Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Première partie. Les fondements de la politique étrangère de la monarchie espagnole (1598-1635)

Chapitre ii

Le miroir espagnol des relations internationales

Texte intégral

1La fonction de la diplomatie espagnole consiste à défendre les intérêts du Roi Catholique contre ses nombreux voisins, toujours intéressés par les faiblesses de Madrid. Son action envers la France ne prend du relief que par rapport à une scène européenne aux acteurs variés. Au cours de notre recherche des agents espagnols opérant en France ou contre cette couronne, nous avons logiquement rencontré, dans la documentation dépouillée, de nombreuses occurrences ayant trait à la politique extérieure et qui, pour la grande majorité d’entre elles, émanent de confidents, d’espions et autres informateurs cachés. Ces informations de caractère international constituent une source importante pour les autorités espagnoles.

2Parmi l’ensemble des informations de ce type, certaines régions occupent une place originale dans le concert diplomatique franco-espagnol en raison de l’intérêt que le Conseil d’État espagnol et les agents du Roi Catholique leur accordent. Ainsi, les affaires italiennes préoccupent beaucoup ces responsables : elles sont un des domaines de prédilection de la Monarchie Catholique. En revanche, dans le cadre des relations avec la France, les problèmes du Saint-Empire sont marginalisés ; les informations concernant l’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande sont un peu plus abondantes que les rapports sur les Provinces-Unies ; l’espace méditerranéen, dans la perspective de possibles alliances françaises avec les Barbaresques et d’interventions militaires en Italie, est largement représenté, ce qui souligne une fois de plus l’orientation de la confrontation entre les deux couronnes. Enfin, les Pays-Bas espagnols tiennent une place très faible dans les relations bilatérales.

  • 1 AGS, inventaires de la série Estado.
  • 2 P. Fernández Albaladejo, « De “llave de Italia” a “corazón de la monarquía” ». L’auteurintitule un (...)

3Cette inégalité entre les différentes zones géographiques du point de vue du volume des renseignements fournis par la documentation tient d’une part aux sources analysées, puisque les inventaires d’archives1 utilisés s’avèrent particulièrement complets pour le domaine italien. D’autre part, il apparaît aussi que les orientations politiques de la couronne espagnole privilégient l’Italie2. La question de Saluces, la guerre franco-savoyarde de 1600, les complots de Biron, les guerres du Montferrat et celle de Mantoue sont au cœur de l’action des diplomates espagnols en poste à Paris. Est-ce à dire que le domaine de la Baltique, les Flandres, l’Allemagne ou la Suède sont exclus de la diplomatie espagnole mise en œuvre en France ou face à la France ? Certes non ! La question lorraine, tout autant que les rapports avec les Pays-Bas espagnols, sont des éléments importants des avis émis par les ambassadeurs ou par le Conseil d’État, mais, dans le cadre de la politique bilatérale, ils demeurent souvent envisagés en termes de personnes – ou de factions – à favoriser dans le royaume de France, à l’occasion d’une des nombreuses fuites de princes.

4Il est logique d’insister sur ce qui forme le noyau de la diplomatie européenne de la monarchie espagnole à l’égard de la France : l’Italie d’abord, puis l’Angleterre. Pour autant, la toile de fond des relations bilatérales est composée des traités, d’alliances ou d’oppositions des deux couronnes dans leurs rapports aux autres puissances. Ces rapports structurent les relations internationales et ils dépassent la capacité des agents « secrets ».

5À l’échelle de l’Europe, leur analyse découle de cadres chronologiques dont le découpage ternaire est bien connu. À une première période « pacifiste », qui s’étend des années 1598-1604 jusqu’aux années 1620, succède une progressive entrée en guerre entre 1618 et 1630, temps d’hésitation et de combats périphériques. Enfin, à partir de 1630, Espagnols et Français retardent le plus possible un conflit qu’ils savent inévitable.

6Le déroulement chronologique d’une histoire factuelle, aussi important soit-il, ne peut être conçu seulement comme une suite d’alliances, de retournements, d’échecs ou de victoires militaires. Chacune des décisions renvoie à des chaînes d’éléments plus complexes, participant d’élaborations collectives, historiquement enracinées, et produisant des attitudes et des réactions. Ces permanences échappent à l’événementiel et sont constituées de catégories mentales imperceptibles au niveau de l’événement, décalées par rapport aux rythmes de la « chronologie classique », dont elles subissent malgré tout les contrecoups.

I. - Francophobie et hispanophobie

7La pratique des relations bilatérales se fonde sur un jeu de miroir car la perception du partenaire constitue une composante de la prise de décision politique. Son approche ne peut être univoque car une multitude de facteurs la construisent. Ces éléments, qui émergent d’un passé lointain ou de l’histoire proche, s’insèrent dans les conditions de vie des différents dirigeants ; par exemple, un diplomate flamand de la couronne espagnole en poste en France ne réagit pas de la même manière qu’un ambassadeur d’origine castillane. La prise de conscience de l’altérité est à la base de la formation de l’identité communautaire. Dans les reflets du miroir, l’Autre, le partenaire « étranger », transpose et recrée l’image qu’on lui envoie et cette recréation se répercute sur la formation de l’identité. Ces images, qu’on les appelle préjugés, caractères nationaux ou communautaires, demeurent essentielles pour saisir la mentalité des dirigeants espagnols et français.

8D’autre part, le siècle de la Renaissance a légué un enracinement des « nations ». En France comme en Castille, la communauté s’émancipe de la tradition latine. Nebrija publie en 1492 sa grammaire castillane et, en 1549, Du Bellay promeut la Défense et illustration de la langue française. En Angleterre, l’anglicanisme permet une homogénéisation de la communauté et la différencie du reste de l’Europe.

  • 3 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 134. Les lois interdisant (...)
  • 4 Rafael Gibert, « La condición de los extranjeros en el antiguo derecho español », dans L’Étranger, (...)

9Au XVIe siècle, l’idéal de l’universalisme chrétien est mis à mal par l’émergence des différents sentiments nationaux et par l’éclatement religieux né de la Réforme. En Espagne, des mesures sont engagées à plusieurs reprises pour éviter le départ des étudiants à l’« étranger3 ». Lorsqu’ils sont originaires de royaumes extérieurs à la péninsule Ibérique, les pèlerins qui se rendent à Saint-Jacques de Compostelle doivent se munir d’une lettre de leur curé et d’une licence des tribunaux espagnols de la justicia, sur laquelle est noté le temps nécessaire pour le voyage aller-retour4. Ces remarques suggèrent que les autorités développent des réflexes nationaux. Four tous les royaumes de l’Ouest de l’Europe, la liste de ces indices attestant la formation des communautés nationales pourrait être allongée. La spécificité de chacun autorise des variations chronologiques et thématiques de la construction nationale, mais ici, seuls les cas français et espagnol nous intéressent, car ils sont constitutifs de modes de fonctionnement des relations diplomatiques bilatérales. Or la xénophobie, qui est le corollaire du sentiment communautaire, change d’aspect à mesure que la notion d’étranger se précise. En France comme en Espagne, ces sentiments se développent au XVIe siècle envers des groupes « nationaux » jusqu’alors épargnés.

Des sentiments populaires

10Nés et le plus souvent formés dans la péninsule Ibérique, la plupart des représentants du Roi Catholique ont a priori une vision négative des Français. À leur arrivée en poste à Paris, ils ne sont pas épargnés par l’animosité des « gavachos » envers tout sujet de la Péninsule. Hispanophobie et francophobie sont deux sentiments parallèles qui enserrent les relations diplomatiques des deux pays dans un tissu de préjugés dévoyant les objectifs politiques.

  • 5 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 26.
  • 6 Gavacho : sur ce mot, voir le chap. 1 (« Caractéristiques de la couronne espagnole »), n. 121.

11La francophobie et le mépris du Français sont dus à plusieurs facteurs. La présence en Espagne de forts contingents d’immigrés, la plupart du temps d’humble origine sociale, donne une image négative du Français. Chez Lope de Vega, la soupe des pauvres (la « sopa boba ») se transforme peu à peu en soupe française (la « sopa francesa5 »). Le terme déjà péjoratif de gavacho6 (« gavache ») rime si bien avec borracho (« ivrogne ») que le dénigrement devient facile à un moment où les arbitrâtes dénoncent les insuffisances de l’économie espagnole et l’excessive présence étrangère. Au dédain s’ajoutent les soupçons de trafic commercial, fraude, commerce interlope, contrebande, passage de livres hérétiques, faux-monnayage, etc.

  • 7 Sur les relations entre la monarchie française et le concile, voir Alain Tallon, La France et le co (...)

12Une seconde cause de méfiance provient de l’histoire récente. Depuis Ferdinand d’Aragon, l’Espagne affronte la France de François Ier et d’Henri II, ce qui crée un antagonisme qui n’existait pas au temps de l’indépendance du royaume de Castille. On reproche désormais à la France ses alliances avec l’ennemi turc, puis avec les protestants du Saint-Empire. L’importance prise par la Réforme, accentuée par son implantation dans le Béarn, aux portes de la Péninsule, la tolérance religieuse admise par les différents édits des guerres de Religion, tout cela augmente la méfiance espagnole. Être français, c’est être potentiellement hétérodoxe. La distance prise par la monarchie et le clergé français par rapport au concile de Trente, formulée en termes de gallicanisme, renforce ces partis pris7. À l’inverse, les formes de religiosité et de piété particulières à l’Espagne choquent l’observateur français :

  • 8 Voyage de Barthélemy Joly en Espagne ; éd. L. Barrau-Dihigo, p. 554. L’auteur de ce récit de voyage (...)

C’est pourquoy deux choses me troubloient aux sermons d’Espagne, ceste véhémence extresme, presque turbulente, du prédicateur, et les soupirs continuelz des femmes, si grans et véhémens qu’ilz perturboient toute l’attention8.

13Cette opposition culturelle entre les deux peuples conduit les Espagnols à associer les écrivains français les plus célèbres à une pensée hérétique : Calvin, Rabelais, Bodin sont inscrits à l’Index espagnol. Dans quelle mesure cette hostilité est-elle partagée par le petit peuple ? Il est difficile de répondre à cette question, car la parole est monopolisée par les lettrés, les nobles et les puissants. Il est pourtant difficile de penser que les rodomontades des ambassadeurs français à Madrid aient pu laisser la population indifférente.

  • 9 J. H. Elliott, The Count-Duke of Olivares, p. 43.
  • 10 G. Marañón, El conde-duque de Olivares o la pasión de mandar, pp. 156,416 et 485, doc 315- ; et A. (...)

14Parmi les élites intellectuelles, les francophiles sont peu nombreux. La plupart des grands écrivains du Siècle d’or, Góngora, Lope de Vega, Gracián, Calderón, ne connaissent pas le français. Quelques diplomates sont plus proches de la France. Baltasar de Zúñiga est un des rares Castillans mariés à une « étrangère » à la Péninsule, bien qu’originaire d’une possession des Habsbourg d’Espagne : une Flamande9. Il parle la langue de Ronsard et a traduit une partie de l’œuvre de Montaigne. Olivares, bibliophile, possède près d’une centaine de livres et manuscrits en cette langue, acquis à bas prix auprès de libraires français de Madrid, à l’occasion des embargos et saisies décidés contre les régnicoles de Louis XIII10.

  • 11 AGS, K, 1446, f° 5, Navaz À Villela (1629).

15Se rendant en France, les Espagnols connaissent les mêmes désagréments que les Français dans la Péninsule. Ils y rencontrent des sentiments xénophobes plus ou moins vifs selon la conjoncture. Délégué en 1629 par le marquis de Mirabel pour suivre le roi de France dans sa campagne militaire contre les huguenots, le secrétaire Navaz se plaint ainsi au secrétaire d’État Villela de l’insuffisance de ses moyens financiers : « La cherté est pour tous, mais encore plus pour un Espagnol », sous-entendant que les Français augmentent les prix lorsqu’ils ont affaire à un sujet du Roi Catholique11.

  • 12 M. Yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, pp. 238 et 318.

16Cette hispanophobie constitue un des éléments de la construction de la conscience nationale française. Celle-ci se forme en s’opposant à l’étranger. Dans le passé proche, cet étranger, c’est l’Espagnol, identifié par ses interventions lors des guerres de Religion. L’une des grandes réussites politiques d’Henri IV après sa conversion est d’avoir déclaré la guerre à l’Espagne en 1595 pour en finir avec les derniers ligueurs. L’identification d’un ennemi extérieur, se substituant à un danger émanant de son sein, a permis une homogénéisation de la société française. Myriam Yardeni remarque qu’aux huguenots et aux papistes succèdent alors les « bons » et les « mauvais françois ». Cette clarification des enjeux politiques permet la naissance d’une nouvelle figure légendaire dans la mémoire nationale, celle d’Henri IV le roi pacificateur. Peut-on aller jusqu’à affirmer que « la dernière phase des guerres de Religion voit l’ébauche d’une conscience nationale moderne12 » ? Ce serait oublier les apports du XIXe siècle dans l’édification de la mythologie nationale. Il n’en est pas moins vrai qu’à partir de la guerre franco-espagnole de 1595-1598, les Français voient dans l’Espagne l’ennemi national (ce qui ne signifie pas qu’auparavant les guerres d’Italie et la question de la Navarre n’entraînaient pas de sentiments xénophobes envers les sujets espagnols).

  • 13 D. Richet, « La polémique politique en France de 1612 à 1615 », p. 169 ; J. López Barrera, « Litera (...)
  • 14 J.-F. Dubost, Les Italiens en France aux XVIe et XVIIe siècles, chap. ix : « L’anti-italianisme » ;(...)

17Les exemples d’hispanophobie sont nombreux, depuis la crise consécutive à la conjuration de Biron, qui aboutit à une violente campagne de pamphlets, jusqu’aux années de la « guerre couverte » menée par Richelieu. À chaque crise politique franco-espagnole – crise de Clèves et de Juliers, mariages princiers de 1615, conflit de la Valteline, de Mantoue, etc. –, les publications remettent en cause l’Espagne et les « espagnolisés13 ». Comme dans le cas de la francophobie, le degré de participation du petit peuple reste inconnu, puisque ce sont les lettrés, les plumes à la solde des différents partis, qui s’expriment. Cependant, certains indices laissent entrevoir ce mépris pour l’Espagnol, ainsi que le soulignent l’ambassadeur espagnol à Gênes et son secrétaire à propos des pèlerins. À un « anti-italianisme14 » datant de la deuxième moitié du XVIe siècle succède donc une hispanophobie d’autant plus prégnante qu’elle s’enracine dans une lutte de moins en moins feutrée pour l’hégémonie européenne.

Élites etxénophobie

  • 15 AGS, E, 1285, f° 153 (13 mai 1598).
  • 16 AGS, E, 1290, f° 7.
  • 17 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État le 20 avril 1606 sur les propositions d’accueillir Bouillon.

18À lire la correspondance des ambassadeurs, gouverneurs et vice-rois qui sont en relations avec des Français, la francophobie des dirigeants espagnols se confirme de manière éclatante. Lorsque le maréchal de Biron propose d’organiser un soulèvement en France au nom de la foi catholique, l’ambassadeur espagnol à Turin, le comte de Lodosa, se montre réticent, arguant de son expérience : « ...On ne doit que peu se fier aux Français mais, malgré cela, il faut considérer s’il sera bien de fomenter [des troubles] en vue de déclencher une guerre civile15... » Pour le comte de Fuentes, le tout-puissant gouverneur du Milanais, les Français sont insolents et ne peuvent rester sans guerre16. Le Conseil d’État espagnol reprend cette antienne à propos d’une possible aide à l’indocile duc de Bouillon, prince souverain de Sedan, entré en rébellion contre Henri IV17. Les tentatives de rapprochement ne modifient pas les comportements. Venu en France comme ambassadeur extraordinaire, le marquis de Villafranca, Pedro de Toledo, écrit à son souverain :

  • 18 AGS, K, 1461, lettre de Villafranca au roi (23 juillet 1608). Le même Villafranca, devenu dix ans p (...)

Vassal, obligé et serviteur de V. M., je dois dire que pour ce que j’ai vu, Dieu me quitte l’honneur [la honra] et la vie si, de cent filles miennes, je leur en donnais une seule pour être reine de France18.

19Cet avis, répété à satiété par la plupart des responsables sous le règne du Béarnais, reste valide sous la régence de Marie de Médicis en dépit des mariages de 1615. À l’époque de la préparation de l’échange des fiancées, Cárdenas écrit au secrétaire d’État Ciriza qu’il tentera

  • 19 AGS, K, 1469, f°130, Cárdenas à Ciriza (8 juillet 1614).

de se trouver présent lors de l’arrivée de la Reine Infante pour l’égayer et la divertir, pour éviter que le fait de se trouver au milieu de la furie et de la folie françaises lui cause du dérangement [novedad]19.

20L’un des plus ardents francophobes est le marquis de Mirabel, ambassadeur en France. Si ce sentiment n’est pas original parmi les responsables espagnols, il pose problème quand on sait que le Marquis occupera pendant plus de dix ans le poste d’ambassadeur auprès du Roi Très-Chrétien. Ses lettres contiennent de nombreuses attaques contre le « caractère français ».

  • 20 Par exemple AGS, K, 1432, f°141 ; 1415, f° 47 ; 1426, f° 92 ; 1445, f° 6 ; 1469, f° 161 ; 1608, f° (...)

21Lors du choix des espions et des informateurs ou des interventions effectuées auprès de groupes en dissidence, ces partis pris peuvent être dommageables. La plupart des offres de service faites à l’Espagne par des confidents français sont commentées par cette même remarque laconique des responsables : « Encore que l’on ne puisse guère se fier aux Français20... », qui semble signifier qu’à chaque entreprise il faut malgré tout prendre langue avec ces personnes si le service du roi l’exige. Les plus hauts dirigeants partagent cette méfiance et ces soupçons. Dans un commentaire au cours d’un vote au Conseil d’État le 10 juin 1633, Olivares s’exprime dans ce sens :

  • 21 AGS, K, 1416, f°16, Olivares (10 juin 1633).

Je confesse à V.M. que je n’ai jamais entendu des Français de choses qui ne me paraissent pas une tromperie [engaño] ; et malgré cet état d’esprit, il reste nécessaire de traiter avec tous et en prenant les précautions rendues nécessaires par leur fausseté21.

  • 22 AGS, K, 1424, f° 75 ; après avoir donné ses instructions à l’ambassadeur Benavente, le roi précise  (...)
  • 23 José Deleito y Piñuela, El rey se divierte, Madrid, Espasa-Calpe, 1955, pp. 49-50 : selon l’express (...)

22Quant à ce que les monarques espagnols pensent de la France, nous n’en savons rien. Ils annotent les consultas du Conseil d’État, mais ne font pas de longues déclarations, à la différence de leur valido. Doit-on penser que les dépêches du roi aux diplomates expriment l’état d’esprit du souverain alors qu’elles sont rédigées par les secrétaires d’État ? En ce cas, nous trouvons non seulement des témoignages de gallophobie, mais des marques d’un antagonisme irréductible entre les deux couronnes22. Quoi qu’il en soit, l’attachement de Madrid à la branche cadette de Vienne n’a pas empêché la conclusion des mariages de 1615. Philippe IV, marié à Isabelle de Bourbon, fille d’Henri IV, semble apprécier son épouse23 et, à la différence de son beau-frère, nous n’avons pas trouvé chez lui d’accent de mépris envers le voisin d’outre-Pyrénées.

23Si la plupart des responsables espagnols jugent négativement la « nature » française, le miroir français de la « nature » espagnole n’est guère plus encourageant. L’hispanophobie d’Henri IV est notoire, depuis son apostrophe au chef de la garnison espagnole quittant Paris : « Monsieur le Duc [de Feria], recommandez-moi à votre maître, mais n’y revenez plus ! » jusqu’à cet ordre intimé sans ménagements à sa maîtresse la marquise de Verneuil :

  • 24 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VII, p. 665, lettre d’Henri IV (...)

Je trouvai ce matin à la messe des oraisons en espagnol entre les mains de notre fils ; il m’a dit que vous les lui aviez données. Je ne veux pas seulement qu’il sache qu’il y a une Espagne24 !

24Pourtant, la pratique politique du roi, toujours suspicieuse à l’égard de l’Espagne, demeure réaliste et s’accommode des faits, à savoir que le Roi Catholique reste le premier souverain chrétien par la puissance et qu’il faut composer avec lui.

  • 25 H. Méchoulan, « L’Espagne dans le miroir des textes français », p. 434.

25Pendant la minorité de Louis XIII, l’hispanophobie ne change pas mais se fait plus discrète. La personnalité de Marie de Médicis contribue largement à cette modération. D’une part, la Florentine est profondément catholique, marquée par une éducation toscane dont les formes de piété diffèrent nettement des traditions de l’Église gallicane. D’autre part, la nièce du grand-duc de Toscane, devenue régente, occupe l’un des premiers rangs de la Chrétienté. Cette soudaine puissance la place au même niveau que le Roi Catholique. Doit-on estimer que les mariages de 1615 ont été conclus en partie à cause du prestige personnel qu’en retirait la régente, devenue dès lors la belle-mère du « Roi Planète » ? Autre raison de cette mise en sourdine de l’hispanophobie : la situation politique française exige de ménager l’Espagne. L’œuvre du docteur Carlos García, qui appartient à l’entourage de la reine mère, tente de démontrer que les deux nations ne sont pas dissemblables au point qu’un rapprochement soit impossible. La plupart des historiens insistent sur l’engouement pour l’Espagne qui saisit la France au moment des mariages : traducteurs, professeurs de castillan pullulent et, selon Cervantes, « En France, ni homme, ni femme ne laisse d’apprendre la langue castillane25. » Pourtant, nous avons vu que cet enthousiasme est bien mitigé, singulièrement lors des contestations nobiliaires et des états généraux.

  • 26 L’étude ancienne de Berthold Zeller, Études critiques sur le règne de Louis XIII. Le connétable de (...)

26À l’époque où Luynes est favori26, l’hispanophobie reste cachée et Louis XIII ne renoue avec les sentiments anti-espagnols de son père qu’à mesure des victoires des Habsbourg. Par la suite, l’influence de Richelieu conforte le roi dans ces sentiments. Enfin, si la présence des « Italiens » dans le gouvernement de Marie de Médicis lui était insupportable, Louis XIII ne tolère pas davantage l’influence de la camarilla d’Anne d’Autriche et adopte une attitude intolérante envers ces étrangers.

  • 27 Entre le roi Charles Ier et Henriette-Marie de France, sœur de Louis XIII.

27Le contexte général engendre donc des prises de position « nationales » : hispanophone dominante du côté français, francophobie du côté espagnol. Nous pourrions étendre ce constat à d’autres royaumes. En Angleterre, le mariage français27 ne résout aucun des problèmes qui se posent entre les deux couronnes. Au contraire, il en occasionne de nouveaux, lors de l’expulsion de la maison française de la reine Henriette-Marie. Les départs forcés de l’entourage des reines paraissent une constante de ces années. Interprétés comme une appropriation des offices des maisons des reines par les noblesses indigènes, souvent jalouses du quasi-monopole détenu par les étrangers sur ces charges, ces renvois sont aussi un indicateur des tensions existantes et démontrent l’incapacité des gouvernements à supporter des influences extérieures au sein des cours royales, que ce soit pour des raisons économiques, de prestige (avantages des offices) ou pour des considérations nationales. La fermeture des cours aux étrangers constitue l’une des caractéristiques de la première moitié du XVIIe siècle : peut-on l’interpréter comme l’indice d’un essor des nationalismes naissants ?

  • 28 Les dirigeants ayant des conjoints non espagnols sont fort peu nombreux : le premier duc de Feria é (...)

28À cet égard, il est révélateur que la monarchie la plus cosmopolite, celle des Habsbourg d’Espagne, refuse elle aussi ces influences extérieures. Outre l’expulsion de la maison française d’Élisabeth de Bourbon, la noblesse espagnole donne une impression de fermeture aux influences étrangères. Parmi les nombreux agents et responsables espagnols que nous avons rencontrés, les non-péninsulaires sont peu nombreux (Juan Bautista Tassis, Jacques Bruneau, le baron d’Auchy...) ; par ailleurs, une forte endogamie domine28. Pourtant, la proximité géographique et culturelle des Flandres ou de la Franche-Comté aurait pu entraîner des alliances matrimoniales ouvertes. Or il existe une volonté politique délibérée de Madrid d’éviter des alliances françaises dans l’aristocratie. Une lettre de Philippe III adressée à son ambassadeur à Bruxelles expose l’opinion du monarque sur la question :

  • 29 S’agit-il de Philippe de Croy, comte de Solre, titre créé par Philippe II le 3 novembre 1590 ? Gran (...)
  • 30 AGS, E, 2227, lettre du roi au marquis de Guadaleste (16 mai 1609).

Quant à ce que vous m’avisez de la manière dont le comte de Sora29 s’est marié à Paris avec la dame de Berbin, ayant obtenu l’autorisation de l’Archiduc mon frère, je l’ai noté. Vous considérez qu’il ne convient pas que les messieurs de ce pays se marient en France à cause d’inconvénients qui peuvent en résulter, ces cas de mariages avec des Français étant jusqu’à maintenant nombreux. Pour que cela ne se prolonge pas, j’écris à mon oncle en l’avertissant qu’il évite de tels mariages car, moins les principaux personnages de là-bas [les Pays-Bas espagnols] seront dépendants de la France, mieux cela sera30.

  • 31 F. Bouza Álvarez, « Entre dos reinos, una patria rebelde ».

29L’argument majeur de cette opposition aux mariages étrangers dans la noblesse flamande tient à la recherche d’une indépendance des Pays-Bas espagnols. Quel est l’objectif visé par une telle décision ? Cherche-t-on à éviter des litiges successoraux qui, perturbant la transmission des fiefs qui fondent la hiérarchie vassalique, pourraient avoir de graves conséquences du point de vue géopolitique ? Veut-on préserver les majorais des familles aristocratiques ? Il n’y a là rien de commun avec la recherche de la pureté de sang, sinon le caractère autarcique de la démarche. Le cas de l’attitude loyaliste d’une partie de l’élite nobiliaire portugaise après la sécession de 1640 souligne la faible perméabilité de l’aristocratie castillane. En effet, après la révolte du 1er décembre, même les Portugais demeurés fidèles à Philippe IV restent considérés avec méfiance à la cour de Madrid. Ayant perdu leurs biens et leurs réseaux d’alliances dans leur propre royaume d’origine, ces nobles sont soupçonnés, comme la plupart des Portugais, de judaïser, ou de mener un jeu ambigu envers la nouvelle dynastie des Bragance, soupçon inhérent à leur condition d’exilés31.

  • 32 A, Rodríguez Villa, Ambrosio Spínola, primer marqués de los Balbases, pp. 283-2R5.

30Il faut s’interroger sur l’existence d’interdictions similaires d’alliances étrangères faites à la noblesse espagnole. Des unions matrimoniales ont cependant lieu entre Castillans et Italiens. L’un des exemples les plus célèbres est celui de la fille d’Ambrogio Spinola, qui épouse le marquis de Leganés, alors que son père intègre l’aristocratie ibérique. Chevalier de la Toison d’or et grand d’Espagne, Spinola obtient de plus pour son fils cadet les archevêchés de Santiago, puis de Grenade et enfin de Se ville32. Le duc de Monteleón, Héctor Pignatelli, ambassadeur à Paris de 1615 à 1618, est pour sa part un Napolitain marié à Juana de Aragon y Cortes, et son beau-frère est le marquis de Villaffanca, Pedro de Toledo. Ces quelques alliances entre grandes familles sont-elles une exception ou bien l’indice d’échanges plus importants entre les aristocraties des différentes possessions du Roi Catholique ?

31Deux autres éléments entrent en compte dans la question de la fermeture « nationale » de l’aristocratie espagnole. D’une part, l’exutoire américain a peut-être évité la recherche d’alliances à l’étranger, bien qu’il concerne principalement les cadets de famille. D’autre part, le prestige même de la monarchie hispanique introduit une forte différenciation dans les comportements nobiliaires : s’il est fréquent de voir des généraux français se mettre au service du Roi Catholique, l’inverse paraît très rare. Le service du roi d’Espagne dépasserait ainsi la simple catégorie du royaume pour prendre une dimension supérieure, alors que le service du roi de France se cantonnerait au service d’une dynastie.

  • 33 Il en va apparemment de même pour le domaine allemand ; pariant des princes protestants allemands, (...)

