Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Deuxième partie. Les ordres militaires dans la société castillane : l'adaptation à une conjoncture nouvelle

Chapitre iv

La guerre comme devoir

Pérennité et redéploiement de l’engagement frontalier des ordres militaires

Texte intégral

  • 1 Le fait a été signalé dans de nombreuses histoires générales. M.-Cl. Gerbet, L’Espagne au Moyen Âge (...)
  • 2 Ainsi l’ont mis en relief M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés p. 4, ou D. Rodríguez Blanco, (...)

1Après l’expansion sans précédent du règne de Ferdinand III, la fixation de la frontière méridionale du royaume de Castille sur une ligne épousant les premiers contreforts de la cordillère Bétique marque un arrêt brutal de l’avancée chrétienne face à l’Islam1. La plupart des analyses intéressant les ordres militaires s’attachent à montrer comment le contexte auquel ces derniers se trouvent alors confrontés porte en lui la disparition brutale de l’engagement armé au service de la foi qui avait constitué leur raison d’être durant le premier siècle de leur existence2. Elles ont ainsi attribué à la conquête de Séville une valeur de rupture symbolique, au risque de masquer la façon dont ces institutions ont fait face à la nouvelle donne militaire et cherché à lui répondre par un redéploiement de leur action sur la frontière.

I. – La continuité du combat contre l’Islam

2Après la prise de Séville, l’activité guerrière des ordres militaires castillans se serait, selon une idée répandue, détournée de la lutte contre l’Islam, qui en faisait la valeur spirituelle, pour s’exercer sans retenue contre les chrétiens. Les frères sont ainsi décrits comme manquant à leur mission primitive, qu’ils auraient cessé de remplir pour l’utiliser à leur profit. Inspirée de la situation du XVe siècle, une telle vision appelle un réexamen pour la période antérieure dans la mesure où elle surestime l’importance de combats qui certes ont mobilisé les ordres militaires de façon croissante mais ne les ont pour autant jamais tenus éloignés de la frontière de Grenade.

L’apparition de formes de lutte contre les chrétiens

  • 3 D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », p. 712.
  • 4 De façon significative, lorsque le thème a été récemment abordé par C. de Ayala Martínez, Las órden (...)
  • 5 Ainsi l’a relevé S. Menache, « The Hospitallers during Clement V’s Pontificate », p. 154, sur la ba (...)

3L’investissement des ordres militaires castillans dans les luttes politiques du Moyen Âge tardif est un sujet sur lequel l’historiographie s’est étendue à l’envi, au point d’en faire à partir du milieu du XIIIe siècle un trait essentiel des milices3. Le fait n’est pas dénué de base. Il convient toutefois, pour bien en saisir la portée, de prendre en considération qu’il fut monté en épingle, dès la fin du Moyen Âge et parfois jusqu’à une date récente, dans l’intention de stigmatiser la décadence que la plupart des auteurs prêtent aux ordres militaires après la prise de Séville4. Il en est ainsi venu à constituer un topos dont la plus ancienne occurrence se trouve dans l’accusation lancée contre les Templiers d’avoir répandu la guerre parmi les fidèles du Christ au lieu de la poursuivre en son nom contre les ennemis de la foi5. Dimissa Christi militia, munc contra Christi fideles armis nequitie bellum miserabile conferantes : nombreuses, les variations sur le thème ont contribué dès le Moyen Âge à répandre l’idée que l’engagement des ordres militaires dans des conflits les opposant à des chrétiens avait pris une ampleur propre à compromettre leur service contre l’Islam.

  • 6 Le fait a été justement relevé par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares dur (...)
  • 7 Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 79.
  • 8 Telle est la conclusion qui ressort des analyses de L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdene (...)

4Certes, il s’agit là d’un topos, mais l’accusation n’en est pas pour autant dépourvue de fondement. La participation des ordres militaires aux affrontements qui déchirent le royaume castillan à compter du dernier tiers du XIIIe siècle est un fait avéré. L’indice le plus ancien de leur engagement dans un conflit politique se rapporte aux troubles qui marquent la fin du règne d’Alphonse X. Manifeste dès la rébellion nobiliaire de 1271, l’hostilité des ordres militaires aux projets de centralisation de la Couronne débouche sur un affrontement violent en 1282, à la faveur de la révolte de l’infant S anche contre son père, dans l’organisation de laquelle le maître de Santiago Pedro Núñez joue un rôle décisif6. À l’évidence, l’épisode marque l’entrée en force des ordres militaires sur la scène politique du royaume. Il ne saurait cependant être retenu comme exemplaire de leur conduite dans la mesure où ces institutions ont conservé, durant les minorités de Ferdinand IV et d’Alphonse XI, un parti de fidélité intéressée à l’égard du pouvoir royal7 dont seule la guerre civile, déclenchée au cours du règne de Pierre Ier par le soulèvement de larges secteurs de la noblesse soutenant les prétentions d’Henri de Trastamare, a pu les amener à se départir momentanément8.

  • 9 Un panorama de son gouvernement a été proposé par C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una (...)
  • 10 J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 256, reproduit dans Id., The Span (...)
  • 11 La gravité des événements est soulignée par l’intervention de contingents musulmans à la solde de G (...)
  • 12 Il en est ainsi de la scission de la branche portugaise de Santiago, séparée progressivement, à par (...)

5À une moindre échelle, différents conflits, prenant appui sur les querelles internes du royaume, ont opposé les frères d’une même institution avec une fréquence croissante à partir du début du XIVe siècle. Ils sont la conséquence de scissions qui se multiplient au sein des Ordres qu’elles divisent en deux factions attachées chacune à un candidat à la magistrature suprême. Calatrava offre sans conteste l’exemple extrême de tels schismes lors des trois décennies du gouvernement conflictuel de García López de Padilla9. Inauguré en 1297 par une élection contestée10, son magistère constitue une véritable suite d’affrontements dont plusieurs, à l’instar de celui qui oppose jusqu’en 1301 le maître à son rival malheureux, Gutier Pérez, revêtent une dimension armée11. Il ne peut à mon sens être question d’extrapoler car si les scissions, de fait, sont plus nombreuses à partir du XIVe siècle, elles restent relativement limitées dans le temps et, lorsqu’elles durent, prennent plutôt le caractère d’une lutte juridique que d’une guerre ouverte12. Pour la plupart, les actions entreprises par les ordres militaires contre des chrétiens ne visent pas, loin s’en faut, la poursuite de leurs intérêts particuliers.

  • 13 Présenté par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 216-218, et repris d (...)
  • 14 Ce point a été souligné à plusieurs reprises par J. L. Martín Rodríguez, « Orígenes de la orden mil (...)
  • 15 Le fait a été bien signalé, dans le cas de Santiago, par D. Lomax, « Las milicias cisterciences en (...)

6Elles s’opèrent en effet sous l’égide des souverains castillans, qui utilisent le potentiel guerrier de ces institutions contre d’éventuels adversaires, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’espace soumis à leur juridiction. L’origine de l’emploi des ordres militaires dans les conflits opposant les royaumes chrétiens péninsulaires a fait l’objet d’un débat historiographique13. Il n’est pas impossible qu’un tel usage ait été envisagé par certains monarques à l’heure d’accorder leur protection à une institution dont ils désiraient s’attacher les services14. Aucune intervention militaire contre des chrétiens ne peut cependant être attribuée à ces corporations avant le milieu du XIIIe siècle. Il semble donc, conformément à l’avis exprimé par Derek Lomax, qu’au cours du premier siècle d’existence des milices les rivalités opposant les différentes monarchies hispaniques au sujet de leur contrôle en soient restées à une querelle pacifique dont l’enjeu, cristallisé autour du lieu d’implantation de leur couvent central, vise à s’assurer de leur concours préférentiel contre l’Islam15.

  • 16 D. Lomax, « Las órdenes militares en León durante la Edad Media », p. 88, a manifesté que cette occ (...)
  • 17 H. Nicholson, The Knights Templar, p. 169. Évoquant les conflits engagés par les Ordres contre des (...)
  • 18 Plusieurs chroniqueurs relatent ainsi l’intervention du maître d’Alcántara, Fernán Páez, tels J. Ar (...)
  • 19 Édité par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 171-272, doc. 193, un privilège roy (...)
  • 20 Ainsi l’a signalé R. Sáinz de la Maza Lasoli, « Los Santiaguistas del reino de Murcia durante la oc (...)

7La plus ancienne mention d’une intervention des ordres militaires dans un conflit extérieur intéressant le royaume de Castille se situe en 1246, lorsque le maître d’Alcántara, Pedro Yáñez, accompagne le futur Alphonse X dans une offensive contre le Portugal destinée à rétablir Sanche II sur le trône16. Il convient cependant d’attendre les dernières décennies du XIIIe siècle pour qu’une telle pratique soit plus amplement avérée17. En ce sens, la guerre entreprise par Sanche IV contre l’Aragon pour trancher la contestation dynastique à laquelle il se heurte paraît constituer un tournant décisif18, dans la mesure où elle manifeste l’implication des ordres militaires dans la cause de la monarchie castillane, indépendamment même de leur mission. Un tel rôle fut étendu à la faveur des troubles de la minorité de Ferdinand IV, durant laquelle les Santiaguistes en particulier, sous la conduite de leur maître Juan Osórez, ont défendu les intérêts du jeune roi, en s’opposant aux troupes portugaises qui l’assiégeaient dans Valladolid19 puis, une fois sa position confortée, en reprenant l’initiative face à l’Aragon qui s’était emparé du royaume de Murcie20.

  • 21 AC A, Cancillería, reg. 254, f° 23r°-v°, publ. ibid., p. 296, doc. 3. L’acte a été repris récemment (...)
  • 22 AC A, Cancillería, reg. 118, f° 91v°-92r°, publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, pp. 1 (...)
  • 23 HSA, HC 380/374, f° 44r°, publ. B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orde (...)
  • 24 Un courrier d’Alphonse IV de Portugal reproche à Alphonse XI d’avoir trahi sa parole et, malgré les (...)
  • 25 Un panorama de l’utilisation des ordres militaires par le roi a été dessiné par L. V. Díaz Martín, (...)

8Dans les premières années du XIVe siècle, le principe de l’engagement des ordres militaires contre des chrétiens semble acquis. Son incompatibilité avec la règle n’est guère utilisée que dans un souci tactique. Avancée par le maître de Santiago Juan Osórez en 1300 pour dénoncer l’obligation faite par Jacques II aux frères du royaume de Murcie de participer aux luttes contre la Castille21, elle ne l’empêche en rien, un an plus tard, de lancer ses troupes contre Cieza pour l’enlever à l’Aragon22. D’une façon à mon sens significative, les définitions données par l’abbé de Morimond en 1306 aux frères d’Alcántara leur accordent explicitement la possibilité de mener des guerres sur d’autres fronts que Grenade23. Acquise au plus haut niveau, la tolérance des autorités religieuses ouvre la voie en Castille à la généralisation de l’usage des ordres militaires contre les royaumes voisins, mise en œuvre par Alphonse XI, notamment lors de ses affrontements avec le Portugal24 et, à un degré encore supérieur, par son successeur Pierre Ier, qui en fait un élément essentiel de la machine de guerre qu’il prépare contre l’Aragon afin de lui disputer la suprématie péninsulaire25.

  • 26 M, Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, pp. 207-209.
  • 27 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 28 M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. III, p. 133, doc 219.
  • 29 Ils sont mentionnés dans un récit annalistique, connu depuis que le Père Enrique Flórez en a donné (...)
  • 30 Ainsi, le 18 décembre 1296, « en la çerca de Paredes de Nava », Ferdinand IV accorde à la demande d (...)
  • 31 à deux reprises au moins, les ordres militaires ont combattu le prince castillan ou ses partisans e (...)

9Utilisés par les souverains castillans pour faire face aux royaumes voisins, les ordres militaires ont également été employés pour briser les forces qui s’opposent à l’autorité monarchique. À plusieurs reprises, ils sont donc entrés en action contre la noblesse rebelle. Le plus ancien engagement attesté est le siège de Portilla, à l’automne 1288, premier affrontement entre Sanche IV et les partisans des infants de la Cerda emmenés par Diego López de Haro26. Mise en valeur dans la chronique de Rades, qui fait l’éloge de la conduite des Santiaguistes27, la présence de troupes des ordres militaires au côté du roi est vérifiée par une exemption de péage obtenue par le maître de Calatrava Ruy Pérez en faveur de Priego28. D’autres incidents sont signalés l’année suivante sur la frontière aragonaise, lors desquels plusieurs frères de Santiago meurent en défendant les droits du roi29. Plusieurs exemples confirment par la suite l’emploi des ordres militaires contre la noblesse révoltée, tant lors du siège de Paredes de Nava, aux heures incertaines de la minorité de Ferdinand IV30, que durant le règne d’Alphonse XI, notamment face à Juan Manuel31.

  • 32 Le détail de cette rébellion a été présenté par M. Gaibrois de Baelesteros, Historia del reinado de (...)
  • 33 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 6, p. 82 : «É el rey envió luégo mandar á don Rodrigo, maestre (...)
  • 34 Ibid., chap. 6, p. 82: «É dado el castillo, mandó el rey que matasen á todos aquellos que eran del (...)
  • 35 AHN, OM, carp. 569, doc 25, publ. M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de (...)

10Associés, à partir du règne de Sanche IV, à la répression des soulèvements qui se déroulent à l’intérieur du royaume, les ordres militaires sont amenés à intervenir également contre les villes qui s’insurgent contre le monarque. Ils furent ainsi chargés, en 1289, de réduire à l’obéissance la ville de Badajoz, où les Bejaranos, hostiles au conseiller de Sanche IV Alfonso Godínez, s’étaient déclarés partisans des infants de la Cerda après s’être emparés du pouvoir municipal32. La réaction du roi fut aussi rapide que brutale. Il enjoignit aux supérieurs des ordres militaires de mettre le siège devant la cité afin d’obtenir sa reddition33, interdisant, une fois la ville revenue en son pouvoir, de faire quartier aux membres de la faction rebelle34. Pour prix de leur concours à la restauration de l’autorité, les ordres militaires furent récompensés par l’octroi de terres confisquées aux vaincus, à l’image de l’Hôpital qui reçut en 1290 un domaine à Caya, ayant appartenu à une certaine María Domingo, appelée la Bejarana35.

  • 36 L’existence du brigandage reste largement méconnue, ainsi que l’a signalé L. R. Villegas Díaz, « La (...)
  • 37 Ainsi, un document concédé en 1338 par Alphonse XI à la Hermandad Vieja de Tolède fait allusion aux (...)
  • 38 AHN, OM, carp, 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202 : «Agora don Johan Nunnes, maestre de la dicha (...)

11Néanmoins, le maintien de l’autorité publique assuré par les ordres militaires n’était pas limité uniquement à la répression d’éventuels soulèvements. Il semble avoir également comporté la mission de surveiller les chemins de la Meseta méridionale, où sévissait un brigandage endémique jusque dans la première moitié du XIVe siècle36 Il est difficile, en l’absence d’études spécifiques, d’évaluer le danger que représentaient précisément les golfines. Plusieurs témoignages documentaires ne laissent cependant aucun doute sur la gravité des déprédations dont ils se sont rendus coupables37. Dès lors, il me semble intéressant de mettre en relief le fait que Sanche IV a songé un instant à associer les ordres militaires à la lutte contre les brigands avant qu’elle ne soit dévolue aux hermandades urbaines. Ainsi ressort-il d’un privilège d’Alphonse XI, renouvelant en 1343 une concession fiscale octroyée par son grand-père à Calatrava, qui rappelle l’implication de l’Ordre dans le combat contre les golfines à la fin du XIIIe siècle, où la sécurité des chemins lui avait été en grande partie confiée pour une région couvrant l’essentiel de la Meseta méridionale depuis les Monts de Tolède, au nord, jusqu’aux cols de la Sierra Morena qui livrent accès au bassin du Guadalquivir38.

Des fers de lance des offensives castillanes

  • 39 D. Lomax, «Las órdenes militares en León», p. 88.
  • 40 Ainsi l’ont mis en valeur, à la fois pour l’Hôpital et Alcántara, C. Barquero Goñi, « El carácter m (...)
  • 41 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el sig (...)

12Quelle que soit l’ampleur prise à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle par les interventions armées des ordres militaires contre les chrétiens, il est impossible de prétendre que celles-ci ont remplacé la lutte contre l’Islam. Il y a quelque trente ans, Derek Lomax avait jeté les premières bases de la réfutation d’un topos alors entretenu dans tous les manuels d’enseignement en soulignant la continuité de l’engagement des frères contre les musulmans du royaume de Grenade et leurs alliés mérinides39. À sa suite, plusieurs auteurs ont cherché à démontrer à partir des chroniques que la prise de Séville ne constituait en rien une rupture dans l’intervention de ces institutions contre l’Islam40. Récemment, à travers une analyse globale de l’action de frontière des ordres militaires aux XIIIe et XIVe siècles, Carlos de Ayala Martínez a parachevé la révision historiographique entreprise deux décennies plus tôt en systématisant les informations apportées par les chroniques afin de mettre en relief que la participation des milices aux offensives chrétiennes ne souffrait que fort peu d’exceptions41.

  • 42 Ainsi, pour Alcántara, la présence du maître Gonzalo Pérez Maldonado lors du siège d’Algésiras et d (...)
  • 43 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 363-364, doc, 192, a publié le rapport d’un envoyé de Jacques (...)
  • 44 Plusieurs privilèges ont été accordés par Ferdinand IV au maître de Calatrava au cours de l’offensi (...)
  • 45 Le fait a été bien relevé par S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en e (...)

13Ce n’est pas ici le lieu de reprendre en détail une démonstration à bien des égards définitive. Il m’a donc semblé préférable, plutôt que d’insister sur la continuité chronologique des éléments chronistiques, d’en dégager certaines constantes. De la prise de Séville à la victoire du Salado, les ordres militaires ont pris part à chacune des campagnes conduites par le souverain. En 1309, par exemple, les frères jouent un rôle important dans l’offensive conjointe contre le royaume nasride que préparent l’Aragon et la Castille. Calatrava semble notamment s’y être distingué. À la différence des autres maîtres, dont l’engagement est connu par des récits tardifs42, García López de Padilla, à la tête de quatre cents cavaliers légers, dirige un raid contre les terres d’Andarax43, avant de rejoindre le gros de l’armée castillane devant Algésiras44. L’échec du siège ne remet pas en cause le principe de la participation des ordres militaires aux campagnes dirigées par le roi, comme le manifeste l’utilisation qu’en fait Alphonse XI, au début des années 1330, lorsqu’il cherche à réactiver une politique offensive contre Grenade, notamment lors de la campagne de Teba45.

  • 46 Le rôle de Santiago a été bien mis en évidence par J, Torres Fontes, La reconquista de Murcia en 12 (...)
  • 47 Une vision globale en a été proposée par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militar (...)
  • 48 AHN, OM, carp. 424, doc. 112, publ. BC, pp. 122-123. Par un privilège daté du 27 octobre 1264, Alph (...)
  • 49 J, Torres Fontes, Documentos del siglo XIII pp. 26-27, doc, 29, Souligné par L. Pascual Martínez, « (...)

14L’importance des ordres militaires dans le schéma monarchique n’est pas uniquement circonscrite aux périodes d’initiative chrétienne. À plusieurs reprises, leur concours s’est avéré déterminant pour résister aux tentatives nasrides pour déséquilibrer le dispositif frontalier, en prenant appui notamment sur les révoltes des communautés musulmanes intégrées au royaume de Castille. L’alerte la plus dangereuse eut lieu lors du soulèvement mudéjar de l’été 1264, qu’Alphonse X ne put étouffer avant deux ans au moins. Point n’est besoin d’insister sur la résistance opposée par les Santiaguistes, restés maîtres des châteaux de la Sierra de Segura dont ils se servent pour entreprendre dès le printemps 1265, avec l’aide des troupes aragonaises, la reconquête des places murciennes initialement perdues46. Pour être moins connue, l’action des autres milices ne semble pas nécessairement avoir été inférieure47. Calatrava, en Andalousie48, et le Temple, à Murcie49, ont également contribué de manière décisive à une réplique castillane, qui révèle leur importance dans le dispositif militaire du royaume.

  • 50 Alphonse X, Setenario, ley 9, p. 15: «Ayudaron y las órdenes e ssennaladamiente los de Huclés e de (...)
  • 51 M. González Jiménez, En torno a los orígenes de Andalucía, pp. 32 et 39.
  • 52 C. de Ayala Martínez, «Las órdenes militares en la conquista de Sevilla», pp. 168-171.
  • 53 M. Nieto Cumplido, « El Libro de diezmos de donadíos de la catedral de Córdoba ». En l’absence du t (...)
  • 54 Ibid., pp. 158 et 160-161.

15Tous les ordres militaires, cela est bien évident, n’ont pas participé à un même degré aux offensives orchestrées par le souverain. Parmi eux, Santiago et Calatrava se sont particulièrement distingués, comme le reconnaît Alphonse X lui-même, qui souligne dans le Setenario l’appui décisif que ces deux milices ont offert à Ferdinand III au cours de la conquête de l’Andalousie et de Murcie50. L’importance de la contribution de ces deux institutions à l’effort de guerre de la monarchie se reflète à travers l’étendue des terres qui leur sont concédées à la faveur des repartimientos réorganisant la propriété foncière à la suite de la victoire chrétienne. Il a été relevé que les ordres militaires en ont été les principaux bénéficiaires51. Parmi eux, Santiago et Calatrava ont obtenu les donadíos mayores les plus étendus. En témoignent le repartimiento de Séville, comme l’a récemment rappelé Carlos de Ayala Martínez52, ou celui de Cordoue, tel qu’il apparaît d’après le Libro de diezmos de donadíos de la cathédrale, rédigé au milieu du XIVe siècle53, puisque, légèrement mieux pourvu que Calatrava, Santiago reçut 2.160 fanegas de terres arables à proximité de l’ancienne capitale omeyyade, soit deux fois plus qu’Alcántara, quatre fois plus que le Temple et l’Hôpital et près de huit fois plus que l’ordre teutonique54.

  • 55 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla », pp. 174 et 188-189, et (...)
  • 56 Cette donation, publiée par J, González González, Repartimiento de Sevilla, t. II, p. 41, a été ana (...)
  • 57 J. González González, Remado y diplomas de Fernando III, t. III, pp. 319-521, doc 774. Comme l’a so (...)
  • 58 Primera Crónica General, t. II, chap. 1085, pp. 752-753 : «Otro dia en seyendo llegado el rey a Tab (...)

16Malgré l’importance inégale de leur contribution respective, l’ensemble des ordres militaires sont étroitement associés au déroulement des campagnes chrétiennes de la Reconquête. L’offensive lancée en 1247 contre Séville par Ferdinand III en fournir un remarquable exemple55. En effet, aux côtés des milices communément appelées hispaniques figurait également chacune des institutions de Terre sainte impliquées dans le combat contre l’Islam andalou. Au Temple et à l’Hôpital, dont l’engagement est attesté lors de campagnes antérieures, s’était joint pour l’occasion un contingent teutonique qui obtint du roi, pour prix de ses services, une donation foncière dans le secteur d’Aznalfarache56. De façon similaire, les Ordres des royaumes voisins étaient eux aussi représentés. Du Portugal étaient venus quelques frères d’Avis à la suite au maître Martim Fernandes, auquel Ferdinand III promit en janvier 1248 de donner des maisons à l’intérieur de la ville après que celle-ci aurait été conquise57, tandis que d’Aragon avaient été dépêchés plusieurs chevaliers de la branche calatravane d’Alcañiz, dont la Primera Crónica General fait mention dans le récit des opérations de siège58.

  • 59 C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Car (...)
  • 60 Le rôle militaire des Hospitaliers en Espagne a longtemps été sous-évalué. Cette posture traditionn (...)
  • 61 Le 14 août 1285, le prieur de Castille, Fernán Pérez Mosejo, donne à titre viager à Juan Alfonso de (...)
  • 62 Un tel travers affecte l’ensemble des travaux, y compris l’excellente contribution de C. de Ayala M (...)
  • 63 J. M. Sans i Travé, « L’inedito prooesso dei Templari in Castiglia », p. 262. La déposition qui a p (...)

17Un tel rassemblement est assurément exceptionnel. Il répond, ainsi que l’a souligné Carlos de Ayala Martínez, au désir de Ferdinand III d’obtenir pour son projet de Reconquête une légitimité de croisade que garantit la participation à l’offensive de l’ensemble des ordres militaires59. On aurait tort néanmoins de le tenir pour unique. Il convient en effet à mon sens de réévaluer l’apport de plusieurs institutions qui restent perçues comme marginales sur le front hispanique. Carlos Barquero Goñi a ouvert la voie en défendant le caractère militaire de l’Hôpital traditionnellement dénié à cet Ordre dans la péninsule Ibérique60. Occultée par la chronique mais corroborée par plusieurs documents d’archives, la participation de ses membres à l’action de secours organisée par Sanche IV pour débloquer Jerez, assiégée par les Mérinides à l’été 1285, confirme le bien-fondé d’une telle révision61. Le cas de l’Hôpital n’est pas isolé. Il est probable que l’engagement militaire du Temple ait été jusqu’ici sous-évalué. Faute d’une réelle attention historiographique, il est décrit sur la base des chroniques comme relativement marginal62. En révélant la participation de l’Ordre, jusqu’alors ignorée, à la campagne dirigée par Sanche IV contre Tarifa à l’été 1292, les actes de l’interrogatoire de Medina del Campo, récemment publiés par Josep Maria Sans i Travé, invitent pour le moins à reconsidérer la vision traditionnelle63.

  • 64 Rapporté par A. Bernal Estévez, Poblamiento, transformación y organización social del espacio extre (...)
  • 65 Cet acte, conservé dans l’Archivo Catedral de Badajoz, a été publié par J. Solano de Figueroa y Alt (...)

18L’exemple du Temple me paraît illustrer le risque inhérent à une évaluation de la capacité offensive des ordres militaires qui reposerait sur les seules chroniques. Aucune ne fait véritablement état de leur potentiel dans toute sa dimension, quand bien même, nous l’avons vu, toutes témoignent à ces institutions une attention croissante à partir de la fin du XIIIe siècle. La conquête castillane de l’actuelle Estrémadure en offre une illustration remarquable dans la mesure où aucun récit contemporain ne prend en compte l’effort réalisé par les ordres militaires, notamment au sud du Guadiana, pour mener à bien une tâche que la monarchie, alors occupée par d’autres soucis, leur avait déléguée64. Passé sous silence dans les chroniques, le rôle des ordres militaires dans l’avancée chrétienne, et, en premier lieu, celui de Santiago ressort de différents documents de la pratique comme, par exemple, de la donation réalisée en 1269 par Pelayo Pérez Correa en faveur de l’un de ses criados, réduit à la plus extrême misère, qui avait, avec l’aide de son lignage, appuyé la milice dans la conquête des principaux châteaux de la région près d’un demi-siècle auparavant65.

  • 66 De nombreuses chroniques tardives confirment la participation des ordres militaires à l’opération d (...)
  • 67 Ainsi l’a mis en relief C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en la Castilla del sig (...)
  • 68 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 49, p. 204, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 64, p. (...)
  • 69 L’ordre ressort d’un bref adressé le 21 avril 1327 « a todos los freyres et comendadores que sodes (...)

19Il arrive ainsi à plusieurs reprises que la chronique, au moment de faire état de la conquête castillane, centre son récit sur l’initiative royale en omettant de citer les ordres militaires ou en les mêlant à une référence générale à la chevalerie chrétienne66. La perspective a amené plus d’un historien, pour avoir considéré l’information fournie par les chroniques comme l’exact reflet des réalités passées, à minorer la participation des ordres militaires aux offensives castillanes des XIIIe et XIVe siècles. Ce défaut est assez répandu pour que Carlos de Ayala Martínez qui, je le disais, a rendu à l’action de frontière de ces institutions sa pleine dimension, lui ait ponctuellement sacrifié. C’est en effet l’absence d’éléments de preuve dans les chroniques qui lui fait mettre en doute la participation des milices à l’offensive castillane de 1327, à la faveur de laquelle le roi Alphonse XI relance une politique d’expansion aux dépens du royaume de Grenade67. Il dit ainsi ignorer si Vasco Rodríguez, qui, cette même année, avait remplacé à la tête de Santiago García Fernández, trop âgé pour servir à cheval68, prit part à l’expédition, et ne peut assurer que ses frères aient véritablement répondu au mandement du roi, qui les sommait de mener une guerre cruelle contre les Maures69.

  • 70 Cette lettre est insérée dans le compte rendu du plaid intenté à l’initiative du procureur du maîtr (...)
  • 71 M, Garrido Santiago, Arquitectura militar de la orden de Santiago en Extremadura, p. 228.
  • 72 D. Catalán, « El buen prior Hernan Rodríguez », p. 30, n. 35 bis, signale une copie de l’acte conse (...)

20Il ne fait pourtant aucun doute que les ordres militaires ont pris part aux opérations de conquête menées par Alphonse XI au cours de l’été 1327. Sur ce point, l’apport des actes de la pratique offre de pallier efficacement l’absence d’informations narratives. Le 18 juillet, la présence du nouveau maître de Santiago, Vasco Rodríguez, au siège d’Ayamonte est attestée par une lettre de procuration envoyée à Pedro López de Baeza pour que celui-ci oppose une bulle du pape à la volonté de scission qui anime les frères portugais70. Plusieurs chevaliers de la milice l’accompagnent pour l’occasion, parmi lesquels son neveu, Vasco López, commandeur de Montânchez71 Il ne semble pas que Santiago ait été le seul Ordre associé à l’offensive castillane. Le Ier septembre, en effet, au retour de l’expédition victorieuse d’Olvera, Fernán Rodríguez de Valbuena reçoit à Séville, au nom de l’Hôpital, la confirmation par le roi des biens que possède l’institution en Andalousie72. De tels éléments pourraient être facilement multipliés à la faveur d’une enquête systématique. En l’état, ils attestent, malgré leur caractère partiel, la continuité de la participation des ordres militaires aux offensives conduites par le roi sur la frontière de Grenade, jusqu’au milieu du XIVe siècle au moins.

Des garants essentiels du dispositif frontalier

  • 73 Ainsi que l’a rappelé encore récemment M. García Fernández, « La conquista de Sevilla y el nacimien (...)
  • 74 Parmi leurs apports se détache l’étude de M. A. Ladero Quesada, « Sobre la génesis médiéval de la i (...)
  • 75 Développée une première fois par J. Rodriguez Molina, « Relaciones pacíficas en la frontera de Gran (...)
  • 76 M. García Fernández, « En torno a la frontera de Granada a mediados del siglo XIV », p. 78. Cet avi (...)
  • 77 La conception de la frontière comme une terre de péril ressort avec éclat du testament donné par un (...)
  • 78 L, Charlo Brea, « Edición crítica y traducción anotada de un itinerario en latín del siglo XIII », (...)

21Quel que soit le rôle qu’elles avaient précédemment joué, les offensives de grande envergure ne constituèrent plus, une fois l’Andalousie bétique incorporée au royaume de Castille, la majorité des actions militaires engagées contre Grenade. En effet, la fixation de la frontière sur les premiers contreforts de la cordillère Bétique entraîna un passage des conflits à une échelle plus localisée73. On aurait tort toutefois de sous-estimer la virulence de ces affrontements. Plusieurs auteurs se sont attachés à souligner que la période comprise entre 1275 et 1350 fut une étape de combats répétés74. Même si toutes les années ne furent pas également marquées par des débordements de violence, on ne saurait pour autant suivre José Rodríguez Molina lorsqu’il cherche à minimiser l’ampleur du péril frontalier75. Ainsi que l’a bien exposé Manuel García Fernández, une trêve locale n’a jamais signifié la paix et, moins encore, l’extinction à l’échelle de toute l’Andalousie des opérations belliqueuses76. Il n’est pas anodin à cet égard que les contemporains, qu’ils soient originaires de la Péninsule77 ou bien étrangers78, perçoivent la frontière comme un espace d’affrontement armé. C’est là un indice probant de la prépondérance de son caractère militaire, passé les vingt années qui suivent la conquête de Séville.

  • 79 M. González Jiménez, « Alfonso X y Andalucía », pp. 131-133.
  • 80 Id., «De la expansion a la crisis : la sociedad andaluza entre 1225 y 1350», p. 218.
  • 81 Leur installation y a été étudiée, notamment dans le cas d’Alcaudete, par E. Rodríguez-Picavea Mati (...)
  • 82 M. Á. Ladero Quesada et M, González Jiménez, « La población en la frontera de Gibraltary el reparti (...)
  • 83 AHN, Osuna, leg. 1, doc. 2a, publ. BC, pp. 123-127, repris par M. González Jiménez, Diplomatario an (...)
  • 84 M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 362, doc. 332.
  • 85 AHN, Osuna, leg. 81, doc. 2, publ. BA, pp. 113-115, repris par M. González Jiménez, Diplomatario an (...)
  • 86 Ainsi en alla-t-il pour les villes d’Archidona et d’Antequera, données à Santiago en 1266, et d’Alc (...)
  • 87 Une remarquable étude de détail en a été faite pour la première moitié du XIVe siècle par M. García(...)
  • 88 Tel est le cas pour Calatrava et Santiago. Il est en effet possible d’établir la liste des forteres (...)

22Prenant conscience, à la suite du soulèvement mudéjar de l’été 1264, de la fragilité de la frontière, Alphonse X semble alors avoir abandonné son projet de s’appuyer sur la population musulmane pour mettre en valeur des régions récemment réunies au royaume de Castille79. Une fois la révolte réprimée, la frontière fut en effet, pour reprendre l’expression de Manuel González Jiménez, l’objet d’un profond remodelage80. Les ordres militaires, qui avaient été tenus éloignés de cette zone — si l’on excepte le secteur de Jaén, conçu d’emblée comme une marche frontalière81 —, furent étroitement impliqués dans cette opération82. De larges donations leur furent consenties afin qu’ils s’intègrent au dispositif de protection du royaume mis en place pour résister au danger mérinide. Calatrava, Santiago et, à un moindre degré, Alcántara en sont les principaux bénéficiaires. À travers les concessions d’Osuna83, d’Estepa84 comme de Morón85, respectivement assorties pour les deux premiers Ordres de différentes villes à conquérir86, ils participent à partir des années 1260-1270 de façon décisive au système de défense frontalier87, à l’intérieur duquel leur sont confiés, pour les institutions les plus importantes, près d’une quinzaine de châteaux88.

  • 89 L’intérêt de ce récit, rarement mis à profit faute d’une édition critique d’accès commode, a été si (...)
  • 90 Ainsi est rapporté le récit de la libération en 1285 d’un certain Ruy Pérez de Jaén, capturé cinq a (...)
  • 91 C’est au cours d’une opération de renseignement, coordonnée par le commandeur de Martos, que fut ca (...)
  • 92 Ainsi, le commandeur de Matrera, Xemen Pérez, envoie à Jerez et à Séville plusieurs courriers afin (...)
  • 93 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 10, p. 9. Dans le texte, le toponyme de Matrera figure de (...)

