Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Troisième partie. Les amis des rois d'Espagne

Chapitre vii

Des princes à la recherche du fil d’Ariane

Texte intégral

1Entre 1559 et 1661, l’agitation aristocratique est une constante de l’histoire française. Des guerres de Religion à la prise du pouvoir par Louis XIV, la noblesse constitue un facteur déterminant de la lutte sociale et politique. Ainsi, pendant les quarante années de déchirements nationaux de la deuxième moitié du XVIe siècle, les querelles religieuses demeurent étroitement liées aux luttes des clans aristocratiques entre eux, dans leurs rapports avec le pouvoir et par leur quête de l’appropriation du surplus paysan par le biais des rentes seigneuriales. Ce thème des révoltes du second ordre du Royaume est donc propre à notre période. Il se prolonge aussi par la suite, depuis la conspiration de Cinq-Mars jusqu’à la Fronde, quand la complexité des intérêts de chaque parti, de chaque clan ou de chaque famille brouille la lisibilité de l’événement. Il faut donc attendre la grande remise en ordre de 1661 pour assister à la mise au pas de cette élite rebelle. Les termes mêmes paraissent antinomiques toute société est dirigée par ses élites ; or, les années 1559-1661 se caractérisent justement par une opposition régulière, des conjurations contre le pouvoir et des insurrections armées organisées par ceux-là mêmes qui prétendent être la tête du Royaume. L’aristocratie n’hésite pas à prendre les armes – « noblesse oblige » – pour démontrer sa vertu. Dans les rapports de force politiques, la noblesse intervient pour conserver ou améliorer son rang et son statut et, à certains moments, elle se trouve alliée à d’autres forces politiques et sociales : le clergé, la noblesse de robe ou le souverain. Quand ses intérêts divergent, elle se divise face au pouvoir royal et éclate en différentes factions. À l’intérieur même de cet ordre, les différents intérêts dépendent tout autant de l’appartenance à la haute aristocratie, à la noblesse seconde ou à la petite noblesse que de l’adhésion à tel ou tel des réseaux de clientèle dont les factions sont issues.

  • 1 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

2D’autre part, les guerres de la deuxième moitié du XVIe siècle ont contribué à l’élaboration du sentiment national en France. Par la suite, l’identification des régnicoles avec leur souverain a été encore renforcée par trois années de conflit avec l’Espagne (1595-1598). À partir du début du XVIIe siècle, il apparaît plus dangereux de rompre ce lien de fidélité. Doit-on aller jusqu’à parler d’espionnage, de trahison ou de félonie à propos des princes français en rupture de fidélité ? Avant de pouvoir répondre à cette question, il faut décrire et expliquer les différents mouvements de contestation nobiliaire. Nous ne nous intéresserons pas à toutes les rébellions – ce qui nous éloignerait trop de notre champ d’étude1 –, mais seulement à celles qui impliquent des contacts, et souvent aussi des soutiens, de la part de la monarchie hispanique.

I. - Un difficile retour à l’ordre (1598-1610)

3En 1598, la situation est encore trouble. La paix de Vervins règle le contentieux politique mais elle n’a pas effacé les amertumes, tant entre les deux couronnes qu’à l’intérieur même de la société française. Divisée pendant cinquante ans entre politiques, ligueurs et protestants, la noblesse n’oublie ni les sacrifices qu’elle a consentis pendant cette période ni les bénéfices qu’elle en a retirés. Aumale a refusé de s’accommoder avec Henri IV. Mercœur a sollicité l’autorisation de combattre aux côtés des Habsbourg contre le Grand Turc. D’autres lignages se sentent lésés. Malgré l’édit de Nantes, de nombreux protestants, tel Agrippa d’Aubigné, sont déçus par la conversion du Roi et par la distance que celui-ci a prise par rapport à ses anciens coreligionnaires.

  • 2 Cl. Michaud, « Finances et guerres de Religion en France ».

4Enfin, les finances françaises de tout ordre – qu’elles soient royales, seigneuriales ou ecclésiastiques2 – sortent de ces guerres en piteux état, délabrées, accaparées par des puissances particulières. Les différents groupes dirigeants tentent, une fois la paix revenue, de consolider leur position ou de revenir à la situation d’avant 1562. Le partage de l’impôt fait l’objet de toutes les convoitises. Tels sont les divers éléments à prendre en compte pour appréhender la question de l’infidélité nobiliaire.

L’affaire Biron3

  • 3 Cette conspiration est un des sujets souvent traité par l’historiographie : M. Philippson, Heinrich (...)
  • 4 M. Philippson, Heinrich IV und Philipp III, t.1, p. 94, assure que Biron forme des projets avec l’E (...)

5À la signature du traité de Vervins, les contacts de l’Espagne avec la noblesse française ne cessent pas pour autant. Ils se poursuivent pendant les deux premiers tiers du XVIIe siècle, prenant à chaque fois des aspects différents et originaux. La première grande conspiration aristocratique naît du contexte particulier de la fin des conflits religieux et des inquiétudes nobiliaires de reclassement. Comme beaucoup de grands seigneurs, le maréchal de Biron, protagoniste de l’affaire, ne met pas fin du jour au lendemain à ses singulières activités. Le combattant de Fontaine-Française et de La Fère, celui qui seconda brillamment Henri IV à Amiens, continue en effet à discuter avec les représentants espagnols après le règlement du conflit4.

  • 5 AGS, E, 1285, f° 153, lettre de Lodosa au roi le 13 mai 1598.

6Un mois avant la signature du traité de Vervins, deux lettres écrites en Italie les 13 et 26 mai 1598 attestent le double jeu de Biron, insistant sur les « offres du maréchal de Biron et les soutiens qu’il propose pour faire la guerre en France5 ». Les représentants espagnols s’affirment toujours prêts à écouter d’éventuelles propositions d’action contre le roi de France, mais ils se défient du Maréchal. Une description datée de 1596 et adressée aux autorités des Pays-Bas espagnols le dépeint ainsi :

  • 6 AGS, E, 612, f° 141, avis de Flandres, 1596.

Homme plus audacieux que considéré, il n’a guère ou pas de discipline. Il est courageux et l’homme possède l’ambition d’aspirer à la grandeur par quelque chemin que ce soit. Il est arrogant et très sentencieux. Il parle avec beaucoup de liberté de tout type d’affaires et il se promet que, par crainte ou de bonne grâce, le Béarnais lui rende les honneurs et lui donne une bonne place. C’est l’opinion générale que Béarn le craint plus qu’il ne l’aime, et, ainsi, on considère que, pour quelque mouvement que ce soit dans ce Royaume, il est l’homme le plus en vue. On ne pourra que mieux le gagner et le disposer à faire quoi que ce soit en lui promettant la grandeur6.

7Portrait peu aimable, mais dont l’emploi politique est clair : pour l’Espagne, Biron constitue le levier presque indispensable de toute politique d’affaiblissement intérieur du royaume voisin.

8La clientèle de Biron est imposante. En Bourgogne et dans le Sud-Ouest du royaume, ses fiefs, ses relations et ses dépendants apparaissent particulièrement nombreux. Les alliances familiales complètent ses denses réseaux de type féodal et assurent à tous sa protection. Parent du duc de Montmorency, beau-frère du duc de La Force par le mariage de sa sœur, Biron semble intouchable, surtout depuis qu’il a été fait duc et pair en 1598. Dans le cadre du retour à l’ordre, le Maréchal tente de profiter des problèmes politiques avec la Savoie et des difficultés économiques au moment où le pouvoir recherche des ressources supplémentaires par la création d’un nouvel impôt, la pancarte.

9Dans ses relations avec les agents espagnols, le thème prédominant ne porte pourtant pas sur ces questions, ni même sur la quête de grandeur de sa maison, mais sur la crainte d’une victoire du protestantisme en France. Entre 1600 et 1602, il entre en pourparlers avec les agents de la Monarchie à Turin et Milan par le biais de ses secrétaires ou de ceux de ses proches, tels Jacques La Fin et Edme de Malain, baron de Lux, Renazé, Charles Hébert et Nicolas Picoté. La correspondance espagnole ne cite que rarement le nom des personnages autorisés à négocier. Notons tout de même que ce sont les principaux intermédiaires dans ces discussions.

  • 7 Ce traité n’est-il « qu’un expédient pour gagner du temps et laisser la conspiration se développer  (...)

10Refusant le nouvel ordre politique, Biron entame des tractations avec le duc de Savoie lorsque, pendant l’hiver 1599-1600, Charles-Emmanuel s’engage à Paris à restituer Saluces dans un délai de deux mois7. C’est ce que signale une dépêche de l’ambassadeur espagnol à Turin :

  • 8 AGS, E, 1289, f° 9, Lodosa, ambassadeur à Turin, à Philippe III le 16 juin 1606.

La première chose que me dit le duc [de Savoie] est que, lorsqu’il était à Paris, plusieurs des principaux nobles de France – qui seraient jusqu’à vingt et dont je tais les noms ici, car le Duc m’a dit avoir envoyé à V. M. un mémoire de tout cela – lui dirent qu’ils avaient peu de satisfaction de la chrétienté du roi de France, que si V. M. leur donnait quatre cent mille ducats, ils se soulèveraient et feraient la guerre et que leur intention est de faire un Roi qui soit catholique [...]. Il a paru au Duc qu’il ne serait pas mauvais d’aventurer quatre cent mille ducats8.

11Le motif invoqué est bien d’ordre religieux. À la veille de l’invasion des troupes d’Henri IV chargées de récupérer Saluces, le duc de Savoie est flatté par une telle proposition, qu’il ne peut qu’encourager. Du point de vue espagnol, nous avons vu que le soutien à Charles-Emmanuel apporte la sécurité des passages et de l’approvisionnement des Pays-Bas en troupes espagnoles via le « chemin de ronde ». Le Duc demeure parfaitement conscient de l’importance stratégique de son duché et espère entraîner l’Espagne dans sa lutte contre le roi de France.

12Au cours de la guerre franco-savoyarde, le Royaume ne connaît aucune révolte. Biron n’en adopte pas moins une attitude pour le moins équivoque car, mécontent de n’avoir pas obtenu du roi le gouvernement de la citadelle de Bourg-en-Bresse, il retarde la prise du fort de Sainte-Catherine, dans la Savoie ducale.

  • 9 A. Dufour, « La paix de Lyon et la conjuration de Biron », p. 432.
  • 10 AGS, E, 1290, f° 4, Fuentes au roi le 1er janvier 1601.

13La défaite militaire de Charles-Emmanuel ne met pas fin aux manœuvres souterraines. A. Dufour a montré que la valse des hésitations et retournements du duc de Savoie, lors de ses négociations avec le gouvernement français, est en relation directe avec son espoir de voir une révolte éclater contre Henri IV9. Les courriers échangés entre Milan, l’ambassade espagnole de Turin et l’Espagne le confirment. Le 1er janvier 1601, Fuentes et Ledesma avertissent Philippe III de l’arrivée de l’envoyé de Biron et d’une rencontre à Ivrea, où l’émissaire français dresse la liste des conjurés10.

  • 11 L. Cano de Gardoqui, La conspiración de Bitron, pp. 38-45.
  • 12 AGS, E, 1290, f° 14, Fuentes au roi le 27 janvier 1601 ; AGS, E, 1897, f° 115, Junta de Cuatro, le (...)

14Une entrevue entre Charles-Emmanuel, Fuentes, Ledesma et La Fin (envoyé de Biron) débouche sur les accords de Soma, conclus le 27 janvier 1601. Peu auparavant (le 17 janvier), le traité de Lyon était signé avec la France, contre la volonté du duc de Savoie, par ses négociateurs informés d’une reculade du Maréchal face à Henri IV. Selon le réquisitoire du procureur La Guesle au moment du procès de Biron (juin 1602), les accords de Soma stipulaient le dépeçage du royaume de France, avec, en plus, la proposition d’en modifier les lois fondamentales. Les gouverneurs des provinces deviendraient électeurs du roi de France. Le principal conjuré s’assurerait un mariage avec une Habsbourg et recevrait un État bourguignon ; en cas d’échec, l’Espagne lui garantirait sa protection. En fait, les documents émanant de Fuentes et de Lesdesma démentent ces assertions émises par l’accusation française11. Seul le projet de révolte générale des « bons catholiques » et l’attribution de subsides, cinq cent mille écus à Biron, apparaissent dans les lettres de Fuentes et Ledesma sur la rencontre de Soma12.

  • 13 Sur celle-ci, voir le numéro spécial, déjà cité (n. 3), de la revue Cahiers d’histoire (2001).
  • 14 AGS, E, 1290, f° 29, Fuentes le 24 mars 1601.
  • 15 AGS, E, 1290, f° 40, s. d., intitulé Relacion sumaria de las conclusiones que se han sacado del abo (...)
  • 16 Le « ministre » visé est peut-être Pedro de Franqueza, secrétaire de Lerma.

15La paix de Lyon13 anéantit donc momentanément les espoirs de rébellion, mais rapidement les tractations reprennent. Alonso Casati (ou Casal) se rend auprès de Biron et d’autres grands seigneurs en mars 160114. Il obtient de Biron un mémoire. Dans ce document, le Maréchal se plaint de la signature de la paix de Lyon par le duc de Savoie et du serment de respecter la paix de Vervins que Philippe III doit prêter cette année-là. Pourtant, il se dit prêt à continuer de travailler pour l’Espagne avec ses amis, afin de prévenir des menées françaises. Il propose de saboter les efforts militaires d’Henri IV, le temps d’attendre la rupture entre les deux couronnes. En échange, il souhaite une confirmation de la protection espagnole à partir de la Franche-Comté. S’il adopte l’idée de lever deux mille hommes pour préparer une diversion, il réclame en contrepartie trente mille écus d’or et la main d’une fille de Charles-Emmanuel pour prix de sa collaboration15. Enfin, le Maréchal se mêle de basses besognes, dénonçant à l’Espagne le fait que le comte de La Rochepot « a des intelligences avec un ministre, car il avise le Roi très à temps de tout ce qui se traite là-bas16. »

16Ce plan, de même que l’accord de Soma peu de temps auparavant, reste à l’état d’ébauche. En 1601, Biron part pour le Sud-Ouest, puis en mission diplomatique afin de représenter son souverain en Suisse et en Angleterre. Cela n’empêche pas les dirigeants espagnols d’Italie de continuer leurs activités subversives auprès du parti catholique français, ni Fuentes de recevoir des félicitations du Conseil d’État pour sa politique d’agitation :

  • 17 AGS, E, 1897, f° 94, le Conseil d’État du 3 novembre 1601.

Tout m’a paru très bien dirigé, et j’ai vu par ce que vous m’écrivez que l’on est arrivé au point où je me trouve obligé de ne pas cesser de protéger ces catholiques, car ce Roi leur nuit tellement, ainsi qu’à la religion catholique, que celle-ci est manifestement menacée d’extinction dans ce royaume et que les voisins souffrent de cette contagion17.

17Ces assertions ne relèvent pas de la rhétorique. Les Espagnols demeurent convaincus que le Béarnais et ses sympathies protestantes représentent une menace pour la sainte foi. Lorsque Fuentes réussit à convaincre le duc de Savoie d’accueillir des garnisons espagnoles dans son duché, la victoire devient politique, car il protège ainsi le chemin espagnol ; mais il a toujours à l’esprit l’établissement d’un cordon sanitaire qui circonscrive les hérétiques.

  • 18 François de Balsac d’Entragues, gouverneur d’Orléans, épousa en secondes noces Marie Touchet, maîtr (...)
  • 19 Henri de Bourbon, duc de Montpensier, meurt en 1608.
  • 20 AGS, E, 1290, f° 190, mémoire de Roncas et d’Alonso Casati.
  • 21 AGS, E, 1291, f° 41, s. d. et sans auteur.
  • 22 AGS, E, 1291, f° 162.
  • 23 AGS, E, 1291, f° 83, le 18 août 1602, ce dernier promet de remettre des places à l’Espagne.
  • 24 AGS, E, 1291, f° 155, le 14mars 1602.
  • 25 AGS, E, 1291, f° 40, Fuentes le 13 avril 1602.

18À la fin de l’année 1601, Charles Hébert, le secrétaire de Biron, arrive auprès de Fuentes. Les discussions reprennent. Un nouveau mémoire d’Alonso Casad, non daté mais écrit entre le milieu et la fin de l’année 1601, souligne l’ampleur du mécontentement. Épernon a failli être assassiné par le roi de France ; pour leur part, Auvergne, Entragues18 et Montpensier19 sont directement nommés parmi les « amis »20 de l’Espagne. En mars 1602, un envoyé du Maréchal se rend de nouveau dans le Nord de l’Italie. La rumeur court qu’un Conseil royal composé d’hérétiques a décidé de déclarer la guerre à l’Espagne21. Les protestants, dans leur assemblée de Sainte-Foy, apparaissent de plus en plus menaçants aux « bons catholiques ». En mars-avril 1602, les documents espagnols affirment qu’on peut compter sur l’appui d’Épernon, Biron, Montpensier, Lux, Auvergne22 et Joinville23. On songe à faire enlever Condé par son oncle le duc de Montmorency pour tenir un prince de sang héritier potentiel de la couronne (le Dauphin naît en septembre 1601). Les protestants Bouillon et La Trémoille, fort mécontents d’Henri IV, ne sont pas négligés et les lettres et mémoires espagnols espèrent leur ralliement. On propose de fortifier Perpignan pour venir en aide à Épernon lorsqu’il se révoltera24. Enfin, des mariages sont envisagés pour sceller d’hypothétiques accords : le duc de Savoie donnerait à Condé sa fille aînée et une autre à Biron25. Tous ces plans, vagues, brouillons et désordonnés, se fondent sur le danger imminent d’un raz-de-marée hérétique et sur une résistance à celui-ci escomptée de la part des principaux princes du Royaume. A posteriori, de telles prévisions apparaissent irréalistes, mais l’héritage des guerres civiles et le mécontentement consécutif à la « remise en ordre » permettent de comprendre ces projets.

  • 26 AGS, K, 1605, Tassis au roi le 9 mai 1602, sur des informations de Nicolas L’Hoste.
  • 27 AGS, E, 1291, f° 66, Fuentes au roi le 28 juin 1602 et f° 77, sur la nécessité de brûler les papier (...)
  • 28 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, lettre d’Henri IV À M. de Fresnes (...)
  • 29 AGS, E, 1291, f° 175, Ledesma le 23 juillet 1602.

19Toute cette agitation n’a pas été sans attirer l’attention d’Henri IV. Á plusieurs reprises déjà, Biron s’est rendu auprès du Roi et a sollicité son pardon pour ses agissements troubles. Entragues, Auvergne et Bouillon sont déjà fortement soupçonnés. En mai 1602, Tassis informe Madrid d’un rendez-vous secret entre La Fin, le confident de Biron, et le secrétaire d’État Villeroy26. La conspiration se trouve alors fortement compromise par cette dénonciation provenant d’un proche de Biron. Le 16 juin, l’ambassadeur à Paris annonce l’arrestation d’Auvergne et de Biron. Fuentes confirme la nouvelle douze jours plus tard, précisant que le baron de Lux, bras droit de Biron, s’est enfermé dans Dijon et qu’Épernon et le connétable de Montmorency se retirent chacun dans son gouvernement27. Le manège des « seconds couteaux » (La Fin, Picoté et Renazé) conduit le roi de France à demander à Gualtieri, son indicateur dans le Milanais, de surveiller leurs manœuvres et, si possible, de les arrêter28. Malgré ces informations, les Espagnols continuent à croire à la persistance du mouvement. Le 23 juillet 1602, soit huit jours avant la décapitation de Biron, Ledesma assure même que les affaires du Maréchal s’améliorent et que le Parlement n’osera pas le condamner29.

  • 30 AGS, E, 1291, f° 188, Ledesma le 20 septembre 1602.

20Jusqu’à la réconciliation du baron de Lux avec Henri IV, intervenue à la fin de l’année 1602, les documents laissent entrevoir que les Espagnols espèrent encore voir aboutir la conspiration. Pourtant, en septembre 1602, Ledesma constate la raréfaction des intelligences en France30.

  • 31 Hébert est ainsi pensionné depuis Milan. En 1610, le Conseil d’État refuse même au prince de Condé (...)

21De ces négociations permanentes de Biron avec les représentants de Philippe III se dégagent trois éléments montrant le mécanisme espagnol de la prise de décision dans les affaires étrangères. Tout d’abord, il faut remarquer que le rôle dominant appartient une fois encore au groupe des « Italiens », qui informent l’Espagne sur le parti catholique en France, parti assimilé à la contestation larvée de la noblesse, elle-même amalgamée avec la faction de Biron. Fuentes, Lodosa et son successeur à Turin Ledesma ont en effet le monopole des communications avec les agents de Biron et du baron de Lux. La Fin, Hébert, Picoté ou Renazé ne négocient pas avec Madrid, mais avec les « proconsuls » espagnols en Italie : tel est le choix du Conseil d’État, toujours réticent à accueillir dans la péninsule Ibérique des individus se livrant à des activités subversives31. Au moment de la guerre franco-savoyarde, alors que le pouvoir hésite à rompre la paix de Vervins, ces trois dirigeants « italiens » sont favorables à un engagement militaire de la Monarchie aux côtés de Savoie. Par leurs avis, ils tentent de durcir les positions de Madrid, entre autres pour s’assurer le « chemin de ronde », vital pour l’Espagne. De fait, le traité de Lyon fragilise le passage des tercios par la Savoie et la Franche-Comté, les obligeant à passer par le pays des Grisons et créant ainsi un conflit potentiel qui éclatera vingt ans plus tard.

  • 32 En novembre 1604, lors de son interrogatoire, le comte d’Auvergne atteste que Tassis lui a affirmé (...)

22Le deuxième trait caractéristique de cette affaire est la totale mise à l’écart de l’ambassade espagnole à Paris. Tassis ne reçoit aucune information du Conseil d’État ni des « proconsuls » avant que la conjuration ne soit sur le point d’être découverte32. Seuls lui parviennent les renseignements fournis par Nicolas L’Hoste, c’est-à-dire ceux qui sont connus des bureaux de Villeroy. Ses réactions face à l’événement expliquent cette mise à l’écart. Les 9 et 11 mai 1602, ayant appris de son informateur (L’Hoste, alias L’Andalou) les tenants et les aboutissants de la conspiration, l’ambassadeur fait clairement savoir qu’il désapprouve l’emploi de tels moyens :

  • 33 AGS, K, 1605, Tassis au roi le 9 mai 1602 et le 11 mai 1602.

