Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Deuxième partie. La conduite de la diplomatie espagnole face à la France

Chapitre iv

Les « honorables ambassadeurs » du Roi Catholique et la France (1598-1635)

Texte intégral

1La pratique diplomatique s’ancre dans les réalités internationales et les ambassadeurs se trouvent confrontés à des événements en fonction desquels ils doivent se déterminer. Cerner les temps forts de la diplomatie espagnole impose donc d’établir un bref panorama de l’activité de chaque agent du Roi Catholique à Paris. Ces tableaux successifs montrent la gestion des relations internationales dans son aspect le plus quotidien et présentent l’intérêt d’indiquer les moyens et les sources d’information des représentants espagnols en France, de cerner leurs centres d’intérêt et de mettre en évidence les principales questions auxquelles ils doivent répondre.

I. - La reprise des relations diplomatiques : Tassis et son ambassade (1598-1604)

2Le traité de Vervins inaugure de nouveaux modes de relation entre les puissances, non seulement pour les parties signataires, mais aussi pour l’ensemble des monarchies de l’Europe occidentale. Pendant près de vingt années, une vague pacifiste porte la plupart des dirigeants à centrer leur action sur la politique intérieure et à s’éloigner des pratiques bellicistes ou d’ingérence de la fin du XVIe siècle. En Espagne, la mort de Philippe II met en relief ce tournant historique, même si des permanences prolongent les anciens cadres mentaux : perception des différents partis en termes d’opposition religieuse et emploi d’un personnel marqué par l’époque antérieure. Cependant, au tournant du siècle la pratique des affaires oblige à emprunter un cours nouveau.

3L’examen de la carrière de Juan Bautista de Tassis illustre ces différents aspects et explique sa nomination comme premier représentant de Philippe III à Paris. En 1598, il fait figure d’expert des relations internationales et particulièrement des affaires françaises. Lors des négociations de Vervins, la cour de Madrid lui a donné pouvoir de traiter, avec deux autres émissaires de l’archiduc Albert, le président Richardot, du Conseil privé de Bruxelles, et Louis Verreycken, premier secrétaire d’État des Pays-Bas espagnols. En praticien, Tassis a dû, avec ses collègues, batailler contre les propositions de Bellièvre et de Brûlait de Sillery à propos du statut de Cambrai, de l’octroi du pardon royal à l’ancien ligueur Mercœur et de la possession du royaume de Navarre, obtenant des résultats plus ou moins heureux : Cambrai reste acquis à l’Espagne mais le duc de Mercœur ne rentre pas en grâce.

  • 1 J. Nouaillac, Villeroy, IIe part, chap. III : l’affaire Salcède et les problèmes de Villeroy.
  • 2 Voir Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État à l’époque des guerres de R (...)
  • 3 J. Rübsam, Johan Baptista von Taxis, chap. II, pp. 24-30.

4Accoutumé à la politique française, Tassis connaît déjà les différents ministres du Roi Très-Chrétien. Lorsqu’il était ambassadeur à Paris, c’est-à-dire d’abord de 1581 à 1585, Villeroy était en place depuis 1567 et s’occupait du secrétariat des Affaires étrangères. Ensemble, ils durent supporter l’affaire Salcède, du nom de l’auteur d’un complot contre le duc d’Anjou qui avait dénoncé les complicités des Guise, de l’Espagne et de « leur agent Villeroy »1. Quant à Bellièvre2, ses fonctions de garde des sceaux remontent à cette époque. Par la suite, ces responsables se retrouvèrent à plusieurs reprises. Tassis avait notamment été chargé de suivre le chef de la Ligue catholique, Mayenne, dont Villeroy était un des principaux conseillers. Les négociations franco-espagnoles de Vervins les réunissent de nouveau Le nouvel ambassadeur ne semble pas connaître personnellement Henri IV. Le passé de Tassis, ses nombreuses relations et les soutiens qu’il a fournis à la Ligue pendant les guerres civiles n’ont toutefois pas amené le roi de France à considérer le nouvel ambassadeur comme indésirable, bien qu’il fût l’orateur espagnol qui défendit les droits de l’infante au trône de France lors des états généraux de la Ligue. Le choix de Tassis par le Conseil d’État est judicieux car son expérience et sa pratique des affaires françaises le désignent pour ce poste. En sa qualité d’Italien ayant vécu en Flandres et de sujet du roi d’Espagne, il parle de nombreuses langues : français, italien, espagnol, allemand, flamand (en plus, bien sûr, du latin)3. De la même génération que Bellièvre, Tassis ne présente que l’inconvénient de son grand âge, qu’il met souvent en avant pour demander à quitter son poste.

  • 4 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 29 novembre 1598.
  • 5 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 31 mars 1599.
  • 6 AGS, K, 1602, Tassis à Idiáquez le 28 avril 1599.

5Revenu en Flandres après la conclusion du traité de Vervins, Tassis apprend en novembre 1598 qu’il est nommé ambassadeur en France4. Depuis Bruxelles, quatre mois plus tard, il accuse réception des instructions royales mais prévient Madrid que le chiffre et la liste des personnes avec lesquelles il doit communiquer ne lui ont pas été envoyés5. Fin avril il se trouve à Mons, d’où il expédie une lettre au Roi sur sa dramatique situation financière6. Le 8 mai, il arrive à Paris. Ayant cherché à joindre le roi de France à Saint-Germain, il apprend que celui-ci réside pour l’instant à Fontainebleau Enfin, le 13 mai, c’est depuis Moret que l’ambassadeur, obéissant à la géographie des amours du roi de France, relate au secrétaire d’État Juan de Idiáquez sa première audience avec Henri IV. En même temps, il a reçu le chiffre attendu sinon les fonds nécessaires à sa mission : son activité diplomatique peut commencer. Trois domaines composent les champs d’activité du diplomate : la « grande politique », la résolution des questions pratiques, la recherche et l’entretien d’informateurs.

  • 7 P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VII, janvier 1600, p. 204.
  • 8 AGS, K, 1603, le 27 février 1600.
  • 9 AGS, K, 1603 (septembre 1600) : « Lo que el Rey de Francia dixo a Tassis en Grenoble... »
  • 10 AGS, K, 1604, Tassis à Prada le 16 janvier 1601.
  • 11 AGS, K, 1603, document inséré avec les lettres de septembre 1600 (s. d.).

6Demeurée sans solution lors du traité de Vervins, la question de la possession du marquisat de Saluces est le point de départ d’une correspondance espagnole de plus de trois ans sur les relations franco-savoyardes. Celle-ci commence par l’observation de la première visite d’un prince étranger à la cour d’Henri IV : Charles-Emmanuel de Savoie séjourne en effet en France du 17 décembre 1599 au 21 janvier 16007, afin de négocier directement l’affaire de Saluces et dans l’espoir de retarder la restitution du Marquisat Ses manigances auprès du duc de Biron semblent être passées inaperçues de l’ambassadeur espagnol, à la différence de l’accord conclu en février entre le Duc et le Roi8. Celui-ci donnait un ultime délai de trois mois à Charles-Emmanuel pour choisir entre la restitution de Saluces et sa conservation en échange des terres savoyardes de la rive droite du Rhône (Bresse, Bugey, Valromey, Gex). Tassis suit Henri IV dans son périple vers la Savoie et relate les différentes étapes de l’expédition9. Les archives de sa correspondance ne conservent aucune trace de rapports spéciaux avec des mécontents français ou des envoyés de Savoie. Elles ne contiennent pas non plus d’opinion affirmée et nette de l’ambassadeur en faveur d’un engagement des forces espagnoles lors de la guerre franco-savoyarde, ce qui contraste avec les positions bellicistes de Fuentes, le gouverneur du Milanais, et des autres diplomates espagnols en Italie (Ledesma, Vivas, etc). Si l’ambassadeur regrette l’insuffisance des interventions du Roi Catholique dans ce conflit10, il souligne également que Philippe III doit promettre officiellement de respecter la paix de Vervins. La monarchie espagnole se trouve donc dans une position ambiguë, partagée entre son désir de soutenir le duc de Savoie et la nécessité de respecter les clauses du traité de 1598. Seul un mémoire anonyme, émanant de particuliers et inséré dans la correspondance, prend franchement parti pour un affrontement avec Henri IV et un soutien direct à Charles-Emmanuel11. Le Duc ayant été vaincu pendant l’hiver 1600-1601, Tassis se borne à envoyer à Madrid la copie du traité franco-savoyard dès le lendemain de sa conclusion.

  • 12 Par exemple, au moment de l’ambassade de Biron à Londres (AGS, K, 1604, le 13 septembre 1601) ; ou (...)
  • 13 AGS, K, 1604, Tassis le 4 décembre 1601.
  • 14 AGS, K, 1603, le 27 octobre 1602. Parsons, condamné à mort en Angleterre vers 1580, séjourne en Fra (...)

7La « perfide Albion » est l’autre grand souci de l’ambassadeur. Tassis observe avec soin les relations franco-anglaises. Il informe Madrid des ambassades et négociations entre les couronnes française et anglaise12. L’échec à Kinsale de la dernière armada venue en Irlande soutenir les rebelles catholiques de Tyron et la capitulation du corps expéditionnaire dirigé par Juan de Aguila en janvier 1602 sonnent le glas des grandes entreprises de Sa Majesté Catholique contre l’hérésie d’outre-Manche. Tassis informe Madrid du déroulement des différentes phases de cette expédition. Après ce revers politique et militaire, le diplomate prévient son souverain des initiatives des deux couronnes. Il conseille et aide les Britanniques réfugiés en France. Ceux-ci viennent souvent chercher un soutien auprès de l’ambassade espagnole à Paris. Ainsi Tassis peut-il envoyer des informations sur les clercs anglais qui doivent se rendre dans l’île pour y convertir les hérétiques13. Malgré sa longue expérience, l’ambassadeur fait preuve de quelques insuffisances. Par exemple, lorsqu’il entre en contact avec le jésuite anglais Robert Parsons, il affirme ne pas le connaître et s’en méfie, bien qu’il lui fournisse quelques subsides. Il demande à Madrid des informations plus précises sur l’Anglais alors que Parsons est un personnage haut en couleur bien connu des services espagnols depuis plus de vingt ans14.

  • 15 AGS, K, 1605, le 26 février 1602, copie d’une lettre de Stanhope, Le 16 avril 1602, réception d’une (...)

8À Paris, Tassis remplit la fonction d’intermédiaire entre l’ambassade espagnole à Londres et le Conseil d’État. Il reçoit des avis du secrétaire de l’ambassade et d’informateurs dont il dispose en Angleterre. Par ce biais, les services espagnols interceptent des lettres de Stanhope, conseiller d’Élisabeth Ire. Un nommé Furtado, au nom d’origine portugaise, leur fournit un grand nombre d’avis qui transitent par l’ambassadeur en France15.

  • 16 AGS, K, 1606, Tassis les 2 août et 11 octobre 1603.

9En 1603, la mort de la « reine vierge » inaugure de nouveaux rapports entre les trois grandes monarchies. Pour l’Espagne, l’idéal de reconquête catholique de l’île, que nourrissent nombre d’exilés, prend fin. Des démarches en vue de régler pacifiquement les relations anglo-espagnoles débutent. Tassis paraît bien disposé à favoriser ces négociations. Pendant l’été 1603, Jacques Bruneau lui fait part de la rumeur de l’implication de l’ambassade de France dans l’élaboration du « complot des prêtres » contre Jacques Ier, complot qui aboutit à la condamnation du corsaire Walter Raleigh. Devenu un frein aux discussions, Tassis proteste de son innocence devant le Conseil d’État espagnol16.

  • 17 AGS, K, 1606, le 28 juillet 1603.

10Un autre grand thème de la politique internationale espagnole est récurrent à toute ambassade espagnole en France et se trouve étroitement imbriqué dans les relations franco-anglaises. L’ensemble des Pays-Bas – aussi bien les provinces rebelles que celles qui restent fidèles au Roi Catholique – forme le centre d’un vaste flux d’échanges économiques et militaires de l’espace nord-européen. Français et Anglais y possèdent des intérêts politiques et commerciaux. Sur le plan militaire, la guerre des Flandres, qui s’éternise, prive la monarchie ibérique de toute marge de manœuvre et l’oblige sans cesse à concentrer et immobiliser des forces importantes. D’un point de vue économique, le dynamisme de la région inquiète et en même temps attire les monarchies française et anglaise. Cette focalisation sur les possessions bourguignonnes du roi d’Espagne amène Tassis à s’intéresser à toute information sur ce sujet et à se plaindre auprès du roi de France de ses interventions aux côtés des rebelles. Dans une lettre du 28 juillet 1603, Tassis fait observer au Conseil d’État qu’Henri IV pratique un double langage et trouve toujours de bonnes raisons pour aider les Hollandais17. Ces reproches ne diminueront qu’avec la signature de la trêve de Douze Ans, en 1609.

  • 18 AGS, K, 1603, le 9 août 1602.

11Parmi les questions matérielles que Tassis doit résoudre, l’une des plus importantes pour la Monarchie est celle du passage de tercios par le pont du Gressin. L’ambassadeur rencontre Villeroy, s’entretient avec le roi et Sully, afin d’obtenir l’autorisation de franchir le Rhône. En août 1602, les Français acceptent temporairement la traversée des troupes espagnoles18.

12Les problèmes commerciaux enveniment les relations entre les deux couronnes. Outre l’embargo décrété par les deux pays en 1603, de multiples contentieux nuisent aux bonnes relations : navires français pris par l’Inquisition en Espagne, remboursement des dommages et des frais entraînés par l’occupation espagnole du Blavet, plaintes de commerçants de la Péninsule en France, tentatives d’implantation française aux Indes. La plupart des audiences portent la trace de récriminations des deux parties.

13L’ambassade de Tassis sera souvent ébranlée par divers scandales, conspirations, révoltes où sont impliqués des dirigeants espagnols. En 1602, la découverte de la conjuration de Biron prend Tassis de court. L’ambassadeur ne semble pas être informé des agissements du gouverneur du Milanais, du duc de Savoie et de Biron. À propos de la correspondance du diplomate, le Conseil d’État note qu’il

  • 19 AGS, K, 1605, Tassis le 11 mai 1602.

discourt sur les inconvénients qui peuvent naître des essais de fomenter en France des surprises, celles-ci n’étant ni réalisables, ni utiles, et dans lesquelles il doute vraiment considérant l’état présent des choses dans ce royaume19.

14Comment Tassis apprend-il les buts de cette conspiration, dont il annonce au Conseil d’État – le 16 juin 1602 seulement – qu’elle visait à assassiner le Dauphin et le roi de France ? À l’égard de l’agitation fomentée par le duc de Bouillon, l’attitude de Tassis est plus nuancée. Il relève qu’Henri IV soupçonne le Duc d’avoir touché de l’argent espagnol, mais dans la même lettre il qualifie de courtoise l’audience que lui a accordée Henri IV.

  • 20 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 13 mai 1600 : «No tengo costillas para buscar correspondientes para (...)
  • 21 Sa correspondance avec l’Espagne se trouve dans AGS, K, 1604, lettre de La Fontenelle du 31 décembr (...)

15Les intelligences secrètes font partie intégrante de la mission de Tassis. Nous avons recensé 43 personnages dont les activités relèvent de l’espionnage ou de la trahison, qui transmettent des informations à l’ambassadeur, lui proposent des projets d’action contre la monarchie française ou encore reçoivent de l’argent de l’ambassade. Ce nombre élevé de correspondants contraste avec le premier constat transmis par Tassis au Conseil d’État à son arrivée en France, indiquant qu’il ne possédait aucun moyen financier pour acheter des informations20. Parmi les renseignements sélectionnés, ces espions, « traîtres » ou agents doubles, contribuent à un total de 169 occurrences dont 78 sont antérieures à la fin de la mission de Tassis. Nombre de ces agents – Nicolas L’Hoste, Charles Hébert, Thomas Morgan, Henriette de Balsac (marquise de Verneuil), Robert Parsons, Gérard de Raffis, Honoré Rigault, Alessandro Estrapa et d’autres – continuent de servir l’Espagne après le départ du diplomate. Certains sont découverts peu de temps après, comme Nicolas L’Hoste, en avril 1604. D’autres changent d’employeur. Ainsi, Gérard de Raffis trouve plus rémunérateur le service du roi de France. Pour sa part, Charles Hébert, contraint de chercher refuge outre-Pyrénées puis à Milan pour sauver sa tête, continue à servir l’Espagne hors de France. Le Breton Guy Eder de Beaumanoir, baron de La Fontenelle, n’a pas autant de chance. Découvert et accusé de crime de lèse-majesté, il est rompu vif en place de Grève le 28 septembre 160221. Des agents doubles participent aussi à ces moissons de renseignements. Les proscrits espagnols Antonio Pérez, Manuel don Lope, tous deux condamnés en Espagne, rencontrent Tassis ou lui fournissent des informations. Enfin, d’autres agents restent dans l’ombre, l’ambassadeur écrivant simplement au Conseil d’État : « Un confident m’a dit... », ou encore : « J’ai su de bonne source... ».

  • 22 AGS, K, 1605, Tassis, le 6 juin 1602, note les offres de service du colonel Semple.
  • 23 AGS, K, 1451, f 73, le roi à Tassis le 8 octobre 1602.

16La faible participation de Tassis à l’élaboration ou à la transmission de projets d’action contre le roi de France ou l’Angleterre confirme son peu d’inclination pour les pratiques subversives. Sur les 186 occurrences sélectionnées dans notre fichier « Actions », Tassis n’est impliqué que 16 fois. Les agents qui participent à ces projets lui proposent des projets séditieux, ou du moins l’en informent. Un Écossais, le colonel Semple, l’informe des possibilités de débarquement espagnol en Grande-Bretagne et sur la logistique nécessaire à une telle entreprise22. Un certain capitaine La Four (ou La Flor) est impliqué dans un plan que le roi rejette23.

17Malgré son grand âge, Tassis est donc loin de demeurer inactif. Dans notre fichier « Renseignements », il est impliqué dans 134 occurrences, par le biais de ses lettres ou par celui des ordres que lui transmet le Conseil d’État de Madrid. Cette activité intense est d’ailleurs clairement démontrée par les copies des lettres de diplomates français ou de secrétaires d’État anglais que l’on trouve dans la correspondance de l’ambassadeur.

18Une des causes du grand nombre des agents employés et des informations transmises réside dans la proximité des guerres civiles. Malgré le traité de Vervins et le récent rapprochement hispano-anglais, d’anciens ligueurs et des exilés anglais espèrent encore une action du Roi Catholique en leur faveur. Dans cette optique, ils rencontrent et informent l’ambassadeur, et lui proposent des projets afin de continuer une lutte qu’ils refusent d’abandonner.

19Faire un bilan de l’activité de Tassis reste difficile. Les sources se contredisent lorsqu’elles tentent d’évaluer la mission espagnole. En 1600, le Conseil d’État affirme du diplomate :

  • 24 AGS, K, 1426, f° 6, le Conseil d’État du 27 mai 1600, sur la lettre de Tassis du 12 mai.

C’est un honorable caballero, qui comprend, renseigne et qui a bien servi la Monarchie. Mais il n’est pas à sa place, car c’est un homme peu respecté des Français et de peu de brio et d’action, alors que le temps présent en nécessite. De plus, l’humeur arrogante de ce roi et de sa nation fait qu’ils n’ont pas confiance en Tassis, car il n’est pas Espagnol. Personne ne l’aide et il n’a pas pu gagner quelques volontés pour pénétrer quelque chose d’important [...] Ainsi, avec la venue de l’ambassadeur ordinaire de France en Espagne, on peut profiter de ce changement pour envoyer un successeur à Juan Bautista de Tassis. Il paraît urgent au Conseil d’État que cela se fasse le plus rapidement possible et que la personne nommée possède beaucoup de qualités pour remplir le vide actuel de cette ambassade. Dans le cas où il y aurait du retard dans l’exécution de cette décision, il conviendra que S. M, envoie une provision suffisante d’argent à Tassis pour qu’il ne puisse prétexter, comme il le fait actuellement, la faute de ressources à son insuffisance d’intelligences24.

20Trois ans plus tard, l’activité de l’ambassadeur semble démentir ces affirmations. Ces considérations masqueraient-elles des divergences politiques ? Tassis n’appartient pas aux partisans des solutions radicales. D’après sa correspondance, il ignore les conspirations élaborées dans la péninsule italienne. Le manque d’argent, problème chronique de tous les ambassadeurs, semble aussi à l’origine des déboires de Tassis. Le 22 décembre 1603, il écrit :

  • 25 AGS, K, 1606, Tassis au roi le 22 décembre 1603.

