Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Troisième partie. Les amis des rois d'Espagne

Chapitre x

Information, action, contre-espionnage

Texte intégral

  • 1 J. A. Fernández-Santamaría, Razón de Estado y política en el pensamiento español del Barroco ; J. A (...)

1À l’instar de tous les gouvernements, les responsables politiques de la Monarchie cherchent à obtenir les informations qu’ils jugent nécessaires à la conduite des affaires. En dépit des condamnations théoriques de la raison d’État et du machiavélisme1, le recours à des méthodes peu chrétiennes telles que la corruption, l’assassinat, la dénonciation ou le chantage n’est pas dédaigné, comme le montrent les différentes biographies des agents secrets engagés au service du Roi Catholique. Quant aux relations avec les principaux nobles de France, elles visent le plus souvent à introduire la discorde chez l’ennemi, à l’exception des rapports avec la reine Anne d’Autriche, dont l’avenir inquiète les autorités espagnoles. Ainsi, la pratique concrète des relations internationales par Madrid ne demeure pas moins cynique que celle de n’importe quelle autre puissance. Les catholiques anglais sont abandonnés par le Roi Catholique autant par réalisme que par commodité, lorsque les intérêts de la Couronne l’exigent ; en France, l’hérétique devient peu à peu un allié utile contre un souverain catholique, etc.

2Certaines méthodes et certaines institutions de la couronne ibérique, déjà évoquées, sont singulièrement avancées dans les domaines de la diplomatie et de l’espionnage. Comme on l’a vu, la Monarchie dispose auprès du souverain d’un responsable spécialement chargé de la coordination des agents, l’espía mayor. Les Velázquez père et fils, qui exercent cet office, surveillent l’ensemble des espions, contrôlent leurs actions et vérifient leur honnêteté. La liaison entre diplomatie et espionnage est efficacement assurée grâce à l’implantation d’un réseau diplomatique étendu, dont les divers éléments communiquent entre eux, et à une tradition administrative plus précoce que dans les autres principautés, particulièrement en matière d’archives et de gestion des carrières. De plus, la multiplicité des Conseils, qui certes provoque parfois des discordances, facilite en revanche la multiplication des contrôles. Bien des missives de l’ambassadeur espagnol en France sont transmises par le Conseil d’État à d’autres Conseils (d’Aragon, d’Italie, etc.) afin que ceux-ci en vérifient le contenu ou puissent parer à de possibles menaces ?

3Au début du XVIIe siècle, cependant, des modifications, des altérations de ce système deviennent perceptibles. Elles s’effectuent insensiblement, en relation avec la conjoncture et les besoins des dirigeants. Parmi les indices dont nous pouvons disposer, l’observation du nombre et de la fréquence des informations reçues des espions, d’une part, et des actions menées ou envisagées, d’autre part, permettent d’établir la chronologie de ces changements.

4En contrepoint de toute étude sur les services de renseignement se dessinent les réactions du pouvoir face aux forces ou aux faiblesses, réelles ou imaginaires, des services adverses.

I. - Information

Chronologie

5D’un point de vue méthodologique, les informations retenues dans le cadre de notre étude ne prennent en compte que les avis provenant ou traitant d’agents, qu’ils soient connus ou anonymes. Ce critère restreint forcément la sélection aux avis dont l’origine est signalée. Lorsqu’aucune source, même inconnue, n’est indiquée, on a considéré que le diplomate a utilisé ses propres ressources – relations personnelles, discussions avec des responsables français ou d’autres diplomates – pour se procurer certaines informations.

6D’autre part, chaque occurrence est constituée par un seul envoi d’informations (provenant d’un diplomate, d’un responsable espagnol ou d’un agent informateur). Cependant, un seul envoi peut comporter plusieurs renseignements, lesquels à leur tour peuvent aborder des thèmes homogènes ou hétérogènes. Ainsi, quand le frère Buenaventura Salcedo, religieux et peintre sévillan au service du cardinal de Sourdis, prévient d’un complot morisque et huguenot dirigé contre l’Aragon, nous avons estimé qu’il s’agissait d’une information relevant du contre-espionnage chargé de démanteler les éventuels réseaux persistant en Espagne. Cependant, comme Salcedo précise la source de ses informations, à savoir Jean de Quercy, on a donc considéré qu’il effectuait aussi une activité de liaison avec des « amis » du Roi Catholique. Son avis relève donc de deux catégories d’activités : le contre-espionnage et les liaisons.

  • 2 Des recoupements entre les occurrences demeurent possibles, car les avis des responsables de la mon (...)

7Au total, cette base de données concernant l’information recueillie grâce aux indicateurs comporte 928 occurrences provenant tant des lettres des dirigeants en poste hors de la Péninsule et du Conseil d’État que des agents2.

8Le graphique 25 ci-dessous fait apparaître une répartition chronologique très inégale des avis provenant d’informateurs.

GRAPHIQUE 25. – Répartition chronologique des avis émanant des espions

  • 3 La tendance générale apparaîtrait encore plus nettement avec une présentation des données sous form (...)

9Le premier constat qui s’impose au vu de ce graphique est celui de la diminution lente et régulière du nombre des envois d’informations au cours de ces trente-sept années3. Deuxième constat : on discerne une alternance nette entre les périodes de haute et de basse activité. On peut discerner trois temps principaux, formant trois coupes en forme de cloche. Une première période débute en 1599, culmine entre 1602 et 1610 et se termine par un creux dans le volume de renseignements en 1615, au moment des mariages princiers. Une seconde phase démarre très rapidement en 1616 par un pic et se prolonge sur près de dix années, mais le volume moyen d’informations envoyées reste inférieur à celui de la période précédente. Enfin, un troisième moment débute en 1626 par un nouveau creux pour atteindre son apogée en 1629 et redescendre à un étiage très faible, moins de dix occurrences pour les années 1634-1635. Ces trois temps correspondent à des cycles événementiels (liés en partie à la diplomatie) et générationnels différents, tant à cause des changements de personnel dirigeant qu’à cause des modifications dans les emplois et les activités des agents.

  • 4 La rareté des avis pour l’année 1598 est consécutive à l’absence d’ambassadeur espagnol en France a (...)
  • 5 AGS, E, 1301 et 1302 ; M. G. Giannini, « Monarchia cattolica e stato di Milano nella visita general (...)
  • 6 Sur cette visite d’inspection, voir le chap. vi : « La question des fonds secrets », pp. 283-287.
  • 7 Soit 446 occurrences pour les douze années 1598-1810.

10Si l’on observe un rythme soutenu dans les activités de renseignement4 entre 1599 et 1610, cela tient à trois facteurs. D’une part, la permanence des responsables espagnols de l’époque de Philippe II (Fuentes, Feria, Villafranca, etc.) favorise les pratiques de « guerre couverte ». Ainsi, de nombreux agents français, particulièrement en Italie (les Picoté, Renazé, Hébert, La Farge), donnent de nombreux signes d’activité et sont employés pour des missions en France ou auprès de sujets mécontents. Les attitudes héritées de la période antérieure n’ont pas disparu. Les chicanes cherchées post mortem au comte de Fuentes pour ses excès considérables en matière de dépenses secrètes5 soulignent l’opposition entre deux aspirations contraires à l’intérieur de la Monarchie : le bellicisme légué par Philippe II et le réformisme de Lerma et de Philippe III, la visite générale de Haro6 en indiquant la portée. D’autre part, cette forte activité s’explique par la présence d’agents disponibles, déjà en service, pour une bonne partie d’entre eux, à l’époque antérieure, marquée par les combats politiques, militaires et religieux. Les informateurs qui, comme L’Hoste, échappent à ces anciens schémas semblent peu nombreux. La plupart se réclament encore de la cause catholique, de Robert Parsons à Gérard de Raffis, de Louis d’Aix à Montevene. Enfin – et paradoxalement –, les politiques intérieure et extérieure d’Henri IV favorisent le recrutement d’indicateurs par Madrid. En effet, la « guerre en renard » menée contre le Roi Catholique et le soutien accordé par la France à tous les ennemis de l’Espagne (Hollandais, Vénitiens, morisques), pour la plupart hérétiques ou « mauvais catholiques », conduisent d’anciens ligueurs à douter de la sincérité de la conversion du roi de France et de sa volonté de défendre les intérêts du catholicisme. Les choix intérieurs de « remise en ordre », même s’ils ne doivent pas être exagérés, heurtent les féodaux, habitués à l’anarchie des guerres passées et appréciant peu la parcimonie du « ladre vert ». Ce faisceau de conditions explique que les années correspondant au règne d’Henri IV soient particulièrement bien représentées dans notre corpus de renseignements (48 % des occurrences7) alors qu’elles représentent seulement un tiers de la période étudiée.

11L’étiage entre cette première phase et la seconde se situe pendant la régence, entre 1612 et 1615 : les accords bilatéraux étant réalisés ont été signés, tandis que la crainte de mouvements des grands et des protestants contre le rapprochement franco-espagnol persiste. Pendant ces années, des informateurs importants pour Madrid disparaissent, tels le père Parsons ou Antonio Pérez. Nommé à la suite de la mort de Fuentes en 1610, le marquis de la Hinojosa, le nouveau gouverneur du Milanais, réduit les activités secrètes dirigées depuis le nord de l’Italie et réfrène les menées bellicistes des exilés.

  • 8 On relève 217 occurrences pour les huit années 1616-1624, soit 23 % des occurrences pour 21 % de la (...)

12La seconde grande période d’activité du renseignement espagnol débute avec la fin de la régence en France et l’apparition de nouvelles tensions internationales. Les envois d’espions sont cependant moins fréquents que pendant la première phase d’activité, et le volume d’informations communiquées est moins important. Les occurrences correspondant à ces huit années forment approximativement un quart de notre corpus de renseignements, proportion qui correspond à son importance dans la période étudiée8. L’activité des espions reste donc notable : on compte au moins quinze occurrences et fréquemment plus de vingt par année entre 1616 et 1624. Cette reprise de l’espionnage après le creux de 1615 s’explique par la conjoncture européenne à laquelle Madrid et le gouvernement français sont confrontés.

13En effet, après la paix d’Asti, le « front » italien est réactivé, tant par Charles-Emmanuel que par le triumvirat Bedmar-Osuna-Villafranca et par la réapparition du problème de la Valteline (révolte contre les Grisons et occupation de la vallée par les Espagnols en 1620). La décision d’intervenir dans l’Empire aux côtés de la branche viennoise des Habsbourg renforce l’importance du chemin espagnol, d’autant plus que l’Espagne a résolu de ne pas reconduire en 1621 la trêve de Douze Ans avec les Provinces-Unies.

  • 9 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 194.
  • 10 AGS, K, 1476, f° 83, Andrés Velázquez à Lerma le 21 mai 1619.

14Nous avons souligné à de nombreuses reprises que ces décisions correspondent à des changements de personnel à l’intérieur même des cercles dirigeants espagnols (éviction de Lerma puis, peu à peu, mainmise de la faction des Zúñiga, consacrée par le changement de règne en 1621). Dans quelle mesure ces modifications induisent-elles un regain des activités d’espionnage ? Il est certain que les nouvelles exigences de la situation imposent au gouvernement du Roi Catholique de recourir aux agents secrets. Cependant, la multiplication des fronts ne crée pas automatiquement des espions, et la nouvelle vitalité des dirigeants n’implique pas la constitution de réseaux d’informateurs. Ainsi, l’engouement postérieur d’Olivares pour les avis provenant d’espions9 n’empêche pas que son gouvernement soit un de ceux qui ont disposé du plus faible nombre de correspondants en France. Toujours est-il que, durant cette période 1616-1624, la Monarchie Catholique recrute des indicateurs dont certains se révèlent extrêmement précieux, comme Carlos de Roo, le colonel Alardo ou encore M. de Freixas, qui est pendant quelque temps ambassadeur de Savoie en France10 (pour leur part, La Ravardière ou Cristóbal de Portugal négocient leur collaboration de façon plus ambiguë). La plupart de ces individus ont abandonné les motivations religieuses de leurs prédécesseurs et – comme dans le cas des rébellions princières – on peut parler d’une déconfessionnalisation des motivations des espions à partir des années 1615-1616. Enfin, c’est à la fin de cette deuxième période que la monarchie ibérique perd deux de ses maîtres-espions : Alardo, assassiné en 1622, et de Roo, exécuté en 1626.

15La troisième étape, qui s’étend de 1625-1626 à 1635, se caractérise par une forte réduction de l’activité de renseignement. La plupart des informations se situent principalement durant les années 1627-1629, c’est-à-dire pendant les dernières lunes religieuses en France et le conflit pour la succession mantouane. Après 1629, les occurrences rencontrées ne dépassent jamais le chiffre d’une quinzaine par an et chutent à leur niveau le plus bas de toute la période étudiée (à l’exception de l’année 1598). Si l’on affine la recherche en prenant en compte le critère de l’origine des informations, on découvre qu’en réalité c’est toute la période postérieure à 1624 qui se distingue par une atonie des services secrets espagnols. En effet, cinquante-trois occurrences appartenant à cette troisième période, réparties sur les deux années 1628 et 1629, proviennent d’un seul individu : cet inconnu, qui adresse ses missives à Bruxelles, dispose apparemment de contacts particulièrement étendus à la cour de France. En réalité, la Monarchie Catholique est alors encore plus démunie en renseignements que ne le suggère le nombre des occurrences recensées, car aucune trace ne permet de penser que les informations de cet anonyme aient été transmises au Conseil d’État de Madrid par l’infante Isabelle ; en tout cas, les consultas du Conseil d’État n’en faisant pas état. En fait, dès le milieu des années 1620, il y a une faiblesse patente des services secrets de Madrid. Dans notre corpus, les contacts relevés concernent principalement les révoltes princières ou protestantes dans le royaume de France et les agents sans lien avec un mouvement de mécontentement sont en revanche peu nombreux ; c’est le cas d’Agostino Fiesco, qui opère à Gênes, mais cet agent intervient surtout en relation avec la révolte de Montmorency. Lorsque les causes des révoltes disparaissent – ce qui est assez souvent le cas des séditions provoquées par le versatile Gaston d’Orléans –, Madrid reste sans réel point d’appui ni agent fidèle. D’autre part, la mort d’Andrés Velázquez signifie-t-elle la fin de la fonction – sinon de la charge – d’espía mayor ? Dans notre documentation, aucune mention ne vient attester l’efficacité de ses successeurs, le marquis de Chavela et Gaspar de Bonifaz.

  • 11 Voir au chap. vi, les graphiques 12, p. 267, et 13, p. 284,

16Enfin, cette raréfaction des espions servant l’Espagne doit être reliée au contexte plus général de la crise économique castillane. La diminution des ressources des ambassades après la décennie 1610-1620 et la réduction du poste des fonds secrets par rapport aux dépenses ordinaires sont des faits bien réels, et non pas une extrapolation fondée sur les comptes rendus financiers des diplomates, comme nous l’avons montré précédemment11.

  • 12 AGS, K, 1458, ffos 24-25, le roi à Mirabel le 22 février 1627 : « Assi porque su persona [Badoer] t (...)
  • 13 AGS, E, 629, f°155, sur l’insuffisance des ressources dont dispose Andrés Velázquez en 1615.
  • 14 G. K. Hassiotis, « Venezia e i domini veneziani », p. 133.

17À partir des années 1620, les témoignages des ambassadeurs et des espions sur la débâcle financière espagnole se font plus nombreux. Les plaintes de la marquise de Tréfort ou d’Alardo, puis la multiplication des défections, illustrée par le retournement d’Angelo Badoer12 et les réclamations de l’espía mayor13, confirment cette hypothèse14. Ainsi, les nombreuses fréquentes plaintes des diplomates n’apparaissent pas toujours sans fondement.

18Le graphique 26 (voir ci-dessous) a été établi à partir des différentes occurrences de la documentation – correspondances du Conseil d’État ou des ambassadeurs signalant ou accusant réception de la mise à disposition de fonds – qui font apparaître une notification de crédits destinés tant aux diplomates et aux informateurs qu’aux personnalités que Madrid entend gagner à sa cause. Bien entendu, ni ce Conseil ni les ambassadeurs ne sont habilités à effectuer les versements correspondants, tâche qui revient au Conseil des finances. Cependant, l’inventaire de ces notifications de crédits permet de déterminer approximativement la fréquence des versements (compte non tenu de leur montant) et donc d’en repérer l’évolution ; il confirme les nombreuses plaintes des diplomates et des indicateurs. En effet, rares au tout début de notre période, les notifications de crédits se concentrent massivement sur les années suivantes – soit à partir de 1600 jusqu’aux environs de 1620 – pour se raréfier après cette dernière date. Quant au pic enregistré pour l’année 1634, il ne correspond pas à une reprise des versements, mais seulement au compte rendu très détaillé, datant de 1634, de l’ambassade de Mirabel, laquelle a pris fin deux ans plus tôt...

GRAPHIQUE 26. – Répartition chronologique des versements de fonds aux diplomates et aux confidents

  • 15 Voir supra, p. 470.

19Enfin, l’évolution du nombre d’envois d’informations (voir graphique 25, p. 467) comporte quelques sommets : en 1602, 1610, 1616 et 1629. Le pic enregistré pour cette dernière année correspond presque exclusivement à la production importante de l’« ami de Bruxelles15 », alors que pour l’année 1602, date de la conspiration de Biron, on recense des relations d’agents variés, de diverses origines et travaillant pour des motifs différents. En 1610, la crise politique (Clèves et Juliers), l’assassinat d’Henri IV et l’instauration de la régence de Marie de Médicis expliquent l’importance du nombre des envois ; enfin, en 1616, la situation intérieure française (arrestation de Condé, craintes pour Anne d’Autriche) et extérieure (conflit avec la Savoie) nécessite un recours accru aux indicateurs.

