours des décennies centrales du XIIIe siècle. Il est bien évident que les clercs conservaient certaines prérogatives dans le domaine spécifiquement ecclésiastique, en particulier dans les institutions de filiation cistercienne, où ils avaient la préséance sur l’ensemble des laïcs, y compris le maître, lorsqu’ils séjournaient dans un monastère de la maison mère321. Au sein de leur propre institution, les autres frères devaient même parfois leur céder le pas322. Il est pourtant indubitable que la position des clercs, après le milieu du XIIIe siècle, les plaça dans la dépendance des laïcs, notamment pour le paiement de la dîme, qui formait le principal de leurs rentes. À plusieurs reprises, la documentation normative fait obligation aux laïcs, surtout dans le cas de Santiago, de s’acquitter scrupuleusement d’une telle tobligation323. La réalité était cependant tout autre : c’est ce que montrent nombre de bulles pontificales, destinées à satisfaire les suppliques des clercs, qui ordonnaient aux laïcs récalcitrants de remplir leur devoir sous peine d’une excommunication dont la menace répétée, dans les cas de violences, trahit la profonde inefficacité324.

  • 325 L’élite des frères participant régulièrement au chapitre général des institutions a récemment reten (...)
  • 326 Arrêtée pour les institutions de Terre sainte, à l’instar de l’Hôpital, comme l’ont relevé J. Riley (...)
  • 327 En Castille, il n’existe pas d’autre liste des chapitres convoqués parles milices que celle autrefo (...)
  • 328 Bien que la nature fragmentaire des sources templières ne permette pas de réunir plus d’une dizaine (...)
  • 329 L’ambiguïté des références aux chapitres de Calatrava a été bien soulignée par J. O’Callaghan, « Th (...)
  • 330 AHN, OM, libro 1347, ffos 71r°-74r°. Dans un échange réalisé en 1348 entre Calatrava et Femàn Sànch (...)
  • 331 En cela, il convient de s’inscrire en faux contre la restriction aux seuls commandeurs postulée par (...)
  • 332 La mission du chapitre a été fort bien exposée par C. de Ayala Martínez, « Ordenes militares hispan (...)

76S’ils constituaient l’élément dominant au sein des ordres militaires, les laïcs étaient bien loin de constituer un ensemble homogène. Leur groupe était en effet dominé par les frères capitulaires, convoqués tous les ans lors de l’assemblée de leur institution et, à cet égard, investis d’un pouvoir de décision engageant leurs coreligionnaires325. Il n’est pas certain que la coutume de réunir annuellement le chapitre ait été suivie à la lettre326. D’un examen minutieux des sources, notamment pour l’Hôpital et Santiago327, l’impression ressort cependant que, jusque dans les dernières années du XIIIe siècle à tout le moins, une telle périodicité fut de règle (tableaux 12 et 13, pp. 439 et 440-441). Les cas du Temple et des institutions de filiation cistercienne ne semblent pas différents, malgré le faible nombre des informations disponibles pour le premier328, et la nature peu explicite de celles qui intéressent les secondes329. En aucun cas ces assemblées ne réunissaient l’ensemble des membres d’une milice. Elles en concentraient une minorité, sans conteste importante, de l’ordre d’une cinquantaine330, formée principalement, mais pas exclusivement, de commandeurs331, et appelée à superviser et à contrôler les décisions prises par le maître et son administration332.

TABLEAU 12. – Les chapitres généraux de l’Hôpital (1250-1369)

TABLEAU 12. – Les chapitres généraux de l’Hôpital (1250-1369)

a L’information, que je n’ai pas eu l’occasion de vérifier, est extraite du livre récent de J. GONZALEZ CARBALLO, La orden de San Juan en Andalucia, pp. 205 et 243, n. 137, où l’acte est présenté comme le plus ancien du fonds

TABLEAU 13. – Les chapitres généraux de Santiago (1250-1369)

TABLEAU 13. – Les chapitres généraux de Santiago (1250-1369)
  • 333 AHN, OM, carp. 460, doc. 144.
  • 334 L’expression est employée par Innocent VT en 1354 dans une lettre enjoignant aux archevêques de Sai (...)
  • 335 C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilégios de la orden de San Juan de Jerusalén, p. 589, doc (...)

77De telles réunions, par la régularité de leur tenue, jouèrent un rôle essentiel dans la configuration d’une élite au sein des ordres militaires, l’amenant progressivement à prendre conscience de sa situation de groupe de pouvoir dominant. Dès la fin du XIII siècle, les frères convoqués au chapitre général tendaient, comme le firent les membres de Calatrava réunis à Almagro en 1288 à l’initiative du maître Ruy Pérez Ponce et des grands officiers de l’Ordre, à se considérer comme les dépositaires d’une dignité particulière333. La qualification d’hombres buenos, par laquelle ils furent alors désignés pour la première fois, en constitue un indice manifeste. Appelée à faire florès, elle fut remplacée au milieu du XIVe siècle par celle de freires caballeros, qui désormais ne laissait plus aucun doute sur la fermeture d’un groupe334 au sein duquel, depuis la fin du siècle précédent, les frères tendaient à perpétuer leur pouvoir en passant d’une charge à l’autre sans apparente interruption. Particulièrement convaincant à cet égard est l’exemple du chevalier de l’Hôpital Payo Rodriguez qui, tour à tour et en moins de trente ans, fut commandeur de Quiroga, de Setefilla, de San Miguel del Pino ? de Portomarin, de Puente Ôrbigo, de Poblaciôn, une seconde fois de Puente Orbigo et, enfin, à nouveau de Portomarin (tableau 14, p. 443). Une telle longévité au sommet de l’Ordre, qui le conduisit à assumer la charge des baylies les plus importantes et à occuper en 1284 la lieutenance en Castille du prieur Fernan Pérez Mosejo335, est sans doute exceptionnelle. Elle n’en est pas moins significative de la mainmise croissante exercée, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, par un petit nombre de frères sur les charges principales des ordres militaires.

  • 336 Pareille situation n’était pas spécifique à la péninsule Ibérique. Elle a été analysée pour l’Hôpit (...)
  • 337 Primera historia de la orden de Santiago, p. 370 : « Un comendador mayar de dicha orden llamado Gon (...)

78Conscients de leur puissance, les frères capitulaires cherchèrent à plusieurs reprises dans la seconde moitié du XIIIe siècle à s’arroger sur les destinées de leur Ordre un contrôle qui priverait le maître du pouvoir effectif336. Carlos de Ayala Martínez, s’appuyant sur la chronique écrite à la fin du Moyen Âge par Pedro de Orozco et Juan de la Parra337, a mis en évidence ce fait pour Santiago, dont les dignitaires majeurs décidèrent, à l’instigation des Treize, de déposer Pelayo Pérez

TABLEAU 14. – La carrière de Payo Rodriguez dans l’ordre de l’Hôpital

Charge AU SEIN DE L’ORDRE

Date DE L’ACTE

Références DOCUMENTAIRES

Commandeur de Quiroga

3 juin 1237

ACZ, leg. 13, doc. 18.

Commandeur de Setefilla

7 avril 1264

AGP, Inf. Gabr., Anexo, leg. 3.

Commandeur de San Miguel del Pino

8 mai 1272

LOSJ, ms. H 211, f° 347v°.

Commandeur de Porromarína

18 février 1282

ARG, Colecciones, Doc. tex., perg. 709.

Commandeur de Puente Órbigo

4 mai 1283

AHN, Clero, carp. 920, doc. 3.

Commandeur de Poblacion de Campos

13 mai 1284

LOSJ, ms. H 211, f° 326v°.

Commandeur de Puente Órbigo

6 mai 1286

LOSJ, ms. H 211, f° 196r°.

Commandeur de Portomarin

16 mai 1287

LOSJ, ms. H 211, f° 183v°.

a L'acte, qu'il ne m'a pas été donné de consulter, est rapporté par M. del M. GARCÍA MIRAZ, Guia defuentes documentales y bibliograficas sobre las ôrdenes militares en el Archivo del reino de Galicia, p. 17.
La qualité de l'analyse permet toutefois de pallier la méconnaissance de l'original.

  • 338 C, de Ayala Martínez,« Las ôrdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidacion de los m (...)
  • 339 BS, p. 167, repris par A. Quintana Prieto, La documentacion pontificia de Inocencio IV, t. I, pp. 2 (...)
  • 340 C. de Ayala Martínez, « Las ôrdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidaciôn de los (...)
  • 341 Ainsi l’a fait valoir C. Barquero Goni,« LOS Hospitalarios en el reino de Leon », p. 363. Le fait r (...)
  • 342 Le fait est notamment vérifié pour les années 1283-1284, au cours desquelles plusieurs décisions du (...)

79Correa, redoutant que l’autoritarisme de ce dernier ne nuisît à leur position dans l’Ordre338. En dépit de l’échec de cette tentative, dénoncée par Innocent IV339, une manœuvre similaire fut entreprise à la faveur de la crise ouverte en 1263 lors de l’affrontement entre clercs et laïcs340. Santiago n’est pas la seule milice au sein de laquelle les frères capitulaires aient cherché à imposer un pouvoir collégial. Par deux fois, en 1238 et en 1250, le chapitre général de l’Hôpital établit aux côtés du prieur une commission de plusieurs frères investis d’une mission de surveillance jusqu’à l’assemblée suivante341. Reprise ponctuellement dans le dernier quart du XIIIe siècle342, cette formule atteste clairement, chez les dignitaires de l’Hôpital, une volonté similaire à celle de leurs homologues santiaguistes de soumettre à un contrôle étroit l’autorité du maître.

  • 343 Le fait a été corroboré par C. de Ayala Martínez, Las ordenes militares hispanicas en la Edad Media (...)
  • 344 Pour Santiago, l’idée exprimée par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 67, a été ensuite outrée par (...)
  • 345 A défaut d’être annuelle, la périodicité des chapitres castillans resta régulière jusqu’à une date (...)
  • 346 Attestée pour la première fois en 1227 (AMV, leg. 3, doc. 9, publ. G. Martínez Diez et V. González (...)
  • 347 À partir du dernier tiers du XIIIe siècle, l’usage s’étendit rapidement à l’ensemble des milices, à (...)
  • 348 AHN, OM, carp. 69, doc. 10, et BNM, ms. 13063, f° 176v°.
  • 349 AHN, OM, carp. 86, doc. II, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 464-466, doc. 245 (...)

80Si de tels projets illustrèrent, à l’échelon de chacun des Ordres, la puissance acquise par les frères capitulaires, leur échec, consommé au tournant des XIIIe et XIVe siècles, n’en souligna pas moins l’impossibilité de mettre en œuvre une solution viable alternative au pouvoir d’un seul individu343. S’il ne détenait pas un pouvoir absolu, au sens où il aurait été délié de tout contrôle, le maître n’en accrut pas moins, progressivement, sa marge de manœuvre par rapport au chapitre. Plusieurs auteurs ont prétendu que ces réunions s’étaient espacées à partir du dernier quart du XIIIe siècle pour disparaître presque complètement dans les premières années du suivant344 Les mentions de chapitres généraux relevées dans les sources montrent que cette idée est erronée345. Tout au plus l’intervalle entre les assemblées s’est-il établi à trois ans en moyenne pour Santiago ou Calatrava et, peut-être, à un peu plus pour l’Hôpital, sur lequel les données sont moins abondantes. Régulièrement convoqué durant la première moitié du XIVe siècle, le chapitre perdit pourtant alors beaucoup de son pouvoir. A partir du gouvernement de Pelayo Pérez Correa346, des décisions importantes furent prises sans qu’il fut avisé, en échange d’une promesse de ratification ultérieure qui se fit avec le temps toujours plus aléatoire347. C’est ce que montre l’exemple du maître de Santiago Vasco Rodrfguez, qui n’obtint pas avant 1331 du chapitre général, alors que deux assemblées s’étaient réunies dans l’intervalle348, la confirmation de la charte de peuplement de Fuentiduena qu’il s’était engagé trois ans plus tôt à faire parvenir aux autorités locales à la prochaine réunion de l’Ordre349.

  • 350 J. Burgtorf, « Wind Beneath the Wings : Headquarters Officiais in the Hospital and the Temple from (...)
  • 351 BN M, ms. 8382, f° 47r° :«Otrosi que en tienpo que la Orden non oviereguerra con los moros nin el r (...)
  • 352 Pour l’Hôpital, il n’existe pas de mention d’escuderos del maestre avant 1302, date où deux d’entre (...)
  • 353 Le terme a été signalé, dans le cas de l’Hôpital, par C. Barquero Goni, « Los Hopitalarios en el re (...)
  • 354 En octobre 1327, neuf membres de Calatrava séjournaient à Séville aux côtés du maître Juan Nùnez de (...)
  • 355 A ce titre, les compagnons du maître étaient étroitement associés au processus de décision, ainsi q (...)
  • 356 De telles charges sont documentées depuis le deuxième quart du XIIIe siècle. En un cas au moins, el (...)
  • 357 Ala fin du XIIIe siècle, différents actes se rapportent à Juan Yanez, notaire du grand commandeur d (...)

81Un tel usage eut pour conséquence, passé le dernier quart du XIIIe siècle, de favoriser, en concurrence ouverte avec les frères capitulaires, l’émergence d’un groupe lié à la personne du maître. Il n’est pas facile de déterminer avec exactitude combien de membres il comprenait. En Orient,Jochen Burgtorf évalue l’entourage du maître de l’Hôpital à une quarantaine de frères, une fois que l’Ordre se fut replié à Chypre350. À croire les définitions santiaguistes arrêtées à Mérida en 1274, une suite d’une telle ampleur n’était pas sans équivalent dans la péninsule Ibérique351. Il importe toutefois de distinguer en son sein les sergents, qui occupaient une position subalterne et font l’objet de rares allusions en dehors de la documentation statutaire352, des compagnons du maître353 – environ une dizaine – qui accompagnaient celui-ci lors de ses déplacements354. Dépositaires de sa confiance355, les membres de ce groupe pouvaient être amenés à assumer des offices, comme ceux de chapelain ou de majordome356, dont le caractère originellement domestique bénéficia à compter de la fin du XIIIe siècle d’un plus grand rayonnement à l’échelle de l’Ordre à travers les charges de notaire ou de chancelier357.

  • 358 Cité comme témoin de la donation consentie à l’Hôpital du lieu de Penoso, Fernan Rodriguez de Valbu (...)
  • 359 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena », pp. 1316-1317.
  • 360 AHN, Códice 602, f°152r°. Sans qu’il soit fait référence à Juan Lopez de Torres, le long séjour de (...)
  • 361 AHN, Códice 602, ffos 141r° et 145V°,
  • 362 AHN, Códice 602, ffos 141v°-142r°.
  • 363 Le fait ressort très bien des actes de l’interrogatoire des Templiers castillans à Medina del Campo (...)

82La proximité du maître était un facteur souvent décisif dans l’avancement de la carrière d’un frère. L’appartenance de Fernan Rodriguez de Valbuena au petit cercle entourant en 1294 Diego Gomez de Roa, lieutenant du grand commandeur de l’Hôpital dans les prieurés de Castille et de Leon358, a probablement favorisé l’amorce d’une ascension qui le conduisit en vingt ans au sommet de l’Ordre359. Quant à la réussite de Juan Lopez de Torres, un demi-siècle plus tard, elle est explicitement liée à la faveur de Juan Fernández de Heredia, auprès duquel il séjourna en Avignon, participant à son conseil restreint360. Cette proximité lui valut de remplir plusieurs missions de confiance en Castille, comme la collecte des rentes des baylies prieurales d’Olmos et de Quiroga ou la perception des droits de dépouille de Fortun Sanchez Calderon361, qui furent récompensées par la provision de la riche commanderie de Puente Ôrbigo, demeurée vacante à la mort de ce dernier frère362. N’étant pas toujours formalisées, de telles relations échappent en grande partie à nos sources. Elles n’en sont pas moins tout à fait essentielles dans la mesure où elles configuraient autour du maître une élite de responsables qui se trouvaient en position de force face aux autres membres de l’Ordre, même s’ils n’étaient pas investis d’une dignité particulière363.

L’affirmation du pouvoir du maître

  • 364 C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla », et Las ordenes militaris (...)
  • 365 Dans la Primera bistoria de la orden de Santiago, Pedro de Orozco et Juan de la Parra attribuent la (...)
  • 366 C, de Ayala Martínez, « Las ordenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidacion de los (...)
  • 367 Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial en Castille », p. 77.

83Approfondis et, plus encore, redistribués, les clivages internes des ordres militaires reflétaient clairement, passé la seconde moitié du XIIIe siècle, de la position de force acquise par le maître qui représentait désormais, dans la milice qu’il gouvernait, la source de toute puissance. La figure institutionnelle du supérieur se renforça au point d’atteindre, comme Carlos de Ayala Martínez l’a bien montré, une phase de maturité au cours de laquelle elle prit les traits qu’on lui connaît au XVe siècle364. Elle présente en premier lieu un caractère viager, par opposition à la période précédente durant laquelle, d’après les chroniques anciennes, un grand nombre des maîtres de Santiago et, à un degré moindre, de Calatrava et d’Alcantara avaient terminé leur mandat par une renonciation qui, décrite dans ces textes comme un geste d’humilité365, traduisait en fait la faiblesse de leur position à l’intérieur de l’Ordre366. Les maîtres acquirent ainsi, passé le milieu du XIIIe siècle, une personnalité distincte de celle de l’institution dont ils étaient chargés, ce qui entraîna un accroissement de leur influence extérieure, dont l’indice le plus évident est, au début du règne d’Alphonse X, leur inclusion systématique au nombre des confirmants des privilèges les plus solennels de la chancellerie royale367.

  • 368 La dernière mention explicite de la mense commune d’un Ordre intéresse Calatrava. Elle se trouve da (...)
  • 369 M. Danvila, « Origen de la mesa maestral de Calatrava », pp. 126-127. Un tel avis a été suivi par L (...)
  • 370 Les difficultés liées à la création de ce nouveau mode de gestion des ressources des milices ont ét (...)

84Un tel renforcement du pouvoir des maîtres des ordres militaires n’aurait pas été possible si ces derniers n’avaient obtenu, à la fin du XIIIe siècle, la fragmentation de la mense commune qui limitait étroitement les ressources de leurs prédécesseurs368. Il est étonnant qu’un phénomène de cette importance demeure relativement méconnu. Le moment même de la formation de la mense magistrale est l’objet de débats. La plupart des auteurs qui se sont attachés à le dater, surtout pour Calatrava, le situent en 1280, en vertu de l’hypothèse lancée il y a plus d’un siècle par Manuel Danvila sur la base de notes laissées par Luis de Salazar y Castro369. Il est néanmoins possible d’estimer que l’institution de la mense magistrale ne fut pas le fruit d’une décision ponctuelle, dont on s’expliquerait mal, dans ce cas, qu’elle n’ait pas laissé la moindre trace documentaire, mais résulta en fait d’une évolution progressive dont on pourrait placer le point de départ dans les années 1250-1260, dont le caractère parfois conflictuel, à l’échelle de chacune des milices ibériques, rencontrerait ainsi un facteur d’explication supplémentaire370.

  • 371 Cette proportion a été relevée notamment par E. Solano Ruiz, La orden de Calatrava en el siglo xv, (...)
  • 372 BNM, ms. 8582, f° 45r° : « Establesçemos que el maestre aya por sus camaras una encomienda en Casti (...)
  • 373 Ainsi l’a relevé D. Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extrernadura en la Baja Edad Media, p (...)
  • 374 Pour Calatrava, l’occurrence la plus ancienne date de 1322. Elle correspond à un acte par lequel le (...)
  • 375 Le fait ressort d’une lettre écrite en 1311 pour informer Jacques II d’Aragon de la révolte fomenté (...)
  • 376 Ainsi l’a récemment mis en valeur L. R. Villegas Díaz, Paisaje urbano configuras. Almagro, Edad Med (...)

85Débutant au troisième quart du XIIIe siècle, la mise en place de la mense magistrale constitue un processus étalé sur près d’un siècle. Il ne faut pas imaginer dès l’origine les supérieurs des Ordres conservant la moitié des rentes de leur institution, selon le schéma bien connu pour le XVe siècle371. La proportion qu’ils percevaient alors était sensiblement moindre. En 1274, les statuts santiaguistes de Mérida accordèrent au maître de disposer des revenus de cinq commanderies réparties à grands traits dans chaque province hispanique de l’Ordre372. Il ressort toutefois que, passé les années initiales du XIVe siècle, l’assise rentière de la mense magistrale progressa, ainsi qu’en témoigne le nombre croissant des droits rattachés à la personne du maître, notamment en matière d’élevage373. Il est significatif que l’expression de mesa maestral., jusque-là utilisée uniquement dans des sources santiaguistes, ait dès lors tendu à se répandre dans la documentation de chacun des autres Ordres374. Bien plus, il n’est pas exclu qu’elle ait déjà commencé à se teinter d’une connotation géographique dont on peut voir la préfiguration dans l’usage que le supérieur de Calatrava García Lopez de Padilla faisait du terme magistrado – qui rapidement se répandit sous la forme maestrazgo – pour désigner la région d’Almagro375, qui était appelée à occuper à l’échelle de cette institution une place toujours plus importante376.

  • 377 BNM, ms. 8582, f° 45r°-v°.
  • 378 Les définitions santiaguistes de 1265 leur assignent ainsi une fonction de grenier dans l’espoir de (...)
  • 379 Les statuts santiaguistes de Mérida en 1274 stipulent explicitement que les bastimientos pourraient (...)
  • 380 Cette réalité n’était nullement propre à Santiago comme l’a souligné E. Rodríguez-picavea Matilla, (...)

86Pourvus d’une base matérielle sans précédent, les maîtres s’employèrent, passé les années centrales du XIIIe siècle, à développer des mécanismes de contrôle qui leur permirent de renforcer leur autorité sur l’institution qu’ils dirigeaient, À cette fin, ils tentèrent d’accroître leur surveillance sur les ressources économiques dont dépendaient les frères. Plusieurs statuts rappellent, à l’instar des définitions santiaguistes de Mérida en 1274, qu’il leur incombait d’assurer directement le maintien des membres de l’Ordre qui n’étaient pas affectés dans une baylie au titre de responsable ou de résident377. Il était bien évidemment plus difficile pour les maîtres de disposer d’une autorité similaire sur ceux de leurs coreligionnaires qui jouissaient des rentes d’une commanderie. La création des bastimientos, au cours des années 1260, leur permit de ne pas en être complètement dépourvus. Elle leur donnait en effet un outil de régulation efficace servant à l’échelle de chaque milice à rassembler des grains378, mais aussi du numéraire379, pour faire face aux besoins urgents d’approvisionnement auxquels ces institutions étaient régulièrement confrontées, en particulier dans les régions frontalières380.

  • 381 Les statuts édictés à Léon en 1251 par Pelayo Pérez Correa rappellent la compétence exclusive du ma (...)
  • 382 BNM, ms. 8582, f° 62r° : « Establesçido es en el capitulo général que quando el maestre o el comend (...)
  • 383 J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 271, repris dans Id., (...)
  • 384 A l’automne 1347, Ruy Chacon, commandeur de Cehegin et Caravaca, s’engageait auprès du maître de Sa (...)
  • 385 Ce fut clairement le cas en octobre 1343, lorsque PerAlfonso Pantoja fut élevé à la magistrature su (...)

87De la même manière, les maîtres travaillèrent à étendre plus étroitement leur pouvoir sur l’appareil militaire de leur Ordre. Dans ce but, ils s’employèrent à élargir leurs attributions, à l’origine surtout perceptibles à travers la remise d’un équipement à chacun des frères381, vers un contrôle des forteresses dont on sait qu’il représentait un enjeu de première importance. En 1252, lors du chapitre de Montanchez, Pelayo Pérez Correa établit ainsi que le remplacement d’un commandeur chargé d’un château aurait lieu uniquement en présence du maître et de son lieutenant ou, à défaut, par l’intermédiaire d’un homme de confiance du frère appelé à être remplacé, dont on peut penser qu’il était lié par serment à son supérieur382. Cette dernière pratique était en tout cas suffisamment répandue au début du XIVe siècle pour être dénoncée en 1325 par l’abbé de Palazuelos lors de sa visite de Calatrava383. Sa condamnation, formulée au nom de motifs religieux, ne paraît pas avoir porté de fruits. L’hommage s’imposait comme un instrument efficace utilisé par le maître non seulement lors de la remise d’une forteresse384 mais encore à son entrée en charge, pour s’assurer de l’obéissance des frères385.

