Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Première partie. Les fondements de la politique étrangère de la monarchie espagnole (1598-1635)

Chapitre premier

Caractéristiques de la couronne espagnole

Texte intégral

  • 1 Porto Ercole, Orbetello, Talamone, Porto San Stefano, Ansedonia, Porto Longone avec l’île d’Elbe, e (...)
  • 2 Brabant, Artois, Flandres, Hainaut, Limbourg, Namur, Malines, Luxembourg, Utrecht, Hollande, Zéland (...)

1Selon la formule consacrée, le roi d’Espagne règne sur un empire où le soleil ne se couche jamais. De Madrid à Dunkerque, de Manille à Milan, de Palerme à Lisbonne, sa puissance est souveraine. En 1598, Philippe III hérite de douze titres royaux. La dénomination la plus commune, celle de roi d’Espagne, ne correspond pas aux réalités des XVIe et XVIIe siècles car elle ne recouvre qu’une partie de ses royaumes ibériques. Son titre le plus ancien est celui de roi de Castille et de León, des rives de la Méditerranée à celles de l’Atlantique. Grâce à cette double monarchie, il règne sur la Nouvelle-Espagne et le Pérou, où des vice-rois nommés par lui le représentent. Le titre de roi de Navarre lui est disputé par les rois de France, mais la majorité du territoire de cet ancien royaume lui appartient Roi d’Aragon, il contrôle aussi les terres agrégées et vassales de ce royaume, c’est-à-dire, outre l’Aragon proprement dit, le royaume de Valence, le comté de Catalogne, le Roussillon et la Cerdagne, le royaume de Majorque (les îles Baléares) et les dépendances aragonaises en Italie, à savoir les royaumes de Sicile et de Sardaigne. Son autorité, en tant que roi du Portugal depuis 1580 à la suite de la mort du cardinal Henri, embrasse les colonies lusitaniennes et sa richesse s’accroît par l’ouverture de la monarchie sur l’Atlantique et les nouvelles routes de commerce africaines et asiatiques. Avec les guerres d’Italie, il a récupéré le titre aragonais de roi de Naples – et avec lui le plus vaste territoire de la péninsule italienne – ainsi que le duché de Milan, situé au carrefour de la plaine du Pô. Des garnisons sont entretenues en divers points de l’Italie. Les présides toscans1 assurent la sécurité des routes militaires et des mouillages pour les galères. En héritage des ducs de Bourgogne, il conserve la Franche-Comté et les dix-sept provinces2 des Pays-Bas car, de 1598 à 1621, le gouvernement de l’infante Isabelle et de son époux l’archiduc Albert n’exerce pas de réelle souveraineté en politique extérieure. Depuis la révolte de 1566, ces régions se déchirent dans un conflit multiforme où les interventions du suzerain espagnol et celles, intéressées, des puissances étrangères mêlent intérêts politiques, religieux et économiques.

2Cette énumération des possessions du Roi Catholique pourrait laisser croire à une puissance impériale contrôlée depuis la Castille. Cependant, si tous ces fiefs et royaumes suivent une politique extérieure élaborée en un centre unique, Madrid (ou Valladolid, capitale de 1601 à 1607), leur organisation et leurs fondements révèlent des problèmes quant à la coordination de la politique étrangère et des politiques intérieures des États de la Couronne.

  • 3 J. H. Elliott, Olivares, note à propos de la notion d’État : « Le mot lui-même était singulièrement (...)

3En effet, les Habsbourg règnent sur un agrégat de territoires (voir carte 1), et à des titres divers : rois, ducs, comtes... Ces différentes légitimités s’enracinent dans des héritages plus ou moins anciens, sur lesquels ils exercent des souverainetés variées. L’État Habsbourg, ce « pot-pourri de royaumes3 », n’existe pas. Les aires linguistiques sont multiples – allemande, flamande, française, italienne, castillane, portugaise, basque, catalane, etc. – et n’assurent aucune cohésion, certaines possessions se partageant même entre plusieurs langues. Seules les élites politiques dirigeantes, envoyées par Madrid, correspondent entre elles. L’autonomie est la règle. Les lois, les institutions, les impôts, comme les parlers, diffèrent d’un territoire à l’autre.

4À l’intérieur de chacune de ces entités, privilèges urbains, terres seigneuriales, ecclésiastiques ou royales (ou encore ducales, voire comtales, car la souveraineté des Habsbourg d’Espagne s’exerce selon différents modes) interdisent une perception unique. Les formes institutionnelles de représentation des sujets – états provinciaux, Cortes, brazos – y sont variées. Des seigneuries plus ou moins indépendantes persistent dans les domaines italien et bourguignon.

  • 4 « Les pays de par-deçà” sont alors les Pays-Bas, appelés encore pays d’embas. L’[expression] pa (...)
  • 5 Deux semaines de route étaient nécessaires pour acheminer une lettre depuis Madrid jusqu’à Dôle (ib (...)
  • 6 Lucien Febvre, Philippe II et la Franche-Comté. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, (...)
  • 7 Cette situation géopolitique singulière est confirmée par François Pernot, La Franche-Comté espagno (...)
  • 8 AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas (22 mai 1610), s. d.
  • 9 H. Borel, « La Franche-Comté sous les Archiducs », qualifie ce type de traité de « neutralité garan (...)

5Le cas de la Franche-Comté illustre les difficultés à définir les rapports que la couronne espagnole entretient avec ses possessions. Ce territoire dépend du cercle de Bourgogne, et les décisions de Madrid à son propos transitent par les pays « de par-delà4 », c’est-à-dire par Bruxelles5. Dirigée par un gouverneur toujours comtois, par un parlement établi à Dôle depuis 1442 et par des états provinciaux, l’administration du territoire s’effectue loin des regards de Madrid. Demeurée en marge des guerres de 1595 à 1635, la Franche-Comté subit lentement les aléas de la vie politique internationale. « La Comté, exploitée et sacrifiée » : ainsi Lucien Febvre intitulait-il la conclusion de sa thèse, qui propose un bilan du règne de Philippe II6. Au cours des deux règnes suivants, le « Conseil d’État » (Consejo de Estado) de Madrid s’intéresse très peu aux relations entre le royaume de France et la région, bien que celle-ci constitue un carrefour de communication crucial pour relier les territoires des deux branches des Habsbourg7. Parmi les rares mentions de la Comté, une lettre du 2 mai 16108 de Philippe III à Íñigo de Cárdenas, son ambassadeur à Paris, rappelle la neutralité de ce territoire. Possession espagnole, la Franche-Comté échappe depuis 1508 aux implications de la politique étrangère de ses souverains. Des traités de neutralité, régulièrement conclus entre le royaume de France et le parlement de Dôle avec l’accord du souverain, excluent le duché et le comté de Bourgogne de possibles interventions militaires françaises, impériales ou savoyardes. Chaque partie trouve son intérêt lors des renouvellements de ces accords, qui sont garantis par les cantons suisses. Dans les moments de forte tension, par exemple au cours de la guerre franco-espagnole de 1595-1598 ou lors de la crise de Juliers, certaines parties sont tentées de remettre ces clauses en question. Cependant, les responsables locaux insistent pour maintenir cette situation privilégiée, qui a intrigué les historiens9. Régulièrement, un émissaire bourguignon se rend auprès des Suisses pour obtenir leur caution.

6Peut-on alors considérer la monarchie espagnole comme un ensemble homogène quand, à la veille du péril, on sépare une de ses parties de l’ensemble ? Il faut attendre que la Comté soit entraîné par les protections et asiles donnés aux ennemis de Richelieu (Gaston d’Orléans) pour qu’elle se trouve réintégrée – pour son malheur – dans l’horizon géopolitique de Madrid. L’intervention française consécutive à la déclaration de guerre de 1635 offusque les autorités locales. Celles-ci considèrent cette décision comme une violation du traité de neutralité qui devait leur garantir la paix ; seuls les accords contractés par le parlement local leur paraissent valides, même si leur souverain, au titre d’autres possessions, s’engage dans le conflit.

  • 10 Employée par P. Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía.

7Comment alors qualifier la monarchie espagnole ? Cette expression, pas plus que l’emploi du mot couronne, ne reflète la diversité des modes de possession et de gouvernement du Roi Catholique. La formule monarchie hispanique, globalement appliquée à cet ensemble, ne prend pas en compte les domaines lusitaniens, italien, flamand, etc. L’expression monarchie agrégative10 est mieux adaptée et plus précise, mais plutôt lourde.

Carte 2. – Les « couloirs » d’acheminement des troupes espagnoles vers les Flandres (d’après G. Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road [1567-1659] © Cambridge University Press, 1972)

8Enfin, s’il n’existe pas d’État espagnol ni de monarchie unitaire, la direction de la politique internationale s’élabore depuis un centre bien réel : le Conseil d’État. Son but est de préserver les différents héritages du Habsbourg d’Espagne et de prendre les mesures qui s’imposent pour y parvenir. Au sens institutionnel, l’État Habsbourg n’existe pas ; cependant, il existe des organismes centraux pour le diriger... Les tiraillements entre la tête qui coiffe l’ensemble des possessions et les autorités locales conduisent chaque agrégat à défendre son autonomie et ses institutions. À chaque décision de Madrid, les États se sentent menacés, ce qui produit des réactions de défense. Cette diversité aboutit à une fragmentation des points de vue des divers protagonistes : les Aragonais considèrent que le projet d’» union des armes » (Unión de Armas) [1624-1626] sacrifie leur royaume afin de défendre des terres qui leur sont étrangères, les Pays-Bas ressentent les prélèvements fiscaux comme une ponction opérée au seul profit de l’aire hispanique. On pourrait formuler des remarques similaires à propos des royaumes de Portugal et d’Aragon, des terres italiennes ou des pays « de par-delà ».

9Pour qualifier la politique menée depuis Madrid, nous emploierons les termes État, couronne, monarchie espagnole et Monarchie Catholique, malgré leur caractère approximatif et en gardant présentes à l’esprit les limites inhérentes à leur usage. Il y a à Madrid un Conseil d’État, des secrétaires d’État et un centre commun d’impulsion de la politique associée à la souveraineté qui s’incarne dans la personne royale : il nous faut donc bien employer ce vocabulaire imprécis pour définir la politique étrangère.

I. - Aspects géographiques

Les multiples fronts stratégiques du « Roi Planète11 »

  • 11 Au XVIIe siècle, cette expression était couramment employée dans la monarchie hispanique pour désig (...)

10En raison de la variété et de la dispersion des territoires du Roi Catholique, un grand nombre de lieux jouent un rôle essentiel pour la communication entre les différentes possessions de la Couronne (voir carte 2, p. 14).

  • 12 Voir F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. II, p. 171 (...)

11Isolée par la barrière pyrénéenne12, la péninsule Ibérique s’ouvre un accès vers les possessions italiennes par la route maritime. Les troupes, les finances et les agents royaux embarquent dans les ports de la façade méditerranéenne de l’Espagne pour rejoindre l’Italie et accoster à Gênes. Cela permet la communication avec les possessions du Milanais, de Naples et de Palerme. Le contrôle de ce « front » méditerranéen est indispensable, car il conditionne les liaisons avec la branche cadette des Habsbourg par le chemin Milan-Graz ou Milan-Suisse-Alsace. Les navires venant de Gênes apportent les ressources financières nécessaires à la Monarchie et permettent donc d’envoyer des tercios aux Pays-Bas. Deux dangers menacent ce chemin : les attaques françaises et la piraterie barbaresque.

Carte 3. – La Lombardie, centre de communications de l’Empire espagnol en Europe (d’après G. Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road [1567-1659] © Cambridge University Press, 1972).

12L’espace méditerranéen constitue un vaste domaine d’échanges, aux limites du négoce, de la course, de la piraterie et des razzias. Entre commerce et pillage, les transferts s’effectuent par des circuits d’échange qui prennent la forme de petites guerres navales.

Les mots de piraterie et de pirates ne sont guère d’usage courant, au moins avant le début du XVIIe siècle ; c’est de course et de corsaires qu’il est question. [...] Si le mot piraterie s’étend au XVIIe siècle aux entreprises de la Méditerranée, c’est que l’Espagne veut marquer d’infamie les déprédations de la mer Intérieure et se rend compte que la course de jadis dégénère, qu’elle n’est plus qu’une guerre camouflée et illicite des puissances chrétiennes contre ses trafics, sa grandeur et ses richesses,

  • 13 Ibid., t. II, p. 191.
  • 14 Ibid., t. II, p 197 ; Charles-André Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 1964-1966 (...)

13note Fernand Braudel13. Les « républiques maritimes » françaises, telles Marseille ou La Rochelle, envoient leurs navires sillonner la mer et attaquer les cargaisons espagnoles. De plus, à partir des années 1580, la fin des grandes expéditions militaires dans le bassin méditerranéen favorise la croissance des entreprises corsaires des barbaresques ; Alger tire son essor de ce mouvement d’ensemble14.

  • 15 « Le concours de Philippe II à la guerre de Corse a toujours été lié à une considération négative : (...)
  • 16 Arrivant en Catalogne, Barthélémy Joly note : « Le long des costes il y a toujours des guettes, ata (...)

14La possession des royaumes de Naples, de Sicile et de Sardaigne, l’appui sur la Corse génoise15 et les présides du Maghreb (Oran, Melilla et Ceuta) répondent aux besoins de sécurité des navires espagnols ; cependant ils ne réussissent pas toujours à éviter les razzias musulmanes sur le littoral septentrional de la Méditerranée16.

  • 17 L. A. Ribot García, « Milán, plaza de armas de la Monarquía ».
  • 18 R. Quatrefages, Los tercios.

15« Place d’armes de la Monarchie17 », Milan est le carrefour militaire où se concentrent les fameux tercios18. Par sa position géographique (voir la carte 3 p. 16), la capitale lombarde verrouille toute velléité française ou savoyarde d’expansion dans la péninsule italienne :

  • 19 Le Mercure françois, t. X (1623), pp. 27-29.

Ceste pièce [le Milanais] est de tres-grande importance à l’Espagne, pour estre comme la clef de ses autres seigneuries, par le voisinage du port de Genes qui luy est touiours ouvert, ne pouvant les forces d’Espagne mettre pied en Italie avec telle commodité par ceux du Royaume de Naples, qui sont fort esloignez & difficile d’abord. Bref le Milanois estant une seure & commode retraicte à ses armees, & un pays propre pour luy faire amas de gens de guerre, & les faire couler puis après en Allemagne ou vers la Franche-Comté, pour les guerres de Flandres. Aussi voit-on comme l’Espagnol en cherit & estime la possession, sçachant combien ceste Province luy est enviée, & combien perdue elle luy causerait de pertes ailleurs ny ayant moyen qu’il peust conserver le Royaume de Naples, si le Milanois luy estoit eschapé, ny apparence qu’on luy attaque Naples, ou que les Princes d’Italie s’eslèvent contre luy quand il aura le Duché de Milan au bout de leur pays, & facile à secourir d’Espagne19.

  • 20 C. Pérez Bustamante, « El dominio adriático y la política española en los comienzos del siglo XVII  (...)

16Depuis la Lombardie, la Couronne rayonne vers le secteur oriental de la plaine du Pô. Les puissances locales comme Parme, Ferrare, Modène ou Corrège dépendent d’elle par un jeu descendant de clientèles qui aboutit aux seigneuries les plus réduites. Ces princes ont un patron puissant, parfois menaçant, et doivent louvoyer pour maintenir leur indépendance souvent menacée, situés comme ils le sont entre les états pontificaux (les Este, chassés en 1598 de Ferrare, se replient sur Modène tandis qu’Urbino est absorbé en 1631) et ceux du Roi Catholique. Ces routes des tercios se heurtent à l’impasse de la terre ferme vénitienne à partir de Bergame, empêchant tout débouché sur le delta du Pô. La Sérénissime devient donc une véritable obsession pour la politique étrangère espagnole : elle interdit le passage des galères napolitaines dans l’Adriatique et donc toute jonction rapide avec les archiducs de Styrie20.

17Le rayonnement occidental s’effectue directement, grâce à certains présides et à l’alliance durable de Gênes, en vigueur depuis 1528.

18Au Nord, le duc de Savoie, « portier des Alpes », hésite entre ses deux puissants voisins français et espagnol et tente de se frayer un chemin pour se constituer un domaine. Sa défaite militaire face à Henri IV et le traité de Lyon (1601) lui ferment les voies d’une expansion septentrionale. Il supporte par intermittence des garnisons espagnoles, puis il commence un subtil jeu de balancier entre les royaumes de France et d’Espagne, jeu qui durera plus d’un siècle.

a) Le contournement oriental

  • 21 G. Parker, El ejército de Flandes y el camino español, pp. 89-145.
  • 22 É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie.

19Dominer l’Italie du Nord, c’est assurer la sécurité des voies d’acheminement des troupes vers les Flandres ou l’Empire. Ces routes passent soit par l’ouest des Alpes : la Savoie, le pont du Gressin, la Franche-Comté et la Lorraine (à partir de 1601, la menace française interdira cet itinéraire), soit par le centre ouest du complexe alpin : Domodossola, les cols du Simplón (à 2.009 m d’altitude) et de Furka (2.431 m), les cantons suisses catholiques de Schwyz et Zug, le Bresgau, l’Alsace et la Lorraine. Une troisième route, celle de l’Engadine, qui passe par Chiavenna et le col de la Maloja (1.817 m), débouche sur le Tyrol, mais elle traverse les territoires des Grisons protestants alors que le passage de la Valteline, situé plus au sud-est, bien que dominé par ces mêmes Grisons, parcourt une vallée catholique et continue par Bormio et le col du Stelvio (2.758 m) pour mener jusqu’au Tyrol (voir carte 4 p. 19). La question des « corridors21 » constitue un des soucis majeurs de l’ambassadeur espagnol à Paris. Il s’efforce de maintenir la neutralité du roi de France dans les conflits entre l’Espagne et les Grisons22 ou la Savoie et parfois même recherche sa bienveillance, particulièrement au moment de la régence de Marie de Médicis et du ministère de Luynes.

Carte 4. – La Valteline, carrefour de pouvoirs antagonistes (d’après G. Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road [1567-1659] © Cambridge University Press, 1972)

20Aux débouchés des Alpes, les troupes bénéficient de la compréhension de l’empereur en Alsace et du duc de Lorraine pour traverser leurs territoires et arriver à la frontière flamande.

