Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Annexes

Annexe ii

Répertoire des espions

Texte intégral

1La sélection présentée ci-dessous prend en compte les principaux espions mentionnés dans la présente étude. Nous avons ajouté quelques personnages ; il s’agit pour la plupart d’entre eux de membres du personnel administratif espagnol que leur fonction met en contact avec le monde de l’espionnage : secrétaires ou espía mayor. En revanche, nous n’avons pas inclus les grands nobles français qui disposent d’une clientèle étendue et se trouvent en rupture avec la couronne de France – à la différence des membres de la noblesse seconde, ceux qui, à la suite des grands, entrent en contact avec l’étranger. L’astérisque *placé après un nom signale que le personnage en question fait l’objet d’une notice dans le présent répertoire. L’orthographe des patronymes varie selon l’origine des sources. Notre documentation donnant souvent des formes adaptées à l’espagnol, nous avons suivi l’orthographe des sources lorsqu’un espion est inconnu ; par contre, nous avons utilisé celle du pays d’origine quand l’individu considéré a déjà fait l’objet d’études. Les éventuels pseudonymes sont indiqués entre guillemets. À la fin de chaque notice sont cités les sources manuscrites, puis les sources imprimées et, enfin, les ouvrages de référence traitant du personnage dont il s’agit.

2Aguirre, le comte Diego Beltrán de-.
Première occurrence : 22 février 1620 ♦ Dernière occurrence : mars 1620
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : noble.
Ancien secrétaire du duc de Ciudad Real quand celui-ci était gouverneur du château de Milan, Aguirre apparaît comme informateur occasionnel du Conseil d’État. À Milan, il entre en contact avec un Français qui propose de corrompre le secrétaire du duc de Luynes pour ensuite transmettre les informations ainsi recueillies à Antonio de Arco*, le confesseur de la reine Anne d’Autriche. Le résultat de cette offre est inconnu, de même que les activités ultérieures d’Aguirre.
AGS, K, 1431, f° 83 ; AGS, K, 1593, avis du Conseil d’État au roi sur une communication de Diego Beltrán de Aguirre, mars 1620.

3Aiguillon, Antoine de Laage de Puylaurens, duc et pair d’- : voir Puylaurens.

4Aix, Louis d’-.
Première occurrence : 1596 ♦ Dernière occurrence : 1610
Origine géographique : Marseille ♦ État social ou activité : viguier.
Avec le consul Casaux, il représente la principale autorité de la Ligue marseillaise de 1591 à ayant favorisé l’introduction de forces espagnoles dans la ville. Il réchappe du coup d’État de Libertat et se réfugie dans les possessions du Roi Catholique. En 1597, depuis l’Espagne, il demande et obtient une pension afin de pouvoir subvenir à ses besoins. Surveillé par les autorités françaises. Des rumeurs lui attribuent une participation dans l’assassinat d’Henri IV.
AGS, E, 1101, f° 61 ; AGS, E, 1283, ffos 93-94 [1597] : ce document est la relation par Louis d’Aix de sa fuite de Marseille lors du coup de Libertat en février 1596 ; R. Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, p. 27.

5Alarcón, Juan de.
Première occurrence : 1595 ♦ Dernière occurrence : 1616
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : religieux.
Ce patronyme apparaît deux fois dans la correspondance diplomatique espagnole. La première mention intervient en 1595 : le frère Alarcón transmet alors au duc d’Albuquerque un long mémoire sur la situation politique, militaire et religieuse du Languedoc. Vingt ans plus tard, l’ambassadeur espagnol à Paris, Monteleón, affirme qu’Alarcón le sert très bien et demande une gratification pour ses services.
AGS, K, 1471, Monteléon le 2 mars 1616 ; AGS, E, 342, f° 98,1595.

6Alardo (ou Alardi Ou Allard), le comte Juan Jacomo-.
Première occurrence : 21 février 1615 ♦ Dernière occurrence : 22 novembre 1622
Origine géographique : Savoie ♦ État social ou activité : militaire (colonel dans l’armée de Savoie).
Proche ami de Lesdiguières et de son épouse la marquise de Tréfort*, auxquels il rend le service d’assassiner le premier époux de celle-ci. Après avoir servi le duc de Savoie lors de la crise de 1610, il trahit son maître pour l’Espagne en 1615. Il propose de remettre Verceil aux tercios, offre qui n’aboutit pas. Démasqué par Charles-Emmanuel, il se réfugie en Lombardie tout en restant en étroit contact avec Lesdiguières. Auteur d’un nombre impressionnant d’avis, il fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat. En novembre 1622, il succombe sous les coups des sicaires du duc de Savoie.
AGS, E, 1906, f° 920 ; AGS, E, 1306, f° 34 ; AGS, E, 1925 [très nombreux avis, particulièrement aux ffos 173-207] ; AGS, E 1934, ffos 32,47,134,125, etc. ; AGS, E, 1919, ffos 127-129 ; AGS, E, 1923, fa 69 ; AGS, E, 1924, fa 139 ; AGS,E, 1926 [plus de cinquante avis] ; AGS, E, 3828, ffos 61-64 ; AGS, E, 3335, ffos 74-77 ; Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières ; Tallemant des Réaux, Historiettes, t. I, pp. 54-55 ; Abraham Van Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, Steucher, 1682, livre I, section II, pp. 270-274.

7Aldasoro.
Première occurrence : 18 novembre 1621 ♦ Dernière occurrence : Ier décembre 1621
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : militaire.
Informateur très occasionnel, ce capitaine espagnol envoie à deux reprises des informations au marquis de la Hinojosa, vice-roi de Navarre, à la fin de l’année 1621. Ces renseignements proviennent d’un « ami » vivant en France ; ils portent sur la guerre contre les protestants, le siège de Montauban, la situation des principaux seigneurs et leurs rapports avec le roi de France.
AGS, K, 1478, ffos 156, 157 et 161.

8Alderete, Pedro de.
Première occurrence : 11 janvier 1619 ♦ Dernière occurrence : 4 mai 1619
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : religieux.
Ce dominicain d’origine andalouse, apprécié par le Conseil d’État pour sa connaissance des affaires françaises, est un proche d’Adrien de Monluc*, comte de Cramail. Il semble parfaitement introduit auprès des dirigeants espagnols (Lemos, Antonio de Arco*). Il communique des avis sur la situation politique française, les positions des « barbons » et de Marie de Médicis, et joue un rôle d’intermédiaire auprès de ces personnages.
AGS, K, 1431, ffos 34, 35, 46 et 48 à 53 ; AGS, K, 1455, f° 104.

9Alfeston.
Première occurrence : 1633 ♦ Dernière occurrence : 1633
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
Fils du lieutenant criminel de Vitry, il n’est connu que pour le complot organisé contre Richelieu en septembre 1633. Découvert et arrêté, il est exécuté à Toul la même année. Il appartient à la faction de Marie de Médicis, alors réfugiée en Flandres. Sa culpabilité est parfois mise en doute, et l’attentat pourrait être une machination montée par Richelieu. Selon d’autres sources, il serait un confident de l’ambassade espagnole.

10M. Prévost et J.-Ch. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. I, p. 1490 ; P. Henrard, Marie de Médicis dans les Pays-Bas ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p. 537 ; La Gazette (1633), p. 411.

11Almeyda, Juan Barbossa de.
Première occurrence : 6 novembre 1607 ♦ Dernière occurrence : février 1608 ♦ Origine géographique : Provinces-Unies (portugais ?) ♦ État social ou activité : inconnus.
En novembre 1607, Almeyda rencontre l’ambassadeur intérimaire Irarraga et propose de dévoiler les desseins de Manuel de Portugal*, de qui il dépend ; il obtient ainsi une gratification. Il reste à Paris jusqu’en mars 1608, s’attirant la méfiance du représentant espagnol en raison de sa parenté avec un nommé Rodrigo Alvares* (voir la notice suivante). Il continue pendant quelques mois à transmettre des avis sur la collusion de ce dernier avec La Ravardière* et sur les intentions hollandaises à l’égard du Brésil. Un document laisse penser qu’Almeyda travaille pour l’Espagne depuis au moins mai 1606.
AGS, K, 1452, le roi à Irarraga, le 19 décembre 1607 ; AGS, K, 1460, Irarraga au roi, le 6 novembre 1607, Irarraga au roi, le 15 décembre 1607 ; AGS, K, 1461, Irarraga au roi, les Ier et 2 janvier 1608, le 7 février 1608 et le 23 février 1608.

12Álvares, Rodrigo (ou Rodrigo Álvares de Vittoria).
Première occurrence : 21 septembre 1606 ♦ Dernière occurrence : 19 décembre 1607 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : commerçant.
Marié à Amsterdam à une portugaise d’Anvers, il rencontre Irarraga en septembre 1606, avant son parent Juan Barbossa de Almeyda* (voir la notice précédente). Il s’offre à servir le servirle Roi Catholique en raison de ses contacts dans les Provinces-Unies. Il sert aussi d’intermédiaire, transmettant la proposition d’occuper Sedan faite par M. de Ventevene*. En décembre 1607, Alvares est apparemment dénoncé par Almeyda pour double jeu en faveur de don Manuel de Portugal*, alors qu’un de ses parents, Jorge de Bacca*, est suspecté par l’ambassade. Est-ce le même individu qui est impliqué en 1605 dans des projets de prise de Perpignan ?
AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta du 25 août 1605 ; AGS, K, 1460, le 21 septembre 1606, le 20 octobre 1606, le 15 décembre 1607 ; AGS, K, 1452, le 2 mars 1607, le 19 décembre 1607.

13Anderson, Patrice.
Première occurrence : 12 mai 1612 ♦ Dernière occurrence : 27 décembre 1612 ♦ Origine géographique : Écosse ♦ État social ou activité : jésuite.
Cet Écossais appartient à la tendance hispanophile des réfugiés. Jésuite, il demande à plusieurs reprises la création d’un collège pour ses compatriotes à Dôle, en Franche-Comté. Au cours de ses divers passages en France, il est en relations avec l’ambassadeur espagnol à Paris afin d’obtenir des subsides pour les nobles britanniques réfugiés. On peut supposer que les pensions à ceux-ci ne relèvent pas de la simple générosité de Madrid, et que Cárdenas retire certains avantages de ses contacts avec eux.
AGS, K, 1453, le roi à Cárdenas le 14 mai 1612 et Cárdenas au roi, le 27 décembre 1614.

14Anglade (ou Langlade).
Première occurrence : 1617 ♦ Dernière occurrence : 1618 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire (capitaine).
La présence de ce capitaine français est attestée dans la péninsule Italienne en 1617, en compagnie du marin Jacques Pierre* ; il avait auparavant servi dans les armées de Lesdiguières, à une date inconnue. Il se rend auprès du vice-roi de Sicile, le duc d’Osuna, pour un motif controversé ; à en croire Quevedo*, les deux hommes s’enfuient de Naples où ils étaient menacés par leur employeur, le vice-roi, après avoir été achetés par la République de Venise. D’après Nicolas Renault*, Anglade travaille dors pour Lesdiguières. Le 12 mai 1618, le capitaine Anglade est exécuté sommairement à Venise, sur ordre du Conseil des Dix.
F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823 : document CVII (relation de Quevedo sur ce qui se passa à Venise) ; AGS, E, 1920, Conseil d’État, consulta du 23 juin 1618.

15Arbelays (ou Arbelayz, ou Arbelaiz), Juan de.
Première occurrence : 1607 ♦ Dernière occurrence : 1628 ♦ Origine géographique : Basque ♦ État social ou activité : correo mayor.
Le responsable du courrier pour Irún fait fonction de coordonnateur des réseaux et d’agent secret à la frontière pyrénéenne. On le trouve en relations avec l’espía mayor Juan Velázquez*, puis avec le fils de celui-ci, Andrés*. En 1602, il transmet une dénonciation portant sur des projets français où sont impliqués des morisques. Entre 1610 et 1616, on le trouve en contact avec le comte de Gramont, gouverneur de Bayonne, auquel il remet des cadeaux de la part du Roi Catholique. Il est chargé d’accompagner Carlos de Roo* en 1610.
AGS, E, 2026, le 1er avril 1610 ; AGS, K, 1610, le 1er mars 1610 ; AGS, K, 1469, f° 100 ; AGS, K, 1475, f° 152 ; AGS, K, 1477, f° 40 ; AGS, K, 1478, f° 178 ; AGS, K, 1479, f° 136 ; AGS, K, 1430, f° 11 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 57, 5 novembre 1620 ; AGS, K, 1445, f° 106 ; Martine Lambert-Gorges, Les Basco-Navarrais dans l’ordre militaire de Santiago. Recherches sur le tissu social et mental des chevaliers (1580-1620), thèse soutenue en 1979 à l’université de Pau (inédite), relève dans son fichier prosopographique qu’Arbelays est chevalier de Saint-Jacques et familier de l’Inquisition.

16Arco, Antonio de.
Première occurrence : 9 juillet 1616 ♦ Dernière occurrence : 27 mars 1619
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : religieux.
Confesseur d’Anne d’Autriche, il transmet au Conseil d’État de Madrid plusieurs rapports sur la cour de France. Entre 1616 et 1619, ceux-ci signalent la mauvaise atmosphère à la Cour et le congé donné à la comtesse de la Torre. Il semble servir d’intermédiaire entre Adrien de Monluc* et le frère Pedro de Alderete*. Il demande à plusieurs reprises l’autorisation de quitter la cour de France, laquelle ne lui est pas accordée avant 1619.
AGS, K, 1471, ffos 157 et 176,1e 9 juillet 1616 ; AGS, K, 1473, f° 193 ; AGS, K, 1431, f° 48.

17Arnaud, Philippe (alias « Juan de Piquilini »).
Première occurrence : 1613 ♦ Dernière occurrence : 5 décembre 1621
♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire (capitaine).
« Rusé et inventif » selon le marquis de Mirabel, ce capitaine protestant est en contact avec l’ambassade espagnole en France et lui adresse divers avis. On se méfie de ses avis, car il passe pour être en relations avec Cristóbal de Portugal*. On sait d’autre part qu’il s’est déjà rendu en Espagne où, appréhendé, il a subi les interrogatoires « musclés » de l’espía mayor*. Y a-t-il un rapport entre lui et un certain Arnaud qui, au nom des mécontents, a pris contact avec le duc de Savoie afin de s’opposer à Marie de Médicis ?
AGS, E, 1357, f° 199, année 1613 ; AGS, K, 1478, ffos 162-163.

18Assiyan, Martín de.
Première occurrence : 6 janvier 1599 ♦ Dernière occurrence : 6 janvier 1599 ♦ Origine géographique : Navarre ♦ État social ou activité : militaire (soldat) et prisonnier.
Ce soldat navarrais communique un avis au vice-roi du Portugal. Après avoir été captif en Angleterre, il traverse la France pour regagner l’Espagne et collecte de nombreuses informations. Il rencontre différents Portugais et cherche même à recruter des indicateurs.
AGS, E, 183, f° 74, le 6 janvier 1599.

19Astier.
Première occurrence : 1607 ♦ Dernière occurrence : 1607 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
Absent des sources espagnoles, cet individu fait l’objet d’un passage des Mémoires-journaux de Pierre de L’Estoile en 1607. L’auteur affirme qu’Astier a participé à une conjuration pour prendre la ville de Béziers alors qu’il avait déjà été condamné à plusieurs reprises et avait obtenu le pardon du roi. Malgré ce complot, Henri IV le gracie de nouveau, alors que les autres conjurés sont exécutés. L’Estoile affirme avoir connu ce personnage après ces événements.
P. de L’estoile, Mémoires-journaux (années 1607, éd. de 1880), pp. 291-292.

20Avincano, Roncevaux de : voir Roncevaux.

21Axar, Ambrosio.
Première occurrence : 1600 ♦ Dernière occurrence : 1610
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Axar est un espion ou un agent de liaison mentionné une seule fois dans notre documentation. Un mémoire des dépenses secrètes de l’ambassadeur de Gènes pour les années 1601 à 1611 indique que ce confident a perçu cent trente écus au cours de trois voyages effectués à Marseille. L’ambassade espagnole à Gênes se spécialise dans la surveillance des affaires provençales, mais l’activité d’Axar reste purement hypothétique.
AGS, E, 1436, f° 28, état des dépenses secrètes de l’ambassadeur de Gênes de 1601 à 1611.

22Bacca, Jorge de.
Première occurrence : 19 décembre 1607 ♦ Dernière occurrence : 19 décembre 1607 ♦ Origine géographique : Provinces-Unies ♦ État social ou activité ; inconnus.
Personnage trouble, ce Portugais navigue parmi ses coreligionnaires marranes. Il entretient des contacts avec l’ambassadeur intérimaire Irarraga, mais les ordres royaux précisent qu’il faut agir avec prudence. Bacca est un parent de Rodrigo Álvares*, il connaît Almeyda*, et possède des liens avec l’un des prétendants au trône de Portugal, don Manuel* ou don Cristóbal*.
AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 19 décembre 1607.

23Badesfort, Jacob.
Première occurrence : 8 septembre 1605 ♦ Dernière occurrence : 22 août 1622 ♦ Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : religieux ( ?).
Cet individu se réfugie dans les Pays-Bas espagnols à une date inconnue. En 1605, il est qualifié de prédicateur hérétique, mais l’ambassadeur espagnol fait allusion à une possible conversion. En 1612, il s’oppose aux directives du père jésuite Creswell* et travaille pour Madrid, services qui lui valent une récompense en 1622.
AGS, E, 2858, f° 133, dispute avec le père Creswell, 1612 ; AGS, E, 2849, le 12 août 1622 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 589,14, le 22 août 1622 ; MAE, Mémoires et Documents, Espagne 265, copie d’une lettre de Badesfort du 8 septembre 1605.

24Badoer, Angelo.
Première occurrence : 1607 ♦ Dernière occurrence : 22 février 1627
Origine géographique : Venise ♦ État social ou activité : noble.
Membre d’une des plus anciennes familles de Venise, Badoer est un diplomate chevronné (missions en France, en Savoie, à Milan). Hispanophile et partisan de la Curie, il est condamné une première fois à un an de prison à l’exclusion à perpétuité du Conseil secret ainsi qu’à l’interdiction de quitter l’État pour avoir rencontré un envoyé du pape en 1607. Au début de 1612, dénoncé pour ses rencontres avec un espion espagnol et convoqué par le Conseil des Dix, Badoer réussit à s’enfuir. À Venise, sa tête est mise à prix pour 4.000 ducats. Badoer commence une vie d’aventures qui le mène dans les principales capitales européennes, où il recherche la protection des différents monarques contre les sicaires de la République. En 1626, il contribue à la paix de Monzón, dont le résultat conduit à isoler Venise. Malgré de nombreux attentats contre sa personne, il survit, servant diverses puissances. En 1627, il obtient la protection de Louis XIII ; l’ambassadeur Mirabel attribue ce retournement aux irrégularités de paiement de l’Espagne. Badoer meurt en 1630. L’autopsie ne confirme pas les soupçons d’empoisonnement.
Nombreux dossiers sur la mission diplomatique de Badoer dans les premières années du siècle ; AGS, K, 1458, ffos 24-28 ; AGS, K, 1434 ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 79-82 et pp. 123-125.

25Bagni, Jean François (Giovanni Francesco) de-, archevêque de Patras.
Première occurrence 228 décembre 1618 ♦ Dernière occurrence : 28 décembre 1618 Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : religieux.
En décembre 1618, le duc de Feria, gouverneur général du Milanais, avertit Madrid qu’il a reçu des offres de service de la part de ce prélat. Vice-légat d’Avignon et archevêque de Patras, Bagni affirme vouloir transmettre en toute occasion les informations dont la Monarchie peut avoir besoin sur le Dauphiné et la Provence. Le souci de l’informateur va jusqu’à communiquer à Feria un chiffre, afin de pouvoir correspondre en toute sécurité.
AGS, E, 1919, f° 108, le duc de Feria au roi, le 28 décembre 1618.

26Bagni, N... de-, marquis de Montebelo (ou Montevelo).
Première occurrence : 28 décembre 1618 ♦ Dernière occurrence : 28 décembre 1618 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : noble.
Le marquis de Montebelo (ou Montevelo) est le frère de Jean-François de Bagni*, archevêque de Patras et vice-légat en Avignon. Tous deux se proposent ensemble de servir le Roi Catholique depuis cette enclave afin de l’informer des mouvements et des intentions des Français en Provence et en Dauphiné. Le gouverneur du Milanais rend compte de cette proposition et semble être le responsable espagnol chargé de ce dossier.
AGS, E, 1919, f° 108, le 28 décembre 1618.

27Baldwin (ou Baldouin), le P. -.
Première occurrence : 13 mars 1604 ♦ Dernière occurrence : juillet 1610
Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État racial ou activité : religieux.
Ce jésuite appartient à la cohorte des Récusants anglais réfugiés dans les possessions espagnoles. Vice-préfet de la Maison anglaise de Bruxelles à la fin du XVIe s. ou au début du XVIIe siècle, il constitue un des piliers de la tendance hispanophile des jésuites exilés, avec les pères Creswell* et Parsons*. Ainsi, lorsque Zúñiga a besoin d’informateurs anglais à la cour de France, il demande à Madrid qu’on sollicite les pères Baldwin et Owen* à Bruxelles pour leur recrutement. Est-ce le même père « Baldouin » qui, selon L’Estoile, est arrêté à Heidelberg puis enfermé à la Tour de Londres pour savoir trop de choses sur l’assassinat d’Henri IV ?
AGS, K, 1451, f° 108, le roi à Zúñiga le 13 mars 1604. D’autres dossiers de la série Estado Flandes concernent Baldwin en dehors de missions secrètes ; P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. X (1881), pp. 358-359 » M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, p. 92 ; R. Lechat, Les réfugiés anglais dans les Pays-Bas espagnols durant le règne d’Élisabeth.

28Ban (ou Bau), M. de -.
Première occurrence : 1598 ♦ Dernière occurrence : 9 décembre 1600 ♦ Origine géographique : Sud-Ouest de la France ♦ État social ou activité : noble.
En 1600, ce Français mène des négociations auprès du duc de Feria, alors vice-roi de Catalogne, pour livrer la citadelle de Leucate. Il représente des commanditaires puissants, dont M. de Barri*, gouverneur du château. Feria propose d’attribuer une récompense de vingt mille ducats à M. de Ban, car les risques qu’il prend sont importants. En outre, il affirme que ce confident fait partie de ses informateurs et qu’il l’a renseigné sur les intentions françaises sur la frontière espagnole.
AGS, K, 1426, f° 6 et f° 13, Conseil d’État, consulta du 9 décembre 1600 sur quatre lettres de Feria du 17 novembre.

29Baniuls, Francisco.
Première occurrence : 14 février 1632 ♦ Dernière occurrence : 14 février 1632 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : inconnus.
En 1632, ce personnage, certainement originaire du Roussillon, envoie un mémoire depuis Barcelone par lequel il avise des prétentions et des projets français visant à s’emparer de la petite ville du Roussillon nommé Clairan. Dans un document largement antérieur, daté de 1595, son homonyme Thomas Baniuls participe à des projets pour contrer des menaces françaises.
AGS, E, 3830, f° 102, 14 février 1632 ; AGS, E, 342, f° 294, lettre de Maqueda, 1393.

30Baraona.
Première occurrence : 7 juillet 1603 ♦ Dernière occurrence : 26 décembre 1621 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : administration.
En 1603, ce letrado espagnol fait l’objet d’une surveillance de la part de Raffis. Ce dernier le dénonce pour s’être rendu de nuit à l’ambassade de France à Valladolid. On retrouve un nommé Baraona en décembre 1621, dans des circonstances totalement différentes. Avec Carlos Baudequin*, ce Baraona est chargé d’accompagner vers l’Espagne les criadas de la suite de la reine Anne d’Autriche, qui ont été expulsées de France.
AGS, K, 1426, consulta d’une junte particulière de 1603 ; AGS, K, 1436, f° 128, le roi à Ciriza le 26 décembre 1621.

31Barbo, Barnabé.
Première occurrence : ca. 1607 ♦ Dernière occurrence : ca. 1607
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : militaire.
Ce personnage ne nous est connu qu’à travers les références d’Édouard Rott. Espion du comte de Fuentes, il sert d’agent et d’émissaire du gouverneur face au pouvoir monarchique français lors des négociations avec les cantons suisses.

32É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, p. 410.

33Bardaxi, Antonio de-, baron de Concas.
Première occurrence : 1591 ♦ Dernière occurrence : 21 décembre 1620
Origine géographique : Aragon ♦ État social ou activité : bandolero.
Le parcours de ce hidalgo-bandolero des confins pyrénéens est sinueux. Il appartient à la catégorie des nobles aragonais déclassés, à la recherche de moyens de subsistance. D’abord proche des dirigeants de la révolte aragonaise de 1591, il entre en contact avec Lupercio Latras. Condamné par le Saint-Office, il travaille pour Henri IV jusqu’en 1598 puis change de maître. Il s’occupe de recruter et de coordonner les agents dans cette région pour le compte du Roi Catholique. Vingt ans plus tard, un homonyme (est-ce le même individu ?) envoie à Madrid des informations sur les projets français sur les Pyrénées alors que les troupes françaises sont à Montauban.
AGS, K, 1606, ffos 176-177, année 1604 ; AGS, K, 1477, f° 160, Antonio de Bardaxi le 21 décembre 1620 ; Gregorio Colás Latorre et José Antonio Salas Auseus, Aragón en el siglo XVI. Alteraciones sociales y conflictos políticos, Saragosse, 1982, pp. 230-272 ; G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. XIX.

34Barlamont, Nicolas.
Première occurrence : 20 juin 1603 ♦ Dernière occurrence : 20 juin 1603
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Cet agent fait l’objet d’une seule mention par Tassis, datée du 20 juin 1603 et formulée en terme élogieux. L’ambassadeur affirme que Nicolas Barlamont est le meilleur espion espagnol sur la Frontière. Cet informateur est en contact avec un nommé Pedro de Santa Genessa. Un homonyme occupe la fonction de consul de la nation française à Lisbonne en 1602.
AGS, K, 1606, Tassis au roi, le 20 juin 1603.

35Barri, Hercule de -.
Première occurrence : 1598 ♦ Dernière occurrence : 9 décembre 1600
Origine géographique : Sud-Ouest de la France ♦ État social ou activité : noble.
Ce personnage est impliqué dans le projet espagnol d’occuper Leucate. Qualifié de gouverneur de cette forteresse par le duc de Feria, vice-roi de Catalogne, il demanderait mille écus en un seul versement et une cédule de 60.000 écus pour cette entreprise. Le Duc et le Conseil d’État semblent approuver cette négociation.
AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État, consulta du 9 décembre 1600 sur quatre lettres du duc de Feria.

36Barsuelin (ou Barselin), Martin.
Première occurrence : 1603 ♦ Dernière occurrence : 1603
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.

37Peut-être français, Nicolas Barsuelin est informateur de l’ambassadeur Tassis. Il le prévient des liaisons de Nicolas Barlamont* avec Pedro de Santa Genessa, puis disparaît de la correspondance diplomatique.
AGS, K, 1606, Tassis au roi, le 20 juin 1603.

38Bau, M. de - : voir Ban.

39Baudequin, Carlos.
Première occurrence : 2 avril 1605 ♦ Dernière occurrence : 12 août 1632 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : administration.
Cet important collaborateur de la Monarchie Catholique apparaît en 1605 auprès du prince d’Orange, pour le compte duquel il traite avec l’ambassade espagnole jusqu’en 1609. En 1621, il est chargé d’accompagner les criadas de la reine quittant la France. En 1625, il sert d’intermédiaire à des tractations avec le duc de Rohan et, en 1629, avec le duc de Bouillon. On le rencontre chargé d’une fonction officielle lors de la peste de 1629-1630 à Madrid, puis il reprend ses activités secrètes lors de la révolte de Montmorency. À partir de 1625, Baudequin sert publiquement d’adjoint à l’introducteur des ambassadeurs.
AGS, K, 1460, Zúñiga à Prada le 2 avril 1603 ; AGS, K, 1464, f° 6, année 1611 ; AGS, K, 1436, f° 128, le roi à Ciriza le 26 décembre 1621 ; AGS, K, 1413, f° 93, Conseil d’État, consulta du 12 août 1632 ; AGS, E, 2227, Juan de Idiáquez au prince d’Orange le 6 avril 1609 ; AGS, E, 2227, le 6 avril 1609 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 499, 20, 29 ; AHN, E, 4826, consulta du 13 mars 1626) AHN, E, 4828, décret du 6 juin 1625 ; Le Mercure françois, t. XVI (1630), pp. 477-482 ; Mémoires de de Bouffard-Madiane, éd. Ch. Pradel, p. III ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 463, doc. 1442 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, 201, f° 108, lettre de Philippe IV à Isabelle du 24 juillet 1629) ; M. Gómez del Campillo, « El espía mayor », p. 329 ; Javier Cordero et Ricardo J. Hernández, Velázquez. Un logístico en la corte de Felipe IV, Madrid, 2000, pp. 77 et 198-199.