  • 386 Ce point a fait l’objet d’une récente contribution de L. R. Villegas Diáz, « De régla a codigo. Sob (...)
  • 387 Ainsi, par exemple, le prévoient les définitions édictées pour Alcantara en 1306, publiées par Ph. (...)
  • 388 Le fait ressort des définitions d’Alcantara de 1306, lorsqu’il s’agit de sévir contre un frère qui, (...)
  • 389 García Fernàndez obtint en 1326 de l’infante Violante, fille illégitime de Sanche IV, qu’elle cédât (...)

88De pareils mécanismes complétaient les prérogatives en matière de discipline que le maître possédait en tant que supérieur de l’institution386. Sur les questions liées à la conduite religieuse des frères, il disposait en règle générale d’une compétence qu’il partageait avec un certain nombre de ses coreligionnaires réunis en un conseil d’arbitres : les Treize, en ce qui concerne Santiago, ou les anciens, pour les institutions de filiation cistercienne387. Lorsque l’obéissance était en jeu non plus dans le cadre spirituel mais dans un contexte strictement mondain, le pouvoir du supérieur en matière disciplinaire était plus vaste et les arbitres, tout en conservant une certaine capacité de contrôle, étaient davantage soumis à sa volonté qui, par exemple, prévalait s’il s’agissait de briser dans l’Ordre d’éventuels contacts avec le siècle388. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre la détermination du maître à obtenir que nulle personne extérieure à l’institution, quel que fut son rang, n’interférât dans la désignation des frères, comme en attestent, au cours du XIVe siècle, les réactions hostiles de García Fernândez et de Juan García de Padilla aux provisions faites par le pouvoir apostolique à l’intérieur de Santiago, auxquelles ils tentèrent par tous les moyens de s’opposer389.

  • 390 C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla », p. 370. À propos des méc (...)
  • 391 AHN, OM, carp. 463, doc 216. Pour remédier aux lacunes de l’original, dont toute la partie supérieu (...)
  • 392 AHN, OM,libro 1347, ffos 130°-132r° : « Noseldicbo maestre entendiendo que en cercarse el dicho lug (...)
  • 393 Le texte de la sentence rendue par Arias Gutiérrez Quixada en faveur des habitants d’Alcazar de San (...)

89Détenteurs d’une puissance accrue à l’échelle de leur Ordre, les maîtres s’attachèrent, à partir de l’extrême fin du XIIIe siècle, à développer une image qui reflétât, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’institution, la dimension ouvertement souveraine de leur pouvoir. Pour ce faire, ils recoururent à un vocabulaire dont Carlos de Ayala Martínez a bien montré qu’il reproduisait celui qu’employait au même moment la propagande royale390. Le maître était tout d’abord tenu pour celui qui dispensait la justice parmi les frères et les dépendants de sa milice : ainsi le nom de Ruy Pérez Ponce est-il rappelé dans le préambule d’une donation viagère réalisée en 1324 en faveur de son petit-neveu, Juan Ponce de Cabrera, par son successeur à la tête de Calatrava, García Lopez de Padilla391. Il passait ensuite pour le protecteur du bien commun, soucieux de la sécurité et de la prospérité de tous ceux qui vivaient sous son autorité, comme il ressort de la concession en 1352 d’une enceinte fortifiée à Manzanares, accordée par le supérieur de Calatrava, Juan Nunez de Prado392. A cette fin, il n’hésitait pas, à différentes occasions, comme à Alcazar de San Juan en 1308, à faire droit aux récriminations des dépendants de l’institution contre les abus commis par les commandeurs, auxquels il imposait d’observer les exigences de la justice dans leur pratique administrative393.

FIG. 8. – Luis de Guzman, maître de Calatrava.
(Illustration extraite de la Bible d’Albe, ms. 399, f° 25V°, Madrid, Archivo de los Duques de Alba. Cliché Oronoz.)

  • 394 D. Lom Ax, « Pedro Lopez de Baeza », p. 168. L’auteur prescrit ainsi au maître que, « si quiere que (...)
  • 395 Ibid, p. 161 : « El maestre e la hordeny el pueblo son très cosas que valen poco la una sin la otra (...)
  • 396 Ibid., pp. 163-166.
  • 397 Ibid., p. 160 ; « E a loor e a serviçio deste començamiento de todas las cosas que es Dios fueron e (...)

90Il semble que l’idée d’un maître justicier ait servi de base à une propagande écrite, pour autant qu’on puisse en juger d’après le petit nombre des œuvres produites dans le cadre des ordres militaires qui nous sont parvenues. Du moins Pedro Lopez de Baeza en a-t-il abondamment usé dans le traité qu’il écrivit dans les années 1330 à l’intention de ses coreligionnaires de Santiago394. Le maître y est en effet présenté comme le garant de l’harmonie interne sans laquelle l’institution ne saurait prospérer395. Il est à ce titre dépositaire d’un lot de qualités de nature régalienne parmi lesquelles se détachent une valeur éprouvée au combat, un entendement exercé par la mémoire, une justice fondée sur la mesure, une largesse prompte à exaucer les prières et une noblesse plus attentive à la qualité d’âme des frères qu’au prestige de leur lignée396. Paré de telles vertus, élu de Dieu, qui l’avait placé à la tête de l’institution397, le maître était en droit d’exiger de ses frères une obéissance dont nous avons signalé le caractère absolu, suivant en cela une voie largement ouverte par le pouvoir royal.

  • 398 Crónica de Espana por Lucas, obispo de Tuy, chap. 95, p. 452. Dans le panégyrique de Pelayo Pérez C (...)
  • 399 Ainsi l’a bien souligné B. Palacios Martín, « Los simbolos de la soberam’a en la Edad Media espanol (...)
  • 400 Conservé dans les archives de la maison d’Albe, le manuscrit a fait l’objet d’une édition ancienne,(...)

91À partir du milieu du XIVe siècle, le vocabulaire utilisé par les maîtres des ordres militaires pour évoquer leur propre pouvoir se confond pratiquement avec le langage employé par l’autorité royale pour mettre en scène le sien. Un très bel exemple en est offert par la chronique perdue de Pelayo Pérez Correa dont on a vu, sur la base des fragments conservés dans les divers textes qui l’ont exploitée, qu’elle datait selon toute vraisemblance de cette période. La comparaison qu’elle développe entre le roi David de l’Ancien Testament et le supérieur de Santiago, dépeint comme son fidèle imitateur398, constitue le premier stade d’une assimilation dont le XVe siècle fournit les plus parfaits exemples. Il suffira, pour s’en convaincre, de mentionner la miniature qui ouvre la Bible dite d’Albe (fig. 8 p. 452), où l’on voit le maître de Calatrava Luis de Guzman représenté en majesté, siégeant sur un trône surmonté d’un dais et tenant dans sa main droite une épée qui symbolise le pouvoir souverain399, tandis qu’il reçoit en 1435 l’hommage du texte biblique dont, dix ans auparavant, il avait demandé une traduction castillane au rabbin Moïse Arragel de Guadalajara, protégé de la famille Mendoza400.

92Ainsi culmina, au cours de la première moitié du XVe siècle, un processus d’affirmation de la figure du maître dont les racines remontent au moins cent cinquante ans en arrière. Dotés d’une individualité accrue à compter du milieu du XIIIe siècle, les supérieurs des ordres militaires renforcèrent leur autorité sur des institutions auxquelles l’emprise nobiliaire contribua à enlever leur coloration monastique, assouplissant peu à peu, à l’exception de l’obéissance, les vœux prononcés par les frères. En même temps qu’elle entraîna un relâchement de l’ascèse, cette évolution approfondit les différences entre les membres des milices, rompant définitivement l’égalitarisme originel au profit d’un groupe restreint, lié à la personne du maître et qui, dans l’ombre de ce dernier, participait d’un pouvoir dont les contrepoids se faisaient toujours plus faibles.

***

93Passé la seconde moitié du XIIIe siècle, il ressort donc que le principe de l’autorité du maître sur l’Ordre qu’il régit ne souffre plus guère de discussions. Il a pu arriver que l’un ou l’autre des titulaires de la charge soit contesté, mais la pré-éminence de la fonction n’en a pas été remise en cause pour autant. Elle semble même avoir profité du développement de l’emprise de l’aristocratie sur les ordres militaires dans la mesure où cette dernière a renforcé les hiérarchies en leur sein. En s’ouvrant aux membres de la noblesse, notamment aux représentants de ses échelons les plus modestes, qui trouvaient ainsi l’occasion d’une ascension sociale pour eux et pour leur lignage, ces institutions ont su en effet se concilier un appui qui constituait, en particulier pour leurs dignitaires, une source décisive de faveur et d’influences auprès des éléments dominants de la société politique, lesquels ne doivent pas être décrits, selon une image trop souvent répandue dans l’historiographie, comme uniquement préoccupés de faire main basse sur les domaines des milices afin de les exploiter à des fins propres.

Notes

1 La plupart des auteurs s’accordent pour signaler, à partir du milieu du XIIIe siècle au moins, l’emprise totale de la noblesse sur les ordres militaires. À la suite de J. O’ Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 12-13, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, ou de D. Lomax. La orden de Santiago, p. 88, bien des spécialistes ont repris cette thèse, tels M. Rivera Garretas, « Los ritos de initiación en la orden de Santiago », p. 291, C. Laliena Corbera, Sistema social, estructura agraria y organización del poder en el Bajo Aragón, p. 119, ou encore E. Rodriguez Picave Amatilla, « Evolución de la orden de Calatrava durante el reinado de Alfonso X », p. 76.

2 E. Postigo Castellanos, « Caballeros del Rey Catolico.Diseño de una noblezaconfesional ».

3 Devenue un véritable topique, l’image de milices pénétrées par l’aristocratie a été développée hors du champ à proprement parler historique jusque dans les ouvrages d’histoire de l’art et d’archéologie consacrés aux ordres militaires, comme le montrent les études, par ailleurs tout à fait remarquables, d’O. Pérez Monzon, Arte sanjuanista en Casttlla y Léon, p. 36, et d’I. C. Ferreira Fernandes, O castelo de Palmela do islâmico ao cristão, p. 212.

4 Plusieurs auteurs, tels C, Barquero Goñi, «Los Hospitalarios en el reino de León», p. 407, M. Á. Ladero Quesada, «La investigación sobre órdenes militares en la Edad Media hispanica durante los últimos decenios», p. 15, ou encore de C. de Ayala Martínez et C. Barquero Goñi, «Historiografía hispánica y ordenes militares en la Edad Media», p. 122, ont appelé à mettre en œuvre cette méthode. Cependant, jamais elle n’a été utilisée à l’échelle du patrimoine ibérique des ordres militaires sinon, de façon partielle, par Ph.Joss Erand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital ».

5 Le recrutement des milices a surtout été analysé dans le cas de l’ordre teutonique. Il n’existe pas pour la péninsule Ibérique d’études comparables à celles de M. Hellmann, « Bemerkungen zur sozialgeschichtlichen Erforschung des Deutschen Ordens », et, plus encore, de D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte des Deutschen Ordens im 13. Jahrbundert. A défaut, il convient de se reporter à l’excellente approche réalisée pour l’ensemble de la Chrétienté par A. Fore Y, « Recruitment to the Military Orders », repris dans Id., Military Orders and Crusades, II, qui reste sur ce point le travail de référence.

6 Depuis longtemps tenu pour acquis, le principe d’une emprise originelle de la noblesse sur les ordres militaires a été réaffirmé il y a peu sans véritables nuances par S. Barton, The Aristocrcay in TwelfthCentury Leon and Casstile, pp. 158-159 : « Of the mm who joined the military orders, our sources tell us remarkably little, but we may be sure that from the outset members of the lay nobility were prominent among their ranks. »

7 Exprimée par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 88, cette opinion a été avalisée par M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 291 : « Parece que hacia finales del siglo XIII se habia hecho muy difícil para un pleheyo llegara ser freyle de Santiago. »

8 Il s’en faut de beaucoup que les auteurs qui avancent une telle idée se soient interrogés sur le concept de noblesse que recouvre en Espagne le terme de hidalguía. A la différence du reste de l’Occident, il n’est pas possible de limiter ce groupe aux caballeros ; qui n’en forment qu’une partie. Est noble en Espagne celui qui assiste le monarque dans le gouvernement du royaume. Ainsi l’affirment Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, Madrid, t. II, part. II, rít. 9, ley 6, dans une définition très bien étudiée par A. Rucquoi, « Être noble en Espagne », notamment pp. 276-278.

9 Rattachés au magistère de Pelayo Pérez Correa, ces statuts ont été présentés de façon synthétique par E. Benito Ruano, « Establecimientos de la orden de Santiago ».

10 BNM, ms. 8582, f° 64v : «Establescido es que ningund freyre que non fuere fidalgo cauallero que non tenga castillo. Establescido es que si algun escudero fidalgo quisiere rresçebir nuestra orden que non gela den a menos que sea ante cauallero.»

11 BNM, ms, 8582, f° 45v° : «Otrosi establesçemos e defendemos que ningundfreyre de la dicha nuestra orden sinon fuere fidalgo e légitimo non pueda averestado de los treze nin pueda tenercastillo e el que lo oviere o tomare sabiendo que non es tal commo dicho es pierda la encomienda e el cauallo e las armas e cosa que el en la dicha orden dixere o fiziere non vala e arrepientase por penitençia de un año [...] Otrosi establesçemos que el maestre ni los comendadores non den el habito de nuestra orden sinon a omne fidalgo e que sea primera mente cauallero asi commo de suso avemos stablesçido. »

12 Le point de départ de ce processus a donné lieu à une controverse qu’il n’est pas difficile de trancher. Plusieurs auteurs évoquent la date de 1249, comme M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 291, ou encore M. Echániz Sans, «Austeridad versus lujo. El vestido y los freires de la orden de Santiago», p. 368. L’affirmation est liée au fait que les trois manuscrits répertoriés des définitions de 1274 (BNM, ms. 8582, ANTT, Ordem de Santiago, ms. 140, et HSA, ms. 280/834) portent chacun la date de 1249. Il s’agit en fait d’une erreur de transcription imputable à une copie fautive, ainsi que l’a bien observé D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 53-54, sur la base de l’évidence interne de deux des manuscrits connus. L’historien britannique a proposé pour remplacer 1249 un intervalle chronologique compris entre 1271 et 1274, que l’on peut probablement préciser encore en le réduisant à cette dernière année, comme l’a montré C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares hispánicas. Reglas y expansión geográfica », p. 68, n. 31. Il convient toutefois de souligner qu’une telle démonstration n’a pas empêché différents auteurs de continuera situer les statuts de Mérida en 1249, telle I. M. de Carvalho Lago Barbosa, « A ordem de Santiago em Portugal nos finais da Idade Média », p. 131.

13 Signalé par J. Delaville LE Roulx, Les Hospitaliers enTerre sainte et à Chypre, p. 290, le fait a été rappelé par M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, p. 92, n. 33.

14 Invoquée d’abord pour Santiago, la fermeture des milices a été extrapolée à ses homologues, pourtant moins richement documentés, entre autres à Alcántara (L. Corral Val, Los monjes soldados de la orden de Alcántara en la Edad Media, p. 259).

15 Comme l’a bien souligné récemment C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 175.

16 Relevé au plan général par A. Luttrell, «The Hospitaliers of Rhodes: Prospectives, Problems, Possibilities»,p. 264, repris dans Id., Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, I, ainsi que par A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », p. 142, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, II, le fait a été vérifié localement par de nombreuses études de cas. Les conclusions avancées pourl’ordre teutonique par D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte des Deutschen Ordens im 13. Jahrhundert, pp. 78-80 et 88-91, ont été ainsi corroborées, notamment pour l’Hôpital en Hongrie, en Provence ou en Catalogne, grâce aux analyses de Z. Hunyadi, «The Hungarian Nobility and the Knights of St. John in Hungary», p. 609, de D. Carraz, «Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t. II, p. 435, et de P. Bonneaud, Leprieuréde Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon, pp. 157-158.

17 F. Novoa Portela, La orden de Alcantara y Extremadura, pp. 43-44.

18 C. de Ayala Martínez, «Órdenes militares hispánicas. Reglas y expansion geogrâfica», p. 69, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 174.

19 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 224 : «Mas el fiio que en la orden nasciere si so padre quisiere sea nodrido en la orden fasta. xv. annos e su part de la heredad sirua a la casa. Mas si la heredad non ouiere, sea nodrido de la communal cosa tro a. xv. annos e si estonze qutsiere remanezer en la orden sea en la prouidentia delmaestro e si non quisier denle aquello quel perteneze. »

20 BNM, ms. 8582, f°56r°-v° : «Establecido es que todo freyre sea tenudo de fazer su menester el por que ante solia beuir al siglo e si por esto acaesçiere que se ensane e que se salga de la orden sea preso e sea metido en fierros e ençimafaganle conplir su menester.»

21 BNM. ms. 8582, f° 46r°.

22 BNM, ms. 8582, ffos 45v°-46r : - Otrosi establesçemos que elmaestre nin los comendadores non den el habita de nuestra orden sinon a omne fidalgo e que seaprimera mente cauallero [...] e si lo dieren a otro denlo commo a siruiente dando de sus heredades a la orden de que la orden se aproueche e otramiente mandamos en virtudde santa obediencia que tal omne non sea acogido. » Ce passage a fait l’objet d’un bref commentaire d’A. Forey, « Rank and Authority in the Military Orders », p. 302.

23 Il faut observer que la donation consentie à Santiago lors de la profession n’était pas une exclusivité des postulants étrangers à la noblesse. Pour ces derniers, simplement, ce geste était la condition statutaire de leur admission dans l’Ordre. Plusieurs documents l’attestent, telle la donation de tous leurs biens effectuée, pour prix de leur réception, par Fernando Meléndez et son épouse Sancha Gonzalez, de Cordoue. La mémoire de cet acte a été conservée à travers la confirmation que le maître Juan Osorez en demanda à Sanche IV en mars 1295 : «Nos envio dezir que Ferrant Mendez, vezino de Cordoua, et Sancha Gonzalez, su muger, queriendo tomarel abito e entrar en su orden, que querien dar por amor de Dios e por saluamiento de sus aimas todo quanto ello avien en Cordoua a la orden» (AHN, OM, carp. 92, doc 2).

24 Il est possible de suivre M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 292, qui considère la transformation comme globalement acquise, passé les décennies centrales du XVe siècle, et les milices converties dès lors «en un baluarte de la aristocracia».

25 Ainsi l’a affirmé A. Luttrell, « Las órdenes militares en la sociedad hispanica », p. 594, n. 16, repris dans Id, The Hospitaliers of Rhodes and theirMediterranean World, XVI. La question n’est pas abordée dans la synthèse de G. Martínez Díez, Los Templarios en la Corona de Castilla.

26 D’après A. Luttrell, «Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 594, n. 16, l’idée d’une restriction du recrutement templier en Castille à l’élément noble aurait été émise par Josep Maria Sans i Travé lors de son allocution au congrès réuni en 1971 sur Las ordenes militares en la Peninsula Ibérica. Absente des actes du colloque, la communication du chercheur catalan, restée un quart de siècle inédite, restreint dans sa version publiée la prohibition invoquée à la seule catégorie des chevaliers : J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo deiTemplari in Castiglia », p. 241 : « Agli aspiranti frati-cavalieri veniva chiesto se fossero figli di cavalière e di domina e nati da legitimo matrimonio.» Même ainsi, nous le verrons, l’opinion peut prêter à discussion.

27 A. Forey, «Recruitment to the Military Orders», pp. 151-157, repris dans Id., Military Orders and Crusades, II, et The Military Orders, pp. 136-138.

28 La déclaration de Juan Matías sur les conditions de sa réception est ainsi rapportée dans les actes du procès-verbal de l’interrogatoire publié par J. M. Sans i Travé, «L’inedito processo dei Templari in Castiglia», p. 254 : «Interrogatus de modo sue recepcionis, dixit quod duo de illis fratribus qui erant ibi mterrogaverunt eum si erat uxoratus vel alteri religioni obligatus vel excommunicatus vel obligatus in debitis per que possit ordo gravari, vel si dederat seu promisserat aliquid ad hoc quod reciperetur ad ordtnem et ipse dixit quod non. Eciam mterrogaverunt eum si erat sanus membris vel servus alicuius et ipse dixit quod non.»

29 Ainsi, du moins, le laissent penser les témoignages d’autres frères sergents, comme Pedro de Brives et Pedro, qui ont déclaré que leur réception dans l’Ordre eut heu « premissis quibusdarn interrogacionibus quas specificavit ut supra frater Iohannes Mathie », voire «premissis quibusdarn interrogacionibus quas ei fecerunt recipientes secundum quod debet fieri servientibus» (ibid., pp. 255-256). De fait, les minces fragments de l’interrogatoire d’Orense recueillis par Chr. G. Von Murr, « Anhange zur Geschichte derTempelherren », p. 141, ne reflètent pas une réalité différente. Le sergent Antonio a ainsi déclaré «quod fuerit interrogatus in receptione si erat conjugatus, vel alterius ordinis seu roncinis obligatus velmembro seu membris debilitatus». Son témoignage a été analysé par Ph. Josserand, «La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais duTemple et de l’Hôpital», p. 167.

30 La déposition du commandeur, enregistrée dans le procès de l’interrogatoire d’Orense, est rapportée dans son intégralité par Chr. G. von Murr, «Anhänge zur Geschichte der Tempelherren », p. 144 : «Seine Aufnahme sey so geschehen : Es wären vom Präceptor zween Brüderzzu ibm geschickt won/en, die hätten ibm gesagt : Frater meus, st tu vts sustinere asperitates ordinis et non habere proprium et dimittere voluntatem tuam pro voluntate maiorum ordtnis nostri, recipteris ad ordmem nostrum. Et ipse recipiendus respondit : volo. Et tunc dicti fratres reversi sunt ad dictum palatium et praceptor dixit recipiendo, post prestitum et ad Sancta Det Evangelia sacramentum : Tu qui vts intrare ordinem nostrum, contraxisti cum aliqua muliere matrimoniumperverba de presenti, vel es debitis obligatus, vel es debilitatus tn altquo membro tuo, vel fecisti votum intrandi alium ordinem, vel es promotus ad sacros ordines. Qui respondit : non. Tunc dixit preceptor : et nos receptmus te ad ordinem militioe Templi tn nomme Det et beate Matris ejus, et tunc induit eum babitum religionis.» À l’appui d’un tel témoignage, il faut relever que Sancho Alfonso est bien connu par ailleurs puisqu’il est mentionné en compagnie des sergents Antonio et Juan, eux aussi entendus à Orense, parmi les Templiers convoqués en avril 1310 par l’archevêque de Tolède (A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso del Temple », pp. 75-78, doc. 3).

31 K. Schottmuller, Der Unter gangdesTemplerordens, t II, p. 212. D’après l’historien allemand, le mauvais état du manuscrit interdit de déterminer si la réception du chevalier eut lieu à Alcanadre ou à Alconétar. Sur ce point, dans sa récente traduction anglaise des actes du procès chypriote, A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in Cyprus, p. 145, n. 373, n’offre pas d’élément nouveau.

32 Le témoignage d’AIfonso Diáz a été publié dans l’analyse de J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », p. 250 : «Interrogatus de modo recepctonis sue respondit quod interrogaverunt eum duo de recipientibus si erat alteri religioni obligatus, uxoratus, excommunicatus, in debitis obligatus vel si dederat velpromisserat aliquid pro reciptendo ordmem, et ipse dixit quod non. Eciam interrogaverunt eum si erat sanus membris suis et filius militis et domine et de legitimo matrimomo natus, et ipse dixit quod sic.»