32La fréquentation des élites nobiliaires du début du XVIIe siècle laisse entrevoir un repli sur soi bien plus marqué en Espagne qu’en France. Les Gondi, Birague, Bassompierre, La Tour d’Auvergne, Schomberg, Montgomery sont issus de lignages étrangers. L’influence italienne en France et la comparaison avec l’aristocratie espagnole permettent de poser l’hypothèse d’une noblesse française plus ouverte aux influences étrangères33. Ce sont les légistes qui formulent les droits « nationaux », les lois « nationales » du royaume (pensons à la loi salique, remise en cause lors de la Ligue). Ce sont les assemblées des notables de 1617 et 1627 qui demandent l’interdiction des contacts entre nationaux et ambassadeurs étrangers, alors que le clergé et une grande partie de la noblesse s’opposent à cette mesure.

33Xénophobie, francophobie, hispanophobie, fermeture et ouverture des élites : ces différentes données concourent à déformer le visage de l’Autre. C’est avec cet état d’esprit que les représentants et les dirigeants de la monarchie espagnole informent, décident et orientent la politique étrangère, et l’optique de ces prismes déformants conditionne le jeu des relations bilatérales pendant le premier tiers du XVIIe siècle.

II. - Le pacifisme de Philippe III

L’espagne et Henri IV34

  • 34 L’un des ouvrages classiques et complets, bien qu’ancien, sur les relations hispano-françaises est (...)
  • 35 Cela devait aussi permettre de trouver une solution aux mutineries de soldats, qui n’étaient plus p (...)
  • 36 Par le traité du 24 mai 1595, Henri IV et Élisabeth Ire s’engagent à ne pas mener de négociations s (...)
  • 37 A, Eiras Roel, « Política francesa de Felipe III : las tensiones con Enrique IV ».

34En février 1598, les négociations s’ouvrent à Vervins sous les auspices de Rome, le légat et le nonce du pape faisant office de médiateurs. Le moment est favorable ; une paix avec Henri IV libérerait les troupes espagnoles des Flandres et les finances royales seraient allégées d’autant, ce qui favoriserait le financement de cette nouvelle armada que Philippe II prépare contre l’Angleterre35. Après trois mois de discussions émaillées de querelles de préséance, le traité est signé le 2 mai 1598. Quoique certains articles fassent référence au traité du Cateau-Cambrésis (1559), on ne peut pas considérer que la paix de Vervins soit une simple reproduction du traité précédent. En effet, elle se distingue de celui-ci par l’exclusion de l’Angleterre de la paix de 159836 et par le report du règlement de la question de Saluces. La paix de Vervins, où « le but des deux parties est de nuire à l’autre sans conflit37 », conduit les deux couronnes à conserver tous leurs atouts dans la perspective de la confrontation pacifique qui va les opposer : Henri IV protège les ennemis du Roi Catholique, et celui-ci accueille dans ses possessions les ligueurs bannis. En dépit de ces difficultés, cet accord amène les deux puissances à renouer avec les échanges officiels de représentants.

35L’une des difficultés rencontrées par les missions diplomatiques en France tient à la « nomadisation » de la Cour. Comme les Valois ses prédécesseurs, Henri IV se déplace sans cesse : il va du Louvre à Fontainebleau, il se rend à Moret au temps de ses amours pour la comtesse Jacqueline de Bueil, il passe à Sedan, à Lyon, en Périgord. Ce roi nomade suit les péripéties de la guerre tout autant que la géographie de ses relations sentimentales. Bien qu’il soit souvent difficile de rencontrer le souverain français, sa faconde et son aisance politique facilitent une reprise des contacts avec l’Espagne, comme le constate le premier ambassadeur de celle-ci :

  • 38 AGS, K, 1602, Tassis (de Moret, le 13 mai 1599).

Le Roi Très-Chrétien est de stature normale, de taille moyenne, agile et preste. Son visage est noble, sa barbe grisonnante, ses cheveux noirs. Il a quarante-cinq, quarante-six ans et parle avec aisance et emploie des termes choisis. Il s’adonne avec grand plaisir aux exercices corporels que sont la chasse, la pelote [le jeu de paume], et d’autres. D’un naturel français et sans aucune cérémonie, facilement agité, il est d’une grande familiarité et de beaucoup de brio, bien que cela puisse lui nuire. Quant à son entendement, il est tel qu’on peut bien le qualifier de prudent ; il ne lui manque même pas les capacités d’artifice. Il fait le matamore et se vante d’être chef de guerre, il ne se tait pas. Il parle librement, volontiers il fait des reproches, et n’a pas d’affection stable. Après cela on affirme qu’il a bon fonds, qu’il garde sa parole et qu’il s’adonne beaucoup à ses plaisirs et aussi à se développer des finances assez importantes. Avide, il n’est en rien libéral [...] Indifférent en matière de religion, il a publié un édit ces derniers jours, dont je joins un exemplaire imprimé [...] Il continue l’exercice public de la religion catholique, et Dieu seul connaît ses sentiments cachés, et cette fin que certains craignent, à savoir que son but est de détruire la religion catholique, je la tiens pour passer [...] et, pour ce qui est d’une décision de recommencer la guerre contre nous, il reste nécessaire de toujours rester prudent envers ce qui, jusqu’aujourd’hui même, demeure chose fondée ; il me paraît pourtant que nous n’avons pas à le craindre si nous réussissons habilement à nous conduire avec lui38.

  • 39 AGS, K, 1460, lettre de Baltasar de Zúñiga au roi (23 avril 1605).

36L’ambassadeur Tassis se distingue ici de nombre de dirigeants espagnols, abandonnant les références du passé et dressant des perspectives assez optimistes quant aux relations entre les deux couronnes. La bonhomie royale encourage le maintien de relations correctes. Même en période difficile, Henri IV conserve cette attitude. Le 23 avril 1605, Baltasar de Zúñiga, ne voulant pas déranger le roi, qui souffre de la goutte, se rend auprès de Villeroy pour annoncer la naissance d’un infant d’Espagne. Le secrétaire le mène pourtant auprès d’Henri IV qui, malgré sa douleur, fait son possible pour montrer qu’il se réjouit de la nouvelle39. Inversement, les défauts du souverain ne sont pas ignorés des diplomates : Henri IV est ingrat, affirme Tassis, et certains serviteurs mal récompensés viennent s’en plaindre auprès de lui. L’instabilité amoureuse du « Vert Galant », notée aussi dès la première rencontre de Tassis avec le souverain, fait l’objet de plusieurs mentions dans la correspondance diplomatique de l’ambassadeur :

  • 40 Né en 1573 et fils de Marie Touchet et de Charles IX, Charles de Valois, duc d’Angoulême puis comte (...)
  • 41 Charles Timoléon de Beauxoncles, seigneur de Sigogne (v. 1560-1611), ancien ligueur passé au servic (...)
  • 42 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi (30 décembre 1604).

La marquise de Verneuil est si hautaine et insolente que cela lui pourrait coûter cher. Son père, Monsieur d’Andrague [Entragues], et le comte d’Auvergne40 insistent pour obtenir le pardon du roi ; il est sûr qu’ils l’obtiendront. Cigogne41, gouverneur de Dieppe, grand ami de ce roi, et qui a toujours été son espion dans la maison de la Marquise, a été convaincu d’espionnage double pour s’être fait prendre avec un billet dans lequel il disait ses amours à la Marquise. Il lui conseillait de rester ferme dans ses bravades envers le roi, car il le savait plus amoureux que jamais42.

37Il ne s’agit pas seulement de la vie sexuelle du roi, mais de la stabilité du pouvoir souverain en France. L’amour d’Henri IV pour la princesse de Condé, Charlotte de Montmorency, que le roi poursuit de ses assiduités à partir de 1609, s’inscrit dans un contexte de crise politique et avive les tensions entre les deux souverains. Ainsi, Íñigo de Cárdenas, ambassadeur d’Espagne, relate :

Il est public à Paris que j’ai donné cent mille écus au prince de Condé ; le Roi a fait attention et a demandé au Prince s’il m’avait parlé ; [celui-ci] a dit la vérité en répondant par la négative.

  • 43 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (8 juillet 1609).

38Pour appuyer cette déclaration, l’ambassadeur du Roi Catholique fait savoir au nonce qu’il ne possède pas un tel crédit à Anvers. Après que le nonce eut répété cela au Roi, celui-ci « lui a dit par deux fois, se tirant la barbe : “Ah ! cette maudite race de la Ligue n’est pas achevée43 !” »

39En dépit des suspicions permanentes, des projets d’union dynastique entre les deux couronnes sont régulièrement évoqués. Si Henri IV est hispanophobe, ses intérêts de monarque, mais aussi de père de famille, le poussent à chercher la meilleure alliance possible pour sa maison, et la Monarchie Catholique reste le plus beau parti qu’un prince puisse rêver pour ses enfants. Un tel établissement assurerait le respect et la stabilité de la dynastie, toutes choses dont le premier roi Bourbon manqua dans sa jeunesse. Du côté espagnol, un mariage français aurait l’avantage de confirmer la politique pacifiste menée sous la direction de Lerma depuis 1601. Un des buts envisagés serait alors de détacher le roi de France de ses alliances traditionnelles avec les ennemis de l’Espagne, en lui faisant miroiter comme dot les Pays-Bas. Henri IV aurait alors tout intérêt à faire accepter par les rebelles hollandais une soumission à leur monarque légitime.

  • 44 F.-T. Perrens, Les mariages espagnols, pp. 15-28.

40Par ailleurs la valeur des unions matrimoniales diffère selon les royaumes : en France, la loi salique exclut les femmes de la succession à la couronne et de sa transmission, alors qu’en Espagne, elles peuvent être souveraines et transmettent leurs droits à leurs enfants des deux sexes. Les enjeux diffèrent donc, et les combinaisons d’alliances incluent ces données. Quoi qu’il en soit, tant que l’Espagne et les rebelles hollandais, dont le roi de France se veut le protecteur, refusent la discussion ou n’en trouvent pas les bases, un mariage franco-espagnol reste impossible, comme l’illustrent les tentatives de l’année 1602-160344.

41Après Henri IV, Philippe III et les États-Généraux rebelles, un quatrième acteur intervient dans ce débat, souhaitant lui trouver une conclusion favorable. En effet, le pontife romain

  • 45 Lettre de de Brèves (25 juillet 1608), [citée par F.-T. Perrens, Les mariages espagnols, p. 135].

désiroit cette alliance avec passion et en prioit Dieu incessamment, jugeant bien qu’il étoit impossible de voir jamais une bonne et ferme union avec les princes chrétiens au dommage de la monarchie ottomane que cela ne se fît45,

42ainsi que l’explique de Brèves, l’ambassadeur français à Rome. Cette entente que la papauté poursuivit tout au long du XVIe siècle, Paul V espère enfin l’obtenir pour arrêter l’avancée turque en Europe. Dans ce but, il donne pouvoir à Ubaldini, son nonce à Paris, d’entretenir le roi de France de ces questions.

43Depuis la fin de l’année 1607, un cessez-le-feu est en vigueur sur le front flamand. Pour Henri IV comme pour le Conseil d’État espagnol, le moment est venu de négocier une alliance :

  • 46 Sully à Jeannin, (18 septembre 1608), [cité par F.-T, Perrens, Les mariages espagnols, p. 165].

Je reconnois [écrivait Sully après s’être opposé à un mariage espagnol] par les procédures de tous, que tous ne cherchent que le repos. Les uns y sont portés de la nécessité, les autres de l’inclination et du désir de vivre en oisiveté. Je ne sais si c’est éviter le mal, mais le temps nous l’apprendra peut-être, lorsque nous ne serons pas si dispos ni si bien munis pour le supporter. Pour moi, je me laisse aller au courant de l’eau, après avoir néanmoins dit mon avis fort franchement, selon ma coutume46.

  • 47 Pedro de Toledo, marquis de Villafranca, est élevé à la grandesse à l’occasion de son envoi comme a (...)
  • 48 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au marquis de Guadaleste (23 septembre 1608) : «Dando la soberanía po (...)
  • 49 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au roi (7 décembre 1608).

44Tout au long de son séjour de sept mois auprès du roi de France (de juillet 1608 à février 1609), le marquis de Villafranca, Pedro de Toledo47, observe le déclin progressif de son crédit dans la double négociation des mariages et de la trêve des Provinces-Unies. Il constate que les Français ne se montrent pas aussi enthousiastes pour les mariages que ses instructions le laissaient entendre. En effet, si pour le Roi Catholique un accord immédiat présente l’avantage de détacher des rebelles hollandais la monarchie française, celle-ci ne trouvera son avantage que bien plus tard, avec une possible cession des Pays-Bas aux futurs mariés. De fait, les dirigeants français veulent en premier lieu régler la question hollandaise. Contraint à traiter de ce dernier sujet, Pedro de Toledo n’est guère optimiste et s’inquiète de ce que l’Espagne n’obtienne aucune concession hollandaise, ni sur la question des Indes ni sur celle la religion catholique48. Le 7 décembre, l’ambassadeur extraordinaire souligne qu’il est résigné à un compromis car la prolongation de la guerre contre les Provinces-Unies coûterait à Madrid trois cent mille ducats par mois, selon des renseignements transmis par Íñigo de Brizuela, le confesseur de l’archiduc Albert49. À cette date, Français et Hollandais se sont entendus par le traité de La Haye (25 janvier 1609).

  • 50 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au roi (5 février 1609).
  • 51 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au roi (6 février 1609).

45Au début de février 1609, le ton des missives de Villafranca est marqué par la lassitude. Il demande à Henri IV l’autorisation de prendre congé : le roi lui réplique qu’il lui serait agréable de le revoir50... Le 6 février, l’ambassadeur, désabusé, affirme à son souverain que la solution trouvée n’est pas bonne, « mais tout est déjà trop tard », alors que « l’introducteur des ambassadeurs m’envoya dire que les bons coups se donnaient à la fin51 ».

  • 52 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (27 avril 1609).

46Parti le 28 février 1609, Pedro de Toledo laisse donc le secrétaire de l’ambassade temporairement seul jusqu’à l’arrivée du nouvel ambassadeur. Celui-ci, qui arrive le 22 mars 1609, attendra près d’un mois pour obtenir sa première audience du Roi, au cours de laquelle celui-ci s’amuse à lui proposer des négociations en vue d’une alliance matrimoniale52.

  • 53 Selon le mot de Vittorio Siri, « les deux monarchies déposèrent leurs armes, mais non point leurs r (...)
  • 54 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, doc. 203, lettr (...)
  • 55 Les Anglais renoncent à la course et s’engagent à ne pas introduire de marchandises hollandaises da (...)

47En dépit de ces différends, les traités de Vervins et de Lyon engagent les couronnes ibérique et française dans un processus de pacification plus général53. Déjà engagés avec Élisabeth 1re54, les pourparlers hispano-anglais se trouvent facilités par la mort de celle-ci en 1603 et aboutissent au traité de Londres (28 août 1604). Les aspects commerciaux sont essentiels pour comprendre cet accord, auquel les Pays-Bas espagnols s’associent55. Quant aux aspects politiques de ce traité « perpétuel », ils règlent la dispute successorale : Philippe III reconnaît les droits de Jacques 1er d’Angleterre. Les deux parties s’engagent à ne pas soutenir de rebelles, c’est-à-dire les Provinces-Unies, d’une part, et les réfugiés catholiques anglais, irlandais et écossais, d’autre part. Après avoir été l’un des grands théâtres d’affrontement de la deuxième moitié du XVIe siècle, le « front » britannique disparaît jusqu’aux années 1618.

  • 56 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 139.
  • 57 La victoire de Spinola à Ostende en 1604, après plus de deux ans de siège, n’avait pas apporté à l’ (...)

48Lerma confirme cette orientation pacifiste par l’accord franco-espagnol de 1604, qui lève les embargos que chacune des puissances faisait peser sur l’autre et supprime les droits de douane élevés, puis par le traité de commerce avec la Hanse (28 septembre 1607)56. Mais surtout, cette même année, Philippe III et son valido entament des négociations pour mettre fin à la guerre des Flandres57. Faute de pouvoir empêcher la cessation des hostilités entre Espagnols et Hollandais, Henri IV réussit cependant à « internationaliser » les discussions. Finalement, le congrès de La Haye, auquel participent des représentants de l’Espagne, des Provinces-Unies, des Pays-Bas espagnols, des électeurs protestants, des Anglais, du duc de Holstein et d’Henri IV, aboutit à la signature d’une trêve conclue pour douze années.

  • 58 A. D. Anderson, The Jülich-Kleve Succession Crisis. Dans sa conclusion, l’auteur insiste sur l’orig (...)
  • 59 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (5 août 1609).
  • 60 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (2 décembre 1609) ; AGS, K, 1452 (26 décembre 1609).

49Malgré cet élan de règlements pacifiques, la crise des duchés de Clèves et de Juliers, en 1609-1610, implique la plupart des puissances à l’exception de l’Angleterre et de Venise58. Afin d’éviter que ce carrefour nord-occidental de la vallée rhénane ne tombe aux mains d’un adversaire politique, Espagnols et Allemands de la Ligue catholique soutiennent les droits de l’Empereur à évoquer la question de la succession et à occuper la ville de Juliers (juillet 1609), en attendant une solution. Une telle mobilisation constitue une menace pour le ravitaillement en troupes des Provinces-Unies et détruit l’équilibre religieux en Allemagne entre l’Union évangélique protestante et la Ligue catholique. Henri IV refuse un contrôle impérial des duchés en question, contrôle qui profiterait à Madrid (l’archiduc Léopold, chef de l’armée impériale, est le frère de la reine d’Espagne) et affermirait le chemin espagnol, laissant démunis ses alliés allemands et hollandais. Cárdenas, l’ambassadeur espagnol à Paris, avertit Madrid de la position française. Carlos de Roo, un agent placé auprès du gouverneur du Dauphiné, prévient Cárdenas des véritables intentions des protagonistes. Les convergences d’intérêts entre les prétendants allemands aux duchés de Clèves et de Juliers et les Provinces-Unies, alliées du roi de France, sont signalées dès le mois de juillet. La venue à Paris du duc de Brandebourg, un des aspirants à la succession des duchés, inquiète l’ambassadeur59. À plusieurs reprises, il envoie à Madrid des pièces de la correspondance française avec les responsables de Clèves (1er et 30 septembre) et les électeurs allemands, dépêches certainement interceptées. L’« enlèvement innocent » de la princesse de Condé par son mari, le 28 novembre 1609, accroît la tension. Dès septembre, Cárdenas avait averti le Conseil d’État des sentiments d’Henri IV pour la jeune femme. La fuite du couple, qui trouve asile à Bruxelles, amène le roi de France à exiger de l’Espagne la libération de la princesse, que l’ambassadeur déconseille au Conseil d’État60. Pendant l’hiver 1609-1610, Henri IV s’allie par l’union de Hall (11 février 1610) avec les princes allemands et par le traité de Brussol (24 avril 1610) avec la Savoie. Au printemps, il semble certain que la guerre aura lieu :

  • 61 AGS, E, 2026, Conseil d’État du 11 mai 1610, sur des lettres de Spinola, du comte d’Anover et de Cá (...)

La résolution de ce Roi est d’entrer en Flandres avec son armée, de s’avancer avec sa cavalerie sans assiéger de villes ni faire de dégâts et de se rendre à Bruxelles pour y demander la Princesse [de Condé] avec insistance et prières tant qu’il le pourra et sinon il emploiera la force, faisant le mal qu’il pourra. Là-bas, ils tiennent pour sûr que l’Archiduc est angoissé et tremblant, ce qui cause en France beaucoup de rires et de vaillance. La Princesse écrit au Roi, son chevalier servant, de la tirer de cette prison61.

  • 62 AGS, K, 1462, f° 123, Cárdenas (27 avril 1610). Sur les audiences accordées par Henri IV les 5 et 2 (...)

50Belliciste et mélancolique tout à la fois, Henri IV s’entend prédire son assassinat par un astrologue62.

  • 63 Le grand dessein d’Henri IV, rêvé par Sully, ne s’applique peut-être pas à cette période de tension (...)

51Cette crise préfigure l’embrasement européen des années 1635-1648. Tous les acteurs sont présents, seule manque l’envie d’en découdre. L’Espagne de Philippe III, comme les Provinces-Unies, n’a pu encore faire l’expérience d’une paix prolongée. L’assassinat d’Henri IV supprime un catalyseur et réduit rapidement les tensions63. En Espagne, cet événement est tenu pour providentiel et procure un profond soulagement. La nouvelle de l’attentat parvient au roi alors qu’il se trouve dans la ville de Lerma. Séance tenante, le duc de Lerma propose que la famille royale espagnole prenne le deuil. L’envoi d’un ambassadeur extraordinaire est décidé afin de transmettre les condoléances à Marie de Médicis et de féliciter Louis XIII de son accession au trône. Juan de Idiáquez, le vieux conseiller de Philippe II, explique qu’il faut agir ainsi

  • 64 AGS, K, 1593, f° 22, avis du Conseil d’État (24 mai 1610) sur cinq points proposés par Lerma concer (...)

non pour ce que lui [Henri IV] méritait, mais pour la Reine, qui toujours a montré son désir de resserrer l’amitié et la parenté [...] Dieu a mis V. M. à cette place pour la donner au monde et V.M., reconnaissant les grâces du Seigneur, doit se conformer à Sa sainte volonté et à Son service, car après une action aussi grande que celle de l’expulsion des morisques et la préparation des armes en tous lieux pour s’opposer à l’injustice du roi de France avec toute l’ardeur et la valeur que demandait la grandeur de V. M., Il [Dieu] a bien voulu secourir la sainte et droite intention de V.M. en lui ôtant du monde [le roi de France] par le moyen qu’on voit, ce qui est Sa justice et doit causer une notable admiration et la crainte de tous64.

52L’assassinat d’Henri IV résulte d’un châtiment divin infligé à de coupables actions. L’Espagne catholique emprunte le chemin des interprétations mystiques : Dieu a voulu de nouveau protéger la Monarchie, et celle-ci demeure le pilier de la Sainte Foi.

  • 65 R. Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, pp. 27-30.
  • 66 AGS, K, 1593, f° 22 (24 mai 1610).
  • 67 M. Carmona, Marie de Médicis, pp. 156-182.

53À Paris, à la nouvelle de l’assassinat du roi, un rassemblement se produit aussitôt devant l’ambassade d’Espagne et tourne à l’émeute, ce qui souligne le climat anti-espagnol qui prévaut dans la capitale. Cependant, aucun document probant n’indique une quelconque implication espagnole. Roland Mousnier consacre quelques pages à des témoignages se rapportant à d’hypothétiques participations de la monarchie hispanique65. Parmi ceux-ci, les dépositions de la demoiselle Escoman mettent en cause des agents du Roi Catholique déjà connus pour d’autres actions. Pourtant, aucun indice concret ne permet de prouver un quelconque concours espagnol à l’attentat qui servit – sinon sauva (ce dernier mot serait une exagération) – l’Espagne. Habilement, les responsables de Madrid décident de dépêcher un courrier aux autorités aragonaises pour arrêter d’improbables Français qui chercheraient refuge après l’attentat, et l’on demande à Cárdenas d’informer la reine de cette décision66. Philippe III cherche ainsi à se concilier la régente. De fait, on assiste à un spectaculaire retournement d’alliances, retournement qui a conduit certains historiens à émettre des hypothèses sur une complicité de Marie de Médicis dans l’assassinat de son époux. Michel Carmona les évoque en y associant le duc d’Épernon67. L’hispanophilie de la reine et du duc, les relations directes qu’ils ont entretenues et entretiendront, en dehors des circuits officiels, avec les dirigeants espagnols favorisent ces supputations.

La question italienne et la « bonne entente » franco-espagnole de la régence

54Enjeu primordial de la politique extérieure espagnole, l’Italie est le théâtre de nombreux conflits localisés, de mobilisations inachevées, de conjurations plus ou moins abouties. Parmi les renseignements que les diplomates et les représentants espagnols transmettent au Conseil d’État de Madrid, un grand nombre sont relatifs à l’Italie. Durant la deuxième partie de cette période de relations officielles entre les monarchies française et espagnole, on assiste à une montée en puissance des informateurs et des agents qui travaillent sur ce terrain. Les guerres avec la Savoie (1613-1618), les conflits pour la Valteline (1620-1625) et la guerre de Mantoue (1628-1630) expliquent cette présence accrue de l’Italie dans les relations bilatérales. Les années 1600-1615 sont, elles aussi, bien représentées dans notre documentation relative à l’Italie, d’autant que les orientations des dirigeants espagnols en poste dans cette péninsule divergent de l’orientation générale.

  • 68 Les principaux dirigeants de ce courant sont le comte de Fuentes, le marquis de Villafranca, le duc (...)

55En effet, toute une série de responsables appartiennent à un même courant politique : celui des « faucons68 ». Ils s’opposent à l’orientation pacifiste de Madrid, dont ils critiquent le laxisme. Ils agissent bien souvent de leur propre chef, à la manière de « proconsuls », tissent des intrigues, créent et développent des réseaux d’informateurs, ou imposent des solutions militaires pour résoudre les questions litigieuses.

56La première épreuve de force se déroule pendant les deux premières années du XVIIe siècle, à propos de la démarcation franco-piémontaise. Les manœuvres dilatoires du duc de Savoie pour éviter de restituer le marquisat de Saluces sont encouragées en sous-main par Madrid, mais elles débouchent sur l’intervention militaire française de l’hiver 1600-1601. Selon le comte de Fuentes, qui écrit depuis Milan, accepter la défaite du Duc et l’occupation de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex par Henri IV,

  • 69 AGS, E, 1290, f° 7, Fuentes au roi (13 janvier 1601).

[C’est] nous [i. e. aux Espagnols] enlever la commodité des Suisses, [c’est] posséder la clé des passages vers Flandres et votre maison, et ainsi nous empêcher de créer aucune diversion avec des seigneurs et princes, [qui sont] ses vassaux, [c’est] s’emparer du comté de Bourgogne [la Franche-Comté] et avoir à sa disposition les Flandres, où on ne pourrait plus passer69.

  • 70 C’est ainsi que Campanella, sitôt libéré des geôles d’Urbain VIII en 1634, se réfugie à Paris « pou (...)
  • 71 Les cantons sont un réservoir de mercenaires et un point de passage obligé pour les troupes de tout (...)

57Fuentes précise que, par ce moyen, le roi de France menace les États d’Italie. Ce constat explique l’agitation italienne permanente, tant dans le camp espagnol que dans le camp français. Les potentats locaux continuent de regarder vers Paris pour chercher un contrepoids à la pax hispanica. À cet égard, si le traité de Lyon marque bien la fin des prétentions territoriales françaises (le marquisat de Saluces est restitué à la Savoie, en échange des territoires cités), le royaume de France reste la seule puissance qui puisse faire contrepoids à l’Espagne en Italie70. Les tentatives « interventionnistes » de Fuentes échouent lors de la guerre franco-savoyarde et de l’affaire Biron, mais jusqu’à sa mort le gouverneur du Milanais appliquera une politique de force pour renforcer la sécurité des passages de troupes et contrecarrer l’influence vénitienne et française auprès des Suisses71.

  • 72 C. Seco, « Venecia, Roma, España ».
  • 73 Le principal d’entre eux, le comte de Fuentes, exprime au Conseil d’État son désaccord (AGS, E, 129 (...)
  • 74 Le connétable de Castille ne reste pas longtemps à la tête du Milanais : de la fin de l’année 1610 (...)
  • 75 A. Bombín Pérez, La cuestión de Monferrato.

58Lorsqu’en 1606, la querelle de l’Interdit surgit entre Rome et Venise, les Espagnols d’Italie adoptent une attitude radicale et cherchent à humilier la République. Se présentant comme les défenseurs intransigeants de Rome face à la Sérénissime, ils échouent à isoler Venise puisque le différend est finalement résolu par l’intermédiaire de la diplomatie française72. Quand en 1607 les discussions avec les Provinces-Unies sont entamées, nombreux sont les responsables espagnols d’Italie à s’opposer à une trêve73. La mort d’Henri IV et celle du comte de Fuentes, survenues la même année, ouvrent des nouvelles perspectives aux ambitions de Charles-Emmanuel de Savoie, ambitions accrues par les nominations successives du connétable de Castille et du marquis de la Hinojosa74 (de 1612 à 1615) à la direction du Milanais. Tous deux s’orientent vers les réformes et la « chasse » au gaspillage. Ils inclinent à un pacifisme que l’agitation permanente de Charles-Emmanuel devrait leur interdire. Á la mort du duc de Mantoue, en décembre 1612, le bouillant Savoyard exige au nom de sa petite-fille une partie de l’héritage, à savoir le Montferrat, position stratégique qu’il occupe en avril 161375. Il oblige ainsi à une remobilisation coûteuse des tercios. Bien que ceux-ci le délogent en quelques mois, les opérations reprennent en août de l’année suivante avec une invasion espagnole du Piémont. Cette guerre du Montferrat détériore les rapports franco-espagnols, les Français demeurant convaincus qu’il existe une alliance entre la Savoie et l’Espagne pour dépecer le duché de Mantoue et accroître l’emprise du Roi Catholique en Italie. Sur la base de cette idée fausse, Marie de Médicis ordonne la levée de quatre armées françaises... Or l’attaque de Charles-Emmanuel était préméditée et indépendante : il avait le soutien secret de Lesdiguières, le tout-puissant gouverneur protestant du Dauphiné, rencontré au début de 1615. La durée du conflit et les craintes de Rome et Paris (ambassades du marquis de Rambouillet, puis du marquis de (œuvres) de voir un renversement d’alliances débouchent sur une première paix à Asti, en avril (restitution du Montferrat et licenciement des troupes espagnoles et savoyardes). Une seconde paix, le 21 juin 1615, complète le premier accord et permet à la Savoie d’obtenir la protection française face aux ambitions espagnoles et le pardon pour les sujets français engagés à ses côtés sans l’assentiment de la reine mère.

