Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Résumés, index et tables

Résumé

Texte intégral

1De 1598 à 1635, les monarchies française et hispanique entretiennent des relations bilatérales officielles et pacifiques, concrétisées par des échanges d’ambassadeurs et par des accords, plus ou moins respectés, destinés à éviter tout affrontement militaire direct. Par la paix de Vervins, en 1598, Philippe II renonce momentanément à la politique de défense – ou d’expansion – catholique menée pendant le demi-siècle de son règne. Ce changement d’orientation est confirmé par son successeur Philippe III, avec le traité de paix hispano-anglais de 1603, puis par la trêve de Douze Ans aux Pays-Bas (1609-1621).

2Dès lors, la rivalité ancestrale des Habsbourg d’Espagne et des Valois, qui jalonnait le XVIe siècle, depuis les guerres d’Italie jusqu’aux interventions multiformes de l’Espagne pendant les guerres de Religion françaises, emprunte des chemins nouveaux, voire s’efface au profit d’une cohabitation pacifique. L’exceptionnelle durée de cette paix, soit trente-sept ans, offre à l’historien un remarquable observatoire pour étudier les relations entre ces deux puissances de l’époque moderne : la monarchie hispanique aux multiples territoires répartis sur les quatre continents qui, en Europe, agrège des principautés méridionales (Sicile, Naples, Milan...) et septentrionales (Brabant, Flandres...), et la monarchie française, domaine le plus densément peuplé de l’Ancien Continent. L’existence d’une correspondance diplomatique espagnole quasi ininterrompue durant cette période, conservée à l’Archivo General de Simancas, offre un témoignage précieux sur les réactions espagnoles face aux politiques adoptées par les rois de France, Henri IV puis Louis XIII, et leurs ministres, d’autant que cette documentation exceptionnelle permet de suivre les avis (consultas) et les processus de décision au sein du Conseil d’État espagnol (Consejo de Estado), ainsi que les choix et orientations des dirigeants successifs. À partir de ces sources, il est également possible de faire apparaître les présupposés qui constituent le socle de la pensée politique espagnole à l’âge baroque.

3La lecture de ces documents a déjà été entreprise. Du côté français, elle a alimenté d’abondantes réflexions sur l’aspiration de la dynastie Habsbourg à la « monarchie universelle », version laïque de l’« universalisme catholique » de Madrid ; du côté espagnol, l’interprétation de ces mêmes éléments a longtemps justifié les interventions militaires, en particulier dans le Saint-Empire romain germanique et aux Pays-Bas : elle démontre la duplicité de la monarchie française.

4En revanche, à ce jour, une lecture continue – prenant spécifiquement en compte la persistance ininterrompue des relations entre les deux dynasties – n’avait pas été entreprise. Or, une telle étude favorise l’analyse diachronique. Elle permet de mesurer « le temps qui passe », de différencier les grandes phases qui structurent les options d’une politique d’État – c’est-à-dire d’une politique étrangère – et d’examiner la réflexion des dirigeants sur la situation de la monarchie hispanique. Par ailleurs, cette continuité facilite une étude thématique des éléments constitutifs de cette politique d’État, qu’on dit appartenir à une première modernité par bien des aspects : agents de la monarchie espagnole, indicateurs et espions, questions financières, nomination des diplomates, correspondances, lieux et théâtres d’opérations, actions préconisées...

