Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Troisième partie. Les amis des rois d'Espagne

Chapitre viii

Le monde du secret

Texte intégral

1Étudier l’espionnage en général, et les services secrets espagnols en particulier, c’est tenter de dire le secret, le voilé, le caché, l’opaque. De fait, nous retrouvons des problèmes comparables à ceux rencontrés par Lucien Bély dans son étude sur les ambassadeurs :

  • 1 L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, p. 52.

Dans les dépêches diplomatiques, les indications sur l’information – publique, discrète ou secrète – sont disséminées et se révèlent au détour et au hasard. Par sa nature même, l’espionnage était rejeté en marge, voire occulté à force de dissimulation, comme un inconscient de la diplomatie. Rien n’est donc exact. Monde du doute, du soupçon, du mensonge, l’univers du secret s’opposait au monde de l’éclat, de la certitude, de la cérémonie publique, qui étaient la face solaire de la négociation [...]. Toute recherche sur l’espionnage est donc une gageure « face à ce qui se dérobe », pour reprendre un titre d’Henri Michaux1.

  • 2 Le dossier AGS, K, 1469, comporte pour l’année 1614 des avis ou des notes sans date précise, et don (...)
  • 3 C’est le cas de Nicolas L’Hoste – alias « L’Andalou » – ou, plus tard, celui de Gérard de Raffis, q (...)

2La méthode d’investigation dans les archives s’apparente à la recherche de quelques noms d’espions glanés par hasard à l’intérieur d’une masse volumineuse de documents. Lorsque les dieux sont favorables, le chercheur s’interroge, scrute ses multiples fiches, se demandant si tel nom lâché par un ambassadeur ou son secrétaire n’est pas déjà passé sous ses yeux. L’empirisme obligé de la consultation de trente-sept années de correspondance diplomatique aboutit à un écheveau duquel il s’agit d’extraire un fil : le nom d’un agent, qui peut mener à d’autres espions, ouvrant des pistes pour découvrir d’éventuels acolytes parmi ses contacts. De plus, il est clair que notre corpus d’espions n’est qu’une partie minime de la réalité clandestine. Combien de confidents espagnols n’avons-nous pas laissé échapper pour ne pas avoir disposé au bon moment des connexions les mettant en relation avec les informations dont nous disposions alors ? De surcroît, le classement des documents dans les archives place parfois à part des lettres, rapports ou mémoires d’» amis » de l’Espagne que nous rencontrons alors de façon purement fortuite2. Enfin, les informateurs anonymes sont légion, à en croire les expressions employées par les responsables espagnols (« On m’a dit... », « J’ai appris... », etc.). Pour compliquer encore les choses, certains espions font usage de pseudonymes rarement identifiables3.

3Par espionnage, nous entendons ce qu’on appelle de nos jours les services secrets. Cette activité recouvre trois grands domaines. La collecte des renseignements de tout ordre nécessaires aux prises de décision politiques (renseignements politiques, militaires, religieux ou économiques) constitue l’espionnage proprement dit. Le contre-espionnage a pour objet de contrecarrer les infiltrations des agents d’une puissance étrangère, qu’ils agissent dans la Péninsule (c’est le cas des relations du duc de La Force avec les morisques) ou bien à l’extérieur de celle-ci (cas des agents doubles français travaillant en Italie ou d’un certain nombre de marranes et d’exilés espagnols établis en France). Nous rattachons à ce second domaine la protection des frontières et des places de la Monarchie Catholique. Enfin, l’espionnage comprend les actions destinées à déstabiliser l’ennemi (soutiens à Biron, à Gaston d’Orléans, assassinats, dénonciations, etc.). Certains de ces domaines demeurent presque interdits à l’historien, à cause du manque de sources. Les archives conservent bien peu de traces d’ordres écrits enjoignant d’éliminer un espion ou un personnage important. Malgré tout, le devenir de certains agents nous est connu grâce à divers documents que nous mentionnerons.

4Cette classification actuelle des activités d’espionnage ne correspond pas à celle du XVIIe siècle. Si les définitions qu’on vient de donner, évidentes depuis la fin du XIXe siècle, sont commodes pour approcher la globalité des pratiques du secret et pour éviter d’omettre certains aspects saillants de l’action secrète, il faut être conscient que leur emploi peut modifier notre façon d’appréhender la réalité passée.

5L’étude de l’espionnage est généralement réservée aux romanciers ou aux auteurs de romans policiers et, quand elle est appliquée à l’histoire, elle ne concerne presque exclusivement que l’histoire contemporaine et relève alors le plus souvent de l’histoire-fiction. Cette réticence des historiens s’explique, entre autres, par l’impossibilité de mesurer l’impact de l’espionnage, puisque beaucoup de données relèvent du secret. D’autre part, l’engouement de nos sociétés pour le monde de l’ombre, le domaine de l’occulte, favorise la tendance à attribuer aux intrigues le rôle de moteur de l’histoire. Aucune théorie conspiratoire ou policière ne peut rendre compte du développement d’une société, ni de sa conception en matière de politique étrangère.

6Cela étant, les agents participent eux aussi à l’action politique. Même si le contenu des renseignements qu’ils transmettent et des actions qu’ils entreprennent nous reste parfois inconnu, ou bien ne mène pas à des bouleversements dans les choix politiques, l’étude de ces hommes reste nécessaire dans la mesure où ils révèlent les préoccupations d’une époque. L’origine des différents espions, les propositions qu’ils adressent, les rémunérations qui leur sont versées, leurs relations avec les autres espions ou avec les responsables politiques constituent autant d’indicateurs permettant de mieux cerner les catégories mentales des élites dirigeantes des monarchies d’Ancien Régime :

  • 4 A. Dewerpe, Espion, p. 15.

La place attribuée à l’espion renvoie tant aux relations entre le sujet politique et le prince et aux actes légitimes de l’un et de l’autre, qu’à la frontière entre les sphères privée et publique où s’articulent leurs intimités respectives4.

7C’est l’ensemble des attitudes de la société face à l’occulte, à l’espace privé qui est sollicité par les pratiques de l’espionnage.

I. - Le secret : techniques et implications

La place du secret dans l’Ancien Régime

  • 5 Pedro Ponce de León, Censura, Madrid, 1788, pp. 279-289, cité par J. A. Fernández-Santamaría, Razón (...)

Les politiques, et Machiavel principalement, déduisent cette proposition pestilentielle : qu’un prince nouveau au pouvoir et à la direction, avant toutes choses, doit s’efforcer d’éliminer en premier les amis et parents de son prédécesseur [...]. Que les résolutions prises sont salutaires à ceux qui, en conscience, sont innocents ; mais en ce qui concerne la méchanceté et la trahison, l’unique remède est l’audace [...]. Que le prince pour l’extérieur doit paraître innocent pour cacher sa méchanceté [...]. Qu’un prince doit donner des ordres à ses ministres pour qu’ensuite on ne puisse découvrir qu’ils furent les auteurs de cette méchanceté [...]. Que le prince ne doit pas exécuter de nobles en public mais seulement en secret [...]. Que le prince, dans la cour où il se trouve, doit créer des espions et des ministres cruels pour mettre un frein à la noblesse [...]. Que les inférieurs doivent dissimuler les offenses qu’ils ont reçues des princes [...]. Qu’un prince doit semer dans la cité où il vit haines, inimitiés et différences, récompensant les espions et les informateurs, pour qu’il n’y ait pas d’amitiés et de partialités secrètes, et qu’au contraire chacun vive dans la réserve à l’égard de son ami comme à celui de son ennemi5.

  • 6 Dominique Barthélémy et alii, De l’Europe féodale à la Renaissance et Philippe Ariès et alii, De la (...)

8Perçue comme un bréviaire de la haine par l’ancien inquisiteur général Pedro Ponce de León (1509-1573) et par ses contemporains, la pensée de Machiavel et des politiques leur répugne. Alors que les sociétés de la fin du Moyen Âge ignorent pratiquement les espaces public et privé et connaissent surtout des espaces communautaires6, ce qui forme le cœur de l’argumentaire des philosophes espagnols du XVIIe siècle contre cette pensée de la Renaissance, c’est la pratique de la dissimulation, de l’occulte, le refus d’agir au grand jour.

9Dans les sociétés sans publicité, aucun besoin ne devrait apparaître de dire le secret. Les débats demeurent presque inexistants du fait qu’il n’y a pas d’opinion publique – ce qui ne signifie pas que les « cérémonies de l’information » (M. Fogel) soient absentes.

  • 7 P. Preto, « Le “paure” della societá veneziana ».

10Par crainte des révélations, tous les gouvernements, ainsi que certaines institutions, sont amenés à multiplier les procédures secrètes et à perfectionner leurs techniques clandestines. La monarchie castillane, les Républiques vénitienne et génoise se dotent d’inquisitions puissantes, où le mode d’interrogation et le processus d’accusation demeurent ignorés de tous. Rapidité et mystère permettent aux inquisiteurs de frapper les « traîtres ». Pour répondre aux craintes associées à l’étranger, à la maladie ou à l’hérétique, se crée un espace particulier, privé, où la société n’est pas admise. La « grande peur » de la République vénitienne7, constante du premier quart du XVIIe siècle, provient de l’absence d’information du « public » et de sa manipulation par les services secrets de la Sérénissime. Elle correspond à une angoisse face à la situation particulière de Venise, placée entre le Turc, l’Espagnol et les Uscoques. Les sénateurs de la République ne sont pas épargnés, pas plus que l’Inquisition espagnole n’hésite au XVIe siècle à condamner certains prélats. Sans épouser la thèse de la « légende noire » à propos de l’Inquisition, il faut noter l’essor, pendant le siècle de la Renaissance, de pratiques spécifiques du secret. Outre les institutions, les techniques de dévoilement se raffinent, se spécialisent. En Castille, l’institution de l’espía mayor apparaît à la fin du XVIe siècle, alors que Venise se dote d’inquisiteurs d’État (1596). La cryptographie se développe, afin de préserver les secrets et de pouvoir les communiquer aux différents responsables.

  • 8 M. Foucault, Surveiller et punir ; Roger Chartier et alii, La ville classique. De la Renaissance au (...)
  • 9 A. Lebigre, La justice du Roi, p. 166.

11À l’émergence de ces formes de pratiques du secret correspond la naissance d’un nouvel espace : la prison et son corollaire, l’enfermement8. Les Bassompierre, Bellegarde, Puylaurens ou Fancan en France, les Quevedo, Osuna, Uceda dans la Péninsule, en font l’expérience. Non que l’emprisonnement n’existât pas auparavant, mais son emploi restait limité9. De plus, il frappe désormais des membres de l’élite nobiliaire. Suivant la pensée de Machiavel telle que la caricature Ponce de León, les princes prennent conscience de la nécessité qu’il y a pour eux à réduire les membres les plus puissants de l’aristocratie, mais selon un mode occulte : en les cachant, en les enfermant, en les faisant disparaître de la scène sociale.

12Or, la vie nobiliaire, tout extravertie, centrée sur le chef de la maison, semble, au contraire, ne rien dissimuler au regard public Le privé y tient une place réduite et l’estime s’y mesure à l’ostentation. Cette caractéristique entraîne une conception, très différente, de l’occulte. Est-ce pour cela que la discrétion, le déguisement et le secret revêtent souvent un aspect négatif aux yeux de la noblesse ?

  • 10 V. Ginarte González, El conde de la Roca, pp. 261-263.
  • 11 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 98 et 457.

13Les diplomates espagnols paraissent plus réalistes. Alors que certains s’offusquent des affirmations de Machiavel, Juan de Vera y Zúñiga, dans son Embaxador, considère le secret et la méfiance comme des qualités premières pour juger de la capacité de l’ambassadeur10. Benavente, pour sa part, constate qu’on utilise des espions dans toutes les cours, mais il affirme que les meilleurs indicateurs d’un souverain restent ses ambassadeurs11.

Traîtres, espions et confidents

  • 12 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 42.

14Malheureusement, les sources espagnoles ne qualifient ni ne définissent l’espionnage et les agents qui s’y livrent. Si l’on perçoit parfois des connotations péjoratives dans l’emploi du terme, aucune indication ne nous permet de cerner la réalité en question. L’espion est celui qui observe, qui épie. Paolo Preto note que le mot apparaît pour la première fois en 126412. La difficulté d’étudier l’espionnage tient à la définition même de cette activité : acquérir ou transmettre une information n’est pas illégal, ce sont la nature de l’information et son caractère secret qui déterminent qu’il s’agit d’espionnage :

  • 13 A-Ch. Kiss, Répertoire de la pratique française en matière de droit international public, t. VI, p. (...)

L’espionnage peut être considéré comme le fait de l’étranger qui cherche à se documenter sur les secrets [...] pour en faire profiter son propre pays. La trahison, au contraire, est l’acte du Français qui révèle à l’étranger les secrets intéressant la défense nationale. Or, si la trahison est un crime pour lequel il n’y a pas de peine assez sévère, il semble que l’on peut conserver à l’espionnage le caractère de simple délit [...]. On peut admettre, en effet, que l’étranger qui espionne pour son pays commet sans doute un acte qui doit être réprimé, mais qui peut n’avoir en lui-même rien de déshonorant ni de criminel. Il est équitable d’en tenir compte13.

15Adoptée entre l’affaire Dreyfus et la Grande Guerre, cette double définition possède l’avantage de différencier l’espionnage, fait de l’étranger, et la trahison, fait du national. Cependant ces catégories s’appliquent malaisément aux XVIe et XVIIe siècles. Les notions de « national » et d’» étranger » demeurent encore trop extérieures pour signifier réellement une adhésion, surtout si l’on considère la diversité des possessions de la monarchie ibérique. Plus tardif encore, le Code pénal français nous aide à préciser ces définitions, introduisant le concept de fidélité. S’appuyant sur la convention de La Haye de 1907, il se fait plus précis quand il affirme, dans son article 75 :

  • 14 A.-Ch. Kiss, Répertoire de la pratique française en matière de droit international public, t. VI, p (...)

Sera coupable de trahison et puni de mort [...] tout Français qui entretiendra des intelligences avec une Puissance étrangère, en vue de l’engager à entreprendre des hostilités contre la France, ou lui en fournira les moyens, soit en facilitant la pénétration des forces étrangères sur le territoire français, soit en ébranlant la fidélité des années de terre, de mer ou de l’air, soit de toute autre manière14.

16Ici, seul le Français est visé. Tout autant que la transmission d’informations, ce sont les actions qui sont condamnées par le code. La principale manière d’espionner et de trahir consiste à saper la fidélité due à l’institution et à la Nation. Nous retrouvons donc ici un élément clé de l’Ancien Régime, la fidélité, mais compris dans un sens totalement différent. Ce qui est condamnable, c’est de faillir à celle-ci. L’espionnage serait donc la destruction des liens de fidélité opérée par des étrangers, et la trahison, le manquement ou l’infidélité à un maître.

17Quant aux autres termes apparaissant dans les sources espagnoles, « indicateurs », « informateurs », « confidents », ils se rapportent tous, à des niveaux plus ou moins élevés, à l’obtention et à la transmission des informations.

  • 15 Cela bien qu’en 1637 la découverte d’une correspondance entre Anne d’Autriche et Madrid ait violemm (...)

18Partant de ces réflexions, il reste particulièrement complexe de donner une définition de l’espion ou du traître pendant la période moderne. D’une part, parce que la société tout entière est innervée par des réseaux de parentés, par des rapports de protection patron/client qui engagent la plupart des individus dans des relations de fidélité. Parfois celles-ci ont des orientations incompatibles et aboutissent à des positions contradictoires. Ainsi, selon une conception actuelle, Anne d’Autriche serait une espionne espagnole opérant à la cour de France – ce que sont, de fait, les personnes de sa suite qui entretiennent une correspondance avec l’ambassadeur et emploient des chiffres spéciaux. Cependant, la règle des mariages entre dynasties impose d’écarter ce type de raisonnement : il faudra attendre août 1792 pour qu’une souveraine soit accusée de complicité avec une puissance étrangère, celle de son père15 en l’occurrence. La mise en accusation de Marie-Antoinette consacre la victoire de la conception d’une fidélité unique, dirigée exclusivement vers la « patrie », sur l’attachement à un ensemble distinct de réseaux, parentés, clientèles, liens vassaliques ou communautaires. C’est la monopolisation du sentiment d’appartenance à la nation, par l’intermédiaire de l’État, qui débouche sur la conception actuelle des notions de trahison et d’espionnage.

  • 16 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».
  • 17 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 495.

19Pourtant, aux XVIe et XVIIe siècles, l’espion apparaît à beaucoup comme un individu infâme. Ce ne sont donc pas les manquements au souverain qui motivent cette perception. Suivant Tacite, nombre de responsables pensent que le simple fait de recevoir des subsides, des « aides » rend l’existence méprisable. L’un des principaux soucis des espions étant d’obtenir gratifications et défraiements, une telle conception amène nécessairement à les considérer comme des êtres infâmes. En 1603, Gérard de Raffis, réfugié à Madrid, se trouve obligé de quémander quelques libéralités pour survivre, alors qu’il ne joue plus qu’un rôle de délateur auprès de la cour espagnole, surveillant les allées et venues autour de la résidence de l’ambassade de France16. Benavente contribue à ce jugement négatif, écrivant : « Quoique nécessaires, utilisés et autorisés [les espions] ont quelque chose d’indigne17. » En plus de leur caractère de mercantis intéressés et corrompus, les espions sont frappés d’indignité par leurs agissements clandestins, contraires à l’éthos nobiliaire. Avec l’accroissement de l’espace privé aux dépens de l’espace communautaire, la violation de l’intimité par le regard d’un intrus revêt un caractère plus grave et entache l’image de l’informateur :

  • 18 Montesquieu, L’Esprit des lois, livre XII, chap. XXIII du t.1 (1950) des Œuvres complètes, Paris, N (...)

L’espionnage seroit peut-être tolerable s’il pouvoit être exercé par d’honnêtes gens, mais l’infamie nécessaire de la personne fait conclure à celle de la chose18.

20Parmi les espions recensés dans notre corpus, il ne s’en trouve presque aucun qui mette en avant ces motifs vilipendés par la société d’Ancien Régime. L’argent n’est jamais présenté comme le mobile prioritaire des offres de service faites au Roi Catholique. Pourtant, la majorité des propositions sont assorties de conditions financières.

21Second élément important : l’offre de renseignements crée la demande, et l’argent en retour crée l’espionnage. Il est difficile pour un gouvernement, quel qu’il soit, de laisser passer des ouvertures, des offres d’avis qui pourraient modifier sa politique étrangère, ou de refuser des informations qui pourraient l’éclairer sur les rapports de force internationaux. Pour ces raisons, et à cause de cette incapacité des pouvoirs à refuser les offres secrètes de services, l’espion semble fréquemment avoir l’ascendant sur son employeur. Ainsi Carlos de Roo, lorsqu’il effectue sa prise de contact avec le Conseil d’État de Madrid, prend soin de poser trois conditions préalables à son éventuelle coopération avec la Monarchie Catholique. Le conseiller d’État Juan de Idiáquez insiste au Conseil pour faire accepter l’une de ces demandes particulières :

  • 19 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 1er avril 1610.

Que V. M. l’assure de la protection de sa personne et de celles qui viendraient avec lui et que dans aucun cas, quelque instance que puissent faire lesdits duc [de Savoie] et roi [de France], il ne leur soit livré, ni aucun de ceux qui viendront avec lui19.

22Le « traître » a donc besoin de s’assurer de la sûreté de son nouveau commanditaire. Le colonel Alardo agit de même, et une sorte de contrat règle ses rapports d’espionnage avec Madrid. Dans le cas de cet agent, c’est même un nouveau lien de fidélité qui se noue :

  • 20 AGS, E, 1925, ffos 175-175, mémoire sur l’accord passé entre Pedro de Toledo et le colonel Alardo l (...)

Ledit comte Juan Jacomo Alardo vient servir le Roi notre seigneur de bon cœur et il jurera fidélité à V. M. comme à son prince et seigneur, sans aucune exception quant au fait qu’il s’est séparé du lien de vassalité et des services du duc de Savoie en raison des différends [qu’il a eus avec celui-ci] et des offenses qu’il dit en avoir reçus20.

23Le schéma de la trahison ne s’applique pas ici. Pour le gouverneur de Milan, Alardo est devenu un fidèle du Roi Catholique ; cet élément, que personne ne connaît, va permettre au colonel piémontais d’infiltrer les responsables savoyards et le proche entourage de Lesdiguières. La trahison est effacée, et avec elle l’ignominie, par le biais d’un nouveau serment de fidélité prêté secrètement.