59Cette paix, qui a obligé les Espagnols à traiter d’égal à égal avec un duc coupable d’avoir envahi un marquisat sans aucun prétexte valable, est considérée comme une humiliation par les « proconsuls » espagnols en Italie. En pleine période de calme, alors que la politique de réforme espagnole aurait dû porter ses fruits, que les grandes puissances anglaise, française ou hollandaise sont occupées par des problèmes intérieurs et en paix avec la Monarchie, le petit duché de Savoie a pu défier le gigantesque empire de Philippe III. La paix d’Asti marque un tournant dans la prise de conscience du déclin de l’Espagne. Elle oblige les dirigeants de Madrid à repenser leur politique, particulièrement dans le Nord de l’Italie, où ils procèdent à des changements d’orientation : l’ardent marquis de Villafranca, Pedro de Toledo, remplace le responsable de l’« humiliation d’Asti », le marquis de la Hinojosa.

  • 76 En novembre 1616, l’évêque de Luçon, secrétaire d’État, menace un moment le gouverneur du Dauphiné (...)

60Si l’appui français au duc de Savoie se concrétise par une nouvelle rencontre entre Lesdiguières et Charles-Emmanuel en juin 1616, cette protection reste peu crédible car Marie de Médicis affronte une situation intérieure déplorable (arrestation de Condé en août, nouveau gouvernement en septembre). Pour les responsables espagnols en Italie, le moment est venu de venger l’affront d’Asti. Au printemps 1617, les troupes espagnoles de Milan reprennent le chemin de la Savoie, assiègent Verceil et occupent Asti. Côté français, la division et l’indécision reflètent les luttes de factions nobiliaires : Lesdiguières, appuyé par Rohan et Schomberg, lève une armée pour soutenir la Savoie76, tandis que les ducs de Nemours et de Guise appuient l’Espagne. Pour Madrid, la chute de Verceil en juillet 1617 efface l’« offense » d’Asti : les négociations peuvent débuter. La paix de Pavie, conclue le 9 novembre 1617 et ratifiée l’année suivante, exige des deux parties un désarmement total et un maintien du statu quo ante. Ces quatre années de campagnes intermittentes, de louvoiements diplomatiques des Savoyards, de mobilisations de troupes et de politique d’équilibriste de la part de la monarchie française aboutissent à la restitution du Montferrat à Mantoue. L’expansion de la Savoie a été annulée, mais au prix d’une humiliation politique du Roi Catholique en Italie.

61Outre la contestation savoyarde, les dirigeants espagnols doivent compter avec Venise, qualifiée de « concubine » [amancebada] des Turcs. Située à mi-chemin entre le monde latin et le monde orthodoxe, entre le domaine catholique et le domaine musulman, ni orientale ni occidentale, la Sérénissime s’est toujours voulue indépendante, avec son doge et ses institutions propres, héritage des lointains siècles du haut Moyen Âge. Elle a résisté à toutes les tentatives hégémoniques, depuis les Lombards jusqu’à l’irruption espagnole du XVIe siècle. Certes, la puissance de la République n’atteint plus les niveaux des XIVe et XVe siècles ; elle est rognée par les Turcs, par la compétition commerciale des puissances nordiques et par la présence ibérique. Néanmoins ses capacités économique et surtout navale restent de premier ordre. Cette indépendance vénitienne, les vice-rois et gouverneurs espagnols ne la supportent pas, d’autant qu’elle fait obstacle aux relations avec les Habsbourg de Styrie et avec la Suisse. En effet, les Vénitiens contrôlent le passage terrestre du Frioul et la voie maritime, grâce à leur monopole sur la navigation dans l’Adriatique.

  • 77 P. Preto, « Le “paure” della sociétá veneziana ».
  • 78 Ces populations, refoulées de l’Empire ottoman et réfugiées sur la côte dalmate, menacent le « lac (...)
  • 79 C. Seco, « El marqués de Bedmary la conjuración de Venecia de 1618 », voir chap. IX, p. 455 sqq.

62Depuis l’Interdit de 1606, les Vénitiens vivent dans la hantise d’une intervention étrangère et des conspirations. Les trahisons au profit de l’Espagne périodiquement découvertes (infidélité d’Angelo Badoer, complicités espagnoles dévoilées en 1612 dans la cité même, etc.) ont enraciné cette crainte. Une « grande peur77 » traverse la société vénitienne pendant plus d’une décennie, avec des accès de fièvre aux périodes critiques. Après la crise de 1606, une autre flambée de panique survient entre 1613 et 1617 à la suite d’attaques de pirates uscoques contre les possessions de la République, agressions soutenues par les dirigeants espagnols en Italie78. De nouveau, Madrid désavoue ses représentants et refuse un engagement militaire (le Conseil d’État s’oppose à la création d’une flotte espagnole permanente dans l’Adriatique destinée à détruire la puissance maritime de Venise). Ces fronts mouvants, situés à la lisière du monde catholique, sont un prétexte pour employer de nombreux agents secrets, infiltrés ou retournés. Le triumvirat espagnol en Italie (le marquis de Bedmar à Venise, Villafranca à Milan et le duc d’Osuna à Naples) est défait par les conséquences de la ténébreuse « conspiration » contre Venise de 161879 : Bedmar est alors rappelé, à la demande des autorités de la Sérénissime.

  • 80 P. Fernández Albaladejo, « De “llave de Italia” a “corazón de la monarquía” » ; F. Benigno, La somb (...)
  • 81 J. Lefèvre, « Les ambassadeurs d’Espagne à Bruxelles sous le règne de l’archiduc Albert », pp. 64-6 (...)

63À plusieurs reprises entre 1601 à 1618, des divergences politiques entre les dirigeants espagnols d’Italie et le centre madrilène sont apparues. Une réflexion sur les causes de ces désaccords80 peut simplement faire intervenir le facteur géographique : le Conseil d’État et le valido, éloignés des réalités, retranchés au cœur de la Meseta ibérique, à plus de mille kilomètres des champs de bataille, adopteraient des positions plus modérées, facilitées par leur situation éloignée. À l’inverse, situés au contact direct des réalités italiennes et de la politique machiavélique des potentats italiens, les vice-rois et gouverneurs pratiqueraient des politiques plus radicales. Ce raisonnement, fondé sur une dichotomie de la perception politique entre le « centre » de la Couronne et sa « périphérie », n’est valable que pour l’Italie. Dans les Pays-Bas espagnols, une autre logique prévaut : Spinola aussi bien que les Archiducs tendent à appliquer une politique plus modérée que celle décidée par le « centre » et ils expriment d’ailleurs plusieurs fois leur désaccord avec un pouvoir espagnol plus radical81. Il y a donc bien une spécificité de l’Italie hispanique.

  • 82 Par sa mère, doña Catalina de Toledo y Pimentel, le comte de Fuentes est le neveu du duc d’Albe.
  • 83 P. Fernández Albaladejo, « De “llave de Italia” a “corazón de la monarquía” », pp. 192-193,
  • 84 F. Benigno, La sombra del rey, pp. 77-108. En plus des luttes de factions à la cour d’Espagne, aviv (...)

64Une autre interprétation voit dans le bellicisme des « proconsuls » espagnols en Italie la conséquence des luttes de factions pour la maîtrise du pouvoir en Castille même. Les héritiers d’une ligne politique dure, forgée à l’époque de Philippe II et incarnée par le duc d’Albe, seraient mis à l’écart et éloignés de la personne royale pour faire place à la faction de Lerma. La nomination à Milan du comte de Fuentes82 s’expliquerait par le fait qu’une telle personnalité était incontournable. Philippe III, après lui avoir accordé le titre de grand d’Espagne et une place au Conseil d’État, lui offre en 1600 un poste clé, le gouvernement du Milanais. Cette désignation permet de mettre à profit les indéniables compétences de l’ancien gouverneur des Pays-Bas espagnols et de le tenir à distance du favori et du roi. On évite ainsi au valido toute contestation à l’intérieur du Conseil d’État et de la Cour83. Ce schéma fonctionne aussi dans le cas de la vice-royauté d’Osuna à Naples. Étroitement lié aux factions vaincues des Sandoval (Lerma et Uceda), Osuna paie le prix d’un changement de faction à la tête du pouvoir84.

65Outre cette analyse des rapports de force internes à la monarchie hispanique, la lecture des documents de Simancas laisse apparaître une division du travail inégale entre Madrid et les « proconsuls ». Lors de l’affaire de la fuite de Condé, lors de la conspiration de Biron, les conversations se déroulent entre le gouverneur du Milanais et l’ambassadeur en poste à Turin, le Conseil d’État à Madrid laissant l’initiative à ces acteurs tant que ses propres orientations ne sont pas remises en cause. Ainsi, nous pensons qu’il existe, en même temps qu’une opposition de ligne politique entre Madrid et les « Italiens », une complémentarité : la politique « propre » est mise en œuvre depuis la capitale, le travail de l’ombre et l’activisme depuis l’Italie. Il est commode de disposer de radicaux comme prétexte à des actions que l’autorité centrale répugne à endosser malgré la nécessité politique.

Les archiducs : autonomie ou indépendance ?

66Les relations du centre madrilène avec les Pays-Bas espagnols apparaissent à l’opposé de celles qu’il entretient avec les « proconsuls » italiens. Alors que les États bourguignons deviennent théoriquement indépendants et souverains, le gouvernement espagnol tend à contrôler leurs relations internationales. Dans ses rapports avec l’Italie, au contraire, bien que ces possessions soient sous la souveraineté directe du Roi Catholique, le pouvoir central se laisse souvent déborder par des représentants qui agissent dans un sens différent de sa politique.

  • 85 Sixième fils de Maximilien II et de Marie, sœur de Philippe II, Albert est éduqué depuis l’âge de o (...)

67La volonté de détacher, au moins partiellement, l’héritage bourguignon de la Couronne est une décision de Philippe II. Ces territoires, où depuis 1566 les tercios s’usent sans résultat tangible, ne connaissent pas de gouvernement stable. Les gouverneurs envoyés par Madrid, le duc d’Albe, don Juan d’Autriche, Alexandre Farnèse, Requeséns et Ernest d’Autriche, semblent y venir pour y mourir. La cession de ces possessions constitue la dot donnée à Isabelle (née du mariage de Philippe II avec Élisabeth de Valois, petite-fille d’Henri II de France) en vue de son mariage avec son cousin l’archiduc Albert85. Celui-ci abandonne la cléricature pour se rendre directement à Valence, où se déroulent son mariage avec Isabelle et celui de Philippe III avec Marguerite de Habsbourg le 18 avril 1599.

68Dès le 6 mai 1598, les actes de cession entrent en vigueur, et les futurs conjoints deviennent souverains des Pays-Bas, lesquels comprennent les provinces révoltées et le comté de Bourgogne (la Franche-Comté). Cette cession a fait l’objet de diverses appréciations. On a accusé Philippe II de savoir le couple stérile, ce qui signifie qu’il savait que les territoires reviendraient automatiquement à l’Espagne. Par ailleurs, ce transfert lui permettait de recourir à de nouvelles manœuvres et à de nouveaux moyens. En effet, en vertu de leur souveraineté, les Pays-Bas des Archiducs deviennent une puissance indépendante. Ils possèdent leurs propres ambassadeurs et accréditent les diplomates des autres États. Leurs agents à l’étranger sont souvent employés comme coordinateurs entre les Archiducs et Madrid. Ils consultent souvent les ambassadeurs espagnols, et parfois ils en dépendent financièrement.

  • 86 Voir G. Parker, « The Formation of Government Policy in the Catholic Netherlands under “the Archdul (...)
  • 87 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 487, doc. 12 (...)

69Dans la plupart des domaines, cette cession de l’héritage bourguignon demeure faussée par la présence permanente d’Espagnols aux côtés des souverains86. Les Conseils collatéraux se cantonnent à la direction des affaires intérieures, du moins quand elles ne concernent pas les intérêts espagnols. Si le Conseil des Finances dirige bien la gestion des ressources et des dépenses, la maîtrise des sommes versées par l’Espagne pour financer les armées lui échappe : le payeur général (pagador general) et les contrôleurs (contadores) restent nommés par le Roi, devant lequel ils sont responsables87. Dans le domaine judiciaire, le Conseil privé est dessaisi dès qu’il y a implication d’un militaire espagnol dans un procès, et cela au profit d’un surintendant à la Justice militaire créé en 1595.

  • 88 J. Lefèvre, « Juan de Mancicidor » ; Id., « L’intervention du duc de Lerme dans les affaires des Pa (...)

70Le premier des organismes à Bruxelles, le Conseil d’État, ne participe pas à l’élaboration de la politique étrangère des Pays-Bas et se trouve doublé par un noyau de ministres espagnols que Philippe II, puis Philippe III nomment depuis Madrid. Juan de Mancicidor, le secrétaire d’État et de Guerre auprès des Archiducs, contrôle la correspondance diplomatique. Élève de Juan de Idiáquez, il maintient un contact permanent avec les secrétaires d’État du Roi Catholique, ses anciens collègues, et contresigne les dépêches militaires88. Comme Mancicidor, Íñigo de Brizuela a quitté l’Espagne avec l’archiduc Albert en 1596 et poursuit sa fonction de confesseur auprès de ce prince. Ces deux personnages appartiennent au groupe restreint de conseillers qui élaborent avec Albert la politique telle que la désire l’Espagne. Enfin, le poids dominant de Spinola, maître de camp général de l’armée depuis 1605 et surintendant des Finances, aurait conduit à une véritable mise sous tutelle des nouveaux souverains si une entente entre les Archiducs et le Génois n’avait pu être trouvée.

  • 89 Cité par G. Parker, « The Formation of Government Policy in the Catholic Netherlands under “the Arc (...)

71Lors des négociations de paix avec l’Angleterre en 1605, Madrid nomme Juan de Velasco, le connétable de Castille, chef de la délégation espagnole et flamande. Celui-ci exige une obéissance de tous à ses ordres. Richardot, premier non-Espagnol dans la hiérarchie gouvernementale et dans les Conseils, constate : « La délégation espagnole se comportait plus comme nos maîtres que comme nos compagnons89. » La réduction des troupes espagnoles consécutive à la trêve conclue en 1609 avec les Provinces-Unies ne diminue pas cette dépendance car, à mesure que s’écoulent les années, il devient clair que les États bourguignons reviendront au Roi Catholique, les Archiducs n’ayant pas de descendance.

  • 90 Voir H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 415, do (...)

72Les diplomates de Philippe III en poste auprès des Archiducs ont une fonction clairement établie : imposer les volontés royales à Bruxelles. Baltasar de Zúñiga est ainsi amené à communiquer une exigence très délicate : le Roi veut obtenir d’Albert une cédule réglant le sort de l’Infante et des États bourguignons dans le cas où l’Archiduc viendrait à mourir. Il faut toute l’habileté de l’oncle d’Olivares pour convaincre le dirigeant des Pays-Bas de l’utilité de ce document et pour le transmettre au secrétaire Juan de Mancicidor. Une dizaine d’années plus tard, Philippe III ne se contente plus de cette cédule et souhaite que les différents États des Pays-Bas lui prêtent serment en tant qu’héritier présomptif. En 1616, toutes les assemblées se soumettent à cette exigence, parfois en rechignant, comme c’est le cas pour les représentants du Brabant90.

  • 91 À la suite des troubles survenus dans la capitale brabançonne en 1620, l’Archiduc retire ses troupe (...)
  • 92 J. Lefèvre, « Les ambassadeurs d’Espagne à Bruxelles sous le règne de l’archiduc Albert », p. 76 ; (...)

73En 1618, la nomination à l’ambassade de Bruxelles du marquis de Bedmar, quasiment expulsé de la Sérénissime après la « conjuration de Venise », multiplie les occasions d’affrontements verbaux. Non seulement l’ambassadeur se refuse à admettre la politique pacifiste d’Albert, mais il n’a que dédain pour les Belges91. Les instructions royales étendent alors le pouvoir de l’ambassadeur aux services de renseignement des Archiducs et de l’armée92.

74La souveraineté en « liberté contrôlée » des Archiducs ne doit pas laisser croire que ceux-ci ne possédaient aucune marge de manœuvre. Les dépêches et avis envoyés par les gouvernants restent le support du processus de décision. Les Archiducs exercent donc leur influence en choisissant de mettre l’accent sur telle ou telle information. C’est à partir de ces bases que le Conseil d’État espagnol examine et se prononce. Les opinions de Bruxelles sont prises en compte, même si elles ne priment pas toujours.

  • 93 La carrière de Juste Lipse est exemplaire de ces mouvements de populations et des sentiments entre (...)

75Dans le domaine de l’information, les Pays-Bas espagnols constituent aussi un relais avec le frère ennemi hollandais. Des réseaux sont implantés dans les Provinces-Unies assez facilement car familles, amis et associés ne sont séparés que par des frontières bien floues, dues aux guerres civiles, qui se déplacent selon l’issue des combats. Les transferts de populations effectués de 1566 à 1609, loin d’empêcher les contacts, les favorisent93. La proximité de la frontière française encourage certaines initiatives des Pays-Bas. Ce n’est pas que les espions soient nombreux dans cette zone et fassent des Flandres leur base territoriale, mais les possessions des Archiducs abritent des dissidents français, pourchassés ou simplement bannis.

76Avec la mort de l’archiduc Albert en 1621, la situation de l’ensemble des Pays-Bas devient plus explicite : l’héritage bourguignon retrouve une gouvernante, l’infante Isabelle : on renoue donc avec les conditions de l’époque de Charles Quint ou de Philippe II. Isabelle a des compétences limitées puisque les questions militaires et diplomatiques relèvent de Madrid et de Spinola, son responsable militaire. L’objectif reste le même : reconquérir les provinces rebelles, ou du moins y faire accepter le catholicisme et la suzeraineté nominale du roi d’Espagne. À la mort d’Isabelle, en 1633, le duc de Feria (1633-1634) puis le Cardinal-Infant (1634-1641) assument les deux pouvoirs, civil et militaire, au nom de Philippe IV.

III. - Les dirigeants français à l’aune de leur bonne entente avec l’Espagne (1610-1624)

77Les dirigeants français de l’époque d’Henri IV restent pour la plupart en place jusqu’aux années 1620, à l’exception de l’intermède qui s’étend de l’été 1616 à avril 1617. Villeroy, Jeannin et Brûlart de Sillery forment l’ossature des gouvernements qui se succèdent. L’opinion qui domine à Madrid à propos de ces « barbons » plonge ses racines dans le règne d’Henri IV, et même auparavant pour Villeroy.

Maximilien de Béthune

78Marie de Médicis, devenue régente au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, conserve les conseillers de son époux. Sous sa direction, ils appliquent peu à peu la nouvelle orientation, favorable à Madrid. Parmi ces responsables, le marquis de Rosny, duc de Sully, se transforme en véritable « bête noire » des Espagnols et des conspirateurs :

  • 94 AGS, E, 1291, P 155, «Repuesta que los amigos han enviado con un secretario que embio el marischal (...)

Les catholiques voient ainsi le pouvoir des hérétiques et combien ils sont puissants. Rosny, entre les mains duquel le Roi a mis la plus grande autorité du Royaume, l’ayant fait général de l’artillerie, président des Finances et chef de toutes les fortifications du Royaume, et maintenant [sic] il lui a donné la Bastille et à son intention un poste à quatre lieues de Paris, près de la rivière de la Seine pour que les hérétiques s’assemblent lors des prédications qui ont lieu deux fois par semaine. Ils passent par la rivière Seine et Rosny peut mettre dans ces places avec grande facilité tous les hérétiques qu’il veut et ayant la main sur les deux nerfs de la guerre : l’artillerie, les munitions et l’argent94...

79Cette description orientée et exagérée des rapports de force confessionnels en France en 1602 émane des cercles catholiques exilés. Le but de ses auteurs est de convaincre l’Espagne de soutenir les rébellions et ce n’est pas par hasard que ce document parvient à Madrid par l’intermédiaire du comte de Fuentes. Cette perspective conditionne une grande partie des avis que reçoivent les dirigeants espagnols sur les responsables français. Le danger est l’hérésie, l’homme qui l’incarne est Sully. Ce jugement, répandu dans nos sources, se trouve parfois contredit par des informateurs plus perspicaces. Ainsi, selon Antonio Bardaxi,

  • 95 AGS, K, 1606, f° 177, rapport d’Antonio Bardaxi (7 janvier 1604).

Rosny est hérétique seulement extérieurement, parce que le Roi le veut ainsi pour sa propagande, à cause du crédit qu’il possède auprès des hérétiques, et ainsi il ne faudra pas suspecter ce que le Roi entreprend par les mains de Rosny95.

  • 96 H. Zuber, « Sully et les protestants ».
  • 97 B. Barbiche, Sully, p. 329.

80Cette utilité d’un « Sully » pour tenir en main les protestants96 reste pourtant incompréhensible pour la plupart des Espagnols. Il s’agit pour eux d’une manœuvre fallacieuse qui relève du même type de méthode que celle des « politiques », c’est-à-dire d’une dissociation entre la pensée religieuse et la pensée de l’État. La volonté espagnole de voir Sully quitter le gouvernement le démontre. L’explication la plus courante de la démission du Surintendant, survenue le 26 janvier 1611, retient son isolement au sein du Conseil et des menaces plus ou moins voilées d’une révision de ses comptes97. Cárdenas, l’ambassadeur espagnol à Paris, présente ce départ sous un tout autre jour. Il rappelle que Sully, « principale tête des huguenots et au pouvoir de qui étaient les finances et l’armée », avait affirmé publiquement de Villeroy qu’il voulait dominer la reine pour qu’elle obéisse à l’Espagne et au pape. Sur quoi, poursuit-il, « Je mis la diligence que je pus à ce que la Reine n’écoute pas les propositions [de Sully]. » Et Cárdenas insiste pour s’attribuer l’idée d’ôter la Bastille au Duc,

  • 98 AGS, K, 1464, f° 29, Cárdenas au roi (27 janvier 1611) : l’ambassadeur se targue d’avoir proposé à (...)

de manière que la Reine n’avait pas pensé à qui elle donnerait la Bastille ; elle m’envoya dire en extrême urgence qu’elle ne savait pas à qui se fier et désirait beaucoup ne pas mettre dans cette place des Bourbons ou des Lorrains, et que je l’avise de la personne la plus adéquate98.

  • 99 AGS, K, 1464, f° 28, Cárdenas (27 janvier 1611) ; AGS, K, 1452, f° 176, Philippe III à Cárdenas (2 (...)
  • 100 AGS, K, 1429, f° 43, de Burgos, le Conseil d’État du 9 octobre 1615 sur les lettres de Cárdenas des (...)

81Le diplomate se targue ensuite d’avoir écarté le danger protestant car, selon lui, Sully pouvait se rendre maître de Paris en six heures. À en croire l’ambassadeur, une autre intervention était prévue pour obtenir le départ de Sully. Il tenait les preuves de la corruption du Surintendant par les Provinces-Unies : les États lui verseraient trois mille écus régulièrement et lui en devraient six cent mille, que le Duc leur aurait prêtés. L’ambassadeur devait dénoncer ce trafic à Marie de Médicis ou au cardinal de Joyeuse, mais il ne devait dévoiler cette prévarication qu’après avoir protégé son indicateur. Il semble que la démission du Surintendant l’ait pris de court99. Mais les relations de l’Espagne avec celui qui fut la tête du parti protestant ne s’arrêtent pas en 1611. Diplomate, Cárdenas continue à entretenir des liens avec le duc de Sully. Retiré dans son Poitou, se morfondant dans l’attente d’un hypothétique rappel, l’ancien compagnon d’Henri IV reçoit au moins une fois la visite d’un représentant espagnol, en 1615 : visite de courtoisie, peut-être, mais qui montre l’importance que Madrid attache au vieux courtisan plus que quinquagénaire100.

Nicolas de Villeroy

  • 101 J. Nouaillac, Villeroy, pp. 281-297.
  • 102 Sully, Mémoires des sages et royales œconomies d’Estat, t. II, p. 370 ; les Lettres inédites de Sul (...)
  • 103 J. Nouaillac, Villeroy, pp. 350-352,

82L’ancien conseiller de Charles IX, d’Henri III et du duc de Mayenne s’est rallié à Henri IV avec la conversion du roi au catholicisme. Il ne peut être qualifié d’hispanophile, mais sa conception des relations internationales se distingue de celle du parti de Sully101. Villeroy tempère, modère, recherche des moyens de négociation, ce que Sully résume par « prosner, caqueter, faire la mine102 ». En matière religieuse, Villeroy semble accepter la tolérance, mais se prononce en faveur de la réception en France du concile de Trente103. Quant à l’Espagne, à la différence de beaucoup de ses contemporains, il demeure conscient de la faiblesse de cette monarchie, malgré sa puissance apparente. En 1609, il écrit :

  • 104 E. H. Dickerman, Bellievre and Villeroy, pp. 95-103, l’auteur étudie les positions des deux conseil (...)

Comme beaucoup d’autres pays, et même plus [que les Hollandais], l’Espagne a besoin de repos et le duc de Lerma, et ceux qui gouvernent, le désirent avec passion104.

83Pour lui aussi, l’opposition entre les deux nations paraît évidente, mais c’est sur la méthode à adopter pour combattre l’« hypocrisie espagnole » qu’il diffère de Sully. En un sens, l’attitude de Villeroy préfigure celle que plus tard Marillac adoptera face à Richelieu.

  • 105 J. Nouaillac, Villeroy, p. 170 : Villeroy connaissait déjà Tassis, rencontré en 1589 lors des négoc (...)
  • 106 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (30 mai 1609).
  • 107 AGS, K, 1462, f 148, Conseil d’État du 6 juin 1610.

84Les ambassadeurs espagnols connaissent bien Villeroy. Tassis le rencontre en France durant les épisodes de la Ligue en 1590105. Par la suite, les rencontres et entrevues avec les ambassadeurs entrent dans ses attributions, de même que la correspondance royale avec les diplomates français à l’étranger. C’est pourquoi les dirigeants espagnols s’intéressent à Villeroy. Cárdenas observe que Villeroy, « principal ministre »106 d’Henri IV, est opposé à une intervention française dans les duchés de Clèves et de Juliers107.

85Sous la régence de Marie de Médicis, le secrétaire d’État devient la clé de voûte du gouvernement :

  • 108 AGS, K, 1465, f° 111, Cárdenas au roi (16 décembre 1611).

Villeroy est la personne qui gouverne absolument les choses de l’État, et pour ce qui touche à cette matière [les négociations matrimoniales], je préférerais plus avoir gagné Villeroy que la reine108,

86affirme Cárdenas. Entre 1610 et 1616, les lettres des ambassadeurs espagnols témoignent d’une multiplicité de rencontres et d’entretiens avec le ministre, tant à l’ambassade que dans la propre demeure de celui-ci. Cependant, cette proximité n’empêche pas les critiques :

  • 109 AGS, K, 1464, f° 70, Cárdenas au roi (3 mars 1611).

Le naturel de Villeroy est très dangereux parce que, encore que son entendement soit très bon, son cœur est si petit qu’il est sans cesse craintif et soupçonneux. À cause de cela, j’ai toujours été pas à pas avec cet homme, et parfois j’hésite à rien entreprendre avec lui, mais comme il possède la volonté de la Reine dans le domaine de l’État, il est celui avec qui on négocie tout109.

87Le jugement de l’ambassadeur espagnol rejoint ici celui de Sully. Artisan de l’abandon de l’alliance savoyarde en décembre 1610 et de la réalisation des mariages espagnols, Villeroy est en accord avec la régente, leur but commun étant de maintenir la paix et d’éviter les remous dans un royaume où le roi est mineur. Les révoltes successives des grands – en 1612,1614 et 1616 – aboutissent à des accommodements qui réduisent peu à peu l’autorité monarchique (traité de Sainte-Menehould en 1614, traité de Loudun en 1616). Les diplomates espagnols ne manquent pas de constater cette déliquescence et l’attribuent en grande partie à la sénilité et la pusillanimité des « barbons ». Après la première composition de la régente avec Condé et Soissons, Cárdenas note :

  • 110 AGS, K, 1467, f° 64, Cárdenas au roi (11 juillet 1612).