Typologie des informations

20Du point de vue du contenu, les renseignements transmis par les informateurs se répartissent en sept domaines (voir le graphique 27 ci-dessous). La rubrique « Activités de liaison » se compose d’avis concernant les contacts souterrains, les tentatives pour recruter de nouveaux « amis » ou les agents eux-mêmes ; elle forme le tiers de notre corpus. Cette proportion s’explique par notre choix d’orienter cette étude vers l’analyse de l’information secrète et de privilégier les données concernant celle-ci. Cependant, même si l’on tient compte de cette orientation, il demeure évident qu’une part importante de la mission des diplomates consiste à établir des contacts permettant d’influencer des personnages bien placés ou d’obtenir d’eux des informations.

GRAPHIQUE 27. – Répartition thématique des informations fournies par les agents de la Monarchie Catholique

21Les six autres thèmes abordés par les diplomates et leurs espions sont, par ordre décroissant d’importance, les renseignements sur la politique intérieure de la France (17 %), sur sa politique étrangère (16 %), ceux d’ordre militaire (15 %), puis ceux qui concernent la protection de la Monarchie contre les services étrangers et contre les dangers de subversion intérieure (11 %). Les informations économiques, bien que peu nombreuses, ne peuvent être négligées (5 % du corpus) ; elles couvrent les trois domaines suivants : les fraudes, les colonies et les problèmes financiers (dans ce dernier cas, il s’agit parfois d’avis proposés par des arbitristes). Enfin, les informations sur les affaires religieuses et culturelles restent pour leur part peu abondantes (2,5 %).

GRAPHIQUE 28. – Répartition chronologique des avis sur la politique étrangère française

22L’évolution du nombre d’informations observée pour chacun de ces différents domaines permet de préciser les orientations de la diplomatie et du renseignement. Les graphiques 28 à 34 confirment globalement le découpage en trois phases proposé pour le renseignement en général, mais font apparaître des nuances selon les thèmes abordés. Ainsi, pour les informations concernant la politique étrangère de la France (voir le graphique 28 ci-dessus), la délimitation des périodes apparaît moins nette.

23Certes, le règne d’Henri IV coïncide avec une période d’intense activité de renseignement concernant la politique étrangère, les informations secrètes atteignant leur volume maximal durant les années 1601 et 1602 (la conspiration de Biron et la guerre franco-savoyarde inquiètent fortement l’Espagne). Cependant, le creux de la régence n’est qu’à peine esquissé, alors que les pics des années 1621-1623 (crise de la Valteline) et surtout 1627-1630 marquent un intérêt profond à l’égard de l’attitude française.

GRAPHIQUE 29. – Répartition chronologique des avis sur les activités de liaison

24On retrouve une tendance semblable pour les avis d’espions concernant des activités de liaison (voir le graphique 29 ci-dessus). Certaines nuances apparaissent : la répartition apparaît moins heurtée (malgré le pic de 1616, lié à la situation particulière de la France et à l’apparition ou réapparition d’agents comme Alardo ou de Roo), et la diminution du nombre des avis observe une progression plus régulière.

25La tendance à la diminution qui caractérise en général le renseignement espagnol s’inverse dans le cas des informations secrètes sur la politique intérieure française (voir le graphique 30 ci-dessous). Le règne de Louis XIII se trouve en effet mieux représenté que celui d’Henri IV, car le règne du premier voit se multiplier les possibilités de subversion dans le Royaume. À mesure que se renforce l’opposition entre la France et l’Espagne, les dirigeants espagnols établissent des liens confidentiels avec ceux dont ils espèrent l’arrivée au pouvoir (les opposants à Richelieu et à Louis XIII, c’est-à-dire Monsieur et Marie de Médicis), ou ceux qu’ils voudraient voir freiner les interventions françaises à l’étranger (les protestants). En revanche, l’information sur la régence reste peu dense : cette période n’est guère propice à la production d’avis adressés à l’ambassade – du fait même des liens étroits qui se sont noués avec les dirigeants français –, l’année 1616 faisant exception, à cause des problèmes rencontrés par la reine mère et ses favoris.

GRAPHIQUE 30. – Répartition chronologique des avis sur la politique intérieure française

GRAPHIQUE 31. – Répartition chronologique des avis concernant la protection du territoire et le contre-espionnage

26Dans un autre domaine, à l’inverse, la tendance générale du renseignement espagnol durant la période considérée s’accentue encore. En effet, les avis concernant la protection du territoire du Roi Catholique et la lutte contre l’espionnage français, très nombreux pendant le règne du Béarnais, sont concentrés presque exclusivement sur cette période. Cette répartition témoigne de l’agressivité française envers les royaumes ibériques, qui se manifeste avec une intensité particulière durant les premières années du siècle, au sortir des guerres de Religion et juste après les accommodements conclus entre les grands ligueurs et le roi de France. Si, pour Henri IV, « distraire » Philippe III à l’intérieur de la Péninsule représente une nécessité liée soit au passé soit à des projets, pour le Roi Catholique, le besoin d’informations s’avère essentiel pour contrer les activités françaises pendant cette période délicate qui voit expulser les morisques (à cause des craintes de Madrid d’un nouveau soulèvement comparable à celui des Alpujarras). La situation a changé car le roi de France peut désormais soutenir les morisques, ce que les guerres de Religion l’empêchaient de faire. Par la suite, le terrain des désaccords et des confrontations s’étant déplacé hors des limites de la Péninsule, les rares avis concernant la protection du territoire et le contre-espionnage portent sur des cas isolés ; ils traitent d’initiatives françaises contre certaines places espagnoles, telles Perpignan ou Fontarabie, ou bien dénoncent les agissements de certains Français dans la Péninsule.

27Il n’a pas été possible d’extrapoler une périodisation pour les renseignements de type religieux et culturel (graphique 32) et économique (graphique 33) à cause de leur nombre trop faible.

GRAPHIQUE 32. – Répartition chronologique des avis sur les questions religieuses et culturelles

GRAPHIQUE 33. – Répartition chronologique des avis sur les questions économiques

GRAPHIQUE 34. – Répartition chronologique des avis sur les questions militaires

  • 16 Le renseignement militaire dont il est question ici ne concerne que les informations transmises par (...)

28Enfin, la courbe des informations de caractère militaire16 (graphique 34) possède une allure proche de celle de la répartition générale des avis (graphique 25, p. 467), et on y retrouve les mêmes phases.

II. - Action

29Après la recherche d’informations, un second versant de la pratique clandestine concerne les actions souterraines d’un gouvernement ou de responsables politiques. Inavouables en temps de paix, ces actions peuvent revêtir différentes formes, depuis les tentatives de corruption, engagées à l’instigation d’agents, de diplomates ou directement du gouvernement de Madrid et visant à obtenir des informations autrement inaccessibles, jusqu’à l’élimination physique d’individus gênants. Généralement, ces actions n’ont laissé aucune trace dans les documents officiels, consultas du Conseil d’État ou lettres des diplomates. Leur caractère secret impose de réduire au strict minimum les discussions précédant la prise de décision et de faire disparaître les éventuelles traces écrites. Les indices que nous avons pu rencontrer ne forment donc qu’une fraction minime de la réalité, l’essentiel ayant disparu. Sans doute serait-il vain, par conséquent, de rechercher dans les archives une possible implication espagnole dans des affaires de premier plan comme l’assassinat d’Henri IV. Dans cette dernière hypothèse, il est probable que les dirigeants ont dû prendre soin d’éliminer tout indice écrit, pour éviter de nuire tant à l’image de la Monarchie qu’aux participants de l’opération. Tout gouvernement pratique la dissimulation des actions non avouables. Au début du XVIIe siècle et dans le cas espagnol, cette partie de l’espionnage consacrée aux opérations clandestines – ultérieurement qualifiée de « service action » – s’exerce de manière pragmatique, sans plan préconçu. Aucune règle ne prévaut dans un domaine soumis aux fluctuations de l’offre (les « contrats » éventuellement proposés) et de la demande (celle d’individus décidés). L’espía mayor et les quelques individus qui l’entourent ne semblent pas intervenir directement dans la préparation des entreprises, sauf pour en évaluer les chances de réussite.

GRAPHIQUE 35. – Répartition des actions par catégories

  • 17 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 313-320 et pp. 449-452, note l’emploi d’armes chimiques (...)

30Ceux des projets recensés qui relèvent de l’action – et non plus de la simple collecte d’informations – ont été classés, dans une base de données intitulée « Actions », selon les cinq catégories suivantes : propagande et intoxication, interceptions de lettres, corruption, projets d’actions (dont la trace, elle, demeure conservée dans les archives), et des opérations proprement dites, effectivement réalisées. À l’intérieur de ce dernier groupe, on pourrait distinguer de nombreux types d’opérations17, mais le faible nombre des occurrences correspondant à chacun d’eux a imposé de les regrouper.

31Le graphique 35 (voir ci-contre) indique la répartition de ces actions entre les cinq catégories citées. La pratique la plus courante concerne les projets d’action (plus de la moitié – soit 56,16 % – des occurrences sélectionnées dans notre corpus d’actions). Ces plans sont pour la plupart élaborés par des individus isolés, véritables arbitristes de la clandestinité, qui, cherchant à percevoir une rémunération, veulent se rendre crédibles auprès de Madrid. Ils proposent donc des entreprises « facilement réalisables » dont les résultats doivent permettre à la Monarchie Catholique de renforcer ses positions. Les plans de ces arbitristes ne semblent cependant pas toujours irréalistes, et nous ignorons d’ailleurs s’ils ont réussi ou échoué. En effet, la correspondance des ambassadeurs et du Conseil d’État ne livre aucune indication sur leur éventuelle mise à exécution, se bornant à signaler les cas où le projet proposé a été refusé.

  • 18 À propos de la corruption en Angleterre, voir au chap. vi la section consacrée aux « Pensions espag (...)

32Le deuxième objectif de la diplomatie secrète dans le domaine des actions, est la corruption. Un cinquième (20,69 %) de notre corpus se compose d’ordres enjoignant de corrompre tel dirigeant politique et d’avis signalant que tel autre s’est laissé acheter. Essentiel au service de renseignement, l’argent espagnol intervient dans une mesure non négligeable dans l’acquisition et la transmission de nouveaux informateurs, bien que ses effets demeurent parfois contestables, comme l’indiquent le cas des pensions accordées à une partie de la cour des Stuart au début du XVIIe siècle18.

  • 19 Voir par exemple AGS, K, 1644 les nombreux documents sur l’activité diplomatique de la France entre (...)

33La troisième catégorie d’actions est l’interception de courriers et de documents officiels de l’adversaire. Il s’agit d’une pratique assez courante de l’espionnage. La recherche d’informations, élément primordial de la décision gouvernementale, consiste surtout en tentatives pour de pénétrer les intentions de l’adversaire (ou du partenaire). Ainsi, les clauses secrètes des traités et les rapports sur l’état de négociations en cours constituent les cibles privilégiées de ces interceptions19. Formant 15,24 % de notre corpus, ce type d’action reste assez courant. Nous l’avons quelque peu sous-estimé car souvent l’auteur de l’interception est inconnu. En effet, les lettres de responsables français (ou leur copie) figurent en grand nombre dans la correspondance diplomatique espagnole mais aucun élément n’indique leur provenance. S’agit-il de documents dérobés aux courriers ? Le correo mayor espagnol dirige-t-il ces interceptions (pensons au rôle important joué par Juan de Arbelays dans le renseignement espagnol) ? Des espions bien placés se procurent-ils ces documents, par des moyens sur lesquels notre documentation garde le silence ? Enfin, les dirigeants français ont pu communiquer certaines pièces, soit intentionnellement (dans un but d’intoxication), soit par maladresse. Toujours est-il que les interceptions de courriers fournissent un bon nombre d’occurrences de notre fichier « Actions ».

34Toutefois, les mentions précises d’actions engagées demeurent très rares. Si les dépêches espagnoles notent les attentats contre leurs agents, les assassinats ou vols de courriers commis par les Français, elles sont presque toujours muettes sur les actions de Madrid. Ainsi, on ne trouve aucune allusion à l’éventuelle élimination des « traîtres » au Roi Catholique, alors que cette pratique est attestée à plusieurs reprises (cas de Gualtieri à Milan, arrestations de morisques, attentats contre Antonio Pérez, etc.).

35Enfin, l’usage de la propagande et de l’intoxication reste marginal à une époque où ces techniques peuvent seulement être appliquées à des milieux restreints, l’élite dirigeante, et où les vecteurs indispensables – presse, opinion publique – sont à peu près inexistants.

GRAPHIQUE 36. – Répartition chronologique des actions

36Avant d’examiner plus en détail les catégories d’actions envisagées ou mises à exécution par le pouvoir espagnol, il convient de préciser le contexte où elles interviennent. La chronologie des actions, toutes catégories confondues (voir le graphique 36 ci-dessus) délimite le cadre des diverses initiatives. L’allure générale de la courbe reproduit la périodisation observée pour l’information secrète (graphique 25). On observe les trois mêmes phases, avec des caractères accentués. Les actions subissent la même diminution tendancielle sur l’ensemble de l’époque considérée. Ces pratiques connaissent leur apogée pendant le règne d’Henri IV, particulièrement au tout début du siècle. La « bonne entente » qui s’établit ensuite correspond à un étiage dans le domaine des actions, puis le renouveau des tensions pendant les années 1616-1620 favorise la réapparition de l’activité secrète. Un second étiage, en 1625-1627, coïncide avec la faiblesse parallèle des renseignements pendant ces années. En revanche, l’action secrète semble reprendre paraît plus tardive que le renseignement : son niveau ne remonte significativement qu’après 1628.

37L’interprétation de ces activités fait appel à des facteurs déjà étudiés : emploi de nobles mécontents (Biron, Bouillon, mais aussi des nobles de second ordre) au début du règne d’Henri IV, tentatives dans les années 1614-1616 pour gagner la reine mère et son entourage, ainsi que certains grands (Guise, Nemours).

38Parallèlement à ces dernières actions, le terrain italien redevient particulièrement actif, et le reste jusqu’aux années 1622-1623. Enfin, la plupart des derniers projets d’opérations sont élaborés de concert avec les éléments français mécontents de l’orientation gouvernementale et du pouvoir du Cardinal. Ils concernent les entourages de Gaston d’Orléans, Marie de Médicis, Toiras, Guise, Rohan entre autres.

Les projets d’action

  • 20 Nous avons relevé par exemple un avis de M. de Montevene qui suggère différentes opérations à l’int (...)

39Les avis et les plans concernant l’occupation de places et le soutien à des soulèvements fourmillent dans la correspondance espagnole. Ils proviennent en grande partie d’indicateurs entrant directement en contact avec un responsable espagnol et proposant une ou plusieurs entreprises. En effet, une même lettre d’un indicateur contient parfois plusieurs propositions d’actions20. Cette abondance est-elle seulement due à la volonté d’un agent de se rendre crédible ou bien correspond-elle à de réelles possibilités dues au mécontentement d’une fraction de la société française ?

  • 21 Voirie chap. ix, p. 423-425.
  • 22 AGS, K, 1593, Conseil d’État du 18 juillet 1599.
  • 23 AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État du 9 décembre 1600.

40Pendant le règne d’Henri IV, ces propositions consistent généralement en des plans visant à occuper des places méditerranéennes appartenant au roi de France ou des zones où existent déjà des ferments de révolte. En 1599, le duc de Feria, alors vice-roi de Catalogne, communique au Conseil d’État une offre du frère Miguel de San Nicolás. Celui-ci affirme avoir à plusieurs reprises rencontré le duc de Guise à Marseille, de nuit et dans des établissements religieux. Le gouverneur de Provence, selon ses dires, lui aurait transmis son souhait de servir le Roi Catholique, avertissant qu’en cas de guerre entre les deux monarchies il livrerait la cité et ses forteresses en échange de deux cent mille ducats et son maintien dans le poste de gouverneur. Or, la réouverture du conflit paraît imminente, et les désaccords franco-savoyards laissent présager un engagement espagnol aux côtés de Charles-Emmanuel. Les choix du lieu et de la personne ne paraissent pas des éléments indifférents. La participation de Marseille aux événements de la Ligue, ainsi que sa situation particulière au sein de la Provence française – nous avons déjà évoqué ces deux facteurs21 – inspirent Miguel de San Nicolas. L’agitation latente dans la cité phocéenne rendrait le terrain favorable à la réussite d’une entreprise espagnole. Quant à Guise, les traditionnelles positions hispanophiles de la branche française de Lorraine demeurent notoires, même si le Duc s’accommode d’Henri IV. La conjoncture serait favorable à des ouvertures espagnoles, car Guise resterait profondément mécontent du souverain ; de ce fait, à en croire l’informateur, il n’hésiterait pas à s’engager contre Henri IV et à renouer une alliance avec la couronne ibérique. Le Conseil d’État adopte une position prudente, ordonnant à Feria de ne pas tenir compte de la proposition22. Aucun indice ne permet de vérifier la véracité des informations fournies ni la sincérité du religieux, pas plus que celle de Guise. Destinataire d’autres propositions d’actions clandestines, le duc de Feria manifeste son penchant pour les solutions radicales. En 1600, il transmet de nouveau l’offre faite en 1598 par M. Du Barri, gouverneur du château de Leucate, de remettre au Roi Catholique cette forteresse proche de la frontière du Roussillon. La seule condition est d’ordre financier : Du Barri demande cent mille écus payables en un seul versement. Dans les commentaires qu’il adresse au Conseil d’État, le duc de Feria estime que, quoique le coût ait augmenté depuis 1598, l’opération semble avantageuse du fait de la situation du château23. Et, comme dans toutes les intrigues du début du siècle, on relève dans cet avis des allusions au mécontentement des catholiques français et à la possibilité d’un engagement espagnol consécutif à la crise franco-savoyarde. Le duc de Feria rejoint donc les opinions de ses collègues les « proconsuls » d’Italie et se prononce pour l’exécution d’actions illicites contre la monarchie française.