  • 23 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte. Étudiant l’espace économiqu (...)
  • 24 Sur les politiques d’Olivares dans la Manche et la mer du Nord, et particulièrement sur l’Almiranta (...)

21La maîtrise de ces communications est indispensable en raison de l’importance prise par la guerre de Quatre-Vingts Ans. Cependant, si le conflit des Pays-Bas absorbe les énergies et les ressources du Roi Catholique de 1566 à 1607 (date effective de la trêve), puis de nouveau de 1621 à 1648, et si sa prise en compte reste indispensable à la compréhension de la politique qui se décide à Madrid, ce front intéresse peu les relations franco-espagnoles. Nous trouvons certes des plaintes de l’ambassadeur à propos du soutien financier et militaire que la France apporte aux « rebelles », mais jamais de ces affrontements comme il s’en produira à propos de l’Italie, de la Valteline ou des Grisons. Les Pays-Bas espagnols ne sont pas un sujet de conflit dans les rapports franco-espagnols, mais plutôt un élément périphérique formant la toile de fond d’autres affrontements23. La route maritime de la Manche, essentielle à la sauvegarde du patrimoine bourguignon, demeure une des questions centrales de la politique espagnole24 ; cependant elle n’est l’objet d’aucun traité, marchandage ou conflit d’importance entre les deux couronnes, sauf dans leur rivalité commune avec l’Angleterre.

b) L’artère atlantique

  • 25 L. Tobío Fernández, Gondomary los católicos ingleses.

22Dernier front, l’artère atlantique alimente en numéraire une monarchie toujours à court d’argent frais. Cette route stratégique allège les finances de la mainmise des asentistas. Ainsi, la carrera est l’objet de toutes les convoitises : Hollandais, Français et Anglais essaient de s’implanter sur les marchés coloniaux ibériques. Au fil des années, la navigation devient de plus en plus périlleuse, les convois ne parviennent plus aussi sûrement à destination. On renforce leur protection. Par leurs interventions auprès du monarque de la puissance accréditive, les ambassadeurs cherchent à préserver ce monopole espagnol. Ils protestent contre les incursions étrangères et protègent indirectement les convois en demandant aux souverains des sanctions contre les corsaires originaires du pays. En 1618, l’exécution, à Londres même, de Walter Raleigh, le fameux navigateur-corsaire anglais, illustre l’efficacité des pressions diplomatiques exercées par l’ambassadeur espagnol sur le roi Jacques 1er25.

  • 26 Philippe Contamine (coord.), Des origines à 1715, t. I d’André Corvisier (dir.), Histoire militaire (...)

23Du point de vue français, ces fronts militaires, ces routes et corridors espagnols forment un « chemin de ronde26 » discontinu autour du royaume de France et créent un sentiment d’encerclement par la monarchie Habsbourg. Inversement, depuis l’Espagne, « le chemin espagnol » paraît sans cesse menacé par de possibles incursions françaises, qui ont tôt fait de couper cette « voie sacrée » du ravitaillement des troupes.

Distances et communications : la question des courriers

  • 27 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, pp. 326-354  (...)

24À l’« ère prétélégraphique », l’espace est l’ennemi numéro un, affirme Fernand Braudel dans son chapitre consacré à la mesure du siècle. La durée des trajets entre les principaux points de l’Empire a déjà été calculée27 ; les courriers sont lents et irréguliers et la navigation maritime, quoique sujette aux variations des vents et des saisons, reste sensiblement plus rapide que le transport terrestre. Les conditions de transport varient selon le mode de circulation – voies terrestre ou maritime, navires lourds ou légers –, selon la saison et la matière transportée : il n’y a pas de commune mesure entre la vitesse d’un courrier et celle d’une armée cheminant par voie de terre...

  • 28 AGS, K, 1593, f° 22, Conseil d’État du 24 mai 1610.
  • 29 AGS, K, 1613, Conseil d’État du 10 mai 1617.
  • 30 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, p. 339.

25À l’époque d’Olivares, une lettre expédiée de Madrid voyage douze à seize jours avant d’atteindre Bruxelles ; il lui faut une trentaine de jours pour arriver à Naples, une cinquantaine pour l’Allemagne et une centaine pour Varsovie. Si la nouvelle de la Saint-Barthélemy parvint en quinze jours à Madrid, nous voyons le Conseil d’État espagnol, à la suite de l’assassinat d’Henri IV, tenir une séance sur les propositions de deuil le 24 mai 1610, soit dix jours plus tard28. Ce même Conseil d’Etat se réunit le 10 mai 1617 pour étudier les lettres de l’ambassadeur Monteleón et la situation française après l’assassinat de Concini (24 avril 1617)29 : le temps de réaction dans ce cas est de seize jours. L’espace est une frontière épaisse, longue à traverser, dont la maîtrise est tardive ; dans les transports, « il n’y aura novation, rupture, qu’avec le XVIIIe siècle finissant30 ».

  • 31 S. de La Bouillerie, Un ami de Henri IV.

26La recherche des renseignements et la connaissance des « secrets d’État » constituent pour les pouvoirs des enjeux importants ; elles contribuent à la construction des institutions monarchiques. Le royaume de France et la monarchie espagnole s’engagent dans l’organisation postale dès le XVIe siècle ; les autorités centrales tentent d’imposer leur contrôle sur les flux d’information et d’affirmer leurs droits régaliens par un monopole des postes. Avec le règne d’Henri IV, on assiste à l’établissement d’une nouvelle structure postale. Le roi fait Fouquet de La Varenne commissaire, puis contrôleur général des postes31 et jusqu’en 1627 c’est à ce dernier que les courriers ordinaires doivent acheter leur charge :

  • 32 E. Vaillé, De Louis XI à la création de la Surintendance générale des postes, p. 295.

La création de la poste aux lettres, devenue organisme d’État, devait avoir sa répercussion sur le régime international, puisque dès ce moment commence un effort d’accaparement par cette institution de la correspondance étrangère, dont le contrôleur général s’efforce de conquérir le contrôle en même temps que d’obtenir un droit de transit32.

  • 33 Lettres inédites de Sully à Henri IV et à Villeroy, éd. B. Barbiche et D. Buisseret, p. 97, n. 8.

27Cette extension de la sphère d’action de l’institution postale possède des implications dans les rapports internationaux alors qu’à partir de 1627, le contrôleur général des postes fixe le tarif des différentes lignes de postes et installe des relais de chevaux de louage. Pour le règne d’Henri IV tout au moins, il semble qu’il coexiste, à côté de ce canal officiel, une charge (ou un poste) de messager chargé des correspondances secrètes, occupée par le sieur d’Anval (ou d’Oval)33.

  • 34 En Espagne, la charge de correo mayor est créée à la fin du XVe siècle. Sous les règnes de Philippe (...)

28Dans la Monarchie Catholique, l’héritage impérial permet à la famille Tassis, d’origine italienne, de conserver en son sein la charge de correo mayor (« grand-courrier »)34 et d’étendre son monopole à une grande partie de la péninsule Italienne, aux possessions bourguignonnes de la Monarchie, aux territoires héréditaires du Saint-Empire et à l’Espagne. Avec les premiers essais d’une mainmise royale sur les courriers et l’affirmation de la puissance souveraine sur l’espace, l’État affronte les structures traditionnelles de communication des villes, des universités et des seigneurs et princes locaux.

29La transmission des informations et leur cheminement à travers divers territoires font de la maîtrise du courrier international l’enjeu d’un combat entre puissances souveraines : affirmer le contrôle français sur des lettres du Roi Catholique transitant par la France, c’est affirmer sa supériorité. Refuser les autorisations de passage sur le territoire du Roi Très-Chrétien, c’est montrer son indépendance. Or, pour communiquer par voie terrestre avec l’Italie, les Pays-Bas ou l’Empire, la géographie exige que les lettres espagnoles parcourent le royaume de France ; le 16 septembre 1600, le Conseil d’État français ordonne que tout objet partant de France vers tout autre pays soit remis entre les mains du contrôleur général. La Varenne doit assurer un départ bimensuel du courrier depuis Lyon vers Rome, Florence, et Venise... Cette décision vise à établir une surveillance politique de la poste :

  • 35 E. Vaillé, De Louis XI à la création de la Surintendance générale des postes, p. 293 ; Lettres inéd (...)

C’était une élimination à peu près complète des courriers étrangers résidant en France dans le trafic postal international [...]. Pour les pays qui n’étaient pas desservis par un courrier français, le surintendant allait céder, contre rémunération évidemment, à des courriers dits « à la journée » les droits qu’il tenait de sa fonction35.

30Partant de ces directives, en janvier 1601, La Varenne conclut un accord sur les postes avec le correo mayor de Philippe III, Juan de Tassis (parent de l’ambassadeur en France), représenté lors de la signature par Gabriel de Alegría, secrétaire de l’ambassade espagnole à Paris :

  • 36 AGS, Secretarios Provinciales, 78.

Le sieur Juan de Tassis enverra par la route de Bordeaux son [courrier] ordinaire pour l’Italie jusqu’à Lyon. À Lyon, on l’échangera à la personne qui là-bas tiendra l’office. Puis, le sieur de La Var[en]ne le dépêchera vers Rome et les autres parties d’Italie, sans pouvoir le retenir plus d’une journée, de manière que de Lyon à Rome, il doive effectuer le trajet en onze jours en été et douze jours en hiver36.

31Le prix des courses, l’itinéraire des autres trajets, de Paris à Valladolid ou aux Pays-Bas, sont précisés dans l’accord. Ces clauses réaffirment la souveraineté d’Henri IV sur les territoires de sa monarchie. La route la plus courte depuis l’Espagne vers l’Italie, celle qui passe par la Catalogne, Narbonne, Marseille et le Piémont, reste interdite. Toute missive du Roi Catholique doit être déposée entre les mains d’un courrier ordinaire français, soit à Lyon, soit à Bordeaux, pour être transmise ensuite à l’ambassadeur à Paris ou, hors de France, à un courrier espagnol. Les informations vitales de la Monarchie sont donc confiées aux Français :

  • 37 AGS, E, 1434, f° 28, l’ambassadeur Vivas (Gênes, 3 avril 1607) ; la Correspondance du nonce en Fran (...)

À Lyon, le maître de la poste tient les sacoches enfermées dans un logement dont il possède les clés tant que les courriers [ordinaires] sont là-bas [dans la ville]. Il faut donc être prudent. Je tenterai particulièrement de savoir si on agit de la même manière avec le chiffre, car dans ce cas je ne serai pas satisfait37.

32La tentation française de dérober des documents, de prendre connaissance des ordres royaux ou des chiffres destinés aux ambassadeurs et vice-rois menace les « secrets d’État » espagnols. Le nombre de conflits et leur répartition chronologique indiquent que cet accord de 1601 n’est pas satisfaisant pour la monarchie espagnole.

33Le graphique i est le résultat de l’inventaire des principaux événements de tout type concernant les courriers – à l’exclusion des interceptions de lettres et des problèmes financiers –, établi à partir des archives de Simancas et des Archives générales du Royaume à Bruxelles.

Graphique I. – Répartition chronologique des incidents de courriers

  • 38 Les Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, pp. 21-23 et 40, (...)
  • 39 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t, IV, p (...)

34La répartition chronologique des incidents de courriers indique deux périodes de tension : le règne d’Henri IV, avec la difficile normalisation des années 1600-160138 et les rumeurs de conspiration et de guerre entre 1605et 1610, et un second moment, de 1629 à 1634. À partir de cette date, la dégradation des relations conduit à une multiplication des incidents39. Alors que l’ambassadeur espagnol en France demande un passeport pour un de ses courriers, on lui répond de se déplacer lui-même jusqu’à Fontainebleau, où réside la Cour. À Madrid, le Conseil d’État note :

  • 40 AGS, K, 1417, f° 23, précis de la correspondance de Benavente du 3 au 22 mai 1634 ; D. Nord-Man, «  (...)

À cette occasion, don Cristóbal représente combien il se trouve opprimé là-bas et qu’il considère que sa présence en cette cour est préjudiciable au service de S. M.40

  • 41 AGS, K, 1460, Baltasar de Zúñiga au roi (7 avril 1605).
  • 42 AGS, K, 1417, f° II, comptes du marquis de Mirabel de 1620 à 1631 ; AGS, K, 1417, précis de la corr (...)
  • 43 AGS, K, 1464, f° 22, lettre de Cárdenas au roi (20 janvier 1611).

35Parmi ces incidents, certains sont imputables à la difficulté des temps, aux dangers des chevauchées41. À deux reprises, en 1631 et en mai 1634, des porteurs de dépêches sont la proie des bandits, ce qui amène l’un de ces messagers à produire un certificat de la justice du lieu, pour éviter d’être soupçonné de double jeu et être remboursé de ses frais42... Parfois, ce sont les courriers eux-mêmes dont l’honnêteté paraît douteuse. Le Conseil d’État se plaint à son ambassadeur de l’arrestation à Bordeaux de deux courriers, mais Cárdenas répond que l’enquête montre que ces deux hommes ont tenté de vendre les lettres dont ils étaient chargés43.

  • 44 Par exemple, en 1634, le secrétaire d’État espagnol pour les affaires italiennes transmet il Andrés (...)
  • 45 Sur ces itinéraires, voir dans E. J. B. Allen, Post and Courier Service in the Diplomacy of Early M (...)
  • 46 AGS, E, 1431, f° 282, Vivas au roi (2 janvier 1602), Des commerçants étaient parfois employés pour (...)
  • 47 Nous utilisons volontairement l’hispanisme confident (au lieu de sa traduction française : indicate (...)
  • 48 AGS, E, 3591, f° 193, Melo, ambassadeur à Gênes, au roi (14 juin 1633) sur l’interdiction faite en (...)
  • 49 AGS, E, 1916, f° 174, le marquis de Castañeda (Gênes, 16 janvier 1624).

36Les attaques, violations et arrestations de courriers par l’autorité française se révèlent plus dangereuses pour les communications que le brigandage. Nous avons dénombré une vingtaine d’incidents, de la simple arrestation d’un courrier à son incarcération définitive. Le chiffre exact est difficile à évaluer, car les sources restent souvent imprécises44. Ces arrestations ont pour objectif d’exercer une pression sur les dirigeants espagnols, de contrarier leurs mesures et parfois de percer leurs intentions secrètes. Les prétextes de ces actions contre les messagers sont variés. Le motif le plus souvent invoqué, c’est que les courriers se sont écartés de l’itinéraire fixé : la route et les étapes étant imposées45, les autorités détiennent les contrevenants. Le parcours italien est le premier visé. Apprenant en janvier 1602 l’impossibilité de passer par le Languedoc et la Provence, Juan Vivas informe son souverain que les hommes d’affaires génois possèdent un moyen pour contourner l’interdiction : envoyer leurs employés en Avignon, puis en Catalogne46. Il propose au roi qu’un confident47 reçoive les dépêches et les achemine de cette manière, puisque le roi de France, intraitable, refuse les relâches dans des ports méditerranéens autres qu’Antibes, Marseille et Toulon pour les courriers transportés par navire, la monarchie française ne disposant pas de moyens suffisants pour les contrôler ailleurs48. La route partant de Lyon vers l’Italie traverse la Savoie et, lorsqu’une missive importante est envoyée, sa surveillance et son interception se pratiquent aisément à l’un des deux passages obligés. En 1624, depuis Gênes, l’ambassadeur Castañeda, prévenu des tentatives françaises d’interception d’un courrier, choisit d’envoyer son propre émissaire par voie de mer, bien qu’il souligne les dangers de la navigation hivernale en Méditerranée49.

  • 50 AGS, E, 1097, f° 53, le comte de Lemos au roi (fin 1601).
  • 51 AGS, K, 1601, Tassis au roi (21 août 1601) ; AGS, K, 1452, f° 81, Conseil d’État du 25 mars 1623 ; (...)
  • 52 AGS, K, 1460, Baltasar de Zúñiga au roi (8 décembre 1605).
  • 53 AGS, K, 1426, f° 94, Conseil d’État du 6 mars 1607.

37Dans les moments de tension politique entre les deux couronnes, les atteintes à l’accord de 1601 se multiplient. Pendant la guerre de Savoie, les autorités françaises harcèlent les courriers italiens de l’Espagne par des détentions abusives. Le comte de Lemos riposte alors par l’arrestation de Français résidant dans sa vice-royauté de Naples50. Henri IV, puis Richelieu se servent de tous les prétextes pour appliquer leur « guerre couverte » contre l’Espagne à « une guerre de courriers ». Par des vexations administratives, ils obligent les émissaires de l’Espagne à porter un passeport délivré par l’ambassade de France en Espagne51 sous peine d’arrestation à Bordeaux ou Lyon, villes de poste ; ou bien, de mauvaise foi, on argue de l’absence de chevaux pour retarder un courrier de l’ambassadeur52. Dans cette petite guerre de l’information, on va même demander aux Espagnols d’avertir officiellement les autorités françaises de tout départ de courrier, afin de retarder d’autant l’arrivée des lettres53… Bien entendu, les sources espagnoles privilégient les entraves françaises aux communications et passent sous silence les infractions commises par le Roi Catholique. Cependant, pour éviter les contrôles tatillons, le Conseil d’État espagnol recherche d’autres moyens pour transmettre le courrier :

  • 54 AGS, K, 1417, f° 58, Conseil d’État du 13 janvier 1635 3 voir aussi f° 54.

On a vu dans le document joint que l’on demanda à Duarte Fernández la forme la plus sûre et la plus secrète qu’il pouvait y avoir pour acheminer en France n’importe quelle dépêche de V. M. Il a paru au Conseil nécessaire de représenter à V. M. que la nation de Duarte Fernández est composée de personnes auxquelles on peut le plus se fier, car leur manière de procéder est bonne et on n’a trouvé aucune mauvaise intention, ni peu d’affection au service de V. M.54.

  • 55 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 124, doc 399  (...)