Les trois vieux ministres [Jeannin, Brûlart de Sillery et Villeroy] avec lesquels elle [Marie de Médicis] confère sont timides, irrésolus et désireux de contenter les malintentionnés110.

88Deux ans après cette remarque, Cárdenas reprend le même propos. En 1614, commentant la demande de secours que le gouvernement de Marie de Médicis adresse à l’Espagne, il observe :

  • 111 AGS, K, 1469, f° 73, Cárdenas au roi (21 avril 1614).

Le pauvre vieux [Villeroy] était bouleversé que le prince [de Condé] et les autres disent qu’ils allaient le tuer, qu’il était un traître à son roi et qu’il avait vendu la France, en ajoutant mille autres injures en parlant de lui111.

Marie de Médicis

  • 112 Dès 1602, Madrid reçoit des informations selon lesquelles la reine « admoneste » son mari pour son (...)
  • 113 AGS, K, 1462, f° 154, Cárdenas à Prada (6 juin 1610).
  • 114 AGS, E, 2026, Conseil d’État du 10 septembre 1610. Cette décision n’est pas approuvée en Conseil av (...)
  • 115 F.-T. Perrens, Les mariages espagnols, pp. 271-563.

89Les observations des Espagnols sur la modération de la reine et les possibilités de s’entendre avec elle sont anciennes et remontent aux premières années de son mariage avec Henri IV112. Si l’intervention militaire dans les duchés de Clèves et Juliers, préparée par Henri IV, a bien lieu en août 1610, la régente a déjà effectué quelques démarches pour rassurer l’Espagne, comme le retrait de deux tercios français des Provinces-Unies dès le mois de juin113 ou l’assurance, donnée dans le courant de l’été à Cárdenas, qu’il n’y aurait pas d’alliance matrimoniale avec la Savoie114. Les négociations des mariages franco-espagnols interviennent au printemps 1611 et les principaux articles sont conclus sous l’égide de Villeroy. Nous n’insisterons pas sur ces discussions ni sur le rythme des ambassades et cérémonies, voyages et échanges, sujets déjà étudiés115. En décembre 1614, peu avant l’échange des futurs conjoints, Cárdenas rappelle les avantages que l’Espagne retire de ces alliances :

  • 116 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi (4 décembre 1614).

V. M. pourrait tirer trois bénéfices ; le premier est d’assurer et de fortifier la religion catholique dans toute l’Europe, donnant un nouveau souffle aux catholiques, avec beaucoup d’autres considérations. Le second est de marier votre fille avec un grand Roi et, dans l’état où est le monde, cela est de plus de considération qu’il y a deux cents ans ; le troisième est de permettre à V. M. d’ajuster l’état de Votre Monarchie tout en restant l’arbitre du monde, attirant la monarchie qui s’opposait à elle et qui se montrait à la tête des protestants116.

  • 117 AGS, K, 1453, février 1612 : pardon accordé à Manuel don Lope et à Cristóbal Frontín, anciens du gr (...)
  • 118 AGS, K, 1453, le roi à Cárdenas (7 juillet 1612).
  • 119 AGS, K, 1453, (21 novembre 1612).
  • 120 Dans notre fichier « Cibles », où nous avons rassemblé 972 occurrences de surveillance d’individus, (...)

90Ainsi, dès la mort d’Henri IV, une « bonne entente » apparaît entre les deux principales puissances catholiques. À la demande de la régente, le roi d’Espagne pardonne à de nombreux exilés117. Son ambassadeur multiplie les civilités, venant remercier Marie de Médicis pour avoir facilité l’élection de Mathias à la tête du Saint-Empire118. Des galériens français sont libérés à la conclusion des mariages, en novembre 1612119. Cet assaut d’amabilités conduit-il à un abandon des orientations traditionnelles des deux couronnes ? Il est difficile de répondre à cette question car à l’intérieur même des deux monarchies, des clivages entre les différents groupes déterminent des oppositions ou des soutiens au rapprochement entrepris. Par ailleurs, dans quelle mesure cette politique officielle d’amitié n’est-elle pas contredite par une politique souterraine minant le partenaire ? Des éléments de réponse peuvent être trouvés dans l’étude de deux cas précis, sur les marges frontalières pyrénéennes et savoyardes. Les régions du Dauphiné et du Béarn ont en effet pour caractéristique commune d’être dirigées par un personnage haut en couleur, de confession protestante, combattant de l’époque des guerres de Religion et en qui Henri IV avait une pleine confiance. Ces deux dirigeants, considérés comme anti-espagnols, sont étroitement surveillés par Madrid120.

Les résistances périphériques : La Force et Lesdiguières

  • 121 AGS, K, 1465, Cárdenas à Aróstegui (8 juillet 1611).
  • 122 AGS, K, 1466, f° 81, Cárdenas au roi (26 mars 1612).
  • 123 AGS, K, 1466, f°135, Cárdenas à Aróstegui (10 mai 1612).

91Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, gouverneur du Béarn et vice-roi de Navarre, est un Gascon parent du duc de Biron. Les espions et dirigeants espagnols s’intéressent à son gouvernement à trois occasions : en 1602-1603, alors qu’il prépare, avec l’accord du roi de France, un soulèvement morisque en Aragon ; en 1611-1612, lors d’escarmouches à propos des litiges frontaliers ; et enfin en 1616, quand il affronte son compétiteur, le comte Antoine de Gramont. Les deux derniers moments illustrent les politiques de Marie de Médicis et de Madrid. Des litiges nés de vols de bétail, fréquents sur la frontière, sont présentés par Madrid à la régente comme des actions fomentées par un huguenot passionné121. Des négociations sont engagées à Paris parallèlement aux préparatifs des mariages. La régente demande au gouverneur de Béarn de lui obéir, sachant le peu d’empressement du vieux protestant envers la Monarchie Catholique. En face, Íñigo de Cárdenas ne parvient pas à arracher au gouvernement français un appel au vice-roi espagnol de Navarre, Aramayona, afin que celui-ci intervienne directement contre La Force122. Celui-ci, de son côté, demande l’autorisation de lever des gens d’armes pour faire front à de possibles attaques espagnoles123. Marie de Médicis se trouve donc au centre de pressions totalement opposées, qui recouvrent le champ politique passé des guerres de Religion avec le face-à-face entre protestants français et catholiques espagnols. Or, cette problématique n’est pas celle de la régente : elle ne recherche que la paix aux frontières, et en aucun cas l’abaissement espagnol ou l’abdication de la souveraineté française.

  • 124 AGS, K, 1471 (23 janvier et 3 février 1616) ; AGS, K, 1612 (3 janvier 1616).
  • 125 Antoine de Gramont, comte de Guiche, prince souverain de Bidache et gouverneur de Bayonne, est le f (...)
  • 126 AGS, K, 1612, le vice-roi de Navarre au roi (y janvier 1616), sur une lettre que Gramont avait donn (...)
  • 127 AGS, K, 1611, Conseil d’État sur les lettres du vice-roi espagnol de Navarre du 14 janvier 1615 [et (...)

92En 1616, la conjoncture est différente. Les luttes de factions se sont avivées en France, les pouvoirs de Concini se sont accrus, les grands aristocrates n’en sont plus à leur première prise d’armes contre la reine mère. En juillet 1615, La Force refuse de refouler les princes révoltés, opposants circonstanciels aux mariages, et s’engage contre Marie de Médicis, ce qui conduit celle-ci à le déposséder de son gouvernement et de sa vice-royauté124 au profit du lignage rival des Gramont125. Antoine de Gramont demande alors à l’Espagne de lui fournir cent quintaux de poudre et quatre cents arquebuses126 : l’occasion d’abattre La Force se présente d’une manière unique. Le Conseil d’État de Madrid décide pourtant de refuser une aide matérielle à Gramont, bien qu’il soit catholique et rival de La Force127, car la politique espagnole hésite à miser sur un seul parti : comment savoir si un appui trop marqué aux partisans de la reine mère ne se retournera pas le lendemain contre les intérêts espagnols ? La paix de Loudun (3 et 8 mai 1616), conclue entre Condé et Marie de Médicis, permet en effet au duc de La Force de retrouver ses fonctions, du moins jusqu’aux guerres religieuses de la décennie suivante...

  • 128 Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières.
  • 129 AGS, K, 1469. Dans ce dossier, les folios concernant ces événements sont très nombreux et montrent (...)
  • 130 AGS, K, 1472, correspondance de Monteleón entre août et décembre 1616, ffos 18, 57, 58, 67, 147, et (...)

93François de Bonne, duc de Lesdiguières en 1611, a un parcours plus original. Les guerres de Religion lui ont permis de monter ses « vertus » et par les armes il s’est taillé une principauté à laquelle il ne manque plus que le titre. Le Dauphiné, qu’il a conquis à la pointe de l’épée, est son domaine. Très proche d’Henri IV, ce protestant mène une politique étrangère autonome aux portes de l’Italie. Le « renard du Dauphiné128 » est sans doute l’un des dirigeants fiançais les plus surveillés par Madrid. Lors des guerres du Montferrat, il évite que l’Espagne ne parvienne à dominer militairement la Savoie en même temps qu’il surveille Charles-Emmanuel, dont le machiavélisme et l’ambition sont bien connus. Les ordres venus de Paris restent apparemment sans effet sur le gouverneur du Dauphiné. Ainsi, en mai 1612, celui-ci signe en son propre nom un acte d’union avec le duc de Savoie. La régente multiplie alors les faveurs pour se gagner ce « proconsul », tout en s’inquiétant des menées guerrières de Charles-Emmanuel129. Le sort des armes, puis la médiation française, permettent d’aboutir à la paix d’Asti. Mais la reprise des combats amène Lesdiguières, véritable « portier des Alpes », à intervenir de nouveau sans consulter la reine (1616). Malgré l’interdiction qui lui est faite de lever des troupes et la menace de se voir accuser de lèse-majesté, il concentre des troupes afin de secourir le duc de Savoie, en butte aux tercios de Villafranca. La reine mère ne peut empêcher ces secours130, mais le veut-elle et le peut-elle, alors que son pouvoir est en butte à une révolte générale dans le royaume depuis l’emprisonnement de Condé en août 1616 ? Lesdiguières, à la différence de La Force, refuse d’entrer dans les luttes des factions françaises : son domaine dauphinois semble lui suffire.

94Les cas pyrénéen et savoyard apportent des éléments pour répondre aux questions de l’hispanophilie de la politique de la reine mère et de l’abandon de la politique traditionnelle d’affrontement. Les dirigeants de ces régions périphériques persistent dans des attitudes hostiles à Madrid. Or, le gouvernement se borne à réagir mollement : il préférerait des relations pacifiques avec le Roi Catholique, mais ne veut modifier ni l’équilibre intérieur ni les rapports bilatéraux lorsqu’ils sont utiles à la Couronne. Cette indécision se retrouve pour la Monarchie Catholique. Abattre La Force serait revenir à la politique agressive de Philippe II. De plus, pour des raisons conjoncturelles – crainte d’un double jeu savoyard, peur du retournement des alliances dans le cas de Gramont –, on se refuse à soutenir un parti, au nom du principe de stabilité. Les circonstances interdisent à Marie de Médicis et à l’Espagne aussi bien de vivre en harmonie et d’oublier les alliances passées que de renouer avec les pratiques d’ingérence directe de la fin du XVIe siècle.

Leonora Galigaï et Concino Concini

  • 131 Le couple florentin intéresse particulièrement les ambassadeurs espagnols. Dans la correspondance d (...)
  • 132 AGS, K, 1460, Irarraga au roi (3 et 10 octobre 1607).
  • 133 AGS, K, 1461, Toledo à Prada (20 novembre 1608).
  • 134 H. Duccini, Concini, p. 38.
  • 135 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (12 novembre 1609).

95Les ambassadeurs espagnols s’intéressent très tôt au couple Concini131. Ils remarquent l’affection que la reine Marie de Médicis témoigne à Leonora Galigaï, l’épouse de Concini,132, et l’impuissance d’Henri IV, en 1608, à faire expulser l’Italien133, qui en 1601 était devenu français en se faisant délivrer des lettres de naturalité134. Dès 1609, Cárdenas écrit au roi d’Espagne qu’il va tenter de gagner Concini135. L’accession de celui-ci au statut de dirigeant, à en croire les avis de l’ambassadeur espagnol, est beaucoup plus tardive. Les années 1610-1613 contiennent peu d’informations le concernant, alors que les avis sur son épouse Leonora sont fréquents. À partir de 1614, le nom de Concini apparaît régulièrement dans la correspondance espagnole, le favori commençant à accaparer la grâce royale :

  • 136 AGS, K, 1469, f°13, Cárdenas au roi (16 janvier 16 14).

Ici, une discussion très préjudiciable débute, qui m’apporte beaucoup de peine, un familier [criado] italien, mari de la grande confidente [privada] de la Reine, homme cupide et inquiet, a persuadé la Reine d’essayer de proroger la régence136.

96Ou encore :

  • 137 AGS, K, 1469, f° 70, Cárdenas au roi (20 avril 1614).

La Reine est beaucoup plus tiède et plus changeante que d’habitude ; je pense que la cause réside dans une de ses suivantes qu’elle favorise beaucoup pour subvenir aux besoins du mari de celle-ci, ce en quoi les Princes se montrent offensés137.

97À la fin de l’année, l’ambassadeur apprend d’un informateur selon lui bien placé que Leonora Galigaï compte toucher du duc de Savoie la somme faramineuse de deux cent cinquante mille ducats en paiement de son action pour empêcher les mariages franco-espagnols. La plupart des puissances – Hollandais, Espagnols, Savoyards – semblent avoir versé leur obole à la favorite de Marie de Médicis. Au fil des années, le pouvoir des Concini augmente ; Cárdenas affirme au roi :

  • 138 AGS, K, 1429, f° 17, Conseil d’État du 22 mai 1615 : dans ses lettres des 6 et 7 mai, Cárdenas «ref (...)

Le mauvais gouvernement [est] attribuable en partie à la Reine, car elle se laisse exagérément porter par sa favorite, ce qui occasionne de nombreux mécontentements. Pour obtenir que la Reine ouvre son bon conseil, Íñigo de Cárdenas s’est efforcé de composer avec Villeroy et la favorite, et finalement il y a réussi. Villeroy est resté puissant et il a traité avec la Maréchale [Leonora Galigaï], ce qu’il ne faisait pas dans le passé138.

  • 139 AGS, K, 1472, f° 187, Monteleón à Lerma (5 décembre 1616) ; «Tube por dia muy dichoso para servían (...)
  • 140 AGS, K, 1454, ffos 45-52 : le roi s’adresse à l’Archiduc Albert (17 août 1616) pour lui demander de (...)
  • 141 AGS, K, 1469, f° 31 (et f° 44) : Marie de Médicis demande des armées espagnoles contre les grands ; (...)
  • 142 AGS, K, 1472, ffos 105-107, Monteleón au roi (18 octobre 1616). Ce passage de troupes espagnoles su (...)

98Madrid multiplie les injonctions de gagner Leonora à la cause espagnole, mais Cárdenas demeure réticent, soulignant la cupidité du couple Concini. Une fois les mariages célébrés, pendant l’été 1615, l’Espagne paraît satisfaite. Le duc de Monteleón succède à Cárdenas à l’ambassade de France, et renforce son appui à la régente et à Concini lors de l’épreuve de force qui les oppose aux grands139. Le 1er septembre 1616, Condé est arrêté, Puisieux, Jeannin, Brûlart de Sillery et Villeroy sont remplacés par un ministère de « combat » dirigé par Mangot et Barbin et dans lequel Richelieu, évêque de Luçon, obtient les Affaires étrangères en novembre. Pour faire face à l’extension de la contestation dans le Royaume, Marie de Médicis réclame à Madrid un secours militaire depuis le Luxembourg, lequel lui est accordé140, ainsi qu’un prêt de quatre cent mille ducats, « ce qui n’est pas un prêt considérable entre deux rois aussi grands », mais cette seconde demande ne paraît pas convenable aux dirigeants espagnols141. En échange, les Français ont résolu de laisser un libre passage aux troupes espagnoles au pont du Gressin142.

  • 143 AGS, K, 1430, f° 52, Conseil d’État du 16 novembre 1616 sur une lettre de Monteleón datant du 4 nov (...)
  • 144 Sur l’analyse prémonitoire d’Osuna, voir AGS, E, 1880, P 31, lettre du 21 février 1617.

99On peut s’interroger sur les buts de Concini. Il mène une politique active en France et s’apprête à s’opposer militairement aux principaux nobles du pays. Pourtant, à la même époque, il entreprend de se constituer des domaines en Italie. À plusieurs reprises, il intervient auprès de l’ambassadeur espagnol pour qu’on lui vende quelques seigneuries dans le royaume de Naples143. Cette demande, accueillie favorablement par Monteleón, est transmise au vice-roi de Naples, le duc d’Osuna. Mais la réponse de celui-ci prend la forme d’une cinglante leçon de choses sur la politique et sur l’équilibre européen : Osuna refuse de soutenir, d’aider ou de favoriser le valido français, dont il a compris la fragilité ; il conteste la politique, menée par Madrid, d’alliance avec la reine mère, dont il prévoit le possible exil144.

  • 145 AGS, K, 1473, ffos 37 et 64, Monteleón au roi (26 juillet et 4 août 1617).
  • 146 AGS, K, 1473, f° 61, lettre de Louis XIII à Philippe III (1er août 1617).

100L’assassinat de Concini démontre l’erreur commise par l’équipe de Lerma et l’écart politique qui la sépare des « proconsuls ». En choisissant de soutenir Marie de Médicis et son favori, l’Espagne s’est coupé des principaux dirigeants français. De fait, même après le bannissement à Blois de l’ancienne souveraine, Monteleón demande à Luynes et aux « barbons » l’autorisation de visiter la mère du roi145. Est-ce par ironie que Louis XIII écrit une lettre à son beau-père Philippe III pour le remercier de prendre des nouvelles de celle qu’il a pour sa part exilée146 ?

IV. - Les soubresauts français (1617-1621)

  • 147 AGS, K, 1471 (juillet 1616).

101L’ascension de la nouvelle étoile, Luynes, et le caractère ombrageux de Louis XIII sont des données connues des Espagnols bien avant le coup d’État du 24 avril 1617. À plusieurs reprises, Cárdenas et Monteleón ont exposé ces informations avec plus ou moins de bonheur. En juillet 1616, le Conseil d’État approuve les propositions de l’ambassadeur de gagner Luynes au service du Roi Catholique147, alors que Monteleón note pour sa part :

  • 148 AGS, K, 1471, f° 194, Monteleón à Lerma (25 juillet 1616).

Les trois frères Luynes sont de bonnes personnes, grands serviteurs de la Reine et bien intentionnés, mais de peu d’étoffe et sans grand talent148.

  • 149 AGS, K, 1472, f° 175, Monteleón à Lerma (28 novembre 1616).
  • 150 AGS, K, 1472, f° 161, Monteleón au roi (13 novembre 1616) : sur le fait que Concini et Luynes ne s’ (...)

102Le favori du roi participe régulièrement, semble-t-il, à des rencontres avec l’ambassadeur149 et tous constatent que le maréchal d’Ancre et Luynes ne peuvent cohabiter150. L’assassinat de Concini – ou sa fuite – paraît être la seule issue possible. En toute logique, le coup d’État n’aurait pas dû être une surprise pour l’Espagne :

  • 151 AGS, K, 1613, Conseil d’État du 20 mai 1617, sur les lettres de l’ambassadeur des 28 avril et 4 mai (...)

Monteleón dit qu’après ce qu’il écrivait de l’état des affaires de ce royaume tout a changé, que le Conseil formé de ministres pour le gouvernement est de quatre : le chancelier Brûlait de Sillery, Villeroy, Jeannin et un autre auquel furent donnés les sceaux151.

  • 152 AGS, K, 1475, f° 64.

103Malgré l’intermède du gouvernement Mangot-Barbin-Richelieu, il n’y a pas de renouvellement majeur du personnel politique, ni de rupture dans les orientations françaises : Villeroy reprend la direction des Affaires étrangères jusqu’à sa mort, à la fin de l’année 1617. Jeannin et Du Vair se réinstallent dans les postes qu’ils occupaient déjà sous Henri IV et pendant la régence. Enfin, d’avril 1617 à décembre 1618, la participation de Déageant au Conseil de Louis XIII est remarquée. L’ambassadeur d’Espagne signale à Madrid les talents et la nomination de cette forte personnalité, clé de voûte du coup de majesté d’avril152.

104Pendant les « années Luynes », qui correspondent à la période où les affaires italiennes (Venise, Savoie et Valteline), puis les affaires allemandes (engagement de 1618), et enfin la réouverture des hostilités avec les Provinces-Unies (1621) absorbent les énergies espagnoles, le gouvernement français semble pris par une sorte de paralysie que résume ainsi l’un des ministres, au moment de la crise de la Valteline :

  • 153 Voir V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, pp. 5 (...)

Je ne puis consentir [écrivait Brûlart de Sillery au roi le 27 septembre 1620], soubz quelque couleur que ce puisse estre, que l’Espagnol se rende maistre de ces passages et du pays [la Valteline]. Je ne puis aussy approuver que les protestants y aient tout pouvoir pour opprimer la religion et les catholiques153.

105Le Conseil ne peut pas approuver la politique espagnole mais, au nom d’une morale catholique, il se refuse à soutenir les alliés grisons.

  • 154 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

106Enfin, la reprise de la guerre contre les Hollandais intervient dans un contexte politique intérieur défavorable à Louis XIII. Le partage des « dépouilles » de Concini ne réussit pas à calmer la noblesse car il est trop inégal, le roi ayant remis la plupart des charges et fonctions de l’Italien à Luynes, mécontentant ainsi une large fraction de l’aristocratie. Chaque fois qu’un groupe nobiliaire accapare la protection et les grâces royales, les lignages exclus protestent. Une des formes de cette contestation réside dans la désobéissance à l’autorité royale et dans la formation d’un regroupement se réclamant du « bien commun » et du rôle « naturel» de médiateur joué par la noblesse entre le peuple et le souverain154. Cette contestation se renforce avec la renaissance de la faction de la reine mère. En février 1619, grâce à l’aide du duc d’Épernon, celle-ci s’enfuit de Blois, où elle était assignée à résidence. La succession des « guerres du fils à la mère », qui commencent alors, ressemble aux nombreuses prises d’armes des aristocrates contre la régente. Chaque épisode se termine par un traité où le roi exerce son pardon et où les révoltés obtiennent des acquis non négligeables : le traité d’Angoulême (30 avril 1619) règle la première guerre entre Marie et Louis XIII, celui d’Angers (août 1620), conclu après la « drôlerie des Ponts-de-Cé », aboutit au retour de la reine mère à la vie politique. Dans l’entourage de Marie de Médicis, l’évêque de Luçon occupe maintenant une place privilégiée.

107Louis XIII et le Conseil ont le sentiment d’être menacés par le parti protestant. Ils constatent que ce danger n’est spécifique ni à l’Empire ni aux Provinces-Unies et qu’ils courent les mêmes périls que les Habsbourg. Ce point commun avec le Roi Catholique explique-t-il la timidité des incursions diplomatiques françaises en Italie ?

108La faiblesse de la documentation française sur cette période de l’histoire de France empêche de saisir les mouvements qui construisent la politique étrangère du Royaume. Peut-on dire alors qu’il n’y a pas d’orientation ferme dans ce domaine ? Ce serait croire beaucoup en Richelieu et trop considérer les événements à partir du ministériat du Cardinal. Pourtant, la consultation des correspondances des diplomates espagnols laisse supposer une telle absence. Les principaux documents concernant ces sept années ont trait aux questions de la Valteline et aux négociations afférentes, ainsi qu’à une collaboration entre les deux couronnes pour détruire le commerce des hérétiques. La santé et la vie d’Anne d’Autriche tiennent aussi une grande place dans la correspondance, car le diplomate de l’époque moderne ne représente pas un État, mais une monarchie patrimoniale. Ainsi, au moment de l’expulsion d’une grande partie des Espagnols de la suite d’Anne d’Autriche (1618), les représentants espagnols multiplient les avis et renseignements. Leur devoir est de défendre la maison du Roi Catholique, entendue au sens large.

109La mort du connétable de Luynes, à la fin de l’année 1621, n’entraîne aucun changement radical. Il faut attendre l’année 1623 pour que s’ébauche une nouvelle orientation qui préfigure l’ouverture d’un nouveau front opposé à l’hégémonie Habsbourg (ligue d’Avignon, février 1623).

V. - Le tournant (1621-1630)

Réputation et intervention

110Dès la signature de la paix de Pavie par Charles-Emmanuel et l’Espagne en 1618, une nouvelle orientation apparaît. L’humiliation d’Asti réveille bon nombre de diplomates et de conseillers à l’heure où la contestation du pouvoir de Lerma s’affirme à Madrid.

  • 155 Íñigo Vélez de Guevara y Tassis, comte d’Oñate, venait d’occuper l’ambassade espagnole à Turin, pos (...)
  • 156 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 145 ; B. Chudoba, España (...)

111Dès son arrivée à Prague auprès de l’Empereur, le comte d’Oñate155, successeur de Baltasar de Zúñiga, conçoit une diplomatie offensive. En deux mois de négociations, il parvient à resserrer les liens de l’Espagne avec la branche cadette des Habsbourg et à conclure un traité secret (20 mars 1617156). Cet opposant au valido en titre s’engage auprès de Ferdinand de Styrie à entraîner la Monarchie Catholique dans les conflits qui couvent au sein du monde germanique et à financer les opérations de l’Archiduc si celui-ci devient empereur (Mathias étant gravement malade). En échange de cette aide, Oñate demande la reconnaissance du Roi Catholique comme titulaire de tous les fiefs impériaux d’Italie et le contrôle du Sundgau, terre impériale essentielle aux communications avec le front septentrional. Ce pacte va bien au-delà des instructions du Conseil d’État car Madrid savait que c’était là un point sensible pour l’empereur Mathias. Cependant, le comte d’Oñate négocie une renonciation de Philippe III au trône de Bohême et avance l’idée d’un mariage du fils de Ferdinand avec l’infante María, contrecarrant ainsi le projet du duc de Lerma, qui pour sa part voulait la marier au prince de Galles, futur Charles Ier...

112En juin 1617, Ferdinand est élu roi de Bohême et reconnu héritier de la couronne impériale par la Diète. L’exacerbation des tensions internes au Saint-Empire conduit à la Défenestration de Prague (23 mai 1618), symbole de la révolte bohémienne contre le pouvoir de Ferdinand. L’enchaînement des alliances, l’implication de l’électeur palatin, puis des princes protestants et catholiques, embrasent l’Empire et marquent le début de la guerre de Trente Ans.

113À Madrid, les difficultés du valido se multiplient. Les partisans d’une politique de fermeté, parmi lesquels les « Italiens », l’emportent, appuyés au Conseil d’État par Baltasar de Zúñiga, de retour de Prague. Aux yeux des contemporains, la trêve de Douze Ans n’a apporté finalement qu’une augmentation de la pénétration hollandaise dans le domaine colonial aux dépens des Castillans.

114À cette expansion outre-mer s’ajoute la menace hérétique. Présente dans les provinces rebelles, elle s’étend maintenant à la Bohême et à l’ensemble de l’Allemagne. Si le conflit de Clèves et Juliers avait pu être circonscrit grâce à un contexte européen particulièrement calme, il n’en est plus ainsi en 1618.

115D’autre part, que ce soit en Savoie, dans l’Adriatique ou à l’intérieur de l’Empire, la tendance à considérer les moindres attaques contre la maison d’Autriche comme des atteintes à l’intégrité familiale et à la religion catholique gagne du terrain dans l’esprit des dirigeants espagnols. Les États qui n’appartiennent pas à la dynastie Habsbourg sont perçus comme un danger dès lors qu’ils ne s’engagent pas dans la voie dictée par l’Espagne. Toute politique autonome est considérée comme une action favorisant l’extension de l’hérésie. C’est ainsi que Villafranca, Osuna et Bedmar analysent la conduite de la Savoie ou de la Sérénissime. Ce raisonnement sera par la suite étendu à la France de Richelieu.