40Beaufort, Antoine.
Première occurrence : 1625 ♦ Dernière occurrence : 1626
Origine géographique : Franche-Comté ♦ État social ou activité : militaire.
Une lettre du chevalier du guet à Richelieu en 1626 indique que ce lieutenant des gardes bourguignons du roi d’Espagne a été mis à la Bastille. Effectuant des levées de troupes pour son maître en Picardie, il est arrêté Amiens. P. Grillon précise que cet individu envoya depuis sa prison des lettres intéressantes pour le Cardinal, dont certaines sont citées. La correspondance espagnole diverge sur la date et le sens de l’action de Beaufort, affirmant qu’emprisonné, il réussit à s’enfuir pour proposer à Richelieu de prendre Arras !
AGS, K, 1480, f° 43, López Floriano à Olivares le 26 août 1625 ; P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. I, pp. 403 et 423.

41Beaumanoir, Guy Eder de – : voir La Fontenelle.

42Bedini, Fabrizio.
Première occurrence : 1585 ♦ Dernière occurrence : 20 mars 1607
Origine géographique : Lucques ♦ État social ou activité : inconnus.
Une seule mention concerne cet Italien de Lucques vivant à Paris. Dans une lettre d’Irarraga au roi du 20 mars 1607, l’ambassadeur souligne l’importance et la longévité de cet informateur. En effet, Bedini travaille avec l’ambassade espagnole depuis la mission de Bernardino de Mendoza (1584), mais Irarraga ne précise pas ses activités, à part la transmission d’avis. Cette mention apparaît à la suite d’une demande de faveur formulée par Bedini.
AGS, K, 1460, Irarraga au roi, le 20 mars 1607.

43Bellobres.
Première occurrence : 8 février 1610 ♦ Dernière occurrence : 8 février 1610
Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : noble et militaire.

44Ce vassal du pape et du roi de France, originaire d’Avignon, profite du passage de Fernando de Borja, grand commandeur de l’ordre de Montesa, pour se mettre au service du Roi Catholique, alors que les bruits de conflits entre la Savoie et la France augmentent. S’agit-il uniquement d’une offre de caractère militaire ? Son frère guerroie en Flandres aux côtés des forces espagnoles.
AGS, E, 1300, f° 8, Fernando de Borja, de Turin le 8 février 1610.

45Beltrán de Aguirre : voir Aguirre.

46Blas, Juan (ou Jean).
Première occurrence : 29 novembre 1601 ♦ Dernière occurrence : 23 octobre 1616 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
Natif de Guyenne et proscrit de France pour « une infinité de trahisons » selon P. Cayet, Jean Blas est réfugié à Madrid avec nombre de ligueurs parmi lesquels Gérard de Raffis*. Blas est le lien entre les responsables du Conseil d’État et Nicolas L’Hoste*, et sert par la suite de « boîte aux lettres » à cet espion. Pendant quinze ans, Blas reste silencieux. En 1616, il écrit une lettre au roi d’Espagne sur les transferts français de métaux de la Péninsule, dénonçant les actions du consul français Sampé. La même année, Julien Launay-Longaban* affirme poursuivre ses relations avec Blas.
AGS, K, 1426, f° 25, Conseil d’État de novembre 1601 et consulta de Juan Velázquez du 29 novembre 1601 ; AGS, K, 1613, Juan Blas à Sa Majesté, le 22 avril 1616 ; AGS, E, 2862 lettre de 1616 de Julián Launay-Longaban le 23 octobre 1616 ; P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, pp. 293-300 ; Pierre Matthieu, Histoire de Henry IIII, Roy de France et de Navarre, Paris, 1631, pp. 635-638 ; J. Nouaillac, Villeroy, pp. 314-323.

47Boleaux, Charles.
Première occurrence : 11 mai 1618 ♦ Dernière occurrence : 12 mai 1618 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Exécutés de manière expéditive par la Sérénissime en mai 1618, les frères Charles et Jean* Boleaux sont les victimes de la « conspiration de Venise » en compagnie de Jacques Pierre*, du capitaine Anglade* et de Nicolas Renault*. Furent-ils des agents doubles ? C’est fort possible, mais il est difficile de connaître leur second commanditaire (le duc de Nevers, Lesdiguières ou bien la Sérénissime ?). Une lettre de l’ambassadeur espagnol à Venise, le marquis de Bedmar, les recommande au duc d’Osuna, vice-roi de Naples et employeur des autres Français mentionnés.
AGS, E, 1930, ffos 337-338, Bedmar à Osuna, le 12 mai 1618 ; F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, doc. 109 ; A. Gutiérrez, La France et les Français, p. 124 ; C. Seco, « La conjuración de Venecia », pp. 299-342.

48Boleaux, Jean.
Première occurrence : 11 mai 1618 ♦ Dernière occurrence : 12 mai 1618 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Voir la notice précédente.

49Bone (ou Bonet), M. de -.
Première occurrence : 8 janvier 1601 ♦ Dernière occurrence : 11 mai 1601
Origine géographique : Marseille ♦ État social ou activité : militaire.
Au début de l’année 1601, cet aventurier, officier de Lesdiguières, entre en contact avec les services espagnols en Italie, à en croire une lettre de Ledesma écrite de Turin. Quelques mois plus tard, il est arrêté à Marseille pour avoir projeté la prise de la ville au profit de la Monarchie Catholique. M. de Bone est condamné à mort pour crime de lèse-majesté. Le duc de Guise fait exécuter la sentence.
AGS, E, 1431, f° 28, lettre de Gênes de Venasco le 11 mai 1601 ; AGS, E, 1290, fo 185, Ledesma au roi, le 8 janvier 1601 ; BNF, Fonds français, ms. recueil des procès célèbres.

50Bonifaz, Gaspar de - ( ?-1639).
Première occurrence : 1632 ♦ Dernière occurrence : 1639
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : espía mayor.
Malgré son titre, aucun document parmi la correspondance diplomatique ne mentionne son activité d’espía mayor. Par contre, des lettres conservées à la Bibliothèque nationale de Madrid lui sont envoyées entre 1632 et 1637, principalement de Catalogne, par un nommé Juan de Torres. Il semble que la mission de ce dernier consistait à surveiller les étrangers résidant dans la région. Faute de connaître son activité secrète, L. Astrana Marín et J. Elliott signalent ses qualités de torero.
BNM, ms. 4163 ; J. H. Elliott, Olivares, p. 368 ; L. Astrana Marín, Epistolario completo de D. Francisco de Quevedo y Villegas, p. 115, n. 2.

51Borbon (ou Bourbon), Francisco.
Première occurrence : 25 novembre 1615 ♦ Dernière occurrence : 22 mars 1616 ♦ Origine géographique : Milanais ♦ État social ou activité : courrier.
Émissaire ou simple courrier du gouverneur du Milanais, Francesco Borbon relate une histoire incompréhensible se déroulant en France. Il aurait rencontré en chemin un ambassadeur savoyard dont il aurait reçu une somme d’argent ; peu après, il serait tombé malade. Il affirme aux responsables espagnols que le gouverneur de Lyon aurait alors envoyé un émissaire secret, pendant que lui-même se trouvait menacé de mort... Le duc de Lerma ordonne à Monteleón d’envoyer une personne de confiance récupérer l’émissaire malade car, à l’en croire, celui-ci est détenteur de nombreux secrets.
AGS, K, 1471, ffos 1-5, Francesco Borbon à Juan de Mendoza, gouverneur de Milan, le 25 novembre 1616 ; f° 78, Hinojosa à Lerma, le 19 mars 1616 ; f° 80, Lerma à Monteleón, le 22 mars 1616.

52Botello, Martín.
Première occurrence : 18 septembre 1601 ♦ Dernière occurrence : 17 novembre 1601 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : religieux.
Ce Portugais arrive à Paris en 1601 afin de remettre un cadeau au roi de France. Surveillé par Tassis, il le joint prudemment à l’ambassade pour lui proposer ses services et l’informer d’affaires secrètes qu’il connaît. Il s’affirme loyal serviteur du Roi Catholique. Entre autres activités, il dénonce les agissements de Manuel de Portugal* au Brésil. À la suite à cette information de Tassis, le Conseil d’État demande au vice-roi de Portugal de se renseigner sur ce frère.
AGS, K. 1604, Tassis au roi, le 18 septembre 1601 (sur le don à Henri IV) ; AGS, K, 1426, f° 24, Conseil d’État, consulta du 17 novembre 1601.

53Boyto, Guillaume.
Première occurrence : 15 février 1605 ♦ Dernière occurrence : 15 février 1605
Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : militaire.
Guillaume Boyto collabore aux services du vice-roi à Milan en 1615, lors d’une mission de reconnaissance de la Provence, du Languedoc et du Dauphiné. Auparavant, il avait servi Montmorency. Ses informations permettent aux dirigeants espagnols de connaître les préparatifs militaires de Lesdiguières au moment des frictions avec la Savoie, ainsi que l’absence de concentration de troupes en Provence. Boyto est une relation du gouverneur d’Aigues-Mortes, La Bardachère. Ses motivations proviennent de ses conflits avec un adjoint de Lesdiguières, un certain Gobert.
AGS, E, 1096, f° 85, le marquis de la Hinojosa le 15février 1615.

54Brachan (ou Bracan), Thomas Olivier.
Première occurrence : 1605 ♦ Dernière occurrence ; 1605
Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : inconnus.
Cet Anglais vivant à Bayonne est un agent du gouvernement de Jacques Ier. Il entre en relations avec Saint-Estève*, l’agent français de La Force, chargé de préparer un soulèvement des morisques dans la Péninsule. Au cours d’un voyage commun, Thomas Olivier Brachan apprend les visées françaises et en avertit Londres, qui prévient Madrid. Le résultat de ces infiltrations aboutit à l’exécution de Saint-Estève.
AGS, E, 707, f° 268, lettre deTassis, s. d. ; Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, pp. 397-398, lettre de Villeroy à La Force, le 10 juin 1605.

55Brins (ou Brun), Francisco de -.
Première occurrence : 28 août 1604 ♦ Dernière occurrence : 28 août 1604
Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : Commerçant.
Ce personnage envoie un étrange rapport à Cárdenas, alors ambassadeur espagnol à Venise, à propos des Pouilles, des Abruzzes et de visées françaises. Ces informations parviennent au comte de Benavente, vice-roi de Naples. Brins signale aussi les liens du Roi Très-Chrétien avec le comte Maurice de Nassau et avec les forces vénitiennes.
AGS, E, 1100, f° 131, lettre de Benavente à Madrid et copie de Cárdenas (alors ambassadeur à Venise) du 28 août 1604.

56Brochero, Diego.
Première occurrence : 1571 ( ?) ♦ Dernière occurrence : 5 décembre 1621
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Ne pas le confondre avec son homonyme, lieutenant général de galères de Malte et membre du Conseil de guerre sous Philippe III. Notre Diego Brochero renseigne le marquis de Mirabel en 1621 sur l’envoi de navires malouins et hollandais vers le Brésil. Parmi les principaux acteurs de cette entreprise, on trouve Cristóbal de Portugal* et La Ravardière*.
AGS, K, 1478, ffos 162-163, Mirabel au roi, le 5 décembre 1621.

57Bruneau, Jacques (alias « Hernando »).
Première occurrence : 1600 Dernière occurrence : 1635 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : secrétaire de l’ambassade espagnole.
L’activité inlassable de ce responsable des affaires secrètes de Tassis et de Zúñiga le conduit à participer aux principales questions souterraines du règne d’Henri IV. Servant de lien dans l’affaire L’Hoste*, dans l’affaire Morgan*-Verneuil et avec Louis de Lagonia, seigneur de Mérargues*, il est emprisonné en décembre 1605 mais rapidement relâché un mois plus tard, protégé par les immunités diplomatiques. Bruneau poursuit une brillante carrière diplomatique au service de l’Espagne pendant le demi-siècle suivant.
Tous les dossiers des correspondances de Tassis et de Zúñiga font référence à ces actions, voir particulièrement : AGS, K, 1605, f° 339, Tassis le 20 janvier 1602 ; sur son emprisonnement : AGS, K, 1451,1426 et 1460. Sur sa mission à Cologne : AGS, K, 1453, le roi à Zúñiga le 10 février 1612. Sur ses fonctions à Londres : AGS, K, 1433, f° 19, mars 1625, à Bruxelles : AGS, K, 1443, f° 52 envoi depuis Bruxelles le 28 février 1627. Sur ses services jusqu’en 1610 : AGS, E, 2496, Zúñiga au roi le 31 janvier 1610 ; sur les demandes de gratifications : AGS, E, 2041, le 17 mars 1621 ; BNF, Fonds français, ms. 7595, recueil des procès célèbres, ffos 1-40 ; MAE, CP Espagne, vol. XII ; AGR, secrétairerie d’État et de Guerre, 518/3 (l’inventaire intitule ce dossier « Compte rendu par Jacques Zélande et Jacques Bruneau, résidents des Archiducs à la cour d’Allemagne » 1612/13) ; AGR, reg. 642 bis, correspondance du secrétaire Della Faille avec Brito et Bruno à Madrid 1620-1629 (inventaire). Nombreuses références dans H. Lonchay, J, Cuvelier et J. Lefèvre, Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas (voir l’index) ; J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, pp. 38, 223, 265 et 286 ; R. Ródenas Vilar, La política europea de España, pp. 63 et 120 ; J. H. Elliott, Olivares, p. 410.

58Bustamente, Martín de -.
Première occurrence : 1574 ♦ Dernière occurrence : 1621 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : marchand de gants, en réalité agent permanent de l’espía mayor.
Espion permanent au service de la Monarchie Catholique pendant plus de quarante-cinq ans, il intervient dans les principales affaires d’espionnage. Il rencontre Raffis*, Méritein*, découvre les conspirations morisques organisées en liaison avec La Force, s’occupe de traiter l’émissaire français au cours de négociations sur les confins pyrénéens, Il maintient les contacts avec les principaux responsables de la Couronne quant à l’espionnage : les espías mayores Juan Velázquez* et son fils Andrés*, et Arbelays*, correo mayor d’Irún. Emprisonné et soumis à la question, sa fidélité semble à toute épreuve, même si sa fille vit en France. À l’époque de Philippe II, il avait été chargé d’assassiner Antonio Pérez*.
Très nombreuses références : AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta du 7 juin 1605 sur un avis anonyme d’un agent (Bustamente) ; AGS, K, 1608, le 30 octobre 1607 très long mémoire de Bustamente ; AGS, K, 1426, Conseil d’État, consulta du 17 mars 1609 ; AGS, K, 1469, f° 161, Cárdenas à Ciriza le 16 octobre 1614 ; AGS, K, 1431, f° 18, Conseil d’État, consulta du 14 août 1618 ; AGS, K, 1477, f° 123, juin 1619 et f° 175 ; AGS, K, 1431, f° 101, note de Velázquez ; AGS, K, 1472, f° 182, long mémoire de Bustamente sur ses services ; AGS, K, 1476, ffos 41-42, Velázquez au roi le 21 mars 1619, ffos 80-83, Velázquez au roi mai 1619, F 94, Mirabel à Ciriza le 13 juin 1619 ; AGS, E, 2027, le 26 juillet 1613 ; AGS, Contaduría General, Buenas Cuentas, 200 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. III, p. 696 et t. V, p. 168 ; Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, lettre d’Henri IV à La Force le 2 octobre 1599 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas (voir l’index)A. Eiras Roel, « Política francesa de Felipe III », pp. 271-276 ; G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, pp. 241-243.

59Canlers.
Première occurrence : 22 février 1603 ♦ Dernière occurrence : 22 février 1603
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : militaire.
Ce capitaine d’origine française ou lorraine envoie des informations au secrétaire d’ambassade de Tassis, Jacques Bruneau*. Il avertit que le capitaine Guigneau*, qui est en relations avec le grand commandeur Idiáquez, joue double jeu avec les responsables français.
AGS, K, 1606, Tassis le 22 février 1603.

60Canredon.
Première occurrence : 1626 ♦ Dernière occurrence : 1626
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
Les sources espagnoles ne mentionnent pas les activités de Canredon, que nous ne connaissons que par une relation du Mercure françois. En 1626, il serait l’un des trois envoyés dépêchés par le duc de Rohan auprès d’Olivares afin d’obtenir un soutien espagnol à la révolte huguenote. Arrêté à Toulouse, Canredon est exécuté en 1626.
Le Mercure françois, t. XII (1626), pp. 194-197 ; Mémoires du cardinal de Richelteu, t. VI, n. 4, p. 183.

61Carmona, Melchior de-.
Première occurrence : 31 août 1618 ♦ Dernière occurrence : 22 septembre 1618
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Qualifié d’entremetteur, de tueur et de délinquant de la pire espèce par Antonio de Arco*, le confesseur d’Anne d’Autriche, Carmona réside à Paris, où il s’est rendu afin d’obtenir la protection du roi de France. Quand il prend contact avec l’ambassadeur espagnol à Paris, c’est dans le but d’obtenir son pardon. Dans quelle mesure le diplomate obtient-il des confidences de cet exilé ?
AGS, K, 1595,1618 ; AGS, K, 1474, ffos 29-30 et f° 39 ; AGS, K, 1455, f° 62, le roi à Monteleón le 22 septembre 1618 ; AGS, K, 1431, f° 20.

62Carrago (ou Tarrago), Joan.
Première occurrence : janvier 1628 ♦ Dernière occurrence : 31 janvier 1628 ♦ Origine géographique : Catalogne ♦ État social ou activité : inconnus.
Depuis les frontières catalanes et du Roussillon, cet informateur renseigne Madrid sur l’évolution des combats entre les troupes de Louis XIII et celles du duc de Rohan. Il avertit le roi d’Espagne qu’une entrevue secrète a eu lieu entre Montmorency, gouverneur du Languedoc, et Rohan.
AGS, K, 1481, f° 21, Joan Carrago au roi le 31 janvier 1628.

63Casal, Alejandro de -.
Première occurrence : 26 décembre 1629 ♦ Dernière occurrence : 28 décembre 1629 ♦ Origine géographique ; inconnue ♦ État social ou activité : religieux.
Cet informateur n’apparaît que dans un document des archives françaises. Frère capucin de nationalité inconnue et ami de frère Jacinthe de Paris, il communique des informations sur la mission de Fancan en Bavière (la date de 1629 est erronée puisque la mission de Fancan en Bavière date de décembre 1624).
MAE, Mémoires et Documents, Espagne 265, f° 314.

64Casaux.
Première occurrence : 1595 ♦ Dernière occurrence : 6 mars 1602 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : famille de l’ancien consul de Marseille.
Les documents diplomatiques ne précisent pas les relations de parenté entre les différents membres de la famille Casaux. Quels sont leurs rapports avec Charles, le consul de Marseille assassiné en 1596 par le Corse Libertat ? Henri IV exprime à La Rochepot ses soupçons à propos des desseins d’un Casaux arrivé à la cour de Philippe III, pendant que les responsables espagnols en Italie l’emploient à leur service.
AGS, K, 1605,Tassis le 6 mars 1602 ; AGS, E, 342, ffos 217-218, le duc de Maqueda, novembre 1595 ; AGS, E, 1430, f° 107, Venasco au roi le 12 juillet 1599 ; AGS, E, 1430, F 240, Doria au roi août 1600 ; AGS, E, 1097, f° 77, mai 1600 ; Lettres d’Heurt IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 91, lettre du 30 juin 1601 ; Lettres missi6ves d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. IV, pp. 473-475 et 498.

65Castelazo, Guillermo.
Première occurrence : 20 juin 1611 ♦ Dernière occurrence : 15 juillet 1611
Origine géographique : inconnue, mais vit en France ♦ État social ou activité : militaire.

66Sujet du Roi Catholique, ce capitaine est au service du gouverneur du Milanais mais vit en France depuis les années 1580. Il possède de nombreuses relations tant en Provence qu’en Languedoc. Prévenu par ses amis d’un projet français d’occupation de Perpignan, il dénonce ce dessein et avertit de la mobilisation de troupes à cet effet.
AGS, E, 301, f° 110 et AGS, E, 1900, f° 134, le connétable de Castille le 20 juin 1611.

67Celles, M. de -.
Première occurrence : 1599 ♦ Dernière occurrence : 12 avril 1608 ♦ Origine géographique : Foix ♦ État social ou activité : noble.
Originaire du comté de Foix, ce fidèle et vieux correspondant de l’Espagne apparaît de nombreuses fois dans la correspondance espagnole. Il rencontre en 1599 le duc de Lerma et poursuit ses communications. En 1606, il dénonce le complot français de Duena en Navarre. Cependant, son attitude se modifie, et en 1607 les dirigeants espagnols affirment qu’il travaille pour le roi de France. Celles se rend ainsi à Barcelone avec San Rustici* pour reconnaître la ville. Ses relations sont nombreuses.
AGS, K, 1426, ffos 13-14, Conseil d’État des 9 et 16 décembre 1600, f° 99, Idiáquez le 7 mai 1608 ; AGS, K, 1603, f° 335, août 1600 ; AGS, K, 1461, Irarraga au roi le 12 avril 1608 ; AGS, E, 1490, s. f°, juntes des 19 avril et 28 mai 1607.

68Cestier, Antoine.
Première occurrence : 21 juillet 1622 ♦ Dernière occurrence : 21 juillet 1622 ♦ Origine géographique : Marseille ♦ État social ou activité : commerçant.
En 1622, ce chevalier du Saint-Sépulcre demande au roi d’Espagne qu’on le pourvoie de la fonction de consul de la nation espagnole à Marseille, cité dont il est originaire. Marié à une Espagnole, il connaît bien le pays et la Cour. Le Conseil d’État note qu’il serait bien de posséder un représentant dans le port provençal et observe qu’il pourrait rendre compte de ses activités aux généraux des galères croisant au large de Marseille.
AGS, K, 1479 f  31, mémoire d’Antoine Cestier le 21 janvier 1622.

69Chamers, David.
Première occurrence : 13 février 1616 ♦ Dernière occurrence : 11 avril 1616
Origine géographique : Écosse ♦ État social ou activité : religieux.
Catholique écossais, il est chargé par le pape de visiter la noblesse écossaise. Plusieurs avis de responsables demandent au roi d’Espagne d’intervenir pour empêcher sa mission, que Jacques Ier ne manquerait pas de considérer comme un complot hispanoromain dirigé contre sa couronne. Madrid ordonne à Monteleón d’intercepter Chamers pour que celui-ci annule sa mission.
AGS, K, 1612, le 13 février 1616 et le 11 avril 1616 ; AGS, K, 1434, f° 103, le roi à Monteleón le 29 mars 1616 ; AGS, K, 1430, f° 13, Conseil d’État, consulta du 13 février 1616.

70Charperon (ou Chaperon), M, de-.
Première occurrence : 2 septembre 1613 ♦ Dernière occurrence : 2 septembre 1613 ♦ Origine géographique : La Rochelle ♦ État social ou activité : inconnus.
Venu proposer aux autorités du Milanais une entreprise sur Rhodes, ce personnage semble être habitué à effectuer des offres sur le Levant puisqu’il se rend à Madrid, tout au moins lors de sa deuxième tentative. Le Conseil d’État ne l’éconduit pas, mais demande au marquis de la Hinojosa de traiter lui-même de ces projets et de ne plus envoyer d’agents à la cour espagnole.
AGS, E, 1901, f° 121, au marquis de la Hinojosa le 2 septembre 1613.

71Chávarri (ou Echevarría), Pedro.
Première occurrence : 12 juillet 1613 ♦ Dernière occurrence : 12 juillet 1613
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : secrétaire.
Secrétaire du duc d’Aumale jusqu’à une date inconnue, cet individu sert par la suite l’espía mayor Juan Velázquez* en tant qu’agent. Nous ignorons malheureusement tout de ses activités. Andrés Velázquez* le propose au Conseil d’État en 1613 pour assister Martín de Bustamente* dans sa tâche d’agent de liaison en France.
AGS, E, 2017, mémoire d’Andrés Velázquez du 12 juillet 1613.

72Chavela, le marquis de-.
Première occurrence : 1613 ♦ Dernière occurrence : 1627
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : noble.
Aucun des documents que nous avons étudiés ne comporte de référence à ce personnage. Pourtant, plusieurs auteurs le désignent comme le successeur d’Andrés Velázquez* dans la fonction d’espía mayor à la cour de Madrid. Il est certain qu’il n’agit pas, ou très peu, dans le domaine des affaires françaises. Il marque si peu son office que nous n’avons relevé son nom ni dans les documents consultés ni dans les inventaires des différents dossiers de la série Estado.
M. Gómez del Campillo, « El espía mayor » ; J. H. Elliott, Olivares, p. 368.

73Chéné (ou Chenea, ou Chesnaye), M. de-.
Première occurrence : 20 août 1607 ♦ Dernière occurrence : 20 août 1607
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Personnage d’importance, M. de Chéné (Chesnaye ?) rencontre de sa propre initiative Irarraga pour offrir ses services. Il affirme être un ancien compagnon d’armes d’Henri IV mais il est écœuré par l’ingratitude de celui-ci, le souverain lui ayant refusé de pardonner à un de ses gens. Il précise que son appartenance au protestantisme n’est que feinte et propose soit de découvrir les intelligences françaises en Espagne, soit de fomenter des troubles.
AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 20 août 1607.

74Chevreuse, Marie de Rohan-Montbazon,
veuve du connétable de Luynes, puis duchesse de-,
Première occurrence : 1er novembre 1628 ♦ Dernière occurrence : 1640
♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Fille d’Hercule de Rohan, veuve de Luynes en 1621 et remariée à Claude de Lorraine, duc de Chevreuse, troisième fils d’Henri de Guise, conseillère d’Anne d’Autriche en 1626, Mme de Chevreuse sert l’ambassadeur espagnol pour assurer des contacts avec l’Angleterre à la fin de l’année 1628. Cependant, le Conseil d’État juge cet emploi trop dangereux pour la sécurité des conversations et demande à Mirabel de ne plus se servir de la Duchesse et de se borner désormais à lui prodiguer de bonnes paroles.
AGS, E, 2517, f° 112, junte du 1er novembre 1628 ; AGS, K, 1459, ffos 130-131, le roi à Mirabel le 18 novembre 1628 (pour les années postérieures à notre sujet : AGS, K, 1418,1636-1638 et AGS, K, 1420, 1640) ; Mémoires de Madame de Motteville (4 vol.), Paris, Riaux, 1854 ; Victor Cousin, Madame de Chevreuse et Madame de Hautefort. Nouvelles études sur les femmes illustres et la société du XVIIe siècle (2 vol.), Paris, 1856 ; Cl. Dulong, Anne d’Autriche.