33 Chacun des deux frères a été interrogé pour savoir « st erat films milttts et de légitima matrimonio natus » (ibid., pp. 251-252}.

34 À ce dernier chevalier il fut pas demandé, au sujet de sa naissance, de faire d’autre preuve que celle de sa légitimité (ibid., p. 249).

35 À l’échelle du prieuré de Castille, ces registres consument l’équivalent des buliaires magistraux sur lesquels, récemment encore, T. Vann, « Hospitalier Record Keeping », pp. 276 et 282, s’est efforcée d’appeler l’attention des chercheurs.

36 BN V, RBC, vol. 318, f 95r°, publ. A. Luttrell, « Los Hospitalarios en Aragon y la peste negra », p. 511, doc. 3, repris dans ID., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece, and the West, XIV : « Vestra significatione percepto quod, quia mortalitas preterita maiorem partent fratrum dicte Castellanie rapuit ab hac vita, pro utili regimine ipstus Castellanie fratribus militibus et servientibus indigetis, ne dicta Castellania fratrum carentia incamodi pastiatur alicuius lesionem, vobis tenore presencium faciendi fratres quindectm milites aptos et idoneos et mtegros membrts suis sollempniter, ut est morts, eis prius per vos vel alium militie cingulo insignitis si ex utroque parente nobili fuerint légitimé procréati, necnon fratres servientes quinque aptos et idoneos et membrorum suorum integritatem habentes […] licentiam concedimus et donamus. »

37 AHN, Codice 602, f° 3r°. Le document fait obligation au prieur d’arrêter son choix sur « duodecim fratres sanos tamen et mtegros membris suis quorum sex, si ab utrisqueparentibus nobilibus fuerint légitimeprocreati,per nos uel alium cingulo militie insigurris».

38 A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », pp. 104 et 115, repris dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, XV.

39 AHN, Codice 602, f° 155v° : «Por tenor de las presentes uosdamos licencia que en lugar nuestro et por nos dedes el habito de nuestra religion efagadesfreyres caualleros a diez escuderos quales uos queredes e enteredes que sean a prouecho e utilidat de nuestra orden.»

40 AHN, Códice 602, f° 155v° : «Por ténor de las presentes vos damos licencia, actoridat, plenero e liure poder que en nombre nuestro e por nos dedes el habito de nuestra orden e fagades freyre cauallero a Ruy Bermudez escudero solepnalmente, segunt las buenas usanças de nuestra religion, empero que sea sano et entrego de sus mienbros e de buena conuersacion.»

41 AHN, Côdice 603, P 142r°.

42 AHN, Côdice 602, P 166r°. Pour l’année 1364, l’unique lettre consignée dans le registre prieural, après que Juan Fernàndez de Heredia eut été dépossédé de la charge de prieur sur l’ordre de Pierre Ier, fait état de l’envoi dans l’île de Rhodes d’Alvar Gonzalez de Sarria, qui avait mission de « recontar al senyor maestre e converti la destruccion e necessidat del dicho priorado ».

43 Pour les clercs, le fait est attesté entre autres exemples parla provision donnée par Juan Fernández de Heredia au mois de février 1357 en faveur de son lieutenant Adam Arias de Lemos : «Por tenor de las presentes uos damos licençia de ffazer en et priorado nuestro de Castilla quatro ffreyres capellanes sanos empero e entregos de sus miembros e sufficientespersonas et aquellos dedes el habita de nuestra orden segunt las buenas husanças de nuestra religion e asignedes estaias en el dicho prtorado alli do a uos meior uisto sera los quales sean proueydos de las cosas necessarias juxta las loables costumbres de nuestra religion.» (AHN, Códice 602, f° 142v°.)

44 AHN, Côdice 603, f° 37v° : «Fue facta carta de licencia a fray Johan Ortiz Calderon, comendador de Bamba e lugar teniente en el priorado de Castiella e de Léon, que pueda fazer.xii.freyres caualleros e freyres sargentes e capellanes los que a el bien vtsto los sera.» Cette différence a fait l’objet d’un bref commentaire de Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », p. 171, n. 116.

45 En plusieurs cas, le coût de l’entretien d’un chevalier est décrit comme un poids important pour les revenus de la baylie à laquelle il était affecté. Le fait ressort de l’engagement pris en avril 1357 par Juan Fernàndez de Heredia auprès de Nuno Gonzalez, qui avait pris à ferme la commanderie de Ribadavia contre l’engagement formel que » durant el tienpo de las dichas .iiii. annyos freyre cauallero alguno de estaia en la dicha baylia no y sea puesto » (AHN, Códice 602, P 147v°). La nécessité d’une limitation du nombre des chevaliers est exprimée de la même façon pour la branche portugaise de Santiago dans le texte des statuts de 1327, ainsi que l’a mis en évidence C. de Ayala Martínez, «La escision de los Santiaguistas portugueses», p. 57.

46 Il est significatif que l’on demeure condamné pour l’ascendance de Pelayo Pérez Correa, assurément te maître le plus célèbre de la période médiévale, à reprendre invariablement les éléments réunis par les chroniqueurs de l’époque moderne, au premier rang desquels F. de Rades y Andrada, Chronica de las très ordenes y cavallerias de Sancttago, Calatravay Alcantara, part. I, f° 30V °, et F. Caro de Torres, Historia de las ordenes militares de Santiago, Calatravay Alcantara, f° 18v°. Les analyses récentes d’A. González Bonilla, « Pelay Pérez Correa, maestre de Santiago », pp. 412-413, et de D. Rodriguez Blanco, « Alfonso X y el maestre de Santiago Pelay Pérez Correa », p. 107, en offrent la preuve criante, qui n’apportent rien de nouveau sur le sujet.

47 J.Á. García de Cortázar, El dominio de San.Millan de la Cogolla. p. 52.

48 Différents auteurs ont souligné la nécessité de le combiner pour le moins avec des éléments offrant une fiabilité plus élevée, à l’instar de T. Ruiz, « Une note sur la vie rurale dans la région d’Aguilar de Campoo », p. 17, de J. Pérez Celada, Documentacion del monasterio de San Zoilo de Carrion, t.I, pp. lxiii-lxiv, ou de R. Durand, « Trois Siècles de dénomination aristocratique portugaise d’après la littérature généalogique », p. 45, n. 6. À ces constats fondés sur les actes de la pratique, il n’est pas sans intérêt de rapporter l’analyse de M. Lacomba, « La représentation nobiliaire dans le discours royal », pp. 75-76, qui sur la base du corpus chronistique fait valoir que l’emploi de la particule don tend à partir du règne d’Alphonse X seulement à devenir un marqueur fiable de la condition nobiliaire du personnage au nom duquel elle était accolée.

49 Le fait esc attesté par exemple pour le grand commandeur d’Espagne de l’ordre de l’Hôpital, Gonçalo Pires Pereira. Dénué de ce titre en 1250, alors qu’il était commandeur de Puente Orbigo (C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilégios de la orden de San Juan de Jerusalén, p. 524, doc. 313), il en est paré en 1281 (ibid,pp. 579-581, doc. 357).

50 Ainsi pour le prieur castillan de l’Hôpital, Feman Pérez Mosejo, dans un document de 1286 (ibid., pp. 608-611, doc. 380).

51 A. Forey, « Recruitment to che Military Orders », p. 144, repris dans Id., Military Orders and Crusades, II, et The Military Orders, p. 134.

52 La difficulté de connaître le statut des frères des ordres militaires a été soulignée à l’échelle d’autres régions de l’Occident. Ainsi l’ont fait valoir, pour la Navarre et la Sicile, S. García Larragueta, El gran priorado de Navarra de la orden de San Juan, t.I, pp. 237-238, et K. Toomaspoeg, « Les premiers commandeurs de l’ordre teutonique en Sicile », p. 445.

53 Mises en évidence à l’échelle générale pour l’Hôpital par J. Riley-smith, The Knights of St. John in Jérusalem and Cyprus, pp. 233-240, ces distinctions ont été récemment décrites pour le cas ibérique par C. de Aya la Martínez, Las ordenes militares hispanicas en la EdadMedia,pp. 167-173.

54 Pour l’Hôpital aux XIIe et XIIIe Siècles, une seule mention a été signalée par C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios en el reino de Léon », p. 408. Une même rareté a été invoquée pour Santiago par C. de Ayala Martínez, « The Sergents of the Military Order of Santiago », p. 227.

55 AHN, OM, carp. 65, vol. II, doc. 21.

56 C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de Leon », pp. 409-410.

57 Ce fait a été fort bien relevé par P. Martínez Sopena, « Notas sobre la antroponimia hispanica mediéval », p. 195, dans une analyse faisant état des progrès réalisés par une telle méthode, à partir de la seconde moitié des années 1980, dans le cadre du groupe de travail réuni par Monique Bourin autour de la genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, dont les études se sont durant une dizaine d’années étendues à l’ensemble de l’Occident méditerranéen.

58 Dénoncé par Adam Arias de Lemos pour sa prétendue incurie à fa tête de la baylie de Benavente, il est mentionné dans deux lettres du prieur Juan Fernàndez de Heredia en date du II février 1357 – qui le suspendaient de sa charge et l’assignaient à résidence dans l’attente de plus ample information – sous le seul nom de Gomez (AHN, Cridice 602, f 143v°). Dans l’ordre adressé trois mois plus tard par le prieur à son délégué Adam Arias de Lemos afin qu’il fût réintégré dans son administration, les charges réunies contre lui s’étant révélées fausses, le frère est appelé Grimez Alfonso (AHN, Codice 602, f° 149V°). Il existe enfin, dans les archives centrales de l’Hôpital, un dernier document le concernant qui fait état de sa mort, à la suite de laquelle, le 20 février 1358, le maître Roger des Pins donna à Adam Arias de Lemos la baylie de Benavente. Dans cet acte, le commandeur défunt reçoit l’intégralité de son nom, Gomez Alfonso de Golia (BNV, RBC, vol. 316, f° 181r°-v°).

59 Pour se prémunir contre elles, il convient de se référer au récent bilan tracé par P. Martínez Sopena, « La evolucion de la antroponimia de la nobleza castellana entre los siglos XII y XIV ».

60 À plusieurs reprises déjà, j’ai eu l’occasion de lancer un appel pour que le nom soit pris en compte comme un marqueur social utile à une meilleure analyse sociale des milices : Ph. Josserand, « Les ordres militaires dans les royaumes de Castille et de Leon », p, 41, et « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », pp. 167-169. Les résultats obtenus voici peu pour la Provence par D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t. II, pp. 415-417, sont un encouragement certain à développer cette grille d’interprétation.

61 AHN, OM, carp.567, doc. 15, publ. A. Javierre Mur, «Aportacion al estudio del proceso del Temple», pp. 75-78, doc. 3.

62 Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », p. 168. Lors de l’écriture du texte, je n’avais pas encore dépouillé les archives centrales de l’Hôpital situées à Malte. Leur consultation m’a bien sûr conduit à modifier mes premières estimations, en particulier pour les décennies centrales du XIVe siècle, sur lesquelles ce fonds projette un éclairage tout à fait indispensable. Elle n’enapaspour autant remis en cause, comme le lecteur pourra en juger, la plupart des conclusions que j’avais avancées dans ma communication.

63 Le fait a été établi sur le plan général par P. Martínez Sopena, « L’anthroponymie de l’Espagne chrétienne entre le IXe et le XIIe siècle ». La spécificité des espaces occidentaux de la Péninsule, restés longtemps fidèles aux nomma paterna, a été bien relevée par plusieurs auteurs dont R. Durand, « Le système anthroponymique portugais », pp. 105-106, et « Trois siècles de dénomination aristocratique portugaise dans la littérature généalogique », p. 46.

64 P. Beck, « Anthroponymie et parenté », p. 375.

65 Avancée par R, Fossier, « L’ère féodale », t.I, p. 374, l’Idée a été vérifiée en péninsule Ibérique pour l’époque antérieure au XIIIe Siècle par P. Martínez Sopena, « La antroponimia leonesa. Un estudio del Archivo de la Catedral de Léon », pp. 162 et 172, n. 18, et par J, A. García de Cortazar, C. Diez Herrera et E. Pena Bocos, « Antroponimia y sociedad del Cantabrico al Ebro », p. 228. Elle paraît susceptible d’être étendue à la période postérieure, comme l’a signalé S. Boissellier, « La vie rurale encre Tage et Guadiana de l’Islam à la Reconquête », t. II, p. 423. En l’absence de travaux anthroponymiques pour la Péninsule aux XIVe et XVe siècles, il convient toutefois de garder à pareille affirmation un caractère d’hypothèse, susceptible d’être invalidé par des analyses plus approfondies.

66 A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso del Temple », pp. 75-76.

67 En témoigne notamment l’exemple de Joâo Fernandes Cay, créé en 1283 maître du Temple dans les royaumes de Castille, de Léon et de Portugal, ou de Pay Grimez Barreto, tous deux connus pour leur soutien indéfectible à la cause d’Alphonse X dans les derniers mois de son règne. Pour prix de leurs services, ils obtinrent du roi la restitution des places de Jerez de los Caballeros et de Fregenal, confisquées à l’Ordre en raison de l’appui apporté par le lieutenant Grimez Garda à la rébellion de l’infant Sanche contre son père. (ANTT, gav. I, m. 5, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 539-540, doc. 509.)

68 L’affirmation du lignage noble dans les dernières décennies du XIIIe Siècle a été bien observée par I. Beceiro Pita, « La conciencia de los antepasados y la gloria del linaje ». Le rôle primordial du nom dans cette stratégie a été relevé par R. Durand, « Surnoms et structures de la famille », p. 416.

69 L’origine sociale de ces deux dignitaires a été étudiée en détail par Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », p. 166.

70 Au sujet du lignage, l’étude classique de S. de Moxo, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva », pp. 93-98, peut-être utilement complétée par l’analyse récente de V.Á. Álvarez Palenzuela, « La nobleza del reino de Leon en la Alta Edad Media », pp. 277-281.

71 M. C. Casado Lobato, Colección documental del monasterio de Carrizo, t.I, p. XXIII.

72 C. Jular Pérez-Alfaro, « Dominios senoriales y relaciones clientelares en Castilla ».

73 J. M. Escobar Camacho, « Aportación al repartimiento de Córdoba : la orden de San Juan de Jerusalén y la familia del gran comendador », pp. 165-166.

74 Parallèlement à la charge de prieur de Castille, qu’il exerça de 1312 à 1333, ce dignitaire est attesté en tant que grand commandeur d’Espagne pendant une période minimale de quatre ans, de mars 1318 à janvier 1322 (AHN, OM, carp. 859, doc. 6, et carp. 580, doc 3). Dans le second document, il reçoit en outre le titre de lieutenant du maître de l’Hôpital en Espagne.

75 Ph. Joss Erand, « Un maître politique : Fernan Rodríguez de Valbuena », p. 1315.

76 AHN, OM, carp. 570, doc, 8, publ. ibid., pp. 1340-1343, doc 2 : « Cum in pluribus magnis et honorabilibus administrationibus dicti ordinis Hospitalis tibi dudum comissis laudabiliter hactenus studueris te habere, de nobilitate quoque genens et aliis probitatis meritis multipliciter commendaris.»

77 J. Miret i Sans, Les cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, pp. 389-390, a rappelé l’arbitrage confié à l’automne 1319 par le maître Hélion de Villeneuve à Fernan Rodriguez de Valbuena dans le but de mettre fin au différend qui opposait les prieurs d’Aragon et de Catalogne au sujet de la pension versée aux anciens Templiers.

78 AHN, OM, carp. 859, doc. 6. : en mars 1318, le lieutenant du maréchal de l’Hôpital, Guillaume de Savignac, adressa, en accord avec le couvent de Rhodes, une supplique à Jean XXII afin que celui-ci acceptât la nomination de cinq procureurs, au nombre desquels Fernân Rodriguez de Valbuena, chargés de négocier avec les envoyés du pontife la réforme de l’Ordre. Analysé par C. Gutierrez del Arroyo, Catálogo de la documentacion navarra de la orden de San Juan en el Archivo Histórico Nacional, t.1, p. 109, doc 347, le documenta été publié par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernân Rodriguez de Valbuena », pp. 1337-1340, doc I. Vu l’influence dont le prieur castillan jouissait en 1318 auprès des plus hauts dignitaires de l’Hôpital, on peut penser que ce n’était pas là son premier séjour en Orient. De fait, un acte extrait des registres du notaire génois Lamberto di Sambuceto, sur lequel N. Coureas, « The Rôle of the Templars and the Hospitaliers in the Movement of Commodities involving Cyprus », pp. 259-260, a attiré l’attention, suggère que son premier voyage pourrait remonter à près de vingt ans plus tôt – c’est-à-dire avant même la conquête de Rhodes – puisqu’à Chypre, le 13 juillet 1301, il aurait donné un reçu à un marchand de Montpellier pour le versement d’une somme de quelque sept cents besants. La seule réserve tient au fait que le formulaire notarial latin évoque le frère sous le simple nom de Fernân Rodriguez, Une homonymie ne peut donc être tout à fait exclue, même si le nombre réduit des frères castillans séjournant en Orient au début du XIVe siècle m’amène à penser qu’il s’agit bien du futur prieur, dont la présence en Castille, avérée dans les années 1290, n’est attestée par aucun document avant le 18 juillet 1303 (Archivo Catedral de Sevilla, leg. 106, doc. 20, cité par I. González Ferrin et J. F. Saez Guillén, « Catalogo de documentos relativos al cobro de diezmos de Lora », p. 22, doc 2).

79 Cette hypothèse a été avancée par Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernân Rodrfguez de Valbuena », pp. 1314-1315. Elle repose sur les amitiés dont le prieur disposait à Zamora et qui, dans la seconde minorité d’Alphonse XI, jouèrent un rôle primordial dans le retournement de la ville en faveur de Juan elTuerto et de Juan Manuel avec lesquels le dignitaire s’opposait à l’infant Felipe (Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 128, p. 192, et Gran Crontca de Alfonso XI, t.I, chap. 39, p. 352). Elle s’efforce en même temps d’expliquer la volonté de Fernân Rodrfguez de Valbuena d’être inhumé dans l’église San Juan de Castronuno (AHN, Codice 602, ffos 1471r°, 151iv°-152r°, et 160v°), où se développa par la suite une véritable tradition funéraire, bien mise en valeur par O. Pérez Monzon, Elarte sanjuanista en Castilla y Léon, pp. 102 et 110.

80 Récemment, E. Pardo de Guevara y Valdés, Los senores de Galicia, t.I, p. 130, n. 271, et p. 149, n. 312, a défendu une hypothèse qui fait de Fernân Rodrfguez de Valbuena le frère du supérieur général des Franciscains, Gonzalo de Balboa. Le prieur de l’Hôpital serait donc un membre du lignage galicien de Valcârcel puisqu’il serait le fils d’Ares Fernández de Balboa et de Leonor de Valcarcel, sœur de Garda Fernândez de Valcârcel, lequel est le premier de la lignée à porter ce nom. Fondée sur différents actes publiés par J. I. Fernández DE Viana y Vieites, « La colección diplomâtica del monasterio de Santa Maria de Penamayor », thèse de doctorat inédite (Saint-Jacques de Compostelle, 1971) qu’il ne m’a pas été possible de consulter, cette filiation a été suivie par J.de Salazar Y Acha, « Notas para una biografia de Fernân Rodriguez de Valbuena », pp. 254-255.

81 Gran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 78, p. 422 : « E quando el conde entendio la rrazon que le dezia el prior, fablo contra el muy sanudo e dixole que se callase de aquella rrazon, que otros mejores que el avie en Castilla para lo contradezire que lo consentianpor que entendia que era seruiçio del rey, » L’épisode est laissé en marge de la narration de Fernân Sânchez de Valladolid dans la Crontca del rey don Alfonso XI, pp. 213-214.

82 II convient ici de s’inscrire en faux contre le topique encore repris par J. O’ Callaghan, « La vida de las ordenes militares », p. 19.

83 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 89.

84 Le fait ressort notamment de deux documents, respectivement datés de 1293 et 1322, intéressant les baylies de Puente Fitero et de San Lorenzo de Limia (AHN, OM, carp. 575, doc. 39, et carp. 580, doc. 3). Dans le second acte, il est même fait référence comme à « un huso e costumbre de nossa orden » à l’usage d’instituer un sergent ou un clerc en tant que commandeur. Une possibilité similaire était prévue, dans le cas de Santiago, par les définitions de Robredo de Montânchez en 1259 (BNM, ms. 8582, f° 64r°).

85 BNM,ms. 13063, f°155r°.

86 AHN,Clero, carp. 1879, doc 18, publ. J. L. Martín Martín et al., Documentacion de los Archivos Catedralicio y Diocesano de Salamanca, pp. 551-552, doc. 438b. Le témoin d’un acte passé par le dignitaire a été ainsi « Domingo Fernández, que mora ena cal Cabreja, cunnado de fray Fernando, comendador sobredicho, que cunto los morabetinos sobredichos ».

87 Ce point a bénéficié de l’analyse féconde d’E. Varela Agüí, « La dimesion simbolica del castillo plenomedieval », et La fortaleza médiéval. Simbolismo y poder en la Edad Media, p. 118.

88 BNM, ms. 8382, ffos 45v° et 64v°.

89 Elle ressort des différentes codifications alphonsines, surtout des Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, part. II, tit. 18, leyes 12-14, pp-160-161, ainsi que l’a justement relevé M. C. Castrillo Llamas, « Monarquia y nobleza en torno a la tenencia de fortalezas en Castilla », p. 98. L’auteur amplifie dans ce travail un point de vue qu’elle avait déjà avancé précédemment : M. C. Castrillo Llamas et M.J. García Vera, « Nobleza y poder militar en Castilla a fines de fa Edad Media »,p. 33.

90 La forteresse de Matrera, qui dépendait de Calatrava, est en 1299 la première dont on ait la preuve que son commandeur Juan Fernàndez, mort peu auparavant, la détenait sous serment (AHN, OM, libro 1344, f° 235r°-v°, publ. C. de Ayala Martínez et al., « Algunos documentes sobre ordenes militares y fortalezas », pp. 96-97, doc. 9.)

91 Otros ay que porfuerça deuen serfijos dalgo et commo ofiçiales, estos son los acaydes que tienen los castillos. » (Juan Manuel, Libro enfenido, p. 170 de l’édition procurée par J. M. Blecua). Lorsqu’il fait état de cette obligation, l’infant la présente comme largement acceptée par ses contemporains.

92 II est révélateur à cet égard qu’en 1330 le commandeur calatravan de Priego Pedro Ruiz ait été obligé de prouver que l’alcaide auquel il avait remis la place en son absence était bien d’origine noble pour pouvoir se dégager de toute responsabilité pour la perte du château, livré aux Nasrides en raison de la trahison de son homme de confiance. Le fait est rapporté dans la Crónica del rey don AlfonsoXI, chap. 94, p. 229, et dans la Gran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 1l5, pp. 194-195 : «Este Pero Rruiz. andaua pidiendo merçed al rrey que le diese por quito del omenape que fiztera por aquella villa de Priego e por la torre. Eel rrey sobresto ovo su consejo con omes buenos hijos dalgo e con los caualteros de la su corte e fallo que este Pero Rruiz dexara la villa de Priego e el castillo a ome hijo dalgo que lo toviese porel con homenaje, e que pues el lo prouara, que lo deuia dar por quito. E diolo ansi por sentencia.»

93 Relevées par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 55, les attributions de ce groupe ont été étudiées avec un grand soin par C, de Ayala Marti’nez, «Órdenes militares hispanicas : reglas y expansion geografica», p. 79.

94 BNM, ms. 8582, f° 45v°.

95 Á ce sujet, un «cierre oligarquico» a été justement évoqué par C. de Ayala Martínez, « Poder y representatividad en las ordenes militares hispánicas », pp. 46-47.