38Les Portugais, pour la plupart considérés comme marranes par les Espagnols, demeurent donc fiables aux yeux du pouvoir, cinq ans seulement avant la révolte séparatiste. Leurs réseaux de relations, de Lisbonne à Anvers, de Paris à Venise, échappent aux soupçons français et sont efficaces dans le domaine des affaires55. C’est aussi par cette voie que l’Espagne est informée des événements politiques aux Provinces-Unies, où la colonie marrane est très nombreuse et conserve des liens familiaux et commerciaux avec les territoires de la Monarchie. La multiplicité des contacts des marchands, leur habilité à transmettre lettres de change et missives secrètes, les nombreux voyages qu’ils entreprennent, tout cela en fait des émissaires précieux. Peut-on se méfier de ceux qui sont les artères financières de la Monarchie depuis la « banqueroute » de 1627 ?

39Leur aptitude est d’autant plus grande qu’ils épargnent ainsi bien des frais aux représentants des monarques : expédier une lettre coûte cher. Pendant les dix à quarante jours de voyage, selon la destination, le courrier doit se nourrir, se loger, louer des chevaux de poste. S’il s’agit d’un envoyé qui suit la voie normale, cela grève d’autant le budget de l’ambassade.

  • 56 Cette pratique du correo mayor d’Irún est confirmée pour le règne de Philippe II (Valentín Vázquez (...)
  • 57 AGS, E, 707 (Allemagne), ffos 268-269.
  • 58 AGS, K, 1460 (22avril 1607).
  • 59 AGS, K, 1478, f° 168, lettre d’Arbelays à Ciriza (28 décembre 1621).

40Les contrôleurs des postes ont pour mission d’assurer la transmission rapide et sûre des informations. Placer au bon endroit un responsable du courrier dispense de recruter des espions ou des informateurs. A Irún, plaque tournante vers Bordeaux, Paris, Lyon, Bruxelles, l’Italie ou l’Empire, les correos mayores (« grands-courriers ») du Roi Catholique, Juan et Iñigo de Arbelays père et fils, participent à la mise en place des rouages de l’espionnage et du contre-espionnage56. On les rencontre au cours de multiples affaires. S’agit-il de surveiller les Français qui entrent en contact avec les morisques ? H suffira d’y employer une « mouche » infiltrée par l’Espagne, que connaît bien le chef de la poste d’Irún57. Quand des galions de la Couronne font naufrage sur les côtes françaises, le correo mayor d’Irún en avise l’ambassadeur à Paris et le Conseil d’État58. Des personnages suspects pénètrent en Espagne avec des lettres d’Anvers pour d’éminentes personnalités de la cour de Philippe IV : depuis Irún, le responsable de la poste de Sa Majesté les signale59, etc.

  • 60 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 475, f° 22, 1607.

41Cette fonction centrale du correo mayor d’Irún dans les rouages de l’espionnage est signalée à diverses reprises. Les compétences réelles de cet agent dépassent de loin celles d’un simple courrier, comme l’indique cet extrait d’un document d’archives qui ordonne de remettre « cent cinquante ducats à Juan de Arbelays pour aller à certaine affaire secrète du service de S. M.60 ».

42Pour la Monarchie, la place d’Irún est plus qu’un simple relais de poste. Elle surveille toute une partie occidentale de la frontière des Pyrénées, partie la plus agitée, qui est au contact des protestants béarnais, d’un côté, et des morisques aragonais de l’autre. Menacée par des minorités qui troublent la conservation des États, l’Espagne répond par des tentatives de contrôle de la frontière.

  • 61 Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Gallim (...)

43Certains espaces considérés comme plus opaques ou plus aisés à franchir, certaines frontières particulièrement complexes61 nécessitent une surveillance plus attentive. La politique étrangère reste dépendante de ces contingences.

Frontières et marges

  • 62 G. Zeller, « Histoire d’une idée fausse », p. 91.

44Au XVIIe siècle, la délimitation entre les royaumes n’est plus, comme c’était le cas au Moyen Age, celle de la « marche ». Elle se précise et détermine le ressort des souverainetés, ainsi que la sujétion des populations à un pouvoir déterminé. Si l’idée de frontière existe à l’époque d’Henri IV et de Louis XIII, en revanche celles de linéarité et de régularité des limites sont encore absentes. Gaston Zeller a montré, voici près d’un demi-siècle, que « l’idée des frontières naturelles n’a jamais appartenu au bagage idéologique des hommes d’État de l’Ancien Régime62. »

  • 63 Toul, Metz et Verdun, villes impériales, furent annexées en 1552 par Henri II.

45La caractéristique de la plupart des frontières réside dans la complexité de leurs tracés. Ce qui nous apparaît comme un désordre périphérique ou même, parfois, interne aux monarchies, tient à plusieurs facteurs. D’une part, l’enchevêtrement des juridictions de toutes catégories, royale, ecclésiastique, seigneuriale, urbaine, économique, etc., difficilement compréhensible de nos jours, forme le cadre ordinaire de la vie quotidienne au XVIIe siècle. Par ailleurs, l’interpénétration de territoires assujettis à différents souverains reste un élément courant, sinon constitutif, de la frontière (tel est le cas de la Franche-Comté, de la Lorraine, des frontières septentrionales du royaume de France ou encore des confins franco-savoyards). Le cas du marquisat de Saluces, planté au beau milieu du duché de Savoie, ou celui des Trois-Évêchés63 ne relèvent pas de l’incongruité mais bien de la norme. Par ailleurs, l’interpénétration des territoires et l’enchevêtrement des juridictions gênent le contrôle que les autorités tentent d’exercer sur les frontières.

  • 64 J.-F. Soulet, La vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime, p. 77.
  • 65 Cet état de choses se manifeste par l’existence, à des échelles diverses, de structures englobant l (...)

46Les structures linguistiques ne déterminent pas davantage de bornes ou de limites. Sur le versant français des Pyrénées, on parle le basque, le languedocien (de Foix à Donezan), le gascon (du Béarn au Couseran) et le catalan. Si l’édit de Villers-Cotterêts (1539) menace ces pratiques, les hautes vallées résistent mieux que le piémont64. Trois de ces idiomes sont aussi pratiqués dans les terres frontalières du Roi Catholique (Roussillon, Val d’Aran, Catalogne, Pays Basque). Loin d’une vision simplificatrice de la frontière conçue comme une ligne séparatrice de deux mondes, on retrouve de part et d’autre de la chaîne des structures sociales semblables qui dissolvent la notion de frontière au profit d’une juridiction plus proche du montagnard65.

  • 66 Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis (...)
  • 67 J. Reglà, El bandolerisme català del barroc.
  • 68 G. Colas Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 192. Sur les attaques conjointes (...)
  • 69 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, p. 160.
  • 70 G. Colás Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 199 ; C. J. Carnicer García et J (...)
  • 71 J. Contreras, « Bandolerismo y fueros ».
  • 72 J.-B.-H. Capefigue, La Ligue et Henri IV, p.296.
  • 73 Il s’agit de Juan, fils de Felipe, à ne pas confondre avec son parent Juan de Bardaxi, seigneur d’A (...)
  • 74 AGS, K, 1606, ffos 176 (7 janvier 1604) et 177.

47Dans ces régions, la maîtrise du territoire s’avère difficile, les premiers progrès n’intervenant qu’à la fin du XVIIe siècle66. Ces barrières délimitent un vaste espace mal dominé : contrebande de chevaux, d’armes, de livres ou de monnaie, passages d’hérétiques, d’exilés, envois d’espions, d’agents souvent doubles, d’origine incertaine et de noblesse médiocre, tout cela échappe au pouvoir royal. Ces domaines sont l’espace privilégié du banditisme et d’un monde interlope. Particulièrement pauvres, les marges aragonaises et catalanes souffrent de ces plaies. En Catalogne et en Aragon, les vice-rois luttent régulièrement contre les bandoleros67, tentent de pacifier des contrées où l’insécurité est générale. Le refuge n’est pas loin, de l’autre côté de la frontière, que l’on se trouve dans les confins franco-espagnols ou bien à la limite entre les différents royaumes (reinos) espagnols de Catalogne et d’Aragon. Les autorités sont démunies et ne parviennent pas à se coordonner face à ces bandits, qui peuvent à tout moment leur échapper en se retirant au cœur des montagnes. Gregorio Colás Latorre et José Antonio Salas Auseus ont identifié en Aragon des groupes de bandoleros d’origine aragonaise, catalane mais aussi gasconne, qui se réfugient dans la montagne68. Après la fuite en Aragon d’Antonio Pérez, secrétaire d’État de Philippe II, il faudra monter une véritable expédition pour chercher les rebelles qui, avant de passer finalement en France, tenteront un moment de s’armer dans les hauteurs69. Il est possible de négocier avec ces bandoleros-hidalgos. Philippe II emploie de petits seigneurs rebelles à son autorité comme espions en France, et les infiltre parmi les protestants béarnais, chez qui ils pratiquent un double jeu70. L’Inquisition agit de même envers les frontaliers71. La famille Bardaxi poursuit cette vie mouvementée pendant au moins cinquante ans, renseignant alternativement aussi bien le roi français de Navarre puis son représentant, La Force, que les vice-rois espagnols. Godofredo de Bardaxi, vers 1592, essaie d’organiser un soulèvement morisque contre Philippe II72. Juan Bardaxi implante un réseau espagnol chargé d’observer les mouvements français73. Un certain Antonio Bardaxi transmet à Madrid une lettre d’Henri IV destinée à Épernon et recrute en France des « amis » pour le Roi Catholique74. Ces travaux de l’ombre procurent des moyens de survie à ces gentilshommes désargentés et canalisent leur énergie.

  • 75 Les ducs d’Albuquerque (1616-1619) et d’Alcalá (1619-1622) mènent pendant leur vice-royauté une lut (...)

48De façon très révélatrice, c’est précisément à ce moment que les pouvoirs royaux – français et espagnol – affirment leur volonté de contrôler ces espaces : en 1619, l’expédition béarnaise de Louis XIII remet au pas les huguenots et conforte un pouvoir monarchique fortement contesté par des populations agitées, tandis que les attaques des vice-rois en Catalogne contre le banditisme interviennent à la fin des années 1610-162075.

  • 76 Voyage de Barthélemy Joly en Espagne, éd. L. Barrau-Dihigo, p. 462.

49Toutes les frontières ne présentent pas cet aspect enchevêtré, ces structures sociales complexes, cette multiplicité de langues. En certains endroits, comme la limite formée par la Bidassoa sur le littoral atlantique des Pyrénées ou comme la frontière orientale de la chaîne, la ligne de démarcation est plus simple, ce qui n’atténue pas les différences culturelles et administratives. En 1604, Barthélemy Joly voyage en Espagne et s’aperçoit immédiatement du franchissement de la frontière après Narbonne, où il a changé son argent français en « monnaie estrangère » et obtenu son passeport, remarquant entre autres les différences culinaires76...

  • 77 Sur la spécificité de Cambrai, voir José Javier Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai, El consenso del p (...)
  • 78 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 210, doc. 45 (...)
  • 79 Le duc François de Lesdiguières sera fréquemment évoqué dans le présent ouvrage, notamment aux chap (...)

50D’après les relevés des correspondances espagnoles, nous pouvons distinguer les frontières qui posent des problèmes et celles qui n’en posent pas. Limite entre les Pays-Bas espagnols et le royaume de France, la démarcation septentrionale n’est presque jamais évoquée. Le traité de Vervins a réglé son tracé. Seul le Cambrésis fait l’objet de quelques rapports au Conseil d’État espagnol à propos de possibles coups de main français77. Or, selon l’acte de cession des Pays-Bas, il s’agit du seul territoire de la Couronne qui ne dépend pas des Archiducs. Lorsqu’Albert demande le transfert à Bruxelles de l’autorité sur la principauté de Cambrai, le roi s’y refuse78. Le reste de cette frontière ne semble pas poser de problème au Roi Catholique, car ses ambassadeurs ne l’évoquent avec le roi de France que dans le cadre des relations internationales, et non pas bilatérales. Il en est de même de la lointaine Franche-Comté, presque totalement absente des relations diplomatiques entre les deux monarchies. En revanche, la frontière de la monarchie française contiguë au duché de Savoie attire l’attention des diplomates espagnols. Pendant un quart de siècle, la présence en Dauphiné de Lesdiguières79, sa politique semi-indépendante et son adhésion au protestantisme inquiètent le Conseil d’État et les représentants à l’étranger. Les points de passage pour la traversée des Alpes favorisent la pénétration d’espions, d’informateurs et autres envoyés vers l’Italie, en particulier vers les places de Milan et Gênes. On remarque dans la correspondance diplomatique espagnole les signes d’une attitude semblable envers la Provence, bien que les dangers de collusion entre les Savoyards et les Français y soient moindres.

  • 80 Anne Blanchard, « Vers la ceinture de fer, milieu du XVIe ». - début du XVIIe siècle », dans Philip (...)
  • 81 G. Colás Latorre et A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 198.

51Ces observations contrastent avec les politiques militaires des deux monarchies. En effet, si la frontière pyrénéenne paraît la plus mouvementée, celle où le contrôle royal apparaît le plus faible et qui suscite le plus fréquemment la crainte d’une mobilisation de l’adversaire, c’est aussi la périphérie la plus démunie en fortifications. Dressée par Anne Blanchard80, la carte des places fortes françaises en 1635, à la veille de la guerre entre les deux couronnes, indique seulement sept places fortes : Bayonne, Navarrenx, Hendaye, Lourdes, Carcassonne, Leucate et Narbonne. Quatre d’entre elles font l’objet de visées espagnoles, selon les dépêches des ambassadeurs. La défense espagnole des Pyrénées ne semble pas mieux assurée. La correspondance des dirigeants multiplie les avis de projets français sur l’Aragon tandis que les demandes sans cesse renouvelées d’amélioration des fortifications laissent transparaître la faiblesse du système défensif, d’autant que le contrôle des passages pyrénéens est abandonné aux populations locales81.

52Au début du XVIIe siècle, les Pyrénées forment donc une marge excentrée pour des autorités monarchiques, qui tentent d’imposer leur contrôle sans posséder les moyens matériels et financiers suffisants, laissant une agitation multiforme troubler ces montagnes.

II. - Aspects économiques et démographiques

Les flux financiers et la conduite de la politique étrangère

  • 82 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, pp. 433-491  (...)

53Les bouleversements macro-économiques intervenus au cours du XVIe siècle – « révolutions » des prix et des salaires, naissance de l’« économie-monde », afflux de métaux précieux – ont entraîné une redistribution et une extension des richesses82. Devenue la première puissance européenne, la monarchie espagnole reste étroitement dépendante des flux monétaires pour mener sa politique internationale. Cette dépendance est d’autant plus forte que les traits propres de son économie – exportation de matières premières et produits agricoles (vin, huile, laine, fer), importation de produits manufacturés – aboutissent à la fuite de l’or et de l’argent américains vers le reste de l’Europe après leur transit dans la Péninsule. Les règnes de Charles Quint et Philippe II, marqués par de nombreuses interventions sur la plupart des fronts militaires européens, mettent en évidence ces transferts de métaux précieux vers l’Europe du Nord par le biais de la redistribution guerrière, à tel point que les ressources propres à la Monarchie Catholique sont réduites et que les appels à crédit auprès d’hommes d’affaires internationaux deviennent de plus en plus nombreux, les sommes avancées étant gagées par des assignations sur les revenus de la Couronne. Le siècle se termine par la cessation de paiement des intérêts de la dette et par une renégociation avec les banquiers, principalement italiens, des engagements internationaux de la monarchie (novembre 1596). Cette opération permet de trouver les dernières ressources pour l’expédition d’Irlande et l’envoi de fonds en Flandres.

  • 83 J. Cornette, « Le “point d’Archimède” » ; F. Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, pp. 1 (...)

54À la veille de la paix de Vervins, les revenus ordinaires de la Monarchie sont absorbés par le service de la dette. L’inadéquation des structures financières constitue un trait permanent des États modernes. Les dépenses excèdent toujours les recettes ou, pour reprendre la classification de Françoise Bayard, les revenus « rigides » collectés par les officiers royaux dans le cadre d’une administration sont insuffisants à l’entretien d’une politique étrangère, même s’ils représentent le noyau dur des revenus des monarchies. D’où la nécessité de parvenir à une augmentation des revenus « souples » (affermages, rentes, juros, etc.), qui, en France comme en Espagne, « tendent à passer sous le contrôle de la gestion des financiers (fermiers, artisans, traitants, prêteurs)83 ». C’est cet argent frais, constitué d’avances faites par des banquiers contre des assignations sur certains revenus ou en échange de bons du Trésor (juros), qui fait défaut. Les gouvernements doivent passer sous les « fourches caudines » de partisans, de traitants, d’asentistas. À leur arrivée à Séville, les métaux précieux d’Amérique sont souvent déjà gagés auprès des banquiers. La solution – si l’on peut dire – consiste alors à cesser de payer les intérêts de la dette afin de la renégocier avec les financiers et de pouvoir ainsi emprunter de nouveau pour faire face aux coûts des engagements militaires.

  • 84 B, J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, p. 398
  • 85 Ibid., p. 446.

55À l’aube du XVIIe siècle, les principaux gouvernements tentent un moment d’éviter cet engrenage d’une confiscation du « budget » royal en adoptant des politiques d’apurement financier et d’économies (desempeño). La France d’Henri IV et de Sully s’engage dans cette voie, de même que l’Angleterre de Jacques 1er. L’Espagne de Philippe III et du duc de Lerma doit elle aussi choisir entre une politique étrangère ambitieuse et un assainissement de ses finances. L’avènement de Philippe III entraîne des espoirs de réforme et de « restauration ». De cet élan novateur, le roi et son valido tirent profit au cours de leurs premiers voyages en Aragon, en Catalogne et dans le royaume de Valence, où les cortes locales accordent des subsides à la Couronne. Cependant, celle-ci doit peu à peu composer avec des cortes qui, passé les premiers espoirs de restauración, se montrent de plus en plus réticentes à payer. Ces assemblées proposent de prendre en charge l’énorme dette de la Monarchie en échange d’un contrôle sur le système fiscal84, ce que le monarque ne peut accepter. La troisième difficulté réside dans l’obtention d’un crédit international suffisant pour attirer les prêteurs. Pour y parvenir, le nouveau pouvoir crée en 1603 une junte d’assainissement général (Junta del Desempeño General), où siègent les principaux responsables (le président du Conseil de Castille, celui du Conseil des finances, le confesseur du roi, etc), afin de montrer les nouvelles dispositions financières de la Couronne. La cessation de paiement de 1607 entraîne la constitution d’une commission comprenant les principaux asentistas, destinée à gérer la dette et à éliminer certains passifs. Par ce moyen, le duc de Lerma, ministre de Philippe III, introduit les Génois au cœur du système financier de la Monarchie. Il les préserve de la suspension de paiement en leur donnant le contrôle des finances espagnoles, par le biais de la gestion de la dette85. Le pouvoir gagne ainsi un appui et une assise internationaux, mais au prix de l’assujettissement des revenus royaux à la banque génoise. Une des conséquences de ce choix sera une xénophobie grandissante envers ces Italiens.