La prise de décision, le secret et sa maîtrise

24Les gouvernements du XVIIe siècle fonctionnent selon le système de la fidélité unique, celle qui est due au souverain (on ne sert qu’un seul maître), alors que l’activité sociale est fondée sur la multiplicité des liens de ce type. Cela n’implique pas que les autorités dirigeantes soient prémunies contre les infiltrations ou que leurs décisions ne soient connues que dans le cercle des Conseils du roi. La vision d’un pouvoir monolithique, situé au centre d’une société sans public ni transparence, est erronée. Traversés de divers courants, de groupes, de factions, organisés autour de liens de parenté ou de patronage/clientèle, les Conseils dirigeants de la monarchie espagnole, de même que les organes équivalents dans le royaume de France, demeurent perméables ; le contenu des discussions et décisions se répand dans la Cour.

25En 1607, le gouvernement espagnol constate que les solliciteurs de charges, bénéfices et autres gratifications connaissent en détail de nombreuses discussions ayant eu lieu dans les Conseils. Le problème de la conservation du secret est alors étudié dans un long texte émanant d’une junte spéciale appelée la « junte des trois » (Junta de Tres) car seuls le comte de Miranda Juan de Idiáquez et Jerónimo Xavierre, le confesseur du roi, y participent :

  • 21 AGS, E, 1490, s. f°, septembre 1607.

Votre Majesté a ordonné, par l’intermédiaire du duc de Lerma, que se réunissent le comte de Miranda, le comendador mayor de León et le frère Jerónimo Xavierre, confesseur de V.M., pour traiter du moyen qu’il conviendra d’adopter pour pallier les manquements à la conservation du secret dans les Conseils, manquements très importants comme on le voit chaque jour. On a vu et on voit que les partis savent ce qui y est étudié et le poste dans lequel chacun est nommé. De là vient qu’ils recourent aux ministres qui leur paraissent tenir en main les résolutions des consultas et que des pressions soient exercées afin d’obtenir ce que ces groupes prétendent. Ils leur répètent ce qu’ils savent avoir été dit dans les lieux où chaque ministre se trouve. On peut facilement mesurer l’inconvénient de cela. Il plaira à Sa Majesté que l’on y remédie efficacement et que l’on voie et considère ce qu’elle aura à ordonner, vu le peu d’efficacité et de profit des billets écrits par V.M. de Sa royale main aux Conseils quand elle leur a rappelé que du secret dépend la bonne direction des affaires21.

  • 22 AGS, E, 1290, f° 36, le roi à Benavente le 21 août 1609.

26Les avis de ces trois conseillers montrent leur impuissance face au dévoilement des affaires d’État. Le confesseur se demande s’il est utile de transmettre et de laisser des papiers aux différents Conseils du Roi Catholique ; Idiáquez propose de renouveler les mises en garde aux organismes dirigeants sur les trop nombreuses fuites ; quant au comte de Miranda, il demande une prolongation du délai de réflexion pour trouver de possibles solutions. Tous s’accordent sur un point : la connaissance anticipée de la distribution du patronage royal discrédite les ministres auprès des solliciteurs éconduits et nuit à la réputation du roi. Cependant, aucune solution concrète ne permet de contrôler la diffusion des secrets, bien que les mesures de protection soient nombreuses. L’institution d’un espía mayor et d’un introducteur des ambassadeurs constituent une double réponse au problème des indiscrétions. Par ailleurs, les espions sont fréquemment contrôlés afin de limiter les tentatives de double jeu. Ainsi, le roi écrit au comte de Benavente, vice-roi de Naples et parent de l’ambassadeur, de surveiller, avec prudence et en secret, les agissements de Hébert, malgré la fidélité de celui-ci depuis les tracas qu’il a subis en France lors de l’affaire Biron22. En effet, selon ce document, le confident entretient de nombreuses intelligences dans son pays d’origine.

  • 23 Par exemple, AGS, E, 1290, f° 156, lettre de Lesdesma le 31 juillet 1601.
  • 24 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 1er avril 1610.

27Ce type de précaution s’avère souvent inutile. Le nombre même des intervenants impliqués dans le traitement des informateurs amène le dévoilement du secret. Déjà, nous avons vu que les lettres de l’ambassade espagnole à Turin transitent par le gouvernement de Milan, qui ensuite les communique à Madrid23. Lorsqu’en avril 1610 Carlos de Roo propose ses services au Roi Catholique, c’est l’ensemble du Conseil d’État qui délibère. Le Conseil avise le roi qu’il convient de transmettre cette offre au comte de Fuentes, puisque le terrain de prédilection de cet espion est l’Italie du Nord et la France. Le duc de Monteleón, vice-roi de Catalogne entre 1603 et 1610, est alors chargé d’aider au transfert de l’agent. Juan de Arbelays, le correo mayor d’Irún, est pour sa part déjà informé des offres faites par de Roo, puisque c’est lui-même qui l’a aidé à se mettre en contact avec les autorités espagnoles. Enfin, le Conseil décide d’avertir Bruxelles des menées du roi de France et du duc de Savoie révélées par l’espion – sans mentionner le nom de celui-ci, il est vrai24. Au total, beaucoup de dirigeants, de secrétaires et de laquais connaissent l’existence de Carlos de Roo et ses relations avec les responsables espagnols – beaucoup trop certainement pour la sécurité de cet agent.

  • 25 AGS, E, 1432, f° 98, Doria au roi le 28 juillet 1603.

28D’autre part, les rivalités qui divisent les cercles du pouvoir freinent l’emploi des espions et limitent l’efficacité de ces derniers. Juan Vivas, ambassadeur du Roi Catholique, est ainsi critiqué par Andrea Doria pour son traitement de la faction génoise francophile des Lomellin. Écrivant à Madrid, le descendant du célèbre amiral Andrea Doria affirme de Vivas : « C’est un homme neuf dans ce lieu et peu informé des choses d’Italie25.» Diego Sueyro et son fils Manuel, responsables des renseignements dans les Pays-Bas espagnols depuis 1605 au moins et jusqu’en 1625, envoient des informations à Madrid sans que la plupart des dirigeants des provinces flamandes en soient informés. En 1616, l’archiduc Albert propose à Philippe III de charger le marquis de Spinola des fonds secrets et de le mettre à la tête des réseaux de renseignement, comme sa qualité de chef des armées y invite. Il faut attendre 1622 pour qu’Isabelle, la gouvernante des possessions espagnoles en Flandres, soit mise au courant des activités secrètes de Sueyro. En 1618, l’arrivée du marquis de Bedmar, ancien ambassadeur d’Espagne à Venise et déjà connu pour sa prédilection pour les affaires secrètes, conduit à un affrontement entre les services de l’ambassadeur et ceux de Sueyro. Véritable imbroglio, la gestion des affaires souterraines, sur laquelle influent de surcroît les luttes pour le pouvoir, ne favorise donc pas la préservation des secrets d’État.

  • 26 BNM, ms. 8697, lettre du 22 décembre 1607.
  • 27 F. Benigno, La sombra del rey, pp. 97-98.
  • 28 Sur le thème de la cohésion en matière de secret d’État dans les sphères politiques et sur le probl (...)

29Le comte de Fuentes fait lui aussi l’objet d’attaques. Une lettre anonyme envoyée à Madrid affirme que le comte est un traître et qu’il détourne sans vergogne les fonds de la Monarchie sous prétexte d’activités d’espionnage mais en réalité pour favoriser les membres de sa famille. Cette note précise les noms des bénéficiaires du népotisme du gouverneur26. Les mêmes accusations sont portées contre le duc d’Osuna dès 1619, entraînant sa chute et à son emprisonnement en Castille27. Dans ces deux derniers cas, l’interpénétration de l’organisation de l’espionnage et de la lutte entre factions apparaît nettement. Quelle accusation plus facile à porter que celle du détournement de fonds secrets ? Quel dirigeant ayant à sa disposition des sommes importantes, qui plus est couvertes par le secret, n’est pas tenté d’en profiter ? Inévitablement, cette sphère du secret doit rester incontrôlable si l’on veut qu’elle soit efficace. Son bon fonctionnement suppose la cohésion entre intervenants et une grande confiance en leur fidélité28. Il exige aussi la limitation de leur nombre et leur totale indépendance à l’égard des autres instances. La fonction d’espía mayor est un pas vers cette spécialisation du secret. La tendance des praticiens conduit à vouloir soumettre des domaines toujours plus vastes et plus divers à leur contrôle, et cela au nom de l’intérêt supérieur du souverain.

30À une échelle réduite, le cas de l’espion Martín de Bustamente illustre cette orientation. Cet agent explique à plusieurs reprises au Conseil d’État comment éviter les infiltrations d’espions morisques ou hérétiques, de trafiquants français, anglais ou hollandais. La solution préconisée consiste en des mesures policières :

  • 29 AGS, K, 1608, f° 7, billet du duc de Lerma à Prada (30 octobre 1607) pour prévenir celui-ci que le (...)

Je dis qu’il convient au service de Dieu et de V.M. que, dans toutes les forteresses et tous les ports de mer, il ne puisse y avoir aucune personne ayant pour office de recevoir des marchandises des royaumes étrangers qui soit étrangère ni puisse recevoir dans leur maison des étrangers, particulièrement français, ou même flamands ou anglais. Ceux qui auraient à recevoir de telles personnes devront être espagnols, hommes de crédit et de confiance, et d’aucune manière on ne leur consentira le droit d’avoir des armes à feu dans leur maison car cela serait dangereux, et lesdites nations ne pourront pas louer de maisons pour elles-mêmes car, sous prétexte de conserver des marchandises dans d’autres résidences [...], elles accueillent dans celles-ci des gens de leur nation [...]. Ils peuvent faire beaucoup de dégâts pour être les plus grands ennemis de notre foi et de notre royaume. Qu’on ordonne aux autorités [Justicia] de veiller à ces questions et que les hôtes aient l’obligation de donner des informations sur les personnes qu’ils accueillent dans leur maison car ils ont cette grande liberté à Saint-Sébastien, à Fontarabie et dans la ville de Pampelune, qui sont si proches de la France. [...] Je dis que dans la ville de Saint-Sébastien, comme je l’avais auparavant signalé dans un rapport transmis au secrétaire Andrés de Prada, je redis donc que, depuis la poterne de Sainte-Catherine jusqu’à la guérite de Saint-Elme, il convient que les portes des maisons qui donnent sur la muraille soient fermées et que, dans aucune de ces maisons il ne puisse vivre aucune personne qui ne soit née dans ces royaumes [Aragon et Castille], pas même les Portugais, à cause de ce que j’ai déjà dit, ni les morisques, à cause des dommages et grands préjudices que pourrait alors encourir S. M.29...

31Agent rétribué directement par la Monarchie pour surveiller la frontière et s’occuper des éventuelles infiltrations, Bustamente en vient donc, par le biais de son activité, à demander aux autorités de prendre des mesures strictes de surveillance de la population, du moins dans les régions stratégiques proches de la France. La prise en compte des réalités du XVIIe siècle, avec ses vastes espaces sociaux et géographiques incontrôlables, et cette donnée constante qu’est la sous-administration devraient interdire de parler d’une dynamique policière, mais ce type de discours constitue une constante des spécialistes du secret et de sa protection.

32Défiance et surveillance sont les deux points sensibles des agents secrets permanents. On les retrouve des arguments identiques lors de la mise en cause de l’espía mayor Andrés Velázquez, en 1621. Accusé par le procureur de suggérer à Osuna d’envoyer ses lettres non pas au roi mais au valido, Velázquez se défend en affirmant qu’il a conseillé à Osuna de prendre l’avis d’Uceda avant de proposer au roi une décision, sachant que les Conseils sont pleins de gens malintentionnés. Pour l’espía mayor,

  • 30 BNM, ms. 18729/3, p. 505b,

Il est notoire que le duc d’Uceda à cette époque était la personne la plus familière et de confiance que possédait S. M. et à ce titre connaissait des plus grands secrets du gouvernement royal30.

33C’est aussi cette défiance qui, selon lui, expliquerait qu’il ait employé un chiffre dans sa correspondance avec le vice-roi de Naples, ce pourquoi il est accusé.

34La spécialisation dans les affaires secrètes constitue un atout permettant d’exclure les personnes n’ayant pas accès à ces informations. Chez les responsables de ce domaine « réservé », on constate une tendance à vouloir augmenter leurs pouvoirs au nom de la sécurité de la Monarchie, volonté qui, souvent – la logique interne des factions reprenant ses droits –, se transforme en simple désir d’obtenir un avantage personnel.

  • 31 Sur la cryptographie et les services secrets il l’époque moderne, voir P. Preto, I servizi segreti (...)
  • 32 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 31 mars 1599.

35Une spécialisation des services spéciaux s’opère au cours du XVIe siècle dans un certain nombre de monarchies. Elle s’accompagne d’une technicité croissante du secret et de sa conservation. L’un des aspects les plus manifestes de cette évolution tient au chiffre : la correspondance diplomatique espagnole contient de nombreux commentaires concernant la crainte de sa révélation. Apparue d’abord à Venise et à Rome à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, la cryptographie est connue au XVIe siècle sous le nom de stéganographie (« écriture secrète »), jusqu’à la publication du traité de cryptographie du duc de Brunswick en 162431. Le développement des services de représentation diplomatique pendant toute la Renaissance ainsi que le nombre croissant des « coups d’État » depuis Machiavel conduisent tous les gouvernements à pratiquer le chiffrage des dépêches. Un ambassadeur sans chiffre, c’est-à-dire sans moyen de coder et de décoder, n’est pas vraiment un ambassadeur. Nommé en France en 1599, Tassis se plaint avant son départ de Bruxelles de n’avoir reçu ni la liste de ses correspondants à Paris ni ses lettres de créance ni même le chiffre pour correspondre avec Madrid32. La plupart des instructions aux diplomates comportent un passage ayant trait à la nécessaire cryptographie. Le roi ordonne à Zúñiga, nouvellement nommé en France, de correspondre de cette manière avec les autres ambassadeurs d’Espagne, avec les vice-rois et avec les Archiducs, ajoutant ceci :

  • 33 AGS, K, 1665, f° 5, point 12, instructions à Baltasar de Zúñiga le 23 septembre 1603.

Encore qu’on ne sache pas encore si le chiffre que vous avez utilisé en Flandres a été déchiffré par l’ennemi, toutefois, comme voici quatre ans que l’on s’en sert, je vous en donne un autre réservé aux affaires plus importantes33.

36En 1618, Monteleón reçoit de Philippe III la note suivante :

  • 34 AGS, K, 143-5, f° 24, le roi à Monteleón le 18 mars 1618.

Voici longtemps que l’on emploie le chiffre général avec lequel on écrit ; certains indices obligent à le changer et on en a fait un nouveau, joint à cette lettre. Vous en accuserez réception et si le chiffre en question arrive entre vos mains fermé, et avec les signes [distinctifs] que vous décrira le secrétaire Ciriza, vous lui renverrez la couverture pour confirmer qu’en chemin on n’y a pas touché34.

  • 35 J. P. Devos, Les chiffres de Philippe II, pp. 62-63.
  • 36 AGS, K, 1415, f° 84, Valençay demande à Olivares, au nom de Marie de Médicis, un chiffre pour corre (...)
  • 37 AGS, K, 1471, f° 24, fin janvier 1616, résumé des lettres de Monteleón.

37De multiples précautions sont prises pour éviter que le chiffre n’entre en possession de l’adversaire. Afin de conjurer une telle éventualité, la monarchie espagnole emploie deux chiffres. L’un, général et qualifié de chiffre ordinaire, sert à tous les représentants espagnols à l’étranger pour les affaires secrètes ; il est renouvelé tous les trois ou quatre ans. L’autre est un chiffre particulier qui n’est utilisé que par un groupe restreint de responsables35. C’est ce dernier qu’emploient Marie de Médicis36 ou la comtesse de la Torre37 pour correspondre avec les autorités espagnoles.

  • 38 Voir BNM, ms. 994 : ses services et les nombreuses lettres déchiffrées par ses soins.
  • 39 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 30.

38Les monarchies emploient des mathématiciens pour rechercher les moyens de chiffrage les plus sûrs. À la fin du XVIe siècle, Luis Valle de la Cerda est un des plus célèbres spécialistes espagnols de la cryptographie38. À la même période, dans le royaume de France, les compétences du mathématicien Viète (1540-1603), puis, quelques décennies plus tard, celles d’Antoine Rossignol permettent de crypter les missives royales et de décrypter celles des autres puissances. À en croire Paolo Preto, dès le début du XVIIe siècle, la monarchie française a acquis la suprématie dans ce domaine39.

39L’une des principales craintes de tout responsable à l’étranger est la découverte de ce code. Ainsi, en 1607, Vivas, ambassadeur d’Espagne à Gênes, lance l’avertissement suivant :

  • 40 AGS, E, 1434, f° 35, Vivas au roi le 26 mai 1607.

Le correo mayor d’ici m’a dit que la plupart des courriers [messagers] ouvrent les plis et [qu’ils leur] donnent quelques pièces, discrètement, pour avoir le temps de les écrire. Il m’a dit qu’ils ont des sceaux et inventions pour tout. Ainsi, il serait bien que, lorsque V. M. enverra le chiffre, ce soit une personne de confiance qui vienne et qu’elle ne porte pas d’autres dépêches, sinon en son sein40.

  • 41 AGS, E, 1934, ffos 12-21, janvier-février 1618.
  • 42 AGS, K, 1416, f° 19, Conseil d’État, consulta du 24 mai 1633.

40Ces précautions, envoyé spécial et sceaux difficiles à reproduire, ne suffisent pas toujours à éviter la découverte du chiffre par les autres puissances. En 1618, les bureaux de l’ambassadeur espagnol à Gênes sont fracturés. Aucun objet n’a été dérobé, si bien que Vivas écrit au roi qu’il se demande s’il n’a pas rêvé. Seuls quelques documents ont disparu, dont la clé du chiffre41. En 1633, Benavente avertit Nicolalde, le chargé d’affaires espagnol à Londres, que le cardinal de Richelieu a réussi à gagner le secrétaire d’ambassade Francisco Galarreta. De fait, la protection du secret par les codes n’est plus assurée42.

  • 43 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 15, doc 45 : (...)

41Ces détournements se produisent à plusieurs reprises. La lecture des archives espagnoles laisse entrevoir le développement de la cryptographie française. La lettre de Philippe III à Monteleón précédemment citée laisse voir de forts soupçons à propos de l’inviolabilité du chiffre : de fait, en 1621 les Français le percent de nouveau à jour43 ; en 1631, Madrid apprend que Richelieu dispose des services d’un spécialiste, Antoine Rossignol, pour « casser » les chiffres ; enfin, selon le secrétaire Pedro de Arce, le comte de la Roca, ambassadeur d’Espagne à Venise, écrit :

  • 44 AGS, K, 1415, f° 68, Pedro de Arce à Andrés de Rozas le 14 janvier 1632 ; AGS, E, 3447, f° 3, le ro (...)

À la secrétairerie d’État de France, il y a une personne qui déchiffre toutes les dépêches qui arrivent entre ses mains, aussi complexes que soient les chiffres, et [...] ils en ont une grande pratique. S. M. a décidé, par la consulta du Conseil du 16 passé, que l’on écrive à Mirabel pour qu’il s’efforce de savoir qui est cette personne, quelle est sa nationalité, en quoi elle s’occupe et si ce qu’écrit le comte de la Roca est certain44.

  • 45 AGS, E, 3821, f° 188, Conseil d’État, consulta sur des lettres adressées en juin et juillet 1632 pa (...)

42Lorsqu’il arrive qu’on découvre un secrétaire d’ambassade corrompu, on remet en cause immédiatement la fiabilité du chiffre, comme à Rome en 163245.

  • 46 AGS, E, 2998, f° 15, résumé des lettres du cardinal Borgia des 31 mars au 22 mai 1634, point 32 (le (...)

43Tous les gouvernements cherchent à se procurer les chiffres des autres puissances, et Madrid n’est pas en reste. Dans les archives de Simancas, on trouve de nombreuses lettres de diplomates et de dirigeants étrangers : il a donc bien fallu les intercepter et les déchiffrer. Ainsi, le cardinal Borgia, ambassadeur espagnol à Rome, propose au Conseil d’État de se procurer le chiffre de l’ambassadeur français, le maréchal de Créquy46. Combien de diplomates espagnols n’ont pas employé ce moyen pour percer les intentions du gouvernement français ?

