Version classiqueVersion mobile

Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique

 | 
Philippe Josserand

Préface

Robert Durand et Pierre Guichard

Texte intégral

1Tous ceux qui ont eu l’opportunité – la chance ? – de lire les trois volumes de la thèse soutenue en 2000 par Philippe Josserand pour l’obtention du doctorat en souhaitaient une rapide publication, tant les apports pour l’histoire des ordres militaires, et plus largement pour l’histoire médiévale ibérique, leur paraissaient fondamentaux. Ils ne peuvent donc désormais que se réjouir de pouvoir partager la lecture de ce remarquable travail avec l’ensemble des médiévistes qui s’intéressent à l’histoire de la péninsule Ibérique.

2Le pari consistait pour l’auteur à étudier l’histoire des ordres militaires dans le royaume de Castille pour une période quelque peu délaissée par l’historiographie parce que réputée peu documentée et moins intéressante que celles qui l’encadrent : le début du bas Moyen Âge, entre la fin de la grande expansion du XIIIe siècle (l’avènement d’Alphonse X en 1252) et la crise politique du XIVe s. (l’accession au pouvoir des Trastamares en 1569). La masse documentaire consultée (quelque six mille documents, dont beaucoup jusque-là inconnus ou peu utilisés), au terme d’une quête approfondie y compris au-delà des seuls fonds ibériques, offrait pourtant, comme on le constatera, un champ d’analyse intéressant. Certes, tout n’était pas terra incognita, comme en témoignent les quelque mille sept cents références bibliographiques présentées, et d’excellentes recherches sur les Ordres sont actuellement menées par nos collègues espagnols, avec lesquels Philippe Josserand a su entretenir non seulement de fructueux échanges scientifiques, mais aussi une collaboration étroite. Mais en jeune historien maîtrisant parfaitement sa méthode, et profitant pleinement de la disponibilité que lui donnait son détachement à la Casa de Velázquez, il a su efficacement et remarquablement dégager de tous ces apports ce qui pouvait servir de socle à une démarche à la fois analytique et synthétique, afin d’aller plus loin, en procédant à de nouveaux recoupements, en formulant de nouvelles hypothèses, en engageant de nouvelles thématiques, pour aboutir à de nouvelles propositions.

3La thèse qui sous-tend l’ensemble de l’ouvrage, à contre-courant de l’historiographie traditionnelle, est qu’à la notion de « déclin » des ordres militaires, constamment convoquée pour caractériser la période étudiée, doit être substituée celle de l’adaptation aux évolutions de la société castillane. L’auteur en fait la convaincante démonstration en trois étapes, consacrées respectivement à l’image que les ordres continuent à entretenir dans la société, au rôle qu’ils continuent à y exercer et, enfin, à l’enjeu de pouvoir qu’ils continuent à représenter.

4L’enquête sur l’image des ordres, objet de la première partie, est à la fois novatrice par ses contenus et exemplaire par son organisation. Elle développe une vaste gamme de thèmes relatifs aux usages, aux mentalités et aux représentations sociales qui n’avaient pratiquement jamais été pris en compte dans ce type d’étude, pour aboutir à la conclusion que l’image des ordres reste toujours globalement bonne, mais que son contenu a évolué par dégradation de la composante religieuse et valorisation de la composante profane, avec alignement sur les modes de vie nobiliaires et les idéaux chevaleresques : plaisirs et jeux (chasse), vêtements (qui cessent de symboliser le renoncement au monde pour suivre les modes circulant dans le siècle), pratiques funéraires (fondations de chapellenies qui rappellent la mémoire des grands de l’ordre). À ces aspects se rattache l’excellente analyse de l’« héroïsation de la figure du maître », qui se conclut par cette constatation : « Ainsi représentés, les ordres militaires suscitent la faveur accrue d’un public noble en quête de modèles, qui projette à travers eux une part essentielle de son idéal chevaleresque. »

5L’idée centrale de la seconde partie, centrée sur des problèmes mieux connus d’histoire sociale, est que les Ordres, loin de glisser vers un irrémédiable déclin, sont capables d’utiliser les liens renforcés avec l’aristocratie pour consolider leur position au sein de la société castillane. Leur rôle militaire, malgré l’arrêt de la Reconquête, reste important, non seulement à la frontière de l’émirat musulman de Grenade, mais aussi dans les conflits opposant le royaume de Castille aux autres États chrétiens de la Péninsule, Philippe Josserand tente même, avec succès, d’apprécier le potentiel militaire des ordres par des enquêtes très neuves sur les effectifs, l’armement, les modes de combat, la discipline interne ou le coût des opérations. Car la guerre coûte cher– on notera à cet égard l’utilisation assez « moderne » de soldats stipendiés – et cela à un moment où les bases économiques des ordres, tant les biens que les rentes, sont menacées par la crise structurelle des années 1265-1330. Encore fallait-il, là encore, dépasser le constat, analyser les implications (les abus de la noblesse, les résistances des communautés) et présenter les remèdes (les réserves de rentes en faveur du maître, la consolidation du régime commanditaire), autant de thèmes peu abordés pour cette période. C’est ainsi que les ordres parviennent à maintenir leur position au sein de la société castillane, où ils opèrent à armes égales avec la noblesse, au risque cependant d’un recrutement nobiliaire accru, d’un relâchement des vœux monastiques et du renforcement du pouvoir du maître.

6Mais ce pouvoir des Ordres allait se trouver confronté aux entreprises monarchiques de consolidation du pouvoir royal : c’est l’argument de la troisième partie. Philippe Josserand défend la thèse selon laquelle le contrôle monarchique parvient, au cours du siècle envisagé, à transformer en profondeur l’identité des ordres pour en faire, globalement, un instrument au service d’une « logique nationale ». Cela passe par l’acceptation de la présence du pouvoir royal dans les domaines fiscal et juridictionnel, par l’intervention du roi dans la désignation des maîtres et par l’établissement avec ces derniers de relations de clientèle. Cette politique royale de protection et d’ingérence concourt, comme auparavant au Portugal et en Aragon, à une réduction progressive de l’aire d’intervention des Ordres : même s’ils conservent une certaine activité transnationale, ils sont inéluctablement amenés à confiner leur action aux limites du royaume de Castille.

7On aura compris que l’apport de Philippe Josserand à l’historiographie des ordres militaires est de toute première importance. Il a, certes, comme on l’a dit, bénéficié des excellentes recherches actuellement poursuivies dans la Péninsule (en particulier à l’Universidad Autonoma de Madrid), mais il a su également prendre la distance nécessaire pour développer des points de vue personnels, voire critiques, ou se servir des perspectives plus générales sur la « naissance de l’État moderne » pour écrire une véritable « thèse », travail novateur qui vient éclairer tout un pan de l’histoire médiévale et qui fera certainement date.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search