Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Deuxième partie. La conduite de la diplomatie espagnole face à la France

Chapitre iii

Les dirigeants espagnols et l’ambassade de Paris

Texte intégral

I. - Le personnel espagnol : les « officiers traitants »

  • 1 Ce graphique synthétise les informations de la base de données sur le personnel espagnol intervenan (...)

1Les responsables dont l’activité se trouve en liaison avec les affaires du royaume de France sont nombreux. En étudiant les correspondances du Conseil d’Etat, nous avons dénombré cent quatorze individus écrivant sur la politique française. Le graphique 2 (p. 122) permet de cerner les activités des principaux d’entre eux1.

2Le groupe le plus nombreux se compose de divers « fonctionnaires » de la Monarchie. Par ce terme, il faut entendre le personnel chargé, par le roi lui-même ou en son nom, de représenter l’Espagne. L’espía mayor, le correo mayor d’Irún, les courriers ordinaires, lorsqu’ils transmettent des avis propres sur la situation française, ainsi que certains gouverneurs de garnison représentent près d’un quart des responsables. L’ambassade espagnole en France dispose – ce qui paraît logique – d’un fort contingent d’agents. Employés aux côtés du représentant à Paris, ceux-ci sont un des maillons de la politique française de Madrid et ils représentent près de 15 % des personnels. La participation des ambassadeurs en poste dans d’autres pays n’est pas négligeable. Nous avons déjà vu comment les diplomates espagnols en poste à Turin, Gênes ou Bruxelles transmettent à Madrid des rapports sur la France. Ils constituent 16 % des responsables que nous avons recensés et, si l’on ajoute le personnel des autres ambassades, environ le cinquième des effectifs. Ce personnel des ambassades en Europe joue donc un rôle important puisqu’il correspond avec le roi et les conseillers, entretient, administre et gère la mission diplomatique sous la direction de l’ambassadeur en poste.

3Les postes majeurs de vice-roi et de gouverneur, principalement dans les péninsules Italienne et Ibérique (par exemple, les vice-rois du Portugal, de Navarre, de Naples ou le gouverneur du Milanais) nécessitent une vision politique qui dépasse le cadre de la simple province. Les actions des « proconsuls » italiens sont connues. Leurs correspondances font apparaître leurs diverses implications dans les actions secrètes et dans la recherche d’informations souterraines face à la France : ils représentent 14 % du personnel traitant les affaires françaises.

4Les secrétaires et conseillers d’État forment 7 % des responsables. Pour établir cette répartition, nous avons seulement pris en compte les informations de première main, comme la lettre de tel secrétaire d’État à un ambassadeur ou à un informateur précis. Parmi les conseillers, ce sont les premiers d’entre eux, les validos, Olivares et surtout Lerma, qui s’intéressent aux affaires françaises.

Graphique 2. – Activités des responsables espagnols intervenant dans les affaires françaises
A Ambassadeurs extraordinaires à Paris
B Ambassadeurs résidant à Paris
C Personnel de l’ambassade de France à Paris
D Autres ambassadeurs en poste hors de France
E Personnel des autres ambassades
F Vice-rois et gouverneurs
G Fonctionnaires divers de la Monarchie
H Secrétaires et conseillers d’État
I Inconnus

5Numériquement, les ambassadeurs extraordinaires et ordinaires d’Espagne en France sont peu nombreux. Neuf ambassadeurs extraordinaires et huit ambassadeurs ordinaires (également appelés ambassadeurs résidents) se succèdent pour représenter le Roi Catholique auprès du Roi Très-Chrétien et correspondent avec Madrid pendant ces trente-sept années. Cependant, l’importance qui est la leur dans le dispositif de la politique extérieure de la Monarchie est sans commune mesure avec cette faible proportion numérique.

  • 2 Juan de Alarcón, Martín de Axpe, Juan Pablo Bonet, Pedro Quintana et Juan Torres.

6Enfin, les archives conservent la trace de personnages que nous n’avons pu identifier, mais dont les lettres au Conseil d’État montrent l’intérêt pour la politique française2. Nous les avons rassemblés dans le groupe « Inconnus ».

  • 3 Le graphique 2 est construit à partir des corrélations entre les fichiers « Personnels espagnols » (...)

7Le graphique 23 souligne la distorsion entre la faiblesse numérique des diplomates à Paris et leur poids dans la collecte des informations. La nature même de leur fonction explique cette prépondérance des diplomates parmi les donneurs d’avis. De plus, les sources employées pour constituer le corpus de renseignements renforcent cette position.

Graphique 3. – Répartition du volume de renseignements transmis sur les affaires françaises selon leur origine
A Ambassadeurs extraordinaires à Paris
B Ambassadeurs résidant à Paris
C Personnel de l’ambassade de France à Paris
D Autres ambassadeurs en poste hors de France
E Personnel des autres ambassades
F Vice-rois et gouverneurs
G Fonctionnaires divers de la Monarchie
H Secrétaires et conseillers d’État
I Inconnus

  • 4 Cette conception de l’ambassadeur est partagée par toutes les époques : « On appelle un ambassadeur (...)
  • 5 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 630 : «Uno de los (...)
  • 6 Sur Jacques Bruneau, voir au présent chapitre, pp. 132-133.
  • 7 AGS, K, 1605, f° 339 (20 janvier 1602).

8Si les ambassadeurs en France ne représentent que 7,1 % du personnel de renseignement, ils envoient près des deux tiers des informations. Cela rejoint l’opinion, courante à l’époque, selon laquelle l’ambassadeur est « le meilleur espion4 ». La faible place occupée dans nos sources par les personnels qui sont au service de l’ambassadeur à Paris s’explique par la répartition du travail adoptée. Leur rôle est très important mais reste dissimulé par l’autorité du chef de mission5. Ainsi, le secrétaire Jacques Bruneau avise l’ambassadeur espagnol de ses relations avec les espions à la solde du Roi Catholique en prenant le pseudonyme de Hernando6. Nous trouvons ainsi des lettres de l’ambassadeur Tassis affirmant : « Hernando est le secrétaire de l’ambassade7. » Donc, l’origine des informations fournies par les secrétaires est masquée parce que ce sont leurs patrons, les ambassadeurs, qui signent la correspondance. Il est difficile alors de distinguer qui, de l’ambassadeur ou du secrétaire, trouve et transmet les renseignements.

9Ayant surtout une fonction de représentation, les ambassadeurs extraordinaires ne transmettent que peu de données à Madrid. Ambassadeur extraordinaire du Roi Catholique auprès du Roi Très-Chrétien en 1612, le duc de Pastrana a pour mission d’assurer la conclusion des mariages franco-espagnols, et non de trouver des indicateurs. En 1621, la venue à Paris du marquis de Castañeda est à peine mentionnée dans la correspondance, car il ne s’agit ici, pour l’Espagne, que de faire un geste de bonne volonté envers Louis XIII au moment de la crise de la Valteline, et de le féliciter pour sa campagne militaire en Béarn.

  • 8 Suivant la même méthode de construction que pour le graphique 2, nous avons croisé la base de donné (...)

10Le graphique 3 (p. 123) met en évidence8 ce rôle primordial des diplomates à Paris, non seulement pour la collecte de renseignements, mais aussi dans le domaine des actions, puisqu’ils traitent plus de 60 % des opérations envisagées et des projets.

  • 9 AGS, E, 3390, f°144.

11Le rôle des vice-rois et du gouverneur italiens est loin d’être insignifiant : ils s’occupent d’un huitième des actions entreprises au nom de l’Espagne. Parmi celles-ci, il faut retenir le soutien apporté à certains personnages rebelles à l’autorité du souverain français, que ce soit lors de la conspiration de Biron (1601-1602), appuyée depuis Milan et Turin, ou de l’envoi de munitions à Gaston d’Orléans et au duc de Montmorency depuis Gênes, pendant l’été 16329. Le fait que les possessions espagnoles contrôlées par les vice-rois et les gouverneurs soient situées loin de la Péninsule, et hors de portée pour le roi de France, permet aux responsables de Madrid de feindre l’ignorance quant à l’emploi de ces méthodes.

Graphique 4. – Répartition des actions concernant les affaires françaises selon les différentes catégories d’informateurs
A Ambassadeurs extraordinaires à Paris
B Ambassadeurs résidant à Paris
C Personnel de l’ambassade de France à Paris
D Autres ambassadeurs en poste hors de France
E Personnel des autres ambassades
F Vice-rois et gouverneurs
G Fonctionnaires divers de la Monarchie
H Secrétaires et conseillers d’État
I Inconnus

II. - À quoi sert l’ambassade ?

L’oreille du roi

12Vous devez avoir un très grand soin à être attentif à pénétrer l’état des choses dudit royaume [de France], à voir où en sont les finances, quelle estime et affection portent les vassaux [à leur roi], quelles correspondances et quels desseins ils entretiennent entre eux et avec leurs voisins contre le bien commun, et particulièrement contre mes Royaumes, par où ils traitent leurs intelligences, et en particulier l’état de l’amitié et des relations de ce roi avec celui d’Angleterre et quels en sont les fondements. Ceci est essentiel à savoir en ce moment. Le nouveau roi d’Angleterre peut en effet vouloir prolonger l’amitié qu’il a eue avec ces rois, ou bien changer d’intention.

  • 10 AGS, K, 1665, instructions du roi à Baltasar de Zúñiga (23 septembre 1603), point 7.

Pour cela, Juan Bautista [Tassis] vous avertira des moyens. Ceux-ci et ceux que vous découvrirez sont tels que vous poursuivrez [cette tâche] et m’aviserez très particulièrement de tout ce que vous entendrez et éclaircirez10.

  • 11 AGS, K, 1665, instructions du roi à Íñigo de Cárdenas (31 mai 1607), f° 12, point 9.
  • 12 AGS, K, 1665, instructions du roi à Alonso de la Cueva (28 décembre 1611).
  • 13 AGS, K, 1665, instructions du roi au marquis de Mirabel (avril 1619).

13Le septième point de l’instruction royale envoyée à Baltasar de Zúñiga, à l’occasion de sa nomination en tant qu’ambassadeur résident en France en septembre 1603, insiste sur le rôle d’informateur du diplomate : « être attentif à pénétrer l’état des choses ». Cet article de l’instruction évoque non seulement le domaine politique, mais aussi la situation économique et l’état de l’opinion (« l’amour porté par ses vassaux »), autant de points sur lesquels la Monarchie compte régler son attitude envers la France grâce aux renseignements de l’ambassadeur. Celui-ci doit aussi fournir des données relevant du contre-espionnage : « leurs desseins, et ceux qu’il y a entre eux et avec leurs voisins contre le bien commun ». Les dernières lignes de ce texte adaptent les exigences à la conjoncture de l’année 1603, à savoir l’accession au trône de Jacques Ier en Angleterre. Cependant, la structure générale de ce type de documents reste inchangée pendant toute la période 1598-1635. On la retrouve dans les instructions envoyées à Cárdenas en 160711, à Alonso de la Cueva, marquis de Bedmar (pressenti momentanément en 1611 pour le poste d’ambassadeur en France, après avoir occupé celui de Venise12) et au marquis de Mirabel en 161913. La reproduction mot pour mot des termes employés montre qu’il s’agit ici d’une formule générale employée par les secrétaires du roi d’Espagne à l’intention des diplomates pour clarifier la finalité de l’ambassade. Notons de plus que la mission du représentant espagnol à Paris comporte toujours un point concernant la surveillance attentive des rapports franco-anglais.

14La conduite à tenir envers les espions est définie dans ces documents. En 1611, au moment de la recherche des alliances matrimoniales avec Marie de Médicis, on transmet à Cueva les ordres suivants :

  • 14 AGS, K, 1663, instructions du roi à Alonso de la Cueva (28 décembre 1611).

Il se pourrait que quelques Français (comme il est arrivé par le passé) vous offrent leurs services pour vous soutirer de l’argent, ou à d’autres fins, pour découvrir vos intentions ou [les missions] dont vous êtes chargé. Vous vous garderez d’en employer en quelque cas que ce soit, répondant à ceux qui viendraient à vous que je suis en paix et en bonne amitié avec leur roi, et que je suis résolu à les maintenir tant qu’on ne me donnera pas une occasion contraire14.

  • 15 Sur ces trois affaires, voir respectivement pp. 132, 318 et 616.

15Ce n’est pas la conjoncture pacifique de la « bonne entente » entre les deux royaumes qui explique cette décision de refuser les offres de service faites par des Français car, dès 1607, une instruction semblable avait déjà été transmise à Cárdenas. L’absence de cette disposition dans les instructions adressées à Jean-Baptiste Tassis et à Baltasar de Zúñiga doit-elle laisser penser que ce sont les déconvenues subies avant 1607 – mise en cause du rôle de Tassis dans les affaires Biron et Verneuil, arrestation du secrétaire Bruneau – qui ont conduit Madrid à ajouter ces clauses ? La découverte de nouvelles conspirations, celles de Mérargues (décembre 1605), de Thomas Morgan, des frères Lucquises15, a peut-être amené le Conseil d’État, à partir de 1607, à être plus circonspect avant d’employer des Français dans les services secrets.

16Cette recommandation est de nouveau formulée en 1619, lors de la nomination de Mirabel, mais de façon plus nuancée :

  • 16 AGS, K, 1667, instructions du roi au marquis de Mirabel (avril 1619).

Quant aux confidents et personnes avec lesquels vous aurez à traiter des affaires qu’on vous proposerait, il sera bien que vous vous informiez ici auprès du duc de Monteleón de la manière dont il agissait quand il était mon ambassadeur en France, et aussi auprès de Fernando Girón, pour que vous sachiez ceux qui sont adéquats et à propos, en plus de ceux que vous verrez qui pourraient le devenir. Mais vous resterez vigilant à ne pas admettre ceux qui n’offriraient pas assez de garanties de sécurité, à cause du grand inconvénient qu’il y aurait à être découvert. Vous ne devez pas prêter l’oreille à ceux qui voudraient vous parler de la part de ceux qui seraient hors de l’obédience de leurs rois16.

  • 17 AGS, K, 1665, f° 71 (11 mai 1631) : instructions du roi au marquis de Castañeda pour la négociation (...)

17Le discours sur les liens de l’ambassadeur avec l’action secrète évolue peu à peu : dans le cas présent, on autorise le diplomate à prendre contact avec des Français et on l’engage à se servir d’informateurs, mais la Monarchie maintient l’interdiction d’employer des sujets français en rupture avec leur souverain. Mais on note une évolution sur ce point : les instructions adressées au marquis de Castañeda en mai 1631, puis à Benavente en 1632, ne prennent plus cette précaution d’écarter les sujets rebelles17. À la veille de la guerre entre les deux couronnes, toutes les armes deviennent nécessaires, et l’ambassadeur se doit de les employer au service de son souverain.

  • 18 AGS, K, 1471 (30 septembre 1606), et AGS, K, 1460 (15août 1606).
  • 19 AGS, K, 1460 (11 juin 1607).
  • 20 AGS, K, 1455, f° 56, le roi à Monteleón (5 septembre 1618).

18Ces rapports de l’ambassadeur avec les confidents et les rebelles soulignent le rôle d’« espion honorable » qui est celui du diplomate. Madrid adresse de nombreuses demandes d’informations à son représentant à Paris, que ce soit en matière d’espionnage ou d’informations politiques. En 1606, Irarraga, secrétaire de l’ambassade, reçoit de Madrid une demande de renseignements sur le capitaine Rossi, que les Français viennent d’arrêter à Aix-en-Provence pour complot avec l’Espagne18. En juin 1607, le secrétaire d’État Andrés de Prada sollicite des informations sur le frère Martín del Espíritu Santo, un marrane vivant à Paris19. Le 5 septembre 1618, le Conseil d’État demande à Monteleón de faire surveiller le docteur Mayerna, un Français se rendant fréquemment en Angleterre et qui agirait pour le compte des huguenots20, etc.

  • 21 Archivo General de Simancas, Guía del investigador, Valladolid, Ministerio de Cultura, 1980, pp. 24(...)
  • 22 J. Baillou, Les affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. I, pp. 67-77 ; Marie-Cath (...)

19Une grande partie de l’activité diplomatique consiste à fournir des informations de caractère général, qu’elles soient économiques, religieuses ou politiques. C’est pourquoi le représentant à Paris, comme les institutions de la Monarchie, doivent se doter d’archives. À cet égard, la diplomatie du Roi Catholique possède une indiscutable supériorité sur l’administration française. En effet, des règles régissent la conservation des documents : la correspondance n’appartient pas aux grands commis de l’État mais à la Couronne et, à partir du règne de Philippe II, elle se trouve pour l’essentiel déposée aux archives royales de Simancas21. Il faudra attendre Colbert de Croissy pour qu’un essai semblable soit tenté en France22.

20Cette insuffisance française entraîne parfois de graves conséquences. En 1596, afin d’étendre une ligue anti-espagnole conclue avec l’Angleterre, Henri IV veut proposer un renouvellement des traités passés sous François Ier et Henri II :

  • 23 G.-J.-B. de Flassan, Histoire générale de la diplomatie française ou de la politique de la France, (...)

Mais comme on avait perdu l’original de ces traités faits par ses prédécesseurs, dont on avait en vain cherché une copie parmi les papiers de Charles d’Anzay, mort [entre-temps, et qui à l’époque était] chargé des affaires de France en Danemark, cette négociation fut remise à un autre temps23.

  • 24 R. Mousnier et V.-L.Tapié affirment que la nomination de Richelieu en novembre 1616 ne priva pas Vi (...)

21Vingt ans plus tard, succédant à Villeroy aux Affaires étrangères, Richelieu se plaint que le vieux secrétaire d’État ne lui ait pas transmis les documents dont il a besoin et se voit obligé de demander aux représentants français à l’étranger des copies de leur correspondance diplomatique24.

22Cet avantage de l’administration espagnole lui assure une meilleure efficacité. Comme Philippe III le rappelle à Cárdenas en 1616 :

  • 25 AGS, K, 1454, f° 178, Philippe III à Cárdenas (13 janvier 1616). L’ancien ambassadeur s’exécuta : v (...)

Pour convenir à mon service, il faut qu’après avoir accompli leurs ambassades, mes ambassadeurs remettent à mes secrétaires d’État les lettres originales que je leur ai ordonné d’écrire et les copies de celles qu’ils m’auraient écrites et tous les autres papiers qu’ils auraient concernant lesdites ambassades, tout cela avec un inventaire et en bon ordre. J’ai demandé qu’on le rappelle aux ambassadeurs et, en ce qui concerne le temps durant lequel vous avez été notre représentant en France, vous remettrez dans la forme susdite à Juan de Ciriza, mon secrétaire d’État, toutes les lettres et autres papiers de votre ambassade qui seraient en votre possession, et [nous voulons] qu’en vertu de la présente tout soit bien restitué25.