  • 47 AGS, E, 3591, f° 76, 1633.

44Le caractère spécialisé et hautement technique des procédés de chiffrage entraîne dans le domaine des rapports diplomatiques des modifications qui ouvrent de nouvelles voies dans le domaine intellectuel. Nous avons rencontré un autre essai de codification des rapports politiques : en 1633, Francisco de Melo, l’ambassadeur espagnol à Gênes, classe l’ensemble des magistrats de la République ligure en fonction de plusieurs critères : vieux ou nouveaux (V ou N), bien ou mal intentionnés envers l’Espagne (B ou M), républicains (Rep), riches, pauvres ou de moyenne fortune (R, P ou M), possesseurs (E) ou non de biens dans les territoires du Roi Catholique. Cet essai de taxinomie intervient à un moment où l’hégémonie espagnole est menacée par les avancées françaises dans la cité marchande. Il permet une synthèse rapide, sous la forme d’un tableau, des rapports de force dans la République. L’essai de classement de Francisco de Melo ne semble pourtant pas avoir porté ses fruits, et son « invention » n’a pas fait école47.

45Si la monarchie espagnole se dote d’un espía mayor et acquiert ou perfectionne des techniques permettant de s’approprier ou au contraire de conserver les secrets d’État, le moyen le plus répandu et le plus simple pour atteindre ce but est encore de posséder des espions ou des informateurs parmi l’entourage des dirigeants adverses.

II. - Milieux propices et motivations

  • 48 La recherche, dans les archives françaises, de documents concernant les Français ayant servi l’Espa (...)

46L’espionnage espagnol se compose d’agents ayant choisi – délibérément ou par nécessité, temporairement ou durablement – le service du Roi Catholique. Ambassadeurs, gouverneurs et espía mayor tentent d’encadrer ces serviteurs d’un type particulier. La correspondance diplomatique ne cite pas toujours le patronyme des espions, moins souvent encore leur « état civil ». De ce fait, il est impossible d’établir un portrait-type de l’indicateur travaillant pour l’Espagne48. Lorsqu’un agent est découvert, lorsqu’il est retourné ou, plus simplement, quand il quitte le service royal, les diplomates et le Conseil d’État n’en disent rien, pas plus qu’ils ne précisent la date de sa mort, son âge ou sa situation matrimoniale. Pour ces raisons, la liste des agents recensés demeure porte la marque de cette incomplétude qui s’attache à toute étude sur le secret. Mais d’autres difficultés s’ajoutent à celle de l’opacité inhérente à ce milieu.

47L’établissement d’un inventaire des espions se heurte à la conception même que l’on a de l’espionnage. La plupart des grands, tels que les Guise, Orléans, Soissons, etc., n’estiment pas être traîtres ou félons envers leur souverain, car ils se considèrent comme des puissances à part entière ; nous ne les avons donc pas inclus dans la catégorie « espions ». De même, Anne d’Autriche n’a pas été comprise dans cette liste, car sa position, sa fonction et le contexte dans lequel elle transmet des informations interdisent de la prendre en compte comme espionne, à moins de commettre un contresens historique, en plaquant nos jugements sur ceux d’une époque totalement différente.

48Le corpus des individus retenus ne comprend que ceux dont les témoignages certifient leur participation aux services de renseignement espagnols. Les personnages mentionnés indirectement, par des tiers – c’est le cas pour de nombreux membres de la haute noblesse –, ne peuvent figurer sur notre liste d’espions. En effet, en dehors du fait qu’ils sont cités par certains agents, aucun document ne prouve leur participation effective aux services secrets de la monarchie espagnole. Tel est le cas d’Épernon, nommé à plusieurs reprises dans des projets de soulèvement, et de Toiras, qui apparaît plusieurs fois en relation avec des agents espagnols mais dont aucun élément précis ne prouve la collusion avec Madrid. C’est aussi le cas d’un des cousins du Maréchal, M. de Tayan, régulièrement mis en cause par Gérard de Raffis. Pour démontrer leur sérieux, les informateurs ont tendance à « gonfler » leurs propositions. Plus celles-ci impliquent de participants – et, en particulier, de personnages de considération –, plus Madrid sera disposé à payer leurs services au prix fort. La méfiance est donc de rigueur quand il s’agit d’établir une liste des agents de l’Espagne.

49Néanmoins, certains aristocrates, tels la duchesse de Chevreuse, le colonel Alardo ou Adrien de Monluc, n’envisagent pas leur collaboration avec Madrid en termes de fidélité, mais bien plus en termes d’avantage pour leur faction et de résultats positifs, car ce qui est en jeu, ce n’est pas leur maison ni sa réputation, mais les intérêts ou motivations propres des individus. On retrouve cette donnée chez les serviteurs de la plupart des grands. Étant en contact direct avec l’ambassadeur ou avec des représentants espagnols, ils tentent d’accroître leurs propres ressources en proposant leurs services comme informateurs, quitte à modifier leur comportement et à changer plusieurs fois de maître. Le cas de Clausels entre dans cette catégorie. Le comte de Maure, représentant de Marie de Médicis à Madrid, propose à cette cour des actions contre le royaume de France et lui transmet des renseignements militaires. Du côté espagnol, les titulaires de charges officielles sont exclus de notre liste d’espions, mais les diplomates et secrétaires d’ambassade sont évidemment des informateurs, car cela fait partie de leur mission, comme leurs contemporains l’ont souvent souligné. Dans nos choix, quelques entorses à cette exclusion ont été faites : en effet, quand un secrétaire d’ambassade agit comme animateur d’un réseau d’agents, ou quand un diplomate vend des secrets à une puissance adverse, nous avons choisi de les inclure dans notre fichier des espions.

  • 49 F. Hildesheimer, « Alphonse Lopez, le “Seigneur Hebreo” » ; H. Baraude, Lopez, agent financier et c (...)

50Un autre obstacle à l’établissement de notre liste est la difficulté à identifier les individus. Les possibilités de confusion onomastique sont nombreuses. Ainsi, nous avons rencontré à diverses reprises un morisque nommé Alonso de Lope dans la documentation des années 1610-1625. S’agit-il de la même personne qu’Alonso López49 ? Les différents éléments biographiques le laisseraient supposer. La même question se pose pour Diego Brochero, Pedro Furtado et bien d’autres, car ces patronymes sont largement répandus en Espagne. Quitte à « perdre » quelques éléments, les cas les plus ambigus ont été éliminés. Enfin, le problème de la détermination de la nationalité est réel lorsque les ambassadeurs ou le Conseil d’État citent des noms de consonances françaises : rien ne prouve que ces individus ne soient pas francs-comtois ou wallons.

51Ces différents obstacles expliquent qu’un grand nombre de caractéristiques les concernant demeurent inconnues. La recherche de tous les individus ayant collaboré de façon occulte, par l’apport d’informations ou de propositions d’actions, nous a permis de recenser deux cent trente-huit individus. À partir de ce corpus, il est possible d’esquisser un tableau des espions au service de la Monarchie Catholique.

Milieu social et activités

  • 50 AGS, K, 1468, le 10 décembre 1613.

52Les documents étudiés désignent de manière très diverse l’activité ordinaire ou la position sociale des espions. Diverses professions apparaissent : avocat, secrétaire, écrivain, poète, peintre, courrier, médecin, ingénieur, militaire, marin, marchand, financier, artisan. Elles côtoient des qualificatifs plus flous, qui indiquent des états – noble, bourgeois, letrado, honrado, gentilhomme, religieux – mais n’excluent en rien l’exercice d’une profession. Ainsi, parmi les militaires rencontrés, au moins quatorze sont nobles. Cependant, bon nombre de ces nobles appartiennent à l’administration et peuvent être considérés comme des letrados. Ils sont souvent employés dans la diplomatie ou les Conseils. Pour les membres du clergé, on constate la même confusion entre qualité et activité. Le frère Buenaventura Salcedo est un religieux et en même temps il exerce l’activité de peintre auprès du cardinal de Sourdis à Bordeaux, ce qui lui permet de connaître certains secrets dont il informe Madrid50.

53Pour éviter cette indétermination entre profession et situation, nous avons choisi de traiter à part les membres de la noblesse dont l’activité est inconnue. En effet, nombreux sont les espions qui se réclament de cet ordre, et le Conseil d’État ou les ambassadeurs donnent force à ces affirmations en les reprenant à leur compte. De plus, la noblesse de certains de ces agents est sans doute inventée de toutes pièces, à seule fin de donner plus de poids à leurs propositions. Il est impossible de découvrir de telles usurpations sans l’apport d’autres sources. Il faut donc se résigner à faire confiance aux auteurs d’avis qui se réclament du sang bleu.

54Enfin – et c’est le premier enseignement dégagé par notre recensement –, nous ne disposons d’aucune information sur l’activité professionnelle et de l’état social de près d’un cinquième des agents (21 %, soit cinquante individus). Numériquement, ce groupe représente la seconde catégorie de notre corpus d’espions. Il se trouve logiquement impossible de mener une étude sur ces inconnus... mais il est nécessaire de se rappeler leur existence.

a) La noblesse

  • 51 Pourcentage établi en excluant les espions dont l’activité ou la position sociale ne sont pas menti (...)
  • 52 AGS, K, 1604, lettre de La Fontenelle au duc de Lerma le 31 décembre 1604.
  • 53 Montbarot, gouverneur de Rennes, et le maréchal de Lavardin sont ses patents.
  • 54 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 206.

55Le groupe le plus nombreux, celui des nobles (ou réputés tels), comporte soixante-cinq agents, soit 35 % de l’effectif de notre fichier51. Ainsi la noblesse constitue le principal vivier d’agents de l’espionnage espagnol. Plusieurs facteurs expliquent ce recrutement massif. Depuis les guerres de Religion, nombreux sont les cadets, les nobliaux de province et les mécontents inactifs qui, attirés par l’argent espagnol et de possibles récompenses en échange de plans souvent irréalistes, se laissent entraîner dans des liaisons dangereuses avec les représentants espagnols. L’exemple du Breton Guy Eder de Beaumanoir, sieur de La Fontenelle, donne à réfléchir sur la mutation à laquelle sont confrontés certains groupes nobiliaires au lendemain de la paix de Vervins. Leur fortune étant souvent fondée sur les pillages et les rançonnements perpétrés durant les guerres, ils doivent se reconvertir « civilement » s’ils veulent conserver leur position récemment acquise. La Fontenelle adopte comme échappatoire la voie qu’il avait déjà pratiquée par le passé, celle de l’alliance avec le Roi Catholique. Cependant, après 1598, ses relations avec l’Espagne ne peuvent plus être les mêmes que pendant les guerres de Religion52. C’est pour ne pas l’avoir compris, et ce malgré ses relations familiales53, que Guy Eder de Beaumanoir finit rompu vif en place de Grève pour crime de lèse-majesté, en septembre 160254.

  • 55 Les deux derniers nommés demandent à participer aux côtés des Archiducs à la guerre contre les rebe (...)

56Comment expliquer l’agitation des Gyversac, Lygongnac et autres gentilshommes du Limousin, du Périgord ou du Quercy, sinon par un malaise certain de la noblesse de ne pas se voir reconnaître un rôle d’intermédiaire, de médiateur, par un pouvoir dont le principal but est d’augmenter sa part dans le prélèvement fiscal, réduisant automatiquement le prélèvement seigneurial ? L’instabilité de Michel de Clausels, baron de Saint-Ange, les contacts espagnols du comte de Clermont-Tallard, d’Adrien de Monluc et de Louis de Lagonia, sieur de Mérargues, ou les offres de service de Louis de Comboursier, sieur de Terrailles, et de M. de Montevene55 sont autant d’indices de ce malaise.

Graphique 14. – Répartition chronologique des renseignements impliquant des agents d’origine noble

57Une évaluation de l’ampleur de la participation de la noblesse française au service du renseignement espagnol est très délicate à établir et ne peut avoir qu’une valeur indicative : nous l’avons vu, un grand nombre d’informateurs nobles demeurent inconnus et l’intervention d’intermédiaires voile les rapports entre eux et les responsables espagnols. De plus, des nobles d’autres pays travaillent aussi, en nombre appréciable, pour le renseignement espagnol, ce qui impose de nuancer toute conclusion. Le graphique 14 (voir ci-dessus) reproduit ces valeurs indicatives et montre la nécessité de différencier les sources du renseignement.

58Selon les données du graphique 14 (voir p. 377), les années 1616-1624 semblent correspondre à une participation importante de la noblesse au renseignement espagnol. En réalité, l’analyse détaillée de chaque occurrence souligne la participation très active de deux personnages originaires d’Italie : Carlos de Roo et le colonel Alardo (pour la seule année 1622, nous avons sélectionné plus de quinze renseignements provenant de ce proche de Lesdiguières). Compte tenu de ces réserves et de la nécessité d’examiner précisément l’identité des informateurs transmettant les renseignements, ce graphique fait apparaître deux temps forts dans l’implication d’agents nobles au service de l’Espagne.

59Entre 1598 et 1610, c’est-à-dire sous le règne d’Henri IV, le nombre d’informations provenant de nobles est loin d’être négligeable. Souvenir des temps de la Ligue, mécontentement à l’égard du « ladre vert » établi sur le trône, malaise d’une fraction de la noblesse : autant de facteurs qui entrent en ligne de compte pour expliquer ce phénomène. Pour la période de la régence de Marie de Médicis, l’activité enregistrée montre clairement que la politique extérieure de la mère de Louis XIII a permis d’exclure les nobles tentés par une collaboration avec l’Espagne. Certes, les plus grandes maisons, Guise, Condé et Nemours, restent en contact avec l’ambassadeur et peuvent parfois lui transmettre des informations (que nous avons exclues de notre fichier, considérant qu’elles n’entrent pas dans la catégorie de l’espionnage), mais les nobles participent peu au renseignement espagnol pendant les années considérées. Entre la fin du gouvernement de Marie de Médicis et l’entrée de Richelieu au Conseil en 1624, l’activité reste conséquente, mais on peut noter qu’elle a tendance à diminuer au fil des années. Au début du ministère de Richelieu (1624-1629), on observe une collaboration modérée des nobles avec Madrid. Enfin, durant les cinq années précédant le déclenchement des hostilités entre les deux couronnes, soit entre 1630 et 1635, les avis de nobles se raréfient encore. En fait, il ne s’agit plus, désormais, de petits nobliaux ni de simples gentilshommes : ce sont les partisans de Marie de Médicis et du duc d’Orléans qui sont en relations avec Madrid. Le graphique 15 (p. 379) confirme ces tendances.

  • 56 AGS, K, 1460, le 20 août 1607, Irarraga au roi.
  • 57 AGS, K, 1452, le 2 mars 1607, Philippe III à Irarraga ; AGS, K, 1608, f° 2B, 20 janvier 1607, Irarr (...)
  • 58 AGS, E, 1290, f° 14, Fuentes au roi le 27 janvier 1601 ; AGS, E, 1291, f° 83, Relacion de los aviso (...)

60Au lendemain de la paix de Vervins, la victoire du Béarnais est loin d’être totalement acceptée dans le royaume de France. Les projets d’actions que nous avons recensés et quelques entreprises (celles de Biron et Bouillon) confirment que la noblesse n’est pas totalement pacifiée. Contre Henri IV, l’Espagne demeure une option possible. C’est ainsi que Louis de Lagonia, sieur de Mérargues, propose à Zúñiga d’occuper Marseille ; que M. de Chéné (ou Chenea), protestant déçu et ancien compagnon d’armes du Béarnais, offre à Irarraga de le faire profiter des intelligences dont il dispose dans les places frontalières françaises56 ; que M. de Montevene affirme pouvoir remettre Sedan à l’Espagne57 ; que Jacques La Fin et Edme de Malain, baron de Lux, exposent à différentes reprises des plans pour un soulèvement de la noblesse, et cela même après l’exécution de Biron58 ; etc.

61Après l’assassinat d’Henri IV, les projets d’actions proposés par des agents nobles disparaissent de la correspondance diplomatique. Cette absence correspond à l’amenuisement des renseignements d’origine nobiliaire : grâce à sa politique d’alliance avec l’Espagne, la régente a effectivement obtenu un répit.

62La légère reprise des années 1616-1622 ne concerne en fait que les actions des deux agents italiens cités plus haut : Carlos de Roo et le colonel Alardo, celui-ci gagnant alors la collaboration de Marie Vignon, nouvelle épouse du duc de Lesdiguières, connétable à partir de 1622. Les derniers projets d’entreprises de notre période sont communiqués à Madrid par le commandeur de Valençay, le comte de Maure, M. de Somers ou Lingendes, tous représentants de la reine mère ou de Gaston d’Orléans auprès du Roi Catholique.

Graphique 15. – Répartition chronologique des actions impliquant des agents d’origine noble

63Malgré cette diminution progressive, l’activité d’« espionnage » déployée par la noblesse au profit de la Monarchie Catholique reste notable sur l’ensemble de la période. Une partie de la haute aristocratie et des princes, mais aussi de la « noblesse seconde », intervient dans l’élaboration de la politique espagnole face au Roi Très-Chrétien. Loin de représenter toute la noblesse, cette frange soit se reconnaît dans la monarchie espagnole, soit y trouve un recours et un refuge, sinon une source de financement.

b) Origines sociales et professions

64Dans l’identification des agents, la noblesse tient une place à part. On s’en réclame, on signale son appartenance à ce groupe, alors qu’il est très difficile de distinguer les agents faisant partie des deux autres ordres. Nous savons que les clercs entretenant des relations avec Madrid sont au nombre de vingt-sept, soit 11 % de notre corpus. Ces données ne signifient pourtant pas que les deux premiers ordres regroupent près de la moitié (46 %) des espions en contact avec les responsables espagnols car nombre de militaires, de magistrats ou de secrétaires peuvent appartenir à l’un de ces deux ordres.

65Le graphique 16 (ci-dessous) précise la répartition des agents de l’Espagne selon leur activité, lorsqu’elle est précisée, et selon l’ordre auquel ils appartiennent.

Graphique 16. – Activité et position sociale des agents et informateurs de la Monarchie Catholique (nobles inclus)

66Cinq grands groupes émergent de cette masse de collaborateurs. On trouve d’une part les militaires et les nobles dont l’activité est inconnue ; formant près de la moitié des agents de l’Espagne, ils se situent au cœur des grands projets d’actions – prises de places, propositions de subversion à l’intérieur ou à l’extérieur du Royaume – et fournissent aussi des renseignements. D’autre part, apparaissent trois autres catégories : les lettrés (parmi lesquels il faut inclure écrivains, avocats, secrétaires, letrados, ambassadeurs), les religieux et les marchands-négociants ; elles représentent un tiers des espions que nous avons recensés.

  • 59 À ces quarante-deux militaires nous avons ajouté sept marins, dont l’activité mélange parfois le tr (...)

67Le graphique 17 (voir p. 381) exclut les agents dont l’activité est inconnue et les nobles pour lesquels les sources n’indiquent aucune autre situation. Apparaît alors plus clairement une hégémonie des quatre grands groupes – militaires, lettrés, religieux et marchands-négociants – puisqu’ensemble ils représentent la quasi-totalité des espions de notre fichier. Les militaires forment le contingent le plus nombreux (près du tiers des agents dont l’activité est connue)59. Bon nombre d’entre eux interviennent directement soit auprès de l’ambassadeur espagnol à Paris, soit auprès de dirigeants espagnols situés hors de France.

Graphique 17. – Activités des agents et informateurs de la Monarchie Catholique

Les militaires

  • 60 AGS, E, 1300, f° 8, lettre du grand commandeur de l’ordre de Montesa (Turin, 8 février 1610).
  • 61 AGS, K, 1608, f° 35, Conseil d’État, consulta du 8 août 1609 sur les lettres de Cárdenas du 8 juill (...)

68En février 1610, un nommé Bellobres rencontre Fernando de Borgia, le grand commandeur de l’ordre de Montesa, de passage en France. Averti des menaces d’une guerre franco-espagnole, il propose au représentant du Roi Catholique de se mettre à son service avec cinq cents hommes en cas de conflit, précisant que son frère et lui-même se sont déjà rendus en Flandres pour y servir la cause catholique contre les rebelles60. En 1609, dans un climat moins agité, un Provençal dénommé Sellon offre au comte de Fuentes des informations sur d’hypothétiques tentatives d’occupation du château de Nice, où ce gentilhomme semble posséder des intelligences61. Enfin, la carrière du capitaine Honoré Rigaud auprès des dirigeants espagnols peut être suivie durant la première décennie du siècle dans diverses cités italiennes.