5Il s’agit d’abord de s’attacher à retracer l’arrière-plan des relations bilatérales d’après les discussions nouées par les ambassadeurs, relatées et analysées dans la correspondance diplomatique et les décisions du Conseil d’État. À partir de ces réflexions des diplomates et des conseillers d’État, une nouvelle perception de la réalité de la monarchie hispanique se dégage. Ces éléments de description permettent une approche singulière de thèmes caractéristiques du pouvoir des Habsbourg d’Espagne. Ainsi, la question du contrôle de l’espace considérable de la Monarchie se pose très concrètement au cours de cette confrontation avec le partenaire français. L’importance de l’information, fortement tributaire des courriers diplomatiques, subit les contraintes géographiques qu’imposent les relations avec une monarchie française toujours prête à menacer le fameux « chemin espagnol » (camino español), étant située à l’intersection des territoires Habsbourg. L’espace maritime atlantique est essentiel pour le puissant empire colonial américain mais aussi asiatique – puisque le domaine lusitanien est agrégé à la monarchie hispanique durant ces années. De plus, l’espace septentrional joue un rôle vital, à cause des liaisons avec les Flandres, de même que l’espace méridional, car la Méditerranée occidentale se trouve non seulement au centre des relations avec les possessions napolitaine, sicilienne et lombarde, mais aussi au cœur des rapports financiers avec le pourvoyeur génois. Or, la correspondance diplomatique souligne que la France participe à la fragilisation de l’économie maritime ibérique, fréquemment en rapport avec les entreprises de pirates et de corsaires d’origine tant barbaresque que protestante ou catholique.

6La correspondance diplomatique constitue un double miroir. D’une part, elle reflète les conditions d’exercice de la politique dans la monarchie hispanique : insuffisances financières, crises gouvernementales, changements de favori (valido) et alliances dynastiques sont autant d’éléments pris en compte par les ambassadeurs. D’autre part, si son prisme offre au lecteur une représentation de ce qui se déroule au sein de la monarchie française, cette représentation est toutefois déformée par le puissant préjugé francophobe, qui ne se limite pas à la nombreuse émigration française dans la Péninsule mais est également partagé par les élites dirigeantes. Par leurs lettres, les ambassadeurs contribuent plus ou moins à ces représentations : ils dépeignent les souverains, la vie de cour, les partis en présence et donnent leur opinion sur les divers conseillers du roi de France. Les consultas du Conseil d’État espagnol enregistrent ces informations et émettent de véritables jugements sur les divers ministres et les souverains. S’il est évident que l’assassinat d’Henri IV est un soulagement pour le Roi Catholique et que la personnalité de Sully rebute les Espagnols, la figure de Marie de Médicis est plus complexe ; surtout, elle se révèle sujette à évolution, de la méfiante alliance à l’exil flamand de la reine mère. Quant à la violente antipathie qui oppose Olivares et Richelieu, elle apparaît en plusieurs occasions dans cette correspondance.

7Parmi les éléments remarquables des sources consultées, il faut noter la qualité de la gestion des « papiers d’État », à laquelle la diplomatie contribue grandement car très tôt en Espagne il existe une gestion administrative de la diplomatie. Nomination des diplomates et de leurs collaborateurs, administration des moyens financiers et matériels des ambassades, correspondances chiffrées et correspondances internationales, délivrance des instructions diplomatiques et des lettres de créance, organisation de la carrière avec la structuration d’un véritable cursus honorum : autant d’éléments qui justifient qu’on qualifie la monarchie hispanique de monarchie administrative.

8Par ailleurs, il existe une réelle mobilisation de l’espace de la part de la diplomatie pour favoriser une synergie des actions au niveau international. En effet, l’ambassadeur espagnol à Paris est en contact avec ses confrères de Bruxelles, de Turin, de Londres ou de Vienne, et aussi avec les dirigeants des possessions hispaniques situées hors de Castille – vice-rois du royaume de Naples ou du royaume de Sicile, gouverneur du Milanais, vice-roi du royaume d’Aragon...

9Cet aspect dynamique de la politique d’État débouche sur des concertations en vue d’actions de grande envergure, à l’image de la conspiration de Biron au moment de la guerre franco-savoyarde ou de l’intervention dans le Saint-Empire à partir de 1617-1618. Cependant, cette connivence menace parfois les dirigeants en place auprès du Roi Catholique, et notamment le favori Lerma, puisque cette activité provient de diplomates et gouverneurs zélés, véritables activistes, qui souhaitent mener une politique offensive, tel le comte de Fuentes, gouverneur du Milanais.