75Clausels, Michel de-, baron de Saint-Angel ( ? - octobre 1635).
Première occurrence :
1624 ♦ Dernière occurrence : 17 octobre 1635
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Le parcours de ce noble languedocien est tortueux. Il débute au service du duc de Rohan, entrant en contact, au nom de son maître, avec l’Espagne. Il continue à mener les mêmes activités, mais au service de Gaston d’Orléans. Enfin, il finit par rejoindre la faction la plus radicale : le parti de Marie de Médicis. Envoyé par la reine mère auprès de Rohan afin créer un front contre Richelieu, Clausels est livré aux autorités françaises par le chef huguenot. La fin tragique de Clausels illustre les difficultés d’un reclassement.
AGS, K, 1480, f° 11, Mirabel au roi le 27 mars 1625 ; AGS, K, 1415, f° 47, Conseil d’État, consulta du 20 mai 1631, f° 51, Conseil d’État, consulta du 19 avril 1631 ; AGS, K, 1424, 21, le roi à Mirabel le 22 avril 1631 ; AGS, K, 1416, f° 41, Conseil d’État, consulta du 6 août 1633, f° 51, Conseil d’État, consulta du 26 août 1633 ; AGS, E, 2047, Conseil d’État, consulta du 5 août 1631 ; MAE, CP Espagne, vol. XV, relation de la négociation de Michel du Clausels envoyé de Rohan, avec l’Espagne (1627-1629) ; BNF, Fonds français, 7796, recueil de procès criminels ; Le Mercure françois, t. XV (année 1628-1629), pp-289 et 478 ; P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. IV, note p. 72 et p. 778 ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. III, p. 746, t. IV, pp. 527-530, p. 636 ; M. PRÉ vos T et J.-Ch. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, p. 1391 ; E. et É. HAAG, La France protestante, t. III, pp. 481-482 ; M. Carmona, Marie de Médias, p. 513.

76Clermont-Tallard, le comte de -.
Première occurrence : 20 janvier 1607 ♦ Dernière occurrence : 19 mai 1607
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Collaborateur du Roi Catholique, Clermont-Tallard appartient au groupe de Foix. Il semble avoir été fortement engagé pendant la Ligue, affirmant avoir alors perdu tous ses biens (fut-il proscrit ?). II dénonce en 1607 un projet français contre la Navarre puis va servir les archiducs Albert et Isabelle. Il demanda à Madrid l’autorisation de se rendre à la Cour afin d’obtenir la récompense de ses services. On préféra lui accorder une pension en le maintenant loin du souverain.
AGS, E, 1490, sans ordre, Junta de Dos du 19 mai 1607, lettre de l’archiduc Albert le 8 février 1607, document du secrétaire Prada. L’informateur anonyme est certainement Clermont-Tallard : voir AGS, K, 1460, Irarraga au vice-roi d’Aragon le 20 janvier 1607. Par ailleurs, selon l’inventaire de J. Paz, un nommé Clermont-Tallard conclut un traité avec Olivares en 1640-1642 ; AGS, K, 1420 ; Ch. de La Roncière, Histoire de la marine, t. IV, p. 124.

77Collazo, Antonio.
Première occurrence : 1610 ♦ Dernière occurrence : 2 mai 1617 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : religieux.
Ce jésuite entretient des liens entre les Provinces-Unies, les Pays-Bas espagnols et Madrid. Parmi ses contacts, on relève Manuel Sueyro*. Il adresse de nombreux rapports sur les questions des Compagnies des Indes, les questions coloniales, sur la Savoie et la France. Ainsi, en 1614, il observe les rapports de forces entre les grands et la régente Marie de Médicis, dans le contexte des mariages franco-espagnols.
AGS, E, 2858, dossier consacré en partie à ses activités en Flandres et en Angleterre entre 1612 et 1616 ; AGS, E, 629, f° 139, mai 1615 ; AGS, E, 2030, f° 85, le 9 juin 1614 ; M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, pp. 250-252.

78Concas, le baron de - : voir Bardaxi, Antonio de-,

79Córdoba, Rodrigo de.
Première occurrence : 7 décembre 1608 ♦ Dernière occurrence : 13 janvier 1609
♦ Origine géographique :
Espagne ♦ État social ou activité : inconnus.
En décembre 1608, cet Espagnol réfugié à Paris entre en contact avec l’ambassadeur extraordinaire Pedro de Toledo. Il dénonce les méthodes d’introduction de monnaie de cuivre en Espagne par une compagnie hollandaise utilisant des navires naviguant sous le pavillon d’autres nations. En échange de ses informations, Córdoba demande la grâce royale pour des délits non précisés par la correspondance.
AGS, K, 1461, Toledo à Prada le 7 décembre 1608 ; AGS, K, 1426, f° 110, Conseil d’État, consulta du 13 janvier 1609.

80Coste, Antoine.
Première occurrence : 1602 ♦ Dernière occurrence : 1606
Origine géographique : Sud-Ouest de la France ♦ État social ou activité : militaire.
Les documents d’origine espagnole ne mentionnent pas ce personnage. Une lettre datée de 1606 de l’ambassadeur de France à Madrid, Barrault, affirme qu’Antoine Coste est entré en relations à Madrid avec Charles Hébert*, après avoir servi Biron. Hébert lui aurait proposé trente mille ducats pour assassiner le roi de France. En bon sujet, et bien qu’il soit au service de l’Espagne, Coste va trouver Barrault pour dénoncer le complot.
BNF, Fonds français, ms. fr 16112, f° 406, lettre de Barrault du 20 décembre 1606.
Cramail (ou Carmain), le comte de - : voir Monluc, Adrien de -.

81Creswell.
Première occurrence : avant 1589 ♦ Dernière occurrence : 21 septembre 1623 ♦ Origine géographique /Angleterre ♦ État social ou activité : religieux.
Principale tête des jésuites anglais sur le continent avec le père Parsons*, le père Creswell sert de liaison depuis les Flandres entre Madrid, l’ambassade espagnole à Paris et les divers agents anglais. Lorsque l’ambassade nécessite des informateurs ou des précisions sur les rapports franco-anglais, elle s’adresse au père Creswell par l’intermédiaire du Conseil d’État.
AGS, K, 1426, Conseil d’État, consulta du 25 février 1603 ; AGS, K, 1451, mars 1604 ; AGS, K, 1609, le 14 février 1612 ; AGS, K, 1435, fa 73, le 21 septembre 1627 ; AGS, E, 634, f° 12,1602 ; AGS, E, 627, ffos 50-51 ; AGS, E, 2858 : long dossier sur ses activités et celles de Collazo de 1612 à 1616 dont le fa 52 et fa 156 sur les rapports avec la France ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, voir index ; F. Eguiluz, Robert Persons (très nombreuses références) ; Fernando Bouza Álvarez, « Contrarreformaforma y tipografía nada más que rosarios en sus manos », Cuadernos de Historia Moderna, 16, 1995, pp. 73-87.

82Crèvecœur, le baron de -.
Première occurrence : 30 août 1627 ♦ Dernière occurrence ♦ 22 juillet 1631
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : noble.
Gouverneur de la place d’Avesnes (dans les Pays-Bas espagnols), le Baron est chargé d’une mission secrète au moment de l’alliance franco-espagnole de 1627. Ses instructions lui enjoignent d’espionner les forces militaires françaises « en toute dissimulation » et d’en informer les responsables militaires espagnols de l’armada à La Corogne.
AGS, K, 1435, f° 73, le 21 septembre 1627 ; AGS, E, 2041 copie des instructions au baron, le 30 août 1627 ; AGS, E, 2045, f° 29, rapport du baron sur la fuite de la reine mère le 22 juillet 1631 ; R. Ródenas Vilar, La política europea de España, p. 106.

83Critton, Juan-, baron d’Inruitte (ou d’Inniruitte).
Première occurrence : 16 juin 1612 ♦ Dernière occurrence : juillet 1612
♦ Origine géographique : Écosse ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Le roi d’Espagne prévient l’ambassadeur Cárdenas de la venue de ce baron écossais, très certainement réfugié sur le continent à cause de ses convictions religieuses. L’ordre de lui verser une pension de quarante écus déplaît au diplomate, qui veut éviter de froisser la reine mère en employant des étrangers comme informateurs. Une mention de la correspondance du nonce Bufalo permet de supposer un rapport entre cet individu et le père Creytton (ou Creighton), jésuite fondateur du collège de Douai.
AGS, K, 1453, le roi à Cárdenas le 16 juin 1612 ; AGS, K, 1467, f° 48, été 1612 et f° 93, réponse de Cárdenas ; Correspondance du nonce en France Innocenzo del Búfalo, éd. B. Barbiche, p. 97.

84Cros, Monsieur Du-.
Première occurrence : 1628 ♦ Dernière occurrence : 1630
Origine géographique : Montpellier ♦ État social ou activité : inconnus.
Protestant de la faction du duc de Rohan, il partage avec Clausels* la fonction d’émissaire auprès du Roi Catholique. Tombé malade, ce natif de Montpellier meurt au cours de sa mission. Les documents espagnols restent silencieux sur ce personnage et ses motivations.
D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. III, p. 549.

85Croyos, Girón.
Première occurrence : mai 1630 ♦ Dernière occurrence : juin 1630
Origine géographique : Galice ♦ État social ou activité : commerçant.
En 1630, Girón Croyos dénonce les projets de navigation de Cristóbal de Portugal* vers les Indes orientales. Croyos devait participer à l’entreprise mais, les Français lui ayant retiré le commandement qu’ils lui avaient promis, il communique ces renseignements à Navaz et demande en échange son pardon, sachant qu’il est condamné en Galice pour un trafic de draps.
AGS, K, 1421, 1630 ; AGS, K, 1415, ffos 15-18, Conseil d’État de mai-juin 1630.

86Cueva, Juan de la.
Première occurrence : 20 janvier 1608 ♦ Dernière occurrence : 20 mars 1608 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : militaire.
Compère du clerc défroqué Escobar, Juan de la Cueva vient de Flandres et vit à Paris. Comme son compagnon, il est appréhendé par les autorités françaises sous l’accusation d’être un agent double (français et espagnol ?). Ce personnage a deux homonymes : l’un, opérant à Venise, est un espion toujours ambigu ; l’autre, Juan de la Cueva y Mendoza, est un émissaire du Roi Catholique devant rencontrer le roi de France en 1620.
AGS, K, 1461, le 22 février 1608 ; AGS, K, 1452, le 20 mars 1608 ; AGS, K, 1477, f° 124, le 7 septembre 1620 ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 84.

87Daulsetin (ou Dauphin), Nicolas.
Première occurrence : 9 mars 1603 ♦ Dernière occurrence : 9 mai 1603
Origine géographique : Verdun ♦ État social ou activité : inconnus.
Ce personnage se trouve mentionné en compagnie de Pascual* et de Guigneau*. Il a certainement fait partie des informateurs de l’Espagne, puis a été retourné par les services français, jouant alors un double jeu. Il semble probable qu’il soit connu sous le nom de Nicolas Dauphin, les informations françaises concordant avec les renseignements espagnols.
AGS, K, 1616, Tassis au roi le 9 mars 1603 ; Lettres inédites de Sully, èd. B. Barbiche et D. Buisseret, p. 97 ; lettre de Sully à Villeroy du 4 avril 1603.

88David, Pierre.
Première occurrence : 12 février 1596 ♦ Dernière occurrence : 20 janvier 1603
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : religieux.
Ce prêtre, qui a pris part aux combats de la Ligue, entretient de fréquentes relations avec les dirigeants espagnols. Il côtoie le duc de Feria avant la conclusion de la paix de Vervins, puis se trouve à Milan avec Picoté* au service de Fuentes. Si son activité paraît moindre que celle de son compagnon, il fait lui aussi l’objet d’une surveillance attentive de la part des Français. Pour ses services, qui ne sont pas mentionnés dans les documents espagnols, il perçoit différentes pensions.
AGS, E, 343, ffos 91-92, lettres de David le 12 février 1596 ; AGS, E, 183, f° 29, année 1599 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 1429.12, 1e 20 janvier 1603 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 575, lettre du roi à Fresnes du 15 avril 1602 et p. 623, lettre d’Henri IV à Fresnes.

89David, Stéphane.
Première occurrence : 15 novembre 1622 ♦ Dernière occurrence : 3 septembre 1623 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.

90Envoyé en Espagne par un secrétaire vénitien, il travaille pour le compte du Roi Catholique sur les affaires du Levant. Il se trouve également impliqué dans les affaires de Flandres, sur lesquelles il communique des renseignements. On ignore selon quelles proportions son activité se répartit entre le Levant et les Pays-Bas, d’autant que ses lettres sont classées dans un dossier portant sur l’Angleterre...
AGS, E, 2849, le 15 novembre 1622 et f° 136, Pedro de Maresalco, de Venise le 30 septembre 1623.

91De Witte, François.
Première occurrence : 24 octobre 1624 ♦ Dernière occurrence : 26 octobre 1624 ♦ Origine géographique : Provinces-Unies ♦ État social ou activité : marin.
Originaire de Haarlem dans les Provinces-Unies, ce catholique a perdu tous ses biens. Il se rend à Paris et, dans un mémoire destiné au marquis de Mirabel, souligne l’étendue du trafic de fausse monnaie et de l’introduction du vellón dans la Péninsule. Après avoir demandé l’avis de l’espía mayor*, le Conseil d’État affirme qu’il faut tenter de conserver cet individu au service du roi.
AGS, K, 1439, ffos 92-97, octobre 1624 (textes de De Witte, de Mirabel et consulta du Conseil d’État).

92Díaz de Medrano, Francisco : Voir Medrano.

93Diortegui.
Première occurrence : 6 mars 1632 ♦ Dernière occurrence : 6 mars 1632
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
D’origine italienne ou espagnole, ce personnage semble avoir pour motivation de venger de l’assassinat de son père, le capitaine Pedro Diortegui, par des Français. Juan de Idiáquez reçoit de sa part un avis l’informant de la concentration à Brest d’une armada de soixante galions dont le but serait d’attaquer Gênes.
AGS, E, 3830, f° 105, Idiáquez le 6 mars 1632.

94Drevet.
Première occurrence : 1626 ♦ Dernière occurrence : 1626
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
Cet agent espagnol figure parmi la liste des pensionnés du Roi Catholique en France, document que Richelieu était parvenu à se procurer. Se trouve-t-il en relations avec Carlos de Roo (Carie de Roque)* ? Les documents français mentionne plusieurs fois allusion des contacts entre ces deux agents, mais la correspondance diplomatique espagnole n’y fait pour sa part aucune allusion.
MAE, Inventaire de la correspondance diplomatique, Espagne, 14 ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II, p. 313.

95Drotese, Daniel.
Première occurrence : 10 janvier 1627 ♦ Dernière occurrence : 10 janvier 1627
Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : religieux.
Envoyé par Jacques Bruneau*, l’ancien secrétaire de l’ambassade espagnole en France et représentant de l’Espagne en Angleterre en 1627, l’Anglais Daniel Drotese se présente à la mission espagnole de Paris pour demander des subsides. Il informe Mirabel des négociations franco-anglaises alors qu’il sort des prisons de Jacques Ier.
AGS, K, 1481, f° 5, Mirabel au roi le 10 janvier 1627.

96Duplessis.
Première occurrence : 26 avril 1598 ♦ Dernière occurrence : 26 avril 1598
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Il est l’émissaire du comte de Soissons à Milan en avril 1598, alors que la paix de Vervins est proche. En même temps que Biron, il traite pour son maître et correspond avec les dirigeants espagnols en Italie afin de chercher des soutiens. Il offre ses services au Roi Catholique. L’affaire est renvoyée aux responsables des Pays-Bas espagnols*.
AGS, E, 1285, f° 48, le connétable de Castille le 16 avril 1598.

97Echevarría, Pedro : voir Chávarri.

98Eliot, Robert.
Première occurrence : août 1605 ♦ Dernière occurrence : août 1605
Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : militaire.
L’ambassadeur espagnol à Rome, le duc d’Escalona, communique à Madrid les avis du capitaine Robert Eliot. Ce personnage est l’envoyé du roi de France auprès des catholiques anglais à un moment où la conjoncture est favorable à Henri IV auprès des exilés, car le traité hispano-anglais de 1605 consacre l’abandon de la cause des Récusants. Il semble que ces renseignements d’Eliot au diplomate passent par le père Robert Parsons*.
AGS, K, 1607, Conseil d’État d’août 1605.

99Elizondo, José de.
Première occurrence : 7 mai 1619 ♦ Dernière occurrence : 7 mai 1619 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : religieux.
Commissaire du Saint-Office et abbé d’un monastère prémontré à Salvador de Urdar, cet individu communique son avis sur les trafics et passages de Portugais sur la frontière à l’inquisiteur de Logroño. Il dénonce aussi les apostasies de clercs passant en France et il semble posséder des amitiés dans les territoires du Très-Chrétien, amitiés qui l’en avertissent. Le religieux représente cette frange sensible à la protection de la Péninsule face à une possible « contamination » religieuse.
AGS, E, 2862, copie de sa lettre datée du 7 mai 1619.

100Escobar, Diego de.
Première occurrence : 22 février 1608 ♦ Dernière occurrence : 20 mars 1608 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : artisan.
L’aventure de ce personnage, racontée par Irarraga, paraît invraisemblable. Originaire de Tolède, Escobar prend le pseudonyme de Gúzman. Marié et hérétique après avoir été clerc, il exerce la profession de parfumeur de gants. Se trouvant à Paris, il est appréhendé sous l’accusation d’espionnage double, ce qui indique qu’il travaille pour les Français. On lui reproche d’être en relations avec Condé, la marquise de Verneuil et Juan de Médicis, et d’avoir touché des subsides espagnols. Le représentant ne dément ni ne confirme ces données, qu’il communique à Madrid.
AGS, K, 1461, Irarraga au roi le 22 février 1608 ; AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 20 mars 1608.

101Esparbès de Lussan : voir Lussan.

102Estrapa, Alessandro.
Première occurrence : 27 novembre 1602 ♦ Dernière occurrence : 6 décembre 1602
Origine géographique : Lucques ♦ État social ou activité : noble ( ?).

103Informateur de Jacques Bruneau*, le secrétaire de l’ambassade espagnole à Paris, ce Lucquois semble particulièrement bien renseigné des agents employés par Madrid, disposant sur cette question d’informations apparemment ignorées de Tassis. Cet agent dévoile le double jeu de M. de Saint-Michel* et reçoit la promesse de toucher 200 écus au cas où il parviendrait à faire arrêter celui-ci.
AGS, K, 1607, Tassis les 26, 30 novembre, 6 et 15décembre 1602.

104Étampes de Valençay, Achille d’-, commandeur de l’ordre de Malte.
Première occurrence : 24 avril 1632 ♦ Dernière occurrence : août 1632
♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Vice-amiral de France, Achille d’Étampes, membre de l’ordre de Malte (et donc souvent appelé le commandeur de Valençay), suit Marie de Médicis dans son exil flamand. Il devient son représentant lors d’une mission en Espagne où il transmet les différentes demandes de la reine mère. Ainsi, en avril 1632, il offre à Olivares tous les moyens et intelligences que possède sa maîtresse pour favoriser la réussite de la lutte contre Richelieu, mais il dénonce au Comte-Duc les mauvais conseillers de Gaston d’Orléans (Puylaurens*).
AGS, K, 1415, ffos 75-100, sur la négociation de Valençay en Espagne en avril 1632.

105Estrubi, Pedro.
Première occurrence : septembre 1626 ♦ Dernière occurrence : septembre 1626
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Les autorités de Madrid envoient cet informateur espagnol à l’archiduchesse Isabelle après qu’il eut communiqué de nombreux avis sur les Provinces-Unies, l’Angleterre, et la France. La lettre informant Isabelle ne précise pas le contenu des renseignements communiqués par Estrubi.
AGS, K, 1457, f° 254, Philippe IV à Isabelle, septembre 1626.

106Fargis, Charles d’Angennes, sieur Du - et comte de La Rochepot.
Première occurrence :
12 août 1632 ♦ Dernière occurrence : 29 mars 1635
♦ Origine géographique :
France ♦ État social ou activité : noble, ambassadeur.
Ambassadeur en Espagne de 1620 à 1630, désavoué dans ses négociations à plusieurs reprises, Du Fargis, à son retour en France, choisit le parti de Gaston d’Orléans. Il participe à la fuite de Monsieur en Lorraine en janvier 1631. Il prend part à l’aventure de Castelnaudary et repart aux Pays-Bas espagnols avec Monsieur. En octobre 1634, il revient en France avec son maître mais il est arrêté. Son action en faveur de Gaston d’Orléans le conduit à Madrid pour y représenter l’héritier. Il y propose des opérations contre la couronne française.
Références excluant la période où Du Fargis est ambassadeur de France à Madrid : 1632-1635 : AGS, K, 1421, ffos 13-21 ; AGS, K, 1424, f° 64 ; AGS, K, 1415, ffos 95-97 ; AGS, K, 1416, ffos 8,38 et 41 ; AGS, K, 1417, f° 4, f° 69 (1635) ; AGS, K, 1417, f° 4 ; AGS, E, 3831, f° 174, le 24août 1632.

107Fargis, Madame Du - (Madeleine de Silly, épouse du précédent).
Première occurrence : septembre 1629 ♦ Dernière occurrence : mars 1632
♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Fille du premier ambassadeur français en Espagne, cette hispanophile épouse M. Du Fargis. Dame d’atours de Marie de Médicis, elle se réfugie en Lorraine au lendemain de la Journée des Dupes, peut-être avec l’aide de l’ambassadeur Mirabel. Mêlée aux différents complots de l’entourage de la reine mère, elle est condamnée à mort par contumace après que sa correspondance est tombée entre les mains du Cardinal (octobre 1633).
AGS, K, 1415, f° 74 du 16 mars 1632 ; AGS, K, 1422, f° 6, résumé de trois lettres de Navaz des 14, 23 et 26 mars 1632 ; G. Depping, Une victime de Richelieu : Mme Du Fargis, 1894.

108Fermat, Thomas.
Première occurrence : 1616 ♦ Dernière occurrence : 1617
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : letrado.
Secrétaire pour les papiers d’État auprès du secrétaire d’État espagnol Ciriza, il est chargé de s’occuper du transfert des Espagnols de la suite d’Anne d’Autriche en 1616-1617. À ce titre, il entre en contact avec l’ambassadeur Monteléon et connaît les différents rouages de cette camarilla.
AGS, K, 1454, f° 123,1616, subsides à Thomas Fermat ; AGS, K, 1473, f° 17, Thomas Fermat à Monteleón le 13 avril 1617.

109Fernández, Duarte.
Première occurrence : 1615 ♦ Dernière occurrence : 1635
Origine géographique : Provinces-Unies ♦ État social ou activité : inconnus.
Nous retrouvons à deux dates éloignées (1615 et 1634) ces noms répandus au Portugal. S’agit-il de la même personne ? En 1615, Duarte Fernández est qualifié de juif jouissant d’une grande faveur aux Provinces-Unies, intervenant au profit de l’Espagne dans les querelles dynastiques marocaines (Muley Hey), car il est proche de l’ambassadeur du souverain marocain. L’émissaire chérifien Palache accepte de servir l’Espagne par son intermédiaire. En 1634, Duarte Fernández semble être tenu pour le spécialiste des communications clandestines à travers la France.
AGS, E, 629, f° 116, le 26 août 1615 ; AGS, K, 1417, ffos 54-58, décembre 1634.

110Fiesco, Agostino.
Première occurrence : 26 novembre 1625 ♦ Dernière occurrence : 15 mai 1633
Origine géographique : Gênes ♦ État social ou activité : noble et financier.
Issu d’une des grandes familles de la République ligure, Augustin Fiesco participe au financement de la monarchie espagnole. En 1625, sa banqueroute et le refuge qu’il trouve auprès de l’ambassade de France le conduisent à servir Louis XIII. Cependant, dès 1628, il rentre en contact avec les services espagnols, tentant de monnayer son pardon. Revenu en grâce, on retrouve sa trace en 1632 parmi la correspondance de l’ambassadeur espagnol à Gènes. Il est alors chargé de s’occuper du soutien à fournir à la révolte de Montmorency et de Gaston d’Orléans.
AGS, K, 1480, f° 55 ; AGS, K, 1433, f° 66, Conseil d’État, consulta du 28 septembre 1625 ; AGS, K, 1457, f° 186, le roi à Mirabel 1625 ; AGS, K, 1437, f° 1, Fiesque à Mirabel le 4 septembre 1628, ffos 2 et 4 ; AGS, K, 1481, f° 181, le 25 juillet 1629 ; AGS, K, 1446, Conseil d’État, consulta du 19 janvier 1629 ; AGS, E, 38331, f°124,1632 ; AGS, E, 3337, f° 89, le 22 août 1632 ; AGS, E, 3341, fa 265, le 16 août 1632 ; AGS,E, 3590, f° 144,1632 ; AGS, E, 3591, fa 13, 1633, ffos 13, 27 et 70 ; Mémoires du cardinal de Richelieu, t. III, p. 204, n. 5 ; C. Bitossi, Il governo dei magnifici.

111Fortan : voir Tortan.

112Freixas, M. de-.
Première occurrence : 1615 ♦ Dernière occurrence ; 5 août 1620
Origine géographique : Savoie ♦ État social ou activité : noble et ambassadeur.
Diplomate savoyard occupant d’abord la mission de Paris, gagné par les responsables espagnols à un moment crucial des rapports avec la Savoie, M. de Freixas transmet des informations à l’ambassadeur espagnol en France. L’espía mayor Andrés Velázquez* ainsi que son agent Bastamente* disputent au représentant espagnol à Paris le droit de gérer cet agent.
AGS, K, 1476, ffos 41-42, le 21 mars 1619, f° 80, le 10 mai 1619, ffos 82-84, le 21 mai 1619, f° 84, le 15 juin 1619 ; AGS, K, 1455, f°123, Ciriza le 8 juin 1619, f° 175, le roi le 5 août 1620 ; AGS, K, 1431, f° 101, le 12 juillet 1620.

113Freytas de Silva, Jordan.
Première occurrence : 29 septembre 1627 ♦ Dernière occurrence : 26 octobre 1628 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Membre du personnel diplomatique espagnol, il s’occupe du règlement des caraques naufragées en 1627 et doit négocier la récupération des cargaisons échouées. Dans ce but, il est en relations avec Alonso don Lope (López)*, Irarraga, Mirabel et le secrétaire de celui-ci, López Floriano. Il dénonce les marchandages de López avec le Cardinal.
AGS, K, 1444, fa 98, rapport de Freytas ; AGS, K, 1445, fa 29, Irarraga au roi le 23 février 1628, f° 111, Conseil d’État, consulta du 26 octobre 1628 ; AGS, K, 1435, Freytas le 29 septembre 1627.

114Frontín, Cristóbal.
Première occurrence : Ier mars 1600 ♦ Dernière occurrence : 8 juin 1612
Origine géographique : Aragon ♦ État social ou activité : inconnus.
Membre du groupe aragonais entourant Antonio Pérez* dans sa fuite, Frontín s’exile en France, et comme les membres de son groupe, travaille pour le roi de France. On le rencontre à plusieurs reprises dans les Pyrénées entouré d’espions ou de contrebandiers. Pourtant, pour obtenir le pardon du Roi Catholique, il entame des contacts avec l’ambassade espagnole. En 1612, il conseille les négociateurs espagnols sur la question des confins frontaliers, qu’il connaît fort bien.
AGS, K. 1426,1599 et 1605 ; AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta du 7 juin 1605 ; AGS, K, 1608, Conseil d’État, consulta du 17 mars 1609 (Martín de Bustamente) ; AGS, K, 1603, mai 1600 ; AGS, K, 1465, F 29, le 28 août 1611 et autres f° 46, le 10 octobre 1611 ; AGS, K, 1464, f° 108, le 12 avril 1611, f°141, le 8 juin 1611 ; AGS, K, 1466, f° 11, le 8 janvier 1612, f°135, le 10 mai 1612 ; AGS, K, 1609, le 24 mai 1611.

115Furtado, Diego.
Première occurrence : 26 février 1602 ♦ Dernière occurrence : 26 février 1602
Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : inconnus.
Tassis s’occupe de ce Portugais vivant en Angleterre. Proche des fils de don Antonio de Portugal, Furtado fréquente des dirigeants anglais, dont Servian Stanhope, ami d’un secrétaire d’État, selon la correspondance diplomatique. Par ce moyen, les autorités espagnoles espèrent renforcer le courant pacifiste auprès des conseillers d’Élisabeth 1re afin de parvenir à une négociation.
AGS, K, 1605, Tassis le 26 février 1602.