  • 26 AGS, K, 1461, Cárdenas à Prada (1er juin 1609) ; AGS, K, 1479, f° 83a, López Floriano, secrétaire d (...)

23Cependant, ces mesures rappelées à plusieurs reprises ne s’appliqueraient-elles qu’aux archives royales, excluant donc les archives propres de l’ambassade ? Cárdenas en 1609, puis Mirabel en 1623, signalent au souverain que leurs prédécesseurs n’ont laissé aucun document à la résidence de l’ambassadeur26.

  • 27 AGS, K, 1467, f° 67, Cárdenas au roi (11 juillet 1612).
  • 28 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (8 juillet 1609).

24Mais le diplomate n’est pas un simple informateur du Conseil d’État de Madrid. Il est aussi un spécialiste et un pédagogue qui se doit de connaître les institutions françaises et leurs équivalents en Espagne pour expliquer aux conseillers d’État l’importance de tel ou tel point. En 1612 par exemple, Cárdenas explique le rôle de Puisieulx dans les rouages de la monarchie française27. À l’occasion de la publication d’un livre sur l’Église gallicane, ce même ambassadeur décrit l’organisation ecclésiastique de la monarchie française et les positions spécifiques prises par celle-ci sur l’autorité respective du concile et des papes28.

  • 29 AGS, K, 1453, le roi à Cárdenas (18 février 1614).
  • 30 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi (5 décembre 1614).

25Le Conseil d’État recourt donc à cet expert. Il lui demande ainsi quelles sont les lois relatives à la majorité du roi et s’il existe des lois permettant le prolongement de la régence de Marie de Médicis. Cárdenas répond en expliquant que la minorité de Louis XIII prend fin le 27 septembre 161429 et, quelques mois plus tard, il avise Madrid qu’il n’y a pas de nécessité pour le Roi Catholique d’envoyer un émissaire pour féliciter Louis XIII de cet événement30. Ce rôle pédagogique assuré par le diplomate est le fondement de toute décision. La correspondance diplomatique fourmille de ce type d’échanges. À leur lecture, on constate que certains ambassadeurs sont mieux formés ou plus précis : c’est le cas d’Íñigo de Cárdenas ou de Baltasar de Zúñiga. D’autres sont plus confus, moins ouverts à la réalité française, tels Monteleón ou Mirabel. Le diplomate représente en quelque sorte la mémoire nécessaire à toute décision de la Monarchie. Il se souvient des traités passés, des espions employés, des institutions, des clientèles qui structurent la couronne de France.

  • 31 AGS, K, 1426, f° 81, Conseil d’État du 10 janvier 1606 sur la lettre de Zúñiga datée du 25 décembre (...)

26Cette fonction d’information, bée à l’écoute et à la spécialisation, reste toujours cachée à la puissance accréditive, celle où réside le représentant : on ne divulgue ni ses relations ni ses documents. La mission officielle d’un diplomate reste de représenter la souveraineté de son roi afin de maintenir des relations cordiales avec une puissance avec laquelle un traité règle les rapports pacifiques. Mais tous les contemporains savent qu’en réalité un diplomate cache un espion. Ce rôle est même parfois officiellement avoué par les diplomates et reconnu par la puissance accréditive. Ainsi, pour expliquer la libération du secrétaire Bruneau, incarcéré après l’arrestation de Mérargues, Zúñiga avise le roi d’Espagne que les dirigeants français « lui concèdent qu’un ambassadeur peut écouter une proposition et en aviser son prince, et qu’ainsi il n’y a pas de trace de culpabilité de Bruneau31. » Les immunités dont jouissent les diplomates sont ainsi explicitement reconnues et étendues au personnel de l’ambassade.

Le personnel de l’ambassade

  • 32 Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo, éd. B. Barbiche. Publiant les lettres du no (...)

27Les ambassadeurs s’entourent d’une vaste maisonnée, comportant des serviteurs et des personnels plus spécialisés dans le travail administratif. Nos investigations ne nous ont pas permis de déterminer avec précision la composition de la suite des différents diplomates espagnols en France32. Si aucune dépêche ne fait allusion à la domesticité de l’ambassadeur, majordome, maître d’hôtel, échanson, valets de chambre, laquais, cocher, économe, cuisinier, confesseur, etc. demeurent cependant nécessaires au bon déroulement du service diplomatique. Les ambassadeurs du Roi Catholique se doivent de tenir leur rang. Leur fonction de représentation les oblige à l’ostentation. Suivant Marie de Médicis lors du voyage royal en Bretagne de l’été 1614, Cárdenas nous donne une indication – la seule dont nous disposions dans ce domaine pour la période étudiée – sur l’importance de sa suite, à l’occasion d’une demande de subsides qu’il adresse au Conseil d’État :

  • 33 AGS, K, 1469, f° 129, Cárdenas demande à Ciriza (8 juillet 1614) qu’on lui envoie de l’argent pour (...)

Les coûts augmentent avec le voyage qu’il [Cárdenas] fait avec la reine, parce qu’il a avec lui, entre les personnes et les montures, quatre-vingt-dix bouches [à nourrir] et qu’il doit briller, conformément à qui il appartient, et surtout que toute cette cour se rendra en sa maison33.

28Devoir de faste, nécessité de prestige, la présence d’une forte et puissante maison constitue une obligation inhérente à la charge des diplomates. Combien de confesseurs personnels de ces agents ont pris part aux délibérations ou aux réflexions menées à l’intérieur même des ambassades ? Dans les demeures des représentants du roi d’Espagne, le secret semble bien gardé. Il est impossible de savoir dans quelle mesure l’entourage de l’ambassadeur a participé aux prises de décision de celui-ci.

  • 34 AGS, K, 1417, f° 66, Conseil d’État du 6 mars 1635.

29Parfois, les serviteurs assurent des missions relevant de la politique. D’après le Conseil d’État, faute de courrier, Benavente a dépêché au moins deux fois un de ses laquais sur la route de Paris à Madrid34. Les domestiques servant à l’ambassade espagnole ne jouent pas de rôle visible dans la conduite de la diplomatie. Selon les sources étudiées, ils constituent simplement un des éléments de la vie quotidienne de l’ambassadeur et participent en acteurs passifs à la mise en scène de la représentation. Il en va différemment pour le personnel non domestique de l’ambassade. Traditionnellement, les divers secrétaires, courriers et traducteurs sont rattachés à la domesticité du diplomate. Mais leurs tâches ne sont pas « domestiques » et ne concernent pas le service matériel, mais plutôt le bon déroulement administratif et politique de la mission.

30Ce personnel des diverses ambassades espagnoles se compose principalement de secrétaires. Ceux-ci représentent 14 % des agents de la monarchie ibérique traitant des affaires françaises, mais seulement 2 % des informations et 3,4 % des actions respectivement sélectionnées dans nos deux fichiers « Informations » et « Actions » proviennent de leur correspondance. Nous avons déjà souligné le fait que ce sont seulement des plumes au service du diplomate et qu’ils n’apparaissent que très rarement sous leur nom.

  • 35 Baptiste Legrain, Décade de Henry le Grand, Paris, 1633, p. 780 ; Lettres d’Henri IV au comte de La (...)
  • 36 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi (5décembre 1614).

31En ce qui concerne l’Espagne, nous ignorons tout de l’origine et de la manière de recruter les secrétaires et autres personnels similaires. Il semble qu’ils accèdent rarement aux charges importantes après le secrétariat à l’ambassade, alors qu’en France, la plupart du temps, leurs pareils sont issus de grandes familles et occupent assez jeunes ces emplois, afin de se former au maniement des affaires. Ainsi, Villeroy fait entrer son filleul Nicolas L’Hoste au service de l’ambassadeur Antoine de Silly, comte de La Rochepot. Ce dernier place son neveu à ses côtés, comme le révèlent ses démêlés avec la justice castillane35. Enfin, c’est le fils de l’ambassadeur Barrault qui doit être envoyé en Espagne pour annoncer la majorité de Louis XIII à Philippe III et remettre lettres et bijoux à l’Infante36. L’ambassadeur n’a pas seulement la responsabilité de ses propres secrétaires, mais aussi celle du personnel de l’ambassadeur des Archiducs à Paris. Il est vrai que ceux-ci travaillent autant pour Albert et Isabelle que pour le représentant du Roi Catholique.

  • 37 AGS, K, 1466, f° 3, précis des comptes de Cárdenas, année 1612.
  • 38 AGS, K, 1461 (1er décembre 1608).

32Les secrétaires des ambassadeurs ont des charges variées. Le précis des comptes de Cárdenas pour l’année 1612 relève que la mission espagnole à Paris emploie un secrétaire d’ambassade (Jacques de Paris), et un secrétaire de langues (Fauste de Andesales)37 et, dans l’état des dépenses, il mentionne qu’Irarraga ne possédait que le titre de secrétaire. En 1608, dans une de ses missives, ce dernier signale la présence d’un secrétaire en écriture, Jean Rousselle38. Il y a donc vraisemblablement au moins deux secrétaires permanents auprès de l’ambassadeur, l’un chargé des langues, l’autre qualifié simplement de secrétaire, ou parfois de secrétaire d’ambassade ou de secrétaire de l’ambassadeur. L’existence d’un attaché pour les écritures paraît plus aléatoire car nous ne connaissons pas d’autre cas que celui de Jean Rousselle.

33Le secrétaire d’ambassade est en quelque sorte l’adjoint de l’ambassadeur. Les noms de Jacques Bruneau, Diego de Irarraga, Jacques de Paris, Diego Castañón, Antonio Navaz sont fréquemment évoqués dans la correspondance. Leurs rôles sont divers, et ils se présentent comme le double de l’ambassadeur, comme son « fusible » auprès des autorités accréditives. Souvent, aussi, ils forment un des maillons faibles de la diplomatie.

  • 39 AGS, K, 1607 (21 janvier 1606), selon l’avis, émis en Conseil d’État, du duc del Infantado.
  • 40 AGS, K, 1460, Baltasar de Zúñiga au roi (8 décembre 1605) ; MAE, CP Espagne, vol XII : « Dénis entr (...)
  • 41 On peut s’interroger sur le statut des secrétaires : appartiennent-ils il la domesticité des ambass (...)
  • 42 AGS, E, 2868, Baltasar de Zúñiga de Prague au roi (31 janvier 1610).
  • 43 AGS, K, 1453 (10 février 1612) : le roi écrit à Zúñiga qu’il a envoyé son secrétaire « Bruneo » aup (...)
  • 44 AGS, E, 2041 (17 mars 1621). Sur cette institution voir Mireille Jean, La chambre des comptes de Li (...)
  • 45 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 187, p. 61, (...)
  • 46 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 1595 : selon (...)
  • 47 R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 120 ; J. Alca (...)
  • 48 AGS, E, 2116 (21 août 1633) : départ de Bruneau pour Vienne.

34Bien qu’exceptionnelle, la carrière de Jacques Bruneau illustre l’importance du poste de secrétaire. Pendant l’ambassade de Tassis, la correspondance diplomatique le montre s’occupant des diverses affaires secrètes, alors que l’ambassadeur ne rencontre que très rarement ses informateurs français. S’il ne paraît pas avoir le titre officiel de secrétaire de l’ambassade (il a seulement celui de secrétaire de langues), il en occupe effectivement les fonctions39. Ainsi voyons-nous Bruneau (alias Hernando) traiter avec divers espions et transmettre à l’ambassadeur de nombreux renseignements. Cette activité secrète conduit d’ailleurs notre secrétaire dans les geôles françaises à la fin de l’année 1605, pris sur le fait par les autorités alors que le gentilhomme provençal Louis de Mérargues était en train de lui communiquer un projet de prise de Marseille par les Espagnols40. Cet incident ne nuit pas à la brillante carrière qu’entame Bruneau. En 1610, il continue à servir Zúñiga41, alors en poste auprès de l’Empereur. L’oncle d’Olivares entreprend à ce moment une démarche en sa faveur : il demande à Madrid d’accorder une gratification à Bruneau42 et rappelle que ce Flamand natif de Gand avait déjà été remarqué par l’archiduc Albert. Celui-ci en effet devait le récompenser en lui donnant une place d’auditeur de la chambre des comptes de Lille. En 1612, le même ambassadeur dépêche son secrétaire auprès de l’électeur de Cologne afin de préparer l’élection impériale. Bruneau devient ensuite secrétaire de l’ambassade d’Espagne à Londres43, où il reste au moins jusqu’en 1625. Son ascension dans le sillage de Zúñiga le conduit à demander la présidence de la chambre des comptes de Lille en 162144, office qu’il obtient à une date inconnue. Gratifié de la généreuse somme de trois mille ducats, on le trouve pourvu du titre de secrétaire du Conseil des Flandres à Madrid à partir de février 162245. En 1630, le Conseil d’État lui confie quatre cent mille écus pour obtenir de l’Empire la mise au ban des Hollandais46. On le retrouve en 1628 auprès de Wallenstein47 et en 1633 auprès de l’Empereur48.

  • 49 AGS, K, 1473, f° 134, Monteleón au roi (12 novembre 1617).
  • 50 AGS, K, 1473, f° 79, Monteleón à Ciriza (9 octobre 1618).

35Si cette carrière semble exceptionnelle, elle n’en témoigne pas moins du rôle important que peuvent jouer les secrétaires d’ambassade, véritables adjoints du représentant espagnol à l’étranger. Lorsque Monteleón, malade, ne peut suivre Louis XIII à Rouen, il décide d’envoyer à sa place son secrétaire de langues49. Ce même diplomate, se rendant à Bruxelles, demande au secrétaire d’État à Madrid que son adjoint soit autorisé à le rejoindre le plus rapidement50.

  • 51 AGS, K, 1439, f° 186, le roi à Mirabel (27 septembre 1629).
  • 52 AGS, K, 1467, f° 139, Cárdenas à Aróstegui (20 septembre 1612).

36L’ambassadeur peut donc se faire remplacer par son « bras droit ». À plusieurs reprises, quand les diplomates sont autorisés à se rendre momentanément en Espagne ou en Flandres, lorsqu’ils sont malades ou, plus simplement, quand Madrid a accordé son congé définitif à un ambassadeur résident, on confère au secrétaire le titre d’ambassadeur intérimaire. Dans la dernière éventualité, il reçoit des instructions particulières afin d’être accrédité auprès du Roi Très-Chrétien. Le cas se produit avec Diego de Irarraga, de 1606 à 1608, et avec Antonio Navaz, secrétaire de Mirabel. Navaz accompagne le roi de France en 1622, lors de ses pérégrinations militaires en Languedoc, puis, en 1628-1629, dans le Sud de la France et en Savoie, pendant que l’ambassadeur Mirabel reste à Paris51. Une fois que celui-ci a obtenu son congé, Navaz devient ambassadeur intérimaire auprès du roi de France. En 1612, las d’occuper le poste de Paris, Cárdenas envisage la possibilité de laisser la direction de la mission au secrétaire Diego Maldonado52.

37À l’occasion d’une de ces nominations temporaires, une délibération du Conseil d’État du 26 octobre 1629 indique que les secrétaires dépendent étroitement de l’administration de la Monarchie :

Le titre avec lequel il [Navaz] s’y rendra pourra être celui d’agent car, encore qu’il soit secrétaire de V. M., il n’a pas atteint davantage que le grade d’officier en second.

  • 53 AGS, K, 1437, f°114, le Conseil d’État du 16 octobre 1629, selon la remarque du père confesseur ; A (...)

38On assiste à une différenciation entre les secrétaires de première et deuxième classe, entre l’ambassadeur intérimaire et l’agent que l’on distingue nettement de l’ambassadeur ordinaire. La rémunération varie selon le grade. Dans le cas de Navaz, le Conseil d’État conclut : « Pour la même raison, qu’on lui donne un tiers de moins que la solde de Bruneau53. »

39Irarraga, Bruneau ou Navaz n’ont pas fait carrière dans l’ombre des diplomates qu’ils ont servis à Paris. La Monarchie les a toujours employés à des fonctions distinctes de la maison de l’ambassadeur. Ce constat amène à penser que les secrétaires n’appartiennent pas à la maison du diplomate et qu’ils font bien partie intégrante de l’administration diplomatique de la Couronne. Ce point important souligne l’organisation précoce de l’État des Habsbourg. En effet, tandis que la plupart des ambassades européennes se composent uniquement de diplomates non professionnels qui amènent avec eux leur « domesticité » – chargée aussi bien des affaires politiques et des questions de gestion que de celles de la vie quotidienne –, dans le cas espagnol, les secrétaires d’ambassade sont à la fois les plus proches collaborateurs de l’ambassadeur et en même temps des agents de l’administration royale.

  • 54 AGS, K, 1610, le Conseil d’État du 25 novembre 1614 sur les lettres de Cárdenas des 8 et 12 courant (...)

40On note parfois une certaine défiance de Madrid à l’égard des secrétaires, qui s’explique aisément quand on sait que ceux-ci traitent des dossiers sensibles. Le fait qu’ils possèdent le chiffre de la correspondance et qu’ils ouvrent et étudient les dépêches des représentants du roi d’Espagne en poste dans toute l’Europe explique certaines réserves du Conseil d’État54. Gagner un secrétaire d’une ambassade étrangère, c’est pour une puissance rivale obtenir la clé permettant de lire les décisions de l’adversaire. En effet, les diplomates espagnols ne correspondent pas seulement avec le gouvernement mais aussi avec les autres ambassadeurs et diverses autorités de la Monarchie (gouverneurs, responsables militaires, etc.). Un chiffre général protège l’ensemble de ces correspondances contre les regards indiscrets.

41Ainsi, les secrétaires d’ambassade se chargent des rencontres interdites aux diplomates et remplacent parfois ces derniers. Ce poste sensible est un objet de convoitise pour les diverses puissances. Les secrétaires sont un maillon indispensable de la politique étrangère de la Monarchie. Cependant, leur statut social les écarte le plus fréquemment des charges supérieures de représentation.

Ambassadeurs ordinaires et ambassadeurs extraordinaires

42L’étude des personnels de l’ambassade nous a amené à évoquer les besognes matérielles et, parfois, les basses œuvres de la diplomatie. La hiérarchie des représentants espagnols classifie les missions selon le grade et l’origine sociale des envoyés. Si un secrétaire peut devenir ambassadeur intérimaire et recevoir des instructions officielles du Roi, le Conseil d’État observe tout de même des différences de rang. Mirabel quittant son poste d’ambassadeur ordinaire en France, le gouvernement ne trouve pas de personnalité d’un rang semblable pour le remplacer immédiatement : la catégorie des ambassadeurs ordinaires et surtout extraordinaires se différencie par l’origine sociale de ses membres.

43Cette stratification est évoquée par Philippe IV en 1627 :

  • 55 AGS, K, 1445, f° 6, ordre du roi à Villela pour le Conseil d’État le 18 décembre 1627.

