Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Première partie. Maintien et mutations : l'image des ordres militaires dans la société castillane

Chapitre premier

Les ordres militaires castillans en question ?

Texte intégral

  • 1 Influencés par les travaux d’Helen Nicholson, C. de Ayala Martínez, « Iglesia y violencia en torno (...)

1Réfléchir à l’image des ordres militaires dans la société castillane suppose au préalable d’évaluer dans quelle mesure leur finalité a fait l’objet d’une contestation ouverte à la faveur des mutations affectant à partir du milieu du XIIIe siècle le combat contre l’Islam. Nombreux restent aujourd’hui les auteurs qui, décrivant ces institutions comme devenues étrangères à leur vocation initiale et à leur environnement social, en concluent qu’elles subirent une brutale désaffection de l’opinion publique. Paradoxalement, les preuves fournies à l’appui d’une telle thèse demeurent extrêmement rares et l’effort pour cerner la perception des ordres militaires qu’avaient les Castillans des XIIIe et XIVe siècles n’a à l’heure actuelle produit que des résultats embryonnaires inaptes à en rendre compte de manière globale1.

I. – Les difficultés du contexte international

  • 2 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 12.
  • 3 Ainsi l’ont décrit D. Lomax, « Las órdenes militares en León », p. 92, et A. Luttrell, « Las órdene (...)
  • 4 Récemment approfondi dans sa phase de genèse par A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, et Th (...)

2L’image des ordres militaires en Occident dépendait dans une large mesure d’événements qui leur étaient extérieurs et sur lesquels ils ne disposaient que d’un pouvoir d’action réduit2. L’échec du projet latin en Terre sainte et, à sa suite, le procès intenté contre l’ordre du Temple constituent à cet égard un moment qui plus d’une fois a été jugé traumatique3. Leur retentissement a pourtant été très peu pris en compte à l’échelle de la Castille dans la mesure où, mobilisé dans un processus séculaire de restauratio Hispanæ, le royaume passe trop souvent, aux dires des historiens, pour étranger aux croisades orientales4. Il convient à mon sens de nuancer cette idée si l’on veut être en mesure d’évaluer l’influence des facteurs extrapéninsulaires dans la perception des ordres militaires qui se met en place dans l’opinion castillane à partir du milieu du XIIIe siècle.

Les répercussions en Castille des événements de Terre sainte

  • 5 Conservé dans une copie sur papier établie à la charnière des XIVeet XVe siècles et issue de la sec (...)
  • 6 La date de la composition du poème a été amplement débattue dans la mesure où il n’est pas précisé (...)

3L’intérêt hispanique pour la situation de l’Orient latin au XIIIe siècle reste globalement sous-estimé par l’historiographie. Au cours des dernières décennies ont pourtant été mis au jour plusieurs textes qui attestent de contacts étroits de part et d’autre de la Méditerranée. Le plus intéressant est sans conteste un poème de croisade castillan, ¡Ay Jherusalem! composé de vingt-deux strophes terminées chacune par un refrain qui reprend comme une tragique litanie le nom de la cité sainte5. Formé sur le modèle des Lamentations, il a selon toute vraisemblance été écrit à la suite de la perte de Jérusalem en juillet 1244, en vue d’amener l’auditoire du concile de Lyon à prendre les armes afin de la replacer sous le pouvoir chrétien auquel l’avaient arrachée les Turcs khwarizmiens, dont ce texte stigmatise la férocité6.

  • 7 J. Victorio, «¡Ay Jberusaleml!: la guerra y la literatura», p. 600,et E. Franchini, «Ay, Iherusalem (...)
  • 8 J. Victorio, «¡Ay, Jherusalem!: la guerra y la literatura», p. 599, et E. Franchini, «Ay, Iherusale (...)

4Il est tout à fait révélateur des a priori de l’historiographie sur l’absence présumée de retentissement des événements de Terre sainte en Castille que plusieurs auteurs se soient employés à isoler le poème de son contexte d’Outre-mer. Ainsi, Juan Victorio et Enzo Franchini, ont l’un et l’autre prétendu que le nom de Jérusalem n’était qu’un simulacre et que le poème visait en réalité à inciter le public à entreprendre une campagne ibérique7. Ces deux auteurs sont en désaccord sur l’objectif militaire dans la mesure où ils ne retiennent pas la même date de composition, le premier inclinant pour la campagne castillane contre Algésiras en 1277, le second pour l’expédition de Salé, antérieure de plus de vingt ans. L’argument qu’ils utilisent pour retirer tout crédit à une opération en Terre sainte leur est cependant commun : il consiste à arguer du fait que cette chanson de croisade représente un cas unique en Castille pour lui contester toute valeur dans un royaume qu’ils considèrent comme tout entier habité par l’idée de Reconquête8.

  • 9 M. C. Tato García, «En torno al poema ¡Ay Iherusalem!».
  • 10 Matthieu Paris, Chronica Maiora, t. IV, pp. 307-311.
  • 11 J. M. Rodríguez García, «Alfonso X and the Teutonic Order», p. 324.
  • 12 RAH, Col. Salazar, G-49, f° 453r°-v°, publ. J. M. Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, «Alfon (...)
  • 13 Ainsi, en 1280, Pons de Brozet, maître du Temple en Provence, dépêché d’Orient par son Ordre, est c (...)

5Une telle position m’apparaît néanmoins peu convaincante. Elle se heurte en premier lieu à des obstacles formels dans la mesure où des parentés stylistiques ont été mises en évidence entre le poème castillan et les chansons de croisade conservées pour l’espace français9. Elle fait surtout fort peu de cas de l’existence de contacts entre les États latins d’Orient et le royaume de Castille, qui semblent même s’être renforcés à partir du milieu du XIIIe siècle. Non seulement la lettre du maître de l’Hôpital Guillaume de Châteauneuf aux cardinaux du concile de Lyon, mentionnée dans la première partie du poème, est historiquement attestée10, mais elle n’est pas le seul exemple connu d’une telle correspondance. En 1246, un rapport de ce même dignitaire était adressé au roi de Navarre11 et, en 1254, peu après le départ de saint Louis de Terre sainte, une missive des chevaliers teutoniques priait Alphonse X de prêter son appui à l’Orient latin12. De tels échanges révèlent, en direction de la péninsule Ibérique, une circulation régulière de nouvelles dans laquelle, bien que leur historiographie reste silencieuse sur ce point, les ordres militaires ont joué un rôle tout à fait déterminant13.

  • 14 Brièvement mis en place dans leurs rapports par Ph. Josserand, « Croisade et reconquête dans le roy (...)
  • 15 D. Lomax, La Reconquista, p. 135. Il en est exactement de même pour les annales, à l’image des Anal (...)
  • 16 Mise en exergue par D. Lomax, La Reconquista, p. 135, l’importance de la Fazienda de Ultramar dans (...)
  • 17 Bien que le fait demeure méconnu, il existe dans la péninsule Ibérique d’importants matériaux pour (...)
  • 18 Bnm, ms. 684, ffos 141r°-201r°. En attente d’édition, le manuscrit a bénéficié des présentations de (...)
  • 19 BNM, ms. 10046, publ. A. Sánchez Candeira, « Las cruzadas en la historiografía española de la época (...)
  • 20 BNM, ms. 1187, publ. La Gran Conquista de Ultramar. Cette œuvre pose cependant un problème chronolo (...)

6L’existence de ce courant d’informations répondait à une réelle préoccupation des Castillans pour l’Orient latin. Quelle que fût l’ampleur de leur investissement dans le processus de Reconquête, jamais ils ne furent totalement étrangers aux croisades de Syrie14. Derek Lomax a souligné avec raison que les événements de Terre sainte sont pratiquement les seuls épisodes contemporains étrangers à la péninsule Ibérique à être mentionnés dans les chroniques castillanes15. De ce point de vue, il n’est pas anodin que l’œuvre la plus ancienne de la littérature vernaculaire en prose soit une description des Lieux saints16. Perceptible dès le XIIe siècle, l’intérêt des Castillans pour Jérusalem et l’Orient latin ne s’est jamais démenti par la suite, comme l’atteste le flux continu des traductions de textes latins ou français élaborés en Syrie17. Au nombre des principales figurent la Conquista de la Tierra Santa de Ultramar, tirée de l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry18, les Anales de Tierra Santa, apparentées à la tradition manuscrite française19, ou encore La Gran Conquista de Ultramar, adaptée d’une continuation du livre de Guillaume de Tyr, l’Historia rerum m partibus transmarinis gestarum, elle-même accrue d’interpolations procédant en majorité d’ouvrages poétiques20.

  • 21 Complétée par un travail de M. Torres Sevilla-Quiñones de León, « Cruzados y peregrinos leoneses y (...)
  • 22 Le fait est rapporté entre autres par A. Sánchez Candeira, « Las cruzadas en la historiografía espa (...)
  • 23 M. Fernández de Navarrete, Españoles en las cruzadas, pp. 77-86.
  • 24 Chronica Adefonsi Imperatoris, p. 40. Présenté sans être analysé sur la base de la chronique par M. (...)
  • 25 M. Fernández de Navarrete, Españoles en las cruzadas, p. 84-85, donne crédit à une tradition qui at (...)
  • 26 Prouvée par un document publié par J. Caruana Gómez de Barreda, « La orden de Calatrava en Alcañiz  (...)

7L’intérêt castillan pour l’Orient latin est loin d’être demeuré circonscrit à la littérature. Bien que méconnue, la présence de combattants issus de la péninsule Ibérique est attestée en Terre sainte dès l’origine des croisades21. Le flux initial semble même avoir été suffisamment important pour amener Pascal II à interdire le voyage aux chevaliers et aux clercs en provenance d’Espagne, pour éviter de nuire à la continuité de l’effort de Reconquête22. L’interdiction du siège apostolique, en dépit d’un renouvellement périodique, ne fut sans doute pas complètement efficace. En effet, si les Castillans furent moins nombreux que les Navarrais et les Aragonais à quitter leur terre pour l’Orient23, jamais leur participation aux croisades ne s’est tout à fait tarie. Le cas du comte de Lara, Rodrigo González, promoteur de l’édification du château de Toron, face à Ascalon, est célèbre24. Au XIIIe siècle, d’autres ont suivi son exemple, au sein desquels Fernán Pérez Ponce25, frère du maître de Calatrava Ruy Pérez, qui participa en 1269 au projet de croisade avorté du roi Jacques Ier d’Aragon26.

  • 27 Le fait a été mis en relief récemment par J. M. Rodríguez García, « Relaciones cruzadas entre Portu (...)
  • 28 Pour l’Hôpital, le travail de doctorat de C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en Castilla y León  (...)
  • 29 AMV, leg. 7, doc. 13, publ. L. Serrano, « El mayordomo mayor de doña Berenguela », pp. 186-189, et (...)
  • 30 L. Rodríguez de Diego, El Tumbo del monasteno de La Espina, pp. 209-214, doc. 17.
  • 31 Leur exemple n’est pas isolé et, peu avant la chute de Saint-Jean d’Acre, bien d’autres acteurs de (...)
  • 32 Sensible au sort de la Terre sainte, notamment à la fin de son règne, ainsi qu’il ressort de l’anal (...)
  • 33 Castigos e documentos del rey don Sancho, chap. 38, p. 161.

8Il serait tout à fait abusif de réduire l’écho que rencontra en Castille la dévotion pour la Terre sainte à la participation individuelle aux combats de quelques éléments privilégiés de la société politique. Le mouvement suscita en effet un courant de ferveur beaucoup plus profond qu’on ne le signale d’ordinaire27. Comme en Navarre, le fait ressort d’aumônes, d’importance parfois minime, consenties par de simples paysans qui évoquent dans leur intention le secours de l’Orient latin ou le maintien des pauvres d’Outre-mer28. Il est également mis en évidence par des legs, d’un montant plus élevé, qui révèlent la ferveur que des aristocrates tels García Fernández en 1240, mayordomo mayor de la mère de Ferdinand III29, et Martín Alfonso Téllez de Albuquerque, près d’un demi-siècle plus tard30, éprouvaient pour la Terre sainte31. Les rois eux-mêmes manifestèrent un souci similaire comme l’attestent, à la fin du XIIIe siècle, la décision d’Alphonse X de confier son cœur au maître du Temple pour qu’il le fasse enterrer à Jérusalem32 ou les lamentations de son fils à propos de la chute de Saint-Jean d’Acre33.

  • 34 Sur ce point, il est possible de se référer aux travaux de K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto d (...)
  • 35 Développée au début du XIXe siècle par J. A. Conde, Historia de la dominación de los árabes en Espa (...)
  • 36 Le fait ressort bien des études de J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p (...)
  • 37 Cette position a été notamment illustrée par Th. Glick et O. Pi-Sunyer, « Acculturation as an Expla (...)

9Dans ce courant de dévotion dont les Castillans font montre pour la Terre sainte, les ordres militaires jouent un rôle essentiel que l’historiographie, concentrée sur leur réalité péninsulaire, a très largement sous-estimé34. En raison de leur origine, les milices apparaissent étroitement liées à l’Orient, soit directement, dans le cas du Temple et de l’Hôpital, soit parle biais de ces derniers, qui agirent en Espagne comme des modèles, pour les ordres hispaniques. Il a été suggéré par le passé que les institutions nées dans la Péninsule se seraient inspirées du ribāṭ musulman, dans lequel se rassemblaient de pieux fidèles en vue de combiner pendant une période donnée l’ascèse religieuse et la pratique de la guerre sainte au nom de l’Islam35. Réfutée par plusieurs historiens qui en ont souligné la fragilité documentaire36, la thèse d’un modèle arabe a été reprise il y a trente ans selon une lecture anthropologique, substituant au principe d’une influence directe celui d’un processus d’imitation inconscient qui aurait entraîné une réinvention du ribāṭ en. termes chrétiens sous la forme des ordres militaires37.

  • 38 A. Forey, « The Emergence of the Military Order », pp. 182-189, reproduit dans Id., Military Orders (...)
  • 39 Sur ce point, la thèse traditionnelle de C. Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens, a ouver (...)
  • 40 Bernard de Clairvaux, Liber ad milites Templi de laude nova militæ, pp. 50-55.

10S’il est difficile d’opposer à un tel schéma l’absence d’éléments probants — dans la mesure où, précisément, le stimulus est présenté comme agissant de façon imperceptible sur le groupe qui le subit —, il ne me semble pas nécessaire de recourir à pareille lecture pour expliquer le développement des ordres militaires. Ainsi que plusieurs auteurs l’ont très justement souligné, leur surgissement doit être saisi dans le contexte chrétien de croisade38. Ce n’est pas le lieu ici d’analyser en détail la transformation du rapport de l’Église à la violence armée afin de montrer comment, à partir d’une évolution amorcée au VIIIe siècle, elle a progressivement reconnu à la guerre entreprise pour la défense de la foi un caractère légitime voire sacré39. Il importe surtout pour mon propos de rappeler combien les ordres militaires incarnaient à la perfection la nouvelle idéologie de croisade dans la mesure où, pour reprendre l’argument développé par saint Bernard pour la défense du Temple, le combat contre l’Infidèle était pour eux non seulement leur raison d’être, mais encore un mode de perfectionnement spirituel propre à assurer à chacun de leurs membres le salut éternel40.

  • 41 Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et l (...)
  • 42 AHN, OM, carp. 444, doc. 52, publ. BC, pp. 117-119.
  • 43 AHN, OM, carp. 445, doc. 63, publ. ibid., p. 135.
  • 44 E. Benito Ruano, « La orden de Santiago y la idea de cruzada », a récemment proposé sur ce point un (...)

11Identifiés à la Terre sainte et à la lutte continue pour conquérir et défendre des lieux que la Chrétienté estime relever de son domaine naturel, les ordres militaires, où qu’ils soient installés en Occident, sont étroitement liés à l’Orient latin. De ce point de vue, la Castille ne fait en rien exception, quelles que soient les particularités induites par la présence au sud du royaume d’un autre front de belligérance face à l’Islam41. A titre d’exemple, le maître de Calatrava est sollicité par Alexandre IV en 1260 pour lui prêter conseil devant l’irruption des Mongols en Syrie42, puis par Grégoire X en 1272 afin de se rendre au second concile oecuménique de Lyon chargé de remédier à la difficile situation de la Terre sainte43. Sans présenter l’ampleur de ceux du Temple ou de l’Hôpital, les contacts des ordres hispaniques avec l’Orient latin ne se limitaient pas à un devoir de conseil. A plusieurs reprises jusqu’au milieu du XIIIe siècle au moins, un engagement militaire leur fut demandé44. L’absence de postérité des projets mis sur pied pour installer Calatrava ou Santiago en Syrie ne doit pas inciter, bien au contraire, à conclure à une déconnexion des ordres militaires à l’égard de la Terre sainte, à laquelle ils restèrent fortement liés, pour l’opinion castillane, jusqu’à la chute de Saint-Jean d’Acre et à l’éviction des Latins d’Orient.

Les projets de réforme des ordres militaires

  • 45 Ainsi l’ont fait valoir en particulier A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de (...)
  • 46 A. Forey, The Military Orders, pp. 213-214, et M.-L. Favreau-Lilie, «The Military Orders and the Es (...)
  • 47 à cet égard, il convient de se référer aux contributions de C. Manetti, « Come Achab al calar del s (...)

12Dans de telles conditions il n’est guère étonnant que l’échec final du projet latin en Terre sainte, consommé dès avant 1291, ait influé dans la péninsule Ibérique, comme dans le reste de l’Occident, sur l’image des ordres militaires. à partir du milieu du XIIIe siècle, ces milices sont en effet les principales forces susceptibles de prendre en charge la protection des États croisés, les seules en tout cas qui puissent leur offrir une défense efficace et, plus encore, continue dans un environnement dont l’hostilité se développe à mesure que disparaît l’espoir d’une intervention extérieure45. Placés dans une situation d’infériorité numérique, assaillis de difficultés financières constantes, les ordres militaires sont exonérés par les historiens actuels de toute responsabilité dans la chute des États latins46. Cependant, il n’en allait pas de même à la fin du XIIIe siècle dans l’opinion des contemporains puisque beaucoup de ces derniers cherchèrent dans l’attitude de ces institutions des éléments capables d’expliquer l’échec de la cause chrétienne, qu’ils estimaient avoir été trahie puisqu’elle avait essuyé un châtiment divin aussi terrible que la victoire des armées de l’Islam47.

  • 48 Ainsi l’a notamment fait valoir à différentes reprises A, Luttrel L, « La Corona de Aragón y las ór (...)
  • 49 A. Forey, The Military Orders, p. 221.
  • 50 La position traditionnelle de l’historiographie tend en effet à exagérer la critique portée à renco (...)
  • 51 S, Schein, «The Image of the Crusader Kingdom of Jerusalem», p. 706, et H. Nicholson, Templars, Hos (...)

13Si les historiens ont reconnu l’impact de l’échec du projet latin en Orient sur la perception des ordres militaires qui se développa dans l’opinion, ils sont toutefois en désaccord quand il s’agit d’en évaluer la portée. Traditionnellement, on fait état d’une baisse de la popularité des milices à la mesure de la disparition de leur raison d’être, que la chute d’Acre est dite avoir précipitée48. Cette position me semble cependant criticable car elle relève d’une lecture téléologique, dans la mesure où la débâcle latine en Terre sainte ne pouvait revêtir pour les contemporains l’aspect définitif que lui connaissent les historiens49. Cette thèse est également fragilisée par l’absence d’un fondement solide. En effet, des dernières recherches menées à l’échelle de l’Occident se dégage l’impression que le discours porté sur les ordres militaires, plus nuancé qu’on ne l’avait affirmé jusquelà50, traduisait encore à la fin du XIIIe siècle un sentiment général de confiance dans leur capacité à mener à bien la mission guerrière qui leur était impartie51.

  • 52 Une telle interprétation de l’échec latin a été mise en relief par F. Cardini, « Il ruolo degli ord (...)
  • 53 A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », pp. 317-318, repris dans Id., Militar (...)
  • 54 De nombreux travaux ont été consacrés à cette littérature parmi lesquels se détachent ceux de L. Th (...)
  • 55 L’analyse la plus complète de la bulle Dura nimis, adressée parle pape à l’ensemble des diocèses, a (...)

14L’attente du public à l’égard des milices s’était cependant profondément transformée. En ce sens, la perte de la Terre sainte, imputée aux déficiences des chrétiens plus qu’à la supériorité musulmane, peccatis nostris exigentibus52, impliquait, quelle que soit la part de responsabilité que les auteurs attribuent aux ordres militaires, une nécessaire reconsidération de leur rôle traditionnel53. Ainsi fut ouvertement posée la question de leur efficacité, à laquelle, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, la majorité des écrits traitant des moyens de récupérer la Terre sainte répondaient en préconisant l’union du Temple et de l’Hôpital, lesquels, fondus en un seul ordre, verraient, selon l’avis des commentateurs, leur rivalité supprimée et leur capacité d’action renforcée54. Loin de traduire un souci qui serait purement spéculatif, ces mémoires reflètent la vox communis dont se prévalut le pape Nicolas IV quand il convoqua, dans les mois suivant la fin des États latins, des conciles provinciaux afin de débattre de la reconquête de la Terre sainte et de la fusion des ordres militaires, posée comme son préalable nécessaire55.

  • 56 A. Forey, «The Military Orders in the Crusading Proposals», p. 321, repris dans Id., Military Order (...)
  • 57 AHN, Sellos, caja 72, doc. 4 : « Unde cum fidedignorum pandat assertio quin potius communis uox hab (...)
  • 58 C. Barquero Goñi, «Los Hospitalarios y el arzobispado de Toledo», p. 182.

15De façon générale dans l’historiographie espagnole, la réflexion menée à partir de la fin du XIIIe siècle sur l’unification des ordres militaires demeure en grande partie sous-estimée. Pourtant, la Castille ne demeura nullement en marge d’un processus mis en oeuvre par la papauté à l’échelle de l’Occident. Ainsi que l’a souligné Alan Forey, les réponses à l’enquête de Nicolas IV, toutes favorables à la fusion, ont uniquement été conservées pour la France, l’Angleterre, l’Empire et l’Italie56. Il serait néanmoins hasardeux d’en conclure que, malgré les recommandations du pape, aucune réflexion n’eut lieu en Espagne. Il existe en effet un exemplaire de la bulle Dura nimis, adressé à l’archevêque de Tolède, lui intimant de réunir ses suffragants pour traiter de l’union du Temple et de l’Hôpital57. Le fait qu’aucune réponse du prélat ne nous soit parvenue a incité Carlos Barquero Goñi à minorer l’impact du projet58. à mon sens, il convient toutefois d’accorder un véritable crédit à ce dernier dans la mesure où il reflète, quand bien même il n’a pas abouti, la présence d’une volonté de réforme des ordres militaires dans la société castillane au cours du dernier tiers du XIIIe siècle.

  • 59 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 277.
  • 60 Parmi les conditions sur lesquelles, au moment du concile de Lyon, insiste le roi d’Aragon en vue d (...)
  • 61 Signalé par J, Delaville le Roulx, Les Hospitaliers enTerre sainte et à Chypre, p. 272, le fait ne (...)
  • 62 Repris par G. Lizerand, Le dossier de l’affaire des Templiers, pp. 2 et 4, ce texte a été édité pou (...)

16Le projet de fusion des deux principaux ordres de Terre sainte, voire de l’ensemble des institutions calquées sur leur modèle, fut en effet amplement discuté au cours du concile de Lyon réuni en 1274 à l’initiative de Grégoire X59. Il visait à leur conférer une plus grande efficacité en vue de permettre à la Chrétienté de défendre ses positions côtières en Terre sainte et de reprendre Jérusalem. L’hostilité de Jacques Ier à sa mise en œuvre est un fait connu60. La présence du souverain aragonais lors des délibérations a toutefois conduit plus d’un historien à envisager sa position comme le reflet d’une politique personnelle, guidée par l’intérêt direct de son seul royaume, alors qu’elle traduisait en fait une décision commune et probablement concertée de l’ensemble des monarques hispaniques61. C’est du moins ce qui ressort du mémoire écrit quelque trente ans plus tard par le maître du Temple, Jacques de Molay, afin de répondre à la proposition de fusion des ordres militaires, alors reprise par Clément V en des termes assez similaires à ceux qu’avait utilisés son prédécesseur62.

  • 63 Ainsi l’affirme S. Schein, « Fideles Crucis ». The Papacy, the West and the Recovery of the Holy La (...)
  • 64 A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », p. 322, repris dans Id., Military Ord (...)
  • 65 Ramon Llull, Quomodo Terra Sancta recuperari potest, p. 96 : «Dominus papa et cardinales faciant qu (...)
  • 66 La date de 1291, proposée par G. Bratianu, « Le conseil du roi Charles », pp. 296-297, suivie par A (...)
  • 67 G. Bratianu, « Le conseil du roi Charles », p. 356 : « Et conseilloit en tel maniere que lipape fis (...)
  • 68 Ramon Llull a abondamment écrit sur le thème de la croisade. Abordé dans la plupart de ses écrits, (...)
  • 69 H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. Il, p. 285.

17à l’évidence, la chute de Saint-Jean d’Acre conféra à l’idée d’union des ordres militaires une actualité nouvelle63. De même qu’elle avait contribué à en accroître la nécessité, elle en étendit le principe, au-delà du Temple et de l’Hôpital, à l’ensemble des milices, explicitement citées dorénavant dans la plupart des traités écrits en vue de la récupération de la Terre sainte64. Ainsi, en 1292, dans le plus ancien mémoire qu’il ait rédigé sur ce sujet, Ramon Llull projetait de fondre les ordres hispaniques avec leurs modèles orientaux dans une institution unique qui serait placée sous l’invocation de l’Esprit saint65. Peu après, pendant l’interrègne qui suivit la mort de Nicolas IV66, Charles d’Anjou proposait une solution radicale qui amalgamait non seulement tous les ordres militaires, mais encore plusieurs fondations hospitalières, comme Roncevaux ou Altopascio, et certaines maisons religieuses, par exemple Prémontré et Grandmont67. Il est cependant difficile de mesurer exactement le retentissement que de tels projets rencontrèrent dans la péninsule Ibérique. Ainsi, malgré l’importance de son œuvre, il ne semble pas que Ramon Llull ait bénéficié en Castille d’un intérêt réel avant le XVe siècle68. Pourtant, l’idée d’une réforme des ordres militaires y circulait indubitablement, portée sans doute par des milieux proches de la papauté qui s’en firent l’écho en particulier au moment du procès du Temple69.

  • 70 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 135. De façon significative, l’auteur (...)
  • 71 J. Richard, « La croisade, l’évolution des conceptions et des stratégies », p. 24.
  • 72 P.throop, Criticism of the Crusade. Publiée en 1940, cette thèse a reçu au cours des décennies suiv (...)
  • 73 Mise en évidence par N. Housley, The Italian Crusades, et C. Tyerman, « The Holy Land and the Crusa (...)

18Quelle que soit l’ampleur de ces projets, il est tout à fait singulier qu’ils ne constituent jamais une remise en cause des ordres militaires, qui restaient dans l’esprit des contemporains les fers de lance de la lutte contre l’Islam. Ainsi que l’a bien montré Helen Nicholson, nul n’évoque leur abolition dans la mesure où leur potentiel guerrier était perçu comme un outil indispensable qu’il fallait seulement réformer afin de le rendre pleinement efficace70. Malgré l’écroulement du projet latin, la Terre sainte restait au début du XIVe siècle, dans les mentalités, une partie de la Chrétienté qu’il convenait, comme au temps d’Urbain II et d’Innocent III, de ramener au pouvoir du Christ71. Il ne semble pas en effet, au vu des analyses les plus récentes, que l’idée de croisade ait fait l’objet du rejet que l’historiographie traditionnelle s’était attachée à décrire à la suite de l’étude de Palmer Throop72. Certes, un peu partout en Occident, s’élevaient des critiques en nombre croissant mais, loin de mettre en cause la légitimité de la reconquête de la Terre sainte, elles cherchaient au contraire à améliorer les aspects pratiques du projet, montrant ainsi qu’au-delà de 1291 ce dernier conservait une réelle popularité73.

  • 74 Ce point a été souligné par A. Meyuhas-Ginio, « Rêves de Croisade contre les Sarrasins », qui s’est (...)
  • 75 BSGP, ms. 1654, ffos 151r°-162v°.
  • 76 J. Delaville le Roulx, La France en Orient au XIVe siècle, p. 79, n. 4 et p. 84.
  • 77 Ch. Kohler, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, t. II, p. 118, lui a nota (...)
  • 78 Ainsi l’a fait valoir Ch. Samaran, « Projets français de croisade de Philippe le Bel à Philippe de (...)
  • 79 Une idée comparable est exprimée au début du XIVe siècle par Pierre Dubois, De recuperatione Terre (...)
  • 80 BSGP, ms. 1654, f° 154v°:« Encore samble il que ce seroit bon que len preist en la terre despaigne (...)
  • 81 BSGP, ms. 1634, f° 133r° La valeur que l’on attachait alors aux chevaux élevés dans la péninsule Ib (...)
  • 82 BSGP, ms. 1654, f° 155r° : « Encore deuoit len moult penser auant le passage que bone pais et bon a (...)

19Dans le concert européen, là encore, la Castille ne fait pas exception. Il est d’usage de limiter la préoccupation pour recouvrer la Terre sainte aux espaces français et italiens. Jamais, pourtant, la péninsule Ibérique ne fut étrangère à ce souci74, comme l’atteste un traité appelé De recuperatione Terre sancte, conservé dans un manuscrit français du XIVe siècle75, et dans lequel Joseph Delaville le Roulx voyait la traduction d’un opuscule écrit entre 1324 et 1328 par l’évêque de León García de Ayerbe76. Longtemps acceptée77, une telle attribution est aujourd’hui rejetée, en raison de l’absence d’évidence interne, au profit d’une hypothèse française retenant comme auteur le maître de l’Hôpital Hélion de Villeneuve78. Il n’en demeure pas moins que le traité fait montre d’un intérêt évident pour la Castille, dont le concours est présenté comme essentiel à la réussite du projet de reconquête des Lieux saints79. Le royaume est en premier lieu décrit comme un réservoir de guerriers, formés aux techniques militaires utilisées par les musulmans80, et de chevaux, dont la qualité était alors fameuse dans l’ensemble du Bassin méditerranéen81. Bien plus, il est considéré comme l’une des pièces majeures de l’entreprise et à ce titre son rapprochement avec la France, scellé par le projet d’alliance entre le jeune Alphonse XI et la fille de Louis X, héritière de la Navarre, revêt une importance décisive en vue de l’établissement d’une paix durable entre les royaumes chrétiens qui, affirme le texte, est le préalable indispensable à l’union de ces derniers contre l’Islam82.

  • 83 E. Baluze, Vitæ paparum Avenionensium, p. 150 ; « Nunquam vel raro fit novitas que non pariat peric (...)
  • 84 C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración ».
  • 85 À plusieurs reprises, le maître apparaît comme le conseiller et l’informateur de Jacques II, comme (...)
  • 86 J. Zurita, Anales de la Corona de Aragón, t. II, livre 5, chap. 93, p, 748 : « Y porque era ya muy (...)

