Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Troisième partie. Les amis des rois d'Espagne

Chapitre ix

Itinéraires

Texte intégral

1Entre 1598 et 1635, le vivier des informateurs et des confidents du Roi Catholique évolue. Les terrains de prédilection et les centres d’intérêt varient ; ils dépendent souvent des pays d’origine des divers agents. Il est donc nécessaire de baliser ces différents domaines et, tout d’abord, la question de l’origine géographique des individus et de leur sphère d’action.

2Parmi les quelque deux cent trente espions que nous avons recensés, seul un nombre plus réduit joue un rôle majeur dans les services de renseignement de la Monarchie Catholique. Nous tenterons de décrire et d’analyser les itinéraires de ces maîtres-espions. À cette fin, nous opérerons une distinction entre les agents qui appartiennent à des groupes et possèdent une identité collective et les individus opérant en solitaire, des isolés, ce qui nous permettra commodément de cerner leurs caractéristiques.

I. - Géographie de l’espionnage

3La réalisation d’une géographie de l’espionnage espagnol à l’époque moderne pose la question des termes à employer, des définitions et des significations que recouvrent les notions de pays, de nation, de sujet, de frontière et de limite. Au XVIIe siècle, le sujet d’un prince connaît bien sa paroisse et les divisions administratives, fiscales ou religieuses qui lui sont proches. En revanche, les problèmes de communication empêchent de situer précisément les centres du pouvoir politique et de percevoir nettement la puissance du prince. Le sentiment d’appartenance à un ensemble souverain demeure souvent vague. Chez les informateurs et autres indicateurs, cette conscience communautaire est sans doute plus précise car les changements de fidélité apparaissent nettement et relèvent de choix personnels. Une grande partie des espions se déplace facilement d’un pays à l’autre. De ce fait, leur classification par origine géographique se trouve simplifiée, même si les obstacles à la définition matérielle des « nationalités » perdurent du fait de l’imbrication des différents territoires.

  • 1 Les pourcentages suivants prennent en compte les espions dont la nationalité est inconnue, soit 46 (...)

4Parmi les espions sélectionnés, les sujets du roi de France constituent le principal groupe : 102 individus (soit 44 % du total des espions recensés)1. Constat logique – ils sont souvent les mieux placés pour informer les dirigeants espagnols sur la politique du Roi Très-Chrétien –, mais qui sous-entend une remise en cause du lien de souveraineté. Les guerres de Religion, la permanence de fidélités locales primant la fidélité due au roi, la douloureuse remise en ordre effectuée par Henri IV et la mise au pas des élites nobiliaires et des protestants par Richelieu produisent des dissidences qu’on retrouve souvent dans cet univers marginal qu’est l’espionnage.

5En général, l’éloignement géographique et moral du Roi Catholique par rapport à ses sujets est encore plus grand. Si, durant le premier tiers du siècle, Aragonais, Catalans, ou même Portugais acceptent la souveraineté de Madrid, les sécessions des années 1640 montrent la fragilité de celle-ci. Dans cette perspective, que dire des sujets francs-comtois, flamands ou napolitains ? Et pourtant, soixante-quatorze agents de notre répertoire, soit un tiers de notre corpus, appartiennent au « patchwork » sur lequel règnent les descendants de Philippe II. Cette proportion est certainement exagérée du fait que nous avons considéré un certain nombre de Portugais comme sujets du Roi Catholique. Un marrane de Hollande conservant des rapports avec sa parenté de Lisbonne doit-il être classé comme Hollandais ou bien comme sujet des Habsbourg ? Après 1609, le morisque Alonso López est-il toujours sujet espagnol alors qu’il a été expulsé avec ses coreligionnaires, ou bien est-il devenu français, bien qu’il n’ait pas obtenu de lettres de naturalité ? Dans ces deux cas, la solution choisie a été de tenir compte en priorité de l’origine des espions : le premier a donc été considéré comme Portugais, le second, comme Espagnol.

  • 2 Sur Saint-Vincent, voir notre répertoire des espions, pp. 637-638.

6Les agents originaires des États italiens qui ne dépendent pas du Roi Catholique proviennent des régions les plus étroitement impliquées dans les rapports franco-espagnols. On compte ainsi trois Génois (Ambroise Lomellin, Carlos Spina et Agostino Fiesco), trois Lucquois (Fabrizio Bedini, Alessandro Estrapa et le financier Alessandro Terrelli), trois sujets du pape (Giovanni Francesco de Bagni, Pompeo Tarragona et M. de Saint-Vincent2), deux Florentins (Guido et Camillo Mattioles) et un Vénitien (Angelo Badoer). Enfin, trois sujets du duc de Savoie servent secrètement le Roi Catholique (le colonel Alardo, M. de Freixas et Carlos de Roo, ce dernier étant parfois qualifié de Français).

7Les sujets anglais (dont au moins un Gallois, Thomas Morgan, qui a servi la reine d’Ecosse Marie Stuart) forment le quatrième groupe, avec dix individus. Souvent exilés à cause de leur adhésion au catholicisme, ils ont tous préféré la fidélité religieuse à celle due à leur souverain. Les quatre ressortissants écossais de notre répertoire (Chamers, Paget, Critton et William Semple) sont aux prises avec les mêmes autorités que les Anglais depuis l’avènement de Jacques Ier en 1603, malgré la différence de confession entre l’Écosse et l’Angleterre.

Graphique 22. – Origine des agents de la Monarchie Catholique

  • 3 M.Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes.
  • 4 Par exemple, le traité franco hollandais de 1608 est reproduit dans AGS, K, 1461 et AGS, K, 1665 dè (...)

8Les citoyens hollandais sont faiblement représentés dans notre fichier au regard de l’importance stratégique des Provinces-Unies dans l’équilibre politique européen : si l’on exclut les Portugais qui y résident (comme Rodrigo Alvares de Vittoria), on compte seulement trois informateurs (Cornélius Hermans, Cornelius Osenelinck et François De Witte). Même si l’on tient compte du fait que c’est dans les Pays-Bas espagnols que la Monarchie Catholique déploie l’essentiel de son dispositif d’espionnage contre les États-Généraux3, ce chiffre paraît étrangement faible. En effet, la correspondance diplomatique espagnole rend compte de la plupart des négociations entre dirigeants français et hollandais et reproduit la majorité des traités bilatéraux conclus entre la France et les Provinces-Unies4, résultat qui semblerait impliquer la présence d’un groupe appréciable d’agents en Hollande même.

9Le regroupement des agents selon leur nationalité – classification impropre au XVIIe siècle, mais correspondant à la méthodologie actuelle – permet de faire apparaître une nette démarcation entre deux mondes européens.

10L’Europe du Nord apparaît faiblement représentée dans les services de renseignement de la Monarchie Catholique – un agent sur dix seulement – alors que les Habsbourg de Madrid y possèdent des territoires non négligeables (Pays-Bas espagnols, Franche-Comté). Le nombre réduit des agents originaires des régions provenant de l’héritage bourguignon témoigne de cette faiblesse : sept individus, peut-être renforcés par la présence de Portugais dans cette zone, dont celle avérée de Juan Maes, Antonio Collazo et Alonso Pérez. Même si l’on ajoute les quatorze Britanniques et les trois Hollandais, ce vivier d’agents de l’Europe du Nord reste peu considérable.

11Les itinéraires des différents agents demeurent donc principalement méridionaux : un peu plus de 80 % des agents sont originaires de France et des péninsules Ibérique et italienne (voir p. 411, graphique 22).

12Certes, il faut tenir compte du fait qu’un certain nombre d’agents français sont implantés dans le Nord du Royaume (les régions et villes privilégiées étant alors Dieppe, Rouen, la Bretagne), mais on retrouve cette domination méridionale à propos de l’origine régionale (quand elle est précisée) des Français travaillant pour l’Espagne. En effet, une grande partie d’entre eux sont natifs du Sud du royaume de France : trois individus viennent du comté de Foix (Celles, Montagu, Adrien de Monluc), plusieurs autres sont originaires du Sud-Ouest (à commencer par Raffis, Méritein, Lusignan et Jean de La Serre), de Marseille (Bone, le capitaine Portai), de Provence (sans précision de ville : Mérargues et son frère, le capitaine Rigault, Boyto). Les Avignonnais – sujets du pape ou simples résidents – sont aussi assez nombreux à travailler pour la Monarchie Catholique. Outre les trois sujets du pape précédemment mentionnés, Bellobres, Santèle, Grillon et Granollach vivent dans la cité pontificale ou en sont originaires.

  • 5 Sur la base de ce raisonnement, Diego Velázquez serait un grand peintre... portugais.

13Pour la péninsule Ibérique, les distinctions « régionales » entre les diverses possessions de la Monarchie Catholique sont malaisées à établir car la plupart des mentions relatives aux agents omettent tout élément sur leur origine. Certes, on peut émettre des hypothèses à partir des patronymes – un Arbelays ou un Bustamente sont probablement de souche basque, un Jordan Freytas de Silva a toutes chances d’être natif du Portugal –, mais ces déductions restent très aléatoires et insuffisantes5. Tout au plus peut-on constater que les quelques indices disponibles semblent indiquer que toutes les possessions ibériques fournissent des personnels au renseignement (avec peut-être une légère surreprésentation des Basques et des Navarrais) : ainsi, parmi les agents de Madrid, on repère des Aragonais (dont le groupe entourant Antonio Pérez), des Catalans (Morillo, Rocafort ou Pedro de Quintana), des Andalous (Francisco Quesada, Buenaventura Salcedo), des Navarrais (Ursúa et Martín de Assiyan) et un Galicien (Girón Croyos).

  • 6 Cela est seulement vrai du point de vue des relations franco-espagnoles : en effet, la guerre de Tr (...)
  • 7 M. Á. Echevarría Bacigalupe, « El espionaje y las rebeliones » ; L. Tobío, Gondomary los católicos (...)

14Ce qui étonne, dans cette répartition « nationale » des agents du Roi Catholique, c’est l’absence de tout agent originaire d’Europe centrale ou orientale. Le Saint-Empire est à deux reprises la cause de graves crises internationales : tout d’abord en 1610-1614, puis à partir des années 16306 ; or, notre documentation ne mentionne aucun Allemand intervenant dans les relations souterraines de Madrid face au partenaire français. Par ailleurs, les liens étroits entre les branches Habsbourg d’Autriche et d’Espagne auraient pu laisser supposer la présence de confidents dans ces deux cours, de façon à pouvoir se communiquer mutuellement des informations sur les orientations du Roi Très-Chrétien. Quant à l’Empire ottoman et à la Berbérie, Madrid traite les questions les concernant d’abord à partir de Venise, puis de la Sicile et de Naples. Il y a bien des informateurs levantins, mais là encore leurs rapports n’entrent que très rarement dans le domaine des relations franco-espagnoles. Lorsque celles-ci sont en cause, Madrid recourt à des ressortissants d’Europe occidentale – le Français Nicolas Renault, l’Anglais Antonio Shirley7 – et utilise indistinctement un Jacques Pierre ou un Simon Danser pour tenter de contrôler le Bassin méditerranéen.

Graphique 23. – Répartition des renseignements selon l’origine des agents

15Parmi les renseignements sélectionnés (voir graphique 23 p. 413), ceux qui proviennent d’Italiens sont particulièrement abondants. Représentant 8,66 % seulement du total de nos agents, les Italiens fournissent pourtant 18 % des avis secrets. Cette surreprésentation est due au travail de deux maîtres-espions, Carlos de Roo et le colonel Alardo, qui mènent leurs activités secrètes pendant plus de dix ans. De plus, les autorités espagnoles restent très sensibles à toute tentative française de pénétration dans la péninsule italienne. Quant aux autres groupes « nationaux », la part qui leur revient, sur le volume total des informations transmises, est proportionnelle à leur effectif.

Graphique 24. – Évolution chronologique des renseignements selon l’origine des agents. (N’ont pas été pris en compte les individus d’origine inconnue.)

16Une analyse de l’évolution du nombre des renseignements transmis, répartis selon l’origine des informateurs (voir graphique 24 ci-dessus) confirme la raréfaction progressive, déjà entrevue, des informations obtenues par la monarchie espagnole grâce à ses espions, raréfaction sur laquelle il sera nécessaire de revenir.

17Comparé aux autres catégories, le groupe espagnol paraît fournir plus régulièrement des avis secrets. Les informations provenant de régnicoles de la péninsule Ibérique apparaissent régulièrement, à l’exception des années 1614-1615, et 1622-1623 et de la fin de notre période ; leur niveau maximum se situe au début de la régence de Marie de Médicis, alors que les deux couronnes traitent de la question des mariages franco-espagnols.

18La participation française au renseignement espagnol est une constante, elle aussi, mais son apogée est plus net : il s’agit du règne d’Henri IV, période où le plus grand nombre d’avis de Français parvient à Madrid. Les divisions entre factions, entre 1613 et 1618, s’insèrent dans une période favorable à leur expression, comme, pendant les années 1628-1633, les inquiétudes des grands, auxquelles appartiennent les mouvements de Marie de Médicis et de Gaston d’Orléans.

19Le concours italien dure une bonne décennie – à laquelle s’ajoutent quelques informations transmises à la fin du règne d’Henri IV, avec le rapprochement franco-savoyard. Il s’étend principalement pendant les années 1616-1629, en relation avec les crises de la Valteline puis la guerre de Mantoue.

20Les avis provenant de Portugais s’avèrent beaucoup plus réduits ; ils s’étendent sur environ cinq années, de 1606 à 1611. Observations de la cour du roi de France, question des exilés (Manuel et Cristóbal du Portugal) et avis sur les fraudes sont les principaux sujets de leurs messages.

21Enfin, les Anglais et les Écossais transmettent nettement moins d’informations que les autres groupes, et leur activité se trouve beaucoup plus limitée dans le temps : ils n’apparaissent plus après 1616 (six occurrences pour cette année), sauf pour deux avis isolés. Deux évolutions amènent la fin de leur collaboration : d’une part, le renouvellement des générations se situe autour des années 1610-1615, avec la disparition des Récusants (Recusants) engagés à la grande époque de Philippe II, comme Parsons (mort en 1610) ou Morgan ; d’autre part, Madrid voit diminuer son prestige religieux, car ses négociations et traités avec Londres et l’abandon des grands projets d’invasion de l’Angleterre constituent autant d’obstacles au recrutement d’agents catholiques anglais.

  • 8 L’expression « réseaux d’espions » paraît exagérée pour cette époque quand le recrutement de confid (...)

22Les itinéraires du renseignement espagnol suivent les routes de l’Europe méditerranéenne, et les agents sont essentiellement français et espagnols. Pourtant ces chemins sont embrouillés et nombreux. Les voies espagnoles de l’information passent le plus souvent par le canal d’exilés, exilés de la Péninsule qui envoient depuis Paris des avis à Madrid, Français bannis résidant en Italie collectant des informations pour le compte du gouvernement du Roi Catholique ou pour des vice-rois fréquemment « va-t-en guerre », proscrits anglais itinérants, qu’on peut rencontrer aussi bien dans un collège fondé en Espagne, dans une maison religieuse en Flandres, ou même à Rome auprès du Saint-Père. Pour saisir la complexité de l’espionnage, sa mobilité, sa volatilité, les mobiles qui animent ses principaux acteurs et les rapports de ceux-ci avec les diverses puissances en présence, la description des parcours de ceux que nous avons choisi d’appeler les maîtres-espions est nécessaire. Parmi eux, la distinction entre les agents travaillant en liaison avec d’autres informateurs, dans un but ou avec des motifs relativement clairs8, et les individus isolés, aventuriers travaillant pour le plus offrant, s’avère commode pour établir les différents parcours biographiques, facettes multiples d’une même activité.

II. - Les groupes

  • 9 J. M. Jover Zamora, 1635, historia de una polémica y semblanza de una generación. L’application de (...)

23Catégorie pratique, le classement des agents selon l’origine nationale facilite le repérage des maîtres-espions. Ayant un passé commun, sinon une même histoire, les membres d’un même groupe national se confrontent aux mêmes réalités. Notion féconde dans l’histoire espagnole, le concept de génération9 s’applique parfaitement aux informateurs. Si, dans la majorité des cas, l’absence d’une date de naissance connue interdit de définir des classes d’âge, ces individus ont néanmoins vécu collectivement certains événements et leurs témoignages laissent supposer l’existence d’un patrimoine commun grâce auquel il est possible de regrouper certains éléments biographiques et d’affiner une approche générationnelle.

Les espions de dieu : anciens ligueurs et catholiques « hispanisés ».

24En 1598, une frontière sépare vainqueurs et vaincus : non pas entre les deux monarchies, qui acceptent chacune de faire certaines concessions, mais à l’intérieur même du royaume de France, où la victoire du parti royal consacre la défaite des ligueurs acharnés, dont un certain nombre sont bannis de France. Barthélémy Joly, qui en 1603-1604 a voyagé en Espagne, relate ainsi leurs conditions de vie :

  • 10 Voyage de Barthélémy Joly en Espagne, éd. L. Barrau-Dihigo, p. 597.

Quant aux pensionnaires subornés et soubztraictz de la légitime obéissance de leurs princes naturelz, d’aultant que plusieurs d’eux viennent à ce Conseil [des Finances], j’en diray un mot. Heureux selon leur malheur, ceulx d’entre telles gens qui sont assignez sur ceste hacienda et dressez sur ce coffre de trois clefs, car comme en la piscine de mil pensionnaires apointez par le roy d’Espagne, il n’y en a pas cens de payer ; encore est-ce après avoir faict aux pagadours des recognoissances qui compregnent une bonne partie du payement ! J’en ay cognu en Valladolid tant de ces restes de la Ligue et de la penderie du président Brisson, que d’autres qui s’y sont sauvés depuis, misérables uns et autres, odieux à Dieu et au monde ; ilz sont dressés ou bien sur le lieu ou en Flandres, Naples, Milan aux pensions de dix, quinze, vingt ou vingt-cinq escus par mois, dont ils ne touchent que le quart, principalement depuis la mort de Philippe, leur faict allant tous les jours de pis en pis. Ilz vivotent sans commoditez, sans honneur, proverbiés et mocquez en derrière par les Espagnolz et combien que pour faire la forfanterie, ilz simulent d’avoir des correspondances et intelligences en France, ilz n’ont qu’une peur de mine dont ilz desguisent un tres chetif jeu, nuysant aultant à la France qu’ilz servent à l’Espagne, tesmoing Rafis et Hébert, les plus habiles d’entre eux ; celuy là je crois bien avoir apporté de l’argent à la France, mais les autres, combien qu’ilz prattiquassent beaucoup d’art et de finesse pour couvrir leur misère, je recognus qu’ilz pâtissent tout leur soul10.

  • 11 Alain Hugon, « Les lendemains de Vervins, La guerre couverte des soldats perdus de la Ligue », dans (...)
  • 12 Serge Brunet, « L’évêque ligueur Urbain de St-Gelais (1570-1613). Du Comminges à Toulouse, ou la vo (...)

25Ce témoignage partial de Joly met en lumière l’existence de ces réfugiés dont les historiens oublient souvent l’existence11. Parmi eux, certains maîtres-espions forment des groupes plus ou moins homogènes. On peut ainsi distinguer les exilés réfugiés dans la péninsule Ibérique, les agents stipendiés opérant dans les possessions italiennes, les anciens ligueurs de Marseille et enfin les agents du pays de Comminges, particulièrement actifs12.

a) Les proscrits réfugiés auprès de la cour d’Espagne

  • 13 AGS, E, 342, f° 39, Raffis à Albuquerque le 25 février 1595 ; AGS, E, 183, ffos 210-211.

26Avec l’entrée d’Henri IV dans Paris en mars 1594, plusieurs ligueurs quittent la capitale avec les troupes espagnoles. De 1595 à 1598, ils servent différents responsables, principalement le vice-roi d’Aragon par la voie de Barcelone et avec qui Raffis, Julien Launay-Longaban et le groupe des nobles du pays de Comminges entretiennent des relations fréquentes13.

  • 14 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».
  • 15 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 295.
  • 16 AGS, K, 1426, f° 25, Conseil d’État du 29 novembre 1601.
  • 17 AGS, E, 2862, lettre de Julián Launay-Longaban (Carthagène, 23 octobre 1616).

27Le cas de Gérard de Raffis, déjà connu14, n’est pas unique : au moment du rétablissement des relations franco-espagnoles, Raffis vit à Madrid, partageant son gîte avec un nommé Jean Blas (Juan Blas). Les deux hommes vivent alors « languissants et misérables15 ». Si le premier continue son activité au service de l’Espagne dans les deux royaumes, comme en témoignent les nombreux documents qu’il transmet au Conseil d’État, le second demeure beaucoup plus discret. Comme son compère, Blas est un proscrit originaire du Sud-Ouest, de Guyenne plus précisément, qui a « commis une infinité de trahisons contre la France », selon Palma Cayet. Il se peut que son rôle dans le renseignement espagnol n’ait pas été moindre que celui de Raffis car, en 1600, c’est par son intermédiaire que Nicolas L’Hoste est recruté. C’est en effet grâce à son entregent qu’Idiáquez puis Lerma rencontrent L’Hoste. Quelque temps plus tard, lorsque l’ambassadeur La Rochepot, accompagné du secrétaire L’Hoste, retourne en France, il est décidé que Blas servira de boîte aux lettres entre les dirigeants espagnols et le premier commis de Villeroy. Les services ainsi rendus comme intermédiaire valent à Juan Blas d’obtenir du Conseil d’État des subsides régulièrement versés et de faire l’objet d’une surveillance redoublée de la part de l’espía mayor16, car l’informateur français pourrait facilement obtenir son pardon du roi de France en récompense d’une dénonciation de L’Hoste. Mais il n’agit pas ainsi, puisque c’est son collègue Raffis qui avant lui accomplit cette démarche. La dénonciation de L’Hoste par Raffis influa-t-elle sur les activités de Blas ? Comment celui-ci survit-il ensuite ? Dans une lettre datée de 1616, Julien Launay-Longaban mentionne l’ancien proscrit : il affirme aux dirigeants espagnols qu’il est demeuré en correspondance avec Blas et que c’est à la suite d’informations transmises par ce dernier qu’il entreprend de solliciter une gratification du Roi Catholique, ce qui laisse supposer que Blas était resté toutes ces années dans la Péninsule17.

  • 18 AGS, K, 1605, ffos 92-102, lettre de Launay à Tassis le 8 avril 1602 et réponse de Mendoza.

28Le personnage de Julien (Julián, en castillan) Launay-Longaban semble lui-même assez mystérieux. Marié à une Espagnole depuis la fin des années 1580, ce noble breton cherche tout d’abord à se faire rembourser de la confiscation par Madrid d’un de ses navires, intervenue en 1585. La ville de Saint-Malo n’ayant pas voulu se servir de la lettre de marque délivrée par Henri III, Launay entreprend, en vain, des démarches auprès de l’ambassadeur espagnol de l’époque, Bernardino de Mendoza18. Étrangement, Launay se fixe alors en Espagne et y continue son commerce. Dans une lettre datée de 1608, il raconte comment Raffis le dénonça aux autorités comme espion français :

  • 19 AGS, Guerra Antigua, 727, lettre écrite depuis Carthagène en Espagne le 15 décembre 1608 par le cap (...)

Les divisions causées par les dernières guerres civiles en France conduisirent certains Français en Flandres, d’autres en Espagne, les uns à cause de leurs passions personnelles ou particulières, d’autres pour leur zèle pour la religion catholique. Un letradillo mal intentionné appelé Gerardo de Rafiz se retira en Espagne (il servit de courrier, jusqu’à ce qu’une fois il fut capturé, et retourna à Madrid avec un doigt dans la bouche, et l’autre dans une partie [...]). Comme il y mourait de faim, la nécessité le poussa un jour à m’accuser d’espionnage pour le compte du roi de France, qui était alors hors de l’Église. Gloire à Dieu, que j’étais connu de tous les chevaliers français qui étaient à la Cour et les agents du duc de Mercœur parlèrent pour moi. Une cédule royale me rendit la liberté19.

  • 20 A. Girard, « Notes sur les consuls étrangers en Espagne avant le traité des Pyrénées », p. 126.
  • 21 AGS, Guerra Antigua, 727, lettre écrite depuis Carthagène en Espagne le 15 décembre 1608.