Voici cinq ans que V. M. a bien voulu m’envoyer dans cette ambassade et quand je vins, j’abandonnai par nécessité une bonne maison à Bruxelles. Je fus deux mois ici sans toucher un real d’appointements et durant le temps que je restai, il y a eu des moments où on me devait jusqu’à quinze mois d’appointements. [...] Aucune aide [ayuda de costa] ne m’a été envoyée par V. M., excepté une de quatre mille ducats25.

  • 26 É. Frémy, Essai sur les diplomates du temps de la Ligue, p. 77.
  • 27 AGS, K, 1604, Tassis au roi le 15 novembre 1601.
  • 28 AGS, K, 1603, le 22 août 1600 ; AGS, K, 1604, le 6 novembre 1601 ; AGS, K, 1605, les 9 juin et 5 ao (...)

21Cette somme ne suffit pas pour maintenir le train de vie de l’ambassade espagnole. Au cours des années 1570-1580, on estime que l’entretien d’une mission diplomatique en France nécessitait une dépense de deux à trois mille écus par an26. La seule rémunération de Nicolas L’Hoste coûte cent écus par mois27. Après avoir réclamé pendant plus de trois années l’autorisation de quitter l’ambassade28, Tassis est enfin relevé de sa charge.

II. - Le dialogue est un combat : Zúñiga, Irarraga et les débuts de l’ambassade de Cárdenas (1604-1610)

  • 29 J. Lefèvre, « Les ambassadeurs d’Espagne à Bruxelles sous le règne de l’archiduc Albert », pp. 63-6 (...)

22Le nouvel ambassadeur, Baltasar de Zúñiga, n’appartient pas à la même génération que son prédécesseur : trente-deux ans les séparent. Âgé de quarante et un ans, il arrive d’Espagne après un séjour de plusieurs années en Flandres. Ses capacités intellectuelles, ses relations avec Juste Lipse, sa traduction d’œuvres de Montaigne et son mariage avec une Flamande ont déjà été évoqués. Ces données contredisent le cliché du Castillan hautain, plein de morgue et imbu de sa personne que l’on trouve fréquemment à son propos29.

23Lorsqu’il arrive à Paris le 21 décembre 1603, son expérience est moindre que celle de Tassis. Cependant, en 1600, il a déjà participé à une négociation internationale comme membre de la délégation hispano-flamande de Boulogne pour l’ouverture de discussions avec l’Angleterre. Celles-ci achoppèrent sur des questions de préséance, avant même d’aborder les questions de fond. À Bruxelles, où il fut ambassadeur du Roi Catholique auprès des Archiducs, Zúñiga a fait preuve d’indépendance d’esprit, s’opposant aussi bien à Albert qu’à Madrid lorsqu’il le jugeait nécessaire.

24Les deux ambassadeurs se rencontrent à Paris, où s’effectuent la passation des pouvoirs et la transmission des documents. Pourtant, six mois plus tard, Tassis est encore interrogé par le Conseil d’État sur ses sources de renseignements. Baltasar de Zúñiga n’a-t-il pas en main les documents que lui a laissés Tassis ? Par ailleurs, le secrétaire d’ambassade Jacques Bruneau poursuit sa tâche à Paris, où il entretient des relations avec nombre d’indicateurs. Selon la réponse de Tassis au Conseil d’État,

  • 30 AGS, K, 1426, f° 67, Conseil d’État du 22 juin 1604.

Il laissa là-bas un de ses secrétaires flamands qui est très utile pour ce poste, [et] bien né. Il sera très nécessaire à Baltasar de Zúñiga pour les intelligences que l’on offre ici30.

25La deuxième partie de l’avis du Conseil d’État sur Tassis est en contradiction avec nos constatations : il y est affirmé que le diplomate n’a entretenu en France que quatre ou cinq informateurs, tous français mais sans rémunération fixe, alors que les indications provenant de sa correspondance montrent clairement que l’ambassadeur espagnol a entretenu des contacts avec un nombre d’agents bien supérieur.

26Dans tous les cas, Baltasar de Zúñiga, secondé par Jacques Bruneau, le précieux secrétaire de l’ambassade, prend la direction de la mission et des affaires secrètes, pour la plus grande satisfaction de Tassis. Comme c’est le cas pour tous les diplomates, l’activité de Zúñiga se concentre autour des grandes affaires, de l’observation du pays et de la Cour, des moyens à adopter et des contacts avec les indicateurs.

27Les relations de Zúñiga avec Henri IV sont semblables à celles que son prédécesseur entretenait avec le monarque français. Durant les audiences, qui semblent avoir été assez fréquentes, le roi se plaint des embûches tendues par l’Espagne, alors que le diplomate, de son côté, présente ses doléances à propos des aides accordées par la France aux Provinces-Unies. Les questions commerciales fournissent toujours matière à conflit. La fin de l’embargo aboutit à des réclamations sur nombre de navires et marchandises non restitués de part et d’autre. Le règlement des litiges n’empêche pas Madrid de s’inquiéter des fraudes et contrebandes. Enfin, la protection des colonies et du monopole fait en permanence l’objet des attentions de l’ambassadeur. Les motifs de contentieux demeurent donc nombreux, mais il faut remarquer que ces échanges plus ou moins aigres n’aboutissent pas à de violentes altercations, ni à une profonde animosité entre le souverain et Zúñiga.

  • 31 AG S, K, 1607, lettre de Baltasar de Zúñiga le 25 décembre 1605.
  • 32 AGS, K, 1606, f° 205.
  • 33 AGS, K, 1606, le 29 mars 1604.
  • 34 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État du 10 octobre 1605 sur les lettres de Zúñiga des 29 août au 18 (...)
  • 35 AGS, K, 1606, lettre de Baltasar de Zúñiga, le 27 août 1604.

28Dans le domaine politique, la nouvelle paix conclue en 1604 entre l’Espagne et l’Angleterre ne réjouit pas Henri IV. Libérée du front anglais, la monarchie espagnole rassemble ses forces pour combattre les rebelles hollandais. L’accord hispano-anglais explique sans doute que Zúñiga accorde moins d’attention que son prédécesseur aux affaires d’outre-Manche, sauf quand cela peut nuire au roi de France. Il relève ainsi le départ d’Angleterre de M. de Beaumont, précisant en chiffre que ce diplomate avait pris part au complot des poudres contre Jacques Ier31. D’autres domaines retiennent son attention, d’autant que, durant les premiers mois de 1604, il continue d’obtenir de nombreuses informations de Nicolas L’Hoste, premier commis de Villeroy. Cet informateur lui affirme que les Grisons veulent maintenir l’alliance française et rompre avec le comte de Fuentes32, que le roi de France monte les Hollandais contre l’Espagne33, etc. En dépit de la découverte de cet agent, les renseignements sur les affaires internationales continuent à affluer. Le Conseil d’État reçoit de Zúñiga copie des accords conclus entre le Sultan et le représentant français auprès de la Porte34. Un Portugais, un nommé Machado, fait savoir que des navires appareillent des Provinces-Unies pour les Indes espagnoles35.

  • 36 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État du 25 août 1605 sur les lettres de Zúñiga du 5 août précédent.

29Zúñiga remplit aussi son rôle d’observateur des affaires françaises. Il tient le Conseil d’État au courant des nouvelles de la Cour, de la venue du duc de Lorraine en 1604, du départ de Bouillon, de la place et les fonctions des principaux aristocrates, sans oublier de transmettre les informations sur la santé du roi36. Le jeu politique de Zúñiga est sous-tendu par un état d’esprit différent de celui de Tassis. Si celui-ci répugnait à mener des actions subversives en France, le Castillan pense différemment :

  • 37 AGS, K, 1607, le Conseil d’État de 10 février 1605.

Le mécontentement de ce roi envers les hérétiques de son royaume est de grande considération, particulièrement à cause des nombreuses et bonnes places qu’il leur a remises pour une durée de huit ans, dont le terme arrive dans deux années. Il [Zúñiga] envoie un mémoire des places tenues par les hérétiques et don Baltasar dit que s’il était possible de les aider, ce serait le meilleur moyen de l’embarrasser [le roi]37.

30L’ambassadeur conseille donc à Madrid de pratiquer la sédition dans le royaume de France. Le Conseil d’État du 10 février approuve pleinement ces propositions et le connétable de Castille demande qu’on félicite Zúñiga pour son zèle. Dans quelle mesure cette décision a-t-elle été appliquée ? Nous n’avons pas trouvé de protestants en liaison avec les Espagnols durant le règne d’Henri IV.

31Deux contestations importantes du pouvoir royal ont des liens avec l’ambassade d’Espagne. En juin 1604 la découverte, grâce à l’agent double Thomas Morgan, du complot de la marquise de Verneuil entraîne dans son sillage un grand nombre de nobles. François de Balsac, comte d’Entragues, le père de la marquise, et le comte d’Auvergne, demi-frère de celle-ci et fils bâtard de Charles IX – à peine sorti de la prison où il avait été enfermé à la suite de l’affaire Biron – sont de nouveau impliqués. Zúñiga rend compte dans sa correspondance des effets de ces intrigues et signale que de très forts soupçons de complicité pèsent sur le gouvernement espagnol. A-t-il cru un moment à la réussite du projet séditieux de la Marquise ? Lors des audiences accordées par Henri IV, l’ambassadeur tient tête, conteste les allégations royales et réplique en évoquant à nouveau l’appui français aux rebelles hollandais.

  • 38 AGS, K, 1426, f° 76, Conseil d’État du 10 octobre 1605 sur les lettres de Zúñiga du 28 août au 18 s (...)
  • 39 Duc de la Force, Le maréchal de La Force, p. 139.

32Impliqué dans la conspiration de Biron, le duc de Bouillon, vicomte de Turenne, veut être le chef des protestants français. Prince souverain de Sedan, allié aux grandes familles allemandes, le Duc choisit de se réfugier dans l’Empire lorsque le roi de France le menace. À la tête d’une armée, Henri IV quitte Paris pour réprimer l’agitation du Sud-Ouest, où les familiers et clients des ducs de Turenne et de Biron sont particulièrement actifs. Zúñiga informe son gouvernement de ces troubles. Un résumé du Conseil d’État laisse entendre que des rumeurs circulaient en France sur le soutien espagnol à ces opposants38. De fait, certains nobles révoltés, La Chapelle-Biron, Lygongnac, Tayac et Gyversac, se réfugient en Espagne après la répression royale39. Nous n’avons pas trouvé de documents faisant explicitement état de relations de l’ambassadeur espagnol avec les participants de ces conspirations. Cela ne signifie pas que Zúñiga soit innocent de toute implication, mais ses comptes rendus à Madrid ne comportent aucune trace de telles actions, ni des sommes qui leur auraient été éventuellement allouées.

  • 40 Voir A. Hugon, « L’affaire Nicolas L’Hoste ».
  • 41 AGS, K, 1606, le 26 mai 1604.

33Il en va différemment lors des découvertes des deux cas de trahison au profit de l’Espagne : l’affaire L’Hoste40 et l’affaire Mérargues. En avril 1604, Nicolas L’Hoste, le commis du secrétaire d’État Villeroy, prend la fuite après que son infidélité a été révélée. Depuis Fontainebleau, il se rend directement chez l’ambassadeur espagnol à Paris pour y obtenir du secours. Zúñiga lui donne un de ses domestiques pour l’accompagner. L’Hoste se noie – ou est noyé – en franchissant la Marne. Avec cette disparition, il ne reste plus comme témoin du crime de lèse-majesté que le serviteur de Zúñiga, appréhendé après les événements. L’ambassadeur ne paraît pas ébranlé par les preuves d’ingérence espagnole dans les affaires françaises. Il réfute les accusations et demande à Henri IV la libération de son domestique, qui lui est accordée41.

  • 42 Pour la gestion de cette affaire par l’ambassadeur et le Conseil d’État, voir AGS, K, 1426.

34L’ambassadeur ne cache donc pas ses intelligences une fois qu’elles sont découvertes. L’affaire Mérargues le confirme42. En décembre 1605, ce gentilhomme provençal est arrêté alors qu’il remettait au secrétaire Bruneau les plans d’une entreprise sur Marseille. Condamné pour crime de lèse-majesté, Mérargues est exécuté le 19 décembre. Le roi de France hésite à mettre en accusation Bruneau, arrêté en même temps que le Provençal. Circonstance aggravante, le même jour, Henri IV est victime d’un attentat. Zúñiga intervient une nouvelle fois pour demander la libération de son secrétaire et exiger le respect des immunités diplomatiques afférentes à l’ambassade. La correspondance de décembre 1605 et janvier 1606 est en grande partie consacrée à ces demandes de libération de Bruneau. Relâché en janvier, le secrétaire restera un moment sous les ordres de l’ambassadeur intérimaire continuant à s’occuper des affaires secrètes, avant de suivre Zúñiga en Allemagne.

  • 43 AGS, K, 1451, f°141, le roi à Henri IV, le 14 janvier 1606.
  • 44 AGS, K, 1607, le Conseil d’État du 10 octobre 1605 ne note pas son nom lors de l’interception d’une (...)

35Au cours de ce même mois de janvier 1606, Philippe III écrit à Henri IV pour lui faire part de l’autorisation accordée à Zúñiga de quitter momentanément son poste afin d’assister à un procès concernant un litige familial en Espagne43. Ce départ est en fait définitif. Peut-on comparer l’activité respective des deux premiers « honorables espions » du Roi Catholique à Paris ? Selon sa correspondance, Zúñiga est en relations avec 20 agents, indicateurs, porteurs de propositions de sédition ou de complot, ou simples stipendiés de l’ambassade, alors que Tassis était en rapport avec 43 personnes appartenant à ces catégories. L’activité d’espionnage de Zúñiga est donc moindre, et elle prolonge celle de son prédécesseur. Parmi ses agents, on compte Nicolas L’Hoste, le comte d’Auvergne, Salvador Machado, un agent d’origine portugaise qui surveille les activités des enfants d’Antonio de Crato et les mouvements hollandais vers les Indes, Mathias La Bruyère, un ancien ligueur réfugié à Bruxelles, etc. On ne trouve que deux Anglais, le jésuite Hugh Owen et Miguel Ranjel. En revanche, Zúñiga entame quelques collaborations dont l’avenir sera fructueux : avec Carlos Baudequin, proche des Nassau, ou avec Nicolas Renault, qui se trouve certainement à l’origine des interceptions des lettres du baron de Salignac44. Ces différents espions et agents correspondent à 97 occurrences de notre fichier « Renseignements », mais si l’on considère seulement la période durant laquelle Zúñiga est ambassadeur à Paris, ils n’interviennent plus que dans 21 occurrences (au lieu de 189 et 83 durant la mission de Tassis). Même en prenant en compte la durée beaucoup plus courte du séjour de Zúñiga, il est clair que l’information souterraine joue un rôle bien moindre pendant son ambassade que du temps de Tassis. Quant aux projets et autres actions, leur nombre est presque identique pour les deux missions (11 occurrences pour Zúñiga contre 16 pour Tassis). Enfin, dans notre sélection de renseignements, Zúñiga intervient nettement moins que Tassis, avec seulement 52 occurrences (dont 6 sont postérieures à son ambassade en France). L’une des explications de cette faiblesse provient partiellement des sources utilisées. En effet, les archives de Simancas ne possèdent qu’une partie des lettres de l’ambassadeur Zúñiga. Ainsi, les renseignements classés proviennent le plus souvent des résumés de lettres figurant en préambule des délibérations du Conseil d’État.

  • 45 AGS, K, 1607, le Conseil de Guerre du 21 mai 1606 sur une lettre écrite par le roi de France. Le Co (...)
  • 46 AGS, K, 1460 le 25 février 1606, Zúñiga au roi.

36La fin de la mission de Zúñiga correspond à un apaisement des tensions entre les deux couronnes45. En France, les derniers grands factieux disparaissent, emprisonnés (Auvergne), exécutés (Biron) ou raccommodés avec Henri IV (Bouillon, Verneuil). La paix avec l’Angleterre et, depuis 1607, l’ouverture de négociations avec les Provinces-Unies favorisent une amélioration des rapports entre Paris et Madrid. Cette accalmie coïncide avec la charge d’ambassadeur intérimaire attribuée à Irarraga. Le 25 février 1606, Zúñiga demande audience au roi de France pour solliciter l’autorisation de quitter le Royaume et de laisser le secrétaire de l’ambassade traiter les affaires46.

  • 47 AGS, K, 1607, 1608, 1460 et 1461 pour sa correspondance et ses liens avec Madrid.
  • 48 AGS, K, 1665, le 31 mai 1607.

37Parmi les correspondances étudiées, celle d’Irarraga se révèle étrangement comme l’une des plus complètes, alors que son auteur est le représentant le moins gradé de la hiérarchie diplomatique. Elle s’étend sur trois années, de février-mars 1606 à mars 160947. Durant les premiers mois, Irarraga ne fait que remplacer temporairement Zúñiga, dont le retour est attendu. Les lettres de créance et les instructions envoyées par Madrid entérinent sa fonction d’ambassadeur intérimaire, plus d’un an après le départ du prédécesseur48.

  • 49 AGS, K, 1426, f° 97, Conseil d’État du 11 janvier 1608 sur une lettre d’Irarraga où celui-ci prévie (...)

38Durant ces trois ans, Irarraga aborde la plupart des questions importantes pour la monarchie espagnole. Il se trouve en contact avec des informateurs variés et soutient l’action de l’ambassadeur extraordinaire, Pedro de Toledo, de juillet 1608 à février 1609. On retrouve les mêmes centres d’intérêt. Sa correspondance traite longuement du commerce et de la question du monopole des Indes. Elle mentionne des agents opérant dans les ports de Rouen et de Dieppe. Ce sont eux qui avertissent le nouvel ambassadeur des préparatifs des Français dans les colonies espagnoles et de la guerre de course qu’ils y pratiquent. Irarraga se fait l’écho des rumeurs de menaces sur les possessions africaines du Roi Catholique49. Il s’efforce de protéger les commerçants de la Péninsule présents en France.

  • 50 AGS, K, 1607, le Conseil d’État de septembre 1606 sur les lettres d’Irarraga du 29 août.

39Concernant les questions religieuses, les rapports avec le Roi Très-Chrétien s’améliorant, le diplomate cherche à influencer la politique française. Il avertit son souverain des tentatives possibles pour réduire l’hérésie en France et lorsque Henri IV permet aux protestants de se réunir dans un nouveau lieu de culte à proximité de Paris, à Charenton – alors que depuis 1598 seul le temple d’Ablon est autorisé –, le Conseil d’État décide d’alerter Rome de cette « avancée » de l’hérésie chez son voisin50.

  • 51 AGS, K, 1608, lettre du 20 janvier 1607 d’Irarraga au roi.
  • 52 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 17 février 1607.
  • 53 AGS, K, 1452, Philippe III à Irarraga le 30 août 1608 sur une lettre de celui-ci datant du 3 août.

40Quand la querelle entre Rome et Venise éclate, question religieuse et affaire politique sont réunies. La diplomatie française, comme le souligne Irarraga, tente de s’interposer entre le Saint-Siège et la République afin d’éviter que l’allié vénitien ne sorte affaibli de ce bras de fer51. Le Conseil d’État charge alors son représentant à Paris de prévenir le roi de France que l’armement du Milanais est seulement destiné à « protéger » les États pontificaux, et non à détruire la paix ou à anéantir la République52 : tâche délicate pour l’agent espagnol, mais qui dénote un changement d’atmosphère entre le Roi Très-Chrétien et le Roi Catholique. Cette opposition espagnole à la Sérénissime ne se dément pas. Dans sa lettre du 3 août 1608, Irarraga décrit une dispute qui l’oppose à l’ambassadeur vénitien à Paris à propos des galères espagnoles pénétrant dans l’Adriatique53. La violente algarade de mai 1610, qui met aux prises l’ambassadeur de Venise et Cárdenas au moment des obsèques d’Henri IV, n’est que le prolongement protocolaire d’une lutte séculaire.

  • 54 AGS, K, 1608, f° 11, le Conseil d’État du 8 janvier 1608 sur une lettre d’Irarraga du 15 décembre 1 (...)
  • 55 AGS, K, 1452, le 2 mai 1607, Irarraga au roi sur le départ de Jeannin ; AGS, K, 1460, le 12 mai 160 (...)
  • 56 AGS, K, 1460, lettre d’Irarraga au roi le 29 août 1606 ; il prévient que soixante-dix navires sont (...)