116Au cours de l’été 1618, le roi et le Conseil d’État sont acquis à cette façon de voir. Sans le soutien de la monarchie espagnole, l’Empereur risque d’être emporté par la vague de rébellion. Or, Lerma incarne une politique différente de celle de la solidarité familiale. Avec les alliances matrimoniales de 1615, il a ébauché un rapprochement avec Louis XIII, contre les partisans de l’alliance traditionnelle avec la branche cadette des Habsbourg. Les difficultés intérieures se surajoutent à une direction internationale défaillante. Usé, Lerma quitte Madrid en octobre 1618.

  • 157 R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 6.
  • 158 G. Parker, La guerra de los Treinta Años, p. 85.

117De son côté, Oñate marchande l’appui espagnol aux catholiques allemands, posant trois conditions : le Palatinat inférieur sera laissé à l’Espagne pour un temps indéterminé ; les princes du Sud de l’Allemagne laisseront passer les troupes espagnoles ; enfin, les autorités du Tyrol feront pression sur les Suisses afin que ceux-ci ouvrent leurs cols aux tercios157. Une fois obtenue l’assurance que les communications entre ses différentes possessions seront protégées, Madrid envoie en Bohême, entre avril et juin 1619, des troupes de l’armée des Flandres et d’Italie pour soutenir Ferdinand158. L’électeur palatin Frédéric V (gendre de Jacques Ier d’Angleterre) ayant accepté la couronne de Bohême que lui offrent les révoltés (28 septembre 1619), l’Empereur riposte par une alliance avec Maximilien de Bavière : en échange de son aide, il lui accorde les territoires conquis dans le Palatinat.

  • 159 Peter Brightwell, Spam and the Origins of the Thirty Year War, mémoire soutenu en 1967 à l’universi (...)
  • 160 Sur la violence guerrière et la mystique, voirie travail d’Olivier Chaline, La bataille de la Monta (...)

118Un point de non-retour est atteint. Il devient impossible de trouver une solution sans léser l’une des parties. Face à l’accumulation des menaces sur le Saint-Empire et aux risques de le voir sombrer sous les coups des insurgés bohémiens et sous les attaques orientales de Bethlen Gabor (prince calviniste de Transylvanie), le Conseil d’État, en accord avec l’archiduc Albert (frère de l’empereur Ferdinand II), approuve l’engagement des troupes stationnées en Flandres en vue de conquérir le Palatinat et entre dans le conflit allemand159. Le « massacre sacré de la Valteline » (sagrada matanza de Valtelina), c’est-à-dire l’élimination des protestants de cette vallée en juillet 1620, ouvre l’accès à un contrôle total de la section alpine du chemin espagnol, cependant que, le 8 novembre 1620, la victoire des Impériaux et de la Ligue catholique sur les rebelles de Bohême paraît éclatante lors de la bataille de la Montagne Blanche160. La maison d’Autriche a accompli sa mission. L’avancée du protestantisme est stoppée, la solidarité familiale Habsbourg est resserrée et la réputation du Roi Catholique sort grandie des combats. Politiquement, l’Espagne consolide son emprise sur le « chemin de ronde » par le contrôle acquis sur la Valteline et le Palatinat inférieur. Aussi, lorsqu’en avril 1621 Philippe IV accède au trône, les Habsbourg semblent-ils à nouveau dominer l’Europe. Pourtant, deux questions fondamentales demeurent : la Monarchie a-t-elle les moyens de ses ambitions ? Les conflits en cours ne risquent-ils pas de s’étendre à d’autres puissances et d’obliger ainsi l’Empire ibérique à rechercher des ressources supplémentaires ?

  • 161 « La politique de Puysieulx et ce qu’on appellerait volontiers la politique de la Régence, celle qu (...)
  • 162 V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, 233-240.
  • 163 AGS, K1431, f° 71 (9 septembre 1619) : lettre de Puisieux à Girón où il félicite l’ambassadeur de l (...)
  • 164 G. Parker, La guerra de los Treinta Años, pp. 97-98.

119L’éclipse française161 de la régence se prolonge au-delà de la chute de Concini. La révolte pragoise est perçue comme une remise en cause du principe monarchique par des vassaux et, à ce titre, elle paraît illégitime à Louis XIII. Son caractère religieux conteste les principes d’ordre et d’unité confessionnelle à un moment où les protestants béarnais refusent le rétablissement du catholicisme162. Enfin, les divisions internes et l’intervention des troupes royales contre les protestants du Béarn sont autant de menaces pour la paix dans le royaume. Louis XIII adopte donc une attitude favorable aux Habsbourg163 et promet de fournir un appui militaire à l’Empereur. Avec l’extension du conflit, le souverain souhaite entreprendre une politique de médiation, à l’image de celle menée auparavant par Marie de Médicis, et circonscrire l’influence espagnole sans aller contre la religion. Dans ce but, la diplomatie française tente d’accorder les princes allemands. Les résultats de l’ambassade française de juillet 1620 – dirigée par le duc d’Angoulême, Philippe de Béthune et l’abbé de Préaux —envoyée à Ulm auprès des princes allemands164 sont rendus caducs par les victoires impériales et espagnoles de la Montagne Blanche et du Palatina. La transformation des rapports de force en Allemagne en faveur des Habsbourg exclut la diplomatie française de l’Empire.

  • 165 Sur la politique de reputación, voir le chap. I (« Caractéristiques de la couronne espagnole »), p. (...)
  • 166 J. H. Elliott, Olivares, p. 89.
  • 167 Journal de ma vie. Mémoires du maréchal de Bassompierre, éd. Marquis de Chantérac, Paris, Renouard, (...)
  • 168 J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V, IIe part., trois traités passés à (...)
  • 169 Les interprétations françaises insistent sur la médiocre capacité des conseillers de Louis XIII, ay (...)

120Encore une fois, la prise de conscience du déséquilibre géopolitique prend ses racines en Italie, et provient des succès des Habsbourg. En effet, malgré la « bonne volonté » montrée par Louis XIII dans les questions allemandes, l’équilibre européen est menacé par la « Saint-Barthélémy » valteline (19 juillet 1620) et par la victoire des révoltés catholiques contre leur souverain, à savoir les Grisons protestants ; le roi de France perd un appui en Italie du Nord. Le duc de Feria, gouverneur du Milanais, qui occupe alors cette vallée stratégique pour le chemin espagnol, ferme les routes de communication entre la Savoie, Venise et les Suisses réformés. Les dirigeants français, qui sont déjà aux prises avec les huguenots au sein du royaume, décident d’envoyer Bassompierre à Madrid afin de trouver une solution au conflit italien et de desserrer l’étau Habsbourg. Cette mission coïncide avec l’avènement de Philippe IV et l’affermissement du pouvoir de Zúñiga à l’intérieur du Conseil d’État. L’attitude adoptée envers la couronne de France dans le conflit valtelin détermine le positionnement des nouvelles factions à la cour d’Espagne. Partisan d’une intervention dans l’Empire, Zúñiga ne souhaite pas déclencher d’hostilités contre son puissant voisin, sachant que les ressources de l’Espagne ne permettent pas d’ouvrir un nouveau front (erreur que commettra sept ans plus tard son neveu Olivares lors de la guerre de Mantoue). Il affronte le groupe « réputationniste165 » du Conseil d’État (dont le duc del Infantado, parent du duc de Feria), partisan de la guerre, que la défaite de Lerma, puis celle d’Uceda, avaient remis en selle. Zúñiga obtient l’accord du roi pour négocier avec Bassompierre sur la question italienne166. En avril 1621, le traité de Madrid fait croire à un succès diplomatique français, avec le retour de la Valteline sous la suzeraineté des Grisons. Cependant, l’application de ce traité est sans cesse retardée167. Madrid attribue cette lenteur à la mauvaise volonté de Feria. Celui-ci reprend les opérations après les refus des Grisons d’accepter l’état de fait. En janvier 1622, il leur impose le traité de Milan par lequel la Valteline devient un canton particulier, où seuls les catholiques peuvent demeurer et où le Roi Catholique pourra placer une garnison en tant que protecteur des Valtelins168. Madrid et le représentant français choisissent alors, une fois de plus, la négociation, établissant le traité d’Aranjuez (3 mai 1622), dont les dispositions prévoient de remettre les garnisons entre les mains du pape. Mais le Conseil de Louis XIII désavoue la gestion des négociations effectuée par son ambassadeur, Du Fargis169.

121En novembre, l’archiduc Léopold enfonce le dernier clou de la domination Habsbourg en occupant une partie du territoire des Grisons et en imposant le traité de Lindau :

  • 170 Le Mercure françois, t. VIII (éd. 1623, année 1622), p. 330.

Les ligues de Grisons auraient perpétuelle alliance et fidélité au roy d’Espagne et promettoient de luy laisser tout passage et le commerce libre par les Alpes [...] Le tout sans préjudice aux alliances de France et de la maison d’Autriche170.

  • 171 AGS, E, 1926 : très nombreux folios sur les missions de l’espion Alardo (sur ce dernier, voir notre (...)
  • 172 AGS, K, 1438, ffos 69 et 70, lettre de Feria (14 août 1622) et Conseil d’État du 23 août 1622.

122Pour la plus grande inquiétude des Suisses protestants et des alliés traditionnels de la monarchie française en Italie, ces événements excluent le Roi Très-Chrétien de la Péninsule. Pour cette raison, Lesdiguières fait l’objet d’une attentive surveillance de la part de la diplomatie espagnole171 car il se trouve être le seul dans le royaume capable de mener une politique indépendante contre les Habsbourg, en se maintenant sagement en dehors du jeu des factions françaises. Pressentant un changement de politique, les dirigeants espagnols projettent d’accentuer les difficultés intérieures du royaume ; une proposition de Feria de réaliser une « diversion » en Provence pour occuper les armées françaises est adoptée par le Conseil d’État172. La paix une fois conclue avec les protestants à Montpellier (octobre 1622), les dirigeants français s’inquiètent de la montée en puissance de l’hégémonie espagnole. En Avignon, Louis XIII, Charles-Emmanuel de Savoie et les représentants de Venise tentent de présenter un front commun face aux Habsbourg (cette alliance est ratifiée à Paris en février 1623). Du côté français cependant, le peu d’envie d’en découdre est évident, d’autant que l’instabilité de l’équipe dirigeante se prolonge depuis la mort de Luynes, survenue en décembre 1621.

  • 173 L. Tobío, Gondomary los católicos ingleses.

123D’autre part, l’Espagne et l’Angleterre poursuivent des pourparlers en vue d’une alliance matrimoniale. La présence à Londres pendant près de dix ans de Diego de Sarmiento, comte de Gondomar173, permet de freiner l’orientation francophile de Lerma. Ayant capté la confiance de Jacques Ier, l’ambassadeur reprend à son compte certaines maximes, comme celle-ci :

Tout le soin des grands Rois de la couronne d’Espagne et la plus grande cause de sa grandeur a été de conserver l’opposition et la division entre la France et l’Angleterre.

  • 174 AGS, K, 1475, Gondomar à Ciriza (30 novembre 1618).
  • 175 Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, éd. J. H. Elliott et J. F. de la Peña, 11, pp. 107 (...)
  • 176 G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, pp. 255-268, sur la gestion de l’ambassade de Londres par Gond (...)
  • 177 J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V, IIe part., pp. 458-461.

124Et il rappelle la maxime de Charles Quint : « Guerre contre toute la terre et paix avec l’Angleterre174. » Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’Olivares s’oppose à Gondomar. La pratique d’une politique dilatoire lors des traités italiens conclus avec le roi de France s’oppose à la priorité donnée à une alliance anglaise. Déjà, lors du traité d’Aranjuez, le duc de Feria et le marquis de Mirabel avaient précisé leur désaccord avec Madrid, estimant que l’Espagne faisait trop de cas de la puissance française. Ils se trouvent rejoints en cela par Gondomar175. Cependant, celui-ci revient à Madrid en 1622 et ne peut plus influer, comme il l’avait fait si souvent, sur les décisions de Jacques Ier176. L’échec du voyage impromptu de Buckingham et du prince de Galles en Espagne (septembre 1623) marque la fin des bonnes relations avec l’Angleterre. Dès le mois de juin 1624, Jacques Ier forme une ligue défensive avec les Provinces-Unies et autorise celles-ci à recruter des troupes dans l’Île177 ; puis il engage son royaume dans un état de guerre de facto contre l’Espagne. Le souverain accentue cette orientation lors du traité de Southampton (octobre 1625), acceptant de fournir hommes et argent à la République. Pour obtenir des subsides, il convoque le Parlement et engage la dynamique contestataire de celui-ci.

125Au cours de cette année 1624, alors que débute le siège de Bréda par les tercios, des changements d’orientation interviennent dans les relations franco-espagnoles. Jusqu’à cette date, l’opposition à l’expansion des Habsbourg provient soit des Provinces-Unies, soit de princes protestants allemands. Après 1624, les grands clivages apparaissent entre les puissances. Le cycle de la guerre a recommencé. Les divers États doivent l’alimenter ; les problèmes financiers deviennent alors un véritable cauchemar pour les responsables.

Entre alliance et défiance : le cas Richelieu

126C’est entre 1615 et 1625 que les dirigeants espagnols se forment une image de Richelieu, image qui conditionnera par la suite les orientations bilatérales. Retrouver cette image n’est pas toujours aisé car un écran historiographique se dresse entre nos sources et leurs analyses. Du XVIIe au XXe siècle, la tradition historique laisse une sédimentation de topoi que l’on ne peut facilement évacuer. Derrière la figure d’un Richelieu auquel on attribue la constitution de la France, l’organisation de l’État, l’abaissement des grands et des parlements, la victoire sur les protestants, « État dans l’État », il nous faut découvrir la « vraie » politique, celle que menèrent les Espagnols face à Armand du Plessis.

  • 178 Sur les efforts du Cardinal pour se constituer un panthéon littéraire et historique, voir Y.-M. Ber (...)
  • 179 G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 468 : « L’Histoire de France n’a pas à en rougir ; elle se doit de (...)

127La tâche se complique à cause de la création de cette image de Richelieu par Richelieu lui-même178, mais, à l’inverse, nous devons nous garder de toute tendance à chercher une « vision des vaincus », des rebelles et des exilés. Gaston d’Orléans179 ou Marie de Médicis ne peuvent être les figures emblématiques d’une résistance au Cardinal. L’histoire des relations entre les deux couronnes se doit d’éviter les signes de reconnaissance a posteriori et d’en rechercher les « grandes figures ». Enfin, le contraste reste important avec la période précédente, celle du pouvoir de Marie de Médicis, pour laquelle on ne possède pas de correspondance d’envergure. Peut-on tirer argument de la faiblesse du pouvoir royal et attribuer cette inexistence à la seule nonchalance de la Florentine ? Est-il possible que Villeroy, Jeannin ou Du Vair, particulièrement prolixes sous le règne d’Henri IV, ne travaillent plus à partir de 1611 ? À cause de ces distorsions dans les publications de sources, nous n’avons qu’une perspective tronquée de la régence et du ministériat de Concini.

128Le nom de Luçon est à peine cité par Cárdenas, à propos du rôle de porte-parole du clergé qu’il a joué lors des états généraux de 1614. Il faut attendre la nomination de l’Évêque au gouvernement pour voir le représentant du Roi Catholique s’intéresser à l’« homme d’État ». La plupart des études citent ce passage d’une lettre du duc de Monteleón adressée au marquis de Villafranca, en date du 21 novembre 1616 :

Ils ont choisi l’évêque de Luçon, premier aumônier de la Reine Infante, homme de très remarquables talents, de vertu dans les lettres, de capacité pour tout, et de bonne intention, duquel nous pouvons nous promettre une très bonne correspondance, comme jusqu’à présent il l’a entretenue avec moi dans les domaines auxquels je me suis attaché depuis qu’il sert la Reine.

  • 180 AGS, K, 1472, f° 168, Monteleón à Villafranca (21 novembre 1616).

129Le diplomate continue son avis par une phrase rarement citée : « Mais ici, tout dure si peu de temps qu’on ne peut se fonder sur rien de solide180. » Apprenant la nomination de l’Évêque comme ambassadeur extraordinaire auprès du Roi Catholique, l’ambassadeur espagnol se félicite de ce choix auprès du duc de Lerma :

  • 181 AGS, K, 1472, f° 175, Monteleón à Lerma (28 novembre 1616).

Dans toute la France, on ne pourrait choisir un meilleur [homme] pour le service de Dieu, de notre couronne et du bien public Je crois que j’oserais assurer à V. E. qu’elle se trouvera très bien avec lui [...], je supplie V. M. de m’écrire un chapitre à propos de l’Évêque, afin que je puisse le lui montrer et l’obliger beaucoup dans les matières des affaires courantes181.

130Les relations de Richelieu avec l’ambassadeur paraissent donc cordiales. Selon le diplomate, l’Évêque a rendu des services de considération. Malheureusement nous n’avons pas trouvé d’explication sur ces bons offices de l’aumônier. Enfin, un même procédé est employé dans les cas de Luynes et de Richelieu : afin de les gagner à la cause espagnole, l’ambassadeur demande une dépêche officielle qu’il exhibera aux « amis » potentiels, marquant ainsi la confiance que le « Roi Planète » accorde à ces personnes.

131Luçon, ami de l’Espagne, n’apparaît plus que deux fois avant l’assassinat de Concini et l’éloignement de la reine mère, événement qui marque sa chute politique. En décembre 1616, l’ambassadeur espagnol affirme qu’il y a peu de chances que Luçon parte en ambassade extraordinaire ; en mars, un étrange rapport, remarqué par le Conseil d’État, affirme :

  • 182 AGS, K, 1613, Conseil d’État sur la lettre de Monteleón du 7 mars.

L’évêque de Luçon, secrétaire d’État, lui [à Monteleón] fit savoir avec grand secret comment, en France, ils avaient des nouvelles que le roi d’Angleterre avait de mauvaises intentions envers cette couronne en correspondance avec les mouvements [de contestation]182.

  • 183 AGS, K, 1613, consulta du Conseil d’État du 20 mai 1617.
  • 184 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 204.

132S’agit-il ici d’une manœuvre d’intoxication de Richelieu pour que l’Espagne secoure rapidement le gouvernement de Concini ? La demande d’un prêt de quatre cent mille ducats à la Couronne a-t-elle un lien avec cette confidence ? L’efficacité d’un tel informateur est réduite à néant par l’exécution de Concini et l’exil de Marie de Médicis183. Pendant les deux années d’exil de Richelieu, d’abord dans son diocèse de Luçon puis en Avignon, aucune source diplomatique espagnole consultée ne fait plus référence au futur Cardinal. Il faut attendre le 4 octobre 1622 pour l’y voir réapparaître. La situation s’est modifiée, Luynes est mort. Lors du traité d’Angers (août 1620), Marie de Médicis a obtenu la pourpre cardinalice pour son protégé. L’ambassadeur espagnol n’est plus Monteleón, que Luçon tenait « en amitié », mais le marquis de Mirabel. Par la suite, les contacts postérieurs entre les deux hommes seront mauvais, mais il se peut que, pendant les deux années d’attente qui le séparaient du pouvoir, le Cardinal ait pu courtiser le représentant du Roi Catholique. Richelieu met ce temps à profit pour rédiger un livre de théologie, L’Instruction du chrétien (que nous retrouvons dans la bibliothèque de Lorenzo Ramírez de Prado), ce qui explique peut-être les hésitations durables des Espagnols à prendre la mesure de la politique du Cardinal184.

133À partir de la fin de l’année 1622, la lente modification de l’approche des questions internationales se fait jour, aboutissant en février 1623 à la ligue d’Avignon. La recherche d’une alternance politique conduit à des changements gouvernementaux : Brûlart de Sillery abandonne les sceaux, Schomberg quitte la surintendance des Finances. Ces changements, Andrés Velázquez, espía mayor à la cour de Madrid, les attribue aux pressions internationales exercées sur la France :

  • 185 AGS, K, 1432, f° 110, Andrés Velázquez à Olivares (28 février 1624).

On tient pour certain que la chute des ministres de France fut excitée depuis Rome par des avis du pape ; on ne sait pour quelle raison185.

134L’entrée de Richelieu au Conseil, en avril 1624, n’amène aucun bouleversement. La politique française demeure tâtonnante, bien que la conscience d’un déséquilibre européen soit accentuée par 1625, l’annus mirabilis. Durant cette année, en effet, l’étoile de l’Espagne fait pâlir celles de toutes les autres monarchies. Les victoires de Breda, Bahia et Cadix et l’échec franco-savoyard à Gênes consacrent l’hégémonie des Habsbourg en Europe. L’expédition militaire française dirigée par Cœuvres dans la Valteline apparaît comme une pâle riposte face à l’imposante domination des Habsbourg. L’accession de Richelieu au gouvernement est progressive. Les lettres de Mirabel laissent seulement entrevoir ce poids croissant du Cardinal dans la politique de la monarchie française. De la même manière, la mutation de l’image du ministre, qui passe de l’hispanophilie à l’hispanophobie, apparaît insensiblement dans la correspondance. Un avis anonyme avertit Madrid de l’évolution des affaires françaises :

  • 186 AGS, K, 1480, f° 31, avis anonyme (23 juin 1625).

Ici, il y a eu le bruit d’une fâcherie entre le cardinal de Richelieu (qui gouverne absolument, mais dangereusement pour la paix publique) et le comte de Schomberg à propos des affaires courantes hors et dans le Royaume, le Comte grossissant les rébellions et le Cardinal les excusant186.

  • 187 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. II : dans son avis sur la marine française, le Cardinal re (...)

135Les options espagnoles se dessinent : méfiance croissante à l’égard du Cardinal, repérage des possibles opposants et intérêt marqué pour les mouvements intérieurs au royaume adverse. Pourtant, il semble qu’il ait existé chez le Cardinal une fascination pour l’Espagne. Sa puissance militaire, et plus particulièrement navale187, la paix civile intérieure qui y règne, sont apparemment pour lui des points de repère en matière de politique. Dans quelle mesure la monarchie espagnole entre-t-elle dans le système de références de Richelieu ? Cette séduction exercée par l’Espagne se transforme-t-elle en son contraire à la suite des pratiques politiques du pouvoir ? Était-elle déjà ancrée chez l’homme d’État de la première expérience gouvernementale de 1616-1617, et la violence de la polémique des années 1630-1640 a-t-elle à voir avec ces premiers sentiments ?

  • 188 AGS, K, 1433, f° 62, Conseil d’État sur les lettres de Mirabel des 4 et 6 août 1625.

136Les années 1625-1629, celles des multiples négociations – sur la Valteline, l’Allemagne, la Savoie, l’Angleterre, toutes désavouées, retardées, ou non exécutées par les parties contractantes –, voient s’installer une méfiance croissante entre Richelieu et son homologue, le comte-duc d’Olivares. Les lettres de Richelieu manifestent cette expectative et les espoirs espagnols d’exercer une influence positive sur la politique italienne de la couronne de France sont déçus. Les remarques acerbes se multiplient : « Le cardinal de Richelieu se connaît une grande passion pour procurer des dommages à V. M. », écrit le marquis de Mirabel le 4 juin 1625188. Les manœuvres de bluff se développent de part et d’autre, dans le but de gagner du temps. Pour le Roi Catholique, il y a l’espoir qu’une victoire finale en Allemagne réduise la résistance des Hollandais. Pour Louis XIII, il faut compter avec les rébellions protestantes, qui entravent toute action d’ampleur à l’extérieur.

Entre guerre et paix sur le « chemin de ronde » (1624-1630)

  • 189 Voir R. Python, « Les débuts difficiles du ministère de Richelieu et la crise de Valteline », p. 31 (...)
  • 190 Par l’alliance de Compiègne (20 juin 1624).
  • 191 B. Cottret, « Diplomatie et éthique de l’État ».

137Au moment du rappel de Richelieu au Conseil, les tendances bellicistes sont en train de gagner du terrain. Le roi refuse les solutions négociées par Brûlart de Sillery et Du Fargis avec Rome et Madrid et rejette l’arbitrage pontifical dans l’affaire de la Valteline189. Afin d’entretenir le conflit hispano-hollandais, l’alliance avec les Provinces-Unies est réactivée190. La ligue avec la Savoie et Venise est renouvelée à Saint-Germain en septembre 1624 et le Conseil décide d’envoyer Effiat en ambassade à Londres (juillet-décembre 1624) pour contracter une alliance politique et matrimoniale191. À la fin de cette même année, l’expédition militaire dirigée par le marquis de Cœuvres avec les soutiens de la Savoie et de Venise rétablit la souveraineté grisonne sur la Valteline, cependant que Charles-Emmanuel de Savoie, appuyé par des contingents commandés par Créquy et Lesdiguières, attaque la République génoise, poumon financier de l’Espagne.

138Ne voulant pas d’une rupture totale avec l’Espagne, les dirigeants français se refusent à attaquer de front le Milanais, ainsi que le souhaiteraient Venise et la Savoie. Ils ne ferment pas la porte aux discussions avec la Monarchie Catholique et, par l’intermédiaire des nonces et du légat du pape, les conversations continuent malgré ces combats « périphériques ». L’ambassadeur français, Du Fargis, poursuit ses entretiens à Madrid. Les deux parties tentent de gagner du temps, quitte, pour Louis XIII, à mécontenter ses alliés anglais, savoyard et vénitien, de plus en plus inquiets depuis la victoire des Habsbourg à Breda (5 juin 1625). Anglais et Danois s’usent dans le conflit, les premiers échouant devant Cadix à la fin de cette année, les seconds s’enfonçant dans la guerre de Trente Ans jusqu’à leur échec final, sanctionné par la paix de Lübeck en mai 1629.

139En France, l’agitation protestante ne cesse pas avant 1629. En 1625, la révolte de Rohan et de Soubise nécessite l’intervention des armées royales. En février 1626, la paix de La Rochelle renouvelle celle de Montpellier (1622). Un mémoire du Cardinal au roi, daté de mai 1625, montre l’ambivalence des objectifs français. D’une part, « Il n’y eut jamais une si belle occasion au Roy de rogner les ailes de son ennemi » mais, d’autre part,

Il faut considérer que les rebellions sont si ordinaires en France qu’il est à craindre que, tandis que nous penserons à humilier autrui, nous ne recevions plus de mal de nous-mesmes que nous n’en sçaurions faire à nos propres ennemis.

140Ainsi, selon la phrase souvent citée du Cardinal,

  • 192 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. I, doc 41, pp. 183-184.

Tant que les huguenots auront le pied en France, le Roy ne sera jamais le maistre au dedans, ny ne pourra entreprendre aucune action glorieuse au dehors192.

  • 193 Rappelons que ce traité ne résout pas la question de la Valteline. Celle-ci reconnaît la souveraine (...)

141Ce constat explique la politique flottante menée par la monarchie française de 1626 à 1628. On tente de conserver ses alliés, mais il faut assurer à tout prix sa sécurité intérieure (et, pour Richelieu, se maintenir au pouvoir). Or, la présence d’un parti favorable à une paix avec l’Espagne ainsi que la permanence de la contestation nobiliaire transforment le jeu des relations franco-espagnoles. Le traité de Monzón (5 mars 1626) est donc ratifié par le roi, même si le Cardinal désavoue publiquement son négociateur. Cet accord ambigu cherche à rassurer les alliés de la France et, dans le même temps, à obtenir la paix avec l’Espagne193.

  • 194 J.-M, Constant, Les conjurateurs, pp. 11-42.

142Le danger protestant momentanément écarté, les troubles intérieurs naissent d’un second front, celui des grands, avec la conspiration de Chalais et la question complexe de l’« aversion pour le mariage » éprouvée par Gaston d’Orléans194 (c’est-à-dire le refus du frère du roi et de sa faction de voir se réaliser le mariage que souhaiterait Richelieu). Cette contestation souligne les liens existant entre les partis et les puissances étrangères. Pour la première fois, Anne d’Autriche est impliquée dans une affaire d’importance, alors que la question de la succession dynastique souligne l’ampleur du vide potentiel qui pèse sur le Royaume et l’absence de toute garantie de sa position internationale. Finalement, une grande partie des acteurs se positionnent, prenant prétexte des alliances étrangères pour contester la validité des choix du Cardinal.

143À la suite du traité de Monzón et des violents différends franco-anglais concernant l’application des accords de mariage entre Henriette de France et Charles Ier d’Angleterre (entre autres, sur la liberté pour les catholiques anglais), la capricieuse politique de ce dernier conduit à une brouille avec Louis XIII. Ces querelles se transforment bientôt en guerre. Malgré les échecs militaires de Buckingham, Charles Ier décide d’ouvrir un nouveau front contre le roi de France en favorisant les entreprises protestantes.

  • 195 Malgré ce changement d’orientation, le Danemark, les princes allemands et les Provinces-Unies sont (...)
  • 196 Sur les négociations hispano-anglaises de Gerbier et de Rubens entre la fin 1626 et 1630, voir L.-P (...)