J’ai discouru sur les inconvénients qui peuvent naître des tentatives de surprises [révoltes], celles-ci n’étant ni praticables ni utiles et m’inspirant beaucoup de défiance vu l’état présent des choses dans ce royaume33.

23Selon le diplomate, ces projets ne peuvent qu’accroître les motifs d’agressivité d’Henri IV. Ce point de vue explique certainement que les « Italiens » n’aient pas transmis leurs informations à Tassis.

  • 34 AGS, E, 1290,f° 92, Fuentes le 8 décembre 1601.

24Enfin, le troisième élément à souligner est la façon dont cette affaire a été gérée par le Conseil d’État. Celui-ci est dominé par l’incertitude. Bien que favorable à une alliance savoyarde, afin de conserver la route des Flandres, et partisan de fomenter des désordres dans le royaume français, il s’abstient cependant de répondre aux appels des conspirateurs ou même à ceux du gouverneur du Milanais ; à la fin décembre 1601, Fuentes insiste en effet pour obtenir une réponse aux propositions des conjurés : « Jusqu’à présent, je n’ai rien pu faire sinon entretenir la discussion, ne sachant pas la volonté de V. M.34. »

25Parvenue à un tournant de sa politique étrangère, qui s’infléchira vers un pacifisme plus général dans les années suivantes, il semble que la Couronne hésite encore à entrer dans cette nouvelle phase. La présence de multiples considérations d’ordres religieux – sur les menaces d’extinction du catholicisme dans le royaume voisin, sur les complots de protestants (dont ceux de Rosny et de Lesdiguières) et sur la duplicité d’Henri IV – reste pour le Conseil d’État un argument convaincant en faveur d’une intervention. La présence du belliqueux Charles-Emmanuel et des « Italiens » explique également que Lerma et le Conseil d’État se soient laissés entraîner dans l’aventure.

Les inquiets : Auvergne, Verneuil

26La conspiration de Biron démontre qu’une frange importante de la noblesse française maintient des contacts réguliers avec des représentants espagnols. Véritables puissances quasi indépendantes situées à la tête de multiples réseaux de fidélités horizontales et verticales – particulièrement dans leurs divers fiefs – et souvent renforcées par une naissance illustre, les Soissons, Joinville, Montmorency, Épernon, Montpensier, Bouillon ou Auvergne conservent ces relations pendant une grande partie du règne d’Henri IV. Plusieurs de ces hommes se sont « faits » eux-mêmes. D’autres sont de sang royal et pour cette raison se considèrent comme intouchables. Les guerres de Religion leur ont permis à tous d’exercer ou d’étendre leur influence. Il leur paraît logique de continuer à entretenir, sinon leur propre diplomatie, du moins leur propre réseau pour tenter d’augmenter la puissance de leur maison.

  • 35 Selon le Conseil d’État espagnol, Auvergne aurait chargé le duc de Bouillon auprès des autorités fr (...)
  • 36 Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, est le beau-frère de l’électeur palatin.
  • 37 Tassis le confirme pour Bouillon et Joinville (AG S, K, 1451, f° 81, le roi à Tassis le 20 février (...)

27Dans ce cadre, la plupart de ces personnages sont mentionnés dans l’affaire Biron. Auvergne est arrêté, mais sa confession au souverain35 lui vaut d’obtenir le pardon. Bouillon36 est « parti » dans ses terres du Limousin. Quant aux autres, Henri IV sait-il que les sources espagnoles font état de leur possible participation à un soulèvement ? On peut le supposer, à cause de la présence de l’informateur Gualtieri à Milan37. Mais le souverain ne peut pas sanctionner un aussi grand nombre de grands seigneurs sans modifier dangereusement l’équilibre du Royaume.

  • 38 Henriette de Balsac, fille de Marie Toucher et du marquis d’Entragues François de Balsac, et maître (...)
  • 39 AGS, K, 1593, s. d.
  • 40 AN Paris, U*803.

28Un second projet d’appel à l’Espagne mobilise de nouveau certains de ces aristocrates lors de l’affaire de la conspiration de la marquise de Verneuil38. L’étude des complicités nouées par certains Français avec l’ambassade du Roi Catholique en France se fonde principalement sur les longs mémoires de Charles Hébert39. Celui-ci est l’ancien secrétaire de Biron, arrêté en même temps que son maître, mis à la question et finalement libéré. D’autre part, les interrogatoires du comte d’Auvergne et de Thomas Morgan fournissent eux aussi des informations sur ce complot40. Nous n’avons pas trouvé d’allusion, dans la correspondance de l’ambassadeur espagnol à Paris, au projet de la marquise de Verneuil avant la découverte de cette conspiration par les autorités françaises. Cela démontre une discrétion certaine et, aussi, la difficulté de déceler les dossiers secrets dans les archives officielles.

  • 41 Parmi les nombreux contemporains, P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VIII, pp. 169-172 ; Sully,(...)
  • 42 P. de Vaissière, Henri IV, pp. 669-673 ; J.-P. Babelon, Henri IV, pp. 901-906.

29L’histoire de la « conspiration » de la marquise de Verneuil a été relatée de nombreuses fois, tant par les contemporains41 que par les historiens42. Peu d’éléments nouveaux émergent de la lecture de la correspondance espagnole, sinon celui d’une durée plus longue, mettant en perspective les agents espagnols. Le 22 juin 1604, l’affaire est déclenchée par l’arrestation de Thomas Morgan. Habitué des milieux troubles, Morgan affirme être l’intermédiaire entre la marquise de Verneuil et l’oncle de celle-ci, le duc de Lennox. Il révèle les liens et les accords existant entre la favorite d’Henri IV et les représentants espagnols. Le Roi Catholique aurait accepté de les protéger, elle et son fils, de la fureur de la reine en cas de mort d’Henri IV. De plus, Philippe III aurait consenti à reconnaître cet enfant comme légitime héritier de la couronne et il aurait prévu un mariage futur avec une infante. Morgan, arrêté, dénonce François de Balsac d’Entragues et le comte d’Auvergne, affirmant qu’ils ont participé à des discussions avec l’ambassadeur. Interrogé par le souverain, Entragues reconnaît seulement avoir voulu protéger sa fille. Il obtient un rapide pardon en remettant à Henri IV la promesse de mariage que ce dernier avait donnée à sa maîtresse. Ce document, sur lequel les conjurés fondaient leurs espoirs, aurait dû permettre de contester la légitimité de l’union avec Marie de Médicis et donc les droits du Dauphin. Quant au comte d’Auvergne, il reconnaît avoir entamé des pourparlers avec l’Espagne, mais seulement pour mieux les dénoncer à son roi. Libéré, il se retire sur ses terres tout en maintenant ses contacts avec l’Espagne. Par l’entremise d’Hébert, réfugié dans le Milanais, le Comte demande le secours du Roi Catholique, affirmant notamment :

  • 43 AGS, K, 1593, f° 16, Conseil d’État du 23 décembre 1605 sur deux papiers remis par Hébert.

La grande haine dans laquelle le tient le Roi réside dans nombreuses et diverses raisons imaginaires [sic] qui sont les suivantes ; il s’est toujours déclaré très catholique et grand défenseur de la religion catholique contre qui que ce soit, il a toujours bien parlé de la grandeur de V. M.43...

30À ces flagorneries, le comte d’Auvergne ajoute des projets d’action, offrant ses gens en cas de conflit entre les deux couronnes, sachant, dit-il, que le mécontentement gronde dans le pays et que sa parenté s’étend jusqu’à Montmorency. Il affirme notamment que le duc de Bouillon et lui-même demeurent profondément opposés à Henri IV. Hébert noircit encore le tableau du mécontentement général en France dressé par Auvergne :

  • 44 Ibid.

...Les ecclésiastiques, voyant la religion si près du naufrage, la noblesse, sans aucune espérance d’honneur et d’établissement, et le peuple, ruiné par les si grands et extraordinaires impôts et tributs44...

31Des documents de ce type sont interceptés par les responsables français. Arrêté pour la troisième fois – par surprise –, le comte d’Auvergne est embastillé le 20 novembre 1604. Son beau-père Entragues le rejoint bientôt, et la Marquise sa fille est assignée à résidence. Les contacts avec des agents espagnols sont assimilés à un crime de lèse-majesté. Le fils bâtard de Charles IX avoue ses diverses activités subversives. Le 2 février 1605, Morgan, Entragues et Auvergne sont condamnés à mort, et la Marquise est contrainte de se retirer dans un monastère. Mais en réalité, le charme de la favorite lui permet de reconquérir son amant et d’obtenir l’élargissement de son père dans le courant de l’année 1605.

  • 45 Ibid.

32Les décisions du Conseil d’État espagnol du 23 décembre 1605, relatives aux propositions faites par Hébert au nom du comte d’Auvergne, se présentent beaucoup moins clairement qu’on ne pourrait le croire à la lecture des ouvrages français. Les conseillers se prononcent en faveur de la conservation de la paix et demandent que l’on évite de mêler l’Espagne aux conspirations françaises. Quant aux liaisons avec le Bouillon, proposées par Auvergne et Hébert, le Conseil répond que les discussions doivent passer uniquement par Milan et par le comte de Fuentes. Enfin, à propos de la question de la succession, le Conseil préfère ne pas prendre parti, considérant les Français comme trop changeants45. Chronologiquement, ce débat est tardif, ayant lieu un mois après l’arrestation du Comte. Reflète-t-il l’opinion réelle des dirigeants espagnols, à l’abri des oreilles indiscrètes, ou bien est-il de pure circonstance ?

  • 46 AGS, K, 1462, f° 70, Cárdenas au roi le 27 mars 1610.
  • 47 AGS, K, 1462, f° 71, Cárdenas au roi le 27 mars 1610 ; AGS, K, 1608, f° 61, Conseil d’État du 14 av (...)
  • 48 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t.1, pp. 352, 377 et 404.

33Dans cette affaire, l’un des mobiles de la marquise de Verneuil est sa crainte à l’égard de Marie de Médicis. En mars 1610, se sentant menacée par celle-ci, elle demande de nouveau à l’ambassadeur espagnol sa protection et l’autorisation de passer en Flandres ; mais Cárdenas déconseille à Madrid d’accorder asile à la maîtresse du Roi46. Quant au comte d’Auvergne, la correspondance diplomatique évoque plusieurs fois sa possible évasion, que les Espagnols ne veulent surtout pas favoriser, de crainte d’indisposer Henri IV47. Bien après la mort de celui-ci, la Marquise continue de fréquenter l’ambassadeur espagnol. En 1626, le chevalier du guet prévient Richelieu qu’elle a des entretiens avec Mirabel, tant chez elle qu’à l’ambassade48. Elle reste la mère d’un fils de sang royal, même s’il s’agit d’un bâtard.

Bouillon, Condé

  • 49 AN Paris, U*801, procès du duc de Bouillon.

34La contestation du pouvoir royal est plus forte de la part du duc de Bouillon49. La puissance de celui-ci se fonde sur sa religion : il est l’un des rares grands aristocrates à être protestant. De plus, il est prince souverain de Sedan et – du moins à ce titre – il n’est pas vassal du roi de France. Son alliance matrimoniale avec le Palatinat réformé, allié traditionnel d’Henri IV, le met à l’abri des fureurs françaises : comment punir Bouillon sans déplaire à l’Électeur son beau-frère ? Les possessions du Duc, qui s’étendent du Périgord aux Ardennes, occupent le cœur de réseaux de fidélités et de lignages vitaux pour la défense de la Monarchie.

  • 50 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 690, lettre d’Henri IV au (...)
  • 51 Jean-Hippolyte Mariejol, Henri IV et Louis XIII (1598-1643), tome VI(2) d’Ernest Lavisse (dir.), Hi (...)

35Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, prince de Sedan et vicomte de Turenne, participe à l’agitation nobiliaire à partir de la conspiration de Biron. Les lettres du comte d’Auvergne à l’Espagne montrent que le duc de Bouillon est considéré comme un des recours espagnols en cas d’intervention contre le roi de France. Compromis, comme on l’a vu, dans le complot de Biron50, Bouillon s’enfuit quand Henri IV lui demande de paraître devant lui51. Après être passé par le Languedoc, il se réfugie chez son beau-frère l’électeur palatin en janvier 1603. Les protestants assemblés au synode de Gap, les Anglais, les Allemands et les Suisses lui apportent leur caution après le complot manqué de la marquise de Verneuil, accentuant le caractère international de ce haut personnage.

  • 52 Cette agitation n’est pas sans rapport avec le mécontentement des proches de Biron à la suite de l’ (...)
  • 53 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 29 août 1605.
  • 54 Sur Giverzac, voir Y.-M. Bercé, Histoire des croquants, t. I, p. 289 ; et Duc de La Force, Le maréc (...)

36L’agitation du Limousin, du Périgord, du Poitou reprend, à cause de la mauvaise situation économique, des problèmes fiscaux (l’imposition dite de la pancarte est supprimée en 1602) et d’une certaine effervescence nobiliaire52, probablement orchestrée par le duc de Bouillon et dont la vicomté de Turenne est un des principaux foyers. Le roi prend la tête de ses troupes pour réprimer ces désordres. Au mois d’août, lors d’une audience, Zúñiga est averti de la répression qui s’engage et des rapports de force entre les mécontents et le souverain. L’ambassadeur affirme qu’Épernon, gouverneur de l’Angoumois, est chargé de mater la révolte, bien que le roi le tienne « en grande suspicion53 ». En octobre 1605, Limoges et la Vicomté sont occupées. Des « grands jours » sont réunis et cinq factieux exécutés en décembre. La Chapelle-Biron, l’ancien ligueur Gyversac, Tayac et Lygongnac trouvent refuge en Espagne54. La correspondance de Zúñiga est intéressante, car elle indique un certain amusement des dirigeants espagnols à propos des menées souterraines dont les Français accusent l’Espagne :

  • 55 AGS, K, 1426, f° 76, Conseil d’État du 10 octobre 1605.

Ici, ils publient toujours que V.M. est engagée dans ces affaires et même un grand personnage affirmait que V. M. avait donné pour eux [les révoltés] à Bouillon deux cent mille écus, et que le Roi avait demandé à Zúñiga de le suivre dans ce voyage55.

37Le Conseil d’État redoute que ces mouvements des troupes royales ne servent à couvrir une possible mobilisation contre la monarchie ibérique :

  • 56 Ibid.

Encore qu’il soit vraisemblable que le tumulte se soit élevé dans les provinces d’Angoulême et de Périgord et qu’il ne soit pas feint, toutefois, le plus sûr sera de penser qu’il peut l’être (ou, même s’il ne l’est pas, il est possible qu’après avoir pacifié, le roi de France veuille jouir de cette occasion de s’être armé à proximité de la Navarre et de Fontarabie pour attaquer l’une ou l’autre de ces places)56.

38La subversion organisée depuis l’Espagne est donc étrangère à ces révoltes du Sud-Ouest, et Madrid redoute de fournir le moindre prétexte à une intervention armée de la France. Toutefois, il existe bien des rapports entre certains responsables espagnols et Bouillon. Le long document d’Hébert cité précédemment, qui date de la fin de l’année 1604, propose les conspirations d’Auvergne et de Bouillon, et de rechercher l’appui espagnol, suggestion que le Conseil d’État rejette.

39En septembre 1605, après l’engagement des forces royales, le duc de Bouillon voit Henri IV repousser sa demande de retour en grâce. Le Duc s’engage alors dans de nouvelles intrigues avec l’étranger. Celles-ci s’orientent tout d’abord vers l’Allemagne, Lerma et le Conseil ne voulant toujours pas s’occuper directement d’entreprises subversives. En novembre 1605, l’ambassadeur espagnol auprès du Saint-Empire, San Clemente, adresse au Conseil d’État l’information suivante :

  • 57 AGS, E, 2492, f° 221, San Clemente le 12 novembre 1605.

Une personne très informée des affaires de France et de l’Empire et très attachée au service de la maison d’Autriche et de l’Empereur, bien qu’elle soit de religion calviniste, m’a averti qu’elle possède suffisamment d’intelligences pour amener le duc de Bouillon au service de l’archiduc Albert et pour qu’il se place sous sa protection dans sa forteresse de Sedan, place de tant d’importance, comme doit le savoir V. M., étant si proche des Pays-Bas. J’ai rendu compte de cela à l’archiduc Albert et je crois qu’il écrira à V. M. plus longuement sur la même affaire tant cela La concerne de près. Sedan est une juridiction libre et le roi de France en avait la protection, à laquelle il a volontairement renoncé, de manière que sans commettre de félonie le duc de Bouillon peut la placer sous la protection de qui il désire57.

  • 58 AGS, K, 1607, Conseil d’État du 20 avril 1606, sur les lettres de San Clemente des 12 novembre, 21 (...)
  • 59 BNM, ms. 775, ffos 302-306. « Ninguna ocasion puede serían comoda como la que aora el offresce » (f (...)

40La vision de l’ambassadeur, principalement centrée sur le Saint-Empire, diffère du point de vue espagnol. Ce qui intéresse San Clemente dans la révolte de Bouillon, ce n’est plus la possibilité de créer des diversions en France ou de gêner Henri IV, mais bien la position clé que constitue la principauté de Sedan. L’optique se décentre vers le nord : la forteresse des Ardennes serait une halte appréciée pour les tercios. La réponse à cette lettre arrive tardivement et son contenu apparaît sinon timoré, du moins très prudent. À la date du 20 avril 1606 (soit quatre mois après avoir reçu la lettre !), le Conseil d’État estime dangereuse toute intervention espagnole en France aux côtés du duc de Bouillon, au motif qu’on ne peut « se fier à aucun Français, comme l’expérience passée l’a montré58 ». Pour leur part, le comte de Fuentes, gouverneur du Milanais, et le duc de Savoie Charles-Emmanuel ne restent pas inactifs et tentent malgré tout de faire adopter le principe d’un soutien à Bouillon59.

41Réfugié dans sa citadelle, ayant envoyé des messages dans les principales cours (espagnole, allemandes et anglaise), Bouillon est réduit à attendre les armées d’Henri IV en marche vers les Ardennes. Assuré de la loyauté des protestants au cours du synode de Châtellerault, le roi accepte de négocier devant Sedan le retour en grâce de ce grand féodal. Il ne peut pas traiter Bouillon comme les conspirateurs précédents, car son influence demeure trop importante, particulièrement à l’étranger. Cependant, il confisque pour deux ans la forteresse de Sedan, puis la restitue au Duc en 1608.

  • 60 AGS, K, 1461, le 16 février 1609, avis de Monier à Prada ; sur M. de Monier, voir notre répertoire (...)

42Ces négociations ne sont pas sans créer des frustrations chez ceux qui ont été humiliés par l’ingratitude, non pas du roi, mais du duc de Bouillon. Ces individus proposent aux Espagnols de leur livrer la place forte ardennaise. Par un de leurs agents, M. de Mortier, le Conseil d’État de Madrid apprend en février 1609 que le capitaine Guimet veut assassiner le Duc, qui l’avait laissé croupir dans les geôles parisiennes après l’avoir utilisé60.

43À partir de 1606, l’activité espagnole en France diminue. Les différentes négociations secrètes et leurs échecs successifs, la « duplicité » des féodaux et l’engagement de la couronne espagnole dans une politique pacifiste réduisent les tentations d’intervenir. Dans le même temps, la situation dans le Royaume se stabilise. Les principaux lignages retrouvent leurs marques face à la souveraineté royale. Celle-ci n’est plus contestée. Les traces de la Ligue s’effacent peu à peu. En France, l’image globale de la monarchie espagnole se modifie à la suite de l’abandon par celle-ci des catholiques anglais, puis des pourparlers entamés en 1608-1609 avec Henri IV à propos des mariages. Il est possible que certains nostalgiques de la Ligue aient été déçus par l’éloignement d’un catholicisme conquérant.

  • 61 L’Estoile parle des fiançailles en décembre 1608 ; les chroniqueurs affirment que Henri IV devint a (...)
  • 62 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 20 janvier 1610.

44Le dernier épisode des relations entre les princes français et l’Espagne se déroule en novembre 1609, lors de la fuite du prince de Condé. L’affaire, racontée par tous les chroniqueurs et les historiens, prend son origine dans la passion d’Henri IV pour Charlotte de Montmorency, seconde fille de la deuxième union du connétable. Mariée au prince de Condé, en qui le roi espère trouver un mari complaisant61, la jeune femme doit suivre son époux afin d’éviter les assiduités du monarque. Si dans un premier temps, il suffit à Condé de se retirer avec son épouse dans les terres familiales, les sentiments d’Henri IV deviennent tels que le premier prince de sang s’exile, le 29 novembre 1609. Selon les informations envoyées à Madrid par l’archiduc Léopold, le prince « a pris la résolution de ne pas revenir en France tant que ce Roi sera en vie, et de vivre et mourir au service de V. M. ou de la maison d’Autriche62 ».

  • 63 AGS, K, 1608, Conseil d’État des 27 et 28 janvier 1610.
  • 64 Cœuvres aest secrètement chargé d’enlever la princesse. La tentative d’enlèvement, dans la nuit du (...)
  • 65 AGS, K, 1427, le 13 février 1610.
  • 66 BNM, ms. 775, correspondance de Fuentes, nombreux documents de mars à juin 1610 sur Condé ; AGS, E, (...)

45Cette évasion est une aubaine pour la monarchie espagnole à un moment où la question des duchés de Clèves et de Juliers et le rapprochement franco-savoyard laissent présager un conflit. Premier prince du sang et héritier de la couronne en cas de mort des fils d’Henri IV, Condé est donc accueilli à bras ouverts par les Archiducs, qui ont reçu de Madrid l’ordre de ne le livrer63 sous aucun prétexte. On veut profiter de la présence de Condé pour imposer la médiation de la couronne espagnole dans les conflits internes à la famille royale de France. Prévenu par Cárdenas, l’ambassadeur espagnol à Paris, qu’Henri IV va envoyer à Bruxelles un ambassadeur extraordinaire, le marquis de Cœuvres64, le Conseil d’État insiste pour que ses représentants appliquent la politique définie : ne pas livrer Condé et refuser la guerre contre la France65. De plus, Philippe III préfère le terrain italien, plus aisément contrôlable, et s’oppose à la venue du prince en Espagne depuis l’Italie, choisissant plutôt de laisser le fugitif sous la garde du comte de Fuentes, le gouverneur du Milanais66.

  • 67 AGS, K, 1463, f° 32, Cárdenas au roi le 6 août 1610.
  • 68 A. Jouanna considère que les guerres de Religion avaient donné à ces stratégies une dimension confe (...)