20Diffusée à l’échelle de l’Occident, l’interrogation sur les ordres militaires menée dans le cadre d’une réflexion plus globale sur l’idée de croisade n’avait pas pour objet de mettre en cause leur raison d’être. En s’attachant à promouvoir leur réforme, elle était néanmoins susceptible de fragiliser leurs positions acquises et donc, pour partie au moins, de les déstabiliser. En témoigne la réaction violemment hostile de Jacques de Molay au projet de fusion du Temple et de l’Hôpital, dont il chercha à se prémunir en insistant auprès de Clément V sur les dangers dont une pareille nouveauté menacerait les ordres83. Récemment analysée par Carlos de Ayala Martínez84, la révolte des frères de Calatrava, en 1312, contre le maître García López de Padilla relève à mon sens, au moins pour une part, d’un réflexe de défense comparable. Au cours de l’année précédente est en effet attestée une tentative de Jacques II, bénéficiant probablement du soutien du principal dignitaire de l’Ordre85, pour obtenir du pape que les possessions de la commanderie d’Alcañiz soient détachées de leur tronc castillan afin d’être érigées en un prieuré indépendant auquel seraient adjoints les biens aragonais du Temple, une fois prononcée la dissolution de ce dernier86.

Le procès de l’ordre du Temple en Castille

  • 87 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 835-841, doc. 571.
  • 88 M. Barber, The Trial of the Templars, pp. 228-229.
  • 89 Un récit du procès est offert par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, pp. 297-326.
  • 90 Ainsi A. Luttrell, « Gli Ospitalieri e l’eredità dei Templari », pp. 67-69, repris dans Id., The Ho (...)
  • 91 S. Menache, « Contemporary Attitudes Concerning theTemplars’Affair », pp. 142-145.
  • 92 Le fait a été mis en relief par tous les auteurs intéressés par le procès castillan depuis A. Javie (...)
  • 93 AHN, OM, carp, 567, doc. 10 et 13.

21Arrêtée le 22 mars 1312 par la lettre apostolique, Vox in excelso audita87, publiée le 3 avril lors d’une session solennelle du concile de Vienne tenue en présence de Philippe le Bel88, la suppression de l’ordre du Temple mit un terme à un procès de cinq ans précipité par l’arrestation des Templiers du royaume de France au matin du 13 octobre 130789. L’événement fit l’effet d’une commotion que se plurent à souligner la plupart des contemporains. À leur suite, les historiens ont fait état d’un traumatisme propre à conditionner durablement l’image de l’ensemble des ordres militaires90. Il ne fait aucun doute que la remarque présente une parfaite cohérence dans le cas français, mais il convient de prendre garde à une généralisation hâtive au moment de l’appliquer hors des frontières de cet espace, notamment en péninsule Ibérique, où la propagande capétienne n’a pas rencontré le même succès91. Pas plus qu’en Aragon, la procédure à l’encontre de l’Ordre ne semble avoir éveillé d’écho immédiat en Castille92. En 1309, les Templiers y jouissaient encore d’une parfaite liberté, malgré les appels renouvelés du pontife à Ferdinand IV afin qu’il prenne soin de diligenter l’enquête et de s’assurer par la contrainte de la personne des frères93.

  • 94 Ce que montrent les offres de protection faites aux membres de l’Ordre jusque dans l’entourage du s (...)
  • 95 II convient ainsi de nuancer l’opinion d’A. Luttrell, « Gli Ospitalieri e l’eredità dei Templari », (...)
  • 96 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 589-590, doc. 396, a publié une lettre du sou (...)
  • 97 Comme l’a signalé H. Prutz, Entwicklung und Untergang des Tempelherrenordens, p. 348, le changement (...)
  • 98 Malgré une faible participation directe des envoyés castillans au concile de Vienne, l’alignement d (...)

22Le retard pris dans l’instruction traduit clairement l’incrédulité de la société politique à l’égard des charges relevées contre les frères de l’Ordre94. En Castille comme dans l’ensemble de la péninsule Ibérique, le procès du Temple obéit fondamentalement à une logique importée. Il est le fait d’une décision politique du roi qui, dans les mois suivant l’arrestation des Templiers en France, saisit, à l’exemple de Jacques II, le parti qu’il peut tirer de la détermination de Philippe le Bel. Il me paraît erroné d’opposer sur ce point l’attitude de Ferdinand IV à celle des autres monarques ibériques au motif que l’héritage castillan du Temple n’aurait pas été recueilli par un ordre national semblable à celui de Montesa en Aragon ou du Christ au Portugal95. La différence est tout au plus question de rythmes et de moyens. Il est en effet vraisemblable que Ferdinand IV, mis en garde, à l’instar des autres rois de la Péninsule, par Édouard II d’Angleterre contre les menées de Philippe le Bel96, a davantage tardé que Jacques II à retirer sa confiance au Temple97. Surtout, il semble qu’il ait délégué d’emblée aux souverains des royaumes voisins le pouvoir de régler avec le pape Clément V la dévolution des biens de l’Ordre, se réservant de participer à un front commun hostile à leur transfert à l’Hôpital, sans se mettre jamais en avant dans les tractations engagées au concile de Vienne98.

  • 99 C. Estepa Díez, «La disolución de la orden del Temple», p. 126.
  • 100 Pour la province ecclésiastique de Tolède, le procès de l’Ordre n’avait pas encore commencé quand s (...)
  • 101 Un phénomène similaire a été observé en Catalogne par J. M. Sans i Travé, El setge al castell dels (...)
  • 102 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 32, publ. A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, p. 607, (...)
  • 103 AHN, Osuna, leg. 351, doc. 14, publ. BA, pp. 142-145, et A, Benavides, Memorias de don Fernando IV,(...)
  • 104 T. de Montagut i Estragués, «El reial patrimoni i els béns del Temple».
  • 105 Quoi que les biens templiers de Castille aient été confiés, le 12 août 1308, à l’administration des (...)

23L’attitude de Ferdinand IV à l’égard du patrimoine du Temple au cours du procès me paraît couper court au moindre doute sur sa résolution99. Sa promptitude à s’emparer des possessions de l’Ordre contraste en effet avec son peu d’empressement à en poursuivre les membres, contre lesquels il ne semble avoir agi que contraint et forcé par l’injonction pontificale100. Un tel écart ressort des donations faites par le roi à partir du patrimoine du Temple en faveur d’autres ordres militaires ou de nobles entrés à son service, avant même que n’ait été arrêtée la sentence de dissolution101. En juillet 1308, Santiago est ainsi gratifié du droit de prélever l’impôt appelé luctuosa, en vertu duquel un cheval était dû au Temple lors du décès de tout vassal royal102. Un an plus tard, le château de Capilla était vendu au maître d’Alcántara, assorti d’une garantie l’assurant de ne pas être obligé d’en restituer la propriété au cas où le pape rétablirait le Temple dans la libre jouissance de ses biens103. Dès 1308, Ferdinand IV avait donc tiré parti, à l’instar de Jacques II en Aragon104, de l’instruction ouverte par Clément V pour procéder à la confiscation des possessions castillanes du Temple, sans tenir compte du séquestre ecclésiastique sous lequel elles avaient été juridiquement placées et qui en confiait l’administration à un groupe de prélats commissionnés parle pape105.

  • 106 ACA, Cancillería, reg. 140, f° 77v° Dans une lettre adressée aux souverains de Castille et de Portu (...)
  • 107 Le réquisitoire du légiste de Philippe le Bel a été publié par G. Lizerand, Le dossier de l’affaire (...)
  • 108 La Castille est sans aucun doute la province templière pour laquelle le procès de l’Ordre est le mo (...)
  • 109 J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », p. 249. Il convient de soulig (...)
  • 110 Ainsi, un sergent du nom de Pedro les qualifie de magnum mendactum ; un autre, appelé García, parle (...)
  • 111 Le chevalier Fernán Núñez établit un lien direct entre la diffusion des accusations contre l’Ordre (...)

24Obéissant à une logique politique fondamentalement dictée par la volonté du pouvoir royal de tirer profit des biens du Temple, le procès instruit contre l’Ordre en Castille ne se fondait en rien sur un quelconque sentiment d’impopularité106. Il a été allégué lors du procès, notamment dans le plaidoyer présenté au pape par Guillaume de Plaisians, qu’il existait dans la Péninsule une rumeur hostile aux membres de l’Ordre, les accusant de fautes spécifiques, au premier rang desquelles l’apostasie107. Rien de tel pourtant ne ressort des dépositions des Templiers castillans enregistrées lors des interrogatoires de Medina del Campo et d’Orense108. Sommés l’un après l’autre de se prononcer sur la réputation de leur ordre, tous les frères, à l’exemple de Rodrigo Díaz, l’estiment bonum et sanctum109. Ils réfutent les acccusations répandues contre lui, dont ils disent unanimement qu’elles sont un tissu de mensonges110, et leur dénient tout crédit, affirmant, pour plusieurs d’entre eux, qu’elles sont des inventions forgées de toutes pièces, dénuées de racines dans l’opinion castillane, où nulle rumeur infamante n’avait circulé avant que les Templiers ne soient arrêtés en France111.

  • 112 Sous la cote AHN, OM, carp. 567, doc. 29, le document est conservé dans une copie d’époque sur papi (...)
  • 113 Les mêmes accusations de sodomie, d’hérésie et d’idolâtrie furent reprises dans le procès instruit (...)
  • 114 Le serviteur fait état de sa connaissance de la rumeur en ces termes : « Interrogatus a quo tempore (...)
  • 115 Il introduit ainsi son troisième récit : « Item dixit que audivit a pluribus in domo domini regis, (...)

25Parmi la masse des témoignages recueillis en faveur du Temple, l’unique élément discordant provient de l’enquête menée par l’évêque de Lisbonne parallèlement à l’interrogatoire de Medina del Campo. Elle intéresse quatre témoins extérieurs à l’institution, mais liés à elle par un commerce ancien112. Il est difficile d’accorder foi à leurs déclarations, tant elles semblent outrancières dans leur volonté accusatoire. La plus détaillée est celle d’un certain Rodrigo Rodríguez, serviteur à la cour. Parmi les trois récits qu’il livre aux juges, le premier évoque un livre dont le contenu est décrit comme secret et dangereux, tandis que les deux autres mettent à profit la célébration à huis clos de la profession d’un nouveau frère pour invoquer l’existence de cérémonies ésotériques et inavouables. À l’évidence, il s’agit de charges forgées de toutes pièces, qui correspondent en grande partie à des topiques de l’accusation113. Leur intérêt ne réside pas tant dans leur contenu que dans l’information qu’elles offrent sur la diffusion de rumeurs durant le procès, notamment à la cour de Ferdinand IV, où le témoin dit les avoir entendues114, et plus encore sur la tentative de leur conférer vraisemblance et historicité, en utilisant en tant que caution Alphonse X, converti en acteur principal de l’un des récits et présenté comme curieux lui aussi de percer les secrets du Temple115.

  • 116 AHN, OM, libro 1349, f° 77r°.

26Ainsi, les bruits répandus contre le Temple peu avant sa chute ne semblent pas fondés sur l’existence d’un sentiment d’hostilité qui serait antérieur au procès. Cela est particulièrement évident si l’on prend en compte le souvenir que l’Ordre a laissé. Lorsqu’il est évoqué dans les années du procès ou dans les décennies qui suivent sa dissolution, surtout à la faveur de la dévolution de ses biens, jamais le Temple ne fait l’objet d’une mention d’opprobre ni même d’un commentaire dépréciatif. L’unique exception est une lettre de l’abbé de Morimond aux frères de Calatrava, rédigée le 7 octobre 1311, dans laquelle l’auteur enjoint aux destinataires, en des termes virulents, de réformer leur conduite afin que cessent les bruits répandus à leur encontre116. Afin d’accroître le poids de ses paroles, il les invite à méditer l’exemple du Temple : Considerad que acaescio a los del Temple muy mas poderosos allende de medida que vosotros, la memoria de aquellos perescio. Il faut relever que l’accusation provient d’un Cistercien français, peu au fait de la réalité castillane et surtout particulièrement exposé à la propagande capétienne. À mon sens, elle ne saurait, à elle seule, prouver à l’égard du Temple une hostilité de l’opinion que ne permet de vérifier aucun autre élément de la documentation.

  • 117 Crónica del rey don Fernando IV, p. 159.
  • 118 M. L. Ledesma Rubio, Templarios y Hospitalarios en la Corona de Aragón, pp. 227-228, et J.M.Sans i (...)
  • 119 Le siège de la forteresse templière par les milices urbaines de Séville est confirmé par un privilè (...)
  • 120 Crónica del rey don Fernando IV, p. 160. L’information enregistrée dans la chronique royale a été e (...)
  • 121 Des affrontements auraient eu lieu à Tábara, Bayuela et Villalba à en croire les notes personnelles (...)

27Non seulement en Castille la réputation de l’Ordre ne souffrait guère de taches, mais l’innocence de ses membres par rapport aux charges notifiées dans l’acte d’accusation ne fait aucun doute. De ce point de vue, leur réaction face à la nouvelle de l’arrestation ordonnée par le roi de France est identique à celle des frères de Catalogne, avec seulement un léger décalage, dû à la moindre promptitude de Ferdinand IV à profiter de l’occasion. Dans un premier temps, les frères recherchent la protection de personnalités politiques influentes, s’adressant d’abord à María de Molina puis, après que celle-ci eut refusé de se démarquer de la position du roi, à l’infant Felipe, auquel le maître remet en gage plusieurs châteaux de l’Ordre117. Face à l’accroissement du péril, les Templiers se lancent ensuite dans une résistance armée similaire à celle qui eut lieu en Catalogne de janvier 1308 à mars 1309 à partir des forteresses de Miravet, Monzón ou Chalamera118. D’une ampleur et d’une durée plus réduites, l’insurrection des frères de Castille, active surtout durant l’hiver 1308, semble s’être concentrée prioritairement en Estrémadure, autour du château de Fregenal119 ainsi que, surtout et plus longuement, du d’Alcántara120, bien qu’il soit impossible d’exclure tout à fait d’autres éventuelles escarmouches où la légende le dispute toutefois à l’historicité121.

  • 122 AHN, OM, libro 1343, f 162r°-v° publ. BC, p. 117.
  • 123 BNM, ms. 8582, f° 60v°: «Estableçido es que nuestros freyres sean manifestados a los clerigos de nu (...)
  • 124 Les différences par rapport au tableau proposé par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Tem (...)
  • 125 A cet égard, l’unanimité qui se dégage des actes de l’interrogatoire réalisé à Medina del Campo est (...)
  • 126 M. Barrer, The New Knighthood, p. 227.
  • 127 J. M. Sans i Travé, «L’inedito processo dei Templari di Castiglia», p. 250.

28Plus encore qu’à travers cette réaction de confiance trahie, l’innocence des Templiers transparaît des déclarations des membres de l’Ordre comme de celles de la majorité des témoins interrogés lors du procès. Les seuls chefs d’accusation que reconnurent les frères apparaissent bénins ou pour le moins communs à d’autres ordres : il s’agit du caractère confidentiel des réceptions, propre à alimenter de nombreux fantasmes, et de la propension à se confesser à des prêtres issus de la même institution. Ce dernier travers pouvait tout aussi bien être reproche aux frères de Calatrava, auxquels Alexandre IV avait accordé cette même liberté122, ou à ceux de Santiago, chez lesquels cette pratique revêtait, en vertu des statuts de 1251, un aspect d’obligation123. Au surplus, il n’offrait chez les Templiers aucun caractère systématique ni même dominant puisqu’une majorité déclarait avoir pour confesseur un clerc séculier ou un religieux mendiant (voir le tableau 1, p. 58)124. Pour le reste, les membres de l’Ordre nièrent en bloc les accusations lancées contre eux125, arguant que certaines, comme la sodomie, étaient contraires à leur règle126, et refusant d’accorder crédit aux aveux obtenus de leurs coreligionnaires français, qu’ils dirent avoir été arrachés propter metum tormentorum127.

  • 128 G. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum Nova et Amplissima Collectio, t. 25, col. 297-298. De la décision (...)

29Une telle unanimité des Templiers dans l’affirmation de leur innocence ne pouvait manquer d’inciter les juges à la clémence car, à l’inverse de l’attitude qu’il adopta en France, le pouvoir royal, intéressé surtout par le patrimoine de l’institution, leur laissa toute liberté dans le verdict final. Réuni le 21 octobre 1310, le concile de Salamanque inclina apparemment sans difficulté à reconnaître que l’Ordre en Castille n’était coupable d’aucune des charges portées dans l’acte d’accusation128.

TABLEAU I. – Les confesseurs des Templiers castillans en 1310

TABLEAU I. – Les confesseurs des Templiers castillans en 1310
  • 129 Il a été fait mention par F. Raynouard, Monumens historiques relatifs à la condamnation des chevali (...)
  • 130 A. Mercati, «Interrogatorio di Templari a Barcellona».
  • 131 Le seul travail monographique réalisé sur le thème, riche notamment d’informations sur les frères d (...)
  • 132 Pour les royaumes occidentaux de la péninsule Ibérique, je connais uniquement un exemple pour leque (...)
  • 133 Comme en Catalogne, où certains Templiers sont connus pour être retournés après la dissolution de l (...)
  • 134 Le fait ressort d’une bulle de Jean XXII adressée en 1324 au prieur dominicain de Salamanque afin q (...)

30Par conséquent, il se prononça pour une entière liberté des personnes, la conditionnant seulement à la confirmation ultérieure de Clément V. Ménagés durant le procès, du fait notamment que jamais, malgré l’injonction de la papauté129, la torture ne semble leur avoir été appliquée — par opposition au cas des frères de Catalogne130 —, les Templiers castillans bénéficièrent donc d’une totale absolution à l’issue de l’enquête. Leur sort après la dissolution de l’Ordre reste largement méconnu131. Les rares éléments susceptibles de l’éclairer laissent penser, comme en Catalogne, à une retraite de la plupart des frères dans des commanderies de l’Hôpital132, dans des abbayes bénédictines ou, à défaut, dans le siècle133 à l’intérieur duquel la papauté les exhorta toutefois à mener, loin du scandale, une existence conforme à la règle qu’ils avaient professée134.

31Si, assurément, la réflexion engagée sur les ordres militaires à l’échelle de la Chrétienté dans la seconde moitié du XIIIe siècle a rencontré en Cas tille plus d’échos qu’on ne l’a dit jusqu’à présent, ni les projets de réforme agités après la perte de la Terre sainte, ni les charges déchaînées à la faveur du procès du Temple n’y provoquèrent une rupture dans la perception que le public avait de ces institutions. Aussi délicat qu’il soit au plan international, le moment est loin de marquer un traumatisme. L’impact des événements de Terre sainte en péninsule Ibérique est réel. Il doit toutefois être recadré dans la mesure où, liée à des causes extérieures, l’éviction des Latins d’Orient ne peut en aucun cas être considérée comme étant à la source de la remise en cause, pourtant incessamment invoquée par l’historiographie, du rôle des ordres militaires dans la société castillane au tournant des XIIIe et XIVe siècles.

II. – Critiques et contestation des ordres militaires

  • 135 Un exemple peut en être fourni par le travail d’E. Ferreira Priegue, « “Chegou Pais de maas artes…” (...)
  • 136 Dans cette optique, une première approche a été proposée par Ph. Josserand, « En crise de raison d’ (...)

32S’il convient de s’inscrire en faux contre l’idée d’une remise en question radicale des ordres militaires, il n’en est pas moins que circulaient dans le royaume de Cas tille aux XIIIe et XIVe siècles des éléments de critique à leur encontre. Il est cependant très difficile de savoir sur quoi exactement ceux-ci portaient, et plus encore d’en mesurer l’ampleur exacte dans la mesure où jamais l’historiographie ne s’est attachée à les prendre en considération de façon globale, se limitant, en de trop rares occasions, à en signaler la présence dans des oeuvres concrètes sans pousser véritablement l’étude135. Peu importe, à ce stade du travail, que les critiques qui circulaient aient été fondées ou non. L’analyse se situant au plan des représentations, l’essentiel pour l’heure est de mettre en évidence leur répercussion dans la société castillane et d’apprécier leur spécificité, tant au sein des rumeurs agitées contre les milices dans l’Occident latin qu’à l’intérieur de la contestation générale de l’institution ecclésiale qui caractérise la fin du Moyen Âge136.

Une ampleur restreinte

  • 137 En atteste par exempleL’analyse de C. de Ayala Martínez, « Igesia y violencia en torno a la idea de (...)
  • 138 Sur ce point, il n’existe guère pour la Castille que les commentaires rapides de J. M. Rodríguez Ga (...)
  • 139 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 7.
  • 140 Pour désigner ces attaques qui accompagnèrent l’apparition des Ordres, C. de Ayala Martínez, « Igle (...)

33L’absence de références historiographiques au sujet des critiques diffusées à l’encontre des ordres militaires n’est pas absolument fortuite. Certes, l’intérêt pour le thème est récent. Pionniers en la matière à l’échelle européenne, les travaux d’Helen Nicholson, s’ils sont connus137, n’ont guère suscité d’émules au sein de la recherche espagnole138. Il n’en reste pas moins qu’une lacune de cet ordre incite à réfléchir sur les sources qui autorisent une enquête. Comme on l’a démontré pour l’Occident139, il n’existe dans la péninsule Ibérique aucune critique systématique qui s’attache à remettre en cause l’action des ordres militaires après la seconde moitié du XIIe siècle, moment où cesse la contestation radicale qui, en dépit de sa marginalité au sein de l’Église, questionnait la justesse de leur vocation pour des raisons de nature religieuse, jugeant le métier des armes incompatible avec le service de Dieu140.

  • 141 Gautier Map, De nugis curialium, pp. 60-61. La position du curialiste anglais a été étudiée par A. (...)
  • 142 Ainsi l’a souligné C, de Ayala Martínez, « órdenes militares hispánicas : reglas y expansión geográ (...)
  • 143 Bien relevée par J. Leclercq, Recueil d’études sur saint Bernard, t, II, p. 89, la profondeur de la (...)
  • 144 Dans la bulle d’Alexandre III qui, en 1164, confirme la première forma vivendi de l’Ordre, apparaît (...)
  • 145 À cet égard, les analyses de C. de Ayala Martínez, « órdenes militares castellano-leonesas y benedi (...)
  • 146 Ainsi l’a justement fait valoir C. de Ayala Martínez, « órdenes militares hispánicas : reglas y exp (...)

34Présente à l’échelle de l’Occident, où elle est relayée par différents auteurs ecclésiastiques parmi lesquels Gautier Map, proche conseiller d’Henri Plantagenêt141, cette critique n’a pas épargné la Castille bien qu’aucun écrit théorique de portée comparable n’y ait été conservé. Il revient à Carlos de Ayala Martínez de l’avoir mise en évidence à travers la difficile acceptation du modèle d’ordre militaire, issu de la stricte conception bernardine et incarné par Calatrava142. Pas plus qu’en d’autres régions d’Occident143 ce projet, qui portait à son plus haut degré l’identification entre le séculier et le religieux144, ne suscita en Castille un enthousiasme forcené. Il suffit de considérer la lenteur de l’affiliation de Calatrava à l’ordre cistercien, acquise seulement en 1186 et consolidée définitivement au plus tôt dans la décennie 1220, pour prendre la mesure exacte de l’accueil qu’il rencontra145. Comparé au succès rencontré dès l’origine par Santiago, le fait est encore plus éclatant, au point que cette dernière institution, par son profil canonial davantage sécularisé, pourrait avoir constitué une adaptation stratégique aux résistances de la société castillane à la conception monastique des ordres militaires146.

  • 147 Pour la poésie castillane, où domine jusqu’au milieu du XIVe siècle l’usage du galaïco-portugais, u (...)
  • 148 Juan Ruiz, Libro de Buen Amor, p. 366.
  • 149 Plus que par une réflexion globale, certaines attaques sont en fait motivées par une hostilité tout (...)

35Quelle qu’ait été l’ampleur des réticences initiales de l’opinion, jamais, pas même au moment de leur apparition, la critique visant les ordres militaires n’a fait l’objet en Castille d’un discours théorique. Pour l’évaluer, force est de recourir à des sources extrêmement dispersées dont chacune peut seulement offrir des éléments ponctuels. Rapprochés les uns des autres, ces derniers permettent de mieux définir la contestation des ordres militaires qui émanait de la société castillane ou, du moins, de certains de ses secteurs. De l’enquête ressort d’emblée un double constat : celui, d’une part, du nombre réduit des textes révélant l’existence d’un courant critique — de l’ordre d’une vingtaine tout au plus — et, d’autre part, celui de leur extrême diversité car dans ce corpus, voisinent des poésies de circonstance147 et des passages d’oeuvres littéraires très élaborées148. Dès lors, l’idée d’une critique des ordres militaires dans la société castillane doit à mon sens être nuancée : mieux vaut parler d’une circulation d’opinions ou de représentations défavorables et, le cas échéant, profondément partisanes149, dans la mesure où jamais ces textes ne présentent la cohérence suffisante pour qu’il soit possible de les évoquer comme un tout véritable.

  • 150 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 33 et 43, pp. 195-196 et 200, et Gran Crónica de Alfonso XI, (...)

36De façon significative, la plupart des attaques portant atteinte à l’image des ordres militaires dans l’opinion castillane sont moins centrées sur l’institution que sur des figures individuelles la représentant. Il en est ainsi systématiquement des rumeurs hostiles dont se fait écho l’historiographie. Par deux fois, des bruits capables de nuire au prestige de Calatrava sont attestés dans la chronique royale durant le gouvernement contesté de García López de Padilla150. Alimentés par les adversaires de ce dernier, réunis derrière le clavaire Juan Núñez de Prado, ils ne visent en rien l’Ordre dont ils émanent, mais la personne du maître accusé de lâcheté au combat et plus largement de négligence envers les devoirs de sa charge.

  • 151 Crónica de la población de ávila, p. 31 : «Acaesçio una vez que Muño Ravia andava yrado (del rey, e (...)

37En plusieurs autres cas, où il n’est pas fait allusion à une rumeur, les accusations tendent pareillement à se concentrer sur la figure d’un frère, tel ce Martín Malo, également membre de Calatrava, oublieux de son voeu d’obéissance et dévoré par l’appétit de révolte, qui est présenté sous un jour cruel de déloyauté sans que le crédit de son Ordre en soit pour autant attaqué151.

  • 152 à ce sujet, une bibliographie de référence, établie par J. Wright, a été publiée dans La Corónica. (...)
  • 153 Édité d’abord par M. Rodrigues Lapa, Cantigas d’escarnho e de mal dizer, p. 586, doc. 399, le poème (...)
  • 154 M. BREA, Lírica profana galego-portuguesa, t. II, p. 868 : « E, u non ouv’esse reguardo / en ne un (...)
  • 155 E. Ferreira Priegue, « “Chegou Pais de maas artes.. », p. 368, se fonde ici sur l’analyse de J. Le (...)

38à la différence de l’historiographie, diffusée en priorité dans les cercles du pouvoir, la satire poétique a contribué pendant les XIIIe et XIVe siècles à informer une opinion plus large à travers l’œuvre des troubadours et notamment les cantigas de mal dizer152, dont les populations reprennent les rythmes jusqu’à les fixer par écrit à la fin du Moyen Âge dans des recueils appelés cancioneros. De façon tout aussi absolue que la chronique, la satire privilégie dans sa critique l’angle individuel. En attestent les strophes composées par Pero Méndez da Fonseca contre Pelayo Pérez Correa pour stigmatiser l’irrégularité de son ascension à la dignité de commandeur d’Uclés, peu avant qu’il ne devienne maître de Santiago153. Le poète moque la rapidité d’une telle élévation, qu’il dit acquise du jour au lendemain (du lues ao martes), et insiste sur son aspect singulier par comparai son avec l’état des Treize, qui constituaient la plus haute instance de l’Ordre154. Poussant plus loin sa critique, il met en scène Pelayo Pérez sous un jour démoniaque, le présentant au premier vers sous le nom de « Paio de maas artes », par référence à Pedro de maas artes, expression dont Elisa Ferreira Priegue a très judicieusement signalé qu’elle constitue dans le folklore médiéval portugais une appellation du diable155.

  • 156 Alphonse X, Cantigas de Santa María, t. III, c. 299, pp. 94-96. À l’appui d’une édition quelque peu (...)
  • 157 Alphonse X, Cantigas de Santa María, t. III, c. 275, pp. 43-47 : « A que nos guarda do gran fog’inf (...)

39Il est cependant rare que dans la poésie le personnage figuré présente une historicité aussi marquée. Le plus souvent, la satire se concentre sur des frères dont le seul élément d’identité consiste dans l’appartenance à leur Ordre. Ce cas est illustré par les deux récits des Cantigas de Santa María, composées à l’initiative d’Alphonse X, dans lesquels les frères des ordres militaires sont décrits sous un jour critique. Dans l’un, un membre de l’ordre de Santa María de España — celui-là même que le roi avait institué — est, à l’image de ses compagnons, dépeint comme animé d’une réaction initiale d’incrédulité devant une apparition de la Vierge, dont il refuse d’abord l’ordre avant de se rendre, après une nouvelle manifestation, à l’évidence du miracle156. L’autre récit met en scène deux frères du couvent hospitalier de Moura en route pour le sanctuaire mariai de Terena ; atteints de violents troubles du comportement, ils sont entravés à hauteur du cou afin d’éviter qu’ils ne meurent de ce mal qui les ronge et dont l’auteur, dans le refrain d’invocation à la Vierge, se plaît à relever la couleur infernale157. Dénués d’historicité, sans lien avec la réalité autre que celui de leur ordre, ces frères ont valeur de types plus que d’individualités, au point que leur caractère générique invite à formuler l’hypothèse d’une contestation globale, par leur intermédiaire, de l’institution à laquelle ils appartiennent.

  • 158 Du Cange, Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Graz, 1954, t. VII, p. 333, fait état d’un glisse (...)
  • 159 En témoignent pour Santiago deux bulles d’Innocent IV et d’Urbain IV, datées respectivement de mars (...)
  • 160 Le fait ressort de l’autorisation donnée en 1312 par Bérenger, évêque de Tusculum, à trois frères d (...)
  • 161 Par exemple, à la fin du XIIIe siècle, la révolte de plusieurs frères de Santiago contre leur maîtr (...)
  • 162 Pour Calatrava, une bulle de Benoît XII, datée d’août 1336, enjoint au chapitre général de Cîteaux (...)

40Sans être fréquentes, les critiques visant les ordres militaires semblent avoir rencontré un écho suffisant pour inquiéter leurs dirigeants et les conduire à se préoccuper de façon croissante, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, de l’image des institutions qu’ils gouvernaient. Un tel souci ressort a contrario de la multiplication des mentions de scandale dans les formulaires de la chancellerie pontificale. Des documents toujours plus nombreux font ainsi allusion au scandalum ou à la materia scandali, dont la cause principale tient aux conflits qui divisent les ordres militaires158. Derrière cette rhétorique transparaît une rumeur hostile qui cherche à tirer profit des dissensions mettant aux prises clercs et laïcs au sein d’une même communauté159, du transfert de frères d’une milice à une autre en dépit des prescriptions de la règle160, des rébellions armées contre le maître161 voire des schismes qui, nombreux dans la première moitié du XIVe siècle, étaient aussi préjudiciables à la réputation des ordres qu’à leur unité162.

  • 163 ANTT, Avis, doc. 94, publ. D. Lomax, « Algunos estatutos primitivos de Calatrava », p. 493.
  • 164 C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 586-588 (...)
  • 165 Écrite par le couvent en mai 1299, une lettre au maître Guillaume de Villaret en vue de la réunion (...)

