Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Annexes

Annexe I

Histoire et informatique

Aperçus méthodologiques

Texte intégral

Principes généraux

1Toute recherche historique nécessite un travail à partir des sources. Pour notre part, nous avons donné la priorité aux sources diplomatiques espagnoles, particulièrement aux relations des diplomates avec le Conseil d’État espagnol. Cette décision procède d’une volonté de disposer d’un corpus homogène, facilitant la compréhension des choix du pouvoir monarchique.

2Ainsi, nous avions d’abord réalisé, à l’aide d’un logiciel de gestion de bases de données, un fichier prosopographique « complet ». Notre première erreur a résidé dans la volonté d’effectuer a priori d’une analyse prosopographique complète, dès le moment de la lecture des documents aux archives. De ce fait, nos fichiers étaient trop lourds à manier en raison du nombre élevé de champs qu’ils comportaient. En outre, cette démarche risquait d’anticiper fâcheusement sur les résultats, puisqu’elle imposait de créer ex nihilo des catégories censées refléter les types d’activités des protagonistes. Or le problème, dans l’étude de la diplomatie et de l’espionnage, réside dans l’absence d’identification. Les ambassadeurs évitent de parler des espions et des confidents ; le plus souvent ils ne les nomment pas, ou font des allusions indirectes, utilisant des pseudonymes impossibles à comprendre si l’on n’en détient pas la clé. Lorsqu’un nom apparaît dans la correspondance, aucun signe distinctif ne vient nous avertir qu’il s’agit d’un informateur. Nous avons donc modifié très rapidement notre méthode d’approche, éliminant les trop nombreux champs de notre fichier pour ne conserver qu’une biographie élémentaire contenant des informations minimales sur les acteurs de cette politique, c’est-à-dire les noms et prénoms, les dates des première et dernière occurrence dans notre documentation, les relations entretenues par les individus et un champ dénommé Mémo, dans lequel nous avons porté les références des dossiers d’archives concernés. Au cours de cette période, nous avons réalisé un fichier d’environ mille fiches se rapportant aux acteurs de la vie politique internationale, diplomates de différentes cours, personnels des ambassades, anciens ligueurs, princes et grands aristocrates en relations avec les dirigeants espagnols, consuls, confidents, etc. En un mot, ce corpus possédait l’avantage de ne pas anticiper sur nos conclusions en construisant des catégories rigides. Il permettait aussi une consultation quasi instantanée, autorisant la mise en relation avec les textes en cours de lecture.

3Parallèlement, nous avons accumulé, dans des fichiers de texte, de multiples notes prises à partir des correspondances diplomatiques manuscrites. Ces notes délimitent notre sujet, et le définissent en grande partie. Nous avons voulu réaliser une histoire de la diplomatie pour cerner la construction de cet outil des relations internationales, ses étapes, ses méthodes, étudier les évolutions régressives ou progressives, rechercher comment un diplomate est nommé, quels choix président à cette nomination. En un mot, ce qui nous a intéressé dans la diplomatie, c’est moins son contenu (traités, négociations, etc.) que l’institution elle-même, par les diverses formes qu’elle peut revêtir.

4Il en va de même pour l’espionnage, même si le contenu demeure important (car il fait apparaître les priorités décidées par Madrid). De plus, nous n’avons pas tenté d’évaluer l’impact des pratiques d’espionnage : elles ne peuvent se mesurer dans la sphère publique, et leurs conséquences éventuelles restent toujours sujettes à caution. Combien d’histoires refont l’Histoire, prétendant démontrer que l’élément occulte conditionne la vie politique et aboutissant à une théorie du complot comme moteur de la vie des sociétés. Nous préférons la méthode des indicateurs, reflet de mouvements plus profonds du passé. Ainsi, on ne peut considérer l’espionnage sans prendre également en compte l’ensemble de la société du premier XVIIe siècle dans ses dimensions économique, politique, sociale et culturelle. Cette conception n’a été pas sans influer sur la constitution de nos fichiers d’occurrences : notre sélection s’est en effet opérée davantage en fonction de la forme et de la disposition que de l’information proprement dite.

  • 1 Nous avons utilisé le programme appelé FoxBase Pro (version 2.6) qui, depuis la rédaction de notre (...)

5Après avoir terminé la lecture et le dépouillement de notre corpus documentaire, nous avons choisi d’organiser nos recherches à l’intérieur de douze fichiers constituant la « métasource », matière première des traitements informatiques et objet de nos analyses. Ces douze fichiers, reliés entre eux par des liens informatiques et possédants en commun certains champs, autorisent une reconstruction de l’histoire de la diplomatie. L’emploi d’un logiciel de gestion de bases de données comporte de multiples avantages quant au traitement des fichiers1.

La gestion des bases de données

6Un fichier de base de données regroupe une collection de fiches organisées selon une même structure et relatives au même sujet (en l’occurrence, à notre corpus documentaire). Les douze fichiers de données concernent douze thèmes : 1°) Personnels espagnols ; 2°) Espions ; 3°) Renseignements ; 4°) Actions ; 5°) Cibles [de la diplomatie et de l’espionnage] ; 6°) Corsaires ; 7°) Courriers ; 8°) Immunités diplomatiques ; 9°) Demandes d’argent ; 10°) Versements de fonds ; 11°) États de dépenses ; et 12°) Nominations de diplomates. Les thèmes 9, 10 et 11 peuvent être regroupés sous la dénomination globale de « Questions financières ».

  • 2 II existe aussi des champs dit de type « flottant » et de type « général », que nous n’avons pas em (...)

7Chaque fichier possède un thème exclusif et une structure propre. À l’intérieur d’un même fichier, on retrouve les mêmes rubriques (ou « champs ») d’une fiche à l’autre ; un « masque de saisie » unique obligea à formaliser d’une certaine manière (définie préalablement) les données extraites des archives, de façon à pouvoir leur appliquer ensuite un traitement automatisé. Comme on l’a vu, la structure d’un fichier se compose de différents champs nécessaires à l’étude du thème qui fait l’objet du fichier. Pour le fichier « Personnels espagnols », le premier champ contient le code de l’individu considéré, le second son nom, le troisième son titre, etc. La même liste de rubriques est renseignée pour chaque Espagnol intervenant à titre officiel dans la diplomatie de la Monarchie Catholique. Si le contenu des champs varie (ils ne possèdent pas tous le même nom), le sujet de la fiche reste le même. Il existe diverses manières de formaliser ces champs ; il est possible de choisir un champ dit « caractères » (où l’on peut reporter des caractères, chiffres ou bien lettres), un champ dit « numérique » (chiffres exclusivement), un champ de type « logique » (deux possibilités de réponse seulement : vrai ou faux), un champ de type « date » et un champ de type « mémo ». Seule cette dernière catégorie est sans limitation quantitative (on peut y introduire de dizaines de pages ou un seul mot) ; en revanche, elle ne peut faire l’objet d’un traitement automatisé ; nous avons donc choisi d’y placer nos références bibliographiques et nos sources2.

