Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Introduction

Sources et problèmes

Texte intégral

  • 1 Isaac de l’Étoile, Sermons, t. III, pp. 150-167.
  • 2 L’identité de l’ordre critiqué par Isaac de l’Étoile a provoqué d’abondantes controverses. L’opinio (...)
  • 3 Isaac de l’Étoile, Sermons, t. III, pp. 160-161: «Nonne et ist futuro illi perditionis filio contra (...)
  • 4 B. Kedar, Crusade and Mission, pp. 104-106.
  • 5 Isaac de l’Étoile, Sermons, t. III, pp. 160-161: «Nec quia fartasse omnino sint mala quæ agunt, sed (...)
  • 6 Bernard de Clairvaux, Liber ad milites Templi de laude novæ militiæ.
  • 7 Un bref aperçu des critiques dont ces institutions sont l’objet a été offert par J. Prawer, « Milit (...)
  • 8 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights.

1« Monstrum novum. » Un nouveau monstre dont, à croire Isaac de l’Étoile, quelqu’un aurait dit spirituellement qu’il relevait du cinquième Évangile1 : c’est en ces termes que dans le texte d’un sermon écrit dans les années 1160, à travers lequel il met en garde son auditoire contre les dangers de l’innovation, l’abbé cistercien désigne les ordres militaires, apparus depuis un demi-siècle2.Il dit craindre que la violence dont ceux-ci usaient pour la défense et l’expansion de la foi chrétienne n’autorise en retour « le fils de perdition qui doit venir » à déchaîner sa cruauté contre les hommes3. Dans la mesure où elle met précisément en cause ce qui était leur raison d’être, cette critique compte parmi les plus virulentes qui aient été formulées à l’époque contre ces institutions. Certains auteurs lui ont accordé une attention particulière, au point d’en exagérer la portée4. Isaac de l’Étoile se défend pourtant d’exprimer une condamnation sans appel : « Laudamus autem, sed in hoc non laudamus », écrit-il, reprenant les paroles de saint Paul (I Cor, XI, 22) pour souligner que les ordres militaires n’étaient pas tant blâmables en eux-mêmes que pour les maux qu’ils risquaient d’occasionner à l’avenir car, l’abbé le rappelle, plus d’une fois il s’est avéré que le vice émane de la vertu comme pour mieux l’étouffer5. Rien n’indique que ces formules aient constitué une précaution oratoire, tant il devait être difficile, en ce milieu du XIIe siècle, de porter un jugement négatif sur les ordres militaires qui, forts du soutien apporté par saint Bernard aux Templiers, suscitaient une ferveur considérable à l’échelle de la Chrétienté6. Cent ans après ce sermon d’Isaac de l’Étoile, une large part de cette unanimité avait semble-t-il disparu. Des critiques s’élevaient contre les ordres militaires, dont plusieurs portaient une condamnation sans appel de leur action7. Il convient cependant, comme l’a relevé Helen Nicholson, d’en relativiser l’ampleur longtemps exagérée et de nuancer l’impopularité prêtée aux ordres militaires par les auteurs des siècles passés, instruits de l’échec final de leur projet en Terre sainte, qui fut tout d’abord perçu comme le signe du mécontentement de Dieu à leur égard puis, tout aussi sûrement, comme l’indice d’un déclin, d’une inadéquation croissante avec leur environnement et, pour reprendre une expression rebattue, d’une disparition de leur raison d’être8.

***

2Mis en évidence pour l’Orient latin, un tel schéma a été repris à l’échelle de la péninsule Ibérique, où les études intéressant les ordres militaires, traditionnellement centrées sur leurs faits d’armes, se sont attachées à valoriser la période initiale de leur expansion, au point de convertir l’idée de leur déclin, après l’arrêt de la Reconquête qui suivit la réunion de l’Andalousie bétique et du royaume de Murcie à la Castille, en un topos historiographique dont la répétition tient lieu de démonstration.

  • 9 Présenté rapidement par A. Javierre Mur et C. Gutiérrez del Arroyo, Guía de la sección de órdenes m (...)
  • 10 Conformément à la pratique de l’Académie, les discours de F. de Uhagón et de M. Danvila ont été réu (...)
  • 11 Ibid., pp. 11-12.
  • 12 En témoigne la publication d’une étude encore fort utile sur la constitution de la mense magistrale (...)
  • 13 Id., órdenes militares, pp. 122 et 131-132 : «Habían llegado al apogeo de su gloria, y como toda in (...)
  • 14 B. Pellistrandi, « Histoire et culture politique dans l’Espagne du XIXe siècle », t. II, p. 316.

3Aussi outrés qu’ils puissent nous sembler aujourd’hui, les discours qui furent lus le 25 mars 1898 lors de la réception à la Real Academia de la Historia de Francisco de Uhagón, alors responsable du classement de la documentation des ordres militaires en cours de centralisation à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid9, rejoignent pleinement cette optique10. Aux propos du nouvel académicien, centrés sur Pedro Girón, maître de Calatrava au milieu du XVe siècle, moins dans une finalité démonstrative que dans l’intention déclarée de ne pas lasser un auditoire que Francisco de Uhagón savait instruit à satiété de la geste épique des milices11, Manuel Danvila, pourtant fin connaisseur de l’ordre de Calatrava12, répond en reprenant le thème du déclin dont le gouvernement de ce dignitaire constituait à ses yeux le paroxysme. Dans cette perspective, il décerne des éloges dithyrambiques au rôle joué par Calatrava, à l’instar des autres ordres militaires, dans l’avancée de la Reconquête comme pour mieux souligner qu’en 1248, une fois Séville tombée, ces milices se situaient à l’« apogée de leur gloire », prêtes en quelque sorte à basculer dans une période de décadence qu’illustra, à partir de la fin du XIIIe siècle, l’étalage des appétits mondains, des querelles intestines et des attitudes de rébellion que l’auteur oppose pratiquement terme à terme au tableau des grandeurs passées13. Il n’est guère besoin d’insister sur le contenu idéologique de pareilles allocutions, d’autant plus manifeste qu’elles ont été prononcées en 1898, au plus fort de la crise de Cuba, dans l’enceinte d’une institution à laquelle ses fondateurs avait assigné le devoir moral de contribuer au développement de l’histoire nationale14.

  • 15 Ibid., t II, pp. 487-489.
  • 16 Non seulement inédite depuis le temps de sa rédaction, mais inconnue des spécialistes eux-mêmes, ce (...)
  • 17 Ibid, p. 362 : «E como por nuestros pecados la paz, i concordia de los buenos, no pueden luengament (...)
  • 18 Ibid., p. 375 : «Porque en su tienpo no se falla en la orden cosa que ayamos de memorar, pasaremos (...)
  • 19 En atteste, entre autres exemples, l’opinion des Hiéronymites chargés par Isabelle et Ferdinand de (...)
  • 20 Présentée par D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », et (...)

4Assurément singuliers dans la violence de l’expression, ces discours ne le sont en rien dans le choix de la thématique. Utilisé à profusion au tournant des XIX e et XXe siècles, dans un contexte qui s’attachait à isoler les fondements de la décadence de l’Espagne15, le motif du déclin des ordres militaires et de la disparition précoce de leur état d’esprit originel bénéficie en effet d’une tradition historiographique pluriséculaire. Celle-ci apparaît déjà clairement dans la plus ancienne histoire de Santiago, écrite à la fin du XVe siècle par deux commandeurs de l’Ordre, Pedro de Orozco et Juan de la Parra, à la demande du maître Alonso de Cárdenas16. Ce texte offre du passé de l’institution une lecture morale qui, à un stade de pureté primitive incarné par les premiers supérieurs, décrits jusqu’au huitième comme des compagnons du fondateur, oppose une période de rapprochement avec le siècle, assimilée à une progressive corruption. Il est à mon sens tout à fait significatif que les auteurs lient l’origine de cette évolution négative à l’élection de Martín Barragán laquelle, en 1218, parce que ce nouveau maître ne comptait pas au nombre des fondateurs de Santiago, suscita pour la première fois entre les frères des dissensions dont l’existence est imputée au diable17. Malgré les figures dignes d’éloges de Pelayo Pérez Correa ou de Lorenzo Suárez de Figueroa, l’impression qui domine la narration jusqu’à la fin du XVe siècle est celle d’un profond déclin. Les notices consacrées aux maîtres se font plus succinctes à partir de la fin du XIIIe siècle. Pour plusieurs d’entre eux, tel l’infant Fadrique, il est même dit qu’aucun acte n’a été trouvé dans leur administration qui fut digne d’être consigné18. Ainsi s’impose au lecteur le tableau d’une décadence dont le XVe siècle est considéré comme le paroxysme, de façon à justifier par avance les projets de réforme et de retour à l’observance originelle voulus pour l’Ordre par Alonso de Cardenas et les Rois Catholiques19. Initialement appliqué au passé de Santiago, ce cadre explicatif, alors courant dans l’historiographie des institutions religieuses, a par la suite été étendu aux autres ordres militaires par les différentes chroniques écrites à l’époque moderne et par les imitations qu’elles ont engendrées jusque dans la première moitié du XXe siècle. Ainsi fut accréditée auprès du public une lecture manichéenne de l’histoire de ces milices, faite d’un début glorieux suivi d’un long déclin entrecoupé de tentatives de réformes regardées comme autant de retours à des origines mythifiées20.

  • 21 à titre d’exemples, José Luis Martín Rodríguez, La Península Ibérica en la Edad Media, Madrid, 1975 (...)
  • 22 C’est le cas de la prestigieuse Historia de España, dirigée à l’origine par R. Menéndez Pidal, pour (...)
  • 23 Voir à titre d’exemple, A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », p. 68, et « G (...)
  • 24 Ainsi, M. Rivera Garretas, « Los ritos de iniciación en la orden de Santiago », p. 288, et La encom (...)
  • 25 D. Lomax, « Algunos estatutos primitivos de Calatrava », p. 490, « Pedro Lôpez de Baeza », p. 156, (...)
  • 26 Id., « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », p. 712, et « Las órden (...)

5Il est certain qu’aujourd’hui un regard sur le passé des ordres militaires ne saurait adopter la même perspective. Pour avoir évacué les a priori moraux qui sous tendaient l’historiographie traditionnelle, la recherche contemporaine n’en a pas moins repris certains schémas d’analyse de cette dernière. Elle a ainsi fait sienne l’idée du déclin des ordres militaires dans les décennies suivant la prise de Séville, qui ont marqué un ralentissement du processus de Reconquête. Le fait ressort en premier lieu de la lecture des ouvrages généraux. Dans la plupart des histoires d’Espagne, le passé médiéval des ordres militaires est ramené à la seule période de leur fondation et de leur expansion initiale, donnée pour achevée en 1212 après la bataille de Las Navas de Tolosa ou, au mieux, à la suite de l’occupation de l’Andalousie bétique21. Seules les plus complètes abordent l’histoire des Ordres pour la période ultérieure, rapportant alors par le menu leur investissement dans les querelles dynastiques et politiques du royaume de Castille au bas Moyen Âge, avec l’idée sous-jacente qu’ils trahissaient ainsi la mission originelle qui était la leur22. Il s’en faut de beaucoup que le topos du déclin soit mis à contribution uniquement dans les ouvrages de synthèse. Plusieurs spécialistes des ordres militaires s’en sont faits l’écho à l’heure d’évoquer le reflux chrétien en Orient dans la seconde moitié du XIIIe siècle23 ou, à la même époque, l’essoufflement du processus séculaire de Reconquête dans la péninsule Ibérique24. Derek Lomax lui-même, de son vivant le meilleur connaisseur des Ordres pour l’espace castillan, s’y est référé à de nombreuses reprises25, allant jusqu’à mettre en place, dans le premier bilan historiographique qu’il a écrit sur le thème, une division binaire du passé médiéval de ces institutions, isolant d’un côté les XIIe et XIIIe siècles, considérés grosso modo comme une période d’expansion, et de l’autre les deux siècles suivants, marqués au contraire par l’affaiblissement, le repli et l’immersion croissante dans le jeu politique du royaume26.

  • 27 T. Ruiz, « Expansion et changement ».Traduit par la suite en castillan dans Id., Sociedad y poder r (...)
  • 28 Comme l’ont observé J. Martínez Moro, La tierra en la comunidad de Segovia, p. 79, et, de façon plu (...)
  • 29 Pour Léon tout d’abord, puis à l’échelle générale de la Castille, d’excellents aperçus de la crise (...)
  • 30 Cette question a fait l’objet d’une mise au point de M. á. Ladero Quesada, « La Corona de Castilla  (...)

6Exprimée le plus souvent avec brutalité, l’idée de la décadence des ordres militaires au cours du Moyen Âge tardif appelle à mon sens une révision profonde. En forçant, voire en faussant l’image des difficultés que ces institutions traversent à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, elle permet toutefois de souligner que celles-ci sont alors confrontées à une conjoncture tout à fait différente de celle qui avait présidé à leur développement initial. La société castillane est en effet durement éprouvée par la crise à compter des décennies qui suivent la reconquête de l’Andalousie bétique. Il n’est plus possible aujourd’hui, comme l’a fait valoir Teófilo Ruiz, d’établir un lien direct de cause à effet entre le renversement de la conjoncture observé et l’expansion méridionale du royaume27. La conquête chrétienne de Séville en 1248 ne peut être tenue pour l’unique facteur de la crise économique, sociale et institutionnelle qui affecte la Castille dans la plus grande partie du siècle suivant28. Il n’en reste pas moins qu’elle coïncide avec l’apparition dans la Péninsule de difficultés, notamment d’ordre démographique et financier29, sur l’existence desquelles la plupart des auteurs s’accordent sans faire montre de la même unanimité à l’heure d’en cerner les raisons30. Il est hors de mon propos de prendre parti dans cette querelle historiographique, dans la mesure où l’étude des ordres militaires au cours du Moyen Âge tardif requiert avant tout de considérer les conséquences plus que les racines d’une crise qui, si elle leur est extérieure dans ses fondements, en vient dès la seconde moitié du XIIIe siècle à affecter les milices très directement, dans leur être même.