96 Ainsi l’a bien souligné J. O’Callaghan, «The Affiliation of the Order of Calatrava», p. 12, et «The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava», p. 270, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I et VII : « Otrosi, viendo ser servicio de la casa de Calatrava, ordenamos que el maestre non nombre a ninguno que non sea légitima o fixo de duena, de cavallero, o de escudero, que cavalleropueda ser.»

97 La plupart des auteurs se sont prononcés en ce sens, à l’instar encore de C. de Ayala Martínez, « Ordenes militares hispánicas : reglas y expansion geografica », pp. 68-69, n. 32.

98 A. FOREY, «Recruitment to the Military Orders», pp. 142-143, repris dans Id., Military Orders andCrusades, II.

99 II est possible sur ce point d’établir un parallèle avec la situation des Teutoniques telle que la décrit K. Militzer, « Die Aufnahme von Ritterbrüdern in den Deutschen Orden », p. II.

100 Prudemment, les auteurs qui évoquent en termes très vagues ce qu’ils nomment l’aristocratisation des milices se gardent bien d’entrer dans un tel questionnement, tels L. Corral Val, Los monjes soldados de la orden deAlcantara en la Edad Media, p. 259, ou E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Evolución de la orden de Calatrava durante el reinado de Alfonso X », p. 76, qui se limite à signaler que le «proceso de aristocratizacion se refleja también en el origen social de los freires calatravos, que cada vez con mas frecuencia puede relacionarse con destacados linajes».

101 Pour me limiter à l’exemple de Santiago, il est révélateur que les informations prosopographiques rassemblées par P. Porras Arboledas, La orden de Santiago en elstglo xv, pp. 59-64, et par M. Rodríguez Llopis, Señoríos y feudalismo en elreino deMurcia, pp. 125-138, ne remontent presque jamais au-delà des premières décennies du XVe siècle. Pour les frères des milices, il est en effet, compte tenu de la documentation disponible, extrêmement aléatoire d’établir des généalogies pour l’époque qui précédé.

102 Le fait ressort en Angleterre, en Provence et, dans les limites de la péninsule Ibérique, en Aragon, comme le signalent les études de H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England », p. 218, de D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t. II, pp. 427-428, et d’A. Luttrell, «The Hospitaliers of Rhodes: Prospectives, Problems, Possibilities», p. 264, repris dans Id., Latin Greece, the Hospitaliers and the Crusades, I.

103 Pour l’Hôpital, l’idée, avancée par Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », p. 172, a été récemment avalisée par C. Barquero Goñi, « La orden de San Juan en Castilla y Leon durante la Edad Media », p. 114.

104 De façon significative, les statuts de Santiago promulgués par l’infant Enrique en 1440 rapportent le refus de certains frères de restituer leurs châteaux à Pelayo Pérez Correa, en coulant l’événement dans un vocabulaire contemporain qui ne correspond en rien à celui de la seconde moitié du XIIIe siècle. Les coupables d’un tel acte de désobéissance sont décrits comme des « cavalleros de nuestra orden en aqnella sazàn que eran degran linaje », en vertu d’une représentation tout à fait propre au milieu du XVe siècle. Il existe différentes copies de ces statuts, dont l’une a été employée par D. Lomax, « A Lost Médiéval Biography », p. 153.

105 P Porras Arboledas, La orden del Santiago en el siglo XV, p. 63.

106 L’ascendance familiale des Mexia, fabriquée de toutes pièces par le père Gandara, a été reprise sans l’expression du moindre doute par J. Crespo Pozo, Blasones y linajes de Galicia, t. III, p. 301, qui attribue le rôle d’ancêtre éponyme à Gonzalo Diáz Mexía, dont descendrait en droite ligne le maître Gonzalo Mexfa, en poste sous le règne troublé de Pierre Ier.

107 Le rattachement lignager du maître de Santiago aux Froilaz a été établi au début du XVIIIe siècle par l’archiviste d’Uclés, José Lopez Agurleta, dans un travail demeuré inédit et intitulé Espigas catdas de la orden de Santiago : AHN, Codice 314, f° 96v° : «De su familia no ay cosa fija aunque lo mas probable es auer sido hijo del rico hombre leones y despues trece don Nuno Frôlez y su muger dona Mayor Ferez, bermana de don Alvaro Ferez de Castro.» Aucun élément documentaire ne corrobore cette filiation, à laquelle son inventeur conservait un caractère hypothétique dont se sont progressivement défaits les historiens qui en ont traité au XXe siècle, tels A. Ballesteros Beretta, Alfonso X el Sabio, p. 587, S. de Moxó, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva », p. 96, ou M. Torres Sevilla-Quiñones de Léon, «Nobleza asturleonesa en la conquista de Sevilla», p. 905.

108 Un même constat a été établi récemment pour la Provence par D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t II, p. 424.

109 Chiffres extraits des généalogies figurant en annexe de R. Durand, « Trois siècles de dénomination aristocratique portugaise d’après la littérature généalogique », planches VI à X.

110 J. Mattoso, Ricos-homens, infançoes e cavaleiros, pp. 47-50.

111 La seule exception possible est représentée par les communautés féminines dépendant des milices, sans doute plus perméables à la haute aristocratie, à en croire R. Sanchez Domingo, Las monjas de la orden militar de Calatrava, p. 75, ou P. Linehan, Les dames de Zamora, pp. 88-89.

112 Son inscription au sein du lignage Giron a été dépeinte par S. de Moxo, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva », pp. 73 et 75.

113 L’ascendance de ce frère a été décrite par F. de Rades y Andrada, Chromai de las très ordnes y cavallerías de Sanctiago, Calatravay Alcantara, part. I, ffos 40v°-4Ir°. Le témoignage du chroniqueur peut être accepté dans la mesure où il l’appuie sur le texte d’une donation consentie à Santiago en 1326 parla mère du dignitaire Sancha Yanez de Guzman, veuve de Gonzalo Gomez de Manzanedo. Publié à l’initiative de M. Echániz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus de Salamanca, pp. 86-87, doc. 52, cet acte de donation pourrait constituerla contrepartie de la profession de Gomez Gonzalez, qui semblerait dater de l’année précédente si l’on en croit un texte endommagé dans sa partie supérieure au terme duquel, en mai 1325, un homme au nom aujourd’hui illisible est entré dans l’ordre de Santiago, en présence de son frère Ruy Gonzalez de Manzanedo (AHN, OM, carp. 16, vol. I, doc. 20).

114 Dans son analyse du testament du frère, J. Gautier-Dalché, « Le testament d’Alonso Martínez de Olivera », p. 16, reproduit dans Id., Economie et société dans les pays de la Couronne de Castille, XVI, a bien relevé la position secondaire occupée par le dignitaire au sein du groupe des Meneses dont il était issu, soulignant que si « son lignage était ancien et notoire, il était le cadet d’une branche cadette dont la réussite était relativement récente et s’était affirmée dans un royaume voisin [le Portugal] et non en Castille. »

115 II n’est pas nécessaire de reprendre en détail la pénétration de ces deux lignages au sein des ordres militaires. Plus d’une demi-douzaine de frères peuvent leur être rattachés avec certitude, parmi lesquels trois maîtres, Ruy Pérez Ponce, Alonso Méndez de Guzman et Fernan Pérez Ponce, connus pour s’être trouvés respectivement placés à la tête de Calatrava en 1285, de Santiago en 1338 et d’Alcantara en 1346. Pour plus de détails, il convient de se référer au travail classique de S. de Moxo, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva », pp. 112-127, ou à l’étude de R. Sánchez Saus, Caballeria y linaje en la Sevilla médiéval, pp. 189-245 et 345-366.

116 Le fait ressort clairement du Libro de las Behetrías qui est, pour le milieu du XIVe siècle, le seul document pouvant servir de support à une approche différenciée de la noblesse castillane. Dans son analyse récente, C. Estepa Diez, Las behetrías castellanas, n’a pas manqué de souligner ce fait, observant que les ordres militaires ont de préférence tissé des liens avec des lignages dont l’assise était extrêmement locale, tels les Padilla, les Quixada ou les Calderon (ibid., t.I, pp. 402-404 et 426-427, et t. II, p. 54).

117 II en est ainsi pour le lignage Martel, dont étaient issus deux des principaux dignitaires de Santiago à la fin du XIIIe siècle, le maître Gonzalo Martel et son fils, Gonzalo Pérez Martel, grand commandeur de Castille. Tous deux se rattachent au même ancêtre éponyme, Pedro Martel, bisaïeul du maître, venu de France pour aider les Aragonais lors de la conquête de Majorque, et à son fils, Federico Martel, doté en Andalousie pour prix de l’aide qu’il apporta à Ferdinand III, comme l’a observé J. Solano de Figueroa y Altamirano Historia y santos de Medellin, pp. 83-84.

118 J. Crespo Pozo, Blasones y linajes de Galicia, t. III, p. 302.

119 La pénétration des Saavedra à l’intérieur de Santiago a été bien mise en évidence par R. Sánchez Saus, Caballeria y linaje en la Sevilla médiéval, pp. 393-416. Celle des Ulloa procède d’une logique comparable. Prenant appui sur des liens anciens entre Santiago et la famille, dont témoigne en 1266 le testament de Vasco Lôpez de Ulloa, publié par M. J. Vázquez López, « El señorio de Monterrei », pp. 212-214, elle se traduit, comme pour les Saavedra, par l’entrée de plusieurs membres du lignage à l’intérieur de l’Ordre pendant le premier tiers du XIVe Siècle, parmi lesquels se distinguent Vasco Pérez de Ulloa, commandeur d’Usagre, son frère Ruy Pérez et Gonzalo Vazquez, commandeur d’Oreja (AHN, Sellos, caja 85, doc. 6, et AHN, OM, carp. 65, doc. 15 et 19). De tels exemples ne sont en aucun cas limitatifs et il serait possible tout aussi bien de tirer argument du cas des Moscoso et des Bendana, étroitement liés à Santiago, sur lesquels a jeté un nouvel éclairage le travail d’E. Pardo de Guevara y Valdés, « Parentesco y nepotismo. Los arzobispos de Santiago y sus vinculos familiares », pp. 80-81 et 114.

120 Parmi les lignées d’origine galicienne alliées aux Ulloa se distinguent les Maldonado, desquels était issu Suero Pérez, maître d’Alcantara, dont la nièce Inès Gonzalez épousa Sancho Sanchez de Ulloa, à en croire les témoignages de F. Sanz, Mémorial de Ulloa, p. 7, ou d’A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcantara, t. I, p. 552.

121 L’appartenance du premier dignitaire à la lignée d’Esteban Illan, promise à un brillant avenir dans la mesure où elle constitue, malgré son origine mozarabe, l’origine des ducs d’Albe, et celle du second au lignage de Gômez Pérez – également puissant au XIVe siècle même s’il n’est pas parvenu durablement à faire souche – ont été magistralement démontrées par J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède, pp. 135-157 et 333-335.

122 L’appartenance de Pedro Lôpez de Baeza au lignage Berrio a été mise en relief par G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, sur la base du testament, aujourd’hui perdu, donné par le commandeur de Bedmar dans lequel, le 9 février 1351, celui-ci se disait fils de Lope Pérez de Berrio, petit-fils de Rodrigo de Berrio et arrière-petit-fils d’un certain Pedro Ruiz de Berrio qu’il comptait au nombre des conquérants de la ville de Baeza.

123 P. Porras Arboledas, « La aristocracia urbana de Jaén bajo los Trastámara ».

124 AHN, OM, carp. 94, vol. II, doc. 65.

125 T. Ruiz, «Two Patritian Families in Late Médiéval Burgos : the Sarracin and the Bonifaz», repris dans Id., The City and the Realm, VI.

126 Le fait a été bien démontré par C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares hispanicas : reglas y expansion geografica », pp. 63-63.

127 BS, pp. 311-312. L’essentiel des Treize dtés dans l’acte peuvent être rattachés à des lignages de la noblesse. Plus encore, c’est l’ensemble des frères réunis en chapitre qui se présentent comme nobles en se définissant collectivement en tant que buenos hombres.

128 ACA, Cart. Real. Pedro III, caja 44, doc.5451, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalban bajo Vidal de Villanova, pp. 231-232, doc. 133.

129 D’après la dispense de légitimité qui lui fut conférée afin de pouvoir entrer dans l’Ordre, il était le fils de l’infante Blanche de Portugal, fille du roi Alphonse III, et d’un chevalier castillan appelé, comme lui-même, Juan Nunez de Prado (AHN, OM, carp. 445, doc. 80).

130 Bien que son analyse n’ait pas rencontré l’écho qu’elle mérite, A. Forey, « Recruitment to thc Military Orders », p. 143, repris dans Id., Military Orders and Crusades, II, a justement souligné l’achèvement tardif du processus, bien illustré par les statuts de la fin du XIVe et du début du XVe siècle publiés par J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 270, repris dans Id.,The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII, et « Las definiciones de la orden de Calatrava », pp. 120-121. Promulguées à Almagro, les définirions de 1418 me paraissent à ce titre particulièrement révélatrices dans la mesure où elles prescrivent au supérieur de l’Ordre «quod quantumpotuerit [...] nobiliores personas preferat in receptione status militarium».

131 D. Lomax, La Reconquista, p. 212.

132 Les déprédations des nobles ont été rapportées à l’envi par l’historiographie traditionnelle. A. López Ferrei Ro, Historia de la Iglesia de Santiago de Compostela, t. VI, p. 207, a pu qualifier les membres du groupe social dominant d’« raves de rapina » en raison des dommages qu’ils infligeaient aux terres de l’Église. Ce point de vue affecte encore largement les travaux récents consacrés aux relations entre les Ordres et la noblesse, qui bien souvent considèrent ces dernières sous l’unique angle du conflit, à l’instar de l’étude d’A. Arcaz Pozo, « Nobleza y órdenes militares en la Galicia bajomedieval ».

133 Ce point a été justement mis en évidence par R. Sánchez Saus, Caballería y linaje en la Sevilla médiéval, p. 75.

134 Le fait a été souligné par B. Vasconcelos e Sousa, « Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza médiéval portuguesa », t.I, p. 222.

135 Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », p. 154.

136 Cette prérogative est constamment rappelée dans les provisions de commanderies conservées dans le registre prieural de Juan Fernández de Heredia. Elle est par exemple signalée au nombre des devoirs incombant au commandeur dans les actes d’investiture de Juan Lôpez de Torres et de Lope Sânchez de la Somoza en tant que responsables des baylies de Puente Orbigo et de Santa Magdalena de Zamora au début du mois de juin 1357 :«Et a visitar, corregir, et emendarffreyres, sorores et donados de la dicha baylia e de los miembros de aquella et esguart de ffreyres tener et de uno a otro deuida justiçta mmtstrar in obedientes et rebelles por justiçia de nuestra orden aduzir.» (AHN, Codice 602, ffos 141v° et 143r°).

137 Pour l’Hôpital, le mot apparaît pour la première fois en 1242 dans un acte enregistrant comme témoins plusieurs compagnons du commandeur de Castronuno (ACS, caja 10, doc 21, publ. J. L. Martín Martín et al, Documentes de los archivos catedralicio y diocesano de Salamanca, pp. 288-290, doc. 203).

138 À cette fin, une partie des produits du domaine lui était allouée. Payée à l’origine en nature et appelée ración dans un texte du début du XIIIe siècle publié par C. Barquero Goñi, «Los Hospitalarios en el reino de Léon », pp. 572-574, doc. 24, cette quantité s'est très vraisemblablement transformée en une rente monétaire durant la première moitié du XIVe siècle. En tout cas, la mutation est entérinée en 1558, lorsque Arias Núñez Darnisco intenta un recours devant le prieur hospitalier de Castille contre Sancho Ortiz de Salzedo dont, pendant quatre ans, il avait été le compagnon dans la commanderie de Reinoso, sans que la provisión lui futversée avec la régularité nécessaire (AHN, Codice 602, f° 162v°).

139 Ainsi l’a fait valoir L. R. Villegas Díaz, «De regla a código. Sobre el sistema correcrional de la orden de Calatrava», pp. 252 et 268-270, qui insiste surtout sur la figure du maître, au nom duquel le commandeur agissait en tant que délégué.

140 AHN, OM, carp. 415, doc. I, publ. M. Echániz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus de Salamanca, p. 48, doc. 24.

141 Parmi les témoins représentant le groupe ecclésiastique est mentionné Álvaro Gonzalez de Cayan, commandeur de Reinoso, appartenant selon toute vraisemblance à l’ordre de l’Hôpital, d’après la liste publiée par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 236-238, doc. 173. Une erreur d’impression de l’ouvrage indique 238 pour la page initiale du document.

142 Le fait ressort en 1241 de la donation de San Pedro de Torrecilla réalisée parles frères Lope Ortiz et Inigo Ortiz de las Cuevas en faveur du monastère de Valvanera. Le texte, publié par F, J. García Turza, Documentation médiévaldel monasterio de Valvanera, pp. 221-223, doc232, fond parmi les chevaliers les deux Hospitaliers cités comme témoins, Pedro Dorminguez et Martin Ruiz, commandeur d’Atapuerca. A défaut d’une classification aussi stricte, qui reste exceptionnelle, les frères sont souvent placés en tête des garants appelés à faire foi d’un transfert de droits, comme le révèle une donation faite en 1270 au monastère de Trianos où la liste des témoins, qui comprend plusieurs dizaines de membres, débute par un chanoine d’Uclés, Martin Pérez (AHN, Clero, carp. 983, doc. 20, publ. G. Castán Lanaspa et J. Castán Lanaspa, Documentas del monasterio de Santa Maria de Trianos, pp. 127-128, doc. 142, et J.de la Fuente Cobos, Coleccion documentai del monasterio deTrianos, pp. 237-238, doc 167).

143 En 1276, le prieur d’Uclés, Yagüe, et le commandeur santiaguiste de Membriliera, García Pérez, furent désignés comme arbitres dans le conflit opposant le concejo de Membriliera à la fille de Sancho Martínez, Elvira, pour la propriété d’une prise d’eau dans le territoire villageois. (AHN, OM, carp. 338, doc. 23, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 433-434, doc 226.)

144 En 1293, FemandoThemes, commandeur templier de Ponferrada, fut ainsi l’arbitre, avec Esteban Pérez, merino mayor de Leon, et l’abbé du monastère de Villoria, d’une dispute foncière opposant l’évêque d’Astorga à un petit chevalier de son diocèse (BNM, ms. 4357, ffos 22Iv°-222r°, publ. G. Cavero Domínguez et E. Martin Lopez, Coleccion documental de la catedral deAstorga, t. II, p. 555 doc. 1467).

145 S.A. Gomes, «AS ordens militares e Coimbra médiéval», pp. 66-68, doc, 14, En tête de la liste des garants de l’accord auquel les arbitres avaient réussi à amener les parties figure un autre membre de la milice du Temple, te frère Rodrigo Navaes, dont on peut penser qu’il avait lui aussi pris part à la négociation dont son supérieur hiérarchique avait été chargé.

146 B. Vasconcelos e Sousa, «Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza médiéval portuguesa», t.I, p. 223.

147 Les premiers statuts à évoquer tels contacts sont ceux de Calatrava en 1304, publiés par J. O’Cal-laghan, «The Earliest Difiniciones oithe Orderof Calatrava», p. 264, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : «E mandamos que ninguno non vaya, ni enbie carta al rey, ni reyna, ni a otra persona alguna que no sea de 1a orden contra el establecimiento de la orden a menos de licencia del maestre. Et el que lo pasare, que sea en pena de desobediente, e que sea encarcelado, e le quiten el habito.» Cette disposition est reprise presque exactement pour Alcantara en 1306 et Montesa en 1326, comme le montrent les définitions publiées par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 335, et par J. O’Callaghan, «Las definiciones medievales de la orden de Montesa», p. 232.

148 BNV, RCG, vol. 280, f° 40r°. Il est ainsi demandé aux prieurs qu’ils «non uzent en lurmangier ce non de.ii. viandes sauvant ce aucun noble borne ecclésiastique o seculier vinssent mangier avecques eaux». Des commandeurs investis par Rhodes, il est exigé qu’ils «non uzent que de une uiande en lurmangier ci ce nestoit par nécessite daucun estrangieret adoncs en puissent uzer de.ii.».

149 Conservée dans l’église du monastère dont le dignitaire est avec Joâo Pires de Aboim le fondateur, l’inscription, aujourd’hui perdue^ a été retranscrite par J. A. de Figueiredo, Nova historiada militar ordem de Malta, t. II, pp. 191-192. A en croire sa lecture, elle s’achevait par des termes rappelant toute l’étendue de l’activité séculière du frère : «Rex Portugalie et rex Castellefecerunt ei multum honorem et alu boni hommes qui noverunt eum et fuit in multis locis extranis et vidit multa et magna et vidit plures hommes bonos qui erant illo tempore tant Christianos quam Maures.» Attentive à ces aspects, une analyse récente en a été fournie par M.J. Barroca, Epigrafia médiéval portuguesa, t.I, pp. 939-950.

150 Hechos de don Berenguelde Landoria, arzobispo de Santiago, p. 114 : « Rediit adCastrum Numescum episcopis Samorensi, Cauriensi, et domno Roderico lohannis, lune electo et confirmato Lucensi, et priore sepe dtcto [Fernan Rodriguez de Valbuena], ubi per multos dias moram traxit, a dicto priore facto et uerbo multipliciter honora tus, ubi dictum electum Lucensem consecruit quarta die madii anno domini millesimo trecentestmo uigesimo. »

151 Juan Manuel, Libro de la caza, p. 556.

152 Ainsi l’a très justement souligné pour l’Aragon du XIVe siècle A. Luttrell, « La orden de San Juan y la Corona de Aragôn », p. 19.

153 La seule étude consacrée pour la Castille à ces querelles, celle de J. M. Calderón Ortega, « Pugnas nobiliarias para el control de las dignidades de las ordenes militâtes en la Castilla bajomedieval », porte sur le dernier tiers XVe siècle. Pour la période antérieure, on peut seulement glaner des références apparaissant dans les études portant sur un domaine particulier, par exemple celle de J. Silva Ferreira Mata, « O senhorio de Coina no contexto do patrimonio do mosteiro de Santos », qui évoque (p. 132) les affrontements survenus durant les années 1330 entre la communauté féminine santiaguiste de Santos et le commandeur de Sesimbra pour le contrôle de cette seigneurie.

154 Une présentation générale du registre, relevant brièvement ces aspects conflictuels, a été proposée parC. Barquero Goni, « Los Hospitalarios castellanos a mediados del siglo XIV », pp. 691-693.

155 Ils furent chacun investis dans ces charges à titre viager, le premier en octobre 1357, le second en mars de l’année suivante (AHN, Codice 602, (ffos et 158v°).

156 AFIN, Côdice 602, f° 160v°.

157 AFIN, OM, carp. 577, doc. 5.

158 Trois documents retracent le déroulement du conflit entre février et juin 1357 (AHN, Códice 602, ffos 146r°-v°, 156r°-v°et 154r°-v°).

159 AHN, Códice 602, f°140r°-v°. Le prieur informa les deux frères que Martin Sanchez de Salzedo s’était plaint auprès de lui de ce que «querellosament mostro que como a elsea proueydo de la dicha baylia de San Nicholas de Ledesma por nuestro sennyor el maestro e conuent de Rodas segunt que por sus cartas, las quales en poder nuestro fueron mostradas, mas largament parece seyer contenido et muchas uegadas requerido uos aquella non le auedes querido render ni librar ante que la tenedes forcada contra los mandamientos del dicho sennyor maestro e conuent e contra Dios».

160 BNV, RBC,vol. 318, f°112r°.

161 Tout à fait conscient de la difficulté d’obtenir que les usurpateurs se dessaisissent de leurplein gré des biens dont ils s’étaient emparés, Juan Fernández de Heredia demanda dans les derniers jours de 1356 à son lieutenant Adam Arias de Lemos d’agir contre eux en enjoignant aux frères et aux dépendants des baylies en litige de leur désobéir (AHN, Codice 602, ffos 140r° et 140v°).