41Certes, les bulles pontificales recouraient souvent à l’hyperbole, mais il ne me semble pas pour autant possible de réduire à un simple effet de style la crainte bien réelle du scandale présente dans les milices. Celles-ci se souciaient de leur image dans l’opinion, à preuve les premières dispositions normatives dont on conserve une trace écrite, dès le début du XIIIe siècle dans le cas de Calatrava, qui recommandent au maître de veiller en commun avec les anciens de l’Ordre au paiement des salariés propter infamiam devitandam163. Cette préoccupation dut cependant rester ténue jusqu’au dernier quart du XIIIe siècle, époque où apparaissent, dans les documents de la pratique, des indices attestant son poids croissant auprès des instances supérieures des ordres. En témoignent, pour l’Hôpital, un accord passé avec Santiago en 1283 pour prévenir la rumeur que risquait d’éveiller le transfert de frères d’une institution à l’autre164, et aussi, quinze ans plus tard, la crise propagée jusqu’aux plus hautes instances de l’Ordre par la rébellion ouverte des frères castillans, connue à l’époque comme 1’« escandle d’Espaigne » et perçue parles membres du couvent à Chypre comme un opprobre éternel pour leur communauté165.

  • 166 En 1337, une preuve en est apportée par les établissements de l’Hôpital qui préconisent que « uous (...)
  • 167 Le fait ressort d’une lettre de l’évêque d’Albano, pénitentiaire de Benoît XII, à l’évêque de Cuenc (...)
  • 168 Ainsi pour Santiago, tant dans la règle latine primitive, publiée par J. Leclercq, « La vie et la p (...)
  • 169 Ainsi, en 1210, une visite est attestée à Vilar de Donas en Galice dans un document publié par J. L (...)
  • 170 Le fait ressort en particulier des statuts de Santiago édictés au cours du magistère de Pelayo Pére (...)
  • 171 Le fait a été signalé par J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », (...)
  • 172 AHN, OM, carp. 207, doc. 39, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de (...)

42à partir du XIVe siècle, les ordres militaires sont de plus en plus préoccupés par leur réputation. Ce souci croissant, qui trahit assurément la progression d’éléments critiques au sein de la société castillane166, va jusqu’à influer sur l’attitude quotidienne des frères, comme dans le cas de ce chapelain santiaguiste de Santa Eulalia de Mérida, que l’indignation des fidèles contraignit à expulser de son église, malgré le droit d’asile, un domestique qui y avait commis un crime durant une messe d’anniversaire167. Largement diffusée, une telle crainte joua à mon sens un rôle décisif dans l’effort déployé pour régulariser la périodicité des visites. Prévues par la règle168 et attestées depuis la première moitié du XIIIe siècle au moins169, ces corrections n’atteignent pas le rythme annuel, qui théoriquement devait être le leur, avant la fin du Moyen Âge. Elles bénéficient pourtant d’une attention accrue des autorités supérieures des ordres militaires à compter du milieu du XIIIe siècle170 et gagnent en régularité dans la première moitié du siècle suivant, surtout pour les institutions de filiation cistercienne171, dans ce même souci du pro de la orden qu’évoquait déjà Pelayo Pérez Correa en 1260, lors de la première visite de la commanderie aragonaise de Montalbán172.

Une thématique traditionnelle

  • 173 Récemment, C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », p. 126, (...)
  • 174 AHN, OM, libro 1349, f° 77r° : « Diçese de vosotros que […] no faceis cavallerias por el nombre de (...)
  • 175 AS V, Reg. Av. 14, ffos 4121° et 497r°, cités par G. Mollat, Jean XXII. Lettres communes, t. III, p (...)

43À coup sûr restreinte, la contestation des ordres militaires dans la société castillane n’est pas négligeable pour autant. Si tant est qu’un échantillon limité puisse autoriser une conclusion de portée générale, il semble qu’elle ait joué de thèmes similaires à ceux qui étaient utilisés dans le reste de l’Occident173. Parmi les griefs dont les sources conservent l’écho, l’un consistait à dénoncer les ordres au motif qu’ils trahissaient leur mission militaire. Trois documents confirment l’existence d’une rumeur allant dans ce sens dans les premières décennies du XIVe siècle. Le premier est la lettre écrite en octobre 1311 par l’abbé de Morimond aux chevaliers de Calatrava : il leur fait part des bruits qui courent sur leur manque d’intérêt pour la défense de la foi et les exhorte à revenir à leur observance originelle174. Plus connus, les deux autres sont des bulles de Jean XXII adressées au légat pontifical en décembre 1320 afin que celui-ci contraignît les ordres militaires castillans à s’investir davantage dans la lutte contre l’Islam : l’une et l’autre rapportent l’existence d’une rumeur défavorable sur leur engagement, dont le retentissement au sein de la société politique détermine le pape à agir175.

  • 176 Sur la foi des documents cités précédemment, elle a été assumée par A. Forey, « The Military Orders (...)

44Il convient cependant, à mon sens, de prendre garde à ne pas surévaluer les bruits répandus sur les manquements des ordres militaires à leur vocation combattante dans la mesure où leurs occurrences sont peu fréquentes et me semblent, surtout dans les deux cas exposés, particulièrement intéressées. Ce n’est pas ici le lieu de se prononcer sur le bien-fondé d’une telle critique généralement acceptée par l’historiographie176, mais de souligner combien elle reflète, derrière une apparente objectivité, les intérêts manifestes des autorités dont elle émanait. Il n’est pas dans mon intention de postuler que les bruits dont se prévalaient l’abbé de Morimond et le souverain pontife étaient dépourvus de toute réalité historique. Il me paraît cependant important de souligner, fut-ce seulement à titre d’hypothèse, qu’ils ont pu être artificiellement exagérés afin de donner du poids à des dénonciations dont aucune n’était véritablement anodine.

  • 177 AHN, OM, libre 1349, f° 77r° : « Aparexados by siempre fuemos a vos vissitar personahnente, mas a n (...)
  • 178 La difficulté pour les Ordres à agir de façon équilibrée au service du roi et de Dieu et les craint (...)
  • 179 Les années 1319-1320 ont été décrites comme une « etapa de significativas confrontaciones » par J. (...)
  • 180 AHN, OM, libro 1345, ffos 199r-200v°, publ. BC, pp. 177-179.
  • 181 R AH, Col. Salazar, M-6, f° 152r° Dans ce texte adressé de Bexix, le 19 juillet 1316, le tuteur du (...)

45Dans le premier cas, l’avertissement lancé aux chevaliers de Calatrava par l’abbé cistercien ne cache pas sa finalité réformatrice que seuls les conflits internes de l’Ordre l’avaient jusqu’alors empêché de mener à bien en personne177. Bien qu’il ne soit pas explicitement exprimé, l’objet de l’injonction pontificale n’en est pas moins clair. En rappelant les ordres militaires castillans à leur mission de défense de la foi, Jean XXII ne cherche pas tant, me semble-t-il, à stigmatiser leur refus de se battre que leur propension croissante à servir les intérêts militaires de la monarchie178. Au plus fort de l’affrontement avec Grenade, accuser les ordres de manquer à leurs devoirs guerriers pourrait apparaître comme un non-sens179. De fait, l’intention du pontife me semble autre. Elle ressort d’un mandement adressé en août 1318 à Calatrava dans des termes similaires à ceux qu’il devait étendre en 1320 à l’ensemble des milices180. Le choix de l’institution n’était pas gratuit dans la mesure où son maître, García López de Padilla, s’était chargé en juillet 1316, à la demande de l’infant Pedro tuteur du jeune Alphonse XI, de négocier une trêve avec le sultan nasride181. Pour la papauté, l’enjeu était primordial. Elle devait en effet rappeler aux ordres militaires son autorité largement battue en brèche et, à cette fin, les bruits circulant sur une certaine réticence de ces institutions à combattre l’Islam sont utilisés en guise d’argument supplémentaire, et même probablement exagérés, afin d’amener leurs dignitaires à faire montre de plus de soumission.

  • 182 ASV, Reg. Av. 14, f° 4971° : « Cum fratres militie sancti Jacobi et Calatravensis ac de Alcántara e (...)
  • 183 A. Forey, The Military Orders, pp. 206-207, et H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Kn (...)
  • 184 Matthieu Paris, Chronica Maiora, t. IV, p. 291.
  • 185 A. M. Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal ».
  • 186 Ibid., p. 707 : « Set sicut nuper audivimus relatu plurium affirmari te pravum tu ostendens et prod (...)

46Liée par Jean XXII à la dénonciation du défaut d’engagement militaire des ordres, l’accusation de s’enrichir indûment est plus largement répandue dans la société castillane182. Elle reflète une critique courante dans tout l’Occident, où ces institutions sont accusées de gaspiller leurs biens en menant une vie fastueuse183. Sans qu’on puisse relever dans la péninsule Ibérique des accusations comparables à celle de Matthieu Paris, qui arguait que l’on aurait pu entretenir un chevalier en Terre sainte avec le revenu de chacune des commanderies du Temple et de l’Hôpital, dont il évalue respectivement le total à neuf mille et dix-neuf mille184, l’argument y a évidemment été diffusé. De même qu’en France ou en Angleterre, il semble avoir été utilisé en priorité par le clergé, notamment séculier. En atteste un ars dictandi, rédigé au cours du règne de Ferdinand III dans les chancelleries épiscopales de Zamora et de Palencia185, dans lequel un cas d’espèce montre le maître provincial du Temple reprochant à un frère une gestion dispendieuse et oublieuse de la finalité de l’Ordre, car tout entière tournée vers son profit personnel186.

  • 187 D. Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiasticos y seculares de Sevilla, t. I, pp. 166-167 : « Tenia cada u (...)
  • 188 Grem Crónica de Alfonso Xl, t. I, chap. 78, pp. 422-423.

47Diffusée dans les milieux ecclésiastiques, la critique des richesses acquises par les ordres militaires trouva un écho important dans le reste de la société castillane. Un reflet tardif en est fourni par le chroniqueur sévillan du XVIIe siècle Diego Ortiz de Zúñiga qui relate, au moment de traiter du quartier de la ville sur lequel les ordres exerçaient leur juridiction, les conflits provoqués par les privilèges qu’ils détenaient, notamment en matière fiscale187. Il ne fait pas de doute qu’une réputation de richesse excessive a dû accompagner les ordres militaires dès le Moyen Âge auprès de leurs contemporains. En témoigne en 1328 le projet du comte Alvar Núñez Osorio, le favori du jeune Alphonse XI, prévoyant d’imposer les milices pour pallier les difficultés du trésor royal : face au prieur de l’Hôpital, Fernán Rodríguez de Valbuena, qui s’opposait au principe d’une taxation, le conseiller fit valoir l’origine monarchique des donations consenties à ces institutions, soulignant leur importance et, par là même, le profit que l’on pouvait espérer en retirer188.

  • 189 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 273, repris dans Id., T (...)
  • 190 J. M. Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, « Alfonso X, la orden teutónica y Tierra Santa », (...)

48Un indice de la diffusion des critiques à l’encontre de la richesse présumée des ordres militaires réside sans conteste dans le soin qu’ils mirent à se prémunir contre elles. À un niveau interne, l’accent est placé, dans différents statuts régissant le fonctionnement de ces institutions, sur la punition des frères qui feraient preuve d’appât du gain. Ainsi, les définitions de Calatrava de 1325 imposent au maître de veiller à l’approvisionnement des châteaux de frontière pour éviter qu’ils ne tombent au pouvoir ennemi por codicia de los freyres189. Au niveau externe, il semble révélateur que les milices aient cherché par avance à se dédouaner de possibles accusations. À cette fin, le maréchal des Teutoniques, conscient de la rumeur circulant contre les ordres, prend soin de préciser dans la lettre qu’il envoyé en 1254 à Alphonse X, à la suite de l’échec du passage de saint Louis en Orient, que son institution a dépensé plus que ne l’y autorisaient ses ressources afin de maintenir son honneur et de parer aux calomnies de ses détracteurs190.

  • 191 Demeuré longtemps à l’état manuscrit, l’ouvrage, publié récemment, avait fait auparavant l’objet d’ (...)
  • 192 Castigos é documentos del rey don Sancho, chap. 16, p. 125 : « Orden de ser perlado es muy buena é (...)
  • 193 Martín Pérez, Lïbro de confesiones, part. II, chap, 117 et 118, pp. 401-403.
  • 194 AHN, OM, libro 1349, f° 77r.: «O dolor! la vihuela buelta es en luto e aquellos a quien los princip (...)

49Au-delà de l’appétit de richesses des ordres militaires, certaines critiques, poussant plus loin la dénonciation, mettent en cause la vocation de leurs frères, à laquelle elles dénient toute sincérité. Plusieurs écrits de l’époque s’accordent à fustiger ce fait comme le pire des péchés que puisse commettre un ecclésiastique. Sur ce point, Martín Pérez, dans son traité de confession écrit en 1318, où il dresse un inventaire des fautes selon l’état du pécheur191, rejoint l’avis que Sanche IV, vingt-cinq ans plus tôt, donnait à son héritier192. Les ordres militaires semblent de la sorte confrontés à une accusation de duplicité mettant en cause la sincérité de leur engagement comme l’illustre, par-delà l’écho générique qu’en propose Martín Pérez193, la critique que l’abbé de Morimond adressait en 1311 aux frères de Calatrava : se faisant l’écho d’une rumeur accusatrice, il leur reprochait de déroger aux obligations de l’Ordre, de ne pas en observer les statuts, c’est-à-dire, dans sa pensée, de trahir l’esprit de Cîteaux pour revenir aux com modités et à l’oisiveté de l’ancien ordre bénédictin194.

  • 195 M.J, Lacarra, Cuento y novela corta en España, pp. 255-257.
  • 196 Libro de los Gatos, pp. 95-96.
  • 197 Ibid, p. 96: «Otrosi los Templeros, del Ospital, los de San Juan, si otra cruz. non han en el coraç (...)

50Rares sont néanmoins les attaques à mettre en cause la vocation des ordres militaires avec une pareille violence. Il n’en est guère qu’une seule qui, dans les écrits castillans de l’époque, présente le même caractère systématique. Il s’agit d’un texte tiré d’un recueil anonyme d’exempla, connu sous le nom de Lïbro de los Gatos, compilé dans la seconde moitié du XIVe siècle à partir des Fabulæ d’Odon de Cheriton, rédigées dans les années 1220-1230195. Parmi la trentaine de récits réunis dans l’œuvre, l’un se rapporte aux Templiers et aux Hospitaliers, décrits dans le bestiaire sous l’apparence d’ânes en raison de la croix de leur habit, identique à celle de l’encolure de l’animal196. Jouant de cette image, l’exemplum les invite à manifester une dévotion véritable en ne se contentant pas de dehors chrétiens, mais en veillant à combattre le péché et, en premier lieu, le désir charnel, sous peine d’être seulement des ânes de l’enfer197.

51Le plus souvent, cependant, les critiques relatives à la vocation des ordres militaires tendent à se concentrer sur un aspect particulier de cette dernière.

  • 198 L’intention de l’auteur a beaucoup été discutée du fait que l’attention qu’il prête à la descriptio (...)
  • 199 Ibid., p. 366: «Orden de Santiago, con la del Ospital, / Calatrava e Alcántara, con la de Buenaval, (...)
  • 200 À l’échelle des sociétés chrétiennes ibériques, la peur de l’apostasie qui apparaît à partir du XII (...)
  • 201 Ainsi, notamment, dans les establecimientos de 1251 (BNM, ms. 8582, ffos 59r° et 61v°).
  • 202 A. Forey, The Military Orders, pp. 209-210, a souligné les critiques adressées en Occident aux ordr (...)

52D’aucunes stigmatisent leur appétit mondain : c’est par exemple le cas du Libro de Buen Amor, composé dans les années 1330, dans lequel l’archiprêtre de Hita, Juan Ruiz, illustre l’emprise du plaisir sur la société castillane du temps198. En un passage dans lequel don Carnal, allégorie des tentations de la chair, célèbre son entrée dans une ville qu’il a soustraite au pouvoir de doña Cuaresma, les ordres militaires sont représentés en bonne place des réjouissances organisées pour l’accueillir199. Mettant en cause de façon plus radicale la vocation de ces institutions, une rumeur de l’époque tirait prétexte de l’apostasie de certains frères pour flétrir la réputation de leur ordre200. Attestée là encore a contrario, notamment à travers le souci que manifestait Santiago d’éviter d’y donner prise201, elle semble, sans échapper tout à fait à une influence extérieure202, compter parmi les rares critiques susceptibles d’accréditer une certaine spécificité hispanique, ainsi qu’il ressort, nous l’avons vu, du réquisitoire prononcé par Guillaume de Plaisians contre les Templiers,

Une faible spécificité

  • 203 Le fait a été signalé par A. Sánchez Candeira, « Las cruzadas en la historiografía española de la é (...)

53La similitude thématique entre les critiques adressées aux ordres militaires en Castille et celles circulant à leur encontre dans le reste de l’Occident est à l’évidence l’indice d’une originalité réduite. La raison de cette situation tient pour une part à la dépendance de la rumeur castillane par rapport à des sources extérieures. Plusieurs des textes reprenant ponctuellement une accusation contre l’action des ordres militaires constituent en effet des adaptations, voire de simples traductions d’oeuvres écrites dans la perspective des événements de Terre sainte. Il en est ainsi de la version castillane de l’Historia orientalis de Jacques de Vitry comme du texte des Anales de Tierra Santa, en grande partie dérivé d’une rédaction aujourd’hui perdue qui servit également de base à l’un des deux manuscrits français203, ou encore de la narration de La Gran Conqmsta de Ultramar, qui est, parmi les récits castillans des croisades, celui auquel sa diffusion a offert l’influence la plus profonde dans l’opinion péninsulaire.

  • 204 Le récit et la chronologie de l’événement se retrouvent dans l’ouvrage classique de R. Grousset, Hi (...)
  • 205 La Gran Conquista de Ultramar, chap. 532, p. 247 : « E por ende, se daua a entender, assi como oyes (...)

54Inévitablement, les critiques visant les ordres militaires dont de telles œuvres se font écho apparaissent dépourvues de racines dans la société castillane. On peut arguer qu’en s’appropriant ces attaques les traducteurs les assumaient, fûtce de manière indirecte, dans la mesure où, à défaut de toujours les approuver, ils ne pouvaient ignorer la portée qu’ils leur conféraient. De fait, certaines accusations semblent avoir bénéficié d’une audience suffisamment large dans la Péninsule pour façonner le jugement de l’opinion et porter atteinte à la réputation des ordres militaires. Il en est ainsi, par exemple, d’un épisode illustrant la rivalité du Temple et de l’Hôpital. En 1242 fut livrée devant Ascalon une bataille au cours de laquelle les Hospitaliers, alliés du sultan du Caire, furent accusés d’avoir pris le parti de ce dernier contre le Temple et les barons de Terre sainte, allant jusqu’à refuser aux chrétiens qu’ils combattaient l’entrée de la cité, où ceux-ci voulaient se réfugier204. Le mode sur lequel La Gran Conquista de Ultramar relate l’événement est intéressant dans la mesure où il invite à penser que ce dernier a pu donner naissance à une rumeur susceptible de modeler le jugement d’un public ibérique205.

  • 206 BNM, ms. 684, chap. 71, ffos171v°-172r°,
  • 207 La Gran Conquista de Ultramar, chap. 316, p. 162, chap. 427, p. 205 et chap. 495, p. 230.
  • 208 II en existe pourtant dans d’autres domaines dans la mesure où C. González, La Tercera Crónica de A (...)
  • 209 A. Sánchez Candeira, «Las cruzadas en la historiografía española de la época», p. 366 : «Anno Domin (...)

55Dans la majorité des cas, néanmoins, les récits castillans des croisades se contentent de reproduire les critiques que leurs modèles avaient déjà lancées contre les ordres militaires. Le résultat en est une diffusion à l’échelle hispanique des accusations formulées contre les ordres sur un plan général, soit que les textes insistent, comme c’est le cas de la traduction de Jacques de Vitry, sur des considérations morales de portée générique206, soit au contraire qu’ils reflètent, telle La Gran Conquista de Ultramar, les principaux topoi qui servaient d’arguments aux critiques dirigées contre les ordres militaires, se concentrant tour à tour sur leur alliance avec les musulmans ou sur leur participation aux conflits entre chrétiens207. Ce qui montre que ces récits se bornaient à reprendre des critiques provenant d’autres sources, c’est leur défaut d’apports propres en la matière208. Parmi les divers événements évoqués, en effet, on n’en trouve qu’un seul qui ne soit pas mentionné dans l’original : il s’agit du siège de Tripoli, entrepris en 1258 contre le prince d’Antioche Bohémond VI par Bertrand de Gibelet et dont les Anales de Tierra Santa attribuent l’initiative au maître de l’Hôpital209.

  • 210 D. Wojtecki, «Der Deutsche Orden unter Friedrich II.».
  • 211 J. M. Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, «AlfonsoX, la orden teutónica y Tierra Santa», p. (...)

56Sacrifiant en grande part aux topoi répandus contre les ordres militaires à l’échelle de l’Occident, la plupart des griefs retenus contre eux en Castille tendent à les considérer comme un ensemble global sans prêter attention, là encore, aux particularités de chacun. Certes quelques critiques, nous l’avons vu, visent une institution en particulier, telle la lettre de l’abbé de Morimond appelant en 1311 les chevaliers de Calatrava à se réformer. Certaines milices étaient même conscientes qu’elles pouvaient être l’objet de mises en cause spécifiquement dirigées contre elles. Du moins est-il possible d’interpréter ainsi l’excuse présentée en 1254 à Alphonse X par le maréchal des Teutoniques pour s’exonérer de l’accusation d’avoir manifesté peu d’empressement à aider saint Louis lors de son séjour en Terre sainte. Connaissant la rumeur accusant ses frères de soutenir les intérêts impériaux, particulièrement exacerbée après le passage de Frédéric II210, le dignitaire cherche par avance à se prémunir contre elle en excipant de son impartialité, de façon à faire pièce à d’éventuels calomniateurs211.

  • 212 J. Prawer, «Military Orders and Crusader Politics», p. 218.
  • 213 Le fait ressort clairement des études d’A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 274, et H (...)
  • 214 ASV, Reg. Av. 14, ff° 428v°-429r°.
  • 215 Ainsi l’a montré A. Luttrell, «Actividades económicas de los Hospitalarios», p. 179, repris dans Id(...)

57Pour autant, la plupart des attaques, quel que soit le thème sur lequel elles se focalisent, tendent à considérer les ordres militaires de façon globale, en gros, pour reprendre l’expression utilisée par Joshua Prawer qui, le premier, a mis en évidence ce fait à l’échelle internationale212. A mesure que s’est affinée la connaissance des critiques dirigées contre les ordres, le constat a recueilli l’accord de tous les principaux spécialistes213. Une fois encore, il n’en va pas différemment pour la Castille que pour le reste de l’Occident L’accusation d’avoir tiré parti de leur faveur pour accumuler des richesses et d’employer celles-ci à mauvais escient, in usos illicitos., selon la formule choisie par Jean XXII dans les deux bulles de 1320, s’étendait dans l’esprit du pontife comme dans celui d’Alvar Núñez Osorio, huit ans plus tard, à la totalité des ordres militaires. Peu importe qu’elle ne concorde pas avec la situation réelle de chacun d’entre eux. à la différence du favori d’Alphonse XI, le pape souligne l’endettement du prieuré castillan de l’Hôpital214, solidaire des dettes contractées par l’Ordre à l’occasion de la conquête de Rhodes215, sans d’ailleurs que cela l’empêche de confondre l’institution dans l’impression globale d’aisance qu’il prête à ses homologues.

  • 216 Le texte latin de l’exemplum étudié a été publié par L. Hervieux, Les fabulistes latins, pp. 223-22 (...)

58En règle générale, on ne relève pas, parmi les griefs retenus contre les ordres militaires, d’accusations pesant seulement sur l’un d’entre eux. En ce sens, le reproche de favoriser les intérêts impériaux, auquel se réfère la lettre adressée par le maréchal des Teutoniques à Alphonse X, constitue une exception. Tout au plus peut-on souligner la tendance des critiques décalquées de modèles étrangers à se concentrer en priorité sur le Temple et l’Hôpital, particulièrement exposés à l’attention de l’opinion internationale, ainsi que l’atteste l’exemplum du Libro de los Gatos, copié pratiquement sans changements du récit des Fabule d’Odon de Cheriton216. à l’inverse, les griefs qui présentent davantage de fondement dans la tradition hispanique placent sur un pied d’égalité absolu les ordres militaires ibériques et leurs homologues de Terre sainte. Le plus bel exemple est à coup sûr le passage du Libro de Buen Amor où toutes les milices apparaissent réunies dans l’accueil fait à don Carnal, sans que l’on observe entre elles de hiérarchie qui puisse donner prise à une individualisation de la critique.

  • 217 Un fait similaire a été observé pour la Provence par D. Carraz, « Les ordres militaires face aux cr (...)
  • 218 L’utilité de cette démarche a été bien soulignée par A. Forey, The Military Orders, p. 211.
  • 219 À l’échelle internationale, le fait a été mis en valeur par H. Nicholson, Templars, Hospitallers an (...)
  • 220 El Libro de los engaños, pp. 63-64.
  • 221 Libro de los Gatos, pp. 85-86 : «Estos asnos son los ombres falsos e perezosos de servira Dios, e t (...)

59Le plus souvent communes à l’ensemble des ordres militaires, les accusations retenues contre eux ne leur sont donc nullement spécifiques217. Il est essentiel, pour apprécier leur statut dans la société castillane, de les considérer en perspective, c’est-à-dire de les rapporter à celles qui frappaient d’autres groupes, notamment au sein de l’institution ecclésiale218. D’une rapide comparaison, il ressort qu’en Castille, comme dans le reste de l’Occident219, rares étaient les rumeurs hostiles qui les visaient spécifiquement. La règle est bien davantage que des accusations identiques soient indistinctement dirigées contre d’autres groupes ecclésiastiques, les ordres monastiques en premier heu. Point n’est besoin de s’étendre. à plusieurs reprises, des moines sont taxés de lubricité, à l’instar de cet abbé venu rejoindre nuitamment l’épouse d’un marchand qu’il sait s’être absenté, mis en scène dans un exemplum du Libro de los engaños, composé à l’initiative du jeune frère d’Alphonse X, l’infant Fadrique220 ; sur d’autres planait un soupçon de fausseté dans la mesure où leur vocation est décriée, à l’image des Bénédictins, accusés parfois de dissimuler sous l’habit religieux un appétit de lucre et de jouissance221.

  • 222 Juan Ruiz, Libro de Buen Amor, pp. 366-367.
  • 223 Libro de los Gatos, 1984, pp. 95-96. Brocardant à la fois les frères du Temple et les convers de Cî (...)

60Bien plus, différentes critiques frappant les ordres militaires participent en fait de dénonciations beaucoup plus larges, s’étendant le plus souvent à l’ensemble de la société ecclésiastique. Tel est le cas des deux plus graves griefs retenus contre eux. Dans la scène du Libro de Buen Amor relatant l’accueil de don Carnal ne figurent pas uniquement les ordres militaires : pour révérer cette allégorie du plaisir charnel s’unissent tous les religieux de la ville, depuis les prêtres et les moines d’ordre ancien, comme les Clunisiens, moqués sous le nom d’orden de Cruzniego, jusqu’aux réformés, nés de Cîteaux, et aux frères mendiants, de tradition pourtant plus récente222. Nul n’échappe donc à la satire, pas plus que dans le Libro de los Gatos, où le récit auquel j’ai fait allusion confond dans la même diatribe contre la fausseté des religieux, à côté des Hospitaliers et des Templiers, les Cisterciens, les Prémontrés ou les Bénédictins, dont il déclare que la condition n’est rien si, au-delà du seul habit, elle ne se double pas d’une véritable inclinaison du cœur223.

  • 224 Ainsi l’a souligné P. Chaunu, Le temps des réformes, et Eglise, culture et société. Essais sur la R (...)
  • 225 J.-Ch. Payen, « La satire anticléricale dans les œuvres françaises », p. 272.
  • 226 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Kights, pp. 133-134.

61Une telle analyse conduit à relativiser les critiques adressées aux ordres militaires et, en tout cas, à les replacer dans la perspective d’une contestation plus large, entraînant à l’échelle de l’institution ecclésiale un appel récurrent à la réforme224. à l’échelle de l’Occident, cette nécessité a été fort bien illustrée par Jean-Charles Payen dans une étude de la satire anticléricale de la seconde moitié du XIIIe siècle. Se fondant sur l’oeuvre flamande de Jacquemart Gielée, Renart le Nouvel., il a souligné que la critique développée par l’auteur contre Templiers et Hospitaliers, à la tête desquels est placé un fils de Renart, Souduians — littéralement « celui qui ruse » — vêtu pour moitié du costume de chacun des deux ordres, n’est que le pendant d’une dénonciation générique et tout aussi véhémente de la société ecclésiale, y compris des ordres mendiants auxquels Renart a donné ses deux aînés, Renardel et Roussel225. Justement reprise par Helen Nicholson, l’idée selon laquelle la critique des ordres militaires doit être entendue comme un appel à une réforme plus vaste de l’Eglise me semble pouvoir s’appliquer parfaitement à la société castillane, sans que l’on puisse d’ailleurs observer, au sein de cette dernière, un effet dramatique comparable à celui qu’a souligné cet auteur pour le reste de l’Occident, où ces institutions semblent avoir été liées de manière beaucoup plus univoque à la Terre sainte226.

  • 227 J, M. Rodríguez García, «Alfonso X and the Teutonic Order», p. 322.

62Il est donc indéniable que circulaient dans la société castillane certains bruits hostiles aux ordres militaires. En ce sens, la dénégation récemment opposée par José Manuel Rodríguez García me semble largement infondée227. Reste néanmoins qu’il est difficile de parler d’une « critique » dans la mesure où celle-ci était faite d’échos disparates et, le cas échéant, contradictoires. Si peu cohérentes que soient ces accusations, il est certes singulier qu’elles aient conduit les ordres, à partir du milieu du XIIIe siècle, à veiller avec un soin accru à leur image, mais l’on ne peut pour autant considérer ce souci comme l’indice d’une hostilité croissante de l’opinion castillane à leur encontre, car ces griefs présentent une spécificité trop faible par rapport aux rumeurs critiquant les milices sur le plan international et aux appels à une réforme globale de l’Église.

III. – Un courant continu d’exaltation

  • 228 A. Forey, The Military Orders, pp. 211-212, et H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Kn (...)
  • 229 Ainsi l’ont fait, sur la foi d’un panégyrique fameux de Rodrigo Jiménez de Rada, D. Lomax, La orden (...)

63Parallèlement aux rumeurs qui circulaient contre les ordres militaires s’exprime dans la société castillane un profond sentiment de confiance dans leur faculté de mener à bien leur mission de lutte contre l’Islam. Le fait n’est pas original en lui-même, dans la mesure où Alan Forey comme Helen Nicholson ont bien souligné qu’à l’échelle de l’Occident, jusqu’à la fin du XIIIe siècle tout au moins, les critiques adressées aux milices sont équilibrées par un flux continu de louanges228. Pas plus que sa remise en cause ponctuelle, l’exaltation de la mission confiée à ces institutions n’a véritablement suscité l’intérêt de la recherche espagnole. Plusieurs passages élogieux ont été relevés à différentes occasions229, extraits pour la plupart de bulles pontificales et de diplômes royaux, mais jamais ils n’ont fait l’objet d’une réflexion critique globale s’attachant à évaluer, au-delà des topiques du discours, la répercussion de ces modèles rhétoriques dans la société castillane.