  • 31 Pour l’Hôpital dont, à la différence du Temple, l’objet initial n’est pas proprement militaire, le (...)
  • 32 Id., « The Military Orders and the Spanish Reconquest », reproduit dans Military Orders and Crusade (...)
  • 33 Le fait a été bien souligné pour Calatrava par j. O’Callaghan, « The Order of Calatrava. Years of C (...)
  • 34 A. Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos », notamment pp. 68-69.
  • 35 Le fait ressort de l’étude de C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y la ocupación del terr (...)

7Apparus dans la péninsule Ibérique au XIIe siècle, les ordres militaires se sont en effet développés à la faveur d’une conjoncture d’expansion. Dès les décennies centrales du siècle, à travers l’engagement du Temple et de l’Hôpital31, puis de façon démultipliée après qu’en 1157 eut été instituée, pour défendre la forteresse de Calatrava, la première institution consacrée à la guerre sainte directement issue du sol hispanique, ils se sont investis dans l’entreprise de Reconquête poursuivie contre l’Islam par les souverains castillans32. Dépositaires par excellence de l’idée de croisade, ils ont constitué l’un des éléments essentiels de l’avancée chrétienne, par-delà même les avatars d’une conjoncture compliquée en 1195 par la défaite d’Alarcos33. Annales et chroniques soulignent volontiers l’importance de leur contribution à l’expansion des royaumes de Léon et de Castille, réunis par Ferdinand III en 1230, insistant sur le volet militaire d’un effort auquel l’historiographie érudite s’est longtemps cantonnée. Dans la péninsule Ibérique de la Reconquête, s’emparer d’un territoire n’était pourtant pas une fin en soi : la difficulté tenait ensuite à la capacité du vainqueur à le contrôler afin de le soumettre à une domination durable. Dans cette optique, les ordres militaires furent massivement employés à partir du règne d’Alphonse VIII, non seulement pour appuyer l’avancée chrétienne, dont les souverains hispaniques tiraient une bonne partie de leur légitimité34, mais plus encore pour implanter dans les espaces conquis de la Meseta méridionale les structures propres au royaume de Castille, dans le cadre d’un projet d’articulation sociale et politique mis en relief par Carlos de Ayala Martínez et ses disciples35.

  • 36 Pour une vue générale de la question, on se reportera à J. á. García de Cortázar (éd.), Organizació (...)
  • 37 Un projet de recherche, financé par la Dirección General de Investigaciones Científicas y Técnicas, (...)

8À la faveur du processus de Reconquête, les ordres militaires ont ainsi accumulé, au prix de leur activité de combat et de colonisation, une puissance hors du commun à l’échelle du royaume de Castille. Par le biais de donations royales, prises sur l’espace arraché à la domination musulmane et ensuite complétées par les aumônes des fidèles, ils ont rassemblé un patrimoine foncier considérable, situé pour l’essentiel entre Tage et Guadalquivir, dans des régions soumises au pouvoir castillan au cours du siècle précédant la chute de Séville36. S’il n’est pas question de proposer ici une cartographie détaillée de leurs domaines, il importe d’en décrire l’implantation à grands traits37. Concentrées sur la Meseta méridionale et, à un moindre degré, en Andalousie et dans le royaume de Murcie, ces possessions relèvent surtout des ordres de fondation ibérique, en premier lieu de Santiago, dont l’assise territoriale, profondément diversifiée, est la plus importante, mais également de Calatrava et d’Alcántara, dotés respectivement dans la Manche et la Transierra de León, l’actuelle Estrémadure et mieux pourvus que l’Hôpital et le Temple, dont l’emprise en Castille, sans être aussi réduite qu’on a pu le prétendre parfois, n’est en rien comparable à celle dont ces institutions bénéficient dans les royaumes voisins d’Aragon et de Portugal (cartes 1A et 1B, pp. 9 et 10). Ainsi, les ordres militaires ont su tirer profit de l’expansion de la société castillane, dont ils ont été l’instrument, pour édifier une plate-forme seigneuriale d’une puissance et d’une continuité remarquables qui en fait un groupe de pouvoir de première importance au milieu du XIIIe siècle, lorsque, peu après la chute de Séville, se ralentit l’élan de l’entreprise de Reconquête et s’inverse progressivement la conjoncture économique.

9Il n’est guère besoin de développements supplémentaires pour souligner combien l’expansion des ordres militaires dans le royaume de Castille au cours du siècle qui suit leur implantation est tributaire d’un processus général de dilatation qui touche, à l’égal de l’Occident chrétien, l’ensemble des sociétés péninsulaires. Dès lors, la remise en cause de ce mouvement, observable en Espagne dans la seconde moitié du XIIIe siècle, constitue pour ces institutions une inconnue redoutable. Sur ce point, les thèses traditionnelles évoquant la disparition de leur raison d’être ont vu juste. Il me semble cependant qu’elles tombent dans une double erreur à l’heure d’apporter une réponse au problème. D’une part, elles se livrent à une lecture a priori, tirant argument du climat général de crise et des difficultés qui touchent plus spécifiquement l’Orient latin pour appuyer l’idée d’un déclin des ordres militaires qu’elles ne cherchent pas, ou du moins pas suffisamment, à démontrer à partir de la documentation. D’autre part, en donnant de la décadence qu’elles invoquent l’image d’un processus continu, elles sous-estiment, et interdisent même largement de comprendre, les réactions de ces institutions face à une conjoncture défavorable qu’elles ne pouvaient certes totalement maîtriser mais qu’elles tentèrent, tout au long du Moyen Âge tardif, d’infléchir afin de maintenir les positions de pouvoir acquises à la faveur de la Reconquête.

  • 38 S. Menache, « La orden de Calacravay el clero andaluz », p. 635, reprend ainsi l’expression de peri (...)
  • 39 Ainsi l’a récemment mis en évidence M. á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militare (...)

10Face à pareille interprétation, largement dominante dans l’historiographie, mon propos est de mettre en question la réalité du déclin des ordres militaires à partir des années qui, au milieu du XIIIe siècle, marquent le ralentissement du processus de Reconquête. Ne faut-il pas voir derrière la décadence communément admise la marque d’une adaptation de ces institutions à des temps nouveaux, profondément différents de l’époque qui avait vu leur expansion initiale ? Reprise à l’envi, au point d’être transformée en lieu commun, l’idée du déclin n’a pas permis de prendre véritablement en considération cette alternative à l’échelle du royaume de Castille. Jamais, cependant, elle n’a fait l’objet d’une quelconque démonstration38. Rares sont en effet les éléments pouvant suggérer, fut-ce vaguement, que les ordres militaires avaient perdu leur raison d’être après la prise de Séville. Le fait n’est guère surprenant dans la mesure où le statut même de ces milices au sein de la société castillane du Moyen Âge tardif continue de poser problème39. Les mutations qui l’affectèrent après la phase de leur développement initial restent largement méconnues. Il convient donc de s’attacher à faire la lumière sur ce point en établissant, avec le maximum de précision que les sources puissent autoriser, de quelle manière les ordres militaires, formés dans le contexte de la Reconquête, s’insérèrent dans le royaume de Castille quand l’expansion au détriment d’al-Andalus cessa d’en constituer le référent essentiel. Le projet invite à considérer non seulement la réalité sociale et politique, mais encore les représentations que s’en formait l’opinion. Malgré les difficultés qu’il comporte, il est le seul qui puisse déterminer la part de vérité que contient le topos de la décadence des ordres militaires au cours du Moyen Âge tardif.

CARTE 1A. — Les domaines des ordres militaires dans la Péninsule à la fin du XIIIe siècle
[Carte corrigée par rapport à l'édition imprimée]

CARTE 1B. — Les domaines des ordres militaires dans la Meseta méridionale à la fin du XIIIe siècle
[Carte corrigée par rapport à l'édition imprimée]

  • 40 Ibid., p. 31 : « Y todo ello dando preferencia a los proyectos de investigación y edición amplios q (...)
  • 41 Tel était le but que je m’étais proposé au terme d’un DEA d’histoire réalisé sous la direction de P (...)
  • 42 Il convient sur ce point de se reporter à l’étude de C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órd (...)
  • 43 J. Valdeón Baruque, Enrique II de Casttlla : la guerra civil y la consolidación del régimen, ou, pl (...)
  • 44 C’est ainsi que C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », p. (...)

11Conformément au souhait récemment formulé par Miguel ángel Ladero Quesada, une telle démarche exige à mon sens d’être conduite selon une perspective qui présente la plus grande ampleur possible40. Pour ce faire, il me semble nécessaire de considérer l’ensemble des ordres militaires présents dans la péninsule Ibérique, en évitant d’en choisir un en particulier, fut-ce Santiago, alors assurément le plus puissant, et de distinguer artificiellement les institutions issues du sol castillan de celles qui sont nées en Terre sainte. De même, il convient d’embrasser de nombreux champs thématiques que trop souvent l’historiographie tend à séparer et dont certains, telles les problématiques conçues en termes d’image, sont encore quasiment inexplorés en Espagne. Eu égard à l’ambition scientifique qui l’anime, un tel projet est uniquement viable dans des limites chronologiques permettant de le circonscrire précisément. Il est impossible de traiter le Moyen Âge tardif dans son ensemble jusqu’au règne des Rois Catholiques, comme je me l’étais proposé par le passé41. Dès lors, il fallait arrêter le choix d’une période d’étude qui ne pouvait obéir totalement aux découpages consacrés par l’historiographie. Élire un point de départ n’était pas difficile, puisque l’avènement d’Alphonse X, en 1252, s’impose comme le moment où coïncident le ralentissement du processus de Reconquête et l’apparition des premiers signes d’une crise appelée à s’approfondir au cours de son règne42. Définir un terme en aval fut en revanche moins immédiatement évident. Pourtant, une rupture importante apparaît lors du conflit marquant le gouvernement de Pierre Ier, dans la mesure où lors de son paroxysme, atteint de 1366 à 1369 avec la guerre civile castillane, il traduit, au-delà du strict changement dynastique, une inflexion dans le processus de construction de l’État moderne43, dont le retentissement sur les ordres militaires, bien qu’encore largement méconnu, n’est pas nécessairement moindre que celui occasionné un siècle plus tôt par le relâchement de l’avancée chrétienne contre l’Islam44.

12Ainsi se dégage comme cadre de l’étude une période chronologique d’un peu plus de cent ans, couvrant la seconde moitié du XIIIe siècle et une bonne partie du suivant. Assez limitée, de façon à éviter un excessif foisonnement de la documentation, elle m’est apparue susceptible de mettre en relief des évolutions significatives et d’autant plus intéressantes qu’elle occupe une position centrale, en même temps qu’un vide relatif, à la charnière des deux périodes du Moyen Âge qui ont le plus profité du renouvellement récent des recherches menées sur les ordres militaires.

***

  • 45 En témoigne la petite vingtaine de bilans historiographiques parus sur le thème depuis que D. lomax(...)
  • 46 Cette corrélation a été pour la première fois mise en relief à l’échelle du Portugal par J. Mattoso(...)

13En un peu plus de trois décennies, l’historiographie des ordres militaires s’est profondément transformée45. Portée par le fait que la connaissance des régions méridionales de la Péninsule dépend en majeure partie des études entreprises sur le sujet46, elle a quitté le champ de l’érudition, auquel elle était restée longtemps confinée, pour s’intégrer aux problématiques globales de l’histoire médiévale. Hors d’Espagne, ce renouveau de la recherche n’a pas encore rencontré l’écho qu’il mérite. C’est pouquoi il m’a paru impératif, à l’heure de définir mon projet, de le situer dans l’historiographie récente, c’est-à-dire de le mettre en perspective en le confrontant aux acquis comme aux limites des travaux scientifiques actuels.

  • 47 D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », pp. 713-714, et P(...)
  • 48 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcánta (...)
  • 49 Achevé en 1622, l’ouvrage n’a été imprimé qu’un siècle et demi plus tard, en 1763, en deux tomes as (...)
  • 50 Fidèles à l’historiographie traditionnelle, les ouvrages de F, Gutton, La chevalerie militaire en E (...)

14Jusqu’au milieu du XXe siècle, les travaux historiques consacrés aux ordres militaires sont, à de rares exceptions près, demeurés prisonniers d’un modèle narratif défini près de quatre cents ans auparavant par Rades y Andrada47. La chronique que celui-ci écrivit pour Philippe II, administrateur des ordres hispaniques, dont les biens avaient en 1523 été unis sur décision du pape à la Couronne d’Espagne, s’est en effet imposée comme la référence de toute étude ultérieure par la qualité et la richesse de son information48. Des précisions, voire des corrections ponctuelles, ont pu lui être apportées par la suite, en particulier grâce au travail d’Alonso de Torres y Tapia, prieur claustral de l’ordre d’Alcántara, aux archives duquel Rades n’avait pu avoir accès49. Il n’en reste pas moins que l’ouvrage a durablement influencé la lecture du passé des ordres militaires : imité tout au long de l’époque moderne, au point d’être parfois littéralement plagié, il a constitué la matrice de la plupart des recherches érudites, incapables jusque dans la première moitié du XXe siècle de se déprendre du modèle chronistique qu’il avait instauré. Après cette date ont encore été publiés des textes qui suivent le genre narratif ancien, tels les travaux de divulgation de Francis Gutton ou des catalogues d’exposition parus à l’occasion du centenaire de la fondation des différents ordres hispaniques50. Il est clair, cependant, que ces contributions se situaient désormais à contre-courant d’une recherche entrée dans une phase de renouvellement qui, pour être tardive, n’en a pas moins été remarquablement rapide.

  • 51 J. González González, Regesta de Fernando II, et El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, (...)
  • 52 Dans un récent bilan historiographique, M. á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes mili (...)
  • 53 Ainsi l’ont bien mis en lumière C. Richmond, « Research on the Spanish Military Orders in Great Bri (...)
  • 54 Rapide mais pleinement située dans le contexte de la recherche intéressant les ordres militaires, u (...)