29À cette date de 1608, Launay paraît bien intégré à Carthagène. Devenu vers 1596 consul des Français puis, en 1609, consul des nations flamande et allemande dans le même port (il sera consul des Anglais en 1617)20, il demande à pouvoir pratiquer la guerre de course et justifie ses relations avec le corsaire Simon Danser en arguant du fait que la Couronne elle-même entretient des contacts avec ce personnage21. En 1612, dans une lettre adressée au souverain, il affirme avoir servi l’Inquisition de Murcie afin de faire valoir ses privilèges nobiliaires dans la ville de Carthagène, mais surtout il insiste sur le fait qu’il a

  • 22 AGS, K, 1453, le 27 août 1612.

dépensé quelques finances, aventuré [s]a vie, risqué [s] on honneur au service du roi sans avoir reçu d’autre récompense que les remerciements des capitaines, des généraux et des ministres de la part de S. M.22.

  • 23 AGS, K, 1611, Fernando de Cárcamo au roi le 13 janvier 1615.
  • 24 AGS, E, 2862, Launay à Ciriza le 23 octobre 1616.

30En 1615, on retrouve Launay mal récompensé en prison à Grenade. Accusé d’avoir commis des malversations lors de l’expulsion des morisques, dont on lui aurait confié le transport maritime, il dénonce depuis son cachot un trafic d’exportation de métaux par bateau dont le volume annuel se monte à quatre cent mille ducats ; le propriétaire du navire n’est autre que son frère23... Quelles sont alors ses relations avec les anciens exilés ? Une lettre de janvier 1616 signale qu’il entretient toujours des contacts avec Blas, alors qu’il a enfin obtenu le droit d’armer un navire pour la course au nom du Roi Catholique24. Personnage multiforme, marchand, noble, espion, indicateur, transporteur, et peut-être aussi escroc, Launay a fait le choix de vivre en Espagne depuis les troubles et d’y servir le Roi Catholique.

b) Le groupe de Foix

  • 25 A. Hugon, « La frontière pyrénéenne pendant l’Ancien Régime » ; René Souriac, Décentralisation admi (...)
  • 26 Sénéchal du pays de Foix, il est comte de Cramail, baron de Montesquiou, prince de Chabannais et su (...)

31Groupés géographiquement autour du pays de Comminges25 et très fréquemment mentionnés dans notre documentation, plusieurs espions transmettent d’abondantes informations au Conseil d’État, MM. de Celles et de Montagu, Adrien de Monluc26, le comte de Clermont-Tallard et Guy de Lusignan, sieur de Lansac, ont en commun de posséder pour centre géographique le comté de Foix, d’être violemment antiprotestants et de transmettre de concert des informations à Madrid :

  • 27 AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État du 16 décembre 1601.

Le duc de Feria, dans sa lettre du Ier, écrit que les confidents qu’il possède en France, en particulier M. de Celles, M. de Carmain [Cramail] et M. de Montagu, l’avisent que ce roi [Henri IV] pense ne rien entreprendre par cette frontière, à moins qu’ici [en Espagne] on ne lui fasse la guerre, mais que, pour éviter que V. M. puisse secourir la Savoie et les affaires d’Italie, il [Henri IV] pense l’amuser par la Navarre27.

  • 28 AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État du 9 décembre 1600.
  • 29 AGS, K, 1603, f° 335, août 1600.
  • 30 AGS, E, 1490, Junta de Dos, le 19 mai 1607.

32Le baron de Celles (parfois orthographié Selles ou Colles) est un agent habituel de Feria. Au début du mois de décembre 1600, il fait part à son correspondant de la rumeur circulant en France à propos d’un contrat espagnol d’une valeur de vingt mille écus portant sur la tête d’Antonio Pérez, rumeur que le duc dément28. Les relations de Celles avec la Ligue et les proscrits transparaissent dans une dépêche de Raffis datant d’août 1600, où celui-ci transmet à Madrid un de ses plans de soulèvement en France29. Raffis affirme que « le baron de Colles » participera à l’opération et précise que ce baron est le personnage que le duc de Lerma a rencontré à Barcelone en 1599, ce que confirme un document émanant d’une junte tenue en 160730.

33L’activité de Celles paraît importante. L’une de ses plus brillantes réussites demeure la découverte d’un complot français en Navarre, organisé par La Force depuis le Béarn :

  • 31 AGS, E, 1490, s. f°, s. d. (année 1607).

Le service principal que iay faict au Roy Catholique comme son tres humble serviteur est d’avoir adverti et donné cognoissence, affin qu’on y remediat, de la revolte et grande trahison qu’a traitté et traitte enchores James de Doigne avec le Roy de Frence contre le dist Roy Catholique escrivant pour ceste effect a sa maieste tres chrestienne du 14 decembre 1606 par un Viernois [Béarnais] de nation, nommé Jhan de Navarre. Et luy faict scavoir par letres comme il desire luy rendre de grands services et qu’il est tout praist avec trois ou quatres autres gentilhommes et quinze mille hommes lestes a se revolter et rendre le pays a son obeissence [...]. Le jour qu’il partit de Paris pour porter responce du roy de Frence je le fis scavoir incontinant et le chemin qu’il tenoit affin qu’il fust pris et crois bien qu’il a passé sans estre descouvert estant homme fin et tres ruzé, lequel se poura estre deguisé ou de pelerin ou manière qu’on l’aura laissé passé partant de Paris il devoit aller treuver Jhames de Doignes pour porter un autre responce au Roy de Frence qui est cause peust estre que laffaire est encores en repos et sans bruit. Si lon juge bon je menderai un serviteur que iay icy pour descouvrir le retardement de laffaire et pour scavoir chose qui seront de grand conséquence. De plus le dist James de Doigne advertit sa maiesté tres chrestienne de faire prendre gens à Paris et autre part qui luy servent d’espions qui donnent cognoissence de ce qui se passe en Frence au Roy Catholique31.

  • 32 AGS, K, 1461, le 12 avril 1608, Irarraga au roi.

34Cette lettre de Celles passe par le vice-roi de Catalogne, le duc de Monteleón. Le baron continue ses activités jusqu’en 1608 au moins. Lorsque le colonel Rustid propose au Conseil d’État d’occuper la place de Marseille et de livrer la Provence, il se réclame de l’amitié du baron de Celles mais laisse entrevoir un possible double jeu, prévenant le Conseil qu’ils sont allés ensemble reconnaître la ville de Barcelone en 1605 sur l’ordre de Guise32.

35Quant à M. de Montagu, la correspondance diplomatique livre peu d’éléments à son sujet sauf qu’il est associé aux activités des autres membres.

36Le plus actif du groupe est Adrien de Monluc, comte de Cramail. En 1600, Feria écrit à son propos :

  • 33 AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État, consulta du 16 décembre 1600.

Il a donné de très bons et véritables avis par le passé [...] M. de Carmani [Cramail] a servi sans intérêt financier et ne prétend qu’à obtenir l’amitié du Duc33.

  • 34 AGS, E, 1490, junte du 19 mai 1607.
  • 35 AGS, K, 1431,ffos 46-48, 27 mars 1619.

37L’importance de son rang et l’étendue de ses relations (on signale qu’il est un des familiers du gouverneur de Guyenne, le maréchal d’Ornano) expliquent l’attention prêtée aux informations qu’il transmet34. Entre 1607 et 1619, nous perdons la trace d’Adrien de Monluc. Puis deux mémoires du frère Alderete, datés de 1619, exposent le rôle politique que veut jouer Monluc. Lors de l’assassinat de Concini, celui-ci a envoyé le dominicain à Paris pour y rencontrer l’ambassadeur Monteleón et le confesseur de la reine Anne. Pour Monluc, il faut appuyer Guise et Épernon, c’est-à-dire les partisans de l’Espagne et de la reine mère, pour éviter que le roi, son favori et les « barbons » renouent avec la politique d’Henri IV et pour qu’ils laissent jouer un rôle politique à Anne d’Autriche. Dans ce contexte, Monluc demande à pouvoir servir le Roi Catholique en qualité d’intermédiaire entre la reine et Madrid35. Il espère donc bénéficier de l’appui de l’Espagne afin d’acquérir, grâce au poste qu’il brigue, un nouveau poids politique.

  • 36 Guy de Saint-Gelais, sieur de Lansac, se confond certainement avec Guy de Saint-Gelais de Lansac, u (...)
  • 37 AGS, K, 1573, f° 97, lettre d’Igun de la Lana, 1590 ; AGS, E, 1783, Conseil d’État, consulta du 8 j (...)
  • 38 AGS, K, 1472, f° 11, lettre de Monteleón au roi le 11 août 1616, avec en pièce jointe un mémoire de (...)

38Ce groupe de Foix comprend un quatrième homme : il s’agit de Guy de Lusignan, sieur de Lansac, que Gérard de Raffis a d’ailleurs servi en qualité de secrétaire. Son nom évoque l’épopée des croisades. Sa noblesse ancienne et ses liens familiaux – son frère est évêque de Saint-Bertrand-de-Comminges – confèrent un relief particulier à ce personnage36. Dès les épisodes de la Ligue, l’Évêque et le Comte sont en contact avec l’Espagne37, et, d’après un mémoire plus tardif, ils ont tous deux reçu des pensions et des gratifications de Philippe II38. Un quart de siècle après les faits, Lansac rappelle dans un mémoire adressé à Philippe III ses services et les avantages que le roi son père lui a accordés entre 1591 et 1593, afin de prouver que lui-même à cette époque a effectivement dénoncé ce qu’il qualifie comme

  • 39 AGS, K, 1472, ffos n et 101-103, le roi à Monteleón le 16 octobre 1616.

[une] des plus grandes et des plus dangereuses conjurations qui jamais se fit contre l’Espagne [Hispana (sic)], laquelle fut organisée du temps du défunt roi, père du roi, mon seigneur39,

  • 40 AGS, K, 1454, f° 150, le roi à Monteleón le 10 septembre 1616.

39à savoir l’invasion de Barcelone. Le souverain espagnol40, de même que son ambassadeur, accueille cette information avec un certain scepticisme, considérant que Lansac n’est qu’un vieil homme dont le but est de gagner par tous les moyens le pardon du roi de France et d’obtenir l’appui de Philippe III, et dont seule la situation matérielle peut justifier l’attitude. L’ancien ligueur semble en effet anéanti par la condamnation royale, qui le prive de ses biens et de plus entache sa réputation.

  • 41 Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, p. 124 sur les relations entre Clermont (...)

40D’autres militants de cette époque paraissent bien fatigués. L’itinéraire du comte de Clermont-Tallard ressemble jusqu’à un certain point à celui du baron de Celles : comme celui-ci quelques années auparavant, il avertit Madrid en 1607 d’un projet français contre la Navarre. Cependant sa route a divergé, puisqu’à cette date il se trouve en Flandres auprès d’Albert et d’Isabelle. Il sollicite alors du Roi Catholique un emploi à sa cour qui soit digne de son rang et proportionné à la fortune qu’il a perdue pendant les guerres. Malgré une lettre de recommandation de l’Archiduc, le secrétaire Andrés de Prada effectue des recherches afin de vérifier les dires du Français. On apprend ainsi que Clermont-Tallard est parent du comte de Soissons et qu’il est allié à plusieurs grandes maisons. Finalement, la Junta de Dos décide simplement de verser au Comte une pension mensuelle de quarante écus, à condition toutefois qu’il se fixe hors d’Espagne, c’est-à-dire en Flandres ou en Italie41.

c) Les ligueurs marseillais

  • 42 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, pp. 191-192 : « Le mythe fondateur solidement ancré, la (...)
  • 43 Jacques Casaux selon R. Pillorget, ou Charles Casaux d’après W. Kaiser.
  • 44 Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, p. 245.
  • 45 R. Pillorget, « Luttes de factions et intérêts économiques à Marseille ».

41Au XVIe siècle, Marseille entretient une relation spécifique avec le pouvoir royal. Rattachée au royaume de France en 1481, elle conserve sa pleine autonomie administrative et son caractère de république marchande. Pendant les guerres de Religion, forte de sa légende de première ville christianisée du Royaume, elle prend parti pour la Ligue42. En 1593, Épernon, le gouverneur de Provence, tente en vain d’occuper la ville, ce qui radicalise la politique des dirigeants marseillais, dont le consul Charles Casaux43 et le viguier Louis d’Aix. Les troupes espagnoles commandées par Carlos Doria sont accueillies en libératrices44. Seul un coup de force permet à Guise de s’emparer de la ville ; Casaux est assassiné en février 1596, mais certains extrémistes parviennent à s’enfuir avec les Espagnols. À plusieurs reprises, les autorités espagnoles emploient ces exilés qu’elles pensionnent, connaissant les tensions dont la cité souffre tant à cause de ses problèmes financiers que de sa structure sociale45. Parmi eux, la famille de l’ancien consul Casaux fait l’objet d’attentions spéciales. Dès avant la chute de la ville, des liens sont tissés : le duc de Maqueda, vice-roi de Catalogne, note en novembre 1595 l’arrivée à Barcelone de

  • 46 AGS, E, 342, ffos 217-218, le duc de Maqueda, novembre 1595,

Matheo [Mathieu] Morin, docteur en droit, conseiller et assesseur de la ville de Marseille, de Francesco Cassaus [Casaux], chevalier et Conseil d’État de la trésorerie générale [sic] de la marine de ladite ville, et de Nicolas David, gentilshommes français qui débarquèrent ici avant-hier des galères d’Espagne46.

42Après la paix de Vervins, Madrid emploie ces exilés tout en se méfiant d’eux. Une lettre de l’ambassadeur espagnol à Gênes montre cette ambivalence :

  • 47 AGS, E, 1430, f° 107, Venasco au roi le 12 juillet 1599.

V.M. a ordonné de répartir dans ses royaumes certains Marseillais, dont les pensions portaient sur l’armada ; mais là-bas, ils prétendent que V.M. les fasse tous passer dans l’État de Milan, comme cela s’est passé pour le capitaine Fabio Casaus, pour ses frères et pour ceux qui l’accompagnent. Comme il ne me paraît pas du tout souhaitable que cela se passe ainsi, et qu’il est préférable qu’ils restent divisés, j’ai voulu en avertir V. M.47.

  • 48 AGS, E, 1430, f° 240, Doria au roi août 1600 ; AGS, E, 1097, f° 77, mai 1600.

43Le Roi Catholique continue cependant de prodiguer ses soins à la famille du consul assassiné : lors du mariage de la fille de Casaux, le souverain envoie mille ducats pour constituer la dot48.

44La présence de ces proscrits inquiète aussi en France. Henri IV écrit à son représentant La Rochepot :

  • 49 Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 91, lettre du 30 (...)

J’ai veu ce que vous m’avez escript d’un Casault, qui est arrivé par-delà ; metez peine de descouvrir à quoy on l’emploie et si vous n’en pouvez avoir lumière dites au duc de Lerma que ce n’est pas le chemin qu’il faut tenir pour cultiver mon amitié avec son maistre, que de retirer et emploier telle sorte de gens dont j’entends que sa cour est farcie, pourvoir ce qu’il vous en dira49.

  • 50 AGS, K, 1605, Tassis le 6 mars 1602.

45Payés par la Monarchie Catholique, certains membres de la famille Casaux participent à l’espionnage espagnol. En mars 1602, l’ambassadeur Tassis avertit que trois hommes déguisés vont s’introduire dans Marseille : Jacques Roux, La Four et Casaux50.

  • 51 AGS, E, 1101, f° 61 ; AGS, E, 1283, ffos 93-94 (1597) : ce document est la relation par Louis d’Aix (...)
  • 52 É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, p. 105 ; Recueil de lettres missives d’Henri IV, (...)
  • 53 AGS, K, 1461, Irarraga au roi le 12 avril 1608. Ce capitaine Roux est-il la même personne que Jacqu (...)

46Louis d’Aix est le plus important ligueur marseillais ayant trouvé refuge dans les possessions espagnoles. Plusieurs documents attestent des sommes qui lui furent attribuées51, bien qu’aucune lettre ne précise ses activités. Cependant, vu la fréquence avec laquelle les agents espagnols interviennent à Marseille pour y relancer l’agitation, il est fort possible qu’un individu de cette envergure ait participé à ces opérations. De fait, outre celui du capitaine Portai, d’autres projets ont été présentés pour occuper la cité : celui du capitaine Maurice de L’Isle en 160152 et celui du capitaine San Rustici en 1608, lequel, à en croire Irarraga, propose d’employer le « capitaine Roux, de Villeneuve, natif d’Avignon [...], qui va deçà, delà, avec le dessein d’enquêter comment on pourrait entreprendre à Marseille53 ».

47Marseille ne constitue pas la seule place de Provence offerte à l’Espagne. En 1609, un autre agent fécond en projets, M. de Monier, propose d’occuper Toulon en plus de Sedan :

  • 54 AGS, K, 1461, le 16 février 1609, mémoire de M. de Monier adressé à Philippe III par l’intermédiair (...)

Pour la Provence, nous autres avons résolu d’exécuter une entreprise que nous projetons depuis plus de trois ans sur la ville de Toulon, le capitaine de Monier et le sieur Sainte-Croix, mes frères, étant partie prenante car moi je serai à Sedan [...]. Tous seront armés de pistolets et d’épées et s’empareront d’un corps de garde ; ils ouvriront la porte de l’intérieur, ceux du dehors l’ouvriront à coup d’explosifs et entreront en criant « À mort » et « Vive Carces », car la plus grande partie du peuple ne sortira pas de ses maisons et tout le pays croira que c’est le comte de Carces qui a fait prendre la ville car il [Carces] a été mal reçu à la cour du roi de France ; et je ne crois pas qu’il se jettera ou se mettra ensuite dans Toulon avant quatre ou cinq jours, car il y aura alors plus de deux mille soldats, tous au service de V. M. Catholique, car nous autres nous voulons mourir avec nos amis ou bien faire voir que le roi de France ne craint rien tant qu’un mouvement et une altération dans son royaume car tous les princes et la noblesse de France sont mécontents de lui, il en est ainsi de tous ceux qui pourront faire quelque service pour se venger de son avarice54.

48On notera que le thème de l’ingratitude royale est récurrent, comme celui du catholicisme absolu, que M. de Monier réaffirme dans ce même mémoire. De fait, à propos de son offre de prendre la citadelle de Piedmoron, située près de Gap, il écrit :

  • 55 Ibid.

Si nous autres le pouvons, nous ferons tuer tous les hérétiques qui seraient dans la ville, car les catholiques sont très forts et ont pensé entre eux, à deux ou trois reprises, réaliser des séditions. Nous autres feindrons de faire comme si le roi de France nous avait ordonné de le faire et agirons de même dans la ville de Sedan, faisant crier « Vive le Roi et la sainte messe, que meurent les huguenots ! »55.

49Même si le Roi Catholique ne donne pas suite à ces offres, ces propositions sont révélatrices des mobiles et des buts d’une grande partie des Français qui se mettent au service de l’Espagne : ils n’oublient que très rarement de mentionner leur farouche opposition aux protestants et leur indéfectible fidélité à la cause catholique.

d) Les réfugiés en Italie

50De nombreux Français vivent dans les possessions italiennes de l’Espagne, certains à cause de leur engagement en faveur de la Ligue. Renazé, La Farge, Pierre David et Picoté, auxquels nous avons adjoint Hébert, constituent les principaux maîtres-espions servant le Roi Catholique en Italie.

  • 56 AGS, E, 183, f° 29, année 1599.

51Pierre David entretient des relations suivies avec les dirigeants espagnols. Notre documentation contient de nombreuses mentions concernant des pensions qu’il demande ou qui lui sont accordées. En 1599, il rappelle sa situation de proscrit et la perte de ses biens en France (seize mille ducats) pour avoir choisi de servir la religion catholique, et réclame qu’on lui verse sa pension de vingt écus, interrompue depuis un séjour qu’il a fait à Rome56. En 1603, le Conseil des Finances relève que David est prêtre et rappelle qu’en 1600 le Conseil lui versait ces vingt écus mensuels sur les caisses du grand aumônier,

  • 57 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 1429.12, le 20 janvier 1603.

en considération du fait qu’il avait écrit et fait imprimer quelques livres touchant le bien de la religion catholique. Il fut prisonnier en France, d’où il s’enfuit pour venir en Espagne, abandonnant ses biens. Par deux cédules, du 10 novembre 1601 et du 3 septembre 1602, on lui donna quatre cents autres ducats d’aide en une fois57.

  • 58 AGS, E, 343, ffos 91-92, lettres de David le 12 février 1596.
  • 59 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p, 575, lettre du roi à Fres (...)

52Comment David sert-il l’Espagne ? En 1596, depuis Barcelone, il est chargé par Guise de se procurer du blé espagnol58. En 1602, on le retrouve à Milan, auprès du comte de Fuentes et en présence de Nicolas Picoté. Dans le contexte de la conspiration de Biron, puis des arrestations du duc et du comte d’Auvergne, les agissements des proscrits préoccupent Henri IV. Le souverain demande à son agent secret dans la capitale lombarde, Gualtieri (alias le Beauceron), de surveiller plus particulièrement David et Picoté59. Après l’arrestation du comte d’Auvergne, le roi précise à son ambassadeur à Venise :

  • 60 Ibid., p. 623, lettre d’Henri IV à M. de Fresnes du 23 juin 1602.

Ledict comte d’Auvergne n’a esté interrogé mais nous verifions qu’un certain secrétaire dudict nommé Hébert, qui alla dernièrement jusqu’à Venise soubs le pretexte d’y conduire quelques pages, a traicté de ces affaires avec le comte de Fuentes, passant à Milan tant en allant qu’en retournant ; de quoy Picoté et David pourraient mieux parler que tous autres si l’on pouvoit les attraper. Par tant, j’approuve que nous recherchions moyen de ce faire mais c’est chose que je crains que le Beaucheron ne puisse executer60...

53La capture demandée des deux agents n’a pu être effectuée ; c’est au contraire le Beauceron qui tombe l’année suivante, dénoncé par L’Hoste. Et il est clair que Pierre David reste en contact permanent avec les acteurs de l’ombre.

  • 61 Ibid., pp. 693-694. Voiries autres mentions de La Farge dans le t. V, pp. 635-637 et le t. VI, pp. (...)
  • 62 AGS, E, 1292, f° 84, Mendo Ledesma au roi le 13 mars 1603.
  • 63 AGS, E, 1911, f° 64, Villafranca au roi le 21 novembre 1616.

54Parmi ceux-ci, La Farge constitue une cible d’importance pour les services d’Henri IV, puisque celui-ci ordonne de l’enlever61. Son activité apparaît plus nettement dans la documentation que celle de Pierre David. Une lettre de Fresnes-Canaye, interceptée par l’ambassadeur Ledesma, indique que La Farge a été chargé par le comte de Fuentes d’assassiner le roi de France, ce que le diplomate espagnol qualifie d’invention62. La correspondance consultée reste muette sur les agissements de La Farge jusqu’en 1616, date à laquelle une lettre adressée de Milan par le marquis de Villafranca rappelle à Philippe III l’importance de La Farge, qualifié de meilleur connaisseur des affaires françaises, et précise que l’agent vit est alors fixé à Madrid63.

  • 64 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 190.

55La trajectoire de Picoté ressemble à celle de Pierre David. Ardent ligueur réfugié dans les possessions espagnoles64, il est visiblement de toutes les conjurations, et son activité est telle qu’il est bien connu des services français. En 1600, Henri IV écrit à La Rochepot :

  • 65 Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 54, lettre du 26 (...)

Prenez garde aussy à Piccoté que l’on m’a escript estre encores par delà, car je scay qu’il en tire des commodités, ce qu’il ne ferait s’ilz n’en esperaient du service65.

  • 66 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, pp. 635-637, lettre du roi à (...)
  • 67 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 402.23, le 19 avril 1600.

56Malgré les efforts de la diplomatie française pour le retourner, Picoté reste fidèle à la cause espagnole. II fait le lien entre Biron, Savoie, les Flandres et l’Espagne66. Mais sa fidélité a un prix. Un document du Conseil des Finances mentionne une demande de remboursement de frais faite par Picoté, portant sur onze mille quatre cent vingt écus67. En 1605, depuis Milan, Alonso de Idiáquez recommande cet espion au comte de Villalonga, alors favori du valido Lerma :

  • 68 AGS, E, 1294, f° 117, Alonso de Idiáquez de Regeben, le 25 octobre 1605 à Villalonga. Le f° 118 com (...)

Nicolas Picoté, Français entretenu par S. M. dans cet état, [et] duquel V. S. doit avoir de bonnes nouvelles pour ses nombreux services qu’il continue à prodiguer, même d’ici, avec grande finesse, a la prétention que vous verrez par son mémoire. Sa demande est si juste que comme il est de mes amis et homme de bien et de grands mérites, je ne peux cesser de supplier V. S. avec les plus grandes instances de le favoriser de manière qu’il obtienne une réponse favorable car vraiment il la mérite et si, là-bas, il s’arrête, c’est parce qu’il n’est pas en sécurité car il est dans la ligne de mire du roi de France après les tentatives qu’il [le roi de France] a faites pour l’enlever. J’espère que V. S. lui fera tous les bienfaits, et ainsi je ne fatiguerai plus en cette affaire V. S., sinon pour la louer encore plus68.