  • 86 Ibid., p. 381.

56Enfin, le dernier obstacle à cette politique de rigueur tient à la conjoncture internationale. Tant que les mouvements bellicistes demeurent faibles, le plan d’assainissement peut fonctionner mais, à l’apparition d’une crise politique, les finances sont déstabilisées, sauf à trouver un subterfuge. Sachant que le crédit politique international d’un État réside dans son crédit financier, les conseillers d’État, afin d’impressionner Henri IV au moment de l’affaire des duchés de Clèves et de Juliers, ont l’intention de publier une fausse nouvelle : un asiento aurait été conclu pour un montant de deux millions de ducats. Cette manipulation de l’information aurait permis à la monarchie hispanique d’épargner de coûteux fiais militaires et de poursuivre sa politique de réduction des dépenses86.

  • 87 M. Giannini, « Monarchia Cattolica e Stato di Milano nella visita general di don Felipe de Haro » ; (...)
  • 88 Giovanni Muto, Le finanze pubbliche napoletane tra Rifarme e Restaumzione (1520-1634), Naples, Ediz (...)
  • 89 B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, pp. 37 (...)

57Dans sa volonté réformatrice, le parti de Lerma intervient pour limiter le gaspillage financier de la Couronne, pour améliorer le rendement fiscal, en Castille comme dans les autres royaumes, et pour réduire les injections de capitaux castillans. En Italie, on reprend la pratique des inspections (« visites ») des différentes possessions par des envoyés de Madrid87. Des inspections de l’administration locale et du fonctionnement de la justice, des révisions de comptes sont entreprises, non sans heurt entre les visiteurs et les vice-rois ou gouverneurs. Dans toute l’Italie espagnole, on réduit les frais d’entretien des garnisons et des armées et, au royaume de Naples, le comte de Lemos réforme l’administration des finances88. Au Portugal, une junte de Finances, en majorité composée de Castillans, est créée en vue d’accroître la participation de ce royaume à l’effort général89. En Castille, on a songé à créer des erarios públicos (« banques publiques ») pour mobiliser les capitaux espagnols et éviter le recours aux asientos qui grèvent les ressources ; le projet sera plus tard repris par Olivares.

58Ces assainissements modifient les objectifs et les moyens assignés à la politique étrangère. Au comte de Fuentes, gouverneur du Milanais, mort en 1610, succède le marquis de la Hinojosa. Entre autres conséquences, l’application de la politique de desempeño entraîne le remplacement d’un des partisans de la guerre à outrance (opposant à la trêve de Douze Ans, il a construit le fort Fuentes, à l’entrée de la Valteline) par un gouverneur qui choisit de préserver le Duché et les ressources de la Monarchie en appliquant une politique démobilisatrice. L’équilibre entre la politique de reputación et les plans de récupération fiscale est-il possible ? Le règne de Philippe IV illustre l’importance décisive des questions financières et monétaires à l’heure où la Monarchie s’oriente vers une politique d’intervention.

La proie espagnole : commerce, contrebande, course

  • 90 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, Razóny crisis de la política exterior de España en el reinado d (...)

59Malgré ces difficultés économiques, l’Empire espagnol conserve de nombreux attraits qui attisent les convoitises. Les trois principaux soucis de Madrid sont de maintenir le monopole de la route des Indes, d’assurer le passage maritime des troupes vers les Flandres90 et d’éviter les agressions contre les côtes espagnoles, par exemple les attaques anglaises ou barbaresques.

  • 91 Par exemple le déclin de la construction navale ; voir H. et P. Chaunu, La conjoncture.
  • 92 R. Ródenas Vilar, « Un gran proyecto anti-holandés en tiempo Felipe IV » ; J. I. Israel, « España y (...)
  • 93 E. Otero Lana, Los corsarios españoles durante la decadencia de los Austrias, pp. 50-51.

60En dépit de difficultés croissantes91 et de graves problèmes financiers, la Monarchie Catholique reste une proie très dangereuse. Pour éviter les fuites de capitaux, pour tenter d’étouffer les Provinces-Unies ou pour régler ses différends avec la France, elle recourt à plusieurs reprises à la guerre économique, et plus précisément aux embargos92. Pour protéger les productions nationales, elle pratique le mercantilisme, augmentant ainsi les risques de fraude. Renversant les termes du problème, nous pouvons même nous interroger sur la validité de cette idée d’un affaiblissement espagnol car après tout, il en va de la contrebande comme de la piraterie : toutes deux sont les armes des faibles et des pauvres face aux puissants et aux riches, un moyen de résister et de trouver le nécessaire dont on manque93.

  • 94 Sur l’office d’espía mayor, voir le chap. VI, « Les moyens de la diplomatie », pp. 298-304.

61Force est de constater que diplomates, conseillers d’État, espías mayores94 et cornos mayores s’intéressent aux questions économiques. Ils produisent de nombreux rapports sur le commerce illégal, les fraudes et l’introduction de fausse monnaie, et aussi quelques analyses sur la situation française. La répartition chronologique de ces différents rapports fait apparaître des mouvements d’ensemble, plus ou moins marqués selon les thèmes, qui rappellent le rythme des incidents de courriers : de 1600 à 1610, les rapports se multiplient et leur nombre atteint son apogée en 1610. La régence de Marie de Médicis semble épargner à l’Espagne les querelles économiques alors que les années 1620-1630 sont à nouveau marquées par des recrudescences d’incidents de tout type, fraudes, course ou problèmes de commerce. À partir des années 1630, ces rapports se font plus rares. Nous l’avons dit à propos des courriers, cette diminution ne signifie en rien la fin des conflits entre les sujets du Roi Catholique et ceux du Roi Très-Chrétien. Bien au contraire, la diminution du nombre des rapports provient de la banalisation des incidents à mesure que les tensions entre les deux couronnes augmentent. Si les infractions françaises au commerce bilatéral suivent le rythme de la conjoncture politique, les effets de la crise économique ne sont pas visibles.

  • 95 En 1603, l’application par Madrid du décret Gauna, destiné à étouffer le commerce hollandais, augme (...)
  • 96 Voir A. Girard, « La saisie des biens des Français en Espagne en 1625 ». En 1625, la dispute est du (...)
  • 97 L’adoption d’une mesure d’embargo est de nouveau envisagée par le Conseil d’État à la fin de l’anné (...)

62Par ailleurs, les deux principales « guerres commerciales » qui surviennent entre les deux monarchies française et espagnole, en 160395 tout d’abord puis en 162596, ne donnent pas lieu à une intensification de la piraterie et de la fraude97. Seuls les commerçants « officiels » font les frais des confiscations et réquisitions de navires. À plusieurs reprises, l’Espagne utilise ces pratiques contre d’autres puissances : contre l’Angleterre, avant 1604 puis de 1626 à 1630, et contre les Provinces-Unies pendant la guerre de Quatre-Vingts Ans. Les différents traités successivement signés comportent des articles similaires sur les « libertés » de commerce et sur un retour à un ordre économique pacifique : l’Espagne a un besoin vital de « rouliers des mers ». Elle signe pour cela les accords de 1604 et 1630 (avec l’Angleterre), de 1607 avec les cités hanséatiques, et de 1604 avec la couronne de France.

  • 98 AGS, K, 1606, Tassis (21 mars 1603).

63Si la « grande politique » influe très peu sur la vie quotidienne du fraudeur, du pirate ou du corsaire, les autorités ne se résignent pas à tolérer ces entorses. Ainsi, en 1603, Tassis a beau noter avec satisfaction la publication d’un édit interdisant aux sujets français de capturer des navires étrangers (anglais et espagnols)98, la persistance avec laquelle lui-même puis ses successeurs adressent leurs plaintes au roi de France témoigne de l’inefficacité des mesures étatiques.

  • 99 Cette bulle avait été prise par le pape espagnol Alexandre VI Borgia, qui, « au lendemain du premie (...)

64La paix de Vervins (1598) ne règle pas la question des territoires d’outre-mer. Depuis le partage du Nouveau Monde entre Castillans et Portugais à Tordesillas et la bulle de 1493 reconnaissant l’hégémonie ibérique sur l’Océan99, Anglais, Français et Hollandais... contestent la validité de cet accord : les puissances européennes exclues du « gâteau colonial » refusent d’être tenues à l’écart. À de nombreuses reprises, les représentants espagnols accusent les autorités françaises de violer ce qu’ils considèrent être la limite à ne pas franchir par les navires français : la ligne équatoriale. Or les traités du Cateau-Cambrésis et de Vervins ne mentionnent aucunement une telle limite, déclarant seulement la fin de la guerre de course.

  • 100 Par exemple le voyage de Villegagnon dans l’embouchure du Rio de Janeiro en 1555.
  • 101 Monbarot, gouverneur de Rennes en 1604, Nicolas Harlay de Sancy, parent de parlementaires parisiens (...)
  • 102 Yves Cazaux, « Henri IV et la colonie française du Maragnan au Brésil », Bulletin des amis du châte (...)
  • 103 AGS, K, 1477, f° 5, Girón au roi (12 janvier 1620).
  • 104 AGS, K, 1431, f° 141, avis anonyme du Portugal (avril 1621).

65En fait, difficilement praticable pendant les guerres de Religion, l’expansion outre-Atlantique est réactivée par la paix de 1598. Les Français renouent avec les grands voyages entrepris, entre autres, par Coligny et prennent une route déjà explorée, celle du Brésil100. Sur le modèle de celle qui partit en 1576 sous le commandement de Philippe Strozzi, le cousin de Catherine de Médicis, les expéditions reprennent après 1598 ; elles comprennent des membres des équipages précédents, comme le capitaine Maillard. Le roi soutient ces initiatives, qui présentent par ailleurs l’avantage de canaliser la contestation nobiliaire. Parmi les différents dossiers de la correspondance diplomatique espagnole, le cas de Daniel de La Touche de La Ravardière se distingue entre 1604 et 1623 par l’importance des expéditions qu’il dirige et par celle de ses commanditaires101. Pendant cette vingtaine d’années, ambassadeurs, conseillers d’État, vice-rois du Portugal, indicateurs, agents de toute sorte surveillent les activités du Malouin. Celui-ci entreprend deux voyages au Brésil102 (1604 et 1610) : Henri IV approuve, Marie de Médicis laisse faire. Lorsqu’entre 1612 et 1616 La Ravardière et ses colons créent le fort Saint-Louis dans l’île de Maranhão, les autorités de la Monarchie Catholique réagissent fermement et obtiennent une capitulation et la destruction du fort. Les appuis que possède l’aventurier détenu expliquent l’importance de ce dossier dans les relations bilatérales : il s’agit pour la reine mère d’obtenir la libération de Daniel de La Touche, considéré comme pirate par les Espagnols. Ceux-ci veulent à tout prix exclure les Français des territoires situés au-delà de la « ligne équinoxiale » (la ligne équatoriale), et soutiennent que cette limitation a fait l’objet d’un accord lors de la paix de Vervins. Les ambassadeurs espagnols à Paris doivent gérer cette affaire et favorisent une issue pacifique, alors que le vice-roi du Portugal n’accepte de relâcher La Ravardière qu’en échange d’une promesse de ne plus entreprendre d’action outre-Atlantique103. Cette libération ne marquera pas la fin des tentatives du bouillant Breton104 : en 1624, il demande le renouvellement de sa fonction de lieutenant général pour les terres brésiliennes, puis, après avoir navigué près des îles Maros dans les années 1628-1629, il s’éteint en 1635.

66En temps de paix, la course demeure interdite, les deux monarchies ne pouvant alors délivrer de lettres de marque. La conception française s’avère en réalité plus souple. S’il est vrai que des interdictions de la course sont publiées, le pouvoir royal ferme souvent les yeux, d’autant qu’il demeure impuissant à faire respecter cette défense par ses sujets. La plupart des actes de course et de piraterie ont lieu aux abords des côtes atlantiques et sont le fait des « républiques » maritimes françaises qui ont profité des guerres civiles antérieures pour s’émanciper. Parmi les quatre-vingt-une occurrences de course et de piraterie que nous avons relevées, certaines précisent l’origine des navires. La Rochelle est le port le plus souvent cité (dix fois), puis viennent la Normandie (Honfleur, Dieppe et Caen, six fois), Olonne (quatre), Marseille et Saint-Malo (trois), Oloron et Saint-Jean-de-Luz (deux). Au début du siècle, une cité comme La Rochelle agit indépendamment du pouvoir royal, celui-ci devant à plusieurs reprises mobiliser ses armées pour imposer sa volonté. Les ambassadeurs espagnols profitent de la mainmise des hérétiques sur cette place pour renforcer l’image négative des Rochelais auprès du Roi Très-Chrétien, se posant en garants de la foi catholique et en défenseurs de l’autorité monarchique et protégeant par la même occasion leur propre commerce.

  • 105 Comme par exemple le vol déjà évoqué de galères génoises par le duc de Guise (voir supra n. 96).
  • 106 Vicente Montojo Montojo et José Javier Ruiz Ibáñez, Entre lucro y defensa. Las relaciones entre la (...)
  • 107 De nombreuses mentions de ces « exploits » apparaissent dans la correspondance diplomatique espagno (...)
  • 108 AGS, E, 1434, f° 120, Vivas (8 juin 1608) ; AGS, E, 1435, f° 38, Conseil d’État de mars 1610, et Vi (...)

67Les plaintes contre la course et la piraterie méditerranéennes sont beaucoup moins nombreuses. Les principaux griefs sont l’union entre Marseillais et Barbaresques et les captures de navires105. De 1607 à 1610, l’aventurier Simon Dancer (ou Danser)106 symbolise aux yeux des Espagnols la mauvaise foi française. Ce renégat profite des relais barbaresques, marseillais et hollandais pour piller les biens des sujets espagnols107, mais il pratique aussi le double jeu, acceptant contre rémunération de négocier avec les représentants du Roi Catholique108.

  • 109 Le cardinal d’Ossat, chargé de négocier le traité avec la Toscane en 1598, fait remarquer à cette o (...)

68La protection du golfe de Gascogne et de la mer du Nord ne fait pas partie des préoccupations des diplomates espagnols. La faiblesse de la marine française laisse supposer qu’aucun danger ne menace la « sentinelle » dunkerquoise109. L’Espagne conserve sa position dominante pour transporter ses troupes.

69Les attraits du monde espagnol peuvent être atteints par d’autres voies que celles de la mer. Les nombreuses interdictions de commerce imposées par une politique mercantiliste ainsi que la multiplication de la monnaie de vellón et la « course » aux réaux et aux écus éveillent la convoitise des fraudeurs. Ceux-ci se contentent bien souvent de la voie terrestre et du cabotage. La frontière pyrénéenne, « porte mal fermée » de l’Espagne (Fernand Braudel) est le lieu d’un actif commerce interlope.

70Pendant deux décennies, de 1603 à 1620, un agent permanent de l’Espagne, Martín de Bustamente, correspond avec l’ambassadeur à Paris, le Conseil d’État, le correo mayor d’Irún et l’espía mayor, ce qui lui vaudra en 1605 d’être arrêté à Pau pour espionnage par le duc de La Force. Selon cet espion,

  • 110 AGS, K, 1426, f° 95, le 27 novembre 1607.

Il y a quatre maisons de monnaie faites pour enfoncer celle [la monnaie] d’Espagne, la fondre et en faire une monnaie nouvelle, opération dans laquelle ils gagnent plus de 18 % ; et même l’ambassadeur de France qui réside ici tente de réduire l’assistance aux personnes qui viennent traiter ces affaires110.

  • 111 Voir le chap. x, pp. 505-508, et le répertoire des espions figurant en annexe, pp. 590-591.
  • 112 AGS, K, 1460 (17 et 26 mai 1607) ; AGS, E, 1434, f° 119, Vivas (8 juin 1608) ; AGS, K, 1453 (Saint- (...)
  • 113 AGS, K, 1460, don García de Paredes à Irarraga (6 juillet 1606) ; AGS, K, 1613, Juan Blas au roi (2 (...)

71Au cours de sa longue carrière d’espion, cet agent observe et dénonce aux autorités espagnoles les nombreuses activités frauduleuses des Français en Espagne111. Outre ses rapports, de nombreux autres avis provenant de Gênes, Saint-Jean-de-Luz, etc. accusent les Français d’introduire des monnaies de vellón112 et de favoriser la fuite des métaux précieux depuis les ports andalous de Málaga ou Sanlúcar. À en croire les affirmations des diplomates, ces pratiques seraient très répandues113.

72Piraterie, course, fraude et trafic de fausse monnaie traduisent les désirs français de « prélever » des richesses sur le puissant Empire espagnol. Celui-ci tente de se préserver de la jalousie qu’engendre son opulence par des contrôles diversifiés, mais toujours bien insuffisants en comparaison de son étendue et de la facilité qu’il y a à le pénétrer.

Les flux migratoires et le vivier informatif

  • 114 Sur le recrutement militaire, voir I.A.A. Thompson, War and Government in Habsburg Spain, particuli (...)

73Le poids démographique joue un rôle important dans les relations internationales. Certes l’heure des grandes levées militaires114 et d’une vaste ponction fiscale uniforme n’est pas encore venue, mais l’interrogation demeure sur la force de cette « monarchie agrégative ». Ensemble décousu sans État vertébré, aux populations hétérogènes, aux souverainetés multiples et – en ce début du XVIIe siècle – à l’étendue infinie, la couronne des Habsbourg d’Espagne ne possède pas une population à la dimension de son Empire.