  • 62 Cela pose la question de la composition des tercios napolitains et de la présence ou de l’absence d (...)
  • 63 Frédéric Chapin Lane, Venise. Une république maritime, Paris, Flammarion, 1985, p. 526 (éd. anglais (...)
  • 64 AGS, E, 1881, f° 108, copie de la lettre adressée par le capitaine Melchior Mangalet au duc d’Osuna (...)

69D’autres soldats français servent la Monarchie Catholique en Italie même. Ils semblent être particulièrement nombreux à Naples dans les années 1610-162062 et forment le vivier de réseaux d’espionnage dirigés aussi bien contre les Turcs ou Venise que contre les dirigeants français. En octobre 1617, le capitaine Melchior Mangalet relate son voyage au vice-roi de Naples, le duc d’Osuna : après avoir quitté la cité campanienne, il est parti pour la France pour revenir ensuite à Venise, profitant certainement du contexte difficile pour la Sérénissime qui, menacée par les attaques des Uscoques et par la présence de l’armada espagnole, effectuait alors des levées de troupes, en particulier de mercenaires hollandais63. Là, notre capitaine rencontre d’autres agents français du duc d’Osuna, dont le fameux corsaire Jacques Pierre, Nicolas Renault et Anglade. Ayant acquis la certitude que ceux-ci ont changé de maître et trahi le Roi Catholique, Melchior Mangalet les dénonce alors au vice-roi Osuna64.

  • 65 Sur l’affaire Mérargues, voir BNF ; Fonds français, 4020 et 7595.
  • 66 AGS, K, 1416, f° 63, Conseil d’État, consulta du 25 octobre 1633 sur les lettres de Benavente datée (...)

70Si les militaires français au service du roi d’Espagne sont fréquemment en contact avec les responsables espagnols en Italie, il est également fréquent de trouver des propositions et des informations directement adressées à l’ambassadeur à Paris. À la veille d’occuper le poste de viguier de Marseille, le gentilhomme provençal Mérargues est, comme on l’a vu, arrêté en pleine conversation avec le secrétaire de l’ambassade, Bruneau, auquel il transmettait les projets de son entreprise sur Marseille65. En 1633, un certain capitaine Gédéon propose à l’ambassadeur Monteleón de fournir des secrets d’importance au Roi Catholique, sans vouloir en dire plus avant d’avoir obtenu des garanties66.

  • 67 AGS, K, 1453, le 16 juin 1612, et AGS, K, 1467, juillet 1612, f° 48.
  • 68 AGS, K, 1472, f° 132, le 31 octobre 1616.

71Les militaires français ne sont pas les seuls à servir la politique étrangère de l’Espagne. Juan Critton, baron catholique écossais, est entretenu depuis Paris par l’ambassade, dans le but de préparer une possible intervention dans l’île67. L’étroite complicité qui lie le duc de Lesdiguières et le colonel Alardo, un Savoyard, permet à Madrid d’accéder aux secrets du « renard du Dauphiné » pendant plusieurs années. Quant à l’officier florentin Camillo Mandóles, il envoie au duc de Lerma ses observations sur le port de La Rochelle, où il est passé, décrivant les conquêtes des corsaires protestants, précisant leurs noms, les prises effectuées et le traitement réservé aux prisonniers espagnols68.

72Ces quelques exemples démontrent la mobilité de tous les militaires qui se mettent, plus ou moins fidèlement, au service du Roi Catholique. Ce qui caractérise la majorité d’entre eux, c’est leur capacité à être présents sur plusieurs fronts et, souvent, à changer d’employeur. Jacques Pierre a servi successivement le roi de France, le corsaire Simon Danser, le duc d’Osuna, la République de Venise et le duc de Nevers ; le colonel Alardo vit entre la Savoie, le Milanais et le domaine de Lesdiguières. Cette mobilité contredit l’image figée d’un Ancien Régime censé être un océan d’immobilisme.

Les lettrés

73Trente-trois agents de la monarchie ibérique appartiennent au « monde des lettrés » et, parmi eux, une forte majorité sont qualifiés de « secrétaires ». Ayant accès aux papiers importants, ils constituent une mine de renseignements lorsqu’ils acceptent de servir le Roi Catholique. Le cas de Nicolas L’Hoste, premier commis de Villeroy, a déjà été évoqué. Il est peut-être unique, en raison de la position-clé occupée par le secrétaire, mais d’autres exemples montrent les capacités d’infiltration déployées par Madrid. Ainsi Mirabel peut-il écrire au secrétaire à Madrid, Prada :

  • 69 AGS, K, 1439, f° 73, Mirabel à Ciriza le 12 avril 1674.

Don Antoine d’Ouville, ancien secrétaire de Du Fargis, a pris la résolution de suivre M. de Béthune à Rome comme secrétaire ; il m’en a rendu compte et m’a assuré des services qu’il rendra là-bas. Par conséquent, il ne se passera aucune chose dont il ne rendra compte au duc de Pastrana [l’ambassadeur espagnol à Rome]. Je l’ai beaucoup remercié et j’ai aussi avisé Pastrana69.

  • 70 AGS, K, 1440, f° 68, envoi d’une copie d’une lettre de Béthune à Cœuvres.
  • 71 AGS, K, 1457, f° 226, le roi à Mirabel le 5 mars 1626.

74Par la suite, on retrouve des lettres de Béthune au marquis de Cœuvres, ambassadeur et homme de guerre français, dans la correspondance diplomatique espagnole70... Une situation semblable se reproduit à l’intérieur de l’ambassade française à Venise, où une « taupe » – dont la correspondance diplomatique tait le nom – alimente en informations l’ambassadeur espagnol71.

  • 72 Charles de Lorraine, duc d’Aumale, jugé criminel de lèse-majesté en juillet 1595 et écartelé en eff (...)

75Les secrétaires des grands exercent fréquemment une activité de liaison entre les représentants espagnols et leur maître. Lingendes, affidé de Gaston d’Orléans, a commencé comme secrétaire de Du Fargis lors de l’ambassade de celui-ci à Madrid. Pedro de Echevarría a d’abord été employé en tant que secrétaire du duc d’Aumale avant de devenir l’adjoint de Juan Velázquez puis de son fils Andrés, qui exercent l’un après l’autre la charge d’espía mayor72. Lorsque les intrigues du patron sont découvertes par le Roi Très-Chrétien, la créature en subit les conséquences. Charles Hébert, secrétaire du duc de Biron, est ainsi emprisonné puis mis à la question à la suite de la divulgation du complot organisé par son maître. Libéré, il se réfugie en Castille, puis dans les possessions espagnoles en Italie.

  • 73 AG S, E, 1291, f° 84, lettre de Fuentes du 20 août 1602 et f° 180.
  • 74 AGS, E, 1490, Junta de Dos, séance du 15 octobre 1607. Philippe de Canaye, sieur de Fresnes (1551-1 (...)

76Parmi ces lettrés, des parlementaires et des avocats participent aux services secrets espagnols. Raffis, par exemple, est qualifié d’avocat. Après avoir pris le chemin de l’exil, Denis Rossieu, ancien secrétaire de la Ligue catholique, ne se contente pas d’occuper la charge de proveedor general du Roi Catholique : il continue à cultiver ses relations en France pour le plus grand bénéfice de Madrid73. M. de Santèle (ou Saint-Fèle, selon une autre graphie), qualifié de « secrétaire d’État » mais en réalité secrétaire de l’ambassadeur Fresnes-Canaye, propose de fournir les documents secrets qui lui parviennent, faisant valoir qu’il a accès au chiffre74. Ceux que le langage des services secrets du XXe siècle qualifierait d’« agents traitants », les Jacques Bruneau, les Henri Teller, les Juan de Meneses, sont le plus souvent des secrétaires d’ambassadeurs, de gouverneurs et de vice-rois du Roi Catholique.

  • 75 F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823.
  • 76 Ibid., t. I, lettre d’Osuna à Quevedo de Naples, le 12 juin 1617.
  • 77 Ibid., t. II, pp. 1188-1194.
  • 78 Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, éd. J. H. Elliott et J. F. de la Peña, t. II, pp. (...)

77Par ailleurs, quatre écrivains participent à des degrés divers à l’espionnage espagnol. Le plus célèbre est Quevedo. Attaché à son mécène, le duc d’Osuna, depuis 1609, il sert en Sicile, puis à Naples à partir de 1613. Parmi ses actions, il faut signaler, en 1615, sa mission de courrier entre Philippe III et le vice-roi de Naples, mission au cours de laquelle il est arrêté dans le Languedoc par des protestants lors de violentes démonstrations d’hostilité entre les deux couronnes. Libéré, il reprend son activité aux côtés d’Osuna. Dans le renseignement espagnol, ses services sont attestés à plusieurs reprises. Il reste en relations étroites avec les agents français à Naples – Anglade, Jacques Pierre, les frères Boleaux –, et ses lettres relatent son point de vue sur la « conspiration de Venise », dans laquelle ces agents doubles (voire triples) sont partie prenante75. Une lettre d’Osuna à l’écrivain confirme ses engagements dans l’espionnage espagnol, le Duc l’informant en juin 1617 de l’arrestation d’un agent du duc de Savoie qualifié d’espion76. En 1621, l’arrestation de son protecteur entraîne son interrogatoire. Quevedo doit se justifier de ses relations avec l’espía mayor, Andrés Velàzquez, et avec l’ancien valido, Uceda77. Des soupçons de détournements de fonds, dans un contexte de lutte de factions, l’entraînent dans cette affaire dont il n’échappe qu’en entrant au service d’Olivares, dont il devient l’une des plumes jusqu’à son arrestation en 1643, sous l’accusation d’espionnage pour le roi de France78.

  • 79 BNF, Fonds français, ms. 16.112 : correspondances de Barrault (de 1603 à 1608) et de Descartes (160 (...)
  • 80 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. XXX.
  • 81 AGS, K, 1416, f° 8, Conseil d’État, consulta du 21 mars 1633 ; AGS, K, 1415, ffos 118-128, Conseil (...)
  • 82 II faut prendre en considération sa rivalité avec l’autre représentant de Monsieur, le baron Du Gua (...)

78Un second écrivain espagnol participe au renseignement de la Monarchie Catholique : il s’agit d’un certain Tortan (ou Fortan), membre de l’entourage d’Antonio Pérez, l’ancien secrétaire d’État de Philippe II exilé en France depuis 1591 ; l’ambassade espagnole à Paris le paye pour surveiller les faits et gestes de l’ancien dirigeant et de ses amis aragonais79. Antonio Pérez est lui-même un écrivain prisé de ses contemporains80. Bien que Madrid soit farouchement opposé à toute tentative de retour de sa part, l’ancien secrétaire entretient des relations permanentes avec l’ambassade espagnole à Paris. Dernier écrivain parmi nos agents, le poète Voiture, dont la fortune s’attache à celle de Gaston d’Orléans, séjourne à Madrid pour représenter le frère de Louis XIII. Il y trouve les moyens de remplir sa mission81, même si les difficultés qu’il y rencontre font qu’il n’apprécie guère le refuge espagnol82.

Les clercs

  • 83 L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia ; M (...)

79Parmi les agents travaillant pour la Monarchie Catholique, les clercs forment le troisième groupe par ordre d’importance : près de 19 % des collaborateurs occultes, soit 27 individus, appartiennent à l’Église. Les clercs participent couramment à la vie politique, à commencer par le cardinal de Richelieu ou le cardinal-duc de Lerma. Toutes les études sur les Pays-Bas espagnols, sur la diplomatie au temps de Louis XIV ou sur les services secrets vénitiens soulignent les avantages supplémentaires que présente l’emploi d’ecclésiastiques dans le domaine de la préservation du secret83 : l’anonymat de l’habit, la possession d’un nom religieux distinct du nom civil, les privilèges juridictionnels dont jouissent les membres du clergé, l’existence de relais à travers les monastères, couvents, ou églises dans la plupart des États de la Chrétienté, tout cela facilite les missions de renseignement ou de liaison. À cet aspect s’ajoute la plus grande facilité pour les ecclésiastiques de contacter des personnages de quelque situation sociale que ce soit sans attirer l’attention des autorités.

  • 84 AGS, K, 1471, f° 176, 9 juillet 1616 ; AGS, K, 1473, f° 193, fray Marco Antonio del Arco au roi ; A (...)
  • 85 AGS, K, 1431, ffos 34-35, lettre du vice-roi de Navarre Aguilar le 11 janvier 1619, et nombreux fol (...)
  • 86 AGS, K, 1431, f° 49, Ciriza au prieur du couvent de Saint-Pierre Martyr.
  • 87 AGS, E, 1919, f° 76, lettre du duc de Feria au roi le 28 décembre 1618.
  • 88 AGS, K, 1412, Conseil d’État, consulta du 14 juin 1616 sur les lettres des 18, 19, 30 et 31 mai de (...)
  • 89 Voir par exemple AGS, K, 1462, ffos 62, 119 et 12, sur les rapports entre Ubaldini et Cárdenas en 1 (...)

80C’est par exemple le cas pour le confesseur de la reine Anne d’Autriche, Antonio de Arco, qui est en relations avec l’ambassadeur espagnol à Paris84. En 1619, l’Andalou Pedro de Alderete, qualifié de frère (Fray), sert d’intermédiaire entre Adrien de Monluc (comte de Cramail), l’ambassadeur Monteleón et le Conseil d’État85 ; sa mission accomplie, le secrétaire d’État Ciriza demande au prieur du couvent de Saint-Pierre Martyr qu’Alderete puisse aller s’y reposer86. Des membres du haut clergé participent également au soutien de la politique espagnole. L’archevêque de Patras, vice-légat du pape en Avignon, et son frère Jean-François Bagny, marquis de Montebello, proposent leurs services au gouverneur du Milanais87. Les nombreux pensionnés, qu’il s’agisse d’Ubaldini88, nonce à Paris, ou de nombreux cardinaux de la curie romaine, fournissent des avis et échangent des renseignements avec les responsables espagnols89.

  • 90 AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas les 10 juillet 1610 et 9 septembre 1610.

81Outre leur facilité à investir les différents groupes sociaux, la mobilité géographique des ecclésiastiques est une autre raison qui explique leur emploi fréquent dans le cadre du renseignement. Voyageant pour de multiples raisons (pèlerinage, changement de monastère, tournée d’inspection, enseignement), les clercs sont des éléments ordinaires de la vie quotidienne, d’où la multiplicité de leurs avis. De retour d’un voyage à Rome, le père Francisco Quesada, chanoine de Cadix, traverse le Languedoc. Apprenant à Montpellier l’existence de conversions au protestantisme de religieux sujets du Roi Catholique, il envoie au Conseil d’État un long avis sur ces individus, la manière dont ils se sont conduits et les personnes qui les y ont aidés. Parfois, l’habit ne suffit pas à protéger contre l’accusation d’espionnage. Le chanoine Avincano, de Roncevaux, est ainsi arrêté et emprisonné à Toulouse en 1610, et Cárdenas reçoit l’ordre de tout mettre en œuvre pour le faire sortir avant que le Parlement n’intervienne dans cette affaire90.

  • 91 AGS, K, 1605, 27 octobre 1602, lettre de Tassis sur l’entretien de Robert Parsons ; AGS, K, 1481, f (...)
  • 92 AG S, E, 634, f° 12, année 1602,
  • 93 AGS, K, 1435, f° 73, le 21 septembre 1627 ; R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante (...)

82Cette mobilité géographique est particulièrement remarquable quand on examine la nationalité des agents ecclésiastiques travaillant pour l’Espagne. Les Anglais et les Écossais, catholiques proscrits, et les Portugais pèsent d’un poids important. La lecture des dépêches permet de suivre leurs parcours entre les possessions anglaises, les Pays-Bas espagnols, les Provinces-Unies, l’Italie (et notamment Rome), la péninsule Ibérique et Paris, qui occupe le centre de ce « chemin de ronde » religieux. L’ambassadeur espagnol auprès du Roi Très-Chrétien se trouve souvent sollicité par ces religieux aux finances régulièrement dégarnies91. Il est vrai que depuis Paris, les ecclésiastiques lui fournissent nombre d’informations. Pour leur part, Thomas Jayme (ou James), Robert Parsons et le père Creswell envoient soit depuis l’Angleterre, soit depuis les Pays-Bas espagnols, soit de Paris même, de nombreux avis sur la politique européenne, et particulièrement sur les positions française, hollandaise et anglaise à l’égard de l’Espagne92. Creswell informe Madrid au moins pendant un quart de siècle. Entre autres, c’est lui qui a permis aux autorités espagnoles de savoir que l’engagement français pris lors du traité de Groleau en 1628 ne pouvait être tenu93.

  • 94 AGS, K, 1605, Tassis le 28 septembre 1602.
  • 95 Par exemple AGS, E, 2862, lettre du père Joseph de Elizondo le 7 mai 1619 ; AGS, E, 1928, ffos 275- (...)
  • 96 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 48.

83Le cas du Portugais Martín del Espíritu Santo et celui d’Antonio Peixoto confirment cette facilité de déplacement. L’un se trouve toujours entre Bruxelles, Paris et les possessions péninsulaires, l’autre informe l’ambassadeur à Paris de ce qu’il a vu à Lyon lors de son voyage à Rome94. De leur côté, les dirigeants espagnols employant ces confidents tentent de se prémunir des infiltrations en contrôlant les mouvements des religieux95 et en limitant les déplacements des pèlerins96.

  • 97 AGS, K, 1605, Tassis le 28 septembre 1602.

84Enfin, diverses études évoquent l’avantage que représente pour les clercs le fait d’avoir connaissance de faits révélés sous le secret de la confession. Pourtant, parmi les documents diplomatiques espagnols, une seule lettre évoque ce sacrement ; encore, dans ce cas précis, le frère Peixoto ne transgresse-t-il pas les commandements de l’Église car il se borne à dénoncer une faute confessée à un autre religieux97.

Commerçants et financiers

  • 98 AGS, K, 1460, Irarraga le 21 octobre 1606.
  • 99 AGS, K, 1452, Philippe III à Irarraga le 2 mars 1607.

85Les commerçants et financiers représentent la quatrième grande catégorie d’agents espagnols, soit 15 % des espions que nous avons recensés (vingt individus). Comme les ecclésiastiques, ils présentent l’avantage de posséder une grande mobilité géographique et des réseaux internationaux de correspondants. Ainsi, le Portugais Rodrigo Alvares de Vittoria vient à Paris se mettre au service de Diego de Irarraga. Vivant à Amsterdam, il est marié avec une compatriote d’Anvers ; ses liens s’étendent donc sur des zones variées98. En 1607, il sert d’intermédiaire entre Irarraga et M. de Montevene, qui propose une entreprise contre Sedan99. En Hollande, certains de ses correspondants flamands côtoient Manuel de Portugal, fils de don Antonio, le défunt prétendant au trône des Avis, et fréquentent les milieux d’affaires.

  • 100 AGS, K, 1460 (6 juillet 1606 : don Garda de Paredes à Diego de Irarraga ; 8 juillet 1606 : Irarraga (...)
  • 101 AGS, E, 1934, f° 60, Vivas au roi le 23 août 1618 ; f° 63 ; AGS, E, 1934, f° 204, Vivas au roi le 1 (...)
  • 102 AGS, K, 1461, les 16 et 19 janvier 1609.

86Au cours du premier tiers du XVIIe siècle, la situation économique de la monarchie espagnole s’aggrave de façon préoccupante. Pour combattre cette crise, des négociants informent fréquemment Madrid ou l’ambassade de Paris des mouvements commerciaux et financiers, notamment à propos de la fraude, de la contrebande ou de l’envoi de flottes dans les colonies. Garda de Paredes, un commerçant espagnol de Rouen, est un des correspondants réguliers de la Couronne. Il signale le départ des marchandises qui doivent passer illégalement dans la Péninsule ou l’arrivée de celles provenant des provinces rebelles et indique où seront réceptionnées ces denrées : Málaga, Sanlúcar ou encore les ports secs de Navarre100. Rocafort Salvi, un Catalan résidant à Marseille, entretient d’étroites relations avec l’ambassadeur espagnol à Gênes, auquel il envoie ses informations sur l’armement des troupes du roi de France et sur les rapports entre la Berbérie et la Provence101. Rocafort donne l’impression de surveiller l’ensemble des mouvements du port pour le compte de l’Espagne. Des financiers interviennent aussi. Juan Granollach, correspondant de l’Inquisition espagnole en Avignon, appartient à une grande maison de Barcelone, alors que le Lucquois Alessandro Teregli pourvoit à l’entretien d’Antonio Pérez et négocie les subsides au nom de l’ambassade ; Il entre donc directement en contact avec l’ancien secrétaire de Philippe II102.