15Prenant appui sur les quelques travaux pionniers existants, comme ceux de Julio González, amené par son intérêt pour les monarchies hispaniques à préciser le contexte de la fondation de Calatrava et de Santiago51, un nombre croissant d’auteurs ont à partir des années 1960 cherché contre l’historiographie traditionnelle à aborder le passé des ordres militaires en fonction d’une lecture distincte, attentive en priorité aux documents d’archives52. Développée à partir des régions orientales de la Péninsule par José María Lacarra et Emilio Sáez et relayée en Castille par Eloy Benito Ruano ou José Luis Martín Rodríguez, l’entreprise de renouveau est apparue à ses débuts tributaire des apports de chercheurs étrangers, anglo-saxons pour la plupart, comme Derek Lomax, Joseph O’Callaghan, Anthony Luttrell et Alan Forey53. En liaison avec le développement accéléré des études médiévales en Espagne, cette tâche a été prise en charge pour l’essentiel à partir des années 1970 par des universitaires de la Péninsule. Des équipes de recherche regroupant dans une même structure plusieurs doctorants ont ainsi été créées, à l’exemple de celle qu’a rassemblée Miguel ángel Ladero Quesada à l’Universidad de La Laguna, puis à l’Universidad Complutense, dans le but d’étudier les domaines seigneuriaux des ordres militaires au xve siècle. À sa suite, plusieurs autres ont mis à profit ce modèle, dotées souvent d’objectifs plus larges en accord avec l’avancée de la recherche, comme l’attestent les groupes réunis par Luis Rafael Villegas Díaz à Grenade et, plus encore, par Carlos de Ayala Martínez à l’Universidad Autónoma de Madrid, qui au cours des quinze dernières années ont puissamment contribué à diriger un nombre sans cesse croissant de médiévistes vers un terrain en pleine expansion54.

  • 55 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media ». Sur le sujet, il (...)
  • 56 Un pas supplémentaire a été franchi en 1997 avec la parution à Porto de la première revue intégrale (...)
  • 57 Consacrés à l’ensemble des ordres militaires ou à l’un d’entre eux en particulier, une quinzaine de (...)
  • 58 En témoignent notamment les deux premières conférences sur les ordres militaires, réunies à Saint J (...)
  • 59 M. á Ladero Quesada et J. M. Nieto Soria, « Iglesia y sociedad en los siglos XIII al xv »,p. 145.

16L’effet du renouveau de l’historiographie des ordres militaires est d’abord frappant sur le plan quantitatif. En à peine plus de vingt-cinq ans, le nombre d’études consacrées à ces institutions a presque triplé par rapport au total de près d’un millier qu’avait pointé Derek Lomax en 1976 dans un premier bilan bibliographique destiné à recenser l’ensemble de la production écrite depuis l’époque moderne55. Ce progrès a grandement profité du développement des relais qui conditionnent la diffusion des travaux scientifiques. Tandis que les revues spécialisées ont offert un large écho aux études intéressant les ordres militaires56, les rencontres organisées sur le thème se sont multipliées, non seulement en Espagne et au Portugal57, mais également en dehors de la péninsule Ibérique, où elles se sont ouvertes de façon croissante à des sujets hispaniques58. Aussi spectaculaire que soit cette progression, elle n’épuise pas le renouveau opéré au cours des trois dernières décennies. Le développement de l’historiographie a en effet permis de dépasser définitivement la perspective érudite qui jusqu’alors avait prévalu dans l’approche des ordres militaires. Moins attentives aux aspects guerriers de leur action, décrits à l’envi par les chroniques anciennes, les études contemporaines ont cherché à rendre compte du passé de ces institutions en lui restituant l’intégralité de sa dimension historique. Ainsi s’est imposé l’usage de prendre en considération les ordres militaires en fonction d’une réalité plus vaste. Reflétant en priorité une analyse socio-économique, empruntée aux schémas intellectuels dominants, les travaux récents ont contribué de façon déterminante à donner une place de choix, au sein des études médiévales, aux recherches poursuivies sur des institutions dont Miguel ángel Ladero Quesada et José Manuel Nieto Soria ont souligné qu’elles se situent très exactement au point de rencontre entre l’Église et la réalité sociale de son temps59.

  • 60 A, Rucquoi, « Spanish Medieval History and the Annales ».
  • 61 Ainsi l’a fort bien signalé L. García-Guijarro Ramos dans son compte rendu du livre de M. Bonet Don (...)
  • 62 Le fait a été observé par C. de Ayala Martínez et al., « Las órdenes militares en la Edad Media pen (...)
  • 63 En témoigne le champ de la spiritualité approfondi par K. Elm, « Die Spiritualität der geistlichen (...)

17En dépit de leur importance, les progrès des études intéressant les ordres militaires n’ont pu amener l’historiographie à avancer d’un pas égal. En concentrant majoritairement l’intérêt des auteurs sur des questions agraires et d’histoire locale ou régionale, produits d’une influence tardive du modèle des Annales60, les recherches récentes ont concouru à introduire, dans l’approche du passé de ces institutions, un puissant déséquilibre thématique61. Sous le coup de problématiques générales tendant depuis trente ans à réévaluer l’impact du système féodal dans la péninsule Ibérique, les apports les plus novateurs de l’historiographie se sont en effet centrés en priorité sur le profil seigneurial des ordres militaires et sur leur rôle dans l’articulation des domaines soumis à leur juridiction62. Envisagée sous différentes perspectives, la tâche de colonisation qu’assumaient ces derniers, notamment à l’échelle de la Meseta méridionale, a ainsi fait l’objet de très nombreux travaux. Par-delà les seuls aspects de la conquête militaire, la mission impartie aux milices a pris un sens nouveau, rapportée à l’organisation sociale et politique du royaume de Castille dont, pour la monarchie, elles devaient être des agents essentiels au sud du Tage. Il en est résulté une surreprésentation évidente de ces espaces dans la production récente. En apparence géographique, cette disparité cache en fait un déséquilibre thématique qui tend à marginaliser les études qui ne privilégient pas l’angle territorial pour étudier les ordres militaires. Prétendre que de tels travaux ont entièrement disparu serait sans conteste exagéré. Il reste, néanmoins, qu’ils n’ont pas éveillé une attention similaire aux problématiques socio-économiques et qu’en certains cas les voies ouvertes en dehors de la Péninsule au cours des dernières années dans l’approche de ces institutions n’ont rencontré en Espagne que de faibles échos63.

  • 64 Les études d’E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Catorce años de historiografía sobre la orden de Calat (...)
  • 65 D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », p. 719, et « Las (...)
  • 66 Ces avancées ressortent du récent bilan historiographique de C. Barquero Goñi, « La orden del Hospi (...)
  • 67 C. de Ayala Martínez, « La investigación sobre la orden de San Juan de Jerusalén en la Corona de Ca (...)
  • 68 Le fait ressort du constat de F. Novoa Portela, « La historiografía sobre la orden de Alcántara en (...)

18En marge de ce contraste thématique subsistent d’autres déséquilibres, qui sont autant de traces d’un héritage ancien que l’historiographie récente a pu seulement corriger en partie. Parmi les institutions qui ont acquis en Castille une existence pérenne, les auteurs ont de longue date privilégié celles qui sont nées du sol ibérique. Le nouveau cadre historiographique n’a modifié qu’à la marge cet état de faits. Le poids de Santiago et, à un degré moindre, de Calatrava au sein des publications récentes est resté prépondérant dans la mesure où le nombre de travaux concernant ces deux institutions excède les deux tiers de la production scientifique64. Cette prééminence, qui s’est longtemps exercée aux dépens des autres ordres militaires, ne nuit plus aujourd’hui aussi fortement à ces derniers. Traditionnellement considéré comme déshérité, au point que ce fait était devenu un lieu commun65, l’Hôpital a ainsi bénéficié dans les quinze dernières années d’un renouveau historiographique significatif66. L’importance du prieuré castillan dans la bibliographie globale de l’Ordre, comme dans la production intéressant l’ensemble des milices en péninsule Ibérique, s’est accrue de manière non négligeable. Rapportée à Santiago ou même à Calatrava, l’avancée demeure toutefois modeste et ne peut guère être évoquée qu’en termes relatifs, par comparaison avec la situation antérieure67. Pour le Temple et Alcántara, en revanche, les travaux d’intérêt scientifique restent peu nombreux et sont en tant que tels incapables de refléter l’importance réelle qui fut celle de ces ordres, notamment dans le royaume de León. Souffrant de la perte presque complète de leurs archives, les deux institutions sont encore pour l’essentiel tributaires des niveaux de connaissance anciens68. Leur insertion véritable dans les cadres de la recherche récente dépend d’une meilleure prise en compte qui impose, en premier lieu, de mener à bien une collecte systématique des sources disponibles.

  • 69 Ainsi l’a fait valoir M. á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad M (...)
  • 70 Le fait ressort de façon très nette de l’activité des deux programmes triennaux lancés en 1988 et e (...)
  • 71 Sur les quatre thèses de doctorat jusqu’ici soutenues à l’Universidad Autónoma de Madrid à propos d (...)
  • 72 Cette limitation transparaît dans les thèses de doctorat d’E. Solano Ruiz, La orden de Calatrava en (...)
  • 73 D. Lomax, « Una visita a San Marcos en León en 1442 », pp. 347-349, publie en annexe de son étude l (...)

19Le traitement dissemblable des ordres militaires se conjugue, pour chacun d’entre eux, à une inégale répartition des études dans le temps. De très fortes disparités chronologiques perdurent à l’intérieur du Moyen Âge. Dans un bilan historiographique récent, Miguel ángel Ladero Quesada insistait, à propos du rapport des milices au pouvoir royal, sur le faible nombre des travaux portant sur un grand XIVe siècle qui irait de la crise dynastique précédant la mort d’Alphonse X à la fin du règne de Jean II69. On pourrait sans mal étendre un tel constat à l’ensemble des champs de la production scientifique intéressant les ordres militaires, dans la mesure où leur histoire a été étudiée de préférence à chacune des extrémités de leur évolution médiévale. Pour l’époque la plus ancienne, correspondant à la phase d’implantation et d’expansion de ces institutions dans la Péninsule, nombreuses sont les contributions, y compris parmi les plus récentes, qui ne dépassent pas la seconde moitié du XIIIe siècle. Ainsi les deux premiers programmes de recherche dirigés par Carlos de Ayala Martínez, malgré un terme originellement fixé en 1350, se sont-ils concentrés en pratique sur le moment de croissance initiale des ordres militaires70, esquissant seulement les mutations qui les affectent à compter des années 127071. Pour le Moyen Âge tardif, étudié à l’initative de Miguel ángel Ladero Quesada et de ses disciples, l’analyse, bien qu’elle se soit efforcée d’embrasser en totalité les XIVe et XVe siècles, n’a pu être véritablement approfondie avant les années 145072 dans la mesure où elle est en priorité fondée sur l’existence d’une source susceptible de donner lieu à une utilisation comptable, à savoir les livres de visite, dont les plus anciens exemplaires conservés datent du milieu du XVe siècle73.

  • 74 L’expression a été utilisée par D. Lomax, « Las órdenes militares en León », pp. 85-86 : « Desde me (...)
  • 75 J. Gautier-dalché, « L’histoire castillane dans la première moitié du XIVe siècle », repris dans Id(...)
  • 76 En témoigne le fait qu’Alphonse XI est le seul des rois castillans du Moyen Âge tardif qui n’ait pa (...)

20Entre ces deux pôles, qui rassemblent l’essentiel des travaux scientifiques, s’étend une période moins bien connue, comprise en gros entre la seconde moitié du XIIIe et le milieu du XVe siècle, à l’intérieur de laquelle s’insère celle que j’ai retenue comme cadre chronologique de mon étude. Aujourd’hui elle ne peut plus, comme c’était le cas il y a vingt-cinq ans, passer pour un désert historiographique74. Cependant, la connaissance des ordres militaires pour cette époque demeure faible, par comparaison notamment avec la période de leur expansion originelle. Le fait tient indéniablement à un défaut sensible d’informations sur le contexte dans lequel ils évoluaient désormais. Voilà aujourd’hui plus de trente ans que Jean Gautier-Dalché a appelé à prendre davantage en compte la première moitié du XIVe siècle castillan75. Force est de constater que malgré des analyses pionnières, surtout dues à Salvador de Moxó et à ses élèves, l’importance historique de ce moment ne s’est guère traduite dans la bibliographie76. À cet égard, les ordres militaires n’échappent en rien à la pente générale de l’historiographie. En apparence, certes, le XIVe siècle peut sembler participer pleinement du renouvellement global de leur étude. Au cours des trente-cinq dernières années, en effet, près des deux cinquièmes des travaux portant sur le passé médiéval de ces institutions s’y rapportent, tout au moins en partie. Pourtant, si l’on se réfère aux contributions spécifiquement consacrées à la période, le chiffre est beaucoup plus modeste puisqu’il s’élève à peine au dixième du total. En majorité, les analyses envisageant les ordres militaires dans le cadre d’un grand XIVe siècle s’intègrent donc dans des approches d’ampleur plus vaste, couvrant souvent l’ensemble du Moyen Âge, dont elles ne constituent guère qu’un maillon ténu qui, plus d’une fois, se limite à un apport de quelques lignes.

  • 77 Ainsi, L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I ». Il y (...)
  • 78 À titre d’exemples pour les règnes d’Alphonse XI et de Pierre Ier, voir J. O’Callaghan, « The Maste (...)
  • 79 P. L. Pérez de los Cobos, « La conquista de jumilla por el infonte don Fadrique », et « El infante (...)
  • 80 Un excellent exemple en est fourni par l’analyse de L. V. Díaz Martín, « La elección de Martín Lópe (...)
  • 81 Sur ce thème, trois colloques ont été organisés par A. Rucquoi (éd.), Génesis médiéval del Estado m (...)

21Le déficit affectant la période comprise entre la fin du XIIIe s. et la première moitié du XVe siècle n’est pas seulement quantitatif, loin de là. La pénétration des orientations nouvelles adoptées par l’historiographie depuis les années 1970 y est en effet plus réduite que pour les autres époques. Jusqu’à une date récente, en effet, la plupart des contributions consacrées à ce moment présentaient un profil qui par plus d’un trait rappelait les travaux réalisés selon l’optique traditionnelle. Parmi elles, quoique de façon moins absolue que pour les œuvres d’érudition des temps anciens, primaient les études dépeignant les ordres militaires sous l’angle politique, c’est-à-dire, dans la perspective qui restait la leur, dans leur rapport à l’autorité monarchique. Dans ce cadre l’emportaient très largement les analyses ponctuelles, centrées sur un règne77 ou sur un ordre en particulier78, voire sur la figure d’un maître79, dont le propos était essentiellement descriptif. Si, dans plus d’un cas, elles s’avéraient propres à fournir des données importantes sur un point de débat concret80, il n’en reste pas moins qu’elles ne pouvaient offrir de l’insertion des ordres militaires dans la société politique castillane la compréhension globale qu’elle requiert. À cet égard, le panorama s’est sensiblement modifié au cours de la dernière décennie, grâce notamment de la prise à compte des travaux réalisés sur la genèse de l’État moderne, portant en priorité sur une période comprise entre le règne d’Alphonse X et l’avènement des Trastamares81, qui ouvrent la voie à une lecture du passé des milices non plus fermée sur elle-même mais adhérant pleinement aux transformations expérimentées par la société castillane.