  • 115 Ce chiffre se place dans l’hypothèse haute des estimations par feux. J. Nadal, La población español (...)
  • 116 J.-P. Le Flem, « Los aspectos económicos de la España moderna », p. 93, évalue l’impact de la pandé (...)
  • 117 A. Molinié Bertrand, Au Siècle d’or, L’Espagne et ses hommes, pp. 365-376.
  • 118 Lapeyre, Géographie de L’Espagne morisque ; B. Vincent et A. Domínguez Ortiz, Historia de los moris (...)
  • 119 Jacques Dupâquier et Bernard Lepetit, « Le peuplement », dans De la Renaissance à 1789, t. II de Ja (...)

74À l’échelle européenne, le cœur de la monarchie est sous-peuplé : les deux monarchies aragonaise et castillane approchent des huit millions d’habitants en 1598115, et le royaume de Castille ne compte plus qu’environ 6.500.000 sujets à la suite de l’épidémie de peste bubonique qui sévit entre 1598 et 1602116. Dès la fin du « beau XVIe siècle », les discours des arbitristes insistent sur la dépopulation (despoblación) de ces régions et voient dans ce phénomène l’une des causes de la décadence castillane117. Les villages abandonnés d’Aragon contrastent avec la prépondérance internationale de l’Espagne et avec l’aspiration à la « monarchie universelle » que lui attribuent ses adversaires. En 1609, l’expulsion des morisques118 des royaumes de Valence et d’Aragon accentue ce sentiment de vide dans des espaces où la densité n’excède pas 18 habitants par km2. Ce tableau de la population espagnole ne prend de valeur qu’en comparaison avec les autres monarchies et notamment celle des Bourbons. Ce parallèle permet de mettre en évidence certains facteurs qui conditionnent les relations diplomatiques de ces deux pays. Dans ses limites de la fin du XVIe siècle, le royaume d’Henri IV possède environ 13.700.000 habitants. Dix ans plus tard, englobant les domaines de Bresse, Navarre et Béarn, le royaume s’accroît d’un million de sujets119. Le royaume de France est donc presque deux fois plus peuplé que les territoires d’Espagne. Les densités frôlent les 40 habitants par km2, chiffre très important en regard des moyens techniques de l’époque et du caractère essentiellement rural de la société d’Ancien Régime.

  • 120 Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (XVIIe-XVIIe siècles), Pari (...)
  • 121 Gavachos (fr. gavaches) : terme péjoratif castillan désignant les Français immigrés en Espagne et p (...)
  • 122 C, Langé, « L’immigration française en Aragon », pp. 34-35.

75Ce survol démographique des deux pays facilite la compréhension des mouvements de population entre ces royaumes. L’émigration fonctionne comme un trop-plein : Languedociens, habitants originaires du Sud du Massif Central, issus de terres trop pauvres120, forment les contingents des gavachos121. Délaissant une terre ingrate et surpeuplée, ils espèrent profiter de la meilleure situation espagnole, de salaires supérieurs à ceux de France (la hausse des prix en Espagne dure plus longtemps qu’en France : jusqu’aux années 1640). L’attrait des doublons et réaux d’argent n’est pas étranger à ce mouvement, que l’influence négative exercée par les guerres de Religion a pu elle aussi favoriser122.

  • 123 J. Nadal et E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717 ; É. Balancy, « Les immigrés français (...)
  • 124 C. Langé,» L’immigration française en Aragon », note que d’après des témoignages contemporains les (...)

76La Catalogne abrite le premier foyer d’immigration française, qui représente environ 20 % de la population catalane123. Le second lieu d’accueil se situe en Aragon proprement dit124. Comment dès lors s’étonner de voir certains Français participer aux phénomènes de banditisme, à l’insécurité de ces marges de la monarchie espagnole et aux passages clandestins de frontières ? La capitale, Madrid, n’est pas épargnée par cette vague française. En 1613, l’importance des gavaches y justifie la fondation d’un hôpital, Saint-Louis des Français, à l’image de celui des Italiens, des Portugais ou des Flamands.

  • 125 B. Bennassar, « Les Français devant les tribunaux de l’Inquisition espagnole », ne compte que sept (...)
  • 126 É. Balancy, « Les immigrés français devant le tribunal de l’Inquisition de Barcelone », p. 64. La p (...)
  • 127 A. Girard, Le commerce français à Séville et Cadix au temps de Habsbourg.

77Ces populations immigrées, pauvres, vivent souvent de métiers «mécaniques125 ». Elles n’intéressent pas la diplomatie ni l’espionnage, car elles ne possèdent pas de surface politique, ni de réseaux de relations. Parmi les historiens cités précédemment, un seul évoque un procès inquisitorial pour espionnage126. Les milieux plus fortunés, commerçants, négociants, sont bien moins représentés car seul l’appât du gain favorise les migrations. Or, Madrid est loin d’être le lieu idéal pour s’enrichir par le négoce, à la différence de Séville où les Français abondent127. Les nobles français parcourent le pays en petit nombre, pour des raisons déterminées (pèlerinages, ambassades ou exil momentané), mais ils ne se mélangent pas à la population espagnole. Ils n’offrent que rarement des informations intéressant la politique étrangère. Parmi ces couches « supérieures », seuls les réfugiés des guerres de Religion maintiennent des contacts avec la France et possèdent les moyens intellectuels d’en faire profiter les directions politiques. Ils forment le vivier informatif le plus riche.

78Cette émigration française se retrouve dans d’autres possessions du Roi Catholique, particulièrement dans le royaume de Naples où nos sources signalent fréquemment des soldats français enrôlés au service des Habsbourg. Les vice-rois les emploient à diverses reprises comme indicateurs.

  • 128 J. Mathorez, « Notes sur l’infiltration des Espagnols en France ».
  • 129 A. Cioranescu, Le masque et le visage, pp. 123-138.

79Malgré ses faiblesses démographiques face à la France « pleine » de la fin du XVIe siècle, la monarchie espagnole dispose d’une « cinquième colonne » à l’étranger. Certes, les Castillans et les Aragonais sont peu nombreux à émigrer volontairement vers les terres du Très-Chrétien, le rêve américain étant bien plus attractif et les salaires français trop peu élevés. Quelques ports accueillent toutefois des populations espagnoles, par exemple Bordeaux, Rouen, Dieppe et Nantes128. Alexandre Cioranescu signale des professeurs, des traducteurs d’espagnol et des gens de théâtre originaires de la Péninsule et résidant à Paris129. Cependant, les relations des diplomates avec les négociants, les artistes ou les traducteurs restent exceptionnelles. La difficulté de cerner les catégories employées en France par la Monarchie Catholique réside dans la distinction pratiquée à l’époque entre Espagnols de vieille souche, d’une part, et, d’autre part, marranes portugais et « nouveaux-chrétiens » espagnols. La majorité des négociants entretenant des contacts avec l’ambassade du Roi Catholique à Madrid sont liés à des réseaux commerciaux et familiaux disséminés dans toute l’Europe, notamment dans les Pays-Bas espagnols et dans les Provinces-Unies. Dans quelle mesure ce groupe travaille-t-il pour Madrid ? Quels intérêts particuliers ces négociants trouvent-ils dans une collaboration avec le pouvoir espagnol ? Comment entrent-ils en contact avec les agents de la Péninsule ?

80Dernier élément de l’immigration ibérique en France, l’ensemble des réfugiés qui, pour des motifs politiques, ont quitté la monarchie Habsbourg. Ce groupe rassemble principalement les Aragonais qui participèrent à la révolte de 1591, l’entourage d’Antonio Pérez et celui des héritiers d’Antonio, prieur de Crato et prétendant au trône portugais à partir de 1580. Employés par le roi de France, ces exilés sont également utilisés par l’Espagne, soumis à un chantage sur un possible retour « au pays », ou encore attirés par un double jeu aussi rémunérateur que dangereux.

81Si la comparaison entre les deux couronnes du point de vue du poids démographique et de la répartition des populations donne l’avantage au royaume de France, la couronne ibérique est cependant en position de supériorité car elle dispose d’un ensemble de groupes exilés, cosmopolites par obligation, encore attachés à la terre espagnole. Dans le domaine de la collecte de l’information et de l’espionnage, la facilité de recruter des agents constitue un atout essentiel. Seule une étude des réseaux français permettrait de savoir si la puissance démographique de la couronne de France compense le caractère multinational du renseignement espagnol.

III. - Aspects politiques

  • 130 C. Hermann, « Multinationale Habsbourg et universalisme chrétien », p. 37.

82Les caractères hétérogènes de la Monarchie Catholique transparaissent dans l’administration des différents territoires. Cependant trois éléments assurent sa cohésion, particulièrement dans le domaine de la politique étrangère : le souverain, le valido (premier ministre) et le Conseil d’État parfois aidés ou renseignés par les différents Conseils qui chapeautent ce vaste « holding130 » Habsbourg. D’autres intervenants participent, directement ou indirectement, à l’élaboration de cette politique – c’est le cas des Cortes, des vice-rois et des gouverneurs –, mais ils ne possèdent pas de poids suffisant à l’échelle de l’Empire espagnol, leur autorité se limitant à certains territoires.

Les monarques de madrid

  • 131 Pour les analyses traditionnelles, voir É. Rott, « Philippe III et le duc de Lerma » ; Ciríaco Pére (...)

83Les trente-sept années de la période 1598-1635 se partagent entre les règnes de Philippe III (1598-1621) et de Philippe IV (1621-1665). Qualifiés par les historiens espagnols d’« austrias menores » (« Autrichiens mineurs ») par opposition à ces « austrias mayores » que sont Charles Quint (Charles Ier de Castille) et Philippe II, ces souverains sont depuis une quinzaine d’années l’objet d’un renouveau d’intérêt. La longue tradition consistant à ne voir dans le déclin de la puissance espagnole que le résultat de la paresse, de la débilité et de la bigoterie de ces « rois fainéants » s’efface de nos jours et fait place à des analyses historiques plus complexes131.

84En septembre 1598, Philippe III succède à son père. Jeune homme de vingt ans sans expérience du pouvoir, le nouveau souverain se révèle intransigeant dans deux domaines : son amour-propre, assimilé à la fonction royale, et la dévotion catholique. Aimant les voyages, bon cavalier et chasseur habile, Philippe III est toujours en mouvement. Grand joueur, il perd des sommes importantes. Ce portrait du monarque correspond à celui du mode de vie nobiliaire idéal : chasse, équitation, jeu, prodigalité. À la chute de son valido le duc de Lerma, alors qu’il a quarante ans, le monarque réduit ses dépenses. L’âge et les conséquences physiques d’une riche alimentation réduisent ses plaisirs. Les frais d’entretien de sa maison retrouvent alors un niveau semblable à celui de Philippe II, mais sa réputation reste entachée de prodigalité à mesure que le pays entier s’enfonce dans la tourmente économique.

85Son père avait préparé son mariage avec la fille de l’archiduc Charles (fils de Maximilien Ier), Marguerite de Habsbourg. Prévue depuis le testament de 1594, cette alliance matrimoniale rompt avec la tradition de sceller les grands traités de paix par un accord de mariage (à cet égard, la paix de Vervins n’entraîne aucune union dynastique) et prolonge la politique familiale d’union entre les deux branches Habsbourg. Jusqu’à sa mort en 1611, Marguerite incarne la persistance du parti autrichien à la Cour, parti renforcé jusqu’en 1603 par la présence à Madrid de l’impératrice María (épouse de Maximilien II et fille de Charles Quint, et donc grand-mère et tante du nouveau souverain). Les relations du couple royal, l’attitude du roi et de la reine forment un modèle de vie conjugale.

  • 132 Seuls son favori et les contingences financières l’en ont dissuadé ; voir B. J. García García, Paz, (...)
  • 133 R. Martorell Téllez Girón, Cartas de Felipe III a su hija Ana, reina de Francia.

86Dans le domaine politique, la pratique de Philippe III apparaît à peu près inexistante, son père l’ayant tenu à l’écart du gouvernement. La sévérité de l’éducation reçue de Philippe II, son vieux père, totalement absorbé par les papiers d’État, n’engage pas le jeune souverain à s’intéresser aux affaires malgré le désir qu’il exprime en 1601 de prendre la direction d’une intervention en Italie à la veille de la guerre franco-savoyarde132. Par la suite, il préfère se décharger de ces questions sur son valido. Quelle part prend-il aux décisions politiques ? Le mode de relation orale (« a boca ») entre le roi et son premier ministre interdit une distinction précise entre les volontés du monarque et celles de son favori. Il est sûr que Philippe III approuve la politique pacifiste et voudrait s’inscrire dans le mouvement de restauración auquel aspirent les Cortes et les arbitristes à l’aube de son règne : sinon, comment comprendre hors de la volonté royale les désengagements italien et flamand ou les mariages franco-espagnols de 1615 ? Cette dernière alliance correspond parfaitement à la personnalité du roi. Profondément attaché à sa fille Anne133, Philippe III espère que cette union avec le souverain français établira une concorde permettant à la religion et à l’Empire espagnol de s’épanouir. Elle témoigne aussi de la volonté réformatrice du souverain. La reprise des interventions extérieures, concomitante à la chute de Lerma en 1618, marque l’échec de ces ambitions. À la mort du roi, en 1621, l’espoir d’une restauración s’est déplacé vers la personne de l’héritier et trouve son débouché dans une autre politique, celle de l’intervention, de la reputación.

87Le prince des Asturies accède au trône dans un contexte totalement différent de celui de la fin du XVIe siècle. Si en 1598 Cortes et arbitristes souhaitaient des réformes se traduisant par un désengagement international après le long règne de Philippe II, en 1621 c’est à une politique de « restauration », d’intervention qu’aspirent les forces sociales. La crise économique et la réapparition des tensions internationales dès 1618 renforcent cette tendance.

88Profondément dévot comme son père et empreint de l’idée de la monarchie catholique, Philippe IV est pénétré de son devoir de conserver l’héritage qu’il a reçu. Les circonstances l’obligent d’abord, à partir de 1618, à renforcer une politique d’engagement militaire auprès de la branche cadette des Habsbourg de Vienne, puis à entreprendre une remobilisation de l’armée de Flandres à la suite de la reprise du conflit contre les Provinces-Unies, la plupart des dirigeants considérant la trêve de Douze Ans comme l’amorce d’un déclin dès avant l’accession du nouveau roi. Par un mouvement de balancier, le monarque espagnol passe de la réforme par la paix à la réforme par la guerre.

  • 134 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 31, étudiant la mer du N (...)

89Le choix d’un mentor, Olivares, ne signifie pas l’abdication totale de la volonté royale. Philippe IV suit les affaires, Ut, signe et parfois commente les consultas du Conseil d’État Son indolence légendaire n’est nullement reflétée par les documents que nous avons étudiés134. Comme sous le règne précédent, la plupart des décisions royales sont prises oralement, et la correspondance diplomatique conserve la trace des « dépêches et instructions » royales expédiées aux ambassadeurs, rédigées par un secrétaire et signées par le roi. La crainte de tomber en disgrâce éprouvée par Olivares à chaque maladie ou éloignement de la personne royale démontrent que le pouvoir effectif appartient bien à Philippe IV. Entre le roi et son valido existe une relation de confiance commencée sous Philippe III. Orphelin de mère depuis l’âge de six ans, marié à dix ans, le jeune souverain a seize ans en 1621, soit trois ans de moins que son épouse Élisabeth de France. Entouré des infants Carlos, Ferdinand et Maria (dix-sept, seize et quinze ans), le couple royal doit marquer un détachement obligatoire, lié à l’étiquette, envers la famille. Dans la tradition castillane des guerres civiles des XIVe et XVe siècles, le souverain se méfie des infants et de leur turbulence, tendance que favorise Olivares afin de conserver la faveur royale. Le roi confie le gouvernement des Pays-Bas à son frère le Cardinal-Infant, quitte à voir celui-ci s’auréoler des lauriers de la victoire de Nördlingen (1634).

90Jusqu’à la naissance du prince Baltasar Carlos, en septembre 1629, l’absence d’héritier fait peser une certaine précarité sur la couronne hispanique. Les fréquentes maladies de Philippe IV (tout autant que celles de son beau-frère Louis XIII) menacent à chaque moment la stabilité de la politique étrangère et le pouvoir du favori.

  • 135 G. Dethan, Gaston d’Orléans ; A. Van Der Essen, Le Cardinal-Infant et la politique européenne de l’ (...)
  • 136 J. H. Elliott, Richelieu et Olivares.

91Les ressemblances sont nombreuses entre les deux couronnes. Henri IV aussi bien que Philippe III adoptent une politique de « restauration » des finances plutôt que renouer avec les conflits anciens. Les grands moments sont en phase et coïncident de nouveau en 1617-1618, lorsque l’autorité des premiers ministres se trouve ébranlée : Concini est exécuté en avril 1617 tandis que Lerma est écarté en octobre 1618. En 1627, les deux beaux-frères sont malades. Richelieu et Olivares sentent leur emprise diminuée quand leurs souverains respectifs hésitent à les soutenir à la veille de leur engagement dans le conflit de Mantoue. À l’éloignement du Cardinal-Infant dans la vice-royauté de Catalogne puis aux Pays-Bas répondent les départs et les exils de Gaston d’Orléans135. Cependant, la similitude majeure entre les deux royaumes réside dans la présence aux affaires des deux « principaux ministres », le comte-duc d’Olivares et le cardinal-duc de Richelieu. Le premier assied son pouvoir entre 1622 et 1624, le second entre au Conseil en avril 1624 et en deviendra rapidement le rouage essentiel. La carrière du Comte-Duc prend fin en janvier 1643 avec sa disgrâce. Le Cardinal meurt un mois plus tôt, en décembre 1642136.

Les validos

  • 137 J. Bérenger, « Le problème du ministériat au XVIIe siècle ».