144À l’alliance avec les ennemis de Madrid et de Vienne, qui rassemble les puissances protestantes, Richelieu se voit « contraint » de répondre par un pacte avec l’Espagne contre l’hérésie195. Au printemps 1627, Soubise et les députés rochelais sont accueillis en Angleterre. Celle-ci voit désormais dans le roi de France son principal ennemi et appuie donc la dernière grande révolte huguenote. Charles Ier modifie aussi ses relations avec l’Espagne196. Les anciens alliés français et anglais se divisent et tentent chacun de son côté un rapprochement avec Madrid, toujours profitable sur le plan économique dans ces périodes de pénurie des finances royales. La saisie de navires français par la marine de Charles Ier, puis les projets anglais de soutenir les protestants, aident à un rapprochement franco-espagnol.

  • 197 AGS, K, 1435, f° 25, Conseil d’État (vers août 1627), et, f° 26, avis anonymes.

145Pour Madrid, les avantages de cette réconciliation sont nombreux : elle renforce le camp catholique et affaiblit les protestants allemands et hollandais. En France, l’absence d’héritier du trône et la mauvaise santé du roi (Louis XIII est très malade en 1627) laissent espérer une régence d’Anne d’Autriche, qui serait bien sûr favorable à son frère Philippe IV. L’ambassadeur Mirabel transmet des avis anonymes selon lesquels le projet de Gaston d’Orléans serait d’épouser la reine en cas de mort de Louis XIII197.

  • 198 AGS, K, 1443, f° 60, junte spécialement tenue pour le roi le 16 mars 1627 (A. Mexía, Montesclaros, (...)
  • 199 AGS, K, 1438, f° 142 (14 août 1627) : instructions secrètes de Philippe IV à Fadrique de Toledo.

146Les préparatifs anglais ayant été découverts, Du Fargis élabore avec Olivares le traité de Madrid, conclu le 30 mars et ratifié le 27 avril 1627198. Ses clauses mettent fin à l’embargo pratiqué depuis 1625 par les deux pays et assurent un soutien naval à Louis XIII. On a beaucoup glosé sur cette « aide » espagnole à la couronne de France : mauvaise volonté, retards, intentions cachées ? Il ne fait aucun doute que le soutien espagnol tend à séparer les Français d’avec les Anglais et les Provinces-Unies. Cependant, l’armada espagnole de soutien s’organise et quitte la Péninsule avec des instructions précises sur la manière d’intervenir199. Certes, elle arrive trop tard, car dès la fin du mois de juillet 1627 une imposante flotte anglaise de quatre-vingt-dix-huit navires et quatre mille marins mouille face à l’île de Ré, alors que don Fadrique de Toledo, chef des navires de secours, n’appareille que le 26 novembre. Cependant, ce soutien marque bien, aux yeux de l’Angleterre, l’appui espagnol à Louis XIII, dont le coût financier est loin d’être négligeable. Faire savoir à Londres que l’Empire espagnol apporte son aide au roi de France ne constitue pas un engagement mineur. L’efficacité de ces renforts est un autre problème, puisque Buckingham et ses navires sont repoussés de l’île par les troupes françaises de Toiras avant l’arrivée des navires de Fadrique de Toledo. Si, par cette politique, Olivares cherche à rendre irréconciliables la France et l’Angleterre et à manifester à l’Europe les volontés espagnoles, en fait il mécontente et le monarque français par l’absence de soutien efficace, et le roi d’Angleterre, auquel il s’oppose symboliquement.

147À la fin de l’année 1627, la péninsule italienne revient sur le devant de la scène internationale lorsque le duc de Mantoue meurt sans héritier direct. Situé aux limites de Venise et de la Lombardie, suzerain du marquisat du Montferrat, occupant une position stratégique entre la Savoie, Milan et Gênes, le Mantouan est un enjeu majeur pour le contrôle du carrefour italien. Espagnols et Français s’en disputent l’héritage, les uns pour le compte de leur client Guastalla, les autres pour leur vassal le duc de Nevers (et pour son fils le duc de Rethelois), sans compter les autres prétendants (la Savoie, l’infante espagnole). Durant un an et demi, la dispute se joue sur deux terrains : à La Rochelle et en Languedoc – où la monarchie française affronte les protestants révoltés – et dans les terres italiennes, à Casale et dans le Montferrat.

  • 200 AGS, K, 1481, f° 70, accord franco-espagnol d’alliance contre l’Angleterre.

148Ce retour du front italien ne met pas un terme aux relations bilatérales car les deux puissances continuent d’entretenir une entente fictive, incarnée par le traité de Groleau en 1628, qui renouvelle le traité de Madrid de mars 1627200. De part et d’autre, les buts sont identiques : gagner du temps, temps de la soumission de La Rochelle pour Richelieu, temps d’obtenir la reddition de Casale pour Olivares... Libérées les premières du siège de La Rochelle (29 octobre 1628), les troupes françaises effectuent une première descente en Italie pour ravitailler la citadelle de Casale en plein hiver 1628-1629 et pour occuper Mantoue en mars 1629. Faute de moyens, les responsables espagnols en Italie acceptent les termes d’une convention pour faire taire les armes, convention que Madrid désavoue à l’automne 1629.

  • 201 La Gazette, t. XV (1827), pp. 147-150. Cette paix est conclue pendant le siège de Privas et impliqu (...)

149De son côté, le roi de France renoue avec la politique d’alliance contre l’Espagne : le traité de Suse du 11 mars 1629, dicté à la Savoie sous la pression des armées françaises, crée une nouvelle entente en échange d’un revirement du Duc. Une semblable modification intervient face à l’Angleterre, quand un « traité de paix et de confédération entre le roi Louis XIII et Charles, roi de la Grande-Bretagne201 » est signé le 24 avril 1629. Le printemps 1629, occupé à réprimer le soulèvement protestant du Languedoc, débouche sur l’édit de grâce d’Alès accordé aux rebelles (28 juin 1629). La victoire de l’autorité monarchique est consacrée par l’entrée de Louis XIII dans Montauban, le 20 août 1629, et autorise une concentration des efforts en Italie.

  • 202 « À Mantoue, Olivares commit l’impardonnable faute d’ajouter l’échec à l’immoralité » (J. H. Elliot (...)
  • 203 Outre la suspension de paiement des intérêts de la dette et l’abandon des financiers génois, il est (...)
  • 204 Le 13 octobre 1630, l’accord de Ratisbonne entre la France et l’Empire stipule que toutes les troup (...)
  • 205 Le 26 septembre 1629 est conclue la trêve d’Altmark entre la Pologne de Sigismond III et Gustave-Ad (...)

150La plupart des historiens considèrent l’intervention espagnole dans la succession de Mantoue comme une erreur majeure d’Olivares202, car elle assèche les ressources financières de la monarchie espagnole203. Si, sur le terrain allemand, les tercios réussissent à éliminer l’intervention danoise, Philippe IV doit mobiliser ses armées et ses généraux dans la plaine du Pô. L’occupation de Mantoue et sa mise à sac, le 25juillet 1630, sont contrebalancées par le fait que Suse, Pignerol et Casale restent entre les mains des armées françaises. Une trêve italienne est conclue le 4 septembre 1630 sous les auspices du légat pontifical. Les ambassadeurs français chargés de négocier l’investiture impériale du duc de Nevers pour le duché de Mantoue acceptent à Ratisbonne une paix générale204 incluant l’Allemagne et la Lorraine, ce qui signifie l’abandon des Hollandais et des princes allemands protestants par la monarchie française. Mais le Conseil désavoue cet accord, au prix d’une crise intérieure (arrestation de Marillac). Les morts de Charles-Emmanuel et de Spinola (juillet et septembre 1630) interviennent opportunément, écartant un brillant général au service de l’Espagne et un duc imprévisible. Enfin, la perspective d’une intervention suédoise dans le Saint-Empire laisse présager de nouvelles difficultés pour les Habsbourg205. Cet ensemble de conditions explique l’acceptation des propositions du médiateur pontifical Mazarin, que sanctionne le traité de Cherasco : les droits du duc de Nevers et de son fils à l’investiture sont reconnus par l’Empereur en échange d’un retrait des troupes étrangères.

  • 206 Voir J. Cuvelier, « Les négociations diplomatiques de Roosendaal » : d’octobre 1626 à juillet 1628, (...)

151À une première période pacifiste de la politique étrangère espagnole, de 1600 à 1615, succède donc une montée en puissance des interventions extérieures. Peu à peu, les tercios apparaissent sur la plupart des champs de bataille : Palatinat, Pays-Bas, Valteline, Savoie, Montferrat, puis Mantoue. Cette recrudescence des interventions espagnoles s’effectue au nom de la reputación du roi et de la foi catholique. On assiste à certains compromis nécessaires à la poursuite des opérations. Outre les négociations avec les huguenots français, la Monarchie Catholique renoue avec l’Angleterre protestante (affaiblie par les dissensions entre le roi et le Parlement), alors qu’elle prolonge sa politique intransigeante face aux Provinces-Unies206. Après une intervention militaire de près de deux ans, la solution au conflit de Mantoue est trouvée en dehors des représentants de la couronne espagnole, signe d’un échec politique pour celle-ci. L’Italie retrouve momentanément la paix, tandis que la lutte franco-espagnole pour l’hégémonie européenne se déplace vers le Saint-Empire.

Les dévots et les tièdes

  • 207 Sur l’ultramontanisme de Marillac, voir É. Thuau. Raison d’État et pensée politique à l’époque de R (...)

152Ces années 1625-1629 forment la période de gestation de l’« anticardinalisme » espagnol. L’année 1625 voit se déclencher en France une campagne contre la politique du gouvernement de Richelieu. Etienne Thuau affirme qu’elle est d’origine étrangère. La correspondance du marquis de Mirabel et de son secrétaire ne fournit aucun élément pouvant mettre en cause l’ambassade espagnole dans cette campagne, ce qui ne signifie pas pour autant que l’ambassadeur soit innocent. Ces événements se reproduisent l’année suivante. Les ressorts de l’argumentation sont de type antimachiavélien et répondent à l’apparition du parti dévot et au discours de Marillac contre les Grisons protestants207.

  • 208 Sur les « cibles » de la diplomatie ou de l’espionnage, voir l’appendice I, pp. 566-567.
  • 209 AGS, E, 2044, f° 12, le 9 septembre 1630.

153On a attribué beaucoup d’influence au « parti dévot ». Or celui-ci apparaît peu dans les correspondances espagnoles. Les allusions à Marillac, son chef de file, sont rares : dans notre fichier des « Cibles »208 espagnoles, nous n’avons relevé qu’une seule occurrence concernant le Maréchal ; de plus, celle-ci est tardive et se borne à observer qu’en 1630 le frère du Chancelier se trouve bien disposé à l’égard de l’Espagne209. En fait, le marquis de Mirabel et son secrétaire Navaz s’intéressent bien davantage aux questions concernant les divisions internes au royaume.

  • 210 François de Baradat (1604-1682) entre comme page à la petite écurie du roi, où il demeure jusqu’au (...)
  • 211 AGS, K, 1433, f° 80, le Conseil d’État du 25 novembre 1625 sur les lettres de Mirabel du 8 novembre (...)

154Outre les rébellions huguenotes, les disputes courtisanes occasionnent des remarques et entraînent les Espagnols à s’immiscer dans les luttes de factions. Voyant monter en faveur le marquis de Baradat210, Mirabel tente d’acheter ce rival potentiel de Richelieu avant même que le favori de Louis XIII ne se compromette dans l’affaire du parti de l’« aversion au mariage », puis dans la conspiration de Chalais (été 1626). Le Conseil d’État espagnol du 25 novembre 1625 approuve la proposition de l’ambassadeur d’offrir quelques cadeaux au premier écuyer du roi, faute d’une pension que l’Espagne, en proie aux difficultés financières, ne peut offrir211. Le jeune homme accepta-t-il ces présents ? Richelieu en fut-il averti ? La disgrâce de Baradat intervient en décembre 1627. Avec lui, l’Espagne perdait un de ses atouts dans sa lutte contre le pouvoir du Cardinal.

  • 212 AGS, K, 1433, f° 37, le Conseil d’État du 3 mai 1625 sur les lettres de l’Infante et de Cueva (c’es (...)
  • 213 AGS, K, 1437, f° 178b, avis transmis à la cour d’Espagne par Manuel don Lope ; AGS, K, 1433, f° 80, (...)
  • 214 Voir G. Fagniez, Le père Joseph et Richelieu, t. II, p. 227. L’auteur qualifie Schomberg de partisa (...)
  • 215 Voir Anatole Granges de Surgères, Répertoire historique et biographique de la « Gazette de France » (...)

155Parmi ceux qui s’opposent en sous-main à Richelieu, le maréchal de Schomberg et, dans une moindre mesure, le duc de Nevers212 font l’objet d’un certain nombre de rapports. Le second participe au jeu traditionnel des factions nobiliaires mécontentes. En revanche, les relations avec Schomberg sont durables, s’etendant de 1624 à 1627213. Bien que le nom de l’ancien surintendant, qui représente au Conseil la tendance catholique modérée214, soit moins connu de l’historiographie que celui de Marillac, l’ambassadeur Mirabel semble miser beaucoup plus sur son influence. Par quels moyens l’approche-t-il ? Pourquoi ces contacts prennent-ils fin en 1627 ? Par la suite, l’espoir de voir Schomberg se dissocier de Richelieu s’évanouit. Le Maréchal conserve la confiance de son souverain et reste un des personnages importants de la politique française. En 1632, il est l’un des chefs militaires qui écrasent à Castelnaudary la révolte de Gaston d’Orléans et du duc de Montmorency, qui bénéficiait du soutien de l’Espagne215.

  • 216 AGS, K, 1480, f°54, Mirabel au roi (novembre 1625).

156La diplomatie souterraine a pour but de détruire les volontés d’intervention française à l’extérieur. Sans cesse, Madrid cherche des appuis parmi les grands. Après les épisodes Baradat et Schomberg, Gaston d’Orléans et Marie de Médicis deviennent les principales cibles de la Monarchie Catholique. Avec la guerre de Mantoue, à partir de la fin 1628, l’opposition entre les deux couronnes devient irréductible. Les conversations sont menées essentiellement avec des exilés. Déjà en 1625, à propos de Baradat, Mirabel relevait la mauvaise ambiance régnant en France et précisait que le meilleur moyen de soutenir le jeune favori de Louis XIII était de ne pas lui parler : « Le plus que j’aie pu faire pour l’obliger, c’est de lui avoir jamais parlé216. »

  • 217 AGS, K, 1416, f° 21, notes remises par Lingendes, envoyé de Monsieur ; AGS, K, 1416, f° 26 : opinio (...)

157Après 1630, l’Espagne conserve encore quelque espoir de gagner des grands personnages, comme le montrent les instructions royales à Benavente y Benavides lorsque celui-ci est nommé en France. Toiras, Guise, Rohan sont contactés, sondés, et le Conseil d’État a quelque espérance de voir ces personnages modifier le cours de la politique du Roi Très-Chrétien. Entre mai 1633 et septembre 1634, plusieurs avis laissent croire à la possibilité d’un soutien du maréchal de Toiras aux exilés. Des plans sont échafaudés, qui prévoient son appui militaire à des projets engageant les ducs de Guise et de Rohan et le frère du roi217. Les résultats pratiques sont inexistants.

  • 218 À deux reprises, le roi insiste dans ses instructions aux ambassadeurs résidant en France sur la po (...)
  • 219 AGS, K, 1423, f° 59, résumé de la correspondance de Benavente et de Nicolalde entre le 23 février e (...)

158La surveillance opérée par Richelieu218, la propagande des libellistes et l’exil des principaux opposants ferment le Royaume à toute intrusion espagnole. Lors des discussions de 1634 sur des projets de « paix universelle », dont le but serait d’éviter une guerre que les deux partenaires pressentent inévitable, le négociateur espagnol fait remarquer : « Du naturel du Cardinal, on ne peut espérer une bonne paix, sinon par le moyen d’une bonne guerre219 ».

VI. - La guerre froide (1630-1635)

159Le duc d’Orléans, les affaires lorraines, le royaume de France et la monarchie espagnole. – « Guerre en renard » et « guerre ouverte ».

160Pendant les cinq dernières années de relations « pacifiques » entre les deux puissances, il devient manifeste que l’opposition entre les deux couronnes est irréductible. Les dirigeants français assimilent l’orientation espagnole à la quête de la « monarchie universelle ». L’élimination du clan « dévot » du Conseil de Louis XIII et la satisfaction donnée au duc de Nevers par le traité de Cherasco assoient la maîtrise de Richelieu à la tête du gouvernement et confirment cette assimilation de la politique de Madrid à une quête d’hégémonie.

  • 220 Sur l’origine des projets de « trésors publics » (erarios públicos) et les problèmes financiers dan (...)

161À Madrid, Olivares évite la remise en cause de son valimiento, bien que sa politique italienne ait échoué. Si le duché de Mantoue devient favorable à la France, la plus grande partie de l’Italie demeure cependant soumise à la pax hispanica. Mais hors d’Italie, les difficultés se multiplient. Il faut envoyer des secours financiers et militaires en Flandres ainsi qu’au Saint-Empire, armer des vaisseaux pour protéger les navires marchands (flota), distribuer des pensions aux électeurs allemands catholiques, à certains cardinaux, entretenir la flotte de galères, etc., alors qu’une grave crise frumentaire frappe la péninsule Ibérique (1628) et qu’une épidémie de peste touche la Lombardie. Dans le domaine militaire, les Hollandais reprennent Wesel et Bois-le-Duc (1629) tandis que les essais de réformes internes à la Monarchie échouent : les projets d’« union des armes » (Unión de Armas) et de création de caisses spéciales (erarios públicos220) sont refusés par les régnicoles.

162En 1630, l’Empire espagnol est un moribond qui ne veut pas mourir. Des ressources insoupçonnées lui permettent des redressements militaires et diplomatiques inespérés. Ainsi, la victoire espagnole de Nördlingen en 1634 oblige-t-elle le roi de France à se jeter dans la mêlée de la guerre de Trente Ans. Après la guerre de Mantoue, toute l’énergie de la Monarchie Catholique est tendue vers la guerre contre les Provinces-Unies et dans le Saint-Empire. C’est en fonction de la situation sur ces terrains que les deux puissances déterminent leurs orientations au cours de leurs dernières années de paix.

Le duc d’Orléans, les affaires lorraines, le royaume de France et la monarchie espagnole

  • 221 Voir G. Dethan, Gaston d’Orléans.

163Jusqu’en 1638, le successeur potentiel de Louis XIII reste Gaston d’Orléans. Ce « conspirateur et prince charmant » (G. Dethan221) est fréquemment le jouet de puissances étrangères. Bloqué par la volonté tenace et jalouse du roi de le tenir à l’écart des affaires, il multiplie les intrigues. Impliqué en 1626 dans la conspiration de Chalais, il avait dû obéir à l’ordre de Louis XIII et épouser la duchesse de Montpensier. Lors de la guerre de Mantoue, il souhaite jouer un rôle militaire que son frère lui refuse ; puis, amoureux de Marie de Mantoue, il se heurte à l’opposition de sa mère et de son frère. Saisi par la peur d’affronter la colère royale après avoir quelque peu désobéi, Monsieur s’enfuit de France et passe en Lorraine en septembre 1629. Pendant sept mois, l’héritier de la Couronne vit en exil. Sous l’influence de ses conseillers, Puylaurens et Le Coigneux, le prince fait sa paix avec Louis XIII et retourne en France en avril 1630. Il participe même au gouvernement et devient lieutenant général du roi à Paris pendant que son frère guerroie en Italie.

164Si la tourmente de la « Journée des Dupes » ne l’affecte pas, le déroulement de cette crise le pousse à adopter une attitude aventureuse. Partageant une même haine pour Richelieu, la reine mère et Gaston d’Orléans quittent la France, la première en juillet, s’évadant de Compiègne où elle était retenue, et le second en janvier 1631. Monsieur réside un moment dans son refuge lorrain, puis à Bruxelles. Dans son manifeste de 1631, le frère du roi dénonce la politique de Richelieu, ce

  • 222 Voir ibid., p. 103, dont nous nous inspirons pour ce passage.

prêtre inhumain et pervers, pour ne pas dire scélérat et impie, qui, trahissant son ordre et sa vocation, a introduit dans le ministère la perfidie, la cruauté et la violence222.

165Parmi les arguments du manifeste, aucun cependant ne remet en cause la politique étrangère du ministre. Fasciné par son sujet, G. Dethan souligne l’ardeur montrée par Monsieur pour participer à la guerre de Mantoue contre l’Espagne. Selon lui, le duc d’Orléans n’incarnerait pas le parti hispanophile de la Cour, à la différence de Marie de Médicis, mais plutôt le malaise de la noblesse soumise à la férule du Cardinal, noblesse dont il se veut le représentant et le médiateur.

  • 223 R. Taveneaux, « La Lorraine, les Habsbourg et l’Europe », p. 11.
  • 224 Ibid.
  • 225 Ibid., p. 14.

166L’asile lorrain du prince attire l’attention de Richelieu. Ce duché, indépendant depuis 1542223, demeure sous la protection du Saint-Empire. Depuis l’apparition de la Réforme, la Lorraine catholique et les Habsbourg ont d’étroits liens politico-religieux. Ce territoire, pour reprendre l’expression de R. Taveneaux, est « la clé de voûte » de la « dorsale catholique » qui s’étire de l’Italie aux Flandres224. Attachée à l’idéal catholique, une partie de sa noblesse a suivi la croisade menée en Hongrie contre les Turcs par le duc de Mercœur, un ancien ligueur, en 1600 et 1601 : « Ce fût le début du grand exode de l’aristocratie lorraine vers l’Empire225. »

  • 226 Les pensions distribuées par l’Espagne au duc de Lorraine sont évoquées dans les liasses suivantes  (...)
  • 227 En 1617, il avertissait l’Espagne des conversations de son oncle, le duc Henri, avec les Savoyards, (...)

167À l’époque des guerres de Charles Quint et de François Ier, le duché de Lorraine était neutre. En ce début du XVIIe siècle, le duc de Lorraine souhaiterait pouvoir maintenir cette neutralité, bien qu’il laisse voir sa préférence pour l’Empire (Henri IV n’est qu’un converti). Pourtant, le traité de Vervins (1598) inclut le duché parmi les alliés français. La composition du territoire ressemble à celle de la plupart des fiefs : entrecoupé d’évêchés libres et de possessions vassales du roi de France et du Saint-Empire, le duché peut être facilement la proie de quelque prince plus puissant, sous prétexte de lien vassalique. Sa situation géopolitique en fait une pièce centrale du « corridor » espagnol. En 1617, l’accord de Gratz, signé par l’ambassadeur Oñate et l’archiduc Ferdinand, prévoit le soutien espagnol à Vienne en échange d’un libre accès à la Lorraine par l’Alsace. L’importance stratégique du duché pousse Madrid à pensionner Charles IV226. Celui-ci, avant même de succéder au trône ducal, correspondait avec l’ambassadeur espagnol à Paris227. Enfin, l’intervention espagnole aux côtés de la branche cadette d’Autriche et la guerre contre les Provinces-Unies nécessitent l’assistance régulière et massive de troupes espagnoles venues d’Italie. La fin de la guerre de Mantoue déplace le centre de gravité politique vers cette partie de l’Europe.

168Richelieu ne peut que s’intéresser au duché lorrain, qui ose donner asile au frère du Roi. Le Cardinal avait-il déjà pensé à ces marges orientales de la France quand il refusa les accords de Ratisbonne ? Quelles que soient les intentions antérieures des dirigeants français envers la Lorraine, si celle-ci est une pièce indispensable au dispositif militaire espagnol, elle attise du même coup la convoitise française.

  • 228 R. Babel, « Dix années décisives ».
  • 229 G. Zeller, La réunion de Metz, à la France.
  • 230 Voir la mission de Cardin-Leret, envoyé en 1625 à Metz afin de retrouver les fiefs lorrains dépenda (...)
  • 231 AGS, K, 1444, f°70 (septembre 1627) : le duc de Lorraine se plaint auprès de l’infante Isabelle de (...)
  • 232 AGS, K, 1481, ffos 175-177, lettre de Mirabel à Olivares (22 juin 1629) sur les négociations de M. (...)

169De nombreux éléments favorisent l’ingérence du Roi Très-Chrétien228. En 1624, Charles IV devient duc au nom d’une loi salique dont Louis XIII conteste la validité en Lorraine. Le fief du « Barois mouvant » (partie du duché de Bar située au-delà de la Meuse) dépend du roi de France. Depuis 1552, les prédécesseurs de Louis XIII ont établi un protectorat sur les Trois-Evêchés229. Richelieu profite de ces faits pour affirmer l’autorité française face à Charles IV230. Enfin, lors de chaque crise française, le duc de Lorraine joue pleinement le jeu des ennemis de Louis XIII. En 1627, il tente une alliance avec l’Angleterre, la Savoie et les protestants231. En 1629, il participe au projet espagnol de constituer une ligue232 réunissant l’Allemagne, l’Espagne et la Lorraine, projet qui n’aboutit pas faute de l’approbation du Saint-Empire.

  • 233 AGS, K, 1415, f°85, Conseil d’État du 24 juin 1632.
  • 234 AGS, K, 1415, f° 58, le Conseil d’État, à propos des lettres de Mirabel des 28 mai et 14 juin 1631, (...)
  • 235 Les archives de Simancas conservent des lettres de Charles IV au roi d’Espagne le remerciant de sa (...)

170L’intervention suédoise dans la guerre de Trente Ans et l’accueil fait à Gaston d’Orléans en 1631 plongent le Duché au cœur des conflits233. Pendant six mois, l’héritier du trône de France trouve refuge à Nancy, le temps de conquérir Marguerite de Lorraine, sœur du duc, et de s’y marier secrètement le 3 janvier 1632234. Les troupes du Duché, levées pour contrer l’avancée suédoise, subissent une défaite cuisante en septembre 1631. Louis XIII profite de cet échec pour occuper militairement Metz et exiger des bases pour intervenir en Allemagne. Par la force des armes, il arrache à Charles IV le traité de Vic le 6 janvier 1632. Le duc promet de n’entrer dans aucune coalition contre la couronne de France, d’éloigner de ses territoires les partisans de Marie de Médicis et de Gaston d’Orléans et de céder la ville de Marsal au roi de France, afin que celui-ci ait accès aux frontières du Saint-Empire. En dépit de cet accord imposé par la force, Charles IV n’en continue pas moins ses alliances « naturelles ». Cette attitude lui vaut de subir, six mois plus tard, le diktat du traité de Liverdun, dont les termes reprennent ceux de Vic, mais avec des exigences accrues : cession des forteresses de Jametz et Stenay. La Lorraine devient un protectorat français. Après avoir si longtemps financé le duché, Madrid se trouve incapable d’envoyer des secours en Lorraine, malgré ses engagements235. Alors que Gustave-Adolphe vole de victoire en victoire dans le Saint-Empire, un engagement des tercios contre les troupes françaises en Lorraine déboucherait sur une rupture entre les deux pays et provoquerait l’apparition d’un nouveau front. L’Espagne perd donc un allié important et une pièce centrale de son « chemin de ronde ». Deux ans plus tard, en janvier 1634, le traité de Charmes sanctionne ces événements : le duché est officiellement occupé et Charles IV préfère s’enfuir en Allemagne afin d’y servir la cause catholique. La crédibilité de Madrid est de nouveau remise en cause par ces événements.

« Guerre en renard » et « guerre ouverte »

  • 236 J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V, IIe part. : trêve d’Altenmark conc (...)
  • 237 Sur le rôle de cet habile diplomate tant dans la trêve d’Altenmark que dans l’accord de Barwald, vo (...)
  • 238 R. Mousnier, L’homme en rouge, pp. 458-439, relate la répugnance du Conseil et de Richelieu à refus (...)
  • 239 AGS, K, 1644, f° 2 (texte en latin).