8Les fonctions automatisées portant sur un ou plusieurs champs apparaissent innombrables et nous nous sommes cantonnés aux principales. Les calculs (somme, moyenne, comptage), le tri, le groupement peuvent porter sur un ou plusieurs champs. Pour cela, l’emploi d’une « requête » conduit à effectuer des choix portant sur les éléments désirés et pouvant aboutir à la création de sous-fichiers. Ainsi, nous avons généré à certaines étapes de notre étude des fichiers d’espions anglais, français, espagnols, etc., afin de mesurer les périodes d’activité, les motivations des individus selon l’origine nationale. Des opérations similaires ont été effectuées pour la plupart des fichiers. Elles portent sur les nominations des diplomates, les demandes de quitter le poste, ou bien sur les renseignements, afin de cerner les régions les plus importantes aux yeux de Madrid, ou encore sur les attributions de fonds aux représentants à l’étranger, de façon à vérifier l’hypothèse d’une diminution des ressources...

9La souplesse de la gestion des bases de données autorise à tous moments à modifier la structure des champs. En cours de traitement, si un aspect du sujet a été oublié, le logiciel permet d’insérer le champ correspondant sur toutes les fiches du corpus. Même si ce travail est un peu long, car il oblige à reconsidérer tout le fichier, il permet d’affiner les analyses. Par exemple, lorsque nous avons considéré les espions, l’absence d’un champ ayant trait à l’exil nous freinait dans notre travail. Le plus rapide a été d’introduire cette rubrique sous la forme d’un nouveau champ de type logique, (vrai/faux), puis de créer un sous-fichier des espions en exil : l’analyse a pu alors être poursuivie.

10Dans tous nos corpus, la première rubrique comporte un champ « code », composé de deux lettres (les deux premières du nom complet du fichier : PA pour « Personnels espagnols », ES pour « espions », etc.), suivies de trois ou quatre chiffres. Cet encodage évite les confusions entre plusieurs fiches – par exemple si celles-ci portent la même date – et limite les erreurs portant sur les noms : en effet, le même personnage se voit toujours attribuer le même code bien que l’orthographe de son nom puisse varier selon les différentes sources.

  • 3 Les liens établis entre nos différents fichiers sont récapitulés dans le schéma de la p. 574.

11Les « conditions de jointure » entre les fichiers ouvrent des possibilités essentielles pour le traitement des données3. Ces conditions sont remplies dans le cas des fichiers qui, bien que distincts, ont au moins en commun une même rubrique (un même champ). Ainsi, notre fichier « Renseignements » inclut les personnels espagnols traitant (au moins) une occurrence. Pour connaître le nom et le curriculum du responsable d’une information donnée, il suffit d’adjoindre le champ Nom du fichier « Personnels espagnols » avec, comme condition de jointure, le code de l’individu en question. Il est ainsi possible d’établir un « palmarès » des diplomates ou des espions dans le domaine du renseignement en mettant en relation des bases de données distinctes, seulement unies par l’existence d’une rubrique commune.

12Les « requêtes » autorisent l’introduction de plusieurs tables, qui peuvent à leur tour engendrer de nouveaux fichiers. Ces requêtes comportent aussi la possibilité de spécifier des critères supplémentaires. Nous n’avons employé que les méthodes les plus simples, évitant de recourir à des éléments statistiques, car nous avons estimé ne pas posséder une familiarité suffisante avec leur maniement. Les facteurs chronologiques (avant telle année et après à telle autre année), géographiques, logiques et lexicographiques constituent les critères les plus fréquemment employés.

13De multiples autres virtualités sont offertes par les logiciels, tant pour la gestion des bases de données que pour leur présentation : ainsi, Access et FoxPro sont dotés d’outils graphiques. Cependant, il nous a été plus commode de nous servir d’un tableur (Excel ou QuattroPro) pour la réalisation de ces représentations, ce type de programme offrant un choix d’options beaucoup plus large pour les échelles, les axes, les trames, etc. Ces principes énoncés, l’exposé de la constitution de douze fichiers confectionnés illustre cette méthode de travail.

Le fichier des personnels espagnols

14Ce fichier englobe tous les agents traitant des affaires françaises qui se trouvent au service de la Monarchie, soit en communication directe avec le Conseil d’État – c’est le cas des diplomates, des vice-rois, de l’espía mayor, des gouverneurs de région ou de forteresse –, soit en relation immédiate et permanente avec les personnages ci-dessus – c’est le cas des secrétaires d’ambassade à propos desquels nous retrouvons des états de dépenses. Cette base de données comprend 124 fiches. Les divers membres du Conseil d’État sont inclus uniquement s’ils interviennent, non pas simplement au titre de leur appartenance à l’institution, mais dans le cadre de missions propres.

15Tableau 1. – Structure des fiches « Personnels espagnols ».

1. Codepers : PA + quatre chiffres (champ caractères).
2. Nom et prénom (champ caractères).
3. Titre (champ caractères).
4. Sujet (champ caractères).
5. États (champ caractères).
6. Nationalité (champ caractères).
7. Datenaiss : date de naissance (champ caractères).
8. Lieunaiss : lieu de naissance (champ caractères).
9. Datedc : date de décès (champ caractères),
10. Débutobs : début de l’observation (champ caractères).
11. Finobs : fin de l’observation (champ caractères).
12. Foncactuel : fonction actuelle (champ caractères).
13. Post1prec : lieu géographique du poste occupé avant la nomination en France (champ caractères).
14. Titre1prec : fonction dans le poste précédent (champ caractères),
15. Datpromo1 : date de nomination dans le poste précédent (champ caractères).
16. Autreposte (champ logique : réponse par vrai/faux).
17. Chevjac : appartenance à l’ordre de Santiago (champ logique).
18. Commanderie : nom de la commanderie éventuellement occupée (champ caractères).
19. Chevcalatr : appartenance à l’ordre de Calatrava (champ logique).
20. Datejac : date de nomination dans l’ordre de Santiago (champ caractères).
21. Postpromo : promotion après l’implication dans les affaires françaises (champ logique).
22. Nompromo : fonction occupée grâce à cette promotion (champ caractères).
23. Datepromo : date de la promotion (champ caractères).
24. Autrepromo (champ logique).
25. Titulo (champ logique).
26. Grand (champ logique).
27. Originefam : origine familiale (champ mémo).
28. Lienfam : lien familial (champ mémo).
29. Sources : références bibliographiques et d’archives (champ mémo).

16Le masque de saisie reproduit ci-contre indique les différents champs. Le premier champ, Codepers, recouvre le code de l’agent et débute toujours par les deux lettres PA, suivies d’un nombre. PA0001 est attribué au comte de Fuentes, PA0002 à Diego Beltrán de Aguirre, secrétaire du gouverneur général du Milanais en 1620, etc. Le champ suivant indique le nom de l’agent. La troisième rubrique est attribuée au(x) titre(s), s’il en possède : ainsi, Pedro Enríquez de Acevedo est comte de Fuentes...