  • 103 AGS, K, 1477, ffos 150-151, Mirabel à Ciriza le 26 novembre 1620 ; AGS, K, 1431, f° 113, Conseil d’ (...)
  • 104 AGS, E, 3337, f° 55, Conseil d’État, consulta du 22 avril 1632 et f° 56, lettre de Pompeo Tarragoni (...)
  • 105 AGS, K, 1474, f° 67, Monteleón à Ciriza le 25 mars 1618, et AGS, K, 1471, ffos 1, 3, 5, 78 et 80, a (...)

87D’autres personnages servent le Roi Catholique. Le médecin de la reine Anne d’Autriche se charge de maintenir le contact entre l’ambassade et la souveraine103. L’ingénieur Pompeo Tarragoni, connu pour ses travaux de fortifications autour de La Rochelle, propose en 1632 des mesures de défense du Milanais après avoir analysé les forces françaises, qu’il connaît particulièrement bien pour les avoir servies quatre ans auparavant104. Enfin, deux courriers, Francisco de Borbon et Juan de Tarvan105, interviennent également dans les affaires secrètes.

  • 106 G. Colás Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 272 ; G. Marañón, Antonio Pérez,(...)
  • 107 AGS, K, 1606, ffos 176-177, année 1604 ; AGS, K, 1477, f° 160, Antonio de Bardaxi, le 21 décembre 1 (...)

88À cette liste, il faut ajouter un individu simplement qualifié de « bourgeois », mais que le comte de Fuentes et le roi de France connaissent bien. En effet, Nicolas Picoté, après avoir participé aux complots autour de l’affaire Biron, continue à servir régulièrement le gouverneur du Milanais. Enfin, au nombre de ces espions figure également un bandolero, Antonio de Bardaxi, gentilhomme-bandit qui opère aux confins pyrénéens ; travaillant pour Henri IV jusqu’en 1598106, il change ensuite de maître pour recruter et coordonner dans cette région des agents pour le compte du Roi Catholique, pendant plus de vingt ans107.

89Ce tableau nous éloigne largement des structures de la société d’Ancien Régime. L’activité souterraine relève de la marginalité d’une frange extrêmement mobile, qui apparaît cultivée, sachant lire et écrire, et capable d’analyser et de s’adapter aux diverses situations, profitant de l’embrouillement des structures naissantes des embryons administratifs des États pour s’insérer dans le jeu économico-social. Si les espions ne sont pas des surhommes, ni même une race de seigneurs, ils se distinguent de leurs contemporains par de nombreux caractères, par leur profession, par leur espace d’action, et surtout par leur situation face aux pouvoirs politiques. En effet, l’une des causes de l’« entrée en espionnage » réside dans les dissidences face aux différents pouvoirs. L’une des mesures de cette sécession consiste dans l’exil, le bannissement, la fidélité étant rompue à un moment ou à un autre à cause d’une violation des lois érigées par la souveraineté.

L’exil

  • 108 Sur notre corpus de 233 espions, 78 individus (soit 34,47 %) vivent en exil. Le chiffre véritable e (...)

90Nombre de collaborateurs du Roi Catholique font figure de vaincus. Hérétiques pourchassés ou soldats perdus de causes défaites, plus d’un tiers d’entre eux se sont exilés pour éviter les foudres de leur souverain108.

  • 109 En 1601, les « gens de la nation » sont autorisés à quitter le pays en emportant leurs biens en éch (...)

91Parmi ces minorités rejetées figurent les marranes portugais, qui ont essaimé dans les ports de l’Atlantique et de la mer du Nord, d’Anvers à Rouen et d’Amsterdam à Buenos Aires. Régulièrement soumis à des achats forcés de pardons109, les nouveaux-chrétiens restant au Portugal demeurent en relations permanentes – particulièrement dans le cas des marchands – avec leurs cousins de Rotterdam ou de Rouen. Quant aux morisques, depuis 1609 ils sont bannis de la Péninsule, et se réfugient en Berbérie ou au Levant, quelques individus allant résider dans des États européens. Ces deux situations relèvent de mesures de masse, concernant non un délit individuel mais une peine infligée à une fraction entière d’un peuple. Alonso de Lope, Diego Furtado, Martín del Espíritu Santo et Rodrigo Alvarez de Vitoria subissent ces mesures vexatoires.

  • 110 Depuis l’Acte de Suprématie de 1559, la législation n’a cessé de renforcer les mesures contre les c (...)

92Les discriminations religieuses en Angleterre partent du même sentiment d’incompatibilité religieuse. Elles s’appliquent ici à une minorité catholique face à une majorité anglicane qu’incarne le pouvoir. Le catholicisme étant hors-la-loi, les croyants n’ont plus d’autres choix que le « refuge intérieur » ou la fuite à l’étranger. Les Morgan, Paget, Creswell, Parsons, Semple, Critton, etc. vivent sur le continent à cause des persécutions contre les catholiques110.

  • 111 Sur les subsides que la Monarchie Catholique leur fournit, voir AGS, E, 612, 617 et 2227.
  • 112 AGS, E, 342, ffos 217-218, le duc de Maqueda, novembre 1595 ; AGS, E, 1430, f° 240, Doria au roi, a (...)
  • 113 AGS, E, 1101, f° 61 ; AGS, E, 1283, ffos 93-94.

93Moins nombreux que les marranes portugais, les morisques espagnols ou les catholiques anglais, les anciens ligueurs, exclus du pardon royal, vivent pour la plupart dans les Pays-Bas espagnols, comme le principal d’entre eux, le duc d’Aumale, ou certains chefs de la ligue parisienne (Jean Boucher, La Chapelle-Marteau ou Jean Bussy-Leclerc)111. D’autres partisans de la Ligue se réfugient dans les possessions italiennes, tels la plupart des membres de la faction de Casaux112 et de Louis d’Aix113. Ceux qui ont trouvé refuge en Castille même sont apparemment moins nombreux : c’est pourtant le cas de Gérard de Raffis, de Juan Blas ou de Sauveulx. Tous ces bannis de la Ligue figuraient-ils sur la liste des proscrits proclamée en France le 30 mars 1594 ? Il se peut que, par choix idéologique, certains n’aient pas voulu vivre sous une autorité qu’ils auraient pu considérer comme « le joug d’un tyran relaps ».

  • 114 AGS, K, 1593, Conseil d’État de 1618 (placé après le folio du 30 août, s. d.) ; AGS, K, 1455, f° 62 (...)
  • 115 AGS, K, 1426, f° 96, junte spéciale du 12 janvier 1608 ; AGS, K, 1432, le roi à Irarraga, le 11 nov (...)

94Outre les motifs religieux, d’autres raisons, d’ordre politique ou criminel, expliquent certains comportements. Certains de nos exilés ont fui une condamnation pour délit de droit commun. Ainsi, Melchior de Carmona s’en va proposer sa collaboration à l’ambassadeur Monteleón pour gagner sa grâce, après avoir commis en Castille un homicide que le Conseil d’État considère comme « trop grave » pour qu’on le lui pardonne114. Depuis Paris, Girón Croyos agit de même après sa condamnation pour fraude en Galice. En Avignon, Mathias Morillo se propose de faire la liaison entre les responsables du Roi Catholique et M. de Santèle, secrétaire de Fresnes-Canaye ; Monteleón précise au Conseil d’État que ce personnage a fui la Catalogne à cause de « certains délits » que nous ignorons115.

  • 116 La carrière d’Antonio Pérez est retracée en détail au chap. IX, pp. 435-436.
  • 117 G. Marañón, Antonio Pérez.
  • 118 Médecin réputé et historien, Gregorio Marañón, avait déjà mis en oeuvre, avant la Guerre civile, un (...)

95Cependant, le cas le plus célèbre demeure celui d’Antonio Pérez116. Arrêté à plusieurs reprises en Castille, l’ancien secrétaire d’État réussit en 1591 à s’enfuir en Aragon. Afin de récupérer le prisonnier, Philippe II recourt à l’Inquisition, violant ainsi les libertés consacrées par les fueros de ce royaume, ce qui provoque une insurrection dans laquelle le gouverneur de Saragosse trouve la mort. Antonio Pérez n’a plus d’autre choix que l’exil et monnaye ses connaissances des rouages de la politique espagnole auprès des rois de France et d’Angleterre. Accompagné de divers Aragonais, il s’établit en France et obtient la protection d’Henri IV. Il est âgé alors de plus de soixante ans. La lecture du beau et émouvant livre de Gregorio Marañón consacré à Antonio Pérez117 et publié en 1943, apporte beaucoup à la compréhension des mécanismes psychologiques de l’émigration politique118. Ainsi, un Thomas Morgan, confident de Marie Stuart depuis 1568, agent de l’Espagne depuis des décennies et habitué de toutes les geôles, correspond secrètement avec les responsables anglais afin d’obtenir son pardon et le droit de retourner en Angleterre. Pour sa part, Antonio Pérez se trouve dans la même position : il transmet des informations à l’ambassadeur espagnol en France et, nous l’avons vu, reçoit même de l’argent de ce diplomate par l’intermédiaire du Lucquois Alessandro Teregli, bien que Philippe III continue à s’opposer à un quelconque retour de Pérez en Espagne.

  • 119 Voir par exemple la réponse de Creswell à une accusation de Jacob Badesfort selon laquelle c’est se (...)

96À cause de la nature même de l’exil, les proscrits sont des individus souvent fragilisés par leurs conditions d’existence. L’exemple des divisions entre les factions de Marie de Médicis et de Gaston d’Orléans, tous deux réfugiés en Flandres, montre à quel point l’exil génère la zizanie et le défaitisme. Les deux groupes s’accusent mutuellement de double jeu, se déchirent à force de rivalités, multiplient auprès de leur commun protecteur les plaintes contre le parti adverse et en viennent finalement aux pires méthodes, comme le montre la tentative d’assassinat contre Puylaurens perpétrée le 3 mai 1634 par des proches de la reine mère. La même logique de discorde règne à l’intérieur des différents groupes catholiques anglais et écossais, à partir des frontières politiques séparant les différentes factions – partisans de la reine Marie Stuart, jésuites, « espagnolisés » – ; ces oppositions se cristallisent souvent en haines dont le déchaînement engendre des retournements119.

97Ainsi, bannis et réfugiés constituent un vivier de choix pour les différents services secrets parce qu’ils sont beaucoup plus sensibles aux pressions que n’importe quelle autre catégorie. L’examen du recrutement des espions, de leurs motivations, de leur longévité et de leur carrière, permettra de mieux cerner les caractéristiques de ce groupe bien particulier.

III. - Du recrutement et des motivations

Le recrutement des espions

  • 120 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 131 (source : AGS, E, 3838, 26 janvier 1637).

Chercher un agent [...], c’est planter un champ d’oliviers ; ou [encore, c’est] assiéger une place, ce qui nécessite de l’encercler, de la considérer en s’approchant, d’ouvrir une brèche et d’attendre l’heure opportune pour donner l’assaut ; alors, parmi cinquante, un seul vaincra120.

  • 121 AGS, K, 1606, Zúñiga au roi le 16 avril 1604.

98Cette maxime de patience et de raison, formulée par Juan de Vera y Zúñiga, montre l’importance accordée au recrutement des espions. Dans leur correspondance, les ambassadeurs espagnols en France expriment fréquemment leurs doléances à propos du manque d’informateurs. À son arrivée à Paris, Tassis se plaint de n’avoir pas reçu communication de la liste des agents de l’ambassade et de ne pas disposer de fonds suffisants pour en recruter. Au lendemain de la découverte de Nicolas L’Hoste, Zúñiga note qu’il serait opportun que l’ambassade possédât des agents anglais et italiens121. De son côté, Mirabel déclare :

  • 122 AGS, K, 1480, ffos 10-14, Mirabel au roi le 27 mars 1623, point 14.

Avec un soin et une attention particuliers, je me suis efforcé, le temps où j’étais ici [en France], de reconnaître des sujets qui pourraient être appropriés pour se fier à eux dans le but de réaliser des diversions face aux entreprises de ce roi et de ses ministres, qui vont toujours tramant des machinations contre V. M., comme me l’a ordonné V. M. dans sa lettre du 24 passé, et jamais je n’ai vu personne à qui, avec sécurité, on pourrait faire confiance dans ce domaine car, comme d’ordinaire, la disposition des esprits pour cela doit se faire par accident122...

99À en croire les ambassadeurs du Roi Catholique, la politique de recrutement des espions dépend purement du hasard, qui détermine l’engagement des agents selon la conjoncture. Ainsi, Irarraga transmet des informations à Olivares grâce à un nommé Miguel de Jauregui :

  • 123 AGS, K, 1444, f° 12, Irarraga à Olivares le 19 juillet 1627.

Avec le courrier ordinaire de Bayonne, j’ai écrit à V. S., et à ce moment arrive ici un marin de Fontarabie, nommé Miguel de Jauregui, qui se perdit avec une des pataches qui l’an passé allèrent en Flandres sous les ordres d’Alonso de Idiáquez. Emprisonné en Angleterre, il a eu la chance de pouvoir s’enfuir de prison avec quatre compagnons et qu’un Rochelais les admît et les transportât sur son navire jusqu’à sa ville. Il note que l’armada anglaise s’est établie dans l’île Saint-Martin123.

100Fortuitement employé comme agent par le représentant espagnol, Jauregui participe donc au renseignement par pure coïncidence.

101Les ordres donnés au comte de Fuentes, spécialiste de l’action secrète, sont plus cohérents :

  • 124 AGS, E, 1897, f° 47, Conseil d’État, consulta du 31 décembre 1600.

Les intelligences secrètes en France pourront être de quelque profit quand il y aura en leur sein de la fidélité124.

102De fait, la plupart des agents français travaillant pour le gouverneur de Milan pendant la première décennie du XVIIe siècle ont été recrutés à l’époque de la Ligue, comme Casaux et Pierre David, ou à la suite de crises importantes, tels Picoté, Hébert, Renazé, acquis au renseignement espagnol lors de l’affaire Biron. Toutefois, cette notion de fidélité implique l’existence de groupes prêts à passer dans le camp espagnol, ce qui signifie que la cause de la Monarchie Catholique serait suffisamment attractive pour conquérir de nouvelles allégeances. Cette possibilité existe indubitablement dans les toutes premières années du XVIIe siècle : à cette époque, en effet, les mécontents de tous ordres voient dans le Roi Catholique autre chose qu’un simple monarque défendant ses intérêts dynastiques ; les anciens ligueurs, réfugiés dans les possessions espagnoles et auxquels la Monarchie verse des subsides, ou encore les mécontents, dont l’argumentaire reprend le thème de la défense de la catholicité, trouvent dans la maison de Habsbourg un nouveau maître ; les catholiques anglais considèrent l’Espagne comme l’unique défenseur de la Sainte Foi. Cependant, après 1610, la disparition d’un grand nombre de participants des guerres de Religion et le tournant diplomatique vis-à-vis de l’Angleterre et des Provinces-Unies freinent le recrutement des agents dont le service était motivé par ce type de fidélité.

  • 125 AGS, K, 1480, ffos 58-60, Mirabel au roi le 11 décembre 1625.
  • 126 AGS, K, 1415, f° 95, Conseil d’État, consulta du 12 août 1632.

103Un des signes attestant ces difficultés de recrutement est la fréquence avec laquelle Madrid réitère aux ambassadeurs l’ordre de se procurer des informateurs, le Conseil d’État allant jusqu’à désigner les personnes dont il faut s’assurer le concours. En 1625, Mirabel reçoit une lettre du roi lui enjoignant d’entrer en contact avec Baradat et Schomberg125. Sept ans plus tard, le Conseil d’État décide d’envoyer une personne adéquate auprès de Toiras pour convaincre le Maréchal de servir le Roi Catholique et de faire en sorte que Pignerol tombe au pouvoir de l’Empereur126. Mais si des contacts sont effectivement pris avec ces personnages, Madrid ne s’assure pas pour autant de nouvelles fidélités. Au mieux, certains d’entre eux prêtent l’oreille aux propositions des agents espagnols.

104L’hispanophilie elle-même n’est pas un gage de nouveaux recrutements. Bien que Marie de Médicis manifeste de telles dispositions, Philippe ÍII demande tout de même à Girón, son ambassadeur, de gagner des points de soutiens plus sûrs :

  • 127 AGS, K, 1455, f° 168, le roi à Girón, le 29 avril 1620.

Par différentes voies, on a appris combien la reine mère était favorable aux intérêts de cette couronne [d’Espagne], On a toujours considéré comme une précaution nécessaire d’avoir des intelligences en France, chose à quoi on a éprouvé des difficultés à parvenir à cause de ce qu’il en coûterait d’entretenir des Français à ma dévotion. Maintenant que s’offre le moyen de la reine mère, je veux savoir par votre canal ce qui se passe dans ce parti, avec qui il vous paraît que l’on pourrait avoir de telles intelligences et quelle somme il faudrait compter pour cela127.

105L’ambassadeur est donc bien un recruteur, mais Girón ne semble pas avoir rempli sa mission à cet égard, puisque le roi se trouve dans l’obligation de lui demander quelles sont les possibilités de gagner des intelligences dans la faction française la plus favorable à l’Espagne.

  • 128 AGS, K, 1432, f° 90, Conseil d’État consulta du 5 octobre 1623.
  • 129 AGS, K, 1424, f° 129, le roi à l’Infante le 12 décembre 1633.

106En fait, la simple lecture de la correspondance cache une partie de la réalité de l’activité diplomatique. L’impression première, quant au recrutement des espions, est que les ambassadeurs attendent de sujets mécontents des propositions de collaboration. En effet, à l’exception des réfugiés comme Hébert, Picoté ou Raffis, c’est à leur propre initiative que les principaux agents de l’Espagne, tels Nicolas L’Hoste, Carlos de Roo, Clausels, Mérargues ou Monluc, sont entrés en contact avec des représentants espagnols. Le service de recrutement paraît inexistant, impression que vient renforcer la teneur de nos documents : aucune des lettres adressées au roi ne rend compte de démarches entreprises pour gagner un informateur. Au-delà de cette première impression, une lecture plus attentive de notre documentation montre les difficultés croissantes de l’Espagne à mobiliser des étrangers pour son service. Afin de justifier le fait qu’un collaborateur haut placé de l’ambassade de Paris donne peu d’informations, le duc de l’Infantado invoque en Conseil d’État les risques courus par ce personnage, faisant valoir l’exemple de la fin tragique de Nicolas L’Hoste quelque vingt ans128 auparavant. Des incohérences apparaissent peu à peu. Une lettre de Philippe IV à l’infante Isabelle lui demande ainsi d’« acheter » des informateurs dans l’entourage de Monsieur à Bruxelles, alors que la Couronne verse déjà des subsides à ce parti129. En cette même année 1633, Benavente reçoit de Philippe IV l’instruction plutôt étrange d’obtenir par la flatterie la collaboration du premier ministre de Louis XIII :

  • 130 AGS, K, 1425, f° 34, le roi à Benavente le 13 juillet 1633.

Là-bas, la manœuvre capitale [...] serait de vous rapprocher du cardinal de Richelieu et de vous efforcer de le gagner en lui montrant que vous êtes persuadé de tout ce qu’il vous dit, de sa sincérité [...], en le flattant par ce moyen et en applaudissant à tout ce qui n’est pas contraire à mon service130.

  • 131 AGS, E, 1306, f° 82, Conseil d’État, consulta du 30 août 1616 sur une lettre du 7 juillet du marqui (...)
  • 132 AGS, K, 1458, f° 24, lettre du roi à Mirabel le 22 février 1627.
  • 133 AGS, K, 1458, f° 27, le roi au marquis de Tabara le 27 février 1627.