L’incarnation d’une nécessité politique

  • 230 A. Demurger, « L’aristocrazia laica e gli ordini militari in Francia nel Duecento », p. 66.
  • 231 Ainsi l’affirmait le maître de l’Hôpital Foulques de Villaret dans un mémoire sur la croisade publi (...)
  • 232 Le fait a été signalé par A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposais », p. 333, rep (...)

64Contrairement à une idée longtemps dominante dans l’historiographie, il a été prouvé qu’à la fin du XIIIe siècle encore la mission des ordres militaires bénéficiait d’une large compréhension dans la société occidentale230. Ainsi, l’image façonnée par ces institutions, qui se présentaient comme indispensables à la réussite de toute initiative de croisade231, recevait au niveau international l’aval des secteurs qui souhaitaient leur réforme afin de mettre en œuvre une lutte plus efficace contre l’Islam232. Il en était de même en Castille, où leur engagement militaire demeurait perçu comme un élément essentiel de la protection du royaume. Sur ce point, les critiques, nous l’avons vu, sont très rares. Plus encore, émanant de l’autorité pontificale ou, pour Calatrava, de l’abbé de Morimond, elles sont extrêmement partiales dans la mesure où elles ne condamnent pas une quelconque faillite des ordres dans leur mission de combat, mais leur soumission, jugée excessive par la papauté, à la volonté d’un pouvoir monarchique qui les amenait au début du XIVe siècle à faire passer les intérêts castillans avant ceux de la Chrétienté.

  • 233 C. Alvar, á. Gómez Moreno et F. Gómez Redondo, La prosa y el teatro en la Edad Media, p. 109.
  • 234 Juan Manuel, Libro de los Estados, p. 342 : «En quál dellos se puede omne mejor salvar et más sin p (...)
  • 235 Ibid, p, 342 : «Otrosí, ay órdenes de cavallería, que pueden aver cavallos et armas, et usar dellas (...)

65En aucun cas les ordres militaires ne sont envisagés comme un problème dans les traités politiques castillans. Chacun de ces écrits traduit une pleine confiance dans leur mission. En témoigne le plus important d’entre eux, le Libro de los estados, composé autour de 1330 par l’infant Juan Manuel, dont il reflète à la fois l’expérience personnelle et les préoccupations politiques233. Les ordres militaires, appelés órdenes de cavallería, y sont mentionnés avec l’ensemble des corps de l’Église parmi les états dans lesquels l’homme est le plus à même d’assurer son salut234. Bien peu d’éléments ressortent de la description de ces institutions par Juan Manuel, qui consiste en une simple liste. L’intérêt de cette dernière n’est cependant pas négligeable car l’auteur l’introduit par une phrase lapidaire qui vise à mettre en relief la spécificité des milices au sein de l’Église, montrant que leur engagement armé au service de la foi restait pour lui en tout point d’actualité dans la première moitié du XIVe siècle235.

  • 236 Ainsi l’atteste Juan Manuel dans un passage du chapitre IV de son Libro Enfenido (p. 139).
  • 237 F. Gómez Redondo, La prosa del siglo XIV, pp. 46-48.
  • 238 Glosa castellana al Regimiento de príncipes, t. III, p. 366 «La tercera caballería es votiva, en la (...)
  • 239 Patrologie Latine, t. 209, pp. 44-45.
  • 240 Glosa castellana al Regimiento de príncipes, t. III, p. 366. Faisant fi du parti pris de littéralit (...)

66Connu en Castille dès les premières décennies du XIVe siècle236, le miroir du prince rédigé par Gilles de Rome autour de 1285 pour Philippe IV, jeune héritier de la couronne capétienne, livre une information à peu près similaire. Diffusée au sud des Pyrénées avant même d’être traduite du latin et largement glosée par l’évêque d’Osma, Juan García de Castrojeriz, à l’intention du fils ainé d’Alphonse XI237, l’œuvre s’avère précieuse pour évaluer l’image des ordres militaires dans la société castillane du milieu du XIVe siècle en raison même du traitement qu’elle a subi pour être adaptée en langue castillane. Écrivant autour de 1345, le commentateur s’est en effet appliqué à restituer pleinement les louanges que Gilles de Rome, soixante ans plus tôt, avait décernées aux milices. Reproduit dans sa globalité — jusqu’à conserver la référence au Temple, dissout dans l’intervalle238 —, l’éloge est même développé dans la glose à partir d’une citation de saint Bernard, extraite du De Laude novæ militæ, qui témoigne, un siècle et demi après Martín de León239, du profond écho que conservait dans la péninsule Ibérique la conception de la chevalerie développée par l’abbé de Clairvaux240.

  • 241 ASV, Reg. Vat. 21, f° 397r°, publ. A. Quintana Prieto, La documentación pontificia de Inocencio IV,(...)
  • 242 BS, p. 181, repris par ibid., t. II, pp. 602-603, doc. 659.
  • 243 BS, p. 200, repris par I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Urbano IV, pp. 95-96, d (...)
  • 244 ASV, Reg. Vat. 238,ffos 10r°-11r°, publ. J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inocenc (...)

67Par-delà la littérature politique, la mission des ordres militaires est l’objet d’un éloge fervent de la part du Saint-Siège. La plupart des textes que la chancellerie pontificale leur destine égrènent invariablement les mêmes dithyrambes tendant à exalter la qualité de leur vocation. Ainsi, à trois ans d’intervalle, Innocent IV assimile les membres de Calatrava et de Santiago à des « athlètes de la foi », athletas fortissimos ou fidei spéciales athletas, les premiers lors du renouvellement de leur immunité 241, les seconds à l’occasion d’un privilège concédant une indulgence plénière aux fidèles prêts à s’engager à leurs côtés dans la lutte contre les musulmans242. Une expression similaire est reprise en 1263 par son successeur Urbain IV pour désigner les frères de Santiago dans une bulle excommuniant quiconque attenterait à leurs biens243. Un siècle plus tard, la rhétorique curiale n’avait aucunement varié, ainsi qu’il ressort de l’éloge de la mission des Hospitaliers auquel se livre Innocent VI244.

  • 245 AHN, OM, libro 1344, f° 71r°, publ. BC, pp. 136-137: «Pro christiane fidei tutela, cui perpetuum re (...)
  • 246 J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, 1906, pp. 373-375, d (...)
  • 247 AHN, OM, carp. 443, doc. 45, publ. A. Quintana Prieto, La documentación pontificia de Inocencto IV,(...)

68Sans doute convenus, peut-être même forcés, ces panégyriques n’en sont pas pour autant dépourvus de fondement. Il ne fait aucun doute qu’ils correspondent pour le Saint-Siège à un sentiment profondément vécu. L’engagement frontalier des ordres militaires contre l’Islam est en effet systématiquement invoqué pour justifier les immunités fiscales qui leur étaient consenties. En témoignent, en 1274, l’exemption des subsides décidés par le concile de Lyon afin de préparer une offensive en Terre sainte, concédée par Grégoire X à Calatrava245, et aussi, quatre ans plus tard, l’insistance de son successeur Nicolas III auprès d’Alphonse X pour qu’il fasse appliquer la même mesure au bénéfice de l’Hôpital246. Bien plus, l’investissement de Calatrava dans les combats de frontière représente une occupation suffisamment importante aux yeux du pontife pour qu’il dénie à l’abbé général de Cîteaux le pouvoir de contraindre le maître de l’Ordre à assister au chapitre annuel247.

  • 248 Il n’existe pas pour la péninsule Ibérique d’étude comparable à celle entreprise pour la Prusse par (...)
  • 249 AHN, Sellos, carp. 63, doc. 2, publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, p. 6, doc 6.
  • 250 Ibid., p. 6, doc 6 : «Reçibiemos el castiello de Ella de don Arnalt el Aleman et de su fiio Enrique (...)
  • 251 ASV, Reg. Av. II, ffos 73v°-74r°.

69Le pape, impressionné par la réputation de guerriers expérimentés qui s’attachait aux ordres militaires, leur recommandait les chevaliers poussés par les indulgences de croisade à combattre les musulmans en Espagne248. Plusieurs cas l’attestent dès le milieu du XIIIe siècle. Le plus notable est sans doute celui d’un lignage d’origine germanique étroitement lié à Santiago et dont trois membres sont cités en 1245 lors de la cession à l’Ordre du château d’Elda, situé dans le royaume de Murcie, conquis de fraîche date249. Arnaud l’Allemand et son fils Henri ratifient l’accord passé à la mort de Guillaume l’Allemand, mort sous l’habit des confrères de Santiago. En échange, l’Ordre leur remet les montures et l’argent nécessaires au second pour rentrer dans son pays250. De tels liens ne sont pas rares. Es se poursuivent au XIVe siècle, entretenus par la papauté, comme le montre une lettre adressée par Jean XXII en 1318 aux supérieurs de Santiago, de Calatrava et de l’Hôpital pour qu’ils traitent avec charité un petit seigneur languedocien, Brémond d’Anduze, qui avec plusieurs compagnons avait fait voeu de s’engager contre Grenade aux côtés de leurs frères251.

  • 252 AHN, OM, carp. 71, doc.1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 121, doc (...)
  • 253 AHN, OM, carp. 249, doc. 1, publ. E. González Crespo, «Castillos andaluces en época de Alfonso XI», (...)
  • 254 ASV, Reg. Vat. 134, f° IIIr°, publ. J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et patente (...)

70Au sein des instances dirigeantes de la société, une telle louange de l’action des ordres militaires n’est pas l’exclusivité de la papauté. Bien au-delà de l’intégration de l’Andalousie bétique au sein de l’espace castillan, la monarchie s’est faite l’écho d’éloges semblables à l’occasion de la plupart des grâces qu’elle leur accorde. Pour prendre l’exemple de Santiago, il suffit de comparer le protocole de la donation de Benameji et de Vierbén, effectuée en 1254 par Alphonse X252, avec celui de la concession d’Ortejícar, accordée en 1330 par Alphonse XI253, pour noter que le formulaire, s’il s’est assurément étoffé, reflète une louange identique du service armé des ordres militaires. Cependant cet éloge est loin de se réduire à une dimension rhétorique. Le prix que le pouvoir attachait au soutien des milices est manifeste. Il est en tout cas suffisamment notoire pour qu’Alphonse XI en fasse usage en 1339 comme argument afin d’obtenir du pape qu’il renonce à convoquer à la Curie le maître de Calatrava, quelle que fût la gravité de ses fautes, tant que dureraient les hostilités sur la frontière grenadine254.

  • 255 Ph. Josserand, «Las órdenes militares y el mar».
  • 256 Daté de 1253, le document duquel ressort un tel projet a été publié par J. González González, Repar (...)
  • 257 Sur ce point, l’analyse d’A, Rodríguez de la Peña, « La orden de Santa María de España y la orden t (...)

71Par-delà les formules de chancellerie, la position de l’autorité monarchique par rapport aux ordres militaires révèle une confiance indiscutable en leur mission. Les circonstances entourant la chute du Temple ne peuvent en effet avoir valeur de norme : l’attitude de Ferdinand IV, nous l’avons vu, répond au désir de tirer un profit politique du procès plutôt qu’à une quelconque méfiance à l’égard de l’institution. En règle générale, en effet, le sentiment du pouvoir royal traduit une parfaite compréhension de la finalité et de l’utilité des ordres militaires. Ainsi Alphonse X, désireux de porter sur mer la lutte contre l’Islam pour obtenir le contrôle du détroit de Gibraltar, dont dépendait la sécurité des conquêtes andalouses de son père, songea-t-il d’emblée à eux pour constituer une force navale capable de prévenir une invasion du royaume255 : voulant à l’origine impliquer Santiago dans un service maritime annuel de trois mois256, il opta finalement en 1272 pour la fondation d’un ordre militaire nouveau, Santa María de España, qu’il dota, de manière significative, de quatre couvents répartis sur l’ensemble des côtes du royaume castillan257.

  • 258 Rapporté autrefois par F. Pardo de Terán et J. M. Bovér, Memoria en que se manifestan los hechos de (...)
  • 259 AS V, Reg. Vat. 116, ffos 84v°-85r°: «Nec nidemus etiam quod ordo militaris si crearetur ibidem de (...)
  • 260 C. Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla », pp. 38-39, et Ph. Jossera (...)
  • 261 ASV, Reg. Vat. 299, f° 49r°, publ. L. Suárez Fernández, Castilla, el Cisma y la crisis conciliar, p (...)
  • 262 Rapportée par J. de Sigüenza, Historia de la orden de San Gerónimo, t. II, p. 87, cette tentative a (...)

72En dépit de l’échec de ces deux projets, la faveur dont les ordres militaires jouissaient auprès de l’autorité royale semble s’être intégralement maintenue au cours du XIVe siècle, voire au-delà. De nouvelles tentatives de création attestent en effet que les successeurs d’Alphonse X les considéraient eux aussi comme des institutions pleinement efficaces. Dans cette optique, Alphonse XI adresse dès 1327 une requête à Jean XXII afin qu’il l’autorise à fonder, à partir des anciennes possessions castillanes du Temple, un ordre militaire conçu selon le modèle national utilisé dans les royaumes voisins d’Aragon et de Portugal pour instituer Montesa et le Christ258. Faute d’une réponse favorable du pape, hostile à une milice nouvelle qui concurrencerait l’Hôpital259, en théorie investi depuis 1319 des biens du Temple en Castille260, la tentative du roi se solda par un échec. Elle n’en marque pas pour autant la renonciation du pouvoir monarchique à donner naissance à une institution qu’il pût contrôler comme le montrent, sous le règne de Jean Ier, la création de l’ordre de San Bartolomé de Tarifa261, voire, au tout début du XVIe siècle, le projet chimérique, esquissé par certains conseillers de Philippe le Beau, de transformer l’ordre hiéronymite en une maîtrise militaire262.

Un motif d’exaltation littéraire

  • 263 Ainsi l’a signalé I. Fernández-Ordóñez, « La historiografía alfonsí y post-alfonsí en sus textos », (...)
  • 264 C. de Ayala Martínez, «Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera ».
  • 265 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rébus Hispanie, livre VII, chap. 27, pp. 249-250 : « In Vcle (...)

73Pleinement comprise au faîte de la société politique, la mission des ordres militaires recevait aux XIIIe et XIVe siècles un écho favorable dans la plupart des écrits contemporains. Il n’est que de considérer le genre historiographique, dont on ne saurait exagérer l’impact sur l’opinion, en particulier au niveau des élites nobiliaires263, pour observer que, jusqu’au XIVe siècle au moins, non seulement la mission des ordres reste l’objet d’éloges mais encore que ceux-ci sont considérés comme s’en acquittant au mieux. Il est devenu classique d’insister sur l’association entre ces institutions et la frontière, tant les œuvres d’érudition anciennes ont fait usage de ce topos, non sans parfois le déformer à des fins hagiographiques264. Peut-être n’est-il pas sans intérêt de souligner que cette imbrication étroite est présente dans les premiers textes citant les ordres militaires, comme en témoigne l’éloge célèbre décerné par Jiménez de Rada aux Santiaguistes265, et que, si elle laissa place ensuite à des thèmes plus diversifiés, jamais elle ne disparut, nous le verrons, de la littérature historiographique.

  • 266 Le fait a été souligné par A. Guiance, « Morir por la patria, morir por la fc », et Los discursos s (...)
  • 267 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VIII, chap. 3, p. 262.
  • 268 Crónica del rey don Alfonso décimo, p. 74.
  • 269 Crónica del rey don Fernando IV, p. 101.
  • 270 Crónica del rey don Alfonso XI, p. 376. Le récit a été repris dans les narrations de F. de Rades y (...)

74L’image des maîtres diffusée par la chronique se distingue ainsi par un caractère essentiellement militaire. La frontière est montrée comme l’espace naturel de leur activité, dont la mort au combat représente l’aboutissement logique et, dans une certaine mesure, recherché266. C’est en ces termes qu’à l’occasion de la bataille de Las Navas de Tolosa, Jiménez de Rada décrit le maître du Temple qui s’est éteint feliciter à la suite de la victoire267. Dans les narrations ultérieures, la dimension du martyre n’est jamais aussi manifeste, mais la guerre ne cesse pas pour autant d’être présentée comme un impératif pour les frères des milices. Nombreux sont les maîtres que les chroniques royales disent être morts l’épée au poing, tel Gonzalo Ruiz Girón, vaincu à Moclín en 1280 à la tête d’un puissant contingent de frères de Santiago268, ou Ruy Pérez Ponce, supérieur de Calatrava, abattu quinze ans plus tard pendant une chevauchée dans la région d’Arcos269. Pour eux seuls sont précisées les circonstances particulières de leur fin et, à cet égard, il est significatif que les chroniques omettent de signaler la mort de Pelayo Pérez Correa ou de Vasco Rodríguez, qui sont pourtant des figures de premier ordre, pour relater en revanche, avec un grand luxe de détails, celle du supérieur d’Alcántara Nuño Chamizo, noyé en compagnie de plusieurs frères pendant les opérations du siège d’Algésiras270.

  • 271 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VIII, chap. 3, p. 262.
  • 272 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 49, p. 204, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 64, p. (...)
  • 273 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 33, p. 195, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 44, p. (...)
  • 274 Pour le gouvernement conflictuel de García Lópcz de Padilla, il convient de se reporter à l’étude d (...)

75De même que la strenuitas s’impose comme l’attribut majeur du maître271, l’incapacité à participer au combat fait figure d’élément discriminant pour l’exercice de sa dignité. Qu’elle résulte d’une faiblesse due à l’âge ou d’un manque de courage, la chronique la présente comme un motif justifiant que l’intéressé renonce à sa charge. Deux exemples illustrent pour les années 1320 l’ancrage profond d’un telle perception. Dans un premier cas, en 1327, la chronique évoque le maître de Santiago García Fernández, sollicitant d’Alphonse XI qu’il le relève de sa charge afin que puisse être élu à sa place un frère plus jeune et mieux apte à le servir à la guerre272. Dans le second, à mon sens plus intéressant encore, transparaît de façon évidente la force qu’avait pour le public castillan l’équation entre le courage physique et la représentation du maître d’un ordre militaire. En 1525, afin d’obtenir du roi sa destitution, plusieurs membres de Calatrava accusèrent le maître de l’Ordre, García López de Padilla, d’avoir quitté le combat et ainsi précipité la défaite de ses troupes lors d’une escarmouche de frontière273. Peu importe l’historicité de l’épisode : l’essentiel tient dans le fait que la lâcheté puisse servir de prétexte et offrir à Alphonse XI une justification suffisante pour mener à bien un objectif médité de longue date par le pouvoir royal, en écartant un contradicteur qui s’opposait à ses intérêts depuis plus d’un quart de siècle274.

  • 275 Alphonse X, Cantigas de Santa María, t. II, c. 205, pp. 251-252, vv. 17-19 : « Na fronteira un cast (...)
  • 276 Pedro Marín, « Los milagros romanzados ». Il existe de cette oeuvre une édition plus récente procur (...)
  • 277 Récemment encore, la qualité documentaire de ce recueil a été mise en exergue par A. García de la B (...)
  • 278 Pedro Marín, « Los milagros romanzados », pp. 147, 149, 159-160 et 207-208.
  • 279 Ibid., pp. 136-137, 161, 201-202 et 210-211.

76Largement diffusée dans l’historiographie, l’image combattante des ordres militaires s’est également étendue à des genres littéraires a priori moins directement en prise avec l’événement politique. Ainsi les récits de miracle, particulièrement en vogue à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, développent une image de ces institutions fortement liée à leur mission guerrière. Dans le recueil des Cantigas de Santa María est mise en scène l’intervention de la Vierge en faveur d’une jeune femme et de son enfant alors que menace de s’écrouler la tour dans laquelle ils ont trouvé refuge avec toute la population musulmane de la ville : non seulement les ordres militaires sont décrits comme des protagonistes essentiels du siège, mais ils paraissent avoir eu l’initiative de l’entrée en terre ennemie, à partir d’Uclés et de Calatrava275. Aussi célèbre soit-il, le recueil mariai ne constitue nullement une exception du point de vue de la vision qu’il propose des milices. En atteste la compilation des miracles attribués à l’abbé saint Dominique de Silos rédigée à la fin du XIIIe siècle par Pedro Marín276 : inscrits dans la vie de frontière à l’époque de la lutte contre les Mérinides277, les récits qui composent ce texte témoignent de la présence active des ordres militaires, notamment hispaniques, soulignant le rôle joué par ces derniers aussi bien pour la garde des places fortes278 que dans la coordination globale de la défense du royaume279.

  • 280 Poema de Alfonso Onceno, str. 1305 et 1725-1726, pp. 273 et 339-340,
  • 281 Ibid., str. 709-734, pp. 175-179, et, plus encore, str. 720-724, pp. 177-178 : « Faziendo cavallerí (...)
  • 282 Le poème a été rapporté par G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 222.

77Vecteur privilégié de la culture orale, la lyrique participe elle aussi à l’exaltation de la mission des ordres militaires. Il n’y a pas lieu d’être surpris que le principal exemple ressorte de la poésie épique. Dépendant pour son information de la chronique royale, le Poema de Alfonso Onceno, composé par Rodrigo Yáñez entre 1344 et 1348, fait de la mission combattante des milices un éloge comparable à celui de son modèle. À la différence de ce dernier, il s’attache cependant à en développer le versant personnel, accentuant notamment le panégyrique du maître de Santiago Alonso Méndez de Guzmán, qui en est sans conteste l’une des figures les mieux traitées dans le texte : magnifié pour la prouesse de ses faits d’armes lors des combats de Tarifa et du Salado280, il acquiert une dimension héroïque à l’occasion de la défense de la forteresse santiaguiste de Siles, qu’il mène à bien malgré l’infériorité numérique de ses forces281. Dans l’éloge, les poésies de circonstance ne sont aucunement en reste comme il ressort encore, à la fin du XVe siècle, d’une composition attribuée à Pedro de Gracia Dei qui, recherchant un objet auquel il puisse mesurer la renommée du lignage de Freyre, dont il est chargé d’écrire la louange, arrête son choix sur la gloire ancestrale des Templiers282.

  • 283 L’étude la plus complète en a été faite par J. Rovira i Port et A. Casanovas i Romeu, « El complejo (...)
  • 284 A, García Cuadrado, Las Cantigas. El códice de Florencia,pp. 140-142, propose des dessins de deux d (...)
  • 285 BNM, ms. 1187, P 2r° : récemment fa miniature a été utilisée pour la couverture de l’édition de sa (...)

78Largement mis à contribution, le texte n’est pas l’unique vecteur à travers lequel la mission des ordres militaires fut célébrée en Castille aux XIIIe et XIVe siècles. En effet, l’image fournit également un intéressant support. Cependant, elle a rarement été prise en compte. II est certain que l’analyse iconologique n’a pu être stimulée en Castille par des ensembles picturaux de l’importance de celui d’Alcaَñiz, en Aragon, au sein duquel Calatrava a mis à profit un programme scénique centré sur la conquête de Valence par Jacques Ier afin d’offrir au public, dans un clair but de propagande, une vision favorable de son engagement belliqueux283. Étrangères à cette dimension, d’autres images révèlent la faveur entourant l’investissement armé des ordres militaires. Ainsi, les miniatures (fig. I et 2, p. 85), lorsqu’elles mettent en scène un événement guerrier — généralement le siège d’une ville —, accordent une large place à leurs chevaliers. En témoigne le riche manuscrit florentin des Cantigas de Santa María, qui montre à plusieurs reprises les frères regroupés sous leurs oriflammes dans l’attente du combat284, ainsi qu’une copie de la Gran Conquista de Ultramar, datée du début du XIVe siècle, beaucoup moins enluminée mais où l’une des deux vignettes initiales place au premier plan d’un siège trois chevaliers issus d’un ordre militaire, reconnaissables à leur heaume frappé de la croix285.

FIG. 1. — Les frères des ordres militaires se préparant au combat contre les musulmans. (Illustration extraite des Cantigas de Santa María, Florence, Biblioteca Nazionale, ms. B-R-20, cantiga 205, f° 6r°. Cliché Oronoz.)

FIG. 2. — Les chrétiens donnant l’assaut à un château musulman. (Illustration extraite de la Gran Conquïsta de Ultramar, Madrid, Biblioteca Nacional, ms. 1187, f° 2r°. Cliché Oronoz.)

  • 286 Une présentation de ce genre a été offerte par Ch. Faulhaber, Latin Rhetorical Theory in Thirteenth (...)

79L’éventail des sources faisant l’éloge de l’engagement des ordres militaires contre l’Islam apparaît donc pour les XIIIe et XIVe siècles beaucoup plus large qu’on ne pourrait le penser à lire les commentaires donnant pour acquise la disparition de leur raison d’être aux yeux des contemporains. Le fait ressort d’un exemple qui me semble très intéressant dans la mesure où il révèle, au-delà de la rupture née de la conquête de l’Andalousie, la circulation ininterrompue dans la société castillane d’un discours faisant l’éloge de la mission des ordres militaires. Il intéresse un genre littéraire dont on n’attendrait pas a priori qu’il fournisse quelque mention que ce soit au sujet de ces institutions, les arts d’écrire, appelés en latin artes dictandi, importés d’Italie et développés dans la péninsule Ibérique à partir de la fin du XIIe siècle. Reprenant les règles d’usage pour la composition des documents, ils offrent à un public toujours plus sensibilisé à l’écriture un exposé théorique assorti d’exemples, empruntés à la pratique des chancelleries, dans lesquels se reflètent parfois les habitudes du temps286.

  • 287 Comme l’a bien signalé A. M. Barrero García,  Un formulario de cancillería episcopal », p. 672, n. (...)
  • 288 Ibid., pp. 696-711.
  • 289 Juan Gil de Zamora, Dictaminis epithalamium.
  • 290 A. M. Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal », pp. 707-708.
  • 291 Juan Gil de Zamora, Dictaminis epithalamium, pp. 100-101.

80Il est rare que ces documents aient suscité une curiosité allant au-delà des cercles de diplomatistes. Pourtant, parmi ceux dont on conserve la trace pour l’espace castillan au XIIIe siècle287, il en est deux capables d’illustrer l’image que se faisaient des ordres militaires leurs contemporains. Le premier est un formulaire épiscopal datant des années 1220, provenant des ateliers de Zamora et de Palencia et qui, malgré une édition récente, reste encore peu connu288. Célèbre en son temps et plus développé, le second constitue un véritable traité de composition rhétorique, rédigé entre 1277 et 1282 par le franciscain Juan Gil de Zamora289. Tous deux se réfèrent aux milices au détour d’un cas d’espèce, l’un en présentant le modèle d’une lettre envoyée par le supérieur provincial castillan du Temple à un commandeur afin de préparer une expédition en al-Andalus290, l’autre en reprenant les exordes de deux bulles pontificales adressées aux maîtres du Temple et de l’Hôpital291. À plus d’un demi-siècle de distance, chacun de ces textes reprend à son compte un même éloge des ordres militaires et traduit la profonde conviction que ceux-ci restaient fidèles à leur raison d’être.

  • 292 Ibid., p. 9.
  • 293 Ainsi, A. M. Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal », p. 678, n. 19, pose l’hypo (...)

81Malgré son caractère ponctuel, le fait ne me semble pas pour autant anecdotique. Par leur nature même, ces traités comportent d’importants aspects rhétoriques : composés en partie d’après des modèles étrangers, notamment italiens — en particulier dans le cas de l’oeuvre de Juan Gil de Zamora, dédiée à l’évêque de Fiesole Philippe de Pérouse292 —, ils portent la marque d’influences dont certaines sont extérieures à la péninsule Ibérique. On ne saurait toutefois les écarter à ce seul titre car non seulement ils reflètent une situation renvoyant à plusieurs reprises à des référents concrets castillans293, mais encore ils traduisent plus généralement, pour les exemples puisés dans des traditions différentes, la manière dont ils sont réinsérés et finalement assumés dans un contexte hispanique. En ce sens, aucun de ces deux traités ne peut constituer la preuve irréfutable du prix que la société castillane continuait d’attacher aux ordres militaires après la prise de Séville. Leur intérêt se situe ailleurs, me semble-t-il, et tient au fait qu’ils rejoignent et viennent renforcer un courant largement répandu d’éloge des Ordres dont ils illustrent, à l’échelle particulière qui est la leur, l’enracinement profond dans la littérature castillane.

La faveur de l’opinion

  • 294 BS, pp. 235-236 et 249-250.
  • 295 Ibid., p. 249: «Cada que hy acaescieren los que oviesen de ver este fecho de la cruzada por el maes (...)
  • 296 Archivo del Monasterio de Santa Clara de Astorga, Ms. Ricón, t. I, f° 429r°. Le document a été anal (...)

82Si l’examen des écrits castillans des XIIIe et XIVe siècles montre que la raison d’être des ordres militaires y était largement reconnue, il est évidemment plus difficile d’évaluer dans quelle mesure un tel avis rencontrait l’assentiment du plus grand nombre. Pour avancer dans la résolution du problème, il convient tout d’abord de prendre en compte l’effort de propagande déployé par les ordres militaires pour se présenter comme les protecteurs naturels de la communauté chrétienne. Dans cette perspective, les milices tendaient à insister sur le lien qui les rattachait à l’idée de croisade, tel Santiago, qui plusieurs fois au début du XIVe siècle sollicita du pouvoir royal la permission d’user en Castille de la faculté de prédication que lui avait confiée la papauté294. Si les instructions envoyées dans les diocèses, pour éviter que personne ne portât atteinte dans ce domaine aux privilèges des ordres militaires, dévoilent peu d’éléments sur le déroulement du prêche, elles ne dissimulent rien du profit financier que les milices comptaient retirer de cette activité295. Aussi peut-on faire valoir, comme indice du succès de la prédication dans l’opinion, le montant considérable des sommes qu’elle permettait de collecter, suffisamment notoire pour qu’Alphonse XI décrète en 1330 la confiscation de la part revenant à Alcántara afin de contraindre le maître de cet ordre à dédommager le couvent des Clarisses d’Astorga pour la perte des terres dont il s’était indûment emparé296.

  • 297 AHN, OM, carp. 463, doc. 216. Déchiré dans sa partie supérieure, le parchemin original doit être co (...)
  • 298 Le texte en est publié avec de légères variantes de forme par F. de Rades y Andrada, Chrónica de la (...)
  • 299 J. Solano de Figueroa y Altamirano, Historta eclesiástica de la ciudad de Badajoz, part. I, t. III, (...)
  • 300 Primera historia de la orden de Santiago, pp. 364-363.
  • 301 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VII, chap. 14, pp. 234-236.

83Au-delà de l’impôt de croisade, les ordres militaires poussent l’identification avec la lutte contre l’Islam jusqu’à se proclamer les défenseurs naturels de la frontière, dont la protection est citée comme le premier devoir des maîtres. En atteste la mémoire que ces institutions veulent transmettre de leurs supérieurs. Il est révélateur qu’un éloge posthume du maître de Calatrava Ruy Pérez Ponce297 concoure à l’égal de l’épitaphe de Martín Yáñez de Barbudo, tué au combat en 1394 à la tête des frères d’Alcántara298, bien que sur un mode distinct, à magnifier leur capacité militaire. Le maître n’était pas seul à être investi d’une telle vertu. Les Ordres cherchaient en effet à se donner une image générique de spécialistes du combat. Le fait transparaît des menaces, évoquant le péril d’une attaque musulmane, qu’un commandeur de l’Hôpital, après avoir perdu en 1292 un procès au sujet d’un ermitage qui l’opposait à l’évêque de Badajoz, adressa à l’auditoire299. Une perspective similaire est présente dans la représentation de Santiago proposée parla première histoire de l’Ordre, qui fait de ce dernier la seule force capable de conserver Mérida au pouvoir chrétien après sa conquête300. Bien que fixée assez tard, il n’est pas exclu que cette tradition ait été développée de façon ancienne par la milice comme un pendant au mythe fondateur de Calatrava, attesté pour sa part dès le XIIIe siècle301.