171Avec la trêve d’Altmark236, l’intervention de Gustave-Adolphe dans le Saint-Empire bouleverse les rapports de force. L’ennemi de près d’un siècle, les Provinces-Unies, trouve un puissant allié dans ce roi-guerrier. Les victoires du « lion du Nord » se succèdent ; en janvier 1631, toute la Poméranie est occupée et des accords diplomatiques renforcent les positions suédoises. L’accord de Barwald, négocié pour le roi de France par Charnacé237, octroie aux Suédois un subside d’un million de livres, payables en cinq ans, en échange du maintien d’une armée de trente mille hommes. La défaite des Impériaux à Breitenfeld, le 5 septembre 1631, ouvre la Silésie et la Bohême aux alliés saxons et la vallée rhénane aux armées Scandinaves. Les villes de Mayence, Spire, Worms, Mannheim sont prises pendant l’hiver 1631-1632. À la suite de ces succès, le Suédois entre en contact avec les Hollandais. La menace d’une hégémonie protestante en Allemagne explique l’occupation de la Lorraine par Louis XIII : devenu trop puissant, l’allié pourrait devenir encombrant. Les responsables français refusent la proposition de Gustave-Aldophe d’entrer dans la guerre ouverte et d’opérer un partage des dépouilles238. Au printemps 1632, la Bavière catholique est dévastée. Malgré des contre-attaques impériales dirigées par Wallenstein, l’aventure suédoise se prolonge jusqu’à la mort du roi de Suède à la bataille de Lützen (17 novembre 1632). À partir de cette date, la Suède reste un des éléments fondamentaux de la guerre de Trente Ans, mais la bourrasque n’a plus la même violence. Richelieu reprend sa politique de « guerre couverte ». Le 9 avril 1633, le traité d’Heilbronn renouvelle celui de Bärwald entre les deux couronnes239.

172L’Espagne ne laisse pas le monopole de la « guerre en renard » au roi de France. Comptant sur le prestige de Gaston d’Orléans, elle fomente la guerre civile dans le Languedoc. Un regroupement des mécontents du Cardinal – et ils sont nombreux – s’esquisse, mais la majorité d’entre eux refusent d’entrer directement en conflit avec l’autorité monarchique. Les Toiras, Rohan, Guise ne se joignent pas au soulèvement organisé par le duc de Montmorency depuis ses terres languedociennes. Gaston d’Orléans, parti des possessions bourguignonnes avec une petite armée, ne parvient pas à rallier les mécontents lors de sa traversée de la France, du nord-est au sud-ouest. L’équipée, soutenue par l’Espagne, échoue à Castelnaudary en septembre 1632 et se termine par l’exécution du gouverneur du Languedoc. L’héritier du trône fuit de nouveau le territoire, permettant à l’Espagne de conserver cet atout majeur, mais l’espoir d’une grande révolte mettant à bas le pouvoir du Cardinal s’amenuise. Si Monsieur participe au cours de l’année 1633 aux combats auprès du marquis d’Aytona, son activité tient plus de son origine nobiliaire que de son soutien armé au Roi Catholique. Le Conseil d’État et le valido, conscients de l’impossibilité d’obtenir de la France une politique hispanophile, diminuent peu à peu les pensions de Monsieur pour finalement les lui supprimer en 1634. Après la victoire espagnole de Nördlingen, l’entourage du duc d’Orléans l’amène sans trop de difficulté à trouver une solution négociée avec le roi son frère.

  • 240 AGS, K, 1416, f° 16, lettre de Benavente au roi (23 mai 1633), et f° 17 ; AGS, K, 1417, f° 3, f° 14 (...)
  • 241 La France, selon Olivares, était « le seul point d’appui de toute cette conspiration et de tous ces (...)
  • 242 Voir A Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, p. 455.

173Les tentatives espagnoles de déstabilisation menées dans le royaume de France, tout comme les alliances françaises avec les ennemis de Philippe IV, n’empêchent pas les deux monarchies de maintenir des liens diplomatiques. À Paris comme à Madrid, les ambassadeurs résident auprès du souverain et accomplissent les devoirs liés à leur fonction. Ils se font l’écho des protestations ou des demandes d’explication concernant ces actions inamicales. Les diplomates tentent d’accommoder les différends soulevés par les politiques ; ils ont pour mission de prolonger une vie artificiellement pacifique entre les deux pays. On assiste même à des propositions de « paix universelle240 » dans les années 1633 et 1634, au moment précis où les affrontements dans l’Empire deviennent les plus durs. Aucune des deux puissances ne souhaite une confrontation directe, mais toutes deux s’en rapprochent par leur politique241. À l’occupation de la Lorraine, Richelieu fait succéder celle du comté de Montbéliard, en 1633, puis celle de Haguenau, Saverne et Heidelberg242 en 1634, qu’il étend à une grande partie de l’Alsace, avant même la déclaration de guerre à l’Espagne en mai 1635. Le « chemin espagnol » n’est plus menacé : il est directement attaqué par la jonction des troupes suédoises et françaises. Cette avancée française correspond à une détérioration de la situation militaire du camp protestant après la mort de Gustave-Adolphe à Lützen en novembre 1632.

  • 243 Voir G. Parker, La guerra de los Treinta Años, pp. 209-210. Par cet accord, la Saxe voit reconnaîtr (...)

174Sur le terrain militaire, les Suédois subissent leurs premières défaites importantes face aux troupes impériales en juillet 1634. La jonction des forces catholiques des Habsbourg se réalise (prises de Ratisbonne et Donauwörth) et l’épuration de l’armée impériale, avec l’assassinat de Wallenstein (25 février 1634), améliore le commandement. Devant Nördlingen, l’union des tercios du Cardinal-Infant et des troupes impériales bat les princes allemands de la ligue d’Heilbronn et l’armée suédoise (6 septembre 1634) : cette dernière reflue au nord du Main, et le camp Habsbourg semble renaître. À ces victoires militaires vient s’ajouter un succès diplomatique d’importance : l’électeur de Saxe traite avec les émissaires impériaux à Pirna (24 novembre 1634) et change de camp243. Pour les opposants à l’Empereur, cela est désormais clair,

  • 244 G. Parker, La guerra de los Treinta Años, p. 209.

La maison d’Autriche veut mettre sous son joug toute l’Allemagne, extirper la liberté et la religion protestante. Pour cela, dans cette situation extrême, nous devons porter notre regard vers la France244,

175comme le constate le landgrave Guillaume de Hesse-Kassel, le plus ancien allié des Suédois, qui va jusqu’à proposer la couronne impériale au roi de France pour obtenir son intervention.

  • 245 AGS, K, 1417, f° 51 Olivares au roi (27 décembre 1634) ; R. A. Stradling renverse symétriquement le (...)

176Le 27 décembre 1634, Olivares propose un plan en vue d’une guerre contre la couronne de France. Une armée dirigée par Philippe IV en personne depuis la frontière pyrénéenne, une attaque depuis l’Allemagne et un troisième front faisant intervenir la marine espagnole de Méditerranée devraient avoir raison de la France, à en croire le valido245. Dès la fin de cette année 1634, l’heure n’est donc plus aux négociations et les deux souverains se préparent à une rupture des relations diplomatiques.

  • 246 AGS, K, 1425, f° 134, le roi à Benavente (15 mars 1635).
  • 247 Voir A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, p. 492 ; J. M. J (...)

177Le Conseil d’État espagnol enregistre dès le 12 décembre la demande de congé de Barrault, l’ambassadeur de France, et, selon la coutume, on lui octroie un joyau en guise de cadeau. À Paris, Benavente reçoit plus tardivement son ordre de départ, le 15 mars 1635246, soit onze jours seulement avant la prise de Trèves. Le 26 mars, les troupes espagnoles occupent la ville épiscopale, qui bénéficiait jusqu’alors de la protection française. Auprès de Louis XIII, le Conseil estime que le roi ne peut éviter de prendre les armes, « pour venger l’affront qu’il a reçu comme conséquence de l’arrestation d’un prince qui se trouvait sous sa protection247 ».

178Cet événement aboutit à l’ultimatum français présenté à Bruxelles au gouverneur des Pays-Bas espagnols. Le Cardinal-Infant le rejette, le 4 mai 1635. Le roi de France envoie dans la capitale brabançonne un héraut pour faire connaître sa décision de réparer l’« affront » de Trèves par les armes. Une « déclaration du Roy sur l’ouverture de la guerre contre le Roy d’Espagne » est enregistrée par le Parlement le 18 juin et publiée dans tout le Royaume.

Notes

1 AGS, inventaires de la série Estado.

2 P. Fernández Albaladejo, « De “llave de Italia” a “corazón de la monarquía” ». L’auteurintitule un paragraphe de son étude « Italia es el centro de Europa » (p. 223).

3 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 134. Les lois interdisant de suivre des études à l’étranger (1559, 1570, 1582, et 1587) ne sont abrogées ni par Philippe III ni par Philippe IV, mais elles ne sont pas renouvelées.

4 Rafael Gibert, « La condición de los extranjeros en el antiguo derecho español », dans L’Étranger, Bruxelles, Recueils de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions (10, 2e partie), 1958, pp. 151-199.

5 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 26.

6 Gavacho : sur ce mot, voir le chap. 1 (« Caractéristiques de la couronne espagnole »), n. 121.

7 Sur les relations entre la monarchie française et le concile, voir Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (295), 1997.

8 Voyage de Barthélemy Joly en Espagne ; éd. L. Barrau-Dihigo, p. 554. L’auteur de ce récit de voyage est aumônier du roi de France.

9 J. H. Elliott, The Count-Duke of Olivares, p. 43.

10 G. Marañón, El conde-duque de Olivares o la pasión de mandar, pp. 156,416 et 485, doc 315- ; et A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 185 (pour la liste des ouvrages français possédés par Olivares, voir ibid., pp. 186-192).

11 AGS, K, 1446, f° 5, Navaz À Villela (1629).

12 M. Yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, pp. 238 et 318.

13 D. Richet, « La polémique politique en France de 1612 à 1615 », p. 169 ; J. López Barrera, « Literatura francesa hispanófoba en los siglos XVI y XVII ». Ce dernier auteur a constitué une petite anthologie des pièces caractéristiques du courant hispanophobe en France.

14 J.-F. Dubost, Les Italiens en France aux XVIe et XVIIe siècles, chap. ix : « L’anti-italianisme » ; Id., La France italienne.

15 AGS, E, 1285, f° 153 (13 mai 1598).

16 AGS, E, 1290, f° 7.

17 AGS, K, 1607, avis du Conseil d’État le 20 avril 1606 sur les propositions d’accueillir Bouillon.

18 AGS, K, 1461, lettre de Villafranca au roi (23 juillet 1608). Le même Villafranca, devenu dix ans plus tard gouverneur du Milanais, note que sans argent, en France, on ne négocie rien, les Français étant intrinsèquement vénaux (AGS, K, 1593, P 332, avis de Villafranca [décembre 1618),

19 AGS, K, 1469, f°130, Cárdenas à Ciriza (8 juillet 1614).

20 Par exemple AGS, K, 1432, f°141 ; 1415, f° 47 ; 1426, f° 92 ; 1445, f° 6 ; 1469, f° 161 ; 1608, f° 2b, etc.

21 AGS, K, 1416, f°16, Olivares (10 juin 1633).

22 AGS, K, 1424, f° 75 ; après avoir donné ses instructions à l’ambassadeur Benavente, le roi précise : « El fin de franceses es muy conocido que es procurar minorar mi grandeza desacreditando con sus negociaciones mis armas y mis acciones como siempre lo ha hecho y por estos medios hazerse arbitrio en todas partes » (20 novembre 1632).

23 José Deleito y Piñuela, El rey se divierte, Madrid, Espasa-Calpe, 1955, pp. 49-50 : selon l’expression de Philippe IV, « Mi privado es mi reina » (« Mon confident, c’est ma reine »).

24 Recueil de lettres missives d’Henri IV, éd. J. Berger de Xivrey, t. VII, p. 665, lettre d’Henri IV à la marquise de Verneuil (1608) ; H. Méchoulan, « L’Espagne dans le miroir des textes français », p. 424.

25 H. Méchoulan, « L’Espagne dans le miroir des textes français », p. 434.

26 L’étude ancienne de Berthold Zeller, Études critiques sur le règne de Louis XIII. Le connétable de Luynes, Montauban et La Valteline d’après les archives d’Italie, Paris, 1879, dresse un portrait très favorable du favori. Il n’existe pas d’études récentes sur la période du ministériat de Luynes.

27 Entre le roi Charles Ier et Henriette-Marie de France, sœur de Louis XIII.

28 Les dirigeants ayant des conjoints non espagnols sont fort peu nombreux : le premier duc de Feria épouse une catholique anglaise et Zúñiga, une Flamande...

29 S’agit-il de Philippe de Croy, comte de Solre, titre créé par Philippe II le 3 novembre 1590 ? Grand bailli du Tournaisis, ce personnage reçoit l’infante Isabelle et l’archiduc Albert à leur arrivée aux Pays-Bas en 1599. Chevalier de la Toison d’or, il possède la confiance des Archiducs. Il meurt en 1612 (J. P. Devos, Les chiffres de Philippe II, pp. 50-51).

30 AGS, E, 2227, lettre du roi au marquis de Guadaleste (16 mai 1609).

31 F. Bouza Álvarez, « Entre dos reinos, una patria rebelde ».

32 A, Rodríguez Villa, Ambrosio Spínola, primer marqués de los Balbases, pp. 283-2R5.

33 Il en va apparemment de même pour le domaine allemand ; pariant des princes protestants allemands, V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, note (p. 25) : « Ces princes, depuis longtemps, avaient accoutumé à regarder vers la France. Est-il besoin de rappeler que, pendant tout le XVIe siècle, de perpétuels échanges avaient eu lieu entre l’Allemagne occidentale et la France ? Que, pendant les dernières années du siècle, les princes calvinistes, donc la croyance n’était pas officiellement reconnue dans l’Empire, avaient eu un besoin urgent d’une protection étrangère ? Mais on n’a pas toujours assez insisté sur la communauté de culture qu’ils avaient avec les Français. Les princes, leurs conseillers et leurs ministres parlaient couramment le français [...] On a trop facilement oublié que cette élite d’Allemagne demeurait française de civilisation. »

34 L’un des ouvrages classiques et complets, bien qu’ancien, sur les relations hispano-françaises est M. Philippson, Heinrich IV und Philipp III.

35 Cela devait aussi permettre de trouver une solution aux mutineries de soldats, qui n’étaient plus payés depuis des mois (G. Parker, El ejército de Flandes y el camino español pp. 251-254).

36 Par le traité du 24 mai 1595, Henri IV et Élisabeth Ire s’engagent à ne pas mener de négociations séparées avec l’Espagne. Prenant prétexte de l’insuffisance du soutien anglais, le roi de France propose à Londres de se joindre aux négociations.

37 A, Eiras Roel, « Política francesa de Felipe III : las tensiones con Enrique IV ».

38 AGS, K, 1602, Tassis (de Moret, le 13 mai 1599).

39 AGS, K, 1460, lettre de Baltasar de Zúñiga au roi (23 avril 1605).

40 Né en 1573 et fils de Marie Touchet et de Charles IX, Charles de Valois, duc d’Angoulême puis comte d’Auvergne, est le demi-frère d’Henriette d’Entragues, marquise de Verneuil et maîtresse d’Henri IV.

41 Charles Timoléon de Beauxoncles, seigneur de Sigogne (v. 1560-1611), ancien ligueur passé au service du roi,

42 AGS, K, 1460, Zúñiga au roi (30 décembre 1604).

43 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (8 juillet 1609).

44 F.-T. Perrens, Les mariages espagnols, pp. 15-28.

45 Lettre de de Brèves (25 juillet 1608), [citée par F.-T. Perrens, Les mariages espagnols, p. 135].

46 Sully à Jeannin, (18 septembre 1608), [cité par F.-T, Perrens, Les mariages espagnols, p. 165].

47 Pedro de Toledo, marquis de Villafranca, est élevé à la grandesse à l’occasion de son envoi comme ambassadeur extraordinaire à Paris pour y négocier ces unions.

48 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au marquis de Guadaleste (23 septembre 1608) : «Dando la soberanía por una ora quita a S. M. todo quanto le pude quitary en todo contradize su A. en hazer esto la ultima y incomutable voluntad que S. M. ha declarado.»

49 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au roi (7 décembre 1608).

50 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au roi (5 février 1609).

51 AGS, K, 1461, Pedro de Toledo au roi (6 février 1609).

52 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (27 avril 1609).

53 Selon le mot de Vittorio Siri, « les deux monarchies déposèrent leurs armes, mais non point leurs rancunes » (cité par É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, p. 31).

54 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, doc. 203, lettre de Philippe III à B. de Zúñiga (5 décembre 1601) : « Le roi approuve les négociations ouvertes par Richardot avec l’Angleterre. »

55 Les Anglais renoncent à la course et s’engagent à ne pas introduire de marchandises hollandaises dans la péninsule Ibérique, et les droits de douane de 30 % imposés par l’Espagne sont abolis ; voir J. C. Salyer, « Algunos aspectos del tratado de paz entre Inglaterra y España de 1604 ») ; V. A. Kerth, Anglo-Spanish Relations and the Development of Modern Diplomacy, observe que les relations anglo-espagnoles entre 1604 et la bataille de la Montagne Blanche (1618) sont totalement dominées par les questions commerciales.

56 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 139.

57 La victoire de Spinola à Ostende en 1604, après plus de deux ans de siège, n’avait pas apporté à l’Espagne les fruits espérés et les troubles continuaient dans l’armée. En décembre 1606, plus de quatre mille révoltés participaient à Diest à la septième grande rébellion : voir G. Parker, El ejército de Flandes y el camino español, p. 243 (source : AGS, E, 2289, f° 269). Ces mutineries se prolongèrent tardivement : le 28 septembre 1609, Luis de Velasco envoie au roi un rapport sur les mutineries dans l’armée en Flandres, avec une liste des soldats qui y avaient participé (AGS, K, 1461).

58 A. D. Anderson, The Jülich-Kleve Succession Crisis. Dans sa conclusion, l’auteur insiste sur l’originalité des solutions apportées aux crises des Duchés. Les historiens français insistent sur le risque de guerre en 1610, mais la seconde crise, celle de 1614, au cours de laquelle interviennent les Espagnols et les Provinces-Unies, aurait pu déboucher sur la rupture de la Trêve et sur la mobilisation des princes allemands, et donc du Saint-Empire. La diplomatie, l’inertie des souverains français et anglais, enlisés dans de graves problèmes intérieurs, la volonté de l’Espagne et des Archiducs de ne pas précipiter, pour des raisons financières, une extension de la guerre, ont permis une issue négociée, du moins à titre temporaire, avec l’occupation de Juliers et de Berg par les troupes espagnoles jusqu’en 1659 et du duché de Clèves et de la Mark par les Provinces-Unies jusqu’en 1672.

59 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (5 août 1609).

60 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (2 décembre 1609) ; AGS, K, 1452 (26 décembre 1609).

61 AGS, E, 2026, Conseil d’État du 11 mai 1610, sur des lettres de Spinola, du comte d’Anover et de Cárdenas.

62 AGS, K, 1462, f° 123, Cárdenas (27 avril 1610). Sur les audiences accordées par Henri IV les 5 et 27 avril 1610, voir la correspondance d’Íñigo de Cárdenas, CODOIN, t V, pp. 137-144 et 148-150.

63 Le grand dessein d’Henri IV, rêvé par Sully, ne s’applique peut-être pas à cette période de tension mais, selon A. D. Anderson, The Jülich-Kleve Succession Crisis (p. 93), « The preparation for Jülich-Kleve certainly seemed excessive, and there mere other indications that Henry was planning somethmg bigger » ; Marie de Médicis remplit les engagements de son défunt époux auprès de l’Union évangélique caries troupes françaises vinrent à la rescousse des armées de Christian d’Anhalt en août 1610 ; la ville de Juliers se rendit le 3 septembre (M. Carmona, Marie de Médicis, p. 232). Nous n’avons pas trouvé de document faisant état de garanties que Marie de Médicis aurait données aux Espagnols et pouvant expliquer l’inactivité des forces de Spinola.

64 AGS, K, 1593, f° 22, avis du Conseil d’État (24 mai 1610) sur cinq points proposés par Lerma concernant la mort d’Henri IV.

65 R. Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, pp. 27-30.

66 AGS, K, 1593, f° 22 (24 mai 1610).

67 M. Carmona, Marie de Médicis, pp. 156-182.

68 Les principaux dirigeants de ce courant sont le comte de Fuentes, le marquis de Villafranca, le duc de Feria (gouverneurs de Milan de 1600 à 1610, de 1615 à 1618 et de 1618 à 1625 respectivement), le duc d’Osuna (vice-roi de Sicile de 1612 à 1616, puis vice-roi de Naples de 1616 à 1620), le marquis de Bedmar (ambassadeur espagnol de Venise de 1608 à 1618), l’inamovible Juan Vivas (ambassadeur à Gènes à partir de 1601, et pendant plus de quinze ans), Rodrigo de Ledesma (responsable de l’expédition espagnole en Bretagne contre Henri IV, puis ambassadeur à Turin de 1600 à 1603).

69 AGS, E, 1290, f° 7, Fuentes au roi (13 janvier 1601).

70 C’est ainsi que Campanella, sitôt libéré des geôles d’Urbain VIII en 1634, se réfugie à Paris « pour l’amour des Français, non parce que ce sont des Français, mais bien les libérateurs du monde » (J.-F. Dubost, Les Italiens en France aux XVIe et XVIIe siècles, p. 120).

71 Les cantons sont un réservoir de mercenaires et un point de passage obligé pour les troupes de toute origine. Fuentes répond à l’entente franco-suisse de Soleure (1602) par la construction du fort Fuentes, en octobre 1603, situé à la croisée des routes de Chiavenna et de la Valteline ; voir É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie, pp. 258-259.

72 C. Seco, « Venecia, Roma, España ».

73 Le principal d’entre eux, le comte de Fuentes, exprime au Conseil d’État son désaccord (AGS, E, 1297, f° 23, Fuentes au roi [25 avril 1608] ; et BNM, ms. 775, f° 411).

74 Le connétable de Castille ne reste pas longtemps à la tête du Milanais : de la fin de l’année 1610 à 1612 seulement (AGS, E, 1301, f° 2, instructions à Velázquez sur le désarmement). Le marquis de San Germano, futur marquis de la Hinojosa, est un Mendoza apparenté au valido. Sur sa gestion politique, voir AGS, E, 1901, 1902, 1904, 1905, et 1906,

75 A. Bombín Pérez, La cuestión de Monferrato.

76 En novembre 1616, l’évêque de Luçon, secrétaire d’État, menace un moment le gouverneur du Dauphiné de le faire accuser de lèse-majesté s’il continue sa politique d’équilibriste avec la Savoie ; voir Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, p. 364.

77 P. Preto, « Le “paure” della sociétá veneziana ».

78 Ces populations, refoulées de l’Empire ottoman et réfugiées sur la côte dalmate, menacent le « lac vénitien » par leurs pirateries incessantes. Venise riposte en s’en prenant aux ports et forts abritant les Uscoques (destruction de la forteresse de Novi, près de Fiume, en mai 1613, siège de Gradisca à la fin de décembre 1615). À la reprise de la guerre contre la Savoie en 1616, reprise déclenchée par Pedro de Toledo, le nouveau gouverneur du Milanais, correspond un engagement naval espagnol dans l’Adriatique. Le duc d’Osuna, nouveau vice-roi de Naples, engage l’épreuve de force en janvier 1617 avec la confiscation d’un navire vénitien porteur de 200.000 ducats, puis mobilise des navires en juillet suivant. Le traité de Madrid du 27 septembre 1617 (qui prépare le traité de Pavie sur la question du Montferrat) décide le retrait de la flotte napolitaine de l’Adriatique ainsi que la restitution à la République vénitienne des prises effectuées par le duc d’Osuna ; voir C. Pérez Bustamante, « El dominio adriáticoy la política española en los comienzos del siglo XVII »,

79 C. Seco, « El marqués de Bedmary la conjuración de Venecia de 1618 », voir chap. IX, p. 455 sqq.

80 P. Fernández Albaladejo, « De “llave de Italia” a “corazón de la monarquía” » ; F. Benigno, La sombra del rey.

81 J. Lefèvre, « Les ambassadeurs d’Espagne à Bruxelles sous le règne de l’archiduc Albert », pp. 64-65 : par exemple, en 1600, Baltasar de Zúñiga, ambassadeur espagnol à Bruxelles, réussit à convaincre les Archiducs de ne pas rencontrer Henri IV à Calais.

82 Par sa mère, doña Catalina de Toledo y Pimentel, le comte de Fuentes est le neveu du duc d’Albe.

83 P. Fernández Albaladejo, « De “llave de Italia” a “corazón de la monarquía” », pp. 192-193,

84 F. Benigno, La sombra del rey, pp. 77-108. En plus des luttes de factions à la cour d’Espagne, avivées entre 1618 et 1621 parle changement de valido, puis de règne, Francesco Benigno introduit une analyse des rapports entre les forces sociales et les institutions du royaume de Naples pour expliquer le rappel d’Osuna et son arrestation à Madrid en avril 1621. Les motifs de l’arrestation restent confus. La félonie du vice-roi et ses projets de se construire un domaine indépendant à Naples sont contestés par la plupart des historiens. Reste que le développement de Ch. Dufayard, Le connétable de Les diguières, chap. XVII et les sources citées ne sont pas réfutées. Osuna meurt en prison à Madrid le 25 septembre 1624, Sur le duc d’Osuna, on pourra consulter les travaux suivants : Cesáreo Fernández Duro, El gran duque de Osuna y su marina. Jornada contra turcos y venecianos, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1885 ; Francisco Rodríguez Marín, El gran duque de Osuna, Madrid, 1920 ; Emilio Beladiez, Osuna el Grande, el Duque de las empresas, Madrid, Alhambra, 1954 ; Louis Barbé, Don Pedro Téllez de Girón, duc d’Osuna, vice-roi de Sicile (1610-1616). Contribution à l’étude du règne de Philippe III, Grenoble, Ellug, 1992 ; I. Atienza Hernández, La casa de Osuna ; et J.-P. Le Flem, « L’arithmétique navale de D. Pedro Girón, duc d’Osuna ».

85 Sixième fils de Maximilien II et de Marie, sœur de Philippe II, Albert est éduqué depuis l’âge de onze ans auprès de Philippe II. Cardinal à dix-huit ans et archevêque de Tolède, il possède en 1598 une expérience politique importante : vice-roi du Portugal de 1584 à 1593 (il s’y opposa aux partisans d’Antonio de Crato, le prétendant à la couronne portugaise), puis gouverneur des Pays-Bas à partir de 1596, où il fut efficacement secondé par le comte de Fuentes.

86 Voir G. Parker, « The Formation of Government Policy in the Catholic Netherlands under “the Archdules” », auquel nous empruntons les exemples concernant l’administration.

87 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 487, doc. 1236, citent une consulta du Conseil d’État du 21 octobre 1616 : « Dans un mémoire remis par fray Íñigo de Brizuela, l’Archiduc se plaint qu’on lui ait enlevé la distribution des pensions et hautes paies et qu’on envoie directement des ordres à ses ministres sans passer par son intermédiaire » (source : AGS, E, 2030 et 631).

88 J. Lefèvre, « Juan de Mancicidor » ; Id., « L’intervention du duc de Lerme dans les affaires des Pays-Bas ».

89 Cité par G. Parker, « The Formation of Government Policy in the Catholic Netherlands under “the Archdukes” », p. 250.

90 Voir H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 415, doc. 988 (texte d’une junte d’État du 20 décembre 1613) José Antonio Abreu y Bertonado, Colección de los tratados de paz, allianza, neutralidad, garantia, protección, tregua, &c., hechos por los Pueblos, Reyes..., Madrid, 1740, IIe partie, pp. 224-225 : « Jurement fait par le Sérénissime Archiduc Albert et ceux des États pour le respect de la réversion des Pays-Bas au roi d’Espagne ».

91 À la suite des troubles survenus dans la capitale brabançonne en 1620, l’Archiduc retire ses troupes de la ville à la demande de l’Infante, « qui montra toujours sa grande piété dans des circonstances semblables », selon Bedmar qui poursuit ainsi le récit adressé à son souverain : « Il n’y pas de gens au monde capables d’abuser comme les Bruxellois d’une miséricorde pareille et il convient de les traiter comme des hérétiques, en les surveillant plus étroitement encore que les autres. Il importe de couper de temps en temps les ailes à ce peuple pour qu’il ne recommence plus » (H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 561, doc. 1479, le marquis de Bedmar au roi [27 septembre 1619]. Source : AGS, E, 2308).

92 J. Lefèvre, « Les ambassadeurs d’Espagne à Bruxelles sous le règne de l’archiduc Albert », p. 76 ; M. Á. Echevarría Bacigalupe, La diplomacia secreta en Flandes, pp. 142 et 179-182.

93 La carrière de Juste Lipse est exemplaire de ces mouvements de populations et des sentiments entre les deux communautés.

94 AGS, E, 1291, P 155, «Repuesta que los amigos han enviado con un secretario que embio el marischal de Viron que llego a Turin a 14 de marco y se despacho al proprio al conde Fuente aviendo forma de lo siguiente» (mars 1602).