  • 69 AGS, E, 1902, f°181, le marquis de Hinojosa le 11 octobre 1613.
  • 70 AGS, K, 1480, ffos 24-25, lettres adressées par Nicolas Picoté depuis Milan à Prada et à Olivares l (...)

57Malgré ces tentatives d’enlèvement, Picoté continue persiste dans son engagement au service de l’Espagne. Après la mort de Fuentes, il entre en liaison avec les princes français en 1611 puis, en 1613, servant d’intermédiaire entre la maison de Modène et certains hauts personnages français pour un projet d’alliance matrimoniale, il tient le gouverneur de Milan informé du contenu des négociations69. En 1625, dans une lettre au comte-duc d’Olivares, il affirme qu’il consacre sa vie à la cause du Roi Catholique70.

  • 71 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 205 ; Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger(...)
  • 72 AGS, K, 1606, f° 66, Tassis le 30 juillet 1603.
  • 73 BNP, Fonds français, ms. fr. 16112, f° 208, Barrault à Villeroy, le 19 décembre 1603 ; Recueil de l (...)
  • 74 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 429 11, le 17 août 1603.
  • 75 AGS, K, 1593, le 23 décembre 1604.
  • 76 AGS, K, 1461 Henri de Sauveulx au roi le 16 janvier 1609.
  • 77 BNP ; Fonds français, ms. fr. 16112, f° 406, le 20 décembre 1606.

58Aux côtés de La Farge et Nicolas Picoté, Charles Hébert apparaît comme le troisième homme dont les menées secrètes préoccupent le roi de France. À la différence des espions précédents, le secrétaire de Biron n’est pas venu au service du Roi Catholique par le biais de la Ligue : c’est un rallié tardif. Impliqué dans la conspiration de Biron, dont il fut un des négociateurs auprès de Fuentes et du duc de Savoie, Hébert est arrêté en 1602. Mis à la question, sa résistance suscite l’admiration royale : « [Il] sauva sa vie pour n’avoir rien voulu descouvrir ; mais après qu’il fust sorti de prison il luy [à Henri IV] confessa la vérité71. » Ce sont ses révélations qui font connaître l’étendue de la conspiration et les actions subversives dont le meneur désigné est Picoté. Libéré, Charles Hébert s’enfuit en Espagne, non pas pour des motifs politiques, mais pour échapper à ses créanciers72. Ce départ inquiète en France. L’ambassadeur Barrault reçoit l’ordre de surveiller Hébert73. Payé par l’Espagne, qui lui verse quatre-vingts écus par mois74, Hébert reprend ses activités souterraines depuis Milan. En décembre 1604, il transmet un long rapport sur la situation française, dévoilant ses contacts avec le duc de Bouillon et le comte d’Auvergne et relatant les liens entre ce dernier et la marquise de Verneuil, qui est sa demi-sœur. Dans le même document, il transmet une proposition faite par un soldat d’occuper la citadelle de Blaye (dont le gouverneur n’est autre que Lansac)75. Quand le chapelain du roi d’Espagne, Henri de Sauveulx, lui-même ancien ligueur, intervient en faveur d’un noble français voulant passer au service du Roi Catholique, il fait appel à Hébert pour appuyer sa demande, Hébert qui, naturellement semble connaître le personnage76. Une activité aussi intense explique que Hébert craigne pour sa sécurité, d’autant que les accusations pleuvent contre lui. En 1606 notamment, l’ambassadeur Barrault reçoit la confession d’un nommé Antoine Coste, selon laquelle Hébert lui aurait proposé de tuer le roi de France en échange d’une forte somme77.

  • 78 R. Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, pp. 27-28.
  • 79 Ancien ligueur, Louis d’Aix se réfugie en Flandres puis en Italie. Son activité apparaît dans la co (...)

59Résidant en permanence ou bien temporairement à Milan, ces exilés français restent en contact les uns avec les autres. Ils forment un milieu particulier, dont les membres risquent leur vie du fait de leur « trahison ». Il n’est pas surprenant, dans ces conditions, qu’ils aient été accusés des pires crimes. C’est ainsi que les révélations de Pierre Du Jardin78, sieur et capitaine de La Garde, attribuent la responsabilité de l’assassinat d’Henri IV à Mathias La Bruyère, Charles Hébert et Louis d’Aix79. Du Jardin a payé de plusieurs années de prison l’audace d’avoir parlé de ce crime, sujet tabou pendant la régence de Marie de Médicis. Cependant, aucun document, dans la documentation consultée, ne corrobore ses affirmations.

60À partir des années 1610, les anciens ligueurs disparaissent peu à peu des réseaux d’espionnage espagnols. Leur âge, une certaine lassitude face à un combat désormais perdu, des retournements peu glorieux, le mépris de leur nouveau maître et parfois aussi la réussite de leur intégration expliquent cette lente retraite. Pourtant, quelques individus persistent à évoquer la lutte pour la sainte foi et à associer le Roi Catholique aux victoires sur l’infidèle morisque ou l’hérétique huguenot. En 1613, un informateur envoie ainsi à Philippe III un fort beau texte de plusieurs pages, imprégné d’un puissant lyrisme en faveur de la cause catholique. Son auteur, Jean de Quercy, écrit par exemple ceci :

  • 80 AG S, K, 1468, lettre de Jean de Quercy au roi Philippe III, le 10 décembre [613. Voir le texte int (...)

Sacrée et catholique Magesté, je me feusse monstre déserteur de mon honeur et indigne de vostre affection et eust esté à moy une perfidie tres grande de mestre theu et avoir attandu jusques au premier jour de lan pour vous fere presant en memoire anniversaire de tant de faveurs recues de vos royalles mains, non dune robe dor parelle à celle que je vous fis voir en vostre palais paincte dans ung petit crayon mais dung bouclier tres asseré et tout enceinct de peaux de veau marin qui vous garantist des fouldres et des orages fougeux des moresques les enemis jurés de vostre estat qui ne perdent pas tamps ni ne lessent arrière aulcun artifice qu’ils ne practiquent pour tacher de parvenir à leur desein. [...] Si vos enemis, qui eussent bien désiré que je feusse este samblable a ce simulachre dangeronias [dangereux ?], la bouche close pour nen dire mot, me veulent a presant mal corne ils font il y a desia longtamps, ah je ne doibs pas soucier de ces grenoulles importunes ni de ces cornelles de malédiction, mais come un espion divin je veus qu’ils sachent que je descouvert leurs embuches et revelees, bien que je ne sois du nombre de ceux qui avoient jadis a Perse les principales dignittés qu’on nomoit aorelles, et pour cest effet ils tachent à me nuire, je feré come les mariniers qui ont recours a lancre au plus fort de la formante, aussi en la multitude de leurs persecutions, je rechercheray touiours l’honeur de vous bones graces qui me seront corne le port de mon salut80.

61La réponse des autorités espagnoles à celui qui se qualifie lui-même d’« espion divin » tombe comme un couperet : le secrétaire Ciriza demande au confesseur d’Anne d’Autriche

  • 81 AGS, K, 1469, f°100, Ciriza au confesseur d’Anne, juin 1614.

qu’il réponde en donnant à entendre que S. M. a estimé le bon zèle avec lequel il prévient de ce qu’il pense, et qu’il continue ses avis par la main de Votre Révérence81.

62La sécheresse de cet accusé de réception reflète les mutations qui se sont produites durant les quinze premières années du XVIIe siècle : la Monarchie Catholique aspire à la paix intérieure et extérieure, et les agents étrangers trop zélés sont donc poliment éconduits.

63Cette attitude envers de Jean de Quercy est encore plus manifeste à l’égard des catholiques anglais réfugiés sur le continent, dont les possessions espagnoles constituent la principale base d’opérations.

Les exilés d’Albion

  • 82 En Castille même dans les années 1588-1589, le père Parsons a dû affronter l’Inquisition, jalouse d (...)

64Les persécutions contre les catholiques dans les îles Britanniques fournissent à l’Espagne de précieux indicateurs. Cependant les mobiles qui font agir ces hommes sont complexes. En plus des divisions et des ressentiments que crée l’exil, ce groupe d’exilés connaît de multiples fractures qui suivent des lignes de partage diverses. Par exemple, la question de la pratique religieuse en Angleterre reflète les clivages entre intransigeants et modérés. En 1580, le jésuite Robert Parsons refuse, au nom du pape, d’accorder aux catholiques résidant dans l’île une dispense les autorisant à assister au culte anglican obligatoire, et les expose donc à la répression. L’influence des jésuites radicalise les positions. En effet, les successeurs d’Ignace de Loyola incarnent la défense centralisatrice82 et dogmatique de la foi à l’échelle de l’Europe chrétienne, ils agissent en véritables soldats de la religion, alors que les non-jésuites défendent prioritairement les intérêts locaux ou régionaux, étant partisans d’une solution nationale.

65Selon la question dont il s’agit, les affinités entre exilés changent et les factions se recomposent. Avant 1603, la vivacité des débats sur la succession au trône d’Elisabeth Ire met aux prises les partisans d’un prétendant « anglais » et ceux favorables à un étranger catholique. Lorsque Parsons publie en 1594 son Livre de la succession, il voit se dresser contre ses thèses une grande partie des Anglais et des Écossais. Il justifie son choix de l’infante Isabelle, fille de Philippe II, en invoquant la primauté de la volonté populaire sur la loi successorale (dans le cas anglais, succession en ligne directe), rejoignant ainsi les thèses de la Ligue. En 1598, Charles Paget répond par A Brief Note of Practices that Divers Jesuits Have Had for Killing Princes and Changing States, où il préconise l’expulsion des jésuites d’Angleterre. Ces débats enveniment les rapports entre les exilés, chacun, en cas de désaccord, accusant son adversaire de double jeu ; les ambassadeurs espagnols font souvent office d’arbitres tout en versant des subsides à la majorité de ces individus.

  • 83 Ainsi Morgan et Paget s’opposèrent à l’envoi de l’Invincible Armada (R. Lechat, Les réfugiés anglai (...)

66Les divisions entre Écossais et Anglais durent depuis les années 1580. Les principaux responsables des premiers, Charles Paget et Thomas Morgan, ont servi Marie Stuart même lorsque celle-ci était enfermée à la Tour de Londres. Leurs positions paraissent beaucoup moins hispanophiles que celles des Anglais83. De ce fait, Henri IV puis Louis XIII tentent de tirer profit de leur présence. Pourtant, le Roi Catholique parvient à obtenir des avis de tous ces individus, qu’ils soient écossais, gallois, jésuites ou partisans de Jacques VI.

67Il est possible de distinguer trois catégories d’agents britanniques de l’Espagne : les clercs (jésuites ou séculiers), les laïcs (fréquemment qualifiés de « politiques ») et les militaires (la plupart d’entre eux étant d’origine noble).

68Parmi les jésuites britanniques, les deux principaux agents sont les pères Parsons et Creswell. Le premier est le fondateur des collèges anglais de Valladolid et de Séville, le second a été un temps responsable de l’envoi des missions pour l’Angleterre. Le Conseil d’État et la plupart des diplomates connaissent bien l’action de Robert Parsons, car il se trouve au centre des divisions britanniques. Comme tous les réfugiés, Parsons a conscience que celles-ci affaiblissent la cause catholique :

  • 84 AGS, E, 634, f° 12, année 1602 : junte sur une lettre de Parsons du 19 novembre 1601.

Le deuxième papier du père Parsons note que Sa Sainteté a promis de faire un autre bref pour faire avorter les essais des inquiets [la faction Morgan-Paget] qui vivent à Paris et de leurs confédérés d’Angleterre et qu’Elle a ordonné d’examiner les livres et les libelles qu’ils ont écrits, mais que l’exécution de cet ordre n’est nullement assurée car il existe des obstacles et beaucoup de bruit autour de cela. De plus, des séditieux de Paris trouveront à Rome plus de protections qu’on ne peut le penser84...

69En plus de ces avis sur les groupes d’agents catholiques opposés aux prétentions espagnoles à la couronne britannique, Parsons, depuis Rome, transmet des renseignements qu’il considère comme essentiels. Ainsi note-t-on, à Madrid :

  • 85 Ibid.

Les papiers du père Parsons relatent que de grandes machinations contre la monarchie de V. M. sont en train de se préparer pour tomber sur elle85.

  • 86 AGS, E, 612, le 10 mars 1596, Ibarra note que Holt vient d’Angleterre sur la demande du roi et du c (...)
  • 87 Supérieur des jésuites de Flandres (F. Eguiluz, Robert Persons « el architraidor », p. 310).

70II s’agit d’une coalition des puissances nordiques – à laquelle la France se joindrait – visant à ruiner les possessions flamandes. Les rapports de Robert Parsons sont d’autant plus étudiés attentivement en Espagne que, dans toute l’Europe, le réseau jésuite anglais lui fait remonter des informations par l’intermédiaire de Guillaume Holt86, Fitzhebert87 ou Owen. Ce combattant de la foi meurt en 1610 après avoir formé de nombreux jésuites anglais, qui peuvent être généralement considérés comme des indicateurs de l’Espagne.

  • 88 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 22, doc. 40, (...)
  • 89 AGS, K, 1426, Conseil d’État, consulta du 25 février 1603.
  • 90 AGS, K, 1451, f° 108, le roi à Zúñiga le 13 mars 1604.
  • 91 AGS, E, 2838, f° 52, lettre de Creswell à Lerma écrite de Saint-Omer le 30 mars 1616.
  • 92 AGS, E, 2838, f° 156, lettre de Creswell à Lerma, s. d. (1616).

71Ainsi le père Creswell est-il parfois qualifié de successeur de Parsons. Creswell devient recteur du collège de Valladolid fondé par ce dernier88. Lui aussi choisit le camp de l’Espagne, qu’il considère comme seule capable d’assurer la reconquête religieuse de l’île. La collaboration de Creswell a un caractère directement politique ; le jésuite ayant averti Madrid que deux espions allaient pénétrer en Espagne par la France, le Conseil d’État décide de lui demander des précisions89. En mars 1604, l’Anglais réside à la cour de Philippe III et suggère au souverain d’écrire à Zúñiga de recruter des agents britanniques à Paris ; à cette fin, l’ambassadeur doit se mettre en contact avec les pères Baldwin et Owen90. En 1616, le père Creswell mène toujours ce type d’activités. De passage à Paris, où il est reçu par la reine mère et par Villeroy, il rencontre Monteleón, auquel il rend compte de ces entretiens et adresse au Conseil d’État des avis sur la situation en France91. En fait, cet Anglais explique que son but a toujours été le rapprochement des deux puissances catholiques et il rappelle les contacts qu’il a pris dans ce sens avec le père Cotton92.

  • 93 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, notice p. 72.
  • 94 AGS, E, 2029, Conseil d’État, consulta du 2 mai 1615.
  • 95 AGS, K, 1612, le 13 février 1616, mémoire du colonel Semple ; AGS, K, 1430, f° 13, Conseil d’État, (...)

72Parmi les militaires, l’un des plus actifs est le colonel William Semple. Ce noble écossais (1546-1632) est doublement attaché à l’Espagne : par son mariage avec Marie de Ledesma en 1595 et par sa fidélité au catholicisme. Exerçant l’office de gentilhomme de la bouche de Philippe III93, il ne cesse de favoriser les missions religieuses et militaires vers son pays d’origine. Ainsi, Tassis reçoit de l’Écossais un mémoire sur les lieux possibles de débarquement d’une armada espagnole. En 1615, Semple touche d’importants subsides : deux cent cinquante écus par mois94. En 1616, il envoie un mémoire pour éviter qu’une mission catholique dirigée par Chamers ne parte de France visiter la noblesse d’Écosse, car elle aurait pour seul effet de raidir l’attitude de Jacques Ier envers les catholiques95.

  • 96 AGS, K, 1467, f° 48, s. d. (juin ou juillet 1612).
  • 97 AGS, K, 1467, f° 93, Cárdenas au roi le 27 juillet 1612.
  • 98 AGS, E, 2041, réponse du Conseil d’État aux nouvelles envoyées par William Semple le 24 janvier 162 (...)

73En fait, dès avant cette date, les tentatives d’immixtion dans les affaires intérieures de Jacques Ier n’intéressent plus Madrid. D’autres militaires, tel le baron Juan Critton de Inruitte, participent à ces actions secrètes96, mais, contrairement à ce qui était le cas au temps de Zúñiga, l’ambassadeur à Paris affirme qu’il faut éviter d’employer des Anglais sur le territoire du Roi Très-Chrétien97. Ce revirement sur la question de l’emploi des agents britanniques paraît très net. En 1627 (époque du traité d’alliance franco-espagnol), le colonel Semple ayant proposé de rallier la noblesse de son pays aux côtés du Roi Catholique, le Conseil d’État répond : « Quant aux affaires d’Écosse, il n’y a plus lieu désormais de leur consacrer nos efforts98. » Ce désengagement espagnol ne signifie pas que l’Espagne a compris que les sujets anglais acceptaient leur roi et sa religion, mais qu’à Madrid on a su tirer les leçons de l’échec des nombreuses armadas, d’autant plus qu’une politique pacifiste est lancée depuis 1604.

  • 99 Voir John Bossy, Giordano Bruno and the Embassy Affair, New Haven, Yale University Press, 1991 ; et (...)
  • 100 MAE, Mémoires et Documents, Espagne 324 : résumé de la lettre de Thomas Morgan à l’évêque de Dublin (...)
  • 101 AGS, E, 1291, f° 186, Ledesma le 18 septembre 1602.
  • 102 BNP, Fond français, 4020 (Mémoires servans a l’histoire soubz le regne de Henry quatre depuis l’an (...)
  • 103 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 14 mai 1605.
  • 104 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 décembre 1607.

74Parmi ces maîtres-espions, un des itinéraires les plus originaux demeure celui de Thomas Morgan99. Son parcours commence en Angleterre en 1568 lorsque, employé dans la résidence où est emprisonnée Marie Stuart, il devient l’informateur de celle-ci. Rapidement soupçonné de trahison, impliqué dans la conspiration de Ridolfi contre Élisabeth Ire (1571), il est arrêté puis relâché. Morgan rejoint en France Charles Paget et, grâce à une lettre de recommandation de la prisonnière qu’il transmet au duc de Guise, il obtient le titre de secrétaire de l’ambassadeur écossais, James Beaton, la « plaque tournante » de la correspondance entre Marie Stuart et les différents opposants. En 1583, l’ambassadeur anglais auprès d’Henri III demande son arrestation pour son implication dans les projets de complot, dont celui de William Pary qui sera découvert en 1585. Embastillé, Morgan est rapidement libéré grâce à l’intervention du nonce. Comment aurait-il pu ne pas participer au complot de Babington (1586) ? Mis en cause, emprisonné plusieurs années, puis libéré, Morgan décide de quitter la France pour aller en Flandres. Loin d’être hispanophile, il s’est opposé au projet de l’Invincible Armada et s’est déclaré hostile à tout prétendant non britannique100. Ce manque d’enthousiasme pour la cause espagnole le conduit à goûter aux geôles flamandes du duc de Parme de février 1590 à juin 1792. Revenu en France, il en est expulsé, ce qui le conduit à Turin où il rencontre Ledesma au lendemain de la conspiration de Biron101. De retour en France une nouvelle fois, il est condamné le 15 avril 1605 à avoir la tête tranchée, à cause de sa participation au complot d’Entragues et d’Auvergne102, mais sa peine est commuée en bannissement le mois suivant103. De nouveau appréhendé le 9 décembre 1607, pour être resté sur le territoire français et avoir fréquenté l’ambassade espagnole104, il est encore une fois relâché, à une date inconnue... mais c’est pour retourner en prison :

  • 105 AGS, K, 1426, f° 113, dépenses de l’ambassadeur, avril 1609.

Le 14 novembre 1608, sur ordre du roi de France, ils prirent Thomas Morgan, gentilhomme anglais, agent de cette ambassade, que j’avais tenu caché dans ma maison, le soignant pendant soixante-dix-huit jours105.

  • 106 AGS, K, 1454, f° 172, comptes de Cárdenas le 9 novembre 1616.
  • 107 AGS, K, 1454, f° 172, comptes de Cárdenas le 9 novembre 1616. Morgan reçoit en tout 860 écus de pen (...)
  • 108 AGS, K, 1466, f° 35, Cárdenas au roi le 2 février 1612.

75Les allers et retours de Morgan entre les prisons françaises et l’ambassade ne semblent cesser qu’avec sa libération de 1610106. Son âge très avancé (plus de soixante-dix ans) et la prudence de l’ambassadeur espagnol lui évitent peut-être de nouveaux déboires, bien qu’il reste stipendié par l’Espagne107. Enfin, en 1612, à en croire un rapport de Cárdenas, la reine mère lui permet de rester tranquillement en France108.

  • 109 C’est-à-dire d’une part l’Espagne et, d’autre part, les Français qui sont en contact avec Morgan, v (...)

76Cette biographie agitée pose deux questions : pourquoi l’ambassade espagnole a-t-elle soutenu aussi fermement un personnage tellement encombrant ? Comment expliquer la mansuétude régulièrement témoignée à Morgan par les autorités françaises ? On peut tout d’abord supposer qu’il s’agit d’un agent indispensable à l’Espagne. Connaissant bien les Écossais qui sont au service de Jacques VI (devenu Jacques Ier), Morgan est un intermédiaire tout trouvé avec la marquise de Verneuil par le biais du duc de Lennox, oncle de celle-ci. Une telle hypothèse implique cependant que les deux parties en présence109 auraient décidé d’oublier toutes les prises de position anti-espagnoles de Morgan et de Paget pendant la période antérieure, ou bien que Morgan ne serait qu’un agent provocateur de l’Espagne appartenant au groupe des « politiques ». Quant à la clémence française, elle peut s’expliquer par le fait que Morgan a été le chef de file du groupe catholique anglais le moins favorable à l’Espagne. Peut-être même a-t-il tout au long de sa carrière joué double jeu ? Du moins possède-t-il l’avantage (si l’on peut dire) d’être l’un des espions connaissant le mieux les prisons européennes au début du XVIIe siècle.

Les réfugiés espagnols en France

77Trois grandes figures se détachent parmi les réfugiés espagnols résidant en France : Antonio Pérez, Manuel don Lope et Cristóbal Frontín. Ces trois personnages possèdent un point commun : leur bannissement d’Espagne en 1591, à la suite de la révolte d’Aragon, dont l’origine factuelle est à rechercher dans la biographie d’Antonio Pérez.

  • 110 G. Colás Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI.
  • 111 Gil de Mesa est appelé Gilles de Metz par les contemporains français (Tallemant des Réaux, Historie (...)
  • 112 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. XXVII.

78Fils de Gonzalo Pérez (1500 [?] - 1556), secrétaire d’État de Charles Quint et de Philippe II, Antonio Pérez devient à son tour l’un des deux secrétaires du souverain. Impliqué dans les luttes de factions de l’époque (celles de don Juan d’Autriche et de la princesse d’Éboli), Antonio Pérez est accusé en 1578 de l’assassinat d’Escovedo, le bras droit de don Juan. Son arrestation, l’année suivante, correspond en fait à des enjeux qui dépassent le cadre d’un simple fait divers : en effet, elle inaugure un tournant de la politique étrangère espagnole. L’ancien secrétaire d’État, qui est au courant des affaires secrètes du roi, bénéficie tout d’abord d’un jugement modéré : après deux ans passés en prison, il est exilé loin de la Cour. Pourtant, il continue d’être suspect aux yeux du pouvoir, qui tente d’éliminer cet individu qui en sait trop. Pour éviter la peine de mort, Antonio Pérez s’enfuit en Aragon en 1590, se croyant à l’abri des lois castillanes. Tenace, Philippe II emploie alors l’Inquisition pour des tâches de police politique contraires aux fueros de ce royaume, alors traversé de profondes tensions sociales110. En septembre 1591, le soulèvement de l’Aragon oblige le Saint-Office à libérer Pérez quand la population s’en prend aux représentants du pouvoir castillan (le gouverneur de Saragosse, le marquis d’Almenara, trouve la mort au cours de ces émeutes). Accompagné de divers Aragonais, dont Manuel don Lope, Cristóbal Frontín et Gil de Mesa111, Pérez trouve refuge en Béarn et commence une vie errante, cherchant à monnayer ses connaissances auprès du plus offrant. Il rencontre donc Henri IV à Pau, puis se rend à plusieurs reprises en Angleterre auprès d’Élisabeth. Ces contacts étant restés infructueux, il revient à Paris. Pourchassé par Philippe II tout au long de ces années, il réussit à éviter les nombreux attentats commandités par son ancien maître112. La mort de Philippe II en 1598 et la diminution des tensions franco-espagnoles transforment finalement l’ancien bras droit du roi d’Espagne en un exilé démuni dont le but principal consiste à obtenir son pardon de Philippe III.