116Furtado, Pedro.
Première occurrence : 12 août 1602 ♦ Dernière occurrence : 3 novembre 1613
Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : administration.
Ancien membre de la clientèle d’Antonio de Portugal et confident de la Couronne, il sert Tassis dans ses liaisons avec l’Angleterre ; puis l’ambassadeur le dépêche en Flandres en 1602. En 1608, Pedro de Toledo appuie la requête de cet exilé, qui demande à pouvoir terminer ses jours dans la Péninsule. Cependant une des lettres de Pedro Furtado laisse planer une ambiguïté sur l’identité de son véritable commanditaire. Est-ce un agent du roi de France ?
AGS, K, 1451, f° 64, le roi à Tassis le 24 avril 1602 ; AGS, K, 1461, Toledo au roi le 20 novembre 1608 ; MAE, CP Espagne, vol. XII, f° 249, lettre de Furtado du 29 mai 1610

117Gaceto.
Première occurrence : décembre 1621 ♦ Dernière occurrence : décembre 1621
Origine géographique : inconnue, vit aux Provinces-Unies
État social ou activité : inconnus.
En 1621, Gaceto transmet au marquis de Mirabel un mémoire sur la manière d’occuper une île de Zélande. Il fait partie des faiseurs de projets d’action, faciles à réaliser et, à partir de sa proposition, il indique des possibilités de prendre Flessingue, Middlebourg, etc. Dans ce texte, il précise qu’il est fils d’un membre du clergé.
AGS, K, 1478, f° 173.

118Gamarra, Juan Salas de.
Première occurrence : 1617 ♦ Dernière occurrence : 1617
Origine géographique : Gênes ♦ État social ou activité : inconnus.
Employé par l’ambassadeur espagnol Vivas depuis Gênes, Gamarra rayonne dans la péninsule Italienne pour tenter de circonvenir le Génois Claudio Marin et connaître les projets que celui-ci fait pour le compte du roi de France. Dans ce but, cet agent contacte le gouverneur du Milan. Cette affaire est traitée en liaison avec Monteléon depuis Paris.
AGS, E, 1933, f° 515, longue relation sur les lettres de Vivas, des ducs de Tursi et de Monteleón sur les affaires concernant le Génois francophile Claudio Marin.

119García de Predes (ou García de Paredes), Diego.
Première occurrence : 6 juillet 1606 ♦ Dernière occurrence : 18 octobre 1606
Origine géographique : Rouen ♦ État social ou activité : commerçant.
Ce marchand espagnol résidant à Rouen communique différents avis sur le commerce illicite des Portugais entre la péninsule Ibérique et les états rebelles. Il indique les ports de déchargement, Málaga et Sanlúcar, et précise que la fraude passe aussi par les « ports secs » et est principalement le fait des Portugais. Le souverain lui promet la moitié des prises confisquées en échange de ses informations.
AGS, K, 1451, f° 151, le roi à Irarraga le 26 août 1606 ; AGS, K, 1460, les 6, 8 juillet, 30 septembre et 18 octobre 1606.

120Gédéon, le capitaine-.
Première occurrence : 26 juillet 1633 ♦ Dernière occurrence : 7 novembre 1633
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Stipendié par les responsables espagnols, le capitaine Gédéon propose en 1633 à l’ambassadeur Benavente des entreprises dont il ne veut dévoiler le contenu qu’au cours d’un entretien à Madrid. Benavente précise que l’irrégularité du paiement de sa pension explique la suspicion témoignée par Gédéon, d’autant que celui-ci est déjà plusieurs fois entré en contact avec des diplomates espagnols.
AGS, K, 1416, f° 63, Conseil d’État, consulta du 25 octobre 1633 ; AGS, K, 1422, f° 81 ; AGS, K, 1425, f° 62, le roi à Benavente le 7 novembre 1633.

121Gonzague, Juan Ottavio.
Première occurrence : 22 septembre 1616 ♦ Dernière occurrence : 27 septembre 1616 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
On ne connaît de ce personnage qu’une note transmise par le duc de Lerma au secrétaire Aróztegui. Par ce document, nous savons que Gonzague entretient une négociation secrète pour le compte de l’Espagne, mais nous en ignorons les tenants et aboutissants. Selon ce billet, il communique beaucoup d’avis sur les divisions françaises au moment de la crise de l’été 1616. Il précise qu’il serait bon pour la Monarchie de gagner le duc de Nevers. Quels sont ses liens réels avec celui-ci ?
AGS, K, 1612, Lerma à Aróztegui le 22 septembre 1616, copie de la note anonyme transmise par Lerma (émane de Gonzague) le 27 septembre 1616.

122González, Andrés.
Première occurrence : 29 août 1606 ♦ Dernière occurrence : 21 novembre 1606 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : Commerçant venant de Brest.
Ce propriétaire de cargaisons volées par des pirates français entre en contact avec Irarraga, espérant obtenir la restitution de ses biens au terme d’un procès entamé à Rouen. Il communique aussi des renseignements sur les trafics existant en Fiance avec les rebelles des Provinces-Unies.
AGS, K, 1451, f° 155, le roi à Irarraga le 21 novembre 1606 ; AGS, K, 1607, Conseil d’État de septembre 1606.

123Goyrans, Pierre de-, seigneur de Montagu (ou Montégut).
Première occurrence : 16 décembre 1600 ♦ Dernière occurrence : 16 décembre 1600 ♦ Origine géographique : Foix ♦ État social ou activité : noble.
Ce noble de la région de Foix n’est connu que par un résumé, établi par le Conseil d’État, des lettres du duc de Feria du 16 décembre 1600, Dans ce document, le Duc affirme être informé de ce qui se passe en France par M. de Montagu et laisse entendre que celui-ci est un indicateur régulier de l’Espagne, hérité des guerres passées. Montagu appartient au groupe de Foix, qui comprend également le comte de Cramail* et M. de Celles*.
AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État, le 16 décembre 1600 ; René Souriac, Décentralisation administrative dans l’ancienne France. Autonomie commingeoise et pouvoir d’État (1540-1630), Toulouse, 1992 (2 vol.), t. I, p. 131.

124Granollach (ou Granollachs), Juan.
Première occurrence : 1571 ♦ Dernière occurrence : 1611
Origine géographique : Catalan ♦ État social ou activité : banquier.
Juan Granollach participe au négoce international, exportant depuis 1571 des draps de Lyon vers l’Espagne. En 1601, il correspond avec le duc de Feria et sollicite des lettres de sauvegarde, de crainte d’être arrêté. En 1605, il s’établit en Avignon où il devient un informateur du Saint-Office. Le père Rémond*, depuis Montpellier, doit lui dénoncer les religieux apostats. Un état de dépenses de l’ambassadeur espagnol signale que Granollach bénéficie des rémunérations destinées aux agents de l’Espagne opérant en France, étant lui-même indicateur de la Couronne (il dénonce l’abjuration de religieux espagnols).
AGS, K, 1607, février 1605 ; AGS, E, 1436, f° 28, relations de dépenses secrètes entre 1601 et 1611 ; AHN, Inquisición, libro 761, f° 113, le 28 janvier 1605 ; Bernat Hernández Hernández, Aproximación a las estructuras fiscales de Cataluña en el siglo XVI. El real patrimonio y la hacienda de la Corona (1516-1640), Barcelone, 1995, pp. 333-334.

125Grillon, M. de-.
Première occurrence : 16 avril 1599 ♦ Dernière occurrence : 16 avril 1599
Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : noble.
En 1599, une lettre de Feria au Conseil d’État mentionne les « bons avis en toutes occasions » fournis par M. de Grillon. Si le document n’indique pas le contenu de ces avis, il précise que cet informateur vit en Espagne, peut-être à cause d’une proscription française. Le duc demande au roi d’Espagne une lettre de recommandation afin que son agent puisse aller vivre en Avignon.
AGS, E, 183, f° 211, Feria le 16 avril 1599.

126Guay, le baron Du-.
Première occurrence : 3 octobre 1632 ♦ Dernière occurrence : 5 décembre 1632 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Après la défaite de Castelnaudary, il devient l’émissaire de Gaston d’Orléans à Madrid pour expliquer l’accord provisoire avec Louis XIII. Du Guay tente de convaincre les autorités espagnoles de la légitimité et de la force de la faction de Monsieur. Il agit plus comme agent secret que comme représentant. Il demande des moyens financiers et techniques (notamment un chiffre) permettant de maintenir le lien avec Madrid.
AGS, K, 1415, ffos 104-118, octobre 1632 ; AGS, K, 1424, f° 118, compte rendu de l’entretien avec Du Guay ; AGS, K, 1421, ffos 53-54, fin décembre 1632.

127Guido (ou Guidi), le chevalier-.
Première occurrence : 20 novembre 1608 ♦ Dernière occurrence : 20 février 1608
Origine géographique : Florence ♦ État social ou activité : noble.
Représentant de Florence à Paris et ami intime de Concini en 1608, le chevalier Guido se rend très fréquemment chez l’ambassadeur extraordinaire espagnol Pedro de Toledo. Il semble que ses relations avec les représentants espagnols fassent l’objet d’échanges d’informations, peut-être consécutives à une hispanophilie poussée, ou dues à d’autres motifs.
AGS, K, 1461, Toledo le 20 novembre 1608 ; H. Duccini, Concini, pp. 47 et 112.

128Guigneau.
Première occurrence : 22 février 1603 ♦ Dernière occurrence : 11 décembre 1603
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Personnage ambigu, fréquemment mentionné comme se trouvant à la frontière pyrénéenne, il reçoit une pension d’Idiáquez et propose de nombreuses actions aux dirigeants, reconnaissant la ville de Narbonne. Sur un avis de L’Hoste*, Tassis avertit que cet indicateur joue un double jeu. De fait, la correspondance française le montre au service de l’ambassadeur Barrault. Il se trouve en relations avec d’autres agents doubles, dont Daulsetin* et Raffis*.
AGS, K, 1606, le 22 février 1603, le 9 mai 1603, le 2 août 1603 ; AGS, K, 1460, f° 120, le 11 décembre 1603 ; BNF, Fonds français, ms. fr. 16112, ffos 192-197 et f° 208, correspondance de Barrault.

129Guinet.
Première occurrence : 16 février 1609 ♦ Dernière occurrence : 16 février 1609
Origine géographique : Sedan ♦ État social ou activité : militaire
Militaire au service du duc de Bouillon, il subit l’ingratitude propre aux grands seigneurs et décide de se venger d’avoir croupi dans les geôles du roi de France. Il se propose d’assassiner le prince de Sedan, duc de Bouillon, à en croire une relation de M. de Monier*. Est-ce une action concertée ?
AGS, K, 1461, le 16 février 1609.

130Gurria, Cipriano Andrés.
Première occurrence : 21 août 1612 ♦ Dernière occurrence : 27 août 1612
Origine géographique : Navarre ♦ État social ou activité : letrado et honrado.
Correspondant du secrétaire du vice-roi de Navarre, Gurria réside à Saint-Jean-de-Luz. Il prévient des mauvaises intentions françaises au cours de la négociation des mariages franco-espagnols. Selon le comte d’Amarayona, vice-roi de Navarre, cet indicateur est un homme honorable. Medrano* figure parmi ses relations.
AGS, K, 1453, le 21 août 1612, le 27 août 1612.

131Hébert, Charles.
Première occurrence : 3 novembre 1601 ♦ Dernière occurrence : 9 novembre 1610 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : secrétaire.
Ancien secrétaire du maréchal de Biron et son émissaire lors de la conjuration organisée par ce dernier, il est banni de France après avoir séjourné dans les prisons et subi la question en 1602. Réfugié dans le Milanais et à Madrid, il reste actif pendant la première décennie du siècle, s’occupant d’exciter les ardeurs rebelles du comte d’Auvergne et proposant une prise de la citadelle de Blaye. Il entretient des relations avec de nombreux exilés ; Saint-Michel*, Guigneau*, Raffis*, Picoté*, Sauveulx*, Coste*. Ces activités expliquent l’étroite surveillance dont il fait l’objet de la part des autorités françaises.
AGS, K, 1593, le 23 décembre 1604 ; AGS, K, 1606, ffos 81,166,205, et junte du 2 octobre 1604 ; AGS, K, 1461, note de Sauveulx le 16 janvier 1609 ; AGS, E, 1878, f° 36, le 21 août 1609 ; AGS, E, 1290, avril 1607 ; AGS, E, 1291, f° 155,14 mars 1602 ; AGS, E, 2227, le 9 novembre 1610 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 429. 11 ; BNF, Fonds français, ms. 16 112, ffos 192, 199, 208 et 406, lettres de Barrault ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, lettre d’Henri IV à Bellièvre le 10 octobre 1602, p. 593, lettre d’Henri IV à Fresnes, t. VI, lettre à Rosny, le 23 juin 1603 ; P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VIII (octobre 1602), p. 53 ; Voyage de Barthélemy Joly en Espagne, éd. L. Barrau-Dihigo, p. 597 ; P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 205 ; R. Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, p. 2.

132Hermans, Cornélius.
Première occurrence : 1588 ♦ Dernière occurrence : juillet 1599
Origine géographique : Provinces-Unies ♦ État social ou activité : pilote et marin.
Pilote hollandais, il participe en 1588 à l’Invincible Armada commandée par le duc de Medina Sidonia. De retour aux Provinces-Unies, il est appréhendé, puis relâché sous condition de ne plus servir l’Espagne. Quand il arrive en France en 1599, il se rend à l’ambassade espagnole et remet une relation de ce qu’il a vu à Amsterdam ; Tassis lui remet un subside de vingt-cinq écus.
AGS, K, 1602, le 11 novembre 1599.

133Inniruitte, le baron d’- : voir Critton, Juan.

134Jáuregui, Miguel de.
Première occurrence : 19 juillet 1627 ♦ Dernière occurrence : 19 juillet 1627
Origine géographique : Basque ♦ État social ou activité : marin.
Informateur fortuit, Michel de Jáuregui, originaire de Fontarabie, s’était embarqué sur un navire se rendant en Flandres mais qui s’égara. Fait prisonnier en Angleterre, il s’enfuit de l’île et, recueilli par un navire de La Rochelle, il observe les mouvements alors que la flotte anglaise intervient en France. Son mémoire sur les événements et les rapports de force est transmis par Irarraga à Olivares.
AGS, K, 1444, f° 12, Irarraga à Olivares le 19 juillet 1627.

135Jayme (ou Jaime, ou James), Thomas.
Première occurrence : 15 décembre 1601 ♦ Dernière occurrence : 25 janvier 1602
Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : religieux.
Compagnon des pères Creswell* et Parsons*, Thomas Jayme est un jésuite anglais correspondant avec les responsables espagnols. Ses convictions religieuses le conduisent à soutenir la politique étrangère du Roi Catholique. Une junte tenue en 1602 étudie des avis qu’il transmet depuis Paris. Ses renseignements concernent les divisions internes aux exilés anglais.
AGS, E, 634, f° 12,1602 ; F, Eguiluz, Robert Persons, p. 314 ; Albert J. Loomie, « Philip III and the Stuart Succession in England (1600-1603) Revue belge de philologie et d’histoire, 43, 1965, pp. 492-514.

136Laage de Puylaurens, Antoine de-, duc et pair d’Aiguillon : voir Puylaurens.

137La Bruyère, Mathias de.
Première occurrence : 12 février 1595 ♦ Dernière occurrence : 22 février 1603
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : avocat.
Ancien avocat au Parlement de Paris, il est un des rescapés de la Ligue. Pensionné à Bruxelles après sa proscription, il reçoit vingt-cinq écus des autorités en 1595. Il renseigne Baltasar de Zúñiga sur les missions du président Jeannin et sur les propositions de mariage entre le dauphin et une infante espagnole.
AGS, K, 1426, f° 45 Conseil d’État, consulta du 22 février 1603 ; AGS, K, 1603, octobre 1600 ; AGS, E, 617, le 12 avril 1600 ; Robert Descimon, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1584), Paris, 1983 (annexe sur les Seize).

138La Cueille (ou La Cucille).
Première occurrence : 24 octobre 1602 ♦ Dernière occurrence : 24 octobre 1602
Origine géographique : Français ♦ État social ou activité : inconnus.
Mal connu, cet agent fait l’objet d’une allusion peu claire de Jacques Bruneau* en octobre 1602. Le secrétaire précise que cet individu, après avoir reçu cent écus pour aller en Espagne, doit y surveiller son grand ami Raffis* pour lequel il travaille (sic !), à moins qu’il ne s’agisse de communication avec Nicolas L’Hoste* prévenant d’un possible double jeu de la part de Raffis.
AGS, K, 1605, Tassis le 24 octobre 1602.

139La Farge (ou La Farze).
Première occurrence : 1602 ♦ Dernière occurrence : 1616
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : Religieux.
Proscrit de France à la suite des troubles de la Ligue et réfugié auprès du comte de Fuentes, il semble être l’un des plus dangereux espions français employés par l’Espagne. Henri IV demande qu’on le réduise au silence. Selon Fresnes-Canaye, l’ambassadeur de France à Venise, La Farge aurait été chargé d’assassiner Henri IV. Son activité n’est pas fréquemment évoquée dans notre documentation. On le rencontre de nouveau en 1616, lorsque le marquis de Villafranca le qualifie de « meilleur connaisseur des affaires françaises ».
AGS, E, 1292, f° 84, Ledesma du 13 mars 1603 ; AGS, E, 1911, 64, Villafranca au roi le 21 novembre 1616 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, pp. 635 à 637, 695, 694, t. VI, pp. 18 et 29.

140La Fin, Jacques (alias « La Nocle le Jeune »).
Première occurrence : 1er janvier1601 ♦ Dernière occurrence : 26 mars 1604 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Accompagné de son secrétaire Renazé*, La Fin participe aux négociations avec le duc de Savoie, Fuentes et Ledesma en qualité de représentant du duc de Biron. Les accords de Soma, en janvier 1601, puis différents projets sont élaborés pour soulever le royaume. Au printemps 1602, La Fin se refuse à poursuivre la conspiration et en dénonce les participants à Henri IV, faisant échouer les projets des conjurés. En 1606, il est assassiné dans Paris par des sicaires vengeurs. La correspondance espagnole note le peu d’enthousiasme de La Fin au cours des discussions.
Deux dossiers comprennent de nombreux documents sur la conspiration : AGS, E, 1290 et 1291 (Milan) avec les correspondances du comte de Fuentes et de l’ambassadeur espagnol à Turin ; AGS, E, 1293, f° 250 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VIII, p. 841, t. IX ; M. Dumoulin, « J. de La Fin, études et documents sur la deuxième moitié du XVIe siècle », Bulletin Hist. du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1897 ; A. Dufour, « La paix de Lyon » (en annexe, quatre documents de La Fin) ; J. L. Cano de Gardoqui, La conspiración de Biron.

141La Four (ou La Flor).
Première occurrence : 1601 ♦ Dernière occurrence : 8 octobre 1602
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Espion équivoque, il propose divers projets en faveur de l’Espagne contre les possessions françaises, ou s’y trouve impliqué, comme en 1602 lors d’une hypothétique occupation de Marseille en compagnie de Jacques Roux* et de Casaux*. Les dirigeants se méfient de ce capitaine et l’éconduisent. Des avis de L’Hoste* soulignent l’engagement de La Four auprès du Roi Catholique alors qu’il traite aussi avec le vice-roi de Sicile. Il est arrêté par les autorités françaises en 1602. (Un nommé La Fleur est le neveu de l’ambassadeur La Rochepot : y a-t-il un rapport entre ces deux personnages ?)
AGS, K, 1426, f° 28, Conseil d’État, consulta du 3 janvier 1602 ; AGS, K, 1605, Tassis les 6 et 23 mars 1602, le 7 août 1602 ; AGS, K, 1451, f° 73, le roi à Tassis le 8 octobre 1602 ; J. L. Cano de Gardoqui, La conspiración de Biron, p. 46.

142La Fontenelle, Guy Eder de Beaumanoir, baron de - (1572-1602).
Première occurrence : 1595 ♦ Dernière occurrence : 31 décembre 1601
♦ Origine géographique :
Bretagne ♦ État social ou activité : noble.
Noble breton apparenté au gouverneur de Rennes, Montbarot, et au maréchal de Lavardin. Ces liens n’empêchent pas son exécution pour crime de lèse-majesté en 1602, après que sa collusion avec l’Espagne eut été prouvée. Pendant les guerres de Religion, La Fontenelle réussit, par des moyens peu recommandables, à s’assurer une forte position en choisissant le camp de la Ligue (et en travaillant pour son propre compte) et, avec l’appui des forces espagnoles débarquées au Blavet à la fin du siècle, il s’adjuge le gouvernement de Douarnenez.
AGS, K, 1604, lettres de La Fontenelle au roi et à Lerma, le 31 décembre 1601 ; J. Loredan, Brigands d’autrefois.

143La Forcade.
Première occurrence : 3 avril 1614 ♦ Dernière occurrence : 12 juillet 1620
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : inconnus.
Ce protestant est originaire du Sud-Ouest. Blay de Gaïx note qu’en 1590 un La Forcade est expulsé de la ville de Bayonne. En 1614, nommé négociateur de la régente pour les questions des confins, il s’accorde avec Cárdenas afin de favoriser un règlement favorable à l’Espagne. À cette occasion, l’ambassadeur et l’espía mayor* s’opposent sur la gestion à adopter pour cet agent : l’envoi de Bustamente* est-il souhaitable et faut-il doter La Forcade d’un chiffre ? D’autre part, le Conseil d’État note l’influence de ce personnage sur la reine mère et parmi les huguenots. Il ne semble que pas que La Forcade ait été démasqué.
AGS, K, 1428, le 11 avril 1614, le 1er octobre 1614 ; AGS, K, 1453, le 8 mai 1614 ; AGS, K, 1610, le 11 avril 1614 ; AGS, K, 1469, f° 49, f° 59, f° 62, f° 161 et f° 164 ; G.-F. de Blaÿ de Gaïx, Histoire militaire de Bayonne, p. 308.

144Lagonia : voir Mérargues.

145La Grange, M. de-.
Première occurrence : 6 décembre 1611 ♦ Dernière occurrence : 9 janvier 1628
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Personnage trouble rencontré en Italie du Nord, entretenant des contacts avec les ducs de Nemours, de Savoie, Lesdiguières et le colonel Alardo*. Il semble défavorable à l’Espagne tout en maintenant des contacts avec les responsables de cette couronne. Ainsi, en 1612, Madrid se réjouit de son incarcération à Lyon sur les ordres de Marie de Médicis, à la suite d’une rixe qui l’avait opposé à Verberana, le secrétaire de l’ambassade espagnole à Turin. En 1615-1616, La Grange sert à plusieurs reprises d’intermédiaire entre Lesdiguières, gouverneur du Dauphiné, et Alardo lors du retournement de ce dernier. En 1626, il est gouverneur de Novi.
AGS, E, 1933, f° 320, janvier 1617 ; AGS, E, 1906, f° 92, février 1615, f° 111 8 mars 1615, f° 126, 24 mars 1615, f° 187, mai 1615 ; AGS, E, 1301, f° 191 et 296, année 1611 ; AGS, K, 1615, f° 92, juin 1612 ; AGS, K, 1427, f° 68, mars 1612 ; AG S, K, 1466, f° 22, mai 1612 ; AGS, K, 1471, f° 136, juin 1616 ; AGS, K, 1481, f° 15 ; AGS, K, 1436, ffos 19 et 23,1626 ; AGS, K, 1458, f° 214, décembre 1627.

146Lamich, Jean.
Première occurrence : 12 juillet 1613 ♦ Dernière occurrence : 29 juillet 1613
Origine géographique : Béarn ♦ État social ou activité : inconnus.
Bon catholique, ce Béarnais ne supporte plus la domination des hérétiques dans son pays. Il se rend alors à Valence, en Espagne, en 1609. De retour dans ses terres en 1612, il assiste chez son oncle à une réunion de huguenots ainsi qu’à une « montre d’armes » (entraînement militaire) dirigée par La Force. Le but de ces préparatifs serait d’empêcher à tout prix la conclusion des mariages franco-espagnols. Ne supportant pas cela, Lamich retourne à Valence, se confesse et demande à un clerc de transmettre ces informations.
AGS, K, 1453, des 12 et 29 juillet 1613.

147Lande, M. de-.
Première occurrence : novembre 1607 ♦ Dernière occurrence : 30 septembre 1609
Origine géographique : Dieppe ♦ État social ou activité : noble.
Pendant plusieurs années, ce gentilhomme français communique à l’ambassade espagnole de nombreux avis sur les mouvements de navires dans le port de Dieppe. Ses avis sont confrontés à ceux d’Almeyda*. Ils servent principalement à repérer les bateaux partant pour les colonies de l’empire espagnol et à argumenter les plaintes du représentant espagnol auprès du roi de France.
AGS, K, 1461, les 2 janvier, 12 avril et 30 septembre 1608.

148Lansac, Guy de Lusignan, sieur de - (ca. 1547 – 1622).
Première occurrence : 1591 ♦ Dernière occurrence : 2 février 1618
Origine géographique : Sud-Ouest ♦ État social ou activité : noble.
La carrière de Lansac commence par son élection comme maire de Bordeaux, entre 1567 et 1571. Capitaine des gardes, gouverneur de Blaye puis de Brouage, il devint par la suite vice-amiral de Guyenne. Lansac était aussi le beau-frère du baron de Lux*, un des membres de la conjuration de Biron. Très actif à l’époque de la Ligue, Lansac s’engage sous la bannière espagnole au nom de la défense de la religion. D’après ses notes, il aurait entretenu d’étroites relations avec les principaux secrétaires d’État de Philippe II. Dans le mémoire qu’il adresse à Madrid, il affirme avoir reçu des gratifications espagnoles à partir de 1591. En exil en 1618, il note que son frère l’évêque de Comminges lui a permis de subvenir à ses besoins et précise l’antique et prestigieuse lignée dont il est issu. P. Cayet affirme que Raffis* servit Lansac en qualité de secrétaire, alors que Ch. de La Roncière décrit un Saint-Gelais de Lansac, ancien favori du duc d’Anjou, dont le portrait rejoint celui de Guy de Lusignan. À plusieurs reprises entre 1600 et 1618, Lansac communique des avis à Madrid. Étrangement, le parlement de Toulouse condamne un Lansac pour avoir aidé Montauban en 1625.
AGS, E, 1783, le 8 juin 1600 (Ygun de La Lana) ; AGS, K, 1472, f° 11, Monteleón au roi le 11 août 1616, ffos 101-103, le 16 octobre 1616 ; AGS, K, 1454, f° 150, le roi à Monteleón le 10 septembre 1616 ; AGS, K, 1474, f° 25, Monteléon au roi le 2 février 1618 ; voir aussi, au minutier central des archives nationales (Paris), les très nombreuses références concernant ce personnage ; Le Mercure françois, t. XI (1626), p. 211 ; P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 295 ; S. de La Bouillerie, Un ami de Henri IV, pp. 25-29 ; Ch. de LA Roncière, Histoire de la marine, t. IV, pp. 124 et 160 ; Serge Brunet, Les prêtres des montagnes : Val d’Aran et diocèse de Comminges (v. 1550-v. 1750), thèse dactylographiée soutenue à l’université de Toulouse - Le Mirail en 1996, t. I, pp. 167-192 ; Id., « L’attente des Espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de Religion (1588-1603) », dans Les hommes et leur patrimoine en Comminges, n° 26 (2000) de la Revue de Comminges, pp. 219-241.

149La Rousselière, M. de -.
Première occurrence : 1625 ♦ Dernière occurrence : 1626
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : noble.
Gentilhomme dépendant du duc de Rohan, en 1625 il est envoyé avec Canredon en Espagne pour négocier un possible soutien à la révolte huguenote. À l’annonce de la paix de La Rochelle (février 1626), La Rousselière renvoie Canredon en France. Celui-ci est arrêté avant que le parlement de Toulouse n’ait ratifié la paix, et alors que les pouvoirs pour négocier avec Olivares n’appartiennent qu’à La Rousselière.
Mémoires du cardinal de Richelieu, t. VI, n° 4, p. 185 ; Le Mercure françois, t. XII (1626), pp. 194-197.