  • 302 Malgré toute une littérature voulant ancrer dans un lointain passé les insignes dont les Ordres ont (...)
  • 303 Sur l’évolution de la croix, déjà dessinée pour Calatrava par J. O’Callaghan, « The Affiliation of (...)
  • 304 D. Lomax, « Pedro López de Baeza », p. 176 : « La espada que es vuestro ábito significa muchas cosa (...)
  • 305 Ainsi l’atteste Juan Manuel, Libro de las Armas, p. 124. Il existe de ce traité une traduction fran (...)
  • 306 Dans la compilation de la vie et des miracles de saint Jacques qui ouvre, à la fin du XVe siècle, l (...)

84Quelle qu’en soit l’ampleur, la valorisation de la dimension belligérante des ordres militaires ne s’arrête pas seulement au discours. Le vêtement des frères, dans sa symbolique, traduisait lui aussi aux yeux du public castillan leur engagement à défendre la foi. Sans chercher à entrer dans les débats au sujet de la croix de leur habit302, il est important de souligner la valeur de propagande que ce signe possédait. Certes, pour chacun des Ordres, le motif a suivi une longue évolution, tant dans la forme que dans la couleur, et ce n’est qu’à la fin du Moyen Âge qu’il s’est fixé sous l’aspect que l’on lui connaît depuis303. Pourtant, l’assimilation entre l’épée et la croix est un fait bien antérieur. L’allégorie est clairement assumée dans un commentaire écrit dans les années 1330 par un Santiaguiste, Pedro López de Baeza, en vue d’instruire ses frères de la signification de leur vêtement304. Il ne fait guère de doute que les ordres militaires, conscients du retentissement d’une image amplement utilisée à l’époque305, cherchèrent à lui donner une diffusion maximale dans le but de convaincre l’opinion qu’ils conservaient, par-delà l’arrêt de l’avancée conquérante de la première moitié du XIIIe siècle, une fidélité totale à leur raison d’être initiale de lutte au service de la Croix306.

  • 307 Partiellement analysés par M. Nieto Cumplido, « Aportación a la historia de Lucena », en particulie (...)
  • 308 AHN, OM, carp. 92, doc. 5, publié dans Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », p. 616 (...)
  • 309 AHN, OM, carp. 92, doc, 5, publ. ibid., p. 616, doc. 9 : « Ca bien ssabia el por çierto que non aui (...)

85Il est naturellement difficile de se prononcer sur le succès rencontré par un tel propos car il existe peu d’indices permettant d’évaluer la réaction de l’opinion, sinon de façon indirecte. Il est pourtant dans cette perspective un groupe de documents présentant un intérêt remarquable. Restés jusqu’ici dans l’oubli, ils se réfèrent à un plaid ouvert en août 1332 entre l’évêque de Cordoue et le maître de Santiago au sujet du château de Lucena, situé au sud du diocèse à proximité de la frontière musulmane307. La querelle portait sur les sommes que l’Eglise de la ville devait à l’Ordre au titre de la surveillance et de l’entretien de la place, que ce dernier avait pris en charge depuis que deux ans auparavant, lors de la campagne de Teba, le prélat avait fait valoir auprès du roi le désir de s’en défaire, faute d’être en mesure de la défendre efficacement de la menace musulmane308. Il n’est pas anodin qu’à ce moment l’évêque, en quête d’un recours, se soit tourné vers le maître de Santiago. Les paroles transcrites dans l’acte ne laissent aucun doute sur la confiance qu’il plaçait en Vasco Rodríguez, en qui il voit l’homme de la frontière le plus à même de conserver le château de Lucena au pouvoir chrétien309.

  • 310 Mise en exergue par M. á. Ladero Quesada, Andalucía en el siglo XV, p. 70 et reprise par A. Collant (...)
  • 311 AHN, OM, carp. 92, doc. 4, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 614-615, (...)
  • 312 La confiance des élites andalouses dans l’ordre de Santiago ressort remarquablement d’une missive d (...)

86Non auia en aquellas comarcas omne que meior lo pudiesse mantener e deffender : il convient évidemment de faire dans l’expression la part de la dimension rhétorique correspondant à l’intérêt immédiat du prélat Même ainsi, la formule mérite considération. La valeur attachée à la protection du maître de Santiago me semble en effet d’autant plus digne d’être notée que la scène implique à titre de témoins plusieurs représentants de la noblesse andalouse, dont la participation aux combats de frontière, essentielle dans la stratégie d’ascension de leurs familles, n’est plus à démontrer310. Il n’est pas indifférent que la capacité militaire de Santiago ait été louée en présence de Diego Alfonso de Tamayo, investi de l’adelantamiento de la frontera, des chefs des lignages Ponce de León et Aguilar311, qui comptaient parmi les principaux d’Andalousie, et de bien d’autres puissants cordouans. Tous étaient des spécialistes avérés de la guerre de frontière, pleinement qualifiés pour reconnaître la valeur des frères de l’Ordre au combat comme leur importance dans le schéma défensif du royaume. Aussi excessive qu’elle puisse nous apparaître, la louange de l’évêque ne semble ni les étonner ni les choquer, car chacun des acteurs de la scène andalouse y souscrit312. Le fait qu’à Lucena la protection de Santiago ait été préférée à celle de l’un des grands lignages de la frontière tient sans doute à des raisons conjoncturelles. Reste que la noblesse reconnaissait qu’elle offrait une garantie en tout point équivalente à la sienne propre.

  • 313 L’exemple a été étudié par J. M. Nieto Soria, « Castillos eclesiásticos en la frontera suroriental (...)
  • 314 BCC, ms. 125, ffos 31r°-v0, publ. J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como siste (...)
  • 315 BCC, ms. 125, f° 19r°, publ. J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de (...)
  • 316 BCC, ms. 125, f° 31r°, publ. J. M, Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de (...)
  • 317 M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », p. 248. La demande (...)
  • 318 AMM, Cart. Real. 1348-1354, f° 8r°, publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 49 (...)
  • 319 AMM, Cart. Real. 1348-1354, ffos 5v°-6r°, publ. ibid, pp. 490-491, doc 428 : «Et a loque dezides si (...)
  • 320 M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », p. 244, tient les o (...)
  • 321 Au début du XVe siècle encore, c’est au maître de Calatrava Enrique de Villena que s’adressent les (...)
  • 322 Dans ta péninsule Ibérique, le cas n’est pas propre à la Castille. I. L. Morgado de Sousa e Silva, (...)

87Quoique le plus explicite, l’exemple de Lucena n’est pas le seul où les ordres militaires furent tenus pour le recours indispensable face à l’imminence du péril musulman. Dans ce même diocèse de Cordoue, un demi-siècle auparavant, l’évêque et son chapitre avaient cherché à se défaire du château de Tiñosa, dont l’entretien, évalué à quatre mille maravédis, était devenu trop lourd pour leurs finances313. Après un premier essai en ce sens en 1278, apparemment infructueux314, ils obtinrent d’Alphonse X en juin 1280 l’autorisation de le détruire en raison des incursions des Maures de Rute, qui rendaient sa défense toujours plus délicate et augmentaient la probabilité de sa perte315. Il est à mon sens révélateur qu’en novembre, soit trois mois plus tard, le roi se soit ravisé pour en confier la garde, quelle qu’en fut la difficulté, aux frères de Calatrava316. La valeur militaire reconnue aux milices est prouvée par les demandes régulièrement adressées par les autorités municipales des espaces frontaliers pour que des frères soient expédiés sur place afin de parer au danger musulman. Attesté en 1328 dans la région de Cordoue317, le fait transparaît mieux encore d’une supplique de la cité de Murcie priant en juin 1349 Alphonse XI de ne pas dépêcher dans le diocèse de Jaén le prieur de l’Hôpital, Fernán Pérez de Deza318, qu’il venait d’envoyer dans la ville afin de répondre à une demande de l’oligarchie municipale réclamant un homme puissant, capable de protéger le secteur des incursions nasrides319. Ainsi, contrairement à ce que certains auteurs ont pu avancer récemment320, l’utilité militaire des Ordres restait au milieu du XIVe siècle, voire au-delà321, un sentiment largement partagé par les populations chrétiennes322.

  • 323 Le seul travail d’ensemble est un article de P. Mangada Cañas, « Las órdenes militares en las fuent (...)
  • 324 à cet égard, il convient de se référer aux travaux de S. Humphreys, art. Dāwiyya et Isbitāriyya, da (...)
  • 325 Corroborée récemment par J. M. Rodríguez García, « Elyihad : visión y respuesta andalusí a las camp (...)
  • 326 É. Lévi-Provençal, Un recueil de lettres officielles almohades, pp. 52 et 67, doc. 25 bis et 35. Il (...)
  • 327 Halaf al-Ġafiqī al-Qabtawri, Rasā’il diwāniyya min Sabta fī l-‘ahd al- ‘Azafī (éd. M, al- Ḥabīb al- (...)

88À interroger les sources arabes de la période, il semble que la renommée des ordres militaires ait été suffisante pour trouver quelque écho jusque chez leurs ennemis. L’image de ces institutions auprès des auteurs musulmans demeure un sujet peu connu dont l’analyse n’a été menée que de façon partielle323. En aucun cas je n’ai voulu dans les lignes qui suivent pallier un tel manque. Mon analyse a dû s’en tenir à des ambitions plus limitées en raison d’une impossibilité d’accéder à la documentation arabe. Pour partielle qu’elle soit, elle me paraît néanmoins propre à souligner qu’en péninsule Ibérique de même qu’en Terre sainte324, les membres des ordres militaires étaient tenus par les auteurs musulmans pour une catégorie à part au sein des combattants chrétiens325. Le fait est attesté dès la fin du XIIe siècle par deux lettres officielles almohades signalant la présence de frères — appelés afrayr, au prix d’un emprunt lexical — d’abord dans une offensive castillane non datée, lancée conjointement avec les habitants d’ávila contre Abū Ya‘qūb Yūsuf, puis un peu plus tard, en 1196, dans la garnison de Piedrabuena, contrainte par les musulmans à se soumettre après la bataille d’Alarcos326. à un siècle de distance, deux courriers de la chancellerie azafide de Ceuta font à leur tour usage du même mot, sous une forme plurielle (al-afrayriyyin), pour individualiser les membres des ordres militaires à l’occasion des affrontements nés en 1275 de l’irruption des Mérinides dans la péninsule Ibérique, ce qui montre clairement que les sources musulmanes continuaient, au bénéfice des milices, de pratiquer une distinction parmi les combattants chrétiens327.

  • 328 C. Granda Gallego, « Otra imagen del guerrero cristiano », p. 472.
  • 329 Dans les ouvrages d’Ibn ‘Iḏārī, al-Bayān al-Muġrib, comme d’Ibn Abī Zar‘, Rawḍ al-Qirṭās, les référ (...)
  • 330 Al-imyarī, Kitāb ar-Rawḍ al-Micṭār, pp. 226-227 : « Era, en plena llanura, un vigía que se dirigía (...)
  • 331 Conservé dans le fonds arabe de la bibliothèque monastique de l’Escorial et traduit par M. Martínez (...)
  • 332 M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y Alcaudete por Mohámed II de Granada », p. 389 : « Era (...)
  • 333 M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y Alcaudete por Mohámed II de Granada», p. 389 : « Fuero (...)

89En plusieurs cas, cette différenciation se double de louanges. Il a été relevé que, parmi les chrétiens, c’est aux guerriers que les sources musulmanes confèrent le plus volontiers une image positive328. Les ordres militaires ne font pas exception à la règle. L’éloge de leur ardeur au combat est présent dans les chroniques, comme le montrent, dans le premier quart du XIVe siècle, les mentions que leur consacrent Ibn ‘Iḏārī et Ibn Abī Zar‘ dans leurs histoires respectives329. Pareille louange n’est en rien cependant particulière à la littérature chronistique. Dans un répertoire de notices géographiques se rapportant à la Péninsule composé au tournant des XIIIe et XIVe siècles, al- Ḥimyarī décrit Salvatierra comme le souci majeur des musulmans demeurés, après Alarcos, maîtres de la Meseta méridionale jusqu’au Tage330. En référence pour sa part à un événement contemporain, une lettre d’un membre de la famille nasride au fils du sultan mérinide, rapportant la conquête d’Alcaudete par les Grenadins en 1300, fait en des termes équivalents l’éloge des défenseurs de la ville, en majorité membres de Calatrava331. Le château y est décrit comme un cauchemar permanent pour les sectateurs de l’Islam332. Audelà de l’outrance rhétorique, s’attachant classiquement à magnifier la victoire nasride, reste l’éloge de la bravoure des frères de Calatrava à laquelle, selon l’auteur, Alcaudete avait dû d’échapper à une première offensive mérinide333.

  • 334 Crónica de España por Lucas, obispo de Tuy, chap. 98, p. 438.
  • 335 D. Lomax, « A Lost Medieval Biography ».
  • 336 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 54, pp. 41-43.
  • 337 G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 440.
  • 338 Une preuve de ce que de telles mentions sont prioritairement destinées à un public chrétien réside (...)

90L’estime accordée par les auteurs musulmans aux ordres militaires, fondée principalement sur leur vaillance, reçoit un écho dans les sources chrétiennes, où elle se double le plus souvent d’une tonalité de crainte. Le récit du continuateur de Lucas de Túy au XIVe siècle, rapportant que le seul nom de Pelayo Pérez Correa suscitait parmi les musulmans une panique telle que les parents s’en servaient comme d’une menace contre un enfant désobéissant, est difficile à admettre au sens littéral334. Emprunté à une tradition santiaguiste, probablement écrite335, il reflète une exagération évidente. D’autres récits plus rccevables entonnent toutefois un couplet similaire, signalant la haine vouée par le sultan de Grenade au maître de Calatrava Juan González, du fait de ses actions de guerre au service d’Alphonse X336, ou la terreur que semait encore au milieu du XIVe siècle le commandeur santiaguiste de Segura Fernán Ruiz de Tahuste, lors de ses incursions successives en terre ennemie337. Évaluer la véracité de telles assertions est à mon sens un exercice tout aussi impossible que vain dans la mesure où, servant à un usage interne, elles n’avaient pas tant pour objet de retranscrire une réalité que de conforter l’opinion castillane dans sa vision positive des ordres militaires338.

91Il apparaît ainsi qu’au XIVe siècle encore la société castillane avait en majorité confiance dans la capacité des ordres militaires à s’acquitter de leur mission. De nombreuses sources archivistiques et littéraires présentent ces institutions comme fidèles à leur engagement initial, consacrant énergies et revenus à la défense et à l’expansion de la foi chrétienne. À l’évidence, un tel éloge comporte une part de rhétorique, ne serait-ce que par le caractère convenu, voire itératif, de certains panégyriques. Néanmoins, les réactions de l’opinion, si délicates qu’elles soient à appréhender, confirment dans une large mesure cette idée, offrant des ordres militaires l’image de protecteurs efficaces de la frontière, redoutés de leurs ennemis et, plus encore, considérés comme indispensables à leur sécurité par les populations castillanes.

*

92D’une analyse de l’image des ordres militaires, il ressort donc clairement que l’idée d’une désaffection de la société castillane à leur endroit au lendemain de la conquête de l’Andalousie bétique doit être largement nuancée. On ne peut en aucun cas invoquer une remise en cause de ces institutions à l’échelle de la péninsule Ibérique. S’il a eu en Castille, comme dans l’ensemble de l’Occident, un retentissement indéniable, l’échec du projet croisé en Terre sainte ne peut y être tenu pour un traumatisme. Des critiques ont bien sûr circulé contre les ordres militaires, en quantité moins négligeable qu’on ne tend souvent à l’estimer, mais elles sont demeurées pour la plupart ponctuelles et, en tout cas, trop fragmentaires pour donner lieu à un véritable mouvement de contestation de ces institutions, lesquelles recueillaient très largement la faveur et même, à bien des égards, les louanges d’une opinion publique castillane dont rien ne laisse penser qu’elle ait pu, après le ralentissement de la Reconquête observé au milieu du XIIIe siècle, cesser de percevoir et de comprendre leur raison d’être initiale.

Notes

1 Influencés par les travaux d’Helen Nicholson, C. de Ayala Martínez, « Iglesia y violencia en torno a la cruzada », et J. M. Rodríguez García, « Alfonso X and the Teutonic Order », se sont récemment essayés à une première tentative pour prendre en considération ce problème, auquel jusqu’alors l’historiographie hispanique des ordres militaires ne s’était nullement intéressée.

2 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 12.

3 Ainsi l’ont décrit D. Lomax, « Las órdenes militares en León », p. 92, et A. Luttrell, « Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 592, repris dans Id., The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean World, XVI.

4 Récemment approfondi dans sa phase de genèse par A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg, et Th. Deswarte, De la destruction à la restauration, le processus de Reconquête, né du haut Moyen Âge, ne doit être pas tenu pour exclusif d’une logique de croisade qui tend à se superposer à lui à partir des décennies centrales du XIIe siècle, ainsi que l’a observé Ph. Josserand, « Croisade et reconquête dans le royaume de Castille », pp. 78 et 81-83.

5 Conservé dans une copie sur papier établie à la charnière des XIVeet XVe siècles et issue de la section Diversos de l’Archivo Histórico National, le texte a été publié par M. del C. Pescador del Hoyo, « Tres nuevos poemas medievales ». La transcription qu’elle avait alors proposée a fait l’objet de corrections de la part d’E. Franchini, « Ay, Iherusalem. ¿una canción de cruzada castellana? », pp. 343-346, qui ont facilité une nouvelle édition de F. Gómez Redondo, Poesía española, t. I : Edad Media, pp. 165-169.

6 La date de la composition du poème a été amplement débattue dans la mesure où il n’est pas précisé auquel des deux conciles oecuméniques de Lyon il est fait référence. L’hypothèse d’A. Deyermond, « ¡Ay Jherusalem!, estrofa 22 », optant pour l’assemblée de 1245, convoquée à raison de la chute de Jérusalem, me paraît plus vraisemblable que celle d’E. Asensio, « ¡Ay Jherusalem! Planto narrativo del siglo XIII », qui pour sa part incline en faveur de la réunion de 1274, postérieure de trente ans à cet événement. à défaut d’autres éléments, il est toutefois impossible de trancher de façon absolument certaine entre les deux options en présence.

7 J. Victorio, «¡Ay Jberusaleml!: la guerra y la literatura», p. 600,et E. Franchini, «Ay, Iherusalem: ¿una canción de cruzada castellana?», p. 347.

8 J. Victorio, «¡Ay, Jherusalem!: la guerra y la literatura», p. 599, et E. Franchini, «Ay, Iherusalem : ¿una canción de cruzada castellana? », p. 347 : «¿Qué sentido tiene esta única “canción de cruzada” hispánica que conocemos en un reino de Castilla que jamás participó en una cruzada a Tierra Santa? No hay sino esta respuesta. No tiene ningún sentido si se entiende por “cruzada” la cruzada a Tierra Santa, ya que el interés de Castilla estaba orientado siempre hacia la propia cruzada, a saber la Reconquista.» Dans une volonté similaire de détacher le poème de Terre sainte, mais selon une ligne d’argument distincte, il a été sugggéré, à l’initiative de P. tena Tena, «Nuevas glosas al poema ¡Ay, Jherusalem!», d’identifier avec la Jérusalem céleste le but proposé au public.

9 M. C. Tato García, «En torno al poema ¡Ay Iherusalem!».

10 Matthieu Paris, Chronica Maiora, t. IV, pp. 307-311.

11 J. M. Rodríguez García, «Alfonso X and the Teutonic Order», p. 324.

12 RAH, Col. Salazar, G-49, f° 453r°-v°, publ. J. M. Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, «Alfonso X, la orden teutónica y Tierra Santa», pp. 507-509. Dans le corps de l’acte, il est fait référence à d’autres lettres précédemment envoyées au roi de Castille : «Nam ab illo tempore per quinque annos continuos moram facimus cum predicto rege contra hostes ftdei in exercitu christiano ex hoc in tam grave debitum et voraginem usurarum incidimus quod nisi nobis per vestram excelentiam et aliorum Christi fideliun auxilium succuratur bona talia vendere et amittere nos opportet per quorum omissionem ordo noster qui lumen et speculum Christianorum m regno Hierosolimitano usque nunc existit nunquam poterint restaurant. Et non solum nos in tantam necessitatem incidimus ex predictis verum est Templarii et Hospitalarii viri utroque divites et potentes non possunt tertiam vel quartam partem servitii facere quam prius facere potuerunt et nisi essent magni redditus quos habent in diversis mundi partibus vix possent adicere ut resurgerent de puteo debitorum» (ibid p. 508).

13 Ainsi, en 1280, Pons de Brozet, maître du Temple en Provence, dépêché d’Orient par son Ordre, est choisi par Nicolas III pour intéresser Alphonse X au secours de la Terre sainte. Le fait ressort de deux lettres pontificales regestées par J. Gay, Les registres de Nicolas III, p. 307, doc. 676-677. Il a été fait référence à cette visite par J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España, p. 226, et D. Carraz, « Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales », t. II, p. 708. À l’échelle de la Chrétienté, plusieurs lettres dans lesquelles de hauts dignitaires du Temple et de l’Hôpital s’efforcent d’intéresser leurs contemporains aux difficultés de l’Orient latin ont été publiées par Ch. Kohler et Ch.-V. Langlois, « Lettres inédites concernant les croisades ».

14 Brièvement mis en place dans leurs rapports par Ph. Josserand, « Croisade et reconquête dans le royaume de Castille », les deux phénomènes ont récemment fait l’objet d’une approche comparée de J. O’Callaghan, Crusade and Reconquest in Medieval Spain. Il s’en faut cependant de beaucoup que le livre épuise cette question difficile pour laquelle il convient de se référer aux travaux de R. Fletcher, « Reconquest and Crusade in Spain », de J. L. Martín Rodríguez, « Reconquista y cruzada », ou encore de N. Jaspert, « Frühformen der geisdichen Ritterorden und die Kreuzzugsbewegung auf der, Iberischen Halbinsel ».

15 D. Lomax, La Reconquista, p. 135. Il en est exactement de même pour les annales, à l’image des Anales Toledanos III, p. 177, où est détaillée la prise de Tripoli en 1289, et pour la lyrique, comme l’a bien souligné C. Alvar, « La cruzada de Jaén y la poesía gallego-portuguesa ».

16 Mise en exergue par D. Lomax, La Reconquista, p. 135, l’importance de la Fazienda de Ultramar dans la genèse de la prose castillane a été corroborée par la plupart des philologues, à l’instar de H. ó. Bizzarri, « La idea de Reconquista », p. 26, même si l’on s’accorde aujourd’hui à dater ce texte du second quart du XIIIe siècle plutôt que du milieu du siècle précédent.

17 Bien que le fait demeure méconnu, il existe dans la péninsule Ibérique d’importants matériaux pour l’étude de la croisade ainsi que l’a noté C. Domínguez, « Repertorio de materiales hispanomedievales para el estudio de las cruzadas », pp. 505-506, n. 1. à cet égard, il n’est peut-être pas fortuit que, des deux traditions manuscrites du De predicacione crucis composé par le supérieur dominicain Humbert de Romans, l’une soit représentée par un prototype du XVe siècle conservé à Madrid dans le fonds de la Biblioteca Nacional, comme l’a récemment rappelé P. Cole, « Humbert of Romans and the Crusade »,p. 161.

18 Bnm, ms. 684, ffos 141r°-201r°. En attente d’édition, le manuscrit a bénéficié des présentations de M. Cioba, « La Histora Orientalis de Jacques de Vitry en manuscrites castellanos », ou encore d’I. Muñoz Jiménez, « Una traducción castellana de la Historia Orientalis ».

19 BNM, ms. 10046, publ. A. Sánchez Candeira, « Las cruzadas en la historiografía española de la época », pp. 338-167.

20 BNM, ms. 1187, publ. La Gran Conquista de Ultramar. Cette œuvre pose cependant un problème chronologique. Attribuée traditionnellement au règne de Sanche IV, elle a été datée de la fin de celui de son prédécesseur par C. González, La Tercera Crónica de Alfonso X.

21 Complétée par un travail de M. Torres Sevilla-Quiñones de León, « Cruzados y peregrinos leoneses y castellanos en Tierra Santa », l’étude vieille de près de deux siècles écrite par M. Fernández de Navarrete, Españoles en las cruzadas, demeure indispensable sur le sujet. Au sein des combattants originaires des royaumes de León et de Castille, dont une liste très riche a été proposée par N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate », pp. 190-193, se détachent les membres du lignage Traba, dont plusieurs représentants éminents ont pris la route de Jérusalem, ainsi que l’ont récemment établi M. Torres Sevilla-Quiñones de León, Linajes nobiliarios de León y Castilla, pp. 325 et 335-336, M. Calleja Puerta, El conde Suero Vermúdez, p. 470, ou bien encore J. L. López Sangil, La nobleza altomedieval gallega, pp. 44 et 97-98.

22 Le fait est rapporté entre autres par A. Sánchez Candeira, « Las cruzadas en la historiografía española de la época », p. 329, et N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate », p. 190, qui s’attachent à faire valoir l’importance symbolique de Jérusalem, dont M. Calleja Puerta, El conde Suero Vermúdez, pp. 462-463, et P. Henriet, « L’espace et le temps hispaniques », pp. 109-110, ont opportunément rappelé qu’elle ne jouait pas moins en péninsule Ibérique que dans les autres espaces de l’Occident latin.

23 M. Fernández de Navarrete, Españoles en las cruzadas, pp. 77-86.

24 Chronica Adefonsi Imperatoris, p. 40. Présenté sans être analysé sur la base de la chronique par M. Torres Sevilla-Quiñones de León, Linajes nobiliarios de León y Castilla, p. 224, l’itinéraire du noble castillan a été restitué dans son contexte par D. Baloup, « Reconquête et croisade », pp.461-462, et Ph. Josserand, « Croisade et reconquête dans le royaume de Castille », pp. 82-83.

25 M. Fernández de Navarrete, Españoles en las cruzadas, p. 84-85, donne crédit à une tradition qui attribue à ce noble, chargé d’accomplir le vœu de croisade d’Alphonse X, un séjour de vingt ans en Terre sainte de 1255 à 1275.Il est cependant vraisemblable que son engagement ait duré moins longtemps.

26 Prouvée par un document publié par J. Caruana Gómez de Barreda, « La orden de Calatrava en Alcañiz », pp. 161-163, doc. 6, la participation du maître à l’entreprise royale est aussi attestée par Jaume I, Llibre dels Feits, chap. 487, p. 169. Mal connu à l’ordinaire, le projet de croisade aragonaise de 1269 a pourtant été bien mis en valeur par F. Carreras i Candi, « La creuada a Ferra Santa », et C. de Ayala Martínez, « Reflexiones en torno a la cruzada aragonesa de 1269 ».

27 Le fait a été mis en relief récemment par J. M. Rodríguez García, « Relaciones cruzadas entre Portugal y Castilla », p. 949.

28 Pour l’Hôpital, le travail de doctorat de C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en Castilla y León », t. I, pp. 78-81, a confirmé à l’échelle de la Castille un fait observé de très longue date pour le prieuré navarrais par S. García Larragueta, « Relaciones comerciales entre Aragón y el Hospital de Acre », p. 513, n, 27.

29 AMV, leg. 7, doc. 13, publ. L. Serrano, « El mayordomo mayor de doña Berenguela », pp. 186-189, et G. Martínez Díez et V. González Sánchez, Colección diplomática del monasterio cisterciense de Santa María la Real de Villamayor, pp. 88-90, doc. 50 : « Mando al Ospital de San Joan de Jerusalem quinientos maravedis de que tengan los frayres un caballo en tierra de Ultramar por mi un año, con tal paramtento que si yo por aventura fiçiese esta romeria en mi vida que estos quinientos maravedis no los den. »

30 L. Rodríguez de Diego, El Tumbo del monasteno de La Espina, pp. 209-214, doc. 17.

31 Leur exemple n’est pas isolé et, peu avant la chute de Saint-Jean d’Acre, bien d’autres acteurs de la société politique prennent encore des dispositions comparables, tel Suero, évêque de Zamora, qui laisse dans son testament mille maravedis « pro servicio et liberacione Terre Sancte Iherosolimitane pro remissione peccatorum meorum et indulgenciis eiusdem terre obtinendis » (P. Linehan et J. C.de Lera Maíllo, Las postrimerías de un obispo alfonsino, p. 135).

32 Sensible au sort de la Terre sainte, notamment à la fin de son règne, ainsi qu’il ressort de l’analyse de P. Linehan, « Quedam de quibus dubitans », Alphonse X a pris la décision de faire enterrer son cœur à Jérusalem sous l’influence possible de sa soeur Eléonore, la mère d’Edouard Ier d’Angleterre, avec qui il s’est entretenu lorsqu’elle est rentrée d’Orient, comme l’a signalé B. Hamilton, « Eleanor of Castile and the Crusading Movement », pp. 101-102. Quelle qu’ait été la source de son inspiration, le choix du roi s’exprime avec force dans son testament : ANTT, gav. 16, m. 2, doc. 6, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 559, doc 521 : « Otrosi mandamos que luego que muriéremos, que nos saquen el coraçón e quel lieuen a la Sancta Tierra de Ultramar e quel sotierren en Jherusalem en Monte Caluar, allí do yazen algunos de nuestros auuelos. E si leuar non lo pudieren, que lo pongan en algún logar ó esté fata que Dios quiera que la tierra se gane e se pueda leuar en saluo. » ; Le désir du souverain ne put cependant être exaucé et son coeur fut finalement enterré avec ses entrailles à Murcie, ainsi que l’a signalé D. Menjot, « Un chrétien qui meurt toujours », p. 130. La non-réalisation du vœu d’Alphonse X ne doit pas inciter néanmoins à sous-estimer la dévotion des souverains ibériques à l’égard de Jérusalem. Ainsi, à croire A. Ferreira, Supplemento historico ou memorias e noticias da ordem dos Templarios, t. I, p. 674, le gendre du monarque castillan, Denis Ier de Portugal, aurait demandé dans son testament à un chevalier de servir Dieu pendant deux ans en Terre sainte afin de pourvoir au salut de son âme.

33 Castigos e documentos del rey don Sancho, chap. 38, p. 161.

34 Sur ce point, il est possible de se référer aux travaux de K. Elm, « Gli ordini militari. Un ceto di vita religiosa fra universalismo e particolarismo », et de Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine ».

35 Développée au début du XIXe siècle par J. A. Conde, Historia de la dominación de los árabes en España,, t. I, p. 619, cette thèse a été reprise par d’éminents arabisants dont J. Oliver Asín, « Origen árabe de rebato », pp.540-541, et M. Asín Palacios, El Islam cristianizado, p. 138, n. 2. C’est à eux que l’a empruntée A. Castro, La realidad histórica de España, pp. 407-419.

36 Le fait ressort bien des études de J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », pp. 176-178, reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, de D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 3-4, ou d’A. Forey, « The Emergence of the Military Order », pp. 177-181, repris dans Id., Military Orders and Crusades, I.