17Les trois champs suivants se rapportent à des catégories distinctes. La rubrique Sujet répond à la question concernant le souverain : les Flamands, les Milanais, les Aragonais, les Francs-Comtois possèdent tous le même souverain, à savoir le Roi Catholique. La ligne États précise dans quelle possession de la Monarchie vit l’individu considéré : la Sicile pour un sujet du roi d’Espagne vivant en Sicile, les Pays-Bas espagnols pour un Flamand, la Savoie pour un Savoyard, et le Milanais pour un individu se trouvant dans ce duché. Enfin, pour distinguer les origines géographiques, nous avons introduit un élément anachronique avec la rubrique Nationalité. Celle-ci renvoie aux critères d’appartenance actuelle : un Milanais devient ainsi un Italien, de même qu’un Romain, bien que ces deux « Italiens » ne soient pas sujets du même souverain et proviennent de régions distinctes. Ces distinctions permettent de mesurer la diversité dans le recrutement des agents du Roi Catholique (même si elle n’était pas ressentie comme telle au XVIIe siècle).

18Différentes sources précisent parfois les dates et les lieux de naissance et de décès (Datenatss, Lieunaisset Datedc). Les deux rubriques suivantes, début d’observation et fin d’observation (Débutobs et Finobs, c’est-à-dire date des premières et dernières occurrences dans la documentation dépouillée), se rapportent à la durée de la carrière politique des diplomates. La rubrique « fonction actuelle » (Foncactuel) renvoie à la principale fonction exercée dans le cadre des relations franco-espagnoles. Baltazar de Zúñiga a donc pour fonction actuelle l’ambassade espagnole en France, par contre il occupait précédemment le poste d’ambassadeur du Roi Catholique (Titre1prec = AR, soit ambassadeur résident) auprès des Archiducs à Bruxelles (Post1précéd) depuis 1601 (Datepromo1 = 1601).

19La rubrique Autreposte, formulée sous forme logique (vrai/faux), permet de constituer un sous-fichier englobant les agents employés à plusieurs reprises.

20Les quatre rubriques suivantes (Chevjac, Commanderie, Chevcalatr et Datejac) fournissent des éléments pour une analyse de la carrière de ces personnages, précisant s’ils sont possesseurs ou non d’un titre de chevalier ou de commandeur de deux grands ordres militaires castillans, Calatrava et surtout Santiago. Les carrières postérieures à leur intervention dans les affaires françaises font l’objet des champs Postpromo (sous forme logique), Nompromo (c’est-à-dire la fonction occupée), Datepromo et Autrepromo. Ainsi dans l’exemple de la fiche se rapportant à Zúñiga, nous trouvons successivement : Postpromo = « T » (vrai) ; Nompromo = « AR Serg » (ambassadeur auprès du Saint-Empire romain germanique) ; et Autrepromo = « T » (vrai), puisque Baltazar de Zúñiga devient, entre autres, membre du Conseil d’État à son retour de l’Empire.

21Les champs Título et Grand renvoient respectivement à l’appartenance (vrai/faux) des agents à la noblesse titrée et aux grands d’Espagne. Les trois derniers champs renferment des éléments non utilisables de manière automatisée puisqu’ils se présentent sous la forme de champs de type « mémo » et contiennent les diverses références sur l’origine, la parenté et les actions de ces personnages.

22Une grande partie de ces données est employée dans notre deuxième partie sur la conduite de la diplomatie espagnole. Parmi ces champs, seul le code autorise des liaisons avec les autres fichiers.

Le fichier « Espions »

  • 4 Voir le chap. vii.

23La base de données « Espions » comporte 219 occurrences. Elle prend en compte quelques inconnus (sous le code ES9999). Pour les autres cas, les codes renvoient à des individus identifiés. Le code ES0006 est attribué au protestant Michel de Clausels, dont les rapports avec les représentants espagnols sont abondants et fructueux. ES0001 correspond à Anne d’Autriche, lorsque la reine transmet à son père, à son frère ou à l’ambassadeur des informations sur des sujets autres que sa santé. La question de la présence de grands aristocrates et de la famille royale nous a conduit à remodeler ce fichier, excluant au cours du traitement les principaux personnages du royaume, auxquels nous avons réservé un sort particulier4. Inversement, l’effectif des espions n’est pas totalement englobé par cette base de données. En effet, un secrétaire d’ambassade entretenant des communications avec des rebelles, recevant des propositions de soulèvement ou d’occupations de places fortes, informant son souverain des déplacements militaires adverses appartient bien au monde de l’espionnage. Cependant, comme nous l’avons déjà introduit dans le corpus des personnels espagnols, ce personnage n’apparaît que dans un sous-fichier « Espions » utilisé dans la troisième partie, où ont été éliminés les noms des grands nobles et ajoutés ceux des personnels espagnols remplissant en même temps la fonction d’espion.

24Le nom de l’espion suit le code qui lui est affecté et, si un pseudonyme intervient, il est noté à la suite, sous la même rubrique. Les champs Titre, Debobs, Finobs, Datenaissa, Sujet, États, Nationalité et Parenté prennent le même sens que pour la base de données « Personnels espagnols », même s’il est bien rare, pour ce fichier, de connaître les dates de naissance. Les champs Assassiné, Exécuté (après jugement, dans ce dernier cas) se présentent sous forme logique. Nous avons jugé que, si nous ne connaissions pas le sort de l’agent, la réponse devait être F(« faux ») et devait dans ce cas être interprétée non comme une preuve de la survie de l’intéressé, mais seulement d’ignorance de notre part. Pour la rubrique Arrestation, trois possibilités s’ouvrent : a) en l’absence de toute information sur une éventuelle détention, il conviendra de répondre par 1 ; b) si un espion a connu la prison, la réponse sera 2 ; c) enfin, si tout laisse supposer que l’individu en question n’a jamais séjourné dans quelque geôle que ce soit, la réponse sera 3.

25Les huit champs suivants (nos 15 à 22) se rapportent à l’activité des confidents espagnols. Quatre types ont été distingués : les fonctions militaires, administratives, ecclésiastiques et de cour. Les rubriques correspondantes se présentent sous forme logique (vrai/faux [T/F]), ce qui favorise une approche rapide des activités extra-clandestines de ces individus. Quant au champ Métier, il permet d’inclure des individus dont nous ne connaissons que la profession. Gérard de Raffis est qualifié d’« avocat », Nicolas Picoté de « bourgeois » (ce qui n’est pas un métier...). Ce champ autorise donc une certaine classification des espions.

26Tableau 2. – Structure des fiches « Espions ».

1. Codespion (champ caractères).
2. Nom : nom et pseudonyme (champ caractères).
3. Titre (champ caractères).
4. Debobs : début de l’observation (champ caractères),
y. Finobs : fin de l’observation (champ caractères).
6. Datenaissa : date de naissance (champ caractères).
7. Assassiné (champ logique).
8. Arrestation : champ numérique.
9. Exécuté (champ logique).
10. Sujet (champ caractères).
11. États (champ caractères).
12. Nationalité (champ caractères).
13. Religion (champ caractères).
14. Parenté (champ caractères).
15. Foncmili : fonction militaire occupée (champ logique).
16. Titremili : nom de la fonction militaire occupée (champ caractères).
17. Fonclerc : fonction cléricale (champ logique).
18. Titreclerc : nom de la fonction cléricale occupée (champ caractères).
19. Fontadm : fonction administrative (champ logique).
20. Titreadm : nom de la fonction administrative (champ caractères).
21. Fonctcou : fonction à la Cour (champ logique).
22. Titrecour : nom de la fonction à la Cour (champ caractères).
23. Métier (champ caractères).
24. Codepers1 : code du personnel espagnol (champ caractères).
2y, Codepers2 : code du deuxième agent espagnol (champ caractères).
26. Codepers3 : code du troisième agent espagnol (champ caractères).
27. Plus : plus de trois agents traitant (champ logique).
28. Agentz : agent double (champ logique).
29. Exil (champ logique).
30. Sources (champ mémo).