41Comme ses prédécesseurs, Irarraga est particulièrement attentif aux relations avec les Provinces-Unies car des négociations débutent en 1607, au grand dépit du roi de France, obligé d’accepter l’idée de la fin d’un conflit qui épuise l’Espagne. Irarraga expose les différentes manœuvres autour de la cour française, la venue à Paris du général des jésuites de la province de Flandres et les discussions qui s’ensuivent avec Henri IV à propos des Pays-Bas. Après les audiences royales, il expose les reproches du souverain, selon lequel l’Espagne ferait peu de cas de ses offres de paix, et les justifications françaises aux soutiens accordés aux rebelles54. Vigilant, Irarraga note les déplacements du négociateur français Jeannin et expose les objectifs de sa mission55. Il signale aussi les menaces maritimes que les rebelles font peser sur les colonies56.

  • 57 AGS, K, 1460, lettre d’Irarraga au roi le 15 août 1606.

42Les avis de l’ambassadeur sur l’Angleterre sont beaucoup plus rares après le traité de paix anglo-espagnol. Si Irarraga relève les rumeurs de rupture des relations entre Jacques Ier et le Roi Catholique à la suite de l’attentat commis par un pensionné de l’Espagne, Jacques Francés57, la présence des réfugiés, de même que les aides de Madrid aux exilés, se font pourtant de moins en moins importantes.

  • 58 AGS, K, 1452, le 2 mai 1607 : naissance du duc d’Orléans ; AGS, K, 1460, le 12 mai 1607 : naissance (...)
  • 59 AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 23 octobre 1607 : mort de Bellièvre.
  • 60 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 3 octobre 1607 : Henri IV a congédié les Italiens de la reine, en (...)
  • 61 AGS, K, 1460, 1607, ordonnance d’Henri IV pour interdire la relâche des pirates et corsaires dans l (...)

43Les nouvelles de la Cour, petites et grandes, sont fidèlement transmises à Madrid. L’ambassadeur rend compte des naissances royales, légitimes ou non58, des morts59, des événements qui occupent la maison royale de France60, des principaux édits61, etc. L’un des grands sujets de cette période porte sur les négociations matrimoniales entre les dynasties française et espagnole. La lecture de la correspondance d’Irarraga et de Pedro de Toledo montre que Madrid engage ces conversations dans le seul but d’obtenir une bonne paix dans les Provinces-Unies. De fait, pendant cette mission, Irarraga n’est que l’adjoint de l’ambassadeur extraordinaire et participe peu aux conversations directes.

44Cependant, il assure la permanence de l’ambassade, reste en contact avec les agents, espions et informateurs de l’Espagne à Paris. Nous en avons dénombré vingt-cinq, soit légèrement plus que du temps de son prédécesseur. Parmi ces agents, la catégorie des marchands, informateurs spécialisés dans les affaires commerciales, apparaît la plus importante. À Rouen, à Dieppe, Irarraga possède des contacts. Depuis la Normandie, un nommé Deslandes l’informe des mouvements maritimes. Rodrigo Alvares, un Portugais marié à Amsterdam et de passage à Paris, transmet des avis sur les affaires hollandaises et sur le commerce colonial. Juan de Barbossa (alias Almeyda ?) surveille pour l’Espagne don Manuel de Portugal... L’ensemble de ces agents contribue à transmettre 82 renseignements sélectionnés dans notre fichier, dont 62 pour la période 1606-1609. Leur période d’activité comme informateurs coïncide donc sensiblement avec la présence d’Irarraga à la tête de l’ambassade. Parmi les projets d’actions sélectionnés dans notre fichier « Actions », 10 occurrences sont en relation avec l’ambassadeur intérimaire. Elles sont le fait de sept agents : Rodrigo Alvares, le capitaine Gentili, un certain M. de Chéné (ou Chenea), M. de Montevene, César Rossi, San Rustici et M. de Terrailles. Les entreprises proposées concernent Marseille, Sedan et des places françaises non nommées. On trouve même une proposition d’action contre les pirates algérois émanant d’un capitaine français. Les informations recueillies par Irraraga représentent 75 occurrences (dont 4 sont postérieures à ses années parisiennes), soit un nombre proche de celui enregistré pour Baltasar de Zúñiga.

  • 62 Sur cette affaire voir Y.-M. Bercé, « L’affaire des caraques échouées ».

45Malgré son statut inférieur, Irarraga a donc acquis une expérience qui lui permet de pratiquer avec sûreté la recherche d’intelligences, d’autant qu’aucun grand scandale n’intervient sous son mandat, contrairement au cas des précédentes ambassades. Cela explique qu’il sera employé en 1628 pour négocier la récupération de biens d’une armada espagnole échouée sur les côtes sud-ouest de la France62.

  • 63 AGS, K, 1608, f° 33, Lerma à Prada, le 7 août 1609.
  • 64 AGS, K, 1608 Conseil d’État du 11 juillet 1609 : sur les instructions données à don Pedro, à don Lu (...)
  • 65 AGS, K, 1608, ffos 44-48, Conseil d’État du 13 février 1610 sur les lettres de Cárdenas du 22 janvi (...)
  • 66 AGS, K, 1608, f° 61, Conseil d’État du 14 avril 1610 sur une lettre de Cárdenas du 27 mars. Sur l’a (...)

46Avec le retour de Pedro de Toledo en Espagne, la mission d’Irarraga prend fin. Il est remplacé par un diplomate aguerri, Íñigo de Cárdenas. Le nouvel ambassadeur à Paris a fait ses preuves à un moment très délicat des relations entre Venise et l’Espagne. Au contact de la diplomatie vénitienne, particulièrement spécialisée et développée, Cárdenas a appris la gestion des relations internationales. Sa nomination en France intervient dès le mois de mai 1607 ; Madrid lui envoie ses instructions et en informe le roi de France. Cependant, son départ est retardé jusqu’en mars 1609. Malgré une attente de près d’un mois avant la première audience, Cárdenas commence sa mission dans une conjoncture favorable. En effet, les relations entre la France et l’Espagne sont meilleures depuis 1606 et cette situation se prolonge jusqu’à l’automne de 1609. Pendant cette année, les dirigeants espagnols se soucient surtout de l’expulsion des morisques de leurs royaumes. À partir de l’observatoire français, Cárdenas doit avertir son gouvernement de possibles risques de collusion entre Français et morisques63. Le gouvernement de Lerma craint en effet une rébellion massive des sujets qu’il rejette64. Toutefois, pendant l’été 1609, aucune lettre ne fait allusion à une condamnation de cette décision espagnole par Henri IV. Il faut attendre une nouvelle détérioration des relations entre les deux couronnes pour trouver en France des critiques à propos de l’expulsion65. Le 27 mars 1610, l’ambassadeur note que beaucoup de morisques se sont réfugiés en France et que, sur les instances du Grand Turc, Henri IV a fait interdire tout mauvais traitement à l’encontre des bannis se trouvant dans les possessions françaises66.

  • 67 AGS, K, 1608, f° 26, Conseil d’État du 16 mai 1609 sur une lettre de Cárdenas du 27 avril.
  • 68 AGS, K, 1608, résumé des lettres de Cárdenas du 8 juillet 1609 ; et AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas (...)

47La perspective de la succession des duchés de Clèves et de Juliers n’assombrit pas encore les rapports de Cárdenas avec le roi. Pendant les premiers mois de sa mission, l’ambassadeur transmet les positions peu tranchées d’Henri IV67. En juillet 1609, il note des départs de soldats vers la frontière nord-est, précisant que leur but pourrait être une intervention dans l’affaire de Clèves mais que le roi de France veut l’entretenir sur ces mouvements de troupes, montrant ainsi sa bonne volonté68. Parallèlement, les conversations languissent sur les hypothétiques mariages franco-espagnols.

  • 69 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 17 décembre 1609 sur les lettres de Cárdenas des 29 novembre et 2 d (...)
  • 70 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 18 mars 1610 sur les lettres de Cárdenas des 21 et 27 février 1610.
  • 71 AGS, K, 1608, f° 61, Conseil d’État du 14 avril 1610 sur la lettre de Cárdenas du 27 mars.
  • 72 AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 22 mai 1610.

48L’attitude du roi de France se modifie à la fin de l’année 1609, alors qu’il se trouve contrarié dans ses amours avec la princesse de Condé. Le Conseil d’État est immédiatement prévenu des soucis sentimentaux d’Henri IV, puis de la fuite du couple princier pour les Flandres69. En quelques mois, on assiste à un retournement de position de la part des dirigeants français. Les missives de Cárdenas datant de mars-avril 1610 expliquent à Madrid que la guerre est presque certaine70 mais, peu après, il informe le Conseil d’un possible répit avant l’affrontement militaire. Puis, selon des informations qu’il affirme posséder d’une personne de beaucoup de crédit, Cárdenas indique que le roi a « autant envie de faire la guerre que de se jeter à la mer » et reste attaché à l’idée des mariages espagnols71. Les dernières dépêches de l’ambassadeur avant l’assassinat du roi relatent pourtant l’ensemble des préparatifs militaires ainsi que l’arrivée du prince d’Anhalt à Paris, et soulignent le non-engagement des Provinces-Unies en cas de guerre. À Madrid, alors que la nouvelle de l’assassinat d’Henri IV n’est pas encore parvenue à Philippe III, celui-ci demande à Cárdenas de rappeler au roi de France que la Franche-Comté doit rester neutre, comme lui-même l’a écrit à l’archiduc Albert et au comte de Fuentes72.

49Pendant cette période de tensions, l’ambassadeur du Roi Catholique à Paris a rempli sa mission d’informateur. Le plus souvent possible, comme le montre sa correspondance, il a donné un maximum d’avis sur la situation française. Comme représentant espagnol, il a eu de nombreuses entrevues avec le Roi Très-Chrétien. Cependant, les positions des deux monarchies restent profondément antagonistes. De ce point de vue, l’assassinat d’Henri IV est la seule issue qui pouvait détourner les dirigeants d’engager une guerre, particulièrement sur le terrain italien.

50Marie de Médicis accomplit effectivement la campagne militaire dans les Duchés, mais se refuse à prolonger l’alliance avec la Savoie. Cette protection de l’Italie et l’éviction de toute troupe de cette péninsule ne sont-elles pas l’objectif principal de toute politique espagnole en Europe, dès lors qu’une trêve est conclue aux Pays-Bas ?

III. - La lune de miel : la suite de l’ambassade de Cárdenas (1610-1616)

51Après l’assassinat d’Henri IV, Cárdenas poursuit son ambassade pendant plus de cinq ans. Ces années sont d’une importance considérable pour la monarchie hispanique et pour le royaume de France. Nous avons déjà souligné les rapports du diplomate avec les dirigeants français de cette époque : Sully, Villeroy, Marie de Médicis, La Force, Lesdiguières, les époux Concini. La plupart des auteurs insistent sur les relations cordiales entre les deux puissances. On a été souvent jusqu’à prétendre que le représentant espagnol participait aux séances du Conseil de la reine. S’il est vrai que Cárdenas est souvent consulté par Marie de Médicis, il est largement exagéré de dire qu’il fait la politique extérieure de la régente. En réalité, un point d’équilibre a été trouvé à partir d’un consensus sur les affaires italiennes. Tant que le pré carré italien de l’Espagne n’est pas remis en cause ni menacé par la Savoie, le Roi Catholique se satisfait de la politique française. Il y a bien des accrocs – à propos de la politique coloniale, des Provinces-Unies ou de la tolérance des hérétiques – mais l’essentiel pour la diplomatie espagnole est d’éviter l’intrusion française dans la péninsule italienne. Du côté de la régente, l’objectif reste de pouvoir gouverner en paix, c’est-à-dire d’éviter que l’Espagne n’appuie les revendications des Princes ou ne soutienne des révoltes contre le gouvernement, alors que Louis XIII est mineur. Ainsi, ces points de vue convergents peuvent se résumer par un échange entre la paix en Italie et une non-ingérence dans les affaires intérieures françaises. Les mariages franco-espagnols sont le fruit de cet accord entre la régente et Philippe III et consacrent cette connivence dans les affaires internationales.

  • 73 Le déroulement des états généraux et leur contrôle par les agents de la souveraine, la conclusion d (...)

52L’ambassade de Cárdenas est une réussite de ces deux politiques à moyen terme. La régente possède le soutien espagnol et contrôle le Royaume en dépit des contestations princières73, tandis que de son côté la monarchie hispanique préserve son hégémonie en Italie et évite une intervention française massive. Les troubles causés par Charles-Emmanuel de Savoie restent limités, Cárdenas s’assurant de la neutralité, sinon de la bienveillance, de la reine mère. La mission espagnole atteint donc les buts assignés en pratiquant la politique d’union matrimoniale, tout en ménageant par de bonnes paroles les féodaux français. Cette issue était loin d’être probable au lendemain de l’assassinat d’Henri IV : ce meurtre encourageait une profonde hostilité, déjà latente, envers l’Espagne. Cárdenas décrit ainsi cet état de l’opinion à Paris dans les jours qui suivirent l’attentat :

  • 74 AGS, K, 1462, f°144, Cárdenas au roi le 17 mai 1610.

L’homme qui blessa le Roi fut pris ensuite, et jusqu’à maintenant on ne sait rien d’autre, sinon dire que le diable lui fit faire cet acte. Ils découvrirent sur sa poitrine des caractères de sorcellerie. Il a confessé qu’il préméditait cela depuis quelques jours et que la veille du couronnement de la Reine, il était très près de mettre son dessein à exécution. [...] L’homme est un Français d’Angoulême, de basse extraction. Après cet événement, tout le monde s’ameuta, prenant les armes et, dans une terrible confusion, le bruit courut que l’homme qui avait blessé le Roi était espagnol. L’inquiétude de ces gens aboutit à mener le peuple à frapper en cette maison [l’ambassade]. Au même moment, la Reine m’envoya un message, m’avisant des événements et m’offrant son assistance. Celui qui me porta le message est un noble qui détient la charge de s’occuper des ambassadeurs. Il vit l’inquiétude de la population de manière que, sans sortir de la maison, il appela deux soldats à cheval, connus de moi, et il les chargea de surveiller la porte de la maison et de ne pas consentir à quelque trouble que ce fût dans le peuple. Ils s’en acquittèrent avec beaucoup de soin, aidés des gens principaux du voisinage. Ensuite, la Reine envoya trois officiers du palais, dont l’un avec les insignes royaux, homme noble, pour qu’ils veillassent ici dans la maison et fissent ce que je leur ordonnerais et, en cas de besoin, pour qu’ils envoient toute la garde nécessaire [...]. Pendant la nuit, une compagnie de cavaliers vint trois fois pour reconnaître la rue et pour savoir s’il y avait quelque mouvement. Cela fut bien nécessaire, à cause de la manière dont allait le peuple. Dieu fut servi qu’il ne se passât rien, ni la nuit ni le jour, toute la ville étant sous les armes la nuit, le duc d’Épernon la gouvernant74.

53L’assassinat du roi ouvre plusieurs jours d’incertitude et de craintes de voir se renouveler les désordres et se déclencher un massacre. La protection attribuée à Cárdenas répond à cette situation. Parallèlement, la régente fait preuve d’une certaine habileté diplomatique.

  • 75 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi le 4 décembre 1614.

54En dépit d’une situation très tendue à Paris et d’une hispanophobie certaine, l’ambassadeur estime que, dans cette confusion, l’Espagne possède les cartes maîtresses pour contrôler son puissant ennemi : Condé, le premier prince du sang, reste en son pouvoir ; l’armée levée en Italie est jugée suffisamment forte face au duc de Savoie en un moment où le royaume de France paraît désorganisé, apeuré devant la renaissance possible de troubles, et se trouve dirigé par un enfant-roi âgé de huit ans75.

  • 76 AGS, E, 1900, f°128, Conseil d’État du 7 décembre 1610 ; AGS, E, 1900, f° 171, le roi au connétable (...)

55La réussite de la transition en douceur qui s’effectue avec la régence de Marie de Médicis – intervention dans les Duchés et abandon des projets communs avec le duc de Savoie, limogeage progressif de Sully – n’est compréhensible que par l’accord implicite avec l’Espagne et son représentant à Paris. Sans jamais intervenir aux côtés des mécontents ni démentir leur appui à la régente, les émissaires de Philippe III maintiennent le contact avec les principaux nobles. La mission de Nicolas Picoté, un ancien ligueur proche de Biron et réfugié à Milan, en témoigne. Envoyé par le comte de Fuentes au début de l’année 1610 pour sonder les principaux chefs des clans aristocratiques français, Picoté voit sa mission modifiée à l’annonce de la mort d’Henri IV. Il reçoit l’ordre de conserver de bonnes relations avec les Princes, mais ne doit plus tenter de leur faire adopter des initiatives séditieuses76,

  • 77 AGS, K, 1593, 16 commandeur de León (Juan de Idiáquez) au roi le 26 mai 1611.

puisque V.M. a et veut conserver la bonne paix et amitié avec cette Couronne, sans admettre ni écouter des choses contraires et pouvant perturber la bonne correspondance avec la Reine Très-Chrétienne et le Roi son fils77,

  • 78 AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas le 26 octobre 1010.
  • 79 AGS, K, 1610, le duc de Guise au duc de Lerma le 21 octobre 1614 : « Monsieur, la plus grande conso (...)

56comme l’explique Juan de Idiáquez lors d’une séance du Conseil d’État. Cárdenas adopte cette position et se charge en même temps de contacter les Princes. Au début de la régence, cette tâche demeure facile en ce qui concerne la faction alliée à Marie de Médicis. En 1610, Guise entre en contact avec l’ambassadeur et renouvelle sa proposition de se mettre au service du Roi Catholique. Rhétorique nobiliaire ? Peut-être, mais elle n’est pas employée par tous les princes. Selon un ordre du Conseil d’État, Cárdenas doit refuser l’offre du Lorrain, mais avec les plus grands ménagements : on ne peut mécontenter un tel prince78. Cette attention pour la grande noblesse ne se dément pas durant les cinq années qui suivent l’assassinat d’Henri IV. En 1614, à l’occasion de la mort du frère du duc de Guise et sur les conseils de son ambassadeur à Paris, le roi d’Espagne adresse personnellement ses condoléances au chef de la maison, s’attirant ainsi la reconnaissance de la branche lorraine79.

57L’attitude réservée des dirigeants espagnols se poursuit même après l’agitation belliqueuse déclenchée par les grands. En 1614, le principal opposant à la régente, le prince de Condé, s’entretient à plusieurs reprises avec Cárdenas, lequel répond avec amabilité et prudence, comme il le fait avec chaque personnage influent de la Cour. Pour le Conseil d’État,

  • 80 AGS, K, 1610, f° 310, le Conseil d’État du 19 juin 1614 sur des lettres de Cárdenas.

Des discussions tenues ces derniers jours avec le prince de Condé, il est apparu que le Prince désire vivement de servir S. M. et qu’il a changé d’opinion quant aux mariages, disant que c’est une affaire importantissime pour cette Couronne et qu’il prend à sa charge leur exécution. Il veut, de plus, être celui qui recevra l’Infante et échangera la Princesse80,

58toutes conditions que Cárdenas se garde bien de rejeter.

59Les alliances matrimoniales forment la clé de voûte de la politique étrangère de Marie de Médicis, qui a besoin d’un interlocuteur ferme pour appuyer sa politique intérieure. Une fois les accords des mariages conclus, Cárdenas devait quitter Paris, mais la reine mère écrit à Philippe III :

  • 81 AGS, K, 1468, f° 8, la régente au roi le 14 janvier 1613.

Monseigneur, don Íñigo de Cárdenas a servi V. M. si heureusement et si honorablement pour notre commune satisfaction dans son ambassade, comme j’ai demandé à Vaucelas [l’ambassadeur français à Madrid] qu’il vous le donne à entendre, que j’ai voulu par cette présente vous confirmer le déplaisir que m’a causé l’obligation de le laisser partir avant l’entière perfection des mariages. Nous désirons ici que V. M. tienne pour désirable de lui prolonger sa charge ou, dans tous les cas, de la pourvoir d’une personne de confiance qui procède avec autant de fidélité que l’a fait ledit Cárdenas81.

60Ce certificat de bonne conduite délivré à un diplomate espagnol est le seul qui s’exprime avec autant d’emphase. Les qualités de Cárdenas et la convergence politique temporaire des deux couronnes expliquent une telle faveur.

  • 82 AGS, K, 1610, le Conseil d’État du 19 avril 1614 sur les lettres de Cárdenas du 2 au 7 avril.
  • 83 AGS, K, 1593, Conseil d’État du 22 décembre 1618.