92Les trois principales monarchies européennes de la première moitié du XVIIe siècle présentent un fonctionnement proche, caractérisé par l’accaparement de l’autorité gouvernementale par un homme qui n’est pas le souverain mais auquel, cependant, le roi transmet tacitement une partie de son autorité. Après les gouvernements personnels d’Élisabeth 1re d’Angleterre, de Philippe II et d’Henri IV, appuyés sur des secrétaires d’État souvent d’origine roturière, on assiste à l’émergence des favoris137. Auprès de Marie de Médicis, Louis XIII, Anne d’Autriche ou Louis XIV, nous trouvons Concini, Luynes, Richelieu, Mazarin. En Espagne, Lerma, Uceda, Zúñiga (dans une moindre mesure), Olivares, Haro et Valenzuela remplissent la même fonction sous les règnes de Philippe III, Philippe IV et Charles II. Auprès de Jacques Ier et Charles Ier, Buckingham et Stafford incarnent aussi cet investissement royal. Ces points de ressemblance ne sont pas fortuits et répondent à un besoin commun des monarchies parvenues à un certain stade de leur existence.

93La théorie de « rois fainéants », incapables de diriger leur royaume, a été écartée par l’historiographie du XXe siècle. Il n’est pas possible d’envisager qu’au même moment, face à des exigences similaires, des souverains aussi différents que ceux d’Angleterre, de France et d’Espagne se soient laissé gouverner par des créatures simplement à cause de leur prétendue faiblesse morale.

  • 138 Roland Mousnier et Fritz Hartung, « Quelques problèmes concernant la monarchie absolue », dans Sior (...)

94Pour expliquer l’apparition des « principaux ministres », on a pu invoquer les exigences du développement des États modernes, dont la complexité croissante, inhérente à la démultiplication de la machine gouvernementale, aurait nécessité une division fonctionnelle des tâches entre le roi et son favori138. Le souverain, premier gentilhomme du royaume, remplirait les fonctions de représentation du pouvoir et prolongerait les activités propres au pouvoir royal à un moment où la Cour devient le centre de la vie politique, tandis que le second s’occuperait des affaires et des papiers. Leur coordination passerait par leurs échanges et par le renouvellement régulier de la confiance du monarque au favori.

  • 139 F. Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española del siglo XVII, pp. 61-62.
  • 140 F. Barrios, El Consejo de Estado de la monarquía española, p. 115.

95L’assassinat d’Henri IV ouvre la porte du Conseil à la grande aristocratie des Condé, Épernon, Soissons. À cette intrusion de la grande noblesse dans les institutions dirigeantes françaises à partir de 1611 correspondrait en Espagne une « reféodalisation » des sphères de pouvoir commençant avec l’avènement de Philippe III. La grande aristocratie des nobles titrés (títulos) et des grands (grandes) « relègue les membres non nobles de la classe dirigeante à des niveaux inférieurs de l’administration royale ou dans la sphère139 ». Les différents Conseils se peuplent de nobles qui participent dorénavant à l’élaboration de la politique royale140.

  • 141 B. Yun Casalilla, « La situación económica de la aristocracia castellana durante los reinados de Fe (...)
  • 142 Le gouvernement de la reine mère affronte ces réclamations des princes. Les états généraux de 1614 (...)

96Ce processus de direction par un valido entouré de la grande noblesse pourrait être interprété comme la recherche de nouveaux revenus de la part d’une aristocratie dont les ressources seigneuriales diminuent141. La grâce et le patronage royal permettraient de compenser ces pertes financières grâce à une association politique de la monarchie et de son aristocratie. Nous retrouvons cette irruption de la grande noblesse dans la vie politique française, tant par ses revendications de participation à la direction de l’État que par son désir d’accaparer les charges142.

  • 143 H. Duccini, Concini, pp. 13-14.
  • 144 F. Benigno, La sombra del rey, p. 23 et analyse du cas du duc d’Osuna, vice-roi de Sicile et Naples (...)

97Cette lecture du « principal ministre » en tant qu’institution a l’avantage de souligner le déséquilibre social qui affecte les sociétés espagnole, française et anglaise au XVIIe siècle. La limite du système réside en effet dans les conflits internes à la noblesse pour la participation au pouvoir. Luynes, Richelieu, Buckingham et Lerma n’appartiennent pas à la grande noblesse, et celle de Concini était mise en doute au XVIIe siècle143. Ces « principaux ministres » voient se dresser certaines factions contre leur politique, à cause même de leur prétention au monopole de la distribution des grâces royales. L’analyse du valimiento en termes de lutte, de décomposition et recomposition de factions, menées afin de partager le bénéfice des charges gouvernementales, tente de faire la synthèse entre cette « aristocratisation » du pouvoir et le besoin d’une protection de la personne royale. Le valido éviterait au souverain d’être personnellement exposé à la contestation nobiliaire144. Ainsi, cette institution peut être interprétée comme une réponse à la « crise de la noblesse européenne », avant la domestication de celle-ci par des pouvoirs absolutistes.

  • 145 R. Mousnier, L’homme en rouge.
  • 146 H. Duccini, Concini, p. 104 : « Avant Richelieu, et, très vite, avec lui, les Concini ont voulu met (...)

98L’idée d’un premier ministre comme moment de la marche vers l’absolutisme est évoquée traditionnellement en France, là où l’État devient par la suite le plus fort. Son étendard est Richelieu, son programme, le Testament politique du Cardinal145. On y cherche un modèle146, quitte à faire de l’histoire-fiction, à penser le passé en référence à un devenir connu des historiens.

99Dans le dédale des clientèles et des réseaux de fidélité nobiliaire, la structure de chaque monarchie, dépourvue d’un État réellement constitué, fait appel à un valido dont les appuis, au gré de la conjoncture et des équilibres nationaux et internationaux, se modifient, s’affirment ou se délitent. Le fondement du ministériat réside dans la délégation de pouvoir consentie par le roi, délégation fondée sur une affection d’homme à homme dans le cas de Lerma et Philippe III ou dans celui d’Olivares et Philippe IV, ou sur la reconnaissance des vertus pour Richelieu et Louis XIII.

  • 147 C. Pérez Bustamante, La España de Felipe III, p. 63.
  • 148 Le nouveau duc pratique de larges alliances matrimoniales : sa fille aînée épouse l’héritier de la (...)

100Les deux validos espagnols accaparent, avant même leur accession au trône, la confiance de souverains jeunes, isolés des sphères de décision par leur père. Lerma (marquis de Denia jusqu’en 1599) obtient rapidement les changements désirés ; « une pluie de gratifications147 » tombe sur le favori – grand écuyer, grand chambellan du roi, duc de Lerma en 1599, comendador mayor de Castille de l’ordre de Saint-Jacques, etc. – et lui fournit prestige et finances pour asseoir sa domination et créer une véritable clientèle que des alliances matrimoniales complètent148.

  • 149 F. Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española del siglo XVII, pp. 81-82. Le duc d’Uceda (...)

101Il n’est pas besoin d’insister sur la personnalité d’Olivares, largement connue depuis les travaux de Gregorio Marañón et de John H. Elliott Néanmoins son ascension, à la différence de celle de Lerma, est le fruit d’un parcours difficile, durant lequel la monarchie ne possède plus vraiment de valido. Les divisions de l’entourage de Lerma pénètrent à l’intérieur même de sa famille, son fils, Uceda, s’opposant à son gendre, le comte de Lemos. Les contradictions de ce clan, avivées par les pratiques des secrétaires (d’abord Pedro de Franqueza, puis Rodrigo Calderón), débouchent sur la formation de regroupements entre diverses sensibilités et sur l’éclatement du parti dominant. Enfin, les désistements de certains de ses proches qui s’affranchissent de leur protecteur, tel Luis de Aliaga, d’abord confesseur de Lerma puis confesseur du roi à partir de 1608, sont les signes d’une fatigue du pouvoir et de son incapacité à faire face à certains problèmes. Déjà miné par la chute de Pedro de Franqueza en 1607, Lerma réussit pourtant à se maintenir encore dix ans au pouvoir, sa domination ne prenant fin qu’en 1618. Le duc d’Uceda remplace son père, mais avec une autorité limitée par la volonté royale149 et par la présence au Conseil d’État de fortes personnalités, Baltasar de Zúñiga et Luis de Aliaga. En février 1619, l’arrestation de Rodrigo Calderón ruine l’ancien parti de Lerma, même si ce dernier est protégé par la pourpre cardinalice obtenue en 1618.

  • 150 J. H. Elliott, Olivares, p. 54.

102L’habileté de Zúñiga favorise la mise en orbite de son neveu. En 1621, à l’avènement de Philippe IV, Olivares occupe la place de gentilhomme de la chambre du prince des Asturies. Le jour même de la mort de Philippe III, les clés et les papiers importants passent des mains d’Uceda à celles de Zúñiga150. En 1624, la disparition de ce dernier laisse Olivares disposer seul de la confiance du roi.

103Les directions de Zúñiga et d’Uceda représentent des moments de transition, aussi bien en termes de suprématie d’un clan nobiliaire que de choix politiques. Pour cette raison, ils n’exercent pas au sens propre de valimiento, mais dirigent avec le Conseil d’État.

La polysynodie : une direction politique collégiale ?

  • 151 Ces papiers de la série Estado incluent des éléments provenant de juntes ad hoc, des lettres émanan (...)

104Notre documentation est constituée principalement des missives de représentants de la Monarchie Catholique se trouvant hors d’Espagne, de leur analyse par les consultas du Conseil d’État et des « dépêches et instructions » du roi à ses agents151. Notre vision se trouve ainsi déformée par le prisme du Conseil d’État et par celui des diplomates.

  • 152 Que l’agent envoie une lettre courte, n’abordant qu’un thème, ou une seule lettre assez longue, com (...)

105La forme stricte, organisée, de ces documents persiste tout au long des trente-sept années étudiées. Les correspondances présentent aux autorités les problèmes rencontrés, relatent les principaux faits advenus et les décisions prises au cours de la mission. Plaintes, demandes de secours financiers ou de compléments d’informations sont adressées au Conseil d’État, aux secrétaires d’État et au valido152.

  • 153 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 425 ; on peut voir le duc de Lerma participer à diver (...)
  • 154 Par exemple : AGS, K, 1603, billet du duc de Lerma (Valladolid, 26 août 1600) aux membres du Consei (...)

106La lecture successive de ces documents laisse penser à une forme de prise de décision collégiale. Les conseillers d’État interviennent tour à tour sur les différents points évoqués, exprimant successivement leurs opinions. La présence du valido est variable. Patrick Williams, à partir d’un document des archives, relève que Lerma ne participe qu’à vingt-deux des sept cent trente-neuf réunions du Conseil d’État tenues entre 1610 et 1618, ajoutant que ces participations ont peut-être lieu en vue de décisions cruciales153. En parcourant les archives d’État, on peut noter que le favori intervient de trois manières. Tout d’abord, il envoie une quantité considérable de notes et lettres, tant aux secrétaires d’État qu’aux présidents des différents Conseils, qui souvent lui répondent personnellement, même si les lettres sont ensuite étudiées par le Conseil d’État. D’autre part, Lerma donne des instructions aux conseillers sous la forme de messages et de billets154. Enfin, le valido participe tout de même à certaines sessions du Conseil d’État. Olivares agit de la même manière et ses remarques sont souvent plus longues que celles des autres conseillers, mais cela ne constitue pas une règle. En un mot, au terme de ce survol de la correspondance et des consultas, nous trouvons une situation bien différente de l’image traditionnelle d’un valido omnipotent imposant ses vues à ses collègues, car il existe effectivement des discussions. Certes, le valido dispose de moyens que ne possèdent pas les autres conseillers, mais la seule lecture des consultas ne permet pas toujours de cerner les éléments de la lutte pour le pouvoir. Cette partie du combat politique demeure cachée derrière l’écran des débats du Conseil.

  • 155 F. Barrios, El Consejo de Estado de la monarquía española, p. 113 : « Sous les “Austrias menores”, (...)
  • 156 Le cas fréquent d’agents travaillant depuis l’Italie pour l’Espagne et donnant des informations sur (...)

107Avec Philippe III, le Conseil d’État retrouve une primauté qu’il avait perdue à la fin du règne de Philippe II155. Une politique d’épuration élimine une grande partie des conseillers de l’ancien souverain et ouvre le Conseil à de nouveaux membres. Enfin, le Conseil d’État est réorganisé, ses réunions se régularisent. Les attributions de cette institution sont celles de la « grande politique », celles des relations internationales, des traités, des alliances matrimoniales, des nominations aux postes majeurs. Seul le roi décide, mais le Conseil débat de la guerre ou de la paix, de la protection des frontières. À ce titre, il reçoit les avis des ambassadeurs. Il se plonge aussi dans les « guerres souterraines », étudiant les rapports d’indicateurs ou de mouchards afin d’orienter la politique de la Monarchie, et décide des suites à donner aux offres de service de tout niveau156.

  • 157 Jon Arrieta Alberdi, El Consejo Supremo de la Corona de Aragón (1494 1707), Saragosse, Institución (...)
  • 158 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne, affirme « le traitement de ses me (...)
  • 159 Manuel Rivero Rodríguez, El Consejo de Italia y el gobierno de los dominios italianos de la monarqu (...)
  • 160 Les conseillers d’État sont membres de droit du Conseil de Guerre. Les études sur ce Conseil sont p (...)

108La limite du pouvoir de ce Conseil est celle qui est imposée par le roi. Les autres Conseils dirigeant la Monarchie sont normalement soumis à celui-ci. Une navette les relie au Conseil d’État, qui dicte les décisions communes de la Couronne et nomme les responsables principaux dans les territoires (vice-rois, gouverneurs et autres offices importants, selon les coutumes de chaque possession). Les Conseils territoriaux (Conseil des Indes, d’Italie, d’Aragon157, de Castille158, des Flandres, du Portugal) pourvoient aux offices locaux de justice, de finance, au commandement des places d’armes et aux bénéfices ecclésiastiques159. Ils ont des compétences variables en matière de justice, selon les lois particulières de chaque possession. Lorsqu’une affaire d’État (entretien d’espions, menace ou conspiration contre une place ou une frontière, etc.) arrive à leur connaissance (ou à celle des vice-rois ou des gouverneurs), ils en informent le Conseil d’État qui en retour peut demander un complément d’information. Ces échanges se produisent fréquemment avec certains Conseils généraux, dont le Conseil de la Suprema (d’Inquisition), le Conseil des Finances (Hacienda) et le Conseil de Guerre160. Du point de vue des relations internationales, les rapports avec le Conseil des Finances peuvent être problématiques à cause de l’inefficacité de nombreuses demandes de subsides ou d’aides financières aux diplomates et aux indicateurs formulées par le Conseil d’État.

  • 161 J. H. Elliott, Olivares, pp. 403-404.

109Le maniement de ces différents Conseils, leur coordination, le contrôle de leurs membres et des secrétaires alourdissent le fonctionnement d’une monarchie dirigée depuis Madrid. Cette pesanteur est peut-être accentuée par l’origine du recrutement de ses membres. Én effet, celle-ci s’uniformise car la plupart des conseillers proviennent de la péninsule Ibérique et plus particulièrement de Castille, sauf pour quelques Conseils territoriaux qui ont leur propre équilibre interne en terme de nationalité. Cette homogénéisation « nationale » du personnel dirigeant a pu entraîner des difficultés accrues pour comprendre les réalités qu’affrontent les autres possessions du Roi Catholique. Est-ce parce qu’Ambrosio Spinola est génois et vit depuis plus de deux décennies en Flandres qu’il s’oppose à la volonté d’Olivares d’intervenir dans la guerre de Mantoue161 ? Dans les cercles dirigeants de la Monarchie Catholique, la diversité des nationalités de l’Empire va en se réduisant tout au long du XVIe siècle ; sous Philippe III et Philippe IV, la présence de non-Espagnols est rare, voire exceptionnelle.

  • 162 F. Barrios, El Consejo de Estado de la monarquía española, p. 124 ; Dolores M. Sánchez, El deber de (...)
  • 163 La junte en question avait été constituée pour étudier les représailles à exercer à la suite de la (...)

110Pour gérer leur immense empire, Charles Quint puis Philippe II avaient eu recours à la création de commissions temporaires, formées d’éléments choisis par le roi, afin d’accélérer certaines décisions et d’éviter le passage par les multiples Conseils. Leurs successeurs développent cette méthode. Si Philippe III rehausse le prestige du Conseil d’État en l’ouvrant à la grande aristocratie, il convoque en même temps des juntes pour améliorer la maniabilité des affaires, telles les juntes de desempeño pour les finances. Parmi la masse des documents que nous avons étudiés, nombreux sont ceux qui proviennent de ces juntes ; cette tendance à « court-circuiter » le principal Conseil de la Monarchie atteint son apogée sous Olivares162. Les affaires secrètes sont parfois analysées par ces organismes temporaires, auxquels le valido participe fréquemment Une junte constituée en 1625 pour traiter d’un litige maritime fonctionne pendant au moins deux ans163.

  • 164 AGS, K, 1473, ffos 177-178 ; AGS, K, 1474, f° 3.
  • 165 AGS, K, 1479, f° 52 (18 janvier 1623).

111En dépit, ou à cause, de cette organisation complexe, territoriale, thématique et ad hoc, l’efficacité administrative espagnole n’apparaît pas toujours satisfaisante aux yeux des ambassadeurs. Des réclamations remontent au Conseil ou à ses secrétaires à propos des faiblesses de la direction politique : « Il y a tant de jours que je n’ai pas reçu de lettres d’Espagne que je confesse être dans la plus grande solitude du monde », écrit Monteleón, l’ambassadeur à Paris, au secrétaire Ciriza à la fin de l’année 1617, grief qu’il renouvelle le 4 janvier 1618164. Le marquis de Mirabel exprimera les mêmes doléances cinq ans plus tard165.

112Le centre décisionnel castillan est une grande machine bureaucratique à produire des avis, des consultas, à multiplier les commissions, les juntes... Il se doit pourtant d’être opérationnel pour gérer ses gigantesques possessions, maintenir la réputation du Roi Catholique, éviter la dispersion du legs patrimonial et interdire aux États concurrents de pénétrer dans ses sphères d’influence.

Notes

1 Porto Ercole, Orbetello, Talamone, Porto San Stefano, Ansedonia, Porto Longone avec l’île d’Elbe, et Piombino.

2 Brabant, Artois, Flandres, Hainaut, Limbourg, Namur, Malines, Luxembourg, Utrecht, Hollande, Zélande, Overijssel, Groningue, Frise, Zutfen, Drenthe et Gueldre.