46Les offres de services de Condé à l’Espagne ne semblent pas avoir été liées à aucun plan précis mis au point par Madrid pour pénétrer dans le royaume d’Henri IV et y mener une quelconque guerre subversive. L’assassinat du souverain libère le Prince et l’Espagne des foudres françaises. Condé revient en France en juillet 1610, après s’être fait prendre de vitesse par Marie de Médicis pour obtenir la régence, et cela avec l’approbation de Cárdenas67. L’attitude de la noblesse française à l’égard de l’Espagne se transforme radicalement avec la mort du roi. Condé, Bouillon et d’autres grands aristocrates changent de perspective. L’ère des complots d’inspiration religieuse ou morale se clôt, ouvrant ainsi la voie à la déconfessionnalisation des stratégies nobiliaires68.

II. – L’Espagne dans la tourmente de la « bonne entente » (1610-1620)

  • 69 H. Duccini, Concini, p. 117 ; A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 212-213.

47Durant cette décennie, les luttes de pouvoir changent d’enjeu. La plupart des historiens insistent sur le fait que les principaux nobles français de la période appartiennent à une génération qui n’a pas connu les guerres de Religion. Les mobiles de leurs actions se déplacent du bien public vers l’aspiration à la grandeur69.

48La difficulté de l’étude des relations entre l’Espagne et les différentes factions françaises tient à la politique même des deux couronnes. L’Espagne souhaite éviter de déplaire à la régente mais en même temps elle désire conserver ses amitiés particulières avec les chefs des principales factions opposées à Marie de Médicis. Du côté français, Marie de Médicis accorde en diverses occasions son appui à la monarchie de Philippe III – allant jusqu’à demander le soutien militaire de l’Espagne pour mater la révolte des grands – mais ne désire pas pour autant abandonner les alliances traditionnelles du royaume de France. Nous avons vu les raisons de cette hispanophilie et souligné qu’il est bien exagéré d’affirmer que la politique de la régente est dictée par l’ambassadeur espagnol à Paris. Ce qui nous importe ici, ce sont les relations souterraines entretenues par les différents partis français avec le pouvoir espagnol. De ce point de vue, les principaux centres d’intérêt, pour la décennie en question, sont, d’une part, les liens de Madrid avec Condé, Guise et Nemours en tant que chefs de faction et, d’autre part, le soutien que la Monarchie Catholique accorde à la régente en différentes occasions. Enfin, les différentes tentatives de rapprochement effectuées par l’Espagne au cours de la période instable du pouvoir de Luynes posent la question de la place des factions et de l’ambassadeur auprès d’un souverain dont l’orientation extérieure reste malgré tout favorable aux Habsbourg.

Les chefs de parti pendant la régence de Marie de Médicis

49Dans les instructions du duc de Feria, ambassadeur extraordinaire du Roi Catholique à l’occasion des funérailles d’Henri IV, il est clairement noté qu’au cas où des contacts seraient proposés

  • 70 AGS, K, 1593, instructions royales à Feria, point 11.

secrètement de la part du duc de Mayenne, du connétable de France, des ducs d’Épernon et de Guise, du comte de Soissons ou de ceux de cette faction, (tout en leur montrant que je ne souhaite pas créer des troubles en France et que nous ne poursuivons pas cette idée) vous leur donnerez à entendre que je les tiens pour des gens sûrs à cause des événements passés et de ce que l’on en a conclu à propos de leurs personnes70.

50On retrouve les mêmes orientations quand Nicolas Picoté, passé à la solde de l’Espagne, revient d’une mission en France ordonnée par le comte de Fuentes afin de soulever la haute noblesse contre Henri IV et fait son rapport à Madrid. Le roi ayant été assassiné dans l’intervalle,

  • 71 AGS, K, 1593, le 26 mai 1611, le commandeur de León [Juan de Idiáquez] au roi sur la relation de Ni (...)

Il est à propos de ne pas laisser les Français de côté, à cause des affaires qu’ils pourraient offrir, mais que cela se fasse avec la plus grande prudence et sans que la Reine Très-Chrétienne puisse exprimer des plaintes71.

51Les princes que Picoté rencontre ou contacte en France sont les principaux grands du royaume : Guise, Bouillon, Soissons, Nevers, Condé, Montmorency.

52Pendant la régence, le prince de Condé devient le principal meneur de l’agitation. Ses promesses solennelles de dévouement, faites à la Monarchie Catholique en 1610 pendant son exil flamand puis milanais, trouvent leur accomplissement pendant les six ans de pouvoir de Marie de Médicis.

a) Le parti du prince de Condé et l’Espagne

  • 72 AGS, K, 1464, f° 6 (début) 1611, sur un rapport de Cárdenas.

Le prince de Condé agissait très bien en ce qui concerne tout ce qui touche le service de S. M., écrit don Íñigo de Cárdenas ; il est bien qu’il y ait en France des dissensions mues par ces gens, mais il [Cárdenas] juge qu’il importe qu’elles ne soient pas de trop d’ampleur72.

53Cette phrase illustre l’ambiguïté de la politique de Madrid pendant les six années du gouvernement de Marie de Médicis. Il faut à tout prix s’assurer l’appui diplomatique de la régente, éviter de possibles interventions françaises dans les « chasses gardées » de l’Espagne et, pour être sûr qu’elles ne puissent avoir lieu, conserver à l’intérieur du Royaume des sources d’inquiétude pour le pouvoir. Inversement, il ne faut surtout pas que l’ambassadeur s’oppose à la reine mère, car il faut maintenir de bonnes relations. Pour cette raison, les dirigeants espagnols souhaitent l’apparition de « dissensions de faible ampleur ». Pour les mêmes motifs, ils entretiennent des contacts réguliers avec le prince de Condé, moteur principal de la contestation et héritier potentiel du trône (le troisième fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, Nicolas, meurt en novembre 1611).

54Les multiples rencontres entre l’ambassadeur espagnol et le premier prince du sang s’insèrent dans ce cadre. À la fin de l’année 1611, le Prince affirme à Cárdenas avoir une grande envie de servir le roi d’Espagne. Cependant, pour s’affirmer face à Marie de Médicis, Condé ne possède comme seule issue que la contestation de la politique de rapprochement franco-espagnol, à laquelle lui-même paraît pourtant favorable. L’ambassade espagnole joue un rôle important dans l’accommodement des partis :

  • 73 AGS, K, 1465, ffos 99-100, lettre de Cárdenas au roi le 12 décembre 1611.

La reine m’a donné l’ordre de parler au prince de Condé sur les mariages [...]. J’ai trouvé le prince de Condé en de grandes dispositions pour servir en tout V. M.73.

  • 74 AGS, K, 1609, Conseil d’État du 3 janvier 1612.
  • 75 AGS, K, 1466, f° 76, Cárdenas au roi le 15mars 1612.
  • 76 AGS, K, 1466, f° 79, Cárdenas au roi le 24 mars 1612.
  • 77 AGS, K, 1466, f° 144, Cárdenas au roi le 29 mai 1612.
  • 78 H. Duccini, Concini, p. 146.

55Si, en janvier 1612, le Conseil d’État observe que Condé74 reste dans les mêmes dispositions, le 15 mars 1612, il relève un changement d’attitude de sa part : Condé est écœuré par le mode de gouvernement – la reine ne l’a pas consulté à propos des mariages –, à tel point qu’il s’est refusé à présenter ses condoléances pour la mort du fils puîné de Marie de Médicis75. Retiré sur ses terres comme son parent le comte de Soissons76, Condé monnaie auprès de la régente l’accord qu’il consent à donner à l’alliance espagnole. Le 23 mai 1612, l’accord de Montigny, négocié par Concini et Villeroy, permet le retour à la Cour de Condé et Soissons. Et, dès le 29 mai 1612, Cárdenas peut écrire au roi d’Espagne que ceux-ci lui ont parlé positivement des alliances entre les deux couronnes77. En juillet 1613, on assiste à la répétition de ces événements à propos de la politique italienne. À cette occasion, Malherbe qualifiera les Princes de « MM. les Absents »78.

  • 79 AGS, K, 1469, f° 22, le 5 février 1614 ; AGS, K, 1428, f° 36, avis du Conseil d’État du 20 février (...)
  • 80 AGS, K, 1610, le 13 mars 1614, Iñigo de Cárdenas à l’ambassadeur espagnol en Angleterre, Diego Sarm (...)
  • 81 AGS, K, 1610, Conseil d’État le 13 mai 1614 sur les lettres de Cárdenas des 12 et 14 mars.

56À l’approche de la conclusion des mariages, la tension augmente. S’insurgeant contre l’union franco-espagnole, les Princes prennent le contre-pied de leur position traditionnelle, et l’on assiste à une véritable bataille à front renversé : Marie de Médicis, appuyée par les Guise et le protestant Lesdiguières, affronte une opposition que l’Espagne aidait il y a peu et demande un soutien militaire au Roi Catholique. Prévenant Madrid que Mercœur, Mayenne, Soissons et Nevers ont quitté la Cour à la suite de Condé, Cárdenas souligne que leur but consiste à empêcher le mariage du roi79. Madrid se tient prêt, aux dires de l’ambassadeur, à fournir à la reine mère quatre à six mille soldats et cinq à six cents cavaliers pour les engager dans la lutte contre les rebelles80. Paradoxe des relations espagnoles avec Condé : il faut rassurer le Prince, mais aussi la reine mère, et donc promettre un soutien aux deux partis... Cárdenas maintient les contacts sans engager la Monarchie autrement que de façon verbale81. Il assiste aux négociations qui aboutissent au traité de Sainte-Menehould, où les Princes font leur accommodement avec la régente. Déconcerté par le jeu politique français, il observe :

  • 82 AGS, K, 1469, f° 84, Cárdenas au roi le 6 mai 1614.

Condé et les autres ont gagné le mari de la favorite de la Reine et d’autres, et Villeroy. La Reine sort [de l’affaire] avec peu de réputation, les catholiques sont très troublés et la religion est au bord de sa perte82.

57Lorsqu’en juin de l’année suivante (1615), à la veille de l’échange des princesses française et espagnole, Condé et ceux de son parti causent une semblable alerte en quittant une nouvelle fois la Cour, l’ambassadeur Cárdenas ne modifie pas ses orientations. Les tentatives d’agitation venues des protestants renforcent ses convictions quant aux menaces que représentent ces manœuvres politiques pour la religion catholique.

58Avec le départ de Cárdenas et son remplacement par Monteleón, puis la radicalisation des factions en 1616, l’ambassadeur de Philippe III en France voit sa marge de manœuvre se réduire, alors que les Princes restent sûrs d’avoir l’oreille de Madrid. Le Conseil d’État ordonne à Monteleón

  • 83 AGS, K, 1612, le Conseil d’État du 30 avril 1616 ; AGS, K, 1471, f° 146, juillet 1616 : résumé des (...)

d’avoir des relations avec les princes de France et [de] développer autant que possible en eux le dévouement pour la cause de V. M., avec tout le tact et la prudence possibles ; et ainsi, on avertit le duc de Monteleón qu’il ait soin de cela [c’est-à-dire qu’il fasse savoir aux Princes et aux grands] qu’ils ne doivent pas conclure que V. M. soit fâchée ces derniers jours à cause de ce qu’ils ont fait ; ceci vaut en particulier pour le prince de Condé et le maréchal de Bouillon83,

59Le 1er septembre, l’emprisonnement de Condé, sur ordre de Marie de Médicis, résout la question des relations de l’Espagne avec le Prince.

b) Les Guise

  • 84 AGS, K, 1593, le 18 juillet 1599, avis de Miguel de San Nicolás sur ses rencontres avec le duc de G (...)
  • 85 AGS, E, 1431, f° 28, lettre de Venasco au roi le 11 mai 1601.
  • 86 AGS, E, 1299, f° 205, décembre 1609.

60L’autre faction assidue à l’ambassade est celle de Guise et, dans une moindre mesure, celle de Nemours. Les liens de l’Espagne avec la branche cadette de Lorraine sont anciens. Déjà en juillet 1599, selon un avis donné par un espion, le duc de Guise proposait au Conseil d’État de mettre Marseille à la disposition des troupes du Roi Catholique84 en cas de guerre franco-espagnole, offre alors déclinée par Madrid. À l’inverse, en 1601, l’ambassadeur espagnol à Gênes prévient que Guise a durement châtié les tentatives de conspirateurs ayant essayé de livrer la ville à l’Espagne85. Selon un avis venu de Milan, ce cas se renouvelle en 1609, quand Guise et Lesdiguières s’entendent avec Charles-Emmanuel de Savoie, devenu l’adversaire des Espagnols en Italie, pour effectuer une reconnaissance de la place forte d’Alessandria86.

  • 87 AGS, K, 1612, Monteleón au roi le 25 avril 1616.
  • 88 AGS, K, 1612, Monteleón au roi le 25avril 1616.
  • 89 AGS, K, 1471, f° 17, Monteleón au roi le 9 juillet 1616.
  • 90 AGS, K, 1612, f° 199, Conseil d’État du 16 octobre 1616.
  • 91 Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, p. 365.

61Pendant la régence, le duc de Guise soutient Marie de Médicis et son orientation hispanophile. En septembre 1610, il propose ses services au Roi Catholique lors d’une entrevue avec Cárdenas, demandant en échange une gratification proportionnée à son rang... L’affaire devient plus sérieuse et plus politique lorsqu’en 1616 le Duc se propose de servir les intérêts du Roi Catholique en Italie pour contrecarrer l’influence savoyarde87. Mais le jeu équivoque de Marie de Médicis dans les affaires italiennes (refuser de soutenir Charles-Emmanuel comme de le condamner) aboutit à la constitution de deux courants nobiliaires aux orientations opposées. D’un côté, Lesdiguières s’arme pour soutenir le duc de Savoie ; de l’autre, Guise se propose de lever huit mille soldats pour le compte de l’Espagne. Officiellement, la reine interdit les interventions françaises dans cette affaire ; mais chacun sait que le « renard du Dauphiné » appuie l’ennemi de l’Espagne en Italie. Lorsque Guise propose ses services à l’ambassadeur, celui-ci demeure prudent88, préférant d’abord repousser les discussions à plus tard, puis sonder Guise pour savoir dans quelle mesure celui-ci serait prêt à passer par la Provence, avec les troupes qu’il va lever contre le duc de Savoie, afin d’occuper Villafranca et Nice, sachant que le Lorrain est aussi gouverneur de Provence. Habile, Guise accepte cette demande à la condition que le roi de France lui en donne l’autorisation89. Le Lorrain, en liaison avec le duc de Nemours, lève donc des troupes qui devraient se rassembler en Bourgogne. Cette entreprise achoppe sur des problèmes financiers. Rapidement, en effet, Guise s’oppose à Monteleón sur la question de la prise en charge des dépenses militaires. En octobre 1616, le Conseil d’État refuse les demandes de subsides adressées par les deux ducs90. En fait, les dirigeants espagnols croient beaucoup plus dans les capacités d’influence de Lesdiguières, véritable arbitre des Alpes, que dans celles du duc de Guise. Ils font donc proposer au gouverneur du Dauphiné une somme illimitée, qui lui permettrait d’entretenir une armée et de démembrer le duché de Charles-Emmanuel ; Lesdiguières conserverait la Savoie et le Piémont reviendrait à l’Espagne91.

  • 92 AGS, E, 1882, f° 33, avis d’un confident au duc d’Osuna, avril 1619.

62L’entente avec Guise paraît donc fragile. Elle ne repose pas sur un véritable accord entre les deux parties, mais simplement sur une estime réciproque. Cela n’empêche pas Madrid de faire surveiller le Duc par des agents au service de l’Espagne et de chercher à se renseigner, par différents canaux, sur ses véritables intentions. Plus tard, Guise n’hésite pas à confisquer un navire espagnol chargé d’argent. Les avis provenant de son entourage sont souvent relayés par Naples ou Milan, ce qui montre que pour l’Espagne Guise compte davantage comme gouverneur de Provence que comme chef de faction. Ainsi en 1619, le vice-roi de Naples, Osuna, entretient un informateur bien placé auprès du Duc92.

  • 93 AGS, K, 1472, f° 134, Monteleón au roi, fin octobre 1616 ; voir les délibérations du Conseil d’État (...)
  • 94 Voir les accusations de collusion avec l’Espagne portées par Richelieu en 1630 : D. Avenel, Lettres (...)

63Cependant, un fait datant des années troubles de la fin de la régence donne la mesure de l’estime que les dirigeants espagnols portent au Duc. Envisageant la possibilité d’un complot contre Louis XIII et Marie de Médicis à la fin de 1616, l’Espagne pense à Épernon et à Guise pour protéger Anne d’Autriche93. Bien après la régence, en 1632, les dirigeants espagnols continuent de compter sur Guise. Organisant ce qu’ils espèrent être un soulèvement général contre Richelieu, les dirigeants de la couronne ibérique accueillent à Milan M. de Somers, un agent de Gaston d’Orléans. Celui-ci doit s’entremettre auprès du duc de Guise, alors réfugié en Italie après avoir été évincé de son gouvernement en 1631 et frustré dans ses ambitions par suite de l’accaparement des grands offices par Richelieu94.

64Le cas de l’irascible et tout-puissant duc d’Épernon – colonel général de l’infanterie, amiral de France, gouverneur d’Aunis, Saintonge et d’Angoumois, des places de Toul et de Metz et ancien favori d’Henri III – se présente différemment. Il demeure l’un des grands survivants des guerres de Religion. Le caractère de ce défenseur intransigeant du catholicisme est résumé par le jugement suivant, adressé en 1596 aux dirigeants espagnols des Flandres :

  • 95 AGS, E, 612, f° 141, avis de Flandres sur les grands nobles français en 1596 pour Madrid.

Il a la réputation d’être un homme de beaucoup d’entendement et d’autorité, mais il est trop orgueilleux. Incliné à n’avoir aucun compagnon et à commander totalement et avec trop de désordre, il est jaloux et ami des richesses [...]. Il est naturellement incliné à toutes choses qui puissent être contraire au Béarnais95.

  • 96 H. Forneron, Histoire de Philippe II, t. IV, pp. 227-228, sur un projet de dépeçage du Royaume en d (...)
  • 97 J.-P. Babelon, Henri IV, p. 999.
  • 98 AGS, E, 1290, f° 41, et AGS, E, 1291, f° 155.
  • 99 M. Carmona, Marie de Médicis, développe fortement la thèse de l’implication d’Épernon dans l’assass (...)
  • 100 AGS, K, 1472, f° 136, projet de réponse élaboré par Cárdenas, octobre ou novembre 1616.
  • 101 AGS, K, 1611, Conseil d’État du 16 novembre 1616.
  • 102 R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 58, sur les p (...)
  • 103 M.Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, p. 209 (source : AGR, Secrétairerie d (...)

65Opposé à la Ligue lorsqu’elle combattait son maître Henri III, il est devenu peu à peu une puissance autonome en Provence, par sa lutte contre le nouveau souverain, et entre à plusieurs reprises en contact avec les Espagnols96. Farouche adversaire de l’édit de Nantes, « planète indépendante qui ne s’est jamais intégrée à aucun système97 », le duc d’Épernon paraît incontournable aux conspirateurs lors de l’affaire Biron98. Fréquemment accusé de complicité dans l’assassinat d’un roi qu’il n’a jamais pu vraiment comprendre99, il est le maître d’œuvre de la mise en place de la régence de Marie de Médicis. En 1616, pour la diplomatie espagnole, il reste l’un des piliers du catholicisme et du régime de la reine mère, alors que la situation intérieure française devient explosive. Dans un projet de réponse à envoyer à l’ambassadeur Monteleón, Cárdenas conseille la réorganisation du parti catholique français. Il souligne le rôle qu’Épernon doit y tenir et affirme que l’Espagne est extrêmement satisfaite de lui. Plus qu’à Guise, les dirigeants font confiance à l’ancien mignon, sachant sa fermeté, sa droiture et sa fiabilité100. En novembre 1616, le Conseil d’État rappelle à Monteleón qu’il faut absolument maintenir Épernon dans le camp des amis de l’Espagne101. Plus tard, après la chute du gouvernement de Marie de Médicis, Épernon reste un recours pour les responsables de Madrid. En 1625, on charge Mirabel de rallier le Duc en lui faisant miroiter une possible principauté102. En 1634 encore, l’émissaire espagnol Scaglia espère une nouvelle fois s’appuyer sur Épernon pour occuper Bordeaux103.

66La bonne entente franco-espagnole qui s’installe dès la fin de l’année 1610 prend peu à peu la forme de sables mouvants où s’enfonce la politique étrangère espagnole. Tandis que la lutte entre factions devient de plus en plus conflictuelle – débouchant même sur des guerres civiles –, le jeu d’équilibriste consistant à appuyer d’un côté la reine mère et, de l’autre, à distribuer de bonnes paroles aux Princes apparaît de plus en plus dangereux pour les intérêts espagnols. On cherche à se faire des amis dans tous les partis, par crainte de mécontenter les possibles gouvernants de demain. Le « coup de majesté » du 24 avril 1617 ne met pas fin à cette ambiguïté ; cependant la chute de la reine mère et la mort de Concini, déplaçant le centre de gravité du pouvoir, réduisent momentanément l’intérêt espagnol pour les Princes. Alors que les affaires allemandes prennent le relais de la crise italienne, la politique étrangère espagnole tente de maintenir le statu quo avec la France. Les dirigeants espagnols sont donc amenés à prolonger leurs contorsions précédentes entre les Princes et la reine mère pour conserver des relations courtoises avec un gouvernement dont la politique extérieure, tout compte fait, satisfait Madrid.

Naviguer entre gendre et reine mère (1617-1620)

  • 104 AGS, K, 1473, ffos 55-57, Monteleón au roi le 26 juillet 1617 ; AGS, K, 1475, f° 111, Monteleón à C (...)
  • 105 R. Mousnier, L’homme en rouge, p. 158.
  • 106 Ibid., p. 160.

67À la suite de l’assassinat de Concini, Marie de Médicis se retire dans son gouvernement de Blois, sur ordre de Louis XIII. Nous avons déjà mentionné la fidélité témoignée à la reine mère par les diplomates espagnols, qui demandent à plusieurs reprises à Louis XIII – qui la leur accorde – l’autorisation d’aller la visiter, quitte à déplaire à son fils104. Aucun élément dans la correspondance diplomatique espagnole ne suggère l’organisation d’une cabale avec la reine mère. Pourtant, en 1617 et 1618, Richelieu se trouve accusé deux fois de correspondre avec l’Espagne. Avant son exil à Luçon, faisant la navette entre Paris et Blois en mai 1617, il est mis en cause une première fois à propos de son activité de liaison entre Marie de Médicis et le représentant espagnol105. Condamné à se retirer à Coussaye, il poursuit ses contacts avec la reine mère quand, en février 1618, on le soupçonne de nouveau de correspondre avec des puissances étrangères106 (l’Espagne est certainement la première puissance visée). La riposte royale arrive sous la forme d’une lettre signifiant à l’évêque son exil en Avignon (avril 1618).