  • 113 AGS, K, 1426, f° 4, Conseil d’État, consulta du 30 juillet 1602 ; AGS, K, 1603, f° 102, juillet 160 (...)
  • 114 AGS, K, 1608, relation de Bustamente placée après le 30 octobre 1607.
  • 115 AGS, K, 1606, Zúñiga le 8 mars 1604.
  • 116 AGS, K, 1460, f° 120, Tassis le 11 décembre 1603.
  • 117 AGS, K, 1606, d’août 1604, les enfants de Pérez s’offrent comme agent de Philippe III ; AGS, K, 146 (...)
  • 118 AGS, K, 1593, le 30 août 1604, les lettres du connétable.
  • 119 AGS, K, 1452, f°12, Cárdenas le 15 janvier 1610 ; AGS, K, 1427, Conseil d’État, consulta du 5 janvi (...)
  • 120 AGS, K, 1461, lettre de Cárdenas du 27 avril 1609.

79Dans le cas de Pérez, les diplomates espagnols en France interviennent à deux niveaux. D’une part, ils sont chargés de le surveiller ainsi que ses acolytes. D’autre part, ils sont les intermédiaires des interminables négociations menées par le proscrit pour obtenir son retour en grâce. Le 30 juillet 1602, le Conseil d’État étudie la proposition faite à Tassis par un Français « très catholique » qui s’offre, contre une modeste rémunération, à surveiller les Espagnols correspondant avec la cour de France par l’intermédiaire de Pérez113. En 1607, un des agents de l’espía mayor, Martín de Bustamente, prévient Madrid du départ pour l’Espagne d’un messager du banni114. Les mouvements de ce dernier font l’objet de plusieurs rapports : Zúñiga, par exemple, avertit le Conseil d’État que le roi d’Angleterre a demandé à Pérez de le rejoindre mais que, l’accueil de Jacques Ier n’ayant pas eu de suites, le proscrit est revenu en France115. En 1603, on apprend que l’ancien secrétaire d’État, lassé d’une existence de fugitif espérant pour bientôt une grâce royale, aurait décidé d’aller s’établir dans un « pays neutre », la Lorraine116. Tous les moyens sont employés pour circonvenir Pérez : sa famille ayant été libérée des prisons espagnoles par le changement de règne, on voit certains de ses enfants s’offrir à travailler pour le Roi Catholique117. En tant qu’intermédiaires, les diplomates conservent des contacts avec l’ancien secrétaire d’État, dont ils connaissent les embarras financiers. En août 1604, Pérez propose ses services au connétable de Castille118, puis il multiplie les contacts. L’exilé sert le roi de France aussi bien que le roi d’Espagne. Ses relations avec les milieux dirigeants français, où il compte Bellièvre, Montmorency et Zamet comme « amis », peuvent faire de lui un précieux indicateur. C’est ainsi qu’en janvier 1610 il communique à Cárdenas les projets français d’union matrimoniale avec la Savoie119 : peu à peu, le rebelle est apprivoisé120.

  • 121 AGS, K, 1465, f° 84, Cárdenas à Aróstegui le 26 novembre 1611.

80Devenu un agent double, Antonio Pérez reçoit donc de la France une pension – qu’Henri IV rétablit à la demande de Sébastien Zamet – et des subsides de l’ambassade d’Espagne. Même après la mort du Béarnais, il demeure exclu de tout pardon, n’étant pas compris dans les demandes de grâce adressées à l’Espagne par Marie de Médicis. L’ambassadeur à Paris reste en contact avec le proscrit vieillissant jusqu’à la mort de celui-ci, le 3 octobre 1611, alors qu’il était dans le plus grand dénuement. Cárdenas ne consacre que trois lignes à l’événement dans une lettre au secrétaire d’État Aróstegui, précisant seulement que le logis du défunt était pauvre et que l’homme n’avait plus aucun crédit121. Figure tragique que l’on retrouve à différents moments de l’histoire, l’image du responsable déchu, banni, pourchassé et finalement acculé à implorer son pardon au prix de son reniement reste attachée à la personne d’Antonio Pérez.

  • 122 G. Marañóu, Antonio Pérez, chap. XXXI.
  • 123 AGS, K, 1606, Tassis le 23 janvier 1603.
  • 124 La régente adresse de très nombreuses demandes (AGS, K, 1464, f° 108, Cárdenas au roi le 12 avril 1 (...)

81L’un de ses compagnons aragonais a eu plus de chance. Issu d’une famille de riches hidalgos érasmistes, Manuel don Lope, après la proscription de 1591, sert le duc de La Force sur la frontière pyrénéenne122. Le gouverneur le consulte sur l’agitation qu’il serait possible d’entretenir chez les morisques. Arrivé à Paris, il agit comme la plupart des exilés et demande son pardon dès 1603123. Il suit son maître à penser, Antonio Pérez, dans sa lente déchéance, l’accompagnant dans ses derniers instants. Appartenant à une autre génération que le vieux secrétaire de Philippe II, don Lope assiste au rapprochement franco-espagnol et il obtient l’appui de la régente pour revenir en grâce auprès du roi d’Espagne124. Pendant les dix premières années du XVIIe siècle, il a suivi le parcours classique de nombreux exilés. Tandis que Marie de Médicis sollicite le pardon du roi d’Espagne pour l’Aragonais, Cárdenas écrit à Philippe III en faveur de l’exilé : en vingt ans de bannissement, affirme-t-il, don Lope a servi son souverain

  • 125 AGS, K, 1464, f°110, Cárdenas au roi le 18 avril 1611.

avec industrie et zèle, il a persuadé des religieux (qui avaient renié notre sainte foi) qui étaient passés en France de revenir à l’obédience, comme ils l’ont fait par la suite. Ce que je sais de ses actions, c’est qu’en plus de cette œuvre, il a servi V. M. dans des affaires importantes125...

82L’ambassadeur ne précise pas quels services don Lope a rendus, mais on peut penser à des dénonciations de morisques en contact avec La Force et à l’envoi d’informations sur l’entourage anti-espagnol de Pérez.

  • 126 AGS, K, 1472, f° 114, Manuel don Lope à Cárdenas le 18 octobre 1616.
  • 127 AGS, K, 1472, f° 116, Manuel don Lope à Cárdenas le 18 octobre 1616.
  • 128 AGS, K, 1612, Conseil d’État, consulta du 15 décembre 1616 sur les lettres des 24, 27, 29 et 31 nov (...)
  • 129 AGS, K, 1613, Cárdenas sur don Lope le 20 lévrier 1617 ; Conseil d’État, consulta du 25 lévrier 161 (...)
  • 130 AGS, K, 1457, f° 178c, avis de France de Manuel don Lope.
  • 131 AGS, K, 1434, f° 42, Juan Germán Daubillon à Manuel don Lope le 2 février [627.
  • 132 Sur ce naufrage, voir Y.-M. Bercé, « L’affaire des caraques échouées ».
  • 133 G. Marañón, Antonio Pérez, chap. XXXI.

83La carrière de don Lope se poursuit brillamment. En 1616, il transmet des renseignements importants sur l’attitude de la Savoie et des ducs de Bellegarde, Nemours et Guise126. Par l’intermédiaire de la comtesse de la Torre127, il devient agent de liaison entre l’ambassade d’Espagne à Paris et la reine Anne d’Autriche ; il remplit une mission identique auprès du duc de Nemours128. Son entregent est tel qu’en 1617 Cárdenas, qui depuis son ambassade est le spécialiste des affaires françaises auprès du Conseil d’État de Madrid, affirme qu’aucun agent n’est mieux informé que don Lope et n’est aussi bien introduit que lui chez les princes et à la Cour. C’est pourquoi Cárdenas propose de verser à don Lope une pension mensuelle et de lui accorder la charge de majordome de la Reine-Infante ; le Conseil d’État approuve129. Manuel don Lope continue à envoyer des informations : en 1625, il s’occupe de la question des États du Béarn, des positions du comte de Gramont et des divisions survenues entre Richelieu et Schomberg130 ; en 1627, de retour en Espagne après avoir obtenu sa grâce, il accueille le comte de Louvigny (fils du comte de Gramont), venu se réfugier en Aragon après l’affaire Chalais131. À la fin de cette même année, il est proposé pour négocier la récupération des restes d’une flotte espagnole qui a fait naufrage sur les côtes sud-ouest de la France132, mais Louis XIII le déclare persona non grata133. Cette carrière d’insoumis, commencée dans la violence aux côtés d’Antonio Pérez, se termine donc au service du pouvoir et avec les honneurs et la reconnaissance.

84Bien d’autres espions vivent des situations semblables à celles d’Antonio Pérez et de Manuel don Lope, mais aucun ne possède leur envergure politique. Antonio de Bardaxi, Alonso López, Cristóbal Frontín, Girón Croyos et Mathias Morillo sont tous des agents de l’Espagne et travaillent à informer Madrid dans le domaine des affaires françaises, mais ils ne se situent pas au même niveau que les deux maîtres-espions évoqués.

Juifs, portugais et religieux

85Les agents anglais suivent les routes de Flandres et d’Espagne, poussant parfois jusqu’à Rome, traversant la France ou s’y installant. Les agents du groupe des Aragonais, Pérez, don Lope ou Frontín, sont centrés sur l’axe Aragon-France et transmettent surtout des informations sur les Pyrénées, les morisques ou les diverses entreprises françaises contre les positions espagnoles. Pour leur part, les Portugais, qui souvent sont des juifs ayant fui leur pays à cause des persécutions, fréquentent un chemin qui traverse obliquement le royaume du Roi Très-Chrétien et s’étire vers le nord jusqu’à la base de la Hollande. La quasi-totalité de ces fugitifs sont en liaison avec l’Espagne, volontairement ou parce qu’ils y sont obligés. Parmi eux, deux personnages de grande envergure émergent de la correspondance des diplomates espagnols en France : Manuel et Cristóbal de Portugal.

  • 134 P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VII (1879), août 1595, p. 35.
  • 135 J. de Lamar, Diplomacy and Dogmatism, p. 106.
  • 136 AGS, E, 614, f° 68, le gouverneur des Pays-Bas espagnols le 24 octobre 1597.
  • 137 Y.-M. Bercé, Le roi caché, AGS, E, 193. Un faux Sébastien, après s’être manifesté à Venise, en est (...)

86Depuis la mort du roi du Portugal Sébastien Ier sur le champ de bataille d’Alcacer-El-Kébir en 1578, puis celle de son oncle le cardinal Henri, la légitimité de Philippe II puis sa conquête du royaume sont contestées par une petite minorité. Avec la fin des guerres de Religion et le traité anglo-espagnol de 1604, la France et l’Angleterre réduisent l’aide qu’elles apportaient aux contestataires. Parmi ceux-ci, Manuel et Cristóbal constituent les figures de proue du refus de la domination espagnole. Fils de don Antonio, prieur de Crato et candidat malheureux à la succession du cardinal Henri, Manuel, l’aîné, et Cristóbal, le cadet, parcourent l’Europe cherchant à recouvrer le trône perdu. Puis ils adoptent des positions réalistes, en raison des accords passés entre les puissances européennes mais aussi parce que leur situation matérielle de plus en plus précaire les y contraint ; à propos de la mort de leur père don Antonio, Pierre de L’Estoile notait en effet : « Roy de Portugal, au moins qu’il l’avoit été, car son train estoit réduit à celui d’un bien simple gentilhomme134.» Si Manuel a fait un beau mariage en épousant la sœur du comte Maurice de Nassau, il n’en reste pas moins que les deux frères restent dépossédés de tous leurs biens et doivent se mettre en quête de nouvelles ressources. Très tôt, ces ennemis de l’« usurpateur » castillan ont entamé des négociations avec ses représentants : avant même le décès de son père en 1595, don Cristóbal communique diverses informations à l’ambassadeur espagnol à Paris135. En 1597, les deux frères envoient à Bruxelles un émissaire, prétextant qu’ils « sont fatigués de la triste vie qu’ils poursuivent depuis tant de temps136 » ; ils demandent au gouverneur des Pays-Bas espagnols d’intercéder auprès du Roi Catholique pour obtenir leur pardon et un emploi. Apparemment, ces négociations n’aboutissent pas. Par la suite, les différents ambassadeurs en poste à Paris informent le roi des agissements de deux Portugais. En 1601, c’est l’apparition d’un faux Sébastien, réincarnation prétendue du souverain disparu, qui attire l’attention de l’Espagne sur les deux frères. Cette manifestation et ce transfert de sentiment populaire se fixent sur une image de la souveraineté disparue, qui, à intervalles réguliers, s’incarne dans des épiphanies qui sont autant de contestations symboliques du pouvoir137. Zúñiga signale à Madrid :

  • 138 AGS, E, 1619, f° 7, Zúñiga le 5mai 1601.

En Angleterre et en Hollande, ce charlatan qui veut se faire roi du Portugal a fait grand bruit ; il conviendra au service de V. M. d’en terminer avec lui rapidement. De Hollande, on m’a averti que don Cristóbal, fils de don Antonio, entretient des correspondances secrètes au Portugal et recommence à formuler les prétentions de son138

  • 139 AGS, E, 619, f° 69, Zúñiga avril 1601, P 107 : lettre de Cristóbal interceptée à Venise.

87Le danger du sébastianisme est assimilé aux prétentions des fils de don Antonio. Ce mois d’avril 1601 voit donc se renouveler les menaces de collusion entre certains nobles portugais, des Hollandais, des Anglais et don Cristóbal139. L’ambassadeur espagnol tient ses informations d’un lieutenant du rebelle.

  • 140 AGS, E, 1292, f° 67, année 1603.
  • 141 AGS, K, 1451, f°118, le roi á Zúñiga le 6 juillet 1604.
  • 142 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 6 novembre 1607 ; AGS, K, 1461, Irarraga au roi le 7 février 1608.

88Recruter des espions dans l’entourage de ces individus fait partie des tâches des représentants espagnols. En 1603, le comte de Fuentes obtient de ses agents français une information précieuse : Cristóbal de Portugal aurait mis au service du roi de France ses intelligences dans le royaume lusitanien140. En 1604, lors du passage de Manuel en France, le roi donne pour instruction à Zúñiga d’employer Salvador Machado afin de découvrir les intentions des deux frères141. Des approches du même type sont effectuées en 1607 et 1608 par Juan Barbossa de Almeyda et Rodrigo Alvares de Vittoria142. En plus de possibles intrigues menées au Portugal, ce sont les agissements des fils de don Antonio et des Hollandais contre les colonies qui inquiètent les responsables espagnols.

89En fait, les deux frères apparaissent d’abord comme des ennemis du Roi Catholique, mais des ennemis bien étranges qui, avant même la mort de leur père, communiquent avec l’adversaire puis sollicitent de lui une gratification et, enfin, en viennent à l’informer.

  • 143 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 26 juin 1610.

À propos des prétentions de don Manuel de Portugal et de ses frères, l’Archiduc répond qu’ils seraient prêts à résider là où le désire V.M., de manière que leurs actions et leurs procédés satisfassent entièrement V. M., ce en quoi ils se disposent dès qu’ils verront la gratification qu’ils attendent de V. M. Selon Son Altesse [l’Archiduc], on pourrait donner douze mille ducats de rentes perpétuelles à don Manuel et, à son frère cadet, une encomienda d’une valeur pouvant aller jusqu’à sept ou huit mille ducats143,

  • 144 AGS, K, 1452, Cárdenas au roi le 15 décembre 1610 ; AGS, K, 1464, f° 44, Cárdenas au roi le 14 févr (...)
  • 145 AGS, E, 2228,1e 28 mai 1613.
  • 146 AGS, E, 632, ffos 17-18, Conseil d’État, consulta du 21 février 1617.

90écrit le Conseil d’État, qui approuve ces négociations. Quelques mois plus tard, Cárdenas précise que Cristóbal de Portugal touche déjà une aide de la France144. Les parties semblent s’être mises d’accord puisque, le 28 mai 1613, Philippe III accorde à don Manuel une pension de douze mille ducats145. En 1617, le fils aîné de don Antonio se voit confirmer cette pension et reçoit l’autorisation de vivre à Bruxelles146.

  • 147 AGS, K, 1478, f°163, Mirabel, décembre 1621.
  • 148 AGS, K, 1438, f° 72, Mirabel à Ciriza le 22 septembre 1622 ; AGS, K, 1476, f°17, Mirabel au roi (fi (...)
  • 149 Sur le double jeu de Manuel de Portugal : voir AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas le 12 décembre (...)
  • 150 AGS, E, 2853, le Ier novembre 1624.
  • 151 AGS, K, 1459, f°184, le roi à Mirabel le 8 septembre 1629 ; AGS, K, 1446, f° 96, Mirabel au roi le (...)

91Cette décennie de repos ne satisfait pas les deux frères, qui entament alors un double jeu. Ainsi, en décembre 1621, Cristóbal transmet au marquis de Mirabel une précieuse information sur le départ de Saint-Malo de navires faisant voile pour les Indes, avis que l’ambassadeur considère avec prudence, soupçonnant Cristóbal d’informer sur des sujets semblables la France et les États-Généraux147. Les divers renseignements pris concordent pour confirmer les suppositions du diplomate. Peu à peu, les deux frères participent aux entreprises de La Ravardière et des Provinces-Unies contre les colonies ibériques, tout en tenant les responsables espagnols informés de leurs nouvelles activités148. Ce double jeu149 correspond à une nouvelle étape dans leurs négociations avec la Monarchie Catholique. En effet, en 1620, Madrid a refusé la grandesse à Manuel. Pour faire cesser ces menées des années 1620-1624, qui laissent craindre en arrière-plan une collusion avec des éléments restés au Portugal, le Conseil d’État accepte d’accorder au prétendant la faveur demandée150. Mais si la soumission de Manuel est désormais acquise, son cadet Cristóbal tente de nouveau de monnayer ses possibles accointances au Portugal et en Hollande. Pourtant, en 1629, où on le retrouve réfugié en France, il ne semble plus être d’aucune utilité ; il vit d’une maigre pension, ce qui le pousse à entrer une dernière fois en contact avec l’infante Isabelle. En dépit d’un avis défavorable de l’Infante, qui attribue à Cristóbal la publication à Paris d’un ouvrage hispanophobe, Mirabel insiste pour que le Roi Catholique soit « charitable » envers don Cristóbal151.

92Derrière les infants du Portugal se profile la lutte pour la conservation du royaume de Sébastien et de ses colonies. Plus de trente ans d’échanges et de tentatives d’infiltration des infants portugais et des autorités espagnoles soulignent l’enjeu que représente pour Madrid la maîtrise de l’information dans le royaume lusitanien et la place accordée à ce territoire sur la scène européenne et coloniale.

  • 152 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, lettre, 582, pp
  • 153 AGS, K, 1604, Tassis le 2 ; octobre 1601.
  • 154 AGS, K, 1460, Prada à Baltasar de Zúñiga le 12 juin 1607.
  • 155 AGS, K, 1606, Tassis le 2 ; janvier 1603.

93Un troisième agent portugais mérite d’être rangé dans la catégorie des maîtres-espions, en raison de son itinéraire bien particulier et de la durée de son activité. Moine portugais d’origine juive, Martín del Espíritu Santo152 est en relations avec les fils de don Antonio de même qu’avec bon nombre d’agents du Roi Catholique ayant la même origine. Sa première apparition dans la correspondance diplomatique espagnole date de 1601. À cette époque déjà, il mène un jeu ambigu. Venu avec d’autres marranes à la cour d’Henri IV pour offrir des présents au souverain, il montre son habileté en établissant de bonnes relations avec l’entourage du roi, particulièrement avec Sébastien Zamet, dont il obtient une pension de cinquante écus par mois ; de plus, son réseau de connaissances s’étend à Antonio Pérez, à Manuel de Portugal et à de nombreux opposants au Roi Catholique. A la même époque, il rencontre l’ambassadeur espagnol et lui transmet des renseignements. Tassis décrit l’ensemble des relations entretenues par le frère Martin del Espíritu Santo et transmet à Madrid les informations que le religieux lui a données à propos des dispositions prises par don Manuel153. Entre 1601 et 1607, le bénédictin s’engage contre la Monarchie Catholique, aidant de nombreux marranes à passer en France154, et fait également des séjours en Angleterre et au Portugal155. En 1607, cependant, Irarraga signale un changement :

  • 156 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 17 mai 1607.

Martín del Espíritu Santo, frère portugais de l’ordre de Saint-Benoît qui, les années précédentes, fit venir dans ce royaume de nombreuses familles du Portugal, m’a annoncé qu’il rendra un service de grandissime importance à V. M. [...] si, pendant ce temps, V. M. ordonne de suspendre l’exécution de la sentence de mort à laquelle est condamné un de ses frères qui fut pris à Ayamonte pour avoir introduit en Espagne de la monnaie de vellón et si, au cas où il rendrait à V. M, le service proposé, V. M. ordonne de le libérer [son frère] et de lui assurer d’une pension honnête lui permettant de vivre dans une des possessions de V, M. hors d’Espagne où il n’y ait pas d’inquisition156.

  • 157 AGS, K, 1460, Prada à Zúñiga le 12 juin [607.
  • 158 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 24 août 1607.

94Cette offre ayant été acceptée, non sans débat157, Martín del Espíritu Santo dévoile son projet lors d’une nouvelle rencontre avec Irarraga. Il propose de « retirer tous les Portugais qu’il y a dans ce royaume et en Hollande vers les terres sujettes de l’Archiduc158 [Albert] » et de ramener l’argent espagnol vers la Péninsule afin d’accroître la richesse royale – projet démentiel, mais d’une importance vitale pour les finances de la Monarchie, ce qui explique l’accord du Conseil d’État. Mis en relation avec Juan de Arbelays, le correo mayor d’Irún, Martín del Espíritu Santo se rend donc en Espagne.

  • 159 AGS, E, 625, f° 110, Andrés de Prada du 29 juin 1608.
  • 160 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 26 avril 1611. Dans ce document, Martín del Espíritu Sant (...)
  • 161 Sur Manuel Sueyro, voir le chap. VIII, p. 368.
  • 162 Sur cette période de la vie de Martín del Espíritu Santo, voir M. Á. Echevarría Bacigalupe, La dipl (...)

95Les résultats précis de ses contacts demeurent inconnus ; s’il est certain que les métaux précieux n’ont pas réintégré la Péninsule, néanmoins, le secrétaire Prada relève en 1608 que l’agent portugais montre du zèle à servir le Roi Catholique159. À partir de 1610 et jusqu’en 1614, le champ d’action qui lui est assigné concerne les négociations secrètes avec des dirigeants hollandais160 ; cependant, comme dans le cas de Manuel Sueyro161, les tensions entre dirigeants espagnols entraînent le renvoi de l’informateur, dont la présence est considérée comme inutile dans les Pays-Bas espagnols162.

Les protestants français

  • 163 À propos de La Forcade, voirie répertoire des espions p. 611.
  • 164 J.-P. Amalric, « L’œil et la main de l’Espagne dans les affaires françaises ».
  • 165 Inventaire du MAE, CP Espagne, vol. XV : relation de la négociation de Michel du Clausels, envoyé d (...)

96Parmi les huit agents protestants recensés, seul Clausels fait figure de maître-espion. À la différence d’un La Forcade163, représentant du roi de France de confession réformée qui, en mission dans les Pyrénées, trahit son maître pendant six années consécutives, cet envoyé de Rohan et de Gaston d’Orléans se distingue par ses motivations. En effet, Clausels agit toujours au nom d’une cause, et se trouve le plus souvent accompagné d’acolytes. Il n’est pas question ici d’écrire l’histoire des contacts entre protestants français et dirigeants espagnols164, mais seulement de suivre la trajectoire particulière de Clausels, sieur de La Roche. Le titre du personnage est incertain – il est qualifié de baron ou de comte de Saint-Ange selon les différentes sources –, de même que son prénom (est-ce Michel ou bien Louis ?)165 et que la particule accolée à son nom. Natif de Montpellier, calviniste, il appartient à la clientèle du duc de Rohan, et très certainement à cette foule de gentilshommes réformés du sud de la France qui ont vu dans les guerres de Religion des années 1620 un moyen d’agrandir leur maison.

97Dès le début de l’année 1625, un émissaire du duc de Rohan rencontre Mirabel afin de proposer un accord entre les protestants soulevés du Languedoc et le Roi Catholique. Le nom de l’agent est resté inconnu, mais la réponse écrite dans la marge de la lettre de Mirabel laisse croire à une participation de Clausels :

  • 166 AGS, K, 1480, f° 11, Mirabel au roi le 27 mars 1625 ; souligné par nous.