  • 82 Un tel défaut, qui n’est pas propre à la péninsule Ibérique, a récemment été relevé pour la Provenc (...)
  • 83 Ainsi l’a bien souligné M, á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad (...)
  • 84 La preuve en est apportée en particulier par deux études de C. de Ayala Martínez, « La Corona de Ca (...)
  • 85 F. Fernández Izquierdo, « De las historias de las órdenes a las órdenes en la historia ».

22Sans doute le processus historiographique est-il seulement ébauché. Sur l’approche des ordres militaires, tout particulièrement pour la période que j’ai retenue comme cadre chronologique, pèse encore une propension importante à les considérer comme des en soi. En témoigne, en Espagne comme à l’étranger, la tendance unanime des récents travaux de doctorat à concentrer leur attention sur un ordre en particulier ou sur deux tout au plus, sans qu’existent véritablement de perspectives de comparaison avec les institutions voisines, pourtant confrontées à une réalité similaire82. Certes, il ne fait aucun doute que la réalisation de monographies constituait un impératif, eu égard au peu de données disponibles il y a seulement une vingtaine d’années. Leur poids au sein de la production scientifique a cependant donné lieu à une lecture autocentrée de l’histoire des ordres militaires, ouverte pour ainsi dire aux seuls espaces qu’occupent leurs domaines et en tout cas insuffisamment intégrée dans l’évolution de la société castillane83. Un tel travers affecte encore en grande partie les analyses récentes. Il n’en reste pas moins que la conscience qu’en ont la plupart des auteurs progresse. Prenant appui sur les études monographiques antérieures, des contributions novatrices, dont plusieurs sont dues à Carlos de Ayala Martínez, ont récemment illustré l’intérêt de perspectives capables de restituer aux ordres militaires leur pleine importance dans les mutations qui caractérisent le royaume de Castille à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle84. Une voie a ainsi été ouverte qui aspire à décloisonner l’approche de ces institutions et à l’intégrer pleinement dans le cadre des études médiévales, c’est-à-dire, pour paraphraser l’heureuse expression de Francisco Fernández Izquierdo, à dépasser les histoires des Ordres pour mieux considérer les Ordres dans l’histoire85.

23Mon projet d’appréhender les mutations qui affectent les ordres militaires au tournant des XIIIe et XIVe siècles à la faveur d’une confrontation systématique avec l’évolution de la société castillane n’est donc pas en lui-même original. II s’inscrit dans le contexte d’une historiographie en expansion, dont il est profondément débiteur. Toutefois, en retenant comme cadre la période la plus en marge des progrès actuels, il veut offrir un prolongement de la recherche récente d’autant plus utile à mon sens que l’époque considérée, bien qu’elle reste méconnue, renferme un grand nombre des clés nécessaires pour comprendre la transformation de ces institutions durant le Moyen Âge tardif, trop souvent évacuée derrière l’idée facile d’un déclin.

***

  • 86 Ainsi l’a fait par exemple D. Lomax, « Las órdenes militares en León », p. 84.
  • 87 Pour l’Hôpital, tous les spécialistes de l’Ordre sont unanimes sur ce point, depuis J. Delaville le (...)

24À plusieurs reprises jusque dans un passé récent, la connaissance moindre des ordres militaires à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle a été imputée à l’état des sources86. Transformée en un véritable topique pour certaines institutions comme l’Hôpital ou Alcántara87, l’affirmation ne saurait être aujourd’hui maintenue. Au cours des dernières années a été mise en lumière l’existence d’une importante documentation sur les ordres militaires entre 1250 et 1370. Sans conteste plus réduite que pour la fin du Moyen Âge, elle ne le cède en rien à celle que l’on conserve pour le premier siècle de l’histoire de ces institutions. Tout aussi riche, elle offre pour seul inconvénient d’être plus dispersée et, à sa différence, encore largement inédite.

  • 88 D’intéressants éléments de contexte sont fournis par G. Rueda Hernanz, La desamortización en España (...)
  • 89 La constitution de la section órdenes Militares de l’Archivo Histórico National a été restituée par (...)
  • 90 Le fait est souligné par A. Javierre Mur et C. Gutiérrez. Del Arroyo, Guía de la sección de órdenes (...)
  • 91 Ibid., p. 69.
  • 92 Ce processus de rassemblement a été décrit par C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la or (...)
  • 93 Ainsi l’ont mis en relief A. Javerre Mur et C. Gutiérrez del Arroyo, Guía de la sección de órdenes (...)

25Comme pour le reste de l’époque médiévale, la plupart des sources traitant des ordres militaires aux XIIIe et XIVe siècles sont conservées à Madrid. C’est là, dans les locaux de l’Archivo Histórico Nacional, que furent réunies durant la seconde moitié du XIXe siècle, à l’initiative de l’État espagnol, une bonne part des archives confisquées aux Ordres en vertu des lois d’abolition des biens de mainmorte préparées en 1834 par le gouvernement de Mendizábal88. Le transfert ne fut ni rapide ni systématique, de sorte qu’il fallut attendre près d’un demi-siècle pour que fut mise en place dans le dépôt national une section consacrée aux documents provenant des fonds de chacun des ordres militaires89. Le noyau de la collection est constitué par les actes de Santiago. Provenant des divers couvents de l’Ordre, ils furent transportés à Madrid à partir de 1866 : commencé avec les fonds de San Marcos de León et de Sancti Spiritus de Salamanque, le transfert prit fin en 1872 avec l’installation de celui d’Uclés, le plus volumineux, conservé à la Real Academia de la Historia depuis son séquestre90. Au cours des décennies suivantes fut peu à peu versée dans cet ensemble initial la documentation des institutions similaires. En février 1896 entrèrent à l’Archivo Histórico Nacional les actes de Montesa91. Un an plus tard, les fonds de l’Hôpital prélevés dans les archives de Santa María de la Horta à Zamora leur étaient annexés après avoir été successivement déposés, depuis leur mise sous séquestre, au ministère de la Justice et à l’Archivo Central General de la Administración que la reine Isabelle II avait créé à Alcalá de Henares92. Au printemps 1899, enfin, les documents de l’ordre de Calatrava furent transportés à Madrid depuis l’Archivo de la Delegación de Hacienda de Ciudad Real, ce qui apporta la touche finale à un programme de centralisation archivistique conçu plusieurs décennies auparavant93.

  • 94 Une description en a été proposée par J. V. Matellanes Merchán, « Bases para un modelo de análisis (...)
  • 95 La pauvreté des fonds d’Alcántara et du Temple à l’Archivo Histórico Nacional a été bien soulignée (...)
  • 96 Malgré l’opinion de D, Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica » (p. 17), le bénéfic (...)
  • 97 Utilisé déjà par J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 135-136, le document a été p (...)

26Au total, plus de trois mille documents intéressant la période de mon étude se trouvent à l’Archivo Histórico Nacional. La plupart font bien sûr partie de la section consacrée aux ordres militaires. Ordonnés en fonction de l’institution dont ils sont issus, ils sont classés dans près de six cents dossiers, désignés sous le nom de carpetas, qui renferment en moyenne une vingtaine de pièces. Il s’en faut de beaucoup que chacun des Ordres soit représenté à part égale dans cet ensemble. Plus de la moitié de la documentation rassemblée dans la section intéresse en effet Santiago, notamment pour les régions relevant de l’ancien prieuré d’Uclés, auxquelles se rapportent trois cent soixante-douze dossiers94. La quasi-totalité du reste est composée par des actes concernant Calatrava et l’Hôpital, car un nombre infime de textes seulement se réfèrent à Alcántara et au prieuré castillan du Temple95. Toutefois, la section consacrée aux ordres militaires n’épuise pas la totalité de la documentation intéressant ces institutions conservée à l’Archivo Histórico Nacional. D’autres séries constitutives du fonds présentent une importance qu’on aurait tort de négliger sous prétexte qu’elles livrent des informations bien évidemment moins nombreuses et plus dispersées. Il s’agit des sections Clero et Osuna, qui abritent respectivement la partie des archives du clergé et de la noblesse centralisée durant le XIXe siècle96. Formées à partir d’autres collections du dépôt, deux séries factices constituent également une source essentielle pour l’étude des ordres militaires : ce sont les sections Sellos et Códices, organisées sur la base de critères de conservation pour accueillir l’une, les documents encore dotés de leur sceau original, et l’autre, certains manuscrits tenus pour particulièrement précieux ou fragiles. Au sein de chacune d’entre elles ont été versées des pièces provenant du fonds des ordres militaires, soit au total près de deux cents documents scellés, intéressant en particulier Santiago, et plusieurs dizaines de volumes, dont quinze à peu près sont antérieurs à la seconde moitié du XIVe siècle, tel le grand cartulaire aragonais de l’Hôpital écrit à la demande de Juan Fernández de Heredia97.

  • 98 Pour le cas d’Alcántara, on ne saurait trop louer la chronique rédigée au début du XVIIe siècle, ma (...)
  • 99 À titre d’exemple, pour Santiago, on peut citer les documents juridiques intégrés à son discours pa (...)
  • 100 Connues à l’ordinaire sous le nom de Registro de escrituras de la orden de Calatrava, elles forment (...)
  • 101 Le meilleur exemple en est le volume intitulé Espigas caídas de la orden de Santiago, dans lequel l (...)
  • 102 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », pp. 18-19.
  • 103 La consultation en est aujourd’hui grandement facilitée par l’existence d’un inventaire, comptant u (...)
  • 104 BNM, ms. 13063-13065. Ces trois volumes ont été présentés dans la perspective d’une édition à venir (...)
  • 105 Plusieurs documents intéressant Santiago et l’Hôpital ont ainsi été consignés dans des collections (...)
  • 106 Catalogué par A. Mut Calafell, Inventario del Archivo del infante don Gabriel de Borbón, ce fonds a (...)

27Aux documents d’époque médiévale s’ajoutent nombre de copies réalisées aux XVIIe et XVIIIe siècles qui ont sauvé de l’oubli des pièces dont l’original a depuis été perdu. Insérées dans des chroniques ou constituées en collections autonomes, elles sont essentielles pour connaître les ordres militaires, comme Alcantara, dont les fonds d’archives ont été détruits98. Leur utilité ne se réduit toutefois pas à ce seul cas, dans la mesure où plusieurs ouvrages renferment, pour des institutions mieux documentées, des textes dont il n’existe pas d’autre trace99. Or, si ces travaux ont été partiellement publiés, il s’en faut de beaucoup qu’ils l’aient été de façon systématique. Nombreux sont ceux qui restent à l’état manuscrit dans les différents fonds madrilènes. L’Archivo Histórico Nacional en conserve un grand nombre, telles les copies des documents de Calatrava établies dans le troisième quart du XVIIe siècle par frère Antonio de León y Xárava100, ou les études menées sur le passé médiéval de Santiago par José López Agurleta au début du siècle suivant101. Sur ce point, plusieurs autres fonds madrilènes présentent une importance comparable. Derek Lomax avait déjà signalé que de nombreuses copies étaient conservées à la Real Academia de la Historia ou à la Biblioteca Nacional102. Pour le premier dépôt, il faut souligner l’intérêt exceptionnel des papiers personnels de Luis de Salazar y Castro, qui renferment plusieurs centaines de documents copiés dans les archives de Calatrava et de Santiago au commencement du XVIIIe siècle103. Le second possède également de nombreuses copies de documents intéressant les ordres militaires, insérées dans des collections qui leur sont exclusivement consacrées, comme celle qu’a réalisée Andrés Burriel pour les actes du monastère santiaguiste de Santa Eufemia de Cozuelos104 ou, plus souvent, dans des volumes relatifs à d’autres institutions avec lesquelles ces milices étaient en contact105. Moins bien connu, un dernier fonds madrilène mérite de leur être comparé. Il s’agit de l’Archivo General del Palacio Real, où ont été découvertes plusieurs dizaines de copies d’actes de l’Hôpital dans la section Infante don Gabriel de Borbón, du nom du prieur de l’Ordre pour lequel elles furent rédigées à la fin du XVIIIe siècle, peu avant que les originaux ne soient détruits lors du sac de Consuegra par les armées napoléoniennes en 1809, au lendemain de la bataille d’Ocaña106.

  • 107 Même inscrite dans un espace politique et géographique donné, une étude des ordres militaires se do (...)
  • 108 LOSJ, ms. H 211. Correspondant à l’ancien Libro becerro de la orden, perdu après le sac du dépôt d’ (...)
  • 109 Il est ainsi étonnant que C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en l (...)
  • 110 Faisant largement usage de la documentation maltaise, les articles d’A. Luttrell ont été pour la pl (...)