61Pendant ces cinq années à Paris, Cárdenas s’occupe de nombreuses affaires, mais aucune n’a l’importance des négociations matrimoniales. Ces unions resserrent pour plusieurs années les liens franco-espagnols. En 1614, le bruit court d’une négociation de mariage franco-anglaise ; la reine mère assure à Cárdenas que dans tous les cas elle préviendra le souverain espagnol avant toute décision, ainsi que le stipulent les accords matrimoniaux de 161282. Au moment de l’union matrimoniale franco-savoyarde de 1618, les Espagnols se souviendront de cette clause secrète et reprocheront aux Français d’avoir négocié sans le consentement de Madrid83.

62Pendant le gouvernement de Marie de Médicis, il importe aux yeux de Cárdenas de conserver la bonne entente, quitte à abandonner certains alliés ou certains indicateurs trop voyants. Le traitement d’un agent anglais par l’ambassadeur espagnol démontre cette orientation. Juan Critton, un espion à la solde du Roi Catholique, jouit d’une rente dans la monarchie espagnole et demande à pouvoir en toucher le revenu à l’ambassade d’Espagne en France. Cárdenas s’y oppose car, écrit-il,

  • 84 AGS, K, 1467, f° 93, Cárdenas au roi le 27 juillet 1612 (souligné par nous).

Demander cela dans les ambassades, c’est dans le but d’espionner et de découvrir des affaires d’État, alors qu’ils [les espions] ne donnent que des avis sans valeur et qu’ils attirent une suspicion qui nuit gravement. Le plus souvent, ils sont espions doubles et une fois découverts par l’ambassadeur, ils ne peuvent être pris car ils sont dans des royaumes dont on ne peut ni les retirer et où on ne peut les châtier. Quant à l’ambassade de France, en ce moment il convient de n’envoyer aucun étranger parce qu’à l’heure actuelle, ils [les Français] commencent à se fier dans la nation espagnole ; il n’est donc pas besoin d’en introduire d’autres, sinon par la force persuasive des procédés attentionnés dont usent les Espagnols de manière que chaque jour ils soient plus rassurés. Pour ce qui concerne l’Angleterre, il convient de n’avoir ici aucun sujet anglais, car le roi d’Angleterre a beaucoup d’espions84.

63L’un des arguments développés pour refuser la présence de Juan Critton est la nécessaire conservation de l’estime française pour l’Espagne. Cárdenas préfère repousser des offres qui lui paraissent mettre en péril les bons rapports franco-espagnols. Le cas de Martín Bustamente, évoqué plus haut, confirme cette circonspection de l’ambassadeur. Il est vrai que l’examen des agents de Cárdenas montre qu’il sait s’entourer. Sa compétence en la matière explique sa méfiance.

64L’étude de la correspondance de l’ambassadeur nous a permis de repérer vingt-neuf informateurs avec lesquels il a été en contact. Malgré l’opinion de Cárdenas selon laquelle il ne faut pas employer de personnes « d’autres nations », plusieurs nationalités sont représentées parmi ses agents : des Italiens, comme Carlos de Roo ou AlexssandroTerrelli, des Britanniques comme Patrice Anderson, Juan Critton ou Thomas Morgan, des Français, comme La Forcade, Jean de Quercy ou M. de Santèle (ou Saint-Fèle). Ce groupe est loin d’être négligeable si on le compare aux effectifs employés par les ambassadeurs précédents. Seuls Tassis et, plus tard, le marquis de Mirabel possèdent autant d’agents. Soixante-quinze des occurrences sélectionnées dans notre corpus de renseignements concernent ces agents. Une grande partie de l’activité de Cárdenas est donc consacrée au renseignement. Si l’ambassadeur s’affirme partisan d’éviter les actions pouvant nuire à la bonne entente entre les deux couronnes, il n’hésite pas cependant à employer des moyens peu licites. Par ailleurs, son nom apparaît dans dix-sept occurrences seulement du fichier « Actions ». Est-ce un effet de sa prudence ? Aucune de ces dix-sept mentions n’implique un espion employé par le diplomate. Elles correspondent soit à l’aide militaire demandée par Marie de Médicis contre les grands, soit à des essais de corruption (Léonora Galigaï) ou de désinformation (par exemple pour obtenir la chute de Sully). Les seules allusions à l’emploi d’agents ont trait à la connaissance des lettres de l’ambassadeur français à Madrid, ce qui indique qu’il y a eu interception des lettres du diplomate français ou présence d’un espion dans son entourage – sans que d’ailleurs les dépêches de Cárdenas ne nous fournissent aucun nom précis.

65Quant à son activité épistolaire, elle est l’une des plus importantes des ambassadeurs en poste à Paris. Même si l’on prend en compte la durée considérable de sa mission (six années), les lettres en rapport avec son ambassade, rédigées par le Conseil d’État ou par lui-même, ne représentent pas moins de cent soixante-dix-neuf occurrences, le chiffre le plus élevé pour les huit diplomates étudiés.

IV. - La lune de miel est un combat : les ambassades de Monteleón et de Girón (1616-1621)

  • 85 AGS, K, 1472, f° 134, le roi à Monteleón (s. d., octobre ou novembre 1616).

Par les avis qu’on a tenus de différentes sources, vous verrez ce qui court à propos des essais de Condé et de ceux qui suivent son parti, contre le Roi [Louis XIII] en considérant que les gens de ce Royaume ont des humeurs si variables, si inconstantes et si dangereuses, comme l’ont montré les événements passés et les inquiétudes présentes. Vous ne cesserez pas le soin et l’attention qu’il est sage d’avoir là-bas, y ayant, moi, ma fille que j’estime tant et que j’aime. Il m’a paru nécessaire de vous avertir qu’il convient que vous soyez très vigilant en ce domaine, car, ce que Dieu ne permettra pas, s’il arrivait quelques mauvaises tentatives de la part de ceux dont on peut craindre la violence, s’emparant du Roi mon gendre et de sa mère, ou s’il arrivait qu’un des deux ou les deux meurent, on voit bien le risque que ma fille encourrait. Combien il importe de s’avancer en pensant dès maintenant aux événements et aux remèdes qu’ils [ces rois] pourraient trouver. Pour ceux qui se montrent attachés à mes affaires, les ducs de Guise et d’Épernon, il serait bien que vous leur parliez confidemment, comme si c’était une de vos initiatives, leur montrant ces avis afin qu’en quelque situation contraire, si ma fille restait seule, ils se chargent de sa protection comme de bons et loyaux sujets, selon la forme dont vous les avertirez85.

66Datée de la fin de l’année 1616, cette lettre de Philippe III au duc de Monteleón montre l’ambiguïté de l’engagement et des orientations de la politique espagnole en France. Si Cárdenas pouvait louvoyer avec les Princes et appuyer la politique d’alliance matrimoniale avec Marie de Médicis, tout en condamnant d’autres aspects des relations françaises, il est clair qu’à partir de 1615 la marge de manœuvre de la Monarchie Catholique s’est largement réduite. Avec les mariages, l’un des principaux soucis du Roi Catholique devient la santé et la situation de sa fille Anne d’Autriche. En bon père de famille, sinon en bon chef d’État – cette expression n’ayant pas de sens au XVIIe siècle –, le roi remplit les instructions de ses ambassadeurs de précautions et d’attentions à observer à l’égard de la nouvelle reine de France.

67Comme le montre cette lettre de Philippe III, aux yeux de Madrid, ce n’est plus seulement le pouvoir de la reine mère qui est mis en cause par la contestation nobiliaire, mais le pouvoir monarchique, c’est-à-dire le couple royal. Situation difficile à saisir pour les Espagnols, pour qui le souvenir de telles rébellions remonte à la lointaine révolte des comuneros. Et il faut remonter encore plus loin dans l’histoire de l’Espagne – jusqu’aux guerres civiles des XIVe et XVe siècles – pour trouver trace de révoltes aristocratiques dans la Péninsule.

68Dans ces conditions, les décisions, analyses et rapports de l’ambassadeur Monteleón apparaissent beaucoup plus univoques que ceux de son prédécesseur. En effet, celui-ci n’a pas eu à gérer la présence d’une infante sur le trône de France, et, du temps de son ambassade, les révoltes des princes n’avaient pas atteint l’ampleur de l’année 1616. Cárdenas pouvait donc plus facilement prendre ses distances avec le gouvernement français lorsque les intérêts de la Monarchie en Italie, dans l’Empire ou aux colonies l’y invitaient. L’ambassade de Monteleón s’insère donc dans ce contexte de liberté de manœuvre réduite. Trois grands thèmes dominent sa correspondance avec Madrid jusqu’en avril 1617, date de l’exécution de Concini et de la perte du pouvoir par Marie de Médicis : d’une part la situation à la cour de France et les différentes réactions des factions nobiliaires, d’autre part la question de la maison d’Anne d’Autriche, et enfin les affaires italiennes.

69Présent à la cour de France, Monteleón remplit le rôle ordinaire de tout ambassadeur, avisant son souverain des changements internes et des rapports du pouvoir avec les ambassadeurs étrangers. Dans une lettre du 9 juillet 1616, il expose à Pedro de Toledo, alors gouverneur du Milanais, la difficulté croissante de trouver des autorités valables et compétentes dans la tourmente politique de cette année. Il observe :

Villeroy est maintenant en mauvaise passe, et le secrétaire Puisieux a été écarté, mais pas pour des fautes personnelles ; de sorte que nous restons dans une mer de confusions. Les Princes sont puissants, et le parti du Roi est très faible, ce qui n’est pas un des inconvénients des plus minimes pour négocier et pour [trouver] avec qui débattre. Ainsi, tout devient un grand travail et donne peu de résultat.

  • 86 AGS, K, 1471, ffos 175 et 177.

70Dans une lettre de la même date adressée à Lerma, le diplomate affirme qu’il devient fou et ne trouve pas d’interlocuteurs86.

  • 87 AGS, K, 1471, f° 35, le 9 février 1616, ffos 67-68, le 2 mars 1616 sur la question de l’alliance en (...)

71Cette crue de la contestation nobiliaire, Monteleón l’a observée depuis la conclusion des mariages sans pouvoir agir sur le cours des événements. Au printemps 1616, les antagonismes paraissent irréductibles. Suivant la négociation entre la reine et les grands, depuis Tours et Blois, Monteleón retrace les discussions, puis envoie les articles du traité de Loudun à Madrid87. En juillet, les changements gouvernementaux le prennent au dépourvu puisqu’il a noué des contacts avec Condé, au début du mois d’août. Avant même l’arrestation du Prince en septembre, Monteleón prévient Madrid que les mécontents ont repris leur agitation et qu’il circule des rumeurs sur un coup de force de la faction du Prince contre la reine mère.

  • 88 AGS, K, 1472, ffos 59-60, Monteleón au roi, septembre 1616.
  • 89 AGS, K, 1472, f° 63, lettre de Monteleón du 28 septembre 1616 et ffos 91-92, le 4 octobre 1616, sur (...)
  • 90 AGS, K, 1472, f° 187.

72L’arrestation de Condé et la paix achetée par la régente à Longueville, Vendôme, Bouillon et Mayenne ne font que calmer temporairement les mécontents88. À l’automne 1616, l’ambassadeur croit en un transfert de l’énergie guerrière de la part des grands quand ceux-ci demandent à la reine mère de pouvoir combattre aux côtés de la Savoie contre les Espagnols, ce qu’elle leur refuse89. Les changements à la tête de la monarchie française, et notamment l’entrée au gouvernement de l’évêque de Luçon, accentuent l’orientation de Monteleón en faveur de Marie de Médicis. L’ambassadeur écrit au duc de Lerma, le 5 décembre 1616 : « Je tiens pour un jour de grâce, pour le service de Dieu et de ces deux couronnes, le jour de son emprisonnement [de Condé]90. »

  • 91 AGS, K, 1471, f° 48, lettre de Monteleón au roi.
  • 92 AGS, K, 1471, f° 58, Monteleón à Lerma le 28 février 1616,
  • 93 Voir par exemple les plaintes françaises dans AGS, K, 1471, f° 83, le 2 avril 1616.
  • 94 AGS, K, 1471, f°129, Monteleón à Lerma le 15 juin 1616.
  • 95 AGS, K, 1471, f° 177, Monteleón à Lerma le 9 juillet 1616.
  • 96 AGS, K, 1473, f° 14, Monteleón à Lerma le 14 mai 1616.

73Ces analyses de la politique intérieure française reposent sur la nécessité de protéger la Reine-Infante. Pour l’ambassadeur, il faut conserver intacte la maison d’Anne d’Autriche. La personne même de la fille de Philippe III fait l’objet de rapports. En février 1616, Monteleón fait savoir qu’Anne d’Autriche a pris froid91. Il rencontre fréquemment des membres de la suite de l’Infante, et particulièrement la comtesse de la Torre, et lit à la reine des lettres de son père en présence de doña Estefania de Villaguirán, la vieille femme de chambre qui l’éleva92. Ces regroupements d’Espagnols à l’intérieur de la Cour déplaisent. Les autorités françaises trouvent qu’il y a trop de Castillans autour de la reine Anne, comme Marie de Médicis le dit plusieurs fois à Monteleón. De longues discussions sur la composition de la maison de l’Infante se prolongent – avec, comme point de comparaison permanent, l’entourage de la princesse des Asturies, fille de Marie de Médicis et d’Henri IV93. L’ambassadeur admet qu’il y a trop d’Espagnols et, bonhomme, explique à la reine mère qu’il faut accorder un peu de temps pour renvoyer ces femmes, « en les mariant ou en les mettant dans un monastère ou en les renvoyant en Espagne94 ». Cette polémique traîne jusqu’en juillet, date à laquelle la maison de la reine est enfin constituée officiellement95. Les considérations conjugales n’échappent pas à Monteleón, qui affirme au valido que « les choses de la vie sont toutes sujettes à des accidents » mais que les rapports entre la mère, le fils et la belle-fille demeurent bons96. En fait, il assimile les intérêts du couple royal, et en particulier ceux de l’Infante, à ceux du groupe au pouvoir, c’est-à-dire Marie de Médicis et Concini.

  • 97 AGS, K, 1471, ffos 39 et 199 ; AGS, K, 1472, ffos 18 et 57-58.

74Malgré ces tâches domestiques, qui ne relèvent pas seulement de la politique intérieure, le diplomate doit traiter en même temps des questions de politique extérieure. Depuis 1613, l’agitation savoyarde menace l’hégémonie espagnole en Italie. L’Espagne recherche l’appui français pour mettre au pas le bouillant Charles-Emmanuel. Mais les bonnes paroles de la reine mère sont aussi nombreuses que ses actes sont rares97. À de multiples reprises Monteleón note le caractère détendu et confiant de ses rencontres avec Marie de Médicis. Cependant, il n’obtient aucun résultat concret quant à un soutien français au rétablissement en Italie de la pax hispanica alors que le duc de Savoie prend les armes contre l’Espagne.

  • 98 A, Hugon, « Le diplomate, la mouche et la censure à l’aube du XVIIe siècle ».
  • 99 AGS, K, 1471, f° 79 : Lerma a Monteleón (22 mars 1616) ; et f° 166 : Lerma à Monteleón (4 juillet 1 (...)
  • 100 AGS, K, 1472, ffos 117-118, Monteleón à Lerma le 19 octobre 1616.

75La gestion quotidienne de l’ambassade est occupée par les affaires de piraterie et de trafic illégal de la part de Français dans les colonies ibériques. Une place importante de la correspondance de Monteleón est consacrée à une question de l’introduction de livres hérétiques en Espagne98. Cependant, ces domaines sont relégués au second plan par la difficulté à gérer la crise politique française. En effet, peu à peu, le représentant espagnol se laisse entraîner dans un soutien presque inconditionnel aux époux Concini. La Maréchale avait déjà proposé ses services à l’Espagne99 alors que son époux est apprécié de l’ambassadeur Monteleón : « Le maréchal d’Ancre continue les bons procédés, non seulement en ce qui concerne le service de l’Infante, mais aussi en matière d’État100. »

  • 101 AG S, K, 1471, f° 132, juillet 1616, projet de réponse à Monteleón élaboré par Cárdenas pour le Con (...)
  • 102 AGS, K, 1471, f° 194, Monteleón à Lerma le 25 juillet 1616.

76Pourtant, cette orientation en faveur des Concini est dangereuse, les responsables espagnols le savent et l’écrivent, comme l’atteste le refus du duc d’Osuna, vice-roi de Naples, d’octroyer des grâces au favori. En période de crise, toute prise de position est un risque ; pour atténuer celui-ci et dans la possibilité d’un changement brusque de dirigeants en France, les responsables espagnols proposent à plusieurs reprises à l’ambassadeur de gagner les frères Luynes101, mais Monteleón ne croit pas à leur capacité de nuire au pouvoir de la reine mère102. Pendant l’hiver 1616 et les premiers mois de 1617, l’engagement espagnol en faveur de la reine mère, et donc de Concini, est de plus en plus marqué. Ainsi, Spinola mobilise des troupes au Luxembourg pour soutenir Marie de Médicis contre les grands.

  • 103 Yves-Marie Bercé, « Les coups de majesté des rois de France (1588, 1617, 1661) », dans Y.-M. Bercé (...)
  • 104 AGS, K, 1473, f° 154, Monteleón, le 12 novembre 1617, affirme au roi qu’il ne suit pas Louis XIII d (...)
  • 105 AGS, K, 1473, f° 35, Monteleón au roi le 1er juillet 1617,
  • 106 AGS, K, 1473, ffos 64-65, Monteleón au roi le 4 août 1617 et f° 85, le 20 août 1617 : Monteleón est (...)
  • 107 AG S, K, 1474, f° 35, Monteleón à Lerma, le 13 février 1618, remercie de l’autorisation de rentrer (...)

77Le « coup de majesté103 » du 24 avril 1617 – l’assassinat du favori italien –, prend Madrid au dépourvu. Même si certains responsables avaient prévu une telle éventualité, aucun n’avait envisagé de modifier l’orientation de la politique espagnole à l’égard de la France : cela aurait affaibli la position d’Anne d’Autriche au sein de la Cour. De fait, la correspondance de l’ambassadeur ne donne quasiment aucun relief à la chute de Concini et elle rend compte de la gestion courante comme si ce violent changement politique ne changeait rien dans les choix politique de l’ambassadeur. Ainsi, Monteleón précise au Conseil d’État comment il continue à assister l’Infante, puis il le renseigne sur les principaux événements du Royaume – la tenue d’une assemblée à Rouen104, l’offre de Déageant de servir l’Infante105... Paradoxalement, le meurtre de Concini ne bouleverse pas non plus les orientations politiques françaises. En fait de nouveaux dirigeants, Louis XIII rappelle au gouvernement les « barbons » d’Henri IV : Villeroy, Jeannin et Du Vair. Ceux-ci appliquent leurs orientations traditionnelles, comme ils l’avaient fait de 1611 au printemps 1616, c’est-à-dire pendant une grande partie de la régence. Quant à l’ambassadeur du Roi Catholique, il fait preuve d’une étonnante fidélité à l’égard de Marie de Médicis puisqu’il insiste même auprès de Louis XIII pour pouvoir la rencontrer ou lui communiquer une lettre106. En février 1618, Monteleón réitère à Madrid ses demandes d’autorisation de quitter son poste107.

  • 108 AGS, E, 1919, f° 76, fin 1618 ; le Duc note : « Havemos de mendigar las nuevas de Francia ».
  • 109 AGS, K, 1431, f° 16, Conseil d’État du 31 mai 1618 sur une lettre de Monteleón du 30 avril : cette (...)
  • 110 AGS, K, 1473, f° 127, Monteleón à Ciriza le 27 septembre 1617.

78En France comme en Espagne, le gouvernement de la reine mère fait souvent l’objet d’appréciations négatives. Il suivrait la politique de l’ambassadeur espagnol et, outre-Pyrénées, on critique Monteleón, sinon Lerma, pour leur soutien à la régente. Ainsi, le duc d’Osuna s’élève vigoureusement contre les orientations politiques de l’ambassadeur à Paris et, à la fin de l’année 1618, Feria note que Monteleón n’envoie pas assez d’informations sur le royaume de France108. Enfin, le Conseil d’Etat estime que le diplomate est resté à la remorque du duc de Nevers dans l’affaire de la croisade109 et il le blâme pour sa gestion des affaires vénitiennes110.