150Launay-Longaban, Julien (ou Julián) [ ?-1620].
Première occurrence : 1581 ♦ Dernière occurrence : 1620
Origine géographique : Bretagne ♦ État social ou activité : commerçant.
Malouin d’origine, Launay-Longaban vit en Espagne pendant plus de vingt ans. Il est en contact avec des membres de la Ligue catholique en France ainsi qu’avec l’ambassadeur Bernardino de Mendoza. Est-ce l’échec des Ligueurs qui le pousse à résider dans la Péninsule ? Ses fonctions souterraines sont difficiles à cerner. Il a fréquenté Raffis* et Juan Blas*. À partir de 1596, il est consul de la nation française à Carthagène. En 1612, Mayenne intervient en faveur des commerçants lésés pendant les guerres, entre autres de Launay-Longaban. En 1615, emprisonné à Grenade, il dénonce des fraudes, puis s’entretient avec l’Inquisition.
AGS, K, 1605, Launay à Tassis le 8 avril 1602 ; AGS, K, 1453, Launay à Philippe III le 27 août 1612 ; AGS, K, 1611, Cárcamo au roi le 13 janvier 1615 ; AGS, K, 1610, le 31 janvier 1615 ; AGS, E, 2862, Launay à Ciriza le 23 octobre 1616 ; AGS, Guerra Antigua, 727, Launay-Longaban le 15 décembre 1608 ; A. Gutiérrez, La France et les Français, p. 102 ; A. Girard, « Notes sur les consuls étrangers en Espagne », p. 126 ; Vicente Montojo Montojo, « Crecimiento y desarrollo corporativo en España. Los consulados extrateritoriales extranjeros (ss. XVI-XVII) », Anuario de Historia del Derecho, 62, 1992, pp. 47-66.

151Leyre, Jérôme de : voir Raffis, Gérard de.

152L’hoste, Nicolas (alias « L’Andalou ») [ ?-1604].
Première occurrence :
12 mai 1601. ♦ Dernière occurrence : 15 mai 1604.
♦ Origine géographique : France. ♦ État social ou activité : secrétaire.
Filleul de Villeroy, Nicolas L’Hoste obtient de suivre en Espagne l’ambassadeur Antoine de Silly, comte de La Rochepot Mal récompensé par son maître, il choisit d’offrir sa collaboration aux dirigeants espagnols. Refusé une première fois, il réussit, par le biais de Jean Blas*, à rencontrer Lerma et Idiáquez et devient un collaborateur régulier des Espagnols. De retour en France, commis auprès de son parrain le secrétaire d’État Villeroy, il communique à l’ambassadeur espagnol à Paris les principales dépêches des diplomates, du secrétaire d’État et du roi. Il est démasqué par Gérard de Raffis* entre la fin de 1603 et le début de 1604. Poursuivi, il meurt noyé en avril 1604.
AN Paris, U. 783, f° 138 ; X 2A 159, ffos 393-394 ; BNF, Fonds Dupuy, 89 (f° 177 : extraits des registres du parlement et jugement L’Hoste, ffos 178 et 180) ; Fonds français : ms. 4020 (f° 240), ms. 18 432, ms. 3486 (f° 26), ms. 3488 (f° 42, 72 sur L’Hoste), ms. 4028 (Villeroy au procureur général, mai 1604), ms. 7609 (notes et extraits du procès pour crime de lèse-majesté : ffos 33-34 :10 et 15 mai 1604), ms. 15 896 (ffos 443-443 ; Villeroy à Bellièvre le 24 avril 1604, f° 447 interrogatoire du Flamand, f° 449), ms, 18 452, f° 206 ; Fonds italien : ms. 1753, dépêches de Badoer (1604-1605) : ffos 22 à 33 et la guerre ; Dans la série K, Estado des archives de Simancas, les références à L’Hoste sous le pseudonyme de L’Andalou sont constantes dans les dépêches des ambassadeurs entre 1601 et 1604, parmi celles-ci : AGS,E, 620, f° 146 (1602) ; AGS, K, 1604 ; AGS, K, 1451, ffos 28, 115 (arrivée à Paris de L’Hoste) ; AGS, K, 1426, f° 23 ; lettres inédites de Sully, éd. B. Barbiche et D. Buisseret, pp. 100-101 (citent d’autres sources disponibles, pas toujours citées dans l’article ci-dessous) ; A. HUGON, « L’affaire Nicolas L’Hoste » ; J. Nouaillac, Villeroy, pp. 314-323 ; M. Philippson, Heinrich IV und Philipp III, pp. 324-330.

153Lingendes.
Première occurrence : 10 février 1633 ♦ Dernière occurrence : 4 juin 1633
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : Secrétaire.
Secrétaire de Du Fargis pendant l’ambassade en Espagne (de Bautru, selon Avenel), puis émissaire de Richelieu auprès d’Olivares pour obtenir des chevaux, Lingendes entre ensuite au service de Du Fargis*, c’est-à-dire de la clientèle de Gaston d’Orléans, puis en 1633, il se rend à Madrid en même temps que le comte de Maure* pour y défendre les intérêts de Monsieur. Il y fait part des propositions d’actions de cette faction.
Références de ses mentions après avoir servi de secrétaire à l’ambassade de Du Fargis : AGS, K, 1446, f° 90, Richelieu à Olivares le 27 août 1629 ; AGS, K, 1417, f° 4, Conseil d’État, consulta du 10février 1633 ; AGS, K, 1416, f° 13, Conseil du 27 avril 1633, f° 21, notes de Lingendes pour le Conseil d’État, f° 25, Mirabel sur ces projets.

154Lomellin, Ambroise.
Première occurrence : 7 août 1600 ♦ Dernière occurrence : 23mai 1633
Origine géographique : Gênes ♦ État social ou activité : noble.
Voir la notice suivante.

155Lomellin, Marc-Aurèle.
Première occurrence ; 7 août 1600 ♦ Dernière occurrence : 25 mai 1633 ♦ Origine géographique : Gênes ♦ État social ou activité : noble.
Les Lomellin appartiennent à une grande famille de viecchi francophiles de Gênes. En 1603, Ambroise Lomellin propose de financer les galères du roi de France. L’ambassadeur espagnol fait tout pour l’en détourner. Entre espions et pensionnés, les Lomellin tentent de ne pas s’attirer l’inimitié de l’Espagne, possédant des intérêts commerciaux (commerce de Tabarcha), tout en prenant des intérêts sur le royaume de France. C’est pourquoi ils transmettent parfois des informations sur la France à l’ambassadeur d’Espagne auprès de la République.
AGS, E, 1431 ffos 62, 160, 178, 198, 215 et n8 (1602) ; AGS, E, 14332, f° 32, 24 mai 1603 ; AGS, E, 3591, f° 170 (sur Tabarcha et Bastion de France en, 1633) ; C. Bitossi, Il governo dei magnifici, pp. 50-55 et chap. V sur Tabarcha.

156Lope, Alonso Don (ou Alonso López) [ ?-1649].
Première occurrence : 1er octobre 1619 ♦ Dernière occurrence : janvier 1634
Origine géographique : Aragon ♦ État social ou activité : financier.
La biographie d’Alonso don Lope (ou Alonso López) relève du roman. Morisque pour certains, juif pour d’autres, lors de l’expulsion des morisques d’Agde il s’occupe de leurs finances. En 1627, lors de l’affaire des caraques échouées, il est chargé de négocier. Au cours de ces années, López fait un rapide passage dans les prisons françaises. Il correspond avec la cour espagnole mais est étroitement lié à Richelieu...
AGS, K, 1476, f° 132, Girón le 1er octobre 1619 ; AGS, K, 1432, f° 138, Mirabel ; AGS, E, 3347, f° 332, juillet 1624 ; AGS, K, 1446, f° 57, Navaz à Villela, f° 61 ; AGS, K, 1481, f° 132 ; AGS, E, 2044, f°12, le 9 septembre 1630 et f° 67, le 21 juillet 1630 ; CODOIN, t. LXXXI, p. 565. D. Avenel, Lettres ; instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II p. 699, t. III, p. 4, t. IV, p. 90 ; A. Cioranescu, Le masque et le visage, p. 39 ; Henri Hauser, La pensée et l’action économique du Cardinal de Richelieu, Paris, 1944 ; L. Cardaillac, Le passage des morisques ; nombreuses références dans Tallemant des Réaux, Historiettes, t. I, pp. 314-315 ; H. Baraude, López, agent financier ; F. Hildesheimer, « Une créature de Richelieu » ; J. H. Elliott, Richelieu and Olivares, pp. 140-141 ; Lettres du cardinal de Mazaren pendant son ministère (1642-1644), éd. Adolphe Chéruel, Paris, 1872-1890 (6 vol.), t. I, pp. 622-623 et 681-082.

157Lope, Manuel Don –.
Première occurrence : 1591 ♦ Dernière occurrence : 1633
Origine géographique : Aragon ♦ État social ou activité : inconnus.
Manuel don Lope fait partie des Aragonais insurgés lors de la révolte de 1591. Banni, il sert le roi de France pendant plus de vingt ans, et fait l’objet de toutes les attentions de l’ambassadeur espagnol en France et des services secrets sur la frontière. À partir des mariages franco-espagnols, sa position se modifie car il obtient le pardon de son souverain, sur les instances de Marie de Médicis. Il occupe ensuite des positions officielles mais continue à traiter d’affaires secrètes concernant le royaume de France, cette fois pour le compte du Roi Catholique.
AGS, K, 1603, Tassis le 15 décembre 1600 ; AGS, K, 1606, le 31 janvier 1603, le 16 avril 1604 ; AGS, K, 1426,1604 ; AGS, K, 1607, le 7 juin 1605 ; AGS, K, 1608, le 30 octobre 1607, le 7 novembre 1611 ; AGS, K, 1427 et AGS, K, 1452, 20 janvier 1611, sur les demandes de pardon à l’occasion des mariages franco-espagnols ; AGS, K, 1613, les Conseils d’État des 15 janvier, 20 et 25 février 1617 ; AGS, K, 1472, ffos 137-140, novembre 1616 ; AGS, K, 1473, f° 196 ; AGS, K, 1457, f° 131, le 20 octobre 1624, f° 178b ; BNM, ms. 1762, lettre du père de Manuel don Lope, f° 218 ; BNM, ms. 2348, le 26 décembre 1616 ; L. Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, p. 42, le 9 octobre 1599 ; G. Marañón, Antonio Pérez, pp. 321-330.

158Lucques, Deodato.
Première occurrence : janvier 1618 ♦ Dernière occurrence : janvier 1631
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : administration.
Cet étrange personnage est en relations avec l’ancien ligueur M. de Lansac*. À en croire les diverses sources espagnoles, si Lelio Deodati, originaire de Lucques, est bien le même personnage que Deodato Lucques, il occupe d’abord le poste de représentant de cette république à Madrid en 1618. Plus tard, en 1628, Mirabel note que Déodato Lucques s’est converti au protestantisme en France, et résume ensuite les intentions de Déodato envers la révolte huguenote en France... Enfin, Lelio Deodati devient, en 1630-1632, représentant en Espagne du duc de Lorraine...
AGS, K, 1474, f° 25, le 27 février 1618 ; AGS, K, 1481, f° 19, notes de Mirabel en 1628 ; AGS, K, 1421, f°19, 1630-1631.

159Lucquises, les frères -.
Première occurrence : 1605 ♦ Dernière occurrence : 1605
Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : inconnus.
Selon une lettre d’Henri IV à La Force, les deux frères Lucquises travaillent pour le roi d’Espagne afin d’occuper Bayonne. La correspondance diplomatique ne les mentionne pas, mais un capitaine nommé Incamps les surveille.
Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 408, lettre d’Henri IV à La Force le 10 août 1605.

160Lusignan, Guy de : voir Lansac.

161Lussan, Jean-Paul d’Esparbès de-.
Première occurrence : 1593 ♦ Dernière occurrence : 1599
Origine géographique : Sud-Ouest ♦ État social ou activité : noble.
Maître de la citadelle de Blaye au cours des années 1590, Lussan se voit retirer ce gouvernement par Henri IV selon un avis de Juan Velázquez* daté de mars 1599. L’espía mayor le qualifie de « très obligé au service du Roi Catholique » pour de nombreuses raisons, non mentionnées. Un des proches de Lussan est à l’origine des projets évoqués à plusieurs reprises sur l’estuaire de la Gironde ; quelle part y prend-il ?
AGS, K, 1593, Conseil d’État sur un avis de Charles Hébert du 24 décembre 1604 ; AGS, E, 183, f° 82, mars 1599.

162Lux, Edme de Malain, baron de -.
Première occurrence : 1600 ♦ Dernière occurrence : 1602
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Proche de Biron, il occupe la charge de lieutenant général de Bourgogne. Il participe à la conspiration de Biron. À en croire le comte de Fuentes, Lux est un des piliers de l’entreprise, accumulant munitions et approvisionnements dans les forteresses de Dijon et Beaune. C’est sur de lui que Biron et les autres conjurés s’appuient. Le rôle qui lui est imparti commence par l’occupation des grandes places : « C’est à lui que tous recourent, comme à une personne si intelligente et grand homme d’État », d’après le gouverneur de Milan. Biron démasqué et exécuté, Lux obtient sa grâce et son pardon d’Henri IV. Un avis anonyme l’avait dénoncé aux Espagnols, affirmant qu’il était peu sûr.
AGS, E, 1290 et AGS, E, 1291 sur la conspiration dont les ffos 66, 83 et 201 sur le rôle et l’idéologie de Lux ; AGS, E, 620, f° 144 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 693 ; Duc de La Force, Le maréchal de La Force, chap. IV ; J. L. Cano De Gardoqui, La conspiración de Biron ; H. Drouot, Mayenne et la Bourgogne, nombreuses références (voir index) ; A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 208 et 231.

163Machado, Salvador.
Première occurrence : 1603 ♦ Dernière occurrence : 10 septembre 1604
Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : inconnus.
Ce Portugais collabore avec Tassis pour surveiller Manuel* et Cristóbal* de Portugal. Dans ce but, Machado se rend aux Provinces-Unies, tout en restant en liaison avec l’ambassadeur espagnol à Paris. Le roi d’Espagne approuve la gestion de ce confident par les diplomates. En même temps, Machado informe aussi du mouvement des navires hollandais vers les Indes espagnoles.
AGS, K, 1606, Tassis le 26 mai 1603, Zúñiga le 27 août 1604 ; AGS, K, 1451, f° 118, le roi á Zúñiga le 6 juillet 1604 ; AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 19 août 1604 ; AGS, K, 1426, f° 68, Conseil d’État, consulta du 26 juin 1604.

164Machault La Marche.
Première occurrence : 29 novembre 1629 ♦ Dernière occurrence : décembre 1630
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : administration.
Selon le confident français de Bruxelles, « on a découvert [en France] enfin un pensionnaire d’Espagne ». Conseiller à la cour des Aides, il s’entretient secrètement avec les responsables espagnols en France. Une évasion, attribuée à la volonté des deux cours d’étouffer cette affaire, conclut cette information en décembre 1630.
AGR, reg. 433, ffos 158, 161, et 166.

165Madrigal, Juan de.
Première occurrence : 22 mai 1610 ♦ Dernière occurrence : 22 mai 1610
Origine géographique : Burgos et Le Havre ♦ État social ou activité : marchand.
Originaire de Burgos, Juan de Madrigal a vécu plusieurs années au Havre, où il a conservé des amitiés, dont celle du frère de M. de Villars. Marchand de profession, Madrigal se rend auprès du roi d’Espagne pour lui communiquer les offres de ce Français. Ce dernier se propose de travailler pour le Roi Catholique et il prévient des rumeurs persistantes sur les volontés bellicistes d’Henri IV.
AGS, E, 2227, le roi à Lerma le 22 mai 1610.

166Maes, Juan.
Première occurrence : 27 mars 1621 ♦ Dernière occurrence : 6 mai 1622 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : marchand et arbitrista.
Depuis le port d’Anvers, Juan Maes, un Portugais installé aux Pays-Bas espagnols, envoie à Mirabel des informations sur le trafic de monnaie de cuivre dont les Hollandais sont les instigateurs. Précis, ses rapports indiquent même les noms des propriétaires des navires. Ce marchand a l’originalité de ne rien demander en échange de ses renseignements, ce qui étonne le Conseil d’État. De plus, Juan Maes propose des plans pour éliminer la monnaie de cuivre.
AGS, K, 1478 ffos 63-65, f° 70, f° 83, f° 172 printemps 1621 (les premiers ffos sont anonymes mais le f° 83 précise le nom) ; AGS, K, 1479, f° 24, Mirabel le 6 mai 1622, f° 42, résumé des lettres de Mirabel ; AGS, K, 1438, f° 59, Conseil d’État, consulta du 7 juillet 1622.

167Malain, Edme de : voir Lux, le baron de-.

168Mangalet (ou Margalet), Melchior.
Première occurrence : 27 octobre 1617 ♦ Dernière occurrence 224 juin 1618
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Une copie d’une lettre en italien de cet ami du corsaire et espion Jacques Pierre* se trouve dans la correspondance de l’ambassadeur de Venise. Mangalet décrit le voyage qu’il effectua avec Jacques Pierre après avoir été à Naples saluer le duc d’Osuna (été 1617 ?). Il laisse entendre à son employeur que Jacques Pierre a été retourné, au profit de Lesdiguières ou bien du duc de Nevers. Nous ignorons le sort de Mangalet lors de la conspiration de Venise.
AGS, E, 1881, f° 108, copie de la lettre de Mangalet de Venise le 27 octobre 1617 ; C. Seco, « La conjuración de Venecia », p. 339.

169Martín del Espíritu Santo, le frère-.
Première occurrence : 23 octobre 1601 ♦ Dernière occurrence : 26 avril 1611
Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : religieux.
Religieux portugais d’origine marrane, qualifié parfois de fidèle de la loi mosaïque, cet indicateur est contraint par les responsables espagnols à collaborer à la suite de l’emprisonnement d’un sien parent dans la Péninsule. Faisant preuve d’une grande mobilité, Martín del Espíritu Santo multiplie les avis et les intrigues. En 1601, il offre des présents à Henri IV en compagnie d’autres Portugais et fréquente les fils* de don Antonio de Portugal, des dirigeants français comme Zamet, des exilés, dont Antonio Pérez*. Il aide nombre de marranes à passer en France. Il se rend en Angleterre, en Flandres. Tous ces mouvements sont signalés dans la correspondance diplomatique, où l’on trouve aussi trace de nombreux renseignements transmis par Martín del Espíritu Santo...
AGS, K, 1604, Tassis le 23 octobre 1601 ; AGS, K, 1606, Tassis le 23 janvier 1603 ; AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 17 mai 1607, Prada à Zúñiga le 12 juin 1607, Irarraga au roi les 24, 28 août et 6 novembre 1607 ; AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 9 octobre 1607 ; AGS, E, 625, f° 110, Andrés de Prada du 29 juin 1608 ; AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 26 avril 1611, Conseil d’État, consulta du 14 juillet 1611 ; AGS, E, 2227, le roi à l’archiduc Albert le 2 décembre 1609 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, lettre 582, pp. 255-256 et p. 540 ; M. A. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, pp. 244-250.

170Mattioles, Camillo.
Première occurrence : 31 octobre 1616 ♦ Dernière occurrence : 31 octobre 1616
Origine géographique : Florence ♦ État social ou activité : militaire.
Officier florentin, Camillo Mattioles transmet un avis au duc de Lerma en 1616. Passant par La Rochelle, ce marin décrit les nombreuses caravelles portugaises présentes dans le port et dénonce la capture d’un grand navire castillan et de son équipage par les corsaires rochelais, signalant aussi la hargne de la « plèbe » de cette cité.
AGS, K, 1472, f° 132, Camillo Mattioles à Lerma le 31 octobre 1616.

171Maure, Louis de Rochechouart, comte de - (1603-1669).
Première occurrence : janvier 1633 ♦ Dernière occurrence : 1634
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.

172Lié à la maison de Marillac et au clan dévot, le comte de Maure suit la reine mère dans son exil flamand au lendemain de la Journée des Dupes. Il la représente à Madrid en 1633-1634 et communique à l’Espagne divers projets d’intervention en France. Parmi ceux-ci, il dresse un plan de soulèvement général déclenché à partir l’occupation de Brest avec l’aide de possibles troupes espagnoles. Dès janvier 1633, Olivares dédaigne les prétendues offres de cette faction.
AGS, K, 1424, ffos 86, 104 année 1633 ; AGS, K, 1422, ffos 64, 68 ; AGS, K, 1417, ffos 4, 5, 6, 24, année 1634 ; Tallemant des Réaux, Historiettes, t. I, note p. 1153.

173Medrano, Francisco Díaz de -.
Première occurrence : 25 juillet 1612 ♦ Dernière occurrence : 25 juillet 1612 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : militaire.
Ce lieutenant chargé de la garde du port ibérique de Bera (Vera) dénonce de manière virulente au Conseil d’État les pratiques des marranes de Saint-Jean-de-Luz et la présence en France de morisques. Avec un membre du Parlement de Paris, qui se nommerait monsieur de Bourg, Medrano se propose de favoriser une expulsion du royaume de France de ces impies judaïsants, avec l’appui des autorités espagnoles.
AGS, K, 1453, le 23 juillet 1612.

174Membielle.
Première occurrence : 1606 ♦ Dernière occurrence : 1606
Origine géographique : Pyrénées (français) ♦ État social ou activité : inconnus.

175Cet agent est signalé à M. de La Force, gouverneur du Béarn, par une lettre de M. de L’Ostal. Membielle sert alors d’intermédiaire à M. de Méritein* pour contacter le vice-roi espagnol de Navarre, Cardona. Ses services et son sort nous sont inconnus : a-t-il été le compagnon de prison de Méritein ?
Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 345, le 6 septembre 1606.

176Menenses, Juan de.
Première occurrence : 18 septembre 1627 ♦ Dernière occurrence : 7 avril 1635
Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : secrétaire.
Très certainement secrétaire de l’ambassade d’Espagne en France, Menenses est arrêté près de Leucate, au début de l’année 1635, par les autorités françaises. Celles-ci affirment avoir trouvé en sa possession des documents attestant son activité d’espionnage. La libération de Menenses fait l’objet d’un vaste marchandage quand les deux couronnes vivent les derniers mois de paix et ne cessent d’entraver les ressortissants de l’adversaire. Benavente et Cardona interviennent vivement pour obtenir l’élargissement de cet Espagnol.
AGS, K, 1417, ffos 61, 69, mars avril 1635 ; AGS, K, 1423, f° 59, mars 1635, f° 143 ; AGS, K, 1425, ffos 138, 143, avril 1635 ; AGS, E, 2041, le 18 septembre 1627 ; CODOIN, t. LXXXI, relation de Faria.

177Mérargues, Louis de Lagonia, sieur de - (1563-1605).
Première occurrence : 5 décembre 1605 ♦ Dernière occurrence : 10 janvier 1606 Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Apparenté à des personnages importants comme M. de Villars, gouverneur du Havre, ou le duc de Montpensier, Louis de Lagonia propose à Jacques Bruneau*, secrétaire de l’ambassade espagnole à Paris, un plan pour prendre Marseille. Les fonctions de Mérargues sont importantes : député aux états de Provence, puis responsable de galères. Alors qu’il s’apprête à occuper les fonctions de viguier de la ville, il est arrêté en compagnie de Bruneau sur une dénonciation faite au duc de Guise par un galérien. Il est exécuté pour crime de lèse-majesté le 25 décembre 1605.
AGS, K, 1426, Zúñiga le 8 décembre 1605, f° 78 : Conseil d’État, consulta du 22 décembre 1605, f° 80 : Conseil d’État, consulta du 7 janvier 1606, f° 81 : Conseil d’État, consulta du 10 janvier 1606 ; AGS, K, 1460, Zúñiga les 8 et 9 décembre 1605, Zúñiga les 3 et 10 janvier 1606 ; AGS, K, 1607, Zúñiga le 25 décembre 1605 ; AGS, E, 1295, f° 186, Fuentes sur le frère de Mérargues, juin 1606 ; BNF, Fonds français, ms. 4020 et ms. 7595 ; MAE, Correspondance politique, Espagne, f° 67 sq. ; Bibliothèque de l’arsenal, ms. 2840, f° 190 : Mérargues ; Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 421 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, pp. 383,570 et 571 ; Le Mercure françois, t. I (1612), pp. 16-19 ; Ch. Weiss, L’Espagne depuis le règne de Philippe II, p. 277.

178Mérargues le Frère (N... de Lagonia).
Première occurrence : 22 janvier 1606 ♦ Dernière occurrence : 5 août 1606 ♦ Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : noble.
Le frère de Louis de Lagonia, sieur de Mérargues*, insiste pour entrer en contact avec des responsables espagnols en Italie. Son but est de venger l’honneur de son frère, exécuté en décembre 1605 pour crime de lèse-majesté. Cependant Fuentes et l’ambassadeur Vivas l’éconduisent poliment, et évitent de fréquenter un personnage aussi encombrant.
AGS, E, 1294, f° 186, Fuentes le 17 juin 1606 ; AGS, E, 1898, 194, le roi à Fuentes le 4 mai 1606 ; AGS, E, 1466, f° 155, Vivas le 27 janvier 1606.

179Méritein (ou Méritan), M. de -.
Première occurrence : 1586 ♦ Dernière occurrence : 17 mars 1609 ¨ Origine géographique : Sud-Ouest ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Conseiller à Saint-Palais, dans le Béarn, et militaire ayant servi Henri IV, Méritein est impliqué dans d’obscurs mouvements sur la frontière pyrénéenne. On le rencontre en contact avec des morisques. Par ailleurs, il communique tant avec le vice-roi Cardona, proposant de prendre Navarrenx, qu’avec les responsables français. Emprisonné à plusieurs reprises à Pau, il y rencontre l’agent espagnol Martín de Bustamente*. À chaque libération, Méritein renoue toujours ses liaisons avec les deux parties. Il est le prototype de l’agent double.
AGS, K, 1426, f° 111, Conseil d’État, consulta du 17 mars 1609 sur un avis de Martín de Bustamente ; AGS, K, 1608, le 30 octobre 1607, le 17 mars 1609 ; AGS, E, 707, ffos 268-269, lettres de Tassis, 1602 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 102, lettre du 3 juin 1603 et pp. 498-499, lettre du 26 août 1603 ; Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, lettre d’Henri IV du 4 août 1605, p. 404, lettre de M. de l’Ostal à La Force le 6 septembre 1606, p. 434, lettre de La Force à Madame le 1er janvier 1607, pp. 435-et 442 et lettre du roi à La Force le 25 juillet 1609, t. II, p. 231 ; G.-F. de Blay de Gaïx, Histoire militaire de Bayonne, chap. IX.

180Monier, M. de-.
Première occurrence : 16 février 1607 ♦ Dernière occurrence : 7 juin 1609
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Sujet du roi de France, ce noble d’origine provençale, fils du comte de Montlevrier (Monlebrier ?) propose à l’Espagne de nombreuses opérations alors qu’il n’envoie que peu de documents. Ainsi, il offre au Conseil d’État d’occuper la place de Toulon avec l’aide de ses parents et de prendre Sedan. Monier fréquente M. de Montevene* et connaît Honoré Rigault*. Le Conseil d’État en avertit le gouverneur du Milanais, Fuentes.
AGS, K, 1608, f° 22, Conseil d’État, consulta du 7 mars 1609 ; AGS, K, 1461, le 16 février 1609, mémoire de Mos, de Monier adressé à Philippe III par l’intermédiaire de Prada ; AGS, K, 1460, Irarraga le 20 janvier 1607 ; AGS, E, 1899, f°192, lettre du roi à Fuentes le 7 juin 1609 ; A. Eiras Roel, « Política francesa de Felipe III », p. 282, n. 102.

181Montagu, M. de - voir Goyrans.

182Montebelo, N... de Bagni, marquis de - : voir Bagni.