Que ce Conseil [d’État] me propose pour la France, les Flandres et l’Allemagne des personnes de toutes classes pour que je puisse choisir ce qui me paraîtra le meilleur. Ces personnes doivent être propres à remplir une ambassade extraordinaire comme celles qui ont lieu normalement, ou une ambassade particulière, dans laquelle je ne fais pas de différence avec l’extraordinaire – sauf que les ambassadeurs particuliers ne doivent pas précéder les ambassadeurs ordinaires mais plutôt les ordinaires précéder les particuliers et cela pour se donner la possibilité d’avoir plus de sujets de même grade en qualité dans l’une ou l’autre des ambassades. Le poste de l’ambassade particulière est destiné à des gens moins âgés, ces sujets y faisant leurs preuves sans pour autant les aventurer d’un coup, ce qui les place en position de supériorité face à l’expérience des ambassadeurs ordinaires. La troisième classe doit être composée de gentilshommes d’un grade de qualité égale [...]. Dans cette hiérarchie pourront servir toutes les professions, aussi bien des séculiers que des gens de robe ou des ecclésiastiques. On peut aussi proposer quelques sujets qui n’appartiennent pas aux hiérarchies précédentes et qui soient d’une qualité plus modeste55...

44Cette recherche d’un personnel de haut niveau pour gérer les relations internationales pose deux questions : d’une part, celle de la qualité de ces personnels et, d’autre part, celle des catégories de diplomates. La première impose clairement de rechercher des diplomates parmi les membres des couches socialement les plus élevées afin de les employer aux missions les plus importantes : ce sont les ambassadeurs extraordinaires. Quant à la seconde question, il y a dans ce texte une distinction qui fait apparaître une catégorie inconnue de diplomates : celle des ambassadeurs particuliers. Le profil de ces derniers est clairement défini : ils doivent être du même rang que les ambassadeurs extraordinaires mais d’un âge moindre, et, afin de leur permettre de se former aux affaires, ils ne doivent pas avoir la préséance sur les ambassadeurs ordinaires.

  • 56 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. III, pp. 256-257, signale que cet auditeur au Conseil des (...)
  • 57 AGS, K, 1445, Conseil d’État du 11 janvier 1628.

45Si nous connaissons cette dernière catégorie – celle des Mirabel, des Tassis et des Zúñiga – ainsi que celle des ambassadeurs extraordinaires – les ducs de Feria, de Pastrana, le marquis de Villafranca, etc. –, nous pouvons nous demander si le groupe des ambassadeurs particuliers n’a pas été créé en fonction des besoins de l’époque. Ainsi, en 1627, le traité de Madrid avait été conclu entre les deux couronnes de France et d’Espagne pour faire face à l’Angleterre. À la fin de cette même année, la crise italienne de Mantoue provoque une détérioration des relations entre les deux monarchies. Afin de relancer une alliance que désormais aucune des deux puissances ne désire réellement, Lorenzo Ramírez de Prado56 est nommé pour entamer des négociations avec Louis XIII. Sa mission débouche en juillet sur le traité de Groleau. Ramírez de Prado est officiellement membre du Conseil de Castille et auditeur au Conseil des Indes. Le texte royal qui lui assigne cette fonction lui octroie bien six mille ducats, le montant de la solde annuelle d’un ambassadeur ordinaire, mais le document précise qu’il n’aura pas le titre d’ambassadeur57.

46D’autres personnages se situent à la lisière de la diplomatie, possédant la fonction de représentant, d’agent, et même parfois des lettres de créance, mais sans se voir accorder le titre d’ambassadeur. C’est le cas des envoyés de Marie de Médicis et de Gaston d’Orléans : le comte de Maure, Du Fargis, Lingendes, Voiture ou Du Guay, qui sont reçus à Madrid en tant qu’émissaires de ces membres de la famille royale. Ils ne peuvent prétendre au cérémonial dû aux ambassadeurs. Le Roi Catholique va jusqu’à dépêcher des émissaires officiels auprès de ces princes, à condition que ces envoyés n’aspirent pas à s’intégrer à la hiérarchie diplomatique :

  • 58 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 631, doc. 190 (...)

L’abbé Scaglia a fait savoir qu’il désirait recevoir une commission du Roi pour le représenter auprès de Marie de Médicis [qui se trouvait alors en exil dans les Pays-Bas espagnols]. [L’infante] Isabelle doit lui demander des explications. La reine mère n’est pas souveraine d’un État ; ce serait donc chose extravagante et sans précédent de donner un titre d’ambassadeur ordinaire à quelqu’un accrédité auprès d’elle. Tout ce qu’on pourrait faire, c’est de lui donner une lettre de créance. L’Infante traitera la question avec Scaglia lui-même. Elle évitera tout ce qui pourra faire penser à l’intéressé que le Roi refuse de lui donner le titre d’ambassadeur. Bien au contraire, le Roi a en lui toute confiance58.

  • 59 Voir par exemple l’accueil chaleureux que reçut Du Fargis en 1632 à Madrid, qui s’apparente à celui (...)

47La doctrine est claire : le titre d’ambassadeur n’est accordé qu’aux représentants envoyés auprès d’une puissance souveraine. Ni Marie de Médicis, expulsée de France et dépossédée du pouvoir, ni Gaston d’Orléans, l’héritier exilé du trône, ne peuvent prétendre à accréditer ni à recevoir des ambassadeurs, bien que l’ordre de Philippe IV précédemment cité ménage ces princes et évite de les mécontenter59.

  • 60 B. Cottret, « Diplomatie et éthique de l’État ».
  • 61 Citée supra p. 130.

48Dans ce cadre, la définition de la diplomatie exercée par les ambassadeurs ordinaires et surtout extraordinaires s’éclaircit et se précise : c’est une activité noble au service de l’État, un moment du culte monarchique, une célébration de la puissance du prince qui les envoie60. Selon une expression de Cárdenas61, l’émissaire du Roi Catholique doit briller de la même manière que son souverain. Rompu à l’art de l’ostentation, de l’affirmation de la puissance de son mandataire, le diplomate se doit de maîtriser l’étiquette et le cérémonial et de savoir éviter de déroger tout en respectant les coutumes du pays qui l’accueille.

49L’ambassadeur extraordinaire illustre au plus haut niveau cette conception des relations internationales. Dans une note du Conseil d’État destinée au marquis d’Aytona, ambassadeur ordinaire auprès des Archiducs en 1630, l’ordre de préséance est clairement énoncé :

  • 62 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 534, doc. 162 (...)

Le marquis d’Aytona, dans une de ses lettres, apprend qu’il a cédé le pas et la première place à la chapelle au marquis de Mirabel, ambassadeur extraordinaire à Bruxelles, alors que lui-même n’est qu’ambassadeur ordinaire62.

50L’ambassadeur extraordinaire doit être le premier, refléter la puissance du souverain et donc avoir le pas sur tous les autres envoyés.

51Parmi les délégations dépêchées auprès du Roi Très-Chrétien par le Roi Catholique, nous avons relevé plusieurs ambassades extraordinaires. En 1603, tout d’abord, Juan Fernández de Velasco, duc de Frías et de Haro, connétable de Castille est chargé

  • 63 L. Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, pp. 193-196 (1er no (...)

[d’]aller où se trouvera le roi de France pour le visiter et confirmer l’amitié et les paix conclues entre les rois, et de là passer en Flandres pour y attendre les commissaires anglais qui doivent traiter des paix, ce qui est la tâche principale du Connétable63.

  • 64 M.-E. de fréville, Ambassade de don Pedre de Tolède en France et satire sur l’entrée de ce seigneur (...)
  • 65 AGS, K, 1608 : instructions pour l’ambassade extraordinaire du duc de Feria (1er juin 1610) ; AGS, (...)

52On connaît mieux l’ambassade de Pedro de Toledo, marquis de Villafranca, envoyé en 1608 auprès de Henri IV, lequel avait proposé indirectement une alliance familiale avec l’Espagne64. En 1610, Gómez de Figueroa y Córdoba, duc de Feria, est chargé de présenter ses condoléances à la régente à la suite de l’assassinat d’Henri IV et de féliciter le nouveau roi65. Enfin, l’une des plus fastueuses représentations diplomatiques entre les deux monarchies est, en 1612, celle de Rodrigo Gómez de Silva y Mendoza, duc de Pastrana à l’occasion de la conclusion des accords d’unions matrimoniales.

  • 66 AGS, K, 1665, instructions à Fernando Girón (18 août 1618).

53En août 1618, Fernando Girón reçoit des instructions à Paris pour remplacer Monteleón, l’agent permanent du Roi Catholique. À cet effet, le titre d’ambassadeur extraordinaire du Roi Catholique lui est conféré66, bien que sa mission ne se distingue en rien de celle d’un ambassadeur ordinaire. Cette distinction ne relève probablement que d’une stratégie de carrière personnelle et ce seul qualificatif d’« extraordinaire » a certainement déterminé Girón à occuper ce poste. C’est pourquoi, malgré son titre, nous l’avons étudié à la suite des autres ambassadeurs résidents et non parmi les envoyés extraordinaires.

  • 67 AGS, K, 1431, ffos 144 et 146, sur l’envoi de Sancho de Monroy y Zúñiga pour saluer le roi de Franc (...)
  • 68 AGS, K, 1444 contient la correspondance sur cette mission.
  • 69 AGS, K, 1415, ffos 36 et 39 ; AGS, K, 1424, f° 27, instructions du roi pour le marquis de Fuente de (...)

54Pour sa part, Sancho de Monroy y Zúñiga, marquis de Castañeda, est chargé de féliciter Louis XIII pour son action contre les huguenots lors du siège de Montauban en 162167, alors qu’en 1627 l’ambassade extraordinaire de Diego de Mexía, marquis de Leganés, revêt un caractère beaucoup plus politique puisque Mexía a pour mission de conclure l’alliance franco-espagnole contre l’Angleterre68. Doit-on classer la mission de Lorenzo Ramírez de Prado en 1628 parmi les ambassades extraordinaires, même si elle n’en possède pas la splendeur et relève des « ambassades particulières » ? En 1631, le marquis de Fuente del Torno se rend à Paris mandaté par son souverain dans un contexte encore plus défavorable, mais avec un but plus simple : féliciter Louis XIII de son rétablissement après l’épreuve de la maladie69. Ce responsable et son ambassade n’ont laissé que peu de traces.

  • 70 AG S, K, 1421 (année 1631), consulta de la junte sur les instructions pour l’ambassade de France ; (...)

55En mars 1632, l’ambassade extraordinaire de Gonzalo de Córdoba, gouverneur du Milanais (1626 à 1629), se déroule dans un mauvais climat. Sa mission, si elle n’est pas fortuite, paraît plus une étape dans son voyage vers le front allemand, dans le Palatinat, qu’une ouverture de négociations. Certes, à Paris, il discute avec Richelieu des possibilités de paix dans l’Empire et en Flandres, favorisé en cela par le nonce, mais il s’agit d’un dialogue de sourds70.

  • 71 R. de Courcel, « L’Hôtel des ambassadeurs extraordinaires à Paris », pp. 49-51.

56Ces délégations du Roi Catholique ne sont pas les uniques représentations envoyées en France. D’autres sont destinées à des buts particuliers : prêter un serment de paix71, comme en 1598, ou bien porter des présents à Anne d’Autriche, reine de France, mais elles ne revêtent pas l’aspect formel que possèdent les ambassades que l’on vient d’évoquer.

  • 72 La littérature sur les mariages montre l’importance accordée au faste monarchique,

57Ainsi, l’ambassade extraordinaire correspond à une mission déterminée dans le temps et limitée dans sa finalité. Afin de prêter un serment de paix, de conclure une alliance, de trouver des accommodements, de transmettre des félicitations ou des condoléances, un personnage, la plupart du temps de haute dignité, est désigné pour représenter le Roi Catholique. Certaines de ces ambassades extraordinaires ont pour but d’imposer la renommée du souverain et elles doivent briller aux yeux des contemporains à la mesure de l’image qu’il s’agit de transmettre à la postérité. L’apparat, le luxe et le cérémonial qui ont entouré la venue à Paris du connétable de Castille, de Pedro de Toledo, du duc de Feria ou du duc de Pastrana ont fait l’objet de nombreuses descriptions72. Cette magnificence ne va pas sans poser quelques problèmes d’ordre matériel :

  • 73 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 175, lettre d’Henri IV à (...)

Monsr de Beaumont [écrit Henri IV à son représentant à Madrid], le connétable de Castille ne doit arriver que demain à Bayonne ; sa suite est grande et pesante, estant portée sur mules de louage, tellement que ce sera tout ce qu’il pourra faire d’arriver à Paris le XVe du mois prochain, où il s’arrestera quelques jours, s’il est vray, comme il m’a esté escript, qu’il ayt charge de négocier avec moy73...

  • 74 AGS, K, 1665, ffos 26-27, instructions royales à Pedro de Toledo.

58Enfin, lors de la nomination d’une ambassade extraordinaire, des ordres sont donnés pour la coordination entre le représentant ordinaire et l’envoyé spécial du souverain. La mission la plus délicate à cet égard demeure celle de Pedro de Toledo, marquis de Villafranca, chargé à la fois d’arriver à un accord avec Henri IV sur les Provinces-Unies, avec lesquelles des négociations de paix ont déjà débuté, et de trouver un terrain d’alliance entre les Bourbons et les Habsbourg. L’aide de l’ambassadeur ordinaire, Cárdenas, doit lui permettre de percer les intentions du roi de France. La durée exceptionnelle de cette ambassade extraordinaire, de juillet 1608 à février 1609, témoigne de l’importance de la négociation74. On retrouve dans les instructions aux ambassadeurs extraordinaires des appels à la coordination entre les deux catégories de diplomates.

L’ambassadeur et la politique internationale espagnole : quelle autonomie politique ?

  • 75 AGS, K, 1465, f° 37, Cárdenas au roi (13 septembre 1611).
  • 76 Sur La Forcade, voir p. 611.

59Dans la direction des affaires politiques, les rapports entre le Conseil d’État et le représentant du roi à Paris dépendent de la personnalité du diplomate et du contexte local. Ainsi l’ambassadeur peut-il jouir d’une certaine autonomie que lui confère sa connaissance de la réalité du pays. En 1611, Cárdenas reçoit l’ordre de favoriser les demandes de remboursement des dettes que le roi de France a contractées à l’époque de la Ligue (deux cent mille ducats) auprès d’un Italien, le comte Giacomo Colaso. Dans sa réponse du 13 septembre, le diplomate explique qu’une telle réclamation auprès de la régente serait irréaliste, qu’elle compromettrait la politique de rapprochement entamée à la suite de la mort d’Henri IV et nuirait aux dispositions favorables à l’Espagne où se trouve Marie de Médicis75. Cárdenas se refuse alors à transmettre cette pétition au gouvernement français. Nous n’avons pas trouvé trace de la réaction du Conseil d’État à cette attitude ; il n’est pas exclu que Madrid se soit rallié à la position de son ambassadeur. Autre rebuffade essuyée par Madrid : lorsque dans l’affaire du traitement de La Forcade, l’agent français retourné76, le Conseil d’État, à la demande de l’espía mayor, veut imposer à Cárdenas comme intermédiaire Martín de Bustamente, un espion espagnol ayant une longue expérience du territoire français. L’ambassadeur s’oppose donc non seulement au Conseil d’État mais aussi au responsable de la Couronne pour les affaires secrètes et l’espionnage. Cette fermeté de Cárdenas ne nuit en rien à sa carrière, la réussite des mariages royaux franco-espagnols lui étant en partie attribuable...

  • 77 AGS, K, 1423, f° 14, rapport d’Olivares au roi (9 mars 1634) sur une dépêche de Benavente du 5 févr (...)
  • 78 AGS, K, 145-8, f° 184, le roi à Mirabel (4 novembre 1617).

60Si un diplomate peut refuser d’obéir au Conseil d’État, il arrive aussi qu’il fasse l’objet de réprimandes. Benavente, en 1654, et Mirabel, en 1627, en font l’expérience, le premier pour être incapable de se souvenir d’une clause du traité de Monzón contestée par Richelieu77, et le second pour n’avoir pas obéi à l’ordre de Madrid de rejoindre Louis XIII à La Rochelle78. Ces remontrances ne semblent pas porter à conséquence, et Mirabel continuera sans problème sa carrière diplomatique.

  • 79 AGS, K, 1473, ffos 177-178, Monteleón à Ciriza (décembre 1617) ; AGS, K, 1474, f° 3 (4 janvier 1618 (...)
  • 80 AGS, K, 1479, f° 52, Mirabel à Ciriza (18 janvier 1623), se plaint de l’insuffisance de lettres de (...)

61Il arrive aussi aux diplomates de déplorer les faiblesses de Madrid. Nous avons trouvé des remarques sur l’immobilisme et la lenteur de l’administration royale, émanant d’ambassadeurs qui ont fait l’objet de critiques : à deux reprises Monteleón manifeste son désarroi de ne pas obtenir de réponse du Conseil d’État79. Il ne s’agit pas ici seulement d’une mise en cause du gouvernement de Lerma, mais aussi de celui de Zúñiga et Olivares, car en 1623 Mirabel reproduit dans les mêmes termes les plaintes de Monteleón à Ciriza80.

  • 81 AGS, K, 1480, f° 84, Mirabel au roi (29 mars 1616).
  • 82 AGS, K, 1425, f° 20, envoi à Benavente (juillet 1634).

62La conduite de la politique à l’égard de la France ne se réduit pas aux seuls liens entre Madrid et son représentant à Paris. Les relations avec l’ensemble des gouverneurs et diplomates espagnols en Europe et dans les possessions de la Couronne donnent une dimension supplémentaire à l’activité diplomatique. L’ambassade de Paris se trouve en contact permanent avec les autres missions et dirigeants. Des lettres de Bruxelles, Milan, Turin, Londres, Naples... parviennent à l’ambassadeur à Paris. L’« internationale Habsbourg » assure un avantage certain à Madrid dans le domaine de l’information : les mouvements français sont épiés dans toute l’Europe par les agents espagnols et les informations sont transmises au représentant du Roi Catholique en France. Ces documents sont innombrables. À titre d’exemple, depuis Rome, le marquis d’Aytona informe son confrère Mirabel que le roi de France demande au Turc de prendre en Berbérie quinze mille hommes afin d’infester les côtes de la Péninsule81. De même, lorsque les protestants allemands se réunissent à Francfort en juin 1634, un agent envoie alors à Benavente le discours de Feuquières, représentant de Louis XIII, devant cette assemblée82.

63Grâce à ses nombreux postes répartis entre différentes zones géographiques, l’organisation du réseau diplomatique espagnol présente des atouts certains. L’étude de la correspondance des vice-rois de Naples et de Sicile, des ambassadeurs à Gênes, Turin, Venise et du gouverneur de Milan montre les efforts déployés pour conserver une zone qui leur semble être la clé de l’hégémonie espagnole : la Méditerranée. Pour Madrid, il s’agit véritablement d’un mare nostrum dont il faut chasser le Français.