95 AGS, K, 1606, f° 177, rapport d’Antonio Bardaxi (7 janvier 1604).

96 H. Zuber, « Sully et les protestants ».

97 B. Barbiche, Sully, p. 329.

98 AGS, K, 1464, f° 29, Cárdenas au roi (27 janvier 1611) : l’ambassadeur se targue d’avoir proposé à la régente de se nommer elle-même gouverneur de la Bastille, conseil qu’elle ne suivit pas puisque le successeur de Sully à ce poste fut M. de Chateauvieux.

99 AGS, K, 1464, f° 28, Cárdenas (27 janvier 1611) ; AGS, K, 1452, f° 176, Philippe III à Cárdenas (2 mars 1611) ; Ch. Weiss, L’Espagne depuis le règne de Philippe II jusqu’à l’avènement des Bourbons, t. I, p. 280 : « Le triomphe de la politique espagnole fut complet. L’ambassadeur du roi d’Espagne, don Íñigo de Cárdenas, osa demander que l’on arrêtât Sully pour lui faire son procès. »

100 AGS, K, 1429, f° 43, de Burgos, le Conseil d’État du 9 octobre 1615 sur les lettres de Cárdenas des 3 et 5 du même mois.

101 J. Nouaillac, Villeroy, pp. 281-297.

102 Sully, Mémoires des sages et royales œconomies d’Estat, t. II, p. 370 ; les Lettres inédites de Sully à Henri IV et à Villeroy, éd. B. Barbiche et D. Buisseret, relèvent que l’opposition personnelle entre Villeroy et Sully, soulignée par le Duc dans ses mémoires, n’avait pas de réalité sous Henri IV, ce qui n’implique pas pour autant que les deux hommes étaient en accord ; voir la lettre de Sully à Villeroy lors de l’affaire L’Hoste, ibid., pp. 100-101.

103 J. Nouaillac, Villeroy, pp. 350-352,

104 E. H. Dickerman, Bellievre and Villeroy, pp. 95-103, l’auteur étudie les positions des deux conseillers envers l’Espagne (citation p. 100).

105 J. Nouaillac, Villeroy, p. 170 : Villeroy connaissait déjà Tassis, rencontré en 1589 lors des négociations entre les Espagnols et le duc de Mayenne. Pour Villeroy, « parler de paix est déjà un chemin pour mener à la paix », p. 185.

106 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (30 mai 1609).

107 AGS, K, 1462, f 148, Conseil d’État du 6 juin 1610.

108 AGS, K, 1465, f° 111, Cárdenas au roi (16 décembre 1611).

109 AGS, K, 1464, f° 70, Cárdenas au roi (3 mars 1611).

110 AGS, K, 1467, f° 64, Cárdenas au roi (11 juillet 1612).

111 AGS, K, 1469, f° 73, Cárdenas au roi (21 avril 1614).

112 Dès 1602, Madrid reçoit des informations selon lesquelles la reine « admoneste » son mari pour son attitude belliciste envers l’Espagne (AG S, E, 620, f°158, avis anonyme du 10 septembre 1602).

113 AGS, K, 1462, f° 154, Cárdenas à Prada (6 juin 1610).

114 AGS, E, 2026, Conseil d’État du 10 septembre 1610. Cette décision n’est pas approuvée en Conseil avant décembre : la régente aurait donc pris de cours ses conseillers.

115 F.-T. Perrens, Les mariages espagnols, pp. 271-563.

116 AGS, K, 1610, Cárdenas au roi (4 décembre 1614).

117 AGS, K, 1453, février 1612 : pardon accordé à Manuel don Lope et à Cristóbal Frontín, anciens du groupe aragonais qui après leur exil servirent d’espions à Henri IV,

118 AGS, K, 1453, le roi à Cárdenas (7 juillet 1612).

119 AGS, K, 1453, (21 novembre 1612).

120 Dans notre fichier « Cibles », où nous avons rassemblé 972 occurrences de surveillance d’individus, 7 sont consacrées au duc de La Force et émanent d’agents secrets, 13 ont trait au duc de Lesdiguières et sont en relation directe avec l’espionnage espagnol. Sur ce fichier, voir l’annexe I, p. 566 sq.

121 AGS, K, 1465, Cárdenas à Aróstegui (8 juillet 1611).

122 AGS, K, 1466, f° 81, Cárdenas au roi (26 mars 1612).

123 AGS, K, 1466, f°135, Cárdenas à Aróstegui (10 mai 1612).

124 AGS, K, 1471 (23 janvier et 3 février 1616) ; AGS, K, 1612 (3 janvier 1616).

125 Antoine de Gramont, comte de Guiche, prince souverain de Bidache et gouverneur de Bayonne, est le fils de Corisande, aimée d’Henri IV, et du comte Philibert de Guiche. L’opposition entre la maison de La Force et celle de Gramont remonte à 1610, lorsque Marie de Médicis demande à La Force de réconcilier avec son beau-père Roquelaure l’ardent comte de Guiche, qui vient de tuer l’amant de sa femme et de condamner à mort celle-ci... Dans notre fichier « Cibles », nous avons noté six occurrences relatives au comte de Gramont ; certaines émanent d’agents anonymes, les autres proviennent des dirigeants espagnols. Voir Duc de la Force, Le maréchal de La Force, p. 162 ; Tallemant des Réaux, Historiettes, pp. 528-532.

126 AGS, K, 1612, le vice-roi de Navarre au roi (y janvier 1616), sur une lettre que Gramont avait donnée à Arbelays.

127 AGS, K, 1611, Conseil d’État sur les lettres du vice-roi espagnol de Navarre du 14 janvier 1615 [et non 1616, comme le document l’indique par erreur].

128 Ch. Dufayard, Le connétable de Lesdiguières.

129 AGS, K, 1469. Dans ce dossier, les folios concernant ces événements sont très nombreux et montrent une inquiétude plus grande en France qu’en Espagne.

130 AGS, K, 1472, correspondance de Monteleón entre août et décembre 1616, ffos 18, 57, 58, 67, 147, etc.

131 Le couple florentin intéresse particulièrement les ambassadeurs espagnols. Dans la correspondance diplomatique que nous avons dépouillée, nous avons relevé – en les classant dans le fichier des personnages à gagner au service de l’Espagne (fichier « Cibles ») – 10 occurrences ayant trait à Léonora Galigaï et 15 concernant Concini (sur un total de 912 occurrences). Parallèlement, nous avons établi un autre fichier, consacré aux « Actions » espagnoles (propagande, corruption, intoxication, projets divers) ayant rapport avec des dirigeants de la couronne française ; ce fichier comporte 190 occurrences, dont 3 concernent Concini et 5 son épouse : le but de ces actions est de les corrompre,

132 AGS, K, 1460, Irarraga au roi (3 et 10 octobre 1607).

133 AGS, K, 1461, Toledo à Prada (20 novembre 1608).

134 H. Duccini, Concini, p. 38.

135 AGS, K, 1461, Cárdenas au roi (12 novembre 1609).

136 AGS, K, 1469, f°13, Cárdenas au roi (16 janvier 16 14).

137 AGS, K, 1469, f° 70, Cárdenas au roi (20 avril 1614).

138 AGS, K, 1429, f° 17, Conseil d’État du 22 mai 1615 : dans ses lettres des 6 et 7 mai, Cárdenas «refiere muy particular el estado en que allí quedaban las cosas, el mal govierno que ay en francia siendo parte dello la reyna por dexarse llevar demasiado de su privada de que havía muchos descontentos que por convenir que la reyna tubiese cerca de su buen consejo ha procurado don Iñigo de Cárdenas componer a Villeroy y a la privada y en fin lo ha hecho y Villaroy quedava poderoso y se trataba ya con la mariscala que antes no se hazia».

139 AGS, K, 1472, f° 187, Monteleón à Lerma (5 décembre 1616) ; «Tube por dia muy dichoso para servían de dios y de entrambas coronas el de su prision.»

140 AGS, K, 1454, ffos 45-52 : le roi s’adresse à l’Archiduc Albert (17 août 1616) pour lui demander de donner à la Reine Très-Chrétienne « la mayor asistencia » possible en lui procurant pour le moins cinq ou six mille infantes et mille cavaliers.

141 AGS, K, 1469, f° 31 (et f° 44) : Marie de Médicis demande des armées espagnoles contre les grands ; AGS, K, 1615, f° 141 ; AGS, E, 629, f° 147 ; AGS, K, 1430, f° 52, Conseil d’État, séance du 16 novembre 1616.

142 AGS, K, 1472, ffos 105-107, Monteleón au roi (18 octobre 1616). Ce passage de troupes espagnoles sur le domaine de Lesdiguières ne se fait que par petits groupes et sans armes (H. Borel, « La Franche-Comté sous les Archiducs », p. 462, n. 1).

143 AGS, K, 1430, f° 52, Conseil d’État du 16 novembre 1616 sur une lettre de Monteleón datant du 4 novembre ; AGS, K, 1613, Conseil d’État sur les lettres de Monteleón des 21 et 28 [novembre ?] précédents (10 janvier 1617).

144 Sur l’analyse prémonitoire d’Osuna, voir AGS, E, 1880, P 31, lettre du 21 février 1617.

145 AGS, K, 1473, ffos 37 et 64, Monteleón au roi (26 juillet et 4 août 1617).

146 AGS, K, 1473, f° 61, lettre de Louis XIII à Philippe III (1er août 1617).

147 AGS, K, 1471 (juillet 1616).

148 AGS, K, 1471, f° 194, Monteleón à Lerma (25 juillet 1616).

149 AGS, K, 1472, f° 175, Monteleón à Lerma (28 novembre 1616).

150 AGS, K, 1472, f° 161, Monteleón au roi (13 novembre 1616) : sur le fait que Concini et Luynes ne s’entendent pas, ce qui est source de confusions et d’embarras « porque dar zelos et dificultoso, darlos al Mariscal podria de ser de grande inconveniente en los tiempos presentes y Luynes en los porvenir [souligné par nous] ».

151 AGS, K, 1613, Conseil d’État du 20 mai 1617, sur les lettres de l’ambassadeur des 28 avril et 4 mai 1617.

152 AGS, K, 1475, f° 64.

153 Voir V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, pp. 590-591 (source : MAE, France, 773, f° 127b). Deux ans plutôt, « Puysieulx, à la nouvelle de la [bataille de la] Montagne Blanche, ne semblait craindre qu’une chose : que la victoire de l’Empereur ne fût pas complète » (ibid., p.398).

154 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

155 Íñigo Vélez de Guevara y Tassis, comte d’Oñate, venait d’occuper l’ambassade espagnole à Turin, poste difficile et exigeant une grande habileté face à Charles-Emmanuel. Selon les instructions royales, il devait mener des négociations avec Venise afin d’obtenir une paix. En dépit de ces ordres, Oñate ne put pas – ou ne voulut pas – parvenir à un compromis (B. Chudoba, España y el Imperio, p. 338).

156 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 145 ; B. Chudoba, España y el Imperio, pp. 338-343 ; V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, p. 133.

157 R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, p. 6.

158 G. Parker, La guerra de los Treinta Años, p. 85.

159 Peter Brightwell, Spam and the Origins of the Thirty Year War, mémoire soutenu en 1967 à l’université de Cambridge (inédit), p. 308.

160 Sur la violence guerrière et la mystique, voirie travail d’Olivier Chaline, La bataille de la Montagne Blanche (8 novembre 1620), Paris, Noesis, 2000.

161 « La politique de Puysieulx et ce qu’on appellerait volontiers la politique de la Régence, celle qui fit les traités de Xanthen et d’Asti, celle que Richelieu ne songeait qu’à élargir, en prenant le pouvoir en 1616 et en proposant une pacification générale, n’est pas la politique où s’engage personnellement Louis XIII en 1619, politique d’intervention [en faveur de l’archiduc Ferdinand], dont le jeune roi ne mesure pas tous les risques, ni la politique de 1620, qui cherche un compromis entre l’un et l’autre » (V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, p. 6).

162 V.-L. Tapié, La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans, 233-240.

163 AGS, K1431, f° 71 (9 septembre 1619) : lettre de Puisieux à Girón où il félicite l’ambassadeur de la politique allemande ; AGS, K, 1476, f° 144, l’ambassadeur Girón signale au roi (13 novembre 1619) que si le gouvernement français craint un poids trop grand des protestants allemands, il n’interviendra pourtant pas en faveur des catholiques de l’Empire ; AGS, K, 1477, ffos 21-22, Girón au roi {février 1620) sur l’aide française à l’Allemagne, qui passerait par le duc de Nevers : en fait, ce soutien ne se concrétisa pas (voir É. Baudson, Charles de Gonzague, pp. 178-180).

164 G. Parker, La guerra de los Treinta Años, pp. 97-98.

165 Sur la politique de reputación, voir le chap. I (« Caractéristiques de la couronne espagnole »), p. 44.

166 J. H. Elliott, Olivares, p. 89.

167 Journal de ma vie. Mémoires du maréchal de Bassompierre, éd. Marquis de Chantérac, Paris, Renouard, 1870-1877 (4 vol.), t. II (1873), pp. 232-283.

168 J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V, IIe part., trois traités passés à Milan le 22 janvier 1622 entre les députés du roi d’Espagne et de la maison d’Autriche et les députés des ligues grises et de la Cadée et ceux de Mayenfeld (p. 406). L’Archiduc, ayant participé à ce conflit contre les Grisons, obtient des territoires orientaux, dont Coire.

169 Les interprétations françaises insistent sur la médiocre capacité des conseillers de Louis XIII, ayant toujours à l’esprit la prochaine arrivée de Richelieu à la direction du pays (voir R. Python, « Les débuts difficiles du ministère de Richelieu et la crise de Valteline », pp. 300-301). Les interprétations espagnoles présentent les faits différemment et insistent sur la responsabilité française globale : ce furent les gouvernants français qui laissèrent passer les délais de cet accord, qui prévoyait un échange des places occupées par les Espagnols avec le pape, celui-ci ne devant les garder que quatre mois, temps durant lequel les deux parties devaient se mettre d’accord ; voir R. Ródenas Vilar, La política europea de España durante la guerra de Treinta Años, pp. 18-19. L. Suárez Fernández, « Notas a la política anti-española del cardenal de Richelieu », p. 9, va plus loin et accuse les dirigeants français de duplicité lors de cet accord.

170 Le Mercure françois, t. VIII (éd. 1623, année 1622), p. 330.

171 AGS, E, 1926 : très nombreux folios sur les missions de l’espion Alardo (sur ce dernier, voir notre répertoire des espions, p. 578).

172 AGS, K, 1438, ffos 69 et 70, lettre de Feria (14 août 1622) et Conseil d’État du 23 août 1622.

173 L. Tobío, Gondomary los católicos ingleses.

174 AGS, K, 1475, Gondomar à Ciriza (30 novembre 1618).

175 Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, éd. J. H. Elliott et J. F. de la Peña, 11, pp. 107-115.

176 G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, pp. 255-268, sur la gestion de l’ambassade de Londres par Gondomar.

177 J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V, IIe part., pp. 458-461.

178 Sur les efforts du Cardinal pour se constituer un panthéon littéraire et historique, voir Y.-M. Bercé, « La maîtrise de l’histoire et le conformisme historique ».

179 G. Dethan, Gaston d’Orléans, p. 468 : « L’Histoire de France n’a pas à en rougir ; elle se doit de respecter les idées de liberté et de justice dont il [Gaston d’Orléans] s’est réclamé. »

180 AGS, K, 1472, f° 168, Monteleón à Villafranca (21 novembre 1616).

181 AGS, K, 1472, f° 175, Monteleón à Lerma (28 novembre 1616).

182 AGS, K, 1613, Conseil d’État sur la lettre de Monteleón du 7 mars.

183 AGS, K, 1613, consulta du Conseil d’État du 20 mai 1617.

184 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 204.

185 AGS, K, 1432, f° 110, Andrés Velázquez à Olivares (28 février 1624).

186 AGS, K, 1480, f° 31, avis anonyme (23 juin 1625).

187 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. II : dans son avis sur la marine française, le Cardinal remarque notamment : « L’Espagne n’a estendu sa monarchie et ne reçoit ses richesses de l’Occident qu’en tant qu’elle est puissante en la mer, »

188 AGS, K, 1433, f° 62, Conseil d’État sur les lettres de Mirabel des 4 et 6 août 1625.

189 Voir R. Python, « Les débuts difficiles du ministère de Richelieu et la crise de Valteline », p. 310. Ces propositions seraient à l’origine de la disgrâce de Sillery en janvier 1624.

190 Par l’alliance de Compiègne (20 juin 1624).

191 B. Cottret, « Diplomatie et éthique de l’État ».

192 P. Grillon, Les papiers de Richelieu, t. I, doc 41, pp. 183-184.

193 Rappelons que ce traité ne résout pas la question de la Valteline. Celle-ci reconnaît la souveraineté des Grisons, mais obtient une autonomie. Le marquis de Cœuvres et les Espagnols doivent évacuer les places et détruire celles qui ont été construites depuis 1620. Le droit de passage des troupes n’est pas évoqué.

194 J.-M, Constant, Les conjurateurs, pp. 11-42.

195 Malgré ce changement d’orientation, le Danemark, les princes allemands et les Provinces-Unies sont toujours soutenus en sous-main, soit par des subsides, soit par un appui politique français.

196 Sur les négociations hispano-anglaises de Gerbier et de Rubens entre la fin 1626 et 1630, voir L.-P. Gachard, Histoire politique et diplomatique de Pierre-Paul Rubens ; J.-P. Le Flem, « Un artista-diplomático en el tiempo de Olivares ».

197 AGS, K, 1435, f° 25, Conseil d’État (vers août 1627), et, f° 26, avis anonymes.

198 AGS, K, 1443, f° 60, junte spécialement tenue pour le roi le 16 mars 1627 (A. Mexía, Montesclaros, Girón, Hinojosa, Monterrey, D. Mexía et Villela se réunissent dans l’appartement d’Olivares) ; cette junte présente les avantages d’une alliance française et insiste sur l’aspect religieux.

199 AGS, K, 1438, f° 142 (14 août 1627) : instructions secrètes de Philippe IV à Fadrique de Toledo.

200 AGS, K, 1481, f° 70, accord franco-espagnol d’alliance contre l’Angleterre.

201 La Gazette, t. XV (1827), pp. 147-150. Cette paix est conclue pendant le siège de Privas et implique l’abandon des protestants français par les Anglais.

202 « À Mantoue, Olivares commit l’impardonnable faute d’ajouter l’échec à l’immoralité » (J. H. Elliott, Olivares, p. 420).

203 Outre la suspension de paiement des intérêts de la dette et l’abandon des financiers génois, il est également indispensable de se rappeler la prise du convoi américain à Matanzas pour comprendre l’état de la monarchie : « En Allers, 1628, c’est le terme de la période d’expansion du cycle ; en Retours, Matanzas, la plus grande défaite – on serait tenté d’écrire la première défaite de la carrera » (H. et P. Chaunu, La conjoncture, p. 1643).

204 Le 13 octobre 1630, l’accord de Ratisbonne entre la France et l’Empire stipule que toutes les troupes étrangères devront se retirer dans un délai de deux mois. Pendant ce temps, les Impériaux occupent Mantoue et la France, les places de Suse et Pignerol. Les Espagnols devront se retirer de Montferrat (où l’armistice est en vigueur depuis début septembre 1630). Les branches spoliées auront des compensations : Suse et quelques terres du Montferrat pour la Savoie, six mille écus de rente annuelle pour Guastalla. Malgré leurs instructions, les négociateurs se laissent entraîner par l’insistance de Ferdinand II en faveur d’une paix générale. Cette paix inclut la question lorraine et implique la non-assistance aux ennemis de l’Empire. Malgré cela, l’Empereur échoue car les électeurs allemands refusent, lors de la Diète, le couronnement de son fils. D’autre part, après la grave maladie de Louis XIII, la France accepte les articles des traités signés à Cherasco avec l’aide du légat Mazarin (voir J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. VI, Ire part., pp. 9 sqq.).

205 Le 26 septembre 1629 est conclue la trêve d’Altmark entre la Pologne de Sigismond III et Gustave-Adolphe, qui étaient en guerre. Gustave-Aldophe annonce ses objectifs de guerre dans sa déclaration de juin 1630 ; voir L. Bély, Les relations internationales en Europe, p. 106.

206 Voir J. Cuvelier, « Les négociations diplomatiques de Roosendaal » : d’octobre 1626 à juillet 1628, malgré des concessions hollandaises, Olivares refuse les propositions de trêve transmises par le représentant de l’Infante, Jean de Kesseler.

207 Sur l’ultramontanisme de Marillac, voir É. Thuau. Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, pp. 114-115.

208 Sur les « cibles » de la diplomatie ou de l’espionnage, voir l’appendice I, pp. 566-567.

209 AGS, E, 2044, f° 12, le 9 septembre 1630.

210 François de Baradat (1604-1682) entre comme page à la petite écurie du roi, où il demeure jusqu’au 6 novembre 1624, lorsque Louis XIII le prend en affection. Son ascension est fulgurante ; en 1626, il est nommé premier gentilhomme de la chambre, lieutenant général au gouvernement de Champagne et gouverneur de Châlons.

211 AGS, K, 1433, f° 80, le Conseil d’État du 25 novembre 1625 sur les lettres de Mirabel du 8 novembre précédent.

212 AGS, K, 1433, f° 37, le Conseil d’État du 3 mai 1625 sur les lettres de l’Infante et de Cueva (c’est-à-dire du marquis de Bedmar).

213 AGS, K, 1437, f° 178b, avis transmis à la cour d’Espagne par Manuel don Lope ; AGS, K, 1433, f° 80, le Conseil d’État du 23 novembre 1625 sur la lettre de Mirabel du 8 novembre ; AGS, K, 1444, f° 46, Mirabel à Villela (8 septembre 1627).

214 Voir G. Fagniez, Le père Joseph et Richelieu, t. II, p. 227. L’auteur qualifie Schomberg de partisan d’une politique catholique, ce qui l’aurait conduit à soutenir les dévots en 1630.

215 Voir Anatole Granges de Surgères, Répertoire historique et biographique de la « Gazette de France » depuis l’origine jusqu’à la Révolution (1631-1789), Paris, H. Leclerc, 1902-1908 (4 vol.), t. I (1902) : Schomberg est victorieux des rebelles à Castelnaudary (n° du 13 septembre 1632) et meurt d’apoplexie le 17 novembre suivant (n° du 26 novembre 1632).

216 AGS, K, 1480, f°54, Mirabel au roi (novembre 1625).

217 AGS, K, 1416, f° 21, notes remises par Lingendes, envoyé de Monsieur ; AGS, K, 1416, f° 26 : opinion et vote d’Olivares (10 juin 1633) ; AGS, K, 1417, f° 36, le Conseil d’État au roi (1er août 1634) sur les précautions proposées par Olivares en cas de guerre contre la France ; AGS, K, 1424, f° 89, Olivares au roi sur les Français (avril 1633) ; AGS, E, 3341, f° 78 : Le Cardinal-Infant Fernando (Milan, 23 février 1834) ; AGS, E, 3447, f° 17, Andrés de Rozas au Cardinal-Infant (16 janvier 1834) ; etc.

218 À deux reprises, le roi insiste dans ses instructions aux ambassadeurs résidant en France sur la possible infiltration dans le personnel de l’ambassade d’agents à la solde du Cardinal (AGS, K, 1665, f° 67 (17 novembre 1828), instructions au secrétaire Navaz ; et f° 69 (1632), instructions à Benavente).

219 AGS, K, 1423, f° 59, résumé de la correspondance de Benavente et de Nicolalde entre le 23 février et le 26 mars 1634.

220 Sur l’origine des projets de « trésors publics » (erarios públicos) et les problèmes financiers dans la Monarchie, voir Anne Dubet, « Finances et réformes financières dans la monarchie espagnole », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, 3-4, 2000, pp. 56-83.

221 Voir G. Dethan, Gaston d’Orléans.

222 Voir ibid., p. 103, dont nous nous inspirons pour ce passage.

223 R. Taveneaux, « La Lorraine, les Habsbourg et l’Europe », p. 11.

224 Ibid.

225 Ibid., p. 14.

226 Les pensions distribuées par l’Espagne au duc de Lorraine sont évoquées dans les liasses suivantes : AGS, K, 1609 (y février et 16 août 1612) ; AGS, K, 1467, ffos 96, 128 et 156 de 1612 ; AGS, K, 1468, ffos 12, 19, 22, 33 et 135 ; AGS, K, 1474 (7 février 1618), P 27 ; AGS, K, 1415, f° 42 (22 janvier 1631), f° 56 (31 mai 1631) ; AGS, K, 1467, f° 96 (4 août 1612), f° 128 (8 septembre 1612) ; etc.

227 En 1617, il avertissait l’Espagne des conversations de son oncle, le duc Henri, avec les Savoyards, ennemis de l’Espagne, et des levées militaires effectuées dans le duché pour combattre le Roi Catholique en Italie (AGS, K, 1473, f° 33, lettre de Monteleón à Philippe III [20 juin 1617] ; voir aussi les 68-69, lettre du 4 août 1617).

228 R. Babel, « Dix années décisives ».

229 G. Zeller, La réunion de Metz, à la France.

230 Voir la mission de Cardin-Leret, envoyé en 1625 à Metz afin de retrouver les fiefs lorrains dépendants du roi de France.

231 AGS, K, 1444, f°70 (septembre 1627) : le duc de Lorraine se plaint auprès de l’infante Isabelle de ce que le roi de France prend sous sa juridiction des éléments du Duché et demande le soutien espagnol. Le Conseil d’État et Isabelle lui assurent qu’en cas de violence française des troupes viendront le secourir depuis le Luxembourg.

232 AGS, K, 1481, ffos 175-177, lettre de Mirabel à Olivares (22 juin 1629) sur les négociations de M. de Ville pour que la Lorraine entre dans la Ligue contre la France ; ffos 194-196, lettre de Mirabel au roi (15 septembre 1629) sur l’accord lorrain pour entrer dans cette ligue.

233 AGS, K, 1415, f°85, Conseil d’État du 24 juin 1632.

234 AGS, K, 1415, f° 58, le Conseil d’État, à propos des lettres de Mirabel des 28 mai et 14 juin 1631, constate l’opposition de l’ambassadeur à une « ligue des gendres » de Marie de Médicis (Savoie, Espagne et Angleterre) contre la France, à laquelle le duc de Lorraine s’associerait comme beau-frère de Monsieur. Le document relate les négociations du mariage secret de Gaston d’Orléans à Nancy.

235 Les archives de Simancas conservent des lettres de Charles IV au roi d’Espagne le remerciant de sa promesse de protéger le Duché (AGS, K, 1481, ffos 147-148 [2 avril 1629]).

236 J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V, IIe part. : trêve d’Altenmark conclue entre Gustave-Adolphe et le royaume de Pologne le 27 septembre 1629 (p. 5-94).

237 Sur le rôle de cet habile diplomate tant dans la trêve d’Altenmark que dans l’accord de Barwald, voir G. Fagniez, Le père Joseph et Richelieu, p. 124.

238 R. Mousnier, L’homme en rouge, pp. 458-439, relate la répugnance du Conseil et de Richelieu à refuser cette entrée en guerre et l’influence du père Joseph dans la résolution finale.

239 AGS, K, 1644, f° 2 (texte en latin).

240 AGS, K, 1416, f° 16, lettre de Benavente au roi (23 mai 1633), et f° 17 ; AGS, K, 1417, f° 3, f° 14, Conseil d’État du 31 mars 1634, f°17, Conseil d’État du 13 mai 1634 ; AGS, K, 1423, f° 7.

241 La France, selon Olivares, était « le seul point d’appui de toute cette conspiration et de tous ces soulèvements de l’Europe » (J. H. Elliott, Olivares, p. 552).

242 Voir A Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, p. 455.

243 Voir G. Parker, La guerra de los Treinta Años, pp. 209-210. Par cet accord, la Saxe voit reconnaître ses droits de la Saxe sur la Lusace et Magdebourg ; en échange, elle se joint aux troupes impériales. Le traité franco-hollandais du 8 février 1633 et celui d’avril avec la Suède d’Oxenstiema ne peuvent être considérés comme des victoires diplomatiques françaises : ils se bornent à confirmer les alliances précédentes sans les élargir.

244 G. Parker, La guerra de los Treinta Años, p. 209.

245 AGS, K, 1417, f° 51 Olivares au roi (27 décembre 1634) ; R. A. Stradling renverse symétriquement les points de vue dans son article « Olivares and the Origins of the Franco-Spanish War » et fait porter la responsabilité de la guerre franco-espagnole sur Olivares.

246 AGS, K, 1425, f° 134, le roi à Benavente (15 mars 1635).

247 Voir A. Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche, p. 492 ; J. M. Jover Zamora, 1635, historia de unapolémica y semblanza de una generación, montre l’impact de cette déclaration et les considérations théoriques mises en avant par les Espagnols pour justifier cette entrée en guerre.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search