23Négligé par la chronique, cet aspect de la lutte contre les musulmans, dans ce que l’on pourrait appeler son quotidien, a rarement été signalé au crédit des ordres militaires. Il en furent pourtant des acteurs majeurs, ainsi qu’il ressort d’une œuvre qui brosse un tableau incomparable des conditions de vie sur la frontière, les Milagros de Santo Domingo, écrits à la fin du XIIIe siècle par un moine de Silos à la gloire de son saint patron, responsable de la libération de près d’une centaine de captifs chrétiens89. Quinze récits au total mettent en scène les ordres militaires, soulignant leur importance dans les offensives entreprises contre l’Islam90 et, plus encore, le rôle essentiel de leurs forteresses dans la défense du royaume. Ainsi, en 1285, lors de l’offensive du sultan mérinide Abū Yūsuf Ya‘qūb ils sont décrits, à l’instar des Calatravans, comme menant à bien des missions de renseignement auprès de l’ennemi91 pour arrêter, en accord avec les cités situées en arrière de la frontière, une stratégie de défense commune92. À coup sûr singulière, cette source n’est pas la seule à refléter l’importance des ordres militaires dans le dispositif castillan puisque la chronique elle-même, en narrant la résistance de Matrera à la révolte des musulmans, fait l’éloge de leur rôle défensif93.

  • 94 J. O’Callaghan, «The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava», p. 273, repris dans Id., The (...)
  • 95 Ainsi l’ont établi les définitions promulguées en 1252 à Montánchez. BNM, ms. 8582, f° 62r° : « Est (...)
  • 96 BNM, ms. 8582, P 47v°: «Otrosi que todos los otros comendadores traygan consigo un freyle morador a (...)
  • 97 AHN, OM, libro 1344, f° 235, publ. C. de Ayala Martínez et al., «Algunos documentos sobre órdenes m (...)

24Impliqués dans la défense de la frontière, les ordres militaires accordent un intérêt extrême à l’entretien de leurs châteaux. En attestent les dispositions statutaires de Calatrava, qui en 1325 obligent les frères à aviser chaque année le maître du volume des réserves disponibles dans les places confiées à leur soin afin d’éviter que l’ennemi ne s’en empare94. Il est même arrêté dans le cas de Santiago un règlement spécial pour les forteresses qui doivent, à la différence des simples commanderies, être remises en personne au supérieur ou à son lieutenant quand le frère auquel elles ont été déléguées est relevé de ses fonctions95. Mieux encore, les châteaux situés sur la frontière sont les seuls pour lesquels les responsables qui en ont la charge sont autorisés à entretenir une garnison excédant les limites définies en 1274 lors du chapitre de Mérida96. Un tel souci n’est aucunement propre aux Santiaguistes et il est sans doute possible d’étendre à l’ensemble des maîtres des ordres militaires la préoccupation dont fait preuve García López de Padilla, lorsque lui est remis en chapitre le château de Matrera après la mort, en 1299, de son commandeur Juan Fernández97.

  • 98 M. Garrido Santiago, Arquitectura médiéval de la orden de Santiago, pp. 172 et 245, a relevé pour S (...)
  • 99 Ainsi l’a bien manifesté J. Fuguet i Sans, « Els castells templers de Gardeny i Miravet i el seu pa (...)
  • 100 Le fait ressort bien des récentes études de M. J. Barroca, « Aordem do Templo e a arquitectura mili (...)
  • 101 L’origine islamique de la plupart des forteresses des Ordres a été soulignée dans le cas d’Alcántar (...)
  • 102 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre IX, chap. 12, p. 293.
  • 103 Primera Crónica General, t. II, chap. 1054, p. 738 : « A este tienpo non auie en Martos la fortalez (...)
  • 104 La traduction de la lettre a été établie par M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y de Alcaud (...)
  • 105 AHN, OM, carp. 92, doc. 7 et libro 1347, f° 1r°-v°. Ces travaux sont signalés dans M. García Fernán (...)

25Au niveau concret, ce souci se manifeste par les travaux entrepris pour perfectionner le système défensif frontalier. Il n’est pas possible en Castille, faute de documentation98, d’attribuer aux milices dans le domaine de la poliorcétique le même rôle innovateur qu’en Catalogne99 ou au Portugal100. Pourtant, les ordres militaires y ont également assumé de lourds travaux afin d’aménager et de compléter un système castrai en grande partie hérité de l’époque islamique101. Les textes littéraires en offrent plusieurs exemples. Le plus notable est celui de la forteresse de Martos, que Rodrigo Jiménez de Rada décrit au moment de la prise de la ville en 1236 comme un castrum nobilissimum102. Près d’un siècle plus tard, la Primera Crónica General note à son tour l’importance de la forteresse almohade, dont elle fait néanmoins valoir qu’elle ne peut pas être comparée à celle qui fut édifiée par la suite, une fois la ville au pouvoir de Calatrava103. Plusieurs autres cas pourraient être cités, à l’image d’Alcaudete dont un écrit nasride souligne, après la conquête de la forteresse par Muhammad II en 1300, la qualité des travaux réalisés par les Calatravans104. De telles mentions sont largement corroborées dans la documentation d’archives qui atteste du labeur de fortification pris en charge par Santiago et Calatrava dans les châteaux de Benamejí et de Cabra au cours du règne d’Alphonse XI105.

  • 106 L’original latin de la lettre est perdu. Une traduction castillane en a été publiée par M. Zapater (...)
  • 107 Le fait a été récemment corroboré par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la (...)
  • 108 Aujourd’hui disparue, l’inscription a été publiée par D. Aguirre, El gran priorado de San Juan de J (...)
  • 109 Primera historia de la orden de Santiago, pp. 367-368: «Ganó a los dichos moros ynfieles las fortal (...)

26L’entretien des forteresses frontalières constitue l’une des prérogatives majeures du maître. Il me paraît de ce point de vue remarquable que l’investissement réalisé par Gonzalo Martínez de Oviedo dans ce domaine soit le premier argument dont usent les frères d’Alcántara dans la supplique qu’ils adressent en 1338 au chapitre général de Cîteaux afin que soit avalisée l’élection de ce personnage à la magistrature suprême de l’Ordre, malgré l’opposition que pourraient manifester certains détracteurs en arguant de son absence de caractère canonique106. La participation à la mission de défense frontalière impartie aux milices compte ainsi au nombre des vertus essentielles que les maîtres doivent mettre en œuvre. Il semble même que leur action en tant que bâtisseurs soit un topique des panégyriques écrits à la mémoire des dignitaires107, comme le montrent l’inscription autrefois conservée dans l’église de Santa María de Consuegra108 sur le monument édifié pour le grand commandeur de l’Hôpital Fernán Pérez Mosejo, ou encore le portrait élogieux du maître de Santiago Pelayo Pérez Correa que l’on peut lire dans la chronique de cet Ordre rédigée à la fin du XVe siècle par Pedro de Orozco et Juan de la Parra109.

  • 110 Il semble ainsi que l’image, forgée dans le contexte particulier du XIVe siècle, utilisée comme tit (...)
  • 111 J. O’Callaghan, « Las definiciones de la orden de Calatrava », p. 112 : « E los que estuvieren en f (...)
  • 112 Les circonstances de sa déposition ont été relatées par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 33 (...)
  • 113 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 321, doc. 128 : «E otras nueuas non ay agora que vos enbiemos (...)
  • 114 AHN, OM, libro 1345, ffos 110r°-112r°. Son absence lors du procès est expliquée devant la cour par (...)
  • 115 AHN, OM, carp. 529, doc. 697, publ. H. de Samper, Montesa ilustrada, t. I, pp. 54-75, repris par J. (...)

27Fortement impliqués dans la défense du royaume castillan, les maîtres des ordres militaires ont assuré sur la frontière une présence beaucoup plus continue que ne l’affirme en règle générale l’historiographie, qui les décrit à partir de la fin du XIIIe siècle comme essentiellement absorbés par des préoccupations politiques110. À la fin du XIVe siècle encore, les statuts de Calatrava édictés par Gonzalo Núñez de Guzmán considèrent la frontière de Grenade comme le lieu naturel de l’action du maître et de son lieutenant, le grand commandeur, tous deux chargés de diriger l’effort de guerre des frères111. Rien ne prouve qu’une telle conception soit restée purement théorique. Plusieurs exemples démontrent au contraire qu’au XIVe siècle elle correspondait à une pratique ordinaire des maîtres, dont García López de Padilla lui-même s’est acquitté, alors pourtant qu’il fut pourtant démis de ses fonctions en 1325 parce qu’il ne remplissait pas sa mission militaire112. Il y a lieu en effet de relativiser le motif allégué pour obtenir sa déposition car par trois fois son activité contre Grenade est invoquée pour justifier le fait qu’il soit dans l’impossibilité d’offrir en 1305 au roi d’Aragon les informations sur la cour castillane que celui-ci sollicitait113, puis, en 1314, de comparaître en personne dans un procès114 qui l’opposait à l’archevêque de Tolède sur la question des procurations de l’archidiaconé de Calatrava et enfin, cinq ans plus tard, de rencontrer Jacques II d’Aragon pour régler avec lui différents détails intéressant l’établissement de l’ordre de Montesa115.

  • 116 Ainsi l’affirme dans l’édition récente de sa thèse, soutenue en 1982, P. Porras Arboledas, La orden (...)
  • 117 Ainsi, pour Santiago, Mérida s’impose à compter des dernières années du gouvernement de Pelayo Pére (...)
  • 118 Si elle prête une certaine attention à la périodicité des chapitres, l’étude la plus récente qui le (...)
  • 119 AHN, OM, carp. 69, doc. 10.
  • 120 AHN, OM, carp. 92, doc. 7, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 618-619, (...)
  • 121 ANTT, Ordem de Avis, doc. 388 : « Estando en el castiello de Martos, logar de la nuestra orden e nu (...)

28Dans la première moitié du XIVe siècle, les chapitres généraux, convoqués par le maître, reflètent l’étroite implication de celui-ci dans le dispositif frontalier. En effet, à partir de la fin des années 1320 intervient un changement que l’historiographie, qui n’a guère accordé d’attention à ces délibérations, censées avoir alors presque disparu116, a totalement passé sous silence. Réunies le plus souvent par les ordres militaires dans des villes relevant de leur juridiction, situées à l’origine au nord de la Sierra Morena117, ces assemblées commencent désormais à se tenir dans des cités plus proches de la frontière grenadine, où les maîtres séjournent au moment de la convocation118. L’exemple le plus ancien intéresse Santiago, dont Vasco Rodríguez convoque le chapitre général en juillet 1329 à Úbeda, où il sert Alphonse XI en tant qu’adelantado mayor de la frontera119. Quatre ans plus tard, ce même maître réunit ses frères à Séville avant de suivre le roi dans l’expédition de secours lancée pour aider Gibraltar assiégée par les Mérinides120. Cette évolution ne touche pas seulement Santiago : en septembre 1346, Juan Núñez de Prado rassemble le chapitre de Calatrava à Martos, préférant au couvent central, ordinairement choisi pour l’événement, un château de l’Ordre au contact de la frontière nasride121.

  • 122 Un constat similaire a été réalisé pour l’ordre teutonique par C. A. Lückerath, « Hochmeister-Itine (...)
  • 123 Le maître de Calatrava, Ruy Pérez Ponce, est le premier supérieur d’une milice à avoir été nommé, p (...)
  • 124 AMM, Cart. Real. 1348-1354, f° 8r°,publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 492 (...)

29Un tel glissement me semble symptomatique de l’implication profonde des maîtres des ordres militaires dans le système défensif du royaume. Certes, il ne saurait suffire à démontrer qu’ils ont passé l’essentiel de leur temps dans les châteaux de la frontière grenadine car il conviendrait pour cela de disposer d’itinéraires dont l’établissement reste aléatoire avant le premier quart du XVe siècle122. Il me paraît cependant propre à récuser l’idée, amplement colportée dans l’historiographie, selon laquelle les maîtres se seraient désintéressés de la lutte contre l’Islam à partir du tournant des XIIIe et XIVe siècles. Cet argument vient ainsi corroborer l’indice plus connu, mais jamais véritablement systématisé, qu’offre l’association des principaux dignitaires des Ordres aux offices de commandement militaire, soit dans le cadre d’un adelantarmento mayor, à partir de l’extrême fin du XIIIe siècle123, soit dans celui de responsabilités locales, à l’instar du poste de frontero qu’occupent respectivement les supérieurs de l’Hôpital et d’Alcántara, Fernán Pérez de Deza et Fernán Pérez Ponce, dans les secteurs exposés de Jaén et de Morón lors des ultimes offensives d’Alphonse XI124.

30Dans de telles conditions, il est difficile d’accorder foi à la thèse usuelle du déclin de l’action armée des ordres militaires après la conquête de Séville. La réunion de l’Andalousie bétique au royaume de Castille a certes transformé le déroulement de la guerre de frontière, mais elle n’a pas pour autant signifié la disparition du rôle qui a fait l’originalité des milices. Il semblerait même que l’on puisse arguer du contraire car les Ordres, qui continuent d’être associés de façon étroite aux offensives chrétiennes, reçoivent, dans le contexte du nouveau rapport de force établi sur la frontière nasride, une mission essentielle dans la protection du royaume de Castille.

II. — La valeur militaire d’un corps spécialisé

  • 125 Un premier essai en ce sens a été réalisé par Ph. Josserand, « Un corps d’armée spécialisé au servi (...)
  • 126 L’étude détaillée d’A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », reprise dans Id.,(...)

31Si l’ampleur de la participation des ordres militaires dans le dispositif de frontière castillan ne fait aucun doute, il est assurément plus difficile d’évaluer la place exacte qu’ils y occupent et de dégager leur originalité par rapport aux autres forces qui oeuvrent à leurs côtés à la défense du royaume125. Longtemps exagérée, dans la ligne des chroniques de l’époque moderne, leur valeur tend aujourd’hui à être mise en cause par des études qui, voulant échapper à la tonalité hagiographique adoptée par le passé, fondent l’essentiel de leur démonstration sur des arguments comptables dont le primat peut lui aussi apparaître comme réducteur126.

La question des effectifs

  • 127 A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 79.
  • 128 Ainsi l’a bien illustré M. Alvira Cabrer, « La muerte del enemigo en el Pleno Medievo : cifras e id (...)
  • 129 Primera Crónica General, t. II, chap. 1072, p. 747.
  • 130 Ibid, t. II, chap. 1081, pp. 750-751 : « Don Pelay Correa, maestre de la orden de Ucles, con su cau (...)

32Évaluer le rôle des ordres militaires dans le combat contre l’Islam, c’est d’abord, comme l’a souligné Alain Demurger pour la Terre sainte, « se poser la question des effectifs qu’ils peuvent aligner127 ». Sur ce point, il est clairement impossible de parvenir à une conclusion satisfaisante. Les difficultés de traitement des données chiffrées fournies par les sources médiévales sur le nombre des combattants ont été largement relevées128. Pour la péninsule Ibérique plus encore que pour la Palestine, les informations des chroniques sont trop partielles pour permettre d’évaluer exactement les contingents engagés par les Ordres sur la frontière. à la rareté des précisions chiffrées s’ajoute la difficulté créée par la confusion en un même ensemble des compagnies mises sur pied par ces institutions et d’autres, d’origine séculière, qui se joignent à elles le temps d’une opération ponctuelle comme en 1246, lors du premier assaut contre Carmona129, ou l’année suivante lors de l’occupation de l’Aljarafe sévillan par le maître de Santiago Pelayo Pérez Correa grâce à une troupe de deux cent quatre-vingts chevaliers répartis, selon la chronique, entre freyres et seglares130.

  • 131 G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 237 : « Por ser una de las majores fuerzas en toda la (...)
  • 132 A. Beaumier, Roudb El-Kartas. Histoire des souverains du Maghreb, p. 319, n. 1 : « L’auteur entend (...)

33En l’absence de données comptables, les effectifs des ordres militaires ont été surévalués par une historiographie qui durant toute l’époque moderne a été fascinée par leur combat. Les chroniques intéressant ces milices exagèrent leur rôle belliqueux pour l’offrir en modèle à un public sensible à l’idée de guerre sainte. Elles contribuent ainsi à diffuser un topos, repris dans de nombreux travaux, tel le nobiliaire de Gonzalo Argote de Molina où Calatrava est tenu, à l’occasion de la défense de Martos en 1235, pour un appui aussi essentiel à la Chrétienté que l’est l’ordre de Malte dans le contexte de l’après-Lépante que vit l’auteur131. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle encore, Auguste Beaumier, dans sa traduction du Rawḍ al-Qirṭās, ne craint pas de décrire les frères des ordres militaires comme formant l’essentiel de la cavalerie d’élite, estimée à dix mille combattants, dont Alphonse VIII, au dire d’Ibn Abī Zar‘, aurait disposé à la bataille d’Alarcos132. De tels chiffres, qui continuent d’être couramment avancés dans les travaux de divulgation, ne sont absolument pas recevables. En aucun cas, pour la Castille, le nombre des frères ne saurait être évoqué en milliers.

  • 133 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 226-227, repris dans Id., Militar (...)
  • 134 C. de Ayala Martínez,« Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carm (...)
  • 135 Id., « La escisión de los Santiaguistas portugueses », pp. 57-60.
  • 136 Id., « Participación y signifïcado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », pp. 158-1 (...)
  • 137 Ainsi, pour l’Hôpital, C. Barquero Goñi,« Los Hospitalarios en el reino de León », p. 408, fait éta (...)
  • 138 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 74, p. 58 : « Murieron y todos los mas de los frailes de (...)
  • 139 La même expression a été employée par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavalle (...)
  • 140 Récemment prédsé par C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares  (...)

34La présence des ordres militaires dans la péninsule Ibérique, Alan Forey l’a bien montré, ne peut être comparée à celle qui est la leur en Palestine où la défense des États latins, faute d’autorité publique, leur incombe dans une large mesure à partir du XIIIe siècle133. Les effectifs y sont par conséquent très sensiblement inférieurs. Il appartient à Carlos de Ayala Martínez d’avoir tenté d’en fournir la première estimation quantitative134. S’appuyant sur la modestie des mentions chiffrées rapportées dans les chroniques ou encore sur l’usage d’entretenir deux chevaliers par commanderie, attesté au début du XIVe siècle pour Santiago135, l’auteur conclut à la faiblesse du nombre des frères, qui ne peut selon lui excéder la centaine pour les Ordres les plus importants au moment de la prise de Séville136. Compte tenu de la nature des sources sur laquelle elle repose, l’estimation peut bien évidemment faire l’objet de critiques137, notamment lorsqu’elle accorde crédit à l’affirmation des chroniques selon laquelle la plupart des frères de Santiago seraient morts à Moclín138, sans percevoir qu’il s’agit là d’un topos employé en d’autres occasions139. Il convient donc de corriger légèrement à la hausse les chiffres avancés par Carlos de Ayala Martínez, mais sans qu’il faille en aucun cas remettre en cause l’enseignement de sa démonstration : du point de vue des effectifs, les ordres militaires sont très largement minoritaires au sein des armées castillanes des XIIIe et XIVe siècles140.

  • 141 ACA, Cart. Real., Jaime II, caja 7, doc. 1351. publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, p (...)
  • 142 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla », p. 175.

35Bien que les frères forment le seul contingent des ordres militaires dont il soit possible d’offrir une estimation chiffrée, ils ne constituent pas la totalité des forces par lesquelles ces milices concourent à la défense du royaume. Nous avons vu que lors de l’attaque de l’Aljarafe sévillan en 1247, Pelayo Pérez Correa et les membres de Santiago étaient accompagnés d’un certain nombre de chevaliers séculiers. De la même façon, il a récemment été suggéré qu’au sein des « mill cavalleros freyres e fijosdalgo » dont le maître Juan Osórez tire argument auprès de Jacques II en 1301 afin que celui-ci respecte les terres murciennes de Santiago, tenues pour indispensables à l’entretien des membres de l’Ordre141, figurent au côté des frères profès des chevaliers de naissance noble liés à l’institution en vertu de différents degrés de confraternité142. Les membres des ordres militaires forment donc seulement une fraction des forces engagées par ces milices contre l’Islam, dont rien ne prouve qu’elle soit la plus nombreuse.

  • 143 Cette différence a été bien illustrée par M. Á. Ladero Quesada, « La organización militar de la Cor (...)
  • 144 M. González Jiménez, Diplomatario andaluz, de Alfonso X, pp. 47-48 et 93-95, doc 50 et 90. Les deux (...)
  • 145 Ainsi, pour Santiago, les statuts édictés à León en 1266 prévoient d’affecter la moitié des revenus (...)
  • 146 BNM, ms. 1187, f° 2r°. Cette miniature a été reproduite en couverture de l’édition de la thèse de d (...)

36Au sein du contingent des frères, les chevaliers consument assurément une élite particulièrement aguerrie au combat. Ils disposent d’un équipement lourd, qualifié alors en Castille d’armement a la guisa, par opposition à l’armement a la jineta, calqué sur le modèle musulman, moins coûteux et beaucoup plus répandu143. Ainsi du moins le prévoient les actes de deux donations accordées par Alphonse X en 1253 à Alcántara et à l’Hôpital pour qu’en échange de biens fonciers situés dans la périphérie de Séville chacun de ces deux Ordres s’engage à tenir prêt un chevalier entièrement équipé144. Il semble que non seulement les frères se soient attachés à servir ainsi, dans la mesure où plusieurs documents se rapportent à l’acquisition d’un armement lourd, en particulier de cottes de mailles145, mais qu’ils aient consumé une part déterminante de la cavalerie castillane équipée a la guisa. Peut-être peut-on en relever un indice dans une miniature de la Gran Conquista de Ultramar datant du début du XIVe siècle, dans laquelle, lors du siège d’une ville musulmane, les seuls chevaliers chrétiens figurés avec un heaume de plaques complet sont les chevaliers des milices, reconnais sables à la croix qui les distingue des autres combattants, munis pour leur part d’un simple casque146.

  • 147 Pour l’Hôpital, C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p. 408, en a relevé un (...)
  • 148 C. de Ayala Martínez, «Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carm (...)
  • 149 Id., «The Sergents of the Military Order of Santiago»,p. 227: «The profile remains obscured of an i (...)
  • 150 Y. Harari, «The Military Role of the Frankish Turcopoles: a Reassessment».
  • 151 Ainsi, pour l’Hôpital, l’a suggéré à demi-mot C. Barquero Goñi, Los caballeros hospitalarios durant (...)
  • 152 BNM, ms. 8582, f° 47r°-v°. Les dispositions statutaires arrêtées à Mérida prévoyaient un rapport de (...)
  • 153 Un exemple ressort de la réaction du prieur de l’Hôpital à l’attaque perpétrée par les musulmans de (...)
  • 154 C. de Ayala Martínez, «The Sergents of the Military Order of Santiago», pp. 229-230, et C. Marshall(...)

37À côté des chevaliers les sergents forment l’autre groupe de guerriers issus directement des ordres militaires. Dans la Péninsule, ils ne jouissent pas d’un éclairage documentaire aussi nourri qu’en Terre sainte. Le mot même de sergent y est peu utilisé147. Le plus souvent, les sources emploient plutôt le terme d’es-cudero148. En dépit de ce silence, l’institution ne semble pas avoir été aussi marginale qu’on pourrait le croire à première vue149. On peut lui étendre le constat établi pour les turcoples utilisés par les Ordres en Palestine, dont le poids est largement supérieur à ce que laissent entendre les chroniques150. Rien n’oblige en effet à penser que le nombre des sergents en Castille ait été nécessairement négligeable151. Il se pourrait même, si l’on s’en tient aux statuts santiaguistes de 1274, qu’il ait été supérieur à celui des chevaliers dans la mesure où les normes définissant la suite des principaux dignitaires de la milice prévoyaient pour chacun d’eux un nombre au moins égal de sergents152. Aussi ont-ils pu jouer un rôle militaire, rarement illustré dans la chronique153, mais dont tout porte à croire qu’il ne se distinguait guère de celui des chevaliers, dont ils partageaient, tout comme en Terre sainte, l’essentiel de l’armement lourd154.

  • 155 En témoignent deux documents publiés dans BC, pp. 55-57, et BS, pp. 181-182, rapportés par F. Garcí (...)
  • 156 AHN, Sellos, caja 18, doc 3, publ. A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, p. 515, doc. 3 (...)
  • 157 Ainsi l’a bien souligné G. Ligato, « Fra ordini cavallereschi e crociatar : milites ad terminum e c (...)
  • 158 La présence de laïcs combattant avec les frères est ainsi rapportée pour Calatrava par Rodericus Xi (...)
  • 159 Elle est évoquée dans une lettre écrite en 1300 parle sultan nasride Muḥammad II à la suite de la p (...)

38À côté des frères des ordres militaires, de nombreux combattants laïques s’intègrent aux troupes levées par ces institutions pour défendre la frontière méridionale du royaume. Les raisons de leur engagement sont très diverses. Certains, obéissant à un mobile spirituel, espèrent que le service armé qu’ils font vœu de prêter contre l’Islam leur vaudra la rémission de leurs péchés. à plusieurs reprises pendant le XIIIe siècle, la papauté offre une indulgence plénière à ceux qui promettent de lutter aux côtés des frères de Calatrava et de Santiago155. Au début du XIVe siècle, cette indulgence est même étendue à tous ceux qui financeraient l’envoi dans les places frontalières de combattants, auxquels était garantie une grâce similaire156. Ainsi est attestée en Castille l’existence d’une catégorie de guerriers volontaires servant au côté des frères des ordres militaires, à l’instar des milites ad terminum de Palestine, et dont, comme c’est le cas pour ces derniers, il faut très certainement revoir le nombre à la hausse157 dans la mesure où leur présence dans les sources narratives est abondante tant dans les textes chrétiens, qui la signalent à différentes reprises158, que dans les récits arabes, à l’ordinaire pour tant moins diserts159.

  • 160 F. García Fitz, «Las huestes de Fernando III», pp. 170-171, et C. de Ayala Martínez, «Participación (...)
  • 161 M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 451, doc. 236: «Toto cavallero que in villa moraret (...)
  • 162 Le fait ressort par exemple, pour Alcantara, de l’étude récente de F. Novoa Portela, Los fueros de (...)
  • 163 J. Arias de Quintanadueñas, Antigüedades y santos de Alcántara, ffos 137v°-138r°, rapporte un privi (...)
  • 164 Ainsi le maître de Santiago Pedro Núñez accorda-t-il en 1281 une franchise aux habitants d’Ocaña «  (...)
  • 165 AHN, OM, libro 1344, f° 244r°-v°. À l’été 1300, Alfonso Díaz, sous-commandeur d’Alcañiz, et Vicente (...)

39Parmi les laïcs qui participaient à l’effort militaire des Ordres, les volontaires ne représentaient toutefois qu’une minorité. Le reste des effectifs, dans une proportion écrasante, était en effet constitué de vasallos astreints à un service armé en vertu des devoirs seigneuriaux qui les liaient à l’institution à laquelle ils étaient soumis au niveau juridictionnel160. à l’exemple de celui d’Uclés161, la plupart des fueros concédés par les milices rappellent jusqu’au milieu du XIVe siècle les modalités qui s’imposent aux dépendants dans le cadre du fonsado, précisant même parfois la nature de l’équipement des combattants162. Il est très difficile d’évaluer l’importance de telles levées. Pourtant, il ne fait aucun doute que celles-ci demeurent fréquentes au début du XIVe siècle où plusieurs documents font état de la collaboration militaire des dépendants, récompensée le cas échéant par la concession d’une immunité comme en 1320 lors d’une attaque du maître d’Alcántara contre Grenade163. D’autres éléments corroborent le prix que les supérieurs des Ordreschent au service de leurs vasallos ; qu’ils essayent de stimuler par des exemptions fiscales164, voire de défendre contre les empiétements de la juridiction royale, de plus en plus soucieuse elle aussi de pouvoir compter sur leur appui165.

  • 166 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 221, reproduit dans Id., Military (...)
  • 167 La mention se trouve dans les plus anciens statuts de l’Ordre publiés par D. Lomax, « Algunos estat (...)
  • 168 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de San (...)
  • 169 AHN, Clero, carp. 3020, doc, 8, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 387-390, dot (...)
  • 170 II apparaît ainsi que les omes de pie, dont les définitions santiaguistes de 1274 faisaient obligat (...)
  • 171 Un extrait des comptes de Pelayo Pérez Correa avec ses banquiers juifs se réfère en 1272 de façon e (...)

40Quelle qu’ait été l’ampleur de la contribution militaire des dépendants des Ordres, ceux-ci ne pouvaient offrir les troupes spécialisées dont ces institutions avaient besoin afin d’accomplir leur mission efficacement. Pour y parvenir, il semble bien, en dépit des doutes exprimés par Alan Forey166, que les milices aient très vite développé le recours à des soldats stipendiés. Rien n’indique, certes, que les mercenarii cités au début du XIIIe siècle dans les statuts de Calatrava aient fourni une quelconque aide militaire167. Mais, au cours des décennies suivantes, plusieurs indices attestent l’existence de mercenaires parmi les contingents des ordres militaires. Les premières mentions se réfèrent à des troupes spécialisées, surtout des arbalétriers168, dont certains, impliqués en 1242 dans une échauffourée avec des gens de l’archevêque de Tolède, étaient même musulmans169. Passé le milieu du XIIIe siècle, le recours au mercenariat semble s’être imposé, malgré les protestations réitérées des chapitres généraux, comme une pratique fréquente des ordres militaires, qui leur permettait de recruter tant les piétons formant au combat le gros de leurs compagnies170, que les alcaides en charge de la défense des châteaux, dont une part importante était étrangère à l’institution171.

L’atout de l’expérience

  • 172 L’apport qualitatif des Ordres a ainsi été bien relevé par A. Forey, « The Military Orders and the (...)
  • 173 H. Ó. Bizzarri, «La idea de Reconquista en el Libro de los doze sabios», pp. 20-21.
  • 174 Libro de los doze sabios, chap. 29, pp. 100-101 : «E por ende cunple a la tu merçed de levar contig (...)
  • 175 L’idée qu’un petit groupe d’hommes vaillants peut s’imposera une troupe largement supérieure en nom (...)
  • 176 H. Ó. Bizzarri, «La idea de Reconquista en el Libro de los doze sabios», pp. 27-28.
  • 177 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 2, p. 71.

41Plus que dans l’ampleur de leurs effectifs, la valeur des ordres militaires réside dans leur expérience de la lutte contre les musulmans. Le fait a été souligné par la plupart des historiens qui se sont occupés de la dimension guerrière de leur mission dans la péninsule Ibérique, sans qu’il ait pour autant bénéficié d’un même intérêt que pour la Palestine172. Le prix attaché au concours des ordres militaires tient en premier lieu à leur réputation de spécialistes du combat. Cette qualité me semble d’autant plus essentielle au milieu du XIIIe siècle que le traité militaire formant le cœur du Libro de los doze sabios173 insiste sur la nécessité pour le roi de disposer de troupes aguerries dont la qualité prime sur le nombre174. En cela, l’oeuvre se fait l’écho d’un sentiment largement répandu175. Il a été suggéré, nous l’avons vu, qu’elle aurait été composée pour l’instruction d’Alphonse X à la requête de Santiago176. En l’absence d’éléments de preuve, ce lien demeure à l’état d’hypothèse. Pour autant, l’accent placé dans le traité sur les corps spécialisés résonne comme un éloge des ordres militaires, qualifiés dans les chroniques de caballeros escogidos177

  • 178 La formule est notamment utilisée dans la Primera Crónica General, t. II, chap. 1071, p. 747.
  • 179 Signalé naguère par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 14, le fait a été récemment analysé par F. G (...)

42à plusieurs reprises, les membres de ces institutions sont dépeints comme sabidores de guerra178. L’étendue de leur savoir militaire est la raison de leur présence systématique aux assemblées lors desquelles sont discutées, à l’initiative du souverain, les décisions stratégiques et tactiques à mettre en oeuvre dans le cadre de la lutte contre l’Islam. L’importance du conseil de Pelayo Pérez Correa dans les dernières campagnes andalouses de Ferdinand III a été soulignée à l’envi179.

  • 180 La conquête de Mula passe ainsi dans la Primera Crónica General, t. II, chap. 1065, p. 744, pour av (...)
  • 181 Ibid., t. II, chap. 1071, p. 747: «Mas el maestre de Ucles, don Pelay Correa, et caualleros buenos (...)
  • 182 Crónica latina de los reyes de Castilla, p. 82 : «Nec mora commendator Uclensis mittitur adarchiepi (...)
  • 183 À plusieurs reprises, les maîtres des ordres militaires apparaissent alors dans la chronique associ (...)

43Le récit élaboré par la Primera Crónica General prête au dignitaire une influence décisive sur le futur Alphonse X, qu’il assiste dans la conquête du royaume de Murcie180, mais également sur son père, dont il obtient qu’il entreprenne sans retard les sièges de Jaén et de Séville, faisant même en ce dernier cas prévaloir son avis contre celui du plus grand nombre181. Le cas de Pelayo Pérez Correa est sans conteste singulier dans la mesure où aucun autre maître n’a pesé avec une telle force sur les choix stratégiques. Tous furent cependant étroitement associés aux décisions de la monarchie depuis que Ferdinand III, lors de la curia de Carrión en 1224, décida de reprendre l’offensive contre l’Islam182, jusqu’à ce que la victoire de Tarifa, remportée par Alphonse XI, mette le royaume à l’abri des invasions marocaines, concluant près d’un siècle de luttes pour le contrôle du détroit183.

  • 184 Étudié par Ch.-E. Dufourcq, « Un projet castillan du XIIIe siècle : la “Croisade d’Afrique” », ce p (...)
  • 185 En dernier lieu, ce problème a bénéficié d’un intéressant éclairage de J. M. Rodríguez García, « La (...)
  • 186 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el sig (...)
  • 187 Le fait ressort d’un document édité par J. González González, Repartimiento de Sevilla, t. II, pp. (...)
  • 188 L’expression esc empruntée à un cahier des Cortes rassemblées à Zamora en 1274, publié dans les act (...)
  • 189 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 213, p. 309, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 285, (...)
  • 190 En 1335, lors de sa désignation parle maître Hélion de Villeneuve comme prieur, Alfonso Ortiz Calde (...)
  • 191 Plusieurs auteurs ont souligné le développement des activités maritimes de l’Hôpital à partir de la (...)

44Les sollicitations adressées par le pouvoir royal aux ordres militaires ne se limitent pas à leur demander conseil. Il incombait en effet aux milices de prendre une part active à la politique africaine mise en place par Alphonse X au début de son règne184. Dans un contexte où la mer s’imposait comme une nouvelle frontière, essentielle à la sécurité des régions méridionales du royaume, il me semble révélateur de l’estime portée par le roi aux Ordres que ceux-ci aient constitué les premières forces impliquées dans un projet de défense navale cohérent185. Le fait a été décrit à plusieurs reprises186. Dès 1253, l’effort pour obtenir de Santiago l’armement d’une galère devant servir trois mois par an avec un équipage de deux cents hommes187 atteste l’existence d’un dessein monarchique qui devait être consacré, deux décennies plus tard, par la fondation de l’ordre de Santa María de España, exclusivement destiné aux fechos del mar188. L’échec du projet ne mit pas fin à l’association des ordres militaires à la guerre maritime contre les Mérinides. C’est ainsi qu’au XIVe siècle encore, Alphonse XI confia le commandement de la flotte au prieur de l’Hôpital Alfonso Ortiz Calderon189, cherchant à utiliser au bénéfice du royaume l’expérience que ce dignitaire avait acquise lors de son séjour à Rhodes190 où, selon toute vraisemblance, il avait participé à la lutte navale que l’Ordre menait contre les Turcs191.