79Les différentes données que nous avons enregistrées conduisent à nuancer le bilan de l’action politique de Monteleón. Durant ses trois années de résidence en France, cet ambassadeur a disposé d’au moins dix-sept informateurs, un nombre non négligeable en comparaison de ses prédécesseurs et au regard de la durée de sa mission. Qu’il s’agisse de Jérôme de Tarède, de M. de Freixas, de Guy de Lusignan (sieur de Lansac) ou de Melchior de Carmona, Monteleón possède un solide réseau d’intelligences. Cependant, les informations fournies par ces personnes sont rares et ne concernent que des domaines limités. On peut attribuer cette faiblesse de l’information à diverses causes. D’une part, il est fréquent que la correspondance ne signale pas la provenance des informations du diplomate. D’autre part, les bonnes relations de Monteleón avec les ministres et les reines lui permettent de faire parvenir des informations plus sûres que celles que fournissent les espions. Enfin, toute une série de renseignements provient de la maison même de la reine. Parmi les sources de Monteleón, on trouve la comtesse de la Torre, le confesseur de la reine et, parfois Anne d’Autriche elle-même.

80Monteleón envoie personnellement à Madrid une quantité d’informations non négligeable. Nous avons sélectionné soixante et onze occurrences du fichier « Renseignements » le concernant, soit plus que dans le cas de Zúñiga. Pour autant, cela démontre-t-il une activité supérieure ? Enfin, dans notre sélection d’actions engagées par l’Espagne, Monteleón se trouve impliqué à neuf reprises, depuis les propositions transmises par M. de Lansac pour prendre Venise jusqu’aux tentatives de corruption de Léonora Galigaï et des frères Luynes.

  • 111 AGS, K, 1475, f° 40, Girón à Ciriza, de Bruxelles le 19 août 1618 ; AGS, K, 1475, f° 57, et AGS, K, (...)

81L’ambassade de Fernando Girón contraste fortement avec celle de son prédécesseur. A l’instar de Tassis, le nouvel ambassadeur paraît mécontent de sa nomination et retarde le plus possible sa venue en France. Si Monteleón a bien reçu l’autorisation de quitter Paris en février 1618, il doit pourtant rester auprès du Roi Très-Chrétien jusqu’en novembre, pour continuer de traiter les affaires courantes de l’ambassade et d’informer le Conseil d’État de la situation en France. Pendant ce temps, depuis Bruxelles, Fernando Girón se plaint auprès de Madrid de sa misérable condition. Il se trouve aussi trop âgé, « au seuil de la mort », et bien trop « misérable pour occuper son poste111 ». Malgré tout, il rejoint le roi de France en octobre et passe près de deux mois aux côtés de son collègue Monteleón à se mettre au courant des affaires de façon à pouvoir prendre efficacement le relais.

82Comme Monteleón, Girón est en grande partie occupé par les problèmes ayant trait à la maison de la reine, aux rapports de la camarilla de celle-ci avec l’ambassade et au droit d’entrée du diplomate dans les appartements d’Anne d’Autriche. Louis XIII, en mari sourcilleux, ferme au représentant espagnol l’entrée du logement de son épouse en novembre 1618, contrevenant aux accords des mariages. Cette décision marque un changement dans les relations entre Philippe III et sa fille, dont Monteleón et Girón n’étaient que les intermédiaires.

  • 112 AGS, K, 1431, f° 42, Conseil d’État du 5 mars 1619 sur une lettre de Girón du 25 février 1619.
  • 113 AGS, K, 1431, f°100, Conseil d’État sur lettres des 10 et 11 juin 1620 de Girón.

83Une autre question domestique continue d’occuper les représentants espagnols à Paris : les rapports avec Marie de Médicis. Fidèle à la reine mère, le roi d’Espagne demande à son ambassadeur de maintenir les liens avec la souveraine exilée, tout en insistant sur la nécessité d’employer tout le tact nécessaire pour éviter d’indisposer Louis XIII. La position officielle de l’Espagne consiste à regretter les divisions familiales. Girón et le Conseil d’État s’efforcent de présenter une politique « neutre » – selon le mot du diplomate – face aux différends entre le roi et sa mère112. Pendant les années suivantes, les rumeurs d’un soutien espagnol à Marie de Médicis persistent dans Paris113.

84En plus de ces problèmes « domestiques », la diplomatie espagnole essuie un deuxième échec lors de la conclusion du mariage entre le prince de Piémont Victor-Amédée et Christine de France, fille d’Henri IV et de Marie de Médicis. Les diplomates espagnols en poste à Paris et à Turin n’ont pu empêcher les négociations matrimoniales d’aboutir. Louis XIII et son gouvernement passent outre les protestations de Girón invoquant l’accord préalable du partenaire en cas d’union dynastique hors de leur maison. Cette alliance franco-savoyarde intervient après des années de récriminations espagnoles contre l’infiltration de troupes françaises dans l’armée du Duc. Elle pourrait préluder à un retour français dans la péninsule italienne, ce dont Madrid ne veut à aucun prix. Cette union constitue l’unique « défaite » diplomatique d’envergure de l’Espagne durant ces années. Néanmoins, les conséquences d’une telle association apparaîtront dès 1635 (traité de Rivoli entre la Savoie et la France), puis en 1637, avec la régence de Christine de France.

  • 114 AGS, K, 1476, ffos 140-142, Girón au roi le 13 novembre 1619 : sur le refus de logement auprès du r (...)

85Les autres domaines de la politique internationale sont l’objet d’un consensus entre les deux puissances catholiques. Nous avons déjà signalé les sentiments de Louis XIII favorables aux Habsbourg dans le Saint-Empire, à propos de l’élection du roi des Romains et de la révolte pragoise. Cependant, cette approbation de la politique catholique des Habsbourg par le roi de France ne se transforme pas en hispanophilie. Louis XIII a hérité de son père des sentiments contrastés à l’encontre du Roi Catholique. Il s’oppose à plusieurs reprises aux demandes de Fernando Girón, qui souhaite pouvoir correspondre avec la reine Anne d’Autriche, et oppose à l’Espagnol une série de petits refus souvent humiliants et dont la portée symbolique semble hautement significative. Ainsi, en novembre 1619, Girón suit la Cour à Compiègne. Prétextant le manque d’espace, le Roi n’attribue pas de logement à l’ambassadeur, qui est obligé de chercher un gîte hors de la résidence royale. Cette petite mesure vexatoire laisse entrevoir les dispositions du souverain envers l’Espagne, d’autant que des appartements sont réservés au même moment pour le nonce et pour l’ambassadeur du roi d’Angleterre114.

  • 115 AGS, E, 1935, f° 59, copie de la lettre de Girón à Spinola, juin 1620.
  • 116 AGS, K, 1479, f° 89, Mirabel à Ciriza le 12 novembre 1623.

86Pendant les vingt mois qu’il passe en France, l’activité de Fernando Girón apparaît faible, comparée à celle de ses prédécesseurs. Quatre informateurs sont en relations avec lui au cours de cette période, dont Alonso de Lope, Gaspar Dorta et le baron de Roussillon, ces trois derniers constituant les trois principaux agents cités dans sa correspondance. À ces informateurs, on doit ajouter la reine de France, avec laquelle les relations sont nombreuses. Cependant aucune de ces quatre personnes ne lui fournit de renseignement d’importance. L’ambassadeur prévient même le Conseil d’État qu’il faut se méfier du baron de Roussillon115. Plus tard, Mirabel précise que Dorta est un commerçant portugais116. On ne peut s’étonner, dès lors, de constater que Girón ne participe à aucun projet d’action, qu’il s’agisse de corruption, de révoltes ou d’infiltrations. Même à l’intérieur de notre corpus de renseignements, les occurrences sélectionnées ne renvoient que vingt fois à l’ambassadeur, soit moins de 0,2 % des informations figurant dans notre fichier.

  • 117 AGS, K, 1431, f° 75, s. d. (fin novembre ou début décembre 1619).

87Les demandes de congé présentées par Fernando Girón ne sont peut-être pas de pure forme, bien qu’elles reprennent l’antienne commune à tous les diplomates espagnols. En effet, en novembre 1619, le secrétaire d’État Ciriza insiste auprès de Mirabel afin qu’il se rende à Paris pour assister Girón, gravement malade selon lui117.

V. - Un petit âge glaciaire : l’ambassade de Mirabel (1620-1632)

88Les douze années de l’ambassade du marquis de Mirabel embrassent de vastes changements d’alliances entre les principales monarchies et principautés. Une multitude de conflits périphériques à la France et à l’Espagne surviennent pendant sa mission : en Valteline, en Savoie, à Gênes, à Mantoue, dans l’Europe baltique, en Pologne, en Suède, au Danemark, en Flandres, dans l’Empire ou par-delà l’océan (Bahia, Matanzas...). À l’intérieur même du royaume de France, les guerres civiles se rallument. L’ambassadeur observe, analyse, applique les directives de Madrid afin de préserver les intérêts d’une monarchie qui renoue avec les pratiques bellicistes. Sa principale tâche consiste à favoriser le « bon camp » au sein du gouvernement français, c’est-à-dire à éviter toute ingérence du Roi Très-Chrétien dans les affaires de la maison des Habsbourg, lesquelles concernent une grande partie du continent européen.

89En effet, depuis 1618, l’Espagne s’est engagée militairement sur de très nombreux fronts : Saint-Empire, Italie du Nord, Atlantique, Baltique et mer du Nord. Deux de ces conflits se prolongent durant toute la période : de 1618 à 1648, la lutte contre les réformés allemands (et leurs alliés danois, suédois, puis français) nécessite l’implication de tercios ; contre les Provinces-Unies, le combat s’étend de 1621 à 1648. Il est indispensable de prendre en compte le caractère permanent de ces engagements et de l’instabilité des alliances pour comprendre la correspondance de Mirabel et des choix espagnols. Si elle n’est pas secondaire, la politique française ne représente pas le souci majeur des responsables de Madrid. Nous avons esquissé précédemment les grandes lignes des engagements militaires, financiers et politiques du Roi Catholique. Il n’est donc pas nécessaire d’insister sur leur déroulement. En revanche, la guerre de Mantoue, qui s’étend de 1628 à 1630, s’insère dans un champ particulier, inopportun, imprévu et dépassant les limites « raisonnables » des conflits entretenus par les Habsbourg. En effet pour la première fois depuis 1598, les deux monarchies catholiques s’opposent sur un terrain militaire même si, officiellement, aucune belligérance n’est déclarée.

  • 118 M. Devèze, L’Espagne de Philippe IV, t. I, pp. 127-140.

90Certains indices permettent de jauger la diplomatie espagnole en France. D’une part, durant les douze années de présence en France de Mirabel, certains éléments de la gestion quotidienne de l’ambassade témoignent de lentes mutations118. D’autre part, les renseignements, les agents, les informateurs et les actions envisagées ou réalisées fournissent des éléments habituels d’appréciation du dynamisme ou de l’inertie de cette mission.

  • 119 AGS, K, 1665, ffos 55-56.
  • 120 AGS, K, 1435, ffos 25-26, juillet 1627.
  • 121 AGS, K, 1437, f° 75, résumé des lettres de Mirabel et de Navaz des mois de mars et avril 1629.

91Lorsque le marquis de Mirabel succède à Fernando Girón, l’une des priorités de la politique espagnole reste le maintien des liens avec Anne d’Autriche. La mort de Philippe III et l’accession au trône de Philippe IV quelques mois plus tard (31 mars 1621) modifient les rapports avec la Reine Très-Chrétienne, d’autant que l’intervention de Madrid en Valteline et la réouverture du conflit avec les Provinces-Unies éloignent Louis XIII de la politique « catholique » qu’il a suivie jusqu’à présent. Philippe IV s’intéresse au sort de sa sœur au sein de la famille royale française, mais son attitude semble moins sentimentale que celle de son père119. A de nombreuses reprises au cours de ses douze années de présence à Paris, Mirabel informe son gouvernement de la situation personnelle de la reine Anne d’Autriche, des liens qu’il entretient avec elle et de l’importance de la place de la souveraine dans la monarchie française. En 1627, lors de la maladie du roi, le Conseil d’État étudie les conséquences d’une possible régence d’Anne d’Autriche. La même année, le Marquis transmet un avis anonyme soulignant les objectifs de Gaston d’Orléans : épouser sa belle-sœur en cas de décès du roi son frère120. Pendant le conflit de Mantoue, cet intérêt pour la reine ne se dément pas : on espère que son influence modérera les ardeurs belliqueuses de Louis XIII121. Cependant, au cours de la longue décennie de l’ambassade du marquis de Mirabel, les relations avec Anne d’Autriche se transforment totalement. Le diplomate n’a plus aucune possibilité d’accéder aux appartements de la reine et celle-ci se trouve isolée dans une cour qui lui reste étrangère, sinon hostile. En outre, des rumeurs d’annulation du mariage royal circulent dans les chancelleries, car les souverains n’ont toujours pas d’héritier.

  • 122 AGS, K, 1433, f° 80, Conseil d’État du 25 novembre 1625 sur une lettre de Mirabel du 8 novembre.
  • 123 AGS, K, 1437, f° 90, Mirabel à Olivaies le 6 juillet 1629,

92Les rapports entre Marie de Médicis et l’ambassade d’Espagne suivent une évolution plus complexe. En 1620, la reine mère demeure toujours exclue du gouvernement et de la Cour depuis l’assassinat de Concini. Si la « drôlerie des Pont-de-Cé » et le traité d’Angers (été 1620) lui permettent de retrouver progressivement une certaine influence, elle ne maîtrise plus les choix de politique étrangère, même lorsque son favori Richelieu, devenu cardinal en 1622, accède au Conseil du roi deux ans plus tard. En dépit de cette « relégation », Madrid ne cesse de croire que les bons rapports du temps de la régence, et plus encore des années 1615-1616, vont renaître. En 1625, le Conseil d’État transmet des papiers à Mirabel afin de gagner « les volontés » de la reine mère et d’autres ministres122. Lors du conflit de Mantoue, l’ambassadeur prend donc prétexte de la nomination momentanée de Marie de Médicis à la tête du gouvernement à Paris pour ne pas rejoindre Louis XIII dans ses campagnes militaires. Il estime ainsi mieux servir son souverain, connaissant la haine qui oppose le duc de Nevers, prétendant au duché italien, et la reine mère123. La Florentine incarne toujours l’espoir pour les diplomates espagnols de Paris. À partir de la « Journée des Dupes », Mirabel et le Conseil d’État comptent sur les résistances familiales à Richelieu pour transformer l’hostilité de Louis XIII envers l’Espagne et faire en sorte que le Roi se sépare du Cardinal. Malgré la fuite de Marie de Médicis qui se réfugie dans les possessions flamandes de Philippe IV (1631), l’Espagne considère un moment la reine mère comme une pièce maîtresse dans ses rapports avec la France.

  • 124 AGS, K, 1432, f° 127, Mirabel au roi le 12 juin 1624, sur les projets matrimoniaux de Monsieur.

93Pourtant, à mesure que l’opposition de Richelieu à la politique des Habsbourg s’affirme, Madrid recherche de plus en plus fréquemment une alternative politique auprès de Gaston d’Orléans et de sa clientèle. Dès 1625, le nom de Monsieur est prononcé à plusieurs reprises. L’ambassadeur observe l’attitude du frère de Louis XIII et ses difficultés avec celui-ci au moment des négociations du premier mariage du prince avec Mlle de Montpensier124. À partir de l’année 1629, qui marque l’apogée du conflit franco-espagnol en Italie du Nord, il semble que Gaston d’Orléans devienne un des éléments centraux des préoccupations de Madrid et de son représentant. Pendant l’été 1629, une junte d’État est constituée et étudie une lettre de Mirabel

  • 125 AGS, K, 1437, f° 92, consulta de la junte d’État sur une lettre de Mirabel.

sur les discussions qu’a eues un serviteur [criado] du duc d’Orléans avec la Reine Très-Chrétienne [Anne d’Autriche] quant à son projet et à son désir de passer dans les États de Flandres à cause des injustices que lui a faites le Roi son frère125.

94L’Espagne doit-elle accueillir Monsieur quand celui-ci, mécontent des refus de Louis XIII de lui confier la direction d’une armée, pense à s’enfuir de France ? Pour la première fois, les rapports entre Gaston d’Orléans et l’Espagne deviennent si étroits que l’on discute d’une protection à lui accorder. Au cours de ces discussions, le Conseil d’État choisit la prudence. Le marquis de Mirabel, qui est en contact avec le frère du roi, propose d’accepter d’accueillir Monsieur, mais de ne pas lui permettre d’entrer dans les possessions espagnoles avec une nombreuse suite de Français. Il semble préférer un séjour de Monsieur en Lorraine, moins dangereux pour les relations bilatérales. En septembre de la même année, le duc d’Orléans suit cette suggestion espagnole et se réfugie en Lorraine. Provisoirement réconcilié avec le roi son frère l’année suivante, il se réfugie en Flandres en janvier 1631.

  • 126 AGS, K, 1432, f° 107, Mirabel au roi le 16 janvier 1624 ; et f°112, junte du 2 mars 1624.
  • 127 J.-P. Amalric, « L’œil et la main de l’Espagne dans les affaires françaises ».

95À la multiplication des liens de l’ambassadeur avec Marie de Médicis et Gaston d’Orléans répond une fermeture croissante en ce qui regarde l’accès à la reine Anne d’Autriche. À cet égard, il est significatif que les premières conversations autorisées par Madrid entre un ambassadeur espagnol et des protestants français soient envisagées à partir de janvier 1624, l’évolution du climat politique et psychologique permettant désormais de telles pratiques. À cette date, un changement des comportements s’ébauche dans les principales cours. Un rapprochement entre Louis XIII, Venise et la Savoie se dessine et se conclut par la création d’une ligue à Paris en février 1623. En France, des modifications gouvernementales aboutissent à la chute de Brûlart de Sillery et à une réorientation politique. Face aux deux alliés du Roi Très-Chrétien, les avancées espagnoles en Italie apparaissent telles qu’une riposte est étudiée. Celle-ci se concrétise en novembre 1624 par une expédition militaire commandée par le marquis de Cœuvres. Avant même cette réaction française en Valteline, Mirabel avertit Madrid, le 16 janvier 1624, de ses contacts avec un émissaire de Rohan126. Le Conseil d’État laisse le diplomate négocier mais ne s’engage dans aucune aventure, craignant un possible retournement d’alliance qui verrait les hérétiques se ranger au côté de leur souverain contre l’Espagne127. Cependant, cette année marque un tournant : les relations entre l’ambassade et les huguenots se renouvelleront régulièrement, à chaque poussée de fièvre dans le Royaume, à chaque crainte espagnole d’une intervention française.

96Le marquis de Mirabel épouse les changements d’orientation de Madrid. Nommé pour veiller sur la reine Anne d’Autriche, informer Madrid de la situation française et maintenir des relations courtoises avec Louis XIII, de façon à conserver cette « politique catholique » française, il devait éviter d’entrer dans des conspirations et de participer à toute action allant contre la paix entre les deux couronnes. Peu à peu, à mesure que le Conseil d’État espagnol passe aux mains de la faction la plus belliciste, celle d’Olivares, le Marquis s’adapte et paraît en parfait accord avec les nouvelles tendances.

  • 128 Sur l’affaire La Ravardière, voir chap. I, p. 37.

97Il serait exagéré de ne voir en Mirabel qu’un agitateur des passions familiales et des divisions « nationales ». Durant les cinq premières années de son ambassade, l’Espagne demeure totalement maîtresse des négociations internationales. Elle affirme sa suprématie militaire et diplomatique, tant en Italie que dans le Saint-Empire. La plupart des négociations franco-espagnoles se déroulent dans la Péninsule (traité de Madrid, traité d’Aranjuez). L’ambassadeur remplit alors sa mission la plus quotidienne, se bornant à éviter une ingérence française dans les possessions du roi d’Espagne. Les thèmes habituels sont alors évoqués : périls sur le monopole américain, expéditions françaises au Brésil et négociations autour de l’affaire La Ravardière128, guerre commerciale en 1625, naufrage de navires espagnols sur la côte gasconne, etc.

  • 129 AGS, K, 1433, ffos 24-25, Mirabel au roi le 3 avril 1625.
  • 130 AGS, K, 1432, f° 88, avis confidentiels adressés à Mirabel depuis Jenapes (29 septembre 1623).
  • 131 AGS, K, 1432, f° 89, avis anonymes donnés à Mirabel, de Paris, octobre 1623.