107En fait, dès la fin des années 1620, il semble que la Monarchie Catholique n’a plus les moyens de recruter. Dès 1616, depuis Milan, le marquis de Villafranca indique que la diminution des finances de la Couronne exige une nouvelle répartition des subsides versés aux agents dans les diverses possessions de la Monarchie131. Angelo Badoer, noble vénitien et ancien ambassadeur de la République passé au service de l’Espagne en 1609, abandonne en 1627 le service du Roi Catholique pour celui du Roi Très-Chrétien car il n’est plus payé132. Toujours en 1627, le Génois Carlos Spina agit de même car depuis longtemps l’ambassadeur ne lui verse plus ses deux mille ducats annuels133.

108Cette raréfaction des effectifs de l’espionnage espagnol provient des changements qui se produisent au cours du premier tiers du siècle : modification de l’image que les contemporains se font de la Monarchie et diminution de ses ressources financières, mais aussi changement dans les motivations des collaborateurs étrangers.

Les « amis » du roi catholique et leurs motivations

109La question des causes de la collaboration avec les agents du Roi Catholique apporte un nouvel éclairage sur le rayonnement de la Monarchie et l’attrait qu’elle exerce réellement sur les espions. Les offres de services adressées aux diplomates par les agents s’accompagnent parfois d’un exposé des motifs de leur engagement. Sur les 223 individus que nous avons recensés, 74 « seulement » (soit 26 % des agents) ne donnent aucune indication permettant de déterminer les causes de leur engagement.

  • 134 AGS, K, 1419, f° 79a, Du Périer à Ciriza le 23 juin 1624.

110L’étude des lettres des espions et des dirigeants de la Monarchie Catholique permet de déterminer les mobiles qui amènent les premiers à collaborer avec les seconds. Ces mobiles sont au nombre de neuf : l’argent, la religion, le service des grands, le service royal, un passé de ligueur, l’espoir de pardon, le dépit causé par l’ingratitude du maître, la vengeance et le chantage. Ces motivations sont parfois difficiles à distinguer, et notre classification ne peut être appliquée que de manière pragmatique. Ainsi, nous avons considéré que les protestants Clausels, Canredon ou Du Cros se mettent au service de l’Espagne pour défendre un grand (Rohan, en l’occurrence) et non pas pour un motif d’ordre religieux ; cette interprétation est contestable, car il est évident que les dernières guerres de Religion ne relèvent pas uniquement de l’agitation nobiliaire et possèdent bien des fondements religieux. Cependant, les discussions avec Madrid se font non pas sous la direction des assemblées protestantes, mais bien au nom du duc, ce qui nous a semblé déterminant. De même, bien qu’il soit souvent difficile d’identifier avec précision les mobiles d’ordre pécuniaire, nous avons admis qu’un individu recevant une pension ou des subsides de la Monarchie agit pour des raisons pécuniaires mais qu’en revanche, lorsque l’agent ne réclame pas d’argent et que c’est le souverain qui octroie une récompense (merced), la motivation financière n’intervient pas. Bien entendu, les mobiles ne sont jamais uniques et nous avons tenu compte du fait qu’un informateur peut agir pour différentes raisons. Ainsi, la collaboration de Du Périer répond à trois mobiles : la défense du catholicisme, l’appât du gain et le dépit causé par l’ingratitude du roi de France envers un de ses vieux serviteurs134.

Graphique 18. – Motivations des agents de l’Espagne
N. B. Les agents dont les motivations ne sont pas connues ne sont naturellement pas pris en compte dans ce graphique

111Plus de la moitié des agents officieux de l’Espagne obéissent à deux grandes motivations : l’argent (27 %) et la défense de la religion (25 %), qui correspondent à deux images opposées qui sont traditionnellement associées à la Monarchie. La première est véhiculée par les détracteurs du Roi Catholique et plus précisément par les dénonciations de corruption qu’entraîne la distribution de doublons et pistoles. La seconde participe à la propagande de Madrid, présentant la politique internationale comme une lutte entre les défenseurs de la foi, c’est-à-dire la maison des Habsbourg, et ses opposants.

112L’examen de la répartition chronologique des interventions de ces deux types d’acteurs (agents intéressés par l’argent et dévots), indiquée sur les graphiques 19 et 20 (ci-dessous et p. 398), montre l’évolution des mobiles d’engagement.

Graphique 19. —Espions travaillant pour des raisons financières : chronologie (début et fin) de leur activité au service du renseignement espagnol
N. B. Pour chaque agent, nous avons noté les dates de ses première et dernière apparitions en tant qu'espion dans la correspondance diplomatique espagnole

113Les agents collaborant pour des raisons financières (graphique 19) participent tout au long de la période au renseignement espagnol. Fort logiquement, le recrutement se concentre plutôt au début du siècle, mais il apparaît que le service du Roi Catholique attire encore en fin de période. En effet, à la fin des années 1620 et même jusqu’en 1633, on voit encore commencer de nouvelles collaborations, même si celles qui prennent fin paraissent désormais plus nombreuses. La comparaison avec la répartition chronologique de la participation des espions de type dévot souligne la puissance de l’attrait exercé par l’argent espagnol. Ainsi, les interventions d’informateurs collaborant par conviction religieuse (voir le graphique 20 ci-dessous) sont une constante jusqu’aux années 1618, puis elles disparaissent après cette date, si l’on excepte trois individus qui poursuivent leur action. Cette forte diminution qui suit la fin du gouvernement de Marie de Médicis peut être attribuée à la raréfaction des ligueurs et au désengagement des catholiques anglais. Dans le cas des premiers, si le vieillissement explique en partie cet affaiblissement, il convient cependant de se souvenir qu’un petit nombre d’entre eux a fait sa paix avec le souverain.

Graphique 20. – Espions travaillant pour des motifs religieux : chronologie (début et fin) de leur activité au service du renseignement espagnol. (Pour chaque agent, nous avons noté les dates de ses première et dernière apparitions en tant qu’espion dans la correspondance diplomatique espagnole.)

114Le cas d’Henri de Saulveux, devenu chapelain de Philippe III, illustre ce changement qu’on observe chez certains ligueurs. En 1620, Louis XIII lui octroie les revenus d’une abbaye pour financer l’hôpital des Français à Madrid : il a fait « sa paix avec son roi ». Après 1620, nous ne trouvons plus de traces d’anciens ligueurs : à l’exception de Nicolas Picoté, ils paraissent tous avoir disparu. Quant aux sujets du roi d’Angleterre et d’Écosse, il semble que leur quasi-disparition dans le domaine de l’espionnage soit due à l’affaiblissement de la politique belliciste de la monarchie espagnole, qui traite avec Albion à plusieurs reprises, en 1604 et en 1630, et envisage même une alliance matrimoniale. Au XVIIe siècle, Madrid n’est plus le fer de lance du catholicisme, l’époque des grandes armadas destinées à « libérer » l’Angleterre est révolue.

  • 135 Ces chiffres portent sur l’effectif total, il est clair que parmi les 233 espions recensés, rares s (...)

115Un autre indice de cette déconfessionnalisation de la politique étrangère espagnole est l’emploi de dix-huit informateurs de religion autre que catholique : deux morisques, sept marranes et neuf huguenots135. La plupart des protestants en contact avec Madrid n’interviennent que pendant les dernières guerres de Religion, celles des années 1620, pour s’opposer au pouvoir du Très-Chrétien. Cela étant, Carlos de Roo, La Forcade et M. de Chéné contredisent cette loi générale, car, quoique réformés, ils engagent des pourparlers avec l’Espagne sous la régence de Marie de Médicis, parfois même auparavant.

  • 136 Dans le graphique 20, l’importance particulière des effectifs d’agents pour l’année 1598 est due au (...)

116Par ailleurs, si la tendance à la raréfaction affecte aussi les agents travaillant pour des raisons pécuniaires, elle demeure moins nette que dans le cas des agents intervenant par conviction religieuse, et les activités de la première catégorie se prolongent plus avant dans le siècle136.

117Parmi les mobiles des agents figure également le service royal, qui motive les actions d’un septième d’entre eux. Il s’agit de personnages intervenant sur ordre du Roi Catholique ou des principaux responsables de la Monarchie. Ainsi, Jacques Bruneau, secrétaire de Tassis et de Zúñiga, se trouve au cœur d’un réseau d’informateurs à Paris dans les années 1600-1606. Quant à Martín de Bustamente, qui exerce comme couverture l’activité de marchand de gants, il se trouve à de nombreuses reprises en liaison avec l’espía mayor entre 1595 et 1619 et exécute les ordres de celui-ci ou ceux d’un secrétaire d’État.

  • 137 AGS, K, 1624, f° 21, le roi à Mirabel le 22 avril 1631.

118Une autre catégorie d’importance non négligeable (12 % des agents répertoriés) est celle des agents servant d’intermédiaires aux grands aristocrates de France souhaitant prendre langue avec Madrid. Clausels propose ainsi à l’ambassadeur espagnol à Paris diverses entreprises de diversion en France, au nom de Rohan d’abord, puis de Monsieur. De la part de Marie de Médicis, le comte de Maure offre la prise de différents points stratégiques en Bretagne dans le but d’organiser un soulèvement général. Le service des grands ne constitue pas une activité totalement gratuite, et les agents qui s’y engagent espèrent être récompensés, soit par leur maître, soit par Madrid. Ainsi Puylaurens obtient-il des gratifications de ses deux employeurs. En 1631, ayant envoyé Clausels auprès de Mirabel, il reçoit du diplomate un subside de douze mille écus137. En 1634, il est fait duc d’Aiguillon pour avoir su ménager la réconciliation de Gaston d’Orléans avec Richelieu. Certes, la fidélité d’une créature est une valeur intrinsèque, mais elle a aussi un coût, qui se mesure par le prix à payer.

  • 138 S. Dupleix, Histoire de Henry le Grand, p. 518 ; P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 294.
  • 139 AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État, consulta du 16 décembre 1600.
  • 140 AGS, K, 1472, f° 11, Monteleón au roi le 11 août 1616.

119Les anciens ligueurs constituent 7 % des collaborateurs du Roi Catholique. La plupart vivent en exil, exclus des diverses amnisties royales. Il est donc difficile de les considérer comme des traîtres. Leur fidélité a changé de camp ; ils dépendent tous de la générosité du roi d’Espagne qui, qu’ils le veuillent ou non, représente pour eux la seule option cohérente avec leurs engagements passés. Après plusieurs rendez-vous manqués avec l’histoire, ils se sont raccrochés à l’ultime solution qui se présentait et ont délaissé leur devoir de sujets du Roi Très-Chrétien pour un intérêt ou une cause supérieurs. Les Casaux, Blas, La Bruyère, David, Raffis, Rossieu, Roux et Sauveulx ont trop prodigué de leur jeunesse et de leurs biens pour admettre l’échec de leur idéal. Seul un désengagement massif du Roi Catholique à leur égard pourrait motiver leur retournement. Tel est le cas de Gérard de Raffis qui, estimant trop difficile de survivre avec les subsides qu’on lui attribue, préfère alors renier ses engagements passés pour solliciter le pardon d’Henri IV138. Sur l’ensemble des quinze anciens ligueurs en activité que nous avons recensés, Raffis est le seul à opérer un tel retournement. Les autres, qu’ils vivent dans les possessions espagnoles ou qu’ils soient restés en France, persistent dans leurs convictions. Adrien de Monluc, comte de Cramail, conserve ses relations avec l’Espagne par attachement à la défunte Ligue et donc à la défense du catholicisme139. Après la paix de Vervins, Guy de Lusignan, sieur de Lansac, ligueur et ancien maître de Raffis, continue pendant près de deux décennies à envoyer des informations à Madrid140.

  • 141 AGS, K, 1433, f° 66, Conseil d’État, consulta du 28 septembre 1625.
  • 142 AGS, K, 1446, Conseil d’État, consulta du 19 janvier 1629.

120Les informateurs de la Monarchie obéissent aussi à d’autres mobiles, moins fréquents. L’espérance du pardon des fautes commises dans les possessions espagnoles ne concerne que les exilés, comme Antonio Pérez, Manuel don Lope ou Agostino Fiesco, et représente à peine 5 % des motifs d’engagement. Le cas de Fiesco est exemplaire puisque, après avoir escroqué au roi d’Espagne des sommes colossales – plus d’un million de ducats141 –, il réussit à obtenir son pardon en servant d’agent infiltré auprès du Roi Très-Chrétien142.

121L’ingratitude, dont nous avons vu qu’elle constitue une des pires fautes aux yeux de l’élite nobiliaire, explique un certain nombre de comportements. M. de Méritein, L’Hoste, Mérargues, Carlos de Roo ou San Rustid rejettent sur leur maître légitime la responsabilité de leur défaillance. Dans leur esprit, ils n’ont pas rompu la chaîne de fidélité en collaborant avec l’Espagne. C’est leur maître qui, en ne les récompensant pas comme il aurait dû le faire, a brisé le lien de fidélité. C’est bien ainsi que Du Périer conçoit son départ de France :

  • 143 AGS, K, 1419, f° 79a, Du Périer à Giriza le 23 juin 1624 (texte en français).

Pour n’avoir este reconnu ny recompensé des services que iay rendu au Roy de France a mes despends les frais de dix ans tant en guerre qu’en paix dehors et dedans le Royaume ie ne pense que l’on ne me puisse blasmer de quitter son service pour servir le plus grand monarche du monde143.

  • 144 AGS, E, Milan, 1453, f° 155, Vivas le 27 janvier 1606.

122L’espoir d’une vengeance agite le frère de Mérargues. À plusieurs reprises, il tente de rencontrer les responsables espagnols, souhaitant venger l’exécution de son frère, Louis de Lagonia, ainsi que la perte de ses biens en France. À Gênes tout d’abord, où il a trouvé asile auprès de l’ambassadeur d’Espagne Juan Vivas, celui-ci le décrit comme un homme « de fondement dans ce qu’il dit et [qui] promet de rendre à V.M. tous les services dans les affaires de France144. »

  • 145 AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta de septembre 1606 sur des lettres d’Irarraga, secrétaire de (...)
  • 146 AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 19 décembre 1607.
  • 147 AGS, E, 3830, f° 105, le 6 mars 1632.

123Dans un contexte bien différent, mais toujours pour des raisons de ressentiment, Andrés González entre en relations avec Irarraga après que des navires français lui ont volé cinquante mille écus au Brésil145. Quant à Juan de Barbossa, qui trahit don Manuel de Portugal et communique à l’ambassadeur espagnol en France des avis sur le trafic des Indes et les menées des Hollandais, règle-t-il ses comptes avec un groupe de Portugais émigrés aux Provinces-Unies (dont Rodrigo Alvares et Bacca)146 ? Est-ce parce que son père a été assassiné en France que le fils du capitaine Diortegui envoie des informations sur une armada de soixante galions qui se concentrerait à Brest en 1632147 ?

  • 148 AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État, consulta du 9 décembre 1600.
  • 149 AGS, K, 1478, ffos 162-163, Mirabel au roi le 5 décembre 1621.

124Bien que peu coûteux, le chantage est rarement employé pour s’assurer les services d’un agent. Sur l’ensemble de la période étudiée, nous avons seulement rencontré deux cas où des pressions de ce type sont exercées sur de possibles informateurs. Dans le cas de M. de Ban, on peut suspecter l’emploi d’un tel procédé, alors qu’il propose de livrer à l’Espagne la citadelle de Leucate148. Quant au capitaine Juan Piquilini, de son vrai nom Philippe Arnaud, il s’agit d’un protestant qui entretient des relations avec l’ambassade espagnole en France. On se méfie de ses avis, particulièrement à propos des menées de don Cristóbal de Portugal. En effet, le seul élément pouvant expliquer son activité en faveur du Roi Catholique est le fait qu’il a déjà été arrêté auparavant dans la Péninsule, où il agissait alors comme espion des huguenots. Tombé une première fois entre les mains de l’espía mayor Andrés Velázquez, il semble craindre d’y retomber, car il poursuit un double jeu, continuant de travailler pour les protestants149.

125Religieux portugais d’origine marrane, et parfois qualifié de fidèle de la loi mosaïque, Martín del Espíritu Santo est un cas différent. Étant donné qu’une partie de sa famille est restée dans la Péninsule, il se trouve obligé de maintenir de nombreux contacts avec les autorités espagnoles. Selon une consulta du Conseil d’État de juin 1606,

  • 150 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, pp. 255-256, le (...)

Frère Martín, moine portugais de l’ordre de Saint-Benoît, en religion frère Martín del Espíritu Santo, qui avait fourni à de nombreux juifs de son pays le moyen de passer en France, avait demandé à être mis en contact avec l’archiduc Albert ou avec Irarraga. Si le roi agrée ses services, on doit surseoir à l’exécution d’un frère de ce moine arrêté près d’Ayamonte et condamné à mort pour avoir introduit en Espagne de la monnaie de cuivre. Dans le cas où les promesses [de son frère] seraient suivies d’effet, on pourrait mettre le coupable en liberté et lui donner une pension qui lui permettrait de vivre dans un des États de S. M, ou en dehors de l’Espagne, loin de l’Inquisition, dont il a une vive terreur150.

126La contrainte, la sympathie idéologique ou religieuse, le goût de l’aventure et l’appât du gain, le service d’un patron ou l’amertume d’avoir été mal récompensé constituent donc les facteurs déterminant les divers changements de fidélité. L’infidélité au souverain légitime semble être l’apanage quasi exclusif des hommes. Une seule femme figure parmi nos espions : il s’agit de Marie Vignon, tout d’abord mariée à un marchand de soie de Grenoble, puis amante et enfin épouse du duc de Lesdiguières. Cet univers de l’ombre est un monde viril, où l’exclusion des femmes est particulièrement apparente. À l’aube du XVIIe siècle, il est en effet bien difficile d’imaginer qu’une femme puisse, comme Fausta, l’héroïne de Michel Zévaco, chevaucher seule entre Paris et Madrid, traverser les Pyrénées des bandoleros et naviguer entre Gênes et Barcelone sans un fort équipage, tant les risques sont nombreux sur le chemin.

127Si nous n’avons pas rencontré d’espionnes, les femmes ne paraissent pas non plus être constituer un mobile susceptible de déterminer les hommes dans leurs engagements. La jalousie et la passion restent des sentiments très rarement mentionnés par le Conseil d’État espagnol ou par les diplomates. Un seul cas, relaté au roi par l’ambassadeur Oñate depuis Turin, se rapporte à des sentiments passionnels :

  • 151 Fils du duc de Mayenne (+ 1611) et d’Henriette de Savoie, il devient gouverneur d’Île-de-France à l (...)
  • 152 Catherine de Lorraine, épouse du duc de Nevers, morte en 1618.
  • 153 AGS, E, 1296, f° 222, Oñate au roi de Turin le 10 mars 1606.

[Le duc de Savoie] dit qu’il sait que le duc d’Aiguillon151, fils du duc du Mayenne, réprouve les amours du roi de France et de la duchesse de Nevers sa sœur152, et il le considère comme une personne qui entreprendrait n’importe quoi et attirerait à lui Nevers, Guise, ses autres parents et beaucoup de chevaliers et de gens insatisfaits ; et pour proposer d’ouvrir des pourparlers, il affirme qu’il y a [aussi] une personne dans cet État très proche du duc d’Aiguillon qui lui a déjà parlé à diverses reprises de ces affaires153.

  • 154 Voirie chap. VII, p. 323.
  • 155 Sur Marie Vignon et le colonel Alardo, voir le chap. IX, pp. 450-453.

128L’élément qui peut déterminer le duc d’Aiguillon à agir, c’est la réputation familiale, par le biais du comportement de sa sœur. Les sentiments amoureux ne sont pris en compte qu’au niveau du souverain – à plusieurs reprises, ils ont eu des conséquences politiques (en 1610 notamment, à l’occasion de l’amour contrarié d’Henri IV pour la princesse de Condé154) –, mais ils n’entrent pas directement en ligne de compte dans le comportement des informateurs, sinon dans le cas, unique, de la relation entre Marie Vignon et le colonel Alardo155.

IV. - Fidélité et pérennité des amitiés secrètes de la couronne

  • 156 Avant tout calcul du temps passé par un agent au service de l’Espagne, il convient de résoudre un p (...)

129Un des paramètres essentiels de la collaboration des espions et informateurs de la Monarchie Catholique est la durée. Au cours de ce premier tiers du XVIIe siècle, les agents servant l’Espagne se renouvellent, seul un « noyau dur » formé de quelques individus travaille sur le long terme, que ce soit à des fins de renseignement ou bien de subversion. C’est en étudiant ces agents stables que l’on peut connaître les ressources permanentes de l’espionnage espagnol et estimer la force des appuis de la diplomatie du Roi Catholique face à la France156.