En qui concerne [cet homme], il faut répondre (en cas de double jeu, comme le dit le gentilhomme français qui est venu ici de la part de Rohan) de façon très sèche, de manière qu’on sache par ici que l’on n’entre pas dans son projet et, d’autre part, qu’on ne sache pas qu’on a compris que sa tentative relève du double jeu166.

98L’agent entame alors une série de contacts fructueux – pour l’avenir seulement, car les négociations de 1625 achoppent sur cette crainte que Paris apprenne ces contacts avec les protestants.

  • 167 À tel point que Grillon signale dès l’année 1626 que Clausels est un espion espagnol (P. Grillon, L (...)
  • 168 Inventaire du MAE, CP Espagne, vol. XV, relation de la négociation de Michel de Clausels, envoyé de (...)
  • 169 Le Mercure françois, t. XV (année 1628-1629), pp. 457-465 ; R. Mousnier, L’homme en rouge (p. 361) (...)

99La révolte de La Rochelle, en septembre 1627, s’accompagne d’une nouvelle rébellion protestante menée par Rohan et son frère Soubise. Clausels s’emploie de nouveau à assurer la liaison avec les dirigeants espagnols167. Cette situation ambiguë de l’Espagne, alliée du roi de France en vertu du traité de Madrid (renouvelé par celui de Groleau) mais négociant avec les protestants, n’a pas laissé de trace dans la correspondance étudiée. En revanche, d’autres sources relatent ces discussions, qui s’étendent jusqu’à l’année 1629, c’est-à-dire pendant les combats autour de Casale et la guerre de Mantoue168. Un accord est conclu le 3 mai 1629, après qu’un Conseil de conscience s’est prononcé à Madrid sur les différentes clauses. Parmi celles-ci, les demandes de financements, destinés tant à une armée protestante qu’à la clientèle du duc de Rohan, côtoient les prétentions espagnoles en faveur de la religion catholique. Selon le Mercure français, la découverte de cette alliance par les dirigeants français serait fortuite. En avril 1629, en effet, un vieux gentilhomme zélandais envoyé par les Espagnols à Rohan est arrêté à Lunel. Il dit se nommer Bernard Pels, être catholique, avoir étudié à Louvain et avoir séjourné trois ans en Espagne dans la compagnie du comte de Solre, capitaine des archers de la garde du roi. Par ses aveux on apprend que le Comte lui a demandé de rencontrer Clausels à Barcelone. Ce dernier l’a fait accompagner d’un domestique pour aller rejoindre Rohan, mais le domestique l’a abandonné en France, d’où son arrestation. Quant à Clausels, il s’embarque pour l’Italie. Après avoir vu Rohan, Pels avait ordre de passer en Italie et d’obtenir de Gonzalvo de Córdoba dix-huit mille écus pour Rohan, le projet étant de créer une diversion pendant le siège de Casale. Condamné par le Parlement de Toulouse à avoir la tête tranchée pour crime de lèse-majesté, Bernard Pels est exécuté le 12 juin 1629169.

  • 170 Selon la phrase fréquemment citée du duc de Rohan au Cardinal : « Asseurez vous dudit sieur Clausel (...)
  • 171 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. III, (...)

100Pour Clausels, l’aventure continue. Parti en Italie, il entre en liaison avec Charles-Emmanuel de Savoie, en qui il espère trouver un appui à la révolte huguenote. Condamné par le Parlement de Toulouse, Clausels se réfugie à Milan, espérant soutirer à Gonzalvo de Córdoba la pension promise, mais la paix de Montpellier intervient à cette date. En bon maître, lors des négociations de paix, Rohan parvient à obtenir la grâce de Clausels et le recommande à Richelieu170. Pendant au moins un an, l’« agent trouble » sert le pouvoir, comme en témoigne une lettre du Cardinal à Bouthillier datée du 27 février 1630171.

  • 172 AGS, K, 1415, f° 47, Conseil d’État, consulta du 20 mai 1631 sur les lettres de Mirabel du 26 févri (...)
  • 173 AGS, K, 1424, f° 21, le roi à Mirabel te 22 avril 1631.

101Les dissensions nées de la Journée des Dupes (10 novembre 1630) permettent à Clausels de reprendre une activité souterraine. Alors que Gaston d’Orléans ne s’est pas encore déclaré contre son frère et que Marie de Médicis n’est pas encore en fuite, Mirabel, dans une lettre du 26 février 1631, annonce au Conseil d’État qu’il a rencontré deux ou trois fois Clausels, que celui-ci l’a assuré de l’amour porté par Monsieur à sa mère, et que seule l’impécuniosité empêche Monsieur de prendre parti. Pour convaincre son interlocuteur, au cours de ces entrevues, Clausels dit représenter plusieurs commanditaires et propose un soulèvement huguenot que quarante mille écus pourraient financer. Pendant quelque temps, le Conseil d’État suppose une provocation de la part du Cardinal172 puis, en avril suivant, Mirabel reçoit de nouveau Clausels, cette fois muni d’une lettre de créance de Puylaurens, le favori de Gaston d’Orléans. De nouvelles demandes de subsides parviennent à Madrid173. La participation de l’ancien agent laisse espérer à l’Espagne une conjonction des mécontentements nobiliaire et huguenot.

  • 174 AGS, K, 1415-, f° 31, Conseil d’État, consulta du 19 avril 1631 sur les lettres des 19 mars et 3 av (...)
  • 175 M, Prévost et J.-Ch. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. VIII, p. 1391, a (...)
  • 176 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p (...)

102Par ailleurs, Clausels entretient des contacts avec la duchesse de Guise. Celle-ci projette un soulèvement de Paris. On envisage une révolte de la Provence et du Languedoc dirigée par les dont les ducs de Guise et de Rohan ; elle n’éclatera qu’un an plus tard. Quant à l’agent protestant, Olivares note à son propos : « Il faut traiter prudemment avec lui. Assurément, s’il est vivant, c’est l’hérétique le plus chien et le plus fin qu’il [Olivares] ait vu agir au cours de sa vie174. » L’année suivante, les diplomates ignorent les activités de Clausels, qui se trouve certainement aux Pays-Bas espagnols auprès de la reine mère ou de Monsieur, tous deux exilés175. En 1633, l’agent change encore de parti. Dans sa lettre au Conseil d’État du 24 juin, il dénonce les agissements des conseillers de Gaston d’Orléans, Du Fargis et Puylaurens, et demande un soutien à la faction la plus radicale du parti de Marie de Médicis, celle du duc d’Elbeuf176. L’opinion d’Olivares à son égard s’est radicalement modifiée :

  • 177 AGS, K, 1416, f° 41, Conseil d’État, consulta du 6 août 1633 sur des lettres de Scaglia et une lett (...)

Le Comte-Duc dit que celui-ci [Clausels] est un bon religieux et un gentilhomme que le duc de Rohan envoya ici quand les Français entrèrent en Italie, Ce qu’il dit en matière d’État est sûr177.

  • 178 M. CArmona, Marie de Médicis, p. 513.

103L’aventurier n’écarte aucun moyen : pour faire prévaloir le point de vue du duc d’Elbeuf, il n’hésite pas à être le bras armé de cette faction lors de la tentative d’assassinat de Puylaurens178.

  • 179 AGS, K, 1416, f° 51, Conseil d’État, consulta du 26 août 1633 sur les lettres de Benavente du 9 jui (...)
  • 180 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p (...)
  • 181 BNP, Fonds français, 7596, Recueil de procès criminels, procès et arrêt de mort contre Clausels le (...)
  • 182 E. et É. Haag, La France protestante, t. III, pp. 481-482.

104L’assurance de Clausels est-elle la cause de sa perte ? En tout cas, la fin du gentilhomme protestant demeure confuse. Clausels – s’il n’est bien qu’une seule et même personne avec le comte de Saint-Ange – est arrêté une première fois pendant l’été 1633 ; Benavente rend compte de cet événement, montrant ainsi l’intérêt que porte l’Espagne à ce personnage179. En 1634, l’espion commet un second faux pas : une de ses lettres, contenant un projet de conspiration en Provence, est interceptée par les services de Richelieu180. L’aventurier est arrêté, accusé de crime de lèse-majesté, et exécuté à la fin de l’année 1634181. Un autre épilogue est envisagé par certains auteurs dont nous ne connaissons pas les sources. Toujours vivant en 1635, Clausels serait devenu l’émissaire de Marie de Médicis, celle-ci souhaitant alors créer, grâce au soutien de l’Espagne, un front commun de tous les opposants au Cardinal. Elle aurait donc envoyé Clausels auprès de son ancien maître le duc de Rohan pour lui proposer la création d’une principauté indépendante en Valteline en échange de sa participation. Réagissant de façon impitoyable, Rohan aurait livré aux autorités françaises Clausels, qui aurait alors été exécuté en septembre 1635182.

105Ce parcours est caractéristique d’une seconde génération d’espions. Après la période 1580-1615, ce sont désormais des aventuriers qui entrent au service du Roi Catholique. La simple participation au renseignement espagnol de ces individus qui épousent toutes les causes suffit à démontrer que la politique de la Monarchie et l’image que celle-ci projette ont profondément changé. Clausels n’appartient plus véritablement à la catégorie des protestants, dont il est issu : il rejoint plutôt celle des isolés ; il occupe une position intermédiaire entre les deux groupes étudiés.

III. - Les agents isolés : le passage italien

106Cette catégorie d’agents isolés circonscrit des individus qui n’adoptent pas une mentalité collective. Ils ne partagent pas une espérance positive commune à tout un groupe, à l’inverse des anciens ligueurs, des catholiques anglais, des juifs portugais ou des protestants français. Quand ils s’associent avec d’autres, ce n’est pas parce qu’ils partagent les mêmes valeurs ou connaissent la même situation politique, mais au nom d’intérêts particuliers.

107Le contrôle de la zone alpine représente un enjeu prioritaire pour les différentes puissances. La formation d’une Lotharingie méridionale constitue l’objectif de Charles-Emmanuel tandis que, du côté français, la région est la porte d’accès au mirage italien. Pour sa part, le Roi Catholique cherche à maintenir cet huis bien fermé à toute ambition française. Dans ce contexte, la recherche et les offres d’agents de renseignement sont favorisées par la présence de pôles secondaires de pouvoir, à savoir les « proconsuls » espagnols, le Dauphiné, gouverné par Lesdiguières, le duché de Savoie ou encore les différentes principautés italiennes proches de la région. Cette profusion d’États souverains favorise les changements de fidélité, les retournements et l’interpénétration des différents services. Les tactiques de deux maîtres espions, Carlos de Roo et le colonel Alardo, illustrent cette complexité du jeu italien entre les souverains français et espagnols.

Carlos de Roo

108La carrière de Carlos de Roo s’étend sur dix-sept années (soit de 1609 à 1626) situées au cœur d’une période de relations officiellement pacifiques entre les deux royaumes. L’identité de cet agent est mal connue car son nom prend différentes formes selon les sources : Carlos Roca pour la plupart des ambassadeurs espagnols, Charles de Roo ou Arro dans les documents rédigés en français, parfois Charles de Roque, comme dans les papiers de Richelieu, ou encore une forme mixte Carlos de Roo, que nous avons ici adoptée.

  • 183 AGS, K, 1461, f° 79, Cárdenas au roi le 30 septembre 1609.
  • 184 AGS, K, 1461, f° 119, Cárdenas au roi le 29 novembre 1609.

109Son parcours commence sous le règne d’Henri IV et s’achève sous le ministériat de Richelieu. De son propre chef, Carlos de Roo entre en contact avec l’ambassade espagnole à Paris en septembre 1609183. Le moment paraît propice, car les relations entre les deux monarchies commencent à se dégrader dans la perspective de la lutte pour la domination sur les duchés de Clèves et de Juliers. Du côté italien, les négociations entamées entre la France et la Savoie aboutissent en janvier 1610 au traité de Brussol. L’intermédiaire entre le duc de Savoie et le roi de France n’est autre que Carlos de Roo, parent du prince de la Mirandole184. On ne sait de qui exactement il est sujet – il est tantôt qualifié de Français, tantôt de Savoyard –, mais à cette date il sert Charles-Emmanuel tout en entretenant des relations suivies avec Lesdiguières. S’il offre son concours au Roi Catholique, aucun motif d’ordre religieux n’a joué dans son engagement :

  • 185 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 1er avril 1610.

La cause pour laquelle Carlos Roca s’est résolu à servir V. M. et à découvrir toutes ces machinations [des ennemis de S.M.] réside dans le fait qu’ayant été le négociateur du traité de mariage [franco-savoyard], ils [le duc de Savoie et Lesdiguières] l’exclurent et le chargèrent d’une autre tâche, de quoi il a été très affecté et il s’est proposé d’aller trouver le comte de Fuentes pour lui rendre compte de tout185.

  • 186 AGS, K, 1461, ffos 104-119, lettres de Cárdenas ; AGS, K, 1462, P 3, Cárdenas au roi les 25 et 28 j (...)

110Ce sont une fois de plus l’ingratitude et l’offense qui justifient le retournement de l’agent. Carlos de Roo ne change pas de fidélité sans rechercher des avantages. En contrepartie de ses informations, il pose trois conditions : ne jamais être livré au roi de France ni au duc de Savoie, ne jamais être inquiété par le Saint-Office (il est hérétique et a passé plus de trente-cinq ans avec les bandes de Lesdiguières durant les guerres), être dédommagé de la confiscation inévitable de ses biens par des gratifications dans le royaume de Naples ou en tout autre lieu hors d’atteinte des possibles représailles françaises ou savoyardes ; toutes conditions agréées par le Conseil d’État. Les informations transmises par Carlos de Roo en 1609-1610 sont de première importance – le traité d’alliance matrimoniale et militaire entre le duc de Savoie et le roi de France, la reconnaissance de villes comme Pavie, Alexandrie, Novare, Gênes, dans le cadre des préparatifs militaires franco-savoyards186 —qui lui valent immédiatement une gratification de trois cents écus. La correspondance précise ensuite que l’agent doit se rendre auprès du comte de Fuentes, puis à la cour du Roi Catholique. Cependant sa trace se perd pendant plusieurs années.

  • 187 AGS, K, 1612, Conseil d’État, consulta du 23 mars 1616.
  • 188 AGS, K, 1593, f° 52, affaire Carlos et Paul de Roo, septembre 1616.
  • 189 AGS, K, 1593, f° 53.

111En 1616, on retrouve Carlos de Roo à Madrid, dans les prisons de Sa Majesté, accusé d’hérésie et d’être un agent double. En effet, en Italie, il a voulu prévenir le gouverneur de Milan d’une menace franco-savoyarde contre les possessions italiennes à la condition de pouvoir obtenir une audience du duc de Lerma. Arrivé en Castille avec le marquis de la Hinojosa, il est arrêté en mars 1616 avec en sa possession des papiers compromettants, parmi lesquels des avis militaires et des documents prouvant son adhésion à l’hérésie187. Il en appelle au Conseil d’État, ce qui donne l’occasion de mieux le connaître. Pendant une entrevue avec une audience que lui accorde le secrétaire d’État Aróstegui, il affirme à ce dernier être le neveu du comte de Roo, serviteur et compagnon d’armes de Charles Quint à la bataille de Cérisoles (1544) et actuellement chef de l’infanterie lombarde (sic). Au début du siècle, Carlos de Roo affirme avoir également servi Henri IV, en tant que capitaine d’infanterie. Pour sa défense, il certifie avoir envoyé transmis, entre 1610 et 1616, de nombreuses informations sur les agissements de Bouillon et de Maurice de Nassau. Bien que possédant un revenu de deux mille ducats à Grenoble, son exil milanais l’aurait ruiné. C’est pourquoi, explique-t-il, il s’est décidé à se rendre en Espagne, attendant depuis sept mois de pouvoir s’entretenir avec Lerma. Après avoir communiqué les informations en sa possession, de Roo propose de s’entremettre pour que le Roi Catholique pensionne le duc de Lesdiguières. Il évoque un plan qu’il pourrait exécuter facilement avec soixante hommes : l’enlèvement du duc de Savoie. Enfin, il avertit qu’un complot impliquant Condé, Longueville, Bouillon, Rohan et Maine se prépare en France pour assassiner les souverains français, avec la complicité de certains capucins188. Ces révélations amènent le Conseil d’État à décider la libération de Carlos de Roo189 et à accepter ses projets de pensionner Lesdiguières et d’enlever Charles-Emmanuel.

  • 190 Vinceguerre n’est pas un inconnu : en 1616, il dirige une expédition contre La Goulette à la tête d (...)
  • 191 AGS, K, 1475, f° 136, année 1618, avis de Carlos de Roo.
  • 192 Charles de Blanchefort, marquis de Créquy, épouse en 1595 la fille du premier lit du duc de Lesdigu (...)
  • 193 AGS, K, 1593, s. d, sans f° (deuxième document de l’année 1621),
  • 194 AGS, E, 3335 f° 79, relation entre Roca et Mme de Créquy 1620 : mémoire de Carlos de Roo.

112Dans les années suivantes, notre agent déploie une intense activité. En 1618, il envoie des informations sur l’espionnage français en Espagne, dénonçant les projets de reconnaissance des ports espagnols par les marins Vinceguerre190 et Belregarde191. En 1620, il reçoit, par l’intermédiaire de Feria, l’ordre de partir pour la France, ce qu’il ne souhaite pas du tout. En même temps, la nature même des informations qu’il transmet signale leur importance. C’est ainsi qu’il communique à ses interlocuteurs espagnols une lettre, ou sa copie, du maréchal de Créquy192 – son « vieil ami193 », comme il l’appelle –, ainsi que des confidences personnelles que lui a faites la marquise de Tréfort à propos des préparatifs militaires français et des réactions au massacre des protestants grisons en Valteline ainsi que sur une possible intervention militaire française dans le conflit de Bohême194.

  • 195 AGS, E, 1924, f° 237, le roi à Feria le 23 avril 1620.
  • 196 AGS, E, 1925, f° 27, Feria au roi le 18 février 1621.
  • 197 Il s’agit certainement d’Alessandro d’Este (1568-1624), fils naturel légitimé d’Alphonse d’Este (lu (...)

113À Madrid, on considère que les intelligences dont dispose de Roo sont indispensables. Feria reçoit l’ordre d’envoyer de Roo à Paris, muni d’un généreux viatique, avec mission d’examiner les rapports de force entre les différents partis et de pénétrer les intentions de Luynes en politique étrangère195. Le gouverneur du Milanais se défie pourtant de son espion196. Quand le marquis d’Este197 divulgue à l’Espagne une lettre que lui adresse son « ami » Carlos de Roo, les mobiles de l’informateur apparaissent plus clairement :

  • 198 AGS, K, 1593 de Saint-Germain, lettre de Carlos de Roo au marquis d’Este, année 1621 (s. f°) et let (...)

Or mon ami [écrit de Roo], il faut que je vous dise la vérité. Je ne fais point ceci pour affection que je porte au roi d’Espagne ni a aucun des siens, d’autant que je ne connais personne de tous ces gens. Je le fais pour avoir de l’argent. Je ferai voir toutes les délibérations contre le roi d’Espagne en Italie, en Flandres, en Allemagne198.

  • 199 AGS, K, 1593, année 1621, résumé des missives de Carlos de Roo (s. d. et s. f°), vers le mois d’aoû (...)
  • 200 Voir en bibliographie les travaux de C. Seco et C. Pérez Bustamante, « La pretesa fillonia ».
  • 201 Les travaux de Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, soulignant les liens ambigus d’Osuna av (...)

114Bien que la vénalité de l’espion ait été ainsi mise en évidence, son activité n’en souffre pas. La même année 1621, il offre à l’Espagne de découvrir un espion français infiltré dans le Conseil d’État en payant six mille ducats à un neveu de Puisieulx. Il prévient de l’ouverture prochaine de négociations entre l’Angleterre et la France et surtout il signale à diverses reprises qu’un traité a été conclu entre Lesdiguières, le roi de France et le duc d’Osuna199. L’historiographie traditionnelle espagnole refuse de penser que le « grand duc d’Osuna » ait pu trahir le Roi Catholique200. Les documents contenant les informations transmises par Carlos de Roo indiquent cependant que l’arrestation du vice-roi de Naples n’est pas seulement due aux luttes entre factions à la cour de Madrid. On peut se demander, en tout cas, dans quelle mesure l’impact de ces informations sur le Conseil d’État a contribué à la chute du protecteur de Quevedo201.

  • 202 Le Mercure françois, t. XI (1626), pp. 78-79.

115Pendant les cinq années qu’il lui reste à vivre, Carlos de Roo continue ses activités. Il reçoit des subsides, continue à exploiter ses relations - Lesdiguières, Créquy, Puisieux et autres-, se rend en Espagne puis retourne à Paris avec son neveu. Ce nouveau séjour lui est fatal puisqu’il est arrêté, condamné à mort pour crime de lèse-majesté et exécuté le 17 novembre 1626202.

116Les papiers de Richelieu concernant l’interrogatoire de Roo déplacent le centre d’intérêt des affaires secrètes vers un point bien précis : le duc de Lesdiguières. L’implacable intelligence du Cardinal, véritable « machine à broyer », remonte les fils de l’intrigue lors de l’interrogatoire l’espion arrêté :

  • 203 D. Avenel, Lettres, instructums diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II, pp (...)

Quel service alloit-il rendre au roy d’Espagne à Milan ? Servir auprès du connétable ; mais ne dist quoy. Par lettre de son nepveu, escritte de l’ordre de l’oncle au marquis de Mirabel, il paroist qu’il va servir d’espion auprès du connestable. On ne sçait ce qu’il veut dire par un amy qui est en l’armée du roy, qu’il dist estre serviteur du roy d’Espagne. Cet amy ne peut estre Bertrand, parce qu’il savoit bien qu’il estoit chassé de la maison du Connestable, qu’on peut soupçonner pour estre cest amy. [...] Confesse que la connestable [Marie Vignon] estoit gagnée pour Espagne et est pensionnaire du Roy Catholique. Confesse que le Connestable sçait qu’il est pensionnaire d’Espagne, et qu’il estoit au service de l’Espagne. [...] Confesse, et est prouvé par lettre qu’il avoit escrite au Connestable, pour l’accommoder avec le marquis d’Este, général de la cavalerie, qui, avec les armes d’Espagne en Italie, se devoit joindre avec le connestable et le duc de Savoye, pour faire un dessein ensemble qui ne peut estre que contre la France et est désigné par son interrogatoire estre la conqueste de Bresse203...

Le colonel Alardo

  • 204 En italien : Gian Giacomo Alardi.

117Avec Carlos de Roo, le colonel Alardo constitue un des personnages les plus singuliers parmi les espions italiens de l’Espagne. Piémontais – son patronyme204 subit diverses variations : Alardo dans la correspondance espagnole, Allard pour Charles Dufayard –, il est aussi un des plus constants « amis » de la monarchie ibérique. Ses services s’étendent sur sept années continues, de 1615 à 1622 et ils se distinguent par leur importance.

  • 205 AGS, E, 1925, f° 173, Conseil d’État, consulta du 13 juin 1616.
  • 206 Louis Videl, Histoire de la vie du connestable des Lesdiguières, Paris, 1638 ; G. Tallemant des Réa (...)

118Colonel dans l’armée savoyarde, gratifié du titre de comte par certains documents205, proche conseiller de Charles-Emmanuel, les premières traces de l’action d’Alardo apparaissent en 1611, au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, quand Marie de Médicis décide de renoncer au traité de Brussol conclu avec le duc de Savoie. Celui-ci charge alors le Colonel de la délicate mission de convaincre Lesdiguières de passer outre les ordres de la régente afin de participer à une guerre contre l’Espagnol en Italie. Lorsque le gouverneur du Dauphiné prend connaissance du traité franco-espagnol qui prélude aux mariages, c’est encore Alardo qui organise une nouvelle rencontre à Suse avec le duc de Savoie pour apaiser la colère de ce dernier face à l’abandon français. Le Piémontais est si proche de Lesdiguières qu’à en croire Videl, le biographe du Connétable206, il accepte la demande de Marie Vignon, maîtresse du Duc, d’assassiner son époux, un marchand de soie, afin qu’elle puisse épouser son amant À la suite de ce crime, Alardo est un moment emprisonné à Grenoble. Mais Lesdiguières a tôt fait de l’extraire des geôles dauphinoises en raison du service que vient de lui rendre le détenu. Après cet événement, vers 1612, Alardo retourne servir son maître, Charles-Emmanuel.