  • 83 AGS, K, 1430, f° 60, année 1617.

64Si les communications fonctionnent bien dans ce domaine, le Roi Catholique se méfie pourtant des relations trop proches entre les agents de la Couronne à l’étranger. En cas de mauvaise interprétation des intentions de Madrid, les conséquences peuvent se répercuter en chaîne. Ainsi, le duc de Monteleón, de son propre chef, avertit l’ambassadeur à Londres, le comte de Gondomar, que le roi d’Angleterre s’apprête à soutenir les protestants français et il lui demande d’intervenir pour empêcher cette aide anglaise afin de soutenir Marie de Médicis et le gouvernement de Concini. Le Conseil d’État, apprenant cette décision, désavoue son représentant à Paris et, lors de la discussion en Conseil d’État, le duc del Infantado souligne qu’au contraire Gondomar doit « encourager et aider » les Anglais. Pour éviter de tels dysfonctionnements, il est demandé à Gondomar de ne rien entreprendre dorénavant sans en avertir auparavant Madrid83. Cette pratique de la correspondance entre les agents espagnols est appuyée par l’échange entre eux des copies des lettres qu’ils transmettent à Madrid. De là peut naître un danger pour le gouvernement, particulièrement pour le valido, dont la faction cristallise le mécontentement des autres groupes aristocratiques. N’oublions pas que dans les deux premières décennies du XVIIe siècle les agents en poste en Italie restent pour la plupart opposés à la politique de Lerma et qu’ils sont, comme on vient de le voir, en communication permanente.

  • 84 AGS, K, 1477, f° 172, Mirabel au roi (28 décembre 1620) : l’ambassadeur rappelle que le roi, dans u (...)

65Quel est le but de la décision royale84, signifiée à Mirabel en 1620, d’interdire aux représentants du Roi Catholique en poste hors d’Espagne de se communiquer les copies de leurs lettres respectives au Conseil d’État ? S’agit-il d’éviter certains impairs ou bien d’étouffer toute contestation ? Faut-il faire grand cas d’une interdiction qui, à peine signifiée à Mirabel, est transgressée par tous les agents de la Monarchie ? Il n’en demeure pas moins que la volonté d’éliminer de telles relations transversales relève d’un souci marqué de centralisation de l’administration castillane par le pouvoir madrilène.

66À la mesure de la formation des États monarchiques à l’époque baroque, la solidité et la pérennité des résolutions nécessitent une répétition infinie. L’administration au plus haut niveau tâtonne dans l’enchevêtrement des compétences, l’hétérogénéité des possessions et la lenteur des communications. La gestion quotidienne des affaires est noyée par l’immensité de la tâche à accomplir pour diriger cet empire démesuré.

67La difficulté de nommer des ambassadeurs illustre ce qui, de nos jours, apparaîtrait comme une carence majeure. En effet, le déroulement des ambassades laisse une grande part à l’improvisation, même si la codification d’un cérémonial et de modèles administratifs coexiste avec cette « désorganisation » des structures.

III. - Le déroulement de l’ambassade

Les nominations

68En 1598, au lendemain du traité de Vervins, la première tâche consiste à rétablir des relations bilatérales entre les deux couronnes. Pour cela il faut nommer un ambassadeur en France. Cette question politique prend aussi l’aspect d’une mesure administrative. Si la décision de 1598 apparaît importante, après cette date le problème de recrutement d’agents adéquats pour ce poste n’en devient pas moins ardu.

69Nous avons collecté une grande partie des réflexions du Conseil d’État concernant les personnels à nommer, les demandes de congé présentées par les diplomates et les annonces de nomination, afin de les classer par ordre chronologique. Il ne s’agit pas d’un travail exhaustif, mais simplement indicatif, certains diplomates en poste à Paris demandant plusieurs fois par mois au gouvernement l’autorisation de quitter leur poste. Le graphique 5 (voir p. 143), résultat de ce travail, prend en compte 109 occurrences. La répartition chronologique correspond au problème du renouvellement des diplomates. On peut remarquer que les occurrences concernant cette question se font plus rares après chaque nouvelle nomination : en 1598-1600, après la nomination de Tassis ; en 1604-1605, après celle de Zúñiga ; en 1608-1609, après celle de Cárdenas ; enfin, en 1616 et en 1621, après les nominations de Monteleón et de Mirabel respectivement. Les deux seules exceptions portent sur les ambassades de Girón (1618) et de Benavente (1632). Ce graphique met en évidence un deuxième fait, à savoir la préoccupation croissante dont ces questions font l’objet à mesure que l’on avance dans la période étudiée. À partir des années 1620, en effet, il semble de plus en plus difficile, soit de choisir un diplomate du Roi Catholique, soit de le maintenir dans le poste de Paris.

Graphique 5. – Chronologie des avis concernant la nomination des différents ambassadeurs espagnols en France (réalisé à partir de la base de données « Nominations »)

  • 85 AGS, K, 1451 (11 novembre 1600) ; AGS, K, 1452, ffos 120 et 121 (mars ou avril 1624).

70La durée des missions des ambassadeurs ordinaires demeure variable (voir graphique 6 p. 144). Girón ne reste que deux ans en France, alors qu’à l’opposé Mirabel y passe plus de dix ans. Toutefois, la durée des ambassades est fixée à trois ans. Dès mars 1624, on voit le marquis de Mirabel demander l’autorisation de rentrer en Espagne, car il a accompli les trois années réglementaires de service85, mais son congé ne lui sera accordé que huit années plus tard.

  • 86 AGS, K, 1665, instructions au marquis de Mirabel.
  • 87 AGS, K, 1593, avis du Conseil d’État du 31 janvier 1620.
  • 88 AG S, K, 1477, f° 122 (2 septembre 1620), sur les fonds demandés par Mirabel ; f° 126 : Mirabel écr (...)
  • 89 Selon une de ses lettres du 20 janvier 1607 (AGS, E, 1353, f° 23), Cárdenas apprend qu’il doit remp (...)

71S’il existe des normes dans ce domaine, la difficulté réside encore une fois dans leur application. Entre les décisions et leur mise en pratique, l’écart est toujours important. Ainsi, en avril 1619, Mirabel reçoit les instructions royales pour sa mission en France86. Le Conseil d’État du 31 janvier 1620 étudie les modalités de départ du nouvel ambassadeur, lequel souhaiterait différer son voyage87. Le 9 septembre 1620, le même Conseil enregistre une demande de fonds présentée par Mirabel pour financer son expédition en France. Enfin, nous le trouvons le 12 octobre 1620 à Irún, en route pour Bordeaux pour y rejoindre Louis XIII88. Entre la nomination et sa prise de poste effective, dix-huit mois se sont écoulés. Ce cas n’a rien d’exceptionnel ; au contraire, il semble bien correspondre à la règle générale89.

  • 90 AGS, K, 1665, le 28 décembre 1611.
  • 91 AGS, K, 1439, f°162, le roi d’Espagne au roi de France (14 mai 1629) : annonce de la nomination de (...)
  • 92 AGS, K, 1437, f° 100, lettre de la reine-infante à Olivares (2 août 1629).

72D’autres nominations illustrent ces contretemps et tâtonnements de Madrid. En 1611, le marquis de Bedmar reçoit un courrier du roi l’avisant qu’il est chargé de l’ambassade de France. La nouvelle est diffusée auprès du roi de France et des divers responsables espagnols hors de la Péninsule, mais Bedmar ne rejoint pas son poste90. En 1632, le marquis de Castañeda est nommé officiellement à Paris91, mais à l’annonce de cette nouvelle Anne d’Autriche demande à son frère de maintenir le marquis de Mirabel auprès d’elle92.

Graphique 6. – Durée des ambassades ordinaires. (L’intérim d’Irarraga, qui s’étend sur près de deux ans, a été pris en compte.)

  • 93 Fils de Philippe d’Angennes, Du Fargis épouse Madeleine Silly, fille du comte de la Rochepot, premi (...)

73Ces difficultés sont le lot de toutes les monarchies au début du XVIIe siècle. En France, Richelieu doit composer avec Du Fargis93, ambassadeur à Madrid de 1620 à 1630. Bien que le Cardinal désavoue à plusieurs reprises son représentant, il le laisse plusieurs années à ce poste pour des raisons de politique intérieure : en effet, Mme Du Fargis appartient à l’entourage de Marie de Médicis et Du Fargis est pour sa part un client de Gaston d’Orléans.

74Ainsi, les nominations des diplomates sont effectuées avec un empirisme caractéristique des relations politiques. Elles échappent souvent aux règles précédemment édictées, contredisent les résolutions passées. Elles contrastent avec les formes de la représentation monarchique que l’on concevait alors, faites d’apparat, soucieuses de la réputation du diplomate comme de son maître. La structure du cérémonial paraît à l’opposé de ces improvisations et contradictions dans l’art de gouverner.

Les instructions et les lettres de créance

  • 94 Le dossier AGS, K, 1665-contient les instructions royales à Ztiñiga (23 septembre 1603), Cárdenas ( (...)

75Une fois nommé, le représentant du Roi Catholique reçoit dans un délai plus ou moins long des instructions officielles94. Rédigés par le secrétariat d’État, ces documents ont une forme répétitive. Seul le contenu de certains points est modifié selon la conjoncture et les priorités politiques de la Couronne, la structure générale du document restant identique. Comportant entre douze et dix-sept points, les instructions officielles abordent les tâches que le nouvel arrivant à Paris doit affronter.

  • 95 C.de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 95.
  • 96 Sur le décret Gauna, voir ple chap. I n. 95.
  • 97 AGS, K, 1665 : « Haveys detener muy gran cuydado deyrpenetrando el estado de las cosas del dbo reyn (...)
  • 98 AGS, K, 1665 : point 8 de l’instruction de Zúñiga, point 10 de celle de Cárdenas, etc.

76L’ambassadeur doit d’abord se rendre le plus rapidement possible auprès du souverain français afin d’obtenir sa première audience, au cours de laquelle seront remises les lettres de créance et où une première prise de contact sera effectuée95. À chaque fois, il est précisé que le diplomate se rendra ensuite auprès de la reine pour lui transmettre les lettres que le Roi Catholique lui a particulièrement destinées. Souvent, le point suivant insiste longuement sur la transition entre l’ancien et le nouvel ambassadeur et sur leur nécessaire contact. Puis sont définis les buts commerciaux de l’ambassade, en relation avec les Pays-Bas et les Provinces-Unies. Par exemple, les objectifs assignés à Zúñiga portent sur la guerre commerciale entre la France et l’Espagne déclenchée à la suite des embargos que chacune des deux couronnes impose à l’autre, après l’établissement d’un droit de 30 % sur les marchandises (décret Gauna96). Dans l’instruction adressée à Cárdenas, l’interdiction de commercer avec les états rebelles est réitérée. L’aspect « renseignement » de la mission diplomatique est largement souligné dans toutes les instructions, et l’on retrouve fréquemment la phrase suivante : « Vous devez avoir grand soin de pénétrer l’état des choses de ce royaume97. » Le diplomate doit aussi défendre les intérêts de la Couronne, et ceux-ci comprennent la protection des régnicoles98.

77Les relations de l’ambassadeur du Roi Catholique à Paris avec celui des Archiducs montrent l’étroite correspondance qu’ils doivent entretenir :

  • 99 AGS, K, 1665 (avril 1619), instruction à Mirabel.

Vous devez correspondre dans les cas et les choses pour lesquels ils le demanderont avec le seigneur archiduc Albert et l’Infante, mes frère et sœur, comme avec mes vice-rois et gouverneurs en Italie, et avec les ambassadeurs que je possède et aurai à Rome, en Allemagne, en Flandres, en Angleterre, à Venise, à Gênes et avec les gouverneurs et vice-rois des frontières de mes royaumes, employant le chiffre que je vous donnerai pour les choses qui nécessitent le secret au cas où les lettres se perdraient99.

78Cet ordre insiste sur une prise en compte de l’ensemble des possessions de la Monarchie et sur la question de la protection des frontières de la Péninsule. Cela oblige à considérer les affaires du point de vue de l’ensemble des possessions de la Couronne et dans le cadre des rapports internationaux. Ainsi, les instructions n’oublient pas de mentionner l’attention que le diplomate doit accorder aux relations franco-anglaises.

79Enfin, les aspects matériels de la mission ne sont pas oubliés : les instructions comportent toujours deux articles évoquant les courriers et les états des dépenses de l’ambassade. Ceux-ci doivent faire l’objet d’un rapport financier signé de l’ambassadeur et destiné au roi, pour transmission au Conseil des Finances.

  • 100 AGS, K, 1665, f° 68 (1632), « Instruction a don Christobal de Benavente, en las cosas de la reyna m (...)

80Cette répétition formelle des ordres royaux aux diplomates varie légèrement selon le moment. Signalons particulièrement le cas de l’ambassade de Benavente. Celui-ci reçoit une instruction spéciale sur l’attitude à adopter envers le roi de France à propos des questions familiales100. Au même moment, on lui communique les propositions faites à l’Espagne par les envoyés de Gaston d’Orléans à Madrid ainsi que les réponses transmises à Monsieur.

  • 101 AGS, K, 1458 (14 août 1627).
  • 102 AGS, K, 1415, f° 102.

81Des instructions secrètes sont parfois jointes à ces instructions officielles, comme celles adressées par Philippe IV à Fadrique de Toledo, capitaine général de l’Armada del Mar Océano qui va porter secours au roi de France lors de la guerre contre La Rochelle et la flotte anglaise, qui indiquent les limites de l’aide à apporter101. Le Conseil d’État en envoie de semblables à Monteleón, le 5 octobre 1632, à propos des divisions familiales des Bourbons102.

82Ce côté caché de la diplomatie fait partie intégrante des activités de l’ambassadeur, mais le déroulement de sa mission ne doit pas laisser entrevoir les véritables intentions de son maître. Muni d’instructions, officielles ou secrètes, le représentant espagnol à Paris peut mener à bien son ambassade.

La réception, l’audience, les visites et la fin de la mission diplomatique

83Munis d’instructions officielles et accompagnés par les serviteurs de leur maison, les ambassadeurs ordinaires ou extraordinaires peuvent alors se rendre en France ; ils passent généralement par Burgos, Irún et Bordeaux pour aller rejoindre le Roi Très-Chrétien « là où il se trouve ». Cette expression souligne bien la mobilité de la cour de France : on ne sait jamais si elle réside à Fontainebleau, au Louvre ou en d’autres demeures royales, quand elle ne suit pas le roi pendant ses campagnes militaires.

  • 103 AGS, K, 1461, Irarraga au roi (24 juillet 1608).
  • 104 L. Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, pp. 193-190 (30 jui (...)

84Le diplomate, quand il a qualité d’ambassadeur extraordinaire, s’arrête à plusieurs dizaines de lieues de Paris et rencontre d’abord le représentant ordinaire du roi d’Espagne en France. Celui-ci le met au courant des affaires et des coutumes du pays. Ainsi, en juillet 1608, Irarraga rejoint le marquis de Villafranca à Orléans pour le conduire ensuite à Fontainebleau, où séjourne le roi103. Quant à Rodrigo Calderón, le « favori du favori » Lerma, de passage en France pour rejoindre les Pays-Bas espagnols, il est reçu dans tout le Royaume avec les plus grands égards104. L’arrivée d’une ambassade extraordinaire amène le roi de France à dépêcher la plus haute noblesse à la rencontre de l’envoyé avant que celui-ci ne fasse son entrée publique à Paris. Le cérémonial paraît plus simple pour les ambassadeurs résidents :

  • 105 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 99-100 ; voir AG (...)

D’ordinaire, le premier jour, l’ambassadeur arrive à Bourg-la-Reine, Saint-Denis ou un autre village près de Paris, où il fait halte. L’introducteur des ambassadeurs vient le trouver. Cet homme est toujours un des principaux nobles (encore que cet office soit vénal, comme beaucoup d’autres)105.

  • 106 R. de Courcel, « L’Hôtel des ambassadeurs extraordinaires à Paris », p. 66. Il faut attendre 1621 p (...)

85Après avoir fait son entrée publique dans la capitale, le diplomate rejoint soit l’ambassade espagnole, soit l’hôtel des ambassadeurs extraordinaires, à partir de 1621, selon la qualité de l’envoyé et la date de l’ambassade106.

86La première audience est l’occasion de présenter les lettres de créance au souverain et de le complimenter. L’ambassadeur extraordinaire est reçu au lendemain de son arrivée, surtout lorsque sa mission revêt un éclat particulier (comme celles de Toledo en 1608, de Feria en 1610 et de Pastrana en 1612). Cependant, les plaintes des représentants ordinaires sont nombreuses, car le roi de France tarde souvent à les recevoir. Ces lenteurs sont-elles le signe d’un mécontentement et de mauvaises relations entre les deux couronnes ?

  • 107 AGS, K, 1461 (21 avril 1609), il conclut ainsi sa lettre au secrétaire d’État Ciriza : « Un mes bas (...)
  • 108 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 189-190 : l’aute (...)
  • 109 AGS, K, 1481, f° 69, Ramírez de Prado au roi (15 juin 1628) : l’ambassadeur signale que cela fait d (...)
  • 110 MAE, CP Espagne, vol. XV, f° 13.

87En avril 1609, Cárdenas affirme qu’il attend depuis plus d’un mois son audience publique avec Henri IV107. En 1632, Benavente attribue les retards mis à le recevoir à la volonté française de pénétrer les buts de sa mission avant de lui donner audience108. Lorenzo Ramírez de Prado, accompagné de Mirabel, est forcé de patienter longuement avant de voir Louis XIII, avec lequel il doit négocier un renouvellement de l’alliance franco-espagnole contre l’Angleterre109. Ces atermoiements se répètent de l’autre côté de la frontière. Cousin de l’ambassadeur Du Fargis, le marquis de Rambouillet, Charles d’Angennes, affirme dans une dépêche de janvier 1627 que son parent a attendu trente-six jours avant d’être reçu par Philippe IV, mais il prévient que son cas n’est pas une exception car le nonce a dû patienter tout autant110.

88A l’occasion de son départ de France, Züñiga décrit au Conseil d’État espagnol le cérémonial de l’introduction des ambassadeurs auprès du roi à la cour de France. Il profite de cette relation pour montrer comment il a su réduire les prétentions anglaises à la préséance :

  • 111 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi (17 février 1606}.