98Les affaires internationales occupent l’essentiel de l’activité du diplomate. Comme ses prédécesseurs, il avertit des changements d’alliances, des négociations qui se déroulent à Paris, et signale à Madrid les événements pouvant modifier les rapports de force entre les deux couronnes. Ainsi, le 3 avril 1625, l’ambassadeur relate les conversations franco-anglaises dans la perspective du mariage de Charles d’Angleterre et d’Henriette-Marie de France, il annonce le décès de Maurice de Nassau, stathouder des Provinces-Unies, et écrit à propos de mouvements de troupes dans le Palatinat129. D’autre part, depuis Paris, les lettres de Mirabel donnent des informations précises sur la situation militaire. En 1623, des avis confidentiels le préviennent d’une mutinerie de l’armée en Flandres130, d’autres l’avertissent des envois secrets de renforts français au duc de Savoie131. Chacune des centaines de lettres adressées par Mirabel à Madrid comporte donc plusieurs nouvelles importantes pour la conduite des affaires espagnoles.

  • 132 AGS, K, 1433, f° 62, Conseil d’État du 24 août 1625 sur les lettres de Mirabel des 4 et 6 août.

99Jusqu’en 1628, les relations de Mirabel avec le gouvernement français, sans être bonnes, restent correctes. Certes, le Marquis n’apprécie guère le Cardinal, dont on « connaît la très grande passion à faire du mal à V. M.132 ». Cependant, il applique les ordres de Madrid. En avril 1627, au moment de l’envoi de la flotte espagnole destinée à aider Louis XIII contre les Rochelais et les Anglais en application du traité de Madrid, le diplomate affirme :

  • 133 AGS, K, 1437, f° 102, Mirabel au secrétaire Villela le 23 octobre 1627.

Notre engagement est grand, aussi grand que l’est la parole de notre Roi. On pourrait confirmer, encore que la grandeur de Sa Majesté soit déjà tellement connue, que c’est une action bien propre à la faire encore mieux connaître dans le monde133.

  • 134 Les informations sur le siège sont très nombreuses : AGS, K, 1435 et AGS, K, 1436. D’autre part, le (...)

100Mirabel n’estime pas que le traité signé par l’Espagne n’ait pas valeur d’engagement ferme. La parole du roi est donnée, et pour lui, il faut appliquer les dispositions prévues par les clauses. Pendant le siège de La Rochelle134, les deux couronnes restent unies contre l’Anglais mais l’Espagne cherche à gagner du temps, tandis que le gouvernement de Louis XIII vit dans la hantise de voir réussir l’opération de secours aux huguenots.

  • 135 AGS, K, 166, f° 67, le 17 novembre 1628, instruction du roi au secrétaire Antonio de Navaz pour son (...)
  • 136 Voir particulièrement la liasse AGS, K, 1481 sur les nombreux rapports transmis par Navaz sur des q (...)
  • 137 Voir la liasse AGS, K, 1437, sur les contacts de Navaz.

101Malgré ces divergences, les relations bilatérales ne sont donc pas encore mauvaises au début de la guerre contre les huguenots. Il faut attendre la crise de Mantoue, avec le refus de l’investiture du duc de Nevers par l’Empereur, pour qu’elles prennent une nouvelle tournure. La reddition de la Rochelle accentue la dégradation des rapports, car elle donne une plus grande liberté de manœuvre au roi de France. Même dans ce contexte, on conserve les formes. Quand, en 1628-1629, Louis XIII guerroie en Languedoc ou en Italie, Madrid dispose d’une représentation permanente « de campagne » auprès du Cardinal et du Roi, en la personne d’Antonio de Navaz. Ce secrétaire du marquis de Mirabel reçoit des instructions particulièrement détaillées135. La lecture de sa correspondance, tant avec Mirabel qu’avec Madrid, est étonnante car en tant que représentant officiel de l’Espagne, Navaz se trouve au milieu des troupes adverses. Espion honorable, ses avis fourmillent de mille renseignements d’ordre militaire et politique sur les activités françaises136. Il est aussi l’interlocuteur privilégié de Richelieu et de Louis XIII sur le terrain même des combats. Ses lettres mentionnent les nombreuses entrevues qu’il a avec les responsables français. Elles rendent compte également des diverses propositions des parties en présence et des offres de médiation faites par le pape137. Les relations entre le secrétaire, devenu représentant de Philippe IV, et les responsables français semblent être demeurées exemptes de toute animosité personnelle, et cela malgré une période de fortes tensions comme celles nées de la guerre de Mantoue.

  • 138 AGS, K, 1479, f° 106, le 4 octobre 1628 : Mirabel devait remplacer Aytona dans le Saint-Empire.
  • 139 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. III, p. 529, le cardinal de Bérulle au cardinal de Richeli (...)

102Mirabel s’est absenté plusieurs mois de Paris pour se rendre à Bruxelles. Après avoir songé à le promouvoir à l’ambassade auprès de l’Empereur138, le Conseil d’État le maintient en poste à Paris, certainement sur les instances d’Anne d’Autriche. Mais l’échec espagnol dans la guerre de Mantoue, l’agitation des factions françaises (les accords entre Rohan et l’Espagne en 1629, l’opposition des frères Marillac), puis la victoire politique de Richelieu lors de la «Journée des Dupes » aboutissent à un isolement de Mirabel. Peu estimé de Richelieu, le Marquis n’est que très rarement reçu par le Cardinal. Dans une lettre au premier ministre d’octobre 1628, Bérulle note : « L’ambassadeur d’Espagne ne m’a veu qu’une fois à son arrivée. Je n’ay pas estimé à propos de l’aller veoir. Je vous ay rendu compte de cette visite-là139. »

103Trois ans plus tard, la situation s’est profondément dégradée entre le diplomate et les responsables français. Mirabel envoie le 26 juillet 1631 une dépêche à Madrid, ainsi résumée par le Conseil d’État :

  • 140 AGS, K, 1421, f° 66, avis du Conseil d’État du 19 août 1631 à suite à une lettre du 26 juillet de M (...)

[Mirabel] se trouve dans l’impossibilité d’être d’une quelconque utilité au service de Sa Majesté à cause de l’incroyable suspicion dans laquelle le Roi et ses ministres le tiennent, lui attribuant un rôle moteur dans les troubles présents [évasion de Marie de Médicis et fuite de Gaston d’Orléans]140.

  • 141 AGS, K, 145, ffos 52 et 89, Conseil d’État du 11 juillet 1632 sur une lettre de Mirabel du 24 juin (...)
  • 142 AGS, K, 1413, f° 93, le 31 juillet 1632.

104De fait, on interdit à Mirabel de se rendre auprès de Louis XIII à Monceaux. L’année suivante, les relations bilatérales, reflet de la situation politique et militaire, apparaissent totalement bloquées. Demandant son congé au Conseil d’État le 21 juin 1632, Mirabel argumente sa requête par le fait qu’il n’est plus du tout accepté par le gouvernement français, à tel point que Richelieu voudrait que sa sortie soit une des plus humiliantes qu’un ambassadeur ait jamais connues141. Effectivement, le roi de France ne lui accorde aucune audience et lui interdit de suivre la Cour, tout en persistant à lui refuser l’autorisation de quitter le Royaume pour rentrer en Espagne142. Le Mercure françois, voix du cardinal de Richelieu, raconte en ces termes la sortie de l’ambassadeur :

Quelque temps auparavant le retour du Roy (juillet 1632], Sa Majesté estant lors à Monceaux, le marquis de Mirabel, Ambassadeur d’Espagne, eut charge de se retirer de France, pour estre creu participer à la mes-intelligence qui paroissoit en la Maison Royale. Le sieur de Guron Falla trouver pour luy declarer de la part de Sa Majesté qu’Elle desiroit qu’il ne différast plus son retour en Espagne & que si ses affaires particulières requieroient un plus long séjour en France, il allast les parachever à Orléans : Sa Majesté au reste entendant que lon luy fist tous les bons traictements qu’avoient accoustumé les Ambassadeurs du Roy Catholique son beau-frère avec lequel elle desiroit entretenir la bonne union & correspondance qui doit être entre des Princes si proches. Mais il arriva un accident au Marquis à la sortie de Paris, que les curieux seront peut-estre bien aises de scavoir.

  • 143 Le Mercure françois, t. XVIII (1633), p. 476. Résumé de l’incident (p. 478) : les deux fils de Mira (...)

105En effet, au cours d’un accrochage avec un valet, l’un des fils du Marquis, puis son épouse et son autre fils, et enfin l’ambassadeur lui-même sont ridiculisés publiquement143.

106Peut-on conclure par un jugement à propos de l’ambassade de Mirabel ? La façon dont il gère, puis termine sa charge, est directement liée à l’évolution des rapports entre les deux couronnes. Certains contemporains ont jugé négativement l’action du marquis de Mirabel et critiqué sa morgue et sa hauteur « toutes espagnoles ». Celles-ci ne sont en réalité que le simple reflet de valeurs propres à son siècle et à sa caste : hypertrophie de l’honneur et emphase du geste. Le jugement adressé au duc de Feria, gouverneur du Milanais, par le comte de Monterrey, vice-roi de Naples, est plus révélateur :

  • 144 AGS, E, 3830, f° 152, copie d’une lettre du comte de Monterrey au duc de Feria du 18 novembre 1631.

Monseigneur, j’ai reçu la lettre de votre excellence du 8, le 16, avec la copie de celle que le marquis de Mirabel écrivit au secrétaire San Juan et, encore que les avis du Marquis n’aient pas la caractéristique d’être très intelligents, ceux-ci se trouvent confirmés de diverses sources144.

  • 145 AGS, K, 1481, ffos 91-92, Mirabel au roi le 10 septembre 1628 : « Culpas tan conocidas como las mia (...)

107Ce diagnostic abrupt sur les capacités de Mirabel n’empêche pas qu’il soit l’un des diplomates espagnols les mieux informés parmi les représentants du Roi Catholique qui se sont succédé à Paris. Il est vrai que le Marquis ne semble pas avoir la souplesse requise d’un diplomate, dans ses relations tant avec les dirigeants français qu’espagnols : en 1627, il faut diverses réprimandes du Conseil d’État et de Philippe IV pour qu’il consente, bien contre son gré, à voyager pour rejoindre le roi de France à La Rochelle. En 1628, il est réprimandé pour sa gestion de la crise mantouane145. Mirabel ne doit-il son maintien au poste d’ambassadeur à Paris qu’à la seule faveur de la reine Anne, ou bien le Conseil d’État pense-t-il vraiment que le Marquis est l’homme adéquat ?

108Au cours de ses douze années de service à Paris, le Marquis est apparemment un des diplomates espagnols les mieux informés. Nous avons dénombré trente-quatre agents en contact avec lui, chiffre qui n’est dépassé par aucun de ses prédécesseurs à l’exception de Tassis. Il faut bien sûr prendre en compte la durée considérable de sa présence à Paris, mais dans tous les cas son activité est loin d’être négligeable, à la différence, par exemple, de celle de Fernando Girón. Ses informateurs ont recueilli cinquante-sept des renseignements sélectionnés dans notre corpus, et si l’on ajoute le poids des avis anonymes, le total des informations des espions du marquis est supérieur à celui de tous les autres espions des diplomates espagnols à Paris. Mirabel lui-même est en relation avec cent quinze renseignements, soit par ses lettres, soit par les ordres reçus du Conseil d’État, chiffre qui le place juste derrière Cárdenas et Tassis. Enfin, dans le domaine des actions espagnoles en France, trente-quatre occurrences le mettent en cause.

109Le marquis de Mirabel serait donc l’archétype de l’» ambassadeur espion », sachant s’entourer et agissant dans l’ombre. Un tel constat est paradoxal, car sa mission coïncide avec l’une des périodes où la dégradation des relations franco-espagnoles se fait la plus sensible. De plus, sa gestion n’est pas parvenue à empêcher le mariage franco-anglais ni à retarder la chute de La Rochelle, et il n’a pas su non plus prévoir l’engagement français dans la guerre de Mantoue. N’y aurait-il donc aucun lien entre le travail souterrain et les réussites diplomatiques ?

110Enfin, l’ampleur de l’activité de Mirabel en matière d’espionnage doit être relativisée par un contexte porteur. Clausels, l’envoyé de Rohan, Gaston d’Orléans, Marie de Médicis, de Roo, Du Fargis, Fiesco : tous ces personnages sont contraints de se tourner vers l’Espagne à cause de leur opposition au pouvoir du Cardinal. Richelieu occupe tout l’espace politique, réduisant ses adversaires à un rôle mineur. On pourrait affirmer, avec quelque malice, que l’ambassadeur n’a pas eu à chercher une grande partie de ses espions et ce sont plutôt ceux-ci qui sont entrés en contact avec lui, forcés par les circonstances.

VI. - La glaciation : l’ambassade de Cristóbal de Benavente (1632-1635)

111Don Cristóbal de Benavente y Benavides ne possède pas la chance du marquis de Mirabel. Arrivé en France au mois d’octobre 1632, il trouve une conjoncture défavorable aux représentants du Roi Catholique. Les opposants au Cardinal sont peu à peu décimés. La révolte conjointe de Montmorency et de Gaston d’Orléans, soutenue par Madrid, est écrasée. Le descendant du plus puissant et prestigieux lignage français, fils et petit-fils de connétables, est exécuté pour crime de lèse-majesté à Toulouse le 30 octobre 1632.

112Depuis son exil flamand, Marie de Médicis, définitivement passée à l’étranger, perd peu à peu ses contacts en France. Les relations de la Florentine s’amenuisent et ses propositions ne correspondent plus à une réalité politique qui lui échappe. Quant à Monsieur, il poursuit son exil lorrain et flamand après la cavalcade de l’été 1632. Enfin, les ouvertures espagnoles pour créer un parti contre le Cardinal parmi les principales factions - celles de Toiras, Rohan, Guise - échouent face à la fermeté du gouvernement royal.

113À l’automne 1632, la situation politico-militaire est critique pour la Monarchie Catholique et la maison de Habsbourg. Les fronts se sont déplacés. La paix de Ratisbonne et celle de Cherasco ont réglé la question italienne, et le terrain des rivalités se situe désormais en Allemagne, où l’intervention suédoise vient bouleverser les rapports de force. La Lorraine se voit imposer deux traités humiliants avant de se trouver totalement occupée par les troupes de Louis XIII, sans que Madrid réagisse.

  • 146 AGS, K, 1665, f° 68, s. d., instructions à Benavente.
  • 147 AGS, K, 1665, f° 69, s. d., instructions à Benavente.
  • 148 AGS, K, 1422, f° 26, Conseil d’État d’octobre 1632.

114La nomination de Cristóbal de Benavente intervient dans ce contexte difficile pour l’Espagne, cependant que le nouvel ambassadeur doit de plus assumer le lourd passif relationnel de Mirabel avec les autorités françaises. Les instructions que Madrid lui transmet prennent clairement en compte cette détérioration des rapports entre les deux couronnes. À la différence de ses prédécesseurs, Benavente reçoit des directives précises et diversifiées. Nous n’avons pas retrouvé en archives ses instructions officielles. Néanmoins, trois autres documents précisent les objectifs qui lui sont assignés. D’une part, un long texte informe Benavente de ses missions à l’égard de la reine mère et du frère de Louis XIII, détaillant les propositions des envoyés de Gaston d’Orléans et analysant les réactions possibles du gouvernement français146. Un second texte précise ces différents points et les complète en y ajoutant la question lorraine, énumérant les griefs espagnols contre le roi de France et le Cardinal147. Enfin, un dernier document, émanant du Conseil d’État et daté d’octobre 1632, apporte des additifs à ces textes pour prendre en compte la nouvelle situation née de l’échec de Gaston d’Orléans à Castelnaudary148. Ces trois pièces se répètent parfois. Il est probable que la deuxième ait servi d’ébauche à la rédaction des directives officielles de l’ambassadeur, car elle porte des notes inscrites en marge. Ces instructions expriment clairement le but de la mission de Benavente à Paris.

115Le ton même de ces documents donne des indications sur l’état d’esprit des dirigeants espagnols. Une agressivité certaine est perceptible – et compréhensible eu égard au contexte politico-militaire :

  • 149 AGS, K, 1665, f° 68.

On vous remettra la copie de la proposition qu’on me fit au nom de Monsieur, et une autre de ce que j’ai ordonné d’y répondre pour que vous soyez informé de ce qui s’est passé au cours de ces négociations, et l’ambassadeur du Roi Très-Chrétien résidant à ma cour ayant laissé entendre le peu de satisfaction de son maître envers moi, disant que don Gonzalo de Córdoba avait donné au duc d’Orléans certaines de mes troupes de cavalerie. J’ai ordonné de répondre à cet ambassadeur, ainsi que vous le verrez dans une autre copie qu’on vous donnera aussi, que je n’avais offert à Monsieur ni gens payés ni argent ni aucune assistance connue et durable. Si cela est nécessaire et utile, vous pourrez [leur] offrir démonstration et satisfaction de cela, [Gonzalo de Córdoba] ayant donné la cavalerie sans mon ordre. [Ajouté en marge : Et aussi, vous donnerez à entendre que ne j’ai pas non plus de ligue avec Monsieur, ni avec la reine mère, ni avec aucun prince, qui pourrait nuire à la France.]149

116Cet extrait souligne l’attitude défensive de la Monarchie Catholique. Le soutien apporté par l’Espagne au duc d’Orléans et à la reine mère doit être nié, alors même que le fait est public et que leurs agents, ceux de Marie de Médicis aussi bien que ceux de Monsieur, séjournent à Madrid sans même se cacher de l’ambassadeur de France. Si Louis XIII continue à se plaindre, le diplomate pourra accuser Gonzalo de Córdoba d’avoir enfreint les ordres de son roi. Cet argument démontre la faiblesse des directives adressées à Benavente : soit Philippe IV est incapable de se faire obéir de ses sujets, soit le souverain laisse voir par ce mensonge qu’il soutient effectivement Gaston d’Orléans.

117Ce simple extrait montre donc la complexité de la mission de Benavente qui, à peine nommé, doit prendre en compte la possibilité d’une rupture entre les deux couronnes.

Vous direz que mon activité [celle de Philippe IV] se limite à procurer un accommodement de la reine mère et de Monsieur pour leur sécurité,

  • 150 AGS, K, 1665, f° 68.

118ordonne le premier document150. Cependant, la deuxième pièce adressée au diplomate est plus précise :

  • 151 AGS, K, 1665, f° 69.

Donc je n’assiste pas les ennemis de la couronne de France, mais ceux qui sont violemment opprimés par son pouvoir et qui ne prétendent conquérir dans ce Royaume que la sécurité de leur personne et la restitution de ce qui est leur, ce en quoi j’œuvre justement. Mais, si les manquements et les mauvais procédés de la France ne s’ajustent pas à la raison et à la satisfaction commune, ils me forceront nécessairement à la rupture déclarée de couronne à couronne151.

119Dix-huit mois avant la déclaration de guerre, Benavente reçoit donc l’ordre d’être ferme et de faire comprendre aux dirigeants français que la monarchie hispanique est prête à s’engager dans un conflit. Un long passage destiné à l’ambassadeur détaille plus particulièrement les mesures financières et militaires que le Roi Catholique peut décider en cas de rupture. Selon ce texte, Benavente est autorisé à se prévaloir de ces arguments pour intimider le gouvernement français et, si le souverain mentionne que ces doléances doivent être présentées sans « arrogance », de tels propos ne semblent cependant pas viser à l’apaisement.

  • 152 La plupart des liasses mentionnant l’activité de Benavente contiennent de nombreux folios concernan (...)

120Après son arrivée en France, Benavente attend plusieurs jours l’audience royale. Pendant celle-ci, il écoute les propositions françaises, déjà anciennes, de conclure une paix universelle avec l’Espagne : au beau milieu de la tourmente, et afin de gagner du temps, Richelieu cherche en effet un nouveau terrain de négociations152. Les années 1633 et 1634 sont remplies de ces ouvertures, totalement irréalistes eu égard à la situation militaire.

  • 153 Sources citées ci-dessus. Voir aussi A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Mai (...)

121La persistance de telles discussions dans un contexte aussi tendu est également attribuable aux interventions de la nonciature auprès des deux souverains153. Mais surtout, ce thème de la paix universelle, de même que l’idée de croisade, s’inscrit encore dans le paysage mental du « siècle de fer », même si aucune base solide ne permet plus de fonder de telles politiques. Étienne Thuau remarque à ce propos :

  • 154 É. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, p. 281.

Parler de paix universelle pouvait sembler une amère dérision, et les esprits pacifiques ne pouvaient espérer atteindre leur idéal que sous une forme personnelle, dans la retraite, en Charente ou en Hollande. Toutefois le rêve pacifiste ne s’évanouit pas entièrement, et on peut le suivre à la trace dans cette première moitié de siècle154.

  • 155 AGS, K, 1424, f° 69, sur les pouvoirs donnés à Benavente pour la négociation. Ce document nuance l’ (...)
  • 156 AGS, K, 1424, f° 74, instructions à Benavente, le 20 novembre 1632 ; AGS, K, 1416, f° 17, réponse e (...)