  • 107 AGS, K, 1476, ffos 18-32, Girón relate la succession de ces événements.
  • 108 AGS, K, 1476, f° 20, le 23 février 1619.

68Les lettres de Monteleón et de Girón ne traitent pas de ce sujet, ni de contacts secrets avec Marie de Médicis. L’attitude espagnole pendant les deux guerres de la mère au fils le confirme. Depuis Paris, Girón se limite à rendre compte de ces divers événements107, envoyant au Conseil d’État une copie des lettres de Marie de Médicis et d’Épernon à Louis XIII108. Il suggère :

  • 109 AGS, K, 1476, ffos 21-24, Girón au roi le 25 février 1619.

À mon avis, si le Roi devait prendre cette résolution [de recourir à la solution militaire], V. M. restera neutre, m’ordonnant de sa part que je fasse savoir combien pèse à V. M. qu’entre lui [Louis XIII] et la reine mère il y ait de si grandes fâcheries qui les obligent à prendre les armes, et que V. M. rendra tous les bons offices possibles pour qu’on arrive à composition et qu’il y ait entre eux amour et paix109.

  • 110 AGS, K, 1593, Conseil d’État du 13 mars 1619 sur la lettre du 25 février 1619 de Girón.

69Le Conseil d’État suit ces recommandations et choisit une voie intermédiaire110, bien que Marie de Médicis tente d’entraîner l’Espagne de son côté :

  • 111 AGS, K, 1455, f° 107, lettre de Marie de Médicis au duc d’Uceda le 14 mars 1619.

Mon cousin. Vous estes si généreux que vous ne pouvez de ressentir l’exces de mes peynes bien plus grandes en ce que je suis attaquée soubs l’authorité du Roy monsieur mon fils parce que je me suis mise en liberté pour luy descouvrir la mauvaise conduicte de ses affaires ; je tiens pour indubitable que le Roy d’Espagne mon frère assistera la justice de ma cause par les bons conseils qu’il luy doibt donner et me promet que sur un subiect si important vous ferez tout ce que vous pourez affin quil face paroistre les justes et heroiques intentions de son sceptre. Je le desire et prie Dieu, mon Cousin, qu’il vous aye en sa sainte et digne garde. D’Angoulême ce 14 mars 1619. Vostre bien bone cousine Marie111.

70La réponse de Philippe III suit une ligne de prudence et de non-immixtion dans les affaires familiales, ne prenant position en faveur d’aucune des deux parties :

  • 112 AGS, K, 1455, f°114, le roi à la reine mère le 22 avril 1619.

Madame, j’ai vu ce que V. M. me dit dans sa lettre du 14 du mois passé que me donna la personne qui l’amena et je ressens beaucoup, comme il est de raison, d’affliction et de peine dans l’état présent de ce qui se passe entre V.M. et le Roi votre fils, et je désire beaucoup que l’on trouve un accord juste et que cessent ces inquiétudes et embarras, et ainsi, comme toujours j’ai recherché la sagesse du Roi Très-Chrétien, je ferai de même en cette occasion par mes offices, en raison de l’étroitesse de notre fraternité et de notre alliance et parce que cela m’est demandé par V. M, que j’estime tant et à qui je désire donner satisfaction. Que Dieu garde V. M. comme je l’espère, De Madrid, le 22 avril 1619. Le bon frère de V.M.112.

  • 113 AGS, K, 1455, f° 116, le roi d’Espagne au roi de France le 23 avril 1619.

71Par une lettre datée du 23 avril 1619, Philippe III écrit donc à son gendre le roi de France et à sa fille Anne d’Autriche afin de les encourager à une prompte réconciliation familiale113. Inévitablement, cette intercession déplaît au Roi Très-Chrétien, qui n’apprécie pas que son beau-père se pose en arbitre d’une situation familiale troublée.

  • 114 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, doc. 1368 (p. 7 (...)
  • 115 AGS, K, 1593, le Conseil d’État du 2 octobre 1619 sur une lettre de Girón du 14 septembre 1619.

72Ces lettres officielles montrent que la Monarchie Catholique a effectivement adopté une position de neutralité à l’égard de ses factions françaises. Péricart, l’ambassadeur français auprès des Archiducs, a averti ceux-ci, le 25 mars 1619, de ne pas profiter des troubles en France pour lever dans les Pays-Bas espagnols des troupes afin de combattre son maître et a sollicité l’envoi à Louis XIII d’un secours de mille cavaliers et cinq mille fantassins. Or, Albert a accepté cette dernière demande, soutenant donc le roi de France contre Marie de Médicis. Deux mois plus tard, Philippe III fait savoir qu’il désapprouve cette promesse et exige d’Albert que les troupes fournies ne franchissent pas la Loire et soient seulement engagées contre le duc de Bouillon et les protestants114. La priorité est de préserver l’équilibre avec les factions françaises tandis que la monarchie hispanique s’engage dans l’Empire. Au lendemain de la réconciliation entre Marie de Médicis et son fils, l’ambassadeur Fernando Girón note pourtant : « Se voyant débarrassé des discordes civiles, ce Roi pourra mettre tout son soin dans des troubles et être contraire aux choses de V.M.115.» Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on voit pendant l’hiver 1619-1620 une grande partie de la noblesse quitter la cour de Louis XIII, mécontente de la place croissante occupée par Luynes. Soissons, Longueville, Vendôme, Épernon et Mayenne quittent Paris tandis que les protestants paraissent relever la tête, s’assemblant à Loudun malgré l’interdiction royale.

73Dans les archives de Simancas, un mémoire placé parmi des lettres d’avril 1620 semble tirer les leçons de la guerre précédente :

  • 116 AGS, K, 1477, f° 55, sans nom, ni date.

On a toujours tenu pour un frein nécessaire aux ennemis de cette couronne que S. M. [le roi d’Espagne] intervienne en France même et que cela soit par cette voie, et on a eu des difficultés car on considérait qu’il fallait beaucoup d’argent pour maintenir les Français dévoués à S. M., mais maintenant que s’offre ce moyen de la reine mère (chose de tant de considération), on traitera de ce point seulement en Conseil, et sur ce point S. M. dira ce qu’lle proposera116.

  • 117 AGS, K, 1455, f° 168, le roi à Girón le 29 avril 1620.

74Ce même texte est repris dans une instruction royale à Girón, mais l’argument y est retourné, car l’instruction demande à l’ambassadeur son avis sur les personnes que l’on pourrait gagner à la cause de l’Espagne et sur les sommes d’argent nécessaires pour y parvenir117. La réponse du diplomate est claire : une alliance avec des princes français semble peu indiquée à cause des dépenses qu’elle entraînerait et de la duplicité des sujets du roi de France. Cependant, ajoute-t-il, Épernon et Marie de Médicis restent le parti le moins éloigné de l’Espagne. Dans cette même dépêche de Girón, et pour la première fois, le roi d’Espagne est avisé de la place que peut occuper Gaston d’Orléans sur l’échiquier politique européen. Héritier du trône jusqu’à la naissance du premier fils de Louis XIII en 1638, il commence à intéresser Madrid.

75L’un des enjeux majeurs de la diplomatie espagnole se trouve donc situé à l’intérieur de la famille royale. Pendant les dix années suivantes, l’orientation de la politique espagnole suit les contours des discordes familiales, qu’il s’agisse d’Anne d’Autriche, de Gaston d’Orléans ou de Marie de Médicis.

III. - La discorde familiale : l’épouse, la mère et le frère (1624-1635)

L’épouse

  • 118 AGS, K, 1417, f° 117, Monteleón à Lerma, le 7 juillet 1616.
  • 119 AGS, K, 1472, f° 50, sans date ni signature, vers août-septembre 1616.

76Âgée de quatorze ans lorsqu’elle arrive en France en 1615, Anne d’Autriche demeure longtemps une Espagnole dans l’esprit de ses contemporains. Sa manière de se vêtir118, la « république des criados119 » qui l’entoure et que dirige l’ambassadeur du Roi Catholique, sa religiosité aux formes tout espagnoles, tout cela la distingue du reste de la Cour. Comme les Princes, la jeune reine est à la recherche d’un fil conducteur alors que, à partir de 1625, elle se trouve opprimée et marginalisée par le roi et par son principal ministre. Pour leur part, les dirigeants espagnols caressent l’espoir que la Reine puisse devenir un facteur de temporisation, voire, dans l’éventualité d’une régence, une alliée susceptible d’aider Madrid à réaffirmer l’hégémonie des Habsbourg en Europe.

  • 120 « Cartas autógrafas de Felipe III a su hija Da Ana, reina de Francia », éd. A. Rodríguez Villa, pp. (...)

77Les instructions de Philippe III à sa fille, remises au moment de son départ pour la France120, illustrent l’ambiguïté du mariage pour les femmes de roi issues de lignage monarchique. Plus de la moitié du document concerne le comportement religieux de la future reine. L’assiduité à la confession, à la communion, à la prière, à la dévotion au Saint-Sacrement... représente près de la moitié des recommandations de Philippe III à Anne d’Autriche. Les conseils moraux forment aussi une partie non négligeable des instructions : Anne doit éviter l’oisiveté, les jeux de cartes (sauf pour distraire son mari), être modeste, prudente... et doit entretenir de bonnes relations avec les conseillers de son époux comme avec la famille royale :

  • 121 Ibid., p. 16.

Après Dieu, vous aurez un amour fidèle et vrai pour votre mari, ne lui manquant en rien, lui étant obéissante et [vous conformant] à son goût, ne lui cachant aucune chose importante et souffrant pour lui, et sans y attacher d’importance, les vétilles que la vie humaine entraîne inévitablement ; de cela naîtra en vous une confiance si grande que vous serez maîtresse de son cœur en lui étant obéissante et soumise. Par ces voies naîtront les grands biens que l’on attend de ces mariages121.

78La politique matrimoniale clairement énoncée : il ne s’agit pas seulement d’exécuter une clause d’un traité d’alliance, et le roi d’Espagne espère « un plus grand bien » pour la Chrétienté.

79Mais le mariage d’Anne est aussi conçu comme un vecteur de l’influence espagnole à l’intérieur même du royaume de France. Son père lui précise bien de ne pas se mêler des affaires de justice et de gouvernement :

  • 122 Ibid., p. 17.

Si Dieu, par Ses jugements secrets, permettait qu’entre moi et le Roi votre mari il y ait une guerre, ce que j’espère qu’il ne permettra pas, soutenez-le en public, c’est votre devoir ; mais en secret, faites faire des prières et des offrandes et autres démarches nécessaires pour que cela n’empire pas122.

80Ces instructions sont neutres et, ce qui est conforme à la tradition, prescrivent à l’épouse royale d’adopter une position en retrait. Cependant, par certains conseils, Philippe III désigne clairement à sa fille les domaines dans lesquels elle doit agir (les « autres démarches »). En matière de religion surtout, les consignes du roi sont explicites :

  • 123 Ibid., p. 15.

Je ne peux cesser de vous rappeler, au cas où les choses de la religion se mettraient dans l’état où elles seraient avec la faveur de Dieu, de vous efforcer d’introduire l’Inquisition et de la favoriser dans ce Royaume, car nous savons quels fruits elle amène ; mais vous ne consentirez pas qu’en son nom on fasse du tort à quiconque123.

81S’il est vrai qu’aucune lettre de Philippe III à sa fille ne traite de la tolérance religieuse accordée aux réformés depuis l’édit de Nantes, ce passage des instructions destinées à la future reine laisse deviner que l’Espagne espère en secret voir l’hérésie extirpée de France grâce à l’introduction de l’Inquisition dans le royaume du Très-Chrétien. Le roi ne précise pas les modalités selon lesquelles pourrait s’opérer cette éventuelle apparition. Pense-t-il à une Inquisition « à la mode d’Espagne », c’est-à-dire contrôlée par le pouvoir royal, ou bien à une Inquisition de type romain et apostolique, dans ce cas placée sous l’autorité du pape ? Philippe III ne précise pas sa pensée à sa fille, mais l’absence en France d’une institution spécifique de contrôle religieux dépassant le niveau des officialités lui semble nuire au bon gouvernement.

82Dans le domaine politique, si Anne d’Autriche ne doit pas s’immiscer dans les affaires de son royal mari, son père lui précise néanmoins :

  • 124 Ibid., p. 17.

Vous vous efforcerez, quand cela se pourra, d’éviter que mes rebelles [c’est-à-dire les Provinces-Unies] ne soient assistés depuis ce Royaume, car il semble qu’ayant entre nous la bonne et étroite fraternité qu’il y a [...], il ne serait pas juste qu’aucun de nous n’y consentit124.

83Enfin il lui recommande d’entretenir des rapports de bon voisinage avec ses oncles, tantes et cousins de Flandres et du Saint-Empire.

84Ce mariage modifie aussi les tâches assignées à l’ambassadeur :

  • 125 AGS, K, 1431, f° 8, Conseil d’État du 10 février 1618.

Le Conseil d’État, considérant que cette ambassade, à l’occasion des mariages, prend un sens différent à cause des entrées [accordées à l’ambassadeur] en tant que premier majordome [mayordomo mayor], il paraît nécessaire qu’il y ait un ambassadeur dans l’appartement de la reine Très-Chrétienne et, pour cette fonction, on a choisi le duc de Monteleón125.

  • 126 AGS, K, 1417, f° 8, Monteleón à Ciriza le 7 janvier 1616.

85Monteleón finance une partie des ressources d’Anne d’Autriche, commençant par distribuer huit mille ducats selon ses ordres126. Il se conduit dès lors en chef de la maison espagnole de la Reine, dont les différents serviteurs sont en liaison avec lui. Inévitablement, cette présence du diplomate heurte les sensibilités locales, provoquant l’expulsion de la suite espagnole d’Anne d’Autriche, longuement évoquée dans la correspondance de Monteleón. Celui-ci est un maillon indispensable à la liaison entre la reine de France et le roi d’Espagne son père, puis son frère Philippe IV à partir de 1621. Pour Madrid, Anne d’Autriche doit jouer à la cour de France un rôle d’informatrice et aussi favoriser par son rayonnement personnel les adhésions à la cause espagnole. La Reine, une informatrice ? De fait, on trouve souvent dans les papiers du Conseil d’État des annotations comme celle-ci :

  • 127 AGS, K, 1473, f° 51, Uceda à Ciriza, juillet 1617.

Les lettres qui arrivent ici de la Reine Très-Chrétienne pour le Roi notre seigneur sur les matières d’Italie, on ordonne de les voir au Conseil d’État avec les autres courriers127.

86Ou encore, ce même mois de juillet 1617 :

  • 128 AGS, K, 1613, le Conseil d’État du 27juillet 1617.

Il [l’ambassadeur] a réussi à obtenir que la Reine-Infante écrive à V.M. les lettres incluses sur l’accommodement des choses d’Italie pour deux considérations ; la première, pour qu’on accomplisse la volonté de V.M. que la Reine fasse des offres à son mari dans ce domaine ; l’autre, contredisant Monteleón, citait de nouveaux motifs de suspicion que V. M. veuille sauter le pas et engager la guerre128.

87Cette activité d’informatrice de la Reine s’étend au moins sur les dix premières années de son règne. La diplomatie espagnole compte exploiter sa présence pour acquérir de nouvelles amitiés et pour amener des dirigeants français à des dispositions bienveillantes envers la couronne espagnole. En 1625, à propos de la rapide ascension de Baradat, Mirabel se trouve obligé d’écrire à Philippe IV ;

  • 129 AGS, K, 1480, f° 74, Mirabel au roi, novembre 1627.

[A] ceux qui disent dans leur avis d’employer la reine Très-Chrétienne pour cette affaire [attirer Baradat dans le camp des hispanophiles], je ne crois pas que ce soit chose à essayer, et même je dis à V. M. qu’il ne convient absolument pas129 de le faire.

88Quelques mois plus tôt, Manuel don Lope était d’un avis bien différent :

  • 130 AGS, K, 1457, f° 178b, avis transmis à la Cour par Manuel don Lope.

Il convient d’animer le [maréchal] de Schomberg pour qu’il s’oppose au Cardinal au Conseil ; il est vraisemblable que, s’il entendait qu’agir ainsi serait du goût de la Reine Très-Chrétienne Infante, il montrerait plus de détermination. On pourrait avec facilité, et sans être suspecté [par les autorités], faire parvenir cette information jusqu’à lui. On veille à cela là-bas, car il est sûr que, désirant la paix, la Reine-Infante doit agir et il est très bon qu’elle tienne ce langage en public et en secret. Dans le cas où, jusqu’à présent, la Reine n’aurait rien fait, il serait bien qu’elle agisse et persuade le marquis de Mirabel130.

89Autour d’Anne d’Autriche, les relations entre divers familiers – l’ambassadeur, les émissaires du Roi Catholique, les personnes disposées à servir l’Infante et la cause espagnole – composent un système complexe. Ces différents acteurs intervenant auprès de la reine ont des opinions divergentes sur son rôle et sa place dans les relations bilatérales.

  • 131 AGS, K, 1471, f° 176, le 9 juillet 1616, le frère Antonio de Arco au père Frederico ; AGS, K, 1473, (...)
  • 132 AGS, K, 1471, f° 24, janvier 1616 : résumé des lettres de Monteleón. Il est noté qu’il serait bien (...)
  • 133 AGS, K, 1431, f° 48, fin mars 1619, mémoire transmis par Pedro de Alderete. Sur Alderete et Adrien (...)

90La communication entre la reine et l’ambassadeur passe souvent par les serviteurs de la souveraine, par son confesseur131, par la comtesse de la Torre132 ou encore par des inconnus. L’espion Pedro de Alderete est ainsi envoyé à Paris par Adrien de Monluc, comte de Cramail (ou Carmain), pour rencontrer l’ambassadeur Monteleón ainsi que le P. Antonnio de Arco, confesseur de la Reine-Infante133. Le comte est un « ami » de l’Espagne qui, depuis les guerres de la Ligue, fournit Madrid en avis et projets dirigés particulièrement contre les protestants.

  • 134 Cl. Dulong, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, p. 51.

91La Reine fait l’objet d’une attention privilégiée dans la mesure où elle peut favoriser les intérêts espagnols, mais elle se trouve prisonnière de son rang, alors que la politique du Cardinal ne cesse de prendre des orientations contraires à la maison d’Autriche. Dès 1623, Louis XIII interdit à tout homme l’entrée des appartements de la Reine134, tandis que les entrées accordées à l’ambassadeur, enjeu d’une lutte depuis 1618, sont réformées.

  • 135 J.-M. Constant, Les conjurateurs, pp. 11-42, souligne que « l’année 1626 est véritablement celle où (...)

92À la suite de la supposée « conspiration de Chalais135 », Anne d’Autriche se trouve de plus en plus isolée. S’il est vrai que l’Espagne n’est pas impliquée dans cette confuse histoire de complot, les liens présumés avec l’étranger (l’Angleterre et d’autres puissances, selon la confession de Gaston d’Orléans) et leur prétendue découverte isolent un peu plus la souveraine et renforcent la surveillance dont son entourage fait l’objet. L’exil en Lorraine de la duchesse de Chevreuse prélude à la fuite de tout un groupe de nobles qui ne peuvent espérer de secours que de l’extérieur du Royaume. La correspondance des ambassadeurs espagnols ne signale aucune intervention particulière de leurs réseaux dans cette affaire, dont l’issue conforte les positions de la monarchie française.

  • 136 AGS, K, 1481, ffos 145 et 148, lettre de Mirabel à Olivares les 31 mars et 6 avril 1629.
  • 137 Cl, Dulong, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, p, 109.

93Anne d’Autriche réapparaît dans le jeu politique bilatéral quand la situation entre les deux couronnes se détériore. En 1629, la crise de Mantoue oppose militairement les deux souverains. À Paris, Mirabel reste le lien avec la reine et a pour mission d’avertir Madrid des occasions d’exploiter la position de la souveraine. Celle-ci est l’objet d’une double attention. En 1629, par exemple, au plus fort du conflit entre les deux monarchies pour le contrôle du duché de Mantoue, son époux Louis XIII la prie d’écrire à son frère Philippe IV afin que celui-ci consente à l’investiture du duc de Nevers. De l’autre côté, Mirabel, prévenu par la Reine, précise au Conseil d’État qu’il a lui-même conseillé à la souveraine d’obtempérer et d’accepter de rédiger la missive136. Anne d’Autriche règle donc sa conduite en accord avec l’ambassadeur espagnol et prévient des intentions françaises à l’égard de la Monarchie Catholique. Claude Dulong souligne les contacts engagés par la Reine au même moment avec la cour de Lorraine, où réside sa confidente, la duchesse de Chevreuse137.

  • 138 AGS, K, 1437, ffos 100-109, Anne d’Autriche à Olivares le 2 août 1629 et le Conseil d’État du 25 ao (...)

94Mais si le roi d’Espagne exerce son influence par le biais de la reine de France, celle-ci à son tour modifie les choix diplomatiques de son frère. C’est en cette année 1629 qu’elle obtient de Philippe IV que le marquis de Mirabel ne soit pas remplacé par le marquis de Castañeda. Le maintien de ce diplomate à Paris exacerbe un peu plus les ressentiments des dirigeants français138.

  • 139 La mauvaise santé de Louis XIII conduit le Conseil d’État à réfléchir sur cette possibilité dès 162 (...)
  • 140 AGS, K, 1415, f° 43, Conseil d’État du 4 février 1631 sur six lettres au roi et à Olivares, de l’In (...)
  • 141 AGS, K, 1415, f° 45, le Conseil d’État du 7 mai 1631 sur les lettres de Mirabel des 1er et 9 févrie (...)
  • 142 AGS, K, 1424, f° 2, Olivares à Mirabel le 20 janvier 1631.

95Lorsque Louis XIII tombe gravement malade, les bruits de négociations en vue d’un remariage d’Anne d’Autriche avec Monsieur ne sont pas perceptibles dans les lettres des ambassadeurs, même s’il est fréquemment fait allusion à une possible régence d’Anne d’Autriche139. À la suite du « grand orage » (G. Pagès) de la Journée des Dupes, Mme Du Fargis est renvoyée, d’autres proches de la Reine doivent quitter la Cour140 et Mirabel n’a plus le droit d’entrer au Louvre en dehors des audiences141. Le Cardinal sort renforcé de cette épreuve, à la suite de laquelle la reine mère se retrouve isolée, puis exilée à Compiègne. Anne d’Autriche – c’est le dernier grand moment de son intervention – écrit à Madrid pour demander un soutien à Marie de Médicis. De son côté, la reine d’Espagne sœur de Louis XIII doit expédier des lettres pour appuyer sa mère142.