28Si elle réunit une grande partie des sources sur les ordres militaires dans le royaume de Castille, la documentation conservée à Madrid est cependant bien loin d’en rendre compte intégralement. Aussi m’est-il apparu qu’il était indispensable d’orienter mon travail de collecte documentaire vers des fonds auxquels les travaux réalisés sur le sujet ne consacrent pas toujours l’attention nécessaire. Hors des limites de la péninsule Ibérique, plusieurs dépôts d’archives présentent en effet des possibilités encore largement inexploitées107. La récente mise au jour d’un manuscrit du xve siècle, abritant plus de quatre cent trente copies de documents intéressant le prieuré castillan de l’Hôpital entre 1113 et 1454, dans le fonds londonien de la Library of the Order of Saint John suffit à illustrer la fécondité d’une telle recherche108. En dehors d’archives qui conservent une documentation ponctuelle, comme la Bibliothèque Nationale de France ou l’Archivio di Stato de Naples, deux dépôts se distinguent par la masse d’informations qu’ils sont capables d’offrir : l’Archivio Segreto Vaticano et la Bibljoteca Nazzjonali, l’ancienne Royal Library of Malta, abritée dans un palais baroque au cœur de La Vallette. Chacun renferme le fonds d’une institution étroitement liée aux ordres militaires hispaniques, respectivement la papauté et le couvent central de l’Hôpital, transféré à Chypre puis à Rhodes après avoir été chassé de Terre sainte en 1291. On ne saurait dès lors qu’être surpris de l’utilisation dérisoire qui en a été faite en Espagne. à peu d’exceptions, les références à la documentation pontificale sont réduites à des citations de seconde main, fondées sur la base des analyses des Registri Vaticani et Avignonesi publiées à partir de la fin du XIXe siècle à l’initiative de l’École française de Rome. Faute de l’existence d’un travail comparable, il n’est jamais fait mention des documents de Malte dans les travaux sur l’Hôpital en Castille109, alors même qu’Anthony Luttrell en a souligné l’utilité, à partir du second quart du XIVe siècle au moins, pour l’ensemble des territoires riverains de la Méditerranée110.

  • 111 R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, et La encomienda de Montal (...)
  • 112 Plusieurs documents du fonds lisboète rapportent ainsi l’intervention d’ordres castillans, tel Alcá (...)
  • 113 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 18.
  • 114 Certains auteurs ont toutefois exhume à Simancas des copies d’actes inédits de la première moitié d (...)

29À l’échelle de la péninsule Ibérique, plusieurs fonds extérieurs aux ordres militaires conservent également une importante documentation les concernant. Ce sont en premier lieu l’Arxiu de la Corona d’Aragó, à Barcelone, et l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo, à Lisbonne, qui abritent notamment dans de volumineux registres les copies d’une bonne partie des actes respectivement issus des chancelleries royales aragonaise et portugaise. Déterminants pour l’étude des ordres militaires dans le cadre de chacun des deux royaumes, comme l’ont montré les travaux réalisés par Regina Sáinz de la Maza Lasoli sur l’implantation santiaguiste en Aragon111, ces fonds présentent un intérêt non négligeable pour la Couronne de Castille dans la mesure où ils projettent un éclairage sans équivalent sur les problèmes territoriaux ou diplomatiques dans lesquels ces institutions sont impliquées112. Il est évidemment regrettable que l’on ne dispose pas pour la Castille de séries comparables d’actes de chancellerie avant l’extrême fin du XVe siècle. L’Archivo General de Simancas, dans lequel elles prennent alors place, comprend une très abondante documentation intéressant les ordres militaires à partir du règne des Rois Catholiques113. Pour la période antérieure, il ne conserve que de rares copies, ordinairement insérées dans des procès du XVIe siècle, dont l’intérêt, bien que nullement négligeable, demeure trop ponctuel pour que l’on puisse espérer y collecter une ample information inédite avant l’époque Trastamare114.

  • 115 À titre d’exemple, C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en la Coron (...)
  • 116 Les difficultés de consultation de certains fonds, mais également les problèmes pour accéder à des (...)
  • 117 La publication des documents murciens du règne d’Alphonse XI à l’initiative de F. de A. Veas Artese (...)
  • 118 Les fonds médiévaux de ce dernier dépôt ont été publiés par T. Torres González, Torre de Don Miguel (...)
  • 119 L’intérêt des archives cathédrales pour l’étude des ordres militaires a récemment encore été signal (...)
  • 120 Ainsi, pour Palencia, la publication des fonds cathédraux s’arrête en 1247, pour Zamora en 1261, po (...)
  • 121 Responsable du fonds cathédral, M. Nieto Cumplido, Corpus Medievale Corduhense, a réalisé un invent (...)

30Il existe enfin un dernier groupe d’archives qui conserve dans la péninsule Ibérique un nombre important de documents intéressant les ordres militaires pour les XIIIe et XIVe siècles. Ce sont les dépôts locaux d’origine cathédrale, municipale, mais également monastique et paroissiale115. Bien souvent, l’historiographie les a laissés de côté, renonçant à les exploiter à des fins scientifiques pour les abandonner aux chantres du campanilisme. Il faut reconnaître que la quantité des fonds provinciaux et les difficultés d’accès qu’ils présentent, notamment en termes d’ouverture, interdisent de songer à en entreprendre l’examen exhaustif116. Aussi brefs qu’ils aient dû être et aléatoires qu’ils puissent paraître, il m’est apparu que procéder à quelques sondages ne serait pas sans intérêt au regard de la possibilité d’intégrer dans une perspective globale des éléments documentaires qui ne le sont que rarement. Pour des raisons d’efficacité, ma recherche s’est circonscrite aux archives municipales et cathédrales. Parmi les premières, Murcie est sans conteste une exception par la masse des informations sur les ordres militaires que renferme son dépôt117. D’autres fonds abritent également certains actes d’intérêt, mais en quantité infiniment moindre, une dizaine tout au plus, comme c’est le cas pour Séville, voire pour des localités plus petites telles qu’Almagro et Alcázar de San Juan, dans la Manche, ou Torre de Don Miguel dans l’actuelle Estrémadure118. L’apport des archives diocésaines est pour sa part bien supérieur119. Depuis au moins vingt ans, celles-ci ont fait l’objet dans toute l’Espagne d’un effort de publication qui doit être salué. Cependant, souvent interrompu avant la fin du XIIIe siècle120, il requiert pour l’époque suivante d’entreprendre un dépouillement difficile, mais le cas échéant fructueux, comme ce fut le cas pour le fonds de la cathédrale de Cordoue121.

  • 122 Ph Josserand, « Pour une étude systématique », pp. 321 et 325-326.
  • 123 Seules les définitions de Calatrava ont continué dernièrement à faire l’objet d’éditions régulières (...)
  • 124 Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 326.

31Indispensables à l’étude des ordres militaires, les sources diplomatiques n’épuisent pas, loin s’en faut, l’ensemble de la documentation médiévale se rapportant à ces institutions. D’autres sont tout aussi essentielles, auxquelles l’historiographie n’a pas toujours prêté l’attention qu’elles méritent. Ainsi, durant les dernières années, les sources normatives produites par les ordres eux-mêmes n’ont pas retenu l’intérêt des chercheurs, sauf les fueros qui en illustrent la dimension seigneuriale122. Pour le reste, la règle de ces institutions et les statuts qui en adaptent progressivement le cadre normatif ont été si peu utilisés que leur publication, entreprise à la faveur du renouveau historiographique des années 1950, reste en bonne partie inachevée123. Considérées aujourd’hui encore comme péchant par un excès de juridisme, écartées parfois sous le prétexte qu’elles révéleraient une situation pour ainsi dire fictionnelle, ces sources ont souvent été opposées aux actes de la pratique, jugés exempts de pareils travers. Dépourvu de sens, ce choix scientifique a eu pour effet d’accroître, ne serait-ce qu’à titre comparatif, le manque d’informations sur la dimension interne des ordres militaires en approfondissant l’ancien déséquilibre historiographique au profit de leur projection extérieure et notamment de leurs activités économiques124. Aussi m’a-t-il paru essentiel de ne pas éliminer les normes statutaires du champ de l’enquête, et de les confronter aux sources diplomatiques pour tirer le meilleur parti de leurs possibilités largement sous-évaluées. En effet, les prescriptions qu’elles contiennent et, plus encore, l’évolution que l’on peut relever dans leur expression sont autant d’éléments propres à éclairer la dimension interne des ordres militaires et à mettre en relief ses transformations au cours du Moyen Âge tardif.

  • 125 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 16.
  • 126 Le fait ressort de la présentation des sources nécessaires à l’étude de Santiago et de l’Hôpital, t (...)
  • 127 Un exemple de cette attitude est offert par les travaux de C. Barquero Goñi, « La orden de San Juan (...)
  • 128 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, a attiré l’attention sur ce poi (...)
  • 129 Plusieurs auteurs ont récemment relevé l’intérêt des chroniques dans la perspective d’une étude des (...)
  • 130 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 16.
  • 131 Ils ont été édités tous deux à la fin du XIXe siècle sous le nom d’Alberici monachi Trium Fontium C (...)
  • 132 Relevé par D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 16 (...)

32De même que les sources normatives, la documentation narrative n’a guère été prise en compte dans l’historiographie récente des ordres militaires. Plusieurs auteurs n’ont pourtant pas manqué de rappeler que les chroniques constituent à partir du XIIIe siècle un matériau indispensable125. Employées comme source exclusive tout au long de l’époque moderne par nombre d’érudits attachés à dépeindre les exploits des ordres militaires dans leur lutte contre les musulmans, elles sont de ce fait entachées de suspicion dans l’esprit de plus d’un historien. De là vient que, sans les oublier jamais, plusieurs auteurs les tiennent pour une source tout à fait secondaire dans la perspective d’une étude des ordres militaires126. Il me paraît impossible de souscrire à un tel avis dans la mesure où les chroniques présentent, par-delà l’intérêt illustratif auquel on tend trop souvent à les limiter127, un témoignage privilégié sur le regard porté par le groupe dominant sur la société de son temps128. Elles constituent par la même un élément fondamental pour appréhender le discours et les mentalités politiques, offrant différentes clés pour saisir la manière dont les ordres militaires étaient perçus, voire dont ils se représentèrent dans la péninsule Ibérique aussi bien qu’en dehors de ses frontières129. À ce titre, il faut sans doute prêter attention, plus que Derek Lomax ne voulait l’admettre130, à des textes étrangers au domaine ibérique, tels la chronique de l’abbé Aubry de Trois-Fontaines ou le récit attribué au Templier de Tyr131. Au total, pourtant, les œuvres utiles à mon propos ne sont guère différentes de celles recensées par le grand hispaniste britannique. En trente ans, c’est surtout le regard jeté sur la chronique qui s’est modifié, permettant de saisir les raisons pour lesquelles, à partir du XIVe siècle, les ordres militaires ont fait l’objet d’une attention plus grande dans les sources narratives132.

  • 133 Pour d’autres espaces, H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, a montré le profi (...)
  • 134 BME, ms. T-I-6. Près d’une demi-douzaine de documents iconographiques provenant de ce manuscrit ont (...)
  • 135 Il convient à ce sujet de signaler la richesse du fonds de la Real Academia de la Historia. Plusieu (...)
  • 136 Citons à titre d’exemples les inscriptions funéraires du prieur de l’Hôpital Fernán Pérez Mosejo, e (...)

33Les chroniques sont bien loin d’être les seuls textes littéraires qu’une étude des Ordres suppose de prendre en compte. Pour définir l’insertion de ces institutions dans la société castillane et cerner l’image que leurs contemporains se formaient d’elles, il faut en effet utiliser un large éventail de sources dont l’historiographie n’a pas l’habitude de tirer profit dans la péninsule Ibérique133. Des écrits doctrinaux, des traités politiques, mais aussi des recueils de miracles mariaux ou de simples satires poétiques sont ainsi susceptibles de renfermer d’utiles éléments d’information sur la perception des ordres militaires à l’intérieur de la société castillane, sur les critiques ou, au contraire, sur les courants de sympathie qu’ils suscitaient en son sein. Cette démarche ne saurait d’ailleurs être limitée aux seules sources textuelles. Aussi ardue que soit la recherche et, surtout, quelque partiels que puissent en paraître les résultats, il m’a semblé indispensable d’orienter l’enquête en direction d’autres types de supports. Dans une analyse conduite en termes d’image, les représentations iconographiques qui mettent en scène les ordres militaires forment naturellement une source privilégiée. Assez peu nombreuses à avoir été conservées, elles couvrent néanmoins un large spectre, depuis les peintures murales d’Alcañiz jusqu’aux précieuses miniatures du Livro de los juegos de ajedrez, dados y tablas ; composé sur ordre d’Alphonse X à l’extrême fin de son règne134. Moins rares, les mentions épigraphiques, connues pour la plupart à travers des relevés réalisés à l’époque moderne135, constituent un excellent complément. Situées le plus souvent dans un contexte funéraire, elles offrent une information tout à fait remarquable sur l’image que le défunt désirait laisser à ses contemporains, rappelant parfois comme un titre de gloire certains actes d’une vie dont la mémoire, faute d’une telle source, se serait perdue dans l’oubli qui a englouti tant d’existences136.

34L’état des sources est donc très loin de justifier le peu d’intérêt de l’historiographie pour les ordres militaires au cours du siècle qui suit la reconquête de Séville. Au contraire, on est frappé, pour cette période, par l’importance du matériel disponible dont il convient d’utiliser la profonde diversité. On ne saurait sans risques circonscrire l’enquête aux dépôts d’archives madrilènes, traditionnellement les plus sollicités. S’ils sont absolument essentiels, ils doivent être complétés par la documentation extraite de fonds provinciaux ou étrangers moins connus et par le recours à d’autres types de sources qui, par leur nature, permettent d’intégrer pleinement les ordres militaires dans la société castillane, au sein de laquelle ils se sont développés.

*

35Replacer les ordres militaires dans un contexte dont ils furent trop souvent détachés par l’historiographie, qui tend à les considérer en eux-mêmes, telle est à mon sens l’unique voie permettant d’envisager leur histoire après l’arrêt brutal de la Reconquête, au milieu du XIIIe siècle, en des termes plus équilibrés que ceux de déclin, employés à l’ordinaire pour en rendre compte. Pour y parvenir, il est essentiel de faire en premier lieu la part du regard porté sur ces institutions par leurs contemporains en s’attachant à bien mesurer les transformations qu’il subit, sans perdre pour autant son caractère favorable, durant le siècle qui s’ouvre avec l’avènement d’Alphonse X. En effet, c’est seulement une fois cette image précisée que l’on peut évaluer l’adéquation des ordres militaires à la conjoncture nouvelle qui les conduisit, pour répondre à des besoins accrus à partir du milieu du XIIIe siècle, à s’ouvrir plus largement sur leur environnement afin d’obtenir les appuis et les revenus leur permettant d’accomplir la mission qui leur était dévolue. À en juger par la réaction de la monarchie castillane, le succès d’une telle adaptation ne fait pas de doute. C’est en effet cette réussite qui explique, nous le verrons dans un dernier temps, que les souverains aient essayé presque sans interruption à partir d’Alphonse X de soumettre les ordres militaires à un rigoureux contrôle afin de les utiliser au service de la construction de l’État royal.