162 AHN, Códice 602, f° 155v°. En juin 1357, Juan Fernández de Heredia adressait à Rodrigo Alfonso de Logrono, le lieutenant qu’il avait nouvellement institué dans le prieuré de Castille, un ordre semblable à celui qu’il avait expédié six mois auparavant à son prédécesseur Adam Arias de Lemos : «Como a uos sea cterto quel sennyor maestre e conuent ayan proueydo a ffray Martin Sanchez, de Salzedo de la baylia de Ribadauia del nuestro priorado de Castilla e de Léon seguntpor las letras del sennyor maestre mas largament aparece seyer contentdo e aquella le ayan tenido e tengan forcadament algunos freyres de nuestra Orden, por aquesto a uos dezimos e mandamos que de continent uista la présent entreguedes effagades entregar la dicha baylta al dicho ffray Martin Sanchez e lo mantengades e defendades en aquella segunt la contenencia e tenor de las letras del dtcho sennyor maestre.»

163 Indifféremment, l’usurpation pouvait porter sur l’ensemble de la commanderie ou sur une fraction des biens qu’elle contenait, comme ces récoltes que Ruy Gonzalez Bugia, précepteur de Santa Magdalena de Zamora, accuse Lope Sanchez de la Somoza, commandeur de Cerecinos, de s’être appropriées dans une grange de son domaine (AHN, Codice 602, ffos 162v°-163r°).

164 BNV, RBC, vol. 318, f° IIIv°.

165 Le fait n’était pas sans antécédents. On connaît ainsi, par les plaintes adressées à Rhodes par Fortun Sanchez Calderon, la concurrence qui l’opposa en 1547 au prieur Ferman Pérez de Deza pour le contrôle des rentes de la commanderie de Puente Orbigo (BNV, RBC, vol. 317, ffos 130v°-131r°).

166 AHN, Codice 601, ffos 126v°-127r° : la nouvelle de sa mort ressort d’une lettre de Juan Fernández de Heredia, datée du 16 mars 1352, demandant au prieur de Castille, Fernan Pérez de Deza, d’envoyer à Rhodes les revenus correspondant au droit de dépouille de Nuno Suarez. Ce transfert d’un frère au siège de l’Ordre poury être incarcéré n’était pas exceptionnel. Réservée aux cas très graves, cette pratique est illustrée, quelque quinze ans plus tard, par l’exemple du prieur de Catalogne, Vital Alquer, condamné au même sort pour des malversations financières, comme l’a établi P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon, p. 173.

167 Commandeur de Setefilla et de Cerecinos, il était en 1349 redevable d’une dette de mille deux cent cinquante florins envers le prieur hospitalier de Navarre, Marquis de Gozon, pour laquelle il chargea un habitant d’Alcazar de San Juan, Ruy Bermudcz, de négocier un nouveau délai de paiement (AHN, OM, carp. 859, doc. 24). Le document a été rapidement évoqué par C. Barquero Goni, « Alcazar de San Juan. Origenes y desarrollo médiéval de una villa de La Mancha », p. 98, et La orden de San Juan de Jerusalén en Navarra., pp. 103 et 161.

168 Réduit aux abois du point de vue financier, il intenta en 1347 un procès aux fermiers de la baylie de Vallejo, dont il avait la charge, les accusant du manque à gagner dérivant de la vente – qu’il leur avait lui-même enjoint d’effectuer– de la récolte de grains quelques semaines avant qu’une hausse ne provoque un triplement du prix (BNV, RBC, vol. 317, ffos 127v°-128r°).

169 J.-B. Pitra, Analecta novissima. Specilegii Solesmensis altéra continuatio, t. II, p. 410.

170 E. Ferreira Priegue, «“Chegou Pais de maas artes”...», p. 361 : « É non leeu él nas partes/que chegase a uu mês,/e do lues ao martes/foi comendador d’Ocrês ».

171 ACA, Templarios, doc. 247. Signalée par A. Forey, « Letters of Last Two Templar Masters », p. 150, une lettre du maître de la province d’Aragon, Berenguer de Cardona, rapporte qu’il arriva à ce dignitaire, alors qu’il séjournait à Chypre au début du XIVe Siècle, d’être approché par des frères de son Ordre qui lui demandèrent de leur procurer une commanderie dans son prieuré.

172 Id., The Military Orders, p. 142.

173 H. de Curzon, La règle du Temple, chap. 663, p. 340.

174 Sa déposition a été conservée dans l’ouvrage de Chr. G. Von Murr, «Anhänge zur Geschichte derTempelherren», pp. 141-142 :«Interrogatus si volebat Deo servire et asperitates ordinis sustmere, proprium arbitrium subiugare et maioribus ordmis obedire, respondit quod sic. Atque tunc praeceptor aliis fratribus praesentibus inducit eum habitum ordinis, et in continenti fecit professionem.»

175 ACM, leg. 204, doc. I, publ. I. García Díaz, Documentos del siglo XIV. Archivo Catedral de Murcia, pp. 69-71, doc. 35. De l’acte de vente du château d’Aguaderas, souscrit parle couple à l’automne 1352, il ressort que la place appartenait au patrimoine de la femme de Vasco Gil, Sancha Gonzalez de Heredia. Il lui était échu, par legs et par achat, de Sancho Manuel, fils de l’infant Juan Manuel, et de son épouse Elvira de Castaneda à laquelle semble apparentée la tante de Sancha Gonzalez, qui en fut en tout cas l’héritière.

176 Ainsi, du moins, jusqu’en 1360 selon l’étude d’A. Pretel Marín et de M, Rodríguez Llopiss, El senorio de Villena en el siglo XIVe, p. 131.

177 Sur la figure du maître et celle de son aîné Pedro Ponce de Léon, deuxième seigneur de Marchena, il est essentiel de se référer à l’étude de R. Sanchez Saus, Caballeria y linaje en la Sevilla médiéval, pp. 347-348.

178 Le fait a été justement relevé par G. Duby, Guillaume le Maréchal, pp. 95-96, et à l’échelle de la Péninsule par I. Becetro Pita et R. Cordoba de la Llave, Parentesco, poder y mentalidad. La nobleza castellana, siglos XII-XV, pp. 283-284, dont l’étude reste à ce propos l’ouvrage de référence.

179 A. Barbero, « Motivazioni religiose e motivazioni utilitarie nel reclutamiento degli ordini monastico-cavallereschi », pp. 721-722.

180 Pour l’Hôpital, le premier exemple étudié en détail est celui de Juan Femandez de Hcrcdia, au sujet duquel de nombreuses informations ont été réunies par J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 239-242, et A. Luttrell, «Los Hospitalarios en Aragon y la peste negra», pp. 500-502, repris dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XIV.

181 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las très órdenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcantara, part. II, f° 45V0.

182 J. A. de Figueiredo, Nova historia da militar ordem de Malta, t. II, pp. 200-201 et 290. Il est intéressant de souligner que ces liens pouvaient parfois se prolonger sur plusieurs générations, comme il ressort de l’exemple de Gonçalo Pires Pereira, dont le neveu Alvar Gonçalves Pereira, une fois devenu prieur, accueillit lui-même dans l’ordre de l’Hôpital un sien neveu, Alvar Gonçalves Camelo, promu à son tour quelques décennies plus tard à la tête de la province portugaise de l’Ordre, comme l’a bien montré M.J. Barroca, Epigrafia médiévalportuguesa, t. II, pp. 2145-2153.

183 AHN, OM, carp. 567, doc. 29, publ. A. Javierre Mur, «Aportación al estudio del proccso contra el Temple», p. 99, doc. 12 : «Item dixit quod audivit quod cum quidam peterent a quodam commendatore consangutneo suo quod reciperetur in ordine et multum a matre et consanguineis sollicitaretur et rogaretur quod reciperet Ipsum, Dixit quod nullo modo reciperet eum et finaltter, propter nimiam insistentiam, dixit talia verba quod nolebat ex quo ipse fuerat infelix intrando ordinem quod aliquis de genere suo estent tnfeltx sicut ipse fuerat.»

184 Placé en février 1299, lors de la première référence documentaire que l’on conserve à son sujet, à la tête de l’importance commanderie frontalière de Martos (AHN, OM, libro 1345, f° 1 36), Pedro García de Padilla fonda l’ensemble de sa carrière sur la faveur de son frère. Investi de la dignité de clavaire l’année suivante (AHN, OM, carp. 427, doc 155), il la conserva jusqu’au chapitre général d’avril 1303 (AHN, OM, carp. 427, doc 158), à la suite duquel il apparaît dans les sources en qualité de comendador mayor, la seconde dignité de l’Ordre après le maître. Il semble être resté à ce poste sans interruption au moins d’août 1303 (AHN, OM, carp. 437, doc. 139) à novembre 1324 (AHN, OM, carp. 463, doc 216), date à laquelle il en fut relevé alors que García Lopez de Padilla était déchu de la maîtrise de Calatrava.

185 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 241-242, doc. 176.

186 Deux neveux du maître Diago Muñiz, Gonzalo Fernández et Gonzalo Yáñez, sont signalés en tant que membres de Santiago en 1312 (BS, pp. 266-267). García Gonzalez, parent de son successeur Garda Femandez, est mentionné en 1320 (AHN, OM, carp. 211, doc. 16, publ. A. Floriano Cumbreño, Documentacion htstorica del Archivo Municipal de Caceres, pp. 66-68, doc 33, à partir d’une copie tardive où par erreur le frère est appelé Gonzalo Garda). Vasco Rodriguez, enfin, est des trois maîtres celui dont le neveu a fait la plus belle carrière. Commandeur de Montânchez en 1327 (M. Garrido Santiago, A rquitectura mtlitar de la orden de Santiago en Extremadura, p. 228), Vasco Lopez devient en 1329 commandeur de Segura de la Sierra, c’est-à-dire grand commandeur de Castille (AHN, OM, carp, 69, doc 10), puis tente en 1338 de succédera son onde, comme l’a établi F. de Rades y Andrada, Chrónica de las très ordenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcantara, part. I, ffos 42v°-43r°.

187 À de nombreuses reprises, Gonzalo Rodriguez de Cornado accompagne son frère dès avant d’entrer dans l’Ordre, par exemple lorsque le maître, en octobre 1334, reçoit au nom du roi l’hommage des procureurs du monastère bénédictin de Silos (J. A. García Lujan, Codice diplomatico procesal delmonasterio de Santo Domingo de Silos, pp. 122-123, doc. 25). Entré dans la milice du vivant de son frère d’après le témoignage de F. de Rades Y Andrada, Chronica de las tres ordenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcantara, part. I, f° 42r°-v°, sa profession, qui eut lieu entre 1334 et 1338, lui valut d’être immédiatement désigné grand commandeur de Leon et admis parmi les Treize.

188 AHN, OM, carp. 94, vol. II, doc. 65. Dans l’acte de fondation d’une chapellenie à San Lorenzo de Burgos, le commandeur en réserve la charge de desservant à un membre de son lignage, pour peu qu’il s’en trouve un, désireux de revêtir l’habit de Santiago, qualifié pour le faire : «Et el capellan que y fuerepuesto que ssea ffryere e tenga el abito de la orden de Santiago e ssy ffalluren algun omne de mi Image que quiera serclerigo e qutsier tomar el abito de la dicha orden de Santiago quel den la dicha capellania e que cante cada dia el capellan que y estudiere una missa.»

189 Un acte de 1345 rapporte la présence auprès de lui de son neveu, Juan Alfonso (BS, p. 311).

190 B. Vasconcelos e Sousa, «Memória familiare ordens militares», p. 40, et «Entre Portugal e Castela, Percursos e destino de uma linhagem portuguesa», pp. 1429-1430.

191 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena », pp. 1315-1316.

192 Ch. Tipton, «The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers at Montpellier», p. 296.

193 Ainsi l’a fait valoir Ph. Josserand, « À l’épreuve d’une logique nationale. Le prieuré castillan de l’Hôpital et Rhodes », p. 129.

194 BNM, ms. 8582, ? 57v° : «Establesçido es que ninguna heredad de la orden comendador non la pueda dar por amor a ntngun omne seglar sin liençia del maestre».

195 Le travail de M. del C. Carié, « La sociedad castellana en el siglo xv : los criados », peut être sur ce point complété par l’analyse d’I. Beceiro Pita, « Criados, oficiales y dientelas senoriales en Castilla ».

196 En 1348, le maître de l’Hôpital Déodat de Gozon concède à l’un de ses fidèles d’origine navarraise, Pedro de Melgar, la rente des écritures publiques de la commanderie de Poblacion de Campos, vacante à la suite de la mort d’Alfonso Ortiz Calderon (BN V, RBC, vol. 318, f°131r°).

197 En décembre 1349, deux habitants de Coria, Fernan Pérez del Sebo et Gil Blâzqucz, reconnaissaient devoir à l’intervention de l’infant Fadrique, supérieur de Santiago, l’affermage des roues de moulin que leur avait concédé pour vingt ans le maître de Calatrava. Ils signalent dans l’acte que le contrat a été réalisé « por ruego de don Eradique, maestre de la orden de la caualleria de Sant Yago, que uos lo rogo ». Parmi les témoins mentionnés au bas du document figure de manière significative un autre criado du maître, García Ferndndez, fils de Gonzalo Martínez de Guadalalzira (AHN, OM, carp. 465 , doc. 260).

198 On peut toutefois en relever deux exemples à travers des concessions faites par Alphonse XI à des criados des supérieurs de Calatrava et de Santiago. Bénéficiant à un protégé de Juan Nùnez de Prado, la première, datée de 1334, porte sur des étals de boucher à Séville (Archivo Parroquial de San Juan de la Palma, Fabrica, caja II, doc. I, cité par I. Rios Collantes de Terán et A. Sánchez de Mora, « Catálogo del Archivo Parroquial de San Juan Bautista de Sevilla », p. 398, doc. 1). La seconde, de sept ans postérieure, intéresse les salines de Val de Cabezén, laissées au mayordomo mayor de l’infant Fadrique (Instituto Valencia de Don Juan, Documentos medievales, B.3.1).

199 Le poème a été publié par F. Gomez Redondo, Poesia Espanola. t. 1 : Edad Media juglaria, clerecia y romancero, pp. 656-658. L’épisode prend place, comme un signe prémonitoire, sur la route qui conduit le maître à Séville, où il sera assassiné sur l’ordre du roi ; « A la passada de un rio, passandole porelvado,/cayd mi mula conmigo, perd mi punal dorado,/ahogaraseme un page de los mios mas privado ;/criado era de mi sala,y de mimuy regalado » (ibid., p. 656).

200 AHN, Codice 314, f° 91v°.

201 Présent aux côtés du maître depuis février 1243 au moins (AHN, OM, carp. 311, doc. 10, publ. J. Torres Fontes, Fueros y prtvilegios de Alfonso X el Sabio al reino de Murcia, pp. 2-3, doc. 2), Gomez Pérez Correa apparaît dans les sources à partir de l’été suivant comme chargé de la tenencia de Cieza (AHN, OM, carp. 311, doc. 11, publ. ibid, pp. 4-5, doc 3), dont la forteresse était l’une des bases de l’organisation islamique de la région, d’après J. Navarro Palazón, «La conquista castellana y sus consecuencias : la despoblacion de Siyasa».

202 D. Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiástios y seculares de Sevilla, t. I, p. 183.

203 A. Ballesteros-Beretta, Sevillaen elsiglo XIII, pp. 177-179, doc. 168. Le fait ressort d’une donation entre époux, accordée en 1272, dans laquelle Inigo Lopez de Orozco reconnaît avoir reçu de sa femme Teresa Pérez «los dos mil morauedisque yo con ella tomé quando con ella casé, quel dteron en casamiento Teresa Martínez, su senora, et don Pay Correa su tyo, et don Gonçaluo García commendador, et sus tios Pay de Mera et don Estevan de Mera».

204 A, de Torres Y Tapia, Crónica de la ordende Alcantara, t. I, p. 375. Cette cession viagère a dû avoir lieu avant 1274 car on sait qu’à cette date le maître passa de la charge suprême d’Alain tara à celle de Calatrava, comme l’a rappelé C. de Ayala Martínez, « Las ordenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidacion de los maestrazgos », p. 273.

205 A. de Torres Y Tapia, Crónica de la orden de Alcantara, t. I, pp. 447-448 et 471. Sans conteste significatif, l’exemple révèle une réalité plus vaste que reflète également, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, la concession d’un défens de Villa Celumbre accordée parle maître de Santiago Juan Osorez au profit de son frère Fernando Osorez, récemment évoquée par A. Bernal Estévez, «Mancomunidad y defensa de las tierras de la encomienda de Montemolin en la Baja Edad Media», p. 112.

206 AHN, OM, carp. 57, doc. I. En date du 10 mai, l’acte a été publié par M. Garrido Santiago, Documentas de la orden de Santiago sobre castillos extremeños, pp. 31-32.

207 Archivo Ducal de Medinaceli, Seccion Historica, leg. 287, doc 11. Daté du 8 juin, le document a été publié par M. C. Quintanil la Raso, « Aportacion al estudio de la nobleza en la Edad Media : la casa senorial de Benavides », pp. 212-213, doc. 4.

208 Mazo Romero, El condado de Feria, p. 23.

209 E. Cabrera Muñoz, El condado de Belalcazar, et A. Vina Brito, « Don Pedro Giron y los origenes del senorio de Osuna ».

210 Gautier-dalché, « Le testament d’Alonso Martínez de Olivera », pp. 11-12, repris dans Id., Economie et société dans les pays de la Couronne de Castille, XVI. Institué peu avant la mort du grand commandeur de Léon, survenue en 1302, le majorat était prévu pour se transmettre dans la ligne de son fils aîné, Martin Alonso, de mâle en mâle et, à défaut, dans la branche collatérale représentée par le cadet Alonso Martínez et par ses descendants, appelée à se substituer à la première en cas d’extinction de celle-ci. À en juger par la chronologie proposée dans l’étude classique de B. Clavero, Mayorazgo, pp. 21-27, qui signale les premières traces de cet usage À la fin du XIIIe siècle, ce majorat serait l’un des plus anciens qui soient documentés.

211 RAH, Col. Salazar, O-16, ffos 99r°-104r°, publ. L. V. Di Az Martín, Coleccion documentai de Pedro Ide Castilla, t.I, pp. 108-III, doc 68. Le fait a été étudié par C. Jular Pérez-Alfaro, Los adelantadosy mérinos majores de Léon, pp. 311-313.

212 J. Crespo Pozo, Blasones y linajes de Galicia, t. III, p. 164.

213 Les étapes de son parcours curial ont été relevées par J. Beneyto Pérez, El Cardenal Albornoz, p. 160, et L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro I de Castilla, p. 86.

214 L. V. Diaz Martín, Los oficiales de Pedro I de Castilla, pp. 116-117.

215 R. Ayerbe-chaux, «Las memorias de dona Leonor Lopez de Cordoba», p. 17 : «Y así me caso mi padre de siete anos con Ruy Gutierrez de Henestrosa, hijo de Juan Ferrandez de Henestrosa, camarero mayor del senor rey don Pedroy su chanziller mayor del sello de la purtdad y mayordomo mayor de la reyna dona Blança su muger, el qual caso con dona Maria de Haro, senora de Haro y de los Cameros ;y a mi marido quedaronle muchos vienes de su padre y muchos lugares.»

216 RAH, Col. Salazar, O-6, f° 128r°-v°. D’une façon comparable, la mémoire lignagère de la famille Chacon remonte à Ruy Chacon, grand commandeur de Castille au début du règne de Pierre Ier, et à son fils, Gonzalo, également Santiaguiste, qui était entré le premier en 1410 dans la ville d’Antequera. Ainsi en témoigne, en 1679, une lettre adressée par Francisco Chacon y Enriquez à son frère Bartolomé Chacon pour lui annoncer que Charles II venait de le créer comte de Villahonda (RAH, Col. Pellicer, vol. 4, ffos 264-269).

217 C’est ce que soulignait, il y a plus de deux cent cinquante ans, J. López Agurleta, Vida del venereble fundador de la orden de Santiago, p. 88. Dans sa description de la croix qui orne les armes du lignage galicien, l’auteur affirme que « no es dudable ter la de Santiago, en memoria del maestre don Gonzalo Mexia, que lo fue desde el ano 1358 al de 1370y de otros comendadores majores y menores que bubo sin numero desde don Rodrigo Vanez Mexia, comendador mayor de Castilla, ano de 1320 ».

218 M. Á. Jordano Barbudo, Arquitectura médiéval cristiana en Cordoba, pp. 65-67, a signalé ce fait Dans son testament, enregistré le 6 février 1428, Leonor Lopez demande à ses héritiers de placer le sépulcre de son père, alors achevé semble-t-il, dans le chœur de l’église. Il n’est pas sans intérêt d’observer que l’épitaphe qu’elle choisit pour Martin Lopez de Cordoba et le texte des mémoires qu’elle a laissés mentionnent sa seule charge de maître au détriment de toutes les fonctions curiales que celui-ci avait occupées sous Pierre Ier, auquel le lignage était alors sans doute peu désireux de voir lier son ascension.

219 BNV, RBC, vol. 317, f°128v° : «Quod in prioratu predicto ad requisitionem magnatum regni Castelle pro ipsorum captando adiuterio et fauo repossitis quatuor fratres milites facere liberali et annuentes faciendi dictos quatuor fratres milites aptos tamen et idoneos ac integros membris suis solemniter ut est morts, eis prius uos uel alium milicie cingulo decoratis ex utriusque parentibus nobilibus fuennt legitime procreati»

220 Ainsi l’a bien souligné B. Vasconcelos e Sousa, «Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da nobreza médiéval portuguesa», t.I, p. 263. Depuis lors, l’acte d’investiture du maître a été publié par M. C.Almeida Cunha, «A eleiçâo domestre de Avis nos séculos xiii-xv», pp. 113-114, doc. 3 «En concordija todos juntamente enlegerom por seu mestre dom freij foham Rodriguiz Pimintel freijre da dicta ordeen d’Avijs que entenderrom que he tal e de tal entender que merece o dtcto stado per manhas e costume eper bem fazer entendendo que Deus recebera del serviço e a cassa d’Avijs bem e ajuda e deffendijmento e emfaramento.»

221 BNV, RBC, vol. 321, f° 139v°. Informé de la qualité de l’administration de Pedro de Sybilia, le maître lui céda à titre viager la «baiuliam de Treuejo prioratus nostri Castelle et Legionis distractam a certis temporibus a domo nostra ocupatam et detentam perseculares quam speramus uestris sumptibus et missionibus solerti vestram industria amicorum et parentum vestrorum fauorem recuperari et reduci ad jus et proprietatem nostre religionis».

222 AHN, OM, carp. 462, doc 179. La concession en faveur de Garca Lopez de Padilla, déddée lors du chapitre général du ; mai 1296, est rapportée dans une copie ultérieure réalisée quelque dix ans plus tard, une fois le frère élevé à la dignité suprême de l’institution. Elle est justifiée «scynaladamente por trezientos e cinquenta uezes mil maravedts quel nos empresto por a cosas que auiamos muyto menesterpora quitar cosas que teniamos enpenadas de nuestra orden epor amantenimiento e retenençias de los nuestros castiellos».

223 BNF, Mss. français 6049, f° 151r°, publ. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, p. 770, doc. 4462.

224 BNV, RCG, vol. 280, f° 36r°. Les statuts d’Hélion de Villeneuve édictés à Rhodes en septembre 1335 entérinent cette pratique en accordant aux frères qu’aucun d’eux «ne face ni ne porte robe de necun drap qui caste plus de .ii. florins la canne ce elle ne li fust donnee par aucun parent ou ami sien et qui faudra seyt en setena etperda la robe».

225 Dans les registres prieuraux de Juan Fernández de Heredia, le fait ressort du nombre important des licences sollicitées par des frères pour déroger ponctuellement à l’obligation de stabilité afin de visiter leurs parents. Au nombre d’une quinzaine pour le seul printemps 1552, certaines demandes témoignent de mouvements d’une province à l’autre, comme ce fut le cas pour Juan Decon et Sancho Suarez, tous deux en résidence à Mallén, qui avaient manifesté le désir d’aller d’Aragon en Castille (AHN, Codice 601, ffos 144r° et 164v°).