183Montevene (ou Ventevene), M. de-.
Première occurrence : 20 janvier 1607 ♦ Dernière occurrence : 2 mars 1607
Origine géographique : Sedan ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Avec M. de Terrailles*, il a servi l’armée des Archiducs lors du conflit à Bergh, où il fut blessé. Rappelé par Henri IV en France, il est chargé par le souverain de s’occuper des fortifications de Sedan après avoir résidé un an à Paris. Il entame des discussions avec l’ambassadeur espagnol Irarraga pour proposer une entreprise contre cette place forte. Parmi ses fréquentations, on rencontre de nouveau M. de Monier* et Rodrigo Alvares de Vittoria*. Montevene éprouve une forte animosité à l’encontre de Terrailles.
AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 20 janvier 1607 (plusieurs documents) ; AGS, K, 1608, f° 2b, Irarraga le 20 janvier 1607 ; AGS, K, 1426, f° 92, Conseil d’État, consulta du 20 janvier et lettre du roi du 2 mars 1607.

184Monluc (ou Montluc), Adrien de-, comte de Cramail (ou Carmain), baron de Montesquiou et prince de Chabanais (1571-1646).
Première occurrence : 16 décembre 1600 ♦ Dernière occurrence : 1619 ♦ Origine géographique : Foix ♦ État social ou activité : noble.
Lié à l’Espagne, vraisemblablement depuis les guerres de la Ligue, le comte de Cramail maintient d’étroites relations avec le duc de Feria. Sénéchal du comté de Foix et petit-fils du maréchal de Monluc, il est également proche du gouverneur de Guyenne. Il intervient à plusieurs reprises dans le renseignement espagnol, puis son nom disparaît de 1607 à 1619, pour réapparaître en relation avec la situation d’Anne d’Autriche. Il emploie à cette fin Pedro de Alderete* comme intermédiaire. À cette date, il communique son analyse de la politique française. Par la suite, sa liaison avec Mme Du Fargis* et ses intrigues le conduiront à la Bastille.
AGS, K, 1426, ffos 13-14, Conseil d’État, consulta du 16 décembre 1600 ; AGS, K, 1431, ffos 34-35, le vice-roi de Navarre à Aguilar le 11 janvier 1619, ffos 45-46, Alderete le 27 mars 1619, f° 48 ; AGS, E, 1490, junte du 19 mai 1607 ; Le Mercure françois, t. VIII, pp. 477 sqq., sur sa participation à la guerre contre Montauban ; Richelieu rédigea un Mémoire sur la détention du Comte de Cramail ; Tallemant (BNF, Manuscrits, Fonds français, 23344 f° 2421°) Vie de Mr le Comte de Carmaing faite en 1649 escritte par Mr le Marquis de Sourdis son gendre ; Alain Niderst, « Mécènes et poètes à Toulouse entre 1610 et 1630 » et M, Sabatier, « Un mécène à Toulouse : Adrien de Monluc, comte de Caraman » dans Christian Anatole (éd.), Pèire Godolin (1580-1649). Actes du colloque international (Toulouse, 8-10 mai 1980), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1983, pp. 33-47 et 48-58 respectivement ; Véronique Douchin-Garrigues, Adrien de Monluc, comte de Cramail (1571-1646), DEA soutenu à l’université de Limoges en 1996 et thèse de doctorat soutenue à l’université de Limoges en 2002.

185Montfort, le comte de-.
Première occurrence : 29 décembre 1618 ♦ Dernière occurrence : 29 décembre 1618
Origine géographique : Sud de la France ♦ État social ou activité : noble.
Une seule mention du comte de Montfort apparaît dans la correspondance espagnole. En 1618, le duc de Feria, gouverneur du Milanais, informe son souverain que ce personnage lui a communiqué une lettre au sujet de possibles entreprises françaises contre la citadelle de Monaco.
AGS, E, 1919, f° 117, Feria au roi le 29 décembre 1618.

186Montmesan.
Première occurrence : 1605 ♦ Dernière occurrence : 1605
Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : inconnus.
Proche de Luis de Mérargues*, il est impliqué dans le procès de celui-ci pour crime de lèse-majesté. En effet, Montmesan sert de contact entre Mérargues et l’ambassade espagnole au cours de l’année 1605, mais le diplomate n’y fait aucune allusion dans ses lettres. Ses services, comme son sort, restent inconnus.
BNF, Fonds français, ms. 7595, ffos 1-40.

187Morgan, Thomas.
Première occurrence : 1584 ♦ Dernière occurrence : 13 mars 1612
Origine géographique : pays de Galles ♦ État social ou activité : inconnus.
Gallois ou Écossais entré au service de Marie Stuart en 1568, impliqué dans de multiples conspirations contre Elisabeth Ire d’Angleterre et réfugié en France, Thomas Morgan incarne la faction des catholiques opposés à un alignement sur Madrid. Cela ne l’empêche pas d’être stipendié puis protégé par l’ambassade espagnole à Paris dans la première décennie du XVIIe siècle. Il semble être l’un des meilleurs connaisseurs des geôles européennes. Ses activités frôlent toujours le « triple jeu » entre la France, l’Angleterre et l’Espagne.
AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 14 mai 1605, Irarraga au roi le 15 décembre 1607 ; AGS, K, 1426, ffos 112-113, dépenses de l’ambassadeur, avril 1609 ; AGS, K, 1454, f° 29, le 28 août 1611, f° 172, comptes de Cárdenas le 9 novembre 1616 ; AGS, K, 1466, f° 35, Cárdenas au roi le 2 février 1612 ; AGS, K, 1427, f° 28, comptes de Cárdenas le 7 juin 1610 ; AGS, K, 1609, Conseil d’État le 13 mars 1612 ; AGS, K, 1593, avis d’Hébert ; AGS, E, 1291, f° 186, Ledesma le 18 septembre 1602 ; BNF, Fonds français, ms. 4020, f° 379 ; ms. 7609, ffos 35-40 ; ms. 7611, ffos 147-151 ; MAE, Mémoires et Documents, Espagne, 324 : résumé de la lettre de Tomas Morgan à l’évêque de Dublin en 1589 ; AN Paris, U. 803, confession du comte d’Auvergne ; Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo, éd. Bernard Barbiche, pp. 746-747 ; S. Lee, Dictionary of National Biography, t XXXIX ; F. Eguiluz, Robert Persans ; R. Lechat, Les réfugiés anglais dans les Pays-Bas espagnols durant le règne d’Élisabeth ; John Bossy, Giordano Bruno and the Embassy Affair, New Haven - Londres, Yale University Press, 1991, pp. 24, 37, 59, 66, 91 et 93.

188Morillo, Mathias.
Première occurrence : 15 octobre 1607 ♦ Dernière occurrence : 12 janvier 1608
Origine géographique : Catalogne ♦ État social ou activité : inconnus.
Ce Catalan s’est réfugié en France pour des raisons inconnues. Mathias Morillo tente de se racheter auprès de la couronne espagnole en proposant de servir d’intermédiaire entre l’ambassadeur espagnol à Paris, Irarraga, un proche de M. de Fresnes-Canaye, l’ambassadeur français à Venise au début du siècle, et M. de Santèle*.
AGS, K, 1426, f° 96, avis d’une junte spéciale du 12 janvier 1608 ; AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 11 novembre 1607 ; AGS, E, 1490, Junta de Dos du 15 octobre 1607.

189N*** (« L’ami de Bruxelles »).
Première occurrence : 20 mars 1603 ♦ Dernière occurrence : 11 décembre 1603 ¨ Origine géographique : inconnue. ♦ État social ou activité : inconnus.
Anonyme fréquemment désigné par ce pseudonyme et cité par Tassis pour ses nombreuses informations. Cet espion prévient notamment de l’envoi à l’ambassadeur Barrault de fonds français destinés à rémunérer le capitaine Guigneau*. Il n’est pas impossible que cet agent soit le représentant des Archiducs à Paris, car de telles informations sont difficiles à envoyer depuis Bruxelles.
AGS, K, 1606, lettres de Tassis les 20 mars 1603 et 3 juin 1603 ; AGS, K, 1460, f° 120, lettre de Tassis du 11 décembre 1603.

190N*** (chartreux portugais).
Première occurrence : 22 février 1608 ♦ Dernière occurrence : 22 février 1608
Origine géographique : Naples ♦ État social ou activité : religieux.
De patronyme inconnu, ce chartreux dénonce un prieur de son ordre ainsi que deux frères français, qui sont en réalité des ingénieurs venus à Naples pour rechercher des informations et étudier les fortifications de la forteresse. Au même moment, il dénonce un trafic de chevaux dans un couvent chartreux de Calabre et propose d’installer des confidents dans différentes maisons religieuses.
AGS, E, 1297, f° 132, Oñate le 22 février 1608.

191N*** (secrétaire de l’ambassade française à Venise).
Première occurrence :
5 mars 1626 ♦ Dernière occurrence : 5 mars 1626
♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : secrétaire.
Nous n’avons pas réussi à identifier ce secrétaire de l’ambassade française à Venise en 1624-1625. Une lettre du roi à Mirabel relate que Benavente, nouvellement nommé à Venise, a appris que ce secrétaire remettait à son prédécesseur tous les documents de l’ambassade concernant les affaires du Levant.
AGS, K, 1457, f° 226, le roi à Mirabel le 5 mars 1626.

192Nis (ou Nils), Daniele.
Première occurrence : 2 janvier 1633 ♦ Dernière occurrence : 15 avril 1634
Origine géographique : Venise ♦ État social ou activité : inconnus.
À en croire l’ambassadeur espagnol à Venise, Daniel Nis est un des deux seuls informateurs qu’il possède à son arrivée dans la République. Nis transmet divers avis sur les alliances entre les Grisons, Venise et la France. Il appartient à l’entourage intime du duc de Rohan, alors en exil. Selon Carlos de Roo*, Nils joue double jeu ; il est congédié en 1634.
AGS, E, 3540, f° 125, le 15 mai 1633, f° 141, sur les frais, f° 145 ; AGS, E, 3591, mars 1633 ; f° 24, le 2 janvier 1633 ; AGS, E, 3835, f° 98, le 15avril 1634 ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 128 et 133.

193Osenelinck, Cornelius.
Première occurrence : 9 août 1599 ♦ Dernière occurrence : 9 août 1599
Origine géographique : Provinces-Unies ♦ État social ou activité : inconnus.
Une seule mention de notre documentation atteste l’activité de ce Hollandais dans le renseignement espagnol : il prévient Tassis de l’arrivée à Amsterdam de quatre navires en provenance de Calicut. Pour des raisons que nous ignorons, il se trouve en relations avec l’ambassadeur espagnol à Paris et non avec les responsables des Pays-Bas.
AGS, K, 1602, Tassis au roi le 9 août 1599.

194Ouville, Antoine d’- (ou Antonio de Ovila).
Première occurrence : 22 avril 1624 ♦ Dernière occurrence : 22 avril 1624
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : secrétaire.
Un document le signale nommément en tant qu’espion au service de l’Espagne. En 1624, une lettre de Mirabel indique que ce secrétaire de Du Fargis* sert M. de Béthune à Rome, où il se propose de communiquer à l’ambassadeur espagnol auprès du pape les correspondances françaises. On trouve ainsi des copies de lettres de responsables français en Italie (Cœuvres, Béthune, etc.) dans la correspondance de Simancas.
AGS, K, 1439, f° 73, Mirabel à Ciriza le 22 avril 1624 ; AGS, K, 1440, f° 68, copie d’une lettre de Béthune à Cœuvres.

195Owen, Hugh (1538- ?).
Première occurrence : 1599 ♦ Dernière occurrence : 13 mars 1604 ♦ Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : religieux.
Jésuite anglais réfugié sur le continent, Owen entre en relations avec Madrid en 1572. Il représente une des principales têtes du parti espagnol parmi les catholiques anglais. Résidant en Flandres au début du siècle, il constitue un des piliers du renseignement espagnol. On lui demande de conseiller Zúñiga pour obtenir des indicateurs anglais, il étudie les demandes de pensions adressées à Bruxelles et semble élaborer, avec Mancicidor, le secrétaire d’État et de la Guerre, les orientations de la politique des Archiducs.
AGS, K, 1593, f°3, Conseil d’État 1599 ; AGS, K, 1451, mars 1604 ; AGS, E, 612, le 10 mars 1596 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, nombreuses références ; L. Willar, « Négociations politico-religieuses entre l’Angleterre et les Pays Bas catholiques (1598-1625) », Revue d’histoire ecclésiastique, 6-9, [Louvain], 1908, pp. 115-116 ; R. Lechat, Les réfugies anglais dans Us Pays-Bas espagnols durant le règne d’Élisabeth ; M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, pp. 91-93 ; Id., « El espionaje y las revoluciones », p. 152 ; F. Eguiluz, Robert Persons.

196Paget, Charles.
Première occurrence : 1587 ♦ Dernière occurrence : janvier 1602
Origine géographique : Écosse ♦ État social ou activité : noble.
Avec Thomas Morgan*, il est l’un des chefs de la tendance écossaise des exilés catholiques britanniques. Impliqué dans les complots Throckmorton et Babington, arrêté en Angleterre, en France et en Flandres, Paget réside temporairement en France, puis en Flandres où il est pensionné par l’Espagne, Il transmet divers avis à l’ambassade espagnole de Paris. En 1603, il obtient sa grâce de Jacques Ier ; il meurt en Angleterre en 1612.
AGS, K, 1603, Tassis les 29 et 30 août 1600 ; AGS, K, 1426, f° 12, le 28 septembre 1600 ; AGS, K, 1604, Tassis le 16 avril 1601 ; AGS, K, 1451, les 6 et 28 octobre 1600 ; AGS, E, 612, le 10 mars 1596 et 24 ; AGS, E, 343, le 3 janvier 1597 ; AGS, E, 615, f° 59, le 6 janvier 1598 ; AGS, E, 634, f° 12, Junta de Dos, janvier 1602 ; R. Lechat, Les réfugies anglais dans les Pays-Bas espagnols durant le règne d’Élisabeth ; F. Eguiluz, Robert Persons ; S. Lee, Dictionary of National Biography, t. XLIII ; Michel Duchein, Elisabeth Ire d’Angleterre. Le pouvoir et la séduction, Paris, Fayard, 1992, pp. 490 et 524 ; J. de Lamar, Diplomacy and Dogmatism.

197Parsons (ou Persons), Robert (1546-1610).
Première occurrence :
25 janvier 1602 ♦ Dernière occurrence : août 1605 ♦ Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : religieux.
Chef de la tendance hispanophile des catholiques anglais, fondateur du collège anglais de Valladolid, pressenti comme cardinal pour remplacer Allen, Parsons fait figure d’irréductible partisan du Roi Catholique. Il représente l’« internationale jésuite » et soutient à Rome, en tant que recteur du collège anglais, les initiatives de Madrid. De nombreux documents montrent l’importance de ses avis. Il est autant un conseiller spécialiste des questions de l’exil anglais qu’un espion.
AGS, K, 1605, Tassis les 29 janvier et 27 octobre 1602 ; AGS, K, 1607, Conseil d’État d’août 1605 ; AGS, K, 1426, Conseil d’État, consulta du 25 février 1603 ; AGS, E, 634, f° 12, 1602 ; AGS, E, 1350, 1e 23 avril 1604 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas (très nombreuses références) ; F. Eguiluz, Robert Persans.

198Pascual, Esteban (ou Santesteban, ou Saint-Estève) [ca. 1565-1605].
Première occurrence : 1592 ♦ Dernière occurrence : 1605
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : notaire ( ?).
Qualifié de notaire, Estevan Pascual est identifié sous plusieurs patronymes mélangeant nom et prénom. Éduqué à Saragosse, ce Français intervient dans de nombreuses opérations louches sur la frontière ; il est soupçonné, tant par les autorités françaises qu’espagnoles, de jouer le double jeu. Sa dernière grande entreprise pour le compte de La Force fut de tenter une « fédération morisque » pour organiser un soulèvement d’envergure en Espagne. Exécuté en 1605.
Très nombreuses références : AGS, K, 1606, Tassis le 9 mars 1603 ; AGS, K, 1607, le 25 août 1605 ; AGS, E, 363, ffos 225-235 ; AGS, E, 707, f° 268 ; AGS, E, 1098, f° 155 ; AGS, E, 707, f° 268, Tassis, s. d. ; AGS, E, 620, f° 184 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger De Xivrey, t. VI, pp. 414 et 500 ; Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, pp. XX, 303, 305et 394 (au nom de Saint-Estève) ;G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, p. 186.

199Peiroto (ou Peyroto), Antonio.
Première occurrence : 28 septembre 1602 ♦ Dernière occurrence : 28 septembre 1602 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : religieux.
Ce dominicain devient informateur de l’ambassade espagnole en France de manière accidentelle. De retour de Rome, il séjourne dans un couvent de Lyon où il entend par hasard la confession faite à un de ses collègues d’un projet d’attentat contre le Roi Catholique. Il dénonce ce dessein à Tassis en 1602.
AGS, K, 1605, le 28 septembre 1602.

200Pérez, Alonso.
Première occurrence : 8 juin 1608 ♦ Dernière occurrence : 8 juin 1608 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : commerçant.
Résidant à Anvers, ce commerçant marrane venu de France et de passage à Gênes dénonce à Vivas, ambassadeur d’Espagne auprès de la République, le dessein d’Henri IV d’introduire de la mauvaise monnaie de cuivre dans l’Empire ottoman, confirmant ainsi les avis transmis par Anthony Shirley. Ce thème fait l’objet d’un exposé de morale politique de la part de Vivas.
AGS, E, 1434, f° 119, Vivas le 8 juin 1608.

201Pérez, Antonio (1540-1611).
Première occurrence : 8 mars 1599 ♦ Dernière occurrence : 28 novembre 1611 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : letrado et ancien secrétaire d’État.
L’ancien bras droit de Philippe II, étincelle de la révolte aragonaise de 1591, se réfugie en France après avoir tenté à plusieurs reprises de vendre ses connaissances en Angleterre. Figure intellectuelle en vue, il espère jusqu’à sa mort obtenir le pardon de Philippe III afin de pouvoir rentrer en Espagne. Dans ce but et pour survivre, il communique régulièrement les représentants espagnols à Paris les informations qu’il détient. Il meurt dans le dénuement à Paris en 1611.
Très nombreuses références : AGS, K, 1601,1595-1596 ; AGS, K, 1603, année 1600 et f° 102, juillet 1602 ; AGS, K, 1426, le 26 mars 1600, le 30 juillet 1602 ; AGS, K, 1460, f° 120 ; AGS, K, 1461, les 3 août et 20 novembre 1608, les 16 et 17 janvier 1609, les 27 avril et 29 novembre 1609 ; AGS, K, 1606, le 8 mars 1604, le 27 avril 1609 ; AGS, K, 1593, le 30 août 1604 ; AGS, K, 1608, relation de Bustamente, fin 1608, Conseil d’État, consulta du 16 mai 1609 ; AGS, K, 1464, f° 141, juin 1611 ; AGS, K, 1465, août 1611, f° 29, f° 84, le 24 novembre 1611 sur le décès de Pérez ; AGS, K, 1452, f° 12, le 15 janvier 1610 ; AGS, K, 1427, le 5 janvier 1610 ; A. Morel-Fatio, L’Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, pp. 256-314 : lettres d’A. Pérez ; voir les différentes allusions dans Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey ; Cesáreo Fernández Duro, « Antonio Pérez en Francia y en Inglaterra (1591-1612) », Estudios históricos del reinado de Felipe II, Madrid, 1890, pp. 249-460 ; É. FRÉMY, Les diplomates du temps de la Ligue, pp. 380-381 ; l’étude majeure sur Antonio Pérez reste : G. Marañón, Antonio Pérez ; M. Mignet, Antonio Pérez et Philippe II, Paris, 1854.

202Pérez, Bartolomé.
Première occurrence : 19 mai 1610 ♦ Dernière occurrence : 19 mai 1610
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : militaire.
Au moment de la fuite hors de France du prince de Condé et de sa rencontre avec le comte de Fuentes dans le Milanais, ce gentilhomme au nom hispanique sert le prince comme intermédiaire entre Madrid et Milan, quelques semaines avant l’assassinat d’Henri IV. Ses services lui valent des gratifications de la part de Madrid.
AGS, E, 1900,1610-1611 (inventaire) ; BNM, ms. 775, f° 315, le 19 mai 1610 ; C. Fernández Duro, « Don Pedro Enríquez de Acevedo, conde de Fuentes ».

203Pérez, Juan de Castillo.
Première occurrence : 29 mars 1611 ♦ 7 mai 1613
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : secrétaire.
Deux individus répondent à ce patronyme, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit ou non de la même personne. D’origine marrane, un membre de la maison de Cárdenas est envoyé par celui-ci en 1611 à Toulouse, où il s’infiltre dans les milieux marranes et morisques, dénonçant les intrigues de ces groupes et les liens entretenus avec les expulsés de Tunis. Un Juan Pérez del Castillo, présent en Sicile en 1613, a eu un itinéraire semblable ; Osuna rapporte les informations qu’il lui transmet sur Tunis.
AGS, K, 1464, f° 97, Cárdenas au roi le 29 mars 1611 ; AGS, E, 1166, f° 18, Osuna au roi le 7 mai 1613.

204Périer, Monsieur Du -.
Première occurrence : 23 juin 1624 ♦ Dernière occurrence : 23 juillet 1624 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Entré en contact avec l’ambassadeur Mirabel, Du Périer préfère se rendre directement en Espagne pour offrir ses services au Roi Catholique et pour prévenir du danger couru par la Monarchie à cause d’intrigues que l’agent affirme ne pouvoir révéler qu’aux dirigeants de Madrid. Il demande depuis Barcelone des subsides pour pouvoir continuer son chemin. À l’en croire, ce sont l’ingratitude du roi de France et les pertes financières subies à cause des protestants qui l’ont poussé à agir ainsi.
AGS, K, 1419, ffos 79-80, du Périer à Ciriza le 23 juin 1624 (texte français et traduction en castillan) ; AGS, K, 1439, ffos 79-80 et 85, juillet 1624 ; AGS, K, 1432, f° 140, Conseil d’État, consulta du 23 juillet 1624 ; sur un éventuel rapport avec le massacreur homonyme de la Saint-Barthélemy, voir Denis Crouzet, La nuit de la Saint-Barthélemy. Un rêve perdu de la Renaissance, Paris, 1994 (rééd. 1999), n. 7, p. 551.

205Persons, Robert : voir Parsons.

206Peiroto, Antonio : voir Peyroto.

207Picoté, Nicolas.
Première occurrence : janvier 1600 ♦ Dernière occurrence : 3 juin 1625 ♦ Origine géographique : Orléans ♦ État social ou activité : bourgeois.
Ligueur réfugié dans le Milanais, son activisme conduit Henri IV à le faire surveiller dès 1600. Il participe à la conjuration de Biron et se trouve menacé d’enlèvement par les services français. En 1610, il est envoyé en France par Fuentes pour subvertir les grands, afin d’entraver les menées d’Henri IV. La mort du roi le conduit à retourner dans le Milanais. En 1613, il devient l’intermédiaire de Modène dans des négociations de mariage, tout en continuant à en informer les autorités espagnoles. Toujours actif en 1625, il correspond avec Olivares.
AGS, K, 1426, f° 31, Tassis sur la conspiration de Biron ; AGS, K, 1593, le 26 mai 1611 et f° suivant ; AGS, K, 1480, f° 24, Picoté à Prada le 3 juin 1623, f° 25, Picoté à Olivares ; AGS, E, 1294, ffos 117-118, le 23 octobre 1605 ; AGS, E, 1295 nombreux documents dont f° 121 ; AGS, E, 1900, f° 171 le 18 juin 1611 ; AGS, E, 1902, f° 181, le 11 octobre 1613 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 402, 23 ; BNF, Fonds français, ms. 8432, ffos 2-203 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, pp. 574 et 693 ; Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, pp. 54, 65 ; P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, liv. V, p. 190 (Michaud) ; J. L. Cano de Gardoqui, La conspiración de Biron ; A Dufour, « La paix de Lyon ».

208Pierre, Jacques ( ? - mai 1618).
Première occurrence : 28 novembre 1613 ♦ Dernière occurrence : 19 juillet 1618 ♦ Origine géographique : Normandie ♦ État social ou activité : marin (corsaire).
Qualifié de « terreur du Levant » et de « dernier des Vikings », Jacques Pierre a parcouru les mers et en 1613 accepte de collaborer avec le duc d’Osuna pour traquer les navires turcs. En 1617, avec son compagnon Anglade*, il commence un étrange jeu, contactant le duc d’Osuna, entrant en relations avec Lesdiguières et le duc de Nevers, et enfin se retrouve à Venise. Travaille-t-il pour entreprendre une nouvelle croisade avec le chef de la Milice Chrétienne, pour contrer Osuna et Bedmar, ou au contraire, avec ses acolytes, tente-t-il de renverser la République ? Cet imbroglio conduit la Sérénissime à l’éliminer sommairement en mai 1618.
AGS, K, 1166, f° 98, Osuna les 8 et 28 novembre 1613 ; AGS, E, 1881, f° 100, lettre de Renault à Lesdiguières, 109, copie d’une lettre de Jacques Pierre à Nevers le 4 octobre 1617 ; AGS, E, 1930, f° 316, lettre de Bedmar, 338, copie d’une lettre de Bedmar à Osuna le 11 mai 1618 ; AGS, E, 1934, f° 41, Vivas le 18 juillet 1618 ; CODOIN, t. XLVI, p. 565 ; F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823 ; L. Astrana Marín (éd.), La vida turbulenta de Quevedo, p. 263 ; É. Baudson, Charles de Gonzague ; Ch. de La Roncière, Histoire de la marine, t. IV, pp.5, 412, 415, 416 ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 84, 147, 150-151 ; C. Seco, « La conjuración de Venecia ».

209Portal.
Première occurrence : 6 mars 1602 ♦ Dernière occurrence : 6 mars 1602
Origine géographique : Marseille ♦ État social ou activité : militaire.
Une seule mention concerne ce capitaine. Tassis reçoit de sa part une proposition d’entreprise contre l’île aux Sardines, située au large de la Bretagne, afin de la remettre au Roi Catholique. Pour ce coup de main, il ne demande que deux navires et quatre cents hommes. L’ambassadeur commente cette offre en affirmant qu’elle est sérieuse.
AGS, K, 1605, Tassis le 6 mars 1602.

210Porter, Endimyon (ou Antonio).
Première occurrence : 11 octobre 1628 ♦ Dernière occurrence : 11 octobre 1628 ♦ Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : inconnus.
Pensionné par Gondomar, l’ambassadeur espagnol à Londres, Porter participe secrètement aux conversations anglo-espagnoles d’août 1628. Issu d’une des rares familles de parents espagnols et anglais, il entre au service du père d’Olivares en 1605. En 1622, il se rend secrètement en Angleterre pour étudier les réactions au voyage du prince de Galles, le futur Charles Ier. En 1628, il tente de modérer les objections de l’ambassadeur français à Madrid, Du Fargis.
AGS, K, 1480, f° 95, le 11 octobre 1628 ; AGS, E, 2517, Porter annonce l’assassinat de Buckingham ; CODOIN, t. IV, p. 32 ; J. H. Elliott, Olivares, pp. 243-246,416 ; J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 263.

211Portugal, don Cristóbal de - (1570-1638).
Première occurrence : 24 octobre 1599 ♦ Dernière occurrence : 25 octobre 1629 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : noble.
Fils cadet de don Antonio de Crato, prétendant au trône portugais, don Cristóbal erre en Europe afin de trouver des soutiens à sa cause. Des pourparlers sont toujours en cours avec les Hollandais, prévoyant sans cesse des entreprises contre les colonies espagnoles. À partir de Vervins et du traité hispano-anglais, les soutiens étrangers se font moins nombreux. Cristóbal, comme la plupart des exilés, traite régulièrement avec les responsables de la Monarchie, et parfois, quand l’intérêt matériel est puissant, devient agent de l’Espagne. Il meurt en France en 1638.
AGS, K, 1602, le 18 novembre 1599 ; AGS, K, 1606 ; AGS,K, 1464, f° 44, pensions accordées en février « Su ; AGS, K, 1478, f° 163, décembre 1621 ; AGS, K, 1437, f° 100, le 2 août 1629 ; AGS, K, 1437, f° 113,1629 ; AGS, K, 1438, f° 72, le 22 septembre 1622 ; AGS, K, 1479, ffos 12 et 17, 1622 ; AGS, K, 1446, f° 96,1629 ; AGS, K, 1459, f° 184, le 8 septembre 1629 ; AGS, E, 614, f° 68 octobre 1597 ; AGS, E, 619, f° 7, mai 1601, f° 69, fin avril, f° 107 et f° 112 ; AGS, E, 1292, f° 67,1603 ; Paul Durand-Lapie, « Don Antoine Ier de Portugal (1580-1595) », Revue d’histoire diplomatique, pp. 113-128 et pp. 243-260 ; J. de Lamar, Diplomacy and Dogmatism, p. 106.