37 Cette position a été notamment illustrée par Th. Glick et O. Pi-Sunyer, « Acculturation as an Explanatory Concept in Spanish History », p. 142, et M. Rivera Garretas, « El origen de la idea de orden militar », pp. 87-88.

38 A. Forey, « The Emergence of the Military Order », pp. 182-189, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, I, et, plus récemment, C. de Ayala Martínez, « Iglesia y violencia en torno a la idea de cruzada », ont fait valoir ce point de manière à mon sens très convaincante.

39 Sur ce point, la thèse traditionnelle de C. Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens, a ouvert de nombreux débats. Deux visions différentes ressortent ainsi des lectures de J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, et J. Flori, La guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident médiéval.

40 Bernard de Clairvaux, Liber ad milites Templi de laude nova militæ, pp. 50-55.

41 Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine », pp. 91-92 et 101.

42 AHN, OM, carp. 444, doc. 52, publ. BC, pp. 117-119.

43 AHN, OM, carp. 445, doc. 63, publ. ibid., p. 135.

44 E. Benito Ruano, « La orden de Santiago y la idea de cruzada », a récemment proposé sur ce point une contribution qui est en quelque sorte la synthèse des différents travaux qu’il a entrepris depuis plus d’un demi-siècle sur un thème dont il demeure aujourd’hui sans conteste l’un des meilleurs connaisseurs.

45 Ainsi l’ont fait valoir en particulier A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », et M. Barber, « Supplying the Crusader States », repris dans Id., Crusaders and Heretics, XII.

46 A. Forey, The Military Orders, pp. 213-214, et M.-L. Favreau-Lilie, «The Military Orders and the Escape of the Christian Population from the Holy Land».

47 à cet égard, il convient de se référer aux contributions de C. Manetti, « Come Achab al calar del sole », et d’E. Coli, « Perdità della Terra Santa e abolizione dell’ordine templare ».

48 Ainsi l’a notamment fait valoir à différentes reprises A, Luttrel L, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », p. 68, et « Gli Ospitalieri e l’eredità dei Templari », p. 69, repris dans Id., The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XII, et The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean World, III.

49 A. Forey, The Military Orders, p. 221.

50 La position traditionnelle de l’historiographie tend en effet à exagérer la critique portée à rencontre des ordres militaires en Occident après le premier tiers du XIIIe siècle. Elle se reflète en particulier dans l’oeuvre de J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, pp. 385-389, et dans l’étude pionnière de J. Prawer, « Military Orders and Crusader Politics ».

51 S, Schein, «The Image of the Crusader Kingdom of Jerusalem», p. 706, et H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 133.

52 Une telle interprétation de l’échec latin a été mise en relief par F. Cardini, « Il ruolo degli ordini militari nel progetto di recuperatione della Terrasanta », notamment p. 138.

53 A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », pp. 317-318, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII.

54 De nombreux travaux ont été consacrés à cette littérature parmi lesquels se détachent ceux de L. Thier, Kreuzzugsbemühungen unter Papst Clement V, de S. Schein, « Fideles Crucis », The Papacy, the West and the Recovery of the Holy Land, et d’A. Leopold, How to Recover the Holy Land.

55 L’analyse la plus complète de la bulle Dura nimis, adressée parle pape à l’ensemble des diocèses, a été réalisée par S. Schein, « Fideles Crucis ». The Papacy, the West and the Recovery of the Holy Land, pp-74-75-

56 A. Forey, «The Military Orders in the Crusading Proposals», p. 321, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII,

57 AHN, Sellos, caja 72, doc. 4 : « Unde cum fidedignorum pandat assertio quin potius communis uox habeat quod dilectos fratres Hospitalis sancti Johannis et militie Templi Jerosolimitani ad unius ordinis unitatem seu religionis unionem auctoritate apostolica redicamus ut sincerius et uniformis in uinculo caritatis et pacis tendentes ad unum efficacius possint prosequi negotium memoratum super quorum unione hactenus etiam tempore Lugdunensis concilii specialis mentio et collatto facta fuit. » Intitulée par erreur Quia nimis, la bulle a été transcrite dans sa thèse de doctorat inédite par C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en Castilla y León », t. IV, pp. 1695-1696, doc. 575.

58 C. Barquero Goñi, «Los Hospitalarios y el arzobispado de Toledo», p. 182.

59 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 277.

60 Parmi les conditions sur lesquelles, au moment du concile de Lyon, insiste le roi d’Aragon en vue du succès du passage général en Orient, ne figure pas la fusion des ordres militaires, pourtant défendue ardemment parla papauté, ainsi qu’il ressort du texte de Jaume I, Llibre dels Feits, chap. 531, p. 181. Profonde, l’hostilité de Jacques Ier à une telle entreprise a été attribuée à la crainte du pouvoir excessif qu’aurait un Ordre unifié à l’intérieur de ses États, aussi bien par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 277, que par J. M. Sans i Travé, Els Templers catalans, p. 391.

61 Signalé par J, Delaville le Roulx, Les Hospitaliers enTerre sainte et à Chypre, p. 272, le fait ne semble cependant guère avoir retenu l’attention des historiens.

62 Repris par G. Lizerand, Le dossier de l’affaire des Templiers, pp. 2 et 4, ce texte a été édité pour la première fois à l’initiative d’É. Baluze, Vitæ paparum Avenionensium, t. III, p. 150 : « Et dictus papa Gregorius et sanctus Ludovicus voluerunt habere consilium super facto unionis predicte, et eorum intentio erat de omnibus religionibus armorum facere unam. Sed fuit responsum quod reges Y spanie nullatenus consentirent propter tres religiones armorum que sunt in sua patria stabilitate. »

63 Ainsi l’affirme S. Schein, « Fideles Crucis ». The Papacy, the West and the Recovery of the Holy Land, p. 91, qui lie à la politique de Nicolas IV la naissance d’un genre littéraire nouveau : « It will not be an exaggeration to say that his request for advice in tbe absence of a general council stimulated the creation of a new branch of literature, the de recuperatione Terre Sancte memoranda, which since 1291 occupied in terms of bulk an important place in the literary output of the period. »

64 A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposals », p. 322, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII.

65 Ramon Llull, Quomodo Terra Sancta recuperari potest, p. 96 : «Dominus papa et cardinales faciant quod fiat unicus ordo de ordine Hospitalis, Templi et Hospitalis Alemanorum, fratrum de Doucles, de Calatrave et iste ordo vocetur ordo de Spiritu Sancto.»

66 La date de 1291, proposée par G. Bratianu, « Le conseil du roi Charles », pp. 296-297, suivie par A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposais », p. 321, repris dans Id., Military Orders and Crusades, VIII, a été corrigée par S. Schein, « Fideles Cructs ». The Papacy, the West and the Recovery of the Holy Land, p. 108, qui se fonde surl’évidence interne du document pour souligner qu’il dut être pour le moins achevé après la mort du pontife en avril 1292.

67 G. Bratianu, « Le conseil du roi Charles », p. 356 : « Et conseilloit en tel maniere que lipape fist de la maison del hospital dou temple et des alamans et dou cles et de caletraue et de sainte Antoyne et de la trinite et de le autipas et de ronceaus et premostier et de grant mont feist toute une religion. » Pas plus que J. Delaville le Roulx, La France en Orient au XIVe siècle, p. 17, l’auteur n’identifie derrière ta graphie fautive du manuscrit le nom d’Uclés, alors couramment employé en Heu et place de Santiago.

68 Ramon Llull a abondamment écrit sur le thème de la croisade. Abordé dans la plupart de ses écrits, ce sujet a bénéficié de plusieurs traités spécifiques, comme le Liber de fine (1305), ou le Liber de acquisitione Terre Sancte (1309), à l’intérieur desquels il revient sur le projet de fusion qu’il avait rédigé quelque quinze ans plus tôt. À cet égard, l’étude de P. Drost Beattie, « Pro exaltacione sancte fidei catholice », complète utilement le travail ancien de S. Garcías Palou, «Ramón Llull y la abolición de los Templarios

69 H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. Il, p. 285.

70 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 135. De façon significative, l’auteur achève son étude par ces mots : « Christendom looked to them to spearhead the recapture of the Holy Land, after undergoing a few fundamental, necessary reforms to render them more efficient. The orders were not so corrupt that they could not be saved. The concept of the military order remained unquestioned and abolition unthinkable ; at least, no one appears to have thought of it. »

71 J. Richard, « La croisade, l’évolution des conceptions et des stratégies », p. 24.

72 P.throop, Criticism of the Crusade. Publiée en 1940, cette thèse a reçu au cours des décennies suivantes l’appui de médiévistes de renom comme S. Runciman, « The Decline of the Crusade Idea », ou encore P. Toubert, « Les déviations de la croisade au milieu du XIIIe siècle ».

73 Mise en évidence par N. Housley, The Italian Crusades, et C. Tyerman, « The Holy Land and the Crusades », la persistance de l’enthousiasme pour l’idée de croisade jusqu’à la fin du XIIIe siècle au moins a été fort bien étudiée par E. Siberry, Criticism of Crusading, et « Troubadours, Trouvères, Minnesingers and the Crusades », notamment pp. 39-40 et 43.

74 Ce point a été souligné par A. Meyuhas-Ginio, « Rêves de Croisade contre les Sarrasins », qui s’est faite l’écho de la continuité de cette préoccupation de croisade dans la société castillane jusqu’à la fin du Moyen Âge sur la base d’un traité composé entre 1461 et 1465-par le Franciscain Alonso de Espina et intitulé Fortalicium fidei contra Iudeos, Saracenos aliosque cristiane fidei inimicos, dans les chapitres duquel sont repris certains plans conçus un siècle et demi plus tôt par Ramon Llull. Plus récemment, l’ouvrage a servi de support au travail d’A. Echevarría Arsuaga, The Fortress of Faith.

75 BSGP, ms. 1654, ffos 151r°-162v°.

76 J. Delaville le Roulx, La France en Orient au XIVe siècle, p. 79, n. 4 et p. 84.

77 Ch. Kohler, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, t. II, p. 118, lui a notamment accordé foi dans sa catalogation du fonds ancien de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, alors qu’il était un bon connaisseur des matériaux textuels de la croisade, sur lesquels il avait travaillé avec Ch.-V. Langlois, « Lettres inédites concernant les croisades ».

78 Ainsi l’a fait valoir Ch. Samaran, « Projets français de croisade de Philippe le Bel à Philippe de Valois », dans Histoire littéraire de la France, Paris, 41, 1981, pp. 66-67. Il est à relever toutefois que l’attribution du traité au maître de l’Hôpital ne bénéficie pas davantage d’évidence interne. Elle se fonde sur la présence dans le manuscrit de deux rapports qui sont désignés comme siens (BSGP, ms. 1654, ffos 143r°-v° et 147v°-151r°).

79 Une idée comparable est exprimée au début du XIVe siècle par Pierre Dubois, De recuperatione Terre Sancte, p, 86 : « Sedatio vero guerre jampridem inter beredes regni Castelle mote si in concilio omitteretur, Terre Sancte recuperationem et conservationem posset valde graviter impedire. »

80 BSGP, ms. 1654, f° 154v°:« Encore samble il que ce seroit bon que len preist en la terre despaigne et de gascoigne .iim. hommes darmes ou plus qui courussent sus cheuaus et sceussent aler et retourner aussi comme les sarrazins a lost.»

81 BSGP, ms. 1634, f° 133r° La valeur que l’on attachait alors aux chevaux élevés dans la péninsule Ibérique ressort bien d’un acte de Frédéric III de Sicile publié par F. Giunto et A. Giuffreda, Acta Siculo-Aragonesia, t. II, p. 109, doc. 63.

82 BSGP, ms. 1654, f° 155r° : « Encore deuoit len moult penser auant le passage que bone pais et bon acordement fust conferme entre les princes crestiens, cest assauoir entre le roy de France et celui de Castele et celui Darragon […] et samble que ce puet estre fait par mariage, ne nest nule autre plus legiere ne plus couuenable voie, et porroit len faire mariage entre la fille au roy de Nauarre et lepetit roy Anfoz de Castele car ne porroit estre fait auec nule autre que fille de roy ou de son premier enfant ou de lostel royal de France car les Espaignols nen prendraient nule autre. »

83 E. Baluze, Vitæ paparum Avenionensium, p. 150 ; « Nunquam vel raro fit novitas que non pariat pericula magna. »

84 C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración ».

85 À plusieurs reprises, le maître apparaît comme le conseiller et l’informateur de Jacques II, comme il ressort d’un acte publié par A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, p. 243, doc. 23.

86 J. Zurita, Anales de la Corona de Aragón, t. II, livre 5, chap. 93, p, 748 : « Y porque era ya muy público que la orden de los Templarios se había de deshacery que sus rentas se aplicarían a la orden del Espital, llevaban instrucción estas embajadores que se suplicase al papa que se instituyese, de las rentas que tenían en sus reinos, un maestrazgo de la orden de Calatrava que tenía origen y dependencia de la orden de Cistel, con que no fuese sujeto ni a corrección ni visitación del maestre ni del convento de Calatrava de Castilla. » Cette référence chronistique tardive est pleinement avalisée par un document publié par H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, pp. 291-293, doc. 143.

87 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 835-841, doc. 571.

88 M. Barber, The Trial of the Templars, pp. 228-229.

89 Un récit du procès est offert par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, pp. 297-326.

90 Ainsi A. Luttrell, « Gli Ospitalieri e l’eredità dei Templari », pp. 67-69, repris dans Id., The Hospitallers of Rhodes and theirMediterranean World, III, estime ainsi que « dopo il 1312 l’immagine pubblica di tutti gli ordini militari fu condizionata pesantemente dall’affare dei Templari».

91 S. Menache, « Contemporary Attitudes Concerning theTemplars’Affair », pp. 142-145.

92 Le fait a été mis en relief par tous les auteurs intéressés par le procès castillan depuis A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso contra el Temple », pp. 48-49, jusqu’à C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », p. 126, G. Martínez Díez, Los Templarios en la Corona de Castilla, pp. 192-194, ou A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 224.

93 AHN, OM, carp, 567, doc. 10 et 13.

94 Ce que montrent les offres de protection faites aux membres de l’Ordre jusque dans l’entourage du souverain, en particulier par son jeune frère, l’infant Felipe, auquel le maître Rodrigo Yáñez remet les châteaux de Ponferrada, Alcañices, San Pedro de Latarce et Faro (Crónica del rey don Fernando IV,p. 159).

95 II convient ainsi de nuancer l’opinion d’A. Luttrell, « Gli Ospitalieri e l’eredità dei Templari », pp. 83-84, dans la mesure où, comme l’a souligné C. Estepa Díez, « La disolución de la orden del Temple », p. 168, la différence de traitement entre la Castille et ses voisins à l’heure de la dévolution des biens du Temple est liée au fait qu’après la mort de Ferdinand IV, au printemps 1312, les tuteurs du jeune Alphonse XI n’ont pas poursuivi les négociations en Avignon, comme il ressort de plusieurs bulles pontificales ultérieures enjoignant aux souverains jusque sous le règne de Pierre Ier de respecter la donation consentie à l’Hôpital en 1319 (ASV, Reg. Vat. 236, ffos 48r°-50r°, publ. J.zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inocencio VI, pp. 58-61, doc. 62).

96 A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 589-590, doc. 396, a publié une lettre du souverain anglais adressée en ce sens, le 4 décembre 1307, au roi Denis Ier de Portugal, dont il a souligné qu’un exemplaire similaire avait été envoyé aux autres monarques hispaniques (ibid., t. II, p. 876).

97 Comme l’a signalé H. Prutz, Entwicklung und Untergang des Tempelherrenordens, p. 348, le changement d’attitude de Jacques II eut lieu dès le début du mois de décembre 1307. Il est corroboré par les premiers ordres d’arrestation lancés contre les Templiers vatenciens, publiés par H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, pp. 63-67, doc. 42 et 43.

98 Malgré une faible participation directe des envoyés castillans au concile de Vienne, l’alignement de Ferdinand IV sur les positions de Denis Ier et de Jacques II est très clair. Il ressort d’une lettre du roi portugais, envoyée au début de 1310 à la cour de Castille, fondue dans le récit des Crónicas dos sete primeiros reis de Portugal, t. II, p. 73, comme de l’activité des ambassadeurs aragonais au concile dont l’un évoque, dans un rapport rédigé au printemps 1312, le principe d’une position commune entre les souverains ibériques, arrêté lors d’une réunion tenue dans la demeure à Vienne de l’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle qui représente sur place Ferdinand IV (H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. II, pp. 279-285, doc. 139).

99 C. Estepa Díez, «La disolución de la orden del Temple», p. 126.

100 Pour la province ecclésiastique de Tolède, le procès de l’Ordre n’avait pas encore commencé quand se réunit le concile d’Alcála de Henares, le 8 novembre 1309, comme en atteste l’injonction adressée pour l’occasion par le pape à l’archevêque afin d’accélérer les interrogatoires. Les actes du concile provincial ont été publiés par F. Fita y Colomé, Actas inéditas de siete concilios españoles, pp. 26-46.

101 Un phénomène similaire a été observé en Catalogne par J. M. Sans i Travé, El setge al castell dels Templers de Miravet, p. 69, et par A. Forey, The Fall of the Templars in the Crown of Aragon, p. 11-14.

102 AHN, OM, carp. 5, vol. I, doc. 32, publ. A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, p. 607, doc. 409.

103 AHN, Osuna, leg. 351, doc. 14, publ. BA, pp. 142-145, et A, Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, pp. 667-668, doc. 452. Il est remarquable que la clause prévoyant une possible restitution soit conditionnée au remboursement par Ferdinand IV du prix de vente de la forteresse, que le maître avait acquise pour la somme de cent trente mille maravédis.

104 T. de Montagut i Estragués, «El reial patrimoni i els béns del Temple».

105 Quoi que les biens templiers de Castille aient été confiés, le 12 août 1308, à l’administration des archevêques de Tolède et de Saint-Jacques de Compostelle et des suffragants de Palencia et de Lisbonne (AHN, OM, carp. 567, doc. 9), ils semblent avoir été victimes d’abus immédiats, comme l’attestent les bulles Deusultionum dominas, en date du 18 octobre 1309 (AHN, OM, carp. 567, doc. 12), et Decet fili carissime, adressée le 25 octobre directement à Ferdinand IV, auquel elle enjoint de porter remède à la situation (AHN, OM, carp. 567, doc. 13, publ. A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso contra el Temple », pp. 73-75, doc. 2).

106 ACA, Cancillería, reg. 140, f° 77v° Dans une lettre adressée aux souverains de Castille et de Portugal à la fin du mois de novembre 1307, Jacques II le reconnaît sans détours : « Fazemos vos saber en como avemos entendido el escandalo, que es en Francia cuentra los freyres del Temple, e creemos, que esso mismo que lo ayas vos ya entendido. De la cual cosa nos fazemos mucho maravellados, porque siempre oyemos muy buena fama de los Templeros de nuestra tierra. E avemos visto, que en nuestro tiempo han vivido honestamente e en buena fama e seer cierto, rey, que han fecho mucbos servicios a los nuestros antecessores e a nos assi en ecbar los Moros de la nuestra tierra como en otras maneras […] E creemos, rey, que en la vuestra tierra los dichos freyres assi mismo han sido hombres de buena fama e ban vivido honestament ca nunca end oyemos el contrario, e que ban mucbo servido a los vuestros antecessores e a vos. » Des extraits de la missive ont été publiés par H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, t. 1, pp. 286-287, n. 3.

107 Le réquisitoire du légiste de Philippe le Bel a été publié par G. Lizerand, Le dossier de l’affaire des Templiers, p. 122 : « Nulli vel pauci, eciam de hiis qui extra regnum Francie habitabant, optulerunt se purgaturos, licet jussus universalis emanaverit ab hac sede, quod omnes tamquam suspecti de heresi capiantur, ymmo multi in regnis Ispantarum commorantes ad Sarracenos se transtulerunt omnino. »

108 La Castille est sans aucun doute la province templière pour laquelle le procès de l’Ordre est le moins bien connu. La mise au point la plus récente, de loin la mieux informée, a été présentée par J.M.Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », en particulier pp. 234-236. L’étude appelle toutefois plusieurs précisions. Les interrogatoires dont nous conservons la trace pour la Castille sont au nombre de trois. Un premier fut mené à Medina del Campo par l’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle auprès de trente-trois témoins dont trente appartenaient au Temple. Cité pour la première fois par F. Raynouard, Monumens historiques relatifs à la condamnation des chevaliers du Temple, pp. 264-265, et abrité aujourd’hui à l’ASV, Castel Sant’Angelo, Archivum Arcis, arm, D, doc. 220, il a récemment été publié par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », pp. 249-264. Un second, mené également à Medina del Campo sous l’autorité de l’évèque de Lisbonne, intéresse pour sa part quatre témoins, tous extérieurs à l’Ordre. Il a été édité en partie par Chr. G. von Murr, « Anhänge zur Geschichte der Tempelherren », pp. 134-140, puis, de façon plus complète et plus satisfaisante, par F. Fita y Colomé, Actas inéditas de siete concilias españoles, pp. 90-99. Une dernière série d’interrogatoires, menée à bien à Orense sous la responsabilité de l’évêque de Lisbonne, a été mentionnée par F. Raynouard, Monument historiques relatifs à la condamnation des chevaliers du Temple., pp. 265-266, puis, à partir de la brève notice qu’il propose, par G.martínez díez, Los Templarios enta Corona de Castilla, p. 229, et par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari di Castiglia », pp. 235-236. Il intéresserait trente-six témoins dont vingt-huit appartenaient au Temple. De larges extraits des douze dernières dépositions contenues dans ce document, dont il m’a été impossible de découvrir l’original, ont été retranscrits, il y a deux siècles, par Chr. G. von Murr, « Anhänge zur Geschichte der Tempelherren », pp. 140-145, qui échoue cependant à identifier le lieu de la comparution, lisant in civitate Antiensi là où il devait être écrit Auriensi, qui est la forme latine employée pour désigner la cité galicienne d’Orense à laquelle, dans son commentaire, l’érudit allemand n’a pas un seul instant songé.

109 J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », p. 249. Il convient de souligner que, dans l’interrogatoire de Medina del Campo, les dépositions des trois témoins extérieurs à l’Ordre confirment pleinement les dépositions des frères.

110 Ainsi, un sergent du nom de Pedro les qualifie de magnum mendactum ; un autre, appelé García, parle quant à lui de mendacia (ibid., pp. 256 et 257). De façon générale, tous contestent leur valeur, à l’exemple d’un frère dénommé Juan que crédit pro certo non esse vera (ibid., p. 260).

111 Le chevalier Fernán Núñez établit un lien direct entre la diffusion des accusations contre l’Ordre et l’opération de police lancée par le souverain capétien : « Nec scit nec crédit aliquem ex eis culpabtlem nec infamatum in criminibus supradictis nec in aliquo articula, immo nunquam audivit quod aliquis Templarius talia commississet nisi postquam fratres fuerunt capti sub domino regis Francie » (ibid., p. 251). Plusieurs autres témoignages calquent le sien sur ce point (ibid., pp. 252-253). Une relation de cause à effet identique, bien qu’énoncée de façon différente, est établie par un chevalier du nom de Juan, interrogé à Orense : « Post exortum infamiam audisse se dixit multa ineffabilia contra ordinem » (Chr. G. von Murr, « Anhänge zur Geschichte der Tempelherren », p. 142).

112 Sous la cote AHN, OM, carp. 567, doc. 29, le document est conservé dans une copie d’époque sur papier, en mauvais état, à partir de laquelle A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso contra el Temple », pp. 98-100, doc. 10, a publié l’une des quatre déclarations. Il en existe une copie meilleure du XVIIe siècle (BNM, ms. 13042, ffos 54r°-56r°), utilisée dans leur transcription respective par A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. I, pp. 634-635, et F. Fita y Colomé, Actas inéditas de siete concilios españoles, pp. 90-99. Procédant de l’exemplaire destiné au pontife, une autre copie doit exister à Rome où, à la fin du XVIIIe siècle, elle fut mise à profit par Chr. G. von Murr, « Anhänge zur Geschichte derTempelherren », pp. 134-140.

113 Les mêmes accusations de sodomie, d’hérésie et d’idolâtrie furent reprises dans le procès instruit en 1310 par Philippe le Bel contre la mémoire du pape Boniface VIII, dont les actes ont été publiés par J. Coste, Boniface VIII en procès. L’abus de topiques appartenant aux lieux communs de la procédure judiciaire ne signifie pas que les charges retenues contre les Templiers doivent être tenues en bloc pour fausses puisqu’il a pu bien évidemment exister parmi eux de mauvais sujets, ainsi que l’a rappelé A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 225.

114 Le serviteur fait état de sa connaissance de la rumeur en ces termes : « Interrogatus a quo tempore audivit ista, dixit quod a duobus annis citra ab omnibus comuniter in palacio domini regis ubi est domesticus » (A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso contra el Temple », p. 99).

115 Il introduit ainsi son troisième récit : « Item dixit que audivit a pluribus in domo domini regis, quod dominus Alfonsus, quondam rex Castelle, ad hoc ut sciret secretum ordinis Templariorum, induxit quendam iuvenem de camara sua adingrediendum ordinem Templi, loquendo cum eo in secreto qualitervolebat quod ingrederetur dictam ordinem sa intentione ut remaneret ibi per unum annum, et quod post modum exiret de ordine ad testificandum eum de secreto et de ingressu sue religionis et que super hoc fecerat sibi iuramentum quod omnia revelaret sibi in secreto. » Au terme de l’expérience, le page est dit préférer mourir plutôt que de révéler les scènes terribles dont il fut le témoin, au point que le roi a grand mal à lui faire avouer les secrets de l’Ordre, en particulier ceux qui entourent la profession, au moment de laquelle les membres seraient amenés à renier le Christ et à cracher sur un crucifix (ibid., p. 99), À ce propos, des dérèglements sont avérés qu’A. Demurger, Jacques de Molay, pp. 244-245, taxe de « bizutage initiatique » sur la foi de l’étude de B. Frale, L’ultima battaglia dei Templari, p. 174.

116 AHN, OM, libro 1349, f° 77r°.

117 Crónica del rey don Fernando IV, p. 159.

118 M. L. Ledesma Rubio, Templarios y Hospitalarios en la Corona de Aragón, pp. 227-228, et J.M.Sans i Travé,El procés dels Templers catalans, pp. 83-90 et 151-152.

119 Le siège de la forteresse templière par les milices urbaines de Séville est confirmé par un privilège du 17 mars 1312, dans lequel Ferdinand IV la restituait à la ville, à laquelle il avait dû l’enlever, en dépit de sa concession initiale, afin de récompenser les services de Gonzalo Sánchez de Troncones lors du siège d’Algésiras. Il rappelle comment « mandamos a vos el concejo de la muy noble cibdat de Sevilla que lo cercaseder el tomasedes por fuerça, et vos ficiestes lo asi et desto diemos vos carta de donacion en como lo toviesedes por vuestro […] parando mientes á la grant costa que vos el dicho concejo fesistes et á los grandes dampnos que recibiestes teniendo hueste sobre este castiello fasta que lo tomastes » (A. Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, p. 833). La prise de Fregenal dut avoir lieu entre le mois d’août 1308, date à laquelle le maître du Temple s’engage à le remettre au roi, et le 22 septembre 1309, où ce dernier en fit don à Gonzalo Sánchez de Troncones (ibid., t. II, p. 689)

120 Crónica del rey don Fernando IV, p. 160. L’information enregistrée dans la chronique royale a été ensuite amplifiée parF.de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes de Sanctiago,,Calatrava y Alcántara, part. III, f° 14r°, et par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, pp. 476-478.

121 Des affrontements auraient eu lieu à Tábara, Bayuela et Villalba à en croire les notes personnelles d’Esteban de Garibay, chroniqueur de Philippe II, étudiées par C. Estera Díez, « La disolución de la orden del Temple en Castilla », p. 126. à défaut d’évidence documentaire, distinguer dans la tradition entre les informations vraisemblables et celles qui relèvent de la légende constitue une gageure. À titre d’exemple dans une littérature abondante, je situerais dans la seconde catégorie le commentaire rapporté pour Jerez de los Caballeros par A. Bullón de Mendoza, Las órdenes militares en la reconquista de la provincia de Badajoz, p. 62 : « En cuanto a Jérez, si hemos de creer una antiquísima tradición, resistió desesperadamente hasta que tomada al asalto fueron los últimos Templarios degollados en la hoy llamada Torre Sangriente del arruinado castillo. »

122 AHN, OM, libro 1343, f 162r°-v° publ. BC, p. 117.

123 BNM, ms. 8582, f° 60v°: «Estableçido es que nuestros freyres sean manifestados a los clerigos de nuestra orden e non se manifesten a otro omne nin a descalço nin a predicador fuera por alguna nesçesidad sin liçençia del maestre o del comendadoro del prior.»

124 Les différences par rapport au tableau proposé par J. M. Sans i Travé, « L’inedito processo dei Templari in Castiglia », pp. 245-247, s’expliquent par l’amalgame opéré par l’auteur entre deux types de réponses. Les premières, synthétisées dans le tableau 1, p. 58, intéressent les pratiques personnelles des frères, les secondes, ce qu’ils estiment être la pratique de l’Ordre en matière de confession. Parmi ces dernières, au nombre de huit, l’idée l’emporte que les Templiers avouaient leurs péchés aussi bien à leurs propres chapelains qu’à des clercs séculiers ou à des religieux mendiants. Appelé à témoigner, Gonzalo Bayo exclut même de se confesser à des frères de l’Ordre, affirmant que « fratres dicti ordinis confitentur peccata sua fratribus minoribus, predicatoribus et aliis presbiteris » (ibid., p. 259).

125 A cet égard, l’unanimité qui se dégage des actes de l’interrogatoire réalisé à Medina del Campo est pleinement corroborée par les fragments de celui d’Orense qui ont été conservés (Chr. G, von Murr, « Anhänge zur Geschichte der Tempelherren », pp. 140-145), de même que par la déclaration du seul frère originaire de Castille interrogé à Chypre. Le témoignage de ce dernier a été publié par K. Schottmüller, Der Untergang des Templerordens, t. II, pp. 357-358, et traduit il y a peu en anglais par A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in Cyprus, pp. 378-381.

126 M. Barrer, The New Knighthood, p. 227.

127 J. M. Sans i Travé, «L’inedito processo dei Templari di Castiglia», p. 250.

128 G. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum Nova et Amplissima Collectio, t. 25, col. 297-298. De la décision, un commentaire, glosé par G. Martínez Díez, Los Templarios en la Corona de Castilla, pp. 241-242, a été réalisé au XVIe siècle par Ambrosio de Morales. Il est conservé aujourd’hui dans un manuscrit de l’auteur, intitulé Summa de Privilegios, sous la cote BNM, ms. 755, ffos 249v°-250v°.

129 Il a été fait mention par F. Raynouard, Monumens historiques relatifs à la condamnation des chevaliers du Temple, pp.165-166, d’une bulle de Clément V adressée le 18 mars 1311 aux princes ibériques et dans laquelle il leur recommandait d’utiliser la torture, comme c’était le cas en France, afin de mieux faire advenir la vérité lors des interrogatoires : « Et de jure videtur quod fratres ipsi, ut clarior et certior eliceretur veritas de prædictis per eos, subici debuerunt quæstionibus et tormentis. »

130 A. Mercati, «Interrogatorio di Templari a Barcellona».

131 Le seul travail monographique réalisé sur le thème, riche notamment d’informations sur les frères de Catalogne, est une étude ancienne de G. Mollat, « Dispersion définitive des Templiers après leur suppression ». Aux éléments qu’elle renferme, il convient d’ajouter les données récemment mises au jour par A. Forey, The Fall of the Templars in the Crown of Aragon, en particulier pp. 210-250.