  • 5 Sur les « maîtres-espions », voir chap. ix, pp. 416 sqq.

27Les trois rubriques suivantes (Codepers1, Codepers2 et Codepers3) ont trait aux responsables espagnols avec lesquels ces espions communiquent. Ces champs permettent d’évaluer l’importance d’un confident, et aussi de retrouver aisément les dirigeants de l’espionnage du Roi Catholique. En effet, il est rare qu’un informateur entretenant des contacts avec trois agents permanents de la Couronne relève du « menu fretin ». Le champ Plus, affecté de la réponse T, désigne les espions étant en liaison avec plus de trois responsables espagnols. La plupart de ces cas ne concernent que les « maîtres-espions5 », facilement discernables par ce moyen.

28Pour les champs Exil et Agent2, lorsque la réponse est T (= vrai), cela indique respectivement que les informateurs sont proscrits et qu’ils possèdent un deuxième commanditaire ; pour ces deux mêmes champs, la réponse F (= faux) ne signifie pas que ces agents ne sont pas proscrits ou qu’ils sont fiables, mais que nous ignorons tout sur leur compte dans ces deux domaines. Enfin, la rubrique Sources (champ de type « mémo ») contient des références plus ou moins nombreuses selon l’importance des avis émanant de l’individu considéré ou le concernant. Nous y avons adjoint les sources bibliographiques.

29Ce fichier constitue donc notre base « Espions ». Nous l’avons remodelé à plusieurs reprises, pour exclure les grands, inclure les agents permanents espagnols, mais aussi pour rechercher les motivations de l’engagement auprès de la Monarchie Catholique (en insérant de nouveaux champs dans un sous-fichier) ou analyser la durée des services (en calculant les durées d’observations et en les regroupant).

30Les codes des espions et les codes des personnels espagnols permettent des jointures avec d’autres fichiers.

Le fichier « Renseignements »

31Ce fichier constitue le cœur de notre étude. Il comporte le nombre le plus important d’occurrences – 1.366 exactement – et aborde de multiples domaines. Avant d’en décrire la structure, il est essentiel d’exposer notre conception du renseignement. D’une part, les avis se rapportant aux pirates, à la course sur la carrera et l’Amérique se trouvent exclus : en effet, nous avons préféré les regrouper dans un fichier propre. D’autre part, notre conception du renseignement prolonge la perspective dans laquelle notre sujet a été envisagé. Il n’était pas question de noter tous les échanges de correspondance entre les diplomates et les dirigeants de Madrid durant plus d’un quart de siècle : ce travail titanesque était hors de notre portée. Ont « seulement » été considérés comme renseignements les avis ou les mémoires émanant de confidents de la monarchie espagnole ou mettant en cause l’un d’entre eux. S’il s’agit d’avis anonymes, ils se trouvent consignés de la même manière, et sont seulement distingués par leur Codespion (ES9999). Ces données observées sous l’angle de la diplomatie souterraine représentent l’essentiel de notre corpus. Cependant, nous avons élargi ce domaine strictement clandestin à d’autres champs que l’histoire diplomatique « traditionnelle » prend rarement en compte. En effet, nous avons retenu les informations qualifiées de « culturelles », terme recouvrant les avis des diplomates et du Conseil d’État à l’égard de toute information se rapportant aux livres, au théâtre, à la peinture, auxquels nous avons rattaché – fort abusivement, mais commodément – les questions religieuses. Cette introduction dans notre corpus autorise à s’interroger sur la présence du diplomate en tant que vecteur « culturel ». D’autre part, des avis d’ordre économique sont retenus pour le même motif. L’Ancien Régime méconnaît-il l’espionnage économique ? Reste-t-il indifférent aux questions financières en matière de relations internationales ?

32TABLEAU 3. – Structure des fiches « Renseignements ».

1. Codekens : code renseignement (champ caractères).
2. Daterens : date renseignement (champ caractères).
3. Codespion (champ caractères).
4. Actif (champ logique).
5. Lieurens (champ caractères).
6. Autres (champ logique).
7. Corresp : correspondance (champ logique).
8. Ce : Conseil d’État (champ logique).
9. Codepers : code du personnel espagnol (champ caractères).
10. Infoeco : information de type économique (champ logique).
11. Domaineco : domaine de cette information (champ caractères).
12. Infomili : information de type militaire (champ logique).
13. Domainemili : domaine de cette information (champ caractères).
14. Infocult : information de type culturel (champ logique).
15. Domainecult : domaine de cette information (champ caractères).
16. Infolien : information de type liaison (champ logique).
17. Domainelien : domaine de cette information (champ caractères).
18. Infopolext : information relevant de la politique étrangère (champ logique).
19. Dompolext : domaine de cette information (champ caractères).
20. Infopolint : information relevant de la politique intérieure (champ logique).
21. Domainepol : domaine de cette information (champ caractères).
22. Infoctresp : information de type contre-espionnage (champ logique).
23. Domctresp : domaine de cette information (champ caractères).
24. Sources (champ mémo).

33Chacun de ces champs représente une étape technique ou analytique de notre étude. Comme le Codepers ou le Codespion pour les fichiers précédents, la nécessité de coder aboutit à la présence d’une rubrique similaire sous la forme du préfixe RE suivi de cinq chiffres. Chaque fiche est donc consacrée à un renseignement, qui à son tour correspond à une occurrence repérée dans notre documentation. Cependant, il arrive que le même renseignement mette en cause plusieurs espions. Pour prendre en compte ce fait, nous avons choisi de répéter la fiche avec le même code, sachant que le logiciel utilisé permettait de ne pas compter la nouvelle fiche dans le total des occurrences. À l’intérieur des requêtes du système de gestion de bases de données, la fonction « grouper » regroupe les champs aux contenus identiques. Il suffit de formuler une demande de regroupement pour le champ Coderens pour éviter toute réitération des occurrences (opération élaborée, pour les comptages des renseignements, au cours de la réalisation des graphiques ayant trait à ces données). En revanche, lorsqu’une analyse part du point de vue des espions, ceux-ci apparaissent dans la totalité de leur participation à la communication de renseignements.

  • 6 Faute du temps suffisant, le contenu de ce champ n’a pu être pris en compte dans notre analyse.

