Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Deuxième partie. Les ordres militaires dans la société castillane : l'adaptation à une conjoncture nouvelle

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Le fait a été mis en évidence par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares hispánicas en la E (...)
  • 2 D. Lomax, La Reconquista, p. 212: «Después de 1275 fueron cayendo, de manera paulatina, en manos d (...)
  • 3 Ainsi, pour l'Hôpital, dont l'action militaire a été réévaluée par C. Barquero Goñi, « El carácter (...)

1Participant de l’idéal chevaleresque dans la vision de leurs contemporains, les ordres militaires castillans sont étroitement associés, à partir du tournant des XIIIe et XIVe siècles, aux valeurs du groupe nobiliaire. Une telle mutation de l’image de ces institutions impose de vérifier en quoi elle traduit un réel changement de leur rôle dans la société castillane. Quittant le domaine des représentations, l’historien rencontre un champ mieux balisé par la bibliographie, et qui a été l’objet de l’attention prioritaire des chercheurs au cours des trente dernières années1. Au fur et à mesure qu’a progressé la connaissance de l’évolution du passé médiéval de ces institutions, s’est propagée une interprétation postulant, pour reprendre l’expression de Derek Lomax, que celles-ci « sont progressivement tombées après 1275 aux mains de l’aristocratie castillane, qui les a dépouillées de leurs propriétés et les a utilisées dans les guerres civiles, réduisant par là leur capacité militaire contre les musulmans2 ». Il ne fait aucun doute que cette vision contient certains éléments de vérité. Pour autant, elle ne peut pas être acceptée telle quelle. Plusieurs auteurs ont tenté de la nuancer pour en infléchir, le cas échéant, les positions les plus tranchées3. Quelle que soit la portée de ces corrections, celles-ci ne me semblent pas capables de briser la rhétorique ordinaire du déclin qui fait des ordres militaires les victimes de l’arrêt de la dynamique d’expansion chrétienne intervenu à la suite de la conquête de Séville. Pour y parvenir, il faut rendre à ces institutions la qualité d’agents que leur dénie l’historiographie, de façon à pouvoir prendre en compte leur éventuelle capacité de réagir à des évolutions qui peuvent a priori leur apparaître contraires. C’est à cette condition seulement qu’il est possible de comprendre pleinement l’adaptation des ordres militaires à la conjoncture nouvelle dans laquelle entra le royaume de Castille lorsque, dans les premières années du règne d’Alphonse X, se stabilisa le front de la Reconquête.

Notes

1 Le fait a été mis en évidence par C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media. Aproximación bibliográfica », p. 440, et M. Á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad Media hispánica », p. 16.

2 D. Lomax, La Reconquista, p. 212: «Después de 1275 fueron cayendo, de manera paulatina, en manos de la aristocracia castellana, que las expolió de sus propiedades y las utilizó en las guerras civiles, reduciendo así su capacidad bélica frente a los musulmanes.»

3 Ainsi, pour l'Hôpital, dont l'action militaire a été réévaluée par C. Barquero Goñi, « El carácter militar de la orden de San Juan en Castilla y León ».

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search