  • 192 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 227, reproduit dans Id., Military (...)
  • 193 II semble que les historiens militaires aient accordé une importance exagérée à la tactique fondée (...)
  • 194 Cette tactique a été décrite par J. Oliver Asín, « Origen árabe de rebato », pp. 375-377, comme par (...)
  • 195 Juan Manuel, Libro de lot estados, chap. 77, pp. 228-229 : «Et sobre todas las cosas del mundo, dev (...)

45Appréciée par le pouvoir royal, l’expérience guerrière des ordres militaires provenait de leur habitude du combat contre l’Islam acquise à la faveur d’un contact presque quotidien avec les musulmans. Comme Alan Forey l’a relevé, l’opposition entre les deux camps n’interdisait pas qu’une collaboration puisse se développer dans des cas ponctuels comme en 1225, lorsque des troupes de Santiago et de Calatrava aidèrent le souverain maure de Baeza à s’emparer de plusieurs forteresses de son rival sévillan192. Il semble que dans la péninsule Ibérique comme en Palestine, les ordres militaires aient appris au contact des musulmans à contrer voire à utiliser les tactiques de combat de ces derniers193. Le meilleur exemple en est l’usage de la manœuvre appelée al-karr wa-l-farr, connue en Castille sous le nom de torna fuye, qui consistait à provoquer une troupe ennemie, en règle générale supérieure en nombre, par une charge de cavaliers légers ; ceux-ci affectaient ensuite de prendre soudainement la fuite, de façon à attirer leurs poursuivants sur un terrain difficile où les attendait le gros de leur armée placé en embuscade194. Tacticien éprouvé, Juan Manuel considérait ce stratagème comme l’arme la plus redoutable dont disposaient les musulmans, lui attribuant la déroute essuyée en 1319 par les tuteurs du jeune Alphonse XI dans la Vega de Grenade195.

  • 196 Primera Crónica General, t. II, chap. 1098, p. 757 : «Los moros desque los vieron asi en pos ellos (...)
  • 197 Ibid, t. II, chap. 1088, pp. 753-754.
  • 198 Ibid., t. II, chap. 1106, pp. 759-760.

46Ce n’est sans doute pas un hasard si les ordres militaires, d’après le récit du siège de Séville rapporté dans la Primera Crónica General,, étaient les troupes castillanes qui dominaient le mieux la tactique du torna fuye. Leurs supérieurs savaient déceler l’intention de l’ennemi, tel ce prieur de l’Hôpital qui allait mettre fin à une poursuite trop facile lorsque les piétons de sa compagnie le dépassèrent pour donner dans une embuscade, l’obligeant ainsi, afin de leur porter secours, à accepter le combat contre une troupe largement supérieure en nombre196. Ils semblent même avoir maîtrisé un tel stratagème avec une aisance suffisante pour pouvoir le retourner contre les musulmans puisque plusieurs embuscades tendues par les maîtres émanent du récit de la Primera Crónica General, à l’exemple de celle que conduisit Pelayo Pérez Correa pour empêcher une opération de secours de ravitailler Aznalfarache197 et de cette autre qui, quelques jours plus tard, fut emmenée par le supérieur du Temple, Martín Núñez, afin de s’opposer à une sortie des Sévillans198.

  • 199 Franco Sánchez, Vías y defensas andalusíes en la Mancha oriental, p. 115.
  • 200 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 363-364, doc 192. Dans une lettre au roi Jacques II d’Aragon (...)
  • 201 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 301 et 307, pp. 366 et 370.
  • 202 Il est à mon sens révélateur que le testament d’Alonso Martínez de Olivera, grand commandeur de Leó (...)

47Ces actions révèlent, par-delà l’anecdote, la capacité des ordres militaires à tirer le meilleur profit de l’utilisation de troupes équipées a la jineta. Plus que d’une nouvelle façon de monte, il s’agit là d’une manière distincte de penser l’usage tactique de la cavalerie199. Les Ordres en avaient bien compris le profond intérêt dans le contexte stratégique de la frontière nasride. Plusieurs documents attestent le fait, soit que les frères adoptent la nouvelle pratique de monte, soit — comme ce fut le cas le plus fréquent — qu’ils s’adjoignent le renfort des contingents de jinetes mercenaires, comme le fit en 1309 García López de Padilla200 lors d’une expédition contre Andarax. Il est rare que la chronique accorde un quelconque intérêt à de tels coups de main. L’offensive lancée pendant quatre jours contre Grenade en 1342 par Fernan Ruiz de Tahuste, le grand commandeur santiaguiste de Segura, fait presque figure d’exception car Alphonse XI, bloqué devant l’enceinte d’Algésiras, en escomptait un affaiblissement significatif de la position nasride201. En cela, cet affrontement n’est guère représentatif de la lutte au quotidien de la frontière, faite d’accrochages qui, bien que n’offrant pour ainsi dire jamais une telle importance stratégique, n’en ont pas moins constitué le lot usuel des milices202.

  • 203 A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 88.
  • 204 C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », p. 133, a pu ainsi (...)
  • 205 Juan Manuel, Libro de los estados, chap. 70, p. 212 : «Otrosí, deve poner, eso mismo, recabdo en la (...)
  • 206 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 116, p. 249, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 137, (...)
  • 207 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 251, p. 326, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 324, (...)
  • 208 Cet accord étendait au Temple et à l’Hôpital un pacte souscrit en 1221 entre Santiago et Calatrava  (...)

48En Terre sainte, la valeur militaire reconnue aux Ordres ressort clairement des missions de responsabilité qui leur sont confiées. Certaines charges, comme Alain Demurger l’a bien démontré203, leur incombent d’une façon systématique dont on ne saurait trouver l’exact équivalent dans la péninsule Ibérique204. Là aussi, toutefois, il semble que ces institutions furent également associées à des fonctions requérant une compétence particulière. Plusieurs passages chronistiques les montrent placées à l’arrière-garde ou à l’avant-garde de l’armée castillane, c’est-à-dire à l’endroit précis où Juan Manuel conseille de poster les troupes les plus aguerries205. C’est ainsi qu’en 1333 les membres de Calatrava participèrent à la protection de l’avancée chrétienne vers Gibraltar206 et que, sept ans plus tard, ce furent les Santiaguistes qui ouvrirent la charge, en compagnie de Juan Núñez de Lara, lors de la journée décisive qui vit se dérouler la bataille du Salado207. Il semblerait même, à en croire un accord passé entre la plupart des ordres militaires en 1224, que la conduite de l’arrière-garde et de l’avant-garde ait ordinairement relevé de leur responsabilité lors des campagnes208.

  • 209 A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 89.
  • 210 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 74, p. 58 : «En un dia de sábado que era víspera de San J (...)
  • 211 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 288, p. 358.
  • 212 Ibid., chap. 278, 279 et 304, pp. 35 1-352 et 368.

49Si les sources narratives ne permettent pas de vérifier qu’une telle mission ait réellement pesé sur les Ordres aussi régulièrement qu’ils le signifient, elles révèlent en revanche d’autres tâches auxquelles ils semblent avoir été associés de manière plus systématique. Ce sont surtout des fonctions logistiques, dont Alain Demurger a bien illustré pour la Palestine à la fois le caractère vital et le danger209. La principale a trait à la protection du bétail et, plus encore, des fourrageurs chargés de collecter l’herbe dont il ne saurait se passer. C’est au cours de l’une de ces expéditions, dont il protégeait le retour au camp, que le supérieur de Santiago Gonzalo Ruiz Girón fut surpris, près de Moclín, par un contingent de cavaliers musulmans qui l’attira dans une embuscade où il trouva la mort avec une cinquantaine de membres de l’Ordre210. Les responsabilités logistiques confiées aux frères ne se limitent pas au ravitaillement Ainsi, lors du siège d’Algésiras, tandis que la garde des moissons est dévolue aux maîtres de Calatrava et d’Alcántara211, le supérieur de Santiago reçoit d’Alphonse XI la tâche de surveiller les engins balistiques dressés contre les murs de la ville212.

  • 213 Signalé par F. Garíia Fitz, « Las huestes de Fernando III », p. 169, n. 34, l’épisode a été très ju (...)
  • 214 Primera Crónica General, t. II, chap. 1081, pp. 750-751 : «Don Pelay Correa, maestrede la orden de (...)
  • 215 L’héroïsme des Santiaguistes dans la défense de l’Aljarafe a été souligné, en accord avec la totali (...)
  • 216 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 117, pp. 250-251,et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. (...)

50En plusieurs cas, des missions militaires de la plus haute importance sont confiées aux ordres militaires. L’exemple le plus connu en est la défense de l’Aljarafe, déléguée dès l’origine du siège de Séville à Pelayo Pérez Correa et à ses frères213. Le succès d’une telle entreprise conditionnait totalement celui de l’assaut castillan contre la ville. Situé sur la rive droite du Guadalquivir, sous la menace continue de la forteresse d’Aznalfarache, l’espace dévolu aux Santiaguistes est essentiel pour achever le blocus de Séville en l’isolant de Niebla. Coupés du camp de Tablada, où stationne l’armée de Ferdinand III, installée sur l’autre rive, et exposés à un double danger, les frères sont bien près de céder sous le nombre214. Il n’a tenu qu’à leur attitude héroïque que le siège de Séville puisse continuer et déboucher, un an plus tard, sur la capitulation de la cité215. De telles actions d’éclat ne sont pas rares. Toutes n’ont pas connu, loin de là, le même succès et plusieurs n’ont guère apporté aux frères que les palmes du martyre, à l’instar de l’opération de secours, prise en charge par Calatrava au siège de Gibraltar en 1333, pour ravitailler une île située de l’autre côté du Guadarranque216.

Le gage de l’obéissance

  • 217 Ainsi l’a observé A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 218-221, reprod (...)
  • 218 En témoignent les annales tolédanes recueillies par J. Porres Martín-cleto (éd.), Los Anales Toleda (...)
  • 219 Au milieu du XIIIe siècle, de telles donations sont prédsément encadrées. Si en 1173 Calatrava obti (...)
  • 220 J, González González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, pp. 714-715, doc, 41 (...)

51L’expérience des ordres militaires, dans le cas de la péninsule Ibérique, se double d’une soumission aux directives du pouvoir royal qui explique en grande partie le prix attaché à leur service. On sait que les milices n’ont jamais bénéficié en Espagne d’une indépendance semblable à celle qu’elles avaient en Palestine et en Baltique217. à diverses reprises pourtant, nous l’avons vu, les Ordres ont été amenés à agir en marge de l’armée royale comme lors de la conquête de l’Estrémadure218. Il semble même que le pouvoir monarchique ait voulu encourager une telle initiative. Plusieurs concessions anticipées délivrées à ces institutions leur font ainsi don de l’ensemble ou d’une partie pour le moins des châteaux qu’elles pourront enlever aux Maures219. D’autres documents leur attribuent une part du butin acquis au cours des expéditions royales ou du prix du rachat des musulmans capturés par leurs soins, dont la moitié est laissée aux frères de Calatrava en vertu d’un privilège d’Alphonse VIII220.

  • 221 Il n’est guère besoin d’insister sur ce point. Une étude remarquable de ces pactes a été proposée p (...)
  • 222 Le principe en est déjà arrêté dans l’accord le plus ancien qui nous est parvenu. Ratifié en 1178 e (...)
  • 223 Le texte de cette prescription a été publié par J. O’ Callaghan, « Las definiciones de la orden de (...)
  • 224 Ainsi l’a bien observé C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acció (...)

52De telles mesures ne signifient pas que les membres des ordres militaires disposent d’une totale autonomie de combat. Ils ont certes coutume d’agir ensemble et de se prêter mutuellement assistance, comme l’attestent les accords successifs, connus sous le nom d’hermandades, qu’ils passent entre eux dans le premier tiers du XIVe siècle221. Divers règlements cherchent alors à développer une unité d’action parfaite entre les frères d’un même Ordre aussi bien qu’entre les membres d’entités distinctes222. L’idée d’un front commun semble s’être largement imposée dans la mesure où, au début du XVe siècle encore, l’abbé de Morimond rappelle aux frères de Calatrava la nécessité de combattre ensemble sous la bannière de l’Ordre223. Elle n’implique pas toutefois que les milices aient disposé au sein des armées chrétiennes d’une spécificité similaire à celle qui était la leur en Terre sainte. Si elles combattent ensemble à l’ordinaire, elles sont soumises au cours de la bataille à un commandement militaire qui, à Las Navas deTolosa ou au Salado, leur échappe pour être exercé par un proche du roi224.

  • 225 H. Grassotti, « El debery el derecho de hacer guerra y paz en Leon y Castilla ». L’historienne arge (...)
  • 226 J. González Alfonso IX, t. II, pp. 453-455, doc. 346.
  • 227 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 220-221, repris dans Id., Militar (...)
  • 228 à titre d’exemple, on peut citer celle que les frères de Calatrava adressèrent en 1220 à Honorius I (...)
  • 229 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. E. Benito Ruano, «Balduino II de Constantinopla y la orden de Sant (...)

53Les ordres militaires font donc l’objet d’un contrôle rigoureux de la part du pouvoir royal. Par nature, ils sont liés au monarque, qu’ils doivent servir en temps de paix et de guerre en vertu d’une obligation, fort bien analysée par Hilda Grassotti225, à laquelle se réfèrent la plupart des donations dont ils bénéficient. Lorsqu’en 1217 Alphonse IX abandonne la forteresse d’Alcantara aux frères de Calatrava, il leur enjoint que semper guerram et pacem de ea quandocumque et quibuscumque mandavero faciaus226 Astreints à entrer en guerre à la requête du souverain, les ordres militaires doivent également respecter, au besoin malgré l’opposition du pape, les trêves conclues avec les musulmans227. Plusieurs plaintes des frères transmises à Rome attestent de l’impossibilité où ils sont de riposter aux attaques ennemies sans l’aval du monarque228. Au milieu du XIIIe siècle, la subordination de l’activité militaire des Ordres à la volonté royale est un fait acquis dont se fait écho le projet de défense de l’Empire latin d’Orient, élaboré par Santiago en 1246, qui impose aux frères, secundum quod consueverint in Yspania, de se plier aux décisions stratégiques de Baudouin II et de prendre en compte l’intérêt de ses États au moment de lancer des chevauchées de leur propre chef229.

  • 230 Ainsi l’ont rappelé pour les Templiers, tant à l’échelle générale qu’à celle de l’ensemble ibérique (...)
  • 231 Olivier de Paderborn, Historia Damiatina, p. 232, cité par A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers (...)
  • 232 F. García Fitz, « Las huestes de Fernando III », p. 163, et « La organización militar en Castilla y (...)
  • 233 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 229, reproduit dans Id., Military (...)
  • 234 Jaume I, Llibre dels Feits., chap. 154, p. 72, rapporte en ces termes le message des envoyés des ma (...)

54Fidèles à la cause de la monarchie, les ordres militaires se distinguent, aux dires de la plupart des auteurs, par une rapidité de mobilisation qui rend leur concours extrêmement précieux230. Sur la base du récit d’Olivier de Paderborn, Alain Demurger a même relevé l’existence en Terre sainte d’un bataillon d’intervention rapide composé de frères du Temple231. Aucune force comparable n’apparaît dans les chroniques relatives à la péninsule Ibérique, Néanmoins, la promptitude des ordres militaires à équiper leurs contingents constitue l’une de leurs qualités les plus estimées dans un contexte où le roi est presque entièrement démuni de troupes permanentes232. Le fait a été souligné par Alan Forey à partir du récit que Jacques Ier d’Aragon a laissé de l’offensive conduite en 1233 contre Burriana233. à croire la chronique royale, aucun des nobles attendus à Teruel n’était présent au jour fixé pour la revue des troupes. Pour leur part, campant devant Murviedro, l’actuelle Sagonte, les maîtres des ordres militaires avaient alors déjà entrepris de combattre les musulmans de Valence, comme ils le firent savoir au roi en sollicitant des renforts qui leur permissent de faire face à des ennemis bien supérieurs en nombre234.

  • 235 D’utiles éléments chronologiques sur le déroulement du siège de Séville ont été récemment fournis p (...)
  • 236 Primera Crónica General, t. II, chap. 1083, p. 751 : « Et el reçelando el poder de los moros que er (...)
  • 237 C. de Ayala Martínez, « Fortalczas y creación del espacio político », p. 28, et F. García Fitz, « L (...)

55Un tel épisode est loin d’être une exception. À plusieurs reprises, en effet, les chroniques castillanes font état de l’intervention des ordres militaires dès l’instant où la campagne chrétienne prend forme. Le siège de Séville en offre sans conteste l’un des exemples les plus notables. Une fois Pelayo Pérez Correa établi sur la rive droite du Guadalquivir, dans le but d’isoler la ville de son environnement en fermant l’accès qui lui restait sur Niebla, Ferdinand III ordonne de creuser un fossé profond autour du camp de Tablada où il s’était récemment installé235. Par ce biais, il cherche à protéger son armée encore peu nombreuse des coups de main des assiégés en attendant qu’elle se renforce des milices urbaines, dont très peu sont arrivées sur place236. Alors que le souverain ne peut compter, un mois après le début du siège de Séville, sur l’ensemble des troupes de son armée, les maîtres des ordres militaires se trouvent déjà à ses côtés, manifestant ainsi cette complète disponibilité qui fait leur force237.

  • 238 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 229, reproduit dans Id., Military (...)
  • 239 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 2, p. 71. Leur rapidité de réaction a été ici bien signalée pa (...)
  • 240 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 105, p. 239, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 126, (...)
  • 241 ACA, Cancillería, reg. 529, ffos 53v° et 56v°, cités par R. Sáinz de la Maza Lasoli, «La orden de M (...)

56Alan Forey a soutenu l’hypothèse que, passé les décennies centrales du XIIIe siècle, un tel avantage tend à s’estomper238. Plusieurs éléments induisent selon moi à nuancer cet avis. À deux reprises, en 1285 et en 1333, lors des expéditions de secours lancées pour délivrer jerez puis Gibraltar, menacées l’une après l’autre de tomber sous la coupe mérinide, les milices font partie des premières forces castillanes à répondre à l’appel du roi239. Dans le second cas, la coordination des opérations de frontière leur est même confiée, en étroite collaboration avec les nobles et les villes d’Andalousie, en attendant la venue d’Alphonse XI240. Il semble donc que les Ordres n’aient rien perdu de leur rapidité à réagir. Pour l’Aragon, les registres de la chancellerie en livrent des preuves qui n’ont pas leur équivalent en Castille, faute d’une source similaire. En cas d’alerte sur la frontière, c’est à eux que le roi fait appel : ainsi, Alphonse IV enjoint en juin 1354 au maître de Montesa de gagner Orihuela pour répondre à la menace nasride, avant de se raviser une semaine plus tard, lorsque cessent les rumeurs d’attaque contre Carthagène et Lorca, mais tout en lui signifiant de continuer à se tenir prêt241.

  • 242 F. García Fitz, «Las huestes de Fernando III»,pp. 177 et 181-182.
  • 243 E. Benito Ruano, «España y las Cruzadas», p. 114: «Son el enlace entre acción y acción, el elemento (...)
  • 244 Crónica latina de los reyes de Castilla, pp. 86-87.

57Au même titre que leur rapidité à réagir, la continuité de service des ordres militaires représente pour le monarque un atout essentiel que n’offre aucune des forces qu’il peut mobiliser au titre de l’aide vassalique. Francisco García Fitz a bien montré, à propos du règne de Ferdinand III, l’inconvénient que suppose pour l’autorité royale la limitation temporelle du service de la noblesse et de celui des milices urbaines242. Les ordres militaires ne souffrent pas pour leur part d’un tel défaut. Ils sont, comme l’a souligné Eloy Benito Ruano, « le lien entre une action et l’autre, l’élément qui donne sa continuité au mouvement entre la recrudescence intermittente de deux expéditions »243. à ce titre, il n’est guère surprenant que les frères de Calatrava et de Santiago comptent parmi les contingents que Ferdinand III, à la fin de sa première année de campagne en Andalousie, laisse sur la frontière pour défendre les places conquises par les Castillans et tenter d’affaiblir le souverain musulman de Séville, dans la perspective d’une reprise des hostilités au printemps suivant244.

  • 245 Primera Crónica General, t. II, chap. 1117, p. 765: «Contado auemosde commo el arçobispo de Sanctia (...)
  • 246 II me paraît difficile, à partir des données de la chronique, de soutenir l’hypothèse, émise dans u (...)
  • 247 Primera Croníca General, II, chap. 1117, p. 765: «Et desque el arçobispo fue ydo de la hueste, vino (...)
  • 248 C.de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carm (...)

58Une fois encore, le récit du siège de Séville, tel qu’il nous est rapporté par la Primera Crónica General, manifeste bien l’avantage que le roi retire du service armé des ordres militaires, susceptibles d’être requis à discrétion. Pendant l’été 1248, alors que les opérations de siège durent depuis près d’un an, l’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle est amené à quitter l’armée castillane. Il semble que la maladie ait joué dans cet abandon un rôle essentiel245. Il n’en reste pas moins que le départ conjoint de ses hommes, dont on sait qu’ils étaient arrivés récemment, incite à penser que le terme ordinaire de leur service, généralement fixé à quarante jours, était échu246. Le fait que Pelayo Pérez Correa soit dépêché avec vingt-cinq de ses frères pour occuper le secteur du mur d’enceinte laissé découvert me paraît particulièrement remarquable247. On a pu s’étonner du très petit nombre de chevaliers qui l’accompagnent pour l’occasion248. Il convient toutefois de rappeler qu’au même moment la plupart des frères sont engagés, sur l’autre rive du Guadalquivir, dans le secteur de l’Aljarafe.

  • 249 ACA, Cancillería, reg. 541, f° 64V0. Mentionné par F. de Moxó y Montoliu, « La relación epistolar e (...)
  • 250 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 196, p. 298, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 256, (...)
  • 251 En atteste notamment une lettre de Benoît XII à Alphonse XI en 1340, tentant d’apaiser la colère du (...)

59Pas plus que la promptitude à réagir des ordres militaires, la continuité de leur service ne paraît avoir faibli passé le milieu du XIIIe siècle. Ils restent des outils à la totale disposition du roi, qui peut, à l’instar d’Alphonse IV d’Aragon, les commettre à sa place pour s’acquitter de sa promesse de participer en 1530 à l’offensive préparée par Alphonse XI contre le royaume de Grenade249. En Castille, leur disponibilité n’est aucunement moindre. Elle est, nous l’avons vu, clairement prouvée par les différentes responsabilités confiées à leurs maîtres dans la protection de la frontière. Au cours de l’hiver 1337, c’est même le système de défense tout entier qui est dévolu par le roi à la surveillance du supérieur d’Alcantara, Gonzalo Martínez de Oviedo, auquel il ordonne que chacun obéisse comme à lui-même250. La gloire obtenue par le maître dans la lutte contre les Mérinides est sans conteste remarquable. Elle reflète, par-delà la valeur d’un homme unanimement loué par ses contemporains251, la qualité d’institutions qui restent, au milieu du XIVe siècle, des garants essentiels de la stabilité du dispositif frontalier castillan.

60Le seul nombre ne saurait renseigner sur la valeur militaire des contingents engagés par les Ordres contre les musulmans. Il ne fait aucun doute qu’ils représentent une part réduite des armées castillanes réunies par le souverain. On pourrait en discuter l’importance relative dans la mesure où les travaux les plus récents, attentifs en priorité aux frères, en ont à mon sens exagéré la faiblesse. Il est toutefois plus intéressant d’en relever la qualité et, plus encore, la constante disponibilité, qui font de ces institutions, bien après la prise de Séville, un instrument essentiel dans l’entreprise monarchique de défense de la frontière méridionale du royaume.

III. – Le prix du service armé

  • 252 Seuls A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 230, repris dans Id., Millta (...)

61L’accomplissement de leur mission est d’un coût très élevé pour les ordres militaires. De façon surprenante, l’historiographie récente a pour ainsi dire totalement occulté cette question cruciale252. Du fait qu’elles assument les dépenses induites par la protection de la frontière en priorité à partir de fonds propres, la valeur guerrière de ces institutions se double d’un coût de revient réellement modique dont on est en droit de se demander, quelles que soient les limites du système, s’il n’est pas pour l’autorité monarchique la clé de leur association étroite à la défense du royaume.

Un poste de dépense coûteux

  • 253 à ce panorama très pauvre, le récent ouvrage de C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares bispáni (...)
  • 254 À titre d’exemple, plusieurs envois d’argent sont destinés à Cordoue et aux châteaux qui protègent (...)
  • 255 M. A. Ladero Quesada, « La organización militar de la Corona de Castilla durante los siglos XIV y X (...)

62Les frais supportés par les ordres militaires pour contribuer à la stabilité du dispositif frontalier castillan restent, en dépit des progrès de l’historiographie, un sujet à peine abordé253. Il est permis de s’en étonner lorsque l’on sait l’ampleur des charges militaires dans les dépenses de la monarchie. La chronique s’en fait l’écho à l’occasion des campagnes de Ferdinand III, rapportant les sommes investies par le trésor royal pour consolider les conquêtes chrétiennes. À en croire son témoignage, l’importance du coût assumé par l’autorité souveraine ne fait aucun doute254. Les quelques documents comptables conservés à partir de la fin du XIIIe siècle viennent corroborer pleinement cette impression. Pour s’en tenir à un seul exemple, analysé par Miguel Ángel Ladero Quesada, sur les neuf millions six cents mille maravédis qui constituent le montant estimatif des recettes royales pour 1315, plus des quatre cinquièmes sont affectés au paiement des tenencias et des sueldos de la noblesse255. Il est dès lors facile de saisir l’avantage que présente pour le roi un instrument comme les ordres militaires, dont la contribution à l’effort de guerre castillan ne dépend pas directement des ressources du trésor.

  • 256 À deux reprises, il est fait référence à la « grant costa quefizo » dans le texte de la Primera Cró (...)
  • 257 En 1266 encore, lors du chapitre de León, reste en vigueur le principe en vertu duquel « establesçi (...)
  • 258 La seule exception intéresse les commanderies pauvres pour lesquelles est conservé le principe de l (...)
  • 259 Ainsi l’a justement signalé C. de Ayala Martínez, « Las fortalezas castellano-leonesas de las órden (...)
  • 260 AHN, OM, Archivo Histórico de Toledo, n° 56142, publ. M. Rodríguez Llopis, Documentos de los siglos (...)
  • 261 À titre d’ordre de grandeur, ces rentes s’élevaient pour Santiago à six mille et quatre mille marav (...)

63C’est sur leurs fonds propres, en effet, que les ordres militaires financent leurs actions de guerre. La chronique l’atteste en relatant que la conquête de Murcie fut pour Pelayo Pérez Correa une initiative coûteuse256. D’autressources confirment que les frais supportés lors d’offensives militaires incombent aux milices. Il en est ainsi, en particulier, de l’équipement des frères et de leurs montures, qu’il repose sur la mense commune, comme à l’origine257, ou qu’il soit financé, comme c’est le cas à partir de la fin du XIIIe siècle, par les ressources propres des commanderies258. Cependant, les dépenses faites en campagne ne sont pas les plus élevées. Le poste principal concerne assurément l’exercice des responsabilités de défense qui sont confiées aux Ordres259. Il implique de financer diverses missions de surveillance, telles les guardas de la tierra réalisées par les habitants de Segura de la Sierra, auxquels Santiago cède à titre d’aide, en 1342, une rente annuelle de cinq cents maravédis260, et plus encore de pourvoir au versement régulier des retenenciac’est-à-dire des sommes destinées à l’entretien des châteaux de la frontière, dont le montant à l’année, pour chaque forteresse, dépasse en règle générale cinq mille maravédis261.

  • 262 C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », p. 288, et « L (...)
  • 263 Son testament a été publié par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 299-307, doc. (...)
  • 264 Le premier cas, souvent cité, est rapporté dans la Crónica del rey don Sancho IV, chap. 9, p. 86. L (...)
  • 265 Le fait ressort de deux donations foncières dans la périphérie de Séville accordées par Alphonse X (...)

64Face à de telles dépenses, les ordres militaires ne peuvent compter sur une aide financière directe de la royauté262. Il est très rare que la documentation relève des paiements consentis par le trésor à leurs principaux officiers. à cet égard, la somme de cent mille maravédis qu’Alonso Martínez de Olivera, grand commandeur de León de l’ordre de Santiago, enjoint en 1302 à ses héritiers de réclamer à Ferdinand IV au titre des deux années passées, constitue un cas exceptionnel263. La nature du service rendu au roi par le dignitaire n’est pas spécifiée. Il est probable cependant qu’elle consiste, à l’exemple des rares situations comparables documentées, non pas en une contribution à l’action militaire de l’Ordre, mais en la prise en charge d’une place fortifiée relevant de la juridiction royale. C’est là, en tout cas, la raison qui, pour la protection des villes de Tarifa et de Lorca, conduisit Sanche IV, puis sa veuve María de Molina au cours de la minorité de Ferdinand IV, à verser des sommes élevées à des dignitaires des ordres militaires264. En aucun cas, semble-t-il, le pouvoir monarchique n’assume directement le financement de l’entretien des garnisons frontalières des Ordres, considérant que les donations faites à ces institutions devaient suffire à y pourvoir265.

  • 266 Mis en lumière par P. Linehan, The Spanish Church and the Papacy in the Thirteenth Century, en part (...)
  • 267 Le fait ressort notamment de l’étude de C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en ta (...)
  • 268 Ainsi l’ont fait C. de Ayala Martínez, « Las fortalezas castellanas de la orden de Calatrava en el (...)
  • 269 L’espace de la frontière a durablement conservé un caractère peu anthropisé qui fait que, jusque su (...)
  • 270 Fontes, « El señorío y la encomienda de Canena en la Edad Media ». Canena n’est pas une exception. (...)
  • 271 L’expression présides militaires est empruntée à M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempo (...)

65On ne saurait être surpris que le poids de la défense des places de frontière appartenant aux ordres militaires leur incombe en presque totalité. Il suffit de rappeler l’ampleur de la contribution financière du clergé séculier à l’entreprise de Reconquête, admirablement analysée par Peter Linehan, pour observer combien l’Église castillane a été utilisée par les souverains266. Si le tribut payé par les ordres militaires est différent dans sa nature, il ne l’est en rien du point de vue du volume. Le fait a trop rarement été souligné dans l’historiographie récente qui exagère beaucoup les revenus tirés par les ordres militaires de leurs domaines de frontière267. On peut certes tenir les forteresses pour des centres collecteurs et générateurs de rente à l’échelle des espaces intérieurs du royaume268, mais on ne saurait le faire avec autant de raison pour les régions situées au contact de la cordillère Bétique269. Leur faible niveau démographique, bien illustré dans le cas de la commanderie santiaguiste de Canena270, et leur exposition à un danger permanent autorisent pratiquement à les regarder comme des présides militaires dont la faculté à prendre en charge leur propre défense, très dépendante d’approvisionnements extérieurs, demeure pour ainsi dire anecdotique271.

  • 272 Ainsi l’a récemment fait valoir dans un travail pionnier L. R.Villegas Díaz,« Presencia de la orden (...)
  • 273 La date exacte du privilège accordé à Juan González n’est pas connue dans la mesure où il nous a ét (...)
  • 274 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, pp. 88-89.
  • 275 M. García Fernández, «La carta puebla del castillo de Cote», et «Morón de la Frontera y Enrique II. (...)

66Il convient donc, plus qu’on ne l’a fait jusqu’à présent, de mettre en cause la rentabilité de la frontière pour les ordres militaires272. À mon sens, en effet, nombre de leurs forteresses représentaient un coût beaucoup plus qu’un profit dans la mesure où elles ne pouvaient subvenir seules à leurs besoins. Cela est manifeste dans le cas du château de Priego, en faveur duquel le supérieur de Calatrava Juan González obtient de l’infant S anche, peu avant que celui-ci ne devienne roi, une exemption totale de droits de péage pour éviter que l’approvisionnement de la place, qui dépend pour une grande part de l’extérieur, notamment en matière de viande, n’occasionne un surcoût pour ses habitants273. Le fait appert plus clairement encore d’un échange territorial que rapporte la chronique d’Alonso de Torres y’Tapia, conclu en 1362 entre Pierre Ier et le maître d’Alcántara Suero Martínez, au terme duquel ce dernier se dessaisit des forteresses de Morón et de Cote au profit de la ville d’Oropesa274. La raison invoquée par le maître, aux dires du chroniqueur, serait que ces châteaux lui sont de poco útil y mucho gasto. Il est difficile, en l’absence du document original, d’évaluer dans quelle mesure un tel sentiment reflète celui du dignitaire. On ne saurait toutefois l’exclure trop vite car dans la décennie suivante, alors que Morón et Cote sont revenues dans la juridiction royale, plusieurs actes d’Henri II insistent sur le poids financier très lourd que représente leur défense pour les habitants275.

  • 276 Le principe en est clairement souligné dans une lettre de Jacques II d’Aragon adressée en 1298 au m (...)
  • 277 De façon significative, C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p.524, se cont (...)
  • 278 Sur la base des testaments, on ne perçoit guère de ce mouvement que l’envoi d’armes à destination d (...)
  • 279 A. M, Barrero García, «Un formulario de cancillería episcopal», p. 707 : «Ex religionis tue constan (...)
  • 280 AHN, OM, carp. 464, doc. 237 bis. L’échange porte sur les domaines de l’Ordre à Olmos, dans la vall (...)
  • 281 AGS, Registro General del Sello, 111-1484-5, publ. E. González Crespo, «Castillos andaluces en époc (...)

67Face au coût qu’impliquait la défense des châteaux de frontière, les ordres militaires n’ont eu d’autre recours que d’organiser à l’échelle de leurs possessions un transfert massif d’argent en direction des régions méridionales276. On peut s’étonner que l’historiographie ait éludé un sujet de cette importance277. Les sources portent une part de responsabilité dans la mesure où, faute de documentation comptable, il est non seulement impossible de quantifier ces flux, mais encore très difficile de percevoir leur existence278. Cette dernière est pourtant manifeste, comme en témoigne un formulaire d’ars dictandi daté de la décennie 1220. Parmi les modèles épistolaires intégrés dans cet opuscule figure une lettre du maître du Temple adressée à un commandeur de l’Ordre lui enjoignant de participer aux frais de la prochaine campagne contre les Maures279. Plusieurs documents illustrent la pratique de transferts d’argent vers la frontière, soit depuis l’arrière-pays immédiat, comme pour l’échange conclu en 1337 entre le maître de Calatrava et Fernán Sánchez de Valladolid280, soit depuis les terres de la Manche, dont en 1314 Diago Muñiz met à profit la relative sécurité afin d’en tirer des revenus pour l’entretien des châteaux santiaguistes en obtenant du roi la création de deux foires annuelles à Corral de Almaguer281.

  • 282 AHN, OM, carp. 444, doc. 61.
  • 283 L’original de la bulle est perdu. Le contenu en est connu par le biais de l’ordre d’exécution accor (...)
  • 284 Deux ans après que le premier ordre d’exécution de la bulle eut été donné, le maître juan Oso rez e (...)