212Portugal, don Manuel (ou Emmanuel) de - (†1638).
Première occurrence : 9 août 1599 ♦ Dernière occurrence : 1630
Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : noble.
Arrivé en 1595 aux Provinces-unies, le fils aîné d’Antonio de Crato épouse Émilie de Nassau, sœur de Maurice et Frédéric de Nassau. Cible privilégiée de la diplomatie espagnole, épié et entouré d’espions à la solde du Roi Catholique, il prend contact à diverses reprises pour connaître le prix que Madrid serait disposé à payer pour son ralliement. En 1617, il obtient une bonne pension et s’installe à Bruxelles, puis remet en cause l’accord, voulant obtenir la grandes se, qu’on lui refuse jusqu’en 1624. À cette date, Manuel abandonne ses actions contre l’Espage et délaisse ses amis hollandais, ainsi que La Ravardière*.
AGS, E, 614, f° 68, le gouverneur des Pays-Bas espagnols le 24 octobre 1597 ; AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 26 juin 1610 ; AGS, E, 2228, le 28 mai 1613 ; AGS, E, 632, ffos 17-18, Conseil d’État, consulta du 21 février 1617 ; AGS, E, 2853, le 1er novembre 1624 ; Paul Durandlapie, « Don Antoine Ier de Portugal (1580-1595) », Revue d’histoire diplomatique, pp. 113-128 et pp. 243-260 ; J. de Lamar, Diplomacy and Dogmatism, p. 106.

213Puylaurens, Antoine de Laage de-, duc et pair d’Aiguillon (? – Ier juillet 1635).
Première occurrence : 15 juillet 1629 ♦ Dernière occurrence : 29 mars 1635 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Proche de Gaston d’Orléans depuis sa jeunesse, il en devient l’un des principaux confidents. Lors des divers exils de son maître à l’étranger, il joue un rôle important, essayant d’obtenir gratifications et promotions. Il envoie Clausels* en Espagne. Son importance est reconnue quand Madrid lui envoie Henry Teller* pour le convaincre d’engager Monsieur dans une « guerre de gendres » et empêcher Monsieur de négocier avec le Cardinal. Aux yeux de toutes les factions, il incarne le mauvais génie du duc d’Orléans. En 1634, victime d’un attentat en Flandres, il rentre en France avec son maître pour épouser la nièce de Richelieu, terminant pair de France et emprisonné à partir de février 1635.
AGS, K, 1437, ffos 90, 92, 1629 ; AGS, K, 1424, f° 21, le 22 avril 1631 ; AGS, K, 1415, f° 51, le 19 avril 1631 ; AGS, K, 1422, f° 1, f° 64, Conseil d’État de juin 1633 ; AGS, K, 1416, f° 8, Conseil d’État, consulta du 21 mars 1633 ; AGS, K, 1423, f° 12, le 28 février 1634 ; AGS, K, 1417, ffos 5 et 69, Conseil d’État des 10 février 1634 et 29 mars 1635 ; AGS, E, 2044, ffos 102-104, 1630 ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques etpapiers dÉtat du cardinal de Richelieu, t. III, p. 663 ; G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 218 ; R. Ródenas Vilar, La política europea de España, p. 231.

214Quercy, Jean de.
Première occurrence : 10 décembre 1613 ¨ Dernière occurrence : juin 1614 ♦ Origine géographique : Bordeaux ♦ État social ou activité : Letrado, noble ?
Originaire de Bordeaux et membre du parlement, il s’intitule « espion divin ». Il rencontre le roi d’Espagne en 1612 et, dans un long texte lyrique (voir l’annexe III, pp. 647-656), dénonce tous les types d’hérétiques et d’impies qui veulent s’opposer à l’union de ces deux grandes nations que sont la France et l’Espagne et, plus particulièrement, aux mariages franco-espagnols. Il dénonce un plan qui serait organisé pour atteindre ce but. Il se trouve en contact avec un clerc espagnol de Séville, Buenaventura Salcedo.
AGS, K, 1468, le 10 décembre 1613 ; AGS, K, 1469, f° 53, le 1er avril 1614, f° 72, le 15 mai 1614, f° 100, juin 1614.

215Quesada, Francisco de.
Première occurrence : février 1605 ♦ Dernière occurrence : février 1605 ♦ Origine géographique : Cadix ♦ État social ou activité : religieux.
Ce chanoine de Cadix, envoyé à Rome pour une mission inconnue par le roi d’Espagne, dénonce les soldats et religieux espagnols apostats qu’il rencontre en Languedoc sur le chemin du retour. Ses informations soulignent les relations qu’il possède et donnent en même temps un point de vue original sur les hérétiques languedociens et sur les pratiques pour réduire ces fuites de la Péninsule. Quesada précise aussi les possibilités de pénétration des protestants en Espagne.
AGS, K, 1607, Conseil d’État de février 1605.

216Quevedo y Villegas, Francisco Gómez de (1580-1645).
Première occurrence : 1615 ♦ Dernière occurrence : 1622
Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : Écrivain.
Le célèbre écrivain espagnol intervient dans la vie politique de la monarchie. Avant d’être employé par Olivares, il s’attache au duc d’Osuna, vice-roi de Sicile puis de Naples. En 1616, au cours d’une mission, il traverse la France et est arrêté par les protestants, En 1617, il est à l’origine de l’arrestation d’espions du duc de Savoie. Ce sont surtout ses relations avec les agents français d’Osuna qui l’impliquent dans les services secrets. Il fréquente Pierre*, Anglade*, Renault*... Par ailleurs, au moment du procès intenté à son maître, il souligne dans ses lettres qu’il connaît l’espía mayor Andrés Velázquez*, et tous deux sont mis en cause.
F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, versos, 960 : Epistolario, 32, Osuna à Quevedo, de Naples le 12 juin 1617 ; Id., Obras completas, Prosas, pp. 822, 1178-1186 et 1188-1194 ; Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, éd. J. H. Elliott et J. F. de la Peña, t. II, pp. 184-190 ; L. Astrana Marín (éd.), La vida turbulenta de Quevedo.

217Quintana, Pedro de.
Première occurrence : 1617 ♦ Dernière occurrence : 1632
Origine géographique : Catalogne ♦ État social ou activité : inconnus.
En 1617, cet indicateur transmet des informations au vice-roi de Catalogne, Albuquerque, sur les levées de troupes effectuées en France au profit du duc de Savoie. Sa mission première était de se rendre à Toulouse pour étudier la question du banditisme frontalier. En 1631, on retrouve Pedro de Quintana en rapport avec un successeur d’Albuquerque, Cardona, communiquant un état des levées de troupes françaises. Appartient-il de manière fixe au personnel attaché à la vice-royauté ?
AGS, K, 1473, f° 52, le 22 juillet 1617, ffos 93-96, le 29 août 1617 ; AGS, E, 3829, ffos 54 et 61, le 6 février 1631.

218Raffis, Gérard de (alias « Jérôme de Leyré »).
Première occurrence : 1585 ♦ Dernière occurrence : 22 octobre 1618 ♦ Origine géographique : Sud-Ouest (Sos) ♦ État social ou activité : avocat.
Natif de Sos en Gascogne, pendant les guerres civiles il aurait d’abord servi Lansac* puis La Fontenelle*. Raffis se réfugie en Espagne après l’entrée du roi à Paris. Il devient agent auprès de Feria à Barcelone puis à Madrid, où il rencontre Jean Blas*. Jusqu’à la fin de 1603, il surveille les mouvements d’agents français à l’ambassade de Valladolid puis sur la frontière, proposant de grandes interventions en France. Il achète son pardon en dénonçant Nicolas L’Hoste*, et est employé jusqu’en 1609 dans les Pyrénées. Près de dix ans plus tard, sous un autre nom, il prend contact avec Monteléon et dénonce un vaste trafic de bibles pour obtenir des subsides de ses anciens employeurs.
Très nombreuses références dans la sous-série K du fonds Estado de Simancas : AGS, K, 1426, f° 16, le 12 juillet 1601, f° 26, f° 53, f° 95, f° 106, f° 111 ; AGS, K, 1603, le 6 juin 1600, le 31 août 1600 ; AGS, K, 1604, les 1er et 5 juillet, 4 novembre et 1er décembre 1600 ; AGS, K, 1605, s. d., 1602, f° 203, f° 234, et f° 242, 18 mai 1602 ; AGS, K, 1606, ffos 51-54 et ffos 97-98, 1603 ; AGS, K, 1593, f°8, mars 1602 ; AGS, K, 1455, f° 19, février 1618 ; AGS, K, 1471, f°19, janvier 1616, f° 81, mars 1616, 24 juin 1616 ; AGS, K, 1474, f° 16, janvier 1618, f°19, mars 1616 ; AGS, E, 343, ffos 173-174, 8 octobre 1597 ; AGS, E, 183, f° 210, 15 avril 1599 ; BNF, Fonds français, ms.fr. 4028, f° 72, ms. 16112, ffos 192, 208 ; Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 54 ; A Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis » ; M. Philippson, Hemrich IV und Philipp III, pp. 324-330 ; J.-B.-H. Capefigue, La Ligue et Henri IV.

219Ranjel, Miguel. Première occurrence : 18 juin 1606 ♦ Dernière occurrence : 9 février 1611 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : religieux.
Cet informateur réside dans un couvent dominicain du Portugal en 1610 et entretient des relations avec Cristóbal de Portugal* tout en correspondant avec le vice-roi, Castel-Rodrigo. Après avoir vécu trois ans à Paris, il s’est rendu à Coimbra pour apprendre les langues anciennes avec l’autorisation de Zúñiga, alors ambassadeur en France. Ces informations circulent beaucoup, puisque, outre Castel-Rodrigo et Zúñiga, le Conseil d’État et Cárdenas connaissent l’existence de cet agent.
AGS, K, 1452, f° 174, le 9 février 1611, f ?, le roi à Cárdenas le 5 octobre 1610 ; AGS, K, 1462, f° 180, Cárdenas le 18 juin 1610 ; AGS, K, 1608, f° 78, Conseil d’État, consulta du 3 juillet 1610 et f° 131 ; AGS, E, 2495, Zúñiga le 4 décembre 1610 et f° 142.

220Rémond, François.
Première occurrence : février 1605 ♦ Dernière occurrence : février 1605
Origine géographique : Sud de la France ♦ État social ou activité : religieux.
Lors de la dénonciation d’Espagnols apostats par le père Quesada*, le Conseil d’État affirme que François Rémond est originaire de Montpellier et spécialiste pour confondre les hérétiques. Sa mission consiste à avertir Quesada et à rendre compte à l’Inquisition espagnole de prochaines conversions de frères espagnols, afin de les empêcher. Dans ce but, et pour éviter d’être soupçonné d’intelligences étrangères, il entre en contact avec juan Granollach* par le biais d’Avignon.
AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta de février 1605.

221Renault (ou Renaud, ou Reynalt), Nicolas ( ?-23 mai 1618).
Première occurrence : 24 décembre 1604 ♦ Dernière occurrence : 19 juillet 1618 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Beau-frère du chef mauresque Assan Bassá, Renault intervient dans les renseignements espagnols à plusieurs reprises. Entre 1604 et 1606, il détourne vers Madrid des informations françaises sur le Levant. En 1614, il renouvelle ses services, mais cette fois Cárdenas a des doutes sur la qualité de l’espion. En 1617, Renault voyage vers Naples dans un but inconnu, mais une lettre adressée à Lesdiguières laisse supposer un changement d’allégeance. Impliqué en compagnie de Jacques Pierre*, Anglade* et les frères Boleaux* dans la conspiration de Venise, la justice expéditive de la République l’élimine le 23 mai 1618.
AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta du 10 octobre 1605 ; AGS, K, 1469, le 7 juillet 1614 et s., f° 148, août 1614, f° 151, le 24 août 1614 ; AGS, K, 1428 f° 53, Conseil d’État, consulta du 6 septembre 1614 ; AGS, E, 1350, f° 189, le 24 décembre 1605 ; AGS, E, 1928, f° 152, le 4 mars 1606 ; AGS,E, 1930, f° 316,1618 ; AGS, E, 1881, le 17 octobre 1617 ; AGS, E, 1934, f° 41,1618 ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 110,120 et 147 (sous le nom de Nicolo Rinaldi) ; A. Gutiérrez, La France et les Français, p. 124 ; Ch. Weiss, L’Espagne depuis le règne de Philippe II, p. 293.

222Renazé.
Première occurrence : 1600 ♦ Dernière occurrence : 1606
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : administration.
Comme secrétaire de La Fin, il participe au nom du duc de Biron aux discussions avec le duc de Savoie et le comte de Fuentes à Soma. Cependant, il paraît en désaccord avec l’entente conclue. Emprisonné à Turin, il réussit à s’échapper et une lettre d’Henri IV souligne que grâce à lui on peut commencer le procès de Biron, à qui il est confronté. Malgré ce retournement, on retrouve en 1606 un capitaine Renese (ou Reneso) accompagnant le représentant espagnol en Suisse.
AGS, E, 1295, le 22 février 1606 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VIII, p. 841, t. IX ; A. Dufour, « La paix de Lyon » (appendice documents de Renazé) ; J. L, Cano de Gardoqui, La conspiración de Biron.

223Reynalt, Nicolas : voir Renault.

224Riault, Charles : voir Rouaud.

225Ribera (ou Rivera, ou Rivière).
Première occurrence : 1618 ♦ Dernière occurrence : 1620
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : médecin.
Ce médecin exerçant à la cour de France est mentionné à plusieurs reprises comme l’intermédiaire entre Anne d’Autriche et l’ambassade espagnole à Paris. Possède-t-il uniquement une fonction en rapport avec la santé de la reine ou du couple royal ou bien est-il employé pour transmettre des informations entre l’ambassadeur et la souveraine ? La gestion des questions protocolaires concernant le tabouret de l’épouse de l’ambassadeur passe par lui.
AGS, K, 1477, ffos 3-4, le 12 janvier 1620, f° 152 ; AGS, K, 1431, f° 19, décembre 1620 et f° 113.

226Rigault, Honoré, le capitaine -.
Première occurrence : juin 1603 ♦ Dernière occurrence : 22 mai 1612
Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : militaire.
En 1603, recevant dans le Milanais d’importantes pensions, ce capitaine provençal est au service de la monarchie espagnole pour une raison inconnue. Le comte de Fuentes note son désir de passer en Espagne et Tassis précise l’intérêt de cet agent. En 1609, M. de Monier* se réclame de lui dans son projet sur Sedan. En 1612, Honoré Rigault envoie des avis nombreux, dont la proposition de prendre des îles situées au large de Toulon.
AGS, K, 1606, Tassis le 2 août 1603 ; AGS, K, 1461, mémoire de Monier le 16 février 1609 ; AGS, E, 1897, f° 216, le 22 juin 1603 ; AGS, E, 1107, ffos 6 et 16, le 12 mai 1612.

227Rivera (ou Rivière) : voir Ribera.

228Roca : voir Roo.

229Rocafort, Salvi.
Première occurrence : 23 août 1618 ♦ Dernière occurrence : 9 mai 1619 ♦ Origine géographique : Catalogne et Marseille ♦ État social ou activité : commerçant.
Ce Catalan résidant à Marseille reçoit de l’ambassadeur espagnol à Gênes l’ordre de rendre compte des mouvements dans la cité en prenant contact avec un correspondant à Barcelone, Francisco Bru. Il envoie des informations sur l’armement des troupes du roi de France et sur les rapports entre la Berbérie et la Provence, donnant l’impression de surveiller l’ensemble des mouvements du port pour le compte de l’Espagne.
AGS, E, 1934, ffos 60 et 63, Vivas au roi le 23 août 1618 ; f° 63 ; AGS, E, 1934, f° 204, Vivas au roi le 19 mai 1619 et f° 276, le 21 janvier 1619.

230Rochas (ou Rochart, ou Rochars), le baron de -.
Première occurrence : 12 septembre 1634 ♦ Dernière occurrence : 19 novembre 1634 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Envoyé de Marie de Médicis auprès du Roi Catholique en 1624, il transmet les avis de la reine mère au Conseil d’État, dénonçant la faction de Gaston d’Orléans, incarnée par Puylaurens, et demandant un accroissement de l’aide aux opposants au cardinal de Richelieu.

231AGS, K, 1417, f° 47, Conseil d’État, consulta du 19 novembre 1634 ; AGS, K, 1425, ffos 108-109, le 12 septembre 1634.

232Rodero, Antonio.
Première occurrence : 9 mai 1619 ♦ Dernière occurrence : 9 mai 1619 ♦ Origine géographique : Aragon ♦ État social ou activité : letrado (secrétaire).
Une copie d’une lettre de ce letrado adressée aux inquisiteurs de Saragosse parvient aux responsables de la Couronne. Commissaire du Saint-Office de la ville de Tauste, dans le royaume d’Aragon, il dénonce l’absence de deux riches commerçants portugais de cette cité et les soupçonne d’actions illégales. Il demande que les passages vers la France soient surveillés.
AGS, E, 2862, s. f°, le 9 mai 1619.

233Roncevaux, Avincano de (ou Avincano, Roncevaux de).
Première occurrence : 10 juillet 1610 ♦ Dernière occurrence : 9 septembre 1610 ♦ Origine géographique : Espagne ♦ État social ou activité : Religieux.
Arrêté en France pour espionnage en 1610, nous ignorons quel type d’informations ce personnage transmet ou quels rapports il entretient dans le royaume. La seule donnée sûre est qu’il est en possession de lettres compromettantes, dont le contenu n’est pas révélé. Cependant, son rôle pourrait n’avoir pas été négligeable car Philippe III ordonne à Cárdenas de tout faire pour obtenir la libération d’Avincano avant que le parlement de Toulouse ne s’immisce dans cette affaire.
AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas le 10 juillet 1610 et le 9 septembre 1610.

234Roo (ou Roca, ou Roch, ou Roque), Carlos (ou Charles) de ( ? - 17 novembre 1626).
Première occurrence :
5 novembre 1609 ♦ Dernière occurrence : 17 novembre 1626 ♦ Origine géographique : Savoie ♦ État social ou activité : noble.
Cet espion entre au service du Roi Catholique en 1609, après avoir été exclu des négociations avec la France par Charles-Emmanuel de Savoie. Il transmet nombre d’avis sur les mouvements des grands. Menacé par l’Inquisition à cause de son origine protestante, son séjour en Espagne débouche sur son emploi en France pour observer les mouvements avec l’Italie du Nord. Il propose divers projets, comme l’enlèvement du duc de Savoie, et se prévaut de ses contacts avec Créquy. Il informe de l’existence d’un traité entre Osuna et Lesdiguières. Cette longue activité est découverte par les autorités françaises. De Roo est exécuté en novembre 1626.
AGS, K, 1461, f° 79, Cárdenas au roi le 30 septembre 1609, ffos 104-119, Cárdenas au roi novembre-décembre 1609 ; AGS, K, 1462, ffos 3 sqq., les 25 et 28 janvier 1610 ; AGS, K, 1452, les 5 novembre et 21 octobre 1610 ; AGS, K, 1430, le 5 mars 1616 ; AGS, K, 1612, Conseil d’État, consulta du 23 mars 1616 ; AGS, K, 1593, F 52, affaire Carlos et Paul de Roo septembre 1616, f° 53 ; AGS, K, 1475, f° 136, année 1618 ; AGS, K, 1593 de Saint-Germain, lettre de Carlos de Roo au marquis d’Este, année 1621 (s. f°) et lettre du marquis d’Este à don Antonio de Aróztegui le 5 mai 1621 (nombreux documents sur Roo) ; AGS, K, 1479, f° 90, le 17 novembre 1023, f° 97 ; AGS, K, 1432, f° 117, le 10 mars 1624, F 128, le 6 août 1624 ; AGS, K, 1457, f° 81, le 36 janvier 1624 ; AGS, K, 1480, f° 69, le 8 janvier 1626 ; AGS, E, 2026, Conseil d’État des 1er, 2 avril 1610 ; AGS, E, 3335, f° 79, relations entre Roca et Mme de Créquy, 1620 : mémoire de Carlos de Roo ; AGS, E, 1924, f° 237, le roi à Feria, le 23 avril 1620 ; AGS, E, 1924, f° 237, le roi à Feria, le 23 avril 1620 ; AGS, E, 1925, f° 27, Feria au roi le 18 février 1621 ; Le Mercure françois, t. XI (1626), pp. 78-79 ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II, pp. 313-315.

235Rossi (ou Rosi), César.
Première occurrence : 3 mars 1606 ♦ Dernière occurrence : 30 septembre 1606 ♦ Origine géographique ; Aix-en-Provence ♦ État social ou activité : militaire.
D’abord agent du Roi Catholique, le capitaine Rossi s’est rendu en Alger sur l’ordre de Lerma. Une lettre du vice-roi de Naples de mars 1606 le soupçonne de travailler pour le roi de France et de se rendre en Italie pour brûler les galères espagnoles. En août, l’ambassadeur espagnol en France prévient de l’arrestation de cet espion à Aix-en-Provence sous l’accusation de vouloir remettre à l’Espagne diverses places de Provence, mais en septembre, Rossi est relâché par les autorités françaises.
AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 août 1606 ; AGS, K, 1451, f° 153, Irarraga le 30 septembre 1606 ; AGS, E, 1103, f° 62, Benavente, vice-roi de Naples au roi le 3 mars 1606.

236Rossieu, Denis.
Première occurrence : 1596 ♦ Dernière occurrence : 1602
♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : secrétaire.
Il occupe les fonctions de secrétaire et conseiller d’État jusqu’à son engagement dans la Ligue, permettant le basculement d’Orléans contre Henri III au lendemain de l’assassinat de Guise. Il participe au ravitaillement des années espagnoles de secours. Réfugié dans les Flandres et le Milanais, il est pensionné par l’Espagne. En 1602, une information affirme qu’il travaille pour Henri IV afin de prendre des villes d’Artois, ce que Fuentes refuse de croire de la part de ce fidèle.
AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, 17, p. 156, le 13 décembre 1596 (référence aimablement communiquée par J. J. Ruiz Ibáñez) ; AGS, E, 617, pension de l’Espagne en 1600 ; AGS, E, 1291, ffos 84-86, Fuentes le 20 août 1602 et f° 180.

237Rouaud (ou Riault, ou Ruiault), Charles.
Première occurrence : 24 décembre 1602 ♦ Dernière occurrence : 10 mai 1603 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : marin.
Depuis Gênes, où il est ambassadeur, Vivas entre en contact avec ce personnage, un Français propriétaire d’un navire en Provence. L’informateur dénonce les projets d’extension vers le sud des huguenots ainsi que des menées françaises contre Perpignan, où l’infiltration aurait déjà débuté. Il précise qu’une réunion se tiendra à Paris prochainement sur ce sujet avec le roi pour coordonner cette dernière action. Enfin, il communique des renseignements d’ordre militaire sur les galères de Marseille.
AGS, E, 1431, ffos 232-233, le 24 décembre 1602 ; AGS, E, 1432, ffos 1, 14, 21, Vivas, janvier-mai 1603.

238Roussillon, le baron de -.
Première occurrence : avril 1620 ♦ Dernière occurrence : septembre 1622 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble et militaire.
En 1620, pris de remords, cet individu se rend auprès de l’ambassadeur des Archiducs à Paris pour confesser qu’il aurait dû prendre part à une occupation par surprise de Gênes à l’époque d’Henri IV et se sent coupable d’avoir participé à un projet meurtrier ! Ce projet et ses auteurs n’ont pas disparu avec le roi et il veut les dénoncer à Spinola et Isabelle. L’ambassadeur espagnol en France affirme que Roussillon est un personnage fantasque. Pourtant, deux ans plus tard, il invente un nouveau type de boulets et fait des offres de service à l’archiduchesse Isabelle.
AGS, E, 1935, copie d’une lettre de Boyschot, avril 1620, f° 59, copie d’une lettre de Girón juillet 1620 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 81.

239Roux, Jacques.
Première occurrence : 1596 ♦ Dernière occurrence : 1602 ♦ Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : militaire (capitaine).
Dans le contexte de la « guerre en renard » menée par les deux puissances, le capitaine Roux, ancien ligueur marseillais réfugié dans les possessions espagnoles, transmet en 1602 des projets d’occupation de la ville de Marseille. On le trouve notamment en relations avec La Four* et Casaux* dans cette entreprise. En 1608, il est de nouveau impliqué dans un plan pour investir la ville.
AGS, K, 1605, Tassis le 6 mars 1602 ; AGS, K, 1461, le 12 avril 1608 ; Lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, pp. 576, 614, 623, 628-629, et 637 ; É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, p. 105.

240Roygh, Bernardo.
Première occurrence : 15 octobre 1607 ♦ Dernière occurrence : 17 octobre 1607 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : religieux.

241Depuis la Catalogne, le duc de Monteléon prévient Lerma que le frère Bernard Roygh s’est entretenu avec un chevalier français résidant à Paris. Ce personnage est M. de Santèle*, secrétaire de M. de Fresnes-Canaye, secrétaire d’État et ambassadeur d’Henri IV. Nous ignorons pourquoi cette affaire se traite depuis la Catalogne et qui a décidé de l’envoi de ce frère.
AGS, E, 1490, Junta de Dos du 15 octobre 1607.

242Ruiault, Charles : voir Rouaud.

243Saint-Fèle : voir Santèle.

244Saint-Angel, le baron de - : voir Clausels, Michel de -.

245Saint-Estève : voir Pascual, Estevan.

246Saint-Michel (ou San Miguel), M. de-.
Première occurrence : 26 novembre 1602 ♦ Dernière occurrence /janvier 1603 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble et militaire.

247Membre de la maison de Biron, Saint-Michel fréquente les autorités espagnoles, maintien des relations dans les Pyrénées avec le groupe de Raffis et connaît personnellement Juan de Idiáquez, grand commandeur de Santiago. Pourtant, une information de Tassis prévient que Saint-Michel communique des lettres au roi de France. Dénoncé par Estrapa*, l’agent double est recherché par les Espagnols, un ordre de l’intercepter est envoyé aux différents agents. Cependant la correspondance de l’ambassadeur français en Espagne affirme que Saint-Michel est détenu à Toulouse...
AGS, K, 1605, Tassis le 26 novembre [602, relation de Raffis le 18 mai 1602 ; AGS, K, 1606, Tassis janvier 1603 ; BNF, Fonds français, ms. 16112, f° 193, Barrault le 22 novembre 1603.

248Saint-Vincent, M. de -.
Première occurrence : 11 février 1631 ♦ Dernière occurrence : 22 mars 1631 ♦ Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Gentilhomme originaire d’Avignon, Saint-Vincent est sergent-major et participe à l’occupation française de Casale. Il affirme être connu de Gonzalvo de Córdoba, chef des armées espagnoles en Italie, et propose par l’intermédiaire de Mirabel de remettre la place forte aux troupes espagnoles en échange de diverses récompenses. Le Conseil d’État, n’ayant pas d’informations sur ce sujet, renvoie cet individu aux responsables en Italie. Y a-t-il un rapport avec un nommé Saint-Vincent, ingénieur du duc de Mantoue, condamné aux galères à perpétuité pour avoir communiqué les plans de cette ville à l’Espagne ?
AGS, K, 1415, f° 44, Conseil d’État, consulta du 6 mars 1631 ; AGS, K, 1421, f° 45, Conseil du 6 mars 1631 ; AGS, K, 1424, f° 10, le roi à Mirabel le 22 mars 1631 ; AGS, E, 3829, ffos 183-184, le 20 mars 1631 ; La Gazette (le 5 octobre 1633), p. 427.