34Les rubriques Daterens, Codespion et Codepers possèdent la même signification que pour les fichiers précédents. Néanmoins, dans un souci de perfection, nous avions de plus créé le champ logique Actif6, qui indique si l’informateur participe ou non à l’information qui fait l’objet de la fiche. En effet, la présence du Codespion atteste la mention d’un informateur, mais pas nécessairement son activité. Ainsi, un diplomate peut avertir Madrid qu’il soupçonne (sans en avoir la preuve) tel indicateur de double jeu, ou bien que tel confident propose une communication (sans que celle-ci soit encore établie). De plus, dans ses consultas, le Conseil d’État émet fréquemment des avis sur l’emploi des espions, or ces derniers ne sont en aucun cas actifs dans ce type de document. C’est ce que permet de vérifier le champ logique Ce (Conseil d’État) car, si la réponse est T (« vrai »), cela implique que l’occurrence provient de cette institution. L’origine de l’occurrence est précisée par deux autres champs : Corresp et Autres ; le premier concerne la correspondance des diplomates et gouverneurs ; le deuxième, des rapports épars provenant d’informateurs isolés ou non localisés. La rubrique Lieurens prend en compte le centre d’émission du document. Bien évidemment, dans une large majorité des cas, ce lieu n’est autre que Paris ou Madrid, mais il convient cependant de remarquer que les contributions de Gênes, Naples, Venise, Turin ou Milan sont loin d’être négligeables.

35La caractérisation des renseignements nous a conduit à les regrouper en sept catégories. On a distingué les informations de type économique, militaire, culturel, de liaison, de politique extérieure, de politique intérieure (au royaume de France) et de contre-espionnage (cette dernière catégorie incluant la protection du territoire). Ces sept catégories génèrent autant de champs logiques (Infoeco, Infomili, Infocult, Infolien, Infopolext, Infopolint, Infoctresp) ; les réponses apportées à ces champs logiques (vrai/faux) permettent de savoir si l’occurrence considérée concerne tel sujet ou tel autre. À chacun de ces sept champs logiques est associé un champ caractères (Domaineco, Domainemili, Domainecult, Domainelien, Dompolext, Domainepol, Domctresp) précisant à quel domaine se rattache l’information considérée : nous avons inscrit principalement les zones intéressées par ces renseignements, ou, lorsqu’il s’agit d’activité de type lien, les noms des personnages. Il faut préciser qu’une occurrence relève parfois de plusieurs domaines. Dans le cas de la révolte de Montmorency et de Gaston d’Orléans, en 1632, une occurrence comporte un aspect militaire (le déplacement des troupes royales), un aspect de politique intérieure et parfois même un aspect de protection du territoire (les rumeurs, ou bien des espions, affirment fréquemment que le but du roi de France est d’attaquer les possessions catalanes ou aragonaises du Roi Catholique...).

36Les conditions de jointure avec les autres fichiers sont constituées par les codes des espions et des personnels espagnols qui traitent l’information.

Le fichier « Actions »

37Ce fichier serait aussi important pour notre étude que la base de données « Renseignements » si les documents officiels lui réservaient une place identique, mais seules 190 occurrences ont pu faire l’objet d’une sélection. Les critères de ce tri répondent aux mêmes intentions que dans le domaine du renseignement, c’est-à-dire la participation d’informateurs, d’émissaires ou d’acteurs directs à de possibles opérations. Une rubrique Projet se trouve incluse dans le masque de saisie, afin de prendre en compte les tentatives d’action, dont nous ignorons parfois si elles ont donné lieu effectivement à une mise en pratique. Cette ignorance provient soit d’un manque d’information de notre part (il demeure impossible de vérifier toutes les assertions des informateurs), soit d’un silence délibéré de nos sources (on ne se vante pas de l’échec d’une opération).

38Dans leur correspondance, les dirigeants politiques taisent la plupart des actions envisagées ou entreprises, à cause de leur caractère inavouable. Le versement de sommes importantes en échange de prises de position favorables à la Monarchie Catholique ne laisse que très rarement des traces, qui seraient dangereuses pour le stipendié aussi bien que pour les intérêts du Roi Catholique. Ces traces apparaissent dans les états de dépenses adressés par les diplomates mais, dans l’hypothèse où le Conseil d’État aurait commandité un assassinat, il est plus que certain que les indices de sa participation ne figureront pas dans les archives conservées à Simancas.

39La structure de la base de données « Actions » reproduit en grande partie celle des précédentes. On y retrouve les champs suivants : Dateaction, Corresp, Ce, Codepers et Sources. Certaines rubriques, comme Codeaction ou Lieuaction, n’offrent que peu de différences avec leurs homologues des autres fichiers. De même que pour le fichier précédent, le masque de saisie comporte une série de champs logiques (au nombre de cinq : Intercepti, Corruption, Intoxprop, Projet, Opération) dont chacun est complété par un champ de type caractère (Domaininterc, Domcorrup, Domintox, Domprojet, Domopéra) ; le principe de fonctionnement est le même que pour le fichier « Renseignements », avec une seule différence : ils ne concernent que les actions évoquées. Quelques précisions sont nécessaires à propos du Codeaction. Composé du préfixe AC suivi de quatre chiffres (p. ex. AC0001), son principe d’utilisation reste le même que pour le Coderens, à savoir qu’il peut être réitéré lorsque plusieurs espions participent à l’élaboration d’une même action ou se trouvent impliqués par un même projet.

40Tableau 4. – Structure des fiches « Actions ».

1. Codeaction (champ caractères).
2. Dateaction (champ caractères).
3. Corresp : correspondance (champ logique).
4. Ce : Conseil d’État (champ logique).
5. Codespion (champ caractères).
6. Lieuaction (champ caractères).
7. Codepers (champ caractères).
8. Intercepti : action du type interception de lettres (champ logique).
9. Dominterc : domaine de l’interception (champ caractères),
10. Corruption : action de type corruption (champ logique).
11. Domcorrup : domaine de la corruption (champ caractères).
12. Intoxprop : action de type intoxication ou propagande (champ logique).
13. Domintox : domaine de l’intoxication ou de la propagande (champ caractères).
14. Projet : information projetant une action (champ logique).
15. Domproj : domaine de cette information (champ caractères).
16. Opération : action effectivement réalisée (champ logique).
17. Domopéra : domaine d’application de cette action (champ caractères).
18. Sources : champ mémo contenant les références.

41Les éléments permettant de relier cette base de données avec d’autres fichiers de ce type résident dans les codes des personnels espagnols (Codepers) et des espions (Codespion). Un troisième joint apparaît dans cette base, le code cible. En effet, nous avons introduit un élément nouveau dans ce fichier par des références à des « cibles », Lorsque les diplomates, leurs agents ou des espions proposent des actions, quand on vise à corrompre un dirigeant français, aucune preuve certaine n’indique la réalité de l’implication de la « cible ». Pour résoudre ce problème, il est nécessaire de concevoir une nouvelle catégorie d’individus qui ne sont ni des espions ni des personnels espagnols, mais des objectifs dont on ne sait s’ils furent atteints (voir la section suivante, consacrée au fichier « Cibles »). Le champ Domcorrup contient à plusieurs reprises cette catégorie d’individus. Par exemple, en mars 1623, des approches sont effectuées afin de gagner le marin La Ravardière, compétiteur des Espagnols dans l’Amérique lusitanienne. Nous ignorons dans quelle mesure ces pourparlers destinés à l’éliminer de ce domaine par la corruption, l’emprisonnement, etc., ont abouti à un succès. Plutôt que d’affirmer que le conquistador français travaillait pour Madrid, ce qui serait imprudent, nous le classons parmi les cibles, afin de démontrer l’intérêt dont il fait l’objet.