68Contraints à de lourdes dépenses pour accomplir leur mission de défense de la frontière, les ordres militaires ne sont pas en état de les assumer à partir de leurs seules ressources propres. Ils ont ainsi été conduits à faire appel, notamment pour le maintien de leurs forteresses, à la contribution des fidèles par le biais d’aumônes dont ils obtiennent des autorités ecclésiastiques qu’elles vaillent à leurs auteurs la rémission de leurs péchés. L’usage semble avoir été développé localement, comme en témoigne l’indulgence proclamée en 1265 par l’évêque de Jaén afin de favoriser la croissance de Martos282, avant d’être étendu à l’ensemble des fortifications frontalières au tournant des XIIIe et XIVe siècles. Le fait ressort de la bulle de croisade concédée par l’autorité pontificale à l’ordre de Santiago, qui prévoit une indulgence plénière pour quiconque prend part financièrement à l’entretien des châteaux de Huéscar, Orce, Castiel, Galera, Benamejí, Estepa,Taibilla, Aledo, Ricote, Pena ou Moratalla283. Il est impossible de connaître l’ampleur des subsides réunis de la sorte, mais l’insistance de Santiago pour que Ferdinand IV soutienne la collecte de son autorité laisse à penser qu’ils ne devaient en aucune façon être négligeables284.

  • 285 AHN, OM, carp. 92, doc. 8 : « Por que nos dixiestes que quando viniestes a la ffrontera a nuestro s (...)
  • 286 Pour les impôts sur le bétail, on peut mentionner la roda de Villadiego, concédée à Calatrava par S (...)
  • 287 M. González Jiménez, « Osuna en el siglo XIII », a analysé en détail la donation consentie à Calatr (...)

69L’aide que les ordres militaires sollicitaient de la monarchie ne se limitait pas à un appui bienveillant. Plusieurs demandes font état de la cession de droits permettant à ces institutions de mieux couvrir les dépenses qu’elles effectuaient au titre de la défense du royaume. En 1334, Vasco Rodríguez reçoit d’Alphonse XI l’autorisation d’enclore partiellement une terre que Santiago détenait à Guadalcázar, à proximité de Cordoue, afin que l’Ordre puisse y élever son propre bétail et cesser ainsi de dépendre, quand il participait aux campagnes menées par le roi contre Grenade, d’achats de viande qui se révélaient coûteux285. La plupart des requêtes exprimées par les milices portent cependant sur l’entretien des forteresses de frontière, qui constituait leur principal poste de dépenses. À cet effet, elles obtinrent de l’autorité monarchique la cession de différents droits, consistant notamment en des impôts sur le bétail transhumant ou en des rentes de nature ecclésiastique286. Quelquefois même ces deux sources se conjuguaient, comme dans le cas d’Osuna en 1264, en raison sans doute de l’importance singulière de ce château où Alphonse X voulait transférer le couvent central de Calatrava287.

  • 288 AHN, OM, carp. 428, doc. 180 : « Garci Lopez, maestre de la orden de la cavalleria de Calatrava, se (...)
  • 289 AHN, OM, carp. 430, doc. 210.
  • 290 AHN, OM, carp, 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202 : «Al tiempo que nos tomamos por nos todos los (...)

70De telles rentes sont absolument essentielles à l’entretien des forteresses de frontière des ordres militaires. De là vient l’attachement de ces institutions à en assurer la perception régulière en obtenant du pouvoir royal qu’il les aide à lever d’éventuels obstacles. Ainsi, en 1313, le maître García López de Padilla dénonce à Alphonse XI le trafic de mercure réalisé par certains marchands dans les mines d’Almadén au détriment de son Ordre, auquel le monopole d’exploitation permettait d’assurer sa tâche de protection du royaume288. Trente ans plus tard, son successeur à la tête de Calatrava, Juan Núñez de Prado, fait part au roi des répercussions du conflit avec la Mesta sur le service de ses frères victimes d’un grave préjudice289. En plusieurs cas, les milices se plaignent des extensions de la juridiction royale qui portent atteinte à des revenus qui leur sont essentiels à l’exemple de la roda, prélevée par Calatrava sur le cheptel transhumant à Villadiego, supprimée lors qu’Alphonse XI unifie les montazgos du royaume au profit de la Couronne290.

  • 291 Il fut ainsi offert à Calatrava de prélever sept cents brebis sur le montazgo royal, à raison de de (...)

71Dans ce cas comme dans d’autres, l’autorité monarchique cherche par des taxes de substitution ou des exemptions à éviter de pénaliser les ordres militaires dans leur mission déjà délicate d’entretien des forteresses de la frontière méridionale du royaume de Castille291.

Une mission difficile

  • 292 Le fait ressort d’une lettre d’Alphonse XI à la ville de Murcie, lui signifiant que la trêve avec l (...)
  • 293 AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 117r°, publ. J.Torres Fontes, «Apellido y cabalgada en fa frontera d (...)

72Exposés à une pression musulmane renforcée à partir du dernier quart du XIIIe siècle, les ordres militaires connaissent de profondes difficultés pour assurer le maintien du dispositif frontalier. À différentes reprises, plusieurs secteurs sont soumis à des incursions annuelles, à l’instar des commanderies santiaguistes de l’intérieur du royaume de Murcie au début de la décennie 1330. En novembre 1332, Caravaca est attaquée par un groupe de cavaliers originaires de Vélez qui capturent seize Maures et un important bétail292. En 1333, c’est au tour d’Aledo d’être pillée, tandis que l’année suivante les musulmans portent leur effort sur Pliego d’où ils emportent un riche butin avant d’être surpris au retour par les milices municipales de Murcie293. Dans de telles conditions, il n’est guère besoin d’insister sur la difficulté pour les ordres militaires de défendre leurs châteaux. Objets de fréquentes razzias, plusieurs d’entre eux menacent de passer au pouvoir adverse lorsque les incursions sporadiques des musulmans font place à des offensives de plus grande envergure.

  • 294 Ainsi l’a par exemple fait valoir I. Sanz Sancho, Geografía del obispado de Córdoba en la Baja Edad (...)
  • 295 AHN, OM, carp. 71, doc 1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 121-123 (...)
  • 296 Ibn Abī Zar‘, Rawḍ al-Qirṭās, t. II, p. 615. Le fait a été fort bien relevé par M. á. Manzano Rodrí (...)
  • 297 M. Nieto Cumpltdo, Historia de la Iglesia en Córdoba. Reconquista y restauración, p. 114. La positi (...)
  • 298 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 121, pp. 253-254, et Gran Crónica de Alfonso XI, t.II, chap. (...)
  • 299 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 258, p. 334. L’action est menée parle maître de Santiago : «  (...)
  • 300 Ibid., chap. 280, p. 353 : « Et en este mes llegó mandado al rey que el rey de Granada fuera á Bena (...)
  • 301 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XIII, chap. 2, p. 516 : « El rey don Pedro, de (...)

73Le danger permanent qui menaçait les forteresses frontalières des ordres militaires est de manière globale sous-estimé par l’historiographie. L’histoire même de celles-ci est méconnue. L’exemple de Benamejí peut aider à mieux appréhender la grande fragilité de leur position. Le château passe pour être tombé une seule fois au pouvoir ennemi294, La réalité est cependant tout autre : à trois reprises au moins, il est passé aux mains des musulmans. Concédée à Santiago au début du règne d’Alphonse X295, la ville est prise d’assaut à l’automne 1277 lors de la seconde expédition ibérique de l’émir mérinide Abū Yūsuf Ya‘qūb296. Restituée à la Castille à la faveur de la trêve conclue en 1286 par Sanche IV297, elle résiste victorieusement à l’offensive de Muḥammad II au début du XIVe siècle, avant de tomber en 1353, peu après que les musulmans eurent conquis Gibraltar298. Repris en 1341 par le maître de Santiago à la suite de la victoire du Salado299 le château est à nouveau enlevé et détruit par les Nasrides en janvier 1343 lors d’une attaque du sultan YūsufIer300, sans que les chrétiens parviennent à le récupérer définitivement avant le règne de Pierre Ier301.

  • 302 Sur la prise des trois premières forteresses, les sources chrétiennes et musulmanes concordent : Cr (...)
  • 303 R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 81.
  • 304 Bien que le règne de Pierre Ier ait introduit avec Grenade en 1350 un nuevo cltma de paz, comme l’a (...)

74Aussi extrême soit-il, l’exemple de Benamejí témoigne bien des difficultés auxquelles sont confrontées les forteresses des ordres militaires à partir de l’offensive mérinide de 1275. à son image, d’autres passèrent aux mains des musulmans, comme Alcaudete, enlevée, nous l’avons vu, en juin 1300 par Muḥammad II ou, un quart de siècle plus tard, Huéscar, Orce, Galera, peut-être même Martos, prises d’assaut durant les dernières offensives du règne d’Ismā‘īl Ier302. Il ne fau drait pas, sur la foi d’un tel constat, exagérer la faiblesse des châteaux des ordres militaires. Elle ne leur est en rien propre. Rachel Arié l’a bien montré en relevant que vingt-deux châteaux castillans au total sont tombés au cours de l’attaque lancée par Muḥammad II en 1295 à la suite de la mort de Sanche IV. Le trouble entraîné par les incursions nasrides paraît alors avoir été tel que pas un chevalier de la frontière ne se rendit aux Cortes convoquées à Valladolid par Maria de Molina303. Plus qu’à une faiblesse qui leur serait uniquement imputable, la difficulté des milices pour entretenir leurs châteaux provient ainsi d’une conjoncture frontalière qui reste fragile jusqu’au milieu du XIVe siècle304.

  • 305 M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempos de Alfonso XL pp. 61 et 190.
  • 306 Ainsi l’a observé dans son étude classique A. Collantes de Terán Sánchez, « Los señoríos andaluces  (...)
  • 307 Telle est l’idée défendue en particulier par M. Fernández Gómez, « Alcalá de los Gazules, un enclav (...)

75Il faut garder à l’esprit la difficulté du contexte pour juger avec équité de l’investissement des ordres militaires dans la protection du royaume. Manuel García Fernández a souligné que le projet de défense frontalier mis en oeuvre par Alphonse XI accordait une place privilégiée aux grands municipes de la vallée du Guadalquivir et aux seigneuries laïques, mettant par là même en cause la position dominante acquise par les ordres militaires dans le dernier tiers du XIIIe siècle305. 11 n’est pas dans mon intention de nier le bien-fondé d’une analyse qu’il convient de distinguer de certaines lectures radicales qui tendent à en déformer le sens. S’il est indéniable que les ordres militaires ont perdu dans la première moitié du XIVe siècle leur situation hégémonique sur la frontière306, il me paraît tout à fait faux de prétendre que la noblesse laïque s’est substituée à eux en faisant un symbole du remplacement du maître de Calatrava, Ruy Pérez Ponce, par Alonso Pérez de Guzmán en 1292 à la tête de la garnison de Tarifa, récemment reconquise par Sanche IV307.

  • 308 Ainsi l’a fait valoir C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo (...)
  • 309 AHN, OM, carp. 430, doc. 209. La ratification de l’accord par Alphonse XI est exprimée en ces terme (...)
  • 310 Ainsi l’atteste la composition passée en septembre 1344 entre le maître de Calatrava et l’évêque de (...)
  • 311 Au demeurant, rien ne prouve que de telles mesures, contrairement à ce que laisse entendre C. de Ay (...)

76Il a été suggéré, pour illustrer le désengagement des ordres militaires de la frontière, que la décision du roi de ne pas leur rendre certaines forteresses tombées aux mains de l’Islam, une fois celles-ci recouvrées par les Castillans, serait une sanction de leur incurie308. Plusieurs cas sont en effet documentés dans lesquels un château perdu par un Ordre est intégré, une fois reconquis, au domaine royal, voire remis à un grand municipe de frontière. Le fait ressort d’accords dîmaires, tels ceux passés par le maître de Calatrava, Juan Núñez de Prado, avec l’archevêque de Séville à propos de la place de Matrera, intégrée en 1340 au finage de la cité309, ou avec l’évêque de Jaén au sujet d’Alcaudete, de Priego et de Carcabuey, maintenues sous juridiction royale après avoir été reprises aux musulmans310. L’ampleur de cette pratique ne doit toutefois pas être surestimée dans la mesure où elle concerne seulement une demi-douzaine de châteaux, relevant tous de Calatrava, pour l’essentiel dans la période de temps restreinte des dix dernières années du gouvernement d’Alphonse XI311.

  • 312 Moindre que ne l’affirme C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del si (...)
  • 313 AHN, OM, carp. 249, doc. 1, publ. E. González Crespo, «Castillos andaluccs en época de Alfonso XI», (...)
  • 314 AHN, OM, carp. 431, doc. 225, et AHN, Osuna, carp. 9, doc. 9, publ. L. V. Díaz Martín, Colección do (...)
  • 315 Ainsi l’a mis en relief E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de Alfonso XI », p. 48. (...)

77Dans de telles conditions, cet usage ne peut apparaître comme une sanction à l’encontre des ordres militaires. Il est en effet contrebalancé sur l’ensemble du XIVe siècle par un nombre comparable de donations312, comme celle du château d’Ortejícar, remis à Santiago en 1330, juste après sa conquête313, ou de restitutions, comme celles d’Alcaudete et de Cazalla, qui revinrent à Calatrava au début du règne de Pierre Ier314. Bien plus, les retraits de forteresses ne sont pas uniquement pratiqués au détriment des Ordres. Plusieurs concernent l’Église séculière voire, de façon à mon sens révélatrice, la noblesse laïque, à l’instar du puissant lignage Aguilar, auquel Alphonse XI enlève en 1344, pour le bien du royaume, les châteaux frontaliers d’Aguilar de la Frontera, Monturque et Mordilla315. La référence, alors assez rare, à la Couronne n’est en rien fortuite. C’est en effet au nom d’une politique orientée vers le contrôle des juridictions seigneuriales qu’Alphonse XI, nous y reviendrons, a voulu dans les dernières années de son règne faire valoir une plus grande présence de l’autorité royale sur la frontière, heurtant par la certaines des positions acquises par les ordres militaires, sans qu’il soit question pour autant de sanctionner ces institutions.

  • 316 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 110, p. 244, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 131, (...)
  • 317 Différents exemples en sont rapportés par la chronique. Ils trouvent une confirmation intéressante (...)
  • 318 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 43, p. 200, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 55, p. (...)
  • 319 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 271, repris dans Id., T (...)
  • 320 La dimension conflictuelle du magistère de García López de Padilla a été très bien présentée par C. (...)

78Dans la majorité des cas, les ordres militaires ne semblent pas avoir porté de responsabilité directe dans la perte de leurs forteresses de frontière. Certains frères, on le sait, se sont rendus coupables de trahison, à l’instar de Pero Díaz de Aguayo qui décide en 1333 d’ouvrir aux troupes nasrides le château de Cabra que lui a confié le maître de Calatrava316. Il est extrêmement rare toutefois que le forfait ait été l’oeuvre du commandeur. Plusieurs exemples montrent même qu’il eut souvent lieu à la faveur de son absence, lorsque la place était laissée à l’autorité d’un alcaide qui n’appartenait pas nécessairement à l’Ordre317. Il convient donc de ne pas accorder un crédit excessif à l’accusation d’avoir livré différents châteaux aux musulmans, portée contre le maître de Calatrava García López de Padilla par ses détracteurs regroupés derrière le clavaire Juan Núñez de Prado318. La perte de plusieurs places de frontière est certes confirmée par les statuts édictés par l’abbé de Palazuelos en octobre 1325, à la suite de la victoire des adversaires du maître319, mais il ne fait aucun doute que la responsabilité de García López de Padilla a été volontairement grossie afin d’alimenter l’hostilité à son encontre dans un contexte conflictuel320.

  • 321 Ainsi le mentionne une lettre de Boniface VIII à l’archevêque de Tolède publiée dans BS, pp. 244-24 (...)
  • 322 AHN, OM, carp. 431, doc. 227, publ. L. V. Díaz Martín, «Los maestres de las órdenes militares en el (...)

79Il est douteux en effet que la perte des forteresses frontalières puisse être imputée aussi facilement aux membres des ordres militaires. Les circonstances où leur responsabilité directe est engagée relèvent de façon exclusive d’affrontements internes dans lesquels la faction hostile au maître recherche l’appui musulman pour s’emparer du pouvoir. Un tel fait reste exceptionnel en dépit des dissensions qui se font jour au sein des milices à partir de la fin du XIIIe siècle. Plusieurs commandeurs santiaguistes chargés de châteaux frontaliers se sont révoltés, peu avant 1300, contre Juan Osórez, menaçant d’ouvrir ces forteresses aux musulmans si le maître ne leur en accordait pas le bénéfice viager321. Rien ne dit toutefois qu’ils aient mis leur dessein à exécution. Ceux qui le firent, en revanche, furent les membres de Calatrava dont certains, peu de temps après, à la suite du grand commandeur Gutier Pérez, écarté de la magistrature suprême au profit de García López de Padilla, n’hésitèrent pas à livrer leurs châteaux aux musulmans et à introduire ces derniers au coeur même du Campo, leur permettant ainsi de ravager les places restées fidèles au maître322.

  • 323 AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 91v°, publ. J.Torres Fontes, «Los Fajardos en los siglos XIV y xv», (...)
  • 324 AMM, Cart. Real. 1314-1344, P 116r°-v°, publ. E. González Crespo, «Diplomas reales del siglo XIV so (...)
  • 325 AMM, Cart. Real. 1314-1344, P 124r°, publ. E. González Crespo, «Diplomas reaies del siglo XIV sobre (...)

80Il n’est guère besoin d’insister sur la singularité d’un tel événement. Sans donner lieu de la même manière à des actes de trahison, d’autres conflits internes plus circonscrits, centrés sur le paiement des retenencias, ont pu également concourir à un affaiblissement des établissements frontaliers des ordres militaires. Ainsi, la forteresse santiaguiste d’Aledo voit son approvisionnement compromis, au plus fort de la guerre contre Grenade, par le différend qui oppose Vasco Rodríguez au commandeur Alfonso Fernández de Saavedra, auquel le maître enlève en 1532 la rente de trois mille cent maravédis affectée à l’entretien du château pour l’offrir à l’un de ses criados323. Deux ans plus tard, la situation demeure bloquée et les risques que la forteresse tombe aux mains des musulmans sont tels que la municipalité de Murcie prend en charge sur ses ressources propres le ravitaillement d’Aledo324, sollicitant du roi après coup qu’il l’autorise à se rembourser sur la base des revenus de l’Ordre dans le finage urbain325. Dans ce cas précis, le manquement de Santiago est évident. L’exemple est cependant suffisamment singulier pour ne pas, faute de cas semblables attestés, être érigé en une norme qui me semble avoir été établie quelque peu rapidement.

Les limites de l’engagement

  • 326 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 232-233, repris dans Id., Militar (...)
  • 327 De l’existence de tels manquements, il faut toutefois se garder d’extrapoler une norme, comme l’a f (...)
  • 328 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 121, pp.253-254, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. (...)
  • 329 Ainsi l’a montré J. Torres Fontes, Documentos para la historia medieval de Cehegín, pp. 45-46. La p (...)

81En règle générale, le facteur explicatif primordial des déficiences observées dans la défense des places frontalières des ordres militaires est de nature financière. Il ressort en effet, ainsi que l’a bien montré Alan Forey, que ces institutions ne disposent plus, à partir de la fin du XIIIe siècle, des ressources qui leur auraient permis de mener à bien leur mission avec de pleines chances de réussite326. Plusieurs châteaux tombent ainsi au pouvoir musulman faute d’avoir été correctement approvisionnés en vivres et en armes327, comme Benameji, en 1333, que son commandeur Gómez Arias échoue à protéger de l’offensive nasride qui suit la conquête de Gibraltar328. D’autres, s’ils restent sous domination castillane, n’en offrent pas moins d’inquiétants signes de faiblesse, comme les places santiaguistes de Caravaca et de Cehegín qui demeurent, au milieu du XIVe siècle, dans une position particulièrement précaire en dépit des efforts de l’infant Fadrique pour consolider la frontière murcienne329.

  • 330 En décembre 1287, le maître Pedro Fernandez cède en usufruit à deux juifs de Séville des terres de (...)
  • 331 J. M. Nieto Soria, « Castillos eclesiásticos de la frontera suroriental castellana a fines del sigl (...)

82De telles négligences dans l’entretien des forteresses frontalières résultent de charges financières croissantes dont le volume excède, à compter de la fin du XIIIe siècle, les possibilités des ordres militaires. Il revient à Eloy Benito Ruano d’avoir le premier mis l’accent sur la dégradation de la situation financière de Santiago pendant le gouvernement de Pelayo Pérez Correa, durant lequel furent souscrits divers emprunts qui ont très largement obéré la gestion des maîtres suivants330. On aurait tort de sous-estimer l’impact de cet endettement sur l’accomplissement de la mission frontalière des ordres militaires lorsque l’on sait que, pour d’autres institutions, il fut responsable de leur progressif désengagement José Manuel Nieto Soria l’a bien relevé dans le cas du clergé séculier, que des difficultés financières croissantes amènent, dans la plupart des diocèses, à restreindre ses responsabilités militaires et à remettre ses châteaux au roi, voire aux ordres militaires, pour Tiñosa et Lucena, accroissant ainsi d’autant la charge impartie à ces institutions331.

  • 332 AHN, OM, carp. 325, vol. II, doc. 36 : «Eeste ospital commo sobredicho es me diestes vos maestre e (...)
  • 333 ANTT, B-51-275, ffos 94v°-95r° La cession a été brièvement évoquée par M. R. de Sousa Cunha, A orde (...)
  • 334 AHN, OM, carp. 462, doc. 179. Avant d’accéder à la charge suprême, Garda Lopez de Padilla est dit a (...)
  • 335 AHN, OM, libro 1345, f° 152r°-v°. En juin 1317, le maître de Santiago García Fernández signe une re (...)
  • 336 Deux documents au moins en témoignent. En 1307, Teresa Gil décharge Santiago des « dozientas cargas (...)

83À l’instar de l’épiscopat, les ordres militaires sont contraints, à partir de la fin du XIIIe siècle, de recourir à des sources de financement extérieures pour répondre au coût élevé de leur mission de défense. L’outil le plus fréquent en est le prestimonio, c’est-à-dire la donation viagère d’un domaine de l’institution en échange d’une somme d’argent affectée en premier lieu à l’entretien des forteresses de frontière. En attestent, pour Santiago, la concession en 1302 de l’hôpital de Las Tiendas à l’épouse de l’infant Enrique, tuteur de Ferdinand IV, contre quarante mille maravédis332 et celle de la ville de Santiago do Cacém, lors du chapitre général de 1311, à la princesse grecque Vataza Lascaris, en échange de la moitié de cette somme333. Plus rare, le recours à l’emprunt paraît avoir été limité par les milices, dans le souci d’éviter une dépendance excessive envers leurs propres membres, tel García López de Padilla qui avance à Calatrava trois cent cinquante mille maravédis334, ou à l’égard d’institutions de nature similaire335. à différentes reprises cependant, des prêts en nature, comme des charges de blé livrées à Juan Osórez au cours de son magistère, reflètent l’urgence des besoins auxquels les frères doivent périodiquement faire face336.

  • 337 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 230-232, repris dans Id,, Militar (...)
  • 338 ASV, Reg. Av. 14, f° 412r°, et Reg. Vat, 71, f° 43r°, publ. B. Palacios Martín (éd.), Colección dip (...)
  • 339 ASV, Reg. Av. 14, ffos 428v°-429r°, et Reg. Vat. 71, ffos 46v°-47r° publ. ibid., t. I, pp. 362-363, (...)
  • 340 Récemment encore, C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV (...)

84Rien ne permet d’affirmer que se développe en Castille, passé le milieu du XIIIe siècle, la même réticence des membres des ordres militaires à combattre qu’a pu relever Alan Forey dans le royaume voisin d’Aragon, coupé des territoires musulmans après la conquête de Valence337. Il est à mon sens difficile d’en accepter pour preuve les instructions données par Jean XXII en décembre 1320 à son légat afin qu’il enjoigne aux maîtres castillans des ordres militaires de s’investir davantage dans la lutte contre l’Islam en les obligeant, au terme d’un inventaire de leur patrimoine, à maintenir sur la frontière des forces en rapport avec leurs ressources338. Dans l’étude de ce document, l’accent a jusqu’ici été mis sur l’idée d’un manquement des frères à la mission militaire qui constitue leur raison d’être au point que le souci pontifical de leurs revenus, attesté expressément pour l’Hôpital, accablé par les dettes339, et le principe plus général de la proportionnalité entre l’engagement frontalier et les rentes extraites de leurs domaines ont été systématiquement passés sous silence340.

  • 341 Les années 1319-1320 ont été présentées comme « una etapa de significativas confrontaciones » par J (...)
  • 342 Ce conflit de loyauté auquel les Ordres furent de plus en plus souvent exposés à partir de la secon (...)
  • 343 AHN, OM, libro 1345, ffos 199r°-200v°, publ. BC, pp. 177-179.
  • 344 RAH, Col. Salazar, M-6, f° 152r°. Par cette lettre, le tuteur du jeune Alphonse XI ordonne à García (...)
  • 345 Pour la première moitié du XIVe siècle, je ne souscris donc pas à la « sensible desmotivación milit (...)

85Or, ainsi qu’il m’a été donné déjà de le signaler, les lettres adressées par le pape au légat doivent être étudiées dans leur contexte. Accuser les ordres militaires de négliger leurs devoirs guerriers dans une période d’affrontement intense avec Grenade me paraît peu crédible341. En leur rappelant qu’ils ont pour mission de défendre la foi, Jean XXII ne cherche pas tant à stigmatiser leur refus de se battre que leur propension à servir les intérêts militaires du souverain castillan avec un zèle qui compromet parfois les objectifs du Saint-Siège342. Il est à cet égard significatif que les lettres de décembre 1320 aient été précédées, deux ans plus tôt, d’un mandement pontifical rédigé en des termes identiques mais adressé uniquement à Calatrava343. Par l’intermédiaire de son maître García López de Padilla, envoyé à Grenade par l’infant Pedro, l’Ordre s’était en effet trouvé impliqué au premier chef dans les trêves conclues en juillet 1316 entre le royaume de Castille et l’émirat de Grenade344. Le rappel des ordres militaires à leur devoir de combattre les Maures ne doit donc pas être lu en termes absolus, mais plutôt comme une injonction à se conformer au sens donné à cette lutte par la papauté345.

  • 346 AHN, OM, Consejo de las órdenes, leg. 2, s/n., publ. M. Rodríguez Llopis, Documentos de los siglos (...)
  • 347 II leur est ainsi fait obligation de maintenir en bon état armes et chevaux, que certains frères ét (...)

86En effet, aucun élément documentaire ne vient confirmer, pour la première moitié du XIVe siècle, les prétendus manquements attribués aux frères des ordres militaires sur la foi des lettres pontificales de décembre 1320. La négligence de leurs devoirs de frontière est un phénomène plus tardif, qui semble s’être développé à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, une fois relâchée la pression nasride sur la frontière du royaume de Castille. En septembre 1379, une lettre du maître de Santiago Fernando Osórez rapporte à Vasco Gil, commandeur d’Aledo, une plainte des vecinos du lieu dirigée contre lui pour ne pas avoir protégé et approvisionné comme il le devait une tour de l’enceinte urbaine346. C’est là l’un des premiers exemples de manquement caractérisé relevés dans la documentation. Il semble que de pareils cas n’aient pas tardé à se multiplier si l’on en croit les définitions d’Alcántara édictées par l’infant Sancho en 1411, dans lesquelles il est fait état, cette fois au niveau général, de la négligence des frères à s’acquitter de leurs devoirs militaires347.

  • 348 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 74, p. 58, et Crónica del rey don Fernando IV, chap. I, p (...)
  • 349 Halaf al-Ġafiqī al-Qabtawrī, Rasā‘il diwāniyya min Sabta fī l-‘ahd al-‘Azafī. Une rapide descriptio (...)
  • 350 M. á. Manzano Rodríguez, La intervencíon de los benimerines en la Península Ibérica, pp. 41-42, pro (...)
  • 351 M. á. Manzano Rodríguez, La intervencíon de los benimerines en la Península Ibérica, p. 51.

87Il n’est pas possible pour autant d’extrapoler une telle situation à la période antérieure au milieu du XIVe siècle. Les membres des Ordres ont en effet payé plus d’une fois de leur vie la fidélité à leur mission contre l’Islam. Plusieurs maîtres furent tués les armes à la main, tels Gonzalo Ruiz Girón ou Ruy Pérez Ponce, blessés à mort lors des batailles de Moclín en 1280 et d’Iznalloz en 1296348 ; le fait a été très largement commenté dans la plupart des chroniques écrites à l’époque moderne. Moins connu, le tribut acquitté par les frères est tout aussi lourd : ils furent nombreux à périr dans des combats contre l’Islam, en particulier dans la défense des forteresses frontalières. Plusieurs lettres de la chancellerie azafide, composées à l’occasion de la deuxième expédition ibérique du sultan mérinide Abū Yūsuf Ya‘qūb en 1277, relatent la mort au combat de membres des milices, désignés sous le nom d’al-afrayriyyīn349. Elles rapportent ainsi le massacre de quarante d’entre eux en août, lors de la prise de la place hospitalière de Setefilla350, et celui d’un contingent d’effectif indéterminé quand tomba à l’automne la citadelle d’Andújar, malgré des frères appelés en renfort pour la sauver d’une perte imminente351.

  • 352 Ainsi l’expriment les statuts d’Alcántara de 1306, publiés par Ph. Josserand, « Pour une étude syst (...)
  • 353 Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », pp. 336-337, et B. Palacios Martín (éd.), Colección (...)
  • 354 J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 278, repris dans Id., (...)
  • 355 Ainsi l’a justement relevé C, de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la a (...)

88Jusqu’au milieu du XIVe siècle, la frontière représente ainsi pour les frères des ordres militaires un espace de danger étroitement associé à la mort. Le fait ressort notamment des définitions statutaires dont plusieurs prescriptions s’attachent de façon spécifique aux membres qui y sont envoyés, afin d’éviter que ne se perde leur âme exposée à un péril continuel352. Pour le cas d’Alcántara, il est demandé aux frères en 1306, lorsqu’ils s’apprêtent à partir en guerre, de rédiger un inventaire des biens que l’institution leur a confiés afin que, s’ils venaient à mourir au combat, ces derniers ne puissent être enlevés à l’Ordre par suite d’une négligence susceptible de compromettre leur salut353. Une disposition identique est reprise dans les statuts édictés en faveur de Calatrava en 1336 par l’abbé de Morimond354. Pour Santiago, la conscience du risque mortel auquel sont exposés ses membres, lorsqu’ils affrontent les Maures, ressort de l’obligation qui leur était faite alors de communier chaque semaine355. Il ressort ainsi de la documentation statutaire des milices que la mort au combat demeure envisagée au milieu du XIVe siècle encore comme une fin éminemment probable.

  • 356 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el sig (...)
  • 357 AHN, OM, carp. 92, doc. 7, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 618-619, (...)
  • 358 AHN, OM, carp. 92, doc. 7, publ. ibld., p. 619, doc. 11 : « Et esta merçed uos ffazemos ssy deste c (...)

89Á cela, il a été objecté que les sources normatives recueillent un sentiment stéréotypé, pour reprendre l’expression de Carlos de Ayala Martínez, et qu’à ce titre il est difficile de percevoir jusqu’où elles expriment les réalités présentes356. Bien que datant de la première moitié du XIVe siècle, elles ne refléteraient donc pas forcément un fait contemporain lorsqu’elles présentent la frontière musulmane comme un espace ordinaire de mort pour les membres des ordres militaires. D’autres sources permettent toutefois de bien faire valoir qu’être tué au combat reste un lot commun pour les frères au milieu du XIVe siècle. Ainsi, en juin 1333, le maître de Santiago Vasco Rodríguez délivre Juan López de Baeza de l’obligation de faire édifier une tour dans le domaine cordouan de Guadalcázar, à il s’était engagé devant l’Ordre sans jamais être en mesure de la réaliser357. L’acte stipule que cette faveur vaut uniquement dans le cas où le frère mourrait durant l’expédition destinée à dégager Gibraltar de l’étreinte mérinide car, s’il en revenait sain et sauf, il devrait alors accomplir sa promesse dans les termes définis par le serment prêté358. Cette disposition n’est pas gratuite. Elle vise à remettre au frère une faute qui pourrait mettre en danger le salut de son âme dans la perspective toujours probable d’une mort au combat.

  • 359 Bien qu’il se soit attaché à la marge à réviser certains éléments du topos voulant que les Ordres, (...)

90Il est difficile de connaître avec précision le coût supporté par les ordres militaires pour la protection du dispositif frontalier castillan. Il ne fait aucun doute pourtant qu’ils y ont investi la majeure partie de leurs ressources jusqu’au milieu du XIVe siècle359. Nombreux sont les membres qui ont payé de leur vie l’engagement de leur institution contre l’Islam. Certains manquements ont bien sûr eu lieu, en quantité peut-être plus élevée que ne le révèlent les sources. Reste que, lorsqu’il nous est offert d’observer une limite à l’investissement des frères, celleci procède plutôt de raisons financières que d’un quelconque refus de se battre.

***

91On ne peut donc affirmer que les ordres militaires aient cessé de combattre passé le milieu du XIIIe siècle. Si leur engagement s’est certes ressenti de la modification des conditions stratégiques de la guerre contre l’Islam, une fois bloquée l’avancée du front de Reconquête, à aucun moment, néanmoins, il ne s’est tari. Le caractère prioritairement défensif que revêt dès lors la lutte contre les musulmans semble même avoir renforcé le poids relatif des ordres militaires sur la frontière castillane à partir de la fin du règne d’Alphonse X. Constituant seulement l’une des pièces du dispositif mis en place par la monarchie pour protéger le flanc méridional du royaume, ces milices n’en forment pas moins un élément essentiel dans la mesure où elles sont détentrices d’une expérience et d’une disponibilité qui rendent leur appui infiniment précieux. à mon sens, pourtant, leur principal atout est ailleurs. Il tient au faible coût qu’elles représentent pour le roi, auquel elles prêtent un service armé financé essentiellement à partir de leurs ressources propres. Fidèles à leur raison d’être originelle, les ordres militaires paient ainsi le prix fort d’un engagement soutenu qui tend, à compter de la seconde moitié du XIIIe siècle, à fragiliser toujours plus l’équilibre d’une économie seigneuriale qui n’a d’autre choix que de rechercher une rentabilité supplémentaire pour éviter la rupture.

Notes

1 Le fait a été signalé dans de nombreuses histoires générales. M.-Cl. Gerbet, L’Espagne au Moyen Âge, pp. 144-148, en a donné au lecteur francophone une vision claire et commode.

2 Ainsi l’ont mis en relief M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés p. 4, ou D. Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la Baja Edad Media., pp. 44-45.

3 D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », p. 712.

4 De façon significative, lorsque le thème a été récemment abordé par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 488-491, ce sont des chroniques tardives qui lui ont essentiellement servi de fondement, en particulier celle de F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, dont le peu de fiabilité en la matière est pourtant connu de longue date, notamment grâce à l’étude de D. Lomax, « The Order of Santiago and the Kings of León », p. 14, qui a justement souligné que « the rivalry between the kings for influence over the order was already suspected by Rades, but he misunderstood îts intensity and overdramatised it conceiving the Middle Ages in terms of fifteenth-century anarchy and sixteenth-century absolutism ».