Il y a ici une pièce dans le palais où le baron de Gondi, qui a pour office de recevoir les ambassadeurs, les entretient jusqu’à ce que le Roi soit disponible. J’arrivai hier dans cette pièce à l’heure que l’on m’avait fixée, et je trouvai le secrétaire de Gondi, qui me dit que son maître était avec le Roi pour le moment. L’ambassadeur d’Angleterre, Parri, qui a résidé ici ces derniers temps, venait pour prendre congé. Ceci me parut une innovation, car jamais on ne nous donne d’audience ensemble. Je restai à discuter un moment avec lui [...] et je lui affirmai que je voulais prendre congé de la princesse de Conti. Je sortis et marchai vers la chambre du Roi. Je trouvai à sa porte le maître des cérémonies qui fut étonné de me voir sans Gondi, mais il m’accompagna jusqu’à l’antichambre, où je restai un peu. Le maître des cérémonies transmit deux ou trois messages à Gondi, qui était encore avec le Roi [...]. Enfin, Gondi sortit et me fit entrer pour l’audience. Étant dans la galerie, où il y avait beaucoup de personnes importantes de cette cour, le Roi allait passer à moi quand Villeroy arriva et lui parla à l’oreille. Je ne pus entendre ce qu’il dit mais je suspecte qu’il lui raconta que l’ambassadeur d’Angleterre avait quitté le palais sans vouloir attendre l’audience, et que le roi devait tenter d’être bref avec moi, afin de tenter de donner quelque satisfaction à l’ambassadeur d’Angleterre111.

  • 112 AGS, K, 1467, f°142 (14 octobre 1612), Cárdenas au roi.

89La connaissance du palais et de ses coutumes est nécessaire dans le jeu des rapports de force diplomatiques. Faute de connaître ces pratiques, on se heurte à certaines difficultés, tel cet ambassadeur des Archiducs venu féliciter le Roi mais seulement porteur de lettres de créance destinées à la régente : l’audience lui fut refusée112.

  • 113 AGS, K, 1460 (13 juillet 1600).
  • 114 AGS, K, 1453 (6 juin 1612).
  • 115 L.càbrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, p. 477 (30 juin 1612 (...)
  • 116 AGS, K, 1438, f° 23, le Conseil d’État du 19 mars 1621 note que Mirabel est sorti de la cour de Fra (...)

90La forme même des audiences, et particulièrement de la première, est importante. Elle correspond à une volonté politique de marquer un mode de relations : lorsque Henri IV décide de retenir Tassis à sa table, il choisit d’entretenir un certain type de rapport avec le représentant espagnol113. De son côté, la puissance mandataire est sensible au traitement accordé à ses agents. Simplement de passage en France, le marquis de Spinola est autorisé à rester couvert devant le roi de France114, à l’instar de Rodrigo Calderón115. En revanche, si les formes ne sont pas respectées (présence de l’introducteur des ambassadeurs, audience dans la Galerie), le représentant espagnol proteste vivement, et parfois même refuse l’audience116.

  • 117 Sur cette affaire, voir chap. VII, pp. 317-319.
  • 118 AGS, K, 1460 (22 mars 1605).
  • 119 AGS, K, 1462, f°101, Cárdenas au roi (5 avril 1610).

91Les audiences ordinaires sont destinées à échanger des points de vue ou des informations ; ces échanges peuvent être fort courtois ou bien vivement polémiques. Ainsi, le 20 mars 1605, au cours d’un entretien entre Henri IV et Zúñiga, les reproches fusent de part et d’autre. Le roi accuse l’ambassadeur de duplicité à propos de l’affaire de la marquise de Verneuil117. Le diplomate nie en bloc toute collusion avec la maîtresse royale et les conjurés et riposte en dénonçant les infractions françaises à la paix de Vervins, illustrées selon lui par l’aide aux rebelles hollandais118. De même, des bruits de levées de gens d’armes par la monarchie française, au printemps 1610, déterminent Cárdenas à prendre les devants et à demander audience au roi119.

  • 120 AGS, K, 1612, f° 30.
  • 121 AGS, K, 1480, f° 57, Mirabel (8 décembre 1625).

92À l’inverse, au moment de l’arrestation de Condé pendant l’été 1616, Marie de Médicis a la délicatesse de prévenir Monteleón de sa décision120. Des événements plus heureux sont le prétexte à des audiences, par exemple pour féliciter le roi du rétablissement de sa santé ou pour recevoir les compliments à propos d’une nouvelle naissance dans la famille royale espagnole121.

  • 122 AGS, K, 1423, f° 62.

93La dernière audience, celle où l’ambassadeur demande par courtoisie – et donc par obligation – la permission royale de quitter le royaume, se déroule d’une façon semblable aux autres, sauf si le roi de France a décidé d’en modifier la conduite. Ainsi, le marquis de Villafranca en a été quitte pour rester quelques jours de plus en France, simplement pour « plaire » à Henri IV. En 1635, l’affaire est plus sérieuse ; la rupture des relations diplomatiques est proche et Louis XIII refuse d’accorder une dernière audience à l’ambassadeur espagnol en poste à Paris122.

94La diplomatie et les affaires d’État exigent une culture commune, celle que, plus en avant dans le siècle, on appellera la culture courtisane. La politesse constitue un des éléments essentiels de ce dispositif. Une lettre de Richelieu à Mirabel illustre ce trait commun aux hommes d’État. Bien que le Cardinal lui ait fait interdire de paraître à la Cour, l’ambassadeur espagnol – objet de l’aversion unanime des dirigeants français – envoie un compliment à Richelieu à l’occasion de son élévation à la dignité de duc et pair. En réponse, le ministre écrit à l’agent espagnol :

  • 123 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p (...)

Je ne tiens pas à peu de gloire qu’un ambassadeur d’Espagne, particulièrement le marquis de Mirabel, que j’estime beaucoup, ait voulu me tesmoigner par ses lettres prendre part à la satisfaction que je dois avoir des nouveaux tesmoignages que j’ay receus de la bonté d’un si grand roy123...

  • 124 Comme par exemple Antonio Pérez ; voir chap. VII pp. 435-436.
  • 125 AGS, K, 1476, f° 172, Girón au roi (23 décembre 1619).
  • 126 AGS, K, 1478, f° 24, Mirabel à Ciriza (26 janvier 1621). Notons qu’il n’existe pas en France d’équi (...)

95Si les audiences rythment le cours des missions, le travail quotidien de l’ambassadeur, moins visible, se fait en coordination avec les secrétaires d’ambassade. Il consiste à rechercher des informations, à protéger les sujets du Roi Catholique se trouvant en France et à surveiller certains d’entre eux124. De nombreux soldats des possessions Habsbourg demandent quelques subsides à la représentation espagnole afin de pouvoir retourner dans leur pays. Des malades viennent chercher des secours125, et, face au grand nombre de solliciteurs, Mirabel réclame à Madrid l’autorisation de recruter une personne chargée uniquement de la charité et de la protection des pauvres126. Comme l’indique une lettre de l’ambassadeur,

  • 127 AGS, K, 1431, f° 134, Conseil d’État sur la lettre du 26 février 1621 du marquis de Mirabel ; Marc (...)

De pauvres Espagnols se rendent très souvent à Paris pour se soigner du mal des écrouelles et pour le moment ils sont plus de quatre-vingts qui attendent depuis plus de sept mois qu’il [le roi de France] les touche. Ils sont dans le besoin [...]. Il en résulte de grands inconvénients pour la réputation de notre nation127...

96Madrid n’émet donc pas de jugement sur les pouvoirs thaumaturgiques du roi de France, et l’ambassadeur sert simplement ici de régulateur pour les « émigrés » espagnols.

  • 128 AGS, K, 1462, f° 139 (17 mai 1610) décrit la violente dispute avec l’ambassadeur de Venise.

97Les rencontres avec les autres membres du corps diplomatique à Paris tiennent une place importante. Les négociations internationales se font aussi par l’intermédiaire des diplomates. En 1607, l’ambassadeur français à Rome suggère au diplomate espagnol que son roi pourrait négocier des mariages entre les deux maisons. À Paris, le représentant espagnol rencontre les agents du souverain anglais, discute avec l’agent savoyard et entretient le plus souvent d’excellents rapports avec le nonce. De nombreuses lettres destinées au Conseil d’État relatent le contenu de ces rencontres. Seul le représentant de la Sérénissime semble être tenu en totale détestation. Les incidents entre l’agent du Roi Catholique et celui de la « concubine du Turc » émaillent la vie diplomatique parisienne, qu’il s’agisse des coups échangés entre les deux délégations le jour du couronnement de Marie de Médicis128 ou des marques de dédain qu’elles se prodiguent réciproquement.

IV. – La carriere

98Nous venons de passer en revue les principaux moments de la vie diplomatique, qui correspondent aux questions principales à aborder avec le roi de France ou à traiter dans le cadre de la gestion d’une mission. Cependant, d’autres informations – concernant les diplomates eux-mêmes, leur origine géographique et sociale, leur carrière avant et après l’ambassade en France et les relations avec les fonctions qu’ils occupent – éclairent d’un jour nouveau la conduite de la politique étrangère espagnole.

Origine géographique et sociale des diplomates

  • 129 Nous excluons de cette catégorie Diego de Irarraga, qui n’est qu’ambassadeur intérimaire et dont la (...)
  • 130 Nous nous inspirons de J. Rübsam, Johan Baptista von Taxis ; Biographie nationale, Bruxelles, 1926- (...)

99Si l’Espagne ne constitue qu’un élément du vaste empire espagnol, elle se trouve sur-représentée dans le personnel diplomatique du Roi Catholique. Parmi les sept ambassadeurs ordinaires129 envoyés à Paris, deux seulement n’ont pas de racines profondes dans la Péninsule. La famille de Tassis130 est originaire des environs de Bergame, dans le Nord de l’Italie. Serviteur de Charles Quint, son père occupait l’office de grand-maître des postes de tous les domaines de l’Empereur. Né en 1530, benjamin de six frères, notre ambassadeur a vécu dans le domaine bourguignon, où il a épousé Hélène de L’Espinée. À partir de 1564, Tassis entre directement au service de la monarchie des Habsbourg. Il participe en 1565 à l’expédition de Malte contre les Turcs. En 1568, on le trouve gestionnaire des fonds provenant de la confiscation des biens des rebelles flamands. Il commence alors sa carrière diplomatique. Envoyé vers 1570 auprès du duc de Clèves pour contrer l’action des protestants allemands, il obtient le gouvernement d’Utrecht puis se rend temporairement à Madrid. Lors de la révolution de 1576 à Bruxelles, il est emprisonné avec tout le Conseil d’État des Flandres. Sa fidélité à la Couronne le pousse à rejoindre l’armée de don Juan d’Autriche, qui en fait son majordome. La reconquête des Pays-Bas lui permet d’obtenir le titre de conseiller royal et l’office d’intendant général de l’armée espagnole. Mais en 1580, lors de la réconciliation entre les États des Pays-Bas, il est expulsé, comme tous les étrangers. Il est intéressant de noter qu’il est renvoyé non pas en tant que Castillan mais en tant qu’Italien. Ce ne sont pas ses fonctions auprès de Philippe II qui sont en cause mais son origine géographique. Il poursuit sa carrière diplomatique. Granvelle et Albe le soutiennent et, de 1581 à 1585, il occupe le poste d’ambassadeur auprès du Roi Très-Chrétien. Devenu inspecteur général de l’armée espagnole, il retrouve la France et soutient la Ligue catholique au nom de son roi. Il participe aux combats dans l’année du duc de Parme. Blessé à Corbeil, il se retire en 1594. En 1598, il est un des signataires de la paix de Vervins et en 1599 Philippe III le nomme ambassadeur ordinaire en France. Parcours typique du XVIe siècle ? Son cas confirme l’image d’une monarchie employant les meilleurs éléments de ses possessions hors d’Espagne et contredit la thèse d’une fermeture de l’Espagne sur elle-même ou d’un processus de « castillanisation ». Cependant, l’âge même de Tassis – soixante-dix ans en 1600 - n’invalide-t-il pas cette thèse d’une « internationale Habsbourg » ? Tassis ne serait-il pas, plus simplement, un vestige du passé impérial de l’Espagne ?

  • 131 AGS, K, 1472, f° 158.
  • 132 Ce premier duc de Monteleón est le seul non-Espagnol à être vice-roi de Naples (de 1530 à 1534).
  • 133 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 439 : note que Madrid à l’époque de sa vice-royauté p (...)

100Le second non-Espagnol parmi les diplomates envoyés à Paris est Héctor Pignatelli, cinquième duc de Monteleón. Cárdenas le qualifie de « naturel du royaume de Naples131 ». Son patronyme confirme cette origine. Il est issu des plus grandes familles d’Italie, les Pignatelli et les Colonna. Son titre de duc fut attribué par Charles Quint à son aïeul et homonyme Héctor Pignatelli lors de la lutte contre les Français dans le royaume de Naples, au début du XVIe siècle132. Ce diplomate paraît parfaitement intégré à la monarchie espagnole et atteste de la vigueur des liens entre la couronne d’Aragon et ses possessions italiennes. Vice-roi de Catalogne de 1603 à 1610133, il a épousé une Aragonaise, doña Juana de Aragon y Cortes, duchesse de Terranova, marquise de Valle de Guajaca et princesse de Castelbeltrán. À la différence de Tassis, Monteleón appartient à la haute aristocratie européenne et, par son mariage, à la grande noblesse espagnole.

101Les autres ambassadeurs sont tous Castillans (ils sont originaires d’Andalousie, de Galice, de Nouvelle-Castille ou de Vieille-Castille). Doit-on conclure que Madrid choisit en priorité ses diplomates parmi les régnicoles et exclut les autres nationalités ? Seul Tassis est vraiment étranger à la Péninsule, et il est le premier ambassadeur nommé en France.

  • 134 M. Sánchez, Dynasty, State and Diplomacy in the Spain of Philip III, pp. 147 sqq.
  • 135 A. López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España, t. II, ffos 129 et 295.
  • 136 L. de Salazar y Castro, Castilla, p. 69 : L’encomienda de Corral de Almaguer en 1603 valait 800.000 (...)
  • 137 Sur la famille Girón, voir A. López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de Españ (...)
  • 138 AHN, Órdenes Militares, Calatrava, Pruebas de Caballeros, exp. 2888 bis (Zúñiga y Avila, Antonio).
  • 139 A López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España, t. II, p. 443 le nomme ai (...)
  • 140 Marqués del Saltillo, « Don Cristóbal de Benavente y Benavides ».

102Les diplomates ont tous des origines aristocratiques. Le père de Tassis est chevalier de la Toison d’or. Zúñiga est le fils du quatrième comte de Monterrey134, le beau-frère du comte d’Olivares et l’oncle du valido de Philippe IV. Si Cárdenas est issu d’une branche cadette de la maison des comtes de la Puebla135, l’activité de son père laisse pourtant entrevoir de hautes fonctions à l’intérieur de la monarchie castillane : président du Conseil des Ordres, commandeur de Saint-Jacques136, le chef de famille appartient à un des rouages essentiels de l’administration espagnole sous Philippe II. Fernando Girón, marié à une Ponce de León, se rattache au lignage des Téllez Girón (les ducs d’Osuna et les marquis de Peñafiel) par une branche cadette apparue sous Philippe II137. Nous avons évoqué l’origine d’Héctor Pignatelli. Quant à celle d’Antonio de Toledo y Dávila, marquis de Mirabel, elle est liée à la puissante maison des Dávila138 et, par son mariage avec sa cousine Francesca de Zúñiga y Dávila, à celle des Zúñiga139 à laquelle appartient le valido arrivé au pouvoir en 1621. Le titre même de marquis de Mirabel lui est apporté par son épouse. Enfin, don Cristóbal de Benavente y Benavides appartient au lignage des Benavente et des Medinaceli, encore que sa famille soit issue de branches bâtardes de ces deux maisons140.

  • 141 J.-M. Constant, « Les partis nobiliaires et le développement de l’État moderne ». La noblesse secon (...)

103Nous avons donc affaire à des personnages tous issus des principaux lignages espagnols, où le chef de famille est presque toujours (sauf dans le cas de Tassis) un grand d’Espagne. À l’exception de Monteleón, il s’agit de cette « noblesse seconde141 » qui constitue l’ossature politique de la couronne espagnole. Les hauts postes de l’administration lui sont réservés. Elle évolue dans la mouvance des principaux lignages où l’ensemble de la famille protège les branches cadettes en même temps qu’elle y trouve son assise.

  • 142 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 334, doc 1061 (...)

104L’emploi des « cadets » correspond à une certaine vision de la société par les élites. Le roi lui-même comprend mal que l’on puisse employer des personnages de moindre importance dans des fonctions de représentation ou de négociation. Le 15 juin 1627, Philippe IV fait part de son « déplaisir » à sa tante, l’infante Isabelle, en apprenant qu’un simple peintre, Pierre-Paul Rubens, entame des pourparlers en Angleterre au nom d’un souverain de sa famille142.

105Une rapide comparaison entre les biographies des ambassadeurs ordinaires et extraordinaires permet de repérer cette différence « qualitative » qui distingue la noblesse seconde de la haute aristocratie. La qualification d’ambassade extraordinaire ayant pour but de marquer l’importance de la mission confiée, on envoie alors un émissaire d’un rang plus élevé. Pour négocier les mariages avec Henri IV, c’est à Pedro de Toledo que Philippe III confie la direction de la délégation. Le marquis de Villafranca est le petit-fils du célèbre Pedro de Toledo, vice-roi de Charles Quint, et l’arrière-petit-fils du duc d’Albe. D’autre part, le roi l’a élevé à la grandesse au début de son règne. La position de Pedro de Toledo contraste donc vivement avec celle d’Irarraga, l’ambassadeur intérimaire en poste à son arrivée à Paris. On rencontre une délégation de même niveau quand, en 1610, le duc de Feria est dépêché auprès de Marie de Médicis pour lui présenter les condoléances de l’Espagne à l’occasion de la mort d’Henri IV. Grand d’Espagne et chef de sa maison, Feria est tout désigné pour représenter le Roi Catholique. Tout aussi remarquable est le rang du duc de Pastrana : choisi en 1612 pour conclure les mariages franco-espagnols, Rodrigo Gómez de Silva y Mendoza, troisième duc de Pastrana, prince de Melito et marquis d’Algezilla, est fils du prince d’Éboli et petit-fils de Ruy Gómez.

  • 143 J. H. Elliott, Olivares, p. 49. Zúñiga, avant d’entreprendre une carrière diplomatique, était milit (...)

106Ainsi, à la différence des ambassadeurs extraordinaires, qui sont chefs de leur maison, les diplomates résidant à Paris appartiennent tous à de puissants lignages, mais ils n’en sont pas les aînés. Selon le schéma social qui prévaut dans la haute noblesse, ces cadets doivent faire leur carrière au service du roi143 ou de l’Église. Ils savent pouvoir compter sur l’appui de l’ensemble de leur famille pour assurer leur ascension. La destinée de ces diplomates nous en fournit plusieurs exemples.

Gratifications et promotions : vers l’établissement d’un cursus honorum

  • 144 Voir MAE, CP Espagne, vol. XII, f° 170,1609, lettre de Philippe III où sont notés les traitements d (...)