  • 143 Cela ne signifie pas la fin des relations entre la reine et son frère le roi d’Espagne. En 1637, An (...)

96À partir de 1631, le rôle politique d’Anne d’Autriche est terminé – du moins jusqu’à sa longue régence, postérieure à notre sujet. Son isolement, la surveillance et la méfiance qui entourent tant la reine que l’ambassadeur espagnol l’empêchent de peser sur la politique française143.

Un héritier potentiel à soutenir

  • 144 AGS, K, 1437, f° 92, consulta d’une junte d’État du 15 juillet 1629 sur une lettre de Mirabel.

97Il existe des relations entre Anne d’Autriche et Gaston d’Orléans à la fin des années 1620. La diplomatie espagnole s’efforce de tirer profit des mésententes familiales liées à la question du mariage de Monsieur. En 1629, une junte d’État se réunit lorsque Madrid apprend par le marquis de Mirabel qu’un familier du duc d’Orléans s’est entretenu avec la souveraine afin de la prévenir du mécontentement de Monsieur envers son frère et de son intention de quitter le Royaume pour se réfugier aux Pays-Bas espagnols. Dans son avis, cette junte donne pour instruction à l’ambassadeur de ne pas mêler Anne d’Autriche à de telles conversations144. En effet, la crainte d’une répudiation de la reine par Louis XIII devient plus forte que tous les liens et avantages que peut procurer cette connivence entre parents. N’ayant pas d’enfant avant 1638, la reine est en partie délaissée par la diplomatie espagnole au profit de Monsieur, l’héritier en titre tant que le couple royal ne possède pas de descendance.

  • 145 AGS, K, 1477, f° 72, Girón au roi le 22 mai 1620.

98La première allusion politique à Gaston d’Orléans apparaît en 1620, à l’occasion de la deuxième guerre entre sa mère et Louis XIII. On s’intéresse à Monsieur dans la mesure où il peut renforcer la faction de Marie de Médicis145. Mais son jeune âge (douze ans) interdit de tenter d’en faire un instrument politique. Les diplomates se bornent à relater les différents événements et les problèmes de la vie personnelle de Monsieur. On relève dans la correspondance diplomatique plusieurs allusions à l’éventuel parti que pourrait constituer le duc d’Orléans, mais il faut attendre 1629 et la première fuite de l’héritier pour trouver Madrid prêt à se saisir de cette occasion pour tenter d’affaiblir la monarchie française. Monsieur devient alors un des éléments essentiels de la politique espagnole face à la France. Entre 1629 et 1635, le premier prince français ne se réfugie pas moins de trois fois dans les États du Roi Catholique ou de ses alliés.

  • 146 Dès le règne d’Henri IV, Marie de Bourbon, héritière d’une des plus grandes fortunes de France, est (...)
  • 147 AGS, K, 1481, ffos 190, 200 et 215 ; AGS, K, 1459, ffos 285-294.
  • 148 AGS, K, 1437, f° 92, consulta de la junte d’État du 15 juillet 1629.
  • 149 AGS, K, 1481, f° 190, Mirabel à Olivares le 12 septembre 1629.

99Six mois avant que Gaston d’Orléans ne s’enfuie à l’étranger, Philippe IV ordonne à son ambassadeur à Paris d’exacerber les « dégoûts » de Monsieur. En effet, pour la monarchie espagnole, la situation politique européenne exige un affaiblissement du royaume français : depuis octobre 1628, les troupes françaises sont libérées du siège de La Rochelle et, malgré la rébellion des protestants du Languedoc, elles entrent en Italie et occupent Suse. L’un des moyens de freiner, sinon d’empêcher, l’intrusion française dans ce que le Roi Catholique considère comme son domaine consiste à fomenter des révoltes au sein du royaume du Très-Chrétien. Or le principal mécontent est désormais le duc d’Orléans. Veuf de la duchesse de Montpensier146, l’héritier souhaite en effet épouser Marie de Gonzague, contre le vœu de la reine mère. Par ailleurs, il voudrait prendre la tête d’une armée en Italie mais ses demandes sont rejetées par son frère. Dès juillet, un de ses émissaires – non identifié – entre en contact avec l’ambassade espagnole. Mirabel acquiesce à une éventuelle demande d’asile de Monsieur dans les possessions espagnoles147, à la condition cependant que le frère du roi n’amène pas avec lui un trop grand nombre de serviteurs. Quant à la proposition de Gaston d’Orléans de se réfugier en Lorraine, l’ambassadeur, répercutant l’avis du Conseil d’État148, ne trouve rien à y redire. De fait, en septembre 1629, Monsieur, craignant la colère de son frère, choisit de quitter le Royaume et de se réfugier en Lorraine149.

  • 150 AGS, K, 1481, f° 200, Mirabel à l’infante, octobre 1629.

100Des négociations plus approfondies sont alors entamées. Monsieur demande trois cent mille ducats, en échange de quoi l’ambassadeur espagnol réclame une déclaration de rupture du duc d’Orléans avec son frère Louis XIII ainsi que l’élaboration d’une confédération regroupant, en plus de Monsieur, le duc de Lorraine, le roi d’Espagne et le duc de Savoie. Ce projet ressemble à celui formé deux ans plus tard, à l’occasion d’une « ligue des gendres » destinée à tirer Marie de Médicis de Compiègne. Le marquis de Mirabel semble moins lucide que le gouvernement de Madrid, notant à propos du départ de Monsieur : « Il ne retournera pas en France tant que le cardinal de Richelieu dirigera les affaires150. » Pour leur part, cependant, les dirigeants espagnols demeurent nettement sceptiques sur les chances de succès d’une entreprise menée de concert avec d’autres puissances et avec la participation de Monsieur. Dans les instructions royales transmises à Mirabel à propos de ce projet, Philippe IV note :

  • 151 AGS, K, 1459, f° 194, le roi à Mirabel le 6 novembre 1629.

La division du roi de France et du duc son frère ne durera pas beaucoup de temps et le principal fruit que l’on puisse espérer est de distraire le roi de France des affaires d’Italie. Il conviendra que les armées entrent en action au même moment en Italie et du côté du duc d’Orléans, en France151.

101On promet d’attribuer à Monsieur quatre à six mille ducats par mois, et une somme de cent cinquante mille ducats lorsque ses troupes se mettront en campagne. Ce marchandage annonce déjà des suspicions et méfiances réciproques entre Gaston d’Orléans et les Espagnols. En effet, aucune des deux parties ne croit à la bonne foi de l’autre et chacune espère tirer profit d’une alliance qu’elle n’a pas l’intention de respecter. Pour Monsieur, il s’agit de négocier son retour auprès de son frère en profitant de sa position de force. Le but des représentants espagnols est de harceler Louis XIII pour le détourner de l’Italie, en espérant sa mort pour bientôt, vu sa santé précaire.

  • 152 P. Grillon, « Lettre du secrétaire d’État Claude Bouthillier au cardinal de Richelieu », p. 77.

102Cette première fugue princière montre l’importance de l’enjeu que la question de la succession au trône de France constitue pour la Monarchie Catholique en ce qui concerne la direction des affaires d’État. Elle permet en tout cas de troubler l’ordre intérieur d’une puissance ennemie. Simultanément, cependant, l’utilisation de Gaston d’Orléans par les Espagnols pose un autre problème : celui du choix entre les différentes factions. La fuite de l’héritier de la couronne provient à l’origine des refus réitérés opposés par Marie de Médicis au mariage de Monsieur avec Marie de Gonzague. Soutenir l’héritier, c’est donc alors s’opposer à la reine mère, or celle-ci est traditionnellement favorable à une orientation pro-espagnole. Certes, Louis XIII, soupçonneux envers son frère, rechigne à lui laisser un espace politique digne de sa qualité, à savoir le commandement demandé. Pourtant, Richelieu n’est pas défavorable à la cause du duc d’Orléans, mais dans la mesure seulement où celle-ci coïncide avec ses propres buts politiques152. C’est pourquoi le Cardinal cesse d’apporter toute aide au frère du roi aussitôt que se produit l’escapade en Lorraine.

  • 153 AGS, K, 1481, f° 223, Navaz à Olivares le 10 décembre 1629 ; G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 90.

103Cette échappée princière permet aussi de mesurer la fermeté du contrôle exercé par la Monarchie sur la noblesse. La plupart des gouverneurs de province refusent de soutenir le fugitif, ou même simplement de l’accueillir. Les prémonitions du Conseil d’État espagnol se révèlent justifiées : dès le début du mois de décembre, le secrétaire de l’ambassade de Paris, Antonio Navaz, informe Madrid que des négociations entre les représentants de Monsieur et ceux du roi sont engagées. Les discussions aboutissent à un accord le 2 janvier 1630. Le roi pardonne à Monsieur, paye ses dettes, lui donne le gouvernement d’Orléans et accorde des gratifications aux « bons » conseillers de son frère, en échange du retour de celui-ci dans le Royaume153. Pendant près d’un an et demi, la correspondance diplomatique espagnole se désintéresse du turbulent prince. En 1630, Monsieur occupe la charge de lieutenant général du roi à Paris pendant l’absence de Louis XIII, parti à la tête des troupes en Italie. Ses conseillers sont récompensés pour la tranquillité et la tempérance dont leur maître a fait preuve et pour l’accalmie de ses appétits princiers : Le Coigneux obtient une charge de président au Parlement de Paris et Puylaurens reçoit d’autres menus avantages.

  • 154 Il est significatif que les chefs d’inculpation du maréchal de Marillac ne comportent pas d’accusat (...)
  • 155 La seule mention d’une collusion entre l’ambassade espagnole et un personnage qui semble proche des (...)
  • 156 G. Pages, « Autour du grand orage : Richelieu-Marillac » J. J.-M. Constant, Les conjurateurs, pp. 5 (...)
  • 157 G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 96.
  • 158 AGS, K, 1415, f° 13, le Conseil d’État résume la relation de cet événement par Navaz.
  • 159 G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 102.

104Lors de la journée des Dupes, Gaston d’Orléans se tient en dehors de la dispute qui oppose la reine mère et Richelieu. Marillac, le négociateur de l’accord de janvier 1630, est mis en cause, et le parti dévot subit une déroute à la suite du retournement royal en faveur du Cardinal. L’ambassade espagnole ne joue aucun rôle dans cette affaire. Nous aurions pu penser à une tentative de fédérer les mécontents, et ils sont nombreux154, mais aucun élément ne permet de confirmer une telle hypothèse155. Les premières victimes du « grand orage » sont les partisans d’une politique pacifiste en Europe156. Outre le garde des Sceaux Marillac et son frère le Maréchal, Marie de Médicis sort elle aussi vaincue de l’épreuve de force avec son ancien favori. Selon Georges Dethan, il n’y avait qu’un « seul lien solide entre la mère et le fils : la haine pour Richelieu157 ». Ce lien reste suffisamment fort, ou plutôt les pressions exercées par le Cardinal sont telles que le duc d’Orléans, se sentant isolé et menacé par le vide que le ministre a créé autour du Roi depuis 1626 (arrestation des Vendôme, mort d’Ornano, exécutions de Chalais et de Montmorency-Bouteville), préfère tout d’abord affronter le Cardinal158 puis se décide à quitter de nouveau le royaume, fin mars 1631, plutôt que de supporter la vindicte de Louis XIII. Le Parlement de Paris, qui avait refusé de condamner Monsieur, doit se résoudre, sous la contrainte, à enregistrer la déclaration royale159.

  • 160 Voir le chap. II, p. 109.
  • 161 AGS, K, 1415, f° 47, Conseil d’État du 20 mai 1631 ; AGS, K, 1421, f° 60, Conseil d’État du 19 avri (...)
  • 162 AGS, K, 1415, Conseil d’État du 20 mai 1635.

105Cet épisode éclaire la position du duc d’Orléans. Son manifeste de 1631160 lui-même ne possède rien de dévot, de pacifiste ou d’hispanophile. Son seul but consiste à éliminer du pouvoir Richelieu, cause de toutes les ruines du Royaume. Monsieur a pris la précaution d’entrer en contact avec l’ambassade d’Espagne par le biais de Clausels, l’ancien confident de Rohan161, afin de s’assurer d’un refuge et d’appuis internationaux. Malgré les préventions espagnoles à l’égard de l’instabilité chronique des Français162, Olivares choisit de soutenir les prétentions de Monsieur. Le contexte européen l’y pousse, encore une fois. Après la guerre de Mantoue, le duc de Nevers a été placé à la tête du duché italien en octobre 1630 ; l’alliance franco-suédoise, conclue par le traité de Bärvald (janvier 1631), menace le Saint-Empire et la maison d’Autriche. Pour éviter toute ingérence du roi de France dans les affaires allemandes, il est nécessaire de créer des diversions. Sur la foi d’informations provenant de lettres de Puylaurens, le favori de Gaston d’Orléans, Clausels propose à Mirabel de

  • 163 AGS, K, 1421, f° 60, Conseil d’État du 19 avril 1631 sur les lettres de Mirabel des 19 mars et 4 av (...)

prendre appui sur la Provence, de lever un parti qui allumera le feu en France et qui réveillera les huguenots [...]. Le duc de Guise est très bien disposé car la duchesse sa femme avait envoyé appeler Clausels pour lui dire qu’elle s’efforcerait de faire en sorte qu’il y ait à Paris quelques soulèvements pour obliger le Roi à revenir et donner du temps pour que se renforcent Orléans et ceux de Provence163.

  • 164 AGS, K, 1421, f° 60, le Conseil d’État du 19 avril 1631 note que Clausels reçoit en deux jours plus (...)

106D’autre part, Madrid espère toujours un retournement du maréchal de Toiras, dont la position dans l’armée, à la Cour et comme négociateur pourrait constituer un sérieux atout pour la cause de Monsieur. En mai 1631, la correspondance espagnole insiste sur le fait que le Maréchal est en correspondance avec le duc d’Orléans. Cependant, ce chant des sirènes ne produit aucun résultat tangible. Bien qu’il soit mentionné de multiples fois dans les dépêches de Mirabel, Toiras ne participe jamais directement aux conspirations de l’Espagne et des Princes. En Lorraine, Gaston d’Orléans profite des avantages financiers du soutien espagnol et reçoit des fonds de l’Infante164. Sentimentalement, il s’attache à Marguerite de Lorraine, la sœur du duc de Lorraine, et l’épouse secrètement cependant que Charles IV se voit contraint par les troupes du Cardinal à signer le traité de Vic. Cette union imprévue compromet aussi bien les plans politiques de Louis XIII que ceux des dirigeants espagnols. Mirabel reçoit de Philippe IV les instructions suivantes :

  • 165 AGS, K, 1424, f°58, le roi à Mirabel le 12 mai 1632.

Vous vous efforcerez d’empêcher le mariage du duc d’Orléans (si vous êtes en état de le faire) avec adresse et secret, de telle manière qu’on ne découvre pas votre démarche165.

107En effet, un rapprochement franco-lorrain, au cas où le frère de Louis XIII viendrait à accéder au trône, serait préjudiciable à la couronne espagnole. De plus, en mars 1632, Gaston d’Orléans adopte une attitude claire envers le roi d’Espagne. Il avertit que si les armées du Roi Catholique entrent en France,

  • 166 AGS, K, 1421, f° 4, Conseil d’État de mars 1632 sur une lettre de l’Infante du 16 janvier.

Tous se retourneront contre lui et lui-même [Monsieur], bien qu’étant tellement obligé à V. M., sera forcé de s’y opposer parce que, s’il ne le fait pas, cela indignera toute la France contre le duc [d’Orléans]166.

  • 167 Le Mercure françois, t. XVIII (1633), p. 476 : « Quelque temps auparavant le retour du Roy [juillet (...)

108Défiance de Madrid envers le mariage de l’allié, affirmation d’un légitimisme forcé de la part du prince : ces positions sont loin d’être immuables. Cinq mois après le mariage clandestin du prince, on voit s’esquisser la seule grande révolte nobiliaire du règne avant 1635 dans le royaume français, et cela avec le soutien de l’Espagne. Connue de tous, cette aide du Roi Catholique explique la décision des gouvernants français de déclarer Mirabel indésirable en France167.

  • 168 Sur les hésitations espagnoles à intervenir directement dans le conflit français (AGS, K, 1415, ffo (...)
  • 169 AGS, K, 1415, f° 95, Conseil d’État du 12 août 1632, sur l’accord et les possibilités de réussite d (...)
  • 170 Le Mercure françois, t. XVIII (1633), p. 553, « Quelques jours après sur l’avis qu’eut le General d (...)

109Le mécontentement latent dans le Royaume et l’émotion causée par les réformes fiscales (les cascavéous à Aix-en-Provence) auraient pu favoriser une mobilisation contre le gouvernement de Richelieu. Revenu en juin 1632 dans le Royaume à la tête d’une petite armée, Monsieur escompte un ralliement rapide de tous les opposants au Cardinal. Or le traité de Liverdun, imposé à Charles IV de Lorraine le même mois, réduit à néant tout espoir de recevoir une quelconque aide de celui-ci. De plus, ce traité libère les troupes royales, qui poursuivent alors Gaston d’Orléans et le forcent à traverser le pays du nord-est au sud-ouest. Fin juillet, la jonction est réalisée entre Monsieur, avec ses maigres effectifs, et le duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc, son unique allié de poids. À Madrid, Du Fargis négocie en leur nom et réclame cent mille écus. Il parvient à un accord militaire avec la Monarchie Catholique et obtient six mille mousquets, quatre mille piques, de la poudre, du plomb, etc. Le Conseil d’État lui refuse cependant le secours de quatre mille soldats qu’il demandait et affirme qu’il est impossible à l’Espagne de mettre des galères à la disposition des rebelles sans déclencher un conflit ouvert168. En fait, les dirigeants espagnols pensent toujours à Toiras, car le Maréchal demeure leur repère et seule son intervention leur semble susceptible de faire prévaloir le parti de Monsieur (et de leur ouvrir l’Italie du Nord)169. Le renfort matériel accordé s’avère donc insuffisant170. Nettement inférieurs en nombre, les rebelles sont vaincus près de Castelnaudary le 1er septembre 1632. Le duc de Montmorency est fait prisonnier, et le frère du roi bat la campagne avec ce que le bref combat lui a laissé de troupes. L’accord conclu le 26 septembre entre Monsieur et les représentants du roi est rendu caduc par l’exécution de Montmorency. Celle-ci choque violemment la noblesse : le rang, la qualité, l’ancienneté, la fidélité du lignage et des parents, tout s’opposait à une telle sanction. Le gouvernement de Richelieu devient – s’il ne l’était déjà – une tyrannie aux yeux d’une grande partie de l’aristocratie.

  • 171 AGS, K, 1415, f° 118, Antonio Carnero à Olivares, le 10 novembre 1632 : « el cuchillo a la garganta (...)

110À Bruxelles, Monsieur retrouve l’exil. Les factions françaises vaincues et réfugiées aux Pays-Bas commencent à se déchirer. Le duc d’Orléans attribue l’échec de son entreprise à sa mère, retirée en Flandres quelques mois après la « Journée des Dupes », tandis que celle-ci reproche à son fils d’avoir traité avec le roi. À en croire Du Guay, si Monsieur a accepté l’accord du 26 septembre avec Louis XIII, accord qui exclut Marie de Médicis, « c’est le couteau sous la gorge »171. Dès lors, la cour de Madrid voit se succéder ou cohabiter les représentants de Gaston d’Orléans, tels Du Guay, le poète Voiture, le baron des Ouches, Du Fargis ou Lingendes, et ceux de sa mère, comme le comte de Maure ou M. de Valençay. Rivalisant pour la préséance et les grâces, les deux factions s’opposent ; à l’intérieur d’un même parti, la course aux honneurs conduit souvent à des disputes qui ne peuvent qu’indisposer le protecteur espagnol. En février 1633, Olivares constate

  • 172 AGS, K, 1417, f° 2, Conseil d’État du 10 février 1633.

combien était certain ce que nous avons pensé du peu d’utilité de ce parti [...]. Il convient plus que jamais de ne pas leur laisser entendre que nous les estimons peu et que nous nous en défions172.

111Et, lorsque Gaston d’Orléans fait savoir qu’il souhaiterait passer en Espagne, le valido accepte, mais à la condition que l’héritier s’installe dans des places frontalières prises au roi de France, comme Bayonne, Leucate ou Narbonne.

  • 173 AGS, K, 1416, f° 21, écrivant au roi le 4 juin 1633, Mirabel juge durement les propositions faites (...)
  • 174 Dès novembre 1633, les conseillers de Monsieur, pour obtenir une augmentation des pensions espagnol (...)
  • 175 AGS, K, 1417, f° 5, Conseil d’État du 10 février 1634.
  • 176 AGS, K, 1417, f° 16, traité signé par Monsieur et le marquis d’Aytona le 12 mai 1634.
  • 177 G. Dethan, Gaston d’Orléans, pp. 131-132.

112Les projets du frère du roi se succèdent, mais désormais ils ont perdu toute crédibilité173. Monsieur et son entourage expérimentent toutes les voies possibles pour rétablir leur position : ouverture de pourparlers souterrains avec les agents de Louis XIII, discussions avec les représentants espagnols ou lorrains pour trouver les moyens nécessaires à une nouvelle entreprise. Aucune de ces conversations ne débouche sur des résultats concrets. En décembre 1633, la mort à Bruxelles de l’infante Isabelle, favorable au duc d’Orléans, réduit les marges de manœuvre de l’exilé. Ses moyens diminuent à mesure que l’Espagne174 se défie de lui. De son côté, Marie de Médicis informe Madrid, par l’intermédiaire du comte de Maure, du double jeu de son fils cadet175. Pourtant, en avril 1634, le marquis d’Aytona conclut avec Monsieur un arrangement à Bruxelles : le Prince promet, pour une durée de deux ans, de ne pas traiter avec le roi de France sans l’accord de Philippe IV ; en cas de guerre, certaines des places qu’il aura prises avec des troupes espagnoles seront remises au Roi Catholique. En échange, il se voit attribuer soixante-dix mille ducats pour lever des gens d’armes ; on lui fournit douze mille soldats et trois mille cavaliers176. S’engageant dans une véritable fuite en avant, le parti de Gaston d’Orléans conclut un traité qui place l’héritier du trône dans une dépendance accrue envers la Monarchie Catholique. En septembre 1634, la victoire de Nördlingen, qui laisse les Habsbourg maîtres des champs de bataille, renforce la pression sur les exilés. Le parti de Monsieur, en butte à la hauteur des prétentions espagnoles, choisit d’accepter les propositions de Richelieu et de revenir en France. A la veille de la guerre franco-espagnole, le duc d’Orléans et ses conseillers sont ainsi pardonnés et gratifiés pour leur retour dans un royaume dont le souverain n’a pas de descendance177.