  • 24 Dans notre base de données « Actions », on relève 10 projets concernant les conjurés de l’entourage (...)
  • 25 Par exemple, AGS, E, 1290, f° 14, Fuentes au roi le 27 janvier 1601 ; AGS, E, 1290, f° 40, Fuentes (...)
  • 26 AGS, E, 1291, f° 83, mémoire sur les avis de l’agent envoyé auprès du baron de Lux le 17 août 1602.

41Ce sont ces « Italiens » qui reçoivent communication des nombreux projets de Biron et de son entourage24. En effet, l’ancien compagnon d’Henri IV n’élabore pas un plan unique, mais une multitude de combinaisons modifiées au gré de la conjoncture. L’un des apports majeurs des travaux réalisés sur la conspiration de Biron est d’avoir souligné qu’une intrigue ne se noue pas autour d’un projet unique (dans ce cas précis, les accords de Soma) mais qu’elle s’articule et se transforme selon l’évolution des rapports de force. Pour cette raison même, il demeure difficile de préciser le nombre de projets élaborés entre 1597 et 1602. Les correspondances de Fuentes, depuis Milan, ou de Lodosa et Ledesma, depuis Turin, foisonnent de plans plus ou moins brouillons, transmis par les envoyés du Duc avec leurs différentes versions variant selon les participants éventuels à la conjuration25. Même après l’exécution de Biron, des offres de service et des propositions d’opérations continuent d’arriver en provenance de l’entourage du Duc défunt, comme le projet d’août 1602 dans lequel il est affirmé que Sobole, le gouverneur de Metz, participerait à la conjuration et serait prêt à remettre la cité aux forces espagnoles26.

  • 27 AGS, K, 1593, f° 16, sur deux papiers donnés par Charles Hébert le 23 décembre 1604.
  • 28 AGS, E, 2492, f° 22, San Clemente le 12 novembre 1605.
  • 29 AGS, K, 1426, f° 92, Conseil d’État du 17 février 1607 sur une lettre d’Irarraga du 20 janvier 1607
  • 30 AGS, K, 1606, avis de la junte du 2 octobre 1604 ; AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 2 mars 1607.

42On retrouve la même complexité à propos des mouvements de Bouillon et d’Auvergne. Outre leur proximité chronologique, ces deux groupes d’intrigues rassemblent les mêmes acteurs. Ils se distinguent seulement par l’origine des différents projets proposés par les émissaires en fonction de leurs allées et venues. En décembre 1604, Hébert présente un vaste plan pour provoquer un soulèvement général contre Henri IV, plaçant toujours ses espérances dans les participations du comte d’Auvergne et du duc de Bouillon27. En 1605, on évoque de nouveau en Conseil d’État la possibilité d’occuper la principauté de Sedan28. En 1607, cette offre est renouvelée ; les possessions du duc de Bouillon demeurent décidément convoitées alors qu’il se trouve aux prises avec Henri IV29. Cependant, au même moment, la diplomatie du Roi Catholique s’engage dans un processus de paix avec l’Angleterre, puis avec les Provinces-Unies, et il devient donc difficile d’accepter de telles ouvertures. Ainsi, le Conseil d’État refuse toute initiative qui pourrait déboucher sur un conflit avec le voisin français30.

  • 31 AGS, E, 1100, f° 80, lettre du comte de Benavente, vice-roi de Naples, le 29 juillet 1603.
  • 32 AGS, K, 1461, avis envoyé par le capitaine César Rustici à Irarraga : deux mémoires.
  • 33 AGS, K, 1452, Philippe III à Irarraga le 7 juin 1608.
  • 34 AGS, K, 1608, f° 22, avis du Conseil d’État du 7 mars 1609 ; AGS, K, 1461, le 16 février 1609 : mém (...)
  • 35 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 août 1606.
  • 36 C’est le cas du capitaine Honoré Rigaud, dont le projet passe par Naples : voir AGS, E, 1107, f° 6, (...)

43Par ailleurs, Marseille et les places de Provence conservent tout leur attrait pour les faiseurs de plans. En 1603, c’est le comte de Benavente, vice-roi de Naples de 1603 à 1610, qui avertit le Conseil de négociations en cours pour occuper Marseille. Les autorités lui ordonnent de garder le contact avec ses informateurs, mais lui interdisent tout versement de fonds31. D’autres projets se succèdent, chacun tentant de démontrer la facilité pour l’Espagne de s’emparer de la cité. En 1605, Mérargues n’a pas le temps de fournir tout le dispositif de son plan car il est appréhendé à Paris, porteur de ces documents, alors qu’il était en compagnie de Jacques Bruneau, le secrétaire de l’ambassade espagnole. Comme un grand nombre de propositions de cette époque, l’offre du capitaine Rustici de s’emparer de la cité phocéenne32 est accueillie par un refus de la part des dirigeants espagnols33. D’autres places de Provence sont visées et font l’objet de nombreux plans présentés par plusieurs agents : M. de Monier fait miroiter l’occupation de Toulon34 ; le capitaine Rossi, moins chanceux, est arrêté à Aix-en-Provence en 160635. Cette effervescence autour du littoral provençal ne prend réellement fin qu’avec la conclusion des mariages franco-espagnols, laquelle n’empêche pas quelques agents, en cette même année 1612, pour soumettre des plans d’occupation d’îles situées face à Toulon36 !

  • 37 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 28 avril 1605.
  • 38 AGS, E, 1490, Zúñiga au roi [avril 1607], (s. d. et s. f°).
  • 39 Pour Blaye : AGS, K, 1593, f° 16, sur deux papiers donnés par Charles Hébert le 23 décembre 1604. S (...)
  • 40 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

44La Provence, Marseille et Sedan sont au cœur des actions proposées sous le règne d’Henri IV. De façon ponctuelle, selon les problèmes évoqués, d’autres lieux sont cités dans la documentation. Le cas d’Orange est étudié par le Conseil d’État en 1605, à la suite des offres faites par le prince de cette cité, mécontent de ne pouvoir récupérer la place, occupée par les troupes d’Henri IV. Son envoyé auprès de Zúñiga, Carlos Baudequin, en appelle au soutien et aux finances de l’Espagne, demandant cinquante mille écus37. Il renouvelle sa démarche deux ans plus tard mais, échaudé, le gouvernement de Madrid ordonne à son représentant de ne plus soutenir le prince que verbalement ce qui laisse supposer qu’Orange a déjà perçu des aides pécuniaires38. Enfin, Blaye, sur la Gironde, et plus au nord La Rochelle sont l’objet d’ouvertures dans la perspective d’une éventuelle occupation espagnole39. Parmi les nombreux avis de Raffis figurent trois longs mémoires datés de 1603 prévoyant de livrer à l’Espagne des places fortes situées dans ces régions, point de départ d’un vaste programme de reconquête catholique40.

45Qu’ils soient en retard d’une guerre, simples imposteurs ou véritables membres d’une « cinquième colonne » espagnole en France, tous ces individus entretiennent une illusion commune, celle de la couronne espagnole conçue comme fer de lance de la lutte contre la monarchie française. Or, dès 1601, Lerma a engagé le gouvernement dans une voie pacifique en évitant d’engager les troupes du Roi Catholique au cours de la guerre franco-savoyarde, et cela malgré l’importance stratégique de l’issue du conflit pour la survie du « chemin espagnol ».

  • 41 AGS, K, 1615, f° 262 : « Advertimiento de Joan de Undiano sobre cosas tocantes al servicio del rey (...)
  • 42 AGS, K, 1469, f° 31, Cárdenas au roi le 26 février 1614 ; 44, Cárdenas au roi le 14 mars 1614 ; f° (...)
  • 43 AGS, K, 1454, ffos 88 et 95, le roi au vice-roi d’Aragon le 6 février 1616.

46Le changement de règne survenu en France constitue la plus nette indication de ce changement dans la politique espagnole. Madrid déroge à la règle des mariages entre les deux branches Habsbourg au profit de l’alliance matrimoniale franco-espagnole. Cette modification oriente différemment les projets d’opérations envisagés contre la France : un seul des plans conçus entre 1612 et 1616 concerne une occupation militaire de place française41 ; quant aux autres propositions, elles se rapportent uniquement aux soutiens militaires à accorder à Marie de Médicis42 – surtout après les mariages – et aux aides à attribuer éventuellement au comte de Gramont pour l’appuyer dans sa lutte contre le duc de La Force en Béarn43. Ces projets d’intervention directe ne dépassent pas le stade de l’examen, au cours duquel apparaissent des divergences à l’intérieur même du gouvernement espagnol quant à l’opportunité de soutenir une faction française contre une autre. Ces cas de conscience politique disparaissent avec l’assassinat de Concini. Toutefois, on n’assiste pas pour autant à une reprise immédiate de la production de projets contre les possessions françaises.

  • 44 AGS, K, 1438, f° 69, Feria le 24 août 1622 et f° 70, Conseil d’État du 25 août 1622.

47Il faut attendre 1622 pour rencontrer une nouvelle proposition d’opération contre des positions françaises, dont le caractère original montre le changement total du contexte politique. L’auteur de ce plan d’intervention en France n’est autre que le duc de Feria. Il demande l’exécution d’une entreprise de diversion en Provence ou ailleurs dans le Sud, alors que Louis XIII mène la guerre contre les protestants, pour empêcher toute immixtion française en Italie, où l’Espagne vient d’occuper la Valteline. La réponse du Conseil d’État témoigne du changement de sa politique : il approuve l’étude d’une telle opération et demande la mobilisation des galères et du tercio de Sicile, dans le cadre de ce plan44.

48À partir de ce moment, la Monarchie Catholique abandonne toute velléité pacifiste envers la couronne française et multiplie les projets d’ingérence. Le caractère de ces plans se transforme : les faiseurs de projets disparaissent peu à peu pour laisser la place aux représentants des grandes factions françaises, dont les émissaires entrent en contact avec Madrid, ébauchent et programment d’éventuelles opérations, délaissant désormais le prétexte religieux, passablement affadi depuis que le Roi Catholique accepte de soutenir les huguenots révoltés.

  • 45 En 1634, le gouvernement espagnol esquisse un projet militaire se fondant sur la participation de T (...)

49Les lettres de Clausels, qui intervient au nom de Rohan, et, entre 1629 et 1634, la multiplication des projets présentés par les envoyés de Gaston d’Orléans et de Marie de Médicis confirment la mutation de la politique étrangère secrète des Habsbourg d’Espagne, qui désormais vise à gagner des partisans à l’intérieur même du royaume français. De nombreuses ouvertures sont faites à Schomberg, Toiras ou Rohan45, car, paradoxalement, la diplomatie souterraine manque d’alliés et de projets fiables au moment même où elle tente d’intervenir en sous-main en France. Une situation inverse prévalait sous Henri IV, quand les trop nombreux faiseurs de projets se faisaient éconduire poliment par les responsables de la Monarchie Catholique.

  • 46 AGS, K, 1421, f° 64, Conseil d’État de juin 1633.

50Ces plans, qu’ils émanent de Madrid ou d’émissaires des princes, tablent tous sur la faiblesse du gouvernement français : lorsque le comte de Maure propose l’occupation de Brest et du Conquet, il lui paraît évident qu’une telle initiative préluderait à la chute de Richelieu46. C’est le même raisonnement qui prévaut en 1632, quand Gaston d’Orléans traverse la France à la tête de sa petite troupe. Mais même l’union de Gaston d’Orléans avec Montmorency, soutenue par Madrid, demeure reste inefficace et débouche sur la défaite de Castelnaudary.

51La nature de ces projets d’actions et l’identité de leurs auteurs révèlent les états d’esprit à l’intérieur des deux couronnes, leur conjonction ou leur éloignement par rapport à la mentalité collective. En effet, quand, au début du siècle, les propositions d’interventions – émanant pour la plupart de Français – sont nombreuses, elles achoppent sur le refus politique de l’Espagne. Vingt années plus tard, si les « faiseurs d’avis » représentent des fractions nobiliaires et sont en phase avec la politique étrangère madrilène, ils sont déconnectés de la réalité française, où la pesanteur loyaliste interdit toute réussite des actions envisagées.

Corruption

  • 47 Voir chap. vi, pp. 278 sqq.

52Parmi les opérations tentées en France par la monarchie espagnole, la corruption demeure l’un des moyens les plus efficaces pour obtenir des appuis et des informations. Cependant, à la différence de son homologue anglaise, la cour française apparaît beaucoup moins perméable aux subsides espagnols. À notre connaissance, aucun secrétaire d’État, aucun ministre ne perçoit de pension de l’Espagne. Bien sûr, la question des cadeaux doit être prise en compte, mais nous avons vu qu’il était difficile d’assimiler la réception de présents à la corruption47. L’origine du terme corruption (altération d’un corps par décomposition) et la signification qui en découle dans le domaine politique (la dégradation des rapports entre l’autorité légitime et le sujet) montrent qu’on ne peut prendre en compte que les cas d’achat de consciences, où il s’agit manifestement de détourner un sujet de son devoir de fidélité envers son maître, les libéralités destinées à entretenir des relations courtoises ne pouvant être considérées comme des tentatives de corruption.

  • 48 AGS, K, 1604, Gérard de Raffis : communication d’un avis pour le Conseil d’État reçu de France le 4 (...)
  • 49 C’est le cas, entre autres, du prince d’Orange, de Bouillon et de Biron.

53Parmi les quarante-trois occurrences de notre corpus, on retrouve les trois temps forts de l’action secrète espagnole, mais avec certaines nuances. Entre 1598 et 1610, deux catégories sont visées par les tentatives de corruption : d’une part, les adjoints de responsables français, comme le secrétaire du maréchal d’Ornano ou l’envoyé des huguenots en Angleterre48 ; d’autre part, les grands, qu’on appâte par des promesses de secours financiers pour les amener à entamer des pourparlers avec les responsables espagnols49. Durant le règne d’Henri IV, cette activité corruptrice reste réduite. Rares sont les indicateurs grassement rémunérés comme Nicolas L’Hoste, la plupart étant des réfugiés dans les possessions de la Couronne ou des « amis » rescapés des troubles précédents.

  • 50 AGS, K, 1428, f° 45, Conseil d’État du 19 juillet 1614 sur des lettres de Cárdenas de juin 1614 : « (...)
  • 51 AGS, K, 1472, f° 129, le 23 octobre 1616, projet de réponse de Cárdenas à Monteleón.

54Avec la régence, les tentatives de corruption se raréfient. Elles prennent un aspect plus proche du cas anglais : il devient tout à fait loisible de recevoir de l’argent de l’Espagne, car le gouvernement de la reine mère se trouve uni à Madrid par un traité d’alliance, Marie de Médicis allant jusqu’à demander une aide pécuniaire de quatre cent mille écus à Philippe III, son gendre. Ainsi, Léonora Galigaï, Concini et Guise50 reçoivent de « petits cadeaux » dont nous avons vu la valeur. Dès 1616, assistant à la montée en puissance de Luynes51 et de l’évêque de Luçon, Monteleón tente de les gagner en agissant de la même manière. Sur le front savoyard, les démarches pour assouplir l’attitude de Lesdiguières, entre autres en faisant intervenir le colonel Alardo et par des ouvertures à son épouse la marquise de Tréfort, permettent d’obtenir des informations précieuses sur les missions de Créquy et les relations entre le gouverneur du Dauphiné et le duc de Savoie.

  • 52 AGS, K, 1433, f° 80, le Conseil d’État du 25 novembre 1625 sur une lettre de Mirabel du 8 novembre.
  • 53 Ibid.
  • 54 AGS, K, 1415, f° 41, Conseil d’État du 19 janvier 1631.
  • 55 Ibid.

55Malgré la pénurie financière croissante où elle se trouve, la Monarchie Catholique reste largement capable d’acheter des consciences. Des ouvertures sont faites à divers personnages de rang plus ou moins élevé. À la suite d’une question de Mirabel demandant s’il faut gagner Schomberg et donc accepter la possibilité de lui verser de l’argent, le Conseil d’État suit la position du marquis de Montesclaros, selon qui « on ne doit pas le gagner maintenant par l’argent52 » ; mais en même temps que la réponse concernant Schomberg parvient à Paris l’ordre d’établir, en lui versant de l’argent, des liens avec Baradat, le favori de Louis XIII à ce moment. Cet ordre est vivement discuté, car la décision adoptée n’a pas fait l’unanimité. En effet, les conseillers étaient partagés entre deux options : accorder à Baradat une pension régulière ou bien lui offrir simplement un bijou de valeur, à titre de gratification. Cette question n’est pas de pure forme, souligne Montesclaros, car la pension nécessite une régularité de paiement bien difficile à obtenir du Conseil des Finances, et l’irrégularité des versements produit sur la personne bénéficiaire le contraire de l’effet désiré, c’est-à-dire le dégoût du service espagnol53. D’autres tentatives évoquent des ouvertures faites à Toiras54, ou au maréchal de Marillac au moment de sa destitution comme gouverneur de Verdun55, etc.