132 Pour les royaumes occidentaux de la péninsule Ibérique, je connais uniquement un exemple pour lequel le passage dans l’Hôpital d’un frère du Temple est assuré. Il intéresse Fernão Afonso, fils bâtard du roi de Portugal Alphonse III. D’après J.A. de Figueiredo, Nova historia da militar ordem de Malta, t. II, p. 109, il était un « cavalleiro da ordem do Templo que depois da extinção della aproveitou o indulto pontificio para que os innocentes poderem ficar na do Hospital até ser sepultado na igreja de S. Braz de Lisboa », dont, aux dires du même auteur (ibid., t. II, p. 184, n. 67), un autre enfant illégitime d’Alphonse III, Gil Afonso, pour sa part entré dans l’Hôpital, avait été commandeur. En dépit du peu d’évidence documentaire, l’entrée dans l’Hôpital a dû consumer une pratique courante pour les anciens Templiers, ainsi qu’il ressort d’une bulle du pape Jean XXII, adressée en 1324 aux archevêques et aux évêques des royaumes de Castille, de León et de Portugal, les invitant à veiller au maintien des frères de la milice défunte : ASV, Reg. Vat 77, f° 253v : « Ita tamen quod per prelatos religionum quas dicti fratres quondam Templi duxerint eligendas per singulas domos et loca seu monastena et obedientia eis subiecta taliter diuidantur quod idtra duos fratres in eadem domo uel loco aut monasterio seu obedientia non ponantur domibus dicti ordinis Hospitalis sancti Johannis Jerosolimitani exceptis. » Brièvement mentionné par A. Forey, The Fall of the Templars in the Crown of Aragon, p. 226, cet acte fait à l’Hôpital une place de choix dans le règlement des questions liées à l’entretien des anciens Templiers.

133 Comme en Catalogne, où certains Templiers sont connus pour être retournés après la dissolution de leur Ordre à des activités séculières et, le cas échéant, militaires, ainsi que l’a relevé A. Forey, The Fall of the Templars in the Crown of Aragon, pp. 221-222, plusieurs frères originaires des royaumes occidentaux de la Péninsule ont quitté l’habit religieux et retrouvé ainsi une liberté dont ils paraissent avoir joui sans entraves, si l’on s’en tient à l’exemple de Lourenço Fernandes, bien mis en lumière par I. L. Morgado de Sousa e Silva et M. C. Gomes Pimenta, « As ordens de Avis e de Cristo na baixa Idade Media », p. 808, n. 11.

134 Le fait ressort d’une bulle de Jean XXII adressée en 1324 au prieur dominicain de Salamanque afin que celui-ci veille à éviter que les dépenses nécessaires à l’entretien des anciens Templiers n’obèrent exagérément les finances de l’Hôpital (ASV, Reg.Vat, 77, ffos 253v°-254r°).

135 Un exemple peut en être fourni par le travail d’E. Ferreira Priegue, « “Chegou Pais de maas artes…” », fondé sur une cantiga d’escarnho écrite contre le maître de Santiago, Pelayo Pérez Correa.

136 Dans cette optique, une première approche a été proposée par Ph. Josserand, « En crise de raison d’être ? Critiques et contestations des ordres militaires dans le royaume de Castille ».

137 En atteste par exempleL’analyse de C. de Ayala Martínez, « Igesia y violencia en torno a la idea de cruzada ».

138 Sur ce point, il n’existe guère pour la Castille que les commentaires rapides de J. M. Rodríguez García, « Alfonso X and the Teutonic Order », p. 322, et de C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », pp. 125-126.

139 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 7.

140 Pour désigner ces attaques qui accompagnèrent l’apparition des Ordres, C. de Ayala Martínez, « Iglesia y violencia en torno a la idea de cruzada », pp. 358-361, parle d’une critique morale pacifiste, par opposition à un discours ultérieur volontiers stratégique qui ne questionna pas tant la violence dans son principe que dans son efficacité pour obtenir la conversion des musulmans.

141 Gautier Map, De nugis curialium, pp. 60-61. La position du curialiste anglais a été étudiée par A. Forey, The Military Orders, p. 204, et, de manière plus approfondie, par i. Deug-Su, « I nuovi movimenti religiosi nel De nugis curialium di Walter Map », pp. 554-556 et 560.

142 Ainsi l’a souligné C, de Ayala Martínez, « órdenes militares hispánicas : reglas y expansión geográfica », pp. 63-66, en faisant état de réticences que, récemment encore, F. Ruiz Gómez, « Los hijos de Marta », p. 16, a totalement passées sous silence.

143 Bien relevée par J. Leclercq, Recueil d’études sur saint Bernard, t, II, p. 89, la profondeur de la crise qui a affecté les Templiers dans les premières années de leur existence fut telle qu’elle a impliqué, pour pouvoir être surmontée, un engagement total de Bernard de Clairvaux sans lequel la milice eût été incapable de prospérer, ainsi que l’a observé, en évoquant les origines troublées de l’histoire de l’Ordre, A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, pp. 44-49.

144 Dans la bulle d’Alexandre III qui, en 1164, confirme la première forma vivendi de l’Ordre, apparaît ainsi l’expression de militibus armis accinti pour désigner les frères (BC, p. 5),

145 À cet égard, les analyses de C. de Ayala Martínez, « órdenes militares castellano-leonesas y benedictinismo cisterciense », et de Ph. Josserand, « D’un couvent l’autre : l’abbaye de Morimond et les ordres militaires hispaniques de filiation cistercienne », complètent utilement le travail classique de J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », reproduit dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I.

146 Ainsi l’a justement fait valoir C. de Ayala Martínez, « órdenes militares hispánicas : reglas y expansión geográfica », p. 65.

147 Pour la poésie castillane, où domine jusqu’au milieu du XIVe siècle l’usage du galaïco-portugais, un recueil très complet a été publié par M. Brea, Lírica profana galego-portuguesa. Pour les chansons écrites en provençal circulant dans la péninsule Ibérique, il convient aujourd’hui encore de se reportera l’édition ancienne de M, Milà i Fontanals, De los trovadores en España.

148 Juan Ruiz, Libro de Buen Amor, p. 366.

149 Plus que par une réflexion globale, certaines attaques sont en fait motivées par une hostilité toute circonstancielle. Il en est ainsi de la diatribe de Suero, l’évêque de Zamora, contre les Templiers, auxquels l’opposa un long procès à la fin des années 1270 : ACZ, leg. 13, doc. 7 : « Tienen clérigos irregulares que canten enas eglesias que han ellos en nuestro obispado e enganan los pueblos. » Analysé par J. C. de Lera Maíllo, Catálogo de los documentas médiévales de la catedral de Zamora, p. 287, doc. 902, le document a été brièvement étudié par P. Linehan, « The Economies of Episcopal Politics », dans Id., The Processer of Politics and the Rule of Law, pp. 15-16.

150 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 33 et 43, pp. 195-196 et 200, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 44 et 55, pp. 362-363 et 382.

151 Crónica de la población de ávila, p. 31 : «Acaesçio una vez que Muño Ravia andava yrado (del rey, e alçose en Peñaflor, e después cogió y por compañero a Martín Malo, que fue freyle de Calatrava e andava desobediente. E ovo de ser que salió Muño Ravia un dia a caça, e a la tornada non le quiso Martín Malo reçevir en la Peña.»

152 à ce sujet, une bibliographie de référence, établie par J. Wright, a été publiée dans La Corónica. A journal of Medieval Spanish Language and Literature, 26, 1998, pp. 91-129.

153 Édité d’abord par M. Rodrigues Lapa, Cantigas d’escarnho e de mal dizer, p. 586, doc. 399, le poème a été repris dans une transcription passablement corrigée par M. Brea, Lírica profana galego-portuguesa, t. II, pp. 868-869.

154 M. BREA, Lírica profana galego-portuguesa, t. II, p. 868 : « E, u non ouv’esse reguardo / en ne un dos dez e três, / log’ouve mant’e tabardo / e foi comendador d’Ocrês. » Difficile à bien comprendre, l’image signifie que, même lorsqu’il ne jouissait de la protection d’aucun des Treize, le commandeur allait avec cape et manteau.

155 E. Ferreira Priegue, « “Chegou Pais de maas artes.. », p. 368, se fonde ici sur l’analyse de J. Leite de Vasconcelos, Contos populares e lendas, t. II, p. 428, qui a affirmé, à partir des récits dont il a recueilli la tradition, que « a designação Pedro Malas-artes serve popularmente também para o Diabo. E por extensão de sentido aplica-se a pessoas cruéis ». Il n’est pas exclu qu’une telle appellation renvoie à un goût du maître pour les sciences occultes, selon une pratique alors assez répandue, décrite par J. Ferreiro Alemparte, « La escuela de nigromancia de Toledo ».

156 Alphonse X, Cantigas de Santa María, t. III, c. 299, pp. 94-96. À l’appui d’une édition quelque peu corrigée, une présentation rapide du miracle a été réalisée par J. Hernández Serna, « La orden de la Estrella o de Santa María de la España », notamment pp. 230-242.

157 Alphonse X, Cantigas de Santa María, t. III, c. 275, pp. 43-47 : « A que nos guarda do gran fog’infernal / sãar-nos pode de gran ravia mortal. » Désignés sous le nom de ravia, les problèmes mentaux des frères ont été rapidement présentés par S. Parkinson, « Santuarios portugueses en las Cantigas de Santa María », pp. 45-46.

158 Du Cange, Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Graz, 1954, t. VII, p. 333, fait état d’un glissement sémantique du mot scandalum, du jurgium, c’est-à-dire de la querelle ou de la dispute qu’il désignait à l’origine, vers le sens moderne de « perturbation ».

159 En témoignent pour Santiago deux bulles d’Innocent IV et d’Urbain IV, datées respectivement de mars 1250 et de janvier 1264. Ces actes ont été publiés par A. Quintana Prieto, La documentación pontificia de Inocencio IV, t. II, p. 554, doc. 610, et I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Urbano IV, p. 213, doc. 143.

160 Le fait ressort de l’autorisation donnée en 1312 par Bérenger, évêque de Tusculum, à trois frères de Calatrava pour quitter leur Ordre, au sein duquel ils enduraient la persécution du maître, et prendre l’habit d’Alcántara. Bien qu’il accède à leur requête, le prélat ne s’offusque pas moins du scandale occasionné par leur recours : « Non sine dicti ordinis scandalo et vestrorum gravi periculo animarum ad romanam curiam accesistis » (AHN, OM, libro 1345, f° 74r°, publ. BC, p. 166).

161 Par exemple, à la fin du XIIIe siècle, la révolte de plusieurs frères de Santiago contre leur maître paraît avoir largement terni la réputation de l’Ordre. C’est du moins ce qui ressort d’une bulle de Boniface VIII datant de 1300, analysée dans G. Digard, M. Faucon et A.thomas, Les registres de Boniface VIII, t. II, pp. 542-343, doc. 3334. : « Adhucin sue rebellionis duritia persistentes, obedientiam et reverantiam debitam eidem magistro dampnatis ausibus renuunt exhibere in divine majestatis offensam, predicti ordinis fratrum turbationem et fidelium scandalum plurimodum. »

162 Pour Calatrava, une bulle de Benoît XII, datée d’août 1336, enjoint au chapitre général de Cîteaux de remédier à la division de la milice, qui n’est pas sans « grandia suscitari scandala et pericula » (ASV, Reg. Vat. 131, f° 79v°, publ. J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et patentes, t. II, pp. 277-278, doc. 1035).

163 ANTT, Avis, doc. 94, publ. D. Lomax, « Algunos estatutos primitivos de Calatrava », p. 493.

164 C. de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén, pp. 586-588, doc. 364.

165 Écrite par le couvent en mai 1299, une lettre au maître Guillaume de Villaret en vue de la réunion d’un prochain chapitre général souligne ainsi que ces événements « ne cheront jameis de renembrance de gent ». Selon l’acte publié par J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, p. 773, doc. 4462, le retentissement de l’affaire aurait été considérable : « Douquel chapitre furent rebelles plusors freres de Chastelle, de quoy nasqui l’escandle d’Espaigne, lequel sera en perpetuel diffamation del Hospital car mout en est parlé vilainament par le siegle. » Cette crise n’a cependant pas éveillé l’intérêt des historiens, qui l’ont occultée à l’exception d’A. Forey, « Constitutional Conflict and Change in the Hospital of St. John », p. 21, repris dans Id., Military Ordersand Crusades, X.

166 En 1337, une preuve en est apportée par les établissements de l’Hôpital qui préconisent que « uous prieurs et bailliz per chapitre general soyes diligent et ententif de tenier les et fayre tenir et de enserchar et corregir en tel maniere que deshores en auant les gens ecclesiastiques et seculiers en uous ni en votres subiets non prenent mal exemple ne a notre audience non viegne clamour ni reprehension de uous portemans » (BNV, RCG, vol. 280, f° 40r°).

167 Le fait ressort d’une lettre de l’évêque d’Albano, pénitentiaire de Benoît XII, à l’évêque de Cuenca, lui demandant d’enquêter sur l’irrégularité commise par un certain Lorenzo dont il expose les circonstances en détail : « Et cum propter haec scandalizeruntur multi de populo, qui aderant prædicto anmversario, et dicerent præfato presbytero quod violata erat ecclesia et polluta propter huiusmodi homicidium, dictus presbyter hoc audiens contristatus valde cessavit ab officio et timens quod si prædictus homicida in ecclesia remaneret prædicta, cuius ummunitatem violaverat, maius scandalum fieret in populo et quod finaliter præsidium seu securitatem sut non baberet in ea, tam causa sedandi scandalum quam propter zelum ecclesiæ acceppit eumdem homicidiam per corrigiam qua erat accinctus et usque ad portam ecclesiæ duxit dicens illi hæc verba : non erubuisti faciem Dei et ecclesiam ipsius, vadas, ne remaneas in ecclesia quam tan graviter offendisti » (BS, pp. 304-305).

168 Ainsi pour Santiago, tant dans la règle latine primitive, publiée par J. Leclercq, « La vie et la prière des chevaliers de Santiago », p. 354, que dans la version castillane, établie très probablement au milieu du XIIIe siècle, comme l’a bien signalé D. Lomax, La orden de Santiago, p. 227.

169 Ainsi, en 1210, une visite est attestée à Vilar de Donas en Galice dans un document publié par J. L. Novo Cazón, El priorato santiaguista de Vilar de Donas en la Edad Media, p. 202, doc. 3.

170 Le fait ressort en particulier des statuts de Santiago édictés au cours du magistère de Pelayo Pérez Correa : BNM, ms. 8582, ffos 61r° (1251), 62v° (1252), 66r° (1265) et 63v° (1266). Chacun d’entre eux prend en effet un soin particulier pour désigner les visiteurs, généralement au nombre de deux, chargés d’inspecter les établissements des différentes provinces santiaguistes.

171 Le fait a été signalé par J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », notamment p. 260, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII, et Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », pp. 328-329.

172 AHN, OM, carp. 207, doc. 39, publ. R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, p. 273, doc. 46, et M. Rivera Garretas, La encomienda de Uclés, p. 419, doc. 212.

173 Récemment, C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », p. 126, s’est lui aussi rangé à cet avis.

174 AHN, OM, libro 1349, f° 77r° : « Diçese de vosotros que […] no faceis cavallerias por el nombre de Christo ».

175 AS V, Reg. Av. 14, ffos 4121° et 497r°, cités par G. Mollat, Jean XXII. Lettres communes, t. III, pp. 359-360, doc 14213 et 14215. Les deux actes prennent soin de bien souligner la rumeur qui a porté le fait à la connaissance du pape, « ut accepimus a fidedignis »,

176 Sur la foi des documents cités précédemment, elle a été assumée par A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », p. 232, repris dans Id., Military Orders and Crusades, V, et par C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las ordenes militares », pp. 136-138.

177 AHN, OM, libre 1349, f° 77r° : « Aparexados by siempre fuemos a vos vissitar personahnente, mas a nos fueron recontadas tantas discordias vuestras que fasta aqut non presumimos a tentar aquello. Empero requerimos a vos querais ganarnos un salvo conduto e stempre seremos aparejado de llegar a vosotros personalmente e facernuestro deber. »

178 La difficulté pour les Ordres à agir de façon équilibrée au service du roi et de Dieu et les craintes du pouvoir pontifical de voir ces institutions se muer en un instrument contrôlé par les souverains ont fait l’objet d’une première approche de Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine ».

179 Les années 1319-1320 ont été décrites comme une « etapa de significativas confrontaciones » par J. Rodríguez Molina, « La frontera de Granada », p, 508, ce que confirme la Crónica del rey don Alfonso Xl, chap. 13 et 14, pp. 182-183, avec le récit de la conquête de Tiscar, dans laquelle Calatrava joue un rôle majeur, bien mis en valeur par j. de M. Carriazo y Arroquia, Colección diplomática de Quesada, pp. LXX-LXXIII. De cet engagement militaire des frères, contrairement à ce que l’on peut lire, la papauté semble alors avoir eu pleinement conscience, comme le prouvent les exemptions des taxes prélevées au titre de la défense de la frontière qu’elle accorda aux Ordres « que tuvieran ya obligación de prestar ese servicio ». L’expression est empruntée à un document cité par A. Giménez Soler, « La expedición a Granada de los infantes don Juan y don Pedro », p. 16.

180 AHN, OM, libro 1345, ffos 199r-200v°, publ. BC, pp. 177-179.

181 R AH, Col. Salazar, M-6, f° 152r° Dans ce texte adressé de Bexix, le 19 juillet 1316, le tuteur du souverain ordonne à Garcia Lopez de Padilla que « dedes tregua y asegurades por nos y porvos y porvuestra orden a don Ysmael rey de Granada desde martes veint dias de julio de la era desta carta fasta postrimero dia de marzo que sera en la era de 1355 años que son ocho meses ». Par avance, il s’engage à accepter la trêve que le maître de Calatrava aura négociée avec les musulmans grenadins « por carta o por palabras ». Ce document a été brièvement analysé par M. García Fernández, « Regesto documentai andaluz de Alfonso XI », p. 9, doc. 30.

182 ASV, Reg. Av. 14, f° 4971° : « Cum fratres militie sancti Jacobi et Calatravensis ac de Alcántara et aliorum militarium ordinum infra tue legationis terminas consistentium copiosas diuisas multosque redditus et prouentus quibus eos non est dubium habundare et quos deberent contra barbaras nationes in usus alto s ut accepimus a fidedignis consumant. »

183 A. Forey, The Military Orders, pp. 206-207, et H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 132.

184 Matthieu Paris, Chronica Maiora, t. IV, p. 291.

185 A. M. Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal ».

186 Ibid., p. 707 : « Set sicut nuper audivimus relatu plurium affirmari te pravum tu ostendens et prodigum vaccans luxurie bona domus non cessans cotidie in pravis usibus devastare. »

187 D. Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiasticos y seculares de Sevilla, t. I, pp. 166-167 : « Tenia cada una cierto districto privilegiado que llamaban compás, en que vivían sus familiares y criados ; exentos de todos pechos y gravámenes, exenciones que tal vez el abuso motivó inquiétudes públicas, causa de haberse allanado muchos años después. »

188 Grem Crónica de Alfonso Xl, t. I, chap. 78, pp. 422-423.

189 J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », p. 273, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII.

190 J. M. Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, « Alfonso X, la orden teutónica y Tierra Santa », p. 507.

191 Demeuré longtemps à l’état manuscrit, l’ouvrage, publié récemment, avait fait auparavant l’objet d’une présentation de ses éditeurs. A. García y García, b. Alonso Rodríguez et F.Cantelar Rodríguez, « El Libro de Confesiones de Martín Pérez », y avaient ainsi largement signalé l’intérêt du traité, qu’avait également perçu D. Lomax, « Algunos autores religiosos », p. 89.

192 Castigos é documentos del rey don Sancho, chap. 16, p. 125 : « Orden de ser perlado es muy buena é muy provechosa para el cuerpo é para el alma, usando bien della […] é es muy mala émuy dañosa para el que mal usa della. »

193 Martín Pérez, Lïbro de confesiones, part. II, chap, 117 et 118, pp. 401-403.

194 AHN, OM, libro 1349, f° 77r.: «O dolor! la vihuela buelta es en luto e aquellos a quien los principes solian honrras son habidos en menos precio. Muchos y sanctos estatutos teneis mas sigun lo que entendemos poco guardais aquellos […] diçese de vosotros que no trabaxais como labradores, no orais como monges, no faceis cavallerias por el nombre de Christo assi que de antigua orden sois.»

195 M.J, Lacarra, Cuento y novela corta en España, pp. 255-257.

196 Libro de los Gatos, pp. 95-96.

197 Ibid, p. 96: «Otrosi los Templeros, del Ospital, los de San Juan, si otra cruz. non han en el coraçon, que se entiende por castigar la carne, e si se non guardan de pecado de la carne, commo de sobervia o de otros pecados, tales commo estos son asnos del infierno.»

198 L’intention de l’auteur a beaucoup été discutée du fait que l’attention qu’il prête à la description de l’art d’aimer, parfois jugée complaisante, a permis d’entretenir des discours ambigus. La finalité morale de l’ouvrage ressort pourtant à mon sens explicitement du texte de son prologue. Juan Ruiz, Libro de Buen Amor, p. 109 : « Fiz esta chica escriptura en memoria de bien, e confuse este nuevo libro, en que son escriptas algunas maneras e maestrías e sotilezas engañosas del loco amor del mundo que usan algunos para pecar. »

199 Ibid., p. 366: «Orden de Santiago, con la del Ospital, / Calatrava e Alcántara, con la de Buenaval, / abbades beneditos en esta fiesta tal / “Te amorem laudemus” le cantan é non al. »

200 À l’échelle des sociétés chrétiennes ibériques, la peur de l’apostasie qui apparaît à partir du XIIIe siècle a été bien soulignée par J. Tolan, Les Sarrasins, pp. 258-259.

201 Ainsi, notamment, dans les establecimientos de 1251 (BNM, ms. 8582, ffos 59r° et 61v°).

202 A. Forey, The Military Orders, pp. 209-210, a souligné les critiques adressées en Occident aux ordres militaires au motif que ces derniers étaient en commerce étroit avec les musulmans et de ce fait auraient manqué d’agressivité à leur égard.

203 Le fait a été signalé par A. Sánchez Candeira, « Las cruzadas en la historiografía española de la época », pp. 331-337.

204 Le récit et la chronologie de l’événement se retrouvent dans l’ouvrage classique de R. Grousset, Histoire des Croisades, t. III, pp. 396-397,

205 La Gran Conquista de Ultramar, chap. 532, p. 247 : « E por ende, se daua a entender, assi como oyestes, que los turcos entraron en la tierra por consseio de los freyres del Ospital;

206 BNM, ms. 684, chap. 71, ffos171v°-172r°,

207 La Gran Conquista de Ultramar, chap. 316, p. 162, chap. 427, p. 205 et chap. 495, p. 230.

208 II en existe pourtant dans d’autres domaines dans la mesure où C. González, La Tercera Crónica de Alfonso X, p. 23, souligne que la Gran Conquista de Ultramar est une amplification de l’Eracles, la continuation française poursuivie jusqu’en 1271 de l’Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, interrompue par Guillaume de Tyr en 1183.

209 A. Sánchez Candeira, «Las cruzadas en la historiografía española de la época», p. 366 : «Anno Domini M° CCLVIII el Ospital cerco a Beymont pricep de Antiocha en su villa, que laman Tripol, por el consseio de sus cavalleros.»

210 D. Wojtecki, «Der Deutsche Orden unter Friedrich II.».

211 J. M. Rodríguez García et A. Echevarría Arsuaga, «AlfonsoX, la orden teutónica y Tierra Santa», p. 507 : «Nos autem cum omni nostra potentia ad ipsum [regem] accessimus et circa eius obsequium longe plura expendimus quam nobis superarent facultates ut et Deo et ipsi honestius servire possemus ne aliqui calumpniose nobis imponerent quod et melius serviremus si de eius lingua essemus vel sub eo possessiones vel conventus aliquos haberemus.»

212 J. Prawer, «Military Orders and Crusader Politics», p. 218.

213 Le fait ressort clairement des études d’A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 274, et H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 133.

214 ASV, Reg. Av. 14, ff° 428v°-429r°.

215 Ainsi l’a montré A. Luttrell, «Actividades económicas de los Hospitalarios», p. 179, repris dans Id., The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, VI.

216 Le texte latin de l’exemplum étudié a été publié par L. Hervieux, Les fabulistes latins, pp. 223-224. Déjà dans son édition du Libro de los Gatos, pp. 95-97, Bernard Darbord relevait l’étroite parenté entre le récit castillan et son modèle. Il faut par ailleurs rappeler qu’Odon de Cheriton a vécu en Espagne dans les années 1224-1228, comme l’a souligné A. Friend, « Master Odo of Cheriton », pp. 649 et 654-655.

217 Un fait similaire a été observé pour la Provence par D. Carraz, « Les ordres militaires face aux crises politico-religieuses de la basse vallée du Rhône », pp. 387-388, et « Ordres militaires, croisades et sentiments politiques chez les troubadours », pp. 998-999.

218 L’utilité de cette démarche a été bien soulignée par A. Forey, The Military Orders, p. 211.

219 À l’échelle internationale, le fait a été mis en valeur par H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 133.

220 El Libro de los engaños, pp. 63-64.

221 Libro de los Gatos, pp. 85-86 : «Estos asnos son los ombres falsos e perezosos de servira Dios, e toman la ordem de san Benito, mas por estar viçiosos e por que les onrren los ombres que non por servir a Dios. E estos tales a vezes echan bramidos de asnos que entienden quando fablan de luxuria e de otros viçios.»

222 Juan Ruiz, Libro de Buen Amor, pp. 366-367.

223 Libro de los Gatos, 1984, pp. 95-96. Brocardant à la fois les frères du Temple et les convers de Cîteaux, l’exemplum se termine par ces termes : « Otrosi los que traen grandes barbas, qualesquier barbas que ellos ayan, nunca entraran en parayso si non façen obras que pleguen a Dios, o non façen buena vida entre los ombres. E si por aver gran barba el ombre fuese santo, non avrie en todo el mundo tan santo orne como el cabron. *

224 Ainsi l’a souligné P. Chaunu, Le temps des réformes, et Eglise, culture et société. Essais sur la Réforme et la Contre-Réforme, pp. 19-126.

225 J.-Ch. Payen, « La satire anticléricale dans les œuvres françaises », p. 272.

226 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Kights, pp. 133-134.

227 J, M. Rodríguez García, «Alfonso X and the Teutonic Order», p. 322.

228 A. Forey, The Military Orders, pp. 211-212, et H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 133.

229 Ainsi l’ont fait, sur la foi d’un panégyrique fameux de Rodrigo Jiménez de Rada, D. Lomax, La orden de Santiago, p. 23, et R. I. Burns, The Crusuder Kingdom of Valencia, t. I, p. 177.

230 A. Demurger, « L’aristocrazia laica e gli ordini militari in Francia nel Duecento », p. 66.

231 Ainsi l’affirmait le maître de l’Hôpital Foulques de Villaret dans un mémoire sur la croisade publié par J. Petit, « Mémoire de Foulques de Villaret », p. 607 : « Praeterea opportebit dominum papam mandare per nuncios suos et litteras regibus et principibus terrenis, quod ipsi non patiantur in dominis suis impendimentum gentibus domorum Templi, Teuthonici et nostre in aliquo irrogari, ad hoc ut queamus extrahere de terris suis arma, peccuniam et alia de bonis nostris que pro pertractu passagii necessaria imminebunt. »

232 Le fait a été signalé par A. Forey, « The Military Orders in the Crusading Proposais », p. 333, repris dans Id., Military Orders and Crusades,V III.

233 C. Alvar, á. Gómez Moreno et F. Gómez Redondo, La prosa y el teatro en la Edad Media, p. 109.

234 Juan Manuel, Libro de los Estados, p. 342 : «En quál dellos se puede omne mejor salvar et más sin peligro».

235 Ibid, p, 342 : «Otrosí, ay órdenes de cavallería, que pueden aver cavallos et armas, et usar dellas en serviçio de Dios et defendimiento de la fe contra los moros et pueden aver proprio en común. Et éstas son en Castiella, onde so natural, la orden de Sanctiago, et de Sant Johan, et de Calatrava, et de Alcántara. Et en Aragón ay otra orden, que fizo el rey don Jaimes, que llaman de Montesa, et en Portogal la orden de Avis, et de Cbristo, et fízola el rey don Dionis, et son tenidos de obedesçer a Calatrava.»

236 Ainsi l’atteste Juan Manuel dans un passage du chapitre IV de son Libro Enfenido (p. 139).

237 F. Gómez Redondo, La prosa del siglo XIV, pp. 46-48.

238 Glosa castellana al Regimiento de príncipes, t. III, p. 366 «La tercera caballería es votiva, en la cual lidian los ommes contra los enemigos de la fe, para la defender de los cuales son los caballeros del Temple o los de las órdenes de la caballería o cualesquier otras que por amor de Dios e con devoción de la fe prometen de lidiar e se ponen contra los enemigos de la fe.»

239 Patrologie Latine, t. 209, pp. 44-45.

240 Glosa castellana al Regimiento de príncipes, t. III, p. 366. Faisant fi du parti pris de littéralité, le glossateur rapporte l’admonestation du prélat aux Templiers en ces termes : « Amigos, seguros id e sin temor ninguno contra los enemigos de la Cruz e así como buenos caballeros vencedlos e echadlos de la tierra, ca muy gloriosos se tornan los vencedores de la batalla. ¡Oh, que bien aventurados murieron los mártires, lidiando por la fe! ¡Oh, qué bien aventurado es cualquier caballero, que así como viste el cuerpo de fierro, así viste su alma de loriga! » L’original latin de ce passage a été publié dans Bernard de Clairvaux, Liber ad milites Templi de laude novæ militiæ, p. 53,

241 ASV, Reg. Vat. 21, f° 397r°, publ. A. Quintana Prieto, La documentación pontificia de Inocencio IV, t. I, p. 404, doc. 409.

242 BS, p. 181, repris par ibid., t. II, pp. 602-603, doc. 659.

243 BS, p. 200, repris par I. Rodríguez de Lama, La documentación pontificia de Urbano IV, pp. 95-96, doc. 55a.

244 ASV, Reg. Vat. 238,ffos 10r°-11r°, publ. J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inocencio VI, pp. 201-202, doc. 191 : « Indesmenter militant et contra Crucis hostes velut athlete strenui iugiter se exponunt, »

245 AHN, OM, libro 1344, f° 71r°, publ. BC, pp. 136-137: «Pro christiane fidei tutela, cui perpetuum religionis vestre obsequium dedicastis, in fervore charitatis intrepide ac prudenter exponitis contra infidelium impetus., res et vitam.»

246 J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. III, 1906, pp. 373-375, doc. 3677.

247 AHN, OM, carp. 443, doc. 45, publ. A. Quintana Prieto, La documentación pontificia de Inocencto IV, t. II, p. 506, doc. 539: «Quocirca discretionem tuam rogandam duximus et monendam, per apostolica scripta tibi mandantes quatimus fratres predictos cum, sicut nosti, tint circa defensionem frontarie contra infideles Ispanie occupati, ideoque haberi debeant, in quantum cum Deo potest fieri, ab aliis occupationibus excusari, eos super hoc, contra prefatam consuetudinem, de cetero non molestari, pareces nostras et mandatum taliter admissurus quod devotionem tuam possimus exinde commendare.»