5 Ainsi l’a relevé S. Menache, « The Hospitallers during Clement V’s Pontificate », p. 154, sur la base de plusieurs lettres publiées dans le Regestum Clementis Papæ V, doc. 5544, 6447 et 7508.

6 Le fait a été justement relevé par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 442-445 et 457-464.

7 Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », p. 79.

8 Telle est la conclusion qui ressort des analyses de L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », et d’E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara ».

9 Un panorama de son gouvernement a été proposé par C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración ».

10 J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 256, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

11 La gravité des événements est soulignée par l’intervention de contingents musulmans à la solde de Gutier Pérez dans le Campo de Calatrava, où ils se livrèrent à des déprédations, brûlant et dévastant les biens de l’Ordre, qui semble alors avoir perdu plusieurs chartes de privilège. En atteste la demande de renouvellement, adressée en 1309 par le maître à Ferdinand IV et conservée dans une copie obtenue par Calatrava en 1351, lors des Cortes de Valladolid (AHN, OM, carp. 431, doc. 227, publ. L.V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », pp. 341-342, doc 3). Il s’avéra même nécessaire de faire appel à des troupes extérieures à l’Ordre pour réprimer la scission, à l’exemple de la milice municipale d’Ubeda, à laquelle le roi pardonna en 1302 les crimes qu’elle avait a pu perpétrer « por que tomaste el castiello de Canena que tenía Gutier Pérez, comendador mayor que era a la sazón de Calatrava que era en mi deservicio » (AMU, caja 4, doc 15, publ. J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archivo Municipal de Ubeda, t. II, pp. 20-21, doc 2).

12 Il en est ainsi de la scission de la branche portugaise de Santiago, séparée progressivement, à partir du dernier tiers du XIIIe siècle, de fait sinon de droit, du tronc castillan. Sur ce point, il convient de se référer à l’étude classique de D. Lomax, « El rey don Diniz y la orden de Santiago », que complètent utilement les travaux de M. R. de Sousa Cunha, « A quebra da unidade santiaguista e o mestrado de D, João Osório », et de C. de Ayala Martínez, « La escisión de los Santiaguistas portugueses ».

13 Présenté par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 216-218, et repris dans ID., Military Orders and Crusades, V, il a été voici peu synthétisé par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 488-493.

14 Ce point a été souligné à plusieurs reprises par J. L. Martín Rodríguez, « Orígenes de la orden militar de Santiago », pp. 584 et 387, et « La monarquía portuguesa y la orden de Santiago », p. 464. Bien que récemment corroborée par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 488-490, l’idée repose sur des bases fragiles, comme l’a signalé Ph. Josserand, « Ordres militaires et légitimité monarchique en Castille sous le règne d’Alphonse VIII ». Les deux pièces originales sur lesquelles repose une telle thèse posent en effet pour le moins problème. Publié par J. L. Martín Rodríguez, Orígenes de la orden militar de Santiago, pp. 230-231, doc. 76, l’acte de donation de Monsanto, délivré en 1172 par le souverain portugais, paraît autoriser les Santiaguistes à lutter contre des chrétiens : « Teneat semper illud castellum et non alius commendator alterius terre, et recipiat semper in illud filium meum vel filiam meam reginam domnam Tarasiam si regnum meum tenuerint, et hommes eorum in negociis et guerris suis tam christianorum quam sarracenorum. » Rien ne prouve néanmoins qu’il s’agisse là des troupes du royaume léonais voisin, plutôt que de mercenaires alliés aux Almohades, comme il y en avait alors tant dans le sud-ouest de la Péninsule, comme l’a rappelé P. Guichard, L’Espagne et la Sicile musulmanes, pp. 189-190. Par comparaison, le second acte que j’évoquais est encore moins probant. Attestant que les Santiaguistes ont offert à Ferdinand II un cheval de bataille dont le roi s’est servi en 1179 lors de la guerre contre les Portugais, le document ne permet pas de prétendre que les frères ont fait alliance avec le souverain de Leon pour lutter contre le royaume rival, ainsi que l’ont conclu quelque peu rapidement J. L. Martín Rodríguez, Orígenes de la orden militar de Santiago, pp. 64-65, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 489, ou P. Henriet, « Hispania Sacra. Le discours des clercs et la construction d’une identité chrétienne en péninsule Ibérique », t. II, p. 385.

15 Le fait a été bien signalé, dans le cas de Santiago, par D. Lomax, « Las milicias cisterciences en el reino de León », p. 32, et La orden de Santiago, p. 29, et, sur un plan plus général, par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 217-218, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V.

16 D. Lomax, « Las órdenes militares en León durante la Edad Media », p. 88, a manifesté que cette occasion « parece ser el primer ejemplo de la participación de freires en una guerra contra cristianos ».

17 H. Nicholson, The Knights Templar, p. 169. Évoquant les conflits engagés par les Ordres contre des chrétiens, l’auteur a bien fait valoir que « in the Iberian peninsula this sort of service was becoming increasingly difficult to avoid by the end of the thirteenth century ».

18 Plusieurs chroniqueurs relatent ainsi l’intervention du maître d’Alcántara, Fernán Páez, tels J. Arias de Quintanadueñas, Antiguedades y santos de Alcántara, f° 136v°, et le prieur claustral d’Alcántara A, de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 427.

19 Édité par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 171-272, doc. 193, un privilège royal signale en 1301 l’importance des services rendus au souverain par Juan Osórez, en concédant à ce dernier, à titre viager, la moitié des impôts publics acquittés par les dépendants de l’Ordre. Cette faveur lui est accordée « por muchos servicios que vos don Johan Ossorez, maestre de la cavalleria de la orden de Santiago, nuestro mayordomo mayor, nos feciestes de que reynamos acá é nos faredes daqui adelante, e señalada mente en nuestra criança, é teniendo la nuestra voz muy verdera mente, é tomando muy grand costa, é mucha laceria en nuestro servicio mas que ningunna de las otras órdenes que son en nuestros reynos, é porque vos fuistes meter en Valladolid connusco quando el rey de Portugal é los Aragoneses vinieron à nos á Valladolid é quando el infante don Johan é don Alfonso, fijo del infante don Fernando, tomaron la voz contra nos »,

20 Ainsi l’a signalé R. Sáinz de la Maza Lasoli, « Los Santiaguistas del reino de Murcia durante la ocupación aragonesa », pp. 281-287.

21 AC A, Cancillería, reg. 254, f° 23r°-v°, publ. ibid., p. 296, doc. 3. L’acte a été repris récemment par L. Rubio García, Mayoría de edad de don Juan Manuel, pp. 156-157, doc. 50.

22 AC A, Cancillería, reg. 118, f° 91v°-92r°, publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, pp. 150-151, doc. 146,et R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 334, doc. 141.

23 HSA, HC 380/374, f° 44r°, publ. B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, p. 288, doc. 434 : « Otrosi por que los freires de la dicha orden en todo tiempo son en peligro de las animas porrrason de peleas e batallas que han asi en la frontera commo en otros logares por end mandamos les por mandamiento en virtud de obediencia e so pena de excomunion que den coda anno segund que es costunbre de la orden al maestre fiel mente inventario de todo que ouieren. » Une première version des définitions a été publiée par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 337, à partir de deux manuscrits incomplets de la Biblioteca Nacional de Madrid qui s’interrompent précisément dans le cours de cet article.

24 Un courrier d’Alphonse IV de Portugal reproche à Alphonse XI d’avoir trahi sa parole et, malgré les garanties qu’il lui avait offertes, d’avoir empêché la venue dans son royaume de Constance Manuel, promise à l’infant Pierre, en dépêchant sur sa route un contingent armé, aux ordres des maîtres d’Alcántara et de Santiago, qui s’est heurté aux forces portugaises (BNM, ms 9472, ffos 86r°-88r°).

25 Un panorama de l’utilisation des ordres militaires par le roi a été dessiné par L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I », et E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara », p. 276. Des événements militaires ponctuels, comme la conquête de Jumilla par l’infant Fadrique à la tête de Santiaguistes, ont en outre bénéficié d’une attention monographique due en l’espèce à P. L. Pérez de los Cobos, « La conquista de Jumilla por el infante don Fadrique, maestre de la orden de Santiago ».

26 M, Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. I, pp. 207-209.

27 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. I, f° 36v°.

28 M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. III, p. 133, doc 219.

29 Ils sont mentionnés dans un récit annalistique, connu depuis que le Père Enrique Flórez en a donné la première édition sous l’intitulé d’Anales Toledanos Terceros : A. Floriano Cumbreño, « Anales Toledanos III », p. 177 : « Era de .M. et .C. et .XXVII. annos, .XXI. dia andado de agosto, don Diego ermano del conde don Lope senor de Biscaya entra correr Castiella et leuaua gran pressa pora Aragon et salio a el don Rui Paes et otros onbres buenos et ouieron facienda grand et murio en ella Rui Paes et Pedro Gonçaluez Conde mayor comendador de Ucles et Gonçaluo Nunnes et bien .XII. freyres. »

30 Ainsi, le 18 décembre 1296, « en la çerca de Paredes de Nava », Ferdinand IV accorde à la demande de Juan Osórez une exemption au monastère santiaguiste de San Mateos d’ávila. L’acte est conservé dans une confirmation sollicitée par son successeur Diago Muñiz en 1314 (AHN, OM, carp. 56. doc.5).

31 à deux reprises au moins, les ordres militaires ont combattu le prince castillan ou ses partisans en révolte contre le roi. La première confrontation eut lieu à l’occasion du siège d’Escalona, en juin 1328, auquel participa le maître de Calatrava Juan Núñez de Prado, comme l’attestent deux documents en date du Ier et du 20 juin (AMU, caja 4, doc, 9, publ. J. Rodríguez Molina, Colección documental del Archiva Municipal de úbeda, t. II, pp. 89-90, doc. 31, et AHN, OM, libro 1346, f° 36r°-37r°). Plus violente, la seconde rassembla en 1336 contre l’infant une troupe commandée parles maîtres de Santiago et de Calatrava et comptant quelque mille cavaliers à en croire F. de Rades y Andrada, Chrónica de las órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. I, f° 41v°. Pour prix de son concours, Vasco Rodriguez reçut du roi au nom de Santiago les biens confisqués à Juan Manuel, auquel les frères avaient enlevé la ville de Fuentes. L’acte est justifié de la sorte par Alphonse XI : « Por razon que don Johan, fijo del infante don Manuel, fizo e fiz muchos danos e quemas e muertos de ornes en la nuestra tierra e otros yerros e neçemientos, por ende todo lo que el ha en los nuestros regnos de derecho es nuestro para fazer dello lo que la nuestra merçed fuere et por que vos don Vasco Rodrigues, maestre de la orden de la cavalleria de Sanctiago, ganastes et tomastes el lugar de Fuentes et otros dichos logares del dicho don Johan, faziendo nos en ello muy señalado serviçio, et por muchos serviçios e bonos que los otros maestres de la dicha orden e vos ffeziestes a los rreyes onde nos venimos e ffeziestes a nos en esta guerra que auemos agora con el dicho don Johan e nos ffazedes de cada dia » (AHN, OM, carp. 55, doc 13, publ. BS, p. 306).

32 Le détail de cette rébellion a été présenté par M. Gaibrois de Baelesteros, Historia del reinado de Sancho IVde Castilla, t. II, pp. 8-14.

33 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 6, p. 82 : «É el rey envió luégo mandar á don Rodrigo, maestre de Calatrava, é al maestre de Santiago, é al maestre de Alcántara, é al maestre del Temple, é al prior del Hospital, é á los del reino de Sevilla é de Córdoba, que fuesen á cercar á Badajoz.»

34 Ibid., chap. 6, p. 82: «É dado el castillo, mandó el rey que matasen á todos aquellos que eran del linaje de los Bejaranos é mataron entre ornes é mugeres cuatro mill é más.»

35 AHN, OM, carp. 569, doc 25, publ. M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. III, pp. 189-190, doc. 300, et C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 634-635, doc 396, La donation faite à l’institution obéit au souci de « fazer bien e merced a don Fernant Perez, grand comendador de la Horden del Hospital de Sant Johan, e a los freires que agora son e seran daqui adelante pora siemprejamas, e por servicio que nos fizieron e fazen » Bien que la nature du service récompensé ne soit pas spécifiée dans l’acte, elle ne fait guère de doute dans la mesure où il est rapporté que la concession a été consentie « por razon que Mari Domingo la sobredicha se alço con los nuestros traidores en el nuestro castiello de Badajoz ».

36 L’existence du brigandage reste largement méconnue, ainsi que l’a signalé L. R. Villegas Díaz, « La hermandad de Ciudad Real, instrumento de colonización del territorio ». Des éléments utiles ont été recueillis à ce sujet par J, M. Sánchez Benito, Colección de documentos de la Santa Hermandad, pp. 9-11.

37 Ainsi, un document concédé en 1338 par Alphonse XI à la Hermandad Vieja de Tolède fait allusion aux conditions de sécurité précaires qui régnaient dans la Meseta méridionale dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Conservé à travers la confirmation accordée lors des Cortes de Valladolid, il a été publié par L. Suárez Fernández, « Evolución histórica de las hermandades castellanas », pp. 65-68, doc. II : « Nos fizieron saber que en el tiempo del rey don Alfonso nuestro visabuelo et del rey don Sancho mio avuelo, que Dios perdone, que muchos malos omes et malas compañas que se metien en lot montes et se fizieron golfines et fizieron rey entre si […] llamado Mi Carchena, mataban los ornes, forzaban las mugeres, salteaban et robaban los caminos, quebrantaban et quemaban et robaban las aldeas et los colmeneros, de lo qual los reyes onde nos venimos tomaban mucho deservicio et toda la tierra muy grant daño. »

38 AHN, OM, carp, 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202 : «Agora don Johan Nunnes, maestre de la dicha orden de Calatraua, dixo nos en como la dicha rolda fue dada a la dicha orden para mantemmiento del castiello de Martos e gela dio el rey don Sancho, nuestro avuelo, por muchos serviçios que la dicha orden ffezieron al dtcbo rey e a los otros onde nos venimos et senalada mente por grant costa que la dicha orden ffezieron en el tiempo que los golhynes andauan en la tierra,poniendo a saluo las requas de los viandantes e de todos los otros que yuan desde Baeça ffasta el puerto de Orgaz.»

39 D. Lomax, «Las órdenes militares en León», p. 88.

40 Ainsi l’ont mis en valeur, à la fois pour l’Hôpital et Alcántara, C. Barquero Goñi, « El carácter militar de la orden de San Juan en Castilla y León », pp. 60-64, et F. Novoa Portela, « La orden de Alcántara en Andalucía », pp. 23-25.

41 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII », pp. 126-145, et « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », pp. 266-282.

42 Ainsi, pour Alcántara, la présence du maître Gonzalo Pérez Maldonado lors du siège d’Algésiras et de la prise de Gibraltar est uniquement rapportée par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, p. 486.

43 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 363-364, doc, 192, a publié le rapport d’un envoyé de Jacques II à la cour de Castille, relatant au prince aragonais du raid opéré par le maître : « Maestre de Calatrava a corregut della en la frontera e a feta gran presa larrais dandaras fo a les corts per manament del senyo rey e atresi ha corregut ab .cccc. genets que te ab sie a feta atresi gran presa. »

44 Plusieurs privilèges ont été accordés par Ferdinand IV au maître de Calatrava au cours de l’offensive mise sur pied contre Algésiras : AHN, OM, carp. 427, doc. 171 et 172, carp. 428, doc. 173. Les deux premiers furent donnés « en la çerca de Algesiras ». Le dernier, daté de Séville en février 1310, ne laisse aucun doute sur le concours apporté par le maître pendant le siège dans la mesure où il lui est concédé « por muchos serviçios que me fizo en la çerca que yo fiz de Algezira e me faze ».

45 Le fait a été bien relevé par S. de Moxó, « Relaciones entre la Corona y las órdenes militares en el reinado de Alfonso XI », pp. 131-132, et E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de Alfonso XI », p. 46. Cette dernière publie en appendice de son étude un document par lequel, le 18 septembre 1330, le roi concède le château d’Ortejícar au supérieur de Santiago « por muchos seruiçios e buenos e muy señalados que el e la su orden fisieron a los reyes onde yo uengo e fisieron e fasen a mi de cada dia, e so çierto que faran daqui adelante, e señaladamente en esta guerra que yo he con los moros, e en ganar la villa de Teba e lot castiellos de Cañete e de Pego e de las Cuevas e de Ortexicar queyo agora gane de lot dichos morot » (AHN, OM, carp. 249, doc. I, publ. ibid., pp. 50-51, doc. 4).

46 Le rôle de Santiago a été bien mis en évidence par J, Torres Fontes, La reconquista de Murcia en 1266 por Jaime I de Aragón, pp. 96-97, et par P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête, t II, pp. 439-440 ; plus récemment, les analyses de ces deux auteurs ont été confirmées par J. V. Matellanes Merchán, « Las fortalezas de Segura de la Sierra », p. 216, et D. Menjot, Murcie castillane, t. I, pp. 128-129. Il ressort avec une clarté particulière d’une donation consentie par le maître Pelayo Pérez Correa à Martín Yáñez do Vinhal en 1274 pour prix de son appui au moment de la répression du soulèvement murcien : « Estes logares uos damos por uosso heredamento para todo semper e a uossos successores porque uos por uosos corpo iouuistes na bastida de Segura ata que nossa Ordin guannbon e foste conosco en guaanbar todo los castela du serra de Segura. E ar fostes conosco en acorrer a Lorca en aquel tempo que se perden Murça. E quando Galeyra foy perduda uos por uosso corpo entrastes en Osca e defendestela e os mouros que a non perdemos. E outrossi entrantes en Teyuella quando se perdeu Moratalla e acorrestela e defendestela que a non tomaron os mouros » (AHN, OM, carp. 263, doc. 11, publ. A. Madrid y Medina, « La encomienda de Portugal en tiempos de Pay Pérez Correa », pp. 1189-1195, doc. 3).

47 Une vision globale en a été proposée par C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X », pp. 427-428. Il me paraît cependant qu’il serait opportun, par rapport à la position de l’auteur, de réévaluer le rôle du Temple, pratiquement occulté alors qu’il fut sans conteste supérieur à celui de l’Hôpital.

48 AHN, OM, carp. 424, doc. 112, publ. BC, pp. 122-123. Par un privilège daté du 27 octobre 1264, Alphonse X confirme l’ensemble des exemptions dont jouit la milice « por sabor que habemos de facer bien é merced a el e a su orden por servicio que nos fizieron en la guerra que mouio contra nos el rey de Granada ». La participation des frères semble toutefois dépasser cette simple collaboration avec le roi de Castille puisque certains ont oeuvré pour réprimer le soulèvement aux côtés du souverain aragonais. Ainsi du moins paraît en attester l’accord mettant un terme en 1348 à la scission divisant les branches castillane et aragonaise de Calatrava, lorsqu’il relève les services militaires rendus par l’institution aux prédécesseurs de Pierre IV le Cérémonieux « en la conquista de Valencia o de Murcia o en el viaxe de Almeria » ; (AHN, OM, libro 1347, f° 61r°).

49 J, Torres Fontes, Documentos del siglo XIII pp. 26-27, doc, 29, Souligné par L. Pascual Martínez, « Los Templarios en el reino de Murcia », pp. 688-689, et par G. Martínez Díez, Los Templarios en la Corona de Castilla, p. 51, le rôle du Temple dans la répression de la révolte mudéjare a été exalté par Alphonse X lui-même dans le codicille de son testament. ANTT, gav. 16, m. 2, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 557-564, doc. 521 : « Rogamos a este maestre que agora es e a los otros maestres que seran daqui adelant en esta orden que trayan todauía ellos mismos por sus cuerpos estas nuestras senalles que los enuiamos, lo uno por ondra de su orden, e lo al porque entiendan quál era nuestra uoltuntad, e que nos fagan este amor sennaladamient por el otro que nos les fiziemos quando ganamos el regno de Murcia que heredamos a esta orden mejor que a todas las otras. »

50 Alphonse X, Setenario, ley 9, p. 15: «Ayudaron y las órdenes e ssennaladamiente los de Huclés e de Calatrava».

51 M. González Jiménez, En torno a los orígenes de Andalucía, pp. 32 et 39.

52 C. de Ayala Martínez, «Las órdenes militares en la conquista de Sevilla», pp. 168-171.

53 M. Nieto Cumplido, « El Libro de diezmos de donadíos de la catedral de Córdoba ». En l’absence du texte original du repartimiento, ce document constitue le meilleur témoin du nouvel ordre foncier imposé à la suite de la conquête dans la région cordouane.

54 Ibid., pp. 158 et 160-161.

55 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla », pp. 174 et 188-189, et « Las órdenes militares casteilano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII », pp. 135-136.

56 Cette donation, publiée par J, González González, Repartimiento de Sevilla, t. II, p. 41, a été analysée dans son étude de l’Ordre dans la Péninsule par J. Ferreiro Alemparte, « Asentamiento y extinción de la orden teutónica en España », p. 252. Soulignée encore récemment à l’initiative de K. Toomaspoeg, Les teutoniques en Sicile, p. 276, n, 6, elle témoigne en dépit de son étendue modeste d’un engagement militaire plus que probable, ainsi que l’a signalé N. Jaspert, « Der Deutsche Orden auf der Iberischen Halbinsel », p. 283.

57 J. González González, Remado y diplomas de Fernando III, t. III, pp. 319-521, doc 774. Comme l’a souligné C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla », p. 171, n. 16, il semble que cette cession ait été effective dans la mesure où jusqu’en 1273 l’Ordre possédait dans la ville plusieurs maisons qu’il céda alors à un habitant appelé Nuño González, comme il ressort d’un document de vente édité par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 31-32, doc 35.

58 Primera Crónica General, t. II, chap. 1085, pp. 752-753 : «Otro dia en seyendo llegado el rey a Tablada et posando y con su hueste, venieron los moros o el maestre de Calatraua et de Alcantara et de Alcanniz posauan, et leuaron ende carneros. Et don Fernando Ordonnez, que a esta sazon era maestre de Calatraua, et los otros dichos maestres con sus freyres et con su companna caualgaron et fueron en pos ellos.»

59 C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », pp. 168-169,« Fernando III y las órdenes militares », pp. 97-98.

60 Le rôle militaire des Hospitaliers en Espagne a longtemps été sous-évalué. Cette posture traditionnelle, défendue en particulier par S, García Larragueta, « La orden de San Juan en la crisis del imperio hispánico en el siglo XII », et El gran priorado de Navarra de la orden de San Juan de Jerusalén, t. I, pp. 29-30 et 39-41, a été critiquée par M. L. Ledesma Rubio, « Notas sobre la actividad militarde los Hospitalarios », et plus récemment, de façon selon moi définitive, par C. Barquero Goñi, « El carácter militar de la orden de San Juan en Castilla y León ». Elle n’en a pas moins été reprise, sous une forme à peine nuancée, par J. Molero García, « Participación de la orden del Hospital en el avance de la frontera castellana ».

61 Le 14 août 1285, le prieur de Castille, Fernán Pérez Mosejo, donne à titre viager à Juan Alfonso de Albuquerque et à son épouse la maison de l’Ordre à Cevico de la Torre. Il le fait « con consejo e con otorgamiento de los bonos freyres que fueron ayuntados con nusco en el reyel de çerca Xerez el dia de era desta carta ». Parmi les signataires figurent une dizaine de frères, dont ses lieutenants pourles royaumes de Castille et de León, les commandeurs de Población et de Puente órbigo (AHN, OM, carp. 575, doc 34, publ. C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », pp. 612-615 doc. 50). Deux semaines plus tard, de retour à Séville, Sanche IV se réfère dans une sentence intéressant l’Hôpital « a sus freyres que [...] fueron a la hueste de Xerez » (AHN, OM, carp. 578, doc. 13, publ. ibid., pp. 615-617, doc.51).

62 Un tel travers affecte l’ensemble des travaux, y compris l’excellente contribution de C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII »,

63 J. M. Sans i Travé, « L’inedito prooesso dei Templari in Castiglia », p. 262. La déposition qui a permis de connaître la participation des frères du Temple à l’entreprise militaire engagée contre Tarifa émane d’un prêtre séculier, Martín Rodríguez, qui servit plusieurs années auprès d’eux : « Interrogatus super articulis sacramenti altaris et aliorum sacramentorum ecclesie, dixit quod multi fratres predicti ordinis servivit, et alii Templarii in agare sarracenorum, ubt iste plene fuerat cum ipsis in ocessione ville de Tarifa, et alii infirmi aliis infirmitatibus, fuerant eidem confessi peccata sua, et multi in hora mortis qui in continenti decesserunt, et multi de manibus istius presbiteri receperunt corpus Christi cum magna reverencia. »

64 Rapporté par A. Bernal Estévez, Poblamiento, transformación y organización social del espacio extremeño, p. 27, ce fait a été bien mis en valeur par S. Palacios Ontalva et E. Varela Agüí, « Una tierra inviable y desierta entre castillos de moros. Las órdenes militares y la Baja Extremadura en el contexto de la toma de Sevilla ».

65 Cet acte, conservé dans l’Archivo Catedral de Badajoz, a été publié par J. Solano de Figueroa y Altamirano, Historia eclesiástica de la ciudad de Badajoz, t. III, pp. 94-97 : « Veiendo é padeçiendo como el linage de don Juan Perez de Badajoz, nuestro criado, ayudo á ganar Caceres, é Trogielo, é Montancbes, é Merida, é Badajoz, quando era de los moros, é despues manteniendola, é anparandola, pusieron hi los cuerpos, é los aueres, en seruiçio de Dios é del rey é de la orden, é porque el su llinaje sofrió en esta tierra tanto de laçeria, tenemos por bien de no seren exberedados de la orden epor esto estremadamiente [...] damos é otorgamos á vos, é confirmamos á este don Joan Perez el sobredicho un herdamiento en Guadaxira. »

66 De nombreuses chroniques tardives confirment la participation des ordres militaires à l’opération de secours lancée par Sanche IV à l’été 1285 pour délivrer Jerez de l’étreinte mérinide. Elle est même vérifiée, nous l’avons vu, par deux actes de la pratique pour l’exemple de l’Hôpital. Pourtant, aucune des deux chroniques castillanes rapportant l’événement ne les mentionne expressément. Jofré de Loaysa, Crónica de los rayes de Castilla, p. 126, occulte leur présence et la Crónica del rey don Sancho IV, chap. 2, p. 71, les confond au nombre des quatre mille « caballeros escogidos » dont le roi est supposé s’être entouré.

67 Ainsi l’a mis en relief C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo xiv », pp. 268-269 : « Pero nada dicen las crónicas de la efectiva participación de las órdenes en las acciones de conquista de Olvera, Pruna, Torre Alhaquín y Ayamonte. »

68 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 49, p. 204, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 64, p. 398.

69 L’ordre ressort d’un bref adressé le 21 avril 1327 « a todos los freyres et comendadores que sodes en el regno de Murçia ». AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 29v°, publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, p. 91, doc. 80 : « Porque vos mando, asy commo de uos fio que uos seades conpanneros del dicho Pedro Lopez et que fagades guerra la mas crua et la mas fuerte que podierdes, et que fagades por el todas las cosas que uos el dexiere de mi parte et que mio seruiçio fueren, asi commo fariades por mi mesmo. »

70 Cette lettre est insérée dans le compte rendu du plaid intenté à l’initiative du procureur du maître devant le roi Alphonse IV, le 10 août 1327. ANTT, gav, 5, m. 2, doc. 6, cité par A, Huarte y Echenique, « Catálogo de documentos relacionados con la historia de España », p. 765.

71 M, Garrido Santiago, Arquitectura militar de la orden de Santiago en Extremadura, p. 228.

72 D. Catalán, « El buen prior Hernan Rodríguez », p. 30, n. 35 bis, signale une copie de l’acte conservée à la Biblioteca Colombina de Séville, ms. 84-7-34. L’action militaire du prieur, passée sous silence par C. Barquero Goñi, « El carácter militar de la orden de San Juan en Castilla y León », p. 62, a été étudiée par Ph, Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », pp. 1330-1331.

73 Ainsi que l’a rappelé encore récemment M. García Fernández, « La conquista de Sevilla y el nacimiento de una frontera », p. 221, l’intégration de Séville à la Couronne de Castille marque au sud du royaume la naissance d’une frontière qui, à grands traits, peut être tenue pour stable.

74 Parmi leurs apports se détache l’étude de M. A. Ladero Quesada, « Sobre la génesis médiéval de la identidad andaluza », p. 749.

75 Développée une première fois par J. Rodriguez Molina, « Relaciones pacíficas en la frontera de Granada con los reinos de Córdoba y Jaén », pp. 87-88, l’argumentation a été reprise par l’auteur sans vrai changement dans une contribution plus récente qui prétend avoir valeur de synthèse, « La frontera de Granada », pp. 508-509.

76 M. García Fernández, « En torno a la frontera de Granada a mediados del siglo XIV », p. 78. Cet avis a été corroboré par M. A. Ladero Quesada, « La frontera de Granada », pp. 54 et 61, qui relève que les trêves avec Grenade ont en Castille jusqu’à la fin du Moyen Âge un caractère temporaire dans une conjoncture générale qui tient fondamentalement de la confrontation.

77 La conception de la frontière comme une terre de péril ressort avec éclat du testament donné par un noble galicien, Pedro Arias de Aldao, lorsqu’il s’apprête en 1347 à partir servir Alphonse XL L’acte est cité par E. Portela Silva et M, del C. Pallares Méndez, « Los espacios de la muette », p. 29 : « Por quanto estou disposto de me partir con miñas armas e cavalos escudeiros e criados o chamamento do meu rey e señor don Alonso [...]« esta cidade de Toledo a donde quero camiñar como he para des de ali ir no servicio de Deus, primetramente a perseguir os mouros enemigos da nosa santa fe polos muitos males que fan a os christianos amigos de Deus e muitas terras que llas ocupan principalmente por toda parte de Calatraba, Andalucia, Jaen, Murcia. »

78 L, Charlo Brea, « Edición crítica y traducción anotada de un itinerario en latín del siglo XIII », a publié un itinéraire écrit, lors d’un voyage en Terre sainte en 1273, par deux dignitaires de la cour de Norvège dont l’un connaissait la Péninsule pour avoir fait partie du cortège accompagnant la princesse Christine, promise précédemment à l’infant Felipe. De passage à Cadix, ils donnent de l’Andalousie la description suivante : « De isto loco incipit terra que Betica dicitur secundum antiquos, secundum uero modernos vocatur etiam Frontera, eo quod frons est Christianitatis ibidem contra infidelos, et ibi oporteat dura fronte barbaricis agminibus uiriliter obuiare » (ibid., p. 74).

79 M. González Jiménez, « Alfonso X y Andalucía », pp. 131-133.

80 Id., «De la expansion a la crisis : la sociedad andaluza entre 1225 y 1350», p. 218.

81 Leur installation y a été étudiée, notamment dans le cas d’Alcaudete, par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Un ejemplo de aculturación cristiano-feudal en la frontera nazarí ».

82 M. Á. Ladero Quesada et M, González Jiménez, « La población en la frontera de Gibraltary el repartimiento de Véjer », p. 207, et C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 446-447.

83 AHN, Osuna, leg. 1, doc. 2a, publ. BC, pp. 123-127, repris par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 323-324, doc. 297.

84 M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 362, doc. 332.

85 AHN, Osuna, leg. 81, doc. 2, publ. BA, pp. 113-115, repris par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de AlfonsoX, pp. 478-480, doc. 453.

86 Ainsi en alla-t-il pour les villes d’Archidona et d’Antequera, données à Santiago en 1266, et d’Alcalá la Real, abandonnée à Calatrava en 1272 : AHN, OM, carp. 313, doc. 13 et carp. 425, doc. 122, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 341-343 et 411-412, doc. 314 et 391.

87 Une remarquable étude de détail en a été faite pour la première moitié du XIVe siècle par M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempos de Alfonso XI, pp. 41-76.

88 Tel est le cas pour Calatrava et Santiago. Il est en effet possible d’établir la liste des forteresses que ces deux Ordres possédaient sur la frontière à partir, pour Calatrava, de l’accord qui en février 1301 mit fin à la scission entretenue par le grand commandeur Gutier Pérez, et, pour Santiago, d’un privilège de Ferdinand IV autorisant l’Ordre à faire usage de la prédication de croisade pour collecter les fonds nécessaires à l’entretien de ses châteaux. Ces documents ont été publiés par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV., t. II, pp. 241-242, doc 176, et J. Torres Fontes, Documentos de Fernando IV, pp. 31-33, doc 25.

89 L’intérêt de ce récit, rarement mis à profit faute d’une édition critique d’accès commode, a été signalé par M.J. Díez de Revenga Torres, « Un ejemplo del arte narrativo en los finales del siglo XIII : Los Milagros de Santo Domingo de Pedro Marin ».

90 Ainsi est rapporté le récit de la libération en 1285 d’un certain Ruy Pérez de Jaén, capturé cinq ans auparavant, « yendo en cavalgada contra Granada, quando fué desvaratado don Gonzalo Rutz, maestre de Uclés » (Pedro Marín, « Los milagros romanzados », p. 163).

91 C’est au cours d’une opération de renseignement, coordonnée par le commandeur de Martos, que fut capturé un certain Juan de Martos. Ibid., pp. 210-211 : « Yendo en cavalgada con Ferrant Yuanes de Marthos, almocaden de Jahen, contra el real de Abiuzaf, que los mandara ir Romero Pérez, comendador de Marthos, que tomassen lengua dellos. Eran 37 christianos. Yendo for el monte de Avençada, fallaronse con el poderde Abiuzaf. Mataron 27 christianos, cativaron los cinco christianos e fue Johan en ellos et levaronle al real de Abiuzaf el sabbado 15 dias despues de Sant Johan era de 1323 annos. »

92 Ainsi, le commandeur de Matrera, Xemen Pérez, envoie à Jerez et à Séville plusieurs courriers afin d’informer ces villes de l’avance mérinide (ibid., pp. 161 et 201-202). Il est intéressant de relever que ce rôle d’information se trouve corroboré par la documentation d’archives, les ordres militaires adressant à l’arrière des renseignements d’intérêt militaire (ACA, Cart. Real., Jaime II, caja 52, doc. 6453, publ. A. López Serrano, Jaime II, don Juan Manuel y el señorío de Villena, pp. 182-183, doc. 54), mais également diplomatique (ACA, Cancilleria, reg. 239, f° 220r°, cité par A. Giménez Soler, « La expedición a Granada de los infantes don Juan y don Pedro en 1319 », p. 6, n. I).

93 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 10, p. 9. Dans le texte, le toponyme de Matrera figure de façon erronée sous la forme d’Utrera. Dans son édition récente, M. González Jiménez, Crónica de Alfonso X, p. 31, a fait raison de cette confusion trop longtemps entretenue.

94 J. O’Callaghan, «The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava», p. 273, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII: «E mandamos al maestre que una vez en el año sepa el estado de todas las sus cassas, en pan e en ganado, e en todas las otras cosas, o por si, o por otro. Otrosi, de los castiellos, como estan de armas e de mantenencias, por que por codicia de los freyres, los logares non se pierdan.»