10Cet activisme est nettement valorisé dans les sources diplomatiques : à partir de cette étude continue des documents, il est possible de mettre en évidence de véritables réseaux d’espions, d’agents secrets, d’indicateurs, voire de « confidents » – ce dernier terme étant un hispanisme fort utile pour signaler l’imbrication des deux notions centrales à l’engagement espagnol : la fidélité et le secret. Partant de ces sources, nous avons constitué une base de données de quelque deux cent quarante espions, indicateurs et agents secrets qui entrent en contact politique, financier ou militaire avec Madrid.

11Il s’agit d’une ressource politique extrêmement riche et, dans le domaine du secret comme dans celui de la diplomatie, l’administration espagnole fait montre d’une tendance à une certaine modernité grâce à cette gestion administrative caractéristique des Habsbourg, nettement discernable ici, depuis les dernières années du règne de Philippe II jusqu’à la fin de celui de Philippe IV. Cette qualité de l’administration du secret est par exemple confirmée par l’institutionnalisation de l’office d’espía mayor (« grand-espion »), dont le titulaire est chargé de veiller à l’espionnage et au contre-espionnage. Sous Philippe III, l’espía mayor entretient des contacts jusqu’en Flandres et en Italie, et auprès d’agents à l’ambassade de France.

12Évidemment, cette gestion des services secrets de la Monarchie participe à la déstabilisation du partenaire français. Dans ce but, les services espagnols s’appuient sur différentes ressources. D’une part, ils instrumentalisent le malaise de l’aristocratie française, qui est constant sous les règnes d’Henri IV comme de Louis XIII et qui s’exprime par une agitation endémique, qualifiée de « devoir de révolte ». Un grand nombre de ces contestataires entrent en contact avec les représentants de Madrid et deviennent un formidable levier pour les dirigeants espagnols. Les élites aristocratiques sont touchées au plus haut niveau puisque l’héritier de Louis XIII, Gaston d’Orléans, et ses fidèles, ainsi que sa mère Marie de Médicis, suivie de sa maison, trouvent refuge auprès des Espagnols dans les années 1630.

13Cette capacité de nuisance de la Monarchie Catholique se veut une réponse au « machiavélisme » français. D’autre part, la monarchie de Philippe III hérite du messianisme impérial de l’époque de Charles Quint et du charisme catholique de Philippe II. Aux yeux de nombreux Européens, Madrid incarne la défense de la foi romaine contre l’hérésie protestante, que celle-ci soit anglicane, calviniste ou luthérienne. De ce fait, bon nombre d’anciens ligueurs de la période précédente trouvent refuge – et de maigres subsides – auprès du Roi Catholique et le servent, à l’instar de certains catholiques anglais.

14D’autres groupes sensibles interviennent pour le compte de la Monarchie : morisques poursuivis, marranes en rupture avec leur milieu d’origine, Espagnols exilés auxquels la Monarchie laisse entrevoir un possible pardon. Paradoxalement, dans les années 1620, à l’occasion des dernières guerres de Religion en France, les protestants français scellent une alliance à front renversé avec Madrid. Cependant, l’évolution des services secrets épouse celle de la Monarchie. Les appuis d’une prétendue « internationale catholique » s’amenuisent, à mesure que la vie internationale se laïcise. Au même moment, la Monarchie Catholique voit ses théâtres d’opérations se multiplier et ses ressources financières diminuer, tandis que les idéaux religieux s’affaiblissent.

15L’étude des espions travaillant au service du Roi Catholique illustre aussi les multiples facettes d’une histoire des services secrets, depuis les aspects sociaux de l’espionnage jusqu’aux dangers que comporte le service espagnol. En contrepoint des sources utilisées, s’esquisse une image imparfaite des services de l’adversaire, dont l’histoire reste encore à réaliser.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search