122Benavente obtient pouvoir pour négocier avec les responsables français155. Mais ces discussions sont soumises à de tels préalables qu’elles ne peuvent qu’être refusées par Louis XIII et Richelieu. Entre autres exigences figurant dans les instructions de Benavente, Madrid demande au roi de France de respecter la paix de Cherasco, de condamner l’entrée française dans Trêves et de dénoncer ses alliances avec les Provinces-Unies156. La réponse espagnole aux ouvertures irréalistes de Richelieu est donc nette. Dès lors, l’ambassadeur n’a plus qu’un rôle d’informateur et de gestionnaire des affaires courantes, dans l’attente du conflit prochain. De fait, ses avis sont remplis de considérations diverses à propos des différents fronts.

  • 157 AGS, K, 1416, f° 50, Conseil d’État du 26 août 1633 sur les lettres de Benavente du 11 au 23 juille (...)
  • 158 AGS, K, 1417, f° 23, envoi de Benavente entre le 3 et le 23 mai 1634.
  • 159 AGS, K, 1417, f° 45, envoi de Benavente entre le 10 et le 24 octobre 1634.
  • 160 AGS, K, 1417, f°68, Conseil d’État du 20 mars 1635 sur les lettres de Benavente des 29 janvier et 1 (...)

123Les mesures à prendre à l’égard du duc de Lorraine et les problèmes de l’engagement militaire espagnol à la suite de l’occupation du Duché sont régulièrement abordés157. Les principaux traités et accords signés par le roi de France sont transmis au Conseil d’État. On n’ignore rien à Madrid de l’alliance franco-hollandaise d’avril 1634158. De même, la réunion de Francfort et ses effets – le resserrement des liens entre Louis XIII et les protestants allemands – sont étudiés par le Conseil d’État, informé du contenu des négociations par Benavente159. Celui-ci surveille aussi les préparatifs et les mouvements militaires français. Au début de l’année 1635, il prévient Madrid que la France arme douze galères à Marseille160. Ses instructions vont plus loin que la simple recherche d’informations confidentielles :

  • 161 AGS, K, 1424, f° 74, instructions à Benavente, le 20 novembre 1632.

Une de vos principales tâches doit être de fomenter quelque parti puissant, sous deux conditions indispensables. La première est que ce parti soit fort, visible et comprenne clairement de grands personnages et des gouverneurs de province [...]. La seconde condition est [...] que d’aucune manière on ne trouve des preuves venant de vous, ni écrites ni visibles161.

124Mais Benavente se trouve de fait dans l’impossibilité de réaliser cet objectif. Par ailleurs, les pourparlers secrets de Gaston d’Orléans avec son frère pour connaître le prix d’un éventuel retour de l’héritier de la Couronne sont attentivement consignés et, malgré la réconciliation de Monsieur et Louis XIII, qui intervient en octobre 1634, l’ambassadeur espère toujours pouvoir affaiblir le gouvernement par de nouvelles divisions.

  • 162 Doit-on suivre A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, p. 278 (...)
  • 163 Voir AGS, K, 1417 sur les difficultés des dernières années de la mission française à Madrid.

125Si Mirabel a connu de nombreux déboires avec les dirigeants français, Benavente n’est pas davantage apprécié par Richelieu ou Louis XIII. On ne peut attribuer ces mauvaises relations à la seule personnalité du diplomate162. La politique du Cardinal à l’égard des ambassadeurs espagnols est de leur infliger une série de mesures humiliantes du point de vue du protocole. De leur côté, Philippe IV et Olivares s’attachent à faire subir un traitement similaire à l’ambassadeur français, le comte de Barrault163 : la diplomatie exige la réciprocité...

126C’est ainsi qu’une longue querelle oppose Benavente à M. de Guron, l’introducteur des ambassadeurs. Celui-ci demande au diplomate d’aller se rendre auprès du secrétaire d’État du Roi. Cette démarche est contraire au protocole et donne la préséance à l’officier du roi de France sur le représentant espagnol. Offusqué, Benavente écrit au Conseil d’État :

J’ai vu un papier que me donna le marquis de Mirabel en cette matière et un autre du duc de Monteleón, et je ne vois pas que jamais les ambassadeurs de V. M. aient visité les secrétaires d’État, qui étaient des hommes d’une autre étoffe que celui-ci. Par ailleurs, je me suis informé et je sais que ni ce nonce ni ses prédécesseurs ne l’ont jamais visité.

127Cette demande française répugne d’autant plus à l’ambassadeur que le secrétaire d’État, Léon Bouthillier, comte de Chavigny,

  • 164 AGS, K, 1416, f° 40, Benavente au roi le 2 août 1633.

est un jouvenceau de vingt-six ans, plein de superbe et ignorant, qui n’a jamais servi, à la différence de son père, qui a résigné son office en sa faveur164.

  • 165 AGS, K, 1416, f° 68, Mirabel le 7 novembre 1633.

128Dans sa réponse du 7 novembre 1633, Madrid – par la voix de Mirabel – souligne que cette demande française provient de l’arrogance des Bouthillier, que jamais ambassadeur ne fit de telles visites, sachant que même les princes du sang français n’ont pas de semblables exigences165. En réalité, ces entorses au protocole ne sont que le reflet d’une animosité permanente des dirigeants français à l’égard des représentants du Roi Catholique. Benavente ne fait pas exception. Une de ses lettres rapporte le récit que le nonce lui a fait d’un entretien qu’il avait eu avec le père Joseph. L’« éminence grise » de Richelieu aurait insisté auprès du représentant pontifical pour que Benavente quitte Paris, le Cardinal souhaitant vivement le départ de l’ambassadeur. Prenant note de cette inimitié, Benavente

  • 166 AGS, K, 1423, P 37, Conseil d’État du 13 février 1635 sur les lettres de Benavente des 29 janvier a (...)

représente au Comte-Duc [Olivares] que sa présence là-bas n’est d’aucun profit, car le Cardinal est résolu à ne pas lui donner audience et à lui faire subir toutes les avanies qu’il pourra166.

  • 167 AG S, K, 1417, P 56, précis de la correspondance de Benavente du 23 au 29 décembre 1634.

129De son côté, Richelieu fait savoir à Madrid qu’il ne supporte plus les rodomontades du diplomate167.

  • 168 AGS, K, 1417, P 36, le Conseil d’État du 1eraoût 1634 étudie un plan militaire de quinze pages d’Ol (...)
  • 169 AGS, K, 1423, f° 34.
  • 170 AGS, K, 1417, f° 49, Conseil d’État du 9 décembre 1634,

130Une rupture des relations diplomatiques entre les deux couronnes apparaît de plus en plus probable à mesure que les rumeurs de préparatifs militaires augmentent168. Depuis juillet 1634, Benavente demande au Conseil d’État l’autorisation de quitter Paris169. En décembre, Madrid cherche un prétexte pour retirer son représentant, Olivares soupçonnant même les Français de vouloir l’empêcher de quitter le Royaume170.

  • 171 AGS, K, 1423, f° 134, le roi à Benavente le 15 mars 1635.

131Enfin, le 15 mars 1635, Benavente reçoit l’autorisation de quitter la France, bien qu’il n’ait pu obtenir la traditionnelle audience de congé. A Paris, le secrétaire Fabián de Contreras se charge de dépêcher les affaires courantes171, bien qu’officiellement la lettre du souverain espagnol affirme qu’il nommera dans un court délai un nouvel ambassadeur.

  • 172 J. M. Jover Zamora, 1635. Historia de una polémica y semblanza de una generación, pp. 255 sqq. La d (...)

132La détérioration des relations bilatérales finit par conduire à une rupture de fait. Le 19 mai 1635, la déclaration de guerre, proclamée par un héraut français au Cardinal-Infant à Bruxelles, ouvre le conflit. Pour les Espagnols, les formes de cette rupture constituent une violation française du traité de Vervins ; il s’agit donc d’une guerre injuste172.

  • 173 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p (...)
  • 174 « Relación de D. Marcelino de Faria de las inteligencias secretas que habia establecido dentro y fu (...)

133Si le but d’un diplomate est de maintenir des relations pacifiques entre deux souverains, la mission de Benavente est un échec complet. D’un point de vue plus pragmatique, l’ambassadeur est le plus souvent tenu pour un informateur ; mais dans ce cas, le dernier représentant espagnol à Paris ne peut pas se prévaloir non plus de grands succès. Durant toute son ambassade, il éprouve des difficultés à trouver des indicateurs. Nous n’avons recensé que trois agents entretenant des contacts avec Benavente : le capitaine Gédéon, Juan de Menenses et le maréchal de Boiras – ce dernier étant en contact à plusieurs reprises avec l’ambassade. Le deuxième est arrêté pour espionnage près de Leucate, ce qui le place hors du circuit informatif173, bien qu’il fasse partie du personnel espagnol (Menenses, secrétaire de l’ambassade, maintenait des relations avec le vice-roi Cardona)174. Quant à Toiras, il se trouve à la frontière de la collaboration avec l’Espagne.

134Ces trois agents ne produisent que cinq avis intéressants. Benavente bénéficie donc de très peu de complicités. Son action personnelle est à la hauteur de son action souterraine : aucune occurrence retenue pour le fichier « Actions » n’est liée à son nom. Quant aux renseignements qu’il transmet au Conseil d’État, leur peu de valeur nous a conduit à n’en retenir que dix, chiffre le plus faible pour l’ensemble des diplomates en poste à Paris.

135Le tableau 1 (voir p. 208) récapitule les données concernant chaque ambassadeur espagnol, en matière d’intelligences et de renseignements. Il souligne les forces et les faiblesses des diplomates. Si l’on tient compte de la durée de chaque mission, il ressort que, durant le règne d’Henri IV, les diplomates espagnols disposent d’un vivier important d’informateurs. Quant au nombre d’espions – pondéré par la durée de la mission –, le diplomate qui dispose du plus grand nombre d’agents est Irarraga, suivi de Tassis, Zúñiga, Monteleón, Cárdenas, Mirabel, Girón et enfin Benavente. Si l’on se place uniquement du point de vue des renseignements sélectionnés, on obtient un classement décroissant selon la succession chronologique, à l’exception de Zúñiga, moins productif que quatre de ses successeurs.

136Il apparaît nettement que ces sources d’information diminuent, au point qu’en 1637 Benavente se trouve presque totalement isolé en France. Même Mirabel semble mal informé en comparaison de Tassis ou de Zúñiga, si l’on compare le nombre d’agents dont il dispose avec la durée de son ambassade : il possède environ trois agents par an contre plus de dix pour Tassis, près de sept pour Zúñiga, une douzaine pour Irarraga... Ces remarques s’appliquent de la même façon au domaine des actions. Certaines hypothèses permettent d’expliquer cette baisse : la disparition progressive des ligueurs au fil des années, la réduction de l’influence espagnole au rythme des revers politiques de Madrid, la pénurie financière et les crises économiques.

137D’autres acteurs participent à l’élaboration de la politique française de Madrid, et en premier lieu ceux que nous avons appelés les « Italiens » : gouverneurs du Milanais, vice-rois de Naples ou de Sicile, ambassadeurs en poste à Turin, Venise ou Gênes, tous complètent, nuancent et modifient la perception de la monarchie française que l’on a à Madrid. Mis à part la péninsule italienne, d’autres diplomates ou responsables – en Flandres, en Angleterre ou en Allemagne – envoient des avis au Conseil d’État sur la politique française, mais en faible quantité. Ces responsables espagnols possèdent l’avantage sur les diplomates en poste à Paris de ne pas avoir un statut qui les lie au Roi Très-Chrétien. Or les actions des ambassadeurs évoquées jusqu’à présent s’insèrent dans les corps juridictionnels particuliers au royaume de France. Les diplomates travaillent en fonction d’un cadre spécifique. La représentation de leur souverain s’exerce à l’intérieur de dispositifs singuliers dont la prise en compte plus ou moins efficace constitue un des critères permettant d’évaluer leur compétence. Le droit des gens, les immunités, le cérémonial et le protocole sont des domaines interdits aux néophytes. Ils n’en demeurent pas moins des enjeux de pouvoir pour les représentants de la Monarchie Catholique. Alors que les moindres signes extérieurs de considération composent l’ossature des rapports sociaux, les agents espagnols vivent au sein de cet univers de signes.

TABLEAU I. – Les ambassadeurs espagnols à Paris et la diplomatie souterraine

TABLEAU I. – Les ambassadeurs espagnols à Paris et la diplomatie souterraine

a Ce chiffre correspond à un calcul effectué à partir de notre fichier « Espions ». Chaque fiche comporte les codes des personnels espagnols ayant traité chaque agent. Grâce à une recherche effectuée à partir du code attribué à chaque ambassadeur, nous avons pu obtenir la liste des espions qui sont en contact avec chaque diplomate
b Ce chiffre a été obtenu à partir du fichier « Renseignements ». Grâce à une recherche effectuée dans ce fichier à partir du code attribué à chacun de ces espions, nous avons pu sélectionner toutes les informations où chaque espion était impliqué. Pour chaque ambassadeur, nous avons seulement pris en compte les fiches correspondant aux années de ss mission à Paris
c Chiffre obtenu à partir du fichier « Actions » : une recherche effectuée à partir du code attribué à l’ambassadeur permet de compter les actions où celui-ci est impliqué
d Ce chiffre correspond au nombre de renseignements sélectionnés dans le fichier « Renseignements » quand l’ambassadeur considéré se trouve impliqué durant ses années d’activité en France, d’où les différences avec les totaux par ambassadeur indiqués à l’occasion de l’étude de la mission de chaque diplomate. En effet, la plupart des ambassadeurs espagnols en France interviennent déjà alors qu’ils n’ont pas encore rejoint le poste de Paris ou continuent à intervenir après l’avoir quitté. Ainsi, nous disposons pour Juan Bautista de Tassis d’un total de 134 occurrences, dont 128 seulement concernent sa mission en France. Dans le cas de Baltasar de Zúñiga, il paraît évident que ses nominations successives, tout d’abord en tant qu’ambassadeur à Bruxelles, puis, après son ambassade en France, comme représentant du Roi Catholique auprès de l’Empereur et, enfin, comme membre du Conseil d’État, n’ont pas manqué de susciter de nouveaux avis de sa part

Notes

1 J. Nouaillac, Villeroy, IIe part, chap. III : l’affaire Salcède et les problèmes de Villeroy.

2 Voir Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État à l’époque des guerres de Religion, Paris, École des Chartes, 1998.

3 J. Rübsam, Johan Baptista von Taxis, chap. II, pp. 24-30.

4 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 29 novembre 1598.

5 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 31 mars 1599.

6 AGS, K, 1602, Tassis à Idiáquez le 28 avril 1599.

7 P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, t. VII, janvier 1600, p. 204.

8 AGS, K, 1603, le 27 février 1600.

9 AGS, K, 1603 (septembre 1600) : « Lo que el Rey de Francia dixo a Tassis en Grenoble... »

10 AGS, K, 1604, Tassis à Prada le 16 janvier 1601.

11 AGS, K, 1603, document inséré avec les lettres de septembre 1600 (s. d.).

12 Par exemple, au moment de l’ambassade de Biron à Londres (AGS, K, 1604, le 13 septembre 1601) ; ou lors de l’ambassade de Sully à l’occasion de l’avènement de Jacques Ier (AGS, K, 1606, le 19 avril 1603 et le 20 juin 1603 [départ pour l’Angleterre]).

13 AGS, K, 1604, Tassis le 4 décembre 1601.

14 AGS, K, 1603, le 27 octobre 1602. Parsons, condamné à mort en Angleterre vers 1580, séjourne en France de 1581 à 1584. Il s’y trouve en relations avec Bernardino de Mendoza, ambassadeur espagnol à Paris. Il se rend en Espagne à plusieurs reprises et s’entretient avec Philippe II ; voir F. Eguiluz, Robert Persons « el architraidor », pp. 87-113.

15 AGS, K, 1605, le 26 février 1602, copie d’une lettre de Stanhope, Le 16 avril 1602, réception d’une lettre de Furtado venant d’Angleterre. Le 4 juillet 1602, avis sur les discussions avec le secrétaire d’État anglais Ceci].

16 AGS, K, 1606, Tassis les 2 août et 11 octobre 1603.

17 AGS, K, 1606, le 28 juillet 1603.

18 AGS, K, 1603, le 9 août 1602.

19 AGS, K, 1605, Tassis le 11 mai 1602.

20 AGS, K, 1602, Tassis au roi le 13 mai 1600 : «No tengo costillas para buscar correspondientes para aquiy inglaterra…»

21 Sa correspondance avec l’Espagne se trouve dans AGS, K, 1604, lettre de La Fontenelle du 31 décembre 1601 de Bretagne adressée au roi et à Lerma, sur ses services et ses propositions ; voir aussi P.-V. Cayet, Chronologie septénaire, liv. V, p. 206 ; et J. Loredan, Brigands d’autrefois.

22 AGS, K, 1605, Tassis, le 6 juin 1602, note les offres de service du colonel Semple.

23 AGS, K, 1451, f 73, le roi à Tassis le 8 octobre 1602.

24 AGS, K, 1426, f° 6, le Conseil d’État du 27 mai 1600, sur la lettre de Tassis du 12 mai.

25 AGS, K, 1606, Tassis au roi le 22 décembre 1603.

26 É. Frémy, Essai sur les diplomates du temps de la Ligue, p. 77.

27 AGS, K, 1604, Tassis au roi le 15 novembre 1601.

28 AGS, K, 1603, le 22 août 1600 ; AGS, K, 1604, le 6 novembre 1601 ; AGS, K, 1605, les 9 juin et 5 août 1602 ; AG S, K, 1606, le 23 janvier 1603, etc.

29 J. Lefèvre, « Les ambassadeurs d’Espagne à Bruxelles sous le règne de l’archiduc Albert », pp. 63-69.

30 AGS, K, 1426, f° 67, Conseil d’État du 22 juin 1604.

31 AG S, K, 1607, lettre de Baltasar de Zúñiga le 25 décembre 1605.

32 AGS, K, 1606, f° 205.

33 AGS, K, 1606, le 29 mars 1604.

34 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État du 10 octobre 1605 sur les lettres de Zúñiga des 29 août au 18 septembre 1605. L’ambassadeur français est le baron de Salignac, successeur de M. de Brèves. Les accords auxquels il est fait allusion doivent être les capitulations de 1604 ; voir C. Desplat, « Henri IV et les Ottomans », p. 404.

35 AGS, K, 1606, lettre de Baltasar de Zúñiga, le 27 août 1604.

36 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État du 25 août 1605 sur les lettres de Zúñiga du 5 août précédent.

37 AGS, K, 1607, le Conseil d’État de 10 février 1605.

38 AGS, K, 1426, f° 76, Conseil d’État du 10 octobre 1605 sur les lettres de Zúñiga du 28 août au 18 septembre.

39 Duc de la Force, Le maréchal de La Force, p. 139.

40 Voir A. Hugon, « L’affaire Nicolas L’Hoste ».

41 AGS, K, 1606, le 26 mai 1604.

42 Pour la gestion de cette affaire par l’ambassadeur et le Conseil d’État, voir AGS, K, 1426.

43 AGS, K, 1451, f°141, le roi à Henri IV, le 14 janvier 1606.

44 AGS, K, 1607, le Conseil d’État du 10 octobre 1605 ne note pas son nom lors de l’interception d’une lettre de Salignac, mais qui d’autre aurait pu l’obtenir ? La consultation de la correspondance de l’ambassadeur espagnol à Venise laisse entendre cette participation du Français (AGS, E, 1350, f°189, Cárdenas au roi le 24 décembre 1605).

45 AGS, K, 1607, le Conseil de Guerre du 21 mai 1606 sur une lettre écrite par le roi de France. Le Conseil note le changement de ton de la part du roi de France. Il est décidé de lui envoyer une réponse amicale.

46 AGS, K, 1460 le 25 février 1606, Zúñiga au roi.

47 AGS, K, 1607, 1608, 1460 et 1461 pour sa correspondance et ses liens avec Madrid.

48 AGS, K, 1665, le 31 mai 1607.

49 AGS, K, 1426, f° 97, Conseil d’État du 11 janvier 1608 sur une lettre d’Irarraga où celui-ci prévient des risques d’attaques sur Pernambouc et la Guinée ; AGS, K, 1452, le 9 février 1609, sur le départ de navires étrangers partant fortifier le cap de Bonne-Espérance.