Notes

1 Isaac de l’Étoile, Sermons, t. III, pp. 150-167.

2 L’identité de l’ordre critiqué par Isaac de l’Étoile a provoqué d’abondantes controverses. L’opinion de G. Raciti, « Isaac de l’Étoile et son siècle », qui l’assimile à Calatrava (pp. 20-21), a donné lieu à une critique de J. Leclercq, « L’attitude spirituelle de saint Bernard », pp. 216-217, qui incline pour sa part en faveur du Temple. Suivi par J. O’Callaghan, « La vida de las órdenes militares », p. 17, ce dernier avis a été récusé par A. Forey, « The Military Orders and the Conversion of Muslims », p. 4. Penchant pour Calatrava, l’historien britannique concède toutefois que les mots d’Isaac pourraient en fait constituer une allusion générique aux ordres militaires. C’est à cette opinion, soutenue déjà par P. Zerbi, « La “Militia Christi” per i Cisterciensi », p. 294, que je tends pour ma part à souscrire.

3 Isaac de l’Étoile, Sermons, t. III, pp. 160-161: «Nonne et ist futuro illi perditionis filio contra chrtstianos crudelitatis suæ auctoritatem nutriunt? Quomodo et obicietur Christi mansuetudo et patientia et forma prædicandi? Quare non faciet libenter quod factum reperiet licenter ? Quomodo non dicet :Qualia fecit Ecclesia, taha facite illi?»

4 B. Kedar, Crusade and Mission, pp. 104-106.

5 Isaac de l’Étoile, Sermons, t. III, pp. 160-161: «Nec quia fartasse omnino sint mala quæ agunt, sed quia fore malorum occasiones queunt. Nam, quod miserabile est, fere mala omnia de rebus bonis inoleverunt. Et virtutes vitia nutriunt et ab alumnis suis iam grandiusculis effetatæ absorbentur,»

6 Bernard de Clairvaux, Liber ad milites Templi de laude novæ militiæ.

7 Un bref aperçu des critiques dont ces institutions sont l’objet a été offert par J. Prawer, « Military Orders and Crusader Politics ».

8 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights.

9 Présenté rapidement par A. Javierre Mur et C. Gutiérrez del Arroyo, Guía de la sección de órdenes militares, pp. 3-5, le processus a été restitué dans sa chronologie par M. J. álvarez-Coca González, « Fuentes de investigación en las órdenes militares », pp. 39-41 et 44-45.

10 Conformément à la pratique de l’Académie, les discours de F. de Uhagón et de M. Danvila ont été réunis dans un opuscule intitulé órdenes Militares ; publié la même année à Madrid par les soins de l’institution.

11 Ibid., pp. 11-12.

12 En témoigne la publication d’une étude encore fort utile sur la constitution de la mense magistrale de l’Ordre : M. Danvila, « Origen de la Mesa Maestral de Calatrava ».

13 Id., órdenes militares, pp. 122 et 131-132 : «Habían llegado al apogeo de su gloria, y como toda institu institución humana, tenían que prevaricar, decaer y morir[...] Aconteció esto al finalizar el siglo XIII, y al brillante cuadro de las pasadas grandezas, sustituyeron las discordias en el nombramiento de maestres, y lo que era más grave, la consptración y la rebeldía contra el Rey.»

14 B. Pellistrandi, « Histoire et culture politique dans l’Espagne du XIXe siècle », t. II, p. 316.

15 Ibid., t II, pp. 487-489.

16 Non seulement inédite depuis le temps de sa rédaction, mais inconnue des spécialistes eux-mêmes, cette histoire, conservée dans un manuscrit unique de la Real Academia de la Historia, a fait l’objet d’une publication il y a quelque trente ans (Primera historia de la orden de Santiago).

17 Ibid, p. 362 : «E como por nuestros pecados la paz, i concordia de los buenos, no pueden luengamente estar en un fer, el diablo, que es su contrario, i amigo de la discordia, aviendo enbidia de la buena, i santa vida que fazian los cavalleros, i fleyres del dicho abito, procura senbrar entrellos zizaña, para los desavenir, i poner en desacuerdo sobre la dicba elecçion.»

18 Ibid., p. 375 : «Porque en su tienpo no se falla en la orden cosa que ayamos de memorar, pasaremos adelante a los otros maestres que despues dél subçedieron en ella. »

19 En atteste, entre autres exemples, l’opinion des Hiéronymites chargés par Isabelle et Ferdinand de la réforme de Santiago entre 1499 et 1501, ainsi que l’a fait valoir S. Coussemacker, « L’ordre de Saint-Jérôme en Espagne », t. II, p. 321.

20 Présentée par D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », et Ph. Josserand, « Les ordres militaires dans les royaumes de Castiile et de Léon », l’historiographie d’époque moderne a récemment été remarquablement décrite par F. Fernández Izquierdo, « De las historias de las órdenes a las órdenes en la historia ».

21 à titre d’exemples, José Luis Martín Rodríguez, La Península Ibérica en la Edad Media, Madrid, 1975 (3e éd. augmentée, Madrid, 1984), pp. 305-306, et Josep M. Salrach i Marés, « Feudalismoy expansión (siglos XI-XIII) », dans Historia de España, Barcelone, 1990, t. III, p. 374.

22 C’est le cas de la prestigieuse Historia de España, dirigée à l’origine par R. Menéndez Pidal, pour le volume consacré à La expansión peninsular y mediterránea (c. 1212 - c. 1350). La Corona de Castilla, Madrid, 1962(3e éd. augmentée, Madrid, 1985), t. I, pp. 137-139 et 355-361.

23 Voir à titre d’exemple, A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », p. 68, et « Gli Ospitalieri dal continente aile isole », p. 75, où il est dit que « gli ordini militari, avendo perso uomini e risorse, sedi centrali, campo d’azione e ruolo corne difensori della Terra Santa, si trovano a dover fronteggiare una fondamentale crisi materiale e morale. » Ces travaux ont été respectivement rep roduits dans deux recueils d’articles de l’auteur intitulés The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, XII, et The Hospitaller State on Rhodes and the Western Provinces, II.

24 Ainsi, M. Rivera Garretas, « Los ritos de iniciación en la orden de Santiago », p. 288, et La encomienda de Uclés, p. 4 : « El retarda de la actividad reconquistadora que motivaron las victorias de Fernando III en Andalucía puso fin a la canalización hacia la frontera musulmana de la vocación guerrera de la orden, vocación de reconquista que le había dado razón de ser. Estas energías bélicas se canalrzaron, desde fines del siglo XIII, hacia el interior del reino, es decir, hacia la lucha faccional y nobiliaria entre cristianos. Durante el siglo XIV, la orden de Santiago dejó de ser una institución de frontera para convertirse en un grupo nobiliario de estatus dedicado fundamentalmente a lapolítica de corte.. » Tout récemment encore, une affirmation d’une teneur à peu près similaire a été avancée pour les ordres militaires dans leur ensemble par P. M. Pinto Costa, « A ordem de São João em Portugal », p. 234 : « Com o final da Reconquista, cersava teoricamente a funçâo confiada a estas instituiçoes, p que as podia tornar anacrónicas e mesmo questionar a sua existência. »

25 D. Lomax, « Algunos estatutos primitivos de Calatrava », p. 490, « Pedro Lôpez de Baeza », p. 156, ou « La reforma de la orden de Alcantara », p. 762.

26 Id., « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », p. 712, et « Las órdenes militares en León », p. 92. Non sans quelque emphase, l’historien britannique a évoqué une « gran crisis que atravesaron las órdenes militares alrededor de 1300 y que dividió su historia medieval en dos etapas muy distintas, con unos cambios traumáticos : la expulsión de Tierra Santa, la disolución del Temple, la fundación de las nuevas órdenes, como las de Montesa, Cristo y São Tiago, cismas en las otras órdenes y su inmersión definitiva en las luchas políticas de los reinos cristianos ».

27 T. Ruiz, « Expansion et changement ».Traduit par la suite en castillan dans Id., Sociedad y poder real en Castilla, l’article, qui connut un grand retentissement, a été repris dans le recueil d’articles de l’auteur intitulé The City and the Realm, VIII.

28 Comme l’ont observé J. Martínez Moro, La tierra en la comunidad de Segovia, p. 79, et, de façon plus détaillée, M. González Jiménez, « Del Duero al Guadalquivir », notamment pp. 219-220.

29 Pour Léon tout d’abord, puis à l’échelle générale de la Castille, d’excellents aperçus de la crise ont été proposés par P. Linehan, « La iglesia de León a mediados del siglo XIII », pp. 14-19, et Les dames de Zamora, pp. 31-32.

30 Cette question a fait l’objet d’une mise au point de M. á. Ladero Quesada, « La Corona de Castilla : transformaciones y crisis políticas », dans laquelle l’historien espagnol reprend et développe de façon magistrale les arguments qu’il avait avancés dans une contribution précédente, « Aspectos de la política económica de Alfonso X », notamment pp. 70-71.

31 Pour l’Hôpital dont, à la différence du Temple, l’objet initial n’est pas proprement militaire, le fait a été signalé par A. Forey, « The Militarisation of the Hospital », notamment p. 77 pour l’Espagne, où les interventions armées des frères furent apparemment plus précoces qu’en Terre sainte. Cette contribution a été reprise dans un recueil des principaux articles de l’auteur intitulé Military Orders and Crusades IX.

32 Id., « The Military Orders and the Spanish Reconquest », reproduit dans Military Orders and Crusades,V.

33 Le fait a été bien souligné pour Calatrava par j. O’Callaghan, « The Order of Calatrava. Years of Crisis and Survival »,

34 A. Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos », notamment pp. 68-69.

35 Le fait ressort de l’étude de C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y la ocupación del territorio manchego ». À titre d’exemple, pour Calatrava, à cet égard l’institution la mieux connue, voir E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Primeras tentativas de jurisdicción territorial de la monarquía », et Las órdenes militares y la frontera.

36 Pour une vue générale de la question, on se reportera à J. á. García de Cortázar (éd.), Organización social del espacio en la España medieval, pp. 123-161 et 163-194.

37 Un projet de recherche, financé par la Dirección General de Investigaciones Científicas y Técnicas, intitulé « El mapa señorial de las órdenes militares castellano-leonesas. Un ensayo de reconstrucción económica y espacial (1150-1350) », a été mené à l’Universidad Autónoma de Madrid de 1993 à 1997 par Carlos de Ayala Martínez. Il a donné lieu à de très nombreuses contributions, essentiellement sous forme d’articles, mais n’a pu aboutir à une présentation cartographique comparable à celle qu’ont réalisée pour la période moderne C. López González, E. Postigo Castellanos et J. I. Ruiz Rodríguez, « Las órdenes militares castellanas en la época moderna », notamment pp. 317-340.

38 S. Menache, « La orden de Calacravay el clero andaluz », p. 635, reprend ainsi l’expression de periódo de decadencia, utilisée par J. M. Martínez Val, « La expansión peninsular de la orden de Calatrava », p. 86, pour les XIVe et XVe siècles, se limitant à lui ajouter des guillemets que rien dans le texte ne vient toutefois justifier.

39 Ainsi l’a récemment mis en évidence M. á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad Media hispánica », notamment p. 15.

40 Ibid., p. 31 : « Y todo ello dando preferencia a los proyectos de investigación y edición amplios que son los más valiosos. » C’est par ces mots que l’auteur, au terme d’un bilan historiographique portant sur les travaux récemment consacrés aux ordres militaires en Castille, a clos les perspectives qu’il avait dessinées à l’intention des futurs chercheurs.

41 Tel était le but que je m’étais proposé au terme d’un DEA d’histoire réalisé sous la direction de Pierre Guichard à l’université Lyon II en 1992-1993 et intitulé « Les ordres militaires et le pouvoir. Un état de la question pour les royaumes occidentaux de la péninsule Ibérique (XIIe-xve siècles) »,

42 Il convient sur ce point de se reporter à l’étude de C. de Ayala Martínez, « La monarquía y las órdenes militares durante el reinado de Alfonso X ».

43 J. Valdeón Baruque, Enrique II de Casttlla : la guerra civil y la consolidación del régimen, ou, plus récemment, « La victoria de Enrique II : los Trastámaras en el poder ».

44 C’est ainsi que C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », p. 38, a pu évoquer il y a peu, à propos de ces institutions, une « conflictiva redistribución de papeles »,

45 En témoigne la petite vingtaine de bilans historiographiques parus sur le thème depuis que D. lomax en a proposé le modèle avec son étude intitulée « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media ». Plutôt que de me livrer ici à une énumération fastidieuse, j’ai choisi de les rassembler en tête de l’annexe bibliographique, qu’ils traitent de l’ensemble des ordres militaires ou qu’ils s’intéressent plus spécifiquement à l’un d’entre eux.

46 Cette corrélation a été pour la première fois mise en relief à l’échelle du Portugal par J. Mattoso, « Perspectivas actuais da investigação », p. 657 : « Para o Alentejo eAlgarve [...] não se entrevê nenbum avanço decisivo enquanto não for empreendida uma investigação séria sobre as ordens militares » Le bien-fondé de cette affirmation est illustré par les travaux réalisés par E, Rodríguez-Picavea Matilla sur le Campo de Calatrava à partir de la documentation de l’Ordre, parmi lesquels se détache sa thèse de doctorat soutenue en 1992 et publiée deux ans plus tard sous le titre La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana.

47 D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », pp. 713-714, et Ph. Josserand, « L’historiographie des ordres militaires dans les royaumes de Castille et de León », pp. 11-15.

48 F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara.

49 Achevé en 1622, l’ouvrage n’a été imprimé qu’un siècle et demi plus tard, en 1763, en deux tomes assortis de notes marginales de l’éditeur :A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara.

50 Fidèles à l’historiographie traditionnelle, les ouvrages de F, Gutton, La chevalerie militaire en Espagne. L’ordre de Calatrava ; L’ordre de Santiago ou de Saint-Jacques de l’Épée, et L’ordre d’Alcántara, s’inscrivent dans une même perspective que les catalogues collectifs d’exposition intitulés La orden de Calatrava. VIII Centenario, Ciudad Real, 1959, et La orden de Santiago y los monarcas españoles en la Edad Media. Catálogo de la exposición, Madrid, 1971.