226 Le fait ressort de l’accord de protection mutuelle conclu en mai 1316 entre le maître de Santiago Diago Muniz et l’archevêque de Tolède Gutierre Gomez, dans lequel entrent les parents et les amis de chacun des deux signataires. AHN, Clero, carp. 3026, doc. 18 : «Prometemos pos esta nuestra carta a buenaffe sin malenganno de nosamar bien e verdera mente el uno al otro e de nos ayudar segund nos conuiene cada uno en su estado contra todos aquellos que contra nos o contra nuestros estados e nuestras onrras vinieren o quissieren venir o contra nuestra eglesia e nuestra orden o contra nuestros vassallos o nuestros parientes o nuestros amigos saluo en todo e por todo sennorio de nuestros sennores el papa e el rrey don Alfonso.»

227 E. Rodríguez-Picavea Matilla, «Encomiendas calatravas situadas en concejos de realengo de la Meseta méridional castellana», p. 161.

228 I. Alfonso Anton, La colonizacion cisterciense en la Meseta del Duero, pp. 90-95.

229 Ainsi l’ont observé C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios y la nobleza castellanoleonesa », p. 27, et E. Rodriguez-Picavea Matilla, Laformación del feudalismo en la Meseta méridional castellana, pp. 279-284.

230 AHN, OM, libro 1344, P 641r°. Bien qu’il s’inscrive en contradiction avec la ligne générale de sa démonstration, soucieuse avant tout de couler l’administration seigneuriale des ordres militaires dans le schéma d’un ordre féodal auquel la péninsule Ibérique est demeurée largement étrangère, un tel fait a été signalé par E. Rodriguez-picavea Matilla, La formaciôn delfeudalismo en la Meseta méridional castellana, p. 280.

231 Dans son édition du testament, A. Rucquoi, « Le testament de doña Teresa Gil », p. 315, émet l’hypothèse qu’elle serait la fille illégitime du favori de Sanche II, Martim Gil de Soverosa, et non pas celle de son frère Alphonse III comme l’historiographie l’affirme d’ordinaire depuis M. Gaibrois DE Ballesteros, Historia delreinado de Sancho IVde Castilla, t. II, p. 394. S’il n’existe pas en l’état, en dehors des rares données rapportées dans son testament, d’informations permettant de préciser exactement l’ascendance de Teresa Gil, son appartenance à la plus haute noblesse et sa proximité avec les familles royales castillane et portugaise ne font aucun doute.

232 A. Rucquoi, « Le testament de dona Teresa Gil », p. 320 : «Mando a los frayres de Alcantara très mill maravedis fora rrefasimiento de la casa de Ciuptat Rrodrigo que yo tove dellos, e mando que les dexen la so casa de Xema endereçada e alinada segund disen las cartas que son ffechas entre mie ellos en esta rraçon. > ;

233 Ibid, p. 320 : « Et mando que dexen mtos testamentarios a losfreyres de la orden del Temple en Çeratan çinco yugos de buey alinnados con todos sos appareiamientos [...] Otrosi mando a los dichos ffreyres del Tenple las mis casas queyo e en Valladolit queyo compre que fueron de Nuno Fernandes de Val de Nebro con so bodega e con so huerta asi como estan endereçadasfor Çeratan que tove dellos.»

234 Ibid., p. 320 : «El mando a los freyres de la orden d’Ucles de que tove Barrueco Pardo tresmillmaravedts en dineros pora endereçarmento de la casa de Barrueco Pardo [...] E quitoles dozientas cargas de pan queyo preste a Johan Osorio, maestro de so orden, de que yo tengo so carta.»

235 AHN, OM, carp, 325, vol. II, doc. 36 : «Commoyo donna Jahana, niuger del muy noble inffant don Enrrique, conosco que rrepbo e tengo de uos don Johan Osores [...] e de vuestra orden el hospital de las Tiendas, que diçen de Bernait Martínez, con todas las cosas que aldicho hospital perteneçen [...] Et otro ssiprometo de uos quitar ssin danno m toda la mi vida de pento e diez cargas de pan que uos maestre e vuestra orden auedes a dara Ffernan Rruyz de Saldanna.»

236 C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilégias de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 619-620, doc. 386 : « E otrosi prometo por esto e por otros amores que rescibi de la borden de ayudare de guardar todas las cosas que la borden a en su derecho en quanto mi poder fuere. »

237 ACZ, leg. 13, doc. 18, publ. C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de Leôn », pp. 604-605, doc. 45 : « Otorgamos a vos don Suero,por la graçia de Dios obispo de Çamora, toda la heredad que nos avemos en Vtllamayor que es cabo Fuent del Saugo [...] con todos los otros derechos que hy avemos et aver devemos por juro de herdade por stempre jamas, por fazerdes della toda vuestra voluntad assi como de lo vuestro. Et esta damos a vos don Suero, obispo de Çamora el sobredicho, por mucho amor et por mucha aiuda que siemprefiziestes a la orden del Hospital et a nos. » Relevé par Ch. García, « Les entreprises de l’évêque de Zamora don Suero Pérez », pp. 52 et 61, l’accord a récemment fait l’objet d’une brève étude dans C, Barquero Goni, « Relaciones entre la orden del Hospitaly los obispos espanoles durante la Edad Media », p. 685.

238 ACZ, leg. 33, doc. 4, publ. J. L. Martin Rodriguez, Documentoszamoranos, pp. 139-140, doc. 169, et AH N, OM, carp. 570. doc. 4, publ. C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios en el reino de Leon », pp. 625-626, doc. 58 : « Et in eorum presentiam Martinus Pétri, magister scolarum, respondit quod reverendus pater domnus Petrus Iohannis, episcopus Auriensis, exceptiones contra domnum Aria Pelagii, archidiaconum memoratum, propovi fecerat quod dictus archidiaconus actinebat magno comendatori in linea permalle et erat beneficiato a dicto ordine et erat mm appellatum ad curtam romanam. »

239 Le cas n’était semble-t-il pas très différent pour les confrères, dont D. Carraz, « Les ordres militaires et la ville : l’exemple des commanderies urbaines de la basse vallée du Rhône », p. 288, a signalé qu’ils étaient liés aux milices par des obligations réciproques, puisque M. Gonzalez Jimenez, « Itinerario de Alfonso X », p. 776, a récemment mis en lumière le fait qu’il leur fut interdit au milieu du XIIIe siècle de prendre part aux charges municipales, cela pour éviter tout risque de les voir exercer des pressions au bénéfice de l’institution dans laquelle ils avaient fait profession.

240 AHN, OM, carp. 359, doc. 13, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés., pp. 420-422, doc. 213. Six ans plus tard, Calatrava à son tour abandonnait à titre viager ses terres de Penafiel au magnat et à sa femme (RAH, Col. Salazar, I-40, P 167r°, publ. L. Rubio García, La minoridad de don Juan Manuel, p. 147, doc. I).

241 F. Tommasi, « Uomini e donne negli ordini militari diTerrasanta », pp. 186 et 200.

242 A une date inconnue, l’aîné, Juan el Tuerto, reçut de l’Hôpital une donation incluant notamment la maison de Villalobos. À défaut du document original, la mémoire du contrat provient de l’inventaire des archives de Santa Maria de la Horta, établi en 1666 (AHN, OM, Indice 160, f° 103r°). Alfonso, le puîné, fut pour sa part gratifié en 1303, en guarda y encomienda, du monastère santiaguiste féminin de Destriana (ACL, doc. 680, publ. J. A. Martin Fuertes, Coleccion documentaldel Archivo de la Catedralde Léon, p. 61, doc 2730).

243 AHN, OM, carp. 261, doc. 13, publ. BS, p. 305. Cette donation a fait l’objet d’un commentaire succinct d’E. Benito Ruano, «La orden de Santiago en Asturias», p. 195.

244 Le fait a été relevé à travers plusieurs études de cas par S. de Moxô, « El patrimonio dominical de un consejero de Alfonso XI », « El auge de la burocracia castellana en la corte de Alfonso XI »,et « Juan Estévez de Castellanos. Elevaciony caida en un consejero regio ».

245 Id., « Relaciones entre la Corona y las ordenes militares en el reinado de Alfonso XI », p. 157.

246 AHN, OM, carp. 464, doc. 235et 237, publ. Id., « El auge de la burocracia castellana en la corte de Alfonso XI », pp. 38-39, doc. 3 et 4. Les biens laissés à Fernan Rodriguez Pecha consistaient en une maison à Azequiella et en une terre à Majanta, situées toutes deux près de Hita, qu’il reconnaît être tenu de remettre à Calatrava à sa mort.

247 AHN, OM, carp. 464, doc. 237 bis. L’échange portait sur les domaines de l’Ordre à Olmos, dans la vallée de l’Esgueva, qui furent remis au chroniqueur en échange des terres qu’il détenait à Cordoue.

248 ADA, caja 2, doc. I1 Mentionné par J. M. Calderón Ortega, « Diego Fernández de MéMédina : consejero de Alfonso XI y senor de Bobadilla »,p. 189, l’échange porte sur différentes propriétés de la milice, proches de Medina del Campo, que l’officier obtient en échange de biens situés dans la paroisse sévillane de Santa Lucia.

249 C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la nobleza castellano-leonesa », p. 35. Les frères de l’Hôpital n’étaient toutefois pas les seuls à être liés dès la fin du XIIIe siècle aux cercles curiaux et Juan Alfonso de Arenillas, qui exerçait la dignité de repostero mayor, a pour sa part privilégié le contact avec Calatrava, ainsi que l’a souligné H. Grassotti, « El repostero en Leon y Castilla », p. 55.

250 L’épisode a été analysé en détail par D. Catalan, « Un romance historico de Alfonso XI », et Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena ».

251 AHN, OM, carp, 261, doc. 10 : « Por rrazon queyo enbie rrogar por mis cartas a uosdon Garçi Fernandes, maestre de la orden de Sant Yago, […] que diessedes a AluarNunnes Osoryo, mio camarero majore justifia mayor de la mi casa, el vuestro castillo de Pena Gusende, que lo touiesse de vos pora en ssus dias. Et vos, porcomplir mio rruego e otrossi por ayudas que ffizo e ffara Aluar Nunnes a uos e a vuestra orden e sennalada ment porel seruiçio que el a mi ffaze, touiestes por bien del dar el dicbo castiello que lo tenga de uos segund dicho es. »

252 AHN, OM, carp, 570, doc. 9, publ. Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena », pp. 1343-1344, doc. 3, et BA, pp. 160-161, repris dans B. Palacios Martin (éd.), Coleccion documentai medieval de la orden de Alcântara, t. I, pp. 373-375, doc. 523.

253 AHN, OM, carp. 570, doc. 9 : « Quin immo per talem contractum euidens ipsius Hospitalis utilitas procuratur eoque tibi et prefato Hospitali expedit et utile uidetur, pro récupérations bonorum dicti ordinis quondam Templi in dictis regnis consistentium, dicto Aluaro complacere. »

254 Réservée à une décision ultérieure lors de l’abolition du Temple en 1312, la dévolution des biens castillans de la milice fut assurée le 14 mars 1319 à l’Hôpital par une bulle de Jean XXII (AHN, OM, carp. 570, doc. 8, publ. Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena », pp. 1340-1343, doc. 2). Cependant, la mesure n’était pas facile à appliquer et de nombreuses terres templières restèrent durablement en d’autres mains, ainsi que l’ont observé C. Estepa Diez, « La disolution de la orden delTemple », pp. 169-171, et : C. Barquero Goñi, « La orden del Hospitaly la recepcion de los bienes templarios », pp. 548-549.

255 Il est difficile de savoir si cet échange fut effectivement réalisé. C. Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla », p. 42, doute qu’il ait réellement été effectué, au vu de la façon dont, l’année suivante, Alvar Nunez Osorio fut chassé du pouvoir à l’occasion de la révolte armée du prieur. Pourtant, parmi les places restées fidèles au comte lors de sa disgrâce figure, dans la version de l’événement rapportée dans le Poema de Alfonso Onceno, str. 308, p. 104, le château de San Pedro de Latarce, ce qui tendrait à suggérer que le contrat était entre-temps entré en vigueur.

256 J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 63-64. S’il se trompe en attribuant au pape Jean XXII la paternité du projet de l’échange, alors que celui-ci s’était borné à réagir à l’initiative de Fernan Rodriguez de Valbuena, l’auteur écrit très justement l’objet de cet accord était de capter la faveur politique du favori d’Alphonse XLI.

257 Pour les Templiers, les modalités de la profession des membres sont rapportées en détail dans les actes de l’interrogatoire de Medina del Campo, publiés par J. M. Sans t Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », pp. 249-264. Aux enquêteurs qui les questionnaient sur la nature des vœux qu’ils ont prononcés lors de leur réception dans la milice, le chevalierAlfonso Diáz et le sergent Pedro répondirent ainsi : « Post hec fécerunt ipsum turare servare obedienciam suis maioribus et vivere sine proprio et servare castitatem et non exhedare aliquem christianum nec subponere quod exhedaretur in loco ubt ipse haberet posse, et servare bonos usus et bornas consuetudines ordinis et succurrere Terre Sancte pro posse » (ibtd., pp. 250 et 256).

258 D. Lomax, La orden de Santiago, p. 221, doc. 1 : « En obediencia guardar quierm merecer la gracia de Aquel que fue obedient al Padre tro a la muert ; ca la uirtud de obediencia mays sea acceptable a nuestro Sennor que sacrificio. »

259 Ainsi l’ont bien fait valoir D. Rodriguez Blanco, « La organizacion institucional de la orden de Santiago », p. 170, et M. Echaniz Sans, Las mujeres de la orden militar de Santiago en la Edad Media, p. 230.

260 ACC, caja Q, doc 74, et A Benavides, Memorias de don Fernando IV, t.II, pp. 444-445, doc 298.

261 AHN, Côdice 602, f 141r°. Le fait ressort du mandement adressé en décembre 1356 parle prieur castillan de l’Hôpital, Juan Fernández de Heredia, à Rodrigo Alfonso de Logrono, commandeur d’Oruna et de Vallejo, et à Gonzalo Rodriguez de Montoya, commandeur de Cuenca et de Bamba, afin qu’ils lui remettent les arriérés des sommes dues pour le fermage des baylies d’Olmos et de Quiroga : « Por que uos dezimos e mandamosfuertment e destrecha en virtut de sancta obediencia que luego en continent vista la present los dichos mill quatrocientos florinos dedes e paguedes en nombre nuestro e pornos a los honrrados Johan Lopez de Torres, de casa del sennyor rey de Castilla, e fray Johan Lopez de Torres, procuradores nuestrosgenerales o a qual quiere dellos. En otra manera si, lo que Dios non mande, esto fer recusades certificamos uos que nos enanteremos contra uos e cada uno de uos porjustiçia de nuestra orden segunt el establimiento de don fray Elion de Villanoua, maestro que fue de nuestra orden, el qual fue facto en Montpesler. »

262 L’événement est rapporté dans les définitions de l’infant Enrique de 1440. AHN, Côdice 668, s. f., cité par D. Lomax, « A Lost Médiéval Biography », p. 153 : « En tiempo del maestre don Pelayo Pérez, Correa, que Dios aya, nuestra orden e religionpadescio muchos damnos e al dicho maestre vino granddetrimientoporlos cavallerosde nuestra orden en aquella sazon [...] non le quererdar las fortalezas que tem’an quando el maestre gelos demandava. »

263 BS, pp. 244-245. Le fait ressort d’un bref adressé en 1299 par Boniface VIII à l’archevêque de Tolède et lui signalant que « quidam fratres ordinis miiitie Sancti Iacobi, temerariis ausibus, relaxatis habentis ac spiritu rebellionis assumpto, quaedam castra et loca mumta eiusdem ordinis in frontaria Sarracenorum illarum parttum existentia proditionaliter occupantes, non solum magistro et aliss fratribus dicti ordinis verum etiam convicinis christianis ipsorum partium, filti Sarracenorum potentia quos inibi receptarant, guerram durissimam facerepresumabant et quod gravius est commmabantur publice castra el loca predicta Sarracenis omnino traders etperpetuo submittere dominio eorumdem, nisi prefatus magisteruna cum capitula dicti ordinis quosdam domos seu comendas ordinis memorati fratribus ipsis rebellibus concederent ab eis perpetuo retinendas ».

264 Le maître d’Alcan tara Ruy Vâzquez fut ainsi démis de ses fonctions par le maître de Calatrava au début de l’année 1318 pour maintenir l’unité d’une milice dont de nombreux membres s’étaient révoltés contre son autoritarisme jugé excessif (BC, pp. 173-176).

265 L’exemple le plus remarquable est celui de Fernan Rodriguez de Valbuena, dont plusieurs frères de l’Hôpital avaient exige la destitution à l’occasion de sa révolte contre Alvar Nunez Osorio. Le fait est rapporté par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 67, p. 214, et par la Cran Crónica de Alfonso XI, t.I, chap. 82, p. 428. Il est confirmé par une lettre des autorités municipales de Zamora, datée du 9 juin 1328, au maître de l’Hôpital, Hélion de Villeneuve, lui demandant de ne pas faire cas des dénonciations envoyées à Rhodes contre le prieur (BN V, SO, vol. 20, doc 5). Il faut signaler que par suite de l’oubli du décompte des trente-huit ans de l’ère hispanique, le document a été daté de 1366 par J. Delaville LE Roulx, Les archives, la bibliothèque et le trésor de Tordre de Saint-Jean de Jérusalem, p. 40, et à sa suite par A. Zammit Gabarretta et J. Mizzi, Catalogue of the Records of the Order of St. John of Jérusalem, t. I, p. 87. C’est seulement après le succès de la révolte en question qu’il fut demandé aux autorités de Rhodes de conserver sa charge au prieur, ainsi que l’ont fait valoir la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 72, pp. 217-218, et la Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 93, p. 450.

266 AHN, OM, libro 1345, ffos 98r°-99v°. Ce document a été publié en appendice de l’étude de C.de Ayala Marti’nez, « Un cuestionario sobre una conspiration », pp. 87-89.

267 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 72, p. 217, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. 1, chap. 93, p. 450 : « Desque elpriorovo las cartas del papa e del maestre en como le otorgaua el prioradgo, enbio gentes a un lugar a do estaua Alvar Nunez de Sarria, que se llamaua prior, e fizolo prender, e a otros freyles de la dicha horden, e dellos mato e dellos encarçelo para siempre, e otros algunos fuyeron del rreyno por su miedo. E quedo elprior don Fernando Rrodriguez, en su prioradgo por toda su vida.»

268 Ainsi l’expriment très bien les statuts de Calatrava de 1304 publiés par J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 264, repris dans Id, The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : « E si de aqui adelante, algunos freiles se alçaren con moros o con christianos contra la orden que fagan la pena de conspiradores e que sean encarcelados gravemente que nunca salgan ende. » Deux ans plus tard, révolte contre le maître et rébellion contre l’Ordre étaient même totalement assimilées dans les définitions d’Alcantara publiées par Ph Josserand, « Pour une étude syssystématique»,p. 337,et B. Palacios Martin (éd.), Coleccion diplomâtica médiéval de la orden de Alcantara, 1.I, p. 287, doc. 434 : « Otrosi mandamos que si algund freire se alçare con moros o con christianos o contra el maestre o contra su orden, lo que Dios non quiera, sea en poder de conspiradory sea encarçelado para siempre. » Une phrase semblable est reproduite dans les définitions d’Avis de 1342 (A. Javierre Mur, « La orden de Calatrava en Portugal », p. 340).

269 La rivalité pour le contrôle de l’Ordre a été bien décrite par J. O’ Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 259-260, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

270 Id., « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 264, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : «E si algun freyre se alzare con castiello o con cassa de la orden contra su maestre que sea encarcelado por dos anos, e non sea perdonado, a menos de todo el convento o los mas o los mas ancianos, e sea echado de la casa para siempre.»

271 En 1336, de nouvelles définirions revenaient au principe d’une peine d’emprisonnement à vie pour les rebelles (ibid., p. 279).

272 Le fait a été confirmé par L. Corral Val, LOS monjes soldados de la orden de Alcantara en la Edad Media, pp. 245-246, et par K. Toomaspoeg, Histoire des chevaliers teutoniques, p. 60.

273 Ce point a été relevé, dans l’introduction au traité qu’il a rédigée, par D. Lomax, « Pedro Lopez de Baeza », p. 155. De nombreux passages de l’opuscule font en effet de l’obéissance une valeur absolue, par exemple le deuxième chapitre, qui lui est entièrement consacré : La obediencia es la mas noble cosa que ha en el mundo nin que Dios mas amo [...] Et los obedientes btven seguros en su horden e stn bolliçio e non creçe entre ellos cobdiçia ntn enbidia, por que los bienes de su horden sean destruidos, e btven siempre segunt Dios e su horden, e si su maestre algunas cosas faze para enderesçamiento de su horden, non lo deven rreprehender, mas dévense siempre guiar por él. E sabed que en la obediençia se enmiendan las malas voluntades, eguardanse los caminos, e enrnqueçe la tierra, e son honrados los buenos. Ca nunca fue freire que deobedeçiese a su majore a su horden que non oviese malafin » (ibid. 161).

274 P. Linehan, « The Church, the Economy and the Reconquistain Early Fourteenth-Century Castile », p. 296, repris dans ID., Past and Présent in Medieval Spain, XI.

275 Plusieurs auteurs ont signalé cette distinction à propos des ordres militaires, à l’instar de D. Rodriguez Blanco, « La organizacion institucional de la orden de Santiago », p. 170, et J. Burgtorf, « The Order of the Hospital’s High Dignitaries and their Claims on the Inheritance of Deceased Brethern », p. 261.

276 C’est ainsi que les moines cherchèrent à résoudre l’épineuse contradiction entre pauvreté individuelle et richesse collective, dont le caractère crucial a été très bien souligné par A. Vauch EZ, La spiritualité du Moyen Age occidental, p. 104.

277 Le fait a été mis en évidence pour Santiago par D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 90-91, et à l’échelle internationale, pour l’ordre teutonique, par I. Sterns, « Crime and Punishment among the Teutonic Knights », p. 93.

278 BNM, ms. 8582, f° 56r° : «Quien touiere propio sea dexcomulgado e anatematizado en la iglesia en dut de Navidad o en dia de Pascua de Resureçion o en la fiesta de Pentecoste ante que comulgue.»

279 Le texte des définitions de Gonzalo Ruiz Giron de 1275 a été publié dans BS, p. 220, et repris par B. de Chave s, Apuntamiento légal sobre el dominio solar de Santiago, f° 27r°.

280 En attestent les définitions d’Alcantara de 1306, publiées par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 337, et B. Palacios Martín (éd.), Coleccion diplomatica médiéval de la orden de Alcantara, t.I, p. 288, doc, 434 : «Otrosi mandamos que si alguna beredad de la orden estuviere perdida que el maestre nin lot freires non la quieran cobraro non puedan e algund freire a su costa o por su saber lo cobrare o fiziere moltnos o ferrerias o ttendas o casas de nuevo de qual quier natura que sean que con consejo del maestre e de los ançianos que lo aya en su vida e despues de su vida finque livre y quito para la orden.»

281 AHN, OM, carp. 411, doc, 26 bis, publ. M. Echâniz Sans, El monasterio femenino de Sancti Spiritus de Salamanca, pp. 56-59, doc. 30 : «Tenemospor bien que todas las duenas que entraren en este monasterio que puedan levar consigo todos los bienes que ovieren, tan bien mueble como rayz, pero en tal guisa que los heredamientos que los venden del dia que entraren en la orden fasta un ano e a taies onmes que nos fagan por ellos los fueros e los derechos que debieren.»

282 Un même constat a été fait pour les Hospitaliers aragonais par A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », p. 109, repris dans ID., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, XV.