  • 157 AGS, K, 1605, le capitaine Launay à Tassis le 8 avril 1602.
  • 158 AGS, Guerra Antigua, 727, lettre écrite depuis Carthagène d’Espagne le 15 décembre 1608 par le capi (...)
  • 159 AGS, E, 2862, lettre adressée à Ciriza par Launay-Longaban (Carthagène, 23 octobre 1616).
  • 160 A. Girard, « Notes sur les consuls étrangers en Espagne avant le traité des Pyrénées », p. 126.

130Il demeure difficile de connaître avec précision le temps de service, car les dates de décès des agents ne sont presque jamais mentionnées dans la correspondance diplomatique. On peut donc seulement tenter d’évaluer approximativement la durée de leur service. Pour ce faire, nous avons choisi de calculer la différence entre les dates de début et de fin d’observation des agents secrets de la monarchie espagnole, en considérant que l’occurrence la plus précoce (selon la chronologie) dans la documentation correspondait à la date des premières offres de service faites par l’agent, et la plus tardive, à la fin de son activité. Il est clair qu’une telle méthode pèche par excès réducteur. Ainsi, le capitaine Julien Launay-Longaban, marchand et marin malouin, apparaît pour la première fois dans la correspondance au cours de l’année 1602157 ; cependant, la date de son entrée au service de la Couronne est bien antérieure : le document de 1602 signale qu’il entretient des relations avec les agents du Roi Catholique depuis 1581. D’autre part, plusieurs documents postérieurs à 1602 établissent qu’il avait des contacts avec le monde de l’espionnage espagnol avant même le traité de Vervins : en 1593-1594, Launay est déjà accusé par le ligueur Raffis de mener un double jeu au profit d’Henri IV158. Le dernier témoignage de la correspondance de Launay-Longaban avec les dirigeants espagnols date d’octobre 1616159, mais il ne meurt qu’en 1620160. Il est fort possible que le Malouin ait continué jusqu’à sa mort à collaborer avec l’Espagne, mais aucun élément précis ne le prouve. Pour cette raison, nous avons considéré que son activité prenait fin à la date de sa dernière apparition dans notre documentation.

  • 161 AGS, K, 1472, f° 11, Monteleón au roi, 11 août 1616.

131L’étude de la durée de l’activité des agents doit aussi tenir compte du fait que ces personnages peuvent avoir été retournés pendant le laps de temps ainsi délimité (c’est le cas de Raffis, celui des Français de la « conspiration de Venise » : Jacques Pierre, Nicolas Renault et autres), ou, plus simplement, du fait qu’ils peuvent n’avoir eu que peu de contacts avec Madrid (c’est le cas de Guy de Lusignan, sieur de Lansac, qui affirme en 1616 être en relations avec Madrid depuis la paix de Vervins161). Un inventaire détaillé des activités des agents pourrait sans doute prendre en compte toutes les occurrences les mentionnant, mais ce travail dépasse le cadre de notre étude.

132La durée de la collaboration des espions avec la Monarchie Catholique indique dans une certaine mesure leur degré de fidélité envers le souverain espagnol. En effet, il est rare qu’un individu transmette des informations secrètes et soit en rapport avec l’ambassadeur pendant une longue période sans qu’il entre dans leur relation un rapport de dévouement, un attachement au service royal, ou, au minimum, une relation de confiance.

133Le graphique 21 (voir p. 405) prend en compte 231 agents, dont il a été possible de situer avec précision le début et la fin de l’activité en se fondant sur les dates des première et dernière occurrences de leur nom dans la documentation.

  • 162 AGS, E, 183, f° 74 : Résumé par Portalegre (Juan da Silva) de l’avis d’Assiyan, le 6 janvier 1599.
  • 163 AGS, K, 1439, f° 73, Mirabel à Ciriza le 22 avril 1624,

134On voit clairement qu’une grande partie des agents n’intervient que sur une courte période. Pour 81 d’entre eux, soit plus du tiers (35 %) de notre corpus d’espions, nous n’avons trouvé mention que d’un seul envoi de renseignements (ou d’une seule offre d’informations) sur toute la durée de leur activité. Il s’agit là d’informateurs occasionnels, qui transmettent une ou deux données qui sont venues à leur connaissance, souvent par hasard. Tel est le cas de Marin de Assiyan, soldat navarrais qui, prisonnier en Angleterre, profite de sa libération et de son passage par Brest et Paris pour envoyer des avis « prolifiques et variés », selon l’expression de Juan de Silva, marquis de Portalegre162, mais qui font l’objet d’une seule mention dans la documentation que nous avons étudiée. Les activités d’Antoine d’Ouville sont mieux connues : il communique au Conseil d’État des lettres d’ambassadeurs français. Cependant, là encore, nous ne possédons qu’un seul document attestant ce fait, et aucune autre pièce ne nous permet d’évaluer l’aide apportée par cet agent à la politique espagnole ou de décrire avec plus de précision son activité163.

Graphique 21. – Durées d’observation des informateurs et agents espagnols

  • 164 AGS, K, 145-1, f° 151, le roi à Diego de Irarraga le 26 août 1606 ; AGS, K, 1460, le 6 juillet 1606 (...)

135Quarante et un individus (soit 17,7 % du corpus) apparaissent à plusieurs reprises dans la correspondance diplomatique, pour une période ne dépassant pas un an. Le cumul des agents apparaissant une seule fois avec ceux ne collaborant pas plus d’une année montre que plus de la moitié (52 %) des correspondants ont une carrière d’espion très courte, ne dépassant pas les douze mois. Cependant, cette dernière catégorie ne paraît pas négligeable pour le renseignement de la Monarchie Catholique. Entre juillet et octobre 1606, García de Paredes, commerçant installé à Rouen, n’envoie pas moins de quatre avis sur le commerce de cette ville avec la Péninsule et les fraudes afférentes164. Certains de ces documents font allusion à une collaboration antérieure de Paredes avec Tassis, mais sans préciser de date, ni la nature des informations transmises alors.

  • 165 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 août 1606 ; AGS, E, 1103, f° 62, Benavente au roi le 3 mars 160 (...)

136La participation du capitaine Rossi, un Provençal, aux services secrets espagnols est mentionnée à quatre reprises, mais uniquement au cours de l’année 1606165. Pourtant son activité, résumée par ces documents, retrace un parcours original ; il sert le duc de Lerma plusieurs années, et c’est à ce titre que Benavente, le vice-roi de Naples, précise qu’il a été employé pour incendier des navires dans le port d’Alger. Puis, en mars 1606, son action à Venise paraît plus ambiguë. En août de la même année, Irarraga signale que le Capitaine a été arrêté en Provence pour espionnage ; il aurait essayé de livrer certaines places au Roi Catholique. Mais la situation se retourne : en septembre, Philippe III demande dans une dépêche à l’ambassadeur intérimaire des explications sur la libération de ce militaire, soupçonnant un retournement de Rossi par les autorités françaises.

  • 166 AGS, K, 1416, f° 63, Conseil d’État du 25 octobre 1633 sur les lettres du 31 juillet au 12 août de (...)

137Enfin, le cas du capitaine Gédéon nous montre l’ambassadeur Benavente aux prises, en des négociations ardues, avec un aventurier qui ne veut rien céder des prétendus secrets d’État qu’il détient avant d’avoir obtenu une « petite pension » (pensioncilla). L’homme n’hésite pas à s’adresser à d’autres dirigeants espagnols plus compréhensifs, allant trouver Nicolalde, un agent espagnol opérant en Angleterre, et le gouverneur de Milan, le marquis d’Aytona. En effet, Gédéon s’est ouvert à eux de secrets (que notre documentation ne dévoile pas). Ce jeu de « cache-cache » entre le militaire et le diplomate s’étend sur tout le deuxième semestre de l’année 1633, les échanges de dépêches entre Madrid et Paris permettant de suivre les détours de négociations qui n’avancent pas166.

138Ces agents dont la collaboration avec Madrid est de brève durée montrent bien l’attrait exercé par l’Espagne. Face au Roi Très-Chrétien, la Monarchie Catholique reste l’unique alternative. La plupart des mécontents, quelle que soit leur motivation, se tournent vers le roi d’Espagne pour obtenir ce qui leur a été refusé par le roi de France. Par ailleurs, ces hommes apportent une contribution essentielle au renseignement espagnol et constituent un vivier où se recrutent les agents stables.

139En effet, s’il est vrai qu’un agent sur deux ne travaille pas plus d’un an pour le renseignement espagnol (voir p. 407 le tableau 4), la durée moyenne de collaboration d’un espion est cependant de trois ans et dix mois. Cette donnée souligne le poids des agents permanents.

140Un quart pratiquement (24,24 %) des agents recensés travaillent entre un et cinq ans à l’information et à l’action souterraine de la Monarchie, tandis qu’un autre quart ou peu s’en faut (22,93 %) sont actifs pendant plus de cinq ans.

  • 167 Voir le répertoire des espions, respectivement pp. 615, 369 et 586.

141Parmi ces agents stables, on constate que, très logiquement, à mesure que la durée de l’activité augmente, le nombre des personnes travaillant directement pour le Roi Catholique s’accroît. Ainsi, sur les seize individus comptant plus de vingt années de collaboration, huit sont ce que nous pouvons appeler des « fonctionnaires » : Juan d’Arbelays est correo mayor d’Irún, Jacques Bruneau, secrétaire puis ambassadeur de Sa Majesté, Henri de Sauveulx, chapelain du roi, Manuel don Lope acquiert peu à peu une position officielle et Carlos Baudequin devient lieutenant de l’introducteur des ambassadeurs ; enfin, si les fonctions précises de l’ancien bandolero Antonio de Bardaxi restent inconnues, il travaille de façon permanente au service du roi, de même que Martín de Bustamente. Pour certains des membres de ce groupe, la fidélité au souverain et à son service a souvent pris des voies tortueuses, comme le montrent les carrières de Manuel don Lope, Sauveulx ou Carlos Baudequin167.

TABLEAU 4. – Répartition des agents espagnols selon la durée de leur activité

TABLEAU 4. – Répartition des agents espagnols selon la durée de leur activité

a Par rapport au total des agents recensés

  • 168 Sur les « maîtres-espions », voir chap. IX, pp, 416 sqq.
  • 169 Calcul effectué sur la base de données « Renseignements », à la condition que celle-ci concerne des (...)

142La correspondance diplomatique laisse supposer que les autres agents n’appartiennent pas directement à l’organisation de l’espionnage et du réseau diplomatique, bien qu’ils soient pensionnés ou stipendiés sur de longues périodes. Leur longue carrière conduit à penser qu’ils relèvent pour la plupart de la catégorie des « maîtres-espions168 », c’est-à-dire qu’ils réussissent à travailler et à vivre normalement tout en renseignant le Roi Catholique, et cela pendant plus de deux décennies. Relativement à leur nombre, ils fournissent au Conseil d’État et aux diplomates plus d’informations que les autres agents, soit 11,2 % des informations figurant dans notre base de données « Renseignements169 ».

143Exilés, proscrits ou fuyards, militaires à la solde du plus offrant ou soldats déçus par l’ingratitude de leur maître, anciens militants croyant en l’idéal catholique ou ligueurs désabusés, la grande majorité des agents secrets de l’Espagne ne sont nullement représentatifs de cette « normalité » sociale de l’Ancien Régime où dominent paysans et artisans. Leur marginalité souligne toutefois le rôle important joué par l’espionnage comme échappatoire à des situations personnelles sans issue. En dépit de leur faiblesse numérique par rapport à la masse de la société et de leur décalage par rapport aux structures sociales habituelles, les agents secrets, par leur simple présence, obligent les monarchies à compter avec eux, à étudier leurs propositions, à chercher des chemins de traverse aux pratiques officielles. Ils deviennent donc aussi des acteurs politiques, volontaires ou involontaires, manipulés ou manipulateurs. Leur activité entraîne, entre autres conséquences, une spécialisation et la technicité croissante du secret. En ce sens, leur emploi par la Monarchie Catholique n’est pas indifférent, car ces hommes participent à l’élaboration des rapports de force internationaux.

144Les différentes catégories d’agents, le degré d’implication, la durée, les motifs et les formes de leur intervention, tous ces divers paramètres peuvent varier dans une proportion considérable. Pour définir l’ossature du renseignement de la monarchie espagnole, il faut regarder vers les principaux agents, ces « maîtres-espions » dont la participation déborde largement le cadre de quelques avis et de quelques mois. Il faut retracer tant l’itinéraire biographique des principaux activistes que l’itinéraire géographique de l’espionnage espagnol.

Notes

1 L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, p. 52.

2 Le dossier AGS, K, 1469, comporte pour l’année 1614 des avis ou des notes sans date précise, et dont l’auteur est parfois inconnu, sur certains espions.

3 C’est le cas de Nicolas L’Hoste – alias « L’Andalou » – ou, plus tard, celui de Gérard de Raffis, qui se fait appeler Jérôme de Leyré ; voir A. Hugon, « L’affaire Nicolas L’Hoste », et du même auteur, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

4 A. Dewerpe, Espion, p. 15.

5 Pedro Ponce de León, Censura, Madrid, 1788, pp. 279-289, cité par J. A. Fernández-Santamaría, Razón de Estado y política en el pensamiento español del Barroco, p. 57.

6 Dominique Barthélémy et alii, De l’Europe féodale à la Renaissance et Philippe Ariès et alii, De la Renaissance aux Lumières, respectivement t. II (1985) et t. III (1986) de Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, 1985-1987 (5 vol.).

7 P. Preto, « Le “paure” della societá veneziana ».

8 M. Foucault, Surveiller et punir ; Roger Chartier et alii, La ville classique. De la Renaissance aux révolutions, t. III (1981) de Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, 1980-1985 (5 vol.).

9 A. Lebigre, La justice du Roi, p. 166.

10 V. Ginarte González, El conde de la Roca, pp. 261-263.

11 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 98 et 457.

12 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 42.

13 A-Ch. Kiss, Répertoire de la pratique française en matière de droit international public, t. VI, p. 94, doc 151 : Projet de loi contre l’espionnage et la divulgation d’objets, de documents et de renseignements intéressant la sûreté extérieure de l’État, présenté au nom de M. Armand Fallières, Président de la République française, par M. Joseph Caillaux président du Conseil, ministre de l’Intérieur et des Cultes, par M. Jean Cruppi, garde des sceaux, ministre de la Justice, et par M. Messimy, ministre de la Guerre [1911].

14 A.-Ch. Kiss, Répertoire de la pratique française en matière de droit international public, t. VI, pp. 97-99 (souligné par nous).

15 Cela bien qu’en 1637 la découverte d’une correspondance entre Anne d’Autriche et Madrid ait violemment opposé Louis XIII et son épouse.

16 A. Hugon, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis ».

17 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 495.

18 Montesquieu, L’Esprit des lois, livre XII, chap. XXIII du t.1 (1950) des Œuvres complètes, Paris, Nagel, p. 277.

19 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 1er avril 1610.

20 AGS, E, 1925, ffos 175-175, mémoire sur l’accord passé entre Pedro de Toledo et le colonel Alardo le 14 avril 1616.

21 AGS, E, 1490, s. f°, septembre 1607.

22 AGS, E, 1290, f° 36, le roi à Benavente le 21 août 1609.

23 Par exemple, AGS, E, 1290, f° 156, lettre de Lesdesma le 31 juillet 1601.

24 AGS, E, 2026, Conseil d’État, consulta du 1er avril 1610.

25 AGS, E, 1432, f° 98, Doria au roi le 28 juillet 1603.

26 BNM, ms. 8697, lettre du 22 décembre 1607.

27 F. Benigno, La sombra del rey, pp. 97-98.

28 Sur le thème de la cohésion en matière de secret d’État dans les sphères politiques et sur le problème de la forme de gouvernement en général, voir Jacques Fréymond, « Diplomatie secrète, diplomatie ouverte. Réflexions sur un thème connu », Relations internationales, 5, 1976, pp. 3-10.

29 AGS, K, 1608, f° 7, billet du duc de Lerma à Prada (30 octobre 1607) pour prévenir celui-ci que le roi veut qu’on étudie les dépêches de Martín de Bustamente ; suit l’avis de Bustamente.

30 BNM, ms. 18729/3, p. 505b,

31 Sur la cryptographie et les services secrets il l’époque moderne, voir P. Preto, I servizi segreti di Venezia, pp. 261-291 ; J. M. Aniel-Quiroga, « Influencia del humanismo en la diplomacia y los diplomáticos », p. 21, affirme que la création du cabinet du chiffre apparaît à Rome avec Sixte Quint (r. 1585-1590).

32 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 31 mars 1599.

33 AGS, K, 1665, f° 5, point 12, instructions à Baltasar de Zúñiga le 23 septembre 1603.

34 AGS, K, 143-5, f° 24, le roi à Monteleón le 18 mars 1618.

35 J. P. Devos, Les chiffres de Philippe II, pp. 62-63.

36 AGS, K, 1415, f° 84, Valençay demande à Olivares, au nom de Marie de Médicis, un chiffre pour correspondre avec l’Espagne par l’intermédiaire d’Aytona, ambassadeur aux Pays-Bas espagnols. La demande de la reine mère a-t-elle été acceptée ?

37 AGS, K, 1471, f° 24, fin janvier 1616, résumé des lettres de Monteleón.

38 Voir BNM, ms. 994 : ses services et les nombreuses lettres déchiffrées par ses soins.

39 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 30.

40 AGS, E, 1434, f° 35, Vivas au roi le 26 mai 1607.

41 AGS, E, 1934, ffos 12-21, janvier-février 1618.

42 AGS, K, 1416, f° 19, Conseil d’État, consulta du 24 mai 1633.

43 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 15, doc 45 : dans une lettre datée de Madrid (10 juin 1621), Philippe IV fait savoir à l’archiduc Albert que le chiffre utilisé jusqu’alors a été découvert. Le roi en envoie un nouveau, qu’il communique à Albert (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 185, f° 252).

44 AGS, K, 1415, f° 68, Pedro de Arce à Andrés de Rozas le 14 janvier 1632 ; AGS, E, 3447, f° 3, le roi au comte de la Roca le 14 janvier 1632.

45 AGS, E, 3821, f° 188, Conseil d’État, consulta sur des lettres adressées en juin et juillet 1632 par le cardinal Borgia.

46 AGS, E, 2998, f° 15, résumé des lettres du cardinal Borgia des 31 mars au 22 mai 1634, point 32 (lettre du 18 février 1634).

47 AGS, E, 3591, f° 76, 1633.

48 La recherche, dans les archives françaises, de documents concernant les Français ayant servi l’Espagne supposait des investigations quasiment impossibles dans le cadre de cette étude. Nous ne connaissons avec quelque précision que ceux dont les activités ont été découvertes et officiellement condamnées.

49 F. Hildesheimer, « Alphonse Lopez, le “Seigneur Hebreo” » ; H. Baraude, Lopez, agent financier et confident de Richelieu.

50 AGS, K, 1468, le 10 décembre 1613.

51 Pourcentage établi en excluant les espions dont l’activité ou la position sociale ne sont pas mentionnées dans la documentation. De plus, les clercs pouvant être nobles n’ont pas été pris en compte.

52 AGS, K, 1604, lettre de La Fontenelle au duc de Lerma le 31 décembre 1604.

53 Montbarot, gouverneur de Rennes, et le maréchal de Lavardin sont ses patents.

54 P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 206.

55 Les deux derniers nommés demandent à participer aux côtés des Archiducs à la guerre contre les rebelles protestants de Hollande. Pendant le règne d’Henri IV, on constate un phénomène symétrique chez les nobles protestants, qui sont nombreux à demander au roi de France l’autorisation d’aller combattre dans les rangs hollandais.

56 AGS, K, 1460, le 20 août 1607, Irarraga au roi.

57 AGS, K, 1452, le 2 mars 1607, Philippe III à Irarraga ; AGS, K, 1608, f° 2B, 20 janvier 1607, Irarraga au roi.

58 AGS, E, 1290, f° 14, Fuentes au roi le 27 janvier 1601 ; AGS, E, 1291, f° 83, Relacion de los avisos que trae la persona que se invio al baron de Lux, le 17 août 1602.

59 À ces quarante-deux militaires nous avons ajouté sept marins, dont l’activité mélange parfois le transport, le commerce et la guerre.