51 J. González González, Regesta de Fernando II, et El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 570-572 et 591-593.

52 Dans un récent bilan historiographique, M. á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad Media hispánica », pp. 10-11, a relevé l’importance de cette rupture en des termes tout à fait similaires.

53 Ainsi l’ont bien mis en lumière C. Richmond, « Research on the Spanish Military Orders in Great Britain », et, de manière plus détaillée, P. Bonneaud, « Aportación de la historiografía extranjera ».

54 Rapide mais pleinement située dans le contexte de la recherche intéressant les ordres militaires, une présentation du groupe de travail de l’Universidad Autónoma de Madrid a récemment été réalisée par C. de Ayala Martínez, « Bienes y rentas de las órdenes militares », pp. 11-12.

55 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media ». Sur le sujet, il n’existe pas de bibliographie qui puisse prétendre à l’exhaustivité. Un effort important a néanmoins été réalisé par C. de Ayala Martínez et al., « Las órdenes militares en la Edad Media peninsular. Historiografía 1976-1992 », Paru en deux livraisons, dont la première s’attache aux royaumes de León et de Castille alors que la seconde couvre Portugal, Aragon et Navarre, ce travail a tout récemment été prolongé dans une perspective similaire jusqu’en 2003 par C. de Ayala Martínez et C. Barquero Goñi, « Historiografía hispánica y órdenes militares en la Edad Media ».

56 Un pas supplémentaire a été franchi en 1997 avec la parution à Porto de la première revue intégralement consacrée aux ordres militaires, Militarium Ordinum Analecta, dirigée par Luís Adão da Fonseca. Depuis lors, deux autres publications ont investi le même créneau, Sacra Militia. Rivista di storia degli ordini militari, fondée à Pérouse en 2000 à l’initiative de Franco Cardini et Francesco Tommasi, et, en Espagne, la Revista de las órdenes Militares, dont le premier numéro, patronné par le Real Consejo de las órdenes Militares, date de 2001.

57 Consacrés à l’ensemble des ordres militaires ou à l’un d’entre eux en particulier, une quinzaine de colloques ont été organisés dans ta péninsule Ibérique depuis le premier congrès itinérant, à l’été 1971, dont les actes, publiés avec quelque dix ans de retard, constituent le onzième volume de l’Anuario de Estudios Medievales, daté de 1981.

58 En témoignent notamment les deux premières conférences sur les ordres militaires, réunies à Saint John’s Gâte à Londres en 1992 et en 1996, dont les actes ont été publiés par Malcolm Barber (éd.), The Military Orders. Fighting for the Faith and Caring for the Sick, Aldershot, 1994, et Helen Nicholson (éd.), The Military Orders. Warfare and Welfare, Aldershot, 1998. L’ouverture à la péninsule Ibérique que reflètent ces volumes n’est cependant pas toujours de règle et l’on ne peut que déplorer qu’elle soit absente du colloque, par ailleurs tout à fait remarquable, récemment édité par Zsolt Hunyadi et József Laszlovszky (éd.), The Crusades and the Military Orders. Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity (Budapest, February 26th-28th, 1999), Budapest, 2001.

59 M. á Ladero Quesada et J. M. Nieto Soria, « Iglesia y sociedad en los siglos XIII al xv »,p. 145.

60 A, Rucquoi, « Spanish Medieval History and the Annales ».

61 Ainsi l’a fort bien signalé L. García-Guijarro Ramos dans son compte rendu du livre de M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón (Hispania, 55, 1995, pp. 1139-1142), notamment p. 1139, où il fait valoir précisément que l’ouvrage échappe à ce travers commun.

62 Le fait a été observé par C. de Ayala Martínez et al., « Las órdenes militares en la Edad Media peninsular. Historiografia 1976-1992. Reinos de Castilla y León », p. 120.

63 En témoigne le champ de la spiritualité approfondi par K. Elm, « Die Spiritualität der geistlichen Ritterorden des Mittelalters ». Pour l’Espagne, il a uniquement été abordé, sans référence aux travaux allemands, par L. Corral Val, Los monjes soldados de la orden de Alcántara en la Edad Media, dont le propos, certes scientifique, reste étonnamment pénétré du ton hagiographique des travaux anciens.

64 Les études d’E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Catorce años de historiografía sobre la orden de Calatrava », et J.V. Matellanes Merchán, « Historiografía medieval de la orden de Santiago », offrent une vision d’ensemble de l’historiographie des deux ordres jusqu’à la fin des années 1980.

65 D. Lomax, « La historiografía de las órdenes militares en la Península Ibérica », p. 719, et « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 26.

66 Ces avancées ressortent du récent bilan historiographique de C. Barquero Goñi, « La orden del Hospital en España durante la Edad Media ».

67 C. de Ayala Martínez, « La investigación sobre la orden de San Juan de Jerusalén en la Corona de Castilla », notamment pp. 21 et 45.

68 Le fait ressort du constat de F. Novoa Portela, « La historiografía sobre la orden de Alcántara en la Edad Media », notamment p. 488, aussi bien que de la rareté des références au prieuré castillan du Temple dans l’excellente synthèse d’A. Demurger, Vie et mort de Tordre du Temple.

69 Ainsi l’a fait valoir M. á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad Media hispánica », pp. 14-15.

70 Le fait ressort de façon très nette de l’activité des deux programmes triennaux lancés en 1988 et en 1991, intitulés, pour le premier, « Las órdenes militares en la Edad Media del Occidente peninsular, Feudalización de la sociedad y crecimiento económico (1150-1350) » et, pour le second, « El mapa señorial de las órdenes militares castellano-leonesas. Un ensayo de reconstrucción económica y espacial (1150-1350) », À partir de 1996, un troisième projet, appelé pour sa part « órdenes militares y estructuras sociales (siglos XII-XV) », auquel j’ai eu l’occasion d’être associé, s’est attaché à pallier ce défaut en orientant son travail plus en aval dans la chronologie.

71 Sur les quatre thèses de doctorat jusqu’ici soutenues à l’Universidad Autónoma de Madrid à propos des ordres militaires, seule celle de F. Novoa Portela, « La orden de Alcántara en los siglos XII-XV. Los inicios de la señorialización de Extremadura », a choisi pour terme la date de 1350 retenue à l’origine par le programme de recherche comme aboutissement chronologique. Elle a récemment fait l’objet d’une publication presque intégrale sous le titre La orden de Alcántara y Extremadura.

72 Cette limitation transparaît dans les thèses de doctorat d’E. Solano Ruiz, La orden de Calatrava en el siglo XV, de P. Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo xv, et, malgré un intitulé en apparence étendu aux XIVe et XVe siècles, de D. Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la Baja Edad Media.

73 D. Lomax, « Una visita a San Marcos en León en 1442 », pp. 347-349, publie en annexe de son étude le texte de l’un des plus anciens procès de visite conservés. D’autres, plus tardifs, ont été publiés par M. Garrido Santiago, Documentos de la orden de Santiago sobre castillos extremeños.

74 L’expression a été utilisée par D. Lomax, « Las órdenes militares en León », pp. 85-86 : « Desde mediados del siglo XIII hasta fines del XV se extiende un desierto histortográfico, atravesado una vez por Rades y por Torres y Tapia, pero donde el explorador actual no encuentra más que algunos oasis de erudición local. »

75 J. Gautier-dalché, « L’histoire castillane dans la première moitié du XIVe siècle », repris dans Id., Économie et société dans les pays de la Couronne de Castille, III.

76 En témoigne le fait qu’Alphonse XI est le seul des rois castillans du Moyen Âge tardif qui n’ait pas retenu l’attention d’un biographe. Une tentative pour pallier ce manque a été réalisée dans la collection des éditions La Olmeda, consacrée aux rois castillans et léonais, par J. Sánchez-Arcilla Bernal, Alfonso XI. L’intérêt scientifique de l’ouvrage est cependant réduit dans la mesure où l’auteur se limite pour l’essentiel à gloser les données de la chronique de Fernán Sánchez de Valladolid.

77 Ainsi, L. V. Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I ». Il y a peu, cette perspective a été reprise et approfondie par E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara », et C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana ».

78 À titre d’exemples pour les règnes d’Alphonse XI et de Pierre Ier, voir J. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War », et F. Novoa Portela, « Los maestres de la orden de Alcántara durante los reinados de Alfonso XI y Pedro I ».

79 P. L. Pérez de los Cobos, « La conquista de jumilla por el infonte don Fadrique », et « El infante don Fadrique, maestre de Santiago ». Sur la base de nouveaux documents, le thème a été repris parla suite à l’initiative d’A. Antolí Fernández, « El infante don Fadrique en jumilla ».

80 Un excellent exemple en est fourni par l’analyse de L. V. Díaz Martín, « La elección de Martín López de Córdoba ».

81 Sur ce thème, trois colloques ont été organisés par A. Rucquoi (éd.), Génesis médiéval del Estado moderno : Castilla y Navarra (1250-1370),Valladolid, 1987 ; Realidad e imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, Valladolid, 1988 ; et Du refus à la révolte : les résistances, Nice, 1991.

82 Un tel défaut, qui n’est pas propre à la péninsule Ibérique, a récemment été relevé pour la Provence et le Languedoc par D. Carraz, « Templiers et Hospitaliers en France méridionale », p. 235, dans un commentaire bibliographique se rapportant au livre de D. Selwood, Knights of the Cloister.

83 Ainsi l’a bien souligné M, á. Ladero Quesada, « La investigación sobre órdenes militares en la Edad Media hispánica », p. 31.

84 La preuve en est apportée en particulier par deux études de C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », et « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica ».

85 F. Fernández Izquierdo, « De las historias de las órdenes a las órdenes en la historia ».

86 Ainsi l’a fait par exemple D. Lomax, « Las órdenes militares en León », p. 84.

87 Pour l’Hôpital, tous les spécialistes de l’Ordre sont unanimes sur ce point, depuis J. Delaville le Roulx, « Les archives de l’ordre de l’Hôpital », pp. 105-106, jusqu’à A. Luttrell, « A Note on the Archives of the Order of St. John in Spain », p. 184, et D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », pp. 22 et 26.

88 D’intéressants éléments de contexte sont fournis par G. Rueda Hernanz, La desamortización en España, p. 46.

89 La constitution de la section órdenes Militares de l’Archivo Histórico National a été restituée par M. J. Álvarez-Coca González, « El Consejo de las órdenes y el Archivo Histórico Nacional », pp. 1266-1267, et « Fuentes de investigación en las órdenes militares », pp. 39-41 et 44-45. On doit le catalogue imprimé de la section à A. Javierre Mur et C. Gutiérrez Del Arroyo, Guía de la sección de órdenes militares. Publié sans date mais réalisé dans les années 1950, il nécessiterait une réédition qui prenne en compte les réformes opérées dans le fonds depuis un demi-siècle et indique les cotes avec une plus grande précision. Comme tel, l’ouvrage, complété par d’autres catalogues disponibles dans la salle de lecture de l’Archivo Histórico Nacional, reste pourtant un outil tout à fait essentiel.

90 Le fait est souligné par A. Javierre Mur et C. Gutiérrez. Del Arroyo, Guía de la sección de órdenes militares, pp. 11 et 19-20.

91 Ibid., p. 69.

92 Ce processus de rassemblement a été décrit par C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en la Corona de Castilla », p. 49. L’auteur signale à juste titre qu’il ne s’agit pas là de la totalité des archives castillanes de l’institution, puisqu’une partie essentielle fut conservée à Consuegra jusqu’au moment de leur confiscation.

93 Ainsi l’ont mis en relief A. Javerre Mur et C. Gutiérrez del Arroyo, Guía de la sección de órdenes militares. ; p. 30. Si le transport des archives peut être tenu pour véritablement achevé à la fin du XIXe siècle, l’Archivo Histórico Nacional est pourtant loin de concentrer l’ensemble des fonds des ordres militaires que le législateur avait voulu y rassembler. Les limites de ce processus de centralisation ont été décrites par M. J. álvarez-Coca González, « El Consejo de las Órdenes y el Archivo Histórico Nacional », pp. 1266-1267.

94 Une description en a été proposée par J. V. Matellanes Merchán, « Bases para un modelo de análisis de la organización social del espacio en Castilla y Léon », t. I, pp. 74-77.

95 La pauvreté des fonds d’Alcántara et du Temple à l’Archivo Histórico Nacional a été bien soulignée par D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », pp. 28 et 60. Pour chacune de ces institutions, on conserve un seul dossier rassemblant, dans le cas d’Alcántara, les rares documents sauvés après la destruction des archives de l’Ordre durant la guerre d’Indépendance (AHN, OM, carp. 477) et, pour le Temple, une trentaine de pièces touchant pour l’essentiel au procès, extraites au XIXe siècle des fonds de la cathédrale de Tolède (AHN, OM, carp. 567), dont plusieurs ont été publiées par A. Javierre Mur, « Aportación al estudio del proceso contra el Temple ».

96 Malgré l’opinion de D, Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica » (p. 17), le bénéfice que l’on peut tirer de la section Clero pour une étude des ordres militaires est manifeste. Celle-ci renferme en effet de très nombreuses pièces les concernant, tant dans les fonds des sièges métropolitains, comme Tolède (AHN, Clero, carp, 3018, doc 17, carp. 3022, doc 10, ou carp. 3026, doc 18), que dans ceux d’évêchés plus modestes, tel Lugo (AHN, Clero, carp. 1329 D, doc 6, carp. 1329 E, doc. 12, carp. 1331 H, doc 31, carp. 1332 B, doc 21), ou de simples monastères comme Aguilar de Campoo (AHN, Clero, carp. 1654, doc I, carp. 1655, doc 15 à 18, carp. 1657, doc. 9, carp. 1661, doc. 16, carp. 1663, doc 10 et 17). La section Osuna pourrait sans doute présenter une utilité presque similaire, mais le transfert de ses fonds à Tolède, où il est prévu de réunir la plupart des dépôts d’archives nobiliaires d’Espagne dans un centre dont la mise en route est aussi lente que conflictuelle, n’en facilite guère pour le moment la consultation.