Marie de Médicis et les complots espagnols

113Le cas du parti de Marie de Médicis est différent de celui de Gaston d’Orléans. D’une part, c’est une femme qui est à la tête de cette faction. Dans l’ordre logique de la reproduction des familles et du pouvoir, elle n’est qu’un maillon. Sa régence lui a donné l’occasion de jouer un rôle d’exception, lié à sa condition de mère du souverain et à des circonstances particulières (l’assassinat d’Henri IV). Cependant, dès la majorité du roi, elle ne se maintient plus au pouvoir qu’avec l’assentiment de son fils.

  • 178 AGS, K, 1433, f° 80, Conseil d’État du 8 novembre 1625 ; AGS, K, 1445, f° 2, Mirabel au roi le 26 n (...)
  • 179 AGS, K, 1415, Conseil d’État du 10 février 1630.
  • 180 M. Carmona, Marie de Médicis, pp. 463-465, lui attribue la responsabilité de la rupture par son ref (...)
  • 181 AGS, K, 1415, f° 57, Conseil d’État du 13 juin 1631.
  • 182 AGS, K, 1415, f° 57, Conseil d’État du 13 juin 1631. La proposition est rapportée par un spécialist (...)
  • 183 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc. 1732, p. 37 (...)

114Pendant les années 1620, alors que se forge la politique du Cardinal, Mirabel et le Conseil d’États ne cessent d’affirmer leur confiance en Marie de Médicis et tentent, à chaque fois qu’une opportunité se présente, de la favoriser et de l’amener à appuyer leur politique178. Cette attitude, pendant la disgrâce de Marie de Médicis qui suit l’assassinat de Concini, puis pendant les deux guerres de la mère au fils, renforce en elle les sentiments hispanophiles. Un an avant la journée des Dupes, alors que la guerre de Mantoue démontre l’opposition « naturelle » qui existe entre les deux couronnes, le Conseil d’État accuse réception d’une lettre l’informant de l’arrivée en Espagne d’un gentilhomme de Marie de Médicis venu assurer Madrid que celle-ci désire l’union et l’alliance entre les deux royaumes179. Le conflit couve pourtant à Paris entre le Cardinal, favorable à des actions pour contrecarrer la maison d’Autriche en Europe, et la faction « réformatrice », partisane d’une non-intervention dans les conflits européens. Le 11 novembre 1630, Louis XIII affirme clairement son choix de conserver Richelieu aux dépens de l’ancienne protectrice de son ministre. Refusant tout accommodement180, la reine mère est assignée à résidence à Compiègne le 23 février 1631. Quoique prisonnière, elle reste en contact avec l’ambassadeur espagnol181. Un plan général proposé par le roi d’Angleterre esquisse une intervention des gendres de Marie de Médicis pour obtenir sa libération : Charles Ier, le roi d’Espagne et le duc de Savoie, auxquels se joindrait le duc Charles IV de Lorraine, beau-frère de Monsieur, se coaliseraient dans ce but182. Les réactions de Madrid à une telle proposition sont loin d’être enthousiastes, même si, répondant à l’émissaire du duc de Savoie, l’abbé Scaglia, Philippe IV affirme qu’il « désire ardemment participer » à l’entreprise183. Le 20 juillet 1631, la reine mère réussit à s’enfuir aux Pays-Bas espagnols, où se trouvait déjà Gaston d’Orléans : le projet perd sa raison d’être.

  • 184 Sur les discussions de Bouillon avec l’Espagne voir H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis d (...)
  • 185 AGS, E, 2043, f° 25, le Conseil d’État du 19 août 1631 ; M. Carmona, Marte de Médicis, pp. 477-478.
  • 186 Philippe IV lui propose six mille écus de rente si elle désire quitter Bruxelles (H. Lonchay, J. Cu (...)
  • 187 Ibid., doc 1779, pp. 587-788, Madrid le 15 septembre 1631 à Isabelle.

115Persuadée de son influence dans le Royaume, Marie de Médicis élabore avec ses conseillers un plan de soulèvement armé pour éliminer le Cardinal. Ils demandent le concours financier de l’Espagne. Convaincue de la proximité d’un soulèvement général des principaux nobles et de sa capacité à entraîner Épernon, son vieux complice de 1610 et de 1619, Guise, Bouillon184 et tous les mécontents, Marie de Médicis se heurte au scepticisme de Madrid. Les quatre cent mille écus escomptés lui sont refusés185 et on souhaite vivement que sa présence ne détériore pas davantage les relations franco-espagnoles186. Par la suite, la plupart des offres faites par la couronne espagnole à la reine mère la relèguent au rang de personnage d’influence directement utile au service de la Monarchie. Ainsi, en septembre 1631, on la sollicite pour rallier des Français qui se trouvent en Hollande et utiliser ainsi leur influence contre le parti des rebelles187. En 1632, un envoyé de Marie de Médicis auprès d’Olivares souligne que la mère du Roi

  • 188 AGS, K, 1413, f° 78, note de Valençay au Conseil d’État le 24 avril 1632.

offre tout son crédit et toutes les intelligences qu’elle a en France pour conjointement travailler à se délivrer d’un ennemy commun qui va causant tous les maux que nous voyons aujourdhuy dans la Chrétienté188.

  • 189 Conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi, Louis Deshayes de Cournemin est ambassadeur au Levan (...)

116D’autres projets sont échafaudés pour abattre l’« ennemi ». Marie de Médicis entre en relations avec Wallenstein au début de l’année 1632, pendant que son fils cadet la tient à l’écart de son équipée en France. Le condottiere allemand, alors au faîte de sa puissance, reçoit ces offres par l’intermédiaire de Deshayes, baron de Cournemin. Les négociations sont interrompues par l’enlèvement de ce dernier sur l’ordre de l’ambassadeur de Louis XIII, M. de Charnacé189.

  • 190 AGS, K, 1415, f° 82, le roi à Scaglia le 12 mai 1632.
  • 191 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc. 2119 et 212 (...)
  • 192 AGS, K, 1415, f° 84, Valençay de San Lucarà Olivares le 7 juin 1632.
  • 193 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 2053 (p. 685 (...)
  • 194 Charles II de Lorraine, duc d’Elbeuf, petit-fils de Claude de Lorraine, duc de Guise, est l’époux d (...)
  • 195 M. Carmona, Marie de Médicis, p. 513.

117La défaite de Castelnaudary renforce les divisions des exilés, chacune des deux factions rejetant sur l’autre la responsabilité de cet échec. À Madrid, le Conseil d’État subit les récriminations de divers envoyés de Gaston d’Orléans et de Marie de Médicis. L’abbé Scaglia, nommé pour négocier avec celle-ci en juin 1632190, est accusé de trahison un an plus tard par Lingendes, un proche du duc d’Orléans. L’Italien réplique en dénonçant les contacts entretenus par Monsieur avec le roi son frère191. De son côté, Valençay, au nom de la reine mère, rapporte à Madrid que Puylaurens, le favori du duc d’Orléans, trahit la cause des réfugiés192... Ces disputes empoisonnent tellement l’atmosphère que la Florentine craint pour sa vie, le coup pouvant venir du propre camp des déchus193. Confinés durant trois années dans les Pays-Bas espagnols, obligés de solliciter des subsides, échafaudant des plans dont l’issue demeure toujours plus incertaine et subordonnée au bon vouloir espagnol, la mère et le fils subissent le sentiment d’échec de plein fouet. Amertume, divisions, rancœurs aboutissent en 1634 à un attentat commis par les membres les plus radicaux de l’entourage de Marie de Médicis contre Puylaurens, le favori du frère du roi, à qui l’on attribue l’initiative de négociations secrètes avec Richelieu. Commanditée par le duc d’Elbeuf194, l’âme damnée de la reine mère, la tentative d’assassinat, organisée par Clausels, l’ancien représentant de Monsieur auprès de l’ambassade espagnole195, échoue de peu.

  • 196 La Gazette (1633), p. 411.
  • 197 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p (...)

118Les exilés multiplient en France les entreprises, mais celles-ci se heurtent soit à l’organisation de Richelieu, singulièrement bien informé sur le milieu des opposants de Bruxelles, soit à l’indécision madrilène. En septembre 1633, un complot visant à éliminer Richelieu est découvert. Parti de Bruxelles, son auteur, Alfeston, est arrêté à Metz, dénoncé par deux soldats qui sont au service de Marie de Médicis (et du maréchal de Marillac, avant l’arrestation de celui-ci en 1630). Mis en accusation, Alfeston affirme que Chanteloube, un conseiller de la reine mère, aurait commandité le crime196. De plus, selon la correspondance de Richelieu, Alfeston est un familier de l’ambassade d’Espagne en France197.

  • 198 AGS, K, 1416, f° 28, Conseil d’État du 20 juin 1633,
  • 199 AGS, K, 1417, f° 24, Conseil d’État du 13 juin 1634.

119En juin 1633 déjà, le comte de Maure propose aux dirigeants espagnols, au nom de Marie de Médicis, une entreprise dans le Royaume et offre, avec l’appui de différents Bretons fidèles à la reine mère, d’occuper Brest et de fortifier le port du Gonquet. Le projet se présente assez simplement : après la conquête de ces deux points, la maîtrise de la Bretagne est chose aisée ; puis, passant par la Normandie, il faut conquérir Quillebœuf, Granville, Cherbourg, à la suite de quoi les communautés se soulèveront. Le soutien de la Provence à cette révolte, par l’intermédiaire de l’ancien président Coriolis, réfugié dans les possessions espagnoles après 1632, paraît assuré. L’émissaire affirme que trois mille hommes et soixante mille florins suffisent à l’entreprise. À la réunion du Conseil d’État du 20 juin 1633, Olivares ne repousse pas la proposition. Il charge l’infante Isabelle de procéder aux vérifications nécessaires, tout en soulignant que la somme réclamée lui semble bien faible pour une entreprise d’aussi vaste envergure198. Cependant, par la suite, aucune information précise dans la correspondance diplomatique espagnole ne reprend les termes de ce projet. Avortée faute de moyens et de soutien, cette intervention est l’une des multiples chimères entretenues dans l’esprit des exilés par leurs discussions avec les autorités espagnoles. Éléments de marchandage, ces plans et ces informations procurent en général des avantages matériels aux réfugiés français. Peu à peu, Madrid devient méfiant, se détourne de ces voies françaises et n’a plus que dédain pour les exilés : c’est ainsi qu’en juin 1634, la Monarchie ignore une demande de secours financiers présentée par la reine mère199. Désormais, il n’est plus utile d’entourer la Florentine d’attentions, car son poids politique se réduit à bien peu.

IV. - Le malaise de la haute noblesse sous les premiers Bourbons

120La Monarchie Catholique semble donc une véritable « auberge espagnole de mécontents français ». Chaque fois que sortent du Royaume de grands seigneurs, voire Condé, Gaston d’Orléans ou Marie de Médicis, les Pays-Bas espagnols ou, parfois, le Milanais accueillent les réfugiés. Madrid est en relations permanentes avec la plupart des principaux aristocrates du royaume de France : Biron, Soissons, Condé, Épernon, Guise, Bouillon traitent avec l’« ennemi ». Ils discutent de projets de révolte, conspirent, sollicitent avec plus ou moins de bonheur des fonds ou, parfois, des secours en troupes ou en munitions. Et même certains des protestants, adversaires « naturels » du Roi Catholique, n’hésitent pas à négocier avec l’ambassadeur espagnol.

121L’entourage royal n’est pas épargné par cette attraction politique exercée par la Péninsule : de l’Espagne, la marquise de Verneuil attend tout au moins une protection face aux fureurs possibles de Marie de Médicis. Celle-ci, après sa régence, prolonge ses bonnes relations avec Madrid par des conversations, pour affermir son parti face à son fils, Louis XIII. Les héritiers potentiels – Condé en 1610, mais surtout Gaston d’Orléans – se tournent vers la même direction. Tous ces contacts ont un même objet : affermir un « parti », une « maison », face à la puissance monarchique.

122En France, en ce début du XVIIe siècle, quels sont les grands qui ne se sont pas rapprochés de l’Espagne pour comploter contre leur souverain légitime ? Ils sont peu nombreux, et l’on pourrait croire que la noblesse française s’est transformée en « cinquième colonne » de la Monarchie Catholique, demandant finances et armes pour réaliser ses projets de conspiration. Peut-on pourtant, comme on l’eût fait au XIXe siècle et au début du XXe siècle, qualifier ces seigneurs de traîtres à leur patrie ? Peut-on parler d’espionnage ou de trahison dans leur situation ? Ces termes, profondément connotés par deux siècles de nationalisme, ne permettent pas de comprendre les mentalités de ces conjurateurs de haute volée. Derrière les quelques noms notés ici, ce sont des centaines, voire des milliers de membres du second ordre qui sont concernés par ces engagements. Les principaux personnages que nous avons vu nouer des relations avec l’Espagne sont seulement les « prête-noms », par le jeu des réseaux familiaux et de clientèles, d’angoisses plus vastes qui parcourent la noblesse, angoisses qui se concrétisent en prises d’armes, en complots et en révoltes.

123En effet, derrière chaque puissant se profile une cohorte de parents et de clients. La structure même de la famille lignagère, avec ses multiples ramifications et alliances, aboutit à l’engagement de l’ensemble des membres qui la composent derrière le chef de famille. La puissance de ces solidarités familiales explique l’emprise nobiliaire sur les structures sociales. Armand Du Plessis est le cadet d’Henri, marquis de Richelieu : il se doit donc de servir les intérêts du chef de sa maison. En contrepartie, l’aîné favorise la position de son frère et le présente à la reine mère. La solidarité ne se limite pas aux parents proches, mais s’étend à l’ensemble de la famille. À ce titre, les femmes jouent un rôle important, en permettant les unions entre maisons. Les rapports entre beaux-frères, entre gendre et beau-père, entre cousins ou entre oncle et neveu sont essentiels au fonctionnement des différentes stratégies de pouvoir. Le duc de La Force, protestant, est le beau-frère du duc de Biron, dont la conspiration a de fortes réminiscences ligueuses. Lorsque le second est condamné à mort, le premier, vice-roi de Navarre, intervient auprès d’Henri IV pour demander la grâce de son parent. La solidarité familiale prime toute autre considération. Ce facteur explique le choc ressenti par la noblesse face à la violence de la répression menée par Henri IV d’abord, puis, surtout, par Richelieu. Emprisonner Bellegarde, c’est attenter à l’intégrité de son lignage. Exécuter le duc de Montmorency, c’est mettre en doute la capacité de protection et de puissance de cette maison pluriséculaire.

  • 200 F. Billacois, « La crise de la noblesse européenne », p. 263, définit ainsi ce qu’on a nommé parfoi (...)

124Le pouvoir de ces maisons de la première noblesse dépasse les limites de leur parenté. La notion de fidélité étend verticalement les réseaux. Les rapports entre protecteur et créature, maître et obligé, client et patron complètent la vertébration des maisons des aristocrates par des solidarités horizontales qui viennent en renforcer la structure. Cette fidélité, bien que non sanctionnée par un élément contractuel – ce qui la distingue des rapports féodaux –, garantit les liens entre les différentes strates de la noblesse200. La créature se donne à son maître, sert ses intérêts et se dévoue à sa cause. Comme dans le scénario du don et du contredon, la dépendance doit apporter un élément supplémentaire d’honneur. L’ascension sociale ne peut donc être considérée en dehors des rapports de fidélité : selon Bossuet,

  • 201 Cité par Raymond Darricau, « Princes et peuples dans leur réciproque fidélité chez les docteurs cat (...)

La société consiste dans les services mutuels que se rendent les particuliers ; c’est pourquoi elle se lie par la communication et la permutation201.

125Parmi nos rebelles à l’ordre monarchique, les exemples les plus frappants concernent l’entourage de Gaston d’Orléans. En effet, sa condition d’héritier du trône empêche une répression trop violente. Ses créatures, Puylaurens, Lingendes, Le Coigneux, profitent de chaque révolte de leur maître pour améliorer leur position en même temps que celle de leur protecteur. Ainsi, l’accord de janvier 1630 permet à Monsieur de s’adjuger le gouvernement d’Orléans, cependant que Puylaurens reçoit deux cent mille livres et Le Coigneux, une abbaye à Corbeil. Le refus des conditions posées pour la réconciliation, au lendemain de la défaite de Castelnaudary (traité de Béziers du 29 septembre 1632), doit être attribué à l’intransigeance du roi, qui refuse de pardonner à l’ensemble du parti de Monsieur et fait même exécuter Montmorency. En revanche, le troisième retour de Gaston en France, en octobre 1634, se trouve largement récompensé. Le pardon royal est général, et Louis XIII distribue quatre cent mille livres aux deux principaux conseillers de son frère. Richelieu tente même de s’assurer la fidélité de Puylaurens. Fils du sous-gouverneur de Monsieur, « nourri » (c’est-à-dire élevé) dans cette maison depuis son enfance, d’abord page, puis gentilhomme ordinaire de la chambre, maître de la garde-robe et premier chambellan du duc d’Orléans, Antoine de Laage de Puylaurens partage tous ses moments avec son maître. Condamné à mort en 1631 pour crime de lèse-majesté, Puylaurens gère sa carrière à l’ombre de son patron. Pour se l’attacher, Richelieu va jusqu’à lui donner en mariage sa nièce Mlle de Pontchâteau, en novembre 1634, et il lui permet de devenir duc et pair d’Aiguillon en décembre de la même année. Pour un personnage de la moyenne noblesse, l’ascension est fulgurante. Mais le nouveau duc d’Aiguillon continue ses intrigues, ce qui provoque son arrestation en février 1635 ; en juin, il meurt en prison. Seules la protection et la fidélité procurent de telles élévations. Pour une telle ascension, combien de créatures ont sacrifié leur vie à la cause de leur patron sans recevoir les fruits de leur dévouement ?

126L’ingratitude est à l’origine de nombreux manquements aux relations de fidélité. Henri IV, qualifié de « ladre vert », provoque d’abondantes défaillances en ne remerciant pas ses fidèles comme ceux-ci l’escomptaient. La révolte de Biron plonge ses racines dans de telles motivations. C’est également l’ingratitude d’Henri IV qui pousse Agrippa d’Aubigné à dresser un tableau peu flatteur des puissants. Clausels change souvent de maître : après Rohan puis Gaston d’Orléans, on le voit servir le duc d’Elbeuf et la faction de Marie de Médicis. Ces transferts de fidélité s’expliquent par la recherche de ces récompenses qu’une noblesse moyenne ne peut trouver qu’auprès des grands aristocrates. Nous verrons nombre de nos espions invoquer l’ingratitude pour justifier leur passage au service de l’Espagne.

  • 202 Y.-M. Bercé, « Les conduites de fidélité : des exemples aquitains », p. 125.
  • 203 J.-M. Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, pp. 144-148.
  • 204 M. Aymard, « Amitié et convivialité », p. 457.
  • 205 Mémoires de messire Robert Arnauld d’Andilly, t. IX (2e série), de Joseph-F. Michaud et Jean-Joseph (...)
  • 206 Doit-on croire Alfred de Vigny lorsqu’il affirme que la haine de Richelieu pour De Thou provient d’ (...)

127Parenté et fidélité expliquent la vigueur des réseaux et des connexions nobiliaires. Il faut ajouter un troisième élément pour saisir les rapports et la composition des factions : l’amitié. Au XVIIe siècle, voire au XVIIIe siècle, on a de ce sentiment une conception particulière, bien différente de celle qui prévaudra aux époques suivantes. Comme le signale Yves-Marie Bercé, « C’est sous la rubrique de l’amitié qu’il faut chercher les raisonnements sur la fidélité, chez Montaigne comme chez les autres écrivains202. » Si la force de la relation amicale est célèbre dans le cas de l’auteur des Essais et de La Boétie, on la retrouve dans tous les événements de la vie quotidienne de la noblesse203. Elle appelle des « devoirs de l’amitié » qui « varient à proportion de son degré et de son caractère : ce qui fait autant de degrés et de caractères différents de devoirs », selon l’auteur de l’article « Amitié » de l’Encyclopédie204. Lorsque son ami Déageant tombe en disgrâce, et bien que celui-ci l’ait abandonné, Arnauld d’Andilly écrit cette belle maxime : « Il faut même respecter les ombres de l’amitié205. » Autant que l’amitié, l’inimitié est essentielle à la compréhension des rapports entre factions. Elle se transmet dans les familles, on en hérite206. Combien d’engagements prennent leurs racines dans des oppositions « naturelles » entre lignages ?

  • 207 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 82.
  • 208 Y,-M. Bercé, « Les conduites de fidélité : des exemples aquitains », pp. 133-134.

128Fidélité, parenté et amitié sont au cœur de la constitution de factions et de partis. Elles se concrétisent à différents moments. Dans le cas des contestations nobiliaires, elles servent de relais pour lever des troupes, pour obtenir des offices ou pour choisir une bonne alliance. L’exemple de l’ordre royal transmis au duc d’Épernon pour réprimer le soulèvement des protestants de 1621, dont l’un des chefs est le duc de La Force, souligne qu’un des moyens de gouverner est de faire appel au crédit d’un grand personnage ; sa clientèle doit s’engager à ses côtés207. Cependant, ce mode de fonctionnement pose des problèmes lorsque le puissant dont il s’agit possède des intérêts contradictoires : ainsi, dans cet exemple, le vicomte de Pompadour, lieutenant général du roi en Limousin, se trouve profondément embarrassé « par les cousinages et amitiés » lorsqu’il reçoit l’ordre de réprimer les partisans de la reine mère, auxquels appartient le duc d’Épernon208.

  • 209 A. Jouanna, « Protection des fidèles et fidélité au roi », p. 279.

129Différentes relations de fidélité peuvent se trouver mises en concurrence ; ces situations sont révélatrices des rapports de force comme de l’évolution des mentalités. Avec les guerres de Religion et la débâcle de l’autorité monarchique, ces modes de relation se sont considérablement développés. Organisée autour des partis, composés de chefs de lignage, la structure verticale interne à la noblesse reprend de la vigueur à mesure que les liens avec le souverain se distendent209. Compensant la faiblesse du pouvoir central et répondant à un besoin de protection, la notion de fidélité renferme des éléments contradictoires.

  • 210 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 48 : « Plus le nom est prestigieux, plus il est lourd à porter (...)
  • 211 Y. Durand, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », p. 18.
  • 212 É. Barnavi, « Fidèles et partisans dans la Ligue parisienne », p. 146 : « Elle [la Ligue] possède u (...)