56Ces pratiques de corruption apportent rarement des avantages particuliers à la diplomatie espagnole. Seuls sont mentionnés quelques cas précis d’agents bien placés (et bien rémunérés), comme M. de Freixas ou La Forcade. Bien plus qu’une réalité tangible, la corruption espagnole est surtout un lieu commun employé par les plumes au service du Cardinal pour dénigrer les adversaires de son gouvernement : on ne prête qu’aux riches... Ce constat amène logiquement à conclure qu’en France le sentiment monarchique, la fidélité à la dynastie demeurent profondément ancrés dans les consciences tant que le pouvoir royal ne se heurte pas à une contestation violente de sa légitimité, comme ce fut le cas lors des régences et des minorités (1610-1616 et durant la Fronde). La présence d’un ministre qualifié de tyran, bien qu’elle jette le discrédit sur le gouvernement, ne remet pas en cause la légitimité du pouvoir monarchique. La conduite de Guise et de Rohan reste exemplaire à cet égard. Exilés en Italie à la suite des pressions du Cardinal, leurs contacts avec les responsables espagnols ne les conduisent pourtant jamais à changer de fidélité, même si ces deux personnages (ces deux puissances, pourrait-on dire) ont de sérieux motifs de mécontentement

Les interceptions de lettres

  • 56 AGS, K, 1603, le 12 mai 1600, Tassis joint une copie d’une lettre d’Henri IV ; AGS, K, 1606, Bardax (...)
  • 57 AGS, K, 1604, le 17 juin 1601, Ledesma joint une copie d’une lettre d’Henri IV.
  • 58 AGS, K, 1604, Tassis en avril 1601 joint une copie d’une lettre d’Henri IV au gouverneur de Bretagn (...)
  • 59 AGS, E, 1290, f° 148, Ledesma le 18 mai 1601 note l’envoi de lettres originales d’Henri IV au cardi (...)
  • 60 AGS, K, 1606, Lerma à Prada, étudie les lettres de Beaumont, ambassadeur français à Londres.
  • 61 AGS, E, 1354, voir par exemple les ffos 7-8 et le f° 242 du 9 novembre 1610, où l’ambassadeur Bedma (...)
  • 62 AGS, E, 3335, f° 79, mémoire de Carlos de Roo.
  • 63 AGS, E, 2998, lettre du 18 février 1634, point 32.
  • 64 AGS, E, 3835, ffos 104 et 149.

57Ce type d’action peut prendre deux formes : l’interception proprement dite de lettres originales et la copie de lettres momentanément subtilisées. Notre corpus comprend trente-sept occurrences, mais la documentation ne précise pas toujours auquel de ces deux types elles appartiennent, ce qui empêche toute analyse détaillée. La majorité de ces subtilisations sont le fait d’agents inconnus. Plusieurs lettres d’Henri IV à Épernon56, Lesdiguières57 et Brissac58, aux diplomates en poste à Rome59 ou à Madrid, figurent dans les archives diplomatiques espagnoles60. La présence d’espions de qualité, tels que Nicolas L’Hoste au secrétariat de Villeroy, ou Nicolas Renault au Levant, auprès de l’ambassadeur Salignac, explique partiellement ces détournements. Ceux-ci persistent tout au long de notre période, mais la répartition chronologique des occurrences relevées paraît très irrégulière. Aucune lettre n’est, semble-t-il, interceptée entre 1606 et 1609, puis on en trouve plusieurs pour l’année 1610 (dont de nombreuses lettres de l’ambassadeur français à Venise61) ; suivent trois années sans copie ni lettre dérobée, puis on rencontre de nouveau quelques occurrences, et ainsi de suite. Cette répartition laisse à penser que le flux de ces documents dépend étroitement des possibilités de captation. On trouve par exemple une lettre du maréchal de Créquy datée de 162062 obtenue grâce à Carlos de Roo et à la marquise de Tréfort. Quatorze ans plus tard, l’ambassadeur espagnol auprès du pape affirme disposer d’un agent qui lui aurait communiqué le chiffre de Créquy63, ambassadeur de France à Rome depuis 1633 ; un mois auparavant, le diplomate envoyait à Madrid une copie d’une lettre du même Créquy64.

  • 65 Voir chap. i, pp. 21-27.
  • 66 Voir chap. i, ibid.

58Bien qu’à plusieurs reprises il soit difficile de déterminer avec certitude s’il y a eu interception de lettres ou simplement copie de celles-ci, ce type d’activité ressortit tout autant au renseignement qu’à l’action proprement dite. La question des courriers, déjà examinée65, ne semble pas révéler de traits particuliers à l’action souterraine espagnole66.

Opérations

59Les diplomates et les responsables politiques ne décrivent pas les actions clandestines qu’ils décident, et parfois même dirigent. Cette attitude, propre à tous les gouvernants, explique la très faible importance des opérations proprement dites dans notre corpus d’actions (4,4 %). Quand une opération est évoquée, c’est le plus souvent parce que la décision de ne pas l’exécuter a déjà été prise : c’est par exemple le cas en 1610, quand Cárdenas mentionne dans sa correspondance le projet de faire évader le comte d’Auvergne : le projet est déjà annulé. Il semble que la loi du silence sur les actions secrètes se relâche à partir des années 1628-1630, lorsque les relations bilatérales ne peuvent plus guère s’améliorer. En 1632, la correspondance évoque le soutien à apporter à la révolte de Montmorency. Aussitôt, Doria et Feria entrent en contact avec leurs agents pour fournir les soutiens espérés par les mécontents. Pour sa part, Agostino Fiesco s’occupe de l’application, comme le gouverneur du Milanais l’écrit au roi :

  • 67 AGS, E, 3337, fa 89, Feria le 22 août 1632 ; voir aussi AGS, E, 3590, f° 144, une lettre de Domingo (...)

Le même Fiesco, dans une lettre du 18, m’écrit avec quel soin il exécutait les demandes du duc [de Montmorency]67.

60Dans les dernières années de notre période, les responsables espagnols se donnent plus la peine de dissimuler leurs efforts pour créer des soulèvements en France. Ainsi Philippe IV écrit-il ceci à ses vice-rois d’Aragon et de Navarre :

  • 68 AGS, E, 3445, f° 166, le roi aux vice-rois d’Aragon et de Navarre le 7 septembre 1632.

Les procédés du roi de France contre ma couronne m’obligent à chercher des voies pour créer une diversion ; vous tiendrez pour opportun, selon l’état présent des choses, de vous préparer avec les gouverneurs des places frontalières de France ou [avec] toute personne puissante qui se déclarerait pour Monsieur, mais cela doit se faire avec prudence et attention68.

  • 69 AGS, K, 1415, f° 89, Conseil d’État du 11 juillet 1632 sur les lettres de Mirabel du 24 juin.
  • 70 AGS, E, 1292, f° 84, Ledesma au roi le 13 mars 1603.
  • 71 BNP, Fonds français, ms. 16 112, f° 406, lettre de Barrault le 20 décembre 1606.

61L’écrasante majorité des opérations espagnoles restent inconnues, ou bien ne sont pas mentionnées par notre documentation. Il faut alors aller en rechercher les traces dans les sources indirectes, comme cette accusation lancée par Louis XIII à Mirabel lors d’une audience, selon laquelle l’ambassadeur serait complice de l’évasion de Du Fargis et de sa fuite en Lorraine69. Les tentatives d’assassinat contre Henri IV sont évoquées à plusieurs reprises, mais Ledesma reste l’unique représentant espagnol à se faire l’écho des présomptions françaises, affirmant qu’il s’agit en réalité d’un stratagème dirigé contre La Farge réfugié en Italie70. Quelques sondages dans les archives françaises démontrent que les dirigeants français traitent fréquemment de réelles menées d’agents espagnols. Par exemple, le comte de Barrault, ambassadeur de France en Espagne, décrit un complot contre la vie d’Henri IV ourdi depuis la capitale du Roi Catholique et avec de l’argent castillan71. Il faut donc se résigner à ne connaître les opérations secrètes de l’Espagne qu’à travers le prisme déformant de son adversaire.

Propagande et intoxication

62Si l’action psychologique demeure encore peu exploitée pendant la période qui fait l’objet de notre étude, ses prémices existent depuis longtemps, sans toutefois présenter le caractère systématique qui sera le sien au XXe siècle. La manipulation d’agents, l’intoxication – c’est-à-dire le fait d’amener l’adversaire à croire à certaines informations, de façon à le déstabiliser –, l’infiltration d’agents chargés de faire courir certaines rumeurs ou de les amplifier, la diffamation de dirigeants hostiles, toutes ces pratiques sont déjà connues et employées par les différents services, en particulier par les services espagnols. Dans le dédale du double jeu, la circonspection est de rigueur lorsqu’il s’agit de démêler des réseaux de pistes fréquemment brouillés par le silence des sources. Malgré ces obstacles, on peut discerner quelques exemples de ces techniques dans le cadre de la diplomatie secrète de la Monarchie Catholique.

63En 1600, à l’occasion de troubles à Narbonne consécutifs à l’annonce de la construction d’une citadelle, le Conseil d’État examine des documents que le duc de Feria transmet de la part de Carlos Coloma, le responsable espagnol de la frontière du Roussillon :

  • 72 AGS, K, 1426, f° 13, consulta du Conseil d’État du 9 décembre 1600 sur quatre lettres de Feria du 1 (...)

Il y eut un rassemblement de gens à Narbonne les jours passés, et la cité comprit que c’était pour y faire une citadelle comme le Roi l’a souhaité, et les natifs, parce qu’ils sont libres et très catholiques, se troublèrent de cette nouvelle ; don Carlos Coloma écrivit [alors à Feria] que si on lui en donnait l’autorisation, il tenterait d’aviver ces craintes au sein du peuple par l’intermédiaire de ses correspondants, et le Duc l’approuva et lui permit d’agir ainsi, à condition qu’aucun de ses hommes [i. e. aucun des hommes officiellement placés sous ses ordres] n’intervînt72.

  • 73 B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, p. 381

64L’agitation « couverte », c’est-à-dire la propagation de rumeurs destinées à gêner le pouvoir adverse, est une technique employée dans la lutte sourde que se livrent les deux monarchies, qui officiellement sont pourtant en paix. L’insistance de Feria sur le fait qu’aucun affidé de Coloma ne doit participer à l’opération de Narbonne souligne l’importance accordée au secret ; si l’on veut conserver son caractère mystérieux à cette diffusion de rumeurs, la source de celles-ci doit rester cachée. De plus, le silence protège les intérêts de la Monarchie Catholique ; il constitue une des conditions de succès de ce type de pratiques. En 1610, des instructions royales enjoignent à Cárdenas de « bluffer » le Roi Très-Chrétien : À la veille d’un probable conflit pour les duchés de Clèves et de Juliers, il doit faire croire à Henri IV que les autorités espagnoles viennent de conclure un asiento d’un montant de deux millions de ducats73 et disposent donc largement des ressources nécessaires pour une éventuelle guerre.

  • 74 Sur l’histoire de l’interception du Tractatus VII de Mariana, et, plus généralement, sur la diploma (...)

65Notre documentation offre au moins deux autres exemples de manipulation de l’information. En 1609, tout d’abord : l’ordre alors communiqué à Cárdenas d’acheter tous les exemplaires disponibles à Paris d’un ouvrage du père Juan de Mariana74 dénote la conscience que l’on a clairement, dès l’époque moderne, de l’influence que l’imprimé peut exercer sur la pensée politique. Si l’Index permet de prendre la mesure de cette clairvoyance à l’échelle de la Péninsule, l’opération concernant le livre de Mariana s’intègre dans le vaste jeu des rapports internationaux entre les puissances européennes. En effet, la tâche est confiée à un diplomate – normalement chargé d’une mission de représentation –, et c’est à Cárdenas qu’il revient d’empêcher la diffusion en France de l’édition, imprimée à Cologne, du traité du jésuite. Le domaine d’action de l’ambassadeur d’Espagne s’étend donc au contrôle des idées et de leur diffusion à l’extérieur de la péninsule Ibérique.

  • 75 Voir chap. ii, pp. 81 ; AGS, K, 1464, f° 28, Cárdenas au roi le 27 janvier 1611.

66De même, au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, ce même ambassadeur démontre sa capacité manœuvrière et son inventivité en matière d’intoxication en conseillant habilement la reine mère. Travaillant à la destitution de Sully, Cárdenas tente de diffamer le surintendant des finances en l’accusant auprès de la régente de prévarication : il recevrait une pension des Hollandais75. Or, dans sa lettre explicative au Conseil d’État, il précise que les Provinces-Unies doivent au Surintendant, en son nom propre, six cent mille écus et que les intérêts de cette somme sont payés à Sully sous diverses formes. La tentative d’intoxication échoue, du moins auprès de l’opinion et des historiographes successifs, qui n’ont pas attribué à ce motif la démission de Sully – à moins que cet argument ait été employé seulement auprès de la reine mère ou bien qu’il n’ait pu être développé et que la calomnie soit restée à l’état de projet. En effet, la lettre par laquelle Cárdenas informe le Conseil d’État de cette manœuvre date du 27 janvier 1611, alors que le Surintendant avait démissionné la veille.

67Ces pratiques relèvent bien de l’action psychologique. Rarement mentionnées dans la documentation, elles précèdent la systématisation qui intervint ultérieurement dans ce domaine. Elles ne sont d’ailleurs nullement l’exclusivité des Espagnols : bien au contraire, toutes les puissances de l’époque se livrent à de semblables manœuvres, avec plus ou moins de bonheur.

III. - La protection du territoire de la monarchie ibérique et le contre-espionnage espagnol

68Le but du contre-espionnage est de découvrir les agents étrangers opérant à l’intérieur du territoire « national » et d’identifier leur organisation ainsi que leurs contacts, afin de pouvoir mieux les combattre. La mission première du contre-espionnage se caractérise donc par son aspect défensif : empêcher l’adversaire d’infiltrer le territoire – ou les institutions – du pays et d’y organiser des complots. Une seconde mission consiste à prévoir les intentions des services secrets adverses, ce qui implique d’en connaître les structures. Une fois celles-ci reconnues, les agents tentent d’annihiler les capacités d’action secrète de l’adversaire (les agents doubles sont donc une des principales ressources du contre-espionnage). Cet aspect constitue le caractère offensif du contre-espionnage. Rappelons néanmoins que ce dernier terme et ses acceptions relèvent d’une conception récente et ne s’appliquent qu’imparfaitement à la réalité du XVIIe siècle. Comme pour l’action psychologique, il existe pourtant dès cette époque des pratiques qui se rapprochent de ces définitions contemporaines. Elles jouent un rôle non négligeable dans les décisions politiques de la Monarchie Catholique.

  • 76 Vera est un village de la région d’Almería situé à dix kilomètres de la côte.
  • 77 AGS, K, 1453, avis de Francisco Díaz de Medrano le 25 juillet 1612.

69Quant à la protection du territoire, c’est l’expression elle-même qui est inadéquate appliquée à une monarchie du XVIIe siècle et particulièrement à la Monarchie Catholique. En effet, celle-ci ne dispose pas d’un territoire, mais de très nombreuses possessions. Malgré cette inadéquation, le terme doit être conservé. À l’époque, nous l’avons vu, il existe déjà l’esquisse d’une conception du territoire, centrée uniquement sur la Péninsule, particulièrement sur les couronnes d’Aragon et de Castille. Le Conseil d’État refuse de confier des postes de consul à des « étrangers », incluant dans cette dernière catégorie les Italiens de Naples, de Sicile ou de Milan, les Flamands ou les Francs-Comtois. Dans l’esprit des dirigeants espagnols, le territoire, ce sont en premier lieu les royaumes espagnols. Ce sentiment se trouve amplifié par la cohésion géographique, car les Pyrénées protègent ces possessions des influences extérieures : hérésies, livres interdits, faux-monnayage, etc. Les contrôles du Saint-Office ne sont pas implantés sous la même forme dans les possessions italiennes que dans les terres d’Espagne. Le rôle particulier joué par l’Inquisition espagnole renforce l’impression que l’Espagne constitue un domaine singulier. La surveillance y est exercée dans les ports et aux frontières, par les inquisitions locales et leurs familiers. La lecture des archives espagnoles donne l’impression d’un monde étroitement quadrillé. Les dénonciations provenant de responsables locaux, de gardes ou de familiers abondent parmi les documents du Conseil d’État. Par ailleurs, en 1612, Francisco Díaz de Medrano, chargé de la garde du port de Vera76, vitupère les morisques, les marranes et les juifs de toute espèce. Il s’adresse directement au Conseil d’État pour que le Roi Catholique demande à son gendre Très-Chrétien de ne pas accorder « la liberté de conscience » à des individus qui vont jusqu’à nier l’existence de la Sainte Trinité77. Bien qu’éloigné des réalités de la politique internationale, Medrano exprime violemment sa haine des hétérodoxes, et plus encore du juif et du morisque, allant jusqu’à exprimer son point de vue sur la diplomatie de son propre roi. À en croire nos sources, de tels emportements ne sont pas exceptionnels chez des personnages ordinaires. Bien plus, ils révèlent un état d’esprit. L’existence de tels sentiments autorise à notre avis l’emploi de l’expression protection du territoire, anachronique peut-être, mais adéquate si l’on s’en tient strictement aux couronnes aragonaise et castillane. Toutefois, si l’on considère l’état de développement de l’administration à l’époque moderne, les caractéristiques de cette protection ne peuvent recouvrir les pratiques actuelles.

  • 78 Soit 84 occurrences sur les 251 occurrences de notre corpus de renseignements concernant le contre- (...)
  • 79 L’existence d’institutions propres aux différentes possessions et leur contrôle par les Conseils sp (...)