107L’ambassade espagnole à Paris occupe une place bien précise dans le classement dans l’échelle administrative et politique de la Couronne. La principale ambassade aux yeux de Madrid demeure celle de Rome. Le second rang de la hiérarchie est occupé par le représentant auprès de l’Empire. Le poste de Paris est plus important que celui de Londres, dans la mesure où Madrid attribue six mille ducats au premier contre seulement quatre mille au second. Cette préférence pour le poste d’ambassadeur auprès du Roi Très-Chrétien est illustrée par le fait que Benavente et Girón furent d’abord nommés en Angleterre avant d’obtenir le poste de Paris. Les représentations de Turin, de Venise, de Suisse, de Bruxelles et de Gênes se situent à l’arrière-plan. Les émoluments attribués aux envoyés dépendent toujours de l’importance de leur place. L’ambassadeur espagnol à Rome reçoit douze mille écus alors que son confrère de Paris ne perçoit que la moitié de cette somme, et ceux de Londres, de Gênes, de Turin et de Venise, seulement le quart144.

108L’examen du cursus suivi par chacun des diplomates à Paris reflète cette hiérarchie. Cárdenas et Benavente, avant d’occuper le poste auprès du Roi Très-Chrétien, ont été ambassadeurs à Venise, de 1603 à 1608 et de 1624 à 1630 respectivement. Pour remplacer Cárdenas, Alonso de La Cueva, marquis de Bedmar, est nommé en 1611 – mais en fait il n’occupera jamais cette fonction. Il reçoit ses instructions pour l’ambassade de Paris alors qu’il est en poste à Venise depuis 1608 (il y restera jusqu’en 1618). L’ambassade en France représente une promotion pour tous les diplomates qui y séjourneront, tels Zúñiga, à qui elle échoit après le poste de Bruxelles (1600-1604), ou Rodrigo de Ledesma, qui avait annoncé (à tort) sa nomination à tous ses proches alors qu’il était encore représentant du Roi Catholique à Turin. Seule la carrière de Monteleón présente une anomalie. En effet, avant de représenter l’Espagne auprès du Roi Très-Chrétien, le Duc avait occupé la vice-royauté de Catalogne. Sa nomination s’explique par la présence à la cour de France de l’infante Anne d’Autriche. L’attachement de Philippe III pour sa fille et la position spécifique de l’ambassadeur auprès de la reine de France expliquent le choix de Monteleón, ancien vice-roi et grand d’Espagne, pour occuper ce poste.

  • 145 En 1628, Mirabel devait être nommé ambassadeur auprès de l’Empereur à la place du marquis d’Aytona (...)
  • 146 Nous avons exclu Juan Bautista Tassis, qui se retire à la fin de sa vie.
  • 147 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 441.
  • 148 AGS, K, 1416, P 7 ; Mirabel participe au Conseil d’État au moins à partir du 21 mars 163 3 ; AGS, K (...)
  • 149 J. H. Elliott, Olivares, p. 158.
  • 150 AGS, K, 1480, ffos 131-133, Mirabel au roi (12 septembre 1626) : l’ambassadeur note que Monteleón a (...)
  • 151 L, de Salazar y Castro, Castilla, p. 305.

109À la suite de leur ambassade en France, les diplomates ne voient d’issue que dans les plus hautes responsabilités dans les Conseils royaux ou dans l’ambassade auprès du Saint-Empire (que Zúñiga occupe de 1608 à 1617)145. Les sept ambassadeurs espagnols qui se succèdent à Paris entre 1599 et 1635 ont tous obtenu une promotion à la fin de leur mission146. Zúñiga est promu à Vienne puis au Conseil d’État, dont il prend véritablement la direction et où il impose son neveu, le comte d’Olivares. En tout, quatre candidats feront leur entrée au Conseil d’État plus ou moins tardivement : Zúñiga (1617147), Mirabel (1633148), Girón (1622149) et Monteleón (1621150), et deux autres diplomates accéderont au Conseil de Guerre à Madrid (Tassis et Benavente). De plus, Mirabel et Cárdenas obtiennent l’office de grand majordome (mayordomo mayor) du roi, que le second cumule avec la charge de gentilhomme de bouche151.

110Les documents de la série Estado de Simancas nous montrent qu’après leur ambassade en France la plupart des anciens diplomates jouent un rôle particulièrement actif auprès du Conseil d’État Girón, Mirabel, Cárdenas et Zúñiga y font figure de spécialistes des affaires françaises, et bien souvent on y sollicite leur avis (pourtant, nous n’avons trouvé aucune trace de l’appartenance de Cárdenas au Conseil d’État).

111Ces importantes promotions sont à mettre en rapport, d’une part, avec la personnalité et l’origine familiale de ces personnages et, d’autre part, avec les frais qu’ils ont engagés pour le service du Roi Catholique. Les dépenses des diplomates ne sont pas couvertes, loin de là, par les traitements et gratifications (ayudas de costa) que distribuent (parcimonieusement) le Conseil d’État et le Conseil des Finances. Dans ses Advertencias, Benavente explique la raison pour laquelle on emploie des personnes fortunées :

  • 152 C.de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 219 (nous souligno (...)

Il convient que l’ambassadeur soit riche, parce que si les finances sont héritées des ancêtres, la bonne éducation les accompagne presque toujours ; si elles sont acquises, cela dénote l’industrie ; si elles sont bien dépensées, on découvre l’âme généreuse, et si elles sont pauvres, on ne pourra traiter avec autorité et ostentation, et facilement le prince entrera dans les soupçons que l’intérêt peut le faire changer de bord152.

112L’ambassadeur doit être prodigue avec ceux qu’il emploie, avec ses espions, avec ses gens, mais aussi dans ses manières de se comporter. L’ostentation est une obligation sociale et politique. Le rang nécessite l’argent, appelle la représentation, l’action de montrer, de dévoiler au regard de l’étranger la richesse incommensurable du souverain. Pour ces diverses raisons, les diplomates se doivent de bien servir et donc de bien dépenser.

113Ce service royal, s’il est prestigieux, est donc aussi ruineux pour les diplomates. Une lettre de Tassis illustre ces difficultés financières :

  • 153 AGS, K, 1602, Tassis à Idiáquez (28 avril 1599).

Enfin, je suis en route, encore en vérité avec beaucoup d’incommodité, mais tout cela passera si quelques secours ou acomptes financiers arrivent. Je ne sais pour quel moti on veut m’empêcher que je ne commence cela [mon service] depuis le jour où S. M. m’a nommé. Depuis, cependant, je ne peux rien faire sinon me ruiner en vendant ma maison et en cherchant par d’autres moyens de quoi recourir au service. Comme V. M. doit s’en souvenir, je suis un vieux serviteur [...] et je pense ne pas avoir démérité de V.M., ni du señor don Juan, ni de personne de Votre maison153.

  • 154 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, t. II, doc 1610, (...)

114La situation financière des autres ambassadeurs est tout aussi dramatique154 ; cependant Tassis est le seul à ne pas être issu de la haute aristocratie terrienne.

  • 155 Pour ces dotations, voir don L. de Salazar y Castro, Los comendadores ; Francisco Fernández Izquier (...)
  • 156 AGS, K, 1478, f° 92, note de chancellerie sur des sommes allouées à Mirabel à titre extraordinaire (...)
  • 157 Selon l’exp. 4112 du Conseil des Ordres de l’Archivo Histórico Nacional.

115Pour financer ses activités diplomatiques, la Monarchie gratifie ses agents avec les moyens à sa disposition, et en temps de difficultés financière et de banqueroutes successives, elle recourt principalement aux dotations en commanderies des ordres militaires. Depuis que, par l’intermédiaire du Conseil des Ordres, ceux-ci sont contrôlés directement par le monarque, ils servent à récompenser les serviteurs fidèles par l’octroi d’une commanderie (encomienda) à laquelle des revenus sont assignés. La majorité des ambassadeurs espagnols en France possèdent une ou plusieurs commanderies. La plupart sont commandeurs de l’ordre de Santiago : Zúñiga devient grand commandeur de León, Cárdenas possède la commanderie de Socobos, Tassis à la fin de sa carrière en possède au moins trois155. Benavente aussi bien que Monteleón appartiennent à cet ordre. En 1621, le marquis de Mirabel demande en guise de financement que son fils obtienne une commanderie valant trois mille ducats156. Trois de ces diplomates entrent dans l’ordre militaire de Calatrava, c’est-à-dire qu’ils jouissent des privilèges et prestiges afférents, et très certainement d’une commanderie. Mirabel est qualifié de commandeur de cet ordre, ainsi que Benavente, titulaire de la commanderie de Vallega ; le secrétaire Irarraga lui-même, qui a assuré l’intérim de l’ambassade de Paris, est récompensé par son introduction dans cet ordre157.

  • 158 AGS, K, 1615, f° 46, le roi à Cárdenas (6 janvier 1612).
  • 159 AGS, K, 1417, f° 38, Castrillo à Rozas (7 août 1654) ; voir aussi AGS, K, 1415, f° 73, Conseil d’Ét (...)
  • 160 AGS, Contaduría General, Buenas Cuentas, leg. 20 (1633). Les buenas cuentas sont les comptes non so (...)

116Parallèlement, il existe d’autres formes de gratification. La réussite des négociations des mariages franco-espagnols en 1611 conduit le roi à attribuer à Cárdenas une rente de deux mille ducats assignée en Lombardie158. En 1634, lorsque Benavente marie sa fille, le roi lui octroie une aide159. On permet au marquis de Mirabel l’achat d’un impôt royal, les alcabalas, dans le village de Valdemorillo, près de Ségovie, en remerciement de son ambassade160.

117Le roi dispense ainsi sa grâce, par des rétributions matérielles et symboliques. L’ensemble de la maison de l’ambassadeur se trouve ainsi associée à cette reconnaissance royale.

L’ambassadeur, un vieil homme malade ?

118Le service du roi est une nécessité et une obligation pour la noblesse. Pour les cadets, il est le seul moyen d’accéder à des postes importants et d’améliorer leur situation sociale. Les inconvénients demeurent pourtant nombreux. L’un des principaux est la dépense pour entretenir l’ambassade et maintenir le rang du souverain à l’étranger. Doit-on y voir l’explication des nombreuses demandes de congé que formulent les ambassadeurs successifs ? Nous n’avons pas rencontré un seul dossier ne sollicitant pas l’autorisation de quitter le poste de Paris, pas un seul diplomate qui n’exprime ce souhait.

119Sans prétendre être exhaustif, nous avons répertorié quelques-unes de ces demandes, le nom de leurs auteurs et la date de leur formulation. Le graphique 7 (voir p. 159) donne quelques indications sur la chronologie de ces requêtes adressées au Conseil d’État.

120D’après notre relevé, c’est vers la fin de la mission des diplomates que ces demandes apparaissent : 1600-1602, 1606, 1611-1612, 1617-1619, 1622-1628 et 1635. Malgré leur durée théorique de trois années, les ambassades se prolongent bien plus longtemps (voir graphique 6 p. 144). Face à l’obligation de dépense qui est la leur, les diplomates souhaitent quitter leur poste le plus rapidement possible afin d’obtenir une promotion et de gravir les échelons du cursus honorum. De son côté, le Conseil d’État tente de les maintenir le plus longtemps possible dans la même charge.

Graphique 7. – Répartition chronologique des demandes de congé présentées par les diplomates espagnols en poste à Paris

121En 1623, lors d’une réunion du Conseil d’État destinée à étudier la demande présentée par Mirabel, qui souhaite quitter son poste, le cardinal de Zapata confirme cet état de choses, considérant comme un

très grand inconvénient que les ambassadeurs, qui coûtent tant à V. M. en gratifications [mercedes] qu’ils reçoivent quand ils se rendent à leur poste, veuillent revenir si rapidement. Ainsi il lui [au cardinal Zapata] semble que l’on ne peut pas autoriser le Marquis à rentrer à moins de lui suspendre les avantages obtenus.

122Et le marquis de Montesclaros ajoute :

  • 161 AGS, K, 1452, f° 84, Conseil d’État du 10 août 1623.

Le marquis de Mirabel mérite bien que V.M. lui octroie des gratifications, mais changer si rapidement reste très coûteux pour V. M. ; les récompenses qu’a reçues le marquis de Mirabel pour aller en France sont très importantes et personne ne voudra prendre ce poste sans recevoir les mêmes161.

123De cette opposition de points de vue entre le diplomate et le Conseil d’État, et des lettres échangées à cette occasion, il ressort que l’ambassadeur est valétudinaire et que la Monarchie ne dispose pas d’un vivier suffisant d’hommes de premier plan pour accomplir cette fonction de représentation.

  • 162 Demandes de départ présentées par Tassis : AGS, K, 1603 (22 août 1600) ; AGS, K, 1604 (6 novembre 1 (...)

124Pour justifier leurs demandes de congé définitif, les ambassadeurs allèguent le plus souvent leur mauvaise santé. Tassis, Cárdenas, Girón et Monteleón se disent malades et prétendent ne plus être en état de pouvoir remplir leurs fonctions162. Monteleón ajoute :

  • 163 AGS, K, 1613, Monteleón au roi (12 novembre 1617).

Bien avant de venir en France, diverses personnes qui connaissaient la qualité de ce climat, à l’opposé de celui de la terre où je naquis et de ma complexion naturelle, m’avertirent que je mettais en grave danger ma vie en venant vivre dans ces airs, et plus spécialement dans celui de Paris, Cependant, aucune de ces considérations d’intérêt particulier ne fut suffisante pour ne pas accourir à ce que V. M. avait ordonné, et ce, avec la promptitude du courage, comme on l’a vu. Je ne me suis même pas prévalu à Burgos de la maladie que j’eus au moment de partir. Encore que, depuis que je suis entré dans ces royaumes [en France], j’ai expérimenté ce qu’on m’avait dit, de sorte qu’à peine avais-je recouvré la santé que mes anciennes faiblesses augmentèrent. D’autres, plus pesantes, se font chaque jour plus graves. Les médecins me dirent que si je continuais cette vie je ne pourrais résister163...

125Le Napolitain Monteleón est donc victime du climat particulier de la France, et singulièrement du mauvais air de Paris. Après cette demande de congé, il devra cependant patienter plus d’un an avant de retrouver l’air sain des péninsules.

126Quelle est la part de la rhétorique dans ces discours ? Il est indubitable, en tout cas, que les diplomates font leur possible pour quitter un poste qui grève lourdement leur patrimoine et qu’ils essaient à tout moment de partir de Paris pour accélérer leur promotion à l’intérieur de l’administration monarchique.

  • 164 AGS, K, 1451, f° 141, le roi d’Espagne à Henri IV (14 janvier 1606).

127Parmi les arguments avancés pour obtenir l’autorisation de quitter la France, les problèmes familiaux reviennent souvent. Zúñiga obtient ainsi un congé de deux mois pour assister à un procès au sein de sa maison164. Pour sa part, Benavente rappelle à Olivares l’atroce situation dans laquelle il se trouve à la fin de l’année 1632 :

  • 165 AGS, K, 1415, f° 120, Madrid, Benavente à Olivares (16 novembre 1632).

Señor, ce que j’ai souffert de la peste [à Venise], ce que j’ai dépensé en entretenant trois maisons, il m’en coûta seize mille ducats de sauver ma femme et mes enfants, les envoyant seuls avec mille dangers [...] ; les Turcs m’emportèrent argent et vêtements, tout cela me rend inutile au service ; j’ai fait remarquer à V. E. que je n’ai pas de ressources, que j’ai dépensé la dot de mon épouse165...

128À travers les analyses développées et les arguments avancés par les diplomates, la famille apparaît donc comme un prétexte et un paravent couvrant des prétentions particulières, même si la place assignée à l’épouse et à la famille dépasse le cadre de ces simples récriminations.

V. - La place des femmes

129La diplomatie du XVIIe siècle, à l’image de la société du temps, réserve une place limitée aux femmes. Aucun de nos diplomates n’appartient au sexe féminin. Bien qu’Alexandre Dumas ait popularisé l’image de la femme espionne et diplomate avec lady Carlisle, nous ne trouvons que bien peu de traces féminines dans ce qui reste une histoire d’hommes, et singulièrement dans le domaine des relations diplomatiques.

130En France, où les femmes sont exclues de la succession à la couronne – comme l’illustre le refus opposé aux prétentions des Habsbourg à la fin du XVIe siècle –, les filles restent un moyen d’influence et d’échange sur le marché matrimonial. On rencontre la même situation en Espagne, où cependant elles peuvent accéder au trône de Castille. Si les femmes tentent de pérenniser, par l’empire qu’elles exercent sur le monde privé, à l’intérieur de l’ordre des familles, les traditions et la reproduction du lignage, deux régences féminines, celles de Marie de Médicis et d’Anne d’Autriche, viennent troubler l’ordre masculin et brisent ce monopole des hommes en matière de direction des affaires. Au cours de la période étudiée, la présence de la reine mère, l’importance de Léonora Galigaï, la place éminente d’Anne d’Autriche et, dans une moindre mesure, de la marquise de Verneuil et de la princesse de Condé, soulignent cette intrusion de l’élément féminin dans les questions bilatérales.

  • 166 AGS, K, 1471, f° 149, Monteleón au roi (24 juin 1616).

131Les ambassadeurs espagnols jugent le gouvernement de la régence en prenant en compte les souhaits de Marie de Médicis : si on trouve la reine mère bien intentionnée envers l’Espagne, c’est parce qu’il est connu qu’elle désire vivement pour ses enfants un mariage à la hauteur de ses espérances et qu’elle vise une alliance avec la plus puissante couronne européenne, celle du Roi Catholique. Plus tard, Monteleón juge la régente « capable d’entendement, mais elle a besoin de bons conseillers car c’est une femme166 ». Quant à la Galigaï, Cárdenas se refuse à la pensionner, ce qui serait trop onéreux pour les finances espagnoles, mais il lui offre des cadeaux, gants de cuirs, pastilles pour parfumer l’haleine, sacs... À travers la favorite de Marie de Médicis, on tente de gagner le mari, le maréchal d’Ancre, afin d’asseoir une emprise sur le gouvernement. Cette politique ne dure que le temps de Concini. Ensuite, les diplomates n’accordent de place à l’élément féminin qu’en relation avec la grande affaire de Philippe III, à savoir la situation de sa fille aînée, la reine de France, Anne d’Autriche.

132Les dispositions des contrats des mariages franco-espagnols permettent aux deux reines de disposer de plus d’influence. Les épouses de Louis XIII et de Philippe IV s’entourent d’une camarilla de compatriotes composée de dames et demoiselles d’honneur, de femmes de chambre, d’un médecin, de confesseurs, d’aumôniers et de domestiques destinés à leur service. De plus, ces contrats accordent la liberté d’accès à la reine pour l’ambassadeur de France à Madrid et pour l’agent espagnol à Paris, avec le titre de majordome de la maison de la reine.

  • 167 AGS, K, 1431, f° 8, Conseil d’État du 10 février 1618.
  • 168 AGS, K, 1431, f° 23 (6 novembre 1618).