249Salcedo, Buenaventura.
Première occurrence : 10 décembre 1613 ♦ Dernière occurrence : 10 décembre 1613 ♦ Origine géographique : Andalousie (Séville) ♦ État social ou activité : religieux et peintre.
Ce peintre sévillan travaille pour l’archevêque de Bordeaux, le cardinal de S ourdis. Il raconte au Conseil d’État que deux de ses assistants, Miguel de Aragón et Diego Herrero, sont des morisques résidant en France. Par ce biais, il a appris les entreprises qui se trament contre la couronne espagnole et dénonce ces deux morisques. D’autre part, c’est lui qui communique le long avis de Jean de Quercy*.
AGS, K, 1468, le 10 décembre 1613.

250Sandero, Mateo.
Première occurrence : 2 juillet 1613 ♦ Dernière occurrence : 26 juillet 1613
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Cet Espagnol paraît spécialisé dans les affaires secrètes. Pensionné à Milan, en juillet 1613, il est proposé avec Pedro Chávarri* et Sancho de Ursúa* pour assister l’espía mayor Andrés Velázquez* dans ses diverses missions. On peut supposer que son activité remonte à l’époque du gouvernement de Fuentes à Milan.
AGS, E, 2027, Conseil d’État sur les affaires secrètes le 26 juillet 1613.

251San Nicolás, Miguel de.
Première occurrence : 18 juillet 1599 ♦ Dernière occurrence : 18 juillet 1599
Origine géographique : Espagne ( ?) ♦ État social ou activité : religieux.

252En 1599, ce religieux affirme avoir rencontré secrètement le duc de Guise à Marseille afin d’étudier la situation en cas de conflit entre la France et l’Espagne. Le Duc lui aurait assuré son désir de se mettre au service du Roi Catholique et, en ce cas, de lui remettre Marseille. Miguel de San Nicolás prévient aussi d’avancées des troupes d’Henri IV vers Nice. Cependant, le Conseil d’État décide de ne pas prêter attention à ces informations.
AGS, K, 181, Conseil d’État, consulta du 18 juillet 1599 ; AGS, K, 1593, Conseil d’État, consulta du 18 juillet 1599 suivie de l’avis de ce religieux.

253San Rustici.
Première occurrence : mars 1608 ♦ Dernière occurrence : 15 juin 1608 ♦ Origine géographique : Monaco ♦ État social ou activité : militaire (capitaine).
La relation de sa biographie est étrange. Monégasque ayant servi aussi bien Charles Quint (sic) que le roi de France Henri IV, le capitaine San Rustici est en relations avec les ducs de Guise, de Mayenne et de Montmorency et, selon l’ambassadeur, avec Juan de Médicis. Il transmet plusieurs mémoires à l’Espagne, dont une proposition de prise de Marseille, qui, une fois occupée, serait un marchepied vers la possession de toute la Provence. Rustici maintient des relations avec M. de Celles* et avec le capitaine Jacques Roux*. Il évoque l’ingratitude d’Henri IV pour se justifier.
AGS, K, [461, mémoires de Rustici, 1608, Irarraga au roi le 12 avril 1608 ; AGS, K, 1426, f° 99, le 7 mai 1608 ; AGS, K, 1452, les 17 mai et 7 juin 1608.

254Santéle (ou Saint-Tel, ou Saint-Fèle), M. de-.
Première occurrence : 15 octobre 1607 ♦ Dernière occurrence : 23 février 1608 ♦ Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : noble et secrétaire.
Le recrutement de M. de Santèle (ou Saint-Fèle) implique Bernard Roygh* et Matthias Morillo*. Ce dernier apparaît dans la correspondance comme son mentor. Originaire d’Avignon, Santèle appartient à M. de Fresnes, un des grands responsables de la politique italienne d’Henri IV. À ce titre, cet agent possède le chiffre qui donne accès aux dépêches françaises. En relation avec Monteléon en Catalogne, sa proposition de collaboration est étudiée avec un grand intérêt par Madrid.
AGS, K, 1426, f° 96, avis d’une junte spéciale le 12 janvier 1608 ; AGS, K, 1452, le roi à Irarraga les 11 novembre 1607 et 20 janvier 1608 ; AGS, E, 1490, Junta de Dos du 15 octobre 1607.

255Santesteban : voir Pascual, Estevan.

256Sauveulx, Henri de.
Première occurrence : 3 août 596 ♦ Dernière occurrence : 9 mars 1628
Origine géographique : France ♦ État social ou activité : religieux.
Ce partisan de la Ligue, ancien chanoine régulier d’une abbaye à Soissons, s’était fait chef de guerre pendant les guerres civiles. Réfugié dans les possessions du Roi Catholique, il est d’abord pensionné à Bruxelles puis en Espagne, où il devient chapelain du roi. Outre ses pieuses actions (fondation de l’hôpital des Français à Madrid), il conserve des relations avec différents espions, dont Charles Hébert* et M. de Terrailles*, qu’il favorise auprès de la Cour. Pendant la peste de 1629-1630, il est chargé avec Carlos Baudequin* d’enregistrer les Français. Il fait « sa paix » avec Louis XIII en 1620.
AGS, K. 1461, le 16 janvier 1609 ; AGS, K, 1453, f° 251 (trois documents) ; AGS, K, 1432, 104, Conseil d’État le 18 janvier 1624 ; AGS, K, 1433, f° 91, mai 1626 ; AGS, K, 1459, f° 96, année 1628 ; AGS, K, 1453, septembre 1614 ; AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, 17, Varios, de Bruxelles, le 31 août 1596, p. 5 ; Le Mercure françois, t. XVI (1630), pp. 477-482 ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II, p. 313 (Sauveuse) ; D. Alcouffe, « Contribution à la connaissance des émigrés français de Madrid ».

257Sellon.
Première occurrence : 8 août 1609 ♦ Dernière occurrence : 8 août 1609 ♦ Origine géographique : Provence ♦ État social ou activité : noble et militaire.
D’après une information du Conseil d’État à l’ambassadeur en France Íñigo de Cárdenas, cet informateur originaire de Provence traite des questions se rapportant au château de Nice en 1609. Les relations qu’il entretient avec les responsables espagnols sont compliquées par son animosité envers l’ambassadeur Oñate. C’est donc uniquement avec le comte de Fuentes qu’il traite des affaires provençales.
AGS, K, 1608, f° 35, Conseil d’État, consulta du 8 août 1609.

258Semple, William, le comte - (1546-1632).
Première occurrence : 6 juin 1602 ♦ Dernière occurrence : 24 janvier 1627 ♦ Origine géographique : Écosse ♦ État social ou activité : noble et militaire (colonel).

259Ce gentilhomme écossais passe en Espagne sous Philippe II. Il devient gentilhomme de la bouche de Philippe II et épouse Marie de Ledesma en 1595. Parmi ses activités, il favorise les missions en Angleterre. On retrouve ainsi dans la correspondance de Tassis une proposition de sa part d’organiser un débarquement dans ses possessions (sic) dans l’île. Des traces des subsides que lui accorde Madrid sont présentes dans différents dossiers. En 1616, il intervient pour empêcher la mission de David Chamers* en Angleterre.

260AGS, K, 1451, f° 69, le 19 juillet 1602 ; AGS, K, 1605, les 1er octobre, le 6 juin, le 19 juillet 1602 ; AGS, K, 1612, le 13 février 1616 ; AGS, K, 1430, f° 13 ; AGS, E, 624, le 26 mars 1605 ; AGS, E, 2029, Conseil d’État, consulta du 2 mai 1615 ; AGS, E, 2034 et AGS, E, 2035 (inventaire) ; AGS, E, 2041, le 22 janvier 1627 ; CODOIN, t. LXXIV, Alonso Vázquez, Los sucesos de Flandes y Francia del tiempo de Alejandro Farnese, Madrid, 1879-1880 ; J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 58 ; H, Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, note p. 62 ; S. Lee, Dictionary of National Biography Jean Vilar, Literatura y economía. La figura satírica del arbitrista en el Siglo de Oro, Madrid, Revista de Occidente, 1973, pp. 198 sqq.

261Serque (ou Serc), Nicolas.
Première occurrence : 30 octobre 1602 ♦ Dernière occurrence : 30 octobre 1602 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ♦ État social ou activité : inconnus.

262Par le canal de Nicolas Serque, le roi d’Espagne informe son ambassadeur en France des fraudes qui vont avoir lieu dans le royaume du Très-Chrétien. Cet habitant d’Anvers possède des informations d’ordre économique concernant le port de Saint-Malo et son ancien gouverneur. Un marchandage intervient : si les avis de Serque sont fondés, les autorités espagnoles lui offrent la moitié des sommes recouvrées.
AGS, K, 1451, f° 74,1e roi à Tassis le 30 octobre 1602.

263Siera (ou de La Sere), Jean.
Première occurrence : 30 décembre 1606 ♦ Dernière occurrence : 30 décembre 1606 ♦ Origine géographique : Toulouse ♦ État social ou activité : noble.
Une seule mention concerne cet individu dans la correspondance étudiée. Ce Français a souhaité se rendre directement en Espagne pour exposer un projet qu’il ne veut pas dévoiler en France. Le Conseil d’État refuse sa venue dans la Péninsule et l’adresse au comte de Fuentes afin qu’il fasse bon usage de ce confident et qu’il le récompense. La seule indication sur le contenu des révélations porte sur des menaces pesant sur les confins des possessions espagnoles, sans autre précision.
AGS, E, 1898, f° 238, le roi à Fuentes le 30 décembre 1606.

264Somers (ou Somères), M. de -.
Première occurrence : 21 septembre 1632 ♦ Dernière occurrence : 23 septembre 1632 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Gentilhomme de la chambre de Gaston d’Orléans, M. de Somers se rend auprès du duc de Feria à Milan au moment de la révolte conjointe de Montmorency et de Monsieur en 1632. En liaison avec le gouverneur espagnol, il prend la décision de contacter Toiras et Guise pour qu’ils se rallient à la cause des rebelles. Lorsque la nouvelle de la défaite de Castelnaudary parvient en Italie, il s’oppose au responsable espagnol Doria, et affirme que la Monarchie Catholique doit poursuivre ses livraisons d’armes.
AGS, E, 3337, f° 106, Feria le 23 septembre 1632 ; AGS, E, 3590, f° 144, de Gènes.

265Spina, Carlos.
Première occurrence : 27 février 1627 ♦ Dernière occurrence : 27 février 1627 ♦ Origine géographique : Gènes ♦ État social ou activité : noble.

266Selon une lettre du roi d’Espagne au marquis de Tarbara, Carlos Spina a reçu une gratification d’une valeur de deux mille ducats en 1618 (mais le document est daté de 1627 !) sur les dépenses secrètes (gastos secretos). Malgré cette générosité, le souverain précise que cet individu a préféré changer de commanditaire et s’est mis au service du roi de France. Dans ce document, le motif invoqué pour expliquer ce retournement est le manque de régularité des versements.
AGS, K, 1458, f° 27, le roi au marquis de Tabara le 27 février 1627.

267Sueyro, Manuel (1587-1629).
Première occurrence : 1605 ♦ Dernière occurrence : 2 mai 1623 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols et Portugal ♦ État social ou activité : homme de lettres et marchand.
Manuel Sueyro présente un double visage. D’une part, il est un grand intellectuel héritier de l’humanisme, versé dans l’étude des Anciens, auteur de livres appréciés. D’autre part, il prend la suite de son père dans la direction des affaires commerciales et du réseau de renseignements. Bien qu’il soit spécialisé dans la collecte d’informations venant des Provinces-Unies, plusieurs de ses avis adressés à Madrid transitent par la France ou ont trait à ce royaume. Ainsi, en 1623, ses rapports sur la paix de Montpellier (octobre 1622) sont transmis à Mirabel pour étude.
AGS, K, 1457, f°5, le roi à Mirabel le 20 février 1623 ; AGS, E, 632 (nombreux fos) ; AGS, E, 2044, f°3, janvier 1623 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, nombreuses références ; J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, pp. 190-194 ; M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Elandes, pp. 157-192 ; Id., « Manuel Sueiro, espía en Flandes », Historia 16, 141, 1988, pp. 43-52.

268Tarragona (ou Tarragon, ou Targone), Pompeo.
Première occurrence : 15 janvier 1632 ♦ Dernière occurrence : 22 avril 1632 ♦ Origine géographique : Avignon ♦ État social ou activité : ingénieur.

269Sujet du pape, cet Italien, célèbre pour ses travaux de fortifications autour de La Rochelle au moment du siège, contribue au renseignement espagnol. En 1632, une mention de ses avis porte sur les mesures de défense que Tarragona préconise dans le gouvernement du Milanais après avoir analysé les forces et les faiblesses des années françaises, qu’il connaît bien.
AGS, E, 33 37, f° 55, Conseil d’État, consulta du 22 avril 16 32, f° 56, Tarragona au roi le 15 janvier 1632.

270Tarvan (ou Tarvaran).
Première occurrence : 25 mars 1618 ¨ Dernière occurrence : 1er septembre 1618 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : courrier.
Une seule mention fait allusion à ce premier courrier de la reine de France (Marie de Médicis ou Anne d’Autriche ?). En 1618, il paraît chargé de transmettre la proposition française d’occuper un port de Berbérie afin que les deux puissances puissent mettre fin à la piraterie méditerranéenne.
AGS, K, 1474, f° 67, Monteleón à Ciriza le 25 mars 1618.

271Teller, Henry.
Première occurrence : 1625 ♦ Dernière occurrence : 1646 ♦ Origine géographique : Angleterre ♦ État social ou activité : secrétaire.
Henry Teller débute en tant qu’agent anglais de l’ambassadeur Gondomar, puis de Bruneau*, successeur de Gondomar. Il poursuit comme secrétaire de langues de Mirabel à partir de 1627. Cependant, son activité se rapproche beaucoup de l’espionnage. Lors de la première fuite de Monsieur en Lorraine, Teller est chargé de l’encourager dans la révolte. Puis il se déplace vers Pays-Bas espagnols, où il se trouve avec un nommé Gerbier lors de la conspiration organisée en 1632 par des nobles flamands. Il continue ses relations avec les princes français en fuite, chargé d’organiser ce que nos sources pour les années 1631-1632 qualifient de « guerre des gendres » (c’est-à-dire les gendres de Marie de Médicis : Charles Ier d’Angleterre, Philippe IV d’Espagne et Victor-Amédée Ier de Savoie, plus Charles IV de Lorraine, frère de Marguerite de Lorraine, seconde épouse de Gaston d’Orléans et donc belle-fille de Marie de Médicis). Il poursuit une brillante carrière après 1635.
AGS, K, 1424, f° 34, le 19 juin 1636 ; AGS, E, 2044, le 13 décembre 1627 ; AGS, E, 2045, f° 26, juillet ; M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, p. 227 ; R. Ródenas Vilar, La política europea de España, pp. 64 et 231.

272Tereira, Simon.
Première occurrence : 1er novembre 1624 ♦ Dernière occurrence : 1er novembre 1624 ♦ Origine géographique : Portugal ♦ État social ou activité : marin.
Informateur accidentel, Tereira est fait prisonnier par les Hollandais alors qu’il revient du Brésil. Incarcéré, il rencontre don Manuel de Portugal qui lui fait part de son désir de servir le Roi Catholique pour vivre normalement de rentes et libre de dettes. Cette ouverture effectuée en 1624 intervient dans un contexte de guerre. Pour cette raison, les propositions de Manuel sont acceptées et Tereira libéré.
AGS, E, 2853, Conseil d’État, consulta du 1er novembre 1624.

273Terrailles, Louis de Comboursier, sieur de-.
Première occurrence : juin 1606 ♦ Dernière occurrence : 30 mai 1609
♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble et militaire.
Louis de Comboursier doit s’enfuir aux Pays-Bas espagnols après avoir tué en duel, sous les fenêtres royales, un adversaire. En 1606, il est déjà en contact avec l’ambassadeur espagnol en France, et sert les années des Archiducs. En janvier 1609, Terrailles adresse un mémoire au chapelain de Philippe III, Henri de Sauveulx*, dans lequel il propose de découvrir les intentions françaises sur Larache et paraît très lié avec Charles Hébert*. Pourtant un passage du Mercure françois annonce son exécution à Genève en avril 1609 pour avoir tenté de reconnaître la ville pour le compte de Charles-Emmanuel de Savoie.
AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 1er août 1606, et mémoire de Montevene le 20 janvier 1607 ; AGS, K, 1461, Henri de Sauveulx le 16 janvier 1609, et lettre d’Hébert le 2 janvier (f° s.), Cárdenas au roi le 30 mai 1609 ; Le Mercure françois, t. I (1612), en date du 20 avril 1609, p. 332.

274Terrayon (ou Saint-Onge), Pompée de.
Première occurrence : 1628 ♦ Dernière occurrence : 1628 ♦ Origine géographique : Pays-Bas espagnols ? ♦ État social ou activité : peintre.
L’« ami de Bruxelles »* prévient que cet individu (un peintre flamand ?) a été arrêté car son fils est soupçonné de trahison par Richelieu. L’indicateur est parfaitement informé, notant que les accusations contre Terrayon et son fils sont communiquées à Richelieu mais non au roi. Terrayon transmet des informations d’ordre militaire.
AGR, reg. 432, f° 183.

275Terrelli (ou Teregli), Alessandro.
Première occurrence : 10 octobre 1605 ♦ Dernière occurrence : 5 juillet 1613 ♦ Origine géographique : Lucques ♦ État social ou activité : financier.
Ce Lucquois résidant à Paris constitue le banquier de l’ambassade espagnole. Il transmet des subsides à Antonio Pérez* et en obtient différents avis. Selon Gregorio Marañón, il fut aussi intendant de Sébastien Zamet. De nombreuses relations soulignent son rôle dans le financement de la diplomatie espagnole, et certainement dans celui des dépenses secrètes.
AGS, K, 1607, le 10 octobre 1605 ; AGS, K, 1426, f° 116, le 20 mai 1609 ; AGS, K, 1461, les 16 et 19 janvier 1609 ; AGS, K, 1466, le 1er et janvier 1612 ; AGS, K, 1453, le 5 juillet 1613 ; G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, p. 278.

276Tortan (ou Fortan).
Première occurrence : 23 novembre 1603 ♦ Dernière occurrence : 23 novembre 1603 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : écrivain.
Cet homme de lettres n’apparaît pas dans la correspondance espagnole. Il appartient à l’entourage d’Antonio Pérez* et intéresse les autorités françaises. Les dépêches échangées entre Villeroy et l’ambassadeur français en Espagne indiquent qu’il est surveillé par les responsables français et qu’il a obtenu une pension du roi d’Espagne pour contrôler le vieux proscrit. De plus, il appartient à l’entourage du grand écuyer, le duc de Bellegarde.
BNF, Fonds français, ms. 16112, ffos 192 et 197, Barrault à Villeroy novembre 1603.

277Tréfort, la marquise de - : voir Vignon.

278Undiano, Joan de.
Première occurrence : 1616 ♦ Dernière occurrence : 1616
Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Ce confident intervient en 1616. Il possède l’originalité de fournir un croquis des points stratégiques qu’il décrit, cas unique parmi les documents consultés. Il souligne l’importance du bec d’Ambès et de la position de Blaye, montrant qu’une flotte importante, comme celle de l’Espagne, peut bloquer toute circulation dans le Sud-Ouest au moindre coût. Il remarque que l’estuaire de la Loire présente les mêmes avantages. Cet avis intervient dans le contexte des relations conflictuelles entre les partis français. Undiano se trouve au service de la reine Anne d’Autriche.
AGS, K, 1615, f° 262.

279Ursúa, Sancho de.
Première occurrence : 12 juillet 1613 ♦ Dernière occurrence : 26 juillet 1613 ♦ Origine géographique : Navarre ♦ État social ou activité : inconnus.
Peu de renseignements apparaissent à propos de cet agent, qu’un document du Conseil d’État qualifie d’habile et d’informé dans le domaine des affaires secrètes. Son nom est proposé par Juan de Idiáquez lorsque le Conseil recherche des adjoints à l’espía mayor Andrés Velázquez*. On sait qu’Ursúa perçoit une pension située en Guipúzcoa.
AGS, E, 2027, les 12 et 26 juillet 1613.

280Valençay, Achille de : voir Étampes de Valençay.

281Velázquez, Andrés.
Première occurrence : 1606 ♦ Dernière occurrence : 1624 ♦ Origine géographique : Guipúzcoa ♦ État social ou activité : espía mayor.
Fils de Juan Velázquez*, Andrés Velázquez effectue diverses missions, entre autres en Savoie, avant d’occuper le poste d’espía mayor, peut-être créé pour lui en 1613. Par la suite, il devient le spécialiste du renseignement, interrogeant les espions emprisonnés, proposant des agents pour les postes sensibles. Impliqué dans le procès d’Osuna (1621), il semble se relever de ce coup, mais son nom n’apparaît plus après la fin des années 1620.
AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 550-27-10 ; AGS, E, 629, ffos 153-158 ; AGS, E, 1299, ffos 196-199 ; AGS, E, 1301 et AGS, E, 1302 (nombreux ffos) ; AGS, E, 1923, f° 88 ; AGS, E, 2027, le 26 juillet 1613 ; AGS, E,2298, 1622 ; AGS, K, 1431, f° 101 ; AGS, K, 1469, f° 164 ; AGS, K, 1478, f° 163 ; AGS, K, 1439, f° 93 ; BNM, ms. 18729/3 ; L. Astrana Marín (éd.), La vida turbulenta de Quevedo, pp. 223-225 et p. 266 ; M. Gómez Del Campillo, « El espía mayor », pp. 319-322.

282Velázquez, Juan.
Première occurrence : 1591 ♦ Dernière occurrence : 1605 ♦ Origine géographique : Guipúzcoa ♦ État social ou activité : espía mayor.
Capitaine général de Guipúzcoa, Velázquez est le spécialiste de la lutte contre les hérétiques et contre les Français à la fin du règne de Philippe II. Il transmet de très nombreux avis obtenus par le biais d’un grand nombre de correspondants (dont certainement l’évêque de Comminges), surveillant la situation politique et les dangers pouvant venir d’outre-Pyrénées, ou servant au recrutement d’espions, tels que L’Hoste*. Son fils Andrés Velázquez* lui succède comme espía mayor.
AGS, K, 1426, f° 18 ; AGS, E, 615, f° 51 ; AGS, E, 183 (nombreux ffos) ; AGS, E, 2023, f° 22 ; AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 549-27-5 ; BNM, ms. 18 729/3.

283Ventevene : voir Montevene.

284Vignon, Marie-, marquise de Tréfort puis connétable de Lesdiguières ( ?-1657).
Première occurrence : 12 octobre 1614 ♦ Dernière occurrence : 15 juin 1620 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
Épouse d’un marchand de soie de Grenoble et amante de Lesdiguières, elle réussit à obtenir l’élimination de son époux par Alardo* et à épouser ainsi le Maréchal. Soupçonnée par les Espagnols de recevoir des pensions de Savoie, elle accepte de communiquer à Alardo des renseignements sur son mari et son beau-fils, Créquy, en échange de présents. Richelieu se méfie de la Connétable ; cependant les autorités doivent en partie à son influence la conversion de Lesdiguières. La plupart des renseignements ne proviennent jamais directement de la connétable mais d’Alardo.
AGS, K, 1428, f° 33, Conseil d’État, consulta du 12 octobre 1614 ; AGS, E, 1934, f° 32, Vivas le 21 mai 1615 ; AGS, E, 3828, f° 64, Conseil d’État, consulta du 15 juin 1620 ; Tallemant des Réaux, Historiettes, pp. 31-58 ; D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II, p. 313 ; Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, pp. 371-380 ; Cte Louis-Archambaud Douglas et Joseph Roman, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières (3 vol.), Grenoble, 1878-1884 ; Jean-Joseph-Antoine Pilot de Thorey, Recherches sur Marie Vignon, Grenoble, 1887 ; Jacques Humbert, Le maréchal de Créquy, gendre de Lesdiguières (1573-1638), Paris, 1962.

285Villeneuf, M. de -.
Première occurrence : 17 novembre 1629 * Dernière occurrence : 10 décembre 1629 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : noble.
L’identification de ce Villeneuve est délicate : s’agit-il du baron de Villeneuve, grand maître de l’ordre de Malte de 1623 à 1636, ou de Jacques Paget, maître des requêtes ? Le secrétaire Navaz et Mirabel préviennent Madrid de leurs conversations avec M. de Villeneuve. Celui-ci les assure que le poids des impositions est tel, et le nombre de mécontents en Poitou et Guyenne si important, que le Royaume risque de sombrer dans la révolte. Il se place sous la protection du Roi Catholique, affirmant être prêt à le servir. Cette mention se trouve la seule à pouvoir être replacée dans le contexte de l’opposition entre le Cardinal et les dévots.
AGS, K, 1481, f° 204, Navaz à Olivares le 17 novembre 1629 ; AGS, K, 1437, f° 123, Conseil d’État, consulta du 10 décembre 1629.

286VITTORIA, Rodrigo Álvares de - : voir Álvares.

287Voiture, Vincent (1598-1648).
Première occurrence : 5 décembre 1632 ♦ Dernière occurrence : 25 avril 1633 ♦ Origine géographique : France ♦ État social ou activité : poète.
À la fin de l’année 1632, cet homme de lettres et poète est envoyé à Madrid par Marie de Médicis pour la représenter. Il affronte la concurrence et l’animosité de l’émissaire de Gaston d’Orléans, lui aussi présent à la cour de Roi Catholique. Si son séjour a pour but la coordination des oppositions sous la protection de l’Espagne, son efficacité est faible, communiquant peu d’avis de considération au Conseil d’État et s’offensant de la présence de Du Guay et de l’accueil réservé à celui-ci.
AGS, K, 1415, 128, Conseil d’État de 5 décembre 1632 ; AGS, K, 1416, ffos 8 et 12, Conseil d’État des 21 mars et 25 avril 1633 ; AGS, K, 1422, ffos 53-54, Conseil d’État, consulta du 5 décembre 1632.

288Yange.
Première occurrence : 23 novembre 1602 ♦ Dernière occurrence : 20 février 1603 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Intermédiaire entre les autorités espagnoles (mais non l’ambassadeur espagnol à Paris) et le duc de Joinville, Yange est arrêté en 1602. Il dévoile ainsi aux responsables français les tentatives de collusion des princes (Bouillon et Joinville) avec l’Espagne. Tassis ne fait que rendre compte de ces événements au Conseil d’État et au roi.
AGS, K, 1605, Tassis les 23 novembre et 3 décembre 1602 ; AGS, K, 1451, f° 81, Tassis le 20 février 1603.

289Ygun De La Lana, Juan Miguel.
Première occurrence : 1582 ♦ Dernière occurrence : 31 juillet 1619 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : administration.
Ygun de la Lana constitue un des plus anciens agents du Roi Catholique, servant durant un tiers de siècle. Prisonnier des protestants français en 1583, il dut payer sa rançon. En 1590, il assure les relations avec l’évêque de Comminges (frère de Guy de Lusignan*). Par la suite, il continue ses activités auprès des catholiques « espagnolisés » (Duras, Falces, Lusignan...) tout en surveillant Antonio Pérez*. En 1600, un de ses longs rapports le montre las des opérations secrètes, désirant rentrer chez lui. Vingt ans plus tard, on le rencontre dans le royaume de Naples (à moins qu’il ne s’agisse de son fils), où il est mis en cause par Quevedo* au cours du procès du duc d’Osuna.
AGS, K, 1573, f° 97, 1590 ; AGS, E, 1783, le 8 juin 1600 ; AGS, E, 1882, f° 201, le 31 juillet 1619 ; F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, p. 852 ; G. Marañón, Antonio Pérez, t. II.

290Yniguz, Íñigo.
Première occurrence : 1er décembre 1603 ♦ Dernière occurrence : 1er décembre 1603 ♦ Origine géographique : inconnue ♦ État social ou activité : inconnus.
Une seule mention indique des fonctions de renseignements chez cet individu. Il dénonce un religieux espagnol se rendant régulièrement à Paris sous le prétexte de vendre des peignes, mais dont le but est en réalité de nuire à la couronne espagnole. La personnalité d’Yniguz est confuse. Originaire de San Gesa (Saint-Guèse ?), parent d’un nommé Medrano (un Portugais ?), il aurait épousé une parente du président Jeannin.
AGS, K, 1606, Lerma à Prada octobre 1603.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search