3 J. H. Elliott, Olivares, note à propos de la notion d’État : « Le mot lui-même était singulièrement inapplicable à la monarchie espagnole, composée d’une multitude de territoires » (p. 216).

4 « Les pays de par-deçà” sont alors les Pays-Bas, appelés encore pays d’embas. L’[expression] pays de par-delà” désigne la Franche-Comté de Bourgogne ou comté de Bourgogne. Depuis que le duché de Bourgogne a perdu son indépendance, la Comté est l’héritière du nom de Bourgogne et, dans la langue du temps, les Bourguignons [sont en fait] les Comtois » (J.-F. Solnon, Quand la Franche-Comté était espagnole, p. 300, n. 218).

5 Deux semaines de route étaient nécessaires pour acheminer une lettre depuis Madrid jusqu’à Dôle (ibid., p. 23).

6 Lucien Febvre, Philippe II et la Franche-Comté. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, Paris, Honoré Champion, 1911.

7 Cette situation géopolitique singulière est confirmée par François Pernot, La Franche-Comté espagnole (XVIe-XVIIe siècles) à travers les archives de Simancas. Une autre histoire des Francs-Comtois et de leurs relations avec l’Espagne (de 1493 à 1678), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2003.

8 AGS, K, 1452, Philippe III à Cárdenas (22 mai 1610), s. d.

9 H. Borel, « La Franche-Comté sous les Archiducs », qualifie ce type de traité de « neutralité garantie » et montre son déclin pour la Franche-Comté à l’approche de l’année 1635. Par ailleurs, ce même article dte un auteur qui préfère le qualificatif de neutralité « territoriale-locale » (M. Lameire, dans une thèse intitulée La neutralité territoriale-locale [1892]).

10 Employée par P. Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía.

11 Au XVIIe siècle, cette expression était couramment employée dans la monarchie hispanique pour désigner le roi d’Espagne.

12 Voir F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. II, p. 171. Traitant des isthmes, l’auteur s’interroge : « L’Espagne, est-ce tout à fait l’Europe ? »

13 Ibid., t. II, p. 191.

14 Ibid., t. II, p 197 ; Charles-André Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 1964-1966 (2 vol.), t. II (1966), pp. 250-289.

15 « Le concours de Philippe II à la guerre de Corse a toujours été lié à une considération négative : pour lui, il s’agissait moins de tirer la République [de Gênes] de l’embarras que d’empêcher Sampiero, soit d’offrir aux musulmans un point d’appui dans l’île, soit de sonder les ambitions de quelque prince chrétien » (René Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse [1559-1569], Paris, A. Picard, 1963, p. 268).

16 Arrivant en Catalogne, Barthélémy Joly note : « Le long des costes il y a toujours des guettes, atalayas, gardées jour et nuict. Tous les soirs chacun faict son feu : quand il y en a deux, c’est signe de Mores » (Voyage de Barthélemy Joly en Espagne, éd. L. Barrau-Dihigo, p. 505).

17 L. A. Ribot García, « Milán, plaza de armas de la Monarquía ».

18 R. Quatrefages, Los tercios.

19 Le Mercure françois, t. X (1623), pp. 27-29.

20 C. Pérez Bustamante, « El dominio adriático y la política española en los comienzos del siglo XVII ».

21 G. Parker, El ejército de Flandes y el camino español, pp. 89-145.

22 É. Rott, Henri IV, les Suisses et la Haute-Italie.

23 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte. Étudiant l’espace économique et militaire de la mer du Nord et les enjeux qu’il représentait pour la couronne espagnole, l’auteur constate (p. 130) : « En mi trabajo, Francia aparece relegada a un discreto segundo plano, porque no otra cosa me ha parecido encontrar en los archivos y porque la guerra franco-española que se desencadena desde 1635 manifiesta horizontes de campanario europeo en un conflicto que para España tenía sabores marineros y resonancias planetarias. » Si la France compte aussi peu dans la politique septentrionale de l’Espagne, il est aussi vrai que, selon les documents étudiés, l’espace géopolitique de la mer du Nord ne possède pas de dimension propre dans les relations bilatérales.

24 Sur les politiques d’Olivares dans la Manche et la mer du Nord, et particulièrement sur l’Almirantazgo del Norte, voir A Domínguez Ortiz, « Guerra económica y comercio extranjero en el reinado de Felipe IV » ; et R. Ródenas Vilar, « Un gran proyecto anti-holandés en tiempos de Felipe IV ».

25 L. Tobío Fernández, Gondomary los católicos ingleses.

26 Philippe Contamine (coord.), Des origines à 1715, t. I d’André Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Presses Universitaires de France, 1992 (000 vol), p. 338.

27 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, pp. 326-354 ; J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mardel Norte, pp. 91-97 ; et E. J, B. Allen, Post and Courier Service in the Diplomacy of Early Modern Europe, pp. 53-73.

28 AGS, K, 1593, f° 22, Conseil d’État du 24 mai 1610.

29 AGS, K, 1613, Conseil d’État du 10 mai 1617.

30 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, p. 339.

31 S. de La Bouillerie, Un ami de Henri IV.

32 E. Vaillé, De Louis XI à la création de la Surintendance générale des postes, p. 295.

33 Lettres inédites de Sully à Henri IV et à Villeroy, éd. B. Barbiche et D. Buisseret, p. 97, n. 8.

34 En Espagne, la charge de correo mayor est créée à la fin du XVe siècle. Sous les règnes de Philippe le Beau et de Charles Quint, la famille Tassis concentre la responsabilité de l’organisation des postes dans le Saint-Empire, dans les États pontificaux, puis en Espagne. Le correo mayor disposait du monopole des postes et du droit de louer ou vendre des relais, ce qui l’opposait souvent aux villes ; voir María Montáñez Matilla, El correo en la España de los Austrias, Madrid, CSIC, 1953, pp. 34-35 et 65-67.

35 E. Vaillé, De Louis XI à la création de la Surintendance générale des postes, p. 293 ; Lettres inédites d’Henri IV à Monsieur de Béthune, éd. E. Halphen, pp. 26-28.

36 AGS, Secretarios Provinciales, 78.

37 AGS, E, 1434, f° 28, l’ambassadeur Vivas (Gênes, 3 avril 1607) ; la Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo, éd. B. Barbiche, p. 259, montre la gêne occasionnée au même moment pour les communications entre le nonce à Madrid et le pape.

38 Les Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd. P.-P. Laffleur de Kermaingant, pp. 21-23 et 40, reproduisent les lettres d’été 1600 d’Henri IV informant son ambassadeur sur ses refus réitérés de laisser transiter les courriers espagnols par le Languedoc et sur les mesures prises à leur encontre.

39 D. Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t, IV, p. 569, reproduit une lettre cynique de Richelieu à Bouthillier fils à propos de l’arrestation d’un courrier parti de Bruxelles à destination de Milan : « Il faut user, à mon advis, des lettres de l’homme qui a esté arresté à Mézières civilement, c’est-à-dire les faire passer par les mains de R[o]ssignol [le déchifffeur du cabinet du Cardinal], pour voir s’il y a quelque chose d’important dedans, pour après les rendre ou ne les rendre pas, selon qu’on l’estimera à propos » (4 juin 1634).

40 AGS, K, 1417, f° 23, précis de la correspondance de Benavente du 3 au 22 mai 1634 ; D. Nord-Man, « Sauf-conduits et passeports en France à la Renaissance ».

41 AGS, K, 1460, Baltasar de Zúñiga au roi (7 avril 1605).

42 AGS, K, 1417, f° II, comptes du marquis de Mirabel de 1620 à 1631 ; AGS, K, 1417, précis de la correspondance de Benavente du 22 mai 1634.

43 AGS, K, 1464, f° 22, lettre de Cárdenas au roi (20 janvier 1611).

44 Par exemple, en 1634, le secrétaire d’État espagnol pour les affaires italiennes transmet il Andrés de Rozas, son homologue pour les affaires du Nord, une demande du Cardinal-Infant d’exercer des pressions sur la France pour qu’elle cesse les arrestations de nombreux courriers (AGS, K, 1417, f° 19).

45 Sur ces itinéraires, voir dans E. J. B. Allen, Post and Courier Service in the Diplomacy of Early Modern Europe, les cartes des pp. 59, 61 et 64.

46 AGS, E, 1431, f° 282, Vivas au roi (2 janvier 1602), Des commerçants étaient parfois employés pour acheminer un courrier, comme le fit en 1600 l’ambassadeur La Rochepot ; voir les Lettres d’Henri IV au comte de La Rochepot, éd.P.-P. Laffleur de Kermaingant, p. 12 (lettre du 27 juillet 1600).

47 Nous utilisons volontairement l’hispanisme confident (au lieu de sa traduction française : indicateur ou espion) de façon à insister sur le caractère clandestin de ces personnages et sur les liens de fidélité et de confiance qui caractérisent la relation éminemment ambiguë entre l’indicateur et son maître.

48 AGS, E, 3591, f° 193, Melo, ambassadeur à Gênes, au roi (14 juin 1633) sur l’interdiction faite en France de transporter du courrier.

49 AGS, E, 1916, f° 174, le marquis de Castañeda (Gênes, 16 janvier 1624).

50 AGS, E, 1097, f° 53, le comte de Lemos au roi (fin 1601).

51 AGS, K, 1601, Tassis au roi (21 août 1601) ; AGS, K, 1452, f° 81, Conseil d’État du 25 mars 1623 ; AGS,K, 1433, f° 93, Conseil d’État du 2 mai 1626 ; AGS, K, 1440, f° 13, Conseil d’État du 8 avril 1630 : l’obligation d’être muni d’un passeport « es nuev[a] y poco decente » et il faut la faire supprimer avant qu’elle ne passe en habitude ; etc.

52 AGS, K, 1460, Baltasar de Zúñiga au roi (8 décembre 1605).

53 AGS, K, 1426, f° 94, Conseil d’État du 6 mars 1607.

54 AGS, K, 1417, f° 58, Conseil d’État du 13 janvier 1635 3 voir aussi f° 54.

55 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe IV, p. 124, doc 399 : Emmanuel (ou Manuel) Sueyro, marrane portugais responsable des renseignements aux Pays-Bas espagnols, explique à Philippe IV comment il parvient à expédier des courriers à Paris comme s’ils étaient des gens d’affaires (source : AGS, E, 2313).

56 Cette pratique du correo mayor d’Irún est confirmée pour le règne de Philippe II (Valentín Vázquez de Prada, « La embajada española en Francia en la época de Felipe II », dans Pablo Fernández Albaladejo, José Martínez Millán et Virgilio Crespo [coord.], Política, religión e Inquisición en la España moderna. Homenaje a Joaquín Pérez Villanueva, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1996, pp. 670-690).

57 AGS, E, 707 (Allemagne), ffos 268-269.

58 AGS, K, 1460 (22avril 1607).

59 AGS, K, 1478, f° 168, lettre d’Arbelays à Ciriza (28 décembre 1621).

60 AGS, Consejos y Juntas de Hacienda, 475, f° 22, 1607.

61 Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Gallimard, 1998.

62 G. Zeller, « Histoire d’une idée fausse », p. 91.

63 Toul, Metz et Verdun, villes impériales, furent annexées en 1552 par Henri II.

64 J.-F. Soulet, La vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime, p. 77.

65 Cet état de choses se manifeste par l’existence, à des échelles diverses, de structures englobant les « États » et regroupant les populations de divers souverains. Éloignés des centres des pouvoirs français et espagnol à cause de voies de communication plus que médiocres et d’un relief qui compartimente ces régions, les habitants des Pyrénées appartiennent d’abord à des communautés villageoises, puis à des associations de communautés propres aux pays de montagnes. Nées en partie de l’organisation des pâturages, ces associations peuvent négocier lors de conflits de répartition de terres, comme ce fut le cas entre Baïgorry et les vallées espagnoles à propos des Aldudes. La fragmentation des vallées conduit à considérer le voisin comme un étranger, et les rivalités mènent à des violences et à des vols de troupeaux entre les différentes communautés françaises ou espagnoles. Les traités de « lies et passeries » conclus entre certaines associations des deux versants permettent de parler de « véritable fédération pyrénéenne entre les royaumes de France et d’Espagne » (J.-F. Soulet, La vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime, p. 53). Le traité de « lies et passeries » de 1514 entre les vallées béarnaises et les vallées d’Aragon amène les assemblées à jurer de rester en dehors de toutes les guerres entre les deux États. « Conserver la paix restait finalement le mobile essentiel de ces traités. La portion de territoire où ils étaient appliqués était appelée patzaria ("le pays où règne la paix") et ses habitants, les patzers ("les hommes de paix") », [ibid., p. 61].

66 Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le XVIIe siècle, Paris, Belin, 1996 ; Christian Bourret, Les Pyrénées centrales du XIe siècle au milieu du XIXe siècle. Espaces, pouvoirs et relations privilégiées dans une zone frontière de montagne, thèse soutenue en 1991 À l’université Paris VII ; A. Hugon, « La frontière pyrénéenne pendant l’Ancien Régime ».

67 J. Reglà, El bandolerisme català del barroc.

68 G. Colas Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 192. Sur les attaques conjointes de bandits et de protestants dans le diocèse d’Urgel dans les années 1580, voir E. Serraima Cirici, « Hugonotes y bandidos en el Pirineo catalán » ; J. Contreras, « Inquisiteurs, morisques et brigands » ; et P. Sánchez, « Senyors de la muntanya i hugonots a les alterations d’Aragó ».

69 G. Marañón, Antonio Pérez, t. II, p. 160.

70 G. Colás Latorre et J. A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 199 ; C. J. Carnicer García et J. Marcos Rivas, Sebastián de Arbizu, espía de Felipe II.

71 J. Contreras, « Bandolerismo y fueros ».

72 J.-B.-H. Capefigue, La Ligue et Henri IV, p.296.

73 Il s’agit de Juan, fils de Felipe, à ne pas confondre avec son parent Juan de Bardaxi, seigneur d’Aldeanueva, qui dépend de lui (J. Contreras, « Bandolerismo y fueros », pp. 68 sqq.).

74 AGS, K, 1606, ffos 176 (7 janvier 1604) et 177.

75 Les ducs d’Albuquerque (1616-1619) et d’Alcalá (1619-1622) mènent pendant leur vice-royauté une lutte acharnée contre la délinquance spécifique à la Catalogne ; voir J. Reglà, El bandolerisme català del barroc, pp. 148-162.

76 Voyage de Barthélemy Joly en Espagne, éd. L. Barrau-Dihigo, p. 462.

77 Sur la spécificité de Cambrai, voir José Javier Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai, El consenso del pueblo. La soberanía entre la práctica y la teoría política (1595-1677), Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1999,

78 H. Lonchay, J. Cuvelier et J. Lefèvre, Précis de la correspondance de Philippe III, p. 210, doc. 458 (source : AGS, E, 2024).

79 Le duc François de Lesdiguières sera fréquemment évoqué dans le présent ouvrage, notamment aux chapitres II (« Le miroir espagnol des relations internationales », p. 73) et VII (« Des princes à la recherche du fil d’Ariane », p. 329).

80 Anne Blanchard, « Vers la ceinture de fer, milieu du XVIe ». - début du XVIIe siècle », dans Philippe Contamine (coord.), Des origines à 1715, t. I (1992) d’André Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Presses Universitaires de France, 1992-1994 (4 vol.), p. 467.

81 G. Colás Latorre et A. Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI, p. 198.

82 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, pp. 433-491 ; Pierre Deyon et Jean Jacquart (coord.), Les hésitations de la croissance (1580-1730), t. II de Pierre Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde, Paris, Armand Colin, 1978, pp. 109-289.

83 J. Cornette, « Le “point d’Archimède” » ; F. Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, pp. 19-74.

84 B, J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, p. 398.

85 Ibid., p. 446.

86 Ibid., p. 381.

87 M. Giannini, « Monarchia Cattolica e Stato di Milano nella visita general di don Felipe de Haro » ; M. Peytavin, « Le calendrier de l’administrateur » ; Ead., Visite et gouvernement dans le royaume de Naples (XVIe-XVIIe siècles), Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (24), 2003.

88 Giovanni Muto, Le finanze pubbliche napoletane tra Rifarme e Restaumzione (1520-1634), Naples, Edizioni Scientifiche Italiano, 1980, pp. 91-103.

89 B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, pp. 371-399-

90 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, Razóny crisis de la política exterior de España en el reinado de Felipe IV, p. 24, affirme que la fréquence de ces passages a quadruplé entre 1600 et 1635.

91 Par exemple le déclin de la construction navale ; voir H. et P. Chaunu, La conjoncture.

92 R. Ródenas Vilar, « Un gran proyecto anti-holandés en tiempo Felipe IV » ; J. I. Israel, « España y los Países Bajos españoles durante la época de Olivares » ; M. Á. Echevarría Bacigalupe, « El decreto Gauna ». Parmi les très nombreux articles et livres sur la politique commerciale et le mercantilisme espagnol, on peut distinguer deux tendances : la première (M, Á. Echevarría Bacigalupe) estime que l’emploi de l’embargo ne peut pas réussir, car la défaillance est plus générale, alors que la seconde (J. I. Israel) affirme que l’Espagne, particulièrement à l’époque d’Olivares, réussit à mettre en place un blocus efficace des Provinces-Unies qui faillit aboutir à l’étouffement de ces régions.

93 E. Otero Lana, Los corsarios españoles durante la decadencia de los Austrias, pp. 50-51.

94 Sur l’office d’espía mayor, voir le chap. VI, « Les moyens de la diplomatie », pp. 298-304.

95 En 1603, l’application par Madrid du décret Gauna, destiné à étouffer le commerce hollandais, augmente les droits de douane jusqu’à 30 %, empêche le trafic de certaines marchandises et confisque les cargaisons de certains produits venant de Flandres, comme les textiles. Déjà détériorés par l’affaire Biron et l’incident de l’ambassade de La Rochepot, les rapports franco-espagnols se dégradent encore à la suite de la déclaration d’Henri IV portant à 50 % les droits sur les blés, et de sa déclaration de février 1604 suspendant tout commerce avec l’Espagne. Le 8 mai 1604, le Conseil d’État de Madrid se prononce en faveur d’une politique d’apaisement. La négociation du traité de paix anglo-espagnol de 1604, avec ses clauses économiques, permet un dénouement en douceur de la crise, alors que la situation militaire favorise une solution après la chute de la place de L’Écluse (20 août 1604). Le passage du connétable de Castille en France clôt cet épisode par la discussion d’un nouveau traité commercial (octobre 1604) complétant les articles du traité de Vervins, par lequel les droits de 30 % sont supprimés en échange de la certification par les autorités françaises de l’origine des marchandises transportées ; voir M. A. Echevarría Bacigalupe, « El decreto Gauna », p. 77 ; et A. Eiras Roel, « Política francesa de Felipe III : las tensiones con Enrique IV ». Le dossier AGS, K, 1607, comporte la liste des navires et biens français confisqués par l’Espagne durant cette guerre économique.