95 Ainsi l’ont établi les définitions promulguées en 1252 à Montánchez. BNM, ms. 8582, f° 62r° : « Establecido es en el capitulo general que, quando el maestre o el comandador dieren carta algund freyre para algund baylio que tomere en la baylia, que entregue al freyre en la encomienda que touiere, si esta encomienda oviere castillo o oviere alcaçar, que el baylio que touiere la baylia que entregue al freyre que touiere la carta todas las cosas que touiere en la baylia, fueras el castillo que non entregue a menos que se vea con el maestre o con el comendadore el baylio enbie al maestre o al comendador su freyre o omne en que se fie. »

96 BNM, ms. 8582, P 47v°: «Otrosi que todos los otros comendadores traygan consigo un freyle morador a dos omnes de cauallo e çinco omnes de pie pero que en el tienpo de la guerra cada uno ha de yr lo mejor acompañado que pudiere. Otrosi que los freyres que tienen los castillos fronterizos tengan omnes de pie e de cauallo los que menester ouieren e podieren mantener.»

97 AHN, OM, libro 1344, f° 235, publ. C. de Ayala Martínez et al., «Algunos documentos sobre órdenes militares y fortalezas», pp. 96-97, doc. 9: «Otorgamos et conosçemos todos en uno que reçibimos de vos Joan Martinez, e de vos Gomez Gonzalez, e de vos Ybañez Martínez, e de vos [...] Domingo el casttello de Matrera que vos teniades por Juan Fernandez, nuestro freyre que Dios perdone, el qual castiello vos manda el dicho Juan Fernandez que vos lo entregasedes al tiempo que dicho de finar. E vos entregastes nos este castiello de Matrera bien e complidamente e damos vos por libres e quitos dello.»

98 M. Garrido Santiago, Arquitectura médiéval de la orden de Santiago, pp. 172 et 245, a relevé pour Santiago la difficulté de connaître avec précision le processus de construction des forteresses dont disposait l’institution vu l’absence de sources adéquates avant la deuxième moitié du XIVe siècle, même pour les commanderies les mieux documentées comme Jerez ou Montemolín.

99 Ainsi l’a bien manifesté J. Fuguet i Sans, « Els castells templers de Gardeny i Miravet i el seu paper innovador en la poliorcètica i l’arquitectura catalanes del segle XII ». L’auteur soutient que les Templiers se sont livrés à « una incorporació molt primerenca dels moderns sistemes defensius lògics, d’inspiració romano-bizantina, emprats a Orient i Occident » (ibid, p. 371).

100 Le fait ressort bien des récentes études de M. J. Barroca, « Aordem do Templo e a arquitectura militar portuguesa do século XII », pp. 185-188 et 195-199, et « Os castelos das ordens militares em Portugal », pp. 537-538.

101 L’origine islamique de la plupart des forteresses des Ordres a été soulignée dans le cas d’Alcántara par A. Navareño Mateos, Arquitectura militar de la orden de Alcántara en Extremadura, pp. 241 et 291-292. L’auteur a récemment étendu le constat à l’ensemble des milices implantées en Estrémadure (Id., « Las órdenes militares en Extremadura : arquitectura entre el gótico y el renacimiento », p. 431).

102 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre IX, chap. 12, p. 293.

103 Primera Crónica General, t. II, chap. 1054, p. 738 : « A este tienpo non auie en Martos la fortaleza que agora y a ». Quelques lignes plus bas, le chroniqueur rapporte que la forteresse « era llaue de toda esa tierra ».

104 La traduction de la lettre a été établie par M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y de Alcaudete por Mohámed II de Granada », p. 389 : « Desde que los cristianosse apoderaron de Alcaudete trabajaron incesantemente en su fortificación y en poblarla de personas de su confianza y de sus mujeres. »

105 AHN, OM, carp. 92, doc. 7 et libro 1347, f° 1r°-v°. Ces travaux sont signalés dans M. García Fernández, « Fortificaciones fronterizas andaluzas en tiempos de Alfonso XI de Castilla », p. 57.

106 L’original latin de la lettre est perdu. Une traduction castillane en a été publiée par M. Zapater y López, Císter militante en la campaña de la Iglesia contra la sarracena furia, pp. 464-465. Les frères y font valoir qu’ils tiennent, non seulement pour canonique, mais pour profitable à la milice l’élection du maître « porque el dicho maestre en los ocho meses, que an pasado, desde que fue promovido a la dignidad maestralde su dinero propio, adquirido antes, a gastado, en util de la dicha casa mas de diez mil libras [...] asien defensa, como reparo de las fortalezas y castillos sitos en los confines del reyno de Granada y en reedificar castillos, fortalezas, y otros bienes, que se destruyeron, perdieron y enagenaron en tiempo de otros maestres ».

107 Le fait a été récemment corroboré par C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 575-576.

108 Aujourd’hui disparue, l’inscription a été publiée par D. Aguirre, El gran priorado de San Juan de Jerusalén en Consuegra, p. 187. Relevée par M. Rubio Herguido, Alcázar de San Juan, corazón de La Mancha, pp. 11 et 40, puis par C. Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan. Orígenes y desarrollo medieval de una villa de La Mancha », p. 96, une mention épigraphique, encore visible sur le Torreón del Gran Prior à Alcázar de San Juan, corrobore le texte de l’épitaphe en rappelant le rôle tenu par le dignitaire dans l’érection du donjon. Extrêmement rare en Castiile, ce type de document ne permet pas de connaître le travail des maîtres en matière de fortification aussi précisément qu’au Portugal, où il a fourni une base essentielle aux récentes analyses de M. J. Barroca, « D. Dinis e a arquitectura militar portuguesa », p. 812, et « Os castelos das ordens militares em Portugal », pp. 545-346.

109 Primera historia de la orden de Santiago, pp. 367-368: «Ganó a los dichos moros ynfieles las fortalezas de Montizon, i Yorac, i Segura de la Sierra, con las otras fortalezas del valle, m las quales, i en otras algunas, que antes poseya la dicha orden, labró, i rehedificó en grand cantidat, i las defendió, i sostovo, faciendo dellas grand guerra i daños a los ynfieles, con quien de contino tenia fronteria.»

110 Il semble ainsi que l’image, forgée dans le contexte particulier du XIVe siècle, utilisée comme titre par E. Benito Ruano, « Los maestres mueren en la cama », ait fait florès pour la période antérieure. Les plus grands spécialistes y ont eux-mêmes sacrifié depuis D. Lomax, « Las órdenes militares en Léon », p. 92, jusqu’à C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 455, qui, à partir du début du XIVe siècle, évoque une certaine « inactividad militar » dont, à l’en croire, les frères des Ordres, avec une fréquence croissante, se seraient rendus coupables.

111 J. O’Callaghan, « Las definiciones de la orden de Calatrava », p. 112 : « E los que estuvieren en frontera en guerra, que reciban los sacramentos con el maestre o con el comendador maior en su capilla, o donde el maestre tuviere por bien, so las dichas penas. »

112 Les circonstances de sa déposition ont été relatées par la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 33 et 43, pp. 195-196 et 200, et la Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 44 et 55, pp. 362-363 et 382. Elles ont récemment fait l’objet d’une étude de C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración », pp. 84-86.

113 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 321, doc. 128 : «E otras nueuas non ay agora que vos enbiemos desir saluo que se fue luego el rey para Burgos por faser entregar estos lugares dichos al infante don Juan e aun esy e mouieron pleytesia entre don Diago e el rey e non sabemos si se fiso porque basteçiesse los castiellos mientre que la pleytesia andudiesse.»

114 AHN, OM, libro 1345, ffos 110r°-112r°. Son absence lors du procès est expliquée devant la cour par son procureur Alfonso Fernández de la manière suivante : « Como et dicho maestre con sus freyres e con pieza de sus vasallos es ydo en seruicio de Dios e del rey a La Andalucia a la frontera de los moros en defendimento de la cruz e de la Cristiandad e con gran trauaio e en gran peligro. »

115 AHN, OM, carp. 529, doc. 697, publ. H. de Samper, Montesa ilustrada, t. I, pp. 54-75, repris par J. Villarroya, Real maestrazgo de Montesa, t. II, pp. 19-22, doc. 6 : « Cum posse nostro, tam equitum quant peditum, ad Dei servitium extiterimus personaliter in frontaria et existamus in comitatu illustrissimi domini Petri infantis Castelle [....] per tres menses continuos cum eo fuerimus contra sancte et catholice fidei inimicos dimicando in frontaria. » Cet acte est mentionné par A. Forey, The Fall of the Templars in tbe Crown of Aragon, p. 183, que je remercie d’avoir attiré mon attention sur une pièce que je n’avais pas directement maniée,

116 Ainsi l’affirme dans l’édition récente de sa thèse, soutenue en 1982, P. Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV, pp. 22 et 146.

117 Ainsi, pour Santiago, Mérida s’impose à compter des dernières années du gouvernement de Pelayo Pérez Correa. Dans le demi-siècle qui suit la première réunion du chapitre dans la ville en 1268 (AHN, OM, carp. 325, vol. II, doc. 32), seules trois assemblées furent tenues ailleurs. Chaque fois, elles furent convoquées à San Marcos de Léon, conformément à une ancienne tradition, en 1275 (AHN, OM, carp. 6, doc. 40), 1277 (RAH, Col. Salazar, M-8, f° 45v°-46r°) et 1288 (AHN, OM, carp. 65, doc. 12).

118 Si elle prête une certaine attention à la périodicité des chapitres, l’étude la plus récente qui leur a été dédiée, réalisée par C. de Ayala Martínez, « Poder y representatividad en tas órdenes militares hispánicas », ne s’intéresse en revanche nullement au lieu de réunion de ces assemblées.

119 AHN, OM, carp. 69, doc. 10.

120 AHN, OM, carp. 92, doc. 7, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 618-619, doc. II : « Con consseio e con otorgamiento de don Vasco Lopes comendador mayor de Castielle e de don Arias Gomes comendador mayor de León [...] e de los otros ffreyres omes bonos de nuestra orden que connusco ffueron juntados en Seuilla en el nuestro cabildo que y ffiziemos quando estauamos con nuestro ssennor el rrey para yr deçercar a Gibraltar doze dias de junio de la era desta carta. »

121 ANTT, Ordem de Avis, doc. 388 : « Estando en el castiello de Martos, logar de la nuestra orden e nuestro, en la eglesia de Sancta Maria del dicho castiello, lunes quatorze dias del mes de setiembre era de mill e trecientos e ocbenta e quatro annos et seyendo ayuntados nuestro cabildo al signo de la campana. »

122 Un constat similaire a été réalisé pour l’ordre teutonique par C. A. Lückerath, « Hochmeister-Itinerar. Forschungs- und Interpretationsprobleme », pp. 136-137. Partiels, les éléments que l’on peut réunir suggèrent néanmoins une présence des maîtres sur la frontière plus durable que l’historiographie ne le suppose à l’ordinaire. Il en est ainsi y compris pour des dignitaires, tels que le prieur de l’Hôpital Fernán Rodríguez de Valbuena, dont les auteurs les plus enclins à souligner l’engagement militaire des Ordres passent l’action sous silence, comme l’a fait C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en la frontera de Granada entre los siglos XIIIe y xv », p. 125, et « Los Hospitalarios en Andalucía durante la Baja Edad Media », p. 74, alors même que ce frère séjourna à Cordoue à l’automne 1330 d’après un document publié par J, C. de Lera Maíllo et al., Colección documental del imperial monasterio de Valparaíso, pp. 87-88, doc. 97.

123 Le maître de Calatrava, Ruy Pérez Ponce, est le premier supérieur d’une milice à avoir été nommé, peu avant la mort de Sanche IV, adelantado mayor de la frontera. Encore en charge le 20 janvier 1296 (AHN, OM, carp. 461, doc. 137), il fut tué peu après à la bataille d’Iznalloz, selon le témoignage de la Crónica del rey Fernando IV, chap. 1, p. 101. Cinq ans plus tard, le supérieur de Santiago, Juan Osórez, est placé à la tête de ce même adelantamiento, où il demeure au moins du 27 mars 1300 (BS, pp. 246-247) jusqu’au 27 mai 1301 (R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, pp. 334-335, doc. 142). Des détails à ce sujet sont fournis dans l’analyse de Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille », pp. 78-79.

124 AMM, Cart. Real. 1348-1354, f° 8r°,publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 492-493, doc. 430, et A.de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, p. 76.

125 Un premier essai en ce sens a été réalisé par Ph. Josserand, « Un corps d’armée spécialisé au service de la Reconquête : tes ordres militaires dans le royaume de Castille », sur lequel se fondent les développements qui suivent.

126 L’étude détaillée d’A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », reprise dans Id., Military Orders and Crusades, V, constitue une référence fondamentale. Elle a été prolongée par C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militates en la conquista de Carmona », Sans mettre en cause la qualité de tels travaux, il me semble possible de leur appliquer la critique adressée par A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », pp. 91-92, au travail d’Alan Forey dont il estimait que l’auteur avait raisonné par trop exclusivement à partir des chiffres. Malgré son titre ambitieux, la contribution récente de F. Ruiz Gómez, « La hueste de las órdenes militares », n’apporte rien au débat et se borne à des généralités.

127 A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 79.

128 Ainsi l’a bien illustré M. Alvira Cabrer, « La muerte del enemigo en el Pleno Medievo : cifras e ideologia ».

129 Primera Crónica General, t. II, chap. 1072, p. 747.

130 Ibid, t. II, chap. 1081, pp. 750-751 : « Don Pelay Correa, maestre de la orden de Ucles, con su caualleria, que eran entre freyres et seglares dozientos et ochenta caualleros, fue pasar el rio et paso allende de la otra parte so Eznalfarax, a gran peligro de si et de los que con el eran. »

131 G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 237 : « Por ser una de las majores fuerzas en toda la frontera, y en quien los reyes de Granada tenían puestos los ojos, como hoy los tienen los enemigos de la santa fe en los caballeros de la isla de Malta. »

132 A. Beaumier, Roudb El-Kartas. Histoire des souverains du Maghreb, p. 319, n. 1 : « L’auteur entend parler ici des chevaliers des ordres religieux de Calatrava, de Saint-Jacques et de Saint-Julien, qui composaient en grande partie la cavalerie d’Alphonse à la bataille d’Alarcos. »

133 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 226-227, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V. Une vision générale utile du rôle dévolu aux ordres militaires dans la défense des États latins a été offerte par A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », pp. 79-81, et C. Marshall, Warfare in the Latin East, pp. 56-67.

134 C. de Ayala Martínez,« Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », pp. 155-161.

135 Id., « La escisión de los Santiaguistas portugueses », pp. 57-60.

136 Id., « Participación y signifïcado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », pp. 158-161.

137 Ainsi, pour l’Hôpital, C. Barquero Goñi,« Los Hospitalarios en el reino de León », p. 408, fait état d’un nombre de frères supérieur par commanderie.

138 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 74, p. 58 : « Murieron y todos los mas de los frailes de la orden de Santiago ». Le volume exact des pertes santiaguistes est connu grâce à une mention délivrée par l’obituaire d’Uclés. Il s’élève à cinquante-cinq frères, en plus du maître Gonzalo Ruiz Girón, d’après la transcription faite par Morales dans la deuxième moitié du XVIe siècle et publiée quelque deux cents ans plus tard dans les Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales, t. II, p. 25. Si l’on accepte le texte de la chronique royale dans le sens où l’entendent A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 226, repris dans Id., Military Orders and Crusades,V, C. de Ayala Martínez, « Participación y signifïcado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 157, ou encore M. González Jiménez, « El final de la expansion : las órdenes militares en Andalucía », p. 623, il ne fait alors aucun doute que les chevaliers santiaguistes étaient moins d’une centaine à prendre part au combat. Il me semble cependant possible d’interpréter ce passage de façon différente, non plus comme la preuve que moururent à Moclín la moitié des Santiaguistes, mais comme l’indice que les principaux dignitaires de la milice y perdirent la vie. Cette lecture me paraît corroborée parle récit tardif de F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. I, f° 35v°, qui, traitant du magistère de Gonzalo Ruiz Girón, décrit la défaite de Moclín dans les termes suivants : « En su tiempo fueron muchos de los trezes y comendadores referidos en el capitulo ante deste y todos murieron en la refriega donde sa maestre fue herido de muerte. »

139 La même expression a été employée par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 50r°, à l’occasion de la défaite du maître García López de Padilla à Baena en 1325 : « Murieron en ella los mas de los freyles caualleros de esta Orden y otros muchos seglares ».

140 Récemment prédsé par C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », pp. 130-131, ce constat a été corroboré par tous les auteurs qui, à sa suite, ont analysé le sujet, tels que F. García Fitz, « La organización militar en Castilla y León », pp. 91-92, F. Ruiz Gómez, « Los hijos de Marta », p. 39, ou J. O’Callaghan, Reconquest and Crusade in Medieval Spain, p. 128.

141 ACA, Cart. Real., Jaime II, caja 7, doc. 1351. publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, pp. 151-152, doc. 147, et R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, pp. 334-335, doc. 142 : « Et sennor, sea la vuestra merced mandadnos dar et enparartodo lo nuestro, ca mill cavalleros freyres et fijosdalgo qui son en nuestra orden para cada día fueron fechos a serviçio de Dios et de los reyes et a defendimiento de la christiandad si viesen perder las alimosnas que les fizieron los reyes onde vos venides et do ellos an a guaresçer non podia ser que non punnasen en las defender. »

142 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla », p. 175.

143 Cette différence a été bien illustrée par M. Á. Ladero Quesada, « La organización militar de la Corona de Castilla durante los siglos XIV y XV », p. 212.

144 M. González Jiménez, Diplomatario andaluz, de Alfonso X, pp. 47-48 et 93-95, doc 50 et 90. Les deux documents reprennent avec quelques différences cette formule : « E mando que por este heredamiento que vos yo do, que me tengades un ome guisado de cavallo e de armas e de fuste e de fierra pora sienpre en Sevilla. »

145 Ainsi, pour Santiago, les statuts édictés à León en 1266 prévoient d’affecter la moitié des revenus des montazgos à l’achat de cottes de maille (BNM, ms. 8582, f° 63r°).

146 BNM, ms. 1187, f° 2r°. Cette miniature a été reproduite en couverture de l’édition de la thèse de doctorat de F. García Fitz, Castilla y León frente al Islam.

147 Pour l’Hôpital, C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p. 408, en a relevé une unique occurrence dans les sources des XIIe et XIIIe siècles dans un acte de 1293 établissant qu’un clerc ou un sergent devrait à l’avenir être placé à la tète de la baylie de Puente Fitero (AHN, OM, carp. 373, doc 39).

148 C. de Ayala Martínez, «Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona», p. 162, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 545.

149 Id., «The Sergents of the Military Order of Santiago»,p. 227: «The profile remains obscured of an institution that was certainly more important that the poor documental trail allows us to trace».

150 Y. Harari, «The Military Role of the Frankish Turcopoles: a Reassessment».

151 Ainsi, pour l’Hôpital, l’a suggéré à demi-mot C. Barquero Goñi, Los caballeros hospitalarios durante la Edad Media en España., p. 148. On peut donner davantage de force à l’assertion de l’auteur en tirant argument de l’envoi en Italie en 1266 d’un contingent hispanique de dix chevaliers accompagnés de trente-sept sergents. Mis au jour par R. Filangieri (éd.), I Régistri della cancilleria angioina, t. I, p. 50, doc. 95, cet exemple montre que pour l’Hôpital comme, sans doute, pour les autres institutions nées en Terre sainte le ratio entre chevaliers et sergents n’était pas aussi différent en péninsule Ibérique des normes européennes que l’on tend généralement à l’estimer.

152 BNM, ms. 8582, f° 47r°-v°. Les dispositions statutaires arrêtées à Mérida prévoyaient un rapport de un à dix dans le cas du maître, de un à six pour les grands commandeurs, de un à trois pour les prieurs. Seuls les commandeurs n’étaient pas admis à s’entourer d’une suite de plusieurs sergents. Dans te texte, ces frères de moindre rang sont désignés par l’expression escuderos de cavallo, voire dans l’article consacré aux commandeurs par celle d’omes de cavallo, dont C. de Ayala Martínez, « The Sergents of the Military Order of Santiago », p. 229, a bien montré qu’ils recouvraient en fait une même réalité.

153 Un exemple ressort de la réaction du prieur de l’Hôpital à l’attaque perpétrée par les musulmans de Séville contre le camp de Tablada au début de 1248. Dans la riposte se sont en effet illustrés plusieurs sergents hospitaliers (Primera Crónica General, t. II, chap. 1098-1099, pp. 757-758).

154 C. de Ayala Martínez, «The Sergents of the Military Order of Santiago», pp. 229-230, et C. Marshall, Warfare in the Latin East, p. 57.

155 En témoignent deux documents publiés dans BC, pp. 55-57, et BS, pp. 181-182, rapportés par F. García Fitz, « Las huestes de Fernando III »,p. 171.

156 AHN, Sellos, caja 18, doc 3, publ. A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, p. 515, doc. 348 : «É para bastecer é mantener los castiellos de la frontera los apostoligos de Roma dieron sus cartas [...] en que otorgan é dan perdon de todos los pecados, asi como aquellos que van á socorrer é visitar la Santa Tierra de Jerusalen, á todos aquellos que van con el maestre o con los freyres de la cavalleria de Santiago á la frontera, é á aquellos que embian omes lidiadores, é á aquellos que son embiados por espensas agenas,é á aquellos que embiaren é dieren sus averes é ayuda convenible de los bienes que les Dios diere.»

157 Ainsi l’a bien souligné G. Ligato, « Fra ordini cavallereschi e crociatar : milites ad terminum e confraternitates armate », notamment pp. 665-668.

158 La présence de laïcs combattant avec les frères est ainsi rapportée pour Calatrava par Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VIII, chap, 14, p. 278, et, plus tard, par Pedro Marín, « Los milagros romanzados », pp. 136-137. Il n’est pas exclu que des chroniques étrangères à la péninsule Ibérique y fassent allusion. Il semble en effet que l’on puisse assimiler à ces volontaires les socios des frères de Calatrava dont l’abbé cistercien Aubry de Trois-Fontaines rapporte la participation au siège de Cordoue en 1236 (Alberici monachi Trium Fontium Cbronicon, p. 939).

159 Elle est évoquée dans une lettre écrite en 1300 parle sultan nasride Muḥammad II à la suite de la prise d’Alcaudete, éditée par M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y de Alcaudete por Mohámed II de Granada », p. 389. Ibn al-Jaṭīb, Al-Lamḥa al-badriyya fī l-dawla al-nariyya, p. 50, signale la résistance des habitants d’Alcaudete sans qu’il soit possible, sur la base de son récit, d’être assuré que des volontaires aident les frères pour l’occasion.

160 F. García Fitz, «Las huestes de Fernando III», pp. 170-171, et C. de Ayala Martínez, «Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona», pp. 164-165.

161 M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 451, doc. 236: «Toto cavallero que in villa moraret et casa populata tenuerit cum mulier et filios et cavallo de sela tenuerit sine albarda et que lança azulada et scuto et espada et espuelas habuerit, siat escusado de pecto».

162 Le fait ressort par exemple, pour Alcantara, de l’étude récente de F. Novoa Portela, Los fueros de la orden de Alcántara en Extremadura, p. 291.

163 J. Arias de Quintanadueñas, Antigüedades y santos de Alcántara, ffos 137v°-138r°, rapporte un privilège, aujourd’hui perdu, concédé par Suero Pérez Maldonado aux vecinos d’Alcántara pour les récompenser des services qu’ils avaient rendus contre les Maures, et leur accordant de ne plus être emprisonnés sinon pour raison avérée. Une telle faveur était peut-être assez rare, mais la raison qui l’avait motivée ne l’était nullement puisque, sixans plus tôt, le maître de Calatrava García López de Padilla avait mené une offensive similaire « con pieza de sus vasallos » (AHN, OM, libro 1345, ffos 110r°-112r°).

164 Ainsi le maître de Santiago Pedro Núñez accorda-t-il en 1281 une franchise aux habitants d’Ocaña « por que el concejo de Ocanna nos mostraren que los caualleros dende non avien las ffranquiçias e las libertades asi como los otros de Estremadura et que por esta razon non nos podien seruir en ffecho de las huestes con tan bonos cauallos e con tantas armas como nos seruirien si las ovieren » (AHN, OM, carp. 243, vol. I, doc. 18, publ. D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 275-277, doc. 34). Analysé par J. A. García Luján, La encomienda de Ocaña de la orden de Santiago, p. 7, l’exemple ne constitue aucunement un cas isolé et des exemptions comparables ont été signalées pour Alcántara ou l’Hôpital par F. Novoa Portela, « El proceso de señorialización concejil en el abadengo de la orden de Alcántara », pp. 204-205, et C. Barquero Goñi, « Algunos datos sobre la orden del Hospital en Andalucía », pp. 40-41, notamment pour ce dernier Ordre à Lora del Río, où les membres de la milice urbaine furent dispensés en 1341 du paiement de taxes municipales, comme l’a relevé J. González Carballo, « Carta puebla de Lora del Río », p. 21.

165 AHN, OM, libro 1344, f° 244r°-v°. À l’été 1300, Alfonso Díaz, sous-commandeur d’Alcañiz, et Vicente Pérez, procureur du maître, protestèrent au nom du supérieur de Calatrava contre la mobilisation, ordonnée par Jacques II, des vecinos d’Alcañiz dans l’offensive contre Teruel : « Dixieron en nombre e en raçon de la dicha orden que non consentian como fuese la dicha huest en preiudicio e en menguamiento de la senoria de la dicha orden e en cara contra toda igualdad de raçon et asi incontinent protestaron en nombre e en raçon del dicbo señor maestre e de la dicha orden que non consentian en el mandamiento del señor rey ni en la yda que facian los omes de Alcañiz e de sus aldeyas en la dicba huest. »

166 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 221, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, V, évoque pour la péninsule Ibérique, à la différence de la Terre sainte, une absence complète de références à des mercenaires dans la documentation des ordres militaires pour les XIIe et XIIIe siècles. Cette affirmation a été corrigée par C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », pp. 163-164, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 543-544.

167 La mention se trouve dans les plus anciens statuts de l’Ordre publiés par D. Lomax, « Algunos estatutos primitivos de Calatrava », p. 493 : « Similiter, propter infamiam deuitandam, consulimus ut magister et seniores in commune decernant et prouideant unde mercede mercennariorum suorum quam eis soluere tenentur babere ualeant. » Le texte ne dit rien de l’emploi exact de ces mercenarii. Il apparaît dès lors téméraire, ainsi que l’a justement souligné A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 221, repris dans Id, Military Orders and Crusades, V, de leur attribuer une fonction militaire, comme s’y sont essayés D. Lomax, « Algunos estatutos primitivos de Calatrava », p. 490, ou C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares hispanicas : réglas y expansion geografica », p. 64, et « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 163.

168 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », pp. 30-34, doc. 3, repris dans Id., Estudios Santiaguistas, pp. 54-59, doc. 3. À cette occasion, deux cents arbalétriers faisaient partie du contingent que le maître de Santiago, Pelayo Pérez Correa, fit serment de mettre à la disposition de l’empereurpourl’aider à affronter ses ennemis. Le chiffre mérite à mon sens d’être souligné bien que le projet n’ait pas pu, nous le verrons, être mené à terme.

169 AHN, Clero, carp. 3020, doc, 8, publ. M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, pp. 387-390, dot 183. Le texte reproduit la déposition du procureur de Rodrigo Jiménez de Rada devant les juges apostoliques chargés du différend « Et ipsa vero meta invmimus fratres Uclenses qui suam aciem posuerunt contra nos et nostros [...] Alioquin nos et alios ingredientes, cum lanceis, lancearent et lanceis nostra latera perforarent, preterea coquinas quas premiseramus ad parandum nobis prandium eiecerint per violenciam extra metas. Insuper, quod est peius, sarracenos ad interficiendum nos irreverenter et inhumaniter induxerunt, prout nobis a pluribus fidedignis qui eos viderant est relatum, et iam balistas suas ad sagitandum contra nos armaverant sarraceni » (ibid., p. 389). Il est intéressant de relever que, quoique sans véritables preuves, l’emploi de soldats musulmans dans les troupes de l’Ordre a été tenu pour une pratique habituelle par A. Yelo Templado, « Los vasallos mudéjares de la orden de Santiago en el reino de Murcia », p. 451.

170 II apparaît ainsi que les omes de pie, dont les définitions santiaguistes de 1274 faisaient obligation à chaque dignitaire de s’entourer pour aller au combat, étaient selon toute vraisemblance des mercenaires — à la différence des escuderos de cauallo, dont nous avons vu qu’ils appartenaient à l’Ordre. En effet, dans aucun article il n’est prévu que ces omes de pie puissent être des frères (BNM, ms. 8582, f" 47r°-v°).

171 Un extrait des comptes de Pelayo Pérez Correa avec ses banquiers juifs se réfère en 1272 de façon explicite aux soldes versées au nom du maître à certains alcaides. BS, pp. 212-213 : « Quanto pagastes de las soldatas de los alcaydes deste año. » Il semble que la pratique de confier les forteresses de l’Ordre à des personnes extérieures à l’institution était fréquente si l’on en juge par les protestations élevées en chapitre. En attestent, pour Santiago, les statuts de 1251 (BNM, ms. 8582, f° 58r°), de 1274 (BNM, ms. 8582, f° 46r°) et de 1310 (BS, p. 262), prescrivant, pour ces derniers, « que en Estepa é en todas las otras encomiendas que pongamos freire por comendador é non por alcaide é non pongamos seglar ninguno ». Pour l’Hôpital, on sait qu’au début du XIVe siècle la forteresse de Cervera était même tenue par un alcaide d’origine musulmane dont les vecinos d’Alcázar de San Juan dénoncèrent les abus auprès des autorités centrales de l’Ordre (AMASJ, Perg., I/4, publ. Ph. Josserand, « Ali de Cervera. Un Maure au service de l’Hôpital »). De cet acte existent plusieurs éditions insatisfaisantes, soit qu’elles se fondent sur une copie tardive, comme la transcription de J. M. Mendoza Garrido et L. Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San Juan a comienzos del siglo XIV », pp. 189-191, soit qu’elles comportent un grand nombre d’erreurs de lecture, comme c’est le cas des versions de M. Rubio Herguido, « Leyes y privilegios de Alcázar de San Juan », pp. 9-14, et d’á. Ligero Móstoles, La Mancha de don Quijote, t. I, pp. 81-82.

172 L’apport qualitatif des Ordres a ainsi été bien relevé par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 227, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V, F. García Fitz, « Las huestes de Fernando III », p. 169, ou C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquîsta de Carmona », p. 166. Aucun de ces auteurs ne lui consacre cependant de développements aussi circonstanciés que ne l’a fait pour l’Orient latin A, Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », pp. 84-92.

173 H. Ó. Bizzarri, «La idea de Reconquista en el Libro de los doze sabios», pp. 20-21.

174 Libro de los doze sabios, chap. 29, pp. 100-101 : «E por ende cunple a la tu merçed de levar contigo los que entendieres que son tuyos e deséante bien e amante e aman tu onrra. E de los otros mançebos e valientes omnes que desean alcançar onrra e que presumen de si de la ganar por sus manos, e su codiçia e deseo es fazer fazañas e buenas obras, e detos tales tienes tantos e sábelos buscar, que non dudo que con çinco mill dellos non dieses batalla a todo el mundo en un dia. Que Jullio Çésar, e Alexandre, e Ponpeo, e Aníbal, e los otros conquistadores con esto fezieron tan grandes fechos por tener gentes que curavan de las onrras e de las fazañas, e abor reçían los tesoros, e vençian con çinco mill fasta veynte mill.»

175 L’idée qu’un petit groupe d’hommes vaillants peut s’imposera une troupe largement supérieure en nombre était alors fréquente, comme l’a bien montré John Walsh, à partir d’exemples tirés du Libro de Alexandre et du Libro del caballero Zifar, dans son édition du Libro de los doze sabios, p. 101, n. 2.

176 H. Ó. Bizzarri, «La idea de Reconquista en el Libro de los doze sabios», pp. 27-28.

177 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 2, p. 71.

178 La formule est notamment utilisée dans la Primera Crónica General, t. II, chap. 1071, p. 747.

179 Signalé naguère par D. Lomax, La orden de Santiago, p. 14, le fait a été récemment analysé par F. García Fitz, « Las huestes de Fernando III », p. 169, et « La organización militar en Castilla y León », p. 95, et par C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 149, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 438.

180 La conquête de Mula passe ainsi dans la Primera Crónica General, t. II, chap. 1065, p. 744, pour avoir été réalisée par l’infant Alphonse « con conseio et con abiuamiento del maestre don Pelay Correa que punno en lo abiuar en este fecho ».

181 Ibid., t. II, chap. 1071, p. 747: «Mas el maestre de Ucles, don Pelay Correa, et caualleros buenos que auie con el rey sabidores de guerra, conseiaronle que fuese çercar Seuilla [...] Et muchos de los otros que meior era de la correr et de la taiar ante algunas vezes [...] Mas el maestre et algunos caualleros que y auia por fiaron con el rey don Fernando deuendol que el tiempo que pornia en corrimientos et en entradas et la costa que farie en çercar los logares, que meior era ponerlo todo m estando sobrella [... ] que meior era de lo acabar todo por un afan et par un tienpo [...] et a este conseto se acordo el rey don Fernando et todos los otros que con el eran en aquel conseio.»

182 Crónica latina de los reyes de Castilla, p. 82 : «Nec mora commendator Uclensis mittitur adarchiepiscopum Tolletanum et magistrun de Calatrava, qui erant ultra serram, ut omm mora et excusatione postponita personaliter ad regem Carrionem accederent, ubi rex erat celebratum cur iam super hoc facto.»

183 À plusieurs reprises, les maîtres des ordres militaires apparaissent alors dans la chronique associés au conseil du roi (Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 237, p. 260, et chap, 286, pp. 349-350).

184 Étudié par Ch.-E. Dufourcq, « Un projet castillan du XIIIe siècle : la “Croisade d’Afrique” », ce projet a fait l’objet d’une excellente présentation de M. González Jiménez, « La idea y práctica de la cruzada en la España medieval : las cruzadas de Alfonso X », pp. 177-182.

185 En dernier lieu, ce problème a bénéficié d’un intéressant éclairage de J. M. Rodríguez García, « La marina alfonsí al asalto de África ».

186 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII », pp. 140-141, en a récemment proposé une vision de synthèse que prolonge l’étude de Ph. Josserand, « Las órdenes militares y el mar ».

187 Le fait ressort d’un document édité par J. González González, Repartimiento de Sevilla, t. II, pp. 172-174, et repris par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 33-34, doc. 37, qui a donné lieu à un rapide commentaire de F. Pérez-Embid, Estudios de historia marítima, p. 98, n. 38.

188 L’expression esc empruntée à un cahier des Cortes rassemblées à Zamora en 1274, publié dans les actes des Cortes de los antiguos reinos de Castilla y de León, t. I, p. 94. L’Ordre, fondé en 1272, a fait l’objet d’une excellente monographie de J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España ».