Le fichier « Cibles »

42D’une structure bien plus légère que les précédents, ce fichier ne contient en lui-même aucun renseignement, aucune action, aucun contenu mais seulement des patronymes d’individus, auxquels est attribué un code. Pourtant le nombre d’occurrences n’est pas négligeable : 912 fiches. Seulement, le nombre de cibles s’avère plus réduit puisque notre corpus comprend seulement 237 personnes visées par les mémoires et les avis espagnols. La même personne se trouve fréquemment mise en cause à plusieurs reprises par les renseignements ou les projets d’action communiqués par les espions. Des « colombes » comme Guise, Toiras, des « faucons » comme Lesdiguières ou La Force, ou simplement des dirigeants importants, tels les Concini, font l’objet de nombreuses attentions. Parfois, des espions deviennent eux-mêmes « cibles ». Suspectés de retournement, engagés dans les services adverses, ils deviennent alors l’objet de nombreux commentaires dans la correspondance.

43Pour illustrer le fonctionnement de cette base de données, il suffit de savoir que le maréchal de Toiras constitue un des grands centres d’intérêt de Madrid et de son représentant en France. De multiples fois, des échanges démontrent cet engouement pour un possible rival du cardinal de Richelieu. À en croire ces documents, des échanges, épistolaires ou autres, auraient lieu avec le Maréchal. Cependant, aucun élément ne fait état d’individus envoyés par Toiras auprès de Madrid, les archives ne renferment aucune de ses lettres, les états de dépenses ne mentionnent aucun versement. Madrid considère donc Toiras comme un « ami », mais pendant la guerre de Mantoue, le Maréchal continue à faire la guerre au Roi Catholique. Des réflexions semblables paraissent en grande partie valables pour la reine Anne d’Autriche. Si l’ambassadeur affirme à plusieurs reprises détenir des informations fournies par la reine, l’informateur principal est un intermédiaire, le confesseur de l’infante.

44Tableau 5. – Structure des fiches « Cibles ».

1. Codecible (champ caractères).
2. Nom (champ caractères).
3. Coderens (champ caractères).
4. CodeactioN (champ caractères).
5. Codespion (champ caractères).
6. Codepers (champ caractères).

45L’utilisation de cette base de données s’effectue obligatoirement en relation soit avec le fichier « Actions », soit avec le fichier « Renseignements » : en effet, pour éviter de répéter les mêmes sources à l’intérieur de plusieurs rubriques, nous avons choisi ce procédé plus rapide. Une simple requête avec pour condition de jointure le Coderens ou le Codeaction (selon la source) permet de disposer du contenu des avis et des desseins concernant ces cibles.

Le fichier « Corsaires »

46La fréquence des relations diplomatiques portant sur la protection des colonies face aux menaces que font peser les pirates, corsaires et marins de diverses nationalités nous a conduit à créer un fichier spécifiquement consacré à ces affaires. Le titre « Corsaires », bien que réducteur, recouvre en fait toutes les actions considérées comme illégales par les dirigeants espagnols. Régulièrement, le Conseil d’État et les diplomates se plaignent de ces agressions et tentent d’anticiper ces dangers en pénétrant les desseins des puissances adverses, principalement l’Angleterre, la Hollande et la France.

47Tableau 6. – Structure des fiches « Corsaires ».

1. Codecourse (champ caractères).
2. Datecourse (champ caractères).
3. Autres (champ logique).
4. Corresp : correspondance des ambassadeurs (champ logique).
5. Ce : Conseil d’État (champ logique).
6. Codepers (champ caractères).
7. Codespion (champ caractères).
8. Lieucourse : lieu où se pratique la course (champ caractères).
9. Origcourse : lieu d’où provient la course (champ caractères).
10. Med : domaine méditerranéen (champ logique).
11. Atla : domaine atlantique et mer du Nord (champ logique).
12. Sources : références bibliographiques et sources (champ mémo).

  • 7 Voir la section consacrée au fichier « Renseignements », pp. 561-564.

48Ce corpus comprend 80 occurrences, avec, pour la rubrique Codecourse, le préfixe CO suivi de trois chiffres, pour distinguer chaque mention. La Datecourse correspond à la date, non de l’agression elle-même, mais de l’émission du document qui traite de celle-ci. Les champs Autres, Corresp et Ce recouvrent les mêmes significations que précédemment7. L’insertion des champs les Codepers et Codespion permet de connaître l’agent espagnol traitant de l’affaire et les sources cachées de l’information, c’est-à-dire l’espion qui a fourni celle-ci. Ces deux rubriques permettent de faire le lien avec les autres fichiers. Le champ Lieucourse, de type caractère, indique le domaine géographique visé par ces menaces adverses alors que la rubrique Origcourse se rapporte à l’origine des marins auteurs de l’agression (Hollande, Angleterre, La Rochelle, etc.). Afin d’accélérer le traitement automatisé, nous avons adjoint en cours de rédaction deux champs logiques (Atla et Med) pour déterminer la répartition des visées étrangères entre les deux principales sphères, c’est-à-dire la zone atlantique et la zone méditerranéenne.

Le fichier « Courriers »

49La question de la communication des informations constitue un des problèmes majeurs de la diplomatie et de la direction des affaires. C’est pourquoi nous avons réalisé un fichier uniquement composé des renseignements relatifs aux courriers, qui comporte 57 occurrences.

50Tableau 7. – Structure des fiches « Courriers ».

1. Codecourri : code courrier (champ caractères).
2. Datecourri : date courrier (champ caractères).
3. Correspond : correspondance (champ logique).
4. Autres (champ logique). y. CE : Conseil d’État (champ logique).
6. C
odepers : code personnel (champ caractères).
7. Nomcourrier : nom du courrier (champ caractères).
8. Sujet (champ caractères).
9. Intercept : interception (champ logique).
10. Lieuinterc : lieu d’interception (champ caractères).
11. Départ : lieu du départ (champ caractères).
12. Détournement (champ logique).
13. Arrestation (champ logique).
14. Dévalisé (champ logique).
15. Passeport (champ logique).
16. Sources (champ mémo).

51Le Codecourri, composé du préfixe CU suivi d’un chiffre, distingue chacune des informations. Des rubriques reprennent des formes déjà vues, Datecourri, Correspond, Autres, Ce, Codepers et Sources se répètent. Le champ Nom se rapporte au patronyme du courrier quand il est connu ; nous pensions à son utilité en cas de retournement ou de double jeu d’un individu, élément que nous n’avons pas rencontré au cours de nos recherches. Quant au champ Départ, il précise le lieu d’émission des missives alors que la destination autorise à en connaître le trajet. Le champ Sujet est en relation avec l’envoyé, afin de savoir s’il dépend du Roi Très-Chrétien ou du Roi Catholique. Comme les menaces sur le commerce maritime, les dangers qui pèsent sur les courriers représentent un des griefs les plus fréquemment communiqués par les diplomates à la puissance auprès de laquelle ils sont envoyés. Parmi ceux-ci, nous avons sélectionné l’interception de courriers (Intercept) et précisé en ce cas le lieu de l’interception (Lieuinterc), le détournement des messagers (Détournement), pratique fréquente d’Henri IV pour ralentir les décisions espagnoles, l’arrestation, occurrence plus rare, l’attaque du courrier (Dévalisé), et enfin les querelles concernant le passeport à attribuer à ces émissaires.