130S’il est vrai que le terme de fidélité implique une notion d’alliance, les racines religieuses de son acceptation ainsi que l’essor de la théorie politique de la monarchie de droit divin obligent la noblesse à des devoirs envers le roi. Or les aristocrates, que nous avons vus entretenir des liaisons avec l’Espagne et comploter contre l’autorité, sortent de leur « devoir » (devoir vassalique et non pas d’amitié) et de leur obligation de sujets pour former des partis dont les mobiles relèvent du « complexe d’Alexandre210 », à savoir la défense et l’accroissement du nom. À tel point que ces partis ne formeraient plus que « des factions composées de clientèles et de fidélités211 », à la différence du temps des guerres civiles212. Les luttes politiques du début du XVIIe siècle en France n’obéiraient donc qu’à des motivations personnelles, lignagères ou de faction, et n’auraient par conséquent d’autre fondement que l’intérêt des principales maisons de la noblesse. L’opposition de nombreux grands aux mariages royaux de 1615, dont nous avons constaté combien elle était peu argumentée, serait un simple prétexte dans la compétition pour les honneurs et pour accéder au Conseil royal. À mesure que l’autorité se renforce, les contenus s’affaiblissent pour aboutir à cette distorsion entre loyalisme royal et légitimité des fidélités.

  • 213 A. Jouanna, Le devoir de révolte, dont nous reprenons un certain nombre d’arguments.
  • 214 E. H. Kantorowicz, Les deux corps du roi.

131Comme on l’a souligné à plusieurs reprises213, la perception de la trahison commise par les grands du Royaume n’existe encore qu’à l’état embryonnaire. Pour la noblesse, le royaume forme un corps mystique, avec à sa tête un corps réel, celui du souverain, et avec des membres qui correspondent aux différents ordres. Le roi meurt en son corps matériel, alors que le royaume ne peut disparaître, car le corps politique reste présent214. C’est au nom de la défense de ce corps politique, dans la tradition de la défense du bien public, et tout en se réclamant du roi que les divers rebelles au gouvernement peuvent ainsi se soulever et lutter contre les armées royales. Cette dissociation entre le monarque et le royaume a déjà été préparée, d’une part, avant 1589, par les « monarchomaques » protestants (le souverain est alors catholique) et ensuite, d’autre part, par les penseurs de la Ligue (les sujets sont déliés de leur devoir d’obéissance envers un roi protestant ou un souverain tyrannique comme Henri III). De plus, la réflexion sur les devoirs de révolte face à la tyrannie a déjà commencé. Cependant, la question des limites entre tyrannie et monarchie n’a jamais été résolue. Or, pour la noblesse, l’ingratitude et la monopolisation des honneurs par un ministre (Concini ou Richelieu) sont des éléments typiques du despotisme. La noblesse justifie sa conduite par le non-respect du corps politique du royaume de la part du gouvernement.

132Un autre indice de ce non-respect réside dans le sentiment que les vertus et la puissance nobiliaires sont en déclin, sentiment qui s’accompagne d’un coup d’œil rétrospectif et nostalgique quasi permanent vers le temps des guerres d’Italie. La noblesse ne se sent plus respectée. Sa fonction de couche dirigeante, militaire et de conseil paraît remise en cause. Cela se traduit par une lutte contre la paulette et, plus généralement, contre la noblesse de robe, lutte dont on entrevoit la violence au cours des débats des états généraux de 1614. Lorsque l’aristocratie affronte la régente, elle le fait pour améliorer son statut, mais s’enferme dans une relation de dépendance envers la monarchie : elle combat pour qu’on lui attribue des pensions toujours plus importantes. Ces différents éléments constituent des indices d’une mutation des caractères distinctifs de la noblesse et sont le reflet d’un certain malaise économique.

133L’une des sources de ce malaise provient de la remise en ordre effectuée depuis le règne d’Henri IV, après quarante années de conflits civils et étrangers. La noblesse, ordre militaire, se rattache à l’idéologie de la guerre, à laquelle on associe le pouvoir de justice et de conseil :

  • 215 A. Jouanna, « Idéologies de guerre et idéologies de paix dans la seconde moitié du XVIe siècle », p (...)

La vocation première du gentilhomme guerrier est la guerre, mais il est parfaitement apte à juger et à conseiller le roi. L’idéal proposé est celui du guerrier qui, une fois les combats terminés, rend la justice, selon une alternance fondée à la fois sur la complémentarité naturelle du temps de guerre et du temps de paix215.

  • 216 J.-M. Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, p. 22 ; A. Jouanna, « Idéologies d (...)

134C’est cette complémentarité qui se trouve remise en cause par le pouvoir monarchique et par l’importance croissante prise par les gens de robe. La guerre, en tant que berceau de la noblesse et par les possibilités d’ascension sociale qu’elle offre, est perçue de manière contradictoire : on exalte les guerres d’Italie, on valorise le courage et l’ardeur au combat, mais en même temps les dernières guerres de Religion sont ressenties comme une atteinte à l’intégrité de la noblesse, comme un plan préconçu par la Monarchie pour éliminer politiquement l’élite du Royaume216. En 1598, le retour à l’ordre pose la question du reclassement des nombreux nobles qui ont pris part aux conflits. Dans la révolte de Biron, la perpétuation des schémas de la Ligue se mêle à des motifs plus prosaïques à propos de l’ingratitude du souverain.

135Il faut s’interroger sur les conditions matérielles de vie des différents éléments de la noblesse. Certes, ce groupe ne peut être considéré comme un tout homogène. De plus, il ne participe pas dans sa totalité à l’ensemble des conspirations, révoltes et autres soulèvements armés. Cependant, la convergence d’un nombre non négligeable de ce type d’actions ou de projets, la qualité des conspirateurs et leur capacité à mobiliser des réseaux de clientèle et de parenté obligent à s’interroger sur la crise matérielle des ressources nobiliaires au cours du XVIe siècle.

  • 217 Selon les études respectives de P. Goubert, P. Drouot, et L. Febvre.
  • 218 Ainsi, selon J.-M. Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, p. 64, la noblesse mi (...)
  • 219 On peut s’interroger alors sur l’existence des pratiques de substitution à partir du XVIe siècle et (...)
  • 220 A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 92-98 en fait la synthèse et se fonde sur les études suivante (...)

136Les exemples des noblesses du Beauvaisis, de Bourgogne et de Franche-Comté217 indiquent que la révolution des prix au cours de ce siècle a laminé les revenus fonciers perçus en espèces. De plus, les guerres d’Italie, puis les guerres civiles auraient décimé et appauvri une partie de l’aristocratie, tandis que son mode de vie, de plus en plus dispendieux, aurait accru son endettement. Cette hypothèse a été réfutée récemment par différents travaux : seule une minorité de la noblesse participe effectivement aux activités militaires et subit le contrecoup des conflits218 ; la rente foncière en espèces ne formerait qu’une modeste partie dans les ressources des maisons nobles et l’effondrement des revenus serait ainsi conjuré. Enfin, la gestion des domaines par les gentilshommes aurait été positive219. Les exemples de Bayeux, de la Beauce, de la Basse-Auvergne, de la Gâtine poitevine confirment ces hypothèses220.

  • 221 F. Billacois, « La crise de la noblesse européenne ».
  • 222 A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 94-95, note à propos du Poitou, étudié par les tenants des de (...)

137Sans qu’on puisse pour autant parler d’une « crise » de la noblesse221, il reste indéniable que la révolution des prix222 et les changements politiques et militaires du XVIe siècle modifient les attitudes nobiliaires. L’époque de la régence souligne cette transformation, avec les attentes de gratifications et de pensions d’une aristocratie en révolte qui s’estime exclue du partage du pouvoir, attitude qui contraste avec celle du siècle passé.

138Les aspirations politiques des opposants ne sont pas sans contenu. À l’image de Condé qui, de retour en France en 1610, demande à siéger au Conseil du roi, l’aristocratie aspire à jouer son rôle de médiateur entre la monarchie et ses réseaux de clients et de parents. Elle se perçoit comme une élite naturelle par ses vertus et sa valeur, démontrées dans le passé. Elle veut être l’interlocutrice privilégiée de la monarchie. L’intervention du pouvoir royal, singulièrement à partir d’Henri IV, limite son champ d’action et va à l’encontre de certains fondements de sa culture. L’ordonnance de 1579 sur les duels assimile ceux-ci à des crimes de lèse-majesté. Cette notion de lèse-majesté ne cesse de se renforcer. À l’époque d’Henri IV, Biron est le seul grand châtié pour rébellion et intelligence avec une puissance étrangère. Avec Louis XIII et Richelieu, les cas se multiplient :

  • 223 B. Garnot, « La législation et la répression des crimes dans la France moderne », p. 77.

Pendant ces trois siècles [du XVIe au XVIIIe siècle], l’essentiel [parmi les crimes] reste [celui de] lèse-majesté ; la gravité de tous les autres crimes est définie vis-à-vis de lui. Ce sont donc les crimes contre l’autorité qui retiennent l’attention la plus vive. Le pouvoir grandissant de l’État monarchique, qui s’impose après les troubles de la fin du XVIe siècle, se traduit dans le droit pénal par la création d’incriminations nouvelles et par l’extension ou l’application plus rigoureuse d’incriminations existantes223.

139Dans ces conditions, les rapports avec l’étranger – et, dans notre domaine, avec la monarchie espagnole – tombent de plus en plus fréquemment sous le coup de la loi. Les principaux nobles qui entretiennent des contacts avec l’ambassadeur ou des représentants du Roi Catholique se considèrent comme des puissances propres et autonomes, au moins aptes à entrer en relations avec des princes souverains : ils ne comprennent pas qu’on puisse les accuser du crime de trahison. Avec le gouvernement de Richelieu, cette surprise mène à l’incompréhension, ce qui explique la fuite d’un certain nombre d’aristocrates cherchant refuge à l’étranger, quand ils ne sont pas arrêtés avant (Rohan, Soubise, Guise, Bellegarde, Elbeuf ou Bassompierre).

140Malgré tout, la haute noblesse demeure rarement condamnée pour trahison et donc pour crime de lèse-majesté, car les dirigeants de la Monarchie préfèrent traiter avec ces personnages influents. En revanche, leurs factotums, s’ils sont pris étant en possession de plis espagnols ou alors qu’ils négocient avec l’ambassadeur et réclament un appui financier pour les complots, risquent plus fréquemment leur vie. S’il est difficile de qualifier d’espions ou de traîtres le duc de Bouillon, Condé ou Gaston d’Orléans, à cause de leur position à l’intérieur du second ordre, il est tout à fait courant de trouver des textes de l’époque qualifiant d’espion un agent de ces grands aristocrates.

Notes

1 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

2 Cl. Michaud, « Finances et guerres de Religion en France ».

3 Cette conspiration est un des sujets souvent traité par l’historiographie : M. Philippson, Heinrich IV und Philipp III, t. I, pp. 107 sqq. ; Berthold Zeller, « La conspiration du maréchal de Biron », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 111(11), 1879, pp. 130-159 ; A. Dufour, « La paix de Lyon et la conjuration de Biron » ; J-L. Cano de Gardoqui García, La conspiración de Biron ; Alfred Soman, « Le traître sur la sellette. Réflexions sur le procès du duc de Biron (1602) » (pp. 231-250) et Bernard Barbiche, « L’exploitation politique d’un complot. Henri IV, le Saint-Siège et la conspiration de Biron (1602) » (pp. 271-188), dans Y.-M. Bercé et E. Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne ; voir aussi le numéro spécial (2001) des Cahiers d’histoire consacré à la paix de Lyon, dont notre contribution : Alain Hugon, « Le duché de Savoie et la Pax Hispanica. Autour du traité de Lyon (1601) », Cahiers d’histoire, 3, [Lyon], 2001, pp. 3-25. Pour les sources non espagnoles, outre les divers mémoires : P. Fresnes-Canaye, Lettres et ambassades, appendice du t. I ; les pièces du procès de La Fin et Renazé dans Documents sur l’escalade de Genève constituant l’annexe de l’article d’A. Dufour, « La paix de Lyon et la conjuration de Biron », pp. 443-455 : documents de la conjuration de Biron conservés aux archives d’État de Turin, octobre 1600 ; AN Paris, U*808, procès de Biron.

4 M. Philippson, Heinrich IV und Philipp III, t.1, p. 94, assure que Biron forme des projets avec l’Espagne en 1595 ; P. de Vaissière, Henri IV, p. 659, reprend ce thème pour l’année 1596.

5 AGS, E, 1285, f° 153, lettre de Lodosa au roi le 13 mai 1598.

6 AGS, E, 612, f° 141, avis de Flandres, 1596.

7 Ce traité n’est-il « qu’un expédient pour gagner du temps et laisser la conspiration se développer » (A. Dufour, « La paix de Lyon et la conjuration de Biron », p. 434) ?

8 AGS, E, 1289, f° 9, Lodosa, ambassadeur à Turin, à Philippe III le 16 juin 1606.

9 A. Dufour, « La paix de Lyon et la conjuration de Biron », p. 432.

10 AGS, E, 1290, f° 4, Fuentes au roi le 1er janvier 1601.

11 L. Cano de Gardoqui, La conspiración de Bitron, pp. 38-45.

12 AGS, E, 1290, f° 14, Fuentes au roi le 27 janvier 1601 ; AGS, E, 1897, f° 115, Junta de Cuatro, le 27 février 1601.

13 Sur celle-ci, voir le numéro spécial, déjà cité (n. 3), de la revue Cahiers d’histoire (2001).

14 AGS, E, 1290, f° 29, Fuentes le 24 mars 1601.

15 AGS, E, 1290, f° 40, s. d., intitulé Relacion sumaria de las conclusiones que se han sacado del abocamiento que tuvo Alfonso Casal en Borgona con el Mariscal de Viron ; suit la lettre de Fuentes du 29 avril 1601.

16 Le « ministre » visé est peut-être Pedro de Franqueza, secrétaire de Lerma.

17 AGS, E, 1897, f° 94, le Conseil d’État du 3 novembre 1601.

18 François de Balsac d’Entragues, gouverneur d’Orléans, épousa en secondes noces Marie Touchet, maîtresse de Chartes IX et mère de Charles d’Auvergne, dont il eut Henriette d’Entragues, future marquise de Vemeuil.

19 Henri de Bourbon, duc de Montpensier, meurt en 1608.

20 AGS, E, 1290, f° 190, mémoire de Roncas et d’Alonso Casati.

21 AGS, E, 1291, f° 41, s. d. et sans auteur.

22 AGS, E, 1291, f° 162.

23 AGS, E, 1291, f° 83, le 18 août 1602, ce dernier promet de remettre des places à l’Espagne.

24 AGS, E, 1291, f° 155, le 14mars 1602.

25 AGS, E, 1291, f° 40, Fuentes le 13 avril 1602.

26 AGS, K, 1605, Tassis au roi le 9 mai 1602, sur des informations de Nicolas L’Hoste.

27 AGS, E, 1291, f° 66, Fuentes au roi le 28 juin 1602 et f° 77, sur la nécessité de brûler les papiers de la conjuration.

28 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, lettre d’Henri IV À M. de Fresnes du 24 juillet 1602, t. V, pp. 635-637 : « Le Beausseron s’il m’aide à attraper le dict Picotté et le moine ou prestre qui l’accompagne qui s’appelle la Farge car l’un ou l’autre peuvent me faire voir plus clair dans ces affaires que tous autres parce qu’ils les ont conduict depuis leur origine jusqu’à présent. Mais comme David n’est du tout de la cabale des autres, il ne faut s’adresserà luy si d’advanture il n’estoit rencontré avec eux. » Sur ces agents de l’Espagne, voir aussi t. V, pp. 693-694, lettre d’Henri IV à M. de Fresnes du 11 février 1602 et t. VI, pp. 17-20, lettre d’Henri IV au même du 20 janvier 1603.

29 AGS, E, 1291, f° 175, Ledesma le 23 juillet 1602.

30 AGS, E, 1291, f° 188, Ledesma le 20 septembre 1602.

31 Hébert est ainsi pensionné depuis Milan. En 1610, le Conseil d’État refuse même au prince de Condé la possibilité de passer en Espagne et demande à Fuentes de le conserver à ses côtés, etc.

32 En novembre 1604, lors de son interrogatoire, le comte d’Auvergne atteste que Tassis lui a affirmé ne quasiment rien connaître de l’affaire Biron (AN Paris, U*803, f° 197).

33 AGS, K, 1605, Tassis au roi le 9 mai 1602 et le 11 mai 1602.

34 AGS, E, 1290,f° 92, Fuentes le 8 décembre 1601.

35 Selon le Conseil d’État espagnol, Auvergne aurait chargé le duc de Bouillon auprès des autorités françaises, insistant sur le fait que le but de la conspiration était de rallumer la guerre civile, mais non de tuer le roi (AGS, K, 1426, f° 40, le 12 novembre 1602).

36 Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, est le beau-frère de l’électeur palatin.

37 Tassis le confirme pour Bouillon et Joinville (AG S, K, 1451, f° 81, le roi à Tassis le 20 février 1603).

38 Henriette de Balsac, fille de Marie Toucher et du marquis d’Entragues François de Balsac, et maîtresse d’Henri IV, dont elle a eu un fils.

39 AGS, K, 1593, s. d.

40 AN Paris, U*803.

41 Parmi les nombreux contemporains, P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VIII, pp. 169-172 ; Sully, Œconomies royales, t. II, pp. 550-553 et t. III, pp. 15-16...

42 P. de Vaissière, Henri IV, pp. 669-673 ; J.-P. Babelon, Henri IV, pp. 901-906.

43 AGS, K, 1593, f° 16, Conseil d’État du 23 décembre 1605 sur deux papiers remis par Hébert.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 AGS, K, 1462, f° 70, Cárdenas au roi le 27 mars 1610.

47 AGS, K, 1462, f° 71, Cárdenas au roi le 27 mars 1610 ; AGS, K, 1608, f° 61, Conseil d’État du 14 avril 1610 ; AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 6 mai 1610.

48 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t.1, pp. 352, 377 et 404.

49 AN Paris, U*801, procès du duc de Bouillon.

50 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. V, p. 690, lettre d’Henri IV au landgrave le 22 novembre 1602 : « Ce qui me desplait et afflige le plus est d’avoir trouvé mon cousin le duc de Bouillon meslé en cest affaire. Car j’eusse cru que tout mon Royaume ensemble y eust participé plus tost que luy, pour l’avoir tousjours chery et aimé plus que nul autre de mes serviteurs, avoir cest honneur d’estre premier gentilhomme de ma chambre, officier de ma Couronne, et aujourd’huy le premier et plus ancien mareschal de France ; l’avoir aussy marié à l’héritière de Sedan, maintenu et protégé en la succession d’icelle contre tous ceux qui y avoient interest... »

51 Jean-Hippolyte Mariejol, Henri IV et Louis XIII (1598-1643), tome VI(2) d’Ernest Lavisse (dir.), Histoire de France, Paris, Hachette, 1900-1911 (9 t. en 18 vol.), pp. 40-41 et pp. 44-46.

52 Cette agitation n’est pas sans rapport avec le mécontentement des proches de Biron à la suite de l’exécution du Maréchal. Ainsi Henri IV écrit à La Force : « Mons de La Force, il est nécessaire pour le bien de mon service que vous reveniés au plus tost en Perigord car j’ay esté adverty que quelques uns dudict pays y font des menées secrètes pour y remuer quelque nouveau mesnage sous divers pretextes et à diverses fins ; et dit-on que vostre beau-frère de Chefboutonne [frère de Biron] est de ce nombre, comme s’il vouloit servir les Espagnols et y estoit desjà engagé chose laquelle comme il ne doibt pas faire sans ma permission j’auray à plaisir qu’il en soit destourné par vous et ses amys » (Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t VI, p. 480 : lettre du roi à La Force le 15 juillet 1605).

53 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi le 29 août 1605.

54 Sur Giverzac, voir Y.-M. Bercé, Histoire des croquants, t. I, p. 289 ; et Duc de La Force, Le maréchal de La Force, p. 139.

55 AGS, K, 1426, f° 76, Conseil d’État du 10 octobre 1605.

56 Ibid.

57 AGS, E, 2492, f° 221, San Clemente le 12 novembre 1605.

58 AGS, K, 1607, Conseil d’État du 20 avril 1606, sur les lettres de San Clemente des 12 novembre, 21 janvier et 4 mars.

59 BNM, ms. 775, ffos 302-306. « Ninguna ocasion puede serían comoda como la que aora el offresce » (f° 306) ; AGS, E, 1296, f° 222, Oñate au roi, de Turin le 10 mars 1606.

60 AGS, K, 1461, le 16 février 1609, avis de Monier à Prada ; sur M. de Monier, voir notre répertoire des espions, p. 621.

61 L’Estoile parle des fiançailles en décembre 1608 ; les chroniqueurs affirment que Henri IV devint amoureux de la jeune fille âgée de quinze ou seize ans en janvier 1609 (née en 1593 selon P. Adam [Tallemant des Réaux, Historiettes, p. 752] et en 1594 pour P. de Vaissière, Henri IV, p. 635). Le mariage n’était donc pas organisé par le roi.

62 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 20 janvier 1610.

63 AGS, K, 1608, Conseil d’État des 27 et 28 janvier 1610.

64 Cœuvres aest secrètement chargé d’enlever la princesse. La tentative d’enlèvement, dans la nuit du 13 au 14 février 1610, est un échec.

65 AGS, K, 1427, le 13 février 1610.

66 BNM, ms. 775, correspondance de Fuentes, nombreux documents de mars à juin 1610 sur Condé ; AGS, E, 1299, f° 20, le 2 avril 1610, sur le désir de Condé de se rendre en Espagne.

67 AGS, K, 1463, f° 32, Cárdenas au roi le 6 août 1610.

68 A. Jouanna considère que les guerres de Religion avaient donné à ces stratégies une dimension confessionnelle.

69 H. Duccini, Concini, p. 117 ; A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 212-213.

70 AGS, K, 1593, instructions royales à Feria, point 11.

71 AGS, K, 1593, le 26 mai 1611, le commandeur de León [Juan de Idiáquez] au roi sur la relation de Nicolas Picoté en France.