96 Voir A. Girard, « La saisie des biens des Français en Espagne en 1625 ». En 1625, la dispute est due à la capture par le duc de Guise, gouverneur de Provence et amiral du Levant, de trois galères génoises transportant cent cinquante mille ducats dans soixante-neuf caisses d’argent, montant d’un remboursement espagnol. L’affaire intervient à un moment où les rapports entre les deux couronnes sont franchement mauvais : au printemps 1625, le duc de Savoie et les armées françaises s’apprêtent à envahir la république ligure, cependant que Louis XIII a renouvelé l’année précédente les alliances avec Venise et les Provinces-Unies. Par représailles contre ce vol, les autorités espagnoles décident un embargo général sur le commerce français et la saisie des biens des négociants dans la Péninsule, à concurrence des cent cinquante mille ducats et des frais induits, s’attirant ainsi, par rétorsion, une mesure similaire de la part du roi de France, dont les commerçants espagnols deviennent alors les victimes. Seule une modification de la conjoncture politique amène les deux pouvoirs à composer, puis à se rapprocher à la fin de l’année 1626 et en 1627, face à l’apparition d’un ennemi commun : l’Anglais.

97 L’adoption d’une mesure d’embargo est de nouveau envisagée par le Conseil d’État à la fin de l’année 1634, lorsque la guerre entre les deux monarchies paraît désormais inéluctable (AG S, K, 1417, ffos 42, 45, 48 et 69).

98 AGS, K, 1606, Tassis (21 mars 1603).

99 Cette bulle avait été prise par le pape espagnol Alexandre VI Borgia, qui, « au lendemain du premier voyage de Christophe Colomb, avait partagé l’univers entre Espagnols et Portugais par un méridien passant à 360 milles à l’ouest des Açores » (M, Devèze, L’Espagne de Philippe IV, t. I, p. 15).

100 Par exemple le voyage de Villegagnon dans l’embouchure du Rio de Janeiro en 1555.

101 Monbarot, gouverneur de Rennes en 1604, Nicolas Harlay de Sancy, parent de parlementaires parisiens, François de Razilly, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi et futur inspirateur du programme maritime de Richelieu, participent indirectement à ces opérations

102 Yves Cazaux, « Henri IV et la colonie française du Maragnan au Brésil », Bulletin des amis du château de Pau, 133(2), 1996, pp. 9-31.

103 AGS, K, 1477, f° 5, Girón au roi (12 janvier 1620).

104 AGS, K, 1431, f° 141, avis anonyme du Portugal (avril 1621).

105 Comme par exemple le vol déjà évoqué de galères génoises par le duc de Guise (voir supra n. 96).

106 Vicente Montojo Montojo et José Javier Ruiz Ibáñez, Entre lucro y defensa. Las relaciones entre la monarquía y la sociedad mercantil cartagenera, comerciantes y corsarios en el siglo XVII, Murcie, Real Academia Alfonso X el Sabio, Biblioteca de Estudios Regionales (24), 1998, pp. 155-157.

107 De nombreuses mentions de ces « exploits » apparaissent dans la correspondance diplomatique espagnole : AGS, K, 1460, Irarraga au roi (12 juillet 1607) ; AGS, E, 1434, f° 32, Vivas au roi (25 mai 1607) et ibid., f° 42, Vivas (3 août 1607) ; AGS, K, 1461, f° 146, Cárdenas au roi (30 décembre 1609), note que Simon Danser, corsaire qui avait causé beaucoup de dommages à l’Espagne en Méditerranée quelques années plus tôt, se trouve à Paris avec un sauf-conduit du roi de France ; etc.

108 AGS, E, 1434, f° 120, Vivas (8 juin 1608) ; AGS, E, 1435, f° 38, Conseil d’État de mars 1610, et Vivas (19 novembre 1609).

109 Le cardinal d’Ossat, chargé de négocier le traité avec la Toscane en 1598, fait remarquer à cette occasion : « C’était une grande honte au premier royaume de la chrétienté, flanqué de deux mers presque tout de son long, de n’avoir pas en provision des vaisseaux de guerre, ni moyen de se défendre de quatre méchantes galères du duc de Florence, ni d’empêcher qu’elles ne missent à la France la chaîne au cou, et les fers aux pieds » (cité par G.-J.-B. de Flassan, Histoire générale de la diplomatie française ou de la politique de la France, pp. 171-172).

110 AGS, K, 1426, f° 95, le 27 novembre 1607.

111 Voir le chap. x, pp. 505-508, et le répertoire des espions figurant en annexe, pp. 590-591.

112 AGS, K, 1460 (17 et 26 mai 1607) ; AGS, E, 1434, f° 119, Vivas (8 juin 1608) ; AGS, K, 1453 (Saint-Jean-de-Luz, 21 août 1612) ; AGS, K, 1456, f° 52, Ciriza au président du Conseil des Finances (28 avril 1621) ; etc.

113 AGS, K, 1460, don García de Paredes à Irarraga (6 juillet 1606) ; AGS, K, 1613, Juan Blas au roi (22 avril 1616) ; AGS, K, 1611, Fernando de Cárcamo au roi (13 janvier 1615).

114 Sur le recrutement militaire, voir I.A.A. Thompson, War and Government in Habsburg Spain, particulièrement le chap. IV ; « Recruiting and National Defence », pp. 103-145. Sur les essais d’organisation de la milice à la suite des attaques et menaces anglaises (Cadix, 1596), voir B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, pp. 249-254.

115 Ce chiffre se place dans l’hypothèse haute des estimations par feux. J. Nadal, La población española, p. 20, l’évalue à sept millions d’habitants.

116 J.-P. Le Flem, « Los aspectos económicos de la España moderna », p. 93, évalue l’impact de la pandémie du début du siècle à une perte de 7 % à 10 % de la population.

117 A. Molinié Bertrand, Au Siècle d’or, L’Espagne et ses hommes, pp. 365-376.

118 Lapeyre, Géographie de L’Espagne morisque ; B. Vincent et A. Domínguez Ortiz, Historia de los moriscos, pp. 159-224,

119 Jacques Dupâquier et Bernard Lepetit, « Le peuplement », dans De la Renaissance à 1789, t. II de Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, Presses Universitaires de France, 1988 (4 vol.), pp. 51-98, voir p, 60.

120 Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (XVIIe-XVIIe siècles), Paris, Aubier-Montaigne, 1983.

121 Gavachos (fr. gavaches) : terme péjoratif castillan désignant les Français immigrés en Espagne et parfois aussi, par extension et avec une nuance xénophobe, les Français en général.

122 C, Langé, « L’immigration française en Aragon », pp. 34-35.

123 J. Nadal et E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717 ; É. Balancy, « Les immigrés français devant le tribunal de l’Inquisition de Barcelone », p. 45, évalue à 40 % des causes évoquées devant ce tribunal (relaciones de causas) celles qui concernent des immigrés français entre 1560 et 1620 ; ce pourcentage n’était plus « que » de 16 % à la fin du XVIIe siècle.

124 C. Langé,» L’immigration française en Aragon », note que d’après des témoignages contemporains les immigrés français représentaient le cinquième de la population aragonaise en 1577, et le quart en 1609. Étrangement, le rôle des Français dans la repopulation de l’Aragon après l’expulsion des morisques apparaît quasiment nul (pp. 50-53).

125 B. Bennassar, « Les Français devant les tribunaux de l’Inquisition espagnole », ne compte que sept marchands et aucun ecclésiastique ou soldat (à l’exception d’un hallebardier béarnais) parmi les deux cent dix-huit procès de Français évoqués devant le tribunal de Logroño de 1582 à 1635 ; J. Nadal et E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717, pp. 129-153, confirment ce point de vue ; A. Gutiérrez, France et les Français dans la littérature espagnole, p. 45, affirme : « Les Français sont présents partout. Toutes les couches de la population, sans sortir d’Espagne, sont en relation avec eux. »

126 É. Balancy, « Les immigrés français devant le tribunal de l’Inquisition de Barcelone », p. 64. La possibilité d’un chantage exercé par les autorités inquisitoriales sur les condamnés pour les contraindre à faire de l’espionnage est difficilement vérifiable. Seul le cas d’un marrane, Martín del Espíritu Santo, confirme une telle hypothèse (voir notre répertoire des espions, p. 618).

127 A. Girard, Le commerce français à Séville et Cadix au temps de Habsbourg.

128 J. Mathorez, « Notes sur l’infiltration des Espagnols en France ».

129 A. Cioranescu, Le masque et le visage, pp. 123-138.

130 C. Hermann, « Multinationale Habsbourg et universalisme chrétien », p. 37.

131 Pour les analyses traditionnelles, voir É. Rott, « Philippe III et le duc de Lerma » ; Ciríaco Pérez Bustamante, Felipe III. Semblanza de un monarca y perfiles de una privanza, Madrid, Real Academia de la Historia, 1950 ; et Id., La España de Felipe III. Pour une vision rénovée, voir A, Feros Carrasco, « Felipe III » ; P. Williams, « El reinado de Felipe III » ; et B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma. Le renouveau des études historiques sur le règne de Philippe IV est plus ancien, voir J. H. Elliott, Olivares ; et R. A. Stradling, Felipe IV y el gobierno de España.

132 Seuls son favori et les contingences financières l’en ont dissuadé ; voir B. J. García García, Paz, desempeño y reputación en la política exterior del duque de Lerma, p, 12.

133 R. Martorell Téllez Girón, Cartas de Felipe III a su hija Ana, reina de Francia.

134 J. Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandes y el Mar del Norte, p. 31, étudiant la mer du Nord, affirme : « Au moins pendant les vingt premières années de son règne, son application a peu à envier à celle de son grand-père et en de multiples occasions il la dépasse. »

135 G. Dethan, Gaston d’Orléans ; A. Van Der Essen, Le Cardinal-Infant et la politique européenne de l’Espagne. Depuis la rédaction du présent livre, une abondante littérature a renouvelé l’historiographie des Conseils et de l’administration royale.

136 J. H. Elliott, Richelieu et Olivares.

137 J. Bérenger, « Le problème du ministériat au XVIIe siècle ».

138 Roland Mousnier et Fritz Hartung, « Quelques problèmes concernant la monarchie absolue », dans Sioria Moderna. Relazioni del X Cangreno Internazionale di Scienze Storiche (Roma, 1955), Florence, G. C. Sansoni, 1955 (8 vol.), t. IV, pp. 3-55, spéc. pp. 28-32 ; P. Williams, « Philip III and the Restoration of Spanish Government », p. 769, estime que le nombre de secrétaires employés par les Conseils espagnols a plus que doublé entre 1598 et 1620.

139 F. Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española del siglo XVII, pp. 61-62.

140 F. Barrios, El Consejo de Estado de la monarquía española, p. 115.

141 B. Yun Casalilla, « La situación económica de la aristocracia castellana durante los reinados de Felipe III y Felipe IV ».

142 Le gouvernement de la reine mère affronte ces réclamations des princes. Les états généraux de 1614 voient la noblesse demander l’exclusion du tiers état des principales charges, à travers l’abolition de la paulette.

143 H. Duccini, Concini, pp. 13-14.

144 F. Benigno, La sombra del rey, p. 23 et analyse du cas du duc d’Osuna, vice-roi de Sicile et Naples, pp. 77-108.

145 R. Mousnier, L’homme en rouge.

146 H. Duccini, Concini, p. 104 : « Avant Richelieu, et, très vite, avec lui, les Concini ont voulu mettre le pouvoir du roi au-dessus des partis et des clans nobiliaires. Ils ont voulu un roi centralisateur, un “monarque absolu”, obéi de sa noblesse et non dominé par les forces féodales. »

147 C. Pérez Bustamante, La España de Felipe III, p. 63.

148 Le nouveau duc pratique de larges alliances matrimoniales : sa fille aînée épouse l’héritier de la maison des Medina Sidonia, la cadette l’héritier des comtes de Lemos, la benjamine celui des comtes de Miranda tandis que son fils aîné, le futur duc d’Uceda, se marie avec la descendante de l’adelantado de Castille et le cadet avec une fille du duc del Infantado. La plus grande noblesse espagnole participe à ces unions.

149 F. Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española del siglo XVII, pp. 81-82. Le duc d’Uceda est chargé de diriger le pays, mais il n’a pas obtenu une cédule royale lui conférant de vaste pouvoir, à la différence de celle octroyée par Philippe III à Lerma en 1612.

150 J. H. Elliott, Olivares, p. 54.

151 Ces papiers de la série Estado incluent des éléments provenant de juntes ad hoc, des lettres émanant des secrétaires ou du valido ou qui leur sont destinées.

152 Que l’agent envoie une lettre courte, n’abordant qu’un thème, ou une seule lettre assez longue, comportant plusieurs points, dans tous les cas les consultas du Conseil d’État résument ces documents avant de discuter sur le fond. Nous avons donc un « double » des correspondances des ambassadeurs. À la fin de la période, des « précis » de la correspondance résument pour une durée variable – de l’ordre d’un mois, en général - les lettres d’un représentant afin de faciliter la tâche aux conseillers. La présentation des consultas et des lettres des diplomates est formalisée. Pour les premières, on trouve en couverture la liste des conseillers présents, la date de réunion, le résumé de la séance du Conseil, avec souvent quelques mots autographes du roi et sa signature. Pour les secondes, on note l’auteur de la lettre, le destinataire s’il s’agit d’un secrétaire d’État, les dates d’envoi et de réception de la missive sur la première page et, sur la dernière, un résumé succinct de la correspondance.

153 P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 425 ; on peut voir le duc de Lerma participer à divers Conseils d’État : sur un rapprochement franco-espagnol en vue de mariage (AGS, K, 1608, ffos 12-13 [30 mars 1608]), à propos de l’assassinat d’Henri IV (AGS, K, 1593 [24 mai 1610]), lors des discussions pour gagner Condé (AGS, K, [428 [20 juillet 1628 J, f°46), sur la protection des frontières (AGS,K,1609 [24mai 1612]), etc.

154 Par exemple : AGS, K, 1603, billet du duc de Lerma (Valladolid, 26 août 1600) aux membres du Conseil sur les lettres de Jean-Baptiste de Tassis, ambassadeur en France, pour qu’elles soient étudiées ; AGS, K, 1607 (10 février 1605), à l’accord commercial consécutif à l’embargo de 1603 qu’examine le Conseil d’État, fait suite un billet de Lerma au secrétaire Andrés de Prada à propos de la note de Baltasar de Zúñiga sur ce point, etc.

155 F. Barrios, El Consejo de Estado de la monarquía española, p. 113 : « Sous les “Austrias menores”, l’importance de cet organisme va en s’accroissant, étendant son attribution administrative à des domaines jusqu’alors éloignés de son attention. »

156 Le cas fréquent d’agents travaillant depuis l’Italie pour l’Espagne et donnant des informations sur la France est aussi traité in fine par le Conseil d’État (AGS, E, 1897, f° 94 [3 novembre 1601]).

157 Jon Arrieta Alberdi, El Consejo Supremo de la Corona de Aragón (1494 1707), Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1994, pp. 321-322.

158 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne, affirme « le traitement de ses membres et le rang de son président, second personnage du royaume, sont parmi les meilleures preuves de sa situation prépondérante au sein de l’administration espagnole » (p. 170). Sous Philippe IV, 12 % des conseillers sont morts titrés (p. 172). À titre de comparaison, sur les vingt-sept personnes qui ont fait partie du Conseil d’État sous Philippe III, seize étaient titrées au moment de leur nomination (P. Williams, « El reinado de Felipe III », p. 425).

159 Manuel Rivero Rodríguez, El Consejo de Italia y el gobierno de los dominios italianos de la monarquía hispana durante el reinado de Felipe II, thèse soutenue en 1991 à l’Universidad Autónoma de Madrid, pp. 83-92.

160 Les conseillers d’État sont membres de droit du Conseil de Guerre. Les études sur ce Conseil sont peu nombreuses. Aux archives de Simancas sont conservées des centaines de volumes de documents concernant ce Conseil, avec un simple classement par année, sans inventaire. La difficulté d’y trouver des informations nous a empêché de chercher les possibles connexions entre la diplomatie, les questions militaires et l’espionnage.

161 J. H. Elliott, Olivares, pp. 403-404.

162 F. Barrios, El Consejo de Estado de la monarquía española, p. 124 ; Dolores M. Sánchez, El deber de Consejo en el Estado moderno. Las Juntas « ad hoc » en España (1474-1665), Madrid, Polifemo, 1993.

163 La junte en question avait été constituée pour étudier les représailles à exercer à la suite de la capture de trois galères génoises par le duc de Guise (voir supra n. 96). Sur ses nombreuses décisions, voiries dossiers AGS, K, 1433 et 1434.

164 AGS, K, 1473, ffos 177-178 ; AGS, K, 1474, f° 3.

165 AGS, K, 1479, f° 52 (18 janvier 1623).

Table des illustrations

Légende Carte 2. – Les « couloirs » d’acheminement des troupes espagnoles vers les Flandres (d’après G. Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road [1567-1659] © Cambridge University Press, 1972)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2990/img-1.png
Fichier image/png, 346k
Légende Carte 3. – La Lombardie, centre de communications de l’Empire espagnol en Europe (d’après G. Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road [1567-1659] © Cambridge University Press, 1972).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2990/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Carte 4. – La Valteline, carrefour de pouvoirs antagonistes (d’après G. Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road [1567-1659] © Cambridge University Press, 1972)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2990/img-3.png
Fichier image/png, 463k
Légende Graphique I. – Répartition chronologique des incidents de courriers
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2990/img-4.png
Fichier image/png, 49k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search