Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le produit d’une thèse de doctorat en histoire soutenue à l’Université de Nantes le 21 janvier 2000 devant un jury composé par les Professeurs Adeline Rucquoi, Robert Durand, Pierre Guichard, Miguel Ángel Ladero Quesada et Jean-Luc Sarrazin. Révisé depuis la soutenance mais conservé dans sa structure, le texte de la version dactylographiée défendue à l’époque constitue la matrice de l’actuel travail, auquel je mets le point final quelque douze ans après avoir pris contact avec le domaine des ordres militaires.

2Quiconque étudie les ordres militaires dans la péninsule Ibérique contracte, du fait du dynamisme de ce champ historiographique, de multiples dettes. Les miennes sont manifestes dans nombre de notes en bas de page et dans bien des passages de la réflexion. Aussi m’apparaît-il juste d’exprimer ma gratitude aux personnes sans l’appui et le concours desquelles le résultat de ma recherche aurait présenté plus de défauts encore. Qu’elles veuillent bien trouver ici le témoignage d’un remerciement sincère et excuser les nombreuses erreurs qui demeurent et dont la responsabilité m’incombe tout entière.

3Ma reconnaissance très profonde va tout d’abord aux préfaciers de cet ouvrage, Pierre Guichard et Robert Durand, qui ont l’un et l’autre entouré de leur bienveillance et nourri de leurs encouragements un projet qui, à l’origine, tenait essentiellement du rêve adolescent. Du premier, je tiens à saluer la conviction qu’il a eue d’emblée de l’intérêt d’une réflexion que, sans rien savoir de l’Espagne, je lui présentai au sortir de l’agrégation. Au second, qui a été mon directeur de thèse, il me faut rendre hommage pour avoir suivi pendant cinq ans d’une disponibilité constante chacune des étapes de mon travail de doctorat, auquel il m’a aidé à donner progressivement forme grâce à ses corrections scrupuleuses et à ses conseils empreints de sympathie.

4Au cours des années écoulées, nombreux sont les historiens qui ont bien voulu s’intéresser à ma recherche, réfléchissant aux problèmes que je leur soumettais voire me fournissant leur appréciation sur un passage que je proposais à leur examen. Parmi eux, trois requièrent une mention toute particulière : le présent ouvrage doit en effet à Miguel Ángel Ladero Quesada, à Jean-Pierre Molénat et à Adeline Rucquoi beaucoup plus qu’ils ne pourraient l’imaginer. À leur exemple, d’autres chercheurs m’ont également prodigué aide et encouragements à différents stades de mon travail. Aussi est-ce pour moi aujourd’hui un plaisir de remercier Françoise Autrand, Daniel Baloup, Carlos Barquero Goñi, Mário Jorge Barroca, Eloy Benito Ruano, Nicole Bériou, Jean-Louis Biget, Pierre Bonneaud, Josef Bonnici, Damien Carraz, Simonetta Cerrini, Pierre-Vincent Claverie, Alain Demurger, Thomas Deswarte, Isabel Cristina Ferreira Fernandes, Alan Forey, Marie-Claude Gerbet, Manuel González Jiménez, Patrick Henriet, Zsolt Hunyadi, Jean-Pierre Jardin, Nikolas Jaspert, Marta Lacomba, Jόzsef Laszlovszky, Michel Le Mené, Béatrice Leroy, Anthony Luttrell, Georges Martin, Christine Mazzoli, Denis Menjot, Jésus Molero Garcia, Pierre Monnet, Helen Nicholson, Manuel Nieto Cumplido, Feliciano Novoa Portela, Luís Filipe Oliveira, Bonifacio Palacios Martín, Santiago Palacios Ontalva, José Manuel Rodríguez García, Alejandro Rodríguez de la Peña, Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, Jürgen Sarnowsky, Jean-Luc Sarrazin, Philippe Sénac, Joseph Snow, Bernardo Vasconcelos e Sousa, Michelle Szkilnik, John Tolan, Kristjan Toomaspoeg, Pierre Toubert, Enrique Varela Agüí et Luis Rafael Villegas Diaz.

5Au cours de mes années de recherches, le département d’histoire de l’Université de Nantes et la Casa de Velázquez m’ont tour à tour accueilli en leur sein, permettant à ma réflexion de se développer dans les meilleures conditions. Je suis heureux de témoigner ici ma reconnaissance aux responsables et aux membres du laboratoire de recherches historiques de l’Université de Nantes. Ma dette est grande à l’égard de Jean Canavaggio, directeur de la Casa de Velázquez lorsque j’appartenais à la section scientifique de cet établissement, et de son successeur Gérard Chastagnaret, sous l’autorité et l’impulsion active duquel ce livre est aujourd’hui publié. Ma gratitude s’adresse également à André Bazzana et à Patrice Cressier, qui avant Pierre Moret ont été directeurs des études anciennes et médiévales dans cette institution. Enfin, j’ai plaisir à remercier ici Vincent Lautié, responsable du service des publications, et sa collaboratrice Blanca Naranjo, pour le soin dont ils ont entouré l’édition et la fabrication de ce volume. Grâce à l’attention extrême dont ils ont fait montre et à l’exigence à laquelle ils n’ont eu de cesse de m’inviter, tous deux ont conféré au livre une dimension esthétique qui dépasse de loin celle que mon goût du détail, pourtant réel, aurait été en mesure de lui donner.

6Ma reconnaissance s’étend aussi aux étudiants nantais et aux collègues madrilènes qui souvent, par une remarque ou une question, m’ont permis de préciser ma pensée. Parmi les seconds, je tiens à saluer quelques relecteurs aussi patients qu’efficaces, François Cadiou, Xavier Dectot, David Hourcade, Frédéric Hurlet, Bénédicte Hurlet-Martineau et Grégoire Salinero, auxquels il convient d’associer les personnes chères qui m’ont aidé dans les ultimes révisions, Michèle et Pierre Fardel, Rosemonde Cormier et Hubert Heulot, Martine Acerra, Florent Cygler, Thierry Piel et Jérôme Wilgaux.

7Enfin, il est évident que ce travail aurait été bien différent s’il ne m’avait été donné de participer au groupe de recherches travaillant sur les ordres militaires à l’Universidad Autonoma de Madrid et de lier en son sein de solides amitiés. À mes compagnons d’ouvrage pendant trois années et au maître de plusieurs d’entre eux, Carlos de Ayala Martínez, sans la collaboration et l’appui duquel rien n’aurait été possible, je voudrais dire une nouvelle fois merci.

8Sarzeau, le 5 septembre 2004.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search