189 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 213, p. 309, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 285, p. 326 : « Ayunto quinze galeras e doze naos. Et enbio por gentes para que entrassen m aquellas galeas et en aquellas naos, e fablo con fray Alfonso Ortiz Calderon prior de Sant Joan para que fuesse en ellas por mayoral » Il est à observer que rien n’atteste dans le récit le titre d’amiral que lui a attribué C. Fernández Duro, La marina de Castilla, pp. 333-334.

190 En 1335, lors de sa désignation parle maître Hélion de Villeneuve comme prieur, Alfonso Ortiz Calderón séjournait, selon la chronique, à Rhodes : Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 119, p. 252, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 140, p. 53. Plusieurs documents d’archives corroborent ce fait pour les années qui précèdent : BNV, RBC, vol. 280, ffos 28v° (1332) et 33v° (1335).

191 Plusieurs auteurs ont souligné le développement des activités maritimes de l’Hôpital à partir de la fin du XIIIe siècle, dont atteste la création de la charge d’amiral en 1299, relevée par J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, p. 330, et A. Luttrell, « The servitudo marina at Rhodes », p. 50, reproduit dans Id,, The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, IV. La plus récente mise au point en la matière a été rédigée par A. Luttrell, « The Earliest Documents on the Hospitaller Corso at Rhodes », repris dans Id., The Hospitaller State on Rhodes and its Western Provinces, VIII.

192 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 227, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, V. L’exemple est rapporté par la Crónica latina de los reyes de Castilla, pp. 86-87 : « Remansit preterea tunc temporis in frontaria illa magister et fratres Calatravensis et comendator et fratres Uclensis et quidam alii nobiles qui omnes dampna multa inferebant sarracenis cum rege Biacie cum iam multi milites qui dicuntur alaraves adherebant. »

193 II semble que les historiens militaires aient accordé une importance exagérée à la tactique fondée sur l’effet de choc de la cavalerie lourde, au point de la tenir parfois pour presque toujours utilisée, comme l’ont prétendu J. F. Verbruggen, De krijgskunst in West-Europa in de Middeleeuwen, et C. Gaier, « La valeur militaire des Templiers ». Pour l’Orient latin, cette vision traditionnelle a été vivement critiquée par J. France, Victory in the East.

194 Cette tactique a été décrite par J. Oliver Asín, « Origen árabe de rebato », pp. 375-377, comme par F. Franco Sánchez, Vías y defensas andalusíes en la Meseta oriental, p. 109.

195 Juan Manuel, Libro de lot estados, chap. 77, pp. 228-229 : «Et sobre todas las cosas del mundo, deven guardar los cbristianos que non dexen ningunos de los suyos andarcon ello a un trebejo que ellos fazen de tornafuy, ca bien cred que quantos a este trebejo se meten con los moros, que son en ellos en grant peligro, et meten a todos los otros a lugar de sermuertos o desbaratados. Et commo quier que esta deven guardar qualesquier christianos, mucho más los que andan armados commo cavalleros. ca si quiera oi dezir que una de las cosas que más enpesçio quando en la Bega murieron el infante don Johan et don Peidro, fue las espolonadas que fizieron algunos, et después tornavan fuyendo al logar do estavan los pendones. Et por ende se deven mucbo desto guardar de lo non fazer sinon commo es dicho.»

196 Primera Crónica General, t. II, chap. 1098, p. 757 : «Los moros desque los vieron asi en pos ellos yr, fueron desenparar las uacas en el oliuar, et començaron de yr fuyendo en manera que yuan uencidos, et un escudero del prior tornose con las vacas por un sendero apartado. Et el prior quisierase tornar, mas uio pasar adelante de su conpanna de pie que se adelantaron, et temiendose que los matarien los moros, fueles pasar adelante, et fue dar en una çelada en que auia ctento et cinquanta caualleros, et de pie grant conpanna.»

197 Ibid, t. II, chap. 1088, pp. 753-754.

198 Ibid., t. II, chap. 1106, pp. 759-760.

199 Franco Sánchez, Vías y defensas andalusíes en la Mancha oriental, p. 115.

200 A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 363-364, doc 192. Dans une lettre au roi Jacques II d’Aragon, un envoyé catalan à la cour de Ferdinand IV rapporte ainsi que le « maestre de Calatraua a corregut della en la frontera e a feta gran presa larrais dandaras fo a les corts per manament del senyor rey e atresi ha corregut ab .cccc. genets que te ab si ».

201 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 301 et 307, pp. 366 et 370.

202 Il est à mon sens révélateur que le testament d’Alonso Martínez de Olivera, grand commandeur de León de l’ordre de Santiago, fait en mai 1302, rapporte un affrontement qui eut lieu près de Tarifa et dont aucune autre source ne garde la mémoire pour le règne de Ferdinand IV. A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, p. 301, doc 207 : « Y por las animas de criados y criadas de doña Juana mi muger, el qual dicho altaryo mandé hacer viniendo de bastecer de Tarifa, por mandado del rey don Fernando mi señior. Acaesció que, estando yo en Tarifa, fueron á tierra de moros .xxii. de á caballo, y diez peones de mis criados á traer algun ganado : llevólos un adalid, mal cristiano, y metiólos en Algezira, do los tomaron presos : y como los moros tomaron sabiduria de ellos, otro dia viniéndome, topé con Andulla y Marin, caudillo de Granada, con ochocientos de á caballo y qumtentos peones y con la ayuda de Dios peleé con él con dosctentos de á caballo y cien peones ; y fueron los moros todos muertos y cautivos, salvo fasta cinquenta que con el caudillo se salvaron. »

203 A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 88.

204 C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », p. 133, a pu ainsi évoquer, sans être en mesure d’aller plus loin, « una cualificada especialización en determinadas acciones de riesgo basada en un adiestramiento permanente del que no tenemos pruebas evidentes pero que es preciso suponer ».

205 Juan Manuel, Libro de los estados, chap. 70, p. 212 : «Otrosí, deve poner, eso mismo, recabdo en la çaga, et segund do entendiere do es el mayor reçelo, en la delantera o en la çaga, así deve poner y la más gente et mejor, et los más esforçados, et omnes más de vergüença et más sabidores.»

206 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 116, p. 249, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 137, p. 43 : «Otrosí envió decir á los de la costanera, en que venía el maestre de Calatrava [..] que si los moros veniesen á pelear con los de la zaga, que los de aquella costanera saliesen por en derredor del cabezo de aquella Sierra Carbonera e que les tomasen de delantera.»

207 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 251, p. 326, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 324, p. 412.

208 Cet accord étendait au Temple et à l’Hôpital un pacte souscrit en 1221 entre Santiago et Calatrava : AHN, OM, fibro 1342, ffos 84r°-85r°, publ. J. O’ Callaghan, « Hermandades between the Military Orders of Calatrava and Santiago », pp. 617-618 : « Addimus etiam statuendo quod quando isti quatuor ordines uel de illis aliqui fuerint in regum exercitu uel in aliqua caualgada siue exercitum procedendo siue exercitum subsequendo uel in bello etiam de regum beneplacito simul permaneant et consistant. »

209 A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 89.

210 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 74, p. 58 : «En un dia de sábado que era víspera de San Juan, mandó el infante á don Gonzalo Ruiz. Giron, maestre de la caballerta de la órden de Santiago, é á don Gil Gomez de Villalobos, abad que era de Valladolid, é á Ferrand Anriquez, é dióles gran compaña de concejos que fuesen con ellos á guardar los herveros, é á los que ivan por leña é poryerva para el real. É llegaron á un castillo de moros que dicen Moclin, que es a dos leguas de Alcalá, é tornáronse los herveros, puestos en salvo, al real ; é á ellos que se tornaban ya, parescieron cerca del castillo de Moclin cient caballeros de moros, é desque los vido este maestre don Gonzalo Ruiz Giron, commo era ome de grand corazon, non atendió ninguno de los otros, ni aún a la su gente mesma, é fuéselos acometer con muy poca gente, é los moros, desque los vieron, comenzaron de fuir é llevaronle á una celada en que estavan dos mill caballeros de moros.»

211 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 288, p. 358.

212 Ibid., chap. 278, 279 et 304, pp. 35 1-352 et 368.

213 Signalé par F. Garíia Fitz, « Las huestes de Fernando III », p. 169, n. 34, l’épisode a été très justement analysé par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla », pp. 172 et 181.

214 Primera Crónica General, t. II, chap. 1081, pp. 750-751 : «Don Pelay Correa, maestrede la orden de Ucles, con su caualleria, que eran entre freyres et seglares dozientos et ochenta caualleros, fue pasar el rio, et paso allende de la otra parte so Eznalfarax, a grant peligro de si et de los que con el eran, ca mayor era el peligro desa parte que de la otra [...] Los moros eran tantos della, lot unos que yazien en Eznalfarax, caualleros grant pieça et de otra gente mucha ademas, los otros que les venien de contra ese Axaraf de muchas partes, que se veyen con ellos en grant coyta, quando con los unos quando con las otros, que nunca uagar auien de folgar.»

215 L’héroïsme des Santiaguistes dans la défense de l’Aljarafe a été souligné, en accord avec la totalité des auteurs, par C. de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 166.

216 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 117, pp. 250-251,et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 138, pp. 47-48.

217 Ainsi l’a observé A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 218-221, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, V. Reprise dans Id., The Military Orders, pp. 50-54, la démonstration de l’historien britannique a été corroborée par A. demurger, Chevaliers du Christ, p. 138.

218 En témoignent les annales tolédanes recueillies par J. Porres Martín-cleto (éd.), Los Anales Toledanos I y II, pp. 201-202. Le texte attribue aux Ordres la prise de Trujillo, réalisée en 1232 avec le soutien de l’évêque de Plasencia, comme, deux ans plus tard, la conquête des forteresses de Medellín, Alange et Santa Cruz, que les milices auraient réalisée à partir de leurs seules forces.

219 Au milieu du XIIIe siècle, de telles donations sont prédsément encadrées. Si en 1173 Calatrava obtint d’Alphonse VIII un privilège publié par J. González González, El reino de Casttlla en la época de Alfonso VIII, t. II, pp. 305-307, doc. 183, en vertu duquel le roi lui offrait « omne castellum quod de sarracenis deinceps quolibet modo adquirere potueritis, Alphonse X, près d’un siècle plus tard, ne fut pas aussi généreux, promettant en 1266 à Santiago les dtés nasrides d’Antequera et d’Archidona, une fois conquises et cédant, six ans plus tard, dans les mêmes conditions Alcalá la Real à Calatrava (AHN, OM, carp. 313, doc. 13, et carp. 425, doc. 122, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 341-343 et 411-412, doc, 314 et 391).

220 J, González González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, pp. 714-715, doc, 412, rapporté par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 219-220, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V : « De omni mauro qui mil uel ultra mil morabetinos ualuerit et captivus fuerit a uobis uel ab hominibus uestris uel ab aliis quibuslibet caualgatoribus quorum uos duces et cabdellos fueritis, medietatem de cetera in perpetuum babeatis. »

221 Il n’est guère besoin d’insister sur ce point. Une étude remarquable de ces pactes a été proposée par J. O’Callaghan, « Hermandades betwee n the Military Orders of Santiago and Calatrava », pp. 609-618, dont les enseignements essentiels ont été synthétisés par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 228-229, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V.

222 Le principe en est déjà arrêté dans l’accord le plus ancien qui nous est parvenu. Ratifié en 1178 et publié par J. L. Martín Rodríguez, Orígenes de la orden militar de Santiago, pp. 272-273, doc. 92, et R. Hiestand, Papsturkunden für Templer undJohanniter, t. II, pp. 425-426, il lie dans une même volonté d’action les supérieurs du Temple, de l’Hôpital et de Santiago.

223 Le texte de cette prescription a été publié par J. O’ Callaghan, « Las definiciones de la orden de Calatrava », p. 117 : « No presuman de ir ni se poner debaxo de la vandera de algun señor temporal, quandoquiera que acaeciere haver guerra en el dicho regno por defension de la iglesia del mismo reyno o de la republica o de otra manera, sino todos los dichos cavalleros, freiles vaian debaxo de la vandera de la orden juntamente st estuviere presente, guardando de contino la unidad de la orden. »

224 Ainsi l’a bien observé C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII », pp. 146-147, et « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », p. 273.

225 H. Grassotti, « El debery el derecho de hacer guerra y paz en Leon y Castilla ». L’historienne argentine a consacré sur ce problème un développement spécifique aux Ordres : Id., « Facere guerram et pacem. Un deber del que no estaban exentas las órdenes militares ».

226 J. González Alfonso IX, t. II, pp. 453-455, doc. 346.

227 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 220-221, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V, et Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », pp. 98-99.

228 à titre d’exemple, on peut citer celle que les frères de Calatrava adressèrent en 1220 à Honorius III, publiée par D. Mansilla, La documentación pontificia de Honorio III, p. 251, doc. 340.

229 AHN, OM, carp. 91, doc. 2, publ. E. Benito Ruano, «Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago », pp. 30-34, doc. 3.

230 Ainsi l’ont rappelé pour les Templiers, tant à l’échelle générale qu’à celle de l’ensemble ibérique, A. Demurger, « Gli ordini religioso-militari e la guerra », p. 55, ou H. Nicholson, The Knights Templar, p. 97, qui souligne que « the Templars performed the same sort of functions in Spain as they did in the Latin East and in Portugal, providing military forces that could be quickly mobilised and were reliable in the field ».

231 Olivier de Paderborn, Historia Damiatina, p. 232, cité par A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », p. 90.

232 F. García Fitz, « Las huestes de Fernando III », p. 163, et « La organización militar en Castilla y León », p. 93.

233 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 229, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, V.

234 Jaume I, Llibre dels Feits., chap. 154, p. 72, rapporte en ces termes le message des envoyés des maîtres : « Senyor, saluda-us molt lo maestre del Temple, e de l’Espital,, e el comanador d’Alcanís e de Montalbà, e dien que ban estât al Puig de les Pasqües, qui és denant Morvedre per tres milles, e ban estat aquí així com vós las manàs per dos dies, e corregren a vall de Segon, e ara són aquí, e preguen-vos que anets tost, que si no no hi porien romanir, que ells són pocs, e el poder de València es gran. »

235 D’utiles éléments chronologiques sur le déroulement du siège de Séville ont été récemment fournis par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla »,pp. 171-173.

236 Primera Crónica General, t. II, chap. 1083, p. 751 : « Et el reçelando el poder de los moros que era muy grande et la hueste non muy cresçida, ca non le llegaran aun las gentes nin los conceios de las uillas, synon muy pocos [...] mando fazer derredor del logar o posaua grant carcaua. »

237 C. de Ayala Martínez, « Fortalczas y creación del espacio político », p. 28, et F. García Fitz, « La organización militar en Castilla y León », p. 91.

238 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 229, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades ; V,

239 Crónica del rey don Sancho IV, chap. 2, p. 71. Leur rapidité de réaction a été ici bien signalée par F. García Fitz, « Los acontecimientos politico-militares de la frontera en el último cuarto del siglo XIII », p. 50.

240 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 105, p. 239, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 126, p. 17: «El rey enbio a mandara Vasco Rodriguez maestre de Sanctiago, que era adelantado mayor de la frontera, e a los maestres de las hordenes de Calatraua e d’Alcantara que se fuesen luego para la frontera, e que se ayuntassen con los ricos omes e conçejos que eran en la frontera e que fuesen a desçercar el castillo de Gibraltar que tenian çercado los moros.»

241 ACA, Cancillería, reg. 529, ffos 53v° et 56v°, cités par R. Sáinz de la Maza Lasoli, «La orden de Montesa durante el reinado de Alfonso el Benigno. Catálogo de documentos de la cancillería real», p. 90, doc. 249 et 250.

242 F. García Fitz, «Las huestes de Fernando III»,pp. 177 et 181-182.

243 E. Benito Ruano, «España y las Cruzadas», p. 114: «Son el enlace entre acción y acción, el elemento que da continuidad al movimiento entre el recrudecimiento intermitente de dos expediciones.»

244 Crónica latina de los reyes de Castilla, pp. 86-87.

245 Primera Crónica General, t. II, chap. 1117, p. 765: «Contado auemosde commo el arçobispo de Sanctiago, don Johan Arias, adoleçio luego que llego a la çerca de Seuilla. veyendo el rey en commo estaua muy flaco, mandolo tornar para su tierra.»

246 II me paraît difficile, à partir des données de la chronique, de soutenir l’hypothèse, émise dans une récente contribution de C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y la conquista de Sevilla », p. 173, selon laquelle le prélat aurait été victime d’une épidémie qui se serait ensuite propagée très vite parmi ses hommes. Peut-être faut-il mieux voir derrière ce départ précipité un indice supplémentaire de l’effacement progressif des milices urbaines qui, à en croire J. Powers, A Society Organized for War. The Iberian Municipal Militias in the Central Middle Ages, pp. 76-80, et « The Municipal Militias in the Reconquest of Seville », p. 163, entrèrent au milieu du XIIIe siècle dans un « process of atrophy ».

247 Primera Croníca General, II, chap. 1117, p. 765: «Et desque el arçobispo fue ydo de la hueste, vino el maestre don Pelay Correa posar a aquel logar do el posaua, et estido y con veynte et çinco freyres solos, que y estonçe consigo tentie, et non mas, et de otra caualleria poca.»

248 C.de Ayala Martínez, « Participación y significado de las órdenes militares en la conquista de Carmona », p. 156.

249 ACA, Cancillería, reg. 541, f° 64V0. Mentionné par F. de Moxó y Montoliu, « La relación epistolar entre Alfonso XI y Alfonso IV en elArchivo de la Corona de Aragon », p. 181, l’acte avait déjà par le passé attiré l’attention de M. Mahn-Lot, « Philippe d’Évreux, roi de Navarre, et un projet de croisade contre le royaume de Grenade », p. 229.

250 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 196, p. 298, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 256, p. 263 : « Pero en tanto que el yua, dexo el rey en la frontera a don Gonçalo Martinez maestre de Alcantara, e dexo con el muchos caualleros de los de la su mesnada, e de los vasallos de sus hijos, anssi que podian ser mas que mill omes a cauallo de buenos caualleros e escuderos ; e mando les que en aquella guerra fiziesen lo que el maestre les mandase, anssi como lo harian por el mesmo. » Ce passage a bénéficié d’un traitement emphatique exaltant la figure du maître dans le Poema de Alfonso Onceno, str. 701-704, p. 174.

251 En atteste notamment une lettre de Benoît XII à Alphonse XI en 1340, tentant d’apaiser la colère du roi, prévenu à l’encontre du maître parla favorite Leonor de Guzmán, en lui rappelant la qualité des services que le dignitaire lui avait toujours fidèlement rendus (ASV, Reg. Vat. 134, ffos 133r°-134r° ; publ. J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et patentes, pp. 766-768, doc 2631).

252 Seuls A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 230, repris dans Id., Milltary Orders and Crusades, V, et C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en el siglo XIV », p. 285, y ont fait allusion, consacrant quelques lignes à peine à un point dont le second de ces auteurs reconnaît pourtant qu’il constitue « una inagotable fuente de gasto ».

253 à ce panorama très pauvre, le récent ouvrage de C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares bispánicas en la Edad Media, pp. 577-579, a voulu remédier au moins en partie en s’intéressant à un poste de dépenses qui suppose, selon l’auteur, « unos elevadísimos costes económicos ». Ces problèmes ont fait l’objet d’une première réflexion de Ph. Josserand, « En charge de défendre la frontière : les ordres militaires et le financement des châteaux de la Cordillère bétique ». Les pages suivantes offrent en quelque sorte le développement de ce travail encore inédit.

254 À titre d’exemple, plusieurs envois d’argent sont destinés à Cordoue et aux châteaux qui protègent la ville dans les années qui suivent la conquête. En atteste la Primera Crónica General, t. II, chap. 1052 et 1055, pp. 757 et 739. Le premier passage mentionne l’envoi de vingt-cinq mille maravédis, quand le monarque, peu après la prise de la ville, « oyo nueuas de Cordoua en como estauan coytados de fanbre et que sufrien muy grant lazerio ». Le second relève qu’à la suite de la mon d’Alvar Pérez de Castro, qui détenait la tenencia de la ville, « diol otrosy muy grant auer para esos pobladores de Cordoua mantener et asegar et para partir por los castiellos ».

255 M. A. Ladero Quesada, « La organización militar de la Corona de Castilla durante los siglos XIV y XV », p. 207. Une idée similaire a été avancée par M. C, Castrillo Llamas, « Monarquia y nobleza en torno a la tenencia de fortalezas en Castilla durante los siglos XIII y XIV », p. 104.

256 À deux reprises, il est fait référence à la « grant costa quefizo » dans le texte de la Primera Crónica General, t. II, chap. 1060 et 1065, pp. 742 et 744. Le coût de ces campagnes est corroboré par plusieurs bulles émises en faveur de Santiago, publiées par A. Quintana Prieto, La docmnentación pontificia de Inocencio IV, t.I, pp. 226-227 et 232-233, doc. 196 et 201.

257 En 1266 encore, lors du chapitre de León, reste en vigueur le principe en vertu duquel « establesçio el maestre que la meytad de los montadgos de cada regno que les den para conprar lorigas » (BNM, ms. 8582, f° 63r°),

258 La seule exception intéresse les commanderies pauvres pour lesquelles est conservé le principe de l’intervention du maître, comme le reflètent les statuts édictés par Juan Osórez en 1310. BS, p. 261 : « Otrosi quando fueremos en hueste ò en recoa demos ferrero que fierre las bestias de los freires de los conventos è de las valias de las encomiendas pobres è que nos el maestre les demos frenos è albardas è zapatos è bragas è cebada para las bestias è de corner para los omes. »

259 Ainsi l’a justement signalé C. de Ayala Martínez, « Las fortalezas castellano-leonesas de las órdenes militares », p. 556.

260 AHN, OM, Archivo Histórico de Toledo, n° 56142, publ. M. Rodríguez Llopis, Documentos de los siglos XIV y xv, pp. 13-14, doc 7: «E por les hazer mas merçed e aviendo voluntad de poblar e de guardar la dicha villa de Segura, veyendo la probeza que han e el afan e costa que hazen las guardas de la tierra, tenemos por bien de les dar cada año en quanto fuere la guerra de los moros para ayuda a las guardas de la tierra quinientos maravedis, e por esta carta mandamos al que oviere de aver e de recabdar las nuestras rentas e derechos en Canpo de Montiel agora e de aqui adelante que den al conçejo de Segura o a quien ellos enbiaren dezir por su carta cada año los dichos quinientos maravedis muy bien pagados por que sean contados dellos.»

261 À titre d’ordre de grandeur, ces rentes s’élevaient pour Santiago à six mille et quatre mille maravédis annuels pour les châteaux d’Aledo et de Cieza en 1298 (AC A, Cancillería, reg. 107, ffos 225v°- 226r°, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 324, doc. 125) et à une même somme de six mille maravédis, à laquelle s’ajoutaient cinquante charges de blé, pour la forteresse de Bullas en 1347 (AHN, OM, carp. 82, doc, 11, publ. J. Torres Fontes, Documentos para la historia de Cehegín, pp. 133-135, doc. 12). A partir de tels chiffres, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 577-579, s’est livré à des calculs qui, dans les grandes lignes, corroborent cette estimation.

262 C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », p. 288, et « Las fortalezas castellano-leonesas de las ôrdenes militares », p. 557, me semble à ce propos avoir exagéré le concours de monarques, dont il n’a pas craint récemment d’affirmer que « posiblemente en una importante proporción, atendían a los gastos de unos castillos desde los que se les debía obediencia » (Id., Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 581).

263 Son testament a été publié par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 299-307, doc. 207 : « Item mando que cobren del rey don Fernando, mi señor, ellibramiento que se me debe de estos dos años passados, cerca de cien mil maravedis. »

264 Le premier cas, souvent cité, est rapporté dans la Crónica del rey don Sancho IV, chap. 9, p. 86. Le deuxième, moins connu, ressort de la Crónica del rey don Fernando IV, chap. 7, p. 118 : « Estando todos en Berlanga, vino y un freyle de Uclés, que decian Lope Ferrandez, que tenía el alcázar de Lorca por don Juan Manuel, que lo tenía por el rey, é dijo á la reina que avia menester para aquel alcázar bastecimiento ; é la reina le dío luego bastecimiento de armas é vianda cuanto ovo menester, é toda su tenencia, é envióle ende luego con todo recabdo. »

265 Le fait ressort de deux donations foncières dans la périphérie de Séville accordées par Alphonse X en 1253 en faveur d’Alcántara et de l’Hôpital. Publiés par M. González Jiménez, Diplomatario andaluz, de Alfonso X, pp. 47-48 et 93-95, doc. 50 et 90, les deux actes reprennent presque exactement la même formule qui lie explicitement la concession foncière à la prestation d’un service militaire : « E mando que por este heredamiento que vos yo do, que me tengades un ome guisado de cavallo e de armas e de fuste e de fierra pora sienpre en Sevilla. »

266 Mis en lumière par P. Linehan, The Spanish Church and the Papacy in the Thirteenth Century, en particulier pp. 101-151, et « The Church, the Economy and the Reconquista in Early FourteenthCentury Castile », reproduit dans Id., Past and Present in Medieval Spain, XI, ce fait a été récemment rappelé par N. Housley, « Costing the Crusade : Budgeting for the Crusading Activity », p. 45,

267 Le fait ressort notamment de l’étude de C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en ta Castilla del siglo XIV », pp. 285-289.

268 Ainsi l’ont fait C. de Ayala Martínez, « Las fortalezas castellanas de la orden de Calatrava en el siglo XII », pp. 25-30, et « Fortalezas y creación del espacio político », pp. 41-44, ou bien encore E. Rodríguez-Picavea Matilla, « El campo de Calatrava en la época de Fernando III », p, 358.

269 L’espace de la frontière a durablement conservé un caractère peu anthropisé qui fait que, jusque sur le versant septentrional de la Sierra Morena, on peut observer des formes d’exploitation prioritairement extensives, ainsi que vient opportunément de le rappeler L. R. Villegas Díaz, « Frontera y actividad cinegética. Una aproximacion a los territorios fronterizos manchegos », p. 622.

270 Fontes, « El señorío y la encomienda de Canena en la Edad Media ». Canena n’est pas une exception. Le cas de la ville d’Estepa, dépendant elle aussi de Santiago et a priori plus connue, n’est guère différent selon l’étude de R. G. Peinado Santaella, « Estepa en la Edad Media ».

271 L’expression présides militaires est empruntée à M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempos de Alfonso XI, p. 113 : « A pesar de todo, el poblamiento de la frontera fue una tarea difícil de ercaro atractivo y cuyos resultados finales estuvieron muchas veces amenazados por las razzias granadinas y norteafricanas. En consecuencia, las plazas de frontera soportaron durante el siglo XIV un alarmante subpoblamiento crónico, convertidas prácticamente en auténticos presidios militares. » Parmi d’autres exemples, Cabra vérifie tout à fait l’affirmation de l’auteur : en 1342, Alphonse XI lui accorde une exemption fiscale généralisée « por razon que mandamos a don Juan Nunes, maestre de la orden de la cavalleria de Calatrava, que poblase e ficiese poblar el lugar de Cabra que es de la dicha orden el qual estruyeron los moros e quel dicho maestre dixo nos que se non podia poblar sinon faciendo nos gracias y mercedes a los que hy vinieren a poblar [...] para que la dicha villa se pueda mexor poblar y los vecinos dende sean mas ricos e mas abastados y tengan con que nos servir en la dicha frontera » (AHN, OM, libre 1347, f° ir°-v°).

272 Ainsi l’a récemment fait valoir dans un travail pionnier L. R.Villegas Díaz,« Presencia de la orden de Calatrava en Osuna », p. 49.

273 La date exacte du privilège accordé à Juan González n’est pas connue dans la mesure où il nous a été transmis à travers la confirmation obtenue par son successeur, Ruy Pérez Ponce, en octobre 1288. L’acte a été publié par M. Gaibrois de Ballesteros, Historia delreinado de Sancho IV de Castilla, t. III, p. 133, doc. 219 : « Et otrossí que les quité que non diessen portadgo de ningunas viandas que adoxiessen de ffuera para mantenençia de su villa nin de los ganados que conprassen en las villas o en los otros logares. »

274 A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, pp. 88-89.

275 M. García Fernández, «La carta puebla del castillo de Cote», et «Morón de la Frontera y Enrique II. Los privilegios reaies de 1378».

276 Le principe en est clairement souligné dans une lettre de Jacques II d’Aragon adressée en 1298 au maître de Santiago Juan Osórez afin que celui-ci prit en charge l’entretien des forteresses frontalières de la région murcienne, auquel les rentes perçues sur place ne pouvaient nullement suffire : ACA, Cancilleria, reg. 110, f° 33v°, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, pp. 324-323, doc. 126 : « Maestro, ya sabedes de como los castiellos de Ricot et de Alaedo et de otros lugares que son de vuestra orden son edificados et sitiados en el regno de Murcia, los quales por raçón de la guerra que y es entre nos et Castiella ban mester ayuda et socorsso pora la guarda et al retenimiento dellos. Ond como a esto las rendidas de los ditos castiellos non puedan complir menos de ayuda vuestra o de los otros lugares que son de la vuestra orden [...] requerimos et rogamos vos muyto que dedes conseyllo a los ditos castiellos o que mandedes al comendador de Montalbán sobredito que el qyer de conseyllo et ayuda en manera que por defayllimento de guarda et de retenimiento los ditos castiellos non se ayan de perder a vos e a la dita orden. »

277 De façon significative, C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León », p.524, se contente d’affirmer : « El mantenimiento de todo este conjunto defortificaciones debió de significar una cargo bastante considerable para las rentas de la orden de San Juan. »

278 Sur la base des testaments, on ne perçoit guère de ce mouvement que l’envoi d’armes à destination de la frontière. Ainsi, une clause de l’accord passé au début du XIIIe siècle entre le comte Fernán Núñez de Lara et l’ordre de l’Hôpital à propos de l’établissement de Puente Fitero, situé sur le chemin de Saint-Jacques, décide que les armes et les chevaux légués à cette fondation charitable seraient envoyés aussitôt àConsuegra (R AH, C ol. Salazar, Al-59, ffos164r°-166v°, cité par C. Barquero Goñi, « Les Hospitaliers des royaumes de Castille et de León et le chemin de Saint-Jacques », pp. 12-15),

279 A. M, Barrero García, «Un formulario de cancillería episcopal», p. 707 : «Ex religionis tue constancia confidentes talem domum nostram, in tali diocesi constitutam, sollicitudini tue et tutele quondam dignum duximus committendam, tali forma quo annuatim ad explenda nostra negocia nobis tot nummos transmitteres et eius redditus fideliter ampliares [...] Cum autem ad maurorum confinum circa Pascha proposuerimus nos transscire, cum sine multis denariis nostrum propossitum non possimus deducere ad effectum, a te predictos nummos, cum uc usque nullos persolveris, ad presens volumus postulare.»

280 AHN, OM, carp. 464, doc. 237 bis. L’échange porte sur les domaines de l’Ordre à Olmos, dans la vallée de l’Esgueva, qu’il cédait au proche conseiller d’Alphonse XI contre les terres que celui-ci possédait à Cordoue. La raison invoquée pour justifier la transaction atteste bien du souci de Calatrava de pouvoir acheminer les rentes de ses possessions vers la frontière. L’acte précise en effet : « Este troco e camio fazemos por que entendemos que es pro de nos e de nuestra orden por que esto que dicho es que la orden a en Olmos es en tal comarca e en tal vezindat que nos desapoderan dello e non podemos dello auer rrenta nin derecho ninguno nin lo podemos apoderar por que fue e es siempre en poder ageno assy que a mas de quarenta annos que nunca la orden ouo nin puede auer ende rrenta nin derecho ninguno. Et quando lo pudiese auer es tan lexos de la nuestra comarca que sseria tan grande la costa que faremos en lo recabdar e en lo traer commo montaria la rrenta dello. Et por que esta dicha beredat que vos nos dades en troco e en cambio es de mayor rrenta que esta que vos damos e en comarca e en vezindat ssegura donde lo nos podemos auer en nuestro podere ssin costa ninguna e do podemos auer todos los fructos e rrentas que rrendiere para la costa que nos e nuestra ordenfazemos e auemos de fazer en la guerra de moros e para ayudar del basteçimiento de los castillos que auemos en la frontera de los moros ».

281 AGS, Registro General del Sello, 111-1484-5, publ. E. González Crespo, «Castillos andaluces en época de Alfonso XI», p. 49, doc. 2: «Que touiese por bien que en el Corral de Almaguer, vasallos de la dicba orden, que pudiesen faser dos ferias cada año, porque es un lugar que yase en buena comarca, e de que la horden reçibe muy grand seruiçio para basteçemiento de los sus castillos que ay en frontera de moros.»

282 AHN, OM, carp. 444, doc. 61.

283 L’original de la bulle est perdu. Le contenu en est connu par le biais de l’ordre d’exécution accordé par Ferdinand IV, à la demande de Santiago, le 1er juillet 1303. Publié dans BS, pp. 249-250, il a été repris par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 553-355, doc. 235 : « Nos mostró privilegios del papa en que él da poder al maestre de Santiago que aya de ver, é de procurar fecho de la cruzada en todos los mios reynos, é que la faga predicar é recabdar todos los derechos que à la cruzada pertenecen daqui adelante, é que pueda encomendar este fecho á quien él toviere por bien para mantenimiento de la frontera é de los castiellos de Huescar, é de Orça, é de Castiel, é de Galera, é de Benamexir, é de Estepa, é de Tayviella, é de Aledo, é de Ricote, é de Peña, é de Moratalla, que son en frontera de moros, que es muy grant seruiçio de Dios, é mio, é amparamiento de la mi tierra. »

284 Deux ans après que le premier ordre d’exécution de la bulle eut été donné, le maître juan Oso rez en sollicitait un nouveau auprès du monarque : AHN, Sellos, caja 18, doc. 3, publ. BS, pp. 250-251, et A. Benavides, Memorías de don Fernando IV, t. II, p. 515, doc. 348.

285 AHN, OM, carp. 92, doc. 8 : « Por que nos dixiestes que quando viniestes a la ffrontera a nuestro sseruiçio que auiedes a conprar e uos costaua mucho de lo vuestro los ganados que auiedes mester para vuestra despesa por rrazon que non auyedes en esta tierra deffesas en que los criar. Por ende mandamos e tenemos por bien que uos e la vuestra orden o el que lo por vos ouyere de veer que defesedes a una parte de la vuestra heredat que uos auedes en Guadalcaçar, termino de Cordoua, ssessenta yugadas de heredat anno e ver, para en que podades criar e traervuestros ganados. »

286 Pour les impôts sur le bétail, on peut mentionner la roda de Villadiego, concédée à Calatrava par Sanche IV pour l’entretien du château de Martos. La donation est consignée dans un document ultérieur d’Alphonse XI (AHN, OM, carp. 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202 : « Agora don Johan Nunnez, maestre de la dicha orden de Calatrava, dixo nos en como la dicha rolda fue dada a la dicha orden pora mantenimiento del castiello de Martos egela dio el rey don Sancho, nuestro auuelo, por muchos seruiçios que la dicha orden ffizieron al dicho rey »). Pour les revenus ecclésiastiques, on peut évoquer la donation des tercias reaies de la ville de Sabiote, que Ferdinand IV, lorsqu’il les abandonna à Calatrava, affecta expressément à la reconstruction de la forteresse (AHN, OM, libro 1345, f° 63r° : « Que ayan todas las mis tercias que yo he y devo aver en Sauiote que es de la dicha orden asi de pan como de vino e de ganado e demando que las ayan para refaçimiento e para lavor del castiello de Sauiote cadanno daqui adelante en todo tiempo mientras que yo las oviere del papa bien e complidamente »).