248 Il n’existe pas pour la péninsule Ibérique d’étude comparable à celle entreprise pour la Prusse par W. Paravicini, Die Preuβenreise des europäischen Adels. Sans être aussi important que pour le front baltique, un flux de chevaliers des différents royaumes d’Occident s’est pourtant rendu en Espagne pour lutter contre Grenade. En atteste, en 1331, le voeu du comte d’Eu, connétable de France, de prendre part au combat contre les Mérinides après un pèlerinage en Galice (ASV, Reg. Vat 101, ffos 57v°-58r°).

249 AHN, Sellos, carp. 63, doc. 2, publ. J. Torres Fontes, Documentos del siglo XIII, p. 6, doc 6.

250 Ibid., p. 6, doc 6 : «Reçibiemos el castiello de Ella de don Arnalt el Aleman et de su fiio Enrique por don Guillem el Aleman, que le dio a nuestra orden por su alma et fino nostro frere ; et nos dichos maestre et comendador auiemos a dara don Arnalt et a Enrique tres mil morauedis alfonssis et quatro cauallos et çinco mulas por guisamiento deste Enrique de que ouiese con que se guisar pora ir a so tierra.»

251 ASV, Reg. Av. II, ffos 73v°-74r°.

252 AHN, OM, carp. 71, doc.1, publ. M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, p. 121, doc. 122: «Por muchos seruicios que me fizo don Pelay Pérez, maestre de la cauallería de Santiago, e su horden, e sennaladamente por el seruiçio que me fizieron en la conquista del regno de Murçia, e par grant sabor que he de fazerles bien e mercet de leuar la horden adelante.»

253 AHN, OM, carp. 249, doc. 1, publ. E. González Crespo, «Castillos andaluces en época de Alfonso XI», pp. 50-51, doc. 4: «Por ffazer bien e merced a don Vasco Rodrigues, maestre de la orden de cavalleria de Sanctiago, por muchos serviçios e buenos e muy sennalados que el e la su orden ffizieron a los reyes onde yo vengo e ffizieron e ffazen a mi de cada dia e so çierto que ffaran daqui adelante et sennalada mente en esta guerra que yo e con los moros e en ganar la villa de Teba e los castiellos de Cannete e de Pego e de las Cuevas e de Ortexicar que yo agora gane de los dichos moros.»

254 ASV, Reg. Vat. 134, f° IIIr°, publ. J.-M. Vidal et G. Mollat, Benoît XII. Lettres closes et patentes, t. II, pp. 762-763, doc. 2616.

255 Ph. Josserand, «Las órdenes militares y el mar».

256 Daté de 1253, le document duquel ressort un tel projet a été publié par J. González González, Repartimiento de Sevilla, t. II, pp. 172-174, et repris par M, González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 33-34, doc. 37.

257 Sur ce point, l’analyse d’A, Rodríguez de la Peña, « La orden de Santa María de España y la orden teutónica », peut utilement compléter le tableau classique de J. Torres Fontes, « La orden de Santa María de España ».

258 Rapporté autrefois par F. Pardo de Terán et J. M. Bovér, Memoria en que se manifestan los hechos de la orden de San Juan, p. 61, avec la date erronée de 1325, et par J.miret i Sans, Les cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, ce projet reste extrêmement mal connu. Les auteurs qui s’y sont récemment référés le datent de 1331, tels A. Luttrell, « The Hospitallers of Rhodes : Prospectives, Problems, Possibilities », p. 263, et « Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 592, reproduits chacun dans Id., Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades, I, et The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean World, XVI, P. Linehan, History and the Historians of Medieval Spain, p. 578, et A. Forey, The Fall of the Templars in the Crown of Aragon, p. 195. En réalité pourtant, le projet du roi était de quatre ans antérieur puisque la négative que lui opposa le pape en 1331, à travers la bulle Litteras regias, avait été précédée d’une réponse de teneur équivalente le 28 avril 1327, date où a été fulminée la bulle Inter cetera, sur laquelle, voici quelque quarante ans, l’attention des historiens a été appelée par J. Zunzunegui Aramburu, « La misión del obispo de Senez al reino de Castilla », p. 20.

259 AS V, Reg. Vat. 116, ffos 84v°-85r°: «Nec nidemus etiam quod ordo militaris si crearetur ibidem de nouo adeo regiis existeret opportunitatibus utilis, enim ordo dicti Hospitalis utilior esse possit.»

260 C. Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla », pp. 38-39, et Ph. Josserand, « Un maître politique : Fernán Rodríguez de Valbuena », p. 1324.

261 ASV, Reg. Vat. 299, f° 49r°, publ. L. Suárez Fernández, Castilla, el Cisma y la crisis conciliar, pp. 171-172, doc. 21.

262 Rapportée par J. de Sigüenza, Historia de la orden de San Gerónimo, t. II, p. 87, cette tentative a été étudiée en détail par S. Coussemacker, « L’ordre de Saint-Jérôme en Espagne », t. II, p. 293.

263 Ainsi l’a signalé I. Fernández-Ordóñez, « La historiografía alfonsí y post-alfonsí en sus textos », pp. 101-102.

264 C. de Ayala Martínez, «Las órdenes militares castellano-leonesas y la acción de frontera ».

265 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rébus Hispanie, livre VII, chap. 27, pp. 249-250 : « In Vclesio statuit capud ordnis et opus eorum ensis defensionis. PersecutorArabum moratur ibi et incola eius defensor fidei. Vox laudancium auditur ibi et iubilus desiderii ilarescit ibi. Rubet ensis sanguine Arabum et ardet fides caritate mentium. Execratio est cultori demonum et uita honoris credenti m Deum. »

266 Le fait a été souligné par A. Guiance, « Morir por la patria, morir por la fc », et Los discursos sobre la muerte en la Castilla medieval, pp. 95-108.

267 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VIII, chap. 3, p. 262.

268 Crónica del rey don Alfonso décimo, p. 74.

269 Crónica del rey don Fernando IV, p. 101.

270 Crónica del rey don Alfonso XI, p. 376. Le récit a été repris dans les narrations de F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, f° 24V0, et d’A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. II, p, 50.

271 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VIII, chap. 3, p. 262.

272 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 49, p. 204, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 64, p. 398.

273 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. 33, p. 195, et Gran Crónica de Alfonso XI, t. I, chap. 44, p. 362.

274 Pour le gouvernement conflictuel de García Lópcz de Padilla, il convient de se reporter à l’étude de J. O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava », pp. 256-257, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, VII, que complète utilement le travail de C. de Ayala Martínez, « Un cuestionario sobre una conspiración », pp. 84-86.

275 Alphonse X, Cantigas de Santa María, t. II, c. 205, pp. 251-252, vv. 17-19 : « Na fronteira un castelo de mouros mui fort’avia / que combateron crischãos que sayan d’açaria / d’Ucrés e de Calatrava con muita cavalaria ».

276 Pedro Marín, « Los milagros romanzados ». Il existe de cette oeuvre une édition plus récente procurée par K. H. Antón, Los miraculos romançados de Pedro Marín. Diffusée à partir de Silos, elle reste cependant trop peu accessible pour que je m’en sois servi de base.

277 Récemment encore, la qualité documentaire de ce recueil a été mise en exergue par A. García de la Borbolla, « Santo Domingo de Silos, el santo de la frontera », p. 137, qui a évoqué sa perfecta contextualización histórica.

278 Pedro Marín, « Los milagros romanzados », pp. 147, 149, 159-160 et 207-208.

279 Ibid., pp. 136-137, 161, 201-202 et 210-211.

280 Poema de Alfonso Onceno, str. 1305 et 1725-1726, pp. 273 et 339-340,

281 Ibid., str. 709-734, pp. 175-179, et, plus encore, str. 720-724, pp. 177-178 : « Faziendo cavallería / e a Santiago llamando, / e a los moros aquel día / con su arraz bien lidiando, / el maestre de Santiago / ferió en la espessura, / esforço los fijos dalgo, / puso el cuerpo en aventura, / en los moros bien feriá / el maestre, buen varón, / […] Santiago con su freiría / va faziendo grand mortandad / e el alférez, aquel día / mostrando muy gran bondad. »

282 Le poème a été rapporté par G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 222.

283 L’étude la plus complète en a été faite par J. Rovira i Port et A. Casanovas i Romeu, « El complejo pictórico del castillo de Alcañiz ».

284 A, García Cuadrado, Las Cantigas. El códice de Florencia,pp. 140-142, propose des dessins de deux de ces scènes donc une représentation est offerte dans l’étude de F. Corti, « Cantiga 205 : las órdenes militares de Santiago y de Calacrava y un folio miniado perdido », pp. 260-261

285 BNM, ms. 1187, P 2r° : récemment fa miniature a été utilisée pour la couverture de l’édition de sa thèse de doctorat par F, García Fitz, Castilla y León frente al Islam.

286 Une présentation de ce genre a été offerte par Ch. Faulhaber, Latin Rhetorical Theory in Thirteenth and Fourtemth Century Castile.

287 Comme l’a bien signalé A. M. Barrero García,  Un formulario de cancillería episcopal », p. 672, n. I, une grande partie de ces textes restent inédits. S’il réduit la portée de la démonstration, ce fait ne lui enlève pas pour autant la capacité illustrative à laquelle elle prétend.

288 Ibid., pp. 696-711.

289 Juan Gil de Zamora, Dictaminis epithalamium.

290 A. M. Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal », pp. 707-708.

291 Juan Gil de Zamora, Dictaminis epithalamium, pp. 100-101.

292 Ibid., p. 9.

293 Ainsi, A. M. Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal », p. 678, n. 19, pose l’hypothèse que la campagne à laquelle se réfère le maître provincial du Temple, lorsqu’il évoque son désir d’« ad maurorum confinium circa Pascha nos transire », puisse être celle qui a conduit les troupes chrétiennes appuyées par les ordres militaires à prendre Cáceres en 1222, à laquelle il est fait référence dans le récit de Los Anales Toledanos Iy II, p. 193,

294 BS, pp. 235-236 et 249-250.

295 Ibid., p. 249: «Cada que hy acaescieren los que oviesen de ver este fecho de la cruzada por el maestre sobredicho o por el su procurador, que les fagades aiuntar todos los pueblos, varones e mugeres a vn logar convenible e guisado a oir la predicacion de la cruzada e que les fagades demostrar los testamentos de los finados e darles el traslado dellos, porque ellos puedan saber e recabdar lo que fue mandado e pertenece a la cruzada.»

296 Archivo del Monasterio de Santa Clara de Astorga, Ms. Ricón, t. I, f° 429r°. Le document a été analysé par G. Cavero Domínguez, Catálogo del fonda documentai del monasterio de Santa Clara de Astorga, p. 40, doc. 46.

297 AHN, OM, carp. 463, doc. 216. Déchiré dans sa partie supérieure, le parchemin original doit être complété par la lecture d’une copie insérée dans des registres du XVIIe siècle : AHN, OM, libro 1346, 22r°-23r° : « Veyendo en como el maestre don Rodrigo que Dios perdone fizo muchos bienes en esta orden, poblando en ella muchos lugares e labrando e faciendo muchas fortalezas a servicio de Dios e de nuestro señor el rey e a guarda e a pro e honrra e amparamiento desta tierra. »

298 Le texte en est publié avec de légères variantes de forme par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. III, P 33v° et G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 539. Mon choix a consisté à privilégier le plus ancien, ensuite repris par J. Arias de Quintanadueñas, Antiguedades y santos de Alcántara, f° 140v° : « Aqui iaz. aqvele que por nevna covsa nvnca ovve pavor en sev coracon. »

299 J. Solano de Figueroa y Altamirano, Historta eclesiástica de la ciudad de Badajoz, part. I, t. III,p. 207 : « Et frei Martin dixo, veedes aquel moro que alli está ainda,el quemara esta eglesia, é la cassa, é lo al que hi es. »

300 Primera historia de la orden de Santiago, pp. 364-363.

301 Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VII, chap. 14, pp. 234-236.

302 Malgré toute une littérature voulant ancrer dans un lointain passé les insignes dont les Ordres ont usé jusqu’à l’époque contemporaine, il importe, lorsque l’on traite du vêtement des frères, de conserver à l’esprit qu’il présentait à l’origine une hétérogénéité que l’on a trop tendance à réduire, comme l’a bien souligné C, de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 383.

303 Sur l’évolution de la croix, déjà dessinée pour Calatrava par J. O’Callaghan, « The Affiliation of the Order of Calatrava », p. 36, reproduit dans Id., The Spannish Military Order of Calatrava and its Affiliates, I, il est essentiel de se reporter à la récente étude de C. de Ayala Martínez, Las órdenes hispánicas militares en la Edad Media, pp. 384-387.

304 D. Lomax, « Pedro López de Baeza », p. 176 : « La espada que es vuestro ábito significa muchas cosas. La primera es la señal de la crut que vos traedes en los pechos, e significa aquella mesma vera cruz en que Jesu Cristo puso las sus espaldas e en que murió por los nuestros pecados lavar, »

305 Ainsi l’atteste Juan Manuel, Libro de las Armas, p. 124. Il existe de ce traité une traduction française de B. Leroy, Des Castillans témoins de leur temps, pp. 38-52.

306 Dans la compilation de la vie et des miracles de saint Jacques qui ouvre, à la fin du XVe siècle, la plus ancienne histoire de Santiago, il est encore rappelé aux frères de la milice qu’en raison de la croix qu’ils portent sur leur habit, « representando aquella verdadera cruz en que nuestro redentor Jesu Christo padesçio por salvacion de todo el linaje umano [… ] han de ofresçer sus personas, sin ningund temor, a martiri o por defension y ensalçamiento de su sante fe, derramando su sangre por ella, cada que se les ofresçiere » (Primera historia de la orden de Santiago, pp. 344-345).

307 Partiellement analysés par M. Nieto Cumplido, « Aportación a la historia de Lucena », en particulier pp. 247-249 et 263-267, ces documents, au nombre d’une quinzaine, sont conservés à Madrid (Archivo Histórico Nacional et Biblioteca Francisco de Zabálburu) ou à Cordoue (Archivo Municipal, Archivo Catedral et Biblioteca Catedral). Pour plus de détails, je me permets de renvoyer à l’étude que j’en ai faite, largement assortie de transcriptions, dans un récent article consacré à la phase d’occupation santiaguiste de Lucena (Ph Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », notamment pp. 613-621).

308 AHN, OM, carp. 92, doc. 5, publié dans Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », p. 616, doc. 9 : « Quando nuestro ssennor el rrey ffue en Cordoua, a la venida de la cerça de Teba, que ffue en la era de mill e trezientos e ssessenta e ocho annos, que el dicbo obispo que affrontara e pidiera por merçed al rrey mucho affincada mente que tomasse o mandasse tomar el dicho castiello e villa de Luçena, que el tenie, por que dizie que el que lo non podia mantener por la grant guerra affincada que los moros entonçe ffazian. Et por que el dicho castiello e villa estaua tan mal labrado e tan mal rreparado que rrecelaua que ssepodia perder muy de ligero, e que sseria grant desseruiçio de Dios e ssuyo, e que esta affruenta gela ffazie por que, ssy alguna ocasion del castiello e villa conteçiesse e se ouiesse a perder, que el rrey non se tornasse a el. »

309 AHN, OM, carp. 92, doc, 5, publ. ibid., p. 616, doc. 9 : « Ca bien ssabia el por çierto que non auia en aquellas comarcas omne que meior lo pudiesse mantener e deffender et en esto quel ffaria grant ayuda e que el e la ssu eglesia le sserian tenudos siempre por ello. »’

310 Mise en exergue par M. á. Ladero Quesada, Andalucía en el siglo XV, p. 70 et reprise par A. Collantes de Terán, « Los señoríos andaluces », cette corrélation a fait l’objet d’une synthèse de R. Sánchez Saus, « Aristocracia y frontera en la Andalucía medieval ». On peut se référer pour des exemples lignagers concrets aux travaux de M, C. Quintanilla Raso, « Aportación al estudio de la nobleza en la Edad Media : la casa señorial de Benavides », en particulier pp. 171-172, ou d’I. M. Nogales Rivera, « Juan Arias de la Reguera. Un ejemplo de la nobleza de Córdoba en la defensa de la frontera », notamment p. 351.

311 AHN, OM, carp. 92, doc. 4, publ. Ph. Josserand, « Lucena : une forteresse à l’encan », pp. 614-615, doc. 6. Comme témoins de l’audience inaugurale du plaid, l’acte mentionne Pedro Ponce de Cabrera, identifiable avec Pedro Ponce de León, chef du puissant lignage Ponce de León, issu de Ponce de Cabrera, et deuxième seigneur de Marchena (R. Sánchez Saus, Caballería y linaje en la Sevilla medieval, pp. 347-348) et Alfonso Fernández, fils de Fernán Alfonso, alguazil mayor de Cordoue et membre de la famille Aguilar, alors en pleine ascension sur la scène andalouse (M. C. Quintanilla Raso, Nobleza y señoríos en el reino de Córdoba. La casa de Aguilar, pp. 34-35).

312 La confiance des élites andalouses dans l’ordre de Santiago ressort remarquablement d’une missive dépêchée par les autorités municipales de Séville à celles de Baeza au moment où, en 1328, le maître Vasco Rodríguez reçoit d’Alphonse XI la charge d’adelantado mayor de la frontera. Méconnu, l’acte a été publié par J. Rodríguez Molina, Colección diplomática de Baeza, t. I, pp. 71-72, doc. 27. Les mots de la lettre ne laissent pas le moindre doute sur le profond respect des populations de la frontière pour le supérieur de Santiago : « Vos dezimos que pues es en merçed a nuestro sennor el rey el bien e la merçed que fizo al dicho maestre, don Vasco Rodriguez, por que el es e por quantos bonos serviçios a fechos a nuestro sennor el rey, e otrossi por quan bona vezindat vos e nos e todos los de esta tierra oviemos de la orden de Santiago, et sennaladamiente despues que el fue maestre, et sabet que por todas estas cosas que dichas son e por que son muy çiertos que sea tal el dicbo maestre que sirviera en este ofiçio a nuestro sennor el rey bien e verdaderamiente e es omne que procurara de guardar e de amparar a vos e a nos e a todos los de esta tierra e a cada uno en su derecho, seyendo nos muy complidos al mandamiento de nuestro sennor el rey, cuyos naturales e so cuya merçed somos, obedeçemos las sus cartas e complimos el su mandamiento e reçibimos al dicho maestre, don Vasco Rodríguez, por adelantado segunt nuestro sennor el rey nos enbio mandar por sus cartas. » Le sentiment que le maître inspire à ses ennemis ne semble en rien différent à en croire une lettre d’Alphonse XI en janvier 1331 à son homologue aragonais lui signifiant que, peu après la conquête de Teba, le sultan de Grenade s’est adressé à Vasco Rodríguez en vue de négocier une trêve (ACA, Cart. Real, de Alfonso IV, doc. 1406, cité par A. Giménez Soler, La Corona de Aragón y Granada, p. 249).

313 L’exemple a été étudié par J. M. Nieto Soria, « Castillos eclesiásticos en la frontera suroriental castellana a fines del siglo XIII », pp. 45-46.

314 BCC, ms. 125, ffos 31r°-v0, publ. J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de poder, t. II, pp. 93-94, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 459-460, doc. 437.

315 BCC, ms. 125, f° 19r°, publ. J. M. Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de poder, t. II, pp. 103-104, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, pp. 493-494, doc, 466 : «Onde porque yo vi que tan grand damno uime deste logar a la eglesia e al cabildo e a mi tierra, tóuelo por bien e mandéles que quebrantassen el algible e que derribassen e des fiziessen el castiello de suelo,porque después moros non se pudiessen y amparar nin uenga ende danno a la mt tierra.»

316 BCC, ms. 125, f° 31r°, publ. J. M, Nieto Soria, Las relaciones monarquía-episcopado como sistema de poder, t. II, pp. 106-107, et M. González Jiménez, Diplomatario andaluz. de Alfonso X, p. 500, doc. 475 : «Sepades que Domingo Ramiro, vuestro canónigo vino a mi e díxome de commo Melén Rodríguez dixo al maestre de la orden de Calatraua de mi parte que recibiesse el castiello de Tinnosa que me uos diérades.»

317 M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », p. 248. La demande des autorités cordouanes, préoccupées par la situation de la frontière, ressort de la réponse d’Alphonse XI : « A lo que dezides que por las guerras que auedes que enbiase allá a los de las órdenes, a ésto digo que a pocos días, sy Dios quisiere, libraré estó en que estó, e yo por mi cuerpo quiero yr allá, et si yo tardare algunos días., enbiar uos he aquellas compannas que yo entendiere que uos cunplen para guardarmío seruiçio. »

318 AMM, Cart. Real. 1348-1354, f° 8r°, publ. F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI, pp. 492-493) doc. 430.

319 AMM, Cart. Real. 1348-1354, ffos 5v°-6r°, publ. ibid, pp. 490-491, doc 428 : «Et a loque dezides si fuere guerra, que por quanto esa tierra esta muy despoblada de gentes por la grant mortandat que y ouo, que vos enbiasemos un ombre poderoso con quien uos atreuiesedes a fazer la guerra et defender la tierra. Sabet que nos enbiamos de Alcaraz, para que esten en Lorca, al prior de Sant Johan et, otrosi, enbiamos mandar al adelantado. »

320 M. García Fernández, « Tensiones nobiliarias y gobierno municipal en Córdoba », p. 244, tient les ordres militaires pour des experts de la frontière tout théoriques qui, à l’en croire, « praticaban cierta inhibición defensiva, de la que eran conscientes los propios contemporáneos ». Reprise par C. de Ayala Martínez, « Tópicos y realidades en torno a las órdenes militares », pp. 137-138, une telle position me semble difficilement soutenable au vu de l’analyse des éléments qui offrent d’appréhender le regard jeté par les Castillans du XIVe siècle sur l’engagement militaire des Ordres.

321 Au début du XVe siècle encore, c’est au maître de Calatrava Enrique de Villena que s’adressent les autorités de Cordoue afin de se protéger d’une attaque nasride contre Benameji qui menace la sécurité de la ville du Guadalquivir. Ainsi l’atteste le rapport envoyé par le supérieur au roi Henri III, le 23 mai 1404 ou 1405, dont l’existence ressort du témoignage d’Enrique de Villena, Obras Completas, t. I, p. 388 : « Me enbiaron una su carta e un traslado de una carta que enbió el alcaide de Benamexí, en el cual se contiene en cómo los moros le conbatieron el castillo dos vezes un día en pos de otro. »

322 Dans ta péninsule Ibérique, le cas n’est pas propre à la Castille. I. L. Morgado de Sousa e Silva, « A Ordem de Cristo durante o mestrado de Lopo Dias de Sousa », p. 34, cite un acte du 7 septembre 1331 dans lequel l’évêque de Guarda donne au maître de l’ordre du Christ les rentes de l’église de Santa Maria de Portalegre pour prix de son engagement militaire contre les musulmans de Grenade et sous la condition expresse qu’il le poursuive de façon identique (ANTT, Ordem de Cristo, ms. 234,ffos 98v°-99r°, publ. P. M. Laranjo Coelho, « As ordens de cavalaria no Alto Alentejo », pp. 47-48, repris dans Monumenta Henriciana, t. I, pp. 167-168, doc. 78).

323 Le seul travail d’ensemble est un article de P. Mangada Cañas, « Las órdenes militares en las fuentes islámicas ». Faute de connaître l’arabe, l’auteur s’en tient aux oeuvres traduites et, en leur sein, essentiellement aux chroniques, négligeant par exemple les lettres conservées pour la période, dont elle ne fait qu’un usage ponctuel. De ce fait, il serait extrêmement souhaitable qu’un arabisant s’intéresse au sujet.

324 à cet égard, il convient de se référer aux travaux de S. Humphreys, art. Dāwiyya et Isbitāriyya, dans l’Encyclopédie de l’Islam. Supplément, livraisons 3 et 4, Paris-Leyde, 1981, pp. 204-206, ou bien d’A. Demurger, « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte », pp. 84-85.

325 Corroborée récemment par J. M. Rodríguez García, « Elyihad : visión y respuesta andalusí a las campañas cristianas de la época de Alfonso X », pp. 79-80, cette idée est renforcée par une lettre almohade relatant la victoire de Caracuel qui, à une date aussi ancienne que 1173, semble identifier les Santiaguistes comme une composante spécifique des armées castillanes. Je remercie François Clément d’avoir attiré mon attention sur ce document, dont il a fourni un commentaire assorti d’une traduction française dans une étude en cours de publication (F. Clément, « La rhétorique de l’affrontement dans la correspondance arabo-andalouse aux XIIe et XIIIe siècles »).

326 É. Lévi-Provençal, Un recueil de lettres officielles almohades, pp. 52 et 67, doc. 25 bis et 35. Il est permis de penser que te terme afrayr indique une conscience de la spécificité des ordres militaires d’autant plus forte qu’il constitue de la part des auteurs musulmans un décalque de la langue romane qui remplace le vocable arabe iwān. J e remercie Jean-Pierre Molénat d’avoir bien voulu me faire part de cette précision sémantique dont il m’a été impossible, faute de maîtriser l’arabe, de vérifier dans quelle mesure elle s’appliquait au recueil de correspondance almohade publié par Ahmad Azzaoui.

327 Halaf al-Ġafiqī al-Qabtawri, Rasā’il diwāniyya min Sabta fī l-‘ahd al- ‘Azafī (éd. M, al- Ḥabīb al-Hīla), rapporté sur la foi du travail de M. á, Manzano Rodríguez, La intervención de lot benimerines en la Península Ibérica, pp. 41-42 et 51. Une description rapide du contenu de ces lettres a été réalisée en français par leur éditeur, « Quelques lettres de la chancellerie de Ceuta ».

328 C. Granda Gallego, « Otra imagen del guerrero cristiano », p. 472.

329 Dans les ouvrages d’Ibn ‘Iḏārī, al-Bayān al-Muġrib, comme d’Ibn Abī Zar‘, Rawḍ al-Qirṭās, les références aux membres des ordres militaires, en étroite relation avec la conquête de Salvatierra et la campagne chrétienne de Las Navas de Tolosa qui lui fit suite, ont été analysées par P. Mangada Cañas, « Las órdenes militares en las fuentes islámicas », pp. 167-169.

330 Al-imyarī, Kitāb ar-Rawḍ al-Micṭār, pp. 226-227 : « Era, en plena llanura, un vigía que se dirigía hacia el cielo como un estandarte que nos hubiera dominado, un punto negro que se levantaba sobre las llanuras mustdmanas, un observatorio que nos espiaba a escondidas ; este castillo no dejaba punto de reposo a las musulmanes, pues los cristianos habían hecho de él el punto de apoyo de todos sus ataques y lo habían organizado de tal forma que era como la llave de seguridad de sus fortakzas y ciudades. » Bien que l’éloge ne cite pas explicitement les frères en tant que défenseurs de Salvatierra, il ne fait aucun doute qu’il se rapporte à eux dans la mesure où leur occupation de la forteresse à la suite d’Alarcos est attestée par plusieurs sources, parmi lesquelles Rodericus Ximenii de Rada, Historia de rebus Hispanie, livre VII, chap. 35, p. 257.

331 Conservé dans le fonds arabe de la bibliothèque monastique de l’Escorial et traduit par M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y de Alcaudete por Mohámed II de Granada », ce texte a été utilisé dans son étude de la présence de Calatrava à Alcaudete par E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Un ejemplo de aculturación cristiano-feudal en la frontera nazarí », p. 54.

332 M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y Alcaudete por Mohámed II de Granada », p. 389 : « Era Alcaudete, como es sabido, la fortaleza de los cristianos a donde había acudido a fortificarse e la defendía un hombre que hacía fracasar todo intento de arrabatársela. Fué una constante pesadilla en el corazón del Islam, una puerta cerrada entre los musulmanes y las incursiones de sus enemigos. » Les mots soulignés correspondent à un passage dont le traducteur dit ne pas être certain du fait de l’absence de points diacritiques. Cependant, l’idée d’un danger permanent pour les musulmans ressort clairement du texte. Elle est corroborée par une lettre de deux ans postérieure du sultan de Grenade, qui décrit à Jacques II les maux que les frères des Ordres, en dépit de la paix signée avec le royaume d’Aragon, infligent à ses sujets. Publié par á. Masiá de Ros, Jaume II Aragó, Granada i Maroc, p. 198, le document a été repris par L. Rubio García, Mayoría de edad de don Juan Manuel, pp. 194-197, doc. 91.

333 M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesada y Alcaudete por Mohámed II de Granada», p. 389 : « Fueron a congregarse alli, tiempo ha, bandas de Benimermes y otras mil cabilas, pero en el combate quedó erguida la fortaleza y frustrados sus intentos y ocupó el lugar intermedio entre ellos y la inesperada bravura que desplegaron sus defensores. » Bien que l’identité des défenseurs de la forteresse ne soit pas explicitement précisée dans la traduction de la lettre, il ne fait guère de doute qu’il s’agisse de frères dans la mesure où Alcaudete, donnée par Ferdinand III à Calatrava en 1240, avant même que la place n’ait été prise, était depuis 1258 au moins l’une des principales commandcries de l’Ordre sur la frontière nasride, comme l’a relevé E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Un ejemplo de aculturacion cristiano-feudal en la frontera nazarf », pp. 50 51. Peut-être faut-il voir le commandeur du lieu dans le responsable de la défense militaire que M. Martínez Antuña, « Conquista de Quesaday Alcaudete por Mohámed II de Granada », p. 389, désigne par le terme de gobernador de la plaza. L’impossibilité de me reporter directement au texte arabe m’interdit toutefois d’avancer quoi que ce soit avec certitude sur ce sujet.

334 Crónica de España por Lucas, obispo de Tuy, chap. 98, p. 438.

335 D. Lomax, « A Lost Medieval Biography ».

336 Crónica del rey don Alfonso décimo, chap. 54, pp. 41-43.

337 G. Argote de Molina, Nobleza de Andaluzía, p. 440.

338 Une preuve de ce que de telles mentions sont prioritairement destinées à un public chrétien réside dans leur développement à l’époque moderne, une fois le péril musulman écarté du sol ibérique. F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. II, f° 57v°, relate ainsi la capture du maître de Calatrava Diego García de Padilla, sous le règne de Pierre Ier, en insistant tout particulièrement sur le prix qu’à son sens les musulmans accordaient aux chevaliers des ordres militaires : « Los caualleros moros que prendieron al buen maestre lleuaron le a presentar al rey Bermejo de Granada con grande alarido y regozijo como lo hazian siempre que captiuauan algun cauallero de estas ordenes militares por que tenian contra ellos particular enemistad y muchos moros stendo captiuos afirmaron que entre ellos era mas temido un cauallero de cruz en los pecbos que diez de los otros. »

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. – Les confesseurs des Templiers castillans en 1310
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 1. — Les frères des ordres militaires se préparant au combat contre les musulmans. (Illustration extraite des Cantigas de Santa María, Florence, Biblioteca Nazionale, ms. B-R-20, cantiga 205, f° 6r°. Cliché Oronoz.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 2. — Les chrétiens donnant l’assaut à un château musulman. (Illustration extraite de la Gran Conquïsta de Ultramar, Madrid, Biblioteca Nacional, ms. 1187, f° 2r°. Cliché Oronoz.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3037/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search