133Le rôle des épouses des diplomates est en étroite relation avec l’attention portée par les deux monarques aux souveraines. En 1618, alors que le Conseil d’État recherche des candidats au poste de Paris, trois noms sont proposés : le comte d’Olivares, le marquis de Montesclaros et le comte d’Aguilar. On souligne l’avantage que possèdent les deux premiers : ils sont mariés et pourront plus facilement, par l’intermédiaire de leur femme, être en contact avec la reine Anne d’Autriche167. Un mois plus tard, Girón prévient Madrid que les Espagnoles de l’entourage de la reine ont reçu l’ordre de quitter la France. Le Conseil d’État propose alors que Gondomar vienne à Paris avec sa femme pour suppléer à ces départs168.

  • 169 AGS, K, 1593, avis du Conseil d’État sur le départ de Mirabel pour la France (31 janvier 1620).
  • 170 AGS, K, 1459, f°186, le roi à Mirabel (27 septembre 1629).

134Dans quelle mesure la nomination du marquis de Mirabel s’explique-t-elle par l’emploi possible de son épouse auprès de la reine de France169 ? En effet, la Marquise est la seule femme de diplomate mentionnée dans la documentation que nous avons dépouillée. En septembre 1629, le Conseil d’État lui confie même les affaires de l’ambassade lorsque son mari doit momentanément quitter la France pour les Flandres. Mme de Mirabel doit être assistée du secrétaire Antonio Navaz, ou d’une quelconque autre personne (c’est-à-dire d’un homme), pour diriger l’ambassade170. On trouve dans le dossier K. 1481 plusieurs lettres de l’épouse du diplomate, écrites entre novembre et décembre 1629. Cette situation semble exceptionnelle et ne se reproduit pas par la suite. Peut-on invoquer les illustres origines de la Marquise pour expliquer cette rare confiance placée dans une femme ?

135La place politique des femmes se réduit donc ici aux seules fonctions d’épouse (d’un diplomate, d’un monarque ou d’un grand aristocrate), à la situation de régente et à celle de maîtresse d’un roi. Dans son ouvrage sur la diplomatie, Cristóbal de Benavente y Benavides approuve la participation des femmes, qu’il estime utile :

Entre les princes du même sang, aucune personne n’est mieux placée qu’elles pour confirmer les volontés, et elles sont encore plus capables si elles sont mères, filles ou épouses.

136Bien que reconnaissant ce rôle familial, l’auteur demeure plus circonspect quant à l’emploi de l’épouse de l’ambassadeur en terre étrangère :

  • 171 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 120 et 224.

Je laisserais au prudent jugement de l’ambassadeur le soin de savoir s’il a une femme capable, s’il peut lui communiquer ses pensées les plus précieuses et secrètes, la tenant alors pour conseillère ou compagne dans un office si dangereux comme celui d’ambassadeur. Il y a eu beaucoup de femmes, et il y en a encore beaucoup, très capables de secret et de prudence virile171.

  • 172 Carreau : on sait que, dans la France de l’Ancien Régime, ce mot désignait le coussin, également ut (...)
  • 173 AGS, K, 1611, Conseil d’État du 24 décembre 1624 sur une lettre de Monteleón du 11 courant.
  • 174 AGS, K, 1454, f° 78, le roi à Monteleón (12 janvier 1616) ; AGS, K, 1477, f° 148, Mirabel au roi (1 (...)

137Cette position de dépendance envers le mari-diplomate est inscrite dans le cérémonial. Ainsi, la question de savoir si l’épouse de l’ambassadeur de France à Madrid a droit ou non à un carreau172 est débattue pendant plusieurs années et occupe de nombreuses lettres de la correspondance diplomatique. Du point de vue du cérémonial, l’enjeu est considérable, car ce carreau est un honneur réservé aux épouses des grands d’Espagne173. Or, en France, on a accepté d’accorder à l’épouse de l’ambassadeur espagnol un tabouret pour s’asseoir lors des audiences ou en présence de la reine, mais la condition posée est que l’Espagne accepte la réciproque, et donc le fameux carreau. Prétention inacceptable, qui envenime les rapports entre les deux174

  • 175 La comtesse de la Torre, Inés Henríquez y Sandoval, était la cousine du duc de Lerma.
  • 176 Marie de Rohan-Montbazon, épouse de Luynes, se remarie en 1622 avec Claude de Lorraine, duc de Chev (...)
  • 177 AGS, K, 1471, f° 85 (11 avril 1616), Montelcón au duc de Lerma, sur le fiait que la duchesse de Luy (...)
  • 178 AGS, K, 1471, f° 65, Monteleón à Lerma (1er mars 1616),

138La composition de la maison des reines constitue aussi un enjeu pour les factions des deux Cours en même temps qu’un domaine de luttes d’influences entre les deux monarchies. Outre la liberté d’accès aux appartements des reines pour les épouses des ambassadeurs, les contrats de mariage stipulent que les princesses échangées en 1615 seront accompagnées de leur suite. Durant les deux premières années, la comtesse de la Torre dirige la maison d’Anne d’Autriche175, alors qu’en Espagne ce rôle auprès de la reine est dévolu à Mme de Lannoy. Les sentiments xénophobes, fort vifs de part et d’autre des Pyrénées, et les convoitises des différentes factions, désireuses de s’adjuger les charges de la maison des reines, détériorent rapidement les relations et remettent en cause la composition de ces suites. Les deux monarchies comptaient bien trouver des appuis dans l’entourage des reines. Ainsi, en janvier 1616, on pense placer un secrétaire espagnol compétent auprès de la comtesse de la Torre et le Conseil réfléchit sur l’opportunité de lui attribuer un chiffre pour correspondre. En effet, le rôle de la Comtesse, qui est en relations avec l’ambassadeur, fait d’elle la principale informatrice auprès d’Anne d’Autriche. Cependant, en mars 1616, les premières plaintes apparaissent lorsque l’épouse de Luynes176 est placée auprès de la reine177 et supplante l’Espagnole, tandis que pour leur part les Français protestent du peu de liberté accordée à l’épouse du prince Philippe178.

  • 179 Cl. Dulong, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, p. 34, attribue à Luynes d’avoir obtenu le départ d (...)

139Pendant les années 1616-1617, Madrid et son ambassadeur entretiennent une correspondance avec des Espagnols de la suite de la reine de France. Il faut attendre la chute de Lerma, à la fin de 1618, pour que Louis XIII expulse la comtesse de la Torre. La convoitise de Luynes pour accaparer les charges de la maison de la reine joue d’ailleurs un rôle important dans cette décision179.

140Dans les relations internationales, et singulièrement dans les relations francoespagnoles, les femmes peuvent jouer un rôle significatif seulement dans le cadre de la maison de la reine ou comme épouses d’un diplomate. En plus de leur situation officielle, elles peuvent remplir une fonction d’agent de renseignements, mais celle-ci demeure réduite.

141Au début du XVIIe siècle, la Monarchie Catholique est dotée d’un réseau diplomatique exceptionnel L’organisation des ambassades correspond à des catégories déterminées. Des « classes » de secrétaires et de diplomates introduisent une hiérarchisation administrative à l’intérieur du service royal. Ces « bras droits » des ambassadeurs n’appartiennent pas toujours à leur patron, mais travaillent directement pour la Monarchie, dont ils constituent un des maillons. Des méthodes éprouvées sont employées pour la transmission des informations. Archives, instructions, correspondances, obéissent à des règles édictées depuis Madrid, toutes choses qu’ignore la monarchie française à cette époque. Sur la base de cette organisation complexe, les diplomates peuvent mener à bien la mission de représenter leur souverain à l’étranger.

Notes

1 Ce graphique synthétise les informations de la base de données sur le personnel espagnol intervenant dans les affaires françaises ; sur ce fichier « Personnels espagnols », voir l’annexe I, p. 556-559.

2 Juan de Alarcón, Martín de Axpe, Juan Pablo Bonet, Pedro Quintana et Juan Torres.

3 Le graphique 2 est construit à partir des corrélations entre les fichiers « Personnels espagnols » et « Renseignements », dont la condition de jointure est de posséder le même code de personnel. Voir annexe I : « Aperçus méthodologiques » (pp. 556).

4 Cette conception de l’ambassadeur est partagée par toutes les époques : « On appelle un ambassadeur un honorable espion », écrit François de Callières, De la manière de négocier avec les souverains. De l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyés et des qualités nécessaires pour réussir dans ces emplois, Paris, 1716, p. 46, cité par L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, p. 116 ; Benavente fait écho à cette formule en soulignant que « los principes tienen por negocios tan asentado, que los mejores espías son los embajadores », C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 457.

5 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 630 : «Uno de los pricipales cuidados del secretario es escrivir con todos los correos ordinarios i extraordinarios a todos los embaxadores i ministros de su principe.»

6 Sur Jacques Bruneau, voir au présent chapitre, pp. 132-133.

7 AGS, K, 1605, f° 339 (20 janvier 1602).

8 Suivant la même méthode de construction que pour le graphique 2, nous avons croisé la base de données des actions espagnoles avec celle du personnel. Dans notre fichier « Actions », nous avons retenu les documents concernant : la désinformation, la corruption, les interceptions, les opérations et les projets d’action. Parmi les 190 occurrences de ce fichier, il est difficile de toujours discerner chaque action précise car certaines se recoupent, et des projets peuvent converger. Nous avons donc choisi de sélectionner chaque lettre ayant trait à ces différents domaines.

9 AGS, E, 3390, f°144.

10 AGS, K, 1665, instructions du roi à Baltasar de Zúñiga (23 septembre 1603), point 7.

11 AGS, K, 1665, instructions du roi à Íñigo de Cárdenas (31 mai 1607), f° 12, point 9.

12 AGS, K, 1665, instructions du roi à Alonso de la Cueva (28 décembre 1611).

13 AGS, K, 1665, instructions du roi au marquis de Mirabel (avril 1619).

14 AGS, K, 1663, instructions du roi à Alonso de la Cueva (28 décembre 1611).

15 Sur ces trois affaires, voir respectivement pp. 132, 318 et 616.

16 AGS, K, 1667, instructions du roi au marquis de Mirabel (avril 1619).

17 AGS, K, 1665, f° 71 (11 mai 1631) : instructions du roi au marquis de Castañeda pour la négociation avec le duc d’Orléans.

18 AGS, K, 1471 (30 septembre 1606), et AGS, K, 1460 (15août 1606).

19 AGS, K, 1460 (11 juin 1607).

20 AGS, K, 1455, f° 56, le roi à Monteleón (5 septembre 1618).

21 Archivo General de Simancas, Guía del investigador, Valladolid, Ministerio de Cultura, 1980, pp. 24 sqq.

22 J. Baillou, Les affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. I, pp. 67-77 ; Marie-Catherine Vignal, « Des papiers d’État d’un ministre aux archives diplomatiques », XVIIe siècle, 208, juillet-septembre 2000, pp. 378-379.

23 G.-J.-B. de Flassan, Histoire générale de la diplomatie française ou de la politique de la France, t. II, p. 167.

24 R. Mousnier et V.-L.Tapié affirment que la nomination de Richelieu en novembre 1616 ne priva pas Villeroy de son poste de secrétaire d’État, mais tous deux relèvent que le vieil homme se retira à Conflans et conserva les archives (R. Mousnier, L’homme en rouge, pp. 119-120 et 125 ; V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, pp. 35-37).

25 AGS, K, 1454, f° 178, Philippe III à Cárdenas (13 janvier 1616). L’ancien ambassadeur s’exécuta : voir AGS, K, 1471, f° 89, Cárdenas au roi (18 avril 1616).

26 AGS, K, 1461, Cárdenas à Prada (1er juin 1609) ; AGS, K, 1479, f° 83a, López Floriano, secrétaire de l’ambassadeur Mirabel, à Ciriza (14 octobre 1623).

27 AGS, K, 1467, f° 67, Cárdenas au roi (11 juillet 1612).

28 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (8 juillet 1609).

29 AGS, K, 1453, le roi à Cárdenas (18 février 1614).

30 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi (5 décembre 1614).

31 AGS, K, 1426, f° 81, Conseil d’État du 10 janvier 1606 sur la lettre de Zúñiga datée du 25 décembre 1605.

32 Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo, éd. B. Barbiche. Publiant les lettres du nonce, B. Barbiche a recomposé en partie l’organisation de la nonciature à l’époque d’Innocenzo del Bufalo (pp. 18-21).

33 AGS, K, 1469, f° 129, Cárdenas demande à Ciriza (8 juillet 1614) qu’on lui envoie de l’argent pour subvenir aux frais de cette ambassade.

34 AGS, K, 1417, f° 66, Conseil d’État du 6 mars 1635.

35 Baptiste Legrain, Décade de Henry le Grand, Paris, 1633, p. 780 ; Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 86.

36 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi (5décembre 1614).

37 AGS, K, 1466, f° 3, précis des comptes de Cárdenas, année 1612.

38 AGS, K, 1461 (1er décembre 1608).

39 AGS, K, 1607 (21 janvier 1606), selon l’avis, émis en Conseil d’État, du duc del Infantado.

40 AGS, K, 1460, Baltasar de Zúñiga au roi (8 décembre 1605) ; MAE, CP Espagne, vol XII : « Dénis entre le roi Henry le Grand et l’ambassadeur d’Espagne, Baltasar de Zúñiga ».

41 On peut s’interroger sur le statut des secrétaires : appartiennent-ils il la domesticité des ambassadeurs ou dépendent-ils de Madrid ?

42 AGS, E, 2868, Baltasar de Zúñiga de Prague au roi (31 janvier 1610).

43 AGS, K, 1453 (10 février 1612) : le roi écrit à Zúñiga qu’il a envoyé son secrétaire « Bruneo » auprès de l’électeur de Cologne en vue de l’élection du roi de Romains ; AGS, K, 1433, f° 19 (mars 1625).

44 AGS, E, 2041 (17 mars 1621). Sur cette institution voir Mireille Jean, La chambre des comptes de Lille. L’institution et les hommes (1477-1667), Paris, École des Chartes, 1992.

45 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 187, p. 61, lettre de Philippe IV à l’infante Isabelle (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 187, P 58).

46 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, doc 1595 : selon la lettre de Philippe IV à Isabelle du 14 mars 1630 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 202, f° 105).

47 R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 120 ; J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, pp. 267-286.

48 AGS, E, 2116 (21 août 1633) : départ de Bruneau pour Vienne.

49 AGS, K, 1473, f° 134, Monteleón au roi (12 novembre 1617).

50 AGS, K, 1473, f° 79, Monteleón à Ciriza (9 octobre 1618).

51 AGS, K, 1439, f° 186, le roi à Mirabel (27 septembre 1629).

52 AGS, K, 1467, f° 139, Cárdenas à Aróstegui (20 septembre 1612).

53 AGS, K, 1437, f°114, le Conseil d’État du 16 octobre 1629, selon la remarque du père confesseur ; AGS, K, 1445, f° 112.

54 AGS, K, 1610, le Conseil d’État du 25 novembre 1614 sur les lettres de Cárdenas des 8 et 12 courants.

55 AGS, K, 1445, f° 6, ordre du roi à Villela pour le Conseil d’État le 18 décembre 1627.

56 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. III, pp. 256-257, signale que cet auditeur au Conseil des Indes est membre du Conseil de Castille et du Conseil de Naples ; voir AGS, K, 1481, qui rend compte de la mission et de la correspondance de Ramírez de Prado.

57 AGS, K, 1445, Conseil d’État du 11 janvier 1628.

58 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 631, doc. 1900, lettre de Philippe IV à Isabelle du 16 juillet 1632 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 208, f° 83).

59 Voir par exemple l’accueil chaleureux que reçut Du Fargis en 1632 à Madrid, qui s’apparente à celui d’un ambassadeur (Tallemant des Réaux, Historiettes, p. 963, n. 2).

60 B. Cottret, « Diplomatie et éthique de l’État ».

61 Citée supra p. 130.

62 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 534, doc. 1624, consulta du Conseil d’État du 25 mai 1630 (source : AGS, E, 2044).

63 L. Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, pp. 193-196 (1er novembre 1603).

64 M.-E. de fréville, Ambassade de don Pedre de Tolède en France et satire sur l’entrée de ce seigneur à Fontainebleau, Paris, 1845 ; AGS, K, 1665 : instructions au marquis de Villafranca pour son ambassade extraordinaire.

65 AGS, K, 1608 : instructions pour l’ambassade extraordinaire du duc de Feria (1er juin 1610) ; AGS, K, 1432 (12 juin 1610).

66 AGS, K, 1665, instructions à Fernando Girón (18 août 1618).

67 AGS, K, 1431, ffos 144 et 146, sur l’envoi de Sancho de Monroy y Zúñiga pour saluer le roi de France en Béam (1621).

68 AGS, K, 1444 contient la correspondance sur cette mission.

69 AGS, K, 1415, ffos 36 et 39 ; AGS, K, 1424, f° 27, instructions du roi pour le marquis de Fuente del Torno concernant le voyage de celui-ci en France (2 mai 1631) ; AGS, K, 1421.

70 AG S, K, 1421 (année 1631), consulta de la junte sur les instructions pour l’ambassade de France ; AGS, K, 1422 (mars 1632), f° 6 ; A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, pp. 107-112.

71 R. de Courcel, « L’Hôtel des ambassadeurs extraordinaires à Paris », pp. 49-51.

72 La littérature sur les mariages montre l’importance accordée au faste monarchique,

73 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VI, p. 175, lettre d’Henri IV à M. de Beaumont (15 novembre 1603). Le connétable de Castille était chargé de traiter de la question des embargos et de la guerre commerciale entre les deux couronnes.

74 AGS, K, 1665, ffos 26-27, instructions royales à Pedro de Toledo.

75 AGS, K, 1465, f° 37, Cárdenas au roi (13 septembre 1611).

76 Sur La Forcade, voir p. 611.

77 AGS, K, 1423, f° 14, rapport d’Olivares au roi (9 mars 1634) sur une dépêche de Benavente du 5 février 1634.

78 AGS, K, 145-8, f° 184, le roi à Mirabel (4 novembre 1617).

79 AGS, K, 1473, ffos 177-178, Monteleón à Ciriza (décembre 1617) ; AGS, K, 1474, f° 3 (4 janvier 1618).

80 AGS, K, 1479, f° 52, Mirabel à Ciriza (18 janvier 1623), se plaint de l’insuffisance de lettres de Madrid, ce qui le gêne dans son activité.

81 AGS, K, 1480, f° 84, Mirabel au roi (29 mars 1616).

82 AGS, K, 1425, f° 20, envoi à Benavente (juillet 1634).

83 AGS, K, 1430, f° 60, année 1617.

84 AGS, K, 1477, f° 172, Mirabel au roi (28 décembre 1620) : l’ambassadeur rappelle que le roi, dans une lettre du 26 juin, le blâmait pour avoir communiqué à d’autres agents espagnols situés hors d’Espagne des copies de ses courriers avec Madrid.