287 M. González Jiménez, « Osuna en el siglo XIII », a analysé en détail la donation consentie à Calatrava lors de son établissement à Osuna. Le privilège royal délivré à cette occasion est conservé à l’AHN, OM, carp. 424, doc 114, publ. Id., Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 325, doc. 299 : « Otorgamos al maestre sobredicho e al conuento de Ossuna que ayan daquí adelant por siempre iamás la nuestra tercia de los diezmos que nos auiemos e deuiemos auer en las eglesias de Ossuna e de todo su término, E esto les damos en ayuda pora labrar los muros e las torres e las fortalezas de la villa e del castiello de Osunna. Otrossí damos e otorgamos al maestre e al conuento de Ossuna sobre dichos que todos los ganados que entraren a estremo en término de Ossuna que tomen por montadgo de mille cabeças las dos una vez en el annoporque ayan carne por su conuento. »

288 AHN, OM, carp. 428, doc. 180 : « Garci Lopez, maestre de la orden de la cavalleria de Calatrava, se me querella e dize que ay muchos mercadores que conpran e lieuan azoge a escuso de aquellos que an de veer fecho de los posos del Almaden et por esta razon que pierde e menoscaba mucho de la renta de los posos. Et que non puede conplir la rretenençia de los castillos que son a mantener en frontera de los moros. » E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de AlfonsoXI », p. 49, doc. 1, a fourni de ce document une transcription dans laquelle figure par erreur le terme moradores à la place du mot mercadores. Une même plainte avait déjà été élevée par le maître en 1298 auprès de Ferdinand IV. L’acte a été publié par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 178-179, doc 128.

289 AHN, OM, carp. 430, doc. 210.

290 AHN, OM, carp, 430, doc. 211, publ. BC, pp. 201-202 : «Al tiempo que nos tomamos por nos todos los montalgos del nuestro señorío, tiramos todas las roldas que se tomaban e acostunbran a tomar en toda la nuestra tierra, et en aquel tiempo el maestre de Calatrava e la su Orden tomaban rolda en el Campo de Calatrava,en el lugar que dicen Villadiego, de todas las ovejas e carneros que por i passan et de esto que habian de cada año una quantia de ovejas e carneros de los que entraban a los estremos et nos tiramos esta rolda, assi como todas las otras roldas, que tomaban en el nuestro señorio et mandamos que non las tomassen.»

291 Il fut ainsi offert à Calatrava de prélever sept cents brebis sur le montazgo royal, à raison de deux bêtes pour mille qui entraient dans le Campo de Calatrava, jusqu’à atteindre le montant fixé. En d’autres cas, ce sont des exemptions fiscales qui venaient aider à l’entretien des places frontalières. En 1349, la provision adressée par Alphonse XI aux collecteurs de la moneda dans le royaume de Murcie prévoyait de façon explicite l’hypothèse où les châteaux santiaguistes ne pourraient l’acquitter. AMM, Cart. Real. 1348-1354, ffos 13r°-14r°, publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 498-501, doc. 436 : « Et si los cogedores de la dicha moneda non pudieren coger la moneda de los lugares de Val de Ricote et Socouos et Veste et Moratalla et Letur et Carauaca et Çebegin et Bullas, lugares que son del maestre de Santiago en el dicho reino, que les descuenten por ello a los dichos cogedores mill marauedis. »

292 Le fait ressort d’une lettre d’Alphonse XI à la ville de Murcie, lui signifiant que la trêve avec les musulmans est rompue. AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 99v°, publ. A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 596-597, doc. 507, et F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, p. 262, doc. 227 : « Viemos vuestra carta en que nos enbiastes dezir commo cuydando que los moros que guardarian la paz que convusco auian que los moros de Veliz que corrieron a Carauaca entrante este mes de nouiembre que agora paso et que leuaron dende .xvi. moros et pieça de vacas et de yeguas et de otros ganados. »

293 AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 117r°, publ. J.Torres Fontes, «Apellido y cabalgada en fa frontera de Granada», pp. 187-188, et F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 312-313, doc. 270: «Que los ginetes de Velez que corrieron a Pliego, que es de la orden de Santiago, et que leuauan ende pieça de vacas et de bestias et de otro ganado, et que los dichos vuestros vezinos que salieron a las afumadas et que fueron en alcançe en pos de los ginetes mas de quatro leguas et que los desbarataron et les tiraron la presa et en este alcançe que rebentaron .xxv. cauallos a los sus vezinos.»

294 Ainsi l’a par exemple fait valoir I. Sanz Sancho, Geografía del obispado de Córdoba en la Baja Edad Media, pp. 98-99 : « A finales del siglo XIII se había perdido el territorio de Biervén y quedó en primera linea el castillo de Benamejí, que también se perdió en 1307 y hubo de recuperarse ya definitavemente en 1341. » Son opinion a été corroborée par M. Rojas Gabriel, « Guerra de asedio y expugnación castral en la frontera con Granada », p. 888.

295 AHN, OM, carp. 71, doc 1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 121-123, doc. 122. La donation fut consentie « por muchos servicios que me fizo don Pelay Pérez, maestre de la cauallería de Sanctiago, e sennaladamiente por el serviçio que me fizieron en la conquista de Murcia ».

296 Ibn Abī Zar‘, Rawḍ al-Qirṭās, t. II, p. 615. Le fait a été fort bien relevé par M. á. Manzano Rodríguez, La intervención de los benimerines en la Península Ibérica, p. 49.

297 M. Nieto Cumpltdo, Historia de la Iglesia en Córdoba. Reconquista y restauración, p. 114. La position de l’auteur est corroborée par un document du fonds de la cathédrale, daté de 1289, dans lequel le maître de Calatrava, Ruy Pérez Ponce, ordonne à l’alcalde et à l’aiguacil de Benamejí de respecter la perception de l’almorifazgo (ACC, caja Z, doc. 128).

298 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 121, pp. 253-254, et Gran Crónica de Alfonso XI, t.II, chap. 142, p.56.

299 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 258, p. 334. L’action est menée parle maître de Santiago : « Et envió a don Alfonso Méndez, maestre de Santiago, que cercase el castillo de Benamexil. Et estido y el maestre tres dias, et entregarongelo. »

300 Ibid., chap. 280, p. 353 : « Et en este mes llegó mandado al rey que el rey de Granada fuera á Benamexil, castiello de la orden de Sanctiago, et que lo tomará, et derribólo luego. »

301 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, an. XIII, chap. 2, p. 516 : « El rey don Pedro, dende á pocos dias despues que esta pelea fué, al comienzo de la quaresma entre en el regno de Granada con todo su poder é ganó de ese camino estos logares, Iznaxar, é Cesna, é Sagra, é Benamexir, é dexó en ellos recabdo de gentes é de viandas. » Il n’est pas possible d’exclure totalement que Benameji’ait été conquis par les musulmans, lors de la victoire de Muḥammad VI à Guadix, le 15 janvier 1362. Dans ce cas, il conviendrait d’admettre que la forteresse fut préalablement reprise par les chrétiens entre 1343 et 1361. Une lettre du roi de Castille à son cousin d’Aragon, récemment publiée par L. V. Díaz Martín, Colección documentai de Pedro I de Castilla, t. IV, pp. 96-97, doc 1180, semble confirmer cette dernière hypothèse.

302 Sur la prise des trois premières forteresses, les sources chrétiennes et musulmanes concordent : Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 55, p. 206, Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 70, p. 407, et Ibn Al-Jaṭīb, Al-Lamḥa al-badriyya fī l-dawla al-nariyya, p. 90. Pour Martos, en revanche, il y a désaccord : à l’inverse des chroniques royales castillanes, qui évoquent un échec du sultan devant la forteresse, l’auteur grenadin, pour sa part, parle d’un succès nasride. Cette différence de point de vue se reflète dans la bibliographie où, ayant choisi de suivre les textes chrétiens, C. Torres Delgado, El antiguo reino nazarí de Granada, p. 262, s’oppose à R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 98,

303 R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 81.

304 Bien que le règne de Pierre Ier ait introduit avec Grenade en 1350 un nuevo cltma de paz, comme l’a justement signalé C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en el siglo XIV », p. 276, la violence ne disparut pas pour autant d’un seul coup, les hostilités prenant une forme peutêtre plus larvée mais néanmoins capable d’ébranler le dispositif castillan de frontière, comme l’a récemment fait valoir E. Molina López, Ibn al-Jatib, pp. 133-134, sur la base de sources musulmanes trop peu connues des historiens occidentalistes.

305 M. García Fernández, El reino de Sevilla en tiempos de Alfonso XL pp. 61 et 190.

306 Ainsi l’a observé dans son étude classique A. Collantes de Terán Sánchez, « Los señoríos andaluces », pp. 98-99, qui prend cependant soin de souligner que le repli de ces institutions, appelé à s’approfondir singulièrement au xve-siècle, ne faisait encore que s’esquisser sous les règnes de Sanche IV et de ses deux successeurs.

307 Telle est l’idée défendue en particulier par M. Fernández Gómez, « Alcalá de los Gazules, un enclave fronterizo del reino de Sevilla en la Baja Edad Media », pp. 202-203, et R. Sánchez Saus, « Aristocracia y frontera en la Andalucía medieval », pp. 195-196.

308 Ainsi l’a fait valoir C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », pp. 283-284.

309 AHN, OM, carp. 430, doc. 209. La ratification de l’accord par Alphonse XI est exprimée en ces termes : « Por que al tienpo que nos ganamos el lugar de Matrera e la dimos al conçejo de la muy noble cibdat de Seuilla sopiemos que quando el dicho logar de Matrera era de la orden de Calatraua que el maestre de la dicha orden que auia e leuaua las dos partes de todo el diezmo del dicho logar e de ssu termino por compusiçon que era entre el e el arçobispo e el cabildo de la eglesia de la dicha cibdat de Seuilla. Et coma quier que nos diemos el dicho logar al conçeio de la dicha çibdat de Seuilla pero no entendemos tomar a la dicha orden los diezmos que auian al tienpo que el dicho logar era ssuyo et que por dar nos el dicho logar a Seuilla que non pierden el derecho que auian de los dichos diezmos. »

310 Ainsi l’atteste la composition passée en septembre 1344 entre le maître de Calatrava et l’évêque de Jaén à propos des trois places reconquises l’année précédente. AHN, OM, libre 1347, ffos 19r°-20v° : « Por razon que, por la guerra de los moros, se ouieron de perder los lugares de Alcaudete y de Priego y de Carcabuey, logares de la orden de Calatraua, y los cobraron los moros [...] e fue merçed de Dios e la buena ventura del muy noble e muy alto nuestro sennor don Alfonso, rey de Castilla y de Leon, de cobrar los dichos logares de Alcaudete y Priego y Carcabuey. »

311 Au demeurant, rien ne prouve que de telles mesures, contrairement à ce que laisse entendre C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », p. 283, aient présenté une quelconque efficacité. L’exemple de la forteresse d’Alcaudete tendrait même plutôt à suggérer le contraire. Si, comme l’estime E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Un ejemplo de aculturación cristiano-feudal en la frontera nazarí », p. 55, ce sont effectivement des choix stratégiques qui expliquent qu’Alphonse XI se soit refusé à restituer la place à Calatrava après que celle-ci eut été reconquise en 1312, force est d’observer que, dans ce cas, le souverain dut être pour le moins désappointé. En 1319, en effet, le château est décrit comme un repaire de factieux et de voleurs dans un document publié par J. Rodríguez Molina, Colección diplomática de Baeza, t. I, doc. 18, pp. 49-50, et par M. á. Moreno Moreno, Las cartas del concejo de Baeza, p. 77, et, dix ans plus tard, ce sont les murailles même de la ville qui menaçaient ruine, comme le signalait récemment M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », pp. 243-244.

312 Moindre que ne l’affirme C. de Ayala Martínez, « órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », p. 283, la disproportion me semble même négligeable si l’on ajoute aux concessions de plein droit des donations consenties aux milices pour un temps court qui, comme nous l’avons vu à partir de l’exemple de Lucena, témoignent du dynamisme dont les frères continuaient à faire montre dans la défense de la frontière méridionale du royaume.

313 AHN, OM, carp. 249, doc. 1, publ. E. González Crespo, «Castillos andaluccs en época de Alfonso XI», pp. 50-51, doc. 4.

314 AHN, OM, carp. 431, doc. 225, et AHN, Osuna, carp. 9, doc. 9, publ. L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro I de Castilla, t. I, p. 115, doc 74, et t. II, pp. 242-247, doc. 501. Le second acte est justifié en ces termes : « Dovos e otorgovos en donaçion acabada e pura e yrreuocable [...] la mi villa e castiello de Casçalla, que es en el arçobispado de Sevilla, cerca de Osuna e de Marchena, la qual fue de la dicha orden. »

315 Ainsi l’a mis en relief E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de Alfonso XI », p. 48. Le document, dont l’original est actuellement conservé à l’Archivo Secreto de Toledo, caja 12, leg. 4, doc. 15, comporte une mention à mon sens d’un très grand intérêt : « Los quales lugares cumplia mucho cobrarnos para la Corona de los nuestros regnos, porque destos lugares vino grandes deserviçios a los reyes onde nos venimos et a nos et a la nuestra tierra grand daño » (ibid., p. 55, doc 16).

316 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 110, p. 244, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 131, p. 31 : «Despues que el rrey de Granada partio de Castro e vio que lo non podia tomar, pues que la gente que avia venida de Cordoua estaua dentro e otrosi la tierra era ya apellidada, fue con toda su gente al castillo de Cabra, lugar que era de la borden de Calatraua, e yua por que Pero Diaz de Aguayo, freyle de esta horden e alcayde de aquel castillo de Cabra, le avia enbiado a dezir que se lo entregaria, e los pobladores de este lugar de Cabra no sabian desto ninguna cosa.»

317 Différents exemples en sont rapportés par la chronique. Ils trouvent une confirmation intéressante dans une lettre de Gentilis, cardinal-prêtre de Saint-Martin-des-Monts, écrite en 1303 au nom de Boniface VIII au maître de Calatrava afin que celui-ci reçoive dans l’Ordre, après lui avoirimposé pénitence, un frère coupable d’avoir laissé, en son absence, la garde du château qui lui était confié à un parent qui l’avait livré aux musulmans, parmi lesquels il vivait désormais (AHN, OM, carp. 445, doc 68).

318 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 43, p. 200, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 55, p. 382.

319 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 271, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : « E como nos ayamos oydo que algunos logares de la orden sean perdidos por mengua de las pertinencias, mandamos al maestre que las retegencias de los castiellos sean dadas a sus tiempos, par que no venga daño a los castiellos, assi como vino fasta agora. »

320 La dimension conflictuelle du magistère de García López de Padilla a été très bien présentée par C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración ».

321 Ainsi le mentionne une lettre de Boniface VIII à l’archevêque de Tolède publiée dans BS, pp. 244-245 : « Quidem fratres ordinis militiae Santi Iacobi, temerariis ausibus, relaxatis habentis ac spiritu rebellionis assumpto, quaedam castra et loca munita eiusdem ordinis in frontaria Sarracenorum illarum partium existentia proditionaliter occupantes, non solum magistro et aliis fratribus dicti ordinis verum etiam convicinis christianis ipsarum partium, fulti Sarracenorum potentia quos inibi receptarant, guerram durissimam facere praesumabant, et quod gravius est, comminabantur publice castra et loca predicta Sarracenis omnino trader e et prepetuo submittere dommio eorundem, nisi prefatus magister una cum capitula dicti ordinis quasdam domos seu comendas ordinis memorati fratribus ipsis rebellibus concederant ab eis perpetuo retinendas. »

322 AHN, OM, carp. 431, doc. 227, publ. L. V. Díaz Martín, «Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I», pp. 340-345, doc. 3.

323 AMM, Cart. Real. 1314-1344, f° 91v°, publ. J.Torres Fontes, «Los Fajardos en los siglos XIV y xv», pp. 173-174, et F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 239-240, doc. 208 : «Nos dexieron que Alfonso Ferrandez de Saauedra, comendador de Aledo, que auia por retenençia del dicho castiello, en las rentas que la orden de Santiago ha en la dicha çibdat et en su termino, tres mill et çient maravedis, Et que agora el maestre de Santiago que enbiara rogar a los alcalles que eran a aquella razon que feziesen recudir a Pedro Lopez Fajardo, su criado, con los dichos maravedis et non a otro ninguno.»

324 AMM, Cart. Real. 1314-1344, P 116r°-v°, publ. E. González Crespo, «Diplomas reales del siglo XIV sobre la reparación de las murallas de Murcia», pp. 117-118, doc. 14, et F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 310-311, doc. 268 : «Et que despues for el afincamiento de la guerra que los moros fazen et porquel dicho castiello parte termino con los moros, et estaua sin retenençia et a muy grant peligro de se perder et, otrosy porque dize que el dicho comendador les afronto et les dixo en commo los moros que se allegauan para venir sobrel dicho castiello, porque sabian porun omne que saliera dende et de fiera para ellos quel dicho castiello non estaua basteçido nin auia viandas commo conplia. Et quel conçeio, sabiendo deste allegamiento que los moros fazian para venir sobrel dicho castiello, et entendiendo que en se basteçer el dicho castiello que era muy grant nuestro seruiçio et grant pro et guarda de todo este regno [...] que sacaron fiado sobre las dichas rentas de Sant Johan de junio et de Sant Miguel de setienbre primeras que venian, las armas et viandas et las otras cosas que fueron mester para basteçer del dicho castiello.»

325 AMM, Cart. Real. 1314-1344, P 124r°, publ. E. González Crespo, «Diplomas reaies del siglo XIV sobre la reparación de las murallas de Murcia», pp. 118-119, doc. 15, et F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 339-340, doc. 295.

326 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 232-233, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V. Pour le Temple en péninsule Ibérique, cet avis a été corroboré par H.Nicholson, The Knights Templar, p.98.

327 De l’existence de tels manquements, il faut toutefois se garder d’extrapoler une norme, comme l’a fait C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en tomo a las órdenes militares », p. 141, dont les positions ont été encore radicalisées par A, Demurger, Chevaliers du Christ, p. 140.

328 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 121, pp.253-254, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. II, chap. 142, p.56: «Saco su hueste el rrey de Granada e fue al castillo de Benamexi que era de la horden de Sanctiago e tenia lo por el maestre un cavallero de la orden de Santiago que dezian Gomez Arias, e este Gomez Arias no estaua ay en el castillo, e dexo en el mal rrecaudo ; e luego que ay llego el rrey de Granada conbatiolo e cobrolo luego.»

329 Ainsi l’a montré J. Torres Fontes, Documentos para la historia medieval de Cehegín, pp. 45-46. La précarité de la situation de ces forteresses ressort d’une lettre de Pierre Ier où celui-ci ordonne en 1352 à Fadrique de renforcer leur protection. Ce courrier reflète l’échec des efforts du maître dans les années précédentes pour assurer leur défense et leur repeuplement : « El conçeio de la çibdat de Murçia me enbiaron mostrar su petiçion en como los lugares de Carauaca e de Cehegin que son vuestros e de vuestra orden, que estan derribados eyermos, en tal manera que sy guerra ouiese serian a grand peligro de se perder » (AMM, Cart. Real. 1348-1554, f° 73r°, publ. A. L.Molina Molina, Documentos de Pedro I, p. 79, doc. 46).

330 En décembre 1287, le maître Pedro Fernandez cède en usufruit à deux juifs de Séville des terres de l’Ordre à Carmona afin qu’ils puissent être remboursés de l’argent emprunté par Pelayo Pérez Correa et par son successeur immédiat, Gonzalo Ruiz Girón, au père de l’un d’entre eux. AHN, OM, carp. 313, doc 18, publ. E. Benito Ruano, « Deudas y pagos del maestre de Santiago, Pelay Pérez Correa », pp. 36-37, doc 6 : « E esto uos damos porocho mill e trezientos e cinquenta marauedis de que nos diestes uos don Mossé carias del maestre don Pay Correa e del maestre don Gonçalo Ruyz en que se contien en estas cartas que deuien estos marauedis sobredichos a don Abraham, uuestro padre, con los dos rozines que dizie en la una carta. »

331 J. M. Nieto Soria, « Castillos eclesiásticos de la frontera suroriental castellana a fines del siglo XIII ». L’auteur évoque l’abandon des places de Carchel, Tiñosa et Lubrín, situées respectivement dans les diocèses de Jaén, Cordoue et Carthagène. Il est tout à fait significatif que l’archevêque de Tolède, en dépit de l’étendue de ses ressources, éprouve des difficultés comparables, comme en attestent l’emprunt de II.430 maravédis souscrit en 1295 auprès d’un juif de la ville pour payer les tenencias des places de frontière et la remise au roi, l’année suivante, du château de Baeza que son Église n’était plus en état de défendre (ACT, A.7.G.1.18 et A.7.G.2.19). De ce dernier abandon on peut rapprocher, près de quarante ans plus tard, la cession du château de Lucena que l’évêque de Cordoue est contraint de remettre à l’ordre de Santiago faute d’être capable d’en assumer l’entretien, ainsi que l’ont signalé M. Nieto Cumplido, « Aportación a la historia de Lucena », pp. 247-250, Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 604-605 et 609, ou I. Sanz Sancho, « Episcopologio médiéval cordobés », p. 50.

332 AHN, OM, carp. 325, vol. II, doc. 36 : «Eeste ospital commo sobredicho es me diestes vos maestre e vuestra orden para en la mi vida por muchos bienes e muchas ayudas que el inffant don Enrrique mio marido e yo ffezimos a vuestra orden e ffaremos mas cabadelante ssi Dios quissiere e ssenalada mientre por quarenta mill maravedtes que yo donna Johana di a uos maestre para labrar los castiellos de vuestra orden que sson en la ffrontera a sserviçio de Dios epara cobrar otras cassas de la orden que eran enagenadas.»

333 ANTT, B-51-275, ffos 94v°-95r° La cession a été brièvement évoquée par M. R. de Sousa Cunha, A ordem militar de Santiago, p. 155.

334 AHN, OM, carp. 462, doc. 179. Avant d’accéder à la charge suprême, Garda Lopez de Padilla est dit avoir reçu la jouissance viagère des biens de son Ordre en Aragon « seynaladamientre por trezientos e cinquenta uezes mil marauedis quel nos empresto por cosas que autamos muyto menester pora quitar cosas que teniamos enpenadas de nuestra horden e por amantenvmiento e retenençias de los nuestros castiellos ».

335 AHN, OM, libro 1345, f° 152r°-v°. En juin 1317, le maître de Santiago García Fernández signe une reconnaissance de dette l’obligeant à rembourser sous six mois au supérieur de Calatrava, García López de Padilla, dix mille maravédis et une certaine quantité de vêtements, « los quales maravedies e pannos son que nos prestastes por nos fazer amor para esta yda que ymos a la frontera en seruiçio de Dios e del rey ». Faute de quoi, le document spécifie le taux de la pénalité encourue par Santiago dans la mesure où « si a este dicho plaço non vos pagaremos los dichos maravedis e pannos otorgamos de vos les pagar con veynte maravedis coda dia quantas dias passaren del dicho plaço en adelante en nombre de interese e para esto pagar e complir obligamos todos los nuestros bienes e de nuestra orden muebles e rayzes por do quier que los ayamos ».

336 Deux documents au moins en témoignent. En 1307, Teresa Gil décharge Santiago des « dozientas cargas de pan que yo preste a don Johan Osorio, maestre de so orden, de queyo tengo so carta », d’après une clause de son testament publié par A. Rucquoi, « Le testament de doña Teresa Gil », p. 320. Il se pourrait que la dette contractée par l’Ordre auprès de cette aristocrate ait la même origine que les cent dix charges de blé annuelles que la femme de l’infant Enrique offrit cinq ans plus tôt, en échange de la cession viagère de l’hôpital de Las Tiendas, de remettre à Fernán Ruiz de Saldaña afin de le dédommager d’un prêt que celui-ci avait consenti au maître Juan Osórez (AHN, OM, carp. 325, vol. II, doc 36).

337 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », pp. 230-232, repris dans Id,, Military Orders and Crusades V.

338 ASV, Reg. Av. 14, f° 412r°, et Reg. Vat, 71, f° 43r°, publ. B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, pp. 361-362, doc. 504 : «De redditibus annuis ordinum eorumdem de piano summarie sine strepitu et figura iudicii plena informatione recepta tot equites armis et equis bene munitos de fratribus eorumdem ordinum uel aliis ad hoc sufficientibus in frontaria Sarracenorum in locis uidelicet de quibus magis expedire videris eos iubeas retinere.»

339 ASV, Reg. Av. 14, ffos 428v°-429r°, et Reg. Vat. 71, ffos 46v°-47r° publ. ibid., t. I, pp. 362-363, doc. 505. Dans l’estimation des biens de l’Hôpital que le pape charge son légat de pratiquer, il lui enjoint de déduire les responsiones envoyées à Rhodes et les dettes de l’Ordre, c’est-à-dire les frais « que dictus prior tam pro responsione ordinaria conuentui ultramarinis facienda quam pro exoneratione debitorum Hospitalis eiusdem habebit soluere annuatim ».

340 Récemment encore, C. de Ayala Martínez, « Órdenes militares y frontera en la Castilla del siglo XIV », pp. 265-266 et 268, s’est inscrit sans autre forme de commentaires dans la continuité de l’analyse produite par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p, 232, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V.

341 Les années 1319-1320 ont été présentées comme « una etapa de significativas confrontaciones » par J. Rodríguez Molina, « La frontera de Granada », p. 508, bien que cet auteur soit, nous l’avons vu, plutôt enclin à minimiser les situations de conflit frontalier. À de tels affrontements, les ordres militaires ont très normalement participé. Les sources narratives l’attestent, telles la Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 13 et 14, pp. 182-184, et la Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 20, pp. 312-313. Les actes de la pratique l’évoquent également (AHN, OM, carp. 529, doc. 697, publ, H. de Samper, Montesa ilustrada, t. I, pp. 54-55, et J. Villarroya, Real maestrazgo de Montesa, t. II, pp. 19-22, doc, 6). Il ne peut donc être question d’invoquer une quelconque abstention des milices, d’autant moins justifiable à mon sens que le pouvoir pontifical, censé selon bien des auteurs les fustiger, était en réalité conscient de leur engagement militaire, ainsi que l’avait bien senti, il y a de cela un siècle, A. Giménez Soler, « La expedición a Granada de los infantes don Juan y don Pedro », p. 16, lorsqu’il faisait valoir que le roi de Castille avait été prié par Jean XXII de dépêcher sur la frontière « un número determinado de caballeros que no debían ser de las órdenes militares ni de aquellos que tuvieran obligación de prestar este servicto »..

342 Ce conflit de loyauté auquel les Ordres furent de plus en plus souvent exposés à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle a été présenté dans ses enjeux par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », p. 101.

343 AHN, OM, libro 1345, ffos 199r°-200v°, publ. BC, pp. 177-179.

344 RAH, Col. Salazar, M-6, f° 152r°. Par cette lettre, le tuteur du jeune Alphonse XI ordonne à García López de Padilla que « dedes tregua y asegurades por nos y por vos y por vuestra orden a don Ysmael rey de Granada desde martes veint dias de julio de la era desta carta fasta postrimero de marzco que sera en la era de 1355 años que son ocho meses ». Il s’engage par avance à ratifier la trêve négociée par le maître « por carta o por palabras ». L’acte a été brièvement analysé par M. Garcia Fernández, « Regesto documental andaluz de Alfonso XI », p. 9, doc. 30.

345 Pour la première moitié du XIVe siècle, je ne souscris donc pas à la « sensible desmotivación militar » signalée par C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », p. 137, ou à cette « cierta inhibición defensiva, de la que eran conscientes los propios contemporáneos » évoquée par M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », p. 244.

346 AHN, OM, Consejo de las órdenes, leg. 2, s/n., publ. M. Rodríguez Llopis, Documentos de los siglos XIV y XV, pp. 22-23, doc. 15 : « Otrosi, se nosquerellaron que vos el comendador (roto) velar la torre de la calaborra que agora que la non queredes velar, porque vos mandamos que vos o otro qualquier que fuese comendador desa dicha villa que de aqui adelante que veledes e fagades velar la dicha torre de la calaborra e que pongades en ella tal recaudo por que no benga mal ni daño a la villa segun la soltan velar los otros comendadores que fueron de la dicha encomienda en los tienpos pasados fasta aqui, »

347 II leur est ainsi fait obligation de maintenir en bon état armes et chevaux, que certains frères étaient censés avoir laissé perdre ou vendus. D. Lomax, « La reforma de la orden de Alcántara », p. 770 : « Non conuiene a los caualleros y religiosos de la orden estar desaperçebidos de armas espirituales para estar firmes en la fe de Iesu Christo y resistir y pelear con el enemigo mortal, más aun estar aperçebidos de cauallos y armas temporales por que quando fueren llamados por nuestro señor el rey o por nos estén aperçebidos y puedan resistir y pelear con moros y enemigos de la fee [...] e algunos que lo deuen assi fazer no an cuydado de tener consigo cauallos e armas las que les cumplen. Por ende establesçiendo mandamos que todos los caualleros y freyles de la dicha orden que de nos y de la dicha orden y de nuestros anteçessores an o tienen casas e encomiendas a lo menos cada uno tenga un cauallo e armas de su cuerpo, non le quitando que si más cauallos e armas a de tener que las tenga, empero este cauallo y armas que lo non pueda vender ni enagenar, e si lo vendiere o trocare o se le muriere sea tenudo de comprar otro hasta dos messes. »

348 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 74, p. 58, et Crónica del rey don Fernando IV, chap. I, p. 101. La nouvelle de la mort de Ruy Pérez Ponce est rapportée par la chronique royale dans les termes où elle fut annoncée à María de Molina, qui apprit à Ségovie « en cómo el maestre de Calatrava, don Rodrigo, que era amo del rey, su fijo, que era muerto é murió en la frontera, yendo en cabalgada é entrando portierra de moros, é tomó ende muy gran pesar, é porque faria muy gran mengua al rey ».

349 Halaf al-Ġafiqī al-Qabtawrī, Rasā‘il diwāniyya min Sabta fī l-‘ahd al-‘Azafī. Une rapide description du contenu de ces lettres a été faite en français par M. al-Ḥabīb al-Hīla, « Quelques lettres de la chancellerie de Ceuta au temps des Azafides », et plusieurs d’entre elles ont été analysées par M. del C.Mosquera Merino, La señoría de Ceuta en el siglo XIII, pp, 173-219.

350 M. á. Manzano Rodríguez, La intervencíon de los benimerines en la Península Ibérica, pp. 41-42, propose d’identifier au lieu de Setefilla la q‘ala située entre Lora del Río (Lūra) et Constantina (Qusanṭīna) dont la première lettre Halaf al-Ġafiqī al-Qabtawrī, Rasā‘il diwāniyya min Sabta fī l-‘ahd al-‘Azafī, pp. 60-63, rapporte la conquête.

351 M. á. Manzano Rodríguez, La intervencíon de los benimerines en la Península Ibérica, p. 51.

352 Ainsi l’expriment les statuts d’Alcántara de 1306, publiés par Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 337, et B. Palacios Martín (éd.), Colección documental medieval de la orden de Alcántara, t. I, p. 288, doc. 434 : « Por que los freyres de la orden en todo tiempo son en peligro de las animas por razon de peleas y batallas que an ansi en la frontera como en otros lugares. »

353 Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », pp. 336-337, et B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, t. I, p. 287, doc. 434 : « Otrosi mandamos que el maestre y todos los freyles por que los btenes de la orden sean guardados y el peligro de las animas esso mismo que quando fueren in obitu mortis o en frontera que hagan inventario de los bienes de la orden que ouieren. »

354 J. O’ Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 278, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : « Item, mandamos que el maestre e todos los freyres, por que los bienes de la orden sean guardados e el peligro de las animas, asi mismo que quando fueren en habito mortis, o en frontera, que fagan enventario de los bienes que tobieren de la orden. »

355 Ainsi l’a justement relevé C, de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII », p. 146, n. 83, sur la base d’une prescription enregistrée par A. Ruiz de Morales, La regla y establecimiento de la orden de cavalleria de Santiago, p. 178. Il est intéressant à cet égard de souligner que la communion hebdomadaire n’était pas exigée des frères tenus à l’écart des combats de frontière. À ces derniers, les définitions de Calatrava promulguées en 1304 faisaient simplement obligation de recevoir l’eucharistie trois fois dans l’année. J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 262, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII : « Primeramente, mandamos que todos los comendadores e freyres del Campo que vengan a recebir los sacramentos del convento, en las tres pasquas del año, la natividad de Christo, e la pasqua de la resurreccion, i la cinquesima. E el que no viniere, mandamos que no coma carne fasta que aya licencia del prior del convento. »

356 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera en el siglo XIII », p. 146, n. 83 : « En éste como en tantos aspectos, siendo expresión de realidades presentes, recogen un estereotipado sentir que venía sin duda de atrás. »

357 AHN, OM, carp. 92, doc. 7, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 618-619, doc. 11 : « Por ffazer bien e merçed a uos Johan Lopes, nuestro criado, e por mucho sseruiçio que ffiziestes a nos e a nuestra orden [...] quitamos uos que non ffagades nin sseades tenudo de ffazer la torre a que ssodes tenudo de ffazer en la nuestra casa de Guadalcaçar, termina de Cordoua, ssegunt la condiçion a que ssodes obligado a nos e a la orden de la ffazer. »

358 AHN, OM, carp. 92, doc. 7, publ. ibld., p. 619, doc. 11 : « Et esta merçed uos ffazemos ssy deste camyno do ydes connusco a deçercar Gibraltar murierdes en qual quier manera. Et ssy uoluntad ffuer de Dios e deste vinierdes biuo que uos el dicho Juan Lopez, que cunplades e ffagades conplir la dicha torre con las condiçiones que a nos e a la orden ssodes obligado commo meior e mas cunplida mente sse contiene en una carta que de uos tenemos ffechada e ffirmada de los escriuanos publicos de Cordoua. »

359 Bien qu’il se soit attaché à la marge à réviser certains éléments du topos voulant que les Ordres, à partir de la première moitié du XIVe siècle, aient pour ainsi dire perdu toute utilité militaire, je ne suis pas sûr que l’on puisse suivre M. González Jiménez, « El final de la expansión : las órdenes militares en Andalucía », p. 626, lorsqu’il écrit, à propos des anciennes forteresses des milices directement prises en charge par l’autorité monarchique : « No estoy seguro de que se debiera sólo al deseo de castigar a las órdenes por la poca atención que prestaban a la defensa de los sectores fronterizos que se les había encomendado, cosa que era, por otra parte, algo absolutamente cierto en términos generales. Se debía mas bien al convencimiento de que la época en que las órdenes mtlitares eran imprescindibles para la defensa de la frontera había pasado. »

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search