60 AGS, E, 1300, f° 8, lettre du grand commandeur de l’ordre de Montesa (Turin, 8 février 1610).

61 AGS, K, 1608, f° 35, Conseil d’État, consulta du 8 août 1609 sur les lettres de Cárdenas du 8 juillet.

62 Cela pose la question de la composition des tercios napolitains et de la présence ou de l’absence des soldats étrangers parmi ceux-ci. Dans une lettre au roi, Osuna s’inquiète de voir se multiplier dans la péninsule italienne des militaires français cherchant un enrôlement auprès des différents États italiens ; voir AGS, F., 1881, f° 29.

63 Frédéric Chapin Lane, Venise. Une république maritime, Paris, Flammarion, 1985, p. 526 (éd. anglaise : Venice. A Maritime Republic, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1973).

64 AGS, E, 1881, f° 108, copie de la lettre adressée par le capitaine Melchior Mangalet au duc d’Osuna de Venise le 27 octobre 1617.

65 Sur l’affaire Mérargues, voir BNF ; Fonds français, 4020 et 7595.

66 AGS, K, 1416, f° 63, Conseil d’État, consulta du 25 octobre 1633 sur les lettres de Benavente datées du 31 juillet au 12 août ; AGS, K, 1425, f° 62, le roi à Benavente le 7 novembre 1633.

67 AGS, K, 1453, le 16 juin 1612, et AGS, K, 1467, juillet 1612, f° 48.

68 AGS, K, 1472, f° 132, le 31 octobre 1616.

69 AGS, K, 1439, f° 73, Mirabel à Ciriza le 12 avril 1674.

70 AGS, K, 1440, f° 68, envoi d’une copie d’une lettre de Béthune à Cœuvres.

71 AGS, K, 1457, f° 226, le roi à Mirabel le 5 mars 1626.

72 Charles de Lorraine, duc d’Aumale, jugé criminel de lèse-majesté en juillet 1595 et écartelé en effigie en place de Grève, se retire aux Pays-Bas espagnols après la paix de Vervins. Pensionné de l’Espagne (AGS, E, 617), il obtient le gouvernement de Binche et celui de Mariemont.

73 AG S, E, 1291, f° 84, lettre de Fuentes du 20 août 1602 et f° 180.

74 AGS, E, 1490, Junta de Dos, séance du 15 octobre 1607. Philippe de Canaye, sieur de Fresnes (1551-1610) est alors ambassadeur de France à Venise ; plusieurs de ses lettres se trouvent dans le dossier AGS, E, 1292.

75 F. de Quevedo y Villegas, Obras Completas, t. II, pp. 822-823.

76 Ibid., t. I, lettre d’Osuna à Quevedo de Naples, le 12 juin 1617.

77 Ibid., t. II, pp. 1188-1194.

78 Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, éd. J. H. Elliott et J. F. de la Peña, t. II, pp. 184-190.

79 BNF, Fonds français, ms. 16.112 : correspondances de Barrault (de 1603 à 1608) et de Descartes (1608-1609), ffos 192-197.

80 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. XXX.

81 AGS, K, 1416, f° 8, Conseil d’État, consulta du 21 mars 1633 ; AGS, K, 1415, ffos 118-128, Conseil d’État, consultas des 10 novembre 1632 et 5 décembre 1632.

82 II faut prendre en considération sa rivalité avec l’autre représentant de Monsieur, le baron Du Guay (AGS, K, 1422, f° 53). ; voir aussi A. Gutierrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 49.

83 L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV ; P. Preto, I servizi segreti di Venezia ; M. A. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes.

84 AGS, K, 1471, f° 176, 9 juillet 1616 ; AGS, K, 1473, f° 193, fray Marco Antonio del Arco au roi ; AGS, K, 1473, f° 193.

85 AGS, K, 1431, ffos 34-35, lettre du vice-roi de Navarre Aguilar le 11 janvier 1619, et nombreux folios suivants.

86 AGS, K, 1431, f° 49, Ciriza au prieur du couvent de Saint-Pierre Martyr.

87 AGS, E, 1919, f° 76, lettre du duc de Feria au roi le 28 décembre 1618.

88 AGS, K, 1412, Conseil d’État, consulta du 14 juin 1616 sur les lettres des 18, 19, 30 et 31 mai de l’ambassadeur Monteleón ; AGS, K, 1471, ffos 94-96, Monteleón au roi le 26 avril 1616.

89 Voir par exemple AGS, K, 1462, ffos 62, 119 et 12, sur les rapports entre Ubaldini et Cárdenas en 1610.

90 AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas les 10 juillet 1610 et 9 septembre 1610.

91 AGS, K, 1605, 27 octobre 1602, lettre de Tassis sur l’entretien de Robert Parsons ; AGS, K, 1481, f° 5, 10 janvier 1627, lettre de Mirabel au roi sur l’entretien pour le religieux anglais Daniel Drotese.

92 AG S, E, 634, f° 12, année 1602,

93 AGS, K, 1435, f° 73, le 21 septembre 1627 ; R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 106. Sur le traité de Groleau, voir le chap. 11, p. 103.

94 AGS, K, 1605, Tassis le 28 septembre 1602.

95 Par exemple AGS, E, 2862, lettre du père Joseph de Elizondo le 7 mai 1619 ; AGS, E, 1928, ffos 275-277, sur les religieux portugais qui se rendent à Venise pour s’y convertir au judaïsme.

96 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 48.

97 AGS, K, 1605, Tassis le 28 septembre 1602.

98 AGS, K, 1460, Irarraga le 21 octobre 1606.

99 AGS, K, 1452, Philippe III à Irarraga le 2 mars 1607.

100 AGS, K, 1460 (6 juillet 1606 : don Garda de Paredes à Diego de Irarraga ; 8 juillet 1606 : Irarraga au roi ; 30 septembre 1606 : Irarraga au roi) ; AGS, K, 1451, f° 151, le roi à Irarraga le 26 août 1606.

101 AGS, E, 1934, f° 60, Vivas au roi le 23 août 1618 ; f° 63 ; AGS, E, 1934, f° 204, Vivas au roi le 19 mai 1619 et f° 276, le 21 janvier 1619.

102 AGS, K, 1461, les 16 et 19 janvier 1609.

103 AGS, K, 1477, ffos 150-151, Mirabel à Ciriza le 26 novembre 1620 ; AGS, K, 1431, f° 113, Conseil d’État, consulta du 11 décembre 1620 sur une lettre de Mirabel du 26 novembre.

104 AGS, E, 3337, f° 55, Conseil d’État, consulta du 22 avril 1632 et f° 56, lettre de Pompeo Tarragoni au roi, Milan le 15janvier 1632.

105 AGS, K, 1474, f° 67, Monteleón à Ciriza le 25 mars 1618, et AGS, K, 1471, ffos 1, 3, 5, 78 et 80, année 1616.

106 G. Colás Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 272 ; G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, chap. XXVII et XXIX.

107 AGS, K, 1606, ffos 176-177, année 1604 ; AGS, K, 1477, f° 160, Antonio de Bardaxi, le 21 décembre 1620.

108 Sur notre corpus de 233 espions, 78 individus (soit 34,47 %) vivent en exil. Le chiffre véritable est peut-être supérieur car nous ne connaissons pas l’origine d’un certain nombre d’agents.

109 En 1601, les « gens de la nation » sont autorisés à quitter le pays en emportant leurs biens en échange du versement de 170.000 cruzador ; en 1607, un pardon général leur est accordé moyennant 1.700.000 cruzados, etc. ; voir C. Hermann et J. Marcadé, La péninsule Ibérique au XVIIe siècle, p. 318.

110 Depuis l’Acte de Suprématie de 1559, la législation n’a cessé de renforcer les mesures contre les catholiques, la remise en cause de l’ordre établi dans le domaine religieux étant depuis 1571 assimilée à un crime de haute trahison. Entre 1558 et 1606, les Récusants doivent obtenir une autorisation pour quitter le pays.

111 Sur les subsides que la Monarchie Catholique leur fournit, voir AGS, E, 612, 617 et 2227.

112 AGS, E, 342, ffos 217-218, le duc de Maqueda, novembre 1595 ; AGS, E, 1430, f° 240, Doria au roi, août 1600 ; AGS, K, 1605, Tassis, le 6 mars 1602. Sur Casaux, voir le répertoire des espions, p. 592.

113 AGS, E, 1101, f° 61 ; AGS, E, 1283, ffos 93-94.

114 AGS, K, 1593, Conseil d’État de 1618 (placé après le folio du 30 août, s. d.) ; AGS, K, 1455, f° 62, le 22 septembre 1618 ; AGS, K, 1431, f° 20.

115 AGS, K, 1426, f° 96, junte spéciale du 12 janvier 1608 ; AGS, K, 1432, le roi à Irarraga, le 11 novembre 1607 ; AGS, E, 1490, Junta de Dos du 15 octobre 1607.

116 La carrière d’Antonio Pérez est retracée en détail au chap. IX, pp. 435-436.

117 G. Marañón, Antonio Pérez.

118 Médecin réputé et historien, Gregorio Marañón, avait déjà mis en oeuvre, avant la Guerre civile, une approche psycho-historique dans son ouvrage sur Olivares (G. Marañón, El conde-duque de Olivares o la pasión de mandar). Puis, pendant plusieurs années, il travaille à une vaste biographie d’Antonio Pérez. Or, le choix de ce sujet et le moment de sa rédaction ne sont pas indifférents. Marañón s’était lui-même condamné à l’exil pour ne pas cautionner le régime militaire franquiste, choisissant de vivre à Paris tout en effectuant des séjours en Amérique latine. Son ouvrage sur Pérez sort des presses argentines en 1943 (G. Marañón, Antonio Pérez). Les commentaires et analyses de Marañón sur les infidélités de Pérez, son double jeu, ses difficultés à trouver des ressources laissent affleurer l’amertume des sentiments de l’auteur envers l’Espagne et la nostalgie, typique d’un exilé, qu’il ressent pour son pays. Pérez est en quelque sorte le miroir de Marañón, et la situation de ce dernier éclaire parfaitement celle du déraciné. Ainsi, à propos des pouvoirs que l’on prêtait à Pérez après sa fuite, Marañón note, p. 222 : « C’est toujours la même histoire : on décrie les exilés et ensuite on leur attribue des pouvoirs fantastiques... » (« Es la historia de siempre : se desprecia a los exilados y luego se les atribuye fantásticos poderes... »). Décrivant la vie quotidienne de celui qui abandonne sa terre et les siens, il montre le lent processus de dégradation de l’homme éloigné par force de ses origines. Il s’agit en fait de la biographie d’un exilé politique réalisée par un autre exilé politique à trois siècles et demi de distance. Mais le jeu de miroir historiographique ne s’arrête pas là : sous la dictature franquiste, en 1969, Marañón lui-même a fait l’objet d’une étude (P. Laín Entralgo, Gregorio Marañón). Son auteur, Pedro Laín Entralgo, est aussi un homme aux idées bien arrêtées. Phalangiste, membre du groupe Presse et Propagande du Mouvement, puis directeur de la Editora Nacional jusqu’aux années 1944 et enfin fondateur de la revue Escorial, il tente alors une ouverture vers des auteurs moins conformistes. Devenu recteur de l’université de Madrid, Laín Entralgo donne sa démission en 1956 à la suite de la violente répression des manifestations étudiantes. (Ces indications biographiques sur P. Laín Entralgo nous ont été aimablement fournies par Irène Da Silva, auteur d’une thèse consacrée à La « Editora Nacional » sous le franquisme [à paraître]). Cette chaîne de la recherche de la liberté à travers une quête dans le passé démontre l’importance prise par l’espace créé par la proscription politique, espace dont l’ambiguïté même est à l’origine de l’intérêt qu’il soulève. À l’image de Marañón, qui en septembre 1943 accepte de retourner en Espagne en s’engageant à garder le silence dans le domaine politique, les bannis vivent en permanence un équilibre instable entre leur opposition à un régime ou à un souverain et leur désir de retrouver leur pays.

119 Voir par exemple la réponse de Creswell à une accusation de Jacob Badesfort selon laquelle c’est seulement pour l’argent qu’il travaillerait avec les ministres de S. M. ; Creswell nie devant le Conseil d’État, et dans sa réponse Badesfort affirme n’avoir jamais lancé une telle accusation (AGS, E, 2858, f° 122, le 9 octobre 1612).

120 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, p. 131 (source : AGS, E, 3838, 26 janvier 1637).

121 AGS, K, 1606, Zúñiga au roi le 16 avril 1604.

122 AGS, K, 1480, ffos 10-14, Mirabel au roi le 27 mars 1623, point 14.

123 AGS, K, 1444, f° 12, Irarraga à Olivares le 19 juillet 1627.

124 AGS, E, 1897, f° 47, Conseil d’État, consulta du 31 décembre 1600.

125 AGS, K, 1480, ffos 58-60, Mirabel au roi le 11 décembre 1625.

126 AGS, K, 1415, f° 95, Conseil d’État, consulta du 12 août 1632.

127 AGS, K, 1455, f° 168, le roi à Girón, le 29 avril 1620.

128 AGS, K, 1432, f° 90, Conseil d’État consulta du 5 octobre 1623.

129 AGS, K, 1424, f° 129, le roi à l’Infante le 12 décembre 1633.

130 AGS, K, 1425, f° 34, le roi à Benavente le 13 juillet 1633.

131 AGS, E, 1306, f° 82, Conseil d’État, consulta du 30 août 1616 sur une lettre du 7 juillet du marquis de Villafranca.

132 AGS, K, 1458, f° 24, lettre du roi à Mirabel le 22 février 1627.

133 AGS, K, 1458, f° 27, le roi au marquis de Tabara le 27 février 1627.

134 AGS, K, 1419, f° 79a, Du Périer à Ciriza le 23 juin 1624.

135 Ces chiffres portent sur l’effectif total, il est clair que parmi les 233 espions recensés, rares sont ceux dont la correspondance indique leur confession. De plus, l’identification des marranes est souvent compliquée par le fait que la plupart des Portugais des ports et cités de l’étranger sont réputés appartenir « à ceux de la nation ».

136 Dans le graphique 20, l’importance particulière des effectifs d’agents pour l’année 1598 est due au fait que nous avons considéré que les espions qui servaient déjà avant cette date ont commencé leur service au début de la période que nous étudions.

137 AGS, K, 1624, f° 21, le roi à Mirabel le 22 avril 1631.

138 S. Dupleix, Histoire de Henry le Grand, p. 518 ; P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, p. 294.

139 AGS, K, 1426, f° 14, Conseil d’État, consulta du 16 décembre 1600.

140 AGS, K, 1472, f° 11, Monteleón au roi le 11 août 1616.

141 AGS, K, 1433, f° 66, Conseil d’État, consulta du 28 septembre 1625.

142 AGS, K, 1446, Conseil d’État, consulta du 19 janvier 1629.

143 AGS, K, 1419, f° 79a, Du Périer à Giriza le 23 juin 1624 (texte en français).

144 AGS, E, Milan, 1453, f° 155, Vivas le 27 janvier 1606.

145 AGS, K, 1607, Conseil d’État, consulta de septembre 1606 sur des lettres d’Irarraga, secrétaire de l’ambassade de France.

146 AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 19 décembre 1607.

147 AGS, E, 3830, f° 105, le 6 mars 1632.

148 AGS, K, 1426, f° 13, Conseil d’État, consulta du 9 décembre 1600.

149 AGS, K, 1478, ffos 162-163, Mirabel au roi le 5 décembre 1621.

150 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, pp. 255-256, lettre 582 (source : AGS, E, 2025, Conseil d’État, consulta du 19 juin 1607).

151 Fils du duc de Mayenne (+ 1611) et d’Henriette de Savoie, il devient gouverneur d’Île-de-France à la mort de son père.

152 Catherine de Lorraine, épouse du duc de Nevers, morte en 1618.

153 AGS, E, 1296, f° 222, Oñate au roi de Turin le 10 mars 1606.

154 Voirie chap. VII, p. 323.

155 Sur Marie Vignon et le colonel Alardo, voir le chap. IX, pp. 450-453.

156 Avant tout calcul du temps passé par un agent au service de l’Espagne, il convient de résoudre un problème posé par la multiplicité des avis que reçoit le Conseil d’État : doit-on considérer une simple information sur le commerce comme relevant de l’activité de renseignement ? Faut-il sélectionner seulement les avis provenant de personnages déjà connus ? Appliquer la première méthode reviendrait à prendre globalement en compte la plupart des données de la correspondance diplomatique, tâche impossible. Le choix de la seconde formule exclut de fait les individus non encore identifiés... Pour éviter ces deux écueils, nous avons décidé de prendre en considération toute action ou toute information, de quelque agent qu’elle provienne, lorsqu’elle porte sur des contraventions, sur des domaines prohibés par ou stratégiques pour la Couronne, terrains de prédilection des informateurs. Ainsi, les personnes fournissant des informations de type militaire, géographique, économique (quand celles-ci concernent des fraudes) ou politique (quand il s’agit d’actions occultes : négociations secrètes, pressions exercées par des factions au pouvoir, corruption d’individus) ont été prises en considération.

157 AGS, K, 1605, le capitaine Launay à Tassis le 8 avril 1602.

158 AGS, Guerra Antigua, 727, lettre écrite depuis Carthagène d’Espagne le 15 décembre 1608 par le capitaine Julien Launay-Longaban (information aimablement communiquée par J. J. Ruiz Ibáñez).

159 AGS, E, 2862, lettre adressée à Ciriza par Launay-Longaban (Carthagène, 23 octobre 1616).

160 A. Girard, « Notes sur les consuls étrangers en Espagne avant le traité des Pyrénées », p. 126.

161 AGS, K, 1472, f° 11, Monteleón au roi, 11 août 1616.

162 AGS, E, 183, f° 74 : Résumé par Portalegre (Juan da Silva) de l’avis d’Assiyan, le 6 janvier 1599.

163 AGS, K, 1439, f° 73, Mirabel à Ciriza le 22 avril 1624,

164 AGS, K, 145-1, f° 151, le roi à Diego de Irarraga le 26 août 1606 ; AGS, K, 1460, le 6 juillet 1606, le 8 juillet 1606, le 30 septembre 1606, le 18 octobre 1606.

165 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 15 août 1606 ; AGS, E, 1103, f° 62, Benavente au roi le 3 mars 1606 ; AGS, K, 1451, f° 153, le roi à Diego de Irarraga le 30 septembre 1606.

166 AGS, K, 1416, f° 63, Conseil d’État du 25 octobre 1633 sur les lettres du 31 juillet au 12 août de Benavente ; AGS, K, 1422, ffos 81-82, Conseil d’État, consulta du 27 octobre 1633 et résumé des dépêches de Monteleón ; AGS, K, 1425, f° 62, le roi à Benavente le 7 novembre 1633.

167 Voir le répertoire des espions, respectivement pp. 615, 369 et 586.

168 Sur les « maîtres-espions », voir chap. IX, pp, 416 sqq.

169 Calcul effectué sur la base de données « Renseignements », à la condition que celle-ci concerne des espions (976 occurrences). Les agents ayant travaillé plus de vingt ans ans pour l’Espagne fournissent no de ces occurrences.

Table des illustrations

Légende Graphique 14. – Répartition chronologique des renseignements impliquant des agents d’origine noble
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graphique 15. – Répartition chronologique des actions impliquant des agents d’origine noble
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Graphique 16. – Activité et position sociale des agents et informateurs de la Monarchie Catholique (nobles inclus)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Graphique 17. – Activités des agents et informateurs de la Monarchie Catholique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Graphique 18. – Motivations des agents de l’EspagneN. B. Les agents dont les motivations ne sont pas connues ne sont naturellement pas pris en compte dans ce graphique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Graphique 19. —Espions travaillant pour des raisons financières : chronologie (début et fin) de leur activité au service du renseignement espagnolN. B. Pour chaque agent, nous avons noté les dates de ses première et dernière apparitions en tant qu'espion dans la correspondance diplomatique espagnole
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graphique 20. – Espions travaillant pour des motifs religieux : chronologie (début et fin) de leur activité au service du renseignement espagnol. (Pour chaque agent, nous avons noté les dates de ses première et dernière apparitions en tant qu’espion dans la correspondance diplomatique espagnole.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Graphique 21. – Durées d’observation des informateurs et agents espagnols
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 4. – Répartition des agents espagnols selon la durée de leur activité
Légende a Par rapport au total des agents recensés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search