283 AHN, OM, carp. 243, vol. I, doc 19. En novembre 1305, Fernan Fernández, criado du maître de Santiago Juan Osorcz, admettait devoir au futur maître García Fernández, alors commandeur d’Ocana, la somme de mille deux cents maravédis, reconnaissant devant témoins que « estas maravedis dichos vos devo de prestamo que me prestastes por me ffazer placer a tiempo que los auie mucho menester»

284 AHN, OM, carp. 16, vol. II, doc. 44, publ. M. Rodríguez Llopis, Documentos de los siglos XIV y xv, pp. 6-8, doc. 3. Le fait ressort des plaintes adressées en 1331 par deux Santiaguistes, Suer Flores et Gonzalo Yanez, commandeurs de Yeste et de Socovos, aux autorités municipales d’Orihuela, accusées d’avoir capturé deux musulmans résidant à Letur, qu’ils avaient envoyés « por sus mandaderos e con sus cartas a tierra de moros so guarda e defendimiento de buena tregua que es puesta entre nuestro sennorel rey de Castiella e el rey de Granada et otrosi entre la buenapaz que es entre el rey de Castilla e el rey de Aragon,para conprar siellas e joyas para presentar al maestre e para si ».

285 Les statuts de Calatrava de 1325, publiés par J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 273, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII, constituent la dernière référence au principe de propriété commune : « E como todas las cosas deben ser comunes, mandamos que ningun comendador non coma vianda apartada en convento».

286 La dureté du châtiment dont était passible le frère qui rédigerait un testament ressort clairement des définitions de Calatrava de 1304 : ibid, pp. 266-267 : «Et mandamos que mngun freyre que non faga testamento. E si lo hiciere e viviere que pierda el caballo e sus armas e la casa e sea echado a la puer ta del conbento. E si muriere que sea desoterrado e non lo sotierren.» Une peine identique était prévue dans les statuts d’Alcantara de 1306 publiés par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 336, et B. Palacios Martin (éd.), Coleccion diplomatica medieval de la orden de Alcantara, t. I, p.286, doc. 434, ou dans ceux d’Avis de 1342, transcrits par A. Javierre Mur, «La orden de Calatrava en Portugal», P. 339. De la même manière, il fut interdit aux frères de l’Hôpital de tester tout au long du XIVe siècle, comme l’a bien signalé J. Sarnowsky, « DerTod des Grosmeister der Johanniter », p. 209.

287 J. O’ Callaghan, «The Affiliation of the Order of Calatrava», p. 24, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

288 AHN, OM, carp. 99, doc. 37, publ. P. Iradiel Murugarren, « Bases economicas del hospital de Santiago en Cuenca », pp. 240-242, doc. 36.

289 O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones ofthe Order of Calatrava », p. 267, repris dans ID., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII.

290 AHN, OM, libro 1344, f° 164v° ; « Otorgo que do en ofrenda e en limosna e en remission de mis pecados a uos don Rui Perez, maestre de la caualleria de Calatraua, e a los freiles de la dicha orden que aora son y seran de aqui adelante para todos tiempos las casas e los olivares e los molinos que yo herede de mi padre en Seuilla e en su terminopor juro de heredat para siempre jamas a vos e a vuestra orden para dare bendere enpenare enagenar e para façer dello et en ello todo aquello que vos quisierdes asi como de lo vuestro mismo [...] e a esto tenere cunplir obligo los btenes queyo he e avre daqui adelante doquier que sean asi muebles como raices e por que esto sea firme e non benga en dubda dobos esta carta seellada con mio seello colgado. »

291 AHN, OM, carp. 69, doc. 10. En 1329, Ruy Pérez, commandeur santiaguiste de La Membrilla del Tocon, recevait ainsi du maître, à titre viager, les maisons que l’Ordre possédait à Jaén, qu’il s’engagea à réparer sous l’obligation de tous ses biens : « Epor todo esto guardar e ffàzer e conplir segunt se sigue obligo todos mis btenes assy muebles como rrayzes los que oy dia he e aure cabadelante por o quier que los yo aya a nos eldicho maestre e ffreyles e a la dicha orden. » Une clause semblable se retrouve en 1357 dans un acte par lequel Bernaldo de la Roca, commandeur du château de Santiago, empruntait mille maravédis au chancelier du maître, Suero Gutiérrez de Labares (RAH, Col, Salazar, M-48, f° 179r°-v°).

292 En témoigne, dans les années 1340, le prieur d’Uclés, Fernân Rodriguez, qui acheta à Ocana, pour six cents maravédis, une maison jouxtant un édifice qu’il avait acquis auparavant (BS, p. 309).

293 D. Lomax, « Pedro Lopez de Baeza », p. 154, a signalé le peu de cas que l’auteur du traité fait de la pauvreté : s’il ne reprend pas dans le texte l’éloge de la richesse contenu dans son modèle, les Flores de Filosofia, plusieurs passages révèlent toutefois que sa pensée est loin d’être ascétique dans la mesure où il va jusqu’à promettre aux ffères de Santiago, pour récompense de leur bonne conduite, à la fois la fortune dans le siècle et le salut de leur âme.

294 E. Sastre Sánchez, « Matrimonio y vida religiosa en la orden de Santiago ».

295 J. Sarnowsky, « Gender-Aspekte in der Geschichte der geisdichen Ritterorden », p. 171.

296 De la même façon, pour les Teutoniques étudiés par I, Sterns, « Crime and Punishment among the Teutonic Knights », pp. 97-98, l’essentiel des infractions au vœu de chasteté se situent à partir du gouvernement de Konrad von Erlichshausen, au milieu du XIVe siècle.

297 L’idée a été défendue à l’échelle de la péninsule Ibérique par J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 25, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

298 E. Cabrera Muñoz, « Notas sobre la muerte del maestre Gutierre de Sotomayor », p. 185,

299 M. A. Jordano Barbudo, Arquitectura médiéval cristiana en Cordoba, p. 114.

300 Pour éviter une telle tentation, il suffit d’évoquer le scandale homosexuel dans lequel, au moment de la conquête de Rhodes, fut impliqué le prieur aragonais de l’Hôpital, accusé d’avoir empêché jusque sur leur lit de mort deux de ses écuyers de se confesser pour éviter qu’ils ne révèlent la nature des relations qu’ils entretenaient avec lui. L’affaire a été relatée par A. Luttrell, « Hospitalier Life in Aragon », p. III, reproduit dans Id., The Hospitaliers of Rhodes and their Mediterranean World, XV, et « Templari e Ospitalieri : alcuni confronti », p. 139.

301 M. S. Alves Conde, Tomar medieval. o espaça e os homens, pp. 176-178.

302 M. Zapater y López, Cister militante en la campana de la Iglesia contra la sarracena furia, p. 455. Le chroniqueur attribue au maître d’Alcantara un bâtard, Alfonso Fernândez Barrantes, qu’il aurait donné en mariage à Aldonza de Pereiro, fille de Garci Fernândez de Pereiro, lui-même neveu de l’un des premiers supérieurs de l’Ordre. L’auteur prétend s’être appuyé, pour établir ces éléments de généalogie, sur des papiers copiés dans un fonds deTrujillo, l’Archivo de los Senores de la Cumbre, inventorié au début du XVIIe siècle. Il ne m’a pas été possible de vérifier ses assertions.

303 J. Solano DE Figueroa Y Historia eclesiástica de la ciudad de Badajoz, pp. 83-84. Soucieux d’établir la généalogie de Rodrigo Martel, alcaide de la forteresse de Séville et gouverneurde la ville pour l’infant Enrique dans les dernières années du règne de Jean II, le chroniqueur lui attribue comme trisaïeul en ligne paternelle Gonzalo Pérez Martel, grand commandeur de Santiago en Castille, fils de Gonzalo Martel, maître de l’Ordre durant quelques mois en 1287.

304 Gómez Suárez, le fils du maître, aurait été armé chevalier de la main de Juan Alfonso de Albuquerque lors des fêtes qui suivirent le couronnement d’AlphonseXI, à en croire fa Crónica delrey don AlfonsoXI, chap. 101, p. 237, et de la Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 122, p. 514.

305 RAH, Col. Salazar, O-6, f° 128r°-v°.

306 Six documents se rapportent au fils de Fernán Pérez Ponce, appelé Ruy Ponce de Léon. Le plus ancien, daté du 16 avril 1364, consiste en la donation qu’il fit au chapitre cathédral de Leon de terres situées à Villarente qu’il avait reçues du souverain (ACL, doc. 1705, analysé par C. Álvarez Álvarez, Coleccion documental del Archivo de la Catedral de Leon, p. 30, doc. 3177). Le dernier est son testament, donné en 1406 dans la ville de Vega, dont il était le seigneur en vertu d’un privilège d’Henri II (RAH, Col. Salazar, M-50, ffos 172v°-174v°).

307 En 1258, Rodrigo Peláez et sa femme Elvira Rodríguez professaient dans l’ordre de Santiago. Ils choisirent de se séparer, alors que rien ne les y contraignait, et de promettre une continence absolue (ACZ, leg. 16, vol. II, doc. 37,publ.J. L. Martin Rodriguez, Documentas zamoranos, pp. 135-136, doc 164). Les circonstances d’une telle profession, dont le mari devait rapidement contester la validité, ont été étudiées en détail par P. Linehan, Les dames de Zamora, pp. 23-24.

308 À titre d’exemple, les définitions sanriaguistes édictées en 1265 rappellent aux frères l’interdiction de dormir nus. BNM, ms. 8582, f° 65v° : «Establesçido es quefreyre ninguno non yaga desnudo sin calpas e el que lo fiziere caya en penitençia de quinze viernes.»

309 En 1336, les statuts de Calatrava interdirent à toute « mujer de suspeccion » de séjourner à l’intérieur de l’enceinte du couvent d’Alcaniz, ainsi que l’a signalé J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 179, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and ils Affiliates, VII. Pour l’Hôpital, les statuts de 1354, édictés par le maître Pierre de Corneilhan, écartaient de toute responsabilité dans l’institution les frères réputés entretenir à leurs côtés une concubine (BNV, SO, vol. 69, f° 20r°-v°).

310 Pedro Garces de Cariñena, Nobiliario de Aragon, p. 165 : « Queremos que los ditos maestro e freires cavalleros, por vivir honestament et evitar vicio de carnalidad, puedan entrar en el dito orden e rescivir el havito de aquel, haviendo mulleres légitimas e puedan cassar si querran, » Une concession similaire peut être observée dans les statuts de l’ordre de la Passion, projeté par Philippe de Mézières à la fin du XIVe siècle, comme l’a bien signalé Ph. Contamine, « La place des femmes dans les deux premières règles de l’ordre de la Passion », p. 81.

311 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las très ordenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcantara, part. II, ffos 10v°-11r°.

312 Un regard d’ensemble sur l’événement est proposé par J. O’Callaghan, «The Affiliation of the Order of Calatrava», pp. 187-188, repris dans Id., Tbe Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

313 Le fait a été bien souligné par C. de Ayala Martínez, «Ordenes militares hispanicas : reglas y expansion geografica», pp. 63-65. L’auteur a récemment développé sa démonstration dans une étude remarquable, largement consacrée au sujet : Id., «Ordenes militares castellano-leonesas y benedictinismo cisterciense», en particulier pp. 536-541.

314 A. Forey, «Rank and Authority in the Military Orders», pp. 316-323.

315 M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 214-221.

316 AHN, Clero, carp. 368, doc. 17, publ. L. Serrano, Cartulario de San Pedro de Arlanza, pp. 269-270, doc. 149, et M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 361-362, doc. 153.

317 AHN, OM, carp. 8, vol. III, doc. 3, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, PP-357-358, doc. 147.

318 AHN, OM, carp. 8, vol. III, doc. 7, publ. ibid., pp. 410-411, doc. 201.

319 AHN, OM, carp. 339, doc. 11, publ, ibid, pp. 412-413, doc. 203, et A. Quintana Prieto, La documentation pontificia de Inocencio IV, t. II, p. 554, doc. 610 : «Cum in Uclensi oppido, in quo prioratus eorum existit, non nisi per unam portam baberi possit introitus et egressus, magister et fratres milites prioratus eiusdem in eadem porta que debet esse commuais sibi prerogativam malitiose vindicat et, pro quibusdam levivus verbis vel causis, que iidem prior et clerici vel ipsorum aliquis babent cum predictis magistro et fratres vel aliquo eorum, ad predictam portam proprios janitores, qui aliquem ex ipsis clericis aut eorum servientibus per eam non permittunt ingredi vel egredi propter quod interdum intereos odia et scandala oriuntur et suscitantur etiam jam sopita.»

320 Le fait a été bien souligné par M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 219-220.

321 Publiée par B. Lucet, Les codifications cisterciennes de 1237 et 1257, p. 234, la codification cistercienne de 1257, reprenant un texte de vingt ans antérieur, relève ainsi que «conceditur fratribus de Calatrava ut cum ad domos nostras venerint sint cum monachis nostris in choro, capitulo, refectotio et infirmitorio. In choro vero, magister eorum erit immédiate post sacerdotes. Alii fratres laicipost omnes monachos supra novicios locabantur. Cierici vero eorum secundum tempas suum in ordine inter monachos habebunt locum. In capitulo autan magister eorumpost prioren sedebit. Ceten vero, tam clerici quam laici, in capitulo et in refectorio ordines suos babebunt».

322 En témoignent les définirions de Pelayo Pérez Correa édictées à Robredo de Montanchez en 1259. BNM, ms. 8582, f 64r° : « Establesçido es que si estos freyres cauallerose los clerigos llegaren a la bayha que touiere elfreyre que non fuere cauallero que elfreyre cauallero o clerigo de misa sea comendador en quantoy morare en corner e en beuer e en liçençia. Establesçido es que freyre cauallero o clerigo llegare a la baylia de los caualleros e elfreyre cauallero sea comendador [...] e si fuere clerigo baylio el clerigo sea comendador. » Quelques mots du texte original ont été omis par le copiste.

323 Le fait ressort des définirions édictées à Mérida en 1274 et en 1310 : BNM, ms. 8582, f° 451° : «Otorgamos e stablesçemos que el maestre e los freyles den bien e conplida mente a lospriores de su orden los diezmos de todas las cosas que les Dtos diere e los dichospriores que rreparen las Iglesias de la orden e les den los ornamentos nesçesarios segundla nuestra orden manda.» ; BS, p. 263 : «Otrosi que nos el maestre e los comendador es demos complidamente los diezmos de las labranças e crianças e de todas las otras cosas que ellos an avere les nos dar debemos cada uno al prior de qualquierprioradgo que fuere, porque los priores e los otros clerigos ayan de que se mantengan e con que repartan e enderezen las cosas necessarias para las Iglesias que son tenudos a reparare enderezar.»

324 A titre d’exemple, trois bulles de Jean XXII visaient au printemps 1320 différents commandeurs de Santiago accusés de ne pas faire droit des dîmes au couvent central voire, dans les cas de Diáz Grimez et de Rodrigo Yanez Mexia, responsables d’Uclés et de Segura de la Sierra respectivement, d’avoir attenté en employant la violence aux intérêts des clercs de l’Ordre (BSpp. 278 et 282-283).

325 L’élite des frères participant régulièrement au chapitre général des institutions a récemment retenu l’attention de C. de Ayala Martínez, « Podery representividad en las rirdenes militares », pp. 35-38, et Las órdenes militares hispanicas en la Edad Media, pp. 318-321.

326 Arrêtée pour les institutions de Terre sainte, à l’instar de l’Hôpital, comme l’ont relevé J. Riley-smith, The Knigbts of St. John in Jérusalem and Cyprus, pp. 363-364, ou encore H. Nicholson, The Knights Hospitaller, p. 72, cette périodicité annuelle a été reprise parles milices ibériques comme Santiago, où elle est établie dans la règle castillane du milieu du XIIIe siècle, publiée par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 227.

327 En Castille, il n’existe pas d’autre liste des chapitres convoqués parles milices que celle autrefois établie par D. Lom Ax, La orden de Santiago, p. 288, répertoriant les réunions de Santiago entre 1199 et 1275. L’information apportée a été reprise à l’identique par bien des auteurs, à l’instar de M. Lopez Fernández, «Sobre la muette y enterramientos de un maestre santiaguista», p. 762, et, lorsqu’elle est complétée, elle ne l’est que très partiellement, comme le révèle l’étude consacrée à Mérida par J. V. Matellanes Merchan, «Organizacion socio-economica del espacio extremeno: las encomiendas santiaguistas de Mérida y Montanchez», pp. 184-185, qui occulte la moitié des réunions tenues après 1275 dans une ville dont J. L. de la Montana Conchina, La Extremadura cristiana. Poblamiento, podery sociedad, p. 71, a récemment rappelé l’importance à l’échelle de cet Ordre.

328 Bien que la nature fragmentaire des sources templières ne permette pas de réunir plus d’une dizaine de mentions de chapitres généraux, le fait que plusieurs de ces derniers aient été rassemblés à une année d’intervalle, comme en 1254,1255 et 1256, respectivement à Benavente, Alcanices et Mayorga, suggère un rythme régulier. Ces données ont été fournies parG. Martínez Díez, LosTemplarios en la Corona de Castilla, p. 67. Cette idée d’une périodicité forte est corroborée par d’autres éléments, extraits de documents inédits qui attestent de convocations de chapitres jusque-là inconnues, comme celle qui eut lieu en 1278 dans la baylie de Jerez de los Caballeros (ACZ, leg. 13, doc. 7, cité par J. C. de Lera Maillo, Catâlogo de los documentas medievales de la Catedral de Zamora, p. 288, doc. 902).

329 L’ambiguïté des références aux chapitres de Calatrava a été bien soulignée par J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 19, reproduit dans Id., The Spanish Military Order ofCalatrava and its Affiliates, I. L’auteur s’est toutefois trompé quand il a affirmé que la plus ancienne référence à un cabildogénéral remontait à 1383, puisqu’il en existe avant cette date une demidouzaine, plus particulièrement dans la première moitié du XIVe siècle, comme en 1331 (AHN, OM, carp. 464, doc. 228), 1337 (AHN, OM, carp. 464, doc, 237 bis) ou 1346 (ANTT, Ordem de Avis, doc. 388). La tenue de telles réunions est sans conteste largement antérieure à l’apparition dans la documentation du terme de cabildo général en remplacement de l’expression todo el convento, qui, citée en 1252 (AHN, OM, carp. 459, doc 107) ou en 1294 (AHN, OM, carp. 426, doc 148), me paraît désigner la même réalité.

330 AHN, OM, libro 1347, ffos 71r°-74r°. Dans un échange réalisé en 1348 entre Calatrava et Femàn Sànchez de Valladolid, le procureur de l’Ordre, Alfonso Gômez, fait valoir l’acte par lequel l’institution lui a délégué le pouvoir d’agir en son nom, qui lui a été décerné, le Ier avril de l’année précédente, lors d’une réunion capitulaire tenue à Calatrava en présence de quarante frères censés représenter la plus grande partie de l’assistance.

331 En cela, il convient de s’inscrire en faux contre la restriction aux seuls commandeurs postulée par C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios en el reino de Leon », p, 363.

332 La mission du chapitre a été fort bien exposée par C. de Ayala Martínez, « Ordenes militares hispanicas : reglas y expansion geografica », pp. 80-81. Dans une ligne similaire, un développement lui a été récemment consacré par J. V. Matellanes Merchán, « La estructura de poder en la orden de Santiago », pp. 299-303.

333 AHN, OM, carp. 460, doc. 144.

334 L’expression est employée par Innocent VT en 1354 dans une lettre enjoignant aux archevêques de Saint-Jacques de Compostelle et de Séville de confier à l’infant Fadrique, récemment déclaré majeur, la réalité de la dignité de maître de Santiago, dont il avait été investi alors qu’il était encore enfant (ASV, Reg. Vat. 226, ffos 249v°-250r°, publ. J. Trenchs Odena, Diplomatario del cardenal Gilde Albornoz, t. II, pp. 171-173, doc. 187).

335 C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilégios de la orden de San Juan de Jerusalén, p. 589, doc. 365.

336 Pareille situation n’était pas spécifique à la péninsule Ibérique. Elle a été analysée pour l’Hôpital en Orient, lors de ta crise des années 1290, par A. Forey, «Constitutional Conflict and Change in the Hospital of St.John», repris dans Id., Military Orders and Crusades, X.

337 Primera historia de la orden de Santiago, p. 370 : « Un comendador mayar de dicha orden llamado Gonçalo Ruiz Giron, que despues de sus dias subçedio en la dignidat maestral, con otro comendador de Segura de la Sierra, i con los treze de la orden, deziendo ser dilapidador este maestre don Pelay Perez Correa, i que la dignidat maestral no era perpetua, salvo a voluntad de los treze, lo depusieron de maestre, syn lo llamar i oyr, niguardaren ello la forma del derecho segund se re queria.»

338 C, de Ayala Martínez,« Las ôrdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidacion de los maestrazgos », p. 267.

339 BS, p. 167, repris par A. Quintana Prieto, La documentacion pontificia de Inocencio IV, t. I, pp. 283-284, doc. 254,

340 C. de Ayala Martínez, « Las ôrdenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidaciôn de los maestrazgos », pp. 269-270,

341 Ainsi l’a fait valoir C. Barquero Goni,« LOS Hospitalarios en el reino de Leon », p. 363. Le fait ressort de l’achat d’une terre à Villar del Pozo et d’une prise d’eau sur le Guadiana, réalisé en 1250 par Fernan Rodriguez, prieur de Castille et grand commandeur d’Espagne. Le document signale que la transaction a reçu l’aval d’une commission de dix Hospitaliers, dont la liste est précédée d’une mention inéquivoque : «Estas son los freiles de Castilla e de Léon que dexo el cabildo que quanto ellos con nos fiziessen que lo otorgava el cabildo général de Castilla. » L’acte a été publié par C. de Ayala Martínez et al,, Libro de losprivilégios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 323-324, doc. 313.

342 Le fait est notamment vérifié pour les années 1283-1284, au cours desquelles plusieurs décisions du prieur Fernan Pérez Mosejo furent soumises au contrôle d’une commission alors formée de huit membres, choisis à part égale en Léon et en Castille. En attestent les documents publiés par J.A. Fernández Florez, Coleccion diplomâtica del monasterio de Sahagun, pp. 441-444, doc. 1830, ou encore C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, p. 589, doc. 365. De façon claire, ce dernier acte souligne que les frères cités comme témoins ont partagé avec le prieur l’initiative légale de la confirmation du fuero de Penalver puisque la liste de leurs noms est précédée de la mention suivante : « Estas son los freires que la otorgaron e que son ende lestimonio ».

343 Le fait a été corroboré par C. de Ayala Martínez, Las ordenes militares hispanicas en la Edad Media, pp. 209-210.

344 Pour Santiago, l’idée exprimée par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 67, a été ensuite outrée par D. Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la Baja Edad Media, p. 145, et P. Porras Arboledas, La orden de Santiago en elsiglo XV, p. 146. Pour le premier de ces deux auteurs, il n’y eut dans l’Ordre au XI Ve siècle qu’un seul chapitre général, celui réuni à Mérida en 1310 à l’initiative de Juan Osorez. Le second porte ce chiffre uniquement à trois, en ajoutant les assemblées de Mérida en 1312 et d’Ubeda en 1329, mais il reste, nous l’avons vu, assez loin de la réalité.

345 A défaut d’être annuelle, la périodicité des chapitres castillans resta régulière jusqu’à une date assez tardive du Moyen Âge, sans présenter toutefois la fréquence des convocations catalanes signalée parP. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne,le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon,p. 182,qui a pu identifier vingt-sept réunions pour les trente-huit ans où il a suivi l’Hôpital entre 1406 et 1443.