85 AGS, K, 1451 (11 novembre 1600) ; AGS, K, 1452, ffos 120 et 121 (mars ou avril 1624).

86 AGS, K, 1665, instructions au marquis de Mirabel.

87 AGS, K, 1593, avis du Conseil d’État du 31 janvier 1620.

88 AG S, K, 1477, f° 122 (2 septembre 1620), sur les fonds demandés par Mirabel ; f° 126 : Mirabel écrit de Madrid au secrétaire d’État pour s’excuser de son retard ; f°137 : Mirabel écrit depuis Irún que le roi de France est à Bordeaux (12 octobre 1620) ; et f°148 : Mirabel arrive à Paris le 14 novembre 1620.

89 Selon une de ses lettres du 20 janvier 1607 (AGS, E, 1353, f° 23), Cárdenas apprend qu’il doit remplacer Zúñiga. Le 23 mai 1607, il reçoit les instructions officielles relatives à ses nouvelles fonctions (AGS, K, 1665) et il arrive à Paris le 28 mars 1609 (AGS, K, 1461), soit deux ans après avoir été averti de sa nomination.

90 AGS, K, 1665, le 28 décembre 1611.

91 AGS, K, 1439, f°162, le roi d’Espagne au roi de France (14 mai 1629) : annonce de la nomination de Castañeda, alors en poste à Gênes, pour remplacer l’ambassadeur Mirabel.

92 AGS, K, 1437, f° 100, lettre de la reine-infante à Olivares (2 août 1629).

93 Fils de Philippe d’Angennes, Du Fargis épouse Madeleine Silly, fille du comte de la Rochepot, premier ambassadeur à Madrid après le traité de Vervins. Par son mariage, il acquiert le comté et obtient l’ambassade en Espagne (1620). Il accueille Bassompierre, ambassadeur extraordinaire de Louis XIII, lors de la conclusion du traité de Madrid (avril 1621). En 1622, Du Fargis signe un nouvel accord sur la Valteline, qui est désavoué. Pourtant, sur les instances de Marie de Médicis, il recommence à négocier avec l’Espagne et aboutit au traité de Monzón (1626), qui sacrifie les intérêts des alliés italiens du roi de France. Cet accord, refusé par deux fois par le gouvernement, Du Fargis doit le renégocier. En 1627, l’ambassadeur participe au traité de Madrid, qui doit sceller l’opposition des deux couronnes à l’Angleterre, Au cours de la crise de Mantoue, Du Fargis agit en faveur d’une pacification générale et s’oppose une fois de plus au cardinal de Richelieu. Bien que rappelé en France en 1628, il ne revient qu’en 1630, date à laquelle il s’attache à Gaston d’Orléans. En janvier 1631, il accompagne Monsieur en Bourgogne, puis en Lorraine. Au même moment, Mme Du Fargis accompagne Marie de Médicis dans sa fuite vers les Flandres. Du Fargis participe à l’aventure militaire de Castelnaudary et suit son maître dans ses allers et retours à l’étranger jusqu’à son arrestation et son emprisonnement à Vincennes le 14 février 1635.

94 Le dossier AGS, K, 1665-contient les instructions royales à Ztiñiga (23 septembre 1603), Cárdenas (31 mai 1607), Toledo (25 avril 1608), Girón (18 août 1618), Mirabel (avril 1619), Navaz (17 novembre 1628) et Benavente (1632, f° 68). Les instructions à Monteleón figurent en AGS, K, 1454, ffos 61-62 (25octobre 1615) ; celles de Lorenzo Ramírez de Prado en AGS, K, 1436, f° 10 (janvier 1628) et AGS, K, 1459, f° 18 (4 février 1628).

95 C.de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 95.

96 Sur le décret Gauna, voir ple chap. I n. 95.

97 AGS, K, 1665 : « Haveys detener muy gran cuydado deyrpenetrando el estado de las cosas del dbo reyno » point 7 de l’instruction à Zúñiga, point 9 de l’instruction à Cárdenas. Cette phrase est aussi présente dans les ordres transmis à Bedmar, à Mirabel, etc.

98 AGS, K, 1665 : point 8 de l’instruction de Zúñiga, point 10 de celle de Cárdenas, etc.

99 AGS, K, 1665 (avril 1619), instruction à Mirabel.

100 AGS, K, 1665, f° 68 (1632), « Instruction a don Christobal de Benavente, en las cosas de la reyna madre y del monsieur... »

101 AGS, K, 1458 (14 août 1627).

102 AGS, K, 1415, f° 102.

103 AGS, K, 1461, Irarraga au roi (24 juillet 1608).

104 L. Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, pp. 193-190 (30 juin 1612).

105 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 99-100 ; voir AGS, K, 1460 (15 mai 1599) pour la relation par Tassis de sa réception à Fontainebleau par M. de Liancourt, premier écuyer du roi.

106 R. de Courcel, « L’Hôtel des ambassadeurs extraordinaires à Paris », p. 66. Il faut attendre 1621 pour qu’un hôtel leur soit particulièrement destiné,

107 AGS, K, 1461 (21 avril 1609), il conclut ainsi sa lettre au secrétaire d’État Ciriza : « Un mes basta ».

108 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 189-190 : l’auteur note que ces retards d’audience sont un fait très répandu.

109 AGS, K, 1481, f° 69, Ramírez de Prado au roi (15 juin 1628) : l’ambassadeur signale que cela fait dix jours qu’il attend au camp militaire d’être reçu en audience par Louis XIII.

110 MAE, CP Espagne, vol. XV, f° 13.

111 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi (17 février 1606}.

112 AGS, K, 1467, f°142 (14 octobre 1612), Cárdenas au roi.

113 AGS, K, 1460 (13 juillet 1600).

114 AGS, K, 1453 (6 juin 1612).

115 L.càbrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la corte de España, p. 477 (30 juin 1612).

116 AGS, K, 1438, f° 23, le Conseil d’État du 19 mars 1621 note que Mirabel est sorti de la cour de France au motif qu’après avoir demandé une audience, il s’est seulement vu accorder un entretien particulier. Quand il revendiqua une audience, conformément à ce que son rang lui imposait d’exiger, on la lui refusa.

117 Sur cette affaire, voir chap. VII, pp. 317-319.

118 AGS, K, 1460 (22 mars 1605).

119 AGS, K, 1462, f°101, Cárdenas au roi (5 avril 1610).

120 AGS, K, 1612, f° 30.

121 AGS, K, 1480, f° 57, Mirabel (8 décembre 1625).

122 AGS, K, 1423, f° 62.

123 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. IV, p. 203 ; (septembre 1631). En note, Avenel pose la question d’une erreur de date vu le contexte. Cependant, nous retrouvons ce même type de félicitations toutes diplomatiques de la part de Mirabel lorsqu’en 1626 les responsables français découvrent une conspiration dont la réussite aurait pourtant arrangé l’Espagne : voir AGS, K, 1426, f° 270, le roi à Mirabel (11 octobre 1626).

124 Comme par exemple Antonio Pérez ; voir chap. VII pp. 435-436.

125 AGS, K, 1476, f° 172, Girón au roi (23 décembre 1619).

126 AGS, K, 1478, f° 24, Mirabel à Ciriza (26 janvier 1621). Notons qu’il n’existe pas en France d’équivalent de l’hôpital pour les Français de Madrid.

127 AGS, K, 1431, f° 134, Conseil d’État sur la lettre du 26 février 1621 du marquis de Mirabel ; Marc Bloch, Les rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale, particulièrement en France et en Angleterre, Paris, Armand Colin, 1961.

128 AGS, K, 1462, f° 139 (17 mai 1610) décrit la violente dispute avec l’ambassadeur de Venise.

129 Nous excluons de cette catégorie Diego de Irarraga, qui n’est qu’ambassadeur intérimaire et dont la fonction ordinaire est celle de secrétaire d’ambassade.

130 Nous nous inspirons de J. Rübsam, Johan Baptista von Taxis ; Biographie nationale, Bruxelles, 1926-1929, t. XXIV, pp. 612-661 par Auguste Vincent.

131 AGS, K, 1472, f° 158.

132 Ce premier duc de Monteleón est le seul non-Espagnol à être vice-roi de Naples (de 1530 à 1534).

133 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 439 : note que Madrid à l’époque de sa vice-royauté perd le contrôle de la situation de la Catalogne, qui plonge dans le banditisme, la surpopulation et la faim.

134 M. Sánchez, Dynasty, State and Diplomacy in the Spain of Philip III, pp. 147 sqq.

135 A. López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España, t. II, ffos 129 et 295.

136 L. de Salazar y Castro, Castilla, p. 69 : L’encomienda de Corral de Almaguer en 1603 valait 800.000 maravédis (« del partido de la Mancha y Rivera del Tajo ») ; le cinquième commandeur est le père de Cárdenas, ancien président du Conseil des Ordres : « Don Iñigo de Cárdenas Zapata primer senor de la Villa de Loechesy del Mayorazgo de su casa en los Carabancheles, oidor de Valladolid, del consejo de Ordenes y del de Castilla, presidente de las Ordenes. »

137 Sur la famille Girón, voir A. López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España, t. I, ffos 384, 388, 389, 391 et 393.

138 AHN, Órdenes Militares, Calatrava, Pruebas de Caballeros, exp. 2888 bis (Zúñiga y Avila, Antonio).

139 A López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España, t. II, p. 443 le nomme ainsi, alors que nous trouvons le plus souvent son nom sous la forme Antonio de Zúñiga y Dávila. Cet auteur note que l’héritière du titre, Francisca de Zúñiga y Dávila, troisième marquise de Mirabel, épouse Antonio de Toledo y Dávila, fils de Pedro Dávila, second marquis de las Navas, apparenté à Baltasar de Zúñiga. Par cette alliance matrimoniale, Antonio de Toledo y Dávila obtient le titre de marquis de Mirabel et confirme ses liens avec la branche de Zúñiga et avec Olivares.

140 Marqués del Saltillo, « Don Cristóbal de Benavente y Benavides ».

141 J.-M. Constant, « Les partis nobiliaires et le développement de l’État moderne ». La noblesse seconde en France est constituée des familles qui se situent juste après la grande noblesse des princes et des ducs.

142 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 334, doc 1061 (source : AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre, reg. 197, f° 55). Cette réaction est partagée par les dirigeants français, selon le rapport d’un espion á la solde des Archiducs : « J’ay aussy entendu en quelque lieu de considération qu’il est party secrettement d’icy quelques personnages de crédit en Angletairre pour empescher et rompre les desseings du pintre Rubens mesme je scay de bonne part que la Reyne mère a escrit à la Reyne d’Angleterre sur ceste affaire on faict de grandes risées en nostre court dudit pintre comme sy l’Espagne ne pouvoit fournir d’hommes plus illustres pour traicter avecq des roys d’affaires d’importances » (AGR, reg. 433, f° 108, s. d. ; nous soulignons).

143 J. H. Elliott, Olivares, p. 49. Zúñiga, avant d’entreprendre une carrière diplomatique, était militaire et participa à l’Invincible Armada.

144 Voir MAE, CP Espagne, vol. XII, f° 170,1609, lettre de Philippe III où sont notés les traitements des ambassadeurs. Total des dépenses : 42.000 ducats. Traitement de l’ambassadeur à Rome : 12.000 ducats par an ; de l’ambassadeur auprès de l’Empereur : 8.000 ducats par an ; de l’ambassadeur en France : 6.000 ducats par an. Pour les diplomates en poste en Angleterre, Venise, Gènes : 4.000 ducats par an chacun.

145 En 1628, Mirabel devait être nommé ambassadeur auprès de l’Empereur à la place du marquis d’Aytona (AG S, K, 1459, f°106, lettre du 4 octobre 1628).

146 Nous avons exclu Juan Bautista Tassis, qui se retire à la fin de sa vie.

147 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 441.

148 AGS, K, 1416, P 7 ; Mirabel participe au Conseil d’État au moins à partir du 21 mars 163 3 ; AGS, K, 1480, ffos 131-133

149 J. H. Elliott, Olivares, p. 158.

150 AGS, K, 1480, ffos 131-133, Mirabel au roi (12 septembre 1626) : l’ambassadeur note que Monteleón a été gratifié d’un poste au Conseil d’État et de la grandesse.

151 L, de Salazar y Castro, Castilla, p. 305.

152 C.de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, p. 219 (nous soulignons).

153 AGS, K, 1602, Tassis à Idiáquez (28 avril 1599).

154 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, t. II, doc 1610, pp. 528-529 : lettre de Mirabel à Philippe IV (Paris, 26 avril 1630) surses graves difficultés financières.

155 Pour ces dotations, voir don L. de Salazar y Castro, Los comendadores ; Francisco Fernández Izquierdo, La orden militar de Calatrava en el siglo XVI. Infraestructura institucional, sociología, prosografía de sus caballeros, Madrid, CSIC, 1992, ainsi que les travaux de M. Lambert-Gorges sur l’ordre de Santiago. Sur Tassis, voir J. Rübsam, Johan Baptista von Taxis.

156 AGS, K, 1478, f° 92, note de chancellerie sur des sommes allouées à Mirabel à titre extraordinaire par ordre du roi (1621).

157 Selon l’exp. 4112 du Conseil des Ordres de l’Archivo Histórico Nacional.

158 AGS, K, 1615, f° 46, le roi à Cárdenas (6 janvier 1612).

159 AGS, K, 1417, f° 38, Castrillo à Rozas (7 août 1654) ; voir aussi AGS, K, 1415, f° 73, Conseil d’État du 9 mars 1632.

160 AGS, Contaduría General, Buenas Cuentas, leg. 20 (1633). Les buenas cuentas sont les comptes non soumis il la vérification de la Contaduría Mayor.

161 AGS, K, 1452, f° 84, Conseil d’État du 10 août 1623.

162 Demandes de départ présentées par Tassis : AGS, K, 1603 (22 août 1600) ; AGS, K, 1604 (6 novembre 1601) ; AGS, K, 1605 (9 juin et le 5 août 1602) ; AGS, K, 1606 (23 janvier 1603). Íñigo de Cárdenas, à plusieurs reprises, se dit alité : voir AGS, K, 1469 (5 février 1614), etc.

163 AGS, K, 1613, Monteleón au roi (12 novembre 1617).

164 AGS, K, 1451, f° 141, le roi d’Espagne à Henri IV (14 janvier 1606).

165 AGS, K, 1415, f° 120, Madrid, Benavente à Olivares (16 novembre 1632).

166 AGS, K, 1471, f° 149, Monteleón au roi (24 juin 1616).

167 AGS, K, 1431, f° 8, Conseil d’État du 10 février 1618.

168 AGS, K, 1431, f° 23 (6 novembre 1618).

169 AGS, K, 1593, avis du Conseil d’État sur le départ de Mirabel pour la France (31 janvier 1620).

170 AGS, K, 1459, f°186, le roi à Mirabel (27 septembre 1629).

171 C. de Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores, pp. 120 et 224.

172 Carreau : on sait que, dans la France de l’Ancien Régime, ce mot désignait le coussin, également utilisé en Espagne, où les femmes de qualité prenaient place, par exemple à l’église ou – pour celles qui y avaient droit – aux cérémonies de la Cour.

173 AGS, K, 1611, Conseil d’État du 24 décembre 1624 sur une lettre de Monteleón du 11 courant.

174 AGS, K, 1454, f° 78, le roi à Monteleón (12 janvier 1616) ; AGS, K, 1477, f° 148, Mirabel au roi (14 novembre 1620) ; AGS, K, 1455, f°190, le roi d’Espagne au roi de France pour les créances de Mirabel (24 novembre 1620).

175 La comtesse de la Torre, Inés Henríquez y Sandoval, était la cousine du duc de Lerma.

176 Marie de Rohan-Montbazon, épouse de Luynes, se remarie en 1622 avec Claude de Lorraine, duc de Chevreuse. Son attachement à Anne d’Autriche et ses diverses intrigues la conduisirent à s’opposer à Richelieu et la contraignirent à l’exil.

177 AGS, K, 1471, f° 85 (11 avril 1616), Montelcón au duc de Lerma, sur le fiait que la duchesse de Luynes est extravagante et sur son peu de respect envers la comtesse de la Torre ; f°176, le confesseur d’Anne d’Autriche prévient que la comtesse n’a plus que le titre de dame d’honneur avec 2.500 réaux de pension, alors que l’épouse du connétable défunt, Mme de Montmorency, a pris la première place dans la maison de la reine avec 6.000 réaux de pension.

178 AGS, K, 1471, f° 65, Monteleón à Lerma (1er mars 1616),

179 Cl. Dulong, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, p. 34, attribue à Luynes d’avoir obtenu le départ de la suite de la reine en échange d’une promesse faite à l’ambassadeur d’Espagne que Louis XIII honorerait son épouse, la reine.

Table des illustrations

Légende Graphique 2. – Activités des responsables espagnols intervenant dans les affaires françaisesA Ambassadeurs extraordinaires à ParisB Ambassadeurs résidant à ParisC Personnel de l’ambassade de France à ParisD Autres ambassadeurs en poste hors de FranceE Personnel des autres ambassadesF Vice-rois et gouverneursG Fonctionnaires divers de la MonarchieH Secrétaires et conseillers d’ÉtatI Inconnus
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2994/img-1.png
Fichier image/png, 308k
Légende Graphique 3. – Répartition du volume de renseignements transmis sur les affaires françaises selon leur origineA Ambassadeurs extraordinaires à ParisB Ambassadeurs résidant à ParisC Personnel de l’ambassade de France à ParisD Autres ambassadeurs en poste hors de FranceE Personnel des autres ambassadesF Vice-rois et gouverneursG Fonctionnaires divers de la MonarchieH Secrétaires et conseillers d’ÉtatI Inconnus
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2994/img-2.png
Fichier image/png, 334k
Légende Graphique 4. – Répartition des actions concernant les affaires françaises selon les différentes catégories d’informateursA Ambassadeurs extraordinaires à ParisB Ambassadeurs résidant à ParisC Personnel de l’ambassade de France à ParisD Autres ambassadeurs en poste hors de FranceE Personnel des autres ambassadesF Vice-rois et gouverneursG Fonctionnaires divers de la MonarchieH Secrétaires et conseillers d’ÉtatI Inconnus
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2994/img-3.png
Fichier image/png, 339k
Légende Graphique 5. – Chronologie des avis concernant la nomination des différents ambassadeurs espagnols en France (réalisé à partir de la base de données « Nominations »)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2994/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Légende Graphique 6. – Durée des ambassades ordinaires. (L’intérim d’Irarraga, qui s’étend sur près de deux ans, a été pris en compte.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2994/img-5.png
Fichier image/png, 76k
Légende Graphique 7. – Répartition chronologique des demandes de congé présentées par les diplomates espagnols en poste à Paris
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2994/img-6.png
Fichier image/png, 53k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search