  • 207 Ce personnage apparaît à plusieurs reprises dans la correspondance espagnole. Condamné pour des vio (...)
  • 208 AGS, E, 1906, ffos 92-93, lettres de Hinojosa du 21 février 1615.

119Pendant la première guerre du Montferrat, Alardo se trouve à la tête des troupes savoyardes de Verceil. En février 1615, quatre mois avant la paix d’Asti, le Piémontais entame ses premières négociations avec les dirigeants espagnols, leur proposant par l’intermédiaire d’un certain La Grange207 de leur remettre Verceil contre la somme de trente mille écus plus une pension mensuelle de cinq cents écus208. Pendant les mois suivants, le gouverneur de Milan attend des nouvelles de l’envoyé d’Alardo – en vain, si l’on en croit la correspondance diplomatique.

120Si le traité d’Asti interdit à l’Espagne d’employer aussitôt Alardo, le Piémontais est pourtant bien entré au service du Roi Catholique. Dans une dépêche de Villafranca au roi datant de mars 1616, il est signalé que le Colonel est payé deux cent cinquante ducats par mois pour tenter de corrompre Lesdiguières et de le convaincre de se rallier à la cause espagnole contre le duc de Savoie. Le gouverneur de Milan précise :

  • 209 AGS, E, 1925, f° 173, Conseil d’État, consulta du 13 juin 1616.

Cet Alardi a commis de cruels homicides sur ordre du duc de Savoie [...] ; c’est un homme valeureux et un soldat noble et de beaucoup de réputation209.

121De plus, découvert par Charles-Emmanuel, son engagement aux côtés de l’Espagne lui a coûté sa fortune et ses biens en Savoie. Dès lors, le colonel Alardo envoie donc d’abondantes et précieuses informations au gouverneur du Milanais. En avril 1616, c’est un contrat en bonne et due forme qui est conclu entre Pedro de Toledo et Alardo :

  • 210 AGS, E, 1925, f° 175, mémoire de l’accord passé entre Pedro de Toledo et Alardo à Milan le 14 avril (...)

Premièrement, que ledit comte Juan Jacome Alardo vient servir le roi notre seigneur de bon cœur et qu’il jurera fidélité à V. M. comme à son prince et seigneur sans aucune exception parce qu’il s’est séparé du lien vassalique et du service du duc de Savoie pour les affaires et offenses qu’il dit en avoir reçues. Deuxièmement, que S. M. – et le seigneur don Pedro en son nom – accepte ledit Alardo dans le service royal, et pour les biens qu’il a perdus dans le Piémont, il lui promet 1. 500 écus, à 6 livres impériales, de rentes perpétuelle ad heredes, situés sur les [gabelles ?] et sur les fiefs et autre partie sûre210...

122L’homme se trouve donc généreusement récompensé. Bien que démasqué, il poursuit ses activités entre l’Italie du Nord, le Dauphiné et le duché de Savoie sans que cela gêne ses anciens amis, le couple Lesdiguières.

  • 211 AGS, E, 1934, f° 32, Vivas au roi le 21 mai 1618.
  • 212 AGS, E, 1919, f° 127, lettre de Alardo au marquis de Mortara le 30 juin 1618.
  • 213 AGS, E, 1926, f° 64, avis de France de Turin envoyés par Alardo, février 1622.
  • 214 AGS, E, 1926, f° 66, avis d’Alardo.

123À partir de ce printemps 1616, Alardo envoie de nombreuses informations aux responsables espagnols. Les thèmes abordés sont variés ; ils concernent aussi bien les finances que les levées de troupes en France. Le Piémontais avertit ainsi de la mise en construction de navires à Marseille211 ; de préparatifs militaires à Venise au moment de la « conspiration » de 1618212 ; des convergences qui s’opèrent entre les protestants et la Sérénissime en février 1622213 ; de l’importance que prennent les Grisons dans les rapports internationaux214. Cependant, le domaine de prédilection d’Alardo reste les relations avec Lesdiguières. En effet, la défection dont il s’est rendu coupable envers le duc de Savoie ne l’a pas, loin de là, privé de l’amitié du « renard des Alpes », à tel point qu’on peut se demander si elle n’a pas été concertée entre les deux hommes et si les soupçons conçus par Richelieu lors de l’interrogatoire de Carlos de Roo n’étaient pas fondés.

  • 215 AGS, K, 1428, f° 55, Conseil d’État, consulta du 12 octobre 1614 sur des lettres de Cárdenas. L’amb (...)

124Quant à l’influence de Marie Vignon, faite marquise de Tréfort par la grâce de son amant Lesdiguières devenu en 1617 son époux, elle paraît évidente. Peut-on refuser son amitié à l’assassin de son ancien mari ? L’épouse de Lesdiguières, d’abord stipendiée par le duc de Savoie pour infléchir la politique de son amant215, passe ensuite au service de l’Espagne par l’entremise d’Alardo. À la lecture d’une lettre de Vivas, l’ambassadeur d’Espagne à Gênes, on peut s’interroger sur son rôle lors de la prise de Verceil, en juillet 1617 :

  • 216 Lesdiguières en 1618 était âgé de 75 ans.
  • 217 AGS, E, 1934, f° 32, Vivas le 21 mai 1618.

La marquise de Tréfort, femme de Lesdiguières, nous fit beaucoup d’amitié à propos de Verceil et elle se plaint que ce qui lui a été promis n’a pas été tenu, en quoi nous perdrons beaucoup. Comme elle craint que M. de Créquy, marié à la fille aînée et héritière dudit Lesdiguières, ne la maltraite, elle et ses enfants, et que son mari est si vieux216 qu’elle désire s’appuyer sur des amitiés, pour ce faire, elle a traité avec nous par le moyen du colonel Alardo. Ledit Alardo peut beaucoup à cause de certaines choses profondes qu’il y eut entre eux et je crois qu’il serait bon de prévoir cette amitié car le vieux Lesdiguières, est dominé par cette femme comme un enfant. Dans les affaires italiennes. Lesdiguières reste le principal [acteur] et, par ce canal, il est possible de connaître et de diriger beaucoup de choses217.

125Il n’est pas possible de traiter intégralement ici des rapports d’Alardo avec la monarchie espagnole et la marquise de Tréfort, à cause de leur densité. Le texte de Vivas nous permet de souligner des constantes dans l’activité des rares françaises qui se placent au service du roi d’Espagne. Comme la marquise de Verneuil qui, au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, entre de nouveau en contact avec l’ambassadeur espagnol par crainte de subir les foudres de Marie de Médicis, la marquise de Tréfort se tourne elle aussi vers le Roi Catholique à cause de sa peur de voir sa fortune ruinée en cas de disparition de Lesdiguières, tout à la fois son protecteur et son époux. Elle profite d’une « rente de situation », son mariage avec le futur connétable pour assurer son avenir. Ce n’est pas l’hispanophilie ou l’attachement au catholicisme qui la conduit à travailler pour le renseignement espagnol, mais sa condition propre de femme et d’épouse. Marie Vignon et Henriette d’Entragues proposent leurs services à l’Espagne afin d’assurer leur avenir dans une société qui attribue un statut d’infériorité à la condition féminine. En outre, le parcours singulier de Marie Vignon, son extraction sociale modeste, puis la disparition violente de son premier époux, l’incitent à rechercher une « assurance vie » par le moyen d’un proche et affectionné compagnon, le colonel Alardo.

126Les bons rapports entre Alardo et les responsables espagnols demeurent contrariés par l’insuffisance chronique de moyens financiers, qui provoque régulièrement le non-paiement du confident. Déjà, la marquise de Tréfort se plaignait de ce que, malgré sa qualité, les Espagnols ne lui tenaient pas leurs promesses. Alardo, pour sa part, adresse à Madrid presque autant de réclamations que d’avis :

Pour tout expédier au colonel Alardo, il n’a manqué que l’argent, car le président [du Conseil] des finances n’a pas pourvu les 2.000 ducats que S. M. lui avait ordonné de remettre pour le voyage en France et pour le joyau qu’il [Alardo] devait emporter pour la maréchale de Lesdiguières,

  • 218 AGS, E, 3335, f° 77, 1620. Sur cet épisode, voir chap. VI, p. 259.

127remarque de son côté un responsable espagnol en Italie218, qui précise que cette carence risque de compromettre la mission d’Alardo. Cependant, malgré ces constantes demandes, malgré aussi les manquements fréquents des Espagnols à leurs engagements, le Colonel reste au service de Madrid. Mais a-t-il d’autre choix, après avoir trahi le duc de Savoie ?

  • 219 AGS, E, 1934, f° 200, Vivas le 22 avril 1619.

128En effet, la fidélité du Piémontais envers son nouveau maître s’explique en bonne partie par la violence de la réaction de Charles-Emmanuel de Savoie après la défection du colonel Alardo. Une première tentative d’assassinat a lieu en 1619. Deux tueurs – envoyés, à en croire la correspondance diplomatique espagnole, par Berto Melin, le responsable des basses œuvres du duché de Savoie – sont arrêtés à Alessandria, non loin de la résidence d’Alardo ; ils avouent leurs mauvaises intentions à l’égard du traître219. En 1622, nouvelle tentative ; cette fois, l’ami de Lesdiguières a moins de chance :

  • 220 AGS, E, 1926, f° 58, lettre de Feria le 22 novembre 1622.

Le colonel Alardo, dont V. M. aura [eu] toutes les nouvelles, résidait dans ce lieu. Il y a peu de jours, marchant dans la rue, un homme avec un couteau alla à lui et lui donna un tel coup de poignard qu’il [ne] vécut plus que deux jours. On a tout fait pour attraper le coupable et il n’a pas été possible de le découvrir, encore que j’aie offert une grande quantité d’argent pour sa capture. Je pense que cet acte a été commis sur l’ordre du duc de Savoie, car nous n’avons pas eu connaissance que le Colonel aurait eu d’autres ennemis, et dans beaucoup d’autres occasions, ils [la Savoie] ont tenté de le tuer. Je chercherai pourtant encore à trouver les traces de celui qui commit cet acte et en avertirai V. M., que Dieu garde220.

129Par ses relations politiques et sociales, Alardo apparaît comme un des plus grands espions au service de l’Espagne. Il n’est pas le premier à être menacé des foudres de son ancien souverain. D’autres ont trouvé la mort au bout de leur trahison, comme Nicolas L’Hoste ou Carlos de Roo. Mais le cas du Piémontais demeure unique parmi l’ensemble des espions espagnols recensés, car il reste le seul à être exécuté de façon illégale, sur un territoire étranger. Le fait que le gouverneur de Milan évoque cette perte révèle aussi l’importance de cet agent. Il est probable que d’autres informateurs connurent une fin semblable, mais nous n’avons trouvé mention d’aucune autre élimination de ce type dans la documentation que nous avons consultée.

  • 221 Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, chap. XX.
  • 222 Lettres de la main de Louis XIII, éd. Eugène Griselle, Paris, 1914, 1re part., p. 14.

130Quant à la marquise de Tréfort, cette année 1622 marque son apogée. En échange de sa collaboration à la politique royale pendant les dernières luttes religieuses et en contrepartie de son abjuration du protestantisme (à laquelle la Marquise n’est pas étrangère221), François de Bonne, ancien enseigne de compagnie et fils de notaire, atteint à soixante-dix-neuf ans le plus haut office militaire : la connétablie. Un tel titre protège désormais de tous les dangers Marie Vignon devenue, dans la correspondance officielle, la « cousine du roi222 » depuis qu’elle a épousé un pair de France. Encore une fois, l’étude de ces espions fait apparaître comme constante une forte mobilité sociale et géographique : une duchesse de France mariée en premières noces avec un marchand de soie ; un connétable fils de notaire et dont la carrière commence comme enseigne d’une compagnie ; des territoires parcourus de part en part de Madrid à Turin et de Gênes à Paris. Une grande capacité d’adaptation et de communication est bien, semble-t-il, ce qui caractérise ces « marginaux » de la politique, assoiffés de gloire.

La « conspiration » de Venise (1618) et les espions français de l’Espagne.

131En l’espace de quinze jours, entre le 12 et le 23 mai 1618, cinq Français sont sommairement exécutés à Venise, sur ordre du Conseil des Dix. Le poète et espion Francisco de Quevedo relate à Philippe III l’une de ces liquidations expéditives :

  • 223 F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823, document CVII : rapport de Quevedo s (...)

Dînant avec le général [sur une galère de la République], ils descendirent tous dans la chambre, et là on attacha les mains du Français [Jacques Pierre], lui disant qu’il allait mourir. Sans lui donner le temps de se confesser, on le jeta à la mer avec une pierre au cou. Ils [les Vénitiens] firent de même avec le capitaine Anglade, Français qui s’était enfui de Naples avec Pierre. Ce fut proprement une exécution de Turc ou, pour mieux dire, vénitienne223.

132Le 18 mai, ce sont les frères Boleaux qui sont éliminés puis, le 23, Nicolas Renault périt à l’intérieur même de son cachot, dans des conditions identiques.

133Dans la République même et dans les cours étrangères, ces assassinats en série de sujets français ne passent pas inaperçus. D’une part, Venise veut faire savoir qu’elle a fait l’objet d’une « odieuse conspiration » espagnole, fomentée dans le but de dominer le monde adriatique. Elle profite de la plainte adressée par l’ambassadeur français au Sénat au sujet de ces exécutions pour souligner la connivence des cinq aventuriers avec le triumvirat belliciste espagnol : le marquis de Bedmar, ambassadeur espagnol à Venise, Osuna et Villafranca. Dans le même temps, au cours d’une audience, le représentant de la Sérénissime auprès du Roi Catholique s’indigne du comportement de Bedmar et exige le rappel du Marquis.

  • 224 AGS, E, 1934, f° 41, Vivas au roi le 18 juin 1618.

134D’autre part, à l’intérieur même du gouvernement espagnol, des fissures apparaissent. Les partisans de la méthode forte veulent marquer ouvertement leur indignation, en soutien à leur collègue de Venise le marquis de Bedmar. Depuis Gênes, Vivas écrit au roi en ce sens224 ; le duc d’Osuna aussi bien que le marquis de Villafranca, autres têtes de cette direction italienne, demeurent convaincus de la duplicité vénitienne. Cependant, le Conseil d’État cède aux exigences de l’ambassadeur de la Sérénissime et déplace Bedmar en le nommant représentant à Bruxelles, ce qui constitue un désaveu à peine voilé de la politique menée.

  • 225 P. Preto, « Le “paure” della societá veneziana ».
  • 226 Sur Angelo Badoer, voirie chap. viii, p. 395.

135Ces exécutions s’insèrent dans le contexte de vastes changements politiques intervenant en Italie, où le traité d’Asti est vécu comme un traumatisme, Madrid ayant dû traiter avec la « minuscule » puissance savoyarde. La paix de Pavie, qui permet un redressement dans un sens belliciste de la diplomatie espagnole, constitue en grande partie l’œuvre du triumvirat formé par Bedmar, Osuna et Villafranca. Venise, la seconde puissance italienne qui résiste à Madrid, subit de fortes pressions depuis 1606, ce qui provoque une « grande peur225 » parmi sa population. La découverte de la trahison d’Angelo Badoer226 en 1612 et l’onde de choc qu’elle provoque – amplifiée par les arrestations du noble vénitien Domenico Moro, de Cardoso, un serviteur de Bedmar, et par les prétendus projets prêtés aux Espagnols d’incendier l’arsenal et d’assassiner des responsables de la République – se conjugue avec la reprise des menées guerrières des Uscoques, des dirigeants de Milan, de Naples et celles de l’archiduc Ferdinand de Styrie. Face à ces mouvements d’armes, la République engage des mercenaires français et hollandais, ce qui augmente le sentiment d’insécurité de la cité. Enfin, à Venise même la situation politique paraît fortement tendue, à la suite tant de la lutte entre les « jeunes » et les « vieux » au sein du patriciat que de l’étrange disparition du doge Nicolo Donato qui, à peine élu en avril, meurt au début de mai 1618.

  • 227 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 120.
  • 228 AGS, K, 1469, Aróstegui à Ciriza le 7 juillet 1614.
  • 229 AGS, K, 1469, f° 151, Cárdenas au roi le 24 août 1614.
  • 230 AGS, K, 1428, f° 53, Conseil d’État, consulta du 6 septembre 1614.
  • 231 AGS, E, 1881, f° 100, copie de la lettre de Renault à Lesdiguières (« Nicolo Renaldo pour Mos. de L (...)

136Les cinq Français exécutés sommairement par la République ont tous appartenu, à un moment ou à un autre, aux services secrets espagnols. Le plus ancien d’entre eux est Nicolas Renault, rencontré d’abord aux côtés de Cárdenas puis dans l’entourage de Bedmar à Venise. Entre 1604 et 1606, il communique à Madrid des lettres de Salignac, l’ambassadeur de France auprès de la Porte. Beau-frère du dirigeant musulman Assan Bassa227, Renault offre de nouveau ses services à l’Espagne en 1614228. À cette date, Cárdenas a changé d’opinion à son sujet : dans une lettre adressée par l’ambassadeur à Madrid, on apprend que le Français a entre-temps proposé ses services au grand-duc de Toscane et qu’il passe pour un agent double du roi de France229, d’où la décision du Conseil d’État de ne pas l’employer230. Un peu plus d’un an plus tard, on retrouve la trace de Renault. En octobre 1617, une de ses missives, adressée à Lesdiguières, est interceptée par les services du duc d’Osuna. Ce document illustre la complexité du jeu de Renault. Il informe le duc et pair français, qui semble bien être devenu son nouveau maître, qu’il s’est rendu à Naples, où il comptait recouvrer des créances, mais que, voyant que ses réclamations ne pourraient aboutir, il a décidé de rejoindre Venise avec les capitaines Jacques Pierre et Anglade – qu’il accuse par ailleurs de servir le duc d’Osuna, affirmant qu’ils vont se rendre dans cette cité afin d’organiser une « sinistre » machination contre la République231.

  • 232 Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, p. 3.

Sous pavillon étranger, le Normand Jacques Pierre, la terreur du Levant, le dernier des Vikings, accomplit des exploits prodigieux : avec six vaisseaux contre cinquante, il met en déroute le capoudan pacha232.

  • 233 Ibid., t. IV, p. 416.
  • 234 CODOIN, t. XLVI, p. 565 ; AGS, E, 1166, f° 98, le duc d’Osuna au roi le 28 novembre 1613. Dans cett (...)

137Cette figure haute en couleur est le personnage central de la « conspiration ». Marin expérimenté, Jacques Pierre a travaillé un temps comme adjoint du corsaire hollandais Simon Danser puis s’est engagé aux côtés des chevaliers de Saint-Étienne, n’ayant de cesse de « courir sus aux Turcs233 ». Retiré à Nice, il accepte en 1613 l’offre du duc d’Osuna, qui lui propose de traquer les navires turcs dans le bassin méditerranéen234, et commence de nouveaux exploits au service de l’Espagne, capturant un convoi turc qu’il ramène à Païenne avec une cargaison estimée à un million de ducats. D’après le passé de Jacques Pierre, l’histoire de la « conspiration » de Venise pourrait être simplement celle d’un brillant corsaire chargé par un vice-roi belliqueux (Osuna) d’organiser une entreprise subversive à l’intérieur même de la Sérénissime.

  • 235 AGS, E, I88I, f° 100, lettre interceptée de Renault à Lesdiguières, le 4 octobre 1617.
  • 236 F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823.
  • 237 AGS, E, 1881, lettre interceptée de Renault à Lesdiguières, le 17 octobre 1617.

138Cependant, un artilleur et aventurier est signalé à de nombreuses reprises comme le comparse privilégié de Jacques Pierre : il s’agit du capitaine Anglade. Celui-ci a participé à diverses campagnes militaires, entre autres dans les armées de Lesdiguières, selon Renault235. Par la suite, son parcours l’amène à rencontrer Quevedo, ce dernier affirmant d’ailleurs qu’Anglade a servi Osuna en tant que capitaine de l’artillerie sur les galères en Sicile236. C’est peut-être à cette occasion qu’il a rencontré Jacques Pierre. Au moment de la « conspiration », on vient de le voir, Nicolas Renault dénonçait à Lesdiguières Anglade et Pierre comme un duo de complices devenus agents de l’Espagne237. La complémentarité de ces deux hommes se retrouve dans leur fin tragique.

  • 238 C. Seco, « El marqués de Bedmary la conjuración de Venecia de 1618 », p. 315 : « Era una de tantas (...)

139Les deux dernières victimes sont les deux frères Boleaux, Charles et Jean. Dix jours avant leur exécution, les 11 et 12 mai 1618, le marquis de Bedmar écrit au duc d’Osuna pour les lui recommander. Certains historiens espagnols238 ont relativisé l’importance ces lettres, affirmant qu’elles n’ont aucun rapport avec une machination espagnole d’ailleurs improbable. La lecture de ces documents permet de voir combien il est difficile de dénouer ces intrigues secrètes :

  • 239 AGS, E, 1930, f° 337, copie d’une lettre de Bedmar à Osuna le 11 mai 1618 ; souligné par nous.

Charles et Jean Boileaux, qui donneront la présente à V. E., m’ont témoigné le très grand désir qu’ils ont de s’employer au service de S. M. et de V. E. en cette occasion, me demandant que je les aide par ma supplique à V. E., et je n’ai pu le leur refuser pour beaucoup de raisons, ainsi je supplie V.E. le plus énergiquement que je puisse qu’elle leur donne un emploi, comme le méritent leurs personnes, ce qui sera pour moi une grande grâce et faveur239.

140S’il paraît clair, d’après cette lettre, qu’un projet est en cours et que les frères Boleaux sont des individus bien connus de l’ambassadeur, le lendemain Bedmar envoie une nouvelle lettre à Osuna, insistant cette fois sur le fait que les deux Français n’appartiennent plus au renseignement espagnol et qu’ils servent désormais Venise :

  • 240 AGS, E, 1930, f° 338, copie d’une lettre de Bedmar à Osuna le 12 mai 1618.

Hier, j’ai écrit à V.E. la suppliant pour les frères Charles et Jean Boleaux, Français. Charles, qui est l’aîné, m’a fait une nouvelle fois de grandes offres pour le service de S. M. et de V. E., de sa part mais aussi de la part de Jacques Pierre, avec lequel il s’est trouvé. Il me semble être une personne appliquée et prompte et il convient de retirer des Vénitiens autant de personnes que possible. Ainsi, il m’a paru nécessaire de l’aider, ainsi que son frère, par ma supplique à V. E.240.

  • 241 Voir supra, p. 456.

141Les deux frères ont-ils joué double jeu entre le moment où ils ont délaissé le service espagnol et celui où ils ont demandé à être recommandés à Osuna ? Ont-ils servi la République lorsque celle-ci, comme on l’a vu241, a recruté des mercenaires face aux diverses menaces étrangères ?

  • 242 Charles de Gonzague, duc de Nevers (1380-1637), est un descendant de la dynastie byzantine des Palé (...)
  • 243 L. Astrana Marín (éd.), La vida turbulenta de Quevedo, p. 263.
  • 244 AGS, E, 1881, f° 109, copie de la lettre de Jacques Pierre pour le duc de Nevers, de Venise le 4 oc (...)

142Le parcours de Jacques Pierre n’est pas moins sinueux. Si, en 1613, il entre au service d’Osuna, trois ans plus tard, il le quitte avec éclat pour se rendre à Rome où, à Pâques 1616, il rencontre le père Joseph. Véritable représentant de l’idée de croisade et de son inspirateur le duc de Nevers242, le capucin réussit à convaincre le corsaire de participer à cette aventure. Les changements politiques intervenus en France (Condé est arrêté le 1er septembre) empêchent Pierre de rejoindre le duc de Nevers à l’endroit convenu, dans l’entourage de l’Empereur. Selon Quevedo, Jacques Pierre s’en retourne tranquillement à Naples avec pour dessein la destruction de la flotte napolitaine243, alors que, d’après une lettre de Pierre à Nevers244, il s’agit seulement d’aller recouvrer des créances arriérées. Dans cette missive d’octobre 1617, interceptée par les services espagnols à Venise, le Normand insiste sur son triple attachement : à la cause de la croisade, à sa « patrie » et à son nouvel employeur, Venise. Cependant l’ambiguïté – sinon la duplicité – reste présente : l’agent précise que le vice-roi de Naples a dépêché à sa poursuite un sicaire, nommé Alessandro, mais que dans le même temps des offres d’emploi lui ont été faites par des contacts espagnols.

  • 245 C. Seco, « El marqués de Bedmar y la conjuración de Venecia de 1618 », p. 308 ; Ch. Dufayard, Le co (...)