97 Utilisé déjà par J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, pp. 135-136, le document a été présenté par A. Javierre Mur, « El Archivo de San Juan de los Panetes de Zaragoza », pp. 158-159. Dans l’un des six volumes du cartulaire, l’auteur signale l’existence d’un registre d’une vingtaine de feuillets concernant la Castille (AHN, Códice 602, ffos 140r°-164v°). Exceptionnel par l’information qu’il contient, soit plus d’une centaine de documents pour les seules années 1356-1358, le registre prieural castillan de Juan Fernández de Heredia a récemment bénéficié d’une brève description de C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios castellanos a mediados del siglo XIV », qui ne dispense nullement de songer à une édition critique capable de donner la pleine mesure de cette source unique. Une transcription du registre figure dans la version dactylographiée de mon travail de doctorat (Ph. Josserand, « Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique », t. III, pp. 733-823).

98 Pour le cas d’Alcántara, on ne saurait trop louer la chronique rédigée au début du XVIIe siècle, mais publiée pratiquement cent cinquante ans plus tard, par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, et le recueil de privilèges confectionné par J. Ortega y Cotes, Bullarium ordinis militiæ de Alcántara (BA). Comme l’a signalé B. Palacios Martín, « Proyecto Alcántara. Un intento de reconstrucción de la colección diplomática de la orden », p. 302, ils sont au cœur du programme de reconstitution du fonds d’archives de l’Ordre en cours de réalisation à l’Universidad Complutense de Madrid, auquel j’ai eu l’occasion d’être associé. Publiés en 2000 et 2003 à l’initiative de B. Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara, les deux premiers volumes de l’entreprise devraient être suivis en 2005 d’un dernier tome, constitué essentiellement d’index,

99 À titre d’exemple, pour Santiago, on peut citer les documents juridiques intégrés à son discours par B. de Chaves, Apuntamiento legal sobre el dominio solar de Santiago.

100 Connues à l’ordinaire sous le nom de Registro de escrituras de la orden de Calatrava, elles forment au total une série de dix volumes (AHN, OM, libros 1340-1349).

101 Le meilleur exemple en est le volume intitulé Espigas caídas de la orden de Santiago, dans lequel l’auteur, longtemps responsable des archives d’Uclés, aborde, sous forme de vignettes successives, de très nombreux points de l’histoire médiévale de l’institution, citant abondamment les documents originaux à partir desquels il travaille (AHN, Códice 314).

102 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », pp. 18-19.

103 La consultation en est aujourd’hui grandement facilitée par l’existence d’un inventaire, comptant une cinquantaine de volumes, réalisé par A. de Vargas-Zúñiga et B. Cuartero y Huerta, índice de la Colección de don Luis de Salazar y Castro.

104 BNM, ms. 13063-13065. Ces trois volumes ont été présentés dans la perspective d’une édition à venir par M. Á. Álvarez Castrillo et M. D. Guerrero Lafuente, « Documentación medieval sobre el monasterio de Santa Eufemia », et « El manuscrito 13.065 de ta Biblioteca Nacional ».

105 Plusieurs documents intéressant Santiago et l’Hôpital ont ainsi été consignés dans des collections de textes rassemblées à propos de la cathédrale de Tolède (BNM, ms, 13039 et 13042) ou de la ville de Valladolid (BNM, ms. 11285).

106 Catalogué par A. Mut Calafell, Inventario del Archivo del infante don Gabriel de Borbón, ce fonds a été bien décrit par C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en la Corona de Castilla », pp. 49 et 51, qui, le premier, en a compris l’importance pour la connaissance du prieuré castillan de l’Hôpital au Moyen Âge.

107 Même inscrite dans un espace politique et géographique donné, une étude des ordres militaires se doit, ne serait-ce qu’en raison de la nature de ces institutions, de dépasser les frontières du territoire analysé pour recourir à des fonds d’archives extérieurs. C’est ce qu’a récemment rappelé K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia medievale, p. 26, qui estime que le cinquième de la documentation intéressant les frères en Sicile est aujourd’hui conservé dans des dépôts extérieurs à l’île.

108 LOSJ, ms. H 211. Correspondant à l’ancien Libro becerro de la orden, perdu après le sac du dépôt d’archives de Consuegra, le manuscrit a été récemment édité à l’initiative de C. de Ayala Martínez et al, Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén.

109 Il est ainsi étonnant que C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en la Corona de Castilla », pp. 57-58, ne leur consacre aucune attention au moment de faire état des sources servant à l’histoire du prieuré castillan de l’Hôpital en provenance d’institutions extérieures à la péninsule Ibérique. La première étude en Espagne à tenir compte du fonds conservé à La Valette est le travail de M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón. Elle est à l’heure actuelle la seule à l’avoir fait, mais n’intéresse pas directement l’espace castillan.

110 Faisant largement usage de la documentation maltaise, les articles d’A. Luttrell ont été pour la plupart repris dans quatre recueils intitulés respectivement The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West ; Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades ; The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean World, et The Hospitaller State on Rhodes and its Western Provinces. Une présentation rapide du fonds, dont la difficulté est liée au caractère inédit, comme l’a encore rappelé tout récemmentA. Luttrell, « The Hospitallers’Early Statutes », p. 10, a été offerte par Th. Vann, « Hospitaller Record Keeping », p. 276, qui signale que des microfilms de la plupart des documents médiévaux sont disponibles à la Hill Monastic Manuscript Library de Collegeville (Minnesota).

111 R. Sáinz de la Maza Lasoli, La orden de Santiago en la Corona de Aragón, et La encomienda de Montalbán bajo Vidal de Villanova.

112 Plusieurs documents du fonds lisboète rapportent ainsi l’intervention d’ordres castillans, tel Alcántara, dans des querelles de frontières (ANTT, gav. 15, maço 23, doc 5). D’autres mentionnent la participation de maîtres castillans dans des négociations diplomatiques, comme en 1263, lorsque les supérieurs de Santiago et du Temple, Pelayo Pérez Correa et Martín Núñez, agissent pour le compte d’Alphonse X dans les tractations engagées avec le Portugal au sujet de Niebla. Le fait a été rapporté par A. Huarte y Echenique, « Catálogo de documentes relacionados con la historia de España », p. 800.

113 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 18.

114 Certains auteurs ont toutefois exhume à Simancas des copies d’actes inédits de la première moitié du XIVe siècle, tels notamment E. González Crespo, « Castillos andaluces en época de AlfonsoXI », pp. 49-50, doc. 2 et 3, et M. Rodriguez Llopis, Documentas de los siglos XIV y xv, pp. 9-10 et 16-17, doc. 5 et 10.

115 À titre d’exemple, C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en la Corona de Castilla », p. 61, n. 82, signale l’existence d’un fonds susceptible d’intéresser l’Hôpital à l’Archivo Parroquial de San Hipólito de la localité de Támara, située dans la province de Palencia, où est actuellement conservée une documentation d’origine royale couvrant une large période entre les règnes d’Alphonse VII et d’Alphonse XI. D’autres dépôts mériteraient également une mention, notamment en Andalousie, où des actes intéressant respectivement l’Hôpital et Calatrava se rencontrent dans les fonds de San Vicente Mártir de Tocina et de San Juan Bautista de Séville.

116 Les difficultés de consultation de certains fonds, mais également les problèmes pour accéder à des documents qui passent pourtant pour publiés, ont été fort bien illustrés par P. Linehan, Les dames de Zamora, pp. 43 et 194, à propos de l’Archivo Catedralicio de Zamora, qui est assurément l’un des plus riches dépôts ecclésiastiques de Castille.

117 La publication des documents murciens du règne d’Alphonse XI à l’initiative de F. de A. Veas Arteseros, Documentos de Alfonso XI., est récemment venue parachever l’ambitieux projet éditorial commencé voici quatre décennies par J. torres Fontes, Documentas de Alfonso X, au nom duquel reste attaché celui de la Colección de Documentos para la Historia del Reino de Murcia.

118 Les fonds médiévaux de ce dernier dépôt ont été publiés par T. Torres González, Torre de Don Miguel, alors que ceux des premiers restent sauf exceptions inédits. Pour Almagro, on attend pour une date prochaine la parution des actes municipaux antérieurs à la période moderne, dont L.R. Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego », p. 650, n. 37, a annoncé qu’elle sera prolongée par l’édition des documents médiévaux du fonds de la ville voisine de Bolaños.

119 L’intérêt des archives cathédrales pour l’étude des ordres militaires a récemment encore été signalé par L. Corral Val, Los monjes soldados de la orden de Alcántara en la Edad Media, pp. 39-40, sur la base notamment de l’exemple de Coria, étudié par P. Rubio Merino, « El obispado de Coria y la orden de Alcántara ».

120 Ainsi, pour Palencia, la publication des fonds cathédraux s’arrête en 1247, pour Zamora en 1261, pour Cordoue en 1277, pour Salamanque et León en 1300. Pour la période suivante, ils sont au mieux analysés de façon succincte dans des travaux comme ceux de F. Marcos Rodríguez, Catálogo de documentos del Archiva catedralicío de Salamanca, d’A. Matilla Tascón, Guía inventoria de los archivos de Zamora, et, pour une date plus récente, de J. A. Martín Fuertes, Colección documental del archivo de la catedral de León, de C. álvarez álvarez, Colección documental del archivo de la catedral de León, ou de J. C. de Lera Maíllo, Catálogo de los documentos médiévales de la catedral de Zamora.

121 Responsable du fonds cathédral, M. Nieto Cumplido, Corpus Medievale Corduhense, a réalisé un inventaire en deux volumes de ce dépôt qui couvre jusqu’à l’année 1277, au-delà de laquelle, sous son magistère efficace et bienveillant, force est de recourir aux outils conservés sur place pour avoir accès à la richesse exceptionnelle des archives du diocèse cordouan.

122 Ph Josserand, « Pour une étude systématique », pp. 321 et 325-326.

123 Seules les définitions de Calatrava ont continué dernièrement à faire l’objet d’éditions régulières grâce aux travaux réalisés par J. O’Callaghan, « Algunas peticiones de los freires conventuales de la orden de Calatrava » et « Las definiciones de la orden de Calatrava, 1383-1418 ». Il n’existe rien de comparable pour les autres institutions, pour lesquelles l’analyse de C. de Ayala Martínez, « La escisión de los Santiaguistas portugueses », qui comprend en annexe la publication des établissements de Pedro Escacho de 1327, fait véritablement figure d’exception. En effet, les statuts de Pelayo Pérez Correa, de plus d’un demi-siècle antérieurs, transcrits à la fin du présent volume (pp. 835-850), restaient jusqu’ici inédits en dépit de la promesse de les diffuser auprès du public, réalisée voici bientôt trente ans par E. Benito Ruano, « Establecimientos de la orden de Santiago », p. 100.

124 Ph. Josserand, « Pour une étude systématique », p. 326.

125 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 16.

126 Le fait ressort de la présentation des sources nécessaires à l’étude de Santiago et de l’Hôpital, telle que l’ont respectivement conduite J. V. Matellanes Merchán, « Bases para un modelo de análisis de la organización social del espacio en Castilla y León », t. I, pp. 98-99, et C. Barquero Goñi, « Fuentes para el estudio de la orden del Hospital en la Corona de Castilla », pp. 61-62.

127 Un exemple de cette attitude est offert par les travaux de C. Barquero Goñi, « La orden de San Juan en Castilla según la cronística medieval », ou encore de C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares en la conquista de Sevilla ».

128 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, a attiré l’attention sur ce point. Un phénomène comparable a été observé à l’échelle de la Castille par M. Garcia, « L’historiographie et les groupes dominants en Castille ».

129 Plusieurs auteurs ont récemment relevé l’intérêt des chroniques dans la perspective d’une étude des mentalités politiques castillanes, tels L. Funes, « Las crónicas como objeto de estudio » et A. Rodríguez de la Peña, « Ideología política y crónicas monásticas ».

130 D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 16.

131 Ils ont été édités tous deux à la fin du XIXe siècle sous le nom d’Alberici monachi Trium Fontium Chronicon et de Gestes des Chyprois.

132 Relevé par D. Lomax, « Las órdenes militares en la Península Ibérica durante la Edad Media », p. 16, et C. Barquero Goñi, « La orden de San juan en la cronística médiéval », le fait n’en a pas pour autant reçu le moindre semblant d’explication de la part de ces auteurs.

133 Pour d’autres espaces, H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, a montré le profit remarquable que l’on pouvait retirer d’une quête orientée dans des directions inaccoutumées.

134 BME, ms. T-I-6. Près d’une demi-douzaine de documents iconographiques provenant de ce manuscrit ont bénéficié de reproductions dans l’ouvrage de G. Menéndez Pidal, La España del siglo XIII leída en imágeries.

135 Il convient à ce sujet de signaler la richesse du fonds de la Real Academia de la Historia. Plusieurs manuscrits de la Colección Salazar y Castro renferment des relevés d’inscriptions. Certains constituent même de véritables recueils, notamment d’épitaphes, comme le manuscrit D-56. En nombre moindre, il existe aussi des copies d’inscriptions à l’Archivo Histórico Nacional, où figure celle de l’épitaphe de la sœur de l’Hôpital Urraca Ruiz Cuesta, placée à sa mort en 1323 à la tête des baylies de Burgos et de Logroño. Le texte en a été publié par O. Pérez Monzôn, « La iglesia sanjuanista de San Pedro y San Felices », p. 88.

136 Citons à titre d’exemples les inscriptions funéraires du prieur de l’Hôpital Fernán Pérez Mosejo, et du maître d’Alcántara Ruy Vázquez, publiées par D. Aguirre, El gran priorato de San Juan de Jerusalén en Consuegra, p. 187, et par A. de Torres y Tapia, Crónica de la orden de Alcántara, t. I, pp. 518-519.

Table des illustrations

Légende CARTE 1A. — Les domaines des ordres militaires dans la Péninsule à la fin du XIIIe siècle[Carte corrigée par rapport à l'édition imprimée]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3034/img-1.png
Fichier image/png, 344k
Légende CARTE 1B. — Les domaines des ordres militaires dans la Meseta méridionale à la fin du XIIIe siècle[Carte corrigée par rapport à l'édition imprimée]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3034/img-2.png
Fichier image/png, 213k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search