72 AGS, K, 1464, f° 6 (début) 1611, sur un rapport de Cárdenas.

73 AGS, K, 1465, ffos 99-100, lettre de Cárdenas au roi le 12 décembre 1611.

74 AGS, K, 1609, Conseil d’État du 3 janvier 1612.

75 AGS, K, 1466, f° 76, Cárdenas au roi le 15mars 1612.

76 AGS, K, 1466, f° 79, Cárdenas au roi le 24 mars 1612.

77 AGS, K, 1466, f° 144, Cárdenas au roi le 29 mai 1612.

78 H. Duccini, Concini, p. 146.

79 AGS, K, 1469, f° 22, le 5 février 1614 ; AGS, K, 1428, f° 36, avis du Conseil d’État du 20 février 1614.

80 AGS, K, 1610, le 13 mars 1614, Iñigo de Cárdenas à l’ambassadeur espagnol en Angleterre, Diego Sarmiento (Gondomar).

81 AGS, K, 1610, Conseil d’État le 13 mai 1614 sur les lettres de Cárdenas des 12 et 14 mars.

82 AGS, K, 1469, f° 84, Cárdenas au roi le 6 mai 1614.

83 AGS, K, 1612, le Conseil d’État du 30 avril 1616 ; AGS, K, 1471, f° 146, juillet 1616 : résumé des lettres du 24 juin de Cárdenas.

84 AGS, K, 1593, le 18 juillet 1599, avis de Miguel de San Nicolás sur ses rencontres avec le duc de Guise.

85 AGS, E, 1431, f° 28, lettre de Venasco au roi le 11 mai 1601.

86 AGS, E, 1299, f° 205, décembre 1609.

87 AGS, K, 1612, Monteleón au roi le 25 avril 1616.

88 AGS, K, 1612, Monteleón au roi le 25avril 1616.

89 AGS, K, 1471, f° 17, Monteleón au roi le 9 juillet 1616.

90 AGS, K, 1612, f° 199, Conseil d’État du 16 octobre 1616.

91 Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, p. 365.

92 AGS, E, 1882, f° 33, avis d’un confident au duc d’Osuna, avril 1619.

93 AGS, K, 1472, f° 134, Monteleón au roi, fin octobre 1616 ; voir les délibérations du Conseil d’État du 8 mai 1616 sur les services et l’estime accordés à Guise (AGS, K, 1612).

94 Voir les accusations de collusion avec l’Espagne portées par Richelieu en 1630 : D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. III, p. 801, sur un projet de Guise de livrer Antibes aux Espagnols en 1630.

95 AGS, E, 612, f° 141, avis de Flandres sur les grands nobles français en 1596 pour Madrid.

96 H. Forneron, Histoire de Philippe II, t. IV, pp. 227-228, sur un projet de dépeçage du Royaume en décembre 1594 ; G.-F. de Blaÿ de Gaïx, Histoire militaire de Bayonne, t. 1, pp. 327-328, sur la conspiration de Château-Martin pour livrer cette ville à l’Espagne avec l’accord d’Épernon.

97 J.-P. Babelon, Henri IV, p. 999.

98 AGS, E, 1290, f° 41, et AGS, E, 1291, f° 155.

99 M. Carmona, Marie de Médicis, développe fortement la thèse de l’implication d’Épernon dans l’assassinat d’Henri IV, pp. 154-172 et 189 : « Si les intérêts de sa religion lui paraissent l’exiger, il ne reculera pas devant le régicide, on a vu les responsabilités qui paraissent peser sur lui dans l’assassinat du bon roi, » Cependant, le maréchal de La Force affirma qu’Épernon empêcha que l’on exécute immédiatement Ravaillac, disant : « Ne frappez pas, il y va de votre tête » (Duc de La Force, Le maréchal de La Force, p. 153) ; sur les rumeurs qui ont couru de sa complicité (AGS, K, 1464, f° 38, Cárdenas au roi le 6 février 1611).

100 AGS, K, 1472, f° 136, projet de réponse élaboré par Cárdenas, octobre ou novembre 1616.

101 AGS, K, 1611, Conseil d’État du 16 novembre 1616.

102 R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 58, sur les propositions faites par Mirabel à Épernon de lui créer une principauté en échange d’une révolte pendant l’été 1625 (source : AGS, E, 2853, le 16 juillet 1625).

103 M.Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, p. 209 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, leg. 596, ffos 114-115).

104 AGS, K, 1473, ffos 55-57, Monteleón au roi le 26 juillet 1617 ; AGS, K, 1475, f° 111, Monteleón à Ciriza le 13 novembre 1618.

105 R. Mousnier, L’homme en rouge, p. 158.

106 Ibid., p. 160.

107 AGS, K, 1476, ffos 18-32, Girón relate la succession de ces événements.

108 AGS, K, 1476, f° 20, le 23 février 1619.

109 AGS, K, 1476, ffos 21-24, Girón au roi le 25 février 1619.

110 AGS, K, 1593, Conseil d’État du 13 mars 1619 sur la lettre du 25 février 1619 de Girón.

111 AGS, K, 1455, f° 107, lettre de Marie de Médicis au duc d’Uceda le 14 mars 1619.

112 AGS, K, 1455, f°114, le roi à la reine mère le 22 avril 1619.

113 AGS, K, 1455, f° 116, le roi d’Espagne au roi de France le 23 avril 1619.

114 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, doc. 1368 (p. 726) : lettre de l’Archiduc à Philippe III le 25 mars 1619 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 182), et doc 1386, pp. 531-532 : lettre de Philippe III à l’Archiduc le 23 mai 1619 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 182).

115 AGS, K, 1593, le Conseil d’État du 2 octobre 1619 sur une lettre de Girón du 14 septembre 1619.

116 AGS, K, 1477, f° 55, sans nom, ni date.

117 AGS, K, 1455, f° 168, le roi à Girón le 29 avril 1620.

118 AGS, K, 1417, f° 117, Monteleón à Lerma, le 7 juillet 1616.

119 AGS, K, 1472, f° 50, sans date ni signature, vers août-septembre 1616.

120 « Cartas autógrafas de Felipe III a su hija Da Ana, reina de Francia », éd. A. Rodríguez Villa, pp. 14-18.

121 Ibid., p. 16.

122 Ibid., p. 17.

123 Ibid., p. 15.

124 Ibid., p. 17.

125 AGS, K, 1431, f° 8, Conseil d’État du 10 février 1618.

126 AGS, K, 1417, f° 8, Monteleón à Ciriza le 7 janvier 1616.

127 AGS, K, 1473, f° 51, Uceda à Ciriza, juillet 1617.

128 AGS, K, 1613, le Conseil d’État du 27juillet 1617.

129 AGS, K, 1480, f° 74, Mirabel au roi, novembre 1627.

130 AGS, K, 1457, f° 178b, avis transmis à la Cour par Manuel don Lope.

131 AGS, K, 1471, f° 176, le 9 juillet 1616, le frère Antonio de Arco au père Frederico ; AGS, K, 1473, f° 193, fray Marco Antonio del Arco au roi, décembre 1617.

132 AGS, K, 1471, f° 24, janvier 1616 : résumé des lettres de Monteleón. Il est noté qu’il serait bien d’attribuer à la Comtesse un chiffre particulier afin qu’elle puisse correspondre.

133 AGS, K, 1431, f° 48, fin mars 1619, mémoire transmis par Pedro de Alderete. Sur Alderete et Adrien de Monluc, voir notre répertoire des espions, pp. 579 et 622.

134 Cl. Dulong, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, p. 51.

135 J.-M. Constant, Les conjurateurs, pp. 11-42, souligne que « l’année 1626 est véritablement celle où Richelieu prit le pouvoir, en acceptant de se salir les mains au nom et à la place du roi » (p. 38) ; R. Mousnier, L’homme en rouge, pp. 278-262, défendant le Cardinal, présuppose d’entrée la véracité des dépositions des accusés.

136 AGS, K, 1481, ffos 145 et 148, lettre de Mirabel à Olivares les 31 mars et 6 avril 1629.

137 Cl, Dulong, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, p, 109.

138 AGS, K, 1437, ffos 100-109, Anne d’Autriche à Olivares le 2 août 1629 et le Conseil d’État du 25 août 1629.

139 La mauvaise santé de Louis XIII conduit le Conseil d’État à réfléchir sur cette possibilité dès 1625 (AGS, K, 1435, f° 23, Conseil d’État d’août 1625).

140 AGS, K, 1415, f° 43, Conseil d’État du 4 février 1631 sur six lettres au roi et à Olivares, de l’Infante puis de Mirabel des 29 décembre 1630 et 5 janvier 1631 : sur la mise à l’écart de criadas de l’Infante dont le départ de Mme Du Fargis et de doña Catalina de Castro et la limitation des entrées du marquis de Mirabel.

141 AGS, K, 1415, f° 45, le Conseil d’État du 7 mai 1631 sur les lettres de Mirabel des 1er et 9 février 1631.

142 AGS, K, 1424, f° 2, Olivares à Mirabel le 20 janvier 1631.

143 Cela ne signifie pas la fin des relations entre la reine et son frère le roi d’Espagne. En 1637, Anne d’Autriche est menacée de répudiation après la découverte de sa correspondance secrète avec Philippe IV et le Cardinal-Infant (G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 266).

144 AGS, K, 1437, f° 92, consulta d’une junte d’État du 15 juillet 1629 sur une lettre de Mirabel.

145 AGS, K, 1477, f° 72, Girón au roi le 22 mai 1620.

146 Dès le règne d’Henri IV, Marie de Bourbon, héritière d’une des plus grandes fortunes de France, est destinée à épouser Gaston d’Orléans. Malgré son « aversion » pour le mariage, Monsieur est forcé par l’échec de la conspiration de Chalais de se marier, le 6 août 1626. La duchesse meurt le 4 juin 1627.

147 AGS, K, 1481, ffos 190, 200 et 215 ; AGS, K, 1459, ffos 285-294.

148 AGS, K, 1437, f° 92, consulta de la junte d’État du 15 juillet 1629.

149 AGS, K, 1481, f° 190, Mirabel à Olivares le 12 septembre 1629.

150 AGS, K, 1481, f° 200, Mirabel à l’infante, octobre 1629.

151 AGS, K, 1459, f° 194, le roi à Mirabel le 6 novembre 1629.

152 P. Grillon, « Lettre du secrétaire d’État Claude Bouthillier au cardinal de Richelieu », p. 77.

153 AGS, K, 1481, f° 223, Navaz à Olivares le 10 décembre 1629 ; G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 90.

154 Il est significatif que les chefs d’inculpation du maréchal de Marillac ne comportent pas d’accusation de collusion avec l’ennemi, et singulièrement avec le Roi Catholique, bien que le Maréchal fut qualifié de lèse-majesté pour manque de fidélité (vor J.-M. Constant, Les conjurateurs, p. 61).

155 La seule mention d’une collusion entre l’ambassade espagnole et un personnage qui semble proche des dévots concerne M. de Villeneuf ; sur celui-ci, voir notre répertoire des espions, p. 645.

156 G. Pages, « Autour du grand orage : Richelieu-Marillac » J. J.-M. Constant, Les conjurateurs, pp. 57-64 ; R. Mousnier, L’homme en rouge, pp. 381-593.

157 G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 96.

158 AGS, K, 1415, f° 13, le Conseil d’État résume la relation de cet événement par Navaz.

159 G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 102.

160 Voir le chap. II, p. 109.

161 AGS, K, 1415, f° 47, Conseil d’État du 20 mai 1631 ; AGS, K, 1421, f° 60, Conseil d’État du 19 avril 1631.

162 AGS, K, 1415, Conseil d’État du 20 mai 1635.

163 AGS, K, 1421, f° 60, Conseil d’État du 19 avril 1631 sur les lettres de Mirabel des 19 mars et 4 avril 1631.

164 AGS, K, 1421, f° 60, le Conseil d’État du 19 avril 1631 note que Clausels reçoit en deux jours plus de 2.000 écus de Mirabel ; AGS, K, 1415, f° 57, Conseil d’État du 13 juin 1631 : Jacques de Brecht apporte 25.000 écus à Gaston d’Orléans, qui aurait refusé cette somme. Sur les instructions données à Jacques de Brecht en tant qu’émissaire de l’infante, voir AGS, K, 1665, f° 70, le 3 avril 1631.

165 AGS, K, 1424, f°58, le roi à Mirabel le 12 mai 1632.

166 AGS, K, 1421, f° 4, Conseil d’État de mars 1632 sur une lettre de l’Infante du 16 janvier.

167 Le Mercure françois, t. XVIII (1633), p. 476 : « Quelque temps auparavant le retour du Roy [juillet 16321, Sa Majesté estant lors à Monceaux, le marquis de Mirabel, ambassadeur d’Espagne, eut charge de se retirer de France, pour estre creu participer à la mes-intelligence qui paroissoit en la Maison Royale. Le sieur de Guron Falla trouver pour luy declarer de la part de sa Majesté qu’elle desiroit qu’il ne différast plus son retour en Espagne & que si ses affaires particulières requieroient un plus long sejour en France, il allast les parachever à Orléans, »

168 Sur les hésitations espagnoles à intervenir directement dans le conflit français (AGS, K, 1415, ffos 92-93, les 31 août et 1erseptembre 1632).

169 AGS, K, 1415, f° 95, Conseil d’État du 12 août 1632, sur l’accord et les possibilités de réussite de l’entreprise de Monsieur.

170 Le Mercure françois, t. XVIII (1633), p. 553, « Quelques jours après sur l’avis qu’eut le General des Galères que les Espagnols & Genois envoyoient quelques Tartanes au secours du Duc de Montmorency, il fit armer & marcher deux galères avec telle diligence, qu’elles en prirent une chargée de plomb, poudres, boulets, beches & pelles. Le reste se sauva à la fuite. »

171 AGS, K, 1415, f° 118, Antonio Carnero à Olivares, le 10 novembre 1632 : « el cuchillo a la garganta ».

172 AGS, K, 1417, f° 2, Conseil d’État du 10 février 1633.

173 AGS, K, 1416, f° 21, écrivant au roi le 4 juin 1633, Mirabel juge durement les propositions faites par Lingendes au nom de Gaston d’Orléans.

174 Dès novembre 1633, les conseillers de Monsieur, pour obtenir une augmentation des pensions espagnoles, menacent d’une réconciliation avec Louis XIII : voir H. Lonchay, J. Cuveuer et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 2168, p. 724, lettre d’Isabelle à Philippe IV, le 12 novembre 1633 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 207, f° 335).

175 AGS, K, 1417, f° 5, Conseil d’État du 10 février 1634.

176 AGS, K, 1417, f° 16, traité signé par Monsieur et le marquis d’Aytona le 12 mai 1634.

177 G. Dethan, Gaston d’Orléans, pp. 131-132.

178 AGS, K, 1433, f° 80, Conseil d’État du 8 novembre 1625 ; AGS, K, 1445, f° 2, Mirabel au roi le 26 novembre 1627.

179 AGS, K, 1415, Conseil d’État du 10 février 1630.

180 M. Carmona, Marie de Médicis, pp. 463-465, lui attribue la responsabilité de la rupture par son refus de signer un engagement de ne plus se compromettre dans des intrigues.

181 AGS, K, 1415, f° 57, Conseil d’État du 13 juin 1631.

182 AGS, K, 1415, f° 57, Conseil d’État du 13 juin 1631. La proposition est rapportée par un spécialiste de ce type d’affaires, Henry Teller, dont la biographie laisse supposer qu’il joua un rôle semblable à celui de Jacques Bruneau (voir le répertoire des espions en annexe, p. 642).

183 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc. 1732, p. 379 : de Madrid le 22 mai 1631, Philippe IV à Scaglia, ambassadeur extraordinaire de Savoie en Angleterre.

184 Sur les discussions de Bouillon avec l’Espagne voir H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc. 1798, p. 393 : Bouillon demande que l’Espagne occupe Sedan mais le 14 décembre 1631 les dirigeants espagnols refusent car une guerre de plus est un danger ; doc. 1810, p. 399, Isabelle à Philippe IV le 19 septembre 1631 : « Le duc de Bouillon, mécontent de Louis XIII, a offert diverses fois de se mettre au service de Philippe IV, et même de lui livrer Sedan, Isabelle a refusé d’accepter sans ordre de Madrid. Elle demande au Roi de décider. »

185 AGS, E, 2043, f° 25, le Conseil d’État du 19 août 1631 ; M. Carmona, Marte de Médicis, pp. 477-478.

186 Philippe IV lui propose six mille écus de rente si elle désire quitter Bruxelles (H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc. 1777, pp. 586-587).

187 Ibid., doc 1779, pp. 587-788, Madrid le 15 septembre 1631 à Isabelle.

188 AGS, K, 1413, f° 78, note de Valençay au Conseil d’État le 24 avril 1632.

189 Conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi, Louis Deshayes de Cournemin est ambassadeur au Levant en 1621 et au Danemark en 1624. En 1629, nommé ambassadeur en Russie, il conclut un traité qui procure de nombreux avantages commerciaux. De retour en France, il embrasse le parti de Marie et de Gaston d’Orléans, qui l’envoient négocier en Allemagne. Arrêté par Charnacé, il est conduit en France et, impliqué dans la révolte de Montmorency, il a la tête tranchée ; voir D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p. 241.

190 AGS, K, 1415, f° 82, le roi à Scaglia le 12 mai 1632.

191 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc. 2119 et 2120 (pp. 707-708).

192 AGS, K, 1415, f° 84, Valençay de San Lucarà Olivares le 7 juin 1632.

193 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 2053 (p. 685), Madrid le 21 mai 1633 : Philippe IV à Isabelle.

194 Charles II de Lorraine, duc d’Elbeuf, petit-fils de Claude de Lorraine, duc de Guise, est l’époux de Catherine-Henriette, fille légitimée d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées.

195 M. Carmona, Marie de Médicis, p. 513.

196 La Gazette (1633), p. 411.

197 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p. 537, lettre au père Suffren le 25 février 1634.

198 AGS, K, 1416, f° 28, Conseil d’État du 20 juin 1633,

199 AGS, K, 1417, f° 24, Conseil d’État du 13 juin 1634.

200 F. Billacois, « La crise de la noblesse européenne », p. 263, définit ainsi ce qu’on a nommé parfois le « néo-féodalisme » ou « le féodalisme bâtard » ; « Ce sont les liens extra-juridiques qui unissent un noble puissant qui protège et un noble modeste qui sert avec fidélité. C’est un patronage indéfini et illimité, fondé sur la seule confiance réciproque, qui dure autant qu’elle et qui constitue des clientèles voire des escadrons d’obligés, de pages, de créatures ».

201 Cité par Raymond Darricau, « Princes et peuples dans leur réciproque fidélité chez les docteurs catholiques de Bellarmin à Muratori », dans Y. Durand (dir.), Clientèles et fidélité en Europe à l’époque moderne, pp. 25-55.

202 Y.-M. Bercé, « Les conduites de fidélité : des exemples aquitains », p. 125.

203 J.-M. Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, pp. 144-148.

204 M. Aymard, « Amitié et convivialité », p. 457.

205 Mémoires de messire Robert Arnauld d’Andilly, t. IX (2e série), de Joseph-F. Michaud et Jean-Joseph-François Poujoulat (éd.), Nouvelle Collection des Mémoires pour servir à l’Histotre de France, Lyon-Paris, 1853, p. 433.

206 Doit-on croire Alfred de Vigny lorsqu’il affirme que la haine de Richelieu pour De Thou provient d’une phrase des Histoires rédigées par de Thou père qui flétrissait la mémoire d’un grand-oncle du Cardinal ? Voir Alfred de Vigny, Cinq-Mars ou une conjuration sous Louis XIII, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, t. II (1965), p. 148.

207 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 82.

208 Y,-M. Bercé, « Les conduites de fidélité : des exemples aquitains », pp. 133-134.

209 A. Jouanna, « Protection des fidèles et fidélité au roi », p. 279.

210 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 48 : « Plus le nom est prestigieux, plus il est lourd à porter. »

211 Y. Durand, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », p. 18.

212 É. Barnavi, « Fidèles et partisans dans la Ligue parisienne », p. 146 : « Elle [la Ligue] possède une organisation puissamment structurée et une idéologie très élaborée : c’est bien un parti au sens le plus moderne du mot, un grand parti révolutionnaire » ; p. 152 : « Il faudra attendre la lente érosion et, avec la Révolution, la ruine finale des fidélités, pour que renaisse la fidélité partisane telle que la Ligue l’avait inventée. »

213 A. Jouanna, Le devoir de révolte, dont nous reprenons un certain nombre d’arguments.

214 E. H. Kantorowicz, Les deux corps du roi.

215 A. Jouanna, « Idéologies de guerre et idéologies de paix dans la seconde moitié du XVIe siècle », p. 91.

216 J.-M. Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, p. 22 ; A. Jouanna, « Idéologies de guerre et idéologies de paix dans la seconde moitié du XVIe siècle », p. 94.

217 Selon les études respectives de P. Goubert, P. Drouot, et L. Febvre.

218 Ainsi, selon J.-M. Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, p. 64, la noblesse militaire au XVIe siècle ne représente que 20 à 30 % des effectifs.

219 On peut s’interroger alors sur l’existence des pratiques de substitution à partir du XVIe siècle et leur développement au XVIIe siècle, « pratiques qui interprètent ou même tournent le droit en vigueur afin de soustraire aux partages successoraux la plus grande partie, voire la totalité du patrimoine foncier » et permettent d’échapper aussi à la voracité des créanciers (André Burguière, « Les cent et une familles de l’Europe », dans Le choc des modernités, t. II d’André Burguière, Christiane Klapisch-Zuber, Martine Segalen et Françoise Zonabend [dir.], histoire de la famille, Paris, Armand Colin, 1986 [2 vol.], pp. 17-91, spéc p. 68).

220 A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 92-98 en fait la synthèse et se fonde sur les études suivantes : Jean-Marie Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Service de reproduction des thèses Université de Lille III, 1981 James B. Wood, The Nobility of the Election of Bayeux (1463-1666). Continuity Through Change, Princeton, Princeton University Press, 1980 ; Pierre Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du XIVe au XVIe siècle, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif Central, 1980 (2 vol.).

221 F. Billacois, « La crise de la noblesse européenne ».

222 A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 94-95, note à propos du Poitou, étudié par les tenants des deux thèses : « Paul Raveau, dans une étude sur l’agriculture et les classes paysannes au XVIe siècle, avait cru pouvoir conclure à un recul des nobles. Or Louis Merle a montré qu’il n’en était rien. Il y a bien eu une “crise” des revenus seigneuriaux en espèces. Mais les nobles ont très bien su la conjurer : en exigeant en nature les redevances seigneuriales d’une part ; mais surtout en essayant de tirer le meilleur parti du sol. » L’idée d’une crise de la noblesse au début du XVIIe siècle doit être fortement nuancée : il s’agit plutôt d’une adaptation à une situation nouvelle.

223 B. Garnot, « La législation et la répression des crimes dans la France moderne », p. 77.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search