50 AGS, K, 1607, le Conseil d’État de septembre 1606 sur les lettres d’Irarraga du 29 août.

51 AGS, K, 1608, lettre du 20 janvier 1607 d’Irarraga au roi.

52 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 17 février 1607.

53 AGS, K, 1452, Philippe III à Irarraga le 30 août 1608 sur une lettre de celui-ci datant du 3 août.

54 AGS, K, 1608, f° 11, le Conseil d’État du 8 janvier 1608 sur une lettre d’Irarraga du 15 décembre 1607.

55 AGS, K, 1452, le 2 mai 1607, Irarraga au roi sur le départ de Jeannin ; AGS, K, 1460, le 12 mai 1607.

56 AGS, K, 1460, lettre d’Irarraga au roi le 29 août 1606 ; il prévient que soixante-dix navires sont préparés pour attendre la flota, La lettre du 27 novembre fait allusion au projet hollandais de constituer une armada pour empêcher la navigation de la flotte des Indes et détruire le commerce espagnol.

57 AGS, K, 1460, lettre d’Irarraga au roi le 15 août 1606.

58 AGS, K, 1452, le 2 mai 1607 : naissance du duc d’Orléans ; AGS, K, 1460, le 12 mai 1607 : naissance d’un fils d’Henri IV avec la comtesse de Moret ; AGS, K, 1608, séance du Conseil d’État du 1er juillet 1608 sur la naissance de Gaston d’Orléans, etc.

59 AGS, K, 1452, le roi à Irarraga le 23 octobre 1607 : mort de Bellièvre.

60 AGS, K, 1460, Irarraga au roi le 3 octobre 1607 : Henri IV a congédié les Italiens de la reine, en particulier Concini.

61 AGS, K, 1460, 1607, ordonnance d’Henri IV pour interdire la relâche des pirates et corsaires dans les ports français.

62 Sur cette affaire voir Y.-M. Bercé, « L’affaire des caraques échouées ».

63 AGS, K, 1608, f° 33, Lerma à Prada, le 7 août 1609.

64 AGS, K, 1608 Conseil d’État du 11 juillet 1609 : sur les instructions données à don Pedro, à don Luis Fajardo et à Agustín de Mexía afin d’augmenter le nombre de navires pour accélérer les départs, et sur le besoin d’augmenter les troupes présentes en Aragon pour éviter un quelconque soulèvement

65 AGS, K, 1608, ffos 44-48, Conseil d’État du 13 février 1610 sur les lettres de Cárdenas du 22 janvier.

66 AGS, K, 1608, f° 61, Conseil d’État du 14 avril 1610 sur une lettre de Cárdenas du 27 mars. Sur l’accueil des morisques en France, les réactions des autorités et des populations, voir L. Cardaillac, Le passage des morisques en Languedoc.

67 AGS, K, 1608, f° 26, Conseil d’État du 16 mai 1609 sur une lettre de Cárdenas du 27 avril.

68 AGS, K, 1608, résumé des lettres de Cárdenas du 8 juillet 1609 ; et AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 16 août 1609.

69 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 17 décembre 1609 sur les lettres de Cárdenas des 29 novembre et 2 décembre 1609.

70 AGS, K, 1608, Conseil d’État du 18 mars 1610 sur les lettres de Cárdenas des 21 et 27 février 1610.

71 AGS, K, 1608, f° 61, Conseil d’État du 14 avril 1610 sur la lettre de Cárdenas du 27 mars.

72 AGS, K, 1452, le roi à Cárdenas le 22 mai 1610.

73 Le déroulement des états généraux et leur contrôle par les agents de la souveraine, la conclusion des mariages et de l’alliance espagnole illustrent la réussite de cette politique contestée.

74 AGS, K, 1462, f°144, Cárdenas au roi le 17 mai 1610.

75 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi le 4 décembre 1614.

76 AGS, E, 1900, f°128, Conseil d’État du 7 décembre 1610 ; AGS, E, 1900, f° 171, le roi au connétable de Castille le 18 juin 1611.

77 AGS, K, 1593, 16 commandeur de León (Juan de Idiáquez) au roi le 26 mai 1611.

78 AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas le 26 octobre 1010.

79 AGS, K, 1610, le duc de Guise au duc de Lerma le 21 octobre 1614 : « Monsieur, la plus grande consolation que j’aye receu en ma juste douleur de la perte de feu mon frère le Chevallier a esté le tesmoignage quil a pleu a vre excellence me rendre du ressentiment que sa Majesté Catholique n’avoit eu à laquelle je me sens si estroitement obligé de cette bonne volonté que je tiendray pour toujours a honneur extreme de luy pouvoir faire parestre que je n’en veux point perdre le souvenir [...]. Monsieur je supplie V. E. de croire qu’il ne s’offrira jamais occasion de la servir que je ne vous confirme par effect comme j’ay prié Monsieur Don Iñigo de Cárdenas Ambassadeur de Sadite Maté Catholique en cette court de vous en asseurer, que je suis, Monsieur, Votre... serviteur, Paris le 21 oct[obre] 1614 [signé Guise]. »

80 AGS, K, 1610, f° 310, le Conseil d’État du 19 juin 1614 sur des lettres de Cárdenas.

81 AGS, K, 1468, f° 8, la régente au roi le 14 janvier 1613.

82 AGS, K, 1610, le Conseil d’État du 19 avril 1614 sur les lettres de Cárdenas du 2 au 7 avril.

83 AGS, K, 1593, Conseil d’État du 22 décembre 1618.

84 AGS, K, 1467, f° 93, Cárdenas au roi le 27 juillet 1612 (souligné par nous).

85 AGS, K, 1472, f° 134, le roi à Monteleón (s. d., octobre ou novembre 1616).

86 AGS, K, 1471, ffos 175 et 177.

87 AGS, K, 1471, f° 35, le 9 février 1616, ffos 67-68, le 2 mars 1616 sur la question de l’alliance entre Vendôme et Condé et la préparation d’une conférence ; f° 98, le 2 mai 1616 : Monteleón affirme qu’il reste à Blois avec les rois tant que la paix n’est pas signée. Le 2 mai 1616, il envoie les articles de la transaction entre Condé et le roi ; f° 109, le 18 mai 1616 : Monteleón transmet la copie des accords entre le roi et les mécontents.

88 AGS, K, 1472, ffos 59-60, Monteleón au roi, septembre 1616.

89 AGS, K, 1472, f° 63, lettre de Monteleón du 28 septembre 1616 et ffos 91-92, le 4 octobre 1616, sur les souhaits de Vendôme et Mayenne de servir Charles-Emmanuel

90 AGS, K, 1472, f° 187.

91 AGS, K, 1471, f° 48, lettre de Monteleón au roi.

92 AGS, K, 1471, f° 58, Monteleón à Lerma le 28 février 1616,

93 Voir par exemple les plaintes françaises dans AGS, K, 1471, f° 83, le 2 avril 1616.

94 AGS, K, 1471, f°129, Monteleón à Lerma le 15 juin 1616.

95 AGS, K, 1471, f° 177, Monteleón à Lerma le 9 juillet 1616.

96 AGS, K, 1473, f° 14, Monteleón à Lerma le 14 mai 1616.

97 AGS, K, 1471, ffos 39 et 199 ; AGS, K, 1472, ffos 18 et 57-58.

98 A, Hugon, « Le diplomate, la mouche et la censure à l’aube du XVIIe siècle ».

99 AGS, K, 1471, f° 79 : Lerma a Monteleón (22 mars 1616) ; et f° 166 : Lerma à Monteleón (4 juillet 1616).

100 AGS, K, 1472, ffos 117-118, Monteleón à Lerma le 19 octobre 1616.

101 AG S, K, 1471, f° 132, juillet 1616, projet de réponse à Monteleón élaboré par Cárdenas pour le Conseil d’État

102 AGS, K, 1471, f° 194, Monteleón à Lerma le 25 juillet 1616.

103 Yves-Marie Bercé, « Les coups de majesté des rois de France (1588, 1617, 1661) », dans Y.-M. Bercé et E. Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, pp. 491-505.

104 AGS, K, 1473, f° 154, Monteleón, le 12 novembre 1617, affirme au roi qu’il ne suit pas Louis XIII dans son voyage car il assiste linfante Anne, malade.

105 AGS, K, 1473, f° 35, Monteleón au roi le 1er juillet 1617,

106 AGS, K, 1473, ffos 64-65, Monteleón au roi le 4 août 1617 et f° 85, le 20 août 1617 : Monteleón estime possible un retour de la reine mère et se félicite d’avoir maintenu les relations.

107 AG S, K, 1474, f° 35, Monteleón à Lerma, le 13 février 1618, remercie de l’autorisation de rentrer qu’il vient de recevoir ; et AGS, K, 1475, ffos 44-49, Monteleón au roi le Ier septembre 1618 : il reçoit de nouveau l’autorisation de quitter son poste.

108 AGS, E, 1919, f° 76, fin 1618 ; le Duc note : « Havemos de mendigar las nuevas de Francia ».

109 AGS, K, 1431, f° 16, Conseil d’État du 31 mai 1618 sur une lettre de Monteleón du 30 avril : cette initiative de Monteleón est désapprouvée. Voir aussi G. Fagniez, Le père Joseph et Richelieu, p. 159.

110 AGS, K, 1473, f° 127, Monteleón à Ciriza le 27 septembre 1617.

111 AGS, K, 1475, f° 40, Girón à Ciriza, de Bruxelles le 19 août 1618 ; AGS, K, 1475, f° 57, et AGS, K, 1477, ffos 124-126, Girón au roi le 22 novembre 1618 : « Que queda pobre, viejo, muriendo de hambre ».

112 AGS, K, 1431, f° 42, Conseil d’État du 5 mars 1619 sur une lettre de Girón du 25 février 1619.

113 AGS, K, 1431, f°100, Conseil d’État sur lettres des 10 et 11 juin 1620 de Girón.

114 AGS, K, 1476, ffos 140-142, Girón au roi le 13 novembre 1619 : sur le refus de logement auprès du roi à Compiègne. Ce refus lui fut signifié par Puisieulx et Bonneuil.

115 AGS, E, 1935, f° 59, copie de la lettre de Girón à Spinola, juin 1620.

116 AGS, K, 1479, f° 89, Mirabel à Ciriza le 12 novembre 1623.

117 AGS, K, 1431, f° 75, s. d. (fin novembre ou début décembre 1619).

118 M. Devèze, L’Espagne de Philippe IV, t. I, pp. 127-140.

119 AGS, K, 1665, ffos 55-56.

120 AGS, K, 1435, ffos 25-26, juillet 1627.

121 AGS, K, 1437, f° 75, résumé des lettres de Mirabel et de Navaz des mois de mars et avril 1629.

122 AGS, K, 1433, f° 80, Conseil d’État du 25 novembre 1625 sur une lettre de Mirabel du 8 novembre.

123 AGS, K, 1437, f° 90, Mirabel à Olivaies le 6 juillet 1629,

124 AGS, K, 1432, f° 127, Mirabel au roi le 12 juin 1624, sur les projets matrimoniaux de Monsieur.

125 AGS, K, 1437, f° 92, consulta de la junte d’État sur une lettre de Mirabel.

126 AGS, K, 1432, f° 107, Mirabel au roi le 16 janvier 1624 ; et f°112, junte du 2 mars 1624.

127 J.-P. Amalric, « L’œil et la main de l’Espagne dans les affaires françaises ».

128 Sur l’affaire La Ravardière, voir chap. I, p. 37.

129 AGS, K, 1433, ffos 24-25, Mirabel au roi le 3 avril 1625.

130 AGS, K, 1432, f° 88, avis confidentiels adressés à Mirabel depuis Jenapes (29 septembre 1623).

131 AGS, K, 1432, f° 89, avis anonymes donnés à Mirabel, de Paris, octobre 1623.

132 AGS, K, 1433, f° 62, Conseil d’État du 24 août 1625 sur les lettres de Mirabel des 4 et 6 août.

133 AGS, K, 1437, f° 102, Mirabel au secrétaire Villela le 23 octobre 1627.

134 Les informations sur le siège sont très nombreuses : AGS, K, 1435 et AGS, K, 1436. D’autre part, les avis du correspondant français au service de l’infante Isabelle montrent l’intérêt international et la portée de la résistance de la ville : voir AG R, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 431, 432 et 433. Il ne semble pas que ces rapports aient été transmis à Mirabel ou au Conseil d’État à Madrid.

135 AGS, K, 166, f° 67, le 17 novembre 1628, instruction du roi au secrétaire Antonio de Navaz pour son voyage en France.

136 Voir particulièrement la liasse AGS, K, 1481 sur les nombreux rapports transmis par Navaz sur des questions militaires.

137 Voir la liasse AGS, K, 1437, sur les contacts de Navaz.

138 AGS, K, 1479, f° 106, le 4 octobre 1628 : Mirabel devait remplacer Aytona dans le Saint-Empire.

139 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. III, p. 529, le cardinal de Bérulle au cardinal de Richelieu le 14 octobre 1628.

140 AGS, K, 1421, f° 66, avis du Conseil d’État du 19 août 1631 à suite à une lettre du 26 juillet de Mirabel.

141 AGS, K, 145, ffos 52 et 89, Conseil d’État du 11 juillet 1632 sur une lettre de Mirabel du 24 juin 1632.

142 AGS, K, 1413, f° 93, le 31 juillet 1632.

143 Le Mercure françois, t. XVIII (1633), p. 476. Résumé de l’incident (p. 478) : les deux fils de Mirabel, ayant insulté un valet ou bien insultés par celui-ci, se trouvent mêlés a une algarade. Le cadet de Mirabel étant blessé au bras droit, son père vient à la rescousse, se saisit d’une épée mais se coupe avec celle-ci et doit lâcher son arme. La Marquise son alors en déshabillé pour venir au secours de sa famille et se lait une entorse en courant. La tragi-comédie se termine par les excuses du maître du valet qui, voyant qu’il avait affaire à un ambassadeur, préfère cette solution. Plus tard, Louis XIII fait savoir au Marquis qu’il fera arrêter le valet. Dans quelle mesure cette version du Mercure correspond-elle à un effort de propagande anti-espagnole ?

144 AGS, E, 3830, f° 152, copie d’une lettre du comte de Monterrey au duc de Feria du 18 novembre 1631.

145 AGS, K, 1481, ffos 91-92, Mirabel au roi le 10 septembre 1628 : « Culpas tan conocidas como las miasno admitenjustificación ni disculpa…»

146 AGS, K, 1665, f° 68, s. d., instructions à Benavente.

147 AGS, K, 1665, f° 69, s. d., instructions à Benavente.

148 AGS, K, 1422, f° 26, Conseil d’État d’octobre 1632.

149 AGS, K, 1665, f° 68.

150 AGS, K, 1665, f° 68.

151 AGS, K, 1665, f° 69.

152 La plupart des liasses mentionnant l’activité de Benavente contiennent de nombreux folios concernant ces propositions : AGS, K, 1416, ffos 17 et 30 ; AGS, K, 1417, ffos 14 et 17 ; AGS, K, 1423, ffos 37 et 40-47.

153 Sources citées ci-dessus. Voir aussi A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, particulièrement le livre III. L’auteur, professeur à l’université catholique de Lille, s’attache à défendre la diplomatie pontificale tout en maintenant un fort attachement patriotique, et donc hispanophobe, démarche conforme à la tradition catholique des lendemains de la première guerre mondiale.

154 É. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, p. 281.

155 AGS, K, 1424, f° 69, sur les pouvoirs donnés à Benavente pour la négociation. Ce document nuance l’assertion d’A. Leman selon laquelle il était interdit à l’ambassadeur d’ouvrir des négociations (A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, pp. 278-280).

156 AGS, K, 1424, f° 74, instructions à Benavente, le 20 novembre 1632 ; AGS, K, 1416, f° 17, réponse espagnole au projet de paix universelle, mai 1633.

157 AGS, K, 1416, f° 50, Conseil d’État du 26 août 1633 sur les lettres de Benavente du 11 au 23 juillet ; f° 56, Conseil d’État du 17 septembre sur les lettres de Benavente du 28 août 1633.

158 AGS, K, 1417, f° 23, envoi de Benavente entre le 3 et le 23 mai 1634.

159 AGS, K, 1417, f° 45, envoi de Benavente entre le 10 et le 24 octobre 1634.

160 AGS, K, 1417, f°68, Conseil d’État du 20 mars 1635 sur les lettres de Benavente des 29 janvier et 13 février.

161 AGS, K, 1424, f° 74, instructions à Benavente, le 20 novembre 1632.

162 Doit-on suivre A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, p. 278, quand il écrit : « Cristóbal de Benavente y Benavides est l’homme le moins qualifié pour des négociations délicates. D’un caractère violent et emporté, il ignore tout de l’art des concessions habiles ; il ne sait que défendre les prétentions de son maître avec une morgue toute castillane » ?

163 Voir AGS, K, 1417 sur les difficultés des dernières années de la mission française à Madrid.

164 AGS, K, 1416, f° 40, Benavente au roi le 2 août 1633.

165 AGS, K, 1416, f° 68, Mirabel le 7 novembre 1633.

166 AGS, K, 1423, P 37, Conseil d’État du 13 février 1635 sur les lettres de Benavente des 29 janvier au 13 février 1635.

167 AG S, K, 1417, P 56, précis de la correspondance de Benavente du 23 au 29 décembre 1634.

168 AGS, K, 1417, P 36, le Conseil d’État du 1eraoût 1634 étudie un plan militaire de quinze pages d’Olivares en cas de belligérance ; sur ces tensions, voir R. A. Stradling, « Olivares and the Origins of the Franco-Spanish War ».

169 AGS, K, 1423, f° 34.

170 AGS, K, 1417, f° 49, Conseil d’État du 9 décembre 1634,

171 AGS, K, 1423, f° 134, le roi à Benavente le 15 mars 1635.

172 J. M. Jover Zamora, 1635. Historia de una polémica y semblanza de una generación, pp. 255 sqq. La déclaration de guerre n’avait pas les formes voulues. Le traité de Vervins prévoyait une explication puis une demande de réparation des parties avant toute déclaration. De plus, le héraut d’Alençon ne possédait pas d’accréditation, d’où le refus du Cardinal-Infant de lui donner une audience.

173 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, pp. 609-610 ; AGS, K, 1417, f° 61.

174 « Relación de D. Marcelino de Faria de las inteligencias secretas que habia establecido dentro y fuera de España (1643) », CODOIN, t. LXXXI, pp. 551-565. Après la déclaration de guerre, Juan de Menenses aurait dû servir dans les intelligences secrètes au Portugal. Plus tard, il se trouvera au service de l’espía mayor Faria. En 1627, le roi l’avait déjà convoqué à Madrid, car il le trouvait utile à son service ; AGS, E, 2041, le 18 septembre 1627.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. – Les ambassadeurs espagnols à Paris et la diplomatie souterraine
Légende a Ce chiffre correspond à un calcul effectué à partir de notre fichier « Espions ». Chaque fiche comporte les codes des personnels espagnols ayant traité chaque agent. Grâce à une recherche effectuée à partir du code attribué à chaque ambassadeur, nous avons pu obtenir la liste des espions qui sont en contact avec chaque diplomateb Ce chiffre a été obtenu à partir du fichier « Renseignements ». Grâce à une recherche effectuée dans ce fichier à partir du code attribué à chacun de ces espions, nous avons pu sélectionner toutes les informations où chaque espion était impliqué. Pour chaque ambassadeur, nous avons seulement pris en compte les fiches correspondant aux années de ss mission à Parisc Chiffre obtenu à partir du fichier « Actions » : une recherche effectuée à partir du code attribué à l’ambassadeur permet de compter les actions où celui-ci est impliquéd Ce chiffre correspond au nombre de renseignements sélectionnés dans le fichier « Renseignements » quand l’ambassadeur considéré se trouve impliqué durant ses années d’activité en France, d’où les différences avec les totaux par ambassadeur indiqués à l’occasion de l’étude de la mission de chaque diplomate. En effet, la plupart des ambassadeurs espagnols en France interviennent déjà alors qu’ils n’ont pas encore rejoint le poste de Paris ou continuent à intervenir après l’avoir quitté. Ainsi, nous disposons pour Juan Bautista de Tassis d’un total de 134 occurrences, dont 128 seulement concernent sa mission en France. Dans le cas de Baltasar de Zúñiga, il paraît évident que ses nominations successives, tout d’abord en tant qu’ambassadeur à Bruxelles, puis, après son ambassade en France, comme représentant du Roi Catholique auprès de l’Empereur et, enfin, comme membre du Conseil d’État, n’ont pas manqué de susciter de nouveaux avis de sa part
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2995/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search