52Ces différents champs conduisent à cerner la question des communications et soulignent l’évolution de rapports de force entre les deux monarchies. La seule possibilité de lier cette base de données avec d’autres fichiers passe par le champ commun Codepers.

Le fichier « Immunités »

53Ce fichier, qui compte 273 occurrences, comporte les éléments en rapport avec le droit diplomatique. Les immunités propres aux représentants, les questions de protocole et de cérémonial, de la protection des nationaux et des représentations consulaires s’y trouvent incluses.

54Les occurrences sont déterminées par le Codeimunit, formé par le préfixe IM suivi de quatre chiffres. Les rubriques Dateimunit, Autres, Correspond, Ce, Codepers et Sources se présentent comme pour les fichiers précédents. En revanche, deux champs permettent de souligner la place de la bilatéralité ; les champs logiques Lieufra et Lieuesp indiquent si les problèmes se situent en France ou en Espagne. En effet, un conflit entre l’ambassadeur français et des Madrilènes aboutit à une complication des affaires : l’ambassadeur espagnol se trouve alors en position délicate face au Roi Très-Chrétien, cependant que le Conseil d’État doit adopter de nouvelles orientations pour prendre en compte ces nouvelles difficultés.

55Une série de dix rubriques de type logique favorise un classement de ce fichier entre les catégories de problèmes rencontrés par les diplomates : questions de protocole (Protocole) et réflexions sur ce thème (Reflexpro), affrontement à propos du logement de l’ambassadeur (Pblogt), querelles liées aux personnels de la mission (Pbpersonel), différends sur de menus trafics de la suite du diplomate (Trafic), problème de douanes (Douanes) ou asile donné par un représentant à l’intérieur de son logement à des opposants recherchés par le pouvoir (Asile), plaintes sur de mauvais traitements de « compatriotes » de l’agent en poste (Nationaux), ou controverse sur la nomination et les compétences des consuls (Consulat). Dans ce dernier cas, la ville où est implanté le consulat le nom du consul en cause se trouvent respectivement précisés dans les champs Lieuconsul et Nomconsul. Deux derniers éléments se rencontrent fréquemment dans la correspondance. D’une part, l’attribution de cadeaux et l’octroi de grâces (Faveurcade), règle générale dans la diplomatie, gênent les dirigeants, toujours hésitants à les formaliser. D’autre part, entre 1615 et 1625, les affaires autour du traitement des reines (Anne d’Autriche en France et Élisabeth de Bourbon en Espagne) et de leurs maisons respectives (Reine) aboutissent à de fréquentes contestations.

56Tableau 8. – Structure des fiches « Immunités ».

1. Codeimunit : code immunité (champ caractères).
2. D
ateimunit : date immunité (champ caractères).
3. Autres : champ logique.
4. Correspond : correspondance (champ logique).
5. C
e : Conseil d’État (champ logique).
6. L
ieufra : lieu France (champ logique).
7. Codepers : code personnel (champ caractères).
8. Lieuesp : lieu Espagne (champ logique).
9. Protocole (champ logique).
10. Reflexpro : réflexions concernant le protocole (champ logique).
11. Pblogt : problème de logement (champ logique).
12. Pbpersonel : problème de personnels (champ logique).
13. Trafic (champ logique).
14. Douanes (champ logique).
15. Asile (champ logique).
16. Nationaux (champ logique).
17. Reine (champ logique).
18. Consulat (champ logique).
19. Lieuconsul : lieu du consulat (champ caractères).
20. Nomconsul (champ caractères).
21. Faveurcade : grâces et cadeaux (champ logique)
22. Sources : références bibliographiques et sources (champ mémo).

57Dans ces fiches, la seule condition de jointure avec d’autres fichiers demeure le Codepers.

Les questions financières : les fichiers « Demandes d’argent », « Versements » et « États de dépenses »

58Le projet de quadriller les questions financières liées au fonctionnement de la diplomatie et au financement des espions nous a conduit à créer trois fichiers. D’une part, nous avons rassemblé dans le fichier « Demandes d’argent » une grande partie des demandes d’argent émanant des diplomates et des divers agents. D’autre part, les versements correspondants – ou du moins les ordres donnés par le Conseil d’État à cette fin – ainsi que les accusés de réception des ambassadeurs se trouvent principalement réunis dans le fichier « Versements ». Enfin, grâce aux états de dépenses établis par les agents en poste, nous avons constitué un fichier « États de dépenses », destiné à favoriser l’analyse du « budget » des représentations diplomatiques. Ces trois bases de données ont permis d’analyser les conditions de fonctionnement des ambassades.

a) Le fichier des demandes d’argent (« Demfin »)

59Ce masque de saisie a été appliqué à une grande partie des occurrences de caractère financier : nous avons relevé 258 occurrences, dont les codes débutent par le préfixe DF suivi de quatre chiffres. La date correspond à celle indiquée par le document. Le champ Émetteur, de type caractère, peut contenir plusieurs catégories d’informations, mais toutes concernent uniquement l’auteur du document considéré. Il ne faut donc pas confondre l’émetteur avec le demandeur. Dans le premier cas, il peut s’agir de personnels espagnols (ex : PA0001), d’espions (ex : ES0001) ou du Conseil d’État. Les liaisons avec d’autres fichiers se modifient selon ce contenu, puisque l’on entre en rapport soit avec le fichier « Personnels espagnols », soit avec le fichier « Espions ». La rubrique Demandeur concerne l’hypothétique bénéficiaire de la demande. Un diplomate formule une demande de subside soit pour son propre compte, se trouvant démuni, soit pour rémunérer un agent important.

60Tableau 9. – Structure des fiches « Demandes d’argent ».

1. Codedemfin : code de la demande de fonds (champ caractères).
2. Datedemfi : date de la demande de fonds (champ caractères).
3. Émetteur (champ caractères),
4. Demandeur (champ caractères).
5. Codecible (champ caractères).
6. S
omme (champ caractères).
7. Unité (champ caractères).
8. Sources : références bibliographiques et sources (champ mémo).

61Le champ Codecible indique l’objectif invoqué pour justifier ces demandes. À plusieurs reprises, les représentants du Roi Catholique réclament des fonds afin de gagner un personnage haut placé, celui-ci n’étant pas obligatoirement un espion : ce code permet donc d’établir une liaison avec le fichier « Cibles ». La rubrique Somme renvoie au montant demandé alors que le champ suivant précise l’unité monétaire (ducats, écus, etc.).

62En réponse à ces demandes qui lui sont présentées, le Conseil d’État accorde des ressources. Ces décisions d’attribution sont enregistrées dans le fichier « Octroifin ».

b) Le fichier des versements (« Octroifin »)

63Cette base de données de 203 occurrences se fonde sur une structure volontairement très proche de la précédente. On y retrouve des champs identiques, recouvrant les mêmes thèmes.

64Tableau 10. – Structure des fiches « Versements ».

1. Codeoctfin : code du versement (champ caractères).
2. Datoctfin : date du versement (champ caractères).
3. Émetteur (champ caractères).
4. Beneficiai : bénéficiaire (champ caractères).
5. Somme (champ caractères).
6. U
nité (champ caractères).
7. Sources : références bibliographiques et sources (champ mémo).