70Les informations relatives à la surveillance des possessions du Roi Catholique se rapportent principalement aux marches pyrénéennes, c’est-à-dire l’Aragon, la Catalogne et les ports maritimes. Ainsi, le tiers (13,46 %) des occurrences portant sur le contre-espionnage et la protection du territoire concernent directement ces régions78, tandis que les problèmes d’infiltrations françaises, tant dans les territoires italiens que flamands, ne bénéficient pas d’une telle attention de la part du Conseil d’État79.

  • 80 AGS, E, 620, f° 146, Tassis à l’archiduc Albert le 8 septembre 1602, sur l’infiltration d’un espion (...)
  • 81 AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 18 septembre 1607 sur des lettres des 4 et 9 septembre, et fin o (...)
  • 82 AGS, K, 1480, f° 45, López Floriano à Olivares le 26 août 1625.
  • 83 On peut supposer que les Archiducs s’occupent directement de ces questions, mais la mainmise de Mad (...)

71En ce qui concerne les Pays-Bas espagnols80, Cambrai81 et Arras82 sont mentionnées à différentes dates : 1602, 1607 et 1625. Malgré l’absence de frontières physiques, l’enchevêtrement des possessions et la communauté de langue entre les sujets du Roi Très-Chrétien et ceux du Roi Catholique, on rencontre étonnamment peu d’avis sur de possibles subversions françaises dans ces régions83.

72Si les questions italiennes préoccupent beaucoup Madrid – depuis l’emploi d’agents de renseignement jusqu’à la « conspiration » de Venise en passant par l’ambassade de Gênes, dont les avis s’attachent tout particulièrement aux affaires relatives à la côte provençale –, les informations concernant le contre-espionnage ne sont guère plus abondantes pour l’Italie que pour les Pays-Bas espagnols. Pourtant, cette terre de prédilection de l’espionnage compte des responsables particulièrement attentifs aux affaires secrètes. Informent-ils à chaque occasion le Conseil d’État ?

73Quelques cas de contre-espionnage démontrent pourtant que les territoires italiens suscitent un certain intérêt. En 1600, un mystérieux confident informe l’ambassadeur espagnol à Turin

  • 84 AGS, E, 1289, f° 91, mémoire sur les avis qu’a donnés un confident à Turin le 15 octobre 1600.

qu’il a su par la même voie, celle de l’ambassadeur de Venise, que le roi de France disposait d’une personne proche du comte de Fuentes qui l’avisait de tout ce qui se passait et se traitait. On a compris aussi cela par d’autres avis venus de France par différentes voies. Il ajoute qu’il y en a d’autres [espions] à la cour d’Espagne qui servent de la même manière84.

74Ces deux informations sur l’infiltration de l’entourage de Fuentes et de la cour espagnole par des agents français sont corroborées par plusieurs dépêches. Dans un mémoire remis par Biron à Casati, l’envoyé de Fuentes, il est précisé :

  • 85 AGS, E, 1290, f° 40, Fuentes au roi le 29 avril 1601 (extrait du mémoire).

M. de Rochafort [Rochepot], ambassadeur en Espagne, possède des intelligences avec un ministre car il prévient le roi [de France] très à temps de tout ce qui [se]traite [auprès de Fuentes]85.

  • 86 É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, pp. 128-129.

75D’autre part, Nicolas L’Hoste, espion du Roi Catholique infiltré dans les bureaux de Villeroy, parvient à démasquer l’identité de la mouche française placée auprès du gouverneur de Milan. C’est ainsi que Gualtieri, alias le Beauceron, est découvert86. Quant au ministre espagnol stipendié par Henri IV, il peut s’agir de Pedro de Franqueza, adjoint du duc de Lerma.

  • 87 AGS, E, 1292, f° 25, Fuentes au roi le 2 mai 1603,
  • 88 AGS, E, 617, Flandres : avis sur les subsides versés aux Français ne pouvant retourner dans leur pa (...)
  • 89 AGS, E, 1294, f° 70, confession de Falopio sous la question (avril 1605) : il est noté qu’avec Belg (...)
  • 90 AGS, E, 1296, ffos 256-263 et 287.

76La présence des glacis savoyard et génois et la division politique de la péninsule italienne expliquent en partie la faiblesse du contre-espionnage espagnol. Les manigances attribuées au comte Francisco de Belgiojoso (ou Belgioioso) par le comte de Fuentes relèvent de projets d’infiltration à grande échelle au profit du roi de France. Qualifié de bandit aux crimes inexpiables, ce comte italien, recherché en Lombardie, trouve refuge auprès du duc de Parme. L’affaire prend une grande importance, au point que le gouverneur du Roi Catholique à Milan demande à Philippe III de lui adresser dans les plus brefs délais une lettre écrite de sa propre main et employant un ton ferme pour obtenir du duc de Parme l’expulsion de Belgiojoso87. Cet Italien est un personnage d’envergure. Il a d’abord servi en Flandres dans l’armée espagnole88. La dénonciation dont il fait l’objet auprès de Fuentes montre sa stature, car c’est apparemment le duc de Modène en personne qui communique directement l’information au gouverneur du Milanais, information que semble confirmer la suite des événements. En 1605, plusieurs hommes de main sont arrêtés dans le Milanais. Questionnés, ils avouent servir sous les ordres du comte Belgiojoso et avoir mission de reconnaître des forteresses pour pouvoir les livrer au roi de France89. En dépit des réclamations de Fuentes, Belgiojoso poursuit une belle carrière. En 1606, il rejoint l’Empereur et en 1607 il reçoit de celui-ci la mission de négocier avec la maison de Savoie une alliance matrimoniale90. À la lisière du combat politique entre potentats italiens, l’activité de Belgiojoso paraît mêler activités militaires et diplomatie secrète.

  • 91 AGS, E, 1294, f°205, Fuentes au roi le 9 septembre 1606 ; AGS, E, 1297, f° 132, Oñate au roi le 22 (...)
  • 92 Sur cette frontière et la question de l’espionnage, voir A. Hugon, « La frontière pyrénéenne pendan (...)

77D’autres avis tentant de démasquer des agents au service du roi de France en Italie figurent dans les diverses correspondances91, mais ils ne sont ni aussi fréquents ni aussi détaillés que les rapports portant sur les Pyrénées. L’importance de la frontière franco-espagnole92 dans les renseignements relatifs au contre-espionnage et à la protection du territoire s’explique par deux facteurs distincts dont l’effet se conjugue.

  • 93 G. Colàs Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, pp. 199 et 226.
  • 94 AGS, E, 1294, f° 205-, Fuentes au roi le 9 septembre 1606 ; AGS, E, 1297, f° 132, Oñate au roi le 2 (...)
  • 95 J. Contreras, « Bandolerismo y fueros », p. 68 ; J.-B.-H. Capefigue, La Ligue et Henri IV, p. 296.
  • 96 Voir le chap. ix, p. 435.
  • 97 G. Colas Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragon en el siglo XVI, pp. 230-272.
  • 98 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. xix.
  • 99 AGS, K, 1606, janvier 1604.
  • 100 AGS, K, 1477, f° 160, Antonio de Bardaxi à Ciriza, de Benasque le 21 décembre 1620.

78En premier lieu, l’instabilité de la frontière pyrénéenne s’enracine dans les structures mêmes de l’économie montagnarde, car les déséquilibres permanents entre les ressources et les hommes obligent les habitants à rechercher de nouveaux moyens de subsistance, comme l’indique la présence endémique du banditisme. Les bandoleros jouent de la frontière pour mener leurs activités de contrebande et de rapine et pour échapper aux autorités. Le cas de la famille Bardaxi, qui semble former un clan aux multiples ramifications, illustre l’imbrication de ces groupes avec les services secrets. On attribue à Felipe Bardaxi l’initiative de ce type d’occupation. Dans le deuxième tiers du XVIe siècle, le pouvoir espagnol le qualifie de protestant et l’accuse de s’associer aux huguenots pour un trafic de chevaux. Felipe Bardaxi dirige alors une bande de Gascons qui opère de part et d’autre de la frontière. Recherché par l’Inquisition, il entre au service du Roi Catholique et espionne dans le Sud de la France, avec pour mission de surveiller les mouvements huguenots et morisques ; la liaison avec les autorités espagnoles est assurée par son frère Juan de Bardaxi. En 1567, sa maison et ses biens détruits lors d’une incursion de protestants béarnais93. Créateur d’un réseau d’espionnage qui lui survit, Felipe transmet à son fils Juan, dans les années 1580, la responsabilité des opérations d’espionnage, qui s’étendent aux domaines religieux, politique et économique94. Une dizaine d’années plus tard, on rencontre un Godofredo de Bardaxi chargé par Henri IV de fomenter des troubles en Espagne auprès des morisques95. Quant à Antonio de Bardaxi, si nous ne savons pas précisément quels liens familiaux l’unissent aux précédents, il évolue dans ces mêmes eaux troubles des marges pyrénéennes. Il appartient à cette catégorie de nobles aragonais déclassés à qui tout est bon pour subsister. Proche des dirigeants de la révolte aragonaise de 1591, laquelle tenta de préserver les fueros violés par Philippe II sous le prétexte de se saisir d’Antonio Pérez96, il entre en contact avec Lupercio Latras, hidalgo-bandolero97. Gregorio Marañón souligne son possible double jeu en faveur du Roi Catholique bien que Bardaxi soit condamné par le Saint-Office pour son rôle dans le soulèvement98. En 1604, depuis Benasque, Bardaxi adresse différents avis aux dirigeants espagnols, aussi bien sur la politique française que sur l’éventuelle présence d’agents français dans le Sud-Ouest. Grâce à lui, le Conseil d’État reçoit communication d’extraits de la correspondance entre Henri IV et le duc d’Épernon99. Enfin, en 1620, un agent homonyme (ou bien serait-ce le même individu ?) communique à Madrid des informations sur des projets français visant les Pyrénées alors que les troupes royales se trouvent à Montauban100.

  • 101 B. Bennassar, « Les Français devant les tribunaux de l’Inquisition espagnole » ; É. Balancy, « Les (...)

79Le second facteur d’instabilité réside dans la présence de huguenots sur le versant français de la chaîne montagneuse et de morisques du côté aragonais. La surveillance étroite des responsables huguenots et l’infiltration auprès d’eux d’agents doubles – tels les Bardaxi – s’expliquent principalement par la crainte typique de la monarchie espagnole envers les mouvements non-catholiques. Après la paix de Vervins, la répression inquisitoriale menée contre les protestants français diminue fortement101. La lutte politique et la guerre secrète ne sont pas terminées pour autant. Leurs craintes à l’égard des morisques d’Aragon et la présence de La Force à la tête du gouvernement du Béarn conduisent les dirigeants espagnols à maintenir en permanence des espions sur la frontière. En effet, le représentant d’Henri IV, appliquant – sans doute avec délectation – la politique de « guerre en renard » de son maître, trame en permanence des diversions à l’intérieur du royaume aragonais.

  • 102 AGS, E, 1430, f° 177, Venasco au roi le 5 juin 1600.
  • 103 AGS, K, 1603, avis du Conseil d’État du 31 août 1600 sur les informations de Raffis.
  • 104 AGS, E, 1290, f° 119, Mendo de Ledesma au roi le 1er janvier 1601. Salces est situé à 15 km au nord (...)
  • 105 AGS, K, 1604, avis du Conseil d’État du 28 janvier 1601 sur les lettres de Tassis des 17 et 18 déce (...)
  • 106 AGS, K, 1793, Ledesma au roi, janvier 1602.
  • 107 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 24 mai 1606.
  • 108 AGS, E, 1297, f° 123, Oñate au roi le 24 juillet 1608.

80Parmi les différents ordres émis par le Conseil d’État, les mises en état d’alerte signifiées aux gouverneurs des différentes places frontalières sont particulièrement nombreuses. À lire les dépêches, l’impression dominante est qu’à tout moment les troupes françaises sont prêtes à s’emparer de points d’appui, de places fortes, de ports ou de cités stratégiques en Aragon ou en Guipúzcoa. En juin 1600, l’ambassadeur espagnol à Gênes, Venasco, avertit que des huguenots français ont pénétré en Catalogne102. En août de la même année, Gérard de Raffis prévient des périls qui menaceraient les places frontalières103. En janvier 1601, c’est le château de Salces, en Roussillon, qui serait l’objet d’un projet d’occupation104. À la fin de ce même mois, le Conseil d’État étudie un avis, provenant d’un confident français et communiqué par Tassis, selon lequel les Français seraient en train de préparer une invasion de l’Espagne à partir du pays de Comminges et de la Cerdagne105. En 1602, c’est de nouveau Ledesma qui, depuis Turin, signale que Pampelune et Jaca seraient en danger106. Les avis de ce type sont particulièrement fréquents au début du règne d’Henri IV, alors que la Monarchie Catholique hésite à intervenir dans la guerre franco-savoyarde. S’agit-il de manœuvres françaises d’intoxication, destinées à dissuader l’Espagne d’entrer en guerre ? Aucun élément ne permet de le supposer, mais la concentration, sur une période réduite, de tant d’informations paraît néanmoins surprenante, d’autant plus que l’afflux de ces signaux d’alarme se poursuit par la suite, bien qu’à un rythme moins soutenu. En 1606, Irarraga signale que la réconciliation de Bouillon avec son souverain aboutit à des levées de troupes en Béarn dont le but serait de surprendre quelques places frontalières107. Deux ans plus tard, ce sont Fontarabie et Saint-Sébastien qui seraient la cible de projets d’attaques surprises, à en croire Oñate, l’ambassadeur d’Espagne à Gênes108.

  • 109 Décidée en Conseil d’État le 30 janvier 1608, la mesure est gardée secrète jusqu’au décret du 22 se (...)
  • 110 AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 16 août 1609.
  • 111 AGS, K, 1462, f° 5, Cárdenas au roi le 27 janvier 1610.

81La réapparition des tensions entre les deux couronnes à la fin de l’année 1609 (au moment où devient publique la décision d’expulser les morisques109) provoque un rebondissement des craintes concernant la frontière. Dès le mois d’août, Philippe III commande à Cárdenas d’obtenir une audience avec Henri IV afin de protester contre les préparatifs militaires français qui s’effectuent aux portes de l’Aragon110. Jusqu’à l’assassinat du souverain français, on voit se multiplier les avis préventifs, l’ambassadeur à Paris allant jusqu’à signaler à Madrid la fragilité de la garnison de Fontarabie111.

  • 112 Voirie chap. ii, p. 85.
  • 113 Seules quelques rares occurrences en font mention. Par exemple, AGS, K, 1481, f° 182, Mirabel au ro (...)

82La mort d’Henri IV, en mai 1610, provoque une forte diminution de ces alarmes espagnoles. Elle rend en grande partie inutile la présence du contre-espionnage de la Monarchie Catholique. Bien que le duc de La Force demeure en poste à la frontière, les différends prennent de nouvelles formes, avec en premier lieu la dispute qui survient entre les deux puissances sur la possession et la surveillance des Aldudes. Lorsqu’un accord est conclu avec les émissaires de Marie de Médicis sur le tracé de la frontière, La Force, qui s’était opposé à la ratification, se trouve marginalisé. Au cours de la révolte des princes, l’engagement du gouverneur du Béarn aux côtés de ceux-ci et contre la reine mère, en juillet 1615, lui vaut, comme on l’a vu112, d’être momentanément dépossédé de sa charge au profit du gouverneur de Bayonne, le comte Antoine II de Gramont, ce qui accentue l’animosité déjà profonde entre les deux responsables. À partir de 1616, la lutte entre les maisons de Gramont et La Force affermit les positions du Roi Catholique. Si ce dernier ne s’immisce pas directement aux côtés du comte de Gramont, chef des catholiques, dans la querelle qui l’oppose à La Force, les contacts demeurent nombreux avec sa faction. Par la suite, le théâtre pyrénéen se trouve relégué au second plan, même lorsque les deux puissances ne maintiennent plus qu’artificiellement leurs relations bilatérales. Il semble, à l’examen des informations qui parviennent à Madrid, que les menaces sur les places pyrénéennes s’estompent113.

83Le contre-espionnage espagnol n’est donc véritablement actif et efficace dans les Pyrénées qu’au début du siècle. L’une de ses plus belles réussites est le démantèlement d’un réseau d’espionnage français placé sous les ordres du gouverneur du Béarn, le marquis de La Force : plusieurs agents sont repérés, surveillés et, pour certains, capturés. Parmi ces derniers on distingue plusieurs figures marquantes, qui interviennent dans de nombreuses affaires :

  • 114 AGS, E, 620, f° 184, Tassis au roi le 8 septembre 1602.

Il y a un Basque du village de Saint-Jean-Pied-de-Port, nommé Saint-Étienne, ce qui veut dire Estevan Pascual, notaire de son office, homme de 36 à 38 ans, qui avait la barbe roux châtain, vêtu présentement de violet, lequel homme est venu dire à ce roi [Henri IV] qu’il a des intelligences héritées du passé avec quelques soldats de Pampelune, lesquels lui promettent de remettre la forteresse si pour cela on leur fournit l’assistance nécessaire, proposition qui a tourné la tête aux Français. Ils [les conseillers] ont décidé d’envoyer une lettre de ce roi à Monsieur de La Force, gouverneur du Béarn et de l’État qu’il possède là-bas [la Navarre ?], dans laquelle on lui mande qu’avec ledit Pascual, il envoie à Pampelune un homme fidèle, bon soldat et inconnu sur la frontière, pour s’informer de ce qu’attendent ces soldats pour accomplir ce qu’ils promettent, pour déterminer les moyens d’assistance nécessaires à ces gens et leurs modes de transfert, pour savoir de combien d’argent ils auront besoin pour leur entreprise et, enfin, quelles récompenses qu’ils demanderont ensuite114.