346 Attestée pour la première fois en 1227 (AMV, leg. 3, doc. 9, publ. G. Martínez Diez et V. González Sanchez, Coleccion diplomâtica del monasterio de Santa Maria la Real de Villamayor, pp. 6o-61, doc. 27), cette pratique fut développée à l’initiative du maître Pelayo Pérez Correa, une fois que celui-ci eut assuré son autorité sur Santiago. Deux documents le soulignent pour les années 1266 et 1267, publiés par J. M, Lizoian Garrido, Documentation del monasterio de Las Huelgas de Burgos, t. III, pp. 32-33, doc. 550, et par A. Ballesteros-beretta, Sevilla en el siglo XIII, pp. 163-164, doc. 156.

347 À partir du dernier tiers du XIIIe siècle, l’usage s’étendit rapidement à l’ensemble des milices, à l’instar de l’Hôpital (AHN, OM, carp. 575, doc. 34, publ. C. Barquero Goni, « Los Hospitaiarios en el reino de Léon », pp. 612-615, doc. 50), ou de Calatrava (AHN, OM, libro 1345, f° 160r°).

348 AHN, OM, carp. 69, doc. 10, et BNM, ms. 13063, f° 176v°.

349 AHN, OM, carp. 86, doc. II, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 464-466, doc. 245. La concession de la charte rapporte clairement la nécessité d’une confirmation ultérieure du chapitre ; « Etprometemos a buenafe, sin mal enganno, de vos conplir todo esto que sobredicho es en toda la nuestra vida e de vos nonyr contra ello. Et otorgamos que al primera cabildo genei’al quefiziermos que vos démos ende nuestra carta seellada con uestro seello et con el seello del cabildo. »

350 J. Burgtorf, « Wind Beneath the Wings : Headquarters Officiais in the Hospital and the Temple from theTwelfth to the Early Fourteenth Centuries », p. 220.

351 BN M, ms. 8382, f° 47r° :«Otrosi que en tienpo que la Orden non oviereguerra con los moros nin el rrey llamare a su seruiçio el maestre traiga diez freyres escuderos de cauallo e treynta onbres de pie e de los ofiçiales que menester ovieren de poner de pie e de cauallo. »

352 Pour l’Hôpital, il n’existe pas de mention d’escuderos del maestre avant 1302, date où deux d’entre eux sont cités en tant que témoins dans un accord conclu entre le maître de l’Ordre et l’évêque de Zamora au sujet de la répartition des droits ecclésiastiques de la cité épiscopale (ACZ, leg. 36, doc. 9).

353 Le terme a été signalé, dans le cas de l’Hôpital, par C. Barquero Goni, « Los Hopitalarios en el reino de Léon », p. 411.

354 En octobre 1327, neuf membres de Calatrava séjournaient à Séville aux côtés du maître Juan Nùnez de Prado, cités comme témoins de la charte de peuplement accordée aux hameaux de Caxar, Villalba et Villadiego (AHN, libro 1346, f" 33r°-v°). Cinq ans plus tard, un même nombre de frères accompagnait le maître santiaguiste Vasco Rodriguez alors qu’il résidait à Cabeza la Vaca, au sud de la province de Leôn, à l’occasion de sa querelle avec l’Église de Cordoue (AHN, OM, carp. 92, doc. 5, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 616-617, doc. 9).

355 A ce titre, les compagnons du maître étaient étroitement associés au processus de décision, ainsi que le souligne l’accord entre l’Hôpital et les autorités urbaines de Séville au sujet des barques franchissant le Guadalquivir, dont le texte a été publié par J. Gonzalez Carballo, Libro de privilégias de la encomienda de Tocina, pp. 71-72, doc. 5.

356 De telles charges sont documentées depuis le deuxième quart du XIIIe siècle. En un cas au moins, elles sont assurées par la même personne, un certain Juan, qui exerçait en 1249 les fonctions de chapelain et de majordome auprès du prieur de l’Hôpital Fernan Rodriguez (C. de Ayala Martínez et al., Ltbro deprivilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 516-517, doc. 307).

357 Ala fin du XIIIe siècle, différents actes se rapportent à Juan Yanez, notaire du grand commandeur de l’Hôpital en Espagne Fernan Pérez Mosejo (ibid., pp. 647-648 et 655-656, doc. 405 et 411). Plus tardif, l’office de chancelier est d’abord attesté pour Santiago en 1325, au cours du magistère de García Ferndndez (AHN, OM, carp. 16, vol. I, doc. 20).

358 Cité comme témoin de la donation consentie à l’Hôpital du lieu de Penoso, Fernan Rodriguez de Valbuena figure au nombre des compagnons du lieutenant du grand commandeur, investi trois ans plus tard de la charge de prieur de Castille et de Leôn (C. de Ayala Martínez et al., Ltbro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 653-654, doc. 409).

359 Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernan Rodriguez de Valbuena », pp. 1316-1317.

360 AHN, Códice 602, f°152r°. Sans qu’il soit fait référence à Juan Lopez de Torres, le long séjour de Juan Fernandez de Heredia à la cour pontificale a fait l’objet d’une analyse très fine d’A. Luttrell, « Juan Fernandez de Heredia at Avignon », reproduit dans Id., The Hospitaliers in Cyprus, Rhodes, Greece and tbe West, XIX.

361 AHN, Códice 602, ffos 141r° et 145V°,

362 AHN, Códice 602, ffos 141v°-142r°.

363 Le fait ressort très bien des actes de l’interrogatoire des Templiers castillans à Medina del Campo publiés par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo deiTemplari in Castiglia », pp. 249-264. Les responsables de l’instruction questionnèrent sept frères au total, pour la plupart chevaliers, non seulement sur la réputation du maître provincial Rodrigo Yanez mais aussi sur celle de plusieurs de leurs coreligionnaires, parmi les noms desquels reviennent très régulièrement ceux de Lope Peldez, Lope Pérez et Gomez Guerra. Aucun de ces frères ne semble avoir été investi d’une charge quelconque et leur statut, bien spécifique, tenait tout entier à la relation qu’il avaient nouée avec le supérieur de l’Ordre.

364 C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla », et Las ordenes militariss hispanicas en la Edad Media, pp. 209-248.

365 Dans la Primera bistoria de la orden de Santiago, Pedro de Orozco et Juan de la Parra attribuent la renonciation des supérieurs de Santiago à une humilité qui, pour beaucoup, les aurait conduits à imiter l’exemple de Fernân Diáz, le troisième maître de l’Ordre, « que asi mesmo acordo dexar el dicho maestrazgo por no fallar digno para tan gran cargo. E asi donde primero hera servido i obedesçido de sus fleyres subditos torno a obedeçer i servir al subçesor suyo i estar en comunidat i hermandat con Los otros cavalieros i fleyres de su abito » (ibid.p-359).

366 C, de Ayala Martínez, « Las ordenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidacion de los maestrazgos », pp. 252-255.

367 Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial en Castille », p. 77.

368 La dernière mention explicite de la mense commune d’un Ordre intéresse Calatrava. Elle se trouve dans une bulle de 1247 par laquelle Innocent IV étendait sa protection à l’ensemble des biens qui en relevaient, interdisant que leur fût appliqué quelque subside sans l’aval pontifical (BC, p. 86, repris par A. Quintana Prieto, La documentation ponttficia de Inocencio IV, t.I, p. 404, doc. 409).

369 M. Danvila, « Origen de la mesa maestral de Calatrava », pp. 126-127. Un tel avis a été suivi par L. R. Villegas Díaz, « Las estructuras de poder de la orden de Calatrava », pp. 491-494, et par E. Rodríguez-picavea Matilla, La formacion del fiudalismo en la Meseta méridional castellana, p. 163.

370 Les difficultés liées à la création de ce nouveau mode de gestion des ressources des milices ont été bien analysées par C. de Ayala Martínez, « Las ordenes militares en el siglo XIII castellano. La consolidacion de los maestrazgos », p. 265.

371 Cette proportion a été relevée notamment par E. Solano Ruiz, La orden de Calatrava en el siglo xv, p. 309, sur la base de la documentation comptable disponible pour la seconde moitié du XVe siècle.

372 BNM, ms. 8582, f° 45r° : « Establesçemos que el maestre aya por sus camaras una encomienda en Castilla e otra en el Campo de Montiel e otra en tierra de Léon e otra en Portogal e otra en Aragon e estas dichas encomiendas tengan freyres por el que le den cuenta de las rrentas de ellas. »

373 Ainsi l’a relevé D. Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extrernadura en la Baja Edad Media, p. 251, sur la base de la création par le maître Juan Osorez d’un défens à Montanchez qui en 1304 était le plus étendu de la province santiaguiste de Léon.

374 Pour Calatrava, l’occurrence la plus ancienne date de 1322. Elle correspond à un acte par lequel le maître Garda Lopez de Padilla concédait aux autorités urbaines de Berninches toute liberté pour utiliser le four banal du lieu contre le versement d’un cens annuel de deux cent vingtcinq maravédis à la mesa maestral (AHN, OM, carp. 470, doc 384, cité par E. Rodríguez-Picavea Matilla, La formacion del feudalismo en la Meseta méridional castellana, p. 163, et « Evolucion de la orden de Calatrava durante el reinado de Alfonso X », p. 69, n. 5). Pour Alcantara, elle est postérieure de neuf ans, ainsi qu’il ressort d’un privilège du maître Suero Pérez concédant aux vecinos d’Alcântara le droit de conduire leurs bêtes dans les défens du finage moyennant mille maravédis annuels affectés à la mesa maestral. Mentionné dans les chroniques d’A. de Torres y Tafia, Crdnica de la orden de Alcantara, t.I, p. 542, et de J. Arias de Quintanaduenas, Antigüedadesy santos de Alcantara, P 138V°, ce privilège a été bien analysé par F, Novoa Portela, La orden de Alcantaray Extrernadura, p. 56, n. 103.

375 Le fait ressort d’une lettre écrite en 1311 pour informer Jacques II d’Aragon de la révolte fomentée en Castille par la noblesse contre le monarque. Elle a été publiée par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 397, doc. 231. A partir du milieu du XIVe siècle, l’habitude d’user du terme de maestrazgo dans un sens géographique se répandit pour Calatrava et s’étendit à d’autres milices, comme par exemple Alcantara : en 1362, il était employé de manière comparable par le maître Suero Martínez (Instituto Valencia de Don Juan, Documentos Medievales, V.5.67).

376 Ainsi l’a récemment mis en valeur L. R. Villegas Díaz, Paisaje urbano configuras. Almagro, Edad Media, pp. 34-36.

377 BNM, ms. 8582, f° 45r°-v°.

378 Les définitions santiaguistes de 1265 leur assignent ainsi une fonction de grenier dans l’espoir de prévenir des chertés toujours à redouter. BNM, ms. 8582, f° 65v : Establepdo es que non den pan del bastimento a menos de mandado del maestre e ningund comendador nin otro freyre non sea osado de lo ende sacare otrost que non lo den a casa minguna en quanto andaren çinco fanegas el maravedi. »

379 Les statuts santiaguistes de Mérida en 1274 stipulent explicitement que les bastimientos pourraient être sollicités pour le paiement des soldadas, c’est-à-dire des rentes affectées aux postes militaires et, en particulier, à la défense des forteresses (BNM, ms. 8582, P 46P).

380 Cette réalité n’était nullement propre à Santiago comme l’a souligné E. Rodríguez-picavea Matilla, La formation delfeudalismo en la Meseta méridional castellana, p. 166, qui a constaté l’existence d’un principe similaire pour Calatrava à partir du dernier tiers du XIIIe siècle.

381 Les statuts édictés à Léon en 1251 par Pelayo Pérez Correa rappellent la compétence exclusive du maître ou, à défaut, du grand commandeur dans la remise aux frères de leur armement. BNM, ms. 8582, P 60r°-v° : « Establepdo es que tenemos por bien que cauallo o espada o loriga o bay liaplana estas cosas sean dadas por carta del maestre o del comendador quando menester fuere. »

382 BNM, ms. 8582, f° 62r° : « Establesçido es en el capitulo général que quando el maestre o el comendador dieren carta algund freyre para algund baylio que touiere en la baylia que entregue al freyre en la encomienda que touiere, si esta encomtenda oviere castillo o oviere alcaçar que el baylio que touiere la baylia que entregue al freyre que touiere la carta todas las cosas que touiere en la baylia fuera el castillo que non entregue a menas que se vea con el maestre o cm el comendadore el baylio enbie al maestre o al comendador su freyre o omne en que se fie. »

383 J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 271, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and ils Affiliates, VII : « Ordenamos que el maestre non tome omenaxe a ningun freyrepor castiello ni por casa mas que la profession sea omenase. E pues que el freyre ofreciere profésion al maestre que lo acoja en todos los castiellos e lugares de la orden t en lo alto t en lo baxo segun debe. »

384 A l’automne 1347, Ruy Chacon, commandeur de Cehegin et Caravaca, s’engageait auprès du maître de Santiago, l’infant Fadrique, en échange d’une retenencia de six mille maravédis, à bâtir une forteresse à Bullas, pour laquelle il faisait serment par avance de lui prêter hommage. AHN, OM, carp. 82, doc, II, publ. J. Torres Fontes, Murcia médiéval. Testimonio documentai, pp. 166-168, et Do cumentos para la historia de Cehegtn, pp. 133-135, doc. 12 : « Et que esta fortaleza que la de acabada [... | fasta très annosprimeros siguientes en guisa porque a esse plazo si pazes futeren faga a uos el dicho sennor maestre pleito e omenage por ella. »

385 Ce fut clairement le cas en octobre 1343, lorsque PerAlfonso Pantoja fut élevé à la magistrature suprême d’Alcantara en remplacement de Nuno Chamizo, mort au service d’Alphonse XI lors du siège d’Algésiras (AHN, OM, carp. 477, doc 7, publ. C. de Ayala Martínez et al., « Algunos documentos sobre ordenes militares y fortalezas », pp. 101-102, doc 14).

386 Ce point a fait l’objet d’une récente contribution de L. R. Villegas Diáz, « De régla a codigo. Sobre el sistema correccional de la orden de Calatrava ».

387 Ainsi, par exemple, le prévoient les définitions édictées pour Alcantara en 1306, publiées par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 337, et B. Palacios Martín (éd.), Coleccion documentai médiéval de la orden de Alcantara, t. I, p. 287, doc 434 : « Otrosi mandamos que si el maestre ouiere de corregir algundfreyle por su meresptmiento que sea con acuerdoy consejo de los ançianos de la casa. » A ce groupe, des pages du plus grand intérêt ont été récemment consacrées par C. de Ayala Martínez, Las ordenes militares hispanicas en la Edad Media, pp. 318-321.

388 Le fait ressort des définitions d’Alcantara de 1306, lorsqu’il s’agit de sévir contre un frère qui, sans l’aval du maître, aurait pris contact avec des éléments importants de la société politique du royaume et notamment avec le roi : Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 335, et B. Palacios Martín (éd.), Coleccion documentai médiéval de la orden de Alcantara, t. I, p. 285, doc 434 : « Otrosi mandamos que ntnguno non enbie carta mn vaya a rey nin a reyna nin a otra persona poderosa contra los establesçimientos de la orden, saluo si ta persona fuere de nuestra orden, a menas de liçençia del maestre, e el que a ello pasare caya en pena de desobediençia e faga lapenitençia que el maestre e los ançianos del convento touieren por bien, e damos al maestre todo nuestro poder cunplido de fazer misericordia e dispensarcon ellos de consejo de los ançianos segun el vtere que cunple. »

389 García Fernàndez obtint en 1326 de l’infante Violante, fille illégitime de Sanche IV, qu’elle cédât la commanderie de Sancti Spiritus de Salamanque, dont jean XXII lui avait fait provision, pour la recevoir de lui selon la forme consacrée canoniquement (M. Echâniz Sans, Elmonasteriofemenino de Sancti Spiritus de Salamanca, pp. 87-89, doc. 54). Quelque trente ans plus tard, Juan García de Padilla ne put, malgré ses efforts, arriver à un résultat comparable, contraint de s’incliner devant la provision de la commanderie de Montalban réalisée par le pape Innocent VI, avec l’appui du roi d’Aragon, en faveur de Feman Gomez de Albornoz (R. Sainz de la Maza Lasoli, La encomienda de Montalban bajo Vidal de Villanova, pp. 73-78).

390 C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla », p. 370. À propos des mécanismes mis en œuvre par la propagande royale en Castille, un tableau commode a été proposé par J. M. Nieto Soria, Fundamentos ideologicosdel poder real en Castilla.

391 AHN, OM, carp. 463, doc 216. Pour remédier aux lacunes de l’original, dont toute la partie supérieure manque, il convient de se référera la copie établie au milieu du x VIIe siècle par Antonio de Leon y Xarava : AHN, OM, libro 1346, ffos 22r°-23r° : « Veyendo en como el maestre don Rodrigo, que Diosperdone, fizo muchos bienes en esta arden poblando en ella muchos lugares e labrando e faciendo muchas fortalezas a seruicio de Dios e de nuestro senor rey e a guarda e a pro e honra e amparamiento desta tierra et otrossi conosciendo muy bien todos en uno e cada uno de nos mucha crianza e merced que fiço el dicho maestre m todos nos.»

392 AHN, OM,libro 1347, ffos 130°-132r° : « Noseldicbo maestre entendiendo que en cercarse el dicho lugar de Manzanares era seruicio del rey e nuestro e de la nuestra orden e se sigue ende pro e honra al dicho lugar de Manzanares e comunalmente a los nuestros lugares del dtcho Campo e por ende nos el dicho maestre, abiendo voluntad de facer bien e merced al dtcho concexo de Manzanares e a vos los dichos procuradores en su nombre, tenemospor bien de vos quitarto dos los nuestros pechos. »

393 Le texte de la sentence rendue par Arias Gutiérrez Quixada en faveur des habitants d’Alcazar de San Juan contre le commandeur de Consuegra, accusé de forcer les maisons des paysans et de leur extorquer indûment l’argent qu’ils avaient chez eux, a été édité par M. Rubio Herguido, « Privilegio otorgado por frey Arias Gutiérrez Quijada », pp. 20-22. Insatisfaisante à bien des égards, la transcription de l’acte a été corrigée par Ph. Josseran D, « Ali de Cervera : un Maure au service de l’Hôpital », sur la base de l’original conservé à l’AMAS J, Perg. I/4.

394 D. Lom Ax, « Pedro Lopez de Baeza », p. 168. L’auteur prescrit ainsi au maître que, « si quiere que Dios le ençime bien el estado que Dios les dto en este mundo e en el otro, non consienta que los omnes buenos que biven en la tterra de la orden rreçiban desaguisado de sus comendadores, ca el freire non es de mejor condiçion que el maestre ».

395 Ibid, p. 161 : « El maestre e la hordeny el pueblo son très cosas que valen poco la una sin la otra, asi commo la tienda que ha très cosas en st, mastel e panno e cuerdas, e quando son ayuntadas fazen gran sombra e cunple mucho a los que so ella moran, lo que cada una dellas non faria si fuesen departadas. Et seyendo de una voluntad el mastre e la hordeny elpueblo, faze el maestre justiçia et guarda verdad [...] Por ende es grand carga al maeste mantener bien su horden e sofrir el gran trabajo que ay ay [... ] Et por ende el maestre de-ce mantener su horden et su pueblo con verdat e con justifia piadosa. E si estas cosas bien guardare que dichas son bevira en este mundo muy bonradamente e en el otro bevirâ siempre ante Dios. »

396 Ibid., pp. 163-166.

397 Ibid., p. 160 ; « E a loor e a serviçio deste començamiento de todas las cosas que es Dios fueron estableçidas e dotadas las rreligiones, e este criador de todas las cosas plogo que todas las buenas obras sobre buen fmiento fuesen obradas. E por ende quiso que m cada una religion oviese una cabeça a que todos sus miembros obedesçiesen. »

398 Crónica de Espana por Lucas, obispo de Tuy, chap. 95, p. 452. Dans le panégyrique de Pelayo Pérez Correa, repris sur une chronique écrite à sa gloire dans le cadre de l’institution santiaguiste, il est fait référence au maître comme au « buen arremedrador de David».

399 Ainsi l’a bien souligné B. Palacios Martín, « Los simbolos de la soberam’a en la Edad Media espanola. El simbolismo de la espada ».

400 Conservé dans les archives de la maison d’Albe, le manuscrit a fait l’objet d’une édition ancienne, Biblia traducida del bebreo al castellano porrabi Mosé Arragel de Guadalajara. Sur les circonstances de la traduction, il est primordial de se reporter au travail de Y. BAER, Historia de los judios en la Espana cristiana, pp. 509-510. Une étude détaillée de l’iconographie du volume a été menée par S. Fellous, « La Biblia de Alba : une iconographie ambiguë ». Elle prolonge utilement la présentation de J. Yarza Luaces, « La imagen del rey y la imagen del noble en el siglo XV castellano », pp. 281-282, et étaye les commentaires de C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla », p. 376.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 8. – Les pratiques anthroponymiques des Templiers en 1310
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU 9. – Les pratiques anthroponymiques des Hospitaliers (1225-1375)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende GÉNÉALOGIE 2. – Pedro Ovarez, un prieur de l’Hôpital dans l’orbite de la noblesse léonaise
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende GÉNÉALOGIE 3A. – Des maîtres issus de la noblesse urbaine tolédane : Garci Alvarez de Toledo (d’après J.-P. MOLÉNAT, Campagnes et monts de Tolède, p. 174)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende GÉNÉALOGIE 3B. – Des maîtres issus de la noblesse urbaine tolédane : Gutier Gomez de Porres (d’après J.-P. MOLÉNAT, Campagnes et monts de Tolède, p. 369)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende GÉNÉALOGIE 3C. – Des maîtres issus de la noblesse tolédane : Per Alfonso Pantoja (généalogie inédite établie d’après les pp. 64 et 151-152 de son ouvrage Campagnes et monts de Tolède Jean-Pierre Molénat, que je remercie de me l’avoir aimablement communiquée)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende GÉNÉALOGIE 4. – Un lignage tolédan pourvoyeur de frères de Calatrava : les Cervatos (d’après J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède, pp. 101 et 177)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU 10. – L’implantation des Bugia au sein de l’Hôpital
Légende a Il n’est en rien exclu, encore qu’à mon sens peu probable, que Ruy Martínez Bugia corresponde au frère appelé Ruy Martínez cité en tant que commandeur de Vallejo dans un acte du 25 novembre 1305, où il a reçu comme confrères Fernàn García de Frias et son épouse (AHN, OM, carp. 580, doc. 18).b L’acte a été mentionné par A. LUTTRELL, « The Structure of the Aragonese Hospital », p. 328, repris dans ID., The Hospitalier State on Rhodes and its Western Provinces. XIII.c Cette référence a été rapportée dans l’analyse de Ch. TIPTON, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitaliers of Montpellier », p. 307
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre TABLEAU 11. – Un exemple de népotisme : le lignage Valbuena
Légende a A. BENAVIDES, Memoria, de don Fernando IV, t. II, p. 373, doc. 246.b Parmi les documents de la commanderie de Villela et Valdevida recensés dans l’inventaire du dépôt de Santa Maria de la Horta de 1666 figure un acte de partage foncier dont l’index ne relève pas la date, rédigé sur parchemin et souscrit par un certain Pedro Gonzalez de Valbuena, commandeur de San Juan del Camino. La concision de la notice ne permet pas de déterminer s’il s’agit d’une erreur de transcription pour Lope Gonzalez de Valbuena ou d’une référence à un autre membre du lignage lui aussi entré dans l’institution dans le dernier quart du XIVe siècle (AHN, OM, Indice 160, f° 89v°)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre TABLEAU 12. – Les chapitres généraux de l’Hôpital (1250-1369)
Légende a L’information, que je n’ai pas eu l’occasion de vérifier, est extraite du livre récent de J. GONZALEZ CARBALLO, La orden de San Juan en Andalucia, pp. 205 et 243, n. 137, où l’acte est présenté comme le plus ancien du fonds
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre TABLEAU 13. – Les chapitres généraux de Santiago (1250-1369)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende FIG. 8. – Luis de Guzman, maître de Calatrava.(Illustration extraite de la Bible d’Albe, ms. 399, f° 25V°, Madrid, Archivo de los Duques de Alba. Cliché Oronoz.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3045/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search