65La principale différence réside dans le changement d’intitulé d’une rubrique : nous n’avons plus affaire à des demandeurs mais à des bénéficiaires (Beneficiai). De même que les demandeurs, ces derniers relèvent de catégories différentes : espions, diplomates, ou cibles. Comme précédemment, les liaisons s’effectuent, selon la catégorie à laquelle l’intéressé appartient, avec les fichiers « Personnels espagnols », « Cibles » ou « Espions ». Les mêmes remarques s’appliquent pour les champs Somme et Unité car si le Conseil d’État peut donner l’ordre de paiement, celui-ci ne dépend en réalité que du Conseil des Finances, ce fonctionnement cloisonné expliquant d’ailleurs les très nombreuses plaintes des agents espagnols en poste à l’étranger.

c) Le fichier des états de dépenses (« Étatfin »)

66L’ampleur de cette base de données est beaucoup plus modeste, et son emploi relève moins de fonctions automatisées de calcul que du simple classement selon le personnel engagé et selon une répartition chronologique. En effet, elle compte seulement 34 occurrences, les états financiers étant des rapports réalisés – en principe à intervalles réguliers – par les agents de la Couronne afin de rendre compte de leurs dépenses.

67Quelques éléments distinguent cette base de données des deux précédentes. Il n’y a plus ici de bénéficiaire ou de demandeur, mais un auteur. Il s’agit du signataire de l’état de dépenses, qui le plus souvent est un diplomate. La dépense totale est toujours signalée à la fin de l’état de dépenses. En revanche, la période couverte par le document varie selon les sources, de même que l’unité monétaire. Les champs 6 à 8 (Secret, Arfra, Arital) permettent de répartir très rapidement ces comptes rendus entre les trois types principaux, les relations provenant de secrétaires, d’ambassadeurs espagnols en France et de diplomates du Roi Catholique en Italie, ces derniers étant particulièrement actifs dans les affaires françaises. Les connexions avec d’autres fichiers se réalisent à partir du code de l’auteur, qui est toujours un membre du personnel espagnol (ex : PA0001) et qu’on ne manquera donc pas de retrouver dans le fichier « Personnels espagnols ».

68Tableau 11. – Structure des fiches « États de dépenses ».

1. Codeetafi : code de l’état de dépenses (champ caractères).
2. Datetatfin : date de l’état de dépenses (champ caractères).
3. Auteur (champ caractères).
4. Dépensetot (champ caractères).
3. Unités (champ caractères).
6. S
ecret : secrétaire (champ logique).
7. Arfra : ambassadeurs en France (champ logique).
8. Arital : ambassadeurs d’Espagne en Italie (champ logique).
9. Sources : références bibliographiques et sources (champ mémo).

Le fichier « Nominations »

69Cette base de données est constituée de différents avis, rapports, ordres ayant trait aux problèmes de nominations de diplomates à l’étranger. Nous avons relevé 109 occurrences de ce type, nombre restreint en regard des très abondantes demandes de congés adressées par tous les ambassadeurs. Pour effectuer une sélection satisfaisante, nous avons éliminé les répétitions rapprochées au cours du même mois – parfois même à l’intérieur de la même lettre – de ces demandes, de façon à conserver au maximum une occurrence par mois. Comme pour toute sélection, ce critère est arbitraire, mais il demeure révélateur du malaise des diplomates ou du bon déroulement de leurs missions. Ainsi, quand un représentant ne formule aucune demande de congé pendant plusieurs mois, il devient nécessaire d’examiner de près les causes de cette attitude.

70Tableau 12. – Structure des fiches « Nominations ».

1. Codenom : code de la nomination (champ caractères).
2. Dateeveneme : date événement (champ caractères).
3. Émetteur (champ caractères).
4. Destinatai : destinataire (champ caractères).
5. Demandepa : demande de congé (champ logique).
6. Annoncearr : annonce de l’arrivée (champ logique).
7. Annoncenom : annonce nomination (champ logique).
8. Reflexnomi : réflexion nomination (champ logique).
9. Sources : références bibliographiques et sources (champ mémo).

GRAPHIQUE 37. – Liaisons possibles entre les diverses bases de données

71Le Codenom présente la même structure que les autres codages (préfixe NO suivi d’un chiffre), la Dateveneme répond aux autres dates d’occurrences. Le champ Émetteur renvoie soit à des personnels espagnols, soit à des consultas du Conseil d’État (catégorie dans laquelle nous avons rangé les ordres royaux). Il en est de même pour les destinataires : si un ambassadeur demande l’autorisation de quitter son poste, il s’adresse au roi et au Conseil : ces derniers étant les émetteurs, le destinataire est donc nécessairement le diplomate. Les champs Émetteurs et Destinataires permettent d’effectuer des liaisons avec le fichier « Personnels espagnols ».

  • 8 Entre le moment de la nomination par le Conseil d’État et celui de l’arrivée du diplomate, plusieur (...)

72Les quatre autres champs de type logique permettent de préciser le contenu de la décision prise. Demandepar concerne les demandes présentées par les représentants pour quitter leur poste ; Annoncearr s’applique à l’autorisation de partir donnée par le Conseil d’État ainsi qu’à l’annonce de l’arrivée dans le poste d’un successeur ; Annoncenom signale la décision de nommer un diplomate8 ; Reflexnom correspond aux discussions et réflexions du Conseil d’État à propos d’un poste à pourvoir, sans pour autant qu’un choix soit toujours effectué.

73Ces douze thèmes, présentés sous forme de fichiers successifs et séparés, possèdent de nombreuses similitudes, constituant autant de moyens pour une histoire « totale » de cette diplomatie. Le schéma ci-contre (p. 574) récapitule les multiples liaisons possibles et met en évidence l’interdépendance des différentes questions.

Notes

1 Nous avons utilisé le programme appelé FoxBase Pro (version 2.6) qui, depuis la rédaction de notre étude, a disparu du marché au profit du logiciel Access. Sur ce type d’outils, voir Jean-Luc Pinol et André Zysberg, Métier d’historien avec un ordinateur, Paris, Nathan, 1995.

2 II existe aussi des champs dit de type « flottant » et de type « général », que nous n’avons pas employé dans ce travail. Quant aux champs de type « date », nous ne les avons pas utilisés directement car différents moyens permettent de les employer ultérieurement au moment du traitement des données (voir Jean-Luc Pinol et André Zysberg, Métier d’historien avec un ordinateur, pp. 104-109).

3 Les liens établis entre nos différents fichiers sont récapitulés dans le schéma de la p. 574.

4 Voir le chap. vii.

5 Sur les « maîtres-espions », voir chap. ix, pp. 416 sqq.

6 Faute du temps suffisant, le contenu de ce champ n’a pu être pris en compte dans notre analyse.

7 Voir la section consacrée au fichier « Renseignements », pp. 561-564.

8 Entre le moment de la nomination par le Conseil d’État et celui de l’arrivée du diplomate, plusieurs mois, parfois même une année, peuvent s’écouler, d’où la distinction opérée. Voir au chap. iii la section intitulée « Les nominations » (pp. 141-145).

Table des illustrations

Légende GRAPHIQUE 37. – Liaisons possibles entre les diverses bases de données
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search