Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Première partie. Maintien et mutations : l'image des ordres militaires dans la société castillane

Introduction de la première partie

Texte intégral

  • 1 Parmi les premiers travaux portant sur le thème se détachent les analyses d’A. Forey, The Military (...)
  • 2 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 7, exclut délibérément l’Espagne du (...)

1Poser le principe de la disparition de la raison d’être des ordres militaires après la prise de Séville, en postulant qu’avec la rupture du processus d’expansion des royaumes chrétiens au détriment de l’Islam s’effaçait l’objet essentiel de leur mission, peut sembler une idée séduisante, voire s’imposer à beaucoup comme une conclusion logique. Il me semble toutefois qu’il faut éviter d’établir entre les deux phénomènes un rapport d’évidence qui nuirait à la compréhension de l’image de ces institutions dans la société castillane en offrant d’elles une lecture dont l’apparente rigueur ne peut pallier l’absence manifeste d’éléments probants. La perception des ordres militaires par les contemporains figure assurément parmi les problèmes les plus difficiles auxquels est confrontée leur historiographie actuelle. Elle a jusqu’à présent bénéficié d’un intérêt réduit en Espagne dans la mesure où les travaux pionniers, développés à partir de la fin des années 1980 par les chercheurs anglo-saxons1 et couronnés par le beau travail d’Helen Nicholson2, ont exclu la Péninsule de leur champ de préoccupations. Il me paraît cependant indispensable d’entreprendre une telle analyse afin de connaître l’opinion que la société castillane se formait des ordres militaires et, par ce moyen, de déterminer dans quelle mesure les changements qui les affectent en termes d’image au cours des XIIIe et XIVe siècles peuvent être assimilés à une disparition de leur raison d’être. Le fait que cette approche n’ait fait l’objet en Espagne d’aucune véritable tentative de mise en œuvre atteste sa difficulté. Elle suppose en effet, pour aboutir, que l’on prête attention à un vaste ensemble de sources, caractérisé par une grande variété et aussi par le fait que chacune d’entre elles, qu’elles relèvent du domaine de la narration, de la diplomatique ou de l’iconographie, propose à l’analyse un nombre d’informations souvent modeste qu’il convient de systématiser afin de donner sens à l’enquête.

Notes

1 Parmi les premiers travaux portant sur le thème se détachent les analyses d’A. Forey, The Military Orders, pp. 204-220, et de S. Menache, « The Templar Order: a Failed Ideal ? ».

2 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, p. 7, exclut délibérément l’Espagne du propos de son ouvrage au motif que le sujet aurait déjà été traité dans les contributions d’A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest », repris dans Id., Military Orders and Crusades, V, et de R. I. Burns, The Crusader Kingdom, t. I, pp. 173-196. Il convient néanmoins de relever que, malgré leur qualité, aucune de ces deux études ne s’est attachée en particulier au problème de l’image des ordres militaires dans les sociétés ibériques.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search