  • 115 AGS, E, 707, f° 268, Tassis, s. d.
  • 116 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, appendice (source : AGS, E, 363, ffos 225-235, lettre de Sebastiá (...)

84Nous ignorons par quelle voie cette information était parvenue à l’ambassadeur Tassis. La découverte de ces projets français peut être attribuée soit à Nicolas L’Hoste soit, tout simplement, à la simple réputation de Pascual (également connu sous les noms de Santesteban ou Saint-Estève). Comme presque tous les agents opérant sur la frontière, celui-ci acquiert rapidement une certaine notoriété. Français natif de Saint-Jean-Pied-de-Port mais éduqué à Saragosse115, il connaît bien les affaires espagnoles. En 1592, il se trouve dans l’entourage d’Antonio Pérez, alors réfugié à Pau après sa fuite d’Aragon. Selon un correspondant du vice-roi de Navarre, Pascual se préparait alors à servir le Roi Catholique et à participer à l’assassinat de l’ancien secrétaire d’État116. Après l’échec d’une première tentative pour s’infiltrer dans le milieu des proscrits aragonais, en 1593, Pascual s’infiltre dans l’entourage de Catherine de Bourbon (alors gouvernante du Béarn). La paix conclue entre les deux couronnes poussa-t-elle Pascual à changer de commanditaire ? Toujours est-il que par la suite de nombreuses lettres de dirigeants espagnols le désignent comme le responsable de l’espionnage français auprès de La Force. À la fin de l’année 1601, un document – peut-être transmis par le comte de Benavente depuis Naples – décrit ainsi le complot que les autorités françaises organisent :

  • 117 AGS, E, 1098, f° 155 (liasse comprenant les avis du vice-roi de Naples, Benavente). Sans auteur et (...)

Le maréchal d’Ornano a ordre de Sa Majesté [Henri IV] de traiter avec les morisques d’Espagne pour qu’ils se préparent pour le printemps à prendre les armes et à se soulever contre le roi d’Espagne. Le Maréchal négocie cette affaire avec un individu de Bayonne nommé Monsieur de Lespes, qui est une des personnes principales de Bayonne et qui a pour ordre qu’en aucune manière le gouverneur de Bayonne, Gramont, ne soit informé de cette affaire. L’entreprise consiste en ce que les morisques donneront cent mille écus pour qu’on les pourvoie en armes, armes qu’ils recevront dans les ports de Valence au printemps et avec ceci, ils se soulèveront. Cinq morisques du royaume de Valence sont ceux qui promettent et donnent l’argent. Ledit Maréchal a envoyé dire audit Lespes qu’il se procure un homme de confiance capable, pour l’envoyer dans le royaume de Valence. Ledit Lespes lui a répondu que Pascual de Santesteban a commencé cette affaire et que c’est lui le plus capable. On n’a pas encore de réponse du Maréchal et on ne sait pas encore s’il envoie Pascual. Ledit Pascual est engagé dans cette affaire avec un homme qui vint par ici à neuf lieues de Valence, je ne sais comment s’appelle le village [...]. Cet homme est borgne, fils de clerc ; on l’appelle Aranas ou Ardanza. Ledit Pascual a aussi l’ordre de subvenir aux besoins des deux individus qui sont dans le fort de Pampelune117.

85Selon les responsables espagnols, Saint-Estève alias Pascual semble un homme fort occupé, puisqu’il négocierait simultanément avec les morisques et avec des soldats de Pampelune. La demande d’Henri IV de tenir Gramont à l’écart des opérations indique clairement les sensibilités politiques du côté français de la frontière. Au début de l’année 1602, après avoir été reçu en audience par le souverain, Pascual quitte le territoire français, accompagné d’un nommé Panissault. D’après Tassis,

  • 118 AGS, E, 707, f° 268, lettre de Tassis, s. d.

Leur but est de surprendre Barcelone et la forme adoptée pour exécuter ce dessein est de réaliser plusieurs diversions en divers points de la frontière, comme Fontarabie, Pampelune, Jaca et Perpignan, pour créer des suspicions alors que dans le même temps [...], pour la surprise de Barcelone, interviendront 1.500 cavaliers et plus, et quelques arquebusiers à pied [...]. [L’agent secret] affirme qu’un certain Thomas Olivier [Bracan], anglais, vivant à Saint-Jean-de-Luz avec une femme de Saint-Sébastien à laquelle il est marié (homme bien connu de don Juan Velázquez), est venu ici avec Pascual et qu’il est reparti avec lui118.

86Aux projets de l’entreprise contre Pampelune et de l’aide subversive aux morisques s’ajoute donc un nouveau plan, celui d’une attaque surprise de Barcelone. Pascual demeure décidément un homme très occupé.

  • 119 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 414, lettre d’Henri I da (...)
  • 120 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 435.
  • 121 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 597, lettre du 1 (...)
  • 122 Duc de La Force, Le maréchal de La Force, en appendice, lettre de Casaux à La Force le 13 novembre (...)
  • 123 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 14.

87Ces exemples démontrent que le contre-espionnage espagnol fonctionne bien et qu’il est capable de recouper efficacement des informations. Le correo mayor d’Irún Juan de Arbelays et l’espía mayor Juan Velázquez connaissent l’informateur de Tassis. Les principaux responsables des affaires secrètes suivent le déroulement des projets secrets du roi de France, identifiant les principaux responsables des réseaux d’outre-Pyrénées. Cependant, l’enchevêtrement des projets et la présence de l’Anglais Thomas Olivier Bracan viennent compliquer l’histoire. Toujours selon le même indicateur, Bracan est en réalité un espion du roi d’Angleterre. L’aboutissement de cette affaire est connu : l’espion anglais, ayant prévenu son maître des intrigues françaises, reçoit l’ordre de dénoncer les meneurs de ces complots aux dirigeants espagnols. Les Lettres missives d’Henri IV signalent l’arrestation de Pascual en Espagne, en avril 1605119 ; l’agent avait réussi à réunir des chefs morisques à Toga pour préparer un soulèvement le Vendredi saint120. Cependant, plusieurs éléments montrent la complexité des services de l’ombre. Une lettre de Villeroy adressée à La Force insiste sur le peu de confiance qu’il place dans Pascual121. On peut légitimement penser que le secrétaire d’État trouve ainsi une petite satisfaction à informer La Force ses doutes sur le jeu de son agent, après avoir été lui-même la dupe de L’Hoste. En revanche, il est plus surprenant de rencontrer un correspondant du gouverneur du Béarn exprimer ses soupçons sur la fidélité de Pascual six mois avant l’arrestation de celui-ci122. Enfin, le complot était éventé plus de deux ans avant la capture des envoyés français, comme l’attestent les lettres de Tassis. Dès 1603, Henri IV sait que les services espagnols sont informés de tous ses projets avec les morisques123.

  • 124 AGS, K, 1606, Tassis au roi le 9 mars 1603.
  • 125 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 499, lettre d’Henri IV à (...)
  • 126 Ibid., p. 102, lettre du 3 juin 1603.
  • 127 Ibid., pp. 156-157, lettre du 26 août 1603.
  • 128 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 404, lettre d’He (...)
  • 129 Ibid., p. 434, lettre de M, de L’Ostal à La Force le 6 septembre 1606.
  • 130 Ibid., pp. 435 et 442, lettre de La Force à son épouse le 1er janvier 1607.

88En fait, nous touchons ici au fonctionnement de ce monde obscur de la clandestinité et du secret, dont l’organisation fonctionne principalement sur la base du retournement d’agents. La présence de « permanents » au sein de l’espionnage et du contre-espionnage espagnol, tels les Velázquez, Arbelays ou Bustamente, donne peut-être une supériorité aux services du Roi Catholique. Le maintien par la France de ses contacts avec les morisques, même à la suite de cet échec, confirme l’importance du double jeu et de la possession d’agents stables. Dès avant l’élimination des conspirateurs à la solde d’Henri IV – sur la base d’informations obtenues par le secrétaire d’ambassade Bruneau (sous le pseudonyme de Hernando) et par les autorités locales –, Tassis et le Conseil d’État sont déjà largement au courant des menées françaises. En 1603, pendant que l’ambassadeur communique des renseignements sur deux compagnons de Pascual, le capitaine Guigneau et Nicolas Daulsetin124, le vice-roi espagnol de Navarre établit le contact avec un certain M. de Méritein. Conseiller du roi à Saint-Palais, ce personnage joue un rôle politique dans la région. En 1586, il levait une compagnie pour le service du Béarnais125. À la fin de l’année 1602, il est cité dans une lettre de Tassis. Relatant le voyage entrepris par Panissault et Pascual pour reconnaître Barcelone, l’ambassadeur confirme la présence de ce M. de Méritein. Celui-ci se trouve en outre impliqué dans les contacts pris par les Français avec les morisques126. Parallèlement, il sert sans doute d’informateur au Roi Catholique car en juin 1603 Henri IV ordonne son arrestation. Rapidement appréhendé puis enfermé dans le château de Pau par les soins de La Force127, Méritein est à l’origine des fuites concernant les projets français. Après deux années d’emprisonnement, il obtient sa libération, probablement en échange de renseignements128. À peine un an plus tard, le vice-chancelier de Navarre (en France), M. de l’Ostal, attire l’attention de La Force sur le fait que Méritein passe fréquemment la frontière, et assure que l’agent entretient des relations avec le vice-roi de la Navarre espagnole, Cardona129. Ces contacts valent à Méritein une nouvelle détention à Pau (à une date que nous ignorons), mais il s’échappe assez rapidement puisque La Force informe son épouse de l’évasion le 1er janvier 1607130. Si nous ignorons quelles informations il a pu communiquer par la suite soit aux Espagnols soit à La Force, Méritein n’en demeure pas moins actif. En mars 1609, un agent de l’espía mayor, remarquant des levées de troupes françaises effectuées près de Navarrenx, écrit à Madrid :

  • 131 AGS, K, 1426, f° III, Conseil d’État du 17 mars 1609 sur un avis de Martín de Bustamente.

Mos. de Meritan [Méritein], que le roi de France emprisonna et qui s’enfuit et s’en alla en Espagne l’an passé, est revenu en France, pardonné par son roi. C’est un grand soldat et il est allé à Paris avec quelques gens de sa suite, de quoi on peut penser qu’il possède des intelligences en Aragon, Navarre ou Guipúzcoa131.

  • 132 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. II, p. 231, lettre du (...)

89Pourtant, quatre mois plus tard, Henri IV ordonne de nouveau l’arrestation de Méritein132...

90Les aventures de Méritein sont instructives. On y retrouve une constante : l’emploi des agents doubles par les deux puissances. On ne peut donc jamais déterminer le jeu réel des individus, protégés par les informations en leur possession, qu’ils utilisent comme monnaie d’échange pour obtenir leur grâce, lorsqu’ils sont appréhendés. En dissimulant leurs intentions, ils se prémunissent contre d’éventuels châtiments. Les cas de condamnation, comme celle de Pascual, demeurent en effet bien rares. Faute de disposer d’un contre-espionnage professionnel, le seul moyen pour s’informer sur l’espionnage adverse, ce sont les individus capturés que l’on tente de retourner.

  • 133 À moins que ce Nicolas Daulsetin ne soit le Nicolas Dauphin dont traite la correspondance suivante.(...)

91Guigneau et Daulsetin sont deux autres exemples de cette même duplicité. Le second semble fréquenter moins souvent que son collègue les différents services133 d’espionnage. Le capitaine Guigneau développe en effet une telle activité que son nom revient fréquemment dans les correspondances diplomatiques espagnole et française. Ses relations nous incitent à penser que ses occupations relèvent du double jeu. En février 1603, Tassis note à son propos :

  • 134 AGS, K, 1606, Tassis au roi le 22 février 1603.

Un capitaine français appelé Guigneau, très dépendant de Juan de Idiáquez [secrétaire d’État espagnol], marche double avec les Espagnols, leur proposant de grandes entreprises en France qu’on a écoutées [...] et Alonso de Idiáquez lui a demandé s’il avait bien reconnu la ville de Narbonne134.

92Espion espagnol classique, Guigneau se transforme en espion français. Moins d’un an plus tard, Tassis écrit au Conseil d’État :

  • 135 AGS, K, 1460, f° 120, Tassis le 11 décembre 1603.

Selon l’« ami » de Bruxelles, ils [les dirigeants français] ont envoyé à Barrault [l’ambassadeur français en Espagne] 200 écus pour payer ce qu’il avait donné audit Guinemeau [sic]135.

  • 136 BNF, Fonds français, ms. 16112, ffos 192-197 et 208.

93La correspondance du comte de Barrault confirme ce retournement : en effet, le 19 décembre 1603, le diplomate indique que Guigneau lui a proposé ses services après avoir été chargé de surveiller Gérard de Raffis en Espagne136.

  • 137 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

94Un espion retourné contrôlant les faits et gestes d’un futur agent double... Les paradoxes abondent dans le monde du contre-espionnage. En effet, à cette date, Gérard de Raffis décide de renoncer au service espagnol et de dénoncer L’Hoste en échange du pardon royal137. Ce revirement alors opéré par ce ligueur engagé depuis près de deux décennies aux côtés de la Monarchie Catholique marque une nouvelle étape dans sa brillante carrière d’espion. À peine rentré en grâce, Raffis renoue avec ses occupations clandestines, mais cette fois au profit du Roi Très-Chrétien. Très rapidement les dirigeants espagnols sont au courant. Le Conseil d’État du 30 août 1604 (soit quatre mois après la perte de L’Hoste) est déjà informé des intentions de son ancien agent :

  • 138 AGS, E, 1487, f° 216, Conseil d’État du 30 août 1604.

Des diverses propositions que fit Raffis au roi de France contre cette Couronne, une seule a été acceptée, c’est l’attaque de Saint-Sébastien et Fontarabie en une même journée, prévue pour le 25 ou le 26 juin138.

  • 139 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 27 novembre 1607 sur un avis donné par Martin de Bustamente sur les (...)
  • 140 AG S, K, 1608, ffos 7 et 24, lettres de Bustamente de 1607 et 1609.

95Jeté immédiatement dans les questions frontalières, Raffis, qui avait mis sa connaissance des passages et des individus au service de l’Espagne, emploie ses capacités pour contrer ses anciens amis. Un avis de Martín de Bustamente daté de 1607 décrit au Conseil d’État ses actions, ses relations avec les morisques, ses amitiés à Huesca et dans l’ensemble de l’Aragon ainsi que sa participation incessante à des projets contre des places frontalières espagnoles139. Les nombreuses relations de Raffis dans ce monde interlope s’étendent de Huesca à Toulouse et de Comminges à Pampelune, car il a vécu plusieurs années tant à Madrid qu’en Catalogne, auprès de Feria. Le même Bustamente explique les accointances de Raffis avec M. de Méritein, avec des morisques et divers contrebandiers140. Jusqu’en 1609, malgré des contacts avec La Force, Raffis semble rester en liaison directe avec le secrétaire d’État Villeroy. À cette date, une lettre de celui-ci au Marquis précise :

  • 141 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. II, p. 237.

Je vous envoie aussi une lettre pour le sieur Raffiz avec des avis pour laquelle je lui mande qu’il fasse telle réponse à son correspondant que vous lui manderez et que dorénavant il vous adresse directement les avis qu’il recevra de ce côté-là pour les faire passer plus tôt afin que vous les receviez à propos pour vous en prévaloir141.

  • 142 AGS, K, 1608, lettres des 30 octobre 1607 et 17 mars 1609.
  • 143 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État du 7 juin 1605 (point 4).

96Au cours de ces années 1604-1609, Raffis multiplie les rencontres sur la frontière avec des individus louches. Les Cristóbal Frontín, Gil de Mesa ou Manuel don Lope, tous compagnons d’exil d’Antonio Pérez, évoluent sans cesse aux marges du royaume aragonais. Le premier est dénoncé par Tassis car il héberge des morisques et achemine en Espagne des lettres de Pérez142. À en croire un informateur anonyme au service de Philippe III, Mesa, Frontín et don Lope, pensionnés par Henri IV, poursuivent leurs activités secrètes nuisibles à la couronne espagnole143.

97Terrain de prédilection pour l’espionnage et le contre-espionnage tant français qu’espagnols, les Pyrénées constituent aussi le territoire du seul véritable contreespion « permanent » que nous ayons rencontré. En effet, Raffis, Guigneau, Méritein, don Lope et autres sont tous des opportunistes : pour eux, les changements de fidélité ne dépendent que de leur propre intérêt. Aucun ne suit à proprement parler une vocation unique au service d’un seul souverain. Martín de Bustamente fait donc figure d’exception. D’après les sources que nous avons étudiées, ce personnage persévère dans sa fidélité au Roi Catholique. Pendant plus de quarante ans, il reste en contact quasi permanent avec les deux éléments qui structurent les services secrets espagnols, c’est-à-dire l’espía mayor et le correo mayor d’Irún. Nous avons déjà évoqué quelques épisodes de sa carrière particulièrement riche. Dans un mémoire adressé au Conseil d’État en décembre 1616, il est affirmé que Bustamente sert

  • 144 AGS, K, 1472, f° 182, mémoire de Bustamente de décembre 1616.

[depuis] 42 ans V. M. dans les affaires secrètes d’importance, pour ces royaumes et à l’étranger, sous les ordres de García de Arce, de don Fernando Hurtado de Mendoza et de don Juan Velázquez, capitaines généraux de la province de Guipúzcoa et sous les ordres d’autres ministres comme le secrétaire d’État Andrés de Prada. Dans toutes les affaires qu’on lui a confiées, il a été ponctuel et de très grand profit [...], ce qui est notoire aux Conseils d’État et de Guerre144.