143L’enchevêtrement de ces itinéraires, encore compliqué par la permanence de la duplicité et du secret, limite notre compréhension des événements de la « conspiration ». Est-ce le hasard qui place Baltasar Juven au cœur de la conjuration ? C’est en effet ce dernier, neveu de Lesdiguières, qui dénonce le « complot» aux autorités vénitiennes245. Un Français, nommé Brouillard, qui travaille lui aussi pour le renseignement espagnol à Venise, ne parvient pas à prévenir à temps l’ambassadeur des intrigues en cours.

  • 246 Les agissements d’Osuna en Morée et en Macédoine ne sont pas totalement désintéressés (É. Baudson, (...)
  • 247 Voir chap. I, n. 144 et chap. ii, n. 84.

144Les diverses hypothèses émises depuis quatre siècles divergent profondément sur les causes de ces exécutions. Pendant longtemps, l’explication donnée par Venise à l’époque des faits a emporté l’adhésion d’un grand nombre d’historiens : Madrid aurait voulu affaiblir la République en profitant des mercenaires infiltrés, véritable cheval de Troie dont Jacques Pierre, les frères Boleaux, Anglade et Renault auraient été les figures de proue. Cette version correspond à une historiographie hispanophobe, attachée à illustrer la lutte républicaine contre la tyrannie des Habsbourg. Fréquemment qualifiée d’« italienne », cette thèse présente l’avantage (si l’on peut dire) de renforcer une cohésion nationale bien récente dans le cas de l’Italie. Toutefois, afin d’expliquer la participation inattendue d’acteurs aussi éloignés des préoccupations espagnoles et vénitiennes que Lesdiguières ou Nevers, d’autres explications ont été formulées. Les Français, par le biais de Nevers, et l’Espagne, par l’intermédiaire de ses « proconsuls », auraient tenté d’organiser une nouvelle croisade contre l’Infidèle – en l’occurrence le Turc –, entreprise contraire aux intérêts vénitiens. Pour éviter ce danger, la Sérénissime aurait éliminé les principaux agents chargés du projet, à savoir les cinq exécutés. Pour d’autres encore, la présence de Lesdiguières et la mobilité des agents d’Osuna favorisent une hypothèse faisant intervenir l’ambition du vice-roi de Naples. Celui-ci aurait conclu, avec Venise et le gouverneur du Dauphiné, un accord contre son souverain pour assurer l’avenir de sa propre maison246. L’échec de ce projet sécessionniste l’aurait obligé à l’élimination de toute trace, c’est-à-dire des différents espions français informés des desseins du vice-roi247. Enfin, la version la plus couramment admise par les historiens espagnols réfute ces diverses hypothèses : la « conjuration » de Venise ne serait que le stratagème byzantin d’une république à peine latine qui n’a jamais défendu réellement la chrétienté face aux Turcs et qui a su, par cette machination, forcer le Roi Catholique à se défaire de ses meilleurs représentants, Bedmar et Osuna.

145En l’état de la question et après notre lecture de la correspondance espagnole, il ne nous est pas possible d’assigner une explication unique à cette affaire, si tant est que cela devienne réalisable un jour. Toutefois, on retiendra deux éléments sous-jacents à la question. D’un point de vue strictement historique, l’enchaînement de cette « conspiration » démontre la capacité internationale d’action des différents pouvoirs politiques : Osuna, la Sérénissime et Lesdiguières interviennent tous en dehors de leur terrain d’action officiel. L’absence de cloisonnement entre les différentes entités politiques est illustrée par les carrières des agents. Il est tout à fait possible de travailler successivement pour des maîtres aux intérêts divergents, ces mêmes maîtres pouvant de la même manière tenter de racheter un ennemi (c’est le cas de Jacques Pierre ou, antérieurement, de Simon Danser). L’attitude du « triumvirat » espagnol et le désaveu de Madrid renforcent la crise politique espagnole, résultat d’un valimiento de plus de vingt ans.

146Face à ces réalités mouvantes, les points de vue historiographiques évoluent au gré des questionnements et de leur contexte. Ainsi, une réponse « nationale » italienne et anti-espagnole est ébauchée à partir de la position de Venise et rejoint la formation du sentiment national à l’époque du Risorgimento. D’autre part, l’Espagne de Franco veut s’inscrire dans la tradition catholique de la Reconquête. La défense des éléments les plus virulents du XVIIe siècle reste donc âprement justifiée par certains historiens des années cinquante, la « mollesse » de Philippe III et de Lerma étant dénoncée et l’hypocrisie et la férocité de Venise, cette République de marchands, mises à jour, sinon exhibées. La « conspiration » de Venise n’est pas seulement une question d’histoire : elle agit aussi comme un révélateur des tensions politiques inhérentes aux différentes périodes où ont travaillé les historiens. Elle souligne l’historicité de l’historiographie.

147La mobilité des individus et la multiplicité des terrains d’action impriment donc une marque particulière à l’espionnage. Agents secrets aussi bien que responsables politiques n’hésitent pas à intervenir sur des domaines éloignés des territoires assignés à leurs fonctions. Ils n’hésitent pas non plus à renverser les alliances ou à jouer un double jeu, à dépêcher des sicaires pour assassiner un individu gênant tout en essayant, au préalable, de négocier sa participation à des entreprises. Cette fluidité propre au monde de l’espionnage se transforme en volatilité et ne cesse qu’avec l’élimination des agents.

  • 248 Bernard Doumerc, « L’Adriatique du XIIIe au XVIIe siècle » ; et Olivier Chaline, « L’Adriatique de (...)
  • 249 B. Chudoba, España y el Imperio, pp. 338-343,

148Dans la diplomatie secrète du Roi Catholique, l’Italie joue un rôle central. L’influence des idées de Machiavel sur le caractère italien explique bien peu de choses en comparaison de la place géopolitique de la Péninsule, car derrière ces assassinats d’agents français de l’Espagne se cache le jeu des puissances. L’équilibre entre l’Orient et l’Occident passe par la Méditerranée. La maîtrise de celle-ci se joue dans l’Adriatique248, qui devient pour un court moment, entre 1613 et 1618, l’un des points clés du Bassin méditerranéen. De plus, Venise entrave les mouvements de troupes entre Madrid et Vienne. Au lendemain de la signature de l’accord secret de Prague par Oñate au printemps 1617249, c’est la stabilité des rapports de force entre l’Europe du Nord et l’Europe méditerranéenne qui se trouve remise en cause lors de la « conspiration » de Venise. Du nord au sud, de l’ouest vers l’est, le contrôle du passage italien est une des hantises de la politique étrangère madrilène. Les espions constituent une réponse à cette volonté de contrôle ; ils s’insèrent, à leur niveau modeste, dans cette grande ambition.

149Ce rapide passage en revue des principaux maîtres-espions ne clôt pas le panorama des agents espagnols déployés contre la monarchie française. Bien d’autres individus agissent, informent et proposent des entreprises à Madrid. Certains ont été cités, d’autres ne sont pas nommés. La foule des anonymes est considérable et les espions qui la composent sont pratiquement impossibles à identifier, la prudence des responsables ou des informateurs les ayant conduits à taire leur nom et leur origine. Classés sous un code spécial dans nos fichiers, ils représentent près de 20 % du corpus des renseignements. Il reste très difficile de les dénombrer, les dirigeants ne donnant que rarement des précisions sur ces inconnus.

IV. - Destins

  • 250 Cas de Canredon : Le Mercure françois, t. XII (1626), pp. 194-197 ; voir aussi Mémoires de J. de Bo (...)

150Il est très rare que les documents diplomatiques évoquent la fin des agents. Au mieux, une allusion de quelques lignes rappelle au Conseil d’État leur fin malheureuse, quand celle-ci est connue. L’un des principaux moyens pour connaître le destin de ces hommes consiste à lire les documents et chroniques de l’époque, qui mentionnent fréquemment les condamnations pour crime de lèse-majesté. Certains espions n’apparaissent que par cette voie250.

151Cette méconnaissance des « destins » individuels explique les résultats de notre enquête. Parmi le corpus des espions que nous avons répertoriés, seize individus « seulement » (moins de 7 %) périssent de mort violente, soit par exécution officielle soit par assassinat. La distinction entre ces deux catégories est difficile à maîtriser. Par exemple, faut-il considérer que Jacques Pierre et Anglade, noyés secrètement à Venise par décision du Conseil des Dix, ont été assassinés ou bien exécutés ? Parmi ces seize agents décédés de mort violente, cinq sont éliminés par la Sérénissime lors de la « conspiration » de Venise. Sept autres sont exécutés par décision de la justice du roi de France : Alfeston (1633), Carlos de Roo (1626), La Fontenelle (1602), M. de Bone (exécuté à Marseille en 1601), Clausels (1635), Mérargues (1605) et Canredon (1626). Nicolas L’Hoste meurt « accidentellement », noyé dans la Marne au cours de sa fuite (1604). Alardo est liquidé par des sicaires du duc de Savoie (1622) tandis qu’en 1606 l’entourage de Biron se venge de La Fin en le faisant assassiner (en 1602, c’est lui qui avait dénoncé leur conjuration à Henri IV). Enfin, après l’échec d’une entreprise commanditée par la Savoie, M. de Terrailles est exécuté à Genève (1609).

  • 251 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 693, lettre d’Henri IV du (...)

152Ces morts violentes sont les seules que l’on connaisse. Il y en a certainement eu d’autres, mais qui n’ont pas laissé de trace. Ainsi, quand Henri IV envisage de faire capturer les comparses de Biron, il y a peu de chances que ce soit pour négocier pacifiquement avec eux251. On a vu qu’Alardo fait l’objet de plusieurs attentats et, dans sa biographie d’Antonio Pérez, Gregorio Marañón consacre un chapitre entier aux diverses tentatives d’élimination commanditées par Philippe II. En ce début du XVIIe siècle, la vie d’espion était certainement beaucoup plus risquée que ne le laissent supposer les sources.

153Les arrestations d’agents constituent un autre indice permettant d’évaluer les dangers de l’espionnage. Cinquante-huit (soit 25 %) des espions notre corpus ont connu la prison. L’importance de ce chiffre s’explique par la permanence du double jeu et aussi par la crainte des divers pouvoirs de ne plus pouvoir contrôler des individus sans scrupules, prêts à se vendre au plus offrant. Il en est ainsi de Thomas Morgan, qui connut les prisons anglaises, françaises et flamandes, de Carlos de Roo, qui passa quelque temps dans les cachots de Madrid avant de connaître ceux du roi de France, ou de M. de La Grange, l’intermédiaire d’Alardo, emprisonné à Lyon sur ordre de Marie de Médicis puis détenu dans les territoires génois en 1626.

154Les agents de l’ombre font souvent les frais de la mauvaise coordination ou de la concurrence entre les diverses factions au pouvoir. La famille Sueyro connaît des problèmes avec Spinola, puis avec Bedmar ; Andrés Velázquez est arrêté dans le cadre du procès d’Osuna ; malgré l’ancienneté de ses services, Julien Launay-Longaban n’échappe pas à la prison à Grenade. Du côté français, les espions emprisonnés sont nombreux. M. de Méritein est incarcéré à plusieurs reprises à Pau pour ses complicités avec l’Espagne, et c’est au cours d’un de ses séjours dans les cachots qu’il rencontre Martín de Bustamente, lui-même emprisonné. L’arrestation du secrétaire d’ambassade Jacques Bruneau, comme celle de Juan de Meneses en 1635, menacent de déclencher des crises diplomatiques, bien que tous deux aient été pris en flagrant délit d’espionnage. Le chanoine Avincano de Roncevaux est enfermé sur décision du parlement de Toulouse, etc.

  • 252 Sur Charles Hébert, voir supra, p. 428.
  • 253 Sur cet agent, voir le chap. viii, p. 401.
  • 254 Sur M. de Saint-Vincent, voir le répertoire des espions, pp. 637-638.

155Pour la majorité des agents, la détention reste de courte durée et, quand ils sortent de prison, ils poursuivent leurs manœuvres clandestines. Aucune mention dans la correspondance diplomatique espagnole n’indique que des prisonniers soient morts à la suite en captivité. Pourtant, la question appliquée à Charles Hébert252 dans le cadre de l’affaire Biron ou la mésaventure de Philippe Arnauld alias Juan Piquilini253 en Espagne montrent les dangers de la vie clandestine. Quand Saint-Vincent254 est condamné aux galères à perpétuité, en 1633, pour avoir communiqué des plans de places fortes, on peut aussi se poser la question de son avenir.

156Les itinéraires des espions comportent de multiples dangers. Marqué aussi bien par la fortune, quand les agents recherchent l’argent, que par les revers, quand ils sont découverts, leur destin ne répond à aucun modèle. Lorsque leur engagement répond à des motivations d’ordre idéologique, les agents sont généralement promis à l’exil, ce mauvais conseiller qui les pousse à abandonner leurs certitudes et à entamer des discussions avec leurs anciens ennemis. Quelques-uns réussissent pourtant à s’intégrer à de nouvelles structures et à effectuer l’ascension sociale désirée (Carlos Baudequin ou Manuel don Lope). Enfin, histoire sans morale, on peut aussi imaginer un Gérard de Raffis qui, doublement traître, jouissant du pardon acquis après la dénonciation de L’Hoste et profitant des sommes extorquées à l’Espagne, finit sa vie dans son Sud-Ouest natal, avec la reconnaissance royale.

Notes

1 Les pourcentages suivants prennent en compte les espions dont la nationalité est inconnue, soit 46 individus.

2 Sur Saint-Vincent, voir notre répertoire des espions, pp. 637-638.

3 M.Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes.

4 Par exemple, le traité franco hollandais de 1608 est reproduit dans AGS, K, 1461 et AGS, K, 1665 dès le 23 août 1608, c’est-à-dire avant la ratification de 1609 ; et le traité de 1634, dans AGS, K, 1644, ffos 7-8 et AGS, K, 1417, f° 25.

5 Sur la base de ce raisonnement, Diego Velázquez serait un grand peintre... portugais.

6 Cela est seulement vrai du point de vue des relations franco-espagnoles : en effet, la guerre de Trente Ans commence dès 1618.

7 M. Á. Echevarría Bacigalupe, « El espionaje y las rebeliones » ; L. Tobío, Gondomary los católicos ingleses, pp. 251-266 ; X. A. Flores, Le « peso político de todo el mundo » d’Anthony Sherley ; voir dossier AGS, E, 2853.

8 L’expression « réseaux d’espions » paraît exagérée pour cette époque quand le recrutement de confidents relève plus du hasard que de la science politique.

9 J. M. Jover Zamora, 1635, historia de una polémica y semblanza de una generación. L’application de cette notion dans l’histoire contemporaine espagnole est particulièrement riche quant à la « génération de 1898 » ; Pierre Nora, « La génération », dans Id. (éd.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997 (3 vol.), t. II, pp. 2975-3015.

10 Voyage de Barthélémy Joly en Espagne, éd. L. Barrau-Dihigo, p. 597.

11 Alain Hugon, « Les lendemains de Vervins, La guerre couverte des soldats perdus de la Ligue », dans Paul Mironneau et Isabelle Pébay-Clottes (éd.), Paix des armes, paix des âmes. Actes du colloque international (Pau, 8-11 octobre 1998), Paris, Imprimerie nationale, 2000, pp. 177-186.

12 Serge Brunet, « L’évêque ligueur Urbain de St-Gelais (1570-1613). Du Comminges à Toulouse, ou la voie espagnole », dans Paul Mironneau et Isabelle Pébay-Clottes (éd.), Paix des armes, paix des âmes. Actes du colloque international (Pau, 8-11 octobre 1998), Paris, Imprimerie Nationale, 2000.

13 AGS, E, 342, f° 39, Raffis à Albuquerque le 25 février 1595 ; AGS, E, 183, ffos 210-211.

14 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

15 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 295.

16 AGS, K, 1426, f° 25, Conseil d’État du 29 novembre 1601.

17 AGS, E, 2862, lettre de Julián Launay-Longaban (Carthagène, 23 octobre 1616).

18 AGS, K, 1605, ffos 92-102, lettre de Launay à Tassis le 8 avril 1602 et réponse de Mendoza.

19 AGS, Guerra Antigua, 727, lettre écrite depuis Carthagène en Espagne le 15 décembre 1608 par le capitaine Julián Launay-Longaban à don Luis Fajardo y Requesens, marquis de los Veles (document que nous a transmis J.J. Ruiz Ibáñez).

20 A. Girard, « Notes sur les consuls étrangers en Espagne avant le traité des Pyrénées », p. 126.

21 AGS, Guerra Antigua, 727, lettre écrite depuis Carthagène en Espagne le 15 décembre 1608.

22 AGS, K, 1453, le 27 août 1612.

23 AGS, K, 1611, Fernando de Cárcamo au roi le 13 janvier 1615.

24 AGS, E, 2862, Launay à Ciriza le 23 octobre 1616.

25 A. Hugon, « La frontière pyrénéenne pendant l’Ancien Régime » ; René Souriac, Décentralisation administrative dans l’ancienne France. Autonomie commingeoise et pouvoir d’État (1540-1630), Toulouse, Les Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1992 (2 vol.) ; Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi, dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime. Val d’Aran et diocèse de Comminges, Aspet, PyréGraph, 2001.

26 Sénéchal du pays de Foix, il est comte de Cramail, baron de Montesquiou, prince de Chabannais et surtout petit-fils du célèbre maréchal. Voir les travaux en cours de Véronique Garrigues que nous remercions pour cette orientation bibliographique : J. D. Allot, « Cramail and the Comic », The Modem Language Review, I, 1977, pp. 22-33 ; J. Bellas, « Adrien de Monluc », Baroque, 1967, pp. 45-52 ; Véronique Douchin-Garrigues, Adrien de Monluc, comte de Cramail (1571-1646), mémoire de DEA soutenu en 1996 à l’université de Limoges (inédit) ; Alain Niderst, « Mécènes et poètes à Toulouse entre 1610 et 1630 » (pp. 33-47) ; et Monique Sabatier, « Un mécène à Toulouse, Adrien de Monluc, comte de Caraman » (pp. 47-58), dans Christian Anatole (éd.), Peire Godolin (1580-1649). Actes du Colloque international (Toulouse, 8-10 mai 1980), Toulouse, Université de Toulouse - Le Mirail, 1983 ; G. La Plagne-Barris, « Au service de la plume et de l’épée. A. de Monluc, comte de Carmaing, baron de Montesquiou », Bulletin de la société archéologique et historique du Gers, 1991, pp. 182-199 ; Véronique Douchin-Garrigues, « Quelques remarques à propos d’un ami de “Lucile”. Adrien de Monluc, comte de Cramail (1571-1646) », La lettre clandestine, 5, 1996, pp. 43-46.

27 AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État du 16 décembre 1601.

28 AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État du 9 décembre 1600.

29 AGS, K, 1603, f° 335, août 1600.

30 AGS, E, 1490, Junta de Dos, le 19 mai 1607.

31 AGS, E, 1490, s. f°, s. d. (année 1607).

32 AGS, K, 1461, le 12 avril 1608, Irarraga au roi.

33 AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État, consulta du 16 décembre 1600.

34 AGS, E, 1490, junte du 19 mai 1607.

35 AGS, K, 1431, ffos 46-48, 27 mars 1619.

36 Guy de Saint-Gelais, sieur de Lansac, se confond certainement avec Guy de Saint-Gelais de Lansac, un proche du duc d’Anjou. On le retrouve en 1572 lors d’une entreprise en Angleterre avec Clermont-Tallard, que la correspondance espagnole qualifie d’ami de la Couronne. Au lendemain de la paix de Monsieur, Mayenne s’appuie sur Lansac, vice-amiral de Guyenne et gouverneur de Blaye (Ch. de La Roncière, Histoire de La marine française, t. IV, pp. 124-160). Vers 1590, il occupe La Flèche au nom de la Ligue (S. de La Bouillerie, Un ami d’Henri IV, pp. 25-30). Il intervient ensuite en Bretagne. Sur les Saint-Gelais, voir aussi Serge Brunet, « L’attente des Espagnols à Toulouse à la fin des guerres de Religion (1588-1603) », Revue de Comminges, 26, 2000, pp. 219-251.

37 AGS, K, 1573, f° 97, lettre d’Igun de la Lana, 1590 ; AGS, E, 1783, Conseil d’État, consulta du 8 juin 1600.

38 AGS, K, 1472, f° 11, lettre de Monteleón au roi le 11 août 1616, avec en pièce jointe un mémoire de M. de Lansac. Exemples de gratifications cités par Lansac dans ce document : une bague en or et un diamant d’une valeur de 10.000 ducats, huit chevaux amenés par Juan de Bardaxi et 1.000 ducats, une pension de 2.400 ducats, etc.

39 AGS, K, 1472, ffos n et 101-103, le roi à Monteleón le 16 octobre 1616.

40 AGS, K, 1454, f° 150, le roi à Monteleón le 10 septembre 1616.

41 Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, p. 124 sur les relations entre Clermont-Tallard et le duc d’Anjou en 1570 et ses relations avec Lansac ; AGS, E, 1490, sans ordre, Junta de Dos, avis du 19 mai 1607 ; lettre de l’archiduc Albert le 8 février 1607 ; document du secrétaire Prada.

42 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, pp. 191-192 : « Le mythe fondateur solidement ancré, la prédication zélée des ordres mendiants, la densité du réseau d’associations religieuses laïques faisaient de Marseille un terrain réfractaire aux idées réformatrices. »

43 Jacques Casaux selon R. Pillorget, ou Charles Casaux d’après W. Kaiser.

44 Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, p. 245.

45 R. Pillorget, « Luttes de factions et intérêts économiques à Marseille ».

46 AGS, E, 342, ffos 217-218, le duc de Maqueda, novembre 1595,

47 AGS, E, 1430, f° 107, Venasco au roi le 12 juillet 1599.

48 AGS, E, 1430, f° 240, Doria au roi août 1600 ; AGS, E, 1097, f° 77, mai 1600.

49 Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 91, lettre du 30 juin 1601 ; Les lettres d’Henri IV publiées par Berger de Xivrey mentionnent à de plusieurs reprises les Casaux, voir Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger De Xivrey, t. IV, pp. 473-475 et 498.

50 AGS, K, 1605, Tassis le 6 mars 1602.

51 AGS, E, 1101, f° 61 ; AGS, E, 1283, ffos 93-94 (1597) : ce document est la relation par Louis d’Aix de sa fuite de Marseille lors du coup de Libertat en février 1596.

52 É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, p. 105 ; Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, pp. 575.

53 AGS, K, 1461, Irarraga au roi le 12 avril 1608. Ce capitaine Roux est-il la même personne que Jacques Roux ?

54 AGS, K, 1461, le 16 février 1609, mémoire de M. de Monier adressé à Philippe III par l’intermédiaire d’Andrés de Prada.

55 Ibid.

56 AGS, E, 183, f° 29, année 1599.

57 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 1429.12, le 20 janvier 1603.

58 AGS, E, 343, ffos 91-92, lettres de David le 12 février 1596.

59 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p, 575, lettre du roi à Fresnes du 15 avril 1602.

60 Ibid., p. 623, lettre d’Henri IV à M. de Fresnes du 23 juin 1602.

61 Ibid., pp. 693-694. Voiries autres mentions de La Farge dans le t. V, pp. 635-637 et le t. VI, pp. 18 et 29.

62 AGS, E, 1292, f° 84, Mendo Ledesma au roi le 13 mars 1603.

63 AGS, E, 1911, f° 64, Villafranca au roi le 21 novembre 1616.

64 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 190.

65 Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 54, lettre du 26 octobre 1600.

66 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, pp. 635-637, lettre du roi à Fresnes-Canaye du 24 juillet 1602 : « Picotté a esté le premier employé par le duc de Biron et le baron de Luz pour négocier en Espagne avec l’archiduc et le duc de Savoie et comte de Fuentes. Il commença dès les années 1595 ou 1596, avec ledict archiduc lorsqu’il passa par le comté de Bourgogne allant d’Espagne en Flandres prendre possession du gouvernement. »

67 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 402.23, le 19 avril 1600.

68 AGS, E, 1294, f° 117, Alonso de Idiáquez de Regeben, le 25 octobre 1605 à Villalonga. Le f° 118 comporte la demande de Picoté à la suite d’une tentative d’enlèvement de la part des services français.

69 AGS, E, 1902, f°181, le marquis de Hinojosa le 11 octobre 1613.

70 AGS, K, 1480, ffos 24-25, lettres adressées par Nicolas Picoté depuis Milan à Prada et à Olivares le 3 mars 1625.

71 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 205 ; Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 685, lettre d’Henri IV à Bellièvre le 10 octobre 1602.