  • 145 AG S, Contaduría General, Cuentas Buenas, 200.

98La longévité exceptionnelle de Bustamente et sa situation d’agent permanent du roi expliquent son importance. Provenant de lui, nous avons trouvé dans notre documentation vingt occurrences – pas moins – d’informations transmises, qui s’échelonnent entre 1603 et 1621. Dans ces avis, Bustamente développe longuement les desseins des ennemis du Roi Catholique ; son écriture couvre plusieurs dizaines de folios. D’autres sources le montrent en activité depuis 1599 au moins jusqu’à sa mort, survenue en 1621145.

  • 146 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 316, lettre d’He (...)
  • 147 G. Marañón, Antonio Pérez, pp. 241-243.
  • 148 Voir chap. viii, pp. 369.
  • 149 AGS, K, 1608, 7, mémoire de Martín de Bustamente le 30 octobre 1607.
  • 150 AGS, K, 1607a, Conseil d’État du 7 juin 1605, avis anonyme provenant de Bustamente.

99Dans notre documentation, son nom est pour la première fois mentionné dans un échange de lettres entre La Force et Henri IV, où l’on apprend son (premier ?) emprisonnement, à Pau, pour un motif inconnu146. Gregorio Marañón affirme que Bustamente pratiquait le négoce des gants (ce que dément la biographie citée plus haut) et qu’il se trouve impliqué dans les nombreux attentats organisés par Philippe II contre son ancien serviteur. Il aurait été arrêté à Pau, où résidait Pérez, pour avoir offert à des hommes de main trois mille ducats pour l’enlèvement de l’ancien secrétaire d’État. La question, à laquelle il est soumis dans les geôles de La Force, n’entame pas sa fidélité à son roi147. On ignore les conditions de sa libération, mais on le rencontre pendant plus de dix ans dans les marges pyrénéennes, combattant ardemment contre tous les infiltrés, dénonçant les Gérard de Raffis, Guigneau, Manuel don Lope et autres Cristóbal Frontín, s’attaquant aux contrebandiers, aux fraudeurs et aux faux-monnayeurs. Il n’hésite pas alors à demander de plus larges attributions pour les services secrets, comme le droit d’éloigner les étrangers des étrangers des points stratégiques des royaumes ibériques, à savoir les ports, afin de mieux assurer la protection du territoire148. Sa virulence envers les morisques et les juifs et sa connaissance des milieux louches l’amènent à découvrir de nouveaux complots franco-morisques, comme en 1607 lorsqu’il dénonce le Valencien Ribeira et ses nombreux complices149. Ce zèle au service du Roi Catholique ne passe pas inaperçu, d’autant que Bustamente choisit de résider à Pau, bien qu’il y ait été déjà emprisonné. En 1605, il se rend aux états de Béarn150 mais il y est reconnu et arrêté. L’agent rapporte ainsi les faits :

  • 151 AGS, K, 1608, f° 7, mémoire de Martín de Bustamente le 30 octobre 1607.

Il dit que travaillant pour le service de V. M., il fut arrêté en Béarn, conduit dans la ville de Pau où se trouve le Parlement du pays de Béarn et amené dans le château, où il resta dix-neuf mois et dix jours, « me traitant avec la rigueur que sait Notre¬ Seigneur, jusqu’à me donner deux tourments très cruels, desquels je reste paralysé des deux épaules et d’un bras. À cette époque, ils conduisirent à ladite tour un chevalier prisonnier, appelé M. de Méritein, pour des choses qu’ils disaient si graves qu’il était sûr qu’ils lui couperaient la tête »151.

100Libéré après ces dix-neuf mois de détention, Bustamente, dont la détermination n’a pas fléchi, reprend ses activités sur la frontière pyrénéenne.

101Comme pour la plupart des agents cités jusqu’ici, qu’ils servent le roi de France ou le Roi Catholique, on suit la trace de Bustamente sans difficulté jusqu’en 1609. Mais à partir de l’année suivante, les références tant au contre-espionnage espagnol qu’à l’espionnage français sur la frontière se raréfient dans notre documentation. Cette année 1610 constitue une nouvelle fois une charnière dans l’histoire des relations secrètes. Est-ce à la politique hispanophile de la régente qu’il faut attribuer l’arrêt de la subversion française en Espagne ? Marie de Médicis a-t-elle exigé de La Force qu’il mette un terme à ses agissements secrets dans les possessions du roi son futur gendre ? Si l’on peut admettre qu’à partir de 1614 les conflits entre le groupe de Gramont et celui de La Force aient provoqué une interruption générale des opérations françaises, comment expliquer le silence des années 1610-1614 ?

  • 152 AGS, E, 2027, le Conseil d’État du 27 juillet 1613 sur des lettres d’Andrés Velázquez.

102Rares sont les agents qui restent en activité. On rencontre de nouveau Gérard de Raffis dans les marges pyrénéennes – sous le nouveau nom de Jérôme de Leyré –, mais il n’a plus de maître et travaille désormais pour son propre compte, espérant obtenir des gratifications à l’occasion d’une vaste affaire d’introduction de bibles hérétiques dans le territoire espagnol. De plus, son regain d’activité se limite à l’année 1616. Un des seuls agents à poursuivre fidèlement sa mission au service de la Monarchie Catholique reste donc Bustamente. Il opère quelque temps encore sur la frontière franco-espagnole, en dépit des déboires qu’il y a connus. En 1613, il dénonce à Andrés Velázquez l’émigration clandestine de juifs portugais passant par la France. À la demande de l’espía mayor, les autorités lui attribuent trois adjoints, tous hommes d’expérience. Mateo Sandero, connu personnellement du souverain, touche sa solde depuis le Milanais, où il a peut-être travaillé avec Fuentes. Pedro de Echevarría a collaboré avec Juan Velázquez et a servi le duc d’Aumale en qualité de secrétaire. Quant à Sancho de Ursúa, c’est un agent aguerri qui a secondé le comte de Haro à Milan ; Velázquez lui attribue une capacité certaine dans le domaine du chiffre ; pour sa solde, il dépend de la province frontalière du Guipúzcoa. En plus de ces trois adjoints, Bustamente reçoit, à la demande de Velázquez, une gratification, non négligeable, de mille écus152.

103Pour Bustamente, les missions de contre-espionnage au sens propre sont terminées. Il ne tente plus d’infiltrer les services ennemis ni de s’occuper de la protection du territoire : il reprend le travail classique de renseignement, non pas en qualité de simple agent, mais plutôt en tant que spécialiste des liaisons secrètes. Les autorités le chargent d’assurer la liaison avec M. de La Forcade, le négociateur nommé par la France pour la question de la querelle territoriale des Aldudes. Une polémique surgit alors entre l’espía mayor et l’ambassadeur Cárdenas, selon qui Bustamente n’est pas l’homme de la situation :

  • 153 Cárdenas fait allusion aux nombreuses tentatives d’assassinat organisées par les Espagnols contre l (...)
  • 154 AGS, K, 1469, f° 161, Cárdenas à Ciriza 16 octobre 1614.

Je suis consterné qu’on m’ait envoyé cet homme ici. Cet individu a été arrêté en France pour espionnage et il y a sur lui mille racontars à propos des affaires d’Antonio Pérez153. Ici, il est plus connu que moi et s’ils ne l’ont pas encore espionné ou soupçonné, c’est parce qu’il a ici une fille et que la rumeur a couru qu’il venait pour elle. Cette fille, je crois que c’est une femme de bien mais trop de Français la connaissent et entrent chez elle – à ce que me disent mes serviteurs, car moi je ne la connais pas. Je supplie V. E. de dire à S. M. que non seulement je n’approuve pas la venue de ce personnage mais que, sans le mettre en cause, j’affirme qu’il n’est pas souhaitable qu’il soit ici et qu’on lui ordonne de repartir aussitôt. Si S. M. désire que je sois en contact avec La Forcade, personne ne doit le savoir, excepté mon secrétaire154.

  • 155 AGS, K, 1431, f° 17, Monteleón à Lerma le 21 juillet 1618 et f° 18, Conseil d’État du 14 août 1618 (...)

104Nous ignorons la suite des relations de Bustamente avec le « traître » La Forcade. En revanche, en 1619, une dernière mission importante lui est confiée. M. de Freixas, ambassadeur du duc de Savoie en France, propose de s’engager secrètement au service du Roi Catholique, mais sans dépendre de l’ambassadeur Monteleón. Bustamente est alors désigné pour servir d’intermédiaire155.

105Avec les Velázquez père et fils, Bustamente apparaît comme une des figures majeures des services permanents du renseignement espagnol. Sa fidélité et sa subordination directe aux autorités de la Monarchie Catholique traitant les affaires secrètes (espía mayor ; capitaines généraux, ordres du Conseil d’État et du roi) le distinguent de tous les autres agents. Il n’entre pas dans la catégorie des agents occasionnels qui recherchent des avantages personnels ou servent une idéologie particulière : il demeure un serviteur de la Couronne. À ce titre, il illustre le développement de l’administration sous Philippe II et Philippe III dans le domaine de la politique secrète.

106Sur l’ensemble de la période 1598-1655, le contre-espionnage espagnol n’est donc jamais aussi actif face à la France qu’au cours du règne pacifique de Philippe III. Il se concentre principalement dans les marges pyrénéennes. Certes, le contre-espionnage espagnol s’est intéressé à d’autres zones géographiques, mais jamais avec la même intensité. Ainsi – et quelle que soit l’interprétation retenue –, l’affaire de la « conspiration » de Venise reste clairement un fiasco pour la diplomatie espagnole, que Madrid ait été victime d’une intoxication ou ait échoué dans son projet contre la République. Dans tous les cas, la machination se solde par un revers pour les services secrets du triumvirat espagnol en Italie.

  • 156 Voir J. H, Elliott, Olivares, pp. 368-369, sur l’importance accordée par le valido aux services sec (...)

107Au cours des règnes de Philippe III et Philippe IV, la diplomatie recourt à des agents de toutes sortes. Elle cherche comment pénétrer les ressorts de la politique du Roi Très-Chrétien et de créer des diversions lorsque les rapports entre les deux couronnes se dégradent. Tous les moyens sont bons pour parvenir au but visé, même si l’on relève parfois des réticences dans les délibérations du Conseil d’État. Possédant des structures permanentes, les services secrets se modifient au cours du « premier XVIIe siècle ». La charge d’espía mayor disparaît sans que nous sachions pourquoi. Désormais, les espions ne reçoivent plus de directives et ne dépendent plus de l’autorité d’une structure, mais de la seule personne du comte-duc d’Olivares156. Le volume des renseignements recueillis et le nombre des entreprises à engager diminuent à mesure que s’affermit le pouvoir de Richelieu. Dès les années 1625, l’ambassadeur à Paris semble étouffer dans une cour où il est frappé d’ostracisme. Cette évolution de la politique secrète de Madrid doit-elle être imputée à une modification de l’image de l’empire des Habsbourg, à l’affaiblissement de ses ressources ou bien à une montée en puissance du royaume français et donc aussi, probablement, de ses services secrets ?

Notes

1 J. A. Fernández-Santamaría, Razón de Estado y política en el pensamiento español del Barroco ; J. A. Maravall, Estudios de historia del pensamiento español, pp. 39-76.

2 Des recoupements entre les occurrences demeurent possibles, car les avis des responsables de la monarchie à l’étranger et les réponses du Conseil d’État sont recensés séparément, d’où la possibilité de doublons dans le corpus de renseignements.

3 La tendance générale apparaîtrait encore plus nettement avec une présentation des données sous forme de courbe lissée.

4 La rareté des avis pour l’année 1598 est consécutive à l’absence d’ambassadeur espagnol en France avant mai 1599.

5 AGS, E, 1301 et 1302 ; M. G. Giannini, « Monarchia cattolica e stato di Milano nella visita general di don Felipe de Haro ».

6 Sur cette visite d’inspection, voir le chap. vi : « La question des fonds secrets », pp. 283-287.

7 Soit 446 occurrences pour les douze années 1598-1810.

8 On relève 217 occurrences pour les huit années 1616-1624, soit 23 % des occurrences pour 21 % de la période étudiée.

9 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 194.

10 AGS, K, 1476, f° 83, Andrés Velázquez à Lerma le 21 mai 1619.

11 Voir au chap. vi, les graphiques 12, p. 267, et 13, p. 284,

12 AGS, K, 1458, ffos 24-25, le roi à Mirabel le 22 février 1627 : « Assi porque su persona [Badoer] tuvo siempre por de mucha importancia y se juzga que podría averle obligado a esta resolucion el no averle acudido con puntualidad con los dhos 2.000 ducados. »

13 AGS, E, 629, f°155, sur l’insuffisance des ressources dont dispose Andrés Velázquez en 1615.

14 G. K. Hassiotis, « Venezia e i domini veneziani », p. 133.

15 Voir supra, p. 470.

16 Le renseignement militaire dont il est question ici ne concerne que les informations transmises par les diplomates ou les dirigeants en liaison avec le Conseil d’État. Tout un domaine particulier du renseignement de l’armée pourrait être étudié à travers les consultas du Conseil de guerre conservées aux archives de Simancas. Pour le XVIe siècle, R. Quatrefages, L’organisation militaire de l’Espagne, t. I, p. 456, note l’existence dans les tercios de capitaines chargés de coordonner l’activité des espions.

17 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 313-320 et pp. 449-452, note l’emploi d’armes chimiques et « bactériologiques » secrètes et, dans le cas de Venise, de la manipulation des eaux.

18 À propos de la corruption en Angleterre, voir au chap. vi la section consacrée aux « Pensions espagnoles versées en Angleterre », pp. 276-277.

19 Voir par exemple AGS, K, 1644 les nombreux documents sur l’activité diplomatique de la France entre 1630 et 1634 ; par exemple (f° 2) la reproduction du traité d’Heilbronn du 9 avril 1633 conclu entre les couronnes de France et de Suède (en latin).

20 Nous avons relevé par exemple un avis de M. de Montevene qui suggère différentes opérations à l’intérieur du même mémoire.

21 Voirie chap. ix, p. 423-425.

22 AGS, K, 1593, Conseil d’État du 18 juillet 1599.

23 AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État du 9 décembre 1600.

24 Dans notre base de données « Actions », on relève 10 projets concernant les conjurés de l’entourage du duc de Biron sur un total de 114 occurrences.

25 Par exemple, AGS, E, 1290, f° 14, Fuentes au roi le 27 janvier 1601 ; AGS, E, 1290, f° 40, Fuentes au roi le 29 avril 1601 sur un avis d’Alonso Casal qui a reçu un mémoire de Biron.

26 AGS, E, 1291, f° 83, mémoire sur les avis de l’agent envoyé auprès du baron de Lux le 17 août 1602.

27 AGS, K, 1593, f° 16, sur deux papiers donnés par Charles Hébert le 23 décembre 1604.

28 AGS, E, 2492, f° 22, San Clemente le 12 novembre 1605.

29 AGS, K, 1426, f° 92, Conseil d’État du 17 février 1607 sur une lettre d’Irarraga du 20 janvier 1607.

30 AGS, K, 1606, avis de la junte du 2 octobre 1604 ; AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 2 mars 1607.

31 AGS, E, 1100, f° 80, lettre du comte de Benavente, vice-roi de Naples, le 29 juillet 1603.

32 AGS, K, 1461, avis envoyé par le capitaine César Rustici à Irarraga : deux mémoires.

33 AGS, K, 1452, Philippe III à Irarraga le 7 juin 1608.

34 AGS, K, 1608, f° 22, avis du Conseil d’État du 7 mars 1609 ; AGS, K, 1461, le 16 février 1609 : mémoire de M. de Monier adressé à Philippe III par l’intermédiaire de Prada.

35 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 août 1606.

36 C’est le cas du capitaine Honoré Rigaud, dont le projet passe par Naples : voir AGS, E, 1107, f° 6, Lemos au roi le 12 janvier 1612.

37 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 28 avril 1605.

38 AGS, E, 1490, Zúñiga au roi [avril 1607], (s. d. et s. f°).

39 Pour Blaye : AGS, K, 1593, f° 16, sur deux papiers donnés par Charles Hébert le 23 décembre 1604. Sur La Rochelle comme base à un soulèvement général en France, voir AGS, K, 1605, Tassis au roi le 8 novembre 1602.

40 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

41 AGS, K, 1615, f° 262 : « Advertimiento de Joan de Undiano sobre cosas tocantes al servicio del rey nro senor en francia. »

42 AGS, K, 1469, f° 31, Cárdenas au roi le 26 février 1614 ; 44, Cárdenas au roi le 14 mars 1614 ; f° 73, Cárdenas au roi le 21 avril 1614 ; AGS, K, 1454, f° 45, le roi à l’archiduc Albert le 17 août 1616.

43 AGS, K, 1454, ffos 88 et 95, le roi au vice-roi d’Aragon le 6 février 1616.

44 AGS, K, 1438, f° 69, Feria le 24 août 1622 et f° 70, Conseil d’État du 25 août 1622.

45 En 1634, le gouvernement espagnol esquisse un projet militaire se fondant sur la participation de Toiras, Guise et Rohan pour mettre fin au ministère de Richelieu (AGS, E, 3447, f° 17, Andrés de Rozas au Cardinal-Infant le 16 janvier 1634, et AGS, E, 3341, f° 76, le Cardinal-Infant de Milan au roi le 23 février 1634).

46 AGS, K, 1421, f° 64, Conseil d’État de juin 1633.

47 Voir chap. vi, pp. 278 sqq.

48 AGS, K, 1604, Gérard de Raffis : communication d’un avis pour le Conseil d’État reçu de France le 4 novembre 1601.

49 C’est le cas, entre autres, du prince d’Orange, de Bouillon et de Biron.

50 AGS, K, 1428, f° 45, Conseil d’État du 19 juillet 1614 sur des lettres de Cárdenas de juin 1614 : « El estilo que don Íñigo ha tenido es embiarla por las pasquas valor de cien escudos poco mas o menos en guantes cueros y bolcillos de Ambar y pastillas y parece a don Íñigo que el que huviere de yr alli de quatro mill ducados al ano publicamente que tambien tendría por acertado que quando vaya la Reyna infanta a la segunda o tercera visita le de de su mano una fortisa [sortija] o una cruz de diamantes de diez o doze mill ducados que con su marido conbendria hacer algo dandole algun cavallo español y si don Íñigo los tubiera diera otro al almirante duque de Guisa y principe de Condé que tambien quisiera que y VM embiare agora a su hierno alguna galantería porqie va mucho con esto. »

51 AGS, K, 1472, f° 129, le 23 octobre 1616, projet de réponse de Cárdenas à Monteleón.

52 AGS, K, 1433, f° 80, le Conseil d’État du 25 novembre 1625 sur une lettre de Mirabel du 8 novembre.

53 Ibid.

54 AGS, K, 1415, f° 41, Conseil d’État du 19 janvier 1631.

55 Ibid.

56 AGS, K, 1603, le 12 mai 1600, Tassis joint une copie d’une lettre d’Henri IV ; AGS, K, 1606, Bardaxi envoie la copie d’une lettre d’Henri IV à Épernon.

57 AGS, K, 1604, le 17 juin 1601, Ledesma joint une copie d’une lettre d’Henri IV.

58 AGS, K, 1604, Tassis en avril 1601 joint une copie d’une lettre d’Henri IV au gouverneur de Bretagne, Brissac.

59 AGS, E, 1290, f° 148, Ledesma le 18 mai 1601 note l’envoi de lettres originales d’Henri IV au cardinal Aldobrandini interceptées par les services espagnols.

60 AGS, K, 1606, Lerma à Prada, étudie les lettres de Beaumont, ambassadeur français à Londres.

61 AGS, E, 1354, voir par exemple les ffos 7-8 et le f° 242 du 9 novembre 1610, où l’ambassadeur Bedmar note : « Me avisa un confidente que contienen las cartas que ha escrito estos dias el embaxador desta republica en francia... » L’infiltration auprès des représentants vénitiens à Paris permet d’obtenir des documents français.

62 AGS, E, 3335, f° 79, mémoire de Carlos de Roo.

63 AGS, E, 2998, lettre du 18 février 1634, point 32.

64 AGS, E, 3835, ffos 104 et 149.

65 Voir chap. i, pp. 21-27.

66 Voir chap. i, ibid.

67 AGS, E, 3337, fa 89, Feria le 22 août 1632 ; voir aussi AGS, E, 3590, f° 144, une lettre de Domingo de Urquizu signale que des munitions ont été envoyées au duc de Montmorency.

68 AGS, E, 3445, f° 166, le roi aux vice-rois d’Aragon et de Navarre le 7 septembre 1632.

69 AGS, K, 1415, f° 89, Conseil d’État du 11 juillet 1632 sur les lettres de Mirabel du 24 juin.

70 AGS, E, 1292, f° 84, Ledesma au roi le 13 mars 1603.

71 BNP, Fonds français, ms. 16 112, f° 406, lettre de Barrault le 20 décembre 1606.

72 AGS, K, 1426, f° 13, consulta du Conseil d’État du 9 décembre 1600 sur quatre lettres de Feria du 17 novembre précédent.

73 B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, p. 381.

74 Sur l’histoire de l’interception du Tractatus VII de Mariana, et, plus généralement, sur la diplomatie espagnole et le livre, voir A. Hugon, « Le diplomate, la mouche et la censure à l’aube du XVIIe siècle ».

75 Voir chap. ii, pp. 81 ; AGS, K, 1464, f° 28, Cárdenas au roi le 27 janvier 1611.

76 Vera est un village de la région d’Almería situé à dix kilomètres de la côte.

77 AGS, K, 1453, avis de Francisco Díaz de Medrano le 25 juillet 1612.

78 Soit 84 occurrences sur les 251 occurrences de notre corpus de renseignements concernant le contre-espionnage.

79 L’existence d’institutions propres aux différentes possessions et leur contrôle par les Conseils spécialisés assistant le souverain (Conseil d’Italie, Conseil d’Aragon, etc.) peuvent expliquer cette sous-représentation. Il n’en reste pas moins que le Conseil d’État, principale instance de décision pour la politique étrangère, s’intéresse beaucoup plus fréquemment aux questions frontalières franco-espagnoles qu’aux limites franco-flamandes.

80 AGS, E, 620, f° 146, Tassis à l’archiduc Albert le 8 septembre 1602, sur l’infiltration d’un espion français.

81 AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 18 septembre 1607 sur des lettres des 4 et 9 septembre, et fin octobre 1607 (s. d.).

82 AGS, K, 1480, f° 45, López Floriano à Olivares le 26 août 1625.

83 On peut supposer que les Archiducs s’occupent directement de ces questions, mais la mainmise de Madrid sur la protection des possessions de l’héritage bourguignon limite la validité d’une telle hypothèse. Sur cette question, voir M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes.

84 AGS, E, 1289, f° 91, mémoire sur les avis qu’a donnés un confident à Turin le 15 octobre 1600.

85 AGS, E, 1290, f° 40, Fuentes au roi le 29 avril 1601 (extrait du mémoire).

86 É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, pp. 128-129.

87 AGS, E, 1292, f° 25, Fuentes au roi le 2 mai 1603,

88 AGS, E, 617, Flandres : avis sur les subsides versés aux Français ne pouvant retourner dans leur pays (1600) ; il y est noté qu’un certain Despaigne sert dans la compagnie du comte Juan Jacomo Belgiojoso,

89 AGS, E, 1294, f° 70, confession de Falopio sous la question (avril 1605) : il est noté qu’avec Belgiojoso, il voulait donner les places de Milan et Pavie au roi de France et assassiner Fuentes. Polidoro Urbino est le pseudonyme utilisé par Belgiojoso pour ses relations avec Falopio.

90 AGS, E, 1296, ffos 256-263 et 287.

91 AGS, E, 1294, f°205, Fuentes au roi le 9 septembre 1606 ; AGS, E, 1297, f° 132, Oñate au roi le 22 février 1608 ; AGS, K, 1609, Íñigo de Cárdenas, résumés des lettres du 8 juillet 1609 ; AGS, E, 1299, f° 199, copie d’une lettre de Velázquez au connétable depuis Turin le 21 décembre 1610 ; AGS, E, 1881, f°108, copie de la lettre du capitaine Melchior Mangalet au duc d’Osuna de Venise le 27 octobre 1617 ; AGS, E, 1935, copie d’une lettre du conseiller Royschot, ambassadeur de l’Archiduc à Paris, écrite fin avril 1620 ; AGS, E, 3590, ffos 33-36, Conseil d’État sur une lettre de don juan Serrano, ambassadeur à Gênes ; AGS, K, 1417, ffos 70-71, sur Campanella, 14 avril 1635.

92 Sur cette frontière et la question de l’espionnage, voir A. Hugon, « La frontière pyrénéenne pendant l’Ancien Régime » ; J. Contreras, « Inquisiteurs, morisques et brigands » ; C. J. Carnicer García et J. Marcos Rivas, Sebastián de Arbizu, espía de Felipe II ; P. Sánchez, « Senyors de la muntanya i hugonots a les alteracions d’Aragó ».

93 G. Colàs Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, pp. 199 et 226.

94 AGS, E, 1294, f° 205-, Fuentes au roi le 9 septembre 1606 ; AGS, E, 1297, f° 132, Oñate au roi le 22 février 1608 ; AGS, K, 1609, Iñigo de Cárdenas : résumés des lettres du 8 juillet 1609 ; AGS, E, 1299, f° 199, copie d’une lettre de Velázquez au connétable depuis Turin le 21 décembre 1610 ; AGS, E, 1881, f° 108, copie de la lettre du capitaine Melchior Mangalet pour le Duc d’Osuna de Venise le 27 octobre 1617 ; AGS, E, 1937, copie d’une lettre du conseiller Royschot, ambassadeur de l’archiduc à Paris écrite fin avril 1620 ; AGS, E, 3590, fos 33-36, Conseil d’État sur une lettre de don Juan Serrano, ambassadeur à Gênes ; AGS, K, 1417, fos 70-71, sur Campanella (14 avril 1635).

95 J. Contreras, « Bandolerismo y fueros », p. 68 ; J.-B.-H. Capefigue, La Ligue et Henri IV, p. 296.

96 Voir le chap. ix, p. 435.

97 G. Colas Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragon en el siglo XVI, pp. 230-272.

98 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. xix.

99 AGS, K, 1606, janvier 1604.

100 AGS, K, 1477, f° 160, Antonio de Bardaxi à Ciriza, de Benasque le 21 décembre 1620.

101 B. Bennassar, « Les Français devant les tribunaux de l’Inquisition espagnole » ; É. Balancy, « Les immigrés français devant le tribunal de l’Inquisition de Barcelone ».

102 AGS, E, 1430, f° 177, Venasco au roi le 5 juin 1600.

103 AGS, K, 1603, avis du Conseil d’État du 31 août 1600 sur les informations de Raffis.

104 AGS, E, 1290, f° 119, Mendo de Ledesma au roi le 1er janvier 1601. Salces est situé à 15 km au nord de Perpignan.

105 AGS, K, 1604, avis du Conseil d’État du 28 janvier 1601 sur les lettres de Tassis des 17 et 18 décembre 1600.

106 AGS, K, 1793, Ledesma au roi, janvier 1602.

107 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 24 mai 1606.

108 AGS, E, 1297, f° 123, Oñate au roi le 24 juillet 1608.

109 Décidée en Conseil d’État le 30 janvier 1608, la mesure est gardée secrète jusqu’au décret du 22 septembre 1609, date d’expulsion des morisques du royaume de Valence, Pour la Castille, la décision est prise le 28 décembre 1609, et pour l’Andalousie le 12 janvier 1610, sanctionnée par un édit d’expulsion officiel publié le 10 juillet 1610. En Aragon, la publication a lieu le 29 mai 1610 (B. Vincent et A. Domínguez Ortiz, Historia de los moriscos, pp. 159-200 ; L. Cardaillac, Le passage des morisques en Languedoc).

110 AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 16 août 1609.

111 AGS, K, 1462, f° 5, Cárdenas au roi le 27 janvier 1610.

112 Voirie chap. ii, p. 85.

113 Seules quelques rares occurrences en font mention. Par exemple, AGS, K, 1481, f° 182, Mirabel au roi le 2 août 1629 ; AGS, E, 3830, f° 102, sur une lettre de Barcelone de Francisco Baniuls le 14 février 1632 ; AGS, K, 1423, f° 5, Olivares au roi le 26 janvier 1634 souligne l’importance de la frontière pyrénéenne en cas de déclaration de guerre franco-espagnole.

114 AGS, E, 620, f° 184, Tassis au roi le 8 septembre 1602.

115 AGS, E, 707, f° 268, Tassis, s. d.

116 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, appendice (source : AGS, E, 363, ffos 225-235, lettre de Sebastián Arbizu au vice-roi de Navarre le 25 mars 1592).

117 AGS, E, 1098, f° 155 (liasse comprenant les avis du vice-roi de Naples, Benavente). Sans auteur et s. d. (fin décembre 1601 ou janvier 1602, d’après l’accusé de réception daté du 29 janvier 1602).

118 AGS, E, 707, f° 268, lettre de Tassis, s. d.

119 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 414, lettre d’Henri I date du 2 mai 1605.

120 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 435.

121 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 597, lettre du 10 juin 1605.

122 Duc de La Force, Le maréchal de La Force, en appendice, lettre de Casaux à La Force le 13 novembre 1604. Ce Casaux, conseiller puis premier président au Parlement de Pau, ne doit pas être confondu avec la famille Casaux de Marseille.

123 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 14.

124 AGS, K, 1606, Tassis au roi le 9 mars 1603.

125 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 499, lettre d’Henri IV à La Force le 4 août 1605.

126 Ibid., p. 102, lettre du 3 juin 1603.

127 Ibid., pp. 156-157, lettre du 26 août 1603.

128 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 404, lettre d’Henri IV du 4 août 1605.

129 Ibid., p. 434, lettre de M, de L’Ostal à La Force le 6 septembre 1606.

130 Ibid., pp. 435 et 442, lettre de La Force à son épouse le 1er janvier 1607.

131 AGS, K, 1426, f° III, Conseil d’État du 17 mars 1609 sur un avis de Martín de Bustamente.

132 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. II, p. 231, lettre du roi à La Force le 25 juillet 1609.

133 À moins que ce Nicolas Daulsetin ne soit le Nicolas Dauphin dont traite la correspondance suivante. Lettres inédites de Sully à Henri IV et à Villeroy, éd. B. Barbiche et D. Buisseret, p. 97 (lettre de Sully a Villeroy du 4 avril 1603) : « Monsieur, il s’est présenté à moy par deça ung habitant de Verdun qui se nomme Nicollas Dauphin, lequel m’a dit qu’il estoit parfaitement cogneu de vous et que vous estiez informé du suget d’ung voyage qu’il a naguières faict en Espagne sur commandement de Sa Magesté et pour afferes importans ; desquelles m’ayant faict entendre qu’il désiroit promptement rendre compte, et qu’il avoit aussy besoing de quelque argent pour se conduire jusques à la court, je luy ay seullement faict bailler XXV escus pour sa despence. Et parce que je n’ay nulle cognoissance de luy, j’ay bien voullu vous advertir par ceste-cy comme il vous va trouver, affin que s’il vous estoit aussy incogneu que moy, ce que je n’estime pas veu les discours qu’il m’a faictz, vous y feissiez prendre garde... »

134 AGS, K, 1606, Tassis au roi le 22 février 1603.

135 AGS, K, 1460, f° 120, Tassis le 11 décembre 1603.

136 BNF, Fonds français, ms. 16112, ffos 192-197 et 208.

137 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

138 AGS, E, 1487, f° 216, Conseil d’État du 30 août 1604.

139 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 27 novembre 1607 sur un avis donné par Martin de Bustamente sur les affaires de France.

140 AG S, K, 1608, ffos 7 et 24, lettres de Bustamente de 1607 et 1609.

141 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. II, p. 237.

142 AGS, K, 1608, lettres des 30 octobre 1607 et 17 mars 1609.

143 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État du 7 juin 1605 (point 4).

144 AGS, K, 1472, f° 182, mémoire de Bustamente de décembre 1616.

145 AG S, Contaduría General, Cuentas Buenas, 200.

146 Marquis de La Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, t. I, p. 316, lettre d’Henri IV à La Force du 2 octobre 1599 (reproduite dans Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. III, p. 168).

147 G. Marañón, Antonio Pérez, pp. 241-243.

148 Voir chap. viii, pp. 369.

149 AGS, K, 1608, 7, mémoire de Martín de Bustamente le 30 octobre 1607.

150 AGS, K, 1607a, Conseil d’État du 7 juin 1605, avis anonyme provenant de Bustamente.

151 AGS, K, 1608, f° 7, mémoire de Martín de Bustamente le 30 octobre 1607.

152 AGS, E, 2027, le Conseil d’État du 27 juillet 1613 sur des lettres d’Andrés Velázquez.

153 Cárdenas fait allusion aux nombreuses tentatives d’assassinat organisées par les Espagnols contre l’ancien secrétaire de Philippe II, réfugié en France.

154 AGS, K, 1469, f° 161, Cárdenas à Ciriza 16 octobre 1614.

155 AGS, K, 1431, f° 17, Monteleón à Lerma le 21 juillet 1618 et f° 18, Conseil d’État du 14 août 1618 sur cette lettre ; f° 101, lettre de Andrés de Velázquez le 12 juillet 1620, sur les mémoires de Freixas et de Bustamente. AGS, K, 1475, f° 123, Juan de Ciriza à Monteleón, juin 1619 et f° 177, le roi à Girón le 5août 1620.

156 Voir J. H, Elliott, Olivares, pp. 368-369, sur l’importance accordée par le valido aux services secrets.

Table des illustrations

Légende GRAPHIQUE 25. – Répartition chronologique des avis émanant des espions
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende GRAPHIQUE 26. – Répartition chronologique des versements de fonds aux diplomates et aux confidents
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende GRAPHIQUE 27. – Répartition thématique des informations fournies par les agents de la Monarchie Catholique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende GRAPHIQUE 28. – Répartition chronologique des avis sur la politique étrangère française
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende GRAPHIQUE 29. – Répartition chronologique des avis sur les activités de liaison
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende GRAPHIQUE 30. – Répartition chronologique des avis sur la politique intérieure française
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende GRAPHIQUE 31. – Répartition chronologique des avis concernant la protection du territoire et le contre-espionnage
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende GRAPHIQUE 32. – Répartition chronologique des avis sur les questions religieuses et culturelles
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende GRAPHIQUE 33. – Répartition chronologique des avis sur les questions économiques
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende GRAPHIQUE 34. – Répartition chronologique des avis sur les questions militaires
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende GRAPHIQUE 35. – Répartition des actions par catégories
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende GRAPHIQUE 36. – Répartition chronologique des actions
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search