72 AGS, K, 1606, f° 66, Tassis le 30 juillet 1603.

73 BNP, Fonds français, ms. fr. 16112, f° 208, Barrault à Villeroy, le 19 décembre 1603 ; Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, lettre d’Henri IV à Rosny le 27 juin 1603, t. VI, p. 116.

74 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 429 11, le 17 août 1603.

75 AGS, K, 1593, le 23 décembre 1604.

76 AGS, K, 1461 Henri de Sauveulx au roi le 16 janvier 1609.

77 BNP ; Fonds français, ms. fr. 16112, f° 406, le 20 décembre 1606.

78 R. Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, pp. 27-28.

79 Ancien ligueur, Louis d’Aix se réfugie en Flandres puis en Italie. Son activité apparaît dans la correspondance diplomatique. Il informe à diverses reprises les diplomates des intentions françaises. Voir à son sujet le répertoire des espions, p. 578.

80 AG S, K, 1468, lettre de Jean de Quercy au roi Philippe III, le 10 décembre [613. Voir le texte intégral en annexe, pp. 647-656.

81 AGS, K, 1469, f°100, Ciriza au confesseur d’Anne, juin 1614.

82 En Castille même dans les années 1588-1589, le père Parsons a dû affronter l’Inquisition, jalouse de l’autorité croissante de l’Ordre. La décision d’interdire la sortie des jésuites du royaume d’Espagne sans son autorisation est une réponse du Saint-Office (F. Eguiluz, Robert Versons « el architraidor », pp. 156-158).

83 Ainsi Morgan et Paget s’opposèrent à l’envoi de l’Invincible Armada (R. Lechat, Les réfugiés anglais dans les Pays-Bas espagnols durant le règne d’Élisabeth, chap. IV).

84 AGS, E, 634, f° 12, année 1602 : junte sur une lettre de Parsons du 19 novembre 1601.

85 Ibid.

86 AGS, E, 612, le 10 mars 1596, Ibarra note que Holt vient d’Angleterre sur la demande du roi et du cardinal Allen.

87 Supérieur des jésuites de Flandres (F. Eguiluz, Robert Persons « el architraidor », p. 310).

88 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 22, doc. 40, mémoire du père Creswell, s. d.

89 AGS, K, 1426, Conseil d’État, consulta du 25 février 1603.

90 AGS, K, 1451, f° 108, le roi à Zúñiga le 13 mars 1604.

91 AGS, E, 2838, f° 52, lettre de Creswell à Lerma écrite de Saint-Omer le 30 mars 1616.

92 AGS, E, 2838, f° 156, lettre de Creswell à Lerma, s. d. (1616).

93 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, notice p. 72.

94 AGS, E, 2029, Conseil d’État, consulta du 2 mai 1615.

95 AGS, K, 1612, le 13 février 1616, mémoire du colonel Semple ; AGS, K, 1430, f° 13, Conseil d’État, consulta du 13 février 1616.

96 AGS, K, 1467, f° 48, s. d. (juin ou juillet 1612).

97 AGS, K, 1467, f° 93, Cárdenas au roi le 27 juillet 1612.

98 AGS, E, 2041, réponse du Conseil d’État aux nouvelles envoyées par William Semple le 24 janvier 1627.

99 Voir John Bossy, Giordano Bruno and the Embassy Affair, New Haven, Yale University Press, 1991 ; et plus récemment Id., Under the Molehill. An Elizabethan Spy Story, New Haven, Yale University Press, 2001.

100 MAE, Mémoires et Documents, Espagne 324 : résumé de la lettre de Thomas Morgan à l’évêque de Dublin en 1589 : il note que les ambitions de Philippe II et du duc de Parme se contrecarrent, ce dont il se félicite.

101 AGS, E, 1291, f° 186, Ledesma le 18 septembre 1602.

102 BNP, Fond français, 4020 (Mémoires servans a l’histoire soubz le regne de Henry quatre depuis l’an 1600 jusqu’à sa mort qui fust en may 1610), f° 379.

103 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 14 mai 1605.

104 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 décembre 1607.

105 AGS, K, 1426, f° 113, dépenses de l’ambassadeur, avril 1609.

106 AGS, K, 1454, f° 172, comptes de Cárdenas le 9 novembre 1616.

107 AGS, K, 1454, f° 172, comptes de Cárdenas le 9 novembre 1616. Morgan reçoit en tout 860 écus de pension de l’ambassade après 1610.

108 AGS, K, 1466, f° 35, Cárdenas au roi le 2 février 1612.

109 C’est-à-dire d’une part l’Espagne et, d’autre part, les Français qui sont en contact avec Morgan, voire les autorités françaises qui tolèrent sa présence sur leur territoire.

110 G. Colás Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI.

111 Gil de Mesa est appelé Gilles de Metz par les contemporains français (Tallemant des Réaux, Historiettes, t. I, p. 366).

112 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. XXVII.

113 AGS, K, 1426, f° 4, Conseil d’État, consulta du 30 juillet 1602 ; AGS, K, 1603, f° 102, juillet 1602.

114 AGS, K, 1608, relation de Bustamente placée après le 30 octobre 1607.

115 AGS, K, 1606, Zúñiga le 8 mars 1604.

116 AGS, K, 1460, f° 120, Tassis le 11 décembre 1603.

117 AGS, K, 1606, d’août 1604, les enfants de Pérez s’offrent comme agent de Philippe III ; AGS, K, 1461, le 20 novembre 1608 avis de Villafranca sur ces enfants qui sont entretenus par l’ambassadeur d’Espagne en France et sur l’activité de Pérez.

118 AGS, K, 1593, le 30 août 1604, les lettres du connétable.

119 AGS, K, 1452, f°12, Cárdenas le 15 janvier 1610 ; AGS, K, 1427, Conseil d’État, consulta du 5 janvier 1610 ; AGS, K, 1461, Cárdenas au roi le 27 avril 1609 et le 29 novembre 1609.

120 AGS, K, 1461, lettre de Cárdenas du 27 avril 1609.

121 AGS, K, 1465, f° 84, Cárdenas à Aróstegui le 26 novembre 1611.

122 G. Marañóu, Antonio Pérez, chap. XXXI.

123 AGS, K, 1606, Tassis le 23 janvier 1603.

124 La régente adresse de très nombreuses demandes (AGS, K, 1464, f° 108, Cárdenas au roi le 12 avril 1611 ; AGS, K, 1465, f° 29, Cárdenas au roi le 28 août 1611).

125 AGS, K, 1464, f°110, Cárdenas au roi le 18 avril 1611.

126 AGS, K, 1472, f° 114, Manuel don Lope à Cárdenas le 18 octobre 1616.

127 AGS, K, 1472, f° 116, Manuel don Lope à Cárdenas le 18 octobre 1616.

128 AGS, K, 1612, Conseil d’État, consulta du 15 décembre 1616 sur les lettres des 24, 27, 29 et 31 novembre de Monteleón ; AGS, K, 1430, f° 56, Conseil d’État, consulta du 24 janvier sur une lettre de Monteleón datant du 3 du même mois.

129 AGS, K, 1613, Cárdenas sur don Lope le 20 lévrier 1617 ; Conseil d’État, consulta du 25 lévrier 1617.

130 AGS, K, 1457, f° 178c, avis de France de Manuel don Lope.

131 AGS, K, 1434, f° 42, Juan Germán Daubillon à Manuel don Lope le 2 février [627.

132 Sur ce naufrage, voir Y.-M. Bercé, « L’affaire des caraques échouées ».

133 G. Marañón, Antonio Pérez, chap. XXXI.

134 P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VII (1879), août 1595, p. 35.

135 J. de Lamar, Diplomacy and Dogmatism, p. 106.

136 AGS, E, 614, f° 68, le gouverneur des Pays-Bas espagnols le 24 octobre 1597.

137 Y.-M. Bercé, Le roi caché, AGS, E, 193. Un faux Sébastien, après s’être manifesté à Venise, en est expulsé. Il rejoint Florence, où le même sort l’attend, et il termine sa carrière sur un bûcher espagnol en 1613. Sur les connexions entre les différents exilés portugais et ce faux Sébastien, voir Y.-M. Bercé, Le roi caché, pp. 50-72. Sur le sébastianisme en général, voir Lucette Valensi, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des Trois Rois, Paris, Seuil, 1992.

138 AGS, E, 1619, f° 7, Zúñiga le 5mai 1601.

139 AGS, E, 619, f° 69, Zúñiga avril 1601, P 107 : lettre de Cristóbal interceptée à Venise.

140 AGS, E, 1292, f° 67, année 1603.

141 AGS, K, 1451, f°118, le roi á Zúñiga le 6 juillet 1604.

142 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 6 novembre 1607 ; AGS, K, 1461, Irarraga au roi le 7 février 1608.

143 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 26 juin 1610.

144 AGS, K, 1452, Cárdenas au roi le 15 décembre 1610 ; AGS, K, 1464, f° 44, Cárdenas au roi le 14 février 1611.

145 AGS, E, 2228,1e 28 mai 1613.

146 AGS, E, 632, ffos 17-18, Conseil d’État, consulta du 21 février 1617.

147 AGS, K, 1478, f°163, Mirabel, décembre 1621.

148 AGS, K, 1438, f° 72, Mirabel à Ciriza le 22 septembre 1622 ; AGS, K, 1476, f°17, Mirabel au roi (fin février ou début mars 1622).

149 Sur le double jeu de Manuel de Portugal : voir AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas le 12 décembre 1610 ; AGS, K, 1464, f° 44, Cárdenas au roi le 14 février 1611 ; H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 338, cite ce passage extrait d’AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 176, lettre d’Emmanuel, réfugié en Hollande depuis 1597 : « Au roy catholique, Remonstre en toute humilité Don Emmanuel de Portugal comme ayant suivy dès son enfance la fortune du feu son seigneur et père, il a esté finalement constrainct de se retirer aux Provinces-Unies, et d’aultant que par la faveur divine la négociation de la tresve s’en va à cheminer entre les deputez de costé et d’aultre à une finale conclusion, le remonstrant s’est enhardi de s’addresser à V. M. la suppliant que par sa magnanimité et considération de l’honneur que le remonstrant a d’estre de sang royal de Portugal, il luy plaise de recevoir ledict remonstrant en telle faveur et appointement que pour sa clémence, grandeur et libéralité, elle en trouvera le mieux convenir à la qualité du remonstrant et le vouloir relever des debtes et autres incommodités desquelles il se trouve accolé, aussi rendre participants de la mesme libéralité et benignité don Christophe de Portugal, son frère, ensemble donna Loysa de Portugal, sa sœur, lesquels demeureront obligez de prier Dieu pour la grandeur et prospérité de V. M. » ; AGS, E, 632, f°17 : le Conseil d’État du 21 février 1617 accepte que don Manuel du Portugal réside à Bruxelles et qu’il y jouisse de la pension [merced] octroyée par le roi.

150 AGS, E, 2853, le Ier novembre 1624.

151 AGS, K, 1459, f°184, le roi à Mirabel le 8 septembre 1629 ; AGS, K, 1446, f° 96, Mirabel au roi le 30 septembre 1629 et f° 101 ; AGS, K, 1437, f° 112, Conseil d’État, consulta du 25 octobre 1629.

152 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, lettre, 582, pp.

153 AGS, K, 1604, Tassis le 2 ; octobre 1601.

154 AGS, K, 1460, Prada à Baltasar de Zúñiga le 12 juin 1607.

155 AGS, K, 1606, Tassis le 2 ; janvier 1603.

156 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 17 mai 1607.

157 AGS, K, 1460, Prada à Zúñiga le 12 juin [607.

158 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 24 août 1607.

159 AGS, E, 625, f° 110, Andrés de Prada du 29 juin 1608.

160 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 26 avril 1611. Dans ce document, Martín del Espíritu Santo transmet des informations sur Aersens et Oldenbarnevelt, auprès desquels il semble s’être infiltré, le second étant le Grand Pensionnaire de Hollande.

161 Sur Manuel Sueyro, voir le chap. VIII, p. 368.

162 Sur cette période de la vie de Martín del Espíritu Santo, voir M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, pp. 244-250.

163 À propos de La Forcade, voirie répertoire des espions p. 611.

164 J.-P. Amalric, « L’œil et la main de l’Espagne dans les affaires françaises ».

165 Inventaire du MAE, CP Espagne, vol. XV : relation de la négociation de Michel du Clausels, envoyé de Rohan, avec l’Espagne (1627-1629) ; M, Prévost et J.-Ch. Roman damat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t VIII, p. 1391.

166 AGS, K, 1480, f° 11, Mirabel au roi le 27 mars 1625 ; souligné par nous.

167 À tel point que Grillon signale dès l’année 1626 que Clausels est un espion espagnol (P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. IV, note p. 52).

168 Inventaire du MAE, CP Espagne, vol. XV, relation de la négociation de Michel de Clausels, envoyé de Rohan, avec l’Espagne (1627-1629).

169 Le Mercure françois, t. XV (année 1628-1629), pp. 457-465 ; R. Mousnier, L’homme en rouge (p. 361) affirme que la découverte du complot est due à la perte des documents en France par Clausels.

170 Selon la phrase fréquemment citée du duc de Rohan au Cardinal : « Asseurez vous dudit sieur Clausel comme de moy-mesme, car je vous en responds. » (P. Grillon, Les papiers de Richelieu, IV, p. 558.)

171 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. III, p. 546, lettre de Richelieu à Bouthillier du 27 septembre 1630.

172 AGS, K, 1415, f° 47, Conseil d’État, consulta du 20 mai 1631 sur les lettres de Mirabel du 26 février et des 1er et 2 mars 1631.

173 AGS, K, 1424, f° 21, le roi à Mirabel te 22 avril 1631.

174 AGS, K, 1415-, f° 31, Conseil d’État, consulta du 19 avril 1631 sur les lettres des 19 mars et 3 avril 1631.

175 M, Prévost et J.-Ch. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. VIII, p. 1391, affirme qu’il se rendit à Genève pour Richelieu en avril 1631, parvenant à s’enfuir après une arrestation puisqu’on le retrouve en 1632 à Bruxelles.

176 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, pp. 527-330, document du 25 février 1634, note que La Roche (Clausels) participe avec Chanteloube aux tentatives d’accommodement de Marie de Médicis avec le Cardinal.

177 AGS, K, 1416, f° 41, Conseil d’État, consulta du 6 août 1633 sur des lettres de Scaglia et une lettre de Clausels du 24 juin.

178 M. CArmona, Marie de Médicis, p. 513.

179 AGS, K, 1416, f° 51, Conseil d’État, consulta du 26 août 1633 sur les lettres de Benavente du 9 juin au 9 juillet.

180 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p. 636.

181 BNP, Fonds français, 7596, Recueil de procès criminels, procès et arrêt de mort contre Clausels le 28 octobre 1654.

182 E. et É. Haag, La France protestante, t. III, pp. 481-482.

183 AGS, K, 1461, f° 79, Cárdenas au roi le 30 septembre 1609.

184 AGS, K, 1461, f° 119, Cárdenas au roi le 29 novembre 1609.

185 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 1er avril 1610.

186 AGS, K, 1461, ffos 104-119, lettres de Cárdenas ; AGS, K, 1462, P 3, Cárdenas au roi les 25 et 28 janvier 1610 ; AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 5 novembre 1609 ; AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du Ier avril 1610.

187 AGS, K, 1612, Conseil d’État, consulta du 23 mars 1616.

188 AGS, K, 1593, f° 52, affaire Carlos et Paul de Roo, septembre 1616.

189 AGS, K, 1593, f° 53.

190 Vinceguerre n’est pas un inconnu : en 1616, il dirige une expédition contre La Goulette à la tête de deux pataches et de 1. 500 hommes. H participe l’année suivante avec un autre marin aux activités troubles, le capitaine Jacques Pierre, à une attaque contre les barbaresques (Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, pp. 399,386 et 681).

191 AGS, K, 1475, f° 136, année 1618, avis de Carlos de Roo.

192 Charles de Blanchefort, marquis de Créquy, épouse en 1595 la fille du premier lit du duc de Lesdiguières, Madeleine de Bonne. Devenu veuf, il se remarie avec Françoise de Bonne, une fille du duc, née d’un second mariage, accédant en 1626 au titre de duc et pair de France.

193 AGS, K, 1593, s. d, sans f° (deuxième document de l’année 1621),

194 AGS, E, 3335 f° 79, relation entre Roca et Mme de Créquy 1620 : mémoire de Carlos de Roo.

195 AGS, E, 1924, f° 237, le roi à Feria le 23 avril 1620.

196 AGS, E, 1925, f° 27, Feria au roi le 18 février 1621.

197 Il s’agit certainement d’Alessandro d’Este (1568-1624), fils naturel légitimé d’Alphonse d’Este (lui-même fils légitimé du duc Alphonse Ier). Son demi-frère, César, est le futur duc de Modène et Reggio. En 1608, il participe à la conclusion du mariage de son neveu, Alfonso, futur duc, et d’Isabelle de Savoie. Il voyage en Espagne en 1613-1614 (Istituto della enciclopedia italiana, Dizionario biografico degli Italiani, Rome, Istituto della enciclopedia italiana, t XLIII [1993], pp. 310-312).

198 AGS, K, 1593 de Saint-Germain, lettre de Carlos de Roo au marquis d’Este, année 1621 (s. f°) et lettre du marquis d’Este à don Antonio de Aróstegui du 5 mai 1621 montrant son mépris pour l’espion.

199 AGS, K, 1593, année 1621, résumé des missives de Carlos de Roo (s. d. et s. f°), vers le mois d’août 1621 ; lettre de Carlos de Roo, septembre 1621 (s. d. et s. f°).

200 Voir en bibliographie les travaux de C. Seco et C. Pérez Bustamante, « La pretesa fillonia ».

201 Les travaux de Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, soulignant les liens ambigus d’Osuna avec Lesdiguières, ne nous semblent toujours pas réfutés.

202 Le Mercure françois, t. XI (1626), pp. 78-79.

203 D. Avenel, Lettres, instructums diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. II, pp. 313-315.

204 En italien : Gian Giacomo Alardi.

205 AGS, E, 1925, f° 173, Conseil d’État, consulta du 13 juin 1616.

206 Louis Videl, Histoire de la vie du connestable des Lesdiguières, Paris, 1638 ; G. Tallemant des Réaux, Historiettes, t. I, pp. 53-55.

207 Ce personnage apparaît à plusieurs reprises dans la correspondance espagnole. Condamné pour des violences envers un représentant espagnol en Savoie, il est emprisonné à Lyon puis il intervient dans des discussions de mariages entre Nemours et la fille de Charles-Emmanuel, Catalina. En 1626, on rencontre de nouveau un La Grange, gouverneur de Novi, emprisonné à Gênes.

208 AGS, E, 1906, ffos 92-93, lettres de Hinojosa du 21 février 1615.

209 AGS, E, 1925, f° 173, Conseil d’État, consulta du 13 juin 1616.

210 AGS, E, 1925, f° 175, mémoire de l’accord passé entre Pedro de Toledo et Alardo à Milan le 14 avril 1616.

211 AGS, E, 1934, f° 32, Vivas au roi le 21 mai 1618.

212 AGS, E, 1919, f° 127, lettre de Alardo au marquis de Mortara le 30 juin 1618.

213 AGS, E, 1926, f° 64, avis de France de Turin envoyés par Alardo, février 1622.

214 AGS, E, 1926, f° 66, avis d’Alardo.

215 AGS, K, 1428, f° 55, Conseil d’État, consulta du 12 octobre 1614 sur des lettres de Cárdenas. L’ambassadeur informe le Conseil que Marie Vignon a fait assassiner son époux et domine totalement son amant Lesdiguières. Dans le même temps, il prévient que cette dame a reçu en moins d’un an deux mille écus du duc de Savoie. Cette situation expliquerait l’envoi de Créquy auprès de son beau-père.

216 Lesdiguières en 1618 était âgé de 75 ans.

217 AGS, E, 1934, f° 32, Vivas le 21 mai 1618.

218 AGS, E, 3335, f° 77, 1620. Sur cet épisode, voir chap. VI, p. 259.

219 AGS, E, 1934, f° 200, Vivas le 22 avril 1619.

220 AGS, E, 1926, f° 58, lettre de Feria le 22 novembre 1622.

221 Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, chap. XX.

222 Lettres de la main de Louis XIII, éd. Eugène Griselle, Paris, 1914, 1re part., p. 14.

223 F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823, document CVII : rapport de Quevedo sur ce qui se passa à Venise (source : AGS, E, 1920, avec les documents du Conseil d’État du 23 juin 1618).

224 AGS, E, 1934, f° 41, Vivas au roi le 18 juin 1618.

225 P. Preto, « Le “paure” della societá veneziana ».

226 Sur Angelo Badoer, voirie chap. viii, p. 395.

227 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 120.

228 AGS, K, 1469, Aróstegui à Ciriza le 7 juillet 1614.

229 AGS, K, 1469, f° 151, Cárdenas au roi le 24 août 1614.

230 AGS, K, 1428, f° 53, Conseil d’État, consulta du 6 septembre 1614.

231 AGS, E, 1881, f° 100, copie de la lettre de Renault à Lesdiguières (« Nicolo Renaldo pour Mos. de Lesdiguières »), Venise le 4 octobre 1617.

232 Ch. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. IV, p. 3.

233 Ibid., t. IV, p. 416.

234 CODOIN, t. XLVI, p. 565 ; AGS, E, 1166, f° 98, le duc d’Osuna au roi le 28 novembre 1613. Dans cette lettre, le vice-roi de Sicile confirme l’engagement de Jacques Pierre et fournit des indications sur la réputation du corsaire. Osuna a fourni des hommes afin de s’embarquer avec le Normand, mais ceux-ci ont préféré déserter et s’en sont allés à Madrid pour se plaindre au Roi Catholique...

235 AGS, E, I88I, f° 100, lettre interceptée de Renault à Lesdiguières, le 4 octobre 1617.

236 F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823.

237 AGS, E, 1881, lettre interceptée de Renault à Lesdiguières, le 17 octobre 1617.

238 C. Seco, « El marqués de Bedmary la conjuración de Venecia de 1618 », p. 315 : « Era una de tantas recomendaciones de pura fórmula facilitadas a diario en el palacio de España. »

239 AGS, E, 1930, f° 337, copie d’une lettre de Bedmar à Osuna le 11 mai 1618 ; souligné par nous.

240 AGS, E, 1930, f° 338, copie d’une lettre de Bedmar à Osuna le 12 mai 1618.

241 Voir supra, p. 456.

242 Charles de Gonzague, duc de Nevers (1380-1637), est un descendant de la dynastie byzantine des Paléologues par sa mère, Catherine de Clèves. À ce titre, il rêve d’une reconquête et de la restauration d’un État chrétien d’Orient. Il fonde à cet effet la Milice Chrétienne et espère employer Jacques Pierre.

243 L. Astrana Marín (éd.), La vida turbulenta de Quevedo, p. 263.

244 AGS, E, 1881, f° 109, copie de la lettre de Jacques Pierre pour le duc de Nevers, de Venise le 4 octobre 1617.

245 C. Seco, « El marqués de Bedmar y la conjuración de Venecia de 1618 », p. 308 ; Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, p. 408, n. 4.

246 Les agissements d’Osuna en Morée et en Macédoine ne sont pas totalement désintéressés (É. Baudson, Charles de Gonzague). Les papiers de Carlos de Roo paraissent confirmer cette trahison du vice-roi (voir ci-dessus pp. 449-450).

247 Voir chap. I, n. 144 et chap. ii, n. 84.

248 Bernard Doumerc, « L’Adriatique du XIIIe au XVIIe siècle » ; et Olivier Chaline, « L’Adriatique de la guerre de Candie à fin des Empires (1645-1918) », dans Pierre Cabanes (dir.), Histoire de l’Adriatique, Paris, Seuil, 2001.

249 B. Chudoba, España y el Imperio, pp. 338-343,

250 Cas de Canredon : Le Mercure françois, t. XII (1626), pp. 194-197 ; voir aussi Mémoires de J. de Bouffard-Madiane sur les guerres civiles du duc de Rohan, éd. Ch. Pradel, pp. 110-114. Pour Alfeston, La Gazette (1633), p. 411.

251 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 693, lettre d’Henri IV du 11 novembre 1602.

252 Sur Charles Hébert, voir supra, p. 428.

253 Sur cet agent, voir le chap. viii, p. 401.

254 Sur M. de Saint-Vincent, voir le répertoire des espions, pp. 637-638.

Table des illustrations

Légende Graphique 22. – Origine des agents de la Monarchie Catholique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Graphique 23. – Répartition des renseignements selon l’origine des agents
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Graphique 24. – Évolution chronologique des renseignements selon l’origine des agents. (N’ont pas été pris en compte les individus d’origine inconnue.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search